Vous êtes sur la page 1sur 19

LE JUGEMENT DU

DELAISSEMENT DE LA
PRIERE

Ecrit par Cheikh Salah el-


Otheimin

(qu’Allah lui fasse


miséricorde)

Louange à Allah et que la


prière et le salut soit sur
notre Prophète Muhammed,
sa famille et ses
compagnons
Pour toi cher frère cette
petite brochure qui contient
une question posée au
Cheikh Otheimin et sa
réponse.

La Question :

Que doit faire l’homme qui a


prescrit la prière à sa
famille, mais ils ne
l’écoutent pas. Peut-il
continuer à habiter avec
eux, et les fréquenter, ou
doit-il sortir de la maison ?

La Réponse :
Si cette famille n’a jamais
priée, ce sont des
mécréants, des apostats qui
ont quitté l’Islam. Et il n’est
pas permis d’habiter avec
eux, par contre il est dans
l’obligation de les prêcher,
d’insister et de persister,
peut être qu’Allah les
guidera. Car celui qui
délaisse la prière est
mécréant (qu’Allah nous
protége). Et ceci par les
preuves tirées du Livre (le
Coran), de la Sunna (actes et
paroles du prophète), des
paroles des compagnons et
du raisonnement juste.
Pour ce qui est de la preuve
du Coran, la parole du Très-
Haut au sujet des
polythéistes :

« Mais s’ils se repentent,


accomplissent la Salat et
acquittent la Zakat, ils
deviendront vos frères en
religion. Nous exposons
intelligiblement les versets
pour des gens qui savent. »

sourate At-Tawbah (le


repentir) versets 11

Ce qui est compris du verset


est que ceux qui ne
l’accomplissent pas, ne sont
pas nos frères. La fraternité
religieuse ne s’annule pas
avec les péchés mais elle
s’annule avec la sortie de
l’Islam.

Pour ce qui est de la Sunna,


la parole du prophète (que la
paix est la bénédiction
d’Allah soit sur lui) :

« Entre l’Homme, et entre la


mécréance et l’association il
y a le délaissement de la
prière. »
(authentifié par Mouslim)

Et sa parole dans le hadith


(parole du prophète)
rapporté par Bourida
(qu’Allah soit satisfait de lui)
:

« Le pacte qu’il y a entre


nous et eux est la prière
celui qui la délaisse a
mécrut. »

Pour ce qui est de la parole


des compagnons :

Le prince des croyants,


‘Omar (qu’Allah soit satisfait)
de lui a dit :

« Pas de portion dans l’Islam


pour celui qui délaisse la
prière »

Et la portion, la part est ici


indéfini qui dans sa forme
est l’annulation générale,
pas une part qu’elle soit
petite ou grande.

Et Abdallâh Ibn Chaqiq a dit :


les compagnons du prophète
(que la paix et la bénédiction
soit sur lui) ne voyaient
aucun délaissement
d’œuvres comme mécréance
sauf la prière.

Pour ce qui est du


raisonnement juste :

Est-il possible de penser


qu’un homme ayant un grain
de moutarde de foi,
connaissant l’importance de
la prière et l’intéressement
d’Allah pour elle, puis,
resterai sur son
délaissement ?! Ceci est
impossible.

Et j’ai étudié les preuves sur


lesquelles s’appuient ceux
qui disent qu’il ne mécroit
pas, j'ai trouvé qu’elles ne
sortaient pas de ces quatre
cas :

Soit elles sont aucunement


une preuve
Ou elles sont limitées par
des caractéristiques
incompatibles avec le
délaissement de la prière.
Ou elles sont limitées dans
un cas où le délaissement de
la prière est excusable.
Ou elles sont générales et
on les spécifies par le
hadith de celui qui délaisse
la prière.
Et si il a été démontré que
celui qui délaisse la prière
est mécréant alors certes on
lui appliquera les règles de
l’apostat.

