Vous êtes sur la page 1sur 4

POLITIQUE D’APPRENTISSAGE ET D’EVALUATION

Septembre 2006

LICENCE PROFESSIONNELLE

 GESTION DE LA PRODUCTIONEN HABILLEMENT


 DÉVELOPPEMENT EN HABILLEMENT
 GESTION DE LA PRODUCTION TEXTILE
1. PRINCIPES GENERAUX

 L’étudiant est le principal responsable de sa démarche d’apprentissage; il doit


poursuivre les objectifs d’apprentissages de chacun de ses cours en participant aux
activités d’apprentissage et d ‘évaluation contenues dans le plan de cours.
 Il devra au besoin faire appel à un accompagnement suffisant pour atteindre ces
objectifs.
 L’enseignant fait un plan de cours qu’il distribue et présente au début en expliquant à
l’étudiant les objectifs à atteindre ainsi que les activités d’apprentissage et les
cheminements qu’il devra effectuer.
 Il devra également expliquer les modalités d’évaluation formative et sommative ainsi
que le poids relatif des différents critères.
 Ceci permettra à l’étudiant de s’informer sur les progrès et les difficultés qu’il connaît
à l’intérieur d’un cours et de réagir en conséquence.

2. ÉVALUATION FORMATIVE
Définition :
Processus d’évaluation diagnostique en cours de module ayant pour but d’informer
l’étudiant et l’enseignant du degré de maîtrise d’un apprentissage, en vue d’y apporter des
améliorations ou des correctifs, s’il y a lieu. Évaluation non comptabilisée au plan de
l’évaluation sommative et la majorité des examens (tests, travaux, etc.) doivent être réussis
afin d’avoir accès à l’évaluation sommative.

Cette évaluation doit permettre de vérifier l’acquisition des connaissances et le


développement d’habiletés en cours de formation.

 Elle permet à l’étudiant de connaître son cheminement face à la compétence à


développer, et permet à l’enseignant d’ajuster ses interventions pédagogiques en
conséquence.
 Fréquente, elle se situe à tout moment durant la formation, avec ou sans préavis.
 Elle permet de déterminer la pertinence et la nature de la récupération en vue d’une
aide immédiate.
 Elle doit permettre de mesurer le degré d’acquisition et d’intégration des
connaissances et des habiletés prescrites par le programme d’études, qui rendent
l’étudiant admissible à une épreuve d’évaluation sommative.
 Cette évaluation doit être consignée par l’enseignant et connue de l’étudiant.
Elle peut prendre différentes formes (fiches d’observation de travaux pratiques, test
de connaissances pratiques, etc..).
Évaluation, non comptabilisée au plan de l’évaluation sommative, dont la majorité
doit être réussie afin d’avoir accès à l’évaluation sommative.

3. EVALUATION SOMMATIVE
Définition :
Démarche d’évaluation qui consiste à porter un jugement sur l’atteinte ou non d’une
compétence, en vue d’une sanction officielle. L’expression, du résultat obtenu par l’étudiant
se traduit par un « Succès » ou un « Échec » au module.

Politique d’apprentissage et d’évaluation -2- Septembre 2006


L’évaluation sommative peut se faire à l’aide d’une épreuve de connaissances pratiques ou
par une épreuve pratique ( processus de travail ou produit obtenu) vérifiant l’atteinte de la
compétence et ce en conformité avec les critères d’évaluations spécifiés dans le
programmes.
 Cette évaluation est un jugement de maîtrise et atteste officiellement de la
compétence d’un étudiant et de la validation du module. En cas d’échec, il y a
décision de récupération et d’examen de reprise.
 Avant de permettre à un étudiant de se présenter à une épreuve d’évaluation
sommative, l’enseignant et/ou la direction des études doivent s’assurer que ce
dernier a réalisé les apprentissages requis.
 Au cours de cette évaluation, l’étudiant est placé dans des situations qui se
rapprochent des conditions réelles d’exercice du métier.
 L’évaluation formative ne peut, en aucun cas, être utilisée à la place de l’évaluation
sommative, puisque seule cette dernière détermine l’accès à la sanction.
 Unique, elle se fait à la fin de l’apprentissage du module ou à la fin d’une série de
tâches d’apprentissage.
 Dans le cas des modules de participation, l’évaluation sommative doit respecter les
critères d’évaluation prévus dans le programme.
4. ADMISSIBILITE
Définition :
Droit d’un étudiant à s’inscrire à une épreuve d’évaluation sommative, après avoir satisfait
à certaines conditions.
Il revient à l’enseignant d’un programme donné, ou à la direction des études, pour les cas
litigieux, de déterminer si la préparation de l’étudiant est suffisante pour qu’il puisse être
admis à l’épreuve d’évaluation sommative.

5. REPRISE
Définition :
Second examen d’évaluation sommative suite à un échec.
Tout étudiant qui a subi un échec à une épreuve d’évaluation sommative d’un module a droit
à une seule reprise.

6. ABSENCE A UN EXAMEN
Définition :
Fait pour un étudiant de ne pas se présenter ni à l’heure, ni à la date prévue pour un
examen.
L’étudiant, dont l’absence à un examen est motivée, a droit à l’examen et a droit à la reprise,
s’il y a lieu.
L’étudiant, dont l’absence à un examen n’est pas motivée n’a droit qu’à la reprise.

7. ABSENCE MOTIVEE
Définition :

Politique d’apprentissage et d’évaluation -3- Septembre 2006


Fait pour un étudiant de ne pas se présenter à un cours ou à un examen pour tout motif
qu’il peut justifier à la satisfaction de la direction.
Il appartient à la direction des études, sur présentation de preuves écrites, de déterminer si
une absence peut être considérée comme motivée.

8. APPRENTISSAGE PREVU
Définition :
Ensemble des activités qui doivent être réalisées (dans un temps prédéterminé), dans un
module de formation, pour permettre l’atteinte d’une compétence visée.
Pour être admissible à l’examen d’évaluation sommative, comme à l’examen d’évaluation
sommative de reprise, un étudiant doit avoir réalisé l’ensemble des activités de
l’apprentissage prévues au module.
9. SEUIL DE RÉUSSITE
Définition :
Niveau de performance que l’étudiant doit atteindre, pour obtenir la validation d’un module
déterminé.
L’étudiant, qui a atteint le seuil de réussite dans un module, se voit valider le dit module et se
voit attribuer la ou les compétences correspondantes.

10. COPIAGE (plagiat)


Définition :
Toute forme d’aide non autorisée lors de la passation d’un test, d’un examen ou d’une
épreuve.
Lorsqu’un étudiant se rend coupable de copiage ou qu’il aide délibérément un autre étudiant,
l’école doit lui attribuer automatiquement un échec.

11. PASSAGE EN CLASSE SUPERIEURE


Dans tous les cas Il appartient à la direction des études et au conseil de classe de
décider si un étudiant a ou non les compétences suffisantes pour pouvoir suivre les
modules de la classe supérieure.
Pour être admis un étudiant ne doit en aucun cas totaliser en fin de chaque année plus
de trois compétences (et non pas modules) en échecs sur l’ensemble de toutes les
compétences, et doit donc repasser en intégralité l’ensemble des compétences donc des
modules de l’année en échec, même s’il a des réussites.
Tout étudiant ayant des échecs et étant admis en classe supérieure a le droit de passer à
nouveau une évaluation Sommative et une Reprise. L’étudiant étant le principal
responsable de sa démarche d’apprentissage il est tenu de faire les récupérations
nécessaires.

Politique d’apprentissage et d’évaluation -4- Septembre 2006