Vous êtes sur la page 1sur 692

Amo

REVUE BIBLIQUE
Typographie Firmin-Didot et C'^. — Paris.
TRENTIEME ANNEE TOME XXX

REA'UE BIBLIQUE
PUBLIEE PAR

L'ECOLE PRATIQUE D'ÉTUDES BIBLIQUES

ÉTABLIE AU COUVENT DOMINICAIN SVINT-ÉTIENNE DE JÉRUsALEll*

PARIS
LIBRAIRIE VICTOR LECOFFRE
J. GABALDA, ÉDITEUR

RUE BOXAPARTE, 90

19-21

,OCT 1 7 \^^^
LETTRE EXCYCLIQUE DE SA SAINTETE
BENOIT XV

Le monde chrétien a déjà lu l'Encyclique Spiritus Paraclitus. La Revue tient


cependant à en reproduire les pages plus spécialement relatives à la Sainte Écriture :

Hac igitur Hieronymi doctrina egregie confirmantur atque illus-


trantur ea qiiibus fel. rec. decessor Xoster Léo XIII autiquani et

constantem Ecclesiae fidein sollemniter declaravit de absoluta


Scriptararuni a quibusvis erroribus immunitate « Tantum abest :

ut divinae inspirationi error ullus subesse possit, ut ca per se


ipsa non modo erroreni excludat omnem, sed tain necessario exclu-
dat et respuat, quam necessarium est, Deuui, suinmam veritatem
nullius omnino erroris auctorem
Atque allatis defînitioni-
esse ».

bus Conciliorum Florentini et Tridentini in synodo Vaticana con-


firmatis, haec praeterea habet « Quare niliil admodum refert,
:

Spiritum Sanctum assumpisse homines tamquam instrumenta ad


scrihendum, quasi non quideni primario auctori, sed scriptoribus
inspiratis quidpiam falsi elabi potuerit. Nam supernaturali ipsc
vii'tute ita eos ad scribendum excita vit et movit, ita scribentibus

adstilit, ut ea omnia eaque sola quae ipse iuberet, et recte mente

conciperent, et fideliter conscribere vellent, et apte infallibili veri-


tate exprimèrent secus non ipse esset auctor sacrae Scripturae
:

universae (1).»Quae decessoris Nostri verba quamquam nullum


relinquunt ambigendi vel tergiversandi locuui, dolendum tamen
est, Venerabiles Fratres, non modo ex iis qui foris sunt, sed etiam

e catholicae Ecclesiae filiis, immo vero, quod animum Nostrum


vehementius excruciat, ex ipsis clericis sacrarumque disciplinarum
magistris non defuisse qui, iudicio suo superbe subnixi, Ecclesiae
magisterium in hoc capite vel aperte reiecerint vel occulte oppu-
gnarint. Equidem illorum comprobamus consilium, qui ut scmet

(1) Litt. Enc. Providentissimus Deus.


6 REVUE BIBLIQUE.

ipsos aliosque ex difficultatibus sacri codicis expédiant, ad eas


diLuendas, omnibus studiorum et artis criticae freti subsidiis, novas
vias atqiie rationes inquirunt; at misère a proposito aberrabunt, si

decessoris Nostri praescripta negiexerint et certes fines terminosque


a Patribus constitutos praeterierint. Quibus sane praeceptis et fini-
bus nequaquam recentiorum illorum continetur opinio, qui, inducto
inter elementum Scripturae primarium seu religiosum et secun-
darium seu profanum discrimine, inspirationem quidem ipsam ad
omnes sententias, immo etiam ad singula Bibliorum verba perti-
nere volunt, sed eius eflectus, atque in primis erroris immunitatem
absolutamque veritatem, ad elementum primarium seu religiosum
contrahunt et coangustant. Eorum enim sententia est, id unum,
quod ad religionem spectet, a Deo in Scripturis intendi ac doceri;
reliqua vero, quae ad profanas disciplinas pertineant et doctrinae
revelatae, quasi quaedam externa divinae veritatis vestis, inserviant,
permitti tantummodo et scriptoris imbecillitati relinqui. Nihil igitur
mirum, si in rébus physicis et historicis aliisque similibus satis
multa in Bibliis occurrant quae cum liuius aetatis bonarum artium
progressionibus componi omnino non possint. Haec opinionum
commenta, sunt qui nihil fepugnare contendant decessoris Nostri
praescriptionibus, cum is hagiographum in naturalibus rébus secun-
dum externam speciem, utique fallacem, loqui declaraverit. Id
veroquam temere, quam falso afûrmetur, ex ipsis Pontificis verbis
manifesto apparet. Neque enim ab externa rerum specie, cuius ratio-
nem esse habendam, Léo XIII, praeeuntibus Augustino et Thoma
x\quinate, sapientissime edixit, uUa falsi labes divinis Litteris aspe'r-
gitur, quandoquidem sensus in iis rébus proxime cognoscendis,
quarum sit propria ipsorum cognitio, minime decipi, dogma est
sanae philosophiae. Praeterea decessor Noster, quovis inter elemen-
tum primarium et secundarium, uti vocant, remoto discrimine
omnique ambiguitate sublata, luculenter ostendit, longissime a vero
abesse illorum opinionem, qui arbitrantur « de veritate sententia-
rum cum non adeo exquirendum quaenam dixerit Deus,
agitur,
ut non magis perpendatur quam ob causam ea dixerit » idemque ;

docet divinum afflatum ad omnes Bibliorum partes, sine ullo


delectu ac discrimine, profcrri, nullumquc in textum inspiratum
errorem incidcre possc At nefas omnino fuerit, aut inspiratio-
: (^

nem ad aliquas tantum Sacrae Scripturae partes coangustare, aut


concedere sacrum ipsum errasse auctorem ».
Xeque minus ab Ecclesiae doctrina, Hicronymi tcstimonio cetero-
rumque Patrum comprobata, ii dissentiunt, qui partes Scripturarum
, LETTRE EiNCYCLIQUË DE SA SAINTETÉ BENOIT XV. 7

historicasnon factorum absoluta inniti veritate arbitrantur, sed


tantummodo relativa, quam vocant, et concordi vulgi opinioiie :

idque non verentur ex ipsis Leonis Pontificis vcrbis inferre, propterca


quod principia de rébus naturalibus statuta ad disciplinas historicas
transferri posse dixerit. Itaque contendunt, hagiographos, uti in
physicis secandum ea qiiae apparerent locuti sint, ita éventa ignaros
rettulisse prouti haec e communi vulgi sententia vel falsis aliorum
teslimoniis constare viderentur, neque fontes scientiae suae indicasse,
neque aliorum enarrationes fecisse suas. Rem in decessorem Nos-
trum plane iniuriosam et falsani plenanique errorisjcur multis refella-
mus? Quae est eninirerum naturaliumcum historia similitudo, quando
physica in iis versantur quae « sensibiliter apparent » ideoque cum
phaenomenis concordare debent, cum, contra, lex liistoriae praeci-
pua haec sit, scripta cum rébus gestis, uti gestae reâpse sunt, con-
gruere oportere? Recepta semel istorum opinione, quo pacto iuco-
lumis consistât veritas illa, ab omni falso immunis, narrationis
sacrae, quam decessor Noster in toto Litterarum suarum contextu
retinendam esse déclarât? Quodsi affirmât, ad historiam cognatasque
disciplinas eadem principia transferri utiliter posse quae in physicis
locum liabent, id quidem non universe statuit, sed auctor tantum-
modo est ut haud dissimili ratione utamur ad refellendas adversa-
riorum failacias et ad historicam Sacrae Scripturae fidem ab eorum
impugnationibus tuendam. Atque utinam novarum rerum fautores
hic sisterent; siquidem eo procedunt ut Doctorem Stridonensem ad
sententiam suam defendendam invocent, utpote qui historiae fidem
et ordinem in Bibliis servari « non iuxta id quod erat, sed iuxta id

quod illo tempore putabatur » et hanc quidem propriam esse his-


toriae legem asseveraverit (1). In quo mirum quantum ad sua com-
menta detorquent verba Hieronymi. Nam quis est qui non videat,
hoc Hieronymum dicere, hagiographum non in rébus gestis enarran-
dis, veritatis ignarum, ad falsam se vulgi opinionem accommodare,

sed in nomine personis et rébus imponendo communem sequi


loquendi modum? Ut cum Sanctum losephum patrem lesu appellat,
de quo quidem patris nomine quid sentiat, ipse in toto narrationis
cursu haud obscure significat. Atque haec ad Hieronymi mentem
« vera historiae lex est, ut scriptor, cum de eiusmodi appellatio-
)j

nibus agitur, remoto omni erroris periculo, usitatam loquendi ratio-


nem teneat, propterea quia pênes usum est arbitrium et norma
loquendi. Quid, quod res quas Biblia gestas enarrant, hic noster

(1) In 1er. 23, 15 ss.; in Matlh. 14,8; adv. Helv. 4.


8 REVUE BIBLIQUE.

non seciis ac doctrinas fuie ad salutem necessaria credendas pro-


ponit? Et sane in commentario Epistulae ad Philemonem haec habet :

« Quod autem dico, taie est : Crédit quispiam in Gonditorem Deum :

non potes,t credcre nisi prius crediderit de sanctis eius vera esse quae
scripta sunt ». Exemplis deinceps quam plurimis ex Veteris Testa-
menti codice allatis, sic concludit : « Haec et cetera quae de sanctis
scripta sunt, nisi quis universa crediderit, in Deum sanctorum cre-
dere non valebit » (1). Hieronymus igitur idem omnino profitetur,
quod Augustinus, communem totius antiquitatis christianae sensum
complexus, scribebat : « Quidquid de Henoch et de Elia et de Moyse
Scriptura sancta, certis et magnis fidei suae documentis in summo
cubnine auctoritatis locata, testatur, lioc credimus... Non ergo ideo
credimus natum ex Virginc Maria, quod aliter in vera carne exsis-
tere çt hominibus apparere non posset (uti voluit Faustus), sed quia
sic scriptum est in ea Scriptura cui nisi crediderimus, nec christiani
nec salvi esse poterimus (2). » — Neque aliis Scriptura sancta obtrecta-
toribus caret; eos intellegimus, qui rectis quidem, si intra certos
quosdam fines contineantur, principiis sic abutuntur, ut funda-
menta veritatis Bibliorum labefactent et doctrinam catholicam coni-
muniter a Patribus traditam subruant. In quos Hieronymus, si adliuc
viveret, utique acerrima illa sermonis sui tela coniiceret, quod,
sensu et iudicio Ecclesiae posthabito, nimis facile ad citationes quas
vocant implicitas vel ad narrationes specie tenus historicas confu-
giunt; aut gênera quaedam litterarum in Hbris sacris inveniri con-
tendunt, quibuscum .intégra ac perfecta vcrbi divini veritas componi
nequeat; aut de Bibliorum origine ita opinantur, ut eorundem labet
vel prorsus pereat auctoritas. lam quid de iis sentiendum, qui, in
ipsis Evangeliis exponendis, fidem il lis debitam humanam minuunt,
divinam evertuut? Quae enim Dominus Noster lesus Ghristus dixit,
quae egit, non ea censent ad nos intégra atque immutata pervenisse,
iis testibus, qui quae ipsi vidissent atque audivissenl, religiose
perscripserint ; sed — praesertim ad quartum Evangelium quod
attinet — partim ex Evangelistis prodiisse, qui multa ipsimet cxco-
gitarint atque addiderint, partim e narratione fidelium alterius aeta-
tis esse eamque causam aquas e duobus fontibus
congesta; ob
manantes uno eodemque alveo sichodie contineri, ut nullâ iam certà
nota distingui inter se possint. Haud ita Hieronymus, Augustinus
et ceteri Ecclesiae Doctores historicam Evangeliorum fidem intel-

(1) In Philem. 4.

(2) S. Aug., Contra Faustum 2f). .S s. fi s.


LETTRE ENCYCLIQUE DE SA SAINTETÉ BENOIT XV. 9

lexcrunt, de qua « qui vidit, testimonium pcrhibuit, et verum est


testimonium eiiis. Et illc scit, quia vera dicit, ut et vos credatis » (1).

Ac Hieronymus quidem, postquam haereticos, qui apocrypha evan-


gelia confecerant, in eo reprehendit quod « conati sunt magis
ordinare narrationem quam historiae texere veritatem » (2), de Scri-
pturis canouicis, contra, scribit « nulli dubium sit, facta esse quae :

scripta sunt » (3), iterum iterumquc cuni Angustino consentiens, qui


de Evangeliis praeclare vera haec », inquit, « et de illo fideliter
: v<

veracitei'que conscripta sunt, ut quisquis Evangelio eius crediderit,


non mendaciis illudatur » (4).
veritate iostruatur,
lam videtis, Venerabiles Fratres, quanto opère sit vobis adniten-
dum, ut quam Patres diligentissime defugerint insanam opinandi
libertatem, eamdem Ecclesiae filii non minus diligenter devitent.
Quod quidem eo facilius assequemini, si et clericis et laicis, quos
Spiritus Sanctus vobis credidit regundos, persuaseritis, Ilieronynium
ceterosque Ecclesiae Patres hanc de sacris Libris doctrinam nusquam
alibi nisi in schola ipsius divini Magistri lesu Christi didicisse. Num
quid aliud legimus de Scriptura sensisse Dominum? Cuius ex verbis
« scriptum est » et « oportet impleri Scripturam » iani argunien-
tum omni exceptione maius exsistit, quod omnibus conti-oversiis
finem imponat. Sed, ut in re paulisper commoremur, cuiusnam
scientiam autmemoriam fugiat, Dominum lesum in sermonibus quos
ad populum bal)uit, cum in monte prope lacum Genesareth, tum
in synagoga Nazareth et in civitate sua Gapharnaum, capita doc-
trinae et argumenta ad eam probandam ex codice sacro assump-
Nonne ad disceptandum cum pharisaeis
sisse? et sadducaeis invicta
arma indidem cepit? Sive enim doceat, sive disputet, ex qualibet
Scripturae parte senteotias afifert et exempta, et uti talia afFert, qui-
bus sit lonam et Ninivitas,
necessario credendum; quo in génère ad
ad reginam Saba Salomonem, ad Eliam et Elisaeum, ad David,
et

ad Noe, ad Lot et Sodomitas et ipsam uxorem Lot, sine ullo discri-


mine, provocat (5). Veritatem autem sacrorum Librorum sic testatur,
ut soUemniter edicat : » Iota unum aut unus apex non praeteribit a
lege donec omnia fiant » (6), et : « Non potest solvi Scriptura » (7) :

(I) loh. 19, 35.


f2) In Matlh. Prol.
(3) Ep. 78, 1, 1 ; cf. in Marc. 1, 13-31.

(4j S. .\ug., C. Fauslum 26, 8.

(5) Cf. MaUh. 11>, 3. 39-42; Luc. 17, 26-29. 32 etc.


(6) Malth. 5, 18.
7) loh. 10. 35.
10 REVUE BIBLIQUE.

quamobrem « qui solverit unum de mandatis istis minimis et docue-

rit sichomines, minimus vocabitiir in regno caelorum » (1). Quam


ut doctrinam Apostoli, quos brevi in terris erat relicturus, plene im-
bibèrent, ante quam ad Patrem in caelum adscendit, « aperuit illis

sensum, ut intellegerent Scripturas, et dixit eis : Quoniam sic scri-

ptum est et sic oportebat Christum pati et resurgere a mortuis teitia


die » (2).Doctrinaiêitur Hieronymi de praestantia et veritate Scriplu-
rae, ut uno verbo dicamus, doctrina Christi est. Qnare omnes Eccle-
siae filios,eosque praecipue, qui sacrorum ^lumnos ad hanc exco-
lunt disciplinam, vehementer hortamur, ut Stridonensis Doctoris
vestigia constanti animo persequantur ex quo, sine dubio, futurum
:

est, ut hune Scripturarum thesaurum, quanti ille habuit, tanti ipsi-

met faciant, et ex eius possessione suavissimos capiant beatitatis


fructus.

(1) Math. 5, 19.

(2) Luc 24, 45 s


L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE
DES ÉVANGILES
[Suite.)

5. — L'ancienne version rapprochée de l'Ancien Testament.

C'est encore M. Biirkitt qui a relevé ce trait de Syr.-vet., peu fait

pour rehausser son prestige comme témoin du texte grec. Le traduc-


teur en effet a cru devoir s'aider de la version syriaque de l'Ancien
Testament. Les origines de cette dernière sont mal connues. Mais enfin
on la tient pour l'œuvre d'un chrétien, qui s'est servi du Targum,
mais aussi des Septante. Et l'autorité de cette version sur celle des
évangiles n'est sûrement pas un argument en faveur de la haute
antiquité de l'emprunteuse. Mais ce que nous voulons noter surtout,
c'est le caractère artificiel qui résulte de cette dépendance, soit dans
les citations, soit dans la transcription des noms propres de personnes,
soit dans la question plus complexe des noms géographiques.

A. — Citations.
Dans Le. m, i-6 la citation d'Is. xl, 3-6 a été assimilée dans Sin et
Cur au texte de la version syriaque de l'A. T. (1).
v. i « Et faites droits dans la plaine les sentiers de notre Dieu » rend

très exactement Ihébreu d'après l'araméen, mais non pas le grec de


Le. vJiziy.z ~z'.v.-z -y.: Tp-.ccu; ajT:j. De même au v. 6, Sin et Cur
: :

« Et la gloire du Seigneur sera révélée, et toute chair le verra en

môme temps » au lieu de v.xi o-lz-y.'. r.yzy crap; t: îwty;;:',;^; t:j Os:j. Cur
:

seul .ajoute encore « Car la bouche du Seigneur a parlé! »


:

Cette harmonisation avec l'hébreu par le canal de la version syria-


que vient-elle de Ta tien? Il n'est pas du tout certain que Tatien ait rien
fait de semblable. Il est vrai qu'au v. \ l'arabe traduit comme syr.-

vet., mais c'est aussi le texte de Pes. Au v. 6 il avait sans doute

(1) Burkilt, 0/J. /.,ii, 20i.


12 REVUE BIBLIQUE.

comme Apliraate (xvi, 7) : « Et toute chair verra la vie de Dieu », ce


qui est une bonne traduction du grec, car, pour les Sémites, le salut

c'est la vie. Il est vrai qu'Aphraate a mis auparavant « Et la gloire :

du Seigneur sera révélée », mais ce passage n'est pas dans le Diat. ar.

Ilsemble donc que nous ayons comme une série de corrections :

Aphraate emprunte quelque chose au texte de l'A. T. sans changer


celui du Nouveau. L'Ancien absorbe tout dans Sin et Gur, et Cur
ajoute encore quelque chose. Mais avec les pratiques de Sin, on peut
très bien croire qu'il a été émondé d'après le grec.

B. — Le>< noms de personnes (l).

La version syrienne a essayé de rendre aux noms propres leur


physionomie primitive, écrivant par exemple myi pour PcuO (2) (Mt.
I, 5), et rendant aux rois Asa et Amon leurs^noms authentiques,
défigurés dans la tradition grecque Acras et K^m:; (Mt. i, 7 et 10). On
ne saurait regarder Sin et Cur comme étant sur ce point les témoins
du texte primitif de Mt., étant donnée leur habitude, si naturelle aux
Syriens, de rendre aux noms grecs leur forme sémitique (3). Notons
que Cur lit lin'' avec Aphraate, tandis que Sin lit anv Ce dernier a
donc été corrigé d'après le grec, précisément dans un passage où il va
avec les éditions critiques en omettant trois anneaux Ochozias, Joas, :

Amasias.
La version syrienne a ordinairement réussi très bien ces retours
aux formes sémitiques. Cependant la^tp;; (Me. v, 22) a été rendu
CTXV, tandis que l'hébreu correspondant doit ôlre insi.
Mais le cas le plus intéressant est celui de Beelzeboul, leçon cer-
taine et unique du LXX (IV Regn. i, 2 ss.). L'hébreu
grec, d'après les
était 2127 S"2, et c'est laforme des Syriens depuis Aphraate (xiv, 45).
Or le Diat. ar. à B'a Izeboul, contre la peschitta. C'était donc la forme
de Tatien, attestée d'ailleurs par Éphrem [Moes. 75. 160. 20(>) et l'on
ne peut supposer que l'arabe ait été corrigé d'après le grec. A lui seul
ce fait est révélateur. C'est ainsi que Jérôme a changé Beelzeboul des
latins anciens, en Beelzeboub, pour se rapprocher de l'A. T. Si les
versions syriennes avaient eu une grande et ancienne autorité sur le
grec, comment se fait-il que la forme en boub n'y soit pas signalée
une seule fois? Et il semble bien que les latins non plus n'ont pas subi

(1) Burkitt, 1. 1. 201 ss.

(2) Sin; Cur a HIVIN.


(3) Aphraale (xxiii, 21) place Asa et Amoa parmi les soixante -trois noms d'Adam au
Christ, en combinant Le. et Mt.
L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 13

leur influence aune haute époque, caria forme en boub, quand elle
se rencontre, a probablement été empruntée à la Vulgate [\ \.

C. — Les noms géographiques.

Les noms géographiques sont une des particularités de la version


syrienne, spécialement de l'ancienne syriaque (2). Les autres traduc-
tions latines, égyptienne, arméniennes, transcrivent le grec de leur
:

mieux. C'est tout ce qu'on peut demander à un traducteur.


Mais le traducteur syrien était à même
de reproduire beaucoup plus
fidèlement que le grec la prononciation du pays, car le grec ne dis-
tingue pas y, r, c. et assez mal 3 et p, et r. La géographie de la -^s

Terre Sainte aurait beaucoup à apprendre d'un traducteur syrien qui v


aurait vécu et qui nous mettrait du moins au courant des identitîca-
tions et de la prononciation usitée sur place. Il gagnerait ainsi comme
témoin de la tradition ce qu'il perdrait comme témoin du texte.
Malheureusement la situation de syr.-vet. n'est pas franchement tran-
chée. Parfois il transcrit, comme lorsqu'il écrit ••s: Le. vu, 11),
Naïv, D'N'2" (Le. XXIV, 13i E;j.;x3::jr. Mais :

1. Il emploie des formes qui avaient prévalu eu araméen, mais

dont on peut douter qu'elles aient été employées sur place; ce sont
celles de la traduction de l'Ancien Testament -vriy Sahioim pour :

^••ï tl'.wv), dS'w-^^n Ourichlem, pour Uzzjz-xkt^'j., y-^'\ Jourdenon,


pour Icpoavr;^.

cherche des étymologies qui ne sont pas toujours heureuses.


2. Il

m, 23) est p'; ^y dans Gur pes et pa, moins loin du grec
A'.viov (Jo.

que yz ]iy de Sin et Ta.-ar. qui ont pensé à la fontaine de Noun,


tandis que le grec était plutôt la transcription de amau'cln, les sources
(cf. RB. 189.5, p. 510 ,
d'après Dalman [Gramm. p. UO, yi^'j. C'est
probablement cas de la ^jzz^zvf.y.'.z'x (Me. vu. 26j qui est
aussi le
d'après Sin « de Tyr en Phénicie o. Tatien avait compris {Ta.-ar.) :

« d'Éuièse de Syrie ». L'explication de Sin est peut-être


moins due à
de la naïveté [Hjeli] qu'à une argutie rabbinique. On notera que la
province de Phéoicie date de 29T, sous Dioclétien. Mais sans doute le
traducteur a voulu faire de l'histoire ancienne.

fl) Sur ilc. xn, 24 et 27, Soden ne cite aucun latin pour boub; sur Le. xi, 15. 18. 19.
seulement c et /-. Sur Mt. x, 25, Soden cite it eic. b gh f l. Ce jugement est sûrement
erroné. WW citent pour boul vett.
latt. fere omnes, et notamment «
ffp q h b gK Le
ms. ff-. La version af (A] est pour Ooiil.
est lacuneux.
2) The Syriac forms of New Testament Pruper yames by F. C. Burtiiit British
Academy, en 1912".
14 REVUE BIBLIQUE.

3. Il recourt à l'A. T. Par exemple nsijf (Le. iv, 26) dans Sin (Cur
hiat) est certainement moins près de la prononciation locale que Sap-
ez-:». Au contraire xna"! Ramtha, doit bien avoir été la prononcia-
tion de Rama et d'Arimathia, mais nous perdons ainsi la distinction
de ces deux endroits.
Tout cela nous inspire des doutes. D'une fidélité stricte au grec, il

ne peut guère être question d'après la méthode générale; d'autre part


on peut se demander si syr.-vet. est un témoin sûr de l'onomastique
locale.
1. La forme iDJa, pour rsvvYjcrap et Fcvvr.japsO (ou -) doit bien être
celle du pays. du grec, mais
Elle sacrifie les variantes elle répond
bien à la prononciation du Targum -101:3 pour rendre t\mz (Num.
XXXIV, 11; Jos. XIII, 27); aussi à I Macch. xi, G7 et à Josèphe (Pow-
•^aap).

2. On croit être sur une bonne piste topographique en lisant dans Sin
(Cur hiat) Us vinrent à la montagne de Magedan » (1), au lieu du
: «

texte des critiques îi; -a [j.^p-/; âaA;;.avcyOa. Mais cette montagne est
:

probablement le résultat d'une confusion, tcv h^z^ lu xo oçtcq, car 1)


a cpia d'après Mt. xv, 39 N cpYj, k finem. Sin a donc suivi un ms. grec
;

du type de W
qui a ~o h^oc (avec 28).
Sur Mt. XV, 39, Sin a encore y^-xii.. mais Cur itî:;^, qui a peut-être
voulu se rapprocher de n^a de l'A. T., écrit p-a^z dans Zach. xii, 11.
La pes. a nja que Gwilliam, d'après la Massore, prononce Magdou,
peut-être par une sorte de transaction, et ce doit être ce que signifie
le maghdawan de Ta. ar. que Soden prend pour une allusion ù
Magdala (2). Magdala se trouve dans les Aiiecd. syr. iv, HO de Land,
ce qui prouve l'incertitude ou plutôt l'absence d'une tradition
syrienne.
3. De même Sin (Cur hiat) écrit ij>2di; (Mt. xxvi, 36) et xcoia (Me.
XIV, 32) qui ne sont ni des transcriptions ni des prononciations locales
de Gethsémani.
k. Le cas de Béthesda (Jo. v, 2) est toujours énigmatique. La lecture
NiDrini^ 'BrfitQoa est nettement syrienne, avec 6 et la version armé-
nienne. Ce n'est certainement pas la prononciation de Jérusalem,
comme le prouvent les textes d'Eusèbe et de Jérôme [Onom.). La leçon
critique doit être XitCz^yi, comme écrit Josèphe, et M. Burkitt me semble
avoir établi que l'ctymologie est ni;i>*~-, « le morceau coupé (3) ;
cf. Jos.

(1) MayeSdtv est la leçon d'Eusèbe pour Me; cf. Onom. éd. Kloslermann, p. 134.

(2) Sur Mt., car sur Me. Talien est censé appuyer MayeSa.
(3) Et non l'oliveraie, comme j'ai dit dans les Mélanges de Vogiié.
lAYNCIEiVNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVAMilLES. la

Bell. V, IV. 2, qui place


de Bézetha, en face de l'Antonia,
la colline

« étant coupée par un fossé profond » 7.-z-i\j.'/fxvtzz l' zz^'j-y.-'. fixOsî.


;

Avec leur habitude de chercher une étymologie, les Syriens pouvaient


facilement imaginer une maison d'opprobre devenue une maison de
charité. C'est Texplication d'Isho 'dad ad /i. l. , jouant sur le double
sens de xtd", « honte » au singulier, La « miséricordes .> au pluriel.
leçon donc vraisemblablement une pure conjecture en
lèrfiizlx est
syriaque, d'ailleui^ d'après le principe d'Origène que les noms des
lieux sont souvent éponymes par rapport aux actions de Jésus 'Comm.
in Jo.; X, 172) (Ij.
5. Origène a posé le même principe à propos de Bethabara (Jo.
I, 28). La mosaïque de Màdaba a confirmé le caractère palestinien de
cette leçon, et nous ne nions pas l'existence du nom au m'' siècle après
J.-C. Mais ce n'est point une raison pour changer le texte ancien qui
est BY;Oav'.:z.

Mrs Lewis a suggéré une élégante solution. Quoique la pes. ait


N^:" T\^i, comme pour la Béthauie de Lazare, \un n'est peut-être

pas primitif. Le nom eût été niixn'n, la maison du bateau, ou plutôt


du bac. Beth-abara indiquerait plutôt un gué. L'endroit aurait eu
les deux noms, selon que les eaux obligeaient à prendre une barque
ou permettaient le passage à gué. Mais mieux vaudrait admettre que
le nom hébreu a été remplacé par le nom araméen hethabara.
D'ailleui-s le pluriel dans Cur donnerait le sens a Maison des au- :

delà » (du Jourdain). Quoi qu'il en soit, la version syrienne ancienne


se montre si peu au courant de l'onomastique palestinienne qu'il est
plus vraisemblable d'attribuer cette leçon à la dépendance d'Origène,
6. La pes. a adopté une seule leçon, Gadaréniens, pour les textes

de Mt. VIII, 26 et 37. C'était déjà le fait de


28; Me. v* 1; Le. viii,

l'ancienne syriaque, sauf Sin Car A/«^quia nt;^; dans Me, v, 1.


Nous ne pouvons guère y voir qu'un emprunt fait à Origène ^Conwi.
deJo.; IV, UO en s'appuyant sur l'A. T. La version palestinienne
,

est allée plus loin dans cette voie en mettant un u", comme dans les
Gergéséens de l'hébreu iGen. xv, 21, etc.).
7. Cana de Galilée est dans Sin (Jo. xxi, 2) et dans Cur (Jo. iv, iO)
ni-cp, comme d'ailleurs dans Ta.-ar et dans pes., Qotneh ou Qatna.
Est-ce une identification, et avec quel lieu?
La version a toujours r^ï; pour 'Sy.'lxzih t. ou Xarapz. c'est-à-
8.

dire Ndsrath ou Nôsrath, et n'^ï: pour Xa:xvr,v;r ou 'Sx'Imzx'.oc. Cette

il) Cf. Origène, la critique textuelle et la tradition topographique, RB. 1895 et


1896.
16 REVUE BIBLIQUE.

transcription prouve clairement que la ville de l'Annonciation était


écrite en sémitique par un mdé. La transcription par un :; est assez

étonnante, mais on ne s'explique pas le scepticisme radical de M. Burldlt


qui regarde le nom de Nazareth (1) comme le résultat d'une erreur.
Ilva jusqu'à proposer pour la patrie de Jésus Chorazin! D'autant que
l'orthographe des Syriens est nettement confirmée par le nom de
anvi: donné aux chrétiens par les Juifs. C'est même le seul profit bien
net que la géographie puisse tirer de l'ancienne version syriaque.
On conviendra aussi que son attitude par rapport aux noms géogra-
phiques est bien loin de rehausser son autorité comme reproduction
fidèle d'un texte grec très ancien.

6. — Harmonisations.

Nous pensons en avoir assez dit pour prouver que syr-vet, soit
sous la forme Sin, soit sous la forme Cur, est un texte qui demeura
étranger aux Syriens, qui par conséquent ne doit pas être antérieur
à la seconde moitié du quatrième siècle, et dont le caractère de texte
mélangé et traité critiquement ne peut être révoqué en doute.
Et cependant nous n'avons pas abordé la preuve la plus décisive
de ce dernier point, c'est-à-dire les harmonisations. On entend par là
les passages ajoutés, ou omis, ou transformés, pour obtenir plus de
ressemblance ou d'harmonie entre les évangiles, surtout synoptiques.
Soden nomme ce fait influence des parallèles. Ce critique compte
:

pour syr-vet sans distinguer entre Sin et Cur 216 cas dans Mt., 204
dans Me, 107 dans Le. (2).

On convient d'ailleurs qu'ils sont plus nombreux dans Cur que


dans Sin. Aussi nous parait-il superflu de Jious étendre sur un
phénomène si bien établi, d'autant qu'il paraîtra dans tout son jour
dans la discussion du problème le plus délicat, celui des rapports
de syr-vet avec le texte dit occidental, rapports qui ne sont pas
moins certains, que nous ne songeons nullement à nier, mais qui
doivent être envisagés sous un jour nouveau si l'on admet la moder-
nité relative de la version.
Il est évident en effet que de ce chef le texte dit occidental perd
un appui important. On ne pourra plus parler pour la fin du ii'^ siècle
de l'accord de Carthage et d'Édesse en s'appuyant seulement sur k
et syr-vet. Même si D et quelqu'un des siens vient renforcer cet

accord, c'est encore une des colonnes qui manque à un édifice qui

(1) L. I., p. 17.

(2) P. 1584.
L'A-NCIKNNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 17

reposait sur trois appuis. Celui que pourrait offrir Tatiou a certes
une tout autre valeur. Mais ou pourra se demander si Tatien n'a
pas suivi un ms. apporté de Rome. Il sera donc plus scabreux que
jamais de soutenir un texte qui n'aurait d'autres patrons que les
latins, c'est-à-dire a[ et it réunis, renforcés de D et de syr-vet (Sin

et Cur réunis , constellation qu'on rencontre si souvent dans l'ap-


parat de Soden. La situation serait
l'on pouvait lameilleure si

renforcer au moyen de 6, fam. fam. 13, ainsi que de 5G5 et 28.


1 et
Alors on aurait presque tout TÉtat-major de la recension I de Soden.
Qu'il se trouve dans cet I des leçons excellentes, cela est prouvé par
son accord fréquent avec le groupe de B et des égyptiens. Mais quand
il est isolé, on n'hésite guère à le rejeter. Les leçons fausses et
spécialement harmonisantes abondent dans ce groupe. Comment
expliquer l'accord sur ces leçons? Nous avons déjà énuméré les
principaux systèmes. Il y faut revenir en faisant intervenir syr-vet
pour ce qu'il vaut. •

A. — V influence de Tatien.

On pourralui faire une certaine part, mais à la condition que ce


soitune influence directe, puisque cette influence n'aura pu s'exercer
avant la fin du iv"" siècle par l'intermédiaire d'une version des
séparés. C'est évidemment la restreindre beaucoup puisque rien ne
nous autorise à supposer un diatessaron grec de Tatien.
Nous citerons quelques-uns des cas où l'on a conclu à une dépen-
dance de Tatien. On verra combien l'argument est difficile à manier,
et à conduire vers une décision affirmative.

Soden essaye bien de prouver que D avec les latins, d'une part,
et Sin et Cur de l'autre, dépendent de Tatien, lorsqu'ils n'ont pas
la même leçon. Tatien serait une sorte de mine où chacun prenait
ce qui lui convenait. Par exemple. Tatien combinant Le. xx, 20 et
Mt. XXII, 15 lisait : << Alors les Pharisiens s'en allant tinrent conseil. »
Pour Le, Sin a pris « alors » et1) it ont pris « s'en allant », tandis
que
le texte est y.at r.x^y.-r^^r^Jy.-n^^. Mais cette analyse est incomplète. Sin
a omis 19" de Le. et il porte : « Et après cela ils envoyèrent des

espions. » Il a donc omis -x^y.-r^yr^zy:)--.z qui était gênant. D l'a rem-


placé par j.T,z-/u)^r^r:y.-mz, Au lieu de prendre chacun un élément
dans Ta, ils ont esquivé une difficulté, chacun à sa manière. Il n'est
pas permis de parler de dépendance quand les procédés sont aussi
différents. On raisonnera de même pour les autres cas, peu nom-
breux, allégués par Soden.
REVUE lilBLIgUE 1921. — T. XXX. 2
18 REVUE BIBLIQUE.

Voici cependant un cas plus difficile. A la Transfiguration, les

vêtements du Seigneur devinrent blancs wç z^q (Mt. xvn, 2); Xiav,


t:

zix y.. T. A. (Me. IX, 3); klxGipo^--byf (Le. ix, 29). Nulle part wç yiwv. Et
cependant syr.-vet. s'est obstiné à introduire cette leçon; dans Mt.
c'est Cur avec D latt. (exe. ^.), dans Me. c'est Sin avec Antioche, D
it vg. etc., dans Le. c'est Cur (mais non Sin) avec e l. On croirait que

cette leçon venait de Ta, et c'est ce qu'affirme Soden. Mais d'abord


ce ne serait pas en vertu d'une harmonie, puisque le mot n'appar-
tient à aucun évangile. Le Ta arabe lit « blancs] beaucoup (Me.) :

comme la neige et (addition) comme la flamme \\\\.) de l'éclair (Le),


comme » etc. (Me). Donc avec un tact merveilleux. Ta avait pris un
trait à chacun des évangélistes, mêlés dans une seule expression.

Qu'avait-il besoin de la neige? L'arabe l'a trouvée dans la pes. de Me.


Rien ne prouve qu'elle émane de Ta. Le plus simple est de penser
que l'addition a été faite d'après Mt. xxviii, 3 dans Me. dont le texte
paraissait trop mesquin : « très blanc, comme un foulon sait blanchir » !

C'estdans Me. qu'elle est extrêmement répandue, et c'est de là qu'elle


aura pénétré un peu partout. Si on tient absolument à l'attribuer à
Tatien, ce doit être d'après un ms. plus ancien que lui, puisqu'il
n'avait nul besoin de cette surcharge pour un texte déjà très bourré
de comparaisons.
Voici encore des cas où syr.-vet. va avec Ta et un texte dit occi-
dental.
Le plus grand nombre de ces cas a déjà été noté par M. Burkitt.
Mt. IX, 3ï. Ce verset est omis par \) d k a Sin (Cur h). Ta.-ar. Hilaire.
L'omission n'est pas étonnante, car la même pensée se retrouve Mt.
XII, 2i- = Me. III, 22; Le. xi, 15; cependant on peut supposer un
original grec commun.
omis par Sin, k et Glém. Al., Ta
Mt. XI, 5 -tw/c. sjav7£A'.'CcvT:zt est
[\îoes. 100). Cur remplace par « les pauvres sont secourus (alimen-
:

tés) ». L'omission remonte à un même original, qui pourrait bien


avoir la bonne leçon, depuis complétée d'après Le. vu, 22.
Mt. XXVI, 73 au lieu de $r,>.:v zi -zw., D a h c ff- n r'^ Sin (Cur) ont lu
C!jL:ia'Cîi, et de môme Ta, mais peut-être d'après Me. xiv, 70, où d'autres

ont cette leçon. Il parait d'ailleurs impossible d'y renoncer, tant elle
est expressive, exprimée par un mot grec assez mal venu et très rare.

Mais sa place est peut-être mieux dans Me. où Sin l'a omise, et de
même W.
Me. II, 27 : t: ja65a-:cv cia tov avôpwzcv cV-''-'-? y-^'- -'•J'/ ^ :zv6pti3zcç

cta -z traSSxTsv. Om. \S a c d c ff~ i Sin (Cur) « le sabbat a été créé


:

pour l'homme » ; c'est la leçon de W^, qui est aussi celle de Ta (et
L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. . 19

de pes.). L'omission occidentale est donc beaucoup plus radicale.


Me. IV, 10 Cas très compliqué : r,p(ii-:u)^^ ajT:v z: -zpi a-jTsv <7yv -z'.;

zMZf/.x -x; ~xpy.zz'L7.z. Sin a supposé « ses disciples » au lieu de c, —


zhizv/.y., et de même D Wfam 13 h, et Ta.-ar. Mais Ta avait su tout
fondre, le /.x-y. y.cva; de Me, zp:7£X0:vTEç de Mt. xiii, 10, :-. 'i.yS)r^-y.K

ajTij de Le. viii, 9, r;pci)T(.)v ou r,-Epo)Twv (Me, Le), -riç ajTv; s'.r; y; -'xzxzz'i.c^

(Le.) et z\x ->. £v -apaSsXa-.ç AaXs'.ç auTitç (Mt.). Il est donc douteux que
Sin l'ait consulté pour faire son modeste changement, et D W fam.
13 it ont pu emprunter t-.ç tj-t,) à Le. directement.
r, -xz-Az'kt, -y:j-r, (W
Me. VIII, 32 Cas bien étrange. Après la prédiction de la résurrection,
/»• lit : et cum fiducia sermonem loqui, de même Sin et Ta.-ar. (mal
traduit par Ciasca) ; comme si Jésus devait parler ouvertement après
sa résurrection, tandis que le texte grec est le seul vraisemblable :

sAaAâu A ce moment Jésus parlait ouvertement. Mais faut-il supposer


un texte très ancien ou même authentique {Biirkitt)'^. Soden s'est
débarrassé de la difficulté avec un sans-gêne étonnant.
Sur Me. VIII, 3-2 il a supposé pour
Ta et Sin une leçon X-Skt^-zh^
alors que le futur araméen
arabe représente l'infinitif ici commeet

pour les verbes précédents, donc XaXs-.v. Quant à k qui lit loqui, il le
transforme en loquebatiir, sous prétexte que le pseudo-Cyprien de
rehaptimiate (c 8 p. 79) fait allusion à Me. en disant : quod doctrinaux
patris cum omni fiducia assereret. Or, il est bien évident que c'est une
allusion à Jo. xvi, 25 a-^YYEAw jy.-.v. combiné
-appr,(7'.a r.ipi -. r.y-pz:
avec le v. 29 >.zi vjv £v ~j.pyr,Q\j. 'tSkv.z, cf. xviii, 20 vu, 26. Si k a lu ;

loqui comme Ta et Sin, l'affinité de /• et de Ta (souche de Sin) est


incontestable. Mais elle peut s'expliquer par un même original grec,
au lieu de ù.yj.v.^ texte qui ne saurait être authentique mais
Aa"A£'.v

qui était une harmonisation hardie avec Jo. xvi, 25.


Me. XIV, eV .y;; 6Aa7ç;r;;j.'.ar. Sin (Cur h.) et D add. Mais
y:j-.z-j. add. W
Tcu z-z\j.y-zz xjt:j; c'est-à-dire exactement le texte de Ta.-ar. d'après
Le. XXII, 71.
Me. XVI, 3. Les femmes se disaient : -<.z y-z-/:SK<.zv. t.'vm tîv a',0:v e/. ty;;

6jpaç t:u ;xvr,;j.£'.:'j; -/.y.', y^tyzi.-jltyzy. Himzzjzv/. z-.i y/x/.v/.j /,'.--. y. z 'k'.Hzz:' r,v

vas \j.z-(yq z^zzpy.


Le texte est tout à fait sûr, appuyé sur B .s etc. et même W. Mais
il contient deux difficultés : la réflexion sur la pierre devrait suivre le

discours des femmes, et on ne comprenait pas pourquoi les femmes


regardaient en haut, ce qui convient cependant à la situation du saint
tombeau, telle qu'elle a été précisée par le P. Vincent (1). Il est

(1) Jérusalem nouvelle, p. 93.


20 REVUE BIBLIQUE.

remédié à ces deux difficultés par le texte d'Euscbe [Demonstr. i93) :

y.ai tz'/o-/-oL<. y.xi î'j"pi77.s'J7',v auTcv aTCxey.a Ai(7[X£vov . De même D 565


in^', pa. C'est presque le texte de'Sin (Gur h.) : u Qui- donc pourrait
nous rouler (l) la pierre du tombeau? Car elle était très grande. Et
elles vinrent et virent que la pierre avait été roulée. »

Tatien : « Qui nous roulera la pierre du tombeau? Car elle était très

grande ^Me.). Et comme elles disaient cela, survint un violent trem-


blement de terre, et un ange descendit du ciel et s'avança et roula
la pierre (Mt. xxviii, 2) de devant la porte (add.). Et elles vinrent
(Le. XXI v, 1) et elles trouvèrent la pierre déjà roulée de devant le
monument » (Le. xxiv, 2).
On peut encore consulter k que Soden fils lit ainsi : quis nobis
revolvet lapidem ab ostio? ^Subito aulem ad horani tertiam diei

tenebrae factac sunt per toliim orbem terrae, et descendcrunt de coelis


angeli et surgentes in claritaie dei vivi simul ascendenint cum eo, et
conlinuo lur facta tum illae accesserunt ad monitmentum et vident
est.

revolutum lapidem ; fuit enim magnus nimis.


Les derniers mots confirment l'ordre du texte authentique; a ei b
sont lacuneux.
Cet exemple contient deux cas. Le changement de place de r,v 7:^2
li'.'y.:; 7j;coa a pu venir à
l'esprit de plusieurs personnes. Ce n'est pas

là-dessus qu'il faut se décider. Mais ensuite le texte d'Eusèbe et de


ses compagnons suppose un ancêtre commun, d'autant qu'il est pales-
tinien par Eusèbe et la version syriaque palestinienne, et d'accord
avec des latins, D et 5G5. Or c'est un texte harmonisant, exactement
celui de Tatien, sauf que ce dernier a ajouté a-: t:j ;j.vr,;j.E'.:j d'après
Le. Mais dans cette partie, Sin ne s'associe au groupe que par « elles

vinrent »; le reste est d'après le texte critique de Me. Qu'il ait été
éloigné de Tatien par le traducteur ou par un reviseur, peu importe.
L'étonnant est l'accord du groupe de D avec Tatien. Si le groupe
dépend de Ta, son action s'est donc déjà exercée sur Eusèbe, ce qui
est assez étrange. Et alors pourquoi détacher ce que Ta a emprunté à

Mt.? Faut-il admettre un emprunt à Tatien qui aura été diminué dans
Eusèbe, et encore plus dans Sin. plus récent? Ou bien une première har-

monisation conforme au texte d'Eusèbe a-t-elle servi à Tatien? On com-


prendrait bien que Tatien ait changé les présents ipyzy-.y. et z'jpiT/.fjzvj
en parfaits, comme a fait Sin lui-même. Mais comment un imitateur

(1) ?mV a été pris pour un parfait par M. Burkitt. Ce ue peut être qu'un participe, équi-
valant à anoxo/iov,.
L\\>«CIENNE VERSIO-N SYRIAQUE DES EVANGILES. 21

de Talien serait-il revenu au goût de Me. pour les présents histori-


ques? .le croirais donc que le texte d'Eusèbe est une première harmo-
nisation où spycvTX'. a été répété de Me. xvi, 1, le reste étant rédigé
daprès Le. afin de supprimer une difficulté.
Voici deux cas où l'on pourrait être frappé de l'accord de Ta Sin
et D, mais ce n'est, je crois qu'une apparence.
Mt. XXVII, 28 avait la casaque d'écarlate et Jo. xix. 2 un vêtement
de pourpre. Me. xv, 17 parle vaguement de pourpre. Ta a mis à
la suite Mt. et Jo. Sin s'est contenté sur Mt. d'une harmonisation
sommaire : « des habits d'écarlate et de pourpre •>. Celle de D est plus
complète, mais il suit (contre Tatien Tordre qu'on suit en s'habil-
lant (1) : £'.;j.aT'.:v Son arrangement est
zipçjpijv /.:x>. -//.ay.jsa 7.:/./.'.vr,v.

donc indépendant des Syriens et plus parfait. Aucune harmonisa- —


tion de Sin ni de D dans Me. tous deux manquent pour .lo. ;

Le. IX, 37 sv -r, £;y;: r,-j.tzx a pu paraître contraire à Mt. et à


Me, qui semblaient placer la gucrison du possédé épileptique le

même jour que la Transfiguration. Aussi Ta a eu recours à un arrange-


ment très libre : et în die quo descendenint, qui a iiitlué sur Sin
et Car : n»21' in2*, qui équivaut à /.a-, hv r/; v;;j.£ca e/.i-.vy;. ou encore :

•/.a', vi £/.î'.vy; ty; •/jjj.spa. Mais c'est tout autre chose dans D z<.x ty;; Y;;j.£=3:r,

per dicm (af it), c'est-à-dire pendant le jour, de jour, qui semble
opposer la descente de jour à l'épisode précédent qui était peut-être
situé la nuit (du moins d'après plusieurs critiques). Les deux solutions
reviennent au même en réalité, mais on ne constate pas de dépen-
dance littéraire.
Que l'on compare la difficulté d'aboutir dans les cas précédents,
avec certains tatianismes évidents de Sin et Cur, qui ne semblent
pas avoir eu d'influence en dehors des Syriens!
Mt. XV, 27. Ta.-ar. « les chiens mêmes mangent des miettes qui
tombent des tables de leurs maîtres -f- et vivent ». Cur sur Mt. xv, 27
comme Ta.-ar.; Sin om. « des miettes qui tombent ». Cet insigne
tatianisme ne se retrouve nulle part en dehors des Syriens.
Mt. XVII, 17 et Me. ix, 19, « amène » Sin Cur: Sin Cur h.) au lieu
de ssp—E. D'après Le. ix, il, mais en dépendance de Ta, qui avait
introduit un petit fragment de Le.
Me. vu, 5. Sin Xur
A.) remplace le texte de Me. x/.Xx -/.cva:-.; -/sp-'.v
£76'.;j7',v par celui de Mt. xv, 2
Tcv y.z-.z') « car ils ne lavent pas leurs :

mains quand ils mangent le pain ». Ta.-ar. a mais ils mangent le :

pain sans qu'ils se lavent les mains ».

(Ij De même les latins, sauf ^, et Orig. latin : chlamydem coccineum et purpurnm.
22 REVUE BIBLIQUE.

Me. viii, 32. Au lieu de r,p;y.-o tT.i-i\}.x^ ajTw Sin (Cur) « mais Simon
Céphas, comme s'il avait compassion de lui ». De même Ta.-ar.
Me. 30 etc. est un cas plus compliqué qui nous servira de
XIV,
transition. Dans Me., Pierre reniera avant que le coq ait chanté
deux fois. Les trois autres placent le reniement avant le chant du
coq, c'est-à-dire le premier. Si je comprends bien Tatien, il avait
harmonisé avec beaucoup d'art. Il omettait le premier chant du coq
de Me. XIV, 68; ensuite le coq chantait deux fois (v. 72), ce qu'on
pouvait entendre deux fois de suite. Muni de cette ingénieuse
:

combinaison, on pouvait laisser tel quel le texte de Mt. xxvi, 34 et


de Le. XXII, 3i, comme a fait Sin, ou ajouter 5'.ç à Le. xxii, 34 (Cur)
et à Jo. xiii, 38 (Sin). Mais D a pris une mesure plus radicale il a :

supprimé dans tous les textes de Me. toute trace de deux chants.
C'est exactement l'autre système d'harmonisation. Or c'est celui de

K CD© af it sa, mais nullement d'Antioche. Si Tatien avait suivi

ce texte, il n'aurait pas eu recours à un autre sytème d'harmoni-


sation.
Ces exemples ne sont que des échantillons. Tout le monde recon-
naît les tatianismes de Sin et de Cur et nul ne prétend que D les

contient tous; il est donc inutile d'insister.

B. — Les rapports de syr.-vet. avec le texte dit occidental sans Tatien.

M. Yogels a traité avec beaucoup de soin la question des harmoni-


sations communes à D et à syr.-vet (1). Pour analyser plus nettement
le sujet, il a distingué quatre catégories : 1) les harmonisations les
plus intentionnelles, c'est-à-dire celles qui avaient pour but d'échap-
per à une difficulté; 2) celles qui se trouvent dans les passages de
transition, autant dire les soudures des évangélistes pour situer les

paroles de Jésus o'u les récits; 3) les variantes parallèles, c'est-à-dire


les leçons secondaires qui se trouvent les mêmes dans deux ou
trois endroits; k) le gros des harmonisations.
Or il lui a paru que les harmonisations de D coïncidaient très

souvent avec celles de syr-vet, trop souvent pour qu'on puisse expli-
quer la coïncidence par un hasard, et nous sommes pleinement de
il en conclut que ces harmonisations proviennent toutes
son avis. Mais
pratiquement de l'harmonie de Tatien. Or les statistiques de M. Yogels
elles-mêmes témoignent contre lui. Il n'a pas signalé moins de 282

(ij Die Altsyrischen Evangelien in ihrem Verhaltnis zu Talians Diatessaron.


Freiburg, 1911.
LANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 23

variantes parallèles, renvoyant tant<it à D. tantôt à Ta sous la forme

arabe, car il néglige les iaformations plus anciennes, et en somnie


plus sûres. Or sur les 125 premiers cas, nous avons compté environ
50 renvois à Tatien et 32 à D, mais dans 6 cas seulement D et Ta
sont cités ensemble, efpour des
points peu significatifs.
Il a donc prouvé dépendance de Sin et de Cur. de Cur surtout,
la

par rapport à Tatien. ce que personne ne nie. Mais il en a même


temps montré uq rapport direct entre 1» et syr.-vet en dehors de
Tatien. en d'autres termes il a établi l'existence d'un autre foyer
d'harmonisation.
On peut établir le même raisonnement d'après les résultats de von
Soden. D'après lui (1), les particularités communes à Sin et Cur
avec D joint à it sont au nombre d'environ 362; entre Sin et Cur dun
côté et D seul, il y en a 109, dont 5i viendraient de Tatien, comme
Soden prétend qu'on peut le démontrer. D'après tout ce que nous
avons constaté de sa méthode, ce dernier chiffre est beaucoup trop
élevé. Mais enfin il resterait donc 55 (S. en^i^on 02 rapprochements
pour lesquels il faut chercher une autre explication. Soden qui n'a
qu'une clef a recours à un diatessaron grec, toujours de Tatien.
Pourquoi ne serait-ce pas une autre tentat'rse d'harmonisation?
En tout cas, si l'on admet que syr.-vet ne date que du iv' siècle,
on ne saurait lui attribuer une grande influence sur les latins.
Cependant comme on a avancé la dépendance des latins, et qu'on
pourrait en argumenter contre notre thèse principale, le problème
doit être envisagé directement.
Toutefois pouvons nous placer dans la situation de
nous ne
M. Hoskier qui voit une dépendance partout où il y a une ressemblance.
Il semble qu'on n'arrivera à rien tant qu'on prendra pour règle

le déterminisme de la copie sans tenir compte des éléments qui ont

pu s'imposer à la mémoire du scribe.


Par exemple M. Hoskier (2/ lit dans le ms. m. sur Le. xxi, 35 :

lanquam fur laqueus enim superveniet in omnes. D'où vient ce fur?


s'écrie-t-il. Et il l'explique par une confusion tout à fait invraisem-

blable d'après le texte bohairique Mais ce fur vient simplement


!

de I Thess. v, 2. i; Il Pet. ni. 10: Apoc. m, 3; xvi, 15, ou plutôt de


cette image qui s'imposait aux imaginations, du Seigneur ou du jour
du Seigneur venant comme un voleur.
A plus forte raison faut-il admettre qu'un nombre considérable

(1) I, 1592.
,2) Concerning the Genesis of the versions... II, p. 285.
24 REVUE BIBLIQUE.

de ressemblances sont sorties spontanément de la plume du traduc-


teur ou des copistes.
J'insisterai cependant, parce que, dune façon générale, Vogels
tient à restreindre le plus possible la liberté, mettons la licence, du
traducteur. Il y a là une question de principe qui est liminaire de sa
nature.
Par exemple le syriaque ajoute toujours le pronom possessif au mot
disciples.
De plus il ne se fait pas faute d'ajouter nh qui répond à iScj. C'est
le fait de Cur dans Mt. m, 11 et Le. m, 16; Mt. xii, 49; xxi, 2; Le.
XIX, 30. Sin, il est vrai, en est moins prodigue; cependant Le. m, 16 ;

XIX, 30.
Quand le texte parle dune voix, nos Syriens disent qu'elle a été
entendue : Mt. m, 17 dans le grec iBou owvy); de môme Le. m, 22;
y.ai

Mt. XVII. 5; Le. ix, 35. Cur et Sin, selon l'occurrence : « une voix fut
entendue. »

Cette liberté explique très souvent l'accord de syr.-vet. avec les


latins. L'apparat de Mrs Lewis offre cet étrange phénomène que le
syr est d'accord très souvent avec D et les latins, presque jamais
avec D seul, mais assez souvent avec les latins seuls. Faut-il donc
conclure avec M. Hoskier que si Sin Cur et môme Ta sont des docu-
ments de second ordre, il y a eu une première recension syrienne,
antérieure au Diatessaron, qu'on retrouve dans le ms. grec 28, chez
les latins a k r~ et moins souvent chez quelques autres (1)? Nous
serions en pleine chimère.
En que cousinage de traducteurs. C'est ainsi qu'il
réalité ce n'est là
faut éliminer les cas oùdeux traducteurs devaient infailliblement se
rencontrer pour avoir raison d'une tournure difficile.
Me. a écrit (vi, 31) : /.xt ijBs ^zveiv sjxaipcuv. On peut être frappé
de l'accord des latins b etc. et nec manducandi spatiinn habebant,
avec Sin non erat eis locus nequidem ad coniedendum paneni (de
: et

môme Tatien). Cependant les latins n'ont pas ce « pain » qui donne
à la tournure son cachet sémitique. Et de plus spatium en latin,
comme NiriN en syriaque, ne signifient pas ici un lieu au sens propre,
mais la latitude, l'opportunité (Ta.-ar.) ce sont deux excellentes tra- ;

ductions que nous ne pouvons guère imiter en français.


Dans Mt. m, 12 et Le. m, 17 :u t; --tjov Sin et Cur « qui tient le :

van », habens ventilabrum.

(1) Concerning Ihe Genesis of the versions of thc New Testament, 1910, p. 218,
421, etc.
L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 25

Venons aux passages où la ressemblance est incontestable et ne


peut être attribuée au hasard.
Et d'abord un exemple qui indique combien le problème des har-
monisations est délicat. Prenons le riche, dans Me, x, 17-27 et Le.
XVIII, 18-27 d'une part, et dans Mt. xix, 16-26 d'autre part. Encore

la comparaison sera-t-elle réduite à quatre versets dans Mt. 16 et 17 ;

20 et 21, et parallèles. Pour mieux éclairer le point principal, nous ne


soulèverons pas la poussière des variantes. Luc peut être laissé dans
l'ombre, puisqu'il est semblable à Me, sauf que le personnage est un
ap"/o)v (xvili, 18).

Le texte critique (Hort) de Mt. est : ^''-/.y.'. locu sic zpiaeAGcov v.'j-.m

ttiv^jo) iva jyo) ^<ot,v auov.cv' ^^ s os st-sv auxo)' ~'.


ci-^ev' 0i03tijy.aA£, -'. oi,^(y.f)o'^

[>.z sptoTaç r.zp'. -O'j avaOcu; v.q sffxiv o xy^Oo;' v. iz OîAst; v.ç r^v i^orr^v £17EA-

Oîiv ~r,pii (1) Ta; evTsXa;... Kf{Zi tj-m o v£av',7y.2; -oc'j-x r.Tny. (2) ssuAa^a*

XI exi uff-spio; zor, auTW s T^ssuç" v. Oeasi; teaeic; î'-va». 'j-aYS -rro/Ar^^ov cou to:

UTzap'/ovTa y.ai ooç toi; (3) ztw/o'.;, y.ai s;£'.ç ôr^îa'jpov sv oupavo'.;, y^f. îîupo

ay.oXouôî'. |xoi.

Celui de Me. ^^Ka», £-/.-op£îJo;;.£vo'j autou £i; ooov 7:po(7cpa;j.tov eiç v.y.'. yovj-

TC£Tïj73t; auTOv cZYipwTa ajTOv' oioajxaXî y\'yf)t, ~'. 7:o',r,70) '.vz Cf«>"'i"^ aiwvwv
y,AYjpovo[r/]7(.); '^ o o£ Ir^jou; eizsv auTW* -'. |j.£ Aîys'.ç ayaOov ; cjosiç ayaGoç zi

[;-•/; £1; Oeo;... '^^o Bî (i) îs-r] a-jTor o'.oaaKiiAî, TauTx r.x^nx ^^puXa^aixrjV £/,

VïOTr^To; ;;.0'J. o 0£ I-r]70'jç £;;,6a£'];3:; scuto) r,-;y~r^r:z') xjtov, ya-, £',::£v auTw"
£v (jc uaTspc'," u-aY£ oaa e/î'-Ç ::ojA'^70v ya». oo; TOtç TTTwyo'.ç, /.y/. £;£'•; Or^Taj-

pOV £V O'jpaVd), XX', 0£UpO XyOAO'jO£'. ;J.O', (5).


Le texte de Me. (et celui de Le.) est coulant. Mais celui de Mt. est
Les critiques non catholiques, même les plus modérés
difficile.

(comme Plummer, Me Neile), sont d'accord pour y voir un arrange-


ment artificiel. Mt. n'aurait pas pu prendre sur lui de faire refuser
par Jésus le titre de bon. Il aurait eoievé cette épithète de bo?i dans
l'appellation de bon maître, pour la placer dans la question : « Que
ferai-je de bon? » Et .Jésus au lieu de dire : pourquoi me nommes-tu
bon? répondrait pourquoi me questionnes-tu sur ce qui est bon ou
:

sur le bon? avec une équivoque sur le bon, au neutre ou au masculin.


Mais alors pourquoi a-t-il ajouté a un seul est bon », qui ne répond
nullement à la question posée? De sorte que Merx a carrément attri-
bué tout cet arrangement à un copiste, prenant comme l'original de

(1) Soden vfipr\no'/.

(2) S. navTa tauTa.


(3) S. otn. Tot;.

(4) S. add. auoxoiOEi;.


(5) S. add. apa; xov (jTa-jpov.
26 REVUE BIBLIQUE.

Mt. un texte semblable à celui de Me, tandis que Klostermann renonce


à expliquer Mt. — Mais si la foi des fidèles s'est choquée du* texte de
Mt. et l'a corrigé, pourquoi y laisser cette trace « un seul est :

bon? » pourquoi ne pas corriger aussi Le. et Me? Quant au sens de


Mt. il a été parfaitement compris par Oiigène, mais on ne l'a pas
suivi, et enfin il faut convenir qu'il y a une difficulté à lentendre,
surtout à le concilier positivement avec Me. et Le.
Deuxième difficulté : Mt. parle d'un jeune homme, tandis que
dans Me. et Le. le riche déclare : « j'ai observé tout cela depuis ma
jeunesse », guère s'entendre d'un jeune homme.
ce qui ne peut
Devant cette double difficulté, comment a procédé Tatien? Nous
traduisons le début d'après le Diatessaron arabe.
« Et pendant que Jésus marchait dans le chemin, un (jeune) (l")

homme des principaux s'approcha de lui et se mit sur ses genoux et


lui demanda et dit bon Maître, que ferai-je pour que j'aie (2) la
:

vie éternelle? Jésus lui dit Pourquoi m'appelles-tu bon? Il n'y a de


:

bon, si ce n'est l'unique, Dieu » (3).

Ce qui suit est d'après Aphraate{4).


« Cet homme lui dit : Ces choses, je les fais, voici, depuis que je
suis un enfant; mais que me manque-t-il? Alors Jésus le regarda
afl'ectueusement, et lui dit : une chose te manque : si tu veux être

parfait, va, vends tout ce qui est à toi et donne aux pauvres; et porte
ta croix et viens après moi. »

Le problème de l'harmonisation ne pouvait être résolu plus radi-


calement. Les difficultés faites par le texte de Mt. disparaissent, —
avec son texte! Et d'ailleurs quel soin de ne rien omettre de ce qui
n'est pas gênant !

Le début est d'après Me. y.ai v/-oç,t'jz\}.v)z-j tj-z-j ci; c;cv., « un (jeune)
homme » est ajouté... « des principaux » est d'après ap^o^v (Le,)...

-psjsXOwv auTO) (Mt.) ;


YOVjT:£r^c;a; (Mc); îzr^poj-rr.crsv et Xsvtov (Lc); Sioors-

/Sli (Mc. Mt. Lc.) xv^Oe (Mc. Le); -.i Trc.r^jto (Mc.) en omettant a^afcv
de Mt. y.Ar<pcv:;ji.r,(7a) (Mc. Le); Ir^acu; (Mc); ti \}.t
;
'hi-;v.z 3:YaO:v (Mc. Le.)

en omettant \}.i zpoi-xq ~zpi -o-j a^aOcj de Mt.


-j. ; ou$s'.ç x';y.():: v. \):r^ v.q z

Occ; (Mc. Le.) et non pas s-,; £jtiv z xvaOcç de Mt.


Ensuite : l'homme, ajouté à Mc. et à Lc. au lieu du vsav.c;/.:-: de Mt.

(1) L'arabe dit bien un jeune homme, mais Tatien a diï dire un homme, d'après Sin et

Cur ici, et d'après Aphraate ci-dessous.


(2) Probablement corrigé d'après pes. et le texte antiochien, car Aphraate : que ferai-je

pour que possède (en héritage) la vie éternelle?


je

(3) D'après Éphrem {Moes. p. 169), il y avait ensuite dans Tatien : Pater, qui in Cœlis.

(4) Pair. syr. \, 928.


L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES EVANGILES. 27

TC £Tf, (1) UTTspw (Mt.)', z Oz. Ir,(j0tj:; £;j,5X£'ia? aii-w r^vacKYi^ev a'JTOv 7.a', £'--îv

a-JTw (Me); £', 0£À£i; --Xziz:; c-.va', (Mt.) ; £v (7£ •jc7T£p£t (Me); uT:aY£ (Me. Mt.) ;

Trav-ra oaa cX£iç (Lc. cf. Mc.) ; 7:o)X-r]cTcv (Me. Mt. Le.) y.a', Scç (tciç) -tctw^toiç
(Me. Mt. ef. Le.); /.a'. £;£'.^ G-^o-aupov £v cupxvto (Me.); «paç tov ŒTaupov
(authentique dans Me. d'après Soden, mais c'est plutôt une addition
aotioehienne), placé logiquement avant /.a-, csjp: a/.:A:'jO£'. [j.;i (Mc. Mt.
omis comme une simple élégance grecque.
Le.), ozupo étant
Pour une Harmonie, le problème était résolu, ou plutôt le nœud
gordien tranché résolument. Conçoit-on que l'éditeur des séparés
ait pu appliquer cette méthode au texte de Mt., qui était sacrifié
dans cet arrangement?
Nous avons Sin et Gur sur Mt. Leur dépendance de Tatien pour
la langue n'est pas discutable. Tous deux omettent '.s^u au début

et ajoutent « un homme » « pour que je possède » et non, « pour ;

que j'aie » ; ils traduisent largement, ajoutant un « car » au v. 17


(car un
un seul), « voici » au v. 20; ne traduisent pas c£jpc au v. 21.
Mais tout cela ne fait pas violence au texte. Qu'en est-il de l'harmo-
nisation sur les points essentiels?
Tous deux ont « bon » Maître, mais c'est la seule harmonisation
commune avecTalien. Tous deux ont plutôt accentué la difficulté en
unissant le ^nœnav.o- de Mt. à ^no-r-.cq de Mc. et de Lc. £•/.

Pour son compte Sin, selon ses habitudes d'abréviation, a omis


-'.£:'. •jj-c£poj au v. 17, mais à part ce point, et ce que nous venons de

dire de la manière large de rendre le texte, il représente exactement


le texte de D avec ce détail particulier que au v. 17, où D a £Xf>£',v et

non £',î£>.0£iv, Sin a traduit « pour que je vienne (2) et non pas « pour
:

que j'entre ».
Pour son compte, Cur harmonise davantage, car il om. 7.^;xho'/
V. 16; au v. 17 il ajoute Iï;7;jç au début et 0£c; p. y.^;yS)z- avec Mc. et

Tatien; au v. 20 il a l'addition « et prends ta croix. » :

On dirait donc qu'il est plus près de Tatien, sans cependant l'avoir
imité dans ses deux procédés radicaux. Mais est-ce bien de Tatien
qu'il se rapproche directement?
La question se pose, car un autre texte a été beaucoup plus près
de Tatien, et c'est le texte grec d'Antioche. Dans le texte reçu (déjà
dans ^y) en effet, les vv. 16 et 17 ont z'.oy.z7.yJ.t y^'xdt, x';xfiov : -.'.

T.0':r,(7b) '.va £'/(o Imt^v x'.ojvi^v. ''0 $£ £!,7:£v a'jT(i)* -'. [j.z Xtyv.ç y.^;y^o^)\ Z'^'^v.c,

(1) £Ti omis par Tatien.


(2) Avec un cursif de Soden, deux niss. de la Vulgate (Q R), el d. Mais dans D n'est-ce
pas faute de place.' Il est bien difficile d'adinetlre que D a imité le seul Sin; mais Sin
et Cur rendent encore ïktc/Ôecv par venir sur Mt. xviii, 8.
28 REVUE BIBLIQUE.

jf/xOc; V. [j.r, £•; : f)z::. C'est-à-dire que sauf ^lyaOcv au v. 16, il n'y a
plus de vestige de la leçon propre à Mt.
Dès lors, ou bien le texte grec d'Antioche a subi l'influence de
Tatien sur deux points de première importance : 1) la substitution

de -: \j.i '/.z\'t'.: 7.';xHz\- à -'. \xt spwTaç -iz<. t:u a^aOcj; 2} la substitution
de zjzv.t a-'adcç s-. ou bien ce texte
;j.r, v.z z bizz à v.z sjt'.v : j.-;yS)zz,

antiochien est antérieur à Tatien, ou indépendant de lui. Mais,


quoi qu'il en soit, ce texte antiochien répandu en Egypte au v'' siècle
et sans doute avant, a pu causer les légères modifications de Cur,
qui font figure de Tatianismes.
Si donc on considère la version syriaque ancienne comme un tout
représenté surtout par Sin, elle procède non point d'un texte syriaque,
mais d'un texte grec se rapprochant de B, ou plutôt équivalant à D,
mais encore plus harmonisé. Et ce caractère extra-syrien de l'an-
cienne syrienne est d'autant plus frappant que la pes. a emboîté le

pas du texte antiochien.


Quant à la seconde partie antiochienne, elle contient elle aussi
l'antithèse : « le jeune homme dit : j'ai gardé tout cela depuis ma
jeunesse.» Mais ce trait est aussi dans Origène [P. G., XIII. c. 1289).

donc une harmonisation d'après Me. et Le, et qui ne vient


C'est
pas de Tatien, puisqu'il avait changé le jeune homme en homme,
au moins d'après Aphraate.
Il est assez naturel de faire la contre-épreuve sur le texte de Me.
Tatien lui a donné la préférence, mais cependant il n'a pas omis
certains traits de Mt. : « que me manque-t-il? » et « si tu veux être
parfait. »
Nous n'avons pas le texte de Cur. Quant à Sin, il tient de Tatien
pour la langue « il : le regarda affectueusement » (corrigé par pes. :

« il le regarda et l'aima »); au v. 20 «j'ai fait », pour £ç;jAa;cz;j.Y;v,

« porte » et non
prends » (pes.) ta croix. Il a les variantes y.r,zy.z\f)v.z
«

et y.z%z -::v z-y.-jpz-/ que Soden tient pour le texte authentique, et qui
d'ailleurs n'ont rien d'harmonisant. Il y a seulement au v. 21 un
« tout » qui paraît emprunté à Le. par Tatien, avec la place de

« prends ta croix », avant zi-jpz.

Dans W
17, iBsj -ir xasuj'.c; post zlz^i, rappelle le <.zz-j de Mt. et le
apywv de Le. ; aeyojv p. yj-z-t 2" comme Le. et Ta. — 20 add. -\ -jz-iç-m

=-'.
p. ;j,:j; 21 v. f)t\v.: -ikv.z: ivty. p. ajTw. C'est-à-dire précisément
les deux traits saillants de Mt. retenus par Tatien! Encore 21 z-jç,y^z'.z

comme Mt. 1. cupavto. Enfin W a aussi :i~zy.p'S)v.z, et yç,y.z -z-j jTajccv


(avec j:j) avant csj::, comme Ta [et Sin}! Chacune de ces harmoni-
sations a ses attestations sporadiques. Faudra-t-il admettre que
L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉV.\NGILES. 29

l'influence de Tatien s'est exercée davantage sur ceux qui très proba-
blement ne pouvaient pas le lire que sur une version syrienne qui
lui empruntait sa langue? Ou n'est-il pas plus vraisemblable que le
texte de Me. a été complété directement d'après celui de Mt.? Voici
un indice en faveur de la seconde hypothèse. La leçon £ç;jAa;3:;j.r,v
qui est propre à Me. a été insérée trois fois par et deux fois par D. W
Dira-t-on que c'est d'après un Tatien grec? Mais Aphraate, qui paraît
bien confirmé par Ephrem [Moes. 191 s.) a « j'ai fait », qui est ici
le texte de Sin (1). L'harmonisation se poursuivait donc en dehors

de Tatien. Quant à Le, notons seulement que Cur a ajouté à « un


des principaux » le mot « des Pharisiens )>. Soden ne cite que Cur,
mais il a probablement emprunté ce trait au Pseudo-Clément (Hom.
xviii, 3) Tw v-z^)-<. çixs'.jx'.oj. Et si le même Cur a ajouté à Le. xviii, 18
; :

« et pourquoi m'interroges-tu sur le bon? »>, ce n'est sûrement pas

pour se conformer à Tatien qui avait exclu ce trait de son harmonie.


C'est plutôt pour satisfaire à l'état d'esprit d'Augustin [de cons.
II, 63) commodissime ergo intellegitur utrumque dictum : quid me
:

dicis bonum et interrogas me de bono.


Voici encore un cas ou syr.-vet, marche avec D et les latins sur un
texte manifestement secondaire et qui ne vient pas de Tatien.
C'est sur Le. xi, 53. 54.
Le texte critique fondé sur B x etc. est : 1) Ka/.='.e£v £;£a9:vt:ç

x'jTîj 2) Yjp^avTC :'. YS3:tj.;j.a-îi5 -/.ai c. $ap'.ja'.:'. Sstytoç svs'/s'.v 3] -/.ac

y.~z<s-z^.7L-\^v.-> 3!ut:v -îp', -Àc'.ovtov, 4) svîopsucvTcç auTCv 5) 6y;p£usai xi va


~0U G-0[K!X10q X'J-O'J 6)...
On lit dans D 1) asy^vt:? (ms. 9?) os Taj-a -po; aj-cuç svojz'.cv tcxvtc;
T^'j Àa;u 2) r,z:y.'f-:z c. sxp'.jx'.ci -axi z<. vz\j.<:/.z\. gs'.vo)? tyj.<y 3) -/.t.'. z'j^/ixWtvi
zjTw -tz<. -'Às'.cvwv i) 'Cr-.z-rni;, 5j xzz^\j:rf't -.vn. axce-.v xj-z-j 6) '.va s'jpwT'.v

/.x-.r,'[z^r^'zv. x'j'Z'j.

Distinguons deux points : y.). Pour la clause 1), sauf svojr'.cv ttxvtc;

-csu 'kxz-j, D a l'appui du texte d'Antioche, si bien que M. Hoskier en


soutient l'authenticité, et de même pour la clause 6) sous la forme
'.va •/.aTY;Y;pr,7a)G-'.v xj-zj.
Mais ^) il reste les n° 2), 3), 4)pour lesquels D est presque complè-
tement isolé en grec, n'étant soutenu que par 2 cursifs pour î-jy.caX-
AîlV ajTO).

Une première conclusion s'impose. Quoi qu'il en soit de l'authenti-


cité quant aux clauses 1) et G), où d'ailleurs nous n'hésitons pas à
préférer le texte de B, etc., il est de toute évidence que D n'est pas

(1) £itoir\aa, fam. 1 et quelques autres cursifs.


30 REVUE BIBLIQUE.

authentique pour les trois équivalents des termes De plus


difficiles.

si l'on comprend très bien que les traducteurs n'aient trouvé que des
équivalents sans couleur, on ne comprend guère qu'un copiste ait
osé lui-même opérer ces transformations. Le plus probable est donc
que D ne nous offre ici qu'un grec de traducteur.
Mais est-ce d'après le syriaque ou d'après le latin? M. Chase a
conclu à l'influence du syriaque sur D (1).
Et en efiet, Sin et Car ont presque exactement le même texte, si ce
n'est pour l'ordre des Pharisiens par rapport aux scribes, et Sin omet
la clause 6) 1) « Et quand il eût dit ces choses en face d'eux (2)
:

aux veux de tout le peuple, 2) cela commença à déplaire aux scribes


et aux Pharisiens, 3) et ils disputaient avec lui sur des choses nom-
breuses, 4) et ils cherchaient à se saisir contre lui d'une raison (3) (ou
d'une occasion) 6) afin qu'ils pussent l'accuser. »

Voici le texte africain, il est vrai seulement d'après e : cum haec


autem diceret ad eos in conspectu totius populi, coeperunt farisaei
et legis doctores graviter habere et conferre illi de phiribus, quaerentes
occasioiiem aliquam invenire, ut eum accusarent. Pour les trois mots
difficiles, a-iaTOlj.x-'.Cs'-v est : comminare illi a, committere cum illo
h i l q r, committere illi d, conferre cum eo c, altercari cum illo /_,

£V£opeucv-cç quaerentes; occasionem aliquam invenire ab


OY;p£U(Tai

illo (de il. bq, in il. i, om c l) a b c i l q r. Dans/ il y a mélange :

capere aliquid ex ore eius. ut occasionem invenirent accusare eum.


Mais sauf d qui suit D ut invenirent accusare^ aucun latin pas plus
qu'aucun grec n'a ici cette tournure.
Or, pour commencer par là, on pourrait croire que iva ejpwtjiv avant
l'infinitif est un calque du syriaque pn-r:!. Ce mot en effet signifie

ici « pouvoir », mais il a aussi le sens de « trouver » et cela est si vrai

que la même formule est traduite par Gwilliam Le. Vi, 7 ut mveni-
rent, [unde] accusarent eum, et Le. xi, 54 ut possent accusare eum.
Mais puisque Le. vi, 7 porte dans D iva sopwc-iv y.(x\t\-^[z<^r^<sy.\ auTou, il a
donc ici simplement harmonisé.
Pouvons-nous recourir àTatien comme source du texte D?
Nous ne le connaissons que par l'arabe, entièrement semblable,
dit-on, au texte de la peschitta. —
Sauf un mot, mais qui est carac-
téristique. Au V. 55 Ciasca a bien traduit capere, ce qui serait l'équi-
valent de la pes., mais l'arabe porte « pour prendre à la chasse »

(j-.>^) équivalent plus exact de BYjpsucat.

(1) The syro-lalin text of the Gospels, p. 38 ss.


(2) Ce qui n'est pas nécessairement contre eux (against, Burkitt).
:

(3) D'après Soden Sin ajoute Xoyov p. a-jxou. Quelle confusion est-ce là?
L'ANCIEN.Nt: VERSION SYRIAOL E DES ÉVANGILES. 31

De plus os'.vwç cvsysiv est traduit d'après le ms. B de Ciasca « dans :

leur méchanceté ils se fâchèrent », dont la pes a fait deux verbes :

« se fâchant et s'irritant. >> (i) Il serait peu vraisemblable que pes se


soit écartée du texte de tout le monde sur ce point, sans l'autorité de
Tatien (2).

Si la pes. et Ta sont semblables, c'est donc simplement que tous


deux représentent exactement le texte Antiochien, ce qui en somme
n'a rien d'extraordinaire, soit que l'Harmonie ait inspiré la clause 1)
pour concilier le texte avec Mt. xxiii, 1, d'après lequel le discours
contre les Pharisiens s'adressait t:-.; ;•//.:'.; /.y.', t:-.: •^.xfir-x'.ç, et la
clause 6) pour harmoniser avec Mt. xii, 10 et Le. vi. 7; soit au con-
traire que le texte antiochien ait servi de source à Tatien.
Tatien étant hors de cause comment expliquer les rapports de D,
de Syr.-vet. et des latins? Pour M. Chase, les latins dépendent des
Syriens par D. Mais nous ne voyons aucune raison décisive d'admettre
cette dépendance.
En effet pour la première expression difficile, y.T.zz-c\i'jL-'Zzv/. elle a
pu donner naissance à toutes les variantes latines, dont le nombre
même exclut un texte grec qui serait z'j[j.ix'/'/.i:-^. L'accord de e avec
le syriaque nest pas tellement étroit qu'il faille supposer une dépen-
dance. ïvcscEJCvTs; a pu être traduit très largement comme s'il y avait
Lr,Tcuv-£c. Ici l'accord est plus étonnant, mais il faut se souvenir que
ur^Tiuv-e; figure dans le texte reçu. Le point délicat est le dernier :

B-qpz'jGoci -'. £•/. -cj z-z[j.7.-z: xj-.zj peut-il être l'origine des variantes
occidentales?
Cependant il n'est point du tout impossible de regarder la traduc-
tion de a r occasionem al'iquam invenire ah illo comme équivalent
au texte critique, 6r,p£jja'. étant invenire occasionem, et ab illo étant
l'abrégé de v/. tcj 7t:;j.:zt:; ajTCJ.
Au premier abord, on serait tenté de regarder xzzo\J:^^'^ -vty. Xace-.v
aj-cu comme le texte commun à tous les latins et au syriaque. Chacun
aurait expliqué à sa manière cette énigme : « de lui, contre lui, à son
sujet »; dautres se tirant de la difficulté par l'omission, sans parler
de la traduction littérale de d occasionem... eius. Mais en réalité la
leçon de D est inintelligible; ce ne peut être qu'une faute lourde de
copiste pour -x-' d'après le cod. a. En tout cas le syriaque
xj-.zj,

« contre lui » est un arrangement banal et secondaire par rapport au


texte ab illo. Nous concevons donc un texte latin traduit du texie

(1) De même le ms. A aux variantes.


(2) Il y a peut-être une autre trace de double traduction dans xa-io-xv/ovTo,
32 REVUE BIBLIQUE.

authentique comme la source de D, source lui-même du syriaque.


A supposer que D ait librement changé le texte grec, et soit la
source du latin, ce qui n'est pas impossible, le syriaque dépendrait
toujours de D et non vice versa, ne fût-ce qu'à cause de ce « contre
lui », si manifestement secondaire.
Nous avons laissé dans l'ombre l'addition cvwziov rrx^nzz tcu \y.zj au
V. 53. C'est le type dune leçon latine ancienne (af et it) syrienne
ancienne (Sin et Cur) et assez connue des Grecs (D 0, plusieurs cursifs

dans Soden). Elle ne peut donc venir que d'un texte grec très ancien,
qui a amplifié l'harmonisation avec Mt.
On suit donc assez bien les déviations du texte original. De très
bonne heure un texte antiochien harmonise avec Mt. pour le début,
harmonisation plus complète du chef des latins, de D et de syr.-vet.,
en même temps que les mots difficiles disparaissent. L'addition finale
est ajoutée aussi de très bonne heure dans le texte antiochien, har-
monisé dans D avec son texte de Le. vi, 7.

On pourrait objecter, avec M. Chase, l'influence du syriaque sur


un texte qui se trouve dans deux onciaux grecs D et-$, dans le plus
grand nombre des textes latins, af (c'est-à-dire e) et it, enfin dans
Cur. Il s'agit de la longue addition qui suit Mt. xx, 28 (1).

Dans le Codex D on lit 1) ufJLstç os: Zr,-.v.-=. e/. ;j.',/.pou au^r,c:at /.ai £/.

[Asiscvo; sAaTTCV civat 2) £iaepxc[j,£vci os y.yn r.2poi'A\rfie'/-eq osi-vyjaai \ir.

avax/avcffOs (p. tsttouç <i>) sic tou? a^e/cv-aç t=-cuç, i):r,r.z-=. evSo^oTepcç

GZ'j i7:tkOr, v.ai TrpocîXOwv c cî'.7:vcy,A*/;-it)p et-ïj jc/ z-i -/.ato) xwpsi •/.ai

y.aTa'.j/'JvOr^jr, £av ot ava-srr;; îi; -;v r,--Z'/x tc-cv xai (om tï>) et.zkHt, gcj

r^-Twv, spst <70'. c C£i-vc;/.Ar,-:(j)p t;uvaY£ (ays 'I*) t~i avo) -/.ai £C7Tai. soi tcuto

7pr;!7i;j.ov ( — [jt.a)T£pov <ï>).

Sin est lacuneux, et sa lacune est trop courte pour admettre ce


passage, mais on lit dans Cur. 1) « Mais vous, cherchez à devenir
grands (en partant) delà petitesse, et non de la grandeur à devenir
petits. 2) Quand vous êtes invités à un diner, ne vous mettez pas

dans une place excellente, de peur qu'il ne vienne quelqu'un de


plus honorable que toi et le maître du diner te dirait Approche-toi :

d'en bas. Et tu serais confus aux yeux des convives. Mais si tu te


mets à une place modeste, et qu'il vienne quelqu'un de plus petit
que toi, et que le maitre du diner te dise Approche et monte, et :

prends place, et il y aura pour toi une gloire excellente aux yeux
des convives. »

(1) HoRT et Westc. Introduction, Notes on sélect readings, ii, 15 ; Chase, The Syro-
latin text of the Gospels, 1895, p. 9 ss. ; Nestlé, Einfiihruny... V éd. p^ 179 ss., 214 ss.

et Zq T W, 1906, p. 362 ss.


L'ANCIENNE VERSKjN SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 33

M. Chase regarde le syriaque comme l'origmal du grec, parce qu'il


est beaucoup plus coulant. L'addition de non dans la clause 1) donne
UQ sens limpide à ce qui est un rébus dans D. La clause est d'après -2;

Le. xxH, 26; or le texte de Cur est beaucoup plus semblable dans les
deux endroits que dans D. C'est donc Cur qui a extrait le passage de
Le, en le remaniant déjà, mais on a augmenté la différence en
traduisant du syriaque en grec. Le terme « le maître du diner « en
syriaque est emprunté à Le. xiv, 12. On peut ajouter que le —
texte de Cur gagne encore beaucoup à l'omission des deux et-., si
étranges, ce me semble, dans le grée, à la suppression de v.-izyz-
[iviz: Il v.x'. qui est mis à rebours avant l'invitation. Tout cela est bien
clair, mais c'est la preuve que le texte de Cur est un texte arrangé
et en partie harmonisé avec Le.
On pourrait être tenté de se rejeter sur Tatien. Cependant Soden
et Vogels, tatianistes renforcés, se tiennent sur la réserve. Il n'y a
pas dans le Diat. ar. le moindre indice de la clause 1;, et il a mis Mt.
XX, 28 sans addition assez loin après Le. xiv, 7-10. Tatien eût pu
mélanger deux passages semblables, mais quand il n'y avait qu'un
passage sur un thème, il ne pouvait que le reproduire tel quel. Dans
notre cas, il a donc reproduit Le.
Ajoutons —
et c'est encore un indice du peu d'action de l'ancienne

syrienne en Syrie —
que le Rev. Cureton (1) a noté l'addition à la
marge d'un ms. de la version philoxénienne et d'un ms. de la pes.
Elle est traduite d'après le grec, parce que c'est là seulement cpi'on
l'a trouvée, comme le suggère la note du ms. philox. reproduite par
Tischendorf d'après Adler : haec quidrni in exemplis antitjui.-> in Le.
tanlum leguntio' capite 53 ^c'est-à-dire Le. xiv, 7 ss,;; invemuntur
autem in exx. graecis (an potius in exemplo graeco?) hoc loco;
quapropter hic etiam a nobis adiecta sunt).
Infiniment rare dans le monde syrien, et de même en grec, l'addi-
tion couvre le monde latin; il faudrait dire les deux additions.
La première 1) a deux formes en latin toutes deux connues de saint
Léon'2'i, l'une aisée : vos autem quaeriti.^ de pusillo crescere et de
minore maiores esse (b, cf. g"-) ; l'autre semblable au grec. Il est
clairque cette dernière est primitive, et Juvencus en a parfaitement
rendu le sens :

At vos ex tfîinimis opibus transcendere vultis,


Et sic e siaiimis lapsi comprehenditis imas.

(1) Cité par Chase. \>. 9, note.

(2) Cf. Sabatier.

REVLE BIBLIyUE 1921. — T. SXX. 3


34 REVUE BIBLIQUE.

L'ambition pour les apôtres est une déchéance. Pensée exprimée


d'une façon légèrement paradoxale ou du moins énisniatique, comme
tant d'autres sentences de Jésus, et qui ne parait pas indigne du
Maître.
On voit donc que quelques latins, aussi lestement, mais autrement
que Gur ont tourné la difficulté. Il serait puéril de dire avec Nestlé
que le grec est original parce que Zr-.ziie peut être un indicatif (les
latins) ou un impératif (Cur). L'argument prouve seulement que Gur
ne dépend pas directement des latins, non pas que D ne peut être une
traduction du latin.
Les variations des latins sont moins graves, mais encore considéra-
bles dans la partie 2) qui a été traitée par saint Hilaire comme
authentique (1).
Voici le texte de b : intranles aiitem et rogati ad coenam nolite
recumbere in locis eminentioribus ne forte clarior te silperveniat et
adcedens qui ad coenam vocavit te dicat tibi adhuc deorsum accède et

confundaris; si autem in loco inferiori reciibueris et siipervenerit


humilior te dicet tibi qui ad coenam vocavit te accède adhuc sursum et
erit hoc tibi utilius.

Ce latin et le grec sont exactement semblables. Je ne saurais douter


pour ma part que le grec ne soit du grec de traduction. On peut
imaginer que D a traduit le latin zuzzzz-.izz: rend clarioi\ v.z, tcjç
:

c';£y:vT3t; tizijç, in locis eminentioribus ; z.-i\br, /.a-. -pzGÙJiiù^/, r—o^x


-zr.z-i et 7;j r,"u)V; c'est par trop négligé! i-.i avant /.y.-iù et avant avw
me paraît bien plus dur que adhuc. Quoique le Corpus se refuse à
entendre adhuc de l'espace, cependant des tournures comme : tu
procedere adhuc et ire quaeris [Martial, iv, 89), ou adhuc inante

accédera [Pereg. Ether. xx, 1) nous préparent à comprendre ac?A^/c (2),


surtout suivi de inferius et supcrius comme dans les mss. de la
Vulgate. Notez aussi l'élégante opposition de clarior et à'hwnilior qui
s'estompe dans le grec. Enfin juvays de D, corrigé en ays dans $ est

inintelligible.
D'autre part le latin n'a pas créé l'addition, puisqu'elle se trouve
encore dans •!» et dans les mss. grecs connus des copistes de la pes-
chittà et de la philoxénienne.
Il est donc plus sûr de dire que le grec est une traduction d'un
texte sémitique. Il n'en est peut-être aucun dans leX. T. qui présente
aussi nettement ce caractère, avec le balancement exact des situations

(1) Sabalier.
(2) Si on supposait un autre grec, ce pourrait être pour ccCpo.
L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 3o

marqué par un parallélisme antithétique rigoureux. On ne sait d'où


tirer la clause i). On a prétendu que la clause 2 pourrait bien être
une imitation de Le. xiv, 7-10. Luc a constamment rédigé dans un
meilleur grec des textes d'allure sémitique, c'est entendu mais qu'on ;

aitrecréé la forme sémitique primitive d'après son grec, ce serait


un cas unique et paradoxal. Faut-il donc admettre que le passage
appartenait à une source connue de Le? On ne peut ni le nier, ni

l'affirmer; il apu écrire d'après une tradition orale, qui n'aurait été
écrite sous sa forme plus sémitique qu'après la rédaction du premier
etdu troisième évangile.
Puisque nous avons reconnu le caractère secondaire de Cur par
rapport à D, on pourrait voir dans Cur une traduction de D, un peu
arrangée. Mais on pourrait supposer aussi une source araméenne
commune.
Le terme de oE'.zvc/.Aïj-rwp, rendu diversement par les latins, est un
indice que le grec est original par rapport au latin. Le sens grec
paraît être celui de nomenclator iAthén. iv, 171 B), le ser\-iteur qui
indique les places, une sorte de maître d'hôtel. Mais les latins ont
compris comme Hilaire : dominiis coenac. D'où vient ce mot rare? Il

estdans D l'équivalent du syriaque sr'*2w*~x n^'2 (Curi « le maître du


dîner », dont le sens n'est pas douteux. J'imagine que le grec a lu
...S Nip « rinvitateur au dîner ». La confusion de ^ et de ;:, presque
inévitable en palmyrénien, est assez plausible dans l'ancienne écri-
ture araméenne. Nous aurions ainsi la preuve que l'ancêtre de D et

Cur ont emprunté à un même original qui pourrait bien être l'évangile
des Nazaréens, comme l'avait déjà conjecturé Bengel. Mais quoi qu'il
en Cur ne peut être l'original du grec ni du latin.
soit,

Encore quelques cas où syr.-vet. va avec D, mais non avec Tatien.


M. Burkitt a cité huit cas d'agrément de la version Sin-Cur avec les
textes occidentaux contre le Diatessaron. Quelques-uns d'entre eux
seront repris dans notre liste.
Mt. III, 17 {Burk.)QMv et Sin supposent -j t: ; j-.:; ;j.:j. ce qui barmo- :

nise avec Me. et avec Le, et c'est la leçon de D, a, Irénée grec (m, 9).
Mais Tatien Hic est fîlius meus 'Moes. 99
: .

Mt. XII, i6 iv. a été omis par D et Sin Cur. af h, d'après Vogels
pour supprimer une différence entre Mt. et Me. \\\, 31 avec Le. viii, 19.
— Ta.-ar. n'en a pas été gêné.
Mt. xiii, 1. Sin avec D afom.it £•/. rr,; c./.'.a:, peut-être pour harmo-
niser avec Le. viii, 4. Mais ces mots se trouvent dans Cur et dans Ta.-
ar.

Mt. XIV, 19 et Me. vi, 2G /.a-. t:j; ava/.£'.;j.£vcj;. mais Sin et Cur dans
36 REVUE BIBLIQUE.

Mt., Sin (Car h.) dans Me, ajoutent c-.a après v.xk, et de même (bis; D
et plusieurs latins. — Ta.-ar. om. contre pes.
Mt. XYii, 14 y.ai caGcvtwv, Me. ix, 14 v.xi saOcvts; Cur et Sin, Sin (Cur
h.) ont le singulier, avec D et les latins dans les deux cas. —
Ta n'avait
que le texte de Le. (1; ix, 37.
Mt. XVIII, 20 [Burk.) — sans parallèle. Sin u car il n'y a pas deux ou
:

trois réunis en mon nom, que je ne sois au milieu d'eux, » D cuy. staiv...
T.xp' o'.ç cjy. v.\).i<.. d non enini siint — aput qaos non ero. Clém. Al.
{Strom. III, X, 68) -vtz: lï y. o'js... -jrap' ziz ;j.e7:ç c-t-.v c y.jp'.:;. — Mais
Cur et Ta [Ephrem, Aphraate) ont le texte grec ordinaire. On dirait
que le copiste a confondu zZ en sj, et arrangé la phrase en consé-
quence. Mais, quoique la phrase de Clém. ait une allure positive, son
rrac' :iç ressemble bien à D.
Me. VI, 53 =-'. -çi Yr;v r,A6;v ziz \'vrrf,jxpt-/.x>. r.pz::iùp[j.'.aQr,<jxv. Da écrit :

£/.s'.6ev y;X6;v tr.i harmonisant d'après Mt. xiv, 3i. En


-:r,v 'rr,i Y^vvr^aap,

revanche c'est semblable à Sin Ils vinrent au pays de Gennesar »


: <<

(Cur h.). Rien de plus fort! Or Ta s'est contenté du texte de Jo. vi. 21''.
Notez que /.ai -::p;7a)c;j-'.76r,c7av est omis par D fam. 1 28 565 700 a W
h c ff i q r pes. arm. M. Burkitt (2) en conclut que ces mots man-
quaient généralement à Me. au commencement du iii^ siècle. Ce ver-
dict tombe avec l'antiquité de Sin.
Me. XV, 1\ Sin (Cur //.) om. fp. Cela
ti; Tt apr,, de même D af n r

rend le texte semblable à Mt. xxvii, 35 et Le. xxiii, 3i. Tatien n'a
retenu que .lo. xix. 2i.
Le. m, 9 ;j.r, r.ziz^)] /.:zpz:v y.aXov Sin Cur D (seul) le pluriel. De même
Sin Cur (D hiat) sur Mt. m, 11. On dirait ici que le pluriel est dans
les habitudes syriennes.
Le. VI, 42. La leçon propre de Le. t^-zz Tr,v ev tw zo^x\\j.<s) cz'j zz-az^^

:j ^As-wva été remplacée dans D par celle deMt. vu, 4, sous la forme
y.ai izz'j zz/.z: sv tw -w ivOa/.y.w j-zv-u-x'., de même Sin (Cur h.) afit.
r,

Ta.-ar. a la forme authentique, ipse in ociilo tuo trabeni non videns,
qui doit être originale, car la pes. lit. quum ecce, trabes quae [est] :

in oculo tuo, 7ion conspicitur libi. On prétend que D avec jri/.siTai a


traduit le syr. s^id (aussi dans Cur Sin i sur Mt.). Mais c'est plutôt
la traduction de siibiacet, qui a pu passer ensuite dans syr.-vet. Ou
bien ce sont deux équivalents de est.

Le. vil, 7 z<.z z'jzz £;j.a'jT:v r,;'.(o-a -pz: zt sXôs'.v, omission volontaire
pour s'accorder avec Mt. viii, 5, dans Sin (Cur) D trois cursifs, abc

(1) Et non Me. ix, 13 du diat. ar.

(2) Journ. of. Iheol. St. xvii, 19.


L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 37

e ff"^
l ri. Mais Tatien avait été plus radical en lisant '.et venit ad eum
cum senioribiis ludaeorum.
Le. VIII, i9 sp'/e-au.. Xe^oiv est remplacé par le plur. zpyz^KX'....

>.£7cvT£; dans D c Sin et Cur., ce qui harmonise avec Me. v, 35. —


Mais Ta.-ar. devait opter, et il a opté pour le texte de Le. avec le

sing-.

7. Rapports de la version syriaque ancienne avec W.

La question du texte dit occidental et du syr.-vet. est entrée dans


une nouvelle phase par la découverte du ms. Freer ou de Washing-
ton (W) A la vérité il ne s'agit que du texte de Marc, et encore celui-ci
se divise-t-il en deux parts. Dans Me. i-v, 30, le rapprochement
avec les latins est tellement étroit que M. Sanders a conclu à ime
influence latine sur le grec. Pour ma part, je ne puis me soustraire à
cette é\âdence. Mais lorsqu'il y ajoute une influence syrienne, spécia-
lement de Sin, je ne vois plus aucune raison de souscrire.
Dans les cas qu'il a cités, on ne voit aucune raison de regarder W
comme dépendant de Sin. L'hypothèse inverse est tout aussi vrai-
semblable. Sur v, 22 0) 2voy,3: pour o^k'j.x-.i = Sin, gr. 565, 700,
M. Sanders note : Construction syriaque et non grecque. Il oublie
donc Le. ii, 25.
Sur Me. m, 19, Sin et W seuls supposent T.yipy.zrj; 1 zapsow/.Ev, ce
qui n'a rien d'une tournure syriaque ;
et peut-être Sin a lu -poozrr,:.
Mais il est certain que les relations entre DW et Sin sont très
étroites.

Me. Il, 23 :
(1) W au-:;v £v -o<.- Taoêa^iv zapî'jsjQa-. Sin « le jour du
sabbat il allait ». om. coov zîisiv D W Sin.
II, 26 om. £-'. ao'.aôap toj ap-/'.ep£a); /.a-. D W Sin.
II, 27 et 28. La coïncidence si remarquable de W et de Sin a été
déjà citée.
III, 7 om. r,/.:Xo'j6Y;a-av D W Sin.
— 8 om. 7.3;'. y-o ty;ç looj'^.y'.ocç D W Sin.
— 10 sOepaTTE'Jsv 1 idipy-t'jzv, W Sin.
— 20 ep^rsTai 1 zpyzv-x>. W Sin.
V, 1 w Y£pYU!7rf,va)v Sin Gergéséniens.
Au surplus, ces ressemblances et d'autres encore — — sont com-
pensées par des divergences nombreuses. Le texte de W dans cette
partie est tellement corrompu, qu'on ne peut songer à le considérer

(1) Après les lacunes intermittentes de Sin.


38 REVUE BIBLIQUE.

comme descendant en droite ligne d'un ms. grec qui aurait été l'ori-

ginal de Sin.
Pour le reste de Me, le texte est nettoyé des plus criants lati-
nismes; il demeure cependant apparenté à ce qu'on nomme les textes
occidentaux. Voici la statistique de M. Sanders (p. 73) : sur 490
variantes peu soutenues par les mss. grecs ou même pas du tout :

latins anciens 186; fam. 13, J70; fam. 1, 122; Ms. 565, 120; Ms. 28,
118; D, 111; Sin 101; Sa 101 ; Bo 71. — n 2i, B 16.

Le chiffre élevé des leçons coptes s'explique par l'origine égyp-


tienne de W. Mais le nombre sensiblement égal des leçons de D et de
Sin ne doit-il pas s'expliquer par une ascendance commune en Egypte?
C'est bien le groupe I de Soden, avec les fam. J et 13 qui en sont les
meilleurs soutiens. La question se pose toujours : Est-ce le texte
syrien qui a influé sur tout ce monde? Tatien serait assez ancien,
mais son texte était bien meilleur, et ses harmonisations n'ont pas
été les seules en circulation de très bonne heure. Pour nous qui
tenons pour l'origine récente de syr.-vet., la question ne se pose
même pas.
Des variantes notables relevées par M. Sanders, je détache celles
où figure Sin, seul ou presque seul.

Me. VI, 30 sTzoïr^av/ 1 e-oir^cjav Sin A — ssioajy.sv 1 cOioa^av Sin.

Il est sûr que cette variante absurde s'explique très bien en syriaque
par une dictée, puisque le ivair final ne se prononçait pas. Mais
imagine-t-on un copiste consultant le syriaque pour aboutir à ce non-
sens? N'y a-t-il pas des deux côtés un lapsus de scribe?
VI, i5 — £iç -0 r.tpci'f fam. i; q.
— 55-1- £i; a. ohr,-^ fam. 13. M. Sanders voit une origine syrienne,
Sin ayant : « ils envoyèrent « tout le pays ». Mais si on lui empruntait
la préposition, pourquoi pas le verbe?
23 —
VII, -auxa.
— 24 — a b ci £7.£iO£v n.
— 33 leçon signalée plus haut. W va exactement avec fam. 13 ; 28
et Sin (cf. 0) contre Éphrem aussi bien que contre le texte des cri-
tiques {Bio'kitt).
— 37 — aXaXcyç 28.
VIII, 4 ti)C£ cuvaaai auTCUç arm.
— 10 r.poq TO ope; 28.
— 27 £-Y;po)Ta... £V ty; oBo).

VIII, 38 v.xi 1. \j".% 'to)v aYYeXwv. Changement assez grave, qui


aboutit en syriaque à une impasse grammaticale. Car on ne peut tra-
duire : « dans la gloire de son père et des saints anges », ce qui
L'ANCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVA.NGILES. 39

estcependant exigé par le sens; « les saints anges » en rejet ne


peuvent guère être une apposition au fils de Thomme. Si la leçon
vient du copte (Sanders;, la conclusion est la même.
IX, 5 w:£ r,\j.j.z Vg (codd).
— 27 — 7.7.'. ave-TT,, 63 k Ta.-ar. Lomission est peut-être ancienne.
Mais Sin a suppléé d'après Ta. /.tu az£ow/,Ev ajTiv -m -x-o: xjt;j, Le. ix,
42, ce que W ne fait pas.
— i5 azeÀ0eiv 1. ^Kr,fir,^xi fam. 1 ; 28. D'après le v. i;3.

X, 10 ZT.r,p(i)-r,<y7.'^ (Sin xjtcv) :•. •fj.y.hr,-.xi. auTOU C k sa.


— 12 et 11 Cet ordre est celui de W, 1 // et Sin. Avant même de
connaître W, M. Burkitt se demandait s'il n'était pas le plus original,
répondant mieux à la préoccupation soulevée par le scandale d'Héro-
diade. Sans aller si loin, on doit constater cet accord étrange, dans
un cas où Tatien n'est pour rien. L'idée de mettre la femme en avant
est plus romaine que sémitique. Ce n'est donc pas Sin qui a innové,
mais l'ancêtre de \V et de g. Je ne vois pas que Clément (Scuiders)
soit ici pour quelque chose.

XI, 3 — -:i£'.T£ -zj-z ; fam. 1 ; 299.


— 8 — xWz'. zt... :s:v cf. /. Omission par homoioteleuton. peut-être
simple coïncidence.
XII, 10 £'.pr,vr, 1. Mzxrrj. 28. 700. L'intérêt de cette variante a été
signalé par M. Burkitt (1 .

Origène, citant expressément Me. dans son commentaire de saint


Jean, écrit, exactement comme B : iliy:nx tjKZ';r/^.v/z: z tzyzj.vizz £v
z'iZ'^.7.-.'. Kup'.iJ' ^•JLZ"J^\}.^T^^ r^ iz'/z\).t'iTi [•/; I

iîaj'.A£'.x TCJ T.y.-zzt y;;j.wv \y.z\z'

u)7avva £v ~Z'.z 'j'V.ît:',; {2).

Mais dans le Commentaire sur Matthieu, citant non moins expres-


sément Me, il écrit £'.cy;vy; £v t:'.; -yb'.i-.z'.z (3). Il y avait donc déjà de
son temps une variante, v.ç,^^T^^ pour w-awa. Or c'est celle de Sin
« paix dans la hauteur ». Sin, qui sait découvrir les mots hébreux

ou araméens sons leur forme grecque, aurait-il abandonné Hosanna


sans un original grec? S'il l'a fait ici, c'est ou bien d'après l'autorité
d'Origène, ou plutôt d'un ms. grec existant en Egypte.
La comparaison avec W n'est pas moins importante en ce qui
concerne les omissions.
La principale objection qu'on puisse faire à la dépendance de Sin
par rapport à un texte de koinè, ce sont ses omissions. Qu'on prenne

(I) Journ. of theol. st., xvii, p. 147.


% Ed. Preuschen, p. 193.
(3) P. G., XIII, 1433.
40 REVUE BIBLIQUE.

par exemple le tableau de M. Burkitt (1). Douze fois n et B omettent


des passages qui appartiennent à D ou à des latins. Le texte occiden-
tal était donc dans toute la force du terme un texte plenior. Le texte

reçu lui-même n'avait que sLx de ces passages, et encore un peu


modifiés. Gomment supposer que Sin, qui n'en a pas un seul (2),
dépende d'un pareil ms. dans ses origines? L'hypothèse d'excisions
eût pu paraître arbitraire.
Mais la découverte de W
ouvre d'autres perspectives. Tous les
passages y sont omis, sauf Mt. xvi, â*^ 3, où l'omission n'est que
partielle.
Or, sauf pour Le. i-viii, 12, et Me. le ms. W représente actuelle-
ment un probablement supplanté par voie de
texte antiochien, qui a
correction un texte « occidental », ou comme dit M. Sanders, « des
versions ». Que le texte soit de koinè ou d'Ântioche, le fait est que,
en Egypte, il se présentait avec ces passages en moins. On croira,
si l'on peut, que c'est l'état primitif de ces types de textes. Dans
ce cas Sin aurait pu suivre un exemplaire du type koinè, qui fût
en même temps un texte court. Le plus probable est que de ces
textes harmonisants on a éliminé certains passages. L'essentiel est
de constater qu'ils n'étaient pas admis en Egypte, quelle que fût
la forme du texte, fl y a là, à n'en pas douter, un système de cri-
tique, et de critique portée aux retranchements. Et en effet pour tous
ces passages on pouvait alléguer soit des obj celions de la critique,
soit des répugnances théologiques.
Il en est au moins six qui ne sont pas authentiques Mt. m, 15 la :

lumière au baptême; après Mt. xx, -28 sur l'humilité; Me. xvi, 3
la lumière à la résurrection; Le. vi, o l'homme qui travaille le jour
du sabbat; Le. xxiii, 2, 5 séductions; Le. xxiu, 53 la grande pierre,
et qui sont omises par le texte reçu.
Mais Tatien en admettait cinq (3) et la recension antiochienne
six (i). D'où vient l'abstention de Sin, primitive ou secondaire? Nous ne
sommes pas obligés de recourir à une parenté avec les textes B n,
qui serait contredite trop souvent(5). Il suffit de reconnaître une
forme brève sur ces points du texte auquel appartiennent D et
consorts. Inversement on pouvait se demander comment Sin appar-

(1) p. 216.

(2) Il est iacuneux dans un cas. Dans deux autres la lacune ne pouvait contenir
le passage.
(3) Ml. m, 15; XVI, 2''
3; Lc. xxil, 43. 44; xxiii, 34»; Jo. v, 4.

(4) Les mêmes sauf la première et de plus Lc. ix, 55; Jo. vu, 53-vm. 11.
(5) Cf. RB. 1913, p. 501. ^ ^
L'AiNCIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 41

tenait au groupe D et lat., puisqu'il lui manquait une autre carac-


téristique. Dans ce groupe Hort avait compté vingt-sept non-inter-
polations, c'est-à-dire un texte moins complet, qu'il jugeait probable-
ment original, d'une probabilité plus ou moins grande (1). Or sur
vingt-quatre cas où la comparaison est possible, Sin avait treize fois
la phrase que Hort serait porté à retrancher. Mais a toutes W
les additions sauf .Mt. xxvii, i9, addition certainement non authen-
tique. C'est qu'il a été conformé au texte reçu; mais la même opéra-
tion a pu être opérée sur l'original de Sin, du moins partiellement.

8. Le texte occidental et la version sahidique.

Dans le cours de cette étude, plus d'un indice nous a conduit à


supposer que la patrie de l'ancienne version syrienne pourrait
bien être l'Egypte. Nous savons maintenant, depuis la découverte
du ms. W, et à tout le moins en ce qui regarde Marc, que l'Egypte
avait accueilli des textes du type dit occidental. Et précisément
M. Sanders a signalé la très forte proportion des variantes rares
presque propres à W qui se trouvent aussi dans la version bohairique
et surtout dans la version sahidique. porté à y voir une influence
Il est

du copte sur le grec. Étrange hypothèse, qui ne peut résoudre tout


au plus que quelques cas. Comment les copistes grecs auraient-ils
été tentés de consulter une version à l'usage des classes non cultivées,
surtout de la Haute-Egypte, qui ignoraient le grec?
Il beaucoup plus simple de supposer un texte grec qui fût
serait
à la fois la source de W
et de sa, ou plutôt un texte qui aurait
légèrement influencé l'original du sahidique. Et en effet il y a
longtemps déjà qu'on s'est posé la question des rapports du sahidique
avec les textes occidentaux. Ces rapports ne doivent pas être exa-
gérés, et le cas de Le. xxiii, 53 est demeuré une exception (2).
Cependant M. Horner est arrivé à cette conclusion « Nous appre- :

nons donc de l'évidence de la version sahidique qu'un texte semblable

(1) On eût pu en effet attribuer les coupures de Sin à l'inQuence de B.-M. Burkitt

(p. 226 ss.) a objecté que dans ce cas on aurait encore enlevé certains traits dans Mt. iv, 10;
V, 22; X, 23; XX, 16; I\V, 1; Me
X, 24; XIII, 6; Lc. XX, 34; XXIU, 48; Jo. Ill, 6; XI, 39;
XII, 12 ; XX, 16. — On pourrait répondre que ce sont de petites additions déjà acclimatées
qui n'attiraient pas au même degré l'attention des critiques. Le savant anglais est mieux
inspiré en notant certaines particularités de »S B ou de B seul absentes de Sin :

Mt. VI, 8; XI, 19, etc.

(2) D ov [loYi; ei/offi îxjXiov c quem vix viginti volvebant. En sah. quatre variantes
rendent lé même sens. On sait que M. Rendel Harris [Cod. Bez. 47) supposait l'influence
originale d'un hexamètre (?) latin.
42 REVUE BIBLIQUE.

en substance à celui de n et B, quoique d'un caractère légère-


ment plus occidental, était courant en Egypte au commencement
du IV* siècle (1). » Et il maintient cette conclusion au terme de
son édition des évangiles : « Les leçons occidentales ont une supé-
riorité de nombre décidée, mais légère, sur les autres leçons, tandis
que le courant principal est neutre (2). »

Et ce n'était pas un faible appui pour le texte occidental que cet


accord des pays latins, Rome et Carthage, d'Édesse et de la Haute-
Egypte sur certaines leçons. Mais la modernité relative de Sin et
Cur fait disparaître Édesse; la Haute-Egypte s'expliquerait par
l'existence de mss. hésychiens, non pas au sens de Soden, mais au
sens de saint Jérôme, qui auraient aussi influé sur ^V et sur syr.-vet,
si cette version était elle aussi originaire d'Egypte. Le même Jérôme

croyait à l'influence dHésychius sur les mss. latins qu'il entreprenait


de réformer.
Toujours à propos d'Egypte, on peut relever un léger indice, la
ressemblance de Cur (Sin hiat) sur Mt. vi, 27 avec le logion d'Oxy-
rhynque iv, 655. Dans Cur « qui donc d'entre vous peut ajouter à
:

sa taille une coudée, pour que vous soyez anxieux sur le vêtement »?
Cette soudure ne se trouve nulle part. Or on lit dans le logion
1. 13 SS. t(ç âv 7:po70 <Cv.^ è-'i tyjv Y;A'.y.(av •jjj.wv;
r, à'j':b[ç ojwaei 6[aîv t;

£vs'j;j,a 6;j.wv. 3Iais on ne saurait rien en conclure.

CONCLISION.

Un fait est certain, le peu d'influence de syr.-vet. sur le monde


syrien.
Nous avons proposé l'explication la plus naturelle de ce fait,

l'inexistence de cette version avant temps d'Eusèbe. Qu'il ait


le

déclaré la guerre à la synopse d'Ammonius, on le voit par la lettre


à Carpianos. Les évangiles séparés des Syriens poursuivaient le même
but. Ils font donc partie du même mouvement de réaction contre
les harmonies, plus nécessaire en Syrie, mais, par cela même, moins
assuré d'y réussir.
La modernité relative de la syr.-vet. est encore indiquée par
les emprunts à Origène. On a refusé de reconnaître son influence
sur la géographie parce qu'on admettait sans hésiter l'antiquité de
la version. Ce préjugé mis en question, rien n'empêche de tirer les

(1) Encycl. bibl. iv, 5010.


(2) Vol. III, S. Jean, p. 389.
L'A>XIENNE VERSION SYRIAQUE DES ÉVANGILES. 43

conclusions naturelles. La préoccupation elle-même de la géographie


indique une date relativement récente. Sur ce point encore nous
retrouvons Eusèbe, mais les deux traditions ne concordent pas
complètement.
La syr.-vet. dépend de Tatien, c'est incontestable. Mais ce n'est
pas à lui qu'elle a emprunté toutes ses harmonisations. Elle les tient
du ms. grec qu elle a suivi, tel qu on pouvait en trouver un en Egypte,
foyer d'études d'harmonisation, comme d'études de saine critique.
Une hypothèse expliquerait assez bien ces différentes données.
L'ancienne version syrienne a vu le jour à la périphérie du monde
syrien, dans quelque monastère, plutôt d'Egypte, vers le temps d'Eu-
sèbe de Césarée, et peut-être sous son influence, dépendant de celle
d'Origène. Mais alors comment expliquer son caractère occidental?
C'est que le texte occidental était simplement un texte répandu un peu
partout, dont il faut aujourd'hui constater la présence en Egypte,
révélée par W, le ms. de M. Freer.
D'ailleurs il y a bien longtemps qu'on a signalé la parenté de D et
consorts avec Clément d'Alexandrie. Que l'on tienne compte main-
tenant de l'état des esprits à Alexandrie dune part, à Rome ou à
Carthage de l'autre. Où est la préoccupation des textes, la reclierche
des harmonisations? Admettre comme Gregory que le texte harmo-
nisant, pour lui donner son vrai nom, s'est formé au hasard, c'est

méconnaître son esprit ingénieux et systématique.


M. Vogels dit quelque part que l'art de D à supprimer des difficultés
par des modifications très minimes est vraiment digne d'admiration.
Qu'y aurait-il d'admirable à transporter dans les séparés les confu-
sions d'une harmonie? Oui, sans parler du concours des influences
les il y a un dessein d'harmonie aux origines du texte
plus diverses,
de D. Ce ne peut être à Rome, où le principe était nihil innove tiir,
encore moins dans l'Afrique, plus outrancière dans son conservatisme,
c'est à Alexandrie que le dessein a été formé et exécuté. Ce texte ne

doit donc pas être nommé occidental, il ne doit pas non plus être
nommé syro-latin. Tatien n'est pour rien, semble-t-il, dans cette
conception. Et quant à syr.-vet. elle e.st plutôt le lieu où les
deux manières se sont fondues.
.le ne veux pas prononcer le nom d'Ammonius, parce que ce ne
serai' rien de plus qu'une pure conjecture. Il serait un peu plus sûr
de nommer Hésychius, dont nous savons du moins par saint .lérôme
que son texte était allongé comme celui de Lucien, quoique sans
doute d'une autre manière. Il faut toujours en revenir à ce résumé,
le seul point d'appui positif que nous ayons :
44 REVUE BIBLIQUE.

Praetermitio eos codices quos a Luciano et Hesychio nuncupatos


pauconini hominum adserit perversa contentio : quibiis utique nec
in veteri instrwnento post septuaginta interprètes emendare quid
licuit nec in novo profuit emendasse, ciim multarum gentium linguis
scriptura ante translata doceat falsa esse qiiae addita sunt (Epist.
ad Damas.).

Jérusalem.
Fr. M.-J. Lagrange.
LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES D'ÉZÉCHIEL
[suite).

Symbolisme —
Pour éviter des confusions regrettables, il faut
.

se souvenir que, lorsqu une parabole ou un symbole est double,


comme c'est ici le cas, chacune des deux parties doit être expliquée
indépendamment de l'autre, sauf à voir ensuite si les deux leçons
ne se complètent pas et ne doivent pas être coordonnées.
On a déjà dit que le premier tableau était une allégorie familière
aux exilés de Tell Abib : les Juifs disaient par manière de proverbe
de la ville que ses habitants en
sainte qu'elle était la chandib^e et
étaient la viande (xi, 3, 7, 11;. Mais ces métaphores banales, Ézéchiel
les utilise en cet endroit pour un enseignement nouveau. Au chapitre xi,
les Hiérosolymites prétendaient qu'ils étaient à l'abri du dang-er,
comme la viande dans la chaudière est à l'abri du feu. A quoi le pro-
phète répondait qu'ils seraient arrachés de la chaudière et exterminés.
Mais, au chapitre xxiv, il a une autre réponse : il observe que le feu
peut atteindre la viande jusque dans la chaudière : il suffît d'amasser
le bois dans le foyer, d'allumer le feu et de faire bouillir le tout
à gros bouillons. Rien ne résiste à l'action du feu, pas même les os.

On devine l'application. Les assiégés de Jérusalem seront eux-mêmes


atteints par les calamités du siège. Mais Ézéchiel menace de ces
malheurs les grands de Jérusalem en particulier. On reconnaît sans
peine ces personnages dans les métaphores multipliées des morceaux
de choix, les cuisses, les épaules, les meilleurs os, qui doivent de
préférence être entassés dans la chaudière pour y être cuits. La
chaudière, la viande choisie, le feu, la cuisson complète, ce sont
autant d'éléments allf'goriques. Au contraire, le bois qui sert à
alimenter le feu, l'eau qui doit être versée dans la chaudière ne
sont que des éléments paraboliques, exigés par la mise en scène
de l'allégorie. On est dispensé de rechercher à quelles réalités ils

correspondent.
On est surpris que cette belle allégorie ne soit pas expliquée sur-
6 REVUE BIBLIQUE.

le-cHamp, car lapplication des w. 6-8, on Ta déjà vu, ne saurait


lui convenir. Peut-être l'insertion de ces versets adventices a-t-elle
occasionné la chute des versets primitifs qui contenaient l'explication
du mâchai. Peut-être aussi le prophète s'est-il cru dispensé de com-
menter des figures sur la signification desquelles aucun Juif ne
pouvait se méprendre.
En revanche, le deuxième tableau est expliqué à souhait. Ordre
est donné de débarrasser la chaudière de tout son contenu, viande,
sauce, os (v. 10). Vraisemblablement, cette mesure ne doit pas être
considérée comme l'annonce de la captivité. Les Juifs, ayant bouilli
dans la chaudière, se trouvent avoir déjà leur compte. Aussi bien la
parabole ne revient-elle pas, dans son application, sur cette opération
préliminaire. Celle-ci doit être plutôt regardée comme une simple
transition entre le premier tableau et le second. La chaudière étant
remplie de viande, il était nécessaire de la vider, pour permettre
l'expérience du vert-de-gris.
Au fait, il n'est plus question que du vert-de-gris. La chaudière
est posée à vide sur les charbons ardents, dans l'espoir que la rouille
serait entamée. Devant l'inutilité de l'épreuve, Jalivé déclare que
la souillure de Jérusalem ne lui sera pas enlevée, qu'il n'ait aupara-
vant assouvi sur elle tout son courroux.
Ramenons la leçon de ces tableaux aux simples formules d'une
comparaison :

1" De même que les meilleurs morceaux de viande vont cuire à


gros bouillons dans la chaudière,
ainsi (deuxième membre non exprimé) les grands de Jérusalem
seront englobés dans la catastrophe ;

5" et de même que la chaudière, vidée de son contenu, ne réussit


pas à se défaire de son vert-de-gris,
ainsi Jérusalem ne saura pas profiter de ces épreuves pour expier
ses péchés, et elle devra porter tout le poids du courroux divin.
Très peu de commentateurs ont essayé de préciser à quels événe-
ments historiques Ézéchiel faisait allusion. Kraetzschmar, qui a
entrepris cette tâche, applique le premier tableau (viande dans la
chaudière) au siège de 597 (598) (t), et le second (vert-de-gris) au
siège de 588.
On peut lui objecter qu'Ézéchiel, énonçant sa parabole entière
en 588, avait autre chose à faire que de se lamenter sur les malheurs
de 597. Ses symboles, comme du reste les symboles prophétiques

(1) M. Touzard paraît adopter sa manière de voir {Reoue Biblique, 1919, p. 8).
LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES D'ÉZÉCHIEL. 47

en sénéral. n'ont pas d'etfet rétroactif : ils visent le présent et


l'avenir. Lorsqu'ils veulent recueillir les leçons du passé, les pro-
phètes ont coutume de récapituler simplement l'histoire ancienne :

ils réservent l'éloquence populaire des symboles pour les enseigne-


ments actuels. Et n'est-ce pas le sens immédiat de notre petit discours :

Va, prends une chaudière, mets-y de l'eau et de la viande que tu


feras bouillir? Cette mise en scène s'adapte mieux au siège que
Nabuchodonosor inaugurait à ce moment qu'au siège de ô97, si
lointain déjà dans sa perspective de dix années.
Un malheur présent fait oublier un malheur passé. La grande
guerre de 1914 aura plus reculé la guerre de 1870 dans les souvenirs
que ne l'aurait fait un autre demi-siècle.
Dernière raison : comment Ézéchiel aurait-il parlé du vide de
Jérusalem? U savait bien, en 588. que la cité était aussi peuplée cjue
jamais et qu'elle s'apprêtait à opposer aux Chaldéens
la plus énergique

qu'une exagération de rhétorique


résistance. Ce qui, en 597, n'eût été
devint une réalité par la catastrophe de 587. C'est alors vraiment
(|ue la cité conquise fut « bridée » de ses habitants et qu'elle devint
la ville solitaire si mélancoliquement évoquée dans les Lamentations.
C'est pourquoi, il semble préférable d'appliquer le premier
tableau au siège de 588-587, et le deuxième aux pénibles événements
qui vinrent encore affliger les restes des Juifs laissés en Palestine. L'ini-
quité de Jérusalem ne fut pas enlevée par le feu du malheur. Le cour-
roux du Seigneur s'appesantit lourdement sur les coupables. Jahvé ne
leur remit pas le moindre sicle de leurs dettes; il ne les exonéra pas
d'une seule journée d'exil. Ce ne fut qu'après leur rançon payée et
leur captivité achevée que les déportés eurent la faculté de rega-
gner la Terre Sainte .
K Cela arrive, je le ferai, avait dit le Seigneur;
je ne lâcherai pas, je n'épargnerai pas, je ne me repentirai pas... »

3. La vision des ossements desséchés : xxxvii, 1-li.

Cette vision étant connue de tous, on peut se dispenser d'en donner


ici la traduction littérale.
Symbole. — Les circonstances dans lesquelles Ézéchiel en fut
favorisé sont indiquées dans le contexte. C'était après la ruine de
Jérusalem cf. xxxiii, 21 ss.); les Juifs avaient péri en grand nombre;
les survivants avaient été déportés ou réduits sur place à un état
voisin de la ser\"itude. N'était-ce pas la fin de la nation? Les exilés de
Chaldée s'abandonnaient à ces pensées déprimantes : « Nos os sont
desséchés, disaient-ils, notre espérance est morte, nous sommes
48 REVUE BIBLIQUE.

perdus! » (xxxvii, 11). Sans partager le pessimisme de ses compa-


triotes, Ézéchiel semble n'avoir pas eu dès l'abord des convictions
bien fermes sur la résurrection Jiationale de son peuple. Lorsque le
Seigneur lui demande « Fils de l'homme, ces ossements revien-
:

dront-ils à la vie? répond sans grande assurance personnelle


» il :

« Seigneur lahvé, vous savez » (ib. 3). Lorsqu'un Oriental en appelle


le

à la science du Très-Haut, parla formule familière Allah le sait, c'est


:

que la chose est très difficile et dépasse la connaissance de l'homme.


Le Seigneur ne veut pas laisser les exilés sous le coup de ces
fâcheuses impressions. De là, la vision des ossements desséchés, qui a
pour but de fortifier les convictions du prophète et de rendre l'es-
pérance aux Israélites abattus.
Ce tableau en efïet n'est pas autre chose qu'une vision. Le prophète
nous en nous informe qu'il fut conduit en esprit
avertit, lorsqu'il
(-112 V. 1) dans une plaine couverte d'ossements. Quoi qu'en pense
Bertholet, l'expression en esprit indique toujours, spécialement dans
Ézéchiel, qu'il s'agit d'une simple vision. En l'espèce, le sujet traité
suffirait à nous une résurrection aussi merveilleuse ne peut
édifier :

évidemment se passer qu'en vision ou en songe. Et c'est bien d'une


vision que Font entendue les commentateurs de tous les temps.
Bertholet est persuadé que nous sommes sur un champ de bataille
et que ces cadavres sont ceux des soldats tombés les armes à la main.

Mais pourquoi un champ de bataille et pourquoi des guerriers? Ezé-


chiel a voulu simplement nous représenter les débris desséchés d'une
nation morte. A cet effet, les ossements devaient nécessairement être
groupés en un même lieu; ils devaient aussi reposer à même le sol,

pour qu'on pût les voir et suivreleurs transformations. Ézéchiel n'évo-


que à nos yeux ni un champ de bataille ni une nécropole, il nous
off're un merveilleux tableau de résurrection.

A l'instar de la création de l'homme qui se fit en deux moments :

formation du corps et infusion de l'esprit, la résurrection des morts


se réalise ici en deux phases. Sans doute, l'ordre divin que le prophète

a mission de déférer aux ossements, semblait annoncer que la résur-


rection se ferait d'un seul coup et que l'esprit animerait sur-le-champ

les corps reconstitués. Il n'en est rien cependant, et il faudra un


nouveau commandement pour que les esprits reviennent animer les
cadavres. Voici donc comment les choses se passent à la première
:

injonction, les os desséchés s'emboîtent avec grand fracas, se recou-


vrent de nerfs, de chair et de peau; au second commandement, les
esprits accourent des quatre coins du ciel et animent les cadavres,

qui reprennent vie et se remettent sur pied.


LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES DÉZÉCHIEL. 49

Symbolisme. —
Néanmoins la scène n'a de sens complet qu'à la
fin du deuxième tableau et les deux parties qui la composent ne
comportent qu'une seule et même sig-nifîcation.
Cet enseignement serait-il en général, comme l'ont pensé quelques
anciens, que les morts doivent ressusciter un jour? Non, car une
telle leçon ne correspondrait ni à la situation psychologique des

déportés, ni au contexte, ni à la lettre même de la parabole. Ézéchiel


nous ayant fourni la clef de sa vision, on ne saurait mieux faire que
de suivre ses indications. « Ainsi parle le Seigneur Jahvé Voici que :

j'ouvre vos tombeaux, et je vais vous faire remonter de vos sépulcres,


ô mon peuple, et je vous ramènerai en la terre d'Israël. Et vous
saurez que c'est moi, Jahvé, en me voyant ouvrir vos tombeaux et
vous rappeler de vos sépulcres, ù mon peuple. Et je mettrai en vous
mon esprit et je vous ferai jouir du repos sur votre sol, et vous
saurez que c'est moi, Jahvé. J'ai dit et j'exécuterai, oracle de Jahvé »
{vv. 12-U).
C'est toute l'explication de la parabole.
Saint Jérôme l'a ramenée aux deux termes d'une comparaison, pré-
ludant ainsi à la méthode préconisée en cette étude. Le saint Docteur
a écrit « Toutes nos assertions se réduisent à ceci
: De même que :

{quomodo il paraît incroyable que des ossements desséchés, tout


.

consumés de vétusté, puissent recevoir la promesse d'une résurre-


ction future, promesse qui cependant doit se réaliser, ainsi {sic) le
rétablissement du peuple d'Israël, emmené en captivité et dispersé
dans tout l'univers, a beau paraître incroyable à ceux qui ne con-
naissent point la puissance de Dieu, il se réalisera cependant, parce
qu'il est dit : C'est moi, le Seigneur, qui ai parlé, je tiendrai mes
promesses (1). »

On peut espérer à peine d'ex-primer ces conclusions en termes


plus clairs.
Puisque le Seigneur a le pouvoir de rendre la vie à des ossements
desséchés, malgré l'apparente impossibilité il peut aussi du prodige,
rappeler la nation juive des portes du tombeau et la rétablir sur le
sol national, malgré toutes les apparences contraires i-2).
Le premier des deux miracles est le gage du second. Au regard de
la puissance divine, celui-ci n'est pas plus malaisé que celui-là.

(1) In h. L
''2) C'est ce que dit clairement Théodoret « Si j'ai montré pouvoir sans peine ce qui
:
vous
paraissait très difficile, il est évident que je vous dégagerai sans effort des liens de la capti-
vité comme de sépulcres, et que je vous ramènerai dans votre patrie » (in h. 1. Mi"ne

•'
o
P. G., t. LXXXI, col. 1193). '

REVUE BIBLIQUE 1921. — T. XXX. 4


oO REVUE BIBLIQUE.

Maintenant que l'on possède les lignes principales de la parabole et


que l'on en calcule la véritable portée, on est en mesure d'apprécier
la chicane théologique que plusieurs écrivains protestants font ici à
Ézéchiel. A de Jahvé
la question « Fils de l'homme, ces ossements
:

reviendront-ils à la ^^e? », nous avons entendu le prophète répondre :

« Seigneur Jahvé, vous le savez. » Nous en avons conclu que le pro-

phète n'avait pas à cette date des convictions très fermes sur le relè-
vement national de son peuple. Plusieurs critiques, Bertholet, Krae-
tzschmar, Gautier, croient pouvoir en déduire qu'il ne croyait pas à
la résurrection des morts. S'il y avait cru, ne se serait-il pas empressé
de répondre franchement oui [ein rundes la! Kr.) à la demande du
Seigneur? De cet embarras prétendu, M. Lucien Gautier donne la
raison suivante : « Le prophète est trop honnête, trop loyal pour oser
dire oui, parce qu'il a perdu l'espérance... Et cependant il est trop
pieux et croit trop fortement à la puissance de Jéhova pour pouvoir
dire non (1). » — N'est-ce pas raffiner à l'excès sur les sentiments du
prophète? Que lui demandait le Seigneur? Il ne lui demandait pas
s'il croyait à la résurrection des morts en général, ni même si les
ossements desséchés devaient un jour reprendre vie. Il lui demandait
si les cadavres dont les os couvraient la plaine allaient ressusciter
sur l'heure et tous ensemble. C'était là une chose inouïe, et qui
dépendait assurément du bon plaisir de Dieu; mais cela n'avait qu'un
rapport très lointain avec la croyance en la résurrection des morts.
Ézéchiel répond ce qu'il doit répondre ; mais ses paroles n'excluent
nullement la foi au dogme. S'il avait dit : « Seigneur, les morts
ressuscitent-ils? « à la bonne heure, nous tiendrions l'aveu d'une
ignorance formelle. Mais on voit combien sa réponse est éloignée
de cette formule.
Ce n'est pas tout. Avec plusieurs Pères, Tertullien, saint Jérôme,
Théodoret, et généralement les auteurs catholiques, il y a tout heu
de croire que l'argument de la parabole présuppose je ne dis pas —
établit —
la foi en la résurrection. Comme l'a très bien dit saint

Jérôme, « le prophète n'eût jamais pris l'image de la résurrection


pour signifier le rétablissement du peuple juif, si la résurrection n'eût
été un fait certain et un objet de foi; personne ne s'avise de prouver
ce qui est incertain par des choses inexistantes », nemo de rébus non
extaatibus incerta confirmât (*2). L'affirmation de la résurrection indi-
viduelle ne figure que dans Daniel xn, 2 et Isaïe xxvi, 13, dont les criti-

(1) Vocations de pi'ophètes, 1901, p. 27.


(2) In Ezech., xxxvu, 14.
LES SYMBOLES PROPHETIQUES D'ÉZÉCHIEL. 31

ques contestent l'authenticité. Mais il va de soi que cette croyance


pouvait avoir cours au sixième siècle, bien qu'elle ne fût pas encore
consignée par écrit. 11 semble qu'à cette époque elle était partagée
par tous ceux qu'intéressait la parabole Ézéchiel d'abord, les exilés :

ensuite, autant dire tous les Juifs.

IV

ACTES SYMBOLIQUES.

Il y a quelque trente ans, il était de bon ton parmi les critiques

de considérer les symboles d'Ézéchiel moins comme des actes que


comme d'agréables fictions littéraires. « En général, écrivait Beuss,
tout ce qui se présente ici comme un fait concret, ou même comme
un acte symbolique, porte le cachet de la pure fiction. Le prophète
ne parle pas, chez Ézéchiel, par la bouche à l'oreille, mais à l'œil
par le pinceau; l'esprit se fait chair, la rhétorique devient ta-
bleau (1). » Depuis lors, la critique sest rendu un compte plus exact
des choses; elle convient généralement anjourd hui quÉzéchiel
ne s'est pas donné la peine d'écrire pour faire de la littérature.
Elle est même allée plus avant sur la voie du progrès : elle a
reconnu qu'en dehors des trois visions commentées ci-dessus, les
symboles d'Ézéchiel furent des actes réels. Le lecteur est cependant
prévenu que l'accord n'est pas encore complet. M. Hermann lui-
même figure au nombre des dissidents de la dernière heure. A côté
de symboles que la mort de la femme du prophète (xxiv,
réels, tels

15 ss.), les deux chemins (xxi, 23 ss.), les deux bâtons (xxxvii,
15 ss.), il en signale d'autres qui, d'après lui, sont irréels, tel le

symbole de l'immobilité (iv, 4 ss. : làsst sich schwerlich ausgefi'ihrt


denken) (2), et celui des cheveux partagés (v, 1 ss. ).

Dans pages suivantes, les raisons pour ou contre la réalité


les
seront envisagées selon leur importance, et l'on aura soin de motiver
en chaque cas l'opinion à laquelle on croira devoir se ranger.

1. Les cordes : m, 25; iv, 8.

III, 25. Et toi, fils de l'homme, on t'a mis des cordes, et on t'en a lié, et tu ne
sortiras plus au milieu d'eux.
IV, 8. Et voici que je t'ai mis des cordes, et tu ne te tourneras pas d'un côté sur
l'autre, jusqu'à ce que tu aies achevé les jours de ton siège.

(1) Cité par Gautier, Introduction, i, 423.


(2) Op. cit., p. 91.
52 REVUE BIBLIQUE.

Le but de cette épreuve étant le même que celui du mutisme


(m, 26), nous n'examinerons ici que la nature du symbole.
Nous avons déjà exposé et réfuté la solution de Klostermann et de
ses disciples, Bertholet, Kraetzschmar, Davidson, Gautier, d'après
lesquels le prophète serait atteint d'hémiplégie cataleptique.
Saint Jérôme, lui, semble avoir pris les expressions hébraïques au
pied de la lettre et entendu les cordes au sens de liens matériels :

Quod in domo clauditur, quod vinculis alligatur, guod non egreditiir

ad eos inter quos habitat^ sed inter tnultitiidinem captivoruni solitu-


dinein carceris patitur..., obsidionis judicium est[\). On peut citer

encore parmi les partisans de cette interprétation G. a Lapide, Cal-


met, Trochon, Le Hir, Knabenbauer, Crampon (grande Bible). Galmet
a même essayé de reconstituer la scène de renchainement. « Lorsqu'il
fut de retour à sa maison, ses gens, ses domestiques le lièrent réel-
lement soit qu'il
: leur ait commandé de le faire, ou qu'ils l'aient lié
de leur propre mouvement, comme un homme qui avait l'esprit
troublé, et dont on craignait les mouvements et
accès de manie. Les
les transports du prophète, son air sombre, morne et pensif, don-
nèrent lieu à des soupçons. On lit dans l'Evangile que les frères de
Jésus-Christ, craignant qu'il ne lui fût arrivé quelque chose de pareil,
vinrent un jour pour le saisir et l'arrêter (2). »

Dom Galmet ne nous dit pas où il a trouvé les accès de manie,


l'air morne et pensif, les soupçons... Il ne nous dit pas
sombre,
davantage comment il accorde cette prétendue réputation de mania-
que avec la considération des anciens du peuple qui venaient visiter
le reclus.
Mais c'est le fond même
de l'explication qui prête à la critique. Si
le prophète a été garrotté, est-il concevable que le texte, qui revient
par deux fois sur cette matière, ne mentionne pas les gens qui le
lièrent? Que l'on remarque l'indétermination de ces phrases Ils :

font mis des chaînes, ils t'ont lié. Qui, ils? Des domestiques? Ezéchiel
n'en avait vraisemblablement pas. Les anciens du peuple? Il eût fallu
le spécifier. Des ennemis personnels? Il n'y avait pas lieu non plus

de le sous-entendre.
Cette indétermination, qui ne saurait être fortuite, doit se rendre
en français par le pronom indéfini on : On t'a mis des chaînes, on t'a
lié, ce qui convient à Dieu aussi bien qu'aux hommes. De fait, un
très grand nombre de critiques modernes, qui essaient de corriger

(1) In Ezech., m, 25, 26.

(2) Commentaire littéral du prophète Ezéchiel, 1715, p. 28-29.


s

LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES DÉZÉCHIEL. 53

le texte jugé corrompu, aboutissent à renforcer la causalité divine.


Kraetzschmar propose Des chaînes le sont données 'niph'al) et je t'ai
:

lié; Cornill Us t'ont mis des chaînes et je fai lié. D'autres, Kloster-
:

mann, Bertholet, Toy. plus résolus encore, proposent: Voici que je


t'aimis des chaînes et que je t'ai lié.
Que penser de ces corrections? Il semble que les critiques aient
raison de rapporter à Dieu seul toute la causalité de l'acte. Le fait
de ne spécifier aucune causalité humaine est favorable à cette inter-
prétation. Le même sentiment est confirmé par le v. 26, où 1 on
voit lahvé intervenir en personne dans les épreuves d Ezéchiel :

« Et ta langue, je vais l'attacher à ton palais, et tu seras muet. »

Enfin, nous lisons iv. 8 : «Et voici que je Cai mis des cordes ». Je,
c'est bien lahvé cette fois; c'est lui-même qui attache le fils de Buzi,

sans le concours d'agents subalternes.


Est-ce à dire qu'il faille introduire dans le texte les modifications
proposées? Nullement, car les versions anciennes, Peschitto et

Septante (1', reproduisent exactement la leçon mas.sorétique en outre,


;

l'indétermination des verbes hébreux permet, comme on l'a vu, de


rapporter à Dieu toute la causalité du symbole.
Nous trouvons dans saint Luc parabole du riche insensé un pluriel
indéfini employé dans un sens analogue « Dieu lui dit Insensé, : :

cette nuit même, on te redemandera ton àme, i- j7'.v ». Dans ce >.-.-:

passage, le verbe est au futur. Le symbole des cordes a ceci de parti-


culier qu'à côté d'un futur se placent deux parfaits on t'a mis des :

chaînes, on t'a lié, et tu ne pourras plus sortir. Mais, parfaits ou


futurs, ce sont toujours des temps dits apocalyptiques ou prophé-
tiques, qui ne préjugent en rien l'époque historique de l'exécution.
C'estau contexte à décider s'il s'agit réellement d'un passé, d'un futur
ou d'un présent. Dans le symbole actuel, le prophète reçoit l'annonce
d'une chose encore à venir. Le sens est qu'on lui mettra des cordes,
tout comme, au v. suivant i';26i, Ezéchiel apprend qu'il deviendra
muet.
Dans quel sens faut-il au sens propre uu au
entendre les cordes,

sens figuré? Si le fils par des hommes, il va


de Buzi devait être lié

de soi qu'il serait garrotté par des liens véritables, tel Samson aux
mains de Dalila ou des PhiUstins. Mais si c'est Jahvé en pereonne
qui éprouve son prophète, il est plus naturel d'entendre les cordes
au sens métaphorique. C'est la solution à laquelle on croit devoir

s'arrêter ici. Jahvé lie les membres d'Ézéchiel, comme, au v. -26,

Il Les Septante portent : 'I5o-j liZo-i-x'. ItJ. •ri oî^^oî, /.ai orjo-o-JTiv atli avToï;...
54 REVUE BIBLIQUE.

il attache sa langue. — La prépondérance donnée au rôle de Jahvé


exclut Fhypothèse suivant laquelle Ézéchiel garderait volontaire-
ment une stricte immobilité. Nous lisons également iv, 8 Et voici :

que je t'ai mis des cordes, et tu ne pourras te tourner...


Le Seigneur se servira-t-il pour cela de quelque infirmité ordi-
naire, paralysie, rhumatisme, douleurs articulaires, etc.? Ou bien
doit-il simpiemeni lui ôter la faculté de se mouvoir, sans lui imposer
d'autre souffrance que celle d'une si longue immobilité? La compa-
raison de l'immobilité avec le mutisme est plus favorable à cette
dernière hypothèse, et, de même, le fait que le texte ne parle ni
d'infirmités ni de soufirances.
Concluons.C'est Jahvé lui-même qui réalise sur la personne
d'Ezéchiel symbole des cordes, en lui imposant une sévère immo-
le

bilité durant un temps considérable. Avec saint Jérôme, nous


pensons' que le symbole s'est réalisé matériellement. Avec les
critiques modernes, nous voyons dans les cordes une métaphore,
qui correspond elle-même à une réalité physique. Mais nous
excluons résolument du symbole actuel, comme nous lavons fait
pour la xie entière du prophète, tout soupçon de névrose et de
catalepsie (li.

[A suivre.)
Denis Buzv, S. C. J.

(1) Ainsi interprété, le symbole des cordes se confond avec celui de l'inamobilité sur
le côté, qui sera étudié un peu plus loin.
.

MÉLANGES

FRAGMENTS SYRIAQUES DU LIVRE DES JURILES

Le Livre des Jubilés a-t-il été traduit en syriaque?


Ses plus récents commentateurs hésitent à l'affirmer : Charles (1)
avoue qu'il n'en possède point de preuve péremptoire. La seule indi-
cation favorable, recueillie jusqu'à présent dans la littérature
syriaque, est sa mention dans le titre d'un fragment, qui contient
les noms des femmes des patriarches, d'Adam aux fils de Jacob, noms
qui correspondent assez bien à ceux du texte éthiopien du Livre des
Jubiles .'
)^olS.M> oo) l-^V^L^ Ld^» ^Nj (3j w^{ . ) viy n (2) |Looi-3( ^.«j^Vi pu» lov^oA

•^^-i>^a. « Noms des femmes des patriarches suivant le livre des Juifs,
qui est appelé Jubilés. »

Cette liste est conservée dans un manuscrit, provenant du monas-


tère de Sainte-Marie des Syriens au désert de Nitrie, recueil de
miscellanées écrit on ne sait où aux ou ix*" siècles, actuellement viii^

au Musée Rritannique Additional 1^.154. Ceriani a publié ce docu-


ment en 1861 (i) comme un exiguum Parvae Genesis excerptum ; il
semble que, dans sa pensée, la liste a été compilée par le copiste
à'Add. 1*2.154, dont il juge le travail dans les termes suivants •

« Ulrum ex Hebraeo archehjpo, an ex versione Graeca, vel Syriaca

(1) R. H. Charles,The Book of Jubilees or the Utile Genesis iranslated..., Londres,


1902, p. xxix The évidence as to the existence of a Syriac (version) is not conclu-
: ((

sive. » Même formule dans The Apocrypha and Pseudepigrapha of the old Testament
in énglish, tome II, Londres, 1913, p. 3.
(2) Ou UoCa/; Ceriani déclare ne pas être sûr de l'exactitude de sa copie pour l'ortho-

graphe de ce mot, Monumenta sacra et profana, vol. II, fasc. 1, Milan, 1861, p. ix.
Charles reproduit l'orthographe de Ceriani sans annotation dans The ethiopic version of
the hebreir book of Jubilees... Anecdota oxoniensia, Semitic séries, part. VIII. Oxford,
1895, appendix III, p. 183.
(3) Charles, toc. cit. une faute d'impression.
^»^l, ce qui doit être
(4) Op. laud., Texte reproduit par Charles, The ethiopic version... p. 183.
p. ix sq.
Rubens Duval s'étant arrêté à l'expression de Ceriani a écrit « De la Parva genesis ou :

Livre des Jubilés, il ne s'est conservé en syriaque qu'une section. » La littérature


syriaque, 2' éd., Paris, 1907, p. 80 sq.
56 REVUE BIBLIQUE.

totius derivatiim fuit nostrum excerptum, fion habeo quod


libri

definiam...Vax tamen Graeca ^ty^jo fartasse directam, vel indirectam


a Graeco derivationem innueret. » Ceriani envisage donc trois solu-
tions, dans riiypothèse d'une liste rédigée par le copiste syrien :

recours direct à l'original hébreu du Livre des Jubilés, emploi d'une


traduction grecque, emploi d'une traduction syriaque dérivant de
la grecque.
Charles n'est pas sorti de l'hypothèse copiste ^= compilateur . En
1895, il inclinait fortement à penser que l'auteur de la liste s'est

servi d'une traduction syriaque exécutée directement d'après l'original


hébreu (1); en 1902, peut-être sous l'influence de Littniann (-i), il
s'est montré moins assuré de l'existence d'une version syriaque et

insinue que les noms pourraient avoir été extraits directement de


l'original hébreu par le copiste syrien (3).
Avant d'apprécier ces hypothèses sur l'origine de la liste en question,
il importe d'examiner son contexte dans le manuscrit unique où elle

nous a été conservée, car le hasard ne préside pas seul à la compo-


sition des recueils de miscellanées. Tantôt, en effet, les auteurs de
ces collections ont disposé systématiquement leur matière, suivant
le but qu'ils poursuivaient, tantôt ils n'ont eu d'autre souci que de
noter certains passages remarqués par eux au cours de leurs lectures.
Dans le dernier cas presque toujours et dans le premier même assez
souvent, les documents provenant d'un même manuscrit se trouvent
voisins dans le recueil. Interrogeons donc sur l'origine de notre frag-
ment les morceaux qui l'encadrent.
Après une longue série de passages patristiques d'intérêt divers,
théologique, exégétique ou historique, le copiste ^Add. i^.loi a
transcrit, du f. 178 au f. 18i, un petit groupe de documents scriptu-
raires, quelques scolies exégétiques (f. 178), un fragment donomaS'
ticon (f. 180'), les noms des femmes des patriarches (f. 181), une

(1) The ethiopic version... p. x : « The ragment prinled in Appendix III points most
probablv to a Syriac version as ils source. « La référence aux Juifs dans le titre du
fragment insinue que la version syriaque aurait élé faite directement sur Ihébreu, la
présence du mol grec aTâo:o'j transcrit ^o^Lè»^ ne constitue pas une objection sérieuse,

beaucoup de mots grecs ayant été admis dans la langue hébraïque deux siècles avant la
composition du Livre des Jubilés.
(2) Dans E. Kaltsch, Die Apo/injphen und Pseudepigraphen des Allen Testaments,
vol. II, Tubingue, 1900. p. 35. Littmann semble s'être décidé pour le recours direct à
l'original hébreu sous l'influence de J. Barth, lequel, sans exprimer d'opinion positive
sur le mode de composition de la liste, estime ({u'elle ne prouve pas 1 existence d'une
traduction syriaque du Livre des Jubilés. Cf. le compte rendu de l'édition par Charles
du texte éthiopien dans Deutsche Literalurzeituwj, XVI (1895j, col. 1063.
(3) The Book of Jubilees... translated, p. xxix.
MÉLANGES. 57

table des versets contenus dans les divers livres de la Bible (1).
Les scolies Vonomasticon proviennent apparemment de manus-
et

crits ayant subi l'influence des Hexaples. Les marges des manuscrits
syro-hexaplaires étant constellées de scoiies, il est facile d'en tirer
un choix analogue à celui des if. 178-180. Vonomasticon viendrait
soit des marges (2) soit de quelque annexe. La préface au livre des
psaumes dans la Bible syro-hexaplaire du couvent de Sainte-Marie des
Syriens (3) contient un onomasticon, qui dépasse de beaucoup les
noms propres de ce seul livre (4); Vonomasticon à'Add. I'2.id4,
qui commence par les noms propres delà Genèse, a peut-être figuré
dans le premier volume, aujourd'hui perdu, de cette même Bible.
Le compilateur des miscellanées semble bien avoir utilisé cette
Bible, car il a inséré au f. 31 un scholion d'Hippolyte, qui fait
partie de la préface déjà citée au livre des Psaumes (5).
D'autre part, les éléments de la liste se trouvent en grec dans un
célèbre Pentateuque à chaîne, riche en notes critiques de toutes
sortes et tout à fait analogue par sa disposition aux manuscrits syro-
hexaplaires, le Basileensis graeciis (6). Dans ce manuscrit, il est
vrai, les noms des femmes des patriarches sont disséminés dans les
marges des chapitres IV et V de la Genèse, et ils ne dépassent pas
la génération de Noé; mais la matière est la même. Ici isolés, là

(1) W. Wrk.iit, Catalogue o/ syriac manuscripls in the British Muséum, vol. II,
Londres, 1871, Le texte de Y onomasticon a été édité par Frantz Wutz, Oiiomas-
p. 985.
tica sacra, dans Texte und Untersuchungen, vol. XLI, p. 820-837.
(2) Plusieurs onomastica marginaux ont été publiés, dont on trouvera la liste dans
Wutz, op. laud.
(3) Cette préface est conservée dans deux manuscrits, le célèbre Ambrosianus C. 313
inf., f. {Codex syro-hexaplaris Ambrosianus phototypice edilus. Milan, 1874) et
5'-5"'

Br. Mus. Add. Ji. â3i.


(4) Il ne me parait pas douteux que les éléments de cet onomasticon remontent, globa-
lement au moins, à Origène; mais il me semble que F. Wutz a tort de rattacher à l'ono-
masticon le titre IV-so^» "^^io» [a;» osixa^^;©/» « ex Origenis tractatu in Psalmos » qui
se trouve à la fin {Onomastica sacra, p. 150 sq.). Tous les morceaux de la préface aux
Psaumes ont leur titre en téta, il n'est pas vraisemblable que Vonomasticon ait un double
titre au détriment du morceau suivant qui n'en aurait pas. La disposition de l'ornement

à la fin du texte dans VAmbrosianus s'oppose d'ailleurs à l'interprétation de Wutz; il faut


donc tenir jusqu'à nouvel ordre que Ceriani et Wright ont eu raison de rattacher la
mention d'Origène au passage qui suit.
(5) Ceiuam, Codex Syro-hexaplaris..., p. 3-4; Wright, Catalogue..., part II, p. 979.

(6) Autrefois B. VI. 18, n" 13-') de Holmes et Parsons. Cf. J. Deconynck, Essai sur la
chaîne de l'Octateuque dans Bibliothèque de l École des Hautes-Études, fasc. 195,
Paris, 1912, p. 35 sq. Les notes du Basileensis ont été publiées sous le sigle r par Paul
nE Lagarde, Genesis graece, Leipzig, 1868, et celles qui concernent les femmes des
patriarches longuement commentées par H. Rônsch, Das Buch der Jubilaen..., Leipzig,
1874, p. 367-372. Il est assez étrange que Ronscb ne cite pas le scholion publié par
Ceriani plus de dix ans avant son ouvrage.
58 RKVUE BIBLIQUE.

réunis dans un scholion pourvu d'un lemme, les noms des femmes
des patriarches nous apparaissent dans le même milieu, que nous
appelons hexaplaire, le mot étant employé ici dans un sens large, et
couvrant, en plus de l'œuvre personnelle d'Origène, celle de l'atelier
critique palestinienoù les Hexaples furent conservés et complétés.
D'autre part, Ceriani avait deviné juste en pensant qu'il y avait un
texte grec entre l'original hébreu des Jubilés et la liste syriaque. Je
ne m'arrêterai pas sur ^o;>.és^ (j-âBtov, dont Charles a récusé la =
valeur probante mais l'équation i-^-^^-
(1), 'lo)|3r;XaTa (2) me paraît =
très significative jamais l'hébreu rr'Sn'' ou mSsii (3) n'aurait donné
:

Ui^-^^xi. avec la deuxième radicale vocalisée en bl, tandis que c'est la

transcription normale de gy;. Cette forme, qui est un à-i; 'kz-;z\).z-^ov (4),
aura été imaginée par le traducteur syrien en face d'un mot grec
qu'il ne comprenait pas, ou qu'il a voulu respecter comme un nom
propre, car il n'y a qu'une expression pour traduire « jubilé » dans
l'Ancien Testament syriaque, c'est ^oos. ita^ « année du retour » =
de la terre à son propriétaire (5). On peut remarquer aussi que le
mot ux^o. n'est pas marqué du ribbouï, signe distinctif du pluriel,
probablement parce que le traducteur a cru se trouver en face d'un
féminin singulier; s'il avait eu sous les yeux un original hébreu
DiSn'!i ou mS^i^, le caractère pluriel du mot n'aurait pu lui échapper.
Il n'y a pas à rechercher plus précisément la paternité du scholion;
on pourrait penser à Origène (6) et raisonner en s'appuyant sur un
détail du titre, car les noms proviennent d'un livre
il y est dit que
juif, pv^ LQ\; = zapi apud Hebraeos. Or, en dehors de
Toïç 'E;3patctç,
saint Jérôme, qui semble avoir connu l'original hébreu du Livre des
Jubilés, je ne trouve, dans tous les témoignages patristiques recueil-

(1) The ethiopic version...]), x.


(2) 'Iwê-/i"/ata plutôt que 'Iw6v]> aîot ; il y a hésitation sur le genre parce que les textes
où ce mot s'est rencontré jusqu'à présent le contiennent tous à un cas oblique.

(3) aiSn"' est la forme biblique; mais le Livit des Jubilés est appelé rnSn^n 1SD
dans un commentaire sur le Cantique attribué à un disciple du Gaon Saadia, cf. Eppstein,
Le livre des Jubilés dans Revxie des Éludes juives, XXI (1890), p. 82.
(4) Pavne Smith, Thésaurus syriacus..., col. 1540 sq.
Cf.

(5) On
trouve cependant U^i^aa- dans le commentaire de saint Éphrem sur Ézéchiel
(S. Ephraemi opéra..., Rome, 1740, vol. II, p. 198) dans les expressions P^^ûH.» |^a»,
1^ iovo pisûii. p^ao^t.) **^" ^ i^i*. ovi*^*/. L'éditeur a vocalisé pâJA:;, en rattachant ce
v;

mot à jii>Q^ qui signifie « série, succession ». Notre chroniqueur emploie parfois Usû*
pour « jubilé », p. ex. p. 7, 1. 5.

Origène avait écrit un grand nombre de (jy_6\\y. sur les divers livres de la Sainte
(6)
Écriture la plupart de ces scolies sont perdues, on en retrouve
; toutefois dans les
chahies, cf. 0. Bardenhewef., Geschiehle der althirchlichen Literatur, vol. II, 2' éd.,
Fribourg-en-Brisgau, 1914, p. 119-124.
MELANGES. 59

lis sur cet apocryphe, qu'un scholion d'Origène, où il soit mis en


relation avec les Juifs (1) : Oj [x-Jîv cjtwç ÛTCciAriça^cv 'Ejâpaïo'/ àXX' ïz,

àr.OY.pôçz'j \éyo-JGi Tbv aj-rbv £ivat /.al osT::6-:r,v y.al ::îvOspbv YîvÉo-Ga'., est-il

dit par allusion à Jub. 40, 10 au sujet de Potiphar, ancien maître


de Joseph devenu son beau-père.
Nous nous abstiendrons cependant de conclure sur ce seul indice;
l'essentiel est d'avoir établi l'origine du document syriaque.

La liste d'^rfc^. I''2.154, traduction d'un scholion grec, ne prouve


donc pas y ait eu en syriaque une traduction du Livre des
qu'il
Jubilés. Mais un autre témoin se substitue à celui-ci qui défaille.
Sa Béatitude M"' Ignace Ephrem II Rahmâni, patriarche d'Antioche
<iu rite syrien catholique, à qui l'on doit déjà la découverte du manus-
crit unique de la chronique de Michel le Syrien, a rencontré en 1899,
au hasard d'une visite chez un évêque jacobite, le manuscrit d'une
chronique anonyme, dont il a, dès 190i, entrepris la publication (2).
Bien que l'auteur n'ait pas révélé son nom, donne plusieurs détails il

sur sa vie il était mésopotamien et vraisemblablement d'Édesse, se


:

trouvait à Jérusalem en 1137 et fit le voyage de Tékrit au Sindjar


en compagnie du maplirien Grégoire (1189-1214). La chronique
appartient donc aux dernières années du xii* siècle, mais, malgré
sa date relativement récente, la variété des documents employés par
son auteur et la fidélité avec laquelle ils ont été reproduits lui
donne une valeur, que n'ont pas habituellement les compilations
historiques de cette époque. Le patriarche Rahmâni, dans la pré-
face provisoire, qu'il a jointe au premier fascicule (3), a soigneu-
sement signalé cet intérêt spécial de la chronique anonyme et
M. l'abbé Nau a donné une traduction analytique des premiers chapi-

(1) Catena Nicep/wri, istpa vih- -/.ai TrEvtr.xovTa 'j-ou.vr,u.7-'.ffTwv îî; -rrjv 'Oy-TaTî-j/ov. ..,

vol. I,. Leipzig, 1762, col. 463.


(2) Chronicon civile et ecclesiasticum anomjmi auctoris... Charfé (Liban), 1904.
Tandis que j'étais en service au Détachement Français de Palestine-Syrie, dans l'hiver
1918-1919, j'ai eu le plaisir d'être reçu plusieurs fois à Beyrouth et Charfé par l'éininent
prélat, qui a
si bien mérité des études orientales. Sa Béatitude, se conformant aux
exquises traditions de l'hospitalité, me fit alors cadeau d'un exemplaire du Chronicon, et,
songeant à éditer, dès le retour au calme, la traduction française des Jubilés de feu
l'Abbé François Martin, j'y recherchai aussitôt quelque écho du célèbre apocryphe, mais
c'est seulement à Rome dans l'hiver suivant que j'ai reconnu complètement l'importance
et l'étendue des passages empruntés à ce livre.
(3) Op. laud., p. y-vii.
60 REVUE BIBLIQUE.

très (1) pour permettre aux historiens non-orientalistes d'apprécier


l'importance de ce nouveau texte (2'. Mais personne n'a tenté de
reconnaître précisément l'utilisation des apocryphes de l'Ancien
Testament annoncée par l'éditeur.
Et cependant, la chronique Rahmâni contient d'importantes cita-
tions implicites du Livre des Jubilés, que nous avons groupées en
dix-sept fragments, variant en étendue de quelques mots à une ou
deux pages de l'édition. Ces citations, qui couvrent au total 161 versets
du texte éthiopien, et dont le lecteur constatera ci-dessous l'exactitude,
sont moins considérables que les fragments de lancienne traduction
latine, mais plus longues et plus fidèlement transcrites que les passages
reproduits par les Pères grecs ou les chroniqueurs byzantins. Elles
présentent donc un intérêt notable pour la détermination du texte.
Nous reproduisons ci-après les passages de la chronique d'après
l'éditiondu Patriarche Rahmâni, collationnée dans certains cas avec
les photographies du manuscrit que Sa Béatitude a bien voulu mettre
à notre disposition. Chaque fragment est suivi de sa traduction, en
regard de laquelle est placée la traduction par François Martin du
passage correspondant du Livre des Jubilés. Un bref commentaire
donne les explications nécessaires sur les variantes textuelles ou le
contexte des citations.
On aurait pu s'attarder à faire ressortir la manière dont le chroni-
queur a employé ses sources; cela aurait été particulièrement facile
pour la première partie de la chronique, de la création à xMoïse, où
presque toute la matière est empruntée au Livre des Jubilés ou
à la Caverne des Trésors (3). Mais les procédés littéraires des histo-
riens sémitiques sont trop connus pour qu'il y ait lieu d'y revenir;
qu'il suffise donc de noter que le compilateur de la chronique est un
très fidèle metteur en œuvre. Au surplus, nous donnons pour le
premier fragment, relatif à la création, une traduction, sur trois
colonnes, de la chronique et des deux documents utilisés par elle, en
différenciant les caractères (i); c'est le cas le plus compliqué.

(1) Traduction de la Chronique syrienne anonyme éditée par Sa Béatitude M-' Rah-

mâni, dans Revue de l'Orient chrétien, XII (1907), p. 429-440; XIII (1908). pp. 90-99;
321-328; 436-443.
(2) L'étude détaillée sur les sources de la chroaique, que le savant éditeur projette de
publier avec le dernier fascicule, fera juger l'ouvrage plus favorablement encore.
(3) Apocryphe syriaque résumant assez rapidement l'histoire de l'Ancien Testament, et
qui doit son nom de Caverne des Trésors à la place tenue dans ses premiers chapitres
par la caverne où est enterré le corps d'Adam, sous le Golgotha. Cf. Rubens Dlval, La
littérature syriaque. 3° éd., Paris, 1907, p. 81 sq.
(4) Dans les traductions de Jub., Cav. et Chron., ce qui est commun à Jub. et Chron.
1 L

MÉLAiNGES. 61

Les abréviations employées sont les suivantes :

Cai\ z=. Caverne des trésors, citée d'après C. Bezold, Die Sc/ta(z-
hùhle. Leipzig, 1888. Les pages sont celles de la traduc-
tion allemande.
Chron. ou C/ir. =
L E. Rah3iam. Chronicon civile et ecc/esiasticum
anonyrni auctoris..., Charfé, 190i.
Epiph. = S. Épipliane. De mensuris et ponderibus, cité d'après
G. DiNDORF, Epiphanii episcopi Constantiae opéra, Leip-
zig, 1863 et Paul de Lagarde, Symmicta, II, Gottingen,
1880.
Epiph. *•''. =: Traduction syriaque du même traité d'après l'édition
de Paul DE Lagarde, Veteris Testamenti ab Origene receii-

siti fragmenta apiid Syros servata quinque. Praeniittitur


Epiphanii de mensuris... Gottingen, 1880.
Jub. = Le Livre des Jubilés, traduction préparée par François
Martin pour la collection des Documents pour l'histoire de
la Bible manuscrit .

Eth.. Lat. ou Jub''^, Jub^^*^ = Texte éthiopien ou latin du Lin-e


des Jubilés d'après l'édition de R. H. Charles, The ethiopic
version...
A.B.CD.. ou Jub'^^'^^ = Manuscrits du texte éthiopien.

i" fragment : Chron. p. 3. 1. 2-5, 1. 13 = .Jub. 2, 2-16.

,(3oCoo . IW-t-3 IJOiOJO U^^oo \^'l° ^.^ci lov^ 1;.^ ) 11 1 „.. wOioN^i {.lOo,^ |.^ao..i^ N.« .;-3

. ^oV> I
St V)o .|Loju,^> )"-i|IVKa .\ZBlf l'illv ,^ooCoo . loCiX ^i-o y««v>t y» |Jl:>(l.^o; |_jin.^

(.^oo.. |jow»o . . . . |>Oiaj> ~010^>^/ [. «N N | . vi t ooio . ^.x>.Ai wOv't-oo . (-.N^l | .?m » \i.s r^'^', l-^a-'>-3

. . . |l r. I -^o l<<:i^«.3 P^.^! (.^aii^oo iLoV^vJO . yOovvu',:_oIo | viSn yo:»^ IV.3 pO) |
^-^^ -, - ouso

. |NM> I
v>o . -> ,.:>A {.sVoi Iv^t^ \^-^''l • lr-<^.^° \^V I ' ^'fo il;'- l^.^^/o tvjL^«.âO ^>|J |oCi^ ^ixSo

.pLM ~iSlBl ^^ I
iy>.i; oïLriv» . vi ., N.CD'r3l/o . )3ja:>o |«ov£D3 |.A.àaA jovSS. ,.â^ |\jf/» | -s^ r» . -.

. |jfn ..N )j&aj N..^ -ji;=^>aN 1 y. t\ ^ouo .)-^>( ^^ M>'0 t <Cl-^;^ ^^.' |Nj_s5tvi,o )
1 - - '" )i

(éventuellement aussi à Cav. dont nous n'étudions pas la composition particulière) est
en caractère romain ordinaire; ce qui est commun à Chron. et Cav. est en italique; ce
fpii est particulier à chaque document est en caractère gras.
(1) Dans le ms. il y a un blanc de cinq lettres environ, l'édition porte /? >*-»'
62 REVUE BIBLIQUE.

^^..*-; (1) Loaooi^o ^[S-Qi.0 IjUjL .\=\\-..*^ MqJU^ o^o/o pLioi». )oiS^ ;.ci3 M-iou-; ^ioa^u

|ju|;.3^ )V^ >o,.iaio iN-ao . I^î/ N>^ J-î» ^j^soioo |;^iJ>oo .|-i>>(.» |l-«ii- ^^ov^ r^ii^ 1^*» I^Q-i^

1^5/ "'^li. « -i; ^^ ^'^o

|JooO)N-30 ) S^v' --" lAî^^o |^^^« ->; ^c^o-;^^ ^ooiio )ovS\ ^cîijo . Ipii. ^»l.o ^ Visai, ^j^o^ 000)0

Jiib., 2, 2-16. Chi'on., p. 3, 1. 25-5. 1. 13. Cav., p. 1 sq.

2. Car le premier jour .Au commencement, le Au commencement, le

il créa les cieux en haut premier jour, qui est le premier jour, qui est le

et la terre et les eaux et dimanche^ Dieu créa les dimanche, chef et pre-
tous les esprits qui servent cieux et la terre et les eaux mier-né de tous les
devant lui: les anges de et la lumière diffuse et jours. Dieu créa les cieux

la face et les anges de des anges et la terre et les eaux et


la tous les ordres
sanctification, les anges de qui servent devant Dieu, l'air et le feu, et les
l'esprit du vent, et les et tous les anges de la puissances invisibles,
anges de lesprit des face et les anges de la c'est-à-dire les anges
nuages, des ténèbres sanctification, et ceux qui et les archanges et les
et de la neige et de la font soufller les vents, et trônes et les princes
grêle et de la gelée, et le gouffre, et les ténèbres, et les puissances et
les anges des sonsetdes et les anges des vents qui les dominations et les
tonnerres et des éclairs, soufflent. chérubins et les séra-
et les anges des esprits phins, tous les ordres
du froid et de la cha- et les armées des esprits,
leur et de l'hiver et du et les ténèbres et la

printemps et de Tété lumière, et la nuit, et le


et de l'automne et de jour, et les vents, et les
tous les esprits de ses tempêtes, toutes ces
œuvres qui (sont) dans choses furent créées le
les cieux et sur la terre, premier jour.
et (il créa) les abîmes (Suit un long dévelop-

du gouffre et les ténèbres, pement sur le rôle du


soir et nuit, et la lumière, Saint-Esprit dans la créa-

aurore et matin, qu'il tion.)

a préparées dans l'intel-


ligence de son cœur,
o. Et alors nous avons

vu son œuvre, et nous


l'avons béni, et nous
avons chanté des
louanges devant lui sur

'

(1) Ms. :
'û» OV3 en deux mots.
^^i»— », en
Ms. et éd. '^^^ suivi d'un blanc; l'^- restitué d'après Cav. qui porte
(2)
considérant Lûsoov» comme un pluriel.
MÉLANGES. 63

Jub. Chron. Cav.

toutes ses œuvres, car Il a fait sept grandes


il avait fait sept grandes œuvres le premier jour.
œuvres le premier jour.
4. Et le deuxième jour, Le deuxième jour, il créa Et le deuxième jour,
il fit le firmament au le ciel inférieur et l'appela Dieu créa le ciel inférieur
milieu de l'eau, et, en ce firmament, car le ciel et l'appela firmament ; or
jour, les eaux furent divi- supérieur est de lumière. ceci montre qu'il n'a
sées : la moitié monta Et
suivant pas la nature des cieux
celui-ci,
au-dessus, et la l'interprétation
de qui sont en haut et qu'il
moitié
descendit au - dessous l'Église, est le paradis est différent dans ,

du firmament iqui est) spirituel. C'est donc la son aspect, des cieux
au milieu, sur la face Jérusalem céleste. Et, en qui sont au-dessus de
de toute la terre. ce jour, les eaux furent lui, à savoir du ciel
divisées la moitié monta supérieur, qui est :
de
au-dessus et la moitié fut feu, et ce deuxième
sur la face de toute la terre. ^est) lumière et celui-ci
inférieur de... (raufîton?)
et parce qu'il a la na-
ture condensée de l'eau,
il est appelé firmament.

Et Dieu divisa, le
deuxième jour, l'eau
d'avec Teau, c'est-à-dire
l'eau supérieure de
l'inférieure. Et celle-là,
monta deuxième jour
le
au-dessus du ciel, comme
une épaisse masse de
nuages elle s'éleva
:

et monta
et s'étala au-
dessus du firmament,
dans l'air. Et elle ne
se verse pas, ni ne se
meut d'aucun côté.
Et il ne fit que cette Dieu ne fit que cette
œuvre le deuxième jour. œuvre le deuxième jour.
5. Et le troisième jour, Le troisième jour, il dit Et le troisième jour. Dieu
il dit aux eaux de se retirer, aux eaux de se retirer ordonna aux eaux de
de la surface de toute la de la surface de la terre dessous le firmament,
terre, en un seul lieu, et en un seul lieu, dans le de se rassembler en un
à l'aride d'apparaître. creux de ce firmament, et seul lieu, et à l'aride
6. Et les eaux firent l'aride apparut. d'apparaître. Et lorsque
comme il leur avait dit, la couche des eaux fut
et elles s'éloignèrent écartée de la surface de
de la surface de la terre
apparut que
la terre, il
en un seul lieu, en dehors rien n'était" ferme ni
de ce firmament, et l'aride solide, mais de nature
apparut. humide et molle.
u REVUE BIBLIQUE.

Jub. Chron. Cav.

7. Et, en ce jour, il créa Et, en ce Et les eaux se ras-


jour, il créa
pour elles toutes les mers toutes les semblèrent dans les
mers et leurs
selon leurs réceptacles réceptacles, et les fleuves, mers, au-dessous de
respectifs, et tous les et les réceptacles des eaux la terre, et dans son

fleuves, et les réceptacles dans les montagnes et intérieur, et sur elle.


des eaux sur les montagnes les vallées.
et sur toute la terre
et tous les étangs et
toute la rosée de la
terre,
Et Dieu fit au-dessoits Et Dieu fit, dans l'in-
de la terre des conduits, térieur de la terre, par
des veines et des canaux dessous, des conduits et

pour le passage des eaux des veines et des canaux


et du vent. Le chaud et le pour le passage de l'eau
froid montent par eux et des vapeurs, qui
pour le sewice des habi- montent de la terre dans
tants de la terre. ces veines et conduits
avec le chaud et le froid
pour le service de la terre.
Et la terre était comme Ainsi, /(( terre, par-
une éponge. dessous, est faite comme
une éponge, parce qu'elle
repose sur l'eau.
et semence qui se
la Et Dieu commanda à la Et, ce même troisième
sème et tout ce qui terre, et elle conçut et pro- jour. Dieu commanda à
pousse, et les arbres qui duisit l'herbe et les arbres, la terre, et elle produisit
portent des fruits, et les semences et les racines. l'herbe, de dessous; et

les forêts et le jardin elle conçut en elle les

d'Eden dans TEden, arbres et les semences et


pour le plaisir, et les germes et les

toutes les plantes selon racines (1).

leur espèce.
Le Seigneur ût ces Il lit ces quatre grandes
quatre grands genres le œuvres le troisième jour.
troisième jour.
8. Et, le quatrième jour, Le quatrième jour, Dieu Et. le quatrième jour.
il fit le soleil, la lune et fit le soleil, et la lune et Dieu fit le soleil et la lune
les étoiles, et il les éta- les étoiles, et la chaleur et les étoiles et aussitôt
blit dans le firmament du soleil se répondit sur la que la chaleur du soleil

du ciel, pour qu'ils face des eaux, pour la se répandit sur la face
brillent sur toute la vigueur et la croissance de la terre, elle se
terre, etqu'ils séparent de tout ce qui germe et fortifia (sortant) de sa
la lumière des ténèbres. qui croit sur la terre; et mollesse, parce que
9. Et le Seigneur éta- il donna le soleil pour l'humidité et la fluidité

(1) D'après les m»s. A, V de Cav.


MÉLANGES. 63

Jub. Chron. Cav.

blit le soleil en grand séparer la lumière et les de l'eau lui avaient été
signe sur la terre pour ténèbres. enlevées. Et lorsque la
les jours, et les poussière de la terre
semaines, et les mois, eut été chauffée, elle
et les fêtes, et les produisit tous les
années, et les semaines arbres, et les plantes,
d'années, et lesjubilés, et les semences, et les

et tous les temps des racines, qui avaient


années. 10. Et (le soleil) été conçues en elles
sépare la lumière et les té- le troisième jour.

nèbres, et fil est établi) pour


(donner) la vigueur, alin que
soit vigoureux tout ce qui
germe et croît sur la terre.

Il fit ces trois espèces Il fit trois grandes


le quatrième jour. œuvres le quatrième jour.
11. Et. le cinquième jour, Le cinquième jour, Dieu Et, le cinquième jour,

il créa les grands ordonna aux eaux, et elles Dieu ordonna aux eaux, et
monstres marins au enfantèrent des espèces elles enfantèrent tous les
milieu des abîmes des diverses, les cétacés, et poissons de différents as-
eaux, —
car ceci fut Léviatltan, et Béhcmoth pects et ce q ui serpente dans
la première oeuvre horrible à voir, c'est-à- l'eau les ctHacés, et Lévia-
( i
:

de chair qui fut faite dire les sauterelles, et than, et les Béhémoth horri-
par ses mains, —
les les oiseaux, et les jioissons. bles à voir, et les oiseaux

poissons et tout ce qui se de Tair et <iles poissons^


meut dans les eaux, et tout des eaux.
ce qui vole, les oiseaux
et toutes leurs espèces.

Et, en ce même cin-


quième jour. Dieu créa
de la terre tout le
bétail et les animaux
sauvages et les ani-
maux rampants, qui
rampent sur la terre,
chacun selon son
espèce.
12. Et le soleil brilla Et le soleil brilla sur eux
sur eux pour (leur donner) pour (leur donner) la
la vigueur, et sur tout croissance.
ce qui est sur la terre,
tout ce qui germe de la
terre, et tous les arbres
qui portent des fruits, et
tout ce qui est de chair.
Il fit ces trois espèces Il fit trois œuvres le

le cinjuième jour. cinquième jour.


REVUE BIBLIOUE 1921.
66 REVUE BIBLIQUE.

Jub. Chron. Cav.

13. Et, le sixième jour, Le sixième jour, il fit Et le sixième jour, qui
il fit toutes les bêtes de toutes les bètes de la terre, est le vendredi.

la terre, et tous les ani- et les animaux (domes-


maux (domestiques), et tout tiques), et tout ce qui se
ce qui se meut sur la terre. meut sur la terre.

1-4. Et après tout cela, Et après tout cela, il créa Dieu forma Adam de
il l'homme
fit il les fit l'homme :il les fit homme la poussière et Eve de:

homme et femme, et il lui et femme, et il leur donna sa côte. Et le septième


donna pouvoir sur tout pouvoir sur tout ce qui est jour, Dieu se reposa de
ce qui est sur la terre, et sur la terre, et dans les toutes ses œuvres, et, à
ce qui est dans les mers, mers, et sur les oiseaux, cause de cela, celui-ci fut
et sur tout ce qui vole, et les animaux (domes- appelé sabbat. Or la
et sur les bêtes des tiques), et sur tout ce qui création d'Adam arriva
champs, et sur les ani- se meut sur la terre. Et comme suit le sixième :

maux (domestiques), et en ce jour, qui est le jour, qui est le vendredi,


sur tout ce qui se meut sur vendredi, à la première à la première heure...
la terre; sur tout cela heure... (long passage sur (très long développement
ilvlui donna pouvoir. la création d'Adam et d'Eve sur la création d'Adam et

et leur séjour au Paradis, d'Eve et leur séjour au


d'après Cav. abrégée). Paradis).
Et il fit ces quatre espèces
le sixième jour.
15. Et il y a en tout Et il y a en tout vingt-
vingt-deux espèces. deux œuvres.
16. Et il acheva toute Et Dieu acheva toutes
son œuvre le sixième ses œuvres dans les cieux,

jour tout ce qui est


: et sur la terre, et dans les

dans les cieux et sur la mers, et dans les abîmes,


terre, dans les mers et et dans la lumière, et dans
dans les abîmes, dans la les ténèbres, et dans tout
lumière et dans les ténè- ce qui est.
bres et dans tout. Le septième jour, cette
puissance, qui n'est
pas fatiguée, se reposa de
toutes les œuvres, qu'elle
avait faites, et à cause
de cela,il a béni... (cL

2* fragment).

La rareté des caractères gras dans la colonne centrale montre qu'il


n'y a presque rien dans le récit de la création qui appartienne en
propre au chroniqueur; il annonce, à la fin du prologue, qu'il n'ajou-
• tera rien de son fonds aux récits de ses devanciers (1),. il est mani-
feste, dès les premières pages, qu'il tiendra sa promesse.

(1) p. 3; cf. traduction dans Revue de l'Orient chrétien, \1I, p. 431.


MÉLANGES. 67

par deux documents, dont chacun contenait, sur la créa-


Sollicité
tion, maint détail capable de retenir lattention d'un amateur de
curieuses traditions, le chroniqueur a prisé davantage le Livre des
Jubilés : il leur a emprunté tout l'essentiel de son récit et na tiré
de Caverne des trésors que des données complémentaires.
la

Saint Épiphane a inséré dans son traité de mensuris et pondérions [i j

un récit de la création d'après Juô.. qu'il est intéressant de comparer


avec celui de la chronique Rahmâni. Ainsi qu'il est naturel, Épiph. et
Chron. omettent d'un commun accord ce qui appartient à la forme
personnelle adoptée par le rédacteur de l'apocryphe juif, cest-à-dire
la mise en scène de l'ange chargé d'instruire Moïse Jub. 2, 1 et la
première partie du v. 3. Tous deux aussi ont reconnu que la descrip-
tion des diverses créations était commandée par une spéculation
mathématico-symbolique. —
vingt-deux œuvres pour les six jours,
comme il y a vingt-deux lettres dans l'alphabet hébraïque et
vingt-deux livres saints dans le canon des rabbin^. — et ils ont
conservé cette indication. Dans ces limites ils ont traité leur source
commune avec une complète indépendance.
Épiphane suit d'abord son modèle de très près il reproduit scru- :

puleusement lénumération des anges qui président aux phénomènes


atmosphériques, la distinction des abîmes, les gloses des termes
' ténèbres » Au troisième jour, il abrège franche-
et ": lumière •>.

ment; aux jours suivants il supprime tous les détails et ne retient


guère que l'énoncé des genres créés et leur supputation jour par
jour, afin de pouvoir terminer sur le chiffre < vingt-deux ».
Le procédé du clironiqueur est plus varié au premier jour, :

embarrassé, semble-t-il, par l'abondance des termes, et après avoir


commencé à donner des détails sur les diverses catégories d'esprits
célestes, il élague toute la spéculation angélo-météorologique. Mais
il sest laissé contaminer par Cav., en introduisant les surcharges
'( au commencement •>, « qui est le dimanche », et en préférant la
locution chrétienne « ordres des anges » au mot < esprits que
»

Jub. et Epiph. tiennent de la tradition juive. Les mots « anges de


la sanctilication » méritent d'être signalés, parce (ju'ils garantissent
l'exactitude de Eth. contre Épiph. av/E/.:-. T?;r ;:;r,r. que le traduc-
teur syrien d'Épiphane a rendu textuellement u^^s^a, ^::^^IJû.

(1) Chapitre dans G. Di>dorf. Epiphanii episcopi Constantiae opéra, vol. IV,
22,
part. 1. 2, p. agarde, Sijmmicta. p. 176 >q. Le texte du ms. Mar-
27 sq. ou dans Paul de 1

cianus, qui contient des variantes importantes est donné dans la préface de Dindorf,
p. \v sq. Charles a réédité le te\te de Dindorf, avec plusieurs corrections, en face du
texte éthiopien des Jubilés dans The ethiopic version..., p. 5.7.9.
68 REVUE BIBLIQUE.

ceux qui font souffler les venls » et « anges des


Les expressions «

venis qui soufflent forment doublet dans Chr. La deuxième formule


»

traduirait plus exactement l'original, si l'on en croit le témoignage


d'Épiphane «yv^X:!, twv 7:v£j;j.â-:a)v -vsivTojv. Il semble qu'elle est une
correction de la première transportée de la marge dans le texte sans
que la leçon condamnée en ait été éliminée (1). Cette supposition
rendrait compte de la place occupée actuellement par les mots
« anges des vents qui soufflent » à la fin de Ténumération, où manque
d'ailleurs le terme « lumière », inséré plus haut (2), certainement à
tort et peut-être sous l'influence de Cav : attraction de « lumière » =
Ho,<u {Chr.) par « feu » = i»aj [Cav.].
Le chroniqueur a emprunté à Cav. l'explication du terme « firma-
ment par où commence sa description du deuxième jour; il a com-
»,

plété par un passage sut- le ciel au sens chrétien, qui lui est propre.
Il a ensuite reproduit Jiib., sans mentionner toutefois le mouvement
de descente des eaux inférieures; il s'agit peut-être d'une omission
accidentelle analogue à celles des manuscrits grecs d'Épiphane (3).
Au troisième jour, Chron. a une omission causée par l'homoiote-
leuton « en un seul lieu », si bien que l'ordre donné aux eaux n'est
pas suivi de l'habituel compte rendu d'exécution. Epiph. n'a rien
des vv. 5 et 6. Malgré la perte d'une clausule, le témoignage de
Chron. est ici très intéressant, car Elh. a une leçon peu satisfaisante
« à l'extérieur de ce firmament » =: 'afP'a 'em, qui traduit habituel-
lement le mot grec 'CzmHvk Le syriaque « dans le creux du firmament »
ou « à l'intérieur du firmament » =^ a^ semble préférable, car
les eaux dont il est question sont les eaux inférieures, recouvertes
par le firmament comme le sol d'une maison est recouvert par le
toit en se réunissant pour constituer la mer, les eaux inférieures
:

ne cessent pas d'être sous le firmament et l'on ne saurait dire qu'elles

En ce point où le traducteur syrien a hésité, il n'y a pas accord parfait entre Eth.
(1)

et Epiph. .les trois manuscrits B. C el D ont « les anges du feu et les anges du souille
de la respiration », tandis qu'.4 a seulement « les anges du souille de la respiration «.
La disparition du premier terme s'explique en éthiopien par une omission due à l'homoio-
teleuton manfasa : wamalâ'ehta manfasa 'esOt u-amalû'ekla manfasa 'estanfâsa
devenu namalû'cMa manfasa 'ëstanfû sa, mais ceci n'explique pas l'omission ^ax Epiph.
Quoi qu'il en soit, Charles a peut-être tort de préférer la leçon de A. Epiph. à celle de
B. C. D.
(2) La place occupée par le terme « lumière » a causé l'addilion du qualificatif « dififuse »,

qui est étranger à Jub.


(3) Le texte reçu du de msnsuris et ponderlbus ne mentionne aucun mouvement des
eaux, mais le Maràaau^ a omis seulement le mouvement de descente des eaux infé-
rieures ; To TifAiff'j a-jTÔJv àvîêri èitâvco toO (7T£pêo');j.aToç sfjLtxîffcp etxî TCposwTTo-j TtaT»]? T»i; yy];.

Epiph. '>', au contraire, a le texte complet comme Jub.'^'\


MELANGES. 09

passent au dehors. Ou en conclura que le traducteur éthiopien aura


lu £;ojÔev ou £;o) au lieu de sîojQev ou Itjw, à moins que Terreur
remonte plus haut, à un origioal hébreu "tz lu -•r«2 ou même
yin^ par le traducteur grec.
Au (|uatrième jour, la description des Jubilés comprend quatre
thèmes : but général de la création des astres (v. 8i, détermination
par le soleil des périodes du calendrier (v. 9;, séparation de la
lumière et des ténèbres (v. 10), et action sur les êtres vivants (v. 10).

Saint Épiphane a tout omis, ne gardant que l'énoncé des créa-


tures (v. 8) et le compte récapitulatif du
v. 10. Le chroniqueur a

omis tout ce qui concerne le calendrier, ce qui est bien naturel,


puisqu'il s'agit de considérations spécifiquement juives; il a supprimé
ensuite, pour abréger, la mention des intentions divines, qui fait un
peu double emploi avec le v. 10. Au lieu de s'en tenir uniquement à
l'idée de lumière à propos de l'action solaire, il a emprunté à Cav.
l'idée de chaleur, mais sans le développement connexe sur le raffer-
missement de la terre et la germination des plantes conçues au jour
précédent. La leçon syriaque « vigueur et croissance » est meilleure
([u'Elh. pour (donner)
'< la vigueur, afin que soit vigoureux ». Charles
estime avec raison que le passage est corrompu (1) : la deuxième
expression dans Elh. semble une glose marginale, qui se serait
glissée dans le texte.
Au cinquième jour, le chroniqueur a tiré son début de Cav., attiré
probablement par les noms extraordinaires de Léviathan etBéhémoth,
empruntés au livre de Job 2 Il interprète Béhémoth de la sauterelle,
.

conformément à l'exégèse de Jacques d'Édesse (3), un des auteurs


dont il se recommande dans son prologue. Après quoi, il emprunte
aux Jub. la meniion du soleil vivificateur des êtres animés. Le texte
éthiopien paraît interpolé, car il cite encore, comme bénéficiaires
de l'action solaire, les plantes déjà données comme telles au qua-
trième jour.
La description de l'œuvre du sixième jour dans Chron. est tirée
de Jiib., avec intercalation d'un long passage sur la création de

l'homme, emprunté à Cay. Saint; Épiphane n'a presque rien conservé.


Chron. a omis la deuxième fois le terme bêtes (des champs) «, qui »<

parait original. Plus logique ([vxEth. dans sa construction, mais pro-


bablement par correction du texte primitif de Jub., il construit au

(1) The ethiopic version..., p. 6 sq., n. 45.


12] Job, 40, 10.
'3) Cf. Nav, Traduction des lettres AT/ et XllI de Jacques d'Édesse, dans Revue de
l Orient chrétien, \ 1005;, p. 264-266 et p. 279-282.
70 RE\aJE BIBLIQUE.

pluriel « il leur donna », dès qu'il a mentionné la dualité du couple

kumain, tandis qnEth. porte « il lui donna ». A la fin du v. 16,


« tout ce qui est » au lieu de « tout » est une variante insignifiante.

Au septième jour, les Jubilés, d'inspiration purement juive, ne


pouvaient plus être reproduits par un chroniqueur chrétien il n'y a :

que des réminiscences de Jub. 2, 2i.-25 dans le fragment suivant.

2e fragment : Chron., p. 5, I. 14-16 = Jub., 2, 24-25.

Jub. Chron.

2. 24. ... comme il a sanctifié et béni Et à cause de cela, il a béni le jour du


Id jour du sabbat dans le septième jour, sabbat et il a béni, en lui, dans le sep-
25. Il créa le ciel, la terre et tout ce qu'il tième jour, tout ce qu'il avait créé
créa en six jours. Puis le Seigneur fit le en six jours. C'est pourquoi il ordonna
septième jour saint pour toutes ses créa- aux Juifs à son sujet que quiconque ferait
tures: c'est pourquoi il ordonna à sou en lui une œuvre, meure! et quicon-
qu'il

sujet : quiconque fera en ce jour œuvre que le profanerait, qu'il meure de mort!
quelconque, qu'il meure! et celui qui le

profanera, qu'il meure de mort!

La fidélité du chroniqueur reproduisant les expressions « dans le

septième jour » et « tout ce qu'il avait créé en six jours », mérite


d'autant plus d'être notée que lallure générale de Ji(b. et Ch^on. est
assez différente. Sachant bien que le châtiment réservé aux violateurs
du sabbat n'était pas prescrit par la loi chrétienne, le chroniqueur a
cru bon d'ajouter « aux Juifs », soit qu'il comprit l'origine judaïque
des Jubilés, soit qu'il ait simplement tenu compte du contexte exclu-
sivement judaïque, en particulier du v. 26 « Et toi, ordonne aux
enfants d'Israël... » et du v. 27 « et quiconque le profanera, qu'il
meure de mort, afin que les enfants d'Israël gardent ce jour... ». Ceci
confirmerait que le chroniqueur a eu entre les mains un texte con-
tinu des Jubilés.
Le récit de la chute et de ses conséquences dans Chron. est complè-
tement emprunté à Cai\, un seul détail provient des Jubilés.

3" fragment : Chron., p. 6, 1. 5.6 = Jub., 3, 28.

|La.>^ aV>i.^aj (J; |.\i( ^^ v&^i; ^3fo |Lcu,^> | v>f>q pNjsf \.-x>a^ oovso

.Jub. Chron.

3. 28. Et en ce jour cessa (de parler) la Et en ce jour se ferma la bouche des


bouche de toutes les bêtes (sauvages) et bêtes (sauvages) et de tout ce qui se meut
MÉLANGES. '/l

Jub. Chron.

des animaux (domestiques), des oiseaux sur la terre, afin que les bêtes ne parlent
et de ce qui marche et de ce qui se pas.

meut, car tous s'entretenaient l'un avec


l'autre avec une seule lèvre et une seule
langue.

L'observation du Livre des Jubilés sur rhomophonie des animaux


a eu un certain éciio dans la tradition juive et chrétienne (1); mais
tous font allusion à la deuxième partie du v. 28 « car tous s'entrete-
naient... ». Le chroniqueur est seul à reproduire le début du verset,
c'est un cas typique de son indépendance dans l'emploi de Jub.

4^ fragment : Chron., p. 7, 1. 5 et 1.5-18 = Jub., 4, 29 sq.

0)Lq\ runt/o .0)j-^ ^)-s i <^«v»»o )>-iai>*l-


/"J l-— t^ l^-"» I^Q-aJ-a ^ras^L; (Laa-^o

v>ï
. . . )Low>/ ....A^V

Jub. Chron.

4, 29. Et à la fin du dix-neuvième Et dans le dix-neuvième jubilé, dans


jubilé, dans la septième semaine, Adam la septième semaine, comme Adam avait

mourutet tousses enfants l'ensevelirent... vécu 970 ans, au temps de sa fin, les

patriarches se réunirent... ''d'après Car.),


30. Et il lui manquait 70 années pour Et il lui manquait 70 années pour (avoir)
(avoir) mille ans, car mille ans sont milleans,car mille ans sont comme un jour
comme un jour dans le témoignage des dans le témoignage des cieux. C'est pour-
cieux, et c'est pourquoi il avait été écrit quoi il avait été écrit de l'arbre de la
de l'arbre de la science « le jour où : science : « le jour où vous en mange-
vous en mangerez, vous mourrez. » A rez, vous mourrez. » Et à cause décela, il

cause de cela, il n'acheva pas les années n'acheva pas les années de ce jour, car
de ce jour, car il mourut en lui. il mourut en lui.

Sous l'influence de son schéma chronologique et de Cav. le chroni-


queur a voulu ajouter au texte des Jubilés l'âge du premier homme
au moment de sa mort. Mais il a été victime d'un lapsus calami en
écrivant 970 au lieu de 930. Son erreur a été causée par le v. 30 de Jub.
qu'il venaitde lire avant de décider qu'il insérerait d'abord la tirade
de Cav. sur l'assemblée des patriarches au chevet d'Adam. Il y a dix
lignes dans Chr. entre le chiffre de 970 et la phrase « et il lui manquait

(1) Cf. Josèphe, Antiquités judaïques, I, 1, 4; Livre d'Adam et d'Eve, I. 18; Georges
le Syncelle, éd. Bonn, I, 14; Cedrenus, Zonaras, etc.
T2 REVUE BIBLIQUE.

70 années pour (avoir) mille ans », c'est pour cela que la faute a pu
passer inaperçue. L'expression au temps de sa fin », dans une phrase
<>

où Car. porte « au jour de sa disparition » ow^oi.; p^oo^ est due à =


l'influence de Jub. où on lit au v. 29 « Et à la fin du dix-neuvième :

jubilé... » Le traducteur syriaque avait dû rendre ces mots par ^k»


)ioa.j o,j^(li; le chroniqueur qui a commencé sa phrase par le mot

(laa^o « Et dans le jubilé » a transposé, en l'appliquant au premier


homme, l'expression o^^ ^^\ il n'a donc pas commis grande infraction
à ses habitudes de fidélité dans la reproduction de ses sources.
La supputation par jubilés et semaines est très remarquable, car
notre auteur, comme d'ailleurs les chroniqueurs grecs qui ont le

plus fréquemment utilisé le Livre des Jubilés (2), ramène toujours


ses dates à la chronologie ordinaire.
L'histoire de Gain, qui suit le récit de la mort d'Adam, est emprun-
tée à Cav. premier meurtrier est tué d'une pierre par Lamech.
: le

Cette tradition, plus répandue, a été préférée à celle des Jubilés,


suivant laquelle Gain aurait été enseveli sous les décombres de sa
maison.
L'inconduite des Benr elohim est résumée d'après Cai\, mais avec
deux passages qui proviennent d'une autre source (3); toutefois,
il semble que le chroniqueur a eu aussi sous les yeux le récit de

Jub. car il s'exprime une fois dans les mêmes termes :

5* fragment : Chron.. p. 9, I. 22 = Jub., 5, 1.

Jub, Chron.

5, 1. Et ils les prirent pour leurs Et ils les prirent pour femmes, entre
femmes, entre toutes celles qu'ils choi- toutes celles qu'ils choisirent, et elles

sirent, et elles leur enfantèrent des Bis et leur enfantèrent des fils, les géants,
ceux-ci furent les géants (4).

Textuellement
(1) au temps de la fin du Jubilé, n
: <(

Par exemple Georges le Syncelle, éd. Bonn, I, 19, qui reproduisant Jub., 4, 29, écrit
(2)
930 ans au lieu de 19' jubilé, ',' semaine, ti' année.
(3) Le premier de ces passages ;p. 8, 1. 5-11; a un parallèle dans la Chronique de Michel

(éd. Chabot, p. 2, et trad. p. 4, où le traducteur a rendu l"*^ par « anges » au lieu de


« veilleurs », faute d'avoir reconnu l'allusion à l'angélologie du Livre d'Hénoch) et dans

Barhebrœus, Chron. syr., p. 4. Le deuxième passage (p. 9, 1. 15-27) a son correspondant


aussi dans Michel (p. 2, trad. p. 5), avec une référence à Anianos, qui est précisément
un des auteurs cités dans la préface de la chronique Rahmâni.
(4j Cf. George le Syncelle, éd. Bonn, (, 35 à?' wv (-^yvaixwv)
: £7rotr,<yavTO ^xlôa; toù«
MÉLANGES. T3

Et le chroniqueur de poursuivre aussitôt d'après Cav. « géants,


comme des tours... »,en condamnant l'opinion des « auteurs anciens »

qui avaient pris pour des êtres angéliques les benê elohim de la
Genèse.
Après un long récit d'après Cav. sur Jubal et Tubalcaïn, et une
note sur le service de lared dans la Caverne des trésors, l'auteur en
vient à mentionner Hénoch comme père de iMathusalah. puis comme
ministre du culte adamique dans la caverne. Il en prend occasion
pour insérer un passage du Livre de< Jubilés sur le service d'Hénoch
devant Dieu :

6- fragment : Chron., p. 10. 1. 26 sq. = Jv.b., 4, 25 sq.

l-i.^»/» ^^vgoo .p.iû..L; IJo^sj -PV^ ^'r" >


••* ' "— i^ 1-»-^;.^ 1-kic»^ |
v>fni ; ^^><li^ ^^is ooio

Jitb. Chron.

4, 25. Et < le premier >, il brûla, le Etlepremieriloffrit lesacriGced'encens,


soir, de l'encens, agréable devant le Sei- le soir, en agréable odeur, devant le

gneur. sur la montagne du raidi. 26. Car Seigneur, sur la montagne du midi. Car
quatre lieux sur la terre sont) au Sei- quatre lieux sur la terre (sont/ au Sei-

gneur : lejnrdin d'Eden, et la montagne gneur montagne du Paradis, et la mon-


:1a

de l'orient, et cette montagne sur laquelle tagne du midi, et la montagne du Sinaï, et


tu te trouves aujourd'hui, le mont Sinaï, le mont Sion.

et le mont Sion.

Les manuscrits éthiopiens du Livre des Jubilés présentent un


texte manifestement corrompu au v. 25. Charles traduit : « Et il brûla
l'encens du sanctuaire, (et aussi) des aromates, agréables devant le
Seigneur, sur la montagne *, avec la variante <( dans le sanctuaire »

proposée en note.
La première difficulté de l'éthiopien est à propos du mot « soir ».
Deux manuscrits, C et D, que Charles considère comme les moins
recommandables, portent mesëta =: « le soir » B omet ce mot, A ;

le remplace par bêta : ainsi A contient l'expression bêta inaqdas =


'<la maison du sanctuaire > au lieu de maqdas « le sanctuaire », =
c'est-à-dire qu'avec un mot en plus il se traduit comme B. L'analyse
de la variante mesPta = bêta est nettement en faveur de mesêta,
la transformation en bêta a été causée par la similitude des lettres
rt, = se et n» = Ij'^, et par la fréquence de l'expression bêta maq-
das (l). Entre la leçon difficile meseta et la leçon banale bêta, Charles

(1) Cf. DiLLMA>N, Lexicon linguae aethiopicae, col. 467; références kjub. 49, 16 et à
74 REVUE BIBLIQUE.

aurait dû conclure à l'originalité de la première. La citation de


Chron. est décisive : le complément circonstanciel « le soir », qui n'a
aucun intérêt pour des copistes chrétiens, éthiopiens ou syriaques, a
été voulu par l'auteur pharisien du Livide des Jubilés, il entend attri-
buer ici à Hénoch Tinstitution d'un rite important du culte sacerdo-
tal dans le temple de Jérusalem (1), le sacrifice de parfums, qui

suivait, à la fin de l'après-midi, Toffrande de la victime, et terminait


le cycle quotidien des cérémonies liturgiques (2).
Une deuxième difficulté provient du mot maqdas a sanctuaire » :

la mention d'un sanctuaire dans d'Hénoch parait hors de


l'histoire

propos. La traduction secondaire de Charles « il brûla l'encens dans

le sanctuaire » en prenant bêta maqdas de A pour un accusatif


complément circonstanciel de lieu parait inacceptable. Les manuscrits

A en omettant mesêta, permettent de traduire « encens du sanc-


et B,

tuaire », où « sanctuaire » peut être entendu comme un déterminatif


quelconque du mot « encens », mettons un déterminatif de qualité.
On pourrait aussi, en traduisant la leçon de C, D « encens du
soir du sanctuaire » comprendre les deux derniers termes comme
des déterminatifs de qualité, mais ce serait vraiment tiré aux

cheveux.
Le témoignage de la chronique Rahmâni permet de proposer une
meilleure interprétation de ce passage elle précise en effet qu'Hénoch
:

fut le premier à brûler de l'encens, comme il est dit dans Jiib., 4, 18


qu'il fut le premier à enseigner aux hommes l'art de l'écriture.
€eci suggère de corriger maqdas en qadàmi =. « premier » ces
deux mots ont trois consonnes communes et l'on comprend facile-
ment qu'un scribe inattentif ait été entraîné parle mot « encens » à
écrire celui de « sanctuaire ». Nous avons donc restitué le mot « pre-
mier » dans notre traduction des Jubilés, en le plaçant en tête de
la phrase par déférence pour l'usage français, mais le syriaque
témoigne que ce mot ne se trouvait pas à cette place dans l'original,
et que le fnot « encens était séparé par les mots « soir » et « pre-
>>

mier » de la locution suivante agréable devant le Seigneur »


(^

de nombreux passages de l'Ancien et du Nouveau Testament. L'expression hUa maqdas


sert même à désigner les églises chrétiennes, elle est donc très usuelle.
(1) Charles note justement, à propos du v. 18, que l'auteur des Jubilés attribue à Hénoch
l'origine de certains usages légaux note ad /oc, p. 37); la même remarque aurait ptf

être faite ici.

y avait, à la vérité, un double sacrifice de parfums, matin et soir, cf. E. Schijerer,


(2) Il
Geschichte des jiidischen Volkes im Zeilalter Jesu Christi, II, 4* éd. (1907), p. 349 sq.;
mais tandis que l'offrande des parfums semble n'être, le matin, que le prologue de
l'holocauste, elle était le point culminant de l'oflice du soir, cf. par ex. Luc, 1, 9-11.
.

MÉLANGES. 75

OU « en odeur agréable devant le Seigneur », locution où Eth.ei


Chron se relrouvent suffisamment d'accord.
Une troisième difficulté dans le texte des Jubilrs vient du mot
« midi » les trois manuscrits B, C, D portent badabra qati\ que
;

Dillmann a proposé de traduire « montagne du midi >'. Mais qatr


signifie proprement « milieu de la journée » et n'est pas documenté
dans le sens de c sud » il;. Charles propose de corriger en qëtârê =
(( aromates », qu'il déplace pour traduire comme il a été dit ci-des-
sus (2). Ainsi, dans la traduction de Charles, la montagne où sacri-
fie Hénoch dans le ms. .4. Or il y a lieu
reste indéterminée, conitue
d'observer que l'omission de çr^/r après dabr s'explique par l'homoio-
teleuton, et cette circonstance diminue singulièrement le témoignage
de .4

Ici témoignage de la chronique « sur la montagne du


encore, le

midi » prend, en face du désaccord des manuscrits éthiopiens, une


place prépondérante et confirme la leçon de B, C, D contre le texte
écourté de ^. Mais, pour apprécier définitiveipent ces derniers mots
<iu V. -25, il faut les rapprocher du verset suivant.
Le chroniqueur omet au v. 26 l'expression « la montagne sur
laquelle tu te tiens ». caractéristique de la forme personnelle —
révélation verbale de Dieu à Moïse, adoptée par l'auteur des —
Jubilés; mais il continue son emprunt avec des variantes pour les
noms de deux sanctuaires. Pour le premier, la formule chrétienne de
la Caverne de Trésors 3, « la montagne du Paradis » a prévalu
contre la formule biblique et juive « le jardin d'Éden »; pour le
second, remplace « orient ».
« midi "

Les commentateurs du Livre des Jubilés ont beaucoup cherché ce


que pouvait être cette « montagne de l'orient » nommée par le texte
éthiopien comme un des quatre sommets consacrés à Dieu. Rapo-
port (i; y a vu la montagne d'Ephraïm, ornée des lieux de culte
samaritains. Rônsch (5), voulant avoir un sanctuaire en relation avec
un quelconque des patriarches entre Adam et Moïse, a proposé d'y
reconnaître l'Ararat, ou la pointe du Lubar, qui fait partie de ce
massif. Charles i6) hésite entre trois solutions : la montagne de

(1) Dillmann ne cite que ce passage pour le sens en question, Lexicon..., col. 442.

La correction de qatr en qetârê. sans transposition, donnerait


(2) d'ailleurs un sens
satisfaisant « montagne des aromates ».

(3) Cav. trad. p. 7. Le chroniqueur n'emploie jamais « Éden ».

(4) Zeitschrifl des deutschen morgealiindischen Gesellschaft, XI (1857;, p. 730-733.


(5) Das Buch der JubiWen. p. 505 sq. ^
(6) The Book of Jubilees, p. 39, note du v. 26.
76 REVUE BIBLIQUE.

Torient peut être soit la montagne où Hénoch a sacrifié, soit la mon-


tagne voiï-ine du Paradis, où sur l'ordre d'Adam les descendants de
Seth devaient vivre à l'écart des enfants de Gain, soit enfin la mon-
tagne désignée dans le Livre d' Hénoch
coTnme le trône de Dieu. (1)
M. l'abbé Gry, comparant Jub. 4, 26 à 8, 19, où trois sanctuaires-
seule ment sont nommés, reconnaît dans le premier passage une snper-
fétation destinée à placer un sanctuaire divin à chacun des quatre
points cardinaux (2); il n'explique pas d'ailleurs si l'addition du
quatrième sanctuaire, celui de l'orient, remonte à l'auteur des Jubilés
ou si elle est le fait d'un interpolateur.
Ces explications ont le tort de ne pas tenir suffisamment compte
du contexte (3) il est dit au v. 25 qu'Hénoch a brûlé des parfums à
:

Dieu sur une montagne, l'enchaînement du discours veut que celle-ci


soit une des quatre montagnes du v. 26. Dans le texte éthiopien, il
est vrai, les expressions sont différentes « montagne du midi » ou :

« montagne des aromates » d'une part, montagne de l'orient » <«

d'autre part; mais il ne faut pas que celte antilogie apparente obscur-
cisse l'évidence fournie par le contexte.
Dès lors, il faut d'abord chercher ce que pouvait être pour l'auteur
du Livre des Jubiles la « montagne de l'orient ». L'expression est
biblique montagne, mpn in est citée dans Gen. x, 30, en rela-
: cette
tion avec Seba, Ophir et Havila, dans le pays des Yoktanides; à.
défaut de localisation précise, on peut la situer sans erreur dans la
partie méridionale de l'Arabie. Le rabbin égyptien, Saadia le Fayyou-
mite, écrivant dans un milieu musulman, la place sans hésitation à
l'est, — le sud-est serait mieux, — de iMédine, ïjljwOI JI ^ .,' -j!

J^l J^' J^ {^)- Le traducteur syriaque des Jubilés a paraphrasé,


d'une façon analogue en traduisant i
.y^. i; hq^, que l'on peut traduire
« montagne du midi », mais aussi montagne de Taiman ». La tra-
«

duction « montagne du midi » pour « montagne de l'orient » choque


nos habitudes de précisionen matière d'astronomie, mais elle

s'accorde avec les manières de parler de l'Ancien Testament, où mp

(1) I Hénoch, 18, S: 24, 3: F. Martin, Le livre d' Hénoch, p. 50, 64.

(2) Séjours et habitats divins d'après les Apocryphes de l'Ancien Testament, dans
Revue des Sciences philosophiques et théologiques, IV (1910), p. 696-702.
Seul Charles a senti qu'il devait y avoir identité entre la montagne du v. 25 et la
(3)
i( montagne del'orient » du v. 26; mais il ne s'est pas attaché à celte idée, alors «jue sa
correction de qatr en qëtârê, permettant de traduire la première fois « montagne des
aromates » faisait disparaître la ditliculté provenant de la divergence des noms dans le

texte éthiopien.
(4) J. Derenrolro, Œuvres complètes de R. Saadia hen Josef al-Faijyoï'nni, I, Paris,

1893, p. 17.
MELANGES. TT

désigne, en plus de l'orient exact, la contrée d'au delà Jourdain


entendue dans un sens très large comme le pays de ces nomades, les
Bew- fjf'dem, que leurs migrations entraînaient suivant les saisons
€t les conditions politiques du moment tantôt à l'est vers l'Euphrate,
et tantùl au sud dans le Nedjd et aux limites du Hedjaz.

D'autre part, la tradition exégétique la plus ancienne identifie la


« montagne de l'orient » avec la « montagne de l'encens »•. les cara-
vanes des Beiœ qédem ne transportaient pas seulement l'or d'Ophir,
elles étaient aussi chargées d'aromates, les prêtres hiérosolymitains
savaient bien d'où venaient leurs fournisseurs de parfums. Et voilà
pourquoi il était a-sez naîurel de faire instituer le sacrifice de
parfums dans la région montagneuse, d'où ceux-ci étaient importés.
L'auteur du / Ht^noch, 29-31 1 faisant découvrir au patriarche,
,

dans son voyage vers l'est, les montagnes productrices des aromates
les plus variés, et l'auteur des Jubilés lui faisant instituer, au même
lieu, le sacritice de parfums du culte officiel, représentent la même
tradition.
Ceci dit, la leçon primitive du texte hébreu des Jubilés au v. 25 n'est
pas encore certaine ;nous supposerions volontiers un original r^-::-: --
ou ^'^z: ".", où le grec et l'éthiopien auraient cru trouver un nom
propre à transcrire comme les noms des trois autres sanctuaires,
Éden. Sion, Sinaï '-2 Le chroniqueur, qui n'était pis un simple
.

copiste et avait assez d'exégèse pour savoir désigner par son vrai
nom la montagne de l'encens, n'a pas hésité à uniformiser les deux
leçons divergentes des vv. 25 et 26 ; même avec cette pointe de liberté
son témoignage est précieux et permet de fixer difinitivenaent le sens
de ce passage.

7-^ fragment : Citron., p. 10, 1. 28 -p. 11, 1. 2 = Jub., 4, 17-19. 21.

. )ovS\» P^ilio ya^ |ooi wOi3!>w(

Jub. Chron.

4, 17. Or c'est lui qui. le premier Cet Héaocli est le premier qui apprit
•des hommes, de ceux qui oat été engeii- l'art d'écrire et la science et la sagesse,

(1) F. Martix, Le livre d'Uénoch, p. 71-73.


(2) Ceci pour expliquer la leçon qatr des manuscrits, où rien a'ernpéchede voir un norn
propre. Si l'on arrivait à démontrer que le traducleur éthiopien a écrit qetârc,. il faudrait
supposer que le grec a traduit exactement.
78 REVUE BIBLIQUE.

Jub. Chron.

drés sur la terre, apprit l'art d'écrire et et qui écrivit les signes du ciel dans un
la science et la sagesse et qui écrivit dans livre, pour enseigner aux hommes les

un du ciel selon la loi


livre les signes variations des temps et des années, sui-

de leurs mois, afin que les hommes con- vant leurs lois, et suivant leurs mois.
naissent le temps des années, selon
leurs lois, chacun suivant leurs mois.
18. Lui, le premier, il écrivit un Et il fit connaître les jours de l'année
témoignage et témoigna aux enfants des et il fixa le compte des mois.
hommes parmi les familles de la terre,
et il dit les semaines des jubilés, et il

fit connaître les jours des années, et il

fixa les mois, et il dit les sabbats des


années, comme nous le lui avions fait

connaître.
19. Et il vit dans une vision de son Et il vit dans une vision de son som-
sommeil ce qui a été et ce qui sera, meil tout ce qui a été et tout ce qui
comment cela se passera pour les en- est(l), (et) aussi tout ce qui vient pour
fants des hommes, dans leurs généra- les enfants des hommes, dans leurs gé-

tions, jusqu'au jour du jugement. Il vit nérations, jusqu'au jour du jugement.


et il comprit tout... 20....

21. Or, il fut avec les anges de Dieu Et il fut avec les auges de Dieu, et,

six jubilés d'années, et ils lui montrè- ensuite, Hénoch plut à Dieu 300 ans et

rent... lorsqu'il sut que Dieu le rappelait...

Amené aux Jubilés par le passage relatif au culte pratiqué par


Hénoch (= chroniqueur remonte de quelques versets
6^ frai^/ment), le

pour y recueillir d'intéressants détails sur le même patriarche, inven-

teur de l'écriture, auteur du calendrier et prophète; il retourne


ensuite à Cai\ presque au point où il l'avait laissée (2), par les mots
« et lorsqu'il sut que Dieu le rappelait... »

La deuxième partie du v. 17 fait allusion, comme les divers com-


mentateurs l'ont reconnu à la troisième partie du / Hénoch, 72-82.
Eth. a une leçon légèrement plus courte que celle attestée par la
chronique « le temps des années » (Charles les saisons des années »)
: :

au lieu de « les variations des temps et des années ». Nous avons

(1) .Vu lieu de l'imparfait, qui s'entend aussi bien du futur ([ue du présent, le traducteur
syriaciue des Jubilés a rais un participe à traduire par le présent; il a commis une erreur,
mais son original correspondait à celui d'EUi.
qu'il y a de plus banal
(2) Trad. p. 16. Le passage omis par le chroniqueur
est tout ce :

« Et de Seth se détournèrent du chemin droit et voulaient descendre (de la


les entants
montagne proche du Paradis). C'est pourquoi Hénoch, Mathusalera, Lamech et Noé se
lamentaient à leur sujet. Et Hénoch avait servi pendant 50 ans devant Dieu, dans la
350' année de Noé. Et lorsqu'Hénoch sut que Dieu voulait le rappeler... » On voit par
cet exemple combien le chroniqueur choisit soigneusement parmi les matériaux à sa
disposition.
MELANGES. 79

traduit ensuite, en nous inspirant de Chron., c selon leurs lois, chacun


suivant leurs mois au lieu de traduire, comme Charles
» « selon :

l'ordre de leurs divers mois ». Les leçons, peu diflërentes d'ailleurs,


de la chronique nous ont paru préférables, parce que plus voisines
de I Hénocli 72, 1, qui est le titre de toute la section « Livre des :

changements des luminaires du ciel, chacun comme ils sont selon leurs
senres, chacun selon leur puissance, et selon leur temps, chacun
selon leur nom et le lieu de leur naissance et selon leurs mois i . »

Le chroniqueur omet au v. 18 la mention du témoignage d'Hénoch,


les semaines de jubilés, les sabbats, trop spécialement juifs et cite

de nouveau tout le v. 19, qui se réfère à la quatrième section du


I Hénoch, 83-90, intitulée <• Livre des songes ».

Le au mariage d'Hénoch est omis par le chroniqueur,


V. 20, relatif

qui ne manifeste aucun intérêt pour les femmes des patriarches. La


citation des premiers mots du v. 21 est tout à fait surprenante, car
ils n'ont ici aucun sens, séparés de leur contexte: il semble qu'ayant

omis le témoignage d'Hénoch contre les hommes (v. 18 le chroni- ,

queur n'aura pas voulu rapporter son témoignase contre les veilleurs
(suite du v. 21 et qu'il a tourné court, pour revenir à Cav.

'S'<= fragment : Chron., p. tl. 1. 27-30 = ./</.6.j 5, 1-2. 9.

ooof o^'yal 0)-3; —Of (.^i/ N. mv^ lf» ).^^ 1 1 ï . i ->; |La;>ïs |A^ ^^ ^ ^« p»;.. -^ a\^>.oi;; | Vi^
. yOOlLOuw,^CO ^ )_3ÏO) (1I\L 000)0 y^0Ol-.œ'.:^ r. . .tn •> l 'o . »oovioi ^
Juh. Chron.

5. 1. Et il arrh'a, lorsque les enfants Eu ce tenops-là, les hommes commen-


des hommes commencèrent à se muiti- cèrent à se multiplier, et toute chair
plier sur la face de la terre... corrompit sa voie. Dieu permit que les
2. Et l'iniquité grandit sur la terre, hommes se poursuivissent l'un l'autre
et toute chair corrompit sa voie, depuis par la guerre, à ce point qu'ils s'égor-
l'homme jusqu'aux animau.x... gèrent Tun l'autre par le glaive, des
9. Et il envoya son glaive au milieu milliers et des dizaines de mille, jusqu'à
d'eux, pour que chacun tue son pro- ce que la terre ou ils se battaient fût
chain, et ils se mirent à s'égorger l'un imprégnée de leur sang: leurs os s'en-
l'autre. jusqu'à ce qu'ils fussent tous tassèrent, et. par leur quantité, Us for-
tombés par le glaive et qu'ils fussent merent de grandes collines.
exterminés de la terre.

Après avoir raconté d'après Cav. l'histoire de Mathusalem, le chroni-


queur a recouru de nouveau aux Jubilés, pour y trouver une intro-

,1) F. Martln, Le livre d Hénoch, p. 163


80 REVUE BIBLIQUE.

diiction à Ihistoire da déluge, et il est revenu à ce début du cha-


pitre 5, dont nous avons déjà vu quelque chose au 5*^ fragment. Ici
d'ailleurs, il a omis Tessentiel du récit auquel il emprunte et l'on
ne s'aperçoit aucunement dans la présente citation que les ^'ictimes
des châtiments divins, dans les Jubilés, sont les géants nés du com-
merce criminel des veilleurs. Le chroniqueur a d'ailleurs évité, à
l'endroit où il parle de ceux-ci, de leur attribuer des actes répugnant
à la nature angéiique. Les guerres des géants sont racontées aussi
dans le / Hénoch [l), mais c'est bien des Jubilés que dépend C/iron.

9" fragment : Chron., p. 13, 1..5-10 =Jub., 6, 1-3. 7. 10.

P,^ ^jixojo .ot'^o; )iQ.g>o |-.;^a\ |.....-3,.^ ^-aj )jjo . )LQ.a^ ^ nn'^ j )C^L» ^-'i-»-» t—=o
^,><N).\x ^olGDO . |.«3y^ ^^ V'-^î wxxxo/o .pj<x. ^..ul^o 1
1 Ji°iQjLO .\.Jii~^oo IV^/o IP'O P^° il^^;

) ^^ .\ )..,^o; ^»_; ^...XlcoIo . |ISja.a^ y^ooiXa ^io ^v.\ ^^i/o . Iv^ia.» ^iuo ) .. i v>-i \>oy3; pLsioi:

^\^iO l-ViO yOOl^ «.Oâ; ^^/ OV».3lL30 OViO^i l^.^^^ \J'^^>^P Vt "Ol^^O ^-O-" l-iO-O •l-'j-iO ^_r-0

•v^O) |.io,_3 vott-s ^^; )-»^^J!

Jub. Chron.

6, 1. Et à ia nouvelle lune du troi- Et au premier du troisième mois, il

sième mois, il sortit de rarche, et il sortit de l'arche, et Noé érigea un autel


érigea un autel sur la montagne. 2. Et au Seigneur sur la montagne de Kardou.

il offrit un sacriflce expiatoire pour la Et il prit un chevreau, et un veau, et


terre, et il prit un chevreau, et, avec un bélier, et une brebis, et du sel, et

son sang, il expia pour tous les pécliés des tourterelles et des petits de colombe,
de la terre... 3. Et il prit un taureau, et il offrit un holocauste sur l'autel. Et
un bélier, une brebis, des chevreaux, il plaça une offrande (de
là-dessus
du une tourterelle et un petit de
sel. farine) mêlée avec de l'huile, et il
colombe; et il offrit un holocauste sur arrosa de vin, et il jeta sur tout cela
l'autel. Et il versa là-dessus une offrande de l'encens, et il ût monter une bonne
(de farine) mêlée avec de l'huile, et il odeur, en agrément devant le Seigneur.
arrosa de vin, et il jeta sur tout cela de
l'encens, et il fit monter une bonne
odeur, qui fut agréable devant le Sei-
gneur...
7. Et seulement ne mangez pas la Et jXoé et ses fils jurèrent qu'ils ne
chair qui est avec son âme, avec le sang, mangeraient pas la chair avec son sang
car l'âme de toute chair est dans le et son âme, ainsi que le Seigneur le

sang, de peur que je n'en demande leur avait prescrit; car l'âme de toute
compte... 10. Et J\oé et ses enfants chair est dans son sang.
jurèrent qu'ils ne mangeraient point de
n'importe quel sang qui est dans une
chair quelconque.

(1) / Hénoch, 10, 9-12 ; Trad. Martin, p. 24 sq.


MÉLANGES. 81

Pour raconter l'histoire de Noé, le chroniqueur emprunte d'abord


trois développements à la Caverne des trésors, l'exposé des bonnes
dispositions de Noé, de son mariage avec Haikal et des ordres relatifs
à la construction de l'arche (1), la dernière visite de Noé à la
caverne (2), enfin un récit abrégé du déluge, de l'entrée des animaux
dans l'arche jusqu'au lâcher du corbeau (3). La citation de Cav. est
arrêtée ex abrupto à ce point, comme une histoire trop connue :

u ... et il envoya le corbeau, etc.. »

C'est alors que le chroniqueur revient au Livre des Jubilés, plus


riche en détails que la Genèse et la Caverne sur le sacrifice de Noé,
puisqu'il précise les ofî'randes du patriarche en les mettant d'accord
avec le rituel juif. Chron. supprime Fhoiocauste spécial de Jub., 6, 2,
mais il chevreau en tête de la liste des victimes, et précise
laisse le

ii^uj.» Uy^ pour que l'on ne puisse pas confondre chevreau et agneau.
Le terme suivant « veau » parait plus correct que « taureau » de
Jub^^^. Il semble aussi que la mention des chevreaux » au pluriel, ((

dans Eth.^ après « au singulier, soit une inter-


bélier » et « brebis »

polation. La leçon syriaque parait également préférable à propos des


« tourterelles » et « petits de colombe », car ces oiseaux s'ofi'raient

par paire.
Pour exprimer que la bonne odeur du sacrifice plut au Seigneur,
le syriaque emploie une expression nominale i-i-^ji., tandis que l'éthio-

pien a un verbe yàéamër, correctement restitué par Charles au lieu


de yësamër des mss.
La prescription judaïque de ne pas manger le sang des animaux et
leserment par lequel Noé et ses fils s'engagent à observer ce comman-
dement sont bloqués en une seule phrase où sont réunis les élé-
ments des vv. 7 et 10.
Enfin, le chroniqueur détermine la montagne où Noé érige son
autel; Jub., 6, 1 ne contient aucun nom, mais, à propos de l'arche
(5, 28), le pic du Loubar est cité. Cliron. emploie le terme d'usage
courant parmi ses contemporains o.^» ijc^, « montagne de Kar-
dou » ou « montagne des Kurdes ». Épiphane, qui a préservé le
nom du Loubar, le situe déjà par rapport aux Kurdes (4) èv -xolc, :

cpsai Tou ApapaT àvà [iÀQC'i 'Ap!j.îv{wv y.a', Kapsuatcov sv tw Aoujâis octi
y.aXouaévw.

,(1) Trad., p. 18.


(2) Trad., p. 20.
(3) Trad., p. 21-23.
(4) Adv. Haer. I, 1, 4; P. G., 41, 184; éd. Holl, Leipzig, 1915, p. 175. Cf. Charles, note
à Jub., 5, 28 [The book of Jubilees... translated, p. 47 sq.).
UEVUE BIBLIQUE 1921. — T. XXX. 6
82 REVUE BIBLIQUE.

1(> fragment : Chron.. p. 13, 1. 20-14, 1. 8 = Jub., 8, lt-12. 21-30.

ov^o .|-.>CL£Oo . »n «ICX30 |-«-3>{ OfA^o . «i.^sj^S^ •


^r' v^^ \^°>U >-.0)r»"i-<No v>««\ ooO)0

y^o...^> oM-^euL ^ .^^ojf IJL.H |;^ yn ..N ^1->L« |lw3 ^.o\ff>o -^p^.. i»^o |LoïL/« Mr^° |Nj>a. 3 V^
^^/; [JiQ-. ^^.i t-3;\^\ p)|o .|;<u; )ïq4, vpoviJ l«-a^o | laa.ISJi». \ijlo .|xa-.«;â> ovi-<^^eu ^
.
jy^j ov»->> ^>- )-..-s;^ PL/o . jo| PI )^r^ ov^ N-*J P; OO) .^AO^:»; )
vii>\ l-^È^^ol-; \^o^

|-.N^L I^J N^^.N |l!si.lj |U3 Nn\mo -t-^oo^yti. ^0) QÏ :>\ o ^o--\ )l-ol-W N^Vœ; )j).;( «O) )»Oi

\so. |'r^>.o . v^ci^j ^ot'"Vifi..l yoovi.^0 .v^oi«xioj I


o m ^1 l->^i>^ ^ . IsoM M-»-t! °)>-=^ ^ .^QJ;

*j^^; )Nj» |^;/o ..jL^a.. IN-aVoî )l-ï>^ wOi 'à i -»\ o Cs-Sl.:^ 0)LoL;-.; )Lj.3 NnXro; )^>/ wOj );0) .
)V^/»
ovi.»/ . |-»»Q^»j ) vici .«3 wO) ^^).iOLio PI .\'r^tO po taaik:»Q.>. p pa-Jj oy^H •>^Vi:i. |.iOj.i. ^owïji.

Chron.

8, 11. ... Et il partagea, par tirage Noé partagea la terre entre ses trois
au sort, la terre que devaient posséder fils, Sem, Cham et Japheth.

ses trois fils... Or, il échut à Sem en héritage tout


12. Or. il échut à Sem, par (son) le milieu de la terre, au centre de la

billet, au milieu de la terre, un lot qu'il (terre) habitée; depuis le torrent d'Egypte
devait posséder en héritage... 21. Et il et la mer Erythrée jusqu'à la mer de
(Noé) connut que c'était une part bénie, Phénicie et de Syrie. Et appartinrent à
et qu'une bénédiction était venue sur Sem et à ses enfants ces pays connus :

Sem et sur ses enfants pour les généra- la Palestine et toute l'Arabie, et la Phé-
tions éternelles : toute la terre d'Éden, nicie et la Syrie, et toute la Mésopo-
tout le pays de la mer Erythrée, tout le tamie et l'Hyrcanie, et l'Assyrie, et le

pays de lOrient et de l'Inde, [et aussi pays de Sennaar et de Babel, et toute la

sur l'Erythrée] et ses montagnes, tout le terre de Perse et toutes les localités de
pays de Basa, tout le pays du Liban et ses environs, jusqu'à l'Inde occidentale,
les îles de Raftor, toutes les montagnes et le reste des pays orientaux.
du Sanir et de l'Araanâ, les montagnes
d'Assur qui sont au nord, tout le pays
dElam, d'Assur, de Babylone et de
Suse, la Médie et tous les monts de
l'Ararat, tout ce qui est au delà de la
mer, ce qui est au delà des monts
d'Assur, vers le nord, pays béni et
vaste, et tout ce qu'il contient est extrê-
mement
22.
beau.
Pour Cham, la part qui lui échut Etdeuxième part échut à Chanlf
la
I
fut au delà du Gihon, vers le sud, à deuxième fils de Noé. depuis le sud du
droite du jardin. Elle va vers le sud et Gihon, à la droite du paradis. Et elle va
s'étend vers toutes les montagnes de feu. vers le sud, et s'étend vers toutes les
MELANGES. S3

Jub. Chron.

Puis, elle va à l'occident, vers la mer montagnes de feu. Puis elle va à l'occi-
dAtel, et elle va à ToccideLt jusqu'aux dent, vers la mer d'Alel, jusqu'à ce
approches de la ruer de Mâ'ouk. qui est qu'elle arrive à la mer de Mahouk, à
'tellej que < tout ce qui y descend, laquelle rien ne descend qui ne meure.
périt >. 23. Elle arrive ensuite au nord, Elle arrive ensuite au nord, vers la tête
vers l'extrémité de Gâdîr, puis elle par- de Gâdîr, puis elle parvient aux rives de
vient au bord de l'eau de Ja mer, aux la grande mer jusqu'au fleuve Gihon, et

eaux de la grande mer, jusqu'aux ap- le Gihon va jusqu'à ce qu'il atteigne la

proches du fleuve Gihon, et le fleuve droite du paradis.


Gihon va jusqu'aux approches de la

droite du jardin d'Éden.


24. Telle est la terre qui échut en Telle est la terre qui échut en héri-
partage à Chara pour la posséder éter- tage à Cham et à ses fils pour leurs
nellement, lui et ses enfanls, selon leurs générations.
familles jusqu'à l'éternité.
25. Et la troisième part échut à Ja- Et la troisième part échut à Japhet,
phet, au delà du fleuve ïinâ, vers le troisième fils de Noé : depuis la rive du
nord de l'embouchure de ses eaux-, et fleuve Tinâ. au nord de l'embouchure
elle s'étend au nord-est à tout le pays de de ses eaux et toutes les marches de
Gog, et à tout ce qui est à l'orient de Gog, et elle s'étend au nord de la mon-
celui-ci. 26. Elle va ensuite du côté du tagne de Relt (ms. Keil), et vers la mer
nord, au nord: puis elle va vers les de Mahouk; ensuite, elle arrive à
monts de Keil, dans la direction du l'orient de < Gàdir > (Ij. Et elle va
nord et vers la mer de Mâ'ouk; ensuite, jusqu'à approcher de louest de l'Afrique
elle arrive à l'orient de Gâdïr. jusque (ms. Afgarû).
du côté de l'eau de la mer. 27. Et elle

va jusqu'à s'approcher de l'ouest de


Perâg, et elle revient vers Afrâg, puis
elle va à l'orient, vers l'eau de la mer
de Mê'at. 28. Elle va ensuite du côté
du fleuve Tinâ, au nord-est jusqu'à ce
qu'elle approche de l'extrémité de ses
eaux, vers le mont Râfâ, puis elle tourne
au nord.
29. Tel est le pays qui échut à Japhet Telle est la terre qui échut en lot

et à ses enfants, comme part de son d'héritage à Japhet et à ses fils : cinq
héritage, qu'il doit posséder pour lui et grandes îles et une grande région au
pour ses enfants, selon leurs familles, nord pour leurs générations jusqu'à
jusqu'à l'éternité : cinq grandes îles et l'éternité.

une grande région au nord. 30. Mais elle La région de Sem n'est ni torride, ni
est froide, tandis que la région de Cham froide, car elle est mélangée de chaud et
est torride ; mais la région de Sem n'est de froid; la région de Cham est torride,
ni torride, ni froide, car elle est un la région de Japhet est très froide.
mélance de froid et de chaud.

(1) Il faut restituer ^n^ ou î*?^; le ms. porte U^Jss^^. qui donne une leçon insoutenable
« à l'orient du nord ».
84 REVUE BIBLIQUE.

La chronique Rahmâni, comme la plupart des chroniques chré-


tiennes orientales, contient une description du partage de la terre
entre les enfants de IVoé. Ces $iata.£pi7;j.cl t-^; -;f,q sont généralement
basés sur le chapitre x de la Genèse, avec les transpositions et les

développements qu'inspirent à chaque auteur ses connaissances


ethnographiques ou géographiques. L'auteur de la Genèse a traité
son sujet à la manière du nomade pour lui, la terre est répartie:

comprend que des noms propres d'hom-


entre des tribus, sa liste ne
mes ou de peuplades. Gomme, d'ailleurs, beaucoup de ses noms
d'hommes sont en même temps ceux de villes très connues de ses
lecteurs, il ne s'arrête guère à expliquer des situations géogra-
phiques. L'auteur des Jubilés, imbu d'une autre culture, a
déhiissé le schéma biblique, malgré tout son respect pour le texte
inspiré ; il assigne à chacun des fils de Noé une des trois parties
du monde (1), dont il précise les limites dans les termes des
géographes alexandrins (2). C'est une curieuse manifestation de
l'influence hellénistiquedans un livre aussi foncièrement juif. Notons
cependant que la documentation grecque n'est pas restée pure, les
vieilles appellations bibliques, Éden, Gihon et Gog, voisinent avec
les noms grecs, Tanaïs, monts Rhipées, Gadès, Atlantique. En
outre, il semble que l'auteur a éprouvé quelque remords de ce qu'il
avait décrit, dans le style des géographes païens, la part privilégiée
de Sem (3) après avoir donné les limites de l'Asie (vv. 12-16),
:

sous la forme qu'il prendra ensuite pour l'Afrique et l'Europe [W.
22 sq. 25-28), — il a énuméré avec complaisance les principales par-
ties du domaine sémitique (v. 21), donnant ainsi pour la part de Sem
une double description,
Notre chroniqueur a pris modèle sur les Jubilés : son c'.x'^zpiiiibq

(1) Sur la division de la terre en trois continents,


cf. Darembekg et Sai.lio, Diction-
naire des Antiquités grecques et romaines, tome II, p. 1535 (art. Géographie par
A. Rainaud).
(2) Les géographes grecs n'étaient pas d'accord sur les limites des trois continents;
l'auteur des Jubilés suit l'opinion de ceux (|ui prenaient le Don (Tanaïs) et le Nil (Gihon
de /(/&.) comme lignes de séparation entre les continents fStrabon, I, 4. 7). Il est assez
curieux qu'on ait'songé à prendre comme limite le cours du Nil; c'était vraisemblablement
la lioelrine d'Hécatée de Milet (Mui.ler, Fragmenta historicorum graecorurn, I, p. 22),

qu'Hérodote attaque avec raison, en disant qu'il faudrait alors dénombrer quatre parties
du inonde, le delta n'étant ni en Afrique, ni en Asie (II, 16). Ptolémée, tout en conservant
le cours du Don comme ligne de démarcation entre l'Europe et l'Asie, a été mieux

inspiré en donnant comme limite commune à l'Asie et l'Afrique l'isthme de Suez, afin de

ne pas dépecer l'Egypte (II, 1, 5).


(3) L'auteur des Jubilés se
sépare déjà des Grecs en ce qu'il commence sa description
par l'Asie, portion de Sera, qu'il déclare la plus favorable, tandis que les géographes
classiques commencent par l'Europe, dont ils prônent les avantages (cf. Strabon, II, 3, 3).
MÉLANGES. 80

est une description des trois parties de l'Ancien Monde. Mais les termes
géographiques désuets l'ont embarrassé; ne les comprenant peut-
être pas et soucieux en tout cas d'être intelligible pour ses contem-
porains, il en a omis plusieurs et a dû remanier en conséquence. En
outre, il n'a conservé que la deuxième description de la part de Sem,
et, se sentant sur un terrain connu, il a traité assez cavalièrement

l'original, en rajeunissantdénominations « Phénicie, Syrie,


les :

Palestine, Arabie, Mésopotamie, Perse » ont remplacé sous sa plume

les noms encore bibliques des Jubilés « Basan, Kaphtor, Elam, Suse,
Médie ».

Pour Cham et Japhet, dont il connaissait moins bien l'habitat, le


chroniqueur est revenu à ses habitudes de fidélité, et, de nouveau,
il fournit des indications précieuses pour la critique du texte. Il
garantit la correction des termes géographiques Atel {= Atlantique)
et Maouk (1). La tradition éthiopienne des mots suivants est défec-
tueuse ni la leçon de AB « tout ce qui ne périt pas y descend », ni
:

celle de CD « tout ce qui périt y descend » ne donnent un sens satis-


faisant. Chron. semble avoir préservé la vraie leçon « rien n'y
descend, qui ne meure ». La conjonction donne à penser que l'ori-
[ij

ginal hébreu contenait la conjonction composée j^S dn, dont le sens


positif sous une apparence négative aura pu échapper au traducteur
grec.
Dans la description du lot échu à .laphet, le chroniqueur, après
avoir méconnu le sens de Kelt (:= les Celtes), s'est perdu au milieu
du v. 27, dont les termes lui étaient inconnus; toutefois, sa leçon
étrange Afr/aîrl soutient Ferëg de A (contre Fârâ de CD, Fera de B),
qui serait l'Afrique (2). Il est vraisemblable que le même terme était

répété deux fois dans l'original et qu'il faut entendre « et (la part de
Japhet) va jusqu'à s'approcher de l'Afrique, et elle revient vers le
milieu de l'Afrique {A, contre BCD : vers l'Afrique) », — par où il

faut entendre la péninsule italique, — « puis elle va à l'Orient vers


l'eau de la mer de Méat », c'est-à-dire en suivant le littoral de la
péninsule balkanique en direction de la mer d'Azov ou Maeotis

'" une corruption du grec 'Oxeavô;; la


(1) Charles propose de voir dans Mâ'ûk de Juh
chronique Rahmâni ne permet plus d'attribuer au traducteur éthiopien la création de ce
mot Atel, Maouk et Kelt appartiennent à l'original hébreu; c'est à cela, sans doute,
:

doivent leur forme de substantifs trilitères. On ne sait quelle était la gutturale


qu'ils
médiane de Maouk dans l'hébreu, le syriaque Mahouk vaut moins que l'éthiopien Mâ'ouk
si l'original est, comme on peut le supposer, [DJK*i]plN ""D-
(2) Le mot « Afrique » n'apparait qu'assez tardivement chez les géographes grecs, le

nom habituel de l'Afrique est Aiéûï).


86 REVUE BIBLIQUE.

laciis (1). On comprend que l'intelligent Edessénien, auquel nous


devons la chronique Rahmâni, ait négligé de citer à ses lecteurs des
termes géographiques hors d'usage, tels Me'at [= Mer d'Azov) et
Râfâ (= Monts Rhipées) il s'est contenté de reproduire les derniers
;

mots des Jubilés au sujet du lot échu à Japhet < cinq grandes îles :

et une grande région au nord ». Pour terminer la citation, l'appré-


ciation des lots au point de vue climatérique, largement traitée :

Japhet glacial, Cham torride, Sem tempéré (2).

(^4 suiv?'e.)
Eugène Tisserant.

II

MARC SOURCE DES ACTES?


CH. I-XV

{suite).

B. Indices formels.

relever çà et là dans les Actes et dans Marc certains


On peut encore
détails similaires, l'un ou l'autre trait commun qui peuvent provenir
d'une coïncidence fortuite, mais dont l'explication est plus naturelle
si nous supposons que ces détails ont été notés par un même rédac-
teur.
1. Actes, ch. II, 7-12. En entendant les Apôtres parler en langues,
les auditeurs sont surpris car il les avaient jusqu'alors considérés
comme des hommes ordinaires : i;{7TavT0 oà -/.al èOâj;xx;^ov Hyo^niq o\jy\

xal oir^-opoOvTO àXXoç "ripoç à'XXov kiyo'izeq' -i OéXs'. -ouio tbiy:..

Lorsque Jésus commence à prêcher dans sa patrie, il provoque


aussi de l'étonnement chez ses concitoyens; ceux-ci rappellent qu'il

(1) La limite méridionale de Japhet est le littoral méditerranéen de l'Europe, puis le

littoral Mer Noire jusqu'à l'extrémité de la mer d'Azov, et au fond de cette mer
de la

l'embouchure du Don. On trouve dans Pline les distances de l'itinéraire marin qui joint
les points extrêmes de ce littoral, Hist. nat. VI, 206-208; éd. Mayhoff, Leipzig, 1906,
p. 516; cf. Detlefsen, Die geographischen Bilcher der Naturalis Historia des C. Plinius
Secundus..., Berlin, 1904, p. 173.
(2) C'est l'auteur juif qui a exprimé là son sentiment; les géographes grecs donnaient la
palroe à l'Europe.
MÉLANGES. 87

n'avait pas jusqu'alors laissé présager une telle science et qu'ils con-
naissent ses frères et sœurs.
Marc VI, 2 Kal ol toaasI àxcùcv-rE; à;£-Xr,(J!TCVTC /.éyovts; : ::56ev :3Û-:(|>

TajTa;.... Oj7 jtsç èitiv ô tév.tiov 5 uro; t^ç Mapîa; /.ai àosXœb; 'Iay.o')êcu

xaî 'Iwff-^TSç '/.ai 'Iijsa y.ai — t^^''-?' ''•^' ^'-'''- s'-^'-'^ ^- assAsal xjtij moi

T.poq YifjLccç; La façon dont Marc s'exprime rappelle incontestablement


Actes I, 7. Luc iv, 22 toutefois rapporte également la même scène.
2. Actes IV, 22. A la fin du récit de la guérison du paralytique,
nous trouvons l'indication de l'âge de cet homme, détail qui, malgré
le vàp ne semble pas motiver des actions de grâces spéciales de la

part du peuple; c'est une parenthèse qui n'a guère de rapport avec
le contexte : r.Tn'i: èsira'Jcv tcv Oîbv irJ. tw ysy^vÔt'." kwv yip V' icXeiôviov
T£ajapây.sv-:a c à'vQpw-cç is' cv YE^'ivs', tc s-r;y.sîcv tijt: t?;; '.â7£o)ç. Un
détailanalogue qui paraît donné pour lui-même, sans relation avec
l'ensemble de l'exposé, se lit également chez Marc dans le récit de la
fille de Jaïre :

Marc V, 42 y.ai sjSjç héG-r, tc y.:pac7'.;v y.a'i -spis-aTSi, ^v yzp ^"£>v ciossy.a.
Luc raconte le même miracle et donne également l'âge de la jeune
fille, mais la place où il note ce détail est toute différente de celle
où nous le trouvons dans Marc; Luc le reporte.au début de son récit,
si bien que celui-ci est beaucoup mieux ordonné.

Marc n'introduit la mention de lâge que lorsqu'une autre circons-


tance l'y amène; l'enfant « peut marcher, écrit-il, puisqu'elle avait
douze ans ».

Ce procédé d'introduire des parenthèses dans le récit, procédé qui


rend l'exposé plus pittoresque mais moins ordonné, se retrouve ailleurs
chez Marc (1) et offre une analogie frappante avec celui que nous
constatons dans les Actes, ch. iv, 22.

3. Dans le même récit, Marc v, 40, Jésus entrant dans la chambre


funéraire chasse tous les assistants, ne conservant comme témoins que
le père, la mère de l'enfant et les disciples qu'il avait avec lui : aù-bç
oà kv.^xAhi^f -âv-ag 7:apaAa;j.6âvî'. tov 7:x~ép3. t^j zaï^îo'j 7.7.1 Tr^v y.r,-:ipa xa't

Tsjç [j.st' a-j-cu y.al t\7T.opiùt-y.'. ottou -^-^v -o xa'.cisv. Même précaution de la
part de Pierre avant la guérison de Dorcas : Actes, ix, 40 à/,6aAÔjv oè

îzb) 7:xv-:aç z IlÉrpc;...

4. Le rappel à la vie se fait de part et d'autre dans les mêmes


termes. Marc v, 41 TaA-.Oà y.;j;j,' c estiv •^.E6£p;j.r,vEji;j.£vcv, -b y.zpiz'.z'f, jol

Aévo) EVEipE, cfr. Actes ix, 40 TxSv.by., x^/x^vrjh.

5. De plus, Pierre donne la main à Dorcas pour l'aider à se lever, Izbq

fl) Cf. Lagrange, op. cit.. p. Lxxvii.


88 REVUE BIBLIQUE.

zï ajTY] yjipy. k^iG-r,(7t^ ajrf,v, IX, 41; il en avait agi de même lorsqu'il
guérit le paralytique zujaç y.al aÙTbv m, 7.
tt,; oiiixç, y^eipb: v-Ysipcv «jtîv.

Dans Marc, nous retrouvons deux fois le même geste, lors de la


résurrection de la fille de Jaire Me. v, il y.al /.pa-rv-iaç -f^q ys-ipoq -oj
-xizic-j et lors de la guérison de l'épileptique Me. ix, 27 5 cà 'ïr,<Too;

7.px-r,(joi,ç --qç
X^'P^Ç ajTcO Y^vçtpev auxsv xai àvearf,.
La première fois, le même détail est rapporté par les autres
synoptiques, mais dans l'autre cas, Luc et Matthieu, qui relatent
cependant la même guérison, ne parlent pas de cette circonstance
relevée par Marc.
6. Dans les questions de dépendance littéraire, l'argument de loin
le plus objectif et le plus convaincant est la similitude de style :

vocabulaire et constructions; c'est celui qu'il faudrait avant tout


pouvoir appliquer ici pour décider en toute certitude si Luc s'est
inspiré de Marc dans les Actes. Mais il va un gros obstacle à l'applica-
tion de ce procédé de critique au cas qui nous occupe.
Nous savons, en effet, que Luc retouchait le style des sources qu'il
employait; le fait est très facile à établirpour l'Évangile (1), et d'autre
part, pour ce qui concerne les Actes, il résulte des recherches de
M, Harnack sur le style du rédacteur que, du début à la fin du livre,
au-dessus des sources qu'il a pu utiliser, Luc a étendu le manteau
des particularités de sa langue propre, si bien que partout on a l'illu-
sion d'être en face de lui et de l'entendre parler (2).

Cependant les remaniements que Luc fait subir à ses sources sont
assez superficiels, ses retouches sont légères et laissent apparaître
maint indice propre aux documents M
ou Q qu'on n'aurait pas trouvé
chez Luc si celui-ci eût rédigé librement lès mains et le vêtement
:

sont d'Esaû, mais la voix reste celle de Jacob (3).


Si notre hypothèse est fondée, nous pouvons donc espérer rencon-
trer dans la première partie des Actes, sinon le vocabulaire de Marc,
au moins des modes de parler, des façons d'envisager et de présenter
leschoses qui nous rappellent le second Évangile.
ricpiêXsTrc'.v.

« Un des traits propres à Marc, c'est ce regard que Jésus promène


« autour de lui, comme pour sonder les dispositions de ses auditeurs.

Harnack, Lukas der Artz, p. 61-69.


(1)

(2) Ibidem,
p. 69 liegen doch Ev. C. I u. 2 und Apostelgesch. 1-12, 15 sicher schrift-
:

liche Quellen zugrunde, trotzdem sei aber der Stil dieser Capp. und ihr Wortschatz
ganz und gar lukanisch.
(3) Ibid., p. 68. Die von Lukas vorgenommenen Verberserungen haben die Besonderhei-
len der Quelle doch nich verwischt.
MÉLANGES. 89

<i Or cet effet assez saisissant est obtenu presque toujours par le
« même verbe zzp'.z'/.i-r.oy.x'.. ». Le R. P. Lagrange cite quelques
exemples (1).
Il aurait pu y ajouter les cas où Marc à Vexclusion des autres évan-
gélistes emploie d'autres verbes pour désigner le même geste, soit
qu'il s'agisse de Jésus ou d'autres acteurs.
Ch. III, il /.'A -.'x r.'ti'j'j.x-.y. -.7. x/.ihxz-.x :Tav ajTSv èOewpcjv

V, 22 y.xl î^'/i-yx £'.ç -ôov ùp'/'.z'rfx^^'(^^(iii'f cvsfjLaT'. 'litipcç, /.ai •. swv


xjTCv tJ.-~v. ~pbç "Cjc ttÎîxç xj~z^ .

V, 31 y.x\ iAôY^v ajTW c'. ;j.a6r;-:a: aj-cj* 3^>-~-'? "-''


^X''^-''
suv^,{-

C3v:â 7î, y.a: "/Ayv.ç.

V, 38 y.a'. ïpyc'f-x'. eiç Tbv :{x,:v tcO àpy^'.syvavcjjYCj, y, al BecopEÎ ^ipjccv.


VI, 48 xal 2(jjv ajTO.jç ^i^aavtÇsiASvs'j? àv tw èAaJv£'.v.

VI, 50 -xvTîc Y^p ajTbv cloav y.ai l":apâ)^f)r,7av.


IX, li-15 îiscv ;)^A5v zoÀjv 7:tpi «jtojç y.a: îj8jç -aç 5 î/aîç
'.
2 vT e ç .

X, 14 '.oà)v Bè 2 'Ir;725? T;Yaviy,TY;aev.

X, 21 2 2£ I"^72!iç k\jSKé'lix: aù-o) Y;YâT:Y;7îv aj-rbv.

XII, 15 ^ipt'i 'fi.0'. 2r,vâp'.2v îvx llS).


38 ^Ki-jzt-t 2-1 TÔ)v '(px[j.'f).x-:i(ii'^ twv 6£A2vto)v...
XII,

Or ces regards dont Marc parle avec tant d'insistance, il en est aussi
fait mention avec une fréquence remarquable dans plusieurs scènes

des Actes (ch. i-xv).

a) I, 9-12 v^l -TTj-T. s'.-wv ^Às'kOvtwv ocj-îii'f, è-r,pOT;

y.ai (i>ç àtô v'^^ov- îç ^jav sic "2v 2'jpav2v


-( é3TY;y.a-£ 3^^^^''''^? -'•? "^'' 2jp3:v2v

2v -pb-o^) è6eâaa(T6£ ajTbv 7:3p£uôjji,£V2v ='.? Tbv ojpavbv.


h) m, 3-6 2ç 12 0)7 n£Tp2v y.a» 'I(i)x;r,v ;j.iXX2v-:x; £'.7'.£va'....

ATENI — A— 2£ n£Tp2Ç £'.Ç ajTbv (JJV TW IcoivY; £rZ£V 3/-^'i'-'' î'-; ï;;J-3tÇ.

III, 12 '.2WV 2£ 2 n£'Tpo^ àTC£y.ptva-:2 -pb^ Tbv Xaiv


(^ y;;j.Tv ti àTîvi^sTc toç Icia 2uva;j,£',

IV, 13-li OcWpOUVTcÇ 2£ TV' T2J n£T22J ZXppr,'7'.X'J

tiv TS i:v6p(i)z2v 3 A -' ~ ^ '' ' î ? •

c) VI, 15 y.a'. à-:£v{7av-:£; £'. ; aj-rbv T:ivT£ç 2' y.a6£^2;x£V2'. èv -o)

7'JV£2p''o) £l02V Tb rp27(i)-2V a'J':2Î3.

VII, 55-56 k-zt^ntjX^ e\q tov ojpavbv £r2£v 22;av f)£2j y.al £lz£v
'.20Ù ôîwpô) Toùç oùpavojç.
^) vil^ 31 2 2£ M2'J7?;; '.20)7 £Oa'j;j,a'r£V Tb '2px;j.a.

(1) Op. cit., p. Lxv et Lxxv.


90 REVUE BIBLIQUE.

e) IX, 40 y; 3è y;voi|£V toùç ôyôaXp-oùç aÙT-^ç, y.al îBouaa -rbv IlÉ-pcv.


f) 'S.^ k oï aTôViffaç aùxo).
XI, 6 tlç v^v àxeviaaç y.aT£v6cuv.

g) XIV, 9 OS ATENISAI AYTQ -/ai i3wv 'Ôti l'/si Tcfoxiv.

On remarquera ressemblance frappante des ch. m, 6; xiv, 9


la
avec le regard dont Jésus fait précéder ses guérisons.
Une autre j)articularité de Marc, c'est la façon dont il décrit
l'impression produite sur les assistants par un miracle ou un fait

surnaturel. Le sentiment provoqué est généralement la stupeur, la


crainte et est exprimé par les verbes ©oêsïaôat, è^ÎŒTaaôai, èxTCXYjffasaôai

et spécialement ly.ôatjistffôai.

Cf. ch. I, 27; IV, 41; v, 15; v, 42; vi, 2,50; x, 26, etc.
Naturellement le même sentiment est mainte fois noté par les
autres synoptiques, mais dans plusieurs cas, Marc est seul à faire cette
remarque, Matth. et Luc, même lorsqu'ils ont un récit parallèle, ne
signalent pas cette impression où ils y insistent moins.
Par exemple, Me. v, 33 r, ce yuvy; çoêrjôsTca xjtî -pé'^.ouaoL... r^.Osv
(Luc VIII, 47 i, ^('j^r, -p£[j.ouaa ^XGsv).

Me. VI, 51 y.ai Atav èy. zepiaacj èv èauTOtç è^taTavTO.


IX, 15 !§èvT£ç aÙTOv £^£6asj,6yj9ryC7av.
X, 24 01 0£ [).oi^rf-x\ èôajxSsuvTO.
Ibid. 32 y.ai £63:ij(,6ouv-:3, ol Sa àxsXsuGsîjv-rc? èooSoïivxo.
XI, 18 èo cScuvTO Y^P aù"5v, iziç yip 6 c^^^? £^£T:Xr,a(7£T0 ètci tt^

Ot33!)^Y] aÙTOD.
Dans les deux derniers cas, la « manière » de Marc se trahit bien et

s'oppose assez nettement à celle de Luc; tandis que Marc insiste sur
le sentiment de crainte et d'étonnement que provoque Jésus, Luc qui
rapporte le même fait à peu près dans les mêmes termes, omet de
signaler l'impression produite.
Me. XIV, 33 v.xl r,pçx-z^ïy.(ix[xoE'.!jfioci.

XVI, 8 tlyz'f vip x'j-'xç Tpoixo; xat 'éy.c-XGiç' y.ai oùosvl oùoèv cîzaV
èçocsijvTû yôip-
Ce dernier texte traduit encore le genre spécial de Marc qui n'est
pas adopté par les autres synoptiques. Luc, en effet, ne note chez les
saintes femmes aucun sentiment xxiv, 8-11, Matthieu les dit partagées
entre la crainte et la joie xxviii, 8 ;j.eti z,ôoo-j y.aî yxpx; [j.cvâXr,? £Îpa[j.cv

à-aYY^'^Xat, tandis que Marc ne signale que la crainte et le trouble qu'il


exprime par trois tenues rassemblés dans un seul verset.
Les premiers chapitres des Actes nous présentent également les faits
sous le même aspect: les phénomènes surnaturels qui y sont narrés pro-
voquent assez uniformément chez les assistants le trouble et la crainte.
MÉLANGES. &i

a) Effusion du Saint-Esprit.
II, 6-1*2 7jvy;X0£v -0 T.'/àfis^ AX'. (j-j^ityùHr, èr-isTavTO oi y.a'i àOâj-

;j,xuOv ÈrîffTavTO oè •jravTSç /.a», otTjTTOpoîJVTO.

II, 43 'EyiVcTS 5è zâjY; 'Vj^jy] ^ôSoq.

b) Guérison du paralytique.
III, 10 5-AY;76r,7xv ^^[j.cij;
-/.y.'. /.a': èxj-:â7£0j; ïrJ. tw arj[A6e6r//.iT'.

c) Ananie et Sapphire.
V, 5 -/.ai èviVî-: 9260? ;j.éYa; s-', -avTaç tcj? ày.o'JiVTaç.

V, 11 y.ar. Iy=v£-co ob^zc, ]).i^ci.q es' _'ÔAr;v xy]v à5C"/.Ar,a{av...

rf) Simon le magicien.


viii, 13 Oswpwv TE rr//îta y.xl $'jvâ;j.z'.; [^.îY^îXaç yv/z[j.vixç i^'.i'X'o.
e) Conversion de Paul.
IX, 7 y. (juvoosuovtî; aj-w î'TTv/.s'.jav ives{.
IX, 21 èrtjTavTO os -xvts;; ;•. ày.^jovTSç.

/) Conversion de Corneille.
X, 4 ; 5È àT£v{aaç aÙTco y.a'c s;j. 5:ê:ç y-''^î-''-''5^ .

X, 45 y.a', £C£(7TY;jav s-, iy, 7:£p'.Ts;j.Y;ç.

g) Délivrance de Pierre.
XII, 16 3:v;(;3cv':e; oè sloav xjtjv y.al ir éjTr, jxv .

A) Aveuglement d'Elymas.
XIII, 12 TOTî '.âwv 6 àvOjraTCç ts y-T^^'^Ç àTT-'aTeu^sv ày.;: Ar^Tîiy.svo?
£-'. ty; S'-îayf, -oj y.updj.
Une seule fois au cours de ces chapitres l'auteur signale que le

sentiment provoqué par des faits surnaturels fut la joie. C'est à l'oc-
casion des miracles accomplis par Philippe à Samarie :

VIII, 8 h(vnxo Zï r.o'/'/Sr, "/api èv ttj -i/vEi ày-eivr,.

Au ch. XIII, 52, il est dit des disciples d'Antioche de Pisidie qu'ils
furent remplis de joie sî -t '^.y.(ir,-y:<. èzXr.pcjvTi yy-py: v.y.l 'vij\j.y-oz iY'oj;

toutefois le motif de cette joie n'était plus un prodige quelconque,


mais plutôt les persécutions dont ils venaient d'être l'objet.
A titre de contre-épreuve, parcourons la seconde partie des
Actes.
Dans les ch. xvi-xxviii où plusieurs miracles sont racontés, nous
constatons que le sentiment de crainte et de terreur n'est signalé
que deux fois.

XIX, 17 y.yX izî'z£7£v ozizz ï~\ T.yr.yz y.-j-.Z'jz.

De plus, ce qui provoqua cette crainte, ce furent les sévices exercés


par le démoniaque sur les fils de Scéva plutôt que les guérisons
opérées par Paul.
XXIV, 25 ï\}.zozzz Y^vo;j,£vo; : 'î>-^A'.r. Ici l'occasion est tout autre que
92 REVUE BIBLIQUE.

dans les cas précédents, il ne s'agit plus de miracles mais de consi-


dérations sur la justice et le jugement futur.
Le mot à'y.TTaj'.ç revient également au ch. xxii, IT mais plutôt dans
le sens de ravissement et non pas de trouble.
EvfvcTC 5è 7cpc(7cU)^2;j.£vc;u [J.CU £v To) lîpw Y£V£56a'. ;j.£ èv £y.aTa(7£'..

Les circonstances à propos desquelles ces mots sont employés sont


donc difiérentes de celles des ch. i-xv.
D'autre part, nous ne les rencontrons pas là où nous nous atten-
drions à les trouver s'il y avait unité absolue d'auteur.
Au ch. XIX, Luc fait le récit du baptême des disciples de Jean à
Ephèse, à la suite duquel ils reçoivent le Saint-Esprit, parlent en
langues et prophétisent, v. 6. Tandis que dans les cas analogues,
exposés dans les ch. ii et x, l'impression de crainte et de terreur est
notée plusieurs nous ne trouvons rien de pareil.
fois, ici,

Lorsque Paul ressuscita à Troas le jeune Eutychus, les frères en


furent fort consolés, ch. xx, 12 r^Yavov cà t;v -aïoa ^wv-ra. xai z^pivlr,-
f^Tiiyy.'f c-j [X£Tpi(i)ç.

Ch XXII, 9. La conversion de Paul est exposée que l'on lit déjà au


ch. IX, mais ici,nous ne trouvons plus rien qui corresponde à £'.;-
Tr,X£lffaV £V£Ol.

ch. xxviii, 6-10. Plusieurs miracles sont encore racontés à propos


desquels il n'est fait mention d'aucun sentiment de frayeur ou de
stupeur chez les assistants.

On a aussi signalé l'absence de recherche dans le style de Marc,


notamment des répétitions de propositions énoncées dans les mêmes
termes et qui se suivent presque sans intervalle. Cela lui donne un
cachet de candeur et de simplicité qui nous rappelle Homère et les
productions naïves que l'on trouve au début de toutes les littératures.
Le R. P. Lagrange en a donné plusieurs exemples dans son Intro-
duction (1).
Or nous constatons dans les Actes ch. i-xv le même procédé de
rédaction dont nous donnons quelques spécimens.

I, 9 i5A£7:sv':a)v ayxwv £zr,p6r,, 1, 11 àvîpeç ToÙSkuIci ~i ïrsxr,-

y.al v£©£Xy; 'j-£Aa6îv àuTbv àzb twv y.aT£ (jAézcvT^ç et çTOVoùpavôv;


oç93:X;j.à)v «jTwv. zhzoç, b lY;aCiùç c àvaAY;[;,cp6£^ àç'

10 xal ù>q OL'tvito^xtq "^aav £'.; 6;j-(i)v v.c, xbv ojpavbv outwç k'kvjazxy.\

Tov oùpavcv :7op£UC[ji.£vou aijTCû cv xpô^ov èôeidadOEàuTOv ::op£'j i-

y.a\ ioîù à'v2p£ç... TrapEia-r^xE laav [X£VOv eIç "bv ojpxviv.


ajTOtç... ci' xai eîzav.

(1) Op. cit., p. Lxiviu.


.

MÉLANGES. 93

II, 6 z'x^e.yùhr^ o~i •/;•/.: usv st; 7 où'/'- iooj TrivTcç ijtoi î'.jiv c '.

sxaffTOç Tïj îotat s'.a/.iy.TW /.a- XaXouvTc? Fa/aXaict xai | zw? YJixsîç

AS'jvTtov ajTÔiv. àvcoùo|j!.£V e'y.aaTOç ttj \8ia oict-

AÉXTO) r;;j.a)v èv ^ £YcVvr,6-^jj.cv.

III, 8 '/,yX èçaXXi- 8 /.at eîffvjXôev gjv au- 9 y.al îiosv zaç s Xabç
[j-îvoç è'ffTYj xai rôpiî- Tst; îîç TO (epbv Tuepi- ajxov zspi7:a-oî3vTa
r.x'tu. zaTÔJV v.at àXXi [JI.SV5Ç /.al a'. vouvTa -bv
Xa i à iV 0) V Ts V 6eôV . G £sv

IV, 34c(70i Yi?>'---Ô- 36 'Iwc7t;9 c£... V. 1-2 "Av/;p cÉ


-ropsç yiii^iwi -q O'.x'.wv ÛTripyrivTOç aÙToi à- t'.ç 'Avavi'aç 5vs;j.aTt...
ÛTZYjp^ov tîwXouvtî; Ypoîj r^u)'KT,(ja.;, 'évB'{- £7:a)Xr,c-cv y,'iïj(xa...

efepov lîxq ~v^.'zq toîv ^£7 xh Xp^[Ji.a xal £6ï;- xal èvÉ^xaç [AÉpoç -rt,

-Ki-pacy.oiJiévwv y,ai h.-'.- xsv-^rpbçTO'jçTciâaç ÂapàToijç7:ôSaç*rwv


6:'jv zapi Tsù ç TTSsaç tw v azcaTÔXwv. aTCffTÔXwv £6'/]y.£v.

T wV 2 •;: 7 - ô X 0) V .

Apparemment il y aurait lieu de signaler ici les coïncidences d'ex-


pressions que Ion relève entre le ch. ii, 43-47 et les ch. iv, 32-37,
V, 11-li; ces versets ont depuis longtemps exercé la sagacité des
« sourciers ». Pour ma part, je suis plutôt porté à considérer la seconde
série de traits (ch. iv et v) comme originale et primitive, ayant plus
de chances d'appartenir à la source, tandis que les versets 41-47 du
ch.II seraient une adaptation de Luc intercalée par lui dans le docu-

ment qu'il avait sous les yeux.


La clef de l'explication me paraît être au ch. ii, v. 43-44.
Ces versets renferment des éléments qui interrompent la suite des
idées; pourquoi mentionner la crainte v. 43 alors qu'il n'a été ques-
tion dans ce qui précède ni de châtiments, ni de faits surnaturels?
Pourquoi faire ici allusion au régime de la communauté des biens
V. 44?
Si nous nous reportons au ch. v, 11 et 12, nous retrouvons la même
suite d'idées qu'au ch. ii, 43. mais elle se présente ici de façon très
naturelle. En effet l'auteur vient de raconter le châtiment infligé à
Ananie et Sapphire, à la suite de quoi ilnote que la crainte s'est
emparée de tous les assistants; puis il insère quelques observations
générales 12-16 qui clôturent très bien les épisodes particuliers
v.

qu'il vient de narrer lesquels avaient débuté par des remarques du


même genre iv, 32-35; la première de ces observations générales
qui suivent le récit de la mort de Sapphire est la suivante ctà oè
94 REVUE BIBLIQUE.

Le récit primitif du ch. ii se terminait très naturellement à la fin


du V. 4-2 f^Go.^ QÏ TTpoffxapTspsjvTSç ^zf^ cioayr^ twv oîkCjtoawv y.at -.r^ y.iivo)-

v{a, -f^
/.Xâîs'. tou apTou y.at Tafç 7cpc(j£'j-/aTç, après quoi il passait â l'ex-
posé de la guérison du paralytique opérée par Pierre et Jean en
montant au Temple.
Ce miracle, que Luc allait raconter dans ses détails, était l'occasion
pour lui de rappeler la mention générale des miracles apostoliques
qu'il lisait dans sa source au ch. v, 12, mais cette mention était pré-
cédée dans son document, d'une remarque sur la crainte inspirée aux
fidèles par la mort de Sapphire, ch. v, 11. Luc transcrit également la
note sur la crainte non pas parce qu'elle était nécessaire dans le
ch. II mais plutôt par la simple raison qu'elle se trouvait précéder
dans le ch. v la note générale sur les miracles qu'il y reprenait. Par
le fait même, il insistait sur le rôle primordial que jouaient les
apôtres dans la première communauté et développait un peu l'idée
que l'auteur de la source avait énoncée plus brièvement au v. 42 -^cfav

§è •rrpcîy.apTspouvTEç ty) SLoa'/r^ -wv izccTÔAwv.


Le verset 43 du ch. ii ne serait donc qu'une insertion un peu
violente des vv. 11 et 12 du ch. v.
Un autre élément du v. 42 /.a\ Tf, /.oivo)v(a est développé par les
:

vv. 44 et 45 qui sont un double des expressions que nous lisons au


ch. IV, V. 32 et 34.
Le troisième membre du v. 42 : t^ v,\iczi tou â'pTcu est expliqué
par le v. 46 et le quatrième y.al Tat; ^rpocsu'/aTç par le début de 47

On peut voir dans le v. 46 Trpoffxap-spouvTeç ô[j.c6y|j.acbv iv tw UpÇ) un


rappel de v, 12 y.aî -^cav c[;.c0u[;.aSbv ::avtEç àv ~f^ a-oà ScAo[j.covtoç et dans
le V. 47 un souvenir de v, 14.
En résumé, le ch. ii, 43-47 serait donc un développement du v. 42
à l'aide de termes que Luc emprunte aux ch. iv et v; ce procédé d'am-
plification a déjà été employé par Luc dans son Évangile, il n'est donc
pas étonnant que nous le retrouvions ici (1).

Voici donc d'où proviendraient les éléments de ch. ii, 43-47.


Thème : \\, 42 -^aav oî Tupco-xap-cspcuv-eç (1) -zri oioa/rj twv a-KOCzb-
Awv (2) y,al -:r^ y.civwia (3)-:?, y.Aâa£i -.oXt â'p'ou y.ai (4) -aîç ^poceu-

(1) Harnack, Lukas der Artz, p. 66. Sehr lehrreich ist, und an Dutzenden von
Cfr.
Lukas bei seinen Correcturen und Umforraungen des Markustextes
Slellen zu belegen, dass
den Bibelstil bzw. den Stil des Markus zu kopieren sich berauht. Er setzt nach Kraften
einen Lappen ahnlichen Zeugs auf die Risse.
MÉLANGES. 93

Développement.
1. II, 43 'Ey.:v£tc oè za^y; V, 11 Kal EFENETO 4>0B0E

Eni HANTAS TCÙÇ à/.005VTaÇ

TTOÀXà OS Tspa-a y.ai c7Y;;j.sta V, 12 AIA AE twv yv.pîô't TON

cia Twv a7:0(7T3Aa)v cYivîto, AnOITOAQN EriNETO SH-


MEIA KAI TEPATA HOAAA

2. 44 nâvTs; oè o'.zicTTsÛjavTsç IV, 32 Tsj ce icXr.esuç toW IlIS-


èzi To «j-rb ÎÎ-/OV xzavTa y. l'.vx. TEYEANTQN -^v y.apo(a y.al

^TXH MIA, y.al oùâè elç ti TQN


TIIAPXONTQN «ùtw Tasysv io-.cv
slvai àXX' HN AYTOIS RANTA

KOINA.
45 Kaî Ta xti^ txaTa xai xà; IV, 34 Ojoè vip èvosv^ç ti; v' Iv
(iTzapzziq ïr.iT.poczv.cv y,ai 0'.ctj.£- ajTOî;, cjc. yàp KTHTOPEI!
ptuov a'jTx 7:xcvf. y.iOstc àv t'.ç y^wpîwv r, o'.y.iwv YITHPXONtjwAcjv-
ypz.iy.y zlyi^^. ~tq 'észpo-* -kq •:i\i'xç xwv milPAS-
KOMENQN xal è-iOcuv -rrapa tcjç

r.'zoy.z Twv à'jrocToXwV SteSfôîTO oè

sy.âc7Ta) KA0OTI AN TIS


XPEÎAN EIXEN.
3. 46 KxO' Yiijipav -s zpc7/.apT£- v, OMOeTMA-
12 Ka\ -^^av

pcuvTsç 6;xcej;j.aobv èv tw Upôi, AON HANTES EN TH 2T0A


xXàivTsç -c xa-' olxsv àp-ov, [j(.£T£- S0A0MQNT02
Xâ[ji,êavov -rpoç^ç èv aYaXXiaaîi xai
àosXôrr^-:'. xapoiaç.
4. 47 atvojv-Eç Tbv Ocbv xa'c V, 13 àXX' EMEFAAYNEN
Ê'XcvTsç -/xpiv zpb; oXcv Tbv AYTOYS AA01\
X 3: 6 V.

'0 oè Kûpio; zpoasTtOsr. -cjç V, 14 MSXXsv $£ nPOS-


aa)Cu)îJ.£vcuç y.26' Y;:j.£pav £zi to E0ENTO DISTEYONTES TQ
aj~3- KYPIQ, zXt^Oy; àvspwv -:£ xxî

Y'Jva'.xwv.

Il vraisemblable que lun ou l'autre élément des


est aussi très

V qui forment doublet avec ch. 11, 43-47 émane du rédacteur


ch. IV et
et non de la source. Gela me semble surtout probable pour iv, 32

qui interrompt manifestement l'exposé.


Le point qui paraît le mieux assuré et qu'oublient ceux qui s'ap-
1

96 REVUE BIBLIQUE.

puient pour faire la distinctioa des sources sur le ch. ii, 43-47, c'est
que ces versets ont beaucoup plus l'aspect d'un remaniement rédac-
tionnel à attribuer à Luc, que d'un texte primitif.

Enfin lorsque l'occasion se présente de revenir sur un événement


dont il a déjà parlé, l'auteur ne se gêne pas pour refaire son récit
sur le même patron et de se servir de formules quasi stéréotypées;
ce schématisme a été aussi constaté chez Marc (1). En voici pour les
Actes un exemple indiscutable :

X, 10 à^ÉVcTO It:' aÙTOv l'xtj-ra- XI, 5 xal stoov £v £xaxflca£iopa{/.a,


GIÇ. xaxa6aîvcv o-xsuiç xt toç ôôÔvyjv
1 7,ai Ôewpct Tov oùpavbv àvciov- [^.cyaAYjvxÉaffapatvâpyaïçxaOtc-
(jLsvcv 7.at xaTa6aîvov axeuôç ii [xÉvYjv £x xcy O'jpavcij, xai •^a6£v

ayp". £!xou'

àpyaîç xa6i£(j.£vov ki:\ t^ç y^Ç- 6 elq 'i^v àxîvi'aaç xaxsvso'jv, xal
12 £v (j) uzYjpyîv ::âvTa xi Texpâ- £tSov x£xpa'::cca x^ç y^/Ç ''•^^ ''^

-ruoSa y.at spzexà t^ç y^ç xat -âc- ôr^pia xal xà £p7:£xà xal xà 7:£X£ivà
xstvà Toy oùpavou. xou oùpavoU.
13 y.al sv-'^^'^'' ©wvï] "xpbç àutév' 7 fjxouffa C£ xat çu)Vf5ç XsyoûcTrjÇ
àvacj-âç, IIsTpE, 60aov xai çccys. ixcf àva(7xâç, n£xp£, 6îiaov xat
oàye.
14 6 Se riÉrpoç eiTeV p.-/;Sa[ji.à)ç, 8 sÎ'kOv Se' p.YjSa[xwç, x'jpis, oxt
y.tipis, OTi cùâsTroTe sœaycv ';:avxoi- xotvbv xaî àxàôapxov cjâeTuoxs
vbv xài àxâGapxcv. £'.G'^XO£v £Îç xb (jx6[/.a \),0\>.

15 xal çwvYj xaXiv àx Ssuxépou 9 û:';î£xpi6r, os èx osuxÉpou (pwvJ;

zpbç aùxôv" a c ôebç £xa6 dtp tes v a 'j


£x xoU oùpavoO" a ô 6 sbç sxaôâptasv
[t-Tf XOl'vOU. (jù jxy; xotvcu.
16 xoOxo §è kyé^eio ïi:! xpiç, 10 XOÎixO Se £Y£V£XO ItîI xpiç,
xal cjÔùç àv£XiQ[;.çGYj xb axsucç £'.
ç xat àv£a'3ïâaGYî TraAtv aravxa £Îç xbv
xbv cùpavôv. c 'j
p aV ôV .

Nous ne prétendons pas que chacune des considérations présentées


ait en elle-même une valeur apodictique, mais il nous semble que,
prises ensemble, elles constituent un faisceau de vraisemblances qui
nous permettent de conclure avec probabilité que Luc s'est inspiré
d'un récit de Marc en composant les ch. i-xv des Actes.

L. Dieu.
Louvain.
(t) Cfr. Lagrange, op. cit., i.xxiii et sv.
CHROMQUE

DECOUVERTE D IX TOMBEAU .\>TIC)UE A ABOU-GHÙCH.

Des circonstances fortuites ont amené, dans le courant du mois


d'août dernier, la découverte d'une ancienne sépulture au territoire
de Qiryath-Ye'arim. Les pensionnaires de récole du P. Ratisbonne
occupaient leurs loisirs à chercher, sur certaines indications, une
source dans la propriété des Pères de Sion située à quelque distance
au nord-ouest du villase d'Abou-Ghôch, quand ils mirent la main
sur une grotte parfaitement dissimulée sous un banc de rocher. Le
a sourcier » avait fort bien repéré le vide. Les jeunes explorateurs
crurent avoir atteint leur but. Ayant écarté le bloc qui fermait
hermétiquement l'entrée, ils pénétrèrent dans l'abri où s'ouvrait
une apparence de puits autour duquel gisaient quantité de vases
de terre de toute dimension et de toute forme. Ces ustensiles étaient
à leurs yeux preuve évidente qu'on vint là jadis puiser de l'eau, et.
sans réfléchir davantage, l'équipe turbulente d'élargir l'ouverture
de la caverne en brisant les couches du roc, de saccager poteries
et ossements, de sonder la cavité qui s'ouvrait au bas de l'entrée.

Le résultat de ces opérations fut de ravir à l'archéologie l'aménage-


ment d'un vieux sépulcre inviolé. Par bonheur, l'un des maîtres,
averti de l'incident, réussit à sauver de la destruction un certain

nombre de pièces de céramique et assez de fragments notables pour


en reconstituer quelques autres. Nous devons à Fobligeance du
R. P. Devaux d'avoir pu. le Père Savignac et moi. relever le plan
du tombeau, dessiner et photographier les spécimens intéressants des
poteries qu'il avait contenues, travail pour lequel nous avons été
aimablement secondés par les étudiants de l'École biblique.

1. — Le tombeau.

Notre tombeau, situé sur le flanc méridional de la hauteur qui


fait face à la colline de De'ir Azhar 1 au nord-nord-est, consiste

(1) Cf. RB., 1907. p. 415.


RETUE BIBLIQUE 1921. — T. XXX.
98 REVUE BIBLIQUE.

en une chambre sommairement pratiquée dans un calcaire stratifié


à peu près horizontalement. La facilité avec laquelle se délitent les
couches rocheuses a permis au carrier inhabile de donner sans trop
de peine à son hypogée une apparence de régularité. Dans ses plus
grands axes la chambre funéraire mesure environ 5 mètres sur 3.
Comme le plan l'indique (fig. 1, «), son entrée, avant de subir la
déformation que représente la photographie de la fig. 2, était rela-

Fig. 1. — Plan et coupes de l'hypogée.

tivement étroite. Si l'on en juge par le bloc de fermeture qui git


à quelques pas de là, elle ne mesurait guère cpie O'^^Qb de large sur
0'",75 de haut. L'échancrure qui se voit encore ainsi que la distance
du banc rocheux servant de plafond offrent d'ailleurs les mêmes
dimensions. Qu'il y ait eu intention de pratiquer un escalier à la suite
de cet orifice qui s'ouvre sous le plafond de la grotte, c'est ce que
l'on peut inférer des saillies de roc hérissant la descente dans la
cavité centrale b, produite par la création de la banquette c. Haute
de 0'",96 d'une largeur variant entre 0'",90 et 1 mètre, cette
et
banquette fait le tour de la caverne laissant un espace suffisant à la
déposition de plusieurs cadavres. A l'extrémité occidentale une cavité
moindre [d), de l",iO sur i"',3'i, avait été aménagée soit pour faire
CHKONIQUE. 99

fonction d'ossuaire, soit pour recevoir une part du mobilier funéraii*e


contenant les offrandes et victuailles destinées aux morts. Elle était,

au moment de la découverte, remplie de cette vaisselle


parait-il,
dont nous allons donner quelques échantillons.
Par sa disposition générale accès à un niveau élevé, banquette
:

dégagée du flanc même de la £rotte, cavité réservée dans le sol

Phoi. Sarigiiac
Fig. -2. — En'rée de Thypogée après sa déformation.

rocheux, ce tombeau se range parmi les sépultures de la période


israchte (de 1200 à 600 avant J.-C.) 1 . Peut-être Texamen des pote-
riesque ce tombeau renfermait à profusion permettra-t-il de serrer
de plus près l'époque de ses origines.

2. — Le mobiliei' funéraire.

Dans cet ainas d'ustensiles aux galbes les plus divers, l'objet qui
attire tout dabord l'attention est une représentation féminine en
terre cuite, dont le réalisme très grossier n'échappera à personne
pi. I, 3 . Brisée lors de la découverte, cette figurine put être recons-
tituée .avec son piédestal, mais le sein droit dont la cassure paraît
toute fraîche est irrémédiablement perdu. L'ensemble forme une

(1) Voir H. Vincent, Canaan, p. 226 s.


100 REVUE BIBLIQUE.

statuette de 0™,138 en hauteur et de 0°',055 en largeur à la base. La


coiffure visage d'un bourrelet et se termiae en cône sur
encadre le

le haut de la tète, laissant la nuque libre. Front fuyant, nez busqué,

tendance au prognathisme autant de traits qui dounent à cette femme


:

un air de famille très accentué avec le bonhomme trouvé dans une


grotte d'Abou-Ghôch, à Deir Azhar, en 1906 1 Les deux forment 1 .

un coup^.e bien racé, et s'éloignent de la mignardise des figurines


d'imitation chypriote fournies par certains tells de Palestine (2).
L'archaïsme de la statuette féminine ne ferait aucun doute ne si elle

se trouvait mèlé« à des poteries qui ne remontent pas au delà de


l'époque juive. Faudrait-il penser à un très antique souvenir de
famille enfoui là en des temps postérieurs, à l'occasion d'une sépul-
ture? Sinon, il resterait à reconnaître que les potiers locaux demeu-
raient fidèles à la vieille tradition réaliste qui savait traduire avec
tant de fidélité le type du pays. L'hypothèse d'un double dépôt de
poteries par suite d'un remploi de la sépulture nous semble trop
peu fondée pour que nous ayons à y insister.
A la rigueur la jarre de la figure 3 (a) à larges épaules, au goulot
étroit et sans encolure (0",Oii de diamètre), aux parois très minces,
demanderait à se rapprocher de telle autre jarre de la période égéo-
cananéenne (3), quoique en général, les jarres de cette époque aient
« un galbe plus svelte, une courbe du goulot plus gracieuse, l'ovale

de la panse notablement allongé » [ï). L'inélégance des lignes, le


mancfue de proportions, la maladresse dans l'attache des anses ne
nous amèneraient-ils pas avec plus de raison à rattacher notre jarre
à l'époque où les potiers judéens essayaient d'imiter tant bien que
mal la série des types plus anciens quand ils ne se hissaient pas
à la copie des types importés du dehors et, en particulier, du monde
hellénique?
La terrine qui a perdu une de ses anses et la gourde ventrue
(pi. II. 3 et 7 ont été également inspirées par l'ancien art sémi-
tique [ô]. Mais il en va autrement du vase à une anse où l'artisan
est arrivé à un certain deeré de sveltesse dans la courbe de la

(1) BD., 1906, p. 286. Cf. Canaan, p. 156.

(2) Par exemple celles de Tell es-Safy. Canaan, p. 356.


(3) Cf. MACALIS.TER, T/ie
excavation of Gezer, II, fig. 320, p. 159 ^second semitic period,.
Renseignements pris, la jarre trouvée à Abou-Ghôch renfermait quelques os des phalanges
d'un pied. Étant donnée l'étroitesse de lorifice, ces ossements n'avaient pu être intro-
duits dans le récipient qu'après une dislocation du squelette.
(4) Vincent, Canaan, p. 327.
(5) Cf. Buss et Macalister, Excav. in Palestine, pi. 33; Vincent. Canaan, pi. X, 15.
Planche I.

Clichés Savignac.
Abou Ciluiih. Mobilier funéraire judéo-hellénique.
Planche II.

Clichés Siivifjuac.
Abou Ghôcli. Céramique Tuiiéraire judéo-lieliénique.
CHRONIQUE. 101

panse et l'élancé de la lèvre iûg. 3 b; pi. II, 6) (1). Qui n'y recon-
naîtra linfluence des modèles grecs? Un type
de caractéristique
la céramique judéo-liellénique nous est livré ici par les deux
amphores à épaules plates et à goulot reproduites à la planche I, 1, et
à la planche II, 5. que Ion chercherait vainement dans les époques
antérieures (2). C'est encore de la même période que relèvent indu-
bitablement les lampes à pied rudimentaire et les lampes à bec pincé
et à rebord d'assiette dont nous avons deux spécimens planche II,

1 et 4- (3). Pour trouver des types analogues au vase tubulaire long

-T07V5

Fig. 3. — Types de vases.

de O'^jaiC, destiné à contenir des parfums très probablement, il fau-


drait descendre à une époque assez basse (pi. II, 2). Notre type cepen-
dant a une tournure plus archaïque que les exemplaires de l'ère
séleucide (i) et s'en distingue par le défaut du renflement que ceux-ci
présentent au centre, par l'addition de deux boutons au-dessous du
col et par sa terminaison conique.
Si le lecteur veut bien se reporter à la planche XI de Canaan
où sont rangés les principaux échantillons de la poterie judéo-
hellénique, il y remarquera les petites fioles de terre noire ansées
et le vase d'argile rouge de notre planche II (8, 10, 9) ainsi que le pot
à ventre arrondi et l'écuelle sur laquelle il repose de la planche I, 2.

Les autres pièces : écuelles et plat delà figure 3 et delà planche II, pots
sans anses, se casent aisément dans la même période. Sauf les deux

(1) On en trouvera des types similaires dans Buss et Macalister, Excav., pi. 53.
(2) Voir Canaan, pi. Xf, 3, et surtout Buss et Macalister, Excav., pi. 49 et 50;

photo, pi. 21.

(3) Canaan, pi. XI, 4 et 9


(4) Bliss et Macalister, Excav., pi. 60.
102 REVUE BIBLIQUE.

fioles au ton noirâtre et la jarre à nuance ocre, ces poteries sont


faites d'argile rouge. Aucune ne laisse voir de traces de décoration
et de coloriage. La statuette est rougeâtre à la surface, mais la
cassure trahit à l'intérieur une terre glaise à peu près noire.
A en juger par les quelques ossements encore visibles dans les

débris reîirés de la caverne, la sépulture était celle d'un ou plusieurs


adultes. Parmi le uiobilier funéraire, apporté à Jérusalem, figure une
lame de fer recouverte de rouille; ce n'est que le fragment d'un ins-
trument qui parait avoir soutfert de la dévastation de ce tombeau.
L'examen de la céramique provenant de la caverne d'Abou-Ghùch
nous amène à dater cette sépulture de la période judéo-hellénique.
La vue du tombeau avant sa violation aurait permis peut-être de
juger s'il avait servi à une époque antérieure. Toutefois, la struc-
ture de l'installation funéraire s'accorde assez bien avec le caractère
de la poterie. Nous sommes à l'époque juive. Mais il faut bien
avouer, sur certains indices tels que la jarre à ossements et la
présence de la figurine, que les usages cananéens persistaient encore
vivaces sous la domination juive.
F. -M. Abel, 0. P.
Jérusalem, le 18 octobre 1920.

LES FOUILLES D ÂSCALOX.

Le soin que M. Mackensie mit, en 1911, à étudier le site d'Ascalon,


et les observations qu'il esquissa dans la suite en vue d'une explora-
tion éventuelle, laissaient entrevoir que la Société du Palestine Explo-
ration Fund porterait un jour ses regards sur les ruines de la fameuse
cité philistine (li. Par le simple examen des couches de débris et de
tessons mises à découvert par les flots dans la falaise du tell, l'explo-
rateur de Beth-Semeà pouvait, au cours de cette preaiière enquête,
dresser une échelle sommaire des diverses civilisations qui se sont
succédé à Ascalon. Sur l'assise rocheuse, qui atteint 1™,50 environ
au-dessus de la plage sablonneuse, repose un stratiim appelé provi-
soirement présémilique, appartenant au début de l'âge du bronze.
Au-dessus, s'étagent cananéen ancien (commencenient du second
le

millénaire) et le cananéen proprementdit. D.ms celte dernière couche

fut trouvé un fragment d'albâtre provenant d'un vase de fabrication


égyptienne de la xvin" dynastie au plus tût. M. Mackensie recueillit

(1) The philistine city of Ashelon, PE Fund, QS., 1913, p. 8-23; pi. 1 et If.
CHRONIQUE. 103

également des débris de poteries du type mitioen récent. La couche


de cendres et de bois carbonisé, qui recouvre le cananéen, fait croire
à une catastrophe, occasionnée peut-être par l'irruption des Philistins
dont la civilisation se superpose au dépôt d'incendie. Du milieu du
tell au sommet, on peut suivre la stratilication du romain, du byzan-

tin revêtu des cendres de la conquête arabe, du médiéval et de l'arabe


récent (1).
Ces conclusions jointes à des notes topographiques, concrétisées
dans le plan de M. G. Newton, ne pouvaient manquer de séduire des
chercheurs désireux d'ajouter à l'exploration des localités de la mon-
tagne et de la plaine celle d'une antique cité maritime. Si l'aspect
extérieur du sol était à ce point révélateur, que ne promettaient pas
des sondages méthodiques au sein de la terre inexplorée? Aussi bien
le meeting annuel du PE Fund
approuva-t-il d'emblée, le 2)
9 juin 1920, le projet d'une campagne de fouilles élaboré, à la suite
d'une reconnaissance à Ascalon de M. Garstang, directeur de l'École
britannique d'archéologie à Jérusalem. L'habile fouilleur de la ville
éthiopienne de Meroë était assez rompu à ce genre de travail pour se
mettre sans retard à l'œuvre, de concert avec M. Phythion-Adams,
professeur à la susdite École. Aimablement invités à \'isiter le chan-
tier ascalonite par M. Garstang et à partager, au cours d'une excur-
sion en Philistie, son hospitalier, nous avons été à même
campement
d'apprécier les résultats de première phase de l'exploration qui
la

vient de se terminer au début de novembre. Nous ne saurions trop


remercier le docte chercheur de cette marque d'amitié et de ce témoi-
gnage de confiance. Cette confiance, il n'est pas dans notre intention
de la trahir par une description détaillée des découvertes auxquelles
nous avons assisté. Qu'il nous suffise, avec l'autorisation des explora-
teurs, de mettre nos lecteurs au courant de ce qui a été révélé au
public de Jérusalem dans deux conférences, dont l'une a eu lieu dans
la grande salle de l'École de Saint-Etienne, le 11 novembre dernier.
Un sondage profond opéré dans le tell de l'ouély Khadra 3i que

(1) QS., 1920, p. 122 ss.


(2 Le p. Vincent a décrit ici-même [RB., 1909, p. 446 %.) quelques types de la céra-
mique d'Ascalon, dont une sorte de barillet à triple goulot décoré suivant l'antique pro-
cédé chypriote.
(3] Ce nom était déjà usité au moyen â^se ainsi qu'il ressort d'un diplôme de 1160 de
RoziÈRE, Cartulaire du S.-Sépulcre, n° 58) cambium cuiusdam mahumerie, que data
; in

fuit eis in Ascalone...; liée autem mahumeria a Sarrace7iis dicitur Calhara, latine
vero Viridis. Cet ouély probablement place à une église Saint-Jean dans la suite
fit

comme on peut le de ecclesia S. Johannis Asca-


conclure d'un autre acte de 1163-1168 :

loniiana, olim Mahomeria dicta. (Roehricht, Regesta regni HierosoL. Additam., 393*).
104 REVUE BIBLIQUE. •

Ton suppose être le site de la ville primitive, tout en corroborant les


observations antérieures, est venu apporter une plus grande précision
dans la suite des diverses civilisations (1;. Des échantillons assez carac-
térisés de poterie minoenne, peut-être de deux périodes, des frag-
ments de l'époque philistine ouvrent des perspectives sur les rela-
tions soupçonnées par l'histoire entre la Crète et la côte de Palestine,
sans compter de nombreux témoins des époques cananéenne, Israé-
lite, romaine et arabe. Cette constatation est grosse de promesses
pour le jour où tout l'effort de l'exploration portera sur ce point. Un
déblaiement exécuté sur le tlanc méridional du même tell a mis au
net le plan de l'église byzantine, déjà signalée dans les plans des
ruines d'Ascalon 2).

Les sentiers actuels le long desquels gisent des fûts de colonnes


marquent sans nul doute le tracé des grandes voies à portiques de
l'Ascalon gréco-romaine que représente en partie un fragment de la
carte de Màdabà. Au carrefour central, ce document figure un hémi-
cycle précédé d une porte monumentale, qui suppose en cet endroit un
forum ou un édifice important. Quoi qu'il en soit, c'est à proximité de
ce carrefour, encore parfaitement dessiné de nos jours, que furent
trouvées en 1905 deux belles statues de marbre que l'on ne put
exhumer faute de moyens. L'une d'elles, reproduisant probablement
la Fortune de la ville sous les traits d'Isis ayant Harpocrate derrière
l'épaule droite, fut déblayée nouveau et photographiée par le
à
P. Savignac, qui en a donné une bonne description dans RB.^ 1905,
p. i26 ss. L'autre, recouverte de terre après la trouvaille de Raouf
pacha, est une de celles que les fouilles récentes ont amenées à la
lumière.
A ces indices, M. Garstang comprit qu'il pouvait en ce lieu mettre
la main sur le sanctuaire principal de la temple
cité, peut-être sur le

de fameuse Derketo qui tient une si large place dans le panthéon


la

ascalonite. Des excavations qui ont porté surtout en ce point de la


cité il est sorti jusqu' ici quelques spécimens de sculptures dont les
plus remarquables sont, outre l'Isis mentionnée ci-dessus, une statue
de la Victoire montée sur le globe terrestre que soutient Atlas, et une
statue où l'on croit reconnaître la Paix tenant une grande palme (3).

^1) Voir la note de QS., 1920, p. 97 s.

(2) Au moyen âge deux autres églises sont signalées : Saint-Paul (auparavant la grande
mosquée, ;Ghll. de Tyr, ïmi, 30), et Sainte-Marie, probablement à Deir el-Hawa, sur
la ligne sud du rempart (Palm, Codice diplom., i, 63'.

(3) Ces deux sculptures découvertes momentanément par M. Ni.*sim Behar. directeur de
l'Alliance Israélite à Jérusalem, ont été publiées dans la Revue des Études juives, XVI, 1888,
CHRONIQUE. iO-&

Comme Niké et Iréné, taillées |en haut relief, font corps avec des
Isis,

piliers à corniche en chanfrein qui devaient figurer sur la façade ou


sur Tallée daccès du sanctuaire. Il appartient à M. Garstang de nous
fixer sur ce point ainsi que de nous renseigner sur les diverses autres

pièces de sculpture (bustes, torses, pied géant, frises à sujet mytholo-


gique, larmiers à moulure) trouvées çà et là dans la tranchée. La
sagacité du directeur saura également rétablir le plan du monument,
en dépit du vandalisme systématique dont il a été l'objet dans les
siècles passés. Cn hémicycle à degrés au bas duquel s'ouvre un puits
sacré est un résultat fermement acquis. Pour qui est au fait de la lit-
térature palestinienne, cette découverte évoque immédiatement « le
Puits de la Paix, plus développé en largeur, fait en manière de
théâtre, où Ton descend à l'eau par des gradins » que le pèlerin ano-
nyme de Plaisance signale à son passage en la cité d'Ascalon (1), et
les puits remarquables qui, au dire d'Origène, valaient une visite à
cause de leur étrangeté (2).
L'enceinte semi-circulaire qui enserre l'étendue de la ville dans
son plus grand développement demeure facilement reconnaissable,
non seulement par les pans de murs échappés à la destruction, mais
encore parle remblai servant de soubassement au rempart qui semble
actuellement se dresser sur une levée de sable (3), La couche sablon-
neuse ne que revêtir une chaussée qui primitivement constituait
fait

l'enceinte de la cité.Un sondage exécuté au pied de la muraille


médiévale a permis à M.' Garstang de reconnaître à ce travail une
origine égyptienne. Nous avons remarqué en certaines sections du
mur actuel des traces byzantines par l'emploi alterné de la pierre et
de la brique cuite. Mais la question complexe de cette œuvre défensive
ne recevra de solution qu'après un examen minutieux de ce qui
subsiste des remparts et de toute la lignedu remblai.
La de ce soubassement compact avait déjà frappé Guil-
solidité
laume de Tyr dont la description s'impose d'ailleurs à l'attention de
qui veut explorer avec fruit le champ de ruines d'Ascalon. La version
en langue vulgaire nous parait rendre avec bonheur la phrase latine ;
((Escalonne... si est fête en la forme d'un demi-compas; la manière
de la corde qui le trenche c'est li rivages de la mer, l'autre aceinte

p. 24 ss. M. Théodore Reinach les regarde comme deux Victoires. La notion du Puteus
Pacis pourrait n'avoir qu'une origine biblique et chrétienne.
(1) Geïer, liin. Hierosol., p. 180 Ingressi sumus in Ascaloyia. Ibi est puteus pacis
:
m
latitudine maior in modum theatri faclus...
,

(2) Contra Celsum, iv, 44.


(3) Voir l'observation de M. Mackensie, QS., 1913, p. 15.
106 REVUE BIBLIQUE.

siet devers oriant. Toute la cité est ausint comme eti une fosse qui se
penche vers la mer. Elle est ceinte tout entor de murgiers [aggeres)
-de terre aporté ice, sur quoi li mur siéent et les torneles. Cil terraus
sont ausint dur comme s'il fussent fet de ehauz et de sablom. Li mur
sont assez haut et espés, etc. (1). »

En somme, l'exploration promet d'être féconde et d'illustrer splen-


didement l'histoire d'Ascalon à tous les âges, si l'on en juge par les
résultats qui viennent de couronner une phase assez courte des tra-
vaux. Outre la découverte et l'identification des monuments, les
fouilles subséquentes enrichiront certainement la série d'objets déjà
connus, fruit de recherches clandestines inscriptions, sculptures,
:

poterie, bronzes gravés, poids, sceaux, médailles, intailles, scarabées,


objets de culte et bibelots privés 2). Quand on considère la longueur
des opérations, l'immense étendue du champ de fouilles, la cherté des
terrains et de la main-d'œuvre, l'on ne saurait trop témoigner de
l'admiration et de la gratitude au PE Fund qui a déjà si bien mérité
de l'archéologie palestinienne, pour n'avoir pas reculé devant la

grandeur et les difficultés d'une telle entreprise.


F.-M. Abel.
Jérusalem.

LE PARADEISOS ROYAL ACUEMENIDE DE SIDON.

A la séance du 17 décembre 1920 de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,


M. Clermont-Ganneau a la parole à propos de la « correspondance ». La note
suivante contient le résumé de sa communication.

Il y a quelque vingt ans, le 11 juillet 1900, je recevais du Rev.

Samuel Jessup, de passage à Paris, une lettre dont je m'excuse de


donner connaissance seulement aujourd'hui, à notre Compagnie. Ce
retard —
de plus de ^'i-G mois! —
est dû à des circonstances particu-

lières, tout à fait indépendantes de ma volonté: il ne retire rien,


comme on va le voir, à l'intérêt de cette correspondance remise à
l'ordre du jour par certains faits dont je parlerai tout à l'heure et
qui redonnent un caractère d'actualité.
lui
M. Samuel Jessup, membre de la mission presbytérienne améri-
<;aine de Saida —
l'antique Sidon


était chargé par le Kev. D"" Ford,

(1)Guillaume de Tyr, xvn, 22.


(2)On pourra consulter à ce sujet au mot Ascalon, les tables de la Revue Biblique,
1, 1892-1899, p. 37, II, 1900-1908, p. 44; et RB, 1909, p. 446.
CHRONIQUE. 107

directeur de cette mission, de me consulter au sujet de diverses


antiquités qu'on venait d'exhumer en creusant les fondations de
l'École américaine édifiée immédiatement au sortir de la porte méri-
dionale de la ville.

me
remit une photographie sommaire de ce groupe d'objets. Sans
Il

parler des autres pièces qu'on y distingue plus ou moins nettement,


je fus vivement frappé d'y voir des fragments de sculpture en ronde
bosse représentant les avant-corps de grands taureaux agenouillés
qui ressemblent tout àfait, par leur style, par leur pose et leur

agencement, aux protomès de taureaux adossées constituant les cha-


piteaux des palais perses de Persépolis et de Suse, chapiteaux dont on
peut voir au Louvre un spécimen caractéristique.
Comment expliquer l'existence à Sidon de tels chapiteaux si nette-
ment marqués au coin de l'art perse? Je me rappelai aussitôt le
passage deDiodore de Sicile (xvi, 41-i5) qui raconte en détail l'insur-
rection du roi phénicien de Sidon, le roi Tenues, contre son suzerain
le roi de Perse Artaxerxès III Ochus, en 351 avant notre ère. Un des
premiers actes des insurgés avait été la destruction du j^aaiXiyiç xapâ-
0£i(7sç, du parc royal, où les rois de Perse avaient coutume de venir
se reposer (èv w -ri; y.xzxKj^ji'.q ol twv Tlipny* ^^j'.Xeîç suôôîiaav rî'.sîcrOa'.).
On sait le rôle important que jouaient chez les Perses ces « paradis »,
ces jardins de plaisance, qui, naturellement, impliquaient l'exis-
tence d'édifices plus ou moins considérables servant de résidence
pour les villégiatures et les chasses royales. Il pouvait y avoir de ces
«: paradis » dans les principales satrapies. En tout cas, il en était
ainsi en Phénicie; le grand roi y avait son paradis royal où il pouvait
s'installer quand la fantaisie lui prenait de venir visiter sa bonne
villede Sidon, capitale de la satrapie. Entre temps, le palais royal
— du type dit apadâna, voire pavillon plus simple avec son —
parc ayant, annexe, devait servir aux satrapes et aux généraux
perses comme nous l'apprend Diodore, fixé leur résidence à Sidon
même.
A en juger par la photographie
(1), nous avons les restes de quatre
protomès de taureaux qui, adossées deux par deux, doivent repré-
senter deux chapiteaux se faisant pendant. Ils pouvaient appartenir
soit à deux colonnes flanquant une porte d'entrée, soit à un ensemble

architectural plus étendu. La façon dont ces chapiteaux ont été


brisés systématiquement, avec un acharnement
visible, alors qu'ils
étaient encore bien conservés, s'explique par les conditions tragiques

(1) Photographie dont M. Cl. -G. place une épreuve sous les yeux de ses confrères.
108 REVUE BIBLIQUE.

dans lesquelles se produisit l'insurrectioQ de Sidon secouant le joug"


de la domination perse.
Une fois fixé ainsi sur la valeur historique de ces précieux débris,
je m'empressai d'en signaler lexistence au Musée du Louvre, dans
l'espoir qu'on pourrait en enrichir nos collections. A cet effet,
j'abouchai avec la Conservation compétente M. Samuel Jessup et, plus
tard, M. Ford lui-même. Finalement, les pourparlers, qui durent
se poursuivre pendant quelques années encore, n'aboutirent pas
pour des causes que j'ignore; et, mon rôle étant achevé, les choses
restèrent en l'état jusqu'en 191i, sans que jeme crusse en droit de
sortir de la réserve que m'imposait ce rôle même joué par moi dans
cette négociation délicate.
A cette époque, M. le D" Contenau, chargé dune mission archéo-
logique à Saïda, voulut bien, sur ma demande, reprendre cette piste
interrompue. Je lui donnai, à cet côet, tous les renseignements et
documents nécessaires. La guerre vint couper court à cette première
tentative. C'est seulement cette année-ci, au cours d'une seconde
mission, que M. Contenau réussit à atteindre enfin l'objectif visé.
Voici la lettre que, de retour de Syrie, il a bien voulu m'adresser à
ce sujet :

Mou cher Maître, Je reviens de Saïda où j'ai exécuté la mission dont j'ai été

chargé par le ministère de l'Instruction publique, et par le Haut-Commissariat.


Vous aviez bien voulu, dès ma première mission en 1914, me faire communiquer
la photographie d'antiquités trouvées à Sidon, y a plus de vingt ans, par
il la Mission
Américaine qui était désireuse d'avoir votre jugement sur ces antiquités.
A la suite de cet examen, il vous avait paru désirable de les signaler au Musée
du Louvre, en raison de l'intérêt exceptionnel que certaines pièces paraissaient
présenter.
M. le D"" Ford, chef de la Mission Américaine avait enterré sa collection d'anti-
quités pendant la guerre, par mesure de précaution.
Désireux de satisfaire à l'arrêté du Haut-Commissariat prescrivant à tout déten-
teur d'antiquités d'en faire la déclaration, il a déterré sa collection devant
M. Brossé, Inspecteur du Service, qui doit en dresser un inventaire, et devant moi.
J'ai eu la satisfaction d'y retrouver toutes les pièces que reproduit votre photo-
graphie, notamment les taureaux que vous m'aviez particulièrement signalés comme
provenant d'un monument d'époque perse.
M. Ford m'a dit que ces débris de chapiteaux ont été trouvés lors de la cons-
truction de l'école américaine, située près de la porte de ïyr, à deux pas de la
butte du château, où j'ai moi-même exécuté des sondages.
Je pense que ces renseignements vous seront agréables et vous prie d'agréer, mon
cher Maître, l'assurance de mes respectueux sentiments.
G. COTE.XAU.
Paris, le 15 novembre 1920.
CHRONIQUE. 109

J'espère que, dans ces conditions. M. le D' Contenau aura toute


latitude pour nous présenter Jnentùt, avec des reproductions dignes
d'eux, ces monuments dont je crois avoir suffisamment montré l'in-
térêt exceptionnel pour l'histoire de la Phénicie et, en particulier,
de la domination achéménide à Sidon.
Clermont-Ganneau.
RECENSIONS

Gesprâche Jesu mit seinen Jûngern nach der Auferstehung. Ein Katho-
lisch-apostolisches Sendschreihen des 2 Jahrhiinderts, nach einem Koptischen Papy-
rus des Institut de la mission archéologitjue française au Caire, unter Mitarbeit
von Herrn Pierre Lacau, derzeitigem Generaldirektor der âgyplischen Museen;
herausgegeben, iibe/setzt und untersucht nebst drei Exkursen von Carl Schmidt.
Mit Lichtdruck-Faksimile der Handschrift. Uhersetzung des âthiopischen Textes von
Dr. IsAAK Wajnberg. (Texte imd Untersiichungen... Band XLIII); 8" de vii-
731-83* pp. Leipzig, Hinrichs' sclie Buchhandluing. 1919.

M. C. Schmidt a publié enfin, après de nombreuses promesses, qui avaient lon-

guement excité la curiosité des érudits, le texte copte de VEpistola apostolorum (i)^
ou plus exactement peut-être de rentrctien de Jésus avec ses disciples après la

résurrection. Depuis 1913. nous connaissions déjà, grâce à M. L. Guerrier, le texte


éthiopien de cet ouvrage, qui avait paru avec une traduction l'rançaise dans la

Patrologia orientalis (2). Mais le savant et modeste éditeur ne nous avait présenté
son travail que comme une œuvre provisoire. « C'est, disait-il, à M. Schmidt, qui
pourra désormais comparer le texte copte qu'il a découvert avec le texte éthiopien,
qu'il appartiendra de donner des conclusions plus fermes en conformité ou en

opposition avec les nôtres (3). Peut-être vaut-il mieux avouer tout de suite que
»>

(1) La première annonce de la découverte du texte copte remonte à i89'> Eine bisher
:

unbekannle allchrislliche Schri/t in Koptischer Sprache, von C. Schmidt, dans les !Sitzungs-
berichte der Kgl. preuss. Akademie der Wissensch. zu Berlin: pitilol. hislor. Klasse, p. 705 ss.
Un fragment, contenant le récit de la résurrection, fut ensuite publié en traduction alle-
mande par A. Harnack Einjùngst enldeckler Auferstehungsbericht, dans les Theolog. Studien
:

fur Bern. Weiss, Gôtlingen, 1897. Ce fragment est étudié par E. Henneke, Neuteslamentliche
Apokryphe, tom. I, p. 38 (l'JOi), et reproduit par E. Preiscben, Anliiegomena^, p. 83 s. (Gies-
sen, 190.-;).

En 1907, M. L. Guerrier faisait connaître Un Testament (Ethiopien) de Notre Seigneur et Sau-


:

veur Jésus-CItrisl en Galilée, Revue de l'orient chrétien, t. III (1907\ p. \ ss., sans rapprocher
d'ailleurs ce texte de celui qu'avait signalé Schmidt. Les relations des deux textes furent Indi-
(juées par une lettre de M.M. R. James, à M. Schmidt, qui n'eut pas de peine à constater alors (ju'il
s'agissait d'un même ouvrage.
Enfin en 190S, M. J. BiCR découvrit dans un palimpseste de Vienne un fragment de version
latine de cet écrit: Wiener Palimpseste : L Teil Cod. Palat. Vindobonensis 16, olim Bobbien-
:

sis, dans les Sitzungsber. der K. Akad. der Wissenschaften in Wien, Phil. hist. Klasse, 159.
Band, VU. Abteil. 1908. Cette découverte fut suivie d'une nouvelle communication de C. Schmidt :

Eine Epislola apostolorum in Koptischer und Lateinischer Ûberlieferung, dans Sitzungsber.


der Kgl. preiis. Akad. der Wissensch. 1908, p. 1047 ss., et d'une étude du D' Haulen, Zu den
neuen lateinischen Bruchslûcken der Thomasapokalypse und eines apostolischen Sendschreibens
in Cod. Vind. 10 [Wiener Studien, 1908, B. xxx, p. 308 ss.).
(-2) Le Testament en Galilée de Notre-Seigneur JesMs-C7ir(«<.- texte éthiopien édité et traduit
par Lotis Glerrier, avec le concours de Sylvain Grf.bwt {Patrologia orientalis, tome IX, fasci-
cule 3); 4° de îKj pp. Paris, Firinin-Didot, s. d. [1913].
(3) L. Guerrier, op. cit., p.
[-2-2".
RECENSIONS. Ht
l'énorme volume de M. S. ne semble pas avoir répondu à tous les espoirs nés de la
longue attente qui l'avait précédé. M
le texte copte de lÉpitre des apôtres, ni les

conclusions quelquefois déconcertantes, et le plus souvent incertaines, de M. S,


n'apportent d'éléments vraiment neufs pour notre connaissance de l'ancienne Église
chrétienne; et. tout compte fait, le résultat de tant de labeur se borne à ajouter
un document à la collection, de plus en plus longue mais aussi de plus en plus
monotone, des apocryphes du Nouveau Testament.
M. S., en effet, se propose avant tout de démontrer une thèse, dont le sens est
indiqué parle sous-titre de son livre Ein Katholiscli-apostolisches Sendschreiben des
:

2. Jahrhunderts. 11 est inutile d'insister longuement sur l'intérêt que présenterait


cette thèse prouvée. La littérature ecclésiastique du second siè-
si elle était en effet

cle est d'une pauvreté qui étonne. Les apologistes. Hermas. puis saint Irénée. la
représentent à peu près seuls. Ce serait une bonne fortune de pouvoir ajouter ui>
document nouveau aux trop faibles restes que nous connaissons surtout si ce docu- :

ment nous renseigne sur l'activité de Jésus et ses relations avec les apôtres. Les
apocryphes n'ont jamais eu bonne presse dans la grande Église. De bonne heure,
sans que l'on puisse d'ailleurs en lixer la date exacte, les quatre Évangiles et les
Actes ont été les seuls documents où les fldèles ont demandé la connaissance de la
vie du Sauveur et de ses disciples. Il est du moins vraisemblable que Justin n'em-
ployait déjà pas d'autres testes que ceux des évangiles canoniques. Et c'est dans les
écoles ou dans les sectes hérétiques que la littérature apocryphe a d'abord trouvé le

plus de faveur, et le terrain le plus propice à son éclosion et à son développement.


Chez les gnostiques surtout se sont multipliés les livres de ce genre, dont les héré-
séologues nous out gardé les titres, et parfois transmis quelques fragments. De

prime abord, lorsqu'on découvre un fragment ou un texte d'origine ancienne, appar-


tenant à cette catégorie d'écrits, on est tenté de lui attribuerune provenance suspecte.
La première lecture de la lettre des Apôtres n'est pas faite pour inlîriner ce préjugé.
On y trouve des expressions étranges, des doctrines qui s'accordent mal avec l'ortho-
doxie cathohque. des formules et des idées qui rappellent la gnose égvptienne.
Comme d'ailleurs on y rencontre aussi des affirmations qui contredisent l'idée cou-
rante que l'on se fait du gnosticisrae. en particulier celle de la réalité de la chair de
Jésus, et celle de la résurrection des morts, on s'étonne et l'on revient sur ses pas.
Du moins pose-t-on un point d'interrogation.
Pour M. S. la' question doit être résolue sans hésitation en faveur de l'origine
catholique du livre, et de sa date aux environs de que l'an 170. On sait le talent

dépense M. un peu paradoxales. La longue habitude qu'il


S. à bâtir des thèses parfois
a des anciens textes chrétiens, la familiarité dans laquelle il est des documents
coptes et particulièrement des ouvrages gnostiques, lui donnent une remarquable
autorité. Peut-être est-il dangereux de songer à s'attaquer à lui. Cependant son
argumentation ne me semble pas décisive. Je ne puis croire surtout que la lettre des
Apôtres soit l'œuvre d'un chrétien de la grande Église, ou du moins qu'elle repré-
sente sans plus l'opinion orthodoxe dans la seconde moitié du second siècle. Dans les
pages qui suivent, je m'attache surtout à la rapprocher des textes gnostiques en
langue copte, et je pense montrer que même les traits les plus catholieisants relevés

par M. S. se retrouvent aussi dans ces textes. Dans ces conditions, l'origine de la

lettre pourra de nouveau être attribuée aux mêmes milieux qui ont vu naître laPistis
Sophia ou les livres de Jeu.
Le texte éthiopien, qu'avait édité M. Guerrier sous le titre de Testoment de Xotre-
Seigneur et de Notre Sauveur Jésus-Christ, comprend en réalité, deux ouvrages dis-
112 REVUE BIBLIQUE.

tincts les onze premiers chapitres forment à eux seuls uq de ces ouvrages; ils sont
:

un exposé fait par le Sauveur à ses onze disciples en Galilée, relativement à la un du


monde, à l'antéchrist. aux châtiments des pécheurs et aux signes de la parousie. Au
chapitre xii commence un écrit des Apôtres, qui rappelle un entretien entre le Sei-
gneur Apôtres, entretien consigné sous la forme d'une lettre adressée au monde
et les

entier Déjà M. Guerrier avait signalé le caractère disparate du texte qu'il publiait,
(1).

et fait remarquer qu'au chapitre xii se trouvait un nouvel incipit & que rieu, disait-il,
ne réclamait, et rien ne justifie (p. 19) ». C'est à M. S. que l'on doit d'avoir fait, de
manière sans doute définitive, la distinction de deux écrits, en iusistant sur leurs
caractères différents, et en notant que les quatre feuillets perdus au début du
manuscrit copte, suffisants pour couvrir la lacune des chapitres xn-xvii. n'avaient
jamais pu renfermer encore les chap. i-xi. Volontiers, nous serons d'accord avec lui
sur ce point; et comme
nous nous contenterons d'étudier l'ouvrage qu'il appelle
lui.

la lettre des Apôtres, et qui comprend les chapitres xii-lxii de l'édition Guerrier.

Le titre de cet ouvrage est difficile à traduire exactement « Livre {du Kidan), que :

Jésus-Christ a révélé à ses disciples (Il y est dit) comment Jésus-Christ a révélé ce

livre, c'est (le livre; du collège des Apôtres (et} des disciples de Jésus-Christ : c'est

(le livre destiné) à tous; c'est au sujet de Simon et deCérinthe. faux apôtres, qu'il a

été écrit, afin que personne ne fasse société avec eux; car il y a en eux de la ruse
avec laquelle ils tueront les hommes (2). » Les nombreuses parenthèses, qui. dans
cette version de M Guerrier, signalent les mots ajoutés, suffisent à indiquer la com-
plexité de cette phrase obscure. Heureusement, la nature de l'écrit est elle plus expli-
citement marquée dès le début du chapitre 2 (13) « (Nous) Jean et Thomas et :

Pierre et André et Jacques et Philippe et Barthélémy et Matthieu et Nathanaël et


Judas Zélote et Céphas, nous avons écrit aux Églises d'Orient et d'Occident, à celles
du Nord et du Midi, en vous annonçant et en vous exposant ce qui a trait à JVotre-

Seigneur Jésus-Christ; nous écrivons ce que nous avons entendu. Nous l'avons
touché, après qu'il fut ressuscité des morts, (nous avons écrit) comme il nous a

révélé (des choses) grandes, admirables et vraies (3). » On voit dès lors que nous

avons affaire à une lettre. Les Apôtres sont censés envoyer une sorte d'encyclique à
toutes les Églises, pour leur communiquer ce qu'ils ont vu et entendu touchant le

Sauveur et ses enseignements.


De fait, les chapitres suivants contiennent comme un résumé de l'histoire évangé-
lique. dont les principaux traits sont rappelés depuis la naissance de Jésus et son
enfance jusqu'à sa résurrection. C'est quand le Sauveur est ressuscité qu'il apparaît

aux Apôtres et que ceux-ci l'interrogent sur la consommation des choses : toute la
seconde partie de la lettre est consacrée à rapporter le dialogue qui eut lieu alors

entre Jésus et ses disciples; dialogue au terme duquel se place l'Ascension : « Tandis
qu'il disait cela, il acheva de s'entretenir avec nous, et nous dit encore Voici que :

dans trois jours et trois heures viendra celui qui m'a envoyé, afin que j'aille avec lui.

Et comme il parlait, survinrent le tonnerre, les éclairs, un tremblement de terre; les

• Que la grâce s'aug-


(1) La lettre est bien annoncée par le titre et par la salutation qui le suit :

mente en TOUS. » Mais ensuite, il semble que l'auteur oublie complètement ce début; et l'écrit
est en réalité un dialogue entre le Sauveur et les apôtres. Il est à remarquer que S., tout en insis-
tant sur le caractère épistolaire de l'ouvrage, donne à son propre volume le titre plus exact:
* ^'espriiche Jesu.
(2) Chap. 1 ;12;. Nous donnons la numérotation des chapitres suivant le procédé de Wajnberg,
Lee second cTriffre entre parenthèses est elui de Guerrier. Nous indiquons, selon les cas, la
traduction que nous citons.
(3) Chap. 2 \13; trad. Gierrier, p.
;
[i8].
RECENSIO.NS. 1 1
:'

cieux se déchirèrent et vint une nuée luniioeuse qui le prit. (Alors se fit entendre^
la voix de beaucoup d'anges, se réjouissant, bénissant et disant :Groupe-nous
«

(vers toi . prêtre, dans la lumière de la L'ioire. * Et lorsqu'ils approchèrent du tirrao-


ment du ciel, nous l'entendîmes qui disait Retournez en paix ôl[62j (r. »
: '

A première lecture, la lettre des Apôtres évoque, d'une manière presque invin-
cible, le souvenir des écritsgnostiques en langue copte, publiés naguère par M. S.
dans les Griechische christliche Schriftsteller (2). De part et d'autre c'est la même
mise en scène. Les événements se passent après la résurrection, et le Sauveur
glorifié fait aux Apôtres groupés autour de lui des révélations qui complètent tous

ses enseignements précédents. La Pistis Sophia commença par ces mots « Il arriva :

après que Jésus fut ressuscité des morts, il passa onze ans avec ses disciples '3). »

Le deruier des ouvrages contenus dans la Pistis Sophia présente un début ana-
logue : « Il arriva, lorsque notre Seigneur Jésus fut crucifié et fut ressuscité de>
morts, alors ses disciples se rassemblèrent autour de lui 4,\ M. S. fait encore »

remarquer que ce procédé se retrouve dans des ouvracres gnostiques inédits c''est :

ainsi que l'Évangile de Marie contient des entretiens du Christ ressuscité avec ses
disciples: que l'apocryphe de Jean, conservé par le même manuscrit de Berlin, est
un recueil de révélations faites par le Sauveur glorifié à l'apôtre Jean, qui a mis-
sion de les transmettre à ses compagnons d'apostolat: que la Sophia Jesv. Christi
enfin commence en ces termes « La Sagesse de Jésus-Christ, après qu'il fut ressus-
:

cité des morts, lorsque ses douze compagnons et ses sept compagues furent arrivés
en Galilée sur la moutagne qui s'appelle « ... et Joie », alors le Rédempteur se
manifesta à eux (.î . On se trouve en présen :e d'un procédé littéraire qui est
courant dans la littérature goostique. tandis qu'on a peine à en citer quelques
exemples chez les écrivains de la grande Église (6 . Sans vouloir donner à cette
première constatation une importance exagérée, on peut du moins penser qu'elle
fournit une orientation utile pour d'autres recherches et d'autres conclusions (7 1.
Au reste, notre auteur est très loin d'imiter les fantaisies plus ou moins extrava-
gantes de certains livres gnostiques. C'est un modéré qui suit d'aussi près que
possible le texte de la Bible, dont il se sert et surtout celui des Évangiles <8 La .

lettre commence, nous le disions tout à l'heure, par un résumé de la vie du Sau-

(i Trad. Glekrier, p. ['.*i].


(2 C. Si:uMiDTKojjlisch-gnostische Schriften, tome I; Leipzig, 1905.
:

. [Z] Kopt. gnoHt. Srhriften. p. 1, 1 s.


(4) Pistis Sophia, 136. Kopl. gnost. Schriflen, p. 232, 1 s. Dans les livres de Jeu. la scéDe se
passe aussi après la résurrection les douze disciples de Jésus, hommes ei femmes, sont assemblés
:

autour de lui. après l'avoir suivi douze ans, pour en recevoir la révélation du grand mystère de
lumière II Jeu 4i; op. cit., p. 30»j. 3 ss.'. Cf. ce que rapporte S. Irènée au sujet des Valentiniens:
Kal TOÙ; >.o'.-o-J; ôî/.aoxTw aîûvi; savîoov'jOat oii rwv (lîtà tï;v ix vîxpwv â/âo-iaff'.v Oï-/.«!)XTto
(ir.Ti AÉvi'.v ô'.aTETp'.îÉvai avTOv a-yj xoT; u.a6r,TaT; Adv. Haeres. I 3, 2, •. et des Ophites « re- :

moratum autem eum post resurrectionem XVIII mensibus et sensibilitale in eum descendante
didicisse quod liquidum est: et paucoa es discipulis suis, quos sciebat capaces lantorum myste-
riorum. docuit liaec [Adv. Haeres. I 30. 14\ »
(."> CI. C. ScHMiDT. Gesprûche Jes'j..... p. 203 s.
(6 Cf. Justin. I ApoL ii~, 8: Clésient d'Alexandrie, ap, Ecsebe. H. E. u, \i. .
(" La forme littéraire du dialogue n'est évidemment pas particulière aux gnostiques, encore
qu'on la retrouve dans les ouvrages rappelés tout à l'heure, et dans d'autres comme les srandes
et les petites questions de Marie, signalées par S. Epipiiane Haeres. xsvi. 8. M. s, note avec raison
les ressemblances de détail qui existent entre la lettre des apôtres et le Pasteur d'Hermas Get-
prâche Jesu... p. 207 s. Ce qui est caractéristique de la méthode gnostique, c'est l'entretien avec
.

le Christ ressuscité. Les écrivains de la grande église imitent volontiers la discrétion des év.m-
gélistes sur la période de vie glorieuse du Sauveur.
(8} En dehors des citations proprement dites, le style de la lettre est tout entier imprégné de
réminiscences évangéliques. L'Évangile de saint Jean surtout est très familier à notre auleur
qui lui emprunte un grand nombre d'expressions habituelles.
REVCE BIBLIQUE 1921. — T. XXX. 8
114 REVUE BIBLIQUE.

veur. La plupart des traits qui constituent ce résumé sont empruntés aux textes
canoniques : saint Jean et les synoptiques sont également utilisés, et l'on pourrait

même se demander si l'écrivain n'avait pas, pour composer son


récit, une harmonie

comme le Biatessaron de Tatien 1 . Quelques détails pourtant sont à relever les ;

frères de Jésus figurent parmi les invités des noces de Cana 5 J6^; cf. Joan. ii, 2 ;

le denier, trouvé miraculeuseraeut dans le corps du poisson, sert à acquitter l'impôt


pour tous les Apôtres, et non pour Pierre seul >V/. ;
cf. Matth. XAii. 23 ss. -, la
Passion a lieu dans les jours de Ponce-Pilate et du prince Arclielaiis (9 [20] ) (2 ;

Jésus est enseveli dans le lieu appelé Kranion \id. 3 . On peut admettre que ces
modilicatioDS apportées aux données évangéliques ne supposent pas d'autres textes
que les nôtres, et qu'elles sont le fait d'un auteur peu soucieux d'une exactitude
entière.
Deux récits méritent de retenir davantage l'attention : celui de l'enfant Jésus
à l'école (4 1-3' , et celui de la Résurrection 9 [20] ss. . Le premier, étranger aux
évangiles canoniques, nous est bien connu par la littérature apocryphe : le texte
que nous lisons ici est à peu près exactement le même que celui du Pseudo-Mat-
thieu XX.XVIII 4 . Ou sait d'autre part par saint Irénée que les Marcosiens racon-
taient une histoire analogue qui devait être contenue dans un de leurs livres '5) et le
caractère étrange de cette anecdote, la faveur rencontrée par elle dans les milieux
guostiques, ne sont pas choses faites pour inspirer grande conQance à Fécrivain qui
la reçoit au même titre que les faits les mieux attestés dans les Evangiles canoniques.
Le récit de la Résurrection, plus détaillé, a retenu déjà l'attention de plusieurs
savants, depuis que M. S. l'a publié ,à part en 1895. 11 commence par raconter
l'arrivée des saintes femmes auprès du tombeau vide. Les femmes sont au nombre
de trois: dans les manuscrits éthiopiens, elles portent les noms de Sara, Marthe et
Marie-, le copte remplace Sara par Marie. Jésus leur apparaît et envoie Marie annon-
cer la résurrection aux Apôtres. Ceux-ci restant incrédules, Jésus leur expédie Sara.
11 va enfin lui-même rejoindre les disciples, toujours sceptiques; et pour les con-
vaincre, demande à Pierre de mettre sa main dans le trou de ses mains; à Thomas,
de mettre sa main dans son côté; à André de regarder si ses pieds foulent la terre

y a des traces de pas: car. ajoute-t-il, il est écrit dans le prophète que
et. s'il les fan-

tômes, les démons, ne laissent pas de traces sur la terre. On voit tout de suite les
particularités de cette histoire. Et d'abord les noms des femmes. Le nom de Sara, J
"
qu'on ne trouve nulle part dans le ?s. T., peut bien être une invention du traducteur
éthiopien ou une faute de lecture de la part d'un copiste le texte copte semble ;

plus assuré qui lit Ce qui est étrange, c'est surtout la


à sa place celui de Marie.
présence de Marthe parmi les myrophores. M. Baumstark s'est efforcé de prouver que i
ce renseignement devait être emprunté à l'Évangile des Égyptiens ^<aj son argu- :

(1) s. p. i-26 exclut l'utilisation tle ïatien par notre auteur, parce «lu'il fixe pour
iGvsprâche...
»elui-ciune date antérieure à 1"0, et parce que l'ordre de la narration n'est pas le même dans
les deux cas. De fait, on ne peut prouver avec certitude l'emploi d'une harmonie.
[i Le nom d'Archelaiis ne ûgure dans l'Evangile que Malllt. n, i.i. Dans l'ouvrage intitulé Aaa-
phore de Ptlate TiscuENDOr.F, Evangelia apocrypha p. 431», 4M) Arclielaiis parait à côté de ses
"'.

deux frères Hérode et Philiiipe et des grands prêtres Anne et Caïplie parmi ceux qui ont livre
Jésus prisonnier à Pilatc.
(3) Dans les Évangiles, le Calvaire (ô
),î.yÔja6vo; xpavi'oj to-o;) est le lieu de la crucifixion

{Matth. XXVII. s^i;Mc. xv, -2-2: Le. xxiii, 33; Joan. xix, 17 Jean six, U remarque qu'à l'endroit où
.

Jésus fut crucifié, il y avait un jardin, dans lequel se trouvait le tombeau.


H Cf. aussi l'Évangile Je Thomas, vi, 3; xiv, -2.
io) iRÉsÉE, Adv. Haeres. I, -JO. 1.

(6; A. BAiMSTiKk : Aile und Seue Spuren eines ausserkanonischen Evantjelium [vielleichl Ayyp-
RECENSIONS llo

meutation savante n'a pas convaincu M. S. qui se refuse à admettre l'emploi par
îauteinr de ÏEpistola d'autresdocuments que des livres canoniques et peut- 1 :

être en effet n'est-elle pas décisive. Mais il faut du moins noter que Marthe se
retrouve avec Marie dans Testoinentum ,Doinini publié en 1899 par M?'' Rah-
le

niûni 2 , et surtout qu'elle figure dans la PistU Sophia, parmi les interlocutrices
(lu Sauveur ressuscité 3 . Quant à Marie, on sait la place qu'elle tient dans les
livres gnostiques; elle n'est pas seulement le personnage principal dans la Pistis

Sophia {4\ mais on connaît l'existence de grandes et petites questions de Marie, et


celle d'un Évangile de Marie conservé dans un manuscrit de Berlin. Sa présence
parmi les témoins privilégiés de la Résurrection reposait d'ailleurs sur les données
des évangiles canoniques, en particulier de saint Jean, de sorte qu'on serait étonné
(|uelle n'eût pas été mentionnée dans notre lettre.

Non moins remarquables que les noms des myrophores sont ceux des trois
Apôires qui rendent témoignage de la résurrection. La scène est sans doute imitée
du quatrième Evangile Joan. x\, 2(î ss. avec la préoccupation apolo^^éiique d'as-,

surerla réalité du miracle par un triple témoignage 5 Il serait difficile cependant .

de dire pourquoi Pierre et André figurent précisément à côté de Thomas, car


aucune tradition ne leur assigne ce rôle. André est chargé de constater la présence
des traces laissées sur le sol par les pieds de Jésus. A cette constatation est rattaché
un texte prophétique qui un agraphon. M. Grébaut voyait dans ce texte une
est
allusion à Dan. xi\ 18 ss. M. Harnack préférait le rapprocher de Sap. Salom. xvirr,
, ;

17. Ces deu.K explications ne sont pas satisfaisantes. On songerait plutôt au passage
de l'Évangile des Hébreux rappelé par saint Ignace d'Antioche Xioi-.i, ^r.Xaçrj^a- :

~i ;a.5. y.yX l'osTi. oti oj/. iI^l': ox'.aov.ov à^oioaTov G OU mieux encore aux reflexious ;

des Actes de Jean : ioouXo|xr,v ôl -lÀXa/.'.; c-jv aijToi [iaoî^wv tyvo; «Ùtou Ïtù. t^ç •/r]:

'.oiï\ V. tpxfvata'-; Iojo'jjv yxs ajTÔv k-o tt"; -^r^ç sauTov i-ai'çovTx /.x'ï o'jos't.otî îToov '7j.

de ces références ne semblent décisives, et l'on croira


D'ailleurs, ni l'une ni l'autre
plutôt que l'auteur a eu entre les mains un ouvrage inconnu (8).

terevangeliums), dans la Zeitschrifl fur aeutestamenlliche Wissenschaft 1913, H. 3, pp. 232 ss.
— Cf. A. BvcMSTARK, Hippolytos und die ausserkanonische Euangelienquelle des àthiopischen
ir-iUkui-Testaments. dans la Zeitsclirift fâr neuteslamentliche Wissenschaft, l!)l J. H. i, pp. 332 ss.
1 C. ScnMiDT, Gespriiche Jesu.... p. 234 ss.
2 T'Slamentum Domini i, 16 Tune Martha, Maria, et Saloine, quae nobiscum erant respon-
:

deruui dicentes Sa'ne. domine noster, edoce nos, ut scianius quid taciendum sit. ut llbi vivant
:

aniniae nostrae.
3 Pistis Sophia 'iS: Kopt. gnost. Schrift. p. 38, I" ss. id. 57, p. 72, 1. etc. :

(i Pislis Sophia 96: Kopt. gnost. .Schrift. p. Ii8, 2"» « Marie-Madeleine et Jean le Vierge
:

seront les plus grands parmi tous mes disciples. »


(jj C. ScuMiDT, Gesprdche .Jesu... p. 223. Dans l'introduclioa du Testamentum Domini, le Christ
ressuscité est louché par Thomas, Matthieu et Jean. Dans la Pistis Sophia, Philippe. Thomas et
Matthieu sont les trois témoins chargés d'écrire tous les discours du royaume de lumière
'C. SciiMiDT, Koptisch. gnostische Schriften, p. 4j CI'. C. Sliimidt, Gnostische Schriften in
.

koptischer Sprache aus dem Codex BriKianiis T. U. viii. 1\ Leipzig, 18!>2, p. 449 ss.
(6)Ignace, £>. ad Smyrn, III, I, 2.
7; Act. loan. 93 ;éd. Bosnet, 1898: p. 197'. Ce rapprochement est indiiiué par S., Gesprâche
Jesu... |). 211. On signalera encore d'autres ressemblances entre les Actes de Jean et la lettre des
apôtres.
(8) D'autres agrapha sont à relever dans la lettre des apôtres c. 33 44) : . Il ;Paul; parviendra :

rapidement à la foi, afin que soit accomplie la parole du prophète qui dit : voici que de la
(erre de Syrie je commencerai à appeler la Jérusalem nouvelle, et je soumeUrai Sion à moi :

elle qui) était captive, stérile, sans fils, elle deviendra féconde) en lils, et sera appelée lille de
mon Père: et pour moi elle sera mon épouse. Le passage qui se rapproche le plus de celui-ci
est Is. u\, 1 cf. Gai. iv, •ii-27; // Clern. ii 1 s.). Ailleurs, c. 49 ,00) : « Lorsque lu entends une
parole contre ton frère, ne la crois pas; ne médis pas, n'aime pas à écouter la médisance, car
il est ainsi écrit : Ne prête pas l'oreille contre ton frère >, mais, si tu le vois lual faire)

reprends-le. corrige-le, convertis-le. M. Guerrier rappelle à ce propos Eccli. vn, 12; s. pense
'•
H6 REVUE BIBLIQUE.

C'est à l'emploi par notre écrivain de documents étrangers au canon que se rat-
tache problème posé par
le la liste des Apôtres au début de la lettre. Celte liste

comprend onze noms, dont le premier est celui de Jean, et le dernier celui de
Céphas. Pierre y figure au o" rang après Thomas; Nathanaël s'y trouve également ;

enfin Jude y est mentionné avec le surnom de Zélote. L'intention est manifestement
de rehausser la personnalité de Jean, et ceci nous ramène encore aux gnostiques,
dont on sait la nous ne connaissons
prédilection pour l'Apôtre bien-aimé. Du reste,

aucune liste d'Apôtres qui soit identique à celle-ci rapproche le plus : celle qui s'en

est celle de la Constitution ecclésiastique égyptienne, où les Apôtres figurent dans


l'ordre suivant Jean, Matthieu, Pierre, André. Philippe, Simon, Jacques, Natha-
:

naël, Thomas, Céphas, Barthélémy (1). Ici comme là, Jean occupe le premier
rang-, Pierre est distingué de Céphas, et JNathanaèl prend rang parmi les Apôtres.
On retrouve séparément l'une ou l'autre de ces particularités : ainsi Jean est men-
tionné le premier dans une liste, d'ailleurs incomplète, de l'Évangile des Ébionites,
citée par saint Epiphane (2 Une liste de l'anaphore des Apôtres (liturgie éthio-
.

pienne des Jacobites d'Abyssinie) met le nom de Nathanaël parmi ceux des Douze (3 .

M. Baumstark, en s'appuyant surtout sur les ressemblances de notre liste avec celle
de la Constitution apostolique égyptienne, et sur le fait que Clément d'Alexandrie
distingue lui aussi Céphas de Pierre cru pouvoir y trouver une nouvelle preuve
(4), a

de l'emploi par l'auteur de VEpistola de l'Evangile des Egyptiens. Si sa conclusion


est prématurée, du moins n'est-on pas en droit de conclure bonnement avec S. que
les quatre évangiles canoniques suffisent à expliquer les particularités très remar-
quables de la liste des Apôtres, et sera-t-on tenté de poursuivre ses recherches
plutôt du côté de l'Egypte et des documents gnostiques (5).
M. se donne beaucoup de mal pour démontrer que les données historiques
S.

de la lettre des Apôtres reposent exclusivement sur un emploi assez libre des écrits
de l'Ancien et du Nouveau Testaments. C'est en ce sens qu'il explique encore les
deux prophéties placées sur les lèvres de Jésus relativement à l'emprisonnement de
saint Pierre (15 [26] ) et à la conversion de saint Paul (33 [4-J] ). Les récits des Actes
servent en effet de point de départ à ces deux prophéties. Bien que Pierre ne soit
pas nommé dans la première, on ne saurait hésiter à le reconnaître dans cet Apôtre
qui sera mis en prison à cause du propre nom de Jésus et qui sera miraculeuse-
ment délivré (cf. Act. Ap. xii, 3 ss.). Mais on s'étonne de la liberté prise vis-à-vis

de ces récits : la délivrance de Pierre n'est que momentanée : après avoir célébré,
avec ses compagnons, la coramémoraison de la mort du Sauveur, il est repris au

à Hermas, Mand. ii, 2; Ttpâixov [aèv [j.r,o£vo; xaïa/âXei [jLr,03 fioéto; àxouî xaTa/aAoûvTo; p. i>i-2 s.),

ce qui n'est qu'approximatif.


(1) Cf. A. Haunack, Die Lehre der zwolf Apostel (T. U. n, 1 , p. -2-25 ss.

ÉPiPUANE. Ilaer.. xxx, iS 7cap£p/_6(ji£vo; Tiapà Tt)y >,c(jiv7îv TiêspiàSo;, £çè).e;(i(j.rjV 'Iwivvriv
(2) : -/.ai

lâxwêov uloùç ZeStùCLio-j, xal lt|i.c>>vx xal 'AvopÉav xal Oaociaîov y.ai Iîjjlwvx tov Zrj/.wTrjv v.aù

'louôàv TOV 'IffxapiwTTiv, xa! ae tov MaTÔaCov... £xi),£aa.


(3) E. Brightmann, Liturgies eastern and ireslern l (1894), p. 228.
(4) Clément d'Alexandrie, ap. EisÈiiE, //. E., i, 12, 2. Clément d'ailleurs se contente de faire de
Céphas (cf. Gai. ii. il) un des 70 disciples.
(5) Dans l'Évangile de Barthélémy II, on voit Barthélémy prier Pierre de demander à Marie
comment elle a conçu le Christ. Pierre Jean <tù mq 7t«p6£vo; xal
refuse et s'adresse à :

Wilmart et E. ïisserant, Fragments


afieiATïTo; v.al riyanYiaÉvo; ÈYyîo'a; épwtïjdov aOti^v (Dora A.
grecs et latins de l'Évangile de Barthélémy, dans RB. 1013, \\. 321). Dans le Transitas Mariae
X« (éd. TisCHENDor.E, Apocali/psc.s apocryphae, p. 130 Pierre charge Jean de porter une palme sur
,

le cercueil de la Vierge, pour les mêmes raisons (Cf. A. \Vilmai!t et E. Tisserant, l. cit., p. 348 ss.).
Ou retrouve dans ces textes probablement égy|)tiens et gnostiques la marque d'une préémi-
nence accordée à Jean, l'apotre vierge.
RECENSIONS. 117

chant du coq et remis en prison jusqu'à ce qu'il en sorte pour prêcher. Quoique
ies anciens auteurs n'aient pas eu pour le texte sacré le minutieux respect qui sera

de règle plus tard; quoique dans saint Justin en particulier les Évangiles soient
cités sans grands égards pour la lettre des formules, on n'est pas habitué à trouver

dans la grande Église un pareil sans-gêne. La lettre des Apôtres a dû être rédigée

ilune époque où tous les livres du Nouveau Testament étaient écrits, et avaient
reçu droit de cité dans les communautés chrétiennes mais elle a dû aussi être ;

rédigée dans un milieu ou ces mêmes livres n'étaient pas regardés comme une
autorité unique et décisive.
On semble attacher une grande importance à l'emploi, par notre auteur, des
prophéties de l'Ancien Testament, citées avec la formule traditionnelle afin que :

soit accomplie la prophétie (cf. 19 '30\ avec une citation du Ps. m 1-8; 35 [46 ,

avec une citation qui combine Ps. xiii, 3 et Ps. xlix. 18, 20. 21; 47 '58', avec une
v 23 ?). « L'auteur de la lettre, écrit S., se montre
citation diliîcile à identitler. Is.
dans son estime pour l'A. T. un adversaire décidé des gnostiques '1). » Mieux que
personne pourtant. S. sait qu'il y aurait lieu de faire ici des distinctions. Si, parmi
les sectes gnostiques. plusieurs refusaient en effet de reconnaître l'autorité des

prophètes de l'A. T.. qui ne pouvaient être que les serviteurs du principe du
mal 2), d'autres estimaient leurs oracles et s'appuyaient sur eux comme sur des
paroles divines. Dans l'histoire de Pistis Sophia, le récit de ses tribulations se
«

complète par des hymnes qu'elle fait monter du chaos vers la lumière. Il y en a
treize que Jésus récite à ses disciples. Chaque fois qu'il en récite un, il invite celui
de ses disciples qui se sent inspiré d'en donner l'explication. Le plus souvent c'est
une des saintes femmes, Marie ou Salomé, quelquefois Pierre, André. Matthieu.
Philippe, qui prend la parole. L'interprétation de l'hymne de Pistis Sophia consiste
en la récitation d'un psaume de pénitence ou de supplication, parfois en une de
ces odes de Salomon dont on vient de retrouver la version syriaque... L'intention
de l'auteur gnostique n'est pas douteuse. En rapprochant ainsi l'hymne qu'il met
dans la bouche de l'héroïne de son récit d'un texte biblique, il pense lui conférer
L'hymne s'appuie sur l'autorité d'un texte sacré. Le simple lecteur
plus de prestige.
ne peut manquer d'être frappé de retrouver dans l'antique psaume les expressions
mêmes de l'hymne gnostique. Ce qui donne à l'autorité biblique sur laquelle ou
s'appuie encore plus de poids, c'est qu'on l'identifie avec l'inspiration de Jésus
lui-même. Les saintes femmes et les disciples ont soin de dire que c'est Jésus,...
sa nature divine qui a inspiré, sinon dicté le psaume qu'ils citent (3 . «

Si importante que soit la question des sources utilisées par l'auteur de la lettre

des Apôtres, elle cède pourtant le pas au problème de la doctrine qu'il professe.
Il semble que cette doctrine soit résumée en une courte formule de cinq articles,
dont les cinq pains du miracle de la multiplication constituent le symbole (4] « le :

Père tout puissant. Jésus-Christ notre Sauveur. l'Esprit-Saint Paraclet. la sainte


Église, la rémission des péchés 'ô [16] ) ->. Telle est a la foi au grand christianisme

ScnviDT, Gesprûche Jesu... p. 2.j3. Cf. pp. -JiiS et 213.


\ C.
2) On recounait
ici surtout la position des Marcionites; cf. Ip.ésée, adv. Haeres. i, 27, 3.
Gnostiques et gnosticisme : Élude critique des documents du gnosticisme chré-
3) E. DE Faye.
tien aux 11'- et III^ siècles ^Paris, 1913 . p. 202 s. Dans la lettre des apôtres, c'est aussi Jésus qui
parle par les prophètes ,19 [30] Cf. C. Schmidt, Gnostische Schripen in koptischer Sprache...,
.',

p. o3«l ss.
i) On remarquera cette explication allégorique des cinq pains. Dans l'Évan.iîile de Barthélémy
I . Il, les douze oiseaux de boue faits par l'enfant Jésus ;cf. Ev. Thom. Il sont considérés
.omme le symbole des douze ap'Hres et de leur prédication à travers le monde. C'est tout à fait
te même procède.
118 REVUE BIBLIQUE.

id.) n (1), auquel s'oppose l'enseigiiewent erroné de Cériuthe et de Simon (1 [12] :

7 [18] ). Gérinthe et Simon sont en eftet les faux apôtres dont il faut se garder, ceux
contre qui le livre a été écrit, afia que personne ne fasse société avec eux -,
les

adversaires du Seigneur Jésus-Christ, « par qui surviendront l'affliction, l'impureté,


la mort, la fiQ de la perdition et la damnation 7 [18] ,. Aucun détail précis n'est
donné sur l'enseignement de ces faux apôtres; et ce silence est d'autant plus ;i

regretter que leurs noms sont pour nous enveloppés du mystère de la légende.
Saint Justin est le plus ancien auteur qui nous parle de Simon; à saint Irénée
remonte ce que nous savons de plus clair sur Gérinthe. Mais déjà saint Justin et
saint Irénée connaissent bien peu de détails certains sur la personne et sur l'ensei-
gnement des deux grands ancêtres de l'hérésie; ils mêlent, dans leurs notices, l'his-
toire et la fiction: et les héréséologues postérieurs sont encore moins bien docu
mentes [2\ Dans la lettre des Apôtres. Simon et Gérinthe paraissent plutôt comme
des types, déjà légendaires, que comme des personnages vivants, des hérétiques en
chair et en os, dont la mauvaise doctrine constitue pour la foi véritable un imminent
péril : leur accouplement résulte du même procédé littéraire qui rapproche Démis
et Herraogèue dans les Acta Pculi, Simon et Gleobius dans la lettre apocryphe
de Paul aux Goriuthiens, Paul de Samosate et Artemas dans la littérature du qua-
trième siècle.

Les cinq articles (3 qui constituent le symbole de notre auteur ont une allure tout
à fait rassurante du point de vue de la plus stricte orthodoxie: ils peuvent être
empruntés une formule plus complète, et l'on n'a pas de mal à trouver, le long
à

de son oeuvre, une profession de foi aux vérités élémentaires que n'exprime pa>
ce résumé (4,. Riais un examen plus détaillé de la doctrine de la lettre ne lui est
pas aussi favorable. Dieu est le Père : le Père de toutes choses au sens cosmolo-
gique ;13 [2J] ), mais surtout le Père du Sauveur ressuscité. Jésus, parlant de lui,

dit : mou Père, le Père dans les cieux [18 [29] ); mon Père céleste (19 [30] [; le Père
qui m'a envoyé (13 [24] : 26 [37] : 39 [ôO] [ : il parle aussi du royaume du Père 19 [30] .

Les fidèles de leur côté sont les enf.mts du Père céleste [19 [30] ). Ils sont encore
les entants delà vie (28 [39;. ou les enfants de la lumière (39 [50], 28 [39]. Et c'est le

Père qui est la lumière et qui est la vie ,39 [.50 dans le texte copte , [5;. Il serait

i; Il ne faut pas, semble-t-il, presser sur cette expression, et la rapproclier de la grande Église

dont parle Celse ap. Okigène, Cont. Cels. v. oi». par opposition aux conventicules liérétiques. On
n'a texte est exact, qu'une formule honorilique.
ici, si le
(2 Gesprâctie Jesu... consacre à Cérinthe et aux Aloges un long excursus, p. W-l-io^. U
M. S..
conclut à l'existence d'un guostiquc du nom de Ccnntlie qui aurait exercé son action en Asie.
Mineure, mais il ne croit pas pouvoir en dire beaucoup plus long sur ce personnage. Toile est
aussi l'opinion de M. dt. Fxyp., GnostiQues et f/nosticisine. p. 411 ss.
i3) On trouve aussi un symijule en cinq articles dans le papyrus liturgique de Der-Iîalyzeli.

fol. 3 V. : ôjiciAOYôï Tf,v TiJiTTtv <^ O'jîw; > TTiiTTêOw cl? Be'ovTTavTotpiTOpa y.ai îl; t'ov jjiovoyevf;
aoToû \,l<j'/ Tûv x'jpiov f.ixwv 'Ir,(joOv XptffTov xa't £.; to tvsOijl* t6 •<[ aytov ]> /al £Î; rjxoy.ôz
àviurcLGi <C V xa'i >
àyia y.aOoXixr, £/.y,).r,!î:a. Cf. Th. Scuf.hmann, Der liturgise/ie Papyrus von
Der-Balyzeli. einr Abenduto/ilsliturgie des Oslermorgens. T. U. xxxvi, 1 b Leipzig. 1910. I.c :

syml)0le de la Constitution a|iostolique égyptienne a aussi les cinq articles: cf. F. X. FiiNu.
Die Symbolsiûcke in der âgyptischen Kirchenordnung und den Kanones Hij/polyls. dans Kir-
chengeschichtliche Abhandlungen und Unltrsucbungen, m, p. ir» s. Dans ces deux cas. la résui-
reciion de la cliair remplace la rémission des péchés.
(4) cf. S.. Gcsprûclte Jesu... p. 400 s.

(5) Le même langage se trouve employé à propos de Dieu dans les écrits gnosti(|ues de langue
copte. Jésus, en parlant de lui, l'appelle son Père Pistis Sophia. "5: Kopt. gnost. Schr. p. 108.
25, 32 130, ((/., p. -IH. etc.. il mentionne le royaume de son Père (Pislis Sophia, 37, id., p. 37.
:

•29; 45. id. p. '»?<. 3:2 etc.. 1 Jei' 43. id. p. i>!i. 31 et 33 I.es rachetés sont enfants de lumière
.

[Pistis Sophia. ii-2. id.. p. 79, 3U: 138. id., p. 23t), 53: 2 Jet' 43, id., p. 304, 3s et 39, etc..) Il est inutile
d'insister sur le rôle joué par la lumière dans les écrits gnostiques. D'ailleurs la présentation de
RECENSIONS. 1 19

utile de pouvoir confirmer celte dernière identité par un passa;;e d'interprétation


malheureusement très difficile 1930] « Voyez la lumière venant de la lumière
:

qui brille, le Parlait venant du parlait: car le Fils est rendu parfait par le Père
i

l'qui est la lumière, car le parfait, c'est le père qui rend parlait, qui de la mort

fait passer à la résurrection et dont la perfection surpasse toute perfection. »

A cette traduction de M. Guerrier, s'oppose celle de M. Wajnberg : « Ihr werdet


ein Licht erblicken, das heller als das Licht leuchtet. und vollkomraener ist als die

Vollkommenheit. der Sohn wird durch dea Vater, das Licht, vollkommen
Und
werdcD. denn vollkommen ist der Vater. der den Tod und die Aut'erstehung volibringt,
— und eine Vollkommenheit, die vollkomraener ist als das Vollkommene. » Le texte
copte ne peut être ici de grand secours, car il est très mutilé; au plus peut-il
amener à préférer la version de ^^'ajnberg à celle de Guerrier. Un autre texte
n'éclaire pas davantage le problème de la nature du Père Je :
cf 'suis tout entier
dans le Père et le Père est en moi: car je suis) son image, je suis issu de sa
ressemblance, de sa puissance, de sa perfection, de sa lumière, je suis son Verbe
parfait 'I7Î28]) » [l), car les manuscrits éthiopiens ne sont pas d'accord sur ce passage,
dont le copte donne encore une leçon différente « Ich bin ganz in meinem Vater. :

und mein Vater ist in mir von wegen in Riicksicht auP der Ahnlichkeit der Ges-
talt u-oo^v und der Macht.^ und der Vollkommenheit und des Lichtes und der
vollkommenen Masses und der Stirame. Ich bin der Logos (Àoyoçi, ich bin ihm
geworden ein etwas eine Sache)... S., Ges'prache Jesu... p. 59 >. II est facile de
remarquer, à propos de ces deux exemples, que le texte éthiopien a dû subir des
remaniements destinés à de la lettre pouvait avoir
corriger ce que la doctrine
d'insolite ou d'étrange. donc sage de ne pas lui accorder uue confiance
Il sera
illimitée, lorsqu'il n'est pas appuyé par le témoignage du copte 2 .

On a noté d'ailleurs que c'est bien moins à propos du Père qu'à propos de Jésus
que nos textes sont obscurs et incertains. Le Père n'occupe dans la lettre des
Apôtres qu'une place restreinte, et c'est Jésus qui apparaît au premier rang, non
seulement comme le principal interlocuteur du dialogue, mais comme le consom-
mateur et le Sauveur de toutes choses. Par rapport à ses disciples, Jésus est le

Seigneur; il est aussi le Sauveur. Par rapport à son Père, il est le Fils de Dieu
(30[41], 39[.j0^. Dès le début, les Apôtres le proclament : « Voici ce que nous
savons : >'otre Seigneur et notre Sauveur (est; Jésus-Christ. Dieu. Fils de Dieu, qui
a été envoyé par Dieu le maître du monde entier, l'auteur et le créateur (de toutes
choses), qui est nommé de tous les noms '3), qui est au-dessus de toutes les puis-

sances (4'», le Seigneur des Seigneurs, le roi des rois, le puissant des puissants, le
céleste qui 'siège au-dessus des Chérubins et des Séraphins, qui est assis à la droite
du trône du Père, qui par sa parole a commandé aux cieux. qui a créé la terre et
ce qui est en elle, qui a fixé à la mer des limites pour quelle ne les dépasse pas.
qui (a créé) les abîmes et les sources afin qu'elles jaillissent et coulent sur la terre;

Dieu comme l'Jniière fait partie aussi bien de l'authentique tradition clirélienue que du voca-
bulaire des religions à mystères. Cf. G. P. ^VETiEn Phôs (?w:, eine Unteiswhung ûber he.Ue
: ;

rnstisrhe Frommigkcil: zv.gleich eine Beilrage zi'.m Verstândnis des ilanichâismus : Uppsala UD'l
Leipzig. 1015.
vil Tiad. Gcni\r.iF.r., p. [Gb].
;2' Gespniche Jesu.... p. i">0.
(3; Guerrier traduit ici dont le nom est prononcé par tous les élres.
:

4} Cf. Acta .Joannis: éd. Bon>ft, p. 20-2, 25 s. 0EÔv Tricrr.; iÇo-jaia: àvwîîpov y.al -rinr,-
:

0-..va;jiî<04 xaî àvyf>(,)v TiâvTWv y.ai y.ri'îîwv /îyou.ï'vw/ za": a'.wvtov ô).wv TtpS'JojTîpov xal Itv'jsô-

T£SOV.
120 REVUE BIBLIQUE.
qui a fait le jour et la nuit, le soleil et la lune, les étoiles dans le ciel, etc... ;i), qui
avec les anciens patriarches et les prophètes s'est entretenu en paraboles et en vérité,
luique les Apôtres ont prêché, que les disciples ont touché (3 [14] ). » On voudrait
seulement savoir, en lisant ceci, à qui est attribuée l'œuvre de la création, à Dieu ou
au Sauveur, car le texte éthiopien est ici loin d'être clair. S. cependant n'hésite pas,
dans son oomnoentaire, à voir dans tout ce passage une description des propriétés et
de l'action du Fils de Dieu (2; s'il est certain que c'est lui en effet qui est assis à la
:

droite du trône du Père, et vraisenoblable que c'est lui qui a parlé avec les anciens
patriarches et les prophètes (3), il est beaucoup plus douteux que l'œuvre de la
création lui soit vraiment donnée, et l'on estimera plus prudent de ne pas vouloir
démêler cette inextricable confusion.
Jésus est le Logos dès avant l'incarnation (3 [14] ] ; il est le Verbe parfait du Père
(17 [28] . « Je suis tout entier dans le Je
Père, dit-il, et le Père est en moi (^4)...

suis leLogos (17 Après quoi le copte continue seul


[28] ) ». « Je lui suis devenu :

quelque chose... (la pensée) achevée dans le type (-û-o;); je suis devenu dans

(1") ogdoade, qui est la /.jç.ia.-/.-/; (5). » Il paraît bien difficile de tirer quelque chose

d'un texte aussi confus et aussi mutilé. La mention de l'ogdoade, et l'identité de


l'ogdoade •/•jpia/.rj=font d'abord penser à une citation de Théodote, dans les
Excerpta de Clément d'Alexandrie [lèv ouv twv -vsjaaTixoJv àvâ-a-ja.; h •/.jpia/.Tj^
: t)

V oyÔGâôi, 7] -/.up'.axT) (jvou.â^$Tat, ::a&à ttJ ;-Li^j~pt â/ôvrwv xàç iuya;, xà IvoJjxaTX, S.yjii

auvTSÀstaç, at Ôè aXXai -tara'i ij/uyat. -api tw ÔT,[jiio'JpYw, jrep\ 8è ttjv TJVTÉÀsiav ivay^wpovjst
xaî aOiat etç oySoàJa. EtT« xb ostnvov twv yàixtov xotvbv jtdvxwv "wv aïo^oasvcov a/piç av
2-t<jto6^ navra xa\ (xXXr;Xa yvwpîor, (6). M. S. pense que « lorsque Théodote identifie
son ogdoade avec la zjptaxT), il s'empare simplement d'une vieille expression chré-
tienne; l'ogdoade ne devient spécifiquement gnostique que parce qu'il en fait la

résidence de la \ir[-:r^p{i) ». Je ne puis ici discuter les citations de Clément d'Alexan-


drie qu'il présente en faveur de sou opinion, et qui paraissent se rapporter à tout
autre chose.
Ce qui est siir, c'est que Logos
devenu chair selon l'expression de saint
le est
Jean qui est reprise par l'auteur de ^. 11 a été envoyé par le Père
la lettre (3 [14]

(21 [32] qui lui a donné la puissance (19 [30]). Mais c'est un étrange récit de l'in-
'

carnation que nous trouvons ici « Voici ce que notre Seigneur) nous a révélé,
:

tel qu'il nous l'a dit. Lorsque je viens de vers le Père tout-puissant, alors que je

traverse les cieux, alors que je suis revêtu de la Sagesse du Père et de sa force,
(alors que) je suis vêtu de sa propre puissance, je suis semblable) aux êtres célestes,
aux anges, aux archanges: alors que je traverse (les cieux) sous leur aspect, (alors
je suis) comme l'un d'eux, (alors que) je traverse les Fonctions, les Puissances, les

(1) Cf. / Clem. XX ; xxxiii, 3 ss.


(2) Gesiii-àche Jesu... p. 265-273.
(3) Dans la Pistis Sophia 33; Kopt. gnost.'Schr., p.
3-2. 16, Marie s'adresse ainsi à .lésus Deine :

Lichtkralt hat einst daiùber prophezeit durcli den Propheten David...: cf. i<i. 36, p. 36, 24 s.;
id. 46, p. ol, 26. Au chap. 17, la force qui se trouvait dans le prophète Isaïe, a ainsi prophétisé

et annoncé par une parabole («apaêo).^) spirituelle (Ttve-jfjiaTtxo:], p. 1(>. 3» ss. cf. Acta Joan. ;

112, éd. BoxsET p. 211, 2 ô ÔEiÇaç êauTov Sià to-j vôjio'j xai xwv Ttpoçr.Twv 6 [xyj Tip£[X7)<Taç
:

TTwitOTE, à)./.à m
(Tto^wv àtô xaTaêo/.r,; x6ff(iO-j to'j; Sova|JL£vovç atoôïjvai.
de cette formule se trouve dans les Acta Joannis
(4) Cf. Joan. XIV, 10. L'équivalent exact

1(0; éd. BoNXET, p. 201, Il yl-iu^mi.t y*? (J-£ ciXov îtapà tio Ttatpî xai t&v TraTÉpa Ttap'èixoî.
:

(5) Voici la traduction allemande de S. : « Ich bin der Logos; ich bin ihm geworden ein Etwas
(eine Saches d. h... <der Gedanke>, vollendet im Typus: icii bin geworden in <der> .4clit-

<heit>, welclies ist die x-..piax;^ >.

(6) Clément, Excerp. ex Theodolo 63, 1: éd. Staiiiin. t. III. p. 128,9 s.


(7) Gesprâehe Jesu... p. 281.
UKCENSIONS. 1-21

Dominatious. alors que je possède la mesure de la sagesse du Père qui m'a euvoye:
les archaa^es Michel. Gabriel, Uriel Raphaël m'ont suivi jusqu'au cinquième fir-
et

iiiament. puisque je ressemblais à l'un d'eux, car une telle puissance m'avait été
donnée par le Père. Mais ensuite, jai épouvanté les archanges par ma parole. >n
leur disant, qu'ils aillent vers l'autel du Père, et qu'ils servent le Père à leur
manière, jusqu'à ce que je revienne (vers lui . J'ai fait ainsi, selon sa propre
sagesse, car moi-même je serai toujours avec eux selon le désir de la miséricorde
du Père et la gloire de celui qui m'a envoyé. Car lorsque j'ai eu fini, je suis
revenu vers lui. Saviez-vous (lue l'ange Gabriel est venu, qu'il a annonce à Alarie?
— Nous lui dîmes : Oui, Seigneur. — Il répondit et nous dit ; Xe vous souvenez-
vous pas que jadis je vous ai dit que pour les anges, j'étais comme un ange? —
Xous lui dîmes Oui, Seigneur. : — Il nous dit : Alors sous l'apparence de l'ar-

change Gabriel, j'apparus moi-même à la vierge Marie; je m'entretins avec elle,


son cœur a consenti, elle a cru et elle a ri. Moi. le ^'erbe. je suis entré en elle, et
je suis devenu chair; et c'est ainsi quei je suis moi-même devenu ministre à moi-
même; sous l'apparence d'un ange, je faisais ainsi. Ensuite je suis allé vers mon
Père (13-14 ^24-25] ) » i;.
Cette fois, nous voilà bien, semble-t-il. en plein gnosticisme. Les Simonieus pré-
tendaient aussi, au sujet de Simon : « descendisse eum transGguratura et assimild-

tum La même idée se retrouve chez les


virtutibus et potestatibus et angelis 2 . »

gnostiques de saint Irenée « descendisse autem eum se. Christum} per septeiu
:

caelos assimilatum ûliis eorum dicunt. et sensim eorum évacuasse virtutem 3). »
C'est surtout avec la Pistis Sophia que le parallélisme est frappant, o Lorsque je
me suis révélé au monde, je vins au milieu des archontes de la sphère, et j'avais
l'apparence de Gabriel, l'ange des éons; et les archontes des éons ne m'ont pas
reconnu, mais ils (4)... Jésus prit de nouveau
pensaient que j'étais l'ange Gabriel
la parole et dit : Il du premier mystère je jetai un
arriva ensuite, sur l'ordre
regard vers le monde de Ihumanite. et trouvai Marie qui est nommée ma mère
selon le corps matériel. Je parlai avec elle, dans l'apparence de Gabriel ... et je mis .-

en elle la première force que j'avais prise de Barbelo, c'est-à-dire le corps que
j'avais porté dans les hauteurs; puis, à la place de l'âme, je mis en elle la force que
j'avais prise du grand Sabaoth 5 . » Il est vrai qu'une histoire analogue se rencontre
aussi dans l'Ascension d'Isaïe. mais ce n'est pas une très forte recommandation en
sa faveur, car cet apocryphe est sinon gnostique, du moins teinté de gnosticisme 6 .

L'écrivain chrétien qui enseignerait la doctrine la plus voisine de celle-ci est


Origène; le quatrième des anathématismes qui suivent la lettre de Justinien à
Menas condamne la croyance suivant laquelle -xz: toT: l-oupav-oiç Tayaaa'.v i^oao'.'o-
Gijva'. TCiv Tou Oîoy li.ô'fo^, fîvôjAcvov roi; yspouCiy. yspouoia., •/,a\ to?s sîpaçitji oiz7.ç'.'J., xai

I) Trad. GiFRKiEK. p. .jd] s.

i iRF.XKE, Adv. Haeres. i. iî, 3: cf. Hippolyte, Refut. vi, 10, G, éd. Wendland. p. 117. ss. I

Kpiphane. Uaer. xsr, fJ. 4: éd. Holl. p. iS'iO, 3 ss. Teutullien. De aainia 3i. :

3 Iréxee, Adv. Haeres. i. 30. 1-2. On peut citer encore les doctrines analogues chez Apelle,
F>i. Tep.tilmen. Adv. 'omn. haeres. 6: et chez les Basilidiens. Ikenee, Adv. Haeres. i, 24, 5, 6.

4; Pistis Sophia, 7; KoiA. gnost. Schr.. p. 7, ss. m


o) Pistis Sophia, 8: Kopt. gnost. Schr.. p. 7, 27 ss. Dans l'Évangile de Barthélémy ii. 20, Dit»u
intervient lul-uiênie et annonce à la vierge que dans trois ans elle conce\Ta et sera mère du Fiis
de Dieu 'cf. A. Wilmart et E. Ti<srr,ANT, loc. cit.. p. 3i>0 .

,ti Cuni descendisset in «(uintuin caelum. il>i stalim iransflguravit se


Cf. .-Isce/îs. 7s. X, -20 ss.
secundum formam angeloruni illorum, et non cantaverunt ei et non adoraverunt eum: erat
enim forma sicut illorum. Et descendit in i|uartuni caelum et apparuit illis secundum formam
illorum... éd. E. ri-;-ERANT: Paris, lOii!»: p. lu.^ s. .
j22 RËVLE BIBLIQUE.
-aîïi; i-KMi -xiz a voi ojv xtisiiv iio;j.otw9Év:x 1 . Il faut noter pourtant qu"Origène
parle e» tliéologien de la rédemption plutôt qu'en historien, et que sa théorie, si

tant est qu'elle soit complètement reodue dans les anathémati?mes qui nous en oiu
conservé le souvenir '2\, reste bien différente des récils de la lettre des Apôtres.
Au reste, certains détails de ces récits sont peut-être particulièrement significatifs.

Od aura remarqué la meation du rire de Marie au moment de l'Annonciation. Il


s'agit d'un rire de joie et de consentement que l'on retrouve dans les oracles
Sibyllins :

aoT'.i: ô* cjcpavOr-j /.al '.avOr, y.c'as a'Jorl.

•/svj.aT'. T£czo;jivr, >:x\ Oi/.Yo;jL£vr, ocivaç a.lrtoX... 'S'..

Dans le Protévangile de Jacques, la Vierjie rit sur le chemin de Bethlehem à la

pensée du salut des nations (4). Le rire de Marie marque son acceptation, alors le

Verbe s'incarne : il devint ministre à lui-même. M. Guerrier avait songé à rappro-


cher cette expression étrange d'une formule monarcliienne que rappelle Tertullien :

« Ipse se sibi filium fecit (5;. « Mais il faisait aussitôt observer que d'ailleurs la

christologie de la lettre n'était pas patripassienne. ni plus généralement monar-


chienne (6). L'explication de notre passage est à chercher plutôt dans la Pistis
Sophia, ainsi que l'a signalé S. : « La vérité est sortie de la terre, dit Marie à Jésus,
en citant le psaume lxxxiv, 11 et la justice a regardé du ciel: c'est-à-dire pen-
; :

dant le temps où tu t'es servi à toi-même, lu avais la forme de Gabriel, et tu regar-


dais vers moi depuis le ciel et tu me parlais et lorsque tu m"eus parlé, tu vins en moi,
c'est-à-dire la vérité, c'est-à-dire la force de Sabaoth. du bon, qui se trouve dans ton
corps matériel, c'est-à-dire la vérité qui est sortie de la terre {'). » On peut ajouter
qu'à plu>ieurs reprises dans le même écrit, il est question du service de Jésus (8),
pour lequel il a été envoyé : l'idée du service fait en quelque manière partie de la

christologie des gnostiques coptes — comme d'ailleurs de celle de la grande Église.


La foi de des Apôtres au Verbe incarné s'exprime de façon très précise
la lettre :

« Le Seigneur, du Seigneur, nous croyons (qu'il esH le Verbe, qui est devenu
fils

chair, de la Sainte Vierge Marie, (qui) a été porté dans son sein, conçu du Saint-
Esprit; (que) ce n'est pas parla concupiscence de la chair^ mais par la volonté du

(1 JnsTixiKN, Ep. ad Mrnam, anatli. 4 JIansi ix. iJS: cf. Syn. Constant. :>^. anath. vu. ap. Haiin
:

Bibl. der Symholen 3, p. ->-28.


(2) On trouve l'expression de celle (loctrine dans l'œuvre même d'Origine, par exemple
Comment, in Jonn. t. 3t. -HT: éd. Preisciirn, p. 3S. Dans quelle mesure une croyance analogue
est-elle exprimée par S. Juknée, fra<jm. armen. 2 (H. JonoAX, Armenische Irenaeusfi ag mente, mit
deutsc/ier Ûbersetzimg, nach Dr \V. Ijidtkf. zxni TcU erslmnlia lierai'.sf/egeben v.nd unlersw^lit
(T.V. xxxvi,3; Leipzig, 11)13), p. :>~ • liid dass dieser ist der vollkommene Intellekt. Gottesvvort
:

der vor dem Slorgenanzeiger geboren is'. der Mitscliopfer des .\lles, der Uildner der Mensclien.
der in aliem ailes (gewordene), in den l'atriarchen Patriarch, im Geselz Gesetz. in dcn Priester
Hoher priester. in den Konigen oberster Fitrst. in den Proplieten Prophet. in den Engelii
Engel. in den Mensclien Mensch, in Vater Solin. in Gott Golt. in Ewigkeit Konig. Cl. Paili> i>!
XoLE. Ep. 38, G. S. E. ].. XXIX, 327: AinEr.ANMs, aji. Pitha Bibl. Patr. xu. p. 3ft yui in patriarcliis :

patriarclia, in sacerdotibus sacerdos, in iudicibus iudex. in proplietis i|)roi)lieta. in ducibii3


diix, in apostolis aposlolus, in angelis niagni consilii angélus dicitur. •
3) Orac. Sibi/ll. viu, 'Md ss.; éd. Geffkf.n, p. 171.
(4) Prolev. Jacob, xvn. 2: éd. .Michel Te.rtes et documents... 13 ,
p. 3V.
5) ÏEr.Tii.i.iFN. Arlv. Pra.r. 10. Cf. !.. Gi Er.r.iEi:. op. cit., p. [12.
<>)Jésus est envoyé par le Père '12 [23| il est ressuscité par lui 19 [.>0"
: il retourne vers lui ; :

js [2<t\ 13 [2i]. 29 [40] % i.a distinction est partout très nette entre les deux personnes.
(.7) Pistis Sophia, G2: Kopt. gnost. Schr.. p. 80.2!» ss. Gt. Gesprache Jesiup. 28'».
(8; Pistis Sophia G: Kopt. gnost. .^chr.. p. 28: id.. p. 6, 7: 10. p. 12. 18 etc..
.'>.
RECENSIONS. 123

Seigneur (1 Hii^l '' ^^^ engendré, qu'il a été envelojjpé de !an;:es à Belhleliem. s'est
manifesté, (qu'; il a été élevé, et agrandi, alors que nous voyions ces choses 3 14' 2'. y

Manifestement, ce n'est pas là une cliristoiogie docète. Tous les traits sont groupés
pour montrer la réalité de la ciiair de Jésus: et cette préoccupation se manifeste dans
l'ouvrage entier. Jésus est le Verbe devenu chair (3 J4], 39 [50] il est vraiment res- :

suscité corporellement (12 '23^ il a revêtu la propre chair des hommes dans laquelle
:

il a été engendré, il a été tué, il a été enseveli et il a été ressuscité par son Père
céleste (Ifl 30] . " Bien que je ne sois pas engendré par un homme, dit-il, je suis né,
et bien que je n'aie pas de corps, j'ai revêtu un corps et j'ai grandi (21 32' . L'impor-
tance donnée aux récits de sa vie mortelle, la narration détaillée de ses miracles,
l'histoire de la résurrection et de l'épreuve faitepar les trois apôtres qui en sont
constitués les témoins, autant do traits qui montrent l'intérêt de notre écrivain à
prouver la vérité de l'iocarnation. Mais il ne semble pas que son but soit exclusive-
ment, ni même principalement celui-là. il n'a pas. comme saint Ignace d'Aniioche.
par e.\emple, la haniise du docétisme. D'autre part, c'est un lieu commun de parler
du docétisme des gnostiques, et la plupart d'entre eux, en effet, ont nié la réalité de
la chair du Christ (3\ Mais ils ne pouvaient pas faire abstraction des récits évangé-
]iques ni s'empêcher de parler du corps du Sauveur. Un passage de la Pistis Soplthi
est très caractéristique : « Je n'ai rien apporté dans le monde lorsque je vins,
explique Jésus aux Apôtres, en dehors de ce feu. de cette eau, de ce vin et de ce
sang... Le feu, l'eau et le vin sont pourdu monde.
la purification de tous les péchés
Le sang était pour moi en signe, à cause du corps humain que j'ai reçu dans le lieu
de Barbelos, la grande force du Dieu invisible... Aussi vous ai-je dit Je suis venu :

jeter le feu sur la terre, c'est-à-dire, je suis venu purifier avec le feu les péchés du
monde entier. Aussi ai-je dit à la Samaritaine Si tu savais le don de Dieu et qui :

est celui qui te dit donne-moi à boire, tu lui demanderais et il te donnerait de


:

l'eau vive: et il y aurait en toi une source jaillissante pour la vie éternelle. Aussi
ai-je pris une coupe de .vin, je l'ai benie, je vous l'ai donnée et j'ai dit C'est le :

sang de l'alliance qui sera répandu pour vous en rémission de vos péchés. Aussi
a-t-on enfoncé la lance dans mon côié, et il en est sorti du sang et de l'eau. Ce sont
là les mystères de la lumière qui pardonnent les péchés: c'est-à-dire les appelIation^

et les noms de la lumière 4i. » Ce texte mélange de manière curieuse les spécula-
tions gnostiques et l'histoire évangélique, les théories docètes et les formules anti-
docetes : n'en est-il pas de même dans l'interprétation symbolique que propose la

lettre des apôtres de la multiplication des pains (5 ?

Jusqu'à la résurrection, Jésus parle en paraboles '6). Après ce moment seulement,


il enseigne touie vérité. Puis il reuionte au ciel. Et c'est par le récit de son ascension

que se termine la lettre des Apôtres : o Tandis qu'il disait cela, il acheva de s'en-
tretenir avec nous, et nous dit encore : " Voici que dans trois jours et trois heures
viendra celui qui m'a envoyé, afin que j'aille avec lui. l^t comme il parlait, survinrent

le tonnerre, des éclairs, un tremblement de terre; les cieux se déchirèrent et vint une

ii; Cf. Joan. I, 13. I.a manifeslalion de Jésus dont il est ensuite question peut être une
allusion à radoration des bergers, Le. ii. 1-ï *;?. (.'ç>{ ans?! I.\ ii. vu. :'>2. i|iii nous renseigne sur
la croissance de Jésus.
{,•2/ ïrad. GiEni-.iEn. p. [."«O].
(3; C. ScHMiDT. Gnostische Schriften in koiilischer Sprachc, p. i-H ss.
(4 Pistis Soijhia. l'<l Kopl. gnost. Sefo:. p. 242, 18 ss.
:

(5; Epist. Aposl. :> [16]. Cf. supra.


(6, Epist. Apost. 3-2 13". Cf. Pistis Sophia. (i: Kopt. gnosl. Schrift.. p. ?,3 ss. > D'aujounîMiui. ,"».

je vous parlerai ouvertement, du commencement de la vérité à son aclièvement: et je vous


parlerai face .i fane sans parabole. - LJ. o<i, p. 57. 17. etc.
124 REVUE BIBLIQUE.
miée lumineuse qui le prit.fit entendre) la voix de beaucoup d'anges, se
(Alors se
réjouissant, bénissant et disant Groupe-nous (vers toi), Prêtre, dans la lumière de
:

la gloire. Et lorsqu'ils approchèrent du firmament du ciel, nous l'entendîmes qui

disait Pietournez en pai.x (5t [62] ) (1). » Les données traditionnelles sont ici traitées
:

avec la plus grande liberté on ne sait si les trois jours et les trois heures dont il
:

s'agit dans ce récit sont comptés à partir de la résurrection; ou plutôt si le Sauveur

en marque le point de départ à sa mort sur la croix. Les cieux qui se déchirent ont
leur pendant dans l'Évangile de Pierre à propos de la résurrection .2); la nuée lumi-
neuse rappelle celle de la transfiguration {Matth. xvii, 5}. Mais le parallélisme le
plus exact est encore à chercher dans les ouvrages gnostiques : « Il arriva, raconte
la Pistis Sophia, lorsque cette force lumineuse i — Sûvaai?^ fut descendue sur Jésus,
elle l'entoura tout entièrement. Alors Jésus vola dans les hauteurs, tandis qu'il était
devenu très brillant dans une lumière immense. Les disciples le regardaient, et
aucun d'eux ne lui parla jusqu'à ce qu'il fût arrivé au ciel, mais tousse tinrent dans
un grand silence. Cela arriva le 15« de la lune, au jour où elle est pleine dans le
mois de Tybi. Il arriva alors, lorsque Jésus fut parvenu au ciel, après trois heures,
toutes les forces du ciel se troublèrent, et s'agitèrent l'une contre l'autre, elles et
tous leurs éous (aîàivsç) et tous leurs lieux (t6-o;) et tous leurs ordres (Tx?£tç% et
toute la terre s'agita et tous ceux qui habitent sur elle. Et tous les hommes qui sont
dans le monde se troublèrent, même les disciples, et tous pensèrent : Peut-être le
monde s'est-il enroulé 3 . » Ici. comme dans la lettre, on retrouve la grande lumière
qui enveloppe Jésus, le trouble et l'agitation cosmiques, et même la mention de la
troisième heure.
Si le Verbe s'est fait chair et s'il a vécu parmi les hommes, c'est sans doute pour
les sauver. Jésus est essentiellement le Sauveur (5 [16], 6 [17], 12 [23] etc..) : ce titre est
contenu dans les cinq articles essentiels du symbole, ce qui suffirait déjà à marquer
sou importance aux yeux de l'auteur de la lettre des Apôtres. Mais le sens profond
de ce mot n'est nulle part expliqué. « Il est question plusieurs fois de la mort du
Christ, soit que les apôtres en parlent 9 [20] }. soit que Jésus lui-même rappelle qu'il
est né. qu'il a été tué (18 [29], 19 [30]\ mais jamais une vertu rédemptrice n'est
attribuée à cette mort, car on ne peut voir dans le rapprochement de la crucifixion et
du salut tel qu'il est donné (19 [30] ) même une allusion à la vertu rédemptrice de la
mort de Jésus. Les apôtres disent bien à leur Maître qu'il les a sauvés (19 [30], 20 [31],
40 [.j1] ). mais quel est le salut qu'il leur a donné, et comment a-t-il été opéré, c'est
ce qu'ils ne disent pas 4). oïl faut cependant essayer d'apporter quelques précisions,
et chercher à connaître la nature du salut d'après la lettre des Apôtres.
Le dernier terme du salut, c'est la lumière et la vie : « Eu vérité, je vous dis que
j'ai reçu toute puissance de la part de mon Père, afin que ceux qui sont dans les
ténèbres, je les conduise dans la lumière; et ceux qui sont dans la corruption,
dans l'incorruptiou; et ceux qui sont dans l'erreur, dans la vérité: et ceux qui sont
dans la mort, dans la vie; alio que ceux qui sont en prison, soient délivrés. Ce qui
est impossible à l'homme, est possible au Père : Je suis l'espérance des désespérés,
l'auxiliateur de ceux qui n'ont pas d'auxiliateur, la richesse des indigents, le méde-

Trad. GiEiiKiF.n, p. [9-2].


vl)

Enang. Petr. 33-3(i (E. Preusciien. Aiitileyomeiia-, p. 19


(2, [Ltyi'/.ri swvr, iyévôTO iv xiâ oû-
:

paviô xal el&ov àvo'.vOevTa; Toyç oùpavo'jr...


(.S Pistis Sophia, 3: Kopt. gnost. Schr., p. 4. 1 ss. On trouvera un commenlaire de ce récit dans
0. SciiMiDT, Gnostische Schriflen in kuptischer Sprache, p. 439 ss. Cf. aussi Ascens. Is. \i, 22 ss.
(4) L. GiERniEB. op. cit., p. [16].
RECENSIONS. 125

cin des malades, la résurrection des morts (21 "32] . » Ces oppositions sont d'nnf
littérature un peu facile t . Mais ailleurs i28 39" ), nous apprenons que c'est dacs
les cieux que se consomme le repos (2 . la vie éternelle des elus: et la description df
ce repos est faite en ces termes : « Ayez confia née et ayez foi : en vérité je vous
le dis, y aura pour vous un tel repos, dans lequel il n'y aura plus (la nécessité de,
il

manger, ni de boire, ni tristesse, ni soudoieraent, ni vêtements terrestres, ni cor-


ruption. Car ce n'est pas avec les créatures d'en bas que vous serez alors en rela-
tions, mais avec celles qui sont incorruptibles, les créatures) de mon Père: vous
aussi deviendrez incorruptibles. De même que je suis toujours dans le Père, ainsi
vous aussi serez en moi 19 [30] 3 » Ceux qui parviennent au salut sont appelés en-
.

fants de la vie (28 ]39] ). enfants du royaume (29 ]40] ]. enfants de la lumière 39 [50] ;.
Pour être sauvé, il faut croire à la doctrine de Jésus, telle qu'il l'a enseignée, et
telle qu'après lui renseignent les Apôtres. Après avoir rappelé le résumé de leur foi.
les Apôtres ajoutent ; « C'est cela que nous a révélé notre Seigueur et notre Sau-

veur, et qu'il nous a montré: nous aussi nous faisons^ de même pour vous) ;ifin
que vous deveniez nos compagnons, par la grâce du Seigneur, (dansi notre minis-
tère et dans notre gloire, en vous occupant de la vie éternelle. Soyez fermes, sans
chanceler, dans la science et la connaissance de Xotre-Seigneur Jésus-Christ, Qu'il
(vous) soit clément et qu'il (vous' sauve, pour toujours, dans les siècles des siècles,
sans fin. Car, quant à Cérinthe et Simon, ils iront afin de parcourir le monde.
Ceux-ci sont vraiment les adversaires du Sei2neur Jésus-Clirist. eux qui détourne-
ront réellement ceux qui croyaient au Verbe véritable et à ses œuvres, c'est-à-dire à
Jésus-Christ. Faites donc attention et gardez-vous d'eux, car par eux; surviendront
l'affliction, rimpureté. la mort, la lin de la perdition et la damnation 6-7 [17-18] i4). » ;

Mais il ne suffit pas de croire. Il faut encore agir selon sa croyance. « A celui qui
croit en moi, mais n'accomplit pas mon commandement, la toi en mon nom ne lui
servira pas 27 ]38] » Et voici le commandement nouveau que Jésus donne
. au\
siens :« Que vous vous aimiez les uns les autres, que vous soyez soumis les uns

aux autres, que toujours la paix soit au milieu de vous. Aimez vos ennemis, et ce

que vous ne voulez pas qu'on vous fasse, vous-mêmes non plus ne le faites pas à un
autre; ce que vous voulez qu'on vous fasse, faites-le aux autres 18 29] . 5 . • A
plusieurs reprises, le Sauveur indique même dans le détail les vertus qu'il entend
voir pratiquer par ses fidèles et la conduite (lu'il exige de ceux qui veulent entrer
dans le royaume de lumière 26 ]37:; 3S [49"; 47 .58]; 48 s. ]59 s." . On est étonné
d'abord de ce moralisme qui s'inspire u:ii]uemeut des préceptes évangéliques, et

(l)Sur l'usage d'un pareil procédé liuéraire dans les écrits gaostiques de langue copte, et parti-
culièrement dans la Pistis Sophia, on peut lire quelques pages sévères et exactes de E. de Fayk,
Gnostiqueset gnosticisme. p. i" ss.
(2) Le repos (âvàTîa-JTi;; est le terme de la béatitude dans les ouvrages gnostiques: cl. par
exemple Pistis Soplna, 'M: Kopt. gnost. Schr. p. I3i, 10: L'nb?kanntes altgnoslisclies \\'erk%-2:
id., p. 3:^6. 17 ss. « Lnd sie liaben die Erkenntnis uud das Leben und die HoîTnung und die
Ruhe und die Liebe und die Aulersteliung und den Glauben. und die Wieder^'eburt und das Siegel
empfaugen. » Dans la lettre des Apùtres. c 1-2 i3] le traducteur éthiopien remplace xvirï-.'j;;
qui ûgure au texte copte par à-âffiiff'.:, résurrection.
(3) f rad. Gceriuer, p. [i>-2] s.
(4; Id.. p. [o-2| s. En plusieurs endroits, notre auteur met encore en garie contre les faux enseigne-
ments • Pour ceux qui auront péctié contre mon commandement, qui auront enseigné une autre
:

(doctrine qui auront diminué ou ajouté à ma doctrine pour leur propre gloire, qui auront
.

influencé ou détourné ceux qui, dans l'orthodoxie, ont cru en moi. ils seront punis éternelle-
ment; -29 [*0] ). • Cf. ."io [01]. Ainsi Jésus est le révélateur de la véritable doctrine. Le salut est
d'abord une connaissance,
(d) Trad. GiEr-.r.irp., (>. [01]. La forme positive de la règle d'or est suppléée par le traducteur.
126 REVLE BIBLIQUE.

dans lequel on ne trouve riei que de conforme à renseignement traditionnel de


l'Éslise.Cependant, à y regarder de près, on se rend compte que ces préceptes ne
s'adressent qu'aux croyants. Peut-être ne sufût-il pas de connaître les mystères
enseignés par le Christ : du moins cette connaissance est-elle le point de départ
indispensable du salut : « Celui qui aura cru en moi vivra, sil a fait les œuvres de
lumière: nuis s'il n'a pas cru en la lumière et s'il est demeuré dans les ténèbres.
il ne pourra rien répondre pour défendre sa cause; il ne pourra pas supporter le

regard et le visage du Fils qui est moi-même. Et je lui dirai : Tu as cherché et tu


as trouvé; tu as demandé et tu as reçu 39 [-50] 1 . » Il faut ainsi distinguer entre
ceux qui croient et ceux qui ne croient pas : ceux-ci sont exclus du salut 2 . Quant
aux crovants, il leur est en plus demandé d'accomplir les commandements : la

question se pose alors de savoir si les pécheurs pourront être sauvés malgré leurs
fautes, et la solution de ce dernier problème n'est nulle part clairement indiquée
36 47]; 49 [60] [. Certains passages même semblent donner à entendre que le salut
est acquis à tous ceux qui ont reçu Pour vous, dit Jésus aux Apô-
la révélation : «

tres, je vous ai délivrés, enfants de lumière, de tout mal et de toute la puissance

des archontes; et tous ceux qui croient en moi par vous. Car ce que je vous ai
donné, je le leur donnerai aussi à eux. afin qu'ils sortent de la prison et des
chaînes des archontes et du feu puissant 28 [39] 3 » On pense ici aux doctrines .

goostiques, aux archontes du monde matériel qui gardent les âmes en prison jus-
qu'au temps de leur libération par le Christ.

Le même souvenir s'impose quand ou lit certains passages sur la nécessité de la


révélation et sur le baptême. Jésus raconte ainsi comment il est descendu aux
enfers : « Je suis donc descendu au lieu de Lazare et j'ai préclié aux justes et aux
prophètes, afin qu'ils sortent du repos ivinaj^ui qui est en bas et qu'ils viennent
à celui qui se trouve en haut. Et j'ai versé? avec? ma main droite sur eux... de
la vie, et le pardon, et le salut de tout mal , comme je vous ai fait, et [à ceux qui
croient eu moi 27 [38] » On a pu voir combien ce texte, traduit ici d'après le copte,
.

est corrompu. L'éthiopien est plus complet « Je suis descendu et j'ai parlé à :

(!) Cet enseignement est expliqué |).ir la parabole dos Nierges sages et des vierges folles. < Les
sages, ce sont les cinq que le propliéte appelle filles du Seigneur et dout les noms sont célé-
l)res : ... ce sont la Foi. la Cbarité. la Joie, la Paix, l'Espérance. Ceux qui croient en moi les
possèdent: elles servent de guide à ceux qui croient en moi... L'Intelligence, la Science. l'Obéis-
sance, la Conlinence. la Miséricorde ce sont les vertus qui ont dormi en ceux qui croient et qui
ont confiance en moi, mais qui n'oal pas accompli mon commandement -43 '54] \ . Celte interpré-
tation de la parabole évangéli(|ue est tout à lait curieuse. Il est remarquable que les vierges
lolles ne sont pas des vices. Elles sont des vertus recommandables et bienfaisantes. Mais il n'y
avait pas moyeu de les faire entrer dans la chambre nuptiale, pour ue pas laire \iolenceau
texte formel de l'évangile. On suppose alors qu'elles ont dormi dans l'àme de ceux qui les
possèdent aussi ceux-ci sont-ils condamnes. Mais on ne sait pas si leur condamnation est
:

définitive, car Jésus refuse de répondre à cette question. Quand les apôtres lui disent Seigneur, :

il appartient à ta majesté que tu fasses grâce à leurs sœurs, il se contente derépli(|uer Cette :

parole n'est pas de votre rôle, mais de celui qui m'a envoyé, puis(|ue j'agis de concert avec lui
(i.'i 56| ). —
Cf. Dom A. \ViLM\iiT, Un anonyme ancien de Decem Virginibus. dans B. .V. L. A. C.
nui. p. 35 s.
li Cf. ce qui est dit au cliap. 44 ."».) : « Il y en a qui ont dormi et se sont tenus en dehors
du royaume, et eu debors de l'enclos du pasteur des brebis, .i celui qui se sera tenu en dehors
du bercail, les loups le mangeront, et il...; il mourra dans de nombreuses douleurs; en lui ne
seront ni repos ni support (Cuîojaovt,), et on le jiunira de grands châtiments ». Le texte copte,
«bml je suis la traduction dounée par S. est lacuneux: l'éthiopien préseuie de nombreuses
variantes, et parait d'ailleurs corrompu. Guerrier traduit • liien qu'il ait entendu la prédica- :

li'>n comme les auues il mourra. Il semble au contraire qu'il s'agisse de ceux (|ui n'ont pas
.

entendu ni reçu l'Évangile. L'image de la bergerie est empruntée ;i Joan. 10, 1 ss. C'est, sous une
autre forme, la maxime Exlra erclesiam itulla salus.
:

i3) Je cile la traduction du copte. Le texte éthio|>ien supprime ici la mention des archontes, qui

doivent bien ctre primitifs.


RECENSIONS. 127

-\Lraham, Isaac et Jacob, vos pères, les prophètes, afin qu'ils apportent d'en bas le

repos dans les cieux; et je leur ai tendu la main droite, le baptême de la vie. la

rémission et pardon de tout mal. comme à vous et à tous ceux qui désormais
le

i-Toirout » La descente aux enfers n'est pas uue doctrine gnostique 1


en moi. ;

mais la Pistis Sop/iiu raconte également que Jésus a pardonne tous leurs péchés et
toutes leurs mauvaises actions à Abraham. Isaac et Jacob, qu'il leur a donné les
mystères de la lumière dans les éons et les a placés au lieu de Sabaoth et de tous
les archontes. « Quand j'irai en haut, ajoute le Sauveur, je porterai avec moi leurs
âmes à la lumière. Mais je te le dis en vérité, voici la vie. ils n'iront pas à la
lumière avant que j'aie porté à la lumière ton àuie et celles de tous tes frères 2 . »

Dans l'avenir, lorsque Jésus sera remonté au ciel, ce sont les Apôtres qui trans-
mettront sa révélation aux hommes cf. 19 ^30]; 23 34]; 30 [41 .. Ils prêcheront à
Israël et ù toutes les nations 36 [47] ) %. Paul de Tarse, converti par la parole de
Jésus, se joindra à eux : comme eux, il prêchera, il enseignera et beaucoup se
rejouiront en l'entendant et seront sauvés 31 42] ss. j 4 . Tous ceux qui écouteront
les Apôtres, qui croiront en Jésus, recevront la lumière du signe qui est dans sa
main: et par le Sauveur les Apôires seront appelés pères et maîtres 41 [02] « En .

vérité, en vérité, je vous le dis. explique le Seigneur, vous serez appelés Pères

parce que vous révélerez aux hommes) les choses de l'amour, de la miséricorde,
du royaume des cieux vous révélerez) que c'est par ma propre main qu'ils rece-
;

vront le baptême de vie et la rémission des péchés. Vous serez appelés) maîtres,
parce que vous aurez exprimé ma parole sans peine et que vous les aurez corrigés,
qu'ils se seront convertis partout où vous les aviez repris 12 [-53] . » On ne s'ex-
plique pas très bien ce baptême donné par Jésus. Du moins faut-il noter mention
la

du baptême, et remarquer encore le peu de place que tiennent les sacrements dans
rÉpître des Apôtres (.5;.

il' cr. Gespràche Jesu..., Exkurs 11, Der Descensus ad iiiferos in der alten Kirche, p. [433-370,

principalenieut p. 500 ss. S. cite ccpemiant uu pussaije des Excerpla ex Tlieodoto, 18 Clément
dWlex., c'd. ^rvuLix, t. III, p. l\-2]. dans lequel il est dit que Jésus, après sa résurrection, evangélisa
les justes qui étaient dans le repos. Il y a là, ajoute S. l'essai d'un ijnostique. [ilus précisé-
•>

ment d'un Valeutinieu. pour adapter selon sou yoilt les doctrines clirétieunes de la Descente
aux enfers p. 501,. »
ii) Pistis Sophia. 133: Kopt. gnosC. Schr., p. •i3J. 11 nest pas question dans ce passage d'uue
descente auK enfers: et les trois patriarches Abraham, Isaac et Jacoh sont les seuls à recevoir
les mystères de la lumière. Cf. C. Scumidt. Gaostisclie Schriften iii koptisclier Sprac/ie. p. 433.
'3 II faut remarquer cette distinction entre Israël d'une part et toutes les nations de l'autre.

Au cliap. 30 ]ir, les apùtres reçoivent l'ordre - d'aller préclier aux douze tribus et aux nations
et à toute la terre d'Israël, du levant au couchant et du Sud au Nord. On lit. dans une addition
ancienne à la Pislis Sophia. • Ainsi on a reconnu le royaume de Dieu sur toute la terre, et dans
tout le inonde d Israël en témoignage pour toutes les nations qui habitent du levant au cou-
cliant: Kopt. gnost. Schr. p. i'>4, 14 ss. ». S., Gesprûche Jesu, p. 18-2 ss. commente longuement ce
passage de la lettre, et prétend y voir la marque d'une o|)positiou encore vivante entre les
judéo-chrétiens et les pagano-chrétiens.
4) Ce sont les apôtres qui reçoivent Paul et le convertisseut. Le personnage d'.Vnanle disparait
complètement dans la lettre des Apôtres. Mais il n'est pas certain qu'il faut voir là, ainsi que le
pense s., p. 183 ss.. une préoccupation apologéti»iue, pour légitimer l'apostolat de Paul dans les
nations. Dans la Pistil Sophia, Paul est une fois nommé, par Marie, (jui l'appelle, par
anticipation, notre frère Paul c. 113; Kopt. gnost. Schr.. [>. 190, 13 .

(3) On doit citer du moins une allusion à l'Eucharistie « A|)re3 mon retour vers le Père,
:

faites mémoire de ma mort. Quaud ce sera la Pàque alors l'un ;de vous} sera jeté en prison a
;

cause de mon nom; et il sera dans la tristesse et l'allliction parce que vous faites la Pàque
tandis qu'il se trouve en prison et est loin; de vous. Car il s'attristera de ne pas fêter la Pàque
avec vous... nuand vous aurez uni la commémoraison qui se rapporte à moi et l'agape. il sera
de nouveau jeté en prison pour le témoignage... Et nous lui dimes Seigneur, est-il- donc : •<

encore nécessaire que nous prenions la coupe et que nous buvions? Et il dit : Oui, c'est une
nécessité jusquau jour où je reviendrai avec ceux qui auront été tués pour moi. • Dans l'élliio-
l)ien, cette linale est différente - Nous lui dimes
: Seigneur, n'as-tu pas toiméme bu définitive-
:
12S REVUE BIBLIQUE.

Une dernière question se pose au sujet de la vie morale et du salut telle que les

«onçoit notre auteur : celui de la liberté. L'homme soumis fatalement à sa


est-il

destinée? ou peut-il à son gré choisir le bien ou le mal? On sait que dans les sectes
gnostiques. la première solution était généralement acceptée. L's'!tj.a;iaévri réglait le

sort de chaque individu qui ne pouvait échapper à son emprise (1}. Ici au contraire,
c'est la doctrine de la liberté qui obtient les préférences. « A Adam a été donné le

pouvoir de choisir de ces choses ce qu'il voulait; il a choisi la lumière; il a tendu


les raainï, il l'a saisie, mais il a laissé les ténèbres et s'est éloigné d'elles. De même,
tout homme a le pouvoir de croire en la lumière, c'est-à-dire la vie du Père q\ù
m'a envoyé ;39 40] . » Le rôle attribué ici à Adam est assez curieux (2^. Retenons
seulement qu'il avait la liberté que tous les hommes ont reçu après
de choisir, et

lui le même pouvoir cf. Joan. i, 12) c'est à chacun d'eux qu'il appartient de
:

s'orienter vers la lumière et de fixer sa destinée. D'autres passages montrent l'in-


térêt du problème dans les milieux où fut écrite la lettre, et révèlent peut-être
certaines hésitations de l'auteur, ou du moins de ses lecteurs. Si les pécheurs
doivent être condamnés, le jugement qui leur est réservé sera-t-il équitable (3) ?

C'est le Seigneur lui-même, qui contrairement à toutes les habitudes, questionne


ainsi les Apôtres : « Comment un même jugement pour les pécheurs et pour les

justes peut-il être juste? » Ceux-ci répondent : « Ne dira-ton pas en ce jour : tu as


montré chemin de la justice et du péché; tu as séparé les ténèbres et la lumière,
le

le bien et le mal 39 [50];? » Cette réponse n'éclaire pas entièrement le mystère. Le


sort des justes, comme celui des pécheurs reste un angoissant problème pour les
consciences inquiètes, et l'on ne sait en définitive quel avenir attend les cinq
vierges folles coupables de s'être endormies dans l'àme des croyants : « Cette parole
n'est pas de votre rôle, mais de celui qui m'a envoyé, puisque j'agis de concert avec
lui (46 l57] ). »

Le ne se consomme pas ici-bas. Il a son terme dans l'autre


salut cependant
monde où récompensées toutes les vertus, où sont punis tous les vices.
sont
L'eschatologie de la lettre des Apôtres, est, dans ses grandes lignes, conforme aux
données traditionnelles, et il est permis de ne pas s'y arrêter longuement. L'auteur
ne décrit ni le royaume des cieux, ni le supplice éternel (4 11 s'attache davantage .

à dépeindre, avec des traits empruntés à l'imagerie courante, le retour de Jésus au

ment la Pâque. Quaol à nous, aurons-nous à le Taire île nouveau/ Et il nous dit Oui, jusqu'à ce :

<iue je revienne d'auprès du l'ère avec mes plaies (15 [-2G] • La Pàque chrétienne est une coni- .

niémoration de la mort du Sauveur. S., Gesprâche Jesu... p. 3G» ss., en conclut que l'usage quar-
lodfciman est attesté par cette formule de la lettre: et il consacre un long excursus à la fête
de Pâques dans les églises d'Asie Mineure (p. ol'-~-2i> 11 est en tout cas renianjuahle que l'Euclia-
.

ristie n'occupe pas plus de place dans la lettre. Dans la Pistis Sop/iia, on trouve une description
du sacrifice eucliaristique, c. li-2; Kopt. gnost. Schr., p. '2W, 2(5 ss.
(1) Cf. E. DE Fayf.. Gnostiques et gnosticisme, p. 274 ss.
f-2 On sait que dans les sectes gnostiques la désobéissance d'Adam était souvent regardée
comme la victoire du principe lumineux emprisonné dans l'homme. S.. Gesprâclie Jesu... p. 331 s.,
rappelle justement que dans les Pseudq-Clementines, Adam est considère comme le porteur de
la révélation pure et achevée: c'est en lui que s'est incarné le vrai propliète. il a élevé l'humanité
à rim|)eccal)ilite, si bien que jusqu'à la huitième génération les hommes ont été sans commettre
le mal Jlom. i, 52: 8. 11 ss.; Recog. \, 20;. Somme toute, « o-jtî 'ASàjA itapaêdcTy); r,v ô ànô tûv
Toù 6£oû Xcipwv -/.vosopTi^eî; Hom. 2, 52). • Notre auteur n'insiste pas et ne précise pas ses
idées: mais le choix qu'il attribue à Adam est à relever.
3 Le sort définitif des pécheurs parait l'un des soucis dominants dans les éerits de la Pistix
Snphia. Les questions posées au Sauveur reviennent le plus souvent à lui demander si sa misé-
ricorde a des limites et lesquelles. Cf. E. de Faye, Gnostiques et gtwsticismefp. 2G7 ss.
(4) La vie éternelle est le repos dans lequel on ne mauge ni ne boit plus, car il n'y a plus de
tristesses, ni de soudoiemeut, ni de vêtements terrestres, ni de corruption {\'j [30]': le supplice
des méchants est celui du feu. dans le corps et dans l'esprit \3!> [aOli.
UECENSIONS. 129

jour du grand jugement, et les signes avant-coureurs de la parousie : a Alors, les


fidèles, et ceux aussi qui ne croiront pas, entendront la trompette dans le ciel; ils

verront l'apparition de grandes étoiles, qui apparaîtront pendant le jour; des astres
descendront du ciel en touchant la terre; les étoiles tomberont... etc.. ^34 [45] ).

Ce sont là des visions d'apocalypses, comme on en rencontre un peu partout, dans


les récits qui annoncent la fin du monde et le dernier jugement. De même la des-
cription de la parousie n'a rien d'original : f En vérité, je vous le dis, je viendrai
comme le soleil qui se lève; je serai sept fois plus (resplendissant) que lui. en
brillant dans la gloire, en étant porté sur les ailes des nuées dans la gloire, tandis

que devant moi ira ma croix (16 27') ». Les Apôtres demandent quand viendront
ces événements grandioses : il semble que la date n'en soit pas très éloignée :

« Je vous enseignerai ce qui surviendra non pas pourtant dans votre (génération),
mais dans (celle) de ceux que vous-mêmes enseignerez et qui croiront 34 (4ô] i ). »

Une époque plus précise est même fixée : « Lorsque l'an lôO sera écoulé dans les
jours de la Pentecôte et de Pàque, aura lieu l'avènement de mon Père 16 [27) ^1). »

Et bien que Jésus parle ici de l'avènement de son Père, il désigne sans aucun doute
le moment de la parousie et du jugement, puisque c'est à ce sujet que les Apôtres
viennent de l'interroger.
Après le jugement, ou au moment du jugement, les hommes ressusciteront dans
leur corps. Bien que cette doctrine ne fasse pas partie des cinq articles fondamentaux
du symbole, il y en a peu sur lesquelles l'auteur de la lettre insiste autant. On
sent, en le lisant, que la résurrection de la chair est une des croyances qui lui

tiennent le plus à cœur, et aussi une de celles qui soulèvent le plus de difficultés
de la part de ses lecteurs. Il insiste et il précise en termes énergiques : En vérité,

je vous le dis. de même que le Père m'a ressuscité moi-même d'entre les morts,
de même vous aussi vous ressusciterez corporellement... C'est pourquoi j'ai accompli
toute miséricorde : bien que je ne sois pas engendré par un homme, je suis né;
et bien que je n'aie pas de corps, j'ai revêtu un corps, et j'ai grandi, afin de vous

(sauver), vous qui êtes nés selon la chair, et afin que vous ressuscitiez réellement
dans votre chair, dans une seconde génération 21 32] i (2;. » Les Apôtres ne com-
prennent pas; ils s'étonnent; ils demandent des explications; et l'on sait en effet

que peu de doctrines rencontraient autant d'obstacles dans les esprits formés par
la culture hellénique (3). Mais le Seigneur se contente de renouveler sa promesse :

« En vérité, je vous le dis, le corps de tout homme ressuscitera avec son âme
vivante et son esprit (24 (35(). »

Ce qui frappe le plus, en lisant ces enseignements eschatologiques, c'est leur


caractère strictement traditionnel. Il semble que nous nous éloignions de plus en
plus des doctrines gnostiques à mesure que nous abordons l'exposé de croyances
qui s'intègrent dans la vie pratique et dans les préoccupations quotidiennes. Il n'est
question, dans les ouvrages gnostiques de langue copte auxquels jusqu'à présent
nous avions fait si souvent appel pour leur demander des tormules voisines de
celles de notre lettre, ni de la parousie : car le retour du Christ au ciel clôt défini-
tivement l'ère de ses manifestations; ni du jugement dernier, car les hommes sont

(1) La mention de la Parousie du Père est à relever. C'est une expression assez rare et assez
curieuse. On peut peut-être comparer // Clem, xii. l. 4 oOx oIoa(jiîv rr)/ -fmioxw tt; èïî'.^avî-aç :

TOV 6cOÛ.
[l Trad. GcERRiER. p. [65].
3 Cf. Act. Ap. XVII 31-3-2: —
et se rappeler les nombreux traités qui dès le second siècle
furent consacres par les écrivains chrétiens à déiunntrer la résurrection de la chair Athê- :

nagore. TertuUien. Origène, Pseudo Justin, Méthodius d'Olympe, et bien d'autres.


REVLE BIBUOCE 1921. — T. ÏXX. 9
130 REVUE BIBLIQUE.

déjà jugés dés ce monde; ni surtout de la résurrection de la chair, car les gnostiques
ne s'intéressent pas à la matière qui est mauvaise et se contentent de décrire
rentrée des âmes sauvées dans le séjour de la lumière. Sur tous ces points, la lettre
des Apôtres rejoint pour les confirmer les espoirs et les croyances de la grande
Église. Ce n'est pas pour nous le moindre sujet d'étonnemeut. après avoir vu que
sa doctrine du Christ et sa représentation générale du monde étaient plutôt le fait

d'un esprit étranger au catholicisme.


Avant de donner, ou peut-être plutôt de tenter une solution de l'énigme et de
déterminer la position de la lettre par rapport à la foi commune, il serait utile

d'être fixé sur le lieu et la date de sa composition. Pour le lieu, M. S. est très
ferme en laveur de l'Asie Mineure '1). Quatre arguments surtout lui paraissent
établir cette hvpothèse : lesnoms des deux hérétiques dont la lettre dénonce les
enseignements pervers, Simon et Cérinthe, qui étaient particulièrement connus en
Asie; la prédilection accordée à saint Jean parmi les Apôtres et l'influence prédo-
minante de la pensée et du style johauniques; la lutte contre le docétisme; enfin

l'usage quartodéciman pour la célébration de la Pàque. Toutes ces preuves ne me


semblent pas aussi convaincantes qu'au savant éditeur de la lettre. .le ne suis pas
très certain que notre ouvrage témoigne en faveur de l'usage quartodéciman il se :

contente de rattacher à la fête de Pâques le souvenir de la mort du Seigneur et :

sans remonter à saint Paul qui écrivait : Le Christ notre Pâque a été immolé ;2),

on peut rappeler que Clément d'Alexandrie dit tout comme l'Apôtre que le Christ
est notre Pàque (3\ Le même Clément a pour saint Jean une admiration particu-

lière : il dit du quatrième Évangile que c'est l'Évangile spirituel ; il connaît, relati-
vement à l'Apôtre, des traditions spéciales, et raconte seul la touchante histoire

de la conversion du brigand ingrat et repentant (4;. La lutte contre le docétisme


asiate, à suppose» que vraiment ce soit là le but principal de la lettre, est repré-

sentée par les lettres de saint Ignace d'Antioche qui est syrien, mais Clément
d'Alexandrie nous fait aussi connaître l'existence d'un docétisme égyptien (5). Quant
aux noms de Cérinthe et de Simon, ils sont purement légendaires, et ne sauraient
suffire pour constituer une preuve en faveur de l'Asie Mineure saint Justin (6,, qui :

parle le premier de Simon, écrit à Rome et vient de Palestine-, et si Denys d'Alexan-


drie est à notre connaissance le plus ancien Egyptien qui mentionne Cérinthe (7),
il faut ajouter que ce personnage n'a jamais été très connu par les écrivains catho-

liques.
Dans ces conditions, si les arguments qui, selon S., établiraient l'origine asiatique

de 'la lettre des Apôtres sont insuffisants, je crois qu'il vaudrait mieux se tourner du
côté de l'Egypte. C'est quelque chose déjà que les seuls textes existants de la lettre
soient l'un copte, l'autre éthiopien. L'éthiopien dérive probablement du copte, bien
qu'il puisse avoir été traduit d'après une version arabe encore inconnue ^8). Le copte
a été sans doute traduit sur un original grec, et cette traduction est très ancienne,
puisque le ms. qui nous l'a conservée doit remonter à la fin du iv« ou au début du
v« siècle. L'Egypte a donc été de bonne heure le centre de diffusion de cet écrit.

(i) Gespruche Jesu, p. 364 ss.


(2) / Cor. V, 7. .

(3) Clément D'.\LE3aNDUiE, ap- Chron. Pasch. P. G., XCII. 81.


(4) Clément d'Alexanduie, Quis div. salvetur, 4-2, i ss.; cl". Edsébe. H. E., IIl, -23, 5 ss.
(?i) Clément d'Alexandrie, Adurnbrat. in Joan., i; Slromat. vi, 9, 71.
(6) Jlstin, 1 Apol. XXVI, -iss.; lvi, 1-2.
(7 Denys d'Alexandrie, ap. Elsebe, H. E., vu, 23, 2-3.
(5) i Wajnberg, ap. 0. Si, iiMiDT. Gespr«ïc/ie Jesu, p. !!•.
KECEiNSIOxNS. 131

C'est en Egypte, d'autre part, que nous trouvons la distinction si caractéristique de


Pierre et de Céphas, et la Constitution apostolique qui nous présente les Apôtres
rangés dans un ordre très voisin de celui conservé dans la lettre a trouvé en Egypte
son centre de diffusion, sinon son origine. En troisième lieu, les analogies signa-
lées entre les doctrines de notre ouvrage et celles des livres gnostiques en langue
copte ne doivent pas être négligées : c'est du moins dans un milieu où ces doctrines
étaient répandues que la lettre a dîi être écrite milieu plus ou moins mélangé, plus
;

ou moins syncrétiste, tel que l'Egypte du nr- siècle.

Car c'est plutôt aussi au m" siècle qu'au second que nous serions tentés de
placer la composition de la lettre des Apôtres. Les arguments multiples apportés par
S. pour reculer autant que possible la date de cetécrit, sont naturellement de valeurs
diverses. Il ne faut pas, je crois, s'arrêter longuement sur la forme littéraire donnée
à notre ouvrage : nous l'avons jusqu'à présent et pour simplifier, appelé une lettre ;

mais si le début paraît autoriser cette désignation, rien dans la suite ne montre que
l'écrivain se soit attaché à garder le style épistolaire; il se contente de rédiger un
entretien de Jésus avec ses apôtres, analogue, pour la forme et jusque dans de nom-
breux détails d'expression, avec la Pistis: Sophi/i qui peut être du m'" siècle. Les
libertés prises avec l'histoire évangélique ne sont pas nécessairement un indice d'an-
tiquité, et les Évangiles apocryphes témoignent assez de la facilité avec laquelle
dans certains milieux, on arrangeait du Sauveur. I/interprétation
le détail de la vie

proposée par S. du récit de la conversion de saint Paul comme marquant une oppo-
sition entre judéo-christianisme et pagano-christianisme paraît subtile et beaucoup de

lecteurs ne se laisseront pas convaincre que tel soit en effet le sens de cette anec-
dote. Si ailleurs S. tire argument de l'omission de Vly.^i-ii.yi dans la liste des vertus
pour conclure que la lettre est antérieure à la crise montaniste, on pourrait lui faire
remarquer non seulement que M. Guerrier traduit par continence (èvacâTsta), le nom
de celle des vierges folles qu'il désigne par |jia7.po9j(j.''a (j-oaovTji, mais qu'il donne
aussi la même traduction un peu plus haut (38 [49] ), en un texte où S. persiste à

ne voir que la longanimité ou la patience (1). La continence d'ailleurs ne rigure-t-

elle pas au nombre des vertus dans le Pasteur d'Hermas et dans la lettre de Bar-
nabe? Il est vrai que la lettre ne mentionne nulle part l'organisation ecclésiastique et

semble ne reconnaître d'autre autorité que du Seigneur. Pour les


celle des Apôtres et

citer encore une fois, les ouvrages gnostiques ne diffèrent pas d'elle en ceci: on ne
voit figurer dans la Pistis Sophia et les livres de Jeu que les disciples, hommes ou
femmes, qui accompagnent Jésus ressuscité. La sainte Eglise figure au nombre des
articles fondamentaux de la foi au grand christianisme, et l'on ne saurait demander

plus à un auteur qui prétend reproduire un entretien du Christ.


M. S. présente encore quelques arguments du même ordre l'inconvénient de :

toutes ces preuves est qu'aucune d'elles n'a rien de décisif et que leur accumulation
même ne suffit pas à faire naître une véritable probabilité. Nous avons trop peu de
livres chrétiens datés de la seconde moitié du second siècle ou de la première moitié

du 111'= siècle pour déterminer avec certitude les caractères de la pensée et de la


vie chrétiennes durant cette période. Et la nature même d'un écrit tel que la lettre
des Apôtres, écrit pseudépigraphe, récit des apparitions du Seigneur ressuscité, est faite
pour dérouter les recherches, puisque la condition du succès pour de tels ouvrages

(1; Dans ce dernier passage la traduction de Wajnberg et celle de Schmidt sont certainement
plus exactes, puisque le copte porte le mot uTtop-Éveiv ; dans le premier passage, le texte copte fait
défaut.
in REVUE BIBLIQUE.

est de ne pas porter trop visiblement la date réelle de leur composition. Le grand
nombre des réminiscences évangéliques qui caractérisent le style de notre auteur lais-
sent voir en lui un esprit formé par une lecture attentive du Nouveau Testament et
surtout de l'Évangile de saint Jean, dont il reproduit les façons habituelles de parler;
ellesdonnent par contre à cette œuvre une allure impersonnelle et intemporelle.
Deux passages cependant pourraient apporter quelques indications précieuses.
Comme les Apôtres demandent au Sauveur la date du jugement, celui-ci leur
répond : « Je vous enseignerai ce qui surviendra, non pas pourtant dans votre (géné-
ration) mais dans celle de ceux que vous-mêmes enseignerez et qui croient en moi
(34 [45] La traduction de M. Guerrier (p. [76]) que je viens de citer, paraît précise.
). »

Jésus anoonce que la fin du monde arrivera durant la génération qui suit immédia-
tement celle des Apôtres, c'est-à-dire celle de leurs propres disciples. Mais la version
proposée par Wajnberg est beaucoup moins claire « Ich werde euch lehren und :

niclit was euch geschehen wird, sondern auch denjenigen, die ihr belehren
nur,
werdet und die glauben werden, sowie auch denjenigen, die jenen Mann hôren und
an mich glauben. » L'avenir annoncé par Jésus pourrait donc avoir pour témoins le?
Apôtres eux-mêmes et aussi leurs disciples. Comme le copte fait ici défaut, on ne
saurait tirer à coup sûr de ce passage un argument quelconque.
Le second texte paraît plus explicite, car on y lit une date « Quand cent cin- :

quante ans seront passés, dans les jours de Pâques et de la Pentecôte, aura lieu
l'avènement de mon Père (17 [28] ). » Le copte est malheureusement altéré : « Wenn
das Hundertundzwanzigstel vollendet sein wird, zwisohen der Pentekoste und den
Fest der Ungesâuerten, wird, stattfinden die Ankunft der Vaters. » Et la version
latine, dont le fragment recouvre par hasard cet important passage, et dont on pour-
raitespérer quelque éclaircissement utile, est en réalité plus obscure encore à cause
du mauvais état oii elle nous est parvenue « Ego eni(m) <i>n omnibus omnia :

fac[u]tus sum, simul ut voluntatem patris mei laudera, quia misit me i[u]ta anno
implente inter pentecosten et azyma erit adventus patris mei ». De tout cela pour-
tant, S. essaie de tirer un original grec qu'il reconstitue de la sorte : tou IzaToatoiî xat
7w£VT)r)xoaTou £TOu; 7îXT)pa)0évTOç, Eaxat r) jîapouafa ToO narpoç. Et il conclut : « Die Parusie
wird also in den Zeitraum nach 180 n. Chr. verlegt, so dass die Schrift selbst vor
180 verfasst sein muss (1) ». Il est évidemment regrettable que ce passage si intéres-
sant nous soit parvenu dans un texte si incertain. Mais il ne semble pas vraiment
qu'on ait le droit de tirer grand'chose d'un manuscrit latin presque illisible et de
versions copte et éthiopienne en désaccord. La mention de Pâques et de la Pente-
côte reste en toute hypothèse obscure. Il vaut mieux ne pas risquer là-dessus des
conclusions trop fermes.
Aussi bien les deux morceaux que nous venons de rappeler n'apportent-ils à S.

lui-même qu'une confirmation en faveur d'une thèse qu'il croit avoir démontrée par
ailleurs. Il estime désormais établi que la lettre des Apôtres est un document catho-

lique antérieur à 170. Nous ne saurions avoir la même assurance. S'il est pratique-
ment certain que notre document est antérieur au iv^ siècle, on peut encore hésiter
entre le second et le troisième siècles, qui sont pour nous des périodes obscures, sur
lesquelles nous soumies trop mal informés du développement de la pensée et de la

vie chrétiennes.

Peut-être v aurait-il lieu de s'arrêter plus que ne le fait S. (2) à une hypothèse

(1) Gespràche Jesu.., p. 398.


[i) Gespràche Jesu..., p. i'rl ss.
RECENSIONS. 133

proposée par M. Guerrier, suivant laquelle la lettre des Apôtres « présenteraitun


texte eschatologique. dans lequel aurnit été inséré par fragments divisés un texte
historique et moral (1- ". Le principal argument en faveur de cette hypothèse vient
du texte latin. Le fragment que nous conserve le palimpseste de Vienne en effet
contient la presque totalité du chapitre 13 {'24) et peut-être la première moitié environ
du chapitre 17 (28). Aucune coupure marquée entre ces deux passages, séparés
n'est
dans le copte et dans l'éthiopien par un long développement (2 et nous n'avons ;

pas de raison pour croire que le copiste n'a pas reproduit fidèlement un texte suivi

qu'il avait sous les yeux. Dans ces conditions, on supposerait assez volontiers l'exis-

tence d'un écrit grec sous la forme d'une lettre 3). écrit traduit en latin, et qui
présentait des tendances gnostiques assez accentuées. A
une époque difficile à
déterminer, mais antérieure à la fin du i\^ ou au début du \^ siècle, cet écrit aurait
été repris, refondu, découpé, et introduit ainsi, pièces et morceaux, dans un ouvrage
plus considérable, de tendances orthodoxes, dont le voisinage serait pour atténuer
le mauvais effet produit par les théories étranges de la lettre sur l'incarnation et
sur la parousie du Père. Ainsi s'expliquerait encore que tout un passage de notre
écrit (34 [4ô]-35 '46] , du Testament de Notre Seigneiu- et
soit littéralement repris
Sauveur Jésus-Christ M. S. qui a reconnu cette similitude estime que le Tes-
'4;.

tament copie l'Epitre la dépendance inverse n'est pourtant pas exclue; et il se


:

pourrait encore que le Testament et l'Epître dépendissent l'un et l'autre d'une apoca-
lypse comme il en a circulé un si grand nombre dans la littérature éthiopienne (5).
Il faut ici se contenter d'indiquer cette hypothèse qui demanderait à être exami-

née de plus près. Ce qu'il y a de certain, c'est que l'intérêt et l'originalité de la


lettre des Apôtres ne lui viennent pas de ses enseignements eschatoîogiques. qui
sont banals et se retrouvent sous une forme sensiblement analogue dans toutes les
productions qui prétendent décrire les événements de la fin du monde. Là ou elle
présente un caractère plus remarquable, c'est dans sa christologie, et dans sa pré-
sentation du Sauveur. Les traits principaux sont ici franchement gnostiques. Le
texte éthiopien a atténué à plusieurs reprises les formules un peu trop crues du
copte, et il n'est pas sûr que déjà la traduction copte ne se soit pas montrée très

soucieuse de reproduire ce qui est autre chose que des archaïsmes.


L'erreur de M. S. a sans doute été de prendre pour des archaïsmes des traits qui
constituaient en réalité un enseignement opposé à celui de la grande Église, dès le
IF ou le iW siècle. On ne saurait assez répéter combien la discrimination est par-
fois difficile à faire en pareille matière. Hermas, pour ne citer qu'un nom, exprime
sur le Fils de Dieu des doctrines étranges: et cependant personne ne confondrait
Hermas avec les gnostiques. parce qu'à travers tout le Pa^teu)- circule une pensée,
un esprit catholique, on serait même tenté de dire ecclésiastique malgré le peu de
place tenu par la hiérarchie. La lettre des Apôtres, au contraire, étonne par sa
forme même : ce n'est pas dans les milieux catholiques que l'on se plaît à compo-

(1) L. Glerpjer, op. cit., p. [20].


il On a cité tout à l'heure le passage où se fait le raccordement ut volnntatem patris mei :

laudem quia misit meita. .^no implente iuter pentecosten et azyma...


3) Dans le ms. de Vienne, les fol. 60^-60'. ctmj-' sont marqués Epistula à la marge supérieure.
Seuls les fol. 67^-67' contiennent un extrait de l'Épitre des apôtres.
(4, Nous appelons ainsi avec Schmixlt et Wajnberg, conformément au litre contenu dans les
mss. éthiopiens, l'ouvrage qui constitue les chapp. l-li de la publication de Guerrier. Une tra-
duction allemande de ces chapitres se trouve en appendice aus. Gespmche Jesu, p. 48*-b6''.
o) Cf. L. Guerrier, op. cit.. p. [6] ss. M. Gierrier signale des points de contact de notre ou-
vrage avec le Mystère du jugement des pécheurs et la seconde venue du Christ et la Résurrection
des morts (Revue de l'Orient chrétien, 1907 ss.;.
134 REVUE BIBLIQUE.

ser des révélations du Sauveur ressuscité à ses Apôtres. L'Église est là pour ensei-
gner à ses enfants toute vérité. Les inventeurs d'apocryphes ont presque toujours
appartenu à des milieux hérétiques, et l'imprudent auteur des Acta Pauli, bien
avant la lin du second siècle, apprit à ses dépens ce qu'il pouvait en coûter de com-
poser, même avec les meilleures intentions du monde, des actes sous le nom d'un
Apôtre. Quand on passe au contenu de la lettre, on n'est pas moins surpris de sa
doctrine. L'assimilation du Christ à un ange, le salut consistant surtout dans la

révélation des mystères, l'importance donnée à la foi et à la gnose, autant de traits


qui dénotent un esprit peu accoutumé à l'enseignement traditionnel.
Il pourrait être téméraire de conclure tout de go que la lettre des Apôtres est un
écrit gnostique. Le terme de gnosticisrae d'ailleurs est bien vague par lui-même,
et demanderait à être entouré de toutes sortes de précisions. Il y eut, parmi le

gnosticisrae, particulièrement en Egypte, des sectes qui se rapprochèrent de la


grande Église par de nombreux contacts, tout en conservant au fond une doctrine
divergente de la sienne. On a noté avec raison que les écrits gnostiques de langue
copte appartiennent précisément à une de ces sectes moins éloignées du catho- 1}

licisme que beaucoup d'autres. Dans la mesure où la lettre des Apôtres témoigne
de tendances gnostiques, ou gnosticisantes, elle suppose aussi- une évolution dans le
sens d'un rapprochement vers l'orthodoxie, et c'est une des raisons pour lesquelles
nous n'y verrions pas un ouvrage trop ancien.
Somme toute, et ce sera la conclusion d'une étude qui serait sur bien des points
à compléter et à perfectionner, il ne semble pas que le document édité avec tant de
soin et d'amour par M. S. ait pour l'histoire des origines chrétiennes l'importance
que lui attribue le savant professeur. C'est l'œuvre d'un homme mal instruit qui
pouvait vivre tout à la 6n du second ou au début du troisième, sinon d'un
siècle
hérétique pleinement conscient de son erreur et soucieux de la répandre un apo- ;

cryphe comme la littérature de ce temps nous en présente plusieurs autres, expri-


mant avec un vocabulaire imprécis des idées confuses. >'ous ne saurions aller
chercher dans cette littérature l'authentique expression du christianisme que repré-
sentent mieux un saint Irénée, un Tertullien, ou un Clément d'Alexandrie.

Gustave Bardv.
Lille.

The Pastoral Epistles with introduction, text and commentary, by R. St. John
Parry; in-8°, cl\v-101 pp. Cambridge, at the University Press. 1820. — 20 sh.

Dans son introduction à un commentaire sur les Pastorales R. St. John Parry
a étudié à nouveau et sous ses divers aspects l'authenticité paulinienne de ces
épîtres. Il s'attache surtout à démontrer que les points : organisation ecclésiastique,
hérésies, doctrine, style et vocabulaire de ces épîtres, sur lesquels on a insisté pour
démontrer la non-authenticité de ces épîtres, ne sont pas, tels qu'ils sont présentés,
incompatibles avec l'origine paulinienne.
L'auteur examine d'abord la situation historique que présupposent les Pastorales.

De celles-ci il découle nécessairement que Paul a été délivré de la captivité romaine


que racontent les Actes, qu'il a encore voyagé en Orient et qu'une deuxième fois il

a été prisonnier à Rome. La teneur du récit des Actes, serein et confiant, implique

1 cf. E. DE Paye. Gnostiques et gnosticisme, p. 23f. s., et surtout A. Harnacs, (Jber das gnv-
tische Buch Pislis Sophia ^T. U., VII, -2], Leipzig, 1891, p. S9 ss.
RKCENSIOiNS. 135

cette délivrance de l'Apôtre: un disciple et un ami de Paul n'aurait pas gardé cette
impassibilité d'esprit si la mort avait terminé cette captivité de l'Apotre. dont il
nous a raconté les débuts avec tant de détails. Les derniers versets des Actes,
XXVIII, 30, 31, impliquent qu'après un séjour de deux ans à Rome, où il prêcha
l'Évangile, Paul partit de cette ville l'aoriste iviu-Eiviv marque que cette période de
:

deux ans est écoulée. Le passa^ie souvent cité de Clément Romain dans son épître
aux Corinthiens, v, et celui du canon de Muratori sont suiflsants pour établir
la réalité historique d'un voyage de Paul en Espagne et impliquent sa délivrance

d'une première captivité. Cette délivrance aurait eu lieu vers l'an G2 et le mar-
tyre de Paul en l'an 67 : c'est dans cet espace de cinq ans que se sont déroulés les

événements, auxquels font allusion les épîtres pastorales et l'épître de Clément


Romain.
Parry étudie ensuite les personnages dont il est parlé dans les Pastorales et
démontre que tout ce qui nous en est connu par ailleurs répond à ce qui nous en est
dit dans les Pastorales. Il remarque que la position de Timothée à Ephèse n'est pas

clairement définie: un auteur pseudonyme, qui aurait écrit des lettres pour défendre
l'organisation ecclésiastique de son temps, aurait été, au contraire, très précis sur
le caractère et la' nature de l'offlce qu'avait à occuper Timothée, sur son autorité
et sur ses droits. Si nous examinons les relations personnelles entre Paul, Timothée
et Tite, telles qu'elles ressortent des Pastorales, nous constatons combien elles sont

consistantes et naturelles : il n'y a aucune fausse note dans l'expression des senti-
ments, aucun défaut dans la psychologie des personnages.
Comparant l'organisation ecclésiastique que révèlent les épîtres pastorales avec
celle que nous trouvons dans les Actes et les épîtres pauliniennes, Parry constate
que les Pastorales ne marquent pas un état de développement sur celles-ci. Voici, en
résumé, quelle est l'organisation ecclésiastique que présente le Nouveau Testament.
Nous relevons d'abord un ministère général, exercé par les apôtres, les prophètes
un ministère local, exercé par les presbytres, à qui, suivant
et les évangélistes, puis
leur fonction, on donne les noms^de È-bxo-o'. ou de ôiâzovo-.. Dans une note sur le
terme jrpeaoÛTspo; l'auteur relève l'emploi de ce terme en Egypte et en Asie Mineure
pour désigner les fonctionnaires civils et les fonctionnaires des temples. A. Chrios,
le collège des -psTojTEço-. est appelé -h nsEaojT-.y.ov ; à Cos et à Philadelphie, ajvsop'.ov
?t3v -pcaojTÉp'jjv.

La propagande des fausses doctrines, telle qu'elle nous est représentée dans les
Pastorales, rappelle le mode d'enseignement des docteurs juifs dont l'activité se
résout en deux formes : une arapliQcation des récits de l'Ancien Testament par un
développement d'histoires mythologiques, basées sur le Pentateuque et l'élaboration
d'im code moral appuyé sur la Loi, dont elle développe les préceptes en des détails
inflnis; c'est la Haggada et la Halacha. Cela rappelle les fables judaïques, les généa-
logies, les querelles sur la Loi, dont parlent les Pastorales. Ces descriptions n'exigent
pas pour leur élaboration une date plus récente que l'atmosphère du temps de saint
Paul.
On fera la même remarque pour les doctrines enseignées dans les Pastorales.
Elles répondent à l'état des choses, telles qu'elles sont présentées dans ces épîtres.
Ainsi, on ne s'étonnera pas que r.'.z-i;, y soit employé au sens de fides quae credi-
y est constamment question des enseignements que doivent donner
tur, puisqu'il
Timothée et Tite. Si Paul n'insiste plus sur l'antithèse entre la foi et les œuvres,
c'est que cette question était résolue : l'épître aux Romains avait mis lin à la
controverse.
136 REVUE BIBLIQUE.

Le style et le vocabulaire des Pastorales présentent des caractères spéciaux qui


les différencient à un certain degré des épîtres pauliniepnes; mais ces différences
peuvent être expliquées par les caractères généraux qui les distinguent de celles-ci.

1) Les Pastorales sont séparées des précédentes épîtres de saint Paul d'au moins

deux ans et même de quelques-uaes. d'un espace de sept ans. De ce fait et de ce que
Paul était plus vieux et affaibli par les souffrances, le style peut en être moins
vigoureux, plus prolixe. 2) Ces épîtres ne sont plus adressées à des églises mais à
des particuliers, à des amis et des disciples fidèles une lettre écrite à un ami :

différera nécessairement de celle qui est écrite à une communauté. Le style en


sera plus simple, plus uniforme, plus tranquille et ne présentera aucune déclama-
tion, aucun appel passionné. Le destinataire connaît les enseignements principaux
de son Maître; il est donc inutile que celui-ci les lui rappelle. La lettre devra con-

tenir seulement ce qui se rapporte à la situation et les instructions que le Maître


doit donner actuellement à son disciple. 3} Enfin, les questions particulières qui sont
traitées dans les Pastorales déterminent les caractères principaux du style et néces-
sitent l'emploi de mots spéciaux. Ces mots spéciaux sont connexes de sujets spé-
ciaux. D'ailleurs, la même observation pourrait être faite pour toutes les épîtres
pauliiiiennes, dont le vocabulaire et le style sont loin d'être homogènes : chacune
d'entre e^les a ses mots particuliers.
Hoitzmann a remarquer qu'un bon nombre des particules conjonctives fami-
fait

lières à saint Paul, telles que apa, apz ouv, oi6, 8i6ti, îôov, ixTÎTtw;, etc., sont absentes
des épîtres pastorales, mais on remarquera que la plupart de ces particules sont
employées surtout dans la discussion, dans l'argumentation et elles ne trouvaient pas
leur application dans un exposé doctrinal ou moral, ou dans une réglementation,
tels que le présentaient les Pastorales.

Nous reconnaissons que la plupart de ces observations ont déjà été présentées,
mais Parry les a établies d'une façon scientifique, en les appuyant constamment sur
les textes. Il en résulte que l'authenticité paulinienne des épîtres pastorales sera
démontrée pour les esprits de bonne foi. Cette conviction s'accroîtra par l'étude du
Commentaire, très riche en observations philologiques, critiques et théologiques; il

complète le travail,

E. Jacquier.
Lyon.

D"^ F. M. Th. BÔHL. Het Oude Testament, Wolters. Groningen, 1919. Relié toile
6, 90 FI.

C'est le premier volume d'une petite encyclopédie biblico-ecclésiastique qui vou-


drait embrasser l'Ancien et le Nouveau Testament, l'Église et la science des reli-
gions; un volume étant consacré à chacune de ces quatre sections.
Nous avons ici un dictionnaire biblique pour l'Ancien Testament en petit in-8" de
.332 pages. Dans ces proportions les sujets traités ne pouvaient l'être que très som-
mairement et surtout un choix s'imposait. Celui-ci n'a pas toujours été des plus heu-
reux. Le besoin se faisait-il sentir de parler de fèves, oreilles, beurre, pommier,
singe, diamant, chien, corbeau, etc., etc?
M. Bôhl a jugé bon d'y faire figurer des noms d'écrivains es sciences bibliques,
tant ceux du passé que les contemporains; mais il semble avoir procédé surtout par
exclusion des savants catholiques. Rarissimes sont ceux qui sont mentionnés. Les
RECENSIONS. 137

plus obscurs des protestants hollandais y paraissent, soit; mais des hommes tels que
Ms"' Poels et le père V^an Kaster sont ignorés. On passe sous silence les auteurs du

Cursus scripturoe sarrae; item les professeurs de l'école biblique de Jérusalem alors
que leurs ouvrages sont pourtant mentionnés dans la bibliographie qui termine les
articles. Ni Calmet. ni Vigouroux n'ont l'honneiu- d'être nomenclatures. Plus heu-
reux que M. le marquis de Vogue, M. Clermont-Ganneau échappe à ce dédain.

Ce procédé n'est pas très scientiflque.


M. Bôhl a toutefois les tendances plutôt modérées, sinon toujours très avisées.
Dans l'article Christologie sa pensée n'est pas claire. Adoptet-il nu n'adopte-t-il
:

pas l'opinion qui ne reconnaît dans l'Ancien Testament qu'un Messianisme à brève
échéance? trouve que ce système a l'avantage de supprimer les prophéties tout en
Il

maintenant aux passages invoqués leur caractère messianique. Pourtant son article :

praph^te est favorable à la thèse croyante.


L'exode est placé sous Aménophis II, les Habiri des lettres de tell-el-Amarna sont
les Hébreux et la stèle de Ménephtah suppose ceux-ci établis en Canaan. Il y a lieu

de penser autrement.
Voici qui est plus grave : au dire de l'auteur la théorie qui cherche le Sinaï, sur
lequel fut promulguée la Loi, aux environs de Cadès, mérite une sérieuse considé-
ration...
En général la documentation est bien à jour, mais elle a été mal digérée-, cela

nest pas trop étonnant, le menu était trop chargé pour être assimilé par un seul
estomac.

J. Vandehvobst.
Malines, Grand Séminaire.
BULLETIN

Décret du Saint-Office. — Decretum circa authentiam Peutateuci. Quaesitum


est ab hac Supreina Congregatione Sancti Officii : « Utrum doctrina circa authen-
tiam mosaicam Pentateuci, nuper exposita in opère : Dictionnaire apologétique
de la foi catholique, an. 1919, fasc. XV, sub titulo : Moïse et Josué; nec non in
Revue du Clerqi^ français, XCIX (1" sept. 1919), pag. 321-343, sub titulo : Moise
et le Penlateuque, tuto tradi possit. »

Et in generali consessu habito feria IV, die 21 aprilis 1920, Emi ac Rmi Domiui

Cardinales in rébus fidei et raorum luquisitores Générales, praehabito DD. Consul-


torum voto, respondendum decreverunt : Négative.
Insequenti vero feria V, die 22 eiusdera mensis et anni, Sanctissimus D. N. Bene-
dictus divina Providentia Papa XV, in splita audientia R. P. D. Assessori S. Oflicii

impertita, relatam Sibi Emorum et Rmorum Palrum resolutionem approbavit,


confirmavit et evuigandam praecepit.
Datum Romae, ex aedibus S. Officii, die 23 aprilis 1920.

A. CASTELLArvo, 5. C. 5. Off. Notarius.

Nouveau Testament. — M. Sickenberger n'avait pas à s'excuser d'écrire une


introduction très concise, et dans ce sens élémentaire, au Nouveau Testament. Rien
de plus utile que ces manuels pour commençants écrits par des maîtres. D'ailleurs
le public lui a donné raison, puisqu'il a dû publier une seconde édition avant que
nous ayons pu mentionner la première (1). Voici par exemple comment il propose
de résoudre la question synoptique. Marc — sans Protomarc! —
mis à profit par
Luc. D'un autre côté un évangile araniéen qu'il n'y a aucune raison décisive de
refuser à l'apôtre Matthieu, évangile qui a été ensuite traduit en grec et connu
sous cette forme par Luc. Cette première traduction aurait été revue, et ce nouveau
travail assez indépendant. « L'identité substantielle entre le Matthieu grec et sa
base araméenne, donc le témoignage de l'ancienne tradition, est en sûreté, quand
on admettrait que l'arrangeur grec a introduit encore des péricopes considérables,
et des transformations dans l'ordre des matériaux (p. 60). Ainsi les doublets de>>

Mt. Me. Le. s'expliquent par l'identité de la tradition entre Me. et le Matthieu
primitif; l'accord de Le. et de Mt. par la dépendance commune du Mt. araméeu

(1) Kurzgefasste Einleitung in das Xeue Testament, von Dr .Tosepli Sickenbergeiî, Professer
an der Universilat Breslau. l" édition en 1916: '2» édition en 1920, Fribourg-en-Brisgau, Herd£r,
Jn-16 de xv-lti6 pp. Imprimatur.
BULLETIN. 139

traduit en grec. La ressemblance de Le. avec Me. par sa dépendance de Me, la


dépendance de Mt. par rapport à Me. parce que le dernier traducteur de Mt. a pu
se servir de Me.

Critique textuelle. — On comprend que le R. P. Hetzenauer ait éprouvé de la

satisfaction à constater que M. Harnack s'est rapproché 1) — d'ailleurs sans le uom-


mer, — des principes qu'il a soutenus dans un ouvrage qui date de l'an 1900 : Essence
et Pi-incipes de la critique biblique sur un fondement catholique (2). Aussi a-t-il
pris le public à témoin en juxtaposant ses aphorismes et ceux du savant de Berlin (3).
L'accord est spécialement frappant, et d'une grande portée, sur la valeur des ver-
sions quant aux passages importants. Ou touche
un point où la critique là en effet

textuelle rejoint la critique du Canon et par conséquent dépend de l'autorité de


l'Église, reproduit le témoignage des Églises. Les autres principes du R. P. Hetze-

nauer ne sont pas moins plausibles. La plupart d'entre eux sont universellement
admis, et la difficulté naît surtout de l'examen des cas concrets. Théoriquement
on devrait faire grand cas de la leçon attestée par les Pères du second siècle et du
troisième. Mais les cas sont rares ou ils ont voulu attester la leron précise d'un
évangile spécial. Ce serait assez souvent le cas dans Origene. s'il n'y avait contra-
diction entre la traduction latine et l'Origène grec, parfois entre deux endroits
du grec. Aussi sommes-nous d'accord avec le R. P. quand il refuse de suivre aveu-
glément les mss. N et B, mais nous ne comprenons plus du tout lorsqu'il ajoute :

alios tamen testes, qui antiquiorcm, puriorem, securiorem textum habent, iis prae-
ferimus (p. 28). Il faut pourtant avouer qu'exalter la V'ulgate, c'est soutenir les
deux grands mss. contre l'ancienne version latine.

M. H. Vogels vient de publier un Nouveau Testament en grec 4 . C'est, dit-il. la

première tentative catholique, depuis de longues années, qui ait un caractère scienti-

fique. Il refuse donc ce caractère à l'édition de Braudscheid en 1906. qui se moulait


trop sur la Vulgate. En bas du texte, dont les caractères sont un peu plus gros que
ceux de Nestlé, y a un apparat, conçu tout autrement que celui de Nestlé. On sait que
il

le regretté critique faisait uue moyenne entre les éditions de ^\"estcott-Hort, Tischen-
dorf, Weymouth et B. Weiss. Il se décidait avec la majorité et notait les leçons de
ces critiques, avec quelques autres. M. Vogels a pris la décision sur lui et met dans
l'apparat le témoignage des mss. et des versions. Mais il ne pouvait songer à le
donner complet. Il a le plus souvent négligé les versions égyptiennes et les leçons
des deux mss. W iFreer) et 6 Koridethi). récemment découverts et si importants.
Dans ces conditions, un apparat a encore son utilité. Il renseigne sur l'histoire du
texte et sur les caractéristiques des principaux témoins. Mais il ne peut permettre
au lecteur de se décider, car il ne possède pas les données nécessaires. D'autant
que, suivant la déplorable manière de Soden, poussée même en toute rigueur,
nous ne savons jamais que par induction sur quoi s'appuie la leçon choisie par

Zur Revision etc., cf. RB. 19-20. p. 4.">0 ss.


(I)

Wesen und Principien der Bibelkritik auf katholischer Grundlage, Innsbruck, 1900.
2)

(3) De recognilione priacipiorutn criticae textus Xovi Testamenli secundum Adolfum de


Harnack (dans Lateranum, Pubblicazioni del Pont. Seminario Romano Maggiore), 8° de 44
pp.; Rome, iy-20.
4 Novum Testamentum graece textum recensuit, apparatum criticutn ex editiouihus et
codicibus manuscriptis coUectam addidit Henr. Jos. Vogels. in-18 de xv-WI pp.: Dusseldorf,
schwann, ir>20. — -20 mk.
140 REVUE BIBLIQUE.

M. Vogels. Il indique seulement les principales (et encore!) autorités de la leçon


qu'il rejette. En fait, ses études précédentes ayant porté surtout sur le Codex D,
l'ancienne latine, et les Syriens, c'est surtout par les indications qu'il en donne que
son édition offrira de l'intérêt. Quelques mots du te.xte sont mis entre crochets, sans
qu'on nous explique si par là ils sont traités comme douteux ou comme décidé-
ment moins probables.
M. Vogels ne s'est pas expliqué positivement sur ses principes de critique tex-
tuelle, alléguant le manque d'espace. Mais il ne fallait pas plus de place pour dire
à qui il faisait confiance que pour exprimer sa défiance envers les versions et son
scepticisme par rapport au classement des mss., spécialement quant à l'histoire du
texte imaginée par Soden. Sur cas divers points, il s'était déjà prononcé, et il a
protesté comme nous contre la confiance excessive que M. Harnack accorde aux
versions. Avec raison, M. Vogels préfère la Vulgate à l'ancienne latine sous ses
formes multiples. Alais quant aux principes de décision, le lecteur est invité à les
deviner lui-même.
C'est une lourde tâche, et peut-être en somme M. Vogels n'a-t-il pas de principes
bien arrêtés. Mais eu somme, et en fait, cette édition critique rentre dans le cadre
des autres, et suppose donc les mêmes
Le texte dit occidental est nette-
principes.
ment écarté, même beaucoup plus que par Hort qui avait réhabilité ce qu'il
nommait ses non-interpolations. Celles du chapitre 24 de Le. sont pour M. Vogels
des omissions qu'il condamne. Et le texte d'Antioche ne reprend que très peu, un
peu plus dans certains endroits, à la vérité importants, un peu moins dans d'autres
que dans léditioa de Soden. Voici un simple échantillon sur les rapports de Vogels
avec les grands éditeurs. C'est le chapitre F' de Marc. Dans les 26 cas où Soden
et Hort diffèrent, Vogels est avec S seul huit fois, avec T(ischendorO et H(ort)

neuf fois, avec TS six fois, avec H ^eul deux fois. Le rapprochement avec Soden n'est
donc pas contestable. L'édition de Hort était assurément trop courte. Cependant
quelques additions de Vogels ne paraissent pas justifiées par exemple sa :

(Me. 1, 24 est encore omis par


j W
6 bo qui ne sont pas cités, et de même sjOjs
(Me. 1, 31).
Il y a par conséquent dans cette édition une réaction contre la préférence donnée
à B et àN que Vogels soupçonne d'avoir été altérés par l'influence latine. Mais il ne
suit pas Soden dans ses corrections malencontreuses en faveur de l'élégance grecque,
en mettant par exemple dans Me. ot au lieu de /.lî. De sorte que, comme M. Burkitt
l'a dit quelque part en français : plus ça change, plus c'est la même chose. On peut
bien exalter les anciennes versions, imaginer un texte du second siècle attesté par
les Pères, célébrer les mérites de Lachmann nous ; attendons toujours une édition
sur ces principes qui répare le désastre de celle de Blass. M. Vogels, lui, n'a jamais
donné dans ces chimères. Il devait donc bâtir sur les fondements de Tischendorf et
de Hort, ou du moins se retrouver sur le même terrain qu'eux. Quoiqu'il admette
l'antiquité de la version syriaque de Sin et Cur, il ne pense pas que son accord avec
les latins indique une leçon authentique. Que serait-ce s'il reconnaissait que ce texte

syriaque n'est pas tellement ancien !

En somme, nous considérons le texte de M. Vogels comme excellent. Peut-être


a-t-il accordé trop de crédit aux allégations de Soden, trop souvent contestables (1).
Et l'on pourra préférer d'autres leçons aux siennes, surtout lorsqu'il préfère An-

(I) Exemple : sur Jo. 18, 17, le syrsin n'a pas r; naioiixT) t\ ôypwpo; mais • la servante du
portier ».
BULLETIN. 141

tioclie à l'accord de n B avec les latins (1). Mais l'ensemble est vraiment critique, ce
qui ne signifie pas l'abandon, qui serait injustifié, de textes traditionnels dans
l'Église. On a raènoe inséré la finale courte de Me, mais entre crochets, ce qui
cette fois du moins ne peut signifier que le rejet.

iM. Vogels qui a tant étudié la question des harmonisations aura sans doute

quelque occasion de se prononcer sur le rôle de Marcion. Il est douteux qu"ii le


fasse dans le sens de dom Chapman.
Le savant bénédictin sait très bien que le texte occidental n'est représenté très
constamment par aucun ms., et que chacun de ceux qui le représentent çà et là a été

retouché. jVéanmoius il regarde comme démontrée l'existence avant Marcion, et par


conséquent longtemps avant Tatien, d'un texte harmonisé de propos délibéré et qui

serait en somme le texte occidental (2..

Son argument consiste à mettre en regard le texte de Marcion, dififérent du texte


neutre, et d'accord au contraire avec D. les latins, l'ancienne syriaque sur des
harmonisations. La liste assurément est impressionnante. Mais est-il certain, comme
le pense dom Chapman,
que Marcion n'a pas lui-même fait quelques harmonisa-
tions ;3)? Il rejetait les évangiles autres que celui de Luc; mais ne pouvait-il pas,
agissant avec Luc très librement, le rendre plus acceptable en y insérant des
formules mieux venues, tirées des autres? Et ne faut-il pas faire la part des habi-
tudes de sa mémoire? Par exemple la formule indirecte de Le. 9, 20 tov Xpiarov
Toj 6=oj, s: o Xpicrro; de Me.
pouvait lui paraître moins nette que tj et de Mt.,

sans compter que l'addition toj Ôsoj avait ses difficultés dans sa théologie.
Devons-nous donc croire que cette leçon a été choisie avant lui dans le simple but
de conformer Le. aux autres évangélistes? Mais en le privant de toj 0£ou, ou
l'éloignant de Mt! et sur un point grave. La vraie harmonisation c'est celle de
D 28 e : T. y. u-.ov toj 6eoj. C'est simplement pour éviter la lourde tournure indirecte

que Sin Cur et sa (ce dernier sans omettre toj O^oj) ont écrit : " Tu es le Christ! »

A moins qu'on ne voie là l'influence d'Origène dii, 53.3 ss.), ce qui n'est pas pour
nous déplaire. Mais le grand critique lui-même témoigne moins d'une leçon de Le,
que de la position de Me. et de Le, d'une part, et de Mt. d'autre part,
Encore un exemple. Dom Chapman cite sur Le. 10, 6 Marcion /.x-a r.olti; /.%i
y.oj;jLa;, avec h c ff- l q cur pes sa arm, d'après Le. 13, 22 (cf. 8, 1 , tandis que le
texte neutre est /.aTa Ta; xuijLa; (D om). — On croirait voir les principaux tenants du
texte occidental marcher d'accord avec Marcion. Mais D, s'il omet Ta; /.wu.aç, le

remplace par -oXei;: b c l q disent /.aTa /m-xj.; xa-. -oXn:, et c'est aussi le cas de Cur
et de Sin, avec pes. dont Soden ne parle pas. Quant à sa, cité aussi par Soden pour
-oXt'.; zaï /.ojaa;, c'est le fait d'un seul ms. ; Horuer lit xaTa xwaaç. Il reste donc
avec Marcion tout juste ff- civitates et caslella et un cursif grec de Soden peut-

être avec l'arm.


Ce n'est qu'un cas, mais représentatif. Ce qui est commun à Marcion et au te.xte
dit occidental, c'est une certaine insouciance de l'exactitude à reproduire exactement

Dans Me. 15, 8. avaoor,(7a; est banal à souhait: a/aoa; a non seulement N B D lat. mais
I

encore bo, sa, go. M. Vogels donne ici la préférence à une leçon antiochienne facile contre
H S T. De même pour c-^ôox-.a ^Lc. 2, 14 pour Br.OîTÔa (Jo. 5, 2), pour raoaprjviûv dans Me. 5. I.
,

v-2) Rei'ue Bénédictine, juillet 191-2, p. -244 ss.


i' Je ne vois vraiment pas comment on pourrait le nier de l'insertion dans 8, -21 : « Qui est
ma mère et qui sont mes frères'/ »
142 REVUE BIBLIQUE.

les textes, chacun faisant le plus souvent de l'harmonisation à sa manière. Et celte


indiflérence pour la précision est aussi ce qui nous empêche de conclure à un seul

original. Car on ne pept faire cette réduction à l'original qu'avec des copistes

soigneux.
Cependant il y a lieu de croire quelquefois que l'accord de Marcion, de D et des
latins (af et it) indique bien un original occidental. Par exemple dans Le. 12, 39
Tov ic;/aTov /.oopavTrjv (1) au lieu de to EsyaTov àetztov, moins peut-être pour se rap-
procher de Mt. 5, 26. que pour remplacer une monnaie grecque par un« monnaie
romaine; de même 5, 24 xpaSaTov pour /.Xtvo8tov.
Mais Soden a eu raison de nous mettre en garde contre l'hypothèse d'un texte
harmonisant, par conséquent secondaire, qui se serait imposé à Marcion et à ïatien.
Lui, le grand tatianiste, estime que Marcion se rencontre très rarement avec
Tatien (2). — Et comment le disciple de Justin, exagérant même dans le sens de
l'encratisme, ne se serait-il pas délié d'un texte qu'il eût retrouvé dans Marcion? —
L'accord de D avec Marcion paraît à Soden trop fréquent pour être le résultat du
hasard. Mais 6 ne s'y associe qu'une fois (20. 36 , ce qui est peu favorable à l'hypo-
thèse d'un texte grec ancien qui serait la source commune. Enûn cet accord de
Marcion et de D se produit dans des cas où sûrement Marcion a retouché le texte
dans l'intérêt de sa doctrine (3. II faut donc conclure que D a été influencé par le
texte de Marcion, directement ou indirectement.

M. Roland Schùtz semble attacher une grande importance à sa petite plaquette


sur La Construction paraUélique des membres de phrases dniu le Nouveau Testament
et son emploi pour la critique du texte et l'exrr/èse (4). Il espère que ce torse,

détaché d'un ouvrage plus considérable, va donner une impulsion à la recherche


scientifique (p. 3). Pourtant il est difficile de dire en quoi consiste l'innovation.
Écrire les phrases grecques du N. T. par petites coupures, per cola, cela aide
sans doute beaucoup à en saisir le parallélisme, et, quel que soit le progrès du
parallélisme dans la N. T. il vient évidemment de
prose hellénistique, dans le

source. Le travail intéressant, amorcé par Norden, eût été de comparer l'usage
des Sémites et celui des hellénistes. M. Schiitz s'est contenté de quelques exemples
empruntés surtout à Marc. 11 eût pu citer l'ouvrage de M. Dav. H. Millier sur
le Sermon de Mt. 5-7 (5). Reconnaître le parallélisme est bien ; y réduire l'auteur
de gré ou de force est une mesure violente. Que le rythme vienne en aide à la
critique, rien de mieux. Mais ce ne doit pas être un lit de Procuste, puisque celte
prose se rapproche de la poésie sans en adopter les règles sévères. Il est juste

de dire qu'en M. Schiitz pratique cette critique avec modération et aussi bien
fait

pour défendre certains passages que pour en attaquer d'autres. Mais s'il admet par
exemple une fin de strophe difîérente dans Me. 9, 48 pour laisser une impression
plus forte, pourquoi ne pas admettre le même phénomène à la fin de Me. 2, 22?
Il est aussi bien exagéré de ne pas reconnaître le caractère sémitique de la para-
taxe dans le N. T. sous prétexte qu'elle caractérise la diatribe depuis Teles. Luc

(1) Qu'ont à voir ici les Syriens, cités par Soden?


(2) P. 1626.

(3) Par exemple quand il conserve eç' Yi|Aa; dans le Pater (11, 2), quoique non pas à la même
place.
(4) Der parallèle Bau der Satzglieder im Neueti Testament wid seine Verwertimg fur die

Textkritik und Exégèse, von Lie. th., Dr. ph. Roland Scmrz; Gdttingen, 19-20.
(5 Die Bergpredigt im Lichte der Strophenlheorie; \Vien, di»08.
BULLETIN. 143

avait si bien le sentiment de son caractère sémitique qu'il a adouci l'eftet qu'elle
produisait dans Marc.

Nous avons mentionné en son temps l'inscription si intéressante trouvée par


M. Ramsay au lieu où fut autrefois Antioclie de Pisidie [RB. 1913. p. 617). Il
concluait que cette inscription devait être très rapprochée de la fondation de la

colonie, et que le titre de (h/umiir donné à Quirinius une récompense des


était

services rendus à la ville par ce personnage comme vainqueur des Homonades.


Nous avons cru devoir contester la force de cette preuve. Dans le dernier fascicule
de ses Inscript. Lat. sel. (ni, clxii), en publiant de nouveau cette inscription.
M. Dessau note que Quirinius a pu être duumvir à Antioche au temps oiî il accom-
pagnait Caïus César en Orient (1). Par ailleurs Dessau reconnaît que Servilius
a été aussi duumvir à Antioche, ce que nous avions eu tort de contester à M. Ramsav.

La nouvelle inscription n'apporte donc pas un élément décisif sur la date où


Quirinius fut pour la première fois légat de Syrie. A tout prendre, comme nous
le constations déjà, la date de 10 à 8 av. J.-C. est très plausible et même plus
probable que celle de 3-2, car le proconsulat de Quirinius en Asie doit se placer
entre les deux légations. On peut faire descendre cette première légation jusqu'à
l'an 8, car il n'est pas du tout certain que Sentius Saturninus ait été légat dès
l'an 9 comme le prétendait Schùrer. Un recensement commencé par Quirinius et
continué par Saturninus a pu porter le nom du premier dans Luc et du second
dans Tertullien {adi\ Marc, iv, 19). Mais alors il faut que Jésus
né en l'an 8, soit
et quand ce serait à la fin de l'année, il aurait eu plus de 35 ans à son baptême.
De plus, si l'on accepte cette solution, il faut résolument nier que le recensement
de l'an 6-7 après J.-C. ait été fait par Quirinius, comme Josèphe le prétend. Car
Luc ne peut Ce premier recensement eut lieu sous Quirinius, si la
avoir écrit :

même personne en avait fait un autre. La situation est donc très nette on doit :

ou sacrifier Luc à Josèphe, ce qui n'est pas critique, quand l'autorité de l'historien
juif se montre de plus en pkis suspecte; ou récuser Josèphe sur le nom de Quiri-
nius-, ou traduire : ce recensement fut antérieur à eelui de Qairinius (Le. 2, 2).

M. Fr. Roslaniec s'est attaqué à la difficile question du Fils de l'homme, et il y a


déjà dans le titre de son ouvrage : Sensus genxinus et plenus locutionis « Filius
hominis » 2) comme l'indication d'un dessein de pousser les choses très loin.
La tirèse principale est solidement étabh'e. Que ce titre soit messianique, et qu'il
se rattache à la vision de Daniel, on ne le contestera pas ici. Mais c'est une exa-
gération de dire que dans Daniel 7, 13-14 Messias exhibetur quidem ut simplex
et fragilis homo, qui tamen a Beo gloria et hono/'e supremo, iino divitw, coro-
iKitur... ila lit rems etiam Deus esse affirmetur (p. 162 .

C'est encore une exagération d'affirmer qu'il faut être entraîné par des préjugés
dogmatiques — (ou plutôt antidogmatiques) — et ne voir que la surface, pour nier
que le Fils de l'homme de Daniel primo
et per se n'est pas le Messie personnel

(p. 108), attendu arguments de M. Roslaniec, qui ne sont pas nouveaux,


que les

prouvent seulement, comme l'a dit le P. Buzy, que « le symbole qui désignait le
royaume des saints pouvait s'appliquer en même temps à son roi (3) ».

{V Vers l'an 1 av- J.-C.


(•2 In-S" de 206 pp. Rome, l'JJO.
(3, RB. 1918, p. 42-2.
144 REVUE BIBLIQUE.

C'est une exagération de l'ordre historique de prétendre que le livre des Para-
boles d'Hénoch représente la doctrine messianique qui était commune dans les

écoles rabbiniques vers 160-75 avant J.-C. (1). Et cela pour plusieurs raisons. On
peut bien concéder que les écoles juives du ii'= siècle avant J.-C. n'avaient pas les
conceptions étroites du rabbinisme au W siècle après. Mais ce n'est pas un motif
pour transporter tout le judaïsme au pôle apocalyptique. Deuxièmement, personne
ne peut prouver que le livre des Paraboles soit aussi ancien. Et s'il ne date que du

r"^ siècle les Psaumes de Salomon offrent un autre tableau différent et


av. J.-C,
plus authentique du Messie. Car, troisièmement, il n'est pas du tout certain que les
passages relatifs au Fils de l'homme dans les paraboles n'ont pas été interpolés
après le christianisme. M. Roslaniec a très bien vu que le IV" livre d'Esdras rend
un tout autre son (2)...
La locution har-enach se trouve au ii« siècle ap. J.-C. au sens d' « homme ».

Comment supposer qu'elle a pris ce sens suh influxu linguarum Orientis sepfen-
trionolis (p. 51)? Quelle est cette énigme? Ce qui est vraisemblable, c'est que ce
fut toujours son sens quand pas employée avec un accent particulier,
elle n'était

comme c'est le cas dans Daniel. Le silence des documents araméens ne prouve pas
le contraire.
Et n'est-ce pas encore une exagération de qualifier les Sadducéens omnino
increduli et materialistae (p. 168)?
Enfin il ne nous paraît pas établi qu'en prenant le titre de Fils de l'homme le

Christ non solum dignitatem suam messianicam in génère déclarât, sed etiam veram
divinitatem suam clare manifestât (p. 157). Et certes nous ne songeons pas à cultiver
l'esprit de couardise devant des adversaires souvent aussi disposés à s'asservir à la

mode qu'à s'affranchir de la tradition, mais ce n'est pas l'intérêt de la vérité, ni de


l'Eglise, ni des âmes, de forcer la valeur de nos arguments.
Heureux défauts! qui sont ceux de la jeunesse. Nous avons cru devoir les
signaler à cause des brillantes qualités qui font espérer que l'auteur aura un rôle
utile pour la restauration des études dans la Pologne catholique délivrée.

Le grand ouvrage de J. Weiss sur le christia7iisme primitif (3) demeurera donc,


sort assez rare, une seconde partie privée de sa base, qui devait être l'étude du
milieu et la manifestation de Jésus. Emporté par la mort dans la pleine maturité
de son talent, l'auteur avait même laissé cette seconde partie inachevée. Elle a été
complétée, autant que possible d'après ses manuscrits, par les soins de M. Rudolf
Knopf pour les soixante-dix dernières pages (4).
On entrevoit çà et là, surtout dans les notes, que M. J. Weiss, qui fut à ses
débuts un novateur, eût été obligé de se défendre contre l'école de la science des
religions. Ces derniers critiques font naître le christianisme chez les Gentils avec
le culte du Christ comme Seigneur. J. Weiss leur demandait comment l'idée
avait pu venir aux Gentils d'adorer un homme qui venait de mourir, si la pre-

(1) p. 162. Le livre la page 114 de 105-78 av. J.-C.


des Paraboles est daté à
(21 II est dit p. 122, Lagrange n'admet que la préexistence idéale du Messie
en note, que le P.
d'après la théologie des .Fuifs. Si M. Roslaniec veut bien relire les passages cités, Le Messia-
nisme..., p. m, 218, il y verra seulement des distinctions entre les formules qui ne doivent pas
être prises toutes comme impliquant la préexistence réelle.
(3) RB., 276 ss.
191!», p.

(4) Dr. Johannes Weiss, weiland Professor der Théologie in Heidel-


Das Lh-christentum, von
berg, 2. Schiuss. Nacli dem Tode des Verfassers herausgegeben und a m Sclilusse ergânzt
Teil :

von D. RudoU, Knopf Professor der Théologie in Bonn, gr. in-8", p. 417-681; Gottingen, 1917.
BULLETIN. 145

mière communaulé des disciples ne lui avait déjà rendu un culte religieux. Et
en effet cela ne s'entend guère. Mais si ce culte religieux était humain, comme
l'entendait "VVeiss, la difficulté est aussi grande, quoique déplacée. Comment les

disciples juifs de Jésus auraient-ils consenti à suivre les Gentils leurs prosélytes
dans l'adoration de celui qui n'eût été pour eus qu'un Prophète?
Tel qu'il est, le livre de M. Jean Weiss est représentatif d'une école. C'est une
nouvelle étude de l'âge apostolique qui remplacera louvrage autrefois si célèbre
de Weizsàcker, surtout en ce qui regarde ^saint Paul qui a pris plus que la part
du lion.

De M. A. Causse, professeur à la Faculté de théologie protestante de l'LTniversité


de Strasbourg, un Essai sur le conjUt du christianisme primitif et de ta civili-

sation (I), avec l'exergue a Elle est tombée la Grande Babylone! » Et en effet

on dirait bien, à lire ce théologien protestant, que la chute de Rome fut le vœu
du christianisme pendant trois siècles. Mais l'ancien protestantisme aussi appela
de ses vœux la chute de la Grande Bjbylone. par où il entendait le pouvoir papal.
Les premiers chrétiens répétaient les paroles de l'Apocalypse en l'entendant de la
Rome païenne, capitale de l'idolâtrie.
Au début, la question paraît bien posée. Le christianisme a-t-il sucé la société
antique comme un vampire, ainsi que l'ont prétendu Renan et Nietzsche? M. Causse
estime cette accusation excessive. Le monde antique avait vieilli avant la propa-
gande chrétienne. Mais « le christianisme n'a rien fait pour retarder le dénouement
fatal » p. 2;. Quels étaient donc les maux du monde antique : « Dépopulation,
affaiblissement de l'esprit militaire et du zèle civique, corruption des mœurs »

(p. 2). Alors le christianisme n'a rien fait pour remédier à ces maux? Si M. Causse
n'était pas convaincu de la supériorité de la religion et de la morale chrétiennes,
il ne serait pas chrétien. Mais il lui paraît établi que les progrès de la moralité,
qu'il reconnaît sans doute, ne compensaient pas pour la stabilité du monde ancien
la haine des chrétiens pour la civilisation. C'est donc alors que la civilisatiou ne
peut être conçue autrement que comme la grande organisation païenne du monde
antique? Il semble d'ailleurs que l'auteur n'en ait pas une grande idée, quand
il dit de Jésus : « Il a condamné le travail égoïste et mercenaire, et la lutte pour
la richesse, ces deux conditions essentielles du progrès économique » ^p. Mani-
G .

festement la loi de charité était hostile à cette économie, mais serait-elle un


progrès?
Il faut bien dire que la thèse de Renan — thèse si commune — a une apparence
de vraisemblance par cet argument si simple : La société antique était un édifice
fondé sur le paganisme, auquel ou appartenait corps et âme. Le christianisme a pris

pour lui les âmes, il a ruiné la croyance païenne. L'édifice devait s'effondrer.
Et en effet il s'est effondré, et par du christianisme. Mais cet édifice était-il
l'effet

la civilisation? était-ce même l'empire romain? Le miracle du christianisme a été


que par lui la civilisation était devenue meilleure moins de corruption dans les
:

mœurs, plus de douceur dans les rapports sociaux, adoucissement aussi de l'escla-
vage en attendant son extinction, soin des pauvres et des faibles. Mais l'empire?
Le miracle aussi a consisté en ceci que l'autorité impériale absolument ruinée à la
fin du iir siècle, imparfaitement restaurée par Dioclétien, retrouvait une force
nouvelle dans le principe d'autorité et dans une légitimité naissante.

(1, In-S" de 7G pp. Paris, Leroux, i'J-20.

REVLE BIBLIûLE 1921. — T. XXX. lÔ


146 REVUE BIBLIQUE.

Et ce principe s'exerça depuis les origines. Tout le problème pour un chrétien


était celui-ci : Peut-on rendre à Dieu tous ses devoirs sans cesser de rendre à César
ce qui lui est dû? La réponse de Jésus avait été alfirmative. Et M. Causse dit très
Lien : a Paul leur répond avec une grande sagesse et maintient l'idéal évaugélique
en dehors et au-dessus de toute politique révolutionnaire » (p. 30). Et comme il

l'a très bien compris aussi : « Les ne sont pas des conventicules de contem-
églises

platifs. L'ascétisme chrétien est une conception héroïque de la vie-, il consiste dans
la joyeuse indépendance de l'âme, dans un désintéressement superbe vis-à-vis des
choses visibles qui ne sont que pour un temps » (p. 25), indépendance qui ne fait

qu'alléger la dépendance vis-à-vis du devoir. Pourquoi donc alors le conflit était-il

inévitable entre « l'idéal évangélique et les réalités politiques et sociales » (p. 26)?
Il n'v avait d'inévitable que le conflit entre la doctrine païenne et les cultes
païens.
L'auteur, fort au courant de la littérature, même des manifestations de la vie

par les inscriptions et les papyrus, n'a point été embarrassé pour trouver dans
certains écrits chrétiens des anathèmes un peu vifs contre un pouvoir persécuteur.
Mais rien cependant qui ressemble à la révolte dont le protestantisme naissant
donna souvent l'exemple. Encore parmi ces témoignages faut-il choisir. Tatien, et
non Justin serait d'après M. Causse le représentant du plus grand nombre. Et il

se peut bien que la « large sympathie » et le « naïf enthousiasme » de Justin


n'aient point été très communs, unis à cette élévation généreuse. Mais enfln ïatien
a été obligé de quitter Rome comme hérétique, et TertuUien, l'intransigeant, est
devenu l'ennemi passionné de l'Église romaine. C'est cette Eglise, ce sont les
pasteurs des églises, qui ont donné le ton au monde chrétien, beaucoup plus que
telle tirade, dailleurs obscure, de l'Apocalypse. C'est à leur action, réfléchie,
voulue, concordante, que l'on dut ce phénomène inouï de la soumission passive
des chrétiens aux plus cruelles persécutions. Nous sommes obligés de répéter toujours
la même chose on ne saurait comprendre le christianisme primitif, si on ne le
:

lient pas pour une société. Les écrivains manifestent, il est vrai, les tendances
de cette société, mais ceux qui ont été notés d'hérésie ne sont pas ses meilleurs
organes. Il est lise dans le texte de M. Causse
vraiment étrange qu'on « Dès lors :

l'État non comme une institution divine, mais comme une invention
apparaît
démoniaque. L'État est une œuvre de Satan- » (p. 38). L'appel de note Satan-
n'est accompagné d'aucune note. Mais la note 1 rappelle ces admirables réponses :

« Je ne connais pas le <j''nie de l'empereur de ce siècle... Nous honorons le César

en tant que César; mais à Dieu nous oflVous l'honneur et la prière. » Distinctions
d'imc merveilleuse précision, que les fidèles tenaient de renseignement des pasteurs.
Il eût fallu aussi montrer, à côté du christianisme, d'autres influences qui ne
minaient pas moins l'ancien ordre social, mais sans reprendre en sous-œuvre la

construction d'un ordre nouveau.


M. Causse nous dit qu' a il y avait dans l'opposition chrétienne quelque chose
de plus que dans l'opposition juive » (p. 36). Et c'est un fait que les Juifs ont
trouvé le secret d'éviter les persécutions — et aussi le service militaire, que les

chrétiens rendaient exactement. Mais, comme race qui savait se perpétuer dis-
beaucoup plus que les chrétiens, un ferment de désagré-
tincte,' n'étaient-ils pas,

gation? Le bon Marc-Aurèle ne faisait pas moins fidèlement son métier de Romain

et d'empereur pour se croire citoyen du monde ? Quant aux adeptes de Mithra,


dieu étranger, ils se recrutaient surtout, semble-t-il, parmi les soldats. Il n'y avait
donc point identité entre la patrie romaine et telle ou telle idée religieuse. L'erreur

i
BULLETIN. 147

des persécuteurs, empereurs et écrivains, fut précisétneut de compromettre l'em-


pire dans une lutte en faveur de divinités auxquelles ils ne croyaient plus.
Au lieu de mettre en lumière cette erreur, M. Causse écrit : « Le vieux monde
devait se défendre. Quelque paciOque que put être l'attitude des chrétiens, un État
qui voulait vivre ne pouvait s'accommoder de leur indifférence anarchique, de leur
internationalisme idéaliste et de leur irréductible opposition à la religion officielle.
Les persécutions étaient nécessaires » p. 72 .Les inquisiteurs du moins croyaient.
Que ne dira pas M. Causse en leur faveur? Il nous doit l'Apologie de l'Inquisition.
.Vous ne prétendons pas que M. Causse ait pris le parti des persécuteurs, mais
il y a là tout le moins du déteruùnisme historique, et, qui plus est, une argumen-
tation fondée sur un texte de Celse qui sera forcément mal compris. « La société
païenne avec l'Etat, la religion, la science et l'art, étciit un ensemble dont toutes

les institutions étaient solidaires. Celse ledémontre avec beaucoup de logique »


p. 72'. Suit un passage de Celse qui se termine par ces mots « Mais s'ils veulent :

prendre femme, avoir des enfants, manger des fruits de la terre, prendre leur part
des choses de la vie, des biens et des maux qui y sont attachés, il faut qu'ils
rendent à ceux qui sont chargés de tout administrer les honneurs qui convien-
nent (1). »

Comment entendre cette logique de Celse ? Si vous voulez jouir des avantages
de la vie sociale, rendez des honneurs à ceux qui vous en assurent le proût,
c'est-à-dire, comme comprendra tout lecteur moderne, aux fonctionnaires impériaux.
Voilà donc les chrétiens accusés de manquer à leurs devoirs de l'ordre social.
Entendre ainsi le texte serait un contresens. Car les administrateurs des biens
de la terre, d'après Celse, n'étaient autres que les démons ou les dieux. Si
^I. Causse a bien compris le texte de Celse. ainsi que nous devons le supposer, il

a du moins fait naître une équivoque inévitable pour la ciodide lecteur. Et alors
il n'y a plus dargument, il n'y a plus de solidarité entre l'État et la religion sinon
parce que l'État s'obstinait à imposer un culte idolàtrique. Quand Celse a reproché
en réalité aux chrétiens leur indifférence envers la patrie, Origène a très bien su
répondre que les chrétiens se faisaient soldats pour la défendre, et qu'ils lui

étaient plus utiles que les autres ,2).

Ainsi d'une part conservatisme étroit, attachement à un culte auquel on rie croit
plus, incapacité de discerner entre la notion de l'Etat et celle de la religion,
mesures violentes pour opprimer la liberté de conscience, refus de rendre hom-
mage au Dieu unique d'autant plus obstiné que la notion en devient plus claire
pour tout le monde. D'autre part distinction sûre et précise des pouvoirs, senti-

ment profond de ce qui est dû à Dieu, revendication de la plus noble des libertés. Il
eût fallu dire plus clairement qui voyait juste. Le triomphe du christianisme dans
l'empire ne fut pas seulement « une grande victoire de l'idéalisme «, que célèbre
enfln l'auteur « avec respect et piété », mais un progrès pour la civilisation.
Il y a de tout dans ce petit livre : aussi ne sera-t-on pas étonné de son adhésion
à l'influence des mystères sur le christianisme, mitigée en ces termes : « Encore
que les chrétiens se soient exprimés dans la langue des adorateurs des mystères,
et qu'ils en aient adopté quelques-unes des conceptions fondamentales sur le dieu
mort et ressuscité, sur la renaissance de l'âme et l'immortalité (3). »

l) Orig. Coyitm Cels. VIII, "i:i mais non 93.


•2) Contra Cels. VII. 74.
(3) P. 47, note 1.
148 REVUE BIBLIQUE.

La Revue doit s'astreindre à son emploi spécial. Elle envie ceux auxquels il est
donné de faire goûter les paroles de Jésus, dans une exposition limpide, pour ainsi
dire filtrée des controverses.
C'est M"" Reynès-Monlaur les présente comme des appels du
ainsi que
Christ beaucoup lu, mais seulement pour comprendre l'Evangile, et
(1). Elle a
c'est l'Évangile, médité dans la Galilée, sur les bords du lac, au Calvaire, qui par elle
pénètre dans les âmes de bonne volonté. Oa croira volontiers le Cardinal de
Cabrières qui retrouve dans ces pages « une tradition de vingt siècles » pour en ;

goûter le charme exquis, il suffira de les lire.

Ancien Testament. — L'Historia sacra Veteris Testamenti de M^^ZschoRke (2)


continue à jouir d'une grande faveur qu'elle mérite assurément par la clarté de sa
disposition et l'abondance de renseignements très précis et très précieux. Une
septième édition est devenue nécessaire pendant la guerre, et a été dirigée par
M. J. Doller. Autant qu'on peut en juger par une examen rapide, celte revision
n'est pas une refonte, surtout des idées, mais une mise au point des ouvrages à
consulter. Il en résulte un certain progrès, car, grâce à Dieu, les études d'exégèse
catholique sont en progrès, et, par le fait même d'éliminer certaines références et
d'en ajouter d'autres, le reviseur oriente, quoique presque insensiblement, l'ouvrage
de M?^"" Zschokke vers des conceptions moins étroites. Le traité de l'inspiration —
qui n'appartient pas spécialement à l'Ancien Testament, — est expédié en quelques
pages. L'inspiration verbale est rejetée à cause des solécismes, anacoluthes qu'on
rencontre dans l'Ecriture : l^am Deiis régulas grammaticae ignorasse dicendns esset,

si reapse et verha inspirasset (p. 472).


l/inspiratiou verbale ne peut donc être conçue par l'auteur que comme une
dictée mécanique des mots! Mais alors comment entend-il l'inspiration des pensées?
Si l'Écriture est obscure, cela tient-il uniquement au choix des mots? Faudra-t-il
conclure que Dieu ne pouvait pas inspirer des pensées plus claires, plus élevées
que certaines sentences des Proverbes, une rhétorique plus sobre que celle du second
livre desMaccb.abées? Cette idée que Dieu ne saurait inspirer un livre entièrement,
pensées et paroles, sans s'astreindre aux règles de la grammaire, fera sans doute
sourire les théologiens. Il est de toute évidence que l'Écriture, étant l'œuvre des
hommes en même temps que celle de Dieu, contient dans les pensées elles-mêmes
des traces de leur infirmité qu'il serait injuste d'attribuer à Dieu. En somme l'auteur
explique l'inspiration des livres historiques comme une cooperatio ad conceptus
fonnandos. Cette coopération serait compatible avec les solécismes, comme elle est
coiiipatible avec les imperfections notoires de l'Écriture, sauf, bien entendu, la vérité

de ce qu'elle enseigne.
Ne quittons pas cependant cette belle histoire sans reconnaître les services éminents
qu'elle a rendus et qu'elle rendra encore. C'est une mine admirable, un recueil
des livres et des opinions, un véritable dictionnaire en abrégé. 1/impression est
d'une netteté merveilleuse, et le papier irréprochable. Le nouvel éditeur, M. Brau-
mûUer a pour devise : per noctem ad lucem. L'ouvrage est déjà dans une bonne
lumière, en attendant une lumière meilleure encore à la huitième édition.

(1) Les appels du Christ. — Préface de S. E. le Cardinal de Cabrières, cvêque de Montpel-


lier, in-16 de iv-2l7 pp. Paris, 19-20.
(-2) 8" de XVI-38G pp. Vienne et Leipzig, 1920.
BULLETIN. 140

M. Hjrold M. Wieuer est toujours un défenseur résolu de l'authenticité du


Pentateuque. Revenant une fois de plus sur les arguments proposés par Driver
pour refuser à Moïse les discours du Deutéronorae, il n'y voit pas l'ombre d'une
preuve 1). Mais cette défense, si intrausigeante qu'elle paraisse, n'est pas toujours,
il faut le dire, pour satisfaire ni des conservateurs plus absolus, ni des progressistes
qui attachent plus de prix à la tradition des idées religieuses qu'à la transmission
intégrale de textes très anciens. Voici maintenant comment M. Wiener conroit
les origines du monothéisme (2;.

Les patriarches, c'est-à-dire Abraham, Isaac et Jacob étaient en relation avec


un Dieu du ciel. Son nom ne leur fut p;is révélé et était probablement inconnu.
« 11 n'y a pas de raison de supposer (d'Abraham) ou qu'il ait cru que ce Dieu était

la seule divinité, ou qu'il se soit abstenu de rendre un culte à d'autres dieux...


Nous devons regarder les patriarches comme placés sur le niveau commun des
Sémites, croyant à la pluralité des baais » (p. y avait une différence,
27), etc. Il

c'est que les patriarches avaient fait alliance avec leur dieu. En Egypte les Israélites
furent polythéistes et idolâtres.
Le nom de lahvé fut révélé à Moïse comme étant le nom jusqu'alors inconnu
du dieu spécial des Pères. Comment le monothéisme en est-il sorti? C'est parce
qu'environ cent cinquante ans auparavant Aménophis IV avait essayé d'imposer
le culte unique du disque solaire Aten. Ce culte avait un caractère panthéistique (3),

et il avait échoué. Mais Amon, vainqueur d'Aten, avait absorbé ses attributs de
dieu unique, et lorsque lahvé se montra le vainqueur du dieu Egyptien, il se révéla
comme le seul vrai Dieu. Manifestement M. Wiener a voulu faire une part aussi
large que possible aux causes naturelles dans l'origine
du monothéisme, sans recourir
au Dieu moral de Wellhausen, en remontant beaucoup plus haut que l'école
critique de ce savant.
D'autre part, il parle de révélation faite à Moïse, et si par là il entend une
communication surnaturelle de Dieu, elle était beaucoup plus propre à l'éclairer
que le ricochet des attributs divins du disque unique se terminant à lahvé. Les
Égyptiens n'ont sûrement pas cenfessé la victoire de lahvé, et la victoire d'Amon
sur Aten n'a pas avancé la cause du monothéisme parmi eux. D'autre part, si la
Bible enseigne la révélation de Dieu à Moïse, elle connaît aussi les manifestations
de Dieu à Abraham, Isaac et Jacob. Et ces manifestations avaient pour but
d'exclure le culte de tout autre être divin. Du simple point de vue de l'histoire
des religions, le dieu principal honoré par le culte ne saurait être un dieu innomé
— à moins que ce ne soit Dieu tout court.
Mais on se demandera pourquoi M. Wiener se livre à une manipulation si
sévère des textes relatifs aux noms divins, au point d'altérer si profondément leur
physionomie? C'est que cela est nécessaire, selon lui, pour éviter l'hypothèse des
sources, qui s'appuie en partie sur le changement des noms divins.
Si Wellhausen est le rocher de Scylla, M. Wiener pourrait bien être le perûde
remous de Charybde. Et l'on attend toujours le pilote qui conduira l'exégèse
catholique entre ces deux dangers —
à moins qu'on ne préfère rester chez soi.

Le roman biblique devrait être interdit — à moins qu'il ne soit traité par un

(i; The Main problem of Deuteronomy. S" de 37 pp. Oberlin, Ghio, U. S A., 1330.
(2) The Religion of Moses, S" de 36 pp., 1919.
(3) On dirait plutôt solaire.
150 REVUE BIBLIQUE.

exégète qui connaisse aussi bien le pays que la littérature. C'est le cas du R. P.
Zapletal, et comme il a parcouru la Palestine dans tous les sens, y compris la

Transjordane, et qu'il va publier un commentaire scientifique du livre des Juges,


il a qualité pour raconter au grand public l'histoire de la fille de Jephté (1),

c'est-à-dire pour mettre en relief la figure du rude capitaine de Galaad. Cou-


tumes bibliques et coutumes des Bédouins, chants d'Israël et même poésie
d'Égvpte. donnent aux scènes un coloris authentique, parfois peut-être avec des sen-
timents trop délicats pour ce temps et pour ces lieux. Mais quelque Wehmut
convenait bien à cette tragédie. Le scandale d'un sacrifice humain dans Israël est
habilement atténué. Jepthé n'avait pas vécu dans la pure tradition du culte de
lahvé. Il ouvre les yeux à Siloh sur le zèle barbare qui l'a entraîné à conduire
sa fille à l'autel où un prêtre l'a immolée... Mais que fait là ce prêtre? >»e semble-
t-il pas d'après laBible que Jephté a lui-même exécuté son vœu? Il fallait sans
doute épargner la sensibilité des lectrices : Jephté ne devait pas être plus cruel
qu'Agamemnon. Livre, très agréable, où le lecteur peut être certain de l'exacti-
tude du milieu oriental, et qui dépasse l'histoire sans sortir des réalités.

Le soin que met le R. P. Zapletal à s'enquérir de tout ce qui touche aux realia
bibliques se retrouve dans sa brochure sur le vin dans la Bible (2). La Palestine,
pavs de vin, la disposition des vignobles, la vendange, la préparation, l'usage et
l'abus du vin, même l'usage du vin dans le repas pascal, tout cela est passé en
revue et expliqué par les textes. La philologie est. comme toujours, diligente et
précise. Ou regrette qu'il n'ait pas été fait allusion à ces étiquettes d'amphores
des meilleurs crus retrouvées à Samarie par M. Reisner. Les prohibitionnistes se
réjouiront de voir disparaître de Zicharie 9, 17 le texte : « le froment [fait

croître] les jeunes gens et le moût fait croître les vierges », où, paraît-il, il faut
lire : « Froment et moût y coulent », c'est-à-dire dans le pays de lahvé. Une
justification de ce changement du texte, respecté par M. von Hoonacker, n'eût pas
été de trop (3).

Les novices ne doivent pas s'occuper d'études. Mais ils voudraient com-
prendre le sens des psaumes de l'office de la. Vierije {4' qu'ils récitent chaque jour.
Et voilà pourquoi le^R. P. Hugueny 0. P. leur a commenté le texte sacré en
tenant grand compte du sens de l'hébreu; voilà comment le nom de M. Duhm
figure à côté des effusions de la piété. A vrai dire les applications spirhuelles sont
de telle nature que peu importe le point de départ précis; c'est moins de l'exégèse
qu'une transposition du sens ancien eu faveur des âmes ferventes de notre temps.
NéanMoins c'est quelque chose que de comprendre mieux le sens littéral. On ne
voit pas sur quoi s'appuie cette décision « Il est de foi que notre texte latin
:

actuel représente fidèlement, dans sa substance, le texte primitif des psaumes »

(p. 6 . Ce n'est sûrement pas sur le décret disciplinaire de Trente qui déclare la

(1) Jephlas Tocher. Kulturbilder aus der Frùhzcit des jùdischen Volkes, von Yincenz
Zapletal, 0. P. in-16 de viii-372 pp. Paderborn, Scliôningh. sans date. Cartonné aux armes du
bouclier de David.
\2) Der Wcin in der Bibel. KulturgeschichUiche luid exegetische Studie, von Dr. Yincenz
Zapletal 0. Pr. Professor an der Lniversitat Freiburg in der Schweiz {Biblische Sludien, xx, 1),
8» de 79 pp.
(3. RB. l'jll, p. -2(3.

(4) Psaumes et Cantiques du Petit Office de la sainte Vie>-gc. Traduction — Commentaire —


Méditation, in-ir. de ix-'i42 pp. Tournay, 1016.
BULLETIN. 151

Vulgate authentique. Une conclusion dogmatique de Franzelin ne peut être iden-


tifiée avec une définition de foi. La notion de substance peut être une bonne
explication du fait dogmatique supposé par le décret, rien de plus.

M. Micha Josef bin Gorion continue à publier en allemand Les légendes des
Juifs '1}. Le volume qui vient de paraître a pour thème les douze tribus. L'indi-

cation des sources est rejelée eu appendice. Citons comme échantillon la manière
de préparer les téraphira. « Ou coupait la tète à un homme qui devait être un
premier-né, et on arrachait les cheveux. La tète était saupoudrée de sel et ointe
d'huile. Après cela on prenait une tablette de cuivre ou d'or, on écrivait dessus
le nom d'un faux dieu, et on la glissait sous la langue de la tète coupée. La tête

était ensuite dressée dans une chambre, on allumait des cierges et on se proster-
nait devant elle. » Tout cela est fort intéressant, et il faut remercier les savants
juifs qtii mettent ces choses à la portée du grand public, dans l'intérêt du folklore.

Religions. — Les origines magiques de la royauté, c'est encore le Rameau d'Or.


M. Frazer se meut plus aisément que personne dans le dédale du folklore reli-
gieux. Très au courant des littératures classiques, il se fait un jeu de commenter
les religions antiques par les superstitions des primitifs. Rien n'échappe à sa
curiosité, dans le temps, ni dans l'espace. Et cependant il revient toujours au beau
lac de Némi — « qu'aucun souffle ne ride », — comme si toutes ses études, prodi-
gieusement variées, n'avaient d'autre but que de résoudre l'énigme de ce prêtre-roi
qu'on avait le droit d'attaquer et de mettre à mort, pour prendre sa place, si

une fois on avait cueilU le fatal rameau. Ce sont maintenant douze volumes qui
forment la collection du Golden Bough. Assurément il faut les lire si l'on veut
apprécier les richesses de cette galerie. Mais on aura une vue d'ensemble dans :

The magical origin of kings, que M. Paul Hyacinthe Loyson vient de traduire en
français (2).
L'auteur nous introduit donc d'abord dans le bois sacré d'Aricie. et c'est là qu'il

nous laisse. Le prêtre roi. c'est Virbius, le favori de Diane, ou >'uma. conseillé
par Egérie il incarnait le dieu du chêne,
; et devait donc s'accoupler à la déesse

du chêne. D'où de longs développenienis sur les mariages sacrés, spécialement sur
le mariage des plantes. Et rarement en effet les religions anciennes se pratiquaient-

elles sans quelque allusion à une union sacrée. Mais si un culte faisait exception,

n'était-ce pas celui d'Artémis et d'Hippolyte, que les Grecs ont cru reconnaître
dans Diane et Virbius? Les grossières superstitions des sauvages sont peut-être
moins loin des croyances du Latium que la virginale poésie d'Euripide. Mais il
doit y avoir eu au rapprochement d'Hippolyte avec Virbius une raison qu'on ne
trouve pas dans le dernier ouvrage de M. Frazer. Aussi bien, quand il s'agit des
amours des plantes... d'autant que ce n'est pas la thèse principale. Celte thèse,
nos lecteurs la connaissent déjà. Avant la religion était la magie, et quand la
religion fut née. la magie prit un autre cours et devint la science. Semblable
évolution dans l'ordre politique. Les magiciens étaient eu même temps les chefs
des tribus primitives, comme ils sont encore les principaux personnages des tribus

1) Die Sagen der Juden. Die Zwôlf Stàmme. Jûdische Sageti und ilylhen. 8" de sji 308
pp.; Francfort-sur le-M., 1919.
(-2) 10-4" de -iof} pp. Paris, Geulliaer, 19-20.
132 REVUE BIBLIQUE.

australiennes. Ils sont devenus des rois-prêtres; puis la fonction se dédoubla, et


les chefs qui voulurent exercer le pouvoir politique et militaire plus librement s'en
remirent aux prêtres, .plus ou moins décorés encore du titre royal, du soin de
perpétuer les sacrées mômeries.
Qu'il V ait beaucoup de vérité dans la seconde partie de la thèse, on ne le

conteste pas, et Ton admire avec quelle sagacité M. Frazer a réuni pour la prouver
des exemples topiques. La réunion primitive du pouvoir sacré et du pouvoir poli-
tique dans les mêmes mains ne fait pas de doute. Il est plus malaisé de discerner

les rapports de la magie avec la religion et avec la science. C'est le droit, c'est le

devoir de l'auteur de discerner deux concepts, magie pure et religion pure.


les

La magie pure, c'est une conception purement naturelle du monde et des relations
de cause à effet, d'où les hommes ont déduit ces deux conséquences fausses, qu'on
peut produire certains effets en les imitant, et qu'on atteint une personne si l'on
dispose d'un objet qui a été à son usage. C'est ce que M. Frazer nomme la magie
homéopathique et la magie contagieuse. La religion, au contraire, dans son état
le plus rudimentaire, suppose l'intervention de forces inconnues, qu'il s'agit de
capter. Voilà pour l'analyse; mais ces concepts se retrouvent-ils à l'état pur dans
les cas concrets? une question de savoir si les deux systèmes, magie
Ce n'est pas

et religion combiner; M. Frazer en donne bien des exemples '1).


peuvent exister et se

Et pourtant, ce n'est pas une question pour lui, c'est une certitude, que la magie
pure a précédé la religion, dans un temps où il n'existait aucun soupçon de forces
inconnues qu'on nommera Inexactement) surnaturelles, pour employer le terme
reçu communément. —
Or c'est ce que le recenseur regarde comme non prouvé,
et même comme inconcevable. En effet l'on ne saurait concevoir (jne les hommes,
si pénétrés qu'ils soient de croyances magiques, mettent les jictious magiques
exactement sur le même pied que les aclFons naturelles, qu'un homme s'imagine

tuer son ennemi aussi silrement en perçant le cœur d'une image de cire qu'en lui
donnant un coup de couteau. Et la preuve qu'on ne le pensait pas, c'est que d'ordinaire
on a recouru à des magiciens. C'est donc qu'on leur attribuait une puissance
inconnue et inexplicable, qui ne peut leur appartenir simplement parce qu'ils
connaissent les recettes qui, d'après le principe de la magie, doivent être à la portée

de tous. Qu'on nomme tnana ou autrement ce pouvoir supérieur, s'il entre en scène,

c'estque dans certaines conditions seulement l'acte magique réussira, en d'autres


termes qu'il n'est pas efficace par lui-même. La porte est grandement ouverte, de
ce chef seulement, aux influences occultes.
M. Frazer qui connaît tant d'usages pourrait-il prouver par des exemples que
dans la société primitive « chacun est plus ou moins son propre magicien « (p. 93)?
Ou dû essayer, on essaye encore. Mais trop souvent la déception vient convaincre
a
les naïfs de leur témérité. « Ce fut un très grand progrès que l'institution d'une
classe spéciale de magiciens, le choix d'un certain nombre d'hommes. » etc. (p. 93).
Ne dirait-on pas que les magiciens ont été nommés à l'élection, après promulgation
d'une constitution politico-magique? M. Frazer ne le pense certainement pas, lui
qui a écrit « S'imaginer que le premier roi ait été simplement l'homme le plus fort
:

et le plus vaillantde sa tribu, c'est émettre une de ces théories commodes que le
philosophe en pantoufles fabrique les pieds sur les chenets, sans se donner la peine
de consulter les faits » (p. 83;. Et cependant il a écrit aussi « Il est raisonnable :

(1) p. 41. 43. G7; p. l!.t-2 : • Ici encore il faut faire remar«iuer la fusion de la religion et de
la mayie ».
BLLLETIX. 153

de supposer que, dans la société primitive, la beauté et la force physique jouaient


un grand Suivent des exemples où la royauté est donnée au plus
rôle » (p. 289) !

agile,en Grèce, ou au plus gras comme le plus beau pas eu Grèce! Le philosophe —
en pantoufles avait tort de dédaigner rélénient religieux, mais M. Frazer exagère
les mérites des magiciens et les bienfaits de la magie. C'est un brillant paradoxe,

mais un paradoxe quand même, que ce tableau du magicien intelligent qui veut
savoir pour n'être pas suspect d'imposture. Le principe de la recherche, a dit
Aristote avant Descartes, c'est le doute. Le magicien a confiance dans son pouvoir
magique, et s'il a perdu cette confiance, il se gardera bien d'ouvrir les yeux aux
autres. Ce n'est pas dans les milieux oîi règue la superstition que l'on s'éprend du
savoir. Et non seulement le magicien ne se résoudra pas à compruraettre son
propre empire; il sera l'ennemi acharné de ceux qui chercheraient aux mystères
du monde d'autres solutions que celles qui sont son gagne-pain et la raison d'être
de la corporation. Si la science est sortie de la magie, c'est par une réaction que
les magiciens ne se sont jamais souciés d'aider par leurs recherches. Cette phrase :

€ à la longue les plus fins d'entre eux percent l'imposture de la magie et imaginent
une méthode plus efficace d'utiliset les forces de la nature au profit des humains;
bref, ils abandonnent la sorcellerie pour la science » (p. 165, peut être vraie des
hommes en général; c'est une gageure de l'entendre comme M. Frazer des magi-
ciens spécialement.
Et il en est de même de la royauté. La distinction des pouvoirs est cliose moderne,
et, parmi les pouvoirs, les hommes
anciens ont sans doute donné le premier rang
aux pouvoirs surnaturels prétendus. Mais la valeur d'un chef, son intelligence, ont
pu passer aussi pour des pouvoirs surnaturels plus efficaces que les opérations
magiques. La royauté a pu se dégager de la corporation des magiciens non pas
comme le papillon sort de la chrysalide (1), mais en vertu de la formule : « ceci
tuera cela non sans de multiples compromis, comme la vertu des insignes de la
»,

royauté, que M. Frazer a bien mise en lumière.


Le lac de Némi, les monts Albains invitaient à scruter les origines de Rome.
C'est aux romanistes à dire si ^L Frazer n'a pas passé la mesure en expliquant
la suite des rois de Rome comme une application de la succession féminine, et

leurs morts violentes comme des cas de meurtre rituel du roi. 11 nous appartient
plutôt de protester contre la conversion de la fête de Diane le 13 août en fête
d'Assomption de la Vierge p. 16 Assurément nous ne prétendons pas établir que
.

le 15 août soit une date historique, conservée par la tradition. Mais que le choix

de ce jour en Orient — d'où


émanent les textes cités ait été déterminé par une —
fête on couronnait des chiens de chasse, on épargnait les
italienne en laquelle : «

fauves», etc. 'i., c'est encore un paradoxe 3. Pendant qu'il y était, M. Frazer
aurait pu citer ce passage du Cantique qui figure dans l'office de l'Assomption :

Yeni —
de cubilibus konum, de montibus pardorum. Voilà du moins quelque chose
qui rappelle la Diane chasseresse! Il faudra, longtemps encore, se tenir en garde
contre l'écueil de la science des religiojis : les rapprochements forcés et arbitraires.
La traduction de M. Paul Hyacinthe Loyson est fort agréable à lire, aussi coulante
que du français (4;.

(1) p. «31.
(2) p. 15.
f3i La fête prit sans doute naissance à Jérusalem; peut-être en Occident se célébrait-elle
le 18 janvier. Cf. dom Cabrol, dans le Dictionnaire d'arch. et de liturgie.
ii P. 233 « F,a Campaaie » ne saurait sans équivoque désigoer la campagne romaine.
134 REVUE BIBLIQUE.

Mais l'ouvrage le plus important de sir James George Frazer, du moins pour
les biblistes, est intitulé Folk-lore in ihe Old Testament (1). Il est considérable,
en trois volumes très denses, et comme toujours bourrés de faits. Depuis le

XVII® siècle surtout, on a commencé à rapprocher de la Bible d'autres récits ou


usages religieux. Ce fut pendant longtemps pour confirmer la Bible, comme
on disait, en recherchant dans les traditions de tous les peuples les rayons épars
de la tradition primitive conservés dans la Bible sous leur première forme. Tel
n'est pas assurément le but de M. Frazer. Mais il ne vise pas non plus à ramener
l'auguste au niveau des mythes des sauvages. Sa thèse est que l'humanité
livre

est partie d'un état social et religieux ressemblant plus ou moins à celui des sau-
vages, et qu'on doit en trouver la trace chez les Hébreux aussi, ces survivances
ne faisant que mieux ressortir la religion spirituelle et la pure moralité de l'Ancien
Testament. Et comme les Hébreux sont un peuple très jeune, qui a émergé d'un
milieu polythéiste, qui a été constamment tenté de retomber dans ses erreurs ou
de partager celles des peuples voisins, il est en eîî'et impossible qu'on ne trouve
dans la Bible des traces de ces coutumes et de ces croyances que les hommes

de l'esprit C'est une question de méthode et de mesure. Encore


combattaient.
faut-il tenircompte à M. Frazer de sa déclaration de principe sur l'incertitude
de ses résultats. C'est comme une rétractation dans le sens du scepticisme '2)
d'affirmations trop nettes, telle que Renan la prodiguait, mais qui paraît plus
sincère. Après cela la critique n'aurait plus rieu à dire, si l'auteur ne réservait
certaines affirmations qu'il croit appuyées sur l'évidence. de La difficulté serait

les reconnaître, etnous nous contenterons de quelques échantillons pris au hasard.


L'enquête porte sur les premiers âges du monde, le temps des patriarches, celui
des Juges et des Rois, enfin sur la Loi.
Après un court résumé des textes bibliques, appréciés quant à leur origine
selon des critères généraux plus ou moins conformes aux théories de Wellhausen,
M. Frazer passe en revue les légendes, mythes ou usages des non-civilisés, non
sans discuter à l'occasion des points du coutumier ancien d'Ecosse et d'Angleterre.
Comme toujours dans les œuvres de ce savant, on admire une connaissance aussi
étendue de l'antiquité grecque que de la vie des sauvages d'aujourd'hui. Il y aurait
seulement lieu de s'étendre beaucoup plus sur les documents cunéiformes. Car,
à prendre au sérieux la méthode comparative, que peut apprendre le mythe des
nègres de l'Afrique sur les origines tant qu'on n'a pas poussé aussi loin que possible
l'analyse des mythes Babyloniens?
Or on ne pensepas qu'un assyriologue attacherait beaucoup de prix à l'explication
que donne M. Frazer de la chute de l'homme. Selon lai, des peuples ont épingle
leur foi en l'immortalité sur le changement de peau des serpents, lézards, scarabées.
Dans leur pensée ces animaux ont obtenu ce que nous avions refusé. Mais vraiment
il y a loin du commandement de Dieu dans la Genèse à cette proposition :

Vous serez immortels si vous consentez à changer de peau.


La collection des traditions sur le déluge est des plus complètes, et par consé-
quent d'une extrême variété. Tantôt elles reposent sur le souvenir d'un fait réel,

(l) Sludies in comparative religion legend and law, in tliree volumes, de xxv, 560; xxi, 571 ;
XVIII, SC,6. —
London, Macmillan, 1919.
(2; II" aiiywhere I hawe forgoueu tlie caution wicli I reeommend to otliers, and hâve expressed
myself with an appearance of dogmatism wliioh tlie évidence does nol warrant, I would
request llie reader lo correct ail sucli particular statements by this gênerai and sincère
profession of scepticisra (I, ix s.).
BULLETIN. 155

tantôt ce sont de purs mythes. M. Frazer range le récit biblique dans le premier
groupe, du moins cela lui paraît probable, et rattache ce fait réel à des inondations
normales plutôt qu'à une catastrophe, ce qui paraît moins naturel.
La tour de Babel et l'explication de l'origine de la diversité des langues ont
des répondants dans le folk-lore. Mais en dehors de la Bible et des réminiscences
bibliques, on ne voit pas que les deux faits aient été mis en relation. Alors
il n'y a plus de ressemblance sur l'espritmême du récit.
Le scepticisme de M. Frazer vis-à-vis de ses propres recherches le sert utilement
lorsqu'il s'agit du radicalisme de la critique, et le préserve d'un autre scepticisme,
qui serait moins justiûé, vis-à-vis de l'histoire. Il ose le dire : « Je ne vois pas
de raison suffisante pour révoquer en doute, avec quelques écrivains modernes,
la réalitéhistorique des grands patriarches hébreux », tout en ajoutant « Quoique :

sûrement quelques incidents et détails que la tradition a rapportés à leur sujet


ne soient pas historiques (1). » D'ailleurs il n'était pas de son sujet de pratiquer
ce discernement. Il a surtout essayé de rattacher les faits de l'histoire des
patriarches à certains usages légaux ou rituels, ce qui souvent est tout un.
Par exemple, pour donner à un cadet le» droits de l'aîné, certaines tribus le
faisaient naître d'unchevreau en imitant autant que possible une naissance, d'où la
survivance qui consiste à se couvrir seulement d'une peau. Mais si c'était bien
le sens de la ruse de Jacob, comment l'ancien folk-lore d'Israël l'auroit-il oubUé?

Le droit de Jacob n'en eût été que mieux constaté. Et enfin le fait n'en serait
que plus vraisemblable en soi. —
L'alliance contractée par Abraham avec Dieu
(Geu. 15, 9-21), n'était pas évidemment un rite institué ad hoc, et l'on doit savoir
gré à l'auteur d'avoir indiqué des rites plus cruels dont celui d'Abraham était une
mitigation. Il n'y a rien à objecter à son hypothèse que les deux moitiés de deux
squelettes d'un jeune garçon et d'une jeune fille, trouvés à Gézer, soient les restes
lamentables d'une cérémonie d'alliance entre Cananéens. .

Énigme célèbre, l'interdiction de faire bouillir un chevreau dans le lait de


sa mère (Ex. 23, 19; 34, 26; Dt. 14, 21). M. Frazer se plaît à en exagérer
l'importance, et c'est l'un des points où il paraît le plus résolument afûrraatif.
Il énumère de nombreux cas d'interdiction de faire bouillir le lait, ou du moins de
ne pas cuire de la viande dans le lait. Puis ce sont des interdictions de laver à l'eau
les pots destinés au lait, même de laver les personnes qui s'occupent du lait, soumises,
qui plus est, à des abstinences sur le chapitre de la chasteté. Pourquoi toutes
ces règles.^ pour ne pas nuire aux mères, ni au troupeau eu général, en vertu
du grand principe de la magie sympathique qui fait dépendre le sort des bêles des

pratiques adoptées pour tout ce qui les touche. A ce compte il faudrait bien
conclure que la religion spirituelle magie des
n'a pas réagi en ce point sur la

sauvages. Mais dans cette amusante


on ne trouve nulle part ce qui fait
série,

le caractère spécial de l'ordonnance biblique, le chevreau et sa mère. Ne faudrait-il

pas dire que précisémeat en introduisant cette relation le législateur hébreu a


changé la valeur religieuse ou plutôt magique d'un usage répandu, qu'il l'a
transformé en une abstention très réduite qu'il n'est pas du tout puéril d'expliquer
comme une suggestion de convenance et de douceur, même envers les animaux?
En interdisant de se faire des incisions et de couper la chevelure en l'honneur
des morts, la Loi (Dt. 14, 1 s.) constatait par là même un usage d'ailleurs
autrement connu. Voilà bien un cas où il ne faut pas se scandaliser de chercher

'I) T. I, p. -391. note.


i56 REVUE BIBLIQUE.
un commentaire biblique dans le folk-lore. L^explication à laquelle s'arrête Frazer,
c'est qu'en versant son sang et en donnant sa chevelure, ou avait l'intenlion de
fortlGer le mort. Et c'est peut-être en effet la bonne solution de ce difficile pro-
blème. Mais au lieu de conclure à un culte divin envers les morts, il faudrait
en déduire qu'on les regardait comme des êtres faibles, qui avaient besoin d'être
assistés par les vivants (l). L'index qui termine le vol. IIl est fort utile; il suffirait

à révéler la richesse des notes que l'auteur a mises au service des biblistes;
il leur sera difficile de s'en passer, sauf à se former une conviction toute différente
sur la nature des rapports "entre le folk-lore et nos Livres saints.

La question de principe avait d'ailleurs été déjà abordée par les Pères.
Le R. P. Pinard, S. J. nous le rappelle dans un intéressant article sur Les infiUra-
lions païennes dans l'ancienne Loi d'après les Pères de l'Église (2). On a mauvaise
grâce à critiquer un titre, mais il faut avouer que le mot d'infiltrations suggère
une pénétration de la Loi de Moïse par des usages païens. Est-ce donc à cause
des Pères que le P. Pinard dit infiltrations quand Frazer dirait plutôt survivances?
Mais les infiltrations eussent sans doute paru inadmissibles aux Pères, et elles
seraient en effet en contradiction avec le progrès chez les Israélites de la religion
de l'Esprit. Et en effet la pensée des Pères, c'est que Dieu a toléré certains points
qui existaient déjà, pour conduire peu à peu le peuple de Dieu vers la perfection
que devait être le christianisme (3). C';la dit, on ne peut que féliciter le R. P.
d'avoir rappelé ces beaux textes de saint Justin, de saint Cyrille, de saint Chryso-
stome, etc., qui témoignent d'un sens religieu.x si siir et d'une incontestable péné-

tration historique. Comme il le dit trcs bien, cette étude « permettra de plus au
lecteur chrétien d'apprécier les latitudes que lui laissent les principes émis par ses
pères dans la foi : ilsn'ont pas cru que l'originaliié de la « vraie religion » dût
consister à n'avoir aucun point de contact avec les « religions fausses », ni que
toute analogie entre celles-ci et celles-là dût provenir d'un plagiat à la charge
du paganisme « (p. 221).

Voici encore un souvenir d'avant-guerre. La deuxième semaine d'ethnologie reli-


gieuse s'est tenue à Louvain en 1913. Semaine très pleine de toute manière, puis-
qu'elle a duré qu'on y a entendu les conférences les plus variées.
neuf jours et
Celui qui a été au début avec le R. P. Schmidt S. V. D. la cheville ouvrière de
cette belle organisation, le R. P. Frédéric Bouvier, S. J., a été tué à l'ennemi
en 191G en remplissant héroïquement les fonctions d'aumônier militaire. La publi-
cation des travaux, qui n'a pu avoir lieu qu'en 1920 (4), est la meilleure invitation
à une réunion nouvelle. Les communications sont d'un ordre général, c'est-à-dire
relatives à la méthode et aux principes, et d'un ordre spécial, sur deux sujets,
mythologie astrale et Islam. Entre deux quelques causeries de missionnaires. Le
tout est bien selon l'esprit de l'œuvre « nettement catholique et résolument scien-
tifique ». Aussi les appréciations des revues, insérées dans le volume, sont-elles fort

On ne voit pas non plus comment concilier ce qui est dit t. I, p. 4iO et p. 490 ss. sur
(1)
le jus primne noclis en Ecosse.
(2) Extrait des Recherches de Science religieuse, sept. 1919.

(3) C'est ainsi d'ailleurs que le R. P. résume la pensée de saint Cyrille d"Al. p. 20".
(i) Semaine d'ethnologie religieuse. Compte rendu analytique de la II« Session, tenue à
LouvaiD (27 aoiU-4 septembre lois;, in-S'de 505 pp.
BULLETIN. 157

La plupart des notes, vingt-neuf en tout, sont rédigées en


louaageiises, français.
Le Rév. Père H. Pinard, S. J. a renoplacé comme secrétaire le P. Bouvier.

M. Maurice Brillant, auteur d'une étude d'épigraphie et d'histoire grecques sur


les Secrétaires athéniens, a consacré une étude moins technique aux Mystères
d'Eleusis il). Sa conclusion, c'est qu' « il est difficile [d'y] voir autre chose que
l'aspect magique, — malgré les efforts d'un Porphyre et d'autres philosophes
païens qui ont tenté d'ennoblir et de spiritualiser les Mystères pour les opposer,
en concurrents, au christianisme envahissant » (p. 178). M. .Brillant pense que le

cliristianisme loin de dépendre des mystères est en contradiction avec eux, et


€ qu'aucun ethnologue ou aucun helléniste n'hésitera sur ce point » (p. 190;.
Faisant allusion au récent ouvrage de M. Loisy, il constate « que le savant
auteur n'a point trouvé de preuves d'une influence directe et précise, point de
documents...., — ceci est grave, — et qu'il est forcé de recourir à une hypo-
thèse fort générale, à une construction de l'esprit. » On lira cette étude avec
autant de plaisir que de profit, car M. Brillant, helléniste par l'érudition, l'est

aussi par l'élégance du style.

M. Brillant n'a point osé rejeter tout à fait la correction de Lobeck dans la

formule de Clément d'Alexandrie : « J'ai jeîlné, j'ai bu le kykéon, j'ai pris dans
la ciste, et après avoir goûté [aux aliments] » etc. (p. 90). Le texte dit : « après
avoir manié », après avoir fait usage.
M. Kôrte en a tiré une conclusion singulière (2). Pour lui l'objet qu'on prend
dans la ciste et qu'on y remet est, comme pour Dieterich, un pudendam, mais un
pudendum muliehre. Mais, si je le comprends bien, dans une matière plus que
scabreuse, l'initié ferait le simulacre de naître de la déesse. Ce serait un rite

symbolique de renaissance, qui rendrait l'initié fils de Perséphone, selon la for-


mule des tablettes orphiques, os^no-va; û-ô xdXzov eSuv, que Dieterich avait déjà
interprétée dans ce sens (3). Et pour fortifier le faisceau des indices, c'est encore
une adoption symbolique qui serait réalisée par l'hiérophante lorsqu'il s'écrie :

« La sainte Brimo a enfanté le sacré Brimos. » En effet le naassénien d'Hippolyte

commentait la scène ainsi « sainte est la génération spirituelle, celle du ciel,


:

celle d'en haut; fort est celui qui est engendré de la sorte. »
Les scrupules que Dieterich (4) avait encore de faire fond sur ce commentaire
naassénien n'arrêtent plus du tout M. KiJrte. La combinaison est ingénieuse. Si
c'était bien là le secret d'Eleusis, sou prétendu sacrement aurait ressorti à la

plus crasse magie, telle qu'on l'a retrouvée chez les Hindous for the purpose of :

régénération it is directed to make an image of pure gold, of the female power of


nature, in the shape either of a woman or of cow. In this statue the person to be
regenerated is enclosed and dragged through the usual channel (5).

Et c'est bien d'après ce rite singulier que les Grecs ont imaginé l'adoption
d'Héraclès par Héra (6). Mais on hésite à leur attribuer renouvellement pra- le

tique de cette fiction. Si l'on admet qu'après tout ce n'est pas pire qu'une hiéro-
gamie qui est censée produire immédiatement son effet, ou ne comprend plus

(1) In-IG de 19-2pp. Paris, 19-iû.


(2) Zu den eleusinischen Mysterien, dans Arcfiiv fur Religiûnswissenschaft, XYIII* vol.
(191o\ p. 1IC-12G.
(3) RB., lfV19 p. -203.

(4) Mithraslit, p. 138.


(5) CoLEMAN, Hindu-Mylh. p. 131 dans Dieterich, 1. i, p. 136.
^tj) DioDORE, V, 39, cité par H. Kiirte, p. 1-2-2.
.

158 REVUE BIBLIQUE.

pourquoi le naassénieu insistait si fortement sur l'impuissance sexuelle de l'hié-


rophante. Et dans ce rôle? Fallait-il donc qu'il reçut
pourquoi l'hiérophante
chaque année une nouvelle naissance? D'après le texte d'Apulée (1), la renais-
sauce s'entend d'une seconde vie aprè^ une mort fictive. Et c'est bien là ce
qu'e.xige l'idée de renaissance, que M. Korte brouille avec celle d'adoption. Si
l'on écarte l'image tout à fait obscène que suggère la présence de l'objet indiqué
dans la ciste pour lui du rite hindou, les proportions ne seraient
substituer celle
plus gardées; outre qu'il faut beaucoup de courage pour entendre d'une naissance
la phrase de la lamelle orphique i'ojv ne signifie pas « je suis sorti », mais
:

« je suis arrivé ».

De toute façon le naassénien prêtait beaucoup à Eleusis en parlant de renais-


sance spirituelle; c'est le même qui établissait sa mystique sur l'étymologie
d'Eleusis, entrer, descendre, et anadoron monter.
M. Salomon Reinach est allé beaucoup plus loin dans sa critique du passage
des Philosophoumena (2). Il lui reproche d'avoir confondu Eleusis avec les mys-
tères de Samothrace. d'autant que ce passage est « isolé » (p. 199) « Tant qu'il :

n'aura pas reçu confirmation d'ailleurs, on pourra se demander s'il n'y a pas eu
confusion », etc. —
Mais il semble que le nom de Brimô donné à Déraéter par Clé-
ment d'Alexandrie est précisément la confirmation d'Hippolyte (3) et nous en
déduisons en même temps que l'acte mis en scène n'était pas un rite d'adoption,
mais une imitation de l'union de Zeus et de Déméter.
Le même savant croit avoir trouvé dans un texte d'Aristote « la preuve for-
melle que le meurtre de Zagreus tenait une grande place daus les mystères
d'Eleusis (-1) ». Preuve formelle, c'est beaucoup dire, car M. Reinach a seulement
prouvé qu'Aristote se demandait si l'interdiction de bouillir une viande avant
de la rôtir ne s'explique pas par ce qui est dit « dans la célébration des mys-
tères », £v Tfj TEXîTr;. que l'on traduirait plus volontiers « dans l'initiation » elle-

même (5). Que cette initiation soit celle de Zagreus, cela va sans dire, mais que
l'initiation soit celle d'Eleusis, la -iXE-ri par excellence, cela ne résulte pas de ce
que le rédacteur où les rédacteurs des Problèmes n'avaient pas d'autre horizon
que celui L'initiation, avec l'article, est peut-être simplement celle
d'Athènes.
qui est en quand on parle de viandes bouillies et rôties. Le fait de
question
fermer le temple de Junon quand on célèbre les mystères d'Eleusis n'est pas un
argument plus clair. Quant au texte de Pindnre, M. Picinach y voit avec M. Tan-
nery une allusion au péché originel des Orphiques « Ceux de qui Perséphone :

agrée la satisfaction de l'ancienne rancœur '-oivàv ;:aÀatoij -jvOeoç), elle les renvoie
au bout de neuf ans à la lumière du soleil. » Cette interprétation nous paraît
aussi tout à fait vraisemblable. Mais toute l'importance qu'on donnera aux dogme^
des Orphiques ne prouve point qu'ils aient tenu une grande place à Eleusis.
L'Orphisme, religion de convaincus, qui exigeait une ascèse austère et étrange,
était trop absorbant pour se contenter d'une place, et l'on ne peut cependant pas
dire qu'il avait pris à Eleusis toute la place. Ce ne sont pas seulement des rites

(1) Met. XXI.


(•2) Quelques enseignements des mystères d'Eleusis {Revue arcli. (juillet-octobre 1919).
(3) Protrept., Clément interprète d'ailleurs Brimô de la colère de Déméter, ce qui
ii, 15.
éloigne les Cabires, dieux forts, qu'avait suggérés à M. Reinach le sens de î(7Xjpô;-
(4) Une allusion à Zagreus dans un problème d'Aristote {Revue arch. v= Série, t. IX. (1919),
p. lea ss.)

(5) Avec M. Keinacli lui-même; cf. p. 163 et ICa.


BULLETIN. 159

qu'il eût fallu combiner, ce sont deux esprits iaconciliables qu'il eût fallu foudre
en un seul.

De dis ignotis quaesliones selectae. Scripsit Otto Weiureich Halensis. C'est un


raémoir^qui a paru dans Archiv fia' Religionstoissenschafl, 1915, p. 1-52. L'auteur
prend parti pour la conjecture de M. Norden, qu'Apollonius de Tyane aurait pro-
noncé une conférence à Athènes où il aurait parlé des dieux inconnus (1). Mais
loin d'apporter des indices nouveaux, —
car on ne saurait parler de preuves, —
il a cité des passages prouvant que souvent Apollonius aimait à parler d'Athènes.
Son allusion aux bords du Nil à un usage d'Athènes est donc moins extraordinaire
que ne le pensait M. Norden!
M. Weinreich refuse de croire à l'inscription dont parle saint Jérôme, et dont le

style lui paraît trop étrange. Et il se peut que le texte ait été un peu transformé,
comme dans le cas de saint Justin sur Simon le mage, qui faisait bien allusion à
quelque chose de quoique ses renseignements aient été peu exacts. D'ailleurs
réel,
nous avons maintenant une inscription aux dieux inconnus. C'est celle de Per-
game (2). Quoiqu'elle soit malheureusement incomplète. M. Weiureich établit que la
restitution déjà proposée par M. Hepding est la seule vraisemblable : ôcou if[i(hi-oii.
Après le gamma, la petite barre pourrait appartenir à un iota ou à un gamma
comme à un nu. Mais à-i-voï; serait trop court, àyvoTdtrotç ou à'i-(éXoiç, improbables;
«YuoTâTûtç se place ordinairement avant le nom. Quant à l'Apollon où/. àyvwcTTOî du
papyrus 3 de Giessen, il ne faut pas le prendre au tragique, non plus que la

Cypris où/. iîvwvj(j.oç du prologue d'Euripide {Hipp. 1).

Varia. —
La TJieologisch Tijdschrift de Leyde vient de suspendre définiti-
vement sa publication. Elle a eu sa période de gloire du temps de son fondateur
Kuenen, le chef de l'exégèse hypercritique hollandaise. Comme cette exégèse n'eut
jamais grande influence sur la pensée théologique et religieuse des Pays-Bas, la

Revue Théologique eut à lutter pour l'existence, et dans les dernières années
surtout changea plusieurs fois de rédaction. Maintenant elle tombe victime de la

crise actuelle et peut-être un peu aussi victime de ses excès passés.


Les Nienwe T/ieologische Studiën (3) qui paraissent depuis trois ans en dix fasci-
cules, et dont on nous envoie les six numéros parus cette année, n'ont pas l'allure
de la Th. Tijdschrift. J^es collaborateurs ne semblent pas vouloir faire œuvre scien-
tifique et originale. Les articles sur les sujets les plus divers ne sont en général que
de courtes notes. Dans les bulletins et recensions nous rencontrons, citées avec im-
partialité, les publications catholiques aussi bien françaises qu'allemandes; nous rele-
vons p. ex. la note « sur l'œuvre scientifique de Ms"" Pierre Batiffol » (5"^ fascicule,

pp. 145-146) beaux bulletins de la Biblisc/ie Zeitschrift sont appelés « brillants,


; les

concis, complets (4) ». —


Dans les articles on pourrait désirer plus d'unité, sinon
quant à la matière, du moins quant au niveau scientifique de même dans les ;

bulletins et recensions il faudrait un choix plus judicieux des ouvrages analysés.

J. V.

(1) RB. 1914, 44-2 ss.


(2) RB. V.>lo, 108.
(3) Chez J. B. Wolters, Groninglie et la Ha)'e. — Rédacteur en chef : D' A. Van Veldhuizen,
Prix de Tabonnenient fl. 5.00. :

^4) Fascicule III, p. 103: Schilterende, korte, voUedvje karakleristicken. »


160 REVUE BIBLIQUE.

L'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dans sa séance du


15 octobre, a pris une délibération décidant que « l'École biblique
de Saint-Étienne, par son organisation, sa situation scientifique et
son autorité, est toute désignée pour constituer l'École française
archéologique de Jérusalem », et confiant à son correspondant, le
P. Lagrange « le soin d'assurer à la France, dans l'étude des anti-
quités palestiniennes, la part qui lui revient, en accord scientifique
avec les écoles anglaise et américaine ».

Les professeurs de l'École biblique, devenue en même temps l'École


archéologique française, expriment ici à l'illustre corps savant leur
profonde gratitude pour une aussi flatteuse distinction.

Le Gérant : J. Gabalda.

Typographe rirniin ui'Iol cl C'^ — Paris.


LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES D'ÉZÉCHIEL
[suite).

•2. Le mutisme : m, 26-27; xxxni, 21-22.

Dieu annonce en outre à Ezéchiel qu'il va le priver de l'usage


de la parole.

III, 26. Et ta langue, je vais l'attacher à ton palais, et tu seras muet, et tu ne


seras plus pour eux un homme qui réprimande, car ils sont une maison rebelle.
27. Et quand je te parlerai, je t'ouvrirai la bouche et tu leur diras : Ainsi parle le

Seigneur Jahvé. Que celui qui écoute, écoute, et celui qui ne le fait pas, qu'il ne le
fasse point, car ils sont une maison rebelle.
XXXIII, 21. Et il advint, la 'onzième' année de notre captivité, le cinq du
dixième mois, qu'un fugitif de Jérusalem arriva vers moi. disant : la ville est

détruite. 22. Et la main de Jahvé fut sur moi le soir qui précéda l'arrivée du fu-
gitif, et il m'ouvrit labouche au moment de son arrivée' au matin; et il m'ouvrit
la bouche et je ne fus plus muet.

Symbole. — On s'est déjà suffisamment expliqué sur la nature de


cette épreuve. Au on ne perçoit pas de voix dis-
sujet de sa réalité,
cordante. La durée du phénomène fournit davantage matière à
discussion, tant à cause du point de départ, qui n'est pas certain —
il doit seulement se placer après le mois de juillet 593 qu'à cause —
du point d'arrivée. S'il fallait en croire l'hébreu massorétique, le

messager, porteur de la fatale nouvelle, n'aurait rejoint Ezéchiel


que la douzième année de la captivité de Joachin, soit dix-huit mois
après la chute de Jérusalem. Ce retard est jugé à bon droit excessif.
Ily a lieu de préférer le texte de la Peschitto et de quelques manuscrits
hébreux qui portent la onzième année, au lieu de la douzième.
:

D'après le système chronologique le plus vraisemblable (1), le cinq


du dixième mois de la onzième année tomberait à la fin de dé-
cembre 587. A ce compte, l'épreuve d Ezéchiel pourrait avoir duré
un peu plus de six ans.

(1} H. B., 1917, p. 95, 96.


REVLE BIBLIQUE 1921. — T. X\X. 11
162 REVUE BIBLIQUE.

Raison du mutisme. —
Le mutisme d'Ézéchiel n'étant pas à pro-
prement parler un symbole, on n'a pas à en rechercher le symbo-
lisme. C'est pourtant un fait dont on veut connaître la cause et noter
la leçon. Écoutons le discours de Jahvé à son prophète « Je vais :

attacher ta langue à ton palais, tu seras muet et tu ne feras plus


office de censeur, parce qu'ils sont une maison rebelle. » Ce dernier
membre de phrase nous indique bien la cause du mutisme l'en- :

durcissement des Juifs; mais elle ne nous en indique pas le but,


et c'est là que commence l'embarras des exégètes. Les uns voient
surtout dans le mutisme le dessein de punir les Juifs. Saint Jérôme
a écrit : « Ils ont à l'égard de Dieu tant d'aigreur et d'obstination
qu'ils ne méritent plus d'entendre ses reproches. Il suit clairement
de là que, parvenus à une certaine somme de péchés, les pécheurs
sont indignes de la correction divine (1). » Et Dom Calmet « Je :

vous obligerai à demeurer dans un silence aussi profond que si


votre langue était attachée à votre palais.Les crimes de votre
peuple sont si grands que désormais ils ne méritent plus que je leur
parle; votre silence parlera assez, s'ils veulent y faire attention.
Il leur sera aisé de comprendre que, si je me tais dans ma fureur,

c'est pour leur parler un jour d'une manière plus terrible, dans

un temps où il ne leur restera que le désespoir et le malheur sans


ressource (2). » Parmi les modernes, telle est encore notamment
l'opinion de Bertholet (3). —
D'autres estiment que cette épreuve
cache de préférence un dessein de iniséricorde D'après Cornélius a .

Lapide, le but poursuivi par le prophète est plutôt « de toucher


par son silence les Juifs endurcis, qu'il n'a pu émouvoir par ses
paroles en le voyant muet et pensif, peut-être les Juifs se diront-ils
;
:

Qu'est-il donc arrivé à Ézéchiel? Pourquoi s'affecter de la sorte?


Que médite-t-il dans son esprit? Tout en lui demandant ainsi les

raisons de sa conduite, peut-être prêteront-ils l'oreille aux menaces


et aux oracles de Dieu qu'auparavant ils n'avaient pas voulu en-
tendre (4) ».
C'est ainsi qu'à l'occasion de ce symbole, on retrouve en présence
les deux écoles opposées, celle de la justice et celle de la miséricorde.
Il faut convenir cependant que le texte est comminatoire et qu'il

favorise plutôt la solution de saint Jérôme et de Calmet Tu seras :

muet, tu ne leur adresseras plus de reproches, parce qu'ils sont

(1) In h. 1.

(2) Commentaire littéral, in h. 1.

(3) Op. cil., p. 27. 1

(4) In b. 1.
LES SYMBOLES PROPHÉTIQL'ES D'ÉZÉCHIEL. 163

une maison rebelle, c'est-à-dire parce qu'ils ne méritent plus de


t'entendre, parce qu'ils en sont indignes.
Il va de que ce châtiment, en raison même de son caractère
soi

extraordinaire, pouvait à son tour servir la miséricorde, en portant


les Juifs à la réflexion; c'est à cette marque qu'on reconnaît les
châtiments infligés par le Seigneur ici-bas. Ils punissent, mais ils

tendent à la conversion. Ce sont des manifestations de justice, mais


tempérées de miséricorde.

3. Le croquis du siège de Jérusalem : iv, 1-3, 7.

1. Et toL fils de l'homme, prends une brique, place-la devant toi et graves-y
une ville, Jérusalem. 2. Mets le siège contre elle, construis contre elle un mur
de circonvallation, élève contre elle des chaussées, dresse contre elle un camp et

dispose contre elle des béliers tout autour. 3. Et toi, prends une plaque de fer et

place-la comme un mur de fer entre toi et la ville : tourne ta face de son côté,
et elle sera assiégée et tu l'assiégeras. Ce sera un signe pour la maison d'Israël.
7. Et pour le siège de Jérusalem, tu disposeras ton visage et ton bras nu, et tu
prophétiseras contre elle.

Symbole. — Le symbole Smend, Toy,


est-il réel? Plusieurs auteurs,

Hengstenberg..., pour eux ce tableau et les suivants ne


le nient :

sont que de simples paraboles Smend;. de purs artifices littéraires


(Davidsonj. D'autres, surtout parmi les exégètes récents, Bertholet,
Kraetzschmar, Gautier, l'affirment. Les Pères, saint Jérôme, Théo-
que les auteurs catholiques, Maldonat, Cornélius a Lapide,
doret, ainsi
Calmet, Le Hir, Trochon, Knabenbauer, Crampon, se prononcent
également pour la réalité. A bon droit, semble-t-il. Je n'en veux pour
preuves que les rapports de ce symbole avec le suivant, lequel est
bien réel (immobilité sur le côté, cf. v. 7i, l'impossibilité pour le
prophète muet de s'exprimer autrement que par des actions et des
signes (1), et l'ordre de faire de ce croquis un signe (nix pour la
maison d'Israël v. 3;. >

Ce point établi, il est aisé de préciser la nature du symbole. Le


prophète doit dessiner sur la biique un croquis du siège de Jéru-
salem. La brique jouait en Assyrie et en Chaldée un rôle considé-
rable, non seulement pour la construction des édifices, mais encore
dans le domaine scientifique. La fine pointe du stylet gravait sur
l'argile crue les beaux idéogrammes de l'écriture assyrienne; une
fois passés au four, ces caractères revêtaient une consistance qui

(1) U ne reçoit pas ici l'ordre de parler; par conséquent son mutisme n'est pas inter-
rompu.
164 REVUE BIBLIQUE.

défiait les siècles et les millénaires. Nos musées possèdent précisé-


ment plusieurs de ces briques orientales où figurent des dessins.
Le Seigneur avait eu soin d'indiquer à Ézéchiel le détail de son
croquis. Malgré le désaccord des commentateurs, voici ce quon peut
conclure de plus probable. Au v. 2, le premier membre de phrase
est général : Mets le siège [i) contre Jérusalem. Viennent ensuite
les éléments classiques d'un siège chez les anciens : le mur de circon-
vallation (2) en pierres sèches (Vulgate munitiones), qui traçait à

quelque distance de la ville assiégée une ceinture d'isolement (3),

les chaussées [aggerem], qui comblaient les fossés de la ^ille et

permettaient à l'assaillant de battre de plain-pied les remparts (4),

enfin le camp avec l'assortiment des machines de guerre représentées


par les béliers [arietes).
Lorsqu'on croyait terminée la description de cet appareil guerrier,
voici que le v. 3 y ajoute encore une plaque de fer (nsna). Cet objet

n'est autre chose plaque de métal ou poêle qui servait à cuire


que la
les gâteaux du sacrifice, à transporter les charbons de l'autel des

holocaustes à l'autel des parfums, etc. On ne s'étonnera pas de ren-


contrer cet ustensile dans la demeure d'un prêtre. Mais que vient-il
faire à côté de la brique symbolique? Représente-t-il les remparts
de Jérusalem (Maldonat, Calmet)? — Mais alors, les remparts de la
ville seraient figurés entre les machines de guerre et l'assaillant, ce
qui serait de la stratégie à rebours. — Figure-t-il le bouclier de
l'assaillant (Currey)? — Mais alors pourquoi ne l'avoir pas dessiné
sur le même plan que les béliers?
Après avoir fait le tour des hypothèses imaginables, on a fini par
s'apercevoir que le v. 3, avec sa formule d'introduction, semblait
amener une Et toi, fils de l'homme,
idée nouvelle (Kraetzschmar i :

prends une brique prends une jnahabat... Par suite,


(v. 1); et toi,

la plaque de fer pourrait bien n'être ni une pièce de la panoplie de


l'assaillant ni une machine de guerre. Ce serait simplement un objet
à part, ayant un symbolisme à soi. C'est du reste ce qu'avaient
soupçonné les anciens, et saintJérôme avant tous les autres.

(1) Je traduis "liïQ par xiège comme au v. 3, plutôt que par instruments de siège,

ainsi que le voudrait Kraetzschmar.


(2) Plutôt qu'un terrassement (Bertiiolel) — ce qui est trop vague — ou une tour
d'attaque (Crampon; — ce qui serait insuffisant.
(3) On en voit encore des restes autour de Massada, la célèbre forteresse qui dominait
la rive occidentale de la mer Morte.
(4) La chaussée de Massada fait encore l'admiration des vojageurs par la hardiesse et
l'babilelé de son exécution.
LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES DÉZÉCHIEL. 165

Symbolisme .
— Il ne saurait faire de doute. Le siège grossièrement
esquissé sur la brique annonce le siège prochain que Jérusalem
devra supporter. Mets le siège contre elle (v. i). disait le Seigneur,
tourne-toi contre elle v. ,3 , elle sera assiégée et tu l'assiégeras [ibid.) ;

et encore : Dispose pour le siège de Jérusalem ton visage et ton bras


nu (v. 7).

Quant à la plaque de fer, saint Jérôme y voyait figuré « le grand


courroux de Dieu, qu'aucune prière ne saurait toucher ni fléchir à la
miséricorde Pourtant, comme Dieu n'intervient pas directe-
(1) ».
ment dans symbole, cette explication pourrait n'être pas assez
le

immédiate. Pour s'en tenir au texte « Prends une plaque de fer et :

place-la comme un mur de fer entre toi et la \-ille », il est préférable


d'y voir le symbole de la rigueur avec laquelle sera mené le siège
de Jérusalem.
Des textes précédemment cités il résulte encore que le prophète
en personne doit jouer le rùle d'assaillant. Il doit le faire, en tenant
son visage et so7i bras tournés vers la brique symbolique. On se sou-
vient que Kiostermann et ses partisans cherchaient dans cette attitude
un indice de rigidité cataleptique. La formule signifie seulement
que le prophète doit avoir toujours la brique en face de lui, sans
jamais lui tourner le dos.

Au on éprouve quelque peine à se représenter le tableau


reste,

avant d'avoir pris connaissance du symbole suivant immobilité).


Jusque-là, on n'imaginerait pas le prophète se tenant en face de sa
brique, uniquement occupé à la regarder, sous les yeux des visiteurs
stupéfaits. Mais, dès que l'on apprend que, durant cette période,
il reste douloureusement couché sur le côté, tout s'exphque il n'aura :

qu'à disposer la brique en face de lui, à dégager son bras des plis
de son manteau, et il s'acquittera de son rôle d'assaillant. Il y aura
des choses plus difficiles dans sa carrière symbolique.
On a dit parfois '^Bertholet, Kraetzschmari que, dans ce rôle, Ezé-
chiel tenait directement la place de Jahvé, lequel serait en consé-
quence le véritable assiégeant, et Ion a voulu découvrir dans cette
identification une supériorité de la morale des prophètes sur la morale
populaire. Le peuple, dit Bertholet, confondait toujours les destinées
de la nation et de son Dieu, tandis que, pour les prophètes, Dieu pou-
vait parfois prendre parti contre son peuple et le châtier.
Quoi qu'il en soit de ces observations — qui appelleraient bien
des réserves — ou cherche en vain dans le symbole une expression

,1^ In h. \. Ita Theodoret, C. a Lapide, etc.


166 REVUE BIBLIQUE.

qui autorise l'identification proposée. Il est infiniment plus simple de


dire que le prophète tient la place des Chaldéens, qui doivent bientôt
faire le sac de la ville. Dans tous les symboles de ce recueil (iv et v),

et même dans tous les autres, Ézéchiel se distingue de Dieu comme son
agent, son instrument, son mandataire ; il ne se confond pas plus avec
Jahvé qui l'envoie qu'avec le peuple auprès duquel il est accrédité.
Résumons symbole le :

De même qu'un siège en règle, avec machines de guerre et assail-


lant, est dressé autour du croquis de Jérusalem,
ainsi la capitale connaîtra bientôt en réalité toutes les rigueurs d'un
siège inexorable.
On n'indique pas ici la durée du siège fictif. Mais on peut la conjec-
turer par le contexte du v. 7. Il résulte de ce passage que le prophète
doit faire figure d'assaillant autour de la brique symbolique tout le
temps que durera son immobilité sur le côté, soit 230 jours, plus de
sept mois, d'après les données les plus autorisées.
Pendant toute une demi-année et plus, les exilés de Tell Abib
purent donc contempler Ézéchiel, chargé de liens, immobile sur
un côté, face à la brique sur laquelle étaient gravés les présages des
pires malheurs. Jamais peut-être prophète n'avait atteint ce degré
poignant d'éloquence, où les discours se taisent pour laisser parler
les actes...

k. L'immobilité sur le côté : iv, 4-8.

« 4. Et toi, couche-toi sur le côté gauche et mets-y l'iniquité de la maison d'Is-


raël, durant les jours que tu seras ainsi couché, 'et' tu porteras leur iniquité. 5. Et
moi, je t'ai donné les années de leur iniquité pour le nombre des jours, 'cent quatre
vingt-dix" jours, et tu porteras l'iniquité de la maison d'Israël. 6. Et quand lu auras
achevé ces [jours], tu te coucheras de nouveau, sur le côté droit, et tu porteras l'mi
quité de la maison de Juda quarante jours : je t'ai donné un jour pour une année.
7. Et pour le siège de Jérusalem tu disposeras ta face et ton bras nu, et tu prophéti-

seras contre elle. 8. Et voici que je t'ai rais des chaînes pour que tune puisses changer
de côté, jusqu'à ce que tu aies accompli les jours de son siège. »

Symbole. — La première question à examiner est celle delà réalité


du symbole. Il fallait s'attendre qu'en semblable matière il se produi-
sit de nombreuses opinions, et, par exemple, que plusieurs exégètes se
prononçassent pour le caractère fictif de la scène. Saint Jérôme, Reuss,
Smend, Kônig, Hengstenberg, récemment encore Davidson, Hermann,
Cruveilhier (1) ont estimé que l'ordre intimé au prophète était irréali-

(1) RB., 1916, p. 353.


LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES D'ÉZÉCHIEL. 167

sable et, par suite, devait être regardé comme une pure allégorie.
Voici ce qu'écrivait saint Jérôme dans son commentaire d'Osée, où il
expliquait métaphoriquement le mariage du prophète et de Gomer :

« S'il se trouve quelque interprète chicaneur pour ne pas accepter

ce que nous avons dit..., qu'il nous explique sa manière d'entendre ce


passage d'Ézéchiel, où le prophète reçoit du Seigneur l'ordre de
porter les iniquités de la maison d'Israël, c'est-à-dire des dix tribus,
et de dormir pendant trois cent quatre-vingt-dix jours couché sur le
côté gauche...; de dormir, dis-je, sans jamais changer de côté ni
jamais s'éveiller. au plus, fatigué de sommeil, pouvait-il
Tout
entr'ouvrir les yeux pour prendre une nourriture répugnante, du pain
fait de blé, d'orge, de fèves, de lentilles et de millet et cuit dans les

excréments humains. Il est contre nature qu'un homme dorme tou-


jours sur le même côté durant trois cent quatre-vingt-dix jours, » hoc
enim rerum natiira nonpatitur, ut quisquam hominum pe?' ti^ecentos
nonaginta dies in uno semper latere dormiat (1).
A quoi Dom Calmet a répondu « 11 n'est nullement impossible :

qu'un homme demeure enchaîné et couché sur son côté pendant trois
cent quatre-vingt-dix jours. On a tous les jours des expériences qui
en prouvent la possibilité dans les prisonniers, dans divers malades,
et dans quelques personnes qui ont l'imagination blessée et qu'on

enchaîne, comme des furieux (2) ». — Saint Jérôme ne voulait sans


doute parler que d'une impossibilité morale ; or, dans la voie des mor-
tifications et des épreuves, l'expérience montre que l'homme dépasse
souvent les limites de l'imaginable. On en a vu maints exemples
durant cette grande guerre. Le Seigneur demandait à Ézéchiel une
mortification extraordinaire et qui lui coûterait. Ce n'est pas une
raison pour qualifier cette prescription d'irréalisable.
D'autres auteurs, tout en admettant la réalité du symbole, croient
pouvoir recourir à une explication mitigée. « S'il demeura couché
ces trois cent quatre-vingt-dix jours, disent-ils, ce ne fut que pendant
les nuits les jours il vaquait à ses affaires (3). » xM. Vigouroux était
:

bien près de se ranger à cette opinion. « Selon les uns, écrivait-il, le


prophète se couche réellement, de la manière indiquée, pendant le
temps marqué, en vaquant cependant le jour, pensent plusieurs, à ses
occupations ordinaires; selon les autres, tout se passe en vision (4). »

(1) /rt Os., I, 8, 9.

(2) O-p. cit., p. 33.

(3) Opinion résumée par Calmet, qui d'ailleurs la réfute.

(4) Manuel Biblique, t. II, 13' éd., p. 736, note l. C'est encore l'hypothèse de Knaben-
bauer : in Éz., p. 67.
168 REVUE BIBLIQUE.

Cette explication mitigée est encore moins recevable que la précé-

dente. Elle a ceci de curieux que le prophète n'aurait passé que ses
nuits dans cette attitude, alors que le texte sacré ne parle précisément
que de jours. Et puis, qu'y aurait-il de surprenant à ce que le
prophète dormit la nuit sur le côté gauche ou sur le côté droit? Et
comment les Juifs auraient-ils pu s'assurer de la réalité du symbole?
A moins d'aller déranger le prophète durant son sommeil...
Venons enfin à l'interprétation littérale. C'est celle qui a été tou-
jours le plus en faveur parmi les commentateurs, celle qui rallie
aujourd'hui encore les suffrages les plus autorisés. Nommons parmi
ses partisans Théodoret, Maldonat, C. a Lapide, Calmet, Le Hir,
Klostermann, Bertholet, Kraetzschmar, Crampon, Gautier. Quel-
ques-uns de ces exégètes, il est vrai, recourent à la catalepsie pour
expliquer l'immobilité du prophète; mais admettent tous qu'il
ils

resta effectivement couché sur le côté durant un temps considé-


rable. C'est uniquement ce qu'on doit retenir ici. C'est également
ce qui résulte du texte interprété sans violence Couche-toi sur le :

côté gauche, puis sur le côté droit... Je t'ai mis des liens pour que tu
ne puisses changer de côté... De telles formules n'ont-elles pas une
signification franchement réaliste? Elles n'ont même de sens qu'à la
condition de désigner des faits réellement accomplis. Car cette
immobilité, si pénible en raison de sa durée extraordinaire, n'est
autre chose — le symbole le dit assez — qu'un châtiment imposé à
Ézéchiel pour figurer le châtiment infligé aux deux royaumes
d'Israël et de Juda. Il est nécessaire que les faits soient réels, si l'on

ne veut pas que le châtiment soit imaginaire. Et quelle efficacité


aurait en la circonstance sur les esprits des Juifs une pénitence
irréelle? Disons enfin symbole de l'immobilité est étroitement
que le

lié à d'autres symboles, celui des liens (v. 8), celui de la nourriture

rationnée (vv. 10, 11, 16, 17), dont la réalité n'est guère discutable.
On ne comprendrait pas qu'un symbole imaginaire fût mêlé à la
trame de symboles nettement réalisés.
Combien de temps dura cette pénitence? Le texte original et les
versions s'accordent à dire que le prophète devait rester quarante
jours sur le côté droit; ils diffèrent sur le chiffre relatif au côté
gauche, et, par suite, sur la durée totale du symbole. L'hébreu
porte 390 jours pour le côté gauche, ce qui élève à 430 jours la
durée totale de l'épreuve. Le texte des Septante est plus compliqué.
Nous y lisons 4. Et toi., tu te coucheras sur le côté gauche, et tu y
:

mettras les iniquités de la maison d'Israël, suivant le nombre des


jours, cent cinquante, que tu seras ainsi couché, et tu prendras
LES SYMBOLKS PROPHÉTIQUblS D'ÉZÉCHIEL. 169

leursiniquités. 5. Et moi, je t'ai donné leurs iniquités pour le

nombre des jours, cent quatre-vingt-dix jours et tu prendras les

iniquités de la inaison d'Israël...


Remarquons d'abord le chifl're du v. 5 : i90 jours. Quelques
anciens, v. gr. Théodoret, et tous les critiques modernes, Cornill,
Toy, Bertholet, Kraetzschmar, Davidson, Gautier, le préfèrent à
celui de l'hébreu, car ils tiennent le chiffre 390 pour une correc-
tion savante issue des écoles rabbiniques. Cornill a établi qu'en
suivant la chronologie des rois de Juda depuis le schisme, péché
capital des dix tribus, neuvième année de Sédécias,
jusqu'à la

début du siège de Jérusalem, on trouve juste 390 ans. Ajouté aux


40 années de Juda, cela faisait i30, durée de l'exil égyptien. Celte
coïncidence suffirait à rendre suspect le chitl're 390. — Mais on
constate en outre que la somme de i30 jours assignée à la pénitence
du prophète ne cadre pas avec la chronologie actuelle du livre
d'Ézéchiel. Un simple rapprochement de dates met en relief le désac-
cord. L'épreuve du prophète a sûrement commencé après les révé-
lations de TellAbib ^iii, 16), et elle était terminée au moment de
la grande vision du temple de Jérusalem (viii, 1). Or le message

de Tell Abib eut lieu la cinquième année de la captivité, le 12 du


quatrième mois (m, 16; cf. i, 1, 3), et l'extase de Jérusalem la
sixième année, le 5 du sixième mois; soit, entre les deux dates, un
intervalle minimum de il3 jours, en donnant à tous les mois une
durée uniforme de 30 jours. Cette somme est toujours inférieure
aux i30 jours de la pénitence.
Ainsi se justifie la préférence accordée aux Septante sur l'hébreu.
Pourtant, la plus rapide comparaison entre les versets i et 5 des
Septante fait sommes pas au terme des diffi-
prévoir que nous ne
on croirait que le chiifre 190 concerne uni-
cultés. D'après le v. 5,
quement l'immobilité sur le côté gauche. Mais, s'il en est ainsi,
le V. 5 contredit le v. 4 où cette période n'a qu'une durée de
150 jours. Si bien qu'on ne sait bientôt qui croire. — En reprenant
l'étude de ce passage, on découvre néanmoins que le chiffre 150
du v. 4 est une glose sans correspondant dans le texte hébreu. Les
critiques en conviennent; cependant, certains d'entre eux, Ber-
tholet, Kraetzschmar — à la suite de Théodoret (1) — retiennent
cette indication et prennent le chiffre 190 pour la somme des
150 jours d'Israël et des 40 de Juda. Mais ils ne suppriment la
contradiction entre les vv. 4 et 5 que pour la reporter entre les

(1) p. G., col. 856.


170 REVUE BIBLIQUE.

deux parties du même v. 5. — A tout prendre, il semble préférable


d'élaguer du v. 4 le chiffre 150 comme une glose inconsistante, en
considérant 190 comme la durée de la première phase de l'épreuve
(immobilité sur le côté gauche). Avec les 40 jours de la seconde
phase, nous arrivoils à 230 jours pour la durée du symbole
complet (1 .

Ézéchiel serait donc resté 190 jours sur le côté gauche et iO sur
le côté droit.
Que couché? Quel est le but de cette pénible immo-
fait-il ainsi

bilité? nous l'apprend lui-même


Il il porte tour à tour l'iniquité :

de la maison d'Israël et celle de la maison de Juda. La formule


originale : porter l'iniquité ("(17 Niwj) signifie tantôt enlever , effacer,

pardonner les péchés, tantôt en porter la peine, en subir le châti-


ment. Il est évident que ce dernier sens est le seul qui con\àenne
en cet endroit. Ézéchiel porte la peine, subit le châtiment mérité
par les iniquités des douze tribus. Mais qu'on ne s'y méprenne pas.
Ses souffrances n'ont rien de commun avec celles du serviteur de
Jahvé, dans la seconde partie d'Isaïe; ce ne sont pas des expiations
vicaires; Ézéchiel ne tient pas la place de son peuple. La pénitence
qu'il subit n'abrégera pas le châtiment réservé aux Juifs coupa-
bles (2); elle est purement prophétique et symbolique, nullement
expiatoire.
Il est décidé qu'un jour de cette épreuve subie par le prophète
correspond à une année du châtiment que doit supporter le peuple.
190 jours correspondent ainsi à 190 ans, et 40 jours à 40 ans.
On s'est demandé pourquoi le côté gauche a été réservé à Israël
et le côté droit à Juda. Il se pourrait qu'il n'y eût là qu'une ques-
tion de dignité et de préséance, la droite étant considérée, en même
Orient, comme la place d'honneur. Mais il est encore plus probable
que la gauche désigne simplement le nord, par conséquent Israël,
et la droite le sud, par conséquent Juda. On se souvient que les
Sémites, pour s'orienter, se tournent vers Test, qui est ainsi devant,
le nord étant à gauche, le sud à droite et l'ouest derrière.
Symbolisme. — Mais quelle est la signification et la portée des
chifires qui figurent dans le symbole? Rien n'est plus malaisé que

(1) Ita Gautier, op. cit., p. 429.

(2) Contrairement à ce que dit M. Vigouroux « Afin de montrer combien les péchés
:

du peuple sont grands et nombreux, le prophète reçoit l'ordre de se coucher 390 jours
sur le côté gauche...; il obtiendra ainsi une diminution de châtiment pour ses frères »

[Manuel Biblique, t. II, p. 736; la même explication est reproduite dans les annotations
de la Sainte Bible Polyglotte).
LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES DÉZÉCHIEL. 171

de fournir une réponse pleinement satisfaisante. Comme il arrive


presque toujours lorsque la Bible comporte des calculs de ce genre,
le désaccord est complet parmi les exég-ètes. On a essayé de toutes

les hypothèses; toutes les solutions ont eu des partisans convaincus,


et il serait parfaitement fastidieux' pour le lecteur de parcourir le
relevé complet de ces systèmes. Contentons-nous d'indiquer la marche
générale des calculs les plus remarquables.
Les solutions proposées dépendent manifestement des chiffres
adoptés pour la durée de l'épreuve. Les auteurs qui ont porté à
430 jours la pénitence du prophète font commencer le châtiment
d'Israël soit à la première déportation opérée par Téglathphalasar
(saint Jérôme), soit à la chute de Samarie (Calmet). Mais l'embarras
de ces auteurs, déjà coiisidérable à ce point de départ, augmente
encore lorsqu'ils doivent marquer le point d'arrivée, car ils regardent
le chiffre total comme une donnée historique qui a dû se réaliser
exactement en son temps. En outre, on a déjà vu que cette solution
pèche par la base, la leçon i30 jours n'étant pas recevable.
Les exégètes qui fixent l'immobilité à 190 jours ont la tâche en
apparence plus facile. Les 150 ans d'Israël correspondraient en
nombre rond à l'intervalle qui sépara la chute de Samarie (722) de
la ruine de .lérusalem (587), intervalle qui n'aurait été rigoureuse-
ment que de 135 ans environ. Quant aux 40 années de Juda, elles
rappelleraient les 40 ans de pérégrination au désert, les 40 jours de
jeûne d'Élie, ou simplement la durée normale d'une génération (1).
Les objections qu'on peut élever contre ce système sont nombreuses
et pressantes. — 1. Outre l'imprécision considérable des chiffres, le
symbole d'Israël aurait un caractère purement rétroactif. Au moment
où le prophète recevait l'ordre de se coucher sur le côté, soit vers
592, la pénitence de 150 ans, qui devait se terminer en 587, touchait
à sa fin. Quel avantage y avait-il à infliger à Ézéchiel une si rude péni-
tence, pour rappeler à Israël qu'il souffrait depuis un siècle et demi.-*
On aurait pu sans doute supputer à meilleur compte les années
écoulées... Cette observation paraît d'autant plus forte que tous les
autres symboles de ce recueil sont prophétiques et regardent l'avenir :

le mutisme et les cordes, la brique et la poêle, la nourriture abjecte


et le pain rationné, les cheveux partagés. Il serait surprenant que
seul, le symbole actuel fit exception en visant le passé. — 2. D'ailleurs,
quelle raison pouvait avoir le prophète de considérer le châtiment
d'Israël comme terminé en 587, à la chute de Jérusalem? Son exil

(1) Ita Bertholet, 26, Kraetzschmar, 48, etc.


172 REVUE BIBLIQUE.

ne continuait pas moins; son malheur serait même aggravé par la

ruine des derniers restes du peuple choisi. — 3. Si les partisans des


190 jours n'ont pas encore justifié le chiffre relatif à la première
phase de la pénitence, ils n'ont pas davantage expliqué lapparente
contradiction qu'on relève entre Ézéchiel et Jérémie au sujet de la
seconde phase. Car enfin Ézéchiel n'a-t-il pas fixé à 40 ans le châti-
ment de Juda que Jérémie avait annoncé devoir être de 70 ans?
Kraetzschmar, qui signale la difficulté, l'écarté d'une manière très

leste. Le prophète, en résumé, aurait commencé par subir


dit-il

passivement sa deuxième attaque d'hémiplégie qui dura juste qua-


rante jours; après quoi, il chercha quel pouvait bien être le sens de
cette épreuve, semblable à Osée qui, malheureux dans son mariage,
se consolait en cherchant la signification symbolique de ses disgrâces
domestiques. — Plus que tous les raisonnements, cette hypothèse
montre le vice du système.
Si l'on admet que
la durée de l'épreuve fut de 230 jours, 190 pour

Israël et 40 pour Juda, voici l'explication la plus probable qu'on


puisse donner de ces chiffres. Les 190 jours d'Israël correspondent
à la période qui va de la ruine de Samarie (72*2) à la fin de l'exil
(538) (1). L'écart entre les 190 ans théoriques et les 184 ou 186 années
de l'histoire n'est pas appréciable (2). — Comment Ézéchiel pouvait-il
prévoir cette durée avec une telle précision relative? Si l'on ne tient
pas à faire intervenir une révélation spéciale laquelle — est toujours
possible —
il suffit de constater que 190 n'est que la
, somme des
120 années écoulées entre 722 et 605 (nombre rond) et des 70 années
prédites à cette dernière date par Jérémie. — Quant aux 40 années
de Juda, tous les auteurs — à quelques exceptions près — s'accordent
à dire qu'il faut les entendre d'une manière symbolique : quarante
était pour les Sémites un nombre parfait qui rappelait les 40 années
du désert, les 40 jours de jeûne du prophète Élie. Ézéchiel a pu
avoir ses raisons pour préférer au chiffre historique 70 indiqué naguère
par Jérémie, le chiffre symbolique 40, qui passait pour représenter
la perfection de la pénitence (3). —
J'avoue que cette explication
ne satisfait pas entièrement notre curiosité, mais on se souviendra

(1) L'édit de Cyrus autorisait indistinctement tous ceux « du peuple de Jahvé » à


rentrer à Jérusalem pour y bâtir une maison à Jahvé.
(2) C'est un fait que les cbiifres, en apparence les plus précis, de la Bible — y compris
les 70 années de Jérémie — doivent souvent s'entendre avec une certaine latitude.
(3) S'il est vrai qu'Ézéchiel eût déjà tenu compte des 70 années de Jérémie dans l'esti-

mation des 190 jours, il n'y avait pas d'inconvénient à envisager la pénitence de Juda
sous un autre aspect, moins historique que symbolique.
LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES D'ÈZÉGHIEL. 173

que ce désir est également frustré dans les systèmes de 430 et de


190 jours.
On aura observé que, dans le système ici préféré, les 190 années
d'Israël coïncident partiellement avec les 40 années de Juda.
il ne

semble pas qu'on puisse y découvrir une objection sérieuse contre


la combinaison proposée. Sans doute, pour Ézéchiel, les 40 jours
de pénitence ne se confondent nullement avec les 190 qui les précé-
dèrent. Mais les iniquités de .Juda étaient aussi fort distinctes de
celles d'Israël, de même que les années de pénitence étaient accom-
plies respectivement par les coupables. — Au reste, on aurait tort
d'insister sur la somme de 190 et de 40 (on en dirait autant de la
somme de 390 et de 40), car, ni dans l'hébreu ni dans les Septante,
le prophète ne fait cette addition : c'est une preuve qu'il ne s'y
intéressait pas et qu'il n'avait pas l'intention de lui attribuer un
symbolisme spécial.
Résumons maintenant le symbole, par lequel les souffrances d'Ézé-
chiel présagent les châtiments qui atteignent ou atteindront encore
lesroyaumes d'Israël et de Juda.
De même que le prophète doit rester 190 jours immobile sur le
côté gauche,
Israël portera la peine de ses iniquités durant une période de
190 ans;
et de même que le prophète doit rester 40 jours sur le côté droit,

Juda portera la peine de ses crimes durant une période symbolique


de 40 ans.
Avant de quitter ce symbole, admirons complexité des scènes
la
muettes qui se déroulent sous nos yeux. Comme dans les pièces de
théâtre où un même personnage est contraint de jouer plusieurs
rôles, Ézéchiel cumule plusieurs fonctions; et, ce qu'il y a de surpre-
nant, c'est qu'il les réalise toutes à la fois, sans proférer une parole,
par le jeu divers de ses attitudes. Il dessine sur la brique le croquis
d'un siège, il remplit en personne l'office d'assiégeant par le port de
sa tête et le geste de son bras; par le rationnement de sa nourriture,
il prophétise la famine qui menace les assiégés, pendant que, par la
position de son corps, il figure la destinée qui attend les habitants de
la ville détruite.
Cette complexité aurait pu gêner toute autre personne qu'Ézéchiel.
Le prophète y pliait avec aisance les états de son âme et les attitudes
de son corps.
Elle pourrait aussi embarrasser i'exégète peu habitué à des coïnci-
dences pour le moins hétérogènes. Est-ce pour nous prémunir contre
174 REVUE BIBLIQUE.

un mouvement de surprise qu'Ézéchiel a joint les vv. 7 et 8 au


symbole de l'immobilité? Par là, il nous rappelait que, couché sur le
côté, il menaçait encore du bras et du visage la ville assiégée, et que,
chargé de liens, il devait attendre en toute patience la fin de son
épreuve symbolique.

5. La nourriture rationnée : iv, O"" (?), 10, 11, IG, 17.

9b. [Durant les jours que tu seras couché sur le côté..., ... jours, tu la mangeras.]
10. Et ta nourriture, tu la mangeras au poids, vingt sicles la mangeras
par jour; tu
d'un jour à un autre jour. 1 1. Et l'eau, tu la boiras à la ration, un sixième de hin d'un ;

jour à un autre jour, tu la boiras. 16. Et il médit Fils : de l'homme, voici que je vais
briser le bâton du pain à Jérusalem, et ils mangeront le pain au poids et dans l'an-

goisse, et ils boiront l'eau à la ration et dans l'épouvante, 17. afin qu'ils manquent
de pain et d'eau, qu'ils dépérissent les uns et les autres et qu'ils se consument à cause
de leurs iniquités.

Symbole. — Les questions de critique débattues au § 2 du présent


chapitre nous facilitent létude de ce symbole. On a déjà dit que le
V. 9'', s'il n'appartient pas au symbole de la nourriture rationnée,
n'est qu'une glose destinée à rattacher le symbole du pain composite

à ce qui précède. De toute manière il semble qu il y a une lacune


après le mot côté, et que le chiifre qui accompagne le moi jours est
corrompu.
On a exposé aussi les raisons pour lesquelles les vv. 16 et 17 doivent
se joindre aux vv. 10 et 11, dont ils constituent l'explication.
On ne s'attardera pas davantage à établir la réalité du symbole^
contre laquelle du reste il n'y a pas d'objection spéciale. Le ration-
nement de la nourriture doit être de quelque durée (vingt sicles par
jour, d'un jour à un autre iouv, etc.); peut-être même doit-il se pro-
longer autant que l'épreuve de l'immobilité. Un tel jeûne n'a de sens
que s'il est réellement pratiqué.
Voici en quoi consiste cette nouvelle pénitence. Le prophète doit
sévèrement rationner sa pitance quotidienne pour sa nourriture, il :

ne dépassera pas vingt sicles; pour sa boisson, un sixième de hin. Le


sicle valant 10 gr., 20 sicles représentent 327 gr., environ la moitié de

la nourriture normale d'un homme. Gomme, pendant ce temps, le


prophète devait garder un repos absolu, il n'était sans doute pas
aussi éprouvé par cette abstinence que s'il eût vaqué à ses affaires
ordinaires. Il devait néanmoins de la faim, et la
sentir l'aiguiUon
continuité des privations ne pouvait qu'ajouter au tourment de l'abs-
tinence.
La mortification n'était pas moindre sur le chapitre de la boisson.
LES SYMBOLES PROPHÉTIQUES D'ÉZECHIEL. 175

Le hin était la moitié du séah et le sixième du bath. le