Vous êtes sur la page 1sur 25

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES

Faculté de philosophie et lettres


Langues et littératures françaises et romanes

LA FÉMINISATION
Féminisation des insultes et des gros mots

CAUDRON Caroline Travail réalisé dans le cadre du cours :


POPULAIRE Julie Grammaire descriptive II
(Roma-B-304)

ANNÉE ACADÉMIQUE 2007-2008


Introduction

La féminisation des insultes et des gros mots est un sujet particulier qui
peut sembler peu sérieux pour certains mais qui, à nos yeux, paraît intéressant :
tout le monde jure, tout le monde s’insulte ; de Georges Brassens au capitaine
Haddock, de Coluche aux personnages de Molière,… d’autant plus que ce sujet
touche à la fois le domaine des linguistes, des psychologues, des grammairiens…

C’est sur ce dernier point que nous allons particulièrement insister, c’est
sous cet angle que nous allons diriger notre analyse.

Tout d’abord, qu’est ce qu’une insulte, et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Au XVIe siècle, l’insulte se définit comme une attaque. Aujourd’hui, le


sens a évolué vers « Acte ou parole qui vise à outrager ou constitue un outrage,
un affront, une injure, une offense »1. L’insulte a sans doute toujours existé, mais
malheureusement nous ne connaissons que les plus récentes. Le gros mot et
l’insulte sont de proches synonymes, ils s’adressent tous deux à quelqu’un en
particulier et sont de nature blessante et méprisante.

En exécutant nos recherches sur les gros mots, nous nous sommes
aperçues qu’on associait souvent gros mot et français populaire, c’est parce qu’ils
font partie de ce langage plus pittoresque, plus libre. Toutes les générations ont
leurs propres insultes, mais elles sont parfois méconnues de l’une à l’autre.

Aucun linguiste ne s’est encore penché sur cette branche de notre


vocabulaire, aucun décret n’a été tenu à ce propos (cependant, on constate que les
noms de métiers et de fonctions n’ont pas été négligés). C’est pourquoi il nous

1
Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française du IXe au XVe siècle, Paris, 1938, 4 v.,
395 p.

2
intrigue d’autant plus. Nous allons tenter de vérifier si les règles de la féminisation
du Bon usage de Grévisse s’appliquent aux insultes et aux gros mots.

N’importe qui peut voir, au premier abord, qu’il existe de nombreux gros
mots qui font exception aux règles de la féminisation, pourtant, dans les
dictionnaires, ils sont traités comme des adjectifs ou des noms, ou encore les deux
à la fois ; mais, certains n’ont pas de féminin, d’autres n’ont pas de masculin,
certains encore n’ont pas la même signification dans un genre que dans l’autre,
etc. C’est cette curiosité qui nous a poussées à aborder ce sujet « tabou ».

On distingue deux grands types d’injures :

 Le vocable isolé : connard, filou, chaudasse, boudin


 La locution injurieuse : je t’emmerde, espèce de rabat-joie

C’est sur le vocable isolé que se centrera notre travail.

3
1. La féminisation : généralités

Déjà en 1981, certaines femmes appartenant au gouvernement voyaient en


l’absence de certaines formes féminines un signe d’oppression et un obstacle au
changement social. En effet, cela représentait pour elles un refus de l’accession
des femmes à ces fonctions. En 1983 fut votée une loi sur « l’égalité
professionnelle entre les femmes et les hommes ».

Au début de l’année 1998, plusieurs ministres femmes ont décidé de se


faire appeler officiellement « Madame la ministre ». L’Académie française, vexée
de ne pas avoir été mise au courant de ce changement, s’attaque à cette vague de
féminisation auprès du Président de la République, lui faisant remarquer qu’ « il
n’apparaît pas que les décrets d’attribution ministérielle confèrent aux ministres la
capacité de modifier de leur propre chef la grammaire française et les usages de la
langue »2. On chargea la Commission générale de terminologie et de néologie de
trancher sur la question. Elle rédigea un long rapport qui sans doute ne plût pas au
gouvernement puisqu’on n’en entendit jamais parler.

2. Le bon usage et les gros mots

Nous avons choisi de prendre une grammaire, en l’occurrence celle de


Grevisse3 et d’essayer d’adapter la féminisation des adjectifs et des noms aux gros
mots et aux insultes.

2
http://www.ciep.fr/chroniq/femi/femi.htm
3
Grevisse Maurice, Le bon usage, « Grammaire française refondue par André Goosse », Paris,
Duculot, treizième édition, 1757p.

4
Les gros mots et insultes présents dans ce travail seront tirés de trois
dictionnaires :

 Lemonier Marc, Le petit Dico des insultes, gros mots et autres injures,
Paris, City édition, 2007, 211 p.
 Édouard Robert, Dictionnaire des injures, Paris, Tchou éditeur, 1967,
337 p.
 Gordienne Robert, Dictionnaire des mots qu’on dit grOs, de l’insulte et du
dénigrement, Courtry, Éditions Hors commerce, 2002, 506 p.

Intégration des observations dans Le bon usage

Observation préliminaire :

Selon la tradition, on part du masculin pour donner le féminin, parce que le


masculin singulier est, pour les adjectifs (ainsi que pour les noms et les pronoms),
la forme indifférenciée, neutralisée, comme l’infinitif pour les verbes.

