Vous êtes sur la page 1sur 124

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

DOSSIER SPÉCIAL DE L’OBSERVATOIRE DES RETRAITES JUIN 2009 - N° 5

LA RETRAITE EN FRANCE
STATISTIQUES DÉFINITIONS TENDANCES PROJECTIONS

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

LA RETRAITE EN FRANCE
STATISTIQUES DÉFINITIONS TENDANCES PROJECTIONS

. . . Variantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les detenteurs de l’epargne retraite . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les carrieres longues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Population active. . . . . ´ 6. . . . . . . Evolution de la masse salariale de 1959 a 2007 . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les prestations vieillesse-survie par regime. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ 4. . . . . . . . . . . . . . . ´ 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Activite des 50-64 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les projections des regimes obligatoires et du FRR a l’horizon 2050 . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’equilibre comptable des regimes de retraite . . . . 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . Le financement . . ´ 6. . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ 5. . Les dispositifs d’epargne retraite . . . . 5. . . . . . . . . . . . . . . . . La place de la retraite dans l’economie francaise . ´ ´ LES INDIVIDUS. . . . . . . ´ ´ ´ 3. . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . Le troisieme etage : l’epargne retraite collective et individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . ` 2 4 16 16 16 16 19 19 19 21 23 25 25 26 27 28 31 32 35 36 37 38 40 40 45 49 50 50 50 55 57 58 58 63 65 65 67 70 76 . . . . . emploi et chomage . . . . . . . De l’activite a la retraite . . Le fonds de reserves pour les retraites (FRR) . . . . . . . . . . . ´ ` LES TROIS ETAGES DU SYSTEME FRANCAIS DE RETRAITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cotisations sociales en 2007 . . . . . . . . . . ´ 4. ´ 6. . . . . . . . . . Structure du financement des prestations de retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. . . . . . . . . . . . . . . . 3. . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . .2. . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ˆ ´ ` 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ¸ 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . ´ ` 2. . . . . ´ ` 5. . . . . . . . . . . . . . . . Le premier etage : les regimes de base obligatoires . . . . . . . . ˆ 1. . . . . . . . . . . . . . . . Les actifs . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ 5. . Les previsions d’evolution du fonds de reserve . . . . . . . . . ` ´ ´ ´ 3. . . . . . . . . . . . . . ´ ´ 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. . . . . .1. . . . . . . . . . . ´ 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . Les prestations . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . Rapport demographique et equilibre financier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Preretraites . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ 4. . . . . . . . . . 1. . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La place de l’epargne retraite . . . . . . . L’epargne retraite . . . . . .2. . . . . . . . . . . . .1.3. . . . .SOMMAIRE LA RETRAITE EN FRANCE : HISTORIQUE . . Le scenario de base . . . . . . . . . . ` ´ ´ ` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS . . . . . . . . . . . . .4. . . . . . . . Le revenu salarial . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ¸ 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ` ´ volution du partage de la valeur ajoutee depuis 1980 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Situation demographique des regimes . . . . . . . . . . . Population agee de 50 a 64 ans . . . . . . . . . . Les carrieres longues . . . . .4. . . . . ¸ 1. . . . . . . . La compensation entre regimes de base . . . . . . . . . . . . Le deuxieme etage : les regimes de retraite complementaire obligatoires . . . . 1. . . . . . . . . . E ´ 4. 2. . . . . . . . . . . . . . . . Les avantages familiaux . . .2. . . . . . . . . . . . . . . ` 2. . . . . . . . . .3. . . . . .

. . . . . .7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ 3. . . . . . . . . . . . . . . . . .8. . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ 2. . . La dependance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les modalites de depart en retraite . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ ´ 3 . . . . . . . . . . ´ 3. . . . . . . . . . . . . . . . 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6. . . . . . . . . . . . .6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . La situation avant la retraite . . . . . . . . . . . . . . . . L’activite des plus de 60 ans . . ´ 3. . . . . . . Minimum vieillesse . . . . . .7. . . . . . . . . 2. . . . . . . Vieillissement de la population et rajeunissement des retraites . Il n’y a donc ´ pas forcement d’homogeneite entre les dates. . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ` LE DROIT A L’INFORMATION . . . . . . . ´ 3. . . Montant des retraites . . . . . . . . . .2. . . . . . .5. . . . . . . . . . . . . . . . Les effectifs de retraites . . . . . . . . . . . . . . . Taux de pauvrete . .9. . 3. . . ´ 3. . . . . . . . . . . Les rachats . . . . Niveau de vie des retraites . . . . . . .5. . . . . . . .8. . . . . . . . . . . . 78 81 82 84 84 85 85 87 92 98 100 101 105 108 113 L’ensemble des chiffres ayant servi aux graphiques est disponible en ligne sur le site de l’Observatoire des retraites : www. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ 3. . . . . . . . . . .4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les retraites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ 2. . . . . . . . . . . . . . Le cumul emploi retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conditions de vie des retraites . . .observatoire-retraites.org Avertissement : les chiffres publies dans cette Lettre sont les derniers chiffres connus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ce regime assure une ´ pension a ceux qui ne peuvent plus travailler. ´ En 1853. ` l’age ne constituant que l’une des causes posˆ sibles de leur etat d’invalidite. comme les militaires et d’autres categories directement au ser´ vice du Roi. Le role de la mutua` ˆ lite en matiere de retraite restera marginal. ´´ La Revolution multiplie les declarations ´ ´ d’intention tout en detruisant les bases de la ´ protection sociale existante : interdiction des corporations qui assuraient une solidarite profes´ sionnelle. ministre ´ de Louis XIV. Mais ´ ´ ´ 4 elles se limitent a la maladie. Certains secteurs strategiques tels les ´ mines. ouvrant ´ un siecle de stabilite monetaire qui permettra ` ´ ´ l’essor de l’epargne et de la rente. n’offrent ´ ´ ´ guere de garantie en cas de faillite. Cette complexite s’explique par son histoire. nationalisation des biens du clerge qui ´ assurait l’assistance. mais ˆ a l’epoque personnels d’entreprises privees) ` ´ ´ avaient cree leur propre caisse en 1768. generalement sous-provisionnes. Solidement installe dans le paysage. dont celui de la compagnie de Besseges ` en 1888. Les origines de la retraite Les premiers regimes de retraite apparaissent ´ sous l’Ancien Regime. Colbert. Les agents des fermes generales ´ ´ (aujourd’hui les fonctionnaires des impots. Il couvre la marine de peche et de ` ˆ commerce. leur extension a l’ensemble de la population active est ´ ´ ` ` ` ` ` tres recente. est creee une Caisse Nationale ´´ des Retraites.LA RETRAITE EN FRANCE : HISTORIQUE Avec plus de trente regimes de base et complementaires obligatoires. posant des exigences de provisionnement et les soumettant au controle ˆ . 1. jouant un role economique et social considerable. 1909 et ´ 1938 respectivement). Elle offre aux particuliers des rentes viageres. meme ´ ` ˆ apres la loi de 1898 l’autorisant plus largement a ` ` gerer de la retraite et de l’assurance vie. geree par la Caisse des Depots ´ ´ ´ ˆ et Consignations. les industries electri´ ques et gazieres. finiront par etre couverts cha` ˆ cun par un regime propre (en 1894. C’est le Directoire qui reta´ blira les fonds de pension des fonctionnaires. C’est seulement ´ ´ en 1784 que ce regime distinguera la pension ´ d’invalidite de la pension de vieillesse attribuee ´ ´ a 60 ans. La marine de guerre. le systeme de retraite fran´ ´ ` cais apparaıt comme relativement complexe. aujourd’hui Etablissement National des Invalides de la Marine. ´ En 1850. les chemins de fer. Divers scan` dales. Les depenses de retraite representent aujourd’hui presque la moitie des depenses de la protection ´ ´ ´ ´ sociale. Mais les regimes d’entre´ prise. amenent le parlement a adopter en ` ` 1895 une loi dite des garanties qui reglemente ´ les caisses patronales. Les regi¸ ˆ ´ ´ mes de retraite sont apparus dans un cadre professionnel et se sont developpes avec le salariat. L’Empire auto´ rise en 1808 les societes de prevoyance. C’est la naissance de l’actuel regime des ´ pensions civiles et militaires. le developpement de l’industrie ´ s’accompagne de la creation de retraites d’entre´ prise. ´ ´ Longtemps reserves a quelques professions. eco` ´ ´ ´ ´ ´ nomiques et sociologiques. Elle se realise au cours du XX e siecle et plus particulierement apres la Seconde Guerre ` ´ ´ mondiale. pouvaient egalement beneficier de ´ ´ ´ pensions. les divers fonds de pension des fonctionnaires sont remplaces par un droit de chaque ´ fonctionnaire inscrit au « grand livre de la dette publique » et finance par le budget courant de ´ ´ l’Etat. et aux regimes d’entreprise la ` ´ gestion de leurs reserves. Le Consulat cree le franc Germinal en 1803. cree la caisse des invalides de la ´ ´ marine. le ´ ˆ ´ ´ systeme de retraite evolue et continuera d’evoluer en lien avec les evolutions demographiques. Par ailleurs. En 1673.

tant pour gerer les assurances sociales ´ ´ que pour offrir un equivalent aux salaries payes ´ ´ ´ au-dessus du plafond. cette fois-ci. a la creation en 1930 des assurances ´ ` ´ sociales couvrant les risques maladie. elles sont gerees en capi´ ´ talisation par des organismes librement choisis par les employeurs. ´ ´ ¤ ¤ 2. ingenieurs et ´ ´ ´ cadres notamment. y compris l’Alsace et la Moselle. les rentes ouvrieres et paysannes se limitent a la couver` ` ture du seul risque vieillesse avec une pension versee a 65 ans. les premiers accords paritaires La creation par le Front populaire d’un cadre ´ legal permet la signature d’accords de branche ´ couvrant. les rentes ouvrieres et paysannes Ce debat aboutit en 1910 a la creation des ´ ` ´ rentes ouvrieres et paysannes inspirees du ` ´ modele germanique : obligatoires pour les sala` ries payes en dessous du plafond dit d’assujet´ ´ tissement. Les ´ ` caracteristiques du modele adopte en 1910 ´ ` ´ demeurent. ni Colbert. crees par conven´ ´ ´´ tion collective. plus de 200 000 salaries seront ainsi cou´ verts par des regimes prives. et « reconnus d’equivalence » au ´ regime de base des lors qu’ils assurent une ´ ` protection au moins equivalente. En ´ 1945. C’est le XX e siecle qui voit l’extension de la ` retraite a l’ensemble de la population active. ni Bismarck ne l’avaient commise. les assurances sociales Le debat reprend apres la premiere guerre ´ ` ` mondiale et aboutit. Le mouvement patronal a ` l’origine des allocations familiales dans les annees vingt s’interesse aux autres risques. invalidite ´ et deces d’une part. pour les categories exclues des assu´ rances sociales. dans l’indifference des inte´ ´ resses. la juris´ ` prudence ruine le caractere obligatoire des ` ` rentes ouvrieres et paysannes. en 1937. C’est une erreur qui les rend peu attractives et leur vaudra le qualificatif de « retraite pour les morts » de la part de certaines organisations syndicales. Il est suivi d’accords semblables dans les secteurs de la chimie. Mais.LA RETRAITE EN FRANCE : HISTORIQUE ´ de l’Etat. financees par les salaries. Cette reglementation aura un effet dis´ suasif sur le developpement des retraites d’en´ treprise. ´ ´ ´ accord instituant un regime de prevoyance et de ´ ´ retraite pour les ingenieurs « non assujettis a la ´ ` loi sur les Assurances sociales ». ´ . Jusque dans les annees soixante. les ´ ´ ´ employeurs et l’Etat. l’assurance ´ pension allemande couvre les risques invalidite ´ et vieillesse. de l’aeronautique et des travaux publics. ˆ De plus. ´ 1930. En effet. seul un million de ` salaries sur un potentiel de quatre millions sont ´ affilies. age ramene a 60 ans des ´ ` ˆ ´ ` ` 1912. un accord signe entre l’Union ´ des Industries Metallurgiques et Minieres et la ´ ` Federation Nationale des Syndicats d’Ingenieurs. les memes risques que les assuˆ rances sociales. La generalisation de la retraite Des 1890. Cette ` ˆ erreur. A la veille de la ` premiere guerre mondiale. C’est le debut du paritarisme ´ avec. ´ la majorite des assures allemands beneficieront ´ ´ ´ ´ de l’assurance pension au titre de l’invalidite. ´ 5 1937. sala` riee et non salariee. charite et paternalisme ou ´ droit du salarie. ´ ` ´ Le plafond d’assujettissement exclut les cate´ gories de salaries les mieux payes. ´ avant d’atteindre ou non l’age de la retraite. En revanche. vieillesse d’autre part. un debat s’ouvre sur l’opportunite ` ´ ´ d’imiter ou non l’exemple de l’assurance pension creee par le chancelier Bismarck dans ´´ l’Empire allemand. l’esperance de vie ´ a la naissance n’atteignait pas cet age. ` 1910. Des caisses interentreprises se creent. Deux conceptions s’opposent : obligatoire ou facultatif. Comme le regime des marins. La gestion des assurances sociales des salaries agricoles est ´ confiee a la Mutualite Agricole. le caractere obli` gatoire s’impose effectivement. en refusant aux employeurs le droit de contraindre leurs salaries a cotiser. a la difference ` ´ de l’assurance pension allemande. ´ ´ dont la retraite.

La retraite de base demeure assuree ´ par une mosaıque de regimes. ´ La gestion de l’assurance vieillesse n’est plus effectuee par des institutions diverses choisies ´ par les entreprises. Mais le regime general contri´ ´ ´ bue aussi a la generalisation de la retraite. et l’application de la repartition dans toutes ses ´ . ´ locales en 1945. demeure limite aux seuls ´ cadres. Les multiples regimes des collectivites ´ ´ ´ ´ locales sont regroupes dans une Caisse natio´ nale des retraites des agents des collectivites ´ 6 ´ 1947. et pas du tout pour la retraite. soit pour avoir ´ mieux. non ` ´ ´ pas en son sein. En definitive. Fin 1952. soit pour payer moins. innove radicalement avec le recours a ` la technique par points. le pla´ fond d’exclusion devient un plafond de cotisation et de droits. L’accord du 14 mars 1947. cree par les ordonnances des 4 et 19 ´´ octobre 1945. mais ´ ´ sans lien avec la duree de cotisation. Mais. l’allocation aux vieux ´ ´ travailleurs salaries. moins pour la maladie. Enfin. le Conseil National de la Resistance prevoit « un plan complet ´ ´ de Securite sociale visant a assurer a tous les ´ ´ ` ` citoyens des moyens d’existence dans tous les cas ou ils seront incapables de se les procurer ` par le travail ».LES CHIFFRES DE LA RETRAITE 1941. premier accord national interprofessionnel signe en ´ France. mais par des caisses de Securite sociale gerees par des conseils elus ´ ´ ´ ´ ´ par les travailleurs. Ce debat sera tranche en 1941 avec la ´ ´ creation de l’allocation aux vieux travailleurs sala´ ries. que le droit de ` creer un regime complementaire a la Securite ´ ´ ´ ` ´ ´ sociale. rapport qui prone une couverture ´ ˆ forfaitaire de toute la population. creent de leur cote les regimes dits « particu´ ˆ ´ ´ liers » : en 1948 la Cancava (artisans). la gestion paritaire depuis la negociation des dispositions jusqu’a la gestion ´ ` des caisses federees par l’Association Generale ´ ´ ´ ´ ´ des Institutions de Retraite des Cadres (Agirc). l’Organic (commercants et industriels) et la CNAVPL (pro¸ fessions liberales). ce qui aurait du ´ ´ ` ˆ devenir la regle generale. financee ´ en repartition La capitalisation demeure la regle pour le ` financement. la pension d’assurance vieillesse ´ du regime general demeure proportionnee a la ´ ´ ´ ´ ` duree de cotisation (en dehors de l’allocation ´ sous condition de ressources creee en 1941) et ´´ d’un montant tres faible. ´ l’impact de la creation du regime general de Se´ ´ ´ ´ ´ curite sociale en 1945 est d’abord administratif. Ce mecanisme repousse a 1960 le ´ ` versement par les assurances sociales des premieres retraites completes. La gestion des salaries agricoles ´ demeure confiee a la Mutualite Sociale Agricole. ´ Les travailleurs independants. Ce sont les regimes dits ´ ´ « speciaux ». l’assurance vieillesse ´ ´ ´ ´ ´ du regime general de Securite ´ ´ sociale et la generalisation ´ ´ des retraites de Securite sociale Influence par le rapport de Lord Beveridge ´ publie en 1942. dans le domaine des retraites. Ils n’obtinrent. la plupart des categories professionnelles sont couvertes ´ par un regime de retraite de base. attribuee sous condition de ressources. les cadres etant affilies au regime ´ ´ ´ general a partir de 1947. celui des assurances ` sociales. ¨ ´ 1945. sera presque general pour la bran´ ´ che famille. Le regime general de Securite ´ ´ ´ ´ ´ sociale. le regime des cadres ´ et l’essor des regimes ´ complementaires Les cadres souhaitaient eux aussi creer leur ´ propre regime special a partir des regimes de ´ ´ ` ´ branche et des caisses interentreprises deja exis´ ` tant. Tous les salaries qui beneficient de ´ ´ ´ regimes plus anciens et plus favorables refusent ´ de rentrer dans l’assurance vieillesse du regime ´ general. Les transports parisiens creent ´ leur regime en 1948. Malgre le passage de fait au financement ´ ´ en repartition. qui souhaitent ´ cotiser le moins possible et comptent sur leur epargne et la revente de leur capital profession´ nel. ´ ` ´ Les regimes de retraite existants sont maintenus ´ a titre provisoire. egales a 40 % du ` ` ´ ` salaire moyen de carriere. en 1952 la retraite des exploi´ tants agricoles. un regime de base ` ´ ´ ´ commun a tous les travailleurs complete par des ` ´ ´ regimes « chapeaux » propres a certaines profes´ ` sions ou entreprises. par la greve. ` La priorite est donnee aux allocations familia´ ´ les qui absorbent la moitie des ressources du ´ regime. D’ou un debat entre ` ` ´ les partisans de l’orthodoxie financiere et morale ` (pas de « dejeuner gratuit » comme disent les ´ economistes) et les partisans de la repartition ´ ´ qui permettrait de verser immediatement des ´ retraites. mais par reaction.

plus souvent. demi´ ` echec. le ´ ´ rendement des obligations et emprunts d’Etat demeurera nul ou negatif. creation de l’Arrco Tirant les lecons de cette situation. Et cette situation ` ´ dissuada d’accumuler trop de reserves. dont les consequences dramatiques furent limitees par la ´ ´ creation des regimes en repartition. De plus. Peu a peu.LA RETRAITE EN FRANCE : HISTORIQUE consequences : le regime sert des retraites a tous ´ ´ ` ceux qui relevent ou ont releve de son champ ` ´ d’application comme s’il avait toujours existe. ´ Ce faisant. Ce foisonnement de regimes ´ et d’institutions entraıne des situations tres diffeˆ ` ´ rentes pour les salaries. pendant les « trente glorieuses » annees qui suivent la guerre. ce qui les a ren´ dus applicables aux entreprises non adherentes ´ aux organisations patronales signataires. certaines professions liberales. D’ou. ´ ´ Ce succes ainsi que la modicite de la pension ` ´ de base provoquent une multiplication d’accords d’entreprises et de branches creant des regimes ´ ´ complementaires pour les salaries non-cadres. Mais cela laissait de cote environ un million de salaries ˆ ´ ´ et 500 000 retraites de secteurs non representes ´ ´ ´ dans ces organisations patronales. petits commerces. marquera ´ ´ ´ profondement les esprits et conduira au « tout ´ repartition » en matiere de retraite. hotellerie. ´ ` jusque dans les annees soixante-dix. coordonner et assurer la perennite des regimes de retraite destines ´ ´ ´ ´ aux non cadres. Les regimes crees en ´ ´ ´´ capitalisation ou. si le calcul de la ´ ` retraite en points constitue le modele dominant. celles-ci ´ fondant au fur et a mesure de leur constitution. en mixte reparti´ tion . regime unique ayant voca´ ´ tion a accueillir les institutions de retraite ` complementaire creees pour les non cadres. De plus. l’Unirs laisse subsister une cinquantaine ´ de regimes « non-cadres » independants. par accord du 15 mai ´ 1957. a la demande des parte` ` naires sociaux. Les partenaires sociaux ont etendu la protection contre l’in´ ´ flation du pouvoir d’achat des salaires aux retraites. Les rentes n’etant pas indexees. l’adoption de la loi du 29 decem´ bre 1972 portant generalisation de la retraite ´ ´ complementaire pour les salaries relevant pour ´ ´ 7 . ´ ´ souvent avec le concours technique des compagnies d’assurance. la devalorisation de leur ´ ´ ´ epargne. il verse immediatement une retraite a ´ ` des categories dont l’epargne a ete rapidement ´ ´ ´ ´ reduite a neant par l’inflation qui avoisine 50 % ´ ` ´ par an entre 1945 et 1948. Mais les ´ ´ regimes ayant un meilleur equilibre demogra´ ´ ´ phique que l’Unirs estiment preferable de conser´ ´ ver leur independance. ´ ´ ` mais de faire progresser les retraites au rythme des salaires et de developper une politique ´ sociale genereuse. ´ ´ ´ 1961. Demi-succes. L’apres-guerre voit en effet s’operer une gi` ´ gantesque devalorisation de l’epargne accu´ ´ ´ ´ mulee 1. ` Le regime des cadres devient la reference en ´ ´ ´ matiere de retraite. plus rapide encore. le recours a la ´ ` repartition dans un cadre demographique res´ ´ treint ne va pas sans danger pour la perennite ´ ´ de ces regimes.. D’autant plus que le developpement ´ rapide du salariat. ` on trouve des regimes calculant les droits en % ´ des dernieres annees de carriere. Economiquement. ne furent sauves que par le ´ passage a la repartition pure. L’Arrco a ´ pour mission de compenser. etc. entreprises de travail tempoˆ raire. a l’egal du regime des fonc` ` ´ ´ tionnaires.. ` ´ ` ` cet ensemble s’homogeneisera pour aboutir au ´ ´ ` ´ 1er janvier 1999 a un regime unique Arrco qui devient l’« Association pour la Retraite Comple´ mentaire des salaries ». leur ´ pouvoir d’achat devient en quelques annees deri´ ´ soire.capitalisation. le « petit dejeuner gratuit » de la repartition a ´ ´ compense. permet au ´ regime. Cent francs debut ´ 1945 ne representent plus fin 1951 que 10 francs ´ en pouvoir d’achat. ´ ´´ L’Unirs permet une compensation financiere ` sur une base demographique elargie. de l’encadrement. non seulement de faire echec a l’inflation. l’Unirs (Union Nationale des Institutions de Retraite des Salaries). et celui. Cette « faillite » de la capitalisation. pour les anciens salaries. Le rendement varie sensi´ ´ ´ blement d’un regime a l’autre et. certaines ´ associations. Les partenaires sociaux tentent ´ 1. les par¸ tenaires sociaux signent le 8 decembre 1961 un ´ nouvel accord creant l’Association des Regimes ´ ´ de Retraite Complementaire (Arrco). L’ensemble de regimes ainsi ´ federes est disparate. de les organiser en creant. ´ ´ ´ La generalisation des retraites ´ complementaires La plupart des accords de branche signes ´ par les partenaires sociaux ont ete etendus et ´ ´ ´ elargis par les pouvoirs publics.

Emmanuel Reynaud. Opera de Paris. Seuls les assures de quelques regi´ ´ mes speciaux (chemins de fer. bientot ´ ´ ˆ l’abaissement de l’age de depart a la retraite. Cet accord a pour but de faire profiter les regimes federes par l’Arrco de la demogra´ ´ ´ ´ ´ phie exceptionnellement favorable des cadres. en quelques decennies. L’allongement de l’esperance de vie en bonne sante. voir l’ouvrage dirige par Michel Laroque ´ « Contribution a l’histoire financiere de la Securite sociale ». du regime ´ ´ general. gaz et electricites. ˆ ´ ` une elevation reguliere du niveau de vie. Peu a ´ ` peu. limites aux grandes entrepri´ ´ 3. En 1956. notam` ` ´ ´ ment le chapitre 15 consacre au developpement des institutions pari´ ´ taires de protection sociale complementaire et redige par Pierre Cha´ ´ ´ peron. clercs et employes de ´ notaire. Les deux regimes fusionneront en 1971 pour former l’Ircan´ ˆ ´ ´ tec 2. une partie des salaries ´ ´ ´ agricoles. la retraite. personnels des organismes de Securite sociale. du nom du ministre des Affaires sociales. Ce haut niveau de retraite obligatoire ne laisse qu’une place tres ` marginale aux retraites d’entreprises gerees. les vieux etaient restes dans l’ensemble les pauvres ´ ´ de la societe. la loi Boulin. les ´ ˆ ´ regles des regimes de base des artisans (Can` ´ cava) et des commercants (Organic) sont ali¸ gnees sur celles. ´ ´ Ainsi. Cette loi transpose des directives ˆ communautaires et cree dans le Code de la ´ Securite sociale un livre IX relatif « a la protection ´ ´ ` sociale complementaire des salaries et aux ins´ ´ titutions a caractere paritaire ». ´ auparavant reservee a quelques categories privi´ ´ ` ´ legiees. La meme annee. Dans le secteur public. ces regimes vont s’integrer a l’Agirc et a ´ ´ ` ` l’Arrco dont le role est renforce par la loi du 8 ˆ ´ aout 1994. Avec les agriculteurs (2002). l’Ipacte est creee en ´´ 1951 pour les cadres non titulaires et l’Igrante en 1959 pour les agents non titulaires. Pour un historique plus approfondi.).. ´ ´ ´ « mince comme la retraite des vieux ». personnels au sol d’Air France. aujourd’hui oubliee. Les regimes Agirc ` ` ´ et Arrco se voient reconnue une mission d’interet ´ ˆ general et sont charges d’assurer la compensa´ ´ ´ tion des operations des institutions de retraite ´ complementaire en repartition et de les controler.. De leur cote. Pour davantage d’information sur le developpement des regimes ´ ´ complementaires ainsi que sur la gestion des regimes Agirc et Arrco ´ ´ au cours du temps. etc. ` ´ l’Etat instaure le minimum vieillesse verse sous ´ condition de ressources aux personnes agees de ˆ ´ 65 ans et plus. tout ´ ´ ´ ` concoure a creer ce qu’un expert appellera « le ` ´ petit paradis » de la retraite 3. les commercants (2004) les fonctionnaires et les ¸ agents des collectivites locales (2005). Banque de France. c’est-a-dire de ` fonctionner en capitalisation. Ceux-ci acquierent par la meme occasion une ` ˆ retraite Arrco qui releve immediatement le niveau ` ´ de vie des cadres retraites. plus favorables. 8 . ameliore sensible´ ment la retraite du regime general. En 1972. les professions independantes etablissent leurs propres regimes complementai´ ´ ´ res de retraite. ´ ´ ´ 2. coexistent des regimes de branches ´ ´ (Banque. les minis´ tres des cultes qui rejoignent l’Arrco (2006) et les sages-femmes qui rejoignent les dentistes (2008). L’amelioration des pensions de base ´ ´ ´ et le developpement des retraites complementai´ ´ res modifient peu a peu cette situation. les partenaires sociaux decident ´ ´ que les cadres cotiseront desormais a l’Arrco sur ´ ` leur salaire jusqu’au plafond de la securite ´ ´ sociale. Cette loi fait obligation ´ aux entreprises concernees d’affilier leurs sala´ ries a un regime complementaire sans autre pre´ ` ´ ´ ´ cision. soit de la rejoindre. la loi ´ ´ ´ dite de generalisation permet dans les annees ´ ´ ´ suivantes de rendre la retraite complementaire ´ obligatoire pour toutes les entreprises du secteur prive.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE leur retraite de base du regime general et de la ´ ´ ´ Mutualite Sociale Agricole. Comedie ´ francaise. se reporter a la Lettre de l’Observatoire des Retrai` tes no 14 de mars 2005 « La technique de retraite par points ». ´ ´ ˆ Les institutions restees en dehors de cette com´ pensation sont tenues. Assurances. marins.) demeurent sans ¸ ´ veritable regime complementaire obligatoire. ´ ´ soit en repartition dans une caisse creee par un ´ ´´ accord d’entreprise. En 1971. En 1973. ´ ´ ´ transports parisiens. la presque totalite des professions bene´ ´ ´ ficient aujourd’hui d’un regime complementaire ´ ´ obligatoire. soit de provisionner leurs engagements. L’expression. personnels des Caisses d’epargne. traduisait cette realite. devient en quelque sorte les « grandes ´ ´ vacances » de la vie de travail. soit en capitalisation dans le cadre d’un contrat avec un organisme d’assurance. ´ De la pauvrete au « petit paradis » de la retraite Dans la France des « trente glorieuses ». Si l’Agirc et l’Arrco regroupent l’essentiel des salaries. Ces regimes.

En pratique. epargnant les ` ´ retraites. l’abaissement de l’age de la retraite abaissera le ˆ 4. dont le souvenir hante les Allemands). Voir « Vers une prospective des retraites en France a l’horizon ` 2030 ». ` ´ ´ destabilises par une augmentation rapide du pla´ ´ fond. les cadres sont assures d’acheter un minimum de ´ points de retraite Agirc quelque soit leur niveau de salaire. A cette ´ ´ fin. l’ASF (Association pour la Structure Financiere). ´ tandis que le chomage fait son apparition et la ˆ croissance des salaires se ralentit. ´ ˆ Dans un premier temps. dont les remunerations ´ ´ n’atteignent pas le plafond. Futuribles. et ´ aux cadres de reduire la baisse de leur niveau de ´ vie en retraite. Mieux vaut ˆ payer des retraites que des chomeurs dit-on. Le modele d’economie dirigee par ` ´ ´ l’Etat. ´ Le tournant de 1973 Paradoxalement. et meme exceptionnellement eleve dans ˆ ´ ´ les decennies quatre-vingt et quatre-vingt-dix. redevient possible ` ´ alors que l’environnement s’avere moins favo` rable pour la repartition.LA RETRAITE EN FRANCE : HISTORIQUE ses. ´ Le debat repartition-capitalisation renaıt. deviennent rentables. remise en ˆ cause par la denonciation de l’accord sur l’as´ surance chomage par le CNPF. A partir de 1989. reconduite a plusieurs reprises et ` ` qui deviendra. interdisant les formules interme´ diaires. ˆ L’abaissement de l’age de la retraite en 1983 ` A partir du choc petrolier de 1973. Mesure en equivalent temps plein. La « tranche C » ´ ´ en repartition devient obligatoire pour toutes les ´ entreprises. Travaux et recherches de prospective no 9. Par ailleurs. de plus en plus nombreux. 9 . apres une longue eclipse. Les partenaires sociaux francais sont ¸ ainsi amenes a « betonner » les regimes en ´ ` ´ ´ repartition en raison meme de la menace que ´ ˆ font peser les regles de concurrence europeen` ´ ´ nes. Et ´ ˆ l’on imagine que le depart en retraite des vieux ´ fera de la place aux jeunes. En 1982. la France ´ ne cree plus d’emplois et le chomage s’installe 4. Les partenaires sociaux sont ¸ obliges de coordonner en 1983 les regimes com´ ´ plementaires avec les regimes de base. La capitalisation. la garantie de ressources. la possibilite pour les ´ entreprises de choisir un taux de cotisation en Agirc et en Arrco entre un minimum et un maximum disparaıt en 1999. sont integres dans l’Agirc. l’ache` vement du marche commun entraıne la constitu´ ˆ tion d’un corps de regles qui opposent la reparti` ´ tion obligatoire a la capitalisation facultative et ` concurrentielle. De plus. l’inflation. a partir de la fin des annees ´ ` ´ soixante dix. Enfin. tres efficace pour reconstruire le pays. l’emploi salarie stagne depuis ´ ´ ´ 1973. remplacee par un taux ˆ ´ unique obligatoire. le ralentissement de la croissance des ressources amene a privilegier le maintien du ` ` ´ niveau des retraites sur une accumulation de reserves qui. rapprochant la situation de leurs salaries de celle des fonctionnaires. Le rendement du capital redevient positif. L’effondrement de la ´ capitalisation apres la guerre a laisse trop de tra` ´ ces dans les esprits (davantage que sa cause. ´ ´ ˆ Mais il demeure sterile. l’AGFF (Association pour la Gestion du Fonds de Financement de l’Agirc et de l’Arrco). en 2001. octobre 1998. La retraite a 60 ans prend le relais d’une ` formule de preretraite plus genereuse et plus ´ ´ ´ couteuse. de 4 fois a 8 fois le plafond de la Securite sociale). La situation demographique reste favo´ ´ ´ rable jusqu’a l’arrivee des premieres generations ` ´ ` ´ ´ du baby boom malgre l’allongement de l’espe´ ´ rance de vie. se ` revele de plus en plus inadapte a la complexite ´ ` ´ ` ´ croissante d’une economie ouverte a l’Europe et ´ ` au monde. c’est au moment ou les ` retraites voient leur sort s’ameliorer et perdent ´ ´ leur image de pauvres que les fondements eco´ nomiques de cette nouvelle prosperite sont ´ ´ ebranles. les pouvoirs publics abaissent ´ l’age de la retraite a 60 ans pour ceux qui ont une ˆ ` carriere complete de 37 annees et demie dans le ` ` ´ regime general et les regimes alignes (commer´ ´ ´ ´ ´ cants et artisans). ont alors souvent pour but de permettre aux non cadres de partir en retraite des 60 ans malgre ` ´ les abattements dans les regimes obligatoires. pouvoirs publics et partenaires sociaux recourront principalement a l’augmentation des cotisations. En contrepartie est creee la « garan´´ tie minimale de points » au profit des cadres. ils creent une structure de financement spe´ ´ cifique. Les regimes crees en repartition pour les ´ ´´ cadres superieurs sur les salaires au-dela du pla´ ` fond de l’Agirc (la « tranche C » des salaires.

