Vous êtes sur la page 1sur 4

L’eau entre

abondance et
rareté

I)Définition du sujet

- L’eau
 Dans l’hydrosphère les ressources en eau douce représente 2,5 % (sous trois forme :
solide, liquide, gazeuse). Elle est essentiellement solide, dans les glaciers et inlandsis
(glaciers des terres polaires) [ ce n’est pas la banquise (flotte sur l’eau)].

 Au total environ 0,6 % de l’eau sont utilisable par l’homme


 Nappe phréatique et réseau hydrographique (les eaux circulant à la surface et sous
la terre

- Entre abondance et rareté

 Répartition inégale de l’eau à la surface de la terre (certaine région connaissent des


stress hydrique soit une ressource en eau sous 1 000 à 1 700 m2 par habitant et par an. Ce
qui causse des pénurie d’eau permanente ou saisonnière)

 Abondance et rareté dépendent aussi de l’accessibilité de l’eau aux sociétés humaines


(problèmes d’équipement, d’éloignement des point d’eau est de la qualité de l’eau…)

L’eau est une ressource vitale pour les hommes et leurs activités, d’autant plus que la
population humaine augmente. C’est donc un enjeu important, une ressource convoitée qui
nécessite des aménagements (ressource maîtrisée!).

Mais, elle est aussi une ressource menacée (pollution), et on se pose la question de la
répartition équitable entre les sociétés et les activités, tout en la préservant.

II)Les cas
1) La ressource en eau en Egypte qui est menacée

Question page 114 et 115

L’Egypte est un pays d’Afrique du Nord, au climat aride qui survie depuis des millénaires
grâce au Nil. Le Nil est nécessaire à la survie de l’Egypte dont la population est en majorité
installé sur les rives du fleuve (70 millions d’habitant), 82 % de l’eau est destiné à
l’agriculture.

1. De part et d’autre du cours du fleuve, il y a des cultures sur les terres inondables. Les
villages sont situés sur plus loin en bordure du désert. L’agriculture est irriguée sur des terres sur
des terres fertiles du fait des crues du Nil ou de l’apport d’engrais (a causse du barrage).

Cours de géographie N°3 : L’eau entre abondance et rareté 1


La vallée du Nil est bien une oasis au milieu du désert, car la présence des hommes et
de l’agriculture est directement liée à sa présence.

2. Le lac Nasser est un lac artificiel, créé avec la construction du barrage d’Assouan en
1971. Ce lac porte le nom d’un président Egyptien.
Le cours principal du Nil (Nil Blanc) part du Lac Victoria, jusqu'à la méditerranée, où
il se jette sous forme d’un delta (delta du Nil).
Il est également alimenté par le Nil Bleu qui prend une grande partie de ces eaux en
Ethiopie au niveau du massif Ethiopien.

Les eaux du Nil proviennent donc d’Ethiopie, Tanzanie, Ouganda, Kenya, Soudan.

Le barrage d’Assouan a été créé pour :


- Régulé le débit
- Augmenter la surface irriguée et donc la production agricole
- Produire de l’électricité
Il a été créé pour faire face a des besoins en eau plus important, mais cela a des
inconvénients :
- Les crue du Nil on été supprimé, donc plus de limon fertile alors utilisation d’engrais
coûteux pour le pauvre paysans et polluant  développement d’algue
 eau non potable
 Aménagement pour rendre l’eau potable (manque de moyen pour en créer pour tout
le monde)
- L’eau salée remonte dans le delta puisque le débit du Nil a diminué ce qui pose des
problèmes pour les cultures du delta qui est une zone très important pour l’Egypte.

Eutrophisation (profération) d’algue sur effet des engrais et de la photosynthèse. Le


débit du fleuve est plus faible ce qui provoque des eaux stagnantes qui causse des maladies et
des développements de grand nombre d’algue. Cette pollution tue le plancton du delta, et
donc l’industrie de la pêche souffre du manque de ressource halieutique (poissons,
crustacé…), ce qui pose le problème de l’exode rural vers le Caire.