Exception : lorsqu’ il n’y a pas de masculin mais seulement le féminin,


comment fait-on pour former le masculin, on supprime le « e » ajouté pour la
forme féminine ? Les mots comme : pute, buse, bobonne, frigide, fripouille,
groupie, marâtre, ventouse,… beaucoup ne possèdent pas de masculin, soit parce
que certains noms ne peuvent que caractériser une femme (par exemple : marâtre,
frigide) soit parce qu’il n’existe pas de masculin (ventouse), soit encore parce
qu’un seul mot peut caractériser à lui seul l’homme ou la femme (fripouille).

Règle générale :

Dans l’écriture, on obtient souvent le féminin en ajoutant un e à la fin de la


forme masculine.
Abruti- abrutie

5
Ahuri- ahurie
Balourd- balourde

Exception : comment fait-on pour les formes masculines qui ne possèdent


pas de féminin comme pour les mots: goujat, gringalet, grison, guignol, ignare,
impuissant, malfrat, plaisantin,… ? Doit-on alors recourir aux suffixes ? Par
exemple dit-on gringalette ou encore goujatte ? Le mot impuissant ne peut que
caractériser un homme par exemple. Comment peut-on expliquer le féminin de
ignare -> ignarde alors que la finale masculine ne comprend pas de -d ?

Du point de vue phonétique, les féminins qui, dans l’écriture, se


caractérisent seulement par l’addition d’un e muet,

1° Tantôt sont identiques au masculin


S’il se termine au masculin par une voyelle orale dan l’écriture
Défoncé- défoncée
Toqué Ŕ toquée
Écervelé- écervelée
S’ils se terminent au masculin par une consonne articulée
Lourd Ŕ lourde

2° Tantôt se caractérisent par l’addition d’une consonne si le masculin se


termine dans l’écriture par une consonne muette
Idiot [ o]Ŕ idiote [ ot]

Les adjectifs terminés par e au masculin ne varient ni dans l’écriture ni


dans la prononciation quand ils sont employés au féminin.
Gnome
Débile
Racaille

6
Fiente

Cette règle est appliquée par exemple aux adjectifs « ivrogne »,


« sauvage » qui ont un féminin en Ŕesse quand ils sont pris comme des noms mais
aussi pour les noms ayant un suffixe en Ŕaire comme par exemple : centenaire,
lunaire…

Hist. _ Dans les adjectifs de formation populaire, l’e final du masculin peut
résulter du jeu des lois phonétiques.

Dans d’autres cas, la forme féminine s’est substituée à la forme masculine.

Dans beaucoup d’adjectifs de formation savante, -e a remplacé la finale Ŕ


us, -is du latin : stupide ( brutus), bègue ( balbus),…

En même temps que par l’addition d’un e, certains féminins se


caractérisent, dans l’écriture par le redoublement de la consonne finale du
masculin :

Redoublement du l :
1° Pour les adjectifs en Ŕ el [εl] et en Ŕ eil [ εj] ainsi que pour nul : fiel ,
fielle

Exception : et que fait-on des autres adjectifs qui se terminent autrement


que par -el ou Ŕeil, il n’y a pas de redoublement ? Comme par exemple pour
maboul Ŕ maboule.

Redoublement du n :
Pour les adjectifs en Ŕ en, - on : Chien- chienne , Con- conne, Dragon-
dragonne, laideron Ŕ laideronne ; pigeon Ŕ pigeonne

7
EXCEPTION : dondon Ŕ dondone ;…

Les autres adjectifs en Ŕ an, les adjectifs en Ŕ in , - ain, - ein, - un ne


redoublent pas l’n : artaban Ŕ artabane, faquin Ŕ faquine, malandrin Ŕ malandrine,
hautain Ŕ hautaine, …

Remarque : Du point de vue de la prononciation, les adjectifs terminés au


masculin par une voyelle nasale subissent deux modifications au féminin :
apparition d’une consonne nasale [n] et dénasalisation de la voyelle.
[õ] → [ο] : con Ŕ conne
[ ε] a deux aboutissements :
[ ε] dans les adjectifs terminés par Ŕ ain, _ ein, - en : hautain [ otε],
hautaine [ otεn]
[ i] dans les adjectifs terminés par Ŕ in : faquin [ε ] Ŕ faquine [ in

Redoublement du t :
1° Pour les adjectifs en Ŕ et : benêt - benette
2° Pour les adjectifs : fiot , sot , cabot , fayot », : fiotte, sotte, cabotte,
fayotte
Les autres adjectifs en Ŕ ot et les adjectifs en at ne redoublent pas le t : fat,
fate ; idiot, idiote ; nabot, nabote

Exception : que fait- on des mots comme chiant Ŕ chiante, maudit- maudite
alors que leur finale n’est reprise dans aucune des règles ci-dessus ? On rajoute
seulement le Ŕe de la première règle ?

Remarque : Du point de vue phonétique, ces féminins se caractérisent par


l’addition d’une consonne au féminin : benêt [ε] , benette [εt]. En outre, dans les
adjectifs en Ŕ ot, il y a une ouverture de la voyelle : sot [ so], sotte [ sot].