Du jamais vu depuis la guerre. La possibilite pour les ´ ´ entreprises d’aller volontairement jusqu’a 8 % est ` supprimee. une projection a l’horizon ` ` 2040 de l’ensemble des regimes : « dans le cas le ´ plus favorable. le taux de cotisation progresserait encore de plus de 50 % ». ´ ´ En 1996. effectue sur les dix ´ meilleures annees. l’Agirc gele la revalorisation du point ` de retraite. le patronat reclamant ˆ ´ la remise en cause de la retraite a 60 ans. aligne les conditions de reversion ´ pour les hommes (65 ans jusque la) et les fem` mes (50 ans) sur l’age de 60 ans. est perennisee. ce qui augmente les ` ressources des regimes. ´ – La condition de 37 annees et demi d’as´ surance pour partir sans abattement des ` 60 ans est portee progressivement a 40 ´ ` annees en 2003. pour compenser la baisse au moins relative des retraites de base. qui portait principalement sur la ´ question de savoir si la capitalisation devait ou non prendre le relais de la repartition. Le champ des operations Arrco est ´ ´ desormais cantonne. laureat du prix de these ´ ¸ ´ ` 2007 de l’Observatoire des Retraites. pour la premiere fois. et sur ` l’absence de toute reforme des regimes spe´ ´ ´ ciaux.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE seuil psychologique ou les salaries deviennent ` ´ « vieux » sans effet demontre sur l’emploi des ´ ´ 5. Le temps des reformes En 1991. Pour la premiere fois. l’indexation sur les prix. L’Union europeenne. des pensions et des droits en cours de constitution. la masse salariale diminue. la these « Reformes des Retraites : estimations ` ´ sur donnees francaises » d’Antoine Bozio. qui ´ ´ ´ ´ avaient ete jusqu’ici toujours reformees dans le ´ ´ ´ ´ but d’ameliorer les pensions. Voir. mais aussi en attribuant de moins en moins de points 6. Cette mesure donnera lieu a une instance judiciaire et aboutira a un arret ` ` ˆ de la Cour de Cassation du 23 novembre 1999 protegeant les droits liquides. – Suivre l’evolution des regimes de retraite et ´ ´ conduire les travaux d’etudes et de prospec´ 5. Le debat. Il s’agit de rechercher un nouvel equilibre en ´ baissant le rendement. prone l’allongement de la duree ˆ ´ des carrieres. ´ – Enfin. l’accord Arrco du 10 fevrier ˆ ´ ´ prevoit le passage progressif du taux de cotisa´ tion obligatoire de 4 a 6 %. qui avait attire l’atten´ ´ ´ tion des Etats membres sur les perspectives difficiles en matiere de retraite des les annees ` ` ´ soixante-dix.5 % par an a l’Arrco et + 4 % a l’Agirc de ` ` 1996 a 2000 aboutit a attribuer moins de points et contribue a baisser ` ` ` le rendement. ´ ´ La meme annee. une ´ annee donnee. ´ ´ L’indexation de la valeur du point sur les prix et du prix d’achat des points sur les salaires + 3. les accords Agirc et Arrco diminuent le nombre de points attribues chaque annee de ´ ´ 1996 a 2000 par rapport a l’evolution des salai` ` ´ res. comporte. fluctuation possibles d’un regime a l’autre sont ´ ` considerablement resserrees. Premier ministre. preface ´ ´ par Michel Rocard. Pour davantage d’explication. ´ ´ En 1994. et non plus sur les salaires. 6. se deplace ´ ´ sur la question de l’age. ` ` le developpement des regimes complementaires ´ ´ ´ d’entreprise en capitalisation. les regles du regime ` ` ´ general et des regimes de base alignes. se reporter a la Lettre de ` l’Observatoire no 14 « La technique de retraite par points ». jeunes ¤ 3. le livre blanc sur les retraites. L’accord poursuit egale´ ´ ´ ment la politique de pilotage des regimes federes ´ ´ ´ ´ par le rendement de reference : les marges de ´ ´ 10 . 1993 En 1993. diminue les ˆ majorations pour enfants. Le rendement dans un regime par points correspond au rapport. par exemple. passe progressivement ´ aux vingt cinq meilleures annees en 2008. En 2000 est cree le Conseil d’Orientation des ´´ Retraites qui remplit une double fonction. entre la valeur d’un point de retraite et son prix d’achat. sont modifiees dans ´ ´ le but de diminuer le niveau relatif des pensions et de repousser l’age effectif du depart en ˆ ´ retraite : – Le calcul de la retraite. le relevement des taux d’emploi. non plus seulement en augmentant les cotisations.

La Prefon. et parfois a ` ` ` 20 ans. Fin 2009. ` ´ ` ` ´ entierement capitalisee des l’origine. l’E ` ˆ ´ Du cote de la capitalisation L’importance des regimes obligatoires. On mesurera le progres ´ ` ` accompli en se rappelant que. La France se dote ainsi d’une structure permanente a l’instar de nombreux autres pays. l’allonge´ ´ ment de la duree d’assurance necessaire ´ ´ pour l’obtention de la retraite sans abattement avant l’age « normal » (qui varie selon ˆ les categories) et pour le calcul de la retraite. notamment chez les non salaries. L’ensemble ` des regimes obligatoires fait desormais l’objet ´ ´ de projections regulieres. la plupart de ` ces regimes ont ete fermes. Ce fonds doit ´ contribuer a leur financement a partir de 2020. leur equilibre etant cense etre assure par ´ ´ ´ ´ ˆ ´ ´ tat. Leurs ´ ` ˆ ` effets positifs pour l’equilibre des regimes de ´ ´ retraite ne devraient apparaıtre qu’a moyen et ˆ ` long terme. ˆ Les regimes de base possedent egalement ´ ` ´ leurs reserves depuis la creation en 1999 du ´ ´ Fonds de Reserve des Retraites. Ils ne relevent pas ´ ´ ` d’un choix individuel. son conseil d’administra´ tion associant parlementaires. ´ Les salaries du secteur public peuvent cotiser ´ a trois regimes a caractere volontaire. le Regime Additionnel de la ´ ´ Fonction Publique. depuis la loi ´ Madelin de 1994. les regimes speciaux etant le plus souvent ´ ´ ´ ignores. De nombreuses etudes et des rapports regu´ ´ liers et publics viennent eclairer les pouvoirs ´ publics. ` ` Les assureurs ont developpe des produits de ´ ´ retraite collective en capitalisation connus sous les noms d’« article 39 » et « article 83 » (du Code general des Impots). ´ ´ peuvent jouer un role important. ´ Les travailleurs independants ont. les regimes de base ne faisaient qu’oc´ casionnellement l’objet de projections dans le cadre des travaux du Commissariat general du ´ ´ Plan. mission remplie jusque la de facon ` ¸ ponctuelle par le Commissariat au Plan. si les regimes ´ Agirc et Arrco ont des l’origine procede regulie` ´ ´ ´ ` rement a des projections a 10 ans. Pour beneficier de la ´ ´ ˆ ´ ´ deductibilite fiscale des cotisations patronales. La legislation europeenne sur l’assurance vie. ils devront ´ ´ ´ ´ etre geres hors de l’entreprise. ´ ´ Les contreparties accordees. administrations et experts. ´ ´ transposee dans le Code de la Securite sociale ´ ´ ´ en 1994. la Carem ` ´ ` (ex Cref) et la Complementaire Retraite des ´ Hospitaliers qui doivent evoluer vers une capita´ lisation integrale en raison de la legislation euro´ ´ peenne. ´ ´ ces regimes de retraite doivent s’appliquer a ´ ` des categories de salaries. tous ´ geres en repartition. impose le provisionnement des regimes ´ d’entreprise geres dans le cadre d’Institutions de ´ ´ Retraite Supplementaire. laisse peu ´ ´ de place aux regimes volontaires en capita´ lisation. rendent ´ ´ ´ ces reformes tres couteuses a court terme. la possibilite d’adherer de facon ´ ´ ¸ individuelle a des associations qui negocient des ` ´ 11 2003 et 2008 Les reformes de 2003 et 2008 etendent et pro´ ´ longent celle de 1993 : – Elles l’etendent en appliquant aux fonctions ´ ´ publiques d’Etat et locales (2003). Rendus plus onereux ´ ´ par l’allongement de la duree de vie et la baisse ´ des taux de remplacement assures par les regi´ ´ mes obligatoires qu’ils completent. partenaires sociaux. puis aux autres regimes speciaux (2008). . ´ – Elles la prolongent en portant cette duree ´ de 40 ans en 2008 a 41 ans en 2012 et en ` posant le principe d’un allongement fonction de l’evolution de l’esperance de vie. abaissement ´ de l’age de la retraite a 56 ans pour les carrieres ˆ ` ` longues dans le regime general. mutuelle ou institution de prevoyance). On notera toutefois que les regimes ´ complementaires obligatoires ont accumule des ´ ´ reserves qui. la gestion financiere etant confiee a ` ´ ´ ` un organisme d’assurance (compagnie d’assurance. Le legislateur francais ´ ´ ¸ interdit par la meme occasion la creation de nouˆ ´ veaux regimes de ce type. les partenaires sociaux et l’opinion. avantages divers pour les salaries relevant des regimes speciaux. ´ les Institutions de Gestion de Retraite Supplementaire. – Contribuer a la concertation et aux propo` sitions de reforme. qu’ils soient regimes de ´ ´ ´ ´ base ou regimes complementaires. et donc ne pas poser de probleme. par un assureur ˆ ´ ´ (qui peut etre une institution paritaire de preˆ ´ voyance) et totalement capitalises.LA RETRAITE EN FRANCE : HISTORIQUE tive. creation d’un ´ ´ ´ ´ regime complementaire en « repartition provision´ ´ ´ nee » pour les fonctionnaires et agents des col´ lectivites locales. ou se trans´ former en structures purement administratives.

avant meme les etaˆ ´ pes de 2012 et 2016 prevues par la loi de 2003. demeure a l’ordre du ´ ´ ` jour..LES CHIFFRES DE LA RETRAITE couvertures retraite avec un organisme d’assurance.. l’emploi des seniors et la prise en compte de la penibilite. ´ ´ ´ La question de l’age de la retraite. ´ ´ Sauf retour a une croissance tres vigoureuse et ` ` au plein emploi. ´ ´ ´ Au total. La baisse du rendement est programmee pour l’Ircantec et certains regimes ´ ´ des professions medicales conventionnees. ´ mais dans des conditions differentes. La recherche d’economies incite a reexami´ ` ´ ner les droits lies a la retraite (rapport du COR de ´ ` decembre 2008 sur les reversions et les majora´ ´ tions pour enfants). Negociations de nouveaux ´ accords Agirc et Arrco debut 2009. le systeme de retraite francais ´ ` ¸ est entre dans une periode durable d’adaptation. avec ses deux ˆ corollaires. Un ´ ´ nouveau debat se developpe sur l’opportunite ´ ´ ´ d’adopter la technique par points ou par « comptes notionnels » (variante suedoise des ´ ` points) dans les regimes de base. A la demande ´ du Parlement. toutes les categories socioprofession´ nelles pouvaient. accessible a tous. cette question fera l’objet du rapport 2009 du COR. acceder a ´ ` une retraite supplementaire en capitalisation. 12 . Ils beneficient d’une fiscalite incitative. principe ´ d’une « revoyure » en 2010. Perspectives Bouscule par les contraintes economiques et ´ ´ demographiques. et le Plan ` ´ d’Epargne Retraite d’Entreprise ou Pere. les mesures deja prises sont trop ´ ` tardives et trop limitees pour compenser totale´ ment une evolution demographique defavorable. avant la loi de 2003. ´ La reforme de 2003 a accru et uniformise les ´ ´ possibilites de deduction fiscale et ouvert la pos´ ´ sibilite de cotiser volontairement pour les salaries ´ ´ ´ du secteur prive avec le Plan d’Epargne Retraite ´ Populaire. ou Perp. ´ l’histoire continue.

Retraites droits familiaux et conjugaux . ´ ´ 2002 ä Rapport de Bernard Quintreau (Conseil economique et social). Renouveler le contrat social entre les generations. ` ´ ` ´ ` 2006 ä Troisieme rapport du COR . ` ä Rapport Taddei. Garantir dans l’equite les retraites de demain . decembre. ´ ´ 1991 ä Livre blanc sur les retraites. ´ 2001 ä Rapport d’information du senateur Alain Vasselle. ´ ´ ä Rapport de la mission Cottave. 2000 ä Rapport Teulade. ´ ´ ä Premier rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR) . Rapport de la mission retraite . ´ 1995 ä Rapport du Commissariat general du plan. Retraites questions et orientations pour 2008 . Vieillir solidaires. Les reformes en France et a l’etranger . Perspectives 2020 a 2050. ` ` 2007 ä Quatrieme rapport du COR . L’avenir de nos retraites. 2008 ä Sixieme rapport du COR . ä Rapport Moscovici-Pastre sur l’epargne salariale. 20 fiches d’actualisation pour le rendez-vous de 2008 . L’epargne salariale au cœur du contrat social. Perspectives a long terme des retraites. ` novembre. ´ ´ ` 1999 ä Rapport Charpin. ä Rapport Balligand-de Foucauld. ` ä Cinquieme rapport du COR . Pour une politique concertee ´ ´ et pluriannuelle de gestion previsionnelle des ages.LA RETRAITE EN FRANCE : HISTORIQUE PRINCIPAUX RAPPORTS 1986 ä Rapport du Commissariat general du plan. le droit a l’information. ` ´ 13 . ´ ˆ 2004 ä Deuxieme rapport du COR . janvier . L’avenir des systemes de retraite . Retraites choisies et progressives . Le fonds de reserve sur les retraites .

la gestion de ces derniers etant confiee aux mutuelles agricoles ´ ´ 1937 ä Regime des clercs et employes de notaire ´ ´ ä Accord collectif creant un regime de branche dans les industries metallurgiques et minieres ´ ´ ´ ` (UIMM) 1941 ä Allocation aux vieux travailleurs salaries. Une loi de 1905 orga´ ´ nisera l’assistance obligatoire a la charge des collectivites locales et de l’Etat ` ´ 1806 ä Regime de retraite des salaries de la Banque de France ´ ´ 1850 ä Creation de la Caisse Nationale de Retraite geree par la Caisse des Depots et Consigna´ ´ ´ ´ ˆ ´ tions avec la garantie de l’Etat 1853 ä Regime des fonctionnaires civils et militaires ´ 1894 ä Affiliation obligatoire des mineurs a une caisse de retraite ` 1895 ä Loi dite des garanties reglementant les caisses de retraite d’entreprise ´ 1905 ä Loi sur l’assistance obligatoire aux vieillards. infirmes et incurables 1909 ä Unification des regimes de retraite des grands reseaux de chemin de fer ´ ´ 1910 ä Loi instituant les rentes ouvrieres et paysannes ` 1922 ä Unification des regimes de retraite des reseaux de chemin de fer secondaires ´ ´ 1924 ä Reforme de la retraite des fonctionnaires qui devient le regime des pensions civiles et ´ ´ militaires 1930 ä Creation des assurances sociales pour les salaries du commerce. qui federe aujourd’hui 11 sections professionnelles. de l’industrie et de ´ ´ l’agriculture. sous condition de ressources ´ 1945 ä Ordonnances des 4 et 19 octobre 1945 creant le regime general de la Securite sociale ´ ´ ´ ´ ´ ´ et confirmant l’organisation specifique de la protection sociale agricole ´ 1947 ä Accord du 14 mars creant le regime des cadres (Agirc) ´ ´ 1948 ä Creation des regimes de retraite de base pour ´ ´ – les artisans Cancava – les commercants Organic ¸ – les professions liberales : CNAVPL.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ` REPERES 1673 ä Creation de la Caisse des invalides de la marine ´ 1698 ä Pension des artistes de l’opera sous condition de 15 annees d’exercice ´ ´ 1768 ä Creation de la caisse des fermes generales ´ ´ ´ 1784 ä Distinction entre la pension d’invalidite et la pension de vieillesse a 60 ans dans le regime ´ ` ´ des marins 1790 ä Loi posant le principe d’un regime unique de pension pour les serviteurs civils et militaires ´ ´ de l’Etat. Elle sera creee en 1818 ´ ´´ 1794 ä Loi posant le principe du secours obligatoire aux vieillards demunis. ´ ´ ` et CNBF pour les avocats 1952 ä Regime de retraite des exploitants agricoles ´ 1956 ä Creation du Fonds national de solidarite et instauration d’un minimum vieillesse a 65 ´ ´ ` ans sous condition de ressources 14 . Le regime unique sera realise par Napoleon III en 1853 ´ ´ ´ ´ 1793 ä Loi posant le principe d’une Caisse nationale de prevoyance.

remettant en ordre et elargissant ´ ´ les possibilites d’epargne retraite ´ ´ 2004 ä Creation du regime complementaire obligatoire des commercants ´ ´ ´ ¸ 2005 ä Mise en place du Regime additionnel de la fonction publique (RAFP) ´ 2006 ä Creation du Regime Social des Independants (RSI) qui regroupe les regimes de retraite ´ ´ ´ ´ de base des artisans (Cancava) et des commercants (Organic). regime unique ayant vocation a accueillir l’ensemble des regimes ´ ´ ` ´ de retraite des salaries « non cadres » ´ 1961 ä Accord du 8 decembre creant l’Arrco pour federer 45 regimes de retraites complementai´ ´ ´ ´ ´ ´ res crees pour les « non cadres » dans le secteur prive ´´ ´ 1971 ä L’Ircantec fusionne les regimes complementaires cadres et non cadres des contractuels ´ ´ de la fonction publique 1972 ä Loi de generalisation du 29 decembre creant une obligation pour les entreprises du secteur ´ ´ ´ ´ prive d’affilier leurs salaries a un regime de retraite complementaire ´ ´ ` ´ ´ 1973 ä Les partenaires sociaux decident de faire cotiser les cadres a l’Arrco jusqu’au plafond ´ ` de la Securite sociale ´ ´ ä Alignement des regles des regimes des commercants (Organic) et des artisans (Cancava) ` ´ ¸ sur celles du regime general ´ ´ ´ 1974 ä Instauration d’une compensation demographique entre les regimes de base ´ ´ 1982 ä Abaissement de l’age de la retraite a 60 ans dans le regime general et les regimes alignes ˆ ` ´ ´ ´ ´ ´ sous condition de 37 annees et demi validees ´ ´ 1983 ä Application de l’abaissement de l’age de la retraite dans les regimes Agirc et Arrco ˆ ´ 1988 ä Integration de la « tranche C » dans l’Agirc ´ 1989 ä Institution d’une garantie d’un nombre minimal de points de retraite Agirc pour les cadres dont le salaire n’atteint pas le plafond de la Securite sociale ´ ´ 1993 ä Reforme Veil-Balladur du regime general et des regimes alignes ´ ´ ´ ´ ´ ´ ä Accord Arrco portant le taux de cotisation obligatoire de 4 a 6 % et supprimant la possibilite ` ´ d’adherer a un taux superieur a 6 % ´ ` ´ ` 1994 ä Accord Agirc reduisant certains avantages annexes ´ ä Reforme du Code de la Securite sociale. Transposition des dispositions europeennes. ainsi que l’assurance mala¸ die des memes + les professions liberales (Canam) ˆ ´ 2008 ä Extension de la reforme aux regimes speciaux ´ ´ ´ ä Confirmation du passage de la duree de cotisation necessaire pour partir avant 65 ans sans ´ ´ abattement de 40 a 41 ans en 2012 ` 15 . Reconnaissance ´ ´ de la mission d’interet general confiee a l’Agirc et a l’Arrco ´ ˆ ´ ´ ´ ` ` 1996 ä Accords Agirc et Arrco accelerant la baisse du rendement sur les exercices 1996 a 2000 ´ ´ ` 1999 ä Creation du Fonds de reserve pour les retraites ´ ´ ä Regime unique Arrco ´ 2000 ä Creation du Conseil d’Orientation des Retraites ´ 2002 ä Creation du Regime complementaire obligatoire des exploitants agricoles ´ ´ ´ 2003 ä Reforme Fillon-Raffarin prolongeant la reforme de 1993 et l’etendant aux fonctionnaires ´ ´ ´ ´ de l’Etat et agents des collectivites locales et.1957 ä Accord creant l’Unirs. par ailleurs. ´ ´ ´ ´ Separation des retraites en repartition et des retraites en capitalisation.

Comme les regimes de base.). fonctionnaires de ´ ´ l’Etat. ces regimes ´ ´ ´ sont finances en repartition et legalement obli´ ´ ´ gatoires. RATP. ` 7. Carem et Complementaire Retraite des Hospitaliers. artisans. et les mineurs ` ´ qui beneficient des complementaires Agirc et ´ ´ ´ Arrco. Ces dispositifs sont finances aujourd’hui exclusi´ 7. ou regimes de base. jusqu’a fin 2009. marins.) ainsi que ´ ´ ¸ certains secteurs d’activite ou la retraite existait ´ ` anterieurement a la creation du regime general ´ ` ´ ´ ´ ´ (mines. ˆ ` ´ ´ ´ et les exploitants agricoles avec des regles qui ` leur sont propres. salaries ´ ´ de certaines entreprises nationales (SNCF. ´ ' ¤ ¤ 3. Le premier etage : les regimes de base obligatoires Le premier niveau regroupe les regimes de ´ securite sociale. – Ils sont geres par les partenaires sociaux ´ ´ des professions concernees. demeurent depourvus de couverture ´ retraite complementaire obligatoire.. ´ – Ils recourent au mode de gestion en points de retraite. Geres en ´ ´ ´ ´ ´ repartition. ' ¤ ¤ 2... Mais ils s’en distinguent par trois caracteristiques : ´ – Ils ne relevent pas de la solidarite nationale. pour les droits acquis dans les ` Institutions de Retraite Supplementaire avant 1994. On distingue traditionnellement le regime general qui couvre la majeure ´ ´ ´ partie des salaries. s’ajoute le Plan d’Epargne Retraite Populaire (Perp) a adhesion individuelle ` ´ ouverte a tous. essentiellement ceux du ´ secteur prive (Cnav).. ainsi appeles parce ´ ´ qu’ils ont vocation a completer les regimes de ` ´ ´ base de facon a atteindre un niveau de retraite ¸ ` davantage en rapport avec les revenus d’activite. hors les fonctions publiques d’Etat et ´ locales. professions liberales) et les ¸ ´ regimes speciaux qui protegent essentiellement ´ ´ ` les salaries du secteur public. des contrats ´ d’assurance groupe dits loi Madelin pour les travailleurs independants et des regimes a adhesion ´ ´ ` ´ individuelle du secteur public.. ´ Ce second niveau couvre aujourd’hui presque tous les secteurs. ´ ` ´ selon les memes regles que le regime general. Prefon. Comedie francaise. Capitalisation en ´ cours pour la Carem et la Complementaire Retraite des Hospitaliers. Il s’agit des regimes ´ vement en capitalisation « surcomplementaires » d’entreprise. les regimes des indepen´ ´ ´ dants qui concernent les non salaries (commer´ cants. leurs regles sont determinees par ´ ` ´ ´ les pouvoirs publics. qui representent 70 % des retraites et ´ ´ 90 % des cotisants a ces regimes. Exception possible. Seuls les assures des regimes ´ ´ ´ speciaux. Le troisieme etage : l’epargne retraite collective et individuelle Le troisieme niveau regroupe les couvertures ` facultatives et supplementaires d’assurance ´ retraite offertes dans un cadre professionnel. Le deuxieme etage : les regimes de retraite ¤ complementaire obligatoires Le second niveau regroupe les regimes com´ plementaires obligatoires. industries electriques et gazie´ ` res. Opera. La Mutualite Sociale Agricole se distin´ gue en gerant a la fois les salaries agricoles. ` ´ Leur financement est assure par les cotisations ´ de leurs propres assures. ´ 16 . ´ ´ Depuis 2004.Ł LES TROIS ETAGES Ø DU SYSTEME FRANCAIS DE RETRAITE ° ¤ ¤ 1. agents des collectivites locales.

Ouvriers de l’Etat. CARPV. Marins. Banque de ´ ` France.´ ` LES TROIS ETAGES DU SYSTEME FRANCAIS DE RETRAITE ¸ ´ CATEGORIE PROFESSIONNELLE ´ RETRAITE EN REPARTITION (obligatoire) ´ REGIME DE BASE ´ ´ REGIME COMPLEMENTAIRE ´ SALARIES RETRAITE EN CAPITALISATION ´ REGIME ´ SUPPLEMENTAIRE ´ SALARIES DU SECTEUR AGRICOLE Ouvriers et employes de ´ l’agriculture Cadres de l’agriculture Cadres de l’industrie. des ´ mutuelles. ´ 513 000 cotisants – 1 163 000 retraites ´ ´ NON SALARIES Exploitants agricoles MSA 566 000 cotisants 1 828 000 retraites ´ RCO 518 000 cotisants 454 000 retraites ´ RSI-AVA 629 000 cotisants 663 000 retraites ´ RSI-AVIC 776 000 cotisants 347 000 retraites ´ CNAVPL 557 000 cotisants 187 000 retraites ´ Artisans. CARMF. Opera. RAFP en « repartition provisionnee » ´ ´ 4 600 000 cotisants (premieres rentes 2009) ` Prefon ´ Carem CRH ´ Mines.. contrats art. art. du commerce et des services Navigants de l’aeronau´ tique civile Salaries non ´ titulaires du secteur public Fonctionnaires civils et militaires Agents des collectivites ´ locales Parapublic et divers MSA 665 000 cotisants 2 433 000 retraites ´ ARRCO 18 335 000 cotisants 11 379 000 retraites ´ AGIRC 3 826 000 cotisants 2 283 000 retraites ´ Regimes facultatifs. des compagnies d’assurance.. Industries electriques et gazieres. – 1 869 000 ret. CAVAMAC. ´ regimes d’entreprise ´ (Perco. 83. CARPIMKO. Pere. ´ ´ ˆ geres par des institutions ´ ´ de prevoyance. CAVOM. CAVP. Comedie franc ´ ¸aise. art. du commerce et des services Ouvriers et employes de ´ l’industrie. ´ ´ ´ ´ (1) Sections professionnelles CRN. RAFP et Cnav. retraites dont reversions. source : Commission des comptes de la Securite sociale septembre 2008. Clercs et employes de notaire. CARSAF. 39. CAVEC et CIPAV 17 . 82 du Code General des Impots).. ´ RATP. SNCF. CNRACL 1 952 000 cot. commercants et ¸ industriels RSI 1 405 000 cotisants 1 839 000 retraites ´ Professions liberales ´ CNAVPL 554 000 cotisants – 203 000 retraites ´ CNBF 46 000 cotisants – 9 000 retraites ´ CAVIMAC 15 000 cotisants – 64 000 retraites ´ (1) Regimes facultatifs ´ d’assurance type « Loi Madelin » CNBF 46 000 cotisants 9 000 retraites ´ ARRCO Avocats Religieux Chiffres 2007. ´ ´ SALARIES DU SECTEUR PRIVE Regime general ´ ´ ´ d’assurance vieillesse des travailleurs salaries ´ 17 074 000 cotisants 11 499 000 retraites ´ CRPNPAC 30 000 cotisants 16 000 retraites ´ IRCANTEC 2 531 000 cotisants 1 697 000 retraites ´ ´ SALARIES DU SECTEUR PUBLIC ET PARAPUBLIC Pensions civiles et militaires 2 452 000 cot. – 691 000 ret. CARCD.

asp CNIEG : Caisse nationale des industries electri´ ques et gazieres ` Site : http ://www.unedic.cnieg.fr/default.ined.cor-retraites.fr/ CPRPSNCF : Caisse de prevoyance et de ´ retraite du personnel de la SNCF Site : http ://www.caissedesdepots.fr DARES : Direction de l’animation de la recherche.fr/ INSEE : Institut national de la statistique et des etudes economiques ´ ´ Site : http ://www.crpratp. des etudes.cnav.fr DREES : Direction de la recherche.eu MSA : Mutualite Sociale Agricole ´ Site : http ://www.fr CCMSA : Caisse centrale de la mutualite sociale ´ agricole Site : http ://www.fr IRCANTEC : Institution de retraite complemen´ ´ taire des agents non titulaires de l’Etat et des collectivites publiques ´ Site : http ://www.cnbf.fr ARRCO : Retraite complementaire des salaries ´ ´ Site : http ://www.fr/ Cavimac : Caisse d’assurance vieillesse.rafp.fr RSI : Regime social des independants ´ ´ Site : http ://www.insee.gouv.fr/ RATP : Caisse de retraite du personnel de la RATP Site : http ://www. ´ de l’evaluation et des statistiques ´ Site : http ://sante.fr CNBF : Caisse nationale des barreaux francais ¸ Site : http ://www.fr.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE SIGLES ET LIENS UTILES ´ REGIMES DE RETRAITE CNAVTS : Caisse nationale d’assurance vieillesse des travailleurs salaries ´ Site : http ://www.fr DSS : Direction de la securite sociale ´ ´ Site : http ://securite-sociale.cdc.gouv.prefon.asso. invalidite et maladie des cultes ´ Site : http ://www.asp ´ Enim : Etablissement national des invalides de la marine Site : http ://www.fr RAFP : Regime Additionnel de la Fonction ´ Publique Site : http ://www.msa.fr/ BDF : Banque de France Site : pas de site CANSSM : Caisse Autonome Nationale de la Securite Sociale dans les Mines ´ ´ Site : http ://www.secumines.org/ CRNPAC : caisse de retraite du personnel navigant professionnel de l’aeronautique civile ´ Site : www.fr/dante/cnracl/ PREFON : Caisse nationale de prevoyance de ´ la fonction publique Site : http ://www.fr/fspoeie/default.gouv.fr CENTRES DE RECHERCHE ET DE STATISTIQUES COR : Conseil d’orientation des retraites Site : http ://www.crpn. INED : Institut national d’etudes demographiques ´ ´ Site : http ://www.cprpsncf.le-rsi.agirc.fr AGIRC : Association generale des institutions de ´ ´ retraite des cadres Site : http ://www.travail.cavimac.info-retraite. des etudes et des statistiques ´ Site : http ://www.fr/ GIP Info retraite Site : http ://www.fr/ 18 .ircantec.msa.fr/ CNRACL :Caisse nationale de retraite des agents des collectivites locales ´ Site : http ://br.fr/ ´ FPE : Fonction publique d’Etat FSPOEIE : Fonds special des pensions des ´ ´ ouvriers des etablissements industriels de l’Etat ´ Site : www.enim.fr/ UNEDIC : Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce Site : http ://www.cnavpl.fr/ CNAVPL : Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions liberales ´ Site : http ://www.retraites.arrco.