3. Pour faire face à cet exode, l’Egypte veut augmenter les surfaces de terre cultivée. Elle se
lance donc dans la construction d’un canal à partir du lac Nasser, parallèle au cours du Nil ce qui
permettrait le développement des oasis du désert.

4. La seule ressource en eau de l’Egypte, c’est le Nil, mais elle doit la partager avec ses
voisins. Le partage de l’eau du Nil entre les différents pays riverains est source de conflits, car
les voisins développe aussi leur agriculture irriguée, c’est le cas de l’Ethiopie qui tente de
développer des zones agricoles avec l’aide de l’Italie et Israël. L’Egypte doit donc partager l’eau
du Nil avec ses Voisins.

2) Un milieu en péril, la mer d’Aral

Question page 116 et 117

1. L’eau provient des massifs montagnards au sud plus particulièrement des glaciers d’altitudes qui
alimentent le réseau hydrographique ce qui n’est pas sans poser problème avec le réchauffement
climatique, les glaciers ont tendance à reculer un peu partout dans le monde. C’est au moment de
la fonte des neiges (dégel) au printemps et en été que les fleuves entre en crue.

2 Cours de géographie N°3 : L’eau entre abondance et rareté


2. On y trouve une agriculture de plante tropicale, méditerranéenne de culture tempérée, le tous
dans les oasis. C’est une agriculture traditionnelle avec un étagement des plantes (empilement de
plante. Exemple : palmiers, buissons en dessous, et légumes a leur pied). On avait également un
élevage et de nombreux village de pêcheurs.
3. Les dirigeants soviétiques ont pris la décision de cultiver le désert. Ils développent la culture intensive de
produits sub-tropicaux : riz, tabac, mûrier (pour les vers de soie) et coton qui ont besoin de beaucoup
d’eau. Ils mettent en place un énorme système d’irrigation avec de grands canaux à ciel ouvert. Ils
pompent l’eau en énorme quantité dans les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria qui sont les seules sources
d’alimentation de la mer d’Aral. Le gâchis est énorme, il y a des pertes dans tout le système qui vieilli.

4. Avec le pompage important dans les fleuves l’eau n’arrive quasiment plus à la mer d’Aral. Conséquence
la surface et le niveau de la mer d’Aral a été divisé par deux, ci cela continue, elle disparaîtra dans les
vingt-cinq prochaines années. A causse de cette baisse la salinité augmente ce qui a causé la disparition de
la ressource halieutique. De plus la mer est pollué par les engrais et pesticides (de l’agriculture), ce qui a
des répercutions économiques. Les pêcheurs ont disparut, de même pour les agriculteurs des oasis et
éleveurs. D’autres personnes sont arrivées pour replacer ces pertes (agriculture extensive), mais ils
doivent faire face à la concurrence. De manière économique la région est en crise.

III)Bilan

Cours de géographie N°3 : L’eau entre abondance et rareté 3


FACTEUR
NATURELS DES BESSOIN DES SOCIÉTÉS
RÉpartition Climat (plus ou moins VARIABLES VARIÉES
inégale la aride ou humide)
RESSOURCE EN Répartition
EAU DOUCE des réserves
(l’usageRESSOURCE
de l’eau) DE L’EAU
Foyer de population
ressource Agricoles Croissance de la
en eau (nappes
 Dans le temps Domestique population
phréatiques, glaciers,
 Dans l’espace Industriels Développement
fleuves)
Urbaine… économique
Variation des
précipitations

DES AMÉNAGEMENTS DIVERS


Pour stocker
Pour irriguer
Pour puiser

INÉGALITÉ DE LA DISPONIBILITÉ EN EAU


Les pays développés : anciennement équipe (XIXème siècle) ont la technologie et
peuvent faire face aux besoins de leur population
Les pays pauvres : inégalité entre riche et pauvre dans l’accès à la ressource

LA GESTION
Régulation
Déséquilibre

RISQUE RISQUE
D’ordre quantitatif Conflit d’usage (interne)
 L’épuisement de la ressource ou
l’abondance (inondation)
Conflits internationaux
D’ordre qualitatif
 Des pollutions diverses

4 Cours de géographie N°3 : L’eau entre abondance et rareté

Vous aimerez peut-être aussi