Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Introduction:
Les quartiers ont été et sont un des terrains privilégiés de la politique de la ville. La loi de l’urbanisme, mis l’accent sur la nécessaire ré-urbanisation des quartiers (démolition-reconstruction, revitalisation des centres anciens, conversion des friches industrielles, …), et cela dans une perspective de développement durable. Les approches proprement environnementales de la décennie 90, marquées par la mise en œuvre des chartes environnementales, les recherches sur « l’écologie urbaine », les recherches et expérimentations sur la « haute qualité environnementale » en construction neuve des bâtiments (HQE), sont maintenant relayées progressivement par des démarches intégratives de développement durable. En termes d’échelle c’est bien aussi à celle des quartiers que se situent les enjeux essentiels et les difficultés majeures de la maîtrise décisionnelle et opérationnelle. C’est en effet l’échelle de concrétisation des préconisations générales des Agendas 21, des passages juridiques de la maîtrise d’ouvrage urbaine aux maîtrises d’ouvrages déléguées ou subordonnées des aménageurs et constructeurs, incitant à la mise en œuvre de solutions innovantes, permettant une gestion facilitée et d’un coût global avantageux à moyen et long terme pour la collectivité.

1/Relation entre quartier et durabilité :
Le quartier est important Le quartier représente une communauté importante pour le développement durable, en dépit de son poids politique très modeste. Dans l’optique du développement durable, le quartier a par conséquent besoin de structures spécifiques avec accès direct aux autorités politiques. Le développement durable et sa mise en œuvre à cet échelon permettent de récolter des expériences et de familiariser la population avec la nouvelle manière d‘aborder les choses. L’échelle du quartier prend tout son sens dans des opérations de conception, de rénovation ou de revitalisation. En effet, le quartier se définit comme un centre et se vit comme un pôle, une attractivité, un nœud dans un réseau (par exemple, la ville, l’agglomération). Les quartiers sont des espaces de vie au quotidien (logement, fréquentation d’espaces publics, …) qu’ils soient investis ou désinvestis. Ils se vivent de l’usage et de la participation citoyenne, à l’opposé du territoire qui, lui, ne se vit pas puisqu’il est imposé. Le territoire se définit plutôt par des limites, des )1 ( frontières qui lui sont imposées. C’est la différence entre l’espace vécu (quartier) et l’espace politique ou représenté (ex : à l’échelle régionale ou communale). La durabilité est fondamentale Notre civilisation doit impérativement parvenir à concilier les exigences économiques, sociales et écologiques. C‘est le seul moyen de donner aux générations à venir une chance de bénéficier d‘une bonne qualité de vie. L’identification avec le quartier est nécessaire Dans la perspective d’un développement durable, la population doit pouvoir s’identifier avec son environnement immédiat. Le quartier doit donc posséder des qualités propres et des particularités qui le rendent attrayant. Dans les quartiers de passage, présentant une forte fluctuation d‘habitants, l’identification est nettement plus difficile. Le quartier se caractérise par ses bâtiments, par ses espaces extérieurs et par ce qui y est offert

(1)

RICHRD HUNITELEC : urbanisme et quartier durable. Université montesquicer bordeaux IV.P14

.

- 25 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

L‘état et la qualité des bâtiments, les espaces extérieurs et la variété des services offerts déterminent le caractère du quartier. Le développement architectural ne doit pas être abandonné au hasard et à la spéculation. Un plan directeur bénéficiant d’un large appui, avec des mesures architecturales à long terme, favorise un développement ciblé.
La mobilité est à la fois l‘huile et le grain de sable dans l‘engrenage Faciliter la couverture des besoins fondamentaux (travail, logement, loisirs), c’est réduire les besoins de mobilité. Par conséquent, si une offre spécifique améliore l’attractivité du quartier, sa desserte par les transports publics est primordiale. Le trafic de transit est. L‘ennemi du quartier durable.

