Vous êtes sur la page 1sur 15

Albert Failler

Un acte inédit du patriarche de Constantinople Jean XII (2 juin


1294)
In: Revue des études byzantines, tome 51, 1993. pp. 77-90.

Résumé
REB 51 1993 Franco p. 77-90
A. Failler, Un acte inédit du patriarche de Constantinople Jean XII (2 juin 1294). - A la fin du Florent. Laurentianus 5-2 (f. 386V)
est copié un acte synodal du 2 juin 1294, certifié par le chartophylax de la Grande Église. La décision synodale tranche un
différend qui s'était élevé à Thessalonique, à propos de l'église des Asornates, entre le métropolite, qui revendiquait ses droits de
nomination et d'ordination, et l'higoumène du monastère d'Akapniou, qui, en sa qualité de gardien ou d'inspecteur («éphore») de
cet établissement, entendait y effectuer les nominations aux divers postes. Le synode tranche en faveur du métropolite. L'acte
contient une importante liste de présence de vingt-huit évèques.

Citer ce document / Cite this document :

Failler Albert. Un acte inédit du patriarche de Constantinople Jean XII (2 juin 1294). In: Revue des études byzantines, tome 51,
1993. pp. 77-90.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rebyz_0766-5598_1993_num_51_1_1870
UN ACTE INÉDIT
DU PATRIARCHE DE CONSTANTINOPLE
JEAN XII (2 JUIN 1294)

Albert FAILLER

La publication des Regestes des actes du patriarcat de Constantinople


a entraîné une recherche systématique des actes et l'édition des docu
ments qui étaient restés jusque-là inconnus ou inédits. De fait, si l'on
excepte quelques cas particuliers (la correspondance du patriarche
Athanase, qui reste inédite aux deux tiers1, ou le registre synodal
conservé dans les Vindobonenses historici graeci 47 et 48, que l'édition
de Miklosich et Müller n'a pas reproduit in extenso2), un nombre
infime d'actes patriarcaux connus sont restés inédits jusqu'à ce jour.
Parmi ces inédits figure le document étudié dans le présent article
et conservé à la fin d'un manuscrit de la Biblioteca Laurenziana de
Florence. Dans l'édition qui suit, on a indiqué la linéation du manusc
rit, dans le seul but de rendre possible le repérage des débuts et des
fins de lignes, où la lecture du texte est parfois douteuse ou imposs
ible. Pour le reste, on a résolu les abréviations, pour rendre la lecture
plus aisée. Sous le texte grec sont signalées les leçons fautives du
manuscrit et les leçons douteuses ou reconstruites des passages dont la
lecture n'est pas sûre. Après le texte grec figure une traduction fran
çaise, établie de la manière la plus littérale possible. Elle est accompa
gnée d'une brève annotation, qui concerne surtout l'identification des
personnes et des lieux. L'édition et la traduction sont suivies d'un

1. Alice-Mary Maffry Talbot (The Correspondence of Athanasius I Patriarch of


Constantinople. Leiters lo the emperor Andronic II, members of the imperial family, and
officials, Washington 1975) a édité toute la partie qui concerne l'histoire civile de l'em
pire, mais elle a laissé de côté les nombreux mandements et instructions ecclésiastiques.
2. La nouvelle édition de H. Hunger et 0. Krrsten, dont le premier volume est
paru à Vienne en 1981 (Das Register des Patriarchats von Konstantinopel. I, Edition und
Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1315-1331), comblera les vides de la première
édition.

Revue des Éludes Byzantines 51. 1993, p. 77-90.


78 A. FAILLER

bref aperçu sur l'état du texte et le contenu du manuscrit, sur la


nature de l'acte et la liste de présence, qui constitue la partie la plus
remarquable du document, et l'exposé se termine par une remarque
sur le nom du patriarche Jean XII.

Texte grec (Laurentianus 5-2, f. 386V = L)

+ Ι1 Μηνΐ ίουνίω β', ήμερα δ', ίνδικτιώνος ζ', προκαθημένου τοΰ παναγιωτάτου
ημών δεσπότου και οικουμενικού πατριάρχου κΰρ 'Ιωάννου έν τοις |2 κατά τον
"Αγιον Θεοφύλακτον κελλίοις αύτοΰ, συνεδριαζόντων τη μεγίστη άγιωσύνη
αύτοΰ και ίερωτάτων αρχιερέων
|3 του 'Ηράκλειας προέδρου των ύπερτίμων και έξάρχου πάσης Θράκης και
Μακεδονίας3 'Ανδρέου,
τοΰ 'Αγκύρας4 ύπερτίμου και |4 έξάρχου πάσης Γαλατίας Βαβύλα,
τοΰ Χαλκηδόνος και ύπερτίμου Θεογνώστου,
τοΰ Μελιτηνής και ύπερτίμου Σταυρακίου,
τοΰ |5 Φιλαδέλφειας ύπερτίμου και τον τόπον επέχοντος τοΰ Συρακούσης5
Θεόληπτου,
τοΰ Γαγγρών και ύπερτίμου Φωκά,
τοΰ Νεοκαισαρείας 6 |6 και ύπερτίμου Βασόη,
τοΰ 'Ικονίου και ύπερτίμου 'Ιωάννου,
τοΰ Πισιδίας και ύπερτίμου Σάβα,
τοΰ Φιλιππουπόλεως και ύπερτίμου |7 Γερασίμου,
τοΰ Τραϊανουπόλεως και ύπερτίμου Μακαρίου,
τοΰ Φιλίππων και ύπερτίμου Μακαρίου,
τοΰ Σμύρνης και ύπερτίμου |8 Θεοδούλου,
τοΰ Άδριανουπόλεως και ύπερτίμου 'Αρσενίου,
τοΰ Καμάχου και ύπερτίμου Δανιήλ,
τοΰ 'Αβύδου και ύπερτίμου Κλήμεντος,
|9 τοΰ "Απρω Καλλίστου,
τοΰ Θεουπόλεως Προύσης και ύπερτίμου 'Ιωάννου,
τοΰ Πηγών και ύπερτίμου 'Ιγνατίου,
τοΰ Μεσημβρίας |10 και ύπερτίμου Θεοδώρου,
τοΰ Σηλυβρίας 7 Ίλαρίωνος8,
τοΰ Διδυμοτείχου 9 Μακαρίου,
τοΰ Μελενίκου και ύπερτίμου Μαξίμου,

3. Μακεδωνίας L
4. Άγγύρας L
5. Συρρακούσης L
6. Νεοκαι]σαρείας difficile legitur L
7. Συλλιβρίας L
8. Ίλ- L
9. Διδυμοτοίχου L
UN ACTE INÉDIT DU PATRIARCHE JEAN XII 79

Ι11 του Βιζύης10 'Ιωάννου,


του Λοπαδίου Γεωργίου,
του Δέρκου Μακαρίου,
του Νυμφαίου 'Ιωσήφ
και του Βερροίας Θεοδοσίου,
|12 παραστησαμένων και θεοφιλέστατων πατριαρχικών αρχόντων.
|13 Επειδή τάξει τα πάντα δσα τε υπέρ ήμας και δσα των11 καθ' ήμας
διακρατεΐταί τε και συνέχεται, και ούκ ένι |14 δήτ' άλλως οίκονομηθήναι το
θ'
ευπρεπές τω παντί, χρεών άρα και πασι τοις ίεροΐς τοις τε πολιτικοΐς

|
15 έμπρέπουσιν 12 άξιώμασιν εκαστον έπί του οικείου μένειν λάχους τε και
βαθμού, και μηδαμώς υπέρ τον έαυτοϋ τίνα13 ορον |16 έπαίρεσθαι 14, ώστε δή γ'
αλλότριας προαρπάζειν και των ανέφικτων κατατολμαν, ώνπερ μήπω την
έξουσίαν |17 έχει λαβείν' ούτω γαρ δή συντηρούμενης έκάστω της οικείας
στάσεως τε και τάξεως, εύπρεπώς τα πάνθ' έξει και ευσταθώς, |18 τών ύπενηγ-
μένων τοις κρείττοσιν ύπεξισταμένων ώντινων προσταγμάτων την δεσποτείαν
είλήφειαν 15 προς Θεοΰ.
Δια γουν |19 ταϋτα και τοις κατά καιρόν εν τη κατά την Θεσσαλονίκην
σεβάσμια του Άκαπνίου μονή προϊσταμένοις ήγουμενικώς παρακε|2Ολεύεται
μηδέν16 μηδαμώς ένεργεΐν παρά τήν κανονικήν παρακέλευσιν, ώστε δηλονότι
τών έν τω κλήρω τινά του Ι'-1 και κατά τήν αυτήν μεγαλόπολιν θείου ναοΰ τών
'Αρχιστρατήγων τών άνω Δυνάμεων εις βαθμόν οπωσδήποτε προβι|22βάζειν
όποιονδήτινα ' πάντη τοΰτ' άπαδον τοις θείοις κανόσι και άποτρόπαιον. Ει γαρ
και καθάπαξ οί της ειρημένης |23 μονής άγιοι καθηγούμενοι έφοροι του
τοιούτου κλήρου προβέβληνται, άλλ' ουδέν υπέρ τήν εαυτών πράττειν άξίαν
έκχω|24ρηθήσονται ' τοις γνησίοις γαρ μόνοις έφεΐται17 τοΰτο πράττειν
άρχιερεΰσιν, ώνπερ, έπί τω τοιούτω |25 κλήρω τελών, και ό ίερώτατος μητρο
πολίτης Θεσσαλονίκης, ύπέρτιμος και εξαρχος πάσης Θετταλίας, αγαπητός
κατά Κύριον αδελφός ημών και |26 συλλειτουργός, αυτός εΐκότως άπό τοις έν
τούτω κατειλεγμένοις αναλόγως διακρίνει, παραπλησίως δηλονότι |27 τοις υπ'
αυτόν λοιποΐς κλήροις και κατά τον τοιούτον τών 'Ασωμάτων κλήρον διιθύνων,
καθά δήτα και τοις ίεροΐς και θείοις |28 κανόσι δοκεΐ, εύλαβώς τών έν τούτω
κατειλεγμένων υποκειμένων αύτω, τη διατάξει τε ακολούθως και διατυ|29πώ-
σει 18 στοιχούντων τη παρ' αύτου · ως ό αυτός ίερώτατος άρχιερεύς έπί τοις
κατ' έτος νενομισμένοις υπέρ ρόγας αύτοΐς δί|30δοσθαι και διακρίνει, ούτω δή

Κ). Βυζίης L
11. τών τα scripsit Laurent {Regestes, n° 1565)
:

12. έμπρέπουσιν scripsi έμπρέπειν (?) L


:

13. τίνα L
14. έπαίρεσθαι dubie legitur L
15. είλήφειν ante corr. L
16. παρακελεύ]εται μη[δεν difficile legitur L
17. έφεΐται dubie legitur L
18. διατυπώσει difficile legitur L
80 A. FAILLER

