Vous êtes sur la page 1sur 133

1

LE PROJET URBAIN : essai de définition

"UNE IDEE PARTAGEE QUI ORGANISE L'AVENIR DE LA VILLE "

UNE IDEE,
au sens Gaullien ("une certaine idée de la France"), comme au sens de la BD
(une ampoule allumée qui surgit d'une tête) ; une vision d'avenir (pré-vision) ;
un dessein plutôt qu'un dessin ; plutôt l'idée du maire que de l'urbaniste ;
qui peut se traduire par un ou des documents graphiques, mais ne s'y résume pas ;
plutôt une idée sans image qu'une image sans idée (s'il faut choisir) ;
plutôt la règle que le modèle : règle de conduite plutôt qu'objet figé d'avance.
S'il y a plan, c'est au sens de "j'ai mon plan" ; s'il y a image, elle illustre l'idée,
pour l'aider à devenir illustre.
Pas forcément un plan arrêté au jour J, puis périmé (ou révisé), mais peut être
un plan qui se construit (et s'adapte) au fil du temps…

Une idée PARTAGEE,


exposée aux partenaires, comprise, négociée et prise en charge collectivement :
tant par ceux qui "font" la ville (forces vives publiques et privées) que par ceux
qui la vivent (les citoyens), et qui aussi en décident à chaque élection ;
une idée mobilisatrice qui puisse vivre sa vie avec la ville, et survivre au
changement d'urbaniste comme de municipalité.

Une idée QUI ORGANISE l'AVENIR,


pas seulement un slogan ou une image, mais un levier réel d'organisation ;
plutôt une stratégie qu'une tactique clés en mains ; plutôt la guerre de mouvements
que la guerre de tranchées… Une stratégie évolutive, qui fonctionne à chaque étape,
et sache gérer et digérer l'imprévisible.

L'avenir DE LA VILLE,
c'est à dire de l'agglomération, au delà du morcellement communal, et replacée dans
son territoire : géographique, socio-économique et paysager.

Clément-Noël DOUADY, architecte/urbaniste

2
REMERCIEMENTS

Je tiens à exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui m’ont aidé à réaliser ce
mémoire par leur aimable collaboration et leurs précieux conseils.

Je remercie,

Jan TUCNY, directeur de ce travail,

Toute l’équipe de la SEMEXVAL, et en particulier José ROSSI, le directeur,

Le Sénateur-Maire de La Valette du Var, Christiane HUMMEL,

Rémy METIVIER, Directeur Général des Services,

Dominique LE CHEVALLIER, Directeur Général Adjoint,

Serge BOTELLO, architecte,

Bruno GOYENECH, architecte-coloriste,

Patrick ESCLEINE, journaliste,

Renato DE FLACO, Président de l’A.A.C.I.P.,

Patricia LUBRANO, Contact Presse de la mairie.

3
SOMMAIRE

INTRODUCTION ................................................................................................................................. 6
1 - PRESENTATION GENERALE DE LA COMMUNE .................................................................. 8
1.1 LA VALETTE DANS SON CONTEXTE GENERAL ....................................................................................... 8
1.2 LA COMMUNE DE LA VALETTE : L’ILLUSTRATION D’UN PHENOMENE DE CROISSANCE ...................... 10
1.3 UNE MOSAÏQUE DE QUARTIERS SPECIALISES ..................................................................................... 12
1.4 DES ACTIONS ENGAGEES MAIS SECTORIELLES ................................................................................... 12
1.5 LES CENTRES : LA PREOCCUPATION D’UNE APPROCHE NOUVELLE ..................................................... 13
2 – INTENTION INITIALE ............................................................................................................. 15
3 – DIAGNOSTIC .............................................................................................................................. 19
3.1 CONTEXTE URBAIN DU CENTRE VILLE ................................................................................................ 19
A - Bref historique de la structuration du territoire .......................................................................... 19
B - le site d’étude : le centre ville ...................................................................................................... 20
C - Caractéristique du physique bâti ................................................................................................. 20
D - L’image du village provençal........................................................................................................ 21
E – Un centre fragile.......................................................................................................................... 22
3.2 LA REALITE SOCIALE DU CENTRE VILLE ............................................................................................... 24
A - Les habitants du centre ville ........................................................................................................ 24
B - Les usagers du centre ville ........................................................................................................... 29
3.3 CONTEXTE ECONOMIQUE DU CENTRE VILLE ...................................................................................... 31
A - La typologie commerciale valettoise ........................................................................................... 31
Le projet des commerçants à moyen terme ...................................................................................... 36
B - L’exercice commercial en centre ville .......................................................................................... 36
4 - EVALUATION STRATEGIQUE................................................................................................ 41
4.1 STRATEGIE D’ACTION ......................................................................................................................... 41
4.2 STRATEGIES TERRITORIALES .............................................................................................................. 42
A - La composante politique ............................................................................................................. 42
B - Les composantes fonctionnelles .................................................................................................. 43
C - Les composantes liées aux flux .................................................................................................... 45
D - Les composantes liées au cadre de vie......................................................................................... 45
4.3 L'ANALYSE SWOT .............................................................................................................................. 46
5 – MISE EN PLACE DU PROGRAMME ...................................................................................... 48
5.1 - LES ACTEURS CLES DE LA PROGRAMMATION .................................................................................... 51
A - Une mairie, La Valette du Var ...................................................................................................... 51
B - Une Société d’Economie Mixte, l’entreprise au service du projet ................................................ 55
C - Présentation de La solution SEMEXVAL........................................................................................ 58
D - La convention publique d’aménagement..................................................................................... 63
E - « C + B Architectes » .................................................................................................................. 67
F - Sogreah ...................................................................................................................................... 69

4
5.2 LE P.O.S., DOCUMENT DE PLANIFICATION ......................................................................................... 70
5.3 COMMENT AGIR SUR L’ESPACE.......................................................................................................... 73
A - Aspirations sensorielles et psychologiques .................................................................................. 74
B - Aspirations à des relations sociales .............................................................................................. 76
C - Aspirations relatives aux déplacements ....................................................................................... 76
5.4 LA REDACTION DU PROGRAMME ...................................................................................................... 77
LE PROGRAMME ....................................................................................................................................... 78
A - Le périmètre d’action définitif & principes d’action ..................................................................... 78
B - Le programme en chiffre.............................................................................................................. 79
C - Le programme définitif ................................................................................................................ 80
6 – ETABLISSEMENT DU PROJET .............................................................................................. 83
6.1 PRODUIRE ET TENIR UN PROJET ........................................................................................................ 83
6.2 OPAH ................................................................................................................................................. 86
6.3 CHARTE ARCHITECTURALE ................................................................................................................. 87
A - Mise en place .............................................................................................................................. 88
B - Mise en œuvre ............................................................................................................................. 90
6.4 LE PROJET .......................................................................................................................................... 92
A - Ceinture de ville et coulée verte .................................................................................................. 94
B - Les entrées de ville ...................................................................................................................... 95
C - Les places ..................................................................................................................................... 97
D - La Perception urbaine.................................................................................................................. 98
E - Les Pôles de stationnement ....................................................................................................... 100
F - Développement de l’habitat ...................................................................................................... 101
6.5 LES PRINCIPES D’ACTION DE MISE EN ŒUVRE ................................................................................. 102
A - Principe de « Designing in reverse » .......................................................................................... 102
B - Agir sur le terrain ....................................................................................................................... 103
7 - LA COMMUNICATION AU CŒUR DU PROJET ................................................................105
7.1 COMMENT COMMUNIQUER ............................................................................................................ 106
A - La récurrence de l’information .................................................................................................. 106
B - Insister sur le coté positif ........................................................................................................... 106
C - L’annonce des projets ................................................................................................................ 107
7.2 MISE EN PLACE D’UNE COMMUNICATION ....................................................................................... 108
A - Point de vue mairie ................................................................................................................... 108
B - Point de vue SEMEXVAL ............................................................................................................. 111
7.3 LA COMMUNICATION AU FIL DU PROJET ......................................................................................... 113
A – Le Valette mag .......................................................................................................................... 114
B - L’opération « La Valette ouvre son cœur » ................................................................................ 115
C - Autres médias locaux (journaux/radio)...................................................................................... 117
7.4 LES LIMITES DE LA COMMUNICATION ............................................................................................... 118
CONCLUSION ..................................................................................................................................121
BIBLIOGRAPHIE ...........................................................................................................................123
ANNEXES .........................................................................................................................................126

5
Introduction

Le projet urbain est la pensée de la tension et de la relation que nouent connaissance


et culture, savoir et action, passé et avenir, mutation et continuité, etc. La pensée d’un projet
urbain est avant tout une démarche dialectique. Comme l’a décrit l’architecte-urbanise
Clément-Noël DOUADY en préface de ce mémoire, le projet urbain est une idée partagée
qui organise l’avenir de la ville. Le projet doit permettre de doter les acteurs d’une « éthique
commune », une manière de prendre conscience de la ville. Pour cela, il suppose des outils
et une démarche particulière. Comment un projet urbain de près 80 Millions d’€ peut être
mise en place sur un territoire ? Quel est le jeu d’acteur et comment coopèrent-ils ? Quels
enjeux et quelles conséquences ?

Pour répondre à cela, analyser une étude de cas est l’une des meilleures solutions.
La nouvelle municipalité de La Valette du Var élue en 2001, ambitieuse de réaliser un projet
d’envergure pour son centre ville, a mis en place une opération d’aménagement s’étant sur
près de huit ans. Ce projet urbain doit répondre aux grands enjeux du centre ville en matière
de qualité de vie, d’amélioration de l’esthétisme et de réhabilitation de logements.

La structure où j’ai réalisé mon stage est la Société d’Economie Mixte d’Expansion de
La Valette du Var, qui est en charge de cette grande opération. Ce stage avait pour objet de
me faire découvrir le travail de la société sur les projets d’aménagements dans tous ses
états. Que se soit lors des prémisses d’opérations avec la formulation des intentions, lors de
l’élaboration du projet et même lors de la mise en œuvre de l’opération sur le terrain, j’ai pu
comprendre et intervenir à ces différents niveaux. Il a eu lieu de juillet à novembre 2006, au
cœur de la mise en œuvre actuelle du projet, soit 5 ans après l’intention initiale du maire.

Ce travail est la suite de mon stage et se présente comme une analyse en plein cœur
de l’opération. Dans un premier temps, du fait d’avoir vécut cet espace en tant qu’habitant
puis assister à la présentation du projet lors d’opération de communication, et dans un
second temps, par mon stage qui m’a permis d’assister à la gestion du projet avec la
confrontation des acteurs présents depuis 2001.

On appelle « gestion de projet » l'organisation méthodologique mise en œuvre pour


faire en sorte que l'ouvrage réalisé par le maître d'œuvre réponde aux attentes du maître
d'ouvrage et qu'il soit livré dans les conditions de coût et de délai prévus initialement,
indépendamment de sa « fabrication ». Pour ce faire, la gestion de projet a pour objectifs
d'assurer la coordination des acteurs et des tâches dans un souci d'efficacité et de
rentabilité.

6
Ce mémoire se veut donc être une analyse et une description de chaque étape de la
mise en place et de la gestion de cette opération d’aménagement. Le projet étant en cours
de réalisation, la mise en place est terminée. Ceci permet d’obtenir le recul nécessaire pour
comprendre comment il s’est développé, quels sont les éléments qui ont joué dans la
balance pour obtenir le projet actuel... mais surtout, les enjeux, modalités, tensions et
secrets autour du projet sont clos. Il est alors plus facile de comprendre chaque point de vue
et d’expliquer les interactions sans qu’il y ait de non-dit ou d’éléments conflictuels.

Le mémoire est présenté sous la forme d’une analyse urbanistique. Chaque point de
ce mémoire reprend les étapes de la mise en place de l’opération. Ce travail ne se veut pas
d’être une description de la théorie puis de la pratique mais leur confrontation en continue
suivant chaque étape de l’élaboration du projet urbain en étudiant une étude de cas.

Ainsi, l’analyse de cette opération s’est fait suivant sept grandes étapes,
fondamentales dans tous les processus de développement urbain en France.

Les deux premières parties expliqueront comment ce projet urbain a vu le jour, et


quels sont les conditions qui ont amené à agir sur cet espace. Ceci passe par une analyse
succincte de l’espace, la contextualisation du pouvoir politique et l’analyse de l’intention
initiale conduisant à développer le projet.

Ensuite, la troisième et quatrième partie sont des analyses détaillées de l’existant en


2001, suivit de la définition, par les concepteurs en concertation avec la collectivité, des
stratégies d’actions et territoriales a mener pour développer cette opération.

La cinquième et sixième partie analyseront les jeux d’acteurs tout au long du


processus de programmation et de conception, comprendre comment ils interagissent,
coopèrent et concrétise l’action. L’analyse de la planification du projet aura ici toute sa place
en répondant aux grands problématiques : quel espace, pour qui, pour quoi et surtout
comment ?

Enfin, sera développé la communication, élément clé du processus de


développement d’un projet urbain. Souvent oubliée lors d’analyses d’opérations
d’aménagements, la communication est au cœur de chaque projet et en est indissociable.
Nous analyserons quelle communication est utilisée pour soumettre le projet à la population
et quelles sont ses limites.

Théorie et pratique s’enrichissent mutuellement. Il est donc nécessaire qu’ils se


confrontent tout au long de ce travail. Cependant, il existe quelquefois un hiatus entre
connaissance et pratique, décalage que le projet essaie de dépasser. 0

7
1 - Présentation générale de la commune

La commune de La Valette du Var est située dans le Var (83), au Sud Est de la
Provence et dans la partie Ouest de la Côte d’Azur. C’est une commune se trouvant dans
une zone d’attrait très élevé, dans le « Sun Belt » français.

1.1 LA VALETTE DANS SON CONTEXTE GENERAL

La Valette du Var est une commune


provençale du Sud-Est varois. Elle est
limitrophe à Toulon coté Ouest. La
commune est insérée dans la communauté
d’agglomération de T.P.M. (Toulon
Provence Méditerranée) qui compte
Ollioules, Sanary, La Seyne sur mer, St
Mandrier, Toulon, Le Revest, La Valette du
Var, La Garde, Le Pradet, Carqueiranne et
Hyères les Palmiers.

La Valette du Var est définie


comme un secteur économique clé de
l’agglomération. En effet elle possède le
Parc Tertiaire Valgora, une des zones
d’activité les plus dynamiques du
département, mais aussi les zones
commerciales des Espaluns, de
Barnéoud et de Grand Var qui forment
la plus grande zone commerciale varoise.

La commune est aussi une zone aux infrastructures routières importante, on peut
notamment y retrouver les deux réseaux de communications suivant :

- une route nationale RN 97, traversant la Valette, venant de Toulon et en direction de


La Farlède.

- l’autoroute A57, traversant la commune d’Ouest en Est d’axe Marseille - Toulon - Nice

8
Il faut aussi noter la présence de l’aéroport international de Toulon – Hyères situé à
10 Km sur la commune de Hyères.

Le maillage de la commune en réseau routier de plus faible taille est aussi important.
En effet outre l’autoroute A57 et la nationale, le territoire de La Valette est composé de
nombreuses voies rayonnantes au centre ville, c’est à dire passant pour une grande majorité
soit par le centre ville soit à moins d’1 Km. Les principales vont vers Le Revest
(contournement Nord de Toulon), vers Toulon (par la Corniche Escartefigue), vers La Garde
et vers le pôle tertiaire, Valgora, et commercial, Grand Var, à l’Est.

La Valette du Var s’étend sur un territoire de 15,5 Km² sur un emplacement physique
délimité par deux grands massifs : le Coudon au Nord (702 m) et le Faron à l’Ouest (584 m).
La limite Sud de la commune avec La Garde est délimitée par une colline, le Thouars, que
seul deux routes de petites tailles traversent.

Le centre de la commune peut être défini comme l’extrême Ouest de la plaine de La


Crau s’étendant sur l’Est et au Nord-Est de la communauté d’agglomération de Toulon
Provence Méditerranée.

Morphologiquement, la commune de La Valette du Var


pouvait être considérée il y a 50 ans comme un village. Au
tournant des années 1960, elle a connu un véritable essor. En
effet, la commune qui possédait jusqu'alors moins de 6000
habitants a évolué de manière significative passant la barre des
10000 habitants en moins de 10 ans. La croissance était près de

9
8% par an, soit 700 personnes de plus chaque année. Ce phénomène de forte croissance
est notamment dû à l'immigration faisant suite à la guerre d'Algérie et l'arrivée des rapatriés
pieds-noirs. Cette immigration est confirmée par la différence entre le solde naturel et le
solde migratoire. Ce premier est assez faible, d'environ 0,5% par an, tandis que le solde
migratoire est très supérieur à la croissance
naturelle avec près de 8% par an entre 1962 et
1968. Dans les années suivantes le pourcentage
est moins élevé mais reste néanmoins important
avec environ 2,5% par an. Ce phénomène de
croissance va perdurer jusqu'au début des
années 80. L'immigration à La Valette a donc été
le principal apport de population entre les années
60 et le début des années 80. Il permet à la commune de passer de 7000 habitants à 18000
en 20 ans.

A partir des années 80, l'immigration vers La Valette baisse considérablement avec
1% par an dans les années 80 puis 0,30% par an dans les années 90. Le solde naturel étant
stable et bas, il n'a que peu d'influence sur l'évolution de la population. De ce fait le nombre
de valettois se stabilise et comptait 21 727 habitants lors du dernier recensement en 1999.

1.2 LA COMMUNE DE LA VALETTE : L’ILLUSTRATION


D’UN PHENOMENE DE CROISSANCE

La période de croissance économique des années 60, la demande de logements et


les besoins en grands équipements, le retour des Français rapatriés d’Algérie, sont autant
d’éléments qui ont contribué à une mutation profonde et rapide. De ce fait, la commune de
La Valette, a connue une très forte immigration, et ne possède plus le continuum traditionnel
naturel de certains villages provençaux. Les familles de valettois d’origine sont rares. Il y a
une forte mobilité des habitants. Comme le montre le graphique de la page suivante, moins
de la moitié des habitants sont nés dans le département, donc une part encore moins
importante dans la commune. Les valettois d’origine sont donc peu nombreux. Le reste de la
part des habitants nés dans le département peuvent être considérés comme des locaux car
ont vécut dans des villes ou villages aux traditions provençales et sont donc plus aptes à
transmettre des valeurs locales.

10
55% des habitants sont nés hors du département. On ne dénombre que 5%
d’habitants nés dans la région Provence Alpes Côtes d’Azur, alors que 30% des personnes
vivant à La valette sont nés dans le reste de la
France.
Lieu de naissance
La commune attire les actifs souhaitant
rejoindre le Sud de la France, mais aussi, les
nés à
retraités voulant à partir d’un certain âge finir l'étranger
nés dans les
DOM-TOM
leur vie au soleil. L’attrait le l’aire toulonnaise nés dans le
département

est donc très fort pour ces catégories nés dans le


reste de la
d’habitant. France métro
nés dans la
région

Le pourcentage restant, environ 17%,


concerne les personnes nées à l’étranger. Ce
fort pourcentage s’explique par le fait que La Valette a accueillit un grand nombre de
rapatriés lors de la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962, qui sont restés dans la commune. Il
concerne un grand nombre de personnes qui ont actuellement entre 45 ans et plus. Dans
quelques années, leur descendance étant née sur place, cette part diminuera
considérablement mais ne disparaîtra pas du fait de l’immigration naturelle existante chaque
année. Ceci peut être expliqué par le graphique suivant où l’on remarque que la part
d’habitants vivant à l’étranger il y a 10 ans
est infime, c’est il y a 30 ans qu’elle était

Lieu de résidence au 01-01-1990 élevée.

Sur ce graphique, on peut remarquer


.France m étro
DOM-TOM
étranger que plus de 40% de la population valettoise
m êm e région
a changé depuis 10 ans. Alors que la
m êm e
départem ent
population a augmenté de 1000 habitants
mêm e com mune

ces 10 dernières années, on peut déduire


qu’en 1999 près de 35% des valettois
étaient arrivés entre 1990 et 1999. Leurs
origines varient avec 64% d’entre eux qui habitaient le même département en 1990, et près
de 30% proviennent du reste de la France.

Cette tendance s’est traduite sur tout le territoire de l’agglomération. Le


développement de l’urbanisation de la Ville de Toulon a largement débordé sur les
communes périphériques, notamment à l’Est où l’activité des grands domaines agricoles
périclite. L’expression de cette croissance s’est effectuée sur le territoire communal par
l’apparition d’une nouvelle forme urbaine, devenue depuis classique, du grand ensemble

11
d’habitat : c’est la ZAC publique de la Coupiane, située en marge du centre traditionnel, au-
delà de l’autoroute A 57, au Sud.

La demande s’oriente ensuite vers les secteurs offrants des potentialités d’accueil : la
plaine en direction de Hyères (le long des voies à grand trafic), avec ses grandes surfaces
de commerces et d’entrepôts, et ses équipements d’agglomération (Centre Universitaire).

Cependant, cette croissance rapide n’a pas toujours permis d’assurer un


aménagement complet et cohérent du territoire communal.

1.3 UNE MOSAÏQUE DE QUARTIERS SPECIALISES

Ce processus de croissance est à l’origine d’une commune éclatée. Il a donné lieu à


une série d’opérations ponctuelles mises en œuvre au grès des opportunités foncières
(grandes propriétés essentiellement vinicoles de 5 à 10 ha en moyenne). Ces opérations
s’inscrivent dans une trame viaire qui va progressivement se structurer et se renforcer.

C’est ainsi que se sont successivement aménagés :

- la ZAC de la Coupiane, sur 115ha initialement

- les flancs du Coudon, quartier de Bouttuen, les Moulieres et la calabro

- le centre universitaire (lotissement de l’université) à l’extrémité du territoire communal


à cheval sur la commune de la Garde, en matière de grands équipements,

- la SCI des Espaluns, les lotissements de Sainte Claire, les Castels, la zone artisanale
en matière d’activités industrielles et commerciales.

Ces secteurs juxtaposent dans l’espace des fonctions spécifiques d’habitat, d’activités,
d’enseignements….

1.4 DES ACTIONS ENGAGEE


ENGAGEES MAIS SECTORIELLES

Malgré l’ampleur du phénomène, la nouvelle équipe municipale, à la fin des années


70, consciente des difficultés fonctionnelles d’une urbanisation de ce type, est amenée à
intervenir mais au coup par coup. Le périmètre de l’opération de la Coupiane est ramené à
72ha (115 initialement) permettant de sauvegarder les hauteurs boisées de la colline du

12
Thouar au Sud, et de favoriser à l’Est une osmose entre habitat et activités (lotissement de
Sainte-Claire). Prévue pour 5000 logements, l’opération fait l’objet d’un réexamen qui réduit
le programme à 2650 logements ainsi que les équipements afférents et un effort est
entrepris pour diminuer la densité d’occupation du sol.

Dans le même temps, les élus doivent faire face aux besoins d’équipements des
autres quartiers (les moulières…) et aux problèmes posés par les infrastructures
d’agglomération (construction de l’autoroute A 57 dans un tissu pavillonnaire ancien, voie de
contournement du Faron, route du Thouar….).

Les terrains encore disponibles entre l’autoroute et la RN98, derniers grands espaces
disponible de la commune, qu’il serait dommage d’occuper trop rapidement par des
implantations banales, ont fait l’objet, dans le cadre du POS, d’un classement en zone
d’urbanisation ultérieure.

Ce souci de reprendre la maîtrise des évolutions s’accompagne d’une politique


d’équipements, favorisée par les premières retombées financières, en matière scolaire et
sportive notamment pour répondre aux besoins des résidents.

Ces actions nombreuses et variées, d’aménagement et d’équipement (terrain


Boschetti à la Coupiane, terrain Bottero pour le CES H.Bosco….) demeurent néanmoins
sectorielles. Compte tenu des mécanismes antérieurs, l’approche de l’aménagement du
territoire communal s’effectue au regard de chacun des quartiers : les Espaluns, la
Coupiane, les Craux, Baudouvin…. et a omis, jusqu’aux années 90, les aspects
d’articulations entre les quartiers entre eux et le centre ville.

1.5 LES CENTRES : LA PREOCCUPATION D’UNE


APPROCHE NOUVELLE

Les deux centres, centre-ville et centre de quartier, sont l’objet de préoccupations de


la part des Elus depuis peu, bien qu’animés de motivations différentes.

Le centre traditionnel, le village, a toujours été l’objet d’attentions particulières mais


jusqu’au début des années 2000 insuffisantes pour éviter une perte de substance
(économique et résidentielle).

13
L’occupation du territoire a atteint, à peu de chose près, ses limites et l’effort des Elus
s’oriente plus volontiers vers les aspects qualitatifs du fonctionnement guidé, en autre chose,
par un souci d’économie et de meilleure efficacité. Cette préoccupation rejoint des
changements de comportement des usagers à l’égard des équipements de périphérie d’une
part et de l’intérêt de l’ambiance des centres d’autres part lorsque l’accès n’est pas dissuasif.

L’inadaptation du centre-ville, l’absence d’actions promotionnelles, le laisser faire


portent en germe le risque d’une dégradation lente du tissu économique et social, que
l’incertitude du contexte général pourrait accélérer.

Les besoins sont connus, les difficultés se remarquent mais un potentiel est présent.
Une volonté forte par la nouvelle municipalité peut résoudre, au moins en partie, cette
séparation des territoires au sein de la commune. Une mobilisation des élus est
indispensable, et l’action sur le territoire devient nécessaire.

14
2 – Intention initiale

Dans tout projet d’aménagement, de rénovation, de réhabilitation etc, se trouve


toujours un point de départ. Une base sur laquelle tout va s’élever, une action ou une
intention qui fait émerger puis très souvent réaliser une opération urbaine. Il est donc
important de connaître pour chaque projet comment il a émergé avant de se lancer dans une
analyse détaillée.

Pour illustrer la notion d’ « intention initiale » nous pouvons reprendre la définition


introductive à ce mémoire : un projet urbain est « plutôt l’idée du maire que de l’urbaniste ».
L’étendue de cette définition est cependant à relativiser. Cette citation est une vérité dans un
sens, mais incorrecte d’un autre point de vue. Tout dépend de la conception que l’on a de
« l’idée ».

Dans le sens dont parle C-N. Douady, l’idée, c’est l’ambition, la volonté, le désir de
lancer et réaliser quelque chose. C’est donc bien le maire qui a « l’idée ».

Dans un sens divergent, pour ne pas rester dans une vision unilatérale, si l’on
prétend que le terme « l’urbaniste » illustre l’idée qu’il regroupe d’autres acteurs non public,
on peut alors penser que l’idée émerge d’abord des acteurs privés. De plus, si l’on prend la
réflexion encore sous un autre angle, on peut dire que c’est l’urbaniste qui donne bien
souvent les idées clés d’un projet et non pas le maire. Ce dernier n’est que l’organisateur
ou/et le décideur.

Cela est sans compter sur les promoteurs ou acteurs économiques qui font pression
vers les élus compétents et influents pour inciter à développer une idée, leur idée. C’est
ensuite la maire qui lance le processus, mais l’idée initiale n’est pas de lui.

Tout est donc relatif à l’interprétation des mots et des sens. Pour revenir à notre
étude de cas, initialement, le projet cœur de ville est un dessein politique qui tient à cœur à
la première adjointe de la commune de La Valette à la fin des années 90 et au tout début
des années 2000, Christiane Hummel.

Il est cependant important de réinscrire cette intention dans un contexte politique plus
large.

15
Depuis 1989, les municipalités valettoises s’inscrivent dans une continuité, sans
ruptures ni de grands changements au sein du personnel. Cette continuité permet de mener
à biens des politiques sur le long terme avec des actions conduites sur plusieurs mandats.
En effet, le Maire, Jacques Roux, du parti RPR a mené une politique importante sur le
territoire en matière d’aménagement et de développement du territoire.

Lors du mandat de 1989, la commune a réalisé un grand parc résidentiel dans le


domaine de Baudouvin au Nord de la Commune en créant une grande offre de logements
individuels et plusieurs immeubles collectifs. Ensuite, lors du mandat de 1995, il y a eu le
lancement d’un grand projet de création d’un parc tertiaire nommé « Valgora » terminé en
2006. Ce parc est une réussite économique et devient un des pôles tertiaires les plus
importants dans le Var avec un pôle médical et l’implantation d’IKEA.

A la suite de cela, le maire sortant laisse candidater la première adjointe à sa place


lors des élections en 2001. C’est à partir de ce moment, suite à l’élection de Christiane
Hummel au poste de maire de la ville, que le projet du cœur de ville s’est lancé. En effet, Le
maire nouvellement élue a basé une grande partie de sa campagne sur le projet cœur de
ville, en le faisant même un projet de double mandat.

Son thème de mandat est « la qualité de vie dans tous les domaines » avec pour
objectif :

- La propreté

- La qualité de l’habitat

- Ramener la vie au centre ville

C’est la réponse à l’enjeu de redonner un cachet positif au centre ville

L’ambition est d’offrir le centre ancien à ses habitants et non plus aux voitures, de
redonner vie aux commerces et aux différentes activités. Il y a également « le besoin de faire
une ville en famille où l’on se sent bien pour toutes les couches sociales ».