Ø LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ° 1. Les prestations
´ 1.1. La place de la retraite dans l’economie française
Encadre : des differentes sources pour mesurer les depenses vieillesse ´ ´ ´ Il existe deux grandes sources pour evaluer les depenses vieillesse des regimes de retraite : ´ ´ ´ ä D’une part les comptes de la securite sociale retracent les depenses vieillesse-survie, c’est-a´ ´ ´ ` dire les prestations versees au titre des droits propres des beneficiaires mais aussi celles ´ ´ ´ versees au titre des droits derives de l’ensemble des regimes obligatoires de retraite. ´ ´ ´ ´ ä D’autre part, les comptes de la protection sociale retracent les depenses de vieillesse-survie ´ versees par l’ensemble des regimes de retraite, obligatoires et facultatifs. ´ ´ Les comptes de la protection sociale sont des comptes satellites des comptes nationaux. La protection sociale recouvre tous les mecanismes institutionnels, publics ou prives, prenant ´ ´ la forme d’un systeme de prevoyance collective ou mettant en oeuvre un principe de solidarite ` ´ ´ sociale et qui couvre les charges resultant pour les individus ou les menages de l’apparition ´ ´ ou de l’existence de certains risques sociaux identifies (sante, vieillesse-survie, maternite´ ´ ´ famille, emploi, logement, pauvrete-exclusion sociale). Conformement a cette definition, la ´ ´ ` ´ protection sociale recouvre non seulement les regimes obligatoires tels que le regime general ´ ´ ´ ´ de la Securite sociale, les institutions chargees de l’indemnisation du chomage ou les regimes ´ ´ ´ ˆ ´ de retraite complementaires, mais aussi les assurances collectives telles que les contrats ´ geres par les institutions de retraite supplementaire ou de prevoyance, et les mutuelles regies ´ ´ ´ ´ ´ par le Code de la mutualite, a adhesion individuelle. En revanche, les assurances individuelles ´ ` ´ en sont exclues. Le champ de la protection sociale est plus etendu que celui des comptes de la Securite sociale. ´ ´ ´ En outre, les comptes de la protection sociale permettent de distinguer les depenses vieillesse des ´ depenses survie mais ne donnent pas de details par regime. Les deux sources ne sont donc pas ´ ´ ´ immediatement comparables. ´

´ DEFINITION Les depenses vieillesse-survie couvrent l’ensemble des depenses des regimes de retraite. Ces ´ ´ ´ depenses comprennent les pensions de retraite (droits propres et droits derives), mais aussi les ´ ´ ´ avantages non contributifs (minimum vieillesse), des compensations de charges notamment dans le cas des personnes agees ayant perdu leur autonomie et des aides versees dans le cadre de ˆ ´ ´ l’action sociale des differents regimes. ´ ´ En 2007, les prestations de vieillesse-survie de l’ensemble des regimes (obligatoires et facul´ tatifs) se sont elevees a pres de 247 milliards ´ ´ ` ` d’euros et a 230 milliards d’euros pour les seuls ` regimes obligatoires d’assurances sociales. ´ 19 Apres avoir augmente en moyenne annuelle ` ´ de 3,5 % – en valeur de 1996 a 2001 (4,1 % pour ` l’ensemble des depenses de protection sociale), ´ les depenses de vieillesse-survie augmentent ´ depuis de 4,1 % annuellement, tout comme l’en-

Graphique 1

Taux de croissance annuel des prestations vieillesse-survie entre 1996 et 2007

7,00%

6,00%

5,00%

4,00%

3,00%

2,00%

1,00%

0,00% 1996 1997 1998 1999 2000 Viellesse 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Ensemble protection sociale

Source : Drees, Les comptes de la protection sociale de 1999 a 2007 `

Graphique 2

Part des depenses vieillesse-survie dans le PIB ´
14,0%

12,0%

10,0%

8,0%

6,0%

4,0%

2,0%

0,0% 1959 1970 1975 1980 1990 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007e

Viellesse

Viellesse-survie

(e) estimations OR Source : Drees, Les comptes de la protection sociale de 1999 a 2006 `

20

semble des depenses de protection sociale. ´ En volume, les depenses vieillesse ont progresse ´ ´ de 2,6 % de 2001 a 2007. ` En particulier, alors que le rythme de progression des depenses de protection sociale se ralen´ tit sensiblement depuis 2004, celui des depenses ´ vieillesse-survie s’accelere, marquant ainsi l’arri´ ` vee a l’age de la retraite des generations du baby´ ` ˆ ´ ´ boom et les effets lies aux departs anticipes pour ´ ´ ´ carrieres longues mis en place par la reforme de ` ´ 2003.

En 2007, les depenses vieillesse-survie repre´ ´ sentent 13,2 % du PIB contre 5,4 % en 1959. La part des depenses vieillesse propres etait de ´ ´ 11,2 % en 2007. La retraite est, depuis plusieurs annees, la ´ plus importante de toutes les depenses sociales : ´ en 2007, elle a represente 38 % de l’ensemble ´ ´ des prestations sociales.

Graphique 3

Repartition par risque des prestations de protection sociale en 2007 ´

Emploi 6,2%

Logement 2,6%

Exclusion sociale 1,5%

Maternité - famille 9,2%

Santé 35,5%

Vieillesse-survie 44,9%

Source : Drees, Les comptes de la protection sociale en 2007

´ 1.2. Les prestations vieillesse-survie par regime
´ DEFINITIONS Les prestations sociales sont des transferts attribues personnellement a des menages sans ´ ` ´ contrepartie equivalente ou simultanee. Les prestations vieillesses sont des prestations en espe´ ´ ` ces. Elles comprennent des prestations contributives et non contributives. Le risque vieillesse distingue deux grands types de prestations : . Les prestations de droits directs versees par les regimes de retraite aux anciens actifs en fonction ´ ´ de leurs antecedents professionnels (duree et niveau de cotisation) ; ´ ´ ´ . Les prestations de droits derives versees aux ayants droits des actifs cotisants (pension de ´ ´ ´ reversion, allocation de veuvage). ´

21

CAVOM. CARPV. CAVEC et CIPAV * 2006 (chiffres 2007 non disponibles) Source : Commission des comptes de la securite sociale. CAVP. CARSAF.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 1 Prestations vieillesse-survie par regime en 2007 (en millions d’euros) ´ Categories socioprofessionnelles ´ Salaries ´ Ouvriers et employes de l’agriculture ´ MSA : 5 250 Cadres de l’agriculture Cadres du secteur prive ´ Ouvriers et employes du secteur prive ´ ´ CNAV : 82 315 Personnel naviguant Salaries non titulaires du secteur public ´ Fonctionnaires civils et militaires Collectivites locales et hospitalieres ´ ` ´ Ouvriers de l’Etat Mines EDF-GDF SNCF RATP Marins Clercs et employes de notaire ´ Banque de France Non salaries ´ Exploitants agricoles Artisans Industriels et commercants ¸ Professions liberales ´ Avocats Ministere des cultes ` MSA : 8 636 RSI (ex CANCAVA) : 2 760 RSI (ex ORGANIC) : 3 373 CNAVPL(1) : 771 CNBF : 68 CAVIMAC : 239 RCO : 442 RCO : 755 NRCO : 383 CNAVPL(1) : 2 327 CNBF : 87 ARRCO + + SPE : 39 250 + CNRACL : 11 084 FSPOEIE : 1 649 CANSSM : 1 834 CNIEG : 3 339 SNCF : 4 822 RATP : 789 ENIM : 1 066 CRPCEN : 604 BDF : 274 RAFP* : 28 CRPNPAC* : 417 IRCANTEC : 1 621 + ARRCO : 37 032 + + + AGIRC : 19 217 + – Regimes de base ´ Regimes complementaires ´ ´ (1) Sections professionnelles : CRN. septembre 2008 ´ ´ 22 . CAVAMAC. CARMF. CARPIMKO. CARCD.

les depenses vieillesse au titre des ´ droits familiaux ont represente 15. soit pres de 8 % des depenses totales ` ´ de droits directs et 6 % des depenses vieillesse´ survie.90 15.00 27 736. soit a une prise en compte gratuite.10 168 463. Les avantages familiaux ´ DEFINITION Les avantages familiaux sont des dispositifs permettant d’elever la pension de retraite des per´ sonnes ayant des enfants.5 milliards d’euros et ´ les regimes complementaires 62.5 % Ensemble des regimes ´ 203 179.90 9 690. le poids des droits ´ ´ ´ familiaux dans les retraites est relativement important a la CNRACL ou aux mines (en raison ` de la majoration pour conjoint).7 milliards d’euros en 2007.9 milliards d’euros ont ete verses ´ ´ ´ au titre des prestations vieillesse. septembre 2008. les prestations de droits derives ´ ´ sont sous condition de ressources et le taux de ` reversion est de 54 %. a la Cnav (50 % ´ ` des prestations versees par l’ensemble des regi´ ´ mes de base).3 milliards ´ ´ d’euros.10 18 046. Il existe plusieurs types d’avantages familiaux. Ainsi. Outre le regime general. soit 12 % du total des prestations vieillesse servies. ` En 2006.10 230 915.00 62 451. 230. ce qui s’explique par des ´ conditions d’attribution plus souples et un taux de reversion plus fort.4 milliards d’eu´ ´ ros. A l’Agirc-Arrco (90 % des ´ prestations versees par les regimes complemen´ ´ ´ taires). soit ` ` ´ enfin a une majoration de la pension.7 % Regimes ´ complementaires ´ 52 761.0 % Source : Commission des comptes de la securite sociale. soit a une majoration de la duree d’assurance.10 12. La part des droits derives est plus elevee pour les regimes ´ ´ ´ ´ ´ complementaires. Le regime general represente a lui seul la moi´ ´ ´ ´ ` tie du montant global des droits familiaux. qui conduisent soit a une ` bonification. ´ ´ ´ Tableau 2 Part des droits derives dans les prestations vieillesse (en millions d’euros) ´ ´ 2007 Droits directs Droits derives ´ ´ Ensemble Part des droits derives ´ ´ Regimes de base ´ 150 417.20 10. alors ´ qu’il ne represente qu’un tiers environ de la ´ masse des retraites. Le montant des droits derives s’est eleve a ´ ´ ´ ´ ` 27. il n’y pas de condition de ressources du beneficiaire et le taux de reversion est de 60 %. Les regimes ´ de base ont distribue 168.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ En 2007. 23 .3. selon les comptes de la Securite ´ ´ sociale. calculs OR ´ ´ 1.

et d’autre part. Pour evaluer le montant total des droits familiaux.0 % 3. ´ 24 . AVPF* MSA Salaries ´ ARRCO AGIRC IRCANTEC FPE civils et militaires CNRACL FSPOEIE SNCF RATP BDF CANSSM (Mines) ENIM (Marins) CRPCEN MSA exploitants RSI (artisans et commercants) ¸ CNAVPL MSA exploitants Total En millions d’euros 8 643 211 550 693 129 2 503 1 420 49 153 20 14 139 48 30 353 146 39 353 15 331 En e % des depenses de droits directs ´ 13.1 % 5. les regimes ont ´ ´ estime les montants separement pour chacun des droits. parce qu’ils sont calcules inde´ ´ pendamment dans chacun des regimes.4 % 2. d’une part certains droits ` familiaux sont additifs.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 3 Masse et part des pensions de droit propre servies par chaque regime de retraite ´ en 2006 au titre des droits familiaux de retraite 8 Regimes ´ CNAV y. Les totaux ne ´ ´ ´ sont donc qu’indicatifs dans la mesure ou.7 % 5.7 % 9. alors que dans les faits les ´ droits accordes dans un regime tiennent compte de ceux accordes ´ ´ ´ dans les autres regimes.3 % 16.6 % 4.2 % 3.7 % 5.9 % 4.c.5 % 7.7 % 1.0 % 6.9 % 6.4 % 7.8 % 2.9 % * AVPF : assurance vieillesse des parents au foyer Source : Calculs COR d’apres les donnees fournies par les regimes (6e rapport du COR du 17/12/2008 – retraites : droits ` ´ ´ familiaux et conjugaux) 8.3 % 4.1 % 11.

8 milliard en 2006 et devraient atteindre ` 2.4. la possibilite de partir a la ` ´ ´ ´ ´ ` retraite avant 60 ans. Pour la Cnav. ` a 1.3 milliards en 2008 . Elles sont ´ prelevees sur l’ensemble des recettes fiscales et ne constituent pas des recettes affectees.5 2 1. les charges se sont elevees ´ ´ successivement a 1. du fait d’une entree precoce sur le marche du travail. rapport du 21 novembre 2007 2. Le ¢nancement ´ DEFINITIONS Les cotisations sociales sont des prelevements obligatoires sur les salaires. ´ 25 .5 1 0.5 0 2005 2006 2007 (p) 2008 (p) (p) : previsions ´ Source : Conseil d’orientation des retraites.3 milliard d’euros en 2005. tra´ duisant la fin de la montee en charge du disposi´ tif. Graphique 4 Montant des pensions servies au titre des departs anticipes pour carriere longue ´ ´ ` par le regime general (en milliards d’euros) ´ ´ ´ 2. Les impots et taxes affectees comprennent l’ensemble de la fiscalite et parafiscalite affectee aux ˆ ´ ´ ´ ´ depenses du risque vieillesse. soit pres de la moitie du ` ´ deficit actuel de la Cnav.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ ` 1. ´ ´ Les contributions publiques sont des versements de l’Etat et des collectivites locales. Les carrieres longues DESCRIPTION L’article 23 de la loi de 2003 portant reforme des retraite a ouvert aux salaries ayant effectue des ´ ´ ´ carrieres longues. permettant de financer ´ ` des prestations sociales. Les charges ont relati´ vement moins progresse entre 2007 et 2008 . ´ ´ ´ Les transferts entre organismes sont des operations internes aux regimes de retraite visant a ´ ´ ` garantir leur equilibre. On distingue les cotisations sociales salariales et les cotisations sociales patronales.

1% Regimes complementaires ´ ´ Transferts nets 16. calculs OR ´ ´ Graphique 6 Financement des prestations des regimes de base ´ et des regimes complementaires en 2007 ´ ´ Regimes de base ´ Transferts nets 10.2% Cotisations sociales 56.2% Impôts et taxes affectées 6.2% Cotisations prises en charge par l'État 22. tandis que les transferts entre organismes financaient les prestations ¸ des regimes de base a hauteur de 18 %. Structure du financement des prestations de retraite En 2007.5% Contributions publiques 0. ´ ` En revanche.0% Cotisations prises en charge par l'État 15.1% Transferts nets 12.2% Contributions publiques 4.0% Sources : Commission des comptes de la securite sociale. 12 % par les transferts nets entre organismes et 5 % par les impots et taxes affectees (prinˆ ´ cipalement la CSG).3% Impôts et taxes affectées 0. l’impot et les cotisations prises ˆ ´ en charge par l’Etat n’entrent pas dans le financement des regimes de retraite complementaires .9% Cotisations prises en charge par l'État 0. septembre 2008.9% Cotisations sociales 64.1. le reste par les transferts nets entre organismes complementaires.0% Impôts et taxes affectées 5. 16 % par les cotisations prises en charge par ´ l’Etat.4% Cotisations sociales 83. septembre 2008. ´ ´ leurs prestations vieillesse etaient financees par ´ ´ les cotisations des employeurs et des employes a ´ ` hauteur de 83 % . calculs OR ´ ´ 26 . celle des cotisations prises en ´ charge par l’Etat de 22 %. La part des cotisations dans le financement des prestations des regimes de base etait de ´ ´ 56 % en 2007.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE 2. les prestations vieillesse des regimes ´ de retraite etaient financees a hauteur de 64 % ´ ´ ` par les cotisations sociales (patronales et salariales) .0% Sources : Commission des comptes de la securite sociale. ´ Graphique 5 Financement de l’ensemble des prestations vieillesse en 2007 Contributions publiques 3.

CAVEC et CIPAV 27 . CAVOM. les regimes de retraite ont percu 151 ´ ¸ milliards de cotisations sociales .2. CARCD. CARMF. du commerce et des services Ouvriers et employes de l’industrie. du ´ commerce et des services Navigants de l’aeronautique civile ´ Salaries non titulaires du secteur public ´ Fonctionnaires civils et militaires Agents des collectivites locales ´ Ouvriers de l’Etat Mineurs Industries electriques et gazieres ´ ` SNCF RATP Marins Clercs et employes de notaire ´ Banque de France NON SALARIES Exploitants agricoles Artisans Commercants et industriels ¸ Professions liberales ´ Avocats Religieux MSA 1 046 RSI (ex CANCAVA) 1 813 RSI (ex ORGANIC) 1 790 CNAVPL 1 367 CNBF 110 CAVIMAC 38 RCO 293 RCO 926 NRCO 832 CNAVPL(1) 2 571 151 ARRCO SPE 5 872 CNRACL 14 117 FSPOEIE 443 CANSSM 43 CNIEG 2 269 CRPSNCF 1 823 CRPRATP 403 ENIM 117 CRPCEN 521 BDF 157 CNAV 60 629 CRPNPAC 337* IRCANTEC 2 113 MSA 2 150 ARRCO 33 391 AGIRC 15 813 Regimes de base ´ Regimes complementaires ´ ´ RAFP 1 553* * Chiffres 2006 (chiffres 2007 non disponibles) Source : Commission des comptes de la Securite sociale. Cotisations sociales en 2007 En 2007. CAVP. CARPV. Tableau 4 Montant des cotisations percues par regime en 2007 (en millions d’euros) ¸ ´ Categories socioprofessionnelles ´ ´ SALARIES Ouvriers et employes de l’agriculture ´ Cadres de l’agriculture Cadres de l’industrie. les regimes de ´ base 95 milliards d’euros les regimes comple´ ´ mentaires 56 milliards d’euros. septembre 2008 ´ ´ (1) Sections professionnelles : CRN. CARSAF. CARPIMKO.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ 2. CAVAMAC.

3 4 078.2 930.2 14 093.1 797.5 8 876.3 6 985.1 6 583.9 144 801.2 150 830.5 230 915.5 14 031.6 260 349. calculs OR ´ ´ 28 .3 7 353.0 263 002.2 188 181.1 218 895.3 2 652. L’equilibre comptable des regimes de retraite Tableau 5 Compte de resultats de l’ensemble des regimes de retraite (en millions d’euros) ´ ´ EMPLOIS Prestations sociales.1 42 732.7 245 149. dont : Prestations legales ´ Prestations extra-legales ´ Charges de gestion courante Transferts entre organismes Frais financiers Autres depenses ´ TOTAL DES EMPLOIS TOTAL DES EMPLOIS HORS TRANSFERTS RESSOURCES Cotisations.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ¤ ¤ 3.1 8 960.8 10 566.1 6 375.5 251 732.9 246 318.3 4 509.8 1 462.9 11 711.1 35 483.3 37 350.6 4 478.1 Sources : Commission des comptes de la securite sociale. dont : Cotisations sociales ´ Cotisations prises en charge par l’Etat Impots et taxes affectees ˆ ´ Transferts Contributions publiques Produits financiers Autres recettes TOTAL DES RESSOURCES TOTAL DES RESSOURCES HORS TRANSFERTS SOLDE 180 284.3 231 056.5 209 000.4 42 318.6 220 684.4 4 266. septembre 2008.7 2006 219 672.4 6 654.8 776.1 2007 231 712.

4 – 3 961.0 7 204. dont : Cotisations sociales ´ Cotisations prises en charge par l’Etat Impots et taxes affectees ˆ ´ Transferts Contributions publiques Produits financiers Autres recettes TOTAL DES RESSOURCES TOTAL DES RESSOURCES HORS TRANSFERTS SOLDE 126 562.5 31 106. calculs OR ´ ´ 29 .7 13 079. le solde du « risque vieillesse » de la protection sociale etait encore positif (+2.0 6 504.6 1 710.6 131 960.8 13 199.8 164 521.3 3 021.1 10 528.6 184 345. septembre 2008.8 94 740.9 176 658. qui presentaient un ´ ´ compte positif de 6.6 329.4 175 227.6 30 237.0 2006 160 526.6 mil´ liards d’euros).` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ En 2007.4 Sources : Commission des comptes de la securite sociale.0 634.4 154 108.2 145 552. ´ ` Tableau 6 Compte de resultats des regimes de base de retraite (en millions d’euros) ´ ´ EMPLOIS Prestations sociales.5 159 966.8 188 306.6 milliards d’euros tandis que les regimes de base presentaient un solde ´ ´ negatif de pres de 4 milliards d’euros.8 1 807.9 168 463.1 11 666.8 177 720.0 3 635.1 255.7 1 950.4 91 202.7 559. en prenant en compte l’ensemble des depenses et des ressources des regimes ´ ´ de retraite.1 1 857.8 245. Cet excedent provenait des regi´ ´ mes complementaires.2 543.7 37 220.2 – 1 062. dont : Prestations legales ´ Prestations extra-legales ´ Charges de gestion courante Transferts entre organismes Frais financiers Autres depenses ´ TOTAL DES EMPLOIS TOTAL DES EMPLOIS HORS TRANSFERTS RESSOURCES Cotisations.2 2007 169 006.3 35 360.

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

Tableau 7

Solde du compte des regimes complementaires de retraite (en millions d’euros) ´ ´
EMPLOIS
Prestations sociales, dont Prestations legales ´ Prestations extra-legales ´ Charges de gestion courante Transferts entre organismes Frais financiers Autres depenses ´ TOTAL DES EMPLOIS TOTAL DES EMPLOIS HORS TRANSFERTS RESSOURCES Cotisations, dont Cotisations sociales ´ Cotisations prises en charge par l’Etat Impots et taxes affectees ˆ ´ Transferts Contributions publiques Produits financiers Autres recettes TOTAL DES RESSOURCES TOTAL DES RESSOURCES HORS TRANSFERTS SOLDE 53 722,5 53 598,8 123,7 37,6 11 626,4 149,5 4 263,7 5 274,6 75 074,3 63 447,9 7 645,8 56 220,4 56 089,6 130,8 44,8 12 081,3 149,5 4 222,8 5 938,4 78 657,2 66 575,9 6 613,7

2006
59 145,6 58 929,1 216,5 2 270,4 893,6 601,0 4 517,9 67 428,5 66 534,9

2007
62 705,6 62 451,9 253,7 2 315,8 952,8 828,5 5 240,8 72 043,5 71 090,7

Sources : Commission des comptes de la securite sociale, septembre 2008, calculs OR ´ ´

30

` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸

´ ` 3.1. Evolution de la masse salariale de 1959 a 2007
´ DEFINITION En pratique, il existe plusieurs definitions de la masse salariale liees a l’inclusion ou non des ´ ´ ` charges patronales. Celle retenue ici correspond au cumul des remunerations brutes des salaries ´ ´ ´ (salaires de base et primes) y compris cotisations patronales (notion de masse salariale comptable). Cette definition correspond a l’ensemble de l’assiette de cotisations aux regimes de ´ ` ´ retraite. En 2007, le montant de la masse salariale est de 976 milliards d’euros ; sa part dans la valeur ajoutee est de 58 %. ´ En euros constants, la masse salariale a ete ´ ´ multipliee par 5,4 depuis 1959, date a laquelle ´ ` elle representait 155 milliards d’euros. ´ Dans la valeur ajoutee, les evolutions sont ´ ´ beaucoup plus contrastees. La part de la masse ´ salariale passe de 53 % en 1959 a 64 % en 1981 ; ` puis diminue fortement pour se stabiliser autour de 58 %.

Graphique 7

Remuneration des salaries et part de la masse salariale dans la valeur ajoutee ´ ´ ´ ´

900,0

70,0%

800,0

700,0

65,0%

600,0

500,0 60,0% 400,0

300,0 55,0%

200,0

100,0

0,0

50,0%

19 59

19 61

19 63

19 67

19 71

19 79

19 87

19 91

19 95

19 99

19 65

19 69

19 73

19 75

19 77

19 81

19 83

19 85

19 89

19 93

19 97

20 01

20 03

20 05

Salaires et traitements bruts

Part des salaires et traitements bruts dans la valeur ajoutée

Sources : Insee et estimation OR pour le passage en euros constants (prix chaınes, base 2000) ˆ ´

31

20 07

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

´ ´ 3.2. Evolution du partage de la valeur ajoutee depuis 1980
´ DEFINITION Solde du compte de production, la valeur ajoutee est egale a la valeur de la production diminuee ´ ´ ` ´ de la consommation intermediaire. ´ L’excedent brut d’exploitation est la remuneration des entreprises. Il sert a payer les impots sur le ´ ´ ´ ` ˆ revenu, les interets, les revenus de la propriete et a degager une epargne brute : ´ ˆ ´ ´ ` ´ ´ EBE = VA (Valeur Ajoutee) - (Charges salariales + impots lies a la production). ´ ˆ ´ ` En 2007, la part des salaires bruts dans la valeur ajoutee est de 43 % et de 58 % avec les ´ cotisations patronales. Celle de l’excedent brut ´ d’exploitation (EBE) est de 32 %. Depuis 1980, les profits ont gagne 9 points ´ alors que les salaires bruts ont vu leur part diminuer passant de 47 % en 1980 a 43 % en 2007. `

Graphique 8

Partage de la valeur ajoutee ´

100%

Impôts sur la production

90%

80%

EBE

70% Revenu mixte

60%

50%

Cotisations à la charge des employeurs

40%

30%

20%

Salaires et traitements bruts

10%

0% 1980

1982

1984

1986

1988

1990

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

2006

Source : Insee

32

85 fois la valeur du PSS *** T2 : revenus professionnels compris entre 0.39 % du salaire deplafonne ´ ´ ´ 9.65 % sur le salaire limite au PSS* et 0.6 % sur la tranche de revenu T2*** Cotisation forfaitaire annuelle en fonction de l’anciennete ´ ´ ` professionnelle : de 256 euros la 1re annee a 1 402 euros ´ a partir de la 6e annee ` 8.85 % 7.50 % CNAVPL Barreaux francais ¸ CNBF Exploitants agricoles Cultes MSA CAVIMAC * PSS : plafond de la securite sociale.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ Tableau 8 Taux de cotisation des regimes de base en 2008 ´ Categories professionnelles ´ Regimes ´ Taux de cotisation salarial Taux de cotisation patronal Regimes des salaries du secteur prive ´ ´ ´ salaries non agricoles ´ CNAVTS 6.85 % Regimes de non salaries ´ ´ Artisans.85 % 12.85 % 24 % 27. industriels et commercants ¸ Professions liberales ´ RSI 16.3 % sur le salaire limite au PSS* ´ et 1.65 % 8.85 % 7.85 % 12 % 10.05 % Clercs et employes de notaire ´ Banque de France CRPCEN BDF 10.75 % 25.65 % 6.44 % 18 % variable suivant les categories ´ de navires 23.6 % sur tout le salaire salaries agricoles ´ MSA Regimes speciaux de salaries ´ ´ ´ Fonctionnaires civils et militaires ´ Ouvrier de l’Etat Collectivites locales ´ et hospitalieres ` Mines EDF-GDF SNCF RATP Marins SPE FSPOEIE CNRACL CANSSM CNIEG SNCF RATP ENIM 7.07 % 28.64 % du salaire plafonne et 1.85 % 7.30 % 7.13 % 7.30 % 8.1 % ´ sur tout le salaire 8.60 % 7. Son montant est de 33 276 euros en 2008. ´ ´ ** T1 : revenus professionnels dans la limite de 0.85 et 5 fois la valeur du PSS Sources : comptes de la Securite sociale 2007 et OR ´ ´ 33 .6 % sur la tranche de revenu T1** et 1.

mis en place en 1982 (ASF devenue AGFF) pour financer ` la retraite a 60 ans .38 % TA et 11.5 % sur la TA* et 12 % sur la T2** (uniquement pour les non cadres) 1. l’age conventionnel de la retraite restant a 65 ans dans les regimes complementaires.9 % sur la TB**** 7.13 % sur l’ensemble du salaire 2.3 % sur la TB**** 12.2 % sur la TA* et 1. entre 2 et 8 plafonds a l’Ircantec ` ` ***** TC : tranche du salaire entre 4 et 8 PSS a l’Agirc.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 9 Taux de cotisation des regimes complementaires en 2008 ´ ´ Categories professionnelles ´ Regimes ´ Taux de cotisation salarial 3 % sur la TA* et 8 % sur la T2** (uniquement pour les non cadres) 0.6 % sur les TB et TC***** et 0.22 % sur l’ensemble du salaire ARRCO Salaries (y compris cadres) ´ du secteur prive ´ AGFF*** Cadres du secteur prive ´ AGIRC Fonctionnaires Artisans Professions liberales ´ IRCANTEC 3.8 % sur la TA* et 0. ` ` ` ****** A compter du 1er janvier 2009.7 % sur les TB et TC***** et 0. les taux de cotisation Ircantec passent a 7 % sur la TA et 19.95 % sur la TB****** Taux de cotisation patronal 4.55 % sur TB****** CANCAVA CNAVPL 7 % sur le revenu allant de 0 a 4 fois le PSS ` L’assiette et le taux sont variables selon les sections professionnelles Pour la 2e tranche de revenu (36 501-146 000 euros par an) : 6 % Avocats CNBF Pour la 1re tranche de revenu (< a 36 500 euros par an) : 3 % ` 5 % sur la totalite des ´ primes plafonnee ´ a 20 % du salaire ` 5 % sur la totalite des primes ´ plafonnee a 20 % du salaire ´ ` Fonctionnaires RAFP * TA : tranche du salaire sous le plafond de la Securite sociale ´ ´ ** T2 : tranche du salaire entre 1 et 3 PSS *** AGFF : Association pour la Gestion de la Structure Financiere.50 % sur la TB. Sources : comptes de la Securite sociale 2007 et OR ´ ´ 34 .25 % sur la TA et 5. ` ˆ ` ´ ´ **** TB : tranche du salaire entre 2 et 4 plafonds a l’Agirc.

´ ´ ´ ´ ` ´ ´ Source : Commission des comptes de la securite sociale.0 MSA exploitants IEG BDF SNCF FSPOEIE CRPCEN CANSSM CNRCAL CNAVTS CNAVPL Cancava CNBF RATP Enim FPE MSA salariés Cavimac Organic Lecture : en 2007.0 1. septembre 2008 ´ ´ 35 .5 cotisant pour 1 retraite.0 5.0 3. Un taux ´ ´ de dependance demographique eleve correspond a une situation favorable pour l’equilibre financier d’un regime.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ ¤ ¤ 4. ´ ´ ´ ´ ´ ´ 4.1. Rapport demographique et equilibre ¢nancier ´ DEFINITION Le taux de dependance demographique est le rapport entre le nombre de cotisants a un regime ´ ´ ` ´ et le nombre de beneficiaires de ce regime.5 ce qui signifie qu’il y a 1. Situation demographique des regimes Graphique 9 Rapport demographique corrige des regimes de base en 2007 ´ ´ ´ 7.0 2. le rapport demographique de la CNAVTS est de 1. ainsi que la moitie du nombre de pensions de droits derives. Le taux presente ici est un rapport demographique ´ ´ ´ ´ ´ ´ corrige qui correspond au rapport entre le nombre d’actifs cotisants au regime et le nombre de ´ ´ retraites de droits directs.0 6.0 4.

7.0 MSA exploitants CNAVPL Cancava Ircantec Organic CNBF Arrco Agirc Source : Commission des comptes de la securite sociale.6 pour la quasi-totalite ´ des regimes.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Les taux de dependance demographique des ´ ´ regimes de base de retraite oscillent entre 0 ´ pour la CANSSM et 1.0 3. En 2007.0.4 pour la CNBF. Graphique 10 Rapport demographique corrige des regimes complementaires en 2007 ´ ´ ´ ´ 7. Seules la CNRACL.0 5.1 (MSA exploitants agricoles) et 6. la CNAVPL et ´ la CNBF font exception avec des taux respectifs de 3.0 1.5 et 8. les taux de dependance demogra´ ´ phique des regimes complementaires varient ´ ´ entre 1.0 4. 3.0 2.0 6. septembre 2008 ´ ´ 36 .

8 milliards d’euros ver´ ´ ´ ses). le regime des exploitants agricoles ´ et celui des salaries agricoles sont les deux re´ ´ gimes qui beneficient le plus de la compensation ´ ´ generalisee : respectivement 4. 37 Pour ce qui est de la compensation specifique. ´ ´ ´ ´ Une compensation entre regimes de salaries : cette compensation est fondee sur les capacites ´ ´ ´ ´ contributives et les charges demographiques des regimes. ` ´ ` ´ Pour le risque vieillesse. septembre 2008 ´ ´ En 2007. ´ ´ L’article 9 de la loi du 21 aout 2003 prevoit la disparition progressive du mecanisme de compenˆ ´ ´ sation specifique vieillesse d’ici le 1er janvier 2012. Cette compen´ ´ ´ ´ sation est uniquement demographique et ne tient pas compte des facultes contributives des ´ ´ regimes. ´ les principaux beneficiaires sont le regime des ´ ´ ´ Mines (CANSSM) qui a recu 652 millions d’euros ¸ en 2007 a ce titre et la SNCF (235 millions d’euros).2 et 2.2 milliards ´ ´ ´ d’euros tandis que les principaux contributeurs sont le regime general (4.2 milliard d’euros). transfert de fonds entre regimes de retraite.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ ´ 4. Elle se calcule de la meme maniere que la ´ ´ ´ ˆ ` compensation entre regimes de salaries. La compensation entre regimes de base DESCRIPTION La compensation. est un mecanisme de solidarite ´ ´ ´ financiere entre regimes.5 mil´ ´ ´ liard d’euros) et celui des fonctionnaires civils (1. ´ La compensation specifique entre regimes speciaux ou « surcompensation » : cette compensation ´ ´ ´ ne s’applique qu’aux regimes speciaux de salaries. ` Les principaux contributeurs sont le regime ´ des collectivites locales (CNRACL) qui a verse ´ ´ 969 millions d’euros en 2007 et le regime des ´ fonctionnaires civils (466 millions d’euros). ´ Graphique 11 Transferts de compensation generalisee en 2007 ´ ´ ´ (en millions d’euros) CNBF CNAVPL RSI-artisans RSI-industriels et commerçants BDF CRPCEN IEG ENIM RATP SNCF CANSSM CNRACL FSPOEIE fonctionnaires militaires fonctionnaires civils salariés agricoles régime général -6000 -5000 -4000 -3000 -2000 -1000 0 1000 2000 3000 4000 5000 exploitants agricoles Source : Commission des comptes de la securite sociale.2. Elle vise a pallier les disparites demographiques entre les regimes ` ´ ` ´ ´ ´ et a garantir l’equilibre financier du systeme par repartition. il existe deux types de compensation : La compensation generalisee du risque vieillesse comporte deux etapes. . ´ ´ Une compensation entre les regimes de salaries et les regimes de non salaries. le regime des collectivites locales (1.

