Vous êtes sur la page 1sur 2

Retard mental: Etat d’insuffisance du développement intellectuel par atteinte: Congénitale ou précoce (oligophrénie) ;

de l’INTELLIGENCE, à l’origine de troubles de l’adaptation : (désadaptation avec le milieu familial, scolaire…)

Rappel psychologiques : étapes du développement de l’intelligence :


Sensorimotrice : 0 – 2 ans Préopératoire : 2 – 7 ans Opératoire : 7 – 12 ans Raisonnement abstrait
Logique de l’action connaissance  Intelligence Imitation  accès au langage  Intelligence Opérations concrètes  Intelligence / Formulation, compréhension
pratique ( satisfaction) symbolique / pensée intuitive (dessin, jeux…) opérations (calcul de longueurs, surfaces…) d’hypothèses, de déductions 
Intelligence formelle.
(Ces étapes ne sont pas si stratifiées dans le développement de l’enfant car dépendent de son aptitude à développer ses capacités.)

Instruments d’évaluation : « Tests »


Evaluent les performances de l’enfants / groupe de Le QI global : 4 types de RM ++++ Evaluation globale du fonctionnement adaptatif Evolution chronologique
référence :
Ex : échelle de Wechsler (WISC-R)
2 groupes de sub-tests : - Léger : QI :50-70 - Communication avec l’entourage (expression des (en fonction de l’âge)
* Verbal (vocabulaire, arithmétique, - Moyen : QI : 35-50 besoins, des sentiments...)
connaissances…) - Grave : QI : 20-25 et 30 - Autonomie (toilette, repas, habillage…)
* Performances (assemblage d’images dans un ordre - Profond : QI : <20-25 - Aptitudes sociales et interpersonnelles (sports
logique…) collectifs, ateliers artistiques…)
Ces tests permettent l’analyse, surtout, de NB : Le QI doit être confirmé par l’examen - Utilisation des acquis scolaires (les mauvaises notes
l’efficience (renseignent peu sur l’intelligence) clinique +++ ne signifient pas forcément l’existence d’un RM)
Aspects cliniques :
+ Prévalence : 1% PG.
+ Handicap : ++ (difficultés scolaires et d’insertion sociale…)
 Clinique évidente :  Clinique moins évidente :
- grande carence de l’intelligence. - Retard psychomoteur : s’asseoir, tenir la tête, se mettre debout…
- Syndrome dysmorphique (trisomie 21, Sd X fragile…) - Echec scolaire (toujours faire l’enquête anamnestique avent de poser le Dc +++)

1° Les types de RM :
Retard mental léger : Retard mental moyen : 35 < QI < 50 Retard mental grave : 20 - 25 < QI < 35 Retard mental profond : QI < 20 – 25
- QI : entre 50 et 70 - ± aptitudes à la scolarisation et à la Peu ou pas de communication verbale : - Souvent pathologie grave associée :
- Le plus fréquent : ± 85% : de bonne communication. * Compréhension très limitée. * Malformation craniocérébrale.
évolution et bon Pc si PEC adéquate : - Echec scolaire précoce. * Apprentissage faible (quelques mots,…) * Syndrome dysmorphique.
± Aptitudes à la socialisation et à la - Peuvent apprendre si pédagogie adaptée  * Si PEC ; adaptation ± dans leur famille ou - Absence de langage.
communication dans la phase préscolaire (0 – IMP (institut médico-pédagogique) permet : ± en foyer. - Aucune autonomie  désarroi des parents.
5 ans) Autonomie et adaptation sociale - Nécessité d’une assistance et une
- Parfois  acquisition scolaire ++ / CM2 - Il existe aussi des ateliers protégés (Europe) surveillance constante et étroite.
avec des échecs scolaires (l’enfant ne peut pas  ms stigmatisation : création d’1
participer dans des activité soutenue comme le microsociété au sein d’1 grande société.
travail en groupe ou la résolution de - Au Maroc : intégration dans les activités
problèmes ± complexes) artisanales, menuiserie… : représentent un
- Diagnostic difficile au début. meilleur support et permettent 1 apprentissage
- Il existe un programme de rééducation : et 1 intégration sociale de meilleure qualité.
A l’age adulte permettant une insertion sociale  Dans ce contexte, rechercher une
et professionnelle garantissant une autonomie pathologie mentale (autisme) ou somatique
minimale, mais suffisante. (congénitale) associée.
2° Troubles associés :
Symptômes somatiques : Troubles intellectuels et affectifs : 3° Attitudes de l’entourage :
- Retard psychomoteur ou débilité motrice = - Instabilité et labilité de l’attention.
* Maladresse / attitudes (casse les objets...) - Pauvreté de intérêt Traits.
Surprotection : « faire tout à Rejet : déception des parents Résignation :
* Exagération des réflexes ostéo-tendineux. - Défaut d’autocritique. Pseudo
sa place »
* Difficulté d’orientation dans l’espace - Immaturité affective. psychopa
- Les parents : Infantilisent leur - Attitudes d’indifférence ou (acceptation du RM par les
(risque de se perdre (à #de la confusion)) - Troubles du comportement +++ thiques
enfant et exigent de lui des d’agressivité. parents) : compréhension et
 Défaut de maturation * Attitudes d’opposition avec
performances  il réagit alors - Rejet déguisé par mise en amour  réalisme,
neuromusculaire. agressivité (#du psychopathe chez qui
par évitement, agressivité  institution  isolement et protection et aide
- Retards spécialisés : l’intelligence est normale !)
Echecs. aggravation de l’handicap.
* dyslexie (envisager une rééducation * Passivité et désintérêt  parfois
précoce  bons résultats) délits (peut être poursuivi en cas de débilité
* déficits sensoriels (n’écoute rien donc ne légère car considéré responsable !)
produira rien !) Rôle important des médecins dans la lutte contre les attitudes de surprotection et de rejet, et dans
l’encouragement à l’implication dans la PEC +++

Etiologies :
Diagnostic :
Endogènes : Précocement acquises : Inconnues : 30 – 40
Diagnostic positif : Diagnostic différentiel : %
* Examen clinique. 1. Déficits sensoriels : surdité, mutité… 1. Aberrations 1. Hypothyroïdie, diabète…
* Tests avec évaluation du QI (valeur 2. déficits instrumentaux : dyslexie, non chromosomiques : trisomie 2. Epilepsies : Sd de West
d’orientation) reconnaissance des sons… 21, X fragile… (maladie des spasmes)
* Evaluer les capacités adaptatives +++ 3. Instabilité psychomotrice = hyperactivité 2. déficit enzymatique : 3. Traumatismes crâniens.
* Bilan étiologique : en fonction de la * Difficulté pour apprendre et s’adapter. phénylcétonurie, 4. Infections : souffrance
clinique : * RITALINE® : effet sur l’attention mucopolysacharidoses. cérébrale (grossesse,
- Caryotype. 4. Carences affectives graves : pseudo débilité 3. Hydrocéphalie accouchement)
- Bilans sanguins. (maltraitances…) malformative. 5. carences affectives sévères.
- Bilans radiologiques. 5. Etats dépressifs. 4. Affections dégénératives :
6. Psychoses infantiles (mutisme++) sclérose tubéreuse de
Bournonville…

Prise en charge : multidisciplinaire ++++


- Traitement étiologique.
- Psychothérapie avec guidance parentale.
- Parfois NL : Neuroleptil gtes 4% 5 – 10 gtes le soir.
- Institutions spécialisées +++ : PEC éducative, scolaire, professionnelles.
- Prévention ++ :
* Diagnostic précoce du RM.
* Dépistage des grossesses à risque.
* Vaccination.
* Dépistage des maladies curables…

www.blog.ma/medamychi