Vous êtes sur la page 1sur 5

Introduction au

Droit de l’Entreprise
Espeme I

Séance n° 3 :

Spécificités du droit commercial


par rapport au droit civil
Intervenants :

Nicole Cocquempot
Virginie Godron
Sandrine Henneron
REGLES FONDAMENTALES ADAPTEES A LA MATIERE COMMERCIALE

Règle Fondement Conditions Effets


juridique d’application
Preuve Article L110-3 Prouver contre un Contre ce
C.Com. commerçant ET commerçant, la
prouver un acte de preuve de cet acte de
commerce commerce peut se
faire par tous moyens
Preuve par les livres Article L123-23 L’acte litigieux doit Chacun des
comptables C.Com. être commercial et commerçants peut
les deux parties utiliser ses livres
doivent être comptables pour
commerçantes. En prouver l’acte de
outre, les livres commerce litigieux
comptables doivent
être régulièrement
tenus
Solidarité Usage commercial Actes de commerce, Le créancier peut
quelle que soit la demander paiement
qualité des parties de l’intégralité de sa
créance à un seul des
codébiteurs
Prescription Article L110-4 Actes de commerce et Prescription
C.Com. actes mixtes décennale (10 ans)
COMPETENCE JURIDICTIONNELLE

COMPÉTENCE MATÉRIELLE COMPÉTENCE TERRITORIALE


Article L 721-3 C.Com. Article 42 NCPC
Le Tribunal de commerce est compétent Tribunal dans le ressort duquel se
dans trois hypothèses : trouve le domicile du défendeur
- Les litiges entre commerçants, ou entre (siège social pour les sociétés ou
commerçant et établissement de crédit. succursale en vertu de la théorie
- Les litiges relatifs à une société des gares principales)
commerciale Article 46 NCPC
COMPETENCE - Les litiges relatifs aux actes de Option de compétence offerte au
LEGALE commerce entre toutes personnes demandeur. Outre le tribunal du
domicile du défendeur, le
En matière d’acte mixte, il convient de demandeur peut également saisir :
distinguer selon la qualité procédurale des - en matière contractuelle, le
parties : tribunal du lieu de livraison de la
- Si le demandeur est la partie pour chose ou du lieu d’exécution de la
laquelle l’acte est civil, il peut saisir au prestation de service
choix la juridiction civile ou la juridiction - en matière délictuelle, le tribunal
commerciale (option de compétence). du lieu du fait dommageable ou
- Si le demandeur est la partie pour celui du lieu de réalisation du
laquelle l’acte est commercial, il doit dommage
saisir la juridiction civile.
La clause attribuant compétence aux L’article 48 NCPC subordonne la
juridictions civiles lorsque le tribunal de validité des clauses dérogeant à la
commerce était compétent est valable. compétence territoriale à deux
La clause attribuant compétence aux conditions cumulatives :
juridictions commerciales en matière - clause conclue entre deux
d’acte mixte. Il faut alors distinguer selon commerçants agissant es qualité.
la qualité procédurale des parties : - la clause doit être stipulée de
- Si le défendeur est la partie pour façon très apparente.
laquelle l’acte est civil, cette clause lui est A défaut de respecter ces deux
inopposable (Cass. com., 10 juin 1997) conditions, la clause est réputée
- Si le défendeur est la partie pour non écrite.
laquelle l’acte est commercial, la clause
COMPETENCE est valable et pleinement efficace (Cass.
CONVENTIONNELLE 2e civ., 17 mai 1982)
(CLAUSE CLAUSE DOUBLE
ATTRIBUTIVE DE
- Entre deux commerçants : clause valable et pleinement efficace (à la
COMPETENCE)
condition cependant, pour son aspect territorial, qu’elle remplisse les conditions
de validité de l’article 48 NCPC).
- Hypothèse particulière des actes mixtes :
* Le demandeur est la partie pour laquelle l’acte est
civil : la clause est réputée non écrite dans son aspect
territorial mais est pleinement efficace dans son aspect Si
matériel. divisibilité
* Le demandeur est la partie pour laquelle l’acte est
commercial :
de la clause
la clause est réputée non écrite dans son aspect
territorial et inopposable au défendeur dans son aspect
matériel.
COMPETENCE ARBITRALE

DATE À
LAQUELLE LES
PARTIES QUALIFICATION LITIGES POUVANT FAIRE L’OBJET
DÉCIDENT DE D’UN RECOURS À L’ARBITRAGE
RECOURIR À
L’ARBITRAGE
Toutes les matières dans lesquelles les
Litige déjà né Compromis parties ont la libre disposition de leurs droits.
d’arbitrage
Deux textes précisent les hypothèses dans
lesquelles une clause compromissoire peut
être valablement insérée :
- L’article L 411-4 COJ. La clause
compromissoire est valable toutes les fois
que le Tribunal de commerce était
légalement compétent. Sur le fondement de
cet article, la CCas a décidé qu’une clause
compromissoire insérée dans un acte mixte
Litige éventuel et Clause était nulle (Com. 2 déc. 1964)
futur compromissoire - L’article 2061 du Code civil aux termes
duquel la clause compromissoire « est
valable dans les contrats conclus à raison
d’une activité professionnelle ».

Précisions :
- Pour être valable, une clause
compromissoire ne doit pas satisfaire aux
conditions posées par chacun de ces textes. Il
suffit qu’elle rentre dans le champ
d’application d’un seul de ces textes.
- Dans l’hypothèse particulière des actes
mixtes, bien que la clause soit à priori nulle
sur le fondement de l’article L 411-4 COJ,
elle pourrait être néanmoins valable en vertu
de l’article 2061 du Code civil.
CAS PRATIQUE

Pour les besoins du café qu’il exploite, Jean a conclu un contrat d’approvisionnement
exclusif en certaines boissons auprès de la société La Brasserie. Ce contrat prévoit
expressément que Jean accepte les prix pratiqués, déterminés à la signature et
mentionnés dans un tarif annexé à la convention.

Jean interrompt ses commandes car il se plaint que la remise de prix prévue dans le
contrat ne lui a pas été appliquée. La Brasserie l’assigne alors en paiement
d’indemnités pour non-exécution du contrat, et ce devant le tribunal de commerce de
Strasbourg, en raison de la clause suivante contenue dans le contrat :
« En cas de litige entre La Brasserie et ses clients, seront seuls compétents les
tribunaux du ressort de Strasbourg, tribunaux du siège social de La Brasserie ».

Pour se défendre, Jean se demande si il peut utiliser sa comptabilité pour établir en


justice l’absence d’application de la réduction tarifaire consentie explicitement dans le
contrat. De plus, le litige sera-t-il réellement tranché par une juridiction
strasbourgeoise ?