Vous êtes sur la page 1sur 33

1

COMPTABILITÉ DE GESTION
Préambule :
Le présent document contient l’essentiel des cours et exercices dispensés dans le cadre de ce module. Il y a de nombreux blancs à compléter, qui ont pour objectif de vous « forcer » à consulter le site Moodle et à assister aux séances en Auditorium. Cette consultation régulière est obligatoire, et les blancs devront donc être complétés avant la séance de TD correspondante. Le site moodle renvoie également à certains modules de la plate-forme crossknowledge (consultation vivement recommandée). Seul un travail individuel régulier sera à même de garantir la bonne compréhension des concepts et méthodes présentés. Les informations en ligne sont par ailleurs bien plus riches et complètes que le polycop de cours. Au sein de chaque groupe aura lieu au moins un "contrôle surprise" en séance. Bon travail.

Programme de travail :
N° de SÉANCES chapitre I Introduction Auditorium n° 1 (31/01/07) II III IV V V Le compte résultat par fonction TD n° 1 (semaine 6) Le traitement des stocks TD n° 2 (semaine 7) Le calcul des coûts en industrie TD n° 3 (semaine 9) Le traitement des charges indirectes et le coût complet TD n°4 (semaine 11) Le coût complet (suite & fin) TD n° 5 (semaine 13) Introduction au cas Pacity Auditorium n° 2 (11/04/07) Les coûts partiels TD n° 6 (semaine 16) Cas Pacity TD n° 7 (semaine 17) Révisions TD n° 8 (semaine 19) À préparer AVANT la séance N.S. Exercices 1 & 2 Exercices 4 à 8 inclus Exercices 10 & 11 Définitions et schémas Exercices n° 14 à 17 N.S. Exercice 18 Cas Pacity, question 1 Travail du cas, questions 2 & suiv. Rendu du cas. Programme de la séance Collecte du poly. Raisons d’être, vocabulaire, typologies. Corrigés 1 & 2 n° 3 - Jingle Lairmit en option. Corrigés 4 à 8. N° 9. N° 21 (a & b) en option. Corrigés 10 & 11. N° 12 + n° 23 (1) en option. Exercice n° 13. N° 20 en option. Corrigé des exercices 14 à 17. N° 21 (b &c) en option. Coûts variables, contributions, imputation rationnelle des charges fixes. Distribution du cas. Corrigé n° 18. N° 19 + n° 23 (fin) en option. Travail de groupe Révisions, n° 24 + options inachevées.

VI VII

Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb

2

I) INTRODUCTION 1. RAISONS D'ÊTRE DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION Alors que la comptabilité générale (ou financière) s'est constituée autour d'obligations d'information de tiers (marchés financiers, état, prêteurs…), la comptabilité de gestion a des préoccupations essentiellement internes. Elle est issue des premières tentatives de rationalisation dans l'industrie (Taylor), d'où son nom d'alors : la comptabilité industrielle. On parlera à partir de 1946 de comptabilité analytique, ce qui renvoie au potentiel de décomposition et d'analyse des résultats en interne, potentiel quasiment absent en comptabilité "générale". On parle aujourd’hui plus souvent de comptabilité de gestion, ce qui a le mérite de correspondre à l'appellation anglo-saxonne (management ou managerial accounting). L'on peut résumer ainsi ses fonctions principales : 1.

2.

3.

Pour atteindre ses objectifs, la comptabilité de gestion va évidemment s'appuyer sur l'information comptable disponible dans toute entreprise. Le travail du comptable (ou / et du contrôleur) de gestion consiste souvent à retraiter des données qui existent par ailleurs dans les bases comptables de l'entreprise : coûts des matières premières, coûts de la main d'œuvre, amortissements… D'une certaine manière cela consiste à transformer des charges en coûts. Mais on lui en demande parfois davantage, notamment de mesurer des coûts qui ne sont pas traduits par la comptabilité financière (coûts de l'absentéisme, du stockage…), d'établir des estimations ponctuelles pour faire des devis, ou encore d'évaluer des actifs à leur "juste valeur" (production immobilisée, brevets…).