Redoublement du s :

8
Gras - grasse

En même temps que l’addition d’un Ŕe, certains féminins se caractérisent


dans l’écriture par le remplacement de la consonne finale du masculin.
f è v : oisif Ŕ oisive ; vomitif Ŕ vomitive
x è s : peureux Ŕ peureuse ; crasseux Ŕ crasseuse

Le « x » étant muet, ces féminins se caractérisent dans la prononciation par


l’addition d’une consonne : [z] ou [ s].
C è qu : turc- turque

En même temps que par l’addition d’un Ŕe, certains féminins se


caractérisent par des phénomènes divers
a) Remplacement de -er par -ère (avec accent grave) : fier Ŕ fière
b) Remplacement de -eau [o]par -elle [el] : maquereau- maquerelle ;
manceau Ŕ mancelle ; puceau - pucelle
c) Remplacement pas -ou [u] par -olle [ эl] : fou- folle ; mou- molle
d) Remplacement de -eux [ø] par -eille [εj] :

Adjectifs en –eur.
Les adjectifs en –eur [Œ :R] qui dérivent d’un verbe français font leur
féminin en Ŕeuse [ø :z] : allumeur Ŕ allumeuse ; menteur- menteuse, lâcheur-
lâcheuse…

Exception dans : calculateur- calculatrice,…

Les adjectif en Ŕteur qui ne dérivent pas d’un verbe français font leur
féminin en –trice : prédateur- prédatrice

Cas spécial.

9
Traître doit son féminin au nom correspondant : traîtresse

Adjectifs usités à un seul genre.

Certains ne sont employés qu’avec des noms désignant des personnes ou


des animaux d’un sexe déterminé :
Masculins : facho ; parano ; démago …
Féminin : garce ;…
Exception : fat Ŕ fate

Certains adjectifs ne sont employés qu’avec un seul nom. On pourrait


parler de locutions.

Certains adjectifs ne s’emploient qu’avec des noms masculins, et l’on doit


recourir à un autre adjectif si le nom est féminin.

Exceptions :

 Beaucoup de mots peuvent désigner le masculin et le féminin mais gardent


cependant leur genre intrinsèque : Amerloque, âne, andouille, patate,
banane, balance, charogne, cocu, coyote, crapule, enflure, mauviette,
ganfre, nouille, gouine, …
 Beaucoup de mots changent de sens d’un genre à l’autre, parfois même
l’insulte n’existe que dans un seul genre :
o Branleur Ŕ branleuse
o Dindon Ŕ dinde
o Babouin - guenon
o Coco Ŕ cocotte
o Carabin Ŕ carabine
o Damoiseau - damoiselle
o Machin Ŕ machine

10
o Vache - taureau
o Chien - Chienne
o Coq - poule
 Parfois, un nouveau mot est créé pour servir d’insulte au féminin : par
exemple comme dans cochon Ŕ truie, le mot « cochonne » a été créé
comme insulte.
 Certains féminins n’existent pas car les mots masculins désignent un objet
ou un animal réel. La mise au féminin pourrait exister si l’on tenait
uniquement compte des règles de féminisation (comme pour cochon Ŕ
cochonne) : Chaudron, débris, morpion, morveux, dadais, cornichon,
baudit, asticot, rhinocéros, mufle, …
 Certains masculins n’existent pas car les mots féminins désignent un objet
ou un animal réel : peste, vipère, morue, biguine, cruche, godiche,
pondeuse, asperge, autruche, mijaurée, …
 Certains mots ont une finalité caractéristique du masculin mais désignent
pourtant des personnes de sexe féminin : Carcan, guichet, boudin
(boudinasse prouve bien que ce mot s’applique uniquement aux femmes),
friolet, …
 Un mot à finalité féminine mais désignant une personne masculine :
galine.
 Beaucoup de noms ont un suffixe à la forme féminine mais parfois il
s’avère que ces noms ne proviennent d’aucune forme masculine, par
exemple dans : chaudasse, ce nom ne vient pas de chaudas, idem pour
grognasse, pétasse et chiennasse, alors que : connasse < connas ; merdasse
<merdas.

11
Conclusion

Les gros mots et les insultes, qualifiés de noms et adjectifs, ne sont pas
considérés comme tels dans la Grammaire de Grevisse, puisque tous ne suivent
pas les règles de la féminisation.

On pouvait déjà observer ces anomalies au cours du travail mais, après


avoir interrogé une cinquantaine de personnes à ce sujet, cela se confirme.

Soit la langue française de Belgique et de France ne s’adapte pas à la


Grammaire de Grevisse, soit c’est la Grammaire de Grevisse qui n’est pas
adaptée à la langue française de Belgique et de France.

Ce travail fut une grande découverte, très enrichissante et particulièrement


prenante. Les gens interrogés dans l’enquête ont été, sans exception, surpris du
sujet de notre travail et plutôt amusés, c’est le même sentiment qui nous a
frappées, c’est pourquoi il fut très plaisant de l’élaborer.

12
Bibliographie
BRUNOT Ferdinand, Observations sur la Grammaire de l’Académie française,
Paris, E. Droz, 1932, 127 p.

CAPUT Jean-Pol, L’académie française, Puf, (Collection « Que sais-je ? »), 1986,
127 p.

EDOUARD Robert, Dictionnaire des injures, Paris, Tchou éditeur, 1967, 337 p.

GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française du IXe au XVe siècle,


Paris, 1938, 4 v., 395 p.

GORDIENNE Robert, Dictionnaire des mots qu’on dit grOs, de l’insulte et du


dénigrement, Courtry, Éditions Hors commerce, 2002, 506p.

http://dictionnaire.sensagent.com

http://www.ciep.fr/chroniq/femi/femi.htm

LEMONIER Marc, Le petit Dico des insultes, gros mots et autres injures, Paris, City
édition, 2007, 211 p.

MERLE Pierre, Argot, verlan et tchatches, éditions Milan, Toulouse,1997, 63 p.

