Vous êtes sur la page 1sur 5
Dr. Zapfe GmbH Bureau d'ingénieurs pour génie civil Construction et conception solaire Dr.-Ing. Cedrik Zapfe

Dr. Zapfe GmbH

Bureau d'ingénieurs pour génie civil Construction et conception solaire

Dr.-Ing. Cedrik Zapfe

Portable : 0176 19191280 E-mail : cedrik.zapfe@ing-zapfe.de

Alustrasse 41

83527 Kirchdorf/Haag i. OB, Allemagne

Tél. : +49 8072 9191-280 Fax : +49 8072 9191-9280 http://www.ing-zapfe.de

Avril 2011

Expertise concernant les charges de vent pour des modules solaires avec différentes inclinaisons soumis au courant de vent

Dans le cas de calcul statique de structures élevées de modules solaires sur les toits inclinés et en plein champ il est nécessaire de prendre en compte les influences extérieures venant du vent, de la neige et des conditions de température changeantes. Dans ce cas on doit se poser la question concernant la sécurité nécessaire de la construction concernée. En se penchant sur la situation du marché dans le secteur des installations photovoltaïques on peut constater qu'il y a une pratique différente. Alors que certains fournisseurs se conforment de façon conséquentes aux règlements des administrations et aux normes techniques du bâtiment, d'autres travaillent plutôt avec des estimations pragmatiques. En plus il faut retenir que dans le règlement de la construction et les législations des construc- tions des Länder les installations photovoltaïques sont définies sans équivoque comme partie de la construction ou bien comme ouvrage, et ainsi interprétées comme base des normes techniques de la construction. Concernant les charges qui doivent être préparées, la norme DIN 1055 pour les charges de neige et de vent s'applique dans sa nouvelle version (2005-2006), à laquelle il faut avoir recours depuis le 1er Janvier 2007. En ce qui concerne les charges de neige la norme DIN 1055 comprend des règlements sans équivoque, qui ne laissent à l'utilisateur aucune marge d'interprétation. C'est une autre chose dans le cas des charges de vent. Dans la partie 4 de la norme DIN 1055 de l'édition Mars 2005 la vitesse du vent et le calcul des pressions dynamiques sont fixées sans équivoque en fonction du site, de la catégorie de terrain et de la hauteur du bâti- ment. Avec les valeurs de base de la pression dynamique il est possible de calculer les charges de vent avec la multiplication des coefficients de pression c p ou bien des coefficients de force c f. Vous trouverez les coefficients de pression et de force pour les différents types de construction dans la norme. En ce qui concerne une installation solaire surélevée soumise au courant de vent aucun type de construction est défini dans la norme DIN 1055. C'est pourquoi dans la pratique de nombreux ingénieurs spécialisés en statique utilisent les réglementations pour des toitures iso- lées. Vous trouverez dans l'image 1 les conditions et les coefficients de pression pour ce type de construction. Par définition les coefficients de pression pour des toits inclinés (par ex.) des toits de quai de gare avec une pente du toit au maximum de 10° s'appliquent.

avec une pente du toit au maximum de 10° s'appliquent. Image 1 Coefficients de pression pour
avec une pente du toit au maximum de 10° s'appliquent. Image 1 Coefficients de pression pour
avec une pente du toit au maximum de 10° s'appliquent. Image 1 Coefficients de pression pour

Image 1 Coefficients de pression pour toitures isolées (DIN 1055-4 Tableau 8)

Faute d'avoir des réglementations spécifiques certains ingénieurs spécialisés en statique ont ex- trapolé les coefficients de pression pour les toits isolés inclinés sur l'angle d'inclinaison α >10° , ce qui correspond au spectre d'utilisations habituelles des installations solaires. Cette méthode n'est pas autorisée, de sorte que de telles conceptions de constructions ne sont pas conformes aux règles reconnues de la technique [2]. La méthode typique pour obtenir des coefficients de pres- sion fiables est comme suit :

Évaluation d'autres normes techniques ou bien littérature spécialisée

Calculs de la dynamique du vent

Essai

Dans le cas du sujet donné l'analyse de la littérature spécialisée donne des conseils détaillés. Dans l'image [1] on présente pour des modules solaires appropriés une approche des charges sur la base des coefficients de pression et de force selon la norme Eurocode 1. Cette méthode est basée sur des résultats de recherche de l'université de Chemnitz. Dans le cadre d'un projet de recherche le sujet donné a été analysé autant sur la base de calculs que sur la base d'essais à long terme, de sorte que l'on dispose maintenant de règles reconnues de la technique. Dans l'Euro- code 1 les charges de vent dans le cas de toitures isolées avec un angle entre 0° ≤ α ≤ 30° sont placées comme charges uniques à des points d'un quart de la longueur du toit (image 2). Dans l'image 3 la répartition de la pression caractéristique provenant d'un calcul de courant de vent est montrée en exemple. La position des pressions maximales représentées en rouge explique l'exactitude de cette méthode de calcul.

rouge explique l'exactitude de cette méthode de calcul. Image 2 Points d'application de charge pour les

Image 2 Points d'application de charge pour les forces exercées par le vent (Eurocode 1)

de charge pour les forces exercées par le vent (Eurocode 1) Image 3 Répartition de la

Image 3 Répartition de la pression [1]

Dans l'annexe 1 les coefficients de pression et de force pour les toitures avec une inclinaison de 0°≤ α ≤ 30° conformément à l'Eurocode 1 sont présentés sous la forme d'un tableau. Les coeffi- cients de pression sont valables pour le module et les supports de modules, alors que les coeffi- cients de force pour le support et la vérification de la fixation au toit ou dans le sol sont à appli- quer La comparaison des valeurs données pour 10° montre que l'ordre de grandeur correspond à peu près aux réglementations de la norme DIN 1055. Dans le cas d'une inclinaison croissante les valeurs absolues des coefficients de pression et de force augmentent de façon significative. Dans le cas d'une structure élevée de 30° il faut prévoir pour une bonne approximation deux fois plus de charges de vent. Cette comparaison montre, que dans le cas d'angles d'inclinaison plus grands une vérification à l'aide des coefficients de pression selon la norme DIN 1055 n'est pas de façon significative sûre. Les coefficients de pression nominatifs réglementés pour les toitures isolées selon l'Eurocode 1 doivent naturellement tenir compte d'un grand choix de constellations possibles pour ce qui est de l'environnement structurel, la direction du vent et l'altitude minimum. De plus dans le cas

d'une série de rangées installées les unes derrière les autres une protection du vent réciproque n'est pas indiquée de façon explicite. Conformément aux conditions spécifiques pour les modules photovoltaïques à structure élevée des valeurs plus exactes peuvent être déterminées grâce à des essais dans la soufflerie. Cette procédure est approuvée de façon explicite dans le chapitre 6.3 de la partie 4 de la norme DIN 1055. Il est nécessaire d'utiliser une soufflerie à couche limite pour réaliser cette sorte d'essais permettant d'évaluer l'aérodynamique du bâtiment.

permettant d'évaluer l'aérodynamique du bâtiment. Image 3 Soufflerie à couche limite [3] PV-Element Sog (-)

Image 3 Soufflerie à couche limite [3]

PV-Element Sog (-) Wind Druck (+) c p
PV-Element
Sog (-)
Wind
Druck (+)
c p
l 0.4 l PV-Element Sog (-) Wind c p, res
l
0.4 l
PV-Element
Sog (-)
Wind
c p, res
PV-Element Druck (+) Wind Sog (-) c p
PV-Element
Druck (+)
Wind
Sog (-)
c p
l 0.5 l PV-Element Druck (+) Wind c p, res
l
0.5 l
PV-Element
Druck (+)
Wind
c p, res

Image 4 Répartition de la pression réelle et idéalisée [3]

L'image 3 montre une soufflerie à couche mince où a été placé sur une plaque tournante un mo- dèle du type du bâtiment en question avec des rangées d'une installation ploutocratique en pleins champs placées les unes derrière les autres. De cette sorte l'influence de toutes les directions du courant du vent est prise en compte de faon explicite. Dans la partie supérieure de l'image 4 se trouvent les répartitions de pression mesurées de façon qualitative pour les courants de vent ve- nant de face et de l'arrière. Étant donné que ces champs de succion et de pression non linéaires dans la planification de structures ne peuvent être pris en considération qu'avec un grand effort de calcul, ces derniers sont transformés en répartitions de pression et de succion, qui agissent avec les même charges et moments sur le champ de modules. Les résultats coïncident bien de façon qualitative avec les tests dans l'image 1 et l'Eurocode 1, les valeurs absolues et le centre de gravité de la disposition des charges permettent cependant un dimensionnement économique. Dans l'image 5 l'influence de la protection du vent dans le cas de rangées placées les unes der- rière les autres est représentée. Dans le cas de courant de vent venant de l'arrière (en règle géné- rale venant du nord) les structures élevées sont soumises à des contraintes décroissantes conti- nues de l'action du vent. A partir de la cinquième rangée il ne reste qu'une charge approximati- vement répartie de façon égale sur toute la surface des modules. Dans le cas de surfaces libres plus grandes à l'intérieur d'une installation il faut cependant tenir compte depuis peu des zones de bord. Étant donné que le courant de vent venant du nord-ouest ou du nord-est amène des charges de vent plus élevées sur les rangées de modules à l'est et à l'ouest d'une installation photovol- taïque, ces dernières doivent être définies en tant que zones de bord.

Courant de vent venant du nord

en tant que zones de bord. Courant de vent venant du nord Zone d'angle bord nord

Zone d'angle

bord nord

2 e rangée

3 e rangée

4 e rangée

5 e rangée

Courant de vent venant du sud

Courant de vent venant du sud 5 e rangée 4 e rangée 3 e rangée 2

5 e rangée

4 e rangée

3 e rangée

2 e rangée

bord sud

Image 5 Représentation qualitative de l'influence de la protection du vent dans des rangées placées les unes derrière les autres

Un même effet s'observe en considérant un courant de vent venant du sud. Ici on peut observer des pressions concentrées dans la zone inférieure du champ de modules. A partir de la cinquième rangée on peut observer également un champ de pression homogène sur la surface. La représentation qualitative des rapports de pression dans l'image 5 s'applique à des systèmes de montage solaire typiques , quelque soit le producteur; d'un point de vue qualitatif on peut s'at- tendre à une certaine influence de la solution spécifique en relation avec les dimensions des pro- filés et des dimensions de l'espace entre les modules. De plus les coefficients de pression dépen- dent surtout de l'inclinaison de la surface du module.

En résumé, on peut retenir :

Des approches de calcul pour les charges de vent sur la base des normes techniques établies dans les limites d'applications citées sont en principe valables pour la vérification de la stabilité sta- tique. Des conclusions analogues pour d'autres types de bâtiment comme des toits en appentis, des toits de quai de gare ou bien des panneaux publicitaires placés à la verticale les uns derrière les autres sont insuffisantes et ne correspondent pas aux règles reconnues de la technique. Des tests spécifiques de soufflerie dans une soufflerie à couche simple correspondent au standard de la technique et offrent, dans le cas de champs de modules homogènes sans de grands espaces libres, un potentiel d'optimisation économique grâce à une réduction de la charge de vent dans la partie intérieure. Dans le cas d'une utilisation correcte des coefficients aérodynamiques dans la planification de structures la stabilité statique est garantie sans limite.

structures la stabilité statique est garantie sans limite. Dr.-Ing. C. Zapfe [1] Erfuth/Bahner: Tragkonstruktionen

Dr.-Ing. C. Zapfe

statique est garantie sans limite. Dr.-Ing. C. Zapfe [1] Erfuth/Bahner: Tragkonstruktionen für Solaranlagen,

[1]

Erfuth/Bahner: Tragkonstruktionen für Solaranlagen, Planungshandbuch zur Aufstände-

[2]

rung von Solarkollektoren, Solarpraxis Supernova AG, 2001. ISBN 3-934595-11-1 Univ. Prof. Dr.-Ing. Jens Schneider: Gutachterliche Stellungnahme zum Ansatz der

[3]

Windlasten bei unterströmten (Freiland-) Solaranlagen. Darmstadt, April 2010 Ruscheweyh Consult GmbH: Windkanalversuche zur Windlast an der Photovoltaik- Freilandanlage für die Firma Schletter GmbH, Aachen, Juni 2010

Annexe 1: Coefficients de pression et de force pour des toitures à inclinaison de 0°≤ α ≤30°(DIN EN 1991-1- 4; Eurocode 1)

-1,6
-1,6