και αύτοΐς στερκτέον ϊσμεν 19 · πασά γαρ ή αυτών εφορία τε και επίσκεψις τω
τοιούτω |31 άνεΐται, και αυτός άρχιερατικώς τούτων προστήσεται, τα παρά
πασαν κανονικήν θεσμοθεσίαν προβεβηκότα και παρατη|32ρηθέντα 20 άκυρων ώς
άθεσμα · ό γαρ του λοιπού παρ' ετέρου προβιβασθησόμενος εις όφφίκιον έσται
ώς ό μή λαβών και |33 της αύτου δ' έκπεσεΐται στάσεως τε και τάξεως.
Ταΰτα παρεκβληθέντα άπό των ημερησίων συνοδικών παρασημειώ|34σεων
και τη υπογραφή και σφραγίδι τοϋ τιμιωτάτου χαρτοφύλακος πιστωθέντα τε
και κυρωθέντα21 έπεδόθη μηνί και ίνδικτιώνι |35 τοις άναγεγραμμένοις. +
+ ή υπογραφή · Ό χαρτοφύλαξ 22 της άγιωτάτης μεγάλης του Θεού εκκλη
σίαςΝικήτας ό Κυπριανός23.

Traduction du texte

Le 2 du mois de juin, un mercredi, de l'indiction 724, notre très


saint maître et patriarche œcuménique kyr Jean25 préside dans son
appartement de Saint-Théophylacte26, tandis que siègent aussi avec
sa très grande Sainteté les très saints évêques
André d'Héraclée27, proèdre des hypertimes et exarque de toute la
Thrace et Macédoine,
Babylas d'Ancyre28, hypertime et exarque de toute la Galatie,

19. ίσμεν dubie legitur L


20. παρατη]ρηθέντα non legitur L
21 . πιστωθέντα τε και κυρωθέντα difficile legitur L
22. χαρ]τοφύλαξ difficile legitur L
23. Κυπριανός non legitur L
24. Le synchronisme est parfait, : mercredi 2 juin de l'indiction 7, c'est-à-dire de
l'année 1294. Jean XII (1294-1303) occupa le trône patriarcal durant une seule indic
tion 7 (septembre 1293-août 1294); voir la note suivante. Le document fut émis au
cours d'une séance ordinaire (ou «journalière» : ημερήσιος à la ligne 33 du texte manusc
rit) du synode, qui siégeait régulièrement trois fois par semaine (lundi, mercredi, ven
dredi); voir J. Darrouzès, Recherches sur les Offikia de l'Église byzantine, Paris 1970,
p. 465-468.
25. Proposé à l'empereur comme seul candidat au patriarcat, le moine Kosmas fut
sans doute promu aux derniers jours de l'année 1293 et il fut ordonné évêque le 1er jan
vier 1294 (Pachymérès, VIII, 27-28 : Bonn, II, p. 182-187). Voir sa biographie dans le
PLP (n° 90378 ou n° 92161) et le répertoire des actes connus de son patriarcat dans les
Regestes (V. Laurfnt, Les regestes de 1208 à 1309, Paris 1971, p. 349-369); le présent
acte y est classé et analysé sous le n° 1565.
26. Sur l'oratoire de Saint-Théophylacte, qui se trouvait au patriarcat et où le
synode siégea souvent aux 13e et 14e siècles, voir R. Janin, Les églises et les monastères
[de Constantinople]2, Paris 1969, p. 246.
27. PLP, n° 914. La référence à l'excellent répertoire d'E. Trapp et H.-V. Beyer
dispense désormais de refaire, à chaque mention de personnages appartenant à la pé
riode des Palaiologoi, leur biographie. Sauf exception dûment fondée, on se contentera
de renvoyer à cet ouvrage pour chacun des vingt-huit évêques mentionnés dans la liste
de présence.
28. PLP, n° 2012.
UN ACTE INÉDIT DU PATRIARCHE JEAN XII 81

Théognoste de Chalcédoine 29, hypertime,


Staurakios de Mélitène30, hypertime,
Théolepte de Philadelphie31, hypertime et tenant le rang de
Syracuse,
Phôkas de Gangres32, hypertime,
Basoès de Néocésarée33, hypertime,
Jean d'Ikonion34, hypertime,
Sabas de Pisidie35, hypertime,
Gérasime de Philippoupolis36, hypertime,
Macaire de Traïanoupolis37, hypertime,
Macaire de Philippes38, hypertime,
Théodule de Smyrne39, hypertime,
Arsène d'Andrinople40, hypertime,
Daniel de Kamachos41, hypertime,
Clément d'Abydos42, hypertime,
Calliste d'Apros43,
Jean de Théoupolis ou Brousse44, hypertime,

29. PLP, n° 7067. Le rédacteur de la notice s'est demandé si, dans son étude sur le
schisme arsénite (p. 312 n. 1), V. Laurent ne commet pas une simple erreur de date en
renvoyant à un acte inédit de 1298 (au lieu de 1294). Il faut répondre affirmativement à
la question.
30. PLP, n" 26704.
31. PLP, n° 7509. On reviendra plus bas sur le rang attribué dans cette liste au
métropolite de Philadelphie.
32. C'est le seul évêque de la liste qui ne figure pas encore dans le PLP (lettre Φ).
Comme d'autres évêques cités dans cette liste, Phôkas de Gangres signa, en 1285, le
tome contre Bekkos : V. Laurent, Les signataires du second synode des Blakhernes
(Été 1285), EO 26, 1927, p. 145 n° 9. Il est également mentionné dans une décision
synodale émise par le synode sous le patriarcat d'Athanase Ier, sous le premier patriar
cat (1289-1293) plutôt que sous le second patriarcat (1303-1309), comme l'a supposé
avec raison J. Bompaire (Actes de Xéropotamou. Paris 1964, p. 95 et acte 113). Il n'est
pas impossible qu'il s'agisse encore de lui dans une lettre écrite par le même patriarche
après sa seconde démission (V. Laurent, Les regestes de 1208 à 1309, Paris 1971, p. 577-
579). Voir aussi la notice du DHGE, XIX, 1981, col. 1102 (R. Janin et L. Stiernon).
33. PLP, n" 2501. Il faut accentuer Βασόης (et non Βασοής), pour répondre à l'inte
rrogation du rédacteur de la notice du PLP, qui disposait seulement de la transcription
française de V. Laurent.
34. PLP, n° 8611.
35. PLP, n° 24627. Sous le sigle «Ç1 (Urk)» de la notice, il conviendrait d'ajouter la
référence suivante « LaurReg 1565».
36. PLP, n" 3751.
:

