Vous êtes sur la page 1sur 8

Revue Entreprise Ethique n°25 octobre 2006

La délinquance d’entreprise :
définition, enjeux et principales variables explicatives
Anne SACHET-MILLIAT
Professeur de Management à l’Institut Supérieur du Commerce de Paris 1

Chercheur associée au Service Central de Prévention de la Corruption (SCPC)

Les actes de délinquance en col blanc commis pour le compte des entreprises restent un
domaine rarement exploré par les chercheurs et les praticiens, bien qu’ils constituent un
phénomène répandu dans le monde des affaires.
Cet article s’attache à mieux cerner le concept de délinquance d’affaires et à montrer que ce
type de criminalité doit être appréhendé comme une forme particulière de comportement
organisationnel. Il propose ensuite d’identifier les principales variables environnementales et
organisationnelles qui permettent d’expliquer pourquoi certaines firmes violent plus ou moins
délibérément la loi tandis que d’autres se comportent de façon éthique.
L’analyse s’appuiera principalement sur une revue de la littérature en sociologie des
organisations sur la criminalité d’affaires.

Pendant des siècles le terme de délinquance a évoqué, tant pour l’opinion publique que les
élites, les déviances d’individus vivant en marge de la société. Il a fallu attendre les travaux
pionniers du sociologue américain Sutherland (1940, 1983) sur la criminalité en col blanc
dans les années 40, pour prendre conscience du fait que la délinquance n’était pas réservée
aux marginaux des classes défavorisées mais pouvait être commise par des individus
parfaitement socialisés jouant avec les règles du système. L’auteur allait même plus loin en
montrant qu’un nombre non négligeable d’entreprises, parmi les plus prestigieuses n’avaient
rien à envier au casier judiciaire de criminels multirécidivistes. Sur une période de 44 ans,
entre 1900 et 1944, l’ensemble des 70 plus grandes firmes américaine du secteur
manufacturier, minier et commercial, avait été condamné au moins une fois dans une cour
pénale, civile ou administrative, avec une moyenne de 14 condamnations par entreprise,
certaines cumulant jusqu’à 50 condamnations. Cette vision était tellement iconoclaste et
considérée comme contraire à l’ordre social et économique que la version non censurée de
son ouvrage White collar Crime : the uncut version, n’a pu être éditée que quarante ans plus
tard (Lascoumes 1997).

A l’heure actuelle, la délinquance commise par les entreprises reste un domaine peu exploré
par les chercheurs et les praticiens, en raison notamment des difficultés d’accès au terrain et
de l’absence de financements privés pour étudier un sujet aussi sensible.

Un phénomène rarement exploré mais d’une ampleur considérable

Les recherches sur la délinquance en col blanc, de même que les enquêtes menées par des
cabinets d’audit (PricewaterhouseCoopers 2005) ou des associations de professionnels du
chiffre (Association of Certified Fraud Examiner 2004) se centrent généralement sur un des
aspects de la fraude, à savoir les délits commis par des membres de l’entreprise à son
détriment, en abusant de leur fonction (ce que les criminologues américains nomment
occupationnal fraud) mais négligent l’autre face du phénomène, constituée par les actes de
1 Courriel : asachet.milliat@groupeisc.com

1
délinquance d’affaires commis intentionnellement pour le compte de l’entreprise (corporate
crime).

Il faut se référer à des travaux plus anciens de sociologues américains pour disposer de
données empiriques sur ce type de fraude. Les résultats de ces recherches témoignent du fait
que l’adoption de comportements délictueux est un phénomène répandu dans le monde des
affaires. Ainsi, selon l’étude empirique menée, dans la lignée de celle de Sutherland, par
Clinard et Yeager (1980) sur l’ensemble des infractions commises entre 1976 et 1978 par les
500 plus grandes entreprises américaines du classement Fortune, deux tiers d’entre elles ont
été ont été poursuivies pour des infractions graves ou moyennement graves et une sanction au
moins a été imposée à 321 firmes. Certaines d’entre elles s’avèrent particulièrement déviantes
puisque 8% des entreprises cumulent 52 % des violations. En outre, selon les auteurs, ces
chiffres ne représentent que la partie émergée de l’iceberg car de nombreuses décisions de
justice ne sont pas publiées.