Le ´ fonds de reserves des retraites est finance pres´ ´ que uniquement par les produits financiers (67 % de la structure des recettes en 2006) et les prelevements de 2 % sur les revenus du capital ´ ` (33 % de la structure des recettes).3. ´ ´ ` ils n’etaient que de 1. ´ En 2006. Le FRR a vocation a remplir une fonction de « lissage » ´ ˆ ` pendant la phase de forte augmentation des depenses de retraite liee a l’arrivee a l’age de la ´ ´ ` ´ ` ˆ retraite des generations nombreuses du baby-boom. le fonds de reserves pour ´ les retraites a cumule 30 milliards d’euros fin ´ 2007.2 ´ ´ ´ ` milliards d’euros) sont soumises a une incertitude ` tres importante. Les previsions pour 2008 (evalues a 2. septembre 2008 ´ ´ ´ 4. Le fonds de reserves pour les retraites (FRR) DESCRIPTION Le fonds de reserve pour les retraites a ete instaure par la loi de financement de la Securite sociale ´ ´ ´ ´ ´ ´ pour 1999. 38 . il etait prevu que le FRR ait accu´ ´ mule 150 milliards d’euros en 2020.6 millions d’euros. ´ ´ ` ` Depuis son origine. ` A l’origine. les produits financiers du FRR se sont eleves a 1 700 millions d’euros. En 1999. En effet.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 12 Compensation specifique entre regimes speciaux dite « surcompensation » en 2007 ´ ´ ´ (en millions d’euros) CAMR SEITA BDF CRPCEN IEG ENIM RATP SNCF CANSSM CNRACL FSPOEIE Fonctionnaires militaires Fonctionnaires civils -1200 -1000 -800 -600 -400 -200 0 200 400 600 800 Source : Commission des comptes de la securite sociale. Il est dirige par un directoire et un conseil de surveillance et est gere administrativement ´ ´ ´ par la Caisse des Depots et Consignations. en raison de la volatilite exacer` ´ bee qu’ont connus les marches financiers l’an ´ ´ dernier. les sommes qui lui sont affectees ´ ´ ´ doivent etre mises en reserves jusqu’en 2020 conformement a la loi et sont supposees etre ˆ ´ ´ ` ´ ˆ integralement reversees au systeme de retraite a l’horizon 2050.

0 1 000.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ Graphique 13 Solde cumule du FRR depuis son origine ´ 35 000.0 5 000.0 10 000.0 3 000.0 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007(p) Excédents du FSV (n-1) Prélèvement de 2% sur les revenus du capital (65%) recettes diverses Excédents de la CNAVTS (n-1) Produit de la vente des actifs des caisses d'épargne Produits financiers (hors produits exceptionnels) (p) previsionnel ´ Source : Commission des comptes de la securite sociale.0 15 000.0 5 000.0 4 000. septembre 2008 ´ ´ Graphique 14 Structure des recettes du FRR 7 000.0 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007(p) (p) previsionnel ´ Source : Commission des comptes de la securite sociale.0 2 000.0 25 000.0 30 000.0 20 000.0 6 000. septembre 2008 ´ ´ 39 .0 0.

9 Hommes : 83. Pour les autres regimes. economiques et des hypo´ ´ theses liees a la reglementation des regimes de ` ´ ` ´ ´ retraite. Les variables influant sur cet equilibre sont ´ les suivantes : . .1. FPE. Les facteurs demographiques dont depen´ ´ dent le nombre de personnes en age d’etre ˆ ˆ actives et celui en age d’etre a la retraite .8 ans Femmes : 89. ´ .0 ans + 50 000 + 400 000 1. Tableau 10 Hypotheses de projection du Conseil d’orientation des retraites ` Exercices du Conseil d’orientation des retraites Scenario de base ´ 2005 Scenario de base ´ Fecondite (enfant par femme) ´ ´ Esperance de vie en 2050 (annees) ´ ´ Solde migratoire par an Effet de la reforme de 2003 sur le nombre ´ d’actifs Taux de chomage a partir de 2015 ˆ ` Gains de productivite du travail par an* ´ Duree d’assurance a partir de 2020** ´ ` Revalorisation des pensions** 1.8 % 166 trimestres Prix 2007 (actualisation) 4.0 ans + 100 000 Effets progressifs jusqu’en 2015 et + 400 000 a terme ` 4. ˆ ˆ ` Les facteurs economiques. Les projections des regimes obligatoires ' et du FRR a l’horizon 2050 ´ 5.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ¤ 5. la masse ´ ` des cotisations doit egaler la masse des presta´ tions.5 % + 1. le nombre de cotisants et le nombre de ´ retraites .3 ans Femmes : 91. Le scenario de base Pour equilibrer le systeme de retraite. tivite. La revision ´ ´ ´ ´ ´ ´ importante a l’ete 2006 des perspectives demographiques de l’Insee et la degradation de la situation financiere des regimes ` ´ ´ ´ ´ ` ´ de retraite (en particulier le regime general). ´ 40 . Agirc.8 Hommes : 84. CNRACL. Les projections du Conseil d’orientation des retraites (COR) s’appuient donc sur des hypothe` ses demographiques. Ircantec). conditionnant les revenus d’ac` Les facteurs lies a la reglementation de la ´ ` ´ retraite dont dependent le montant des pen´ sions et les taux de cotisation. Arrco. les projections ´ ´ de 2005 sont toujours utilisees.8 % 167 trimestres Prix Note : un exercice de projection avec l’ensemble des regimes de retraite avait ete realise par le COR en 2005. relatifs a l’activite ´ ` ´ et a l’emploi. ont pousse le COR a engager un exercice d’actualisation de ces projections pour ´ ´ ´ ´ ` les principaux regimes de retraite (CNAVTS.5 % + 1.

a ete decalee en 2015 dans les ` ´ ´ ´ ´ ´ ´ ´ exercices suivants. La cible du « plein emploi » (taux de chomage ramene ´ ´ ˆ ´ a 4. evolutions ˆ ˆ ´ relatives entre emploi salarie et non salarie. ´ ´ ´ l’ecart d’un point de croissance par an conduit a un differentiel de 35 points dans la croissance ´ ` ´ escomptee de l’assiette des cotisations Arrco au cours de la periode 2011-2040.9 % par an 137 % soit 2. ´ ´ Les hypotheses a fixer sont donc en nombre limite : ` ` ´ – En ce qui concerne l’evolution de l’effectif cotisant : population generale et taux d’activite par ´ ´ ´ ´ sexe et age pour la population active.8 %) et l’evolution projetee par hypothese (1.8 % par an qui se repercuterait ´ ´ integralement sur celle du salaire reel entre 2011 et 2040.4 % par an 36 % soit 2. ont ete ´ ´ ´ ´ sensiblement moins favorables que celles retenues lors des exercices de projection. selon que l’ob´ ´ servation passee se prolonge jusqu’en 2040 ou que l’hypothese projetee se realise a partir de 2011. La ` ` ´ progression des cotisations « vieillesse » resulte. de l’evolution de la ´ ` ´ ´ masse salariale qui depend de l’evolution de l’effectif cotisant et de celle du salaire moyen. L’interrogation majeure porte sur la coherence entre l’evolution reelle du ` ´ ´ ´ salaire moyen observee sur le court-moyen terme (0. secteur public et secteur prive. fixee en 2010 dans le premier exercice realise en 2001. ´ ` ´ ´ C’est ainsi qu’ont ete fixes les scenarios de reference des exercices successifs de projection ´ ´ ´ ´ ´ ´ realises par le COR en 2001.4 % par an 74 % soit 1. 2005 et 2007. mais surtout le salaire moyen. ´ ` ´ ´ ` L’horizon 2040 et une chronique 2000-2010 de plus en plus decevante ´ Progression en cumul de la masse salariale ARRCO (en reel) ´ 2000-2040 COR Exercice 2001 Prevision 2000-2010 ´ COR Exercice 2005 Observation 2000-2003 Prevision 2004-2010 ´ COR Exercice 2007 Observation 2000-2006 Prevision 2007-2010 ´ Vision decembre 2008 ´ Observation 2000-2007 Prevision 2008-2010 ´ 118 % soit 1.8 % par an 135 % soit 2.1 % par an 82 % soit 2.8 %).5 %).8 % entre 2000 et 2010) et l’hypothese nor´ ` mative d’une croissance annuelle de la productivite du travail de 1. taux de chomage et cible du plein emploi.3 % par an 25 % soit 2 % par an 41 . Entre cette evolution reelle du salaire ´ ´ ´ ´ ´ ` moyen observee au cours de la decennie (0. Les evolutions observees depuis 2000 concernant l’emploi. ´ ´ ´ – En ce qui concerne le salaire moyen : gains annuels de productivite du travail et part de ceux-ci ´ affectee a la remuneration brute. a reglementation constante. ´ Des lors.9 % par an 2000-2010 45 % soit 3. la soutenabilite des projections de long terme successives implique des hypotheses sur ` ´ ` l’apres 2010 d’autant plus favorables que les periodes anterieures se sont revelees en deca des ` ´ ´ ´ ´ ´ ¸` hypotheses retenues.1 % par an 2011-2040 50 % soit 1.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ L’exercice de projections du COR : une difficile articulation entre les hypotheses ` de long terme et les evolutions conjoncturelles de court terme ´ Les projections de tres long terme (2040 et 2050) reposent sur des hypotheses raisonnees.0 % par an 29 % soit 2. Et la conjoncture sur 2008-2010 renforce encore l’incertitude quant a la progression reelle de la masse salariale ` ´ Arrco au cours de la periode 2000-2010.

0 – 24.0 14. l’Agirc.2 a 1..21 en ` 2050.8 77 L’evolution serait differenciee selon les regi´ ´ ´ ´ mes.34 13.1 – 0.9 13.52 13.65 13. de la fonction publique d’E cantec.9 – 1.7 – 68.) ¸ qui voient leur rapport demographique se ´ stabiliser a l’horizon 2050. ceux a desequilibres initiaux (regime ` ´ ´ ´ agricoles.6 – 47.1 – 1. le ` ´ rapport demographique corrige pour l’ensemble ´ ´ des systemes de retraite se degraderait progres` ´ sivement. passant de 1.25 13.82 12. Tableau 11 Resultats agreges du scenario de base du COR ´ ´ ´ ´ 2006 Rapport demographique ´ Masse des cotisations en % du PIB Depenses de retraite en % du PIB ´ ¨ Besoin de financement en points de PIB Besoin de financement (mds d’euros 2006) Ratio entre la pension nette moyenne et le salaire net moyen (base 100 en 2006) Source : 5e rapport du COR.2 milliards d’euros en 2006 a 68.1 96 2020 1.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Selon les hypotheses du scenario central.82 en 2006 a 1. l’Arrco.2 100 2015 1.4 81 2050 1. .7 – 1. novembre 2007 1.8 – 63. SNCF. il est ainsi possible de distinguer trois groupes de regimes : ´ . Pour ce qui est de l’evolution demogra´ ´ phique. commercants.1 85 2040 1.0 14.8 milliards ` d’euros en 2050 . Enfin. 42 . des regimes des professions libera´ ´ ´ ´ ´ tat et de l’Irles. soit de 0. ` Ceux au rapport demographique initial ´ encore favorable qui voient leur situation se degrader rapidement. Le besoin de financement passerait alors de 4.0 14..7 – 0.2 – 4.7 points de PIB.8 91 2030 1. .7 – 15.7 – 1.21 13. artisans. Il s’agit du regime ´ ´ general.0 13. ` Le ratio entre la pension nette moyenne et le salaire net moyen baisserait significativement. Ceux dont la situation demographique se ´ deteriore mais qui gardent neanmoins un ´ ´ ´ ratio demographique juste superieur a 1 : la ´ ´ ` CNRACL.0 14.

0 0.8 1.2 1.4 2.8 1.0 0.3 0.5 0.9 0.1 0.3 0.8 0.4 1.6 0.9 1.8 1 0.3 0.7 1.1 1.9 0.6 0.5 0.7 0.8 1.7 0.8 0. novembre 2007 – – – – – – – – – – – – – 0.3 0.9 1.7 0.5 2006 2015 2020 2030 2040 2050 43 .4 0.8 0.9 0.5 0.4 1.5 0.8 1.3 0.6 0.9 1.6 0.5 1.7 1.2 1.3 0.6 0.2 0.9 0.0 0.5 2.7 1.5 0.7 0.1 1.8 0.4 0.7 0.8 0.8 0.7 1.2 1.2 0.0 1.2 0.2 1.8 0.6 1.0 2.7 0.8 0.0 0.8 0.3 0.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ Tableau 12 Rapport demographique corrige des principaux regimes dans le scenario de base ´ ´ ´ ´ Regimes ´ Projections actualisees de 2007 ´ CNAVTS FPE CNRACL ARRCO AGIRC IRCANTEC Projections de 2005 MSA salaries ´ CANCAVA base ORGANIC base CNAVPL MSA Exploitants FSPOEIE BDF CANSSM ENIM CNIEG CRPCEN RATP SNCF Source : 5e rapport du COR.5 0.5 0.7 1.9 0.1 0.1 0.8 0.5 0.1 0.0 0.7 1.0 0.7 1.5 0.4 0.7 0.0 0.4 0.7 1.2 0.8 0.1 0.0 1.8 0.8 0.3 0.5 1.

12 % – 0.03 % 0.02 % – 0.08 % – 0.01 % – 0.02 % – 0.01 % – 0.08 % – 0.04 % – 0. Un solde technique negatif signifie que la masse des cotisations est inferieure a celle ´ ´ ` des prestations.10 % – 0.06 % – 0.03 % – 0.03 % – 0.14 % – 0.13 % – 0.00 % – 0.88 % – 0.02 % – 0.10 % – 0.23 % – 0.03 % – 0.27 % – 0.03 % – 0.15 % – 0.54 % – 0.11 % – 0.04 % – 0.00 % – 0.01 % – 0.00 % – 0.01 % – 0.02 % – 0.05 % 0.01 % – 0.06 % 0.03 % – 0.05 % 0.05 % – 0.30 % – 0.07 % – 0.06 % 0.04 % – 0.01 % – 0.71 % 0.02 % – 0.00 % 0.02 % – 0.09 % 0.06 % 2006 2015 2020 2030 2040 2050 44 . novembre 2007 – – – – – – – – – – – – – – 0.66 % – 0.10 % – 0.03 % – 0.06 % – 0.75 % – 0.05 % 0.02 % – 0.01 % – 0.22 % – 0.01 % 0.17 % 0.03 % – 0.00 % – 0.02 % 0.03 % – 0.01 % 0.06 % – 0.00 % – 0.04 % – 0.00 % – 0.16 % – 0.29 % 0.03 % – 1.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ´ DEFINITION Le solde technique est la difference entre les cotisations (auxquelles s’ajoutent les transferts du ´ fonds de solidarite vieillesse (FSV) au titre du chomage et des majorations pour enfants) et les ´ ˆ prestations.00 % – 0.25 % – 0.35 % 0.14 % 0.04 % – 1.01 % – 0.05 % 0.03 % – 0.02 % 0.04 % 0.75 % – 0.05 % 0.01 % – 0.03 % – 0.01 % – 0.06 % 0.03 % – 0.24 % 0.15 % – 0. Tableau 13 Solde technique de l’ensemble des regimes dans le scenario de base ´ ´ (en % du PIB) Regimes ´ Projections actualisees de 2007 ´ CNAVTS FPE CNRACL ARRCO AGIRC IRCANTEC Projections de 2005 MSA salaries ´ CANCAVA base ORGANIC base CNAVPL MSA Exploitants FSPOEIE BDF CANSSM ENIM CNIEG CRPCEN RATP SNCF Source : 5e rapport du COR.10 % 0.09 % – 0.01 % – 0.03 % 0.27 % 0.10 % – 0.77 % – 0.10 % – 0.02 % – 0.40 % – 0.

Le besoin de financement du systeme de retraite pourrait alors representer de ` ´ 20 a 30 milliards d’euros. les soldes tech´ niques seraient compris entre + 0.3 F : 91. refletent ` ` non seulement l’evolution des rapports demogra´ ´ phiques mais aussi celles des pensions moyennes. 5. Le regime general (CNAVTS) et le regime des ´ ´ ´ ´ fonctionnaires seraient. Seul le regime de retraite complementaire ´ ´ Arrco arriverait. les plus defi` ´ citaires avec des soldes techniques passant res- pectivement de 0.6 a – 27.5 milliards d’euros) ` du PIB en 2050 et de – 0.2 ´ ´ point de PIB pour les variantes de mortalite et de ´ solde migratoire.22 % du PIB.4 milliards d’euros) du PIB en 2006 a – 1.1 % pour la SNCF.7 + 100 000 2005 Haute 2.3 + 50 000 Haute 2.2.6 F : 87. ` ` A l’horizon 2050. ` en 2050 avec un solde technique toujours positif (+ 0.08 % (– 44.08 % (1. ce sont les variantes de mortalite qui ont l’impact le plus fort sur le besoin de ´ financement des regimes de retraite (plus ou ´ moins 1 point de PIB).5 +150 000 ` A l’horizon 2020. quant a eux. les effets sur le besoin de financement des variantes demographiques ´ seraient de faible ampleur .3 F : 86. avec les hypotheses du COR.1 H : 86 F : 94 + 150 000 2007 (actualisation) Basse 1.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ Les soldes techniques. 45 . soit 9 milliards d’euros).1 milliards d’euros).1 H : 86.35 % a – 0.5 H : 82.01 % du PIB pour la CNAVPL (qui beneficie ainsi de la projec´ ´ tion la plus optimiste) et – 0. nuls pour les variantes de fecondite et de l’ordre de plus ou moins 0. ` Les autres regimes de retraites souffriraient ´ egalement de soldes techniques negatifs des ´ ´ ` 2015 mais les deficits devraient etre moins impor´ ˆ tants pour ces regimes. Variantes Les variantes demographiques ´ Exercices du Conseil d’orientation des retraites Hypotheses (variantes) ` Basse Fecondite (enfant par femmes) ´ ´ Esperance de vie en 2050 (annees) ´ ´ Solde migratoire par an 1.7 H : 91. En 2050.66 % du PIB ` (de – 6. quant a eux.

c’est la variante de productivite qui a le plus d’effets : avec un niveau de ´ productivite moins eleve.7 – 0.7 – 0.9 – 2.1 – 2.7 – 0.9 – 1.2 – 0. la difference ´ avec le scenario de base est de 1.4 2050 – 1. les assures ne modifient pas la date de leur depart en retraite (hors departs anticipes pour carriere ´ ´ ´ ´ ´ ` longue) et subissent en consequence une diminution de leur pension.5 – 0. novembre 2007.5 – 1.5 % * Hors les departs anticipes.2 – 0.2 2015 – 0.6 – 0. le besoin de finance´ ´ ´ ment est de 2.3 – 1.2 – 0.0 – 1.7 – 0. ´ 46 . ´ ** La croissance des revenus d’activite est supposee egale a celle des gains de productivite ´ ´ ´ ` ´ ` A l’horizon 2020.1 point.0 – 1. 9% + 2.7 – 1.6 – 1.4 – 2. ´ ` A l’horizon 2050.6 –2 – 1.5 % Basse Haute Pas d’effets* 7% + 1.7 – 2.7 – 2.2 – 0.2 Source : 5e rapport du COR. Les variantes economiques ´ Exercices du Conseil d’orientation des retraites Hypotheses (variantes) ` 2005 Basse Effets de la reforme de 2003 sur le nombre d’actifs ´ Taux de chomage a partir de 2015 ˆ ` Gains de productivite du travail par an** ´ Pas d’effets* 3% + 1% 2007 (actualisation) Haute + 800 000 7%. par rapport a la situation qui aurait prevalu en l’absence ´ ´ ´ ` ´ de la reforme de 2003.6 2020 – 1.2 – 0.2 – 0.2 –2 – 1.2 – 0.5 point de PIB en 2020 par ´ rapport au scenario de base.2 – 1.8 – 0.8 – 2.2 – 0.3 – 1.3 2040 – 1. il est suppose que.8 points de PIB . la variante de comportement est celle qui a le plus d’impact sur le besoin de financement par rapport au scenario de base .0 – 1.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 14 Besoin de financement du systeme de retraite selon les variantes demographiques ` ´ (en point de PIB) 2006 Scenario de base ´ Fecondite basse ´ ´ Fecondite haute ´ ´ Mortalite basse ´ Mortalite haute ´ Solde migratoire bas Solde migratoire haut – 0. la ´ difference est de 0.8 – 0. Dans cette variante.9 2030 – 1.

9 – 1.5 2030 – 1.7 – 2.8 – 1.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ Tableau 15 Besoin de financement du systeme de retraite selon les variantes economiques ` ´ et d’impact de la reforme de 2003 sur les comportements de depart en retraite ´ ´ (en points de PIB) 2006 Scenario de base ´ Variante chomage ˆ Variante productivite ´ Comportements inchanges* ´ – 0. 47 .1 – 0.. l’effectif des cotisants Agirc est obtenu annuellement en appliquant ` un taux d’encadrement aux effectifs de l’Arrco. Celui-ci est suppose augmenter regulierement ´ ´ ` sur toute la periode de projection.5 % a partir de 2015. passant de 20.6 –2 – 2.4 – 1.7 Source : 5e rapport du COR.2 – 0.5 % par an jusqu’en 2015 – Dans les trois hypotheses.4 – 1.1 % en 2005 a 23.5 % par an jusqu’en 2015 + 1.2 2015 – 0.2 – 0.8 – 2.4 % en 2030 (24 % en 2035) ´ ` Hypotheses sur le salaire moyen ` Taux de progression annuelle salaire moyen reel ´ Jusqu’en 2015 Arrco Agirc Augmentation progressive jusqu’a +1.0 – 1. novembre 2007 Les hypotheses de projection de l’Arrco et de l’Agirc ` Hypotheses de cotisants ` Scenario de base ´ Population active Taux de chomage ˆ 28 millions jusqu’en 2050 7 % en 2030 Variante haute 2 % d’actifs en plus 6 % en 2030 Variante basse 2 % d’actifs en moins 7 % en 2030 Ces hypotheses sont differentes de celles du scenario de base du COR ou le taux de chomage ` ´ ´ ` ˆ serait de 4.2 – 0.9 2050 – 1.4 – 1.8 – 1. ` Emploi Arrco Emploi Agirc + 0. le taux de croissance annuel du salaire moyen passerait de 2 % a +1.1 2020 – 1.0 – 2.5 % ` Differentiel de croissance de – 0.9 2040 – 1.7 – 1.5 % ` 2015-2030 Stable a hauteur de +1.2 – 2.4 point par rapport a l’Arrco ´ ` Les hypotheses de croissance des revenus d’activite du COR et l’Agirc-Arrco sont tres differentes : ` ´ ` ´ ` A court terme.8 % par an (hypotheses de long ` ` terme) selon le COR.

7 milliards d’euros a 5.2017 Reserve technique ´ (hors tresorerie) ´ « consommee » en ´ 2015-2016 2028-2029 2024-2025 Comparaison des projections du COR 2005 et de l’Agirc-Arrco 2006 : resultats des projections – soldes techniques annuels ´ 8 000 6 000 4 000 2 000 0 -2 000 -4 000 -6 000 -8 000 -10 000 -12 000 -14 000 Selon les projections du COR. 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 COR 2005 Négociations paritaires 2006 Source : Agirc-Arrco 2030 48 . Selon les hypotheses de l’Agirc-Arrco.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Resultats a reglementation constante (hypotheses negociations paritaires 2006) ´ ` ´ ` ´ Scenario ´ de reference/ ´ ´ rendement decroissant ´ apres 2008 ` AGIRC ARRCO RC consolides ´ Resultat technique ´ avant transferts ´ NE GATIF EN : 2003 2012-2013 – Resultat technique ´ apres transferts ` ´ NE GATIF EN : 2009-2010 2015-2016 2013-2014 Resultat net apres ´ ` produits financiers ´ NE GATIF EN : 2013-2014 2018-2019 2015.3 en ` 2030.2 milliards en 2015 et 3. le solde technique de l’AgircArrco (avec AGFF) resterait positif jusqu’en 2030 passant de 4.2 milliards d’euros en 2030. le solde technique ` ne cesserait de se degrader pour atteindre – 594 millions ´ d’euros en 2015 et – 11.

L’actif net total du FRR en 2020 serait de 151 milliards d’euros 2020. Le montant des reserves en 2020 est tres sen´ ` sible aux perspectives de chomage : ˆ . Contribution potentielle du FRR au financement des regimes entre 2020 et 2040 : ´ En 2006.7 milliards d’euros par an de 2006 a ` 2020 (soit la moyenne des abondements de 2000 a 2005).3 28 7 41 26 67 3. ´ Dans le cas d’un taux de chomage de 9 % a ˆ ` partir de 2015. Cnav) entre 2020 et 2040. soit 5. le FRR pourrait couvrir 22 % des besoins de financement des regimes eligibles. soit 34 % de moins par rapport au scenario de base. les reserves seraient de 67 ´ milliards d’euros en 2020. a savoir ´ ´ ` 150 milliards d’euros. ´ Avec 1. Ce montant serait inferieur d’environ 20 % a l’objectif qui avait ete ´ ` ´ ´ envisage lors de la creation du FRR.3. le FRR pourrait couvrir 36 % ` des besoins de financement des regimes eli´ ´ gibles.1 milliards d’euros par an de ¸ 2006 a 2020.6 points de PIB. D’apres leurs projec` tions : . soit 47 % de moins que dans le scenario de base. Organic et ´ 49 . Si le taux de chomage se stabilise a 7 % a ˆ ` ` partir de 2015.10 % Excedents de la CNAV ´ Excedents du FSV ´ 2 % du patrimoine Autres Abondement total Revenus financiers Reserves totales ´ en % du PIB Source : Conseil d’orientation des retraites.3 milliard d’euros par an de 2006 a ` 2020 (soit les abondements minimaux).60 % Taux de chomage ˆ 7% 7 15 28 7 56 28 84 3. . rapport du 29 mars 2006 Selon le scenario de base du Conseil d’orienta´ tion des retraites.80 % Taux de chomage ˆ 9% 6 0. Les previsions d’evolution du fonds de reserve Tableau 16 Decomposition du montant des reserves du FRR en 2020 (en Milliards d’euros 2003) ´ ´ Montant projete des reserves en 2020 ´ ´ Nature des reserves ´ Montant des reserves en 2003 ´ Scenario de base ´ 8 48 29 7 92 36 16. Avec 3. . Pour couvrir 50 % des besoins de financement des regimes eligibles il faudrait que le ´ ´ FRR recoive 6. les reserves en 2020 attein´ draient 84 milliards d’euros. L’actif net total du FRR en 2020 ` serait de 208 milliards d’euros 2020. le FRR a identifie les differents sce´ ´ ´ narios de contribution potentielle au financement de 3 regimes de retraite (Cancava. les reserves accumulees au sein ´ ´ du FRR representeraient 127 milliard d’euros en ´ 2020. L’actif ´ ´ net total du FRR en 2020 serait de 94 milliards d’euros 2020 (calculs realisees en ´ ´ tenant compte d’une hypothese d’inflation ` de 2 % par an jusqu’en 2020).4 127 5. .` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ ´ ´ ´ 5.

´ ´ 50 . sont. L’epargne retraite ´ 6. L’epargne retraite en 2007. Avril 2009. eux. ´ ´ ´ 6. ´ ä Le plan d’epargne retraite populaire (Perp) est ouvert a tous. ` ´ ´ ´ ` Les contrats individuels ä Les contrats « loi Madelin » permettent aux non salaries de se constituer une retraite facultative.I. obligatoire (des lors qu’un accord a ete signe) mais a versements libres. Etudes et resultats no 685. parmi lesquels : ´ ` ´ Les contrats collectifs ä Les contrats de type « article 83 » en reference au code general des impots sont des contrats ´ ´ ´ ´ ˆ a cotisations definies mis en place par l’employeur ou par accord d’entreprise et qui concernent ` ´ tout ou partie du personnel.0 50.G. ä Les contrats « article 39 » du C.reserve aux fonctionnaires et a leurs conjoints.2. ex-Cref – ouvert a toutes les categories socioprofessionnelles) et le CRH (Comple` ´ ´ ment Retraite des Hospitaliers – gere par le CGOS).0 200. Il constitue une extension des contrats de « l’article 83 ». Il permet de se constituer un ´ ` complement de retraite grace a des cotisations deductibles du revenu imposable.1. le Corem (Complement Retraite ` ` ´ Mutualiste.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ¤ 6. ` ´ ä Le plan d’epargne retraite entreprise (Pere) est un contrat de groupe a adhesion obligatoire avec ´ ` ´ versements facultatifs volontaires. ä Le plan d’epargne pour la retraite collective (Perco) constitue une epargne collective dans le ´ ´ cadre de l’entreprise.0 0. ainsi qu’a tous ceux ayant ´ ´ ` ` appartenu a la fonction publique au cours de leur carriere) . des contrats a prestations definies. jusqu’a ´ ˆ ` ´ ` hauteur de 10 % de ce dernier. Les dispositifs d’epargne retraite L’epargne retraite recouvre des dispositifs tres differents. La place de l’epargne retraite Graphique 15 Cotisations au titre de la retraite (en milliards d’euros) 250.0 100.0 150. ä Il existe d’autres regimes facultatifs de retraite assimiles au Perp : le regime Prefon (Prevoyance ´ ´ ´ ´ ´ des fonctionnaires .0 2004 Régimes de base 2005 2006 2007 Retraite supplémentaire et épargne retraite Régimes complémentaires ´ Source : DREES.

soit ´ 600 millions d’euros de plus qu’en 2004.0 200.3 % en 2004.0 0. les cotisations au titre de l’epargne ´ retraite se sont elevees a 10. soit autant qu’en 2004 et 2005. Les prestations par capitalisation represen´ taient 1. 3. Etudes et resultats no 685. En 2007.0 150. ´ ´ 51 . ´ Graphique 16 Prestations au titre de la retraite (en milliards d’euros) 250.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ En 2007.0 2004 2005 2006 2007 Régimes de retraite supplémentaire et d'épargne retraite Régimes complémentaires Régimes de base ´ Source : DREES. ´ ´ ` elles representaient 4.0 50. Avril 2009.5 % des cotisations totales ´ de retraite contre 4.6 milliards d’euros .0 100. L’epargne retraite en 2007.9 milliards d’euros ont ete verses ´ ´ ´ au titre des prestations d’epargne retraite .7 % du montant global des prestations retraite versees.