37. PLP, n» 16277.


38. PLP, n° 16270.
39. PLP, n" 7269.
40. PLP, n" 1398.
41. PLP, n° 5131.
42. PLP, n" 11823.
43. PLP, n" 10471.
44. PLP, n" 8622.
82 A. FAILLER

Ignace de Pègai45, hypertime,


Théodore de Mésèmbria 46, hypertime,
Hilarion de Sèlybria47,
Macaire de Didymotique48,
Maxime de Mélénikos49, hypertime,
Jean de Bizyè50,
Georges de Lopadion51,
Macaire de Derkos52,
Joseph de Nymphée53
et Théodose de Berroia 54,
et qu'assistent aussi les archontes patriarcaux très aimés de Dieu.
Comme c'est grâce à l'ordre que tout ce qui nous dépasse et ce qui
nous concerne se maintient et se conserve, et qu'il n'existe pas en
vérité d'autre voie pour assurer à l'ensemble ce qui convient, il s'im
pose à tous ceux qui sont parés tant des dignités sacrées que des
dignités civiles que chacun reste à son propre poste et degré et qu'on
ne s'élève d'aucune manière au-dessus de ses propres limites, au point
d'usurper la place d'autrui et de tenter l'inaccessible, qu'on n'a pas
encore le pouvoir d'atteindre. C'est ainsi en effet que, si l'on assure à
chacun sa propre place et classe, tout restera en un état convenable et
stable, les inférieurs se soumettant aux supérieurs, après avoir accepté
de Dieu l'autorité attachée à leurs ordres.
C'est pour cela qu'il est prescrit aussi à ceux qui président tour à
tour comme higoumènes dans le vénérable monastère d'Akapniou55 à

45. PLP, n" 8049. Comme le note le rédacteur du PLP, «Pègai» est transcrit à tort
«Pithai» dans le regeste de V. Laurent.
46. PLP, n" 7431.
47. PLP, n° 8170. Sous le sigle «Q (Urk)» de la notice, il conviendrait d'ajouter la
référence suivante «LaurReg 1565».
48. PLP, n° 16258.
:

49. PLP, n° 16801.


50. PLP, n° 8475.
51. PLP, n<>3955.
52. PLP, n° 16199.
53. PLP, n° 8979. Dans la notice, il convient de corriger «Bischof» en «Erzbischof»
et il faut déplacer la notice en conséquence.
54. PLP, nos 7156 et 91978. Dans la notice, il convient de corriger «Metropolit» en
«Erzbischof» (voir, plus bas, le commentaire du texte) et il faut déplacer la notice en
conséquence. Dans la seconde notice, le rédacteur a omis de donner la référence aux
Actes de Xénophon (document n° 10, ligne 19 : voir la note 84), qui justifie précisément
la correction apportée à la première notice.
55. Sur le monastère d'Akapniou, voir R. Janin, Les églises et les monastères des
grands centres byzantins, Paris 1975, p. 347-349. On y trouvera les diverses mentions
connues du monastère, ainsi qu'un résumé de la querelle qui opposa l'higoumène du
monastère au métropolite de Thessalonique. La localisation du monastère n'a pas été
établie pour le moment. On se gardera de s'appesantir sur une fragile nouvelle hypo
thèse proposant d'identifier l'église du «Prophète Élie» avec le monastère d'Akapniou :
UN ACTE INÉDIT DU PATRIARCHE JEAN XII 83

Thessalonique de n'entreprendre absolument rien qui contredise la


prescription canonique, au point précisément de promouvoir, de quel
que manière que ce soit et à quelque degré que ce soit, un membre du
clergé de la divine église des Archistratèges des Puissances d'en haut56
de la même grande ville ; cela est absolument incompatible avec les
canons divins et abominable. Si en effet les saints cathigoumènes
dudit monastère ont été promus une fois pour toutes inspecteurs de ce
clergé, ils ne seront pas autorisés pour autant à accomplir d'acte qui
dépasse leur dignité ; cela est en effet du ressort des seuls évêques
authentiques, au nombre desquels se trouve aussi, placé à la tête de ce
clergé, le très saint métropolite de Thessalonique, hypertime et
exarque de toute la Thessalie, notre cher frère dans le Seigneur et
concélébrant57 : c'est lui qui, tout normalement, fera le choix appro
priéparmi ceux qui sont inscrits dans ce clergé, en dirigeant de la
même manière précisément que ses autres clergés ce clergé des Aso-
mates, comme vraiment le jugent bon les canons sacrés et divins,
ceux qui sont inscrits dans ce clergé se soumettant religieusement à
lui en se conformant fidèlement aux ordonnances et dispositions qui
émanent de lui ; comme le même très saint évêque, concernant ce qui
est fixé comme salaire pour chaque année, décide de le leur donner,
c'est ainsi aussi, nous le savons, qu'il devra être aimé par eux : en
effet l'inspection et la surveillance de ces personnes est remise entièr
ementà cet homme, et lui-même sera à leur tête comme évêque, annu
lantcomme illicites les mesures qui se sont introduites et furent obser
vées contrairement à toute législation canonique; en effet, celui qui
sera désormais promu par un autre à un office sera comme ne l'ayant
pas reçu et perdra sa place et classe58.

Th. Papazotos, The Identification of the Church of «Profitis Elias» in Thessaloniki,


DOP 45, 1991, p. 124-127.
56. Cette église, qui, dans l'acte synodal, est appelée successivement «église des
Archistratèges des Puissances d'en haut» et «église des Asomates», s'identifie à l'ac
tuelle Rotonda de Thessalonique; voir R. Janin, op. cil., p. 355, p. 358-362, p. 363
n° 6.
57. Le siège de Thessalonique était alors occupé par le métropolite Jacques ; voir
PLP, n° 7905.
58. Le motif de la querelle était la nomination aux divers postes et la promotion aux
ordres. En théorie, la nomination aux postes administratifs relevait précisément de
l'autorité administrative, c'est-à-dire de l'higoumène d'Akapniou, tandis que la promot
ion aux ordres sacrés était du ressort de la juridiction ecclésiastique, c'est-à-dire de
l'Ordinaire du lieu. Sans entrer plus avant dans les détails de la querelle et sous condi
tionque les compétences de gestion économique et de juridiction ecclésiastique soient
clairement marquées, l'higoumène d'Akapniou serait dans son tort et l'archevêque de
Thessalonique dans son bon droit. C'est d'ailleurs la thèse de la décision synodale. Mais
l'arrêt de 1339 adoptera la position contraire.
84 A. FAILLER

Tiré des procès-verbaux quotidiens du synode, certifié et confirmé


par la signature et le sceau du très vénéré chartophylax, cet acte a été
délivré aux mois et indiction inscrits ci-dessus59.
La signature : Le chartophylax de la très sainte Grande Église de
Dieu, Nicétas Kyprianos60.

L'état du texte et le contenu du manuscrit

Si le texte n'a pas été édité par V. Laurent ou par J. Darrouzès,


c'est parce que l'un et l'autre jugèrent que la lecture du manuscrit
restait imparfaite et pouvait être améliorée pour les passages qui pré
sentent des problèmes de déchiffrement. J. Darrouzès avait fait une
première transcription du texte, qu'il avait remise à V. Laurent en
vue de la rédaction des Regesles. Mais la copie a été laissée à l'état de
brouillon, avec des lacunes et des points d'interrogation, en attendant
que soit opérée une dernière vérification sur le manuscrit de Florence.
L'encre du Laurenlianus a en effet pâli par endroits, et les fins et
débuts de lignes de la seconde partie de l'acte sont difficilement
lisibles61. Il est vrai que ce n'est pas la partie qui nous intéressera ici
le plus, car notre attention se portera surtout sur la liste de présence,
qui se trouve sur la première moitié de la page et qui, elle, ne pose
aucun problème de lecture. Un nouvel examen du manuscrit m'a
permis de suppléer quelques blancs de la copie qu'avait laissée
J. Darrouzès et de corriger quelques autres passages, mais la lecture
de l'ensemble est due à J. Darrouzès.
L'acte synodal de 1294 est une pièce adventice du Laurentianus 5-2,
mais il n'y est pas copié par hasard : le manuscrit contient une collec
tiondes canons, accompagnés des commentaires classiques de Zona-
ras et de Balsamôn62. Il date du 14e siècle, d'après le descripteur.
Celui-ci ne mentionne pas nommément l'acte de Jean XII, mais il
signale les pièces adventices qui sont copiées sur les derniers folios ;
voici en quels termes :

59. Sur les extraits faits par le chartophylax à partir du registre du synode, voir
J. Darrouzès, />e registre synodal du patriarcat byzantin au XIVe siècle. Étude paléo
graphique et diplomatique, Paris 1971, p. 305-306. Voir aussi Idem, Recherches sur les
Offikia de l'Église byzantine, Paris 1970, p. 484-485 (où est citée une formule identique :
ταύτα παρεκβληθέντα από των ημερησίων συνοδικών παρασημειώσεων), ρ. 513-514.
60. PLP, η° 13944.
61. L'apparat critique témoigne de la difficulté de lire, à plusieurs reprises, le début
ou la fin des lignes (fin des lignes 5 et 31 ; début des lignes 15, 16 et 32).
62. Voir la description de A. M. Bandini, Catalogus codicum manuscriplorum Biblio-
thecae Mediceae Laurentianae ..., I, Florentiae 1764, p. 1-11. Ce manuscrit a été cité à
diverses reprises dans la BEB et il a servi pour l'édition de plusieurs textes ; voir BEB
41 [Tables des tomes 1-40 (1943-1982)], 1983, p. 277.
UN ACTE INÉDIT DU PATRIARCHE JEAN XII 85

— «CIV. p. 385. b. Succedunt quaedam alia ad lus Canonicum per-


tinentia, anepigrapha Décréta, in quorum altero nominantur infra-
scripti Archiepiscopi63, ό Ηράκλειας, ό 'Αγκύρας, ό Σάρδεων, ό
Χαλκηδώνος, ό Πισσιδίας, ό Άπαμείας, ό Κρήτης, ό Δυδιμοτείχου, ό Φιλιπ-
πουπόλεως, ό Χερσώνος, ό Προικονήσου, ό Χίου, ό Βερείας, ό Άχεράους, ό
Περγάμου, ό Βυζίης, ό Μεσήνης, ό Δέρκου, ό Καρπάθου. Sed quae non
pertinent ad conlectionem Canonum.
— CV. p. 387. Demum in fine legitur haec Conclusio, & Elogium.
Αυτή ή βίβλος εστί θαυμασία και εξαίρετος...»
En fait, les folios 385V-386V contiennent deux actes patriarcaux. La
liste de présence qui vient d'être citée est celle d'un acte du patriarche
Athanase Ier, qui date de l'année 1304 64. Le descripteur ne dit rien du
second document.
Les deux actes sont une illustration de la taxis des métropoles et
des archevêchés que le copiste a inscrite à la fin du manuscrit
(f. 384v-385). Cette copie est d'ailleurs mentionnée dans la récente
édition des Noliliae episcopatuum et classée sous le n° 11, sigle C65.
A. M. Bandini a vu et marqué le rapport qui unit la taxis aux deux
listes de présence. La liste de présence de 1294 est supérieure à celle
de 1304 tant par le nombre des sièges cités (vingt-huit d'un côté,
dix-neuf de l'autre66) que par une classification plus correcte des
sièges.
On peut ajouter que la copie de l'acte de 1294 n'est pas faite dire
ctement sur le registre du synode, mais à partir d'un extrait67, isolé ou
faisant partie d'un dossier, qui pourrait être, par exemple, celui des
documents relatifs au monastère d'Akapniou.

63. A. M. Bandini aurait dû écrire Episcopi (αρχιερείς, le mot pouvant s'appliquer


aussi bien aux métropolites et aux archevêques qu'aux simples évèques), et non Archi
episcopi. La confusion dans le vocabulaire est fréquente en Occident et elle se prolonge
jusqu'à nos jours (voir, par exemple, REB 40, 1982, p. 252).
64. V. Laurent, Les regestes de 1208 à 1309, n° 1607, p. 389-395. D'après la liste de
présence, le manuscrit de Florence conserve la Recension brève du texte (ibidem,
p. 393), mais V. Laurent, qui relève nombre de manuscrits conservant ce document, ne
cite pas le Laurenlianus.
65. J. Darrouzès, Notitiae episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, Paris 1981.
p. 341 et 433 (n" 116).
66. Ou vingt et un, si l'on ajoute les deux sièges de Dyrrachion et de Lopadion, qui
sont mentionnés à part, parce que les titulaires sont simplement des évèques élus; le
descripteur du Laurentianus a omis de les signaler. D'autre part, il a transcrit Χίου là où
il fallait lire Κίου.
67. Voir, ci-dessus, la note 59.
86 A. FAILLER

La nature de l'acte et la liste de présence

L'acte synodal de 1294 concerne la bataille juridique qui opposa


l'archevêque de Thessalonique à l'higoumène du monastère d'Akap-
niou à propos du clergé qui desservait l'église des Asomates de la
même ville. D'après les diverses pièces du dossier, le clergé de cette
église dépendait de deux autorités concurrentes, dont les attributions
n'étaient sans doute pas bien précisées. L'acte de 1294 prend parti
pour l'archevêque de Thessalonique, Jacques68. Mais une cinquant
aine d'années plus tard, statuant sur le même sujet, le synode donna
raison au monastère et tort à la métropole69 : l'higoumène se vit
reconnaître le droit de nommer et d'installer les titulaires des diverses
fonctions de l'église, tout en réservant au métropolite l'accompliss
ement des rites qui relèvent de l'ordre episcopal (bénédiction ou ordi
nation des titulaires nommés par l'instance monastique).
L'acte de 1294, qui fut émis au cours de la première année du
patriarcat de Jean XII (1294-1303), est bien connu et il a été analysé
par V. Laurent dans les Regestes70. Mais la querelle de juridiction qui
fait l'objet de l'acte synodal n'est pas exposée de manière assez pré
cise pour qu'on puisse en tirer des conclusions sur les droits respectifs
des deux protecteurs du clergé des Asomates. On ne distingue pas
clairement quels droits conférait à l'higoumène d'Akapniou son titre
d'Icpopoç (ligne 23), d'autant plus que, dans la suite du texte, le métrop
olite se voit confier aussi «l'inspection et la surveillance des per
sonnes» (ή αυτών εφορία τε και επίσκεψις : ligne 30).
Le dispositif de l'acte, et surtout le premier paragraphe, présente
un plaidoyer classique en faveur de l'ordre (τάξις), qui gouverne le
monde divin comme le monde humain et qui est conçu comme un
classement hiérarchique des êtres et des choses dans la ligne de Denys
l'Aréopagite. On retrouve la terminologie des dignités et des fonc
tions, qui sont l'image et la réalisation de l'ordre général : αξία et
αξίωμα (dignité ou fonction correspondante), λάχος (poste échu à quel
qu'un par la volonté de Dieu ou d'un supérieur), βαθμός (degré d'ordre
sacré ou niveau de classement sur une échelle des dignités et fonctions
d'un organisme), στάσις (place), τάξις (classement hiérarchique), όφφί-
κιον (office).
Sans nier l'intérêt de la controverse juridique qui est exposée dans
l'acte synodal, notre attention se portera néanmoins de préférence sur

68. Voir la note 57.


69. J. Darrouzès, Les regesles de 1310 à 1376, Paris 1977, n° 2191 (acte daté de juin
1339).
70. V. Laurent, Les regestes de 1208 à 1309, Paris 1971, n° 1565.
IN ACTE INÉDIT DU PATRIARCHE JEAN XII 87

la liste de présence; l'acte de 1294 contient en effet l'une des seules


longues listes de présence qui soient conservées pour le 13e siècle. De
plus, il présente les sièges dans l'ordre hiérarchique qui était le leur à
la veille des changements introduits par Andronic II et conservés
dans la Noiilia qui porte son nom. On peut faire quelques observa
tions utiles en confrontant cette liste avec les deux autres listes qui
l'enserrent chronologiquement : en amont, on trouve la liste, anté
rieure d'une dizaine d'années et encore plus étendue (quarante et un
noms), des évêques qui signèrent la déposition de Jean Bekkos en
1285 71; en aval, on trouve le classement normatif, établi quelques
décennies plus tard, dans une des principales Nolitiae episcopaiuum,
appelée Noiilia d'Andronic II Palaiologos72. Comme la confrontation
des trois listes a pour but de montrer les changements qui inte
rviennent dans l'ordre des sièges, on omettra de signaler les titulaires
qui sont mentionnés dans les deux premières listes du tableau, pour
s'en tenir seulement à l'ordre de préséance des sièges73.
Le tableau (voir la page suivante) donne, d'une part, une idée du
désordre de la liste des signataires de 1285, car l'ordre des sièges ne
dut pas évoluer énormément entre 1285 et 1294, mais il montre sur
tout, d'autre part, les changements qui interviennent entre la fin du
13e siècle et le milieu du 14e siècle, dont la Noiilia 18 donne une image
approximative. Je me contenterai de relever quelques points, en pre
nant comme référence la liste de présence de 1294.
— Le siège de Philadelphie, détenu par l'influent Théolepte,
occupe un rang eminent, dû à l'attribution du rang de Syracuse74. La
mesure paraît surprenante, car le siège de Syracuse ne figurait plus
dans les Nolitiae de Constantinople. Philadelphie était devenue

71. V. Laurent, Les signataires du second synode des Blakhernes (Été 1285), KO
26, 1927. p. 144-148. La liste présente un certain nombre d'anomalies, et la mention des
sièges ne suit pas nécessairement l'ordre hiérarchique on voit ainsi figurer le nom d'un
:

métropolite en fin de liste, après les archevêques. Ce genre d'accidents arrive fréquem
ment dans les listes de signatures, car celles-ci sont recueillies au cours de séances
successives, et les signataires ne se présentent pas nécessairement selon l'ordre hiérar
chique strict de leur siège.
72. J. Darrouzès, Nolitiae episcopaiuum Kcclesiae Constantinopolitanae, Paris 1981.
p. 406-408 (Notitia 18). La Notitia 18 reprend l'ordre des métropoles de la Notilia 17 et
y ajoute le tableau hiérarchique des archevêchés.
73. La liste des sièges tirée de l'acte de 1304 présente, par contre, moins d'intérêt,
car on sait que l'ordre des sièges y est perturbé par la transmission manuscrite du
document; voir J. Darrouzès, op. cit., p. 166. La correction la plus importante qui
s'impose consiste à insérer les trois sièges de Proconnèse, Kios et Réroia après celui de
Mizyè. car il s'agit de trois archevêchés, non de métropoles.
74. Sur le sens de la formule τόπον επέχων appliquée à un métropolite, voir .J. Dar-
rouzrs. Le registre synodal du patriarcat byzantin au xn" siècle. Étude paléographique et
diplomatique. Paris 1971. p. 273-277. 336-337, 353-355.
ÖÖ A. FAILLER

Sièges 1285 1294 Notitia 18


Héraclée de Thrace 2 1 3
Ancyre — 2 4
Chalcédoine — 3 9
Mélitène 32 4 16
Philadelphie 31 5 10
Gangres 9 6 18
Néocésarée — 7 23
Ikonion — 8 29
Antioche de Pisidie 13 9 31
Philippoupolis 14 10 43
Traïanoupolis — 11 44
Philippes — 12 47
Smyrne 33 13 51
Andrinople — 14 12
Kamachos 16 15 59
Abydos 22 16 90
Apros 24 17 63
Brousse 19 18 20
Pègai 20 19 21
Mésèmbria 29 20 100
Sèlybria — 21 102
Didymotique 21 22 54
Mélénikos 27 23 56
Bizyè — 24 113
Lopadion — 25 140
Derkos 39 26 125
Nymphée — 27 143
Berroia 40 28 30

métropole au 13e siècle75 et fut classée en conséquence en bas de liste.


Ce n'est que vers la fin du siècle, après 1294 de toute manière, que le
siège fut promu au 10e rang76.
— Mélitène fut «rétrogradée» du 13e au 16e rang77.
— Andrinople fut «promue» de même du 40e rang au 12e après
l'acte de 1294 78.
— Brousse et Pègai sont «promues» aux 20e et 21e rangs après
1294. Théoupolis est le nom ecclésiastique de Brousse, dont le titu
laire figure constamment dans les anciennes Notitiae sous le double
nom de ό Θεουπόλεως ήτοι Προύσης.
— Didymotique et Mélénikos, qui accéderont bientôt aux 54e et
56e rangs, siègent encore à leur rang antérieur (122e et 95e rangs)79.

75. J. Darrouzès, Notitiae episcopatuum Ecclesiae Constantino politanae, Paris 1981,


p. 386189.
76. Ibidem, p. 39310. Voir aussi V. Laurent, Les regestes de 1208 à 1309, Paris 1971,
n° 1576.
77. J. Darrouzès, op. cit., p. 39416.
78. Ibidem, p. 39412.
79. Ibidem, p. 39754 et p. 39756.
UN ACTE INÉDIT DU PATRIARCHE JEAN XII 89

— Bizyè ouvre la liste des archevêchés depuis le 10e siècle. Cinq


archevêques figurent dans l'acte de 1294, et le rang qui est attribué à
chacun d'eux correspond approximativement à l'ordre hiérarchique
de la Notitia 18. L'archevêché de Berroia, qui clôt la liste, est devenu
métropole dans la Notitia 18. Berroia dut être promue métropole peu
après l'émission de l'acte de 1294, et elle est alors classée au 30e rang
des métropoles80. Le siège figure en effet comme métropole dans un
acte de 1310 81. La promotion doit se placer entre 1294 et 1310, ou
même, plus précisément, entre 1304 et 1310, s'il faut interpréter
comme on l'a proposé l'acte d'Athanase Ier, où le titulaire figurerait
encore comme archevêque82. De toute manière, il faut corriger, dans
la notice du PLP comme dans l'édition des Actes de Xénophon, les
données concernant l'évêque Théodose, qui avait la dignité d'arche
vêque, et non de métropolite, comme l'écrivent aussi bien le rédacteur
de la notice du PLPSZ que l'éditrice des Actes de Xénophon**. Théo
dose est d'ailleurs mentionné expressément comme archevêque dans
le document de ce fonds : του χρηματίσαντος αρχιεπισκόπου Βερροίας,
ύστερον δε Χορταϊτινοϋ καθηγουμένου, κυροϋ Θεοδοσίου85. Cet acte de
Xénophon étant de 1315, à cette date l'évêque de Berroia avait bien
la dignité de métropolite, mais ce n'était pas le cas de son prédéces
seur Théodose.
Dans l'acte synodal de 1294, presque tous les métropolites portent
le titre d'hypertime, celui de président des hypertimes étant attribué,
selon l'usage, au titulaire d'Héraclée de Thrace. Seuls en sont dépour
vus les trois métropolites d'Apros, Sèlybria et Didymotique, c'est-à-
dire les titulaires de trois sièges promus plus récemment métropoles.
De fait, le titre d'hypertime est attribué à la grande majorité des
métropolites vers la fin du 13e siècle, comme l'a montré V. Grumel86;

80. Ibidem, p. 39530.


81. J. Darrouzès, Les regestes de 1310 à 1376, Paris 1977, n° 2005 (octobre 1310).
82. Il faut peut-être faire une réserve cependant à propos de l'acte de 1304, dont le
texte n'est pas établi de manière sûre (voir la note 73). Sur les évêques de Berroia aux
13e et 14e siècles, voir aussi G. Ch. Chionidès (Ιστορία της Βέροιας, της πόλεως και της
περιοχής. II, Βυζαντινοί χρόνοι, Thessalonique 1970, ρ. 165-166), qui ne pouvait connaître
les nouvelles informations apportées par les Regestes et les Notitiae.
83. PLP, n° 7156 et n° 91978.
84. Actes de Xénophon, éd. Denise Papachryssanthou, Paris 1986, p. 113. Remar
quons cependant, à la décharge de l'éditrice, que l'erreur relevée dans le commentaire
est due à une distraction passagère ou à un simple lapsus calami, car, dans l'index
général, la version correcte a repris ses droits; voir p. 262 : «Θεοδόσιος. 6. ancien arche
vêque de Berroia, puis kathigoumène de Chortaïtou (av. 1315)».
85. Ibidem, p. 11419.
86. V. Grumel, Titulature de métropolites byzantins. II, Métropolites hypertimes.
Mémorial Louis Petil. Mélanges d'histoire et d'archéologie byzantines, Paris 1948, p. 165-
171.
90 A. FAILLER

il sera bientôt étendu à l'ensemble du corps des métropolites, comme


en témoigne le texte de YEkthésis néa87, qu'on peut dater du dernier
quart du 14e siècle.

Le nom du patriarche Jean XII

A la fin de cet article, il convient de faire une remarque sur le nom


du patriarche qui a émis l'acte de 1294 et qui a été désigné tout au
long de l'exposé sous le simple nom de Jean XII. C'est à tort, en effet,
qu'on le désigne sous le nom de Jean XII Kosmas. Après d'autres,
V. Laurent a suivi cet usage88, sans en contester le bien-fondé. Le
patriarche de la fin du 13e siècle prend dès lors sa place au milieu de la
longue lignée des Jean, qu'on présente ainsi, pour se limiter à la pé
riode des Palaiologoi : Jean XI Bekkos, Jean XII Kosmas, Jean XIII
Glykys, Jean XIV Kalékas89. Mais c'est là une fausse série, car on ne
peut mettre Kosmas, qui est un nom de baptême ou de vêture monast
ique, sur le même plan que Bekkos, Glykys ou Kalékas, qui sont des
patronymes. C'est au moment de devenir patriarche que le moine
prénommé Kosmas a changé ce nom en celui de Jean90, tout comme
le moine Georges de Chypre est devenu le patriarche Grégoire, sans
que personne ait eu l'idée de l'appeler Grégoire II Georges. Le patr
onyme de Jean XII demeure, pour le moment, inconnu.

Albert Failler
C.N.R.S.-URA 186
et Institut français d'Études byzantines

87. Le manuel de chancellerie range en effet les métropolites en deux classes, les
premiers portant le double titre d'exarque et hypertime, les seconds le simple titre
d'hypertime; voir J. Darrouzès, Ekthésis néa. Manuel des pittakia du xive siècle,
REB 27, 1969, p. 43, 45-46.
88. V. Laurent, Les regestes de 1208 à 1309, Paris 1971, p. 349-369. V. Grumel avait
adopté le même parti dans sa Chronologie (Paris 1958, p. 437). Ainsi, cette fausse déno
mination du patriarche risque d'être reprise fréquemment et pour longtemps. La
méprise a été évitée dans le PLP, au dernier moment semble-t-il : la notice n'avait pas
paru au lemme Iôannès (elle aurait dû être placée après le nu 8665 : « Iôannès
Patriarch») et devait sans doute apparaître au lemme Kosmas. La notice du patriarche
Jean XII a ensuite figuré, de manière correcte, dans les Addenda à Iôannès (n° 90378,
puis n° 92161).
89. La série s'arrête d'ailleurs là, car Jean XIV est le dernier; aucun patriarche de
Constantinople n'a pris ce nom avant la fin de l'empire byzantin, ni d'ailleurs de 1453 à
nos jours.
90. Voir Pachymérès, VIII, 28 : Bonn, II, p. 185-186.