Vous êtes sur la page 1sur 5

Description fonctionnelle d'un ordinateur

Les machines qui ont précédé les ordinateurs n'étaient pas des machines "universelles": elles étaient
construites pour exécuter un seul type d'opérations, sur des grandeurs données (résolution d'une classe spécifique de
problèmes)
· la description de l'opération à réaliser était codée dans la structure même de la machine et l'homme
intervenait pour sélectionner les opérations et fournir les données (machines à calculer),
· si les opérations à effectuer pouvaient être modifiées, elles ne pouvaient l'être que par un programme
externe. Dans ce cas, les opérations étaient exécutées au fur et à mesure de la lecture des instructions et des données
sur un ruban ou des cartes perforées (métier à tisser de Jacquard, Machine analytique de Babbage, tabulatrice
d'Hollerith).

Un ordinateur est un automate logique qui traite de l'information, la communique et l'archive. A chacune de
ces trois fonctions correspond un constituant de base.
L'organisation d'un ordinateur est remarquablement simple par rapport à celle des gros calculateurs qui l'ont
précédé. Ils possédaient une multitude d'organes de calcul spécialisés travaillant simultanément et auxquels étaient
affectés des registres (dispositifs de mémoire distincts pour chaque organe de calcul).
 Un ordinateur ne possède qu'un seul organe de calcul, l'unité centrale. Les opérations sont donc effectuées les
unes après les autres: un ordinateur est une machine séquentielle.
 Un ordinateur ne possède qu'une seule unité de mémoire où sont enregistrés programmes et données nécessaires à
l’exécution de la tâche en cours de réalisation, la mémoire centrale: un ordinateur est une machine à programme
enregistré.
 Autour de ces composants de base dits "internes", sont connectés des dispositifs "externes" permettant la
communication et l'archivage des informations, ce sont les périphériques.

Un ordinateur est un automate logique programmable: sa structure repose sur un modèle mathématique [notion
d'états: un état physique (signaux électriques) est transformé en un autre état. A chaque état, l'utilisateur attribue
une interprétation (considère qu'il représente une signification)], capable d'exécuter tout calcul de nature
symbolique, donc une machine capable d'effectuer automatiquement des calculs de toute nature sur des données
de nature quelconque exprimables au moyen de symboles, eux-mêmes exprimées aux moyens de codes binaires.
La démarche permettant de décrire la solution d’un «problème» doit être exprimable sous la forme d'un
algorithme.

LES COMPOSANTS INTERNES

1 - L'UNITÉ CENTRALE [Central Processing Unit (CPU)]

Elle contrôle et exécute toute opération effectuée par l'ordinateur. Elle est elle-même composée de deux
éléments:

· l'unité de contrôle ou unité de commande.


C’est l'organe qui permet l'automatisation complète des calculs. Il dirige le fonctionnement de tous les
autres organes, organise l’ensemble du travail et les échanges de données avec l’extérieur.
L’unité de contrôle "extrait" de la mémoire centrale la prochaine instruction du programme qui est à
exécuter et l'interprète:
 Si cette instruction nécessite l'exécution d'opérations arithmétiques et/ou logiques, elle met en alerte les circuits
adéquats de l'unité arithmétique et logique, "lit" en mémoire centrale les données sur lesquelles doivent
s'appliquer ces opérations, déclenche le traitement dans l'UAL et finalement, si nécessaire, écrit le résultat en
mémoire centrale.
 Si cette instruction commande l'échange d'information entre la mémoire centrale et un périphérique, elle
s'adresse à l'unité d'échange.

Description fonctionnelle d'un ordinateur 1/5


· l'unité arithmétique et logique (UAL).
Elle réalise toutes les opérations (arithmétiques et) logiques élémentaires (les seules réalisables au niveau des
composants physiques de la machine).
Le dispositif matériel de calcul est aussi simple que possible et est composé d'un minimum d'éléments de
commutation (le comportement fonctionnel des circuits logiques est décrit par l'algèbre de Boole. Lorsqu'ils sont
combinés, ils permettent d'effectuer les opérations arithmétiques). Toute la complexité du calcul est codé dans le
programme stocké en mémoire centrale.

Le composant représentant l'unité centrale est appelé le processeur (microprocesseur sur un micro-
ordinateur: un circuit intégré réalisant une unité centrale complète).

2 - LA MÉMOIRE CENTRALE, mémoire principale

La mémoire centrale contient des informations, représentant aussi bien les données et les résultats que les
instructions d'un programme en cours d'exécution (le programme décrit la tâche que l'on veut faire réaliser à la
machine). Lorsque la tâche est exécutée, toutes les informations la concernant “disparaissent” de la mémoire centrale.
La mémoire est “libérée”. Toutes les informations sont codées sous la forme de séquences de symboles binaires
(donc en mémoire, uniquement des chaînes de bits). Le mode d'interprétation de ces chaînes de bits est défini par la
grammaire et le lexique du langage machine (en fait défini par le constructeur du processeur). Le codage interne doit
être opératoire, c'est-à-dire être interprétable par le processeur.
La mémoire centrale est divisée physiquement en «cellules». Chacune de ces cellules possède une adresse, un
numéro, qui permet d'y faire référence. Une adresse est donc un code numérique qui permet de faire référence à une
zone de la mémoire soit pour y lire une information, soit pour y inscrire une information (dans ce cas, on modifie
l'état de la mémoire ). On peut donc considérer qu'une adresse est le nom d'une zone mémoire, ce nom étant
représenté par un code numérique. Dans une instruction en langage machine, tous les objets qui interviennent dans
les opérations sont représentés par l'adresse de la zone mémoire où doit être lue ou écrite la valeur de cet objet.

La partie essentielle de la mémoire centrale est réalisée par un type de mémoire appelé RAM (random access
memory). Ce nom fait référence à la façon dont on accède aux informations qui y sont stockées (le temps d'accès à
une information est constant quel que soit l'endroit de la mémoire où elle est enregistrée). Cette mémoire peut être
"lue" (trouver une information donnée à un endroit donné) ou "écrite" (modifier les informations dans une zone
donnée). Sur les ordinateurs actuels, la RAM est un ensemble de circuits intégrés. Ces dispositifs électroniques ont
l'avantage d'avoir des temps d'accès très courts. Ils sont par ailleurs coûteux. Pour qu’un logiciel puisse être utilisé, les
programmes qui le constituent doivent être présents en RAM. C’est pour cette raison que la RAM est dite “mémoire
utilisateur”. Lorsque l’utilisateur quitte un logiciel, les programmes qui le constituent sont effacés de la mémoire
utilisateur, laissant l’espace libre pour l’utilisation d’un autre logiciel. La RAM est un type de mémoire dit volatil et
lorsque la machine est mise hors tension, toutes les informations qui y sont enregistrées disparaissent.
La ROM (read only memory) est une forme spécialisée de mémoire à accès aléatoire. Elle est non modifiable
et dite permanente, elle peut donc être lue mais ne peut pas être écrite, c’est-à-dire modifiée. Le constructeur y grave
les informations nécessaires au fonctionnement du système qui ne doivent pas être modifiées (en particulier le
programme de démarrage de la machine).

remarque:
remarque Aucune tâche ne peut être exécutée si toutes les informations dont l'ordinateur a besoin pour la
réaliser ne sont pas présentes (enregistrées) en mémoire centrale. Généralement ces informations proviennent
d’un dispositif périphérique: dispositif représentant de la mémoire de masse ou d’un périphérique d’échange (clavier,
souris, ...).

LES PÉRIPHÉRIQUES

Ce sont tous les dispositifs qui permettent la communication d'informations (données, résultats ou
programmes) entre la mémoire centrale et l'extérieur. Leur fonctionnement est géré par l'intermédiaire de l'unité
d'entrée/sortie ou unité d'échange. Selon la direction du transfert d’informations, on distingue:
· les périphériquesd'entrée: extérieur → RAM.
· les périphériquesde sortie: RAM → extérieur.

Description fonctionnelle d'un ordinateur 2/5


Il existe deux grandes catégories de périphériques selon le mode d’échange est direct ou indirect.

A - LES PÉRIPHÉRIQUES D’ÉCHANGE

L’échange d’informations entre l’utilisateur est direct.

En entrée, les informations doivent être encodées: la forme utilisée par l’utilisateur est transformée en une
forme mémorisable et interprétable par l’UC, c'est-à-dire une chaîne de bits représentant p.ex. un code dans
l'ensemble des codes constituant le jeu de caractères de la machine. En entrée, les périphériques d’échange les plus
courants sont le clavier, la souris.
En sortie, les informations doivent être décodées: la forme binaire enregistrée en RAM est transformée en
une forme interprétable par l’utilisateur, p. ex. en un glyphe (caractère typographique). En sortie, Les périphériques
d’échange les plus courants sont l'écran, l'imprimante.

B - LES PÉRIPHÉRIQUES D’ARCHIVAGE, la mémoire externe ou auxiliaire ou de masse


Les informations entrées par l’intermédiaire d’un périphérique d’échange ou calculées par un programmes
peuvent être conservées sur un support de mémoire externe pour être réutilisées ultérieurement sans que l’on ait à les
entrer de nouveau par l’intermédiaire d’un périphérique d’échange.
Lorsque les informations nécessaires à la réalisation d’un tâche particulière ne sont pas en cours d’utilisation
et ne sont donc pas présentes en mémoire centrale, elles sont en général stockées sur un support de mémoire externe,
tel qu’un disque, une disquette, un CD, une bande magnétique. Ces mémoires ne sont pas volatiles et peuvent être
considérées comme des dispositifs de stockage permanents, d’archivage. Autrefois, ces mémoires étaient représentées
par un ensemble de cartes perforées, mais actuellement surtout par des dispositifs magnétiques tels que les disques,...
La mémoire auxiliaire n’est pas directement accessible à l’unité centrale. Pour qu’un logiciel enregistré sur un support
de mémoire de masse (p.ex. disque dur) puisse être utilisé, les programmes qui le constituent doivent d’abord être
chargés en mémoire centrale, c’est-à-dire, être recopiés depuis la mémoire de masse en mémoire centrale.
Les mémoires de masse peuvent donc être également considérées comme des périphériques permettant de
communiquer des informations entre l’extérieur et la mémoire centrale: communication d'ensemble d'informations
référencées sous un nom (entrée) ou archivage d'un ensemble d'informations référencées sous un nom (sortie). Ils
permettent la communication dans les deux directions et sont donc des périphériques d’entrée-sortie.
Un ensemble d'informations, c'est-à-dire une séquence de bits, stockées sur une unité de mémoire externe et
référencées sous un nom est un fichier. Si la séquence de bits qui constitue le fichier est interprétable comme une
séquence de codes ASCII, alors ce fichier est dit fichier texte, si certaines de ces séquences sont interprétables comme
des codes opérations (opérations réalisables par le processeur), alors ce fichier est un fichier objet ou un fichier exécutable.

Le transfert des informations entre les différents organes d'un ordinateur se fait par l'intermédiaire de canaux
de communication, appelés les bus.

Description fonctionnelle d'un ordinateur 3/5


Différences entre la mémoire centrale (principale) et la mémoire externe (secondaire)

Une mémoire est un dispositif capable de stocker des informations puis de les restituer (que ce dispositif
représente la mémoire centrale ou la mémoire externe). D'un point de vue abstrait, une mémoire peut être vue
comme un moyen physique de coder l'information. Physiquement, un dispositif de mémorisation est caractérisé par
le mode et le temps d'accès aux informations et par sa capacité. Comme on l’a vu précédemment, il faut cependant
distinguer les mémoires, selon qu’elles sont internes ou externes, puisque leur fonction sont différentes et leur
support n’est pas de même nature:
MÉMOIRE CENTRALE MÉMOIRE EXTERNE

• appartient aux composants internes: accessible à • dispositif périphérique: non accessible à l’unité centrale
l’unité centrale
• fonction: stockage «permanent»
• fonction: stockage temporaire Elle permet d'enregistrer les informations lorsqu'elles ne
Elle ne contient que les informations relatives au sont pas utilisées dans l'exécution d'un processus. De
déroulement du processus en cours d'exécution: fait, elle peut être vue comme un organe de stockage
· instructions décrivant la tâche à exécuter, permanent, c'est-à-dire un dispositif d'archivage
directement interprétables par l'UC, donc en langage conservant les informations aussi longtemps que ces
machine, informations restent pertinentes pour l'utilisateur.
· donnée(s) traitée(s) par ces instructions,
· résultat de l'exécution
• dans les ordinateurs actuels, le support physique de la
• dans les ordinateurs actuels, le support physique de mémoire externe sont des dispositifs magnétiques,
la mémoire centrale est un dispositif électronique. optiques: disques, bandes.

Sauvegarder des informations signifie (faire) transférer des informations de la mémoire centrale vers un périphérique
d’archivage (disque dur, disquette, cd-R [CD réinscriptible]).
Charger un programme en mémoire signifie (faire) transférer une séquence d'informations d’un périphérique
d’archivage vers la mémoire centrale: le plus souvent, il s'agit d'un programme décrivant une tâche que l'on veut faire
faire à la machine et des données nécessaires à l'exécution qui sont recopiés depuis une unité de mémoire externe
vers la mémoire centrale afin d'être accessibles au processeur. Sur un support externe, un programme, même
exécutable, n'est qu'une suite de bits. Chargé en mémoire centrale, il peut être interprété par le CPU et
provoque la réalisation d'une suite d'opérations. Le schéma d’exécution d’un programme est le suivant:
• le programme et les données sont chargées en mémoire centrale (machine à programme enregistré)
• les instructions sont décodées séquentiellement par l’unité de contrôle qui déclenche le calcul en envoyant des
signaux aux circuits de l’UAL. Le passage à l’exécution de l’instruction qui suit se fait automatiquement.
• le traitement peut nécessiter de faire appel à des informations (données ou résultats) stockées en mémoire centrale
ou fournies à partir des périphériques (appel aux unités d’entrée/sortie).

Description fonctionnelle d'un ordinateur 4/5


Unité Centrale

Unité de Contrôle

Instructions

Mémoire Centrale

Données
Résultats

Unité Arithmétique et Logique

Unité d'échange

périph. périph. périph.


d'entrée d'entrée/sortie de sortie mémoire externe