Pour cela Christiane Hummel, a choisit une politique de continuité dans le personnel de
la mairie en conservant de nombreux adjoints et conseillers municipaux.

16
1989-1995 1995-2001 2001-2008

Maire Roux Jacques Roux Jacques Hummel Christiane

1er adjoint Paul Pierre Hummel Christiane Galli Pierre-Louis

2e adjoint Adde Jean Galli Pierre-Louis Weingaertner Jean

3e adjoint Hummel Christiane Paul Pierre Bourgeois Isabelle

4e adjoint Pellegri Michel Giglione Eugène Albertini Thierry

5e adjoint Stéphanini Roger Mariotti Alphonse Graciano Jean-Claude

6e adjoint Mariotti Alphonse Attard Georges Tmim Roland

7e adjoint Weingaertner Jean Weingaertner Jean Navarin Martine

8e adjoint Laemmel Sylviane Bourgeois Isabelle Noiré Alain

9e adjoint Attard Georges Reynier Louis Laemmel Sylviane

10e adjoint Talamoni Ange Graciano Jean-Claude Couture Jacques

Conseiller municipaux

Albertini Thierry Albertini Thierry

Bourgeois Isabelle Noiré Alain

Galli Pierre-Louis Navarin Martine

Graciano Jean-Claude Tmim Roland

(en bleu la présence des élus actuels dans les anciennes municipalités)

Comme le montre le tableau précédent, le contexte politique ne connait pas de rupture.


Christiane Hummel était une élue de la commune depuis 20 ans avant d’être élue maire. Elle
a donc connu et suivit toutes les opérations de la commune avec les réussites du quartier de
Baudouvin et du parc tertiaire de Valgora mais aussi des opérations concernant le centre
ville. En effet, lors du mandat de 1989, la municipalité a construit un parking souterrain
gratuit de 350 places au centre ville pour le redynamiser et attirer de la clientèle. Cependant
il n’y a pas eu l’effet escompté, le parking a été un échec pour la politique souhaitant être
mise en place. Le maire connait donc très bien les difficultés de sa commune. Les élus
actuels sont également dans une position similaire à Mme Hummel. Le tableau précédent
montre très bien la continuité municipale sur plus de 15 ans. En effet 3 adjoints et 4

17
conseillers municipaux du mandat de 1989 sont adjoints en 2001, puis, 5 des adjoints et 4
conseillers municipaux du mandat de 1995 sont adjoints actuellement. ; soit 7 puis 9 des
élus des municipalités précédentes sont adjoints aujourd’hui.

La réalité du terrain est cependant légèrement différente de la réalité statistique. Les


élus, bien que pour de nombreux font figure d’ « anciens », ne sont pas en parfait accord
avec le maire. Ses ambitions sont jugées trop rapides voire trop excessives. La maire n’est
pas soutenue par ses élus. Ces derniers ont en effet un avis divergent. Mise à part la rapidité
de la volonté d’action de C. Hummel, les élus ont peur du nouveau, peur de bouleverser un
centre ville, peur de la réaction des habitants et des usagers. Une confrontation avec ces
derniers apeure les élus fraichement élus et postés dans la nouvelle hiérarchie de la mairie.
Bien qu’ils connaissent bien la commune, les problèmes et les difficultés d’une telle
démarche n’est pour eux pas d’actualité.

C. Hummel par sa volonté et sa détermination se lance presque seule dans son rêve
d’une Valette nouvelle. Elle lance l’idée sans demander l’avis à aucun adjoint qui trouve le
moment inopportun pour se lancer dans de telles démarches. Son statut, son pouvoir et son
expérience lui permettent de lancer les premières idées, prémisse du projet de ville, en
réponse à ses promesses électorales.

Sans rupture de personnel et avec un projet de rénovation du centre ville, le nouveau


maire de La Valette du Var lance immédiatement suite à son élection le projet
d’embellissement du centre ville ancien. Bien qu’il y ait une grande peur du côté des adjoints
et directeurs des services, l’idée démarre au moi d’avril 2001, soit un mois après les
élections municipales.

18
3 – Diagnostic

Cette partie « Diagnostic » de ce mémoire ne sera pas une analyse détaillée de la


commune, mais une description précise du secteur analysé, le centre ville. Ceci permet
d’obtenir une connaissance du site, de ses caractéristiques, des usages que l’on y fait, des
points forts et points négatifs... Ce diagnostic, bien que réalisé en 2007, sera une description
du centre ville de 2001, lors du démarrage des études.

3.1 CONTEXTE URBAIN DU CENTRE VILLE

Connaître l’emplacement du site d’étude c’est comprendre sa situation, son contexte.


Comment anticiper les besoins futurs ainsi que les enjeux sans avoir pris connaissance du
contexte actuel ?
Il est donc indispensable de définir cela dès maintenant.

A - Bref historique de la structuration du


territoire

Tout d’abord il est intéressant de comprendre comment la commune s’est structurée.

Le noyau ancien du village provençal date du 18e-19e siècle avec un tissu plus ancien
autour de l’église. Il est composé d’un axe viaire principal, l’avenue Char Verdun
d’orientation Est-Ouest, de nombreuses rues tortueuses et plusieurs places et placettes
desservies par de petites ruelles.

Le village a ensuite connu un développement pavillonnaire important en 1950-1960 à


sa proximité immédiate ainsi que collectif au Sud et à la limite Ouest avec Toulon. Le
quartier de grands ensembles de la Coupiane a été construit au début des années 1970.

Un élément important a bouleversé l’image de la commune, la construction


l’autoroute A 57 à la fin des années 70 qui a coupé la commune en deux. Dans le même
temps, à l’Est du territoire, la commune a développé deux pôles commerciaux, Barnéoud et
Grand Var.

C’est à partir de ce moment que le centre a connu un déclin. Le fort développement


de l’agglomération et l’absence de liaison entre le centre ancien et la périphérie lui ont été
très néfaste.

19
B - le site d’étude : le centre ville

Le site de notre étude est le centre ville de la commune. Il est localisé au Sud-Ouest
du territoire communal à quelques centaines de mètres de la limite administrative avec
Toulon. Le centre ville se situe entre les flancs Est du Faron et l’Autoroute A 57.

C - Caractéristique du physique bâti

Le village provençal peut être décrit comme traditionnel. Les immeubles du centre
ville ont gardés leurs anciennes caractéristiques. Les îlots sont assez petits avec 10 à 30
immeubles chacun avec un Coefficient d’Occupation des Sols (COS) moyen de 2,5 environ.
Comme le montre la photo ci-contre, de très nombreux bâtiments
n’ont qu’une seule façade éclairée (3 mitoyens aveugles). Les
constructions sont traditionnelles avec un niveau R+2 ou R+3
maximum pour la plus part des maisons.

Les maisons sont modestes en moellons enduits, des


planchers bois, tomettes, une toiture en tuiles rondes avec des
génoises. Il n’y a peu de balcons et les cages d’escaliers sont
étroites comme dans toutes les maisons de village de la région.
Les logements sont petits et leur nombre varie d’un à quatre par
maison.

20
D - L’image du village provençal
provençal

La situation du village vis-à-vis du territoire communal ainsi que des différents


quartiers des communes environnantes font du centre ville une zone d’attrait avec un
potentiel de fréquentation élevé. Cependant, la perception du centre ville est mauvaise. Il
dégage une mauvaise impression. Comme le montre la photo suivante, le centre est vétuste,
de nombreux bâtiments sont anciens, dégradés,
grisonnant et très peu entretenus. Ci-contre, au
croisement des deux principales rues, la tour du
Barri Fondu en est l’exemple type. C’est un
bâtiment très ancien construit sur une section de
rempart en plein cœur de ville. Il dégage une
très mauvaise image du centre.

Les voiries et les espaces publics sont


aussi peu valorisants pour l’image d’un centre
provençal. Les élus au début des années 2000 sont conscients que le centre ancien n’a pas
connu de véritable transformation depuis près d’un siècle. De nombreux travaux de voirie ont
été réalisés au fur et à mesure du XXe siècle pour rendre accessible à tous le centre ville et
notamment aux voitures en leur accordant une place importante avec de nombreux parkings
le long des trottoirs. Mais aucune démarche n’a porté sur l’embellissement du centre ancien.
Il n’y a eut que des « retouches », des réparations.

Quant aux commerçants, ils ne sont pas du tout mis en valeur. Les trottoirs
parcourant le centre ont des largeurs inférieures à 1 m dans des secteurs « vivants ». Les
espaces publics, comme les petites places, sont dévalorisés. La seconde photo ci-dessous
le prouve. Cette place, la place de la convention, est traversée en diagonale par une voie
supprimant tout espace convivial offert par le grand platane donnant un espace ombragé
l’été et quelques commerces apportant de la vie sur cet espace.

21
E – Un centre fragile
fragile

Il apparaît, au travers de ces propos, que le centre ville, le village, n’organise autour
de lui qu’une petite partie du territoire communal.

S’il assume la fonction décisionnelle et administrative, il est fortement concurrencé en


matière d’attraction commerciale et d’animation ludique. L’exploitation de ses potentialités, la
mise en œuvre d’une politique de développement se heurte à une série de handicaps
structurels ou fonctionnels.

L’absence d’extensibilité

Le Centre, on l’a vu, associe différentes trames urbaines imbriquées et organisées


autour d’un réseau viaire au Sud et à l’Est et d’un espace central, la place Charles de Gaulle.
Les tissus les plus récents n’offrent aucune possibilité de transformation importante à terme
(collectifs et pavillonnaire). Le centre ville est ceinturé d’un espace bâti en pleine
transformation avec lequel il n’entretient pas de relations structurelles faute d’ouverture et de
continuité de cheminement (quartier Sainte Cécile, les Horts….) mais constitue une aire de
clientèle pour le centre.

Le tissu ancien, le village, dont la superficie est modeste ne présente pas un état de
dégradation qui justifie des opérations de restructuration/rénovation importantes. A
l’exception de points de dégradation bien circonscrits, non bâtis ou vétustes, propices à une
amélioration de structure, la partie active du centre ne peut guère permettre de
transformations significatives.

Le renforcement du centre ville devra donc être recherché dans le cadre existant par :

- l’utilisation optimale des espaces demeurés non bâtis,

- la valorisation des volumes et des surfaces libérables ou mutables (place Charles de


Gaulle, groupe scolaire Ferry/Villon, s’il faisait l’objet d’une contraction)

- L’articulation et l’intégration des secteurs urbanisés contigus capables de donner une


assiette plus vaste à l’espace central.

22
Le défaut d’accessibilité et de stationnement

Les activités commerciales et administratives principales (mairie, police, Poste….)


s’intègrent dans le noyau ancien qui ne permet pas une accessibilité rapide. L’axe principal,
l’avenue Char Verdun, est aussi le plus commerçant et le plus recherché des piétons. Cette
situation de la vie économique est de plus en plus en contradiction avec la recherche d’un
niveau de confort et de sécurité recherché par les consommateurs. Cet espace est d’une
qualité médiocre sans préoccupation de mise en valeur des lieux pittoresques et dont
l’accessibilité est assez difficile.

Le Centre est ceinturé par un système de voirie efficace, avenue Docteur


Trémollières, Général Leclerc, Brossolette, Péri, qui allie efficacité et caractère urbain jamais
ne répond en rien aux problématiques du centre ancien.

C’est un village voiture où les personnes extérieures viennent avec leurs véhicules,
se garent en double file ou sur un trottoir le temps d’acheter le plus rapidement possible une
baguette ou un paquet de cigarette par exemple et repartent. C’est la mentalité de l’usage
d’un village vu par un automobiliste alors que la commune veut être urbaine.

De plus le village possède de nombreuses qualités mais ne sont pas mises en valeur.
Le déclin du centre ville va de pair avec le défaut des interventions publiques.

23
3.2 LA REALITE SOCIALE DU CENTRE VILLE

Le volet « humain » du diagnostic est l’un des plus important. En effet, un projet de
réaménagement d’un espace est voué à changer les habitudes des usagers, mettre en
valeur des espaces publics et privés…, tout ceci en étroite relation avec la population.
Comment penser un projet sans connaître les besoins matériels et immatériels réels d’un
quartier ? Après réalisation du projet, ce sont les usagers qui fréquentent, qui vivent, qui
consomment le projet, ce sont donc eux les juges au quotidien et non pas les plans. C’est
pour cela qu’un diagnostic sur la population est indispensable de nos jours.

Dans ce volet du diagnostic nous développerons la perception et l’utilisation du centre


ville par les habitants puis les usagers.

Cette analyse s’est voulue être fine et près du terrain, de ce fait, les ressources sont
essentiellement tirées d’une analyse sociale grâce à des entretiens téléphoniques. Il faut
noter qu’il n’y a pas eut de difficultés pour obtenir du temps de la part des personnes
interrogées. En effet, pour obtenir 30 entretiens téléphoniques répondant aux questions, il y
a eut seulement besoin de 40 appels. Chaque personne répondant et connaissant le sujet
traité, le cœur de ville, se sent concerné et répond plus facilement aux questions posées.
Cependant il faut bien noter que le questionnaire concernait des sentiments « avant
travaux ».

A - Les habitants du centre ville

Pour l’étude, 30 habitants du centre villes ont été concertés par le biais d’appels
téléphoniques. Ces habitants ont été choisis au hasard pour seul critère d’habiter dans une
des rues en plein cœur du centre ville. Cependant, les zones d’appels ont été diversifiées
pour obtenir des avis de personnes sur les zones passantes et de personnes sur les rues
parallèles avec par exemple l’avenue Char Verdun, la rue Danton, la rue de la République et
la rue Martini d’Orves.

Les personnes interrogées sont majoritairement des femmes vivant seules ou en


couple, et un pourcentage de plus de 40% de retraités. Ceci donne un aperçu de la typologie
des habitants du centre ville sans pour autant qu’il soit réellement exhaustif.

24
Vivre au centre ville

Le centre ville accueille une population assez importante de personnes célibataires,


âgées ou en couple. Leurs besoins sont différents des besoins engendrés par la vie d’une
famille entière bien qu’ils soient assez spécifiques. En effet, les demandes de ce type de
population sont souvent plus tournées vers une tendance de qualité. Le centre ville est pour
eux l’endroit de consommation idéale et notamment pour les personnes âgées. C’est dans
les centres villes que se situent tous les artisans que l’on ne retrouve que très rarement dans
les galeries commerciales des centres commerciaux. On peut prendre plusieurs exemples
illustrant la spécificité de certains commerces : « les caves de France », vendeur de
nombreuses bouteilles d’alcool venant de toute la France, une cordonnerie, une droguerie,
une poterie, un tapissier… Autant de commerces qui font la force du centre ville.

Ce sont ces commerces que recherchent les habitants.

Lors des entretiens, une des phrases revenant quasi systématiquement est « un bon
centre ville est un centre où l’on peut tout trouver sans avoir besoin d’aller voir ailleurs ».

Quand on vit dans le centre ville, on fait de ce le lieu une zone de consommation
ayant une part beaucoup plus importante que pour n’importe quel habitant de la commune.
La proximité des commerces joue un rôle déterminant dans cette démarche.

Comme le montre le graphique ci-


Dépense moyenne annuelle par
personne (en Francs) contre issu d’une étude sur la
1
consommation , la dépense des habitants du
centre ville est quasiment double vis-à-vis du

8300 reste de la population. En effet, entre les


4800 habitants et les actifs du reste de la
commune, la différence est marquée. Un
Habitants habitant dépense environ 8300F dans les
Actifs
commerces du centre ville contre 4800F pour
les actifs extérieurs. Les pratiques de consommation varient en fonction de l’usage dont on
fait du centre ville. Habiter, c’est pouvoir consommer à proximité. Tandis que les
déplacements des habitants extérieurs pour consommer sont optimisés avec une fréquence
assez faible. Personne ne veut parcourir chaque jour plusieurs kilomètres en voiture pour
effectuer de petits achats. Les habitants extérieurs au centre préfèrent parcourir ces

1
BOILLAT Patrick, Mobilité et consommation : le cas du centre-ville, édition Observatoire Universitaire
de la Mobilité, Université de Genève, 2002, Genève, 44p.

25
kilomètres une fois par semaine dans un lieu facile d’accès avec tout à disposition tel les
grands centres commerciaux où l’on peut tout trouver et dans un même lieu.

Suite à l’entretien des 30 habitants du centre ville, il en est ressorti une fréquence de
consommation importante. En effet, en vivant au centre ville, les habitudes sont différentes
d’un habitant moyen d’une commune. En effet, la consommation classique d’un français est
de réaliser des achats environ 2 à 3 fois par semaine avec 2 achats de petites importances
tel le pain et le journal ainsi que les gros achats hebdomadaire du « samedi après-midi », qui
sont les courses en supermarchés pour toute la semaine.

Les habitants du centre ville procèdent


Consommation en centre ville
différemment. Dans un premier temps,
comme le montre le graphique ci–contre, 60%
30% des habitants consomment 2 à 3 fois 50%
40%
dans le centre ville par semaine en plus de 30%
20%
leur « grosse course » de la semaine. Cette 10%
fréquence prouve une habitude de 0%
1 fois ou 2 à 3 fois plus de 4 fois
consommation importante. moins

Fréquence par semaine


Mais surtout, 60% de la population
affirme qu’ils consomment plus de 4 fois par semaine soit une consommation quasi-
quotidienne. La proximité et la rapidité d’accès aux commerces leur permet de consommer
des produit frais, et étant donné qu’il leur est possible de les obtenir en seulement quelques
minutes, consommer en centre ville n’est pour les habitants pas une contrainte.

Du point de vue de la vie au quotidien en centre ville, on peut repérer deux groupes
d’habitants différents : les habitants des lieux de vie et les habitants des lieux calmes.

Comme le montre le
schéma du centre ville ci-contre,
certaines rues du centre ville
concentrent la fréquentation. En
effet, l’avenue Char Verdun, qui est
l’axe principal du centre, est le lieu
où se localise le plus de
commerces et donc de
consommateurs. Mais aussi c’est

26
l’axe le plus rapide pour traverser la ville car ne possède pas de feux rouges et est un axe
prioritaire. C’est donc une rue très passante et bruyante. Il en est de même pour l’avenue
Léon Guérin, grand axe au sein du centre, mais aussi l’avenue Trémolières et Aristide Briant
à l’Est qui sont les deux grands axes contournant le centre ville où circulent notamment les
bus.

Les trois grandes places de la ville concentrent aussi beaucoup de fréquentation. Sur
la place de Gaulle se retrouve la sortie des écoles chaque jours, le marché tous les lundis
ainsi que les grands évènements de La Valette. Sur la place Carnot, on retrouve toute la vie
d’un centre de village avec les bars, les commerces et quelques vendeurs de fruits et
légumes tous les matins. Et sur la place Jean Jaurès, se déroule tous les jours des parties
de pétanques entourées du cercle des boulistes et de plusieurs commerces, ainsi que le
passage de deux grandes voies de circulation en direction de Toulon.

Toutes ces zones fortement fréquentées donnent une image, aux habitants ayant les
logements donnant sur celles-ci, plus négatives que celle des autres habitants. En effet, ces
habitants ont cette ambiance de bruit, plus ou moins agréable, au quotidien, et le charme
que peut avoir un vendeur à la criée n’est pour eux plus qu’un « brailleur ». Cependant ce
n’est pas l’avis de la totalité des habitants, mais d’une majorité. Ces habitants revendiquent
plus de calme au sein du centre ville car ils subissent le bruit.

Les autres habitants du centre ville peuvent être considérés comme « épargnés ». Ils
bénéficient des avantages du centre ville sans en avoir les contraintes. En effet, le cœur de
La Valette possède de nombreuses ruelles où seuls les habitants y accèdent en voiture car
les usagers de l’extérieur n’ont aucun intérêt à y venir en voiture. Ces rues accessibles mais
peu fréquentées peuvent être qualifiées comme tranquilles et agréables à vivre. De ce fait,
toutes ces personnes y habitant sont pour un développement des manifestations en centre
ville contrairement aux habitants des grands axes.

La densité du bâti permet donc très rapidement de passer d’une zone bruyante à une
zone calme en quelques mètres. Le graphique précédent le montre, une grande partie du
centre ville est considéré comme calme car dès que l’on sort des axes principaux, la
fréquentation est faible et l’ambiance tranquille.

27
la perception de l’environnement immédiat

Les habitants perçoivent leur contexte urbain, avant le projet, d’une manière assez
positive. Leurs habitudes et l’utilisation y sont pour beaucoup. Le fait d’habiter à un endroit
permet de se faire des relations, des contacts, de s’imprégner d’une ambiance…. De ce fait,
un habitant idéalise toujours légèrement son environnement.

On peut prendre pour exemple une personne assez jeune fréquentant une zone
« vide » de constructions et d’aménagement en ville, comme une petite place même en
mauvais état et dégradée. Cette place peut devenir un des lieux préférés de l’individu s’il y
rattache un évènement. En effet, si cette place est le lieu de rencontre des jeunes, ils
voudront y retourner le plus souvent possible quoiqu’il en soit de l’état du site. La qualité et le
contexte du site (par exemple entouré de conteneurs de poubelles), passe après son usage.
L’individu a remplacé l’image d’une zone dégradée lors de sa première visualisation, par le
lieu de rencontre de ses amis. On passe donc d’une image négative à une image de lieu de
« divertissement ».

On peut aussi prendre un exemple pour une personne âgée, l’analyse sera du même
ordre. Cette personne possède des besoins et des contraintes. Si elle a des difficultés pour
marcher, elle va chercher un banc pour se reposer. Cet objet va devenir pour elle quelque
chose d’indispensable et duquel elle ne peut plus se passer. De ce fait, un banc même en
mauvais état et mal situé sera, pour une personne âgée, un point fort du centre.

Donc pour un habitant, la perception de l’environnement est relative à l’image qu’il


s’en fait et à son utilisation.

Un second élément majeur de perception résulte des repères ainsi que des
habitudes. En effet, lorsque l’on demande à la population du centre ville comment était le
centre ville avant les travaux, les réponses diffèrent. On peut cependant regrouper tous les
avis en deux grandes catégories : les « nostalgiques » et les « visionneurs ».

Ces deux populations se valent en terme quantitatif.

Les nostalgiques sont souvent des personnes retraitées ayant des habitudes
quotidiennes et tout le long de l’année en centre ville de La Valette. Le retraité valettois va
dans « son » commerce de proximité, avec « son » trajet pour y accéder, réalise ses
distractions toujours au même endroit et avec ses habitudes de tous les jours.

De ce fait, le moindre changement dans ses habitudes est mal perçu. Changer un
accès ou déplacer une activité est pour cette personne un bouleversement et une forte
source de mécontentement. Ces personnes ne veulent rien changer, et, ayant trouvé une

28
stabilité dans leur quotidien, ne recherchent pas autre chose. Ces « nostalgiques » préfèrent
souvent ce qui existait avant et toute modification est néfaste pour La Valette.

Les visionneurs sont en quelque sorte l’inverse des nostalgiques. Ils voient l’état
actuel des sites et veulent aller de l’avant pour obtenir un changement. Un projet de réfection
de voirie, de trottoir, d’ambiance est bien perçu. Un grand nombre de ces personnes ont
affirmé lors d’entretien que le centre ville avant le projet était « vieillot » et ne correspond
plus à la demande des populations actuelles. Certains font même remarquer que c’est le
seul centre ville de l’agglomération toulonnaise qui n’a pas encore réalisé de réhabilitation ou
rénovation. Le centre ville est vieillissant. Ces personnes ne sont pas moins attachées au
centre ville que les autres, mais constatent les réels problèmes du quotidien dont l’usage
peut agacer. Il y a le besoin de changement. Leur environnement ne leur convient plus.

B - Les usagers du centre ville

Les usagers du centre ville sont pour une grande majorité des consommateurs. En
effet, les personnes venant au centre ville pour réaliser une activité, pour une association ou
dans les services publics sont proportionnellement peu nombreuses.

Le centre ville, comme


chaque centre économique,
possède une aire de chalandise.
C’est la zone géographique d’où
provient l’essentiel de ses clients,
potentiels ou réels. Le contour de
cette zone est influencé par la
distance et le temps d'accès. Le
graphique ci-contre montre une
aire approximative d’attirance de
consommateurs vers le centre ville de la Valette. Ce schéma est réalisé sans prendre en
compte les grands centres commerciaux et comptabilise seulement les consommateurs qui
vont aux commerces et services dits de proximité. On peut cependant noter que les autres
pôles d’attrait sont La Garde et Toulon avec St Jean du Var. Ces pôles attirent autant que la
Valette car ils possèdent les mêmes services et commerces dans une proportion similaire
voire supérieure. D’autres pôles comme Le Revest et La Farlède entourent aussi La Valette
mais leur importance est moindre du fait d’être une polarité plus faible.

29
Fréquenter le centre ville

Fréquenter le centre ville, c’est pouvoir l’apprécier sans en avoir les inconvénients.
En effet ce sont ceux qui connaissent les services et commerces disponibles qui viennent.
Les gens de passage, les touristes, et autres personnes qui n’habitent pas dans la zone de
chalandise viennent rarement consommer dans le centre ville. C’est un centre ville de
quartier plus qu’un centre ville d’agglomération.

Il y a deux types de fréquentation du centre ville. La première concerne les personnes


habitant à moins d’un kilomètre qui viennent à pied. Elles s’approprient plus le centre,
prennent le temps d’apprécier le centre, les rues parallèles, les petites ruelles… vivent le
village lorsqu’elles vont consommer. Ces personnes affirment plus facilement que c’est
« leur » centre ville.

La seconde possibilité concerne les personnes habitant souvent à plus d’un kilomètre
qui consomment dans le centre avec la voiture. En effet, soit elles passent en voiture et
consomment peu en faisant des stationnements sauvages pour faire des achats très rapides,
soit elles se garent dans le parking souterrain du centre ville et pénètrent dans le cœur de
ville toujours par le même accès et consomment dans un rayon proche du parking.

Ce dernier type de fréquentation par la voiture est plébiscité par le parking. En effet
sa gratuité incite les consommateurs à utiliser leurs véhicules pour accéder au centre ville.
De ce fait, ceci améliore la fréquentation des commerces à proximité au dépend des autres
commerces similaires situés une centaine de mètre plus loin et produit donc un déséquilibre
de fréquentation au sein du cœur de ville.

Une perception exterieure

La perception du centre ville par les habitants extérieurs n’est pas positive. En effet
les entrées du village ne sont pas esthétiques et plutôt dégradées. Les façades sont vieilles,
d’un ton assez foncé et sale ce qui renvoi à chaque passage des visiteurs une mauvaise
image. A l’intérieur du cœur de ville, les façades sont aussi dégradées tout comme les
devantures des commerces qui, pour une partie d’entre elles, date des années 70 avec une
typologie typique de ces années là comme des mosaïques bleus pour la poissonnerie etc…

Ce n’est pas l’image renvoyée par le centre ville qui attire la clientèle, au contraire,
elle est ″répulsive″. C’est la proximité qui séduit les consommateurs.

30
3.3 CONTEXTE ECONOMIQUE DU CENTRE VILLE

Connaître la vie économie d’un quartier c’est connaître de nombreux paramètres. En


effet la vie économique attire les consommateurs, amène des véhicules et engendre des
stationnements et des nuisances. Il est donc important d’analyser le contexte économique
pour pouvoir ensuite répondre au mieux aux besoins du quartier.

A - La typologie commerciale valettoise 2

Le centre ville de La Valette du Var regroupe plus de 200 commerces et services.

Leur localisation est concentrée le long des principales voies de communication. On peut
dénombrer près de 85 commerces le long de l’avenue Char Verdun, l’axe principal qui
traverse le centre ville. Le reste des commerces se localisent sur les voies de desserte de
l’avenue Char Verdun ou les différentes voies permettant de quitter l’avenue. En effet,
l’avenue Léon Guérin, l’avenue Docteur Trémolières et la rue Danton, qui sont les autres

2
Diagnostic basé sur l’analyse de Elisabeth SERAMY réalisé en 2002 pour la SEMEXVAL

31
axes regroupant le plus de commerces, ne concentrent à eux trois que 45 commerces. Ceci
met en avant qu’en dehors de l’axe Verdun, l’attrait commercial est faible.

Il faut aussi noter la faible concentration des commerces autour des deux grandes
places du centre ville, Jean Jaurès et Charles De Gaulle. En effet, les places sont
« bloquées » par les services et les associations. On parle ici de blocage car les services
telles les banques n’attirent pas des consommateurs au sens propre du terme. Les
personnes se rendent uniquement à ces établissements, et ne consomment que peu dans
les commerces de proximité.