Et il n’a pas été mentionné


dans les textes que celui qui
délaisse la prière est
croyant ou qu’il rentrera au
paradis et qu’il est sauvé de
l’enfer. Ou quelque chose
dans ce style qui nous
pousse à expliquer la
mécréance avec laquelle est
jugée le délaissement de la
prière, en disant que c’est de
la mécréance du bienfait ou
de la mécréance qui ne fait
sortir de l’Islam…

Ces règles sont :

Premièrement : Il n’est pas


permis de le marier et si
l’acte de mariage a été fait
alors qu’il ne prie pas, l’acte
est non valable. Et son
épouse ne lui est pas
permise, pour la parole du
Très-Haut :

«si vous constatez qu’elles


sont croyantes, ne les
renvoyez pas aux
mécréants. Elles ne sont pas
licites [en tant qu’épouses]
pour eux, et eux non plus ne
sont pas licites [en tant
qu’époux] pour elles. »

sourate Al-Mumtahanah
(l’éprouvée) verset 10

Deuxièmement : S’il délaisse


la prière après s’être marié,
son contrat de mariage est
abrogé et son épouse ne lui
est plus permise d’après le
verset qu’on a cité, et pour
le classement connu chez
les gens de science. Et que
ceci soit avant la
consommation du mariage
ou après.

Troisièmement : Et cet
homme qui ne prie pas, s’il
égorge son sacrifice est
inconsommable et pourquoi
? parce que son sacrifice est
illicite. Alors que si un juifs
ou un chrétien égorge , il
nous est permis de manger
de son sacrifice. Son
sacrifice (qu’Allah nous
protége) est alors plus
impure que celui du juif et du
chrétien.

Quatrièmement : il ne lui est


pas permis de rentrer à la
Mecque ou dans les limites
de sa sacretée, pour la
parole du Très-Haut :

« Ô vous qui croyez ! Les


associateurs ne sont
qu’impureté : qu’ils ne
s’approchent plus de la
Mosquée sacrée, après cette
année-ci.
»
sourate At-Tawbah (le
repentir) verset 28

Cinquièmement : si un des
ses proches meurt il n’a pas
de droit dans l’héritage. Par
exemple : un homme meurt
et il a un fils qui ne prie pas (
l’homme est musulman et
prie et son fils non) et le fils
de son oncle lointain prie.
Qui va l’hériter ? Le fils de
son oncle lointain et non son
fils d’après la parole du
prophète (que la paix et la
bénédiction d’Allah soit sur
lui) dans le hadith
d’Oussama :

« Le musulman n’hérite pas


d’un mécréant et un
mécréant n’hérite pas d’un
musulman »

(authentique)
et d’après sa parole (que la
paix et la bénédiction d’Allah
soit sur lui) :

« Faite suivre les héritages à


ses ayants droits et ce qui
reste au plus proche male »

(authentique)

Et cet exemple s’applique


sur tous les héritages

Sixièmement : s’il meurt, il


n’est pas lavé et il n’est pas
recouvert et on ne prie pas
sur lui. Et il n’est pas enterré
avec les musulmans, dans
ce cas que faisons nous de
lui ? On le prend dans le
désert, on creuse pour lui et
on l’enterre avec ses habits
car il n’a rien de sacré. Et
c’est pour cela qu’il n’est
pas permis à une personne
chez qui il y a eu un décès
alors qu’elle sait que le mort
ne prié pas, de le présenter
aux musulmans pour qu’ils
prient sur lui.

Septièmement : Il (celui qui


délaisse la prière) sera réuni
le jour du jugement dernier
avec Pharaon, et Hamann et
Quaaron et Oubay ibn khalef,
les têtes de la mécréance
(qu’Allah nous protége) et il
ne rentrera pas au paradis.
Et il n’est pas permis à une
personne de sa famille
d’invoquer pour lui la
miséricorde et le pardon car
c’est un mécréant qui ne
mérite pas (les invocations)
pour la parole du Très-Haut :

« Il n’appartient au prophète
et aux croyants d’implorer le
pardon en faveur des
associateurs, fussent-ils des
parents alors qu’ils leur sont
apparus clairement que ce
sont des gens de l’enfer. »

Sourate At-Tawbah (le


repentir) verset 113

Ce sujet, ô frères est très


dangereux et c’est bien
dommage que certaines
personnes le négligent. Et
laissent dans leur foyer celui
qui ne prie pas et ceci n’est
pas permis. Et Allah est le
plus savant.

Et que la paix et la prière


soit sur notre prophète, sur
sa famille et sur tout ses
compagnons.