FINANCES LOCALES

par Raymond FERRETTI Maître de conférences à l’Université de Metz INTRODUCTION..................................................................................................................... 4 I – Le poids des finances locales.......................................................................................... 4 A – Les dépenses ............................................................................................................ 4 B – Les recettes ............................................................................................................. 6 II - L’autonomie des finances locales ................................................................................. 8 A – Les recettes fiscales sont de moins en moins maîtrisées par les collectivités territoriales...................................................................................................................... 8 B – Les transferts traduisent une mainmise de l’Etat de plus en plus forte.................... 9 PREMIERE PARTIE :LE CADRE JURIDIQUE : LE BUDGET ...................................... 10 CHAPITRE 1 LES ACTES BUDGETAIRES ................................................................ 10 SECTION 1 LA PRESENTATION DU BUDGET. .................................................... 10 § 1 – La présentation matérielle : les documents ......................................................... 10 A - Les documents budgétaires ............................................................................... 10 a – Le document de base : le budget primitif........................................................ 10 1° Les finalités du budget primitif................................................................... 10 2° Les éléments du budget primitif................................................................... 11 b – Les documents ultérieurs................................................................................ 12 1° Le budget supplémentaire............................................................................ 12 2° Les décisions modificatives ........................................................................ 13 B - Les documents comptables.................................................................................... 13 a – Les comptes de l’ordonnateur......................................................................... 13 b – Les comptes du comptable ............................................................................. 14 1° La comptabilité du comptable...................................................................... 14 2° Le compte de gestion................................................................................... 14 § 2 - La présentation intellectuelle : les modes de présentation................................... 15 A – La présentation administrative........................................................................... 15 a - L’articulation générale : les deux sections ...................................................... 15 1° L’origine des deux sections ......................................................................... 15 2° Le signification des deux sections ............................................................... 15 b - Les subdivisions : les chapitres et les articles ................................................ 15 B –La présentation comptable. ................................................................................ 17 a - La présentation par nature ............................................................................... 17 1° Les comptes de bilan.................................................................................... 17 2° Les comptes d'exploitation........................................................................... 18 b - La présentation par fonction............................................................................ 19 SECTION 2 LES PRINCIPES BUDGETAIRES ........................................................ 21 § 1 - Principes de présentation...................................................................................... 21 A - L'unité................................................................................................................. 21 a) Sens............................................................................................................... 21 1° La dimension politique ................................................................................ 21 2° La dimension technique ............................................................................... 21

2

b) Portée................................................................................................................ 21 1° La division du budget................................................................................... 21 2° La multiplication des actes budgétaires. ...................................................... 21 B - L' Universalité .................................................................................................... 21 a) Le sens du principe........................................................................................... 21 1°La dimension technique ................................................................................ 22 2° La dimension politique ................................................................................ 22 b) La portée du principe ....................................................................................... 22 1° Les assouplissements de la règle de la non-affectation............................. 22 2° Les assouplissements de la règle de la non-compensation.......................... 22 § 2 Principes d'autorisation.......................................................................................... 22 A - La spécialité........................................................................................................ 22 a) Un double sens ................................................................................................. 22 1° Sur un plan technique................................................................................... 22 2° Sur un plan politique .................................................................................... 22 b) Une portée relative ........................................................................................... 23 1° Un champ qui peut être réduit...................................................................... 23 2° Une application qui peut être assouplie ....................................................... 23 B - L ' annualité ........................................................................................................ 23 a) Le contenu du principe ................................................................................. 23 1° Un contenu technique .................................................................................. 23 2° Un contenu politique.................................................................................... 23 b) L’application du principe ............................................................................. 23 1° La réduction du champ du principe ............................................................. 23 2° L’assouplissement du principe..................................................................... 24 Conclusion : Vers de nouveaux principes............................................................... 24 a) Le principe de sincérité : Le rattachement à l’exercice................................ 24 b) Le principe de prudence ............................................................................... 25 1° L’amortissement ......................................................................................... 25 2° Les provisions ............................................................................................. 25 CHAPITRE 2 LES PROCESSUS BUDGETAIRES............................................................ 25 SECTION 1 L’ELABORATION ................................................................................. 25 § 1 La procédure........................................................................................................... 25 A – La préparation.................................................................................................... 25 a) La préparation politique : Le débat d’orientation budgétaire....................... 25 1° L’instauration du débat................................................................................ 26 2° L’organisation du débat ............................................................................... 26 b) La préparation administrative ....................................................................... 26 1° Les acteurs ................................................................................................... 26 2° Les documents ............................................................................................. 26 B – La décision : le vote ........................................................................................... 27 a) La procédure de vote ........................................................................................ 27 1° Son cadre...................................................................................................... 27 2° Son déroulement ......................................................................................... 27 b) Les délais de vote ............................................................................................. 28 1° Les différents délais ..................................................................................... 28 2° La sanction des délais .................................................................................. 28 § 2 Les contrôles.......................................................................................................... 28 A – Le contrôle de la légalité ................................................................................... 29 a) L’initiative de l’administration : le déféré préfectoral..................................... 29

3

b) L’initiative de l’administré............................................................................... 29 1° Le déféré à la demande de la personne lésée ............................................... 29 2° Le recours pour excès de pouvoir ............................................................... 29 B – Le contrôle budgétaire...................................................................................... 29 a) Le contrôle des dépenses obligatoires ......................................................... 29 1° La non inscription des dépenses obligatoire (Art. L. 1612-15 du CGCT) .......... 30 2° Le non-mandatement d’une dépense obligatoire (Art. L. 1612-16 du CGCT) .. 33 b) Le contrôle du respect de l’annualité (Art. L. 1612-2 du CGCT).................... 33 c) Le contrôle du respect de l’équilibre................................................................ 33 1° L’ équilibre du budget voté......................................................................... 34 2° L’équilibre du budget exécuté ou le déficit du compte administratif (Art. L. 1612-14 du CGCT) ................................................................................................ 35 SECTION 2 L’EXECUTION ....................................................................................... 35 § 1 Les principes d’exécution...................................................................................... 35 A – La separation des ordonnateurs et des comptables............................................ 35 a) La signification du principe.......................................................................... 36 1° La séparation organique ............................................................................... 36 2° La séparation fonctionnelle.......................................................................... 36 b) L’évaluation du principe............................................................................... 36 1° Les inconvénients......................................................................................... 36 2° La justification............................................................................................. 36 B – Les atteintes à la separation............................................................................... 37 a) Les atteintes admises .................................................................................... 37 1° La réquisition des comptables...................................................................... 37 2° Les régies ..................................................................................................... 37 b) Les atteintes interdites : la gestion de fait .................................................... 38 § 2 Les moyens d’exécution........................................................................................ 39 A - Les agents d’exécution....................................................................................... 39 a ) Les ordonnateurs ............................................................................................ 39 1° La responsabilité pénale des ordonnateurs .................................................. 39 2° La responsabilité devant la Cour de discipline budgétaire et financière ..... 40 b ) Les comptables............................................................................................... 40 1° Le champ d'application de la responsabilité des comptables....................... 41 2° La mise en œuvre de la responsabilité des comptables................................ 41 B - Les opérations d’exécution................................................................................. 42 a) Les opérations de dépense ............................................................................ 42 1° La phase administrative ............................................................................... 42 2° La phase comptable...................................................................................... 42 2° Les opérations de recette.................................................................................. 44 1° La phase administrative ............................................................................... 44 2° La phase comptable...................................................................................... 44 § 3 Le contrôle de l’exécution..................................................................................... 44 A - Les agents du contrôle : les CRC ....................................................................... 45 a) L’organisation............................................................................................... 45 1° Les Chambres.............................................................................................. 45 2° Les magistrats .............................................................................................. 45 b) Les attributions ................................................................................................. 45 1° Compétence obligatoire ............................................................................... 46 2° Compétence facultative................................................................................ 46 B – Les opérations de contrôle ................................................................................. 46

Mais c’est aussi leur autonomie matérielle qui a été renforcée par le biais de transferts de compétences..............1 328.............. C’est d’abord bien sûr l’autonomie institutionnelle et organique des 36779 communes. 48 1° La nature du contrôle .3 2............ En revanche. Les dépenses des collectivités territoriales en 2000 Source DGCL (en milliards de francs) Communes 487... et 19 % des dépenses publiques totales et pratiquement 50 % des dépenses de l’Etat..6 11...... l’autonomie réelle des collectivités territoriales dépend en grande partie de leurs finances dont il convient de mesurer leur poids dans l’ensemble national avant d’en apprécier justement leur degré d’autonomie...............6 Départements 249....2 88...... Toutefois.....8 155.............................. 100 départements et 26 régions qui a été renforcée...7 99.............. I – LE P OIDS DES FIN ANC ES LOC ALES A – Les dépenses Les dépenses locales s’élevaient en 2000 à 823 MdF ce qui représente environ 10 % du PIB.......9 27.... 46 1° Le déroulement de la procédure................9 39................................6 190..4 160..... 48 IN TRO DUC TION Les lois de décentralisation adoptées depuis 1982 ont développé l’autonomie des collectivités territoriales sur plusieurs plans............8 27...5 60.........7 5.................... si leur part du PIB a toujours augmenté elle reste modeste.. 48 2° La procédure du contrôle ..6 47. Ce sont surtout les dépenses d'investissement qui ont contribué à la hausse de ce pourcentage...2 29..............4 158.8 Total 823........9 29..3 131..... Elles n'ont cependant cessé de croître depuis 1959..6 14...7 3...........9 151......6 41. Le rythme de croissance de ce pourcentage s'est accéléré (6 % en 1960...... 46 2° Les caractères de la procédure .....4 93............8 523..................6 36... 9 % en 1982) mais stagne à 10 % depuis la décentralisation.............................7 Régions 86...........1 Dépenses totales Fonctionnement frais de personnel intérêts de dette transferts versés Investissement remboursement de dette dépenses d'équipement ...4 18...7 47.4 a) Le contrôle des comptes des comptables : l’apurement des comptes .4 300... 47 b) Le contrôle de la gestion des ordonnateurs .............

Elles ont également réduit le volume de leur dette et ont continué à réaménager leurs encours. Trois postes principaux apparaissent : . Les élections municipales expliquent en grande partie le phénomène. Les collectivités ont bénéficié de la baisse des taux d'intérêt. une place significative dans les budgets locaux. Pour la septième année consécutive. marginale et dotée de peu de compétences avant 1982. . communes et départements présentent plutôt des budgets de fonctionnement alors que les régions élaborent principalement des budgets d'équipement. .3 milliards de francs.4% en 1999). représentant près de 12 % de l’investissement national . Ce sont les communes qui investissent le plus. L’explication venant sans doute du développement de l’intercommunalité qui s’est concrétisé par des transferts de personnel des communes vers les groupements.9% pour les recettes hors emprunts). ce rythme s’est ralenti en 2000 (3. essentiellement composées des frais de personnel (43 % des dépenses de gestion) et des achats de biens et de services (36 % des dépenses de gestion) . En ce qui concerne la structure des budgets locaux. Parmi les dépenses de fonctionnement ce sont les dépenses de personnel qui sont en nette progression en 1999 (+5. A la différence de la section de fonctionnement. les budgets d’investissement des collectivités territoriales progressent de manière importante en 2000 (+10.6%). Toutefois. la part des intérêts de la dette est en diminution constante depuis 1994.les dépenses d’investissement hors dette (23% des dépenses locales totales). la part respective des collectivités a peu varié. sous l'effet des revalorisations salariales et du " glissement vieillesse-technicité " (GVT) mais aussi d'une croissance des effectifs. soit une baisse d'un tiers en sept ans. Seule la région. Elle atteint 27. la charge des intérêts de la dette diminue en 2000 (-7. a acquis en même temps qu'elle accédait au statut de collectivité territoriale. comprenant principalement les amortissements (67 %) . .8 %).la charge de la dette (15% des dépenses locales totales).5 Depuis les années 70. La commune a toujours représenté un poids prépondérant dans le total des dépenses publiques locales.5% pour les dépenses hors dettes et +13.les dépenses de fonctionnement (62% des dépenses locales totales).9% contre -9. alors que les taux ont amorcé une reprise.

leur augmentation est importante + 7% en 2000 et + 10. Pourtant le produit de la fiscalité directe a augmenté. Ils ont bénéficié du dynamisme de l'économie. . est quant à lui resté stable en raison de la suppression progressive de la part « salaires » dans le calcul de l’assiette. Depuis 1997.6 % des produits de fonctionnement des collectivités territoriales contre 7. elles représentent 8. Quant à la fiscalité indirecte.3 % en 2000. Elle a progressé de 4. Cette progression s’explique en partie par celle des compensations d’exonérations et de dégrèvements d’impôts. Les compensations et péréquations fiscales augmentent fortement (+10. Le produit de la taxe professionnelle. elle a également bénéficié de la forte activité économique.6 % à l’Etat.6 B – Les recettes Les impôts locaux représentent 10. les collectivités ont réduit la pression fiscale.6 % en 1999.4%). L'année 2000 est la quatrième année consécutive de limitation de la croissance des taux d'imposition.6 % de la fiscalité totale contre 45. C’est le résultat d’une hausse des taxes foncières et de la taxe d’habitation.8% en 2001.8 % à la Sécurité sociale et 43. Les transferts de l’Etat constituent 1/3 des ressources totales.

8 52.7 .dont transferts versés Intérêt de la dette Recettes de fonctionnement .5 .7% 401.1% 1994 720.8.4% 134.3 .3 43.dont dotations État .8 138.8% 141.4 142.3 50.3.2.5 98.4 .1 + 3.8 + 2.2% 684.4 379.1 76.3% 119.1% 763.4 650.8% 77.0 164.0 + 3.4% 716.9 596.9 60.1% 109.7% 158.2 358.7 + 3.6 73.6 + 2.7 L'ÉVOLUTION DES FINANCES DE L'ENSEMBLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES DE 1992 A 1998 En milliards de francs Evolution en frcs constants (%) Dépenses totales : Ressources totales : Dépenses de gestion (1) .9 40.7 + 0. Les taux de croissances sont calculés en volume (taux déflatés par l'indice des prix du PIB).3 118.6% 460.6 138.4 41.4 1993 682.6 .3% 46.4 + 3.7. Source : Direction générale des collectivités locales et direction générale de la comptabilité publique.8 .2.6 58.1 + 3.4 153.6 323.7 53.9 36.5.0.6% 121.3.6 198.1.7.2% 422.7% 141.1 + 2.4 (1) Dépenses réelles de fonctionnement hors intérêts de la dette.4 .4% 136.1 151.6 621.6 82.8 .3% 46.8 + 3.5 150.9 .dont dotations et subventions .8 416.2 69.7% 113.6% 114.7 186.6% 140.17.9 67.5 % 1997 758.0 45.1 + 2.8 303.0% 165.1 564.1 106.2 399.2 109.3% 45.2% 136.2 360.7% 1995 721.dont subventions d'équipement Remboursements de dette (2) Recettes d'investissement .6 + 1.8 .5% 125.2 59.4 520.3 545.5% 778.7 133.3 640.6 124.5% 444.5% 120.0 51.6 206.9% 172.7 129.1% 382.0 + 3.1 41.5 + 1.4.0 189.3 33. (2) Remboursements et emprunts : ils comportent les opérations de réaménagement de dette.2 128.1 .2 344.4% 1996 743.1 + 8.7 .8 495.3% 474.dont équipement brut .0 73.1% 749.7% 61.7 + 2.2 182.0% 123.9 155.0 + 3.dont dépenses de personnel .0 + 2.0 .7 + 0.1 102.3 181.6% 48.1 56.0 + 4.2% 152.6% 1998 774.5.0 206.4 39.0 + 4.9 + 1.6 211.4 .1.1 44.1 72.0 .3 79.10.3 + 2.0 + 0.8 +6. Données non consolidées entre les différents niveaux de collectivités.7 79.dont impôts et taxes Dépenses d'investissement hors remboursements de dette .1 + 2. LES FINANCES EN 1998 PAR TYPE DE COLLECTIVITÉS TERRITORIALES COMMUNES DÉPARTEMENTS RÉGIONS .dont emprunts (2) 1992 653.2 + 1.6% 47.9% 727.

0 + 2.dont dotations État .2 + 3.dont équipement brut Ressources totales : Recettes de fonctionnement .4 + 5.6 140.5 .12.6 + 2.8 20.3 35.4 458..dont emprunts MONTANT Évolution en % + 2.5 + 6. A priori le bilan paraît favorable aux collectivités territoriales.8 38.8 .6 138. D’autant plus que l’Etat peut aussi supprimer des impôts locaux.3 + 2.1 + 5.6 .8 .2 32.3 43.9 238.9 200.6 + 0.3 + 5.8.6.dont impôts et taxes Recettes d'investissement .4 78.7 .11.L ’AUT ONOM IE DES FINA NCES LOCAL ES Les recettes propres des collectivités territoriales représentent plus de 60 % de leur budget. cela ne signifie pas qu’elles sont des ressources maîtrisées par les collectivités territoriales.4 + 3.0.5 42. L’autonomie financière est donc réduite.1 22.8 Montants en milliards de francs Dépenses totales : Dépenses de fonctionnement .4 2. De plus les impôts locaux sont recouvrés par les services de l’Etat.8 + 3.1 29.2 83.2 + 2.9 14. Les collectivités territoriales ne pouvant que jouer sur les taux et encore dans une faible mesure. il faut souligner que la fiscalité locale est créée par l’Etat.9.2 MONTANT Évolution en % + 0.6 146.dont intérêt Dépenses d'investissement .0 16. Parmi celles-ci les impôts et taxes atteignent 53 %.9 24.4 + 1.5 62.2 84.8 7.0 79.9 + 1.1 317.5 + 1.2 + 2. Sur ce point.6 87.1 154. Mais il faut nuancer notre propos.6 39.7 .5 .1 .2 .9 234.8 .6 + 3. pour autant.4.5 Les évolutions sont en francs courants.6 238. II .9 459.5 7. il faut reconnaître que le Conseil constitutionnel a récemment esquissé une limite. Source : Direction générale des collectivités locales et direction générale de la comptabilité publique. .7.2 MONTANT Évolution en % + 2.7 + 4.8 377. D’abord.2 82.1 + 6.13.4 + 4.0 + 12.0 + 1.8 7.0 .dont dépenses de personnel .2 3.2. A – Les recettes fiscales sont de moins en moins maîtrisées par les collectivités territoriales Si les recettes fiscales sont majoritaires.4.

9 « Considérant(. Cela n’a pas empêché l’Etat depuis une dizaine d’années d’instaurer un certain nombre d’exonérations et de suppressions d’impôts : la vignette. Les différentes dotations globales sont toutes attribuées à leurs bénéficiaires sur la base de critères précis. mais aussi par la non affectation de leur produit à une quelconque dépense. même si là encore depuis la loi du 2 mars 1982 des progrès ont été accomplis avec notamment la suppression des tutelles.. En effet ces transferts prennent la forme de dotations globales.) que les règles posées par la loi sur le fondement de ces dispositions ne sauraient avoir pour effet de diminuer les ressources globales des collectivités territoriales ou de réduire la part de leurs recettes fiscales dans ces ressources au point d'entraver leur libre administration » DC n° 2000-432 DC du 12 juillet 2000. Le caractère automatique de l'attribution de la dotation interdit en effet tout jugement d'opportunité. B – Les transferts traduisent une mainmise de l’Etat de plus en plus forte L’ensemble des transferts de l’Etat aux collectivités territoriales atteint 350 MdF sur près de 850 MdF de recettes. ce qui représente plus de 40 % de celles-ci. cette dotation. Ces pertes fiscales sont compensées par l’Etat qui devient de la sorte le premier contribuable des collectivités territoriales.. Cette part ne cesse d’augmenter. Simplement celles-ci sont attribuées par le préfet après avis d’une commission composée d’élus locaux. Mais le plus grand avantage réside dans le fait que disparaît la tutelle financière que l’aide accordée sous forme de subvention spécifique entraîne inévitablement. ce qui évidemment améliore la gestion de ces collectivités. Ainsi. que dans un seul cas de dotation globale. n’est maintenue pour les communes qu’à celles de moins de 20. D'abord. Ainsi. il faut le souligner. En clair. car fixés par la loi et appliqués à tous.000 habitants et encore faut-il remarquer que derrière l’appellation de dotation globale d’équipement se cache un retour au système des subventions affectées. Ce caractère automatique présente bien sûr pour les collectivités locales plusieurs avantages. ce pouvoir est désormais « encadré » par des . les finances locales sont elles de moins en moins locales. Or. La situation est donc ambiguë. Pour complexes qu'il soient ils sont néanmoins connus de tous. Si l’aide financière de l’Etat s’accroît. L'attribution des dotations ne dépend donc pas du bon vouloir de l’Etat. Mais le contrôle budgétaire qui les remplace maintient un pouvoir de substitution du représentant de l’Etat. la part salaire de la taxe professionnelle. la contribution de l'Etat aux quatre taxes directes locales sera de l'ordre de 120 milliards de francs en 2001. si elle existe toujours pour les départements. Mais. soit environ 38% du produit voté de ces quatre taxes. toute appréciation extérieure à la collectivité bénéficiaire. Toutefois. celle qui se substitue à des subventions. la part régionale de la taxe d’habitation. dans le cas de la dotation globale d’équipement (DGE) Or. cet avantage important n'existe. elle prend une forme qui qualitativement atténue cette mainmise. celles-ci peuvent à l'avance et avec certitude calculer le montant attendu de chaque dotation. celle-ci se caractérisent par le caractère automatique de leur l'attribution. d’autant plus que sur un plan juridique les finances locales sont encadrées par des règles qui traduisent également une certaine mainmise de l’Etat.

CHAPIT RE 1 LES A CTES B UD GETAI RES Les actes budgétaires font l’objet d’une présentation particulière. Mais il comprend des éléments qui le distingue des autres budgets publics. q La prévision des recettes et des dépenses .LES DOCUMENTS BUDGETAIRES a – Le document de base : le budget primitif Ses finalités sont celles de tout budget public. ce sont les documents comptables. ils sont régis par un certain nombre de principes. Il est également «retenu » puisque le préfet ne peut se substituer qu’après l’intervention de la Chambre régionale des comptes.10 dispositions plus précises qu’avant. PREMIE RE P AR TIE LE C AD RE J UR ID IQU E : LE BU DGE T Le budget des collectivités territoriales est un acte juridique ou plus exactement un ensemble d’actes (Chapitre 1) qui comme tous les actes juridiques sont issus de processus (Chapitre 2). SECTION 1 LA PRESENTATION DU BUDGET. Les documents budgétaires (présentation matérielle) sont organisés selon des modes de présentation particuliers (présentation intellectuelle) § 1 – La présentation matérielle : les documents Il existe deux sortes de documents : ceux qui interviennent a priori. A . mais il faut ensuite s’intéresser à leur contenu financier à savoir les recettes (Deuxième partie). 1° Les finalités du budget primitif Ce document remplit une double fonction. ceux qui interviennent à posteriori. Pour apprécier le degré d’autonomie des finances locales il faut donc étudier leur cadre juridique c’est à dire le budget (Première partie) . ce sont les documents budgétaires au sens strict du terme.

q L’autorisation des recettes et des dépenses Le budget primitif est en même temps un acte d’autorisation comme le budget de l’Etat. le conseil contrôle l’action de l’exécutif. de fournitures. q Le budget principal Il comprend toujours deux sections. les subventions de fonctionnement reçues et enfin le produit des impôts 0 La section d’investissement comprend en dépenses le remboursement des emprunts.11 Les recettes et les dépenses inscrites sont prévues. (art L.V. ainsi que les communes associées. les montants inscrits pourront bien sûr être dépassés. bâtiments. Quant aux sections de communes elles peuvent faire l’objet d’un budget annexe. Elles sont financées par des ressources régulières comme les droits d'entrée ou d'utilisation des services municipaux. En effet. DGE ainsi que les emprunts) Les budgets annexes Les opérations financières des services publics locaux à caractère industriel et commercial non dotés de la personnalité juridique sont regroupées dans des budgets annexés au budget principal. Certains service administratifs doivent faire l’objet de budgets annexes. q . Il est accompagné par les budgets annexes et par un certain nombre de documents annexes. de consommation courante. Et que seules les recettes inscrites pourront être recouvrées.A. Cela signifie que seules les dépenses inscrites pourront être réalisées dans la limite des montants inscrits sauf exceptions. Elles peuvent être internes : les excédents de fonctionnement. l’opération autorisée peut être réalisée. le versement de participations financières. C’est ce que l’on appelle le principe d’antériorité. ainsi que les frais financiers. Cela veut dire que le budget est nécessairement un acte qui intervient avant l’exercice financier auquel il s’applique. La prévision comme l’autorisation budgétaire a une portée limitée dans le temps à l’année civile. Mais l’antériorité du budget primitif est souvent théorique. l’opération autorisée doit être menée à bien. Dans ce cas. Ainsi le service des eaux et de l’assainissement dispose-t-il obligatoirement d’un tel budget. en matière de recettes. 2° Les éléments du budget primitif Le budget primitif se décompose en budget principal qui retrace les opérations financières de la collectivité territoriale.) Les recettes d'investissement. à travers le vote du budget.2111-1 CGCT) 0 La section de fonctionnement regroupe les dépenses de personnel. Il s’agit d’une part de ceux qui sont assujettis à la TVA et d’autre part les arrondissements à Paris. en réalité il ne l’est qu’au cours du premier trimestre au plus tard le 31 mars. les amortissements et les provisions elles peuvent être externes : les dotations (fonds de compensation de la T. l'acquisition d’immobilisations corporelles (terrains. Passé cette date des mesures de contrôle budgétaire sont alors prises par le Préfet qui saisit la Chambre régionale des comptes. Si en matière de dépenses. si le CGCT prévoit bien que le budget doit être voté avant le 1er janvier. Lyon et Marseille. etc. Cet acte d’autorisation est donné par l’organe délibérant à l’organe exécutif ce qui sur le plan politique à une portée relativement importante puisque ainsi. les dotations et les transferts de l'Etat. Il y a là une différence importante de portée entre les deux autorisations.. matériel. sont d'origines diverses. Même si souvent dans la réalité ce contrôle reste relativement théorique.

l’état des prêts . Ces résultats sont dégagés par le compte administratif qui est adopté avant le 30 juin de l’année suivante. A la différence de l’Etat. où les budgets sont isolés les uns des autres. c’est le rôle du budget supplémentaire. en cours d'année. 0 C’est un acte de report. les établissements publics qui disposent de la personnalité juridique disposent de leur propre budget. 0 les annexes antérieurs à 1992 .l’état des recettes . q La forme du budget supplémentaire . Les états annexes Un certain nombre étaient déjà prévus avant la loi du 6 février 1992.l’état du personnel .12 Toutefois.le tableau des acquisitions et cessions immobilières effectuées par des organismes liés par convention à la collectivité.un tableau de synthèse des comptes administratifs des organismes de coopération . Il s’agit alors de ce que l’on appelle un budget autonome. déficits ou restes à réaliser. C’est le cas en particulier du CCAS de la Caisse des écoles ou encore des organismes de coopération. les prévisions du budget primitif. Il faut donc un instrument permettant d’opérer l’intégration de ces résultats dans le budget en cours.un bilan certifié conforme des organismes dans lesquels la collectivité territoriale est financièrement impliquée 0 enfin la loi du 8 février 1995 a prévu deux documents supplémentaires : . Les budgets locaux intègrent les résultats de l’année précédente : excédents. q b – Les documents ultérieurs 1° Le budget supplémentaire q Les finalités du budget supplémentaire 0 C’est un acte d'ajustement.l’état des biens meubles et immeubles . Comme au niveau de l’Etat.un certain nombre de ratios .le tableau des encours des emprunts garantis .une consolidation du budget principal et des budgets annexes .l’état des emprunts .l’état des emprunts garantis par la collectivité 0 les données synthétiques sur la situation financière de la collectivité prévues par la loi ATR du 6 février 1992 .la liste des concours financiers aux associations . Il correspond aux lois de finances rectificatives. Il faut donc pouvoir éventuellement corriger.les comptes produits par les délégataires de service public . mais celle-ci en a ajouté quelques-uns de même que la loi du 8 février 1995. la prévision budgétaire a des limites.

elle modifient ponctuellement le budget initial. Elles sont adoptées au cours de l’exercice.du 1er janvier au 31 janvier de l'année suivante en fonctionnement (journée dite " complémentaire " du 1er janvier au 31 janvier de N + 1) BUDGET SUPPLÉMENTAIRE COMPTABILITÉ si nécessaire et au moment où sont connus les résultats de l'année précédente. .du 1er janvier au 31 décembre en investissement . conformément à l’article L. Bien que non obligatoire depuis 1982.13 Il reprend la structure du budget primitif. à la différence du budget supplémentaire. B . 2° Les décisions modificatives Elles remplissent la même fonction que le budget supplémentaire à savoir ajuster la prévision aux réalités. mais. il est généralement adopté vers le mois d’octobre. C’est à dire qu’il comprend deux sections. elles n’ont pas de fonction de report. Toutefois. C’est donc une réplique du budget primitif. tiers) DÉCISIONS MODIFICATIVES aboutissent à : Possibles jusqu'au 21 janvier pour ajustement des crédits nécessaires au mandatement des Compte Compte Concordance de gestion administratif dépenses de fonctionnement engagés et à l'exécution des opérations d'ordre.Les documents comptables a – Les comptes de l’ordonnateur q La comptabilité de l’ordonnateur L’ordonnateur tient une comptabilité administrative en partie simple. Les crédits sont présentés par chapitre et article. Arrêté des comptes après la journée complémentaire. elles peuvent éventuellement l’être « dans le délai de vingt et un jours suivant la fin de l'exercice budgétaire » en vue d’ « apporter au budget les modifications permettant d'ajuster les crédits de la section de fonctionnement pour régler les dépenses engagées avant le 31 décembre et inscrire les crédits nécessaires à la réalisation des opérations d'ordre de chacune des deux sections » Cycle budgétaire annuel SOURCE : MINEFI BUDGET DE L'EXERCICE N EXÉCUTION A N N É E BUDGET PRIMITIF voté avant le 31 mars N A N N É E N + 1 . Mais. de l'ordonnateur du comptable | DÉCISIONS MODIFICATIVES | V À tout moment après le vote du V Patrimoniale budget primitif Budgétaire (trésorerie.1612-11 du CGCT.

Le bilan qui est construit selon les mêmes principes que ceux de la comptabilité privée . l’organe délibérant peut-il se prononcer sur l’exécution du budget et voter l’arrêté de comptes au plus tard le 30 juin.Le journal général : enregistrement chronologique des opérations .L’état de consommation des crédits .La balance générale des comptes q La comptabilité générale est tenue à travers : Les instruments comptables suivants . Elle a été rendue obligatoire par la loi ATR du 6 février 1992.Le compte de résultat qui récapitule les recettes et les dépenses de l’exercice . 0 Production à la Chambre régionale des comptes La chambre doit recevoir le compte avant le 31 décembre de l’année suivant l’exécution du budget de façon à procéder à l’apurement du compte. q . b – Les comptes du comptable 1° La comptabilité du comptable q La comptabilité budgétaire se traduit par : . Articles) Il permet de dégager les résultats d’exécution du budget. chaque mandat de paiement émis est comptabilisé par chapitre ou article dans l’ordre chronologique de leur émission.L’annexe La production du compte 0 Production à l’ordonnateur Le compte de gestion doit obligatoirement être produit à l’ordonnateur avant le 1er juin suivant l’année d’exécution Ainsi. 0 La comptabilité des titres et des mandats Chaque titre de recette. Il reprend la nomenclature du budget (Sections. Cette comptabilité est tenue chapitre par chapitre ou article par article en fonction du niveau où le budget a été voté.14 0 La comptabilité des dépenses engagées Il s’agit de comptabiliser les dépenses au moment de l’engagement de façon à savoir où en est la consommation des crédits.Le grand livre : reprise par compte du détail des opérations . Mais dans le même temps le compte de gestion du comptable aura été fourni. Chapitres. q Le compte administratif C’est un document de synthèse établi à posteriori par l’ordonnateur lui-même.L’état des réalisations des dépenses et des recettes . Il est établi au plus tard le 1er juin pour être arrêté par l’organe délibérant avant le 30 juin.La balance Ces instruments permettent d’établir le compte de gestion 2° Le compte de gestion q La composition du compte Il comprend trois documents : .

Sur un plan financier.2111-1 . A – LA PRESENTATION ADMINISTRATIVE a .L’articulation générale : les deux sections Comme le prévoit le CGCT (art L. Une autorisation de dépense ou de recette au niveau de chaque chapitre ou article vaut ouverture d'un «crédit budgétaire ». . Enfin. sa signification n’est pas évidente. Les dépenses d’investissement étant elles-aussi financées par des recettes particulières. Chacun comprenant des recettes et des dépenses. la distinction se fonde sur l’incidence que les dépenses ont sur le patrimoine. b . en dehors du budget. L. soit elles permettent de l’accroître de le développer ce sont alors des dépenses d’investissement. Les chapitres sont spécialisés par nature ou par fonction Le décret du 27 décembre 1996 précise que les chapitres comportent un code à deux chiffres qui renvoie à la classification par nature ou à trois chiffres qui renvoie à la classification par fonction. L’origine de la distinction est lointaine. ce sont alors des dépenses de fonctionnement. Comme ces opérations étaient à l’époque relativement rares elles étaient comptabilisés à part. Le décret-loi du 25 juin 1934 va introduire une novation en distinguant désormais une section ordinaire et une section extraordinaire. Les dépenses de fonctionnement sont donc financées par certaines recettes que l’on va appeler recettes de fonctionnement. Cela signifie que désormais il n’y a plus qu’un seul budget que l’on scinde cependant en deux sections.Les subdivisions : les chapitres et les articles Chaque section est divisée en chapitres et articles. L.3312-1 . 2° Le signification des deux sections Sur un plan budgétaire cela veut dire que le budget est découpé en deux « sous budgets ». tous les budgets locaux comprennent deux sections. 1° L’origine des deux sections La loi du 5 avril 1884 distinguait deux budgets : le budget ordinaire et le budget extraordinaire.15 § 2 .4311-1). Soit elles permettent de le conserver de l’entretenir. la loi du 31 décembre 1970 a établit la section de fonctionnement et la section d’investissement.La présentation intellectuelle : les modes de présentation Au mode de présentation administratif s’ajoute un mode de présentation comptable. Le premier rassemblait le opérations financières permanentes alors que le second regroupait les opérations accidentelles et temporaires c’est à dire les emprunts et les prêts. On passe ainsi d’une vision relevant des finances publiques classiques à une vision plus moderne dans laquelle l’équipement n’est plus exceptionnel.