VOIR TYPOLOGIE DES COÛTS

Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb

3

2. NOTIONS DE BASE a) Charges, coûts et marges Un certain nombre de concepts clés doivent être d'ores et déjà définis : Charge Coût

Objet de coût

Marge

b) Différences de traitement comptable Contrairement à la comptabilité financière qui s'aligne nécessairement sur des normes statutaires, comptables et fiscales, la comptabilité de gestion permet davantage de libertés du point de vue du vocabulaire et des méthodes utilisées. On ne prendra pas en compte, notamment, les mêmes charges :  Charges non incorporables

Charges supplétives

Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb

4 3. On l’appelle également coût différentiel ou additionnel. qui ne devraient donc plus interférer dans les décisions à venir. voici quelques notions Coût partiel Coût complet Qui ne prend pas en compte la totalité des Qui essaie d’englober toutes les charges charges (coût variable. marge sur coût direct etc.B. : Ces dernières notions seront approfondies en cours de contrôle de gestion 2A (Tronc Commun et cours de spécialité) Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . Les coûts irréversibles : ce sont des coûts préengagés par des décisions irréversibles. coût direct etc. • Coût marginal : il représente la variation de coût induite par la dernière unité produite. • • N.) Coût standard Coût théorique partant d’une quantité standard multipliée par un coût standard Marge nette ou résultat unitaire Différence entre le prix de vente et le coût complet Notions plus particulières : • Coût spécifique : un coût est spécifique à un objet si et seulement si il disparaît dans l'hypothèse de la disparition de l'objet. Le coût d’opportunité : c’est le coût du manque à gagner d’une occasion que l’on est contraint de rejeter. DIVERSITÉ DES NOTIONS DE COÛTS & MARGES Pour illustrer ce qui fait à la fois la richesse et la difficulté de la discipline.) d’exploitation Coût réel Coût constaté a posteriori Marge brute Différence entre le prix de vente et un coût partiel (marge sur coût variable.

commercial. administratif…) plutôt que par nature (achats. il existe un responsable de la production.5 II) LE COMPTE RÉSULTAT PAR FONCTION La présentation fonctionnelle du compte résultat privilégie une segmentation des charges par fonction (production. amortissements). Cela correspond à l'approche anglo-saxonne. salaires. mais pas un responsable des amortissements… VOIR RÉSULTAT À compléter Ventes - = - = Résultat Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . qui aligne la présentation sur les responsabilités au sein de l'entreprise : après tout.

6 Classement des charges … … par fonction . On peut se référer à ce sujet à crossknowledge (fondamentaux de finance. EXERCICES À PRÉPARER N° 1: à compléter Turnover Raw materials used Selling expenses Other conversion costs Administrative expenses Gross margin Earnings before interest and taxes N° 2 : à compléter Marge opérationnelle Coût des biens vendus Ventes Marge brute Autres coûts opérationnels 7 800 000 € 2 350 000 € 670 000 € 3 800 000 € 930 000 € Observations : 120 000 € 12 000 000 € 3 600 000 € Observations : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . Exploitation Ex : . Administratif Ex : … par nature . Exceptionnel Ex : N. Production Ex : . : dans ce cours nous ne traiterons quasiment que le résultat d'exploitation ou résultat opérationnel. chapitre 10) pour une présentation du compte résultat par fonction dans une logique d'analyse financière. Commercial Ex : . Financier Ex : .B.

a) On vous demande de calculer le coût matière incorporé dans une unité de produit fini MATIÈRE A MATIÈRE B PRODUIT FINI Stock initial 1 010 25 8 560 Stock final 532 2 202 2 344 Achats 75 826 98 562 Production 5 563 Référence € € Unité À compléter : MATIÈRE A MATIÈRE B Total par unité de PF = b) Sachant que le prix de vente unitaire moyen a été de 58 €. APPROV. Voici les données récapitulant les consommations du mois de septembre 2006. CHARGES Externes Impôts & taxes Salaires & ch.3 €. 4 030 2 090 10 450 980 (1 100) 16 450 ADMIN. les produits y sont traités comme étant négatifs. S’agissant d’une matrice de charges.7 EXERCICE TRAITÉ EN SÉANCE N° 3 : L’entreprise industrielle JINGLE utilise deux matières premières A et B pour fabriquer un produit unique.* TOTAL * Les charges et produits financiers traités ici sont considérés comme ayant un caractère opérationnel. 3 245 980 6 540 1 900 12 665 TOTAL 17 045 6 590 40 260 38 980 955 (1 100) 102 730 Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . 6 540 2 000 16 870 34 000 59 410 DISTRIB. 3 230 1 520 6 400 2 100 955 14 205 FABRIC. c) Le tableau suivant fournit des informations supplémentaires sur la gestion de JINGLE en septembre 2006. L'unité de produit fini stockée est estimée à 44. Amortissement s Financières* Prodts financ. calculez le chiffre d’affaires du mois de septembre 2006.

