Vous êtes sur la page 1sur 2

Frédéric Beigbeder - Windows on the world

Approche 3: Comme lecteur affectif

Pour commencer je voudrais dire que j’ai vraiment

aimé lire « Windows on the World ». Frédéric Beigbeder

a bien décrit l’événement qui s’appelle ‘Nine Eleven’.

C’est vraiment une très belle histoire. C’est-peut être

un peu bizarre que je dis ceci parce que c’est un

événement assez grave mais c’était inévitable que les

écrivains allaient écrire de ‘Nine Eleven ‘. Frédéric

Beigbeder l’a très très bien fait.

Avant que j’aie lu le livre, je ne savais vraiment pas ce

que je devais attendre de ce livre. Avant de

commencer à lire, j’avais lu le résumé au verso du livre. L’histoire avait lieu au 107ième

étage de la tour la plus nord des deux tours du ‘World Trade Center’, dans le restaurant et

autant le nom du livre : « Windows on the World » entre 8 h 30 et 10 h 29. Je commençais

a penser que ce livre était écrit par quelqu’un qui a survécu l’attentat terroriste sur le

‘World Trade Center’. Ceci m’a invité plus que jamais à lire cette histoire spectaculaire.

Voilà donc la raison pour laquelle je me suis vite mis à lire ce livre.

Quand je me suis mis à lire le livre, j’avais vite découvert qu’il n’était pas écrit par un

survivant mais tout simplement par un écrivain qui s’appelle : ‘Frédéric Beigbeder’ et qui

décrit la vie d’un papa imaginaire : ‘Carthew Yorston ‘ et ces deux fils : ‘David et Jerry

Yorston ‘ sur le moment qu’ils se trouvent dans le restaurant « Windows on the World ». Il

n’y avait jamais eu d’images de l’événement ni de l’intérieur du restaurant. Cette histoire

est un scénario imaginable de cet événement désastreux.

Durant la lecture de ce livre on ne doit pas chercher après la vérité des faits. Il vaut

mieux lire cette histoire en essayant de se mettre dans la peau des victimes sans essayer

à évaluer les faits s’ils sont vrai ou faut. Naturellement l’histoire est totalement écrit de

l’imagination de Frédérik Beigbeder mais tous ce qu’il a écrit de son imagination pourrait

être vrai. C’est pour cette raison que plusieurs parties sont vraiment émouvantes comme

par exemple la partie où Anthony a essayé d’aller au toit avec la famille Yorston. Tout va

bien jusqu’à ce qu’ils voulaient ouvrir la porte d’exit et Anthony


constatait que ça n’allait pas parce que le poste de contrôle était sans équipage. Ils

étaient coincés entre l’avion et le toit.

Imagine, tu es enfermé. Qu’est-ce que tu ferais alors en sachant que tu pourrais être mort

dans quelques minutes. Tu cherches une sortie ? Tu continues à espérer qu’une équipe de

sauvetage va venir ? Tu acceptes que tu vas mourir ? Tu sautes de l’immeuble ou tu

restes dans la fumée jusqu'à ce que tu meures ?

Après que David meure à 10 h 11 minutes à cause de la fumée, Carthew trouvait que ça

suffisait. Jerry était ému de la mort de son frère. Tout le monde mourait dans la fumée.

Tous voyaient mourir leurs familles et amis. Ces moments ont certainement été des

moments très émotionnelles. Alors Carthew s’est décidé de sauter de l’immeuble avec

Jerry et David qui était déjà mort. Ils allaient ensemble aux terrains de chasse éternels.

Après avoir lu le livre, on commence à penser à toutes les autres choses qui se pourraient

être passées et tu te rends compte que c’est inimaginable mais malheureusement c’est la

réalité. J’ai vu plusieurs films de ‘Nine Eleven’ sûr youtube.com et c’est vraiment terrible

à voir. Tout le monde hurle. Au début les gens pensaient que c’était un accident mais

quand le deuxième avion s’était mis dans la tour sud, tout le monde était certain que

c’était un attentat terroriste. New York se trouvait bouleversé jusqu’aujourd’hui. On peut

voir ça sur les webcams, qui sont visé sur le

chantier.

Ce livre est écrit de l’imagination de Frédéric

Beigbeder. C’est sans doute l’attentat le plus

grave du monde. Le symbole de New York est

démoli. Qui pourra le dire si cette histoire

c’est vraiment passée comme Frédéric

Beigbeder pense ? On ne le saura jamais ! Si

vous vouler mon avis, moi je pense que c’était

encore pire que l’on imagine.

Steven Biets 6TWe nr2