Il faut souligner à ce propos l’importance décisive de deux facteurs: la mobilité, qui est source de bruit et de pollution, et la revalorisation des immeubles anciens, entreprise dans des cycles techniquement définissables, en accord avec la population qui y vit et y travaille.

2/ L’importance de l’échelle :
Parce que le quartier est le lieu de vie des habitants. Si on veut les intéresser a devenir de la commune, cela commence par leur trottoirs, leur quartiers, leur écoles, leurs bâtiments. Ensuite, le développement durable nécessite une un changement de comportement et cela doit se manifester aussi dans la vie quotidienne comme dans les méthodes de vie comme dans les méthodes de travaille. C’est pourquoi l’éducation et l’information sont au cœur de la démarche « quartier durable »

3/Définition:
Le quartier durable est un territoire qui, pour sa création ou sa réhabilitation intègre dans une démarche volontaire, une conception et une gestion intégrant les critères environnementaux, un développement social urbain équilibré favorisant la valorisation des habitants, la mixité sociale et des lieux de vie collective, des objectifs de développement économique, de création d’activités et d’emplois locaux, les principes de la gouvernance que sont la transparence, la solidarité, la participation et le partenariat” Un quartier durable est une zone de mixité fonctionnelle développant un esprit de quartier ; c’est un endroit où les personnes veulent vivre et travailler, maintenant et dans le futur. Les quartiers durables répondent aux divers besoins de ses habitants actuels et futurs, ils sont sensibles à l’environnement et contribuent à une haute qualité de vie. Ils sont sûrs et globaux, bien planifiés, construits et gérés, et offrent des opportunités égales et des services de qualité à tous. (Accord de Bristol, 6-7 décembre 2005)La planification de quartiers durables a pour objectif de fonder un quartier sur des principes environnementaux, économiques et sociaux. » Un éco-quartier, ou quartier durable est un quartier urbain qui s'inscrit dans une perspective de développement durable : il doit réduire au maximum l'impact sur l'environnement, favoriser le développement économique, la qualité de vie, la mixité et l'intégration sociale. Il s'agit de construire un quartier en prenant en considération un grand nombre de problématiques sociales, économiques et environnementales dans l'urbanisme, la conception et l'architecture de ce quartier.
(2)

(2)

ARENE-IMBE :quartier durables – guide d’expérience européennes –avril 2005 –p12

- 26 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE
(3)

L'éco-quartier va intégrer en amont de sa conception de nombreux critères, notamment
  

     

la gestion de l'eau : traitement écologique des eaux usées, épuration, protection des nappes phréatiques, récupération de l'eau de pluie pour une réutilisation dans le quartier le traitement des déchets : collecte des déchets sélective, tri, recyclage, compostage, traitement thermique la stratégie énergétique : atteindre un bilan énergétique neutre, voire positif, c'est à dire que la production et la consommation d'énergie doivent au minimum se compenser. La politique énergétique du quartier durable devra reposer sur des énergies renouvelables, et la mise en place de système spécifiques. l'utilisation de matériaux locaux et écologiques pour la construction : éco-conception, écoconstruction, éco-matériaux. le respect des critères de la Haute Qualité Environnementale pour la construction la mise en place de systèmes de déplacements propres : transports en commun, transport "doux", réduction des distances une politique de mixité et d'intégration sociale, avec toutes catégories de populations se mélangeant dans le quartier. la participation des citoyens à la vie du quartier, la mise en place d'une gouvernance la création d'équipements, de commerces, d'infrastructures accessibles à tous.

Un éco-quartier coordonne dans une même dynamique les éléments suivants : la réponse à l’évolution démographique par une gamme de logements adaptés aux différentes situations et aspirations, dans un esprit d’équilibre social et intergénérationnel  la création d’une ville vivante et diversifiée, par la création d’emplois, et l’impulsion de nouvelles dynamiques économiques et commerciales  la promotion des "courtes distances", le développement de modes de transports alternatifs à la voiture individuelle, la promotion des modes doux et de la mobilité intermodale  des choix énergétiques raisonnés et le recours aux énergies renouvelables  l’utilisation des techniques, matériaux et dispositifs propres à l’éco-aménagement et l’écoconstruction  la création de systèmes alternatifs d’assainissement et de gestion des eaux pluviales  une intégration de la prévention des risques et de la lutte contre les nuisances comme éléments constitutifs de l’optimisation du cadre de vie  la protection des paysages et une approche des espaces naturels comme valeur ajoutée à l’urbanité du quartier, et comme trame support de la biodiversité  une gouvernance renouvelée où la participation, l'information et la formation des différents acteurs permettent que les principes et innovations du nouveau quartier soient compris, acceptés et intégrés dans les pratiques et les gestes quotidiens de tous les habitants.

(3)

ARENE :comment concevoir des quartiers durables ?2004

- 27 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Figure n° 02 : management de projet (4)

Alors qu’est-ce qu’un quartier durable?
Le quartier durable est perçu comme “un quartier qui met en œuvre le développement durable. Les principes de se dernier serviront de référence pour l’édification et le choix des actions. La réhabilitation ou la construction d’un quartier durable est une de ces actions.

4/L'éco-quartier, brique d'une société durable
L’éco quartier - ou quartier durable - cristallise en ce moment une énorme attention dans le monde. C’est vrai aussi bien dans la société civile qu’au sein des autorités publiques, tandis que les professionnels de la construction n’ont aucun intérêt à rester à l’écart de cette tendance. L’éco quartier vise tout à la fois pour le milieu urbain des économies d’énergie et de matière, une meilleure gestion de l’eau, la mobilité douce, une qualité de vie faisant la part belle à la nature en ville et, ..
(4)

Claire Poumarede : Eco quartier concepts et moyens d’actions.2008.p8

- 28 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

plus fondamentalement, un urbanisme et des styles de vie durables. A la fois vitrine et symbole d’une évolution positive en profondeur de la société, l’éco quartier est l’expression tangible d’une politique intelligente de la ville et, en même temps, un faire-valoir pour ses promoteurs. Au vrai, l’éco quartier propulse une écologie habituée à provoquer rejet et dénonciation en fer de lance d’un projet de société constructif et enthousiasmant, associant un mieux-être immédiat à la prise en compte à long terme de l’environnement. En apportant en outre une réponse à la dimension collective du défi écologique et en permettant de réelles avancées sur ce plan, l’essor des éco quartiers maintient à flot l’espoir que l’humanité saura relever la tête.

5. Les principes d’un quartier durable :

(5)

La dimension de gouvernance y est certes présente mais les trois autres piliers (social, environnement, économie) sont un peu moins visibles. Six principes ont donc été sélectionnés pour définir la notion de développement durable à cette échelle et servir de jalons à la démarche : efficacité économique, équité sociale, efficacité environnementale, prise en compte du long terme, globalité et gouvernance. Le déroulement classique d’un projet urbain s’efforce ainsi d’intégrer les principes de développement durable et de gouvernance à chaque étape : décision de l’élu, diagnostic et définition des enjeux, étude de scénarios, réalisation et suivi des travaux, évaluation du projet. • « .Urbanisme et aménagement: assurer l’intégration et la cohérence du quartier avec le tissu urbain et les autres échelles de territoire • Qualité environnementale du tissu urbain: inciter les constructeurs à viser la qualité environnementale pour l’ensemble des bâtiments et des aménagements • Développement social et économique: repérer et appuyer les ressources dynamiques et initiatives locales • Gouvernance et pilotage: se doter d’une ambition commune et partagée pour le quartier, d’outils de suivi et d’évaluation. »
(6)

(5) (6)

Janine Bellante : Vers un quartier durable en France.2007.p35 Claire Poumarede : Eco quartier concept et moyens d’actions. p9

- 29 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

6.Les qualités d’un quartier durable (7)