MERLE Pierre, Le dico du français qui se cause, éditions Milan, Toulouse, 252 p.

MILNER Jean-Claude, De la syntaxe à l’interprétation, éditions Seuil, Paris, 1978,


403 p.

RUWET Nicolas, Grammaire des insultes et autres études, éditions Seuil, Paris,
1982, 350 p.

13
Annexes

A) Lexique
Pour réaliser ce lexique, nous avons eu recours à plusieurs dictionnaires :

 Edouard Robert, Dictionnaire des injures, Paris, Tchou éditeur, 1967,


337p.
 Gordienne Robert, Dictionnaire des mots qu’on dit grOs, de l’insulte et du
dénigrement, Courtry, Éditions Hors commerce, 2002, 506p.
 http://dictionnaire.sensagent.com
 Merle Pierre, Le dico du français qui se cause, éditions Milan, Toulouse,
252 p.

Abruti : Etre un --- = Avoir, à la suite d’un travail excessif ou de remontrances


criardes et injustifiées, subi une régression intellectuelle rapprochant de
l’animalité.
« Espèce d’abruti ! » = Se dit à un individu momentanément ou définitivement
plongé dans cet état, pour qu’il sache bien que l’on n’ignore pas qu’il a enduré de
dures épreuves et que l’on compatit ; mais qu’il aurait intérêt à ne pas abuser de
son infériorité s’il ne tient pas à en connaître de plus dures encore. On dit aussi :
Espèce d’idiot, d’andouille, de cornichon, etc. mais seulement quand on ne ressent
aucune compassion.

Ahuri : « Espèce d’ahuri ! » ; « Bougre d’--- ! » ; « A-t-on jamais vu un pareil ---


! » ; etc. Ancien terme de vénerie qui s’appliquait à certains faucons. S’applique
maintenant plutôt aux vrais et, en général, à toute personne qui paraît mal
réveillée. Ne pas confondre avec abruti.

Allumeur, euse : n. De « allumer », « mettre le feu ». Désigne péj. une personne


qui excite, qui aime exciter ? Peut désigner au féminin exclusivement une
« entraîneuse ».

Amerloque :n. Désignation péj. et xénophobe depuis 1945 d’un américain.

Andouille : n.f. Boyau de porc bourré de tripes. S’emploie, au figuré, dans le sens
d’idiot de ballot, d’ abruti, etc. pour désigner une personne complètement
bouchée. « Espèce d’andouille ».

Âne : n.m. Injure pédagogique très appréciée du corps enseignant jusqu’à ces
dernières années : « Vous n’êtes qu’un âne ! ».

14
Artaban : n.m. Allusion à « Artaban », personnage de la Calprenède. Désigne par
antonomase et non sans ironie un « fanfaron », un « hâbleur » dont la fierté
légendaire sert de comparaison.

Asperge : n.f. Désigne et familièrement « une personne grande et maigre » et,


avec une certaine complaisance, « un phallus long et mince ».

Asticot : n.m. Allusion à la « larve de mouche » utilisée parfois frauduleusement


comme appât dans certaines catégories de rivières. Désigne depuis le XXe siècle
une « petite personne nerveuse et importune »

Autruche : n. f. Désigne péj. une « femme bête ».

Babouin : n.m. (Grand singe d’Afrique). De nos jours, et surtout depuis le retour
en métropole des européens d’Afrique du Nord, « babouin » s’emploie surtout
comme euphémisme de singe pour désigner le patron.

Balance : n. f. « Qui dénonce ses petits camarades ».

Balourd, e : n. et adj. (ital. Balordo, « lourdaud, bête). Désigne péj. Une


« personne maladroite et sans aucune finesse. Au pluriel et en argot, les
« balourds » sont de faux papiers.

Banane : n.f. La banane sert à désigner vulgairement mais naturellement le


« pénis » en érection. Désigne péj. une « personne stupide » dont la tête ne nous
revient pas. Au secondaire, ça sera bien évidemment « tête de nœud ».

Bâtard : n. et adj. Né sous un « bât », ou « fils ou fille de bast », c’est-à-dire, pour


faire court, d’un muletier d’une fille d’auberge. Désigne depuis le XIIe s. une
« personne née hors mariage ou qui n’est pas de pure souche ». Désigne péj. une
« personne dont les origines sont suspectes ou étrangères ».
Bègue : n. m. ou f. Personne atteinte d’un trouble de la parole qui ciste à répéter
les syllabes de façon saccadée ou à bloquer l’émission vocale

Benêt : n.m. et adj. XVIe s. De « benoît », « béni ». Désigne en mauvaise part un


« sot », un « abruti », une « personne facile à duper ».

Bobonne : n.f. Répétition de « bonne », construit sur le même modèle que


« popote ». La « Bobonne » désigne péj. une « épouse d’âge moyen établie dans
une vie petite bourgeoise », bien pépère

Boudin : n.m. Sert à désigner exclusivement une « fille mal faite, petite et grosse,
sans aucune grâce et mal fagotée ». Il sert également à amplifier l’expression
« caca boudin » ou chez les scatos à préciser la nature de leur défécation :
« boudin de caca ».

15
Boudinasse : n.f. Se dit d’une grosse mémère boudinée.

Branleur, euse : n. et adj. De « branler ». Certes, il s’agit de « celui ou celle qui


vulgairement se branle ». Désigne « celui qui a ses mains occupées à autre chose
qu’à travailler ».

Briscard :n. m. Toujours « vieux ». Désigne un « vieux soldat de métier », roué et


madré dont il y a tout lieu de se méfier.