9 233.9 3. Les effectifs concernes ´ ´ restent limites au regard des autres produits ´ 52 d’epargne collective.0 147.04 million d’adherents. soit 10 % de plus qu’en 2006. contributions publiques.9 211.8 52. Les encours des « article 83 » et « article 39 » etaient respectivement de 35.2 221. Etudes et resultats no 685. . *** y compris les articles 39 et 83 du CGI mais hors indemnites de fin de carriere et hors sorties en capital (dont notamment ´ ` article 82 du CGI).0 49. Le montant total des encours associes aux ´ contrats « Madelin » etait egalement impor´ ´ tant et representait 14 % du volume total ´ des encours avec 14. Mais leur nombre ´ devrait augmenter dans les prochaines annees.5 59.6 62.0 170.9 ´ Source : DREES.1 200. le montant des ´ encours pour l’ensemble des dispositifs s’elevait ´ a 104. 334 000 salaries etaient deten´ ´ ´ teurs d’un Perco.3 154.4 146.6 9. ` . ainsi que les avantages ´ ´ ´ ´ ´ contributifs comme le minimum vieillesse. A la fin 2007.0 53.0 165.7 157. .4 199.9 59.6 3. Le nombre de contrats « Madelin » a continue ´ de progresser. Le Pere a ete commercialise depuis la fin ´ ´ ´ 2005 : le nombre de contrats souscrits restaient relativement modeste (131 000).2 56. ´ .2 milliards d’euros. avril 2009. . il y avait 1. elles sont representatives des droits des ´ ´ assures. les Perco ayant ete mis en place ´ ´ ´ par la Loi Fillon le 2003. soit une hausse de 66 % du nombre d’adherents. Les regimes de la CNAVPL ` ´ ´ n’ont pas pu etre dissocies et sont integres dans les donnees des regimes de base. ˆ ´ ´ ´ ´ ´ ** Sont integres les pensions de retraite versees au titre des droits directs et des droits derives.1 210.5 % du total). Note : il n’a pas ete possible de determiner ´ ´ ´ avec precision le nombre de personnes couver´ tes par les contrats au titre des « article 39 » et « article 82 » en raison de la difficulte a pouvoir ´ ` individualiser ces contrats. Fin 2007. ´ DEFINITION Les encours sont calcules comme le total des provisions mathematiques destinees a faire face aux ´ ´ ´ ` engagements pris par l’assureur envers les assures .3 4.3 8.3 7.4 milliards d’euros (21.5 53.0 143. ´ ` A la fin de l’annee 2007.3 10.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 17 Cotisations et prestations au titre de la retraite (Chiffres definitifs) ´ 2004 Cotisations au titre de la retraite* Regimes ´ de retraite obligatoires par repartition ´ Regimes de base ´ Regimes ´ complementaires ´ Regimes de ´ retraite supplementaire ´ et d’epargne ´ retraite*** Prestations de retraite versees** ´ 2005 Cotisations au titre de la retraite Cotisations au titre de la retraite 2006 Prestations de retraite versees ´ Prestations de retraite versees ´ 2007 Cotisations au titre de la retraite Prestations de retraite versees ´ 192.7 162. L’epargne retraite en 2007.4 224.6 milliards d’euros. ´ ´ * Cotisations sociales a la charge des employeurs et des salaries.2 4.4 milliards ´ d’euros (34 % du total) et 22. ` .

L’epargne retraite en 2006. 83 du CGI Contrats de type art. ancien PER « Balladur » ´ ´ ´ ** Encours des contrats en cours de constitution et de liquidation ´ Source : DREES. 82 du CGI Contrats de type art. Avril 2009 ´ ´ 53 . Etudes et resultats no 685.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ Tableau 18 Montants des versements effectues au titre de l’epargne retraite et des encours totaux ´ ´ au 31 decembre 2007 (en millions d’euros) ´ Montant total des cotisations Annee 2007 ´ Cadre individuel ou assimile ´ PERP Produits destines aux fonctionnaires ou aux elus ´ ´ locaux RMC (retraite mutualiste du combattant) Autres* Cadre professionnel – Professions independantes ´ Regimes de la loi no 94-126 Madelin ´ Regimes de la loi no 97-1051 Exploitants agricoles ´ – Salaries ´ PERCO PERE Contrats de type art. 39 du CGI Ensemble des dispositifs d’epargne retraite ´ 685 57 2 042 244 3 410 10 825 77 % 25 % – 10 % 11 % 21 % 10 % 1 402 nd 35 448 3 445 22 436 104 216 2 099 216 9% 5% 14 590 2 453 2 072 1 060 824 ´ Evolution des cotisations annuelles 2006/2007 3% 7% 4% Montant total des encours** Au 31 dec. 2007 ´ 24 442 3 421 12 026 137 51 8 753 – 12 % – 16 % 11 % 6 909 2 086 79 774 * REPMA (regime de prevoyance mutualite agricole).

2007 Autres* RMC (retraite mutualiste du combattant) Produits destinés aux fonctionnaires ou aux élus locaux PERP * REPMA (regime de prevoyance mutualite agricole).83 du CGI PERE PERCO Régimes de la loi n°97-1051 Exploitants agricoles Régimes de la loi n°94-126 Madelin ´ Source : DREES. 2006 31 déc. Fevrier 2008 ´ ´ 54 .LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 17 ´ Evolution du nombre de personnes couvertes dans un cadre professionnel (en milliers au 31 decembre) ´ 6 000 5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 0 2004 2005 2006 2007 Contrats de type art. L’epargne retraite en 2006. 2005 31 déc. Avril 2009 ´ ´ Graphique 18 ´ Evolution du nombre de personnes couvertes dans un cadre individuel ou assimile (en milliers) ´ 3 500 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 500 0 31 déc. L’epargne retraite en 2007. ancien PER « Balladur » ´ ´ ´ ´ ´ Source : DREES. Etudes et resultats no 626. Etudes et resultats no 685. 2004 31 déc.

commercants et industriels ont un taux de detention ¸ ´ d’epargne retraite d’environ 30 %. Insee Premiere no 985.5 %. Les menages ´ dont le patrimoine global est inferieur a 3 000 ´ ` euros ne sont que 0. ´ ´ ` 55 . Les detenteurs de l’epargne retraite Le taux detention d’epargne retraite augmente ´ ´ naturellement jusqu’a 50 ans (periode d’accumu` ´ lation) pour atteindre 16.3. Les agriculteurs et les artisans. ´ Le taux de detention de l’epargne retraite ´ ´ varie en fonction du niveau du patrimoine des menages : 24.8 % pour les 40-49 ans et baisse ensuite (periode de desaccumulation). ´ ´ 6. soit une progression de 4 % par rapport a l’annee precedente. Patrimoine des menage debut 2004.3 % des menages ayant un patri´ ´ moine global de plus de 450 000 euros sont detenteurs d’epargne retraite contre 12 % pour ´ ´ les menages dont le patrimoine est compris ´ entre 105 000 et 450 000 euros. Graphique 19 Taux de detention de l’epargne retraite selon l’age debut 2004 (en %) ´ ´ ˆ ´ 18 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Moins de 30 ans de 30 à 39 ans de 40 à 49 ans de 50 à 59 ans de 60 à 70 ans 70 ans et plus Lecture : 4. 3 millions de personnes ´ etaient couvertes par un dispositif d’epargne ´ ´ retraite dans un cadre individuel .7 % a detenir de l’epargne ` ´ ´ retraite. ` ´ ´ ´ Note : les effectifs concernes par le RMC ´ (retraite mutualiste du combattant) ne sont pas disponibles pour 2004 et 2005. septembre 2004.` LES COMPTES DU SYSTEME DE RETRAITE FRANCAIS ¸ Au 31 decembre 2007. ´ ´ ´ ` ´ Source : Insee. ´ ´ Les professions liberales ont un taux de detention ´ ´ de 45. ´ ´ Les independants ont un taux de detention ´ ´ d’epargne retraite plus important que les salaries.5 % des menages dont la personne de reference a moins de 30 ans possede une epargne retraite.

´ ´ ` Graphique 21 Taux de detention de l’epargne retraite selon le patrimoine global debut 2004 (en %) ´ ´ ´ 30 25 20 15 10 5 0 Moins de 3 000 De 3 000 à 105 000 De 105 000 à 450 000 Plus de 450 000 Source : Insee. ´ ´ ` 56 . septembre 2004.Graphique 20 Taux de detention de l’epargne retraite selon la categorie socioprofessionnelle ´ ´ ´ debut 2004 (en %) ´ 50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Employé Agriculteur retraité Ouvrier qualifié Profession intermédiaire Ouvrier non qualifié Profession libérale Salarié retraité Artisan. Patrimoine des menage debut 2004. Insee Premiere no 985. industriel Agriculteur Cadre Indépendant retraité Autre inactif Source : Insee. Patrimoine des menage debut 2004. commerçant. septembre 2004. Insee Premiere no 985.

Les actifs ˆ 1. Donnees brutes pour 2007 ´ ´ ´ ` ´ Source : Insee – enquetes emploi ˆ 57 .LES INDIVIDUS 1. personnes de 15 ans et plus ´ ´ Donnees corrigees pour les ruptures de serie de 1975 a 2006. Population active. population des menages. ´ ´ Le taux d’activite est le rapport entre le nombre d’actifs (actifs occupes et chomeurs) et la popu´ ´ ˆ lation totale. La population des chomeurs comprend la population sans emploi a la recherche d’un emploi et ˆ ` les personnes qui ont trouve un emploi ne debutant que plus tard. Sont inclus egalement les ´ ´ individus ayant un emploi. de formation. de conges ´ payes. Graphique 22 Population active de 1962 a 2007 ` 29 000 27 000 25 000 23 000 21 000 19 000 17 000 1962 1975 1977 1979 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 Champ : France metropolitaine. ´ .1. ´ ´ ´ independants ou participant au travail d’un membre de sa famille. La population active occupee (ou population en emploi) est composee des personnes agees de ´ ´ ˆ ´ 15 ans ou plus qui ont un emploi au cours de la semaine de reference en tant que salaries. mais ponctuellement absents pour cause de maladie. emploi et chomage ´ DEFINITIONS La population active comprend la population active occupee et les chomeurs : ´ ˆ .

Cette baisse est constatee ´ sur l’ensemble des ages ˆ – En revanche. En 2007.0 60.0 70.0 45. la population active etait de 27. population des menages. Le profil d’activite des femmes au fil de l’age se ´ ˆ rapproche tres sensiblement de celui des hom` mes.2 % ´ ` entre 1975 et 2007).3 %. 58 .9 % en 2007.0 65.6 % a 51.8 mil´ lions de personnes.0 1975 1977 1979 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 Femmes Hommes Ensemble Champ : France metropolitaine. le taux d’activite des femmes a ´ globalement augmente (de 43. Le taux d’activite feminin reste inferieur de ´ ´ ´ 10 points environ a celui des hommes aux ages ` ˆ du milieu de la vie. le taux d’activite de l’ensemble de la ´ population etait de 56. a l’exception du taux ` d’activite des femmes agees de 15 a ´ ˆ ´ ` 24 ans et de celles de 60-64 ans. Aux ages extremes. Seules un tiers des personnes agees de ˆ ´ 15 a 24 ans sont actives en 2007. ˆ ´ ` Entre 1975 et 2007. ´ L’activite est tres concentree entre 25 et ´ ` ´ 49 ans.7 % en 1975 a ´ ` 61. personnes de 15 ans et plus ´ ´ Donnees corrigees pour les ruptures de serie de 1975 a 2006. Donnees brutes pour 2007 ´ ´ ´ ` ´ Source : Insee – enquetes emploi ˆ La population active En 2007.0 75.0 50.0 55. en augmentation de plus de 45 % depuis 1962. les taux ˆ ˆ d’activite des femmes et des hommes sont quasi ´ identiques.0 40. passant de 73. les taux d’activite feminin et ´ ´ masculin ont connu des evolutions contrastees : ´ ´ – le taux d’activite des hommes a progressive´ ment baisse. et 57 % de ` celles agees de 50 a 64 ans.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 23 Taux d’activite depuis 1975 selon le genre (en %) ´ 80.

´ Depuis 1996. Les hommes ont gagne ´ ´ ´ 2 points et les femmes 8 points.0 50.0 10. ˆ ´ ` soit 25. Cet ecart s’est ` ´ reduit durant la derniere decennie . a peu de choses pres. il est de ´ ` ´ 9 points aujourd’hui.0 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-34 ans 35-39 ans 40-44 ans 45-49 ans 50-54 ans 55-59 ans 60-64 ans Hommes 1975 Femmes 1990 Hommes 1990 Femmes 2007 Hommes 2007 Femmes 1975 Champ : France metropolitaine. comme les personnes agees de 15 ´ ´ ´ ˆ ´ a 64 ans). mais on se limite le plus souvent a la population en age de ` ˆ travailler (generalement definie.LES INDIVIDUS Graphique 24 Taux d’activite selon l’age et le genre en 1975. les femmes avaient un taux d’emploi inferieur de ´ 15 points a celui des hommes.3 % des hommes et 60 % des femmes ages de 15 a 64 ans avaient un emploi .0 40. ` En 2007.0 20. le taux d’em` ` ploi des hommes.0 80. Le taux d’emploi des femmes a suivi. Il peut etre calcule sur l’enˆ ´ semble de la population d’un pays. En 1996.0 30. en comparaison internationale. population des menages. 1990 et 2007 (en %) ´ ˆ 100.0 60. personnes de 15 ans et plus ´ ´ Source : Insee – Enquetes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007 ˆ Le taux d’emploi de 1996 a 2007 ` ´ DEFINITION Le taux d’emploi d’une classe d’individus est calcule en rapportant le nombre d’individus de la ´ classe ayant un emploi au nombre total d’individus dans la classe.0 70.3 millions en emploi salarie.5 millions de personnes dont 23. 69.0 90. 59 . les taux d’emploi masculin et feminin ont augmente.

0% 55.5 % pour les 60 ans et plus. 60 . le taux de chomage en moyenne ˆ annuelle s’est etabli a 8 % (soit 2. ´ En 2007. le taux de chomage des femmes etait ˆ ´ superieur a tous les ages a celui des hommes.0% 50. le taux de chomage ` ˆ tendait a diminuer : il avait ainsi retrouve son ` ´ niveau des annees 80 en 1997.0% 45.0% 65.0% 60.8 %.5 % a 10. personnes agees de 15 ans a 64 ans. ´ Le taux de chomage a augmente de facon ˆ ´ ¸ quasi constante de 1975 a 1997 passant de ` 3.0% 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Hommes Femmes Champ : France metropolitaine. ´ ` ˆ ` Le taux de chomage baisse continument avec ˆ ˆ l’age et passe ainsi de 25 % pour les 15-19 ans a ˆ ` 3. Depuis.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 25 Taux d’emploi depuis 1996 75. Le taux de chomage est le pourcentage de personnes au chomage dans la population active du ˆ ˆ meme age.2 millions de ´ ` personnes concernees).0% 40.0% 70. population des menages. ˆ ˆ En 2007. ´ ´ ˆ ´ ` Donnees corrigees pour les ruptures de serie de 1996 a 2006 ´ ´ ´ ` Source : Insee – enquetes emploi ˆ Le chomage ˆ ´ DEFINITIONS Le chomage represente l’ensemble des personnes de 15 ans et plus privees d’emploi et a la ˆ ´ ´ ` recherche effective d’un emploi.

LES INDIVIDUS Graphique 26 Taux de chomage par genre ˆ 14.0 20.0 5.0 10.0 0.0 25. Donnees brutes pour 2007 ´ ´ ´ ` ´ Source : Insee – enquetes emploi ˆ Graphique 27 Taux de chomage par age et par genre en 2007 ˆ ˆ 35.0 De 15 à 19 ans De 20 à 24 ans De 25 à 29 ans De 30 à 34 ans De 35 à 39 ans De 40 à 44 ans De 45 à 49 ans De 50 à 54 ans De 55 à 59 ans 60 ans et plus Hommes Femmes Ensemble ˆ * Age au 31.0 4.0 6. personnes de 15 ans et plus ´ ´ Donnees corrigees pour les ruptures de serie de 1975 a 2006.0 0.0 10. population des menages.0 2.2007 Champ : France metropolitaine.0 15. personnes de 15 ans et plus ´ ´ Source : Insee – Enquetes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007 ˆ 61 .0 8.12. population des menages.0 1975 1977 1979 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 Ensemble Hommes Femmes Champ : France metropolitaine.0 30.0 12.

0 2004 2005 Hommes Femmes 2006 Source : Insee L’esperance de vie active des hommes se sta´ bilise depuis 2004 a 36 annees et demie.5 ans pour celle de 1970 . Elle ` ´ ´ devrait avoisiner 32. tout comme leur taux d’activite connaıt une hausse tendancielle ´ ˆ tout en restant inferieure de 5 ans a celle des ´ ` hommes.5 annees pour celle nee en 1930 et devrait ` ´ ´ etre de l’ordre de 35. ´ ´ Pour les femmes.0 29. ´ ´ ´ Graphique 28 Esperance apparente de vie active (en annees) ´ ´ 37. Cette progression reflete celle de la propor` tion des femmes participant a l’activite.0 30. Ces donnees permettent une approche prospective. ` ´ 62 . L’espe` ´ ´ rance de vie active des femmes.0 36. la ˆ progression de l’esperance de vie compense ´ l’entree plus tardive dans l’activite. ce qui suppose de faire des hypotheses sur les futurs compor´ ´ ˆ ` tements d’activite et leur evolution.0 28.5 ans pour celles nees en ´ 1970.0 32.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE La duree de vie active ´ ´ DEFINITIONS L’esperance apparente d’activite pour une annee est la somme des taux d’activite a chaque age ´ ´ ´ ´ ` ˆ observes cette meme annee.0 31. passant de 20 ans pour celles nees en ´ ´ 1910 a 21 ans pour la generation 1930.0 34. Cet indicateur est donc un instantane de l’activite de l’annee. cette duree moyenne a aug´ mente. ´ ` ´ ´ ` La duree moyenne de vie active est une addition des taux d’activite par age au moment ou la ´ ´ ˆ ` generation a eu (ou aura) cet age. Il represente l’activite d’une generation fictive qui aurait ´ ´ ´ ´ ´ les memes comportements a chaque age que ceux observes pendants l’annee sans tenir compte ˆ ` ˆ ´ ´ des deces pouvant intervenir au cours de la periode d’activite d’ou le qualificatif « apparente ». inde´ ˆ ´ ´ ´ ´ ´ pendant de la structure demographique.0 35. La duree moyenne de vie active des hommes ´ passe de 39 ans pour la generation nee en 1910 ´ ´ ´ a 37.0 33.

document d’etude no 125. qui permet de mieux mesurer le salaire reellement percu par les salaries. mais egalement selon l’age. Le revenu salarial ´ DEFINITIONS Le revenu salarial est la somme de tous les salaires. Il ´ ´ ´ ´ s’agit d’une nouvelle notion. Le 9e decile (note D9) est le revenu au-dessous duquel se situent 90 % des salaries . juin 2007.LES INDIVIDUS Graphique 29 Duree moyenne de vie active pour cinq generations (en annees) ´ ´ ´ ´ 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 1890 1910 1930 Hommes Femmes 1950* 1970* Note : ces durees ont ete calculees ponctuellement en 1999 et ne sont pour le moment pas suivies regulierement. nets de toutes cotisations sociales. le revenu salarial moyen etait de ´ 17 715 euros. Il existe des disparites entre les ´ hommes (20 326 euros) et les femmes (14 265 euros) . Le 5e decile (ou mediane) partage la serie en deux : 50 % des salaries ont un salaire inferieur. Age et travail des seniors. ´ ´ ´ . Le 1er decile (note D1) est le revenu en dessous duquel se situent 10 % des salaries . Ainsi. ´ En 2006. pour une distribution de revenus : ´ . ´ 1.2. En pratique. Si l’on ordonne ´ ´ une distribution de revenus. 50 % ´ ´ ´ ´ ´ un salaire superieur. les deciles sont les valeurs qui partagent cette distribution en dix ´ parties egales. mise en place par l’Insee depuis 2006. la ´ ˆ categorie socioprofessionnelle et la situation sur ´ le marche du travail. le revenu salarial annuel ¸ ´ ´ d’un salarie est egal au produit de son salaire journalier et de sa duree d’emploi dans l’annee. ´ ¸ ´ Le partage d’une serie statistique en deciles permet d’en mesurer la dispersion. ´ ´ ´ . ´ Le revenu salarial augmente avec l’age et la ˆ qualification. y compris CSG (contribution sociale generalisee) et CRDS (contribution au remboursement de la dette ´ ´ ´ sociale) percus par un individu au cours d’une annee donnee. 63 . ´ ´ ´ ´ ´ ` * projection ˆ Source : Dares.

ce rapport est de 1 a 13 pour les hom` mes. Ces differences s’expliquent essentielle´ ment dans le bas de la distribution : le rapport entre D1 et D5 est de 1 a 9 pour les femmes ` mais « seulement » de 1 a 6 pour les hommes. ` 64 .9 68.6 66.9 298.4 284.8 20 598 62.6 329.5 106.9 316.3 319.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 19 Revenu salarial moyen et decomposition sur l’ensemble du champ salarie ´ ´ En 2005.6 57.8 Jours remuneres ´ ´ ´ 302.1 66.6 44.6 296.1 38.6 48.7 40.0 Les inegalites de salaires sont plus marquees ´ ´ ´ chez les femmes que chez les hommes : les salaires feminins les plus eleves (D9) sont ´ ´ ´ 17 fois plus importants que les salaires les plus bas (D1) .5 49.9 328.9 58.7 68.9 40. euros courants Ensemble Hommes Femmes Moins de 30 ans De 30 a 45 ans ` Plus de 45 ans Cadres Professions intermediaires ´ Employes ´ Ouvriers Temps complet Temps non complet Secteur prive uniquement ´ Agents de l’Etat uniquement Collectivites Territoriales ´ uniquement Fonction publique hospitaliere uniquement ` Source : Insee Revenu salarial 17 715 20 326 14 865 9 777 18 786 22 477 35 644 19 893 11 564 12 685 20 928 10 372 17 156 22 851 15 545 Salaire journalier 58.9 318.8 268.0 239.1 305.8 61.2 332.7 322.9 287.2 333.

4 Femmes 1 578 14 078 27 483 17.0 1.5 2.4 2. Population agee de 50 a 64 ans Graphique 30 – Population agee de 50 a 64 ans en 2007 (en millions) ˆ ´ ` 2.0 0.0 8.1.1 6.5 1.4 2.5 50-54 ans 55-59 ans Hommes Femmes 60-64 ans Champ : France entiere ` Source : Insee 65 .9 ¤ ' 2. De l’activite a la retraite ˆ ´ ` 2.LES INDIVIDUS Tableau 20 Deciles de revenu salarial sur l’ensemble du champ salarial en 2006 ´ (en euros courant) Decile ´ 1er decile (D1) ´ Mediane (D5) ´ 9e decile (D9) ´ D9/D1 D9/D5 D5/D1 Source : Insee Hommes 2 722 17 303 36 506 13.

soit 18 % de la population ˆ ´ ` totale.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 31 Projections de population agee de 50 a 64 ans par genre 2005-2050 ˆ ´ ` 6 600 000 6 400 000 6 200 000 6 000 000 5 800 000 5 600 000 5 400 000 5 200 000 5 000 000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 Hommes Femmes Source : Insee En 2007. ˆ ´ ´ 66 .2 millions de personnes etaient ´ agees de 50 a 64 ans . la population agee de 50 a 64 ans est amenee a augmenter ˆ ´ ` ´ ` fortement entre 2005 et 2010 passant de 10. 11. ` Ensuite. Selon les projections de l’Insee.7 mil- lions en 2005 a plus de 12 millions en 2010. cette tranche d’age devrait se stabiliser ˆ autour de 12 millions jusqu’en 2030 avant de redescendre avec la fin de l’arrivee dans cette ´ classe d’age des generations du baby boom.

3 5.5 74.7 % pour le taux d’emploi. Ces taux baissent drastiquement entre 50 ans et 64 ans : ils passent de 84.2.6 3.5 17.4 16.1 56.2 5.3 6.2 5.5 % pour les 50-64 ans). L’objectif ´ ˆ de Stockholm d’un taux d’emploi des 55-64 ans de 50 % est entendu au sens de l’age a la date de ˆ ` l’enquete (principe retenu par Eurostat). Pour les personnes agees de 50 a 64 ans.4 55.5 5. Avec le premier concept.9 55.6 14.3 79.5 % ´ ´ en 2007 . le taux de chomage est relativement stable ˆ entre les trois classes d’age . ˆ Le taux d’activite des 50-64 ans etait de 56.7 % entre 50 et 54 ans a 16.1 53.4 90.7 61.LES INDIVIDUS ´ 2.9 58.9 % a 15.3 58.1 % ` entre 60 et 64 ans (5.1 2. il baisse legerement ˆ ´ ` pour passer de 5. Activite des 50-64 ans Encadre : Quel age ont les personnes agees de 50 a 64 ans ? ´ ˆ ˆ ´ ` Il existe deux notions d’age dans la statistique publique : l’age atteint au 31/12 de l’annee precedente ˆ ˆ ´ ´ ´ et l’age reellement constate a la date de l’enquete. la population decrite est ˆ ´ ´ ` ˆ ´ mecaniquement plus jeune qu’avec le second.5 55 – 59 ans 60 – 64 ans 50-64 ans 67 . Tableau 21 Activite et chomage des 50-64 ans en 2007 (en %) ´ ˆ 50 – 54 ans Taux d’activite ´ Hommes Femmes Ensemble Taux d’emploi Hommes Femmes Ensemble Taux de chomage ˆ Hommes Femmes Ensemble Champ : Population agee de 50 a 64 ans ˆ ´ ` Source : Enquete emploi en continu 2007 ˆ 5.3 5.8 15.1 53.2 16. compte tenu des fortes variations constatees dans ces tranches d’age.3 5. leur taux d’emploi de 53.9 50.7 % entre 50 et 54 ans a 4.4 % ` entre 60 et 64 ans pour le taux d’activite et de ´ 79. il en resulte ´ ˆ ´ ` ´ des taux d’activite et des taux d’emploi plus bas mesures selon l’age au moment de l’enquete ´ ´ ˆ ˆ (environ 3 points).4 85. C’est donc cette notion qui est retenue ici.5 79.4 %.9 5.5 15.7 5.7 56.6 52. En revan` che.4 60.4 84.

La part des chomeurs 9 dans la population agee ˆ ˆ ´ de 50 a 54 ans est de 5 %.2% Les actifs occupes representent ´ ´ 79.3% Chômeurs 5.1% Chômeurs 3.8% Actifs occupés 58.8% Actifs occupés 18. ´ Pour cette derniere tranche d’age. retraite ´ ´ anticipee. ˆ ´ Champ : Population agee de 50 a 64 ans ˆ ´ ` Source : Enquete emploi en continu 2007 ˆ ` 9.0% 60-64 ans Autres inactifs (dont retraités 81.0% Note : la nouvelle enquete emploi ne permet pas de distinguer les retraites des autres inactifs. A ne pas confondre avec le taux de chomage.5% 55-59 ans Autres inactifs (dont retraités) 38. dispense de recherche ´ d’emploi) peuvent expliquer la baisse de la part des chomeurs des ˆ ` 55 ans. tranche d’age a laquelle ˆ ` les departs en retraite sont les plus ´ frequents.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 32 Situation professionnelle de la population agee de 50 a 64 ans en 2007 ˆ ´ ` 50-54 ans Autres inactifs (dont retraités) 15. ˆ 68 . Les chomeurs sont de moins en ˆ moins nombreux.2% Actifs occupés 79. ˆ ´ ` Les possibilites de sortie anticipee ´ ´ de l’activite (preretraite. Chômeurs 0. Ils ne ` sont plus que 4 % dans la population agee de 55 a 59 ans et ˆ ´ ` 1 % dans celle agee de 60 a 64 ans.5 % de l’ensemble de la population agee de 50 a 54 ans. ` ˆ la part des inactifs est de 81 % alors qu’ils ne sont que 15 % des 5054 ans. Ils ˆ ´ ` ne representent plus que 58 % des ´ 55-59 ans et seulement 18 % des 60-64 ans.

tout ´ ´ ´ ´ ´ ` comme les salaries. la ` Loi de Financement de la Securite sociale pour 2008 comportait plusieurs dispositions pour inciter ´ ´ au maintien dans l’emploi des seniors : ä La contribution dite « Delalande » versee par l’employeur a l’Assedic en cas de rupture du ´ ` contrat de travail d’un salarie age de 50 ans et plus ouvrant droit a l’indemnisation au titre de ´ ˆ ´ ` l’assurance chomage est supprimee. une serie de mesures doivent ´ etre progressivement mises en œuvre a compter de 2009 (Loi de Financement de la Securite ˆ ` ´ ´ sociale de 2009) : ä Favoriser le maintien des seniors dans l’emploi en supprimant les limites d’age (en particulier ˆ pour les fonctionnaires et les pilotes d’avion).1 % en 2006). ´ ä Cumul emploi-retraite : les retraites pourront cumuler sans aucune restriction leur pension et le ´ revenu d’une activite professionnelle. ´ ` – Assurer un suivi tripartite dans la duree. Dans ˆ ´ ` cette perspective. Outre le lancement d’une ´ ´ ´ campagne de communication « Emploi-Senior ». l’offre du service public de l’emploi a destination des seniors est renforcee avec un ` ´ objectif de 35 000 contrats initiative-emploi (CIE) pour les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans en 2008 contre 12 400 en 2007 et la mise en place par l’ANPE d’un suivi et accompagnement mensuel des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans et d’un entretien approfondi pour les plus de 55 ans en vue de les inciter a se maintenir sur le marche du travail. ` – Amenager les fins de carriere. essentiellement a destination des entreprises. ´ ä Les indemnites de depart en retraite sont soumises a une decote en cas de depart avant le taux ´ ´ ` ´ ´ plein. les entreprises d’au moins 50 salaries devront signer un accord en ´ faveur de l’emploi des salaries ages ou a defaut verser une penalite de 1 % des remunerations a ´ ˆ ´ ` ´ ´ ´ ´ ´ ` la Cnav. ´ ´ – Favoriser le maintien dans l’emploi des seniors. une serie d’actions ont ete prises afin de renforcer ce plan. ´ Depuis.5 %. en repoussant l’age de la mise a la retraite d’office ˆ ` a 70 ans et en augmentant la surcote au regime general et dans la Fonction publique. ´ ´ ä Relever progressivement l’age des dispenses de recherche d’emploi (DRE) et accompagner les ˆ seniors pour favoriser leur retour vers l’emploi. ` ä A partir du 1er janvier 2010. C’est pourquoi une serie de plans nationaux a ete mise en œuvre depuis 2005. ˆ ´ ä La contribution des entreprises sur les preretraites est passee de 24. Le maintien des seniors dans l’emploi est l’un des prealables ˆ ´ a cet objectif. En outre. la concertation a permis de retenir 5 objectifs essentiels : – Faire evoluer les representations socioculturelles. Par ailleurs. ` ´ ` A la suite de la rencontre avec les partenaires sociaux le 28 juin 2008.L’emploi des seniors L’un des axes privilegies dans les reformes des regimes de retraite face au vieillissement de la ´ ´ ´ ´ population est d’augmenter la duree de cotisation necessaire a l’obtention du taux plein afin de ´ ´ ` repousser l’age effectif de la retraite. ` ´ ´ ´ Issu de l’accord national interprofessionnel du 13 octobre 2005 negocie par les partenaires ´ ´ sociaux. ˆ ` ´ ´ ä Eviter le recours aux « preretraites de fait » en harmonisant le regime social et fiscal des indem´ ´ nites de rupture du contrat de travail . sous reserve d’avoir liquide l’ensemble de leurs pensions ´ ´ ´ a taux plein aupres des regimes obligatoires de base et complementaires dont ils ont releve ` ` ´ ´ ´ (hors regimes speciaux). – Favoriser le retour a l’emploi des seniors. 69 . ´ ´ ` ä Les nouveaux preretraites versent une contribution sociale generalisee (CSG) a 7. le plan national d’action concerte pour l’emploi des seniors a pour but d’atteindre d’ici ´ 2010 un taux d’emploi des personnes agees de 55 a 64 ans de 50 % (contre 38. ` ´ ´ ´ les trimestres rachetes au titre des annees d’etudes ou des annees incompletes ne pourront ´ ´ ´ ´ ` plus etre pris en compte pour l’ouverture du droit a retraite anticipee.15 % a 50 %.

L’adhesion du salarie est individuelle. employeur en cas ´ d’absence d’embauche compensatrice. ´ ´ ´ – Montant de l’allocation : 65 % du salaire de reference sous le plafond de la securite sociale. conditions d’acces durcies et recours limite depuis 2004.22 euros au ´ 1er janvier 2008. ´ ˆ ´ ´ ´ ˆ – Age requis : de 55 a 65 ans (entre 60 et 65 ans si taux plein) et avoir 10 ans de duree d’assurance ` ´ dans un ou plusieurs regimes de securite sociale ´ ´ ´ – Conditions d’eligibilite : Pour l’employeur : embaucher en contrepartie des passages a temps ´ ´ ` partiel et/ou verser une contribution financiere ` Pour le salarie : aucune ´ ´ – Financement : Etat (Fonds national pour l’emploi). 25 % ´ ´ ´ ´ pour la partie comprise entre 1 et 2 plafonds. Le montant minimal journalier etait de 29. – Conditions d’eligibilite : Pour l’employeur : embaucher afin de maintenir le volume des heures du ´ ´ beneficiaire de l’ARPE. employeur. Le ´ ´ ` ´ ´ montant minimal journalier etait de 29.´ 2. ´ ˆ ´ ´ ˆ – Age requis : etre ne en 1942 ou avant. grace au passage a temps ´ ˆ ` partiel de salaries ages. ´´ ` ´ ´ – Description : convention negociee entre l’employeur et l’Etat dans le cadre de la mise en place ´ ´ d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) afin d’eviter le licenciement economique de salaries ´ ´ ´ ages ne pouvant beneficier de mesures de reclassement.61 euros au ´ 1er janvier 2008. ´ 70 .22 euros au 1er janvier 2008. Arpe : allocation de remplacement pour l’emploi – Creee en 1995. a leur demande. Le montant minimal journalier etait de 14.3. de ´ ˆ ´ ` salaries ages en preretraite. ´ ´ Pour le salarie : aucune ´ – Financement : Unedic (Fonds paritaire d’intervention en faveur de l’emploi). PRP : allocation de preretraite progressive ´ – Creee en 1992. etre age de 60 ans maximum et avoir 160 trimestres a ˆ ´ ˆ ˆ ´ ` l’assurance vieillesse. ˆ ´ ´ ´ ´ ´ ˆ – Age requis : de 57 a 65 ans (entre 60 et 65 ans si taux plein) et avoir 10 ans de duree d’assurance ` ´ dans un ou plusieurs regimes de securite sociale ´ ´ ´ – Conditions d’eligibilite : Pour l’employeur : faire l’objet d’un PSE ´ ´ Pour le salarie : faire l’objet d’un licenciement economique et avoir au ´ ´ moins 1 an d’anciennete ´ ´ – Financement : Etat (Fonds national pour l’emploi). supprime en 2003 ´´ ´ – Description : permettre l’embauche de salaries plus jeunes grace au depart. employeur et Unedic. supprimee en 2005 ´´ ´ ´ – Description : convention negociee entre l’employeur et l’Etat dans le cadre de la mise en place ´ ´ d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) afin de permettre soit l’embauche de salaries plus ´ jeunes. – Montant de l’allocation : 65 % du salaire de reference jusqu’a 4 plafonds de la Securite sociale. Preretraites Les dispositifs Les preretraites publiques dans le secteur prive ´ ´ ASFNE : allocation speciale du fonds national de l’emploi ´ – Creee en 1963. soit la diminution du nombre de licenciements economiques. Unedic et eventuellement salarie. L’adhesion du salarie est individuelle. ´ – Montant de l’allocation : 30 % du salaire de reference sous le plafond de la Securite sociale. 50 % ´ ´ ´ ´ pour la partie comprise entre 1 et 2 plafonds.

` ´ ` ´ ´ ´ ˆ – Age requis : avoir au moins 50 ans – Conditions d’eligibilite : Pour l’employeur : aucune ´ ´ Pour le salarie : etre victime d’une maladie professionnelle liee a ´ ˆ ´ ` l’amiante. dont le produit est affecte au Fonds de solidarite vieillesse (FSV). Depuis la loi portant reforme des retraites de 2003.22 euros au ´ 1er janvier 2008. En 2007. ´ – Montant de l’allocation : 65 % du salaire de reference sous le plafond de la Securite sociale. apres demande ´ ´ ´ ` ` aupres de leur Cram.5 ans ou 55 ans si 160 trimestres cotises a l’assurance vieillesse. 50 % ´ ´ ´ ´ pour la partie comprise entre 1 et 2 plafonds. de cesser leur activite de maniere anticipee. accord professionnel national ou ´ ´ encore accord d’entreprise afin de permettre aux salaries ages (et ensuite aux handicapes). Le montant minimal journalier etait de 29. ´ ` ´ – Financement : Unedic (allocation chomage et allocation equivalent retraite) et Etat (allocation ´ ˆ ´ specifique de solidarite). tout en etant indemnises. Cats : cessation d’activite des travailleurs salaries ´ ´ – Creee en 2000. conditions d’acces resserrees en 2009. Il n’y a pas de montant minimum. mis en place par accord d’entreprise ou par decision unilaterale existent surtout ´ ´ dans les grandes entreprises. suppression prevue en 2012. ˆ – Age requis : 57. les avantages de ´ preretraite « maison » sont assujettis a une contribution specifique. a la charge exclusive des ´ ` ´ ` employeurs. ´´ ` ´ ´ – Description : permettre aux demandeurs d’emploi ages de ne plus rechercher d’emploi. ` ´ ´ ˆ – Age requis : de 55 a 65 ans (entre 60 et 65 ans si taux plein) ` – Conditions d’eligibilite : Pour l’employeur : aucune ´ ´ Pour le salarie : avoir exerce des metiers a tres forte penibilite ou etre ´ ´ ´ ` ` ´ ´ ˆ reconnu handicape au taux de 80 % et avoir une anciennete dans l’en´ ´ treprise d’au moins 1 ans. cette ´ ´ contribution etait de 24. les employeurs sont tenus ` ´ ` ´ ´ depuis le 1er janvier 2009 a declarer a l’Urssaf le nombre de salaries partis en preretraite.LES INDIVIDUS Caata : cessation anticipee d’activite des travailleurs de l’amiante ´ ´ – Creee en 1999. ´ ´ Les preretraites d’entreprise « maison » ´ Ces dispositifs. le nombre de salaries dans ce dispositif devrait etre mieux apprehende a l’avenir grace a l’exploita´ ˆ ´ ´ ` ˆ ` tion des donnees administratives des declarations employeurs. qui ont ´ ˆ ´ ´ eu des conditions de travail particulierement eprouvantes de cesser leur activite avant la retraite.15 % (50 % si pour les preretraites accordees posterieurement au 11 ´ ´ ´ ´ octobre 2007). Les ` ` DRE sortent des listes de demandeurs d’emploi et ne perdent pas pour autant leurs droits a ` indemnisation. 50 % ´ ´ ´ ´ pour la partie comprise entre 1 et 2 plafonds. ´ ´ ` ´ ´ ´ – Financement : Etat (Fonds de cessation d’activite pour les travailleurs de l’amiante) et employeur. DRE : dispense de recherche d’emploi – Creee en 1984. Cependant. conditions d’acces et de financement durcies depuis 2003 ´´ ` ´ – Description : convention negociee entre l’employeur et l’Etat. ´ ´ 71 . sous ˆ ´ certaines conditions. ou avoir travaille dans des etablissements a risque eleve. reforme en cours du dispositif ´´ ´ – Description : permettre aux salaries ou anciens salaries exposes a l’amiante. Ils sont organises et finances par l’entreprise sans aucun recours a ´ ´ ` un financement public. apres en avoir fait la demande aupres de son agence locale pour l’emploi. Ainsi. Il n’existait pas de chiffres disponibles sur ces dispositifs. – Montant de l’allocation : 65 % du salaire de reference sous le plafond de la Securite sociale. ´ – Financement : majoritairement employeur (entre 50 et 80 %) et Etat.

´ Sources : Unedic (UNIstatis). ˆ – Age requis : au moins 58 ans et avoir 37 ans ½ de cotisation tous regimes de Securite sociale ´ ´ ´ confondus. PRP. Graphique 33 Nombre d’entrees annuelles dans les dispositifs ´ ASFNE. les dispositifs de preretraites publiques en 2005 : ´ ´ poursuite du repli. Les sources disponibles ne permettent plus de fournir. Pas de conditions d’age pour les ´ ˆ fonctionnaires ayant plus de 40 ans et les contractuels de la Fonction publique ayant plus de 172 trimestres de cotisations. ´ ´ ˆ – Age requis : de 55 ans en 2004 a 57 ans en 2008. ´ semblable aux preretraites progressives (PRP) mises en place dans le secteur prive. pour 2006. avoir 33 annees de cotisations et 25 annees de ` ´ ´ service public. revues trimestrielles 2007 et Dares. Decembre 2006 ` ´ 72 . dont 25 ans de services en qualite d’agents publics. les effectifs de la fonction ´ publique de l’Etat en CFA avec un degre de qualite suffisant. extinction progressive depuis la loi de 2003 ´´ – Description : preretraite accessibles aux fonctionnaires des 3 Fonctions publiques et aux ´ contractuels de la Fonction publique.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Les preretraites dans la Fonction publique ´ CFA : conge de fin d’activite ´ ´ – Creee en 1996. Arpe et Cats entre 1992 et 2007 120 000 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 1992 1993 1994 1995 ASFNE 1996 1997 1998 PRP 1999 ARPE 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Fonds CAATA CATS Cessation progressive d'activité Congé de fin d'activité * 2006 non renseigne. Premieres informations. ´ ´ CPA : cessation progressive d’activite ´ – Dispositif resserre en 2003 ´ ´ – Description : preretraite partielle accessibles aux agents des trois fonctions publiques d’Etat.

LES INDIVIDUS Les allocataires En 2005. date a laquelle le nombre d’entrees ` ´ a atteint son maximum. PRP. De 1986 a 2004.6 avant de ´ ´ ´ ´ ´ redescendre de pres de 14% depuis. Au 31 decembre 2008. ´ Le nombre d’entrees annuelles en dispositif de ´ preretraite a augmente jusqu’en 1996 (excepte ´ ´ ´ en 1995). il y avait 81 000 allocatai´ res en cours d’indemnisation au titre d’un dispositif de preretraite publique dans le secteur prive ´ ´ contre 176 000 en 1992. Depuis. le nombre de ´ ` beneficiaires a ete multiplie par 2. les entrees ´ annuelles diminuent. Arpe et Cats de 1991 a 2007 ` 300 000 250 000 200 000 150 000 100 000 50 000 1992 1993 1994 1995 ASFNE 1996 1997 1998 PRP 1999 ARPE 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Fonds CAATA CATS Cessation progressive d'activité Congé de fin d'activité Source : Unedic. il y avait 10 400 nouveaux beneficiai´ ´ res d’un dispositif de sortie anticipee d’activite ´ ´ dans le secteur prive. ` 73 . ACO. Graphique 34 ´ Evolution du nombre d’allocataires en cours d’indemnisation des dispositifs ASFNE. soit une diminution de plus de 54 %. statistiques mensuelles de paiements ´ En decembre 2007. le nombre de cho´ ˆ meurs dispenses de recherche d’emploi (DRE) ´ etait de 352 000.

74 . statistiques mensuelles de paiements Graphique 36 Repartition par genre des allocataires en cours d’indemnisation ´ selon le genre en 2006 100% 80% 60% 40% 20% 0% ASFNE PRP + ACO Hommes Source : Unedic (UNIstatis). exclusivement des femmes. mise a ` ´ ´ ´ ` part pour l’Arpe (en voie d’extinction). les hommes sont plus nombreux a beneficier de dispositifs de preretraite.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 35 Nombre de dispenses de recherche d’emploi ´ en cours d’indemnisation de 1991 a 2008 (au 31 decembre) ` ´ 450000 400000 350000 300000 250000 200000 150000 100000 50000 0 1986 1988 1990 1992 1994 RAC 1996 ASS 1998 AER 2000 2002 2004 2006 2008 Source : UNEDIC. revues trimestrielles 2007 ´ ARPE Femmes DRE Globalement. qui ne comptait que tres peu d’allocataires en 2006 ` (377).

Les ´ ´ ouvriers non qualifies n’etaient que 3 % du ´ ´ total des allocataires. En revanche. Les ouvriers ´ non qualifies etaient egalement nombreux a ´ ´ ´ ` beneficier de l’ASFNE (20 %).8 %).50% Employés qualifiés 38.1% Employés non qualifiés 14. ´ Source : UNEDIC (UNIstatis).6 %) etaient tres ´ ´ ´ ` peu representes. La deuxieme ´ ´ ` categorie socioprofessionnelle la plus ´ importante etait celle des agents de maıtrise ´ ˆ avec une part de 16 %.80% Cadres 13. La part des cadres etait de 13.20% Employés non qualifiés 6.50% Ouvriers non qualifiés 9.30% Agents de maîtrise 8. ´ ´ les agents de maıtrise (8. avec ´ a leurs tete les employes qualifies (26.5 % et celle des ouvriers qualifies ´ ´ de 12 % alors que la part des ouvriers non qualifies ainsi que celle des employes non ´ ´ qualifies ne depassaient pas les 10 %.40% ASFNE (fin 2006) Les allocataires de l’ASFNE en 2006 etaient ´ en majorite des ouvriers et employes ´ ´ qualifies. Ces deux categories ´ ´ socioprofessionnelles representaient plus ´ de la moitie des allocataires. ´ qualifies ou non.5 %) et les ˆ employes non qualifies (6.1 %) et ` ˆ ´ ´ les ouvriers non qualifies (19.7% Cadres 10.60% Agents de maîtrise 15.80% Les employes et ouvriers representaient ´ ´ 68 % des allocataires de la retraite ` progressive.40% Ouvriers qualifiés 23. ne representaient que 5 % ´ ´ des allocataires. ´ ´ Cats (mars 2008) Ouvriers qualifiés 66% Agents de maîtrise 19% Employés qualifiés 5% Employés non qualifiés 1% Les allocataires du dispositif de cessation d’activite des travailleurs salaries etaient en ´ ´ ´ majorite des ouvriers qualifies (66 %). Agents de maîtrise 6.60% Employés non qualifiés 8. revues trimestrielles 2007 et 2008 75 .9% Les employes et ouvriers composaient 79 % ´ des dispenses de recherche d’emploi. Les employes.9% Ouvriers qualifiés 17.10% Ouvriers non qualifiés 3% Cadres 7% Ouvriers qualifiés 11. A eux seuls.50% Ouvriers non qualifiés 20.8% Dispenses de recherche d’emploi (fin 2005) ´ Employés qualifiés 26. les employes ´ qualifies etaient 39 %.LES INDIVIDUS Graphique 37 Caracteristiques socioprofessionnelles des allocataires en cours d’indemnisation ´ Cadres 11. ´ ´ Preretraite progressive (fin 2006) ´ Employés qualifiés 27.2% Ouvriers non qualifiés 19.

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ` 2. Les carrieres longues Conditions d’eligibilite a la retraite anticipee au regime general avant le 1er janvier 2009 : ´ ´ ` ´ ´ ´ ´ ˆ Age de liquidation ` A partir de 56 ans ` A partir de 58 ans ` A partir de 59 ans Debut d’activite ´ ´ Avant la fin de l’annee ´ des 16 ans Duree validee ´ ´ Duree cotisee ´ ´ 168 trimestres 168 trimestres Avant la fin de l’annee ´ des 17 ans 164 trimestres 160 trimestres Conditions d’eligibilite a la retraite anticipee pour carriere longue a partir du 1er janvier 2009 : ´ ´ ` ´ ` ` Annee de naissance ´ 1949 ˆ Age de liquidation ` A partir de 59 ans ` A partir de 58 ans Duree validee ´ ´ 169 trimestres Duree cotisee ´ ´ 161 trimestres 166 trimestres 1950 ` A partir de 59 ans ` A partir de 57 ans 1951 ` A partir de 58 ans ` A partir de 59 ans ` A partir de 56 ans 1952 et apres ` ` A partir de 58 ans ` A partir de 59 ans 170 trimestres 162 trimestres 171 trimestres 171 trimestres 167 trimestres 163 trimestres 172 trimestres 172 trimestres 168 trimestres 164 trimestres Conditions d’eligibilite a la retraite anticipee dans la fonction publique ´ ´ ` ´ ` A partir du. 1er janvier 2005 1er janvier 2006 1er janvier 2008 ˆ Age de liquidation ` A partir de 59 ans ` A partir de 58 ans Debut d’activite ´ ´ Avant 17 ans Duree validee ´ ´ Duree cotisee ´ ´ 160 trimestres 168 trimestres Avant 16 ans 164 trimestres 168 trimestres ` A partir de 56 ans 76 ..4..

generation par genera´ ´ ´ ´ ´ ´ tion. Les ´ ` evolutions constatees de 2005 a 2007 montrent ´ ´ ` ensuite une acceleration. ´ ´ . 99 800 departs anticipes pour carrie´ ´ ` res longues ont ete enregistres a l’Arrco et ´ ´ ´ ` 21 000 a l’Agirc. ´ D’apres le conseil d’orientation des retraites. les flux annuels de departs anti´ cipes dans ces deux regimes sont stables.LES INDIVIDUS Graphique 38 Flux annuels des departs anticipes au regime general ´ ´ ´ ´ ´ 116 000 114 000 112 000 110 000 108 000 106 000 104 000 102 000 100 000 98 000 96 000 2004 2005 2006 2007 (p) (p) : previsions ´ Source : Conseil d’orientation des retraites. ´ ` Les departs anticipes avant 60 ans devenant ´ ´ possibles en 2004. ` 77 Depuis 2004. de la montee en charge. le ` flux annuel de departs pour carrieres longues ´ ` devrait se ralentir : il serait de l’ordre de 40 000 en 2020 et inferieur a 10 000 vers 2030. le regime general a enregistre ´ ´ ´ ´ 112 000 departs pour carrieres longues. rapport du 21 novembre 2007 En 2007. ´ ` Graphique 39 Flux annuels de departs anticipes a l’Agirc-Arrco ´ ´ ` 120 000 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0 2004 2005 2006 2007 Arcco Agirc Source : Agirc-Arrco En 2007. le nombre eleve de departs ´ ´ ´ cette annee la s’explique par un effet d’appel.

ingenieurs. Plus de la moitie des beneficiaires d’un depart ´ ´ ´ ´ anticipe pour carriere longue ont fini leur carriere ´ ` ` en tant qu’ouvrier qualifie ou non qualifie. 2. Note : Les donnees concernant les flux de departs ´ ´ pour carriere longues dans les autres regimes ` ´ ne sont pas disponibles. alors ´ ´ que 9 % seulement etaient agents de maıtrise. Les rachats DESCRIPTION La loi du 21 aout 2003 portant reforme des retraites a instaure la possibilite de racheter au maxiˆ ´ ´ ´ mum 12 trimestres d’assurance au titre des annees d’etudes ou des annees n’ayant pas permis de ´ ´ ´ valider 4 trimestres (annees incompletes). appeles versements pour la retraite (VPLR).5. en grande partie en raison des majorations ` de durees d’assurance pour enfants.5 44 43. Ces rachats. chefs d’entreprise ou profes´ seurs (categories qui regroupent pres de 20 % ´ ` des salaries du secteur prive ages de 55 a ´ ´ ˆ ´ ` 59 ans).7 ans ´ ´ ` contre 43 ans environ pour les hommes.5 42 41.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 40 Duree validee en 2006 (en annees) ´ ´ ´ 46 45. rapport du 21 novembre 2007 Les femmes beneficiaires d’un depart anticipe ´ ´ ´ ´ pour carriere longue ont des durees d’assurance ` ´ particulierement longues (jusqu’a 55 ans de car` ` riere). La duree ´ ´ validee moyenne des femmes en retraite antici´ pee en 2006 s’etablissait a presque 45.5 43 42. soit ils interviennent pour ameliorer le taux et la duree d’assurance au regime ´ ´ ´ general ou la formule de calcul de la retaite est la suivante : ´ ´ ` Retraite = SAM × d/D × 50 % × taux de décote Rachat de taux Rachat de durée SAM = salaire annuel moyen calcule comme la moyenne des 25 meilleures annees revalorieses ´ ´ ´ d / D = coefficient de proratisation de la duree ´ 50 % = taux de liquidation 78 . ´ ` ´ sont de deux types : soit les trimestres rachetes contribuent uniquement a attenuer la decote sur le ´ ` ´ ´ taux de liquidation. ´ ˆ cadres.5 45 44.5 Hommes Femmes Source : Conseil d’orientation des retraites.

75 ans si l’assure n’a pas la duree d’assurance necessaire ´ ´ ´ ´ = 1 entre 60 et 64. la possibilite est ouverte aux personnes agees de 20 ans a ´ ˆ ´ ` 59 ans. premiere annee d’existence du dis` ´ positif.LES INDIVIDUS Taux de decote < 1 entre 60 et 64. L’annee ´ ´ ´ ´ suivante. seules les perˆ sonnes agees d’au moins 54 ans pouvaient avoir ˆ ´ recours aux VPLR. 5 539 rachats ont ete notifies. ´ ´ ´ ` Depuis le 1er janvier 2009. Depuis cette date. 1 923 rachats ont ete notifies. Jusqu’en juillet 2006. de la condition d’age. les rachats ne sont plus possibles dans le cadre des departs anticipes ´ ´ pour carrieres longues. 85 % des acheteurs etaient des hommes. Au cours des trois premiers trimestres ´ de 2007.75 ans si l’assure a la duree d’assurance necessaire ou a 65 ans. ` En 2004. le nombre de rachats a plus que double. La ´ ´ ´ hausse du recours au dispositif en 2007 s’explique par l’ouverture. depuis 2006. ´ Graphique 41 Notifications de versements pour la retraite (VPLR) 6000 5000 4000 3000 2000 1000 0 2004 2005 2006 2007 Source : reunion du COR du 23 janvier 2008 ´ Graphique 42 Nature du rachat en 2006 Etudes et années incomplètes 16% Incomplètes 32% Etudes 52% Source : reunion du COR du 23 janvier 2008 ´ 79 .

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

.

52,4 % des VPLR avaient ete notifies au titre ´ ´ ´ des annees d’etudes ; ´ ´ 31,5 % des notifications avaient pour objet le rachat de trimestres d’annees incompletes ; ´ `

.

15,9 % portaient sur une combinaison des deux types de rachats.

.

Tableau 22

Moyenne d’age par bareme des assures qui rachetent ˆ ` ´ `
Annee du bareme ´ `
2004 2005 2006 2007 Ensemble Source : reunion du COR du 23 janvier 2008 ´

ˆ Age moyen
56,8 57 51,9 54,8 54,3

Effectifs
4 711 3 713 5 856 1 437 15 717

En 2007, les assures avaient en moyenne ´ 54 ans et 8 mois au moment du rachat. Avec l’ouverture de la condition d’age, la moyenne ˆ

d’age des assures qui rachetent a baisse entre ˆ ´ ` ´ 2004 et 2007.

Graphique 43

Repartition des VPLR selon les revenus d’activite (2006) ´ ´
Inférieurs à 0,75 plafond de la Sécurité sociale 12%

Entre 0,75 plafond et 1 plafond 11%

Supérieurs au plafond 78%

Montant du plafond de la Securite sociale en 2006 : 31 068 euros ´ ´ Source : reunion du COR du 23 janvier 2008 ´

En 2006, 78 % des assures procedant a un ´ ´ ` rachat avaient des revenus superieurs au plafond ´

de la Securite sociale ; ce qui laisse supposer ´ ´ qu’il s’agissait majoritairement de cadres.

80

LES INDIVIDUS

´ ´ 2.6. Les modalites de depart en retraite
Graphique 44

Motif de depart en retraite dans le secteur prive (2006) ´ ´
60,0%

50,0%

40,0%

30,0%

20,0%

10,0%

0,0% Départs avec décote Carrières longues Départs normaux CNAV MSA salariés Surcote Inaptitude RSI commerçants Ex-invalide RSI artisans Handicap

MSA exploitants

Champ : Nouveaux pensionnes presents au 31 decembre 2006. ´ ´ ´ ´ Source : Drees, Les retraites en 2006, Etudes et resultats no 662, octobre 2008 ´

Dans le secteur prive, en 2007, 62 % des ´ departs en retraite ont ete des departs « au taux ´ ´ ´ ´ plein » ou avec une surcote. Les departs pour ´ carrieres longues oscillaient entre 16 % a la ` ` Cnav et 27 % le regime de base du RSI (regime ´ ´

social des independants). Les departs en retraite ´ ´ avec decote (c’est-a-dire avant d’avoir la duree ´ ` ´ d’assurance necessaire pour le taux plein avant ´ 65 ans) ne concernaient que moins de 5 % des departs en retraite. ´

Graphique 45

Motif de depart en retraite dans la fonction publique (2005) ´
40,0% 35,0% 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 0,0% Service actif Départs normaux Surcote Départs avec décote Tierce personne Invalidité Carrières longues

CNRACL

Fonction publique civile

Champ : Nouveaux pensionnes presents au 31 decembre 2006. ´ ´ ´ ´ Source : Drees, Les retraites en 2006, Etudes et resultats no 662, octobre 2008. ´

81

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

Dans la fonction publique entre 53 % (CNRACL) et 66 % (Fonction publique civile) des departs en retraite ont eu lieu a « l’age nor´ ` ˆ mal » – (services actifs ou non), une proportion en nette baisse par rapport a 2005. La part des ` departs anticipes, dont les conditions d’acces ´ ´ ` sont devenues moins restrictives, a fortement

progresse tandis que les departs avec decote ´ ´ ´ faisaient leur apparition dans ces regimes : 14 % ´ des nouveaux retraites etaient dans ce cas a la ´ ´ ` fonction publique civile et 9 % a la CNRACL. ` Enfin, la proportion de nouveaux retraites ´ ayant beneficie d’une surcote dans ces regimes ´ ´ ´ ´ etait inferieure de moitie a celle de 2005. ´ ´ ´ `

Graphique 46

Part des unipensionnes (Cnav) en 2006 ´
70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Hommes carrières longues Femmes ensemble des départs en retraite

Source : Conseil d’orientation des retraites, rapport du 21 novembre 2007

En 2006, la part des assures du seul regime ´ ´ general est plus faible parmi les beneficiaires ´ ´ ´ ´ d’une retraite anticipee que parmi l’ensemble ´

des departs en retraite au cours de l’annee ´ ´ 2006 (respectivement 51 % et 61 % environ pour les femmes et 40 % et 46 % pour les hommes).

2.7. La situation avant la retraite
Note : aucune enquete actuelle ne permet de ˆ connaıtre precisement la situation avant la ˆ ´ ´ retraite. Comptabiliser le type de trimestres valides par les prestataires de l’assurance vieillesse ´ l’annee precedant le depart en retraite est une ´ ´ ´ ´ des approches permettant d’evaluer la situation ´ avant la retraite. En 2006, l’annee precedant le depart en ´ ´ ´ ´ retraite :
.

37 % des hommes et 28 % des femmes avaient valide un trimestre au titre de l’emploi. ´ 20 % des hommes et 36 % des femmes n’avaient valide aucun trimestre l’annee. ´ ´ un quart des hommes et une femme sur cinq avaient valide au moins un trimestre au titre ´ du chomage. ˆ

.

.

82

LES INDIVIDUS Tableau 23 Part des prestataires ayant valide au moins un trimestre au cours de l’annee civile ´ ´ precedant leur depart en retraite par type de trimestres en 2006 (en %) ´ ´ ´ Hommes Salaires Aucun trimestre Chomage ˆ Trimestres autres regimes ´ Invalidite ´ Maladie 37 % 19 % 24 % 20 % 7% 4% Femmes 28 % 36 % 21 % 14 % 7% 4% Ensemble 33 % 27 % 22 % 17 % 7% 4% Sources : Cnav et Conseil d’orientation des retraites. Frequence et importance de differents types de reports valides l’annee ´ ´ ´ ´ precedant le depart en retraite. Frequence et importance de differents types de reports valides ´ ´ ´ l’annee precedant le depart en retraite. document d’etude du 22 avril 2008. ´ ´ ´ ´ ´ La presence d’une activite salariee l’annee ´ ´ ´ ´ precedant le depart en retraite se retrouvait pour ´ ´ ´ plus de 65 % des beneficiaires d’une retraite anti´ ´ cipee. contre 29 % et 15 % parmi les personnes ´ parties a l’age de 60 et 65 ans. selon l’age de depart en 2006 (en %) ´ ´ ˆ ´ 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Salaires Aucun trimestre Chômage Trimestres autres régimes Invalidité Maladie Retraite anticipée 60 ans 65 ans ou plus Sources : Cnav et Conseil d’orientation des retraites. document d’etude du 22 avril 2008. ` ˆ 60 % des prestataires partis a 65 ans n’avaient ` valide aucun trimestre l’annee precedant leur ´ ´ ´ ´ depart contre 24 % de ceux partis a 60 ans et ´ ` 2 % pour les beneficiaires d’une retraite antici´ ´ pee. ´ ´ ´ ´ Graphique 47 Part des prestataires ayant valide au moins un trimestre au cours de l’annee civile ´ ´ precedant leur retraite. ´ 83 .

soit 120 000 personnes (retraites du regime general reprenant une acti´ ´ ´ ´ vite relevant du regime general) ont percu un ´ ´ ´ ´ ¸ salaire. ´ Pour les personnes agees de 65 a 69 ans. corrigees pour les ruptures de serie ´ ` ´ ´ Champ : France metropolitaine. L’ecart entre les taux d’activite feminin et ´ ´ ´ masculin s’est donc reduit au fil des annees.8. celui des femmes de 18 %. le taux ˆ ´ ` d’activite masculin de 4 % . 2.0 1975 1977 1979 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 Femmes de 60 à 64 ans Hommes de 60 à 64 ans Femmes de 65 à 69 ans Hommes de 65 à 69 ans Femmes de 70 et plus Hommes de 70 et plus Note : donnees de 1975 a 2006.4 %). population des menages. ´ celui des femmes a connu une baisse moins forte. il peut donc cumuler son ´ ´ salaire avec ses pensions (base et complemen´ taire). Le cumul emploi retraite Note : les chiffres recents du cumul emploi ´ retraite ne sont pas disponibles.0 40. Enfin.0 50. un assure doit normalement cesser son activite pro´ ´ fessionnelle. ´ ´ Pour percevoir sa pension de vieillesse. L’activite des plus de 60 ans Graphique 48 Taux d’activite de la population agee de 60 ans et plus selon le genre ´ ˆ ´ 60. Depuis 1975. En 2005. ` ´ Lorsqu’un retraite du regime general reprend ´ ´ ´ ´ une activite salariee.0 10. le taux d’activite des hommes ages de ´ ˆ ´ plus de 70 ans etait de 1 % . 1. celui des femmes est ´ quasi nul (0.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ´ 2. le taux feminin est de ´ ´ 3 %.0 20. (calculs Insee) ˆ En 2006. personnes de 60 ans et plus ´ ´ Source : Insee. enquetes Emploi. le taux d’activite des hommes de 60´ 64 ans etait de 20 % .5 % de l’effectif de retraites de ´ droits directs de la Cnav.0 0.0 30. 84 .9. le taux d’activite des plus des ´ hommes de plus de 60 ans a fortement baisse . Il existe cependant des possibilites ´ de cumuler une pension de retraite et un emploi selon les modalites qui dependent du regime de ´ ´ ´ retraite dont releve l’assure.

14 millions de retraites percevaient ´ une pension de droit direct.2 million. Les effectifs de retraites En 2006.0 13. Cette progression etait due principa´ lement a l’arrivee a 60 ans de la premiere gene` ´ ` ` ´ ´ ration du baby-boom.5 13. ` Le nombre de retraites d’une pension de rever´ ´ sion seule etait estime a 1. mais aussi a une augmen` tation du nombre de departs anticipes pour ´ ´ carriere longue dans la Fonction publique.LES INDIVIDUS ¤ 3.5 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 Source : Drees 85 .5 12.1.0 12.0 11. Les retraites ´ 3. ´ ´ ` Graphique 49 Effectif total de retraites ´ 14.8 % de plus qu’en 2005.5 14. soit 3.

00% Sources : Commission des comptes de la Securite sociale.80% 1.8% ´ REGIMES ´ COMPLEMENTAIRES Regimes des salaries ´ ´ AGIRC ARRCO IRCANTEC CRNPAC Regimes des non salaries ´ ´ RSI-Commercants ¸ RSI-Artisans CNAVPL 257 549 478 317 140 063 10.50% 6.10% 5.40% 2.30% 1 799 489 9 644 578 1 385 810 12 689 6.5% 1.10% – 0.40% – 2.70% 862 532 549 541 0.30% 3.30% – 0.60% 1.60% 3.40% 0.20% 5.70% – 0.10% – 0.30% 10 832 388 1 888 559 3.90% – 0.1% 1.0% – 0.50% – 0.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 24 Effectifs de pensions de droits directs et de droits derives ´ ´ des principaux regimes de retraite en 2007 ´ Regimes ´ ´ REGIMES DE BASE droits directs ´ Evolution 2006/2007 droits derives ´ ´ ´ Evolution 2006/2007 Regimes des salaries du secteur prive ´ ´ ´ CNAVTS* MSA Regimes speciaux de salaries ´ ´ ´ SPE FSPOEIE CNRACL CANSSM IEG SNCF RATP ENIM CRPCEN BDF Regimes des non salaries ´ ´ RSI-Commercants ¸ RSI-Artisans CNAVPL CNBF MSA CAVIMAC 804 616 582 210 162 518 5 498 1 752 161 63 274 2.30% 3.1% 328 25 402 64 334 155 823 41 074 107 561 12 063 45 428 7 691 3 057 – 0.50% 3.10% 0.50% – 0.40% 5.80% – 0.50% 2.20% – 1.20% 533 458 3 019 977 311 546 3 081 2.5% 3.40% 3.30% 212 731 239 263 40 742 3 298 75 736 498 – 0.70% 1.80% 1. septembre 2008 et Cnav ´ ´ * Ensemble des droits contributifs et non contributifs 86 .50% 3.10% 89 616 185 159 47 221 4.30% 3.70% 4.2% 1.90% 7.80% 0.80% – 0.10% 1.20% 714 416 60 445 626 412 202 664 110 914 187 958 32 650 73 162 48 219 11 705 3.50% – 1.

7 millions de personnes en 1950 a plus de 12 millions en 2000. Cette popula´ tion a. ´ ´ 3. pas´ sant d’environ 6. un retraite pouvant percevoir une pen´ ´ sion dans plusieurs regimes. En 2050. Les pensions de reversion sont versees ´ ´ sous conditions de ressources a la Cnav. soit 10. ¸ Graphique 50 Population totale de 1950 a 2050 (projections) ` 70 000 60 000 50 000 40 000 30 000 20 000 10 000 0 1950 1990 2000 2010 p 2020 p 2030 p 2040 p 2050 p Population âgée de 60 ans et plus Population âgée de 20 à 59 ans Population âgée de moins de 20 ans (p) projections Source : Projections demographiques.LES INDIVIDUS Depuis 2006. Selon les projec` tions de l’Insee. elle devrait representer ´ plus du tiers de la population francaise (35 %). le nombre de retraites de droits ´ directs de la Cnav a depasse la barre symbolique ´ ´ des 10 millions. presque double en 50 ans. scenario central de l’INSEE 2006 ´ ´ 87 .2. Les plus de 60 ans representaient 16 % de la population totale en ´ 1950 et 21 % en 2000 . ` Note : la somme des effectifs par regime n’est ´ pas possible pour evaluer le nombre total de ´ retraites. La population la plus agee augmente plus vite ˆ ´ que la population totale. Vieillissement de la population et rajeunissement des retraites Vieillissement de la population La population agee de 60 ans et plus n’a pas ˆ ´ cesse d’augmenter depuis 1950. en effet. cette classe d’age comptera plus ˆ de 22 millions de personnes en 2050. Les retraites de droits derives de la Cnav etaient ´ ´ ´ ´ 862 500.8 millions en 2007. soit une augmentation de 5 points.

Ce sont les ` personnes agees de plus de 85 ans qui verront ˆ ´ leur part augmenter : au sein des seniors.6% 7.1% 21.5% 61 a ` 64 ans 9.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE En 2000.8% 60 ans 56. les retraites en 2006. la population agee de 60 a 74 ans ˆ ´ ` representait 65 % des plus de 65 ans.4% 57. Cette part ´ devrait augmenter pour atteindre 75 % en 2020 avant de tomber a 63 % en 2050.3% 45.0% 0.9% Source : Drees.0% 14.3% 9.1% 51. Tableau 25 ˆ Age de depart a la retraite en 2006 (en %) ´ ` Regimes ´ CNAV MSA salaries ´ MSA exploitants RSI commercants ¸ RSI artisans CNRACL FPEC* Moins de 55 ans 0.8% 49.4% 6.8% 0.0% 12.0% 0. Graphique 51 Structure de la population agee de plus de 60 ans ˆ ´ 100% 85 ans ou plus 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 1950 de 75 à 84 ans de 60 à 74 ans 1990 2000 2010p 2020p 2030p 2040p 2050p (p) projections Source : Insee.5% 11.6% 2.8% 6.0% 0. Un quart seulement des departs ´ ´ ´ se font avant 60 ans et la moitie a 60 ans exac´ ` tement.9% 12.0% 5.0% 13.1% 26. il seront 14 % en 2050 contre 10 % en 2000.9% 9.0% 0.5% 1.9% 56 a ` 59 ans 15. etudes et resultats ´ ´ 88 .5% 55 ans 0.0% 0.4% 43.9% 27.8% 2.5% 3.0% 0.3% 0.6% 38.3% 12.0% 0.4% plus de 65 ans 2.0% 16.8% 65 ans 15.0% 14.9% 7.7% 26. les assures du regime general ´ ´ ´ ´ et des regimes alignes peuvent partir a la ´ ´ ` retraite avant 60 ans grace aux dispositifs de ˆ depart anticipe. bilan demographique et projections 2006 de population 2005-2050 ´ ˆ Age de depart en retraite ´ Depuis 2004.4% 10.0% 0.9% 9.4% 20.

´ Deux pics sont constates dans les ages de ´ ˆ depart a la retraite : l’un a 60 ans (principalement ´ ` ` des hommes).5 61 60. ´ ´ ´ ` ´ ´ ´ ¸ editions 2006 ´ 89 . donnees sociales.5 62 61. Prospective des departs en retraite pour les generations 1945 a 1975. l’age moyen de liquidation des droits a ˆ ` la retraite augmenterait d’environ un an dans les deux secteurs. ` Graphique 53 ˆ Age de depart a la retraite selon le secteur d’activite et differentes generations ´ ` ´ ´ ´ ´ Secteur prive ´ 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 1945-1954 1955-1964 1965-1974 salariés partant à taux plein à 65 ans salariés partant à taux plein à 60 ans (ou avant) 8% 6% 4% 2% 0% 1945-1954 1955-1964 1965-1974 salariés partant à taux plein à 65 ans salariés partant à taux plein à 60 ans (ou avant) 18% 16% 14% 12% 10% Secteur public Previsions ´ Source : Insee. public et prive. Prospective des departs en retraite pour les generations 1945 a 1975.5 59 1945-1954 Secteur public 1955-1964 Secteur privé 1965-1974 Previsions ´ Source : Insee.LES INDIVIDUS Graphique 52 ˆ Age moyen de liquidation selon le secteur d’activite et differentes generations ´ ´ ´ ´ 62. ´ ´ ´ ` ´ ´ ´ ¸ editions 2006 ´ L’age de liquidation recule au fil des generaˆ ´ ´ tions sous l’effet des reformes visant a augmen´ ` ter le nombre de trimestres de cotisation pour une pension a taux plein et le recul de l’age d’entree ` ˆ ´ dans la vie active. donnees sociales. l’autre a 65 ans (principalement ` des femmes avec des carrieres courtes). la societe francaise. D’apres les prospectives de ` l’Insee. la societe francaise.5 60 59.

0 20.0 1980 1990 1996 Femmes 2000 2002 2004 Hommes 2006 (p) 2008 (p) (p) previsions ´ Source : Insee. 90 . Ainsi. Ces parts devraient se reduire ´ au fil du temps.0 10. etat civil et enquete Villes ´ ˆ L’esperance de vie des hommes et des fem´ mes augmente regulierement dans les memes ´ ` ˆ proportions. ` ´ les departs en retraites a taux plein devraient ´ ` intervenir de plus en plus a 65 ans et non plus a ` ` 60 ans dans le secteur prive comme dans le sec´ teur public. les femmes ont une espe´ rance de vie de 84 ans et les hommes de 77 ans. les personnes nees entre ´ 1965 et 1974 seraient 17 % a partir a taux plein a ` ` ` 60 ans et 22 % a partir a taux plein a 65 ans dans ` ` ` le secteur prive. les ´ departs en retraite a taux plein interviendraient a ´ ` ` 60 ans dans 5 % des cas et a 65 ans dans 17 % ` des cas.0 80. Les personnes nees entre 1945 et 1954 ´ seraient 43 % a partir en retraite a taux plein a ` ` ` 60 ans dans le secteur prive et 12 % dans le ´ secteur public.0 30. En 2008.0 0. Esperance de vie ´ Graphique 54 Esperance de vie a la naissance par genre ´ ` 90. En 1980. Dans le secteur public.0 60.0 70.0 40.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE D’apres les donnees prospectives de l’Insee.0 50. leurs esperances de vie etaient respec´ ´ tivement de 78 et 70 ans.

Prospective des departs en retraite pour les generations 1945 a 1975.LES INDIVIDUS Graphique 55 Esperance de vie a 60 ans par genre ´ ` 30. ´ ´ ´ ` ´ ´ ´ ¸ editions 2006 ´ 91 . etat civil et enquete Villes ´ ˆ Une femme de 60 ans en 2008 vit en moyenne 27 ans et un homme 22 ans.0 5.0 15.0 10.5 1 0. Hommes et femmes ont gagne 5 ans d’esperance de vie ´ ´ depuis 1980. Graphique 56 Ratio duree de la retraite / duree de vie hors etude ´ ´ ´ 2. donnees sociales.5 2 1.0 25.0 20.0 0.5 0 2005 2006 2007 (p) 2008 (p) Source : Insee. la societe francaise.0 1980 1990 1996 Femmes 2000 2002 2004 Hommes 2006 (p) 2008 (p) (p) previsions ´ Source : Insee.

Les retraites ne percevant ´ ´ ´ qu’une pension de reversion sont exclus. Etudes et Resultats no 662. Le ratio entre la duree de la retraite ´ ´ ´ et la duree de vie pour cette generation serait de ´ ´ ´ 41 % dans le secteur public et de 37 % dans le secteur prive. nes en France. un ´ ´ liquidant du secteur public de la generation 1965´ ´ 1974 passerait 29 ans en retraite. ayant au moins un avantage de droit direct. ´ ´ ` Au total. les pensions percues par les retraites fin 2004. 1 043 e en 2005 et ` 1 069 e en 2006 10. Etudes et resultats no 538. les retraites en 2006. Montant moyen brut des retraites Tableau 26 Montant moyen de la retraite globale mensuelle selon l’age et le genre en 2004* ˆ 65 a ` 69 ans Femmes Retraite globale dont Avantage principal de droit direct Avantage principal de reversion ´ Allocations du minimum vieillesse Autres avantages accessoires Hommes Retraite globale dont Avantage principal de droit direct Avantage principal de reversion ´ Allocations du minimum vieillesse Autres avantages accessoires 61 1 599 8 5 1 519 10 6 69 1 514 17 8 74 1 517 22 8 77 1 452 35 14 73 1 535 14 7 69 1 674 1 604 1 612 1 624 1 574 1 625 801 120 7 34 705 192 7 37 663 279 8 37 625 373 11 40 601 437 22 38 692 241 9 37 961 941 986 1 048 1 097 979 70 a ` 74 ans 75 a ` 79 ans 80 a ` 84 ans 85 ans et plus Ensemble Champ : retraites de 65 ans ou plus. octobre ´ ´ 2008.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE L’esperance de vie augmente regulierement. L’echantillon 2008 est actuellement en cours de ´ ´ ´ ´ constitution. ´ 3. la duree de la retraite continuerait d’aug´ menter au fil des generations. novembre 2006 ¸ ´ ´ * L’EIR 2004 est le dernier echantillon interregime de retraites disponible. 92 . ´ 10. En moyenne. in Drees.3. Montant des retraites Le montant moyen mensuel recu par les retrai¸ tes de droit direct tous regimes confondus s’ele´ ´ ´ vait a 1 017 e en 2004. ´ ´ Source : Drees. contre 27 ans pour les salaries du secteur prive de la meme ´ ´ ˆ generation.

novembre 2006. elle continuera a etre percue jusqu’a l’apurement de la dette ` ˆ ¸ ` sociale. les femmes en beneficient a hau´ ´ ` teur de 25 % de leur retraite globale. sont. ´ La CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) est un impot cree en 1996 pour ˆ ´´ resorber l’endettement de la Securite sociale. elles. ´ ´ ´ ` Depuis 1998. l’ecart tend a se reduire ˆ ´ ´ ´ ` ´ avec l’age. si l’avantage principal de reversion compose 1 % de la retraite globale ´ des hommes. ¸ ´ ´ La pension de retraite des hommes est composee a 95 % de l’avantage principal de droit ´ ` direct contre 70 % pour les femmes. la retraite globale des femˆ mes augmente grace a l’apport de la pension de ˆ ` reversion. ce qui explique qu’elles soient les principales beneficiaires de la reversion. En effet. Le taux de la CSG varie selon le niveau du taux d’imposition du menage ´ retraite. les femmes ont globalement des revenus professionnels moins eleves que les hommes et ´ ´ des carrieres moins avantageuses . ´ ´ ´ Evolution des prelevements sur les retraites de base ´ ` DESCRIPTION Une cotisation d’assurance maladie sur les retraites a ete instituee a compter du 1er juillet 1980. Cette diffe´ rence s’explique exclusivement par la part de la pension de reversion dans la structure totale de ´ la retraite. qui ne beneficient que ´ ´ ´ tres peu de la reversion.LES INDIVIDUS En 2004. Seuls restent assujettis pour les ´ ` ´ ` retraite de base les retraites domicilies fiscalement hors de France et qui relevent a titre obligatoire ´ ´ ` ` d’un regime Francais d’assurance maladie. Par ail´ ´ ´ leurs. le montant de la retraite des femmes est inferieur en moyenne de 40 % a celui des ´ ` hommes (979 euros contre 1 625 euros). assujetties ´ ¸ ´ pour l’ensemble des pensionnes. Si le montant moyen de la retraite globale des hommes est superieur a celui des femmes quel´ ` ques soit l’age considere. Les retraites complementaires. ce prelevement est lie au droit a l’assurance maladie.4% ´ Source : Drees. En effet. Etudes et resultats no 538. leur pension ` de droits directs est donc moins elevee. Les hommes. Graphique 57 Structure de la retraite globale selon le genre en 2004 Femmes Allocations du minimum vieillesse 1% Avantage principal de réversion 25% Avantage principal de droit direct 95% Hommes Autres avantages accessoires 4% Avantage principal de réversion 1% Avantage principal de droit direct 70% Autres avantages accessoires 4% Allocations du minimum vieillesse 0. ´ ´ La CSG (contribution sociale generalise) est prelevee depuis le 1er fevrier 1991 sur le montant brut ´ ´ ´ ´ ´ des avantages vieillesse. les pensions percues par les retraites fin 2004. Initialement prevue pour etre prelevee a titre tem´ ´ ´ ´ ˆ ´ ´ ` poraire jusqu’au 31 janvier 2014. connaissent une baisse ` ´ de leur pension globale au fil des annees de ´ retraite. 93 . Les femmes ont une esperance de vie plus elevee que celle ´ ´ ´ des hommes.

6 % au ´ ` ` titre de la CSG et 0.0 0.3 1.2 6.3 0.5 % au titre de la CRDS auxquels il faut ajouter 1 % d’assurance-maladie pour les retraites complementaires.0 0.5 * Le taux de CSG est dit a taux plein le revenu fiscal est superieur au seuil d’assujettissement a l’impot sur le revenu.6 3.8 0.05% FFAPA* 0.0 6.5 8.0 0.6 3.1 4.1 5.5 7.0 6.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 27 Prelevements sur les retraites en 2007 ´ ` En % Assurance maladie CSG CRDS Ensemble Regimes de base pour les residents en France ´ ´ Taux plein* Taux reduit* ´ Exoneration* ´ Regimes de base pour les residents hors de France ´ ´ Taux plein* Taux reduit* ´ Exoneration* ´ Regimes complementaires ´ ´ Taux plein* Taux reduit* ´ Exoneration* ´ 1. ´ Sources : documentation Cnav et Agirc-Arrco Depuis 2005.8 0.10% Cnaf 1.10% Assurance-maladie 4.35% * FFAPA : Fonds de Financement de l’APA (allocation personnalisee d’autonomie) ´ Source : documentation CNAV 94 .5 3.5 10.8 0.3 7. ´ Graphique 58 Repartition de la CSG entre les organismes depuis le 01/01/2005 ´ FSV 1.1 % au taux maximum .5 3. les prelevements sur les retrai´ ` tes de base pour les retraites vivant en France ´ s’elevent a 7.7 0. a taux ` ´ ` ˆ ` reduit si le revenu fiscal de reference est inferieur au seuil de recouvrement (soit environ 60 euros) et il y a exoneration si le ´ ´ ´ ´ ´ revenu fiscal est inferieur au seuil d’assujettissement. soit 6.6 3.

le pouvoir d’achat diminue tandis que si la hausse des revenus est superieure a celle des prix. si les prix ´ ´ ´ ` augmentent alors que les revenus sont constants. La revalorisation des retraites de la fonction publique etait egale a celle de l’indice de traite´ ´ ` ment de la Fonction publique jusqu’en 2004. Le produit de la CSG a taux ´ ´ ` minore (3. le pouvoir d’achat augmente. Ainsi. ´ ` Les pensions de retraites de la Cnav. Son evolution est liee a celle des prix et des revenus. l’assurance maladie en est le principal beneficiaire. 95 .LES INDIVIDUS Le produit de la CSG est reparti entre diffe´ ´ rents organismes . Pouvoir d’achat des pensions de retraite ´ DEFINITION Le pouvoir d’achat d’un revenu est la quantite de biens et de services que l’on peut acheter avec ´ une unite de ce revenu. de la fonction publique. de l’Agirc et de l’Arrco sont regulierement revalorisees en fonction de l’indice ´ ` ´ des prix.8 %) est affecte entierement aux regi´ ´ ` ´ mes obligatoires d’assurance maladie. Les retraites pouvaient en outre beneficier des mesu´ ´ ´ res de revalorisation categorielles de leur ancien ´ corps.

20 % 1.64 % 1. ´ ` ´ (2) Moyenne annuelle (3) 1er avril Source : documentation Arrco 96 .69 % 1.80 % 1.83 % 1.20 % 1.97 % 1.89 % 2.49 % 2.00 % 4.00 % Indice des prix 3.69 % 1.54 % 1.23 % 0.67 % 1.90 % 1.23 % 1.94 % 1.19 % 0.47 % 2.52 % 1.72 % 1.78 % 1.11 % 3.95 % 1.14 % 0.60 % 1.95 % 1.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 28 ´ Evolution des taux de revalorisations des pensions Cnav.52 % 1.76 % 0.30 % 0.42 % 2.24 % 1.72 % 1.58 % 3.50 % 0.52 % 0.60 % 1.54 % 1. l’indice des prix concerne celui hors tabac conformement a l’accord du 10 fevrier 2001.58 % 1.79 % ` (1) A compter de 2000.02 % 2.63 % 1.50 % 0.40 % 0.50 % 2.80 % 1.80 % 1.10 % 0.11 % 2.72 % 3.00 % 1.32 % 2.34 % Cnav 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000(1) 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009(3) 3.70 % 1.60 % 1.60 % 1.37 %(2) 1.37 %(2) 1.78 % 1.97 % 0.47 % 0.50 % 1.21 % 2.00 % Valeur du point Arrco 4.48 % 2.27 % 2.43 % 2.74 % 1.37 % 3.11 % 1.95 % 1.73 % 1.26 % 0.80 % 1. Agirc comparees a l’evolution des prix ´ ` ´ Fonction publique* 2.53 % 2.00 % 0.80 % 1.20 % 2.00 % 1. Arrco.72 % 0.00 % 1.00 % 1.27 % 1.70 % 2.00 % 0.60 % 1.66 % 0.00 % 1.68 % 1.80 % 1.08 % 1.72 % 1.69 % 1.77 % 2.50 % 2.74 % 1.34 % Valeur du point Agirc 3.

0 100.5 0. Le pouvoir d’achat des pensions nettes de retraite des fonctionnaires a baisse de 0.0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 Régimes général et alignés ARRCO AGIRC Régimes des fonctionnaires Source : Drees. Graphique 60 ´ Evolution cumulee du pouvoir d’achat net des principales retraites de 2000 a 2006 ´ ` 102.0 98. les retraites de 2000 a 2005.0 94.0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 régimes général et alignés ARRCO AGIRC régimes des fonctionnaires Source : Drees.0 101. ` Le pouvoir d’achat des pensions des principaux regimes de retraite a baisse entre 2000 et ´ ´ 2005.0 -0.0 0.0 -1.5 -1.0 96.0 99.2 % entre 2000 et 2006.0 97.LES INDIVIDUS Graphique 59 ´ Evolution annuelle du pouvoir d’achat net des principales retraites de 2000 a 2005 ` 1.7 % en ´ moyenne annuelle tandis que celui du regime ´ general et des regimes alignes a baisse de ´ ´ ´ ´ ´ 0.5 -2.0 95. les retraites de 2000 a 2005 ` 97 .

4. le niveau de vie des menages retrai´ tes representait 98 % de celui des menages ´ ´ ´ actifs. celui des pensions versees par la Cnav et les regimes alignes est ´ ´ ´ reste quasiment stable tandis que celui des pen´ sions complementaires Arrco et Agirc a baisse de ´ ´ 1. le niveau de vie des menages retraites representait 98 % de celui des menages actifs.6 %.6 %. celui ´ ´ ´ des menages actifs de 6. ´ 3. entre 2000 et 2006. ˆ ` * Depuis 2005. ´ ´ ´ ´ ´ En 2006.3 aux enfants de moins de 14 ans. contre 92 % en 2002. Graphique 61 Niveau de vie median des menages de 2002 a 2006 (euros 2006) ´ ´ ` 18 500 18 000 17 500 17 000 16 500 16 000 15 500 15 000 14 500 14 000 2002 2003 Ménage d'actifs 2004 Ménage de retraités 2005* 2006 Source : enquetes revenus fiscaux de 1996 a 2005.2 % entre 2000 et 2006.7 %.3 % en 6 ans.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Au final. Niveau de vie des retraites ´ DEFINITION Le niveau de vie est egal au revenu disponible du menage divise par le nombre d’unites de ´ ´ ´ ´ consommation. ` ` Depuis 2002. le pouvoir d’achat de la retraite nette des fonctionnaires a perdu 3. 98 . Le niveau de vie est donc le meme pour tous les individus d’un meme menage. 0. contre 92 % en 2002. le niveau de vie median des menages retraites a augmente de 12. ´ ´ ´ ´ Depuis 2005. ´ En 2006.5 aux ´ ´ ´ autres personnes de 14 ans ou plus et 0. celui des menages actifs de 6. le niveau de vie median des ´ menages retraites a augmente de 12. Insee-DG.7 %. les niveaux de vie integrent les ` prestations sociales reelles (imputees aupara´ ´ vant) et prend en compte de maniere plus com` plete les revenus des produits financiers. ˆ ˆ ´ Les unites de consommation sont generalement calculees selon l’echelle d’equivalence dite de ´ ´ ´ ´ ´ ´ l’OCDE modifiee qui attribue 1 unite de consommation au premier adulte du menage. ` Depuis 2002. les niveaux de vie integrent les prestations sociales reelles (imprevues auparavant) et prend en compte de ` ´ ´ maniere plus complete les revenus des produits financiers.

le niveau de vie baisse de 42 %. Entre la population agee de 45 a 54 ans et celle agee de ˆ ´ ` ˆ ´ 75 ans et plus. individus dont le revenu declare au fisc est positif ou nul et dont la personne de reference n’est ´ ´ ´ ´ ´ pas etudiante. le niveau de vie moyen entame l’evolu´ tion inverse et ne cesse de diminuer.06 1. les menages d’actifs et de retraites avaient un niveau de vie quasi equivalent. enquetes Revenus fiscaux et sociaux 2006. Le niveau de vie des ´ ´ ´ 10 % de menages retraites du bas de la distribution est superieur de 5 % a celui des 10% de menages d’actifs a cette place.94 Ménage de retraité (1) Ménage d'actif (2) Rapport (1)/(2) En 2006. ˆ Entre 18 ans et 54 ans. A partir de 55 ans. le niveau de vie moyen fait plus que doubler et passe de 17 200 euros pour la tranche d’age 18-24 ans a plus de ˆ ` ` 35 500 euros pour les 45-54 ans. ´ ´ ´ ` ´ ` Note : les menages de retraites (actifs) sont les menages ou la personne de reference est retraitee (active). ´ Sources : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA. Attention : ce ne sont pas les memes generaˆ ´ ´ tions.96 0. quelle que soit leur place dans la ´ ´ ´ distribution des revenus.LES INDIVIDUS Graphique 62 Distribution des niveaux de vie des menages de retraites et des menages d’actifs ´ ´ ´ 40 000 35 000 30 000 25 000 20 000 15 000 10 000 5 000 0 D1 D2 D3 D4 D5 D6 D7 D8 D9 1. Les retraites ont un niveau de vie superieur dans les premier et dernier deciles.98 0.00 0. 99 .02 1. ´ ´ ´ ` ´ ´ ´ Champ : France metropolitaine.04 1.

` Graphique 63 Taux de pauvrete de 1970 a 2004 (seuil a 50 %) ´ ` ` 30.8 % pour l’ensemble ´ de la population. mesure.0% 20.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE ´ 3.0% 1970 1975 1979 Retraités 1984 1990 1996 2004 Ensemble de la population Champ : individus des menages dont le revenu declare au fisc est positif ou nul et dont la personne de reference n’est ni etudiante ´ ´ ´ ´ ´ ´ ni militaire du contingent. denomme seuil de pauvrete (exprime en euros). ` ´ ´ ´ Le taux de pauvrete ainsi mesure ne dit rien de l’intensite de la pauvrete. la pauvrete monetaire ´ ´ ´ de maniere relative.0% 5.6 %) au seuil de 50 %. Eurostat et les pays europeens utilisent en general un ´ ´ ´ seuil a 60 % de la mediane des niveaux de vie. Source : enquetes revenus fiscaux de 1996 a 2004. 28 % des retraites vivaient sous le ´ seuil de pauvrete contre 4.0% 15. Le taux de pauvrete des retrai´ tes a donc considerablement diminue depuis ´ ´ ´ 1975 tandis que le taux de pauvrete de l’en´ semble de la population a legerement augmente ´ ` ´ depuis les annees 1990.2 %) etait superieur a celui des ´ ´ ` retraites (3. en effet. Dans cette approche.0% 25. les seuils de pauvrete ainsi definis correspondaient a 880 euros (seuil a 60 %) et 733 euros ´ ´ ` ` (seuil a 50 %) mensuels. le taux de pauvrete de l’ensemble de ´ la population (6. seuil de reference jusque recemment. ´ En 1970. mais utilise aussi tres ` ´ ´ ` largement un seuil a 50 %. Insee-DGI ˆ ` En 2004. le seuil est determine par rapport a la distribution des ` ´ ´ ` niveaux de vie de l’ensemble de population. Taux de pauvrete ´ DEFINITION Le taux de pauvrete correspond a la proportion d’individus (ou de menages) dont le niveau de vie ´ ` ´ est inferieur a une annee donnee a un seuil. ´ ´ ´ ´ En 2006.0% 10. ´ 100 . ´ ` ´ ´ ` ´ ´ ´ ´ L’Insee. comme Eurostat et les autres pays europeens. La France privilegie ce seuil.5.0% 0.

´ ´ ` ˆ 101 .0 1996 1997 1998 Retraités 1999 2000 2001 2002* 2003 2004 Ensemble de la population * 2002 : metrople.0 4. – 13 629.0 2.0 10. Avec un seuil a 50 % de la ´ ` mediane. ´ Champ : individus des menages dont le revenu declare au fisc est positif ou nul et dont la personne de reference n’est ni etudiante ´ ´ ´ ´ ´ ´ ni militaire du contingent. sous condition de ´ ressources.LES INDIVIDUS Graphique 64 Taux de pauvrete de 1996 a 2004 (seuil de 60 %) ´ ` 16. Insee-DGI ˆ ` Depuis 1996. creee en ´ ˆ ´ ´´ remplacement des differentes prestations qui composaient le minimum vieillesse jusqu’au 31 de´ ´ cembre 2005.0 8. il double avec un seuil a 60 %.59 euros par an (soit 633. le taux de pauvrete triple entre le seuil a 50 % ´ ´ ` et celui a 60 % (de 3. a l’age de la retraite.44 euros par an (soit 1 135.12 euros par mois) pour une personne seule .2 % en 2004 . S’agissant des retrai` ` tes. a : ´ ` – 7 597. concubins ou partenaires lies par un pacte civil de solidarite (PACS) en beneficient. le taux de pauvrete a legerement ´ ´ ` diminue. a 11. L’ASPA constitue un montant minimum de pension de vieillesse accorde.0 6.4 % a 9 %) ` ` 3. Minimum vieillesse DESCRIPTION Le minimum vieillesse est une allocation non contributive qui permet de completer le revenu des ´ personnes de 65 ans ou plus (60 ans en cas d’invalidite ou d’inaptitude) jusqu’au seuil du minimum ´ ` vieillesse qui s’eleve depuis le 1er septembre 2008.7 %.0 14.6. l’allocation supplementaire du minimum vieillesse (ASV) a ete remplacee par l’allocation de solidarite aux personnes agees (ASPA). ´ ´ ´ ´ ´ ´ ´ ´ Depuis le 1er janvier 2007.0 12. le taux de pauvrete de l’ensemble de ´ ´ la population est de 6. aux personnes qui n’ont pas suffisamment cotise aux regimes de retraite pour pouvoir ´ ´ beneficier d’un revenu d’existence. qui est une allocation unique. Source : enquetes revenus fiscaux de 1996 a 2004.78 euros par mois) lorsque les deux conjoints. ´ Les resultats dependent beaucoup du seuil de ´ ´ pauvrete retenu.

fevrier 2009. document de travail.0 10. Les beneficiaires des allocations de minimum vieillesse au 31 decembre 2007. mars 2009.0 2. Les allocataires de ´ ´ ´ minima sociaux. ´ Le nombre d’allocataires du minimum vieillesse est en baisse reguliere depuis 1960 pas´ ` sant d’environ 2.6 million ` en 2006 . A 80 ans.0 6. 10 % des personnes agees de 90 ˆ ˆ ´ ans ou plus percoivent une allocation a ce titre. ´ ´ ´ no 129.0 4.0 12. cette tendance s’inverse.0 60 à 64 ans 65 à 69 ans 70 à 74 ans 75 à 79 ans Femmes 80 à 84 ans Ensemble 85 à 89 ans 90 ans et plus Hommes Sources : enquete Drees sur le minimum vieillesse et projections demographiques en France metropolitaine de l’Insee au ˆ ´ ´ 1er janvier 2008 in Drees. soit une baisse de 76 %.47 millions en 1960 a 0. . ¸ ` 102 Entre 60 ans et 79 ans. et Drees. Graphique 66 Part des allocataires dans la population totale en 2007 (en %) 14. Etudes et resultats no 680.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Graphique 65 Effectifs allocataires du minimum vieillesse depuis 1960 3 000 000 2 500 000 2 000 000 1 500 000 1 000 000 500 000 1960 1963 1966 1969 1972 1975 1978 1981 1984 1987 1990 1993 1996 1999 2002 2005 ´ Source : Drees. Etudes et resultats no 631. Les allocataires du minimum vieillesse. les hommes beneficient ´ ´ ` partir de plus souvent du minimum vieillesse. avril 2008.0 0. La part des beneficiaires de l’allocation supple´ ´ ´ mentaire du minimum vieillesse augmente avec l’age : en 2007.0 8.

Les allocataires du minimum vieillesse. Etudes et resultats no 631.LES INDIVIDUS Tableau 29 ´ ´ Elements constitutifs des carrieres des allocataires de l’ASV ` et des non allocataires en 2004 (en %) Allocataires de l’ASV Hommes Ensemble des retraites ayant acquis un droit ´ propre Duree d’assurance moyenne tous regimes (en ´ ´ trimestres) Part des retraites beneficiant d’une pension ´ ´ ´ d’inaptitude ou d’ex-invalidite ´ Part des retraites monopensionnes ´ ´ Retraites a carriere incomplete ´ ` ` ` Duree d’assurance moyenne tous regimes (en ´ ´ trimestres) Part des retraites beneficiant d’une pension ´ ´ ´ d’inaptitude ou d’ex-invalidite parmi ceux a ´ ` carriere incomplete ` ` Part des monopensionnes parmi les retraites a ´ ´ ` carriere incomplete ` ` Retraites a carriere complete ´ ` ` ` Duree d’assurance moyenne tous regimes (en ´ ´ trimestres) Part des retraites beneficiant d’une pension ´ ´ ´ d’inaptitude ou d’ex-invalidite parmi ceux a ´ ` carriere complete ` ` Part des monopensionnes parmi les retraites a ´ ´ ` carriere complete ` ` 100 % Femmes 100 % Ensemble 100 % 104 89 95 61 % 68 % 75 % 87 58 % 80 % 84 % 77 59 % 75 % 80 % 81 62 % 60 % 61 % 72 % 25 % 155 83 % 16 % 154 80 % 20 % 154 58 % 49 % 54 % 55 % 66 % 60 % ´ Source : Drees. ´ 103 . avril 2008.