Figure n°03:les qualités d’un quartier durable Gouvernance : des quartiers bien gérés par une participation efficace et globale, une représentation et une direction. Transport et mobilité : des quartiers bien connectés grâce à de bons services et moyens de transport permettant aux habitants d’accéder à leur lieu de travail et aux services (santé, éducation, loisirs, centres commerciaux, etc.). Les habitants devraient être en mesure d’effectuer le plus de trajets possibles à pied depuis leur lieu de résid ence. Le plan des rues devraient prendre la forme d’un réseau continu reliant les lieux entre eux. Une bonne infrastructure de transport est essentielle à la limitation de la voiture.
(7)

Laurence Lambert, Christina Dewart : Quartiers durables pistes pour l’action locale.2006.p7

- 30 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Environnement : offrir aux habitants l’opportunité de vivre dans le respect de l’environnement
(bâtiments basse consommation ou à énergie positive, limitation des déchets, recyclage, utilisation de matériaux naturels et écologiques, limitation de la consommation d’eau, etc.) et de profiter d’un cadre de vie propre et sûr. Economie : une économie locale vivante et florissante. Services : mise à disposition de services publics, privés, communs et volontaires accessibles à tous les habitants. Equité : juste pour chaque habitant, à la fois pour les générations actuelles et futures (habitations décentes à des prix abordables, services accessibles à tous et espaces publics ouverts à tous). Diversité : développer des quartiers diversifiés et à cohésion sociale par la mixité des catégories sociales (mixité de l’offre de logements, des opportunités d’emplois, partage des activités) et la mixité des générations. Mixité des fonctions : différence majeure avec les quartiers suburbains existants qui connaissent souvent un zonage (séparant les zones résidentielles des zones industrielles et commerciales) : un quartier durable offre une mixité des fonctions (lieu d’habitation, de travail, de loisirs et de commerces). Identité : active, globale et sûre avec une forte culture locale et un partage des activités de quartier ; apporte le sentiment d’appartenance au quartier que beaucoup d’habitants recherchent. Chaque quartier nécessite par conséquent un centre bien défini (un endroit où les habitants peuvent trouver des commerces et pratiquer des activités culturelles ou sociales, etc.). Participation des citoyens et des habitants, coopération et engagement : les habitants doivent communiquer entre eux et être impliqués dans la Co-création de leur quartier. Ils doivent pouvoir exprimer leur avis sur la manière dont le quartier est géré. Les quartiers sont plus actifs que des maisons individuelles ; ils représentent le support pour de plus larges activités, offrant beaucoup de services sociaux qui permettent de lier les individus entre eux et de faire naître un sentiment d’appartenance au quartier. La quête de quartiers plus durables nécessite que nous nous penchions sur de telles qualités et que nous étudions ce qui peut être fait à la fois dans les banlieues et dans les villes pour donner un nouvel essor à différents quartiers. Nous devons travailler du centre vers l’extérieur, "couche par couche, en commençant par reconnecter les quartiers les plus centraux qui sont à seulement quelques minutes à pied des centres animés". »

7. Comment Aller vers un quartier durable ?

(8)

 Par une pratique réfléchie et une expérimentation critique En matière de conception et de réalisation de “quartiers urbains durables”, tout reste encore à faire. Les plus volontaires s’inspirent d’expériences étrangères réussies, mais parfois difficilement adaptables, telles que Bedzed (Royaume-Uni) ou Fribourg (Allemagne), pour ne citer que les plus connues, échangent au sein d’associations les innovations et les bonnes pratiques locales, ou confrontent la pratique des acteurs de terrain aux analyses d’universitaires et de chercheurs à l’occasion de colloques, de forums…  Par le changement des mentalités. Le développement durable semble la seule voie raisonnable. Sa déclinaison au niveau du quartier doit être recherchée. Pourtant, la mise en route des institutions, des structures locales et le changement des mentalités restent très difficiles en raison de la puissance des intérêts à court terme des entreprises, des décideurs et des individus…
(8)