Buse : n.f. Se dit d’un abruti, d’un individu complètement bouché.

Cabot : n.m. (péjoratif;familier)mammifère domestique carnivore, caniné, utilisé


pour l'agrément, la chasse, la protection du foyer, etc

Calculateur, trice : n. et adj. Individu peu recommandable uniquement préoccupé


par sin intérêt et mu par l’arrivisme. Syn. : Opportuniste.

Carabin : n. m. Désigne arg. un « étudiant en médecine, sans distinction de race ni


de sexe ».

Carcan :n. m. Allusion aux « supplices ». Désigne péj. une « femme méchante et
acariâtre ».

Centenaire : adj. Qui a, qui contient cent ans. Nombre, prescription, possession
centenaire. Un vieillard centenaire, ou substantivement, un centenaire.

Charogne :n.f. Terme d’insulte et de mépris pour désigner un « individu ignoble


sans aucune moralité ».

Chaudasse :n.f. Désigne avec mépris une « femme trop ardente au plaisir sexuel ».

Chaudron : n. m. Terme de mépris. Mauvais instrument à cordes qui sonne


comme un chaudron frappé. Ce piano n'est qu'un chaudron. C'est un chaudron que
votre guitare.

Chiant,e :n. et adj. De « chier ». Désigne grossièrement une « personne qui


ennuie, contrarie, emmerde ». Peut désigner également un « individu triste et sans
conversation », comme un spectacle qui traîne en longueur ou un livre sans grand
intérêt ».

Chien, ne : n. Terme d’injure encore d’actualité puisque Mitterrand avait traité un


certain nombre de journalistes de « chiens ». Un « chien » est une « personne
servile qui obéit comme un chien ».

Chiennasse :n. f. Terme d’injure et de mépris pour désigner une « personne plus
vile que la chienne ».

16
Chouette :1. n. f. Allusion à la « chouette ». Toujours « vieille ». Une chouette est
donc une femme âgée, laide, méchante, avide et acariâtre avec de gros yeux.
2. n. m. Désigne vulg. Le « derrière », l’ »anus ».

Cochon :n. m. Symbole de la « gourmandise ». Désigne avec mépris une


« personne libidineuse, jeune ou vieille, aimant le sexe et tout ce qui est sale ou
répugnant.

Coco :n. m. « Individu pas très malin ».

Cocotte : n. f. « Femme aux mœurs aussi légères que la cervelle d’une poule » ou
« aussi belle qu’un cheval de carriole ».

Cocu,e : n. et adj. De « coucou ». Allusion à la femelle de cet oiseau qui pond ses
œufs dans des nids étrangers. Terme d’injure dans l’évidente tentation de rabaisser
l’autre, de l’humilier même.

Con : « Grand --- !», « Petit --- !», etc = Se dit de tout gêneur ; de toute personne
qui ne partage pas certaines de nos opinions ; de tout interlocuteur dont on ne
parvient pas à se faire comprendre ; de tout fournisseur qui nous propose un
produit autre que celui dont nous avons besoin ; de tout prestateur de service qui
se permet d’interpréter à sa façon les ordres reçus ; se dit aussi d’un auteur, d’un
peintre, d’un compositeur ou de tout autre artiste dont on n’apprécie pas les
créations ; d’un homme politique, d’un critique, d’un éducateur, dont les
conceptions nous indisposent ; d’un employeur, d’un agent de l’état ( Finance,
Police) malveillant ou incompétent ; d’un fils, d’un frère, d’un père dont on pense
avoir quelque raison de se plaindre. Ce ne sont là que des exemples. En fait on
traître de con toute personne -amie ou ennemie- avec laquelle on se trouve,
momentanément ou définitivement, en désaccord.
On dit con comme on dirait ballot, idiot, imbécile, sans y attacher la moindre
importance, sans malice ni méchanceté.

Connas : n. m. Grossier de « connasse ».

Connasse : n. f. De « con ». Désignation grossière du « vagin » et du suffixe


dépréciatif « asse ». La « connasse » réunit sur son compte tous les défauts qu’on
peut attribuer à une femme avec la méchanceté et la laideur en plus.

Coq : n. m. Désigne depuis le XVIe s. , un « garçon qui veut se faire admirer des
filles et qui fait la cour aux femmes ». Aime à se pavaner.

Cornichon : n.m. Variété de concombre. Se dit d’un jeune homme dépourvu de


toute inspiration.

Coyote :n. m. Se dit de quelqu’un d’agressif.

17
Crapule :n. f . Se lance communément de nos jours à un individu qu’on eut en
d’autres temps qualifié de canaille.

Crasseux, euse : n. et adj. Injure qu’on peut adresser à une « personne sale », à un
« type pourri » dont on doit se méfier.

Cruche : n. f. Fille idiote et stupide.

Dadais: n. m. Dadais ne s’emploie plus guère aujourd’hui que dans l’expression


« grand dadais » qui s’applique à un jeune homme peu à la page.

Damoiseau :n. m. Désigne péj. un « jeune homme un peu efféminé », faisant


l’empressé auprès des dames, bref un niais.

Débile, débilos, debs : n. et adj. (lat. debilis, XIIIe s.). Désigne péj. Une
« personne ou propos d’une extrême faiblesse intellectuelle ». Déficience
d’intelligence.

Débris :n. m. Injure méprisante mais totalement dépourvue de grossièreté.


S’utilise contre une personne sensiblement plus âgée que soi, surtout quand elle
nous fait grief de notre relative jeunesse.

Défoncé, e : n. et adj. Terme péj. Pour désigner un « drogué ». Syn. :camé.

Dinde :n. f. Se dit d’une femme prétentieuse et bête.

Dondon : n. f. fille ou femme grosse, mal faite.

Dragon :n.m. Allusion au “soldat de cavalerie” au XVIe s. Désigne une « femme


acariâtre et intraitable, aux manières brutales, sans urbanité ».

Écervelé, e : n. et adj. De « écerveler », « ôter la cervelle ». Désigne péj. Un


« étourdi », une « personne sans jugement et oublieuse ».

Enflure : n. f. Désigne péj. un « homme orgueilleux dont les prétentions ne


correspondent pas à ses moyens intellectuels ».

Facho : Abrév., par ressuffixation de « fasciste ». Allusion aux « partisans de


Mussolini dans les années 30 ». Désigne péj. un « partisan de l’extrême droite ».

Faquin : n.m. (anc. fr. facque, « portefaix »). Terme d’injure, jusqu’au XVIIe s.,
pour désigner une « espèce de crocheteur », un homme de la lie du peuple, vil et
méprisable. Vieilli, même pour désigner un « individu sans valeur, semblable au
mannequin » (« faquin ») qui servait à s’entraîner sur la lice moyenâgeuse.

18
Fat : n. m. (lat. Fatuus, « qui déraisonne »). Désigne un « homme sot, impertinent,
vaniteux et sûr de soi ». Pédant et prétentieux.

Fayot : n. m. (familier)personne qui fait du zèle auprès de ses supérieurs pour s'en
faire bien voir.

Fiel : n.m. Allusion au « fiel » réputé pour son amertume. Terme d’injure et de
dénigrement.

Fier : « Ne sois pas si --- !» = se dit, pour humilier, à un éminent personnage, ou à


un sous- fifre quelconque, qui revient des toilettes avec autant d’arrogance que s’il
venait d’accomplir un exploit exceptionnel.

Fiente : excrément mou de certains animaux (ex. fiente des oiseaux). Ce mot peut
également s’adresser à une personne en vue de l’injurier.

Fiot, e : n.f. et adj. De « foire » et « diarrhée » ou de la contraction et réduction de


« fillotte » : « petite fille ». désigne, avec mépris, un homosexuel passif. Des
« allures de fiottes » sont exagérément féminines. « Être un peu fiotte », c’est
avoir ces allures.

Fou, folle : n.m. XIe s. Variation de « fol » et de « follis ». Toujours « vieux » ou


« vieille ». Désigne péj. un « prétentieux » idéaliste. Peut être lancé comme injure
à un ravagé par les mites à fromages.

Frigide : n. et adj. Terme d’insulte et de dénigrement qu’on peut lancer à une


« femme qu’on juge froide, pas assez ardente en amour. »

Friolet : n. m. Allusion à une pâtisserie légère. Idée de « friandise ». Désignation


hypocoristique de « jeune sein affriolant ».

Fripouille : n. f. La « fripouille » désigne avec mépris un « homme sans moralité


qui se livre à toutes sortes d’escroqueries et de trafics illicites ».

Galine : n. f. Désigne péj. un « homme trop efféminé pour être honnête ».

Garce : n.f. XIIe s. De « gars » ? Depuis le XVIe s. « fille (plutôt) publique ».


Désigne injurieusement une « femme méprisable autant par ses mœurs délurées
que par ses coups tordus, sa traîtrise, sa perfidie ». S’applique autant à une chose
qu’à une personne. La « vie » peut être considérée comme une « garce ». Elle peut
être « de remparts », à « chien », « infâme », « sale ». Et plus la garce est
« vieille », l’insulte est importante, plus elle est « petite », plus elle est allumeuse.
Syn. :Putain, salope, bitch.

19
Gnome : n. Allusion aux « petits génies gardiens des richesses terrestres ». Terme
de mépris pour désigner un « nain » ou pour « toute personne petite et
malfaisante ».

Godiche: n. f. Désigne un « benêt », un « niais », un « emprunté » et un


« gauche », se dit essentiellement pour une fille.

Gouine :n.f. Terme très bas d'injure. Femme de mauvaise vie, coureuse. Désigne
péj. une lesbienne.

Goujat : n. m. Homme vulgaire et grossier dans ses manières.

Gras : adj. Rondouillard, obèse.

Gringalet :n. m. Désignait jadis un « petit cheval ». Désigne péj. une « personne
faible et maigre », taillée dans une biscotte.

Grison :n. m. Allusion au « grison », à l’ « âne » et non aux habitants du canton


suisse et à leur viande. Désigne donc un « vieillard libidineux ».

Grognasse :n. f. Désigne avec mépris une « femme grosse, laide et d’humeur
acariâtre ».

Groupie :n. f. Désigne péj. une « femme plutôt jeune et fanatique, au


comportement de harpie ».

Guenon : n. f. De « guenon, femme du singe ». Désigne péj. une « femme très


laide et très petite qui ressemble à un cercopithèque ».

Guichet :n. m. Terme passablement vulgaire pour désigner un « sexe féminin


passablement étroit ».

Guignol : n. m. De « guigner », « faire signe » ou « convoiter ». Désigne péj. une


« personne involontairement comique et ridicule ».

Hautain : n. Personne qui manifeste dans son comportement ou son allure


extérieure une fierté dédaigneuse et arrogante.

Hibou : n. m. Vieilli. Désigne péj. un « homme mélancolique et peu commode,


fuyant la société ».

Idiot, e : n. et adj. (lat. idiota). « Simple particulier », « homme de condition


modeste », puis « être sans éducation « et « ignorant ». Enfin un « sot ». Un idiot
est donc une « personne sans intelligence, avec un degré de compréhension
rudimentaire ». Premier degré d’arriération mentale avec un degré de 2 à 3 ans.

20
Quand il est « du village », l’idiot désigne avec un certain amusement un « simple
d’esprit ». Syn. : crétin, stupide.

Ignare :n. et adj. De « ignorer ». Terme d’injure qu’on peut adresser à une
« personne particulièrement bornée et inculte ».

Impuissant :n. m. Terme d’injure et de mépris qu’on peut lancer à un « homme


physiquement incapable d’accomplir l’acte sexuel » ou à un « homme peu
courageux ».

Ivrogne : n. m. De « ivre ». désigne, avec mépris, une « personne qui s’adonne à


la boisson , qui ne vit que pour elle et s’emplâtre quotidiennement ».

Lâcheur, euse : n. De « lâche ». Désigne péj. depuis le XIXe s. une « personne qui
ne suit pas jusqu’au bout, qui ne tient ni ses engagements si ses promesses ».

Laideron, onne : n. De « laid », Désigne péj. Un « jeune garçon ou jeune fille


particulièrement laid(e), petit(e) et gros(se) ».

Lourd, e : n. et adj. De « lort », « stupide ». Désigne péj. Un « individu aussi lourd


qu’une porte », à qui manquerait l’esprit de finesse et la légèreté.

Lunaire : adj. Se dit d’une personne qui est dans la lune.

Maboul,e : n. et adj. Désigne péj. une « personne atteinte de maboulerie ou de


maboulisme ». Désigne donc un « être à demi ravagé par les mites à fromages ».

Malandrin : Hist. Membre des bandes de pillards qui ravageaient la France au


XIVème siècle.
Brigand, voleur de grand chemin, mauvais garçon.

Maquereau : n.m. (néérl. Makelen, « trafiquer »). En relation, au XVIIIe s., avec
Varius : « aux couleurs changeantes ». désigne avec mépris un « homme qui vit de
la prostitution des femmes » et s’habille comme ses putes de couleurs voyantes Il
faut que ça se sache ! Iceberg Slim a été le plus grand maquereau des années
cinquante à Chicago. Il n’en est pas moins l’auteur de Pimp (« maquereau » en
anglais). Syn. :hareng, barbeau, merlan.

Malfrat :n. m. Désigne péj. un « malfaiteur plutôt spécialisé dans le casse ».

Marâtre :n. f. Désigne péj. une « femme qui traite durement ses enfants ».

Maudit,e : n. et adj. Sert à renforcer une injure et exprimer sa colère envers une
chose et une personne. Désigne également une « personne qui porte sur elle la
malédiction, la poisse ».

21
Mauviette :n. f. Désigne péj. une « personne frêle et chétive ».

Menteur, euse : n. et adj. Terme injurieux. « Personne qui ment ». En argot


désigne , pas si souvent à tort, au masculin, le « journal » et au féminin, la langue.
Comme quoi, « l’esprit est vraiment structuré comme un langage ».

Merdas, se : n. m. ou f. Interjection de « merde » et suffixation péj. « asse ».


Désigne « quelque chose de plus répugnant encore que la merde ».

Mijaurée :n. f. « Femme sèche et prétentieuse affectée de ridicule ».

Morpion :n. m. Terme grossier et qui ne doit pas être prononcé. Sorte de pou qui
s'attache aux endroits poilus du corps ; pou du pubis, pediculus pubis, L. Fig. et
populairement, se dit par injure aux petits garçons pour leur reprocher leur
petitesse ou leur importunité.

Morue :n. f. Désigne avec mépris une « prostituée de bas étage ». Injure qu’on
peut adresser à une « femme passablement maigre et mal fardée »

Morveux, euse : n. et adj. De « morve ». Désignation péj. d’un « enfant » ou d’un


« homme atteint de morve »et, qui plus est, qui veut donner son avis alors qu’on
ne lui demande rien ».

Mou : « Ce que tu peux être--- !» ; « Il est mou comme une chique !», etc = ce dit
de quelqu’un qui manque de rigueur ou d’énergie ; d’un apathique, d’un tiède,
d’un hésitant.

Mufle :n. m. Désigne avec mépris un « individu désagréable, grossier, indélicat et


souvent sale ».

Nabot, e: n. De « nain » et de « bot », sous l’influence de « navet ». Désigne péj.


Un « homme de petite taille, passablement contrefait ».

Nouille :n.f. et adj. « Être nouille », c’est être semblable aux pâtes alimentaires,
c’est-à-dire mou et paresseux.

Nul : n. et adj. Terme très méprisant pour qualifier une personne en la rabaissant à
une valeur quasi inexistante.

Oisif, iven. et adj. Du lat. otiosus. Personne qui se comporte comme un « oiseau ».
Toujours perché sur une borne, sur le dossier des bancs publics, sur les barres de
métro, sur les premières marches d’un immeuble ou dans les parties communes
sans autre occupation que de rester là, à ressasser, quand il ne deale pas sa propre
connerie. Les « oisifs » portent en eux leur propre désespoir.

Parano : n. (familier) Personne atteinte de paranoïa.

