Act Up-Paris - Dossier de presse

Campagne pour le droit au mariage des personnes de même sexe

Contact : Christophe Rolland 01 49 29 44 84 communication@actupparis.org

Sommaire

Act Up-Paris lutte pour l’égalité des droits >> p.3 Des histoires bien concrètes >> p.7 Mariage versus PaCs : quelles différences ? Entretien avec Maître Caroline Mécary >> p.9 L’inégalité des droits cautionne l’homophobie >> p.17 Propos homophobes : un florilège du pire >> p.20 Act Up-Paris et le mariage homo. Actions ! >> p.27 Une campagne participative >> p.33 Petit historique d’Act Up-Paris >> p.37

-2-

Act Up-Paris lutte pour l’égalité des droits

-3-

Les discriminations
à l'égard de la communauté homosexuelle font le jeu de l'épidémie de sida.
Les pays qui pénalisent l'homosexualité ou maintiennent les LGBT dans une sous-citoyenneté sont toujours ceux qui excluent partiellement ou totalement les minorités sexuelles de la gestion de l'épidémie (manque de moyens attribués à la prévention, à l'accès aux soins et aux droits) Act Up-Paris lutte contre l'homophobie contre les discriminations à l’égard des minorités sexuelles et pour l'accès aux droits.

-4-

Act Up-Paris
a joué un rôle moteur dans le combat pour le PaCS L’association a toujours eu des revendications maximalistes sur l'égalité des droits (mariage et l'accès à la parentalité) Elle s’est mobilisée pour le PaCS : > avec un travail interassociatif de veille politique et juridique > à travers des actions publiques fortes en réaction aux mouvements de haine homophobe qui ont surgi autour des débats sur le PaCS

Act Up-Paris
a initié l'observatoire du PaCS dont le but a été de l’améliorer sans relâche

-5-

Act Up-Paris exige l’égalité des droits
> droits sociaux > droits fiscaux > droits patrimoniaux
La question n’est pas de reproduire une norme sociétale, érigée en modèle unique mais de bénéficier des mêmes libertés, des mêmes choix et des mêmes protections que les couples hétérosexuels. Les couples homosexuels et leurs familles existent depuis toujours. Nous voulons leur reconnaissance et leur visibilité.

-6-

Des histoires bien concrètes

-7-

Les expériences de Fred et de Thomas, militants à Act Up-Paris, nous ont amené à reparler des questions d'égalité des droits. En 2010, tous deux ont perdu leur conjoint. Le premier vivait en union libre, le second était Pacsé. Dans les deux cas, les survivants ont été littéralement exclus des obsèques. Le Pacs et l'union libre présentent des imperfections criantes que nous avons le devoir de pointer. Association de lutte contre le sida, Act Up-Paris s’est mobilisée sur les situations des couples dont l’un des membres souffre d’une maladie chronique et qui n’ont pas accès aux facilités administratives et sociales octroyées par le mariage. Suite à nos communiqués, un amendement a été déposé à l’Assemblée Nationale par Europe Ecologie Les Verts pour que le/la partenaire de PaCS soit mentionnéE sur l’acte de décès du/de la défuntE. L’amendement a été accepté le 15 avril 2011 et c’est une victoire. >> Cependant le combat d’Act Up-Paris n’est pas d’améliorer le PaCS mais d’obtenir l’égalité des droits : mariage, adoption et PMA (Procréation Médicalement Assistée).

-8-

Mariage versus PaCS : quelles différences ?

-9-

>> Entretien avec Maître Caroline Mécary, avocate au barreau de Paris.
Maître Mécary a participé depuis une quinzaine d'années à différents procès concernant les droits LGBT. Elle est également coprésidente de la fondation Copernic et femme politique, membre de Europe Écologie Les Verts, élue conseillère régionale en Ile-de-France. Elle intervient aussi bien devant les juridictions françaises que devant la Cour européenne des droits de l’homme, qu’elle saisit régulièrement (ouverture du mariage civil à tous, adoption de l’enfant du partenaire, injures homophobes, gestation pour autrui).