ARENE , IMBE : quartier durable guide d’appréciation avril 2005

- 31 -

Chapitre III 

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Par un portage politique fort et une gouvernance organisée. Entrée dans le droit algérien de l’urbanisme avec la loi développement durable est en quête à la fois d’un contenu et d’une voie d’intégration dans les processus décisionnels des acteurs publics et privés, en particulier dans les procédures d’aménagement. En fait, le développement durable à l’échelle du quartier doit se lire plutôt comme l’un des objectifs de la démarche de projet promue par la loi de l’urbanisme. Celle-ci consiste à concilier la prise en compte de contraintes environnementales, économiques et sociales dans les documents et les décisions d’urbanisme qui expriment un projet grâce à la mise en place d’un système de gouvernance fondé sur la concertation, le partenariat, la transparence Il est donc prioritaire de fixer le cadre politique dès le lancement du quartier durable. Véritable engagement de la collectivité, il peut revêtir la forme d’une charte par exemple.  Grâce à un suivi dans le temps. Pour s’inscrire dans la démarche de quartier durable, il est impératif d’inventer des grilles de lecture et des critères du développement durable “acceptables” par tous les acteurs (collectivités, aménageurs, constructeurs, habitants ou usagers du quartier...) de concevoir des démarches stratégiques susceptibles de s’intégrer dans les procédures et processus d’aménagement en les enrichissant et en les prolongeant, comme le préconise par exemple la démarche des Agendas 21 locaux, et enfin, de proposer des outils pour la conduite des actions, l’évaluation et la mesure du développement durable simples (indicateurs).  Et par l'éco-conception :

Les entreprises doivent intégrer le développement durable le plus en amont possible de leur production. Elles doivent sensibiliser leurs parties prenantes à leur démarche de développement durable, et notamment leurs fournisseurs, afin de s'approvisionner auprès de ceux qui ont des pratiques responsables. L'éco-conception consiste à intégrer des critères environnementaux, sociaux et économiques tout au long du processus de conception du produit, et dans son cycle de vie. Le département recherche & développement d'une entreprise doit être fortement impliqué dans la stratégie de développement durable de l’entreprise, afin d'intégrer l'éco-conception à sa réflexion et son fonctionnement. Il doit évaluer l'impact environnemental de son futur produit, en lui dressant son profil environnemental. Pour éco-concevoir un produit, il s’agit :
          

d’identifier ses impacts environnementaux de définir pour les impacts, les étapes du cycle de vie les plus problématiques d'évaluer les possibilités d'amélioration d'agir de façon optimale sur les impacts environnementaux d'économiser les matières premières, l'eau, l'énergie d'utiliser des éco-matériaux de ne pas transformer ou dégrader le milieu naturel et le cadre de vie d'utiliser des technologies propres d'optimiser les techniques de production d'augmenter la durée de vie des produits de recycler et valoriser les produits en fin de vie
- 32 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

 Et de réduire :
        

les gaz à effet de serre l’impact sur la couche d’ozone la toxicité, l’acidification de l’air l’impact sur la santé le volume et le poids des emballages l'eutrophisation de l'eau les bruits intérieurs et extérieurs la production de déchets les déplacements et de privilégier les moyens de transports propres

L'entreprise doit avoir pour objectif de fabriquer des produits écologiques et responsables : soucieux de l'environnement, et réalisés dans de bonnes conditions d'hygiène et de sécurité. La qualité des produits, leur coût, la technique de réalisation, les besoins et attentes des consommateurs sont les critères classiques de conception et d'amélioration du produit : ils doivent être associés systématiquement aux critères environnementaux et sociaux. *Et par l’éco-geste : Est un geste banal de la vie de tous les jours (aller au travail, faire la cuisine, se laver, jardiner, faire ses courses...) qui va prendre en considération les valeurs du développement durable : la protection de l'environnement, l'équité sociale, la solidarité, le principe de responsabilité et de précaution. Les gestes citoyens et écologiques, chacun peut les accomplir très facilement dans sa vie quotidienne. Adopter un comportement éco-citoyen, c'est facile : il s'agit surtout de prendre conscience des conséquences sociales ou environnementales de chacune de nos actions et de changer ses mauvaises habitudes. Les gestes éco-citoyens se font à la maison, au travail, à l'école, en faisant ses courses ou son marché, dans ses déplacements, en faisant son jardin, en vacances... Éteindre les lumières, économiser l'eau, utiliser des transports propres, trier ses déchets, consommer de façon responsable... Les actions sont multiples, tous les jours de nouvelles idées et de nouvelles attitudes pour préserver la planète, les hommes et femmes qui y vivent aujourd'hui, et ne pas compromettre la qualité de vie des générations à venir.