22
Patate :n. f. Une « patate » désigne au XXe s. une « personne lourde et stupide ».
Épaisse et sans intelligence.

Peste :n. f. Désigne péj. une « personne méchante et médisante »

Pétasse :n. f. Extrêmement vulgaire. « Pétasse » désigne une « prostituée


particulièrement laide » et garde son terme injurieux à l’égard d’une « femme qui,
physiquement, fait peur à en donner la pétasse ».

Peureux : n. m. Personne qui manque de courage, qui est peureux.

Pigeon : n.m. XVe s. (lat. vulg. Pibionem via pipio, « dupe »). Désigne un
« homme qu’on attire avec adresse pour le plumer ».

Plaisantin : n. « Qui aime plaisanter, faire des niches ».

Prédateur, ice : n. et adj. (lat. praeda, « proie »). Désigne un « individu qui attend
sa proie pour la dévaliser, la voler, la cambrioler » Syn. : Pillard. Désigne
également, dans le monde de la finance, une « personne qui lance une opa contre
un concurrent en vue de le racheter ou de le dépecer ». Syn. :Raider.

Pondeuse : n. f. Désignation très péj. d’une « mère de famille nombreuse ».

Poule : n. f. Désigne péj. une « femme aux mœurs légères, qui se laisse entretenir
par le plus offrant ».

Puceau, pucelle, pucelet : n. Bonne pioche dans le trio des naïfs plus ou moins
prétentieux et effrontés. Pas de pitié pour leur état ? Désigne péj. un jeune sot.

Pute : n. f. et adj. La pute est une « prostituée ».

Racaille : (péjoratif)ensemble de personnes méprisables, d'escrocs.

Rhinocéros :n. m. Se dit de quelqu’un de gros et acariâtre

Sauvage : n. (lat. salvaticus). Allusion aux « peuplades n’ayant en apparence


aucune civilisation » ou aux « animaux qui vivent en liberté ». Exclamation pour
stigmatiser le « comportement d’une brute plus ou moins épaisse, un grossier
personnage ». Désigne donc péj. un « individu sans éducation, qui ne connaît pas
les usages, hermétique ou raffinement »un peu comme les supporters marseillais
ou parisiens. Le sauvage va par « bande » ou par « tas », injure qu’on peut
adresser à des chauffards ou des pillards.

Sot, sotte : n. XIIe s. (bas latin sottus ). Désigne péj. une « personne qui a peu
d’intelligence, incapable de jugement, de raisonnement » Le « sot » peut être

23
« triple ». Semblable aux « personnages bouffons qui jouaient dans les soties (ou
sotties) du Moyen-Âge ». Le sot désigne un « mari trompé ».

Stupide : n. et adj. XVIe s. (lat. stupidus, « frappé de stupeur »). « Être frappé de
stupeur ». Désigne péj. un « imbécile », une « personne à l’esprit lourd et
pesant ». Terme d’injure, surtout lorsqu’il est accompagné du mot
« personnage » : Mère Ubu.

Toqué,e : n. et adj. XIXe s. De « toquer », « frapper ». Désigne péj. une


« personne un peu dérangée, un peu folle, très bizarre ». Ravagée par les mites à
fromages. « Se toquer », avoir une tocade pour quelqu’un (un soudain
engouement), « s’enticher de ». Syn : marteau «(être), fada, ravagé frappé, timbré,
cinglé.

Traître, traîtresse : n. et adj. XIe s. De « trahir » via le lat. tradere. Toujours


« vilain ». « Personne qui trahit, qui rompt sa fidélité, ses serments, qui se
parjure ».

Truie :n. f. Désigne une « femme très grasse, dont la vulgarité des traits et de
l’esprit est à toute épreuve ».

Turc : n. m (persan türküt). Terme d’insulte et xénophobe qui au XVIIe s.


désignait un « homme dur et cruel ». Sans pitié. Inexorable.

Vache : n. f. Désigne péj. une « grosse femme dévergondée, méchante et


sournoise ».

Vaurien,ne :n. Désigne péj. une « personne vicieuse, fainéante et peu


recommandable ».

Ventouse : n. f. Désigne péj. et injurieusement une « personne qui s’incruste ».

Vipère : n. f. Fig. Personne méchante, aussi dangereuse que l'est une vipère.

Vomitif : n. et adj. Qui fait vomir, en parlant d'un médicament ou d’une personne.

24
B) Enquête : document
Âge :
Sexe :
Profession :

Nous sommes en troisième bachelier en langues et littératures françaises et


romanes à l’Université Libre de Bruxelles, et, dans le cadre du cours de
Grammaire descriptive du français moderne II nous avons pour objectif de
constater que le Bon Usage de Grevisse n’est pas adapté aux insultes et aux gros
mots, bien qu’ils soient des adjectifs et des noms communs. Nous vous proposons
d’apporter votre contribution dans notre étude en répondant aux questions ci-
dessous.

Quels sont les féminins des insultes suivantes :

 Cochon :
 Ignare :
 Branleur :
 Asticot :
 Morpion :
 Morveux :
 Gringalet :
 Fripouille :
 Maboul :
 Crapule :
 Débris :
 Boudin :

Quels sont les masculins des insultes suivantes :

 Connasse :
 Chaudasse :
 Mijaurée :
 Pute :
 Vipère :
 Chouette :
 Morue :
 Cruche :
 Marâtre :
 Patate :
 Enflure :

Qu’avez-vous observé de particulier dans la féminisation ou la masculinisation de


ces mots ?

25

Centres d'intérêt liés