Vous êtes sur la page 1sur 20

Juillet 1,2007

LA TOUR DE GARDE,
L’HARMONIE ETHNIQUE
EST-ELLE POSSIBLE ?
ANNONCE LE ROYAUME DE JÉHOVAH
Tirage moyen : 28578000 exemplaires
Vol. 128, No. 13

SOMMAIRE
3 Comment remédier à l'intolérance ethnique ?
7 " Divisés par la langue mais unis par l'amour "
11 La Parole de Jéhovah est vivante : Points marquants du livre d'Ézékiel — I
15 L'instruction biblique bâtit la foi
18 La première Bible en portugais : une affaire de persévérance
22 " Ne rendez à personne le mal pour le mal "
27 ' Continuez à vaincre le mal par le bien ' 32 Des leçons importantes pour les enfants
ÉTUDES DE LA TOUR DE GARDE

6-12 AOÛT:
" Ne rendez à personne le mal pour le mal. " Page 22. Cantiques : 62, 35.

13-19 AOÛT:
Continuez à vaincre le mal par le bien. ' Page 27. Cantiques : 173,160.

LA TOUR DE GARDE • 1" JUILLET 2007 2'

Comment remédier à l'intolérance


ethnique ?
EN ESPAGNE, un arbitre interrompt un match de football. Pourquoi ? Parce qu'un joueur camerounais menace de quitter
le terrain : un nombre incroyable de spectateurs lui lancent des injures. En Russie, les agressions contre les Africains, les
Asiatiques et les Latino-Américains sont devenues courantes ; les agressions à caractère raciste se sont élevées à 394 en
2005, soit une augmentation de 55 % par rapport à 2004. En Grande-Bretagne, un tiers des Asiatiques et des Noirs
interrogés dans le cadre d'une enquête pensaient avoir perdu un emploi en raison de discriminations raciales. Tout cela
est le reflet d'une tendance mondiale. L'intolérance ethnique revêt différentes formes plus ou moins graves, depuis les
propos insultants ou inconsidérés jusqu'à une politique nationale visant à exterminer un groupe ethnique** L'adjectif "
ethnique " se rapporte à un ensemble d'individus que rapprochent un certain nombre de caractères de civilisation, notamment la communauté
de langue et de culture.. Quelle est la cause première de l'intolérance ethnique ? Comment pouvons-nous nous en garder ?
Est-il raisonnable d'espérer que toutes les familles qui composent le genre humain cohabiteront un jour en paix ? La
Bible nous éclaire à ce sujet.

Oppression et haine
" L'inclination du cœur de l'homme est mauvaise dès sa jeunesse ", dit la Bible (Genèse 8:21). De ce fait, certains
prennent plaisir à opprimer autrui. Les Écritures déclarent encore : " Voyez, les larmes des opprimés, mais ils n'avaient
pas de consolateur ; et du côté de leurs oppresseurs il y avait la force. " — Ecclésiaste4:l.
La Bible montre également que la haine ethnique remonte à une époque lointaine. C'est ainsi qu'il y a plus de 3000 ans
un pharaon a invité Jacob, un Hébreu, à s'installer en Egypte avec sa famille, qui était très grande. Par la suite, en
revanche, un autre pharaon s'est senti menacé par ce groupe important d'immigrés. Le récit rapporte : " 11 dit alors à son
peuple : ' Voyez ! Le peuple des fils d'Israël est plus nombreux et plus fort que nous. Allons ! Usons d'astuce avec eux, de
peur qu'ils ne se multiplient [...].' On établit alors sur eux des chefs de travail forcé, afin de les opprimer quand ils
portaient leurs fardeaux. " (Exode 1:9-11). Les Égyptiens ont même ordonné que tous les garçons nouveau-nés de la
descendance de Jacob soient tués. — Exode 1:15,16.
Quelle est la cause première de l'intolérance ethnique ?

Les religions ont rarement encouragé leurs fidèles à s'opposer à l'intolérance ethnique. S'il est vrai qu'à titre individuel
certaines personnes se sont héroïquement levées contre l'oppression, la religion dans son ensemble s'est bien trop souvent
rangée du côté des oppresseurs. C'est ce qui est arrivé aux États-Unis, où les Noirs ont été assujettis par la loi et les
lynchages, et où les mariages mixtes ont été interdits jusqu'en 1967. De même, en Afrique du Sud, sous l'apartheid, une
minorité protégeait sa position de force au moyen de la législation, qui interdisait notamment les mariages interraciaux.
Dans ces deux pays, certains membres du groupe ethnique qui incitait à l'intolérance étaient profondément religieux.
Cela dit, la Bible révèle la véritable cause de l'intolérance ethnique. Elle explique pourquoi certains groupes ethniques en
oppriment d'autres. On y lit : " Celui qui n'aime pas n'a pas appris à connaître Dieu, parce que Dieu est amour. Si
quelqu'un déclare ; 'J'aime Dieu ', et pourtant a de la haine pour son frère, c'est un menteur. Car celui qui n'aime pas son
frère, qu'il a vu, ne peut pas aimer Dieu, qu'il n'a pas vu. " (1 Jean 4:8, 20). Cette déclaration identifie la cause première
de l'intolérance ethnique ; ceux qui manifestent une telle attitude hostile — qu'ils se disent croyants ou non — n'ont pas
appris à connaître ou à aimer Dieu.
La connaissance qui vient de Dieu : fondement de l'harmonie ethnique

En quoi le fait de connaître Dieu et de l'aimer engendre-t-il l'harmonie ethnique ? Quelle connaissance contenue dans la
Parole de Dieu nous retient de faire du mal à ceux qui nous semblent différents ? La Bible révèle que Jéhovah est le Père
de tous les humains. On y lit : " Pour nous il y a réellement un seul Dieu le Père, de qui toutes choses sont.
" (1Corinthiens 8:6). Elle déclare aussi : " II a fait d'un seul homme toutes les nations des hommes. " (Actes 17:26). En
réalité, nous sommes tous frères.

Tous les groupes ethniques peuvent être fiers d'avoir reçu de Dieu la vie, mais Us ont tous quelque chose à regretter
concernant ce qu'ils ont hérité de leurs ancêtres. Le rédacteur biblique Paul a constaté : " Par un seul homme le péché est
entré dans le monde. " En conséquence, " tous [„,] ont péché et n'atteignent pas a la gloire de Dieu ". (Romains 3:23 ;
5:12.) Jéhovah Dieu aime la diversité. En effet, il n'existe pas deux créatures rigoureusement identiques. Cependant, il
n'a donné à aucun groupe ethnique des raisons de se croire supérieur. Le sentiment très répandu d'appartenir à un groupe
ethnique meilleur qu'un autre va à l'encontre de ce que nous apprennent les Écritures. De toute évidence, la connaissance
que Dieu nous donne contribue à l'harmonie ethnique.

Dieu se soucie de toutes les nations

Certaines personnes se demandent si Dieu n'a pas encouragé les préjugés ethniques en favorisant les Israélites et en leur
enseignant à se tenir séparés des autres peuples (Exode 34:12). Jadis, Dieu a choisi la nation d'Israël pour qu'elle
devienne sa propriété particulière, en raison de la foi remarquable d'Abraham, l'ancêtre d'Israël. Dieu lui-même dirigeait
l'Israël antique en désignant ses chefs et au moyen d'un code de lois. À l'époque où la nation acceptait ces dispositions,
les autres peuples pouvaient constater les résultats d'un gouvernement d'origine divine, lesquels étaient bien différents de
ceux obtenus par les gouvernements humains. De plus, Jéhovah avait enseigné à la nation d'Israël qu'un sacrifice était
nécessaire pour que l'humanité retrouve do bonnes relations avec lui. Ainsi, ses manières d'agir avec cette nation ont été
profitables à toutes les nations. Cela concorde avec ce qu'il a déclaré à Abraham : " Par le moyen de ta semence se
béniront à coup sûr toutes les nations de la terre, parce que tu as écouté ma voix. " -Genèse 22:18.

Les Juifs ont en outre eu le privilège de recevoir les déclarations sacrées de Dieu et de constituer la nation dans laquelle
le Messie est né. Mais, là encore, l'objectif visé était que toutes les nations en tirent profit. Les Écritures hébraïques,
confiées aux Juifs, contiennent une description réconfortante de l'époque où tous les groupes ethniques seront
abondamment bénis : " Oui, des nations nombreuses iront et diront : ' Venez et montons à la montagne de Jéhovah et à la
maison du Dieu de Jacob ; et il nous instruira de ses voies ' [...] Ils ne lèveront pas l'épée, nation contre nation, et ils
n'apprendront plus la guerre. Vraiment, ils seront assis chacun sous sa vigne et sous son figuier, et il n'y aura personne
qui les fasse trembler. " — Mika 4:2-4.

Jésus Christ a certes prêché aux Juifs, mais il a également annoncé que " cette bonne nouvelle du royaume sera[it]
prêchée dans toute la terre habitée, en témoignage pour toutes les nations ". (Matthieu 24:14.) Aucune nation ne serait
donc privée d'entendre la bonne nouvelle. Jéhovah a donné un exemple parfait pour ce qui est d'agir de manière équitable
avec tous les groupes ethniques. En effet, " Dieu n'est pas partial, mais [...] en toute nation l'homme qui le craint et
pratique la justice est agréé de lui ". -Actes 10:34, 35.
Les lois que Dieu avait données à la nation d'Israël montraient elles aussi qu'il se souciait de toutes les nations. Il est
intéressant de noter que la Loi requérait davantage qu'une simple tolérance à l'égard des non-Israélites qui résidaient dans
le pays. " Le résident étranger qui réside comme étranger chez vous deviendra pour vous comme un indigène d'entre
vous, précisait-elle ; et tu dois l'aimer comme toi-même, car vous êtes devenus des résidents étrangers au pays d'Egypte. "
(Lévitique 19:34). Nombre des lois de Dieu apprenaient aux Israélites à faire preuve de bonté envers les immigrés. Ainsi,
lorsque Boaz, un ancêtre de Jésus, a vu une étrangère nécessiteuse glaner, il a agi en harmonie avec ce qu'il avait appris
de Dieu. Il s'est assuré que ses moissonneurs laissaient une bonne quantité de grain à glaner. — Ruth 2:1, 10,16.

Jésus enseigne la bonté

Plus que quiconque, Jésus a révélé la connaissance au sujet de Dieu. Il a montré à ses disciples comment agir avec bonté
envers ceux qui étaient différents d'eux. Un jour, il a engagé la conversation avec une Samaritaine. Cette femme a été
surprise, car les Samaritains constituaient un groupe ethnique méprisé par de nombreux Juifs. Au cours de la discussion,
Jésus l'a gentiment aidée à comprendre comment elle pouvait obtenir la vie éternelle. — Jean 4:7-14.

De plus, Jésus nous a indiqué comment traiter les personnes appartenant à un groupe ethnique différent du nôtre au
moyen d'un exemple relatif à un Samaritain bienveillant. Cet homme a rencontré un Juif gravement blessé, qui avait été
attaqué par des bandits. Il aurait facilement pu se dire : ' Pourquoi aiderais-je un Juif ? Les Juifs méprisent mon peuple. '
Toutefois, Jésus a présenté ce Samaritain comme ayant un point de vue différent sur les étrangers. D'autres
voyageurs étaient passés près de l'homme blessé, mais c'est le Samaritain qui " a été pris de pitié " pour lui et qui
lui a apporté une aide considérable. Jésus a conclu sa parabole en disant que tous ceux qui désirent obtenir la faveur
de Dieu doivent agir de même. -Luc 10:30-37.

L'apôtre Paul a expliqué que ceux qui veulent plaire à Dieu doivent modifier leur personnalité et imiter la façon
dont Dieu se comporte avec les humains. Il a écrit : " Dépouillez-vous de la vieille personnalité avec ses pratiques,
et revêtez-vous de la personnalité nouvelle, qui, grâce à la connaissance exacte, se renouvelle selon l'image de
Celui qui l'a créée, là où il n'y a plus de Grec ni de Juif, de circoncision ni d'incirconcision, d'étranger, de Scythe
[...]. Mais, outre toutes ces choses, revêtez-vous de l’amour, car c’est un lien d'union parfait " - Colossiens 3:9-14.

La connaissance qui vient de Dieu peut-elle changer les mentalités ?


Le fait de connaître Jéhovah Dieu peut-il vraiment changer la façon dont les gens se comportent avec ceux qui
appartiennent à un groupe ethnique différent du leur ? Prenons le cas d'une immigrée asiatique au Canada qui
souffrait d'être l'objet de discriminations. Elle a rencontré des Témoins de Jéhovah avec qui elle a commencé à
étudier la Bible. Par la suite, elle leur a écrit une lettre de remerciement dans laquelle clic expliquait : " Vous étiez
des Blancs très gentils. Quand j'ai compris que vous étiez vraiment différents des autres Blancs, je me suis demandé
pourquoi. J'ai tourné et retourné la question dans ma tête jusqu'à ce que je comprenne que vous étiez les Témoins
de Dieu. La Bible doit avoir quelque chose de particulier. À vos réunions, j'ai vu beaucoup de Blancs, de Noirs et
de Jaunes qui avaient le cœur de la même couleur — un cœur transparent — parce qu'ils sont tous frères et sœurs.
Maintenant, je sais qui les a faits comme ça. C'est votre Dieu. "

La Parole de Dieu prédit une époque où " la terre sera remplie de la connaissance de Jéhovah ". (Isaïe 11:9.) Dès
maintenant, comme prophétisé dans la Bible, une grande foule de personnes qui se comptent par millions et qui
sont issues " de toutes nations et tribus et peuples et langues " sont unies dans le vrai culte (Révélation 7:9). Elles
attendent avec impatience le jour où l'amour remplacera la haine dans une société humaine internationale qui
réalisera bientôt le dessein de Jéhovah révélé à Abraham : ' Toutes les familles de la terre seront bénies.'-Actes 3:25.

LA TOUR DE GARDE • 1" JUILLET 2007 7

Divisés par la langue mais unis


par l'amour
Délivrance. Libération. Salut. Depuis des siècles, les hommes aspirent à être soulagés de leurs fardeaux et de
leurs inquiétudes. Comment pouvons-nous surmonter les difficultés de la vie ? La délivrance viendra-t-elle un
jour ? Et, si oui, comment ?

CES questions ont été traitées lors d'une série d'assemblées de trois jours organisées par les Témoins de Jéhovah. Le
thème de ces assemblées de district, qui ont débuté en mai 2006, était " La délivrance est proche ! "

Neuf de ces assemblées ont accueilli des milliers de délégués venus de différents pays ; elles ont eu lieu en juillet et en
août 2006 à Prague (la capitale de la République tchèque), à Bratislava (la capitale de la Slovaquie), à Chorzów et à
Poznan (des villes de Pologne) * Six autres assemblées en Pologne et une en Slovaquie ont bénéficié des parties internationales du
programme grâce & une liaison électronique.*, ainsi que dans cinq villes d'Allemagne, à savoir Dortmund, Francfort,
Hambourg, Leipzig et Munich. L'assistance totale s'est élevée à plus de 313000 personnes.

Quelle atmosphère régnait lors de ces rassemblements ? Quelle publicité leur a été faite ? Qu'ont ressenti les
assistants après coup?

Les préparatifs

Tant les délégués que les Témoins du pays attendaient avec beaucoup d'impatience ces événements spirituels, qui
ne manqueraient pas d'être mémorables. Organiser l'hébergement des délégués n'a pas été une mince affaire. Par
exemple, à Chorzôw, les Témoins polonais se sont proposés d'accueillir chez eux quelque 13000 visiteurs originaires
d'Europe de l'Est. Des groupes de délégués sont venus d'Arménie, du Bélarub, d'Estonie, des États-Unis, de Géorgie, du
Kazakhstan, du Kirghizistan, de Lettonie, de Lituanie, de Moldavie, d'Ouzbékistan, de Russie, du Tadjikistan, du
Turkménistan et d'Ukraine.

De nombreux délégués ont dû s'y prendre des mois à l'avance pour préparer leur voyage. Citons le cas de Tatiana, qui est
évangélisatrice à plein temps au Kamtchatka, une péninsule russe située au nord-est du Japon. Elle a commencé à
économiser un an à l'avance ; quelque 10500 kilomètres la séparaient de Chorzôw. Elle a d'abord voyagé cinq heures en
avion, puis près de trois jours en train, et finalement trente heures en autocar.

Des milliers de volontaires ont participé aux préparatifs visant à transformer les stades, ainsi que leurs abords, en lieux
de culte convenables (Deutéronome 23:14). Pour ne citer qu'un exemple, à Leipzig, les Témoins ont soigneusement
nettoyé le stade et ont promis d'en faire autant à la fin de l'assemblée. En conséquence, les responsables du stade
ont annulé une clause du contrat de location qui stipulait le versement d'une somme substantielle pour couvrir les
frais de nettoyage.

Les invitations

Partout dans le monde, les congrégations ont largement annoncé les assemblées " La délivrance est proche ! " Les
proclamateurs qui se préparaient à assister à une assemblée spéciale ont participé à cette campagne d'invitation
avec beaucoup d'enthousiasme. La veille de l'assemblée, ils ont continué à l'annoncer jusque tard dans la soirée.
Leur zèle a-t-il produit de bons résultats ?

Un Témoin polonais prénommé Bogdan a rencontré un homme âgé. Cet homme voulait assister à l'assemblée, mais
sa petite pension ne lui permettait pas de payer un voyage de 120 kilomètres jusqu'à Chorzów. Cependant, il se
trouvait justement qu'il y avait une place de libre dans l'autocar que la congrégation avait loué. Bogdan raconte : "
Nous lui avons dit que si, à 5 h 30, il était au lieu de départ, nous l'emmènerions gratuitement. " Cet homme a
accepté l'invitation et a assisté a l'assemblée. Par la suite, il a écrit aux frères : " Cette assemblée m'a donné envie
de devenir quelqu'un de meilleur. "

À Prague, le client d'un hôtel a dit à des délégués venus de Grande-Bretagne, logeant dans le même établissement,
que lui aussi avait assisté à l'assemblée ce jour-là. Qu'est-ce qui l'avait incité à s'y rendre ? Il a déclaré qu'après
avoir reçu dix invitations dans la rue il ne pouvait pas ne pas y aller ! L'assemblée ayant fait forte impression sur
lui, il désirait vivement en apprendre davantage. — 1 Timothée 2:3, 4.

Un programme spirituel consistant

Les différentes parties du programme ont expliqué comment composer avec diverses difficultés. Des conseils
directs fondés sur les Ecritures ont montré comment soit les résoudre, soit les endurer.
Ceux qui sont accablés par l'âge, par une mauvaise santé, par la perte d'un être cher ou par d'autres ennuis ont reçu
des encouragements tirés de la Bible leur permettant d'envisager l'avenir avec optimisme (Psaume 72:12-14). Les
couples et les parents ont bénéficié de conseils bibliques sur la façon de réussir leur mariage et l'éducation de leurs
enfants (Ecclésiastes 4:12 ; Éphésiens 5:22, 25 ; Colossiens 3:21 ). Les jeunes chrétiens — qui sont exposés à de
mauvaises influences à l'école, mais à la sagesse de la Parole de Dieu chez eux et dans la congrégation — ont reçu
des conseils pratiques pour résister aux incitations de leurs camarades et pour ' fuir les désirs de la jeunesse '.
-2Timothée2:22.
Une véritable famille internationale

Les Témoins de Jéhovah reçoivent toujours une bonne instruction biblique dans le cadre de leurs rassemblements
(2 Timothée 3:16). Ce qui a toutefois rendu ces assemblées si particulières, c'est leur caractère international. Toutes
les assemblées spéciales ont présenté le même programme spirituel en plusieurs langues. Chaque jour, des membres
du Collège central des Témoins de Jéhovah ont prononcé des discours, et les rapports de divers pays ont apporté un
intérêt tout particulier à la circonstance. Ces discours et ces rapports ont été interprétés il l'intention de tous les groupes
linguistiques représentés.

Les délégués avaient hâte de rencontrer leurs frères et sœurs des autres pays. " Les différences linguistiques n'ont pas
vraiment posé de problèmes, a dit l'un d'eux. Au contraire, elles ont contribué à la bonne ambiance. Les délégués
venaient de milieux culturels très variés, mais ils étaient tous unis par la même foi. " Des assistants à l'assemblée de
Munich ont résumé la situation ainsi : " Divisés par la langue mais unis par l'amour. " Peu importaient leur pays d'origine
ou leur langue : ceux qui ont assisté à ces assemblées se sont sentis entourés de véritables amis, de frères et sœurs
spirituels. — Zekaria 8:23.

Des expressions de gratitude

En Pologne, les conditions climatiques ont mis à rude épreuve l'endurance et la joie des délégués. Non seulement il n'a
presque pas arrêté de pleuvoir, mais il faisait assez frais (à peine 15 °C). Un frère américain a fait cette remarque : " C'est
le pire des temps et les plus basses températures que j'aie jamais connus à une assemblée, et en plus je n'ai pas compris
grand-chose au programme. Cependant, l'incroyable atmosphère internationale, la merveilleuse ambiance et l'hospitalité
exceptionnelle qui nous a été manifestée ont compensé tout le reste. Cette assemblée restera gravée dans ma mémoire 1 "

Les assistants d'expression polonaise ne sont pas prêts d'oublier l'annonce de la parution dans leur langue de l'ouvrage
Étude perspicace des Écritures. Ils ont ainsi été largement récompensés d'avoir enduré le froid et la pluie. La parution du
livre Vivez en gardant à l'esprit le jour de Jéhovah a aussi été accueillie avec joie lors de toutes les assemblées " La
délivrance est proche ! "

De nombreux assistants se souviendront de ces assemblées pour d'autres raisons encore. Kristina, une sœur tchèque qui
s'est portée volontaire pour s'occuper d'un groupe de délégués venus de l’étranger, raconte : " Lorsque nous nous sommes
dit adieu, une sœur m'a prise à part, m'a serrée dans ses bras et m'a dit : ' Tu as tellement bien pris soin de nous ! Tu nous
as apporté nos repas à nos places et tu nous as môme donné de l'eau à boire. Merci mille fois pour ton anoure plein
d'abnégation. ' " Par ces mots, elle faisait référence aux dispositions prises pour le déjeuner des délégués. " Nous n'avions
aucune expérience dans ce genre de tâche, a expliqué un frère. Il nous fallait distribuer près de 6500 repas chaque midi.
Le bel esprit de volontariat, également manifesté par les enfants, était touchant à voir. "

Une sœur venue d'Ukraine pour assister à l'assemblée de Chorzôw a dit : " Nous sommes profondément émus par
l'amour, la gentillesse et la générosité de nos compagnons dans la foi. Les mots nous manquent pour exprimer notre
reconnaissance. " Annika, une petite Finlandaise de huit ans, a écrit ce qui suit au siège des Témoins de Jéhovah de
Pologne : " L'assemblée a été encore plus extraordinaire que ce que je m'imaginais. C'est super de faire partie de
l'organisation de Jéhovah, parce que comme ça on a des amis dans le monde entier !"- Psaume 133:1.

Des observateurs impressionnés

Avant les assemblées, des visites touristiques ont été organisées pour certains délégués. En Bavière, des pauses
étaient prévues dans des Salles du Royaume de campagne, où des Témoins de la localité accueillaient les
délégués. Une guide non Témoin a été très impressionnée par ces marques d'affection fraternelle. " Alors que nous
retournions à l'hôtel en car, rapporte un délégué, la guide nous a dit que nous étions vraiment différents des autres
touristes. Nous étions bien habillés, et tous coopéraient avec les responsables du groupe. Personne ne disait de
jurons et il n'y avait pas de cohue. Elle n'en revenait pas que des personnes qui ne se connaissaient pas puissent
instantanément devenir de bons amis. "

Un frère volontaire au service presse à l'assemblée de Prague raconte : " Dimanche matin, le responsable des agents
de police chargés du maintien de l'ordre à l'assemblée est venu nous voir. Il nous a dit qu'il n'avait rien à faire étant
donné que l'ordre régnait. Il nous a aussi rapporté que des personnes qui habitaient aux alentours du stade lui
avaient demandé de quel genre de rassemblement il s'agissait. Quand il avait prononcé le nom de Témoins de
Jéhovah, la plupart s'étaient effarés, mais il leur avait répondu ; ' Si les gens se comportaient ne serait-ce que deux
fois moins bien que les Témoins de Jéhovah, on n'aurait plus besoin de policiers. ' "
Dès maintenant délivrés !

La Parole de Dieu, la Bible, est comme une passerelle entre les cultures ; elle rassemble les chrétiens dans la paix et
l'unité (Romains 14:19 jÉphésiens4:22-24;Philippiens 4:7). Les assemblées spéciales " La délivrance est proche ! "
en ont donné la preuve. Les Témoins de Jéhovah sont dès maintenant délivrés de nombre des fléaux dont souffre le
monde. L'intolérance, les agressions et le racisme — pour ne citer que quelques-uns des maux qui frappent la
société — n'ont pas leur place chez eux, et ils attendent avec impatience le moment où le monde entier en sera
libéré.

Ceux qui ont assisté à ces rassemblements ont ressenti l'unité qui règne parmi les Témoins originaires de différents
pays et de différentes cultures. Cette unité a particulièrement été palpable à la fin des assemblées. Tous
applaudissaient, serraient leurs nouveaux amis dans leurs bras et prenaient encore quelques photos (1 Corinthiens
1:10 ; 1 Pierre 2:17). Heureux et convaincus que la délivrance de toutes les difficultés et inquiétudes est proche, les
délégués sont retournés dans leur famille et dans leur congrégation avec une détermination renouvelée à tenir bien
fermement ' la parole divine de vie '. — Philippiens 2:15,16.

Vingt-cinq langues parlées à l'unisson


Le programme des neuf assemblées spéciales a été présenté dans les langues locales. En Allemagne, les discours ont aussi
été donnés en 18 autres langues. À Dortmund, ils ont été prononcés en arabe, en espagnol, en persan, en portugais et en
russe ; à Francfort en anglais, en français et en serbo-croate ; à Hambourg, en danois, en néerlandais, en suédois et en tamoul
; à Leipzig, en chinois, en polonais et en turc; à Munich, en grec, en italien et en langue des signes allemande. À l'assemblée de
Prague, tous les discours ont été présentés en anglais, en tchèque et en russe. À Bratislava, le programme a été donné en
anglais, en hongrois, en slovaque et en langue des signes slovaque. À Chorzôw, il a été donné en polonais, en russe, en
ukrainien et en langue des signes polonaise ; à Poznan, en finnois et en polonais.

Vingt-cinq langues en tout ! On peut vraiment dire que les assistants à ces assemblées étaient divisés par la langue mais unis
par l'amour.

LA TOUR DE GARDE • 1" JUILLET 2007 8

La Parole de Jéhovah est vivante


Points marquants du livre d'Ézékiel — I
NOUS sommes en 613 avant notre ère. Le prophète Jérémie est en Juda, proclamant courageusement la destruction
prochaine de Jérusalem et la désolation du pays de Juda. Neboukadnetsar, roi de Babylone, a déjà emmené de nombreux
Juifs en captivité. Il y a parmi eux le jeune Daniel et ses trois compagnons, qui servent à la cour royale de Chaldée. La
plupart des exilés juifs se trouvent près du fleuve Kebar, dans " le pays des Chaldéens ". (Ézékiel 1:1-3.) Jéhovah ne
laisse pas ces captifs sans messager. Il choisit Ézékiel, qui a alors 30 ans, comme prophète.

Achevé en 591 avant notre ère, le livre d'Ezékiel couvre une période de 22 ans. Ézékiel est très précis dans ses écrits. il
date ses prophéties, indiquant même le mois et le jour, en plus de l'année. La première partie du message d'Ezékiel porte
sur la chute et la destruction de Jérusalem. La deuxième partie contient des déclarations contre les nations environnantes,
et la troisième partie traite du rétablissement du culte de Jéhovah. Cet article abordera certains points marquants
d'Ézékiel 1:1-24:27. Il s'agit d'une portion qui contient des visions, des prophéties et des pantomimes concernant ce qui
devait arriver à Jérusalem.

" UN GUETTEUR, VOILÀ CE QUE J'AI FAIT DE TOI " (Ézékiel 1:1-19:14)

Après avoir reçu une vision saisissante du trône de Jéhovah, Ézékiel est chargé d'une mission. Jéhovah lui dit : " Un
guetteur, voilà ce que j'ai fait de toi pour la maison d'Israël, et tu devras entendre de ma bouche des paroles et tu devras
les avertir de ma part " (Ézékiel 3:17). Pour prophétiser le siège de Jérusalem et ses effets, Ézékiel reçoit l'ordre de jouer
deux pantomimes. Au sujet du pays de Juda, Jéhovah déclare par l'intermédiaire d'Ézékiel : "Me voici ! Je fais venir sur
vous l'épée et, à coup sûr, je détruirai vos hauts lieux. " (Ézékiel 6:3). À l'habitant du pays, il dit : " La guirlande [du
malheur] doit venir vers toi. " — Ézékiel 7:7.

En 612 avant notre ère, dans une vision, Ezékiel est transporté à Jérusalem. Que de choses détestables ne voit-il pas se
commettre dans le temple de Dieu ! Quand Jéhovah enverra ses forces d'exécution célestes (représentées par " six
hommes ") pour exprimer sa colère envers les apostats, seuls ceux qui auront reçu " une marque sur le front " seront
épargnés (Ézékiel 9:2-6). Au préalable, toutefois, des " braises ardentes " — l'ardent message de destruction venant de
Dieu — doivent être lancées sur la ville (Ézékiel 10:2). Alors que ' Jéhovah fera venir leur voie sur la tète des méchants ',
il promet de réunir les Israélites qui ont été dispersés. — Ezékiel 11:17-21.

L'esprit de Dieu fait revenir Ézékiel en Chaldée. Une pantomime représente le roi Tsidqiya et les habitants de Jérusalem
fuyant la ville. Les faux prophètes et les fausses prophétesses sont condamnés. Les idolâtres sont rejetés. La nation de
Juda est comparée à une vigne sans valeur. Une énigme faisant intervenir un aigle et une vigne montre que chercher
secours auprès de l'Egypte aura des conséquences fâcheuses sur Jérusalem. L'énigme se termine avec la promesse que '
Jéhovah transplantera une pousse tendre sur une montagne haute '. (Ézékiel 17:22.) En Juda, toutefois, il n'y aura pas de "
sceptre pour dominer ". — Ézékiel 19:14.

Questions bibliques :
1:4-28 — Que représente le char céleste ? Le char représente la partie céleste de l'organisation de Jéhovah, composée
des créatures spirituelles fidèles. Sa source d'énergie est l'esprit saint de Jéhovah. Le Conducteur du char, qui symbolise
Jéhovah, possède une gloire indescriptible. Son calme est illustré par un magnifique arc-en-ciel.

1:5-11 — Qui sont les quatre créatures vivantes ?


Dans une deuxième vision du char, Ézékiel identifie les quatre créatures vivantes à des chérubins (Ézékiel 10:1 -11 ;
11:22). Il décrit la face du taureau comme étant " la face du chérubin ". (Ézékiel 10:14.) Cela est approprié, le taureau
incarnant la puissance et la force, et les chérubins étant de puissantes créatures spirituelles.

2:6 — Pourquoi Ézékiel est-il appelé plusieurs fois " fils d'homme " ?
Jéhovah s'adresse ainsi à Ézékiel pour rappeler à ce prophète qu'il est fait de chair et de sang. Cela souligne le net
contraste existant entre ce messager humain et l'Auteur de ce message, Dieu. La même appellation est appliquée à Jésus
Christ quelque 80 fois dans les Évangiles, ce qui atteste que le Fils de Dieu est bien venu en tant qu'humain, non en tant
qu'esprit matérialisé.

2:9-3:3 — Pourquoi Ézékiel a-t-il trouvé le rouleau de gémissements et de lamentations doux au goût ?
Ezékiel a trouvé ce rouleau doux au goût en raison de l'état d'esprit qu'il manifestait par rapport à sa mission. Il était
heureux de servir Jéhovah en qualité de prophète.

4:1-17 — Ézékiel a-t-il réellement joué la scène décrivant le siège de Jérusalem, alors imminent ?
Ézékiel a demandé à Jéhovah de changer le combustible qui devait servir à la cuisson des aliments, et Jéhovah a accédé à
sa requête. Ces deux faits indiquent qu'Ézékiel a vraiment joué cette scène. Il s'est couché sur son côté gauche pour les
390 ans de faute du royaume des dix tribus — de sa création en 997 avant notre ère à la destruction de Jérusalem en 607
avant notre ère. Il s'est couché sur son côté droit pour les 40 ans de péché de Juda — depuis que Jérémie a été établi
prophète en 647 avant notre ère jusqu'en 607 avant notre ère. Au cours de la période complète de 430 jours, Ézékiel a
vécu avec une maigre ration de nourriture et d'eau, prophétisant ainsi qu'une famine sévirait lors du siège de Jérusalem.

5:1-3 — Dans quel but Ézékiel a-t-il pris quelques poils d'entre ceux qu'il devait disperser au vent et les a-t-il
serrés dans les pans de son vêtement ?
Il a ainsi montré qu'un reste reviendrait en Juda et pratiquerait de nouveau le vrai culte après les 70 ans de désolation. —
Ézékiel 11:17-20.

17:1-24 — Qui sont les deux grands aigles, en quel sens les jeunes pousses d'un cèdre sont-elles cueillies, et qui est
la pousse " tendre " que Jéhovah transplante ?
Les deux aigles représentent les souverains de Babylone et d'Egypte. Le premier aigle vient sur la cime du cèdre, c'est-à-
dire vers le souverain appartenant à la lignée royale de David. Cet aigle cueille le sommet des jeunes pousses en ce sens
qu'il remplace le roi de Juda Yehoïakîn par Tsidqiya. Rien qu'il ait juré fidélité au roi de Babylone, Tsidqiya cherche de
l'aide auprès de l'autre aigle, le souverain d'Egypte, mais en vain. Il sera emmené captif et mourra à Babylone. Jéhovah
cueille aussi une pousse " tendre ", le roi messianique. Cette pousse est transplantée sur " une montagne haute et élevée
", sur le mont Sion céleste, où elle deviendra " un cèdre majestueux ", une source de réelles bénédictions pour la
terre. — Révélation 14:1.

Quelques leçons :

2:6-8 ; 3:8, 9,18-21. Nous ne devrions ni être intimidés par les personnes qui pratiquent la méchanceté ni nous
retenir de proclamer le message de Dieu, message qui contient un avertissement à leur intention. Face à
l'indifférence ou à l'opposition, il nous faut être aussi durs qu'un diamant. Cela étant, nous devons veiller à ne pas
devenir rudes, insensibles ou impitoyables. Jésus éprouvait de la compassion pour les gens à qui il prêchait, et c'est
aussi par compassion que nous devrions prêcher. — Matthieu 9:36.
3:15. Après avoir reçu sa mission, Ézékiel a séjourné à Tel-Abib, ' frappé de stupeur pendant sept jours ', digérant le
message qu'il allait devoir annoncer. En ce qui nous concerne, ne devrions-nous pas nous réserver du temps pour
étudier avec sérieux et méditer afin de comprendre les vérités spirituelles profondes ?

4:1-5:4. Il a fallu de l'humilité et du courage à Ézékiel pour jouer les deux pantomimes prophétiques. Il nous faut,
nous aussi, être humbles et courageux pour nous acquitter de toute tâche que Dieu peut nous confier.

7:4,9 ; 8:18 ; 9:5,10. Notre œil ne devrait pas s'apitoyer sur ceux qui reçoivent un jugement de condamnation de la
part de Dieu, et nous ne devrions pas éprouver de la compassion à leur égard.

7:19. Quand Jéhovah exécutera son jugement sur l'actuel système de choses, l'argent n'aura plus la moindre valeur.

8:5-18. L'apostasie conduit à la mort spirituelle. " Par sa bouche l'apostat cause la ruine de son semblable.
" (Proverbes 11:9). La sagesse nous dicte de rejeter la simple pensée de prêter l'oreille aux apostats.

9:3-6. Pour que nous survivions à la " grande tribulation ", nous devons impérativement obtenir la marque — la
preuve que nous sommes des serviteurs de Dieu voués et baptisés et que nous avons la personnalité chrétienne
(Matthieu 24:21). Les chrétiens oints, représentés par l'homme avec un encrier de secrétaire, dirigent l'œuvre de
marquage, c'est-à-dire l'œuvre consistant à prêcher le Royaume et à faire des disciples. Si nous voulons conserver
notre marque, nous devons les aider avec zèle dans cette œuvre.

12:26-28. Même à ceux qui se moquaient de son message, Ézékiel allait devoir dire : ' Rien ne sera plus différé
quant à toutes les paroles de Jéhovah. ' Nous devons faire tout notre possible pour aider nos semblables à placer
leur confiance en Jéhovah avant qu'il ne mette fin au présent système de choses.

14:12-23. C'est à chacun de nous qu'il revient de travailler à son salut. Personne ne peut le faire à notre place. —
Romains 14:12.

18:1-29. Nous sommes responsables de nos actes et de leurs conséquences.

" J'EN FERAI UNE RUINE, UNE RUINE, UNE RUINE " (Ézékiel 20:1-24:27)

Dans la septième année de l'Exil, en 611 avant notre ère, des hommes d'âge mûr d'Israël viennent auprès d'Ézékiel "
pour interroger Jéhovah ". Ils entendent un long historique de la rébellion d'Israël et un avertissement selon lequel '
Jéhovah sortira son épée ' contre eux (Ézékiel 20:1 ; 21:3). S'adressant au chef d'Israël (Tsidqiya), Jéhovah déclare :
" Ôte le turban, et enlève la couronne. Cela ne sera pas la même chose. Élève ce qui est bas, et abaisse celui qui est
élevé. J'en ferai une ruine, une ruine, une ruine. Quant à cela aussi, oui ce ne sera à personne jusqu'à ce que vienne
celui qui a le droit légal [Jésus Christ], et vraiment je le lui donnerai. " — Ézékiel 21:26,27.