Sur la place de Gaulle, les banques et la Poste occupent tout le front commercial
donnant sur tout le coté Nord de la place. Le coté Sud étant les écoles et le coté Est des
habitations, la place ne peut pas jouer un rôle majeur d’attrait vis à vis des commerces. Pour
la place Jaurès, le nombre de commerces est plus important, mais la structuration de la
place en elle-même ne prête que peu à être un point central commercial du fait de sa
ceinture routière la séparant des commerces. Les seuls locaux donnant directement sur la

Place de Gaulle
Place Jaurès

place étaient occupés par l’association du cercle des boulistes. Les places de La Valette ne
servent pas d’éléments fédérateurs comme dans certaines villes où les places structurent le
centre comme à La Garde par exemple, ville voisine.

L’implantation des commerces du centre ville de La Valette est sectorielle. En effet,


en fonction de la typologie du commerce ou du service, certaines zones du centre sont

32
privilégiées. Pour les commerces de détails alimentaires, leur localisation se situe
principalement entre l’Ouest de la place Carnot et la fin de l’avenue Char Verdun au rond
point de Tassigny. On y retrouve 2 boucheries, un poissonnier, 2 petits supermarchés, des
boulangeries…

La restauration rapide et les bars sont quant à eux concentrés au Nord de la Place
Jean Jaurès, avec 3 bars, et en plein cœur de ville, sur la place Carnot, où se situe 4 bars et
une sandwicherie. Cette localisation de ce type d’activité est compréhensible du fait du
besoin d’attractivité et d’ambiance dont demande les consommateurs. C’est pourquoi l’on
retrouve une forte concentration de ce type
d’activité sur les 2 points clés du centre ville.

Les professions médicales sont


regroupées assez fortement dans le secteur
Sud Ouest du centre ville. On y retrouve de
nombreux docteurs, opticien, ophtalmo,
dermatologue… D’autres services médicaux
sont présents dans le reste du centre ville mais
plus ponctuels avec des pharmacies,
docteurs…

Les services et administrations de la commune sont regroupés en un même pôle, au


Nord de la place de Gaulle. On y retrouve, La Poste, la mairie et le CCAS. La mairie et la
poste sont les deux plus grandes « entreprises » du centre ville.

Enfin les commerces de détails non alimentaires sont localisés dans la totalité du
centre ville. Cependant on peut retrouver une concentration plus importante au Sud du
centre ville et au début de l’avenue Char Verdun à la « porte Est » de la ville.

Ancienneté et statut des commerçants

Les commerces de proximité ont toujours existé dans tous les centres villes. Leur
typologie était par le passé toujours la même de génération en génération. Cependant, avec
l’évolution que connaissent actuellement les services et les demandes de la population qui
évoluent, les commerces ont du faire face à ces changements.

33
Au centre ville de La Valette, la moitié des
Ancienneté des commerçants
commerces ont une ancienneté de plus de
10 ans. Dans cette catégorie, on retrouve
Ancienneté -
36% 5ans majoritairement des personnes ayant une
49% Ancienneté -
10 ans
assise familiale depuis plusieurs générations
Ancienneté + ou possédant des commerces réputés dont
15% 10 ans
l’attrait des consommateurs est important.

Le reste des commerces est en


grande mutation. L’évolution logique serait d’avoir 30-35% de changements tous les 10 ans
suite aux départs en retraite et aux changements de localisation de certains commerçants. A
La Valette, la situation est très différente. En effet, on peut remarquer que plus d‘un tiers des
commerces ont changé d’exploitant en moins de 5 ans et 15% entre 5 ou 10 ans.

Cette dynamique est issue d’une situation à la fin des années 90’s et début 2000’s
très stable avec une croissance de 0 à 2% en moyenne du chiffre d’affaire de tous les
commerçants.

Cependant malgré une évolution positive, il y a eut plusieurs fermetures suite aux
retraites des commerçants sans que les commerces ne soient repris. Entre 1997 et 2001, 10
boutiques sont restées vacantes. Ces boutiques aux rideaux fermés sont systématiquement
soumises au petit vandalisme (tag, graffitis…). Ceci crée alors un mal-être auprès des
commerçants et des usagers du centre ville car vendre des produits de qualité juste à coté
d’un commerce abandonné donne une mauvaise image du commerçant en activité. De plus,
la vacance des commerces donne une mauvaise image du centre et fait croire à un site en
déclin. L’effet visuel d’une place se fait par l’activité, l’inactivité attire l’œil.

Par la suite, il y a eut un redynamisme du centre ville grâce à l’A.A.C.I.P. (Association


des Artisans, Commerçants Indépendants et Professions Libérales) et les services de la
mairie pour animer le centre en réalisant des foires, des marchés nocturnes, vides
greniers….

Il y a alors eut un relancement du centre ville, 10 commerces ont été repris en 6 mois.
La Valette depuis 2000 attire et les demandes sont même beaucoup plus importantes que
les offres. Entre 2001 et 2002, tous les commerces vacants ont été repris et de nombreuses
demandes d’installations de commerces ont du être refusées. Actuellement, il y a toujours
des demandes régulières auprès de l’association des commerçants ou auprès de chaque
commerçant de personne voulant racheter des fonds de commerces.

C’est donc dans cette dynamique que de nombreux commerces ont changé
d’exploitants ces 5 dernières années.

34
Cette mutation de typologie est aussi due aux changements des demandes de
consommations. En effet, de nombreux commerces ont pu se développer grâces aux
nouvelles demandes tels les kebabs et pizzerias, nouveaux types de nourriture très à la
mode, ainsi que les commerces de communication (téléphonie, Internet, ordinateur…) etc.

D’un point de vue de gestion


Statuts des commerçants commerciale, le statut des commerçants n’est
commerçants
propriétaire des pas des plus favorable. En effet, seulement
murs et du fonds
6% Commerçants
17% des commerçants sont propriétaire des
6% 17%
propriétaire de fonds
fonds et des murs alors que 71% ne sont
Commerçants
locataires
propriétaire que des fonds. Ceci pose de
nombreux problèmes et conflits entre les
Inconnu

71%
commerçants et les propriétaires des murs. La
qualité des locaux est souvent médiocre au
départ et les loyers souvent trop élevés. Actuellement, la situation financière locative évolue
peu du fait des travaux pour éviter des dépôts de bilan, mais on peut se demander si la fin
des travaux, qui va augmenter la qualité de vie et l’attrait, ne va pas engendrer une hausse
significative du loyer des locaux commerciaux.

Lieu d’habitation des commerçants

Le centre ville de La Valette possède de nombreux commerces. Ces commerces sont en


partie issus de l’héritage de « père en fils » comme dans certains villages. En effet, 20% des
commerçants ont monté un commerce à La Valette car ils sont originaires de la commune, et
une petite partie grâce à un héritage
familial. Lieu d'habitation des commerçants
Extérieur
Il parait intéressant de connaître Plus de 10 10%
Km
l’origine des commerçants pour savoir leur 14%

implication dans la commune. En effet, un


La Valette
commerçant travaillant à La Valette et de 10 Km 55%
6%
vivant à Hyères se sent moins concerné par
Toulon
l’expansion de La Valette, la création de
15%
zones vertes… qu’un commerçant habitant
La Valette qui vit la ville.

Après une analyse et des entretiens, 55% des commerçants habitent La Valette. Cette
part peut être considérée comme normale du fait de la situation de la commune au cœur

35
d’un bloc urbain. Cependant, si l’on réalise un cercle de 10 Km autour de La Valette où la
très grade majorité doivent habiter, on se rend compte qu’un quart des commerçants
parcourent plus de 10 Km pour venir travailler et 40% d’entre eux viennent de plus de 25Km.
Cet éloignement de l’habitat des commerçants et leur lieu de travail peut s’expliquer par la
carence en logements locatifs et la cherté des loyers et habitations à La Valette et dans les
communes environnantes.

Le projet des commerçants à moyen terme

Lors des entretiens avec les commerçants, la majorité des réponses concernant les
projets à moyen terme reflète une envie de pérenniser l’activité même si le lieu d’installation
correspond à une opportunité de vacance du local.

Cependant, suivant les secteurs d’activités, la tendance est plus ou moins prononcée
quant au départ à la retraite. En effet, les secteurs comme l’alimentation et la consommation
comme les bars et restaurants sont « dans la moyenne » avec un taux de départ à la retraite
sous 5 ans de 22%. Le secteur de l’habillement tend vers un déclin car près de 40% des
commerçants prendront la retraite sous 5 ans, et à l’inverse, le secteur des services est plus
porteur et semble être dirigé par une classe plus jeune avec seulement 8% qui prennent leur
retraite dans moins de 5ans.

B - L’exercice commercial en centre ville

36
La Valette est dotée de nombreux locaux commerciaux et de services dans toute la
zone centre ville. Les commerces sont comme ont l’a dis assez concentrés dans certains
secteurs.

Un environnement commercial difficile

Le centre ville connaît un environnement urbain assez défavorable du fait de sa


situation.

Le centre ville a un atout fort pour le


développement commercial, c’est d’être
situé en limite immédiate de Toulon et d’être
au nœud de routes départementales et
nationales. Néanmoins, un environnement
défavorable nuit fortement au centre ville
valettois. En effet, dans un premier temps,
l’autoroute A57 coupe le territoire en deux
parties, limitant ainsi l’accès d’une partie du
territoire au centre ville.

Cet effet est d’autant plus amplifié que deux grands centres commerciaux situés à
proximité attirent la population. Le centre commercial Mayol situé à Toulon attire les
habitants de La Valette mais aussi de Toulon Est au détriment du centre. Mais le pôle
attractif le plus important de l’agglomération est situé à seulement quelques kilomètres du
centre valettois, le centre commercial Grand Var. En partie localisé sur la commune de La
Valette, il regroupe tous les grandes marques de magasin de distribution de vêtements
(Gémo, Printemps…), sport (Décathlon, Go Sport…), électronique & informatique (Virgin,
Planète Saturn…)… mais aussi deux grands centres de grandes distributions, Carrefour et
IKEA.

Ce centre commercial regroupe donc tous les magasins dont peut avoir besoin un
consommateur, avec en plus les services que l’on peut avoir en centre ville : La Poste, un
distributeur de billet, des coiffeurs, une pharmacie, un tabac-presse… L’accès facilité et le
stationnement prévu à cet effet rend cette entité beaucoup plus attrayante qu’un centre ville
traditionnel.

De plus, la tendance actuelle de consommation est ordonnée par la « loi du moindre


effort ». Aujourd’hui la qualité des produits ne suffit plus pour qu’une entreprise fonctionne et
se développe. Les modes de vie ont changé, entraînant une profonde mutation des choix

37
des modes de consommations, modifiant complètement les critères des choix des
consommateurs.

Ces critères sont régis par plusieurs phénomènes :

- le développement de la classe d’âge de 60 ans et plus qui ont un pouvoir d’achat


(papy-boom) mais qui souhaitent un certain « confort » de consommation.
- Le développement des migrations journalières logement-travail-logement
entraînant une utilisation « forcenée » de l’automobile qui nécessite une
accessibilité accrue en automobile des lieux de consommation.
- Le développement de l’activité des 2 conjoints à l’intérieur du couple et le
développement des familles monoparentales qui réduisent le temps que l’on
s’accorde pour effectuer ses achats.

Actuellement, le consommateur, qu’il en soit conscient ou pas, n’est pas prêt à


consacrer une énergie illimité à ses activités de consommation. Il est donc souhaitable que
son énergie ne se dissipe pas en perte de temps et en fatigue, sinon il consommera moins
ou il ne consommera plus ; c'est-à-dire qu’il se reportera sur un site plus « confortable »,
n’ayant que l’embarras du choix pour cela.

Confronté à un problème de choix, on peut donc supposer que le consommateur


appliquera la loi du moindre effort : plus facilement, plus rapidement, plus confortablement.
Et actuellement, le seul lieu permettant de répondre à cette « loi » est la zone commerciale.
La taille des parkings et la facilité d’accès fait donc de cette zone un lieu de consommation
privilégié. Le centre ville est alors délaissé.

Comme le montre la photo


aérienne ci-contre, la zone commerciale
peut être considérée comme très proche
du centre ville car se situant à environ
2Km, les consommateurs n’ayant pas
comme contrainte la distance, ils
privilégient alors le confort et la rapidité.
Le centre ville est évité au bénéfice de la
zone Grand Var.

38
Une circulation automobile spécifique

Le centre ville de La Valette du Var


possède un système de circulation simple
mais devenant de plus en plus complexe
jusqu’au début des travaux. En effet, la
contrainte du centre, qui est aussi un atout,
est l’avenue Char Verdun traversant le
centre en plein cœur à sens unique. Elle
complique la circulation pour les véhicules
venant de l’Ouest. En effet, pour les véhicules venant de La Valette Nord et Est, l’arrivée se

fait par l’avenue Char Verdun. Par contre, pour les personnes venant de Toulon, c’est
beaucoup plus difficile. Les places étant limitées, il lui faut rouler une distance équivalente à
2 fois la longueur du centre ville pour pouvoir se garer dans le parking souterrain Charles de
Gaulle. La voie d’accès au parking est devenue à sens unique, il faut alors contourner un îlot
d’habitation en plus de l’îlot « vieux valette » pour pouvoir se garer.

Le cœur de ville possède néanmoins un nombre important de stationnement. 50


stationnements se trouvent au cœur de la ville, au sein du vieux Valette. Mais les zones les
plus importantes de stationnement se situent à l’extérieur du vieux centre à proximité
immédiate à l’Est et à l’Ouest. On retrouve donc plus de 84 places à l’Ouest sur l’avenue de

39
la 9e DIC mais surtout 350 places dans le parking
Taux de remplissage
100% souterrain Charles de Gaulle à l’Est. Il faut
80%
cependant relativiser ces chiffres. En effet, la
60%

40% disponibilité des places ne répond pas au besoin


20% des consommateurs du coté Ouest. Les places
0%
sont assez nombreuses mais comme le montre le
i

i
di

i
di

ud

ed
ed
n

ar

Je
cr

r
Lu

nd
M

Place De Gaulle graphique ci-contre, le stationnement est saturé


er

Ve
M

Av de la 9e DIC
chaque jour avec une disponibilité variant de 0 à 4
places. Il est donc très difficile de trouver de la place disponible pour stationner. L’arrivée par
l’Ouest des consommateurs est donc très limitée.

Du coté Est la situation est très différente. Le parking de Gaulle, avec ses 350 places,
permet d’accueillir de très nombreux consommateurs. La taille du parking étant au dessus de
sa fréquentation, il est toujours possible d’y stationner. Cependant, il peut y avoir une
exception le lundi, jour de marché, où de 10h à midi le parking est saturé. Tout le reste du
temps, c’est près 280 véhicules qui stationnent en moyenne dans le parking et qui épargne
le stationnement en surface en centre ville.

Ce parking est un atout majeur du centre ville, car sa proximité immédiate avec les
commerces et sa disponibilité augmente l’attractivité du site. Les commerces du cœur et de
l’Est du centre ville sont donc favorisés vis-à-vis de commerces à l’Ouest.

De plus, ce centre ville possède un atout très fort : la gratuité des stationnements sur
l’intégralité de la commune. En effet, les stationnements sur rue et dans le parking souterrain
sont entièrement gratuits. La seule restriction présente sur la commune est la « zone bleue »
en centre ville limitant seulement la durée du stationnement. C’est la seule ville de
l’agglomération possédant une offre de parking totalement gratuit mais surtout un parking
souterrain accessible et non payant. C’est l’atout fort de La Valette du Var.

Se situant entre la phase d’engagement et celle de définition d’une stratégie et d’un


programme d’actions, le diagnostic doit permettre aux concepteurs d’avoir tous les éléments
pour concevoir un projet de qualité sans omettre certains éléments non perceptibles
visuellement par exemple. Ces diagnostics sont de réels leviers d’actions, ils soulèvent
toutes les problématiques territoriales, les points forts et les points noirs, les fonctionnements
et dysfonctionnements.

40
4 - Evaluation stratégique

Suite au diagnostic et avant le développement de l’opération, il est nécessaire de


réaliser une évaluation stratégique. Elle permet de déterminer les grands enjeux auxquels le
projet devra répondre. Nous allons développer cette évaluation par les stratégies d’action
dans un premier temps, les stratégies territoriales et une analyse SWOT regroupant le
l’intégralité des enjeux urbains.

4.1 STRATEGIE D’ACTION

Développer une opération d’aménagement n’est pas simplement établir le dessin


d’un projet. C’est bien plus que cela. C’est un jeu où les acteurs interagissent ensemble,
étapes par étapes, pour arriver à terme à définir le projet définitif. Avant cela un travail
préparatoire est indispensable pour mener correctement sans problèmes majeurs
l’opération.

Ce travail préparatoire consiste tout d’abord à évaluer les capacités des différents
acteurs de la maitrise d’ouvrage. Suite à cette évaluation, un certain nombre d’acteurs vont
être choisit pour leurs compétences pour être associés et développer le projet. Ils vont
développer et instaurer le phasage du montage du projet. Ceci a été fait de manière
informelle à La Valette du Var, nous pouvons néanmoins développer synthétiquement ce
phasage pour mieux comprendre le fonctionnement du montage de l’opération.

Les différentes phases du montage du projet peuvent être résumées comme suit :

Etablissement d’un pré-programme :


- C’est un programme que l’on peut appeler « d’ambition » dans la mesure où les
éléments établis ne sont pas par certains d’être conservés dans leur intégralité.
- Définition d’une évaluation financière sommaire, mais cohérente avec le projet est
décidé, ainsi que les missions définitives du concepteur.

Programme
- Fourchette budgétaire.
- Programme général.
- Schéma d’organisation des espaces et des vocations dominantes.
- Stratégies et méthodes d’intervention envisagées.

41
Projet
- Choix esthétiques
- Coordination avec les autres services
- Prise en compte des vents, du soleil, du climat et de l’acoustique
- Choix de certains équipements publics : eaux, fontaines, toilettes…
- Mise en scène, séquences, les scénarios
- Traduction graphique
- Choix des techniques à employer : revêtements, fabrications, matériaux, etc.
- Lumière, signalétique, coloration sols, cheminement, végétations, etc.

Mise en œuvre du projet

- Mise en place, organisation et suivit des chantiers

4.2 STRATEGIES
STRATEGIES TERRITORIALES
TERRITORIALES

Suite au diagnostic, la suite logique composant le déroulement d’un projet et


l’évaluation stratégique du territoire d’étude. En effet, il permet faire ressortir tous les
éléments clés du diagnostic, de déterminer et soulever les problématiques spécifiques à
l’opération, les besoins, les attentes, les lacunes et opportunités du site étudié. C’est le
cadrage d’avant-projet, les orientations pour la réflexion sur le projet.

Dans le projet du cœur de ville de La Valette du Var, l’évaluation stratégique du


centre ville avant-projet peut se diviser en quatre grands axes structurant les actions et
objectifs à réaliser. Le centre ville étant un espace limité, repère de centralité, dans lequel
coexistent des composantes diverses, on peut donc retrouver quatre grandes composantes
avec le politique, le fonctionnel, celle liée au flux et celle liée au cadre de vie. C’est l’équilibre
et l’harmonie de ces groupes qui favorise le dynamisme d’un cœur de ville vivant et agréable

A - La composante politique

Les stratégies politiques dans ce projet occupent une place forte. Le sénateur maire
est l’initiateur de l’idée première. La mise en place du projet n’est que la réponse à son
programme des élections municipales de 2001. Le nouveau maire, Christiane Hummel, se

42
doit de développer un projet durable pour le centre ville pour répondre à ses promesses.
Pour elle, le projet cœur de ville n’est pas un projet politique au sens strict mais plutôt un
projet de cœur pour sa commune. Le but n’est pas sa réélection bien que son projet soit
basé sur un double mandat, mais une réponse à un besoin. Cependant, son ambition pour la
commune, citée précédemment, est de réaliser un projet sur un double mandat. Sa
réélection est donc indispensable et l’étape électorale 2008 doit évidemment intervenir
durant une période favorable du projet.

B - Les composantes fonctionnelles

Les stratégies économiques

Le centre ville à besoin d’une revitalisation. En effet, la tendance de la fin des années
90 et début des années 2000 est au déclin. Bien que l’installation de commerces ait été
active au début des années 2000, la fréquentation est en baisse. Le centre ville n’attire plus.
Seul demeure, pour principale attractivité, la proximité. De plus, l’inefficacité du turn-over du
stationnement interne au centre ville, la circulation complexe et la présence uniquement de
petits commerces portent préjudice au centre ancien. Une contrainte lourde est aussi
imposée à ce territoire, la présence d’un grand ensemble commercial, Grand Var, à
proximité, environ 2 Km à vol d’oiseau. Ce centre commercial est un pôle départemental de
consommation avec la présence de nombreux grands distributeurs comme Carrefour,
Décathlon, Printemps, Go-Sport, Toy’r’us, Planète Saturn, Conforama, Castorama, Ikéa …
Autant de grands magasin plus compétitifs, plus accessibles, souvent moins cher que les
commerces du centre ancien et proposant des services plus nombreux. Autant de
commerces qui aspirent la clientèle.

La stratégie à développer au cœur de ville est donc le développement de commerces


de qualité, quasi unique possibilité de contrer cette perte de clientèle. La proximité est aussi
un moyen d’attirer les consommateurs, néanmoins, elle est déjà acquise en partie, il n’est
possible que de la développer faiblement. De plus, il est impossible de faire de la proximité
l’atout majeur du centre ville. En effet, le rayon principal de la proximité du centre ville est
réduit à 1 voire 1.5 Km du vieux village. En effet, si le consommateur doit prendre sa voiture,
l’attirance du centre commercial sera plus fort que le centre ville de part la quantité et la taille
des commerces et la facilité d’accès et de stationnement.

43
Les stratégies « habitat »

Les logements du centre ville sont en voie de dégradations. De nombreux logements


ne sont plus entretenus par les propriétaires, mais aussi, les habitations sont vétustes avec
une typologie fonctionnelle ancienne (logements sur plusieurs étages, cages d’escaliers
souvent trop petites, très pentus et non conforme à la règlementation en vigueur, ...). Etant
donné qu’il n’est pas possible de rénover chaque îlot en détruisant et reconstruisant du neuf,
il est donc indispensable d’établir un partenariat avec l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat)
par exemple, pour développer des contrats, subventions et/ou aides aux propriétaires pour
réhabiliter leurs logements. Le délabrement des logements et les mauvaises conditions de
vie engendrées ne peuvent pas rester en statut-quo dans un centre ville remise à neuf.

L’aspect extérieur des immeubles pose aussi problème. Comme nous l’avons
constaté dans le diagnostic, de nombreux immeubles du centre ville ont des façades grises,
sombres, sales, polluées et/ou dégradées et notamment à certains angles de rues et entrées
de ville. L’image renvoyée par ces façades est néfaste. Il y a donc réellement un besoin
quant à la création d’un dispositif de requalification des façades d’immeubles et devantures
commerciales.

Le secteur d’étude offre une opportunité de taille pour l’opération. Au sein du


périmètre d’action se trouve un ancien espace agricole abandonné et vierge de toute
construction. Il peut permettre d’accueillir de nombreux logements ou équipements neufs.
C’est un atout d’autant plus important que grâce à une telle taille de terrain, la construction
de logements pourrait permettre d’obtenir un financement pour des équipements ou un
grand projet au sein du cœur de ville.

Les stratégies d’équipements

Equiper le centre ville c’est créer des points d’attirance et à terme instaurer une
croissance de la vie économique au sein du centre ville. Les équipements permettent de
donner une valeur plus forte et plus urbaine au « village ». Equiper le centre ville en mobilier
peut lui permettre de réinstaurer un confort mais aussi une unité puisque la disparité des
mobiliers urbains nuit souvent à la qualité des espaces. Le centre ville de La Valette du Var,
voulant être « un lieu en famille » par le maire, a besoin de s’équiper pour cela mais aussi
pour toutes les autres catégories de personnes ayant des besoins variées voire
contradictoires.

44
C - Les composantes liées aux flux

Stratégies de déplacements

La circulation du centre ville est problématique. Avec un débit de plusieurs milliers de


voitures le traversant chaque jour, les conditions de vies, les ressentis ainsi que la vie du
centre en pâtissent. Il y a un véritable besoin de requalification de déviation ou de
développer le changement de mode de déplacement au centre ville. La ville ne devrait plus
être parcourue en voiture mais à pied. Le développement des modes doux doit être
l’intervention majeure au sein du village.

Stratégies de stationnement

Le stationnement, source de conflit et de gène, doit être exclut du centre. Le


développement de stationnement en périphérie doit permettre la suppression des zones
vouées à cet effet dans le centre. Le développement d’un nouveau parking souterrain ou en
périphérie immédiate au Nord du village doit permettre de répondre aux demandes des
usagers tout en favorisant la qualité de vie des espaces centraux.

D - Les composantes liées au cadre de vie

Espaces verts

L’amélioration de la qualité du cadre de vie est une des composantes majeures pour
la réussite d’une opération d’aménagement. La demande des citadins lors d’enquêtes
publiques se tourne d’abord vers le besoin de « vert ». L’intégration du végétal dans les
milieux très minéraux est indispensable. Hormis des sites remarquables ou le minéral donne
la force à l’espace, un grand nombre de places et de rues manquent d’espaces verts. Il y a
donc un réel besoin de créer des coulées vertes, des pôles de verdures ou la plantation
d’arbres pour transmettre une image saine du site.

Esthétisme architectural

L’architecture est l’une des premières images qu’un individu peut avoir d’un lieu. Les
choix architecturaux sont donc de très grande importance. Trop d’opérations, avec le recul,
se sont avérées être des échecs, non pas par le choix de la taille ou de l’attribution du
bâtiment, mais par l’image renvoyée par le bâtiment. On peut citer notamment les grands
projets modernistes dans les années 60-70, développant des immeubles modernes en béton

45
massifs dans les centres villes. Ces bâtiments ont été « modernes » quelques années mais
sont désormais perçut comme des tares. Les exemples sont nombreux avec notamment les
immeubles faisant la façade du port de Toulon, l’office de tourisme de Grenoble, ou le palais
des festivals de Cannes où l’architecture est regrettée. Il y a donc un réel besoin
d’intégration de l’architecture bien que le « traditionnel » ne soit pas une fin en soi.

Le concepteur doit aussi pouvoir redonner une identité à l’espace, par la conception
de nouveaux immeubles mais aussi par la rénovation des espaces publics. Les valettois
doivent venir dans « leur » centre ville et non plus « un » centre ville.

4.3 L'ANALYSE SWOT

Suite à l’évaluation stratégique, il est possible d’établir l’analyse SWOT : Strengths -


Weaknesses - Opportunities - Threats (forces - faiblesses - opportunités - menaces).

Elle permet d'analyser l'environnement externe et interne au projet. Dans


l'environnement externe, on distingue les opportunités et les menaces pour le projet. Dans
l'environnement interne, on distingue les forces et les faiblesses que le périmètre transmet
au projet.

Environnement externe

Les opportunités constituent le domaine d'action dans lequel le projet peut espérer
jouir d'un avantage différentiel. Un périmètre porteur d'un projet aura un avantage différentiel
lorsque ses compétences propres lui permettront d'exploiter une opportunité plus facilement
que ses concurrents. C'est-à-dire lorsqu'il peut exploiter les facteurs clés de succès plus
facilement.

Les menaces correspondent à un problème posé par une tendance défavorable ou


une perturbation de l'environnement externe au projet. Une menace est d'autant plus grave
qu'elle nuit fortement au projet et qu'elle a de chance de se réaliser.

Environnement interne

Les forces et faiblesses de l'environnement interne au projet sont à évaluer sur deux
critères : la performance et l’importance.

46
L’analyse SWOT, outil utilisé dans la gestion et la formulation des stratégies,
synthétise les différents enjeux territoriaux. Il est présenté sous forme de tableau sur la page
suivante. On y retrouve les forces, faiblesses, opportunités et menaces du périmètre où se
développera le projet à La Valette du Var.

Forces Faiblesses

- Richesse patrimoniale - Centre dégradé


- Un dynamisme économique avec des - Inesthétisme du centre ville (façades,
commerces regroupés et non éparses voiries, espaces publics…)
- Présence de nombreux stationnement - Médiocre image renvoyée par le centre
souterrain gratuit (parking Charles de ville aux usagers extérieurs
Gaulle) - Environnementales
- Centre principal administratif et de - Espaces peu sécurisant
services de la commune - Centre d’une ville éclaté

Opportunités Menaces

Zone de chalandise au fort potentiel - Nombreux logements en dégradations


- Stationnement rapide - un mauvais projet baisserait la
- Possibilité de créer facilement une fréquentation
véritable identité à la commune - Concurrence entre communes
- Potentiel de mutabilité important des - Attractivité déséquilibré au sein du
espaces publics centre
- Possibilité de valoriser des espaces - Centre commercial Grand Var à
fonciers en friches en limite du centre proximité, véritable ennemi des petits
ville commerces de centre ville

47
5 – Mise en place du Programme

Le développement d’un programme n’est pas chose aisée. C’est la réponse, souvent
écrite, à tous les enjeux, les besoins, les aspirations et les problèmes. Le programme est en
amont du développement de l’opération, il précède l’étape du projet et lui en donne les
directives et les objectifs. C’est une étape très importante pour le bon développement du
projet et surtout pour atteindre les objectifs quantitatifs et qualitatifs fixés par la commune.
Une erreur à cette étape peut faire chavirer l’ensemble du projet si le programme ne traduit
pas exactement ce qui veut être fait sur place.

Un programme se définit généralement par une série d’objectifs quantitatifs (nombre


de logements à construire, nombre de commerces, le budget…) mais surtout il doit répondre
à des besoins tout en contournant les blocages prétextes ou institutionnalisés
systématiques.

Avant tout cela, il est important de connaître le jeu d’acteurs au sein de cette
opération. En règle générale, pour simplifier et donner un ordre d’idée de ce qui se fait, le
jeu d’acteurs au sein d’une opération d’aménagement est assez simple. Si le projet est lancé
par une municipalité, le maire, ses élus et leurs conseillers techniques vont rédiger un
programme regroupant les objectifs qualitatifs et quantitatifs souhaités. A la suite de cela,
une consultation d’entreprises est lancée pour trouver la société qui sera la plus apte à
répondre aux requêtes de la mairie. Le développement du projet pourra alors commencer.

A La Valette, la situation est atypique. Le déroulement du processus du montage de


l’opération ne s’est pas fait par les étapes « programme » puis « projet ». En effet, le
programme s’est construit en interaction avec le projet. Il n’y a pas de réelle coupure entre
les deux documents comme il peut y avoir dans certaines communes. De ce fait, il n’y a pas
de succession d’acteurs impliqués dans le temps mais une coopération dès le départ.

Un pôle décisionnel productif

Le programme d’une opération ne se réalise pas sur un coup de tête. C’est le


processus de négociations, de discussions entre les acteurs et les études qui font émerger
les points clés d’un projet.

Dans la situation atypique de La Valette du Var, le jeu d’acteur a été un élément clé
du processus et de la réussite du montage du programme de l’opération. En effet étant

48
donné que la matrice n’était pas formulée, c’est l’interaction entre les différents acteurs clés
du projet, leurs besoins, avis et ambitions, qui a permis de monter l’opération.

Quatre typologies d’acteurs principaux ont participé à la réalisation du programme.

- Christiane Hummel, maire de la commune, s’est voulu être présente dans toutes les
principales décisions concernant ce grand projet. C’est la pièce centrale
décisionnelle, le « décideur » de l’opération.

- José Rossi, directeur de la SEMEXVAL, est le maître d’ouvrage. C’est celui à qui le
décideur confie la responsabilité de l’opération. Il sera présent tout au long de
l’opération jusqu’à la remise de l’ouvrage au gestionnaire. C’est un acteur décisionnel
important, l’opérateur aménageur. C’est l’acteur qui va conduire l’opération, qui va en
assurer le bon fonctionnement, et gérer sa mise en œuvre et son financement...

- Serge Botello et Harry Botbol, architectes de l’opération, vont mener des études pour
proposer des aménagements, directives et procédures à mettre en œuvre pour
revaloriser ce périmètre. C’est le maître d’œuvre de l’opération.

- Le bureau d’étude SOGREAH (Société Grenobloise d'Etudes et d'Applications


Hydrauliques) est un bureau de consultant VRD (Voiries et Réseaux Divers) pour la
mise en œuvre et la réalisation des travaux de voirie et des réseaux divers ainsi que
le chiffrage des différents coûts des aménagements.

Ce sont des acteurs compétents dans le domaine. Ils représentent leur structure.
Un « porte parole » de chaque structure va coopérer pour développer le programme. En
effet, chaque service de la mairie ou de la SEMEXVAL par exemple ne peut pas décider ou
intervenir dans les réunions, cela compliquerai énormément le déroulement du processus de
programmation. Cependant, le personnel de la mairie n’est pas non plus dépourvu de toutes
actions au sein de ces décisions. Les services sont chargés d’études et de comptes rendus
sur des actions menées sur le territoire (tels les diagnostics de circulation ou économiques).
Ils sont plus une aide à la décision que des acteurs décisionnels.

« Un projet c’est le travail d’une équipe » S. Botello

Cependant, ce groupe d’acteurs se complète par plusieurs autres intervenants, dont


l’intervention n’est que ponctuelle, mais dont les conseils et analyses sont indispensables.
De ce fait, deux acteurs ont été consultés pour analyser la situation de la commune, le
bureau d’étude circulation-déplacements A.T.T. avec M. DELAYE et un enquêteur auprès de

49
la population, E. SIRAMY. A cela s’ajoute un bureau de géomètre, le cabinet CRUZ, un
cabinet de géologue, E.R.G., et un paysagiste, C. GILARDI.

Le groupe d’acteur va amener ensemble, de réunions en réunions, avec en moyenne


une à deux rencontres par semaines, d’études en études, un programme de plus en plus
précis sur ce périmètre. Cette évolution des études peut se caractériser par trois grandes
étapes :

- La mise en place du programme général

C’est la formulation des intentions désirées par le maire sur le territoire, les objectifs à
atteindre ainsi que les équipements ou constructions à insérer sur le périmètre d’action.

- Ajustement du programme au budget

A l’issu de cette phase de programmation, une étude de coût de l’opération permet


de fixer l’enveloppe budgétaire, de la faire valider par le maire ou de procéder aux
aménagements de programme nécessaires compte tenu du budget mobilisé. C’est cette
interaction d’éléments qui donne forme petit à petit à un programme fonctionnel, cohérent et
réalisable financièrement.

- Ajustement du programme au projet

Ce programme sera ensuite ajusté en fonction du parti architectural choisi et des


détails du projet en lui-même pour ne pas obtenir un projet strictement en concordance avec
le programme mais un projet fonctionnel et cohérent avec le site.

Ces trois grandes étapes ont été pour le cœur de ville de La Valette du Var
développées en « boucle ». En effet, le programme et le projet se réalisant dans le même
temps, chaque élément du programme, du projet et du budget a une action sur les autres.
C’est en faisant le programme que se développe le projet, mais aussi en développant le
projet que le programme prend forme.

Nous allons dès à présent présenter les différents acteurs chargés de la


programmation pour comprendre leur rôle et capacité au sein de l’opération d’aménagement.

50
5.1 - LES ACTEURS CLES DE LA PROGRAMMATION

Tout d’abord, avant tout développement et analyse, nous allons définir en détail le
fonctionnement des différentes structures, pourquoi ils ont été choisit et les jeux d’acteurs
engendrés. Une connaissance des relations, des pouvoirs et des possibilités d’interactions
est indispensable pour comprendre comment le programme puis le projet se sont mise en
place.

A - Une mairie,
mairie, La Valette du Var

Dans cette partie de l’étude, nous allons détailler les interventions, le fonctionnement
et l’organisation principale d’une mairie pour mieux appréhender ses possibilités et ses
carences dans une action de mise en place d’une opération d’aménagement.

Le domaine d'intervention de la commune est très vaste. Outre la gestion de son


domaine communal, elle sert d'intermédiaire entre l'Etat et les citoyens pour certaines
formalités administratives.

La Valette du Var accomplit de nombreuses actions, de façon autonome :

- Elle contrôle et planifie son urbanisme

- La commune pilote directement son développement et son aménagement, à l'aide du


PLU (Plan Local d'Urbanisme) et délivre les différents permis relatifs aux actes
d'urbanisme (permis de construire, de démolir, certificat d'urbanisme...)

- La commune peut s'associer à divers partenaires lors d'opérations d'aménagement


importantes comme l'implantation d'une zone industrielle, la construction d'immeubles, la
réalisation d'ensemble touristique...

- Elle est propriétaire de biens du "domaine public" (rues, trottoirs, places, jardins...) et
peut être propriétaire de biens du "domaine privé" (terrain, immeuble qui ne sont pas
affectés à l'usage du public...).

- La commune fournit des services publics qui nous concernent tous dans notre vie
quotidienne : éclairage, voirie, eau potable, enseignement, culture...

- De plus, elle peut intervenir de manière complémentaire dans de nombreux domaines


comme l'aide sociale, l'économie locale ou l'animation de la vie sociale, sportive et
culturelle de la commune. Les actions municipales dans ce domaine passent par le

51
développement du commerce (zones commerciales, rues piétonnes...), la promotion du
sport (création d'équipements sportifs, soutien aux clubs et associations...), de la culture
(musées, bibliothèques, subventions...) ou l'animation touristique.

Organisation de La Valette du Var

Pour assurer la gestion quotidienne et réaliser les nombreuses actions dont elle est
chargée, la commune se dote d'une organisation composée de services administratifs et
techniques.

Elle peut décider de gérer directement certaines activités ou services publics en


créant les services municipaux nécessaires, ou indirectement grâce à des régies autonomes
ou personnalisées. La commune peut aussi déléguer la gestion d'une activité à des
établissements publics (CCAS...) ou s'associer à d'autres partenaires pour d'autres types
d'actions (office d'HLM, SEM...).

Pour mettre en commun certains efforts et réduire les coûts, l'équipe municipale peut
décider de s'associer avec d'autres communes. Mettant leurs moyens en commun, cette
coopération intercommunale permet de gérer ensemble un ou plusieurs services publics ou
de financer des équipements importants. Cette coopération, pour le domaine des transports
par exemple, se fait via la communauté d’agglomération de Toulon-Provence-Méditerranée.

Le pouvoir des élus

Conseillers municipaux, maire, adjoints, chacun des membres de l'équipe municipale


joue un rôle bien défini dans les décisions prises par la commune.

Les conseillers municipaux sont élus par la population lors des élections municipales.
Ils siègent au sein du conseil municipal. Leur nombre varie en fonction de la population de la
commune et les différentes tendances politiques issues du vote sont représentées.

Le maire et les adjoints forment, quant à eux, la municipalité. Ils sont élus parmi les
conseillers municipaux lors du conseil municipal réuni dans les jours qui suivent les élections
municipales. Pour la ville de La Valette du Var, le conseil municipal est composé d’un maire
et 10 adjoints.

52
Le maire, Christiane Hummel

Elue en mars 2001, le maire est l'agent exécutif de la commune. Elle est ainsi
chargée de préparer et d'exécuter les décisions du conseil municipal :

- elle propose le budget de la commune,


- elle planifie les dépenses,
- elle passe les contrats et marchés publics et les exécute,
- elle est la représentante de la commune en Justice et dans les cérémonies officielles,
- elle pourvoit à la sauvegarde des intérêts de la commune.

Pour l'assister dans ses missions, Christiane Hummel est aidée par des conseillers
techniques, financiers ou juridiques qui forment le "cabinet du Maire".

Contrôle de l’état

Les décisions prises par une commune sont examinées par l'Etat qui exerce un
contrôle "a posteriori" (contrôle de légalité des actes exercés par le préfet).

Représentant de l'Etat dans le département, le préfet vérifie la légalité de la décision


municipale vis à vis du Code Général des Collectivités Territoriales. En cas d'irrégularité, le
tribunal administratif peut être saisi et statuer du devenir de la décision. La Chambre
Régionale des Comptes, quant à elle examine la gestion des collectivités, concoure au
contrôle des actes budgétaires des collectivités et des comptables publics.

53
Mme Christiane HUMMEL

Sénateur-Maire de La Valette-du-Var

Vice Présidente de Toulon-Provence-Méditerranée

M. Pierre-Louis GALLI M. Jean WEINGAERTNER


1er Adjoint 2ème Adjoint

Melle Isabelle BOURGEOIS M. Thierry ALBERTINI


3ème Adjoint 4ème Adjoint

M. Jean-Claude GRACIANO M. Roland TMIM


5ème Adjoint 6ème Adjoint

Mme Martine NAVARIN M. Alain NOIRE


7ème Adjoint 8ème Adjoint

Mme Sylviane LAEMMEL M. Jacques COUTURE


9ème Adjoint 10ème Adjoint

Directeur Général des Services


M. Rémi METIVIER

Directeur Général Adjoint Directeur des Services Techniques


M. Dominique LECHEVALLIER M. Daniel VILAIN

1er Adjoint : Délégué à l'Administration Générale.

2ième Adjoint : Délégué aux Sports Loisirs Animations, Fêtes et Cérémonies.

3ième Adjoint : Déléguée à la Culture, Patrimoine, Mise en valeur des sites historiques.

4ième Adjoint : Délégué à la Démocratie locale, Cadre de vie, Energie, Communication

5ième Adjoint : Délégué au Centre Communal d'Action Sociale, Sécurité Police.

6ième Adjoint : Délégué au Finances.

7ième Adjoint : Déléguée aux Affaires Scolaires, Petite Enfance.

8ième Adjoint : Délégué aux travaux.

9ième Adjoint : Déléguée aux Foyers-Logements.

10ième Adjoint : Délégué à la Gestion des Ressources Humaines, Jumelage, Jeunesse.

54
B - Une Société d’Economie Mixte, l’entreprise au
service du projet

« Quelles que soient les valeurs respectives d’un dialoguiste, d’un preneur de son,
d’un décorateur, d’un éclairagiste, d’un monteur et des acteurs, s’il n’y a pas de réalisateur et
de metteur en scène capables de coordonner les interventions de façon synthétique, il n’y
aura jamais de films. Une construction faite d’interventions successives du plombier, du
maçon, de l’installateur de cuisine et du chauffagiste ne donnera jamais une maison en
l’absence d’un concepteur global, il en est de même pour les espaces publics »3

Les SEM locales sont des sociétés anonymes associant dans leur capital
des collectivités locales majoritaires (communes, départements, régions ou leurs
groupements) et des partenaires économiques et financiers publics ou privés. Elles sont
régies par la loi du 7 juillet 1983 modifiée et codifiée aux articles L. 1521-1 et suivants du
code général des collectivités territoriales (CGCT), qui permet de les définir comme des
entreprises des collectivités locales et par la loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés
commerciales modifiée et codifiée aux articles L. 225-1 du Code de commerce, qui les
soumet aux règles du droit privé.

L'essor des SEM depuis 1983, dans le sillage de la décentralisation, résulte du


pragmatisme des élus locaux dans le choix des outils les mieux adaptés aux situations à
régler. En 2000, on dénombrait environ 1 250 SEM représentant une capitalisation de 1,77
milliard d'euros, un chiffre d'affaires de 11,43 milliards d'euros et un effectif de 61 000
salariés, équivalent plein temps. Ces chiffres résument à eux seul l’intérêt que portent les
collectivités aux SEM pour réaliser leurs projets.

Pour certaines de leurs compétences, les collectivités locales peuvent choisir le mode
de gestion de leurs activités et opter pour une mise en œuvre conservée, contrôlée ou
maîtrisée. Dans le premier cas, elles opteront pour une gestion en régie simple ou dotée de
l'autonomie financière. Dans le deuxième cas, elles délégueront l'activité à une société, le
plus souvent privée, avec laquelle elles n'ont ni participation au capital ni représentation dans
les instances dirigeantes ou délibérantes. Enfin, dans le dernier cas, elles choisiront de
confier la mission à un établissement public local ou à une Sem. Ce dernier est souvent
utilisé par les collectivités locales pour répondre à des besoins conséquents au sein de la

3
DE SABLET, Michel, Des espaces agréables à vivre (places, rues, squares et jardins), ed. Le
Moniteur, Paris, 1988, 255p.

55
commune dont le budget et l’impact du projet est assez important. La collectivité délègue
alors son projet tout en gardant un contrôle totalement maîtrisé.

Avantages de la formule Sem

Par rapport à une entreprise privée, une SEM garanti aux collectivités locales,
majoritaires dans son capital et dans ses organes délibérants, la prise en compte effective
de l'intérêt général dans les objectifs de l'entreprise. C’est un atout non négligeable du point
de vue de la conception du projet et sa communication. En effet, un projet urbain est accepté
plus facilement s’il est réalisé par le biais d’une structure publique ou semi-publique que par
une société privée. Une SEM étant considérée plus comme « publique » que comme
« privée » aux yeux de la population locale, l’acceptation du projet est facilitée.

Par rapport à un établissement public, une SEM donne aux collectivités locales, avec
le concours des partenaires économiques et financiers qu'elles ont choisis, la pleine et
entière maîtrise de leur outil. En évitant certaines rigidités ou lourdeurs des procédures de
création et de fonctionnement d'un établissement public, la forme de société anonyme
apporte, par comparaison, la souplesse du droit privé (comptabilité commerciale, gestion du
recrutement et des carrières, rapidité des circuits de décision). En outre, la logique
d'entreprise donne à la SEM ce qui manque parfois à l'établissement public : la réactivité
indispensable pour satisfaire les attentes de ses clients dans les meilleures conditions de
qualité et de prix. Enfin, une SEM confère à la collectivité locale la capacité d'apprécier la
vérité des coûts et des risques liés aux investissements ou aux services publics dont elle a la
charge.

Une relation privilégiée avec la collectivité

La SEM tire l'un de ses atouts majeurs de sa relation étroite avec la collectivité. Ayant
pour objectif une transparence totale, le législateur de 1983 et celui de 2002 ont ajouté aux
contrôles imposés à toute société anonyme des obligations d'information des collectivités et
de l'État et des contrôles opérés par les chambres régionales des comptes. Les relations de
la SEM avec la collectivité lui permettent de dialoguer, en amont, avec les élus et les
services municipaux avant la mise en œuvre, et en aval, des politiques décidées par la
collectivité. En confiant à une SEM dont elles sont les actionnaires majoritaires une opération
d'aménagement ou la gestion d'un service public, les collectivités conservent la maîtrise
d'actions essentielles dans la conduite de leur politique à moyen et long terme. Les intérêts
concordants de la SEM et des collectivités constituent une garantie supplémentaire de cette

56
maîtrise par rapport à une situation où l'exécution de la mission est confiée à une entreprise
privée.

Une réelle souplesse d’intervention

Les SEM peuvent intervenir pour le compte de leurs actionnaires, pour le compte de
tiers ou pour leur propre compte, dans le cadre de leur objet social. L'intervention des Sem
se fait dans le respect des règles de la gestion et de la comptabilité privée, et sous le
contrôle d'instances publiques.

Une gestion d’entreprise

Sociétés anonymes, les SEM doivent suivre les mêmes règles de gestion que les
autres entreprises. Elles ont pour objectifs non seulement d'offrir à leurs clients la meilleure
qualité de service au meilleur prix mais aussi de dégager des résultats positifs. Ces résultats
leur permettent d'assurer leur propre développement et la couverture de leurs risques.

Les SEM sont donc des entreprises très spécifiques et souvent idéales pour répondre
aux besoins des collectivités locales en terme de projet urbain.

57
C - Présentation de La solution SEMEXVAL

La commune de La Valette du Var peut être définie comme une ville moyenne avec
de nombreux services municipaux et un effectif assez important, mais elle ne possède pas la
carrure suffisante pour gérer un projet tel que représente le projet du « le cœur de ville ».
Elle n’a pas les outils et le personnel nécessaire pour assurer la gestion du projet, les
études et la promotion….

Pour son projet de centre ville chiffré actuellement, en 2007, à 75 millions d’€), la
mairie s’est alors tournée vers un organisme spécifique, une Société d’Economie Mixte, la
SEMEXVAL (Société d’Economie Mixte d’Expansion de La Valette du Var) pour concevoir,
mettre en place puis en œuvre l’opération d’aménagement.

vingt ans d’expérience

La SEMEXVAL est un outil clé de la commune depuis de nombreuses années. De


par son nom, très explicitement tourné vers la commune de La Valette du Var, et ses
nombreuses opérations réalisées sur le territoire communal depuis sa création en 1986,
l’entreprise est devenue un acteur indispensable à la commune pour développer les grands
aménagements.

Depuis sa création, la SEMEXVAL s’est positionnée sur deux dossiers de référence


et d’importance non négligeables sur le territoire : la Zone d’Aménagement Concertée (ZAC)
de Baudouvin et celle de Valgora.
La ZAC de Valgora (1987-2007) concentre des activités tertiaires et la ZAC de
Baudouvin (1988-1992) a été aménagée pour la construction d’immeubles à usage
d’habitation.

ZAC DE VALGORA

58
La SEMEXVAL a entièrement maitrisé la procédure de conception et de réalisation
de chaque étape décrite ci-dessous pour l’exemple de Valgora :

- Réalisation des études de faisabilité juridique, technique et financière.


- Acquisition du foncier 30 ha pour la ZAC de Valgora (40 ha pour la ZAC de
Baudouvin).
- Montage de dossier de création de ZAC et du Plan d’Aménagement de Zone.
- Dossier d’étude d’impact environnemental.
- Création d’un ouvrage d’art demandant des
capacités techniques pointues (photo ci-
contre).
- Aménagements des VRD (voies de dessertes,
espaces verts, réseaux d’eaux et
d’assainissements…).
- Réaménagement des voies de circulation.
- Ventes de terrains à des promoteurs privés.
- Réalisation de 45 000 m² de bureaux ainsi que la zone IKEA.
Ces opérations ont été menées avec succès tout au long du processus de la conception
à la réalisation. De plus, ces opérations se sont révélées de véritables réussites, notamment
la ZAC de Valgora, qui est devenue le grand pôle tertiaire du département du Var.

Le fonctionnement de l’entreprise

L’entreprise possède un service opérationnel très compétent avec de nombreux


métiers présents au sein de l’entreprise. Chaque acteur de l’entreprise a ses spécialités, et,
le tout, parvient à développer les opérations d’aménagement de qualités et durables.

• La direction générale

Elle peut être confiée au président du conseil d'administration, ou séparée de


celui-ci. Le rôle du directeur est essentiel. C’est un homme de synthèse et manager, il est le
nœud du système et permet de traduire un projet politique en commande technique tout en
garantissant à la collectivité un contrôle régulier de la mise en œuvre.

59
• Montage financier

Ce service au sein de la SEM est à l'amont de tous les projets. Bien que très souvent
les budgets généraux d'un projet soient fixés avant la consultation des entreprises, Ce
service permet par exemple, pour le cas des concessions d'aménagements s'étalant sur
plusieurs années de pourvoir élaborer des projets de logements sociaux très complexes à
mettre en place d'un point de vue financier du fait des très nombreuses subventions à
demander etc.

• Service des marchés

Il est indispensable pour la légalité du processus d’aménagement, du lancement de


l’opération jusqu’à la ″remise des clés″ ; il met en place le projet du point de vue juridique et
administratif. C'est par ce service qui gère le marché de maîtrise d'œuvre de chaque projet.

• Pôle opérationnel (Suivi d'opération)

Pièce maîtresse d’un projet et commun à tous les services, le chargé d’opération est
l’élément fédérateur de l’opération. Il est mobilisé dans l’intégralité du projet et est chargé du
suivit de l’opération, de sa cohérence et de son exécution. Il participe donc à :

- Elaboration et suivi des dossiers de déclaration publique et autres procédures


administratives
- Elaboration et suivi des marchés de prestataires
- Pilotage du maître d'œuvre
- Suivi administratif et budgétaire de l'opération
- Procédures de remise d'ouvrage à l'exploitant.

• Service de commercialisation

La fonction du service est la commercialisation du programme (uniquement lorsque


l’opération est vendable comme dans les projets immobiliers voués à l’accession, exemple
ZAC Baudouvin). Le personnel du service a les mêmes fonctions que les employés
d’agences immobilières. Ils doivent attirer la clientèle, la convaincre et vendre les produits.

60
L’organigramme de l’entreprise, présenté sur la page suivante, présente
l’organisation « théorique » de la SEMEXVAL. On parle bien de théorique puisqu’il est
naturel que chaque service soit en interaction. Il est impensable de développer une opération
d’aménagement sans coordinations et interactions entre les différents services. Sans cela, le
projet comporterait un grand nombre de lacunes. D’où la théorie du 1+1=3, c'est-à-dire que
le travail en coopération paye mieux que les individualités.

L’outil SEMEXVAL est donc l’acteur le plus pertinent quant à ses possibilités
d’actions, ses références et ses dispositions pour répondre aux besoins de la commune et à
ses désirs d’urbanité et de modernité. L’entreprise va être une aide à la décision et à la
définition du projet urbain. De plus, il est un outil d’autant plus pertinent pour la collectivité
que le maire de La Valette du Var est aussi la Présidente de la SEMEXVAL. Le maire peut
tout aussi bien coopérer et surveiller l’entreprise, qu’agir sur ses initiatives et ses actions. De
ce fait, un contrat a été signé entre les deux parties, une convention publique
d’aménagement, pour commencer la coopération dès le 28 juin 2001.

61
Mme Christiane HUMMEL – P.D.G de la SEMEXVAL
Sénateur-Maire de La Valette du Var

M. José ROSSI - Directeur

Pôle opérationnel Pôle financier Secrétariat Pôle gestion interne

Montage et suivi des opérations

Responsable opérationnel
M. Gérald GENET Mme Marie Melle Alicia Mme Valérie
Chargé d’opération Pascale VEBER MAGNIER GARIN - LAFITTE
Responsable gestion Assistante secrétariat Assistante de gestion
Urbanisme, Construction, Réhabilitation comptabilité général Suivi société et
ressources humaines

Etudes - Administratif Opérationnel Service des Marchés Commercialisation


Mme Muriel
LAURENS
&
Melle Séverine
Melle Delphine M. Laurent Mme Christine M. Jean François
PARIS
ALBESSART ROUFFIGNAT MERAULT CANIONI
Juriste
Assistantes
Chargée d’opérations Chargé d’opération Chargé d’opérations
assistante Aménagement VRD immobilières
Mme Marie-Thérèse
Melle Delphine Commercialisation
MELIKIAN
AUDIBERT des programmes
Assistante juriste
Responsable opération Antenne
Mme
Corse
Sandrine PAVEC
Assistante
commercialisation

Organigramme de la SEMEXVAL (au 01/01/07)


62
D - La convention publique d’aménagement
d’aménagement

La convention publique d’aménagement est un contrat conclu entre la collectivité et


un tiers pour concéder la réalisation d’une opération d’aménagement sous son contrôle.

Si le concessionnaire agit en son nom propre, la collectivité conserve en principe la


responsabilité globale de l'opération, notamment financière : si elle bénéficie de l'excèdent
éventuel, elle doit financer également les déficits. Elle doit donc être en mesure d'assurer le
contrôle des actes de concessionnaire.

Le Code de l’Urbanisme, avec l’article L.300-4 autorise « l'Etat, les collectivités


locales et leurs établissements publics à confier l'étude et la réalisation d'opérations
d'aménagement à toute personne publique ou privée y ayant vocation »4.

En conséquence, la commune de La Valette du Var, en application des articles


L.300-1 à L.300-5 du Code de l’Urbanisme et la loi N°83.597 du 7 juillet 1983 relative aux
sociétés d’économie mixte locales décide de concéder l’opération du centre ville à la Société
d’Economie Mixte d’Expansion de La Valette du Var (SEMEXVAL) dont elle est l’actionnaire
majoritaire, le 28 juin 2001.

La convention répond aux exigences législatives et comprend de nombreux points


clés inévitables pour éviter tous litiges ultérieurs. Nous allons développer les grandes lignes
pour comprendre ce que la convention comporte et quelles sont les dispositions, obligations
et autorisations qu’elle soumet à la SEMEXVAL pour le projet cœur de ville de La Valette du
Var.

Objet de la convention

La mission de la société permet de réaliser des opérations de construction et de


réhabilitation de logements, la restructuration d’espaces publics ainsi que des actions
d’information, de concertation et de communication.
La société devra conduire, coordonner et harmoniser les acquisitions, aménagements
et cession des terrains non-bâtis. Elle pourra aussi acquérir réhabiliter des logements
anciens en vue de la vente ou la location et réalisera des équipements urbains.

4
Code de l’Urbanisme, www.legifrance.fr
Durée de la concession

La convention publique d’aménagement, commençant le 28 juin 2001, prendra fin le


31 décembre 2007. Elle a ensuite été prorogée avec un avenant jusqu’en 2011.

Les missions

La société se voit accordé 6 grandes missions :

- Acquérir à l’amiable, par voie d’expropriation ou prendre en bail


emphytéotique les terrains et immeubles bâtis compris dans le périmètre de
l’opération pour réaliser les ouvrages inclus dans la convention.
- Assurer le montage administratif, juridique, financier, économique et
commercial des opérations d’acquisition, construction, réhabilitation de
logements et commerces
- Réaliser les équipements secondaires des terrains non bâtis, ainsi que ceux
destinés à être remis aux concessionnaires des services publics.
- Procéder à toutes les études nécessaires qui s’avéreraient opportunes.
- Tenir à jour les documents comptables, les documents de gestion et la
situation de trésorerie.
- La société pourra réaliser toute opération et action d’aménagement et
d’équipement concourant à l’opération globale faisant l’objet de la présente
convention.

Modalité de passation des contrats

Pour l’exécution des travaux et des missions, la société doit traiter avec les
entreprises dans des conditions de nature à préserver au maximum les intérêts financiers de
la commune.
Les contrats doivent se faire suivant les modalités fixées par l’article 48 de la loi
N°93-122 du 29 janvier 1993 relative à la préventio n de la corruption ainsi qu’à ses textes
d’application.

Exécution des travaux

La société assure le contrôle général des travaux et de leur parfait achèvement dans
les délais prévus. Elle assure à ce titre une mission de coordination générale.

64
Financement

Les modalités de financement des opérations ainsi que les plans de trésorerie
provisionnels sont à la charge de l’entreprise, fixés par des règles générales. C’est
l’entreprise qui se procure le financement auprès des établissements bancaires, comme peut
le faire des promoteurs privés. La commune peut participer pour équilibrer. Cependant ce
n’est pas à la collectivité de financer l’intégralité de l’opération.

La participation financière de la commune, grâce aux fonds publics, est prédéfinit. Le


plan de trésorerie général (TTC) est fixé à 149 Millions de Francs TTC soit près de 22,7
Millions d’€uros dont des frais de sociétés (SEMEXVAL) qui s’élèvent à 5 Millions de Francs
soit près de 760 000 € entre 2001 et 2007. Le plan de trésorerie est disponible en annexe
n° 2 de ce mémoire.

Dispositions juridiques et financières

Il fixe les dispositions du règlement final des opérations, ainsi que les conditions et
les conséquences de résiliations de la convention.

Périmètre de l’opération

Le périmètre d’intervention est cadré. Toutes opérations qui ne sont pas dans ce
périmètre ne sont pas réalisables avec cette convention. Le périmètre est disponible en
annexe n°3 du mémoire.

Signature et légalité

La situation de signature du contrat est atypique. En effet, les deux personnes


autorisées à signer la convention publique d’aménagement est : le maire de la commune et
le président de la SEMEXVAL ; soit C. Hummel et C.Hummel. La signature par la même
personne du contrat n’étant pas autorisée, le premier adjoint à été délégué pour engager la
commune. Ce n’en est pas moins une source d’étonnement à l’heure actuelle surtout par le
fait que la SEMEXVAL n’a pas été mise en concurrence sur cette opération.

La signature est cependant légale. En effet, en 2001, les collectivités on la possibilité


d’attribuer, sans publicité et mise en concurrence, les conventions d’aménagements.

Ce n’est qu’en 2005, suite à une mise en demeure par les instances européenne que
la mise en concurrence a été légiférée. Il ressort notamment de l’avis envoyé par le
Commission européenne ce qui suit : « la Commission considère que l’attribution d’une

65
convention d’aménagement à un opérateur public ou semi-public, avec possibilité de recourir
à des prérogatives exorbitantes du droit commun (expropriation ou préemption), ne permet
pas de déroger aux règles du traité de l’Union, et donc aux règles de transparence et de
concurrence. »5

Une ordonnance de juillet 2005 modifie la loi et valide tous les contrats signés avant
2005. Cependant, le fondement même du contrat n’est pas « légal » au niveau européen.
Cette convention publique d’aménagement signé en 2001 est donc le contrat d’application
mais n’a pas une valeur légale au niveau européen. Cependant, la SEMEXVAL inscrirait tout
recours sur le principe « Exception d'illégalité » qui est le moyen de défense procédural par
lequel une partie allègue devant le juge administratif en cours d'instance l'illégalité de l'acte
administratif qui lui est opposé.

La convention publique d’aménagement est donc le contrat clé de cette opération


d’aménagement. Il permet à la commune de déléguer la programmation ainsi que la gestion
de la mise en œuvre à la SEMEXVAL tout en gardant un contrôle sur celle-ci.

5
ROSIER, Maxime, Les nouvelles concessions d’aménagements, Techni.Cité, n°123, 8 février 2007,

pp 25-31.

66
E - « C + B Architectes »

Le bureau d’architectes C+B est connu et réputé à La Valette du Var. L’action qui lui
a valu d’être sélectionné pour cette opération date de 2001.

Il est l’auteur de la rénovation d’un immeuble clé du centre ville, la tour du barri fondu.
En proue d’un îlot d’immeuble, à l’intersection entre l’avenue Verdun et Léon Guérin, il reflète
l’image du centre ville. C’est le second point clé perceptible, après l’entrée du village.
L’avenue Char Verdun étant à sens unique, les véhicules arrivent tous face à ce bâtiment.
Longtemps abandonné et très dégradé, il renvoyait une très mauvaise image du centre à
tous les usagers passant par cette intersection.

Sa rénovation est devenue indispensable. Serge Botello, avec un fort soutien de


l’architecte des Bâtiments de France, a su prendre en compte l’histoire du site sur la partie
donnant sur le centre dit ancien, tout en prenant en compte la modernité de la rue Léon
Guérin. Cet immeuble a donc une architecture alliant passé et modernité pour correspondre
au mieux à son emplacement. Longtemps critiqué pour son architecture moderniste au sein
d’un centre ville dit traditionnel, la tour du Barri Fondu, une fois rénovée par le bureau C+B,
est devenue un point clé du centre. Mais finalement qu’offre ce bâtiment au centre ville ?
Est-ce l’image du neuf dans le village, est-ce le choix architectural, est-ce le soulagement de
la fin des travaux, est-ce l’écroulement des préjugés inexacts qui offre à cette zone clé un
nouvel élan au quartier ? C’est un mélange de tout cela. La réussite du bâtiment a permis
aux usagers de percevoir un centre ville différent, de penser à une avancée moderniste et
non à un cloisonnement traditionaliste, d’aller vers un dynamisme plutôt qu’un souvenir.

Cependant, la réalisation de cet immeuble n’est pas l’unique élément de leur choix
dans ce projet. Serge Botello, acteur principal de la société et des études du cœur de ville, a
déjà réalisé de nombreuses opérations au sein de centres anciens ainsi que des politiques
de Résorption de l’Habitat Insalubre (R.H.I.). De plus, l’intervention sur la Tour du Barri
Fondu a permis aux architectes de connaître l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France
sur le site du fait de la présence de la porte de l’église, monument historique. Ils sont donc
des partenaires compétents et expérimentés entièrement capables de réaliser un tel projet
pour La Valette du Var. Ce succès et cette connaissance de l’espace se traduit donc par la
reconduite de l’architecte dans le projet du centre ville grâce à ses références lors de la mise
en concurrence par un concours.

67
Le bureau d’étude C+B architectes associe deux architectes urbanistes : Serge
Botello et Harry Botbol. Ils se sont lancés dans l’aventure pour repenser le centre ville et
répondre au mieux à la demande du maire de la commune.

Les volontés de C. Hummel, plus théoriques que pratiques par sa conception sur
l’espace sont :
« La qualité de l’habitat »
« Ramener la vie au centre ville »
« Diminuer le trafic au centre ville » (1200 véhicules par jour pour l'avenue du char Verdun)
« Refaire la place Général de Gaulle »
« Restaurer les voiries »

Le travail sur l’opération du centre ville étant très important, le bureau d’architecte, à l’abri
des pressions, va devoir concevoir un projet en adéquation avec les volontés du maire, les
enjeux territoriaux et locaux ainsi que les problèmes du centre ville.

68
F - Sogreah

L’entreprise Sogreah (Société Grenobloise d'Etudes et d'Applications Hydrauliques) a


vu le jour en 1923, lors de l'édification à Grenoble d'un laboratoire d'essais hydrauliques, le
Laboratoire Dauphinois d'Hydraulique. Ce laboratoire, dévolu aux essais de turbines, était
l'un des fleurons de la houille blanche grenobloise.

La société prend le nom définitif de Sogreah (Société Grenobloise d'Etudes et


d'Applications Hydrauliques) en 1955. Son activité couvre alors l'aménagement du territoire
(barrages, fleuves, torrents, littoral) et les techniques industrielles. Le génie rural et
l'irrigation, l'alimentation en eau et l'assainissement s'ajouteront à ces activités en 1958.

L'histoire de Sogreah est une histoire d'innovations, de fortes personnalités, de


projets prestigieux dans le monde entier, de leadership international, fondée sur une culture
d'excellence technique. Après avoir évolué depuis 1967 au sein du groupe Alsthom, puis
Alcatel-Alstom, puis Alcatel, Sogreah a repris son indépendance le 31 décembre 1998 lors
d'une opération de LMBO (Rachat d'Entreprise par ses Salariés) montée par son équipe de
direction. Tout ceci en fait donc une société très performante et à l’expérience reconnu.

A l’heure actuelle, les services proposés par Sogreah sont très variés, mais un seul
intéresse le projet « Cœur de Ville », le service « aménagement urbain ». Il est notamment
spécialisé dans les études de VRD (Voiries et Réseaux Divers) avec des compétences dans
la gestion des flux urbains et les voirie et réseaux divers des zones d'aménagement. Mais
aussi a une expérience dans les diagnostics et la réhabilitation des infrastructures, la gestion
du patrimoine collectif, l’éclairage public et la mise en lumière ainsi que la réhabilitation de
sites, carrières, friches industrielles.

Sogreah apportera tout au long de la mise en place du programme et du projet des


études sur les interventions sur les différents réseaux (réseaux d’alimentation en eau
potable, réseaux d’eaux usées, réseaux d’eaux pluviales, de France Télécom, de TV et
éclairage, aménagement des circulations et plantations, voiries). Il sera aussi un acteur clé
pour chiffrer toutes interventions ou modifications d’un espace public.

69
5.2 LE P.O.S., DOCUMENT DE PLANIFICATION

Bien que se ne soit pas l’objet de ce mémoire, il est important de connaître sur quel
document de planification s’applique l’opération.

Les POS (Plan d’Occupation des Sols) sont des documents locaux à l'échelle de la
commune, établis pour le moyen terme (10 à 15 ans), qui « fixent les règles générales et les
servitudes d'utilisation des sols, qui peuvent notamment comporter l'interdiction de
construire ». Il concerne toutes les parcelles, qu'elles soient privées ou publiques et
détermine les droits à construire et les conditions d'évolution attachés à chaque propriété.

Plan d’Occupation des Sols des secteurs proche du centre valettois

Périmètre de
l’opération
« Cœur de Ville »

Le projet cœur de ville est en étroite relation avec ce document. En effet, pour
développer cette opération, il n’y a pas eu la mise en place d’une Z.A.C. (Zone
d’Aménagement Concertée) ou de quelconque autre outil de planification. C’est le P.O.S. qui
est en application.

70
Les espaces publics, voiries, trottoirs, espaces verts... n’étant pas soumis au P.O.S.,
seuls les nouvelles constructions de cette opération doivent déposer un permis de construire
au service urbanisme de la mairie.

Le P.O.S. de La Valette du Var a été approuvé le 17 janvier 2002. Cette date,


ultérieure au démarrage de l’opération « cœur de ville » peut prêter à confusion quant à son
contenu. En effet, il est facile de penser que son contenu ait été modifié pour répondre au
mieux à l’opération et pourrait permettre de construire plus facilement. Cependant, lorsque
l’on connait la longueur de la procédure d’élaboration d’un P.O.S. avec ses différentes
étapes, notamment de concertation, il est difficile d’avoir pu en six mois modifier les
orientations d’un secteur pour répondre à un projet, qui n’en était qu’à ses prémisses.

Néanmoins, on peut se poser la question d’un secteur, la zone NAd, présente au sein
du périmètre de l’opération. Dans le règlement, les zones NA recouvrent les espaces
destinés au développement futur de l’habitat, des services et des activités. Le secteur NAd
est « destiné à des équipements publics, à l’habitat et aux activités économiques et
commerciales liées à la restructuration et à la revitalisation du centre-ville »6 et ne peut être
urbanisé que par la création d’une Z.A.C. ou « d’une opération d’aménagement ou de
construction compatible avec un aménagement cohérent à la zone tel qu’il est défini par le
règlement »7. De ce fait, la disposition pour urbaniser la zone est en parfaite harmonie avec
l’opération « Cœur de Ville » lancé en juin 2001.

A cela s’ajoute des dispositions spécifiques de construction et d’implantation :

- Toute opération doit couvrir la totalité de la surface NAd : ceci permet de limiter les
recours qui inciteront à limiter l’opération sur seulement une partie du terrain.

- La distance d’implantation en NA ne peut être inférieur à 5m, en NAd il est ramené à


4m : Cette disposition permet un potentiel de construction plus fort

- La hauteur en NA est limitée à 8m, en NAd elle pourra être portée à 12m pour les
constructions à usage d’habitation.

- Le COS est fixé à 0,50

- En NA, autant d’aires de stationnement doivent être créées que d’unité d’habitation.
En Nad, il doit être aménagé au moins 2 aires de stationnement par logements dont
un en sous- sol
6
Règlement du P.O.S. de La Valette du Var, 17 janvier 2002
7
Idem

71
Toutes ces dispositions prouvent qu’il y a une forte volonté de la commune
d’urbaniser ce secteur, en fixant des dispositions propices à cela, mais reste prévoyante
avec notamment les dispositions de stationnements.

Alors que mi 2001, l’acquisition des terrains de la zone NAd était en cours, on peut
donc se demander si la collectivité n’a pas anticipé son urbanisation en souscrivant des
dispositions spécifiques à cette zone en faveur de la commune.

Le reste du contenu est très classique, avec pour le centre ville la conservation des
grands enjeux comprenant par exemple « l’implantation des nouveaux immeubles doit se
faire en continuité avec l’existant ».

72
5.3 COMMENT AGIR SUR L’ESPACE

Le bureau d’architecte urbaniste C+B Architectes choisit pour un tel projet se doit de
comprendre et traduire les besoins des citadins sur tous les niveaux de la vie quotidienne.
Que se soit l’usage du site, le ressenti, l’histoire ou l’attraction, la réponse donnée par cet
acteur doit garantir l’évolution cohérente de l’ensemble d’un ou plusieurs quartiers. C’est
pour cela que l’architecte urbaniste met en œuvre un ensemble de connaissances et
d’expériences pour rendre au mieux la pertinence au site d’action.

Mon entretien avec Serge Botello m’a permis d’appréhender les détails de son
métier, des tâches qu’il doit effectuer, des éléments à prendre en compte et comment
interagir avec d’autres... pour développer un projet urbain.

Le document de Michel de Sablet « des espaces urbains agréables à vivre » me


permet d’illustrer les besoins des citadins auxquels doit répondre une opération
d’aménagement. Des éléments fondamentaux bien trop souvent oubliés ou mis à l’échelon
inférieur vis-à-vis de l’esthétisme ou des ambitions financières. Ces éléments sont des bases
et concepts clés de l’aménagement, il est donc important d’en définir les grands principes.

Les questions qui se posent sont comment agir sur l’espace et que prendre en
compte. Voici donc les bases fondamentales des architectes urbanistes puisque la prise en
compte des aspirations ci-dessous est indispensable pour réussir une opération
d’aménagement, notamment du point de vue social.

Les perceptions de l’environnement par les citadins sont fondées sur des besoins et
aspirations élémentaires. Chacun d’entre nous croit connaître le fonctionnement d’un espace
public, les interactions que les éléments entrainent, le ressenti engendré par tel ou tel
élément, etc, du fait de leur utilisation quotidienne et de la familiarité de l’espace. Mais on
peut se demander combien les observent réellement, enregistrent, analysent, établissent des
règles pour se constituer un outil de travail pratique. C’est naturel, ce n’est pas leur travail
mais celui des concepteurs. Parmi ces derniers, combien croient que l’espace public n’est
affaire que de goût et de bon fonctionnement d’un chantier ? Il est donc essentiel de rappeler
quelques aspirations urbaines.

73
A - Aspirations sensorielles et psychologiques

Il est banal de désirer se sentir bien dans sa ville, son quartier. Cette aspiration
n’épargne pas même les actes les plus mécaniques, ceux qui mènent au travail, à l’école,
pour des démarches administratives ou médicales… Contre toute logique, si le temps ou le
coût ne constitue pas un obstacle irréductible, le trajet choisit ne sera pas forcément le plus
court. Il y a une sensibilité dynamique à l’espace.

Le plaisir urbain

« Le plaisir urbain s’oppose à l’ennuie, à la monotonie et à la grisaille visuelle »8. Il


n’est pas nécessaire d’utiliser un banc, une fontaine ou un arbre pour apprécier leur
présence et les événements qu’ils engendrent. Le plus souvent, c’est en enlevant
l’aménagement que l’on peut juger de son importance aux yeux des usagers ou des
passants.

Confort et confiance

Avoir du plaisir implique un minimum de confort matériel : ne pas risquer de tomber à


chaque instant, ne pas être gêné par des véhicules ou bruits désagréables… Mais l’exemple
des sols inégaux et parfois inconfortable des cités anciennes montre son importance. Le
confort implique aussi la sensation d’une familiarité culturelle. L’espace public se doit d’offrir
la présence d’un confort, d’odeurs agréables, de sons harmonieux et reposants, puis des
couleurs et des composantes agrémentant le visuel. La confiance n’implique pas seulement
de se sentir en sécurité, bien éclairé ou entouré de policiers, mais c’est surtout avoir un
sentiment de « chez soi ».

Satisfaire les sens

C’est entendre des sons attirants : chants d’oiseaux, rires d’enfants, éprouver un
certain nombre de sensations tactiles : humidité, fraîcheur, vent ou chaleur, jouir des odeurs,
de la vue, pouvoir boire et manger.

Le désir d’espace

Le visuel est le besoin le plus connu. Il est très souvent comblé par la création de
vides, moins cher mais mal ressenti par les usagers. « Que fait un citadin dans un espace

8
DE SABLET, Michel, Des espaces agréables à vivre (places, rues, squares et jardins), ed. Le
Moniteur, Paris, 1988, 255p.

74
vaste, soit désolé, soit encombré de voitures, ou il ne peut se mouvoir, s’asseoir, ou seul son
regard dispose d’un vaste champ ? Mieux vaut donc des espaces plus petits, plus intimes »9.
Cependant, la notion d’espace se définit par rapport à la capacité de mobilité personnelle. En
effet, elle est liée pour beaucoup d’individus à l’envie de jeux et de dépenses physique,
souvent contrariée en milieu bâti.

Le désir de nature

Il est important dans une zone urbaine puisqu’il permet d’avoir des repères par
rapport aux saisons et au temps qui passe, peu sensible dans les milieux très minéraux.
« L’aspiration à une « douceur » prêtée un peu mythiquement à la nature, la végétation
apparaissant comme un contrepoint de la « dureté minérale ». Sa capacité à offrir des
sensations : la création de microclimats : ombre fraicheur, protection contre les courants
d’air, l’occasion de sentir des odeurs variées et agréables. Les rapports vivants avec la
nature : plantations, cueillette, ramassage, toucher, manipulations, délicats à fournir en
milieu urbain surencombré. » La nature dans l’urbain offre aux citadins des rapports avec la
nature trop souvent regrettés ou enviés.

Les surprises

« Par le plaisir de la surprise, de l’inattendu qui séduit tout de suite ou après quelques
détours, par la saveur, le piquant donnés à un parcours, par le goût de la découverte, par un
exotisme urbain créé par la couleur, la forme, l’échelle, l’animation au long des espaces, par
des atmosphères différentes, par des vies différentes qui, non seulement éloignent l’ennui,
mais sont des occasions de se situer dans un ensemble urbain, dans lequel trop
d’homogénéité émousse le plaisir et crée les villes « grises ». »10

L’esthétique

C’est le besoin le plus difficile à satisfaire. L’appréciation dépend de la culture, de


l’histoire, de l’habitude et des émotions de chacun. C’est un élément d’autant plus difficile à
codifier qu’il est irrationnel et inconscient. Le choix dépend donc le plus souvent du maire et
de l’architecte. Une esthétique qui conquit le maire à plus de chance de se réaliser que celui
plaisant aux autres élus par exemple.

9
DE SABLET, Michel, Des espaces agréables à vivre (places, rues, squares et jardins), ed. Le
Moniteur, Paris, 1988, 255p.
10
Idem.

75
Bien d’autres aspirations dans le domaine du sensoriel et du psychologique existent
mais sont rarement traduites sur le terrain par des aménageurs.

B - Aspirations à des relations sociales

Les principales composantes de la sociabilisation peuvent être faite de :

- Rencontres
« Une rue, c’est une famille, une autre qu’à la maison » M. de Sablet. En effet, les
activités de la rue, la promenade, la flânerie, la drague et l’observation des autres
peuvent conduire à un sentiment de fraternité débouchant sur de nombreux contacts,
bavardages ....

- Communication et pédagogie
L’espace public est un lieu d’apprentissage, notamment pour les jeunes, une source
d’information grâce à ses vitrines, ses lieux d’affichage, ses monuments, son décor,
ses activités, ses mœurs. Il transmet un certain nombre de valeur et d’histoire aux
usagers d’un jour ou de tous les jours.

- Culture et spectacle
L’espace public est aussi un lieu d’expositions, d’étalages, de spectacles organisés
ou improvisés, des fêtes généralement gratuites.

C - Aspirations relatives aux déplacements

C’est le premier et presque l’unique besoin auquel les espaces publics ont réellement
tenté de répondre jusqu’à présent. Mais cela a été fait pour un citadin moyen, stéréotypé,
circulant avec son véhicule. Ce n’est que depuis une dizaine d’année qu’il a été pris en
compte le piéton, le cycliste, les enfants de bas âge et les personnes à mobilité réduite. Ce
n’est que récemment que les aménageurs conçoivent des espaces publics sans manifester
d’indifférence envers l’un des possibles usagers de cet espace.

76
5.4 LA REDACTION DU PROGRAMME
Une confrontation d’acteurs

Suite à la connaissance des aspirations des citadins, les concepteurs de l’opération


d’aménagement, ici les architectes urbanistes Serge Botello et Harry Botbol, doivent
concevoir globalement le « produit » en intégrant toutes les interactions et spécificités du
périmètre.

« Un concepteur d’espaces publics n’est pas un architecte, ni paysagiste, ingénieur,


urbaniste, designer, sociologue, coloriste, artiste, photographe, homme d’idée de sciences
ou de création…, il n’est rien de tout cela, mais il est tout cela à la fois » 11M de Sablet.

Le concepteur de l’opération d’aménagement doit observer, intégrer et comprendre


l’espace d’étude. Il ne doit pas avoir peur de perdre son temps en observant. L’observation
est la base de l’étude, elle doit être l’inspiration pour le concepteur. Ce dernier doit aussi
étudier le projet en débordant largement le cadre territorial d’intervention. En effet, bien que
le périmètre cœur de ville de La Valette du Var regroupe tout le village, il prend aussi en
compte sa périphérie immédiate. Il est donc indispensable de comprendre le fonctionnement
de ces quartiers avant toutes interventions pour ne pas faire d’aménagements inutiles ou
incohérents avec le reste du territoire communal.

Pour le cas « cœur de ville » la réalisation de la tour du Barri Fondu a offert à C+B
Architectes une expérience et une culture urbaine sur le territoire suffisante pour
appréhender l’avenir d’un lieu. Sa créativité et son originalité lui ont permis de se faire une
vraie place dans l’estime de la municipalité. L’intégration des aspirations citées
précédemment est aussi fondamentale dans la réussite et la familiarisation du projet par les
habitants. Grâce à de très nombreuses confrontations d’idées avec les élus et la
SEMEXVAL, le programme s’est petit à petit développé avec les idées des uns et des autres
et a atteint un niveau de pertinence élevé tout en limitant les risques et les inattendus.

11
DE SABLET, Michel, Des espaces agréables à vivre (places, rues, squares et jardins), ed. Le

Moniteur, Paris, 1988, 255p.

77
LE PROGRAMME

Dans cette partie nous allons développer comment le programme s’organise sur le
territoire par la mise en place d’un périmètre d’action ainsi que par les différents objectifs
donnés par la municipalité.

A - Le périmètre d’action définitif & principes


d’action

Ce périmètre à été étudié entre la date de l’élection de Christiane Hummel à la tête


de la mairie jusqu’au 28 juin 2001, date à laquelle une convention d’aménagement a été
signée entre la mairie et la SEMEXVAL pour intervenir sur ce périmètre. Les raisons pour le
choix du périmètre sont les suivantes :

 Les terrains libres qui offrent des capacités d’interventions :


- au Nord du centre ville, en proximité immédiate, de grands terrains vierges avec une
ancienne bâtisse
- à 200 mètres au Nord du centre, un terrain vide de plusieurs hectares où se situaient
anciennement des serres.
 Le centre ville, zone clé de l’intervention :
- le vieux village dans son ensemble.
- intégration des portes du vieux village.

78
 Les équipements à modifier ou pouvant être susceptible de changer d’usage où d’être
requalifier par la modification de la voirie ou de la requalification de son environnement
(exemple parvis du collège) :
- à l’extrême Nord-Ouest du périmètre le collège,
- un terrain de football et de pétanques ainsi qu’un gymnase.
- au Sud Est l’école primaire Jules Ferry.
 Des habitations et des voiries pouvant être requalifiées :
- Ouest du périmètre.
- L’entrée sur le territoire communal à l’extrême Sud Ouest.

Ce périmètre fixe la zone d’action autorisée à la SEMEXVAL. Ce périmètre permettra


à la Société d’Economie Mixte d’agir sur le territoire en utilisant les deniers publics ainsi que
les ouvrages vendables. C'est-à-dire que par exemple, la vente d’immeubles neufs pourra
financer directement les investissements sur les espaces publics. C’est une gestion globale
de financement.

B - Le programme en chiffre

Les chiffres clés

budget global 40 Millions d'euros / HT

Recettes (cession d'immeubles) 20 Millions d'euros / HT

Participations publiques 20 Millions d'euros / HT

Durée des travaux 7 ans environ

Logements créés 140

Logements réhabilités 100

Places de parking supplémentaires (gratuites) 340

nouvelles surfaces commerciales 1 500 m²

devantures commerciales réaménagées 50

Façades d'immeubles réhabilitées 50

Portes d'immeubles mise en valeur 40

Création d'espaces verts 13 000 m²

surfaces pavée 23 000 m²

surface de voirie 10 000 m²

79
Ces chiffres démontrent les volontés exposées par le maire, la SEMEXVAL et les
architectes sur le périmètre cœur de ville avec :

- Une sérieuse volonté d’agir pour la municipalité avec un budget d’action très
conséquent de près de 3 Millions d’euros par an.
- Une politique de création et de réhabilitation de logements forte dans une
agglomération où la demande est très importante.
- La revitalisation de l’économie du commerce de proximité.
- Une remise en valeur du secteur centre ville.
- La requalification des voiries et des stationnements

A cela il faut ajouter un élément clé, souvent définit au niveau du projet, que
l’architecte a voulu retranscrire et l’imposer comme un grand principe au sein de ce centre
ville durant le programme : les matériaux. Les espaces publics ne possèderont pas plus de
trois matériaux différents, avec deux typologies de pierres et un seul type de métal, la fonte.

C’est très important de garder ce principe car ces trois matériaux s’affrontent sur
l’espace public. « Un espace où trop de couleurs ressortent, où trop d’éléments créent des
pleins et des vides incontrôlés, où les différents mobiliers urbains diffèrent et contrastent
avec le reste, ne peuvent donner qu’une mauvaise image à l’espace. C’est tout la réflexion
d’organisation de l’espace qui s’effondre par la superposition de tares au milieu de cet
espace » S. Botello. Ce principe non chiffrable sera un des principes clés tout au long du
développement du projet.

C - Le programme définitif

Un programme d’action intervient quelques mois plus tard, suite à de nombreuses


réflexions, analyses et compromis. Quatre grands axes seront donc à développer :

 Atout perception

- Retrouver l’alphabet de la ville


Pour cela, la fonction de chaque lieu doit reprendre son sens. Il se fera par le
renforcement des couleurs notamment au sol pour une meilleure perception des
espaces et de la typologie du lieu fréquenté. Pour chaque époque il y aura une
couleur, un style.

80
- Recréer le symbole de la porte
L‘entrée de la ville est la première vision d’un visiteur en pénétrant dans le cœur.
Chaque entrée doit transmettre une valeur forte, par sa typologie, sa mise en
valeur ou sa réorganisation.

- Sept places de village


« Les places du villages sont noyées dans la masse ». Il faut retravailler ces
places pour leur donner une unité, une vitalité, une qualité tout en créant des
liens entre elles.

 Atout circulation
Le cœur serré
Le centre ville est traversé quotidiennement par des milliers de voitures. Il y a
donc le besoin de réorganisation, de corriger les défauts d’urbanisme pour
recréer une harmonie, une homogénéité.

Deux solutions pour libérer le centre ville


En modelant les anciennes voies de circulation, et en aménageant de nouveaux
parkings, le piéton va retrouver sa place. 340 places gratuites vont être créées.
La circulation au centre ville ne doit pas se faire en roulant mais en marchant.

« Coulée verte »
L’eau est un symbole de la ville. De 4 points d’eau actuels dans le centre, 8
seront recréés et formeront un « fil rouge ». Une coulée verte sera créée du Nord
du périmètre jusqu’au sud du centre ville.

 Atout activités

Attraction commerciale

C’est le pari sur l’avenir : optimiser la dynamique du centre ville. L’objectif est de
créer 1500 m² de surfaces commerciales et de mettre en valeur les espaces
publics pour obtenir des espaces accueillants et attirants pour séduire la
clientèle.

Attraction culturelle

Création de l’espace d’art Le Moulin pour les arts contemporains et restauration


de la bastide de la Baume qui deviendra le temple de « l’art du conte ».

Attraction sociale

81
La création de la structure « MAMI » (Maison d’Accueil Multiservices
Intergénérationnelle), qui regroupera une crèche, un encadrement de projet
professionnel pour adulte et sera une passerelle vers la maison de retraite pour
les personnes âgées.

 Atout habitat

Inciter la réhabilitation

Lancer une opération OPAH (Opération Programmée pour l’Amélioration de


l’Habitat) sur le centre ville en partenariat avec l’ANAH (Agence Nationale pour
l’Amélioration de l’Habitation).

Accession à la propriété

140 logements seront créés répartis entre le centre ville et « la Baume » au Nord
du périmètre.

La « charte qualité » pour le bâti de la ville

En faisant appel à un spécialiste de la couleur, il établira une charte qui servira


de référence pour tous les travaux touchants l’aspect extérieur du bâti ainsi que
les devantures commerciales. La ville participera financièrement aux travaux
pour favoriser leur mise en valeur.

Lorsque l'équipe de la maîtrise d'ouvrage commence la rédaction du programme, le


projet n'est généralement pas définitivement décidé. L'objectif principal de l'équipe de
programmation est donc de conforter la décision en démontrant l'intérêt du projet, en
convainquant l'ensemble des décideurs au sein de l'entreprise, et en mobilisant le personnel.
Le risque est d'essayer de répondre à toutes les questions, à toutes les inquiétudes, et par là
même de rendre le programme trop spécifique alors que les demandes ou intérêt peuvent
très vite évoluer.

Par ailleurs, le maître d'ouvrage et l'équipe de programmation, n'ont pas les moyens
d'anticiper ce qui dans le programme est de nature à contraindre l'architecture et restreindre
la flexibilité, ceci laisse ouvertes les options. C'est dans ce domaine que l'expérience de
l'architecte est particulièrement utile.

C’est pour ces raisons que l’équipe composée pour cette opération trouve toute sa
pertinence ainsi que sa qualité.

82
6 – Etablissement du Projet

Etablir un projet urbain consiste en un jeu d’acteurs complexe, dont les attentes sont
différentes de par leur statut et leurs objectifs. Il est donc intéressant d’essayer de discerner
comment on peut produire un projet, suite à un programme et par l’interaction des différents
enjeux de chacun.

6.1 PRODUIRE ET TENIR UN PROJET

Pour maîtriser la qualité de programmation tout au long du projet, l'architecte et le


maître d'ouvrage doivent être d'accord sur un certain nombre de grands principes :
• les objectifs de qualité,
• l'organisation,
• l'anticipation des difficultés,
• le contrôle de l'évolution du projet,
• des rencontres régulières de revue de projet,
• le respect les contraintes de production de l'architecte et des bureaux d'études.

Cependant, la tendance naturelle d'un projet est généralement de perdre en qualité


tout au long du processus de conception et de construction et ceci par deux phénomènes. Le
premier est la perte des surfaces utiles résultant de différents facteurs tels que le sous-
dimensionnement initial des aménagements routiers, des espaces intermédiaires entre voies
de circulation et trottoirs (avec les plots anti-stationnement), etc. Et le second est le
dérapage naturel des coûts et des délais qui conduisent généralement le maître d'ouvrage à
demander des économies sur les matériaux et matériels ainsi qu’à des modifications de
programme qui peuvent altérer la cohérence du projet.

Les objectifs de qualité sont différents suivants les projets, les intervenants, et les
phases du projet. La maîtrise de la mise au point du projet passe nécessairement par un
accord entre le maître d'ouvrage et l'architecte sur la qualité du projet.

Pour l'architecte, Serge Botello, la qualité se décline souvent en une qualité


esthétique, une qualité des matériaux et matériels ainsi qu’une qualité lors de la mise en
œuvre.

Pour le maître d'ouvrage, la SEMEXVAL, qui fait aménager un territoire, la qualité


réside dans la facilité d'usage de l’espace, dans la solidité et la fiabilité des matériaux
utilisés, dans la capacité à évoluer ainsi que dans l'intelligence du choix architecturaux et
techniques (économie, simplicité, esthétique, etc.).

83
Pour la directrice de projet, le maire de La Valette du Var, soucieuse du
respect des coûts et des délais, la qualité concerne surtout les fonctionnements de l'équipe
de maîtrise d'œuvre, qui se décline en plusieurs points :
• la qualité des membres de l'équipe

• la disponibilité et la réactivité des responsables


• la performance du processus de production des études (respect des délais, mise
à jour rapide et cohérente, dialogue efficace entre architectes et ingénieurs,
etc.) ;
• la fiabilité des décisions (hiérarchie de l'organisation, rigueur des circuits
décisionnels, etc.) ;
• la dynamique et l'esprit d'équipe (pour affronter les coups durs, etc.).

L’organisation de la production du document est donc très importante. L'expérience


montre que le maire, maître d'ouvrage d'un projet important et complexe, ne sait pas
exactement formuler ses demandes, et sa stratégie évolue avec le projet. Pour les
architectes, c'est un vrai problème de constater que ce qui est dit ne reste pas pertinent
pendant longtemps.

Dans ces conditions, l'architecte doit établir une stratégie de prise de décision pour
laisser ouvertes les options le plus longtemps possible. En contrepartie, une fois les
décisions prises, il faut que la mécanique de production fonctionne sans interruption ni
remise en cause. La préparation de ce planning rigoureux de prise de décision et de
production doit être confiée à des spécialistes du pilotage. Il doit être approuvé par le maître
d'ouvrage et s'impose à tous.

Cette mécanique suppose des processus de prises de décision précis, des moyens
de production informatiques adaptés, et une équipe solidaire, cohérente et motivée. Lorsque
la mécanique de production est lancée les modifications ne peuvent plus être acceptées que
pour des points limités et avec l'assentiment de la plus haute autorité, le maire de La Valette
du Var car l'impact sur les délais et sur les coûts est alors inéluctable.

C’est par ce processus théorisé précédemment qu’un projet de près de 40 millions


d’euros à pris place sur le territoire de La Valette du Var en 2004.

Ce projet se veut cohérent. Il n’est pas possible pour les décideurs de dissocier
plusieurs zones au sein du périmètre de l’opération d’aménagement pour lui donner plus de
cohésion. Le projet se réalise en trois axes qui sont trois types d’actions différentes et

84
indépendantes par leur application mais cohérentes entre elles.

L’OPAH, Opération Programmée de l’Amélioration de l’Habitat, en partenariat avec


l’ANAH est en cours de programmation. Il fait suite à une OPAH lancé dans les années 90 et
veut lutter contre le principe des marchands de sommeil agissant sur le territoire.

La Charte Urbaine est un document et une subvention qui s’applique à tous le


secteur centre ville pour favoriser les propriétaires d’immeubles dégradés à restaurer les
façades tout en instaurant une obligation de qualité.

Et le Projet urbain « Cœur de Ville », qui est l’intervention la plus onéreuse et la plus
importante, met en place tous les principes d’actions applicables sur ce territoire, ainsi que
les différentes interventions portées sur les espaces publics du périmètre d’étude.

85
6.2 OPAH

L’OPAH (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat) est un outil


qui a pour objet la requalification générale d’un ou plusieurs quartiers par la remise sur le
marché de logements réhabilités ainsi que le maintien des services de voisinage et du cadre
urbain : espaces publics, services,… Plus explicitement, il a pour but le traitement des
copropriétés dégradées, la remise sur le marché de logements vacants, de logements
familiaux, le maintien de la vocation sociale du parc privé. La conservation des loyers
intermédiaires participent à la lutte assez générale pour le maintien et la recréation de la
diversité dans les centres anciens. Autant de fonctionnalités qui permettent d’obtenir des
résultats en matière de diversité de l’habitat.

La souplesse thématique et territoriale de l’outil en fait un moyen de diversité


privilégié sur des secteurs prioritaires des centres et des quartiers entiers. L’OPAH permet
d’aider les propriétaires réalisant des travaux, et en termes de diversité souscrit à maintenir
une offre insérée et à éviter le marquage et la dévalorisation par la réhabilitation d’un
patrimoine privé. L’OPAH contribuent explicitement aux objectifs de la LOV (Loi Orientation
pour la Ville) dont le but essentiel est de lutter contre la tendance à la concentration de
l'habitat social dans certains quartiers ou dans certaines communes.

A La Valette du Var, cet outil a déjà été mis en place dans le centre ville au milieu des
années 90. Les objectifs de cette première Opération Programmée d’Amélioration de
l’Habitat étaient de deux grands ordres. Le premier était d’inciter les particuliers à porter une
attention dans l’esthétique extérieure du bâtiment avec l’enlèvement des réseaux sur les
façades par exemple. Le second était la mise aux normes des aménagements intérieurs des
immeubles avec la réhabilitation des cages d’escalier ainsi qu’une rénovation intérieures des
habitations pour obtenir des logements moins vétustes et conforme aux différentes normes
nationales (électriques, gaz de ville...).

Ce programme d’actions a connu un bilan mitigé. L’implication des propriétaires n’a


pas atteint les objectifs attendus par la collectivité. Moins de 30% des propriétaires ont
réalisé une intervention sur leurs appartements grâce aux subventions accordées par la
municipalité. De ce fait, trop de logements et d’immeubles sont encore insalubre, autant au
niveau architectural qu’intérieur.

Suite à cela, une nouvelle OPAH est en programmation, dont l’application se fera
durant la période du projet, 2004-2011. Elle sera un outil supplémentaire pour répondre aux
fortes demandes dues à l’application du projet d’aménagement « Cœur de ville ».

86
6.3 CHARTE ARCHITECTURALE

La Charte urbaine est un des éléments clés de l’opération. Le projet Cœur de ville ne
concerne pas uniquement les espaces publics et le bâti occupe une place prépondérante.
L’architecture dont il est chargé exprime des influence culturelles diverses et l’identité du
site. Sa revalorisation est fondamentale.

« L’architecture est l’expression harmonieuse d’un savoir-faire parfaitement maîtrisé :


c’est le geste juste de l’artisan qui connaît son outil, les matériaux qu’il a choisi d’utiliser, le
site et son climat, et l’usage qui sera donné à sa construction. Notre Cœur de Ville portera
tout cela en lui. » Christiane Hummel.

Périmètre d’application de la Charte Urbaine

La région n’est pas unitaire. Il y a des particularités, fruits de culture et d’influences


variées, des modes de construction ou des courants qui ont suivis les immigrations
successives parfois complexes. Mais il y a aussi des constantes : c’est la terre, le sol qui
fournit la pierre et le sable dont on fait les maisons. L’harmonie du paysage provençal est
faite de façades blanches, grises ou légèrement ocrées, dorées, des enduits à base de
chaux et de sables ocre, jaunes, orangés ou rouges. C’est le fruit de ce que « l’homme
provençal » a trouvé sous ses pieds.

Lorsqu’un centre ancien peut ainsi conserver ou retrouver sa marque originelle, c’est
évidemment un label et un atout promotionnel : on attire les touristes mais aussi la
population et l’activité commerciale. On sort des quartiers anciens de la paupérisation.

87
A - Mise en place

Pour répondre à cela, en 2004, la mairie et la SEMEXVAL ont fait appel à un


spécialiste. Bruno Goyeneche, est celui qui a développé ce projet. Il est architecte de
profession spécialisé dans la couleur et se définit comme un coloriste lié à la ville. Son
métier doit prendre en compte les couleurs de toute une ville avec les façades, les
bâtiments, les rues, les commerces, etc pour pouvoir harmoniser l’ensemble. Cet architecte
n’est pas débutant, il a une expérience reconnue du fait d’avoir déjà réalisé des travaux
similaires notamment pour des grandes villes du Var à La Ciotat, Draguignan et Toulon mais
aussi à Nice, Vintimiglia... B. Goyeneche a créé son cabinet d'architecte en l976 et exerce sa
profession sous forme libérale dans les départements de la région PACA et plus
particulièrement dans les Alpes Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence. Il est aussi
Président de Fédération Française de la Couleur. Cela en fait un acteur de choix pour
l’opération « Cœur de Ville »

« Une ville, espace symbolique, ne peut conserver son identité qu'en préservant et en
restaurant les traces de son passé. Ce souci n'est pas seulement nostalgique : le paysage
urbain doit en effet rester stable afin d'assurer les fonctions essentielles de continuité, de
repérage et d'identification. Cela est valable pour toutes les villes mais encore plus pour des
cités chargées d'histoire et qui ont souvent pour vocation d'être les capitales artistiques et
culturelles de leurs régions. Un large consensus existe d'ailleurs la plupart du temps dans la
population citadine en faveur de la continuité du paysage historique, de la sauvegarde et de
la mise en valeur du patrimoine architectural et urbain des villes. » Bruno Goyeneche.

Sur le projet, l’architecte coloriste devient dans un premier temps une aide à la
décision. Il explique à la maîtrise d’ouvrage ce qu’il faudrait réaliser : proposition d’études et
développement d’un programme d’action. Suite à l’acceptation de sa programmation et
grâce à la confiance qui lui a été accordé, B. Goyeneche lance les études et détermine un
dossier complet pour la mise en œuvre d’actions : une Charte urbaine.

Cette Charte comporte les tableaux chiffrés d’aides et subventions ainsi que toutes
les recommandations architecturales. Ces derniers concernent l’intégralité des éléments
organisant l’aspect extérieur d’un bâtiment. Cette charte s’est aussi développé sous la
contrainte le l’Architecte des Bâtiments de France. Du fait de la présence de la porte de
l’église, classée monument historique. Ce document a dû être conforme aux volontés de
l’ABF pour pouvoir obtenir son approbation et une future application.

88
La charte s’organise suivant les points détaillés suivants pour obtenir une cohérence
et une pertinence architecturale conforme à l’histoire du centre valettois.

Les enduits et peintures

Cette partie du document explique comment agir sur une façade avec les différentes
interventions nécessaires pour restaurer un bâtiment. Les recommandations et proscriptions
des typologies d’actions (badigeons à la chaux, peintures minérales aux silicates et peintures
siloxanes) sont des points fondamentaux pour le choix du ou des propriétaires.

La couleur de façades

C’est une des parties clé de la charte architecturale.


Elle fournit le nuancier des couleurs suivant la typologie de
façade, les teintes « sables » ou les teintes « vives ». C’est
cette partie qui est fondamentale pour la commune puisque la
palette des couleurs va se retranscrire ensuite sur tout le
centre ville. Un mauvais choix de propositions de couleurs
aura des conséquences sur l’image que reflèteront les
bâtiments du centre ancien.

Fenêtres et volets

Cette partie fixe les interdictions fondamentales comme les éléments en PVC
(fenêtres en PVC, volet en « Z »...) pour favoriser les persiennes.
Les recommandations sont aussi d’ordres architecturales avec
l’interdiction de reboucher partiellement une ouverture ou de ne
pas respecter leurs alignements tout en favorisant la mise en
valeur des encadrements en relief ou peints.

Les décors en façade

Volonté de révéler les ouvrages en pierres de taille, qui ont été très souvent
dissimulés sous les crépis et peintures, ainsi que les décorations de style « éclectique ». Une
palette de couleur des teintes de pierre est aussi imposée.

Portes d’entrées

Leurs formes et leurs décorations ont été conservées au cours des siècles, c’est
pourquoi la charte interdit leur remplacement par des portes industrielles et privilégie la
restauration et la mise en valeur des encadrements.

89
Toitures et zingueries

La typologie des matériaux à utiliser pour les toitures et gouttières est ici imposée.
Une utilisation de tuiles dites industrielles créeraient des ″tâches″ au sein de l’uniformité des
tuiles des bâtiments du centre La politique sur les zingueries veut créer une uniformité au
sein du périmètre d’action et éviter tous les dérivés utilisés jusque là.

Devantures commerciales

Ces recommandations sont clés pour le centre. Les


devantures étant trop hétéroclites, une uniformisation doit permettre
de redonner une homogénéité à l’espace sans pour autant dissimuler
les commerces. Ce chapitre fixe la disposition des enseignes pour
s’intégrer au bâtiment, ainsi que les matériaux et la couleur des
devantures. Il permettra à terme d’intégrer le commerce au bâtiment et offrir un paysage de
commerces provençaux au centre valettois.

B - Mise en œuvre

La mise en application de la Charte architecturale sur le terrain se fait assez


rapidement. Cette mesure se veut incitative grâce aux subventions accordées par la mairie à
tous les propriétaires réalisant des travaux équivalentes à 40 % du coût global. Ce taux est
considéré comme élevé comparativement aux programmes similaires mise en place sur
d’autres communes.
La mise en œuvre est rapide. Grâce à la SEMEXVAL, B. Goyeneche s’est vu
accorder les moyens de réaliser une plaquette de communication incitative. La qualité du
document et son contenu permettent à l’architecte de mettre en confiance le propriétaire
intéressé. La diffusion de l’opération est plus rapide et permet d’offrir un panel de choix aux
intéressés contrairement à des simples documents très sommaires et trop théoriques.
Cette mise en œuvre est donc relayée par des documents de publicité de la
SEMEXVAL, la plaquette « La Valette, Couleurs et architecture », mais aussi par la mairie.
La municipalité possède un journal mensuel sur la vie de la commune, les aménagements,
projets, la vie sociale, etc. Ce média reçu par chaque foyer a joué un rôle majeur dans la
diffusion de l’information. A cela s’ajoute de nombreuses réunions publiques qui ont été tenu
pour présenter le projet cœur de ville, et a permis à C. Hummel d’expliquer cette Charte à de
nombreux propriétaires du centre ville.

90
De plus, l’architecte Bruno Goyeneche assure une présence, un jour par semaine,
sur une tranche horaire fixe, pour permettre à toutes les personnes intéressées de consulter
l’architecte et d’être conseillé gratuitement pour une future action sur leur immeuble. Ce
dispositif est clé pour une politique qui veut atteindre le plus de personne possible. Une
disponibilité des acteurs clés ainsi que des conseils sans frais incitent les propriétaires à
venir et à agir sur leur immeuble dégradés.
La Charte urbaine fonctionne très bien dès son lancement grâce aux différents
documents et actions utilisés. Les résultats des premiers ravalements de façade et la qualité
obtenue visibles incitent aussi de nombreux propriétaires à réaliser des travaux. En effet, la
vision de travaux réussit chez les « voisins » donne souvent l’envie de réaliser des actions
subventionnées similaires sur des bâtis dégradés.

Cependant, la mise en œuvre de cette Charte urbaine est actuellement en latence.


En 2006-2007, les principales voiries du centre sont en rénovation, la poussière engendrée
et la perte de la qualité urbaine due aux travaux font peur à la population locale. Les
propriétaires reportent donc leurs projets de ravalements à la fin des travaux de voiries, à
proximité de leurs bâtiments, pour ne pas obtenir une façade sale au bout de seulement
quelques semaines.

Le succès de cette Charte, ainsi que la volonté de faire durer l’opération sur plusieurs
années pour obtenir un centre ville « neuf », se traduit par une insertion prochaine de la
Charte dans le Plan Local d’Urbanisme. Il permettra ainsi d’imposer à tous des travaux de
façades de qualité valorisant la qualité du centre ville.

91
6.4 LE PROJET

Après plusieurs mois d’études, d’analyses et de conceptions, le bureau C+B


Architectes fournit le travail final suivant, annexe 4 & 5.

92
Ce projet reprend toutes les volontés initiales du maire. Cependant, ses actions ne se
sont pas développées sur tout le périmètre initialement prévu par la convention
d’aménagement. Elles se sont concentrées au sein du Cœur de Ville historique de La Valette
du Var ainsi que dans le « domaine de La Baume » à 200m au Nord Ouest du centre.

Grâce à la convention publique d’aménagement en faveur de la SEMEXVAL, les


opérations de constructions d’habitations peuvent être maîtrisées. Ce n’est pas un promoteur
privé qui cherche à produire du bénéfice, mais une entreprise qui agit au nom de l’intérêt
général. Le projet a donc une véritable qualité de par ses choix et sa conception.

Ce projet s’est aussi fait en relation avec l’Architecte des Bâtiments de France (ABF),
du fait de la présence de la porte de l’église classée monument historique. Cependant son
influence est limitée du fait que se soit le principe de co-visibilité qui contraigne. Concerté à
plusieurs reprises durant le processus de montage du projet, l’Architecte des Bâtiments de
France, a complètement adhéré. Une phrase exprime très bien son point de vue sur
l’opération : « La Valette du Var est une des rares villes que je trouve bien, la typologie du
projet correspond exactement à ce dont à besoins le village ». C’est cet architecte qui a
recommandé Serge Botello pour développer le projet « Cœur de Ville ».

Le schéma de la page précédente retranscrit tous les « atouts » demandés par le


programme. Les atouts de perception, de circulation, d’activités et d’habitat sont repris sous
les directives que nous allons développer dès le chapitre suivant.

93
A - Ceinture de ville et coulée verte

La ceinture de la ville est la zone incontournable que tous les usagers doivent
emprunter pour se rendre au centre ville. C’est aussi un des passages les plus fréquenté
avec notamment la circulation des bus. De ce fait, ces axes
renvoient une vision des alentours du centre assez
mauvaise. C’est une image trop urbaine du fait de la
présence d’immeuble d’architecture 70’s et de rues larges
peu aménagées et pas mises en valeur. ces avenues sont
essentiellement conçues pour les voitures alors que l’on se
trouve dans des quartiers résidentiels.

La ceinture se compose des avenues A. Briand, coté Est, Trémolières au Sud et de la


ième
9 DIC à l’Ouest qui sont des larges artères bordées par des ensembles immobiliers.

Le principe de projet consite en un aligements d’arbres qui


va renforcer l’ossature urbaine et redonne une homogénéité à
l’espace. Ce ruban vert, en structurant la périphérie, favorisera la
perception d’une unité visuelle et offrira un cadre de vie agréable
aux piétons tout autour du centre. Ces espaces trop minéraux et
inadaptés vont devenir une ceinture verte, comme le connaissent
de nombreux centres villes des grandes villes, mais à l’échelle du
centre ville de La Valette du Var.

Le ruban végétal sera adaptés aux conditions de dessertes de îlots avoisinants grâce
à un terre plein central large et arboré.

Nous allons développer brièvement le cas de l’avenue de la 9ième DIC à l’Ouest du


centre. Cette avenue est assez large, composée d’ une fois deux voies et d’une contre allée
avec des stationnement en épis. Le piéton est dans cette zone laissé pour compte. En effet,
cette voie est en partie arboré, coté Est de la voirie, où se trouve les stationnement. Les
trottoirs y sont impraticables, le piéton est obligé de traverser pour aller sur un trottoir sans
aucune ombre, un comble pour une ville du Sud. Le projet résoud donc cette exclusion en
réalisant une coulée verte mélant végétation, circuit
d’eau et cheminement piéton. L’espace automobile
est réduit au minimum tandis que les stationnement
sont déplacé à 50m à la place Jean Jaurès dans le
parking souterrain. Les matériaux seront en
harmonie avec le centre.

94
B - Les entrées de ville

Les portes sont des zones clés pour n’importe quelle opération d’aménagement. Elles
offrent la première image que les visiteurs, et usagers vont percevoir d’un quartier ou d’un
centre ville. Pour le projet cœur de ville, cela se traduit par quatre grandes portes d’où l’on
peut pénétrer dans le centre ville. Elles se localisent aux quatre points cardinaux : au Nord,
au Sud, à l’Est et à l’Ouest.

Ces « images » de la ville se sont voulues différentes suivant les zones d’entrées.
L’uniformité n’a pas été l’élément fédérateur pour développer ces secteurs de l’opération.

• La porte Nord

Il s’agira d’inscrire ce site dans la continuité visuelle avec l’extension nord de la ville
et de recréer une transition avec le cœur de ville. Retrouver l’idée d’une porte, d’un passage
et limiter le rôle de l’automobile en sont les points clés.

• La porte Sud

L’aménagement consistera à limiter l‘importance du carrefour en créant un sens


unique qui permettra de réduire l’impact de la voirie sur l’espace public et redonner un
espace végétal piétons ouvert et en direction vers le centre ville. Cet espace sera « une
nouvelle respiration urbaine ».

• La porte Ouest

C’est la place Jean Jaurès qui accueillera un futur parking souterrain. Le carrefour
Jean Jaurès sera redessiné et reprendra la logique de la ceinture verte du centre ville. Les
piétons vont retrouver leur place avec des espaces plus grands devant les commerces
tandis que les restaurants pourront installer aisément des terrasses.

• La porte Est

Cet espace est celui que l’on va approfondir. En


effet, il est important de prendre un exemple plus en détail
pour connaître et comprendre comment il peut être pensé
et qu’est-ce qui est pris en compte pour dessiner un
espace.

95
Ce croisement fait partie des difficultés urbaines de La Valette du Var. C’est un goulot
étroit, au débouché d’une vaste avenue urbaine et qui cache au regard l’axe commercial
principal, la rue Char Verdun. De plus c’est une des entrées de ville les plus empruntées.
L’immeuble visible sur la photo comporte un musée, mais invisible pas les personnes de
passages ainsi que tout ceux qui ne connaissent pas La Valette.

C’est donc tout un patrimoine et une image ternie par des aménagements aujourd’hui
dépassés qu’il est nécessaire de revaloriser. Pour cela un grand projet a été conçu.

Ce carrefour est la première rencontre et il doit exprimer la relation de la ville avec


son patrimoine. L’accent est mis sur le traitement des espaces urbains et le revêtement de
sol. En effet, le pavage et le
rétrécissement de la voie pénétrant
dans le centre ville fait comprendre
immédiatement aux véhicules que ce
n’est plus un espace pro-voiture mais
pro-piéton. La réappropriation de la ville
par le piéton sera ici amorcée : la
voiture est volontairement déviée sur
l’avenue Aristide Briand, alors que les
voies piétonnes sont élargies.
Cet espace figure aussi dans la ceinture verte voulu par le projet d’ensemble. Les
voies seront arborées tout en laissant un large champ visuel et une perception immédiate de
l’entrée au sein du village.
L’espace bâti n’en est pas délaissé. Le
bâtiment faisant l’angle de la rue Char Verdun
et abritant en partie le musée transmet une
mauvaise image, une impression massive et
dégradée. Ce bâtiment, le Moulin, va être
réhabilité pour permettre d’accueillir sur tout le
rez-de-chaussée un musée d’art contemporain.
L’architecture redessinée va appeler le passant
et attirer le regard.

Cet espace va connaître un certain bouleversement par ses usages et sa perception,


mais il donnera une image d’entrée de ville digne du projet cœur de ville de La Valette du
Var. Cette réorganisation marquera enfin l’espace, trop souvent banalisé par des
interventions classiques.

96
C - Les places

Les places au sein du centre ville sont des points stratégiques mais bien trop souvent
délaissées ou peu mises en valeur. Le programme faisait référence à 7 places, l’architecte a
donc voulu les retravailler pour leur redonner leur fonction et créer de nouvelles animations.

Comme le montre la photo ci-contre, les places de La Valette


du Var ont été grignotées par la voiture depuis plusieurs
décennies faisant de l’ancienne place du village un parking.
Les commerces ainsi que les espaces publics sont
dévalorisés et le piéton n’a pas sa place. Il y a donc un réel
besoin de retravailler ces places pour redonner un nouvel
élan et dynamise à ces secteurs au très fort potentiel.

Nous allons prendre le cas de la place Léopold Maurel, vue depuis le Sud sur la photo
ci-dessus, pour comprendre quelles sont les idées directrices pour revitaliser ces espaces.

Cet espace va être reconquit par le piéton, expulsé


auparavant par les voitures. La place Maurel va retrouver un
espace ouvert, avec une végétation limitée pour qu’elle
retrouve une certaine relation avec le ciel. Les façades seront
alors mises en valeur et l’espace, auparavant très fermé par de
très grands arbres, va retrouver une image de place.

L’architecte, Serge Botello, redonne aux commerces et


restaurants qui sont actuellement présents de larges terrasses
pour redonner vie à l’espace. La fontaine et son obélisque
seront déplacés vers l’extrémité Sud, pour mettre en valeur le
réseau d’eau et le mobilier urbain et les jeux de lumières vont venir « habiter » la place de
jour comme de nuit. La carte et le photo montage
ci-contre montre le principe d’aménagement.
« L’ancienne ″place du village″ retrouvera son
ancien statut de place principale avec son âme
provençale à cœur ouvert ». S. Botello. Cela de
traduit bien par un espace ouvert, offert aux
piéton qui retrouvera le dynamisme perdu depuis
de nombreuses années.

97
D - La Perception urbaine

Une bonne perception se traduit par une unité. A La Valette du Var, l’ensemble du
centre ville ne possède pas de cohérence. Hormis la typologie du bâti inchangé depuis plus
d’un demi-siècle, les façades, les matériaux du sol ainsi que le mobilier urbain ne sont pas
uniformes. Chaque intervention a été ponctuelle, avec les matériaux les moins chers et
suivant la mode du moment. Ceci a engendré une perte de qualité de l’espace et un
dysfonctionnement dans la perception.

Le projet veut redonner une vraie perception urbaine dans tout le centre.

Nous allons prendre le cas de l’avenue Char Verdun, axe majeur traversant le centre.

Cet axe va être entièrement remodelé. Tout d’abord, le choix des matériaux va
devenir un élément structurant pour la perception des différents espaces. L’histoire du centre
va ressortir grâce aux couleurs des sols. Le « socle
médiéval » sera matérialisé par les pavés de porphyre
(couleur sombre), la zone piétonne plus large sera en

dalles de comblanchien (couleur claire). Elles seront


Porphyre Comblanchien
disposées, au Nord de l’église de façon à matérialiser
d’une part, les terrasses des cafés et des restaurants et d’autre part, une bande de
circulation piétonne libre de tout obstacle. Ces matériaux apportent une meilleure lisibilité
des espaces et, grâce à un choix d’uniquement deux matériaux, les sols deviendront une
vraie unité au sein de tout le centre ville.

L’espace public et la voirie doivent devenir eux aussi un ensemble homogène perceptible.

Comme le montre ce photomontage, les


espaces et bâtiments doivent pouvoir être lu et
compris depuis de très nombreux points clés du
centre. Le bâtiment au centre-gauche de cette
image est la Tour du Barri Fondu. C’est cet
édifice qui a notamment permis de mettre le
bureau C+V Architectes à la tête de ce projet
comme nous l’avons expliqué dans la partie
« Mise en place du Programme » de ce mémoire. Sur cette image nous pouvons très vite
comprendre que la voiture n’a pas réellement sa place dans cet espace. La voie est
confondue au trottoir, du fait de sa surélévation et ainsi que par ses matériaux.

98
Le piéton retrouve entièrement sa place dans l’espace contrairement à l’ancienne
organisation où il en était exclut. Comme le montre les images ci-dessous, la chaussée est
considérablement réduite tandis que les trottoirs conservent les arbres importants et
permettent de pouvoir déployer des terrasses, des étalages de fruits et légumes... Le
mobilier urbain sera composé d’éléments uniquement en fonte (plots contre le stationnement
sauvage, l’éclairage, les vasques pour la floraison de l’espace...). Cette typologie de voirie
sera conduite tout au long de l’axe principal, avec des aménagements différents des trottoirs
suivant les largeurs de voiries. Il permet d’obtenir une uniformité dans l’organisation de
l’espace. Ceci permet d’obtenir une perception de l’espace uniforme. Entre une personne
entrant par une des portes du village et une personne entrant par une voie secondaire, la
perception des voiries principales sera la même.

″ Les axes commerciaux du centre ville retrouveront une vitalité et une harmonie
grâce à des trottoirs bien dessinés et identifiés, et une lecture claire des éléments de
composition de l’espace urbain. Les différents revêtements de sol et le mobilier urbain en
sont les éléments principaux.″ S. Botello

99
E - Les Pôles de stationnement

Toute la logique du projet repose sur l’accessibilité du piéton dans le cœur de ville. Le
passage de la voiture est réduit au maximum dans le centre ville pour favoriser l’espace
piétonnier. Pour cela 130 places du centre ville sont retirées entre l’avenue Char Verdun, la
Place Maurel et la 9ième DIC). Elles ne sont pas pour autant supprimées au sens propre du
terme mais déplacées. A ce titre, 3 pôles de stationnements gratuits seront implantés aux
trois nouvelles entrées.
Il existe déjà le parking souterrain Charles de Gaulle à l’Est du centre, limitrophe à la
mairie, construit en 1989. C’est le seul parking souterrain gratuit dans l’agglomération. La
politique de la mairie n’est pas dissuasive pour limiter le stationnement proche du centre,
mais incitatif, pour venir consommer et désengorger les stationnements du centre. Aucune
voirie ni stationnement n’est payant sur le territoire de La Valette du Var.
Le projet met donc en place trois
nouveaux pôles de stationnement. Un parc
de stationnement de 60 places sera créé au
Nord de la commune à coté de la salle des
fêtes Pierre Bel. Le second à proximité du
futur parc en face du collège Alphonse
Daudet, de 80 places. Le plus important
reste néanmoins celui de Jean Jaurès. La
rénovation de la place va permettre de créer
un parking souterrain sur plusieurs niveaux.
Le nombre de place était fixé en 2004 à 200,
mais est à l’heure actuelle (en 2007), d’une
capacité doublée, portant la capacité à 408
places. Il va permettre la suppression des
places du centre mais aussi, et surtout, de
capter une clientèle venu de l’Ouest, de
Toulon, qui avait des difficultés pour se garer
du fait de la complexité à atteindre le parking
de Gaulle.
Cette réorganisation des pôles de stationnement, leur facilité d’accès ainsi que leur
gratuité va permettre d’accroître les consommateurs potentiels et de relancer l’économie du
centre ville. Il permettra aussi de supprimer les stationnements de surface et laisser place à
des cheminements piétons ainsi que des aménagements paysagers.

100
F - Développement de l’habitat

La commune a une forte demande de logements. En redéfinissant son centre ville,


l’architecte souhaite y apporter une réponse. Grâce à un partenariat avec l’ANAH (Agence
Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) une centaine d’appartements seront réhabilités
comme nous l’avons détaillé précédemment. A cela, s’ajoute la construction de près de 190
logements.
La commune a voulu densifier le centre ville et combler les zones « creuses ». Dans
le centre ville, des petits terrains vagues en bordure des grandes voies seront construits en
continuité avec l’existant pour combler ces espaces. De plus, la place Jean Jaurès va être
entièrement rénovée. Ses contours se voulant palpables, l’espace Est de la place va être
bâti pour obtenir une place ceinturée et non ouverte.
Le programme majeur au niveau de l’habitat se trouve au Nord du périmètre, à la
Baume. Cet espace va être divisé en deux, une partie sera le « poumon vert » du centre ville
avec la création d’un parc urbain d’environ 1 ha et la réhabilitation de la maison de maître qui
s’y trouve. Cette maison, à l’architecture provençale, sera remise en valeur. Le reste de cet
espace comportera une grande opération d’habitat vouée à l’accession.
Cette opération est présentée ci-contre, sur la
partie haute de l’image. L’organisation n’est qu’un
principe. Cependant, l’aménageur prévoit de bâtir des
immeubles comportant au total près de 140 logements.
C’est une des grandes opérations du projet. Les
bénéfices engendrés par une telle opération vont
permettre de financer en partie le parking souterrain vu
précédemment. De plus, cette opération conduite par la
SEMEXVAL et non par un promoteur privé, permettra de
dégager des bénéfices pour la commune et non pour un
tiers. Sans la SEMEXVAL, la commune serait dans
l’incapacité de réaliser une telle opération avec la
redistribution des bénéfices dans les pertes.
L’atout habitation cité dans le programme se
traduit avec le projet par la densification du centre ville,
répondant à un grand principe de la loi de Solidarité et
de Renouvellement Urbain (SRU) et la mise sur le
marché de nombreux logements neufs très proche du
centre.

101
6.5 LES PRINCIPES D’ACTION DE MISE EN ŒUVRE

Développer un projet urbain n’est pas seulement un plan. Cela va bien au-delà. C’est
agir à petite et grande échelle, penser aux vulnérables sans supprimer la voiture et préférer
l’espace durable au lieu d’un espace à la mode.

A - Principe de « Designing in reverse »

De nombreux désagrément naissent des différences trop grandes entre les vitesses
de déplacement des usagers et leurs places au sein de l’espace : personnes à mobilités
réduite, piétons, cyclistes, cyclomoteurs et automobilistes.

Les bruits, la pollution et l’espace gelé par le stationnement ont fait conclure un peu
rapidement à certains technocrates qu’il fallait systématiquement séparer ces différents
courants de circulation pour obtenir un espace voiture et un espace piéton. C’est bien
uniquement dans des cas spécifiques. Mais il n’est pas bon d’éliminer le spectacle de ces
divers moyens et les contacts nombreux qu’ils permettent de nouer (ne serait-ce que
visuels : de la voiture on peut voir les commerces, la vie piétonne et avoir envie de revenir).
Aménager les croisements sans dangers ou des parcours tangentiels lorsque ce n’est pas
possible mais aussi créer des lieux de stationnement, à exclure des espaces repensés, ne
sont pas des solutions d’aujourd’hui mais plutôt d’hier, tandis que la séparation à tous prix
est une solution d’avant hier.

Les aménagements conçus à l’heure actuelle doivent être prévus pour la protection
des usagers les plus vulnérables. Les véhicules à moteurs, bruyants et trop rapides, donnent
un fort sentiment d’inconfort. Un aplatissement de tous les modes de déplacements sur la
voirie est indispensable pour obtenir un espace public confortable pour tous.

Ce principe de mixité des modes doit se traduire pour le projet via le principe
« Designing in reverse », qui équivaut à concevoir à l’inverse des pratiques classiques. Les
politiques d’aménagements classiques conçoivent l’espace pour la voiture et y insère le
piéton. Concevoir à l’inverse de cela est désormais de plus en plus important pour notre
société. C’est la vie quotidienne qui doit primer sur les déplacements automobiles. Une
hiérarchie des modes de déplacement existe dont leur place est en fonction de sa
vulnérabilité, la voiture est en bas de l’échelle, tandis que l’enfant ou la personne à mobilité
réduite est en haut. L’aménagement de l’espace doit être pensé pour les enfants, ensuite on
y insère les besoins des piétons, puis les vélos et enfin, en dernier temps, on considère la
voiture. C’est une révolution dans la conception mais c’est ensuite une qualité de vie qui est
gagnée sur le terrain.

102
Ce projet « cœur de ville » reprend ce principe. Les espaces publics sont pensés
pour le piéton avec de nombreux aménagements avec notamment la chaussée au même
niveau que le trottoir pour montrer aux véhicules qu’ils se trouvent dans un espace piéton, un
espace piéton plus important que l’espace voiture... Cependant, ce principe est aussi à
relativiser du fait de l’impossibilité de supprimer la voiture du centre et par la présence de
rues étroites qui ne permettent pas d’aménagements importants. L’espace valettois ainsi
rénové se voudra agréable, de qualité et durable.

B - Agir sur le terrain

De par son expérience et suite au programme initial formulé par l’architecte,


l’opérateur aménageur SEMEXVAL a acquit les directives de ce qu’il faut faire et ne pas faire
pour la suite de l’aménagement, la concrétisation de l’opération sur le terrain. Ces directives
sont très importantes pour la réussite du projet. En effet un programme puis un projet
d’excellente qualité ne suffit pas pour que l’opération soit une réussite. Il est donc important
de se questionner sur l’importance du terrain et notamment à la disposition des éléments,
des voies, du mobilier urbain... Pour illustrer cette notion nous pouvons prendre l’exemple
des bancs, éléments de sociabilisation forts. Chacun comprends aisément que les divers
placements de quatre sièges incitent ceux qui y sont assis à des relations différentes selon
leurs positions réciproques :

- Si ces sièges sont alignés à une grande distance les uns des autres, plus de cinq
mètres environ, leurs occupants ont peu de chance de communiquer, surtout s’ils
sont dans un endroit à fréquentation dense. Des relations peuvent se produire mais
se limitent généralement à des regards.
- En rapprochant ces sièges les uns à coté des autres les probabilités de relations
seront de plus en plus grands.
- En les mettant face à face, à un ou deux mètres de distance, il y a obligation de
relation : soit une conversation s’engage, soit l’une des personnes s’éloigne. De plus
un groupe constitué ou une personne cherchant le contact trouvera là une typologie
de disposition idéale. Ce lieu sera à l’inverse évité par les personnes désirant rester
seules. Ce lieu sera, à l’inverse, évité par les personnes désirant rester seules.
- On observera des phénomènes identiques pour des dispositions en angle droit grâce
aux croisements de regards. L’effet de contact diminuera avec l’ouverture de l’angle
entre les deux sièges.

103
C’est ce qui fait toute la différence entre le véritable aménagement et ce qui n’est en
réalité que de l’équipement. En effet, équiper et aménager sont des termes assez proches
mais dont la signification réelle diffère véritablement.

- Equiper, notion quantitative, consiste à poser quelques objets sans soucis des
relations qu’ils pourraient générer.
- Aménager, notion qualitative, relève de la compétence du concepteur qui utilise
toutes les ressources de la créativité et de l’imagination pour mettre en scène la vie
de l’espace collectif.

« Il s’agit de mettre en scène des vies collectives, et non de réaliser un décor. » de Sablet.

Ces deux exemples nous prouvent combien la mise en œuvre d’un projet est
importante sur le terrain. Penser la position des éléments c’est penser leurs utilisations, la
fréquentation ainsi que les interactions sociales. Il en convient donc que la mise en place
d’un projet ne doit pas se limiter en de simples plans et directives, mais à un suivit détaillé de
chaque étapes jusqu’à la livraison de l’opération.

L’établissement du projet est donc fondamental dans de très nombreux domaines. Il


va définir l’image de la ville sur de très longues années. Etant donné que la conception des
espaces publics est généralement prévue pour 30 ans, la cohérence du projet doit elle aussi
s’étaler sur ce même nombre d’année. L’établissement du projet doit aussi avoir une
pertinence répondant à tous les atouts et contraintes agissants sur lui. Ce projet « Cœur de
Ville » ne représentant que des directives, bien que très développées, l’architecte réalisant la
mise en œuvre du projet sur le terrain est libre d’agir ou de réorganiser une partie de
l’opération qui lui est confiée. Le suivit par la SEMEXVAL est à ce niveau indispensable pour
éviter la perte de substances clés organisant le projet initial.
A ce terme du montage d’une opération d’aménagement urbain, de l’intention initiale
jusqu’à la rédaction du projet urbain nous avons pu voir que les jeux d’acteurs ont une place
très importante dans le déroulement. Ce sont leurs compétences, leurs choix ainsi que leurs
interactions qui permettent de développer un projet de qualité. Il est important de voir
maintenant un dernier point clé de la mise en place d’un projet urbain, la communication.
Comment la mairie et la SEMEXVAL font part de leur travail à la population locale et aux
usagers ? Quels choix favorisent-ils pour communiquer ?....

104
7 - La communication au cœur du projet

Communiquer sur un projet, c’est faire part à la population de l’action publique


menée. De nos jours, la communication et la médiatisation sont parties prenantes de notre
vie quotidienne et il est impensable de concevoir des projets d’aménagements sans en
informer la population locale.

La communication est donc une méthode de transmission d'informations. Ce terme


provient du latin « communicare » qui signifie « mettre en commun ». Elle peut donc être
considérée comme un processus pour la mise en commun d'informations et de
connaissances.

Il est important de différencier plusieurs notions lorsqu'on parle de communication :

• la science de la communication, cherchant à conceptualiser et rationaliser des


processus de transmission entre êtres, machines, groupes ou entités.
On préfèrera dans ce mémoire le terme de « Science de la communication » ou plus
simplement « La Communication ». La Communication est issue de la réunion et de
la mise en commun des connaissances de plusieurs sciences : notamment la
linguistique, la télégraphie, la téléphonie, la psychologie, la sociologie, la politique et
l'anthropologie.

• un processus de communication peut être décrit comme étant le processus de


transmission d'un message d'un émetteur à un ou plusieurs récepteurs à travers un
média. C'est le contexte qui donne le sens de l'échange. On préfèrera alors le terme
de « processus de communication » ou plus simplement « Une communication ».

Nous allons donc tenter dans ce chapitre de comprendre comment la communication


d’un projet se met en place, le processus, et quels sont les outils utilisés pour établir une
communication entre le projet et les habitants. Ceci permettra de clore le processus de mise
en place d’un projet urbain.

105
7.1 COMMENT COMMUNIQUER

L’opération « Cœur de Ville » de La Valette du Var n’est pas une opération


d’aménagement faisant face à l’obligation d’une concertation avec les habitants comme les
Zone d’Aménagement Concertée. Ce projet n’est que l’application du Plan d’Occupation des
Sols sur un périmètre, et, de ce fait, il n’y a pas de nécessité de concertation. Les
interventions sur les espaces publics ne sont quant à elle pas non plus soumises à cette
règle. La communication du projet est donc faite de simples informations pour les habitants
ainsi que les usagers suivant la volonté de la maitrise d’ouvrage.

Communiquer autour d’un projet d’aménagement est cependant indispensable pour


permettre aux habitants de s’approprier ce qui se réalise au sein de leur commune. Il ne faut
en aucun cas qu’un aménagement ou un projet se réalise sans que personne ne sache ce
que c’est, d’autant plus que ce projet est public et non privé. Dans ce but d’implication des
habitants sur le projet de ville, il est donc nécessaire d’affirmer certains principes. L’enjeu est
d’arriver à ce que les habitants se sentent impliqués sur les projets et qu’ils leur
soient familiers.

L’information envers les habitants doit se traduire par trois grands principes d’action.

A - La récurrence de l’information

L’information sur les projets doit se faire en continu. Les habitants doivent être
informés en temps réel des avancées des projets et des opérations. Il s’agit donc, de
rappeler la nature des travaux ainsi que leur gestion quotidienne. Lorsqu’un chantier
commence, les habitants doivent savoir ce qui se fait.

La raison est simple. Les habitants ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas ou qu’ils
ne maîtrisent pas. La mairie se doit par honnêteté, mais surtout pour être crédible, de cacher
le moins possible de décisions ou de projets. On parlera de transparence de la politique
urbaine.

B - Insister sur le coté positif

L’information, n’ayons pas peur de le dire, doit également utiliser toutes les méthodes
de la publicité : il s’agit de faire passer un message particulier et d’inciter les habitants à

106
adhérer au projet de ville. La récurrence de l’information est une des méthodes. Il faut que
dans le même temps cette information soit aussi globalement positive.

La perception négative de La Valette du Var doit être constamment remise en cause.


Il faut que les habitants acceptent le changement qui va s’opérer sur leur ville comme un
retour vers des conditions de vie meilleures.

C - L’annonce des projets

Une attention particulière doit être accordée à l’annonce des projets d’aménagement.
C’est un moment très important : les habitants découvrent que l’on va changer leur cadre de
vie : ils sont partagés entre la crainte et l’espoir.

Les projets doivent être suffisamment élaborés pour pouvoir présenter quelque chose
de concret et de cohérent. Cependant, ils ne doivent pas être définitif : il faut laisser la
possibilité, ou le sentiment, aux gens d’agir sur ceux-ci. Une réunion entre élus, techniciens
et habitants peut être envisagées pour présenter le projet et répondre rapidement aux
inquiétudes des administrés.

Ces actions sont généralement menées lors de chaque communication. Le but est de
permettre aux habitants de se sentir rapidement associés, quelque soit les moyens utilisés.
Nous allons désormais analyser la mise en place de la communication dans notre étude de
cas pour comprendre comment peut-on informer les habitants et quelles sont les stratégies
adoptées.

107
7.2 MISE EN PLACE D’UNE COMMUNICATION

La communication est un élément primordial dans la mise en place d’un projet urbain.
Il en est une partie clé dont le financement est prévu depuis le début de la programmation.
L’opération « Cœur de Ville » possède deux acteurs compétents en la matière, dont les
stratégies et les capacités diffèrent en matière d’information et de publicité, la mairie et la
SEMEXVAL. Il est intéressant de comprendre comment l’un et l’autre travaillent dans ce
domaine et quels sont les outils qu’ils utilisent.

A - Point de vue mairie

La mairie possède au sein de son personnel des agents spécialisés dans ce


domaine. On peut recenser deux acteurs clés, le journaliste et le contact presse du cabinet
du maire.

Le journaliste

Le journaliste est chargé de la rédaction des articles du magazine municipal. Il se doit


de raconter la vie municipale, supporter chaque action engagée et de communiquer et
mettre en valeur ces actions. Le journaliste se doit d’être partout.

« Mon rôle au sein de la mairie est de traduire la volonté du maire, C. Hummel.


Auprès des valettois je me dois de leur tirer les grandes informations du projet, de leur
donner envie de voir ce qui se passe, ainsi que de venir dès la fin de chaque tronçon
terminé. De plus il y a la nécessité d’informer sur l’avancement du projet « Cœur de Ville ». »
Patrick Escleine.

Le projet « Cœur de Ville » est le socle du mandat du maire. De ce fait, de nombreux


articles parlent de ce projet puisque chaque nouvelle information d’étude ou d’action, est liée
à cette opération. Il est donc naturel pour le journaliste de réintégrer les informations dans
leur contexte et de mettre en avant l’opération dans ces articles. Le projet est la colonne
vertébrale du moment, chaque article donne de la cohérence à l’action municipale.

Les articles sont nombreux. Le journaliste à beaucoup de ″matière″ puisque


l’opération est composée de nombreuses petites interventions qui, étant en
interdépendances, conduisent à la grande opération. Ce nombre d’articles s’explique aussi
par une stratégie de communication clé. Il ne faut pas que l’on croit que toutes les opérations

108
tombent d’un coup mais qu’elles soient le fruit d’un travail, d’études, et d’une cohérence avec
le reste du centre ville.

Les articles mettent également en avant les acteurs clés municipaux, ceux qui portent
le projet, C. Hummel. Le maire signe et s’engage financièrement pour le projet, c’est le
référent pour les habitants.

Le journaliste est donc le relais de toutes les actions dans leur intégralité. Il fait part
du planning, des avancées de la mise en place du projet puis des travaux, et enfin de la
réception des ouvrages. Ces informations sont récoltées grâce à des relations privilégiées
avec le concepteur, la SEMEXVAL, et mise en place dans le journal mensuel municipal
« Valette Mag ».

C’est la communication de l’action municipale. Néanmoins, elle n’est pas objective.


Elle est orientée pour ne pas fausser l’image que l’on veut donner au programme d’action et
ne pas dévaloriser l’action municipale lors des disfonctionnement, retard... Comme la
majeure partie des informations est véhiculée par le journal rédigé par la municipalité, on
comprend évidemment comment les informations sont filtrées puis contextualisées
positivement.

Le contact Presse

Le contact presse du Cabinet du Maire, représenté par Patricia Lubrano, est une
charnière entre informations municipales et médias externes. Elle est chargée de réaliser
des communiqués de presse ainsi que des dossiers de presse, deux outils clés de
communication bien que leurs finalités soient divergentes.

• Le communiqué de presse

Les communiqués de presse sont un moyen rapide de renseigner les médias, c’est la
diffusion d’une information. Il est transmis aux médias locaux (journaux, stations radios, etc.)
chaque fois que l’on veut diffuser un événement d’intérêt public. Ce communiqué n’est pas
uniquement voué à des médias extérieurs, cette technique peut être utilisée par le journaliste
pour insérer des brèves dans le journal municipal par exemple. Les communiqués de
presses concernent notamment :
- la tenue d’une réunion ou d’un atelier et les résultats qui en sont issus,
- le démarrage d’un projet de et ses résultats,
- l’adhésion de nouveaux partenaires avec la collectivité,
- l’inauguration d’un projet ou d’un aménagement,
- etc.

109
Ces communiqués de presse sont composés des éléments suivants :

- Le titre : C’est la partie la plus importante du communiqué. Un titre bien conçu ne


manquera pas de frapper le média visé qui voudra en savoir davantage ou le faire
paraître.

- Les deux premiers paragraphes : Outre le titre, les deux premiers paragraphes
constituent la partie essentielle du communiqué. Ils doivent contenir des réponses
aux questions : Où ? Qui ? Que ? Quoi ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Le lecteur
se contente parfois de lire uniquement ces deux paragraphes. Il a donc tout intérêt à
y inclure tous les points saillants.

- Les paragraphes restants : Comme le lecteur ne lira pas nécessairement le


communiqué en entier, il faut réserver les informations d’intérêt secondaire pour la
fin. C’est ce que les journalistes appellent le « style de la pyramide inversée ».

- Date, Coordonnées

• Les dossiers de presse

Les dossiers de presse sont plus qu’une information, c’est un thème, une opération qui
est amplement développée. C’est un document qui s’intègre dans un plan de
communication. Il s’adresse aux journalistes, suite à une invitation pour une conférence de
presse, pour les sensibiliser à une campagne d’information lancée par la mairie. Ce sera
pour les journalistes destinataires un document de travail bien utile pour pouvoir répercuter
en connaissance de cause l’information émise. Les dossiers thématiques sont réalisés en
étroite collaboration avec la SEMEXVAL.

Il se présente comme un dossier thématique (consacré à un seul thème, avec par


exemple « Atout habitat » reprenant un des thèmes du programme initial), se prêtant à
plusieurs modes de lecture :

- en lecture rapide, pour un repérage des passages jugés importants, et des points
essentiels. D’où la présentation suivante couramment utilisé : une page de titre, une
page de sommaire, une fiche par sujet traité avec des titres de paragraphe bien
visibles, au besoin illustrée par une photo ou un schéma.

110
- en lecture approfondie, pour fournir et authentifier les éléments d’information jugés
pertinents et dignes d’attention par le journaliste. D’où la présentation suivante des
fiches thématiques : chaque élément abordé, nommé dans un titre de paragraphe,
est développé et argumenté.

A la suite de la rédaction de ce document s’organise une conférence de presse. De


nombreux médias locaux sont invités, il leur est délivré le dossier de presse puis présenté et
expliqué le sujet en détail. C’est l’outil clé pour sensibiliser au maximum les médias. C’est
l’intervention qui s’avère aussi la plus efficace pour obtenir des résultats. Cependant,
l’information traduite dans les médias locaux est livrée à la libre appréciation du journaliste.
Ni la mairie, ni la SEMEXVAL n’a le pouvoir d’influencer leur opinion et critiques.

La communication de la SEMEXVAL et de la mairie se complètent mais n’interfèrent


pas, ne s’interchangent pas et n’ont pas les mêmes objectifs. Il est donc important de
connaître « l’autre » communication au sein du projet « Cœur de Ville ».

B - Point de vue SEMEXVAL

La SEMEXVAL ne possède pas les mêmes besoins que la municipalité. La société


n’a pas la nécessité d’être légitime aux yeux de la population comme l’est la mairie. Le
personnel n’est pas élu, mais réponds juste à une demande, à un contrat. De ce fait la
communication n’est pas faite pour l’entreprise mais pour le projet, pour répondre à ce
contrat. Pour cela, l’entreprise, ne possédant pas les moyens techniques et humains
suffisant, fait appel à une agence de communication. Plusieurs ont été consultées tout au
long du projet.

Pour comprendre comment les agences de


communication agissent pour réaliser une campagne de
communication, nous allons analyser l’étude de cas de la
politique menée pour “COMMERÇANTS CENTRE-VILLE
PENDANT TRAVAUX” par l’agence NBC (Agence Nathalie
Barrère Andrieu Communication). Nous allons voir
comment la campagne se met en place, quels choix, quelle
organisation et quelle finalité sont choisies. Cependant,

111
cette analyse se limitera à un simple descriptif du processus, des actions et de la stratégie
de communication menées et non pas une analyse très détaillé, source d’une autre étude.

Ce processus de mise en place de la stratégie de communication s’est déroulé de la


manière suivante :

Elaboration

L’élaboration des étapes de mise en place d’un plan de communication est réalisée
par NBC en collaboration étroite avec la SEMEXVAL :

- Dans un premier temps, l’agence détermine la stratégie de communication à adopter


par rapport aux problèmes à résoudre, puis détermine des objectifs de
communication.

- Suite à cela, elle détermine l’axe de communication et le choix de l’ambiance


générale de la campagne. NBC recherche et choisit un slogan publicitaire avec un
pré-test du message et une déclinaison de la campagne en fonction des thèmes
choisis.

- Les moyens à mettre en œuvre ont ensuite été définis avec le choix des outils, la
recherche des supports de communication adéquats et la définition du plan média.

- Un budget est alors établit avec la recherche des fournisseurs et les études des prix
(rapport qualité-prix).

- La mise en place d’un suivi est indispensable. C’est la gestion des fournisseurs
(régies, imprimeurs, ...) et du plan média. Ceci assurera une bonne gestion de la
campagne

La Création

- Dans un premier temps il y a la conception et la création de la campagne : recherche


graphique et typographique, recherche des concepts visuels et présentations de
pistes créatives.

- Ensuite, NBC corrige et valide la trame choisit avec la SEMEXVAL

- Puis, l’agence de communication décline le concept choisi en outils différents et


appropriés pour les différentes étapes de communication de la SEMEXVAL.

112
Les supports

- 3 Annonces-presse

- Exécution et mise en page de 3 annonces-presse : 2 formats pour Eurosud (La régie


des quotidiens du Sud-Est) et 1 format pour le magazine de la Valette.

- Affiche 120 x 176 cm : Exécution et mise en page d’une affiche format Decaux.

- Dépliant : format ouvert : 30 x 21 cm et format fermé : 15 x 21 cm

- Spot Radio : rédaction du spot général et envoi au studio de création.

Cette trame réalisée en 2005 n’est évidemment pas un « plan » normée, mais elle
correspond aux grandes étapes menées pour cette campagne permettant d’obtenir une
stratégie de communication de qualité et dont la pertinence touche les cibles voulues. C’est
en grande partie par ce moyen que l’opérateur SEMEXVAL communique et met en valeur le
projet « Cœur de Ville » et ces différentes interventions au fil du temps.

7.3 LA COMMUNICATION AU FIL DU PROJET

La communication comme nous venons de le voir précédemment, est un moyen


efficace d’appropriation du projet par les habitants. Cependant, une déclinaison est possible
dans la mise en œuvre de l’information. Il existe deux méthodes pour communiquer autour
d’un sujet :

- La communication « mode d’emploi » : c’est une démarche pour vendre un projet à la


population, expliquer le but, les fonctionnalités, etc.
- La communication politique : c’est pour mettre en valeur l’action politique menée, les
décisions prises et donc mettre en valeur le travail des élus.

Chaque communiqué reprend un à deux de ces principes.

La communication au fil du projet s’est traduite par l’utilisation de différents médias


ainsi que des supports variés. Il est intéressant de comprendre comment a été mené la
communication entre 2004, date de la première information au public du projet, et 2006, date
de mise en œuvre, suivant les différents supports.

113
A – Le Valette mag

Valette Mag est la revue municipale d’information dont la parution est mensuelle et la
diffusion est gratuite pour chaque foyer de la commune.

Chaque magazine article reprend les grandes orientations du projet. La page


principale en est l’illustration évidente. La phrase descriptive du journal, en pied de page de
la couverture, est « CHAQUE MOIS AU C♥UR DE L’ACTUALITE VALETTOISE ». Elle
reprend l’élément clé de la structure de la communication de l’opération d’aménagement
avec le mot « cœur » de « Cœur de Ville ».

Ce magazine a un contenu qui est très souvent cité comme ″de propagande″ par les
autres partis politiques (élus communistes, élus socialistes et élus de Forum 83). Ce
reproche est d’autant plus vrai que l’ensemble des partis adverses ne dispose que d’une
seule page pour s’exprimer dans le Valette Mag.

Suite à une analyse du contenu des Valette Mag sur 24 numéros, entre mi 2004 et mi
2006, les résultats obtenus sont les suivants :

• 3 couvertures ont un rapport direct avec le projet de ville :

- Nouvelle année, nouvelle Valette ! – janvier 2006

- 2005, beauté pour La Valette, bonheur pour les Valettois – janvier 2005

- Embellir sans s’endetter – couverture – 2004

• A l’intérieur des magazines, 18 dossiers de plusieurs pages chacun développent les


enjeux, les orientations, ou les détails de l’opération. Voici les titres des derniers
dossiers parus :

- CCAS à neuf – avril 2006

- 2001 – 2006, les années du renouveau – mars 2006

- Une valette nouvelle – edito – janvier 2006

- Cœur de ville, L’histoire de cœur continue… – avril 2005

- Cœur de ville avance en confiance – novembre 2005

- La Valette change… La Valette embellit – octobre 2005

- ...

114
Dans l’ensemble de ces parutions, la communication se veut parlante. Les titres et
les articles sont accrocheurs, redonnent une belle image à la commune et au centre ville et
mettent en valeur la politique ainsi que les actions qui y sont menées. En aucun cas les
textes sont critiques et dévalorisants. De ce fait, le magazine municipal, Valette mag, est un
mois sur deux en moyenne, l’outil de communication avec les habitants permettant de
revaloriser leur intérêt ainsi que l’image de la ville, donner un sens à l’action politique, et
montrer ainsi l’apport, la continuité et la pertinence des actions menées. Cette omniprésence
du projet dans les articles permet aux habitants de mieux se l’approprier et comprendre ce
qui se fait dans leur commune.

B - L’opération « La Valette ouvre son cœur »

A l’heure actuelle, la médiatisation et la communication prennent une part parfois


même plus importante l’action en elle-même. Certes sur le long terme c’est le projet qui
renvoie l’image, mais sur le court terme, c’est toute la médiatisation du projet, de ces étapes,
de la mise en valeur des objectifs réalisés qui influe sur la perception d’une opération.

La concertation n’étant pas obligatoire pour le projet « Cœur de Ville », la nécessité


de communiquer et même de faire croire au public qu’il peut encore changer la donne est
très importante. Sans cela c’est un projet « neutre » sans appropriation qui semble imposé
aux usagers.

Pour répondre à cela, la SEMEXVAL s’est lancé en juin 2003 sur la mise en place
d’une grande opération de communication. Un grand nombre d’acteur est mobilisé. La
SEMEXVAL, le maître d’ouvrage, et les architectes S. Botello et H. Botbol, les concepteurs,
sont évidemment les acteurs clés de cette campagne. Des infographistes sont mobilisés,
Stephane Mucetto et Stephane Metz, ainsi qu’un illustrateur, Rémi Kerfridin. A cela s’ajoute
deux agences de communication, l’Agence Image Conseil avec Stéphanie Lallemant et
Laure Gaillard, ainsi que l’Agence Ubik avec Patrice Le Moigne, Patrick Delgado et Arnaud
Delarue. Les services de la commune de La Valette sont aussi mobilisés avec Rémi Métivier,
Directeur Général des Services et Dominique Lechevallier, Directeur des Services
Techniques.

Cette équipe va développer ensemble un rendu du projet « Cœur de Ville » se


traduisant par une communication imposante et d’envergure. La population n’ayant pas été
concerté, le projet sera donc découvert à ce moment ci, et il ne doit pas décevoir.

115
Lancé en juin 2003, cette opération de communication s’est développée par étapes.

Tout d’abord, cela s’est traduit par un choix des modes de communication. Cinq
grandes typologies ont été acceptées puis développées : dossiers de presse, communiqués,
un site internet pour la commune et le projet, des plaquettes de communications pour le
grand public et la mise en place d’un chapiteau au sein du centre ville.

Ensuite, il y a eu la mise en place et le choix des éléments fédérateurs illustrés par


les couvertures de deux des plaquettes de communication suivant :

• Logos et images clés : les éléments clés valettois : la pigne de pin et Le Coudon.

• Titres, mots et phrases clés : « La Valette ouvre son cœur » ; « Histoires de cœur,
battement de ville, raison de cœur » ; « A cœur ouvert »...

• Couleur représentative du projet : orange (renvoie une image chaleureuse, le soleil


ainsi que les couleurs de Provence).

Le choix de ces typologies se veut parlant et attrayant. La communication d’un projet


ne peut pas être dévalorisante, sinon c’est une politique qui échoue.

Suite à cela s’est structuré l’organisation des textes, images et photos à l’intérieur de
chaque document diffusé. Pour cela, les illustrateurs et infographistes ont réalisé des
photomontages illustrant le projet, et les architectes ont défini avec les mots adéquats les
grands principes des projets, leurs buts, leurs fonctionnalités et leurs pertinences.

A cela s’ajoute la mise en place d’un chapiteau sur une des places du centre ville.
C’est le site de rencontre entre l’habitant et le projet. Il contient des documents papiers

116
offerts au grand public, mais aussi et surtout, de très nombreux panneaux développant en
détail chaque portion du projet avec l’explication du « avant » et « après », ainsi que la
diffusion de films. Tout cela est aussi impulsé par des discours et des présentations du maire
et des architectes durant l’opération « Chapiteau ».

Cette typologie d’action et son ampleur n’est pas courante et offre immédiatement
une confiance lorsque l’on découvre un projet par cette typologie de communication
contrairement à la diffusion de l’information par affichage en mairie ou par des articles de
journaux très souvent trop brefs et superficiels. Cependant, la mise en place de ce
programme de communication, prévu pour début 2004, doit faire face aux élections
cantonales en mars. C. Hummel, le maire, étant candidate, l’établissement d’une telle action
de communication engendrerait une concurrence déloyale vis-à-vis des autres candidats qui
ne peuvent pas réaliser de telles actions. L’action de communication a été reportée, après
les élections, en avril. Cette opération a remporté un vif succès, confortant l’action
municipale et familiarisant les habitants avec le projet.

Cette communication a été l’action clé entre 2001 et 2007. Elle a permis de fédérer
les habitants au projet tout en lançant la dynamique des travaux. C’est la charnière entre
mise en place et mise en œuvre de l’opération.

C - Autres médias locaux (journaux/radio)

Les autres médias jouent aussi un rôle très important dans une politique de
communication. Ils servent de relais d’information et permettent une publicité parfois gratuite
avec un public plus large ou ciblé.

Les dossiers et communiqués de presse diffusés au fil des projets par la mairie
transmettent l’information aux journalistes pour qu’ils puissent faire paraître un article
gratuitement dans leur journal ou revue.

La SEMEXVAL complète ensuite les actions menées par la mairie. La politique est
néanmoins divergente. L’entreprise diffuse une information sans être à la merci des choix et
critiques des journalistes. Elle va acheter une page, demi-page, ou moins, d’un journal pour
insérer son document produit en collaboration avec une agence de communication. C’est le
cas par exemple de la communication autour de “COMMERÇANTS CENTRE-VILLE
PENDANT TRAVAUX” que nous avons développé dans la partie 7.2. L’image insérée dans
cette partie est celle qui a été diffusée dans les journaux. Pour cette campagne de

117
communication, la stratégie s’est étendue jusqu’à la radio. Des spots ont été créés puis
diffusés dans des tranches horaires publicitaires achetées.

C’est une méthode de communication payante mais souvent indispensable à la


diffusion d’une information qui se veut la plus large et la plus pertinente possible. Elle traduit
la volonté d’être efficace et dont la diffusion est certaine.

Suite à l’action « Opération Cœur de Ville » mené en avril 2004, une salle a été mise
en place accueillant chaque jour les différents acteurs du projet. C’est le relais de l’opération
souvent appelé « chapiteau ». Il permet à chacun de pouvoir obtenir les informations
manquantes ainsi que d’obtenir des conseils quant à la réalisation de travaux de façades
notamment. Cette salle accueille le mardi les techniciens « habitat ancien », le mercredi le
service Urbanisme de la ville, le jeudi un architecte conseil et le vendredi la SEMEXVAL,
aménageur opérateur. Autant d’acteurs qui offrent une capacité d’information élevée pour
permettre au public de comprendre, de s’approprier et de vivre le centre ville.

7.4 LES LIMITES DE LA COMMUNICATION

Il est maintenant important de développer et analyser une partie d’un document clé
de communication destiné au grand public. Il va nous montrer les limites de cette
communication.

Bien que la parole des différents acteurs prône la sincérité et la transparence,


quelques éléments du projet restent néanmoins dissimulés. Nous allons démontrer cette
démarche par l’analyse de la communication sur le projet de l’aménagement de la place du
Général de Gaulle. Cette partie de l’opération est détaillée sur deux pages de la plaquette
« La Valette ouvre son cœur » délivré lors de l’Opération Cœur de Ville en avril 2004,
consultable en intégralité dans les annexes n°6 & 7 .

Sur cette double page se trouve un diagnostic très sommaire et peu exhaustif, il met
en valeur les atouts très temporaires de cette place sans mettre en avant les réels
problèmes (place déserte en dehors des sorties d’écoles et du lundi matin, espace vide sans
éléments fédérateurs...). La partie « proposition » quant à elle développe les principes
d’aménagement en mettant plus en avant le décor que l’aménagement en lui-même et
faisant totalement l’impasse sur la construction de trois immeubles, point noir au sein même
de cet espace.

118
L’illustration est quant à elle très présente sur cette double page. Suite à une analyse
de la lecture des deux pages par plusieurs habitants différents, il en ressort les perceptions
similaires et faussées de ce projet. En effet, pour des personnes non spécialistes dans le
domaine de l’aménagement et de la construction, la perception de cet espace est idéalisée.
A la suite d’une lecture en diagonale en moins de 10 secondes, la typologie de lecture la
plus courante pour obtenir les informations rapidement sans approfondir, il en ressort de ces
pages un projet d’embellissement, avec des jeux de lumières, des alignements, la présence
de végétation, des jeux d’eaux ainsi qu’un futur lieu de vie très important avec la présence
de nombreuses personnes. C’est donc le décor qui ressort en premier lors de la première
lecture. En aucun cas le lecteur ne comprend l’aménagement et ce qui sera concrètement
fait sur cet espace. Lors de la deuxième lecture, plus approfondie où les textes seront lus, la
visibilité de l’aménagement ressort mais reste très sommaire. Ils perçoivent la construction
d’un kiosque et de portiques, de nombreux jets d’eau vont composer l’espace de la place et
le sol sera entièrement refait. L’image du projet qui est intégré par le lecteur est belle, sans
défauts, seule la typologie des éléments constituants la place peut être contestée. Le lecteur
passe néanmoins à coté d’un élément fort constitutif de la future place. Explicitement montré
sur les images, le projet prévoit l’implantation de trois immeubles.

Implantation des trois immeubles Immeuble en transparence

Ces immeubles, évidents après avoir pris connaissance de leur présence, seront les
éléments clés de la future place. Cependant, aucun texte, aucun élément explicite ne met en
valeur leur présence. C’est une politique contraire qui est communiquée. La démarche
l’équipe municipale et de la SEMEXVAL est astucieuse. L’implantation des immeubles est
grisée, de ce fait les ombres et le socle des immeubles sont perçut par les lecteurs pour une
nouvelle typologie de sol. Le photo montage ci-dessus confirme la démarche en faisant
apparaitre l’immeuble en transparence et lui permet d’être confondu avec les arbres pour un
très grand nombre de lecteurs. La réponse des concepteurs à cela est de dire que ces
immeubles ne sont que des principes et, l’architecture n’étant pas définitive, l’image de

119
l’immeuble ne se veut donc pas claire. Etant donné que seul un œil averti ou professionnel
réussit à les percevoir, la communication voulue de cette place est réussie et renvoie une
image très positive à la population. La construction de nouveaux immeubles étant mal
perçue et mal acceptée, c’est un sujet donc évité ne dévalorisant pas l’image que l’on veut
transmettre du projet.

Il ne faut pas se le cacher, les lecteurs croient très souvent ce qu’ils lisent et voient, la
manipulation des personnes non expertes est dont facile. Cela permet de transmettre une
image positive de projet et donc de l’action politique sur le territoire communal. Il faut
cependant relativiser ces paroles. La plaquette se veut explicite, met en valeur les atouts que
le projet va mettre en place sans effacer les points noirs mais plutôt en les dissimulant en
attendant d’obtenir le projet définitif qui seront communiqués en temps voulu.

Cette communication est aussi à relativiser car tous les éléments expliqués dans les
plaquettes sont décrits comme des « Principes d’aménagement ». Bien que la population
croit connaître le projet dans ses détails et savoir exactement ce qui sera entrepris, la
municipalité et la SEMEXVAL pourra s’accorder toutes les modifications qu’ils souhaitent au
projet du fait que se ne soit que des principes d’aménagement.

La communication est l’action centrale permettant à la maîtrise d’ouvrage d’informer,


d’intégrer et de permettre aux habitants et usagers de s’approprier le projet. Les méthodes
utilisées sont comme nous l’avons vu très variées.

Cette variété d’actions ne remplacera jamais une concertation avec les habitants pour
développer le projet, mais c’est l’unique méthode qui peut leur permettre de se l’approprier.
La diversité des méthodes de communication est donc fondamentale. C’est en utilisant
chaque outil de communication qu’un maître d’œuvre peut réussir à convaincre et faire
intégrer l’esprit d’un nouveau projet.

120
CONCLUSION

Le projet urbain, concept riche et varié, permet aux pratiques de l’urbanisme de


renouer avec la forme de la ville. Il vise à instaurer une cohérence des interventions à
différentes échelles et une continuité d’actions dans le temps.

Dans la pratique, il se heurte à des difficultés inhérentes aux lieux, aux


administrations et aux acteurs du contexte dans lequel il s’inscrit. A La Valette du Var, ces
difficultés existent, mais le projet se base sur des acteurs et des outils qui le conduisent à
être cohérent et efficace sur le territoire.

Le questionnement que l’on a eu sur le territoire de notre étude de cas est comment
un tel projet urbain de près 80 Millions d’€ peut être mise en place sur un territoire ?
Comprendre la démarche c’est comprendre le fonctionnement de la mise en place d’une
opération d’aménagement. L’étude de cas que nous avons développé nous a montré et
détaillé chaque étape.

Nous l’avons vu, la démarche d’un projet n’est jamais linéaire. Deux grands rapports
sont donc en interdépendance : le rapport analyse / projet, celui du programme / projet.

L’analyse, appelé diagnostic, succède très souvent l’intention initiale du maire de


démarrer l’élaboration d’une opération d’aménagement et précède la conception du projet.
Cependant, le projet est aussi un instrument d’analyse, les deux se nourrissent donc
réciproquement. Bien que l’on dissocie ces deux étapes au sein du processus de
programmation, ils sont en interrelation. Elles ne devraient plus être dans une succession
hiérarchique d’étapes de conception mais en étroite relation. Lors de la mise en place du
projet valettois, l’administratif à laissé place à la pratique pour obtenir une cohérence
significative au niveau du terrain et non au niveau temporelle et hiérarchique.

Le projet est quant à lui aussi une forme de programmation. Le territoire impose
certaines choses et des rapports de comptabilité sont aussi à prendre en compte. Pour cela
le projet précède le programme, il doit dicter la programmation des infrastructures, les
vocations des terrains, etc, au lieu de s’adapter en fonction du programme initial. Cependant
c’est bien souvent l’inverse qui se produit. Le projet « Cœur de Ville » a réussit à relier
programme et projet, non pas par nécessité d’agir grâce à de nouveaux principes, mais du
fait que les volontés initiales n’étaient pas définies. Ceci est une des raisons de la réussite
de l’opération

Dans cette démarche, les jeux d’acteurs ont une place évidente. Comprendre quel
est le jeu d’acteur au fil des étapes, comment il s’organise et quels sont les consensus sont

121
essentiel. L’opération d’aménagement de La Valette a été menée par une Société
d’Economie Mixte, la SEMEXVAL. Outil clé des différentes collectivités françaises depuis
une vingtaine d’année, il devient de plus en plus difficile de faire appel à ces sociétés avec le
principe européen de mise en concurrence. Les SEM des collectivités ne sont plus
systématiquement choisies. Cependant elles fournissent aux collectivités des outils clés
comme la répartition des dépenses et recettes sur plusieurs interventions, difficile à réaliser
pour une municipalité. Cette sous-traitance autorise la commune à réaliser des grandes
opérations et à déléguer les soucis d’organisation et de gestion...

Cette typologie d’acteur a permis de faire intervenir une multiplicité d’intervenants et


d’outils d’actions qui permettent de procurer au territoire une qualité. Au sein du territoire
valettois, cette typologie de démarche a engendré des résultats irréalisables avec
l’intervention d’un seul acteur. C’est la diversité et la multiplicité des points de vue qui produit
des actions variées sur le même territoire. La Réalisation de plusieurs opérations, OPAH,
projet d’aménagement des espaces publics, Charte architecturale, etc, conduites sous un
projet d’aménagement d’ensemble semble la meilleure méthode face à un projet unique
souvent superficiel qui organise mais résoud peu.

Cette succession d’acteurs et de démarches opérationnels sur le centre ville de La


Valette vise à offrir à cet espace une amélioration certaine du cadre de vie, une qualité et
une unité architecture...

Ces intentions sont aujourd’hui en cours de réalisation. La Charte urbaine a obtenu le


succès espéré et offre chaque mois des façades rénovées et colorées en plein cœur de ville.
La mise en œuvre des réaménagements de voiries fait face aux problèmes courant
d’acceptation de travaux mais, à la livraison, suscite bien des convoitises. La population et
les commerçants du centre demandent actuellement à la mairie de réaliser les mêmes
travaux devant leurs immeubles. Le projet est un succès.

Au-delà de ces premières impressions, il est nécessaire de prendre du recul. Très


souvent les opérations sont à la livraison des succès. Mais c’est ensuite lors de l’utilisation
quotidienne et avec le vieillissement du projet que l’on peut juger la réussite ou non de
l’opération. A La Valette, les principaux ouvrages ne sont pas encore réalisés (Parking
souterrain de 400 places et la construction d’un parc de 150 logements), et seulement une
petite partie des nouvelles voiries sont livrées. Ce sera seulement avec du recul que l’on
pourra véritablement évaluer ce projet.

Cette étude et ce travail m’ont apporté une vision réaliste du fonctionnement concret
des projets urbains se déroulant sur plusieurs années qui rencontrent souvent des difficultés,
tant dans le consensus local que dans leur gestion de tous les jours.

122
Bibliographie

Urbanisme et projet urbain

• ANTONY, Cécile, La reconquête de la centralité dans le centre-ville de Besançon,

mémoire DESS, Grenoble, 1995, 93p.

• BOILLAT, Patrick, Mobilité et consommation : le cas du centre-ville, édition Observatoire

Universitaire de la Mobilité, Université de Genève, Genève, 2002, 44p.

• CHALAS, Yves, DUBOIS-TAINE, Geneviève, La ville émergente, ed. Aube, 1998.

• FLOURET, Perrine, Projet urbain entre théorie et pratique. L’exemple de Grenoble,

DESS Urbanisme et aménagement, IUG, Grenoble, 1998, 207p.

• INGALLINA, P., Le projet urbain, PUF, Paris, 2003, 127p.

• JANVIER, Yves, L’aménagement urbain face aux nouveaux enjeux de société. Evolution

des concepts, rénovation des outils, ed. Ministère de l’équipement, des transports et du

tourisme, Paris, octobre 1994, 50p.

• LEBLANC, Nathalie, Créer la centralité par un projet de centre-ville, mémoire Maîtrise

MPL, Grenoble, 1994, 65p.

• LE MARTRET, Yann, Le nouvelles centralités périphériques suscitent-elles déjà une

attractivité affaiblissant celle du centre ville ?, note documentaire et de synthèse DESS,

Grenoble, 1998, 23p.

• MANGIN, David & PANERAI, Philippe, Projet urbain, ed. Parenthèses, Marseille, 2005,

185p.

• RICOME, Guilhem, Définition d’une centralité : le projet de structuration du centre ville

de Vaulx-en-Velin, mémoire maîtrise, Montpellier, 1997, 168p.

• SECCHI, Bernardo, Première leçon d’urbanisme, ed. Parenthèse, Paris, 2006, 155 p.

123
Acteurs, concepteurs et outils opérationnels

• DEGROTTE, V., COUNIL, R. et BEGUEC, A., Guide de la Maîtrise d’Ouvrage Publique,

2004, 101p.

• FEDSEM, SEM Mode d’emploi, édition novembre 2005, 180 p.

• MAXIM, Peter, Les concessions d’aménagements : un système efficace au service des

collectivités, Techni.Cité, n°123, 8 février 2007, pp 2-5.

• ROSIER, Maxime, Les nouvelles concessions d’aménagements, Techni.Cité, n°123, 8

février 2007, pp 25-31.

• SITRUK, N., LEGUAY, G., Guide des Maîtres d'Ouvrage Publics, janvier 2006, 136 p.

• VIGUIE, Pierre, Outils fonciers, Modes d’emplois, Adef, Paris, 1990, 210p.

• http://playmendroit.free.fr/droit_immobilier.htm

• www.legifrance.gouv.fr

Programmation et conception

• AMPHOUX, Pascal, La densité urbaine, du programme au projet, rapport de recherche

n°142, IREC-Institut de Recherche sur l’Environneme nt Construit Département

d’Architecture, Lausanne, 1999, 165p.

• CHALANÇON, J., LAMOUR, G., SITRUK, N., Conception - Réalisation, Mission

interministérielle pour la qualité des constructions publiques, avril 2006, 100p.

• DE SABLET, Michel, Des espaces agréables à vivre (places, rues, squares et jardins),

ed. Le Moniteur, Paris, 1988, 255p.

• GOYET, Georges, Conduite de projet territorial : vers une éco-production de la ville ?,

rapport de recherche – Action pour le plan urbain et la ville de Saint-Egrève (Isère),

cahier 4 : le travail des représentations, Grenoble, 1993, 61p.

124
• GOYET, Georges, Conduite de projet territorial : vers une éco-production de la ville ?,

rapport de recherche – Action pour le plan urbain et la ville de Saint-Egrève (Isère),

cahier 5 : la mue hasardeuse d’une conduite de projet d’urbanisme, Grenoble, 1993,

41p.

• RAABE, Michel, Manuel de management de projet, de l’aménagement urbain à

l’immobilier, Presse Ponts et Chaussées, Paris, 2001, 351p.

• www.coin-urbanisme.org

Information et communication

• Plaquettes de communication éditées par la SEMEXVAL :

o La Valette ouvre son cœur, mise en valeur du centre ville de la Valette du Var,

Image Conseil & UBIK Conseil, 2004, 28p.

o La Valette ouvre son cœur, dossier de presse, Image Conseil & UBIK Conseil,

2004, 9p.

o Charte Urbaine, Bruno Goyenech, 2004, 31p.

• www.lavalette83.fr

• www.strategies.fr

125
Annexes

Annexe 1 :

Crédits photographiques et cartographiques

p. 8 Carte Var, Fond de carte : www.leguide-paca.com.

p. 9 Contexte de La Valette du Var, BIGAND Jérôme, 2007-05-27.

p. 9 Solde naturel et migratoire, INSEE, 1999.

p. 10 Evolution de la population, INSEE, 1999.

p. 11 Lieu de naissance des habitants, INSEE, 1999.

p. 11 Lieu de résidence des habitants, INSEE, 1999.

p. 17 Evolution des élus municipaux, BIGAND Jérôme, 2007.

p. 20 Vue aérienne du centre ville, fond de carte Google Earth, 2006.

p. 20 Le bâti du centre ancien, ICube, 2004.

p. 21 La Tour du Barri Fondu, Mairie de La Valette du Var, 1999.

p. 21 Place de la Convention, Mairie de La Valette du Var, 2005.

p. 21 Place Carnot, Mairie de La Valette du Var, 2005.

p. 25 Dépenses annuelles par personne, BOILLAT Patrick, 2002.

p. 26 Consommation en centre ville, B. J., 2007.

p. 26 Fréquentation des rues, B. J., 2007.

p. 29 Zone de chalandise, B. J., 2007.

p. 31 Equipements et commerces, SERAMY Elisabeth, 2002.

p. 34 Ancienneté des commerçants, B. J., sur base INSEE 1999.

p. 35 Statut des commerçants, B. J., sur base INSEE 1999.

p. 35 Lieu d’habitation des commerçants, B. J., sur base INSEE 1999.

p. 36 Locaux commerciaux au centre ville, SERAMY Elisabeth, 2002.

p. 37 Environnement commercial, B. J., 2007.

126
p. 38 Centre ville et centre commercial, B. J., 2007.

p. 39 Circulation en centre ville, B. J., 2007.

p. 40 Taux de remplissage parking, SERAMY Elisabeth, 2002.

p. 54 Organigramme de la mairie, B. J., 2007.

p. 58 ZAC Valgora, Dossier de compétence : SEMEXVAL, 2006.

p. 62 Organigramme SEMEXVAL, ALBESSART Delphine, 2006.

p. 70 P.O.S., Mairie de La Valette du Var, 2002.

p. 78 Périmètre d’action, B. J., sur fond P.O.S. 2002.

p. 78 Périmètre d’action, B. J., sur photographie aérienne Google Earth 2006.

p. 87 Périmètre d’application de la Charte Urbaine, GOYENECHE Bruno, 2004.

p. 89 Nuancier des façades, GOYENECHE Bruno, 2004.

p. 89 Les fenêtres, GOYENECHE Bruno, 2004.

p. 90 Devantures commerciales, GOYENECHE Bruno, 2004.

p. 92 Plan de masse du projet, BOTELLO Serge et BOTBOL Harry, 2004.

p. 94 La coulée Verte, BOTELLO Serge et BOTBOL Harry, 2004.

p. 95 La porte Est, Plaquette de communication cœur de ville, 2004.

p. 96 Projet d’aménagement, BOTELLO Serge et BOTBOL Harry, 2004.

p. 97 Place Léopold Maurel, Plaquette de communication cœur de ville, 2004.

p. 97 Projet d’aménagement, BOTELLO Serge et BOTBOL Harry, 2004.

p. 98 Vue de la zone du Barri Fondu, Plaquette de communication cœur de ville, 2004.

p. 99 Principe aménagement de l’axe Char Verdun, BOTELLO S. et BOTBOL H., 2004.

p. 100 Stationnement, B. J., fond de carte : plan masse projet « Cœur de Ville ».

p. 101 Développement de l’habitat, , Plaquette de communication cœur de ville, 2004.

p. 111 “Commerçants centre-ville pendant travaux”, NBC, 2005.

p.116 Plaquettes de communication « Cœur de Ville », SEMEXVAL, 2004.

p. 119 Principe d’aménagement de la place de Gaulle, Plaquettes de communication

« Cœur de Ville », SEMEXVAL, 2004.

127
Annexe 2 : Plan de trésorerie de la Convention
Publique d’Aménagement

128
Annexe 3 : Périmètre de l’opération « cœur de Ville »

129
Annexe 4 : Plan de masse de l’opération « Cœur de
Ville »

130
Annexe 5 : Légende du Plan de masse de l’opération
« Cœur de Ville »

131
Annexe 6 : Communication sur le projet de la place
Général de Gaulle

132
Annexe 7 : Communication sur le projet de la place
Gle de Gaulle

133