Juin 2008

PROJET DE FIN D’ETUDES
« Etude de structures en béton armé
en zone sismique »
RASOLONDRAMANITRA
Jonathan

Spécialité Génie Civil
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
2
PRESENTATION




Auteur : RASOLONDRAMANITRA Jonathan
Etudiant en 5
e
année Spécialité Génie Civil Option CO
Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg



Professeur référent : J-G. SIEFFERT
Professeur des Universités – Enseignant de Mécanique des
Sols et de Dynamique des Structures
Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg



Ingénieurs tuteurs : CANAT Olivier
Ingénieur Structure
AGIBAT Ingénierie

RYSER Géraldine
Ingénieur Structure
AGIBAT Ingénierie






PFE effectué chez AGIBAT Ingénierie :

Les Bureaux de Chalin
20 chemin Louis Chirpaz
69134 Ecully Cedex
e-mail : agibat@a-i-a.fr
Tél. : 04 72 18 02 49
Fax : 04 78 64 71 49

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
3
REMERCIEMENTS



Ce Projet de Fin d'Etudes a été effectué chez AGIBAT Ingénierie, et je tiens à remercier
toutes celles et ceux qui ont contribué à rendre cette expérience enrichissante.


Je remercie François JANAUDY, gérant d'AGIBAT Ingénierie, pour m'avoir accueilli dans
son entreprise, et Alain BOUQUET, responsable du pôle Structure, pour m'avoir intégré à son
équipe.


Je tiens à exprimer ma très grande reconnaissance à Olivier CANAT, ingénieur structure,
pour m’avoir suivi, conseillé et aidé, ainsi que pour le temps qu’il m’a consacré. Je remercie aussi
Géraldine RYSER, ingénieur structure, pour ses conseils et sa disponibilité.


Mes remerciements vont également à Jean-Georges SIEFFERT, professeur de Géotechnique
et de Dynamique à l'INSA Strasbourg, pour m'avoir encadré tout au long de ce travail.


Je remercie aussi Daniel RENAULT, professeur de Mécanique des Milieux Continus et
d'Analyse des Structures à l'INSA Strasbourg, pour m'avoir apporté une aide précieuse.


RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
4
RESUME



L’étude sismique de structures en béton armé est un domaine qui nécessite des analyses
spécifiques. Même si le règlement parasismique PS92 donne une ligne de conduite à respecter pour
obtenir un niveau de sécurité satisfaisant, celui-ci ne donne pas pour autant toutes les indications
permettant d'atteindre l'objectif de manière aisée. C'est pourquoi la philosophie de ce projet final est
de tenter d'apporter des réponses, ou du moins des éléments de réponses, à certaines questions qu'un
ingénieur est amené à se poser. Cela peut concerner autant le type de modélisation d’une structure
que les paramètres de l'analyse modale, la détermination des efforts statiques équivalents ou bien
l'étude du contreventement de bâtiments.



Mots - Clés :

Génie Parasismique – Structures Béton Armé – Interaction Sol-Structure – Contreventement.



RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
5
SOMMAIRE
INTRODUCTION.............................................................................................................................. 8
ETUDE SISMIQUE DE NANOBIO................................................................................................ 9
1. Présentation du projet ........................................................................................................ 9
1.1. Contexte géotechnique du site et principes de fondation...................................................... 9
1.2. Principes structurels ........................................................................................................... 10
1.3. Hypothèses de calculs ......................................................................................................... 10
2. Modèle sismique et analyse modale spectrale................................................................. 13
2.1. Préliminaires....................................................................................................................... 13
2.2. Analyse sismique................................................................................................................. 13
3. Vérifications des voiles de contreventement................................................................... 14
3.1. Combinaisons des actions et coefficients de sécurité ......................................................... 14
3.2. Vérification.......................................................................................................................... 15
4. Vérifications des pieux...................................................................................................... 17
4.1. Combinaisons des actions et coefficients de sécurité ......................................................... 17
4.2. Détermination des diamètres des pieux .............................................................................. 17
PRISE EN COMPTE DE L’ISS AVEC UN BLOC DE LA CLINIQUE D’ANNEMASSE..... 19
1. Présentation succincte de la clinique d’Annemasse....................................................... 19
1.1. Principes structurels ........................................................................................................... 19
1.2. Hypothèses de calculs ......................................................................................................... 20
2. Comparaison des modélisations....................................................................................... 20
2.1. Hypothèse de l’encastrement .............................................................................................. 20
2.2. Prise en compte de l’ISS ..................................................................................................... 21
2.3. Commentaires sur les résultats........................................................................................... 22
ETUDE DU CONTREVENTEMENT........................................................................................... 25
1. Enjeux de la prise en compte des voiles inclinés et des voiles composés ...................... 25
1.1. Avantages ............................................................................................................................ 25
1.2. Inconvénients ...................................................................................................................... 25
2. Présentation du phénomène ............................................................................................. 26
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
6
2.1. Analogie avec la construction en mixte acier-béton........................................................... 26
2.2. Cas des voiles de contreventement...................................................................................... 27
3. Modélisation du phénomène ............................................................................................ 28
3.1. Hypothèses .......................................................................................................................... 28
3.2. Résultats et commentaires................................................................................................... 30
3.3. Recommandations ............................................................................................................... 30
4. Création de la feuille de calcul ......................................................................................... 31
4.1. Détermination des caractéristiques géométriques et mécaniques d’un voile composé...... 31
4.2. Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques ............................ 32
5. Ferraillage d’un voile composé ........................................................................................ 33
ANNEXES......................................................................................................................................... 34
A1. Plans des différents niveaux de Nanobio......................................................................... 35
A1.1. Niveau toiture : Locaux techniques – plan architecte : ............................................. 35
A1.2. Niveau R+2 – plan architecte :................................................................................ 36
A1.3. Niveau R+1 – plan architecte :................................................................................ 37
A1.4. Niveau RDC – plan architecte :............................................................................... 38
A1.5. Fondations – plan structure :.................................................................................... 39
A1.6. Vue en perspective côté est – concours : ................................................................... 40
A2. Coefficient de comportement de Nanobio....................................................................... 41
A2.1. Voiles de contreventement du bloc ouest – niveau courant :..................................... 41
A2.2. Voiles de contreventement du bloc est – niveau courant :......................................... 42
A3. Exemple de vérification d’un voile de contreventement (Nanobio) ............................. 43
A3.1. Acier de flexion A
f
:.................................................................................................... 43
A3.2. Acier reprenant l’effort tranchant A
t
et A et aciers de glissement : .......................... 45
A4. Vérification des pieux (Nanobio) ..................................................................................... 47
A5. Plan des niveaux (Annemasse) ......................................................................................... 49
A6. Modèle encastré (Annemasse).......................................................................................... 50
A6.1. Analyse modale :........................................................................................................ 50
A6.2. Efforts sismiques en pied de voile :............................................................................ 50
A7. Prise en compte de l’ISS (Annemasse) ............................................................................ 51
A7.1. Tableau des coefficients de transmittance d’après Deleuze :.................................... 51
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
7
A7.2. Application de la méthode de Deleuze :..................................................................... 51
A7.3. Analyse modale avec ISS : ......................................................................................... 54
A7.4. Efforts sismiques en pied de voile avec ISS : ............................................................. 54
A7.5. Comparaison du ferraillage du V4 et du V5 des deux modèles :............................... 55
A8. Largeur efficace d’un voile composé............................................................................... 56
A8.1. Chargement dans le sens de l’âme – Ailes constantes : ............................................ 56
A8.2. Chargement dans le sens des ailes – Ame constante :............................................... 56
A8.3. Chargement dans le sens de l’âme – Ame constante :............................................... 57
A8.4. Chargement dans le sens des ailes – Ailes constante : .............................................. 57
A9. Création de la feuille de calcul de contreventement ...................................................... 58
A9.1. Détermination des caractéristiques d’un voile composé :......................................... 58
A9.2. Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques :................. 60
A9.3. Comparaison des résultats avec Epicentre :.............................................................. 62
CONCLUSION................................................................................................................................. 65
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX....................................................................................... 66
BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................... 67

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
8
INTRODUCTION


Ce Projet de Fin d’Etudes a été réalisé dans le bureau d’études AGIBAT Ingénierie, situé à
Ecully près de Lyon. Le thème du projet concernait l’étude de structures en béton armé en zone
sismique.

L’objectif principal était de permettre à un bureau d’études comme AGIBAT d’adopter une
meilleure position face à une étude sismique. Les questions pouvaient être d’ordre théorique, que ce
soit au niveau du type de modélisation des structures, des paramètres de l’analyse modale spectrale,
de la détermination des efforts statiques équivalents et de leur combinaison, ou d’ordre plus
pratique, avec l’étude du contreventement par voiles et le ferraillage de ces éléments.

Quant à mes objectifs personnels, ils étaient similaires aux attentes de l’entreprise, c’est-à-
dire pouvoir comprendre chaque étape d’une étude sismique, et par la suite avoir un regard critique
par rapport aux résultats obtenus.

C’est pourquoi la première partie du PFE a consisté en l’étude et la compréhension des
notions importantes mises en jeu, comme les différents types de modèles (2D type brochette, ou 3D
type Eléments Finis), l’Interaction Sol-Structure (ISS), la notion de coefficient de comportement,
les diverses combinaisons des efforts statiques équivalents ou le fonctionnement du
contreventement.



Ce rapport va plutôt détailler la seconde partie du PFE, à savoir les projets qui m’ont permis
de voir concrètement l’application du règlement parasismique PS92 [1], ainsi que les travaux
effectués sur l’ISS et sur le fonctionnement du contreventement par voiles.

Dans une première partie, nous verrons ainsi le déroulement d’une étude sismique selon le
PS92 avec le projet Nanobio. Nanobio était l’occasion de mieux comprendre la démarche réelle
d’une analyse sismique, ainsi que les procédures de vérification des éléments de structure affectés
par l’action sismique, en l’occurrence les voiles et les pieux.

Puis nous nous intéresserons à un bloc de la clinique d’Annemasse afin de mesurer les effets
de l’ISS sur le comportement sismique du bâtiment. Le bloc étant fondé superficiellement, il offre
la possibilité d’étudier un peu plus l’ISS, en mettant en pratique la méthode de Deleuze [6]. En
effet, celle-ci permet de modéliser l’ensemble sol/fondations par des ressorts qui seront caractérisés
par des raideurs en translation et en rotation, et par des amortissements correspondants.

Nous terminerons alors sur l’étude du contreventement par voiles, notamment avec la prise
en compte des voiles inclinés en plan et des voiles composés de forme diverse (U, Té, L, Z, etc.).
Cette étude va nous permettre d’appréhender la complexité du fonctionnement du contreventement
et de ses éléments.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
9
ETUDE SISMIQUE DE NANOBIO


Le projet Nanobio est un bâtiment R+2 destiné à être construit sur le campus universitaire de
Grenoble. Il accueillera des laboratoires de recherche et de développement sur les nanotechnologies
appliquées au secteur de la santé. Au moment de l’étude, Nanobio était en phase PRO, nous
disposions donc des résultats issus de l’avant-projet.

Nous allons présenter dans cette partie les points importants concernant l’étude sismique de
ce bâtiment, à savoir le contexte géotechnique du site et les principes de fondations retenus, les
principes structurels et les hypothèses de l’étude sismique.


1. Présentation du projet

1.1. Contexte géotechnique du site et principes de fondation

L’étude géotechnique réalisée par l’entreprise EG SOL, dans le cadre de l’étude de
faisabilité géotechnique du projet, a consisté en plusieurs sondages au tractopelle et en sondages
profonds avec essais pressiométriques jusqu’à 23 m de profondeur.
Le site s’inscrit dans un contexte général de formations alluvionnaires récentes de l’Isère
constitués de matériaux fins en surface et plus grossiers en profondeur.

Cette campagne a mis en évidence la succession des horizons suivants :
• limon, puis argile jusque vers 5,50 m à 6,00 m de profondeur (horizon présentant de
faibles caractéristiques mécaniques)
• formations sablo-graveleuses ou gravelo-sableuses caractéristiques des formations
alluvionnaires jusqu’en fin de sondage. Les caractéristiques mécaniques de ces
formations sont moyennes à bonnes avec Em variant de 67 à 400 bars et Pl* variant
de 6,2 à 25,6 bars.

Le site est donc caractérisé par une structure géotechnique constituée d’horizons
mécaniquement faibles en surface, puis d’horizons plus compacts au-delà et jusqu’à une forte
profondeur. C’est pourquoi l’idée d’un dallage sur terre plein a été abandonnée au profit d’un
dallage porté. Il est à noter que les sols ne présentent pas de risques de liquéfaction.
Pour reprendre les descentes de charges du bâtiment, l’entreprise EG SOL recommande
l’utilisation de fondations profondes de type pieux forés à la tarière creuse.

Tab. I.1.1: Frottement latéral et effort de pointe mobilisable
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
10
1.2. Principes structurels

Le bâtiment Nanobio est de forme rectangulaire, mesurant environ 65 m de long pour 15 m
de large et 11.50 m de hauteur, hors locaux techniques en toiture. Il comprend au RDC des locaux
techniques dans le bloc ouest, des salles communes (hall d’accueil, salle de réunions, cafétéria) et
des bureaux administratifs dans le bloc est. Aux deux niveaux supérieurs, on trouve des laboratoires
en partie nord, et des bureaux en partie sud. Enfin, la toiture comprend des locaux techniques en
charpente métallique, abritant des machines. (Annexe A1)

Les deux blocs sont séparés par un joint de dilatation. Le bloc ouest mesure environ 40 m de
long pour 15 m de large, et le bloc est environ 25 m de long pour 15 m de large avec une branche
excentrée comprenant une cage d’ascenseur.

L’ossature porteuse de Nanobio est constituée d’une trame régulière de portiques (poteaux-
poutres en béton armé), afin d’éviter tout porteur dans les zones de laboratoires, ainsi que de voiles
de façade et des refends.
Le contreventement est assuré par des refends spécifiques et par des noyaux situés aux
extrémités du bâtiment (cages d’ascenseurs et d’escalier).

L’une des particularités du projet, d’un point de vue parasismique, est la présence de peu de
voiles de contreventement dans la direction O/E, ce qui nous conduira à des voiles très sollicités
dans cette direction. Il est également intéressant de noter la zone de transparence du bloc ouest au
RDC.


1.3. Hypothèses de calculs

Les hypothèses de calculs pour l’analyse sismique sont prises conformément aux règles
PS92 (NF P 06-013) de décembre 1995 et du décret du 29 mai 1997.

Zone de sismicité : Zone Ib, département de l'Isère, canton de St Martin d'Hères
Classe du bâtiment : Classe C
=> Accélération nominale : a
N
= 2,0 m/s
2

Site S2

Coefficient de comportement q = 2 (voir détail plus loin)
Coefficient d’amortissement ξ = 4%
Coefficient topographique t = 1

Coefficient de masse partielle : F = 0.80 au PH R+2 (locaux techniques)
sinon F = 0.20 (bureaux)

Béton : B30 avec E
dyn
= 34200 MPa
Acier : Fe500

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
11
Détermination du coefficient de comportement

Le contreventement étant assuré uniquement par des voiles, on se reporte d’abord au tableau
11 du PS92 :


Tab. I.3.1.1: Extrait du tableau 11 du PS92

Pour les structures comportant des transparences et les structures contreventées uniquement
par des voiles, il faut également vérifier la compatibilité des déformations. On se reporte donc au
tableau 12 :


Tab. I.3.1.2 : Tableau 12 du PS92


L’application rapide du règlement peut nous amener à considérer un coefficient de
comportement très désavantageux. Par exemple, on se place dans le cas d’un bâtiment irrégulier :
1
70 . 0 q q × = avec
t t
b b
l
q
5 . 10
1 1
1
+ = + = dans notre situation.

On vérifie la valeur de q pour chacun des voiles de contreventement (voir Annexe A2) de
chacun des blocs. On se rend compte que les valeurs de q tournent autour de q = 2.00, mais que la
présence des longs voiles nous amène à q = 1.60. Dans l’hypothèse la plus défavorable, ce serait la
valeur à retenir.

Or, en regardant de plus près, on peut quand même justifier d’un bâtiment moyennement
régulier, aisément pour le bloc est et plus difficilement pour le bloc ouest. Cela nous ramènerait
alors à une valeur minimale de q valant 2.00.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
12
a) Configuration en plan [PS92 6.6.1.3.1.1]

• En termes de masses et de raideurs, le bâtiment est assez symétrique selon les
deux directions orthogonales (la transparence du RDC étant compensée par plus
de refends)
• Les parties saillantes restent inférieures au quart de la largeur
• L’élancement n’excède pas 4
• L’excentricité structurale vérifie r e ⋅ ≤ 30 . 0
0
avec


=
n translatio
torsion
raideur
raideur

et
²
12
² ²
²
0
e
Ly Lx
r −
+
≤ (Lx et Ly étant les dimensions en plan du bâtiment dans les
deux directions orthogonales)

b) Configuration verticale [PS92 6.6.1.3.1.2]

• Il n’existe pas de couplage significatif entre degrés de liberté horizontaux et
verticaux (les charges verticales descendent directement aux fondations)
• La structure peut être réduite à un système plan avec une masse par niveaux, et
peut être globalement réduite à un modèle brochette
• Le retrait entre le R+1 et le RDC reste inférieur à 15% des dimensions en plan
• Tous les voiles de contreventement, même ceux du joint de dilatation, descendent
jusqu’aux fondations. On a donc des raideurs sensiblement égales à tous les
niveaux, même au RDC.
• De même, en considérant les masses des niveaux (plancher + G + F.Q + ½
[voiles, poteaux au-dessus] + ½ [voiles, poteaux au-dessous] + poutres), on
obtient une distribution plutôt régulière en fin de compte.

Finalement, on peut se placer dans le cas d’une structure moyennement régulière et proposer
un coefficient de comportement global de q = 2.00 de manière acceptable pour le bureau de
contrôle.

En tant que bureau d’études, on peut se rendre compte qu’il est très pénalisant d’appliquer le
règlement tel quel, surtout au niveau du coefficient de comportement. Heureusement, il est possible,
dans certains cas, de discuter avec le bureau de contrôle afin de proposer une valeur plus élevée,
sous réserve de la justifier de manière pertinente.

Il est à noter que dans le cadre des études d’avant-projet, une valeur de q = 1.50 avait été
retenue pour se placer en sécurité.

A présent, les hypothèses de calculs étant bien fixées, nous pouvons procéder à l’étude
sismique de Nanobio.


RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
13
2. Modèle sismique et analyse modale spectrale

L’analyse sismique de Nanobio s’est faite en plusieurs étapes que l’on détaillera dans cette
partie. Comme nous étions en phase PRO de l’affaire, il ne fallait pas aller trop loin dans le détail,
puisque le but était de parvenir à un prédimensionnement réaliste ainsi qu’à des ratios d’acier
convenable en respectant le délai imposé de deux semaines. Nous allons donc voir comment nous
avons élaboré le modèle sismique du bâtiment, et ensuite vérifier les éléments de contreventement
ainsi que les pieux.


2.1. Préliminaires

La descente de charges de l’avant-projet a été réalisée sous Arche. Entre-temps, l’architecte
a transmis des modifications qui ont eu des répercussions plus ou moins importantes sur la
structure. La première des choses a donc été de reprendre le modèle de l’avant-projet, de le vérifier
et de l’adapter.
Nous avons ensuite vérifié la cohérence de la nouvelle descente de charges avec celle
précédemment établie lors de l’avant-projet.

Une fois le modèle « descente de charges » validé, on peut établir le ratio des poutres, des
poteaux, des dalles et des longrines.

Nous passons alors à la création du modèle sismique. En effet, les voiles de façade de
l’extrémité est du bloc est ne sont pas censés participer au contreventement, il a donc fallu les
remplacer par un système de poteaux et de poutres rétablissant la descente de charges initiale. De
même, certains voiles du RDC du bloc ouest ont été mis en « non porteur » et ont été compensé
dans leur rôle par des poutres. De cette façon, la structure correspond exactement au schéma de
fonctionnement du contreventement, prévu initialement par l’ingénieur responsable du projet, tout
en respectant la descente de charges.


2.2. Analyse sismique

Arche permet de réaliser une analyse modale spectrale conformément aux PS92. La
première analyse étant censée nous donner un aperçu des résultats sismiques, nous entrons des
paramètres de modélisation et d’analyse de façon à réduire le temps de calcul.
On décide alors de faire en premier lieu une analyse sur 38 modes, en modélisant les voiles
par des poutres équivalentes (dalles en coques et poteaux articulés), ce qui rend le modèle beaucoup
plus simple. Cela réduit considérablement le nombre de nœuds, et de degrés de liberté de la
structure, et donc le temps de calcul. La modélisation des voiles en poutres équivalentes a
l’avantage de faire sortir plus rapidement des modes prépondérants, mais sa fiabilité peut être
discutable, notamment en ce qui concerne le calcul de la rigidité du voile.

Nous vérifions la cohérence des masses obtenues pour chaque niveau avec une feuille de
calcul Excel qui reprend la méthode simplifiée du PS92, appliquée aux bâtiments réguliers. Cette
feuille, réalisée en avant-projet, nous donnait une estimation pessimiste des efforts sismiques repris
par chacun des voiles de contreventement, ainsi que des aciers de flexion à mettre en place. On
vérifie également si la fréquence de coupure f
c
= 33 Hz est atteinte (pas sur seulement 38 modes) ou
si la somme des masses vibrantes atteint 70% de la masse totale pour une prise en compte possible
d’un mode résiduel. Pour aller plus vite, on peut également majorer forfaitairement toutes les
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
14
grandeurs caractéristiques (forces, déplacements, contraintes, etc.) par le rapport de la masse totale
sur la somme des masses modales :

Mi
M
[PS92 6.6.2.2].

Ce premier test nous permet déjà de savoir si l’on pourrait éventuellement signer les
résultats par rapport à un mode prépondérant, dans la combinaison des réponses modales. Cela n’est
intéressant que lorsque l’on a surtout des modes de flexion ; lorsqu’il y a de la torsion, il paraît plus
sûr de ne pas signer les résultats pour prendre en compte l’effort maximal dans le ferraillage des
voiles. De plus, dans notre cas, il est préférable de rester enveloppe pour les efforts afin de ne pas
sous-estimer les ratios d’acier, donc on ne signera pas les résultats.

Par la suite, on a utilisé un modèle à coques pour la modélisation des planchers et surtout
des voiles, car la modélisation en coque approche mieux le comportement réel de ces éléments. Les
résultats de l’analyse modale n’étaient pas foncièrement différents, on arrivait dans les deux cas aux
mêmes fréquences propres des modes dominants, et donc aux mêmes pseudo-accélérations dans
chacune des directions du séisme.

Le modèle final étant choisi, on peut procéder à la vérification des voiles de
contreventement et des pieux.


3. Vérifications des voiles de contreventement

Dans le cadre de la phase PRO, la vérification des voiles de contreventement a pour objet de
déterminer les ratios d’acier des groupes de voiles de dimensions équivalentes, et travaillant à peu
près identiquement au séisme. La vérification des voiles a donc porté sur un ou deux membres
représentatifs d’un groupe.
Avant de commencer, nous allons expliciter les combinaisons des actions à utiliser dans les
calculs.


3.1. Combinaisons des actions et coefficients de sécurité

D’une manière générale, on pourra considérer les combinaisons d’actions suivantes :
• ELS : S = 1.00 G + 1.00 Q
• ELU : S = 1.35 G + 1.50 Q
• ELA : S = 1.00 G + 0.80 Q + 1.00 E
S = 1.00 G – 1.00 E

E désigne l’action sismique, comprenant l’effet des trois directions sismiques.

Par ailleurs, dans le cas des ELA, les coefficients de sécurité du béton et de l’acier, valant
respectivement g
b
= 1.50 et g
s
= 1.15, prennent les valeurs g
b
= 1.15 et g
s
= 1.00.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
15
3.2. Vérification

Un voile de contreventement étant soumis au torseur (N,T,M) à sa base, la détermination des
sections d’acier consiste à vérifier trois types d’armature : les aciers de flexion reprenant le moment
de basculement M (disposé aux extrémités du voile) ; et pour l’effort tranchant T, les tirants
horizontaux et verticaux reprenant le cisaillement, et les aciers de glissement.

Ci-dessous se trouve le principe de ferraillage d’un voile de contreventement soumis au
torseur (N,T,M), et où :
• A
f
désigne les aciers de flexion, disposés aux extrémités du voile calculé en flexion composé
sous N et M
• A
t
désigne les tirants horizontaux répartis, A désigne les tirants verticaux répartis, pour
reprendre les contraintes de cisaillement

M
N
T
A
f

A
t

A

Fig. I.3.2.1: Principe de ferraillage d'un voile de contreventement


a) Détermination des aciers de flexion A
f


Pour déterminer les aciers de flexion, on considère une section transversale rectangulaire
soumis à de la flexion composé (N,M) donné par l’exploitation des résultats de l’analyse sismique
sous Arche.

On détermine A
f
grâce à une feuille de calcul en entrant les caractéristiques géométriques du
voile, et en saisissant les valeurs de N et M (cf. Annexe A3.1). Afin de considérer le cas le plus
défavorable, on prend la combinaison suivante N = G – E.


RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
16
b) Détermination des tirants horizontaux et verticaux A
t
et A

On se réfère pour cela au PS92 11.8.2.1.3 pour la vérification du voile au cisaillement. Nous
disposons d’une feuille de calcul Excel permettant de déterminer s’il y a nécessité ou non de mettre
en place des tirants horizontaux et verticaux (cf. Annexe A3.2). Cette même feuille permet de
vérifier également la condition de non-glissement.

c) Vérification du non-glissement

Cette vérification fait suite à la vérification du cisaillement. Elle consiste à s’assurer que
sous flexion composée, il y a assez d’aciers A’ pour reprendre l’effort sismique horizontal en tête de
voile.

F
a
F
b
(M, N)
A'
x
b
A
f
A
f

Fig. I.3.2.2: Aciers de glissement A'

Dans le cas contraire, le passage au treillis soudé (ST25C par exemple) peut s’avérer utile
pour remplir cette condition de non-glissement et en plus reprendre les contraintes de cisaillement
(rôle de A
t
et de A).


On établit donc cette procédure pour quelques voiles représentatifs d’un groupe, voire tous,
et cela à chaque niveau. On obtient alors un ratio de HA et de TS à tous les niveaux pour chaque
groupe de voiles de contreventement.
En Annexe A3.3 se trouve un exemple de vérification.


RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
17
4. Vérifications des pieux

La vérification des pieux consiste à déterminer, d’une part, leur diamètre d’après la descente
de charges réalisée sous Arche, ainsi qu’à déterminer, d’autre part, la quantité d’effort tranchant
sismique qu’ils sont capables de reprendre, et cela en tenant compte de l’ISS. En effet, la capacité
d’un pieu à reprendre un effort sismique horizontal est en partie conditionnée par la nature des sols
présents, et nous verrons donc comment procéder.
Avant de commencer, nous allons, ici également, expliciter les combinaisons des actions à
utiliser dans les calculs.


4.1. Combinaisons des actions et coefficients de sécurité

D’une manière générale, on pourra considérer les combinaisons d’actions suivantes :

• ELS : S = 1.00 G + 1.00 Q
• ELU : S = 1.35 G + 1.50 Q
• ELA : S = 1.00 G + 0.80 Q + 1.00 E (compression)
S = 1.00 G – 1.00 E (traction)

E désigne l’action sismique, comprenant l’effet des trois directions sismiques.

Par ailleurs, dans le cas des ELA, les coefficients de sécurité du béton et de l’acier, valant
respectivement g
b
= 1.50 et g
s
= 1.15, prennent les valeurs g
b
= 1.15 et g
s
= 1.00.

De plus, en se basant sur le rapport de sol fourni par EG SOL, nous prévoyons la réalisation
de fondations profondes calculées avec un taux de travail de 5,5 Mpa à l’ELS, n’induisant pas de
contrôle dit « renforcé » lors des opérations de bétonnage des pieux.


4.2. Détermination des diamètres des pieux

Le dimensionnement des pieux s’effectue d’après les résultats de la descente de charges et
de l’analyse sismique.



Rappel du calcul de portance d’un pieu [DTU 13.2] :

Q
P
: terme de pointe limite
Ple k S Q
P P
× × =
Eq. I.4.2.1

Q
S
: terme de frottement latéral limite

× × × =
S s S
q h Q φ π
Eq. I.4.2.2

avec
S : section du pieu
k
P
: facteur de portance
Ple : pression limite équivalente
F : diamètre du pieu
h
S
: hauteur d’application de q
S

q
S
: frottement latéral unitaire limite

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
18
Charge admissible à l’ELS :
2 3
S P
ELS
Q Q
Q + = Eq. I.4.2.3
Charge admissible à l’ELU :
S
P
ELU
Q
Q
Q 75 . 0
2
+ = Eq. I.4.2.4
Charge admissible à l’ELA compression [PS92] :
5 . 1 2
S P
ELS
Q Q
Q + = Eq. I.4.2.5
Charge admissible à l’ELA traction [PS92] :
5 . 1
S
ELS
Q
Q = Eq. I.4.2.6


Nous avons donc mis en place une feuille de calcul pour déterminer, en fonction de la
descente de charges et des caractéristiques du sol, les diamètres nécessaires ainsi que les longueurs
d’ancrage (cf. Annexe A4).


Il a fallu ensuite considérer les efforts sismiques horizontaux s’exerçant en tête de pieux. Cet
effort horizontal H induit un moment M de flexion dans le pieu. Il faut donc modéliser le pieu pour
déterminer la section la plus critique, en déterminer le ferraillage, et donc connaître la valeur de H
maximal qu’il peut reprendre. Cette modélisation doit se faire en considérant l’influence du sol, et
donc en tenant compte des modules de réaction du sol K
h
.

La valeur de K
h
est déterminée en fonction de la géométrie du pieu, du module
pressiométrique E et du coefficient rhéologique du sol a. D’après le fascicule 62 – Article 3 –
Annexe C5, la valeur K
h
est donnée par les formules suivantes, B étant le diamètre du pieu et B
0

valant 60 cm :
B>B
0
:
B
B
B
B
Em
K
H
. 65 . 2
3
4
12
0
0
α
α
+
|
|
¹
|

\
|
×
= Eq. I.4.2.7

B<B
0
:
B B
Em
K
H
. 65 . 2
3
4
12
α
α
+ ×
= Eq. I.4.2.8

On modélise alors le pieu (sous Robot par exemple) avec des appuis élastiques (tous les
mètres par exemple), dont l’amortissement correspond à la couche de sol traversée (Em et a). Dans
notre cas, pour des raisons de délais, nous n’avons pas fait cette modélisation. Nous nous sommes
servis du rapport du géotechnicien concernant un projet juste à côté.

Finalement, on connaît la valeur que peut reprendre chaque type de pieu, en fonction de son
diamètre et de son ferraillage. On obtient alors les ratios d’acier de chaque groupe de pieux.


Ce projet est donc un exemple d’application du PS92 dans le cadre de la phase PRO. Il
permet de comprendre le déroulement d’une étude sismique, mais ne va pas non plus dans le détail
comme en phase EXE. Il donne néanmoins un bon aperçu de la quantité de travail qu’il faudra
fournir lors de la phase d’exécution du bâtiment.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
19
PRISE EN COMPTE DE L’ISS AVEC UN BLOC DE
LA CLINIQUE D’ANNEMASSE


L’étude sismique d’un des blocs de la clinique d’Annemasse a été l’occasion de constater
l’influence de l’Interaction Sol-Structure (ISS) non seulement du point de vue de l’analyse modale,
mais également au niveau des efforts dans les voiles de contreventement. Le projet était encore en
phase APD, et nous ne disposions donc pas d’informations précises sur la nature et les
caractéristiques géotechniques du site. Il a donc fallu faire certaines hypothèses que nous
détaillerons par la suite.

Dans une première partie, nous présenterons succinctement le bâtiment étudié, puis nous
mettrons en pratique la méthode de Deleuze afin de modéliser l’ensemble sol-fondations par des
ressorts, et enfin nous conclurons sur les résultats obtenus.


1. Présentation succincte de la clinique d’Annemasse

1.1. Principes structurels

Le bloc en question est de forme rectangulaire, mesurant 13,70 m de long sur 11,00 m de
large. Il comprend un niveau enterré (vide sanitaire) de 2,20 m de hauteur, puis un RDC de 4,00 m
et enfin 4 niveaux de 3,20 m ; ce qui fait une hauteur totale de 19,00 m.

Ce bâtiment accueil des bureaux sur tous les niveaux, et justifie donc d’une densité de
cloisons comparable à celle d’un bâtiment d’habitation. D’après le PS92 6.2.3.4, « lorsque la
structure comporte une densité de cloisons comparable à celle des bâtiments d'habitation […], les
valeurs du pourcentage d'amortissement critique peuvent être augmentées de 1% dans le cas des
murs […] », ce qui nous permet de considérer un amortissement de 5% au lieu de 4%.

L’ossature est constituée de trois portiques poteaux-poutres en béton armé, et le
contreventement est assuré par un noyau (cage d’ascenseur) dans le sens de la longueur, et par deux
voiles périphériques (+1 des voiles du noyau) dans le sens de la largeur. De plus, le niveau VS
forme une boîte rigide qui fera office de parois de soutènement.

L’option d’ajouter un voile toute hauteur pour rigidifier un peu plus la structure est à étudier.

Le choix du système de fondations porte soit sur des semelles, soit sur un radier général si le
soulèvement devient trop important. C’est également un des points à définir.

En Annexe A5.1 se trouvent le plan d’un niveau courant, et en A5.2 la vue 3D réalisée sous
Arche.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
20
1.2. Hypothèses de calculs

Les hypothèses de calculs pour l’analyse sismique sont prises conformément aux règles
PS92 (NF P 06-013) de décembre 1995 et du décret du 29 mai 1997.

Zone de sismicité : Zone Ib, département de Haute-Savoie
Classe du bâtiment : Classe D (à risques)
=> Accélération nominale : a
N
= 2,5 m/s
2

Site S2 (hypothèse d’un sol mécaniquement moyen)

Coefficient de comportement q = 2,4 (déterminé en accord avec le bureau de contrôle)
Coefficient d’amortissement ξ = 5%
Coefficient topographique t = 1

Coefficient de masse partielle : F = 0.20 (bureaux)

Béton : B30 avec E
dyn
= 34200 MPa
Acier : Fe500

On prendra comme hauteur de dimensionnement la hauteur totale du bâtiment, car le sol
semble être de moyenne qualité.


2. Comparaison des modélisations

2.1. Hypothèse de l’encastrement

Le premier modèle à réaliser est celui qui consiste à considérer le bâtiment encastré à sa base
dans le sol de fondation, il servira de base de comparaison avec les autres modèles. On part sur un
modèle à coques, et sur seulement 30 modes pour réduire les temps de calcul.


La modélisation sur Arche/Effel nous donne des périodes propres dans le palier du spectre
de dimensionnement (T < 0,6s), les résultats de l’analyse modale figurent en Annexe (A6.1).
Une vérification avec Epicentre ainsi qu’avec une feuille de calcul Excel (méthode
simplifiée pour des bâtiments réguliers) nous permet de confirmer les résultats obtenus.


L’analyse des torseurs en pied de voiles fait apparaître des efforts de soulèvement très
importants au niveau des fondations, accompagnés de moments de basculement tout aussi élevés
(A6.2). La justification de la stabilité de certains voiles risque donc d’être assez délicate.

La prise en compte de l’ISS peut donc remédier en partie à ce problème, c’est pourquoi nous
allons procéder au calcul des ressorts répartis selon la méthode de Deleuze [6].
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
21
2.2. Prise en compte de l’ISS

L’ISS est un phénomène qui n’est pas souvent pris en compte dans une analyse sismique, et
pourtant, elle peut avoir des conséquences importantes. Comme pour l’étude de la structure, le but
est d’avoir un modèle simple approchant le comportement réel du sol, et cela pour des raisons de
temps et de complexité de l’analyse. En général, dans le cas des bâtiments massifs sur des sols
moyennement ou faiblement raides, il y a une intervention non négligeable du sol (modes de sol) et
une modification de la réponse de la structure.

D’une manière générale, la déformabilité du sol entraîne :
• un allongement de la période fondamentale
• un amortissement non négligeable, supérieur à celui des matériaux de la structure
• une rotation de la fondation qui peut modifier sensiblement le calcul de la
déformée modale

La méthode la plus utilisée consiste à intégrer dans un même modèle le sol et l’ouvrage (Fig.
II.2.2).

On va considérer un radier général d’épaisseur 60cm, sur un site de profil remblai – graves –
marnes, en prenant en première hypothèse de sol une couche de graves:

• Module de cisaillement du sol G = 600 MPa
• Coefficient de poisson n = 0,33
• Masse volumique r = 2,0 t/m
3


La méthode a été expliquée dans l’ouvrage de V. DAVIDOVICI, La construction en zone
sismique [3] [Chap. 5.3.4]. Elle peut être appliquée dans le cas où les fondations peuvent être
considérées comme superficielles et suffisamment rigides.

Chaque ressort est caractérisé par sa raideur et son amortissement réduit : translation
verticale (V), translation horizontale (H) et rotation autour d’un axe horizontal (F). Cette
modélisation est admise dans le cas de sol homogène dont les couches présentent des faibles
variations de G.


Fig. II.2.2: Modélisation des fondations par des ressorts répartis

On néglige la rotation suivant l’axe vertical de la fondation. On obtiendra alors, dans un
premier temps, les caractéristiques d’un ressort unique. Pour passer au modèle avec des ressorts
répartis, il faudra privilégier les directions horizontales et la direction verticale. On calculera alors
les raideurs suivantes pour le radier, avec S surface de la fondation et I son inertie :
• horizontalement : K
Hrad
= K
H
/ S
• verticalement : K
Vrad
= K
F
/ I (car déplacements verticaux issus des rotations)

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
22
Rappels des hypothèses sur le sol :

Les coefficients donnés par Deleuze s’appuient sur deux principales hypothèses. D’une part,
le sol est un solide semi-infini élastique, homogène et isotrope limité par un plan. D’autre part, la
réaction du sol sous le radier est linéaire.

Puisque l’on dispose déjà des fréquences propres f
i
de la structure, on peut calculer la
pulsation adimensionnelle (en translation suivant les deux directions du séisme, et en rotation
suivant les deux axes horizontaux) :
G
fr a
ρ
π
0 0
2 = Eq. II.2.2.1
avec : le rayon équivalent
π
ba
r =
0
en translation et
4
3
0

ba
r = en balancement, où a désigne la
dimension parallèle au séisme et b la dimension perpendiculaire.

Le tableau des coefficients de transmittance du sol (A7.1) nous permet alors de déterminer
les raideurs et les amortissements géométriques :

Eq. II.2.2.2

Eq. II.2.2.3

On peut en déduire ainsi les raideurs pour des ressorts répartis. Quant aux amortissements
finaux, ils s’obtiennent de cette manière :
% 30 % 5
2
1
≤ + =
i i
η ζ Eq. II.2.2.4
où les 5% correspondent à l’amortissement interne du sol

On intègre alors des appuis élastiques au modèle, puis l’on recalcule les fréquences propres
de l’ensemble structure/sol (par le biais des ressorts) et l’on reprend la même procédure (pulsation
a
0
=> transmittance f
H
/f
V
/f
F
=> raideurs et amortissements K et z) jusqu’à la convergence des
valeurs. Dans notre cas, quatre itérations ont suffi.

L’exemple de la procédure apparaît en Annexe A7.2 et les résultats en A7.3.


2.3. Commentaires sur les résultats

On remarque que, comme prévu, les périodes propres des deux modes fondamentaux
horizontaux sont beaucoup plus grandes (20 à 24%) que pour le modèle encastré. Cependant, dans
notre exemple, l’ISS ne nous permet pas de sortir du palier du spectre de dimensionnement (T
C
=
0.60s) et donc de réduire de manière significative les efforts tranchants sismiques. Quant au mode
fondamental vertical, la différence est très faible, environ 5%. La prise en compte de l’ISS permet
néanmoins de concentrer plus de masse vibrante dans les modes fondamentaux.

Etant donné les hypothèses incertaines sur le sol, il serait plus prudent de faire varier le
module G et le coefficient n afin d’obtenir une fourchette convenable. En effet, le sol est loin d’être
homogène et les propriétés mécaniques risquent d’être plutôt hétérogènes.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
23
La première remarque que l’on peut faire concerne le module de cisaillement du sol. En
effet, plus le sol a un module de cisaillement faible, plus il a de l’influence sur la réponse de la
structure. Cela est dû au fait que, lorsque G augmente, le comportement du sol se rapproche de celui
du rocher, et l’on retombe ainsi sur le modèle encastré de base.

Comme la structure est rigide, le fait de passer à un sol mécaniquement moins rigide permet
à celle-ci de diminuer les risques d’entrer en résonance, puisque le sol aura ses fréquences propres
diminuées. C’est pourquoi, il apparaît plus judicieux de construire rigide sur les sols mous, et moins
rigide sur les sols durs, de façon à éviter la résonance.

Analysons à présent les résultats des efforts sismiques entre les deux modèles.


2.3.a. Efforts tranchants

Etant donné que, dans les deux modèles, l’analyse modale aboutissait aux mêmes
accélérations sismiques, il n’y a pas de différence notable en terme de quantité totale d’efforts
tranchants simiques. Il y a cependant des modifications dans la répartition des efforts dans les voiles
qui ont un effet à double « tranchant » : V1, V2 et V4 favorables, V5, V6 et V7 défavorables.

ISS Enc % ISS Enc % ISS Enc %
V2 29.19 35.89 -18.67 22.03 24.50 -10.08 12.78 14.67 -12.87
V3 66.03 55.81 18.31 41.82 42.12 -0.71 29.32 30.61 -4.21
V4 56.28 71.22 -20.98 61.91 68.68 -9.85 53.82 57.39 -6.21
V5 50.11 33.51 49.53 27.99 23.00 21.71 21.49 19.07 12.74
V6 99.24 92.54 7.23 86.41 82.58 4.64 64.03 62.55 2.36
V7 35.94 30.86 16.44 27.98 24.72 13.19 36.43 32.17 13.24
V1 44.79 51.20 -12.54 27.55 28.43 -3.08 19.28 20.03 -3.77
Voile
RDC R+1 R+2

Tab. II.2.3.1 : Comparaison des efforts tranchant sismiques (en t)

2.3.b. Soulèvement

L’ISS permet de diminuer le soulèvement des voiles les plus sollicités auparavant : environ
15% pour V3, V4 et V1 du RDC ; entre 16 et 27% au R+1 ; entre 12 et 28% au R+2. Le V6 ne
semble pas affecté par l’ISS.
En revanche, on note quand même une nette aggravation pour les voiles initialement peu
sollicités V2 et V5, allant jusqu’à 110% au R+1 pour le premier, et 50% pour le second au RDC.

ISS Enc % ISS Enc % ISS Enc %
V2 46.18 46.73 -1.17 24.37 11.60 110.13 25.90 17.85 45.10
V3 161.50 193.86 -16.69 81.50 111.96 -27.21 46.38 64.26 -27.81
V4 229.18 269.28 -14.89 94.77 115.00 -17.59 42.22 47.92 -11.88
V5 59.97 39.99 49.95 49.40 34.14 44.71 38.44 27.13 41.67
V6 251.52 248.71 1.13 127.64 133.06 -4.07 95.91 97.08 -1.21
V7 205.34 206.92 -0.77 88.56 98.11 -9.74 67.54 71.23 -5.18
V1 120.82 145.43 -16.92 96.10 114.64 -16.17 67.45 80.85 -16.57
R+2
Voile
RDC R+1

Tab. II.2.3.2 : Comparaison des efforts normaux sismiques (en t)

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
24
2.3.c. Moment de basculement

Le moment sismique est d’autant plus élevé que l’on descend vers les fondations. Or l’ISS
permet de diminuer de façon considérable ce moment pour les voiles très sollicités auparavant.
Ainsi, au RDC, on diminue de 10% à 43% pour le V1, V2, V4 et V6 ; au R+1 entre 10 et
20% en moyenne mais au R+2, on observe de petites aggravations.

On peut remarquer que le V7 subit des aggravations à tous les niveaux, mais comme il
n’était pas très sollicité avant, on peut nuancer le phénomène.

ISS Enc % ISS Enc % ISS Enc %
V2 81.59 95.00 -14.12 26.50 34.00 -22.06 12.78 14.67 -12.87
V3 119.40 109.00 9.54 31.80 40.00 -20.50 29.32 30.61 -4.21
V4 108.00 191.00 -43.46 95.70 120.00 -20.25 53.82 57.39 -6.21
V5 222.00 191.00 16.23 86.00 99.00 -13.13 21.49 19.07 12.74
V6 345.00 381.00 -9.45 225.00 253.00 -11.07 64.03 62.55 2.36
V7 24.00 20.00 20.00 6.20 6.00 3.33 36.43 32.17 13.24
V1 86.00 123.00 -30.08 35.00 44.00 -20.45 19.28 20.03 -3.77
R+2
Voile
RDC R+1

Tab. II.2.3.3 : Comparaison des moments sismiques (en t.m)


2.3.d. Conclusion

Globalement, on se rend compte que l’ISS va soulager de manière non négligeable les voiles
les plus sollicités auparavant, et donc peut-être d’en réduire le ferraillage. En contre partie, les
voiles peu sollicités vont subir des aggravations, mais nous pouvons supposer que, de toute façon,
comme nous les aurions armés au minimum, cela n’aurait pas une trop grande incidence.

Afin d’illustrer les effets de l’ISS, nous avons comparé le ferraillage théorique du V4 et du
V5 pour le modèle encastré et le modèle avec ISS. Les résultats apparaissent en annexe A7.5.
En calculant les ratios d’acier, on trouve pour le V4 (longueur 3.90m) un gain de HA
d’environ 9% sur l’ensemble des trois niveaux calculés, ainsi qu’un gain de TS d’environ 18%.
Quant au V5 (longueur 3.50m), on trouve une perte de HA de 18% et aucune perte de TS.
En pesant bien le pour et le contre, on se rend alors compte que l’ISS apporte bien des
avantages qui ne doivent pas être négligés.


L’étude a été menée sur un sol de qualité plutôt bonne, mais dans le cadre réel de ce projet il
faut s’attendre à un mauvais sol, donc à une plus grande influence de l’ISS. De plus, étant donné les
nombreuses hypothèses et incertitudes concernant les théories sur l’ISS, il faut rester prudent sur les
résultats et mener un calcul avec une fourchette convenable de valeurs pour le sol.
C’est pour ces raisons que les bureaux de contrôle sont assez réticents vis-à-vis des
justifications de l’ISS.



Nous nous sommes intéressés à un domaine assez complexe qui est la prise en compte de
l’ISS. A présent, nous allons étudier un plus le fonctionnement général du contreventement, et
notamment lorsque la configuration des voiles fait apparaître des refends inclinés en plan ainsi que
des noyaux.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
25
Fig. III.1.1 : Voile plein équivalent
ETUDE DU CONTREVENTEMENT


L’étude du contreventement soulève plusieurs questions telles que la distribution de la
résultante générale de l’action sismique (ou du vent) dans les éléments de contreventement ainsi que
la vérification de leur stabilité.
Le problème est complexe en raison de l’incertitude des hypothèses de base fournies par la
résistance des matériaux appliquée à des éléments de grandes dimensions transversales comme les
refends. Un calcul rigoureux peut être très long pour être appliqué par un bureau d’études, alors il
est indispensable de trouver une méthode simplifiée acceptable. La méthode d’Albiges-Goulet est
ainsi un moyen simple d’évaluer la répartition des efforts sismiques (ou de l’action du vent) dans les
refends, et cette méthode est largement adoptée par les bureaux d’études.

Dans le cadre de ce PFE, nous allons traiter uniquement l’étude du contreventement par
voiles, où interviennent des refends inclinés en plan ou des noyaux (cages d’escaliers, d’ascenseurs)
et plus généralement des voiles composés (type U, Té, L, etc.).
Dans une première partie, nous allons analyser les enjeux de la prise en compte de tels
voiles, puis nous analyserons le fonctionnement d’un voile composé et finalement nous détaillerons
la feuille de calcul créée.


1. Enjeux de la prise en compte des voiles inclinés et des voiles composés

1.1. Avantages

Davidovici [2] et Thonier [3] s’accorde à dire que « les refends ne peuvent pas être
considérés comme étant indépendants s’ils sont rigidement liés les uns aux autres dans le sens
vertical » puisqu’il y a alors une transmission de cisaillement entre les refends. C’est pourquoi la
prise en compte des ailes d’un voile composé permettrait d’avoir une répartition des efforts
tranchants sismiques dans les voiles de contreventement plus juste.

De plus, du fait de la prise en compte des ailes,
le voile se retrouve plus rigide et présente un meilleur
comportement à la flexion car les ailes vont alors agir
comme une table de compression (analogie de la
poutre en Té).

En outre, cela nous permettrait d’étaler le
ferraillage dans les ailes du voile. On pourrait alors
augmenter le bras de levier des armatures pour la
reprise des moments de flexion, et donc diminuer les
sections.

1.2. Inconvénients

L’analogie avec la poutre en Té fait apparaître la notion de largeur efficace pour les ailes
d’un voile. Or, le problème devient plus compliqué dans le sens où non seulement le voile est
considéré comme une console encastrée à sa base, mais en plus s’ajoutent une composante normale
ainsi que des efforts horizontaux dans chaque sens.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
26
On a donc le double problème posé par la largeur efficace des ailes à prendre en compte et la
justification du voile à la flexion déviée.


C’est pourquoi nous allons nous attacher, dans ce qui suit, à donner une explication au
phénomène de transmission du cisaillement entre les refends dans le cas d’un noyau, ainsi qu’à
essayer de justifier une valeur de largeur efficace.


2. Présentation du phénomène

2.1. Analogie avec la construction en mixte acier-béton

Ce phénomène est plutôt connu dans le domaine de la construction mixte acier-béton où l’on
retrouve la notion de largeur efficace.

En effet, le comportement réel d’une poutre mixte n’est plus dans l'hypothèse de
conservation des sections planes, en raison de l'existence de divers phénomènes tels que le
comportement bidimensionnel de la dalle et sa déformée non uniforme sur la largeur, due au
traînage de cisaillement ou le glissement relatif à l’interface acier-béton.
Le concept de largeur effective inclut tous ces phénomènes en définissant une section plane
équivalente de largeur fixe, dite effective, permettant de travailler avec la théorie des poutres
(hypothèse de conservation des sections planes).


Fig. III.2.1 : Concept de largeur effective

Dans une section donnée, la contrainte de flexion longitudinale moyenne sur l’épaisseur de
la dalle varie comme à la figure III.2.1. La théorie des poutres donnera la valeur correcte de la
contrainte maximale en D si l’on remplace la largeur réelle de la dalle B par une largeur effective b
telle que la surface GHJK est égale à la surface ACDEF.
Des recherches basées sur la théorie élastique ont montré que le rapport b/B dépend de
manière complexe du rapport de B à la portée de la poutre L (élancement), du type de chargement,
des conditions d’appuis et d'autres variables.
Le concept de largeur effective est utilisé tant pour le calcul des inerties et l’analyse de la
structure que pour le calcul des moments résistants (plastiques) des sections.


RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
27
2.2. Cas des voiles de contreventement

2.2.a. Description du phénomène

On observe le même genre de phénomène dans le cas de structures en béton armé, de section
fermée (noyau) ou même en forme de U-T-L-Z. C'est-à-dire que les contraintes s’accumulent au
niveau des jonctions entre éléments, et décroissent en s’éloignant.


Considérons un noyau soumis à une charge latérale (Fig. III.2.2.1).


Les faces AD et BC (âmes) vont être soumis à un moment de
basculement de telle sorte que les colonnes A et B seront en traction et
les colonnes D et C en compression.


Les faces AB et DC (ailes) vont être respectivement en traction et en
compression.







D’après la théorie des poutres, et en particulier l’hypothèse de planéité des sections après
déformation, la distribution des contraintes normales est censée être linéaire dans les âmes (web
frames), et uniforme dans les ailes (flange frames). Or, on observe en pratique des répartitions
différentes due à l’effet du cisaillement, également appelé shear lag :


Fig. III.2.2.2. : Effets du shear lag sur la distribution des contraintes

Fig. III.2.2.1 : Noyau sous
chargement latéral
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
28
Fig. III.2.2.3: Déformée
d'une console encastrée
2.2.b. Analyse du phénomène

Cet effet d’augmentation des contraintes au niveau des jonctions d’un voile en U peut
s’expliquer par l’effet du cisaillement qui entraîne la non-planéïté des sections transversales, et en
particulier au niveau de l’encastrement.

Timoshenko a décrit ce phénomène dans son ouvrage, La théorie de
l’élasticité [5], dans le cas d’une poutre en console chargée à son extrémité.
Il a montré que si la poutre n’est encastrée qu’au niveau de sa fibre
moyenne, la section terminale se retrouve alors libre de gauchir selon
l’allure de la figure III.2.2.3.

Ainsi, si l’on bloque ce gauchissement (torsion gênée), la
distribution locale des contraintes ne sera plus celle que donnerait la théorie
des poutres, soit
v I
M
f
/
= σ , et donc une répartition linéaire sur les faces
latérales de la poutre, mais plutôt une répartition comme indiquée sur la face BC de la figure
III.2.2.2.

Par continuité des contraintes au niveau des jonctions, la distribution sur les faces hautes et
basses de la poutre va être également modifiée. Au lieu d’avoir une distribution uniforme des
contraintes de traction/compression, l’allure sera plutôt celle de la face CD indiquée sur la figure
III.2.2.2, avec des pics au droit des jonctions.

Ce sont alors ces pics de contraintes qui peuvent être très dommageables pour la structure,
dans la mesure où la théorie des poutres peut sous-estimer fortement cette différence de contraintes,
et notamment pour les bâtiments de grandes hauteurs.

Une quantification rigoureuse de ce phénomène est assez complexe à formuler, et beaucoup
d’ingénieurs et de mécaniciens, américains surtout, ont tenté diverses approches pour cerner le
phénomène et les paramètres les plus significatifs. Il en ressort que le paramètre le plus influent est
le critère d’élancement (rapport hauteur sur largeur).

C’est pourquoi nous allons essayer de nous faire notre philosophie par des modèles simples.


3. Modélisation du phénomène

3.1. Hypothèses

Le but de la modélisation est de pouvoir donner une fourchette de valeurs pour la largeur
participante des ailes d’un voile. Pour cela, nous allons faire varier l’élancement de l’âme du voile,
ainsi que l’élancement des ailes. Nous prendrons comme exemple le cas d’un voile en U qui est
souvent rencontré dans le bâtiment (cage d’escalier ou d’ascenseur), et nous ferons varier les
paramètres précédemment décrits.

Nous allons fixer la hauteur totale du voile à 20m, et nous allons faire varier alternativement
l’élancement de l’âme à [0,5 ; 1 ; 2 ; 10] et l’élancement des ailes à [5 ; 10 ; 13 ; 20 ; 30]. Nous
prendrons une épaisseur pour les voiles de 20cm.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
29
Pour représenter un peu mieux la réalité, nous mettrons en place 4 diaphragmes espacés de
5m sur la hauteur, et sur lesquels s’appliqueront les chargements latéraux, dans le sens de l’âme et
des ailes. La valeur totale de l’effort par niveau sera de 10t répartis sur le diaphragme dans le sens
des ailes, où ponctuellement dans le sens de l’âme.
Pour éviter les effets parasites dus à l’encastrement avec des appuis rigides, nous mettrons
des ressorts de forte raideur en translation, mais de raideur nulle en rotation en pied de voiles.


Un logiciel comme Robot permet de décrire le phénomène, mais étant donné que l’on sort
de la théorie des poutres, il ne peut représenter totalement la réalité. Toutefois, comme nous voulons
juste nous faire une philosophie sur la question, la modélisation sur Robot semble convenir.

Pour la détermination de la largeur participante, nous appliquerons le même principe de
largeur effective utilisée en construction mixte, c’est-à-dire que :
max
σ
σ dx x
B
i i
eff


=
Eq. III.3.1
où x décrit la largeur du voile, s
i
la contrainte au point x
i
, et s
max
la contrainte maximale.
La détermination de B
eff
se fait en pied de voile, où les contraintes de flexion sont maximales.

Robot permet de sortir des cartographies des contraintes (voir Fig. III.3.1). Contraintes
normales) et de faire des coupes qui donnent la valeur totale de la résultante des contraintes, ainsi
que la valeur de la contrainte maximale.
En dégradé de rouge, nous avons les zones de traction, et en dégradé de bleu, nous avons les
zones en compression ; l’intensité allant du clair vers le foncé.
En pied de voile, les coupes donnent la répartition des contraintes dues à la flexion du voile.
On remarque bien que dans le cas d’un chargement suivant les ailes (figure de gauche), l’âme se
met en compression et l’on n’observe pas une distribution uniforme des contraintes, mais plutôt
parabolique. De même, dans le cas d’un chargement dans le sens de l’âme (figure de droite), sur
l’aile qui est en compression, on peut voir que la distribution des contraintes n’est pas tout à fait
linéaire.

Fig. III.3.1 : Cartographies des contraintes normales et coupes en pied de voile sous Robot
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
30
3.2. Résultats et commentaires

Les courbes de résultats apparaissent en annexe A8.

Les résultats montrent que la largeur effective de l’âme ou des ailes dépend plus de son
propre élancement que de celui de l’autre élément rattaché.
En effet, lorsque le chargement est dans le sens des ailes, et que l’on fixe la longueur de
l’âme, on se rend compte que faire varier la longueur des ailes n’a qu’un léger impact sur la largeur
effective de l’âme. De même, lorsque le chargement est dans le sens de l’âme, et que la longueur
des ailes reste fixe, faire varier la longueur de l’âme n’a pas beaucoup de conséquences sur la
largeur effective des ailes.

En revanche, on observe de plus grandes variations lorsque l’on fait varier la longueur de
l’élément en question. Globalement, plus l’élancement de l’élément est élevé, plus petite sera sa
largeur efficace. Et la plage de variation des largeurs effectives est trop grande pour pouvoir donner
une valeur moyenne, ou une fourchette.
Si l’on se place dans le cas d’un bâtiment de 20m de hauteur, avec une cage d’escalier en U
de 4m d’âme pour 4m d’ailes, nous sommes dans un élancement de 5, et d’après nos courbes, on
devrait plutôt prendre comme largeur effective 1/13
e
de la hauteur environ.

Nous pouvons cependant émettre des critiques par rapport à ces résultats sur plusieurs
points. Tout d’abord, il aurait fallu comparer les largeurs efficaces pour une même valeur de
contrainte sur les jonctions, ce qui aurait nécessité le calcul de l’inertie et des forces à appliquer
pour chacun des cas. La procédure aurait était longue et nous voulions juste avoir un ordre de
grandeur.

Théoriquement, il faudrait étudier quand même l’influence du chargement et savoir surtout à
partir de quel moment cela peut être préjudiciable. Bien évidemment, cette série de modélisations
ne peut pas remplacer de réelles expérimentations sur différents profils de voiles, mais elle nous
permet néanmoins d’appréhender la complexité du sujet.


Fig. III.3.2 : Différents type de voiles composés

Différentes approches existent pour quantifier les effets du shear lag, mais à fortiori, seul des
essais en laboratoire apportent pour l’instant des réponses fiables et peuvent aider certains
règlements à évoluer. Nous allons d’ailleurs voir ce que nous recommande la littérature.


3.3. Recommandations

Les différents règlements étrangers et les ingénieurs français ne sont pas toujours d’accord
sur la portion à prendre en compte, mais ils sont d’avis qu’il y a une largeur effective à considérer.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
31
En 1994, l’UBC (Uniform Building Codes) américain recommandait de considérer une
largeur efficace maximale de 1/10
e
de la hauteur.

Les recommandations sismiques de l’ACI (American Institute of Concrete) en 2002 étaient
de considérer le minimum de :
• la moitié de l’élément s’il y a un autre voile adjacent au bout
• 1/10
e
de la hauteur total du voile
• la largeur entière du voile
Davidovici [2] recommande lui de prendre en compte 1/10
e
de la hauteur d’un voile en Té
pour chaque aile, et 1/16
e
d’un voile en L ; et Thonier 1/20
e
dans tous les cas [3].


Fig. III.3.3 : Largeur effective b



4. Création de la feuille de calcul

La feuille de calcul Excel doit se baser sur celle initialement établie par le bureau, et qui
concerne la méthode simplifiée appliquée aux bâtiments réguliers selon le PS92. Cette feuille a un
double objectif :
• déterminer les caractéristiques de n’importe quel voile composé
• donner la répartition des efforts simiques dans les voiles conformément au PS92

La création de la feuille s’est appuyée sur l’ouvrage de Thonier [2], dont s’est également
inspiré le logiciel Epicentre [7].


4.1. Détermination des caractéristiques géométriques et mécaniques d’un voile composé

Le but de cette première feuille est de donner tous les éléments nécessaires à la
compréhension du voile par une seconde feuille de calcul reprenant la méthode simplifiée du PS92.
Il fallait ainsi pouvoir donner pour chaque voile composé :
• ses inerties principales
• son angle d’inclinaison par rapport à un repère de référence
• la position de son centre de torsion
• la répartition d’un effort tranchant dans ses éléments constitutifs
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
32
L’explication complète figure en Annexe A9.1. Pour résumer simplement, la méthode de
Thonier s’appuie sur la propriété principale du centre de torsion C qui est le point où :
• toute force passant par ce point provoque une translation du voile, mais sans
rotation
• tout moment autour de ce point provoque une rotation du voile, mais sans
translation
On peut donc toujours décomposer une action extérieure en une force F et un moment M
appliqués au centre de torsion C, et de cette façon, les efforts résistants du voile peuvent également
être réduits en C en une force et un moment s’opposant à l’action extérieure.

Ainsi, si l’on applique un effort passant par le centre de torsion C et orienté selon l’une des
directions principales du voile, le flux de cisaillement dans les différents panneaux va donner des
efforts d’entraînement (et des moments de torsion) dans chacun d’entre eux. Si l’on projette la
section transversale du voile en plan, la résultante de ces efforts sera contenue sur une droite passant
par C.
Si l’on applique un effort dans la direction perpendiculaire, le centre de torsion C sera
l’intersection des deux droites supports des résultantes.

La méthode de Thonier a de plus l’avantage de donner la répartition des efforts dans chaque
panneau constituant le voile composé. Elle donne également la valeur de la contrainte de
cisaillement au niveau des jonctions, ce qui va être très utile pour pouvoir coudre les éléments.


4.2. Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques

La feuille initialement établie fonctionnait parfaitement pour une configuration où les voiles
étaient orientés suivant les axes des façades du bâtiment rectangulaire (repère de référence).

Or, lorsque l’on ajoute un voile incliné ou bien un voile composé dont les axes principaux
sont inclinés par rapport aux axes du bâtiment, la feuille n’est plus adaptée. Et ceci pour la
principale raison que le repère global principal de l’étage n’est plus confondu avec le repère de
référence.
Il en résulte plusieurs conséquences non négligeables :
1. les inerties principales des voiles doivent subir un changement de repère pour être
utilisée correctement
2. la position du centre de torsion ne peut plus se calculer comme étant le centre de
gravité des inerties, puisqu’il y aura de l’inertie composée I
xy
dans le repère de
référence

Or, d’après le PS92 6.1.1, « les composantes horizontales du mouvement de calcul doivent
être orientées suivant les axes principaux de l’ouvrage ». Cela signifie que mener le calcul dans le
repère de référence n’est plus correct à partir du moment où les axes principaux d’un voile sont
inclinés.

Le problème consistait donc à déterminer la position du centre de torsion C du niveau, puis à
déterminer les axes principaux du bâtiment et enfin à répartir les efforts sismiques dans les voiles.

La méthode de Thonier (Annexe A9.2) s’appuie encore une fois sur la propriété du centre de
torsion formulée précédemment. Elle détermine la position de C par le biais des deux droites
supports des efforts résistants des voiles.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
33
Quant à l’orientation des axes principaux, elle se détermine en cherchant l’angle d qui
donne la rigidité maximale ou minimale de l’étage.
Pour la répartition des efforts sismiques, on considère que pour toute translation du voile i
parallèlement à Ox (Oxy étant le repère de référence = axes des façades), on obtient deux forces de
rappel :
• l’une parallèle à Ox et proportionnelle à l’inertie Iy
i
par rapport à O
i
y
i
(O
i
x
i
y
i

étant le repère local principal du voile i)
• l’autre perpendiculaire à Ox et proportionnelle à l’inertie composée Ix
i
y
i
.
Idem pour une translation parallèlement à Oy, en interchangeant les indices x et y.
La composante due à la torsion causée par l’écart des centres de gravité du plancher et de
torsion des voiles sera répartie dans les voiles de la même manière que pour la méthode d’Albiges-
Goulet.

La feuille donne les efforts directement selon les axes locaux principaux des voiles, de
manière à ne pas effectuer manuellement les changements de repère nécessaires.


Nous avons vérifié les résultats d’un exemple avec le logiciel Epicentre qui se base
également sur les méthodes de Thonier. La comparaison se trouve en Annexe A9.3.


5. Ferraillage d’un voile composé

Une fois les efforts obtenus dans le voile composé, on combine les effets des deux directions
selon les combinaisons de Newmark, et l’on se retrouve alors avec 2 efforts tranchants Tx, Ty et 2
moments de basculement My, Mx. Il est à noter que ces valeurs sont susceptibles de changer de
signe.

La question est donc de savoir quelle combinaison d’action sera la plus défavorable pour la
section d’encastrement du voile. Si l’on exprime la contrainte de flexion en un point M(x’,y’) du
voile dans son repère local principal O
i
x
i
y
i
et que l’on néglige la contribution de la torsion, on a :

S
N
Iy
x My
Ix
y Mx
M + + − =
'
' '.
'
' '.
) ( σ Eq. III.5

La combinaison la plus défavorable est donc celle qui maximise les contraintes normales de
traction./compression dans le voile composé.


Des logiciels existent pour traiter ce genre de problème de flexion déviée. En se basant sur la
règle des 3 pivots, et en utilisant le diagramme parabole rectangle pour le béton et bi-linéaire pour
les aciers, ils sont capables de donner les courbes enveloppes des contraintes et ainsi de ferrailler la
section conformément aux règles PS92, BAEL 91 mod. 99 et DTU 23.1. Ils établissent en fait
l’équilibre d’une section donnée afin de définir les armatures longitudinales de flexion.

Quant à la résistance du béton comprimé (DTU 23.1), aux armatures de cisaillement et aux
armatures de non glissement, ils se déterminent de la même façon que pour un voile simple
rectangulaire. Il suffira de projeter le torseur (N,Tx,Ty,My,Mx) selon l’axe du panneau à justifier.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
34



















ANNEXES
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
35
A1. Plans des différents niveaux de Nanobio


A1.1. Niveau toiture : Locaux techniques – plan architecte :







RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
36

A1.2. Niveau R+2 – plan architecte :








RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
37

A1.3. Niveau R+1 – plan architecte :








RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
38

A1.4. Niveau RDC – plan architecte :








RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
39

A1.5. Fondations – plan structure :











RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
40
A1.6. Vue en perspective côté est – concours :





RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
41
A2. Coefficient de comportement de Nanobio


A2.1. Voiles de contreventement du bloc ouest – niveau courant :





RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
42
A2.2. Voiles de contreventement du bloc est – niveau courant :





RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
43
A3. Exemple de vérification d’un voile de contreventement (Nanobio)

Nous prendrons ici l’exemple du refend orienté O/E du bloc est, situé au milieu du bloc. Ce
voile de contreventement reprend la quasi-totalité de l’effort sismique dans cette direction, il est
donc très sollicité.
Ci-dessous nous avons isolé l’élément et les torseurs en tête de voile, l’unité étant la tonne
pour les forces, et la tonne-mètre pour les moments.



Dans cet exemple, on a représenté les efforts dus
aux charges permanentes G, aux charges d’exploitation Q,
et à l’action sismique S (après combinaison CQC des
réponses modales, et SRSS des effets des trois directions).

Les valeurs données par G et Q sont
respectivement l’effort normal et le moment de
basculement du voile, sans pondérations.
Les valeurs données par S sont respectivement
l’effort normal, l’effort tranchant et le moment de
basculement de l’action sismique. On doit considérer
l’éventualité d’un changement de signe.

Il est très important de préciser que les torseurs
sont donnés en tête de voile, et ils prennent donc en
compte le chargement du niveau supérieur.







A3.1. Acier de flexion A
f
:

Pour déterminer les aciers de flexion à mettre en bout de voile, on va utiliser une feuille de
calcul qui concerne les sections rectangulaires en béton armé soumises à de la flexion simple ou
composée.

En prenant l’exemple du RDC, on saisit les caractéristiques géométriques de l’élément, ainsi
que son chargement, en considérant les combinaisons les plus défavorables et en négligeant le poids
propre du voile :

• t N 58 9 . 108 9 . 166 = − =
• m t M . 1530 3 . 48 8 . 0 6 . 95 50 . 3 9 . 206 7 . 668 = × + + × + =

N.B. : Multiplier l’effort tranchant sismique par la hauteur d’étage n’est pas correct, car les efforts
sismiques ne sont pas concomitants puisqu’ils résultent de la combinaison des effets des trois
directions du séisme. On reste toutefois dans la sécurité. Une solution serait de passer sous Effel
pour obtenir le torseur en pied de voile mais c’est plus long.

Fig. A3.0 : Torseur dans un voile de contreventement
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
44
On obtient alors les résultats suivants :


Fig. A3.1 : Calcul des aciers de flexion

On trouve donc A
f
= 55,65 cm², ce qui est assez considérable (7HA32 = 56,30 cm²) sans
compter les cadres et épingles à disposer sur toute la hauteur des aciers A
f
. L’ensemble représente
environ 66 kg/ml, sur une hauteur de voile de 3,50 m.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
45
A3.2. Acier reprenant l’effort tranchant A
t
et A et aciers de glissement :

Pour déterminer les tirants horizontaux et verticaux à mettre en place pour reprendre le
cisaillement dû à l’effort sismique horizontal, on va utiliser une feuille de calcul Excel qui se base
sur le paragraphe 11.8.2.1.3 du PS92.

On entre les caractéristiques géométriques du voile, son chargement et les aciers de flexion
déterminés précédemment :

N(t)
h
T(t)
M(t)

b
d
a A A


MATERIAUX
fc28 (MPa) = 30 MPa γ
f
= 1.3
fe (MPa) = 500 MPa
Av = 0 cm²/ml
Af = 55.65 cm²
Date d'application des charges : 1
Type de mur θ : 1
DONNEES GEOMETRIQUES:
h = 3.50 ml
b = 5.40 ml
d = 5.20 ml
a = 0.30 ml
CHARGEMENT dû aux charges permanentes et d'exploitations
Ng = 1669.00 kN
Mg = 956.00 kN.m
Nq = 621.00 kN ω
11
= 0.80
Mq = 483.00 kN.m
CHARGEMENT sismique
N
S
= 1089.00 kN
T
S
= 2069.00 kN q = 2.0
M
S
= 13929.00 kN.m
T* = 3103.50 kN


II - Justification sous sollicitations sismiques
σ
bc
= 17.06 MPa
f
tj
= 2.40 MPa

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
46
Vérification à l'effort tranchant
Vérification de cisaillement
ϖ
f
= 0.27% % <=2%
- On définit : CAS G+ω
11
*Q+E CAS G+E
N = 3254.80 kN 2758.00 kN
M = 15271.40 kN.m 14885.00 kN.m
σ = 2.01 MPa OK 1.70 MPa
α
V
= 0.91 ss unité 0.89 ss unité
- On calcule :
M
lim
= 5262.12 kN.m M
lim
= 4815.00 kN.m
τ
1
= 0.69 MPa τ
1
= 0.64 MPa
τ
2
= 1.35 MPa τ
2
= 1.31 MPa
τ
3
= 0.99 MPa τ
3
= 0.90 MPa
τ
lim
= 1.20 MPa τ
lim
= 1.20 MPa
τ∗ = 1.99 MPa τ∗ = 1.99 MPa
Besoin d'At Besoin d'At
- Section d'armatures transversales
S
t
= 1.00 ml 1.00 ml
A
t
= 5.26 cm²/ml 5.26 cm²/ml
Vérification de non glissement
x = 0.625 ml 0.625 ml
A' = 41.58 cm2 41.58 cm2
F
b
= 3.20 MN 3.20 MN
tg ϕ = 0.70 0.70
On doit vérifier : T* <= 0,35*f
tj
*a*x + (F
b
+A'*f
e
)*tg ϕ
3103.50 < 3694.17 MN 3694.17
OK OK
armature verticale et horizontale armature verticale et horizontale

Fig. A3.2 : Feuille de calcul Excel de ferraillage d’un voile de contreventement à l’effort tranchant

Il faut donc mettre en place A
t
= 5,26 cm²/ml dans les deux directions, soit 2ST40C
(7,70cm²/ml) pour reprendre le cisaillement (un treillis sur chaque face du voile).

Quant à la condition de non-glissement, elle est vérifiée grâce au treillis soudé ajouté :
² 58 . 41 40 . 5 / ² 85 . 3 2 ' cm m ml cm A = × × =



Finalement, on obtient pour ce cas-là un ratio de HA et de TS valant : r
HA
= 28kg/m² et
r
TS
= 15,5kg/m². La quantité d’acier calculée est assez importante pour un voile de cette dimension.

On répète alors la même procédure à chaque étage et pour chaque voile.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
47
A4. Vérification des pieux (Nanobio)

La première des choses consiste à calculer la portance des pieux en fonction de leur
diamètre, des caractéristiques du sol et de la longueur d’ancrage dans l’horizon compacte :
Nature du sol
remblais qs = 120 kPa h = 4 m
sable fin qs = 100 kPa h = 3 m
sab grav qs = 120 kPa h = ? m
ple = 1.5 Mpa kp = 1.6

L’inconnue reste la longueur d’ancrage du pieu dans les sables graveleux.

F F F F [m] s ss s = 5.5 Mpa h sabgrav [m] Qp [t] Qs1 [t] Qs2 [t] Qs3 [t] Qs [t] Nels [t] Nelu [t] Nelua (+) [t] Nelua (-) [t]
0.50 108 1.5 47 75 47 28 151 91 137 124 -100
0.50 108 3.5 47 75 47 66 188 110 165 149 -126
0.70 212 3 92 106 66 79 251 156 234 213 -167
0.90 350 3 153 136 85 102 322 212 318 291 -215
0.90 350 6 153 136 85 204 424 262 394 359 -282

Tab. A4.1 : Capacité portante des pieux aux différents états limites

Puis, on détermine les diamètres des pieux en analysant la descente de charges statiques et
sous séisme, et en tenant compte ensuite de la capacité du pieu à reprendre un certain effort
tranchant sismique.
Pour les numéros de pieux, il faut se référer au plan de fondations. Le diamètre F50+
correspond à une longueur d’ancrage plus grande que le F50.

Pour le bloc ouest :

Pieux Diamètre [cm] G [t] Q [t] N
séisme
[t] V
séisme
[t] N ELS [t] N ELU [t] N ELAc [t] N ELAt [t]
1 50+ 39.48 4.80 87.30 30 44.28 60.50 130.62 -47.82
2 70 76.07 24.07 98.90 30 100.14 138.80 194.23 -22.83
3 50 74.96 25.27 31.00 20 100.23 139.10 126.18
4 70 91.26 30.73 26.30 25 121.99 169.30 142.15
5 50 71.19 21.20 33.10 30 92.39 127.90 121.25
6 50 60.81 16.67 12.80 15 77.48 107.10 86.95
7 50 55.56 15.00 14.60 15 70.56 97.50 82.16
8 50 60.52 16.33 17.10 15 76.85 106.20 90.69
9 50+ 50.37 10.07 82.30 30 60.44 83.10 140.72 -31.93
10 90 126.37 38.27 126.70 45 164.64 228.00 283.68 -0.33
11 70 87.04 32.43 92.65 35 119.47 166.15 205.63 -5.61
12 70 87.04 32.43 92.65 35 119.47 166.15 205.63 -5.61
13 70 89.04 35.43 88.60 35 124.47 173.35 205.98
14 70 89.04 35.43 88.60 35 124.47 173.35 205.98
15 90 91.93 30.47 178.80 45 122.39 169.80 295.10 -86.87
16 70 117.19 46.27 31.40 25 163.45 227.60 185.60
17 70 109.93 43.60 44.50 25 153.53 213.80 189.31
18 70 114.30 45.20 29.70 25 159.50 222.10 180.16
19 70 57.56 20.40 59.10 35 77.96 108.30 132.98 -1.54
20 50 34.59 4.67 86.70 20 39.26 53.70 125.03 -52.11
21 50 62.74 11.80 16.90 25 74.54 102.40 89.08
22 70 87.26 23.80 63.10 40 111.06 153.50 169.40 -9.14
23 70 96.15 28.80 52.20 35 124.95 173.00 171.39
24 50 62.44 16.40 54.00 25 78.84 108.90 129.56
25 50 62.07 17.20 13.60 15 79.27 109.60 89.43
26 50 47.11 14.80 14.30 15 61.91 85.80 73.25
27 50 70.07 18.07 15.10 15 88.14 121.70 99.63
28 90 101.27 20.73 207.00 65 122.00 167.81 324.85 -105.73
29 90 108.11 28.73 167.20 65 136.84 189.05 298.29 -59.09
30 90 42.81 12.97 106.30 65 55.78 77.25 159.49 -63.49
31 90 92.16 24.47 149.30 65 116.62 161.11 261.03 -57.14

Tab. A4.2 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc ouest
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
48
Pour le bloc est :

Pieux Diamètre [cm] G [t] Q [t] N
séisme
[t] V
séisme
[t] N ELS [t] N ELU [t] N ELAc [t] N ELAt [t]
32 50 79.00 24.30 11.50 25 103.30 143.10 109.94
33 50 69.10 22.60 11.90 20 91.70 127.19 99.08
34 70 60.20 15.90 90.60 45 76.10 105.12 163.52 -30.40
35 50+ 66.30 11.30 70.50 25 77.60 106.46 145.84 -4.20
36 50 58.70 5.70 16.50 15 64.40 87.80 79.76
37 50+ 62.80 16.90 53.90 25 79.70 110.13 130.22
38 50 56.80 9.70 12.50 15 66.50 91.23 77.06
39 90 145.90 63.20 33.40 40 209.10 291.77 229.86
40 90 71.40 29.25 151.80 40 100.65 140.27 246.60 -80.40
41 90 71.40 29.25 151.80 40 100.65 140.27 246.60 -80.40
42 90 76.35 25.15 124.90 40 101.50 140.80 221.37 -48.55
43 90 76.35 25.15 124.90 40 101.50 140.80 221.37 -48.55
44 50+ 44.50 14.60 67.30 25 59.10 81.98 123.48 -22.80
45 50 49.50 9.80 11.90 15 59.30 81.53 69.24
46 70 84.10 23.90 13.40 30 108.00 149.39 116.62
47 50+ 69.90 24.70 12.60 20 94.60 131.42 102.26
48 70 66.50 22.90 14.50 45 89.40 124.13 99.32
49 70 60.00 12.60 88.20 30 72.60 99.90 158.28 -32.60
50 50 61.30 7.00 16.80 15 68.30 93.26 83.70
51 50 30.60 9.70 85.90 10 40.30 55.86 124.26 -55.30
52 50 15.90 1.50 66.10 10 17.40 23.72 83.20 -50.20
53 50 46.40 8.90 65.50 15 55.30 75.99 119.02 -19.10
54 50 23.70 2.20 98.80 10 25.90 35.30 124.26 -75.10
55 50 7.90 1.40 4.30 10 9.30 12.77 13.32
56 50 16.00 2.00 4.20 10 18.00 24.60 21.80
Tab. A4.3 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc est


Aucun pieu n’a du être redimensionné à l’arrachement (ELAt) mais plutôt à la compression
accidentelle (ELAc).

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
49
Fig.. A5.1 : Plan architecte d’un étage courant
Fig.. A5.2 : Vue 3D sous Arche
Fig.. A5.3 : Numérotation des voiles
A5. Plan des niveaux (Annemasse)

Les niveaux sont quasi identiques, voici donc un étage courant ainsi que la modélisation sur Arche :


RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
50
A6. Modèle encastré (Annemasse)

A6.1. Analyse modale :

Grandeurs des modes propres
Mode Pulsation Période Fréquence
N° (Rad/s) (s) (Hz)
1 13.61 0.462 2.17
2 16.43 0.382 2.62
3 30.69 0.205 4.88
4 53.24 0.118 8.47
5 58.79 0.107 9.36
6 61.56 0.102 9.80
7 63.26 0.099 10.07

Mode Masse Modale Facteur de Accélération
N° Suivant X Participation sismique
(T) (pct) (-) (m/s²)
1 499.18 38.31 706.53 5.6250
2 204.63 15.71 452.36 5.6250
3 90.17 6.92 300.28 5.6250
4 24.81 1.90 157.50 5.6250
5 34.34 2.64 185.30 5.6250
6 2.60 0.20 50.94 5.6250
7 0.85 0.07 29.10 5.6250

Mode Masse Modale Facteur de Accélération
N° Suivant Y Participation sismique
(T) (pct) (-) (m/s²)
1 153.11 11.75 391.29 5.6250
2 602.11 46.21 -775.96 5.6250
3 54.12 4.15 232.64 5.6250
4 43.73 3.36 209.11 5.6250
5 35.79 2.75 189.18 5.6250
6 0.86 0.07 -29.39 5.6250
7 0.75 0.06 -27.46 5.6250

Mode Masse Modale Facteur de Accélération
N° Suivant Z Participation sismique
(T) (pct) (-) (m/s²)
1 0.10 0.00 9.96 3.9375
2 0.63 0.05 -25.14 3.9375
3 0.01 0.00 -2.64 3.9375
4 158.36 12.15 -397.94 3.9375
5 197.12 15.13 443.98 3.9375
6 66.09 5.07 257.08 3.9375
7 6.66 0.51 81.61 3.9375


Tab. A6.1 : Analyse modale du modèle encastré

Déplacements : Dx = 3,86 cm Dy = 5,50 cm Dz = 0,50 cm

A6.2. Efforts sismiques en pied de voile :

N [t] T [t] M [t.m] N [t] T [t] M [t.m] N [t] T [t] M [t.m] N [t] T [t] M [t.m]
12.71 32.17 14.73 40.17 28.45 98.11 24.72 6.06 71.23
V1
206.92 30.86 20.28
119.69 55.29 43.70 60.71 82.58 253.33 97.08 62.55
30.49
V7
248.71 92.54 381.52 133.06
19.07 57.99 18.43 14.87 34.14 23.00 98.66 27.13
43.66 34.81
V6
39.99 33.51 191.61
47.92 57.39 74.05 34.03 191.40 115.00 68.68 119.73
17.77 35.12 21.16 17.15
17.36
V4
193.86 55.81 109.00 111.96
14.67 14.23 23.74 7.43 11.60 24.50 33.95 17.85
13.04
V3 42.12 39.98 64.26 30.61
20.03 23.92 48.94 13.17 114.64 28.43 44.42 80.85
V2
145.43 51.20 123.07
46.73 35.89 95.38
V5
269.28 71.22
Voile
RDC R+1 R+2 R+3

Tab. A6.2 : Efforts sismiques du modèle encastré
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
51
A7. Prise en compte de l’ISS (Annemasse)

A7.1. Tableau des coefficients de transmittance d’après Deleuze :


Tab. A7.1 : Coefficients de transmittance d’après Deleuze

A7.2. Application de la méthode de Deleuze :

Hypothèses :
On va considérer un radier général d’épaisseur 60 cm, sur un site de profil remblai – graves
– marnes, en prenant comme caractéristiques géotechniques du site :

• Module de cisaillement du sol G = 600 MPa
• Coefficient de poisson n = 0,33
• Masse volumique r = 2 t/m
3


Quant aux paramètres de la structure, on prendra :

• L
x
= 13,70 m et L
y
= 11,00 m
• f
x
= 2,62 Hz – f
y
= 2,17 Hz – f
z
= 8,47 Hz

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
52
1
ere
itération :

En translation horizontale:
Le rayon équivalent de la fondation vaut m
ba
r 9260 . 6
70 . 13 00 . 11
0
=
×
= =
π π

où a désigne la dimension parallèle au séisme et b la dimension perpendiculaire.
D’où, 2082 . 0 2
0 0
= =
G
r f a
X X
ρ
π et 1724 . 0 2
0 0
= =
G
r f a
Y Y
ρ
π .
On se reporte alors au tableau des coefficients de transmittance de Deleuze, en extrapolant
les valeurs :
2224 . 0
1
=
X h
f et 0264 . 0
2
− =
X h
f ; 2240 . 0
1
=
Y h
f et 0218 . 0
1
− =
Y h
f .

Or, pour un ressort unique :

2
2
2
1
1
0
H H
H
H
f f
f
Gr K
+
= soit m kN K
HX
/ 10 . 84 . 1
7
= et m kN K
HY
/ 10 . 84 . 1
7
= ;
et
1
2
2
1
H
H
H
f
f
× − = η soit % 9 . 5 =
HX
η et % 9 . 4 =
HY
η .

Finalement, pour un ressort réparti, on obtient :

S
K
k
H
H
= soit
3 5
/ 10 . 22 . 1 m kN k
HX
= et
3 5
/ 10 . 22 . 1 m kN k
HY
= ;
et % 5
2
1
+ =
H H
η ζ soit % 9 . 7 =
HX
ζ et % 4 . 7 =
HY
ζ .


En translation verticale, issue du balancement autour des axes OX et OY :
Le rayon équivalent de la fondation vaut
4
3
0

ba
r = , soit m r
X
4015 . 7
0
=
φ
(séisme direction
OX, balancement autour de OY) et m r
Y
6322 . 6
0
=
φ
(séisme direction OY, balancement autour de
OX).
D’où, 2225 . 0 2
0 0
= =
G
r f a
X X
ρ
π
φ
et 1651 . 0 2
0 0
= =
G
r f a
Y Y
ρ
π
φ
.
On se reporte alors au tableau des coefficients de transmittance de Deleuze, en extrapolant
les valeurs :
2973 . 0
1
=
X
f
φ
et 0010 . 0
2
− =
X
f
φ
; 3003 . 0
1
=
Y
f
φ
et 0013 . 0
2
− =
Y
f
φ
.

Or, pour un ressort unique :

2
2
2
1
1 3
0
φ φ
φ
φ
f f
f
Gr K
+
= soit rad m kN K
X
/ . 10 . 18 . 8
8
=
φ
et rad m kN K
Y
/ . 10 . 83 . 5
8
=
φ
;
et
1
2
2
1
φ
φ
φ
η
f
f
× − = soit % 0 . 0 =
X φ
η et % 2 . 0 =
Y φ
η .

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
53
Finalement, pour un ressort réparti, on obtient :

I
K
k
V
φ
= soit
3 5
/ 10 . 47 . 3 m kN k
VX
= et
3 5
/ 10 . 84 . 3 m kN k
VY
= ;
et % 5
2
1
+ =
φ φ
η ζ soit % 0 . 5 =
VX
ζ et % 1 . 5 =
VY
ζ .


Il ne reste plus qu’à entrer ces valeurs dans le modèle sur Effel, lors de la création d’un
appui surfacique élastique pour simuler le radier. On relance ensuite le calcule afin d’obtenir de
nouvelles fréquences propres, et l’on répète alors la même procédure de calcul de raideurs et
d’amortissement jusqu’à ce que toutes les valeurs convergent.
Pour cet exemple, il a fallu quatre itérations pour fixer les valeurs d’amortissement, alors
que les raideurs étaient quasiment bonnes dès le premier calcul. On aboutit ainsi aux valeurs finales
suivantes :

En translation horizontale:

3 5
/ 10 . 23 . 1 m kN k
HX
= et
3 5
/ 10 . 23 . 1 m kN k
HY
= ;
% 1 , 7 =
HX
ζ et % 7 , 6 =
HY
ζ .

En translation verticale, issue du balancement autour des axes OX et OY :

3 5
/ 10 . 52 . 3 m kN k
VX
= et
3 5
/ 10 . 94 . 3 m kN k
VY
= ;
% 0 . 5 =
VX
ζ et % 0 . 5 =
VY
ζ .

avec les fréquences finales suivantes : f
x
= 2,18 Hz – f
y
= 1,74 Hz – f
z
= 8,08 Hz.


RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
54
A7.3. Analyse modale avec ISS :

Mode Pulsation Période Fréquence
N° (Rad/s) (s) (Hz)
1 10.94 0.575 1.74
2 13.71 0.458 2.18
3 25.49 0.247 4.06
4 50.77 0.124 8.08
5 55.56 0.113 8.84

Mode Masse Modale Facteur de Accélération
N° Suivant X Participation sismique
(T) (pct) (-) (m/s²)
1 5.14 0.36 -71.73 5.6250
2 771.98 54.39 878.62 5.6250
3 68.74 4.84 262.18 5.6250
4 48.45 3.41 -220.11 5.6250
5 7.42 0.52 86.15 5.6250
Mode Masse Modale Facteur de Accélération
N° Suivant Y Participation sismique
(T) (pct) (-) (m/s²)
1 770.32 54.27 -877.68 5.6250
2 24.97 1.76 -158.01 5.6250
3 70.55 4.97 265.61 5.6250
4 44.44 3.13 -210.80 5.6250
5 53.71 3.78 231.76 5.6250
Mode Masse Modale Facteur de Accélération
N° Suivant Z Participation sismique
(T) (pct) (-) (m/s²)
1 0.01 0.00 -3.03 3.4387
2 0.51 0.04 22.58 3.9375
3 0.07 0.00 8.28 3.9375
4 169.46 11.94 411.66 3.9375
5 341.70 24.07 584.55 3.9375


Tab. A7.3 : Analyse modale du modèle avec ISS

A7.4. Efforts sismiques en pied de voile avec ISS :

N [t] T [t] M [t.m] N [t] T [t] M [t.m] N [t] T [t] M [t.m] N [t] T [t] M [t.m]
11.83 19.28 19.20 40.10 12.29 96.10 27.55 35.23 67.45 V1 120.82 44.79 85.88
16.82 38.32 31.82 14.40 27.98 6.26 67.54 36.43
65.01
V7 205.34 35.94 24.02 88.56
64.03 98.89 54.84 44.19 127.64 86.41 224.97 95.91 V6 251.52 99.24 345.35
47.99 25.84 16.88 27.76 27.99 86.08 38.44 21.49
24.52
V5 59.97 50.11 222.85 49.40
53.82 59.38 39.51 39.58 94.77 61.91 95.72 42.22 V4 229.18 56.28 108.26
17.07 31.26 20.48 19.75 41.82 31.77 46.38 29.32
20.28
V3 161.50 66.03 119.39 81.50
12.78 14.67 27.96 6.59 24.37 22.03 26.56 25.90 V2 46.18 29.19 81.59
Voile
RDC R+1 R+2 R+3

Tab. A7.4 : Efforts sismiques du modèle avec ISS

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
55
A7.5. Comparaison du ferraillage du V4 et du V5 des deux modèles :



En calculant les ratios d’acier, on trouve un gain de HA d’environ 9% sur l’ensemble des
trois niveaux présentés, ainsi qu’un gain de TS d’environ 18%.



En calculant les ratios d’acier, on trouve une perte de HA d’environ 18% sur l’ensemble des
trois niveaux présentés, mais aucune perte de TS. On peut quand même nuancer les pertes de HA en
disant que cela ne concerne que les voiles les plus courts.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
56
Rapport H/B
eff
pour l'âme - Ame constante
0
5
10
15
20
25
30
0 5 10 15 20 25 30 35
H/aile
H
/
B
e
f
f
H/ame=0.5
H/ame=1
H/ame=2
H/ame=5
H/ame=10
F
F
F
F F
aile
âme constante
Beff Beff
A8. Largeur efficace d’un voile composé

A8.1. Chargement dans le sens de l’âme – Ailes constantes :




A8.2. Chargement dans le sens des ailes – Ame constante :




Rapport H/B
eff
pour les ailes - Ailes constantes
0
10
20
30
40
50
60
70
0 2 4 6 8 10 12
H/ame
H
/
B
e
f
f
H/ailes=5
H/ailes=10
H/ailes=20
H/ailes=30
H/ailes=13,33
F
F
F
aile constante
âme
Beff
F
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
57
A8.3. Chargement dans le sens de l’âme – Ame constante :




A8.4. Chargement dans le sens des ailes – Ailes constante :



Rapport H/B
eff
pour les ailes - Ame constante
0
10
20
30
40
50
60
70
0 5 10 15 20 25 30 35
H/aile
H
/
B
e
f
f
H/ame=0.5
H/ame=1
H/ame=2
H/ame=5
H/ame=10
aile
âme constante
Beff
F
F
F
F
Rapport H/Beff pour l'âme - Ailes constantes
0
5
10
15
20
25
30
0 2 4 6 8 10 12
H/ame
H
/
B
e
f
f
H/aile=5
H/ailes=10
H/ailes=13.33
H/ailes=20
H/ailes=30
F
F
F
F F
aile constante
âme
Beff Beff
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
58
Fig. A9.1: Elément d'un voile composé
A9. Création de la feuille de calcul de contreventement

A9.1. Détermination des caractéristiques d’un voile composé :

Hypothèses fondamentales :

Le centre de torsion C est le point tel que :
• toute force passant par ce point provoque une translation du voile, mais sans
rotation
• tout moment autour de ce point provoque une rotation du voile, mais sans
translation

On peut donc toujours décomposer une action extérieure en une force F et un moment M
appliqués au centre de torsion C, et de cette façon, les efforts résistants du voile peuvent également
être réduits en C en une force et un moment s’opposant à l’action extérieure.

Considérons un voile
rectangulaire et un effort V
y
parallèle à
Gy, dans le repère de référence Oxy
ramené au centre de gravité du voile
composé. On appelle O le centre du
rectangle, G le centre de gravité du voile
composé, f l’angle (Gy ; Oy) et s
l’abscisse le long de l’axe longitudinal du
rectangle orienté vers le rectangle suivant.


V
y
provoque un moment de flexion M
x
autour de Gx, qui donne une contrainte de flexion
x
x
I
y M .
= σ pour une ordonnée ϕ cos . s b y + = . L’effort normal dans un élément ds t dS . = vaut
alors
(
¸
(

¸

|
|
¹
|

\
|
− − |
¹
|

\
|
− = =

2
cos
4 2
.
.
.
2
2
2 /
ϕ
σ s
h
s
h
b
I
t M
dS F
h
s
x
x
.
L’effort de glissement g par unité de longueur dans le plan Otz, perpendiculaire au plan de la
figure, vaut
(
¸
(

¸

|
|
¹
|

\
|
− − |
¹
|

\
|
− = =
2
cos
4 2
.
2
2
ϕ
s
h
s
h
b
I
t V
dz
dF
g
x
y
, soit en B, pour
2
h
s − = :
x
y
B
I
tbh V
g
.
= . Le
cisaillement dû à ce glissement dans le plan Otz entre deux plans parallèles à Ost et espacés de dz
est tel que g
dz
dF
t − = − = . τ doù
(
¸
(

¸

|
|
¹
|

\
|
− − |
¹
|

\
|
− = − =
2
cos
4 2
2
2
ϕ
τ s
h
s
h
b
I
V
t
g
x
y
.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
59
D’après Cauchy, le cisaillement sur la facette Ost a la même valeur, d’où l’effort
d’entraînement le long de l’axe Os :
2 /
3 2
2 /
2
cos
3 4 2
²
2
.
. .
h
s
h
s
x
y s s h bs bhs
I
t V
ds t T
(
¸
(

¸

|
|
¹
|

\
|
− − − = =

ϕ
τ , soit en
B :
(
¸
(

¸

− − =
12
cos
2
²
.
3
ϕ h bh
I
t V
T
x
y
B
.

Considérons à présent que ce voile est en fait la continuité d’une succession de rectangles
dont on peut ramener au point A les valeurs d’efforts de glissement g
A
et d’entraînement T
A

résultants. L’effort de glissement en A provoque un cisaillement dans le plan Otz égal à
t
g
A
− = τ
et donc un effort d’entraînement dans le plan Ost valant
∫ ∫
|
¹
|

\
|
− − = =
2 / 2 /
2
. .
h
s
h
s
A
s
h
g ds t T τ , soit en
B : h g T
A
− = d’où finalement h g
h bh
I
t V
T
A
x
y
B

(
¸
(

¸

− − =
12
cos
2
²
.
3
ϕ
. En projetant sur les deux axes
globaux principaux Gx et Gy, on peut déterminer les composantes Tx et Ty de l’effort résultant de n
rectangles, ainsi que le moment C par rapport à G de ces mêmes efforts :
• ( )
∑ −
− =
i
i i i i
h g T Tx ϕ sin .
1

• ( )
∑ −
− =
i
i i i i
h g T Ty ϕ cos .
1

• ( ) ( )
i i i i i
i
i i i i i
h g T a h g T b C ϕ ϕ cos . sin .
1 1 − −
− − − − =


avec
(
¸
(

¸

− − =
12
cos
2
²
.
3
i i i i
x
i y
i
h h b
I
t V
T
ϕ



=
i x
i i i y
i
I
h b t V
g
La droite support de la résultante est définie par son ordonnée à l’origine
Tx
C
− et son
abscisse à l’origine
Ty
C
− , d’où l’équation de la droite support sous la forme :
0 1
1 1
= − + y v x u avec
C
Ty
u =
1
et
C
Tx
v − =
1
.

De façon analogue, pour un effort tranchant V
x
parallèle à Gx, et qui provoque un moment
de flexion M
y
autour de Gy, on trouve :

(
¸
(

¸

− − =
12
sin
2
² .
3
i i i i
y
i x
i
h h a
I
t V
T
ϕ



=
i y
i i i x
i
I
h a t V
g

Puis les formules pour trouver les composantes dans le repère Gxy sont identiques, ainsi que celles
pour avoir les valeurs de u
2
et v
2
.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
60
Finalement, comme les efforts résistant d’un voile passe par son centre de torsion, le point
de concours des deux droites précédentes représente alors le centre de torsion C. Ses coordonnées
sont données dans le repère Gxy par :

2 1 1 2
2 1
. . v u v u
v v
x
C


= et
2 1 1 2
1 2
. . v u v u
u u
y
C


= .

Ainsi, tout effort passant par C peut se décomposer en V
x
parallèle à Gx, et V
y
parallèle à
Gy, chacune des deux composantes, passant par C, ne produit aucun moment de torsion.


A9.2. Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques :

Hypothèses fondamentales :

Le centre de torsion C est le point tel que :
• toute force passant par ce point provoque une translation du plancher et donc des
éléments de contreventement, mais sans rotation
• tout moment autour de ce point provoque une rotation du plancher et donc des
éléments de contreventement, mais sans translation
On peut donc toujours décomposer une action extérieure en une force F et un moment M
appliqués au centre de torsion C, et de cette façon, les efforts résistants des éléments de
contreventement peuvent également être réduits en C en une force et un moment s’opposant à
l’action extérieure.

Etude de la translation sur un voile :
Pour toute translation du voile i parallèlement à Ox, on obtient deux forces de rappel :
• l’une parallèle à Ox et proportionnelle à l’inertie Iy
i
par rapport à O
i
y
i
;
• l’autre perpendiculaire à Ox et proportionnelle à l’inertie composée Ixy
i
.
Idem pour une translation parallèlement à Oy, en interchangeant les indices x et y.

Dans le repère Oxy de référence, les inerties sont obtenues à partir des inerties principales
I’x et I’y des voiles par les relations :

i yi i xi xi
I I I θ θ ² sin ' ² cos ' + =

i yi i xi yi
I I I θ θ ² cos ' ² sin ' + =

i i yi xi xyi
I I I θ θ sin cos ) ' ' ( − =

Comme toutes les forces de rappel sont proportionnelles aux inerties, nous pouvons
remplacer ces forces par les vecteurs inerties. Dans le repère ) , , ( j i O Oxy = , on obtient les
résultantes P et Q des forces, et donc des inerties :
∑ ∑
+ = j I i I P
xyi yi
et
∑ ∑
+ = j I i I Q
xi xyi
.

Le point d’intersection de ces résultantes définit le
centre de torsion C. Or, les composantes des vecteurs valent
(

=
yi x
I P ;

=
xyi y
I P ) et (

=
xyi x
I Q ;

=
xi y
I Q ), les
moments par rapport à O valent ( )

− =
i yi i xyi P
y I x I M
0 0
. . et
( )

− =
i xyi i xi Q
y I x I M
0 0
. . , et ainsi l’abscisse et l’ordonnée à
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
61
l’origine des droites supports valent (
y
P
P
P
M
x = ;
x
P
P
P
M
y − = ) et (
y
Q
Q
Q
M
x = ;
x
Q
Q
Q
M
y − = ).
D’où les coordonnées de C :
( )
|
|
¹
|

\
|


=
Q
Q
P
P
Q P
C
x
y
x
y
y y
x et
( )
|
|
¹
|

\
|


=
Q
Q
P
P
Q P
C
y
x
y
x
x x
y .

Soit CXY le repère global principal des voiles du niveau, on appelle d l’angle (Ox

; CX).
Par définition, l’angle d est tel que ( ) ( )
∑ ∑
− + − = = δ δ δ δ ² sin ² cos cos sin 0
xyi yi xi XYi
I I I I , soit :
( )
∑ ∑
− = − δ
δ
2 cos
2
2 sin
xyi yi xi
I I I et finalement
( )
( )




− =
i yi xi
i yi xi
I I
I I
θ
θ
δ
2 cos ' '
2 sin ' '
2 tan .

Pour un effort H
Y
parallèle à CY, on obtient la répartition suivante dans les voiles :

∑ Xi
Xi
Y
I
I
H parallèlement à CY

∑ Xi
XYi
Y
I
I
H parallèlement à CX
Dans le repère local de chaque voile on aura en fin de compte, avec δ θ ϕ + = désignant l’angle du
repère local principal du voile i par rapport au repère global principal de l’étage.
• [ ] [ ]
i Xi i XYi
Xi
Y
i XYi i Yi
Yi
X
xi
I I
I
H
I I
I
H
F ϕ ϕ ϕ ϕ sin cos sin cos ' − + − =
∑ ∑
suivant O
i
x’
i

• [ ] [ ]
i Yi i XYi
Yi
X
i XYi i Xi
Xi
Y
yi
I I
I
H
I I
I
H
F ϕ ϕ ϕ ϕ sin cos sin cos ' + + + =
∑ ∑
suivant O
i
y’
i


Etude de la rotation due au moment M=H.e :
Les efforts R’x
i
et R’y
i
dus à la rotation et repris dans chaque voile sont proportionnels à :
• leurs inerties principales I’x
i
et I’y
i
;
• leur distance au centre de torsion C pour une même rotation d’angle a.
xi xi xi
I r K R ' . . . ' α = et
yi yi yi
I r K R ' . . . ' α =

Le coefficient K de proportionnalité est obtenu en
écrivant l’équilibre des moments des forces par rapport au
centre de torsion C :
( ) ( )
∑ ∑
+ = + = =
xi yi yi xi yi yi xi xi
I r I r K r R r R e H M ' . ² ' . ² . . . ' . ' . α
d’où
J
M
K = α . avec ( )

+ =
xi yi yi xi
I r I r J ' . ² ' . ²
d’où
J
I r M
R
yi xi
xi
' . .
' = et
J
I r M
R
xi yi
yi
' . .
' =


Efforts finaux dans les voiles :
Les efforts dans chaque voile i, dirigés suivant ses axes principaux d’inertie Ox’
i
y’
i
, valent :
xi xi xi
R F H ' ' ' + = et
yi yi yi
R F H ' ' ' + =
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
62
A9.3. Comparaison des résultats avec Epicentre :

Exemple 1 d’une configuration symétrique – sans torsion :

La configuration des voiles est la suivante :
L’exemple choisi est un
bâtiment rectangulaire de 20m
de long pour 10m de large sur 3
niveaux de 3m.

Les axes principaux des voiles
sont affichés en rouge en leur
centre de torsion, et leur centre
de gravité est en vert.

En violet nous avons les axes
principaux du bâtiment au
centre de torsion de l’étage.

La configuration étant symétrique, le centre de gravité des planchers et le centre de torsion
des voiles est confondu. De ce fait, aucune torsion ne peut se produire.
Les données sismiques sont : a
N
= 2,5 m/s
2
– Site S2 – q = 3.00 – ξ = 4% – t = 1.

Les valeurs des efforts en pied de voiles sont données en t ou en t.m, orientés suivant les
axes des façades du bâtiment :
Tx My Ty Mx
V1 22.70 188.30 xc = 10.00
V2 7.80 65.10 yc = 5.00
V3 7.80 65.10
V4 22.70 188.30
TOTAL 61.00 506.80
Tx My Ty Mx
V1 30.10 250.10
V2 0.60 5.10
V3 0.60 5.10
V4 30.10 250.10
TOTAL 61.40 510.40
EPICENTRE
Séisme
suivant
Ox
Séisme
suivant
Oy

Tx My Ty Mx
Ecart
sur Tx
Ecart
sur My
Ecart
sur Ty
Ecart
sur Mx
V1 22.20 182.70 -2.20% -2.97%
V2 7.70 63.20 -1.28% -2.92%
V3 7.70 63.20 -1.28% -2.92%
V4 22.20 182.70
TOTAL 59.80 491.80 -1.97% -2.96%
Tx My Ty Mx
Ecart
sur Tx
Ecart
sur My
Ecart
sur Ty
Ecart
sur Mx
V1 29.50 242.70 -1.99% -2.96%
V2 0.60 4.90
V3 0.60 4.90
V4 29.50 242.70 -1.99% -2.96%
TOTAL 60.20 495.20 -1.95% -2.98%
EXCEL
Séisme
suivant
Ox
Séisme
suivant
Oy

Tab. A9.3.1 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre

On remarque que les écarts entre les valeurs sont très faibles.
Fig. A9.3.1 : Configuration des voiles pour l'exemple 1
V1
V2
V3
V4
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
63
Exemple 2 d’une configuration non symétrique – avec torsion :

La configuration des voiles est la suivante :
L’exemple choisi est un
bâtiment rectangulaire de 20m
de long pour 10m de large sur 3
niveaux de 3m.

Les axes principaux des voiles
sont affichés en rouge en leur
centre de torsion, et leur centre
de gravité est en vert.

En violet nous avons les axes
principaux du bâtiment au
centre de torsion de l’étage.

Dans cet exemple, l’écart entre le centre de gravité du plancher et le centre de torsion des
voiles va créer un moment de torsion.
Les données sismiques sont : a
N
= 2,5 m/s
2
– Site S2 – q = 3.00 – ξ = 4% – t = 1.

Les valeurs des efforts en pied de voiles sont données en t ou en t.m, orientés suivant les
axes des façades du bâtiment :
Tx My Ty Mx
V1 6.40 51.30 17.20 139.10 xc = 5.52
V2 32.10 258.60 0.00 0.00 yc = 7.00
V3 4.70 38.00 0.00 0.00
V4 0.00 0.00 13.60 109.50
V5 0.00 0.00 2.80 23.00 xg = 10.00
TOTAL 43.20 347.90 33.60 271.60 yg = 5.00
Tx My Ty Mx
V1 5.30 42.80 19.30 155.90
V2 22.90 184.60 0.00 0.00
V3 4.60 36.70 0.00 0.00
V4 0.00 0.00 20.10 162.20
V5 0.00 0.00 3.90 31.60
TOTAL 32.80 264.10 43.30 349.70
Séisme
suivant
Ox
Séisme
suivant
Oy
EPICENTRE

Tx My Ty Mx
Ecart sur
Tx
Ecart sur
My
Ecart sur
Ty
Ecart sur
Mx
V1 6.5 53.7 13.8 113.1 1.56% 4.68% -19.77% -18.69%
V2 30.1 247.7 -6.23% -4.22% xc = 5.52
V3 5.3 44.1 12.77% 16.05% yc = 7.00
V4 13.1 107.6 -3.68% -1.74%
V5 1.9 16.3 -32.14% -29.13% xg = 10.00
TOTAL 41.90 345.50 28.80 237.00 -3.01% -0.69% -14.29% -12.74% yg = 5.00
Tx My Ty Mx
Ecart sur
Tx
Ecart sur
My
Ecart sur
Ty
Ecart sur
Mx
V1 4.0 32.7 20.5 169.1 -24.53% -23.60% 6.22% 8.47%
V2 16.8 138.2 -26.64% -25.14%
V3 3.9 32.3 -15.22% -11.99%
V4 19.5 160.7 -2.99% -0.92%
V5 3.6 30.1 -7.69% -4.75%
TOTAL 24.70 203.20 43.60 359.90 -24.70% -23.06% 0.69% 2.92%
Séisme
suivant
Oy
EXCEL
Séisme
suivant
Ox

Tab. A9.3.2 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre

V2
V3
V4
V5
Fig. A9.3.2 : Configuration des voiles pour l'exemple 2
V1
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
64
On remarque que les écarts sont acceptables pour les valeurs les plus élevées (en bleu) des
efforts simiques, sauf peut-être pour le V3. Les efforts donnés dans la direction perpendiculaire au
séisme sont dus au fait qu’Epicentre calcule des pourcentages de translation de la masse modale
(basés sur les déformées modales) dans chaque direction principale. Dans notre exemple, il trouve
67% suivant Ox et 33% suivant Oy pour un séisme Ox, et l’inverse pour un séisme Oy. Nous avons
calé la feuille pour obtenir les mêmes pourcentages afin de pouvoir comparer les résultats.

Mais les valeurs qui seront pris en compte pour le calcul seront les valeurs issues de la
combinaison de Newmark :

Tx My Ty Mx
V1 7.99 64.14 24.46 197.63
V2 38.97 313.98 0.00 0.00
V3 6.08 49.01 0.00 0.00
V4 0.00 0.00 24.18 195.05
V5 0.00 0.00 4.74 38.50
TOTAL 53.04 427.13 53.38 431.18
Tx My Ty Mx
Ecart sur
Tx
Ecart sur
My
Ecart sur
Ty
Ecart sur
Mx
V1 7.70 63.51 24.64 203.03 -3.63% -0.98% 0.74% 2.73%
V2 35.14 289.16 0.00 0.00 -9.83% -7.90%
V3 6.47 53.79 0.00 0.00 6.41% 9.75%
V4 0.00 0.00 23.43 192.98 -3.10% -1.06%
V5 0.00 0.00 4.17 34.99 -12.03% -9.12%
TOTAL 49.31 406.46 52.24 431.00 -7.03% -4.84% -2.14% -0.04%
EPICENTRE
EXCEL

Tab. A9.3.2 : Comparaison après combinaison de Newmark

On remarque à présent que les écarts se sont plus ou moins réduits, mais restent correct dans
la globalité, et notamment pour le V3 qui présente alors un écart de moins de 10%. Nous pouvons
donc affirmer que la feuille donne des ordres de grandeurs satisfaisant pour les efforts simiques.
RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
65
CONCLUSION


Ce Projet de Fin d’Etudes a été l’occasion d’appréhender la complexité du domaine
sismique, notamment par la découverte des multiples notions mises en jeu, du règlement
parasismique et de son application. Le PS92, en l’occurrence, ne donne qu’une ligne de conduite
pour amener à un niveau de sécurité acceptable pour les personnes et les biens. Or, il existe de
nombreuses incertitudes et de nombreux points qui ne sont pas détaillés par les règlements et qui
pourtant peuvent s’avérer importants dans une étude.


Ce projet a été d'autant plus enrichissant qu'il a contribué à répondre à certaines attentes de
l'entreprise. Il m’a également permis de comprendre plusieurs facettes du métier d’ingénieur en
bureau d’études, et en particulier la capacité à émettre un regard critique et à essayer d’aller dans le
détail quand les choses ne sont pas claires. Même si le travail effectué lors de ce PFE n'a pas, dans
l'absolu, répondu à toutes les questions que nous nous sommes posés, il nous a néanmoins permis
de nous ouvrir de nouvelles perspectives d'études et d'engager des échanges avec d'autres ingénieurs
de bureaux d'études ou des bureaux de contrôle. C'est peut-être par la mise en commun des
connaissances et des expériences que l'on arrivera à avancer.




RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
66
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX


Tab. I.1.1: Frottement latéral et effort de pointe mobilisable (Nanobio)
Tab. I.3.1.1: Extrait du tableau 11 du PS92 (Nanobio)
Tab. I.3.1.2 : Tableau 12 du PS92 (Nanobio)
Fig. I.3.2.1: Principe de ferraillage d'un voile de contreventement (Nanobio)
Fig. I.3.2.2: Aciers de glissement A' (Nanobio)
Fig. A3.0 : Torseur dans un voile de contreventement (Nanobio)
Fig. A3.1 : Calcul des aciers de flexion (Nanobio)
Fig. A3.2 : Feuille de calcul Excel de ferraillage d’un voile de contreventement à l’effort tranchant
(Nanobio)
Tab. A4.1 : Capacité portante des pieux aux différents états limites (Nanobio)
Tab. A4.2 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc ouest (Nanobio)
Tab. A4.3 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc est (Nanobio)

Fig. II.2.2: Modélisation des fondations par des ressorts répartis (Annemasse)
Tab. II.2.3.1 : Comparaison des efforts tranchant sismiques (en t) (Annemasse)
Tab. II.2.3.2 : Comparaison des efforts normaux sismiques (en t) (Annemasse)
Tab. II.2.3.3 : Comparaison des moments sismiques (en t.m) (Annemasse)
Fig. A5.1 : Plan architecte d’un étage courant (Annemasse)
Fig. A5.2 : Vue 3D sous Arche (Annemasse)
Fig. A5.3 : Numérotation des voiles (Annemasse)
Tab. A6.1 : Analyse modale du modèle encastré (Annemasse)
Tab. A6.2 : Efforts sismiques du modèle encastré (Annemasse)
Tab. A7.1 : Coefficients de transmittance d’après Deleuze (Annemasse)
Tab. A7.3 : Analyse modale du modèle avec ISS (Annemasse)
Tab. A7.4 : Efforts sismiques du modèle avec ISS (Annemasse)

Fig. III.1.1 : Voile plein équivalent (Contreventement)
Fig. III.2.1 : Concept de largeur effective (Contreventement)
Fig. III.2.2.1 : Noyau sous chargement latéral (Contreventement)
Fig. III.2.2.2. : Effets du shear lag sur la distribution des contraintes (Contreventement)
Fig. III.2.2.3: Déformée d'une console encastrée (Contreventement)
Fig. III.3.1 : Cartographies des contraintes normales et coupes en pied de voile sous Robot
(Contreventement)
Fig. III.3.2 : Différents type de voiles composés (Contreventement)
Fig. III.3.3 : Largeur effective b (Contreventement)

Fig. A9.1: Elément d'un voile composé (Contreventement)
Fig. A9.3.1 : Configuration des voiles pour l'exemple 1 (Contreventement)
Fig. A9.3.2 : Configuration des voiles pour l'exemple 2 (Contreventement)
Tab. A9.3.1 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre (Contreventement)
Tab. A9.3.2 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre (Contreventement)
Tab. A9.3.3 : Comparaison après combinaison de Newmark (Contreventement)




RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO
67
BIBLIOGRAPHIE



[1] Règles PS 92 (DTU NF P06-013) : Règles de construction parasismique


[2] La construction en zone sismique, V. DAVIDOVICI, Ed. Le Moniteur, 1999
ISBN : 2.281.11180.6

[3] Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome IV, H. THONIER, Presses de
l'ENPC, 1996
ISBN : 2-85978-290-7

[4] Formulaire du Béton Armé Tome II, V. DAVIDOVICI, Ed. Le Moniteur, 1997
ISBN : 2.281.11175.X


[5] Théorie de l’élasticité, S. TIMOSHENKO, Librairie Polytechnique Ch. Béranger, 1948


Références secondaires :

[6] Réponse à un mouvement sismique d’un édifice posé sur un sol élastique, G. DELEUZE,
Annales ITBTP n°234, juin 1967

[7] www.logiciel-epicentre.com, concepteur M. HENIN, ingénieur civil Ponts et Chaussées

RASOLONDRAMANITRA Jonathan

GC5 CO

PRESENTATION

Auteur :

RASOLONDRAMANITRA Jonathan Etudiant en 5e année Spécialité Génie Civil Option CO Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg

Professeur référent :

J-G. SIEFFERT Professeur des Universités – Enseignant de Mécanique des Sols et de Dynamique des Structures Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg

Ingénieurs tuteurs :

CANAT Olivier Ingénieur Structure AGIBAT Ingénierie RYSER Géraldine Ingénieur Structure AGIBAT Ingénierie

PFE effectué chez AGIBAT Ingénierie : Les Bureaux de Chalin 20 chemin Louis Chirpaz 69134 Ecully Cedex e-mail : agibat@a-i-a.fr Tél. : 04 72 18 02 49 Fax : 04 78 64 71 49

2

RASOLONDRAMANITRA Jonathan

GC5 CO

REMERCIEMENTS
Ce Projet de Fin d'Etudes a été effectué chez AGIBAT Ingénierie, et je tiens à remercier toutes celles et ceux qui ont contribué à rendre cette expérience enrichissante.

Je remercie François JANAUDY, gérant d'AGIBAT Ingénierie, pour m'avoir accueilli dans son entreprise, et Alain BOUQUET, responsable du pôle Structure, pour m'avoir intégré à son équipe.

Je tiens à exprimer ma très grande reconnaissance à Olivier CANAT, ingénieur structure, pour m’avoir suivi, conseillé et aidé, ainsi que pour le temps qu’il m’a consacré. Je remercie aussi Géraldine RYSER, ingénieur structure, pour ses conseils et sa disponibilité.

Mes remerciements vont également à Jean-Georges SIEFFERT, professeur de Géotechnique et de Dynamique à l'INSA Strasbourg, pour m'avoir encadré tout au long de ce travail.

Je remercie aussi Daniel RENAULT, professeur de Mécanique des Milieux Continus et d'Analyse des Structures à l'INSA Strasbourg, pour m'avoir apporté une aide précieuse.

3

Même si le règlement parasismique PS92 donne une ligne de conduite à respecter pour obtenir un niveau de sécurité satisfaisant. Cela peut concerner autant le type de modélisation d’une structure que les paramètres de l'analyse modale. celui-ci ne donne pas pour autant toutes les indications permettant d'atteindre l'objectif de manière aisée. à certaines questions qu'un ingénieur est amené à se poser. 4 . Mots .Clés : Génie Parasismique – Structures Béton Armé – Interaction Sol-Structure – Contreventement. la détermination des efforts statiques équivalents ou bien l'étude du contreventement de bâtiments. ou du moins des éléments de réponses. C'est pourquoi la philosophie de ce projet final est de tenter d'apporter des réponses.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO RESUME L’étude sismique de structures en béton armé est un domaine qui nécessite des analyses spécifiques.

..............................2..........................................................................................................................25 1...........13 3...................15 4...............................2..............1............. Commentaires sur les résultats .....................................................13 2................................ Vérifications des voiles de contreventement...........................................................................................3.......................................... Hypothèses de calculs ........2................................................... Contexte géotechnique du site et principes de fondation....................................................................................... Modèle sismique et analyse modale spectrale...9 1...................................................... Présentation du phénomène ...................................................................................... Combinaisons des actions et coefficients de sécurité ...........14 3............................................................... Détermination des diamètres des pieux .........1........................................19 1.................................................14 3.........................................1.........................17 4.....................................2.....................13 2........................................................................................................................................................................................................... Présentation succincte de la clinique d’Annemasse ...................... Combinaisons des actions et coefficients de sécurité .................................2........................1............................................................10 2.20 2..............25 1................3................25 1..... Avantages ....................................................... Principes structurels .....9 1.................9 1..............................................................................................................2............................25 2....................................................... Inconvénients ............................................22 ETUDE DU CONTREVENTEMENT .............................. Enjeux de la prise en compte des voiles inclinés et des voiles composés .....................................................................................17 PRISE EN COMPTE DE L’ISS AVEC UN BLOC DE LA CLINIQUE D’ANNEMASSE ........21 2............................................... Prise en compte de l’ISS .................26 5 . Comparaison des modélisations.........19 1................................................................8 ETUDE SISMIQUE DE NANOBIO .................17 4........................................... Hypothèse de l’encastrement .......................... Vérifications des pieux................20 2.......................................... Hypothèses de calculs ...........1............10 1...RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO SOMMAIRE INTRODUCTION............. Préliminaires....................................................................................... Présentation du projet ..................1....................... Vérification.................. Principes structurels ......20 2.....19 1........2...................... Analyse sismique ................................................................................................1............................

....1....................50 A6......2........2.............6.....................................................................39 Vue en perspective côté est – concours : ................................................................................. 6 ............................................ Plans des différents niveaux de Nanobio................................35 Niveau R+2 – plan architecte :..........................................................................................................................2...........................51 Tableau des coefficients de transmittance d’après Deleuze :.............................................. Coefficient de comportement de Nanobio............... Modélisation du phénomène ..........................................38 Fondations – plan structure :.....................................................................45 A3...............51 A7...........41 Voiles de contreventement du bloc est – niveau courant :........... Hypothèses .27 3.................31 4............................. A6...........28 3.........................................2....................................................................50 Analyse modale :...1.......... Ferraillage d’un voile composé ................... Vérification des pieux (Nanobio) ..............4.......................... Résultats et commentaires............................................................... A1................ Analogie avec la construction en mixte acier-béton..........................................................34 A1......41 Voiles de contreventement du bloc ouest – niveau courant :.........1..........26 2....... A7........................50 Efforts sismiques en pied de voile :...2............................ A2. A1.......33 ANNEXES..........................36 Niveau R+1 – plan architecte :...........................30 3................................ Recommandations .................................................................................................................... A3.......................................1......................2............................ Prise en compte de l’ISS (Annemasse) ....................................................................1............................................................................ A5............................40 A1..............................................................................3............................. Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques .......... Création de la feuille de calcul ...................... Détermination des caractéristiques géométriques et mécaniques d’un voile composé.......................................................... Exemple de vérification d’un voile de contreventement (Nanobio) ................1.......47 Plan des niveaux (Annemasse) .......................RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 2....................... A3...................................31 4......32 5....................... Cas des voiles de contreventement. A1...................................1...............................................35 Niveau toiture : Locaux techniques – plan architecte : ..5........43 Acier reprenant l’effort tranchant At et A et aciers de glissement : ............ A1...............................................49 Modèle encastré (Annemasse).....3............... A6......30 4......................................28 3....................................................................................................................2........................................................... A4.....42 A2. A2.. A1...............37 Niveau RDC – plan architecte :...........43 Acier de flexion Af :............1.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan

GC5 CO

A7.2. A7.3. A7.4. A7.5. A8.

Application de la méthode de Deleuze :.....................................................................51 Analyse modale avec ISS : .........................................................................................54 Efforts sismiques en pied de voile avec ISS : .............................................................54 Comparaison du ferraillage du V4 et du V5 des deux modèles :...............................55

Largeur efficace d’un voile composé...............................................................................56 Chargement dans le sens de l’âme – Ailes constantes : ............................................56 Chargement dans le sens des ailes – Ame constante :...............................................56 Chargement dans le sens de l’âme – Ame constante :...............................................57 Chargement dans le sens des ailes – Ailes constante : ..............................................57

A8.1. A8.2. A8.3. A8.4. A9.

Création de la feuille de calcul de contreventement ......................................................58 Détermination des caractéristiques d’un voile composé :.........................................58 Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques :.................60 Comparaison des résultats avec Epicentre :..............................................................62

A9.1. A9.2. A9.3.

CONCLUSION.................................................................................................................................65 LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX.......................................................................................66 BIBLIOGRAPHIE...........................................................................................................................67

7

RASOLONDRAMANITRA Jonathan

GC5 CO

INTRODUCTION
Ce Projet de Fin d’Etudes a été réalisé dans le bureau d’études AGIBAT Ingénierie, situé à Ecully près de Lyon. Le thème du projet concernait l’étude de structures en béton armé en zone sismique. L’objectif principal était de permettre à un bureau d’études comme AGIBAT d’adopter une meilleure position face à une étude sismique. Les questions pouvaient être d’ordre théorique, que ce soit au niveau du type de modélisation des structures, des paramètres de l’analyse modale spectrale, de la détermination des efforts statiques équivalents et de leur combinaison, ou d’ordre plus pratique, avec l’étude du contreventement par voiles et le ferraillage de ces éléments. Quant à mes objectifs personnels, ils étaient similaires aux attentes de l’entreprise, c’est-àdire pouvoir comprendre chaque étape d’une étude sismique, et par la suite avoir un regard critique par rapport aux résultats obtenus. C’est pourquoi la première partie du PFE a consisté en l’étude et la compréhension des notions importantes mises en jeu, comme les différents types de modèles (2D type brochette, ou 3D type Eléments Finis), l’Interaction Sol-Structure (ISS), la notion de coefficient de comportement, les diverses combinaisons des efforts statiques équivalents ou le fonctionnement du contreventement.

Ce rapport va plutôt détailler la seconde partie du PFE, à savoir les projets qui m’ont permis de voir concrètement l’application du règlement parasismique PS92 [1], ainsi que les travaux effectués sur l’ISS et sur le fonctionnement du contreventement par voiles. Dans une première partie, nous verrons ainsi le déroulement d’une étude sismique selon le PS92 avec le projet Nanobio. Nanobio était l’occasion de mieux comprendre la démarche réelle d’une analyse sismique, ainsi que les procédures de vérification des éléments de structure affectés par l’action sismique, en l’occurrence les voiles et les pieux. Puis nous nous intéresserons à un bloc de la clinique d’Annemasse afin de mesurer les effets de l’ISS sur le comportement sismique du bâtiment. Le bloc étant fondé superficiellement, il offre la possibilité d’étudier un peu plus l’ISS, en mettant en pratique la méthode de Deleuze [6]. En effet, celle-ci permet de modéliser l’ensemble sol/fondations par des ressorts qui seront caractérisés par des raideurs en translation et en rotation, et par des amortissements correspondants. Nous terminerons alors sur l’étude du contreventement par voiles, notamment avec la prise en compte des voiles inclinés en plan et des voiles composés de forme diverse (U, Té, L, Z, etc.). Cette étude va nous permettre d’appréhender la complexité du fonctionnement du contreventement et de ses éléments.

8

RASOLONDRAMANITRA Jonathan

GC5 CO

ETUDE SISMIQUE DE NANOBIO
Le projet Nanobio est un bâtiment R+2 destiné à être construit sur le campus universitaire de Grenoble. Il accueillera des laboratoires de recherche et de développement sur les nanotechnologies appliquées au secteur de la santé. Au moment de l’étude, Nanobio était en phase PRO, nous disposions donc des résultats issus de l’avant-projet. Nous allons présenter dans cette partie les points importants concernant l’étude sismique de ce bâtiment, à savoir le contexte géotechnique du site et les principes de fondations retenus, les principes structurels et les hypothèses de l’étude sismique.

1. Présentation du projet
1.1. Contexte géotechnique du site et principes de fondation

L’étude géotechnique réalisée par l’entreprise EG SOL, dans le cadre de l’étude de faisabilité géotechnique du projet, a consisté en plusieurs sondages au tractopelle et en sondages profonds avec essais pressiométriques jusqu’à 23 m de profondeur. Le site s’inscrit dans un contexte général de formations alluvionnaires récentes de l’Isère constitués de matériaux fins en surface et plus grossiers en profondeur. Cette campagne a mis en évidence la succession des horizons suivants : • limon, puis argile jusque vers 5,50 m à 6,00 m de profondeur (horizon présentant de faibles caractéristiques mécaniques) • formations sablo-graveleuses ou gravelo-sableuses caractéristiques des formations alluvionnaires jusqu’en fin de sondage. Les caractéristiques mécaniques de ces formations sont moyennes à bonnes avec Em variant de 67 à 400 bars et Pl* variant de 6,2 à 25,6 bars. Le site est donc caractérisé par une structure géotechnique constituée d’horizons mécaniquement faibles en surface, puis d’horizons plus compacts au-delà et jusqu’à une forte profondeur. C’est pourquoi l’idée d’un dallage sur terre plein a été abandonnée au profit d’un dallage porté. Il est à noter que les sols ne présentent pas de risques de liquéfaction. Pour reprendre les descentes de charges du bâtiment, l’entreprise EG SOL recommande l’utilisation de fondations profondes de type pieux forés à la tarière creuse.

Tab. I.1.1: Frottement latéral et effort de pointe mobilisable

9

1. afin d’éviter tout porteur dans les zones de laboratoires. on trouve des laboratoires en partie nord. ainsi que de voiles de façade et des refends. et des bureaux en partie sud. ce qui nous conduira à des voiles très sollicités dans cette direction. (Annexe A1) Les deux blocs sont séparés par un joint de dilatation. des salles communes (hall d’accueil. département de l'Isère. Aux deux niveaux supérieurs. Le bloc ouest mesure environ 40 m de long pour 15 m de large. Zone de sismicité : Zone Ib. canton de St Martin d'Hères Classe du bâtiment : Classe C => Accélération nominale : aN = 2. et le bloc est environ 25 m de long pour 15 m de large avec une branche excentrée comprenant une cage d’ascenseur. Le contreventement est assuré par des refends spécifiques et par des noyaux situés aux extrémités du bâtiment (cages d’ascenseurs et d’escalier). L’ossature porteuse de Nanobio est constituée d’une trame régulière de portiques (poteauxpoutres en béton armé). Hypothèses de calculs Les hypothèses de calculs pour l’analyse sismique sont prises conformément aux règles PS92 (NF P 06-013) de décembre 1995 et du décret du 29 mai 1997.50 m de hauteur. Principes structurels Le bâtiment Nanobio est de forme rectangulaire. Enfin.20 (bureaux) Béton : B30 avec Edyn = 34200 MPa Acier : Fe500 10 .2. est la présence de peu de voiles de contreventement dans la direction O/E. cafétéria) et des bureaux administratifs dans le bloc est. salle de réunions. d’un point de vue parasismique. L’une des particularités du projet. mesurant environ 65 m de long pour 15 m de large et 11.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 1.80 au PH R+2 (locaux techniques) sinon F = 0. hors locaux techniques en toiture.3.0 m/s2 Site S2 Coefficient de comportement q = 2 (voir détail plus loin) Coefficient d’amortissement ξ = 4% Coefficient topographique t = 1 Coefficient de masse partielle : F = 0. Il est également intéressant de noter la zone de transparence du bloc ouest au RDC. abritant des machines. Il comprend au RDC des locaux techniques dans le bloc ouest. la toiture comprend des locaux techniques en charpente métallique.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Détermination du coefficient de comportement Le contreventement étant assuré uniquement par des voiles. Cela nous ramènerait alors à une valeur minimale de q valant 2. ce serait la valeur à retenir. on se reporte d’abord au tableau 11 du PS92 : Tab.60. On se reporte donc au tableau 12 : Tab. Dans l’hypothèse la plus défavorable. I.1.00. Par exemple. On se rend compte que les valeurs de q tournent autour de q = 2. mais que la présence des longs voiles nous amène à q = 1. 11 . en regardant de plus près.00. q = 0.3. I. on peut quand même justifier d’un bâtiment moyennement régulier. aisément pour le bloc est et plus difficilement pour le bloc ouest.2 : Tableau 12 du PS92 L’application rapide du règlement peut nous amener à considérer un coefficient de comportement très désavantageux.1: Extrait du tableau 11 du PS92 Pour les structures comportant des transparences et les structures contreventées uniquement par des voiles.3. on se place dans le cas d’un bâtiment irrégulier : l 10.5 dans notre situation.1. il faut également vérifier la compatibilité des déformations. Or.70 × q1 avec q1 = 1 + = 1+ bt bt On vérifie la valeur de q pour chacun des voiles de contreventement (voir Annexe A2) de chacun des blocs.

1.1] • • • • En termes de masses et de raideurs. et peut être globalement réduite à un modèle brochette Le retrait entre le R+1 et le RDC reste inférieur à 15% des dimensions en plan Tous les voiles de contreventement. descendent jusqu’aux fondations. Il est à noter que dans le cadre des études d’avant-projet. Finalement. on peut se placer dans le cas d’une structure moyennement régulière et proposer un coefficient de comportement global de q = 2. les hypothèses de calculs étant bien fixées. on peut se rendre compte qu’il est très pénalisant d’appliquer le règlement tel quel. On a donc des raideurs sensiblement égales à tous les niveaux. nous pouvons procéder à l’étude sismique de Nanobio.00 de manière acceptable pour le bureau de contrôle. une valeur de q = 1.6. dans certains cas.6. on obtient une distribution plutôt régulière en fin de compte.1.1.Q + ½ [voiles. même ceux du joint de dilatation. 12 .3.30 ⋅ r avec r² = r² ≤ ∑ raideur ∑ raideur torsion et translation Lx ² + Ly ² − e 0 ² (Lx et Ly étant les dimensions en plan du bâtiment dans les 12 deux directions orthogonales) b) Configuration verticale [PS92 6. de discuter avec le bureau de contrôle afin de proposer une valeur plus élevée. Heureusement. sous réserve de la justifier de manière pertinente. En tant que bureau d’études.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO a) Configuration en plan [PS92 6. en considérant les masses des niveaux (plancher + G + F. poteaux au-dessus] + ½ [voiles. le bâtiment est assez symétrique selon les deux directions orthogonales (la transparence du RDC étant compensée par plus de refends) Les parties saillantes restent inférieures au quart de la largeur L’élancement n’excède pas 4 L’excentricité structurale vérifie e 0 ≤ 0. même au RDC.1. poteaux au-dessous] + poutres).2] • • • • • Il n’existe pas de couplage significatif entre degrés de liberté horizontaux et verticaux (les charges verticales descendent directement aux fondations) La structure peut être réduite à un système plan avec une masse par niveaux. A présent. De même. surtout au niveau du coefficient de comportement.3. il est possible.50 avait été retenue pour se placer en sécurité.

ainsi que des aciers de flexion à mettre en place. appliquée aux bâtiments réguliers. mais sa fiabilité peut être discutable. On décide alors de faire en premier lieu une analyse sur 38 modes. l’architecte a transmis des modifications qui ont eu des répercussions plus ou moins importantes sur la structure. il ne fallait pas aller trop loin dans le détail. la structure correspond exactement au schéma de fonctionnement du contreventement. on peut également majorer forfaitairement toutes les 13 . et ensuite vérifier les éléments de contreventement ainsi que les pieux. prévu initialement par l’ingénieur responsable du projet. Une fois le modèle « descente de charges » validé.2. Modèle sismique et analyse modale spectrale L’analyse sismique de Nanobio s’est faite en plusieurs étapes que l’on détaillera dans cette partie. nous entrons des paramètres de modélisation et d’analyse de façon à réduire le temps de calcul. De cette façon. des poteaux. Analyse sismique Arche permet de réaliser une analyse modale spectrale conformément aux PS92. Préliminaires La descente de charges de l’avant-projet a été réalisée sous Arche. et donc le temps de calcul. nous donnait une estimation pessimiste des efforts sismiques repris par chacun des voiles de contreventement. De même. Cela réduit considérablement le nombre de nœuds. Nous allons donc voir comment nous avons élaboré le modèle sismique du bâtiment. Comme nous étions en phase PRO de l’affaire. il a donc fallu les remplacer par un système de poteaux et de poutres rétablissant la descente de charges initiale. Nous avons ensuite vérifié la cohérence de la nouvelle descente de charges avec celle précédemment établie lors de l’avant-projet. ce qui rend le modèle beaucoup plus simple. réalisée en avant-projet. certains voiles du RDC du bloc ouest ont été mis en « non porteur » et ont été compensé dans leur rôle par des poutres. des dalles et des longrines.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 2. La première des choses a donc été de reprendre le modèle de l’avant-projet.1. Nous passons alors à la création du modèle sismique. On vérifie également si la fréquence de coupure fc = 33 Hz est atteinte (pas sur seulement 38 modes) ou si la somme des masses vibrantes atteint 70% de la masse totale pour une prise en compte possible d’un mode résiduel. 2. on peut établir le ratio des poutres. Nous vérifions la cohérence des masses obtenues pour chaque niveau avec une feuille de calcul Excel qui reprend la méthode simplifiée du PS92. Pour aller plus vite. puisque le but était de parvenir à un prédimensionnement réaliste ainsi qu’à des ratios d’acier convenable en respectant le délai imposé de deux semaines. notamment en ce qui concerne le calcul de la rigidité du voile. en modélisant les voiles par des poutres équivalentes (dalles en coques et poteaux articulés). Cette feuille. Entre-temps. de le vérifier et de l’adapter. La première analyse étant censée nous donner un aperçu des résultats sismiques. tout en respectant la descente de charges. La modélisation des voiles en poutres équivalentes a l’avantage de faire sortir plus rapidement des modes prépondérants. et de degrés de liberté de la structure. En effet. 2. les voiles de façade de l’extrémité est du bloc est ne sont pas censés participer au contreventement.

50 Q • ELA : S = 1. Avant de commencer. les coefficients de sécurité du béton et de l’acier. contraintes. Le modèle final étant choisi. donc on ne signera pas les résultats. valant respectivement gb = 1.80 Q + 1. La vérification des voiles a donc porté sur un ou deux membres représentatifs d’un groupe. comprenant l’effet des trois directions sismiques.00 E E désigne l’action sismique.2.2]. 3.15. déplacements. on a utilisé un modèle à coques pour la modélisation des planchers et surtout des voiles. on pourra considérer les combinaisons d’actions suivantes : • ELS : S = 1.00 Q • ELU : S = 1. Combinaisons des actions et coefficients de sécurité D’une manière générale. lorsqu’il y a de la torsion. prennent les valeurs gb = 1. ∑ Mi Ce premier test nous permet déjà de savoir si l’on pourrait éventuellement signer les résultats par rapport à un mode prépondérant. il paraît plus sûr de ne pas signer les résultats pour prendre en compte l’effort maximal dans le ferraillage des voiles. 14 .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO grandeurs caractéristiques (forces.00. dans le cas des ELA. il est préférable de rester enveloppe pour les efforts afin de ne pas sous-estimer les ratios d’acier. et donc aux mêmes pseudo-accélérations dans chacune des directions du séisme. Par la suite. Les résultats de l’analyse modale n’étaient pas foncièrement différents. Par ailleurs. De plus. on arrivait dans les deux cas aux mêmes fréquences propres des modes dominants. nous allons expliciter les combinaisons des actions à utiliser dans les calculs. dans la combinaison des réponses modales.00 G + 1. et travaillant à peu près identiquement au séisme.00 G + 0. 3. car la modélisation en coque approche mieux le comportement réel de ces éléments. etc. dans notre cas.35 G + 1.1.6. la vérification des voiles de contreventement a pour objet de déterminer les ratios d’acier des groupes de voiles de dimensions équivalentes. Vérifications des voiles de contreventement Dans le cadre de la phase PRO. Cela n’est intéressant que lorsque l’on a surtout des modes de flexion . on peut procéder à la vérification des voiles de contreventement et des pieux.15 et gs = 1.00 G – 1.) par le rapport de la masse totale M sur la somme des masses modales : [PS92 6.50 et gs = 1.00 E S = 1.

T. la détermination des sections d’acier consiste à vérifier trois types d’armature : les aciers de flexion reprenant le moment de basculement M (disposé aux extrémités du voile) . on prend la combinaison suivante N = G – E.M) à sa base.1). et où : • Af désigne les aciers de flexion. pour reprendre les contraintes de cisaillement N T M Af At A Fig. les tirants horizontaux et verticaux reprenant le cisaillement. et en saisissant les valeurs de N et M (cf. on considère une section transversale rectangulaire soumis à de la flexion composé (N.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 3.M). On détermine Af grâce à une feuille de calcul en entrant les caractéristiques géométriques du voile. A désigne les tirants verticaux répartis. Annexe A3. et pour l’effort tranchant T. Afin de considérer le cas le plus défavorable. 15 .2.3. Vérification Un voile de contreventement étant soumis au torseur (N.T.1: Principe de ferraillage d'un voile de contreventement a) Détermination des aciers de flexion Af Pour déterminer les aciers de flexion. disposés aux extrémités du voile calculé en flexion composé sous N et M • At désigne les tirants horizontaux répartis. I. Ci-dessous se trouve le principe de ferraillage d’un voile de contreventement soumis au torseur (N. et les aciers de glissement.M) donné par l’exploitation des résultats de l’analyse sismique sous Arche.2.

voire tous. 16 . En Annexe A3. Annexe A3.1. c) Vérification du non-glissement Cette vérification fait suite à la vérification du cisaillement.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO b) Détermination des tirants horizontaux et verticaux At et A On se réfère pour cela au PS92 11. Cette même feuille permet de vérifier également la condition de non-glissement. et cela à chaque niveau. Nous disposons d’une feuille de calcul Excel permettant de déterminer s’il y a nécessité ou non de mettre en place des tirants horizontaux et verticaux (cf. I.3 pour la vérification du voile au cisaillement. On obtient alors un ratio de HA et de TS à tous les niveaux pour chaque groupe de voiles de contreventement.8.3 se trouve un exemple de vérification.2. il y a assez d’aciers A’ pour reprendre l’effort sismique horizontal en tête de voile.2). Elle consiste à s’assurer que sous flexion composée. On établit donc cette procédure pour quelques voiles représentatifs d’un groupe.N ) A' Fa Fb x Af b Af Fig. (M .2: Aciers de glissement A' Dans le cas contraire.3. le passage au treillis soudé (ST25C par exemple) peut s’avérer utile pour remplir cette condition de non-glissement et en plus reprendre les contraintes de cisaillement (rôle de At et de A).2.

00 E S = 1.35 G + 1.2] : QP: terme de pointe limite QS: terme de frottement latéral limite avec S : section du pieu kP : facteur de portance Ple : pression limite équivalente F : diamètre du pieu hS : hauteur d’application de qS qS : frottement latéral unitaire limite QP = S × k P × Ple QS = π × φ × ∑ hs × q S Eq.80 Q + 1. De plus. I. d’une part. ici également. I. les coefficients de sécurité du béton et de l’acier. dans le cas des ELA. nous prévoyons la réalisation de fondations profondes calculées avec un taux de travail de 5. Rappel du calcul de portance d’un pieu [DTU 13. expliciter les combinaisons des actions à utiliser dans les calculs. on pourra considérer les combinaisons d’actions suivantes : • • • ELS : ELU : ELA : S = 1.00 E (compression) (traction) E désigne l’action sismique.5 Mpa à l’ELS. et cela en tenant compte de l’ISS.15 et gs = 1. en se basant sur le rapport de sol fourni par EG SOL.00 G + 0. En effet. nous allons.4. la quantité d’effort tranchant sismique qu’ils sont capables de reprendre. Détermination des diamètres des pieux Le dimensionnement des pieux s’effectue d’après les résultats de la descente de charges et de l’analyse sismique. Par ailleurs.2.15.4. Avant de commencer. comprenant l’effet des trois directions sismiques. prennent les valeurs gb = 1. leur diamètre d’après la descente de charges réalisée sous Arche. n’induisant pas de contrôle dit « renforcé » lors des opérations de bétonnage des pieux.2.50 Q S = 1.00 G + 1. Combinaisons des actions et coefficients de sécurité D’une manière générale. et nous verrons donc comment procéder. 4. la capacité d’un pieu à reprendre un effort sismique horizontal est en partie conditionnée par la nature des sols présents.50 et gs = 1.2.00 Q S = 1.1 Eq. Vérifications des pieux La vérification des pieux consiste à déterminer.1. ainsi qu’à déterminer.2 17 .00. d’autre part. 4. valant respectivement gb = 1.00 G – 1.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 4.

Il donne néanmoins un bon aperçu de la quantité de travail qu’il faudra fournir lors de la phase d’exécution du bâtiment. les diamètres nécessaires ainsi que les longueurs d’ancrage (cf. Ce projet est donc un exemple d’application du PS92 dans le cadre de la phase PRO.4.4.2. et donc connaître la valeur de H maximal qu’il peut reprendre. en fonction de la descente de charges et des caractéristiques du sol.7 α  4 B   B0 ×  2. B étant le diamètre du pieu et B0 valant 60 cm : 12 Em B>B0 : KH = Eq.75QS 2 QP QS QELS = + 2 1. I. en déterminer le ferraillage. Finalement. Nous nous sommes servis du rapport du géotechnicien concernant un projet juste à côté. et donc en tenant compte des modules de réaction du sol Kh. Il permet de comprendre le déroulement d’une étude sismique. pour des raisons de délais. D’après le fascicule 62 – Article 3 – Annexe C5. I.65  + α .B 3 B0    B<B0 : KH = 12 Em 4 B × 2.2. Cette modélisation doit se faire en considérant l’influence du sol. La valeur de Kh est déterminée en fonction de la géométrie du pieu.5 Eq. la valeur Kh est donnée par les formules suivantes. Dans notre cas. du module pressiométrique E et du coefficient rhéologique du sol a.4.3 Eq.2.4. Cet effort horizontal H induit un moment M de flexion dans le pieu. I.8 On modélise alors le pieu (sous Robot par exemple) avec des appuis élastiques (tous les mètres par exemple).2. On obtient alors les ratios d’acier de chaque groupe de pieux. en fonction de son diamètre et de son ferraillage. mais ne va pas non plus dans le détail comme en phase EXE. on connaît la valeur que peut reprendre chaque type de pieu. Annexe A4). nous n’avons pas fait cette modélisation. I.2.5 Eq.5 Q QELS = S 1.65 α + α .4 Eq.4. I. Il faut donc modéliser le pieu pour déterminer la section la plus critique. I. dont l’amortissement correspond à la couche de sol traversée (Em et a). 18 .6 Nous avons donc mis en place une feuille de calcul pour déterminer. Il a fallu ensuite considérer les efforts sismiques horizontaux s’exerçant en tête de pieux.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Charge admissible à l’ELS : Charge admissible à l’ELU : Charge admissible à l’ELA compression [PS92] : Charge admissible à l’ELA traction [PS92] : QELS = QP QS + 3 2 Q QELU = P + 0.B 3 Eq.2.4.

Ce bâtiment accueil des bureaux sur tous les niveaux. et enfin nous conclurons sur les résultats obtenus. D’après le PS92 6. Le choix du système de fondations porte soit sur des semelles.00 m et enfin 4 niveaux de 3. Le projet était encore en phase APD.3. nous présenterons succinctement le bâtiment étudié. et nous ne disposions donc pas d’informations précises sur la nature et les caractéristiques géotechniques du site. et justifie donc d’une densité de cloisons comparable à celle d’un bâtiment d’habitation. puis un RDC de 4.20 m . puis nous mettrons en pratique la méthode de Deleuze afin de modéliser l’ensemble sol-fondations par des ressorts.70 m de long sur 11. 1. 19 . ce qui fait une hauteur totale de 19. Il comprend un niveau enterré (vide sanitaire) de 2. mesurant 13. les valeurs du pourcentage d'amortissement critique peuvent être augmentées de 1% dans le cas des murs […] ». L’option d’ajouter un voile toute hauteur pour rigidifier un peu plus la structure est à étudier. C’est également un des points à définir.2 la vue 3D réalisée sous Arche. De plus.2.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO PRISE EN COMPTE DE L’ISS AVEC UN BLOC DE LA CLINIQUE D’ANNEMASSE L’étude sismique d’un des blocs de la clinique d’Annemasse a été l’occasion de constater l’influence de l’Interaction Sol-Structure (ISS) non seulement du point de vue de l’analyse modale.20 m de hauteur. Dans une première partie. Principes structurels Le bloc en question est de forme rectangulaire.00 m. et par deux voiles périphériques (+1 des voiles du noyau) dans le sens de la largeur. « lorsque la structure comporte une densité de cloisons comparable à celle des bâtiments d'habitation […]. L’ossature est constituée de trois portiques poteaux-poutres en béton armé.00 m de large. ce qui nous permet de considérer un amortissement de 5% au lieu de 4%. Il a donc fallu faire certaines hypothèses que nous détaillerons par la suite. le niveau VS forme une boîte rigide qui fera office de parois de soutènement. Présentation succincte de la clinique d’Annemasse 1.1 se trouvent le plan d’un niveau courant. soit sur un radier général si le soulèvement devient trop important. mais également au niveau des efforts dans les voiles de contreventement.4. et en A5.1. et le contreventement est assuré par un noyau (cage d’ascenseur) dans le sens de la longueur. En Annexe A5.

Hypothèse de l’encastrement Le premier modèle à réaliser est celui qui consiste à considérer le bâtiment encastré à sa base dans le sol de fondation. L’analyse des torseurs en pied de voiles fait apparaître des efforts de soulèvement très importants au niveau des fondations. département de Haute-Savoie Classe du bâtiment : Classe D (à risques) => Accélération nominale : aN = 2. On part sur un modèle à coques. La justification de la stabilité de certains voiles risque donc d’être assez délicate. La modélisation sur Arche/Effel nous donne des périodes propres dans le palier du spectre de dimensionnement (T < 0.2.1. les résultats de l’analyse modale figurent en Annexe (A6. il servira de base de comparaison avec les autres modèles. Une vérification avec Epicentre ainsi qu’avec une feuille de calcul Excel (méthode simplifiée pour des bâtiments réguliers) nous permet de confirmer les résultats obtenus. car le sol semble être de moyenne qualité.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 1. c’est pourquoi nous allons procéder au calcul des ressorts répartis selon la méthode de Deleuze [6]. Zone de sismicité : Zone Ib.5 m/s2 Site S2 (hypothèse d’un sol mécaniquement moyen) Coefficient de comportement q = 2.2).1). Hypothèses de calculs Les hypothèses de calculs pour l’analyse sismique sont prises conformément aux règles PS92 (NF P 06-013) de décembre 1995 et du décret du 29 mai 1997. et sur seulement 30 modes pour réduire les temps de calcul. 20 .6s).20 (bureaux) Béton : B30 avec Edyn = 34200 MPa Acier : Fe500 On prendra comme hauteur de dimensionnement la hauteur totale du bâtiment. 2.4 (déterminé en accord avec le bureau de contrôle) Coefficient d’amortissement ξ = 5% Coefficient topographique t = 1 Coefficient de masse partielle : F = 0. accompagnés de moments de basculement tout aussi élevés (A6. Comparaison des modélisations 2. La prise en compte de l’ISS peut donc remédier en partie à ce problème.

On obtiendra alors. et pourtant. Chaque ressort est caractérisé par sa raideur et son amortissement réduit : translation verticale (V). La construction en zone sismique [3] [Chap. en prenant en première hypothèse de sol une couche de graves: • • • Module de cisaillement du sol G = 600 MPa Coefficient de poisson n = 0. DAVIDOVICI. dans le cas des bâtiments massifs sur des sols moyennement ou faiblement raides. Fig.33 Masse volumique r = 2. elle peut avoir des conséquences importantes. dans un premier temps. translation horizontale (H) et rotation autour d’un axe horizontal (F).2. il faudra privilégier les directions horizontales et la direction verticale. On va considérer un radier général d’épaisseur 60cm.0 t/m3 La méthode a été expliquée dans l’ouvrage de V. avec S surface de la fondation et I son inertie : • horizontalement : KHrad = KH / S KVrad = KF / I (car déplacements verticaux issus des rotations) • verticalement : 21 . Elle peut être appliquée dans le cas où les fondations peuvent être considérées comme superficielles et suffisamment rigides. la déformabilité du sol entraîne : • un allongement de la période fondamentale • un amortissement non négligeable.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 2. II. En général.3.2. Comme pour l’étude de la structure. On calculera alors les raideurs suivantes pour le radier. D’une manière générale. Prise en compte de l’ISS L’ISS est un phénomène qui n’est pas souvent pris en compte dans une analyse sismique. le but est d’avoir un modèle simple approchant le comportement réel du sol. il y a une intervention non négligeable du sol (modes de sol) et une modification de la réponse de la structure. et cela pour des raisons de temps et de complexité de l’analyse.2). Cette modélisation est admise dans le cas de sol homogène dont les couches présentent des faibles variations de G. Pour passer au modèle avec des ressorts répartis. sur un site de profil remblai – graves – marnes. supérieur à celui des matériaux de la structure • une rotation de la fondation qui peut modifier sensiblement le calcul de la déformée modale La méthode la plus utilisée consiste à intégrer dans un même modèle le sol et l’ouvrage (Fig.2: Modélisation des fondations par des ressorts répartis On néglige la rotation suivant l’axe vertical de la fondation. 5.4]. les caractéristiques d’un ressort unique.2. II.

II.2. L’exemple de la procédure apparaît en Annexe A7.1 ba 3 en balancement. D’une part. l’ISS ne nous permet pas de sortir du palier du spectre de dimensionnement (TC = 0.2. II. où a désigne la π 3π dimension parallèle au séisme et b la dimension perpendiculaire. La prise en compte de l’ISS permet néanmoins de concentrer plus de masse vibrante dans les modes fondamentaux. homogène et isotrope limité par un plan. 2. Quant aux amortissements finaux. Quant au mode fondamental vertical. et en rotation suivant les deux axes horizontaux) : a 0 = 2πfr0 avec : le rayon équivalent r0 = ρ G Eq. quatre itérations ont suffi. Commentaires sur les résultats On remarque que. D’autre part.3. comme prévu.4 2 où les 5% correspondent à l’amortissement interne du sol On intègre alors des appuis élastiques au modèle. II.1) nous permet alors de déterminer les raideurs et les amortissements géométriques : • Eq.3. les périodes propres des deux modes fondamentaux horizontaux sont beaucoup plus grandes (20 à 24%) que pour le modèle encastré.2.2 et les résultats en A7. ils s’obtiennent de cette manière : 1 ζ i = η i + 5% ≤ 30% Eq. il serait plus prudent de faire varier le module G et le coefficient n afin d’obtenir une fourchette convenable. Cependant. En effet. la différence est très faible. ba en translation et r0 = 4 Le tableau des coefficients de transmittance du sol (A7.2.2 • Eq. puis l’on recalcule les fréquences propres de l’ensemble structure/sol (par le biais des ressorts) et l’on reprend la même procédure (pulsation a0 => transmittance fH/fV/fF => raideurs et amortissements K et z) jusqu’à la convergence des valeurs.2. la réaction du sol sous le radier est linéaire. Dans notre cas. le sol est loin d’être homogène et les propriétés mécaniques risquent d’être plutôt hétérogènes. 22 . Puisque l’on dispose déjà des fréquences propres fi de la structure. le sol est un solide semi-infini élastique. environ 5%.2.3 On peut en déduire ainsi les raideurs pour des ressorts répartis. on peut calculer la pulsation adimensionnelle (en translation suivant les deux directions du séisme. Etant donné les hypothèses incertaines sur le sol. II.60s) et donc de réduire de manière significative les efforts tranchants sismiques.2. dans notre exemple.2.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Rappels des hypothèses sur le sol : Les coefficients donnés par Deleuze s’appuient sur deux principales hypothèses.

17 20.60 110.78 29. Comme la structure est rigide.91 67.98 27.82 61. Il y a cependant des modifications dans la répartition des efforts dans les voiles qui ont un effet à double « tranchant » : V1.95 1.77 -16. lorsque G augmente.18 161.13 97.19 66.56 98. Analysons à présent les résultats des efforts sismiques entre les deux modèles.08 -0.12 68.3.43 19.06 -4. le comportement du sol se rapproche de celui du rocher.57 Tab.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO La première remarque que l’on peut faire concerne le module de cisaillement du sol. Voile V2 V3 V4 V5 V6 V7 V1 RDC Enc 35.50 229.a. de façon à éviter la résonance.28 % -12.77 Tab. puisque le sol aura ses fréquences propres diminuées.90 46.94 44.74 96.3.98 49.03 ISS 29. Le V6 ne semble pas affecté par l’ISS.39 19.96 -27.77 115. V2 et V4 favorables.28 39. V4 et V1 du RDC . plus le sol a un module de cisaillement faible.43 R+1 ISS Enc % 24.00 82.34 120.81 -11. Efforts tranchants Etant donné que. et 50% pour le second au RDC.99 86. V5.51 92.08 ISS 12. II.21 12. C’est pourquoi.64 133.71 206.40 34.2.b.67 30.03 36.00 -17.50 42.3. 2.87 -4.44 -12.18 -16.79 % -18. allant jusqu’à 110% au R+1 pour le premier.17 -16.50 111.69 -14. dans les deux modèles.2 : Comparaison des efforts normaux sismiques (en t) 23 .67 18.81 71. Soulèvement L’ISS permet de diminuer le soulèvement des voiles les plus sollicités auparavant : environ 15% pour V3.64 -16.54 ISS 22.10 -27.59 49.23 80.08 71.92 ISS 25.73 193.64 13. Voile V2 V3 V4 V5 V6 V7 V1 RDC Enc 46.24 -3.89 49.07 62.89 55.37 11.85 21.82 21.91 27. il apparaît plus judicieux de construire rigide sur les sols mous.1 : Comparaison des efforts tranchant sismiques (en t) 2. il n’y a pas de différence notable en terme de quantité totale d’efforts tranchants simiques.14 44. entre 12 et 28% au R+2. En effet.13 81. on note quand même une nette aggravation pour les voiles initialement peu sollicités V2 et V5.07 88.58 24.52 205.24 35.21 94.38 42.10 114.41 27.92 145.11 -9.85 64.53 7.97 251.20 R+1 Enc 24.86 51.32 53.18 59.36 13. et l’on retombe ainsi sur le modèle encastré de base.71 127.72 28.22 33.03 41.55 % -10.21 -5.26 47.71 4.49 64. entre 16 et 27% au R+1 . Cela est dû au fait que.22 38.82 % -1.28 50.74 2.54 30. V6 et V7 défavorables.61 57.11 99. le fait de passer à un sol mécaniquement moins rigide permet à celle-ci de diminuer les risques d’entrer en résonance.19 -3.43 R+2 Enc 14. et moins rigide sur les sols durs.3.86 269.99 248.71 -9.13 -0. II. En revanche.21 -6.03 56.55 32.2.23 16.92 27.67 -1.31 -20.88 41. l’analyse modale aboutissait aux mêmes accélérations sismiques.68 23.44 95.45 % 45.17 R+2 Enc 17.54 67. plus il a de l’influence sur la réponse de la structure.85 ISS 46.

les voiles peu sollicités vont subir des aggravations. on peut nuancer le phénomène.00 253.00 6.32 191.c.20 6.00 44. En calculant les ratios d’acier. Conclusion Globalement.45 19.00 -30.3. et donc peut-être d’en réduire le ferraillage.00 -20.00 99.61 57.00 -13.00 9.25 53.24 -3.m) R+2 Enc 14. Voile V2 V3 V4 V5 V6 V7 V1 RDC R+1 Enc % ISS Enc % ISS 95.2.d. On peut remarquer que le V7 subit des aggravations à tous les niveaux.77 2. Nous nous sommes intéressés à un domaine assez complexe qui est la prise en compte de l’ISS. comme nous les aurions armés au minimum. mais comme il n’était pas très sollicité avant.13 21.00 -22.3 : Comparaison des moments sismiques (en t. mais nous pouvons supposer que.36 13.07 62. au RDC. on trouve pour le V4 (longueur 3.5.00 -9.87 -4. Quant au V5 (longueur 3.00 -11. 24 .74 2. étant donné les nombreuses hypothèses et incertitudes concernant les théories sur l’ISS.23 86.78 109.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 2.50 34.59 119. ainsi qu’un gain de TS d’environ 18%. V4 et V6 . De plus. on se rend alors compte que l’ISS apporte bien des avantages qui ne doivent pas être négligés.3.50m). II.03 20.00 222. cela n’aurait pas une trop grande incidence. Ainsi.46 95.90m) un gain de HA d’environ 9% sur l’ensemble des trois niveaux calculés.82 191.00 345.00 % -12. de toute façon.00 -20. L’étude a été menée sur un sol de qualité plutôt bonne.00 -43.50 29.45 225. au R+1 entre 10 et 20% en moyenne mais au R+2.70 120.00 3. on observe de petites aggravations. A présent. donc à une plus grande influence de l’ISS. mais dans le cadre réel de ce projet il faut s’attendre à un mauvais sol.21 12. on trouve une perte de HA de 18% et aucune perte de TS.33 36. on se rend compte que l’ISS va soulager de manière non négligeable les voiles les plus sollicités auparavant. on diminue de 10% à 43% pour le V1.67 30.00 16. Les résultats apparaissent en annexe A7. nous allons étudier un plus le fonctionnement général du contreventement.40 108.55 32.43 123.00 24.03 ISS 81. V2.06 12. il faut rester prudent sur les résultats et mener un calcul avec une fourchette convenable de valeurs pour le sol.21 -6. et notamment lorsque la configuration des voiles fait apparaître des refends inclinés en plan ainsi que des noyaux.12 26.00 20. Moment de basculement Le moment sismique est d’autant plus élevé que l’on descend vers les fondations.39 19. Or l’ISS permet de diminuer de façon considérable ce moment pour les voiles très sollicités auparavant.3. C’est pour ces raisons que les bureaux de contrôle sont assez réticents vis-à-vis des justifications de l’ISS.80 40. En contre partie.00 -14.54 31.00 86.49 381.17 20. En pesant bien le pour et le contre.07 64.00 -20. Afin d’illustrer les effets de l’ISS. nous avons comparé le ferraillage théorique du V4 et du V5 pour le modèle encastré et le modèle avec ISS.28 Tab.08 35.

nous allons traiter uniquement l’étude du contreventement par voiles. mais en plus s’ajoutent une composante normale ainsi que des efforts horizontaux dans chaque sens. et donc diminuer les sections. Enjeux de la prise en compte des voiles inclinés et des voiles composés 1. puis nous analyserons le fonctionnement d’un voile composé et finalement nous détaillerons la feuille de calcul créée. Dans le cadre de ce PFE.1. Le problème est complexe en raison de l’incertitude des hypothèses de base fournies par la résistance des matériaux appliquée à des éléments de grandes dimensions transversales comme les refends.1 : Voile plein équivalent L’analogie avec la poutre en Té fait apparaître la notion de largeur efficace pour les ailes d’un voile. et cette méthode est largement adoptée par les bureaux d’études. 1. où interviennent des refends inclinés en plan ou des noyaux (cages d’escaliers. Un calcul rigoureux peut être très long pour être appliqué par un bureau d’études. Inconvénients Fig. etc. nous allons analyser les enjeux de la prise en compte de tels voiles. On pourrait alors augmenter le bras de levier des armatures pour la reprise des moments de flexion. Té. le problème devient plus compliqué dans le sens où non seulement le voile est considéré comme une console encastrée à sa base. En outre. L. La méthode d’Albiges-Goulet est ainsi un moyen simple d’évaluer la répartition des efforts sismiques (ou de l’action du vent) dans les refends. du fait de la prise en compte des ailes. 1.2.). C’est pourquoi la prise en compte des ailes d’un voile composé permettrait d’avoir une répartition des efforts tranchants sismiques dans les voiles de contreventement plus juste. Dans une première partie. Avantages Davidovici [2] et Thonier [3] s’accorde à dire que « les refends ne peuvent pas être considérés comme étant indépendants s’ils sont rigidement liés les uns aux autres dans le sens vertical » puisqu’il y a alors une transmission de cisaillement entre les refends. 25 . De plus. le voile se retrouve plus rigide et présente un meilleur comportement à la flexion car les ailes vont alors agir comme une table de compression (analogie de la poutre en Té). III. cela nous permettrait d’étaler le ferraillage dans les ailes du voile.1. Or.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO ETUDE DU CONTREVENTEMENT L’étude du contreventement soulève plusieurs questions telles que la distribution de la résultante générale de l’action sismique (ou du vent) dans les éléments de contreventement ainsi que la vérification de leur stabilité. d’ascenseurs) et plus généralement des voiles composés (type U. alors il est indispensable de trouver une méthode simplifiée acceptable.

en raison de l'existence de divers phénomènes tels que le comportement bidimensionnel de la dalle et sa déformée non uniforme sur la largeur.2.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO On a donc le double problème posé par la largeur efficace des ailes à prendre en compte et la justification du voile à la flexion déviée. Le concept de largeur effective est utilisé tant pour le calcul des inerties et l’analyse de la structure que pour le calcul des moments résistants (plastiques) des sections. due au traînage de cisaillement ou le glissement relatif à l’interface acier-béton. du type de chargement. Des recherches basées sur la théorie élastique ont montré que le rapport b/B dépend de manière complexe du rapport de B à la portée de la poutre L (élancement). La théorie des poutres donnera la valeur correcte de la contrainte maximale en D si l’on remplace la largeur réelle de la dalle B par une largeur effective b telle que la surface GHJK est égale à la surface ACDEF. des conditions d’appuis et d'autres variables. la contrainte de flexion longitudinale moyenne sur l’épaisseur de la dalle varie comme à la figure III. Présentation du phénomène 2. 26 . En effet. à donner une explication au phénomène de transmission du cisaillement entre les refends dans le cas d’un noyau. le comportement réel d’une poutre mixte n’est plus dans l'hypothèse de conservation des sections planes. 2.1 : Concept de largeur effective Dans une section donnée. ainsi qu’à essayer de justifier une valeur de largeur efficace. dite effective. Analogie avec la construction en mixte acier-béton Ce phénomène est plutôt connu dans le domaine de la construction mixte acier-béton où l’on retrouve la notion de largeur efficace.1.2. Fig. C’est pourquoi nous allons nous attacher. permettant de travailler avec la théorie des poutres (hypothèse de conservation des sections planes). dans ce qui suit. Le concept de largeur effective inclut tous ces phénomènes en définissant une section plane équivalente de largeur fixe. III.1.

2.2.a.2. Or.2. Fig. : Effets du shear lag sur la distribution des contraintes 27 .2. également appelé shear lag : Fig.1). la distribution des contraintes normales est censée être linéaire dans les âmes (web frames). Description du phénomène On observe le même genre de phénomène dans le cas de structures en béton armé. Les faces AB et DC (ailes) vont être respectivement en traction et en compression.2. III.2. III. Cas des voiles de contreventement 2. on observe en pratique des répartitions différentes due à l’effet du cisaillement. Considérons un noyau soumis à une charge latérale (Fig. III.2.1 : Noyau sous chargement latéral D’après la théorie des poutres. et en particulier l’hypothèse de planéité des sections après déformation. et décroissent en s’éloignant.2. et uniforme dans les ailes (flange frames).RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 2. C'est-à-dire que les contraintes s’accumulent au niveau des jonctions entre éléments. Les faces AD et BC (âmes) vont être soumis à un moment de basculement de telle sorte que les colonnes A et B seront en traction et les colonnes D et C en compression. de section fermée (noyau) ou même en forme de U-T-L-Z.

Ainsi.2. Hypothèses Le but de la modélisation est de pouvoir donner une fourchette de valeurs pour la largeur participante des ailes d’un voile. Ce sont alors ces pics de contraintes qui peuvent être très dommageables pour la structure.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 2. 1 .2.1. 13 .2. ainsi que l’élancement des ailes.2. américains surtout.2.2. nous allons faire varier l’élancement de l’âme du voile. Modélisation du phénomène 3. Il en ressort que le paramètre le plus influent est le critère d’élancement (rapport hauteur sur largeur). avec des pics au droit des jonctions. C’est pourquoi nous allons essayer de nous faire notre philosophie par des modèles simples.2. La théorie de l’élasticité [5]. 2 . si l’on bloque ce gauchissement (torsion gênée). III. Pour cela. Une quantification rigoureuse de ce phénomène est assez complexe à formuler. dans la mesure où la théorie des poutres peut sous-estimer fortement cette différence de contraintes.2. Nous prendrons une épaisseur pour les voiles de 20cm. et en particulier au niveau de l’encastrement. la distribution locale des contraintes ne sera plus celle que donnerait la théorie des poutres. et nous ferons varier les paramètres précédemment décrits. mais plutôt une répartition comme indiquée sur la face BC de la figure III. 3.3.b. 10] et l’élancement des ailes à [5 . et nous allons faire varier alternativement l’élancement de l’âme à [0. l’allure sera plutôt celle de la face CD indiquée sur la figure III.2. 28 .2. Nous prendrons comme exemple le cas d’un voile en U qui est souvent rencontré dans le bâtiment (cage d’escalier ou d’ascenseur). et beaucoup d’ingénieurs et de mécaniciens. 20 . 30]. Il a montré que si la poutre n’est encastrée qu’au niveau de sa fibre moyenne.3: Déformée d'une console encastrée latérales de la poutre. dans le cas d’une poutre en console chargée à son extrémité. et donc une répartition linéaire sur les faces I /v Fig. Timoshenko a décrit ce phénomène dans son ouvrage. Nous allons fixer la hauteur totale du voile à 20m. la section terminale se retrouve alors libre de gauchir selon l’allure de la figure III.5 . Analyse du phénomène Cet effet d’augmentation des contraintes au niveau des jonctions d’un voile en U peut s’expliquer par l’effet du cisaillement qui entraîne la non-planéïté des sections transversales. Par continuité des contraintes au niveau des jonctions. Au lieu d’avoir une distribution uniforme des contraintes de traction/compression. soit σ f = M .2. et notamment pour les bâtiments de grandes hauteurs. 10 . la distribution sur les faces hautes et basses de la poutre va être également modifiée. ont tenté diverses approches pour cerner le phénomène et les paramètres les plus significatifs.

si la contrainte au point xi. nous avons les zones de traction. mais de raideur nulle en rotation en pied de voiles. La détermination de Beff se fait en pied de voile. Toutefois. et en dégradé de bleu.3.1 σ max où x décrit la largeur du voile. où les contraintes de flexion sont maximales. l’intensité allant du clair vers le foncé. et smax la contrainte maximale. il ne peut représenter totalement la réalité. Contraintes normales) et de faire des coupes qui donnent la valeur totale de la résultante des contraintes. De même. on peut voir que la distribution des contraintes n’est pas tout à fait linéaire. sur l’aile qui est en compression. ainsi que la valeur de la contrainte maximale. On remarque bien que dans le cas d’un chargement suivant les ailes (figure de gauche). les coupes donnent la répartition des contraintes dues à la flexion du voile. nous mettrons des ressorts de forte raideur en translation. Pour éviter les effets parasites dus à l’encastrement avec des appuis rigides.3. III. et sur lesquels s’appliqueront les chargements latéraux. Un logiciel comme Robot permet de décrire le phénomène. Robot permet de sortir des cartographies des contraintes (voir Fig.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Pour représenter un peu mieux la réalité. nous avons les zones en compression . En dégradé de rouge.1 : Cartographies des contraintes normales et coupes en pied de voile sous Robot 29 .1). c’est-à-dire que : Beff = ∫σ i ⋅ xi dx Eq. comme nous voulons juste nous faire une philosophie sur la question. Pour la détermination de la largeur participante. Fig. dans le sens de l’âme et des ailes. En pied de voile.3. dans le cas d’un chargement dans le sens de l’âme (figure de droite). où ponctuellement dans le sens de l’âme. l’âme se met en compression et l’on n’observe pas une distribution uniforme des contraintes. nous appliquerons le même principe de largeur effective utilisée en construction mixte. mais étant donné que l’on sort de la théorie des poutres. III. la modélisation sur Robot semble convenir. nous mettrons en place 4 diaphragmes espacés de 5m sur la hauteur. III. mais plutôt parabolique. La valeur totale de l’effort par niveau sera de 10t répartis sur le diaphragme dans le sens des ailes.

lorsque le chargement est dans le sens de l’âme. avec une cage d’escalier en U de 4m d’âme pour 4m d’ailes. et que la longueur des ailes reste fixe. mais ils sont d’avis qu’il y a une largeur effective à considérer. Si l’on se place dans le cas d’un bâtiment de 20m de hauteur.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 3. Globalement. Tout d’abord. Recommandations Les différents règlements étrangers et les ingénieurs français ne sont pas toujours d’accord sur la portion à prendre en compte. En revanche. plus l’élancement de l’élément est élevé. Les résultats montrent que la largeur effective de l’âme ou des ailes dépend plus de son propre élancement que de celui de l’autre élément rattaché. Bien évidemment. et que l’on fixe la longueur de l’âme. plus petite sera sa largeur efficace. nous sommes dans un élancement de 5. il faudrait étudier quand même l’influence du chargement et savoir surtout à partir de quel moment cela peut être préjudiciable.2 : Différents type de voiles composés Différentes approches existent pour quantifier les effets du shear lag. on se rend compte que faire varier la longueur des ailes n’a qu’un léger impact sur la largeur effective de l’âme. Nous allons d’ailleurs voir ce que nous recommande la littérature. cette série de modélisations ne peut pas remplacer de réelles expérimentations sur différents profils de voiles.3. Résultats et commentaires Les courbes de résultats apparaissent en annexe A8. on devrait plutôt prendre comme largeur effective 1/13e de la hauteur environ. Et la plage de variation des largeurs effectives est trop grande pour pouvoir donner une valeur moyenne. ce qui aurait nécessité le calcul de l’inertie et des forces à appliquer pour chacun des cas. mais elle nous permet néanmoins d’appréhender la complexité du sujet. seul des essais en laboratoire apportent pour l’instant des réponses fiables et peuvent aider certains règlements à évoluer. La procédure aurait était longue et nous voulions juste avoir un ordre de grandeur.2. Nous pouvons cependant émettre des critiques par rapport à ces résultats sur plusieurs points. III. 30 . Théoriquement. on observe de plus grandes variations lorsque l’on fait varier la longueur de l’élément en question. et d’après nos courbes.3. 3. De même. Fig. mais à fortiori. lorsque le chargement est dans le sens des ailes. En effet. ou une fourchette. faire varier la longueur de l’âme n’a pas beaucoup de conséquences sur la largeur effective des ailes. il aurait fallu comparer les largeurs efficaces pour une même valeur de contrainte sur les jonctions.

l’UBC (Uniform Building Codes) américain recommandait de considérer une largeur efficace maximale de 1/10e de la hauteur. Il fallait ainsi pouvoir donner pour chaque voile composé : • ses inerties principales • son angle d’inclinaison par rapport à un repère de référence • la position de son centre de torsion • la répartition d’un effort tranchant dans ses éléments constitutifs 31 .3. Détermination des caractéristiques géométriques et mécaniques d’un voile composé Le but de cette première feuille est de donner tous les éléments nécessaires à la compréhension du voile par une seconde feuille de calcul reprenant la méthode simplifiée du PS92. Les recommandations sismiques de l’ACI (American Institute of Concrete) en 2002 étaient de considérer le minimum de : • la moitié de l’élément s’il y a un autre voile adjacent au bout • 1/10e de la hauteur total du voile • la largeur entière du voile Davidovici [2] recommande lui de prendre en compte 1/10e de la hauteur d’un voile en Té pour chaque aile.3 : Largeur effective b 4. et qui concerne la méthode simplifiée appliquée aux bâtiments réguliers selon le PS92. dont s’est également inspiré le logiciel Epicentre [7].1. Cette feuille a un double objectif : • déterminer les caractéristiques de n’importe quel voile composé • donner la répartition des efforts simiques dans les voiles conformément au PS92 La création de la feuille s’est appuyée sur l’ouvrage de Thonier [2]. et Thonier 1/20e dans tous les cas [3]. 4. et 1/16e d’un voile en L . III. Fig. Création de la feuille de calcul La feuille de calcul Excel doit se baser sur celle initialement établie par le bureau.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO En 1994.

Le problème consistait donc à déterminer la position du centre de torsion C du niveau.1. « les composantes horizontales du mouvement de calcul doivent être orientées suivant les axes principaux de l’ouvrage ». Elle détermine la position de C par le biais des deux droites supports des efforts résistants des voiles.2. Cela signifie que mener le calcul dans le repère de référence n’est plus correct à partir du moment où les axes principaux d’un voile sont inclinés. les efforts résistants du voile peuvent également être réduits en C en une force et un moment s’opposant à l’action extérieure. puis à déterminer les axes principaux du bâtiment et enfin à répartir les efforts sismiques dans les voiles. Si l’on applique un effort dans la direction perpendiculaire. mais sans rotation • tout moment autour de ce point provoque une rotation du voile. le centre de torsion C sera l’intersection des deux droites supports des résultantes. Il en résulte plusieurs conséquences non négligeables : 1. Or.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO L’explication complète figure en Annexe A9. Pour résumer simplement. Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques La feuille initialement établie fonctionnait parfaitement pour une configuration où les voiles étaient orientés suivant les axes des façades du bâtiment rectangulaire (repère de référence). et de cette façon. Si l’on projette la section transversale du voile en plan. 32 . les inerties principales des voiles doivent subir un changement de repère pour être utilisée correctement 2. Et ceci pour la principale raison que le repère global principal de l’étage n’est plus confondu avec le repère de référence. si l’on applique un effort passant par le centre de torsion C et orienté selon l’une des directions principales du voile. la méthode de Thonier s’appuie sur la propriété principale du centre de torsion C qui est le point où : • toute force passant par ce point provoque une translation du voile. La méthode de Thonier (Annexe A9. d’après le PS92 6.2) s’appuie encore une fois sur la propriété du centre de torsion formulée précédemment. puisqu’il y aura de l’inertie composée Ixy dans le repère de référence Or. 4. La méthode de Thonier a de plus l’avantage de donner la répartition des efforts dans chaque panneau constituant le voile composé.1. la position du centre de torsion ne peut plus se calculer comme étant le centre de gravité des inerties. le flux de cisaillement dans les différents panneaux va donner des efforts d’entraînement (et des moments de torsion) dans chacun d’entre eux. lorsque l’on ajoute un voile incliné ou bien un voile composé dont les axes principaux sont inclinés par rapport aux axes du bâtiment. la feuille n’est plus adaptée. la résultante de ces efforts sera contenue sur une droite passant par C.1. mais sans translation On peut donc toujours décomposer une action extérieure en une force F et un moment M appliqués au centre de torsion C. ce qui va être très utile pour pouvoir coudre les éléments. Ainsi. Elle donne également la valeur de la contrainte de cisaillement au niveau des jonctions.

en interchangeant les indices x et y. Idem pour une translation parallèlement à Oy. on a : σ (M ) = − Mx'. on considère que pour toute translation du voile i parallèlement à Ox (Oxy étant le repère de référence = axes des façades)./compression dans le voile composé. y ' My '. ils se déterminent de la même façon que pour un voile simple rectangulaire.Ty. III. Pour la répartition des efforts sismiques. et l’on se retrouve alors avec 2 efforts tranchants Tx. et en utilisant le diagramme parabole rectangle pour le béton et bi-linéaire pour les aciers. En se basant sur la règle des 3 pivots. Quant à la résistance du béton comprimé (DTU 23. 99 et DTU 23.3. ils sont capables de donner les courbes enveloppes des contraintes et ainsi de ferrailler la section conformément aux règles PS92. 5. Ils établissent en fait l’équilibre d’une section donnée afin de définir les armatures longitudinales de flexion.5 La combinaison la plus défavorable est donc celle qui maximise les contraintes normales de traction.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Quant à l’orientation des axes principaux. 33 .x' N + + Ix' Iy' S Eq. Il suffira de projeter le torseur (N. on obtient deux forces de rappel : • l’une parallèle à Ox et proportionnelle à l’inertie Iyi par rapport à Oiyi (Oixiyi étant le repère local principal du voile i) • l’autre perpendiculaire à Ox et proportionnelle à l’inertie composée Ixiyi. de manière à ne pas effectuer manuellement les changements de repère nécessaires.My. Des logiciels existent pour traiter ce genre de problème de flexion déviée. Mx. Si l’on exprime la contrainte de flexion en un point M(x’.1.y’) du voile dans son repère local principal Oixiyi et que l’on néglige la contribution de la torsion. on combine les effets des deux directions selon les combinaisons de Newmark. Ferraillage d’un voile composé Une fois les efforts obtenus dans le voile composé. elle se détermine en cherchant l’angle d qui donne la rigidité maximale ou minimale de l’étage. BAEL 91 mod. aux armatures de cisaillement et aux armatures de non glissement. Ty et 2 moments de basculement My.Mx) selon l’axe du panneau à justifier.1). Il est à noter que ces valeurs sont susceptibles de changer de signe. La feuille donne les efforts directement selon les axes locaux principaux des voiles.Tx. La comparaison se trouve en Annexe A9. La question est donc de savoir quelle combinaison d’action sera la plus défavorable pour la section d’encastrement du voile. Nous avons vérifié les résultats d’un exemple avec le logiciel Epicentre qui se base également sur les méthodes de Thonier. La composante due à la torsion causée par l’écart des centres de gravité du plancher et de torsion des voiles sera répartie dans les voiles de la même manière que pour la méthode d’AlbigesGoulet.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO ANNEXES 34 .

1. Niveau toiture : Locaux techniques – plan architecte : 35 .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A1. Plans des différents niveaux de Nanobio A1.

2.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A1. Niveau R+2 – plan architecte : 36 .

Niveau R+1 – plan architecte : 37 .3.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A1.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A1. Niveau RDC – plan architecte : 38 .4.

Fondations – plan structure : 39 .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A1.5.

Vue en perspective côté est – concours : 40 .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A1.6.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A2. Coefficient de comportement de Nanobio A2. Voiles de contreventement du bloc ouest – niveau courant : 41 .1.

RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A2.2. Voiles de contreventement du bloc est – niveau courant : 42 .

B. l’effort tranchant et le moment de basculement de l’action sismique. car les efforts sismiques ne sont pas concomitants puisqu’ils résultent de la combinaison des effets des trois directions du séisme. et SRSS des effets des trois directions). : Multiplier l’effort tranchant sismique par la hauteur d’étage n’est pas correct. Acier de flexion Af : Pour déterminer les aciers de flexion à mettre en bout de voile.0 : Torseur dans un voile de contreventement A3. Fig.7 + 206.6 + 0.50 + 95. On reste toutefois dans la sécurité. aux charges d’exploitation Q.9 − 108. l’unité étant la tonne pour les forces. ainsi que son chargement. On doit considérer l’éventualité d’un changement de signe.3 = 1530t. sans pondérations. et ils prennent donc en compte le chargement du niveau supérieur. Exemple de vérification d’un voile de contreventement (Nanobio) Nous prendrons ici l’exemple du refend orienté O/E du bloc est. 43 .1. Une solution serait de passer sous Effel pour obtenir le torseur en pied de voile mais c’est plus long. A3. Dans cet exemple. Les valeurs données par G et Q sont respectivement l’effort normal et le moment de basculement du voile. Il est très important de préciser que les torseurs sont donnés en tête de voile.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A3. situé au milieu du bloc. on va utiliser une feuille de calcul qui concerne les sections rectangulaires en béton armé soumises à de la flexion simple ou composée. en considérant les combinaisons les plus défavorables et en négligeant le poids propre du voile : • • N = 166. Les valeurs données par S sont respectivement l’effort normal.m N. on a représenté les efforts dus aux charges permanentes G.8 × 48. on saisit les caractéristiques géométriques de l’élément. et la tonne-mètre pour les moments. En prenant l’exemple du RDC.9 × 3. il est donc très sollicité. et à l’action sismique S (après combinaison CQC des réponses modales.9 = 58t M = 668. Ci-dessous nous avons isolé l’élément et les torseurs en tête de voile. Ce voile de contreventement reprend la quasi-totalité de l’effort sismique dans cette direction.

sur une hauteur de voile de 3. ce qui est assez considérable (7HA32 = 56.65 cm². L’ensemble représente environ 66 kg/ml.1 : Calcul des aciers de flexion On trouve donc Af = 55. A3.30 cm²) sans compter les cadres et épingles à disposer sur toute la hauteur des aciers Af.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO On obtient alors les résultats suivants : Fig.50 m. 44 .

m 621.2.00 3103.40 MPa 45 .m CHARGEMENT sismique NS = TS = MS = T* = 1089.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A3.40 5.30 ml ml ml ml CHARGEMENT dû aux charges permanentes et d'exploitations 1669.3 3.1.2.06 MPa ftj = 2.00 Ng = kN 956.80 q = 2.3 du PS92.00 Mg = kN. On entre les caractéristiques géométriques du voile.00 kN Nq = 483.00 13929. son chargement et les aciers de flexion déterminés précédemment : N(t) M(t) T(t) b h A d A a MATERIAUX fc28 (MPa) = fe (MPa) = Av = Af = Date d'application des charges : Type de mur θ : DONNEES GEOMETRIQUES: h= b= d= a= 30 500 0 55.8.50 5.00 2069. Acier reprenant l’effort tranchant At et A et aciers de glissement : Pour déterminer les tirants horizontaux et verticaux à mettre en place pour reprendre le cisaillement dû à l’effort sismique horizontal.00 Mq = kN.m kN ω11 = 0.Justification sous sollicitations sismiques σbc = 17.65 1 1 MPa MPa cm²/ml cm² γf = 1. on va utiliser une feuille de calcul Excel qui se base sur le paragraphe 11.50 kN kN kN.0 II .20 0.

70 ml cm2 MN On doit vérifier : T* <= 0.58 3.85cm ² / ml × 5.40 kN.99 MPa Besoin d'At 3254.50 < 3694.625 41.20 0.70 MPa 0.12 kN.58cm ² Finalement.99 MPa Besoin d'At .00 kN 14885.00 ml 5.80 kN 15271.On calcule : Mlim = τ1 = τ2 = τ3 = τlim = τ∗ = 5262.17 OK Fig.70cm²/ml) pour reprendre le cisaillement (un treillis sur chaque face du voile).99 MPa 1.m 2.20 MPa 1.625 41.00 kN.m 0.20 MPa 1.2 : Feuille de calcul Excel de ferraillage d’un voile de contreventement à l’effort tranchant Il faut donc mettre en place At = 5.31 MPa 0.01 MPa 0. soit 2ST40C (7.58 3.35*ftj*a*x + (Fb +A'*fe)*tg ϕ 3103.20 0. 46 . on obtient pour ce cas-là un ratio de HA et de TS valant : rHA = 28kg/m² et rTS = 15. Quant à la condition de non-glissement.m 1.70 ml cm2 MN 0.00 ml 1.On définit : <=2% CAS G+E 2758.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Vérification à l'effort tranchant Vérification de cisaillement 0.69 MPa 1.5kg/m².91 ss unité ϖf = .17 MN OK 3694.89 ss unité OK 1.26 cm²/ml armature verticale et horizontale Vérification de non glissement x= A' = Fb = tg ϕ = 0.27% % CAS G+ω11*Q+E N= M= σ= αV = . La quantité d’acier calculée est assez importante pour un voile de cette dimension.26 cm²/ml armature verticale et horizontale 5.64 MPa 1.40m = 41. elle est vérifiée grâce au treillis soudé ajouté : A' = 2 × 3.m 0.Section d'armatures transversales St = At = Mlim = τ1 = τ2 = τ3 = τlim = τ∗ = 4815.26 cm²/ml dans les deux directions. On répète alors la même procédure à chaque étage et pour chaque voile.35 MPa 0. A3.00 kN.90 MPa 1.

25 107.27 32.44 62.26 74.81 55.43 35.27 43.33 10.14 Tab.11 261.90 129.65 88.45 153.70 59.56 76.07 101.47 124.5 3 3 6 Qs1 [t] Qs2 [t] Qs3 [t] 75 47 28 75 47 66 106 66 79 136 85 102 136 85 204 Nelu [t] 137 165 234 318 394 Nelua (+) [t] 124 149 213 291 359 Nelua (-) [t] -100 -126 -167 -215 -282 Tab.80 295.15 205.29 -59.73 21.23 121. Pour les numéros de pieux.78 116.31 222. on détermine les diamètres des pieux en analysant la descente de charges statiques et sous séisme.16 Q [t] 4.60 213.15 127. Pour le bloc ouest : Pieux 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Diamètre [cm] 50+ 70 50 70 50 50 50 50 50+ 90 70 70 70 70 90 70 70 70 70 50 50 70 70 50 50 50 50 90 90 90 90 G [t] 39.25 121.2 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc ouest 47 .83 139.00 171.18 169.40 17.98 -1.25 159.60 89.47 124. il faut se référer au plan de fondations.26 71.90 63.73 12.43 30.10 207.35 205.70 16.50 29.60 14.30 57.97 24.05 298.03 -57.10 140.90 121.90 0.20 106.67 15.81 92.19 109.84 55.72 -31.80 24.52 50.80 16.16 108.40 44.27 30.50 130.64 119.87 227.23 -22. des caractéristiques du sol et de la longueur d’ancrage dans l’horizon compacte : Nature du sol remblais sable fin sab grav qs = qs = qs = ple = Qp [t] 47 47 92 153 153 120 100 120 1.80 194.62 -47.99 92.04 89.44 164. A4.10 180.63 -5.20 54.47 122.37 126. Vérification des pieux (Nanobio) La première des choses consiste à calculer la portance des pieux en fonction de leur diamètre.60 178.53 159.30 132.11 70.98 173.09 77.60 17.39 108.85 60.63 -5.73 189.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A4.6 m m m L’inconnue reste la longueur d’ancrage du pieu dans les sables graveleux.56 60. Le diamètre F50+ correspond à une longueur d’ancrage plus grande que le F50.80 73.63 167.93 114.59 62.80 28.04 91.30 98.96 91.03 -52.33 166.68 -0.50 77.07 25.40 89.91 88.5 Mpa 108 108 212 350 350 h sabgrav [m] 1.48 70.40 4.50 0.10 52.70 0.20 90.43 32.60 45.16 106.19 60.10 82.27 61.04 87.95 78.00 26.80 23.30 149.14 122.49 -63.30 15.69 83.37 87.20 14.39 77.30 142. A4.60 185.49 161.10 12.90 s = 5.47 46.80 31. et en tenant compte ensuite de la capacité du pieu à reprendre un certain effort tranchant sismique.54 53.43 85.60 88.50 169.15 62.47 119.28 100.84 79.11 42.5 kPa kPa kPa Mpa Qs [t] 151 188 251 322 424 h= h= h= kp = Nels [t] 91 110 156 212 262 4 3 ? 1.10 126.20 20.47 Nséisme [t] 87.54 111.27 108.95 97.50 82.30 Vséisme [t] 30 30 20 25 30 15 15 15 30 45 35 35 35 35 45 25 25 25 35 20 25 40 35 25 15 15 15 65 65 65 65 N ELS [t] 44.70 125.30 33.43 35.06 124.98 169.14 100.07 20.80 18.10 86.14 173.50 0.40 -9.10 86.08 153.67 11.00 16.15 205.10 -86.70 99.07 74.26 96.73 28.65 92.90 31.00 283.11 102.1 : Capacité portante des pieux aux différents états limites Puis.93 117.56 34.04 89.80 189.30 126.82 138.35 205.74 87.48 76.07 47.96 39.20 16.5 3.85 -105.00 136.39 163.62 N ELU [t] N ELAc [t] N ELAt [t] 60.00 13.07 38. F [m] 0.81 324.61 173.70 92.80 14.61 166.00 167.93 228.56 109.

53 69.90 24.50 101.20 Vséisme [t] 25 20 45 25 15 25 15 40 40 40 40 40 25 15 30 20 45 30 15 10 10 15 10 10 10 N ELS [t] 103.40 79.50 11.35 44.30 5.70 55.90 2.20 75.10 109.46 145.10 12.27 246.55 140.27 246.3 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc est Aucun pieu n’a du être redimensionné à l’arrachement (ELAt) mais plutôt à la compression accidentelle (ELAc).40 140.20 16.60 15.10 69.20 87.60 89.70 76.50 49.23 77.60 -80.90 90.90 158.90 46.26 124.60 14.00 Q [t] 24.60 15.00 N ELU [t] N ELAc [t] N ELAt [t] 143.90 67.50 53.80 145.20 1.90 13.80 23.26 -55.90 71.25 25.00 69.30 18.60 64.60 9.30 22.10 100.25 29.90 124.20 66.62 131.76 110.37 -48.32 99.13 99.99 119.40 106.30 25.90 66.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Pour le bloc est : Pieux 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 Diamètre [cm] 50 50 70 50+ 50 50+ 50 90 90 90 90 90 50+ 50 70 50+ 70 70 50 50 50 50 50 50 50 G [t] 79.80 79.60 7.30 58.30 11.70 7.80 151.94 127.06 291.00 9.70 62.10 59.10 35.60 68.26 -75.30 17.40 12.60 93.86 140.70 66.60 21.10 65.40 71.42 102.13 130.77 229.40 76.30 23.50 209.90 12.40 55.65 101.20 29.72 83.30 124.40 2.32 24.50 59.50 88.40 23.60 -80.90 12.35 76.40 140.37 -48.39 116.80 81.19 99.00 61.00 94.30 91.77 13.08 105.60 70.15 14.50 33.52 -30.80 221.24 149.98 123.22 91.30 30.80 4.10 77.50 60.30 4.00 Nséisme [t] 11.70 22.02 -19.40 72.50 98.90 66.70 1.70 16.26 83.50 84.90 11.10 60.80 56. A4.28 -32.90 16.90 9.48 -22.15 25.12 163.90 9.20 -50.30 108.70 63.80 221.84 -4. 48 .30 40.65 100.50 16.86 124.40 151.80 Tab.80 85.55 81.50 8.80 124.

A5. voici donc un étage courant ainsi que la modélisation sur Arche : Fig..2 : Vue 3D sous Arche Fig.1 : Plan architecte d’un étage courant 49 Fig. Plan des niveaux (Annemasse) Les niveaux sont quasi identiques.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A5.. A5. A5..3 : Numérotation des voiles .

33 97.2.92 30.6250 5.102 0.43 M [t.94 29.15 197.09 5.34 2.07 0.18 38.53 452.07 Facteur de Participation (-) 706.64 -397.6250 5.06 Masse Modale Suivant Z (T) (pct) 0.86 55.11 11.50 185.00 0.66 34.6250 5.52 133.28 71.205 0.14 23.89 M [t.55 119.00 111.43 30.6250 5.62 4.71 V1 145.92 24.50 M [t.64 2.12 21.58 253.17 28.86 0.6250 5.90 34.79 2.099 Pulsation (Rad/s) 13.17 13.85 0.04 Tab.23 32.20 123.42 80.63 15.43 14.13 66.18 -29.06 71.15 V4 269.36 300.69 53.75 0.73 3.56 63.118 0.66 27.05 0.11 46.79 61.07 Mode N° 1 2 3 4 5 6 7 Masse Modale Suivant X (T) (pct) 499.81 V5 39. Analyse modale : Mode N° 1 2 3 4 5 6 7 Modèle encastré (Annemasse) Grandeurs des modes propres Période (s) 0.99 33.94 443.08 62.86 20.61 34.9375 3.9375 3.99 18.72 6.31 204.20 0.24 58.73 40.71 V7 206.00 68.71 90.75 0.96 42.12 39.43 44.36 35.63 0.9375 Tab.43 51.10 Accélération sismique (m/s²) 5.77 35.6250 5.15 43.38 N [t] 11.39 74.382 0.07 57.98 64.54 381.51 191. A6.9375 3.13 19.68 119.64 28.36 12.16 17.61 Accélération sismique (m/s²) 5.60 R+1 T [t] 24.m ] 17.2 : Efforts sismiques du modèle encastré 50 .6250 Mode N° 1 2 3 4 5 6 7 Mode N° 1 2 3 4 5 6 7 Masse Modale Suivant Y (T) (pct) 153.6250 5.64 209.26 30.88 8.6250 5.m ] 14.07 6.40 115.26 Fréquence (Hz) 2.36 9.17 14.08 81.1 : Analyse modale du modèle encastré Déplacements : Dx = 3.85 R+2 T [t] 14.29 43.67 M [t.28 98.6250 5.86 cm Dy = 5. A6.9375 3.96 232.10 0.70 60.11 189.23 N [t] 23.94 13.92 48.95 N [t] 17.22 191.03 23.61 17.14 -2.71 92.81 1.45 12.50 cm A6.17 2.50 cm Dz = 0.00 158.81 109.29 -775.462 0.07 114.6250 5.28 157.m ] 95.61 16.6250 5.06 82.03 43.73 RDC T [t] 35.12 4.46 Facteur de Participation (-) 9.85 20.m ] 33. Efforts sismiques en pied de voile : Voile V2 N [t] 46.21 54.75 602.69 55.47 9.98 257.9375 3.96 -25.01 0.9375 3.6250 Accélération sismique (m/s²) 3.73 47.36 V3 193.05 34.107 0.39 -27.17 6.1.00 98.80 10.92 57.49 V6 248.11 24.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A6.60 0.6250 5.30 50.66 0.12 15.87 30.51 Facteur de Participation (-) 391. A6.74 R+3 T [t] 7.

17 Hz – fz = 8.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A7. A7. Application de la méthode de Deleuze : Hypothèses : On va considérer un radier général d’épaisseur 60 cm.00 m fx = 2.1 : Coefficients de transmittance d’après Deleuze A7. on prendra : • • Lx = 13. Tableau des coefficients de transmittance d’après Deleuze : Tab.62 Hz – fy = 2.2.70 m et Ly = 11. sur un site de profil remblai – graves – marnes.47 Hz 51 .1.33 Masse volumique r = 2 t/m3 Quant aux paramètres de la structure. Prise en compte de l’ISS (Annemasse) A7. en prenant comme caractéristiques géotechniques du site : • • • Module de cisaillement du sol G = 600 MPa Coefficient de poisson n = 0.

= 0.0010 . et η HY = 4. balancement autour de = 0.22.m / rad .84. f h1Y = 0. en extrapolant les valeurs : f φ1 X = 0.70 π = 6. Or.0% 52 . soit r0φX = 7. 1 fφ 2 et η φ = − × 2 f φ1 soit η φX = 0.2225 et a 0φY = 2πf Y r0 ρ et K φY = 5. Finalement.4% . G G On se reporte alors au tableau des coefficients de transmittance de Deleuze.3003 et f φ 2Y = −0.2973 et f φ 2 X = −0.10 7 kN / m . G G On se reporte alors au tableau des coefficients de transmittance de Deleuze. Or.0264 .10 5 kN / m 3 et k HY = 1. balancement autour de OY) et r0φY OX).1724 .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO 1ere itération : En translation horizontale: Le rayon équivalent de la fondation vaut r0 = ba π = 11.2240 et f h1Y = −0. pour un ressort unique : f H1 K H = Gr0 soit K HX = 1.00 × 13.m / rad 2 2 f φ1 + fφ 2 ρ = 0.18. a 0φX = 2πf X r0 ba 3 . et η φY = 0. S 1 et ζ H = η H + 5% soit ζ HX = 7.22.2224 et f h 2 X = −0.9% . 2 En translation verticale.2082 et a 0Y = 2πf Y r0 ρ et K HY = 1.9% 2 f H1 D’où.6322m (séisme direction OY.10 7 kN / m 2 2 f H1 + f H 2 1 f et η H = − × H 2 soit η HX = 5.9% et ζ HY = 7.4015m (séisme direction 3π = 6. on obtient : K kH = H soit k HX = 1. pour un ressort réparti. en extrapolant les valeurs : f h1 X = 0.83. f φ1Y = 0.10 5 kN / m 3 . a 0 X = 2πf X r0 ρ = 0.0218 .1651 .84. pour un ressort unique : fφ1 3 K φ = Gr0 soit K φX = 8.9260m où a désigne la dimension parallèle au séisme et b la dimension perpendiculaire.10 8 kN .0013 . issue du balancement autour des axes OX et OY : Le rayon équivalent de la fondation vaut r0 = 4 OX.2% .10 8 kN . D’où.

Pour cet exemple.7% . et ζ VY = 5.10 5 kN / m 3 ζ HX = 7. et l’on répète alors la même procédure de calcul de raideurs et d’amortissement jusqu’à ce que toutes les valeurs convergent.94.0% et ζ φ = η φ + 5% 2 et kVY = 3. On relance ensuite le calcule afin d’obtenir de nouvelles fréquences propres.10 5 kN / m 3 ζ VX = 5.84. On aboutit ainsi aux valeurs finales suivantes : En translation horizontale: k HX = 1.10 5 kN / m 3 . on obtient : Kφ kV = soit kVX = 3. issue du balancement autour des axes OX et OY : kVX = 3.23.0% . Il ne reste plus qu’à entrer ces valeurs dans le modèle sur Effel. alors que les raideurs étaient quasiment bonnes dès le premier calcul.10 5 kN / m 3 . En translation verticale. lors de la création d’un appui surfacique élastique pour simuler le radier.10 5 kN / m 3 . et ζ HY = 6.52. et ζ VY = 5.74 Hz – fz = 8.18 Hz – fy = 1.23.08 Hz. pour un ressort réparti.0% et kVY = 3.1% .1% et k HY = 1.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Finalement. avec les fréquences finales suivantes : fx = 2. il a fallu quatre itérations pour fixer les valeurs d’amortissement.47.10 5 kN / m 3 I 1 soit ζ VX = 5. 53 .

55 Fréquence (Hz) 1.49 64.91 67.4.41 7. A7.78 29.28 411.82 19.43 19.06 8.m] 81.51 0.07 0.04 0.45 3.85 345.4 : Efforts sismiques du modèle avec ISS 54 .96 31.97 6.01 0.9375 3.54 67.77 49.28 50.247 0.15 Facteur de Participation (-) -877.4387 3.82 12.14 0.84 54.03 36.6250 Accélération sismique (m/s²) 3.9375 3.m] 14.26 222.77 55.58 16.55 M [t.3 : Analyse modale du modèle avec ISS A7.97 251.58 8.70 24.55 4.6250 5.40 11.52 Masse Modale Suivant Y (T) (pct) 770.76 70.89 16.83 Tab.94 44.6250 5.56 96.19 31.52 205.50 229.38 42.10 R+1 T [t] 22.6250 5.32 54.50 94.88 44.94 13.36 771.76 65.73 878.82 21.458 0.97 44.71 25.72 86.77 95.38 47.24 35.98 27.45 R+2 T [t] 12.28 M [t.27 24.64 88.32 40.6250 Accélération sismique (m/s²) 5.97 1.62 262.01 265.6250 5.02 85.76 Facteur de Participation (-) -3.39 108.61 -210.13 53.19 66.41 27.91 27.00 0.6250 5.m] 26.34 120.575 0.35 24.18 -220.78 Masse Modale Suivant Z (T) (pct) 0.03 41.22 38.23 N [t] 25.11 86.84 Accélération sismique (m/s²) 5.40 127.49 50.m] 20.74 2. Analyse modale avec ISS : Mode N° 1 2 3 4 5 Mode N° 1 2 3 4 5 Mode N° 1 2 3 4 5 Mode N° 1 2 3 4 5 Pulsation (Rad/s) 10.88 N [t] 24.01 14.99 98.66 584.99 86.9375 Tab.82 61.113 Facteur de Participation (-) -71.124 0.46 11.18 161.79 M [t.82 RDC T [t] 29.44 95.59 20.9375 3.26 39.68 -158.37 81.00 169.03 22.94 341.74 4.56 31.84 48.6250 5.6250 5. A7.98 54.18 4.39 68.44 3.11 99.08 8.32 53.90 46.03 56.59 119.48 39.18 59.10 R+3 T [t] 6.51 25.75 24.07 59.71 3.07 Période (s) 0.67 17.3.28 19.29 M [t.84 38.20 N [t] 27.80 231.08 224.42 0.56 Masse Modale Suivant X (T) (pct) 5.6250 5. Efforts sismiques en pied de voile avec ISS : Voile V2 V3 V4 V5 V6 V7 V1 N [t] 46.52 27.26 35.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A7.

55 . On peut quand même nuancer les pertes de HA en disant que cela ne concerne que les voiles les plus courts.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A7. ainsi qu’un gain de TS d’environ 18%. mais aucune perte de TS. Comparaison du ferraillage du V4 et du V5 des deux modèles : En calculant les ratios d’acier. on trouve un gain de HA d’environ 9% sur l’ensemble des trois niveaux présentés. on trouve une perte de HA d’environ 18% sur l’ensemble des trois niveaux présentés. En calculant les ratios d’acier.5.

Ame constante 30 F F F 25 Beff Beff âme constante aile 20 H/ame=0.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A8. Chargement dans le sens de l’âme – Ailes constantes : Rapport H/Beff pour les ailes .5 H/ame=1 H/ame=2 H/ame=5 H/ame=10 H/Beff 15 10 5 0 0 5 10 15 H/aile 20 25 30 35 56 .2.33 20 10 0 0 2 4 6 H/ame 8 10 12 A8. Largeur efficace d’un voile composé A8.Ailes constantes 70 F F F F 60 âme Beff aile constante 50 40 H/Beff 30 H/ailes=5 H/ailes=10 H/ailes=20 H/ailes=30 H/ailes=13.1. Chargement dans le sens des ailes – Ame constante : F F Rapport H/Beff pour l'âme .

Ame constante 70 F F F F 60 âme constante Beff aile 50 40 H/Beff 30 H/ame=0.3.4.Ailes constantes 30 F F F 25 Beff âme Beff aile constante 20 H/aile=5 H/ailes=10 H/ailes=13. Chargement dans le sens des ailes – Ailes constante : F F Rapport H/Beff pour l'âme . Chargement dans le sens de l’âme – Ame constante : Rapport H/Beff pour les ailes .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A8.5 H/ame=1 H/ame=2 H/ame=5 H/ame=10 20 10 0 0 5 10 15 H/aile 20 25 30 35 A8.33 H/ailes=20 H/ailes=30 H/Beff 15 10 5 0 0 2 4 6 H/ame 8 10 12 57 .

L’effort normal dans un élément dS = t. Le b − s  −  − s   . On appelle O le centre du rectangle. dans le repère de référence Oxy ramené au centre de gravité du voile composé.t   h   h 2 .t = − = − g doù τ = − = b − s  −    4 −s  2 .y σ= pour une ordonnée y = b + s. Ix   2     L’effort de glissement g par unité de longueur dans le plan Otz. cos ϕ . pour s = − : g B =  2 2 Ix dz Ix   2   4    cisaillement dû à ce glissement dans le plan Otz entre deux plans parallèles à Ost et espacés de dz 2  g Vy   h dF  h 2  cos ϕ est tel que τ .ds vaut Ix alors F = ∫ h/2 s σ .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A9.t   h   h 2 h 2  cos ϕ figure. Création de la feuille de calcul de contreventement A9. f l’angle (Gy . Vy provoque un moment de flexion Mx autour de Gx.  dz t Ix   2     58 . perpendiculaire au plan de la  Vy . et de cette façon. les efforts résistants du voile peuvent également être réduits en C en une force et un moment s’opposant à l’action extérieure. soit en B. mais sans translation On peut donc toujours décomposer une action extérieure en une force F et un moment M appliqués au centre de torsion C.tbh dF V y .dS =  cos ϕ  M x . Oy) et s l’abscisse le long de l’axe longitudinal du Fig. mais sans rotation • tout moment autour de ce point provoque une rotation du voile. Détermination des caractéristiques d’un voile composé : Hypothèses fondamentales : Le centre de torsion C est le point tel que : • toute force passant par ce point provoque une translation du voile. qui donne une contrainte de flexion M x . G le centre de gravité du voile composé. Considérons un voile rectangulaire et un effort Vy parallèle à Gy. vaut g = = .1.b − s  −  − s 2   4  2 .1: Elément d'un voile composé rectangle orienté vers le rectangle suivant. A9.

ds =   . ainsi que le moment C par rapport à G de ces mêmes efforts : • Tx = ∑ (Ti − g i −1 .ds = − ∫ g A  − s  . le cisaillement sur la facette Ost a la même valeur. ainsi que celles pour avoir les valeurs de u2 et v2. et qui provoque un moment de flexion My autour de Gy.hi ) cos ϕ i i i i avec Ti = − gi = ∑ i V y . d’où l’équation de la droite support sous la forme : Ty Ty Tx u1 x + v1 y − 1 = 0 avec u1 = et v1 = − . pour un effort tranchant Vx parallèle à Gx. Ix  2 12  Considérons à présent que ce voile est en fait la continuité d’une succession de rectangles dont on peut ramener au point A les valeurs d’efforts de glissement gA et d’entraînement TA g résultants.t  bh² h 3 cos ϕ  − B : TB = −  .ti  ai hi ² hi sin ϕi  −   Iy  2 12  V tah gi = ∑ x i i i Iy i Puis les formules pour trouver les composantes dans le repère Gxy sont identiques.hi ) sin ϕ i • • Ty = ∑ (Ti − g i −1 .t  bhs bs ²  h 2 s s 3  cos ϕ  − − −  τ . on trouve : Ti = − 3 Vx .t.t  bh² h 3 cos ϕ  − B : T = − g A h d’où finalement TB = −   − g A h .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO D’après Cauchy. on peut déterminer les composantes Tx et Ty de l’effort résultant de n rectangles. L’effort de glissement en A provoque un cisaillement dans le plan Otz égal à τ = − A t h/2 h/2 h  et donc un effort d’entraînement dans le plan Ost valant T = ∫ τ .ti  bi hi ² hi 3 cos ϕi  −   Ix  2 12  V y ti bi hi Ix C et son Tx La droite support de la résultante est définie par son ordonnée à l’origine − abscisse à l’origine − C . C C De façon analogue. soit en Ix  2 2  4 3  2 s   h/2 V y .t. d’où l’effort d’entraînement le long de l’axe Os : T = ∫ h/2 s V y . En projetant sur les deux axes Ix  2 12  globaux principaux Gx et Gy.hi ) cos ϕ i C = −∑ bi (Ti − g i −1 . soit en s s 2  V y .hi ) sin ϕ i − a i (Ti − g i −1 . 59 .

les moments par rapport à O valent M P = ∑ (I xyi .v1 − u1 . on obtient deux forces de rappel : • l’une parallèle à Ox et proportionnelle à l’inertie Iyi par rapport à Oiyi . Ses coordonnées sont données dans le repère Gxy par : xC = v1 − v 2 u 2 . comme les efforts résistant d’un voile passe par son centre de torsion. chacune des deux composantes. i. et de cette façon. et ainsi l’abscisse et l’ordonnée à 60 . Intégration du voile dans la feuille de répartition des efforts sismiques : Hypothèses fondamentales : Le centre de torsion C est le point tel que : • toute force passant par ce point provoque une translation du plancher et donc des éléments de contreventement. u 2 . les composantes des vecteurs valent ( Px = ∑ I yi .v1 − u1 . Dans le repère Oxy = (O. Dans le repère Oxy de référence.2. y0i ) . on obtient les résultantes P et Q des forces. Py = ∑ I xyi ) et ( Qx = ∑ I xyi . le point de concours des deux droites précédentes représente alors le centre de torsion C. ne produit aucun moment de torsion. • l’autre perpendiculaire à Ox et proportionnelle à l’inertie composée Ixyi. j ) .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Finalement.x0i − I xyi . nous pouvons remplacer ces forces par les vecteurs inerties. Q y = ∑ I xi ). mais sans translation On peut donc toujours décomposer une action extérieure en une force F et un moment M appliqués au centre de torsion C. Idem pour une translation parallèlement à Oy.x0i − I yi . Le point d’intersection de ces résultantes définit le centre de torsion C. mais sans rotation • tout moment autour de ce point provoque une rotation du plancher et donc des éléments de contreventement. Etude de la translation sur un voile : Pour toute translation du voile i parallèlement à Ox. en interchangeant les indices x et y. Or. les inerties sont obtenues à partir des inerties principales I’x et I’y des voiles par les relations : • I xi = I 'xi cos ²θi + I ' yi sin ²θi • • I yi = I ' xi sin ²θ i + I ' yi cos ²θ i I xyi = ( I ' xi − I ' yi ) cos θ i sin θ i Comme toutes les forces de rappel sont proportionnelles aux inerties. A9.v 2 Ainsi. les efforts résistants des éléments de contreventement peuvent également être réduits en C en une force et un moment s’opposant à l’action extérieure. et Vy parallèle à Gy.v 2 et yC = u 2 − u1 . y 0i ) et M Q = ∑ (I xi . et donc des inerties : P = ∑ I yi i + ∑ I xyi j et Q = ∑ I xyi i + ∑ I xi j . tout effort passant par C peut se décomposer en Vx parallèle à Gx. passant par C.

HX [IYi cosϕi − I XYi sin ϕi ] + HY [I XYi cosϕi − I Xi sin ϕi ] suivant Oix’i • F ' xi = ∑ IYi ∑ I Xi • F ' yi = HY [I Xi cosϕi + I XYi sin ϕi ] + H X [I XYi cosϕi + IYi sin ϕi ] suivant Oiy’i ∑ I Xi ∑ IYi Etude de la rotation due au moment M=H. on obtient la répartition suivante dans les voiles : I Xi • HY parallèlement à CY I Xi ∑ • HY ∑ I Xi I XYi parallèlement à CX Dans le repère local de chaque voile on aura en fin de compte.e : Les efforts R’xi et R’yi dus à la rotation et repris dans chaque voile sont proportionnels à : • leurs inerties principales I’xi et I’yi .rxi + R' yi . = −∑ I xyi cos 2δ et finalement tan 2δ = − 2 ∑ (I ' xi − I ' yi )cos 2θ i Pour un effort HY parallèle à CY.I ' yi R'xi = K .ryi ) = K . dirigés suivant ses axes principaux d’inertie Ox’iy’i.rxi .α . Soit CXY le repère global principal des voiles du niveau. Py Qy Px Qx xC = (y P − yQ )  y P yQ    − x xQ   P  et yC = (x P − xQ )  xP xQ   −  y   P yQ  .I ' yi M .RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO l’origine des droites supports valent ( x P = D’où les coordonnées de C : MQ MQ MP M .α = Efforts finaux dans les voiles : Les efforts dans chaque voile i.I ' xi R'xi = et R' yi = J J K .rxi . l’angle d est tel que ∑ I XYi = 0 = ∑ (I xi − I yi )sin δ cos δ + I xyi (cos ²δ − sin ²δ ) . soit : ∑ (I xi − I yi ) sin 2δ ∑ (I ' xi − I ' yi )sin 2θ i .ryi . CX). • leur distance au centre de torsion C pour une même rotation d’angle a. yQ = − ).I ' xi et Le coefficient K de proportionnalité est obtenu en écrivant l’équilibre des moments des forces par rapport au centre de torsion C : M = H .I ' xi ) J M . y P = − P ) et ( xQ = .I ' yi + r ² yi. R' yi = K .ryi .α .I ' yi + r ² yi.∑ (r ² xi.e = ∑ (R'xi . on appelle d l’angle (Ox . Par définition. avec ϕ = θ + δ désignant l’angle du repère local principal du voile i par rapport au repère global principal de l’étage.I 'xi ) d’où d’où M avec J = ∑ (r ² xi.α . valent : H ' yi = F ' yi + R' yi H 'xi = F 'xi + R'xi et 61 .

20 182.m.99% -2.1 : Configuration des voiles pour l'exemple 1 centre de torsion de l’étage.70 22.97% -2. De ce fait.80 My Ty 30.00 Tx V1 V2 V3 V4 TOTAL EPICENTRE My Ty 188.70 7.3. V4 V2 V1 Les axes principaux des voiles sont affichés en rouge en leur centre de torsion.70 63.20 Séisme suivant Oy Ecart sur Tx Ecart Ecart sur Ty sur Mx -1.40 Séisme suivant Oy Tx V1 V2 V3 V4 TOTAL 22.40 EXCEL Mx Séisme suivant Ox xc = 10.00 Mx 250.80 7. et leur centre de gravité est en vert.90 242.96% -1.10 5.96% Ecart sur My Ecart sur Ty Ecart sur Mx Ty 29.92% -1. La configuration étant symétrique.60 29.20 59.10 61.1 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre On remarque que les écarts entre les valeurs sont très faibles.60 0.70 495. le centre de gravité des planchers et le centre de torsion des voiles est confondu.10 0.95% -2.20 63.70 4.90 4.30 65.10 65.80 Tx V1 V2 V3 V4 TOTAL My 182. A9. Les valeurs des efforts en pied de voiles sont données en t ou en t.70 7.70 61.00 yc = 5.10 250. orientés suivant les axes des façades du bâtiment : V1 V2 V3 V4 TOTAL Tx 22.99% -2.3. Comparaison des résultats avec Epicentre : Exemple 1 d’une configuration symétrique – sans torsion : La configuration des voiles est la suivante : L’exemple choisi est un bâtiment rectangulaire de 20m de long pour 10m de large sur 3 niveaux de 3m.80 My Ty Mx Séisme suivant Ox Ecart Ecart sur Tx sur My -2.10 5.5 m/s2 – Site S2 – q = 3.98% Tab. V3 En violet nous avons les axes principaux du bâtiment au Fig.92% -1.60 0.50 60.00 – ξ = 4% – t = 1. A9.20 7.60 30.10 188.80 22.3. Les données sismiques sont : aN = 2.70 491.50 0.20% -2.28% -2.30 506.10 510.28% -2.96% -1. aucune torsion ne peut se produire.20 Mx 242.97% -1.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO A9. 62 .

20 31.60 0.00 3.20 258.00 109. orientés suivant les axes des façades du bâtiment : V1 V2 V3 V4 V5 TOTAL Tx 6.9 28.6 43.80 Tx V1 V2 V3 V4 V5 TOTAL 6.3 13.52 yc = 7.47% Séisme -26.00 38.06% 0.5 30.10 4.00 Mx 169.00 yg = 5.56% 4.00 36.60 My Ty 42.00 0.7 247.70 0.8 3.00 0.3 EPICENTRE My Ty 51.50 23.00 xg = 10.10 0.00 271.5 m/s2 – Site S2 – q = 3. et leur centre de gravité est en vert.29% Ecart sur Mx -18.30 17.92% -7.23% -4.22% 8.80 Ty 20.53% -23.00 0.5 3.50 My 32. Les données sismiques sont : aN = 2.60% 6. Les axes principaux des voiles sont affichés en rouge en leur centre de torsion.60 0.30 EXCEL My 53.74% xg = 10.77% 16.00 0.10 0.90 Tx 345. En violet nous avons les axes principaux du bâtiment au centre de torsion de l’étage.1 5.30 22.00 yg = 5.70% -23.14% -3.60 349. A9.1 359.20 19.7 44.1 1.2 32.80 347.90 4.90 33.69% xc = 5.9 24.1 Séisme suivant Ox xc = 5. V3 V5 Fig.60 0.00 162.8 Mx 139.22% suivant 12.00 20.99% Oy -2.14% suivant -15.3 237.m.6 16.5 107.90 Ecart sur Ecart sur Ecart sur Ecart sur Tx My Ty Mx -24.74% -29.20 Tx 5.00 – ξ = 4% – t = 1.40 32.52 yc = 7.60 Mx 155.64% -25.70 203. l’écart entre le centre de gravité du plancher et le centre de torsion des voiles va créer un moment de torsion.0 16.22% -11.00 0.01% -0.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO Exemple 2 d’une configuration non symétrique – avec torsion : La configuration des voiles est la suivante : V2 V4 V1 L’exemple choisi est un bâtiment rectangulaire de 20m de long pour 10m de large sur 3 niveaux de 3m.00 0.60 160.70 Mx 113.68% -32.00 0.7 138.00 13.2 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre 63 .00 V1 V2 V3 V4 V5 TOTAL Séisme suivant Oy 41.90 264.69% 2.7 30.80 19.1 Ty 13.3.00 32. A9. Les valeurs des efforts en pied de voiles sont données en t ou en t.75% -24.60 0.69% -14.3.2 : Configuration des voiles pour l'exemple 2 Dans cet exemple.99% -0.70 0.13% -12.92% Tab.00 V1 V2 V3 V4 V5 TOTAL 4.10 43.05% Ox -3.00 43.30 184.90 0.00 -1.1 Ecart sur Ecart sur Ecart sur Tx My Ty 1.69% -4.77% Séisme -6.68% -19.00 2.

84% Mx Ecart sur Ecart sur Ty Mx 0.18 V1 V2 V3 V4 V5 TOTAL EXCEL Tx V1 V2 V3 V4 V5 TOTAL 7.14% -1.50 431.31 My 63.01 0.00 0.51 289.00 53.00 6.70 35. 64 .99 431.46 Ty 24.00 49. et l’inverse pour un séisme Oy.64 0.74% 2.18 0.97 6.00 -9.99 38.00 0.04 EPICENTRE My Ty 64.98 34.38 Mx 197. mais restent correct dans la globalité.3.98 0.13 53.00 0.14 24.73% -3.16 53.46 313.03% -2.10% -12. Mais les valeurs qui seront pris en compte pour le calcul seront les valeurs issues de la combinaison de Newmark : Tx 7. Nous pouvons donc affirmer que la feuille donne des ordres de grandeurs satisfaisant pour les efforts simiques.00 195.05 38. sauf peut-être pour le V3. Dans notre exemple.24 Ecart sur Ecart sur Tx My 203.00 4.00 23. Les efforts donnés dans la direction perpendiculaire au séisme sont dus au fait qu’Epicentre calcule des pourcentages de translation de la masse modale (basés sur les déformées modales) dans chaque direction principale.08 0.41% 9.12% -0. il trouve 67% suivant Ox et 33% suivant Oy pour un séisme Ox.00 0. et notamment pour le V3 qui présente alors un écart de moins de 10%.90% 0.00 49.00 406.2 : Comparaison après combinaison de Newmark On remarque à présent que les écarts se sont plus ou moins réduits.79 0.06% -9.14 6.00 24.98% 0.00 0.47 0.75% 192.03 -3.17 52.03% -4.74 427.00 0.00 -7. Nous avons calé la feuille pour obtenir les mêmes pourcentages afin de pouvoir comparer les résultats.04% Tab.43 4. A9.63% -0.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO On remarque que les écarts sont acceptables pour les valeurs les plus élevées (en bleu) des efforts simiques.63 0.83% -7.

Même si le travail effectué lors de ce PFE n'a pas. Il m’a également permis de comprendre plusieurs facettes du métier d’ingénieur en bureau d’études. Ce projet a été d'autant plus enrichissant qu'il a contribué à répondre à certaines attentes de l'entreprise. répondu à toutes les questions que nous nous sommes posés. 65 . Or. Le PS92. et en particulier la capacité à émettre un regard critique et à essayer d’aller dans le détail quand les choses ne sont pas claires. du règlement parasismique et de son application. dans l'absolu.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO CONCLUSION Ce Projet de Fin d’Etudes a été l’occasion d’appréhender la complexité du domaine sismique. il nous a néanmoins permis de nous ouvrir de nouvelles perspectives d'études et d'engager des échanges avec d'autres ingénieurs de bureaux d'études ou des bureaux de contrôle. C'est peut-être par la mise en commun des connaissances et des expériences que l'on arrivera à avancer. il existe de nombreuses incertitudes et de nombreux points qui ne sont pas détaillés par les règlements et qui pourtant peuvent s’avérer importants dans une étude. en l’occurrence. notamment par la découverte des multiples notions mises en jeu. ne donne qu’une ligne de conduite pour amener à un niveau de sécurité acceptable pour les personnes et les biens.

A7.2: Aciers de glissement A' (Nanobio) Fig.1: Extrait du tableau 11 du PS92 (Nanobio) Tab. III.3. : Effets du shear lag sur la distribution des contraintes (Contreventement) Fig. A4. II. A9. I. A5.2. A3.2. A9. A5. III.1 : Voile plein équivalent (Contreventement) Fig.3 : Analyse modale du modèle avec ISS Tab. A5.3.2.1. I.2 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre Tab.3 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc est (Nanobio) Fig.3 : Largeur effective b (Contreventement) Fig.2 : Feuille de calcul Excel de ferraillage d’un voile de contreventement à l’effort tranchant (Nanobio) Tab. II.1 : Noyau sous chargement latéral (Contreventement) Fig.3 : Comparaison après combinaison de Newmark (Contreventement) (Contreventement) (Contreventement) (Contreventement) (Contreventement) (Contreventement) 66 .1 : Analyse modale du modèle encastré Tab.2.3.3: Déformée d'une console encastrée (Contreventement) Fig. III.3.1 : Cartographies des contraintes normales et coupes en pied de voile sous Robot (Contreventement) Fig. I.2. A9.1 : Configuration des voiles pour l'exemple 1 Fig. A9.2.3.0 : Torseur dans un voile de contreventement (Nanobio) Fig. I.4 : Efforts sismiques du modèle avec ISS (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) (Annemasse) Fig.1: Principe de ferraillage d'un voile de contreventement (Nanobio) Fig. A3.3.3 : Comparaison des moments sismiques (en t. II. III. A4.3.2.2: Modélisation des fondations par des ressorts répartis Tab.m) Fig.1 : Calcul des aciers de flexion (Nanobio) Fig.3.2.2.1 : Coefficients de transmittance d’après Deleuze Tab. A9.2 : Vue 3D sous Arche Fig.2. I.2.1 : Concept de largeur effective (Contreventement) Fig.2 : Différents type de voiles composés (Contreventement) Fig.2 : Configuration des voiles pour l'exemple 2 Tab.1 : Plan architecte d’un étage courant Fig. II. A6. III.2 : Tableau 12 du PS92 (Nanobio) Fig. A3. III. III.1: Frottement latéral et effort de pointe mobilisable (Nanobio) Tab.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX Tab.3.3.2 : Efforts sismiques du modèle encastré Tab.3.1 : Comparaison des efforts tranchant sismiques (en t) Tab.3.1 : Comparaison des résultats de la feuille avec Epicentre Tab. A9.1 : Capacité portante des pieux aux différents états limites (Nanobio) Tab. A6.3 : Numérotation des voiles Tab. III.2.3.2 : Comparaison des efforts normaux sismiques (en t) Tab.2.3.1.2.3.1.1: Elément d'un voile composé Fig. A4. A7. A7.1.2 : Tableau récapitulatif des efforts sur les pieux du bloc ouest (Nanobio) Tab.

G. 1996 ISBN : 2-85978-290-7 Formulaire du Béton Armé Tome II. ingénieur civil Ponts et Chaussées [7] 67 .11180. Béranger. concepteur M. HENIN. Ed. S.6 Conception et calcul des structures de bâtiment.RASOLONDRAMANITRA Jonathan GC5 CO BIBLIOGRAPHIE [1] Règles PS 92 (DTU NF P06-013) : Règles de construction parasismique [2] La construction en zone sismique. Le Moniteur. THONIER. Presses de l'ENPC. DELEUZE. Annales ITBTP n°234. Tome IV.logiciel-epicentre. 1997 ISBN : 2. DAVIDOVICI.com.281. DAVIDOVICI. Ed. 1999 ISBN : 2. Librairie Polytechnique Ch. V.281. 1948 Références secondaires : [6] Réponse à un mouvement sismique d’un édifice posé sur un sol élastique.X [3] [4] [5] Théorie de l’élasticité. juin 1967 www. H.11175. TIMOSHENKO. Le Moniteur. V.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful