Vous êtes sur la page 1sur 4

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dis-moi comment tu rêves, je te dirai qui tu es...


Caroline Boeglin
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

> Qu'est-ce que le rêve ?


D'après l'ouvrage Le dictionnaire des rêves de A à Z de HANNS KURTH, le « rêve », au sens
premier du terme, est une image trompeuse, mais remarquons-le dès l'abord : tout songe n'est
pas nécessairement un mensonge. Le rêve est un processus physiologique qui se déroule pendant
le demi-sommeil et qui peut soit avoir un caractère de réalité, soit être marqué par un fantastique
prodigieux. Quand nous avons des cauchemars, nous sommes souvent tourmentés par des visions
effroyables, qui parfois même peuvent encore préoccuper notre conscience après notre réveil.
Les rêves sont en relation étroite avec les actes et les pensées de l'homme. Les peuples qui
vivaient à l'état de nature s'en étaient déjà rendu compte ; c'est pourquoi ils attribuaient au rêve
des vertus de seconde vue et de prophétie.
C'est Freud qui a modifier la vision du rêve, de superstition elle est passé à science.

A côté des nombreuses langues propres aux divers peuples ; il existe un langage unique, universel,
celui du rêve.
Le langage symbolique du rêve est constitué par des signes, des chiffres qu'il faut interpréter pour
en saisir le sens et la porté. Les faits de conscience se présentent dans le rêve sous la forme de
visons. Le sujet qui rêve sent et perçoit ces choses ; il apprend ainsi, en général, davantage sur
soi-même et sur autrui qu'à l'état éveillé.
Mais les rêves, pour la plupart, ne se laissent pas intégrer à notre conscience quand nous ne
dormons pas. C'est pourquoi nous les oublions ou, plus exactement, nous nous efforçons de les
refouler. Le rêve nous fournit une information qu'en général nous ne voulons ou nous ne pouvons
pas comprendre.

> Quelles sortes de rêves ?


Il y a des rêves courts et des rêves plus longs. Un rêve correspond à quelques minutes. Une
succession rapide d'images qui constituent une réaction à une perturbation venant de l'extérieur,
une réponse à un bruit, au sentiment que la couverture glisse, une réponse aussi à des coups
frappés à la porte ou à la fenêtre- voilà l'affaire de quelques secondes car les images projetées sont
disponibles dans notre cerveau.
A l'opposé des rêves, les rêves profonds, les rêves considérés comme importants, peuvent avoir
une durée relativement longue. Il sont vécus effectivement par le sujet. Le temps , l'espace n'y
jouent aucun rôle, pas plus que la pesanteur ou la structure atomique de la matière. En rêve
l'homme est capable de s'affranchir de toutes les lois régissant la réalité et de surmonter tous les
obstacles dont il ne pourrait venir à bout à l'état de veille.
Voici un résumé de toutes les catégories de rêves :
· Rêves d'agression
La personne qui rêve qu'une tierce personne en malmène une autre (en général antipathique) : les
rêves d'enfants, d'adolescents et d'adultes.
· Rêves acoustiques
Ils sont suscités en majeur partie par des stimulations extérieures ; rêves d'enfants, d'adolescents
et d'adultes ; par contre, les rêves nettement musicaux ne se produisent la plupart du temps que
chez les femmes.
· Rêves d'angoisse
Il peut y avoir des causes diverses et, selon les âges , des symboles différents : rêves d'enfants,
d'adolescents et d'adultes.
· Rêves de soulagement
Dans de tels rêves, le subconscient refoulé émerge. Le subconscient remonte souvent à la plus
jeune enfance. Le rêve procure une vision de remplacement (la satisfaction d'un désir) irréalisable
à l'état de veille : rêves d'enfants, d'adolescents et d'adultes.
· Rêves de chute
La personne qui rêve croit tomber dans un abîme sans fin : rêves d'enfants à partir de dix ans,
d'adolescents, quelquefois aussi d'adultes.
· Rêves en couleurs
La personne qui rêve voit des images non seulement en noir et blanc, mais aussi en couleurs :
rêves surtout de femmes, mais aussi pouvant être suscités artificiellement par des stupéfiants.
· Rêves de vol
La personne qui rêve peut, avec ou sans l'aide de moyens techniques, voler dans l'air : rêves
surtout d'enfants à partir de dix ans.
· Rêves d'accouchement
Le subconscient traduit le processus d'un accouchement (en général difficile) dans le langage
symbolique de rêve (= « ma tête est piquée sur une fourche à fumier »=accouchement au forceps)
: rêves d'enfants à partir de dix ans, mais aussi d'adolescents et d'adultes.
· Rêves d'odeurs
La personne qui rêve perçoit une ou plusieurs odeurs avec intensité : rêves de femmes surtout ;
toutefois de tels rêves peuvent aussi être suscités artificiellement, quand on rapproche un parfum
fort du nez de la personne qui dort (stimulation externe).
· Rêves de sorcières et de fantômes
La sorcière est exclusivement le symbole d'un être féminin existant effectivement, tandis que le
fantôme peut être soit masculin, soit féminin : rêves fréquents chez les enfants, moins fréquents
chez les adolescents, rares chez les adultes.
· Rêves d'identification
La personne qui rêve croit avoir une autre personnalité (historique en général) : rêves rares chez
les enfants, plus fréquents chez les adolescents, plus rares chez les adultes.
· Rêves musicaux
On croit entendre des sons ou même des morceaux entiers de musique : rêves fréquents surtout
chez les femmes.
· Rêves de réincarnation
La personne qui rêve croit avoir déjà vécu, et, par conséquent, être née une seconde fois dans son
état physique et intellectuel actuel : rêves rares, en général chez des enfants au-dessous de neuf
ans.
· Rêves sexuels
Ils sont souvent consécutifs à une activité sexuelle effective, mais sont provoqués aussi par des
représentations suscitant des désirs ou par la circulation sanguine, par des stimulations externes
ou internes : rêves d'enfants, d'adolescents et d'adultes, avec des caractères spécifiques selon les
âges.
· Rêves de mort
La personne qui rêve se voit mourir ou, plus souvent, voit mourir un proche, dont elle souhaite
secrètement la mort dans son subconscient et, parce que ce proche l'empêche de réaliser ses
désirs ; à l'état de veille, la personne qui a ainsi rêvé peut toutefois le regretter profondément :
rêves d'enfants, d'adolescents et d'adultes.

