Vous êtes sur la page 1sur 4
GPS DÉROUTANT Perdez-vous à la découverte de nouveaux horizons
GPS DÉROUTANT
Perdez-vous à la découverte de nouveaux horizons
Perdez-vous à la découverte de nouveaux horizons En synthèse Le GPS déroutant propose de se laisser

En synthèse

Le GPS déroutant propose de se laisser surprendre par son GPS pour découvrir la ville autrement, en fonction de ses goûts, du temps disponible et des émotions recher- chées.

Comment échapper au déterminisme induit par les pro- cessus d’aide à la décision, comme les GPS traditionnels qui nous font le plus souvent prendre le chemin le plus court ?

Le GPS propose à l’utilisateur de regarder autour de lui, de découvrir des points d’intérêts et aussi d’agir (parler à quelqu’un, un complice ou un ambassadeur). Tout en res- tant informé sur ce qui l’entoure et ce qui se passe à proximité, l’utilisateur peut enrichir le GPS et partager ses itinéraires avec l’ensemble de la communauté. L’ap- plication propose alors différents niveaux oscillant du peu déroutant au très déroutant.

Contexte

Ce projet est né et a été maquetté lors des ateliers Citélabo à la Communauté Urbaine de Bordeaux, organisés à Bor- deaux entre février et mai 2011.

Pour toute information complémentaire, notamment toute velléité d'aller plus loin (maquettage plus poussé, prototy- page, expérimentation), contacter Charles Nepote (charles.nepote@- fing.org) ou Thierry Marcou (tmarcou@- fing.org), coordinateurs des ateliers.

Pourquoi ce projet est important

habitants

des parcours ludiques et culturels Utilisation des données publiques ouvertes sur le territoire et production de nouvelles données (points d’intérêt déroutants) Changer le rapport que l’on peut avoir à la ville en ajoutant de nouvelles dimensions pour la découvrir Contribution des complices dans la ville (commerçants, office du tourisme, etc.) Valorisation de nombreux lieux, comme les musées, l’architecture, les points d’intérêt culturels, les évènements, etc. En se basant sur OpenStreetMap, le projet permettrait de valoriser, mais aussi de compléter, les données existantes Cette application permet de valoriser les lieux moins fréquentés et excentrés

Proposer

à

l’ensemble

des

Ce projet s’adresse ainsi :

Aux habitants du territoire de 7 à 77

ans, qu’ils

smartphone Aux visiteurs ou touristes qui souhaitent découvrir la ville autrement Aux développeurs d’applications qui voudraient réutiliser les points d’intérêt déroutants produits par le GPS

aux

possèdent ou non un

Aux acteurs locaux

et

commerçants qui peuvent devenir des relais ou des complices de l’application

Aux offices du tourisme, qui peuvent à la fois alimenter les données du GPS déroutant et proposer des itinéraires de l’application en version papier

Comment ça marche ?

Le GPS déroutant se décline avant tout sous forme d’une application mobile sur les smartphones équipés d’un GPS. Il est aussi possible de l’utiliser en version pa- pier, à partir d’un itinéraire préconçu.

version pa- pier, à partir d’un itinéraire préconçu. Le GPS propose lors du trajet de s’arrêter

Le GPS propose lors du trajet de s’arrêter pour regarder autour de soi, de découvrir des points d’intérêt, d’aller parler à quel- qu’un par hasard et tout simplement de se perdre pour changer le rapport que l’on a avec la ville.

Le GPS nous conduit donc à découvrir de nouveaux lieux, à s'arrêter pour regarder une rue que l’on ne fait que traverser le reste du temps, à faire des détours plutôt que d’aller au plus court, à être informé des lieux et des évènements sur son trajet et à échanger avec d’autres possesseurs de ce type de GPS.

Le GPS déroutant offre une dimension lu- dique dans la découverte urbaine, touris- tique et culturelle.

L’utilisateur se géolocalise et choisit un iti- néraire qui :

- le ramène au point de départ

- ou l’emmène d’un point A à un point B

- ou le conduit vers une destination incon- nue

Ce choix s’effectue en fonction :

- du temps disponible

- des intérêts de l’utilisateur (histoire, ar- chitecture, gastronomie, shopping, etc.)

- des capacités de l’utilisateur (personne

âgée ou a mobilité réduite, famille avec en- fants ou poussette, etc.)

- de sa volonté d’être plus ou moins dérou- té/perdu

- du budget qu’il souhaite allouer à sa visite

Quels ingrédients pour un premier pro- totype à bas coût ?

Pour pouvoir être éprouvé, le prototype doit comporter quelques incontournables tels que les données, l’intelligence logi- cielle et la communauté de contributeurs.

logi- cielle et la communauté de contributeurs. Les données nécessaires :  Données publiques :

Les données nécessaires :

Données publiques : Travaux, fontaines, points d’eau, bancs, toilettes, agenda des évènements, espaces verts, points d’intérêt touristiques, patrimoine, mu- sées, architecture, zones piétonnes, marchés, météo, etc.

Données privées (crowdsourcing) :

- OpenStreetMap (commerces, voiries, bancs, etc.)

- Foursquare, Google Places et Dis Moi Où (points d’intérêt, fré- quentation, avis, etc.).

- Base des utilisateurs de l’applica- tion

- Wikipédia avec ses articles géo- localisés et les wikis locaux

- Localisation des Space Invaders

Applicatif :

L’application peut se construire sur une base OpenStreetMap pour valoriser sa base de données et entrainer un cercle vertueux dans la mise à jour des données géographiques ouvertes.

dans la mise à jour des données géographiques ouvertes. Le prototype du GPS déroutant peut se

Le prototype du GPS déroutant peut se ba- ser sur la construction d’une base de don-

nées géolocalisées, avec l’ajout de méta- données (thématiques, mot clefs, etc.).

De plus le concept se base sur la construc- tion d’un algorithme qui prend en compte les temps de parcours, le temps d’arrêt, le moyen de transport utilisé, la météo, les besoins de l’utilisateur (un banc toute les 25 minutes par exemple), etc.

A long terme la base de données apprend des utilisateurs pour proposer des par- cours toujours nouveaux et déroutants.

Et ensuite ?

Le projet pourra s’enrichir à travers les données que produisent les utilisateurs et aussi se développer sur d’autres territoires.

Partenaires éventuels :

Acteurs publics territoriaux (plutôt une agglomération) Offices de tourisme Constructeurs de GPS Développeurs d’applications Organismes culturels (musées, collectifs d’artistes, etc.) Guides touristiques Commerçants, restaurateurs.

Ateliers CUB CitéLabo, 2011 4/4
Ateliers CUB CitéLabo, 2011 4/4