Vous êtes sur la page 1sur 2

www.infty08.ac.

ma 1

Concours Commun National 1997 . MAROC


MATHEMATIQUES II
Epreuve d’agèbre et de géométrie durée : 4 heures

Option MP

Les candidats sont informés que la précision des raisonnements ainsi que le soin apporté à la rédaction
seront des éléments pris en compte dans la notation. Les représentations graphiques et les dessins
correctement exécutés seront appréciés.

Dans tout le problème, En désigne un espace vectoriel euclidien orienté de dimension n ≥ 1, muni du
produit scalaire noté (x|y). La norme euclidienne associée est notée ||x|| = (x, x).
On note L(En ) l’ensemble des endomorphismes de En , S(En ) l’ensemble des endomorphismes symétriques
de En , O(En ) son groupe orthogonal et GL(En ) l’ensemble des endomorphismes inversibles de En .
Par la suite, φ désigne un autre produit scalaire sur En et on note Sφ = {x ∈ En / φ(x, x) = 1}.

I – Première partie
1. Montrer qu’il existe u ∈ S(En ) ayant toutes ses valeurs propres strictement positives tel que :

∀(x, y) ∈ En2 , φ(x, y) = (u(x)|y).

2. Trouver v ∈ S(En ) ayant toutes ses valeurs propres strictement positives tel que v 2 = vov = u.
Montrer que φ(x, y) = (v(x)|v(y)) pour tout (x, y) ∈ En2 .
3. Soit B = (e1 , . . . , en ) une base orthonormée de En . Montrer que B  = (v −1 (e1 ), . . . , v −1 (en )) est
une base φ-orthogonale, c’est à dire orthogonale pour le produit scalaire φ.
4. Soit f un élément de O(En ).
Montrer que v −1 of ov ∈ O(φ), où O(φ) = {g ∈ L(En ) / ∀(x, y) ∈ En2 , φ(g(x), g(y)) = φ(x, y)}.
En déduire O(φ) en fonction de O(En ).
5. Dans cette question E2 = R2 muni du produit scalaire canonique, et, pour tout (x, y) ∈ R2 ,
φ((x, y), (x, y)) = x2 − xy + y 2 .
(a) Vérifier que φ est bien un produit scalaire sur R2 .
(b) Tracer Sφ dans le plan.
(c) Déterminer la matrice de v dans la base canonique.
(d) En déduire la forme matricielle générale des éléments de O(φ). On pourra laisser le résultat
sous forme de produits matriciels.
6. On précise que cette question peut-être résolue sans calcul matriciel.
Ici n = 3 et f est une rotation d’axe orienté par un vecteur unitaire ω et d’angle θ ∈ 2πZ.
(a) Pour v ∈ GL(En ), déterminer les vecteurs invariants de v −1 of ov, ainsi qu’un plan stable. Y
a-t-il d’autres vecteurs propres ou plans stables ?
(Indication : on différenciera les cas θ ≡ π[2π] et θ ∈ πZ.)
www.infty08.ac.ma 2

(b) Si v est elle-même une rotation, montrer que v −1 of ov est une rotation dont on donnera l’axe
et l’angle. Que dire si v est une réflexion ?
On pourra utiliser sans justification la formule :

∀x ∈ {ω}⊥ tel que ||x|| = 1, on a sin(θ) = det(ω, x, f (x)),

où le déterminant est pris dans une base orthonormée directe.

II – Seconde partie

On se place dans E2 muni d’une base orthonormée (i, j) et on définit la norme :

∀(x, y) ∈ R2 , ||xi + yj||∞ = Sup(|x|, |y|).

On note S∞ = {u ∈ E2 / ||u||∞ = 1}.


1. Représenter S∞ . Quels sont les vecteurs de plus grande norme euclidienne ?
2. On note G∞ = {g ∈ O(E2 ) / g(S∞ ) = S∞ }.
(a) Montrer que G∞ est un groupe.
(b) On cherche les rotations g de G∞ . A l’aide de la question II.1, déterminer les rotations de
G∞ .
(c) Trouver une symétrie dans G∞ et en déduire les 8 éléments de G∞ que l’on décrira.
3. On note S1 = {xi + yj / |x| + |y| = 1}.
Représenter S1 et déterminer les éléments du groupe G1 = {g ∈ O(E2 ) / g(S1 ) = S1 }.

III – Troisième partie

On note à nouveau O(φ) = {g ∈ L(En ) / ∀(x, y) ∈ En2 , φ(g(x), g(y)) = φ(x, y)}.
On pourra utiliser le fait que g ∈ L(En ) est un élément de O(φ) si et seulement si g(Sφ ) = Sφ .
Enfin, on définit G(φ) = O(φ) ∩ O(En ).
1. Dans cette question n = 2.
(a) Montrer que Sφ est une ellipse. A quelle condition est-ce un cercle ?
(b) Si Sφ est un cercle, déterminer Gφ .
(c) Si Sφ est une ellipse distincte d’un cercle et g ∈ Gφ , montrer que g conserve le grand axe de
Sφ ainsi que son petit axe.
(d) En déduire que si Sφ est une ellipse distincte d’un cercle, alors Gφ compte 4 éléments que
l’on précisera.
2. Dans cette question n = 3. On note λ, µ et ν les trois valeurs propres de l’endomorphisme
symétrique u défini à la question I.1, avec : λ ≥ µ ≥ ν > 0.
(a) Décrire Sφ en distinguant les cas d’égalité des valeurs propres de u.
(b) Si λ = µ = ν, décrire les éléments de Gφ .
(c) Si λ > µ > ν, montrer que tout g ∈ Gφ conserve le grand axe de Sφ . En déduire que Gφ a 8
éléments. Est-il isomorphe au groupe G∞ de la partie II ?
(d) Déterminer Gφ lorsque λ > µ = ν et lorsque λ = µ > ν.
3. Généraliser les résultats précédents sur Gφ en dimension n quelconque.

Vous aimerez peut-être aussi