Vous êtes sur la page 1sur 1

07/11/11

.

[DALLOZ.fr - Document]

Recueil Dalloz 2003 p. 2618

07/11/11 . [DALLOZ.fr - Document] Recueil Dalloz 2003 p. 2618 Les lois du 1er août 2003

Les lois du 1er août 2003 et le droit des sociétés

Dominique Schmidt, Agrégé des facultés de droit, Avocat à la cour

L'essentiel

Les lois de sécurité financière et pour l'initiative économique traitent du droit des sociétés parce que la sécurité de ce droit contribue à la sécurité financière et parce que l'outil de la société sert à l'initiative économique. Mais l'objet de ces deux lois n'est pas le droit des sociétés : elles l'abordent par le biais et, pour réaliser leurs objectifs, exercent des contraintes sur ce droit. Ces contraintes se révèlent sous deux aspects : d'une part, la loi de sécurité financière crée et laisse subsister de graves insécurités juridiques et, d'autre part, la loi pour l'initiative économique abuse de la notion de société.

Les lois de sécurité financière (n° 2003-706) et pour l'initiative économique (n° 2003-721) traitent du droit des sociétés parce que la sécurité de ce droit contribue à la sécurité financière et parce que l'outil de la société sert à l'initiative économique. Mais l'objet de ces deux lois n'est pas le droit des sociétés : elles l'abordent par le biais (1) et, pour réaliser leurs objectifs, exercent des contraintes sur ce droit. Ces contraintes se révèlent sous deux aspects : d'une part, la loi de sécurité financière crée et laisse subsister de graves insécurités juridiques (I) et d'autre part, la loi pour l'initiative économique abuse de la notion de société (II).

économique abuse de la notion de société (II). I - La loi de sécurité financière et

I - La loi de sécurité financière et l'insécurité juridique L'insécurité juridique procède de ce que la loi de sécurité financière contient des innovations dangereuses (A) et des omissions regrettables (B).

A

- Les innovations dangereuses

Il

y en a au moins deux. Elles concernent toutes les sociétés par actions et imposent la

nullité des décisions prises en violation des prescriptions des articles L. 225-127 à L. 225- 149 du code de commerce relatifs à l'augmentation du capital (art. L. 225-149-1) et la nullité des délibérations prises en violation des règles régissant les droits de vote attachés

aux actions (art. L. 235-2-1). L'introduction de ces nullités nouvelles, présentée comme contrepartie de la dépénalisation (2) de certains comportements, s'est opérée sans débat parlementaire.

comportements, s'est opérée sans débat parlementaire. Depuis quarante ans, les droits français et communautaire

Depuis quarante ans, les droits français et communautaire réduisent le champ des nullités, sanction susceptible de porter préjudice à la société, aux actionnaires et aux tiers. Un équilibre s'est instauré : les cas de nullité sont définis restrictivement (art. L. 235-1 c. com.) et l'annulation est prononcée par le juge lorsque l'irrégularité est grave. Cet équilibre est détruit par la loi de sécurité financière qui dit nulles, et non point annulables, toute décision prise en violation de l'une quelconque des prescriptions des 23 articles relatifs à l'augmentation du capital ainsi que toute délibération prise en violation de l'une quelconque

des multiples règles régissant les droits de vote attachés aux actions. Voici une illustration :

à la suite de l'achat par une émettrice de ses propres actions, le nombre total des droits de

vote existants diminue ; cette diminution entraîne le franchissement passif d'un seuil par un actionnaire ; celui-ci omet de faire la déclaration requise et vote en assemblée avec la totalité de ses voix ; or il ne peut exercer les droits de vote qui excèdent le seuil franchi : du seul fait de cette irrégularité bénigne, la délibération est nulle !

L'extension du champ des nullités n'apporte rien à la sécurité financière et crée une grave insécurité juridique. Le législateur aurait pu s'abstenir d'innovations aussi dangereuses et traiter les causes de l'insécurité financière, ce qu'il a omis de faire.

B - Les omissions regrettables