14 en section de fonctionnement pour regrouper les charges à caractère général (011). à la subdivision la plus détaillée de la nomenclature fonctionnelle à l’ intérieur de . 39.des chapitres opérations en section d’investissement pour les opérations d’ équipement que le conseil municipal a décidé d’ individualiser : . 49 et 481 qui constituent un chapitre èaux opérations pour le compte de tiers qui retracent notamment les opérations sous mandat. L’article correspond au niveau de détail le plus fin ouvert dans la comptabilité par nature. 911 – Dettes et autres opérations financières . 913 – Taxes non affectées…) et de la codification 93 en section de fonctionnement (931 – Opérations financières . les charges de personnel (012) et aux atténuations de charges ou de produits (013 et 014) . è aux lignes budgétaires ne donnant lieu qu’ à des prévisions sans exécution : les dépenses imprévues en dépenses et en recettes et les virements de section à section virement de la section de fonctionnement (021) et virement à la section d’ investissement (023). 912 – Dotations et participations non affectées . è pour les dépenses et les recettes non ventilées entre les dix fonctions aux subdivisions suivantes précédées de la codification 91 en section d’ investissement (910 – Opérations patrimoniales . à chacune des fonctions précédées de la codification 90 en section d’investissement et de la codification 92 en section de fonctionnement . è aux comptes 29. 933 .des chapitres globalisés créés en M.Impôts et taxes non affectés…) L’article correspond : è pour les recettes et dépenses ventilées entre les dix fonctions.du compte enregistrant les frais de fonctionnement dans les communes de plus de 100 000 habitants (ce compte constitue à lui seul un chapitre). BUDGET VOTE PAR FONCTION Le chapitre correspond : è pour les dépenses et les recettes ventilées entre les dix fonctions.16 BUDGET VOTE PAR NATURE Le chapitre correspond : èau compte par nature à deux chiffres à l’ exception : . 932 Dotations et participations non affectées .

impôts et taxes. Classe 1. comptes de capitaux (fonds propres. è pour les dépenses et les recettes non ventilées. etc. au compte le plus détaillé ouvert dans la nomenclature par nature à l’ intérieur de chaque chapitre.) et non selon leur destination ou leur incidence.17 chaque fonction. SECTION D’INVESTISSEMENT DEPENSES è Remboursement d’ emprunt (capital) (compte 16) . frais financiers. charges de personnel. a . La comptabilité communale est organisée par la loi du 22 juin 1994 qui a mis en place une réforme importante se traduisant notamment par l’instruction ministérielle M 14. B –LA PRESENTATION COMPTABLE. emprunts et dettes assimilées) Classe 2.La présentation par nature Un classement par nature signifie que les recettes et les dépenses sont regroupées selon leur identité (immobilisations. La nouvelle nomenclature par nature se rapproche encore plus de celle utilisée par les entreprises. Il s’agissait essentiellement de remplacer les anciennes nomenclatures budgétaires communales qui avaient été mises en place par les instructions M 11 et M 12. précédée de la codification 90 en section d’investissement et de la codification 92 en section de fonctionnement : è à chacune des opérations à l’ intérieur de la sous-fonction concernée. Elle est construite autour de deux catégories de comptes. relèvent des classes 1 à 3. emprunts. alors que les trois précédents sont mouvementés par l’ordonnateur et le comptable. 1° Les comptes de bilan Les comptes budgétaires de la section d'investissement. comptes d'immobilisations Classe 3. comptes financiers (décaissement et d’encaissement) Les comptes des classes 4 et 5 sont tenus par le comptable seul. deux modes de présentation sont prévus. lorsque le conseil municipal a décidé d’ individualiser une ou plusieurs opérations d’ équipement . Désormais. comptes de stock et encours Classe 4. comptes de tiers (dettes et créances de la collectivité à l'égard des tiers) Classe 5.

18 è Moins value de cession (compte 19) è Immobilisations (comptes 21) è Immobilisations affectées. Elle permet notamment de comptabiliser les garanties d’emprunts accordés. comptes de produits La classe 8 regroupe les comptes qui n'ont pas leur place dans les classes 1 à 7 du tableau. SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES . 28. Ils sont divisés en deux classes Classe 6.9) 2° Les comptes d'exploitation Ces comptes retracent les opérations de la section de fonctionnement. concédées. comptes de charges Classe 7. Le classement par nature ne permet pas de connaître facilement le coût d'un équipement ni le prix de revient d'un service c’est pourquoi une nomenclature fonctionnelle a été mise en place. affermées ou mise à disposition (compte 24) è Charges à répartir sur plusieurs exercices (compte 481) RECETTES èVirement de la section de fonctionnement (ligne 021) è Plus value de cession (compte 19) è Dotations et subventions d’ équipement dont dotation globale d’équipement et fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée (comptes 10. 15. 13) è Emprunts et dettes assimilées (compte 16) è Amortissement des charges à répartir (compte 481) è Dotations aux amortissements et provisions (comptes 14.

82 – Aménagements urbains . 31 – Expression artistique…) Fonction 4 – Sport et jeunesse (41-Services communs . 62 (sauf 621). 61. 21– Enseignement primaire…) Fonction 3 – Culture (30 – Services communs . 12 – Hygiène et salubrité publiques) Fonction 2 – Enseignement –Formation (20 – Services communs .La présentation par fonction Dix fonctions ont été retenues : Fonction 0 – Services généraux des administrations publiques locales (01 – Opérations non ventilables . 62 – Services en faveur des personnes âgées…) Fonction 7 – Logement (70 – Services communs .64. 02 –Administration générale…) Fonction 1 – Sécurité et salubrité publiques (11 – sécurité intérieure .19 è Charges à caractère général (compte 011 qui regroupe les comptes 60.635. 83 – Environnement) . 43Jeunesse) Fonction 5 – Interventions sociales et santé (51 – Interventions sociales . environnement (81 –Services urbains . 52 – Santé) Fonction 6 – Famille (61 – Services communs . 637 et 713) è Charges des personnels et frais assimilés (compte 012 qui regroupe les comptes 621. 631 et 633) è Autres charges de gestion courante (compte65) è Frais financiers (intérêts des emprunts) (compte 66) è Dotations aux amortissements et aux provisions (compte 68) è Virement à la section d’ investissement (ligne 023) RECETTES è Produits des services et du domaine (compte 70) è Travaux en régie (compte 72) èImpôts et taxes (compte 73) è Dotations et participations (compte 74) è Autres produits de gestion courante (compte 75) è Reprises sur amortissements et provisions (compte 78) è Transfert de charges (compte 79) b . 71 – Parc privé de la ville…) Fonction 8 – Aménagements et services urbains. 42 – Sports .

si elles doivent présenter leur budget par nature et par fonction.les opérations financières (91) .Services généraux 920 .Personnel -933 .Impôts et taxes 934 . 92 – Foires et marchés…) Chacune des dix fonctions est ensuite subdivisée en sous-fonctions à deux chiffres et. parfois. en rubriques à trois chiffres en tout une cinquantaine.Opérations financières 937 . Pour ce qui est des communes comprises entre 3.Action économique Les codifications 91 et 93 font l'objet de sous-rubriques particulières 910 .Enseignement 921 .500 et 10.Enseignement 902 .Action économique 929 .20 Fonction 9 – Action économique (91 – Interventions économiques . En croisant cette nomenclature et la classe 9 de la nomenclature précédente on peut non seulement présenter le budget de manière fonctionnelle mais de plus le faire voter sur cette base. l’autre mode de présentation doit figurer dans les documents budgétaires.Dotations.Transferts de charges Dans les communes de plus de 10.000 habitants le vote peut se faire par fonctions ou par nature.Ressources internes 913 .Culture et vie sociale 903 . le vote ne peut se faire que par nature.000 habitants. deux en fonctionnement .En fonctionnement: .les services communs (93) Les codifications 90 et 92 se déclinent ensuite selon la nomenclature fonctionnelle 900 . deux en investissement.Services généraux 901 . Il est entendu que quel que soit le choix. c’est le Conseil municipal qui le décide.Santé 923 .les services individualisés (92) .Opérations exceptionnelles 938 .les opérations d'équipement (90) . participations et subventions reçues 936 .Santé 909 .Culture et vie sociale 922 .En investissement: .Mouvements financiers 911 .Ressources externes 931 .Amortissements et provisions 939 . Quatre destinations sont proposées par la classe 9. SECTION 2 LES PRINCIPES BUDGETAIRES .Opérations financières et diverses 912 .

1° La division du budget Le budget d’une collectivité territoriale comprend plusieurs composantes.21 Certains principes régissent la présentation du budget.Principes de présentation La présentation du budget obéit au principe d’unité mais aussi d’universalité A . Il s’agit du budget principal qui rassemble les recettes et les dépenses de la collectivité.L' UNITE Le sens de ce principe doit d’abord être précisé car sa portée peut être relativisée. C'est donc la volonté de contrôler les opérations financières le plus complètement et le plus précisément possible qui donne son sens politique à ce principe. § 1 . B . d’autres sont relatifs à l’autorisation. 1° La dimension technique Sur ce plan le principe débouche sur deux règles : . q L’unité formelle Encore faut-il que le budget se réduise à un seul acte sans quoi la vision des décideurs risque d’être déformée.» Ce principe présente deux dimensions. b) Portée Le principe n’est pas vraiment appliqué dans la mesure où l’on assiste à une division du budget en plusieurs composantes et où les actes budgétaires ont tendance à se multiplier. 2° La multiplication des actes budgétaires. Ils rassemblent les opérations financières des services publiques industriels et commerciaux. Il s’agit du budget supplémentaire et des décisions modificatives. q L’unité matérielle Si le budget examiné par l’organe délibérant contient l’ensemble des opérations financières de la collectivité territoriale alors l’autorisation a un sens.L' UNIVERSALITE a) Le sens du principe Ce principe est posé par l'article 23 du décret du 29 décembre 1962 : « il est fait recette du montant intégral des produits sans contraction entre les recettes et les dépenses. des actes budgétaires viennent modifier la prévision initiale. 2° La dimension technique Pour atteindre ce but le budget doit être un matériellement et formellement un. Au cours de l’année et même au delà. La première est certes la plus importante et correspond à l’essentiel. Mais à côté de ce budget on trouve les budgets annexes. a) Sens 1° La dimension politique Ce principe doit permettre à l’organe délibérant de se prononcer en connaissance de cause. Certains sont obligatoires comme l’eau. l’assainissement.

Mais ce cadre peut dans certaines circonstances se transformer en véritable carcan. a) Un double sens 1° Sur un plan technique Comme au niveau de l’Etat. 2° Les assouplissements de la règle de la non-compensation Ils sont beaucoup plus rares. La spécialisation se fait à travers des chapitres et des articles budgétaires qui servent de base au vote. § 2 Principes d'autorisation L’autorisation budgétaire est non seulement spécialisée mais aussi annuelle. redevance d’accès aux pistes de ski. b) Une portée relative 1° Un champ qui peut être réduit . q La règle de la non-affectation des recettes 2° La dimension politique Comme les autres principes. Il faut donc pouvoir assouplir le principe ce qui en réduit la portée. 2312-2 du CGCT pour les communes.4311-1 pour les régions. L3312-1 pour les départements et L. celui-ci permet à l’organe délibérant de contrôler de manière plus efficace l’exécutif. l’autorisation de dépenser est donnée de manière précise. Son sens est double. b) La portée du principe 1° Les assouplissements de la règle de la non-affectation Plusieurs cas peuvent être cités. mais sa portée doit être relativisée. C’est telle dépense et non pas telle autre qui est autorisée : elle porte sur un objet spécialisé. Ensuite celui des subventions spécifiques qui comme l’indique leur nom sont également affectées. Un certain nombre de taxes le sont également : taxe de séjour. taxe d’usage des abattoirs. Mais on peut citer.22 q La règle du produit brut Elle interdit toute contraction et toute compensation. D’abord celui des emprunts qui sont affectés aux dépenses d'investissement. le résultat d'un budget annexe qui est repris dans le budget de la collectivité ou encore l’usage selon lequel la Mairie peut être chauffée par une coupe de bois. A . 2° Sur un plan politique Ce principe permet à l’organe délibérant de contrôler la politique de l’exécutif puisque celuici ne peut dépenser et donc agir que dans le cadre de l’autorisation qui est donnée.LA SPECIALITE Le principe est énoncé par les articles L.

23

Certains chapitres ne sont pas spécialisés. La loi du 5 janvier 1988 a prévu l'inscription d'une dotation pour dépenses imprévues qui ne peut dépasser 7,5 % du montant des dépenses réelles pour chacune des deux sections. (art L. 2322-1 ; L. 3322-1 ; L. 4322-1 du CGCT) 2° Une application qui peut être assouplie Des virements de crédits sont possibles d’article à article si le budget est voté par chapitre. (art L 2312-2 CGCT). C’est donc dans le cadre fixé par le conseil que les virements peuvent intervenir. B - L ' ANNUALITE a) Le contenu du principe 1° Un contenu technique Le budget doit être voté chaque année pour un an.
q Le rythme annuel du vote du budget Le budget des collectivités territoriales doit être voté chaque année. L’année budgétaire (l’exercice) coïncidant avec l’année civile, les budgets locaux devraient donc être votés, comme le budget de l'Etat, avant le 1er janvier. q L’exécution annuelle du budget Les autorisations budgétaires ne sont valables que pendant un an. Passé le 31 décembre les crédits deviennent caducs.

2° Un contenu politique
q Enoncé Le caractère annuel de l’autorisation permet à l’organe délibérant d’exercer un véritable pouvoir de contrôle sur l’exécutif. Le pouvoir budgétaire y trouve sa source.

Inconvénients En limitant à un an la validité de l’autorisation budgétaire on rend difficile la prévision des grands investissements et parfois la gestion de ceux-ci. C’est pourquoi l’application du principe est de plus en plus délicate.
q

b) L’application du principe Pour éviter le inconvénients évoqués, le champ d’application du principe est parfois réduit, mais surtout son application elle-même est assouplie. 1° La réduction du champ du principe Certaines autorisations budgétaires ont une valeur qui n’est pas annuelle. Les autorisations inférieures à l’année Le budget supplémentaire et les éventuelles décisions modificatives intervenant par définition en cours d’année ont de ce fait une valeur inférieure à l’année.
q

Les autorisations supérieures à l’année La technique des autorisations de programmes et des crédits de paiement que l’Etat pratique depuis le début de la Ve République, à été introduite au niveau régional par la loi du 6 janvier 1986 et au niveau départemental et communal par la loi du 6 février 1992 (art L. 2311-3 ; L. 3312-2 ; L. 4311-3 CGCT).
q

24

Les autorisations de programmes sont donc des autorisations dont le champ matériel est limité à l’engagement voir à la liquidation de la dépense, mais dont la portée temporelle est illimitée. « Elles demeurent valables sans limitation de durée jusqu'à ce qu'il soit procédé à l'annulation ». Elles sont complétées par des crédits de paiement dont le champ matériel est limité à l’ordonnancement et au paiement mais dont la portée temporelle est limitée à l’année. Ce système est surtout utilisé par les grandes collectivités. 2° L’assouplissement du principe
q Assouplissements de l’annualité du vote Le budget est rarement voté le 1er janvier. En réalité le contenu des budgets locaux est tributaire de celui de l'Etat (montant des dotations, informations fiscales... ). C’est pourquoi, la loi du 2 mars 1982 (art L.1612-1 CGCT) accorde aux collectivités locales la possibilité d'adopter leurs budgets jusqu'au 31 mars (à condition que les informations indispensables à l'établissement du budget aient été transmises avant le 15 mars) q

Assouplissements de l’exécution annuelle

• La journée complémentaire Cette technique connue dans la comptabilité publique de l’Etat permet de procéder à l’exécution d’autorisations budgétaires au delà du 31 décembre. Par une fiction en effet, on considère que la dernière journée de l’exercice dure… un mois ! Ce système ne s’applique qu’aux dépenses de la section de fonctionnement et depuis la 1997 qu’aux communes de moins de 3500 habitants. (Voir infra) • Le report de crédit Les crédits d’investissement non encore utilisés à la fin de l’année peuvent faire l’objet d’un report de crédit par le biais des « restes à réaliser ». CONCLUSION : V ERS DE NOUVEAUX PRINCIPES La loi du 22 juin 1994 met en place de nouveaux principes a) Le principe de sincérité : Le rattachement à l’exercice Trop de dépenses ou de recettes sont détachées artificiellement de l’exercice budgétaire auquel elles se rattachent, rendant ainsi particulièrement difficile la connaissance de la situation réelle de la commune. C’est pourquoi, seront rattachés à l’exercice, les droits acquis ou les charges ayant donné lieu à service fait avant le 31 décembre. La mesure ne vaut que pour les communes de plus de 3500 habitants et pour la section de fonctionnement

b) Le principe de prudence C’est à travers l’institution de deux nouveautés que ce principe est mis en œuvre. 1° L’amortissement Un amortissement permet de constater d’un point de vue comptable la dépréciation irréversible d’un bien mobilier ou d’une immobilisation. Un amortissement est calculé pour chaque bien ou immobilisation au prorata de la durée prévisible d’utilisation de ceux-ci. Ces

25

dotations aux amortissements constituent une dépense de fonctionnement (compte 68) et une recette d’investissement (compte 28). La loi du 22 juin 1994, rend obligatoire, pour les communes de plus de 3.500 habitants, l’amortissement des biens mobiliers renouvelables, comme le mobilier, le matériel, l’outillage ou encore les véhicules. Mais il est exclu pour les immeubles et la voirie de façon à éviter une majoration de la fiscalité. 2° Les provisions Comme l’amortissement, les provisions sont fondées sur le principe de prudence et de sincérité. En effet elles permettent de tenir compte de dépréciations probables d’actifs. En d’autres termes elles permettent de faire face à des risques. Rien n’interdisait avant la loi du 22 juin 1994 le recours à cette technique mais il faut reconnaître que rares ont été les utilisations. C’est pourquoi, l’article 2 de la loi a prévu deux provisions spéciales obligatoires, du moins pour les communes de plus de 3500 habitants. Il s’agit de la dotation aux provisions pour garanties d’emprunt, et de la dotation aux provisions pour dettes à remboursement différé.

CH AP ITRE 2 LE S PROCE SSUS BU DGE TAIRE S

Le budget est le produit d’un processus d’élaboration (Section 1). Il fait l’objet d’un processus d’exécution (Section 2)

SECTION 1 L’ELABORATION
Le budget est élaboré dans le cadre d’une procédure qui fait l’objet de divers contrôles.

§ 1 La procédure
Elle se décompose en deux temps : la préparation et la décision A – LA PREPARATION Elle est politique bien sûre, mais elle est surtout administrative. a) La préparation politique : Le débat d’orientation budgétaire 1° L’instauration du débat La loi du 6 février 1992, dans ses articles 11 et 12, a étendu aux communes de 3 500 habitants et plus, ainsi qu’aux régions, l’obligation d’organiser un débat sur les orientations générales du budget qui était déjà prévue pour les départements (loi du 2 mars 1982). L’article L.2312-1 du CGCT reprend cette disposition : «Dans les communes de 3 500 habitants et plus, un débat a lieu au conseil municipal sur les orientations générales du budget, dans un délai de deux

Au niveau régional. Les mêmes dispositions existent relativement aux départements (L. Au plan local les receveurs municipaux sont d’un grand secours pour les Maires des petites communes notamment. Ce sont des données qui pour la plupart sont arrêtées par la loi de finances de l’année et qui conditionnent l’élaboration du budget des collectivités territoriales. Qu’il s’agisse des services fiscaux. (TA Versailles 28 dec. d’équipement. • Les exécutifs locaux sont enfin amenés à consulter les commissions des finances de leur assemblée. ainsi que les taux plafonds qui sont opposables à la commune en application . • Leurs services.2121-8». du montant prévisionnel des bases des quatre taxes Décret du 29 décembre 1982 Le préfet communique aux maires : 1° Un état indiquant le montant prévisionnel des bases nettes de chacune des quatre taxes directes locales imposables au bénéfice de la commune. du montant de la dotation du Fonds national de péréquation de la taxe professionnelle. les taux nets d'imposition adoptés par la commune l'année précédente. L’organisation de ce débat s’inscrit donc uniquement dans la logique du droit à l’information et du renforcement de la démocratie locale prévus dans le titre II de la loi d’orientation du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la République. mais surtout ce sont les services financiers qui centralisent les opérations de préparation. 2° Les documents Les décrets du 29 décembre 1982 donnent la liste des informations que doivent recevoir les collectivités territoriales pour élaborer leur budget. (éléments nécessaires au calcul de la dotation globale de fonctionnement. 4311-11) 2° L’organisation du débat Le débat peut se tenir dans un délai très court avant le vote du budget.1993 Commune de Fontenay-le-Fleury) b) La préparation administrative 1° Les acteurs La préparation incombe à l’exécutif c’est à dire au Maire. 0 Les services des collectivités territoriales sont les différents services dépensiers qui font un certain nombre de propositions. au Président du Conseil général. le Comité économique et social doit être consulté.26 mois précédant l’examen de celui-ci et dans les conditions fixées par le règlement intérieur prévu à l’article L. ou comptables. Si c’est le cas il sera difficile d’intégrer les souhaits exprimés par les conseillers municipaux. Ce débat doit avoir lieu dans les deux mois précédant l’examen du budget par l’Assemblée. Bien sûr ils sont aidés dans leur tâche par leurs adjoints aux finances pour les communes ainsi que les vice-présidents chargés des finances dans les départements et les régions. 3312-1) et aux régions (L. Dans le même sens il faut souligner que le vote d’une résolution ou d’une décision sur les orientations n’est pas expressément prévu. généraux ou régionaux dans le budget et le débat restera alors une simple formalité. mais aussi ceux de l’Etat leur apportent leur concours. Enfin la Direction Général des Collectivités Locales (DGCL) du Ministère de l’Intérieur apporte de nombreuses informations aux différentes collectivités territoriales. 0 L’aide des services de l’Etat est également d’un grand secours. les taux moyens de référence au niveau national et départemental. Juridiquement. au Président du Conseil régional. ce débat a été considéré par la jurisprudence comme une formalité substantielle.

Les membres des assemblées délibérantes ont le droit de se faire communiquer tous les documents budgétaires dont disposent les services. (Art. L. telle qu'elle figure dans la loi de finances . Concrètement. Conseil général (art. q Cadre procédural Le quorum (la moitié des membres du Conseil) doit être réuni au moment du vote proprement dit et pas seulement au début de la séance.2312-1). Le vote peut se faire au scrutin secret si un tiers des membres présents le réclame. Conseil régional. ainsi que les prévisions pour l'exercice en cours.3312-1). 7° La prévision d'évolution des rémunérations des agents de l'Etat.4311-1 pour les régions). B – LA DECISION : LE VOTE a) La procédure de vote 1° Son cadre q Cadre organique C’est l’organe délibérant qui est compétent pour se prononcer sur le budget : Conseil municipal (art. 5° Le montant de chacune des dotations versées dans le cadre de la dotation globale de fonctionnement ainsi que celui de la dotation spéciale destinée à compenser les charges supportées pour le logement des instituteurs . L. 8° Le tableau des charges sociales supportées par les communes à la date du 1er février. L. 1384 A et 1385 I et II bis du code général des impôts . 2312-2) pour les communes . 4311-1). 6° La variation de l'indice des prix de détail entre le 1er janvier et le 31 décembre de l'exercice écoulé. De plus une note explicative de synthèse doit être jointe à la convocation des membres de l’assemblée délibérante. 2° Le montant de la dotation de compensation de la taxe professionnelle en application du IV et IV bis de l'article 6 de la loi n° 86-1317 du 30 décembre 1986 portant loi de finances initiales pour 1987 . 3° Le montant de la dotation à recevoir du fonds national de péréquation de la taxe professionnelle en application des articles 1648 B du code général des impôts et du fonds national de péréquation en application de l'article 1648 B bis du même code . 2° Son déroulement q Règles générales Le vote se fait par chapitre ou si l’assemblée délibérante le décide par article.000 habitants ainsi que pour les départements et les régions le vote peut se faire par nature ou par fonction. D’abord. sont votés les chapitres ou les articles puis dans un deuxième temps intervient le vote d’ensemble. (art.2121-12). .27 de l'article 3-1 de la loi n° 80-10 du 10 janvier 1980 portant aménagement de la fiscalité directe locale. L. L. L. ( art. telles qu'elles figurent dans les tableaux annexés à la loi de finances . il se déroule en deux temps. 4° Le montant de la compensation versée par l'Etat en contrepartie de l'exonération de taxe foncière dont bénéficient les constructions nouvelles. reconstructions et additions de constructions en application des articles 1384. Pour les communes de plus de 10. modifié par l'article 18-1 de la loi n° 82-540 du 28 juin 1982 . L.3312-1 pour les départements .

0Si le budget n’est pas voté le 31 mars ou le 15 avril les années de renouvellement des organes délibérants. 22 de la loi devenu art. le Président du Conseil régional peut demander un vote d’ensemble sur le texte en tenant compte éventuellement d’un ou plusieurs amendements présenté lors de la discussion. 4311-1 du CGCT) Après l’examen du budget. L. L.1612-1 CGCT) accorde aux collectivités locales la possibilité d'adopter leurs budgets jusqu'au 31 mars (à condition que les informations indispensables à l'établissement du budget aient été transmises avant le 15 mars) 2° La sanction des délais 0 Si le budget n’est pas voté le 1er janvier. comme toute autre délibération est soumis au nouveau régime de contrôle institué par la loi du 2 mars 1982 et repris par le Code général des collectivités territoriales. il peut les engager et les liquider dans la limite des crédits inscrits au budget précédent. 4311-1-1 du CGCT) Si le budget a été rejeté au 20 mars ou au 30 avril les années de renouvellement des Conseils régionaux. une procédure de contrôle budgétaire est intentée.28 q Règles particulières La loi du 19 janvier 1999 relative au mode d’élection des conseillers régionaux et au fonctionnement des conseils régionaux a introduit deux nouvelles procédures de vote. Mais. Le plus important et le plus spécifique est le contrôle budgétaire. 0 Mais le budget est rarement voté le 1er janvier. 0 Le vote bloqué (art. l’exécutif de la collectivité territoriale peut mettre en recouvrement les recettes et s’agissant des dépenses de fonctionnement. Ce texte sera considéré comme adopté à moins qu’une motion de renvoi présentée par la majorité absolue des membres du Conseil régional ne soit adoptée à la même majorité dans un délai de 5 jours à compter du dépôt du nouveau projet. L. C’est pourquoi. 23 de la loi devenu art. le Président du Conseil régional présente un nouveau projet dans les dix jours suivant le rejet. l’élaboration du Budget. « Les actes pris par les autorités communales sont exécutoires de plein droit dès qu'il a été procédé à leur publication ou à leur notification aux intéressés ainsi qu'à leur transmission au . peut s’appliquer aussi le contrôle de la légalité. Cette motion doit en outre comporter le nom du nouveau candidat aux fonctions de président du Conseil régional ainsi qu’une déclaration de celui-ci elle est accompagné d’un projet de budget. 1612-1 CGCT). 0 Le 49-3 régional (art.1612-1). (Voir infra) § 2 Les contrôles Plusieurs contrôles sont pratiqués à ce stade. b) Les délais de vote 1° Les différents délais 0 Le budget doit être adopté avant le 1er janvier de l’exercice auquel il s’applique. Quant aux dépenses d’investissement elles peuvent être mandatées dans la limite du quart des crédits de l’année précédente sur autorisation de l’assemblée délibérante (art L. ( art. la loi du 2 mars 1982 (art L. A – LE CONTROLE DE LA LEGALITE Le budget.

Le refus de la demande par le préfet n’interdit pas le recours direct. q La définition des dépenses obligatoires . a) L’initiative de l’administration : le déféré préfectoral Dans les deux mois qui suivent la transmission.29 représentant de l'Etat dans le département ou à son délégué dans l'arrondissement » art 21311du CGCT. elle ne peut donc pas être elle-même soumise à l’appréciation du juge. le préfet peut déférer l’acte au Tribunal administratif : il n’y a pas d’obligation pour le préfet. 2° Le recours pour excès de pouvoir Toute personne ayant intérêt pour agir peut saisir directement le tribunal administratif. a) Le contrôle des dépenses obligatoires 1° La non inscription des dépenses obligatoire (Art. La demande doit être faite dans les deux mois à compter à compter de la date où l’acte est devenu exécutoire. Une personne physique ou morale ayant intérêt à agir peut demander au préfet de déférer l’acte au juge. de marché public et de délégation de service public formulée dans les 10 jours de la réception de l’acte entraîne la suspension de celui-ci. De plus ce contrôle vise à substituer à l’acte budgétaire initial. 1612-15 du CGCT) Certaines dépenses sont obligatoires. si elles ne sont pas inscrites dans le budget. La loi du 4 février 1995 prévoit que la demande de sursis à exécution en matière d’urbanisme. b) L’initiative de l’administré 1° Le déféré à la demande de la personne lésée C’est la loi du 25 juillet 1982 qui a prévu cette possibilité. L. qu’elle soit explicite ou implicite. S’il défère l’acte. un acte conforme au droit et non pas son annulation. Le refus de déférer ne constitue pas une décision faisant grief. Ce contrôle est déclenché par le préfet et fait intervenir la Chambre régionale des comptes. Elle a pour effet de proroger le délai du recours jusqu’à l’intervention de la décision du préfet. en cas d’inaction quelle suite il entend donner. le respect de l’équilibre et l’inscription des dépenses obligatoires. une procédure de contrôle sera alors mise en œuvre. il doit informer la collectivité territoriale et donner toutes les précisions sur les illégalités. Il peut se contenter d’observations formulées aux autorités locales. Les autorités locales peuvent demander au préfet. B – LE CONTROLE BUDGETAIRE Ce contrôle ne porte que sur la légalité budgétaire c’est à dire qu’il permet de vérifier un certain nombre de points limitativement énumérés par le CGCT : le respect des délais d’adoption. Si celle-ci n’aboutit pas alors le préfet se substitue à la collectivité territoriale défaillante.

leur entretien et leur translation dans les cas déterminés par le chapitre III du titre II du livre II de la présente partie . la location d'une maison ou d'une salle pour en tenir lieu . . 6° Les traitements et autres frais du personnel de la police municipale et rurale . Ou encore d’entretien des bâtiments et des ouvrages de la collectivité territoriale. traitements. les communes peuvent exiger des intéressés ou de leurs ayants droit le remboursement des frais de secours qu'elles ont engagés à l'occasion d'accidents consécutifs à la pratique des activités sportives dont la liste est établie par décret en Conseil d'Etat. Les communes sont tenues d'informer le public des conditions d'application du présent article sur leur territoire par une publicité appropriée en mairie et sur les lieux où se pratiquent ces activités sportives . 2123-13 . les frais de conservation des archives communales et du recueil des actes administratifs du département et. 9° Les dépenses dont elle a la charge en matière d'éducation nationale . pour les communes chefs-lieux de canton. 7° Les dépenses de personnel et de matériel relatives au service d'incendie et de secours. Enfin il s’agit des provisions et des amortissements. 2123-28 et les frais de formation des élus visés à l'article L. 11° Abrogé . 2123-26 à L. 4° La rémunération des agents communaux . Toutefois. 15° Les dépenses de prospections. les cotisations des communes aux régimes de retraite en application des articles L. si la commune n'en possède pas. 521-1 du code de la mutualité .Les dépenses obligatoires comprennent notamment : 1° L'entretien de l'hôtel de ville ou. Dépenses obligatoires des communes : Article L2321-2 du CGCT : . 14° La clôture des cimetières.30 Le Code retient deux critères pour définir les dépenses obligatoires : « les dépenses nécessaires à l'acquittement des dettes exigibles et les dépenses pour lesquelles la loi l'a expressément décidé ». Ce sont aussi des dépenses relatives aux services publics ainsi que les dépenses correspondant à une participation aux dépenses d’une autre collectivité territoriale. 10° Les dépenses résultant de l'application de l'article L. Elles déterminent les conditions dans lesquelles s'effectue le remboursement de ces dépenses qui peut porter sur tout ou partie des frais visés. 5° La cotisation au budget du Centre national de la fonction publique territoriale . travaux et contrôles nécessaires à l'action de lutte contre les moustiques conformément à l'article 1er de la loi n° 64-1246 du 16 décembre 1964 relative à la lutte contre les moustiques et à l'article 65 de la loi de finances pour 1975 (n° 74-1129 du 30 décembre 1974) . 2123-20. • Les dépenses pour lesquelles la loi l'a expressément décidé Il s’agit de dépenses que le Code énonce. les frais de conservation du Journal officiel . 3° Les indemnités de fonction prévues à l'article L. 13° Les frais de livrets de famille . 8° Les pensions à la charge de la commune lorsqu'elles ont été régulièrement liquidées et approuvées . 2° Les frais de bureau et d'impression pour le service de la commune. 12° Les dépenses des services communaux de désinfection et des services communaux d'hygiène et de santé dans les conditions prévues par le titre Ier du livre Ier du code de la santé publique . Schématiquement ce sont des dépenses de rémunération de personnel ou liées à celle-ci.

mentionnées à l'article L. 18° Les frais d'établissement et de conservation des plans d'alignement et de nivellement. 5° La rémunération des agents départementaux . 17° Les dépenses liées à la police de la salubrité visées à l'article L. les dotations aux amortissements des immobilisations . 29° Les dotations aux provisions spéciales constituées pour toute dette financière faisant l'objet d'un différé de remboursement . 25° Le versement au fonds de coopération prévu à l'article L. 9° Les dépenses liées à l'organisation des transports scolaires . . 28° Pour les communes et les groupements de communes dont la population est égale ou supérieure à 3 500 habitants et pour leurs établissements publics. 23° Les prélèvements et contributions établis par les lois sur les biens et revenus communaux . 30° Les intérêts de la dette et les dépenses de remboursement de la dette en capital . 6° Les intérêts de la dette . 8° La participation du département aux dépenses de fonctionnement des instituts universitaires de formation des maîtres . 5334-10 . 12° La participation au service départemental d'incendie et de secours . 3123-15 à L. 7° Les dépenses de fonctionnement des collèges . 3123-21 à L. 3° Les cotisations aux régimes de retraites des élus en application des articles L. 20° Les dépenses d'entretien des voies communales . 2224-8 . 19° La part contributive de la commune aux dépenses de la rénovation du cadastre au cas d'exécution à la demande du conseil municipal . 4° La cotisation au Centre national de la fonction publique territoriale . transférés à la commune par application de l'article L. les dotations aux provisions . 318-2 du code de l'urbanisme . 151-40 du code rural . 2122-34 . 121-2 du code de l'urbanisme . Dépenses obligatoires des départements : Article L3321-1 du CGCT 1° Les dépenses relatives au fonctionnement des organes délibérants et à l'entretien de l'hôtel du département . 10° Les dépenses relatives à l'action sociale. 21° Les dépenses d'entretien et de conservation en bon état d'ouvrages. 26° Les dépenses résultant de l'application de l'article 25 de la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques . 5334-7 et le reversement de l'excédent prévu à l'article L. 22° Les dépenses résultant de l'entretien des biens autres que ceux mentionnés au 20°. 2° Les dépenses relatives aux indemnités de fonction prévues aux articles L. 2213-30 . à la santé et à l'insertion mises à la charge du département . 3123-11 . 31° Les dépenses occasionnées par l'application des dispositions des articles 2 et 3 de la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage . 11° Les frais du service départemental des épizooties . 3123-24 . 3123-18 et aux frais de formation des élus visés à l'article L. 24° Les dépenses occasionnées par l'application de l'article L.31 16° Les dépenses relatives au système d'assainissement collectif mentionnées au premier alinéa de l'article L. 27° Pour les communes ou les groupements de communes dont la population est égale ou supérieure à 3 500 habitants et pour leurs établissements publics. sous la réserve prévue par l'article L. 32° L'acquittement des dettes exigibles.

Dans un tel cas on comprend que la personne non payée puisse prendre l’initiative de la procédure. 17° Les dépenses de remboursement de la dette en capital . 5° La rémunération des agents régionaux . Les dettes exigibles correspondent également aux dettes résultant des d’engagement contractuels ou de décision de justice. 7° Les dépenses dont elle a la charge en matière d'éducation nationale .La mise en demeure de la Chambre . Enfin toute personne y ayant intérêt peut en faire de même. Dans les trois cas c’est par lettre recommandée avec accusé de réception que la saisine est réalisée.32 13° Les dépenses résultant de l'entretien des biens transférés au département par application des dispositions de l'article L. • L’intervention de la Chambre régionale des comptes Elle se déroule en deux temps : . 2° Les dépenses relatives aux indemnités de fonction prévues aux articles L. 4135-21 à L. 4135-11 . 318-2 du code de l'urbanisme . les dépenses obligatoires sont les dépenses que la collectivité s’est imposée elle-même ou celles que le législateur lui impose. En définitive. On sait que bon nombre de dépenses obligatoires sont des dépenses de rémunération. 3° Les cotisations aux régimes de retraite des élus en application des articles L. Elles correspondent principalement aux remboursements des emprunts ainsi qu’aux garanties des emprunts. 14° Les dépenses de construction et grosses réparations des collèges . 4135-24 . 9° Les dettes exigibles. Un mémoire justificatif doit être joint ainsi que les pièces justificatives. Il s’agit d’abord du représentant de l'Etat dans le département qui est à même de savoir si une dépense obligatoire n’a pas été inscrite. • les dépenses nécessaires à l'acquittement des dettes exigibles Les dettes exigibles sont les dettes certaines. 15° Les dépenses d'entretien et construction des ports maritimes de commerce et de pêche . 4135-15 à L. 4° La cotisation au Centre national de la fonction publique territoriale . liquides et incontestées. Le comptable de la collectivité territoriale peut lui aussi saisir la Chambre puisqu’il connaît la situation financière de la collectivité territoriale. 6° Les intérêts de la dette et les dépenses de remboursement de la dette en capital . 318-2 du code de l'urbanisme . Aucun délai n’est prévu. 4135-18 et aux frais de formation des élus visés à l'article L. Dépenses obligatoires des régions : Art L4321-1 du CGCT : 1° Les dépenses relatives au fonctionnement des organes délibérants et à l'entretien de l'hôtel de la région . 18° Les dettes exigibles. q La procédure de contrôle • La saisine de la Chambre régionale des comptes C’est le seul cas de contrôle budgétaire dans lequel trois personnes différentes peuvent saisir la CRC. 8° Les dépenses résultant de l'entretien des biens transférés à la région en application des dispositions de l'article L. 16° Les dépenses d'entretien et construction de la voirie départementale .

-D. Mais. Ministère de l’Intérieur et Ministère de l’Education nationale c/ Ecole N. la CRC. q La procédure du contrôle Saisi par le préfet dans les quinze jours suivant la date limite du vote. ce refus peut entraîner en cas d’illégalité la responsabilité de l’Etat en cas de faute lourde. qui suit le préfet procède d’office au mandatement. L. de Kénitron) 2° Le non-mandatement d’une dépense obligatoire (Art. les années de renouvellement des conseils. la CRC demande au préfet de se substituer à la collectivité défaillante : La chambre assortit sa demande d’une proposition de « création de ressources ou de diminution de dépenses facultatives destinés à couvrir la dépense obligatoire » • L’inscription d’office «le représentant de l'Etat dans le département règle et rend exécutoire le budget rectifié en conséquence ». . sur cette base le préfet règle et rend exécutoire le budget. Encore faut-il que toutes les pièces nécessaires à l’établissement du budget aient été transmises par l’Etat quinze jours plus tôt. 29 Avril 1987. A défaut de mandatement le préfet met en demeure le Maire. ( CE. mais encore qu’elle soit mandatée sans quoi elle ne pourra être payée. Si la mise en demeure reste sans effet dans le mois. 1612-2 du CGCT) q Les conditions du contrôle Si le budget d’une collectivité territoriale n’est pas voté le 31 mars ou le 15 avril.La proposition d’inscription Si la collectivité territoriale rejette la mise en demeure ou si elle ne fait rien dans le délai d’un mois. 1612-16 du CGCT) Quand une dépense est obligatoire. Si la collectivité territoriale suit la Chambre le problème sera réglé. L. La question s’est longtemps posé de savoir si la compétence du préfet était liée ou discrétionnaire. le Président du Conseil général ou le Président du Conseil régional d’y procéder. b) Le contrôle du respect de l’annualité (Art. formule dans le mois qui suit des propositions en vue du règlement du budget. 1° L’ équilibre du budget voté . mais c’est surtout après exécution que l’on peut vérifier s’il a été réel ou non. S’il s’écarte des propositions de la Chambre il doit prendre une décision motivée. la procédure de contrôle pourra être entamée. Dans son arrêt Commune de Brives-Charensac c/ Arnaud du 10 février 1988 le Conseil d’Etat affirme « le préfet peut sous le contrôle du juge de l’excès de pouvoir. il faut non seulement qu’elle soit inscrite dans le budget. par décision motivée de se conformer à la proposition de la Chambre régionale des comptes » Il peut donc refuser l’inscription d’office. c) Le contrôle du respect de l’équilibre L’équilibre d’un budget apparaît d’abord au moment du vote de celui-ci. refuser. La liste des pièces devant être communiquées est donnée par les décrets du 29 décembre 1982.33 Dans le mois qui suit sa saisine la CRC constate la non-insciption et met en demeure la collectivité territoriale d’inscrire la dépense.

Mais. • L’intervention de la Chambre régionale des comptes La CRC constate le déséquilibre. Département du Tarn c/ Barbut et autres 2312. mais section par section.(CE. De plus. Quant aux dépenses il faut qu’elles correspondent avec vraisemblance aux actions engagées par la collectivité. ajouté aux recettes propres de cette section. elle a un mois pour proposer à la collectivité des mesures visant à rétablir l’équilibre. fournit des ressources suffisantes pour couvrir le remboursement en capital des annuités d'emprunt à échoir au cours de l'exercice. • Le remboursement de la dette en capital doit se faire par des ressources propres. Les conditions du contrôle : la notion d’équilibre réel (Art. L. Si le préfet s’est abstenu de saisir la Chambre. q La procédure du contrôle : le rétablissement de l’équilibre (Art.34 Le budget doit être voté en équilibre réel . depuis 1997 l’excédent provenant de l’inscription des dotations aux amortissements et des provisions exigées est admis. les dépenses de la section d'investissement peuvent être engagées. Lorsque le budget d'une collectivité territoriale a été réglé et rendu exécutoire par le . l'organe délibérant ne peut se prononcer en matière budgétaire. et éventuellement aux dotations des comptes d'amortissements et de provisions. mais aussi le déséquilibre positif c’est à dire l’excédent. dans les deux mois suivants le mois «réservé » au préfet. intenter un recours devant le Tribunal administratif contre le budget en arguant du déséquilibre. L. La saisine se fait par lettre recommandée avec accusé de réception. toute personne peut. à l'exclusion du produit des emprunts.1988). Toutefois. si ce n’est pas le cas une procédure sera engagée. la CRC demande au préfet de régler le budget et de le rendre exécutoire dans un délai de quinze jours S’il s’écarte des propositions de la Chambre. Lorsque la CRC est saisie et jusqu'au terme de la procédure. mais aussi qu’aucune autre recette ne doit être majorée. 1612-5 du CGCT) • La saisine de la Chambre régionale des comptes Le préfet saisit la CRC dans le mois suivant la transmission du budget. liquidées et mandatées dans la limite de la moitié des crédits inscrits à ce titre. 1612-4 du CGCT) Trois éléments permettent de définir cette notion : q • Les deux sections doivent être chacune en équilibre L’équilibre ne s’apprécie pas globalement. Si les mesures prises sont insuffisantes ou si aucune mesure n’est adoptée dans le mois suivant. comme s’était le cas avant 1982. » Ce qui est donc interdit c’est le déséquilibre négatif bien sûr c’est à dire le déficit. l'exécution de ce budget est suspendue jusqu'au terme de la procédure. L’article L. il doit motiver sa décision. 1612-4 du CGCT précise de manière très technique ce qu’il faut entendre par là: « lorsque le prélèvement sur les recettes de la section de fonctionnement au profit de la section d'investissement. donc qu’elles ne soient ni minorées ni majorées. • Les recettes et les dépenses doivent être évaluées de manière sincère Cela signifie que les recettes doivent être conformes aux évaluations résultant des informations transmises par l’Etat. Elle lui demande une nouvelle délibération.

L. a) La signification du principe . la Chambre fait au préfet des propositions sur la base desquelles il réglera et rendra exécutoire le budget. SECTION 2 L’EXECUTION L’exécution des budgets locaux se fait dans le cadre de principes (§ 1). Toutefois si le compte administratif n’est pas transmis dans les délais (au plus tard le 15 juillet). q Les conditions du contrôle : l’importance du déficit Pour les régions. les budgets supplémentaires afférents au même exercice sont transmis par le préfet à la chambre régionale des comptes. une procédure identique à la précédente sera entamée. Pour les communes de moins de 20. dans le mois qui suit. Là encore s’il s’écarte des propositions de la Chambre il doit motiver explicitement sa décision. comme les principes de droit budgétaire. Le décret du 29 décembre 1962 le réaffirme dans son article 20 : « Les fonctions d’ordonnateur et de comptable sont incompatibles ». la CRC propose. S’il apparaît alors que le déficit n’est pas résorbé. q La procédure de contrôle Saisie par le préfet. 161214 du CGCT) Lors du vote sur le compte administratif un déficit peut apparaître. § 1 Les principes d’exécution Comme le droit budgétaire. la séparation des ordonnateurs et des comptables remonte. Le budget primitif suivant est automatiquement transmis à la CRC.1612-13 du CGCT). Bien sûr ce principe n’est pas toujours respecté. Sa signification est relativement claire par contre sa valeur est parfois contestée. A – LA SEPARATION DES ORDONNATEURS ET DES COMPTABLES Grand principe du droit de la comptabilité publique.000 habitants le déficit doit être supérieur ou égal à 10 % des mêmes recettes. par des agents (§ 2). à la Restauration. S’il est suffisamment important il sera à l’origine d’une procédure de contrôle. les départements ainsi que pour les communes de plus de 20. la comptabilité publique des collectivités territoriales est régie par des principes en l’occurrence il s’agit du principe de séparation des ordonnateurs et des comptables. des mesures permettant de rétablir l’équilibre. Il existe aussi bien au niveau de l’Etat qu’au niveau des collectivités territoriales. (art L. 2° L’équilibre du budget exécuté ou le déficit du compte administratif (Art.35 représentant de l'Etat dans le département. qui réalisent certaines opérations (§3).000 habitants le déficit constaté doit être égal ou supérieur à 5 % des recettes de fonctionnement.

le comptable peut quant à lui contrôler la régularité sur le plan budgétaire de l’opération. Mais. il va de soi que cela demande deux fois plus de temps.36 Comme dans tous les principes de séparation qu’affectionne notre droit public (séparation des pouvoirs. séparation des autorités administratives et des juridictions administratives etc …) il s’agit d’une double séparation : celle des organes ou l’indépendance organique. b) L’évaluation du principe Ce principe présente un certain nombre d’inconvénients. dans la mesure où les comptables appartiennent à l’administration d’Etat. B – LES ATTEINTES A LA SEPARATION . En effet. mais après vérification. celle du Trésor. disposent seuls des fonds nécessaires au paiement des dépenses. de là vient leur nom. 2° La justification Si lors de l’examen de la loi du 2 mars 1982 ces arguments ont été discutés. les comptables. Si l’ordonnateur reste seul compétent pour apprécier l’opportunité de la dépense. Ce sont les exécutifs locaux. Les premiers sont les ordonnateurs. En effet. Les premiers décident des dépenses et des recettes. 2° La séparation fonctionnelle Si les ordonnateurs et les comptables sont organiquement indépendants c’est pour leur confier des fonctions différentes. mais ils sont compensés par des éléments qui en justifie l’existence. Les ordonnateurs sont des administrateurs qui en plus de leurs fonctions propres exercent des fonctions en matière budgétaire. Le principe a pour première conséquence de rallonger les procédures. Bien sûr ils ne peuvent intervenir que sur ordre des ordonnateurs. Les comptables quant à aux. Ils se situent au sommet des hiérarchies administratives. eux seuls peuvent encaisser les recettes. 1° Les inconvénients Dés lors que deux personnes interviennent dans une même opération. leur présence peut être comprise comme contraire au principe de la libre administration des collectivités territoriales. celle des fonctions ou la spécialisation fonctionnelle. ils ont cependant été écartés. Les comptables appartiennent à d’autres administrations : des administrations d’Etat. mêmes si des initiatives récentes (convention ordonnateur/comptable) permettent de réduire les délais de paiement. 1° La séparation organique L’exécution du budget est confiée à deux sortes d’agents différents et distincts et surtout indépendants l’un de l’autre. c’est sur un terrain plus politique que le principe est souvent contesté. les seconds. Il n’y a donc entre eux aucun lien hiérarchique. le principe de la séparation des ordonnateurs et des comptables présente l’avantage considérable de permettre un contrôle efficace de l’exécution du budget.

De plus. 2° Les régies Dans certaines hypothèses. sur avis conforme du comptable public assignataire. il doit se présenter comme une pièce justificative s’ajoutant aux autres. une seule et même personne cumule les fonctions des ordonnateurs et des comptables. • Responsabilités Ils sont responsables personnellement et pécuniairement pour les opérations dont ils ont la charge. Le régisseur. c’est à dire qu’il dépend d’un ordonnateur. on parlera alors de régie d’avances ou dans des opérations de recettes et il s’agira naturellement de régie de recettes. q Les conditions de la réquisition • Elle est possible dès lors que la suspension du paiement n’est pas motivée par l’indisponibilité des crédits. L’organisation et le fonctionnement de ces deux types de régie est prévu par le décret 97-1259 du 29 décembre 1997. • Obligations du régisseur Avant d'entrer en fonctions. q Les effets de la réquisition Le comptable doit payer. de rentes sur l'Etat ou d'autres valeurs du Trésor. Enfin. • Contrôles L’ordonnateur et le comptable exercent un contrôle sur les régisseurs. q L’organisation des régies • Création de la régie Le régisseur est nommé par arrêté de l'ordonnateur de l'organisme auprès duquel la régie est instituée. toutefois. l’absence de service fait. Cette personne est un administrateur. sa responsabilité est alors dégagé. De plus il doit être incontestable c’est à dire « ne laisser aucune ambiguïté sur l’intention de l’ordonnateur » (Instruction 84-40 MO du 8 mars 1984). C’est l’ordonnateur qui engage sa propre responsabilité. • Sur le plan formel.37 Certaines sont admises par les textes en vigueur. l’absence de visa du contrôleur financier ou encore le caractère non libératoire du paiement. il est transmis à la Chambre régionale des comptes. a) Les atteintes admises 1° La réquisition des comptables L’article 8 du décret du 29 décembre 1962 prévoit ce droit de réquisition pour tous les ordonnateurs. puisque tel est son nom peut intervenir dans des opérations de dépense. l’ordre de réquisition doit être écrit est signé par l’ordonnateur. q Fonctionnement . Il peut être remplacé par l'engagement d'une caution solidaire constituée par l'affiliation du régisseur à une association de cautionnement mutuel agréée par le ministre chargé du budget. d’autres au contraire sont interdites. le régisseur est tenu de constituer un cautionnement Il est constitué par un dépôt en numéraire.

visée par l'ordonnateur. à titre exceptionnel et sur avis conforme du comptable public assignataire. au plus tard le lendemain de leur réception. Le dernier texte étant la loi du 23 février 1963 art 60. Il précise la définition et la sanction de la théorie de la gestion de fait. • La régie de recettes Dans la régie de recettes le régisseur constate les droits de la collectivité territoriale. Le régisseur remet les pièces justificatives des dépenses payées par ses soins. q La définition de la gestion de fait C’est le fait pour une personne non habilitée de s’immiscer dans la gestion d’un poste comptable. dans les conditions fixées par l'acte constitutif et au minimum à la fin de chaque mois. liquide la recette et procède au recouvrement de celle-ci. Seules des recettes non-fiscales peuvent faire l’objet d’une régie. un mandat de régularisation. . 0L’extraction irrégulière de fonds ou valeurs. Les chèques sont remis à l'encaissement ou au comptable public assignataire si le régisseur ne détient pas de compte de dépôts. 0L’ingérence dans le recouvrement des recettes Ces hypothèses sont relativement fréquentes.38 • La régie d’avances Dans la régie d’avances. Il s’agit de « mandats fictifs » c’est à dire de mandatements au vu de fausses pièces ou encore des subventions fallacieuses destinées à des associations dirigées par le Maire. Les régisseurs versent et justifient les recettes encaissées au comptable public assignataire dans les conditions fixées par l'acte constitutif de la régie et au minimum une fois par mois. Pour un ordonnateur plusieurs situations peuvent constituer une gestion de fait.XI. l'avance peut dépasser ce maximum. Il s’agit des cas dans lesquels l’élu encaisse luimême le produit de la vente d’une coupe de bois ou de tout autre produit. b) Les atteintes interdites : la gestion de fait C’est une théorie d’origine jurisprudentielle (Cour des comptes. L'avance est versée par le comptable public assignataire sur demande du régisseur. Ville de Roubaix 23 août 1834). pour le montant des dépenses reconnues régulières. le comptable remet au régisseur une avance de trésorerie pour lui permettre de procéder au paiement de dépenses qu’il aura lui-même engagé et liquidé. Mais le Législateur va la reprendre à son compte. Seules certaines dépenses peuvent faire l’objet d’un régie d’avances : 0 Les dépenses de matériel et de fonctionnement dans la limite d'un montant fixé par arrêté du ministre chargé du budget 0 La rémunération des personnels payés sur une base horaire ou à la vacation ainsi que les charges sociales y afférentes 0 Les secours 0 Les avances sur frais de mission ou les frais de mission lorsqu'il n'a pas été consenti d'avance 0 Les traitements ou les salaires au titre du mois au cours duquel les agents entrent au service des collectivités locales et des établissements publics locaux ou le quittent Le montant de l’avance est fixé par l’acte constitutif qui précise également les conditions dans lesquelles. à l'ordonnateur qui émet.

. ou excéder ce qui est dû. De plus. Il peut donc être mis en débet. comptable de fait. 1° La responsabilité pénale des ordonnateurs Plusieurs délits sont prévus par le nouveau code pénal : . au moment de l'acte. des dons. le président du Conseil régional pour la Région. l'administration. directement ou indirectement.LES AGENTS D’ EXECUTION a ) Les ordonnateurs Ce sont les exécutifs des collectivités territoriales. des présents ou des avantages quelconques pour accomplir ou s'abstenir d'accomplir un acte de sa fonction. des promesses. adjoints ou conseillers municipaux délégués peuvent chacun traiter avec la commune dont ils sont élus pour le . exiger ou ordonner de percevoir à titre de droits ou contributions. le président du Conseil général pour le Département. 0 La répression Le comptable de fait peut être condamné par le juge pénal pour immixtion dans les fonctions publiques. recevoir ou conserver. Ce délit est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 500 000 F d'amende. des offres. de prendre. la liquidation ou le paiement. pour une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public. En l’absence d’une telle condamnation le juge des comptes peut le condamner à payer une amende qui est plafonnée à la valeur des sommes irrégulièrement maniées. les maires. le Président du Conseil général ou encore le Président du Conseil régional est déclaré inéligible et par conséquent est déclaré démissionnaire d’office s’il est encore en fonction à la date du jugement. sans droit. Les ordonnateurs tiennent une comptabilité de leurs engagements et de leurs mandatements. à solliciter ou à accepter. Le Maire pour la commune. de recevoir. Ils peuvent déléguer leur signature. une somme qu'elle sait ne pas être due. dans les communes de moins de 3 500 habitants. un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a. Mais. pour une personne investie d'un mandat électif public. Ce délit est puni de dix ans d'emprisonnement et de 1 000 000 F d'amende . la charge d'assurer la surveillance.la prise illégale d’intérêt : art 432-12 C’est le fait.la corruption passive : art 432-11 Elle consiste pour un élu local. § 2 Les moyens d’exécution A . Celui-ci encourt la même responsabilité que le comptable régulier : il est responsable personnellement et pécuniairement. ils établissent le compte administratif.39 q La sanction de la gestion de fait 0 La réparation Le comptable de fait doit rendre ses comptes à la Chambre régionale des comptes qui déclare ou non la personne. le Maire.la concussion : art 432-10 C’est le fait. impôts ou taxes publics.

par le conseil municipal. Par conséquent les Maires.lorsqu’ils ont utilisé leur droit de réquisition pour procurer un avantage injustifié. aux collectivités locales et aux établissements publics nationaux ou locaux.Quel que soit le lieu où ils exercent leurs fonctions. Elle a été créée pour juger les administrateurs en cas de non-respect des règles de la comptabilité publique. De plus. . les Maires. Loi n° 63-156 du 23 février 1963 portant loi de finances pour 1963 (extrait) Article 60 I . pour la région enfin. dans ces communes. Elle est composée de membres de la Cour des comptes et de membres du Conseil d’Etat. . Depuis l’arrêt PELLETIER du Tribunal des conflits de 1873 les fonctionnaires publics ne sont personnellement responsables qu’en cas de faute personnelle et non en cas de faute de service. de la conservation des pièces justificatives des opérations et documents de comptabilité. Pour le département le comptable est le Payeur départemental.lorsqu’ils sont à l’origine d’une condamnation de leur collectivité à une astreinte. C’est la loi du 23 février 1963 qui établi cette responsabilité. Pour les comptables cette distinction ne joue pas : ils sont toujours personnellement et pécuniairement responsables. Toutefois. adjoints ou conseillers municipaux délégués peuvent acquérir une parcelle d'un lotissement communal pour y édifier leur habitation personnelle ou conclure des baux d'habitation avec la commune pour leur propre logement à condition que ces actes soient entérinés. du maniement des fonds et des mouvements de comptes de disponibilités. du paiement des dépenses. les comptables publics sont personnellement et pécuniairement responsables du recouvrement des recettes. b ) Les comptables Les comptables des budgets locaux sont des fonctionnaires d’Etat nommés par le Ministre des finances après information de l’ordonnateur. Il s’agit pour la commune des Trésoriers principaux ou des Receveurs-percepteurs ou des Trésoriers. Toutefois ont été exclus explicitement de sa compétences les ordonnateurs exerçant des fonctions politiques. 2° La responsabilité devant la Cour de discipline budgétaire et financière La Cour a été créée par la loi du 25 septembre 1948. c’est le Payeur régional.40 transfert de biens mobiliers ou immobiliers ou la fourniture de services dans la limite d'un montant annuel fixé à 100 000 F. depuis la loi du 29 janvier 1993 ces élus locaux peuvent être poursuivis dans trois cas : . . Elle est présidée par le Premier président de la Cour des comptes.lorsqu’ils ont manqué à l’obligation d’exécuter une décision de justice condamnant leur collectivité au paiement d’une somme d’argent. Présidents de Conseils généraux et Présidents de Conseils régionaux ne peuvent en principe être jugés par elle. de la garde et de la conservation des fonds et valeurs appartenant ou confiés à l'Etat. ainsi que de la tenue de la comptabilité du poste comptable qu'ils dirigent.

q La procédure Elle peut être administrative ou juridictionnelle. Responsabilité pour fait d’autrui Les comptables peuvent voir leur responsabilité engagée par des faits imputables aux : ? agents du poste comptable ? régisseurs ? comptables subordonnés q 2° La mise en œuvre de la responsabilité des comptables La responsabilité des comptables est mise en œuvre dans le cadre d’une procédure et aboutit généralement à des sanctions. 0 une procédure administrative : C’est le cas pour les comptables des communes de moins de 2000 habitants. mais aussi pour des faits imputables à d’autres. puisque le comptable s’expose à payer le débet principal. de dépenses et de patrimoine. Les comptables publics ne sont pas personnellement et pécuniairement responsables des opérations qu'ils ont effectuées sur réquisition régulière des ordonnateurs.41 Les comptables publics sont personnellement et pécuniairement responsables des contrôles qu'ils sont tenus d'assurer en matière de recettes. » 0Toutefois des atténuations sont possibles : la remise gracieuse. c’est la Chambre régionale des comptes qui est compétente q Les sanctions 0 Elles sont lourdes.la procédure de l’admission en non-valeur . Dans ce cas c’est le Trésorier.Les débets portent intérêt au taux légal à compter de la date du fait générateur ou. 1° Le champ d'application de la responsabilité des comptables Le comptable est personnellement responsable sur ses propres deniers non seulement pour des faits qui lui sont imputables. par la faute du comptable public. ? qu'une recette n'a pas été recouvrée. à compter de celle de leur découverte. les comptables publics ne sont pas personnellement et pécuniairement responsables des erreurs commises dans l'assiette et la liquidation des droits qu'ils recouvrent. si cette date ne peut être fixée avec précision. Mais le comptable s’expose aussi à verser les intérêts du débet : « VIII . q Responsabilité pour fait personnel La responsabilité pécuniaire prévue se trouve engagée dès lors : ? qu'un déficit ou un manquant en deniers ou en valeurs a été constaté. Hors le cas de mauvaise foi. dans les conditions prévues par le règlement général sur la comptabilité publique. c’est à dire la somme manquante.payeur général qui opère. 0 une procédure juridictionnelle : Dans tous les autres cas. l'organisme public a dû procéder à l'indemnisation d'un autre organisme public ou d'un tiers. le sursis de versement ainsi que des décharges en cas de force majeur Enfin les comptables peuvent être exonérés de leur responsabilité par le biais de deux procédures . ? qu'une dépense a été irrégulièrement payée ? que.

il émet d'office l'état nécessaire au recouvrement correspondant. q La liquidation de la dépense Le Décret du 29-12-1962 rappelle le double aspect de la liquidation. L’ordonnateur n’est jamais obligé d’intervenir. il juge du moment où il prendra sa décision. 2° La phase comptable Le contrôle Le comptable exerce un contrôle qui ne peut en aucune manière être un contrôle de l’opportunité. C’est un acte discrétionnaire. 0 La nature de l’ordonnancement.» (Décret du 29-12-1962) L’ordonnancement est donc un acte administratif. à défaut. le représentant de l'Etat adresse à la collectivité territoriale ou à l'établissement public local une mise en demeure d'y procéder dans le délai d'un mois . Faute d’ordonnancement dans ce délai. conformément aux résultats de la liquidation. C’est pour limiter ce caractère discrétionnaire que la loi du 16 juillet 1980 sur les astreintes a prévu que les décisions de justice sont exécutés dans les deux mois. Plus concrètement il s’agit d’actes unilatéraux comme une commande de matériel. dont la nature est particulière ainsi que les formes. Au niveau local l’ordonnancement est toujours un mandat de paiement. q . 1° La phase administrative Elle comprend trois éléments : L’engagement de la dépense L’article 29 du Décret du 29-12-1962 en donne la définition suivante : «l’acte par lequel un organisme public crée ou constate à son encontre une obligation de laquelle résultera une charge».LES OPERATIONS D’ EXECUTION Elles varient selon qu’il s’agit de dépenses ou de recettes a) Les opérations de dépenses Les opérations de dépense se décomposent en deux temps : la phase administrative qui dépend de l’ordonnateur et la phase comptable qui relève bien sûr du comptable. ou d’actes multilatéraux comme un contrat. l'ordre de payer la dette de l'organisme public. Il s’agit en effet d’un contrôle de la régularité mais seulement de la légalité externe. c’est à dire le calcul de la dépense elle-même ou encore la phase technique après la phase juridique q q L’ordonnancement de la dépense « L'ordonnancement est l'acte administratif donnant.42 - la procédure de la réquisition des comptables B . 0 La forme de l’ordonnancement. c’est à dire de la régularité budgétaire. 0L’aspect technique de la liquidation : elle a aussi pour objet « d'arrêter le montant de la dépense » c’est la liquidation proprement dite. 0L’aspect juridique de la liquidation : elle « a pour objet de vérifier la réalité de la dette » C’est la traduction de vieille règle du «service fait » selon laquelle le paiement des dettes est subordonné à la constatation de l’existence des prestations ou des services commandés.

mais surtout ils doivent correspondre par leur objet à la dépense envisagée. Pour que le paiement ait lieu. Le comptable s’assure que la personne désignée est bien le créancier. qu’il est compétent pour agir. Il s’agit de vérifier que la personne qui a signé l’ordonnance de paiement ou le mandat est bien l’ordonnateur. 0 Les modes de paiement : au dessus de 2500 F le paiement intervient par virement. • 2° Les opérations de recettes . L’inverse n’est pas vrai. Enfin il peut user de son droit de réquisition Le paiement Le comptable procède au règlement de la dette en payant. • L’objet du contrôle L’article 12 énonce cinq points sur lesquels porte le contrôle : 0 La qualité de l'ordonnateur tout d’abord. telle ou telle irrégularité est détectée. 0 L’exacte imputation des dépenses aux chapitres qu'elles concernent. voire en espèces. la validité de la créance dépend de l’existence du visa des contrôleurs financiers sur les engagements et les ordonnancements émis par les ordonnateurs principaux 0 Le caractère libératoire du paiement. • La sanction du contrôle 0 Le plus souvent. aucune irrégularité n’est constatée. soit renoncer à l’opération. q Les modalités du paiement 0 Le bénéficiaire du paiement : pour que le paiement ait bien un caractère libératoire il faut que ce soit le créancier lui-même. 0 La disponibilité des crédits. En dessous de ce seuil. La procédure pourra donc suivre son cours. En effet. Les chapitres budgétaires inscrits sur le mandat de paiement doivent exister. soit la régulariser si cela est possible. 0 Mais parfois.43 Le décret du 29 décembre 1962 précise l’objet de ce contrôle. D’autres modes d’extinction de la dette peuvent être utilisés. pour les mêmes raisons. Ce qui revient à dire qu’il informe l’ordonnateur de sa décision et qu’il la motive. cela revient aussi à vérifier les calculs de liquidation. selon la loi du 31 décembre 1968 (art. des départements et des communes … toutes créances qui n’ont pas été payées dans un délai de quatre ans à partir du premier jour de l’année suivant celle au cours de laquelle les droits ont été acquis » Enfin. le comptable suspend le paiement. • Les autres modes d’extinction de la dette : la compensation Les organismes publics peuvent opposer la compensation à leurs créanciers dès lors que ceuxci sont également leurs débiteurs. il peut se faire par chèques. Cela revient à vérifier l’existence du service fait à partir des différents documents accompagnant l’ordonnance de paiement. De plus. mais. alors. 0 L’ordonnateur peut alors. C’est à dire que le comptable procédera au paiement. l’article 13 du décret du 29 décembre 1962 rappelle que le comptable contrôle l'application des règles de la prescription quadriennale. En outre. il en fixe également la sanction. 1er) : « sont prescrites au profit de l’Etat. le comptable doit s’assurer qu’il n’existe pas d’opposition au paiement. il est nécessaire que le chapitre sur lequel s’impute la dépense contienne suffisamment de crédits 0 La validité de la créance.