´ ´ ´ mars 2009 * Y compris CAMR (caisse de retraite des agents de chemins de fer secondaires et des tramways.4 % 1.1 % 0. integree a la Cnav debut ´ ´ ` ´ 1992 104 .0 % 0. 59 % percoi¸ vent une pension au titre de l’inaptitude ou d’ex- invalide.5 % 0.6 % 0.0 % 0.1 % 0. 80 % des allocataires de l’ASV ont eu une carriere incomplete contre 37 % pour les retraites ne ` ` ´ percevant pas le minimum vieillesse. Tableau 30 Allocataires de l’ASV par caisse de versement et montants verses a la fin 2007 ´ ` Regimes ´ Regime general (CNAVTS)* ´ ´ ´ MSA exploitants SASV MSA salaries ´ RSI-commercants (ex-Organic) ¸ RSI-artisans (ex-Cancava) Cavimac (cultes) Professions liberales ´ Regimes speciaux. Les beneficiaires des allocations du minimum vieillesse.0 % 0.1 % 0.2 % 0. no 129.6 % 1.6 % 11.7 % 4. au 31 decembre 2007 – Document de travail.6 % 9. Parmi les allocataires de l’ASV.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Les allocataires de l’ASV ont cotise moins ´ longtemps a l’assurance vieillesse (95 trimestres) ` que les retraites ne percevant pas le minimum ´ vieillesse (144 trimestres). dont : ´ ´ – SNCF – Mines – ENIM (marins) ´ – Ouvriers de l’Etat – Collectivites locales ´ – Autres – Fonctionnaires TOTAL Effectifs 408 395 56 259 68 718 23 257 9 664 8 015 8 715 197 3 513 478 686 1 100 123 320 77 729 586 733 Repartition en % ´ 69.1 % 100 % Source : Drees. La perception de ce type de pension est trois fois plus frequente pour les retraites perce´ ´ vant l’ASV que pour les autres (21 %).0 % 1.

98.5 % des personnes ´ agees de 65 a 74 ans vivent en menage ordiˆ ´ ` ´ naire . Conditions de vie des retraites Lieu de vie Graphique 67 Lieu de vie des personnes agee de 65 ans et plus en 2003 (en %) ˆ ´ 120 100 80 60 40 20 0 ménage ordinaire foyer-logement maison de retraite hospitalisation de longue durée** 65-74 ans 75-84 ans 85-94 ans 95 ans et plus * non compris les foyers pour handicapes classes ´ ´ ** hospitalisation de plus de 3 mois notamment en unite de soins de longue duree et hopital psychiatrique ´ ´ ˆ NB : les effectifs en residence d’hebergement temporaire ne sont pas pris en compte (2000 en 2003).8 %. Les maisons de retraites sont le deuxieme lieu ` de vie accueillant le plus de personnes agees. Les personnes agees de 95 ans et plus ˆ ´ sont 35 % a vivre en maison de retraite.4 % des 85-94 ans vivent en maison de retraite. ` 105 . decembre 2007 Le nombre de personnes agees residant en ˆ ´ ´ menage ordinaire diminue avec l’age mais la ´ ˆ majorite des personnes agees continue de vivre ´ ˆ ´ en menage ordinaire. ˆ ´ 18.7. ´ ´ ´ Source : Lettre de l’Observatoire des Retraites no 15.LES INDIVIDUS ´ 3. les plus de 95 ans ne sont plus que 51.

´ La proportion de menages ages proprietaires ´ ˆ ´ ´ sans emprunt en cours est de 70 % en 2006 .7 13.9 12.9 12.4 100. depuis 1984. de 22 % pour les personnes agees de moins de 25 ans et de 4.6 10.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Statut d’occupation des residences principales ´ Tableau 31 Statut d’occupation des residences principales des menages ages ´ ´ ˆ ´ 1984 Proprietaires. ˆ ` Les personnes agees sont.1 100.4 2.3 % pour l’ensemble de la population. majoˆ ´ ritairement proprietaires de leur logement.5 30.0 2002 70.1 2.0 2006 72.7 100. 106 . le taux ´ ` ˆ d’effort net est.0 5. en moyenne.0 1992 63.0 3.6 3.2 10.1 52.00 * y compris loi de 1948.2 1. En 2006. Depenses de logement ´ ´ DEFINITION Le taux d’effort est egal au rapport entre la depense en logement d’un menage et son revenu.6 100. elle etait de 53 % en 1984 .5 13.1 13.9 11.8 63.4 13.1 20. Champ : France metropolitaine – menages dont la personne de reference est agee de 65 ans ou plus. enquetes Logement 1984 a 2006.3 11. ´ ´ ´ ´ ˆ ´ Source : Insee.6 % ˆ ´ pour les personnes agees de plus de 60 ans. ´ ´ ´ Le taux d’effort est dit « net » si l’aide au logement percue par le menage est defalquee de la ¸ ´ ´ ´ depense de logement et « brut » dans le cas contraire.1 70.4 15.5 100.7 24. soit une augmentation de ´ 17 points en vingt ans. dont ´ – Sans emprunt en cours – Accedants ´ Locataires d’un local loue vide dont ´ – Locataires du secteur social – Locataires du secteur libre* Autres statuts Ensemble 56.3 23.6 60.2 13.5 26.1 28.4 10. ˆ ´ contre 10.6 4.7 55. ´ Le taux d’effort en depenses de logement dimi´ nue regulierement avec l’age.0 9.3 100.7 3.0 1988 59.9 24.7 68.0 1996 65.9 12.

´ Source : Insee.6 points ´ pour l’ensemble de la population entre 1984 et 2006.0 15.0 20. enquete Logement 2006.0 1984 1988 1992 60 ans et plus 1996 Ensemble 2002 2006 Champ : France metropolitaine.0 5. tous menages.0 25. ˆ Si le taux d’effort a augmente de 1.0 4.0 0.0 Moins de 25 ans De 25 à 29 ans De 30 à 44 ans De 45 à 59 ans 60 ans et plus Ensemble Taux d'effort brut moyen Taux d'effort net moyen Champ : France metropolitaine.0 10.0 6. ´ ´ Source : Insee. il est quasi constant pour les personnes agees de plus de 60 ans et plus. enquetes Logement 1984 a 2006.0 0.LES INDIVIDUS Graphique 68 Depenses de logement : taux d’effort par age en 2006 ´ ˆ 35. ˆ ` 107 .0 10.0 2.0 8. ˆ ´ Graphique 69 Taux d’effort net moyen en depenses de logement de 1982 a 2006 (en %) ´ ` 12.0 30.

enquetes Logement 1984 a 2006. le confort des logements des menages ages s’est ameliore. Aujourd’hui.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Confort des logements Entre 1984 et 2006. La dependance ´ DEFINITION La dependance se caracterise par un besoin eleve d’assistance pour les actes essentiels de la vie ´ ´ ´ ´ quotidienne et cela de facon permanente.8. ` Graphique 70 Confort des logements des menages ages de 1984 a 2006 (en %) ´ ˆ ´ ` 12 10 8 6 4 2 0 1984 1988 60 ans et plus 1992 1996 2002 Ensemble de la population Installation sanitaire : douche. la part des menages ages souffrant de l’un ´ ˆ ´ de ces problemes de confort est de 3 % au total. Champ : France metropolitaine – menages dont la personne de reference est agee de 65 ans ou plus. petite ou grande baignoire. Les personnes dependantes ont donc besoin a la fois ¸ ´ ` d’une assistance d’une tierce personne et de soins medicaux. ˆ ` ´ 3. ´ ´ ´ ´ ˆ ´ Source : Insee. 12 % n’avaient pas d’installation sanitaire et 3 % n’avaient pas de WC. En 1984. ´ 108 . 16 % ´ ˆ ´ ´ ´ des menages ages vivaient sans acces a l’eau ou ´ ˆ ´ ` ` sans eau courante.

Le GIR 3 regroupe les personnes ayant conserve leur autonomie mentale. la toilette et l’habillage ne sont pas faits ou partiellement. Six groupes iso ressource (GIR) sont distingues. locomotrice et sociale. se rapportant a la perte ´ ` d’autonomie physique et psychique et 7 dites illustratives. De plus. Le deplacement a l’interieur est possible mais la toilette et l’habillage ne sont pas ´ ´ ` ´ faits ou partiellement. ` ´ Le GIR 5 est compose de personnes autonomes dans leurs deplacements chez elles. Elles peuvent necessiter une aide ponctuelle pour la toilette. La grille Aggir est utilisee pour determiner les droits a l’Allocation Personna´ ´ ` ` ´ lisee a l’Autonomie a domicile ou en etablissement.LES INDIVIDUS ´ Encadre : la grille Aggir Il existe une multitude de mesures de la dependance. la plus communement utilisee est ´ ´ ´ la grille Aggir (autonomie gerontologique groupe iso-ressources). ce groupe comprend aussi des personnes sans problemes de locomotion mais qu’il faut aider pour les activites corporelles et les repas. mais qui necessitent quotidiennement et plusieurs fois par jour des aides pour ´ leur autonomie corporelle. corporelle. la prepara´ ´ tion des repas et le menage. La plupart s’alimentent seules . peuvent se deplacer a l’interieur du logement. Le GIR 2 est compose de deux sous-groupes : ´ – d’une part les personnes confinees au lit ou au fauteuil dont les fonctions mentales ne sont pas ´ totalement alterees et qui necessitent une prise en charge pour la plupart des activites de la vie ´ ´ ´ ´ courante . les GIR 1 a 4 correspondant a une population en ´ ` ` perte d’autonomie voire dependante : ´ Le premier groupe (GIR 1) comprend les personnes confinees au lit ou au fauteuil ayant perdu leur ´ autonomie mentale. Ainsi. Elles doivent etre aidees pour la toilette et ´ ´ ` ´ ˆ ´ l’habillage. qui s’alimen´ ´ tent et s’habillent seules. celles dont les fonctions mentales sont alterees mais qui ont conserve leurs capa´ ´ ´ cites motrices. ´ Cette grille classe les personnes agees selon leur degre d’autonomie a partir du constat des ˆ ´ ´ ` activites ou gestes de la vie quotidienne qui sont ou non reellement effectues. faire partiellement ou ne pas faire). ` ´ ´ Le GIR 4 comprend les personnes qui n’assument pas seules leurs transferts mais qui. qui necessitent une presence indispensable ´ ´ et continue d’intervenants. se rapportant a la perte d’autonomie ` domestique et sociale) classees selon trois modalites (faire seul – eventuellement avec une aide ´ ´ ´ technique –. partiellement leur auto´ nomie locomotrice. En France. – d’autre part. une fois levees. Cette grille d’eva´ ´ ´ ´ luation est remplie soit par le medecin traitant a domicile soit par le medecin coordonnateur de ´ ` ´ l’etablissement dans lequel reside la personne. ´ ` 109 . l’hygiene de l’elimination necessite l’aide d’une tierce personne. ´ ´ L’evaluation se fait sur la base de 17 variables (10 dites discriminantes. ´ Le GIR 6 regroupe les personnes qui n’ont pas perdu leur autonomie pour les actes discriminants de la vie quotidienne.

2005 ´ ´ Tableau 33 Accueil des personnes agees dependantes ˆ ´ ´ ´ ´ ´ ´ ´ ´ Total des Residents Residents Residents Residents Residents Residents en GIR en GIR en GIR en GIR en GIR en GIR places 5a6 ` 1a4 ` 4 3 2 1 installees ´ Unites de soins de ´ longue duree non ´ EHPAD Autres non-EHPAD EHPAD Non-EHPAD (hors USLD) 17 673 40 42 10 7 98 2 Total 100 1 479 514 635 35 872 2 19 11 13 35 25 11 14 16 31 19 22 57 85 74 43 15 26 100 100 100 Ensemble des etablissements ´ d’hebergement ´ pour personnes agees hors ˆ ´ logement-foyers Logement-foyers non-EHPAD 568 180 19 32 14 19 84 16 100 115 979 1 3 5 16 25 75 100 Source : Drees.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE En 2000.2 million ˆ en 2040. series statistiques ´ 110 . le nombre de personnes agees ˆ ´ dependantes etait evalue a 800 000. Le defi de la dependance. Tableau 32 Nombre de personnes agees dependantes ˆ ´ ´ Annees ´ 1990 2000 2020 (p) 2040 (p) Nombre de 60 ans et plus 10 763 586 12 131 941 17 000 000 21 500 000 Nombre de PAD* 670 000 800 000 1 000 000 1 220 000 * PAD : personnes agees dependantes ˆ ´ ´ (p) projections Source : Cour des comptes. Elles ´ ´ ´ ´ ` devraient etre de 1 million en 2020 et 1.

Elle n’est pas imposable sur le revenu.32 euros par mois pour le GIR 3 – 518. ´ 111 . tant a domicile qu’en etablissement d’accueil. l’APA est accordee aux personnes de 60 ans ´ ´ ´ ´ ´ et plus presentant un certain degre de perte d’autonomie (GIR 1 a 4) et residant en France. ´ er ´ Au 1 janvier 2008. decembre 2007. Il reste toutefois une participation financiere a la charge du beneficiaire ´ ` ` ´ ´ lorsque ses ressources depassent un certain montant.55 euros par mois pour le GIR 4 Pour en savoir plus : voir Observatoire des retraites « Face a l’octoboom.LES INDIVIDUS ˆ ´ PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES ´ DEPENDANTES DESCRIPTION L’APA (allocation personnalisee a l’autonomie) a ete instituee par la loi du 20 juillet 2001 en ´ ` ´ ´ ´ remplacement de la prestation specifique dependance (PSD). 94 euros par mois pour le GIR 1 – 1 036. quels accompagne` ´ ments ? ». sans recours a l’obligation alimentaire ni recu´ ` ´ peration sur successions. ´ ´ ´ Etudes et resultat no 637. ´ ` ´ ´ Sources : Drees. les montants maximum de l’APA etaient de : – 1 208. La Lettre de l’OR no 15. Elle a pour objet d’ameliorer et ´ ´ ´ d’elargir la prise en charge de la perte d’autonomie physique et/ou mentale des personnes ´ agees. mai 2008. L’allocation personnalisee d’autonomie et la prestation de compensation du handicap au 31 decembre 2007. Graphique 71 Nombre de beneficiaires de l’APA (en milliers) ´ ´ 1200 1000 800 600 400 200 0 m ar s02 ju il02 no v02 m ar s03 ju il03 no v03 m ar s04 ju il04 no v04 m ar s05 ju il05 no v05 m ar s06 ju il06 no v06 m ar s07 ju il07 no v07 m ar s08 ju il08 no v08 À domicile En établissement Ensemble Champ : Metropole et DOM. ˆ ´ ` ´ Financee par la CNSA et geree par les departements. ´ ´ ` ´ L’APA est versee sans conditions de ressources. extrapolation a partir des departements repondants.19 euros par mois pour le GIR 2 – 777.

enquete trimestrielle sur l’APA aupres des Conseils generaux ˆ ` ´ ´ 112 .7 43. En revanche. ´ En 2008. la part acquittee par les beneficiaires ´ ´ ´ a augmente .2 25. ´ ` ´ ´ Source : Drees. mai 2008.5 18. L’allocation personnalisee d’autonomie et la prestation de compensation du handicap au 31 decembre 2007. de 25 a ´ ` 88 euros mensuels entre mars 2002 et decembre ´ 2006. ´ ´ ´ Graphique 72 ´ Evolution du montant moyen de l’APA a domicile (en euros) ` 600 500 400 300 200 100 0 m ar s02 ao ût -0 2 ja nv -0 3 ju in -0 3 6 m ar s07 ao ût -0 7 ja nv -0 8 ju in -0 8 av r-0 4 se pt -0 4 fé vr -0 5 5 dé c05 m ai -0 6 no v03 no v08 il0 oc t-0 ju Part acquittée par le conseil général Part acquittée par les bénéficiaires Champ : Metropole et DOM. elle passe. 689 000 personnes ´ agees ont percu l’APA a domicile et 426 000 ˆ ´ ¸ ` l’ont percu en etablissement pour personnes ¸ ´ agees dependantes. Au total.LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Au 31 decembre 2008. ´ ´ ´ Etudes et resultat no 637.1 % sur un an (1 094 000 beneficiaires en decembre 2007).0 21. extrapolation a partir des departements repondants. Ce montant est relativement stable depuis 2002 (509 euros). le montant moyen de l’APA a domi` cile est de 494 euros par mois. en moyenne.8 100 Ensemble Nombre en milliers 85 307 218 505 1 115 Nombre en milliers 67 184 69 106 426 En % 15.6 27. soit une augmentation de 2.0 100 En % 7. Domicile Nombre en milliers GIR 1 GIR 2 GIR 3 GIR 4 Ensemble 17 124 149 399 689 ´ Etablissement En % 2. ` ´ ´ ´ Source : Drees.5 19.7 57.6 45.1 16.3 100 La structure par GIR des beneficiaires observee dans les etablissements ne pratiquant pas la dotation globale a ete appliquee ´ ´ ´ ´ ´ ´ ´ a l’ensemble des beneficiaires en etablissement. 1 115 000 perˆ ´ ´ sonnes ont donc beneficie de l’APA en decembre ´ ´ ´ ´ 2008 .

´ – le regime de retraite complementaire des ´ ´ agents non titulaires de l’Etat et des collectivites publiques. quel que soit son age.. M@REL se base sur la saisie des assures et non sur les donnees connues ´ ´ par les regimes. 113 .. Comedie Francaise. des fonctionnaires de l’E Ce total recouvre plusieurs types de regimes : ´ Les regimes de base : ´ – le regime general des salaries du secteur ´ ´ ´ ´ prive. ´ le site Internet et les autres actions d’information du GIP Info Retraite permettent de disposer d’une information a caractere general ` ` ´ ´ sur le systeme de retraite et ses differentes ` ´ composantes. Selon son arti´ ` cle 10 « toute personne a le droit d’obtenir. – les differents regimes speciaux : SNCF. ´ l’Estimation Indicative Globale. Banque de France. mais du ´ ´ code des pensions civiles et militaires). d’avoir une ´ ˆ idee de sa future retraite. en fonction de ses ´ ` revenus. – le regime de retraite additionnelle de la fonc´ tion publique (cree par la loi du 21 aout ´´ ˆ 2003). Celui-ci regroupe tous les organismes de retraite assurant la gestion des regimes de ´ retraite legalement obligatoires. ajoute aux indications ci-dessus une evaluation du montant de la retraite (montant ´ global et montant de chacune des pensions auxquelles l’assure est susceptible d’avoir ´ droit). ´ Le GIP Info Retraite est charge de mettre en ´ œuvre des outils destines a offrir une information ´ ` generale et individuelle sur la retraite : ´ ´ . ˆ – les differents regimes des non salaries : ´ ´ ´ exploitants agricoles. dans des conditions precisees par decret. ´ ´ ´ EDF-GDF. ´ – le regime des salaries agricoles. commercants et indus¸ triels. retrace les elements qui ´ ´ permettront au(x) regime(s) de calculer pre´ ´ cisement les droits. soit 36 organismes. la loi du ` ´ ´ 21 aout 2003 a egalement cree le GIP Info ˆ ´ ´´ Retraite. le Releve individuel de situation (RIS). – le regime des fonctionnaires des collectivites ´ ´ locales et des hopitaux. artisans. ´ ´ . ´ envoye systematiquement tous les 5 ans a ´ ´ ` compter de 35 ans .. ainsi que le ser´ ´ vice des pensions de l’Etat (qui verse la retraite ´ tat).Ø LE DROIT A L’INFORMATION La loi du 21 aout 2003 portant reforme des ˆ ´ retraites a reconnu un droit individuel des assures a l’information sur leur retraite. ´ – le regime complementaire particulier des ´ ´ navigants de l’aeronautique civile. marins. – les regimes de retraite complementaire des ´ ´ non salaries (geres par les memes caisses ´ ´ ´ ˆ que les regimes de base). A la difference des deux premiers ´ outils. l’Outil de simulation M@rel permet a chaque ` assure. professions liberales et reli´ gieux. un releve de ´ ´ ´ ´ sa situation individuelle au regard de l’ensemble des droits qu’elle s’est constitues dans les regi´ ´ mes de retraite legalement obligatoires »... . ´ ´ – les regimes complementaires des salaries ´ cadres (appeles regimes Agirc). ´ ¸ Les regimes complementaires obligatoires : ´ ´ – les regimes de retraite complementaire des ´ ´ salaries du secteur prive (appeles regimes ´ ´ ´ ´ Arrco). envoye sys´ tematiquement en plus du RIS a partir de ´ ` 55 ans. ´ ´ ´ – le regime des agents de l’Etat (qui ne releve ´ ` pas du code de la securite sociale. . ´ Pour permettre a chaque assure d’exercer son ` ´ droit et pour mettre en œuvre une information a ` caractere general sur les retraites.

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Tableau 34 Calendrier des envois RIS – EIG Année EIG RIS 2007 Génération 1949 1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 58 ans 58 ans 57 ans 57 ans 56 ans 56 ans 55 ans 55 ans 50 ans 50 ans 50 ans 50 ans 50 ans 50 ans 45 ans 45 ans 45 ans 45 ans 45 ans 45 ans 40 ans 40 ans 40 ans 40 ans 40 ans 40 ans 35 ans 35 ans 35 ans 35 ans 35 ans 35 ans 35 ans 40 ans 40 ans 45 ans 45 ans 45 ans 50 ans 50 ans 50 ans 50 ans 55 ans 55 ans 55 ans 55 ans 55 ans 60 ans 60 ans 60 ans 60 ans 60 ans 60 ans 2008 2009 2010 2011 2012 63 ans 63 ans 2013 2014 65ans 65ans 65ans 2015 2016 En 2008.9 pour les RIS (generations ´ ´ 1958 et 1963).5 millions pour les EIG (generations ´ ´ ´ 1950 et 1951) et 1. 114 .4 millions de documents ont ete ´ ´ publies : 1. 3.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . ` Graphique 23 – Taux d’activite depuis 1975 selon le genre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1990 et 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 3 – Repartition par risque des prestations de protection sociale en 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Graphique 21 – Taux de detention de l’epargne retraite selon ´ ´ le patrimoine global debut 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . ˆ ´ ` 20 20 21 25 26 26 31 32 35 36 37 38 39 39 48 50 51 54 54 55 56 56 57 58 59 60 61 61 62 63 65 115 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 8 – Partage de la valeur ajoutee . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ Graphique 10 – Rapport demographique corrige des regimes complementaires en 2007 . . . . ˆ ˆ Graphique 28 – Esperance apparente de vie active . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 24 – Taux d’activite selon l’age et le genre en 1975. . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Graphique 7 – Remuneration des salaries et part de la masse salariale ´ ´ ´ dans la valeur ajoutee . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ Graphique 30 – Population agee de 50 a 64 ans en 2007 . . . . . . . ´ Graphique 9 – Rapport demographique corrige des regimes de base en 2007 . . ´ Graphique 17 – Evolution du nombre de personnes couvertes dans un cadre professionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ˆ Graphique 25 – Taux d’emploi depuis 1996 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 22 – Population active de 1962 a 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 14 – Structure des recettes du FRR . . . . . . . . ´ ´ ´ Graphique 12 – Compensation specifique entre regimes speciaux ´ ´ ´ dite « surcompensation » en 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ ´ Graphique 11 – Transferts de compensation generalisee en 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 15 – Cotisations au titre de la retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ˆ Graphique 27 – Taux de chomage par age et par genre en 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 29 – Duree moyenne de vie active pour cinq generations. . . . . . . . . . . . . . Graphique 13 – Solde cumule du FRR depuis son origine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique 2 – Part des depenses vieillesse-survie dans le PIB . . Graphique 6 – Financement des prestations des regimes de base ´ et des regimes complementaires en 2007. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ` ´ ´ ´ Graphique 5 – Financement de l’ensemble des prestations vieillesse en 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique 15 – Prestation au titre de la retraite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique 26 – Taux de chomage par genre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique – Comparaison des projections du COR 2005 et de l’Agirc-Arrco 2006 : resultats des projections – soldes techniques annuels. . . . . . . . . . ´ ´ ˆ ´ Graphique 20 – Taux de detention de l’epargne retraite selon ´ ´ la categorie socioprofessionnelle debut 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 19 – Taux de detention de l’epargne retraite selon l’age debut 2004 . . . . . . .Index des graphiques Graphique 1 – Taux de croissance annuel des prestations vieillesse-survie entre 1996 et 2007 . . . . ´ Graphique 4 – Montant des pensions servies au titre des departs anticipes ´ ´ pour carriere longue par le regime general . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 18 – Evolution du nombre de personnes couvertes dans un cadre individuel ou assimile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

´ ´ ´ Graphique 54 – Esperance de vie a la naissance par genre . . . . . . . . . . . . . . . 84 ´ ˆ ´ Graphique 63 – Taux de pauvrete de 1970 a 2004 (seuil a 50 %) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PRP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 50 – Population totale de 1950 a 2050 (projections) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Graphique 44 – Motif de depart en retraite dans le secteur prive (2006) . . ` Graphique 51 – Structure de la population agee de plus de 60 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Graphique 41 – Notifications de versements pour la retraite (VPLR) . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 34 – Evolution du nombre d’allocataires en cours d’indemnisation des dispositifs ASFNE. . . . . . ´ ´ 66 68 72 73 74 74 75 77 77 78 79 79 80 81 81 82 83 85 87 88 89 89 90 91 91 93 94 97 97 98 99 Graphique 48 – Taux d’activite de la population agee de 60 ans et plus selon le genre . . . . . . . . . . . . . . . Arpe et Cats entre 1992 et 2007 . . . . ` Graphique 61 – Niveau de vie median des menages de 2002 a 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 ´ ` ` Graphique 64 – Taux de pauvrete de 1996 a 2004 (seuil de 60 %) . .Graphique 31 – Projections de population agee de 50 a 64 ans par genre 2005-2050 . ´ ´ ` Graphique 40 – Duree validee en 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique 43 – Repartition des VPLR selon les revenus d’activite (2006) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Graphique 47 – Part des prestataires ayant valide au moins un trimestre au cours ´ de l’annee civile precedant leur retraite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ˆ ´ ` Graphique 33 – Nombre d’entrees annuelles dans les dispositifs ´ ASFNE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ ˆ ´ Graphique 49 – Effectif total de retraites . ˆ ´ ˆ ge moyen de liquidation selon le secteur d’activite Graphique 52 – A ´ et differentes generations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ ´ ´ Graphique 39 – Flux annuels de departs anticipes a l’Agirc-Arrco . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ` Graphique 36 – Repartition par genre des allocataires en cours d’indemnisation ´ selon le genre en 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ` Graphique 35 – Nombre de dispenses de recherche d’emploi en cours ´ d’indemnisation de 1991 a 2008 . . . . . . . . . . . . ˆ ´ ` Graphique 32 – Situation professionnelle de la population agee de 50 a 64 ans en 2007 . . . . . . ACO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ Graphique 57 – Structure de la retraite globale selon le genre en 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ` Graphique 62 – Distribution des niveaux de vie des menages ´ de retraites et des menages d’actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . selon l’age de depart en 2006 . . ` ´ volution cumulee du pouvoir d’achat net des principales Graphique 60 – E ´ retraites de 2000 a 2006 . . . . . . . . ´ ´ Graphique 59 – Evolution annuelle du pouvoir d’achat net des principales retraites de 2000 a 2005. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Graphique 45 – Motif de depart en retraite dans la fonction publique (2005) . ´ Graphique 46 – Part des unipensionnes (Cnav) en 2006 . . . . . . 101 ´ ` 116 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique 37 – Caracteristiques socioprofessionnelles des allocataires ´ en cours d’indemnisation . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ ˆ Graphique 53 – Age de depart a la retraite selon le secteur d’activite ´ ` ´ et differentes generations . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ` Ratio duree de la retraite / duree de vie hors etude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Arpe et Cats de 1991 a 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique 42 – Nature du rachat en 2006. . . . . Graphique 38 – Flux annuels des departs anticipes au regime general . . . . . . . PRP. . Graphique 58 – Repartition de la CSG entre les organismes depuis le 01/01/2005 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ` Graphique 55 – Esperance de vie a 60 ans par genre . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 ` 117 . . . . . 108 ´ ˆ ´ ` Graphique 71 – Nombre de beneficiaires de l’APA . . . . . . . . . 107 ´ ` Graphique 70 – Confort des logements des menages ages de 1984 a 2006 . . . . . . . . . . . 102 Graphique 67 – Lieu de vie des personnes agee de 65 ans et plus en 2003 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 ´ ˆ Graphique 69 – Taux d’effort net moyen en depenses de logement de 1982 a 2006 .Graphique 65 – Effectifs allocataires du minimum vieillesse depuis 1960 . . . . 111 ´ ´ ´ Graphique 72 – Evolution du montant moyen de l’APA a domicile. . . . 102 Graphique 66 – Part des allocataires dans la population totale en 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . 105 ˆ ´ Graphique 68 – Depenses de logement : taux d’effort par age en 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. ´ ˆ Tableau 22 – Moyenne d’age par bareme des assures qui rachetent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 ´ ´ Tableau 16 – Decomposition du montant des reserves du FRR en 2020 . . . . . . . . . . ˆ ` ´ ` Tableau 23 – Part des prestataires ayant valide au moins un trimestre au cours de ´ l’annee civile precedant leur depart en retraite par type de trimestres en 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Tableau 10 – Hypotheses de projection du Conseil d’orientation des retraites . ´ 22 23 24 27 28 29 30 33 34 40 41 42 43 44 46 Tableau 15 – Besoin de financement du systeme de retraite selon les variantes economiques ` ´ et d’impact de la reforme de 2003 sur les comportements de depart en retraite . . 96 ´ ` ´ ´ ´ Tableau 29 – Elements constitutifs des carrieres des allocataires de l’ASV ` et des non allocataires en 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Tableau 19 – Revenu salarial moyen et decomposition sur l’ensemble du champ salarie . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Tableau 3 – Masse et part des pensions de droit propre servies par chaque regime de retraite en 2006 au titre des droits familiaux de retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tableau 18 – Montants des versements effectues au titre de l’epargne retraite ´ ´ et des encours totaux au 31 decembre 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ` Tableau : L’horizon 2040 et une chronique 2000-2010 de plus en plus decevante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Arrco. . . ´ ´ Tableau 14 – Besoin de financement du systeme de retraite selon ` les variantes demographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Tableau 2 – Part des droits derives dans les prestations vieillesse . . . . . . . . . . . . . . 94 ´ ` ´ Tableau 28 – Evolution des taux de revalorisations des pensions Cnav. . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ ´ Tableau 12 – Rapport demographique corrige des principaux regimes dans le ´ ´ ´ scenario de base . . . . . . . . . . . . . . . . ˆ 49 52 53 64 65 67 80 83 86 88 92 Tableau 27 – Prelevements sur les retraites en 2007 . . . . . . . . ´ ` Tableau 26 – Montant moyen de la retraite globale mensuelle selon l’age et le genre en 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ ´ ´ Tableau 24 – Effectifs de pensions de droits directs et de droits derives des ´ ´ principaux regimes de retraite en 2007. . . . . ´ Tableau 13 – Solde technique de l’ensemble des regimes dans le scenario de base . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Tableau 21 – Activite et chomage des 50-64 ans en 2007 . . . . . . . . . ¸ ´ Tableau 5 – Compte de resultats de l’ensemble des regimes de retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Tableau 17 – Cotisations et prestations au titre de la retraite . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Tableau 8 – Taux de cotisation des regimes de base en 2008 . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Progression en cumul de la masse salariale ARRCO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Tableau 4 – Montant des cotisations percues par regime en 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ Tableau 9 – Taux de cotisation des regimes complementaires en 2008 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ˆ Tableau 25 – Age de depart a la retraite en 2006 . . . . .Index des tableaux Tableau 1 – Prestations vieillesse-survie par regime en 2007 . . . . ´ ´ Tableau 6 – Compte de resultats des regimes de base de retraite . . . . ´ ´ Tableau 7 – Solde du compte des regimes complementaires de retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Agirc comparees a l’evolution des prix. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 118 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tableau 11 – Resultats agreges du scenario de base du COR . . . . . . . . . . . . . . . . . ´ ´ Tableau 20 – Deciles de revenu salarial sur l’ensemble du champ salarial en 2006 . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . 106 ´ ´ ˆ ´ Tableau 32 – Nombre de personnes agees dependantes . . . .Tableau 30 – Allocataires de l’ASV par caisse de versement et montants verses a la fin 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 ´ ` Tableau 31 – Statut d’occupation des residences principales des menages ages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 ˆ ´ ´ Tableau 34 – Calendrier des envois RIS – EIG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 ˆ ´ ´ Tableau 33 – Accueil des personnes agees dependantes . . . . . . . . . . . . . 114 119 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

org Depot legal : 2e trimestre 2009 ´ ˆ ´ ISSN : 1269-6765 .Directeur de la publication : Jean-Jacques Marette Redacteur en chef : Arnauld d’Yvoire ´ Responsable du numero : Frederique Nortier ´ ´ ´ Redaction : Christelle Esnault et Frederique Nortier ´ ´ ´ OBSERVATOIRE DES RETRAITES 16-18 rue Jules Cesar ´ 75592 Paris Cedex12 Tel : 01 71 72 12 00 Fax : 01 44 67 61 46 Site Internet : observatoire-retraites.

.

Fax : 01 44 67 61 46 Website : www.observatoire-retraites.org .OBSERVATOIRE DES RETRAITES 16-18 rue Jules César .75012 Paris Tél : 01 71 72 12 00 .