Amortissements Ch. mois de septembre 2006 – En compte. Stock initial Stock final Coût de production des pdts vendus MARGE / COÛT PCTION Frais hors production Montants Résultat opérationnel Observations : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . Financières Résultat (si bénéfice) TOTAL Observations : Résultat (si perte) TOTAL Production vendue Production stockée Pr. septembre 2006 – En liste.8 Compte résultat JINGLE. externes Impôts & taxes Salaires & ch. par fonction Éléments VENTES Matières premières consommées Frais d'approvisionnement TOTAL CONSOMMATIONS Salaires de fabrication Autres frais de fabrication Coût de production des pdts fab. financiers Compte résultat JINGLE. soc. par nature CHARGES PRODUITS Consommations MP Ch.

et on en déduira un stock final théorique. Cela est vrai aussi chez un distributeur. mais dans une moindre mesure car celui-ci ne possèdera que des stocks de marchandises. Dès lors. • Achats du 10 janvier : 7 500 kg à 68 500 €. Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . VOIR STOCKS À compléter : • Stocks achetés : • Stocks produits : NOTA BENE : une analyse de côuts ne se fait que rarement sur un exercice comptable complet. Ce chapitre a pour but de vous familiariser avec cette logique dans le cadre du calcul du résultat.9 III) LE TRAITEMENT DES STOCKS Dans une entreprise industrielle. la détermination du résultat ne peut s'envisager sans tenir compte des effets de stockage (ou de déstockage). Méthodes classiques en cas de biens fongibles : • FIFO = • • LIFO = CMUP = Exemple de la chocolaterie Sachurd ( à compléter) : Données relatives à la poudre de cacao : • Stock au 1er janvier : 15 000 kg valorisés à 120 000 €. ainsi que le stock au 31 janvier. qui possède différents types de stocks. • Achats du 27 janvier : 20 000 kg à 160 000 €. on ne dispose pas toujours d’un inventaire physique qui décompte les stocks réels. • Stock au 31 janvier : 13 000 kg. Des inventaires permanents nous aideront à estimer des consommations : soit on disposera du stock final et on en déduira les consommations réelles. Nous allons ici valoriser les consommations de poudre de cacao du mois de janvier. soit on disposera d’une estimation des consommations.

10 FIFO Quantités St.final TOTAUX Quantités Coûts unitaires Valeurs Coûts unitaires Valeurs Sorties St.final TOTAUX Quantités Coûts unitaires Valeurs EXERCICES À PRÉPARER N° 4 : Complétez (il s’agit de matières premières) Achats du mois m Stock au 01 / m Frais d’approvisionnement en m Stock au 31 / m Consommations de matières premières en m N° 5 : Complétez (il s’agit de produits finis) Ventes du mois m Stock au 01 / m Stock au 31 / m Productions du mois m Coût de production de la période CMUP Coût de production des produits vendus Observations : 34 000 € 5 600 € 1 020 € 40 000 € 450 unités 400 € 25 unités 470 unités 25 725 € Observations : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . initial Entrées TOTAUX Commentaires : Coûts unitaires Valeurs Sorties St. initial Entrées TOTAUX CMUP Quantités St.

Quantités Coûts Valeurs Quantités Coûts Valeurs unitaires unitaires St.5 N° 7 : À votre avis. initial Productions TOTAUX 4561 2. qu’appelle-t-on une « différence d’inventaire » ? N° 8 : Citez un exemple concret d’inventaire permanent des stocks. Voici le compte de stocks de produits finis (inventaire permanent) du mois de septembre 2005.11 N° 6 L’entreprise GENEX fabrique des composants électroniques pour diverses industries.5 2. Complétez ce document en utilisant la méthode du coût moyen pondéré.4 Ventes St. concernant la référence GX220. Quelle en est la principale utilité ? Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .final TOTAUX 100 14 477.

. Cost of sales 150 Ending Inventory *: which supposes there is a means of keeping track of the purchase cost (machine readable code line. we can simulate four different inventory costing methods: Specific identification.) • • Average Cost method Cost of sales Ending Inventory • FIFO method Cost of sales Ending Inventory • LIFO method Cost of sales Ending Inventory 150 150 150 Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .. Afterwards. registration numbers. Let us assume the following for a year: Events Inventory. an electronic component named Onetel. June 1 Purchased. let us complete this table with missing data. among lot of other goods.12 EXERCICE TRAITÉ EN SÉANCE N° 9 : A merchandising company sells. October 1 Goods available for sale Goods sold during the year Ending Inventory Units 100 60 80 150 Unit Cost $8 9 10 Total Cost $ 800 540 800 - At first. January 1 Purchased. assuming that the merchant selected for sale 90 units from initial inventory plus 60 units purchased in June*.

la problématique des coûts (et donc des marges) est particulièrement importante. puisqu'on a souvent de la recherche & développement. Les types de coûts sont nombreux. Les deux chapitres qui suivent ont pour but de vous présenter. l'analyse des coûts en industrie est souvent compliquée. mais aussi des coûts d'approvisionnement et de distribution qui peuvent s'avérer importants. diverses méthodes de calcul des coûts en industrie. dans des contextes simples.13 IV) LE CALCUL DES COÛTS EN INDUSTRIE En industrie. surtout lorsqu'il y a plusieurs types de produits et plusieurs modes de production et / ou de distribution. La maîtrise des coûts est un facteur clé de succès dans la compétition que se livrent les firmes industrielles. sans compter les incontournables coûts de fabrication… Outre la question des stocks déjà traitée plus haut. VOIR INDUSTRIE À compléter • Caractéristiques d’une activité industrielle : • Schéma d’ensemble : le calcul du coût de revient en industrie Inventaire des MP SI HA SF Inventaire des PF SI SF + Autres frais de production = + Coûts hors production = COÛT DE REVIENT Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . Les systèmes d'information d'aujourd'hui permettent cependant d'automatiser ce processus de calcul.

Raw materials used: 25 000 kg. and therefore is reporting monthly some accounting statements. Manufacturing overhead: 45 000 €. Ragamuffin produces a single product. During January 2007. It's a branch of a big American food and beverage company. Freight expenses on purchases: 16 000 €. France.14 Typologie des coûts industriels (rappel) : Coûts de production Coûts hors production EXERCICES À PRÉPARER N°10 : Complétez Achats de matières premières Stock initial de matières premières Stock final de matières premières Consommations de matières premières Autres frais de fabrication Coût de production de la période Stock initial de produits finis Stock final de produits finis Coût de production des produits vendus Observations : 134 700 € 100 000 € 1 500 200 € 4 670 800 € 29 000 € 5 200 000 € N° 11 : RAGAMUFFIN is a manufacturing firm in Grenoble. Compute the cost of goods manufactured during January 2007. * Information provided by balance sheet on December 31. Raw materials beginning inventories: 15 000 kg for 64 500 €. which is packaged in boxes. 2006. computed with FIFO method. Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . the only production costs were: Raw materials purchases: 20 000 kg for 80 000 €.* Manpower: 150 000 €.

computed with FIFO method.15 EXERCICE TRAITÉ EN SÉANCE N° 12 : Here you get other information about Ragamuffin’s activity during January 2007: Selling expenses: 35 000 €. 2006. Turnover: 120 000 boxes X 4 € / box = 480 000 €. Present a synthetic reporting frame which could be sent to the American headquarters.* * Information provided by balance sheet at December 31. Finished products beginning inventories: 22 000 boxes for 77 000 €. Produced volume: 100 000 boxes. Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .

On y trouvera également des éléments de vocabulaire. Ce chapitre donne quelques pistes quant aux modalités de répartition de ces charges indirectes… Sachant qu'il n'y a pas de méthode universelle en la matière. un investissement…).16 V) LE TRAITEMENT DES CHARGES INDIRECTES ET LE COÛT COMPLET Si l'on veut estimer le coût complet généré par une opération quelconque (un chantier. mais aussi des charges dites "indirectes". un produit. non seulement les charges clairement spécifiques à cette opération. il convient de prendre en compte. y compris la notion typiquement française de coût de revient. VOIR COÛT COMPLET Quelques définitions utiles : • Charges directes • Charges indirectes • Centre d’analyse / section (notion de comptabilité analytique) • Centre de responsabilité (notion de contrôle de gestion) • Clé de répartition : • Unité d'œuvre : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .

le coût de revient n’a d’autre vocation que le calcul du résultat analytique. clients.) = Remarques : Il y a des charges indirectes à tous les étages du coût de revient. Schéma à compléter : cheminement des charges vers les coûts (méthode des sections homogènes) S E C T I O N S Observations : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb OBJETS DE COÛTS (produits. etc. Alors que le coût d’achat et le coût de production servent à valoriser les stocks. chantiers…) .17 • Processus: • Activité : • Du prix d’achat au coût de revient PRIX D’ACHAT + Frais accessoires = Stocks MP Stocks PF Résultat + Frais de fabrication = + Frais de distribution (+ adm.