Elle se traduit par l’émission d’un ordre de recettes. Les services fiscaux vérifient au moyen de la déclaration du contribuable l’existence des revenus perçus. la liquidation se fait par application du barème de l’impôt à la base. q La mise en recouvrement Article 23 Décret du 29-12-1962 Toute créance liquidée fait l'objet d'un ordre de recette constitué par un extrait de décision de justice. Il porte sur l’existence de l’autorisation de percevoir la recette. mais si le paiement n’intervient pas. Elle se traduit en matière d’impôt sur le revenu par les opérations d’assiette. § 3 Le contrôle de l’exécution Il se traduit par un certain nombre d’opérations (B) mises en œuvre par certains agents (A). le titre de perception peut être établi périodiquement pour régularisation. A . le comptable doit inscrire la recette dans ses écritures.44 Ici encore on retrouve les deux phases administrative et comptable. un titre de perception émis par l'ordonnateur. Le contrôle Il est effectué dans l’intérêt du comptable. Il peut prendre plusieurs formes. un acte formant titre. 1° La phase administrative q L’établissement des recettes Le décret du 29 décembre 1962 prévoit deux temps : • La constatation des droits Elle permet de vérifier la réalité des faits générateurs de la recette. le recouvrement devient forcé. Pour les recettes encaissées sur versements spontanés des redevables. un arrêté de débet ou. Ainsi en matière d’impôt sur le revenu. des saisies sont opérées.LES AGENTS DU CONTROLE : LES CRC . q q Le recouvrement Le recouvrement se déroule en premier lieu de manière amiable. sauf dérogation autorisée par le ministre des finances. 2° La phase comptable q La prise en charge Dès réception de l’ordre de recettes. Généralement cela suffit. le comptable vérifiera les réductions ou les annulations d’ordre de recettes. Eventuellement. • La liquidation Elle a pour finalité de calculer le montant de la recette. Après l’envoi d’un commandement de payer.

De plus. la Guyane et la Martinique. conseiller de seconde classe. a) L’organisation Dans chaque région est créée une Chambre régionale des comptes en France métropolitaine (22). conseiller de première classe. Le ministère public est assuré par un ou plusieurs commissaires du Gouvernement. en Ile de France (Marne la Vallée).45 Les Chambres régionales des comptes (CRC) ont été créées par la loi du 2 mars 1982 et organisées par la loi du 10 juillet 1982 ainsi que par le décret du 23 août 1995. En Ile de France ou en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Chaque section comprend un président et deux assesseurs. Trois Chambres territoriales ont été mises en place en Outre mer. Les dispositions essentielles ont été réunies en 1995 dans le livre II du Code des juridictions financières. choisis parmi les magistrats de la Chambre. quelques incompatibilités sont prévues par le CJF : avec le mandat parlementaire national et européen. q L’indépendance des magistrats Pour garantir leur indépendance. Le siège des Chambres est fixé par décret après avis du Conseil régional. Dans tous les cas c’est le chef lieu de la région qui a été retenu sauf en Corse (Bastia). Ce conseil assure la discipline au sein du corps ainsi que l’avancement. La carrière des magistrats Les membres des CRC sont recrutés par la voie du concours de sortie de l’ENA. les membres des CRC bénéficient de l’inamovibilité. Des assistants de vérification aident les juges qui peuvent faire appel ponctuellement à des experts extérieurs. q b) Les attributions 1° Compétence obligatoire . une autre pour la Réunion. dans des régions plus petites elles n’en comptent qu’une. 2° Les magistrats Les Chambres sont composées par des juges qui bénéficient d’un statut protecteur. Le corps comprend plusieurs grades : président de section. Les présidents des CRC sont nommés sur proposition du Premier président de la Cour des comptes par le Président de la République parmi les membres de la Cour des comptes ou ceux des CRC inscrits sur une liste d’aptitude établie par le Conseil supérieur des chambres régionales des comptes. les Chambres comprennent cinq sections. celui de Président de Conseil général. enfin la dernière pour la Nouvelle Calédonie et la Polynésie. de Président de Conseil régional. une compétente pour la Guadeloupe. Elle peut être divisée en sections dont le nombre varie en fonction de l’importance des activités des Chambres. conseiller hors classe. en Lorraine (Epinal) et dans le Nord-Pas-de-Calais ( Arras) 1° Les Chambres Chaque Chambre est formée par au moins un président et deux assesseurs.

le comptable peut se voir condamner à une amende. q L’instruction . plus de la moitié du capital ou des voix dans les organes délibérants. Celles-ci peuvent en effet être transmises aux Chambres par le représentant de l’Etat. Par délégation de la Cour des comptes elles peuvent être amenées à contrôler certains établissements publics nationaux. elles participent au contrôle de la légalité des conventions de marché public ou de délégation de service public. Il débouche sur des «Lettres d’observations ». ses caractéristiques sont également les mêmes. La procédure se déroule selon un schéma semblable à celui en vigueur devant la Cour des comptes.payeur général. Le commissaire du Gouvernement veille à ce que cette obligation du comptable soit respectée. Ainsi que les EPCI. les Chambres exercent un autre contrôle de nature administrative : le contrôle budgétaire qui consiste on l’a vu à vérifier l’application de quelques grand principes de droit budgétaire.46 Les Chambres régionales des comptes. Enfin. 2° Compétence facultative Les Chambres régionales des comptes peuvent vérifier les comptes des établissements. elles doivent rendre leur avis dans le délai d’un mois. Le contrôle pratiqué est de nature juridictionnelle s’agissant des comptes des comptables de ces personnes. 1° Le déroulement de la procédure Trois phases peuvent être distinguées. En cas de retard dans la production ou de non production du compte. B – LES OPERATIONS DE CONTROLE a) Le contrôle des comptes des comptables : l’apurement des comptes Les comptables des collectivités territoriales contrôlées doivent produire leurs comptes au plus tard le 31 décembre de l’année qui suit la clôture de l’exercice auquel il se rapporte. auxquels les collectivités territoriales ou leurs établissements publics apportent un concours financier supérieur à 10 000 F ou dans lesquelles ces mêmes collectivités territoriales détiennent. les lycées ou les offices d’HLM. Toutefois. ou enfin exercent un pouvoir prépondérant de décision ou de gestion. Les chambres contrôlent également obligatoirement les établissements publics locaux comme les hôpitaux. sociétés. le contrôle des communes de moins de 2000 habitants et dont les recettes ordinaires de fonctionnement ne dépassent pas 2 millions de francs est réalisé depuis la loi du 5 janvier 1985 par le Trésorier. une partie des universités ou les chambres d'agriculture. contrôlent obligatoirement les comptes des collectivités territoriales situées dans leur ressort : communes. comme. Cet avis sera transmis non seulement au préfet mais aussi à la collectivité territoriale ou à l’établissement public. depuis la loi ATR du 6 février 1992. quel que soit leur statut juridique. Si c’est le cas. groupements et organismes. départements et région. Par contre les Chambres régionales des comptes exercent un contrôle administratif sur les administrateurs et plus précisément sur leur gestion. Enfin. En effet ce contrôle débouche sur un acte juridictionnel : le jugement.

pour retard dans la production des comptes ou dans la réponse à un arrêt provisoire. Un contre-rapporteur.Si le comptable a respecté ses obligations et quitte définitivement ses fonctions c’est un jugement de quitus qui sera pris. Les voies de recours 0 L’appel devant la Cour des comptes est possible dans les deux mois. La chambre décide ensuite de faire sien ou non le contenu des travaux du rapporteur. Aucun document concernant les comptes et la gestion de la collectivité ne peut lui être refusé sous motif de confidentialité.des jugements de condamnation à l'amende. ainsi que pour sanctionner une gestion de fait. mais aussi à la collectivité territoriale. Ce recours est ouvert non seulement au comptable. 0 Le recours en révision Si des éléments nouveaux sont découverts et s’ils sont susceptibles de remettre en cause les conclusions du jugement.Si le comptable a respecté ses obligations un jugement de décharge sera pris. q L’audience Un débat en formation collégiale s’instaure entre le rapporteur. 0La procédure est écrite. à la demande du comptable ou du commissaire du Gouvernement. le contre-rapporteur et les autres membres. la Cour se prononce par un double jugement. c'est-à-dire le maniement de fonds publics par une personne n'ayant pas la qualité de comptable public . un recours en révision peut être introduit devant la Chambre ellemême.Par contre si le comptable est débiteur envers la collectivité dont il tient le compte. 0 Le jugement provisoire : tout jugement imposant une charge quelconque au comptable est prononcé à titre provisoire . y compris aux autorités de tutelle. Le rapporteur examine le compte et ses annexes. 0 Les jugements définitifs . L’arrêt rendu en appel par la Cour des comptes peut lui-même faire l’objet d’un pourvoi en cassation devant le Conseil d’Etat dans les deux mois. La Chambre peut également prononcer : . .des jugements constatant une gestion de fait. q 2° Les caractères de la procédure 0La procédure est inquisitoriale Cela signifie que le juge conduit l'instance et non pas les parties comme dans un procès civil. Il peut se faire communiquer tout document qu’il estime nécessaire. A la suite de ces investigations un rapport est établi. est désigné. . puisqu’il décharge le comptable de sa responsabilité. il est suivi d'un jugement définitif au vu des justifications apportées. un jugement de débet sera pris. et cette obligation s'étend à l'ensemble des personnes concourant à la direction de l'organisme et à sa gestion. au commissaire du Gouvernement ainsi qu’au Procureur près la Cour des comptes. . Le fait de faire obstacle aux investigations de la Chambre constitue un délit passible d'une amende de 100 000 F.47 Chaque compte est confié à un magistrat rapporteur dont le travail est soumis au contrerapport. A la suite de chaque vérification d'un compte.

une lettre d’observation provisoire qui sera communiquée à l’ordonnateur pour qu’il puisse répondre par écrit. b) Le contrôle de la gestion des ordonnateurs 1° La nature du contrôle Ce contrôle n’est pas juridictionnel mais administratif. Les magistrats disposent de moyens d’investigation quasiment illimités. après avoir entendu l’ordonnateur. « Sa compétence s'étend ainsi à la qualité de la gestion et peut la conduire dans la voie de l'évaluation des politiques publiques locales » 2° La procédure du contrôle Le contrôle est entrepris à l’initiative de la Chambre régionale des comptes. En réalité les CRC contrôlent aussi les résultats obtenus par comparaison avec les moyens mis en œuvre. Pendant longtemps elle restait secrète. Cette caractéristique découle d'une tradition ancienne fondée sur des raisons pratiques et sur des raisons de principe. Mais depuis la loi du 15 janvier 1990 elle doit être communiquée par l’exécutif à l’assemblée délibérante dès sa plus proche réunion afin qu’un débat puisse se dérouler. ( CE 30 juin 1989. Depuis 1996. les lettres d’observations sont des documents administratifs qui en tant que tels sont communicables à toute personne qui en fait la demande. mais que de plus. 0La procédure est contradictoire La règle du double jugement permet de respecter le principe du contradictoire puisque le comptable qui n’assiste pas à son procès peut néanmoins répondre à ce qui lui est reproché. ce qui est la règle devant n’importe quel juge. c’est à dire que seules les pièces écrites sont prises en compte : rapport et contre-rapport. La loi du 2 mars 1982 parlait de contrôle «du bon emploi des fonds publics » ce qui pouvait laissait penser que les CRC pouvaient apprécier l’opportunité des décisions prises par les ordonnateurs. La lettre d’observation est alors définitivement établie. observations du comptable. le comptable lui-même ne l’est pas. mais sur des lettres d’observations. les audiences relatives aux condamnations à l'amende sont publiques et cette réforme pourrait à l'avenir être étendue à d'autres audiences sous l'influence de la Convention européenne des Droits de l'homme. Le magistrat instructeur rédigera. Ministère du Budget / David) Enfin. la loi du 5 janvier 1988 devait remplacer ces termes par ceux de «contrôle de l’emploi régulier» des fonds publics. 0La procédure est non publique Si l’instruction est secrète ainsi que le délibéré. les audiences sont également secrètes ou plus exactement non-publiques. Cela signifie que non seulement le public n’est pas admis dans la salle d’audience. . Il ne débouche pas sur un jugement qui est un acte juridictionnel. De plus. les observations sont communiquées à la Cour des comptes qui peut ainsi alimenter la partie de son Rapport public consacrée aux collectivités territoriales. mais depuis la loi du 6 février1992 il peut être demandé par le préfet ou l’exécutif local lui-même.48 Comme dans l’ensemble de la juridiction administrative la procédure est écrite. Afin d’éviter cette confusion.

............. 60 a) La taxe d’habitation............ 76 2° Au profit des départements ....................... 71 2° Les taxes ayant une base spécifique....................................................................................49 DEUXIEME PARTIE : LE CONTENU FINANCIER : LES RECETTES .................................................................................................................................................................................................................................................... 72 § 2 Les impôts indirects................................................................ 76 1° L'établissement de la taxe.................................. 64 2° Liquidation....................... 66 1° Champ d’application......................................................................................................................... 76 a) Les impôts obligatoires.............................................................................. 66 2° Calcul.............................................................. 67 1° Champ d’application............................... 58 B ............................................................................................................................................................ 76 1° Champ d’application............................................................................................................................................................................................................ 52 1° Les étapes de la réforme ............................................................... 78 ................ 75 c) La taxe départementale des espaces naturels sensibles ........................... 76 1° Au profit des communes ........................... 53 2° Les objectifs de la réforme..................... 62 b) La taxe foncière sur les propriétés bâties ....................................................................................................................................................... 52 A – La réforme de la fiscalité directe locale.................................................. 73 2° Les « participations ».................................................... 66 d) La taxe professionnelle .................................................................... 61 1° Le domaine de l’impôt........................................ 65 c) La taxe foncière sur les propriétés non bâties .............. 56 1° Des résultats incertains ............................................................................................... 69 e) Les taxes annexes ................................................................................................ 73 1° La taxe locale d’équipement ..................................................................................................................................................................................................................................... 54 b) La réforme en cours............................................................................................... 57 2° Des conséquences déplorables. 67 2° Calcul............................... 64 1° Domaine ..................................................... 52 § 1 – Les impôts directs........................................................ 73 a) La fiscalité de l’urbanisme .................................................................................................................................................................................................................................................................... 52 a) La réforme d’origine.......................................................... 73 A – Les impôts inscrits à la section d’investissement .................................................................... 76 2° L'utilisation du produit de la taxe ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ d'urbanisme et de l'environnement ......................................................... 78 1° Au profit des communes ........... 77 3° Au profit des régions......Les éléments de la fiscalité directe locale ............ 76 2° Cumul.................................................. 76 d) Taxe pour le financement des dépenses des conseils d'architecture................................................................................... ............................................. 61 2° La liquidation de l’impôt .............................................................................................. 78 b) Les impôts facultatifs .......... 52 SECTION 1 LES RECETTES FISCALES..................... 71 1° Les taxes additionnelles aux impôts directs...................................................... 76 B – Les impôts inscrits à la section de fonctionnement ...................................................................................................................... 52 CHAPITRE 1 LES RECETTES INTERNES........................................................................................................................

.................................................................. 79 § 1 Les recettes du domaine ....................... 79 2° La production......................................................... 93 2° Le Fonds de correction des déséquilibres régionaux (FCDR)........................................ 86 c) La transformation de la DGF................................................... 87 2° La dotation de péréquation.La compensation de transferts de compétences .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 81 a) Le principe de l’équilibre financier ............. 87 3° La dotation de compensation.................................................................. 91 a) La péréquation de la taxe professionnelle .......................................................................... 91 1° Le fonds départemental de péréquation de la taxe professionnelle (FDPTP).....................................2 milliards de francs en 2001) .........................................................................................................................................50 2° Au profit des départements ....................... 80 b) Les recettes perçues à l’occasion de travaux réalisés sur le domaine ..................................................................................................................... 88 4° Les concours particuliers ..........5 MdF) ............................................ 98 A ....................................................................... 90 B – La pérequation entre collectivités territoriales....................................................................................................................................................................... 99 ................................................................... 87 1° La dotation de base .......................................................... 89 2° La DGF des départements (18.......................................................................................................... 80 B – Le domaine public .................................... 80 2° Prix......................... 79 1° La location... 98 a) La dotation générale de décentralisation (DGD)................................................................................................................................................................................................................................................................................. 81 b) Le principe d’égalité devant le service public........ 79 a) L’exploitation du domaine ...................................................... 84 1° Les origines fiscales...... 81 § 2 Les recettes des services publics ............................................................................................ 93 1° Le Fonds de solidarité entre les communes de la Région Ile de France (FSCRIF) ................................................................................................................... 93 b) Les fonds régionaux .... 79 b) L’aliénation du domaine ...................................... 85 b) L’instauration de la DGF ............................ 80 2° Les utilisations collectives ................................................................. 82 § 1 La péréquation........................................................... 82 SECTION 1 RECETTES DE TRANSFERT............................................................................................................... 81 1° Les taxes de voiries................................................................................................................................................................................................................... 81 CHAPITRE 2 LES RECETTES EXTERNES..................................... 85 2° La DGF des départements............................................................................................. 80 a) Les recettes perçues en vue de l’utilisation du domaine public .. 95 § 2 La compensation........................................................................ 85 1° La DGF des communes.................................. 80 1° Les utilisations individuelles.................................... 81 2° La contribution pour dégradation de voirie ...................................................... 92 3° Le fonds national de péréquation (FNP)............. 89 1° La DGF des communes et des EPCI (112............................................................ 79 SECTION 2 LES RECETTES NON-FISCALES ........................ 88 d) La DGF actuelle .......................................... 84 a) Les origines de la DGF ................................................................................................................. 84 A – La péréquation assurée par l’Etat : la DGF . 91 2° Le fonds national de péréquation de la taxe professionnelle (FNPTP) .................................................................................................................................... 80 1° Compétence.............................................................. 79 A – Le domaine privé ............................. 84 2° Le VRTS .........................................................................................................................................

............ 111 b) La DGE des départements ( CGCT art 3334-10et s.................. 101 B .............................65 MdF)....... 111 3° La complication......................................................... 110 b) Ses inconvénients ............ 103 C – La compensation de certaines dépenses...............) (2............................................................................................La DGE actuelle ........ 111 C ................................................................. 112 a) Compétence de principe........................................................................................................................................................... 113 ............................................................................................................................................................................................................................................ 112 § 1 La décision de recourir a l’emprunt........................................ 102 a) Le FCTVA (art L.....................) (2.................... 100 b) Les autres dotations de compensation des transferts de compétences .................................................................................................. 111 2° La faiblesse des sommes versées ....................................................................................................... 106 1° La constitution de la DGE.............................................................................................................................................................................................................................. 113 2° Dans les départements et les régions ........... 109 b) Les difficultés rencontrées ........................................................................... 113 1° Procédure ..................................................................................................................................................... 113 1° Dans les communes.............. 2335.....................................................................5 Mdf en 2001 .......................................................................................... 102 1° Origine .............................................compétence....................... 106 § 3 La globalisation : la DGE .............................................................................................................................................................................. 102 b) Les autres dotations ............................................ 109 1° La faiblesse des sommes distribuées.................................................. 112 b) Délégation de la compétence............................................................ 112 A ..... 113 a) La suppression des tutelles ...........Les compensations fiscales................................................................................................................................................................................. 102 2° Fonctionnement.. 99 2° La répartition de la DGD .......................................................................................................................... 111 1° La première part comprend elle-même deux fractions et une majoration:...................26 et s du CGCT)............... 110 2° La seconde part................ 102 1° Les compensations des exonérations ................................................................................................................................................................................................ 105 b) La dotation élus locaux (Art L.......................................................................................................................................... 109 B ................................................. 101 1° La dotation formation professionnelle (DDRFPA) .................. 102 2° Les compensations des dégrèvements .................. 111 SECTION 2 LES EMPRUNTS .............. 101 2° Les dotations scolaires d’équipement (DDEC et DRES) ........................................1 du CGCT)..................................................... 110 1° La première part (50 % de la DGE)...1615-1 à L. 113 § 2 Le contrat de prêt............................. 109 2° Un mauvais système de répartition....La réforme de 1985 ............................................................................................................. 111 2° La seconde part se décompose en une fraction et deux majorations :.............................................85 MdF)............................................. 113 B ........................ 111 a) La DGE des communes (CGCT art L2334-32et s................................................................... 109 3° La répartition de la DGE................................................1615-10 CGCT) 23........ 113 2° Effets...........................Le contrôle ................................................................. 106 2° L’évolution de la DGE................................................................................................................ 106 A ....... 105 a) La dotation spéciale instituteur (Art L............................................ 111 1° Le retour en arrière....51 1° La constitution de la DGD ................................................................... 110 a) Le nouveau système ............. 2334................La création de la DGE..... 106 a) Le système prévu......................... 113 c) Le contrôle de légalité................................................................

.. a) La réforme d’origine Elle commence avec l’ordonnance du 7 janvier 1959 pour s’achever avec la loi du 10 janvier 1980................ on parle de réforme de la fiscalité directe locale depuis 1917 ! Mais cette réforme e tant attendue n’interviendra qu’au début de la V .............................. on oppose les impôts directs et les impôts indirects.......52 A ............ SECTION 1 LES RECETTES FISCALES Classiquement........................................................... convient-il de se pencher sur le thème de la réforme de la fiscalité directe locale (A).................................................... 114 BIBLIOGRAPHIE...................... § 1 – Les impôts directs e La fiscalité directe locale fait l’objet d’une réforme depuis le début de la V République qui semble encore inachevée aujourd’hui.................... c’est à dire les différents impôts......... A – LA REFORME DE LA FISCALITE DIRECTE LOCALE En réalité........................ celles qui sont générées par les collectivités territoriales elles mêmes et les recettes externes.................. ......... 114 b) Délégation de la compétence........ C’est pourquoi............. Mais d’autres recettes de nature non-fiscale doivent être mentionnée car elles peuvent représenter ici ou là des montants importants.... avant d’étudier les éléments de la fiscalité directe locale (B)........... depuis lors une nouvelle étape a commencé....... CH AP ITRE 1 LE S RECE TTE S IN TER NE S Ce sont en grande partie des recettes fiscales.................... c’est la réforme en cours................................ Elle devait s’achever à la veille de la décentralisation de 1982..................... 113 B – Compétence ......... Aussi..Nature .................................................. 115 DEU XIE ME P AR TIE LE CON TENU F IN ANC IE R : LE S RE CE TTE S On distinguera les recettes internes...................... 114 a) Compétence de principe..... C’est la réforme d’origine............. A travers plusieurs étapes seront donc poursuivis un certain nombre d’objectifs..........................

4 -0. de commerce et d'industrie.7 6. les anciens impôts royaux ont été supprimés et remplacés par quatre contributions : la contribution foncière des propriétés bâties.6 2. Par la suite.8 4. redevance des mines. 10.4 Taxe sur le foncier bâti 71 155 77 094 81 123 85 144 88 275 8. q • La suppression des « quatre vieilles » Lors de la Révolution.2 0.1 4.2 Taxe pour frais de chambre d'agriculture. Elles se greffera sur la fiscalité d’Etat. au fur et à mesure que les collectivités territoriales verront le jour.9 0.1 4.2 0.1 dont : Fonds départementaux de péréquation 2 516 2 879 3 086 3 302 3 557 14. pylônes) 1 353 1 395 1 428 1 422 1 470 3.1 4.7 3.1 4.7 5.0 4.6 -11. la contribution mobilière. . une fiscalité locale sera créée.1 -2.2 0.4 4.4 Ensemble de la fiscalité directe 299 968 321 249 336 752 350 737 353 964 7.7 Taxe d'enlèvement des ordures ménagères (1) 14 161 15 678 16 732 17 634 18 556 10.53 FISCALITE DIRECTE Produits en millions de francs 1995 1996 1997 1998 1999 Evolutions en % 1996 1997 1998 1999 Taxe d'habitation 60 454 64 718 67 484 69 991 72 401 7.1 Taxe professionnelle 138 633 148 532 155 680 162 032 158 636 7.4 7.8 4.2 7.8 9. chambre des métiers 8 439 8 490 8 929 9 099 9 114 0.3 3. la contribution des patentes.0 7.2 1.7 Hors fonds départementaux 136 117 145 653 152 594 158 730 155 079 7.6 5.0 3.d.0 -2.4 5.7 0. la contribution foncière des propriétés non bâties.9 Versement destiné aux transports en commun 18 634 20 577 21 570 23 600 n.3 5.3 Ensemble des quatre taxes 275 906 295 555 309 532 322 441 324 699 7.0 0.2 Taxe spéciale d'équipement au profit d'établissements publics 109 131 131 141 125 20.1 2.7 Taxe sur le foncier non bâti 5 664 5 211 5 245 5 274 5 387 -8.3 Taxes annexes (balayage.4 3.4 1° Les étapes de la réforme La proclamation de la réforme C’est l’ordonnance du 7 janvier 1959 qui va proclamer la réforme en annonçant la suppression des « quatre vieilles » et leur remplacement par quatre nouvelles taxes.2 5.0 7.7 4.8 4.

• La création de quatre nouvelles taxes Le système des « principaux fictifs » qui ne devait être que provisoire durera jusqu’en 1959 ! C’est toute cette fiscalité qui devenait fictive c’est à dire complètement détachée de la réalité. Ainsi. fallut-il attendre 1967 pour que la loi de finances rectificative fixe les grandes lignes de la révision des propriétés non bâties. On peut alors calculer l’impôt communal à partir de ces « principaux fictifs ». les deux taxes foncières ainsi que la taxe d’habitation voyaient le jour. 2° Les objectifs de la réforme . Quatre nouvelles taxes seront créées en remplacement des quatre vieilles qui ont fait leur temps. On calcule ce que les anciennes contributions auraient rapporté à l’Etat dans chaque commune. Toutefois de nombreuses modifications interviendront chaque année pour corriger le tir ! Il ne restait plus qu’à mettre un point final. Pour cela encore fallait-il calculer leurs bases. ce qui fut fait en 1980 avec la loi du 10 janvier qui instaurait la liberté de fixation des taux réalisant ainsi l’un des objectifs essentiel de la réforme. Une révision générale des bases devait donc être réalisée. • La révision des bases Il avait été décidé que les nouvelles taxes auraient toutes des bases unifiées et rajeunies assises sur des valeurs locatives. Quant ce travail ardu sera enfin réalisé les nouvelles taxes seront alors réellement instaurées. la taxe d’habitation à la contribution mobilière et enfin la taxe professionnelle à la patente. Ce qui a nécessité beaucoup de temps. la taxe foncière sur les propriétés non bâties à la contribution foncière des propriétés non bâties. La patente était en effet vivement rejetée par les commerçants et les artisans. • L’instauration des nouvelles taxes C’est la loi du 31 décembre 1973 portant modernisation des bases de la fiscalité locale qui a véritablement instauré les trois taxes pesant sur les ménages. La taxe foncière sur les propriétés bâties se substitue à la contribution foncière des propriétés bâties. Ce n’est qu’un an plus tard qu’un second projet aboutit à la loi du 29 juillet 1975. Un premier projet de loi fut déposé en février 1974 mais il ne put être examiné à temps. La taxe professionnelle n’était pas encore prête. En 1917. Mais les règles concernant les modalités de cette révision ne furent posées qu’en 1970 ! Quant à la révision des propriétés bâties il a fallu patienter jusqu’en 1970 pour connaître les méthodes. La taxe professionnelle était née. plus qu’on ne l’imaginait. il restait à les mettre réellement en place. la part de chaque contribution nationale est considérée comme un « principal » à partir duquel on ajoute des « centièmes additionnels » qui sont décidés par le conseil municipal. Et ce n’est qu’en 1973 que le travail fut achevé. Cette loi fixait au 1er janvier 1974. En la matière. on remet à plus tard la réforme de la fiscalité locale. En attendant.54 Au niveau de chaque commune. q La mise en place de la réforme Les nouvelles taxes n’avaient été qu’esquissées en 1959. après la réforme de Joseph Caillaux instaurant l’impôt sur le revenu au niveau national. mais il faudra attendre 1980 pour voir mettre un point final à la réforme. il fallait innover dans des proportions encore plus importantes. on fait comme si les principaux existaient toujours. Si donc. la date à laquelle les nouvelles bases devaient être substituées aux anciennes permettant de la sorte l’application des dispositions de l’ordonnance du 7 janvier 1959.

0 Les chemins de la liberté : de l’impôt de répartition à l’impôt de quotité L’impôt de répartition est celui dont on fixe le montant total attendu et qu’ensuite on répartit entre les différents contribuables. Une plus grande autonomie locale Elle passe par une plus grande liberté des collectivités territoriales tout en maintenant voire en améliorant leur égalité. C’est ce système qui s’appliquait avant la loi puisque chaque collectivité territoriale fixait le nombre de centimes additionnels et ensuite répartissait ce produit entre les contribuables. Il suffit alors d’appliquer ce taux à la base et l’on connaît le montant de la cotisation fiscale de chaque contribuable. elles sont impuissantes quant à la détermination des bases. Un Fond départemental et un Fond national de péréquation de la taxe permet de redistribuer une partie du produit de la taxe entre certaines communes. Et d’autre part l’évolution du taux de la taxe professionnelle et celui des taxes sur les ménages était lié. Or en matière de taxe professionnelle cette impuissance entraîne des inégalités importantes. On sait que l’on avait substitué des bases fondées sur la valeur locative et non plus évaluées de manière indiciaire. q • Une plus grande liberté des collectivités territoriales La loi du 10 janvier 1980 a établi la liberté de fixation des taux pour chaque collectivité territoriale. Ce travail avait d’ailleurs duré de nombreuses années. 0 Une liberté surveillée : l’encadrement des taux Cette liberté de fixation des taux bien que reconnue en principe était cependant limitée pour éviter des abus. C’est pour corriger ces inégalités que la loi de 1975 a institué une double péréquation. • Une plus grande égalité entre collectivités territoriales Si les communes peuvent fixer librement ou presque le taux de leurs impôts. . un taux plafond était-il fixé : pas plus de 2. Ainsi. Une plus grande justice fiscale Les contribuables devaient également bénéficier de la réforme dans la mesure ou la nouvelle fiscalité était plus juste pour eux.5 fois le taux moyen national. mais aussi une personnalisation de l’impôt. Avec la loi de 1980 chaque collectivité fixe désormais le taux de chaque taxe. Pour autant les contribuables ne devaient pas être oubliés puisqu’on leur promettait une plus grande justice fiscale. Il fallait donc prévoir une actualisation de ces bases. Ainsi l’on passait d’une fiscalité de répartition à une fiscalité de quotité. q • L’actualisation des bases Un double système était mis en place. C’est ce que l’on appelle un impôt de quotité dans lequel on part du contribuable pour arriver au produit et non pas du produit pour arriver au contribuable comme dans l’impôt de répartition.55 La réforme devait en principe satisfaire les attentes des bénéficiaires de la fiscalité locale c’est à dire les collectivités territoriales en leur accordant une plus grande autonomie financière.

En fait. changement de caractéristique physique. la réforme va vers la fin des années 80 reprendre un second souffle. Quant à la loi ATR du 6 février 1992 elle va essayer entre autre de réformer la taxe professionnelle. Le coefficient devant être fixé par la loi de finances. Ce sera plutôt un succès. q Le demi-échec en matière d’impôt sur les ménages Dans ce domaine la fiscalité présente un grave inconvénient. Elle est injuste puisqu’elle a pour base des évaluations foncières qui non seulement ne sont qu’imparfaitement mises à jour. Aujourd’hui encore rien n’a été fait en ce sens. changement d’affectation. Elles ont été oubliées dans un premier temps. un long travail de révision aboutissait à la loi du 30 juillet. a) La réforme en cours La décentralisation de 1982 ne comportait aucun volet fiscal. Elles ont été espacées à trois ans. En particulier. cette actualisation n’est intervenue qu’une seule fois en 1980 et ses résultats n’ont été intégrés que dans les rôles de la taxe foncière et de la taxe d’habitation : la date de référence retenue pour l’actualisation a été fixée au 1er janvier 1978. Le rapport Mauroy. Mais il est encore trop tôt pour envisager ses suites.56 0 Les mises à jour annuelles permettent de prendre en considération les modifications apportées à la valeur locative. C’est pourquoi le thème de la réforme de la fiscalité directe locale va être repris à nouveau ici et là. • La personnalisation De nombreux abattements ont été prévus pour tenir compte de la situation personnelle des contribuables. Ce sera plutôt un échec. C’est pourquoi. mais qui de plus ne rende que très imparfaitement compte des capacités contributives de chacun. Mais en 1990. Il était cependant impossible de faire l’impasse sur cette question. changement de consistance. « Refonder l’action publique locale » publié en novembre 2000 devait essayer de faire le point sur cette question et de proposer des solutions. C’est notamment le cas pour la taxe d’habitation et dans une moindre mesure pour les autres taxes. 0 L’actualisation biennale puis triennale Au départ il était prévu qu’une actualisation serait établie tout les deux ans sur la base de coefficients. celle du 30 juillet 1990 qui se proposait de réformer les taxes sur les ménages. La loi du 18 juillet 1974 énumère cinq changements susceptibles d’être pris en considération : construction nouvelle. elle aurait paradoxalement débouché sur une diminution des ressources de certaines petites communes qui en raison de l’amélioration de leur situation fiscale auraient perdu des ressources attribuées sous forme de dotation par l’Etat. Devant l’échec d’instauration d’une taxe sur les revenus. le Gouvernement mettra en . 1° Des résultats incertains Deux lois vont relancer la question. Cependant l’application de cette loi a été repoussée pour différentes raisons. changement d’environnement. la réforme en cours se caractérise par des résultats incertains quant aux conséquences elles sont déplorables. Plusieurs lois relanceront le processus. Tous ces objectifs n’ont pas vraiment été atteint. Pour l’instant.Les actualisations suivantes ont été remplacées par une majoration forfaitaire. 0 Les révisions générales devaient intervenir tous les six ans. La loi d’orientation pour l’aménagement du territoire du 4 février 1995 est revenue à la charge en décidant que les résultats de la révision générale devait être incorporés dans les rôles d’imposition au plus tard le 1er janvier 1997.

300 000 francs pour 2000. Pour 2001. La loi qui devait entrer en vigueur en 1992 ne sera jamais appliquée. Le manque à gagner est remplacé par une dotation de l’Etat.social. Certaines mesures avaient déjà été prises notamment en 1982 quand la masse salariale retenue pour le calcul de la base est passée de 20% à 18%. la compensation est égale au produit des rôles généraux de taxe d’habitation ou de taxe spéciale d’équipement émis au profit de chaque région en 2000. q • Un allègement des bases Depuis que la taxe professionnelle existe on la présente comme un impôt anti-économique et anti. En effet. l’allègement des bases est la solution qui sera mise en place. mais les disparités entre communes sont importantes. l’entreprise qui investit accroît d’autant la première part de la base c’est à dire les immobilisations. l’Etat verse aux régions à compter de 2001 une dotation budgétaire. l’unification des taux devrait permettre de les réduire. La période pré-électorale dans laquelle on entrait explique sans doute cela. L’idée d’asseoir les impôts sur le revenu est séduisante. Cette loi a en effet décidé la suppression progressive de la part salariale de la TP. • La suppression de la part régionale de la taxe d’habitation L’article 11 de la loi n° 2000-656 du 13 juillet 2000 supprime la part de la taxe d’habitation perçue au profit des régions et de la collectivité territoriale de Corse ainsi que la taxe spéciale d’équipement additionnelle à la taxe d’habitation perçue au profit de la région Ile-de-France à compter des impositions établies au titre de 2001. elle est toutefois difficile à mettre en œuvre. Avec la loi de finances pour 1999 (loi 98-1266 du 30 décembre 1998) un pas plus important devait être franchi. C’est pourquoi la loi de 1990 avait choisi une solution intermédiaire : ne retenir le revenu comme base que de manière partielle : pour la part départementale de la taxe d’habitation seulement. elle instituait de plus une « taxe départementale sur le revenu » qui se substituait à la part départementale de la taxe d’habitation. Le demi-succès en matière d’impôt sur les entreprises La taxe professionnelle pèse lourdement sur les entreprises. revalorisé en fonction du taux d’évolution de la dotation globale de fonctionnement A compter de 2002. Elle a donc instauré un abattement sur la fraction imposable des salaires de : 100 000 francs pour 1999. 6 000 000 francs pour 2002. Mais tous cela restait insignifiant.57 place une mesure démagogique et simple : la suppression de la part régionale de la taxe d’habitation. D’autre part. • La tentative d’instauration d’une taxe départementale sur le revenu La loi du 30 juillet 1990 ne se proposait pas seulement de réviser les bases cadastrales et surtout les méthodes d’évaluation de celles-ci. La « taxe départementale sur le revenu » était mort-née. Elle peut en effet conduire à supprimer de fait la fiscalité locale puisqu’il s’agirait de redistribuer une part de l’impôt d’Etat. le fait de retenir le revenu comme base de l’impôt local peut se traduire pour les communes notamment par un effet économique désastreux : les faibles revenus sont souvent concentrés dans certaines communes alors que les revenus élevés le sont dans d’autres communes. cette part aura totalement disparu. le montant de cette compensation évoluera chaque année comme la dotation globale de fonctionnement. En contrepartie. En 2003. 1 000 000 francs pour 2001. Quant à l’entreprise qui embauche elle aussi est pénalisée puisqu’elle augmente la deuxième part de la base à savoir les salaires versés. L’article 44 de la loi de finances pour 1999 prévoit que le montant de la compensation versée aux collectivités locales en contrepartie de la suppression progressive de la fraction imposable des salaires évolue comme la dotation globale de fonctionnement entre 1999 et l’année de .

Les anciennes structures urbaines et les nouvelles communautés de communes conservent le choix d'un passage à TPU ou non. En 1997. Ainsi. q La part de l’Etat L’Etat est devenu le premier contribuable local. Ces formules étant réservées aux nouvelles structures que la loi mettait en place : les communautés de communes et les communautés de villes. • Une unification des taux Ce qui fait la différence de revenus fiscaux d’une commune à l’autre c’est bien sûr la taxe professionnelle. de fait. 1% en 1999. les collectivités locales auront été amputées du sixième de leur pouvoir . Pour les impositions 2001. leur capacité à voter les taux de cet impôt. Différentes péréquations nationales et départementales ont pour cette raison été mises en place. la cotisation de péréquation due par les entreprises qui sont installées dans les communes où le taux de TP est inférieur à la moyenne nationale est progressivement relevé.42 % au titre de 2001 et 0. Cette même loi de finances a supprimé la fraction de l'assiette de la taxe professionnelle assise sur les salaires. les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 millions de francs se voient imposer une véritable taxe professionnelle bis assise sur la valeur ajoutée. La loi de finances pour 1999 a supprimé la taxe additionnelle régionale aux droits de mutation à titre onéreux. Ce taux s’élève pour 2001 à 3. bien au contraire. La même loi a réduit le taux des droits de mutation à titre onéreux des départements sur les locaux à usage professionnel et. ce taux d’évolution cumulé est de 4.85 % au titre de 2000). Enfin dans le même ordre d’idée. soit environ un tiers de l'assiette de cet impôt dont le produit représente à peu près la moitié du produit des quatre taxes directes locales. La loi de finances pour 1993 a supprimé les parts régionales et départementales de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. elle se caractérise par la volonté de développer la mise en commun de la taxe professionnelle. soit plus de 10% des recettes fiscales totales des régions. 1.27 % (3. Depuis 1993 de nombreuses suppressions d’impôts ou de certaines parts d’impôts ont conduit à la création de compensations financières de la part de l’Etat.2% en 2000 et 1. 2° Des conséquences déplorables Ces réformes conduisent à une situation paradoxale puisque la part de l’Etat ne cesse de grandir dans la fiscalité directe locale. L’article 11 de la loi de finances rectificative pour 2000 du 13 juillet 2000 a prévu que la compensation versée aux régions en contrepartie de la suppression de la part régionale de taxe d’habitation est revalorisée en fonction du taux d’évolution de la dotation globale de fonctionnement. le Conseil des impôts préconisait l’instauration d’un taux national pour la taxe professionnelle ! Toutefois une autre solution a été développée dans le cadre de la politique de développement de l’intercommunalité.58 versement. C’est la loi ATR du 6 février 1992 qui l’a inauguré en instaurant la taxe professionnelle de zone dont le taux est commun à une zone d’activité créée au sein d’un EPCI. Mais la même loi devait également mettre en place la taxe professionnelle d’agglomération dont le taux est unique dans tout l’EPCI.5% en 2001. La loi du 12 juillet 1999 dite loi Chevènement devait poursuivre dans cette voie. Pour autant la visibilité du système ne s’est pas améliorée. les communautés d'agglomération nouvellement créées et les nouvelles communautés urbaines devront-elles obligatoirement s'engager dans la taxe professionnelle unique (TPU). Puisqu’en terme de ressources. Dans le même temps. Au terme de cette réforme.42 %.

la révision des bases et la prise en compte des capacités contributives des contribuables demanderaient une volonté politique dont il est difficile de faire preuve entre des échéances électorales fréquentes. Au total. soit près de 15% des recettes fiscales totales des régions et 22% du produit des quatre taxes. le montant des compensations aura été multiplié par 13 depuis 1983 et par 3. C’est semble-t-il le cas de la réforme de la fiscalité directe locale. On navigue à vue. soit près de 20% du montant total du produit de la fiscalité directe locale qui atteint 345. soit environ 38% du produit voté de ces quatre taxes. engagée en 1999. il n’y a plus de réforme. • L’incohérence dans le temps Le thème de la réforme de la fiscalité locale est mis en avant depuis 1917. La décentralisation a presque vingt ans. En réalité. mais ils n’ont pas abouti car. C’est pourquoi la nouvelle réforme que provoque avec beaucoup de recul la décentralisation de 1982 se met en place selon un schéma inverse. l’ordonnance semblait claire. q Le manque de visibilité On ne sait plus aujourd’hui si l’on a affaire à une fiscalité locale tant la part de l’Etat est grande. La loi de finances pour 2000 a poursuivi la réforme des droits de mutation. Le moins que l’on puisse dire c’est que la réforme en cours est incohérente. Certains ont parlé de réforme « permanente ». si l’on met autant de temps c’est que l’on ne sait pas très bien dans quelle direction l’on doit aller.4 milliards de francs en 2000.Ne pouvant atteindre une plus grande justice fiscale de cette . on marche dans différentes directions que l’on explore. bref on expérimente puis ensuite on tente de définir des axes. a supprimé la vignette automobile. les compensations se sont élevées à 66. Certes. Le rapport Mauroy renvoie la balle sur ce point aux collectivités locales elles-mêmes : « la commission propose de transférer aux maires la responsabilité de procéder ou non à la révision des valeurs locatives de sa commune ». 147 milliards de francs au titre de la fiscalité locale. malgré l’ordonnance du 7 janvier il n’a jamais vraiment disparu. l'Etat devrait prendre en charge.4 milliards de francs. mais on ne sait pas plus s’il s’agit toujours d’une fiscalité tant les dotations destinées à compenser les pertes de revenus fiscaux sont importantes. Enfin. et pendant tout ce temps aucune réforme d’ensemble de la fiscalité locale n’a vraiment été annoncé de manière claire et précise. Si l'on exclu les compensations accordées au titre de la fiscalité indirecte (droits de mutation à titre onéreux et vignette).59 fiscal. Compte tenu de la suppression de la part régionale de la taxe d'habitation. On n’annonce rien de bien précis. La loi de finances rectificative pour 2000 a supprimé la part régionale de la taxe d'habitation. 43% pour les départements et à 48% pour les communes. • L’incohérence dans la direction La plus grande justice fiscale semble être le but de toute réforme fiscale. la loi de finances pour 2001. en unifiant les taux départementaux des droits de mutation à titre onéreux sur les locaux d'habitation. En 2001. mais le temps perdu pour sa mise en œuvre a d’une certaine manière condamné ses résultats. il a été repris avec force en 1959. Le poids des compensations versées aux collectivités par l'Etat s'est accentué. soit 5% des recettes totales des départements et près de 10% de leurs recettes fiscales. La part de la fiscalité locale dans les ressources globales hors emprunt aura été au total réduite à 36% pour les régions. cela veut dire que la contribution de l'Etat aux quatre taxes directes locales sera de l'ordre de 120 milliards de francs. Des efforts ont été fait on l’a vu pour arriver à ce résultat. Quant on en arrive à une telle situation c’est que de toute évidence. ce qui demande beaucoup de temps. puis.3 depuis 1987.

vignette etc… La justice fiscale doit également concerner les collectivités elles-mêmes. mais aussi une réforme rampante. A partir de 2001 la part régionale de la taxe est supprimée. . Or il semble que sans le dire et donc en tergiversant l’on se dirige vers cette solution puisque la mise en place d’une taxe professionnelle unique dans les EPCI va dans ce sens. Répartition des quatre taxes directes locales dans les émissions de rôles généraux Source DGI a) La taxe d’habitation Elle représente 20 % du produit des impôts directs locaux. droit de mutation. la taxe foncière sur les propriétés bâties ». Comme un long fleuve elle se perd dans des méandres de plus en plus longs.60 manière. la réforme de la fiscalité directe locale est non seulement une réforme permanente. aux intercommunalités la taxe professionnelle unique et à la région la taxe professionnelle.LES ELEMENTS DE LA FISCALITE DIRECTE LOCALE Outre les quatre taxes. taxe professionnelle. le Gouvernement a alors opté pour une politique d’allègement fiscal par suppression d’un nombre importants d’impôt ou de parts d’impôts locaux : taxe d’habitation. B . et enfin aux départements. Le rapport Mauroy préconise ouvertement une telle orientation. Elle est réglementée par le Code général des impôts (CGI) art 1407 à 1414C. la fiscalité directe locale comprend un certain nombre de taxes additionnelles. A cette fin nombreux sont ceux qui pensent qu’il faudrait revenir sur la répartition des différents impôts entre les collectivités territoriales afin d’arriver à une spécialisation fiscale. « La commission a estimé qu’une spécialisation des impôts permettrait de répondre de manière satisfaisante à ces enjeux démocratiques : à la commune serait attribuée la taxe d’habitation. Ainsi.

61 Part du produit de taxe d’habitation 1999 Collectivités dans le total de la fiscalité locale directe (en %) 23. jardins.7 dans le total des recettes de fonctionnement (en %) Communes Groupements de communes à fiscalité propre et syndicats intercommunaux à contributions fiscalisées Départements Régions Ensemble 10. d'enseignement et d'assistance 0Les ambassadeurs et autres agents diplomatiques de nationalité étrangère dans la commune de leur résidence officielle q Le domaine matériel : l’assiette • Sont imposables : Les locaux destinés à l’habitation c’est à dire des locaux meublés. parcs et terrains de jeux.4 9.5 22.0* 1° Le domaine de l’impôt « La taxe est établie au nom des personnes (…) qui ont la disposition ou la jouissance des locaux imposables » (CGI. locataire. 0 ce qui exclut les locaux commerciaux et artisanaux 0 mais ce qui inclut par extension les dépendances : garages.1 8.5 10. occupant à titre gratuit. 23. art. Ne sont pas imposables 0 Les locaux passibles de la taxe professionnelle lorsqu'ils ne font pas partie de l'habitation personnelle des contribuables 0 Les bâtiments servant aux exploitations rurales • . • Mais ne sont pas imposables 0Les établissements publics scientifiques.4 16.1 n.0 22. 1408-I ) q Le domaine personnel : les contribuables • Sont imposables 0 Les personnes physiques ou morales 0 Les personnes qui ont la disposition ou la jouissance des locaux imposables à quelque titre que ce soit : propriétaire.d.

Il les notifie au maire qui les affiche. Il suffit alors de multiplier cette valeur pondérée par la surface réelle de l’habitation. Elle est composée du maire qui préside et de six commissaires issus de la population. Ils dressent la liste des locaux. C’est donc à cette date qu’il faut se placer pour déterminer si le local est imposable. 0 Méthode Les habitations sont réparties en huit catégories en fonction de critères multiples exprimant le confort. la situation de l’habitation dans la localité Pour chaque catégorie est fixé une valeur du m2 . par un dixième des propriétaires et les locataires La contestation est soumise à la commission départementale qui statue définitivement. les éléments d'évaluation sont déterminés par le service des impôts. ces éléments peuvent être contestés par le maire. Cette commission est présidée par le Président du Tribunal administratif. l’équipement. le caractère architectural etc … Sa surface réelle est pondérée par un certain nombre de coefficients qui tiennent compte de différents éléments comme l’entretien. 2° La liquidation de l’impôt q Les principes de la liquidation Comme pour tout impôt de quotité on multiplie la base de l’impôt par son taux. dans les cinq jours. autorisé par le conseil municipal. ou lorsque celle-ci refuse de prêter son concours. 324 D de l’annexe III du CGI) CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES PROPRES À CHAQUE CATÉGORIE DE LOCAUX . déterminent leur surface pondérée et établissent les tarifs d'évaluation. En cas de désaccord entre le représentant de l'administration et la commission. Le service des impôts harmonise les éléments d'évaluation de commune à commune et les arrête définitivement. Elle comprend trois contribuables et deux représentants de l’administration fiscale.62 0 Les locaux destinés au logement des élèves dans les écoles et pensionnats 0 Les bureaux des fonctionnaires publics L’impôt est établi pour l’année entière d’après les faits existants au 1er janvier de l’année d’imposition. Dans les trois mois qui suivent l'affichage. • La base Il s’agit de la valeur locative de l’habitation. C’est une valeur locative reconstituée par l’administration fiscale selon les règles prévues par les articles 1494 à 1508 du CGI 0 Procédure (Article 1503) Elle fait intervenir le représentant de l'administration et la commission communale des impôts directs. CLASSIFICATION DES LOCAUX D’HABITATION ET LOCAUX À USAGE PROFESSIONNEL ORDINAIRES (art.

l’augmentation de la taxe d’habitation n’entraîne pas l’augmentation des mêmes taxes. équipement nombreux postes d’eau courante intérieurs au local un ou plusieurs postes d’eau confortable assez confortable wc particuliers eau a l’extérieur impression d’ensemble grand luxe luxe très confortable ordinaire médiocre très médiocre • Le taux : Depuis la loi du 10 janvier 1980. distribution du local tr2s large conception large conception moins d’ampleur faible développement des pièces logement souvent exigu 4. q La personnalisation de la liquidation Des abattements réduisent la base et donc le produit de l’impôt. la diminution de la taxe d’habitation entraîne la diminution de la taxe professionnelle et de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. 0 des abattements facultatifs : . 815-3 du code de la sécurité sociale (ex-FNS) • • .63 CRITÈRES À CONSIDÉRER 1 RE CATEGORIE 2E CATEGORIE 3E 4E 5E CATEGORIE CATEGORIE CATEGORIE 6E CATEGORIE 7e CATEGORIE 8e CATEGORIE 1.abattement général à la base : il est égal à 5. En effet. caractère architectural nettement somptueux particulièrement soigne belle apparence sans caractère particulier aspect délabré 2. qualité de la construction excellente très bonne bonne courante médiocre particulièrement défectueuse 3. il est fixé librement par l’organe délibérant. Mais cette liberté est doublement encadrée. 0 par l’existence d’un taux plafond équivalent à deux fois le taux moyen national 0 par l’existence d’un lien avec le taux de la taxe professionnelle et les taxes foncières. 10 ou 15 % de la valeur locative moyenne des habitations de la commune . Des exonérations et réductions suppriment ou diminuent directement le produit de la taxe Les abattements 0 l’abattement obligatoire pour charge de famille: il est de 10 % de la valeur locative moyenne des habitations de la commune pour chacune des deux premières personnes à charge et de 15 % pour chacune des suivantes.abattement spécial pour les personnes de condition modeste Les exonérations et réductions ? Les exonérations: 0 les titulaires de l'allocation supplémentaire mentionnée à l'article L. Par contre. Ces taux peuvent être majorés de 5 ou 10 points de l’organe délibérant. 815-2 ou L.

Les installations destinées à abriter des personnes ou des biens et assimilées à des constructions (ateliers. bâtiments industriels de toute nature.Les bateaux utilisés en un point fixe et aménagés pour l’habitation. diminué d’un abattement. A cette fin. des établissements publics et des organismes publics affectés à un service public ou d’utilité générale et improductives de revenus. de l’impôt de solidarité sur la fortune b) La taxe foncière sur les propriétés bâties Elle est prélevée au profit de toutes les collectivités territoriales et représente 29 % du produit des impôts directs locaux.Les terrains sur lesquels sont édifiées des installations exonérées de taxe foncière sur les propriétés bâties (terrains sur lesquels reposent de l’outillage ou des moyens de production) . affectés à la publicité et situés à plus de 100 m d’une agglomération. les terrains non cultivés affectés de manière permanente à usage commercial ou industriel (chantiers. cultivés ou non. Elle est payée par le propriétaire. peuvent bénéficier d’un plafonnement de leur cotisation de taxe d’habitation à 4.3 % de leur revenu fiscal de référence. les terrains. le commerce ou l’industrie. .Les propriétés de l’État. q Les propriétés exonérées • Les exonérations permanentes . . deux conditions doivent être respectées : – ils occupent le local imposé à la taxe d’habitation à titre d’habitation principale – ils ne sont pas redevables. l’année précédant celle de l’imposition.) . . terrains servant d’accès à l’immeuble. 1° Domaine q Les propriétés imposables • Les propriétés bâties Ce sont les installations qui. . Son domaine et son mode de calcul sont prévus par les articles 1380 à 1391 du CGI. cours. etc. Encore faut-il qu’ils ne paient pas d’impôts sur le revenu 0 les titulaires du RMI sont également exonérés ? Les réductions : pour les personnes faiblement imposées Les contribuables. lieux de dépôts de marchandises…) .Certains terrains exonérés de taxe foncière sur les propriétés non bâties : les sols des bâtiments et terrains formant les dépendances indispensables et immédiates des constructions (terrains couverts par les bâtiments. présentent le caractère de véritables constructions. des collectivités territoriales.64 0 les personnes âgées de plus de soixante ans 0 les veufs et les veuves 0 les titulaires de l'allocation aux adultes handicapés 0 les infirmes et les invalides qui ne peuvent subvenir à leurs besoins par leur travail. • Par extension sont imposables : . emplacements de parking…) . fixées au sol de manière perpétuelle. hangars.Les ouvrages d’art et voies de communication. autres que ceux exonérés ou dégrevés totalement en application de l’article 1414 du CGI.

Les locaux diplomatiques.d’une durée de trois mois au moins . soit une partie susceptible de location ou d’exploitation séparée. • Les exonérations temporaires Les constructions neuves (2ans). La taxe foncière sur les propriétés bâties est la seule qui peut varier de manière indépendante.ou en cas d’inexploitation d’un immeuble qui était utilisé par le contribuable lui-même à usage commercial ou industriel. doit se situer en dessous d’un taux plafond fixé à 2.5 fois le taux moyen national. 815-2 ou L. quel que soit leur âge.Les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés • Les dégrèvements . Enfin.Les redevables âgés de plus de soixante-quinze ans .815-3 du Code de la sécurité sociale (ex.en cas de vacance d’une maison normalement destinée à la location .et qu’elle affecte soit la totalité de l’immeuble. certaines constructions financées par des prêts aidés par l’Etat (15 ans) les HLM (25 ans) 2° Liquidation q Règle générale : base x taux • Base : Elle est égale à la valeur locative cadastrale diminuée de 50 %. soit : . Elle est prélevée au profit de toutes les collectivités territoriales. Elle est payée par le propriétaire. écuries. s’ils occupent leur habitation soit seuls ou avec leur conjoint . 1° Champ d’application q Propriétés imposables . FNS). pressoirs…) . et aux collectivités d’intérêt agricole. . ou l’inexploitation.Les titulaires de l’allocation supplémentaire mentionnée à l’article L. c) La taxe foncière sur les propriétés non bâties Elle ne représente que 2 % de l’ensemble des impôts directs locaux. Le dégrèvement n’est possible qu’à condition que la vacance.indépendante de la volonté du contribuable . aux sociétés coopératives agricoles. q Règles particulières : • Les exonérations totales et d’office . l’article 43 de la loi de finances pour 2001 accorde à compter de 2001 à certains contribuables âgés de plus de 70 ans et non exonérés de taxe foncière sur les propriétés bâties un dégrèvement d’office de la taxe afférente à leur habitation principale d’un montant égal à 500 F.65 . celliers.Les bâtiments affectés de manière exclusive et permanente à usage agricole et servant : aux exploitations rurales (granges. • Taux : Il est fixé librement par l’organe délibérant mais.

les sols et terrains passibles de la taxe foncière sur les propriétés bâties. les terres. • Taux Il est fixé librement par l’organe délibérant. il ne peut augmenter plus ou diminuer moins que le taux de la taxe d'habitation. 1647-00 bis). les lacs et étangs. 1397 et 1398) • Dégrèvement temporaire Pour les parcelles exploitées par de jeunes agriculteurs (CGI.66 « La taxe foncière est établie annuellement sur les propriétés non bâties de toute nature sises en France. elle est aussi celle qui a été la plus critiquée et donc la plus modifiée. jardins autres que les jardins d’agrément. vignes. q Règles particulières : exonérations et dégrèvements • Dégrèvements exceptionnels En cas de disparition d’immeuble de perte de bétail ou de récolte (CGI. les terrains nouvellement plantés en noyers (8 ans). à l’exception de celles qui en sont expressément exonérées » art 1393 CGI q Propriétés exonérés • De manière permanente : Les propriétés publiques affectées à un service public et improductives de revenus . vergers. 1° Champ d’application « La taxe professionnelle est due chaque année par les personnes physiques ou morales qui exercent à titre habituel une activité professionnelle non salariée ne bénéficiant pas d'une exonération. art. Elle est régie par les articles 1447 à 1479 du CGI. prés.5 fois le taux moyen national. • De manière spécifique Sont exonérés de la part régionale et départementale depuis 1996. • De manière temporaire Les terrains ensemencés. art. d) La taxe professionnelle Dernière née des quatre taxes. plantés ou replantés en bois (30 ans) . landes. 2° Calcul q Règle générale : base x taux • Base Elle est équivalente à la valeur locative de la propriété diminuée de 20 %. mais. De plus. les terrains plantés en arbres truffiers (15 ans) . bois. doit se situer en dessous d’un taux plafond fixé à 2. » art 1447 CGI q Les activités imposées • Les activités exercées à titre professionnel .

de direction. les agences de presse. 0 Les activités artisanales et assimilées. éleveurs que ces activités soient exercées par des exploitants individuels ou sous forme de sociétés ou de coopératives. Elle s’applique aux établissements créés dans une commune située : – dans une zone d’aménagement du territoire (ZAT) pour les projets industriels . extension ou décentralisation d’établissements industriels. 0 Certaines activités non commerciales : les peintres. 0 Certaines activités sociales : les sociétés mutualistes. les concessionnaires de mines. sylviculteurs exploitants de champignonnières. • Les activités non salariées Les titulaires de traitements et salaires. sanitaire. au sens de l'impôt sur le revenu. éducatif. sportif ou touristique. les loueurs de meublés.67 Ce qui exclut les activités sans but lucratif ou la gestion de son propre patrimoine. Sont seuls concernés les artisans qui travaillent seuls ou avec : leur conjoint. ne sont pas passibles de la taxe. • Les exonérations temporaires 0 Les exonérations liées à l’aménagement du territoire : pour certaines activités : la création. de services. les artistes lyriques et dramatiques. les auteurs et compositeurs. les pêcheurs et les inscrits maritimes se livrant personnellement à la pêche et en effectuant eux-mêmes la vente. q Les activités exonérées • Les exonérations permanentes 0 Les activités agricoles telles qu’elles sont définies par l’article 63 du CGI c’est à dire : agriculteurs. social. après délibération des instances municipales. . leurs enfants. les organismes HLM 0 Certaines activités des collectivités publiques : celles qui ont un caractère essentiellement culturel. graveurs et dessinateurs considérés comme artistes et ne vendant que le produit de leur art. Toutes ces activités doivent être exercées en France. 0 Les entreprises de spectacles et de cinéma peuvent être exonérées complètement ou partiellement par décision de la collectivité territoriale. les professeurs ne possédant pas un véritable établissement ouvert au public. les sages-femmes et les gardes-malades. 0 Certaines activités industrielles : les éditeurs de publications périodiques. des apprentis sous contrat régulier. sculpteurs. Sont assimilés aux artisans : les taxis et ambulances en cas de conduite personnelle du véhicule. • Les activités présentant un caractère habituel Ce qui exclut les activités exceptionnelles mais sont imposables : les activités saisonnières. 0 Les exonération en faveur des entreprises nouvelles L’exonération doit être décidée par les collectivités territoriales et les autres organismes concernés bénéficiaires de ces taxes parmi lesquels les chambres de commerce et d’industrie et les chambres des métiers. – dans un territoire rural de développement prioritaire (TRDP) – ou dans une zone de redynamisation urbaine (ZRU) pour les deux années suivant celle de la création de l’entreprise. les marchands ambulants. des travailleurs handicapés. la reconversion d’activité dans les zones d'aménagement du territoire (ZAT).

Un nouveau décret n° 96-1156 du 26 décembre 1996 fixe la liste des zones urbaines sensibles dans lesquelles les établissements faisant l'objet d'une création ou d'une er extension à compter du 1 janvier 1997. art. 1466 A-I bis) Nouvelles zones de redynamisation urbaine (CGI. Le décret n° 93-203 du 5 février 1993 fixant la liste des grands ensembles et quartiers d'habitat dégradé dans les-quels s'applique l'exonération facultative de taxe professionnelle prévue à l'article 1466 AI est abrogé à compter du 31 décembre 1996. n° 97-1322 et 1323 du 31 décembre 1997 os Autres zones urbaines sensibles Source : MINEFI Décret n° 96-1156 du 26 décembre 1996 0 Les exonérations des établissements situés en zones urbaines : les zones urbaines sensibles (ZUS). art. Dans les ZUS classées en ZRU ou en ZFU. les exonérations facultatives en cours au 1 er janvier 1997 ou résultant d'une création d'établissement intervenue en 1996 ou d'une extension d'établissement en 1995 ou 1996 dans les anciennes zones sont appliquées jusqu'à leur terme. 1466 A-I quater) Décrets n 96-1154 et 1155 du 26 décembre 1996.68 Projets industriels Zones d'aménagement du territoire (ZAT) Projets tertiaires Décret n° 95-149 du 6 février 1995 Décentralisations Territoires ruraux de développement prioritaire (TRDP) Communes classées en zone de revitalisation rurale Décret n° 96-119 du 14 février 1996 Autres communes Décret n° 94-1139 du 26 décembre 1994 modifié par décret n° 99-339 du 28 avril 1999 Anciennes zones de redynamisation urbaine (CGI. 1466 A-I ter) Instruction 6 E-8-95 du 28 avril 1995 et Décret n° 93-203 du 5 février 1993 Zones urbaines en difficulté Décrets n 1996 os 96-1157 et 1158 du 26 décembre Zones franches urbaines (CGI. les zones franches urbaines (ZFU) ZONES URBAINES SENSIBLES (art. les zones de redynamisation urbaine (ZRU). art. . 1466 AI du CGI) Les zones visées à l'article 1466 AI du CGI et appelées « grands ensembles et quartiers d'habitat dégradés » sont désormais appelées « zones urbaines sensibles » (ZUS). l'exonération de droit se substitue à l'exonération sur délibération des collectivités locales concernées. sont susceptibles de bénéficier d'une exonération facultative sur délibération des collectivités locales. Cela étant. Les autres conditions d'exonération prévues à l'article 1466 AI du CGI sont inchangées.

constructions. Elle comprend. matériel de bureau et informatique. mobilier. installations techniques. les salaires versés aux apprentis sous contrat régulier aux handicapés physiques (reconnus par la COTOREP). c’est à dire : les terrains. le matériel de transport. les indemnités. Elle s'entend des sommes payées à titre de traitements. l’outillage et le matériel de bureau . en outre. Ce dernier élément devrait disparaître définitivement en 2003 (art 44 loi de finances pour 1999). Sont cependant exclus. En attendant. -ou être prises en location -ou faire l’objet d’un contrat de crédit-bail mobilier. Source : MINEFI 2° Calcul q Règle générale : base x taux • Base Elle comprend deux éléments principaux : La valeur locative des immobilisations et 18 % de la masse salariale. versés aux dirigeants de sociétés. aux mutilés de . indemnités et émoluments et de la valeur des avantages en nature. Elles correspondent désormais aux zones urbaines sensibles qui sont confrontées à des difficultés particulières. aménagements divers. agencements. 0 Le premier élément : la valeur locative des immobilisations corporelles qu’elles soient passibles de la Taxe foncière sur les propriétés bâties c’est-à-dire les équipements et biens mobiliers tels que : le matériel. L'exonération s'applique sur l'ensemble de la zone ainsi déterminée sans que la commune puisse en modifier le périmètre. installations générales. Les immobilisations doivent être à la disposition de l’entreprise c’est-à-dire : -lui appartenir ou être utilisées à titre gratuit. remboursements et allocations forfaitaires pour frais. agencements. de leurs caractéristiques économiques et commerciales et d'un indice synthétique dont les composantes. le matériel d’emballage et le mobilier. le matériel informatique ou encore qu’elle soient passibles de la Taxe foncière sur les propriétés non-bâties : les terrains. définies par le décret n° 96-1159 du 26 décembre 1996. la proportion de personnes sans diplôme et le potentiel fiscal par habitant. emballages récupérables présents dans l'entreprise. ou être utilisées à titre de concessionnaire. il est supprimé par palier chaque année. certains bateaux et bacs… Sont également retenues les immobilisations corporelles non passibles de la taxe foncière sur les propriétés bâties ou de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. 1466 AI ter du CGI) [nouveau zonage] L'exonération prévue à l'article 1466 AI ter du CGI s'applique uniquement dans les nouvelles zones de redynamisation urbaine définies en dernier lieu par l'article 2 de la loi du 14 novembre 1996 et par les I et III de l’article 36 de la loi n° 99-533 au 25 juin 1999. aménagements divers. les bâtiments et aménagements faisant corps avec eux.69 ZONE DE REDYNAMISATION URBAINE (art. salaires. sont le taux de chômage. les installations foncières. matériel et outillage industriels. Ces nouvelles ZRU ne sont plus définies par référence aux quartiers d'habitat dégradé situés dans les communes éligibles au bénéfice de la dotation de solidarité urbaine. la proportion de jeunes de moins de 25 ans. matériel de transport. appréciées en fonction de leur situation dans l'agglomération. 0 Le deuxième élément : 18 % de la masse salariale.

70 guerre. Pour les titulaires de revenus non commerciaux. au conjoint de l’exploitant pour la fraction non admise en déduction du bénéfice. aux victimes d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle (lorsque leur taux d’invalidité est au moins égal à 40 %). 0 Le plafonnement en fonction de la valeur ajoutée : pas plus de 3. les agents d’affaires et les intermédiaires de commerce employant moins de cinq salariés la base est constituée par un dixième des recettes. q Règles particulières • Plusieurs réductions ou abattements ont été prévus : 0 Réduction accordée aux entreprises qui exercent une partie de leur activité en dehors du territoire national 0 Réduction pour embauche ou investissement. elle aura totalement disparu • Taux Il est fixé librement par l’organe délibérant.75 applicable aux bases imposées en Corse 0 Abattement en faveur des diffuseurs de presse • Enfin des réductions de cotisations sont prévues : 0 L’allégement transitoire : il ne s’applique plus que dans les départements d’outre-mer. D’autre part. 0 Abattement général de 16 %.5 % de la valeur ajoutée 0 Le dégrèvement en faveur des entreprises utilisant des véhicules routiers : véhicules de plus de 16 tonnes 0 Le dégrèvement en cas de diminution des bases e) Les taxes annexes 1° Les taxes additionnelles aux impôts directs . ê Rappelons que la loi de finances 1999. 0 Coefficient de 0. 0 Plafonnement il ne doit pas dépasser le taux plafond fixé à deux fois le taux moyen national constaté l’année précédente de la catégorie de collectivité territoriale concernée. de patrons bateliers et sociétés coopératives maritimes 0 Ecrêtement des bases. aux associés des sociétés de personnes. 0 Réduction en faveur des artisans et des coopératives agricoles 0 Réduction accordée aux entreprises de la batellerie artisanale 0 Réduction accordée à certaines sociétés coopératives d'artisans. elle ne peut dépasser la variation en moyenne pondérée du taux moyen de la taxe d’habitation et des taxes foncières. a décidé la suppression progressive de cette part et qu’en 2003. 0 Evolution Elle est liée à celle du taux de la taxe d’habitation puisque la variation du taux de la taxe professionnelle ne peut être supérieure à celle du taux de la taxe d’habitation. aux salariés recrutés par l’intermédiaire des entreprises de travail temporaire . Mais il est plafonné et son évolution es limitée.

Nord . 1608 du CGI ) 0 le Puy de Dôme (art. • Elle est facultative 0 la commune a le choix entre la taxe et la redevance d’enlèvement des déchets. 1609 A du CGI . 1609 B du CGI). Enfin. la taxe pour frais de chambre de métiers. • Les bénéficiaires Elles sont perçues au profit : 0 des établissements publics fonciers (Puy de Dôme. Guyane) ou au profit de la Région (Île-de-France) 0 des agences pour la mise en valeur des espaces urbains de la zone dite des cinquante pas géométriques en Martinique et en Guadeloupe. BO 6 F-2-92) 0 les départements de la Guyane (art.71 q Les taxes spéciales d’équipement Elles sont additionnelles aux quatre taxes. 1609 D du CGI). de la Guadeloupe (art. q La taxe d’enlèvement des ordures ménagères (art. • Elles ne sont instituées que dans certaines zones spécifiques 0 la région Île-de-France (art. 1609 nonies B et 1609 nonies D du CGI) • Cette taxe peut être instituée : 0 par les communes dès lors qu’elles assurent au moins la collecte des déchets des ménages 0 par les communautés urbaines et les différents établissements publics de coopération intercommunale dès lors qu’ils assurent au moins la collecte des déchets. 1609 quinquies C. 1609 C du CGI) et de la Martinique (art. additionnelle à la taxe professionnelle. 1609 quinquies. 1609 E du CGI). 2333-77 du CGCT). l’Ouest Rhône-Alpes (art. 2333-76 du Code général des collectivités territoriales. 0 les exploitants de terrains de camping peuvent opter pour la redevance sur les terrains de camping (art. DB 6 F-2) 0 le Nord . prévue par l’article L.Pas-de-Calais (art. 1520 à 1526 et 1609 bis. 1599 quinquies du CGI) 0 la Basse-Seine (art. 2° Les taxes ayant une base spécifique . si celle-ci est instituée dans la commune. ordures et résidus. L. la taxe pour frais de chambre de commerce et d’industrie. additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties. C’est une taxe annexe à la taxe foncière sur les propriétés bâties : elle est établie d’après le revenu net servant de base à celle-ci. 1609 du CGI .Pas-de-Calais et Ouest Rhône-Alpes) 0 des établissements publics d’aménagement (Basse-Seine. 1607 bis du CGI) 0 la région d’Argenteuil-Bezons 0 la métropole lorraine (art. additionnelle à la taxe professionnelle. métro-pole lorraine. il faut citer la taxe pour frais de chambre d’agriculture. 1609 quater. Argenteuil-Bezons.

1519-A du CGI) Les communes sur le territoire desquelles sont implantés des pylônes supportant des lignes électriques dont la tension est au moins égale à 200 kilovolts. 1° La taxe locale d’équipement Elle a été créée par la loi d’orientation foncière du 30 décembre 1967 dont les dispositions ont été introduites dans le code général des impôts (art. 1519 et 1587 à 1589 du CGI) Elle est due par les concessionnaires de mines.7 580 F pour les pylônes supportant des lignes électriques dont la tension est comprise entre 200 et 350 kilovolts . Elle est perçue au profit des communes et des départements. les tarifs de la taxe sur les pylônes sont fixés pour 2001 à : .1585 A – art. les titulaires de permis d’exploitation de mines. des voies livrées à la circulation publique. q La taxe de balayage (art. A – LES IMPOTS INSCRITS A LA SECTION D’ INVESTISSEMENT a) La fiscalité de l’urbanisme Ces prélèvements permettent de compenser une partie des dépenses importantes supportées par les communes en raison de l’urbanisation. 1585 I) . les amodiataires et sous-amodiataires de concessions minières. Compte tenu de la variation enregistrée entre 1999 et 2000. les explorateurs de mines de pétrole et de gaz combustible.72 q La redevance des mines (art. § 2 Les impôts indirects On peut distinguer ceux qui sont inscrits à la section d’investissement et ceux qui le sont à la section de fonctionnement. La répartition entre le département et les communes se fait selon un barème variant en fonction des substances extraites. une imposition forfaitaire sur ces pylônes. 1528 et 1609 bis du CGI) 0 La taxe est établie au nom des propriétaires ou usufruitiers riverains. Les contribuables sont exonérés de la Taxe professionnelle. Les tarifs de cette taxe instituée par l’article 28 de la loi n° 80-10 du 10 janvier 1980 sont révisés chaque année en fonction de la variation du produit de la taxe foncière sur les propriétés bâties constatée au plan national. 0 Cette taxe facultative peut être instituée par les communes et communautés urbaines lorsqu’elles assurent le balayage des voies livrées à la circulation publique. perçoivent.15 165 F pour les pylônes supportant des lignes électriques dont la tension est supérieure à 350 kilovolts. q L’imposition forfaitaire des pylônes (art. chaque année. au 1er janvier. 0 Aucun dégrèvement fondé sur la situation personnelle des contribuables ne s’applique à cette taxe.

000 habitants ainsi que de certaines communes de la région parisienne dont la liste est fixée par décret.4 1999 11. pour les constructions à usage agricole etc… q Calcul On applique la formule base X taux .1 1. pour les constructions destinées à un service public ou à une activité d’utilité publique et dont la liste est fixée par décret. 1996 -6. • Les opérations imposables 0 Règles générales : La taxe est établie lors de trois types d’opérations : la construction.d.d.d. • Les communes concernées 0 Les communes dans lesquelles la taxe s’applique de plein droit.1 -33. 0 Règles particulières : des exonérations sont prévues. pour les constructions édifiées dans les ZAC.2 24.5 4. n.5 0.6 FISCALITE INDIRECTE Source : DGCI Taxe départementale de publicité foncière 16 663 15 528 20 533 et droit départemental d'enregistrement Taxe additionnelle aux droits de mutation 7 656 Vignette automobile Taxe sur les cartes grises Taxe sur les permis de conduire Taxe sur l'électricité Taxe de séjour Taxe locale d'équipement (2) Versement pour le dépassement du plafond légal de densité (2) Taxe des espaces naturels sensibles (2) Autres taxes d'urbanisme (2) Taxes diverses 7 952 9 899 14 110 7 626 328 7 494 589 2 010 257 681 743 2 483 13 433 13 995 7 314 297 7 782 551 2 183 687 708 1 125 1 944 8 072 314 7 693 560 2 054 389 710 1 007 2 099 La taxe n’existe que dans certaines communes et seulement pour certaines opérations.1 -26. la reconstruction et l’agrandissement. n.7 -1.d. La décision sera valable pendant trois ans 0 Dans les autres communes la taxe peut être instituée par décision expresse.2 18. Dans ces communes la taxe existe de plein droit. n.9 -43.6 -5.5 8.3 1998 19.1 -26.d.2 -2.d.0 1997 32.73 (1) Hors taxe versée par France Télécom et La Poste et redistribuée au niveau national (2) (2) Produits liquidés l'année précédente q Champ d’application Produits en millions de francs Evolutions en % 1995 1996 1997 1998 24 431 9 804 14 535 8 093 240 7 888 650 n. n. Dans d’autres cas l’exonération est facultative ainsi.8 3. mais le Conseil municipal peut décider explicitement de la supprimer.6 5.4 5. 2 813 1999 27 131 7 243 14 013 8320(p) 168(p) n.0 3.d.8 5. n.1 -3.0 -1. de bâtiments de toute nature.9 -4.9 4. n. n. n. pour les HLM.d.1 -26.3 -10. De plein droit.2 10.5 -2.d.d.4 0.3 10.8 -5. pour certains lotissements. n. Il s’agit des communes de plus de 10.3 13.d.0 6.

Elle est fixée par le conseil municipal. pondérée des droits à construire lorsqu'un coefficient d'occupation des sols a été institué. La loi SRU du 13 décembre 2000 a prévu sa suppression de plein droit en cas d'institution de la «participation au financement des voies nouvelles et réseaux » La participation pour non construction d’aire de stationnement Prévue par le code de l’urbanisme (art. q q La participation pour dépassement du PLD Le plafond légal de densité se calcule en divisant la surface de plancher par la surface au sol de la construction. L’article 202–XXXIX de la loi SRU du 13 décembre 2000 supprime la participation.421-3) une participation peut être exigée du propriétaire en cas de non construction d’aire de stationnement. du dispositif d'écoulement des eaux pluviales. de gaz et d'assainissement. L’article 34 de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU) a relevé le plafond de la participation versée par les constructeurs qui ne sont pas en mesure de respecter ces obligations. q . La loi du 23 décembre 1986 dite loi Méhaignerie l’a supprimé sauf dans les communes qui le décideraient expressément. • Le taux est de 1%. 332-1 et suivants du code de l’urbanisme.5 en province à 1. d'électricité. La participation est due lorsque le Plan d’occupation des sols (POS) a prévu dans son règlement la possibilité de dépasser le coefficient d’occupation des sols (COS) qui a pour finalité de fixer la densité de la construction. Ce plafond est porté de 50 000 francs à 80 000 francs par place manquante q La participation au financement des voies nouvelles et réseaux L’article 46 de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000 permet aux communes et EPCI d’instaurer une participation pour création de voie nouvelle et réseaux qui est affectée au financement de l’ensemble des équipements d’infrastructure nécessaires à l’accueil de nouvelles constructions. mais il peut être porté à 5 % par le Conseil municipal. 2° Les « participations » Plusieurs prélèvements ont été institués qui portent le nom générique de participation. Son montant est calculé en répartissant le coût de l'établissement de la voie. A Paris il est fixé à 1. Les permis de construire accordés à compter de l’entrée en vigueur de cette loi et concernant des opérations de construction dont la densité dépasse les COS ne donneront donc plus lieu au paiement de la participation. La participation est due par les propriétaires des terrains desservis par une nouvelle voie. de l'éclairage public et des infrastructures nécessaires à la réalisation des réseaux d'eau potable.74 • La base de la taxe est constituée par la valeur par mètre carré de plancher hors œuvre de la construction. Elle est organisée par les articles L. Celle-ci est fixée par décret. et situés à moins de quatre-vingts mètres de celle-ci. La participation pour dépassement du COS Elle a été instituée par la loi d’orientation foncière de 1967. au prorata de la superficie des terrains nouvellement desservis. Des exemptions sont prévues. Dès lors qu’il y a dépassement il y a lieu de payer la participation en question.

Son taux est fixé par le conseil général. 1° L'établissement de la taxe. C'est l'article L. Cette taxe est établie sur tout le territoire du département par délibération du Conseil général sur la construction. 2° L'utilisation du produit de la taxe « La taxe est perçue au profit du département en tant que recette grevée d'affectation spécia le ». La base de cette taxe est d'ailleurs la même que celle de la taxe locale d'équipement.75 c) La taxe départementale des espaces naturels sensibles Elle a été instituée par la loi du 18 juillet 1985. Les tarifs annuels sont fixés par délibération du Conseil municipal. d'urbanisme et de l'environnement. mais. les débitants d'alcool acquittent une licence. la reconstruction et l'agrandissement des bâtiments donc sur des opérations semblables à celles qui sont imposées au titre de la taxe locale d'équipement. d) Taxe pour le financement des dépenses des conseils d'architecture. et sur les installations et travaux. la reconstruction et l'agrandissement des bâtiments de toute nature. q La taxe additionnelle aux droits d’enregistrement (article 1584 du CGI) . Les droits sont recouvrés aux profit des communes. Son taux est fixé par délibération du Conseil général mais il est plafonné à 2 %. tant en ce qui concerne son établissement qu'en ce qui concerne l'utilisation de son produit. est possible.3 % de la valeur de l'ensemble immobilier déterminée. 2° Cumul Le cumul des taux de la taxe départementale des espaces naturels sensibles et de la taxe départementale pour le financement des dépenses des conseils d'architecture. d'urbanisme et de l'environnement 1° Champ d’application Cette taxe est établie sur la construction. Elle peut également permettre de participer à l'acquis ition de terrains par le Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres. le montant des deux taxes ne peut dépasser un certain plafond B – LES IMPOTS INSCRITS A LA SECTION DE FONCTIONNEMENT a) Les impôts obligatoires 1° Au profit des communes q Les droits de licence sur les boissons En vertu de l’article 1568 du CGI. Il ne peut excéder 0. Elle doit permettre au Département d'acquérir par voie amiable ou par expropriation ou par préemption des terrains ou de financer l'aménagement et l'entretien des « espaces naturels sensibles ». 142-2 du Code de l'urbanisme qui en prévoit les modalités.

Certaines réunions sportives sont exonérées complètement ou partiellement. Le montant obtenu est majoré des recettes encaissées en 2000 au titre de la vignette 2000. Le total des avances versées en 2000 est égal.000 habitants.76 Dans les communes de plus de 5. puis réduit des recettes encaissées au titre de la vignette 2001. Cette compensation revalorisée en fonction de l’évolution de la dotation globale de fonctionnement (DGF) au titre de 2001. Les pertes de recettes pour les départements seront compensées par une majoration des attributions de dotation générale de décentralisation. q q Taxe de publicité foncière et droit d’enregistrement . Les avances mensuelles perçues par les départements en 2001 pour les personnes morales et physiques restant assujetties sont déterminées sur la base de un douzième de la prévision d’encaissement prévue à ce titre dans la loi de finances pour 2001 répartie par département proportionnellement au produit qu’ils ont perçu au titre de la vignette 2000. au produit résultant de l’application des tarifs de vignette 2001 à l’état du parc automobile constaté au 31 décembre 2000. La taxe sur les réunions sportives. Toutefois restent assujetties à cette taxe : 0les personnes morales 0les personnes physiques pour leurs véhicules dont le poids total autorisé en charge excède deux tonnes. de tourisme et de sports d'hiver. La compensation en 2001 est calculée en appliquant les tarifs votés au titre de 2001 par les départements à l’état du parc automobile constaté au 31 décembre 2000. une taxe additionnelle aux droits d'enregistrement ou à la taxe de publicité foncière est exigible sur les mutations à titre onéreux : . L’article 99 de la loi précisait que les départements bénéficieraient du transfert de la vignette.De certains meubles corporels vendus publiquement dans la commune . aux cercles et maisons de jeux ainsi qu'aux exploitants d’appareils automatiques installés dans les lieux publics.De droit à bail ou de bénéfice d'une promesse de bail Certaines ventes sont exonérés. par département. évolue chaque année comme la DGF à partir de 2002.D'immeubles et de droits immobiliers situés sur leur territoire .D'offices ministériels ayant leur siège dans la commune . jeux et divertissements Cette taxe prévue par les articles1559 et suivants du CGI ne s'applique plus qu'aux réunions sportives. Elle est perçue au profit des communes. q 2° Au profit des départements La taxe différentielle sur les véhicules à moteur Pour financer les transferts de compétences réalisés par la loi du 7 janvier 1983 celle-ci prévoyait le transfert aux collectivités territoriales d’impôts d’Etat ainsi que la création d’une dotation générale de décentralisation. L’article 6 de la loi de finances pour 2001 supprime la taxe différentielle sur les véhicules à moteur à compter de la période d’imposition s’ouvrant le 1er décembre 2000. climatiques. ainsi que dans les stations classées balnéaires. thermales. spectacles.De fonds de commerce ou de clientèle . majoré des recettes encaissées en 2000 au titre de la vignette 2000.

2333-2 et s. le surplus est attribué au département q La taxe communale sur l’électricité ( CGCT art L.) Par décision du Conseil municipal une taxe de séjour peut être établie sur les personnes qui ne sont pas domiciliées dans la commune et n'y possèdent pas une résidence. 3° Au profit des régions La taxe sur les certificats d’immatriculation (CGI art 1599 quindecies et s. mais sont exonérés les affiches et panneaux publicitaires de spectacles. b) Les impôts facultatifs 1° Au profit des communes q La surtaxe sur les eaux minérales (CGI art 1582) Les communes sur le territoire desquelles sont situées des sources d'eaux minérales peuvent percevoir une surtaxe dans la limite de 0. Lorsque le produit de cette surtaxe excède le montant des ressources ordinaires de la commune pour l'exercice précédent. q La taxe communale sur les entreprises exploitant des engins de remontées mécaniques (CGCT art L2333-49 et s) La taxe communale est instituée par délibération du conseil municipal qui en fixe le taux dans la limite de 3 p. ni supérieur à 7 F. pour chaque nature et pour chaque catégorie d'hébergement. Le taux de la taxe est arrêté chaque année par délibération du conseil régional. Le tarif de la taxe de séjour est fixé.77 Depuis le 1er janvier 1984 le département perçoit les droits d’enregistrement ou de publicité foncière sur les ventes d’immeubles.) Les permis de conduire les véhicules automobiles. les motocyclettes d'une cylindrée supérieure à 125 cm3 et tous autres véhicules à moteur donnent lieu au paiement d'une taxe.036 euros pour 10 litres ou fraction de 10 litres. motocyclettes etc…) q q Taxe sur les permis de conduire (CGI art 1599 terdecies et s.) Elle est instaurée par délibération du Conseil municipal. q Les taxes sur la publicité (CGCT art 2333-7 et s. q . Le recouvrement de la taxe sur la publicité est opéré par les soins de l'administration municipale. La loi du 29 décembre 1979 a institué une taxe facultative sur les emplacements publicitaires ainsi que sur les véhicules publicitaires. Son assiette est constituée par 80 % de la facture d’électricité hors taxe. Il peut également prévoir des exonérations et des abattements.) Depuis 1984 cette taxe a été transférée de l’Etat aux régions.2333-26 et s. Il ne peut être inférieur à 1 F. (tracteurs. Il est réduit de moitié dans certains cas. La taxe est recouvrée par le distributeur. La taxe de séjour dans les stations classées ( CGCT art L. réclames et enseignes lumineuses. par personne et par nuitée. 100 des recettes brutes provenant de la vente des titres de transport. Son taux est fixé par le conseil régional. Son taux ne peut dépasser 8%. Il ne peut être institué qu'un seul taux. Le Conseil général en fixe le taux.) La taxe frappe les affiches.

78

Le produit annuel de la taxe communale est affecté, à des dépenses liées au développement du tourisme. 2° Au profit des départements La taxe additionnelle départementale à la taxe sur l’électricité ( CGCT art L.3333-2 et s.) La base de cette taxe est la même que celle de la taxe communale. Son taux est plafonné à 4%
q

La taxe départementale sur les entreprises exploitant des engins de remontées mécaniques (CGCT art L3333-4 et s) Elle est régie par les mêmes règles que celle qui s’appliquent à la communes. Mais son taux est limité à 2%.
q

SECTION 2 LES RECETTES NON-FISCALES
On peut les classer en deux grandes catégories : les recettes du domaine et les recettes des services publics.

§ 1 Les recettes du domaine
Les collectivités territoriales disposent toutes d’un double domaine. Le domaine public est affecté soit à un service public soit à l’usage du public. Le reste est domaine privé. A – LE DOMAINE PRIVE Le domaine privé génère des recettes soit par son exploitation soit par son aliénation. a) L’exploitation du domaine 1° La location Formes De nombreux biens font l’objet de locations. Il s’agit de logements, de locaux commerciaux, de terrains agricoles. Un contrat est nécessairement conclu. La forme de ces contrats varie en fonction de l’objet : concessions, baux ruraux, baux de pêche et de chasse, baux à construction, baux emphytéotiques.
q q Régime juridique Tous ces contrats sont régis par le droit privé. Ils nécessitent une double délibération de l’assemblée. La première, arrête le principe de la location, la seconde se prononce sur les modalités de celle-ci. La délégation de compétence à l’exécutif est possible.

2° La production

79

q Formes Les produits de l’exploitation sont divers. Il s’agit le plus souvent de ventes de coupes de bois, de pierres extraites de carrières ou de sables. Plus rarement de taxes d’affouage, de tourbage ou de pâturage. Dans ces trois cas un terrain communal est mis à disposition d’un particulier qui peut l’exploiter contre le paiement de la « taxe ». Enfin il peut s’agir de droits de pêche, ou de chasse.

Régime juridique Il est évidemment aussi varié que les formes. Cependant le plus souvent la vente à l’amiable est interdite. L’adjudication s’impose notamment en matière de coupes de bois. Enfin, l’appel d’offre est le plus souvent nécessaire.
q

b) L’aliénation du domaine 1° Compétence C’est l’assemblée délibérante qui est compétente pour décider de la vente d’un bien appartenant au domaine privé. La vente se faisant à l’amiable pour les biens de peu de valeur. Par adjudication pour les autres. Les contrats réalisant la vente relève du droit privé et donc du juge judiciaire. 2° Prix En principe, si la vente est réalisée au profit d’une personne poursuivant des buts d’intérêt privé, le prix est celui de la valeur du bien. Par contre, si le bien est vendu à une personne s’engageant par exemple à créer des emplois, le prix peut être fixé au franc symbolique sous réserve du remboursement de la différence avec la valeur fixée par le service des domaines en cas de non réalisation. B – LE DOMAINE PUBLIC a) Les recettes perçues en vue de l’utilisation du domaine public 1° Les utilisations individuelles Elles nécessitent une autorisation qui est délivrée par l’exécutif à travers un arrêté individuel. Elles prennent la forme d’un permis de stationnement lorsqu’il n’y a pas d’emprise sur le sol. C’est le cas des terrasses de café, des étalages de magasins. Le permis de stationnement est une mesure de police. Les utilisations individuelles peuvent également prendre la forme d’une permission de voirie dans ce cas il n’y a pas d’emprise sur le sol. C’est le cas des kiosques à journaux, des stations-services, des abribus. Ces permissions de voiries sont des actes de gestion du domaine public. Dans les deux cas, une redevance est due. Son tarif étant arrêté par l’assemblée délibérante. 2° Les utilisations collectives En principe, l’utilisation collective du domaine public correspond à une liberté publique. En conséquence, la gratuité s’impose. Mais ce principe peut être écarté. C’est notamment le cas s’agissant du stationnement des véhicules. Toutefois des conditions doivent être respectées.

80

Des conditions de fond d’abord : le stationne ment ne doit pas excéder « l’usage normal » du domaine public ; les nécessités de la circulation doivent l’imposer enfin, les droits des riverains doivent être respectés. Pour ce qui est de la forme, le Conseil municipal décide du tarif, le maire arrêtant les emplacements. Les recettes perçues ont une nature fiscale. b) Les recettes perçues à l’occasion de travaux réalisés sur le domaine 1° Les taxes de voiries Il s’agit de deux prélèvements : la taxe de trottoir et la taxe de pavage. On peut considérer qu’il s’agit de rémunérations pour services rendus. La première peut être instituée par le Conseil municipal sans qu’aucune condition n’ait à être respectée. Par contre la deuxième ne peut être créée que dans la mesure où d’anciens usages mettent à la charge des propriétaires les frais de pavage. D’autre part il faut que les recettes ordinaires de la commune ne soient pas suffisantes pour financer ces dépenses. 2° La contribution pour dégradation de voirie De plus en plus rare ce prélèvement dont la nature n’est pas fiscale peut être créé par le Conseil municipal après constatation de dégradations à la voirie municipale. La contribution est versée par les responsables de la dégradation.

§ 2 Les recettes des services publics
Les redevances demandés aux usagers des services publics doivent obéir à deux principes. a) Le principe de l’équilibre financier Il est inscrit dans le CGCT qui précise dans ses articles L. 2224-1 et L.3241 que les budgets des services publics à caractère industriel ou commercial doivent être équilibrés en recettes et en dépenses. Ce qui interdit les subventions des collectivités territoriales. Mais plusieurs lois ont apporté des atténuations à la rigueur du principe. D’abord la loi du 5janvier 1988 a posé deux exceptions : - lorsque les exigences du service public conduisent à imposer des contraintes particulières de fonctionnement - pour éviter une augmentation excessive des tarifs Ensuite, la loi du 12 avril 1996 a prévu une dérogation pour le cas des services de distribution d'eau potable et d'assainissement dans les communes et groupements de communes de moins de 3000 habitants.

b) Le principe d’égalité devant le service public Ce principe implique que tous les usagers payent la même redevance. Dans quelques cas cependant le principe peut être écarté. Ainsi, s’agissant des cantines scolaires, le Conseil d’Etat a-t-il admis la discrimination fondé sur le critère du domicile. Les élèves domiciliés dans la commune peuvent bénéficier d’un tarif réduit. (CE Sect, 5 octobre 1984 Commissaire de la République de l’Ariège). En matière de crèche, la discrimination peut être fondée sur un autre critère, celui des ressources des usagers.

81 CH AP ITRE 2 LE S RECE TTE S E XTERNE S Elles sont constituées par des transferts de l’Etat ou des collectivités territoriales elles-mêmes et par des emprunts. COMPENSATION FINANCIERE DES TRANSFERTS DE COMPETENCE DE L'ETAT AUX COLLECTIVITES LOCALES 5 689 5 474 21 828 4 980 4 932 20 250 5 105 5 058 19 650 5 299 5 230 19 954 5 490 5 415 21 820 5 577 5 534 23 500 4 664 113 894 6 587 116 993 6 686 119 682 8 119 125 225 103 576 2 982 1 797 616 259 104 882 2 862 1 788 612 262 106 333 2 712 3 046 639 266 109 789 2 579 3 638 827 273 112 850 2 299 3 825 827 276 250 7 283 127 610 116 150 2 165 3 943 859 285 0 7 483 130 885 PLF 2001 1 669 5 659 1 788 4 910 1 895 5 846 1 945 6 283 2 158 8 625 2 080 6 984 5 374 34 845 34 345 4 547 31 928 31 517 7 543 32 496 34 146 5 183 33 481 32 312 11 003 38 093 40 396 5 224 38 141 36 338 . DOTATIONS ET SUBVENTIONS D'EQUIPEMENT Dotation globale d'équipement AP (a) CP (b) Fonds de compensation de la TVA Prélèvement au titre des amendes forfaitaires de la circulation Subventions de divers ministères et comptes spéciaux du Trésor AP (a) CP (b) TOTAL II DO + AP (c) DO + CP (d) III. SECTION 1 RECETTES DE TRANSFERT ÉVOLUTION DES CONCOURS DE L'ÉTAT AUX COLLECTIVITÉS LOCALES EN EXÉCUTION en millions de francs 2000 1996 1997 1998 1999 révisé I. DOTATIONS ET SUBVENTIONS DE FONCTIONNEMENT Dotation globale de fonctionnement (avec majoration) Dotation spéciale pour le logement des instituteurs Fonds national de péréquation de la taxe professionnelle Fonds national de péréquation Dotation élu local Concours exceptionnel communautés d'agglomération Autres subventions TOTAL I II.

qu’elles soient fiscales (VRTS).dotation générale de décentralisation (DGD) (Intérieur) . Les dotations sous enveloppe. Cela veut dire plus simplement que les sommes versées par l’Etat le sont automatiquement et surtout sont libres d’emploi. Parfois la dotation compense des charges indues. DGD Corse. Ce pacte posait le question de l’évolution des aides de l’Etat de manière globale non seulement dans le temps : trois ans. . Avec le temps. la dotation de l'Etat au fonds national de péréquation de la taxe professionnelle (FNPTP). La péréquation s’est alors substitué à la compensation. bon nombre de ces concours financiers étaient des dotations globales.dotation régionale d'équipement scolaire AP (a) CP (b) .d'une fraction du taux de croissance du PIB de l'année en cours. Enfin. c’est à dire la dotation globale de fonctionnement (DGF). La croissance du PIB prise en compte. après plusieurs tâtonnements. en termes globaux c’est à dire dans le cadre d’un « Pacte de croissance et de solidarité ». mais aussi en liant l’évolution de plusieurs dotations : les dotations dites « sous enveloppe ». DRES) évoluent en fonction d'un indice composé des prix de l'année à venir et -innovation par rapport au pacte. DGD formation professionnelle) ainsi que les dotations d'équipement scolaire des départements et des régions (DDEC. L’évolution des dotations sera envisagé.DGD formation professionnelle . l’Etat a estimé qu’il devait intervenir en redistribuant les sommes en question non plus sur la base de la ressources disparue. les dotations générales de décentralisation (DGD. la dotation particulière élu local. Depuis 1999. s'élève à 33 % en 2001.dotation départementale d'équipement des collèges AP (a) CP (b) TOTAL III DO + AP (c) DO + CP (d) 3 069 1 562 1 518 28 560 3 161 1 598 1 564 25 651 3 247 1 637 1 606 26 026 3 347 1 710 1 659 34 778 3 464 1 771 1 719 29 280 3 562 1 800 1 769 30 187 17 624 1 267 4 950 3 157 14 521 1 285 5 018 3 229 14 688 (e)20 386 1 303 5 088 3 310 1 340 7 899 3 443 14 627 1 351 7 964 3 567 15 128 1 397 8 238 3 624 28 428 25 549 25 932 34 631 29 125 30 290 Ces recettes sont constitués principalement par des dotations de l’Etat. (DGD. et au fonds national de péréquation (FNP).82 Dotations budgétaires : . la dotation spéciale instituteurs (DSI).(335 943 millions de francs en 2001). ou non fiscales (DGF). FCTVA). les dotations globales visaient à compenser des ressources disparues. Elles proviennent essentiellement du prélèvement sur recettes aux profit des collectivités territoriales (207 536 millions de francs en 2001) ainsi que du budget lui-même dans une moindre mesure. (20 % en 1999 et 25 % en 2000).DGD Corse . Au départ. un « Contrat de croissance et de solidarité » a pris la suite du « Pacte » et ce pour trois ans à nouveau. mais en faisant intervenir un certain nombre de critères censés indiquer le niveau de pauvreté des collectivités territoriales. la dotation globale d'équipement (DGE).

La taxe locale fut en effet surtout « victime » de l'amélioration du système fiscal français. enfin elle devait être localisée. Bien sûr. Elle devait être profondément modifiée par la loi du 29 novembre 1985 et plus récemment par celle du 31 décembre 1993. puisque c'est l'extension de la TVA qui devait la condamner. Il convenait alors de trouver une ressource de substitution. . était son inégale répartition. Avant de préciser ce qu’est la DGF actuelle (d) il sera nécessaire de se pencher sur ses origines (a). puisque la DGF remplace le versement représentatif de la taxe sur les salaires (VRTS) qui lui-même remplacera deux impôts. une partie seulement (85%) du produit de cet impôt d'Etat fut affecté aux collectivités locales. la taxe sur les salaires. la péréquation peut être assuré et de plus en plus par les collectivités territoriales elles-mêmes. Un impôt d'Etat. son évaluation parallèle à l'activité économique. la taxe locale qui avait disparu en 1966 et un autre impôt. puis sur son instauration (b). mais plutôt par une « attribution représentative de la taxe sur les salaires » qui elle-même demeurait un impôt d'Etat. Il avantageait les villes commerçantes et touristiques au détriment des communes dortoirs et des zones rurales. dont on distribue d'abord 85% puis 100% aux collectivités locales n'est plus en effet une ressource fiscale pour les collectivités locales. Insensiblement on passait de la pure ressource fiscale (la taxe locale) à une ressource hybride. A – LA PEREQUATION ASSUREE PAR L ’E TAT : LA DGF La DGF (Dotation globale de fonctionnent) a été créé par la loi du 3 janvier 1979.la taxe verra son régime définitif fixé en 1955. 1° Les origines fiscales La taxe locale Cet impôt institué par la loi du 6 novembre 1941. la compensation et enfin la globalisation. De plus. La taxe sur les salaires ou plus exactement le versement forfaitaire sur les salaires existait déjà depuis 1948. on supprima la taxe locale. § 1 La péréquation Redistribuer les ressources en tenant compte des différences de chacun est une tache qui est naturellement assurée par l’Etat. q q La taxe sur les salaires C'est là le deuxième temps de la transformation d'un impôt en dotation globale. sans doute.83 Dans ces conditions. elle deviendra obligatoire en 1949 . Mais ce ne sont pas uniquement ces défauts qui justifièrent sa disparition. Mais l'impôt présentait plusieurs inconvénients dont le plus important. sa progression n'était pas à la mesure des besoins des collectivités locales. avait pour assiette les ventes au détail et les prestations de services. On n'a donc pas remplacé un impôt local par un autre impôt local. Lorsqu'en 1966. Après plusieurs modifications – étendue à toutes les communes quelque soit leur taille en 1945. a) Les origines de la DGF Elles sont doubles. c'est presque une dotation de l'Etat à celles-ci. on peut classer les dotations selon trois axes : la péréquation. ainsi que sur ses transformations (c). son montant devait être égal. Toutefois.

. b) L’instauration de la DGF La loi du 3 janvier 1979 a créé la DGF. dite « attribution de garantie ». dans le domaine de la fiscalité indirecte le système du principal fictif qui avait déjà été expérimenté en matière de fiscalité directe locale. Si leur potentiel fiscal par habitant est supérieur au triple de la moyenne du groupe elles ne perçoivent rien. on allait passer enfin à une ressource fiscale fictive : le VRTS. Chaque année. elle devait diminuer de 5%. Elle est attribuée aux communes et aux départements 1° La DGF des communes Elle comprenait trois éléments q La dotation forfaitaire Elle était conçue comme devant remplacer le VRTS.encore elle . Chaque année elle était calculée en fonction de ce qui avait été reçu l’année précédente. La ventilation était donc bien opérée en fonction de l'ancienne recette que le VRTS devait compenser.84 Mais ce système ne devait pas durer longtemps puisque la généralisation de la TVA . q La dotation de péréquation Elle se divisait en deux parts : • L’une répartie en fonction du potentiel fiscal par habitant L’idée était de combler les différences de richesse fiscale des déférentes communes. 2° Le VRTS En créant un versement représentatif de la taxe sur les salaires (VRTS) la loi du 29 novembre 1968 transposait. A nouveau. Toutefois on voulait se fonder sur des critères objectifs et donc on a mis en avant la notion de potentiel fiscal. Et cette méthode concernait la presque totalité du VRTS. La méthode objective était donc bien utilisée.allait justifier la suppression de la taxe sur les salaires. On était passé d'un impôt local à un impôt d'Etat réparti entre les collectivités locales. produit national des quatre taxes = taux moyen national bases nationales taux moyen national X bases d’imposition de la commune = potentiel fiscal de la commune potentiel fiscal de la commune = potentiel fiscal par habitant population Le communes étaient réparties en 15 groupes en fonction de leur population. du moins dans les premières années de sa création. Le VRTS se décomposait en plusieurs parts. Cette attribution de garantie devait être répartie entre les communes et les départements sur la base de ce qu'ils percevaient l'année précédente au titre de la taxe sur les salaires. lors de la première année de fonctionnement du système. La première. se posait la question : par quoi remplacer cette ressource. 95% de la dotation. La proportion de cette dotation devait diminuer progressivement au profit de la dotation de péréquation. devait rassembler. jusque sa disparition totale.

85 Dans le cas contraire le montant qu’elle perçoive est proportionnel à l’écart avec le potentiel fiscal du groupe. Effort fiscal = produit effectif des 3 taxes X potentiel fiscal Les concours particuliers q 0 La dotation de fonctionnement minimale attribuée aux communes de moins de 2000 habitants dont le potentiel fiscal est inférieur à la moyenne 0 La dotation supplémentaire des communes touristiques et thermales 0 Le concours pour les communes en expansion démographique 0 Le concours pour les communes centre d’agglomération 0Le minimum garanti par habitant accordé aux communes dont le potentiel fiscal est inférieur à la moyenne du groupe démographique 2° La DGF des départements Elle comprenait plusieurs dotations q La dotation forfaitaire Elle représente 45 % de la DGF q La dotation de péréquation Elle représente 55 % de l’ensemble et se divise en deux parts : . LES 15 GROUPES DE COMMUNES communes de 0 à 499 habitants communes de 500 à 999 habitants communes de 1 000 à 1 999 habitants communes de 2 000 à 3 499 habitants communes de 3 500 à 4 999 habitants communes de 5 000 à 7 499 habitants communes de 7 500 à 7 999 habitants communes de 10 000 à 14 999 habitants communes de 15 000 à 19 999 habitants communes de 20 000 à 34 999 habitants communes de 35 000 à 49 999 habitants communes de 50 000 à 74 999 habitants communes de 75 000 à 99 999 habitants communes de 1 00 000 à 199 999 habitants communes de 200 000 habitants et plus • La deuxième part était répartie en fonction de l’effort fiscal des communes en matière d’impôts sur les ménages.

La dotation de fonctionnement minimal Elle est versée aux départements de moins de 200. qui auparavant. soit exercent déjà sur leurs contribuables une pression fiscale importante. modulée par application des coefficients suivants : communes de 0à 499 habitants : 1 communes de 500 à 999 habitants : 1.2142 communes de 2 000 à 3 499 habitants : 1.8568 communes de 20 000 à 34 999 habitants : 1.9639 communes de 35 000 à 49 999 habitants : 2. C’est ce que fera la loi du 19 novembre 1985 qui va transformer la DGF initiale. dotation de fonctionnement minimale). qui. 1° La dotation de base Elle remplace l’ancienne dotation forfaitaire et représente 40 % de l’ensemble après déduction des sommes correspondant aux concours particuliers.4284 communes de 5 000 à 7 499 habitants : 1.1781 communes de 75 000 à 99 999 habitants : 2.1071 communes de 1 000 à 1 999 habitants : 1.6426 communes de 10 000 à 14 999 habitants : 1.86 0 La première (60 %) est ventilée en fonction des l’impôts sur les ménages 0 La seconde (40 %) l’est en fonction du potentiel fiscal.000 habitants qui sont fiscalement défavorisés. en fonction du groupe démographique auquel appartient la commune. Elle résulte du produit d'une attribution moyenne par habitant (en francs) par le nombre d'habitants. elle se divise en deux fractions • La première fraction Elle est répartie en fonction du potentiel fiscal et l'effort fiscal de manière à aider les communes. versement pour accroissement de population. Elle est d’autant plus faible que le potentiel fiscal est fort.2852 communes de 1 00 000 à 199 999 habitants : 2. L'attribution moyenne par habitant est. 2° La dotation de péréquation Elle représente 37. q c) La transformation de la DGF La création de la DGF en 1979 n’était que provisoire.7497 communes de 15 000 à 19 999 habitants : 1.5 La création de la dotation de base permettait de simplifier la DGF et tendait à regrouper en une seule attribution plusieurs éléments. .5355 communes de 7 500 à 9 999 habitants : 1. 1988 et 1992. soit ne disposent pas d'une richesse fiscale élevée. Des modifications ponctuelles interviendront en 1986 (loi du 19 août).5 %. étaient liés à la population (minimum garanti par habitant.3213 communes de 3 500 à 4 999 habitants : 1. Elle comprend désormais quatre éléments.0710 communes de 50 000 à 74 999 habitants : 2.3923 communes de 200 000 habitants et plus : 2. il fallait à partir de 1986 donner des contours définitifs à l’institution.

87 Cette première fraction de la dotation de péréquation représente 30 % des ressources affectées à la DGF des communes. en constituent la ville principale 0 les communes situées dans une agglomération de plus de 250 000 habitants représentant au moins 10 % de la population du département..5 % des ressources affectées à la DGF des communes. 3° La dotation de compensation Elle représente 22. . pour les communes situées en zone de montagne. en fonction de l'importance de la part des logements sociaux.la charge nette d'équipement .F.G. après déduction des concours particuliers. lorsque leur population est au moins égale à la moitié de celle de la ville principale 0 les communes de plus de 100 000 habitants ou celles dont la population représente au moins 10 % de la population du département q .la capacité d'accueil existante et en voie de création La dotation aux communes centres d'agglomération Elle est perçue par : 0 les communes qui. places de campings. proportionnellement au nombre d'élèves relevant de l'enseignement obligatoire et préélémentaire. Elle est répartie entre toutes les communes : 0 pour 20 % de son montant. 4° Les concours particuliers La part des concours particuliers dans la D. distincte de la capacité contributive de la commune mesurée par le potentiel fiscal. Cette seconde fraction de la dotation de péréquation représente 7. Ils sont fondés sur la capacité d'accueil (chambres d'hôtels. proportionnellement à la longueur de la voirie classée dans le domaine publie communal.5 % de la D.F. ). après déduction des concours particuliers • La seconde fraction Elle prend en compte l'insuffisance du revenu par habitant. La part des ressources affectée à la dotation de compensation est fixée à 22. q La dotation supplémentaire aux communes touristiques ou thermales 0 Les critères d'éligibilité à cette dotation sont semblables à ceux de l’ancien système.5 % de la DGF et a pour objectif de tenir compte de certaines charges particulières des communes. Seuls deux concours particuliers sont maintenus dans le nouveau régime de la dotation globale de fonctionnement des communes : . dans une agglomération représentant au moins 10 % de la population du département. des communes est fixée à 2 %.l'écart relatif de potentiel fiscal . 0 pour 20 % de son montant. 0 Les critères de répartition fixés par la loi sont les suivants : .G. le comité des finances locales peut porter cette part à 3 %. Elle mesure la capacité contributive des ménages.. 0 pour 60 % de son montant. des communes déduction faite des crédits prévus pour les concours particuliers et pour la garantie d'évolution. Mais. la longueur de la voirie est doublée. domiciliés dans la commune.produit de la taxe de séjour . meublés .

les communautés de communes. pour chaque EPCI. dotation de compensation et les concours particuliers). Elle comprend : 0 une dotation de base (15 %) Elle est calculée. les districts. Réformée successivement par la loi du 31 décembre 1993 puis par celle du 26 mars 1996 la dotation est attribuée grâce un « indice synthétique de ressources et de charges » Cet indice permet de déterminer qui est éligible à la DSU et combien est perçu. Dans la région d'Île-de-France. 0 la seconde fraction est attribuée aux communes de moins de 10000 habitants dont le potentiel fiscal par habitant est inférieur au double du potentiel fiscal moyen du groupe démographique auquel appartient la commune Elle est répartie selon les modalités suivante : . 1° La DGF des communes et des EPCI (112. plafonné à 1. les syndicats d’agglomération nouvelles (SAN) les communautés d’agglomération. pour chaque EPCI. c’est à dire les communautés urbaines. Sont éligibles à cette dotation les EPCI à fiscalité propre. en fonction de sa population totale et pondérée par le CIF (sauf pour les SAN). les communautés de villes. 0 la première fraction « bourgs-centres » est attribuée aux communes de moins de 10000 habitants chefs-lieux de canton ou dont la population représente au moins 15 % de la population du canton. d) La DGF actuelle La loi du 31 décembre 1993 a transformé la DGF. deux régimes doivent être distingués. la dotation d’aménagement (10.2 • . pondérée par l'écart entre le potentiel fiscal par habitant de la commune et le potentiel fiscal moyen par habitant des communes appartenant au même groupe démographique. dotation de péréquation.7 Mdf) Elle est attribuée aux bourgs-centres et aux petites communes à faible potentiel fiscal.2 milliards de francs en 2001) Elle se subdivise en deux parties : q la dotation forfaitaire Elle rassemble les différentes dotations qui avant la réforme de 1993 formaient la DGF (dotation de base.7 Mdf) Elle est répartie entre certaines communes qui connaissent une situation difficile. • La dotation de solidarité rurale (DSR) (1. • La dotation de solidarité urbaine (DSU) (3. Elle est pondérée par le CIF (sauf pour les SAN).88 0 les communes chefs-lieux de département.1 Mdf) comprend trois dotations : q La dotation des groupements de communes (5. Elle est répartie en fonction de la population. ainsi que par l'effort fiscal. en fonction de la population. Elle est calculée. 0 une dotation de péréquation (85 %) -.6 Mdf). en fonction de sa population totale et de son potentiel fiscal. seules ces communes bénéficient de la dotation particulière.pour 30 % de son montant. Créée par la loi du 13 mai 1991 elle a par la suite été intégrée à la DGF.

.pour 30 % de son montant.pour 10 % de son montant au maximum.Par un prélèvement de 24% opéré sur la DGF des départements dont le potentiel fiscal par habitant est supérieur au double du potentiel fiscal par habitant moyen national. 2° La DGF des départements (18. DÉPARTEMENTS BÉNÉFICIAIRES DE LA DOTATION DE FONCTIONNEMENT MINIMALE EN 2000 Alpes de HauteProvence Hautes-Alpes Ariège Aude Aveyron Cantal Cher Corrèze Corse-du-Sud Haute-Corse Creuse Dordogne Gers Indre Landes Haute-Loire Lot Lozère Haute-Marne Meuse Nièvre Orne Haute-Saône Yonne Guadeloupe Martinique Guyane La Réunion Mayotte Saint-Pierre-et-Miquelon . 0 La répartition de la DFM Elle bénéficie aux départements dont le potentiel fiscal par habitant est inférieur d'au moins 40% au potentiel fiscal par habitant moyen de l'ensemble des départements ou dont le potentiel fiscal par kilomètre carré est inférieur d'au moins 60% au potentiel fiscal par kilomètre carré moyen de l'ensemble des départements. 0 Le financement de la DFM . l’autre (60 %) en relation avec le produit de l’impôt sur les ménages. Elle représente 45% du total • la dotation de péréquation qui se subdivise en deux parts : l’une (40%) est répartie en fonction de l’insuffisance de potentiel fiscal. Chacun de ces pourcentages de pondération peut être majoré ou minoré.pour 30 % de son montant. proportionnellement au nombre d'élèves relevant de l'enseignement obligatoire et préélémentaire domiciliés dans la commune .Par un prélèvement de 16% effectué sur la DGF des départements dont le potentiel fiscal par habitant est compris entre le potentiel fiscal par habitant moyen national et le double de cette valeur.9 Mdf) est proportionnelle aux sommes versées l’année précédentes. proportionnellement à la longueur de la voirie classée dans le domaine public communal (longueur doublée en zone de montagne) . en fonction de l'écart entre le potentiel fiscal par hectare de la commune et le potentiel fiscal moyen par hectare des communes appartenant au même groupe démographique (potentiel fiscal dit superficiaire ).5 MdF) Elle comprend trois dotations : • la dotation forfaitaire (6. • la dotation de fonctionnement minimal (DFM) qui met en place un mécanisme de péréquation entre les départements favorisés et ceux qui le sont moins.89 .

Pour gommer les différences les plus choquantes des mécanismes de péréquation ont été mis en place d’abord au niveau départemental et ensuite au niveau national. q La répartition du Fonds . c’est à dire sur l’impôt qui est indirectement la cause de sa création. a) La péréquation de la taxe professionnelle Le produit de la taxe professionnelle varie sensiblement d’une commune à l’autre. q • Les établisements assujettis Il s’agit des établissements dont les bases d'imposition divisées par le nombre d'habitants. fut abandonné en 1989. soit un taux qui devrait atteindre 2. • Le montant du prélèvement Il est égal au produit du montant des bases excédentaires par le taux en vigueur dans la commune.90 • la dotation de garantie permet d’assurer à tous les départements une progression minimum égale à 55% au moins du taux d'évolution de l'ensemble des ressources affectées à la DGF. 1° Le fonds départemental de péréquation de la taxe professionnelle (FDPTP) C’est la loi du 29 juillet 1975 qui en créant la taxe professionnelle a mis en place ce mécanisme de péréquation. Depuis 1992. Le financement du Fonds Il est assuré par un prélèvement sur les cotisations communales de la TP provenant d’établissements exceptionnels. 1613-1 CGCT). Il s’agit d’une part de fonds de péréquation du produit de la Taxe professionnelle et d’autre part de fonds plus récents mis en place dans le cadre des régions. La loi du 3 janvier 1979 avait prévu que la DGF serait constituée par un prélèvement sur les recettes de l’Etat équivalent à 16. Cette indexation sur la TVA. le prélèvement est également opéré sur les cotisations levées au profit des groupements de communes. L’idée de la péréquation départementale sera par la suite déclinée de différentes manières. excèdent deux fois la moyenne des bases de taxe professionnelle par habitant constatée au niveau national. Depuis l’instauration du Contrat de solidarité et de croissance ».9% pour 2001. Il sera modifié a de nombreuses reprises. l’ensemble de la DGF évolue en fonction d’un indice égal à la somme du taux d’évolution des prix à la consommation et de la moitié du taux de croissance du PIB.45 % du produit de la TVA à législation constante. Le Conseil général peut abonder le Fonds. ( art L. B – LA PEREQUATION ENTRE COLLECTIVITES TERRITORIALES Plusieurs mécanismes de péréquation entre collectivités locales ont été mis en place et apportent éventuellement leurs concours financiers.

depuis le 1er janvier 2000. aux groupements de communes ainsi qu'à certaines communes défavorisées même si elles ont plus de 10 000 habitants.91 Les ressources du Fonds sont réparties principalement entre deux types de communes. en 1993. • Les communes « défavorisées » C’est le Conseil général qui fixe la liste de ces communes voire groupements de communes de manière relativement libre. En 1990. Simplement les critères doivent être objectifs et de plus la faiblesse de leur potentiel fiscal doit obligatoirement être retenue. (DSR) . un Fonds de compensation des nuisances aéroportuaires des communes riveraines de l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. De plus. • Les communes « concernées » Il s’agit d’abord : 0 des communes concernées de droit : celles où sont domiciliés au moins 10 salariés de l’établissement exceptionnel ainsi que celles où sont implantés des barrages-réservoirs ou des barrages-retenues. De nombreuses modifications sont intervenues depuis.si elles bénéficient de la première fraction de la dotation de solidarité rurale. 37) ont été créés. En bénéficient les communes sites de stockage de déchets spéciaux ou ultimes. (Loi de finances rectificative pour 1999 n° 99-1173 du 30 décembre 1999 art. 0 les communes concernées facultativement c’est à dire celles qui sont situées à proximité de l'établissement lorsqu'elles subissent de ce fait un préjudice ou une charge quelconque. des Fonds départementaux de solidarité pour l’environnement ont été créés sur ce même modèle. la loi du 31 décembre a instauré un système de péréquation départemental de la taxe professionnelle versée par les grandes surfaces. q Le financement du FNPTP • Le produit de la cotisation de péréquation de la taxe professionnelle Cette cotisation est payée par les établissements situés dans les communes où le taux global de cette taxe est inférieur au taux global moyen constaté l'année précédente au niveau national. Elles ont toutes été intégrées dans l’article 1648 B du CGI. ainsi qu'un Fonds de compensation des nuisances aéroportuaires des communes riveraines de l'aéroport de ParisOrly. (CGI Article 1648 AB) Enfin. 2° Le fonds national de péréquation de la taxe professionnelle (FNPTP) La loi du 10 janvier 1980 a complété les dispositifs de péréquation départementale de la taxe professionnelle en créant le FNPTP. • Une dotation annuelle versée par l'Etat Elle est versée en contrepartie des allègements de taxe professionnelle • • Le produit des intérêts de retard et majorations appliqués en matière de taxe professionnelle Le produit de l’excédent de fiscalité locale de la Poste et de France Télécom q La répartition du FNPTP • La première fraction Elle finance la dotation de développement rural (DDR) qui bénéficie aux communes de moins de 10 000 habitants. Les communes de moins de 10 000 habitants sont éligibles sauf : .

0 Le deuxième prélèvement s’applique aux communes dont le montant des bases d'imposition à la taxe professionnelle. • La seconde fraction Elle comporte plusieurs parts : 0 La première part permet de compenser les pertes de base de TP.du Fonds de solidarité des communes de la région Ile-de-France . à la DSU ou au FSCRIF.R.de la dotation de solidarité urbaine (DSU). 1° Le Fonds de solidarité entre les communes de la Région Ile de France (FSCRIF) Le fonds a été mis en place par la loi du 13 mai 1991 qui créait également la dotation de solidarité urbaine (DSU). q Les ressources du FNP • • Le produit disponible du FNTP Le produit du gel de la dotation de compensation de la TP (DCTP) q La répartition du FNP • La part principale Elle est attribuée aux communes ayant un potentiel fiscal « quatre taxes » inférieur de 5 % à la moyenne de leur strate démographique et consentant un effort fiscal supérieur à la moyenne de cette strate • La seconde part Elle est attribuée aux communes de moins de 200 000 habitants éligibles à la part principale et dont le potentiel fiscal « taxe professionnelle » est inférieur de 20 % à la moyenne de la strate. excède 3. Sont cependant dispensées. b) Les fonds régionaux La péréquation entre collectivités territoriales s’est développée au niveau régional.D. 0 La deuxième part est attribuée aux communes en difficulté financière 3° Le fonds national de péréquation (FNP) En 1995. Les groupements de communes pouvant bénéficier de la D.92 . les communes qui sont éligibles la même année. .5 fois la moyenne des bases constatées par habitant au niveau national. divisées par le nombre d'habitants. sont les groupements à fiscalité propre exerçant une compétence en matière d'aménagement de l'espace et de développement économique qui remplissent certaines conditions démographiques. la loi d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire du 4 février a mis en place un nouveau fonds devant permettre de renforcer la péréquation du FNPTP. q L’alimentation du Fonds • Deux prélèvements sont institués : 0 Le premier prélèvement est dû par toutes les communes dont le potentiel fiscal par habitant est supérieur de 40 % au potentiel fiscal moyen par habitant des communes de la région.

dans la limite de 1. q Art L. Toutefois. La répartition du Fonds Sont éligibles au Fonds : 0 La première moitié des communes d’au moins 10 000 habitants classées en fonction de la valeur décroissante de leur indice synthétique. 9 % pour les communes dont le potentiel fiscal par habitant est compris entre 2 fois et 3 fois le potentiel fiscal moyen b. le prélèvement est égal au produit du taux local par 75 % des bases dépassant ce seuil. 2334-17. tel que défini à l'article L. calculé en prenant en compte la population qui résulte des recensements généraux ou complémentaires. le troisième par 20 p. en pondérant le premier par 55 p. (…) L'indice synthétique de ressources et de charges est obtenu par l'addition des rapports visés aux 1°. tels qu'ils sont définis à l'article L. 2531-12. 2334-4 .La base est constituée par le montant du potentiel fiscal par habitant qui excède le seuil contributif multiplié par le nombre d'habitants de la commune considérée.2531-14 du CGCT L'indice synthétique de ressources et de charges pour les communes de 10 000 habitants et plus est constitué : 1° Du rapport entre le potentiel fiscal par habitant des communes de 10 000 habitants et plus de la région d'Ile-de-France et le potentiel fiscal par habitant de la commune.93 • Montant des prélèvements 0 Montant du premier prélèvement : base X taux . 2° Du rapport entre la proportion de logements sociaux. 100.3.pour les communes dont le revenu moyen par habitant par rapport au revenu moyen par habitant des communes de la région d'Ile-de-France est inférieur à 90 %. Elles perçoivent une somme égale au produit de sa population par la valeur de l'indice qui lui est attribué et par celle de son effort fiscal. 100. 4° Du rapport entre le revenu moyen par habitant des communes de 10 000 habitants et plus de la région d'Ile-de-France et le revenu par habitant de la commune.pour les communes dont le revenu moyen par habitant par rapport au revenu moyen par habitant des communes de la région d'Ile-de-France est supérieur ou égal à 90 %. dans le total des logements de la commune et la proportion de logements sociaux dans le total de logements des communes de 10 000 habitants et plus de la région d'Ile-de-France .8 % pour les communes dont le potentiel fiscal par habitant est compris entre 1. le deuxième par 15 p. 3° Du rapport entre la proportion du total des bénéficiaires d'aides au logement. le prélèvement est égal au produit du taux local par 75 % des bases dépassant ce seuil sans que son montant puisse excéder celui du premier prélèvement. Trois taux sont prévus : . 3° et 4°. dans le nombre total de logements de la commune et cette même proportion constatée dans l'ensemble des communes de 10 000 habitants et plus de la région d'Ile-de-France . y compris leur conjoint et les personnes à charge vivant habituellement dans leur foyer. . telles qu'elles sont définies à l'article L. Les communes de 10 000 habitants et plus de la région d'Ile-de-France sont classées en fonction de la valeur décroissante de leur indice synthétique. 2334-17. 2°. . 100. chacun des pourcentages de pondération peut être majoré ou minoré pour l'ensemble des communes bénéficiaires d'au plus cinq points dans les conditions fixées par un décret en Conseil d'Etat. . 10 % pour les communes dont le potentiel fiscal par habitant excède trois fois le potentiel fiscal moyen 0 Montant du premier prélèvement . (Voir encadré) 0 Les 18 % des communes de 5 à 10 000 habitants classées en fonction de la valeur décroissante de leur indice synthétique. 100 et le quatrième par 10 p. pris après avis du comité institué par l'article L.Le taux de prélèvement varie en fonction de la richesse fiscale de la commune.4 fois et 2 fois le potentiel fiscal moyen des communes de la région a.

le taux de chômage de la pénultième année. • Le montant du prélèvement Il est calculé d’après le montant des dépenses totales de la région considérée. 2° Le Fonds de correction des déséquilibres régionaux (FCDR) Prévu par la loi du 6 février 1992 (art 64) pour « éviter l’aggravation des disparités régionales ». Son montant variant selon les régions. : . . 100 du montant des dépenses totales de la région. Il varie en fonction du potentiel fiscal de la région. . En 2000. le prélèvement cesse d’être dû lorsque.4332-4 et suivants du CGCT. Les ressources du Fonds Elles sont constituées par un prélèvement opéré sur les régions à fort potentiel fiscal direct. 100 des dépenses totales. l'autre avant le 31 décembre de l'exercice en cours. 100 des dépenses totales. 100 au plus au potentiel fiscal moyen.pour moitié. 100 et de moins de 20 p. on intègre dans le calcul du potentiel fiscal les compensations fiscales versées par l’Etat.Lorsque ce potentiel fiscal par habitant est supérieur de 5 p. est supérieur au taux de chômage annuel moyen de l'ensemble des régions métropolitaines. proportionnellement à l'écart relatif entre 85 % du potentiel fiscal moyen par habitant de l'ensemble des régions et le potentiel fiscal par habitant de chaque région. 100 au potentiel fiscal moyen. le prélèvement est égal à 1. pondéré par son effort fiscal et sa population. l’Ile-de-France et Rhône-Alpes. q en milliers de francs 1998 évol 98/99 1999 évol 99/2000 2000 . le prélèvement est égal à 1 p. l'un avant le 31 juillet.94 III. sous réserve de la substitution des moyennes constatées en Ile-de-France pour ces communes aux moyennes constatées pour les communes de 10 000 habitants et plus. constatées dans le compte administratif de la pénultième exercice. trois régions contribuaient ainsi au Fonds :l’Alsace. de deux versements par an.Lorsque le potentiel fiscal par habitant est supérieur de 20 p.pour moitié. dans une région. le Fonds est régi par les articles L.Les dispositions du II s'appliquent pour le calcul de l'indice synthétique de ressources et de charges mentionné au I pour les communes de 5 000 à 9 999 habitants. Enfin. q • Les régions assujetties au prélèvement Ce sont les régions dont le potentiel fiscal moyen par habitant est supérieur au potentiel fiscal moyen par habitant de toutes les régions qui versent le prélèvement. . 100 au moins au potentiel fiscal moyen.5 p. Elles sont déterminées : . Depuis 1995.Lorsque le potentiel fiscal par habitant de la région est supérieur de 5 p. le prélèvement est égal à 2 p. . proportionnellement au rapport entre le potentiel fiscal moyen par kilomètre carré de l'ensemble des régions et le potentiel fiscal par kilomètre carré de chaque région bénéficiaire. La répartition du Fonds Les attributions font l'objet.

4% 35 726 Bretagne .9% 278 995 Rhône-Alpes 88 468 -9.95 REGIONS CONTRIBUTIVES Alsace 23 651 +8.6% 395 750 REGIONS BENEFICIAIRES Aquitaine 33 405 +1.2% 32 644 +9.1% 88 505 TOTAL 389 113 +1.4% 25 642 +10.1% 393 434 +0.8% 287 410 -2.1% 80 381 +10.3% 33 837 Auvergne 32 257 +1.2% 28 250 Ile-de-France 276 994 +3.

4% 32 845 +7.6% 44 709 Pays de Loire 34 655 +1.0% 6 011 +13.0% 49 277 Nord-Pas-de-Calais 43 165 +0.4% 35 695 +11.3% 38 759 Poitou-Charentes 32 964 -0.7% 39 784 Midi-Pyrénées 43 310 +1.6% 44 015 +12.4% 35 139 +10.2% 39 706 Corse 40 730 +1.2% .5% 35 954 +10.4% 45 350 Languedoc-Roussillon 32 797 +0.96 35 189 +1.0% 32 806 +12.7% 41 439 +9.9% 43 558 +2.1% 36 776 Limousin 35 419 +1.8% 35 410 Guadeloupe 5 778 +4.

Les ressources transférées sont d’abord des impôts qui ont disparu depuis lors : vignette et droit de mutation.6% 8 822 Guyane 1 927 -3. Nature des taxes 1998 1999 2000 2001 Cartes grises (régions) Vignettes (départements et région Corse) Droit départemental d’enregistrement et taxe de publicité foncière départementale Total fiscalité transférée 8 092 504 14 583 580 24 431 323 47 107 407 8 501 567 14 231 236 27 130 973 49 863 776 8 860 000 2 330 000 28 270 000 39 460 000 41 390 000 41 390 000 . Il s’agit d’abord des compensations liées aux transferts de compétences.4% 2 444 Réunion 10 074 +4.LA COMPENSATION DE TRANSFERTS DE COMPETENCES La décentralisation devait se traduire par des transferts de compétences de l’Etat vers les différentes collectivités territoriales.97 6 806 Martinique 7 443 -4.8% 10 553 +15.4% 12 180 § 2 La compensation Un nombre croissant de dotations versées par l’Etat a pour but la compensation. Enfin il s’agit de compensation de certaines dépenses A . Aussi la loi du 2 mars 1982 prévoyait-elle que « tout accroissement net de charges résultant des transferts de compétence effectués entre l’Etat et les collectivités territoriales ou la région sera compensé par un transfert de ressources » (art 108 devenu l’art L1614-1 du CGCT). Aujourd’hui ils sont remplacés par le Fonds de compensation de la fiscalité transférée Le reste devait être compensé par une dotation : la dotation générale de décentralisation (DGD). Mais certains transferts seront compensés par d’autres dotations.5% 1 859 +31. Mais il s’agit aussi de compensations liées à différents impôts.9% 7 079 +24.

10.Elaboration des documents d’urbanisme .1984 01. • A chaque nouveau transfert La commission évalue les charges liées. • Les garanties C’est par arrêté du ministre du budget et du ministre de l’intérieur que le montant de la compensation est fixé après avis d’une commission : La Commission consultative sur l'évaluation des charges (CCEC). désigné par l'Assemblée des présidents des conseils généraux. dont la moitié est désignée par l'Association des maires de France.1984 .01. le dernier quart. le quart.01. seize membres.98 a) La dotation générale de décentralisation (DGD) La loi du 7 janvier 1983 l’a créé (art 95 et 96) en prévoyant les modalités de sa constitution ainsi que celles de sa répartition. Elle comprend outre son Président (un conseiller-maître à la Cour des comptes). désigné par les présidents des conseils régionaux. COMPETENCES TRANSFEREES Date d'entrée en vigueur COMMUNES .1983 01.Autorisations d’utilisation des sols Culture DEPARTEMENTS . 0 Le principe de la simultanéité des transferts de compétences et des transferts de ressources L’évaluation de ces charges doit se faire au moment du transfert. Son montant total prévu pour 2001 est de 15.Action sociale et santé 01. q L’évaluation du montant initial • Les principes Le montant initial a été évalué en tenant compte de trois principes : 0 Le principe de l’intégralité de la compensation Ce sont toutes les charges liées à toutes les compétences transférées qui doivent être compensées. 1° La constitution de la DGD Constituer la DGD c’était d’abord évaluer son montant initial et prévoir son évolution ultérieure.01.1986 01. q L’évolution de son montant • Le principe La DGD évolue de la même manière que la DGF.01.1986 01.Bureaux municipaux d’hygiène .129 Mdf.

elle est répartie en fonction des dépenses qui ont été réellement opérées dans le domaine concerné.Aides à la flotte de pêche . c’est à dire. • Certains concours particuliers Un certain nombre de compétences transférées aux différentes collectivités territoriales font l’objet d’une compensation par l’intermédiaire de concours particuliers è Concours des communes 0 Le concours particulier pour les bibliothèques.01. les dépenses inscrites dans le compte administratif.Aides aux travaux d'aménagement destinées aux cultures marines .1984 01.Aides aux entreprises de culture marine.99 .01.1984 01.Environnement .Enseignement Fonctionnement Investissement (DDEC) .06.1986 01.09.01.1986 01. .01.1983 q La répartition en fonction des dépenses réelles C’est le principe en la matière pour la DGD elle-même ainsi que pour un certain nombre de concours particuliers. è Concours des régions .1983 30-06-1983 30.Formation professionnelle continue et apprentissage .Culture REGIONS .Culture .Culture ROM REGION DE CORSE .12. • La DGD proprement dite Lorsque le montant de la DGE a été calculée.1984 01.1983 01. auxquelles on applique un taux de concours.01.1986 01.01.Transports 2° La répartition de la DGD 01.06. les préfets de département répartissent en fonction des coûts.1986 01.1984 01.01.1983 30.07.Enseignement Fonctionnement Investissement (DRES) .1994 31.1986 30.06.01. Ensuite.Education .Transports scolaires .01.1998 01. 0Le concours particulier pour l’élaboration des documents d’urbanisme est réparti entre les régions sur la base de critères de besoin. è Concours des départements 0 Le concours particulier pour les dépenses d’investissement des ports maritimes de commerce et de pêche 0 Le concours pour les dépenses d’investissement des bibliothèques.1986 01.06.01.Ports maritimes de commerce et de pêche .1984 01.

le nombre de permis de construire délivrés durant les rois dernières années pour les 35 % restants. au prorata des surfaces cultivées comme au niveau du département et pour l’autre moitié proportionnellement à la moyenne des autorisations de programme engagées par l’Etat dans ce domaine. La dotation régionale d’équipement scolaire (DRES) sert à financer les . q La répartition en fonction de critères physiques D’autres concours particuliers sont répartis sur la base de critères physiques liés aux compétences transférées. Chaque année le montant de la DDRFPA évolue comme la DGF. (art L 4332-1 CGCT) Comme la DGD c’est un solde entre les crédits que l’Etat consacrait a cette compétence et la taxe sur les cartes grises. • Concours des régions 0 Le concours particulier pour l’aide aux entreprises de culture maritime est réparti pour une première part (50 %). L’élargissement de 1993 a quasiment doublé son montant qui s’élève à 8 milliards à peu près. Mais le reste (30%) est réparti sur la base de critères physiques que sont la structure et le niveau de qualification de la population active ainsi que la capacité d’acceuil de son dispositif de formation. • Concours des communes 0Le concours particulier pour les risques liés à la délivrance des autorisations d’urbanisme est réparti en fonction de trois critères : la population pour 30 %. b) Les autres dotations de compensation des transferts de compétences 1° La dotation formation professionnelle (DDRFPA) La dotation de décentralisation relative à la formation professionnelle a été créée par la loi du 7 janvier 1983 à la suite d’un premier transfert de compétence dans le domaine de la formation professionnelle. où elle est affectée au Fonds régional de l’apprentissage et de la formation professionnelle. Constitution Elle est versée uniquement aux régions. 2° Les dotations scolaires d’équipement (DDEC et DRES) Ces deux dotations ont été instituées lors du transfert de compétences en matière d’enseignement.100 0 Le concours particulier au titre des aides au renouvellement et à la modernisation de la flotte de pèche Mais. La loi du 20 décembre 1993 a élargi le transfert et par conséquent la dotation. impôt transféré aux régions. le nombre de logement construit durant les trois dernières années pour 35 % et enfin. dans de nombreux autres concours particuliers de la DGD la répartition se fait sur une autre base. • Concours des départements 0 Le concours particulier au titre de l’aide aux travaux d’aménagement destinées aux cultures maritimes est réparti aux prorata des surfaces cultivées. q q Répartition Elles est répartie pour l’essentiel (70 %) en fonction des dépenses de formation assurées l’année précédente par la région tout en garantissant une ressource équivalente à celle perçue l’année précédente.

1° Les compensations des exonérations Répartition du montant du prélèvement sur les recettes de l'Etat au titre de la compensation d'exonérations relatives à la fiscalité locale Source : Rapport de Michel MERCIER. les départements. La seconde permet de compenser la disparition ou la diminution de certains impôts. Le manque à gagner est compensé par l’Etat. 2° Fonctionnement Sont bénéficiaires du Fonds. les groupements de communes. Ils perçoivent une somme qui est proportionnelle à leurs dépenses d’investissement. b) Les autres dotations Depuis de nombreuses années l’Etat a accordé des exonérations c’est à dire des allègements des bases des impôts locaux. Sénat.101 dépenses de construction et d’entretien des lycées tandis que la dotation départementale d’équipement des collèges permet de financer la construction et l’entretien des collèges. Il prenait le relais du Fonds d’équipement des collectivités locales lui-même institué par la loi du 13 septembre 1975.5 Mdf en 2001 1° Origine Le Fonds de compensation de la TVA a été mis en place par la loi de finances pour 1978. La première est liée à la TVA.LES COMPENSATIONS FISCALES Il existe deux sortes de compensations fiscales. les régions. a) Le FCTVA (art L. Ces dépenses sont celles inscrites dans le compte administratif de la pénultième année d’où un décalage de deux ans qui a souvent été critiqué.824 . 2000 EXONERATIONS Montant de la compensation (en millions de francs) TAXES FONCIERES 3. Il s’agissait de mettre fin à une situation dénoncée par tous les élus locaux : à travers la TVA l’Etat empochait d’une main ce que d’une autre main il avait accordé par le biais à l’époque de subventions spécifiques. les communes. Il compense également des dégrèvements c’est à dire des réductions d’impôt ou des décharges.1615-1 à L. Ces deux dotations sont réparties sur la base de critères physiques tels que la population scolarisable et la capacité d’accueil des établissements.1615-10 CGCT) 23. B .

141 271 273 145 452 65 50 15 0.738 1.Compensation des exonérations de DMTO sur les mutations de bois.Compensation suppression de la taxe sur les jeux de boules TOTAL GENERAL 1.Réduction des DMTO de fonds de commerce et des DMTO en ZRR (art.595 (1) 2. 1594 ter du CGI) . 2000 .Part régionale de l'exonération de TFPNB agricole .2 12.2 (1) dont 72 millions de francs au titre des entreprises installées dans les zones franches urbaines. Sénat.Exonération de TFPNB en Corse TAXE D'HABITATION TAXE PROFESSIONNELLE .Provision pour dépassement éventuel du surcroît de la fiscalité de La Poste et de France Télécom DROITS DE MUTATION A TITRE ONEREUX .Part départementale de l'exonération de TFPNB agricole .229 1.Exonération en faveur de la Corse .842 376 11 7.Exonération au titre des lois des 04/02/1995 et 14/11/1996 (ZRR.2 0.768.102 Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) dont : .Zone franche de Corse . 2° Les compensations des dégrèvements Source : Rapport de Michel MERCIER. forêts et terrains nus destinés à être reboisés DIVERS .ZRU.ZFU : créations et extensions d'établissements) .

O. total manuel + RMI Cotisations < à 80 F Autres + D.812 .380 12 400 6.762 2.514 11 2.O.431 150 88 1. total manuel Cotisations < à 80 F Autres Dégrèvements ANV Total TAXE SUR FONCIER NON BÂTI Pertes de récoles Cotisations < à 80 F D. jeunes agriculteurs Autres Dégrèvements ANV Total TAXE D'HABITATION D.894 537 2.389 2.470 12 400 0 2.657 1.431 350 6 50 104 510 34 544 150 5 50 103 309 33 342 1. 1414A) (réforme) 2.091 1.626 1.863 526 2.O.O.491 11 2. partiels manuels Gestionnaire de foyers maintien avantage RMI 1 an Dégrèvement suppression part régionale (réforme) Dégrèvement total (art.389 150 87 1.103 PREVISIONS (en millions de francs) 2000 2001 TAXE SUR FONCIER BÂTI D.

783 107 19109 700 19.26 et s du CGCT) . 2334. De plus en 1996 un Fond de compensation de la fiscalité transférée a été créé par la loi du 30 décembre 1996.386 43. Cotisations < à 80 F Dégrèvements poids lourds Autres Dégrèvements ANV Total AUTRES IMPOTS LOCAUX ENSEMBLE Dégrèvements ANV Total 11.092 Enfin.000 46.838 4. abattement général de 16 % des bases et réduction pour embauche et investissement).294 1 200 6.891 5 10 37.809 10 37.100 46.219 11.194 43.104 Dégrèvement partiel (art.405 3.000 1 200 6.505 5 70.569 650 25. 1414 C) (réforme) Dégrèvements ANV Total TAXE PROFESSIONNELLE Allègement transitoire Plafonnement V.370 69. une Dotation de compensation de la taxe professionnelle (DCTP) a été créée pour compenser les pertes de recettes fiscales des communes résultant des mesures d'allégement de la taxe professionnelle (plafonnement des taux communaux.891 3.722 4.A.210 75. 1414A) (réforme) Plafonnement revenu (art. réduction de la fraction imposable sur les salaires. C – LA COMPENSATION DE CERTAINES DEPENSES a) La dotation spéciale instituteur (Art L.048 64.248 174 24.

départements et régions. l'une versée aux communes afin de compenser les charges afférentes aux logements occupés par les instituteurs ayant-droit. Elle permet de compenser les dépenses des communes liées à l’obligation d’héberger les instituteurs. Depuis. Mais très vite on tiendra compte des difficultés rencontrées dans son application. Une loi postérieure fixera les règles de calcul.105 Une dotation spéciale instituteur faisait partie de la DGF jusqu’en 1986. Son montant s’élève à 2 164 millions de francs en 2001.1 du CGCT) Cette dotation est attribuée aux communes rurales de moins de 1 000 habitants dont le potentiel fiscal est inférieur au potentiel fiscal moyen des communes de la strate. Pas étonnant dans ces conditions qu’elle ait été réclamée de toute part et ce depuis longtemps. La loi du 2 mars 1982 créait enfin la dotation globale d’ équipement (DGE). Elle comprend deux parts. Elle permet ainsi de faire disparaître la tutelle que le système des subventions spécifiques instaurait de fait.LA CREATION DE LA DGE L’article 103 de la loi du 2 mars 1982 créait en ces termes la DGE : « Il est créé une dotation globale d’équipement qui se substitue aux subventions spécifiques d’investissement de l’Etat.sur la base de formules de répartition établies en fonction de l’effort d’équipement collectif local. Le décret du 10 mars 1972 dans son article 18 avait déjà mis en place une telle dotation : « Une subvention globale d’équipement est attribuée aux communes…. b) La dotation élus locaux (Art L. elle a une existence autonome. Cette dotation libre d’emploi est versée chaque année par l’Etat aux communes. les modalités de répartition ainsi que les condition de son évolution » Il faudra attendre la loi du 7 janvier 1983 pour qu’elle voit véritablement le jour. Son montant s’élève à 285 millions de francs en 2001. Mais aucun texte d’application précisant ces formules de répartition n’était intervenu. Le rapport Aubert reprendra l’idée qui sera traduite dans le projet de loi Bonnet relatif au développement des responsabilités des collectivités territoriales. a) Le système prévu 1° La constitution de la DGE La loi prévoyait la création au budget de l’Etat d’un chapitre budgétaire intitulé «Dotation d’équipement des communes et des départements ». les régions prévues initialement n’étaient donc plus retenues parmi les bénéficiaires. de l’effort d’autofinancement et de la capacité financière des bénéficiaires ». Avec l’alternance de 1981. l'autre destinée au versement de l'indemnité représentative de logement. un nouveau texte fut préparé et adopté. A . mais son régime a subit un certain nombre de modifications dont certaines ont eu quasiment raison de la dotation. § 3 La globalisation : la DGE La globalisation rend libre d’utilisation la subvention octroyée. . Elle est destinée à permettre aux élus de ces communes d'exercer leurs fonctions électives. 2335.

archéologie . à l'adolescence et à la famille : investissements réalisés dans le cadre de la procédure des grands chantiers d'aménagement du territoire .Patrimoine écrit et documentaire : 10 .psychiatrie extrahospitalière et lutte contre la toxicomanie et l'alcoolisme.établissements sociaux d'aide à l'enfance. 70 .théâtres et spectacles . 90 . 80 .musique .Parties classées sur les monuments historiques . 66-20 .monuments historiques n'appartenant pas à l'Etat.aménagement foncier : actions hors programmes départementaux.établissements sociaux pour personnes âgées : . 60 .sauvegarde de l'espace forestier : travaux. 90 .développement technologique et technologies nouvelles .modernisation et humanisation des centres hospitaliers régionaux et établissements d'intérêt national . 50 . Pour les départements. 66-30 . 66-10 . 66-98 .musées classés et contrôlés .lecture publique .Recherche : 20 .actions de développement et investissements coordonnés . 23 . 61-61 . En 1984. 62 . SANTE ET PROTECTION SOCIALE 66-11 . 61-80 . CULTURE.établissements et services de protection et de prévention sanitaire : investissements réalisés dans le cadre de la procédure des grands chantiers d'aménagement du territoire 40 .Subventions d'équipement social : 30 . de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles et de la mer : 10 . 20 % des crédits que l’Etat consacrait aux subventions allouées aux communes furent globalisées.Subventions d'équipement sanitaire : 10 .Développement du stockage. En 1983.travaux d'hydraulique : opérations d'intérêt national . 20 .conservatoire de la forêt méditerranéenne .équipement de mise en marché. la constitution de la DGE se fit en une seule fois.stockage. 50 . Elle s’étala sur trois ans. 50 .Forêts : acquisitions et travaux : 10 .musées de culture scientifique et technique . 22 .sauvegarde de l'espace forestier : acquisitions .environnement culturel . 70 .Patrimoine monumental : 10 .Amélioration du cadre de vie et de l'espace rural : 61 .Patrimoine muséographique et arts plastiques : 21 .modernisation et humanisation des établissements de soins et de cure . 61-92 . 30 .arts plastiques.Spectacles : 10 . 80 . 50 .édifices non protégés .patrimoine ethnologique .abords . 40 % de plus le furent et enfin en 1985 ce fut le tour des 40 % restants.musées classés et contrôlés .équipements d'analyse des sols . 40 .développement culturel.musées .archives de France .Bibliothèques. 20 . 66-40 .établissements de formation de personnels sanitaires . 90 . 22 .travaux d'hydraulique : opérations d'intérêt régional et actions pilotes . 43 .aménagements et équipements collectifs en montagne et en zones défavorisées. conditionnement et mise en marché . 60 . 70 . 31 .abattoirs publics . 50 . 66-20 . GRANDS TRAVAUX ET BICENTENAIRE. SOLIDARITE.grandes opérations culturelles dans les régions.production forestière . 30 .patrimoine monumental . 30 .106 Pour les communes la constitution de la DGE fut progressive.Adaptation de l'appareil de production agricole : 40 . Liste des chapitres budgétaires établie pour l'application de l'article 108 bis de la loi n° 83-8 du 7 janvier 1983 ajouté par l'article 15 de la loi n° 83-1186 du 29 décembre 1983 Annexe Modifié par Décret 89-557 8 Août 1989 art 1 JORF 11 août 1989 AGRICULTURE ET FORETS 61-40 .

17 .Subventions d'équipement aux collectivités : 10 .barrages et protection contre les eaux (opérations financées sur AP affectées ou déléguées antérieures au 1er janvier 1985) . EDUCATION NATIONALE.transformation des hospices.architecture nouvelle .Subventions d'investissement : 14 .bases aériennes .fonds d'aménagement des structures artisanales. COMMERCE ET ARTISANAT 64-00 .aménagement social concerté (ne sont éligibles que les investissements réalisés dans le cadre des contrats de plan Etat-région et des contrats famille) .aide à l'artisanat. 63-20 .villes nouvelles . 66-30 .Dotation régionale d'équipement scolaire.aménagement de l'Aquitaine . 30 . 20 . risques industriels. 60 .mode de garde de la petite enfance : investissements réalisés dans le cadre de la procédure des grands chantiers d'aménagement du territoire .Transports terrestres .Dotation départementale d'équipement des collèges. 67-57 .grands barrages et autres travaux de protection contre les eaux .Subventions et participations financières pour études.aide au développement de la productivité des transports de marchandises.interventions en faveur de l'installation d'activités artisanales en milieu urbain .protection de la nature .Aides et primes à l'artisanat : 50 .recherche . 67-56 . LOGEMENT. Prévention des risques technologiques et naturels majeurs 67-01 .équipements sportifs et socio-éducatifs d'intérêt national .Aide au commerce : 20 . JEUNESSE ET SPORTS 66-50 . 65-48 . 96 .subventions aux collectivités locales. 70 . inspection des installations classées . développement et expérimentation de transports terrestres . 21 . 40 .Fonds social urbain : 10 .Construction et amélioration de l'habitat : 50 . 64-01 .concours particulier aux communes : .107 Création d'établissements médicalisés .Prévention des risques technologiques et naturels majeurs : 10 . 90 . 60 . 67-10 .reconstruction des ponts détruits par faits de guerre.aménagement d'infrastructures de voirie pour les transports collectifs en région d'Ile-de-France . actions dans le domaine du bruit . EQUIPEMENT. 40 .aide à la préparation et à la mise en uvre des opérations d'amélioration de l'habitat . 30 .fonds social urbain. Services de soins infirmiers à domicile . 30 . 80 . 60 . 63-41 .Voirie locale . 20 . nuisances.Dotation générale de décentralisation : 10 . paysages et secteurs sauvegardés : 14 .pollutions.résorption de l'habitat insalubre.10 . notamment dans les zones sensibles .Aménagement du cadre de vie urbain et interventions dans les sites. TRANSPORTS ET MER 65-23 . abords.interventions spécifiques dans les sites. 23 . 67-50 Subventions d'équipement et achèvement d'opérations en cours : 22 . abords. 63-30 -Ports maritimes et protection du littoral : 30 .Protection de la nature et de l'environnement . 30 .aménagement d'infrastructure pour les transports collectifs urbains en province : tramways et métros .10 . 50 . 40 . 90 . 70 . départementaux et locaux . 80 .construction et équipement des bibliothèques municipales.Création et innovation en architecture. .équipements sportifs et socio-éducatifs des bases de plein air et de loisirs (contrat de plan).protection de la nature (opérations financées sur AP affectées ou déléguées antérieures au 1er janvier 1985).Subventions d'équipement : 10 .barrages et protection contre les eaux dans les départements et territoires d'outre-mer .transports collectifs régionaux.protection et aménagement du littoral.qualité de la vie.action foncière et aménagements urbains : opérations exceptionnelles.gestion des eaux .études. travaux et investissements 32 . paysages et secteurs sauvegardés .aides à l'amélioration de la qualité et de la productivité des transports urbains .Equipements d'intérêt régional. 40 .financement des travaux lourds dans les opérations d'amélioration de l'habitat .Architecture et urbanisme . qualité de l'environnement.Architecture : 50 . ENVIRONNEMENT 67-20 . 94 .aide au commerce dans les zones sensibles.recherche scientifique et technique.Expérimentations . recherche. INTERIEUR 41-56 . . 60 .équipements sportifs et socio-éducatifs expérimentaux . 60 .plan urbain .

2° Un mauvais système de répartition Le système de répartition n’était fondé que sur le taux de concours. on passe d’un système ou seul un certain nombre d’investissements étaient subventionnables à un système dans lequel tous sont subventionnés. C’est un cercle vicieux. participations : 30 . la DGE a été. Ce système les exclut presque automatiquement. elles n’investissent qu’exceptionnellement et par conséquent elles sont désavantagées. Pour les départements la situation était légèrement plus favorable puisque les taux de concours s’élevèrent à 2 % en 1983 puis « grimpèrent » à 4.Ports et infrastructures fluviales de plaisance. b) Les difficultés rencontrées Dès sa création. Ainsi. 63-45 . Si l’on a pas investi.Routes. En effet. Or non seulement le taux est faible. puisque en 1983. Ce taux de concours est ensuite appliqué aux dépenses d’investissement réelles de la collectivité territoriale concernée pour déterminer le montant de sa dotation. Car. la DGE connut des difficultés. 3° La répartition de la DGE Elle est répartie selon le système du taux de concours. inférieure à la moyenne des concours de l’Etat pendant les 3 années précédentes. 2° L’évolution de la DGE Une fois constituée. dans 52 départements. pour les communes il furent de 2% en 1983 et 2. Il serait plus logique d’indexer la DGE sur l’investissement des collectivités territoriales elles-mêmes.ports fluviaux .5 % en 1985. . De la sorte on ne « prête qu ‘aux riches ».Subventions d'équipement : 10 . Chaque année le Comité de finances locales est consulté sur les décrets de répartition. Or dans certaines petites communes le taux de concours obtenu dans le système des subventions spécifiques atteignait 10 %. De la sorte les collectivités territoriales sont désavantagées puisque l’Etat. on ne pourra pas investir. TOURISME 66-01 .2 % en 1984 et 1985.opérations de voirie des collectivités territoriales intéressant la gestion du réseau routier national. des résultats aberrants pouvaient être constatés. le système est particulièrement inadapté aux petites communes. 1° La faiblesse des sommes distribuées Les taux de concours étaient particulièrement faibles. Mais.35 % en 1984 pour atteindre les 4. Là encore.contrats de plan Etat-région. Celui-ci est établi chaque année en divisant l’ensemble des crédits réservés à la dotation par le montant estimé de l’ensemble des investissements devant être réalisés au cours de l’année par les collectivités bénéficiaires. L’explication est relativement simple.Voies navigables et ports fluviaux en métropole . investit peu. La dotation est versée automatiquement.Subventions aux équipements touristiques : 30 .108 63-42 . la DGE évolue chaque année en fonction du taux de formation brute de capital fixe des administrations publiques en d’autres termes il s’agit de l’investissement de toutes les administrations. mais de plus ce taux est appliqué aux dépenses réelles constatées dans le budget précédent.

Il s'agit de fixer le montant des crédits qui seront affectés aux communes et groupements de communes de chaque département. . 1° La première part (50 % de la DGE) q Ses bénéficiaires • De plein droit .les districts à fiscalité propre. dont les montants sont fixés par le décret annuel de répartition de la D. l’autre le 29 décembre de la même année.E. des communes se divise en deux fractions. • Sur option Les communes et les groupements de communes de 2 001 à 10 000 habitants La première part de la D.les autres groupements de communes de plus de 2 000 habitants. 0 La fraction du solde attribuée pour la majoration de la dotation des groupements de communes.les communes de plus de 2 000 habitants. . . pris après avis du comité des finances locales. q Sa répartition • La fraction principale ( 90 % ) Elle est versée aux communes et groupements de communes bénéficiaires de la première part au prorata des dépenses d'investissement qu'ils réalisent directement • La majoration (10 %) Ce solde est lui-même partagé en deux fractions 0 La fraction du solde attribuée aux communes à faible potentiel fiscal et à fort effort fiscal. mais laisse intacte celle des départements.LA REFORME DE 1985 La loi du 20 décembre 1985 réforme la DGE des communes. Toutefois le nouveau système présente un certain nombre d’inconvénients. ..E. l’une dès le 22 juillet 1983. Mais il faudra remettre en cause plus fondamentalement la DGE. a) Le nouveau système La DGE des communes est divisée en deux parts.G.les communautés urbaines. B . q Sa répartition Elle s’effectue en deux temps q • La détermination des « enveloppes » départementales. .G.109 Deux lois interviendront rapidement. 2° La seconde part Ses bénéficiaires Il s'agit des communes et des groupements de communes dont la population est inférieure à 2000 habitants ainsi que ceux dont la population est comprise entre 2 001 et 10 000 habitants et qui ont exercé une option en faveur de la seconde part.

20 % en fonction du nombre de communes intéressées et enfin 10 % en fonction de la longueur de leur voirie classée dans le domaine public communal. Elles se situent aux alentours de 2.3 fois celui de la catégorie) ainsi d’ailleurs qu’aux groupements de communes de même taille démographique. Le critère fiscal ne s’appliquant pas dans ce cas. 0 pour les groupements au prorata du montant des investissements réalisés au cours de la dernière année connue. Outre les catégories d'opérations à subventionner. et enfin certaines choisissent l’une ou l’autre de ces solutions. a) La DGE des communes (CGCT art L2334-32et s.) (2. le système se complique. b) Ses inconvénients Le nouveau système présentait trois inconvénients majeurs. 2° La seconde part se décompose en une fraction et deux majorations : . La simplification interviendra en 1996 C . une autre partie revient au système antérieur. 2° La faiblesse des sommes versées Le problème de fond subsiste : les sommes versées au titre de la DGE restent relativement faibles et stagnent. la commission fixe également le taux de la subvention. elles sont attribuées par le préfet et non plus à Paris. Mais de plus. 1° Le retour en arrière La nouvelle DGE revient partiellement au système antérieur des subventions spécifiques. b) La DGE des départements ( CGCT art 3334-10et s.5 milliards. mais le régime n’est pas le même dans les deux cas.000 habitants à faible potentiel fiscal (inférieur à 1.) (2. Certes. Une partie de communes bénéficie toujours d’une dotation globale.LA DGE ACTUELLE La loi du 30 décembre 1995 a mis en place le système actuel. • L’attribution Les crédits relatifs à la seconde part sont délégués aux préfets qui les attribuent aux différents bénéficiaires sous forme de subventions spécifiques. La seconde (en réalité des subventions spécifiques) ne bénéficie qu’aux communes de moins de 20. La DGE a pour bénéficiaires les départements et les communes.110 La répartition s’effectue pour 0 les communes à raison de : 40 % en fonction de la population des communes intéressées. Il y a donc déconcentration. 30 % en fonction de l'écart relatif entre le potentiel fiscal moyen par habitant.65 MdF) La première part a disparu. Les décisions des préfets sont encadrées par une commission d'élus locaux. le préfet est encadré par la commission d’élus.85 MdF) Elle se subdivise en deux parts : 1° La première part comprend elle-même deux fractions et une majoration: 0 la fraction principale qui représente (75 %) est répartie entre tous les départements sur la base d’un taux de concours 0 la fraction voirie (20 %) est attribuée comme son nom l’indique en fonction de la longueur de la voirie départementale 0 la fraction «majoration » est distribuée aux départements à faible potentiel fiscal. 3° La complication Enfin.

Commune de Femès. le produit est réparti par les conseils généraux.1 %. (CGCT articles L2121-29 pour la commune.(TA Lille. L5211-6 pour les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale).). L 4221-1 pour la Région. la collectivité locale ne sera pas légalement engagée par le contrat qui aurait été indûment signé.000 habitants Pour les autres collectivités. Le prélèvement est affecté à l'amélioration de la sécurité routière et des transports en commun. Il est directement versé aux communes et groupements de plus de 10. . L3212-4 pour le Département. Il devrait atteindre 2. taux. Cela permet un désendettement important (+ 1..08 milliards de francs en 2001.9 milliards d’euros) § 1 La décision de recourir a l’emprunt A . La délibération précise les principales caractéristiques financières du contrat de prêt (notamment. 5 déc. Signalons enfin que quelques subventions spécifiques subsistent encore tant dans la section d’investissement que dans la section de fonctionnement. soit une hausse de 2 %. durée d'amortissement.111 0 la fraction principale est répartie au prorata des dépenses d’aménagement foncier 0 la première majoration est spécifique à l’aménagement foncier 0 la seconde majoration est répartie sur la base du potentiel fiscal La DGE est indexée sur le taux de croissance de la formation brute de capital fixe des administrations publiques. L'organe délibérant doit pouvoir mesurer l'étendue de l'engagement financier de l'établissement et ne doit pas se prononcer – « dans l'ignorance d'éléments d'information susceptibles d'influer sur le sens de sa manifestation de volonté » . 1989.COMPETENCE a) Compétence de principe Ce sont bien sûr les organes délibérants des collectivités territoriales qui décident d’emprunter. SECTION 2 LES EMPRUNTS Alors que l’emprunt finançait plus de la moitié des investissements en 1982. non publié). Si aucune délibération ne précède la signature du contrat. il n’en représente plus aujourd’hui que 30 %. . objet. et sauf disposition particulière autorisant des délégations de compétence.. D’autre part un prélèvement est opéré sur le produit des amendes de police. Ainsi il a augmenté de 4% en 2000 alors même que les dépenses d’équipement augmentaient de 13. L’autofinancement s’est en effet progressivement substitué à l’emprunt.

. la loi des parties.. 3° de procéder.. ou pour toute autre illégalité. Désormais. Bormes-Les-Mimosas). Il en va ainsi des emprunts contractés à l’étranger qui doivent être autorisés par arrêté ministériel. » 2° Dans les départements et les régions La compétence de l’assemblée délibérante peut être déléguée à la commission permanente. La délibération par laquelle la délégation est donnée doit fixer de façon précise l’étendue des pouvoirs délégués. la délibération ou la décision d'emprunt. par le juge de l'excès de pouvoir. 2° Effets En cas d'annulation. Toutefois certains emprunts restent soumis à un régime particulier. le contrat demeure. § 2 Le contrat de prêt A .. d'un acte détachable du contrat sa validité n’est pas affectée. c) Le contrôle de légalité 1° Procédure Le Représentant de l’Etat ou toute personne y ayant intérêt peut déférer dans le délai légal devant le Tribunal administratif. B .E. dans les limites fixées par le conseil municipal. à la réalisation des emprunts destinés au financement des investissements prévus par le budget et passer à cet effet les actes nécessaires. Il en va de même pour les emprunts réalisés par souscription publique au dessus de 250 000 francs (art L1611-3 CGCT).LE CONTROLE a) La suppression des tutelles La loi du 2 mars 1982 en supprimant de manière générale les tutelles a bien sûr supprimé celle qui pesait sur l’emprunt et qui était particulièrement lourde puisqu’il s’agissait de l’autorisation préalable.112 b) Délégation de la compétence 1° Dans les communes L'article L2122-22 3° du CGCT précise que « Le Maire peut par délégation du conseil municipal être chargé en tout ou partie et pour la durée de son mandat . au moyen d'un recours pour excès de pouvoir. la décision d’emprunter est libre. En l'absence d'une saisine du juge du contrat par l'une des parties d'une demande en résiliation ou en indemnité. 1er janvier 1993.. Bien sûr si l'acte détachable a été annulé pour incompétence du signataire d'un contrat de prêt.NATURE . comme le prévoient les articles L3211-2 (Département) et L 4221-5 (Région) du CGCT. cette annulation entraînera la nullité du contrat par le juge du contrat (C.

à d’autres membres du Conseil Général ou Régional ainsi qu’aux responsables des services (articles L 3221-3 pour le Département et L 4231-3 pour la Région). S’agissant du Département et de la Région. lorsqu’ils comportent des clauses exorbitantes de droit commun ou s'ils ont pour objet l'exécution même d'une mission de service public ce sont des contrats administratifs. au secrétaire général ou au secrétaire général adjoint. le Président du Conseil général (art. L 3221-1 du CGCT) ainsi que le Président du Conseil Régional (art. les contrats de prêt relèvent de la compétence des juridictions judiciaires. . Le Président d’un EPCI peut déléguer sa signature au Vice Président ou au Directeur (article L 5211-9 du CGCT). en cas d’empêchement de ces derniers. le juge administratif est seul compétent pour connaître d’un déféré par le préfet à l’encontre des délibérations même si leur objet est l’autorisation de contracter et de signer le contrat (Tribunal des conflits 14 février 2000 Commune de Baie-Mahault). (article L 2122-21 du CGCT). Par contre. même lorsqu'il sont passés entre une collectivité locale. et un organisme prêteur. Il engage ainsi la collectivité par sa signature. b) Délégation de la compétence Le Maire en vertu des articles L 2122-18 et L 2122-19 du CGCT peut déléguer sa signature à l'un de ses adjoints.113 Les contrats de prêt sont des contrats de droit privé. qui est une personne morale de droit privé. Le Président du Conseil général comme le Président du Conseil régional peut déléguer sa signature aux vice-présidents ou. B – COMPETENCE a) Compétence de principe Le Maire en tant qu’exécutif de la commune est compétent pour signer le contrat d'emprunt. Toutefois. Le plus souvent donc. personne morale de droit public. L 4231-1 du CGCT) signent le contrat de prêt. ce qui est extrêmement rare.

J. Jacques. « Systèmes ». 1993 COPÉ. Finances locales. François. 6e éd. 2e éd. « Systèmes ». 1999. Economica. 2000 MUZELLEC. Finances locales. 1997. Cours.. « Collectivités territoriales ». Etienne. « Cours ». 3e éd. Jean.. Jean-François et WERNER.D. 2 vol. CATHELINEAU. Les finances locales.. Finances locales.U. Finances publiques... MAGNET.G. . Loïc (dir. Dalloz. P.. L.D. Finances locales.114 BIBLI OGRAP HI E BOUVIER. 1999 LABIE. 1998 PHILIP. Les finances locales. Dictionnaire Encyclopédique de Finances Publiques. 1998 MOUZET. Luc. 1991 SAIDJ.. « Mémentos ». 1995. L. Dalloz. Dalloz. Les gestions de fait. Raymond.). Michel.G. 1997 DOUAT. « Thémis ». Dalloz. Economica. Gualino éditeur.J. Finances publiques. François. Pierre. 3e éd.F.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful