Vous êtes sur la page 1sur 48

www.votre-sante.

net
Hors série
2005 Guide
alternatif des
vaccinations
Le magazine de
référence des
alternatifs
Votre santé est pour
la liberté de choisir sa
médecine.
Votre santé est pour la
liberté de prescrire.
Votre santé est pour la
liberté vaccinale.
Ces libertés, dérivées
du droit de disposer
de son corps, sont
imprescriptibles.

Coordination
des auteurs
et enquêtes
Sylvie
SIMON La vie sans vaccins
Vaccins et droit
Calendrier des vaccinations
Tribune

Avant tout ne pas nuire


La médecine officielle, qui considère Quand on observe dans sa globalité C’est l’organisme qui doit lui-même
que la santé est l’absence de maladies, l’état de santé des populations, on construire sa protection à tout instant
a conçu ce qu’on a appelé “la méde- constate que les pays qui vaccinent le et les programmes de vaccinations
cine préventive”, concept qui a permis moins sont ceux dont la population est mettent en danger ce processus long
toutes les dérives. La vedette de cette dans le meilleur état de santé possible, et lent qui conduit à l’installation d’une
médecine est la vaccination qui induit comme c’est le cas de la Suède par santé durable. En outre, cette confiance
une course sans fin. Ce processus exemple. Les pays qui ont vacciné en dans les vaccins procure un sentiment
absurde et destructeur ne fait qu’am- masse toute la population sont ceux factice et illusoire de sécurité qui amè-
plifier les problèmes et détériorer la qui connaissent les taux de maladies ne souvent les adolescents vaccinés
santé. Il ne s’agit pas de prévention les plus élevés, tels les pays de l’Est contre l’hépatite B à penser qu’ils sont
comme on le prétend, car la véritable et à présent les Etats-Unis. protégés de toute maladie sexuelle-
prévention consiste avant tout à ne pas On a constaté une augmentation ment transmissible et à négliger toute
nuire, donc à ne rien introduire dans le importante du diabète insulo-dépen- protection élémentaire et toute mesure
corps qui ne lui soit nécessaire et à ne dant chez des enfants de moins de cinq d’hygiène essentielle.
pas le traumatiser, de quelque manière ans. Comment expliquer l’apparition Dans la logique de la médecine actuel-
que ce soit. de cette maladie à un si jeune âge ? le, la vaccination nous conduit vers un
Comment peut-on penser que les vac- Pourquoi y a-t-il autant de cancers chez système de médicalisation à outrance,
cins qui introduisent dans l’organisme les enfants ? Pourquoi une maladie de de surveillance constante des virus,
des bactéries, virus, adjuvants et conser- dégénérescence se manifeste-t-elle entraînant des pressions intolérables
vateurs dangereux, tous étrangers au de manière si précoce ? L’asthme sur les populations. C’est ce que l’on
corps – sans compter des gènes recom- augmente de façon inquiétante chez appelle la médecine de troupeau, alors
binés pour les vaccins produits par l’enfant, devenant le problème numéro que chaque être humain est unique et
génie génétique –, puissent constituer un en pédiatrie. Pourquoi tant d’en- différent des autres.
une approche correcte de la santé ? fants sont-ils asthmatiques ? Il y a cent Les campagnes publicitaires en faveur
La meilleure prévention contre les ans, voire cinquante ans, ces phéno- des vaccins représentent un endoctri-
maladies est de ne pas nuire à son mènes n’existaient pas, mais à cette nement qui ressemble à un lavage du
corps, de mener une vie saine, de époque les vaccinations n’étaient pas cerveau. Tout d’abord, on pratique
manger des produits naturels, d’évi- encore généralisées. Quant à la sclé- la désinformation avec trucage des
ter les pollutions autant physiques que rose en plaques, elle était quasiment chiffres statistiques, amalgame savant
psychiques. Dans ses conditions opti- inconnue chez l’enfant avant l’intro- de l’effet protecteur du vaccin avec
males de fonctionnement, l’organisme duction du vaccin contre l’hépatite B. d’autres affections, puis une mise en
se défend contre toutes les maladies, Nous avons échangé de bénignes mala- garde de possibilités de contagion tota-
surtout si l’on évite d’agresser sans dies d’enfance contre des pathologies lement fantaisiste. Ensuite, on sème la
cesse son système immunitaire. redoutables. terreur en faisant croire à l’ensemble
Réunis en congrès au Wiener Avec tous les vaccins que nos enfants de la population qu’une épidémie la
Konzerhaus de Vienne en septembre ont reçus, comment s’exprimeront les menace, que telle maladie peut être
1983, des médecins du monde entier maladies au XXIe siècle ? Personne effroyable, mettant au même rang de
ont constaté avec inquiétude que les n’est en mesure de le dire, mais le gravité une vulgaire rougeole et une
maladies infectieuses qu’on pensait chemin tracé par les vaccinations poliomyélite paralysante. On pro-
maîtrisées réapparaissent, que les risque de nous conduire vers de très cède alors à la banalisation de l’acte
microbes résistent aux antibiotiques, graves pathologies qui s’accentueront vaccinal et enfin on répand l’affirma-
s’associent, et mutent en prenant des de génération en génération. Nous tion gratuite de l’efficacité totale du
formes plus complexes et plus dan- sommes en état d’overdose. Comment vaccin, alors que l’évidence prouve,
gereuses. Ils ont conclu qu’il fallait avons-nous pu en arriver là ? dans le cadre de la vaccination antihé-
élaborer une stratégie commune. “Le Notre manie de faire croire aux enfants patite B par exemple, que son efficacité
but des épidémiologistes n’est plus qu’il existe des “pilules” ou des “vac- ne sera mesurable que dans vingt ou
l’éradication des maladies infectieu- cins” miracles pour chaque problème trente ans et que la réponse par fabri-
ses grâce à l’emploi massif des vaccins risque de les amener plus tard à recher- cation d’anticorps ne se fait que
et antibiotiques, mais le contrôle et cher des solutions chimiques à toutes dans une proportion de 30 % à 70 %
l’amélioration de la qualité de la vie”, leurs difficultés en ayant recours aux dans les meilleurs cas.
fut la conclusion du Dr Edward Kasse, drogues, légales ou illégales. La méde-
président du Congrès. Hélas, ces sages cine a sa part de responsabilité dans
propos sont restés lettre morte ! cette accoutumance. Sylvie SIMON

2 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Sommaire

Sommaire é d i t o r i a l
Avant tout ne pas nuire ............................................... 2

Territoire sacré............................................................. 3

Vaccins, virus et microbes,


par Jacqueline Bousquet ........................................... 4

La vie sans vaccins, par Françoise Joët .................. 5

Prévention active, par le Dr Christian Charon ....... 10

La rage d’identifier, par le Dr Eric Ancelet ............. 11

Les hépatites chroniques traitées par

Territoire sacré
immunothérapie, par le Dr Laurent Hervieux ......... 16

Le dosage des anticorps,


par le Dr Laurent Hervieux ....................................... 21
Prendre soin de sa santé, respecter celle des autres et pré-
Les isothérapiques, par le Dr Laurent Hervieux .... 22 server l’environnement. Comprendre le processus des
vaccinations pour choisir de bien se vacciner, avec toutes
La myofaciite à macrophages, les garanties de succès. En récolter les bénéfices et en
par Patricia Baslé et Suzette Pirès ......................... 23 assumer les risques. Appliquer le principe de précaution.
Connaître les contre-indications spécifiques à chacun. En
Les effets secondaires du vaccin contre l’hépatite B, un mot, assumer ses responsabilités en matière de vacci-
entretien avec le Dr Marc Girard, nation pour soi, sa famille, la société, ici et maintenant,
par Sylvie Simon ....................................................... 26 mais aussi partout et pour les générations futures. La terre
et l’être humain sont des territoires sacrés. Nul n’a le droit
Vaccination contre la méningite C, d’y entrer sans y être invité.
par Michel Georget ................................................... 30 Ce guide alternatif des vaccinations a été réalisé à partir
de ces idées et avec les auteurs qui vous sont familiers.
Les vaccinations menacent-elles Vous les rencontrez dans vos associations, leurs cabinets
notre équilibre biologique interne ? de consultation, les congrès, les conférences et les ras-
par Jean-Marie Mora ............................................... 33 semblements alternatifs. Ils représentent l’autre médecine,
respectueuse de votre intégrité. Ils sont les acteurs de cette
La vaccination antitétanique, médecine moderne privilégiant les traitements de fond, de
par le Dr Jean Méric ................................................. 34 terrain, individualisés, sans médicaments toxiques.
La vaccination est un acte médical personnalisé. Les
Le vaccin au royaume d’Ubu, vaccinations de masse sont dangereuses. Mais, vacciner
par Sylvie Simon ....................................................... 36 l’ensemble des populations contre toutes les maladies
représente un énorme marché, pratiquement inépuisable,
Da Vaccini code, Jean-Pierre Joseph ..................... 39 source de profits financiers considérables pour les action-
naires des multinationales du médicament. Aujourd’hui, les
Vaccin et droit, par Me Thierry Fenoy ..................... 43 marchés boursiers gouvernent le monde. Le matraquage
publicitaire des marchands de vaccins et la propagande
Calendrier des vaccinations, du BEH ..................... 46 officielle s’acharnent à nous faire croire que la vaccination
est la solution miracle pour rester en bonne santé.
Les associations ....................................................... 47 Face à cette publicité unilatérale, il est essentiel que chacun
ait accès à des informations différentes. Ce guide alter-
natif pour les vaccinations est réalisé afin que vous soyez
informé pour choisir en toute connaissance de cause.
Pierre JEAN

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 3


Histoire

Vaccins, virus et microbes


Il est aujourd’hui reconnu que Pasteur fut un faussaire. Béchamp, Tissot et d’autres l’avaient en leur temps dénoncé.
Leurs expériences irréfutables ont montré que l’approche de Pasteur concernant les microbes était fausse, lui-même
l’ayant reconnu sur son lit de mort !

Comment expliquer l’absence de criti- La physique nous apprend qu’à ne sont pas les techniques de stérili-
ques depuis cent ans ? La communauté une vibration correspond toujours sation de plus en plus sophistiquées,
scientifique, une fois de plus, s’est une forme, et vice versa. C’est ainsi coûteuses et agressives, qui permet-
satisfaite de vues à court terme : la qu’un terrain affaibli laisse émerger tront d’enrayer ce fléau.
disparition du microbe ou du virus et des constituants qui, normalement, Où trouve-t-on des bacilles chez les
l’apparente éradication de la maladie. ne se manifestent pas. Les préten- individus sains ? Partout où des cellu-
Si l’on peut faire apparaître tel microbe dus “agresseurs” : microbes, virus et les meurent, libérant leurs constituants,
ou tel virus en fonction de la composi- autres prions ne sont rien d’autre que sur la peau, dans les cavités naturel-
tion du milieu de culture, il faut bien des constituants cellulaires. Ce sont les, un maximum se retrouvant dans
admettre qu’il était déjà présent dans les donc des produits endogènes et non l’intestin, car il est le lieu d’aboutis-
cellules et que seule la nature du terrain des “agresseurs venus d’ailleurs”. Il sement d’un processus de destruction
lui permettait ou non de se manifester. est alors aberrant de vouloir immuni- du bol alimentaire. Evidemment, ces
Louis Pasteur l’avait d’ailleurs lui-même ser un organisme contre ses propres bacilles ne sont pas pathogènes. Ils
prouvé dans une communication à l’Aca- constituants ! En procédant ainsi, on ne sont que les témoins d’un proces-
démie des siences. Il a démontré le rôle change la nature du terrain, donc la sus vital nommé catabolisme. Partout
du stress sur le résultat de l’inoculation vibration, et le virus ou microbe ne se où des cellules meurent – lors d’une
du bacille du charbon en présentant deux manifeste plus. injection par exemple – elles libèrent
poules inoculées. Seule est morte celle La conséquence en est qu’une autre ces fameux “agresseurs” que certains
qui avait été soumise à une exposition pathologie aura des chances de faire s’obstinent à rendre responsables des
au froid avant l’injection. son apparition ; personne, ou presque, maladies, alors qu’ils n’en sont que
Pourquoi a-t-il fallu attendre si ne songera à la relier à cet acte barbare les témoins.
longtemps pour avoir accès à ces infor- et contre nature qui consiste à intro- Il est nécessaire que le public ait une
mations ? Pourquoi le point de vue duire dans l’organisme : approche rigoureuse des données du
d’un savant comme Antoine Béchamp • Une infâme mixture à base de cel- problème afin d’autoriser ceux qui
n’est-il pas enseigné dans les facultés ? lules immortelles (cancéreuses), de voudront se donner la peine de réflé-
Cela permettrait à des chercheurs de sérum de veau fœtal (vive les prions). chir à réclamer la juste liberté d’un
vérifier la véracité de ses travaux. Ainsi • Le fameux adjuvant de Freund, puis- choix pour eux-mêmes pour ne pas
le scandale des vaccinations – erreur sant oxydant sans lequel il n’y aurait subir des agressions obligatoires, sou-
médicale s’il en est – ne serait pas per- pas “d’immunisation”, et pour cause ! tenues et perpétuées par l’inqualifiable
pétué. Or il se poursuit à cause d’un On prétend éradiquer des maladies comportement des “experts” dont
matraquage médiatique, de manipu- alors que l’on en fait émerger de l’information archaïque signe l’ina-
lations et de publicité abusive, afin de nouvelles, celles-ci pires encore, en daptation à l’évolution des sciences.
préserver les énormes intérêts finan- refusant – par méconnaissance des La motivation n’est plus, loin s’en faut,
ciers liés aux vaccinations massives. mécanismes du vivant – de reconnaître la santé des peuples, mais la rentabilité
Ces dernières contribuent au déficit les conséquences néfastes du déplace- et la fortune des laboratoires pharma-
majeur de la Sécurité sociale. ment du terrain. ceutiques.
Aujourd’hui, il est temps de mettre un Dès lors, comment s’étonner de la mon- La vaccination reste l’un des plus
terme à ces mensonges. La nouvelle tée en flèche des maladies nosocomiales grands scandales à venir, source de
médecine, celle de l’information, nous (contractées dans les hôpitaux) ? A nombreux procès qui devraient per-
permet une approche de la maladie l’ère de l’asepsie, recherchée à grands mettre aux victimes la reconnaissance
totalement différente. Elle nous fait frais dans ces établissements, le combat de leurs souffrances, causées par ceux
considérer les vaccinations comme l’une est perdu d’avance, comme tous ceux qui avaient pour mission de les proté-
des plus grandes erreurs de notre temps, de la médecine issue de l’expérimenta- ger et parmi lesquels, nous l’espérons,
le vestige médiéval d’une approche tion animale, d’ailleurs, puisque c’est il n’y aura plus de “responsables mais
antiscientifique, qui refuse de prendre seulement le taux vibratoire cellulaire pas coupables” !
en compte le “terrain”. Et pourtant, que qui permet – ou non – l’émergence des
n’a-t-on rabâché : “Le microbe n’est fameux “agresseurs”. Jacqueline BOUSQUET
rien, le terrain est tout !” L’état de délabrement de certains mala-
Jacqueline Bousquet, Dr ès-sciences biologie-
Le terrain est caractérisé, parmi d’autres des, ajouté à l’agression des traitements biophysique, chercheur honoraire au CNRS,
spécificités, par le taux vibratoire de médicaux, permet de comprendre le est l’auteur avec Sylvie Simon du Réveil de la
nos cellules et de nos organes. surgissement de ces pathologies. Et ce conscience.

4 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Information santé

La vie
sans
Dès que l’enfant paraît, de mauvaises
fées se penchent sur son berceau pour
vaccins
de soucis. Tous deux s’accusent de
négligence : “Il faut le vacciner tout
c’est bien un prodige. Une si petite
chose capable de continuer sa progres-
inscrire au trèfonds de son cerveau la de suite, parce que si jamais…” sion jusqu’à atteindre 1,80 mètre et
malédiction pasteurienne “Le microbe Mais, les mauvaises fées ne disparais- 90 kilos simplement en mangeant et en
t’assaillira et malade tu seras.” Pire, sent pas après le premier acte, elles respirant ! Quelle extraordinaire per-
ces mauvaises fées poursuivent les reviennent : “Et les rappels !”, cla- formance ! En plus, même si mamy a
parents et martèlent dans leur tête, ment-elles. Les parents consultent le remarqué qu’il ressemblait beaucoup à
déjà si troublée par la venue du bébé, calendrier vaccinal, fixé au frigo par un papy, il est unique, car, comme l’a dit
des mots que l’écho répète à l’infini magnet. “Mon Dieu, on a laissé passer Tchekhov, qui aurait été un farouche
“Vaccination égal protection”. L’enfant la date, va falloir tout recommencer!” opposant au clonage : “L’état normal
grandit petit à petit et à chaque dent qui L’angoisse resurgit et les visions d’un homme est d’être original.”
naît, à chaque pas chancelant réalisé, d’horreurs se multiplient : le bisou de Reconnaissons que la nature seule, ou
à chaque mot babillé, les mauvaises la cousine, le bac à sable du parc, la le “Grand Créateur”, ou bien “l’intel-
fées virevoltent pour rappeler, baguette baignade avec les petits camarades, le ligence universelle”, donnez-lui le
levée, la règle qu’il ne faut pas enfrein- genou écorché, la chute de vélo, tout nom que vous voudrez, a conçu une
dre : “Vaccination ou sanction”. peut devenir un drame. Alors, vite, on merveille. Croyez-vous que ce “Grand
Difficile dans ce contexte de garder la prend rendez-vous chez monsieur X, Créateur” se serait dit tout à coup, à la
tête froide. Un petit être sans défense, le sauveur à la seringue. fin du XVIIIe siècle : “Zut, j’ai oublié les
plein de potentiel, porteur de tous les Et ainsi de suite, tout au long de la vie, vaccinations !” ? D’ailleurs, comme l’a
espoirs, dans lequel les parents ont la peur nous conduit. dit très justement Léonard de Vinci :
mis tous leurs rêves, pourra-t-il sur- Mais elle nous conduit où ? “La nature ne connaît pas d’inventions
vivre sans vaccinations ? C’est alors Elle nous conduit là où les autres veu- sans nécessité.”
que surgissent des visions d’horreurs lent nous mener.
où se mêlent dans un fondu enchaîné, Un bon conseil, laissez la peur entre Le bébé sait se protéger des
les flashes de la télé, les oiseaux de les mains de ceux qui la manipulent agressions extérieures grâce tout
mauvais augure qui font la pluie et le et redressez la tête. Les manipulateurs d’abord à des défenses naturelles
beau temps dans les médias, les paro- cesseront, alors, de l’utiliser. Comment ce prodige est-il possible ?
les suaves des conseillers en affaires Grâce à trois compères inséparables :
familiales, les invectives du médecin La nature ne connaît pas d’inventions le système nerveux, le système endo-
traitant, et tout s’embrouille, l’enfant sans nécessité crinien et le système immunitaire. Ils
pleure, saigne, se tord, vomit, devient Vous avez mis la peur au vestiaire et s’épaulent, communiquent entre eux et
blême. “Au secours, mon enfant est en vous allez bien dormir. Maintenant, surveillent tout ce qui se passe dans le
danger”, s’écrit la maman affolée et regardons les choses en face. Vous corps. Systèmes d’alerte, de contrôle,
toute bouleversée. Elle téléphone au êtes une maman comblée et un papa d’échanges. Eh bien, parlons-en.
docteur, qui aussitôt la rassure: “Passez comblé ; bébé profite, s’épanouit, • Le système nerveux n’est pas com-
demain à mon cabinet !” Ouf ! la maman vous sourit, découvre émerveillé ce plètement fonctionnel au début de la
se rassérène et se libère de ses angois- qui l’entoure ; il dort comme un chat vie. Ce n’est que lorsqu’il est recouvert
ses en les confiant au papa qui vient après la tétée ; le prodige d’une vie d’un tissu nourricier et protecteur (la
de rentrer de son travail, la tête pleine en devenir est sous vos yeux. Oui, myéline) qu’il devient opérationnel

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 5


Information santé

et que ses cellules et leurs multiples extérieures grâce tout d’abord aux est associée à l’intervention d’une
connexions peuvent fonctionner. Or la défenses naturelles que sont la peau carte d’identité biologique individuel-
myéline ne recouvre l’ensemble des (les agents infectieux ne peuvent la le appelée HLA (Human Leucocyte
axes nerveux qu’à la fin de l’adoles- traverser), les muqueuses (plus fines Antigen) sous la commande du code
cence, après la puberté. Avant cela le que la peau et qui ont un rôle d’ab- génétique. On comprend bien que
système nerveux n’a qu’un rôle passif : sorption), les sécrétions, notamment c’est dans la confrontation nécessaire
comme une mémoire, il emmagasine de la sphère respiratoire (qui consti- avec son environnement que s’élabore
toutes les expériences vécues et les tuent une barrière à la pénétration des l’immunité spécifique et donc l’iden-
émotions. Une fois solidifié, le sys- germes ; on constate l’augmentation tité immunitaire de l’enfant, mais cela
tème nerveux prend les commandes des mucosités lors d’un phénomène se fait grâce à l’intervention préalable
de l’organisme et contrôle tout grâce inflammatoire, rhume, rhino…), la de l’immunité naturelle. Le respect
à la rapidité de son système d’infor- motricité intestinale (qui est accélé- de cette hiérarchie naturelle est indis-
mation. rée en présence de certaines toxines pensable à la construction d’un “moi
• Le système endocrinien (on dit aussi microbiennes pour limiter leur contact immunitaire” fort. Autrement dit, sans
hormonal ou glandulaire) prépare l’ac- avec la paroi intestinale, les coliques et immunité naturelle, il ne pourrait pas
tion du système nerveux. Il gère tous la diarrhée contribuent à l’élimination élaborer une immunité spécifique.
les phénomènes généraux du corps et de ces toxines) et la flore bactérienne L’enfant n’est capable de distinguer le
agit sur tous les organes en distribuant (constituée de germes qui sont des “soi” de ce qui est différent du “soi”
des hormones dans le sang. Il déter- hôtes pacifiques et utiles à la vie de (appelé aussi “non-soi”) qu’à travers un
mine, par conséquent, l’individu dans l’organisme, essentiels dans la sphère apprentissage sous la protection de son
sa spécificité. Il est prépondérant dans intestinale et gynécologique ; il faut immunité naturelle. Si l’on respecte cet
l’enfance. A l’âge adulte, il est arrivé savoir qu’il existe 100 000 milliards apprentissage dans son déroulement
à maturité et sera performant pour de germes pour 10 000 milliards de normal, la qualité des acquisitions et
aider le système nerveux à prendre cellules dans un même organisme, l’efficacité du système immunitaire
les commandes de l’activité de l’in- soit 10 fois moins de cellules que de peuvent être garanties.
dividu. Ensuite, il va progressivement germes).
s’éteindre jusqu’à disparaître avec le A la naissance, l’enfant n’a qu’une Le système immunitaire se
grand âge. immunité naturelle. Au fur et à perfectionne sans cesse au cours de
• Le système immunitaire est imma- mesure qu’il est confronté à son envi- la vie
ture à la naissance. Il va avoir son ronnement, il fait connaissance avec Vous avez compris que votre enfant
apogée puis fonctionner au meilleur des éléments extérieurs pas toujours sait se défendre dès qu’il naît. Il faut
de sa forme pour enfin décliner légère- bien intentionnés. C’est alors qu’il voir maintenant les différentes étapes
ment en fin de vie. Chez le nouveau-né, construit progressivement un sys- qui marquent la consolidation de ses
il est peu élaboré mais essentiel. Il sera tème de défense plus élaboré et plus défenses.
fortifié par l’allaitement maternel. Le personnel comportant une mémoire, Les trois premières semaines de la
bébé sait se protéger des agressions c’est l’immunité spécifique. Celle-ci vie sont une mise en marche de tous les
éléments vitaux dont dispose le bébé.
Il est protégé (normalement) par les
anticorps que sa mère lui a transmis.
Ces anticorps peuvent perdurer, dans
son organisme, plusieurs semaines.
On considère qu’il commence à fabri-
quer vraiment les siens vers l’âge de
6 semaines. Les liens entre la mère
et l’enfant sont très forts durant cette
période.
De six mois à 2 ans, à part les pous-
sées dentaires bien désagréables, c’est
une période de calme sur le plan infec-
tieux. Les glandes surrénales confèrent
robustesse et vigueur au bébé. Si des
infections sévères se produisent, cela
témoigne d’une faiblesse structurelle
de l’organisme.
Entre 2 ans et 7 ans, c’est là un
moment essentiel dans l’acquisition
de l’identité. En effet, l’enfant passe
du stade de bébé indifférencié à celui
de petit garçon ou petite fille, ceci

6 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Information santé

sous l’effet de la glande thyroïdienne,


glande de l’émotion et de la sensibi-
lité. L’enfant est extrêmement réactif
et présente de fortes poussées de fièvre
dues aux sécrétions thyroïdiennes qui
activent les combustions dans tous les
tissus. La fièvre est un mécanisme de
nettoyage et d’élimination qu’il faut
respecter. La fièvre tue les bactéries et
elle nettoie, en les brûlant, les déchets
qui menacent l’organisme d’encrasse-
ment. Elle accroît le débit des liquides
physiologiques, en parti-culier dans le
foie, organe essentiel de détoxification.
Vous le savez bien, c’est la période des
maladies infantiles qui rendent les
enfants rouges, boutonneux, enflés fati-
gués et plaintifs. Mais quand ils en ont
triomphé, ils ont mûri, grandi, gagné en
conscience. Il s’agit de maladies qui ne
sont que des réactions de défense utiles, tés d’adaptation, pour toujours assurer Pourquoi les hommes s’évertuent
qui indiquent une immunité combat- l’identité de l’être, que notre espèce a à dérégler une machine aussi
tante, contrairement aux maladies de pu survivre aux innombrables agents performante que le corps humain ?
dégénérescence (cancer, sida, etc.) qui pathogènes et à leurs mutations. Que constate-t-on ? Un paradoxe : la
indiquent que le système immunitaire Les événements de l’existence forgent santé dans le monde tend à se dégrader,
est inopérant. On peut expliquer la per- le caractère, disaient nos grands-pères, alors même que la connaissance et les
manence de ces “mues douloureuses”, et ils avaient raison. Il faut se heur- techniques progressent. Il serait temps
qui marquent un passage obligé, par le ter à la réalité et faire fonctionner les de se demander pourquoi. Pourquoi
fait que nous avons gardé en mémoire capacités de lutte de notre système les autorités n’approuvent que des
dans nos gènes toute l’histoire de l’hu- de défense. Autrement dit, il faut solutions qui mettent en danger l’être
manité écrite au cours de millénaires. rencontrer les germes pour être plus humain ? Pourquoi les hommes s’éver-
En quelques jours, resurgissent les sou- fort. Cela ne veut pas dire qu’il faut tuent à dérégler une machine aussi
bresauts qu’ont connus nos lointains maintenir autour de soi des bouillons performante que le corps humain ?
ancêtres et qui ont marqué l’espèce de de culture microbienne et vivre dans “C’est une triste chose de songer que
façon indélébile. Les maladies infanti- la crasse, par exemple. L’hygiène est la la nature parle et que le genre humain
les sont une résurgence de ce passé et règle d’or de la santé. Non, il faut tout n’écoute pas”, se lamentait Victor
elles sont nécessaires à la maturation simplement laisser œuvrer le système Hugo.
de notre “moi”. immunitaire et ne pas l’entraver ni le Toutes les grandes épidémies du passé,
De 7 ans à la puberté, le système perturber. Il fera son office et combat- dont les vaccinalistes agitent le spectre
immunitaire termine son installation. tra la maladie mieux que quiconque. à tout bout de champ, sont nées dans un
Cette période est sous le contrôle de Certes, il faudra parfois l’aider, si la contexte de stress, de bouleversements
l’hypophyse, la glande qui produit les charge pathogène est trop forte ou si écologiques et d’accumulation de mias-
hormones de croissance. Parallèlement, les agressions extérieures se conju- mes. Seules les mesures d’isolement,
le thymus, glande qui fabrique les guent (stress, fatigue, émotions…), de soins aux malades, et d’hygiène
cellules du système immunitaire (les mais avec sagesse et bon sens. générale ainsi que l’amélioration des
lymphocytes T, T comme thymus) et Dans ce tableau, pas de place pour conditions de vie ont permis leur dis-
qui a commencé à décroître dès l’âge la peur ni l’angoisse, génératrices de parition. On peut y ajouter les remèdes
de 2 ans, va se mettre en retrait après maladies. La confiance dans nos forces issus d’une meilleure connaissance du
6 ans, pour se retirer définitivement est notre assurance sur le chemin de fonctionnement du corps humain. En
quand la glande génitale entre en acti- la santé. “Toutes les fleurs de l’avenir aucun cas, les vaccinations de masse
vité et achève de préparer l’individu à sont dans les semences d’aujourd’hui”, n’ont eu raison de ces épidémies.
son statut d’adulte. L’identité immu- dit un proverbe chinois. L’enfant doit A ceux qui vous disent qu’on a éradiqué
nitaire est alors considérée comme vivre sa vie d’enfant, à son rythme, des tas de maladies grâce à la vaccina-
acquise. Quelle belle mécanique ! l’adolescent doit passer sa crise, pour tion, demandez : “Lesquelles ?”. Aux
Immature à la naissance, le système que l’être humain devienne vraiment mêmes qui disent qu’on sauve des vies
immunitaire se perfectionne sans cesse un adulte. Et ce n’est pas être “ringard” en vaccinant, demandez : “Sauvées de
au cours de la vie en synchronisation que de dire cela. Ne craignez pas les quoi ?”. La mort n’est pas l’aboutisse-
avec l’élaboration de la personnalité de éventuels ricanements des mauvaises ment d’une maladie infantile. Quant
l’individu. Et c’est grâce à ses capaci- fées. aux autres maladies contre lesquelles

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 7


Information santé

on vaccine, les moyens prophylacti-


ques et curatifs existent et c’est sur ces
moyens que doivent porter les efforts
tant financiers qu’humains.

Qu’ont apporté les vaccinations au


monde moderne ?
Globalement et en toute objectivité,
le bilan est vraiment désastreux. Les
“bienfaits” des vaccinations ? Les
voici :

1. Les désordres immunitaires


Les vaccinations empêchent le système
immunitaire de fonctionner normale-
ment. Celui-ci, surchargé, finit par
faire n’importe quoi ne comprenant
plus les messages qu’il reçoit. Il peut
notamment fonctionner à l’envers et
générer des maladies auto-immunes,
maladies qui étaient extrêmement
rares avant l’ère de la vaccination.
Leur augmentation, aujourd’hui, est 3. Les maladies génétiques ainsi que des troubles caractériels dont
considérable. Les virus vaccinaux, en pénétrant dans la société entière paie les conséquen-
On substitue à notre système de défense le génome des cellules, peuvent engen- ces. Combien d’enfants handicapés
des artifices et une pseudo-protection drer des altérations chromosomiques après vaccination se retrouvent en
moins efficace et non durable (il faut ou d’autres effets plus subtils qui peu- institution ? Combien de familles
faire des rappels). On oblige l’enfant vent être hérités par les générations sont détruites par le handicap d’un ou
à faire plusieurs maladies à la fois suivantes. Selon la loi de l’entropie, de plusieurs enfants ? Une chape de
(avec les vaccins multiples) alors que plus on agit dans l’Ordre, plus on crée le plomb recouvre ce problème et c’est
naturellement le corps ne fait jamais Désordre. Ainsi, les petits-enfants sont la loi du silence qui règne.
plusieurs maladies en même temps. susceptibles d’hériter de leurs grands-
parents une maladie dite “génétique”, 5. La facilitation du franchissement de
2. Les maladies virales et les maladies appelée ainsi parce qu’on ne sait pas la barrière des espèces
chroniques expliquer son origine. Aujourd’hui, une Les vaccins actuels, en particulier les
Les vaccinations nous aident à chan- soixantaine de maladies “orphelines” vaccins recombinants, qui sont des chi-
ger de maladie. Les vaccins à virus sont répertoriées, et la liste s’allongera. mères, agissent comme des OGM et
(variole, rougeole, oreillons, rubéole, Les atteintes des vaccinations sont bien représentent un danger nouveau pour
hépatite A et B, fièvre jaune, rage, loin de se limiter à celles qui se pro- l’humanité. En mariant de l’ADN ani-
varicelle, polio, grippe) nous ont duisent dans les heures et les jours qui mal à de l’ADN humain ou à de l’ADN
entraînés vers l’émergence de mala- suivent l’inoculation. Il faut se préoc- végétal, puis en l’introduisant dans le
dies virales aujourd’hui innombrables cuper des effets sur le long terme, qui corps, nous brisons les protections natu-
alors qu’auparavant les maladies bac- sont hélas, comme on le voit, souvent relles qui ont toujours empêché que les
tériennes prédominaient. Celles-ci irréversibles. espèces ne se croisent et ne produisent
étaient plus spectaculaires (forte fiè- des monstres ; la nature ne le tolère
vre, éruption, etc.) mais on en sortait 4. La dégradation des fonctions du pas. Depuis le premier vaccin (anti-
vainqueur la plupart du temps, à moins cerveau variolique), des cellules animales ont
d’une vulnérabilité particulière. Les La plupart des virus ont une affinité été introduites dans le corps humain,
maladies virales sont très difficiles à pour le système nerveux et vont s’y créant une passerelle entre l’homme
soigner et prennent des formes sour- loger directement, à l’abri des anti- et l’animal. Certes, des micro-organis-
noises difficiles à diagnostiquer. Elles corps. Et c’est là qu’ils font le plus mes cohabitent chez plusieurs espèces
accentuent la dégradation du terrain. de dégâts (encéphalite, méningite, et peuvent parfois provoquer des zoo-
Le plus grave, c’est l’installation atteinte de la myéline, tumeur…). Les noses (maladies transmises de l’animal
dans les populations de maladies bactéries et les toxines, qui sont infec- à l’homme). Mais avec les vaccina-
chroniques dégénératives de pronos- tées brutalement dans l’organisme, ne tions, ce n’est pas le même processus :
tic grave (sida, cancer…) à cause du sont pas en reste; elles suivent le même l’homme “s’animalise” et brouille
pouvoir transformant des virus vacci- tracé. La vaccination crée un état de son identité. Problème suffisamment
naux et de l’effondrement du système choc entraînant irrémédiablement des inquiétant pour que l’Académie des
immunitaire. lésions et des altérations cognitives sciences et l’Académie de médecine se

8 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Information santé

soient penchées sur le lien entre mala- 7. La dépendance Vivre sans vaccinations ? Vous avez
dies humaines et maladies animales à La vaccinologie est la plus extra- maintenant, je suppose, une réponse
l’Institut de France en juin 2004. ordinaire machine à conditionner les personnelle à cette question. Tout est
individus. Nous sommes devenus com- dans notre corps et dans notre cer-
6. La fausse sécurité plètement dépendants d’un système veau. Face à l’angoisse permanente
En laissant croire que “vaccination basé sur l’acceptation des drogues. dans laquelle nous plonge la médecine
égal protection”, que “se vacciner, Notre corps a été “obligé” de recevoir d’aujourd’hui, ayez un sursaut salutai-
c’est éviter la maladie” (publicité pour des injections répétées de produits re, retrouvez votre conscience et faites
le vaccin antihépatite B), les gens “non naturels” et il est devenu per- usage de votre bon sens. Ce n’est pas
pensent qu’avec cette combinaison de missif à tout. Des cellules animales, difficile. Ne vous nourrissez pas de
protection ils peuvent tout faire. La des métaux lourds, des toxiques avé- catastrophisme, ceux que manient cette
vaccination leur enlève la notion de rés, de l’ADN trafiqué, etc., tout ce arme de pouvoir s’amusent de vous
responsabilité et les pousse vers des qui se trouve dans un vaccin ouvre la voir trembler. Ne leur donnez pas ce
conduites à risque. On aboutit exac- porte à l’acceptation des autres “cock- plaisir. Affichez votre belle confiance
tement à l’inverse de ce que devrait tails nocifs”. Le chemin est tracé vers dans la vie. C’est dans les périodes
être une vraie prévention. Résultat, les l’addiction aux drogues douces ou qui paraissent ténébreuses qu’il faut,
maladies sexuellement transmissibles dures, à la “mal-bouffe”, aux OGM, au contraire, montrer sa vitalité, en
sont en expansion avec réapparition de à l’air vicié, à l’abrutissement télévi- réalisant qu’on a eu peur pour rien,
la syphilis. Et ce n’est qu’un exemple. suel, au dopage sportif, et j’en passe. qu’on a cru à des sornettes. Bien sûr,
L’homme moderne ne se rend pas Vous pensez qu’il n’y a pas de lien ? vivre c’est prendre des risques, mais
compte du chantage : croire à la Réfléchissez et vous verrez que les que l’on choisit et qui composent notre
vaccination, sinon c’est l’enfer. La vaccinations façonnent un être humain destin. La “science”, par contre, nous
vaccination balaie la peur et installe la malléable, soumis et vulnérable et, par offre une panoplie de dangers bien plus
foi, voire le fanatisme dans ses formes conséquent, en demande constante redoutables. Devons-nous les choisir
extrêmes. Pourtant, il ne s’agit pas de d’aide, même pour des petits bobos sans réfléchir ?
religion, mais de médecine. On abou- ou chagrins, donc prêt à tout. Même
tit exactement à l’inverse de ce que si d’autres éléments sont en jeu dans Françoise JOËT,
devrait être une vraie science. Résultat, ce processus, les vaccinations sont présidente de l’association ALIS
on continue à nier les pathologies le facteur le plus sournoisement des-
consécutives au vaccin contre l’hépa- tructeur. Association Liberté Information Santé
tite B, pourtant patentes, parce que 19, rue de l’Argentière, 63200 Riom.
l’on est dans la croyance. Et ce n’est 8. La désinformation Tél.-fax : 04 73 63 02 21.
qu’un exemple. Depuis Pasteur, le mensonge a fait son Email : <info@alis.asso.fr>
N’est-ce pas l’OMS elle-même qui a entrée officielle en science. Il n’y a pas
parlé d’une “confiance exagérée dans le de domaine où le mensonge soit plus
BCG”… ? (cf. Le DOTS, éd. ALIS) flagrant qu’en vaccinologie. Le jour ALIS est une association loi de 1901.
où Pasteur a approuvé l’imposture de ALIS réclame la liberté de choix en matière
de vaccinations.
son complice Brouardel (cf. Courrier ALIS organise des conférences et diffuse de
d’ALIS, n° 40, p. 34), nous avons été l’information.
embarqués dans un système de superche- ALIS édite une revue trimestrielle Le Courrier
rie, de faux-semblants, de tromperie, de d’ALIS.
fraude, d’improbité sans nous en rendre
compte. Et cela dure depuis plus d’un siè-
cle. Tous les acteurs du scénario vaccinal
sont englués dans la désinformation, Bibliographie :
L’Enfant autrement, sous la direction du
dont ils sont eux-mêmes victimes, tout Dr Louis D’Aste, éd. Du Graal, 1995.
autant que le public, qu’ils maintiennent Médecine anthroposophique, Dr Victor Bott,
volontairement dans l’ignorance. Nier éd Triades, 1987.
les accidents vaccinaux, ne publier que La Rançon des vaccinations, Simone Delarue,
ce qui est favorable aux vaccinations, 1988, Ligue nationale pour la liberté des vac-
cinations.
biaiser les résultats des études, être juge Le DOTS, éd. ALIS, 2001.
et partie dans les questions litigieuses, Live Viral Vaccines, Pr Richard DeLong, 1996,
falsifier les rapports d’expertise, faire du Carlton Press, New York.
chantage pour que règne la loi du silence, Maggiorenne e vaccinato o diritto alla vita ?,
tel est le tableau que l’on peut dresser en Giorgio Tremante, éd. Macro edizioni, 2001.
Des enfants sains même sans médecin, Dr Ro-
ce début de siècle lorsque l’on évoque le bert Mendelsohn, éd. Soleil, 1989.
domaine de la vaccination. Avouez que Les Vérités indésirables. Comment on falsifie
cela fait tache sur la haute idée que l’on l’histoire - le cas Pasteur”, Dr Philippe De-
se faisait de la science ! court, Archives Claude-Bernard, 1989.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 9


Prévention

Prévention active
Face à cette maladie, les médecins généralistes sont confrontés à trois types de situations : la prévention de
l’hépatite B, la vaccination contre l’hépatite B et la contamination par le virus. Le Dr Christian Charon nous fait
partager son expérience du terrain.

La prévention active mobilise l’indivi- La vaccination nucléique viral circulant qui apprécie
du de façon volontaire. Elle consiste à Après la vaccination, il faudra d’abord l’activité virale.
faire prendre conscience à chacun qu’il renforcer le terrain, soulager le système Le médecin insistera sur une alimenta-
est responsable de sa santé, qu’il peut immunitaire. Pour plus de la moitié, il tion de détoxication rigoureuse,
gérer son capital santé. Cela débouche stationne au niveau du tube digestif et du prescrira des plantes hépatorégénéra-
sur une modification de l’hygiène de foie. Il est donc important de bien sui- trices (Desmodium, chardon-marie),
vie, de l’alimentation, de la pensée, vre les conseils d’hygiène alimentaire, des plantes antivirales (Ravensara
et la pratique régulière d’une acti- de cure, de régime de désintoxication aromatica, Rouge nopal), de l’homéo-
vité saine, pour se forger un terrain (régime Seignalet, monodiète, régime pathie (Phosphorus) et des stimulants
suffisamment fort pour résister aux cellulosique, jeûne). immunitaires (le shii-ta-ké et la vitami-
infections virales. Souvent, la pollution de notre organis- ne C à bonne dose). L’enzymothérapie,
Avec la possibilité de contamination me est due à notre alimentation : aux en facilitant la digestion, diminuera les
par voie sexuelle ou sanguine, les cultures industrielles (pesticides, insec- fermentations et soulagera le travail
moyens de prévention les plus logi- ticides), au stockage (fongicides), à sa du foie. L’utilisation des probiotiques
ques sont d’éviter tout contact entre transformation (cuisson et molécules semble indispensable. Le réensemen-
du sang potentiellement contaminé et de Maillard, colorants, conservateurs, cement de la flore intestinale renforce
des muqueuses sans précautions préa- agents de sapidité), au choix d’ali- la première barrière de l’intestin.
lables, d’utiliser des préservatifs avec ments indigestes pour certains d’entre La muqueuse intestinale (seconde bar-
le partenaire dont on ne connaît pas le nous (le lait pour les adultes dépourvus rière) sépare le monde extérieur, le bol
résultat des sérodiagnostics. de lactase, par exemple). alimentaire, de notre monde intérieur le
Le vaccin est-il de la prévention ? Il faudra connaître et bien comprendre plus intime, notre sang. Son étanchéité
C’est un acte médical fait pour stimu- l’importance des associations alimen- est indispensable. Elle sera fonction de
ler les défenses de l’organisme, évitant taires qui peuvent être à l’origine de la qualité des membranes cellulaires. La
ainsi que le virus ne prenne racine dans fermentation et de putréfaction, entraî- nutrithérapie – en particulier certains
l’organisme. Le vaccin est donc un nant une inflammation de l’intestin. Il acides gras essentiels – aura là un inté-
médicament. Comme pour toute pres- devient alors poreux et laisse entrer les rêt certain. Veiller également à ce que
cription médicale, le médecin devra toxines jusqu’au foie. Cette surcharge l’organisme élimine bien ses déchets
s’assurer de l’innocuité de sa pres- de travail ne facilite pas celui du sys- (selles régulières, pH urinaire neutre).
cription pour la personne concernée, tème immunitaire. Puis on pourra utiliser différents
à court et à plus long terme. Le médecin pourra aider ces vaccinés outils de modulations immunitaires :
La vaccination contre l’hépatite B des à se désintoxiquer à l’aide de plantes autovaccins intestinaux par voie orale
nourrissons, qui a priori n’ont pas de drainantes en phytothérapie ou en et intradermique ; immunothérapie
relations sexuelles et avec qui l’on homéopathie, puis proposer une théra- infinitésimale en perlinguale ; l’ozono-
prend les précautions d’usage lors de pie séquentielle à l’aide d’isothérapie thérapie par voie sanguine (la grande
contacts sanguins, semble un comble. de vaccin (souvent assez performante autohémothérapie par voie veineuse se
Pourquoi vacciner un enfant dont le chez les enfants). fait en quinze minutes au cabinet avec
système immunitaire n’est pas encore l’ozone, un puissant antiviral).
mature ? Soigner l’hépatite B Dr Christian CHARON,
Un grand doute persiste quant à la non- Pour apprécier l’état du système vice-président de l’A2N
iatrogénicité de ce vaccin malgré toutes immunitaire, un bilan initial est
les annonces qui se veulent rassurantes indispensable : avec un profil protéi- Association nationale des naturothéra-
de la part du milieu officiel. Dans le que, un typage lymphocytaire et une peutes (A2N), 79, rue de Tocqueville,
doute, il est préférable de s’abstenir. sérologie, en particulier de l’acide 75017 Paris.

10 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Réagir

La rage d’identifier “Qui veut noyer son chien...”


Un exemple édifiant de manipulation de l’information. Coïncidence ?
Au moment où l’Etat inféodé aux multinationales s’apprête à imposer une mesure injuste et arbitraire : l’identification
électronique de tous les animaux de compagnie, miracle ! un cas de rage surgit à point nommé pour amplifier la
peur et inciter les braves gens à accepter sans protester cet intolérable abus de pouvoir dès lors “justifié” par les
circonstances.

Décidément, pour Big Brother vacci- rifiantes, va se déchaîner pour amplifier nous avons besoin de tels archétypes
naliste et mondialiste, le “hasard” fait le scoop et faire grimper l’audimat, pour tenir à distance, exorciser notre
toujours bien les choses ! avec le message subliminal suivant : immense terreur existentielle.
tout être vivant pris en flagrant délit de Pourquoi la rage fait-elle aussi peur ?
Dangereux vagabondage vagabondage, non vacciné et dépourvu Pour comprendre, il est nécessaire de
Le présent article fait suite à celui d’une micropuce électronique implan- saisir les connotations symboliques et
publié dans Votre santé n° 61 d’octobre tée sous la peau est potentiellement psychologiques que nous associons
2004, et intitulé “Nos chiens et leurs dangereux pour la santé publique. inconsciemment au mot “rage”.
puces”. J’y dénonçais les conséquen- Avant d’être une maladie, la rage
ces inéluctables, en termes d’aliénation L’Ange et le Démon décrit un “mouvement de colère, de
et d’atteinte grave à nos libertés On ne pouvait pas mieux tomber ! La dépit extrêmement violent, qui rend
individuelles, de la généralisation pro- rage est LA maladie “pasteurienne” par agressif ”. Elle est donc très proche de
grammée du marquage électronique excellence, la plus apte à redorer le blason la fureur (Führer ?), qui signifie être
de tous les êtres vivants à l’échelon de notre vieux héros national, à relancer hors de soi, égaré, fou. Quand la guerre
mondial, les animaux d’abord, les les campagnes de vaccinations et à faire et la tempête “font rage”, cela signifie
humains ensuite. avaler la pilule très amère de l’identifi- une très grande violence et beaucoup
J’avais terminé cet article avant l’ap- cation électronique généralisée. de destruction.
parition tout à fait improbable et pour Mais pourquoi la rage ? Le mot “rage” évoque aussi une dou-
tout dire inespérée, dans le sud-ouest D’une part, il s’agit d’une maladie leur extrême, comme lors d’une “rage
de la France et en pleine transhumance aux manifestations particulièrement de dents” que nous pourrions entendre
estivale, d’une chienne errante et enra- terrifiantes, d’autre part, elle reste aussi rage dedans. La rage peut être
gée, évidemment non vaccinée et non pour beaucoup de naïfs trompés par également une “envie violente”, un
identifiée, en provenance d’un pays les mensonges officiels la grande “besoin passionné”, qui l’apparente
musulman non indemne de rage. victoire de Pasteur contre la maladie à un désir amoureux outrepassant la
A partir de là, et comme à son habi- et la mort. Cette victoire est l’équi- mesure admissible et livré dès lors aux
tude de veulerie vorace, la presse valent laïque et profane de l’éternelle affres du chaos, avec un risque immé-
étatique, empiffrée de discours confrontation entre l’Ange et le diat de perte de contrôle équivalent à
(pseudo)scientifiques et d’images ter- Démon, entre l’Ordre et le Chaos, et une perte d’identité.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 11


Réagir

En résumé, dans toutes ses manifesta- rer une psychose collective à partir de clinique que dans 5 % à 15 % des
tions, la rage évoque l’obscurantisme lambeaux de vérité péniblement tenus cas selon le lieu de la morsure et la
d’avant les Lumières, elle éveille en ensemble par d’habiles mensonges. qualité de la réponse immunitaire du
nous l’inhumain, le règne absolu de Comme toujours, les hommes au pou- mordu, laquelle dépend en grande par-
l’instinct brut, de l’agressivité bestiale voir utilisent la peur comme une arme, tie de l’absence d’émotions excessives
sans le contrôle de la raison. et, avec la rage, ils détiennent une arme comme la panique (notons aussi que
particulièrement redoutable. Dans l’in- la réponse immunitaire des personnes
Le grand méchant loup conscient collectif de l’humanité, qui survaccinées est toujours déficiente).
La rage est enfin une maladie grave, est la mémoire de notre espèce, l’atta- 5 % à 15 % c’est beaucoup, c’est trop,
corrélée à la présence dans les tissus que brutale et la morsure des grands mais ce n’est pas 100 % !
nerveux d’un virus dont le mode de carnassiers sont évidemment corré-
transmission est très particulier. Ce lées à la terreur, à la souffrance, à la Ô rage ! Le mal de l’homme
virus se contracte, non pas en éternuant mutilation, à la dévoration, au deuil devenu loup
ou en faisant l’amour, non pas suite à la qui accompagne la disparition d’un La rage est une zoonose, une maladie
piqûre presque insensible d’un mous- être proche. Ce n’est pas pour rien que neurotrope commune à l’homme et à de
tique ou d’une puce, mais suite à la les enfants ont peur du loup, devenu très nombreux animaux vertébrés, qui
morsure profonde d’un prédateur puis- au fil du temps un animal légendaire atteint les cellules cérébrales et occa-
samment armé de crocs et de griffes et et le personnage clé de très nombreux sionne, si le virus parvient jusqu’au
insensible à la peur. contes de fées. cerveau, une méningo-encéphalite
Le virus de la rage se transmet donc En parlant de légende, celle de cette jugée irréversible lorsqu’on se limite aux
essentiellement par contact d’une plaie maladie nerveuse, qui fut le cheval de moyens conventionnels de traitement.
ouverte avec la bave d’un animal sauva- bataille d’un Louis Pasteur vieillissant La mort survient en principe entre
ge en pleine crise furieuse, et lui-même et lui-même infirme, prétend qu’elle une et trois semaines après le début
très proche d’une mort inéluctable. La serait “toujours mortelle”, peut-être des symptômes, eux-mêmes apparais-
transmission par le léchage, lequel est selon l’association inconsciente “mor- sant en moyenne trois semaines après
un témoignage d’affection chez les car- sure = mort sûre”, qui est du même type la morsure ou la griffure infectante.
nivores domestiques, est certes possible que “tumeur = tu meurs”. Classiquement, le premier signe est
si l’animal est en incubation et si le Dans un communiqué de presse en date une “modification de l’humeur”, terme
léché a une plaie, conditions tout à fait du 30 août 2004, la Direction générale assez vague mais actuellement très à
exceptionnelles malgré ce que l’on a de l’alimentation et la Direction géné- la mode, et qui signifie que l’individu
essayé de nous faire croire récemment. rale de la santé déclaraient : “La rage se comporte de manière inhabituelle
Le fameux “principe de précaution”, est une maladie toujours mortelle si la et asociale, manifeste de l’angoisse et
ignoré lorsqu’il s’agit des OGM ou de contamination n’est pas traitée rapide- des phobies très particulières, ici une
la survaccination de très jeunes enfants, ment.” C’EST FAUX ! aversion prononcée pour l’eau et les
est ici appliqué sans modération et n’a La morsure d’un animal réellement courants d’air. Plus tard peut apparaître
finalement qu’un seul résultat : géné- atteint de rage ne produit une forme cette agressivité sans raison apparente,

12 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Réagir

déroutante de la part de compagnons


domestiques, inhabituelle de la part
d’animaux sauvages qui viennent à
l’homme pour l’agresser au lieu de
l’éviter comme à leur habitude.
Auparavant, on pourra observer des
accès de fièvre, des tremblements,
une hypersensibilité avec spasmes et
contractures à la moindre sollicitation
neurosensorielle. La voix se modi-
fie et la salivation devient intense...
Imaginons la suite : une bave abon-
dante inonde la bouche, déborde
d’entre les lèvres retroussées par le
spasme, et s’écoule irrépressiblement
sur le menton... Voici une parfaite
description de la métamorphose de
l’homme en loup, telle que la décrit
depuis l’aube du monde la légende du
garou. Terrifiant destin que ce retour
aux abîmes du chaos originel !
Puis vient la maladie nerveuse pro-
prement dite, particulièrement éprou- les temples du culte pasteurien, exac- que les personnes atteintes de rage
vante, associée à des “troubles de la tement comme autrefois les grands clinique après morsure sont celles qui
conscience”, cette conscience qui prêtres administraient solennellement ont eu le plus peur lors de l’agression,
éclaire et guide notre humanité et dont les exorcismes à ceux que l’on croyait puis au-delà quand le danger mortel
la perte se traduit par cette régression ou qui se croyaient possédés par le de la morsure leur a été signifié. Les
vers une ténébreuse animalité dominée Mal. individus dotés d’un bon terrain, d’une
par l’instinct. La sérothérapie (en cas de morsure identité forte, d’une immunité solide
La maladie nerveuse se traduit parfois grave, notamment au visage) et la construite sur la confiance, l’estime de
par une paralysie flasque et un coma vaccination antirabique permettent soi et le respect de l’autre, survivent
très rapide, mais dans d’autres cas se d’intercepter le virus et d’éviter la aux confrontations infectieuses.
produit un état d’excitation furieuse au maladie mortelle, si ces mesures sont Mais revenons à ce fameux vaccin
cours duquel l’individu atteint peut se prises avant l’apparition des signes antirabique. J’ignore ce que contient le
livrer à des actes incontrôlés de vio- cliniques. Peut-être en effet est-il pos- dernier avatar des apprentis sorciers du
lence tels que les fameuses morsures sible d’éviter ainsi une maladie aiguë transgénique, mais en ce qui concerne
et griffures furieuses qui précèdent de en inoculant une maladie chronique, le premier vaccin mis au point par les
peu la mort. ce qui est le principe même de la vac- collaborateurs de Pasteur, et dont ce
Comme nous l’avons suggéré, cette cination. Sans doute est-il justifié de dernier s’est octroyé la paternité et les
violente agitation avec perte de la le faire chez des individus à très haut bénéfices, il a une bien triste histoire.
lucidité et du contrôle volontaire cor- risque, quels que soient les dangers liés En 1885, lorsque Pasteur dévoré par
respond à une perte d’identité, à un aux sérums et vaccins, eux-mêmes non l’ambition inocule un virus de la rage
effondrement psychotique qui est cer- négligeables. particulièrement virulent à des enfants,
tainement LA peur la plus intime de Mais est-il juste de mentir, de faire pour “expérimenter” le contre-poison
chaque être humain. croire que la morsure d’un animal et lancer au plus vite le premier vac-
enragé est toujours mortelle, et d’in- cin de l’histoire, il a 63 ans et il est
La peur est le pire ennemi de citer ainsi toute une population à lui-même un homme très malade et
l’immunité accepter la vaccination à outrance fort diminué, un hémiplégique para-
Ce tableau brossé, avec ses aspects contre dix maladies improbables ? lysé du côté gauche depuis… 1868!
physiologiques et psychologiques, il Pire, est-il juste d’insinuer que tout La rage non atténuée qu’il inocule
est évident qu’il faut se protéger de animal vagabond, non vacciné et non à des enfants sains est une maladie
la rage, et surtout de la phobie de la identifié, est hautement suspect d’être paralysante, et voilà dix-sept ans que
rage qui est de loin la plus terrible des vecteur de maladies mortelles ? Pasteur lui-même souffre d’une infir-
épidémies. Ce qui est sûr, c’est que l’angoisse mité de même nature qui lui interdit
Après avoir instillé dans chaque foyer perturbe gravement notre relation au toute “manip” et altère gravement ses
le poison insidieux de la peur, les monde, la peur sidère notre système capacités mentales.
autorités sanitaires proposent leurs immunitaire qui est le garant d’une Plusieurs enfants mourront suite aux
contre-poisons, qu’elles sont seules communication harmonieuse avec injections expérimentales de ce serial
à détenir et seules à administrer dans autrui. J’irai même jusqu’à prétendre killer devenu l’un des héros immor-

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 13


Réagir

carte chromosomique individuelle),


mais aussi grâce aux cartes de crédit et
autres cartes de fidélité (fidèle comme
peut l’être un chien justement), et grâ-
ce aux téléphones portables repérables
par les satellites espions. Ces divers
moyens permettent ainsi de situer quel-
qu’un dans l’espace, de le reconnaître,
d’établir une filature, de s’immiscer
dans sa vie privée, ce qui est la base de
l’espionnage dans les Etats policiers et
les régimes totalitaires.
L’implantation d’une micropuce élec-
tronique à demeure sous la peau est
un pas de plus dans l’aliénation. Car
identifier est exactement l’inverse de
permettre l’émergence d’une identité
considérée comme unique et riche de
potentiels irremplaçables, émergence
qui est pour chacun d’entre nous le
véritable but de la vie. Identifier vient
d’un mot latin dont le sens premier est
“identique”. Le contraire d’identifier
est différencier, discerner, distinguer.
L’identification fera de nous des
citoyens anonymes dans un monde
tels de son pays, l’un des hommes les médecine étatique. Que ferez-vous, uniformisé où absolument tout – l’eau
plus admirés du monde. Des plain- Madame, Monsieur, si, du fait de votre potable, les semences végétales et
tes seront déposées pour homicide, négligence, votre enfant meurt de la le bétail transgéniques, les médica-
par de pauvres gens sans notoriété rougeole ? Si votre vieux papa meurt ments de synthèse, les médias et les
ni moyens, mais resteront ignorées de la grippe ? Si votre fils contracte loisirs... – sera aux mains de gigan-
de la justice car Pasteur est alors un une hépatite mortelle ? Avez-vous vu tesques structures multinationales qui
homme protégé. Son premier vaccin quelqu’un mourir du tétanos ? Etc. auront le monopole absolu de tous les
sera fabriqué et diffusé sur la base Tous les coups sont permis, car c’est besoins primaires de tout être vivant.
de deux cas jugés significatifs, deux ainsi que fonctionne le système. Les personnes non identifiées seront
jeunes garçons robustes qui ont sur- Mais à mon avis, la pilule que “on” des parias auxquels sera refusé l’ac-
vécu non pas à la morsure d’un chien cherche à nous faire insidieusement cès aux produits de première nécessité,
dont on n’a jamais prouvé qu’il était avaler cette fois-ci est bien plus dan- à l’éducation, aux soins médicaux, à
enragé, mais aux injections mortelles gereuse si l’on considère les effets l’emploi. Et ce sera pour notre bien,
du vieux chimiste mégalomane. Très pervers pour les générations à venir. par souci de sécurité, un autre mot à la
vite ce vaccin va provoquer une héca- Ce danger c’est l’identification mon- mode et exploité à outrance pour nous
tombe et sera retiré du marché car il diale des êtres vivants, les animaux faire accepter le fascisme ordinaire qui
n’est pas bon que les vaccinés meurent aujourd’hui, les hommes demain. avance dissimulé derrière son masque
trop vite après l’inoculation. Pasteur De tout temps, les esclaves et le bétail d’humanisme bienveillant.
devait le pressentir, car il a toujours ont été marqués, au fer rouge, par le Le premier pas est fait : “Seuls les
prudemment refusé de s’inoculer quoi tatouage, ou encore par le port d’un chiens identifiés et valablement vac-
que ce soit. signe distinctif comme un vêtement, cinés contre la rage peuvent circuler
une coupe du poil ou des cheveux, des librement.”
L’identification tue l’identité fers scellés aux membres, une étoile Et voilà, le tour est joué. A noter la
La désinformation permet de relancer jaune cousue sur le vêtement. banalisation de l’identification, mesure
régulièrement la vaccination, contre Dans les camps d’extermination, des arbitraire et contraire à l’éthique, mais
la rage cette fois-ci, mais du même millions d’êtres humains privés d’iden- considérée comme allant de soi car jus-
coup contre toutes les autres maladies tité furent pourtant identifiés, et le sont tifiée par les circonstances.
pour lesquelles il existe un vaccin dis- peut-être encore ici ou là, réduits à un Dans un premier temps, ces mesures
ponible. La peur induite et répandue numéro tatoué sur la peau. d’urgence sont locales et provisoi-
par les médias n’est pas spécifique à Aujourd’hui, on identifie grâce aux res. Elles déclenchent néanmoins des
la rage, et peut être projetée sur tou- photos d’identité, grâce aux emprein- réactions d’anxiété et des attitudes
tes les affections qui nous menacent tes digitales et plus récemment grâce de panique qui précipitent tous les
si nous refusons les bienfaits de la au caryotype (établissement de la propriétaires de carnivores domes-

14 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Réagir

tiques chez les vétérinaires afin que des journalistes et des caméras pour où l’animal est associé systématique-
leurs compagnons soient sur le champ enregistrer et diffuser les scènes horri- ment à la maladie et à la mort ?
vaccinés ET identifiés, même s’ils bles qui vont terroriser à nouveau tous L’animal accusé d’être pourvoyeur de
ont déjà le tatouage réglementaire. ceux qui peu à peu prenaient confiance microbes mortels, et dès lors repoussé
Ultérieurement, ces mesures seront dans leurs propres capacités à guérir hors des frontières hypersécurisées de
définitivement généralisées à tous les et à évoluer vers la maturité et la res- nos pays “civilisés”, évacué vers un
animaux domestiques et personne n’y ponsabilité. lointain tiers-monde affamé à produire
trouvera à redire. Scénario numéro deux, la chienne ce que nous gaspillons abondamment,
Et puis ce sera notre tour, et même si était bien enragée, mais alors, dans tandis que nous resterons assis devant
certains se réveillent enfin pour pro- quelles circonstances et par qui cet ani- nos écrans solitaires à contempler le
tester, il sera trop tard : “Seuls les mal a-t-il contracté la rage juste avant vide terrifiant de nos âmes mutilées.
individus identifiés peuvent circuler de franchir plusieurs frontières pour Ce projet effrayant existe et il porte
librement.” Demain. venir vagabonder à Bordeaux? un nom : mondialisation. Dans un tel
Ce qui est sûr, on a utilisé à fond ce monde, nous n’avons aucun avenir si
Têtes coupées cas isolé pour relancer les campagnes nous consentons à cette discrimination,
“Le mensonge a été élevé à la dignité vaccinales et imposer en douceur à ces holocaustes, à cette mise à mort
de principe fondamental de l’action l’identif ication électronique des froidement programmée de l’instinct, à
politique.” Carl Gustav Jung animaux domestiques. cette désertification de nos vies privées
Concernant le cas de rage survenu Ce qui est sûr, aucun des chiens eutha- de ses racines essentielles.
dans le Sud-Ouest, il y a plusieurs nasiés dont on a coupé la tête n’avait Eric ANCELET
possibilités. la rage. Par contre, ils avaient tous
Scénario numéro un, c’est un coup un propriétaire, une famille humaine
Eric Ancelet, docteur vétérinaire, psychothé-
monté de toutes pièces et le chien pour laquelle ils avaient une valeur. rapeute, professeur de Biodanza, auteur de
n’était pas enragé, ou alors il a été Des milliers d’enfants ont vu ces têtes l’ouvrage Pour en finir avec Pasteur (éditions
enragé par ceux qui pouvaient tirer coupées que l’on emmenait à l’Insti- Marco Pietteur), anime régulièrement des sé-
un bénéfice de cette sordide mise en tut Pasteur pour analyser leurs tissus minaires durant lesquels sont exposées et mises
scène. nerveux. Bien sûr, aucun chien n’était en pratique plusieurs approches alternatives
concernant la genèse de la santé, l’origine et
L’hypothèse vous semble un peu enragé. Mais le message est clair, voilà le sens de la maladie dans le cours de la bio-
osée ? Et pourtant elle est plausible. ce qui attend TON chat ou TON chien graphie humaine.
Le hasard fait toujours bien les choses s’il n’est pas vacciné ET identifié. Santé primale : un module de deux jours sur
quand il s’agit de nous faire consentir Seul le mensonge nécessite une telle les recherches du Dr Michel Odent.
et acquiescer aux pires iniquités per- violence pour s’imposer. Seuls les Thérapie séquentielle : un module de deux
jours à propos de la méthode du Dr Jean Elmi-
pétrées par ceux qui entendent diriger régimes totalitaires utilisent ce genre ger, auteur du livre la Médecine retrouvée.
nos vies. Comme par hasard, il y a d’arguments, la décapitation publique, Psychogénéalogie - Généalogie et identité :
toujours une épidémie qui menace au dont l’usage historique fut très juste- modules 1 et 2 (trois jours)
moment où les gens commencent à se ment nommé Terreur. Symbolisme - Symbolisme et chemin de vie,
lasser des effets secondaires des vac- selon les 22 arcanes majeurs du Tarot : modules
1 et 2 (quatre et trois jours)
cins et à chercher d’autres moyens non Qui est enragé ? Biodanza : cours réguliers et stages.
conventionnels d’assurer leur bien- Quel type d’avenir espérons-nous, dans Contacts et renseignements : 05 65 29 42 31 ou
être. Comme par hasard, il y a toujours un monde où la liberté est dangereuse, <maheric@wanadoo.fr>

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 15


Médecine

Le principe de l’homéopathie
appliqué à l’immunologie

Les hépatites chroniques traitées


par immunothérapie
L’immunologie est la science qui étudie les réactions immunitaires que l’individu développe face à des agressions.
A partir de recherches de pointe dans cette discipline, l’auteur a développé une approche immuno-homéopathique
qu’il applique dans sa pratique médicale quotidienne. Avec bonheur dans un certain nombre de pathologies que la
médecine classique ne sait pas traiter et, notamment, dans les hépatites chroniques.

Face à une infection bactérienne, à une des anticorps contre un récepteur anticorps contre des substances arti-
infection virale ou à des allergènes d’une hormone synthétisée par l’hy- culaires (arthrite), mais aussi contre
aériens (les pollens…), alimentaires pophyse, la TSH (Thyroid Stimulating ses reins (néphrite) et contre les cel-
(le lait…) ou à des produits allergisants Hormone). Dans les polyarthrites, il lules recouvrant les valves cardiaques
(le nickel ou les antibiotiques…), des fabrique des anticorps contre les (endocardite)…
réactions immunitaires de l’individu structures articulaires, notamment
sont mises en jeu. Les progrès récents la synoviale, et dans la sclérose en Le rôle majeur des cytokines
de l’immunologie ont montré que le plaques, des anticorps contre la myé- Le système immunitaire comprend,
système immunitaire était impliqué line (substance qui entoure la gaine schématiquement, l’immunité humo-
dans les réactions inflammatoires des nerfs). Il produit des anticorps rale, c’est-à-dire les anticorps ou
quelles qu’elles soient et dans de nom- contre la muqueuse du côlon dans la immunoglobulines IgM, IgG, IgA
breuses affections dites auto-immunes, rectocolite hémorragique ; contre les (synthétisées par les plasmocytes issus
maladie où le système immunitaire se cellules endothéliales qui tapissent la des lymphocytes B), et l’immunité
retourne contre le patient produisant paroi interne des vaisseaux, dans les cellulaire.
ainsi des auto-anticorps. vascularites (par exemple maladie de L’immunité cellulaire a acquis droit
Horton) ; dans la myasthénie, contre un de cité, dans le public, avec les lym-
Il existe une centaine de maladies neuromédiateur, l’acétylcholine (sub- phocytes T4 ou lymphocytes T helpers
auto-immunes stance qui transmet l’influx nerveux qui sont les cibles du virus HIV dans
Ainsi dans le diabète, le patient fabrique entre la cellule nerveuse et la plaque le sida. En fait, l’immunité cellulaire
des anticorps contre certaines cellu- motrice commandant la contraction comporte différents types de cellules :
les du pancréas produisant l’insuline. musculaire). Dans le rhumatisme arti- les lymphocytes T4 et les lymphocytes
Dans le psoriasis, ce sera des anticorps culaire aigu, à la suite d’une infection T8. Les lymphocytes T8 se divisent en
contre sa peau ; dans les thyroïdites, (type angine), le patient synthétise des lymphocytes T8 cytotoxiques, destinés

16 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Médecine

à détruire les cellules infectées par un le rejet des greffes d’organes (greffes Quelques affections codées
virus, par exemple, et les lymphocytes de foie, de rein, de cœur...). Le sujet
T8 non cytotoxiques, destinés à éviter possède un codage HLA (Human
par le système HLA
HLA-B27 : rhumatisme psoriasique
l’emballement du système immuni- Leukocyte Antigen ou antigènes des central, spondylarthrite
taire. Il existe aussi des lymphocytes globules blancs humains) ou CMH ankylosante, arthrites
NK, ou Natural Killers, qui sont des (complexe majeur d’histocompatibi- réactionnelles.
cellules tueuses naturelles. Leur rôle lité). La découverte du système HLA HLA-B5 : maladie de Behçet.
est de détruire les virus, les cellules est due au Pr Jean Dausset qui a reçu HLA-DR1 : polyarthrite.
HLA-DR4 : polyarthrite typique.
infectées par un virus et les cellules le prix Nobel de médecine, en 1981, HLA-DR2 : sclérose en plaques.
tumorales. pour ses travaux. Ce système est trans- HLA-DR3 : thyroïdite.
L’ensemble du système immunitaire mis génétiquement, par l’intermédiaire HLA-DR7 : rhumatisme psoriasique
transmet ses informations par l’in- de codes génétiques portés par le bras périphérique.
termédiaire de substances appelées court du chromosome n° 6. Le système HLA-CW6 : psoriasis.
HLA-DR3 : diabète insulino-
cytokines. La destruction des cellules HLA est transmis pour moitié par la et DR4 dépendant.
cibles se fait notamment par le TNF- mère et pour moitié par le père. Mais certains HLA codent plusieurs
alpha qui est le facteur de nécrose des Il comprend des sites, ou LOC I, codant affections auto-immunes ; par exemple,
tumeurs. Mais cette substance est aussi pour des molécules HLA se divisant HLA-DR3 code aussi le lupus.
celle qui détruit la gaine de myéline en HLA de classe I (HLA-A, B, et C) Le patient peut avoir plusieurs affections
auto-immunes en même temps ou dans le
dans la sclérose en plaques, qui ulcère et en HLA de classe II (HLA-DP, DQ, temps. Par exemple, certaines personnes
la paroi intestinale dans la rectocolite DR). Chacun reçoit donc en héritage souffrent de spondylarthrite ankylosante
hémorragique, qui creuse des géodes deux codages HLA-A, deux codages (HLA-B27) et d’arthrite destructrice de
dans l’os sous la synoviale des articu- HLA-B, deux HLA-C, deux HLA-DP, hanche (HLA-DR4).
lations, dans la polyarthrite. deux HLA-DQ, deux HLA-DR. Dr L. H.
Nous voyons ainsi l’ubiquité, l’univer- Il n’existe pas, au monde, deux per-
salité, des cytokines et l’importance de sonnes identiques sur le plan de ces tolérer, à repérer les structures molé-
leur connaissance dans de nombreuses douze codages HLA. Dans les gref- culaires étrangères (ou non soi) et ainsi
pathologies. fes d’organes, on tente de trouver les à les rejeter.
donneurs ayant les codages les plus Le système HLA sert aussi à identi-
Douze codages HLA différents pour communs avec ceux du receveur. Le fier les germes (virus, bactéries) qui
chacun d’entre nous système HLA sert, ici, pour le sujet à ne font pas partie de l’individu et à les
Le système immunitaire est, au départ, reconnaître les structures moléculai- faire éliminer par la fabrication d’an-
surtout connu par son intervention dans res qui lui appartiennent et ainsi à les ticorps contre ces étrangers grâce aux

Les cytokines et
le langage des cellules
Les cytokines sont des substances protéi-
ques, véritables messagers moléculaires,
véhiculant le langage des cellules entre
elles, notamment au niveau du système
immunitaire. Elles interviennent dans
tout processus inflammatoire qu’il soit
d’origine infectieuse ou non. Elles sont
sécrétées, sous l’influence des bactéries,
des virus, par les cellules du système
immunitaire que sont les macrophages,
les lymphocytes T (responsables de
l’immunité cellulaire), les lymphocytes B
(responsables de l’immunité humorale,
c’est-à-dire des anticorps).
On distingue les interférons (alpha, bêta,
gamma), les Colony Stimulating Factors
(qui permettent la multiplication de certai-
nes cellules immunitaires : les G-CSF, les
G-MCSF, etc.), les facteurs de croissance
des cellules épithéliales (EGF), le NGF
(facteur de croissance des nerfs) et les
interleukines (IL1, IL2 (...) IL15).
Depuis dix ans, ces substances sont
de mieux en mieux connues, grâce aux
progrès de la biologie moléculaire.
Dr L. H.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 17


Médecine

immunoglobulines. La reconnaissance (le codage HLA-B27 code 98 % des Des transaminases


des intrus se fait par l’intermédiaire patients atteints de cette forme de
des lymphocytes T4 (pour ce qui est rhumatisme, touchant surtout les arti-
normalisées en six mois
Voici le cas d’une patiente qui a été opérée
du HLA de classe II) et par les lympho- culations sacro-iliaques et la colonne) d’un fibrome hémorragique et qui a reçu,
cytes T8 (pour ce qui est du HLA de et certaines bactéries. Les plus connues a cause de l’anémie engendrée par ses
classe I), selon que le germe est extra- dans cette affection sont les salmo- règles hémorragiques, une transfusion
cellulaire ou intracellulaire. nelles, la Klebsiella pneumoniae et contaminante par le virus d’hépatite C.
la Chlamydia trachomatis. Le patient Le traitement a consisté en une immu-
nothérapie à doses infinitésimales des
Des germes trompeurs fabrique alors des anticorps contre ces médicaments homéopathiques et phyto-
Il arrive que, pour des raisons de res- bactéries, qui détruisent les structu- thérapiques. Les transaminases se sont
semblance partielle entre un germe et res articulaires portant les molécules normalisées en six mois. A la suite d’une
des molécules de l’individu codées par HLA-B27. Le patient commence alors vaccination contre l’hépatite B, obliga-
son système HLA (notion de mimé- ses crises articulaires. toire dans son milieu professionnel, les
transaminases sont montées à 400, ce qui
tisme moléculaire) ou à la suite de prouve l’effet néfaste de ce vaccin chez
l’expression anormale d’une molécu- Traiter les causes des maladies certains sujets fragiles. Un isothérapique
le HLA (pour des raisons non encore Le Dr Jenaer1 travaille, depuis plus à haute dilution de ce vaccin, associé à
explicitées), le système immunitaire se de vingt ans, sur le sujet de l’immuno- un régime excluant totalement les laita-
retourne contre soi. thérapie à doses infinitésimales. Il a ges et leurs dérivés est venu à bout, en
quelques mois, de cette nouvelle poussée
Par exemple, dans la spondylarthrite longtemps dirigé l’Ecole royale belge d’hépatite. Elle est actuellement suivie
ankylosante, il existe une ressemblance d’homéopathie. très régulièrement. Elle a, pour l’instant,
partielle entre la molécule HLA-B27 Le Dr Bernard Marichal, lui-même pu échapper à l’interféron-alpha à doses
homéopathe, a pris le relais et déve- allopathiques qui ne donne que 20 %
loppe des recherches sur les acides d’amélioration dans cette pathologie et
Le mimétisme moléculaire qui peut provoquer des thyroïdites. D’où
nucléiques spécifiques. Ils ont repris
entre germes et HLA les travaux du Dr Roudier, de Lyon, et
l’intérêt de tenter des thérapeutiques
douces dans cette pathologie typique-
Voici quelques exemples de mimétismes ont ajouté, en thérapeutique, un cer- ment organique.
moléculaires entre germes et HLA.
tain nombre de souches, en dilution Dr L. H.
HLA-B27 : Chlamydia trachomatis,
Klebsiella pneumoniae, dynamisation homéopathique.
Shigella, Je travaille moi-même en relation avec nés) et des substances immunologiques
salmonelle. mes amis belges et entreprend une ou des médiateurs de l’inflammation
HLA-B35 : streptocoque bêta approche étiopathogénique2 de chaque responsables de ces affections.
hémolytique du groupe A. affection où intervient le système immu- L’immunothérapie consiste à traiter
HLA-DR4 : Proteus mirabilis.
HLA-DR1 : virus de la mononucléose nitaire. Je prends connaissance de toute les patients avec des dilutions, de type
DR4, DR7 : infectieuse ou EBV (Epstein la littérature allopathique classique sur homéopathique, des germes connus
Barr Virus). ces sujets dans des revues scientifiques pour avoir une ressemblance avec des
HLA-DR3 : Yersinia enterocolitica. et tente de transposer en thérapeutique molécules HLA. Il s’agit alors d’un
HLA-DR2 : Pseudomonas aeruginosa. ces travaux par des dilutions dynamisa- traitement étiologique, c’est-à-dire qui
Dr L. H.
tions des germes en cause (ou soupçon- traite la cause. Cette discipline utilise
aussi des dilutions de cytokines. Celles
qui sont bénéfiques seront utilisées
en basse dilution pour avoir le même
effet que leur action physiologique nor-
male. Celles qui sont nocives seront
employées en haute dilution pour inhi-
ber leur action. C’est le principe même
de l’homéopathie.
L’immunothérapie utilise aussi des
substances qui sont soupçonnées
entrer dans le mécanisme des maladies
auto-immunes. Par exemple, tous les
homéopathes ont constaté que le vaccin
contre la coqueluche favorisait, chez
certains sujets prédisposés, l’apparition
de toux (tic coqueluchoïde), pouvant
dégénérer en toux asthmatiforme, puis
en asthme vrai. Une dilution du vaccin
contre la coqueluche se révèle très effi-
cace lorsqu’elle est utilisée à un rythme
précis dans ces affections.

18 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Médecine

Les meilleures indications


de l’immunothérapie
Les affections répondant le mieux, sta-
tistiquement parlant, à l’immunothérapie
sont les polyarthrites chroniques évoluti-
ves, les spondylarthrites ankylosantes, la
rectocolite hémorragique, les infections à
virus herpès I, les infections à virus de la
mononucléose infectieuse. Les résultats,
encore insuffisants, se font de plus en
plus prometteurs dans les scléroses en
plaques, les hépatites, la sclérodermie,
le lupus érythémateux, le psoriasis, le vi-
tiligo, la dermato-myosite, le pemphigus.
Mais nous traitons aussi, avec bonheur,
l’asthme, l’eczéma atopique, le fibrome
utérin, certaines vascularites. pathologie, si l’hypothèse de départ de traitement de nombreuses maladies
Dr L. H. est bonne, la prescription de la souche invalidantes, plus ou moins incurables
adéquate doit améliorer, voire guérir, le en médecine classique.
Le même vaccin est connu pour provo- patient. Or ce phénomène est constaté, A l’heure actuelle, l’immunothérapie
quer quelquefois des convulsions. Une quotidiennement, par de nombreux utilise environ deux cent quarante sou-
haute dilution du vaccin permet parfois médecins homéopathes. Nous pouvons ches médicamenteuses.
de réduire, voire de stopper, ces états donc déduire logiquement que le vaccin Il faut toujours associer un traitement
épileptiques. Ceci est d’ailleurs admis est bien en cause. C’est ainsi que nous de fond homéopathique avec l’immu-
en médecine classique, puisqu’un état “récupérons”, parfois miraculeusement, nothérapie pour conforter les résultats.
épileptique est une contre-indication à des patients suivis par des médecins De nombreuses affections voient leur
la poursuite de ce vaccin chez le nour- classiques qui ne comprennent pas l’af- récidive se restreindre, petit à petit, sous
risson. fection et sont désarmés devant elle. l’influence du traitement. Souvent le
Dans la mesure où le patient n’est pas L’homéopathie et l’immunothérapie confort du patient est obtenu, et parfois
à un stade d’irréversibilité dans sa apparaissent donc comme la voie royale sa guérison.

Le Groupe de recherche et d’application Une application aux


en immunothérapie (Graim et nutrithérapie) hépatites chroniques
Le Graim a été fondé en 1993 à l’initiative de trois homéopathes, les Drs Philippe Les hépatites chroniques posent un
Coutand, Laurent Hervieux et Pierre Wolf et d’un médecin généraliste et allergologue,
le Dr Bernard Taillefer. Ils ont en commun la passion de l’immunologie. réel problème de santé publique. On
Ces quatre médecins reprennent depuis plusieurs années les techniques du dénombre, en France, 100 000 cas
Dr Roudier qui utilise des dilutions non homéopathiques d’immunomodulants mis d’hépatite B par an et l’on avance le
au point pour traiter diverses affections auto-immunes. Les Drs Coutand, Taillefer chiffre de 800 000 hépatites C chro-
et Wolf ont suivi l’enseignement d’immuno-rhumatologie au CHU de Marseille. Le niques. Mais il faut bien poser le
Dr Laurent Hervieux applique, depuis 1986, les techniques du Dr Jenaer de Bruxelles,
dans les affections auto-immunes. problème dès le départ et différencier
Le Graim organise, chaque année, trois ou quatre séminaires, destinés aux médecins, hépatite B et hépatite C.
pharmaciens, vétérinaires et étudiants de ces disciplines, pour leur exposer la théorie
et la pratique de l’immunologie en médecine générale. Il fait intervenir des orateurs L’hépatite B, une affection bénigne,
homéopathes rompus à cette thérapie et des orateurs extérieurs qualifiés. Il s’agit de guérie par l’homéopathie
faire part des recherches classiques et immunologiques menées par des spécialistes
sur les travaux officiels en matière d’oligo-éléments, de vitamines et des acides gras Dans notre pays, l’hépatite B est une
polyinsaturés, et aussi de transposer, en pratique de médecine générale, ces recher- affection bénigne. Elle passe inaperçue
ches en dilutions dynamisations de type homéopathique. dans neuf cas sur dix.
C’est là un véritable enseignement postuniversitaire de haut niveau, destiné à mieux Elle se transformera en hépatite
comprendre et mieux traiter les affections auto-immunes et les affections virales qui chronique active dans 3 % des cas
posent, à l’heure actuelle, des problèmes à tout médecin.
Sont ainsi intervenus : le Pr Michel Massol, biochimiste et médecin, directeur d’In- d’hépatites B déclarées. Elle évoluera
serm et nutrithérapeute ; le Dr Jean Seignalet, spécialiste du système HLA, médecin en cirrhose sur une vingtaine d’années
biologiste au CHU de Montpellier ; Mme le professeur agrégé Madeleine Bastide, dans 2 % des cas. Un cas de cirrhose
enseignante à l’université de pharmacie de Montpellier, immunologiste ; le Pr André post-hépatite B se transformera en
Faure, dermatologue au CHU de Lyon ; le Dr Guillaume Gérard, médecin acupuncteur cancer sur cirrhose une fois sur deux.
traditionnel, rhumatologue et immunorhumatologue ; le Dr Dominique Rueff, homéo-
pathe et nutrithérapeute, président de l’association pour le développement de la Un sujet contaminé par le virus de
nutrition orthomoléculaire ; le Pr Hautecoeur, neurologue, qui a passé son agrégation l’hépatite B sur 100 fera un hépato-
grâce à un mémoire sur les cytokines dans le système nerveux ; le Dr Michel Geffard, carcinome. Sur 100 000 hépatites B
ex-directeur de recherche à l’Inserm, chimiste et médecin, qui travaille sur les auto- annuelles, cela représente 1 000 cas
anticorps dans les affections, entre autres, neurologiques. potentiels par an.
Graim, 100, avenue du Maréchal-de-Saxe, 69003 Lyon. Tél. : 04 78 60 22 22.
Le chiffre est élevé mais surestimé,

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 19


Médecine

car il n’existe pas 100 000 hépatites B sérologiques sont maintenant hebdo- les sujets sains ; on peut espérer, par
par an mais plutôt 10 000, et, surtout, madaires, même quotidiens, dans notre des basses dilutions, arriver à régéné-
il faut dire que l’homéopathie guérit clientèle, suivis hélas souvent d’une rer des cellules hépatiques et rendre
pratiquement tous les cas d’hépatite B réponse positive. Il faut absolument ainsi le foie plus fonctionnel.
qu’elle a à traiter. savoir alors si le virus se réplique Il est bien évident qu’il existe d’autres
Il faut le faire savoir à la population, encore, en recherchant l’ARN viral par souches à utiliser dans les hépatites
car la médecine classique n’a pas de amplification génique et faire un bilan chroniques. Il faudra, également, ne
traitement. D’autre part, l’homéopathie d’immunité humorale (anticorps) et pas se priver de plantes à visée hépa-
et l’immunothérapie homéopathique des sous-populations lymphocytaires totrope, que les phytothérapeutes
améliorent considérablement, sinon (immunité cellulaire), afin de voir si connaissent bien, telles que le romarin,
guérissent pratiquement, tous les le patient a un bilan plutôt d’infection le chardon-marie et la chélidoine.
cas d’hépatite B. Il faut savoir que virale ou plutôt de type auto-immun. L’immunothérapie à doses infinitési-
le vaccin contre l’hépatite B révèle L’hépatite C deviendra chronique dans males a donc de multiples indications.
ou réveille des scléroses en plaques, six cas sur dix. Mais il faut savoir faire preuve de
des spondylarthrites ankylosantes, des Le cancer du foie sur cirrhose se verra patience, de persévérance, mener
polyarthrites, des diabètes, des eczé- dans un total d’environ un cas sur dix un interrogatoire fouillé, prescrire
mas, de l’asthme, des affections virales patients ayant eu une hépatite C, donc des analyses biologiques approfon-
(herpès, hépatites C chroniques). C’est 10 %. Le risque de cancer du foie est dies et perfectionner sans cesse ses
un vaccin qui peut entraîner une fati- ainsi cent fois plus grand chez un sujet connaissances. Le tout, accompagné
gue chronique de plus de douze mois atteint d’hépatite C que chez un sujet de l’amour et de la compréhension du
et donner une hépatite vraie ! atteint d’hépatite B. patient par son thérapeute, concourt à
vaincre progressivement la maladie.
Un sujet sur cinq n’est pas protégé Les ressources de l’immunothérapie Un terme, qui recouvre ce que “le mal
par le vaccin Voici quelques souches intéressantes, a dit”, et qui nécessite souvent, pour
Enfin, ce vaccin ne protège que 85 dans l’immunothérapie à doses infini- bien l’appréhender, un minimum de
patients sur 100 vaccinés. C’est-à- tésimales, des hépatites chroniques. psychologie.
dire que, dans près d’un cas sur cinq, L’interleukine-6 est une cytokine
le sujet se croit protégé alors qu’il ne inflammatoire qui induit l’élévation Dr Laurent HERVIEUX
l’est pas. Encore faudrait-il lui dire. des anticorps IgM, IgG et IgA (qui
Il faut donc toujours vérifier, après la sont très élevés dans les hépatites et, Le Dr Laurent Hervieux est homéopathe et
3e injection vaccinale, si le sujet est ce, d’autant plus que l’hépatite chroni- l’auteur de La Pratique de l’immunothérapie
à doses infinitésimales, aux éditions Roger
immunisé et porteur d’anticorps anti- que est ancienne). Elle est à l’origine Jollois, février 1996.
HBs. Ceux qui montrent un taux très des protéines inflammatoires et de la
élevé de ces anticorps sont ceux qui fièvre et induit, à la longue, une possi-
présentent le plus d’effets secondaires bilité de transformation de l’affection 1. Auteur de deux ouvrages : Homéopathe pour
aux vaccins. Dans ces cas-là, il ne sert en tumeur hépatique. Toutes ces rai- mieux guérir (1986) et Objectif sida, l’homéo-
pathe à l’assaut du mal du siècle (1989), aux
à rien d’effectuer un rappel à un an ou sons nous la feront utiliser en hautes éditions Didier Hatier.
cinq ans puisqu’il est immunisé, mais dynamisations. 2. Etude du mécanisme de la maladie en fonc-
certains n’ont aucun anticorps antiHBs Une deuxième souche importante tion de sa cause (étiologie).
et font, quand même, une complication est le facteur de nécrose tumorale ou
postvaccinale. TNF-alpha. C’est encore une cytokine
inflammatoire qui est sécrétée, dans le
Cinq Français sur cent seraient cas présent sous l’influence du virus.
touchés par l’hépatite C Cette substance a une action nécro-
Pour l’hépatite C chronique, le tableau sante sur les cellules, par production
est beaucoup plus sombre. De nom- de radicaux libres (le fameux NO).
breux malades ne se savent pas atteints Le TNF-alpha stimule le macrophage
par ce virus. On estime que la France qui détruira la membrane de la cellule
va compter dans les cinq à dix ans, 2 hépatique et détruira celle-ci, entraî-
millions de porteurs d’hépatite C chro- nant une inflammation hépatique.
nique. Dans six cas sur dix, elle est due Une haute dilution limitera l’action
à une transfusion sanguine ou appa- néfaste de cette substance.
raît chez des toxicomanes. Les 40 % Nous employons, depuis quelque
restants sont dus à une mauvaise sté- temps, l’Insulin-like growth factor-1.
rilisation des appareils d’endoscopie et C’est un facteur de croissance exprimé,
peut-être aux soins dentaires avec du notamment, par les cellules hépatiques.
matériel contaminé. Il se trouve à des taux significativement
Elle contaminerait jusqu’à 5 % de plus bas chez les sujets porteurs d’af-
nos concitoyens, et les dépistages fections chroniques du foie que chez

20 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Médecine

Le dosage des anticorps


La biologie a progressé de façon considérable. Elle permet au praticien d’analyser les caractéristiques du terrain
propre à chacun et de poser un diagnostic juste, condition essentielle pour lutter efficacement contre toute affection.
La prévention, le suivi et le traitement des effets secondaires dus à la vaccination sont aujourd’hui facilités par le
dosage des anticorps. Le Dr Laurent Hervieux nous rappelle qu’il est extrêmement dangereux de “jouer” avec notre
système immunitaire en vaccinant sans s’entourer des plus élémentaires précautions.

Les macrophages, dans les tissus, et les de la maladie contre laquelle le vaccin plusieurs de ces affections auto-immu-
monocytes, dans le sang, sont des cel- doit protéger. nes sous l’influence de la stimulation
lules qui repèrent les intrus (bactéries, antigénique notamment vaccinale. Or
virus), les englobent, puis les détruisent L’immunité est en principe spécifique la stimulation antigénique vaccinale
en petites parties appelées polypepti- de l’antigène reconnu est répétée par la multiplication des
des. Ces derniers sont constitués de 3 Mais dans la nature, certains antigènes injections vaccinales et la multiplicité
à 21 acides aminés. Ce sont des subs- sont communs entre des virus, ou des des vaccins. Le risque de maladie auto-
tances appelées antigènes car capables bactéries et des substances antigéniques immune est donc plus fréquent par la
d’induire la formation par l’organisme de l’organisme lui-même. Ceci entraî- vaccination que par la maladie sponta-
d’anticorps contre eux. Les cellules ne une auto-immunité et des réactions née dite sauvage.
macrophagiques présentent l’antigène immunitaires contre l’organisme abou- Ainsi, un patient porteur d’un codage
à un lymphocyte T. En même temps, le tissant à des affections auto-immunes HLA DR2 fera plutôt une sclérose en
macrophage sécrète de l’interleukine 1 telles que le diabète, la spondylarthrite plaques ou un lupus. Un patient HLA
qui va stimuler ces lymphocytes T. ankylosante, la polyarthrite, la sclérose DR4 fera plutôt un diabète ou une poly-
Ces lymphocytes T ainsi activés vont en plaques, etc. arthrite selon le sous-type HLA DR4.
sécréter, entre autres substances, de Or les vaccinologues oublient ou ne Un patient DR3 fera plutôt un diabète
l’interleukine 2 qui va notamment reconnaissent pas les travaux des spécia- ou une thyroïdite.
stimuler les lymphocytes B pour les listes des affections auto-immunes, qui Enfin, l’individu vacciné peut s’immu-
transformer en plasmocytes capa- ont récemment découvert des antigènes niser contre l’ADN contenu dans les
bles alors de fabriquer des anticorps communs entre virus ou bactéries et des vaccins cultivés sur cellules tumora-
contre ces antigènes. Ce processus, qui groupes d’acides aminés contenus dans les, cas du GenHevac. Or toutes nos
commence par la reconnaissance de l’organisme. cellules contiennent le patrimoine géné-
l’intrus et se termine par la stimulation Pour l’hépatite B, par exemple, une tique dans leur noyau sous la forme de
des lymphocytes B, constitue l’immu- antigénicité commune entre l’antigène chromosomes portant notre ADN. Cela
nité cellulaire. HBs (du vaccin contre l’hépatite B) pourrait notamment entraîner la sup-
La production des anticorps IgM, IgG est démontrée avec des structures du pression d’anti-oncogènes ou favoriser
et IgA par les plasmocytes est appelée système nerveux (d’où possibilité de l’expression d’oncogènes et aboutir à
immunité humorale car les anticorps sclérose en plaques ou de syndrome la formation de tumeurs telles que les
sont véhiculés dans le sang. Ce résumé de Guillain-Barré) ou avec des struc- lymphomes qu’on constate notamment
simplifié montre que les deux immunités, tures antigéniques des articulations depuis la vaccination antihépatite B.
cellulaire et humorale, sont liées. (d’où l’apparition possible de polyar- Les décès déclarés, suite à ce vaccin,
En ce qui concerne les lymphocytes T, thrite ou de spondylarthrite), ou avec semblent relever de cette situation
certains seront transformés en lym- des structures antigéniques du tissu dramatique.
phocytes T cytotoxiques (capables de sanguin (d’où possibilité d’apparition A moins que ce ne soient des antigènes
tuer des cellules bactériennes ou vira- de lymphomes), ou avec des structures tumoraux en provenance des cellules
les ou infectées par des virus), ou en antigéniques du pancréas (d’où appari- tumorales d’ovaire sur lesquels sont
lymphocytes T non cytotoxiques dont le tion de diabète) ou de la thyroïde (d’où cultivés ces vaccins qui en soient à
rôle sera régulateur de l’immunité, afin apparition de thyroïdite). l’origine.
que la réaction immunitaire ne s’am- Les structures antigéniques sont recon- Grâce aux progrès de la biologie, nous
plifie pas de façon excessive. Il existe nues en association avec des molécules sommes capables, en pratique journa-
ainsi des rétrocontrôles dans ce système codées par le système HLA. Or nous lière, d’effectuer chez les patients, les
immunitaire complexe. Nous disposons héritons de 12 molécules différentes dosages d’interleukine 1, d’interleuki-
aussi de lymphocytes mémoire capables codées par les HLA de nos parents. Les ne 6, d’interleukine 8, de facteurs de
de reconnaître l’antigène déjà connu et affections auto-immunes sont en général nécrose des tumeurs et du récepteur
ainsi de répondre très rapidement à une prédisposées par ces codages HLA. soluble de l’interleukine 2. Ce sont
tentative d’invasion venant d’un type ces médiateurs de l’inflammation et
d’intrus précédemment identifié. Ce Chaque codage donne une ou plusieurs de l’immunité qui vont permettre de
mécanisme est spontané. Dans le cas prédispositions pathologiques suivre l’état du patient et l’efficacité
des vaccinations, il est forcé artificiel- C’est en fonction de ces codages HLA de nos thérapeutiques.
lement pour tenter d’éviter l’apparition que s’exprimera l’une ou l’autre ou Dr Laurent HERVIEUX

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 21


Médecine

Un moyen de détoxication incontournable après la vaccination

Les isothérapiques
C’est une technique thérapeutique utilisée depuis les débuts de l’homéopathie par les disciples de Samuel Hahne-
mann (fondateur de l’homéopathie). L’homéopathie repose sur la loi de similitude. L’isothérapie est l’utilisation de
l’identique. Elle donne de bons résultats dans la détoxication des vaccins.

Chez l’enfant surtout, puisqu’il reçoit mois, puis 1 dose par mois, pendant vaccins suivants : Iso vaccin DTCP,
de nombreux vaccins en très peu de trois mois. Iso vaccin DTP, Iso vaccin Engerix
temps, mais aussi chez l’adulte, l’iso- La deuxième solution peut être utili- B, Iso vaccin GenHevac B, Iso vaccin
thérapie de vaccin est très performante sée d’emblée ou en cas d’échec de la Pentacoq, Iso vaccin ROR, Iso vaccin
sur le plan efficacité. Pour que le trai- première. Rouvax, Iso vaccin Tetracoq, Iso vac-
tement soit profond et durable, il faut • Iso (vaccin antihépatite B) 9 CH cin TPolio.
l’accompagner d’une prescription pre- • Iso (vaccin antihépatite B) 12 CH
nant en charge la globalité du patient. • Iso (vaccin antihépatite B) 15 CH L’isothérapie séquentielle
La technique isothérapique consiste à • Iso (vaccin antihépatite B) 18 CH du Dr Elmiger
prescrire une dilution homéopathique • Iso (vaccin antihépatite B) 30 CH Ce médecin suisse a écrit noir sur
du vaccin incriminé à des concentra- • Iso (vaccin antihépatite B) 200 K blanc ce que pensaient de nombreux
tions de plus en plus faibles, donc en • Iso (vaccin antihépatite B) MK homéopathes sur les vaccinations (la
dilutions de plus en plus élevées. • Iso (vaccin antihépatite B) XMK : Médecine retrouvée2). Son expérience
Avant 1993, on ne disposait, en France, 1 dose de chaque dilution. lui a permis de mettre au point une
que des dilutions hahnemanniennes, en Prendre, dans l’ordre strict, une dose détoxication séquentielle des patients.
centésimales de 4 CH à 30 CH. par semaine, en commençant, la Il passe en revue, en partant de l’instant
Depuis, les dilutions korsakoviennes première semaine, par 9 CH, puis, présent et en remontant vers la nais-
sont autorisées pour tous les médica- la deuxième semaine, 12 CH, puis sance, tous les vaccins effectués, les
ments homéopathiques remboursés 15 CH, puis 18 CH, puis 30 CH, puis maladies infantiles, les traumatismes
par la Sécurité sociale (environ 1 200). 200 K, puis MK, pour finir, la huitième physiques et psychiques, les interven-
Pour les vaccins, les dilutions korsa- semaine, par XMK. tions chirurgicales et les anesthésies
koviennes sont disponibles depuis Les réactions dites d’aggravation (exa- qui ont émaillé la vie du patient.
mars 1997, à part quelques souches cerbation des symptômes) sont rares, ne Tous ces événements indiquant une
qui l’étaient depuis 1993. durent que quelques heures et n’exis- prescription homéopathique particu-
Plusieurs protocoles thérapeutiques tent, en général, que pour les deux ou lière connue des homéopathes ( Arnica
sont possibles, en fonction de l’an- trois premières doses. Ne prendre la pour les chocs affectifs, Penicillinum
cienneté du vaccin et des troubles dose suivante que si les phénomènes pour détoxiquer des antibiotiques,
pathologiques, de la répétition du vac- d’aggravation se sont amendés. Phosphorus, Opium, etc. pour les
cin et du vaccin lui-même. Lorsqu’il s’agit du vaccin contre la interventions chirurgicales). La par-
tuberculose, dont les effets secondai- ticularité de l’isothérapie séquentielle
En prévention res apparaissent sournoisement sur est d’être systématique, en respectant
Pour ce qui est du vaccin antihépatite B, plusieurs mois, il est souvent utile de de façon scrupuleuse l’ordre inverse
quand il est obligatoire (milieu médical prescrire, en plus des hautes dynamisa- des événements, d’aujourd’hui à la
et paramédical, laboratoires, égoutiers, tions, une dynamisation en 4 CH, trois naissance. Il est évident que cela est
etc.), l’idéal est de prendre un isothéra- fois par semaine, avec Thuya 4 CH, plus facile pour les enfants où tous les
pique spécifique du vaccin (donner le trois fois par semaine, soit : problèmes pathologiques sont notés sur
nom du vaccin au pharmacien), avant • VAB1 4 CH : 3 granules, lundi, mer- le carnet de santé, ou bien présents à la
et après la vaccination, soit : credi, vendredi mémoire des parents attentifs.
• Iso (vaccin antihépatite B) 15 CH : • Thuya 4 CH : 3 granules, mardi, L’application de l’isothérapie séquen-
1 dose, la veille ; jeudi, samedi. tielle devra être utilisée, de façon
• Iso (vaccin antihépatite B) 30 CH : L’intérêt de Thuya est uniquement journalière en clientèle, quand cela
1 dose, sept jours plus tard. valable pour le BCG et le vaccin anti- est possible, avec des doses hebdoma-
variolique. Mais il peut être indiqué daires sur plusieurs mois, voire années.
Après vaccination pour d’autres symptômes. Les résultats sont largement à la hau-
La première solution, la plus simple et Voici une technique simple, à la portée teur des espérances.
souvent suffisante si la pathologie n’est de tout médecin animé par la volonté Dr Laurent HERVIEUX
pas au stade de “non-retour” (à l’état de traiter son patient de façon globale,
de santé), est de prescrire : dite holistique.
• Iso (vaccin antihépatite B) 30 CH : Sont actuellement disponibles en dilu- 1. Nom homéopathique du BCG.
1 dose par semaine, pendant trois tions korsakoviennes, en France, les 2. Coordonnées à la rédaction.

22 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Maladie

La myofasciite à macrophages
L’association E3M, pour l’entraide aux malades de myofasciite à macrophages
L’émergence de cette maladie remonte à une dizaine d’années. La myofasciite à macrophages est définie par les
chercheurs comme une myopathie inflammatoire acquise. Les patients se plaignent de douleurs musculaires et
articulaires ainsi que d’une très importante fatigue.

L’apparition de cette maladie est la sont de plus en plus souvent constatés. te, entre autres, de la non-information
conséquence, d’une part, de la présen- La maladie touche l’adulte, mais aus- officielle de l’existence, et surtout de
ce d’hydroxyde d’aluminium, d’autre si des enfants. Ces troubles peuvent l’origine de la myofasciite à macropha-
part, d’un nouveau mode d’injection, laisser penser à une dépression, alors ges. Des témoignages de non-respect du
passant d’une vaccination sous-cuta- qu’en fait l’élan vital demeure intact, patient affluent tous les jours, que ce
née à une vaccination intramusculaire. mais le patient ne peut pas physique- soit au cours d’expertise d’organismes
Avec cette injection dans la région del- ment entreprendre. publics ou de consultation auprès de
toïdienne, l’hydroxyde d’aluminium Les patients peuvent se heurter à une médecins, de spécialistes.
est introduit en profondeur dans le errance de diagnostic du fait de la L’épuisement physique, la douleur, outre
muscle. L’adoption de cette technique méconnaissance ou du rejet de cet- qu’ils sont difficiles à vivre, posent de
coïncide avec l’apparition des premiers te maladie par une partie du corps nombreux problèmes relationnels. Les
cas de myofasciite à macrophages. médical. troubles cognitifs (troubles de mémoire,
de concentration, d’analyse d’une situa-
Dix ans après la vaccination on Le ressenti des malades tion…) conduisent à ne pas adopter les
retrouve des traces d’hydroxyde Beaucoup d’entre nous finissent par bonnes stratégies face aux difficultés
d’aluminium ne plus avoir la force d’affronter des de l’existence, qu’elles soient liées ou
Le mécanisme de cette affection reste médecins qui tendent à les traiter non à la maladie. L’incompréhension de
à ce jour encore mal connu, cependant, de “malade imaginaire” puisque le la part des autres, y compris des pro-
dans le cadre de la maladie, la lésion patient ne cesse d’exprimer sa fati- ches, face à ces problèmes est d’autant
retrouvée par les chercheurs révèle une gue, son épuisement constant, des plus difficile à accepter par le malade
présence en concentration anormale de douleurs musculaires et articulaires, qu’il est déjà gravement pénalisé par la
macrophages (globules blancs inter- en totale incohérence avec les résul- diminution de ses potentialités, ce qui
venant dans le processus immunitaire tats des analyses de sang et des bilans peut, parfois, engendrer des réactions
en englobant les substances étrangè- traditionnels. d’agressivité.
res, les absorbant et en les digérant Devant ce panel de symptômes
normalement en quelques semaines). inexpliqués, un grand nombre de Les handicaps deviennent manifestes
Ces macrophages porteurs de cristaux médecins conseillent de voir un psy- lorsque la maladie entraîne la perte
d’hydroxyde d’aluminium sont retrou- chiatre, solution de facilité face à leur d’autonomie et la désinsertion sociale
vés jusqu’à une dizaine d’années après méconnaissance et à leur impuissance et professionnelle
la vaccination. Seule une biopsie mus- à agir devant cette maladie complexe. Une étude interne à l’association
culaire réalisée de façon chirurgicale, La maladie est déjà un enfer en soi, montre que, lors de l’apparition des
au niveau du deltoïde permet le dia- mais s’il faut encore affronter l’in- symptômes :
gnostic de cette maladie. compréhension des médecins, cela • 4 % étaient scolarisés lors de la surve-
Encore mal reconnue en France, la devient vraiment insupportable. L’état nue des premiers symptômes,
myofaciite à macrophages est une dépressif qui peut parfois s’ensuivre • 3 % ne travaillaient pas,
maladie complexe dominée par : en est le résultat et non la cause. Il • 93 % avaient un emploi,
• une asthénie importante, invali- est dû à l’ignorance, à la non-recon- depuis l’installation de la maladie :
dante, allant jusqu’à l’épuisement, naissance, à l’indifférence, au mépris • 78 % ne peuvent plus travailler,
non améliorée par le repos et évoluant dont nous sommes victimes, à la lutte • 18 % ont été obligés de réduire à un
sur plusieurs mois, voire plusieurs quotidienne que nous devons mener, temps partiel, leur activité,
années ; et ce, malgré notre épuisement total. • 4 % seulement (dont beaucoup sont
• des myalgies chroniques d’intensité Il nous faut également lutter pour la nouvellement diagnostiqués) ont pu
et de localisations variables, souvent reconnaissance et le respect de nos garder un rythme équivalent.
aggravées par l’effort, avec une fati- droits les plus fondamentaux à des
gabilité musculaire invalidante ; services de santé adéquats, à la sécu- Le rapport de l’Agence française de
• des douleurs articulaires, touchant rité et au droit de vivre dans la dignité. sécurité sanitaire des produits de
principalement les grosses articulations, Cette attitude d’incompréhension ou santé (Afssaps)
sont notées dans 50 % à 60 % des cas. de rejet épidermique de certains pro- L’Agence française de sécurité sani-
D’autres symptômes, tels que des trou- fessionnels du corps médical à l’égard taire des produits de santé (Afssaps)
bles cognitifs, sensitifs ou du sommeil, de plaintes difficiles à évaluer résul- a rendu public le rapport de l’étude

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 23


Maladie

épidémiologique sur la myofasciite tion, permettre de conclure quant à inflammatoires, inclusions intramacro-
à macrophages diligentée suite aux l’association entre la vaccination et phagiques aluminiques). De plus, nous
conclusions de l’étude de l’Institut l’existence d’une maladie en relation avons un couple qui a été vacciné le
national de veille sanitaire (1998- avec la lésion.” même jour, à la même heure, et a
2001) faisant le lien entre la présence Des incohérences majeures sont reçu les rappels de la même manière :
d’aluminium dans la lésion histolo- relevées entre le rapport d’enquête l’épouse a vu les premiers symptômes
gique et l’injection de vaccins. Cette épidémiologique, le résumé de la d’asthénie, myalgie, arthralgie, dans
étude “CAS-témoin” sur 122 patients, conférence internationale de consensus, les mois suivants, une myofasciite
dont 26 porteurs de cette lésion et des documents et des communiqués à macrophages a été diagnostiquée
96 témoins présentant des patholo- rédigés de l’Afssaps. en mai 2000 soit plus de quatre ans
gies neuromusculaires a donné lieu à Nous ne pouvons accepter cette atti- après ; le mari a eu deux biopsies qui
l’élaboration d’un rapport épidémio- tude que nous désavouons au nom de sont négatives (où est passée la trace
logique. toutes les victimes touchées par cette histologique de ce monsieur ?).
Conclusions (en l’état actuel des maladie très invalidante.
connaissances) : Plus de la moitié des Français se sont
• Association entre lésion histologique Commentaires de l’association E3M fait vacciner
et vaccin contenant un adjuvant alumi- Lien hautement probable : 100 % Ce qui n’est nullement le cas des autres
nique hautement probable. des cas ont eu un vaccin contenant un pays. Malgré cela, dans d’autres pays,
• Non-existence d’association entre adjuvant aluminique, mais 9,1 % n’ont qui pratiquent maintenant la biopsie du
l’entité histologique myofasciite à pu apporter la preuve de leur vaccina- deltoïde, on retrouve des cas de myo-
macrophages et un syndrome spécifi- tion (pas de carnet de vaccination ni fasciites, notamment en Allemagne, en
que clinique. de certificat). Angleterre, en Belgique, au Canada,
• Aucun syndrome clinique spécifique Validité et sérieux d’une étude sur en Corée, en Espagne, aux Etats-
n’est retrouvé associé à la vaccination 26 porteurs de la lésion contre 800 Unis (dont 2 enfants en Floride), en
contenant un adjuvant aluminique. à ce jour : la définition d’une mala- Irlande, en Israël (dont 6 enfants),
• Pas de remise en cause de la balance die repose toujours en médecine sur en Italie (dont 2 enfants), au Portugal,
bénéfice-risque des vaccins contenant de vastes enquêtes épidémiologiques en Russie, en Tunisie.
un adjuvant aluminique. regroupant souvent plusieurs centaines Nous contestons les conclusions du
• Non-recommandation de réaliser de de patients. Et non sur 26 patients ! conseil scientifique de l’Afssaps qui
nouvelles études épidémiologiques. D’autre part, une maladie est définie porte contre l’évidence des résultats
L’avis du conseil scientifique s’est voulu soit par un lien de causalité soit par précis de l’étude épidémiologique et
tranché alors que les résultats de l’étude des manifestations toujours semblables autres études menées par différentes
épidémiologique montrent que : qui en font une entité clinique spé- instances. Les chercheurs présents et
“Les sujets porteurs de la lésion histo- cifique ou un syndrome clinique l’association E3M se sont insurgés
logique rapportent plus fréquemment spécifique. N’est-ce pas le cas ? contre l’avis du conseil scientifique
une asthénie au début de leur mala- Pas de spécificité de syndrome : jugeant que l’on a joué avec les mots et
die que des sujets non porteurs de la pourtant, cette étude montre que le interprété les chiffres. N’est-ce pas de la
lésion” (60 % contre 34,1 % soit 2,3 syndrome clinique développé est iden- manipulation ? L’Afssaps est pourtant
fois plus !) tique à la population témoin qui est censée être une instance indépendante,
“Les sujets porteurs de la lésion ont atteinte de pathologies neurologiques garante de la cohérence scientifique
des limitations fonctionnelles liées à la et musculaires (myopathies diverses, et non de la cohérence politico-éco-
fatigue plus importantes que les sujets sclérose en plaques…), avec une fati- nomique.
non porteurs.” gue chronique 2,3 fois plus importante Les laboratoires affirment l’inno-
“Les sujets porteurs ne rapportent pas chez les patients atteints de myofas- cuité de l’hydroxyde d’aluminium,
plus fréquemment des myalgies et ciite que chez les témoins mesurée par alors qu’ils avouent qu’aucune étude
arthralgies au début de leur maladie une grille évaluative (échelle de valeur au long court de non-toxicité ni de
que les sujets non porteurs de la lésion Fatigue Impact Scale. 40 items ; trois pharmacovigilance n’a été réalisée
histologique (80 % des cas 73,1 % des dimensions : cognitive, physique et concernant cet adjuvant, non seule-
témoins).” sociale). En comparaison, la fréquence ment sur l’humain mais également sur
“Les sujets porteurs ont été plus du tableau clinique dans la population les animaux. Sa seule utilisation depuis
souvent vaccinés avec des vaccins générale est inférieure à 1 %. plus de trente ans semble attester de
contenant de l’hydroxyde d’alumi- Tatouage vaccinal : L’argument son innocuité.
nium (95 % des cas pour lesquels les développé rendant plausible que Ils prétendent qu’il n’y a pas de rem-
données étaient exploitables, contre les individus puissent conserver un placement possible de l’aluminium,
35,4 % des témoins).” “tatouage vaccinal” indépendam- alors que des vaccins sur phosphate de
De l’avis même de la responsable de ment de toute manifestation clinique calcium (vaccin IPAD) ont été commer-
l’étude exploratoire (Mme Fourrier) : “Il n’est pas acceptable. Les caractéris- cialisés pendant une dizaine d’année
est important d’insister sur le fait que tiques de la lésion invalident cette par l’Institut Pasteur Fondation.
cette étude ne pouvait, par défini- thèse (macrophages cohésifs, infiltrats Une communication présentée par le

24 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Maladie

Pr Robert Debré, de l’Académie de “enterrer” les recherches sur un sujet Malgré de nombreuses sollicitations
médecine, confirmait que, selon les gênant. Pourtant, il se “biopsie” plus de (depuis 2002) la Direction générale de
études faites au Centre international 5 lésions de myofasciite par semaine la santé ne répond pas à nos courriers
de l’enfance, le phosphate de calcium dans les centres de neuropathologies et refuse de nous recevoir. La myo-
présentait de nombreux avantages, spécialisés. faciite à macrophages est visiblement
entre autres de pouvoir vacciner des En conclusion, nous sommes très une maladie dérangeante, un dossier
sujets allergiques, contrairement à ceux inquiets concernant la campagne de jugé explosif dont même certains
contenant de l’aluminium (Bull. acad. nat. vaccination qui va être relancée sur les médias (télévisions, radios) refusent
med ; 1972, 156, n°18-19,583-591). moins de deux ans et les adolescents, de parler. Pourtant, à ce jour, plus de
Nous rappellerons également les pro- sans preuve d’éléments scientifiques 100 plaintes contre X ont été déposées
pos de Mme Fourrier, responsable de voire avec des éléments inquiétants au pénal par nos avocats (Me Collard
l’étude épidémiologique de la myo- récents. Pour la crédibilité du messa- et Me Flécheux) et sont en cours d’ins-
fasciite à macrophages qui, lors du ge sur les bienfaits de la vaccination, truction.
consensus international sur l’hépatite il semblerait plus sage, en effet, de “On ne peut se contenter de dire que
B, a écrit : “En tout état de cause, la reconnaître un effet secondaire lors- tous ces patients, dont certains étaient
mise à disposition de vaccins sans qu’il apparaît, même s’il est limité, de chefs d’entreprise et ont aujourd’hui
adjuvant aluminique (qui ne semble pas redéfinir les populations à risque avec tout perdu, sont hystériques ou sim-
techniquement insurmontable puisque des données actuelles. plement vindicatifs. Ils ont une
c’est le cas pour certains vaccins, en réelle demande, ont besoin d’être
particulier contre l’hépatite B) serait Aujourd’hui, l’innocuité de l’injection aidés et comprendre leur maladie”
de nature à régler le problème.” de doses massives d’adjuvants (Pr Chérin).
aluminiques ne reste en rien prouvée A ce jour, les malades atteints de myo-
Le combat des malades et scientifiquement faciite à macrophages sont encore les
des chercheurs Aucune étude de toxicologie et de victimes d’intérêts politico-économi-
Environ 800 patients ont été diagnos- pharmacodynamique n’a été réalisée, ques ne tenant, en aucun cas, compte
tiqués à ce jour. y compris depuis le passage de l’injec- de la santé et du devenir des patients.
Le Pr Cherin, qui suit environ 200 tion sous-cutanée à l’intramusculaire. Et parmi les victimes, on compte des
patients (service de médecine interne A l’OMS (Organisation mondiale de la jeunes enfants.
de la Pitié-Salpêtrière), confirme le santé), dans son relevé épidémiologique Patricia BASLE, présidente
chiffre avancé par les patients, de 800 du 16 juillet 2004, le Comité consultatif <patouvite@aol.com>
personnes atteintes en France : “Nous mondial de la sécurité vaccinale signale : Suzette PIRES, vice-présidente
n’avons pas les chiffres exacts, mais, “Les questions concernant l’innocuité <piresfamille@free.fr>
compte tenu des données disponibles exigeront une connaissance approfondie
dans les centres de biopsie musculaire, des effets des adjuvants sur la réponse Association E3M - Entraide aux mala-
la fourchette de 700 à 800 patients n’est immunitaire et les mécanismes asso- des de myofasciite à macrophages,
pas déraisonnable”, explique-t-il. ciés. La réglementation actuelle devra 25, rue de Verdun, 21350 Vitteaux
A Créteil, les Prs Ghérardi et Authier tenir compte des données scientifi-
et leur équipe (CHU Henri-Mondor) ques nouvelles concernant les adju-
suivent 160 patients ayant une lésion vants. L’innocuité des adjuvants est un
caractéristique et estiment que “300 domaine important et négligé. Dans la
ou 400 patients répondent à des symp- mesure où les adjuvants ont leurs pro-
tômes cliniques tout à fait analogues, pres propriétés pharmacologiques, sus-
mais avec une biopsie musculaire ceptibles de modifier l’immunogénicité
négative ou avec des anomalies inflam- et la sécurité des vaccins, l’évaluation
matoires non spécifiques”. Les trois de leur innocuité est indispensable.”
praticiens sont convaincus qu’un syn-
drome clinique est associé à la lésion L’aluminium est une vraie toxine
histologique. “Les patients racontent Déjà en 1987, la Food and Drugs
tous la même histoire, évoquant des Administration (FDA) publiait : “L’alu-
myalgies postvaccinales, avec un syn- minium est une vraie toxine prouvée
drome de fatigue chronique et des qui ne doit jamais être injectée à
arthralgies.” l’homme sans raison valable.”
La répercussion des conclusions du “Plutôt que de jouer sur les mots pour
conseil scientifique de l’Afssaps est faire croire que le résultat de l’étude
catastrophique. Par le refus de pour- est négative, il faudrait poursuivre les
suivre les études, il réfute de ce fait recherches pour parfaire une défini-
les études fondamentales et physio- tion clinique des symptômes et trouver
pathologiques en cours. L’absence de une explication biologique”, déclare le
financement est un bon moyen pour Pr Ghérardi.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 25


Vaccinations

Entretien avec Marc Girard

Les effets secondaires


du vaccin contre l’hépatite B
Marc Girard est docteur en médecine, conseil en pharmacovigilance et pharmaco-épidémiologie, expert près la cour
d’appel de Versailles. C’est lui qui connaît le mieux le “scandale du vaccin contre l’hépatite B”, car il a travaillé des
centaines d’heures sur ces dossiers plus ou moins secrets auxquels il a eu accès.

Vous êtes l’un des rares experts à Le propos concernant “l’une des gouvernées par le principe sacré du
avoir vu l’intégralité des documents plus grandes séries” est textuel- contradictoire n’a eu l’idée d’informer
concernant les effets secondaires du lement tiré du rapport Dartigues les juges qu’aux termes mêmes de la
vaccin antihépatite B. Sans rompre le (février 2002) et apparaît compatible réglementation en vigueur les rapports
secret de l’instruction, pouvez-vous avec plus de vingt ans d’expérience de l’Afssaps (qui sont cités dans toutes
nous dire s’il est vrai que cette vac- en pharmacovigilance. Ce simple les expertises comme preuve de l’in-
cination aurait généré la plus grande constat arithmétique est hautement nocuité du vaccin) ont été rédigés “en
série d’effets indésirables recueillis préoccupant pour un traitement à visée commun” avec les fabricants – pour-
par la pharmacovigilance depuis sa simplement préventive. tant partie dans chaque procès. Enfin,
naissance en 1974 ? alors que je n’ai jamais dissimulé que
Je n’ai peut-être pas vu “l’intégralité” Que pensez-vous des dizaines de je travaillais pour l’industrie pharma-
des documents, mais j’ai passé des rapports d’expertise dont les ré- ceutique, que j’en suis fier et que je suis
milliers d’heures sur ce dossier et je dacteurs ne déclarent pas leurs liens le seul des experts désignés à avoir pris
pense sincèrement être la personne au d’intérêt avec les laboratoires et de l’initiative d’une déclaration sponta-
monde qui a le plus travaillé sur cette la conséquence de ces liens sur leurs née d’intérêts, les fabricants ont obtenu
question. Cette apparente forfanterie conclusions ? une série sans précédent de décisions
se justifie d’une bien évocatrice façon : A l’heure où je parle, il est documenté judiciaires me récusant, au point que,
à chaque fois que, dans la littérature qu’un membre du conseil scientifique dans chaque nouvelle affaire, ils en
internationale, je lis un article sur le de l’Afssaps a accepté de nombreuses sont désormais à se référer à “l’autorité
sujet, je n’apprends rien alors que me missions judiciaires (dans lesquelles de la chose jugée”.
saute immédiatement aux yeux ce qui la responsabilité du vaccin n’est guè- La conclusion – préoccupante – qui
a échappé aux auteurs de l’article. A re envisagée) sans révéler qu’il avait semble découler de ce triste constat,
l’inverse, je viens de passer un week- des liens professionnels avec l’assu- c’est qu’il ne semble pas y avoir place
end à écrire un article pour une revue reur d’un des fabricants, c’est-à-dire dans le débat pour les experts qui n’ont
internationale, lequel a suscité chez l’instance qui succomberait effective- rien à cacher.
les éditeurs qui l’ont immédiatement ment s’il était fait droit aux demandes
accepté le projet d’écrire un éditorial des victimes. En parallèle, il est non Dans vos déclarations concernant cette
d’accompagnement soulignant l’inté- moins patent qu’aucun des 200 experts expertise, sans rien divulguer du secret
rêt de mes observations. désignés au civil dans des espèces de l’instruction, vous avez mentionné

26 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

un centre de pharmacovigilance qui étant certaines, tout en donnant des ceux qui sont à risque ? La réponse
recense certains cas “avec des bâtons chiffres farfelus d’une insupportable est évidemment “non” quand on n’a
et des croix”, et dispose d’outils imprécision. On avance aussi 140 000 même pas pris la peine d’informer les
relevant de “l’âge de pierre informa- personnes contaminées par l’hépa- parents de cet enjeu, et encore moins
tique”. Est-ce aussi lamentable que tite B par an. Etes-vous d’accord avec des risques iatrogènes du vaccin.
vous le laissez penser ? ce chiffre ?
Ce constat a été diffusé par la presse en Dans toutes mes expertises, j’ai quali- Vous critiquez particulièrement le
novembre 2002, après remise au juge fié “l’étude” de Lévy-Bruhl et coll. de GenHevac de Pasteur et avez déclaré
d’un pré-rapport dont j’étais l’auteur : “cuisine épidémiologique” : lorsque l’on lors d’une émission sur la Cinq qu’il
il est parfaitement compatible avec l’ex- aperçoit les spécialistes de la veille sani- a été refusé dans les autres pays.
périence des pratiques informatiques taire s’adonner à de telles œuvres, l’on Dans son ouvrage Vaccinations, les
de la pharmacovigilance française, qui ne peut s’étonner qu’ils soient passés à vérités indésirables, Michel Georget
sont notoirement préhistoriques. Un tel côté de 15 000 décès en 15 jours durant a signalé que “[...] plusieurs gènes du
constat a été indirectement confirmé par l’été 2003 (alors, soit dit en passant, SV 40 sont utilisés dans le processus
un récent rapport de la Cour des comptes que le problème central de savoir si les de fabrication du vaccin GenHevac B
qui s’est étonnée que l’Afssaps soit inca- victimes de la canicule étaient effecti- Pasteur”. Êtes-vous au courant ?
pable, malgré des moyens considérables, vement des vieillards a été purement et Je ne pense pas avoir dit qu’il avait été
de mettre sur pied une base de données simplement évacué du débat : tout por- “refusé”, mais que, objectivement non
si peu que ce soit opérationnelle. te à croire qu’il y avait une proportion commercialisé ailleurs qu’en France,
significative de sujets plus jeunes). il avait dû l’être à moins que, trop
Les pouvoirs publics campent sur leur Quoique les données sur l’épidémio- conscient des déficiences du dossier,
position et se retranchent toujours logie de l’hépatite B soient regretta- le fabricant n’ait jamais tenté l’épreuve
derrière la notion bénéfice-risque mais blement pauvres dans notre pays, on d’un enregistrement international dans
sans jamais être très précis. Ainsi, le ne doit pas dénombrer plus de 2 000- des pays de niveau sanitaire équivalant
Dr Lévy-Bruhl a déclaré que si on 3 000 contaminations par l’hépatite B au nôtre. Cette constatation est celle
vaccinait une cohorte de 800 000 en- annuellement, en grande partie chez des d’un spécialiste du médicament qui,
fants de 11-12 ans contre l’hépatite B : personnes qui ont adopté des comporte- au fait des pratiques réglementaires et
“on pourrait faciliter l’apparition de ments à risque. Ce nonobstant, l’évolu- commerciales internationales, s’étonne
1 ou 2 cas de SEP”, tandis qu’en ne tion est majoritairement bénigne. que cette spécialité soit restée confinée
les vaccinant pas : “il y aura entre 3 Diverses sources publiées accréditent à notre pays : elle ne présuppose rien
et 29 hépatites fulminantes, 12 à 147 que la France est dans le peloton de quant aux motifs réels de ce nouveau
cas de cirrhoses et 12 à 30 cancers du queue des nations en matière de pré- French paradox.
foie”. Comment un “expert” peut-il vention dans les populations à risque ce
employer le conditionnel pour la qui ne manque pas de poser un intéres- Que penser de l’étude de Zipp et coll.
survenue de scléroses en plaques sant problème de démocratie : a-t-on le de 1999, initialement rejetée par l’Afs-
qu’il considère comme hypothétiques droit de prendre en otage les bébés qui saps à cause de ses incohérences, mais
alors qu’il emploie le futur au sujet de ne sont pas à risque pour compenser retenue par le rapport Dartigues et
complications qu’il considère comme les insuffisances de la prévention chez qui a subrepticement été ré-intégrée
dans toutes les investigations ulté-
rieures, dont la plus récente date de
quelques jours seulement.
Pour le spécialiste, divers éléments
convergents amènent à considérer
cette étude comme à la limite du faux
caractérisé. Ce nonobstant, je me suis
toujours attaché à épargner aux juges
les évaluations de spécialistes : dans
son communiqué de février 2000,
l’Afssaps estime que cette investiga-
tion doit être écartée ; dans toutes les
interventions ultérieures de l’adminis-
tration sanitaire, celle-ci est réintégrée
comme si de rien n’était. Cette contra-
diction – il y en a d’autres – suffit à
démontrer ce qu’il faut bien appeler
une inquiétante mauvaise foi.

Pouvez-vous commenter la courbe


des données de la CNAM qui montre

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 27


Vaccinations

bien que l’augmentation des scléroses tous les arguments employés à mon rente rationalité. Aujourd’hui, compte
a commencé en 1995, alors que pour encontre par les fabricants en vue tenu des hypothèques documentées qui
les services de santé, ces chiffres ne d’obtenir ma récusation peuvent être pèsent sur la durée de l’immunité, il
sont pas significatifs. Et, de toute réutilisés, et amplifiés, à l’égard de n’est même pas certain que lorsqu’ils
manière, les experts estiment que tous les experts désignés en rempla- arriveront à l’âge supposé “à risque”, les
les augmentations, qu’ils ne peuvent cement, de telle sorte que le système nourrissons vaccinés seront effective-
nier, sont dues au seul fait qu’on ne judiciaire pourrait se trouver paralysé ment immunisés : ils auront néanmoins
sait les diagnostiquer que depuis peu et renvoyé, de la sorte, à ses contradic- été exposés à toutes les complications
de temps. tions : mais les victimes n’en ont ni la de la vaccination. [Lesquelles, déjà ?
Je n’ai pas entendu cet argument du force, ni les moyens. C’était juste pour voir si vous suiviez]
diagnostic récent, mais plutôt celui des Je forme des vœux pour que cette his-
ventes d’interféron, qui justifieraient toire catastrophique ait une profonde Pour en revenir aux nourrissons, on
l’augmentation des prises en charge : influence sur la jurisprudence des affirme qu’il n’y a aucun accident
ce serait plus convaincant si les respon- affaires de santé publique. neurologique chez eux puisque leur
sables sanitaires n’avaient pas attendu myéline n’est pas encore formée.Tou-
que je mette la main sur ces courbes Quel est, à votre avis, la durée de tefois, d’après vos déclarations à la
pour en nier la portée. protection du vaccin ? Actuellement, télévision, vous avez une explication
tous les “ténors” de la vaccination sur cette absence de risque. Tous nos
Savez-vous combien il y a de plaintes clament que les nourrissons vacci- pouvoirs, scientifiques ou politiques,
au total, au pénal comme au civil ? nés seront protégés à vie, alors que semblent ignorer la multitude d’ac-
On me dit qu’il y a deux cents experts le personnel de santé doit subir des cidents déclarés aux Etats-Unis. En
désignés au civil, en général dans rappels tous les cinq ans. Cela est outre, une étude épidémiologique
des collèges de trois ; je pense qu’il incohérent. publiée dans le New England Journal
doit y avoir environ 200 plaintes au Une des caractéristiques les plus signi- of Medicine a conclu à l’élévation
civil. Ce n’est pas moi qu’il faut venir ficatives de ce vaccin, c’est qu’on a les significative du risque de pathologie
consulter pour les statistiques du pénal. idées très vagues sur la durée de protec- rhumatismale après vaccination
Vous omettez les plaintes dans le cadre tion qu’il confère. A l’origine, même contre l’hépatite B chez l’enfant de
de l’article 3111-9 du Code de la santé le marketing des fabricants n’osait se moins de six ans.
publique (professionnels) et les litiges donner le ridicule d’accréditer un ris- Prétendre que la vaccination n’a occa-
de la Sécurité sociale. que chez le nourrisson, la rationalité (si sionné aucune SEP chez le nourrisson
Il ne faut pas oublier que nombre des l’on peut dire) de la vaccination pré- est une ineptie doublée d’une mystifi-
personnes présentant une complica- coce ayant été définie comme suit : on cation. S’il est exact que le système de
tion postvaccinale n’ont ni l’énergie les vaccine une première fois quand myéline est immature chez le nouveau-
ni l’argent pour se lancer dans une on les a sous la main (via la PMI) et le né, ce dernier n’en sécrétera pas moins
procédure. L’espèce aura illustré, cari- rappel à l’adolescence les immunisera les anticorps qui, selon toute proba-
caturalement, “l’inégalité des armes” à vie. C’était déjà psychédélique, mais bilité, finiront par confondre le soi et
entre parties et ses conséquences sur l’annulation du rappel par Kouchner le non-soi chez certains d’entre eux :
la dynamique du procès. Par exemple, en 1998, a fait s’écrouler cette appa- et qu’en sera-t-il lorsque leur myéline
sera formée ? Une bombe qui n’éclate
pas quand on la pose, cela s’appelle
généralement une bombe à retarde-
ment. D’autre part, et dans la mesure
où les experts de l’Agence ont décrété
qu’il ne fallait pas moins de deux pous-
sées pour poser un diagnostic de SEP,
quiconque connaît les pratiques pré-
historiques de la pharmacovigilance
française en matière d’informatisation
et de suivi reconstitue sans peine ce qui
s’est passé : au lieu de s’étonner qu’un
bébé de cinq mois fasse une première
poussée, on a jugé qu’il était urgent
d’attendre, ce qui a permis de perdre
de vue un bon pourcentage de cas et
de dater chez les autres l’apparition de
la maladie lors de la seconde poussée,
quelques années plus tard…
Quant à la question des pathologies
rhumatismales, elle ne fait qu’illustrer

28 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

que l’évaluation du rapport bénéfice-


risque du vaccin ne peut se limiter aux
pathologies démyélinisantes.

Alors que certains accusent le vaccin


HB d’augmenter les risques de lu-
pus, le ministère de la Santé estime
que le lupus ne peut, en aucun cas,
découler du vaccin. On nous a même
répondu que le lupus était d’origine
essentiellement génétique. Cela nous
semble surprenant.
L’hypothèse la plus vraisemblable est
que la personne de chez vous qui a télé-
phoné à l’Agence était sourde, ou que
son correspondant était ivre (à moins
que ce ne soit l’inverse) : le communi-
qué de février 2000 fait formellement
référence à une étude de l’administration
sanitaire montrant, après vaccination
contre l’hépatite B, une élévation sta-
tistiquement significative du risque de
lupus (et de pathologies thyroïdiennes :
c’est trop facile d’accuser toujours les
centrales nucléaires des Russes…). ne leur a pas plu à tous, mais j’ai taire, la justice, les professionnels de
toujours fait pareil dans l’industrie santé qui ne savent plus à quel saint se
On nous dit aussi que les procès pharmaceutique : la qualité primor- vouer, les gens qui souffrent…
concernant les accidents causés par diale d’un expert – celle qui manque En réalité, et comme attesté encore
le vaccin de l’hépatite B, qui se mul- à ceux de l’époque – c’est d’être poli- récemment par une émission sur RMC
tiplient chez nous, est un problème tiquement incorrect, ce qui n’a rien à où, bien que je n’aie quasiment pu
essentiellement franco-français.Tout voir avec l’hystérie ou la provocation, ouvrir la bouche, le public s’est massi-
d’abord, la France est le seul pays mais renvoie simplement à une absolue vement rangé à une position de défiance
européen qui a vacciné autant. Ainsi, intransigeance en matière d’évaluation par rapport à la vaccination, c’est l’ir-
en Angleterre, seulement 5 % de la technique. Comme tout le monde, je responsabilité actuelle des zélateurs
population est vaccinée alors qu’en peux me tromper : mais dès lors que des vaccinations à tous crins et de leurs
France c’est carrément la moitié. j’ai à me prononcer comme technicien, experts qui fait le lit des antivaccinalis-
Je viens d’achever un article internatio- nul ne peut ni m’acheter, ni me séduire. tes. Quant à moi, mes préférences de lit
nal où je remarque que l’étude d’Hernan Et s’il arrive un jour que des circons- sont tout à fait ailleurs, et je n’aspire
et coll, menée par une équipe américai- tances X ou Y m’amènent à craindre de qu’à une chose : retrouver ma tranquil-
ne sur une base de données britannique, ne pouvoir respecter l’exigence d’im- lité – mais pas avant que les bébés, les
est la dernière gifle à ceux qui préten- partialité, je me déporterai : c’est un enfants et les adolescents ne soient à
dent que le problème de la toxicité liée problème de conscience. Vous savez l’abri de ce vaccin trop dangereux…
au vaccin contre l’hépatite B serait un que la psychothérapie est ma seule Vous savez, j’avais été très impres-
paradoxe français. A titre complémen- activité clinique : quand on a un peu de sionné autrefois par une remarque de
taire, je tiens à la disposition de qui veut pratique freudienne, on est assez bien l’éthologue Konrad Lorenz disant qu’il
une bibliographie internationale de plu- gardé du côté de la conscience… n’adopterait jamais un chien adulte qui
sieurs centaines de titres. Je ne suis pas homme de parti, me aurait mordu un chiot car, disait-il, les
contentant de mettre ma compétence jeunes ont une odeur que reconnaissent
Ne craignez-vous pas que vos inter- à la disposition de qui la sollicite : en les adultes “normaux” : je trouve que,
ventions ne finissent par vous situer période de crise, j’ai été un “héros” sous la poussée des actionnaires, il y a
chez les “antivaccinalistes” ? chez les fabricants de vaccins bien beaucoup d’adultes, dans notre société,
On m’a souvent mis en garde contre le avant de l’être à la LNPLV – et mes qui font du mal aux petits – et on parlait
fait que fréquenter les “antivaccinalis- déclarations d’intérêt sont à la dispo- encore récemment du risque suicidaire
tes” ne me décrédibilise ; mais, encore sition de qui veut pour savoir ce que chez les enfants traités par antidépres-
récemment, j’ai eu l’occasion de repro- ça m’a rapporté… Mais j’ai fait aussi seurs. Dans l’histoire, au fond, j’aurais
cher publiquement à la LNPLV (Ligue nombre de choses qui ne m’ont rien juste été un vieux chien qui cherche à
nationale pour la liberté des vaccina- rapporté, voire qui m’ont beaucoup protéger les bébés chiots…
tions) la faiblesse de sa méthodologie coûté, et je reste un expert pour qui
et l’excès de certaines positions. Cela veut : les labos, l’administration sani- Propos recueillis par Sylvie SIMON

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 29


Vaccinations

Vaccination contre la méningite C


Un exemple de faux consentement éclairé
Nous reprenons dans cet article les faits qui se sont produits en 2001-2002 en Auvergne puis dans le sud-ouest de
la France où de larges campagnes de vaccination ont été entreprises après que les médias aient créé un véritable
vent de panique.

La maladie lié au manque d’activité bactéricide groupe C n’ont pas de pouvoir immu-
Une méningite est une inflammation du sérum dû à l’absence de certains nogène fiable et, si on les administre
des méninges (membranes envelop- composants du complément indispen- à des enfants en bas âge, ils peuvent
pant le système nerveux) se traduisant sables pour détruire les bactéries. Cette affaiblir au cours des années la réponse
notamment par une raideur de la anomalie touche un individu sur 1 000. aux antigènes du groupe C.”
nuque, de violents maux de tête et (Tous ces renseignements sont tirés du Le même problème s’était posé pour
des vomissements. Dans leur grande manuel Principes de médecine interne, les premiers vaccins anti-Hæmophilus
majorité, les méningites sont d’origine de Harrison.) qui ont été remplacés par des vaccins
virale, les méningites bactériennes ne L’incidence des méningites à méningo- dits conjugués, contenant un poly-
représentant chez l’enfant que 6 % de coques est de l’ordre de 1 pour 100 000 oside d’enveloppe combiné à la toxine
l’ensemble. Diverses bactéries peuvent habitants et par an, ce qui signifie qu’il tétanique.
entraîner une méningite : pneumo- en survient plusieurs centaines de cas, La même méthode a été utilisée pour
coques, bacille tuberculeux, listeria, chaque année, en France (mais qui sont la mise au point du nouveau vaccin
bactéries Hæmophilus (notamment en majorité du type B !). Meningitec dans lequel le polyoside
Hæmophilus influenzæ de type B), d’enveloppe du méningocoque C
méningocoques (dont il existe 5 types : Les vaccins est associé à une protéine du bacille
A, B C, W et Y). Les vaccins utilisés jusqu’à la fin des diphtérique et adsorbé sur phosphate
Une partie de la population (parfois années 1990 étaient composés d’un d’aluminium.
jusqu’à 20 % à 30 %) est porteuse, polyoside de l’enveloppe des ménin- Le schéma de vaccination ne comporte
de façon plus ou moins transitoire, de gocoques de type A et C. Très utilisés qu’une seule injection pour les adul-
méningocoques au niveau du rhino- en Afrique (où le type A est prédo- tes, les adolescents et les enfants de
pharynx. Le déclenchement de la minant), leur efficacité est discutable plus d’un an. Les pauvres nourrissons
maladie est lié au degré d’immunité selon l’avis de l’OMS elle-même qui de moins d’un an doivent par contre
du sujet, immunité qui se développe déclarait dans le Relevé épidémiolo- recevoir 3 injections, ce qui semblerait
au cours des vingt premières années gique hebdomadaire du 10 septembre indiquer que le pouvoir immuno-
de la vie par le contact avec une bac- 1999 : “L’efficacité du vaccin du grou- gène de ce vaccin est faible et/ou que
térie voisine du méningocoque qui pe A chez les enfants de moins d’un an leur système immunitaire n’est pas
partage avec lui des molécules anti- n’est pas nette. Chez les enfants âgés encore en état de répondre de façon
géniques. Le risque de la maladie est de moins de deux ans, les vaccins du satisfaisante.

30 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

Introduction de (Agence française de sécurité sanitaire créer fort astucieusement, avec l’aide
des produits de santé) pour évaluer les inconsciente de la grande presse, de
la vaccination données de pharmacovigilance relati- tels courants d’opinion.”
antiméningocoque C ves aux vaccins conjugués de type C.
La date de remise du rapport était fixée Effets secondaires
en France au 30 octobre 2001 et la synthèse des Quelles sont donc les données de la
données de tolérance du vaccin devait pharmacovigilance qui ont conduit le
Mise en place être présentée au Comité technique des Comité technique des vaccinations à
Il n’est évidemment pas question de vaccinations le 13 décembre 2001. programmer cette campagne de vac-
nier la gravité d’une infection à ménin- Le groupe de travail ayant émis un avis cination ?
gocoques mais, lorsqu’on parle de favorable, l’autorisation de mise sur Deux types de données sont à consi-
santé publique, il faut, avant de se lan- le marché du vaccin Meningitec a été dérer, telles qu’elles figurent dans un
cer dans une campagne généralisée de délivrée le 10 janvier 2002, la veille de document du 30 octobre 2001 éma-
prévention, en évaluer la pertinence en la décision de lancer la campagne de nant de la Direction de l’évaluation des
tenant compte non seulement de cette vaccination dans le Puy-de-Dôme. médicaments et des produits biologi-
gravité mais aussi des dégâts collaté- Dans ce contexte, les cas de ménin- ques (unité de pharmacovigilance).
raux que pourra produire la vaccination gite recensés dans le Puy-de-Dôme 1. Les données post-marketing
en raison de ses effets secondaires. durant les mois précédents n’ont-ils (traduisez après mise sur le mar-
Compte tenu du précédent relatif à pas constitué l’occasion rêvée pour ché !) concernent la période allant du
la vaccination contre l’hépatite B, on faire un essai grandeur nature de ce 15 octobre 1999 au 15 avril 2001 et
peut légitimement s’interroger sur nouveau vaccin, avant de le généraliser proviennent du laboratoire fabriquant
la spontanéité de la médiatisation de à l’ensemble de la France ? Le recours ce vaccin (Wyeth Lederle) qui se trou-
l’augmentation des infections à ménin- aux médias a été une fois de plus très ve donc être juge et partie.
gocoques. N’y a-t-il pas eu une mise efficace. Ce procédé rappelle tout à fait Pendant ces dix-huit mois, plus de
en scène savamment organisée s’ap- celui préconisé, dans les années 1950, 19,2 millions de doses de vaccins ont
puyant sur le marché de l’angoisse par un médecin dans Le Concours été commercialisées. Plus de 7 400
pour faire accepter plus facilement la médical à propos de l’affolement de effets secondaires ont été rapportés,
vaccination ? la population lors de l’épidémie de dont 860 graves (*). Le laboratoire
En effet, les autorités de santé variole à Vannes : “[l’affolement] aura peut ainsi annoncer que le taux des
anglaises ont décrété, en 1999, la géné- eu au moins l’immense avantage de effets secondaires est de 0,03 % et
ralisation de la vaccination contre le faire d’un acte obligatoire, imposé par celui des accidents graves de 4,4 pour
méningocoque C à l’ensemble de la la contrainte, un acte médical sponta- 100 000. Ces calculs sont parfaite-
population âgée de moins de 18 ans. nément réclamé par le patient qui, sous ment exacts. Néanmoins, le tableau
Une diminution de l’incidence des l’influence d’une peur millénaire, en a s’assombrit quand on entre dans le
méningites de type C a été constatée compris tout soudain la valeur et l’in- détail des complications graves. Les
chez les nourrissons de moins d’un térêt. Le ministère de la Santé aurait voici, tels que fournis par l’unité de
an et les adolescents de 15 à 17 ans, peut-être intérêt, pour lancer, de temps pharmacovigilance :
mais aucune information n’est donnée à autre, telle ou telle vaccination, à • 21 décès dont 8 de mort subite du
concernant les enfants de 1 à 14 ans.
Emboîtant le pas (?) aux autori-
tés anglaises en novembre 2000, le
Conseil supérieur d’hygiène bruxellois,
constatant une élévation de l’inciden-
ce des méningites à méningocoques
(notamment de type C), envisageait
de modifier la politique vaccinale. De
fait, le vaccin contre la méningite C est
devenu gratuit en Belgique pour qu’il
soit plus facilement accessible à tous.
Au vu de ces données, le président du
Comité technique des vaccinations
(français) a constitué un groupe de tra-
vail chargé de présenter, à ce comité,
un projet de recommandations afin
qu’il puisse se prononcer sur la mise
en place d’une vaccination de masse
contre la méningite C en France. Le
groupe de travail a donc sollicité l’uni-
té de pharmacovigilance de l’Afssaps

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 31


Vaccinations

nourrisson, avec le commentaire mise sur le marché : ces données foi des données du laboratoire (4,4 pour
suivant : “Pour la majorité des cas, sont issues de 11 études cliniques 100 000). Ces résultats correspondent
l’imputabilité du vaccin a été jugée conduites chez les nourrissons, les exactement à ce que diverses autorités
douteuse de par l’existence de facteurs jeunes enfants (3-5 ans) et l’adulte de santé affirment depuis longtemps,
confondants (association vaccinale, (18-44 ans), incluant 3 700 sujets. Il notamment la FDA aux Etats-Unis,
maladie sous-jacente)”. Qu’est-ce à a été observé : à savoir que la pharmacovigilance ne
dire pour les autres cas minoritaires ? • 10 décès dont 5 morts subites, recense que 1 % des effets indésirables.
En tout état de cause, pourquoi inno- 2 homicides, 1 anomalie métabolique,
center le Meningitec parce qu’il y avait 1 leptoméningite bactérienne aiguë et Qu’a-t-on dit aux parents ?
une maladie sous-jacente ou une autre 1 maladie cardiaque congénitale (il est Il faut reconnaître que, pour la pre-
vaccination ? Le Meningitec a très bien curieux d’inclure dans une telle étude mière fois, les autorités ont pris la
pu être la goutte d’eau qui a fait débor- un nourrisson porteur d’une malfor- peine d’adresser un courrier aux
der le vase et, sans lui, la mort subite mation !). Si on écarte ce cas et les parents pour expliquer ce qu’était la
ne se serait pas produite. deux homicides, il reste 7 décès dont, méningite à méningocoques, le vaccin
• Plus de 80 cas d’hypersensibilité dont une fois encore, l’imputabilité a été contre la méningite C (il n’en existe
28 réactions anaphylactiques. jugée douteuse. Pourtant, là encore, la pas pour la méningite B, plus cou-
• 19 cas de bronchospasmes dont vaccination a sans aucun doute été le rante chez nous), et pour donner une
3 graves (délai moyen d’apparition : facteur déclenchant. liste de quelques effets secondaires.
2,2 jours après la vaccination). • A ces décès, s’ajoutent une dizaine L’accord des parents était demandé, ce
• 24 cas d’érythème polymorphe dont (sans plus de précision) d’évènements qui pouvait être considéré comme un
5 graves (délai moyen : 4,9 jours). indésirables graves chez les nourris- consentement éclairé. Encore aurait-il
• 188 cas de pétéchies et/ou purpura sons, dont l’imputabilité a été jugée fallu que ceux-ci soient au courant de
dont 107 graves (délai : 1 jour). plausible, concernant essentiellement tous les effets secondaires observés,
• 8 cas de bradycardie dont 6 graves des convulsions. notamment des effets les plus graves.
(délai : 1 jour). Si l’on fait le bilan de ces études clini- Or, la liste s’est limitée aux effets sui-
• 15 cas d’apnée dont 14 graves (délai : ques, on peut retenir 7 décès et 10 autres vants :
1,3 jour). accidents graves, soit 17 effets secon- •Pour les effets observés au cours
Le rapport conclut : “Au vu de ces don- daires graves pour 3 700 sujets, soit des études précédant la mise sur le
nées, l’évaluation du profil de tolérance 459 accidents graves pour 100 000 marché : rougeur au site d’injection,
semble satisfaisant” (sic). vaccinés, soit 100 fois plus que ce gonflement, sensibilité à la pression,
2. Les données de tolérance avant qu’annonce la pharmacovigilance sur la irritabilité, fièvre, perte d’appétit,
diarrhée, vomissements, pleurs, som-
nolence, maux de tête. Ce n’est déjà
pas mal, mais rien n’est annoncé
concernant les décès.
• Pour les effets recensés par la
pharmacovigilance après mise sur
le marché : convulsions, et une série
d’effets qualifiés de très rares comme
augmentation de la taille des ganglions,
allergie (parfois anaphylaxie), vertige,
syncope, picotements, démangeaisons,
éruptions cutanées, urticaire, vomisse-
ments, nausées, diminution du tonus
musculaire, douleur des articulations.
La liste est longue mais rien n’est dit
sur les purpuras, les bronchospasmes,
les apnées ni surtout sur les décès.
Quant aux médias, ils ont fidèlement
rapporté le taux d’accidents graves
de 4,4 pour 100 000 vaccinés, établi
d’après les données du laboratoire,
mais se sont bien gardés de parler des
décès et des résultats des études clini-
ques précédant la commercialisation
du vaccin.
L’information des parents n’a donc pas
été “loyale, claire et appropriée sur les
risques graves [même si] ces risques ne

32 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

se réalisent qu’exceptionnellement”, courait, il n’était observé aucun effet France refuse la viande anglaise mais
comme le prescrivent les arrêts de la secondaire. Statistiquement, cette affir- importe pour ses enfants des vaccins
Cour de cassation des 25 février et mation ne peut pas correspondre à la fabriqués avec des produits bovins,
14 octobre 1997 et l’arrêt du Conseil réalité. Compte tenu des faits rapportés même si le sérum fœtal provient de
d’Etat du 5 janvier 2000. ci-dessus, si l’on vaccine 70 000 ou Nouvelle-Zélande (aucun pays ne pou-
Deux médecins courageux sont inter- 80 000 sujets, il doit nécessairement vant se dire aujourd’hui indemne de
venus sur TF1 pour tenter de montrer se produire des dizaines d’effets indé- vache folle).
qu’on ne disait pas toute la vérité sur sirables graves. Enfin, comme la plupart des vaccins,
les risques de cette vaccination. Peu A cela, il faut ajouter les risques inhé- Meningitec contient de l’aluminium
de jours après, cette intervention fut rents au mode de fabrication du vaccin dont on sait que l’accumulation peut
contrecarrée par une déclaration selon qui est produit en Angleterre avec uti- conduire notamment à cette maladie
laquelle, contrairement au bruit qui lisation de sérum fœtal de veau. La musculaire nouvellement identifiée
et très invalidante : la myofasciite à
Les vaccinations menacent-elles notre équilibre macrophages.
L’avenir nous dira si ces vaccinations de
biologique interne ? l’année 2002 ont servi de test pour une
La Ligue nationale pour la liberté des vaccinations a permis à un enfant de Strasbourg,
paralysé à la suite d’une vaccination antipolio, de gagner un procès en indemnisation.
extension à l’ensemble de la France.
L’affaire était mal engagée puisque le virus retrouvé à l’analyse et déclencheur de la Si cela devait être le cas, le calen-
paralysie était un virus Coxsackie, normalement et en temps ordinaire non pathogène drier vaccinal des nourrissons, déjà
et, surtout, absent du vaccin injecté qui comportait les virus de type A, B, C. L’expert ahurissant, deviendrait complètement
a admis que le vaccin avait provoqué un bouleversement de l’équilibre biologique démentiel. Eh bien, en cette fin 2004,
interne du vacciné et que ce virus, en général présent dans l’intestin et non pathogène,
l’était devenu et avait provoqué cette paralysie.
de nombreux pédiatres incluent effec-
Ce qui m’amène à la réflexion suivante : en 1978, date depuis laquelle nous avons les tivement, à la série déjà longue des
chiffres, on comptabilisait annuellement en France 2 061 cas de méningite (appelée vaccins pour les nourrissons, le vaccin
à l’époque cérébro-spinale). Ce nombre de cas de méningites a régressé sans vac- contre la méningite C et celui contre le
cination à 348 cas en 1993, il a stagné ensuite pendant trois ans (364 cas en 1996), pneumocoque. Nul doute qu’ils finiront
pour reprendre une ascension rapide et arriver à doubler six ans après (718 cas en
2002).
par apparaître au calendrier vaccinal
Que s’est-il passé entre 1993 et 1996 ? On a vacciné presque la moitié de la comme vaccins recommandés.
population française contre l’hépatite B. Bien sûr, pour le milieu officiel cela ne serait Michel GEORGET
certainement qu’une coïncidence ! Il est remarquable que de grandes campagnes de
vaccination menées contre les méningites n’empêchent pas le nombre de méningites Michel Georget, agrégé de biologie, est pro-
d’augmenter malgré tout. Il est vrai que l’on a également remarqué que les campa- fesseur honoraire des classes préparatoires aux
gnes de vaccination contre les méningites de différents types tendent à faire muter grandes écoles biologiques et auteur du livre
les agents responsables en méningocoques de types B. Ce type de méningites B Vaccinations, les vérités indésirables.
représente 65 % du total, mais vous en entendez rarement parler, car il n’existe pas
de vaccin pour ce type de méningites. Pour mémoire, les enfants reçoivent entre la
naissance et 6 ans l’injection de plus de 36 antigènes : on peut donc penser que le (*) Selon le décret n° 95 277 relatif à la
développement des maladies nouvelles chez les enfants n’est pas sans relation avec pharmacovigilance, un effet indésirable grave
cette manie vaccinale. est défini comme étant fatal ou susceptible
Jean-Marie MORA, de mettre la vie en danger, ou entraînant une
président de la Ligue invalidité ou une incapacité, ou provoquant ou
prolongeant une hospitalisation.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 33


Vaccinations

La vaccination antitétanique
Depuis deux cents ans, les vaccinations ont toujours été empiriques et non scientifiques. Cette technoscience nous a
conduits à utiliser des produits dangereux et incertains. Pourtant, les vaccinations, progressivement, sont devenues
miraculeuses au regard des individus et des médecins. Nous avons créé les conditions nécessaires pour en faire une
religion mondiale. Se serait-on trompé, nous aurait-on trompés ?

Les partisans des vaccinations, par trouve dans la circulation sanguine. veux central (la tête) dans les nerfs, à
exemple, depuis plus de soixante-dix Les anticorps sont emmenés vers le l’intérieur des nerfs. C’est là aussi un
ans, nous affirment que la vaccination foyer infecté par la circulation sangui- milieu inaccessible aux anticorps. Tout
antitétanique est efficace à 100 %. ne. Là où il y a des anticorps, milieu ce qui chemine dans les nerfs (toxine,
Pour eux, les tétanos ont lieu uni- aérobie, il ne peut y avoir des bacilles virus, etc.) est à l’abri du système
quement chez les non-vaccinés. Ce du tétanos, milieu anaérobie. immunitaire. C’est pour cela qu’après
discours endoctrineur et moralisateur Nous avons affaire à deux mon- un tétanos guéri il n’y a jamais d’anti-
n’est pas digne de la science médicale. des totalement hermétiques l’un par corps antitoxine.
Cette fausse science, cette nouvelle rapport à l’autre. Le monde aérobie Nous avons donc bien une vaccination
religion nous est imposée de plus en des anticorps, le monde anaérobie des placebo. Tout le long de sa migration,
plus autoritairement, avec arrogance bacilles tétaniques. la toxine est à l’abri des anticorps.
et intimidation. La meilleure preuve est que, après un Il faudrait que les vaccinalistes se
tétanos guéri, il n’y a jamais d’anti- posent enfin les bonnes questions. Bien
La vaccination antitétanique est-elle corps antibactériens ou antitoxines que cela soit impossible comme nous
efficace ? dans le sang des convalescents. Ceci venons de le voir, admettons que la
Cette vaccination ne sert strictement prouve que les bacilles, la toxine, ne toxine puisse être neutralisée par les
à rien, elle est le résultat d’une monu- rentrent jamais en contact avec le sys- anticorps. Que se passerait-il ?
mentale erreur, elle ne nous protège tème immunitaire. Nous avons donc Le système immunitaire est impuis-
pas, je vais vous expliquer pourquoi. bien une vaccination placebo. sant vis-à-vis du bacille puisqu’il est
Le bacille du tétanos appelé Clostridium Les partisans des vaccinations vont dans sa plaie anaérobie, aussi, seule la
tetani est une bactérie anaérobie stric- m’objecter que la vaccination n’est pas toxine serait neutralisée. Les anticorps
te. Ceci veut dire que ce bacille ne peut dirigée contre le bacille, mais contre sa vont rencontrer la toxine et former des
vivre que dans un milieu privé d’air, toxine. La toxine fabriquée dans la plaie complexes antigènes-anticorps, mais le
c’est-à-dire privé d’oxygène. Dans un anaérobie, par le microbe, va devoir bacille tétanique va encore produire de
tissu sain, irrigué, oxygéné, le bacille quitter la plaie et rejoindre le système la toxine puisqu’il n’est pas attaqué, et
du tétanos meurt. nerveux central, elle va donc sortir de de nouveaux complexes antigènes-anti-
la plaie et se retrouver alors dans un corps vont être produits. Ceci va nous
Peut-on avoir une action des milieu aérobie. Elle peut donc être atta- amener rapidement à une surcharge en
anticorps antitoxine dans un tissu en quée par le système immunitaire. complexes antigènes-anticorps, donc à
anaérobiose ? des dégâts irréversibles pour le malade
Absolument pas, puisque le système Est-ce que la toxine peut être et rapidement à la mort. Heureusement
immunitaire est dans le sang un milieu attaquée par les anticorps lorsqu’elle que cette vaccination ne sert à rien,
oxygéné. Le transport des anticorps, quitte le milieu anaérobie ? qu’il n’y a pas de contact entre la toxine
le langage immunitaire, les lympho- Hélas, pas de chance pour les vaccina- et les anticorps, car cela se solderait par
cytes producteurs d’anticorps, tout le listes convaincus. La toxine chemine la mort systématique des malades.
système immunitaire par anticorps se de la plaie anaérobie au système ner- Nous voyons donc bien que ce vac-

34 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

cin est totalement inutile, qu’il n’a Scandale au Népal


aucune action. C’est de la poudre de L’Himalayan Times, premier journal népalais de langue anglaise, annonçait en sep-
perlimpinpin. Que vous soyez vacciné tembre qu’une vaste campagne contre la rougeole avait été entreprise dans ce pays
ou non vacciné vous avez les mêmes afin d’enrayer la maladie.
risques d’attraper le tétanos quand les L’équipe médicale comprenait également un représentant de l’OMS et un représen-
tant pour chaque région de la Direction de l’éducation et du ministère de la Santé. Le
conditions locales d’anaérobioses sont 28 septembre 2004, l’Himalayan News Service de Biratnaga signalait que, trois jours
présentes. après l’administration du vaccin, 35 enfants avaient été emmenés à l’hôpital, dont
10 d’entre eux dans un état “critique”. Tous les journaux régionaux ou nationaux du
Les vaccinalistes attribuent la baisse pays ont largement diffusé l’information.
du tétanos à la vaccination et crient Les enfants toussent, vomissent du sang, ont d’intenses douleurs dans la poitrine,
une forte fièvre, et, dans le meilleur des cas, ont perdu l’appétit. Jagannath Adhikari,
victoire. A quoi est due cette baisse principal d’une autre école située à Fatyangre, a annoncé que 25 élèves ne sont pas
(moins de trente cas de tétanos par an) ? venus aux cours à la suite de cette vaccination.
La baisse du nombre de tétanos est C’est la seconde fois que le même journal rapporte des accidents au sujet de cette
due essentiellement à la chirurgie et à campagne de vaccination.
l’emploi des antibiotiques. Notre correspondant au Népal se pose des questions : “Etant résident au Népal
depuis deux ans, j’assiste, une fois de plus, à cette hallucinante politique qui consiste
La chirurgie est là pour parer la plaie, à débloquer des fonds énormes pour “enrayer” des maladies qui sont à 99 % dues à
enlever les parties nécrosées et les l’immense pauvreté et au manque d’hygiène que subit ce peuple en souffrance. Une
échardes, supprimer les parties en fois de plus, les pouvoirs publics sont incapables de faire la relation et, plutôt que de
anaérobiose et ainsi revasculariser dégager un budget pour nourrir ces enfants, ils préfèrent investir dans des campa-
la plaie. gnes de vaccinations dont nous savons qu’elles sont non seulement inutiles, mais
dangereuses, comme le confirme l’article du journal himalayen. Je n’insisterai pas sur
Les antibiotiques ont pour fonction la fierté que gouvernement et pouvoirs publics manifestent pour cette campagne. Je
de supprimer les surinfections par des souhaite trouver rapidement son commanditaire : s’agirait-il d’une société fabriquant
bacilles pyogènes gros consommateurs ce vaccin ? Ce serait tellement surprenant !”
d’oxygène. Ces bacilles favorisent la Il est probable qu’il existe, dans tous les pays pauvres où sont menées de massives
chute du potentiel d’oxydoréduction campagnes de vaccination, des multitudes d’accidents semblables qui ne sont jamais
divulgués.
qui aide à l’installation du tétanos. La Sylvie SIMON
toxine tétanique est sécrétée dans le
but d’augmenter l’ischémie locale,
c’est-à-dire renforcer l’anaérobiose. pensable de toutes pour les partisans (effets secondaires), ne nions plus ces
Hélas pour les malades, ce sont tous les des vaccinations, se révèle complète- effets, et nous aurons fait un grand pas
muscles du corps qui sont tétanisés. ment inutile. Malheureusement, il en pour la santé des individus. L’avenir
Nous comprenons pourquoi il existe est de même pour d’autres vacci- de nos enfants vaut bien que l’on se
des tétanos sur des grands brûlés, alors nations et peut-être bien toutes les mobilise.
que ceux-ci n’ont visiblement pas eu vaccinations. Je pense qu’il n’y a pas Dr Jean MERIC
de contact avec des spores tétaniques de vaccinations possibles contre une
au moment de leur brûlure. Des spo- bactérie, quelle que soit la bactérie,
res présentes chez les individus avant lorsque les conditions locales sont réu- Le Dr Jean Méric est l’auteur du livre Vaccina-
leur brûlure, résistantes à la chaleur, nies. La maladie éclate quel que soit le tions je ne serai plus complice.
trouvent des tissus présentant après la statut immunitaire du malade.
brûlure des conditions locales d’ana-
érobioses. Ces parties ne sont plus Réfléchir sur la face cachée des
vascularisées, le tétanos éclate. vaccinations
Nous comprenons aussi pourquoi le Pour les virus, c’est un peu plus
tétanos néo-natal est toujours mor- compliqué que pour les bactéries, mais
tel. Les tissus souillés par la coupure l’action des vaccins antiviraux n’est
du cordon ne peuvent retrouver une pas plus satisfaisante et très dange-
vascularisation salvatrice. La ligature reuse pour la santé des individus. Il
empêchant tout retour possible de la est temps de réfléchir avant d’agir et
vascularisation. d’étudier enfin toute la face cachée des
En résumé, nous avons un microbe et vaccinations. Les vaccins ne sont pas
sa toxine qui sont à l’abri des anticorps des produits anodins. Ils contiennent
dans la plaie tétanigène, et une toxine à quantité d’impuretés (virus étrangers,
l’abri des anticorps dans les nerfs. Les sérum de veau, produits chimiques,
anticorps antitoxine vaccinaux ne sont métaux lourds). Les vaccins à virus
donc d’aucune utilité. Ce vaccin doit vivants ne peuvent pas être stérilisés
être abandonné rapidement, puisqu’il puisque cela détruirait l’action du virus
ne sauve personne. vaccinal. Nous ne savons donc pas ce
L’étude de cette vaccination, fleuron de que nous injectons. Etudions ensem-
la médecine, la plus utile et la plus indis- ble les effets néfastes des vaccinations

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 35


Vaccinations

Le vaccin contre
la grippe est-il
recommandable ?

Le vaccin au
royaume d’Ubu (USA)
Alors que, partout dans le monde, les laboratoires diffusent une publicité éhontée pour le vaccin contre la grippe,
affolant des populations entières, près de la moitié des doses de vaccins qui devaient arriver sur le marché américain
sont inutilisables. En effet, la chaîne de fabrication de la firme Chiron a été contaminée par la Serratia marcescens,
bactérie qui engendre des infections urinaires, respiratoires, ophtalmiques et infecte également des plaies. Elle est
responsable d’infections nosocomiales dans les hôpitaux.

Le laboratoire Chiron réside en directrice du CDC (Centre de contrôle qui va s’abattre sur le pays, et procure
Californie, mais son usine est implan- et de prévention des maladies) a alors les cultures de virus aux fabricants.
tée à Liverpool. C’est lui qui fournit annoncé que le vaccin contre la grippe Il proclame que le virus de la grippe
plus de la moitié des vaccins anti- ne pourrait être fourni à tous, mais que est extrêmement contagieux et cause
grippaux aux Etats-Unis, les autres ceux qui en ont impérativement besoin 36 000 morts et 200 000 hospitalisa-
venant d’Aventis-Pasteur (54 millions pourront recevoir les 20 millions de tions par an, alors qu’aucun rapport
de doses) et 2 millions de doses de doses qui restent encore en stock. n’indique le chiffre exact de décès chez
MedImmune, sous la forme d’un vac- Les responsables de la santé du les adultes, car cette maladie n’est en
cin nasal appelé FluMist, approuvé pays négocient actuellement avec général pas rapportée au CDC.
par la FDA alors que des études ont GlaxoSmithKline, qui fournit 70 pays Ce chiffre est d’autant plus difficile à
montré que, dès la première dose, le dans le monde, mais pas les Etats-Unis. connaître que le CDC publie en même
vaccin multiplie par 3,53 les risques Cependant, la discussion ne porte que temps les cas de grippes et ceux de
d’asthme chez les jeunes enfants. Mais sur 200 000 doses, une part infime des pneumonies, faisant l’amalgame entre
les risques engendrés par les vaccines 50 millions de doses supplémentaires les deux maladies. En vérité, les derniers
n’ont jamais empêché les laboratoires que réclame ce pays. chiffres concernant seulement la grippe,
de “faire des affaires”. La demande grandissante de cette les vrais, annoncés aux professionnels
Ainsi, la mauvaise nouvelle est arrivée “panacée” vient de la propagande du de santé, sont : 1 665 pour l’année 1999,
de Grande-Bretagne. On attendait la CDC qui a répandu la peur et l’an- 1 765 pour 2000, 257 pour 2001, et 753
livraison de 100 millions de doses du goisse parmi les citoyens. La saison pour 2002. Nous sommes donc loin, très
vaccin lorsque, à la fin du mois d’août, précédente, le CDC avait ciblé pour ce loin, des prévisions de 36 000 et mêmes
Chiron avertit la FDA et son homologue vaccin les personnes de plus de 65 ans 47 000 cas prévus pour cette année et
britannique, la MHRA, que certains et les victimes de maladies chroni- annoncés à la presse et au public. Nous
lots fabriqués à Liverpool étaient conta- ques. Cette année 2004, il a aussi pouvons ainsi constater le flagrant délit
minés. La firme ne pouvait, dès lors, recommandé la vaccination pour les de mensonge !
ne fournir que 48 millions de doses enfants de moins de deux ans et, en Quant aux jeunes enfants, le CDC esti-
au lieu des 100 millions attendus. Les avril, il a envisagé des vaccins pour me que, de 1990 à 1999, une moyenne
contrôles se sont renforcés depuis et, les groupes de 18 ans à 49 ans. Cette de 92 morts par an chez les enfants de
le 5 octobre 2004, les autorités britan- frayeur de la maladie a conduit des moins de 5 ans peut être attribuée à la
niques ont retiré la licence de Chiron, milliers de personnes à faire la queue grippe. Durant la période de grippe, en
empêchant du même coup la livraison à travers le pays afin d’avoir droit au 2003-2004, 135 enfants sont décédés,
de tout vaccin aux Etats-Unis. vaccin salvateur et a déclenché des cri- 59 d’entre eux étaient vaccinés.
La FDA (Agence de sécurité sanitaire ses d’hystérie dans tout le pays. De plus, il est notoire qu’en 2003-2004
et alimentaire américaine) a confirmé la Chaque année, le CDC essaie d’antici- le vaccin n’a pas été très efficace et a
décision britannique. Julie Gerberding, per sur le type et l’ampleur de la grippe eu peu d’impact sur le personnel de

36 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

santé. En outre, entre octobre 2003 et Des centaines de gens se sont bous- concernée, j’ai un cancer et il est vital
avril 2004, le CDC a identifié 863 virus culés dans des centres de distribution pour mon système immunitaire d’avoir
différents de la grippe. Il est évident pour obtenir une dose parmi les deux cette injection.” Nous ignorions que le
que le vaccin ne peut protéger de tous ou trois cents dont disposait le maga- vaccin restaurait le système immuni-
ces virus à la fois. Comme le consta- sin. Chacun possédait son ticket pour taire des cancéreux, bien au contraire.
tait Impact quotidien du 27 mai 1997 passer à son tour, certains avaient déjà D’ailleurs, le Dr Albert Schweitzer
(n° 1064) : “La protection qu’offre le tenté l’expérience en d’autres endroits. (prix Nobel en 1952) avait remarqué
vaccin n’est pas parfaite, la fabrication Une femme a été arrêtée en Louisiane que les premiers cancers en Afrique
n’est pas flexible et s’adapte mal aux pour avoir insulté un officier de police étaient apparus cinq ans après les pre-
mutations du virus.” qui essayait de repousser la foule, envi- mières campagnes vaccinales.
Le Dr Greg Poland, de la Clinique ron 600 personnes, essayant d’obtenir Quant à India Rush, elle conduisait son
Mayo, a prédit que, cette année, la 250 doses de vaccin. petit-fils asthmatique, âgé de 5 ans,
grippe serait la pire depuis trente ans La panique était générale. “A Kanawha, Marcus Smith. Tous deux étaient arri-
et qu’il risque d’y avoir de 50 000 à plus d’un quart des 200 000 habitants vés au magasin à 3 heures 40 du matin.
70 000 décès. Ces chiffres sont tout à “Son pédiatre n’avait plus de dose. Il
fait fantaisistes, mais ils impression- va manquer la classe ou sera en retard,
nent les gens non avertis. Cependant, mais tant pis, que puis-je faire ?” Elle
les décès ou accidents n’ont pas atten- aussi ignore que, si le vaccin nasal
du la grippe pour se produire. multiplie par 3,53 les risques d’asthme
La crainte de ne pas pouvoir recevoir chez les enfants, le vaccin classique
le vaccin salvateur a généré un vent n’améliore pas, non plus, les asthma-
de panique qui a soufflé sur tout le tiques.
territoire américain au cours du mois Durant cette période, les gens se
d’octobre. Les gens, particulièrement bousculaient, s’accusaient les uns les
des vieillards, se sont précipités vers autres de vouloir passer avant leur tour.
les cliniques, les hôpitaux et les cen- Rebecca Chen a passé la nuit dans le
tres de soins installés dans les grandes parking du magasin Safeway à San
surfaces. Leurs parkings sont devenus Francisco, afin d’obtenir le vaccin pour
de véritables “cours des Miracles”, ses parents. “Ma mère est très malade,
avec des malades en chaise roulante elle a un cancer, mon père a 76 ans, a
ou s’appuyant sur des béquilles, cer- un diabète et de nombreux autres pro-
tains portant un masque à oxygène, blèmes de santé. J’ai passé ma nuit,
des enfants dormant enroulés dans mais je leur ai probablement économi-
des couvertures. Certains se sont battus sé 10 nuits à l’hôpital”, raconte Chan,
pour essayer de gagner une place dans 42 ans. Qu’en sait-elle ?
la file s’attente, d’autres se sont éva- Les médecins n’ont pas fait grand-
nouis car la chaleur était accablante. chose pour calmer cette hystérie collec-
Nombreux étaient les vieillards qui tive. Bruce Miller, 69 ans, cardiaque, a
faisaient la queue devant les pharma- expliqué : “Mon médecin m’a confir-
cies ou les centres de distribution des mé que la situation est désespérée, ils
vaccins depuis l’aube, quelques-uns n’ont même pas les doses nécessai-
dès la nuit précédente. Une femme de sont habitués à être vaccinés chaque res pour leurs propres employés, ils
79 ans est décédée après s’être cogné année, a expliqué le Dr Kerry Gateley, n’en auront donc pas pour ma femme
la tête en tombant, plusieurs person- directeur du centre de santé de Kanawha- et moi. Nous nous sommes moqués
nes ont été hospitalisées après s’être Charleston Health Department. Mais des Russes qui faisaient la queue pour
évanouies. cette année, seules 12 000 doses ont obtenir du papier toilette, mais ici les
été disponibles.” gens se battent pour obtenir un produit
La loterie est le moyen le plus Sur le parking du grand magasin de santé de base.” Les médecins et les
équitable pour distribuer ces vaccins Kroger, dès 7 h 30 du matin, plus de infirmières sont menacés de prison
A Bloomfield, dans le New Jersey, les 400 personnes attendaient dans une file s’ils vaccinent des gens qui ne font pas
officiels de la santé projettent d’en- qui disposait de 350 doses et les attri- partie des groupes dont la vaccination
registrer des candidatures pour une bua aux gens âgés et à risque. La plupart est “urgente”.
loterie, afin de trier les privilégiés qui d’entre eux étaient dans des chaises La pression des laboratoires est telle
auront droit aux 300 doses de vaccin roulantes. Seulement 250 doses du vac- que, pour ce peuple, le vaccin est un
attribuées à la ville pour les gens âgés. cin étaient disponibles au supermarché problème majeur de santé.
“La loterie est le moyen le plus équi- Albertson’s de Tampa, en Floride, A les écouter, si vous n’êtes pas vacci-
table pour distribuer ces vaccins”, a Suzanne Moore, 65 ans, chauve à cause nés, vous allez mourir. Chacun a oublié
déclaré l’un des responsables de la d’une chimiothérapie, avait le n° 221 que l’an dernier la même tactique a été
santé de cet Etat. de la liste. “Je suis particulièrement utilisée alors que les vaccins étaient en

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 37


Vaccinations

surnombre. Plus tard, les Américains 1998. La plupart avaient été vacci- décédées, victimes de la grippe. Or,
ont appris que le vaccin utilisé était, en nées à l’automne (cf. Le Quotidien du elles avaient toutes été vaccinées.
vérité, inutile, car il ne correspondait médecin, 13 février 1998). Le vaccin Philippe Blanchard, directeur de la
pas au virus de cette année-là. Mais aurait-il un rapport avec ces décès ? Ddass, n’a rien trouvé de mieux à dire
qu’importe ! Les laboratoires ont aug- 31 personnes décédant à la même à ce sujet que “chez les personnes
menté leur chiffre d’affaires et cela est époque, dans le même établissement, âgées, le vaccin est peu actif ”. Nous
la seule chose à retenir. relève d’une “curieuse” coïncidence ! sommes ravis de l’apprendre, étant
Le Dr C. Knippel, de Gennevilliers, donné les campagnes éhontées faites
Très peu de médecins sont vaccinés a été sollicité à plusieurs reprises par en sa faveur, mais s’il est “peu actif ”
contre la grippe des entreprises pour organiser des pour protéger de la grippe, il est par-
Médecine et enfance de novembre campagnes de vaccination antigrip- ticulièrement actif pour tuer en toute
1997 s’interroge : “Alors qu’ils sont pale, et Le Concours médical a publié légalité.
d’excellents avocats de la vaccination le 12 octobre 1996 sa réponse : “J’ai De toute évidence, le vaccin contre
auprès de leurs patients, les médecins réfléchi avec ces données sur la vacci- la grippe est une affaire strictement
ne semblent pas, en revanche, être nation antigrippale du sujet normal : commerciale.
convaincus de son utilité pour eux- il s’agit d’une vaccination contre une Heureusement, l’affaire Chiron risque
mêmes.” Comme on les comprend ! maladie non mortelle qui est appelée d’épargner à 50 millions d’adultes et
Ils sont bien placés pour savoir que ce à être répétée tous les ans, c’est-à-dire d’enfants de recevoir 25 microgram-
vaccin est inutile. Sans doute sont-ils qui va stimuler, de façon répétée sur mes de mercure, soit 250 fois la dose
au courant des résultats d’une étude des dizaines d’années, des cellules estimée limite avant d’agresser le sys-
faite sur 50 000 employés des postes très proches, et je pense qu’on ne peut tème nerveux.
vaccinés contre la grippe et publiée exclure le risque d’un “échappement” Il faudra surveiller les cas de grippe de
par The Lancet du 10 août 1974 : “[...] aux régulations physiologiques de la l’année 2005 pour voir si ce manque
Les résultats jusqu’à présent obtenus multiplication, soit le risque d’une de vaccin aura un effet sur la santé de
démontrent que l’offre annuelle d’une prolifération non limitée de cellules la population. Normalement, les cas et
injection du vaccin dans une vaste immunocompétentes.” les décès devraient doubler. Peut-être
industrie n’a pas entraîné une réduc- Il convient de rappeler l’échec du vac- aurons-nous des surprises.
tion significative de la maladie.” cin contre la grippe porcine, en 1976, Une autre question se pose : avant le
N’oublions pas l’expérience tentée en aux Etats-Unis. A la suite du décès d’un retrait des doses contaminées, Chiron
1993 par la caisse d’assurance-mala- jeune soldat, la panique a été exploi- avait envoyé en août, aux Etats-Unis,
die de Loire-Atlantique qui a voulu tée et la vaccination brandie comme 6 millions de ces doses, qui sont main-
étendre le bénéfice de la vaccination le seul remède salvateur. Aussi a-t-on tenant stockées dans les hangars des
gratuite à 43 000 assurés sexagénai- pratiqué une vaccination massive sur distributeurs, en quarantaine, mais
res, et qui a dû arrêter l’expérience en quarante millions de personnes. Ce hors contrôle des autorités. Cependant,
constatant qu’à cet âge les vaccinés fut pour le président Ford un heureux Norman Baylor, qui dirige un départe-
consultaient plus et dépensaient plus coup électoral. Cependant, on dénom- ment de vaccin de la FDA, a confirmé
que les non-vaccinés (23 % de plus en bra très rapidement une centaine de que 27 cargaisons sur les 60 envoyées
consultations, visites, pharmacie). morts et plus de 400 cas de paralysie par Chiron ont été mises en circulation
type Guillain-Barré. La campagne fut avant la découverte de la contamination.
Non seulement ce vaccin protège aussitôt suspendue et les Américains On ne sait pas exactement combien de
peu, mais les mises en garde découvrirent le scandale. Outre les cas doses peuvent être produites à partir de
provenant de médecins ou de officiellement déclarés, le vaccin pro- chaque cargaison.
revues médicales réputées, sont très voqua 1 300 réactions adverses telles Sylvie SIMON
nombreuses que de sévères complications neurolo-
D’ailleurs, Jama (vol. 263 - 1990), giques, des maladies de Parkinson, des
Pediatrics (vol 91 - 1993) et Le inflammations articulaires et de multi-
Concours médical (vol 116 - 1994) ples scléroses. Or, les milieux officiels
recommandent de faire au préalable un étaient parfaitement au courant de ces
test cutané en milieu hospitalier sous dangers autant que de l’inefficacité du
surveillance, à proximité d’une unité vaccin. “Ils ont menti depuis le début
de soins intensifs, avec de l’adréna- en affirmant que le vaccin était effi-
line à portée de main et un personnel cace, alors qu’ils n’en avaient aucune
médical et paramédical entraîné, ce preuve”, constatait le Dr Hermann
qui n’est jamais fait, mais prouve la dans le National Inquirer du 2 janvier
dangerosité du vaccin. 1977, qui relata toute l’affaire.
Nous ne pouvons donc être surpris Entre le 9 et le 20 janvier 2004, 17 per-
d’apprendre que, dans un établissement sonnes âgées de plus de 90 ans ont
médico-social de Zurich, 31 personnes manifesté des symptômes pulmonai-
sont décédées de la grippe en janvier res disparates, et 9 d’entre elles sont

38 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

Un petit roman inédit

Da Vaccini Code
Dans un bar de Chignaroche-sur-Creuse, se sont retrou- Raymonde : Ça me fait penser que ma petite-fille a fait
vés après le pot de départ à la retraite d’une infirmière au récemment les vaccins obligatoires ! Tu vois Madeleine,
CHS : il ne lui est rien arrivé.
Madeleine, infirmière spécialisée en psychiatrie, qui est à
cinq ans de la retraite, Madeleine : J’espère pour elle au moins qu’elle les a eus
Raymonde, infirmière spécialisée en psychiatrie, qui part en sous-cutanée et pas en intramusculaire !
à la retraite,
Gaspard-Hubert, médecin pédiatre, Gaspard-Hubert : Pourquoi ? Quelle différence tu y
Karim, étudiant infirmier en stage, vois ?
Au téléphone : Fritz, avocat, d’origine alsacienne, compa-
gnon de Madeleine. Madeleine : Les pathologies neuro-musculaires, tu as
entendu parler ?
NB : Toute ressemblance avec des personnages de la réalité
ne serait pas fortuite : elle serait volontaire… J’ai, person- Gaspard-Hubert : Ben… oui, mais…
nellement, assisté à cette discussion, mais j’ai changé le lieu
et les noms pour des raisons bien compréhensibles. Madeleine : Et la myofaciite à macrophages, ça te dit quel-
que chose ?

Gaspard-Hubert : Sympa ce pot, et on remet ça dans le Gaspard-Hubert : Oui, mais quel rapport ?
bar ! Faudra faire gaffe aux gendarmes après !
Madeleine : Tu ne lis pas les journaux ? Tu ne sais pas
Madeleine : Avec tes 100 kilos, tu peux boire deux fois que des milliers de personnes souffrent toute leur vie de
plus que nous, pas vrai ? douleurs musculaires inexpliquées, à l’endroit (comme
par hasard) où elles ont reçu un vaccin, surtout si on les a
Gaspard-Hubert : Eh ! Du calme ! J’ai encore des visi- vaccinées par une injection intramusculaire. Et encore ça,
tes à faire ce soir, et demain matin j’ai plein de gosses à c’est un moindre mal !
vacciner !
Gaspard-Hubert : Pourquoi ?
Raymonde : T’entends ce qu’il te dit ? Il vaccine, lui ! Toi,
t’arrêtes pas de gueuler contre ça. Mais si, au boulot, on te Madeleine : Enfin t’es pédiatre ou vendeur de frites ? T’es
dit de le faire, tu seras bien obligée ! quand même venu dans les pavillons Coquelicot et Pissenlit
de l’hôpital ! T’as bien vu que ces pavillons sont remplis de
Madeleine : Pas du tout ! Je ne suis qu’infirmière et c’est gens qui sont là depuis l’enfance et à vie, avec un diagnostic
au médecin de vacciner. S’il arrive quelque chose, c’est lui d’encéphalite postvaccinale ?
qui est responsable, pas moi ! Moi j’applique la prescrip-
tion ! T’as déjà vu des vaches à l’abattoir ? Elles sont sur Gaspard-Hubert : Effectivement, il y a beaucoup de dos-
un tapis et elles n’ont pas le droit d’en descendre ! Dans siers… Mais je ne m’étais jamais posé la question…
mon boulot, je suis comme ces vaches, je n’ai pas le droit
de descendre du tapis ! Raymonde : Dis donc, Gaspard-Hubert, le bébé que tu nous

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 39


Vaccinations

as montré en photo tout à l’heure, c’est bien ton fils ? Il est Madeleine : Moi, môssieu, un jour quand j’étais gosse, en
né, il y a un mois, c’est ça ? pleine épidémie de polio, on m’a vaccinée. Le lendemain,
j’étais paralysée pour 6 semaines, avec un diagnostic de
Gaspard-Hubert : Oui, c’est le mien et il est beau ! polio… Mais en plus, le médecin du travail m’a revaccinée
quand je suis devenue infirmière. Piqûre de rappel qu’il
Raymonde : T’as pas dit que tu l’avais vacciné à la nais- disait. Tu parles d’un rappel ! J’ai encore été malade à en
sance ? crever pendant une semaine !

Gaspard-Hubert, l’air maintenant inquiet : Ben ouais… Gaspard-Hubert : T’es une ancienne polio, toi ? Mais on
Je lui ai fait les vaccins obligatoires… Mais ceux-là, ça dirait pas, tu boîtes pas !
risquent rien !
Madeleine : Si j’avais pas été soignée par un médecin qui
Madeleine : Ça risque rien ? T’as quand même remarqué avait vécu dans d’autres continents et qui connaissait les
que, pour certains vaccins, la dose de saloperies que tu lui méthodes des chamans, je ne serais peut-être pas là pour
a mise dans le cul était la même que ce que tu t’es mis à te le dire. Quand je pense qu’aujourd’hui ces salauds le
toi ! Et toi tu pèses 20 à 30 fois plus que lui ! Tu trouves poursuivraient en justice pour des pratiques non confor-
ça normal ? mes aux données de la science, alors que je suis la seule
de mon village à ne pas avoir eu de séquelles… Mais chez
Gaspard-Hubert, de plus en plus inquiet : C’est vrai, merde nous, il vaut mieux mourir légalement que rester en vie
alors, c’est souvent les mêmes doses. Mais enfin, ces vac- illégalement !
cins-là, ça craint rien quand même ?
Gaspard-Hubert : Ça ne me dit toujours pas comment tu
Madeleine : Je suppose qu’évidemment tu ne sais pas ce sais tout ça ?
qu’il y a dans les vaccins ?
Madeleine : J’essaie de ne pas faire comme vous tous :
Gaspard-Hubert : Quand même je suis médecin pédiatre : quand on parle de vaccins, vous êtes dans une religion ;
Il y a le virus atténué ! Ça quand même je le sais ! vous ne vérifiez rien, vous n’avez que des certitudes ! Et
ce qui est grave est que quand on vous demande de véri-
Madeleine : Bravo ! Mais t’as oublié ce qu’il y a en plus ! fier des choses, vous refusez. A part des claques dans la
L’adjuvant de l’immunité (ce sont les labos qui le disent, gueule, je me demande ce qu’il faut faire pour que vous
pas moi) qui est soit de l’hydroxyde d’aluminium à des ouvriez les yeux !
doses 30 fois supérieures au seuil de toxicité (pour un adulte
comme toi, alors je te raconte pas pour ton petit !) soit des Gaspard-Hubert : Enfin ! tu dis n’importe quoi ! La polio,
dérivés du mercure, soit d’autres saloperies, c’est quand la diphtérie, la coqueluche : elles ont bien été éradiquées
même fou qu’un pédiatre ne sache pas ça ! grâce aux vaccins, non ?

Gaspard-Hubert : Tu sais, dans toutes les années de nos Madeleine : Décidément tu es indécrottable ! En 1956,
études de médecine, nous avons eu une séance unique on a lancé le 1er vaccin contre la polio en France : résultat
de deux heures sur les vaccins, c’est tout ! C’est vrai 1 200 cas en 1956, mais 4 000 cas en 1957 ! en 1958 ça
qu’on ne sait rien, mais je me demande pourquoi et rebaisse, mais on relance un autre vaccin, et ça remonte en
comment toi, tu sais tout ça ? 1959 ! Va voir sur Internet la courbe de la polio publiée
par le ministère de la Santé ! Tu verras qu’en 1964 quand
le vaccin est devenu obligatoire, l’épidémie s’était déjà
arrêtée.

Gaspard-Hubert : Et la diphtérie ?

Madeleine : Alors là, je me marre : des dizaines de bou-


quins ont publié la courbe de la diphtérie à Berlin : En
1938, le régime nazi rend le vaccin obligatoire. Résultat
le nombre de cas s’est progressivement multiplié par 6
jusqu’en 1945. En 1945, l’obligation a été supprimée. De
1945 à 1950, le nombre de cas a été divisé par 40 ! Alors
le vaccin, tu sais où je me le mets ?

Gaspard-Hubert : Et la tuberculose ?

Madeleine : Enfin, tu lis bien le Bulletin épidémiologique


hebdomadaire (BEH) du ministère de la Santé ?

40 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Vaccinations

Gaspard-Hubert : oui et alors ?

Madeleine : Dans le n° du 20 janvier 2004, p. 15, on peut lire


concernant un échantillon de 277 enfants atteints de tuber-
culose et étudiés par nos scientifiques : “Le statut vaccinal
était connu pour 65,3 % de ces enfants, et 74 % d’entre eux
étaient vaccinés par le BCG.” Mais j’ai encore mieux que
ça pour la coqueluche ! Regarde, ça tombe bien je l’ai encore
dans mon sac ! Le BEH du 4 novembre 2003, p. 213, dit que
nos scientifiques intelligents ont examiné un échantillon
d’enfants qui avaient la coqueluche et on nous dit “Au-delà de
4 mois, 32 % n’avaient reçu aucune injection, 27 % étaient
vaccinés de façon incomplète, et 41 % étaient correcte-
ment vaccinés.” Ça ne te fait pas bondir ça ? Ça signifie
en gros que 68 % des gamins qui avaient la coqueluche Madeleine : Mais enfin, des dizaines de livres sont sortis
étaient vaccinés ! Donc, si pour la tuberculose et la coque- depuis trente ans sur cette question : ceux de Fernand Delarue,
luche il y a plus de gosses vaccinés que de non-vaccinés qui du Pr Tissot, Michel Georget, agrégé de biologie,
ont choppé la maladie, si j’étais à ta place, je n’aurais pas des Drs Chavanon, Berthoud, Ancelet, de Brouwer,
vacciné mon gosse, parce que j’ai vraiment l’impression que Bensaïd, Kalmar, Donatini, Choffat, Vercoutère,
s’il est vacciné, il a plus de chance d’attraper la maladie ! Elmiger, Pilette, Scohy, Méric, Tal Schaller, sans par-
Je comprends pas : vous avez les chiffres devant le nez, et ler de tous les bouquins de Sylvie Simon qui sont plus
vous ne réagissez même pas : on est vraiment un peuple de que clairs ! Tu vas quand même pas me dire que tu ne
veaux ! Les veaux, ça a la réalité devant le nez, mais comme le sais pas ?
le gardien du troupeau leur dit le contraire, ils écoutent le
gardien du troupeau, et pas ce qu’ils voient ! C’est comme Gaspard-Hubert, au bord de l’évanouissement : Mais
pour le vaccin contre l’hépatite B ! Pendant des années, ces merde ! C’est la 1re fois que j’entends parler de ça ! Je ne
connards d’experts nous ont dit que les milliers de cas de comprends pas…
sclérose en plaques, ça n’avait rien à voir. Il a suffi qu’un
rapport américain dise le contraire, pour que tout le monde Madeleine : Attends, mon portable sonne… Ah ! c’est mon
court dans l’autre sens, comme des veaux… chéri… Allo ! t’es sorti du tribunal ? Dis-moi, on est en
train de parler des vaccins, je mets le haut-parleur pour mes
Karim : C’est vrai ce qu’elle dit ! Toutes les collègues se amis, car je crois que la conversation va t’intéresser.
foutaient de sa gueule quand elle en parlait au boulot ! Elles
sont tellement chloroformées qu’il y en a même une qui a Fritz au téléphone : Donne-leur le bonjour !
été vaccinée, qui a choppé l’hépatite B quand même, et qui,
plusieurs années après, s’est faite revacciner ! C’est pas être Gaspard-Hubert, essayant de se rassurer : Monsieur,
chloroformée ça ? Et maintenant qu’on parle du rapport vous qui êtes relativement en dehors du monde médical,
américain, elles lui demandent toutes la doc qu’elles ont vous avez quand même appris comme moi l’histoire du
jetée l’an dernier. Parfois je me demande s’il leur manque vaccin inventé par Pasteur ?
pas une case aux collègues : quand c’est la collègue qui le
dit ça compte pas, mais quand c’est les Américains, c’est Fritz au téléphone : Oui, je connais cette histoire.
mieux que la Bible !
Gaspard-Hubert : Vous vous souvenez du fait que Pasteur a
Gaspard-Hubert, l’air complètement décontenancé : Mais vacciné un petit Alsacien qui avait été mordu par un chien
enfin, pourquoi nos revues médicales et même nos Ordres enragé, et qui a été sauvé grâce à ce nouveau vaccin. Vous
ne nous disent pas tout ça ? qui êtes d’origine alsacienne, je crois, comment réagissez-
vous quand on vous parle de cela ?
Karim : Là, la réponse je la connais ! En France, les revues
médicales sont toutes contrôlées par les laboratoires phar- Fritz au téléphone, éclatant de rire : Faut quand même que
maceutiques. Car la France est le 1er fabricant de vaccins vous sachiez que ce chien avait mordu tout le village qui n’a
d’Europe, et en vend des millions à l’Afrique ! Vendre été ni vacciné ni malade ! On le sait par les écrits des collabo-
des vaccins, c’est beaucoup plus rentable que vendre du rateurs de Pasteur. J’ai peur, dans tous les cas de figure, qu’on
couscous en boîte ! Dans presque tous les pays d’Europe, nous ait menti. D’ailleurs, un Alsacien attraper la rage, ça
l’obligation vaccinale a été supprimée depuis longtemps, n’existe pas ! Même les Allemands ne nous ont pas eus !
et ils ont moins de cas de maladies que nous. Moi, ça me
fait réfléchir pour quand j’aurai un gosse. Gaspard-Hubert s’assied, des gouttes de sueur froide sur
le front, puis soudain reprenant espoir : Mais mon gosse,
Gaspard-Hubert, de plus en plus pâle : Madeleine, tu as je lui ai donné un nouveau vaccin, car le DT Polio est
su tout ça comment ? introuvable depuis un an.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 41


Vaccinations

Fritz : Madeleine, explique-lui pourquoi on ne trouve plus Fritz au téléphone : Avec la Ligue nationale pour la liberté
le DTP. des vaccinations, nous avons mis au point une méthode
permettant d’échapper à cet empoisonnement tout en res-
Raymonde : Arrête Madeleine, cette fois tu vas l’ache- pectant la loi. Lisez donc le livre de Jean-Pierre Joseph
ver ! Vaccins, mais alors non nous aurait menti ? C’est expliqué
dedans.
Gaspard-Hubert : Au point où j’en suis, je préfère tout
savoir. Un consommateur s’approche alors : Visiblement, il se
dégage de lui de la sincérité et du bon sens :
Madeleine : Oh ! c’est simple, il y a eu un article dans le Excusez-moi, messieurs dames, j’ai entendu votre conver-
Torchon libre, on interviewait le responsable du laboratoire sation. Chez nous au bled, on sait que beaucoup de gosses
qui disait qu’on s’était aperçu que le DTP n’était pas fia- ont été empoisonnés par les vaccins. Ici à l’école quand ils
ble, notamment concernant le vaccin contre la diphtérie. ont voulu vacciner ma fille, j’ai menacé de venir avec le
Ça veut dire que depuis cinquante ans, on nous vaccine fusil. Eh bien ma gosse, elle est toujours à l’école, et c’est
avec un produit qui est de la pisse d’âne ! La diphtérie a la seule qui n’est jamais malade. En plus, elle a des résultats
quand même disparu, ce qui confirme ce que je te disais : scolaires excellents. Alors maintenant on me fout la paix.
un vaccin ça sert à rien, et c’est dangereux !
Fritz au téléphone : D’excellents résultats scolaires ? Si
Gaspard-Hubert : Oui, mais ils l’ont remplacé par un nou- vous lisez La médecine retrouvée du Dr Elmiger, et notam-
veau dans lequel il y a en plus de la diphtérie, le tétanos et ment ce qu’il dit concernant les produits d’origine bovine
la polio, la coqueluche. qu’il y a dans le BCG, vous verrez que ce n’est pas un
hasard. Mais on est tellement dans un système de salauds et
Madeleine avec un sourire narquois : Ouais… On disait de menteurs que j’ai bien peur que cela ne change pas tant
quoi du vaccin contre la coqueluche tout à l’heure ? Et tu qu’on ne descendra pas dans la rue avec la boîte à gifles,
te souviens quand tu vaccinais des gosses l’an dernier, le car la France est le pays du “j’veux pas l’savoir” ! Quand
DTP il coûtait combien ? on parle à ces cons, ils nous disent : “Moi, j’applique la Loi,
j’y peux rien”… Et oui, comme Maurice Papon…
Gaspard-Hubert : environ 6 euros, je crois….
“On ferme !”, crie alors le patron du bar. Tout le monde
Madeleine, le sourire jusqu’aux oreilles : Et le nouveau rentre chez soi.
(qui ne marchera pas mieux d’ailleurs) ?
Par Jean-Pierre Joseph
Gaspard-Hubert : Putain ! 23 euros ! ça y est j’ai pigé ! Ah
les salauds ! Demain je vais tout casser à la pharmacie !
Oh la la ! mon gosse… Ce soir, je le regarde de près. Mais
qu’est-ce qu’on peut faire ? Monsieur Fritz, supposons Jean-Pierre Joseph, avocat au barreau de Grenoble, est l’auteur des
qu’en tant que père je refuse à l’avenir que mon gosse Radis de la colère (Ed. Louise Courteau) et de Vaccins mais alors on
reçoive des vaccins, comment dois-je faire, car c’est obli- nous aurait menti ? (Ed. Vivez Soleil).
gatoire je crois ?

42 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Droit

Vaccins
et droit
Ou la version moderne de La Vache et le Prisonnier ?
Parler de législation vaccinale aurait fait sourire le plus grand nombre il n’y a pas si longtemps. Pourtant, il s’agit bien
d’un droit émergent, avec ses fondements, ses règles propres et ses contradictions.

L’origine historique de la législation sur faire passer pour obligatoires relève qui permit de renforcer la répression
les vaccins rejoint leur origine scien- soit de l’ignorance soit de la mauvaiseau cours d’une remise en ordre du
tifique : c’est au fur et à mesure que foi. code de la santé publique strictement
l’on multipliait les merveilles pasteu- Sachez aussi qu’en raison des rup- formelle et “à droit constant”.
riennes que l’accord tacite entre l’Etat tures de stock (réelles ou alléguées), Comprenne qui pourra…
législateur et les laboratoires fournis- vous risquez d’être incités à acheter Certaines de ces sanctions seront
seurs s’est précisé jusqu’à devenir des cocktails de vaccins obligatoires moins difficiles à éviter ou à retarder
aujourd’hui un bastion fort puissant, et non obligatoires : dans ce cas, vousque d’autres : le Conseil d’Etat a tran-
avec quelques brèches tout de même. pouvez refuser le tout, rien ni personne
ché, il y a déjà longtemps, en faveur de
Toutefois, la réglementation fort prisée ne pouvant vous contraindre à subir l’obligation scolaire, et votre enfant ne
en doux pays de France, où l’esprit et une vaccination non obligatoire, même peut donc en principe être exclu défini-
le bâton se sont toujours fait la guerre, dans cette hypothèse. tivement. Il vous faudra toutefois vous
a cédé peu à peu la place à l’incitation, défendre pied à pied, et de préférence
bien plus efficace, nos concitoyens Les vaccinations doivent être avec l’aide d’associations et d’avocats
se sentant davantage respectés si effectuées selon un calendrier fixé (pardon pour la pub) qui sauront faire
on leur donne un conseil plutôt que par les textes, et leur non-respect valoir les bonnes jurisprudences.
si on leur montre la trique. Sentiment pourra entraîner des réactions Mais deux problèmes demeureront :
réel d’ailleurs, mais parfois dangereux, diverses et variées • le premier tiendra à la lenteur de la
car à force de vous dire que la couleu- Ce peut être : procédure, car s’il est vrai que, dans
vre est délicieuse, on finit par vous la • Sanctions administratives sur les certains cas, vous pourrez avoir une
faire avaler… enfants : non-admission en crèche, audience de référés en quelques semai-
exclusion de l’école. nes, dans d’autres, vous aurez le temps
Qu’en est-il donc exactement en droit • Sanctions d’ordre professionnel, d’être grand-père avant que votre fils
positif ? notamment pour le monde médical, soit admis en CP !
On ne le dira jamais assez, en France, la non-vaccination (HB surtout) • le second pourra être la diversification
et il n’y a que quatre vaccins obli- pouvant être la cause d’un licencie- des plaisirs car le harcèlement pourra
gatoires pour toute la population : ment. se poursuivre (vous poursuivre…) par
• tétanos, • Sanctions sociales : privation des l’intermédiaire du juge des enfants qui
• diphtérie, allocations familiales (peu usitées en a des pouvoirs inouïs allant jusqu’au
• polio, pratique, mais possibles). retrait de l’enfant et à son placement.
• BCG, • Sanctions judiciaires : retrait de Ces situations ne sont pas fréquentes,
et un vaccin obligatoire pour les l’enfant par le juge des enfants. et je ne veux pas agiter des épou-
professionnels de la médecine : celui • Sanctions pénales, notamment vantails, mais il faut savoir qu’elles
contre l’hépatite B. pour les récalcitrants au BCG, qui existent, et que nous nous battons pied
C’est déjà pas mal, mais sachez bien pourront désormais goûter la paille à pied, depuis plusieurs années dans
que tous les autres ne sont que recom- humide des cachots à la suite d’un certains cas, pour contrer les attaques
mandés, et que toute tentative de les tour de passe-passe du législateur l’une après l’autre.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 43


Droit

Et je me souviens encore de Kévin, c’est d’ailleurs bien de l’essence même


élève en seconde technique, que le pro- de la nature humaine qu’ils traitent en
viseur du lycée avait bien dû admettre affirmant que nul n’a le droit d’inter-
en cours, puisqu’il avait légalement le venir sur mon corps sans mon accord,
droit d’y venir, mais qui a pu refuser de et en interdisant tout commerce de ma
le laisser pénétrer dans les ateliers, car jambe, de mes reins ou de mes yeux.
il y aurait travaillé sur des machines Le juge devrait encore choisir la liberté
dangereuses, ce qui était inconcevable pour une raison de chronologie, car le
pour un non-vacciné contre le tétanos. courant profond de l’évolution légis-
Il a dû changer de section. lative va dans le sens de la sauvegarde
Mais surtout, que ces certificats soient de la liberté individuelle face à la
rédigés par de vrais médecins, vrai- puissance de l’institution publique ou
ment inscrits à l’Ordre : quelles ques privée. Or, le dernier texte en date se
soient les raisons de leur différend trouve être la loi du 4 mars 2002 dite
avec l’Institution, qui peuvent nous loi Kouchner (art. L. 1111.4 al. 3 du
les rendre sympathiques, n’acceptez code de la santé publique), qui affirme
jamais de certificats rédigés par des solennellement : “Aucun acte médical
médecins radiés, ni de certificats rédi- ni aucun traitement ne peut être pra-
gés à distance : il convient qu’il y ait tiqué sans le consentement libre et
réelle consultation et auscultation. éclairé de la personne et ce consente-
Par contre, le certificat étranger serait ment peut être retiré à tout moment.”
semble-t-il mieux admis.
La résistance à la sanction profession- Or, il ne faut jamais oublier qu’une
nelle en matière de vaccin antihépatite B vaccination est un acte médical, et
est, par contre, beaucoup plus difficile : non pas, comme on voudrait trop
le directeur d’hôpital qui refuse d’em- souvent nous le faire croire, un acte
baucher ou qui licencie une infirmière administratif.
non vaccinée (ou n’ayant pas reçu le
rappel) est parfaitement dans son droit On peut donc soutenir juridique-
et aucun tribunal administratif ni aucun ment que l’obligation vaccinale a été
conseil des prud’hommes ne pourra lui anéantie par ce texte limpide quant à
donner tort : c’est donc votre emploi la liberté du patient face à son théra-
qui est en jeu, et je ne cesse d’appeler peute. Toutefois, en matière judiciaire,
à ce propos à une grande mobilisation un argument trouve toujours son symé-
de la profession. trique ; en l’espèce, ce pourrait être
que les lois vaccinales sont des lois
Comment faire respecter vos droits ? spécifiques, dérogatoires, et dictées
Face à un tel arsenal, reste-t-il une pla- par l’intérêt supérieur de la nation…
ce à la défense ? Oui, il reste toujours mais nous avons à tout le moins les
une place à la défense ! armes d’un débat juridique qui viendra
Que choisira le juge entre les articles du conforter le débat scientifique. Ne nous
code de la santé publique, qui édictent en privons pas.
fort réglementairement les obligations
vaccinales, et les articles 16.1 à 16.9 du Si vous êtes vacciné, le vaccinateur
Les certificats de contre-indication code civil, qui affirment l’inviolabilité a forcément engagé sa responsabilité
Quant aux certificats de contre-indi- du corps humain ? envers vous, tout acte relevant forcé-
cation, il vaut mieux les manier avec Il devrait, à mon sens, choisir le code ment en droit de la responsabilité de
prudence, et même si cela n’est pas civil pour une raison de droit pur, à son auteur.
inscrit dans les textes, il est préférable savoir que le dernier article de la série
qu’ils soient délivrés pour une durée (16.9) déclare que les textes qui le pré- La plus grande difficulté, quelle que
déterminée et renouvelés. cèdent sont d’ordre public, c’est-à-dire soit la voie que vous prendrez dans le
J’ai eu à connaître un dossier où méde- qu’ils sont classés dans la hiérarchie rapide tableau que je vais vous bros-
cins et parents s’étaient vu poursuivre des valeurs juridiques quasiment à la ser, sera de faire reconnaître par une
devant un juge d’instruction pour faux même place que la Constitution. Sans expertise médicale le lien de causalité
et usage de faux, ce qui n’est pas rien, entrer dans des théories juridiques entre le vaccin et la maladie dont vous
pour avoir les uns rédigé et les autres complexes sur la classification des souffrez : évidents pour le courant
utilisé de tels certificats. Il faut dire textes, il faut savoir que tous les textes médical dit alternatif, ces liens sont
que c’était dans le cadre d’une école n’ont pas la même force, et que, pré- évidemment proscrits par les tenants
Steiner… cisément, ceux-là sont fondamentaux ; de l’académisme.

44 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Droit

Quelles sont donc les actions saisir le procureur de la République je n’en dirai pas davantage ici. Mais
possibles ? ou le juge d’instruction pour blessures je sais le danger de s’attaquer à ces
Attention : danger d’égarement dans involontaires, mise en danger d’autrui, lobylabos…
les méandres du labyrinthe des pro- ou même pour homicide involontaire. Que ceci ne nous arrête pas car il faut
cédures ! On cite parfois aussi le crime parfois savoir perdre aujourd’hui pour
Pour les vaccins obligatoires, la répon- d’empoisonnement à propos des vac- que d’autres gagnent demain.
se – théorique – est simple : l’Etat est cins ; personnellement je ne suis pas La vaccination est un acte médicale-
garant de votre indemnisation en cas favorable à cette analyse, les vaccina- ment discutable (c’est le moins que
de problème. teurs les plus acharnés n’ayant tout de l’on puisse dire) et il n’est donc pas
Tout doux, mon beau, cela ne veut pas même pas l’intention préméditée de acceptable qu’il ne puisse être juridi-
dire que tout sera rose au pays des mer- vous tuer ! quement discuté.
veilles ! Cela signifie seulement que Tout cela fait beaucoup, et risque Etre objecteurs de conscience, il y a
vous aurez un interlocuteur unique et d’égarer le défricheur solitaire, à qui vingt-cinq ans, ou les défendre provo-
désigné par avance, ce qui simplifie je conseille, encore une fois, d’avoir quait les mêmes affres. Le nucléaire, les
malgré tout les affaires. Mais il est recours à des guides sérieux. OGM, l’exploitation du tiers-monde,
coriace, celui-là, il faudra lui apporter Il y a aussi un petit nouveau, ou plu- le mépris du quart-monde sont autant
des éléments de preuve irréfutables tôt des petites nouvelles, qui sont les de combats que nous ne pouvons sans
pour qu’il vous reconnaisse comme Commissions régionales ou inter- doute pas tous mener de front, mais qui
victime. régionales des accidents médicaux, suscitent aussi un formidable élan de
Vous pourrez d’abord vous adresser affections iatrogènes ou infections solidarité entre tous ceux pour qui le
au ministère de la Santé, qui tentera nosocomiales, destinées à réparer le premier et le dernier bulletin de vote
avec vous une transaction. Ces tran- dommage médical non fautif, autre- sera toujours un NON aux hégémonies
sactions ont parfois mauvaise presse, ment dit l’aléa thérapeutique. Pourquoi phynancières (orthographe empruntée
peut-être à tort à mon avis ; soyons ne pas utiliser cette procédure pour un au Père Ubu) ou politiques et un OUI
beaux joueurs : on arrive parfois à des vacciné malchanceux (comme s’il y en à l’espérance.
indemnisations correctes (ex. rente à avait des chanceux…). C’est à mon Bon courage à tous, ceux qui tentent
vie d’un montant équivalent au salai- sens possible, à condition que la vacci- d’éviter le vaccin, et ceux qui essaient
re). Et l’engagement de cesser toute nation soit postérieure au 5 septembre d’en demander réparation. L’adversaire
autre action (sauf la réserve générale et 2001. Ces commissions se cachent est coriace ? Soyons persévérants, et
absolue en cas d’aggravation de votre assez bien, mais avec un peu de per- croyons, envers et contre tout, à la
état) n’est pas le prix du silence, mais sévérance, on finit par les dénicher. force du droit. Il n’est de combats iné-
un principe universellement appliqué Reste encore une solution, si le pot luctablement perdus que ceux que l’on
en matière d’accord transactionnel. de terre que nous sommes accepte de craint d’engager.
Si vous n’êtes pas satisfait de la propo- braver le pot de fer, à savoir le labo-
sition, ou encore si vous êtes victime ratoire pharmaceutique qui a conçu et Thierry FENOY, avocat.
d’une vaccination non obligatoire mais fabriqué le produit. N’ayons pas peur,
effectuée dans un hôpital public, vous mais soyons conscients.
pouvez effectuer un recours devant le Les labos se battront pied à pied,
Tribunal administratif, éventuellement parfois plus durement que l’hôpital
précédé d’un référé aux fins d’exper- ou que l’Etat, et useront de tous les
tise devant le président. moyens de fond, de forme, et même
Armez-vous de patience, la route sera de déstabilisation des professionnels
longue, longue, longue… qui vous conseilleront ou viendront à
Si le vaccin vous a été injecté dans votre secours.
un établissement privé ou par votre
médecin traitant, vous avez encore un La guerre procédurale est acharnée
recours devant le tribunal de grande Il serait très long et très délicat, les
instance, parallèle civil à la procédu- affaires n’étant pas closes à ce jour, de
re administrative visée ci-dessus. Je décrire les misères (le mot est faible)
conçois toutefois que l’on n’ait pas qui sont faites aux experts, pour peu
envie d’attaquer son médecin de qu’ils osent braver le tabou de l’inno-
famille, qui est le plus souvent honnête cuité du vaccin antihépatite B, ou aux
et fort embarrassé face à la contradic- avocats qui défendent les victimes. La
tion entre son savoir dogmatique et son guerre procédurale est acharnée, qui
observation clinique. cherche à les atteindre jusque dans leur
Et puis, en cas de faute lourde, émaillée honneur ou à leur portefeuille.
d’une imprudence coupable, d’un man- Ne souhaitant pas moi-même être
quement aux règlements, voire d’une poursuivi pour délit de presse ni entraî-
intention de nuire, il est possible de ner la rédaction dans un cataclysme,

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 45


Droit

46 Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations


Associations

France Cheval libre Le Brin d’Azur (association d’enfants et de


Association la Ligue nationale pour la liberté Mas Laval, mamans séropositifs)
des vaccinations - LNPLV 12260 Salvagnac-Cajarc. Bourgneuf,
BP 816, 74016 Annecy. 17500 Vanzac.
Tél. : 00 33 (4) 50 10 12 09 FEDIS - Fédération internationale pour la Tél.-Fax : 05 46 86 18 41.
Fax : 00 33 (4) 50 52 68 61 santé E-mail : <contact@brindazur.com>
Permanence du mardi au vendredi de 9 h à 12 h BP 19,
et de 14 h à 17 h. 75860 Paris Cedex 18. Réseau Conscience Santé
E-mail : <lnplv.acy@wanadoo.fr> Le Verdier,
Institut Kepler 81600 Montans.
Association liberté information santé - Alis Chemin de Lorette, Tél. : 05 63 40 37 26.
19, rue de l’Argentière, 69230 Saint-Genis-Laval
63200 Riom. Commission d’accès aux documents adminis-
Tél. : 04 73 63 02 21. Vie et Action - Ceredor (A. Passebecq), tratifs (CADA)
E-mail : <info@alis.asso.fr> Le Roc-Fleuri, 66, rue de Bellechasse,
Site : <http://alis.asso.fr/> 06620 Gréolières. 75007 Paris.
Tél. : 01 42 75 79 99.
Association pour une santé sans vaccination ni Santé Solidarité Site : <http://www.cada.fr>
autres nuisances - ASSVAN 34, rue des Hauts-Pavés,
6, rue Jean-Perrin, 44000 Nantes Commission nationale de l’informatique et des
94400 Vitry-sur-Seine. libertés - CNIL
Santé Liberté Solidarité Normandie 21, rue Saint-Guillaume,
Réseau pour l’évaluation du vaccin hépatite Le Hamel de Bouillon, 75340 Paris Cedex 07.
B - REVAHB 50610 Jullouville. Tél. : 01 53 73 22 22.
8, rue Joséphine, Site : <http://www.cnil.fr>
94170 Le Perreux-sur-Marne. Association Liberté Santé
Tél./fax : 01 48 71 80 20. 63, rue des Eaux, Association française des diabétiques - AFD
Site : <www.revahb.com> 59700 Marcq-en-Barœul 58, rue Alexandre-Dumas,
E-mail : <orzeljp@wanadoo.fr> 75544 Paris Cedex 11.
Association E3M - Entraide aux malades de Tél. : 01 40 09 24 25. Fax : 01 40 09 20 30.
myofasciite à macrophages Association Liberté Harmonie Nature Site : <http://www.afd.asso.fr>
25, rue de Verdun, 64, rue Saint-Honoré, E-mail : <afdsiege@noos.fr >
21350 Vitteaux. 75001 Paris.
E-mail : <patouvite@aol.com> Tél. : 01 46 66 44 69. Alliance francophone pour l’accouchement
E-mail : <patrick.machelard@numericable.fr> respecté
ADRES - Association pour défendre et se réap- Moulin du Pas,
proprier ensemble notre santé Association les Ateliers Santé 47800 Roumagne.
Impasse Voie-Romaine, Chez Corinne Pinault-Pépin E-mail : <afar@fraternet.org>
69290 Craponne 11, chemin du Carosse, Site : <http://www.afar.info>.
Tél.-Fax : 04 78 44 82 73. 45220 Gy-les-Nonains.
E-mail : alyccs.sdd@wanadoo.fr Accueil naissance
Association Groupe Santé Colmar 2bis, rue de la Providence,
ALCM - 14, cours Sainte-Anne, BP 201, 75013 Paris.
Association pour le libre choix de la médecine 68004 Colmar. Site : <http://accueil.naissance.free.fr>
5, rue Chaussade, 43000 Le Puy-en-Velay.
Association Information Santé Pays d’Auge CIRIS
Bien Naître 3, rue du Général-Leclerc, BP 9,
5, place Bir-Hakeim, 14100 Lisieux. 17550 Dolus.
38000 Grenoble.
Association comité scientifique Proanima
CDIC Dijon - Cancer info. Fédération nationale 16, rue de Vézelay, Etranger
2, rue Ledru-Rollin, 75008 Paris International Vaccination News Letter (Lettre
21000 Dijon. E-mail : <proanima@wanadoo.fr> internationale sur les vacinations d’une ving-
taine de pays)
CDIC Lyon - Comité de défense et d’informa- Mouvement pour les droits et le respect des Krekenstraat 4,
tion sur le cancer générations futures B-3600 Genk.
12, rue Saint-Nestor, 7, rue Principale,
69008 Lyon. 60380 Saint-Deniscourt NVIC - National Vaccine Information Center
E-mail : <fv@mdrgf.org> (association de parents d’enfants victimes des
Centre Nascita (l’enfant et la vie) Site : <www.mdrgf.org> vaccinations)
16, rue du Trie, 512 W. Maple avenue, Suite 206, Vienna,
59510 Hem. Association Ariane (maladies les plus incom- VA 22180 (703) 938-DPT3.
prises) E-mail : <info@909shot.com>
Association UAC - Union associative BP 104, 19, avenue du Maréchal-Foch, Site : <www.909shot.com>
consommateur - Pierre Liévin 77508 Chelles Cedex.
BP 13, Tél. : 01 42 22 33 21. Groupe médical de réflexion sur les vaccins
73630 Le Châtelard E-mail : <secretariat@filariane.org> Case postale 110,
E-mail : <U.A.C.@wanadoo.fr> Site : <www.filariane.org> CH-1010 Lausanne 10.

Votre santé hors série 2005 - Guide alternatif des vaccinations 47


Abonnez-vous
à “Votre santé”
en bénéficiant
de l’offre de
bienvenue :
54 €**
au lieu de 72 €
Chers lecteurs,
Votre santé propose aux usagers et aux professionnels de santé
d’être plus responsables, autonomes et solidaires. Votre santé est
pour la liberté de prescrire et d’utiliser la médecine de son choix,
ce droit fondamental et élémentaire, directement dérivé du droit de
disposer de son propre corps.
Votre santé est informée bien avant les médias par ses correspon-
dants de terrain. Sur les scandales de la santé (sang contaminé,
hormone de croissance, dioxine, vache folle, amiante, OGM, ni-
trates, vaccinations...), nos lecteurs ont été alertés avant le grand
public.
Chacun d’entre eux a eu accès à des informations essentielles.

Le magazine
Vous aussi, vous pouvez accéder à ce privilège. Rejoignez-nous.
Abonnez-vous en profitant de notre offre de bienvenue, réservée
aux nouveaux abonnés. A bientôt.
de référence ✁
des alternatifs Abonnement de bienvenue
Bulletin d’abonnement au mensuel Votre santé à envoyer avec votre règlement
Votre santé chez APL, 44, boulevard de Magenta, 75010 Paris
44, bd de Magenta Je m’abonne pour :
75010 Paris
Tél. : 01 40 18 70 50.
Fax : 01 40 18 33 30. ❏ 6 mois, 36 €* (6 nos).
<www.votre-sante.net>
Rédaction : Rédacteur en chef : Pierre Jean (pj@vous.fr).
❏ 1 an, 54 € au lieu de 72 €* (12 nos).
Commentateurs :
Pr Pierre Cornillot, Dr Stéphane Di Vittorio. Editorialistes :
❏ 2 ans, 96 € (24 nos) au lieu de 144 €*.
Michel Jasinski, Pierre Jean. Enquêtes : Sylvie Simon. Dossiers,
bloc-notes, livres : Céline Andrillon. Réécriture : Joséphine Ritter. ❏ je joins un chèque de € à l’ordre de Votre santé.
Maquette : Emmanuel Andrillon. Révision : Sylvie Canaguier.
Ont participé à ce numéro : Eric Ancelet, Patricia Baslé, Jacqueline
Bousquet, Dr Christian Charon, Thierry Fenoy, Michel Georget,
❏ je paie par carte bancaire numéro :
Dr Marc Girard, Dr Laurent Hervieux, Françoise Joët, Jean-Pierre
Joseph, Dr Jean Méric, Jean-Marie Mora, Pierre Picard, Suzette
Pirès, Laure Pouliquen.
Comité de lecture : Jean Amblard, Bérengère Arnal-Schnebelen,
Bernard Asquin, Adrien Caprani, Pierre Cornillot, Henri Expire
Delachapelle, Stéphane Di Vittorio, Marie-Hélène Driot, Alain à fin
Dumas, Martine Gardénal, Mark Griffiths, Bernard Herzog,
Georges Krassovsky, Jacques Lacaze, Gilbert Maurisson, Daniel
Potard, Albert-Claude Quemoun, Guy Roulier, Jean-Pierre Ruasse,
Jean-Noël Schmitt, Jean-Charles Schnebelen, Marie Semenoff,
Nom Prénom
Jean-Pierre Willem.
Diffusion : Abonnements : un an (12 nos), 70 € ; hors UE, 90 €.
Merci aux résidents hors de la métropole d’utiliser uniquement le
virement bancaire.
Adresse
Relations avec les abonnés : Marie Troyat <marietroyat@noos.fr>.
Dépôt légal : à parution. Distribution : NMPP.
Edition : Votre santé est éditée par l’Association des amis de la
presse libre - APL, 1, rue Favart, 75002 Paris. Directeur de la
publication : Jenny Thymakis. Editeur : Michel Andrillon.
Les manuscrits ne sont pas retournés.
Imprimeur : SIEP, 77590 Bois-le-Roi. Imprimé sur papier recyclé.
Code postal Ville
Numéro d’enregistrement à la commission paritaire des publications
et agences de presse : 0305 G 79945. ISSN : 0292-0204. * Prix de vente au numéro : 6 €.