- 10 -

Act Up-Paris : Quelles sont les principales différences entre mariage et PaCS ? Je pense qu’il y a deux niveaux de différence entre le mariage et le PaCS. D'abord il y a un niveau symbolique et qui compte énormément, qui signifie que seuls les hétérosexuels ont accès au mariage civil, les homosexuels en sont exclus. Cela place les homos immédiatement dans la marge de la société. Par conséquent la revendication du mariage civil a d'abord pour objet de supprimer symboliquement cette mise à l'écart de la loi républicaine et universelle qu'est le mariage civil. Sur le deuxième plan qui est concret, pratique, et donc juridique, il y a de véritables différences entre le statut de conjoint et le statut de pacsé. La première différence se manifeste au moment de la célébration soit du mariage soit du PaCS. Le mariage est célébré en mairie, c'est-à-dire devant une institution républicaine qui symbolise la citoyenneté. Tandis que le PaCS, lui, est enregistré auprès du greffier du tribunal d'instance du lieu où l’on réside. Un tribunal est par définition symbole non pas de concorde, de paix et de citoyenneté, mais symbole de chicane et de procès. Ça c'est par rapport à la formation du PaCS ou du mariage. En outre, lorsque l'on conclut un mariage, il existe des interdictions de se marier avec des personnes avec lesquelles on est apparenté. Mais ces interdictions peuvent faire l'objet d'une levée par le président de la République. Pour le PaCS, il existe ces mêmes empêchements, mais il n'y a aucun moyen de passer outre par une décision du président de la République .
- 11 -

Act Up-Paris : Donc ces empêchements sont immuables. Voilà, ils sont immuables. Concernant maintenant les effets du régime du PaCS ou du mariage. Il existe plusieurs différences, voici les principales. Concernant l'acquisition des biens, les principes qui prévalent dans chacun des statuts sont différents. Pour le mariage, le principe pour l'acquisition des biens est celui du régime de la communauté. C'est-à-dire un régime de solidarité. Alors que pour le PaCS, c'est exactement l'inverse. Le principe est d'emblée celui de séparation des biens. Il n'y a pas de symbole de la solidarité. Act Up-Paris : Et cela ne peut figurer dans le PaCS comme étant une option ? Je vous parle des principes que pose la loi. Il y a des exceptions : dans le mariage vous pouvez déroger au régime de communauté en optant pour la séparation de biens et dans le PaCS vous pouvez déroger au régime de séparation en optant pour un régime d'indivision. Mais je précise que l'on ne peut comparer le régime de communauté et d'indivision parce que juridiquement ça ne fonctionne pas de la même manière. Donc cela créé une différence de traitement dans le régime. Ensuite, concernant toujours les différences entre PaCS et mariage, le mariage va permettre au conjoint survivant en cas de décès de recevoir la pension de réversion. Alors que dans le PaCS, la pension de réversion ne peut pas être versée au partenaire survivant et ça vient à nouveau d'être confirmé par le Conseil Constitutionnel qui a rejeté le 29 juillet 2011 une question prioritaire de constitutionnalité qui tendait à avoir déclaré cette différence de traitement comme étant inégale. Le Conseil Constitutionnel a estimé que l’on ne peut bénéficier de la pension de réversion que dans le cadre du mariage.
- 12 -

AUP : Donc le Conseil Constitutionnel a confirmé cette inégalité de traitement ? Oui, tout à fait, alors qu'à mon sens il y a une violation de la Constitution et de la Déclaration de Droits de l'Homme, qui pose le principe d'égalité de traitement. Cette violation me paraît d'autant plus avérée que la Cour de Justice de l'Union Européenne a rendu, un arrêt Maruko en avril 2008, qui dit clairement que "si on est placé dans une situation équivalente on doit pouvoir bénéficier des mêmes droits"; c'est ainsi qu'un allemand ayant conclu un contrat de partenariat a invoqué la différence de traitement entre le mariage et le partenariat allemand pour la pension de réversion et a obtenu gain de cause. La Cour de Justice vient à nouveau de confirmer sa jurisprudence dans un arrêt Römer, en mai 2011. En France, le renvoi d’un dossier à la Cour de Justice de l'Union Européenne devrait permettre une réelle avancée quant à la question de la pension de réversion. AUP : Donc cela créerait une jurisprudence ? Oui, tout à fait, en invoquant ces deux arrêts de la Cour de Justice de l'Union Européenne. AUP : Quelles sont les autres différences entre PaCS et mariage ? Les autres différences concernent le mode de dissolution du PaCS et les effets de la dissolution. Le mariage offre un statut beaucoup plus protecteur que le PaCS lorsqu'il y a un déséquilibre dans les revenus entre les parties et que le mariage ou le PaCS a duré très longtemps. Vous avez la possibilité lorsque vous êtes marié et que le mariage a duré très longtemps et qu'il y a une disparité de revenu, de solliciter de votre ex-conjoint une pension alimentaire pendant une durée de huit années. C'est ce que l'on appelle la prestation compensatoire. Quand vous être pacsé et c'est là ou il faut faire très attention et bien cette possibilité n'existe pas. Il est impossible de demander une pension à son ex-partenaire alors qu'on peut avoir une très grande disparité des revenus.
- 13 -

Autre différence, ce sont les modalités de dissolution du lien. Pour défaire le lien du mariage, il faut divorcer. Soit un divorce par consentement mutuel, soit un divorce pour rupture de la vie commune depuis plus de deux ans, soit un divorce pour faute. Pour le PaCS, cela n'existe pas. Soit on a une séparation pour cause de décès, on peut avoir une séparation aussi en raison de mariage, si le mariage est possible quand on est en présence d'un couple hétérosexuel. On peut avoir une séparation d'un commun accord et enfin on peut avoir une séparation unilatérale, c'est-à-dire voulue par un seul des partenaires. La question fondamentale de l'ouverture du mariage c'est : qu'est-ce qui justifie en 2011 que des femmes et des hommes ne puissent pas choisir ce statut au seul motif qu'ils sont homosexuels ? C'est une aberration démocratique comme celle qui a pu exister à l’égard des gens de couleur ou des femmes. C’est un peu comme si aujourd'hui on interdisait à des blancs de se marier avec des noirs. Ce qui a existé historiquement puisque dans les années 70 aux États-Unis un noir ne pouvait pas épouser une blanche - ou comme dans notre pays l'indigénat ou les colonies au 19e siècle. Les indigènes ne pouvaient pas épouser des colons. C'est cette conception extrêmement hiérarchique qui doit tomber. D'ailleurs c'est pour ça que de nombreux pays ont ouvert le mariage à tous les couples. AUP : Et en ce qui concerne les étrangers ? Alors là aussi il y a différence. Le PaCS ne donne pas droit au partenaire de séjourner, alors que dans le mariage c'est un droit, même si il faut attendre un délai. Avec le PaCS, il n'y a pas davantage de droit à la nationalité alors que le mariage confère un droit à avoir la nationalité française. AUP : Pour le séjour, par rapport au mariage, le PaCS est juste un « élément d'appréciation ». Oui exactement c'est juste un élément d'appréciation alors que quand on est marié, passé un certain délai vous avez un droit à obtenir la nationalité française.
- 14 -

AUP : Quelles sont les différences fiscales entre PaCS et mariage ? Aujourd'hui il n'y a plus de différences fiscales. C'est le même régime. Aussi bien pour l'impôt sur le revenu qu'en matière de succession et ce depuis des modifications intervenues en 2005 et 2007. Ça n'a pas toujours été le cas. AUP : Et sur la question de la parentalité, quelle différence entre PaCS et mariage ? Il y a une grande différence. Le PaCS n'a absolument aucun effet sur la parenté, alors que le mariage pose d'emblée une présomption de paternité des enfants qui sont nés durant le mariage. Les pacsés doivent reconnaître l'enfant qu'ils ont eu, chacun doit le reconnaître. Alors que dans le mariage le père n'a pas besoin de reconnaître l'enfant. Le fait qu'il soit le père et qu'il soit marqué sur l'acte de naissance suffit à établir la paternité. AUP : Est-ce que le mariage ouvrirait automatiquement le droit à l'adoption ? Oui. Puisque les dispositions applicables à l'adoption disent très clairement que peuvent adopter les personnes mariées ou les personnes célibataires. Il n'y a pas d'autres conditions. AUP : Dans le cas des couples de même sexe qui ont recours aux mères porteuses à l'étranger ou à la procréation médicalement assistée (PMA), qu'apporterait le mariage en terme de garanties juridiques ? Cela n'apporte rien du tout. Le problème est le même pour les couples homosexuels comme pour les couples hétérosexuels, qui ont recours à la gestation pour autrui. Le problème est aujourd'hui que l'administration française, par une conception expansionniste et colonialiste du droit refuse de transcrire les actes de naissance des enfants qui sont nés dans le cadre d'une gestation pour autrui à l’étranger ou ce mode de conception est admis. Ça ne change rien qu'on soit marié ou pas. En réalité, il suffirait qu'il y ait des instructions données par le Ministère des Affaires Étrangères pour que la transcription des actes de naissance de ces enfants nés à l'étranger sous gestation pour autrui puisse se faire. Aujourd'hui cela ne peut pas se faire en raison d'une instruction du gouvernement aux Consulats de ne pas retranscrire. Et donc au service central de l'État Civil de ne pas retranscrire l’acte de naissance de l’enfant établi à étranger.
- 15 -

AUP : Un sondage publié en janvier dernier par TNS Sofres (1) montre une évolution très nette en France des opinions favorables à l'égard du mariage entre homosexuels, avec 58% des personnes interrogées qui sont pour. Quelles sont selon vous les résistances au mariage des personnes de même sexe en France ? Aujourd'hui nous sommes gouvernés par la droite ; l'UMP a la majorité absolue à l'Assemblée Nationale et une majorité relative au Sénat. L'UMP, de par son positionnement politique, qui consiste notamment à essayer de « draguer » sur les terres du Front National, ne peut pas s'engager pour un oui au mariage à tous. Le Front National étant contre l’ouverture du mariage à tous les couples, l'UMP ne peut pas dire "oui nous ouvrons le mariage à tous les couples" et "oui nous ouvrons l'adoption à tous les couples", parce que c'est antinomique avec ce qu'ils cherchent à faire d'un point de vue électoral. Donc il y a clairement une absence de volonté politique pour une question complètement politicienne. Je pense que Nicolas Sarkozy se moque totalement de la question mais il fait un calcul politicien qui consiste à dire "pour gagner j'ai besoin de ratisser le plus largement possible à droite, et à droite il y a l'extrême droite qui n'est pas favorable à ce type de mesure". C'est pour cela que la proposition d’ouverture du mariage qui a été déposée par la gauche à l'Assemblée Nationale en juin 2011 n'a pas été adoptée. Parce que l'UMP a la majorité absolue. En revanche ce que je crois sûr, c'est que si la gauche gagne, (aujourd'hui tous les partis de gauche se sont engagés à l'ouverture du mariage et de l'adoption) elle ouvrira le mariage civil à tous et donc l’adoption. Que ce soit Europe Écologie, le PS qui a changé son fusil d'épaule et c'est tant mieux, le PCF ou le NPA ils sont d'accord sur cette question. Donc les partis de gauche se sont engagés à l'ouverture du mariage et de l'adoption. Si la gauche gagne en 2012, ces dispositions qui sont extrêmement importantes symboliquement et pratiquement et qui ne coûtent rien, mais vraiment rien en termes d'argent, pourraient être adoptées très rapidement.
- 16 -

AUP : Un dernier point. Dans un entretien accordé à Libération fin juillet dernier, Nora Berra, secrétaire d'État à la Santé a affirmé qu'elle était favorable à un statut de "coparent" pour les familles monoparentales et les couples de même sexe. Écoutez tout cela me paraît être des effets d’annonce, Nora Berra peut être sincère mais comme les autres membres du gouvernement elle est la voix de son maître. Je vais être très claire. Nicolas Sarkozy dans sa campagne en 2007 a promis la mise en place d'une union civile (qui n'aurait été qu'une usine à gaz pour ne pas ouvrir le mariage) et qu’y a t-il aujourd’hui : Rien. Il avait aussi promis la mise en place d'un statut des beaux-parents dont on se souvient qu'il a été abandonné au printemps de l'année dernière, avec un renvoi devant une commission Leonetti qui s'est immédiatement empressée de l'enterrer. Ce que je peux imaginer, c'est que Nicolas Sarkozy et l'UMP vont tenter de faire diversion dans la campagne présidentielle. Ils vont vraisemblablement tenter de désamorcer la revendication du mariage en proposant que le PaCS soit célébré en mairie. Mais c’est de la poudre aux yeux, car cela ne donnera pas les mêmes droits et les mêmes devoirs. Quand vous êtes homosexuel, vous avez accès au PaCS ou au concubinage et non au mariage. Si vous êtes hétérosexuel, vous avez accès aux trois. Il va tenter de désamorcer cela. La deuxième chose qu'il fera peut-être, toujours pour désamorcer les revendications, c'est de remettre sur le tapis la proposition d'un statut du beau-parent, qui ne sera d'ailleurs pas un statut du beau-parent , mais une vague amélioration de ce qui existe déjà : la délégation partage de l'autorité parentale. Tout ça c'est de la rhétorique et Nicolas Sarkozy est très fort pour ça. Propos recueillis le 25 août 2011.
(1) Sondage TNS Sofres Les Français et les droits des homosexuels consultable à l’adresse suivante : http://www.tns-sofres.com/points-de-vue/10DCAB35D5594DF98CD28DE3798EA7EB.aspx
- 17 -

L’inégalité des droits cautionne l’homophobie

- 18 -

> Luttons contre banalisation de l’homophobie des responsables politiques français

L’inégalité des droits cautionne l’homophobie
Tout au long de l’année, nous n’avons eu de cesse de dénoncer des propos homophobes tenus publiquement et sans complexes. > position de Xavier Bertrand, ministre de la Santé, sur l’interdiction de la Procréation Médicalement Assistée aux couples homos > dérapages de Nora Berra, secrétaire d’état à la Santé, pour qui « l’homosexualité est un facteur de risques pour le VIH » > amalgames inacceptables de Brigitte Barèges (maire UMP de Montauban) qui compare homosexualité et zoophilie Parce que derrière les paroles, il y a les actes, nous ne laissons jamais passer ces déversements de haine. Ces propos publics légitiment les exactions commises à l’encontre de nous, pédés, lesbiennes, biEs et trans.

- 19 -

Propos homophobes : un florilège du pire

- 20 -

Homophobes
- 21 -

David Douillet, député UMP, dans son ouvrage paru en 2000

« On dit que je suis misogyne. Mais tous les hommes le sont. Sauf les tapettes. »

- 22 -

Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé « Ma famille politique est opposée à l’adoption par les couples homosexuels. La loi ne le permet pas et je ne vois pas pourquoi il faudrait la changer. (...) Je ne suis pas favorable non plus au mariage homosexuel car, derrière, se pose précisément la question de la filiation et de l’adoption par les couples homosexuels. J’estime qu’il est important de poser des repères (…) en l’occurrence un père et une mère. Vouloir conserver des repères stables n’est pas incompatible avec une approche moderne de la société »
- 23 -

Christian Vanneste, député UMP

« l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité » (…) « elle est dangereuse pour la survie de l’humanité » « Je ne vois pas en quoi la représentation nationale doit s'intéresser à une aberration anthropologique »

- 24 -

Christine Boutin, présidente du PCD, parti chrétien démocrate à propos du film éducatif sur l’homosexualité, le Baiser de la lune

« Au nom d’une idéologie relativiste poussée à l’extrême, et sous l’impulsion de groupes de pression, ce film idéologique prive les enfants des repères les plus fondamentaux que sont la différence des sexes et la dimension structurante pour chacun de l’altérité »
- 25 -

Michel Guérin, maire de Saran et représentant du Parti Communiste Français, en parlant des homosexuelLEs

« Ca ne me gêne pas qu’ils vivent ensemble mais c’est une fuite en avant par rapport à la race humaine ! » « Il y a des milliers de femmes qui sont seules, et des milliers d’hommes qui le sont tout autant. On ne va pas me dire qu’ils sont forcés d’être avec le même sexe qu’eux. »
- 26 -

Act Up-Paris et le mariage homo. Actions !

- 27 -

- 28 -

>> 5 juin 2005 Act Up-Paris organisait une action qui a eu un énorme retentissement : Le mariage de deux femmes devant l’autel central de le cathédrale de Paris. Devant un officiant, investi de ses pouvoirs au nom de l’égalité des droits, les deux promises ont échangé leurs vœux et les anneaux. Cette cérémonie pacifique s’est déroulée dans une calme détermination. Alors que le cortège et les mariées se dirigeaient sereinement vers la sortie, elles et ils ont été bousculéEs par le service de sécurité qui entendait arracher la traîne, sur la quelle on pouvait lire « homophobe ». Sur le parvis, les vigiles ont pris à partie et frappé les militantEs présentEs. Cette action s’inscrivait dans le cadre de la Celebration & Safe Week une semaine d’actions pour la prévention et l’égalité des droits.

- 29 -

>> 16 octobre 2010 Amour, Gloire et Beauté pour les LGBT la première soirée pour le mariage des couples de même sexe organisée en partenariat avec le Point Ephémère. Plus de 1000 personnes ont dansé pour l’égalité des droits.

- 30 -

>> 18 janvier 2011 Manifestation devant le Conseil Constitutionnel chargé d’examiner la constitutionnalité de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Ce jour là, les « Sages » du Conseil constitutionnel ont choisi de renvoyer la question au législateur. L’accès au mariage pour nos couples a été retoqué sans surprise à l’Assemblée Nationale en juin dernier. Les communications d’Act Up-Paris autour de cet avis ont provoqué de nombreuses reprises médias en France et à l’international.

- 31 -

>> 19 mai 2011 Projection en avant-première du documentaire ILLEGAL LOVE de Julie Gali Les étudiantEs à leur tour se sont mobiliséEs pour l’égalité des droits. Dans le cadre d’IDAHO (journée internationale contre l’homophobie), Act Up-Paris & la Fédération Syndicale Étudiante de Paris I se sont associées pour organiser une projection du documentaire qui revient sur la proposition 8 interdisant le mariage homosexuel Californie. La projection, suivie d’un débat avec la réalisatrice, à eu lieu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

- 32 -

Une campagne participative

- 33 -

>> Campagne print Dès le 3 octobre un appel à dons sera lancé sur sowido.com. Sowido est une plateforme internet qui permet aux internautes de financer des campagnes de communication. L’agence de publicité Les Ouvriers du Paradis a conçu 4 axes créatifs différents pour la campagne. Moyennant une participation minimale de 1 € les internautes pourront voter pour leur projet préféré. L’appel à dons s’étendra jusqu’à fin janvier 2012. www.lesouvriers.fr www.sowido.com/mariagehomo

- 34 -

Deux visuels parmi ceux qui seront proposés aux internautes sur sowido.com

- 35 -

Mise en situation d’un autre visuel

- 35 -

Début janvier 2012 Act Up-Paris mettra en ligne un site dédié à la campagne Véritable outil participatif il permettra : > de poser des questions à des experts > de réagir sur les discussions et programmes de la présidentielle 2012 sous l’angle Égalité des choix > de mieux connaître nos politiques et leur positionnement vis-à-vis du mariage homo > de dialoguer et rester informé sur nos actions.

www.egalite-des-choix.org

Petit historique d’Act Up-Paris

- 37 -

Créée en 1989, sur le modèle d’Act Up-New-York, Act Up-Paris considère que l'épidémie de SIDA est une épidémie politique et se bat sur tous les fronts liés à cette maladie : droits des malades, droits des minorités, accès aux traitements dans les pays du Sud, information, prévention auprès des communautés concernées (sexworkers, usagerEs de drogues, prisonnierEs, étrangerEs, LGBT), lutte contre les discriminations. Act Up-Paris est une association activiste dont le discours politique est nourri par une expertise produite par les personnes concernées. Fondée sur les principes de Denver, empowerment (1) des personnes séropositives notamment, elle remplit un rôle d'information auprès des différentes communautés concernées par le VIH, ainsi qu’un rôle d'interpellation des responsables politiques. >> Act Up-Paris fait sa première apparition publique lors de la Gay Pride parisienne de 1989. >> Act Up-Paris est la seule association de lutte contre le SIDA qui, sans craindre la stigmatisation, s'est affirmée comme étant « issue de la communauté homosexuelle », à l'époque ou le VIH était considéré comme une « maladie de pédés », « le cancer des gays et des toxicomanes ».
(1) appropriation ou réappropriation de son pouvoir

- 38 -

Act Up-Paris a développé une expertise à travers ses commissions sur des sujets tels que : > Traitements & recherche > Droits sociaux > International > Drogues & usages > Étrangers > Prison > Sexwork > Femmes > Trans > Homophobie - Mariage - Égalité des droits > Prévention Act Up-Paris organise la RéPI, réunion publique d’information à destination des personnes concernées par le VIH Elle produit et diffuse aussi deux publications : Action et Protocoles Tous les jeudis l’association invite à débattre à la RH, réunion hebdomadaire à l’École de Beaux-Arts. Cette réunion est ouverte à touTEs, c’est l’instance de décision de l’association.
- 40 -

www.actupparis.org

Contact : Christophe Rolland 01 49 29 44 84 communication@actupparis.org

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful