Vous êtes sur la page 1sur 10

QGIS 1.7.

0-Wroclaw pas à pas n°10
Créer une intersection entre plusieurs fichiers de formes
Dans les premiers tutoriels QGIS pas à pas, nous avons travaillé essentiellement avec un seul fichier de formes. Mais le grand avantage des logiciels SIG est de pouvoir croiser des données de plusieurs fichiers de formes, par des traitements géographiques. Pour cela, nous avons vu dans le tutoriel n°9 comment créer des tampons. Nous allons maintenant créer une intersection entre ces tampons et une autre couche géographique. Notre exemple s’ouvre sur le résultat du tutoriel QGIS pas à pas n°9 : nous avons un fond de carte départemental, avec les points de magasins affichés, ainsi qu’un tampon de 1km autour de ces points.

Nous avons centré notre carte sur la région Île-de-France. En effet, notre exemple s’appuiera sur un fichier de formes (shape) téléchargeable sur le site de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de cette région (IAU), contenant une localisation des gares : http://www.iau-idf.fr/cartes/cartes-et-donnees-a-telecharger/donnees-atelecharger.html Ajouter le fichier de formes des gares à la vue

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 1

Nous allons rechercher toutes les gares situées dans un rayon de moins de 1km d’un magasin. Pour cela, nous allons créer une intersection entre le fichier de formes des gares et celui des tampons des magasins créé dans le tutoriel QGIS pas à pas n°9. 1°) Méthode par l’outil « intersection » Aller dans le menu « vecteur, outils de géotraitement, intersection »

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 2

En couche de saisie, mettre les gares, en couche d’intersection les tampons des magasins. Indiquer un chemin et un nom pour le nouveau fichier de formes que QGIS va créer en sortie.

Cliquer sur OK. On voit que les gares situées dans les tampons ont été sélectionnées et mises dans la nouvelle couche créée.

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 3

Si l’on ouvre la table attributaire du nouveau fichier, on voit que l’on a les noms des gares sélectionnées, ainsi que le nom des magasins avec le tampon desquels elles sont en intersection.

Pour s’entrainer, il est possible de réaliser un tampon autour des gares, et de rechercher quels sont les magasins (couche points) qui sont en intersection avec ces buffers des gares. Notre exemple est développé autour de l’intersection d’un fichier de formes de type points et d’un fichier de formes de type polygone. Il est également possible de réaliser une intersection entre deux couches de type polygone. Exemple avec une intersection entre le tampon des magasins et un tampon des gares (créé aussi avec un rayon de 1km). On voit que le nouveau fichier de formes contient les parties de polygones qui sont en intersection.

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 4

2°) Méthode par la jonction des attributs par localisation : Il est possible de réaliser une opération très similaire en passant par l’option de jointure par localisation. Cette option peut permettre certains calculs intéressants. Aller dans le menu « vecteur, outils de gestion de données, joindre les attributs par localisation »

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 5

Indiquer en première couche celle des gares, en seconde celle des tampons des magasins. Indiquer un fichier de sortie. On obtient une couche très proche de la précédente.

Il existe cependant une différence, liée aux options possibles de la jointure : en effet, par défaut, la jointure ne prend que les attributs de la première entité localisée.

Ceci signifie concrètement que si une gare se trouve dans le tampon de plus d’un magasin, seul le premier magasin sera retenu dans la table attributaire. Alors que dans la méthode par intersection, nous avions deux lignes créées dans la table d’attributs. QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 6

Une autre option est possible : il s’agit de réaliser un calcul à partir des entités intersectées. Pour cela, le fichier à intersecter doit être construit de façon rigoureuse, avec des noms de champs courts, car, lors de ses créations de colonne, QGIS va ajouter des préfixes à ces noms, et ne veut pas que l’ensemble soit supérieur à 10 caractères. Pour donner un exemple, nous remanions la table attributaire de nos tampons de magasins, à l’aide de l’extension « table manager », en ne laissant qu’une colonne portant le nom, et en créant une colonne contenant des surfaces totalement fictives de ces magasins.

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 7

Puis nous revenons dans le menu « vecteur, outils de gestion de données, joindre les attributs par localisation ». Cette fois, au lieu de laisser par défaut l’option cochée pour les résumés d’attributs, nous choisissons l’autre option, et sélectionnons toutes les opérations possibles.

La table attributaire du fichier de formes ainsi créé contient 4 champs ajoutés, avec les statistiques demandées, ainsi qu’une colonne indiquant le nombre d’entités intersectées (« count »).

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 8

Astuce : si vous ne voulez pas effectuer de calculs particuliers, mais juste avoir le nombre d’entités intersectées pour chaque gare, il suffit de ne pas avoir de champ numérique dans la table intersectée (ici, les tampons des magasins). QGIS crée alors seulement une colonne « count ».

Comme pour la précédente méthode, ce type de jointure peut être réalisé entre deux fichiers de formes de type polygone. Même exemple que pour la méthode n°1 : recherche des intersections entre le fichier des tampons des gares et celui des magasins. Mais le résultat est très différent.

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 9

QGIS ne représente en effet pas seulement les parties de polygones intersectées, mais l’ensemble des polygones du tampon des gares qui présente une intersection avec les tampons des magasins. On peut réaliser les mêmes opérations statistiques que dans l’exemple développé entre un fichier de formes de type point et un fichier de formes de type polygones. On obtient le même type de présentation.

I

QGIS 1.7.0-Wroclaw pas à pas n°10 Auteur : Christine C. de http://sig-pour-tous.forumactif.com Tutoriel protégé par licence Creative Commons- utilisations commerciales interdites 10