8/Les Freins De La Réalisation D’un Quartier Durable: (9)
La préexistence d’approches et d’actions en matière environnementale ne constitue pas toujours un atout pour le développement de projets opérationnels visant le développement durable. Dans certains cas, certaines politiques environnementales trouvent des traductions à l’occasion de projets urbains durables. Dans d’autres cas, les collectivités concernées n’ont pas pu ou su mobiliser les acquis de leurs politiques
(9)

Taoufik Souami : Montage et conduite de projets de quartiers durables en Europe.

- 33 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

antérieures pour initier et mener des projets opérationnels de qualité environnementale. Parfois, les quartiers durables ne sont pas précédés de politiques environnementales antécédentes. Le développement durable d‘un quartier est difficile pour deux raisons. 1: bien que le quartier soit un lieu où les gens logent, travaillent et s’amusent, il ne constitue pas, en règle générale, une entité capable d‘agir elle-même sur le plan politique; le quartier fait partie de la ville, il est soumis à ses besoins et à ses possibilités. 2: la durabilité reste une notion plutôt théorique. Elle désigne une combinaison équilibrée des trois sphères de l’économie, de l’écologie et de la société. Depuis quelque temps, le terme apparaît dans les propos des députés, des chercheurs, des patrons, etc., mais les concepts d‘application éprouvés font encore défaut ».

9/La Démarche HQE, Une Première Etape: (10)
Aujourd’hui les villes se reconstruisent sur elles-mêmes, de nombreux bâtiments doivent être réhabilités, de nombreux quartiers revitalisés et/ou repensés, qu’ils se trouvent en banlieue ou en centre ville. Cette réhabilitation ne peut plus se contenter de solutions techniques, elle doit prendre en considération les dynamiques sociales, les modifications d’usage, l’environnement et le développement économique, en un mot le développement durable. La Démarche HQE, vise à améliorer la Qualité Environnementale des Bâtiments (QEB) neufs et existants, c'est-à-dire à offrir des ouvrages sains et confortables dont les impacts sur l’environnement sont les plus faibles possibles.

10/Les cibles de la démarche HQE (11)
Ces cibles appartiennent à quatre principales familles : l'éco construction, l'éco gestion, la santé et le confort. La démarche HQE est une démarche volontaire qui s'appuie sur un objectif de "Qualité Environnementale (QE) des bâtiments" et un "Système de Management Environnemental (SME) des opérations". Organisées en deux domaines : maîtriser les impacts sur l'environnement extérieur et produire un environnement intérieur satisfaisant L'application de la démarche est fondée sur une logique de hiérarchisation des exigences : le maître d'ouvrage choisit trois ou quatre cibles pour lesquelles la performance maximale sera recherchée. Quatre ou cinq autres cibles sont retenues pour un traitement particulier (bonne performance) et pour les autres cibles, le maître d'ouvrage se contente du respect de la réglementation. La question des surcoûts engendrés par ce type de démarche doit être abordée du point de vue du coût global, c'est-à-dire en intégrant les économies de fonctionnement possibles (eau, énergie, maintenance) et dans le cas des collectivités en intégrant les coûts évités (pollutions, santé, consommation de ressources). Afin de les aider à intégrer le développement durable dans leurs projets d’aménagement ou de renouvellement urbains, leur projet de territoire ou de quartier, visant à améliorer la qualité de vie des habitants. La démarche HQE s’appuie sur la construction de bâtiments en apportant des éléments complémentaires liés à l’aménagement d’une part et à la prise en compte d’objectifs et de principes de développement durable d’autre part.
(10) (11)

Fanny Alibert : Methode HQE. CSTB : HQE2R Une démarche pour intégrer le développement durable.2004.p24.

