Vous êtes sur la page 1sur 1

Localisation de larrt : Cet arrt de rejet a t rendu par la premire chambre civile de la Cour de cassation le 6 mai 2010.

Les faits : Lassociation des gtes de France et du tourisme vert de la Vienne a refus le renouvellement de ladhsion de Mme X lassociation compter du 1er janvier 2006, ce qui entrane linterdiction pour cette dernire dutiliser la marque Gtes de France . La procdure : Nous navons pas de renseignement sur le jugement de premire instance ou encore sur lappelant. La Cour dappel de Poitier dans un arrt du 9 avril 2009 a affirm que la dcision du non-renouvellement de ladhsion de Mme X tait licite puisque prvue dans les statuts de lassociation. Mme X forme un pourvoi en cassation. Les thses en prsence : M. X le pourvoyeur soutient que lassociation a pris son gard une sanction disciplinaire en refusant le renouvellement de son adhsion et ainsi en linterdisant dutiliser la marque Gite de France. Elle ajoute que cette sanction est abusive puisquelle ne respecte pas la procdure disciplinaire prvue par les statuts de lassociation ainsi que les droits de la dfense. Le problme de droit : Le problme qui se pose ici est celui de la qualification juridique de la dcision du non-renouvellent de ladhsion une association. La solution de la Cour : La Cour de cassation en reprenant la solution de la Cour dappel affirme quen vertu de larticle 8 des statuts de lassociation ladhsion tait limite une anne, et que le renouvellement ne pouvait tre tacite mais tait subordonn un accord tant de ladhrent que de lassociation et quen vertu de la libert contractuelle, cette dernire pouvait le refuser au terme du contrat initial. Le non-renouvellement de ladhsion de Mme X rsultait donc de la libert contractuelle de lassociation et non dune sanction disciplinaire. Le dispositif : La 1re chambre civile de la Cour de cassation dans son arrt du 6 mai 2010 rejette le pourvoi form par Mme X.