Même si aucune étude d’une telle ampleur n’a été menée depuis cette date, il existe selon le
sociologue Clinard, un des plus éminents spécialistes américains de la délinquance d’affaires,
de fortes raisons de penser que la criminalité d’entreprise s’est aggravée depuis les 25
dernières années. Il évoque notamment le déclin des principes moraux et l’avidité croissante
2

qui caractérisent une grande partie de la société américaine, l’augmentation considérable de la


taille des firmes, la sophistication des techniques de fraude et le laxisme dans l’application des
réglementations.

La délinquance d’affaires est un phénomène d’autant plus préoccupant qu’elle entraîne des
conséquences sociales et monétaires beaucoup plus dommageables que la criminalité de droit
commun. Les sommes en jeu sont considérables, notamment dans les délits financiers mais les
effets peuvent également être dramatiques sur le plan humain, particulièrement lorsque les
règles de sécurité ne sont pas respectées vis-à-vis des salariés ou des consommateurs ou que
les normes environnementales sont violées.

Il importe dans un premier temps de mieux cerner le concept de délinquance d’affaires et de


montrer que ce type de criminalité doit être appréhendé comme une forme particulière de
comportement organisationnel. Les principales variables explicatives externes et internes aux
entreprises seront ensuite identifiées.
L’analyse s’appuiera principalement sur une revue de la littérature des travaux des
sociologues sur la délinquance d’affaires et mobilisera également les concepts de la
psychologie sociale.

La délinquance d’entreprise comme forme particulière de comportement


organisationnel

Définition du concept de délinquance d’entreprise

La délinquance d’entreprise (corporate crime) que l’on peut également appeler criminalité
organisationnelle (organizational crime) est une forme spécifique de délinquance d’affaires.
Elle désigne l’ensemble des actes illégaux commis par des individus ou groupes d’individus
agissant pour le compte d’une entreprise, en accord avec ses buts opérationnels (Shrager et
2 Clinard effectue une comparaison entre la criminalité d’aujourd’hui et celle des années 80 dans l’introduction
intitulée Corporate crime : yesterday and today-a comparison de la réédition en 2006 de l’ouvrage Corporate
Crime, initialement édité en 1980.

2
Short 1978) et doit être distinguée des délits perpétrés par les « cols blancs » pour leur
bénéfice personnel, à l’insu de leur organisation.
Elle englobe tous types d’infractions, que ces dernières soient passibles de sanctions par la loi
pénale, civile ou administrative (Sutherland op.cit., Clinard 1983). Ce choix d’intégrer
l’ensemble des violations se justifie en raison de la spécificité de la délinquance en col blanc.
En effet, les délits d’affaires bénéficient d’un traitement social de faveur comparativement aux 
délits de droit commun,  les membres de classes dirigeantes ayant le privilège de pouvoir
recourir à des voies de règlement discrètes qui leur permettent souvent de se soustraire aux
sanctions pénales (Lascoumes 1997 et 1999).
L’étude de Clinard et Yeager (op.cit.) sur les délits commis par les 500 entreprises du
classement Fortune montre que même les infractions les plus graves sont généralement
sanctionnées au niveau administratif : deux tiers des cas sérieux et quatre cinquième des cas
modérément sérieux.

Les auteurs distinguent six types de violations organisationnelles : violations administratives


(par exemple refus de produire des informations pour une institution publique), violations
environnementales (pollution chimique, marée noire…), infractions financières (corruption,
fraude fiscale ou comptable…), infractions au droit social (discrimination à l’embauche,
licenciement abusif, non respect des règles de sécurité…), violations dans le domaine de la
production (usage de produits dangereux, non respect des règles d’hygiène ou de sécurité,
tests falsifiés…), pratiques non concurrentielles (discrimination des prix, ententes illicites,
publicité mensongère…).

Les organisations comme acteur déviant

Les organisations peuvent être considérées comme des acteurs déviants, indépendamment des
membres qui les composent (Ermann et Lundman 2002)
Elles peuvent en effet être appréhendées comme des collections d’emplois et de positions
sociales, avec leurs compétences, pouvoir, règles et récompenses, et influencent puissamment
les pensées et actions des personnes qui occupent ces positions, y compris au sommet de la
hiérarchie. Ces personnes sont remplaçables sans remettre en cause la survie de l’organisation
et acceptent les devoirs et attentes, les buts et les ressources associés à leur position (Coleman
1982). La structure existe ainsi de façon autonome par rapport aux membres de l’organisation.

La délinquance organisationnelle doit par conséquent être étudiée en appréhendant


l’organisation comme un système social (Gross 1978) et en allant au-delà des théories
criminelles sur la prévention et la sanction individuelles.

Les firmes vont différer selon que leur structure sociale, essentiellement les processus internes
et la hiérarchie, génère ou pas des comportements frauduleux.
La taille, la diffusion des responsabilités et la structure hiérarchique des grandes organisations
développent les conditions conduisant à la déviance organisationnelle. En outre, la nature des
objectifs de l’organisation peut promouvoir les comportements non éthiques ou illégaux. Pour
ces raisons, les infractions des organisations doivent être considérées comme des
comportements organisationnels (Gross op.cit., Reiss 1978).
Les membres des grandes organisations deviennent généralement liés aux succès et buts de
l’organisation et peuvent alors adopter des comportements déviants en « utilisant leurs
compétences, connaissances et ressources associées à leur position pour agir de la sorte »
(Vaughan 1982 : 1391).

3
Le comportement organisationnel illégal est une forme de violation collective des règles pour
atteindre les objectifs de l’organisation (Sherman 1980).

Les études empiriques menées par des sociologues mettent en évidence que les firmes peuvent
être classées des plus éthiques, correspondant à celles qui n’ont commis aucune infraction sur
les périodes étudiées, aux plus délinquantes, qui cumulent la majorité des délits commis. Un
certain nombre de variables externes et internes aux entreprises permettent de comprendre
leur plus ou moins grande propension à adopter des pratiques déviantes.

Les variables explicatives de la délinquance d’entreprise

Les facteurs environnementaux

A la lumière des travaux sociologiques américains sur la délinquance d’affaires il apparaît que
le passage à l’acte délinquant par les firmes est en partie déterminé par des caractéristiques de
l’environnement économique et institutionnel.

L’environnement économique

Selon Sutherland (op.cit.), les comportements illégaux des firmes et de leurs dirigeants
résultent de la diffusion de pratiques délictueuses et des politiques au sein de l’industrie. Les
firmes d’une même industrie ont généralement des taux similaires de récidive.
De même, une recherche sur les ententes illicites montre que ce délit a plus de probabilité
d’être perpétré quand les firmes s’occupent de lignes de produit homogènes (Hay et Kelley
1974).

L’étude de Clinard et Yeager (op.cit.) sur les infractions commises par les 500 plus grandes
entreprises américaines met en évidence une forte concentration des transgressions dans
certains secteurs d’activité. L’industrie pétrolière cumule à elle seule une violation sur cinq,
les trois cinquième de tous les délits financiers et presque la moitié des violations
environnementales. Vient ensuite l’industrie automobile qui est responsable d’une infraction
sur six, particulièrement dans le domaine de la production et du droit social puis l’industrie
pharmaceutique à laquelle une infraction sur dix peut être imputée, principalement dans les
domaines productif et administratif.

Ces données tendent à accréditer la thèse de l’existence d’un processus d’isomorphisme qui
conduit les firmes soumises aux mêmes conditions économiques et institutionnelles à adopter
des stratégies et des structures similaires (Di Maggio et Powel 1983). Sous la pression
concurrentielle ou des différentes parties prenantes, en particulier l’Etat, par mimétisme ou
par conformisme à des normes s’institutionnalisent des pratiques telles que la corruption
(Sachet-Milliat 2004).

L’environnement juridique

L’environnement institutionnel, en particulier juridique exerce également une influence


importante sur le recours à la délinquance par les firmes. L’enquête menée par Clinard (1983),
auprès de 64 cadres à la retraite ayant travaillé durant de longues années dans les plus grandes
entreprises américaines, souligne que les secteurs qui ont fait l’objet de sanctions, notamment
pour des ententes illicites, sont ceux qui ensuite ont les conduites les plus éthiques. Ces cadres
se montrent d’ailleurs en majorité en faveur d’une régulation par l’Etat car ils considèrent que

4
les entreprises ne sont pas capables de s’autoréguler. Leur opinion concorde avec celle des
dirigeants interrogés par Clinard et Yeager (op. cit.) ce qui parait d’ailleurs surprenant car la
réglementation semble généralement mal perçue dans le monde des affaires.

Malheureusement, les sanctions sont rares et de portée très limitée malgré la forte réprobation
du public vis-à-vis de la criminalité d’affaire (Ermann et Lundman op. cit.).
Les organisations sont des acteurs puissants et influents ce qui leur permet d’influencer
l’adoption des lois grâce à des pratiques plus ou moins légales telles que le lobbying ou la
corruption.
Une fois les lois adoptées, la pression continue sous d’autres formes. Ermann et Lundman
citent les exemples de services offerts aux entreprises, en cas de poursuites judiciaires, par des
organismes tels que l’Industrial Crisis Institute dont le rôle est de conseiller les firmes pour
que les dirigeants interviennent dans un délai de douze heures jugé crucial ou le Litigation
Service and Metricus qui propose les conseils de sociologues, psychologues, spécialistes du
marketing pour évaluer l’opinion, le profil des juges, les chances de succès…

En outre les affaires sont complexes à démêler et les sanctions difficiles à établir.
Les individus sont très rarement sanctionnés : seules 1, 5% des poursuites fédérales contre des
firmes entre 1975 et 1976 conduisent également à sanctionner un dirigeant. Les peines de
prison sont de 30 jours en moyenne et les amendes modérées (Clinard et Yeager 1979).
Les sanctions s’appliquant aux organisations sont généralement minimes et égalent rarement
les gains réalisés grâce aux violations. Une enquête de la Sentencing Commission montre que
le montant moyen d’une amende, prononcée par la cours fédérale à l’encontre d’une firme,
s’élève à 141 000 $ (Cohen 1989). Rapporté au chiffre d’affaires d’une entreprise de taille
raisonnable (600 millions de $ de CA, soit 1/10 d’Apple), ce chiffre est extrêmement faible. A
titre de comparaison, il correspond à 8 $ d’amende pour une personne gagnant 35 000 $
annuel (Ermann et Lundman, op. cit.).

Hormis quelques exceptions, les sanctions peuvent être considérées par les firmes déviantes
comme un coût mineur de leur fonctionnement.
Comment expliquer alors que certaines firmes adoptent régulièrement des pratiques
délinquantes tandis que d’autres se comportent de façon éthique ? Nous avons vu que
l’appartenance à certains secteurs d’activité constitue un facteur de risque. Néanmoins, des
différences de niveaux d’éthique peuvent être constatées au sein d’une même industrie ce qui
prouve que les firmes conservent une certaine marge de manœuvre.

Les facteurs organisationnels

Outre les facteurs environnementaux, un certain nombre de variables internes à l’organisation 
vont   générer   plus   ou   moins   des   comportements   non­éthiques,   voire   illégaux   comme   le 
montrent les travaux sur le processus de décision éthique et les approches sociologiques de la 
délinquance d’affaires.

La gouvernance d’entreprise

Des affaires comme Enron, Worldcom ou Tyco ont mis en évidence le rôle essentiel d’une 
gouvernance d’entreprise efficace pour éviter les abus de pouvoir de la part des dirigeants. 
Au­delà des éléments formels, tels que la composition du conseil d’administration, l’existence 

5
de   comité   d’audit,   de   rémunération   ou   de   nomination,   c’est   le   fonctionnement   réel   des 
dispositifs   qui   doit   être   pris   en   compte   car   ces   derniers   peuvent   être   rendus   totalement 
inopérants par des conflits d’intérêt concernant les personnes chargées du contrôle.

La structure organisationnelle

La structure organisationnelle va également exercer une forte influence car elle détermine le 
degré de pouvoir discrétionnaire dont jouissent les membres de l’organisation.

La déviance peut ne pas être planifiée initialement mais liée à une insuffisance d’informations
et à des responsabilités limitées en raison principalement de la division du travail. Des
individus bien intentionnés peuvent produire des actions déviantes par manque de
connaissance, de motivation ou de temps pour disposer de l’information nécessaire (Ermann
et Lundman op.cit.).

Néanmoins,   la   hiérarchie   organise   parfois   délibérément   cette   déficience   en   matière   de 


compétences car cette dernière peut constituer un moyen de manipuler les salariés pour les 
amener à commettre des actes délictueux, par ignorance des enjeux éthiques ou légaux. Par 
exemple, selon plusieurs auditeurs internes du secteur bancaire la force de vente n’est parfois
volontairement pas formée aux techniques de blanchiment afin, d’une part d’économiser le
coût de la formation, d’autre part de conduire les commerciaux à se montrer moins sélectifs
par rapport aux affaires apportées puisqu’ils ignorent tout des techniques de fraude (Sachet-
Milliat 2005).

Certains dirigeants choisissent même une structure organisationnelle qui favorise l’adoption
de comportements délinquants par les salariés.
Les responsables hiérarchiques exercent un contrôle lâche et font remonter un minimum
d'information au sommet afin de se couvrir en cas d'enquêtes judiciaires. Les responsabilités
sont diluées en adoptant une structure organisationnelle très décentralisée. Rose Ackerman
(1978) explique qu’il   peut   être   intéressant   pour   les   dirigeants   d'externaliser   la   "fonction 
corruption"   en   particulier   dans   les   relations   internationales.   L'utilisation   d'intermédiaires 
permet de réduire le flot d'informations remontant au sommet de la hiérarchie et de réaliser 
des économies d'échelle. Elle constitue également une solution alternative à la difficulté de 
recourir à  ses  propres employés, notamment lorsqu’ils sont honnêtes, pour corrompre. En 
revanche, le risque de trahison par l'intermédiaire sera plus grand que par un membre de 
l'organisation. 

La taille de l’organisation semble un facteur de risque, les firmes les plus grandes commettant 
le plus d’infractions selon l’étude empirique de Clinard et Yeager (op.cit.).

Les pratiques de management

Les pratiques de management, notamment dans le domaine des ressources humaines créent un 
contexte plus ou moins propice à l’adoption de comportements frauduleux par les salariés 
(Sachet­Milliat 2005, op.cit.). En particulier, le système de rémunération permet de renseigner 

6
les salariés sur le type de comportements qui est valorisé par l’organisation. Un système de 
rémunération basé sur la performance à court terme, sans se préoccuper des moyens adoptés 
par   les   salariés   pour   satisfaire   aux   exigences   de   rentabilité,   semble   un   facteur   de   risque 
éthique.
Les pressions exercées sur les salariés par la hiérarchie pour atteindre les objectifs de 
l’organisation peuvent être fortes et les conduire de façon plus ou moins directe à transgresser 
la loi (Clinard,  op.cit.). La déviance peut être non planifiée et non intentionnelle mais est 
parfois   délibérée   lorsque   les   dirigeants   poussent   leurs   subordonnés   à   adopter   des 
comportements délictueux pour le compte de l’entreprise (Ermann et Lundman, op. cit.). Les
pressions exercées par l’équipe dirigeante pour obtenir la collaboration des salariés, en
particulier les cadres, à la délinquance d’affaires reposent sur les différentes modalités
d’expression de l’influence sociale telles que l’incitation, la manipulation, le management par
la peur et les ordres directs (Sachet-Milliat 2005, op. cit.).

La culture organisationnelle et l’éthique du dirigeant

La culture organisationnelle apparaît également déterminante, cette dernière tendant à être 
plus ou moins éthique (Victor et Cullen 1988). Les principes de base du fondateur et des 
cadres   dirigeants   de   même   que   les   pratiques   de   management   adoptées   peuvent   avoir   une 
influence prépondérante sur le long terme et une fois le climat établi, il est difficile de le 
modifier. En effet, les entreprises ayant une tradition non­éthique tendent à sélectionner des 
dirigeants qui correspondent à la culture non­éthique de l’organisation (Clinard op.cit.).

Les travaux sociologiques sur la délinquance d’affaires mettent en évidence le rôle crucial 
joué par l’éthique personnelle des dirigeants dans la mise en place des standards éthiques 
d’une organisation. Les dirigeants orientés métier semblent avoir un niveau d’exigence morale 
supérieur à celui des dirigeants orientés finance. De même ceux issus du rang paraissent plus 
concernés   par   la   réputation   à   long   terme   de   leur   entreprise   et   donc   son   éthique   que   les 
« parachutés » (Clinard, op. cit.).

De manière générale, il apparaît à la lumière des études empiriques que les variables
organisationnelles exercent une influence prédominante, par rapport à celle de
l’environnement économique et institutionnel de la firme, dans le passage à l’acte de
délinquance d’affaires par les entreprises.

Bibliographie

ASSOCIATION of CERTIFIED FRAUD EXAMINER (2004), Report to the Nation on


Occupational Fraud and Abuse (The Wells Report), USA.
CLINARD M.B. (1983), Corporate ethics and crime, Sage Publications, USA.
CLINARD M.B. et YEAGER P.C. (1979), Illegal corporate behaviour, (Washington DC: US
Government Printing office).
CLINARD M.B. et YEAGER P.C. (1980), Corporate crime, Free Press New York.

7
COHEN M.A. (1989), “Corporate crime and punishment: a study of social harm and
sentencing practice in federal court”, American Criminal Law Review 26: 605-660.
COLEMAN J.S. (1982), “Organizational Actors and the Irrelevance of persons”, in The
asymmetric society, pp.9-30, Syracuse University Press, New York.
DI MAGGIO P.J. et POWELL W.W. (1983), “The iron cage revisited : institutional
isomorphism and collective rationality in organizational field”, American sociological
Review, n°48, pp.147-160.
ERMANN M.D. et LUNDMAN R.J. (2002), Corporate and Governmental Deviance, Sixth
Edition, Oxford University Press, New York.
GROSS E. (1978), “Organizational crime: a theorical perspective”, in Denzin (ed.) Studies in
symbolic interaction. Greenwood, CT:JAI.
HAY G. et KELLEY D. (1974), « An empirical survey of pricefixing conspiracies”, Journal
of Law and Economics 17 (April): 13-39.
LASCOUMES P. (1997), Elites irrégulières. Essai sur la délinquance d’affaires, Editions
Gallimard, Paris.
LASCOUMES P. (1999), Corruptions, Presse de la Fondation Nationale de Sciences
Politique, Paris.
PriceWaterhauseCoopers (2005), Global economic crime survey 2005.
REISS A.J. Jr (1978), “Organizational deviance”, in ERMANN M.D. et LUNDMAN R.J.
(Eds), Corporate and Governmental Deviance, Oxford University Press, New York.
ROSE-ACKERMAN S. (1978), Corruption: a study in political economy, New York,
Academic Press.
SACHET-MILLIAT A. (2004), « L’influence de l’environnement économique et institutionnel
sur le recours à la corruption par la firme », IIIe colloque Observer pour agir, jeudi 30
septembre, ESC Amiens Picardie.
SACHET-MILLIAT A. (2005), « Ethique et management : pratiques de pression sur les cadres
pour obtenir leur collaboration aux actes de délinquance d’affaires », Revue de Gestion des
Ressources Humaines, Juillet-Août-septembre, pp.90-107.
SHERMAN L.W. (1980), “A theorical strategy for organizational deviance”, Conference on
White-collar and Economic Crime, International Sociological Association, Posdam, New
York, February.
SHRAGER L.S. et SHORT J.F.(1978), “Toward a sociology of organizational crime”, Social
Problems 25:407-419.
SUTHERLAND E. (1940), « White collar criminality », American Sociological Review.
SUTHERLAND E.H. (1983), White collar crime, the uncut version, Yale University Press,
New Haven.
VAUGHAN E.(1982), “Toward understanding unlawful organizational behaviour”, Michigan
Law Review 80 (June): 1377-1402.
VICTOR B., et CULLEN J.B (1988)., « The organizational bases of ethical work climate », 
Administrative Science Quaterly 33, pp.101­125.