Produit Y. le coût minute est une méthode monocritère qui fonctionne avec une seule unité d'œuvre. de prod.5’ Calcul du coût unitaire complet de production Coût matière Coût minute Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . imaginons trois activités dans lesquelles la section Ressources Humaines est impliquée de façon significative… (à compléter) COÛTS INDIRECTS SECTION R. 4. Un exemple (à compléter) : Coût matière Coûts indirects Temps utile de production Temps unit.22 € 600 000 € 16 000 h. Dans la pratique. où l'on considérera que le coût de production d'un modèle est égal à son coût matière + un coût minute proportionnel à son temps de production. Chantier Z…) Les coûts des activités sont imputés à leur objet en fonction de la consommation d’inducteurs de ces derniers (par exemple : un chantier qui nécessite beaucoup de recrutements se verra imputer une part significative du coût de cette activité).H. Il est utilisé dans des industries très automatisées. 2.18 • La méthode ABC La méthode ABC (Activity Based Costing) est l'objet d'une abondante littérature et a sérieusement influencé les pratiques des entreprises à partir de la fin des années quatre-vingt. qui est le temps de production. La notion d'activité est privilégiée à la notion de section. elle induit généralement une diversification des unités d'œuvre (on parle d'ailleurs d'inducteurs de coût). comme le textile. OBJETS DE COÛTS (Client X. ce qui en fait une méthode plus transversale. • Le coût minute À l'inverse d'ABC. À titre d'exemple.

Les lignes salaires et amortissements sont renseignées par le système comptable qui localise les effectifs et les équipements dans les sections. APPRO. 30 % 30 % 40 % 24 % 20 % 16 % 40 % COMP. COMPTA. d’où le tableau suivant (à compléter) : ADMIN.P à reporter ADMIN. ATELIER DISTRIB. ∑ R.19 COÛT COMPLET EXERCICES À TRAITER EN SÉANCE N° 13 La société industrielle iséroise d’électronique (SINISEL) fabrique deux gammes de produits : des onduleurs et des alternateurs. et 4 postes comptables concernant des coûts indirects. Les totaux des sections auxiliaires seront ainsi ramenés à zéro. Chaque trimestre. un comparatif de coût complet est effectué entre ces deux productions. Nous allons procéder à ce travail pour le dernier trimestre 2006. 20 % 20 % 15 % 30 % 15 % Ch. ÉTAPE 3 : répartition secondaire La répartition secondaire consiste à déverser les coûts indirects des sections auxiliaires dans les sections principales.B. À compléter ADMIN. TOTAUX 0 0 Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . ATELIER DISTRIB. Pour simplifier. COMP. APPRO. : ces clés de répartition sont des estimations des consommations des sections fournies par le contrôle de gestion. Externes 100 000 € 5% 5% 30 % 50 % 10 % Impôts & taxes 32 000 € Salaires 20 000 17 000 2 000 9 000 6 000 54 000 € Amortissements 3 500 5 000 20 000 6 500 35 000 € TOTAUX N. chaque gamme a été ramenée à un " produit moyen " : OND et ALT. ÉTAPE 1 : calcul du coût direct unitaire OND ALT Matières 105 78 MOD 54 62 Machines 35 35 TOTAL 194 175 ÉTAPE 2 : affectation des coûts indirects aux sections (répartition primaire) Il y a 5 sections dans cette usine.

20 N. On considère ici que la section Comptabilité est occupée à hauteur de 40 % par les approvisionnements. ÉTAPE 4 : le coût des unités d’œuvre À compléter Sections APPRO.B. : ces clés de répartition évaluent la sollicitation des sections auxiliaires par les principales.O. Tonne achetée Nombre d'U. N.5 ATELIER Heure de M.B. 12 500 DISTRIB. ÉTAPE 5 : coût complet unitaire de OND et ALT À compléter OND Tonnes MP achetées 1 749. ∑ des coûts indirects (à reporter) Nature de l'U. Livraison 40 Coût d'une U. Coûts indirects section atelier Coûts indirects section distribution Total coûts indirects (221 000€) COÛT INDIRECT UNITAIRE Coût direct unitaire (rappel étape 1) COÛT COMPLET 5 937 28 1 960 ALT 3 499 6 563 12 1 165 194 175 Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . : la nature de l'unité d'œuvre est déterminée par le contrôle de gestion. 5 248. et représente en principe le facteur significatif de la consommation des sections.O.O.5 Heures MO consommées Livraisons Quantités produites & vendues Coûts indirects section approvis.O.

o. de vente 25 000 Quantités vendues 200 700 1 800 2 700 Répartition b Chiffre d’affaires Coût total Marge nette Commentaires : 60 000 50 000 80 000 190 000 60 000 50 000 80 000 190 000 N° 15 : Coûts indirects de la section Nombre d’unités d’œuvre Coût de l’unité d’œuvre 1 235 u. 7. Répartition (a) des frais commerciaux au prorata des quantités vendues (à compléter) Gammes ∑ A B C Prix d’achat total 40 000 35 000 60 000 135 000 + Répartition (10 %) Fr. Pour ce faire. il décide de simuler deux options différentes de répartition des frais indirects de vente. ind. de vente 25 000 Quantités vendues 200 700 1 800 2 700 Répartition a Chiffre d’affaires Coût total Résultat d’exploitation Répartition (b) des frais commerciaux au prorata du chiffre d'affaires (à compléter) Gammes ∑ A B C Prix d’achat total (répartition incluse) 44 000 38 500 66 000 148 500 Fr. 25 € Observations : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .21 EXERCICES À PRÉPARER N° 14 : Un gestionnaire d'entreprise commerciale se pose la question du coût complet de ses trois gammes de produits. ind.

Total des charges indirectes Coût de production complet unitaire 0. prem.95 € 1 000 h 45 000 10 000 4.22 N° 16 – À traduire Overheads Cost driver Batch Direct material cost Set-up activities N° 17 : Coût minute Heures de production utiles Consommation de matières premières (kg) Quantités produites (unités) Coût d’achat d’un kg de mat.2 € Observations : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .

Les gestionnaires considèrent que les trois gammes ont une consommation de charges de structure identique. Elle utilise le coût complet pour déterminer un résultat analytique par gamme. n'est pas un indicateur pratique pour effectuer des simulations. La marge sur coût variable (Chiffre d’affaires – coûts variables) sera ainsi considérée comme la contribution du produit à la couverture des charges fixes. Au départ. Une autre distinction s’impose alors. les données sont les suivantes (en k€) : Gammes de produits Chiffre d’affaires Charges variables Marge sur coût variable Charges fixes Résultat (à compléter) A 250 160 80 B 300 160 80 C 410 120 80 Une dérive irrésistible des frais généraux (fixes) fait passer ceux-ci de 240 à 300. qui s'appuie sur la distinction coûts directs / indirects.23 VI) LES COÛTS PARTIELS Le coût complet. En maintenant la répartition égalitaire les nouveaux résultats analytiques seront : A: B: C: Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . en matière de comportement des coûts : Charges fixes Définitions Charges variables Exemples Comme les répartitions de charges indirectes nécessitées par le calcul des coûts complets peuvent présenter des dangers pour la prise de décision. • La méthode du coût variable Petite illustration: Une entreprise industrielle fabrique trois gammes de produits : A. l’on préférera raisonner par rapport aux coûts variables et / ou directs. B et C.

CVc Schéma d’ensemble = -CFSA = CFSB = CFSc = = = SOMME DES CONTRIBUTIONS – CHARGES FIXES COMMUNES = Qu’est ce qu’une charge fixe spécifique ? • L’imputation rationnelle des charges fixes Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .CVB Segment C CAc .24 La direction décide alors de cesser la fabrication de A qui « perd de l’argent ». et l’on décide d’abandonner sa production. Qu’advient-il alors de C ? Commentaire : • La méthode des contributions Segment A CAA -CVA Segment B CAB . Voici les nouvelles performances de B et C : Gammes de produits Chiffre d’affaires Charges variables Marge sur coût variable Charges fixes Résultat (à compléter) B C À présent. B s’avère également déficitaire.

L’imputation rationnelle des charges fixes consiste à calculer celles-ci par rapport à un niveau d’activité préalablement défini comme normal.R.25 Les charges fixes sont variables à l’unité. Exemple : (à compléter) ACTIVITÉ Charges variables Charges fixes Charges totales Coûts unitaires dont : part fixe dont : part variable 800 56000 15400 71400 900 63000 15400 78400 1000 70000 15400 85400 1100 77000 15400 92400 Procédons à présent à une imputation rationnelle sur la base d’un niveau d’activité normal de 1000 unités : (à compléter). Leur prise en compte peut entraîner des distorsions dans l’analyse des coûts unitaires. Les coûts fixes sont ainsi neutralisés sur l'hypothèse d'un niveau d'activité normal. Quel est l’intérêt de cette imputation rationnelle ? • • 800 56000 900 63000 1000 70000 1100 77000 EXERCICE À PRÉPARER Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . ACTIVITÉ Charges variables Charges fixes imputées Charges totales Coûts unitaires dont : part fixe dont : part variable Différence d’I. Les coûts fixes imputés seront donc les mêmes quelles que soient les quantités. correspondant à la part fixe du coût standard du budget flexible.

Périodes Production (quantités) Coût d’achat Autres charges variables Charges fixes TOTAL Coût unitaire complet Octobre 2005 1 300 2 625 € 3 110 € 1 450 € Octobre 2006 1 125 2 250 € 2 590 € 1 450 € Peut-on conclure de ces calculs qu'il y a une baisse de la productivité ? Pourquoi ? Refaisons le même comparaison en pratiquant l'imputation rationnelle des charges fixes sur un niveau d'activité normale de 1200 unités par mois. Y et Z.R. en utilisant le critère du coût complet. Que peut-on en conclure ? Octobre 2006 EXERCICE À TRAITER EN SÉANCE N° 19 Cas LAMBDA La société LAMBDA fabrique trois produits : X.26 N° 18 Une entreprise fait une analyse de ses coûts de revient sur deux périodes différentes. Octobre 2005 Coût variable unitaire Coût fixe unitaire Coût unitaire avec I. Elle désire connaître l’évolution de sa productivité entre ces deux périodes. Voici les données concernant le mois d’octobre 2006 (en €) : Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .

27 Mois d’octobre 2006 Prix unitaire de vente Quantités vendues Charges variables unitaires Charges fixes spécifiques Charges fixes communes X 60 500 40 5000 Y 100 200 70 2000 Z 150 1600 140 15000 Total 8000 Présentons le compte résultat différentiel : X Chiffre d’affaires Charges variables Marge / coûts variables Charges fixes spécifiques Contribution Charges fixes communes Résultat opérationnel Simulons à présent ce qui se passerait si l’on cessait : • la vente de X • • • • • la vente de Y la vente de Z la vente de X et Y la vente de X et Z la vente de Y et Z Y Z Total VII) TRAVAUX ADDITIONNELS N° 20 Complétez ce tableau et commentez le choix des unités d'œuvre Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .

qui fournit le câblage et les panneaux à installer.O.A.S. est donc uniquement prestataire de services sur ces chantiers. Nbre de livraisons 520 65 122 625 625 12 N° 21 Joël NOYEUX. J. d'électronique. pers. Heures de M. 17 740 Cuisson 159 720 Séchage Contrôle Emballage Distribution Répartition primaire % répartition secondaire Gestion du personnel Gestion des moyens Prestations connexes Gestion du personnel Gestion des moyens Prestations connexes Totaux Nature de l'UO Nb d'UO Coût de l' UO 170100 14 500 49 036 8 404 15% 30% 10% 10% 15% 5% 15% 20% 30% 5% 15% 30% 5% 15% 10% 10% 10% 5% 10% 15% 20% Tonne Nbre de cuissons Heures de séchage Heures de M. s'est installé à son compte en janvier 2001. moyens 27 000 55 500 38 000 Appro. en tant qu'installateur de panneaux électriques d'affichage d'informations sur l'occupation des parkings. et son partenaire principal est la S.N. Digilec.T. Ses clients sont les municipalités de la région Rhône-Alpes. Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .28 Gestion Gestion Prestat. du des conn.O. après avoir obtenu son B.

. 24 000 €.  Frais de déplacement (dont 50% liés à l'activité de prospection) …… 18 200 €. Le temps de travail de son épouse n'est pas analysé. et est à 100 % administratif. a) Présentez un compte résultat comptable. (les charges patronales s'élèvent à 45 % du salaire brut) À l'issue du premier exercice comptable.  Charges patronales ……………………………………………………10 800 €. lui permettant ainsi d'économiser 600 € bruts / mois. qui s'occupe du secrétariat et de la comptabilité à mitemps.  Ventes municipalités ………………………………………………. 6 000 €. rémunérés 1 000€ bruts / mois chacun. de façon tout à fait indépendante de Digilec. Les frais de déplacements ne sont pas affectables précisément à un type de clientèle : il est fréquent qu'un même déplacement concerne plusieurs chantiers / clients. 2 000 € bruts / mois dans le cadre d'un emploi salarié. Noyeux vous fournit les éléments suivants. en compte . Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . Elle aide son mari et n'est pas salariée.  Amortissements du matériel de déplacement (camionnettes)…………. son entreprise se réduit à la structure suivante :  Joël Noyeux lui-même. J. Le reste de son temps est partagé entre la supervision des chantiers municipaux (50 %) et celle des autres clients (20 %).  Ventes autres………………………………………………………… 75 500 €.  Son épouse Pascale. 55 600 €. qui a le statut d'entrepreneur individuel. Pour le moment.  Stock final de fournitures (au 31 / 12 / 2001)…………………………13 000 €. J.29 Il effectue toutefois des prestations complètes de signalétique urbaine pour des clients industriels ou commerçants.  Frais administratifs ……………………………………………………17 200 €. occupés 75 % de leur temps à l'activité "municipalités".  Deux ouvriers installateurs. et qui supervise les installations . une telle fonction serait rémunérée. d'après lui. Noyeux vous apprend par ailleurs qu'il estime occuper 30 % de son temps à de la prospection commerciale pour des clients non concernés par le partenariat Digelec. provenant de sa balance comptable :  Achat de fournitures nécessaires aux installations (hors Digelec)…… 63 000 €.  Salaires des ouvriers ………………………………………………….

la décomposition du résultat analytique. supplétive) Déplac. en distinguant les deux types de clientèle. (ch. prospect.30 b) Présentez un compte résultat par fonctions.N.N. sous forme de tableau. MARGE / CD Salaire P. Éléments CA Charges directes : Consommations Salaires ouvriers Salaire J. en liste c) Présentez. (ch. supplétive) Déplacements Amortissements Administration Total indirect MARGE NETTE Différences d'incorporation Résultat d’exploitation Commentaires : Municipalités Autres Indirect TOTAL Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .

faisant apparaître. avec son aimable autorisation. Pour la période écoulée. Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .  La marge sur coût de production des produits vendus. * Cas emprunté à Daniel Chiron. les informations suivantes ont été collectées : STOCKS En-cours initial En-cours final Stock initial de produits finis Stock final de produits finis Stock initial de matières premières Stock final de matières premières CHARGES DE LA PÉRIODE Matières premières consommées Main d'œuvre directe Amortissement des ateliers Amortissement des matériels et outillages Rémunération de l'encadrement d'atelier Main d'œuvre indirecte Énergie et autres services externes de production Commissions versées aux vendeurs Rémunération de l'encadrement de distribution Frais administratifs Consommation de consommables d'atelier PRODUCTION & VENTES 100 000 bidons produits 124 000 bidons vendus € 250 000 250 000 2 400 000 1 200 000 400 000 600 000 € 1 400 000 2 000 000 300 000 100 000 600 000 400 000 120 000 160 000 400 000 240 000 80 000 € / unité ? 75 Élaborez un compte résultat fonctionnel de la période. entre autres :  Le coût d'achat des matières premières achetées durant la période .31 N° 22 La société LAIRMIT* fabrique et commercialise un produit anti-cochenilles vendu concentré en bidons de dix litres.  Le coût de production unitaire de la période .  Le coût de production des produits vendus .

pour l'hypothèse basse (-10%) et pour l'hypothèse haute (+10%). un fabricant . La structure de coût et les prix de vente resteront inchangés. Atomic…). à moyen terme. La synthèse des résultats de l'année 2006 est fournie par le tableau suivant. Tableau 1 – Résultats 2006 Indicateurs Chiffre d'Affaires Coûts variables de production Autres coûts variables Marge sur coûts variables Coûts fixes spécifiques de production Fixations 1 000 000 500 000 60 000 440 000 240 000 Chaussures 2 000 000 600 000 200 000 1 200 000 800 000 Autres coûts fixes spécifiques (R&D) 0 200 000 Les coûts administratifs de structure de MARAD se sont élevés. cette même année. à l'exception du coût de recherche développement qui sera engagé sur les fixations : 220 000 €. De présenter un tableau prévisionnel des contributions en 2007.10%). 2. Ses clients sont des donneurs d'ordre prestigieux du ski (Rossignol. Commentez. s’adressant directement au client final. De présenter le compte résultat fonctionnel 2006 de Marad. à 250 000 €. On vous demande : 1. N° 24 SEMIVAR Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb . 3. une hypothèse stable en termes de volume. et un scénario optimiste de hausse de 10%.32 N° 23 Cas MARAD La Manufacture des Ateliers Réunis des Alpes Dauphinoises fabrique deux produits : des fixations et des chaussures de ski. De prévoir quels types de charges risquent de se développer suite à la modification programmée du business model. et le gérant préfère envisager trois scénarii : une hypothèse basse (. L'objectif de Marad est en effet de devenir. Les prévisions de commandes pour 2007 sont incertaines.concepteur autonome sur ces deux produits.

Quel est le coût de la sous-activité lorsqu'elle n'en fabrique que 600 au cours d'un mois ? Propriété exclusive GEM – Bernard Gumb .D.33 Voici le budget flexible d’une entreprise industrielle qui fabrique un produit par lots de 200 : Unités Coûts Matières M. puis les charges semivariables : Sont fixes : Sont variables : Sont semi-variables : Exprimons à présent le coût de revient total C en fonction du nombre n d’unités produites : Faisons de même avec le coût de revient unitaire : Et maintenant avec le résultat (sachant que le prix de vente d’une unité est de 1200 €) : Le niveau d'activité normal de cette entreprise est de 800 unités par mois (4 lots). Production Distribution Divers 200 120000 40000 52000 14400 160000 400 240000 80000 54000 28800 160000 600 360000 120000 56000 43200 160000 800 480000 160000 58000 57600 160000 1000 600000 200000 60000 72000 160000 Distinguons tout d’abord les charges fixes.O. les charges variables.