Vous êtes sur la page 1sur 4

INTRO:

Pour la seconde fois de la journée, je vais réaliser une performance mesurée puisqu’en 10
minutes je vais ( annonce du plan).
J’ai choisi l’activité du 1500mètres afin de pouvoir me mettre en situation d’élève et pouvoir
ainsi plus facilement transposer mon vécu par rapport à une réflexion sur mon futur
enseignement
Je me suis appuyé, pour cet exposé, sur ma pratique personnelle, documents
d’accompagnement et d’application, les programmes.

1) mon expérience et ce que j’en retire pour mon enseignement:

Le 1500mètres est une course de demi fond, qui consiste à utiliser la foulée de course pour
obtenir la meilleure place ou réaliser la meilleure performance…dans la situation du concours,
c’est surtout faire la meilleure performance, afin de rentrer dans le barème et d’avoir la
meilleure note possible.

Le problème fondamental, en mon sens, vient du fait qu’il faut produire une performance
importante au niveau de la vitesse, mais que la longueur de la course doit faire prendre
conscience de l’intensité ( si on court trop vite dès le départ, la fatigue peut faire réduire le
temps de course.

En effet, dès mes premiers entraînements, ce problème a été fondamental pour moi
Il m’a donc fallu l’ analyser :
Si je cours vite dès le départ, je ne finis pas le 1500mètres ( ou alors sur un brancard)
Si je cours à mon rythme, je finis le 1500mètres, mais dans des temps qui mènent loin du
barème prescrit!

N’ayant à la base aucune formation athlétique, je me suis donc constituée une grille
d’entraînement.
Sur les premiers mois, j’ai surtout fait de la course d’endurance ( en passant de 5 minutes à 45
minutes).j’ai essayé de poser mon souffle, de vaincre les points de côté et le découragement,
de me dépasser à chaque fois, même si c’était d’une minute…j’ai donc réussi à créer une
motivation valorisante pour moi en revoyant mes critères à la baisse lorsque j’étais trop
gourmande de performance.

Ensuite j’ai alterné course d’endurance et courses sur stade…un 1500mètres pour me tester
( le découragement, courir en 12 minutes…) puis des entraînements sur 200 mètres,
400mètres..en tentant de garder la même vitesse sur 200 mètres et 400 mètres ( multiplié par 2
bien sûr…)

Puis , toujours en alternance avec l’endurance, ( + agréable de courir dans les bois que sur
piste), j’ai basé mon entraînement sur les tours de stade ( un tour, puis 2 tours…selon le même
système que le 200mètres)

Bien entendu je me suis régulièrement retestée sur 1500 mètres afin de voir mes évolutions.

Les 2 derniers mois, j’ai surtout couru sur 1500 mètres, en pratiquant en alternance la natation
( pour les muscles et le souffle)
En définitive, même si mon temps final est loin d’être bon, j’ai ainsi réussi à gagner qq
minutes, et surtout, je me suis prouvée:
- que je pouvais m’accrocher à la pratique régulière d’une activité pas évidente pour moi
-que je pouvais suivre un programme d’entraînement et m’y tenir
-que je pouvais éprouver du plaisir, par le biais des différents buts que je m’étais fixée, à
pratiquer une activité qui à la base m’était imposée.

De plus j’ai pu réfléchir aux intentions didactiques à mettre en œuvre, par rapport à mes
problèmes:

Le côté rébarbatif de la course, a été « déjoué » par


-le fait de choisir d’autres lieux pour courir.
-l’entraide et la solidarité: le fait de se donner rendez vous pour courir, de se « re-motiver ».
-la finalisation du projet et la motivation personnelle
-critères de réussite ( ou de réalisation ) fixés.

En me mettant en situation d’apprentissage, j’ai pu mieux me représenter le rôle de


l’enseignant:

RÔLE DE L’ENSEIGNANT

Il est primordial, dixit les documents d’application, pour que les apprentissages soient rendus
possibles, réels et durables.
L’enseignant doit veiller tout d’abord à adapter les activités, en fonction de l’âge et du niveau
des enfants, en accord avec les programmes, grâce aux conseils des docs d’accompagnement
et d’application, selon l’organisation en cycles décidé lors des conseils d’école.

En tant qu’enseignant, particulièrement dans une séquence d’APSA, on se doit d’être


présents, physiquement, moralement, affectivement.
Quelques faits indubitables: il faut avoir:
-penser son activité, les moyens de la mettre en œuvre, le matériel adéquat si besoin.
- être attentif aux besoins de chacun, aux rythmes de chacun, à la sécurité physique et morale,
à engendrer et maintenir la motivation
-expliquer de façon claire et compréhensible l’activité: le temps qu’ele va durer, les objectifs (
être capable de ), les exercices, les consignes ( en définissant les critères de réussite), et mettre
en place des critères de réalisation si une remédiation s’avère nécessaire.
- enfin il faut évaluer les progrès réalisés
- il est également important de s’appuyer sur les représentations ( je reprendrais ici l’exemple
de « courir vite, ça fait mal aux pieds et ça essouffle)
-il faut donc, en amont et en aval des séances, lors des temps de classe, discuter, amener le
débat, sur les appréhensions, les motivations, les découragements le plaisir procuré, les
sensations…
- de plus il ne faut jamais perdre de vue l’éducation à la solidarité et au respect.

)MISE EN PLACE EN CLASSE PAR RAPPORT AUX PROGRAMMES

Les docs d’application expliquent que les objectifs poursuivis sont:


1- favoriser la construction des actions motrices fondamentales (cycle1); développer les
capacités et ressources nécessaires aux conduites motrices ( cycle 2 et 3)
2- accès au patrimoine culturel des diverses APSA, pratiques sociales de référence ( pour tous
les cycles)
3- l’acquisition des compétences et connaissances utiles pour mieux connaître son corps, le
respecter et le garder en bonne santé.( cycle 1,2et 3)

Au cycle 1, on ne parle pas de course, la notion de vitesse est implicite, c’est une activité de
découverte
Au cycle 2, c’est l’enrichissement et le perfectionnement du répertoire moteur de base qui
sont visés
Au cycle 3, la notion centrale est également l’enrichissement et le perfectionnement du
répertoire moteur, les élèves vont devenir plus performants dans le nombre d’actions réalisées,
dans les différentes formes et combinaisons, dans la maîtrise de l’exécution.
L’action de courir se retrouve dans presque tous les domaines des APSA( jeux athlétiques,
activités d’expression, jeux collectifs, activités d’orientation.)

Au regard des programmes, pour la compétence « réaliser une action mesurée « , il faut:
-cycle 1: courir vite en ligne droite 4 à 5 secondes
-cycle 2: partir vite à un signal, maintenir sa vitesse 6à 7 secondes, franchir la ligne d’arrivée
sans ralentir
-cycle 3 rendre un départ rapide, maintenir sa vitesse 8 à 9 secondes, franchir la ligne
d’arrivée sans ralentir.

Au niveau de la durée de course:


Au cycle 2:courir entre 6 à 12 minutes sans s’essouffler
Cycle 3:courir entre 8 et 15 minutes à allure régulière, sans s’essouffler.
Bref ici il s’agit de savoir gérer ses efforts avec efficacité et sécurité. L’important est de
pouvoir réussir à égaler ou battre son propre record
Aux cycles 2 et 3, cela s’expérimente dans le fait d’ oser s’engager dans des actions plus
complexes, en anticipant sur le résultat de son action ( en durée, annoncer un nombre de tours
sur piste et le réaliser)

5)EXEMPLE D’ACTIVITE
Je voulais mentionner dans cette partie une citation particulièrement significative de monsieur
Dhellemes:
« il n’y aura de performance significative que si le projet appartient à l’élève, s’il décide de
son activité. »
Il faut donc que chaque enfant s’approprie le projet athlétique que l’enseignant va mettre en
place.
Pour cet exemple d’activité, j’ai choisi de vous présenter un projet sur l’endurance en cycle 3.
Cette unité d’apprentissage pourra s’instaurer dans un double projet:
-au niveau individuel, se voir remettre à la fin de l’unité d’apprentissage une attestation
d’endurance, sur laquelle figurera un temps d’endurance formulé avant de courir ( j’ai dit que
j’allais courir x minutes) et le temps effectivement réalisé. Je reviendrais plus tard sur cette
attestation.
- au niveau du groupe classe, le projet final serait la participation à une rencontre inter écoles,
sur une demi journée ou une journée.

La mise en place de tels projets incitent à un débat, encore une fois voir les impressions,
positives et négatives amener la motivation…
On mettra en place un test en première séance, qui servira à évaluer des groupes de niveaux
(homogène/ hétérogène)luc léger
Au fur et à mesure des séances, on s’entraînera à donner un temps, à le réaliser, en ne partant
pas dans des essais trop avides de performances. On pourra également opérer en binôme
( observation, encouragements) et noter les performances et progrès réalisés à chaque fin de
séance. ( en relation avec sciences expérimentales , on verra la respiration, en calculant le
pouls de son camarade, le temps qu’il faut pour se remettre avec les battements du cœur).et on
pourra ainsi s’organiser ou se réorganiser ( la prochaine fois, il faudra aller moins vite au
début…)
Lorsqu’un élève se sent prêt, après en avoir discuté avec son binôme, il peut demander à
l’enseignant de tenter l’évaluation ( ainsi c’est l’élève, qui de façon autonome, décide de
s’engager dans l’évaluation) s’il échoue dans son estimation, il tentera de nouveau à une
prochaine séance, après avoir discuté des raisons probables qui l’ont amené à ne pas bien
s’auto évaluer pour cette fois.
A la fin de l’unité d’apprentissage, tous auront passé l’évaluation, et on pourra remettre les
attestations ( qu’ils pourront commenter dans une partie explicative des représentations, de la
façon de progresser)
La rencontre inter école qui finalisera réellement cette unité d’apprentissage sera une
motivation supplémentaire pour tous

) COMPETENCES TRANSVERSALES

Cette unité d’apprentissage amènera en outre d’autres compétences, dites transversales, dont
je n’ai pas parlé dans la présentation de ma séquence mais qui sont présentes:

Maths: travailler sur le système de temps et de mesure. noter les performances sur une grille
d’évaluation.
TICE: , un petit groupe d’élèves peut procéder à l’élaboration d’un reportage lors d’une
rencontre sportive, et la diffuser sur le site de l’école.
Maîtrise du langage: oraliser avant et après chaque séance.( dire)
Lire: techniques spécifiques, règles de jeux…
Écrire: résumés de quelques séances, fiches d’évaluation ou de progrès
Éducation à la citoyenneté:
- notion de solidarité ( encouragement dans le binôme, avec les autres, ne pas se moquer de
ceux qui sont en difficulté
-respect du matériel, des règles….

CONCLUSION, je dirais que….

Il faut toujours garder en mémoire que le sport, c’est avant tout le plaisir, et trouver pour sa
pratique personnelle un équilibre entre sport effort et sport plaisir.
Le fait de se préparer à cette épreuve m’a permis de pouvoir réfléchir de façon naïve à la
préparation à mettre en place, et c’est somme toute une excellente expérience.
Le domaine des APSA est un domaine riche pour le développement de sa personnalité, de sa
construction au sein du groupe, pour l’apprentissage et le respect des règles, et je conclurais
en disant que c’est un domaine qu’un professeur polyvalent se doit de mettre en avant et
d’exploiter au maximum au sein de la classe.