- 34 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

11/Des expériences étrangères 11.1/Description du projet :
Le quartier de Weingarten date de la fin des années 1960. Construit en réponse à la crise du logement qui sévissait à Freiburg à l’époque, il abrite aujourd’hui 15 000 personnes de différentes origines. Il a été construit selon des standards anciens : compact et comportant plusieurs tours d’habitation. Environ 80% des appartements sont du logement social et appartiennent à la Freiburger Stadtbau GmbH, à savoir la gérance immobilière municipale. Avec environ 840 appartements et 2 500 habitants, Weingarten-Est a été déclaré projet de rénovation urbaine en 1992 à la suite d’efforts intenses déployés par le Forum Weingarten 2000. Cette rénovation a été menée à bien en 2005. L’opération a duré 11 ans et a couvert les étapes suivantes : Reconstruction des habitations : nouvelles fenêtres, isolation thermique, réhabilitation des entrées, etc. Aménagement des extérieurs : cheminements piétonniers, pistes cyclables, terrain d’aventure pour les enfants et déconstruction-transformation de la route pour la rendre plus praticable pour les piétons

Photo n° :01 : le quartier Freiburg

 Objectifs :
Les principaux objectifs sont : Communication et développement de réseaux sociaux. Soutien aux habitants pour la résolution de conflits de quartier. Création d’un sentiment de responsabilité par rapport à l’environnement et d’identification au quartier.

- 35 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Photo n° :02 : Les espaces extérieures  Stabilisation et amélioration de la situation sociale des habitants du quartier.  Aménagement d’une salle commune dans les quatre immeubles de plusieurs étages.  Présentation d’une charte de participation des habitants aux nouveaux arrivants.  Depuis 2003, mise à disposition gratuite des concierges pour des petites réparations et résolution de problèmes quotidiens (poubelles, caves cambriolées, …).  Projet d’emploi local pour des chômeurs de longue durée par le Club pour le Développement de Mesures municipales en faveur de l’Emploi.  Le Terrain de jeux Push, un centre de pédagogie et de loisirs pour les enfants…etc.

 Résultats / Réalisations :
Environnement: rénovation des logements existants par la pose de nouvelles fenêtres, d’une isolation thermique et réaménagement des entrées. Aménagement de cheminements piétonniers, de pistes cyclables, d’un terrain d’aventure pour les enfants, ainsi qu’une déconstruction-transformation de la route pour la rendre plus praticable pour les piétons. Social: Le Bureau de quartier a été ouvert en 1989. Il offre une infrastructure aux différents sous-groupes du forum, édite le journal du Quartier et organise différentes activités culturelles locales. Afin de mesurer la satisfaction des habitants concernant cette rénovation, le bureau du quartier a mené des enquêtes à chaque étape des travaux, touchant approximativement 60% des habitants. Plusieurs groupes de travail et initiatives résidentes se retrouvent au sein du Forum Weingarten2000, dont notamment le groupe « Habiter ensemble » (activités interculturelles), le groupe « Déchets », le groupe « Actifs pour Weingarten », qui s’occupe activement de l’amélioration de la qualité de vie et des logements sur Weingarten-Ouest, ou encore le groupe « Bien-être social » qui se réunit une fois par

- 36 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Photo n° 03 : les aires de jeux mois et auquel collaborent des représentants des institutions sociales, qui joignent leurs forces à celles des habitants pour traiter des sujets pertinents pour le quartier. Le Forum Weingarten 2000 est également membre de l’initiative fribourgeoise “Résolution constructive de Conflits de Voisinage et de Quartier ». Des personnes de différentes générations, venant de différents quartiers et de différents länders se forment à la médiation et travaillent sur une base volontaire à la médiation de conflits de voisinage. L’objectif est de faire usage de la méthode pour aider à résoudre les conflits de façon constructive et développer une nouvelle culture de débat constructif.