 Comment interpréter nos rêves ?


Pour cela il est important de clarifier la relation entre le conscient et l'inconscient.
Imaginez que votre esprit soit un iceberg. La partie émergée représenterait le conscient (à savoir
se dont nous sommes pleinement conscient), et la partie immergée l'inconscient (ou sphère de
l'activité psychique ne rejoignant pas le seuil de la conscience et par conséquent en dehors de tout
contrôle conscient).
Tous les souvenirs pénibles, insupportables ou inutiles tels que les traumatismes infantiles, les
problèmes sexuels, les désirs irréalisés, etc…sont refoulés dans l'inconscient. Ces problèmes ne
sont pas pour autant résolus, ils sont seulement rejetés . Ils continuent donc à nous tracasser.
C'est à travers le rêve que l'inconscient nous révèle ses problèmes en utilisant un langage
symbolique et un mécanisme censorial qui déforme les problèmes fondamentaux et les fait
apparaître sous un autre aspect.
Ensuite lorsque nous interprétons un songe et que nous essayons d'en déchiffrer le symbolisme,
nous analysons notre psyché en faisant réémerger les problèmes ensevelis, en en découvrant les
causes et en nous libérant de l'angoisse.
Il faut donc se poser les questions suivantes :
QUI ? QUOI ? COMMENT ? OU ? POURQUOI ?

QUI ?
· Qui y avait-il ?
· Etais-je présent, moi aussi, dans le rêve ? Quel rôle avais-je ?
· Y avait-il d'autre personnes ? Les connaissais-je ? Me rappelaient-elles quelqu'un ? Est-ce que je
ressemble à l'une d'entre elles ?
· A quoi ressemblaient ces personnes (stature, cheveux, barbe, vêtements) ? Aimerais-je
m'identifier à l'une d'entre elles ?
· Ma mère, mon père, ma sœur, mon frère étaient-ils présents dans le rêve ? Y avait-il des
personnes en réalité défuntes ?
QUOI ?
· De quoi s'agissait-il dans le rêve ?
· A quoi me fait-il penser ?
· Me rappelle-t-il un autre rêve ?
· Est-ce que j'arrive à me souvenir de ta trame de l'histoire ? De quelques détails ?

COMMENT ?
· Comment me sentais-je durant le rêve ? Etais-je heureux, préoccupé, mécontent ?
· Avais-je peur ? Le motif en était-il évident ? Sinon quelle raison pouvait-il y avoir ?
· Ai- je rêvé de quelque chose que j'ai vu ou dont j'ai entendu parler ces derniers temps ?
· Quelles sensations ai-je éprouvées dans la réalité et maintenant ?
· Ai-je vécu dans la réalité une situation semblable, même si dans la réalité mes sentiments sont
tout à fait opposés (en rêve j'avais confiance, dans la réalité je suis dans le doute ; haine…amour ;
honte…satisfaction ; etc…) ?

OU ?
· Où me trouvais-je durant le rêve ?
· Ai-je déjà vu cet endroit ? Voudrais-je y aller ? Me plairait-il ?
· Qu'est-ce qui m'a le plus frappé (couleurs, formes, etc…) ?

POURQUOI ?
Voici maintenant les questions qui vous aideront à découvrir la signification du rêve en résumant le
résultat des précédentes :
· Le rêve révèle-t-il un comportement anormal de ma part à l'égard de quelqu'un ?
· Me remémore-t-il un épisode douloureux que j'avais oublié ou que je n'avais pas accepté ?
· Met-il en évidence un sentiment ou un désir que je renie dans la réalité, une décision que je ne
veux ou ne sais pas prendre et rejette ?
· Fait-il naître un état d'âme que je ne comprend pas ?

 Bibliographie
TOUS CES RENSEIGNEMENTS ONT ETE TIRES DE DEUX OUVRAGES :
· DIANE VON ALTEN, Guide complet pour interpréter les rêves, édit DE VECCHI (1985)
· HANNS KURTH, Dictionnaire des rêves de A à Z, France Loisirs (1977)

http://www.strasmag.com/99_dossiers/08_reve/reves.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------
-

Les Rêves - Comment se Rappeler


--------------------------------------------------------------------------------------------------------
-

Le principal obstacle pour notre souvenir de rêves et pour avoir des rêves lucides (réaliser qu'on
rêve durant le rêve) c'est que la mémoire éveil et la memoire "rêve" ne sont pas connectées aussi
bien qu'elles le pourraient avec l'intention, la pratique et la concentration. Il faut faire un effort
pour se rappeler et enregistrer nos rêves ce qui aide notre esprit à se rallier plus étroitement à
notre rêve. C'est aussi un excellent moyen pour stimuler l'imagination et l'intuition qui sont
intimement connectées aux rêves. Cela seulement, devrait être très encourageant.

1. Vous devez le vouloir. Premièrement et le plus important, vous devez vraiment sentir
que cela sera utile pour vous. Sans cela, la motivation disparaît. Plus important encore, un
désir très fort agit comme un aimant qui conduit les rêves dans la mémoire.
2. C'est une question de concentration et d'attention. Il faut comprendre que le souvenir
des rêves est un trait de caractère humain simple, inné et naturel. C'est pourquoi les
jeunes enfants sont souvent en contact avec les rêves, comme le sont certains peuples
autochtones qui partagent leurs rêves chaque jour. Se souvenir de son rêve est un peu
comme faire travailler un muscle mental, plus vous l'utilisez, plus souple il devient. Sans
exercice il peut rétrécir mais, il est là si vous décidez de le faire travailler de nouveau. Or, si
votre rappel est faible, ayez confiance qu'il augmentera avec le tempe. Cette confiance
même aidera votre souvenir.
3. Exercice d'aller-au-lit: Avant de vous endormir, relisez vos rêves des nuits antérieures.
Ceci vous permet de commencer à vous connecter avec votre mémoire de rêve, et vous
donne aussi une occasion d'interpréter vos rêves et de faire les relations avec les
événements de la journée. Puis, au moment d'aller au lit, demandez-vous (sans ordonner)
de vous souvenir de vos rêves quand vous vous réveillerez le matin ou durant la nuit, et
rappelez-vous que c'est un processus simple et naturel. Aussi, suggérez-vous de vous
réveiller spontanément au besoin et sans alarme (qui peut inhiber le souvenir). Cette
méthode est efficace avec de la pratique, mais vous voudrez peut-être régler tout de même
votre alarme 15 minutes après l'heure de réveil suggérée, par mésure de sécurité.
Qu'importe l'heure où vous vous réveillez, garder les yeux fermés (ou les refermer s'il sont
déjà ouverts) et demeurez aussi inerte que possible. Si vous avez bougé depuis votre
réveil, tentez de retourner dans la position initiale du réveil. Rassemblez autant d'images,
de sentiments, ou d'impressions que vous le pouvez, puis levez-vous et enregistrez-les
immédiatement dans un journal (que vous gardez à côté du lit) ou sur une
magnétocassette, aussi brèves ou vagues qu'elles puissent être en premier. Vous serez
étonné de tout ce que vous vous rappelerez de plus en les écrivant ou en les enregistrant.
4. Soyez enjoué, patient, et persistant. Même si la plupart des gens ont du succès dès la
première ou deuxième semaine, se souvenir de ses rêves est comme travailler un nouveau
muscle, ce qui peut nécessiter quelque temps avant d'y arriver. Essayez de maintenir une
attitude calme et enjouée, d'avoir hâte de connaître vos rêves tout en les laissant venir
naturellement. Essayer trop fort ou être trop sérieux pourrait en limiter les effets. Le
souvenir des rêves et la motivation vont et viennent naturellement, cycliquement, et et
aussi dépendent de ce qui se passe dans votre vie. Lorsque vous vous concentrez sur le
souvenir d'un rêve, restez-y pour au moins quelques jours, parce que les nuits
consécutives peuvent multiplier les effets.
5. L'étude de groupe hebdomadaire de gens qui partagent le même intérêt dans les rêves
n'a pas son pareil pour soutenir la motivation et l'inspiration.

http://www.dreams.ca/recall2.htm