Jérusalem est mise en cause. La culpabilité d'Ohola (Israël) et d'Oholiba (Juda) est révélée. Ohola a déjà été livrée "
en la main de ceux qui l'aimaient passionnément, en la main des fils de l'Assyrie ". (Ézékiel 23:9.) La désolation
d'Oholiba est sur le point de se produire. L'année 609 avant notre ère voit commencer le siège de Jérusalem, qui durera
18 mois. Quand la ville tombera, les Juifs seront à ce point frappés de stupeur qu'ils ne pourront exprimer leur chagrin.
Ezékiel ne doit pas annoncer le message de Dieu aux exilés jusqu'à ce que " le rescapé " lui fasse un rapport sur la
destruction de la ville.-Ezékiel 24:26, 27.

Questions bibliques :

21:3 — Qu'est-ce que cette " épée " que Jéhovah sort de son fourreau ?
L'"épée" que Jéhovah a utilisée pour exécuter son jugement contre Jérusalem et Juda s'est révélée être Neboukadnetsar,
le roi de Babylone, et son armée. Elle peut aussi inclure la partie céleste de l'organisation de Dieu, composée de
puissantes créatures spirituelles.

24:6-14 — Que représente la rouille sur la marmite ?


Assiégée, Jérusalem est comparée à une marmite à large ouverture. Sa rouille représente la souillure morale de la ville
l'impureté, le dérèglement et l'effusion de sang dont elle est responsable. Son impureté est si considérable que, même en
plaçant la marmite vide sur ses braises pour qu'elle devienne brûlante, la rouille ne sort pas d'elle.
Quelques leçons :
20:1, 49. La réponse des hommes d'âge mûr d'Israël indique qu'ils doutaient de ce qu'Ézékiel avait dit. Ne nous mettons
jamais à douter des avertissements divins.

21:18-22. Bien que Neboukadnetsar ait recouru à la divination, c'est Jéhovah qui a fait en sorte que ce dirigeant païen
vienne contre Jérusalem. Cela montre que les démons eux-mêmes ne peuvent empêcher les agents d'exécution de
Jéhovah d'accomplir son dessein.

22:6-16. Jéhovah déteste la calomnie, le dérèglement, l'abus de pouvoir et l'acceptation de pots-de-vin. Soyons
fermement résolus à rejeter ces pratiques.

23:5-49. Les alliances politiques qu'Israël et Juda ont conclues les ont amenés à adopter le faux culte de leurs alliés.
Gardons-nous de nouer des liens avec le monde, car cela pourrait détruire notre foi. —Jacques 4:4.

Un message vivant et puissant

Les 24 premiers chapitres du livre d'Ézékiel contiennent vraiment d'excellentes leçons ! Les principes qu'ils mettent en
évidence montrent ce qui entraîne la défaveur de Dieu, comment obtenir sa miséricorde et pourquoi nous devons avertir
le méchant. La prophétie relative à la destruction de Jérusalem dépeint clairement Jéhovah comme le Dieu qui ' fait
connaître à son peuple des choses nouvelles avant qu'elles ne se mettent à germer '. — Isaïe 42:9.

Les prophéties comme celles contenues en Ezékiel 17:22-24 et 21:26,27 annonçaient l'établissement du Royaume
messianique dans le ciel. Très prochainement, grâce à cette domination, la volonté de Dieu sera faite sur la terre
(Matthieu 6:9, 10). Avec une foi ferme et une conviction profonde, nous aspirons vivement aux bénédictions qu'apportera
ce Royaume. Assurément, " la parole de Dieu est vivante et puissante ". — Hébreux 4:12.

15 LA TOUR DE GARDE • 1" JUILLET 2007

L'instruction biblique bâtit la foi


PROFIL DE LA CLASSE
Nombre de pays d'origine : 9
Nombre de pays de destination : 26
Nombre d'élèves : 56 Moyenne d'âge : 33,4
Moyenne d'années de vérité : 16,8
Moyenne d'années dans le ministère à plein temps : 13
122e classe de Guiléad
De l'avant vers l'arrière et de gauche à droite :
1) R. Howitt; P. Smith ; A. Martinez ; S. Pozzobon ; Y, Kitamura ; C Laud. 2) I. Fiedler; K. Beasiey ; C Matkovich; D. Bell ; W, LJppincott. 3) W.
Sites ; A. Andersen ; L. Toevs ; G. Fusano ; C. Rodrfguez ; |. Yoo. 4) M. Sobomehin ; L. Thomas ; S. Casson; V. Dauba; A. Bertaud;C. Winn; M.
Dobrowolskl 5) J. Yoo;]. Dauba; H. Mixer; M, Newton; F. Rodrigue* ; N. Mixer. 6) M. Laud ; K. Lippincott ; R. Martinez ; A. Haub ; R, Schamp ; L,
Pozzobon ; S. Toevs. 7) S. Howitt ; U. Kitamura ; D. Newton ; |. Haub ; ], Sites ; D. Thomas. 8) L. Sobomehin ; |. Matkovich ; B. Fusano ; |.
Winn;). Schamp; D.Andersen;]. Dobrowolski. 9) P. Fiedler; E. Bell; 6. Beasiey; B.Smith; P. Bertaud; M. Gasson.

CONSACRER ces cinq derniers mois à prêter attention aux pensées de notre Créateur et à apprendre à voir les
choses comme lui les voit, quel privilège inestimable ! ", S’est exclamé un représentant de la 122'' classe de
Guiléad (l'École de missionnaires des Témoins de Jéhovah) lors de la remise des diplômes. Le 10 mars 2007
restera un jour mémorable pour les 56 élèves de cette classe, qui étaient sur le point de commencer leur
service missionnaire dans les 26 pays où ils avaient été affectés.

Après avoir souhaité une chaleureuse bienvenue aux 6205 assistants, Théodore Jaracz, membre du Collège
central, a déclaré : " Nous sommes convaincus que le programme de la remise des diplômes va affermir votre
spiritualité et bâtir votre foi. " Puis il a invité successivement quatre orateurs à donner des encouragements et
des conseils bibliques opportuns aux élèves afin qu'ils obtiennent de bons résultats dans leur affectation
missionnaire.

Encouragés à bâtir la foi d'autrui

Léon Weaver, membre du Comité de la filiale des États-Unis, a développé le thème " Continuez à faire ce qui
est excellent ". Il a rappelé aux élèves qu'ils avaient passé chacun en moyenne 13 années dans le service à
plein temps dans le but de favoriser l'instruction biblique qui bâtit la foi. " C'est une œuvre excellente parce
qu'elle permet de sauver des vies, a-t-il dit, et, plus important encore, c'est une œuvre excellente parce qu'elle
magnifie notre Père céleste, Jéhovah. " Ensuite, frère Weaver a encouragé les élèves à continuer de ' semer
pour l'esprit ' et à ' ne pas renoncer à faire ce qui est excellent '. - Galates 6:8, 9.

Sous le thème " Ne manquez pas de partir d'un bon pied ", David Splane, membre du Collège central, a
adressé des rappels pratiques aux nouveaux missionnaires. Il les a encouragés à prendre un bon départ dans
leur service en appliquant les conseils suivants : " Restez positifs. Ne tirez pas de conclusions hâtives. Souriez.
N'ayez pas un esprit critique. Soyez humbles et respectez les frères du pays. " Puis il a ajouté : " Quand vous
descendrez de l'avion, partez d'un bon pied. Et que Jéhovah bénisse vos jolis pieds, qui apportent aux gens '
des bonnes nouvelles de quelque chose de meilleur '. " - Isaïe 52:7.

" Un héritage qui ne fait pas l'ombre d'un doute " : ce thème a été abordé par Lawrence Bowen, instructeur de
Guiléad. Frère Bowen a rappelé aux élèves que la fondation de l'École de Guiléad pendant la Deuxième
Guerre mondiale reposait sur une confiance totale dans la réalisation de la Parole prophétique de Jéhovah
(Hébreux 11:1 ; Révélation 17:8). Depuis lors, Guiléad a donné aux élèves la possibilité d'affermir leur foi.
Ainsi, les diplômés sont incités à aller de l'avant en proclamant avec zèle la vérité.

Mark Noumair, autre instructeur de Guiléad, a développé un thème surprenant : " Vous me rappelez quelqu'un
". Il a attiré l'attention sur l'exemple du prophète Élisha, qui a fait preuve de foi et de courage pour mener à
bien sa mission. Se référant à 1 Rois 19:21, frère Noumair a dit : " Élisha était disposé à opérer des
changements dans sa vie, à mettre ses intérêts personnels de côté et à défendre la cause de Jéhovah. " II a
félicité les diplômés d'avoir manifesté le même état d'esprit et les a encouragés à continuer d'en faire
autant dans leur nouvelle affectation.

La foi favorise la franchise

Les futurs missionnaires bâtissaient leur foi durant les cours et profitaient des week-ends pour prêcher la
bonne nouvelle. Il en est résulté des faits très intéressants, dont certains ont été relatés et mis en scène
dans une partie du programme dirigée par Wallace Liverance, autre instructeur de Guiléad. Le thème de
son discours, " Nous exerçons la foi, et c'est pourquoi nous parlons ", rappelait les paroles de l'apôtre Paul
contenues en 2 Corinthiens 4:13.

Au cours de l'exposé suivant, Daniel Barnes et Charles Woody, membres de la famille du Béthel, ont
interviewé des frères qui sont, ou qui ont été, missionnaires. Ils ont souligné que Jéhovah se soucie de
ceux qui le servent fidèlement et qu'il les bénit (Proverbes 10:22 ; 1 Pierre 5:7). Un missionnaire a fait ce
commentaire : " Ma femme et moi avons constaté que Jéhovah se souciait de nous : l'instruction que nous
avons reçue à Guiléad en est une preuve indéniable. Elle a vraiment bâti notre foi. La foi est importante
parce que tous les serviteurs de Dieu, y compris les missionnaires, vont rencontrer des épreuves et des
difficultés, et avoir des inquiétudes. "

Continuez à favoriser l'instruction biblique qui bâtit la foi

Le programme de la remise des diplômes s'est terminé en beauté : Samuel Herd, membre du Collège
central, s'est adressé à l'auditoire sous le thème " Continuez à bâtir vos frères ". Dans quel but les élèves
ont-ils été instruits ? " Le but poursuivi, a expliqué frère Herd, a été de vous apprendre à utiliser votre
langue pour louer Jéhovah, pour enseigner ses vérités aux habitants de votre nouveau territoire et pour
vous bâtir l'un l'autre dans la foi. " Cependant, il a rappelé aux élèves que la langue peut aussi être utilisée
à de mauvaises fins (Proverbes 18:21 ; Jacques 3:8-10). Il les a encouragés à suivre l'exemple de Jésus
pour ce qui est de l'utilisation de la langue. Un jour, après l'avoir écouté parler, ses disciples ont dit : "
Notre cœur ne brûlait-il pas [...] lorsqu’il nous ouvrait pleinement les Ecritures ? " (Luc 24:32). Frère
Herd a déclaré : " Si ce que vous dites est positif, vous encouragerez les frères et sœurs qui sont à vos
côtés. "
Ensuite, les élèves ont reçu leur diplôme et, finalement, une lettre de remerciement de la classe a été lue.
Elle contenait ces mots : " Nous sommes conscients de la lourde responsabilité qui nous incombe
d'utiliser ce que nous avons appris afin d'effectuer fidèlement notre service missionnaire.

" Si ce que vous dites est positif, vous encouragerez les frères et sœurs qui
sont à vos côtés. "
Maintenant que nous sommes prêts à aller jusqu’aux extrémités de la terre, nous prions pour que nos
efforts produisent un immense chant de louange en l'honneur de notre Grand Instructeur, Jéhovah Dieu. "
À ces paroles, l'assistance a applaudi de tout cœur. Sans conteste, le programme de la remise des diplômes
a bâti la foi de tous ceux qui étaient présents.
LA TOUR DE GARDE • 1" JUILLET 2007 18

La première Bible en portugais


UNE AFFAIRE DE PERSÉVÉRANCE

QUI persévère réussira. " Cette devise apparaît sur la page de titre d'un pamphlet religieux du XVIIe siècle écrit par Joâo
Ferreira de Almeida. Difficile d'imaginer ' une maxime qui convienne mieux pour un homme qui a consacré sa vie à la
traduction et à la publication de la Bible en portugais !

Almeida naît en 1628 à Torre de Tavares, un village du nord du Portugal. Orphelin depuis l'enfance, il est élevé à
Lisbonne, la capitale, par un oncle qui est membre d'un ordre religieux. D'après la tradition, Almeida reçoit une
excellente éducation le préparant à la prêtrise, ce qui lui permet de développer très jeune son aptitude exceptionnelle
pour les langues.

Cependant, s'il reste dans son pays, il ne pourra probablement pas mettre ses talents à profit pour traduire la Bible. En
effet, tandis que la Réforme inonde le nord et le centre de l'Europe de bibles en langues vernaculaires, le Portugal
demeure sous la forte influence de l'Inquisition catholique. Le simple fait de posséder une bible dans la langue du peuple
peut valoir une comparution devant le tribunal de l'Inquisition*.* Dans la seconde moitié du XVI siècle, en éditant}'Index des livres
interdits, l'Église catholique impose de sévères restrictions à l'utilisation de bibles en langues vernaculaires. Selon la New Encydopœdia Britatmica,
elle a ainsi " efficacement arrêté le travail de traduction catholique durant les deux siècles suivants ".

Vraisemblablement désireux d'échapper à cette atmosphère répressive, Almeida s'installe aux Pays-Bas au début de son
adolescence. Peu après, alors qu'il a tout juste 14 ans, il entreprend un voyage en Asie via Batavia (à présent Jakarta).
Cette ville indonésienne est à l'époque le centre administratif de la Compagnie hollandaise des Indes orientales en Asie

Un traducteur adolescent

La dernière étape de son voyage en Asie marque un tournant dans la vie d'Almeida. Tandis qu'il navigue de Batavia
à Melaka (une ville de Malaisie occidentale), il trouve par hasard un pamphlet protestant écrit en espagnol et
intitulé Difewncias de la Cristiandad (Les différences dans la chrétienté). Non seulement ce pamphlet s'attaque aux
doctrines religieuses erronées, mais il contient une déclaration qui impressionne tout particulièrement le jeune
voyageur : " L'utilisation à l'église d'une langue inconnue, même à la gloire de Dieu, n'apporte aucun bienfait à
celui qui écoute sans comprendre. " -1 Corinthiens 14:9.

Almeida en conclut naturellement que le seul moyen de démasquer l'erreur religieuse est de rendre la Bible
compréhensible à tous. À son arrivée à Melaka, il devient membre de l'Église hollandaise réformée et il se met
immédiatement à traduire des portions des Évangiles de l'espagnol en portugais. Puis il fait bénéficier de son travail
" ceux qui manifestent un désir sincère de connaître la vérité "*.* Étant donné que des éditions anciennes de la Bible d'Almeida
lui donnent le titre de Padre (père), certains en déduisent qu'il a dû exercer les fonctions de prêtre catholique. Mais en fait, imaginant que ce
titre était approprié pour un pasteur ou un ministre religieux, les éditeurs néerlandais de cette Bible l'ont employé à tort.

Deux ans plus tard, Almeida est prêt à se lancer dans une entreprise plus ambitieuse encore : la traduction de
l'intégralité des Écritures grecques chrétiennes à partir du texte latin de la Vulgate. Il atteint son objectif en moins
d'un an, ce qui est un véritable exploit pour un jeune homme de 16 ans ! Courageusement, il remet un exemplaire
de sa traduction au gouverneur général néerlandais de Batavia afin qu'elle soit publiée. Selon toute apparence, le
manuscrit est envoyé par l'Église réformée à Amsterdam, où il est confié à un pasteur âgé, mais il disparaît à la
mort de ce pasteur.

En 1651, quand on demande à Almeida de fournir une copie de sa traduction à l'Église réformée de Ceylan
(aujourd'hui le Sri Lanka), il se rend compte que l'original a disparu des archives de l'Église. Sans se décourager, il
parvient à mettre la main sur une copie, peut-être un brouillon, et l'année suivante il termine sa version révisée des
Évangiles et du livre des Actes. À Batavia, le consistoire*'L'assemblée de ministres religieux qui dirigent l'Église réformée. le
rétribue de 30 florins. C'est " une somme dérisoire pour la tâche colossale qu'il a effectuée ", écrit l'un de ses
collègues.

Malgré ce semblant de reconnaissance officielle, Almeida persévère. En 1654, il soumet au consistoire une révision
de sa traduction du Nouveau Testament dans son intégralité, dont la publication est à nouveau envisagée.
Cependant, rien de concret ne se produit, mis à part la réalisation de copies manuscrites à l'usage de quelques
églises.

Condamné par l'Inquisition

Au cours des dix années suivantes, Almeida se consacre à l'œuvre pastorale et missionnaire de l'Église réformée. Il
reçoit l'ordination en 1656.11 accomplit d'abord son ministère à Ceylan — où il manque d'être piétiné par un
éléphant —, et par la suite en Inde, où il est l'un des premiers missionnaires protestants à aller.

De nombreux membres des communautés de langue portugaise à qui il rend visite considèrent ce protestant
converti comme un apostat et un traître... d'autant plus qu'il est au service d'une puissance étrangère. Le fait qu'il
dénonce sans détour la corruption morale du clergé et qu'il remette en question la doctrine de l'Église catholique lui
vaut aussi de fréquents démêlés avec les missionnaires de cette confession. Ces conflits atteignent leur paroxysme
en 1661 lorsque le tribunal de l'Inquisition de Goa, en Inde, le condamne à mort pour hérésie. En son absence, il est
brûlé en effigie. Probablement alarmé par son ardeur belliqueuse, le gouverneur général néerlandais le rappelle à
Batavia peu après.

Almeida est un missionnaire zélé, mais il ne perd jamais de vue la nécessité de disposer de la Bible en portugais.
Au contraire, les résultats de l'ignorance biblique — bien trop manifeste autant parmi le clergé que parmi les laïcs
— ne font que le conforter dans son opinion. Il annonce à ses lecteurs dans la préface d'un tract religieux daté de
1668 : " J'espère [...] bientôt vous honorer de la Bible complète dans votre langue, le don le plus beau et le trésor le
plus précieux que quiconque puisse jamais vous remettre. "

Bras de fer avec le comité de révision

En 1676, Almeida soumet sa version finale du Nouveau Testament au consistoire de Batavia pour révision. Dès le
début, ses relations avec les réviseurs sont tendues. Le biographe Jan Swellengrebel rapporte que les collègues
néer-landophones du traducteur ont des difficultés à saisir certaines nuances sur le fond et le style. La controverse
porte également sur le niveau de langue. La Bible doit-elle employer la langue courante, ou alors un langage
recherché que beaucoup auraient du mal à comprendre ? Enfin, l'empressement d'Almeida à voir la tâche terminée
est une source constante de frictions.

Le travail de vérification progresse très lentement, sans doute en raison de ces querelles ou du manque d'intérêt de
la part des réviseurs. Quatre ans plus tard, ils en sont encore à se débattre avec les premiers chapitres de l'Évangile
de Luc. Irrité par cette lenteur, le traducteur envoie une copie de son manuscrit aux Pays-Bas afin qu'elle soit
publiée à l'insu des réviseurs.

En 1681, en dépit des tentatives du consistoire visant à empêcher sa publication, le Nouveau Testament d'Almeida
est mis sous presse à Amsterdam, et les premiers exemplaires imprimés arrivent à Batavia l'année suivante. On peut
imaginer à quel point Almeida est déçu de constater qu'aux Pays-Bas des réviseurs ont apporté des modifications à
sa traduction. Ne maîtrisant pas le portugais, ces réviseurs ont introduit " des tournures maladroites et
contradictoires qui obscurcissent la nature du Saint-Esprit ", pour reprendre les propos d'Almeida.

Le gouvernement néerlandais est lui aussi mécontent ; il ordonne la destruction de l'édition complète. Almeida
réussit tout de même à obtenir des autorités qu'elles en épargnent quelques exemplaires sous réserve que les erreurs
les plus graves soient corrigées à la main. Ces exemplaires seront utilisés jusqu'à ce qu'une édition révisée soit
prête.
À Batavia, les réviseurs se réunissent pour reprendre leur travail de vérification des Ecritures grecques chrétiennes,
et pour préparer les livres des Ecritures hébraïques au fur et à mesure qu'Almeida en termine la traduction. De
crainte que l'impatience du traducteur ne prenne le dessus, le consistoire décide de conserveries pages signées de la
version finale dans le trésor de l'Église. Il va sans dire qu'Almeida conteste cette décision.

Des décennies de dur labeur et les rigueurs du climat tropical ne manquent pas de l'affaiblir. En 1689, en raison
d'une santé déficiente, il se retire des activités ecclésiales pour se livrer entièrement à la traduction des Écritures
hébraïques. Malheureusement, il meurt en 1691 tandis qu'il est en train de traduire le dernier chapitre du livre
d'Ézékiel.

La deuxième édition du Nouveau Testament d'Almeida, achevée peu avant sa mort, est publiée en 1693.
Apparemment, son œuvre souffre une fois de plus aux mains de réviseurs incompétents. Dans son livre A Biblia em
Portugal (La Bible au Portugal), Guilherme Santos Ferreira écrit : " Les réviseurs [...] ont apporté des
modifications importantes à l'excellent travail d'Almeida, défigurant et altérant par là même toute beauté de
l'original qui aurait échappé aux réviseurs de la première édition. "

Finalisation de la Bible en portugais

Avec la mort d'Almeida, la révision et la publication de la Bible en portugais perdent leur force d'impulsion. C'est
une société londonienne dont le but est de promouvoir la connaissance chrétienne qui, en 1711, finance la troisième
édition du Nouveau Testament d'Almeida. Elle le fait à la demande de missionnaires danois affectés à Tranquebar,
une ville du sud de l'Inde.

Cette société entreprend d'installer une petite imprimerie à Tranquebar même. Toutefois, le navire qui transporte le
matériel d'impression ainsi qu'une cargaison de bibles en portugais est détourné par des pirates français et
abandonné finalement au Brésil, dans le port de Rio de Janeiro. Santos Ferreira écrit : " Dans des circonstances
inexplicables que beaucoup tiennent pour miraculeuses, les caisses contenant le matériel d'impression ont été
retrouvées intactes au fond de la cale, et elles ont continué leur voyage jusqu'à Tranquebar à bord du même navire.
" La traduction d'Almeida des autres livres bibliques est soigneusement révisée par les missionnaires danois, puis
publiée. La Bible en portugais paraît en un volume en 1751, près de 110 ans après qu'Almeida s'est lancé dans la
traduction des Saintes Écritures.

Un héritage durable

Très jeune, Almeida a compris la nécessité de la Bible en portugais : les gens du peuple avaient besoin de la
Bible dans leur propre langue pour découvrir la vérité. Malgré l'opposition de l'Église catholique,
l'indifférence de ses pairs, les difficultés de révision apparemment sans fin et une santé déficiente, il a
résolument poursuivi son objectif tout au long de sa vie. Et sa persévérance a été récompensée.

Nombre des communautés d'expression portugaise auxquelles Almeida a prêché ont disparu avec le temps,
mais sa Bible a survécu. Au XIXe siècle, la Société biblique britannique et étrangère ainsi que la Société
biblique américaine ont distribué des milliers d'exemplaires de la version d'Almeida au Portugal et dans les
villes côtières du Brésil. En conséquence, les Bibles qui ont pour base le texte original de cette version sont à
ce jour parmi les plus populaires et les plus largement diffusées dans le monde lusophone.

À n'en pas douter, beaucoup ont une dette de reconnaissance envers les premiers traducteurs de la Bible, tels
qu'Almeida. Toutefois, nous devrions être encore plus reconnaissants à Jéhovah ; il est un Dieu communicatif,
qui " veut que toutes sortes d'hommes soient sauvés et parviennent à une connaissance exacte de la vérité ". (1
Timothée 2:3, 4.) En définitive, c'est Lui qui a préservé sa Parole et qui l'a mise à notre disposition. Puissions-
nous toujours chérir et étudier assidûment ce " trésor le plus précieux " qui nous vient de notre Père céleste !
LA TOUR DE GARDE • 1" JUILLET 2007 22 ÉTUDES DE LA TOUR DE GARDE 6-12 AOÛT: Cantiques : 62, 35.

" NE RENDEZ À PERSONNE LE MAL


POUR LE MAL "
" Ne rendez à personne le mal pour le mal. Proposez-vous ce qui est beau aux yeux de tous les hommes. " — ROMAINS 12:17.

QUAND un enfant se fait bousculer par son frère ou sa sœur, sa première réaction est en général de rendre la pareille.
Malheureusement, les enfants ne sont pas les seuls à se comporter ainsi. De nombreux adultes aussi ont cette tendance. Quand
quelqu'un les offense, ils veulent riposter. Oh ! bien sûr, la plupart des adultes ne bousculeront pas littéralement leur offenseur,
mais ils trouveront des moyens plus subtils de le lui faire payer. Ils répandront peut-être des propos malveillants sur son
compte ou trouveront des moyens d'entraver sa réussite. Quelle que soit la méthode employée, le but est le même : se venger.
1. Quel genre de comportement est courant ?
2
Bien que le désir de revanche soit profondément ancré chez les humains, les vrais chrétiens le répriment. Ils s'efforcent de
suivre cette injonction de l'apôtre Paul : " Ne rendez à personne le mal pour le mal. " (Romains 12:17). Qu'est-ce qui nous
incitera à nous conformer à ce précepte élevé ? De qui, en particulier, ne devrions-nous pas nous venger ? Quels avantages y a-
t-il à renoncer à la vengeance ? Pour répondre à ces questions, examinons le contexte des paroles de Paul et voyons comment
d'après Romains chapitre 12 c'est faire preuve de justice, d'amour et de modestie que de s'abstenir de rendre le mal pour le mal.
Nous considérerons chacun de ces trois aspects.
2. a) Pourquoi les vrais chrétiens répriment-ils le désir de se venger ?
b) Quelles questions et quel chapitre de la Bible allons-nous considérer ?

" Je vous supplie donc "


3
À partir du chapitre 12, Paul examine quatre domaines étroitement liés qui concernent la vie du chrétien. Ils portent sur les
relations que nous entretenons avec Jéhovah, avec nos compagnons chrétiens, avec les personnes qui ne partagent pas notre foi
et avec les autorités gouvernementales. Paul indique qu'il y a une raison fondamentale de résister aux mauvaises inclinations,
notamment à celle de se venger. Il dit en effet : " Je vous supplie donc, frères, par les compassions de Dieu. " (Romains 12:1).
Remarquez la présence du mot " donc ", qui sert à amener la conséquence de ce qui précède. Paul dit en fait : ' Compte tenu de
ce que je viens de vous expliquer, je vous supplie de faire ce que je vais maintenant vous dire. ' Que venait d'expliquer Paul à
ces chrétiens de Rome?
4
Dans les 11 premiers chapitres de sa lettre, Paul a parlé d'un magnifique privilège — celui de régner avec Christ dans le
Royaume de Dieu —, privilège offert tant aux Juifs qu'aux Gentils, mais que les Juifs n'ont pas saisi (Romains 11:13-36). Cet
insigne honneur pouvait être conféré uniquement " parles compassions de Dieu ". Comment les chrétiens devaient-ils répondre
à l'immense faveur imméritée que Dieu leur témoignait ? Leurs cœurs devaient être remplis d'une reconnaissance si profonde
qu'elle les pousserait à faire ce que Paul dit ensuite : " Présente[z] vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu :
un service sacré avec votre raison. " (Romains 12:1). Mais comment, au juste, ces chrétiens pouvaient-ils se présenter comme
"un sacrifice " à Dieu?

3, 4. a) À partir de Romains chapitre 12, de quoi Paul parle-t-il, et dans quel but a-t-il employé le mot " donc " ?
b) Quel effet la compassion de Dieu devait-elle avoir sur les chrétiens de Rome ?
5
Paul poursuit : " Cessez de vous conformer à ce système de choses-ci, mais transformez-vous en renouvelant votre
intelligence, pour pouvoir éprouver personnellement ce qu'est la volonté de Dieu, bonne, agréable et parfaite. " (Romains
12:2). Au lieu de permettre à l'esprit du monde de modeler leurs pensées, ils devaient les renouveler pour qu'elles soient
conformes à celles de Christ (1 Corinthiens 2:16 ; Philippiens 2:5). Ce principe devrait influencer le comportement quotidien
de tous les vrais chrétiens ; nous sommes donc concernés.
5. a) Comment une personne peut-elle s'offrir en " sacrifice " a Dieu ?
b) Quel principe devrait influencer le comportement d'un chrétien ?
6
En quoi le raisonnement de Paul en Romains 12:1, 2 nous est-il profitable ? Tout comme les chrétiens de Rome, qui étaient
oints de l'esprit, nous sommes profondément reconnaissants à Dieu pour la compassion qu'il nous a témoignée — de bien des
manières — et qu'il continue de nous manifester chaque jour de notre vie. Donc, un cœur rempli de gratitude nous incite à
servir Dieu de toute notre force et avec toutes nos ressources et toutes nos capacités. Ce désir sincère nous incite aussi à faire le
maximum pour penser, non comme le monde, mais comme Christ. Si nous avons la pensée de Christ, cela se verra à la manière
dont nous traitons les autres, qu'ils servent Jé-hovah ou non (Calâtes 5:25). Et pour revenir au sujet qui nous intéresse : En
ayant la pensée de Christ, nous nous sentons poussés à résister au puissant désir de nous venger. — 1 Pierre 2:21-23.

6. Conformément au raisonnement de Paul rapporté en Romains 12:1, 2,


qu'est-ce qui nous incite à ne pas nous venger ?
" Que votre amour soit sans hypocrisie "
7
Nous nous retenons de rendre le mal pour le mal non seulement parce qu'il est juste d'agir ainsi, mais encore parce que c'est
faire preuve d'amour. Remarquez comment l'apôtre Paul s'étend ensuite sur cette motivation qu'est l'amour. Dans la lettre qu'il
écrit aux Romains, il emploie plusieurs fois le mot " amour " (agapê en grec) lorsqu'il fait référence à l'amour de Dieu et à
celui du Christ (Romains 5:5, 8 ; 8:35, 39). Toutefois, au chapitre 12, il emploie agapê d'une autre manière : pour parler de
l'amour du prochain. Après avoir indiqué que les serviteurs de Dieu ont différents dons spirituels, Paul mentionne une qualité
que chacun d'eux doit cultiver. il déclare : " Que votre amour soit sans hypocrisie. " (Romains 12:4-9). Les vrais chrétiens sont
reconnaissables notamment à l'amour qu'ils manifestent à autrui (Marc 12:28-31). Paul nous exhorte à nous assurer de la
sincérité de notre amour.
7. De quelle sorte d'amour est-il question en Romain chapitre 12 ?
8
Paul précise ensuite comment se manifeste l'amour sans hypocrisie. "Ayez en aversion ce qui est mauvais, attachez-vous à ce
qui est bon ", dit-il (Romains 12:9). " Avoir en aversion " et " s'attacher " sont des expressions fortes. On peut remplacer "
avoir en aversion " par " haïr intensément ". Plus que les conséquences du mal, c'est le mal lui-même que nous devons haïr
(Psaume 97:10). Quant au terme " s'attacher ", il rend un verbe grec qui signifie littéralement " coller ". Un chrétien qui aime
sincèrement est si fermement " collé ", ou attaché, à ce qui est bon que cet amour devient une partie intégrante de sa
personnalité.
8. Comment manifester un amour hypocrisie ?
9
Paul mentionne à plusieurs reprises une manifestation d'amour spécifique. Il déclare : " Continuez à bénir ceux qui vous
persécutent ; bénissez et ne maudissez pas. " " Ne rendez à personne le mal pour le mal. " " Ne vous vengez pas vous-mêmes,
bien-aimés. " ' Ne vous laissez pas vaincre par le mal, mais continuez à vaincre le mal parle bien. ' (Romains 12:14,17-19, 21).
Les paroles de Paul ne laissent aucun doute sur la manière dont nous devons traiter les personnes qui ne partagent pas notre foi,
même celles qui s'opposent à nous.
9. Quelle exhortation Paul donne-t-il à plusieurs reprises ?

" Continuez à bénir ceux qui vous persécutent "


10
Comment pouvons-nous suivre l'exhortation de Paul à ' continuer à bénir ceux qui nous persécutent ' ? (Romains 12:14.)
Jésus a dit à ses disciples : " Continuez d'aimer vos ennemis et de prier pour ceux qui vous persécutent. " (Matthieu 5:44 ; Luc
6:27, 28). Comment pouvons-nous bénir nos persécuteurs ? En priant pour eux, implorant Dieu d'ouvrir à la vérité les yeux de
ceux qui s'opposent à nous par ignorance (2 Corinthiens 4:4). Il est vrai qu'il peut paraître étrange de demander à Dieu de bénir
un persécuteur. Toutefois, plus notre état d'esprit ressemblera à celui de Christ, plus nous parviendrons à manifester de l'amour
à nos ennemis (Luc 23:34). Quels résultats pouvons-nous obtenir en agissant ainsi ?
10. Comment pouvons-nous bénir nos persécuteurs?
11
Étienne a prié pour ses persécuteurs, et sa prière n'a pas été vaine. Peu après la Pentecôte 33, des hommes qui s'opposaient à
la congrégation chrétienne ont arrêté Étienne, l'ont traîné hors de Jérusalem, et l'ont lapidé. Avant de mourir, Étienne a crié : "
Jéhovah, ne leur compte pas ce péché. " (Actes 7:58-8:1). Parmi ceux en faveur de qui Étienne a prié ce jour-là figurait Saul,
qui avait assisté au meurtre d'Étienne, meurtre qu'il approuvait. Plus tard, Jésus ressuscité est apparu à Saul. Cet ancien
persécuteur est devenu un disciple de Christ, puis l'apôtre Paul, le rédacteur de la lettre aux Romains (Actes 26:12-18).
Conformément à la prière d'Étienne, de toute évidence Jéhovah a pardonné à Paul le péché d'avoir été un persécuteur (1
Timothée 1:12-16). Il n'est donc pas étonnant que Paul ait exhorté les chrétiens à ' continuer à bénir ceux qui les persécutent '.
Il savait par expérience que des persécuteurs peuvent un jour devenir des serviteurs de Dieu. De nos jours, touchés par le
comportement pacifique des adorateurs de Jéhovah, certains opposants les ont rejoints.

11. a) Que pouvons-nous apprendre de l'exemple d'Étienne ?


b) Comme l'a montré le cas de Paul, quel changement des persécuteurs peuvent-ils opérer ?

" Soyez en paix avec tous les hommes "


12
Paul formule une autre exhortation sur la manière de traiter ceux qui partagent ou non notre foi. Il déclare : " Ne rendez à
personne le mal pour le mal. " Cette exhortation est une conséquence logique de ce qu'il a dit précédemment, savoir : "Ayez en
aversion ce qui est mauvais. " D'ailleurs, comment un chrétien pourrait-il dire qu'il a vraiment en aversion ce qui est mauvais
s'il recourait au mal pour se venger ? Ce serait tout sauf avoir un amour " sans hypocrisie ".Paul ajoute : " Proposez-vous ce qui
est beau aux yeux de tous les hommes. " (Romains 12:9,17). Comment appliquer ces paroles ?
12. En Romains chapitre 12, quel lien existe-t-il entre l'exhortation du verset 9 et celle du verset 17 ?
13
Précédemment, écrivant aux Corinthiens, Paul avait évoqué la persécution que les apôtres subissaient. Il avait dit : "Nous
sommes devenus un spectacle pour le monde, et pour les anges, et pour les hommes. [...] Quand on nous insulte, nous
bénissons ; quand on nous persécute, nous supportons ; quand on nous diffame, nous supplions. " {1 Corinthiens 4:9-13). De
même, les vrais chrétiens aujourd'hui sont observés par les gens de ce monde. Lorsque ceux qui nous côtoient remarquent les
belles choses que nous faisons, même quand nous sommes traités de manière injuste, ils peuvent être incités à prêter une oreille
plus attentive au message chrétien que nous communiquons. -1 Pierre 2:12.
13. De quelle manière nous comportons-nous " aux yeux de tous les hommes " ?
14
Jusqu'où, toutefois, devrions-nous aller pour favoriser la paix ? Aussi loin que possible, Paul dit à ses compagnons chrétiens :
" Si possible, pour autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. " (Romains 12:18). Les expressions "
si possible " et " pour autant que cela dépend de vous " indiquent que faire la paix ne sera peut-être pas toujours possible. Par
exemple, nous n'enfreindrons pas un commandement de Dieu par souci de préserver la paix (Matthieu 10:34-36; Hébreux
12:14). Néanmoins, nous faisons tout ce que nous pouvons raisonnablement faire — sans transiger avec les principes justes —
pour être en paix " avec tous les hommes ".
14. Jusqu'où devrions-nous aller pour favoriser la paix?

" Ne vous vengez pas vous-mêmes "


15
Paul énonce à présent une raison impérieuse de ne pas se venger : la modestie. Il déclare : " Ne vous vengez pas vous-
mêmes, bien-aimés, mais donnez du champ à la colère ; car il est écrit : ' À moi la vengeance ; c'est moi qui paierai de retour,
dit Jéhovah. ' " (Romains 12:19). Un chrétien qui cherche à prendre sa revanche est présomptueux. Il s'arroge un droit que seul
Dieu détient (Matthieu 7:1). De plus, en se faisant justice lui-même, il montre qu'il manque de foi dans cette promesse de
Jéhovah : " C'est moi qui paierai de retour. " À l'opposé, les vrais chrétiens en sont convaincus : Jéhovah fera en sorte " que
justice soit rendue à ceux qu'il a choisis ". (Luc 18:7, 8 ; 2 Théssaloniciens 1:6-8.) Par modestie, ils laissent à Dieu le soin
d'exercer la vengeance. — Jérémie 30:23, 24 ; Romains 1:18.
15. Quelle raison de renoncer a la vengeance trouve-t-on en Romains 12:19 ?

16 Se venger d'un ennemi endurcirait probablement son cœur ; à l'inverse, le traiter avec bonté peut adoucir son cœur. Pourquoi
? Remarquez ce que Paul a dit aux chrétiens de Rome : " Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s'il a soif, donne-lui à
boire ; car en faisant cela tu entasseras des charbons ardents sur sa tête. " (Romains 12:20 ; Proverbes 25:21, 22). Qu'est-ce que
cela signifie ?

17
L'expression " entasser des charbons ardents sur sa tête " est une figure de style évoquant un procédé métallurgique utilisé
dans les temps bibliques. On déposait une couche de charbons dans le four. On introduisait ensuite le minerai que l'on
recouvrait d'une autre couche de charbons. Les charbons ardents entassés sur le minerai augmentaient la chaleur, de sorte que
le métal fondait et était débarrassé de ses impuretés. D'une façon similaire, en traitant un opposant avec bonté, il se peut que
nous fassions " fondre " sa dureté et ressortir ses qualités (2 Rois 6:14-23). En fait, ce qui a tout d'abord attiré de nombreuses
personnes vers le vrai culte, ce sont les actes de bonté des serviteurs de Jéhovah à leur égard.
16, 17. a) Que signifie " entasser des charbons ardents " sur la tête de quelqu'un ?
b) Avez-vous personnellement constaté comment la bonté avait adouci le cœur d'un non-Témoin ?
Si oui, citez un fait.

Pourquoi ne pas se venger


18
Ce bref examen de Romains chapitre 12 nous aura permis de discerner plusieurs raisons importantes pour lesquelles nous ne
' rendons à personne le mai pour le mal '. Premièrement, c'est faire preuve de justice que de se retenir de se venger. Compte
tenu de la compassion que Jéhovah Dieu nous a témoignée, il est juste et raisonnable que nous nous offrions à lui et que nous
obéissions volontiers à ses commandements, notamment celui d'aimer nos ennemis. Deuxièmement, c'est faire preuve d'amour
que de refuser de rendre le mal pour le mal. En résistant à l'envie de se faire justice soi-même et en favorisant la paix, avec
amour nous espérons aider même de farouches adversaires à devenir des adorateurs de Jéhovah. Troisièmement, c'est se
montrer modeste que de s'interdire de se venger. En effet, céder à ce désir serait de la présomption, car Jéhovah déclare : " À
moi la vengeance. " La Parole de Dieu fait par ailleurs cette mise en garde : " La présomption est-elle venue ? Alors viendra le
déshonneur ; mais la sagesse est avec les modestes. " (Proverbes 11:2). Laisser à Jéhovah le soin d'exercer la vengeance est une
marque non seulement de sagesse mais aussi de modestie.
18. Pourquoi est-ce faire preuve de justice, d'amour et de modestie que de ne pas se venger ?
19
Paul résume son développement sur la manière dont nous devons traiter les autres en exhortant les chrétiens à ' ne pas se
laisser vaincre par le mal, mais à continuer de vaincre le mal par le bien '. (Romains 12:21.) À quelles forces du mal sommes-
nous confrontés aujourd'hui ? Comment pouvons-nous les vaincre ? Les réponses à ces questions et à d'autres seront examinées
dans l'article suivant.
19. QU’examinerons-nous dans l'article suivant ?
Sauriez-vous expliquer ?
En Romains chapitre 12, quelle exhortation est répétée ?
Qu'est-ce qui nous incitera à ne pas nous venger ?
En quoi ' ne pas rendre le mal pour le mal ' nous sera-î-il bénéfique, à nous ainsi qu'à autrui ?
27 LA TOUR DE CARDE • 1" JUILLET 2007 ÉTUDES DE LA TOUR DE GARDE 13-19 AOÛT: Cantiques : 173,160.

' CONTINUEZ À VAINCRE LE MAL


PAR LE BIEN '
" Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais continue à vaincre le mal par le bien. " - ROMAINS 12:21.

EST-IL possible de tenir ferme contre ceux qui s'opposent farouchement au vrai culte '? Est-il possible de résister aux forces
qui tentent de nous ramener vers ce monde éloigné de Dieu ? On peut répondre à ces deux questions par l'affirmative. Pourquoi
cela ? En raison de ce que l'apôtre Paul a déclaré dans sa lettre aux Romains : " Ne te laisse pas vaincre parle mal, mais
continue à vaincre le mal parle bien. " (Romains 12:21). Si nous mettons notre confiance en Jéhovah et si nous sommes
déterminés à ne pas nous laisser vaincre par le monde, le mal qui y règne n'aura pas raison de nous. Par ailleurs, l'expression "
continue à vaincre le mal " montre que nous pouvons triompher du mai si nous poursuivons le combat spirituel que nous
menons contre lui. Seuls ceux qui baissent leur garde et cessent de lutter seront vaincus par ce monde mauvais et par son chef
malfaisant, Satan le Diable. — 1 Jean 5:19.
1. Qu'est-ce qui nous permet d'être sûrs que nous pouvons vaincre le mal ?
2
Ces paroles de Paul relatives au combat contre le mal s'appliquent bien à un serviteur de Dieu qui vivait à Jérusalem quelque
500 ans plus tôt. En effet, Nehémia, cet homme attaché à Dieu, n'a pas seulement résisté à l'opposition de personnes qui ne
servaient pas Jéhovah ; il a aussi vaincu le mal par le bien. Quelles difficultés a-t-il rencontrées ? Qu'est-ce qui lui a permis de
réussir ? Comment pouvons-nous suivre son exemple ? Pour répondre à ces questions, considérons certaines situations que
Nehémia a vécues*." Pour connaître le conteste de ces situations, lisez Nehémia 1:1-4 ; 2:1-6, '9-20 ; 4:1-23 ; 6:1-15.
2. Pourquoi allons-nous considérer certaines situations que Nehémia a vécues ?
3
Nehémia servait à la cour du roi de Perse Artaxerxés. Bien qu'entouré de personnes qui n'adoraient pas le vrai Dieu, Nehémia
ne ' s'est pas conformé au système de choses ' de ce temps-là (Romains 12:2). Quand un besoin est apparu en Juda, il a renoncé
à son train de vie confortable ; il a accompli le difficile voyage jusqu'à Jérusalem et a entrepris une tâche immense : rebâtir la
muraille de la ville (Romains 12:1). Alors qu'il était gouverneur de Jérusalem, il a travaillé aux côtés de ses frères Israélites "
depuis la montée de l'aurore jusqu'à l'apparition des étoiles ". De cette manière, en seulement deux mois, le projet a été mené à
son terme (Nehémia 4:21 ; 6:15). Il s'agissait là d'un véritable exploit, car, lors des travaux, les Israélites s'étaient heurtés à
diverses formes d'opposition. Qui étaient les adversaires de Nehémia, et quel était leur objectif ?
3. Dans quel contexte Nehémia vivait-il, et quel exploit a-t-il réalisé ?
4
Les principaux adversaires de Nehémia étaient Sânballat, Tobia et Guéshem, des hommes influents qui vivaient près de Juda.
Étant des ennemis du peuple de Dieu, ' cela leur a paru très mauvais que Nehémia soit venu chercher quelque chose de bon
pour les fils d'Israël '. (Nehémia 2:10,19.) Les ennemis de Nehémia étaient résolus à contrecarrer les projets de construction,
même s'il leur fallait pour cela tramer des complots. Nehémia ' se laisserait-il vaincre par le mal ' ?
4. Quel était l'objectif des ennemis de Nehémia ?

' En colère et grandement offensé '


5
Nehémia a exhorté courageusement ses compagnons ainsi : " Rebâtissons la muraille de Jérusalem. " Ce à quoi ils ont
répondu : " Nous devrons bâtir. " " Ils fortifièrent [...] leurs mains pour cette œuvre bonne ", a rapporté Nehémia, ajoutant au
sujet de ses adversaires : " Ils se moquèrent de nous et nous regardèrent avec mépris, et ils disaient : ' Qu'est cette chose que
vous faites ? Est-ce contre le roi que vous vous rebellez ? ' " Nehémia n'était pas intimidé par leurs railleries et leurs
accusations mensongères. Il leur a répondu : " Le Dieu des deux est Celui qui nous accordera le succès, et nous, ses serviteurs,
nous nous lèverons, et nous devrons bâtir. " (Nehémia 2:17-20). Nehémia était déterminé à faire avancer " cette œuvre bonne".
6
L'un de ces adversaires, Sânballat, ' s'est mis en colère et a été grandement offensé '. Il s'est fait plus mordant quand il a dit : "
Que font ces faibles Juifs ? [...] Feront-ils prendre vie à ces pierres tirées des tas de décombres recouverts de poussière ? "
Tobia a ironisé lui aussi : " Si un renard venait à monter contre cela, à coup sûr il démolirait leur muraille de pierres.
" (Nehémia 4:1-3). Comment Nehémia a-t-il réagi ?

5. 6. a) Comment les ennemis de Nehémia ont-ils réagi aux travaux de construction ?


b) Pourquoi Nehémia n'était-il pas intimidé par ses adversaires ?
7
Nehémia a tout simplement ignoré les moqueries. Conformément à ce que la Loi de Dieu ordonnait, il n'a pas essayé de se
venger (Lévitique 19:18). Il a plutôt laissé cette question entre les mains de Jéhovah et l'a prié ainsi : " Entends, ô notre Dieu,
car nous sommes devenus un objet de mépris ; fais revenir leur outrage sur leur tête. " (Nehémia 4:4). Nehémia avait foi dans
cette assurance formulée par Jéhovah : "À moi la vengeance et la rétribution. " (Deutéronome 32:35). Ses compagnons et lui
ont donc " continué à bâtir la muraille ". Ils ne se sont pas laissé détourner de leur entreprise. En fait, " toute la muraille fut
reliée jusqu'à la moitié de sa hauteur ; le peuple avait le cœur à l'ouvrage ". (Nehémia 4:6.) Les ennemis du vrai culte n'avaient
pas réussi à arrêter les travaux ! Comment pouvons-nous imiter Nehémia ?
7. De quelles façons Nehémia a-t-il réagi aux accusations de ses adversaires ?
8
De nos jours, que ce soit à l'école, au travail, voire au sein de notre famille, il arrive que l'on s'oppose à nous par des
moqueries ou des accusations mensongères. Lorsque cela se produit, le mieux est souvent d'appliquer ce principe biblique : " II
y a [...] un temps pour se taire. " (Ecclésiaste 3:1, 7). À l'exemple de Nehémia, nous nous retenons de riposter par des paroles
blessantes (Romains 12:17). Nous nous tournons vers Dieu au moyen de la prière, confiants en celui qui nous promet : " C'est
moi qui paierai de retour. " (Romains 12:19 ; 1 Pierre 2:19, 20). De cette façon, nous ne laissons pas nos adversaires nous
détourner de l'œuvre qui doit être effectuée à présent et qui consiste à prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu et à faire
des disciples (Matthieu 24:14 ; 28:19, 20). Chaque fois que nous prêchons et que nous refusons de nous laisser paralyser par
l'opposition, nous manifestons la même détermination que Nehémia.
8. a) Comment pouvons-nous imiter Nehémia quand des adversaires nous accusent faussement ?
b) Relatez un fait que vous avez vécu ou dont vous avez eu connaissance illustrant qu'il est sage de ne pas se
venger.

' À coup sûr nous vous tuerons '


9
Aux jours de Nehémia, quand des opposants au vrai culte ont appris que " la réparation des murailles de Jérusalem avait
progressé ", ils ont pris les armes pour " combattre contre Jérusalem ". Pour les Juifs, la situation était plutôt inquiétante. En
effet, il y avait les Samaritains au nord, les Ammonites à l'est, les Arabes au sud et les Ashdodites à l'ouest. Jérusalem était
cernée ; les bâtisseurs semblaient pris au piège ! Que devaient-ils faire ? " Nous avons prié notre Dieu ", a déclaré Nehémia.
Menaçants, les ennemis se disaient : " À coup sûr nous les tuerons, et nous ferons cesser le travail. " Nehémia a réagi en
chargeant les bâtisseurs de défendre la ville " avec leurs épées, leurs lances et leurs arcs ", Certes, humainement parlant, cette
poignée de Juifs n'avaient pas la moindre chance de l'emporter sur les écrasantes forces ennemies, mais Nehémia leur a dit : "
N'ayez pas peur [...]. Souvenez-vous de Jéhovah le Grand et le Redoutable. " — Nehémia 4:7-9, 11, 13,14.
9. Quelle forme d'opposition les ennemis de Nehémia ont-ils déclenchée, et quelle a été la réaction de Nehémia?
10
Un revirement de situation s'est alors produit. Les ennemis ont cessé leur attaque. Pour quelle raison ? Nehémia l'explique : "
Le vrai Dieu avait fait échouer leur conseil. " Cela étant, Nehémia savait que les ennemis représentaient toujours une menace.
Par prudence, il a donc modifié la méthode de travail des bâtisseurs. Désormais, "ils étaient chacun à l'œuvre dans le travail,
travaillant d'une main tandis que l'autre main tenait l'arme de jet ". Nehémia a aussi désigné un " sonneur de cor " pour prévenir
les bâtisseurs en cas d'attaque ennemie. Mais surtout, Nehémia a donné cette assurance au peuple : " Notre Dieu lui-même
combattra pour nous. " (Nehémia 4:15-20). Encouragés et prêts à contrer toute attaque, les bâtisseurs ont poursuivi les travaux.
Quelles leçons pouvons-nous tirer de ce récit ?
10. a) Qu'est-ce qui a provoqué un revirement de situation chez les ennemis de Nehémia ?
b) Quelles mesures Nehémia a-t-il prises ?
11
Parfois, les vrais chrétiens se heurtent à une violente opposition. Pour tout dire, dans certains pays, des adversaires haineux
du vrai culte constituent une écrasante force ennemie. Et, humainement parlant, nos frères et sœurs n'ont aucune chance de
l'emporter. Néanmoins, ils sont convaincus que ' Dieu combattra pour eux '. D'ailleurs, ceux qui ont été persécutés en raison de
leurs croyances ont souvent constaté que Jéhovah avait exaucé leurs prières et avait ' fait échouer le conseil ' de leurs puissants
ennemis. Même dans les pays où l'œuvre du Royaume est interdite, les chrétiens trouvent des moyens de continuer à prêcher la
bonne nouvelle. Tout comme les bâtisseurs de Jérusalem ont modifié leur méthode de travail, ainsi, de nos jours, les Témoins
de Jéhovah modifient prudemment leurs méthodes de prédication lorsqu'ils sont en butte aux attaques. Bien entendu, ils
s'abstiennent de recourir aux armes proprement dites (2 Corinthiens 10:4). Même sous la menace de violences physiques, ils ne
renoncent pas à accomplir leur ministère (1 Pierre 4:16}. Au contraire, ces frères et sœurs courageux " continuent] à vaincre le
mal par le bien".
11. Dans les pays où l'œuvre du Royaume est interdite, qu'est-ce qui permet aux vrais chrétiens de supporter le
mal, et comment parviennent-ils à vaincre le ma! Par le bien ?

Leçons tirées du livre de Nehémia


Les serviteurs de Dieu sont exposés
• aux moqueries,
• aux menaces,
• à la tromperie.
La tromperie peut être employée par
• des soi-disant amis,
• des calomniateurs,
• des faux frères.
Les serviteurs de Dieu parviennent à vaincre le mal en
• persévérant dans la tâche que Dieu leur a confiée.

" Viens, et rencontrons-nous "


12
Devant l'échec de leurs attaques frontales, les ennemis de Nehémia ont choisi d'employer des formes d'opposition plus
subtiles. Ils ont eu recours à trois manœuvres spécifiques. Lesquelles ?
13
Premièrement, ils ont tenté de tromper Nehémia. Ils lui ont dit : " Viens, et rencontrons-nous ensemble sur rendez-vous dans
les villages de la vallée-plaine d'Ono. " Ono se situait entre Jérusalem et Samarie. Les ennemis ont donc proposé à Nehémia de
se rencontrer à mi-chemin pour mettre fin à leurs désaccords. Nehémia aurait pu se dire : ' Cette proposition semble
raisonnable. Il vaut mieux parler que de se battre, ' Toutefois, il a décliné l'offre. " Eux méditaient de me faire du mal ", a-t-il
expliqué. Il avait deviné leurs intentions et n'est pas tombé dans leur piège. À quatre reprises il a dit à ses ennemis : " Je ne
peux pas descendre. Pourquoi le travail cesserait-il pendant que je le quitterais pour descendre vers vous ? " Les tentatives
visant à amener Nehémia a faire des compromissions ont échoué. Il est resté concentré sur la construction de la muraille.
-Nehémia6:l-4.
12, 13. a) À quel stratagème les ennemis de Nehémia ont-ils eu recours ?
b) Pourquoi Nehémia a-t-il décliné l'invitation a rencontrer ses ennemis ?
14
Deuxièmement, les ennemis de Nehémia se sont mis à répandre des rumeurs calomnieuses ; ils l'ont accusé de ' méditer de se
rebeller ' contre le roi Artaxerxés. Une fois de plus, Nehémia a reçu cette invitation : " Consultons-nous ensemble. " De
nouveau, il a refusé, ayant deviné les intentions de ses adversaires. Il a expliqué : " Eux tous [...] essayaient de nous faire peur,
en disant : ' Leurs mains retomberont de ce travail, de sorte qu'il ne se fera pas. ' " Cette fois, cependant, Nehémia a réfuté leur
accusation par ce message : " II ne s'est pas produit de choses semblables à ce que tu dis, mais tu les inventes dans ton cœur. "
De plus, Nehémia s'est tourné vers Jéhovah pour obtenir son soutien, demandant dans la prière : " Fortifie mes mains. " II était
convaincu qu'avec l'aide de Jéhovah il parviendrait à déjouer ce ténébreux complot et à faire avancer la construction de la
muraille. — Nehémia 6:5-9.
14. Comment Nehémia a-t-il réagi devant ceux qui l'accusaient mensongÈrement ?
15
Troisièmement, les ennemis de Nehémia se sont servis d'un traître, l'Israélite Shemaïa, pour tenter d'amener Nehémia à
transgresser la Loi de Dieu. Shemaïa a dit à Nehémia : " Rencontrons-nous sur rendez-vous à la maison du vrai Dieu, à
l'intérieur du temple, et fermons les portes du temple, car ils viennent pour te tuer. " À l'en croire, on allait tenter d'assassiner
Nehémia, mais il pourrait échapper à la mort en se cachant dans le temple. Seulement, n'étant pas prêtre, Nehémia commettrait
un péché s'il se cachait dans la maison de Dieu. Enfreindrait-il la Loi de Dieu dans le but de sauver sa vie ? Nehémia a répondu
: " Quel homme tel que moi pourrait entrer dans le temple et vivre ? Je n'entrerai pas ! " Pourquoi Nehémia n'est-il pas tombé
dans le piège qui lui avait été tendu ? Parce qu'il savait que, même si Shemaïa était Israélite comme lui, " ce n'était pas Dieu
qui l'avait envoyé ". D'ailleurs, un véritable prophète ne lui conseillerait jamais de violer la Loi de Dieu. Une nouvelle fois,
face à l'adversité, Nehémia ne s'est pas laissé vaincre par le mal. Peu de temps après, il a pu écrire : " Finalement la muraille fut
terminée le vingt-cinquième jour d'Éloul, en cinquante-deux jours. " — Nehémia 6:10-15 ; Nombres 1:51 ; 18:7.
15. Quelle recommandation un faux prophète a-t-il faite à Nehémia, et pourquoi celui-ci ne l'a-t-il pas suivie ?

16 Tout comme Nehémia, nous pouvons nous aussi être confrontés à différentes formes d'opposition, venant de soi-disant
amis, de calomniateurs ou de faux frères. Certaines personnes peuvent nous inviter, pour ainsi dire, à les rencontrer à mi-
chemin, autrement dit à transiger avec notre foi. Elles peuvent chercher à nous convaincre de servir Jéhovah avec un peu moins
de zèle, de façon à poursuivre en même temps des objectifs que le monde propose. Toutefois, parce que le Royaume de Dieu a
la priorité dans notre vie, nous refusons les compromissions (Matthieu 6:33 ; Luc 9:57-62). Par ailleurs, ceux qui s'opposent à
nous répandent des accusations mensongères sur notre compte. Dans certains pays, on prétend que nous constituons une
menace pour l'État, de la même façon qu'on a prétendu que Nehémia se rebellait contre le roi. Certaines de ces accusations ont
été réfutées devant les tribunaux. Cependant, dans n'importe quelle affaire, et quelle qu'en soit l'issue, avec confiance nous
prions Jéhovah de diriger les événements selon sa volonté (Philippiens 1:7). L'opposition peut enfin venir de ceux qui disent
servir Jéhovah. De même que l'un de ses frères juifs a cherché à persuader Nehémia de violer la Loi de Dieu pour sauver sa
vie, de même d'anciens Témoins devenus apostats tenteront peut-être de nous amener à transiger d'une façon ou d'une autre
avec notre foi. Cependant, nous rejetons les apostats, car nous savons que ce n'est pas en désobéissant aux lois divines que
nous sauverons notre vie, mais au contraire en les observant (l Jean 4:1). Assurément, avec l'aide de Jéhovah, nous pouvons
vaincre le mal sous toutes ses formes.
16. a) Quelle attitude devons-nous adopter envers des soi-disant amis, des calomniateurs ou des faux frères ?
b) Au sein de votre famille, à l'école ou au travail, comment montrez-vous que vous refusez de transiger avec
vos croyances ?
Prêchons malgré les assauts du Diable
17
La Parole de Dieu déclare au sujet des frères oints du Christ : " Ils l'ont vaincu [Satan] à cause [..,] de la parole de leur
témoignage. " (Révélation 12:11). Il y a par conséquent une relation directe entre le fait de vaincre Satan — l'auteur du mal —
et la prédication du message du Royaume. Rien d'étonnant donc que Satan lutte avec acharnement contre le reste oint et la "
grande foule " en leur suscitant de l'opposition ! - Révélation 7:9 ; 12:17.
18
Comme nous l'avons vu, l'opposition peut revêtir la forme d'attaques verbales ou de menaces de violence physique. Mais elle
peut prendre d'autres formes, plus subtiles encore. Quoi qu'il en soit, le but de Satan est toujours le même : arrêter l'œuvre de
prédication. Toutefois, il échouera lamentablement, lin effet, à l'exemple de Nehémia, les serviteurs de Dieu d'aujourd'hui sont
déterminés à " continue [r] à vaincre le mal par le bien ", Ils le feront en poursuivant la proclamation de la bonne nouvelle
jusqu'à ce que Jéhovah déclare l'œuvre achevée ! —Marc 13:10; Romains8:31 ; Philippiens 1:27, 28.
17, 18, a) Qu'est-ce que Satan et ses suppôts s'acharnent à obtenir ?
b) Qu'êtes-vous déterminé à faire, et pourquoi ?

Vous en souvenez-vous ?

• Quelle opposition les serviteurs de Dieu ont-ils rencontrée jadis,


et à quelle opposition les chrétiens se heurtent-ils aujourd'hui ?

• Quel était l'objectif principal des ennemis de Nehémia, et quel est celui des ennemis de Dieu aujourd'hui ?

• Comment continuera vaincre le mal par le bien ?

LA TOUR DE GARDE • 1 " JUILLET 2007 32

Des leçons importantes pour les enfants


GLADYS travaille dans une école à Mendoza, en Argentine. Un jour, alors qu'elle passait devant une salle de
classe, elle a remarqué qu'une institutrice lisait le Recueil d'histoires bibliques* à des élevés de CM1. Gladys s'est
fait connaître comme Témoin de Jéhovah auprès de l'enseignante et lui a proposé de lui montrer comment tirer le
meilleur parti de cette publication. Impressionnée par ce que Gladys lui a expliqué, cette institutrice souhaitait
désormais que l'examen régulier de ce livre figure dans le programme scolaire. Mais, pour cela, elle devait obtenir
l'autorisation de la direction de l'établissement, qu'elle a eue à sa plus grande joie.

Plus tard, dans le cadre d'une " journée du livre " à l'école, elle a sollicité ses élèves pour qu'ils lisent un chapitre du
livre Recueil devant les autres écoliers. En raison des réactions favorables que cette journée a suscitées, une chaîne
de télévision locale a invité l'institutrice il participer à une de ses émissions. À propos de la conduite des élèves,
l'animateur lui a demandé comment elle parvenait à tenir sa classe. Elle a répondu qu'elle se servait d'un ouvrage
intitulé Recueil d'histoires bibliques. Elle a expliqué que, sans toutefois donner des cours de religion, elle inculquait
au moyen de ce livre des valeurs morales telles que le respect, la tolérance, l'unité, la coopération, l'obéissance et
l'amour. Tous ont convenu qu'il s'agissait d'un enseignement important à donner aux enfants.
Aimeriez-vous inculquer ces valeurs aux vôtres ? Vous pouvez demander à un Témoin de Jéhovah de vous procurer
un exemplaire de cet ouvrage captivant.

ACCEPTERIEZ-VOUS UNE VISITE ?


Il vous est possible, même dans ce monde agité, de trouver le bonheur grâce à la connaissance exacte que la Bible donne sur Dieu, sur son
Royaume et sur le dessein merveilleux qu'il a conçu pour l'humanité. Si vous désirez obtenir des renseignements supplémentaires, ou si vous
souhaitez que quelqu'un vous rende visite pour étudier gratuitement la Bible avec vous, veuillez écrire aux Témoins de Jéhovah, 8.P. 625,
27406 Louviers Cedex, ou, si vous n'habitez pas en France, à l'une des adresses indiquées à la page 2.
www.watchtower.org
w07-F 7/1

Centres d'intérêt liés