11.2/Deuxième exemple d’un quartier durable (1) :
dans se exemple, on part pour la Norvège et sa capitale, Oslo, qui nous démontre à quel point l’écoconception ne passe pas uniquement par des panneaux solaires (certes utiles mais qui peuvent parfois être juste une caution pour des bâtiments qui ne sont pas du tout éco conçus) mais aussi par une approche globale d'une opération de réhabilitation. L’exemple du quartier de Piletredet Park est remarquable, aussi bien dans sa conception en amont que dans ses résultats. Comme vous pouvez le voir sur ce schéma,(voir photo n 04)

- 37 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Photo04 : situation de piletredet pack nous nous trouvons en plein cœur de la ville. Le bâtiment principal était déjà existant (l’ancien hôpital) et des jardins ainsi que des nouvelles constructions sont venus agrandir le site, lequel propose maintenant 1.400 appartements, des logements étudiants ainsi que quelques bureaux. Parmi les objectifs du projet :  réutiliser au maximum les matériaux de déconstruction. En moyenne, ce taux monte en Norvège à 5% et là, les concepteurs ont réussi à en réutiliser plus de 90% !  Réduire fortement la consommation énergétique des bâtiments  Construire un parking à vélo avec 2,5 places par appartement  Réserver 30% de l’occupation des sols pour les végétaux  favoriser les déplacements des piétons et vélos dans cet univers. Aussi, Oslo est en passe de gagner son pari et d’atteindre ses objectifs. Rien en apparence de spectaculaire mais grâce à la mise en place de toitures végétales, de systèmes de régulation de l’énergie dans chaque appartement, d’une plus grande place à l’arrivée de la lumière dans les appartements, la consommation moyenne en chauffage et électricité est de 100 Kwh/m² sur l'ensemble des bâtiments. Certes, nous sommes loin des résultats que l’on a pu enregistrer dans des quartiers de Malmö ou de Stockholm mais …il n’empêche. On est ici pour une grande partie dans une réhabilitation et c’est remarquable.

- 38 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Photo05 : Eco conception de piletrdet pack Ensuite, au regard des photos, ce quartier donne envie d’y vivre et Oslo nous démontre qu’il est possible de faire de l’éco conception dans de l’ancien et avec des anciens matériaux que l’on recycle

Photo 06 : les passages piétons à piletredet pack
- 39 -

Chapitre III

LES QUARTIERS ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Alors, quand on sait que toutes ces opérations ont commencé au début des années 2000, on voit à quel point des pays comme la Norvège (mais aussi la Suède, la Finlande ou encore le Danemark) ont pris une avance considérable en matière d’éco- construction car, là bas, réchauffement climatique et les enjeux de l’après pétrole ne sont plus à l’état de constat mais bien à la recherche de solutions.

 CONCLUSION :
Fort des recherches et expérimentations étrangères et contrairement aux idées reçues, le quartier durable est accessible dès aujourd’hui, techniquement et financièrement. C’est l’un des rares secteurs où atteindre le facteur d’ici à 2050 est possible. A ce titre, pour une efficacité garantie, il est primordial de faire porter les efforts sur la rénovation urbaine. C’est là que se trouve l’essentiel du potentiel d’économie. Les collectivités auraient ainsi des priorités ambitieuses mais claires à inscrire dans leurs Agenda 21. Au-delà des aspects techniques et des objectifs environnementaux, le quartier durable est une nouvelle manière d’aménager la ville, notamment en associant les populations les plus défavorisées, qui courent un réel danger face à la raréfaction des ressources. Animé par un désir d’une société plus équilibrée, c’est un processus qui cherche à renouveler les usages domestiques, à placer l’habitant au cœur de son fonctionnement, en trouvant un nouvel équilibre entre les espaces et les êtres vivants. Ainsi déterminé par les pratiques internes et donc en constante évolution, le quartier durable est en mouvement. Il représente aujourd’hui la ville idéale et rêvée, dont nous avons les plans et qui reste à construire.
17

- 40 -

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful