Vous êtes sur la page 1sur 19

MODELE DE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES POUVANT ETRE UTILISE DANS LES APPELS D’OFFRES ET CONSULTATIONS POUR LA CONSTRUCTION DE PYLONE SUPPORT D'ANTENNES

Edition Septembre 1999

I - GENERALITES

S O M M A I R E

I.1 - Objet du présent cahier des charges

I.2 - Consistance générale des travaux

I.3 - Documents de référence

II - SPECIFICATION TECHNIQUES RELATIVES AUX ETUDES

II.1 - Conception des ouvrages

II.1.1 - Fondation en béton armé

II.1.1.1. Règles de calcul

II.1.2 - Structures en acier

II.1.3 - Paliers de repos - travail - garde corps

II.1.4 - Echelle - anti-chute - anti-intrusion

II.1.5 - Chemins de câbles

II.1.6 - Paratonnerre - hampe - mise à la terre

II.1.7 - Balisage

II.2 - Hypothèses de calculs

II.2.1 - Charges permanentes

II.2.2 - Charges d'exploitation

II.2.3 - Vent

II.2.4 - Givre

II.3 - Combinaison

II.4 - Critères de déformation

II.5 - Documentation

2

III

- SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVES AUX MATERIAUX

III.1 - Structures métalliques

IV - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVES A L'EXECUTION

IV.1 - Fondations

IV.1.1 - Généralités

IV.1.2 - Matériaux

IV.1.3 - Contrôles

IV.2 - Structures métalliques

IV.2.1 - Généralités

IV.2.2 - Protection anticorrosion

IV.2.3 - Peinture

V - CONDITIONS GENERALES DE VERIFICATION

V.1 - Note de calcul - plans

V.2 - Contrôle en usine

V.3 - Contrôle sur site

VI - DOSSIER TECHNIQUE

VII - CLAUSES DIVERSES

VII.1 - Réception

VII.2 - Garantie

3

I - GENERALITES

I.1 – Objet du présent cahier des charges

Le présent cahier des charges définit les prescriptions relatives à la conception, l'étude et la réalisation des pylônes support d'antennes et de leurs fondations pour le réseau de ? ? ? ? ? ci- après appelé le CLIENT. Ces prescriptions pourront être modifiées par les fiches spécifiques au site concerné émises par le CLIENT.

Il concerne des pylônes autostables à structure treillis en acier, tripode à trois faces triangulées ou carré à quatre faces triangulées.

I.2 – Consistance générale des travaux

le calculs de la (ou les) fondation(s) du pylône et si demandé la réalisation des travaux sur site

le calcul, la fourniture et si demandé le transport et l’installation de :

la structure du pylône, les paliers de repos ou de travail,

les garde-corps,

l'échelle d’accès avec son système anti-chute ou échelle à volées décalées équipée d’arceaux de crinoline,

le dispositif anti-intrusion,

le paratonnerre et le système de mise à la terre,

le chemin de câbles vertical et si demandé le chemin de câbles horizontal.

le dossier technique.

I.3 – Documents de référence

DTU P 06.002

Règles françaises NV 65 - règles définissant les effets de la neige et du vent

DTU P 18.702

sur les constructions et annexes Règles françaises BAEL 91 - règles de conception et de calcul des ouvrages

DTU 13.12 DTU 13.2 DTU P 22.701

en béton armé suivant la méthode des états limites Règles françaises de calcul des fondations superficielles Règles françaises de calcul des fondations profondes Règles françaises CM 66 et additif 80 - règles de calcul des constructions en

DTU P 22.703

acier Justification par le calcul de la sécurité des constructions - règles de calculs des constructions à parois minces en acier.

Normes françaises en vigueur, et en particulier les normes d'assemblages des structures en acier. Avis techniques publiés par le C.S.T.B. Les Normes Internationales équivalentes peuvent également être utilisées sous réserve de les mentionner dans les documents de soumission.

4

II - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVES AUX ETUDES

II.1 – Conception des ouvrages

II.1.1 - Fondations en béton armé

Les études et la réalisation des fondations destinées à supporter le pylône seront conduites en tenant compte des critères suivants :

II.1.1.1. - Règles de calcul

F

application des règles BAEL 91

F

application des règles DTU 13-12 pour les fondations superficielles

F

application des règles DTU 13-2 pour les fondations profondes

F

règles complémentaires à respecter pour des fondations superficielles :

La butée des terres sur les faces latérales de la (ou les) fondation(s) pourra être prise en compte uniquement pour la vérification vis à vis des efforts horizontaux ou de soulèvement sur les parties de béton exclusivement coulé en pleine fouille.

La butée des terres sur les faces latérales de la (ou les) fondation(s) ne sera pas prise en compte lors de la vérification de celle(s)-ci en compression renversement.

A l'état limite ultime :

Lors de la vérification d'un massif en compression, la surface du sol comprimé sous la fondation doit être au moins égale à 25% de la surface totale de celle-ci. Un coefficient de sécurité égal à 2 sera pris en compte pour déterminer la contrainte de calcul du sol sous la fondation.

A l'état limite de service :

Lors de la vérification d'un massif en compression, la surface du sol comprimé sous la fondation doit être moins égale à 75% de la surface totale de celle-ci. Les tassements différentiels sous la (ou les) fondations calculés à partir d'essais pressiométriques seront pris en compte. Le niveau d'assise ainsi que l'étude de la fondation seront définis de manière à ce que les tassements différentiels n'engendre pas une dénivellation d'appui du pylône ou une rotation préjudiciable à la résistance de l'ossature ainsi qu'aux conditions de dépointage et verticalité imposées. Un coefficient de sécurité égal à 3 sera pris en compte pour déterminer la contrainte de calcul du sol sous la fondation.

Sécurité au soulèvement : (cas de 3 massifs indépendants) Etat limite de service : les efforts de soulèvement sur la fondation dus aux actions du vent normal devront être équilibrés par le poids propre de la fondation et des terres situées au- dessus et à la verticale de celle-ci. Etat limite ultime : pour s'opposer aux efforts de soulèvement dû aux actions du vent extrême il pourra être pris en compte en plus du poids propre de la fondation, les caractéristiques de

5

résistance mécanique du sol. Le coefficient de sécurité a soulèvement à l'ELU sera pris égal à

1,5.

Les caractéristiques mécaniques du sol à prendre en compte pour ce calcul seront définies à partir d'une étude de sol.

Il y aura lieu de déjauger les sols et le béton de fondation du niveau des plus hautes eaux de la nappe.

Caractéristique mécanique du sol : (étude préalable)

Sans étude de sol préalable les caractéristiques de sol à prendre en compte sont les suivantes :

Contrainte de calcul à l'ELU Contrainte de calcul à l'ELS Cohésion C Angle de frottement interne Densité des terres Densité du béton

0,30 MPA 0,20 MPA 3 T/m² j 26° 1,6 T/m 3 2,5 T/m 3

Caractéristique mécanique du sol (étude définitive) L'étude définitive des fondations sera faite en tenant compte des résultats d'une étude de sol.

Il appartiendra au fournisseur d'interpréter et d'exploiter ces résultats pour définir :

F

le type de fondation adapté à la nature du sol

F

la nature des matériaux à mettre en œuvre (qualité du béton, qualité et compactage des remblais entre autres)

F

le mode d'exécution des travaux

Milieu environnant

L'entreprise devra intégrer pour ses études définitives les données particulières liées à l'environnement et entre autre :

F

coupe de terrain (ex : dénivellation importante,

)

F

milieu agressif (ex : site en bord de mer)

F

ouvrages environnants (ex : bâtiment à proximité)

F

ouvrages enterrés (ex : canalisation d'eau)

Contrainte admissible des matériaux

Béton

Les contraintes limites admissibles du béton seront définies compte tenu des matériaux utilisés, conformément à la norme NFP 18-305. Les calculs seront effectués dans l'hypothèse où les fissurations sont préjudiciables. L'enrobage des armatures sera au moins égal à 5 cm.

Séisme Suivant le site d'implantation, les ouvrages situés en zone sismique seront proposés avec une version fondation massif unique. Les fondations séparées seront reliées par dalle ou longrine supérieure. Toute autre version étudiée devra faire l'objet de justification suivant les règles PS 92.

6

II.1.2 - Structures en acier

L'utilisation de boulons de même diamètre et de qualité différentes est interdite.

L'ensemble de la boulonnerie constituant le treillis de l'ossature sera équipée de contre-écrou.

Le jeu de perçage pour les boulons ordinaires ou à haute résistance, sollicités au cisaillement est ramené au diamètre du boulon + 1 mm.

Un jeu de 2 mm est admis pour les boulons de diamètre supérieur à 12 mm sollicités en traction pure.

Le cisaillement des boulons se fait sur tige lisse, la pénétration du filetage ne doit pas dépasser le quart de l'épaisseur côté écrou.

Les joints de continuité de membrures par éclissage sont réalisés avec des boulons "plein trou" (trous alésés à f + 0,5 m, boulons calibrés).

La classe des assemblages soudés sera au minimum, la CLASSE 2 au sens de la norme NFP

22471.

Les soudures discontinues ainsi que les soudures sur site sont interdites.

L'élancement des barres sera limité à 160 pour les barres principales et à 220 pour les barres secondaires.

Les 10 derniers mètres du pylône seront constitués de tronçons droits, la partie de section constante peut être supérieure à 10 mètres.

II.1.3 - Paliers de repos et de travail - gardes corps

Dans le cas d’échelle à volées décalées, la distance entre 2 paliers de repos, 2 paliers de travail ou entre 1 palier de repos et 1 palier de travail ne dépassera pas 9 m. Dans le cas d’échelle d’une seule volée, cette même distance ne dépassera pas 15 mètres.

Un palier de travail sera prévu en tête de pylône, il permettra l'accès facile au paratonnerre ainsi qu'aux feux de balisage s’ils existent.

Les paliers de travail seront conçus de manière à avoir accès facilement aux trois membrures du pylône.

Dans les tronçons droits inférieurs à 2,20 m de large les paliers occuperont la totalité de la section.

Le passage libre pour accéder sur le palier sera au minimum égal à 710 mm.

7

Chaque palier sera équipé soit d’une trappe rabattable, soit d'un portillon de sécurité à fermeture automatique tel qu'il est définit dans les recommandations de la norme NFE 85.010.

Le portillon sera équipé d'un tampon caoutchouc amortissant la fermeture.

Les trappes équipant les paliers auront un système de blocage en position ouverte qui devra se mettre facilement en place et accessible autant depuis l'échelle que du palier.

Les agrafes pour des platelages conçus en caillebotis seront en inox.

Le passage mini à respecter au niveau d'une trappe de palier sera de 710 mm à partir de l'axe de l'échelle.

La flèche ne dépassera pas 1/500ème de la portée sous les charges d'exploitation.

Les paliers seront équipés de garde-corps métalliques conformes à la norme NFE 85.101.

Ceux-ci seront équipés d'une lisse, d'une sous lisse et d'un garde pieds sur toute la périphérie du palier. L'accès depuis l'échelle sera dépourvu de plinthe.

Les mains courantes seront dépourvues d'angles saillants.

Aucun passage libre supérieur à 20 mm ne sera admis sur la partie verticale d'une jonction de garde pieds.

Aucun vide sur le platelage susceptible de créer un danger de chute d'objet ou vis à vis de la sécurité des personnes n'est admis.

II.1.4 - Echelle - antichute - anti-intrusion

Echelle L'échelle sera conforme à la norme NFE 85.010 et en cas de volée décalée tous les 9 mètres elle sera équipée d'arceaux et de 5 montants de crinoline (5 lisses). Echelle et crinoline seront de type dit "normal" au sens de la norme précitée. Les dispositions constructives concernant les sorties latérales au niveau des paliers seront respectées. La partie haute de l'échelle dépassera d'un mètre par rapport au niveau du palier de tête afin d'accueillir la fixation du système de sécurité. La partie basse de la crinoline sera équipée de 6 lisses complémentaires situées à égale distance des 5 lisses verticales qui constitue la crinoline, et ce entre les 3 premiers arceaux soit sur 3 m de hauteur maximum. La tête des boulons fixant les lisses verticales sera positionnée côté intérieur de la crinoline.

Antichute Dans le cas où l’échelle est constituée d’une seule volée, un système anti-chute conforme à la norme EN 353-2 et homologué sera fourni et installé. Il sera de type câble ou rail. 2 équipement individuels complets de sécurité seront fournis pour chaque pylône équipé d’un câble ou d’un rail.

8

La fixation haute du système à câble sera installée sur la partie sommitale de l'échelle. La mise en place du système sera conforme aux prescriptions du fabricant.

Anti-intrusion

Il sera prévu un système anti-intrusion fixé sur l’échelle, conforme à la norme NFE 85.102. Il sera constitué des fournitures suivantes :

F un panneau avant indémontable monté sur charnières, équipé d’une fermeture par cadenas.

F un panneau indémontable en tôle situé à l'arrière de l'échelle interdisant l'accès. Ce panneau ne devra en aucun cas gêner l'accès des guides sur le chemin de câble.

F un panneau avec inscription "accès interdit aux personnes non autorisées" sera

installé sur le côté de l'échelle et visible lorsque la porte est en position ouverte Un ensemble constitué de picot acier de 300 mm de long équiperont les membrures de base ainsi que les diagonales à une hauteur d'environ 2,50 m.

II.1.5 - Chemin de câbles

Chemin de câble vertical Le chemin guide vertical équipera le pylône sur toute la hauteur. Les supports de guides seront distants d'un mètre maximum et seront parfaitement alignés. Aucun élément de charpente ou aménagement intérieur ne devra interférer avec le passage des guides. La place minimum disponible entre un support et un élément de treillis du pylône ou d'un aménagement intérieur sera de 100 mm. Le chemin de câble sera conçu de manière à permettre une fixation aisée des guides par collier type "PUK" ou similaire. La longueur utile des supports sera de 800 mm au minimum.

Chemin de câble horizontal (si demandé) Un chemin de guide horizontal sera installé entre le pylône et le bâtiment (longueur 6 m environ). Il sera obligatoirement capoté par un système constitué d'éléments facilement amovibles. Il devra permettre un accrochage aisé des feeders. Sa largeur sera de 600 mm minimum. Il sera constitué de 2 longerons et de supports de guides tous 1 m maximum. Côté bâtiment le chemin de câble sera positionné de manière à permettre un accès de tous les guides dans la trémie. Côté pylône, il sera positionné à l'aplomb du chemin de guide vertical. Le chemin de câble sera prévu pour résister à une surcharge ponctuelle de 150 kg. Le chemin de câble pourra prendre appui soit sur le pylône ou le bâtiment, mais en aucun cas sur les 2 en même temps. Les (ou le) poteaux supports seront reliés à la terre du bâtiment par un feuillard de cuivre.

II.1.6 - Paratonnerre - hampe - mise à la terre

Le complexe de protection contre la foudre sera conforme à la norme NFC 17-100.

9

Paratonnerre La tête du pylône sera équipée d'un paratonnerre de type pointe INOX installée sur une hampe de longueur suffisante pour protéger l’ensemble des équipements supportés par le pylône et implantée sur la membrure la plus éloignée du bâtiment. La descente du paratonnerre sera constituée d'un feuillard en cuivre étamé 30 x 2 liaisonné à la membrure tous les 0,50 m par feuillard inox. La descente sera reliée à la plaque de terre.

Mise à la terre Plaque de raccordement des liaisons de mise à la terre Elle sera constituée d'une cornière ou d'un plat en cuivre d'environ 30 cm de longueur. Cette plaque sera percée afin de recevoir les différents plats de cuivre constituant la mise à la terre. Elle sera fixée par 2 chevilles sur la tête du massif à l'aplomb de la descente du paratonnerre. Le raccordement des différents plats de cuivre sur cette plaque se fera par des boulons laiton.

Terre pylône Une plaque de cuivre en métal déployé de 2 m x 1 m sera mise en place sous le massif côté descente paratonnerre. Cette plaque devra être recouverte d'une couche de terre végétale de 10 cm avant le coulage du béton de propreté. Quatre plats de cuivre 30 x 2 seront brasés sur cette plaque et remonteront le long de la parois de la fouille pour être raccordés sur la plaque de terre. Ces 4 plats de cuivre seront brasés sur un plat de cuivre ceinturant la tête de massif. Le ceinturage relié à la plaque de terre sera repérée par étiquette avec la mention "terre pylône".

Raccordement pieds pylône Les 2 membrures qui ne sont pas équipées du paratonnerre seront reliées à la plaque de terre par l'intermédiaire d'un plat de cuivre 30 x 2. Le plat sera fixé sur un gousset à la base du pylône par boulon laiton. Les plats rejoindront la plaque de terre dans une tranchée de 50 cm de profondeur. Ces deux plats seront repérés par étiquette avec la mention "pied pylône".

Raccordement échelle L'échelle sera équipée au même niveau que le chemin de guide horizontal d'une plaque de terre percée destinée à recevoir à la fois :

F les kits de mise à la terre des guides d'ondes, F un plat de cuivre 30 x 2 qui reliera l'échelle à la plaque de terre sur massif. Ce plat de cuivre descendra le long de l'échelle et rejoindra la plaque de terre dans une tranchée de 50 cm de profondeur. Ce plat sera repéré "échelle".

Raccordement bâtiment Le raccordement de la terre pylône depuis la plaque sur massif à la terre bâtiment sera réalisé par un plat de cuivre 30 x 2 enterré dans une tranchée profondeur 0,50 m. Si la terre bâtiment n'est pas accessible depuis l'extérieur, le raccordement se fera sur la plaque de terre située à l'intérieur du bâtiment.

10

Les travaux de percement, fixation de plat à l'intérieur du bâtiment, raccordement sont à la charge du fournisseur. Cette terre sera repérée par étiquette avec la mention "terre bâtiment".

Raccordement chemin de câble Le (ou les) poteaux du chemin de câble horizontal sera relié au feuillard de la terre bâtiment.

Patte d'oie (si demandé) Une patte d'oie constituée de trois brins de cuivre (lgr. 9 m) sera mise en place dans une tranchée de profondeur 0,50 m. Elle sera reliée à la plaque de terre et repérée par étiquette avec la mention "patte d'oie". Si pour des raisons de place dans le terrain, la patte d'oie n'est pas réalisable, celle-ci sera remplacée par 3 piquets lgr. 1,50 m cuivre acier diamètre 19 mm enfoncés dans le sol. Ces piquets seront positionnés en triangle et reliés entre eux par un plat de cuivre.

II.1.7 - Balisage

Lorsque le balisage nocturne et / ou diurne sont nécessaires, ceux-ci seront conformes :

F

aux recommandations du STNA suivant la note technique générale N° 6021/2 B,

F

aux recommandations en vigueur de l'OACI,

F aux prescriptions particulières de la Direction Régionale de l'Aviation Civile dont dépend le site concerné.

II.1.7.1 - Balisage diurne

Il sera réalisé par des bandes de peinture horizontales alternées de couleur rouge RAL 3001 et blanc RAL 9016. Les bandes alternées pourront correspondre à la répartition de chaque tronçons dans la mesure ou ceux-ci sont en nombre tels que les bandes qu'ils représentent soit très proche de la répartition théorique réglementaire. La bande supérieure et la bande inférieure du pylône seront obligatoirement rouges.

II.1.7.2 - Balisage nocturne

Généralités Le pylône sera équipé d'un ou plusieurs niveau de 2 feux rouges. La fixation des feux se fera à proximité des membrures du pylône. Deux feux équiperont obligatoirement la tête du pylône. Chaque feu devra être accessible facilement depuis un palier.

Le constructeur devra prévoir dans sa proposition autant de paliers de balisage que de niveaux de feux. Les feux seront du type :

F

OBSTA (ou équivalent) 220 volts - 50 Hz,

F

lampe néon longue durée (supérieure à 25 000 heures) obligatoire,

F

intensité lumineuse minimum = 10 candelas.

11

Installation Toutes les fournitures et l'installation seront conformes à la norme NFC 15-100.

Le raccordement de l'alimentation du balisage sur l'armoire basse tension du bâtiment est à la charge du constructeur. L'installation comprendra :

F

2 lampes type Obsta (ou équivalent) par niveau et leurs fixations sur l'ossature,

F

boîtes de dérivation étanches + vis inox et presse étoupes,

F coffret de commande automatique avec cellule photo électrique situé sur l'échelle du pylône,

F câbles d'alimentation.

La section des câbles d'alimentation sera calculée en fonction du nombre de feux et afin d'assurer la protection contre les contacts indirects (régime de neutre TNS). Les câbles ne devront en aucun cas circuler sur la partie supérieure des platelages des plates- formes ou emprunter le chemin de câble vertical réservé exclusivement aux guides d'antennes. Tous les presses étoupes devront être orientés vers le bas quelque soit la direction prise par le câble.

II.2 - Actions

Les calculs de l'ouvrage et de ses équipements prendront en compte:

II.2.1 - Charges permanentes

Il s'agit:

F du poids propre de la structure métallique, des paliers, garde-corps, échelles et chemin de câble

F d'une charge provisionnelle en tête due au poids des antennes qui sera de 50 kg par 1 m² d'antenne

II.2.2 - Charges d'exploitation

F

la charge d'exploitation à considérer sur les paliers est de 250 daN/m²,

F

échelle et garde corps : suivant normes NFE 85.101 - P 01.031 - NFE 85.010,

F toutes pièces du pylône doivent être vérifiées pour résister à l'action d'une charge ponctuelle de 150 daN (charge exceptionnelle non cumulable avec l'action du vent), F les actions résultant du fonctionnement du système anti-chute doivent être explicitement prises en compte.

II.2.3 – Vent Les vitesses de vent (extrême et normale) à prendre en compte sont spécifiées sur les fiches particulières émises par le CLIENT pour chaque site.

F les efforts dus au vent appliqué sur les structures et les accessoires doivent être calculés suivant les règles françaises NV65 en vigueur,

F le site est considéré en site normal,

12

F

aucun effet de masque lié à l'environnement n'est pris en compte,

F

aucun effet de masque entre la structure et les équipements n'est pris en compte,

F

pour tenir compte des antennes les calculs devront intégrer une surface au vent spct

en tête de pylône et centrée sur son axe (surface définie en annexe 1), F on prendra également en compte les effets du vent sur les paliers, échelles, crinolines, guides d'ondes. Pour les guides d'ondes la prise au vent à prendre en compte sera de (spct) 0,05 m² par m² d'antenne.

II.2.4 – Givre (si demandé)

L’épaisseur du givre à prendre en compte, sera définie sur les fiches particulières émises par le CLIENT pour chaque site.

II.3 - Combinaison

Il convient d'ajouter aux combinaisons prévues par les règles CM 66, la combinaison qui représente la concomitance du givre et du vent : charges permanentes + vent normal + givre :

situation exceptionnelle.

II.4 – Critères de déformation

La valeur maximale du dépointage (en fonction des diamètre et bande de fréquence des antennes installées ou à installer sur le pylône) à prendre en compte, sera définie sur les fiches particulières émises par le CLIENT pour chaque site.

II.5 - Documentation

Le dossier d'étude établit par le fournisseur comprendra :

F

les résultats de l'étude de sol (si commandée par le CLIENT),

F

la note de calcul des fondations,

F

la note de calcul de la structure métallique détaillant:

ƒ le calcul des surfaces au vent,

ƒ le calcul de l'amplification dynamique des actions du vent,

ƒ l'analyse globale en mode élastique linéaire tenant compte des éventuels excentrements d'épures,

ƒ la justification des déformations,

ƒ la justification de la résistance des sections et de la stabilité des éléments,

ƒ la justification des assemblages et ancrages. (En cas d'assemblage à un seul boulon, limiter la pression diamétrale à 2 sigma e).

F

les plans d'exécution de la fondation et de la structure,

F

un plan d'ensemble du pylône échelle 1/100ème annexé à la note de calcul.

13

III - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVES AUX MATERIAUX

Structures métalliques

Les aciers utilisés seront conformes à :

F la norme NF EN 10025 pour les tôles et laminés marchands choisis dans les gammes 235 et S 355 qualité minimale JO,

F la norme NFA 49.501 pour les tubes. L'ensemble des

galvanisation, ils devront répondre aux prescriptions de la norme NFA 35.503,

aciers étant destinés à la

F tout approvisionnement devra être accompagné d'un CCPU. Les certificats seront joints au dossier technique fourni au CLIENT,

F pour les boulons non précontraints, toutes les classes de qualité retenues dans la

norme NFP 22.430 peuvent être utilisées moyennant les précautions adéquates pour les

boulons peu ductiles,

F pour les assemblages à un seul boulon, les boulons utilisés auront une résilience garantie KCV de 35J/cm² à -20° C,

F les boulons à serrage contrôlés seront conformes aux normes NFE 27.701/702/711.

Pour les boulons HR 10-9 galvanisés, s'assurer que le processus de fabrication exclut tout risque de rupture fragile.

Les produits d'apport de soudage doivent être ceux référencés dans les procès verbaux de qualification des modes opératoires utilisés.

14

IV - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVES A L'EXECUTION

IV.1 – Fondations (à la charge du titulaire de la réalisation des travaux de génie civil)

IV.1.2 - Généralités

L'exécution des fondations confiée au titulaire de la réalisation des travaux de génie civil se fera à l'emplacement désigné par le CLIENT.

L'implantation est à la charge du titulaire de la réalisation des travaux de génie civil.

Il sera tenu compte des prescriptions de l'étude de sol.

Les terres excédentaires seront évacuées ou après accord du CLIENT étalées à proximité du socle béton du pylône.

Les remblais utilisés seront soigneusement compactés par couches de 30 cm environ.

Le sommet du (ou des) massif devra être dégagé du sol d'environ 10 cm.

Une forme de pente vers l'extérieur sera réalisée pour évacuer les eaux de pluie.

Le (ou les) massif sera coulé en pleine fouille.

Le fond de fouille aura une couche de béton de propreté.

En présence de nappe d'eau, un pompage ou une déviation de nappe sera effectué en cours d'exécution.

Le nettoyage du site et des abords sont à la charge du titulaire de la réalisation des travaux de génie civil.

IV.1.2 - Matériaux

Les matériaux mis en œuvre seront conformes à ceux définis dans les études et aux plans d'exécution.

Le ciment utilisé sera de classe 42,5 minimum et conforme à la norme NFP 15-301.

Le dosage en ciment du béton sera au minimum égal à 300 kg/m 3 .

Le ciment utilisé pour le béton de propreté sera identique mais avec un dosage minimum de 150 kg/m 3.

15

IV.1.3 - Contrôle

Le titulaire de la réalisation des travaux de génie civil est responsable de la réception du fond de fouille, il vérifiera la conformité de la nature du terrain rencontré lors de l'exécution vis à vis de l'étude de sol.

Le CLIENT sera obligatoirement prévenu par le constructeur avant le coulage du béton pour pouvoir procéder éventuellement à une vérification des fouilles et ferraillages.

D'autres contrôles pourront être effectués sur demande et aux frais du CLIENT, par un bureau de contrôle agréé.

IV.2 - Structures métalliques

IV.2.1 - Généralités

Les assemblages seront réalisés dans le strict respect des normes françaises et en tenant compte des prescriptions plus sévères du II.1.2 ci-dessus.

Les obligations liées au classement des soudures en classe 2 seront en particulier remplies.

Les soudures ou percements sur site de montage sont interdits.

Toutes adaptations sur site liées à des erreurs de fabrication sont interdites.

Il sera pris toutes les dispositions constructives nécessaires afin d'éviter la rétention d'eau dans des éléments d'ossature. Des trous d'évacuation d'eau seront prévus sur les éléments de paliers conçus en tôle et sur les membrures de base.

Verticalité après montage Après installation de l'ouvrage, le défaut de verticalité autorisé sur l'ossature ne dépassera pas 1/2000ème de la hauteur.

IV.2.2 - Protection anti-corrosion

Boulons Les boulons de diamètre supérieur ou égal à 10 mm seront galvanisés à chaud, classe de revêtement 500 g/m². Les boulons de diamètre inférieur à 10 mm seront en inox classe A4.

Galvanisation Structures et équipements seront galvanisés à chaud conformément aux spécifications de la norme NFA 91.121 et du fascicule de documentation A 91122.

Peinture (si demandée) Il sera appliqué sur l'ensemble de la structure et ses équipements :

16

F une couche de peinture en usine épaisseur mini 50 microns (m) F une couche peinture sur site épaisseur 50 m Le complexe de peinture appliqué offrira une garantie de 12 mois au cliché 7 de l'échelle européenne des degrés d'enrouillement. Le constructeur transmettra au CLIENT pour avis une fiche technique du complexe de peinture proposé avec certificat de garantie du fabricant. Le constructeur se conformera aux prescriptions du fabricant sur les conditions de mise en œuvre et de stockage de la peinture. La teinte de la peinture sera du gris RAL 7001 si le balisage diurne n'est pas nécessaire. Application sur site de retouche en cours de montage. Le titulaire du lot installation prendra à sa charge toutes les mesures de protection des biens et des personnes pendant les opérations de mise en peinture ou retouche sur site.

17

V - CONDITIONS GENERALES DE VERIFICATION

Le CLIENT se réserve le droit de faire effectuer tout ou partie des contrôles indiqués ci-après, lesquels ne déchargent pas le constructeur de sa responsabilité telle qu'elle est définie.

V.1 – Note de calculs- Plans

Dans un délai de trois semaines à compter de la notification De la commande, le constructeur communiquera au CLIENT l'ensemble de la documentation définie au paragraphe II.5.

Si demandé, les documents seront examinés et validés par un bureau de contrôle agréé désigné par le CLIENT.

Le fournisseur acceptera d'apporter les modifications à ses études et travaux demandées par le bureau de contrôle sans modification de prix.

Les fabrications, approvisionnements et travaux de génie civil ne pourront commencer qu'après approbation des études.

V.2 – Contrôle en usine

Ce contrôle s'exercera essentiellement sur:

F

la qualité des matériaux : vérification des certificats matières,

F

qualité des soudures : vérification du respect du programme de soudage développé

par l'entreprise et imposé au titre de la classe 2 au sens de la norme NFP 22.471,

F traitement de surface : vérification de la conformité du système anti-corrosion tel qu'il est définit dans le présent cahier des charges.

V.3 – Contrôle sur site

V.3.1 - Fondations

Vérification de la conformité des travaux et matériaux vis à vis des plans d'exécution.

V.3.2 - Pylône

Sécurité: vérification du respect des règles de sécurité en cours de montage.

Fourniture: vérification de la conformité des fournitures vis à vis du présent cahier des charges.

18

VI - DOSSIER TECHNIQUE

Le fabricant fournira un dossier technique en 2 exemplaires comprenant les documents suivants:

F

dossier d'étude définit au paragraphe II.5,

F

les courriers relatifs aux accords du bureau de contrôle,

F un plan d'implantation des ouvrages réalisés définissant l'orientation et la position du pylône, du chemin de câble horizontal et des prises de terre,

F

plan de câblage électrique du balisage,

F

les certificats matière,

F

un dossier de recommandation d'entretien à l'exploitant,

F

documents techniques relatifs aux fournitures du balisage.

Le dossier technique sera remis au CLIENT avant la date de réception des travaux.

VII - CLAUSES DIVERSES

Avant le début des travaux le fabricant et le CLIENT procéderont sur site à la mise au point des consignes concernant la coordination et la sécurité que le fabricant et ses sous-traitants s'engageront à respecter.

VII.1 - Réception

La réception des travaux sera prononcée après vérification en station et remise du dossier technique. Elle sera effectuée sur convocation du titulaire.

Réserves Les réserves formulées par le CLIENT lors de la réception en station devront être levées dans un délai défini par le CLIENT. Le non respect de ces délais entraînera soit :

Fdes pénalités définies dans le marché, Fl'annulation de la commande conformément aux conditions définies dans le marché.

VII.2 - Garantie

Le constructeur contractera une assurance couvrant le risque de destruction partielle ou totale du pylône pendant une durée de 2 ans comptée à partir du jour de la mise à disposition en usine du pylône considéré (dans le cas d’une commande Ex-works et CIF) ou à partir du jour de la recette sur site du pylône considéré (cas d’une commande incluant la fourniture et l’installation du pylône).

19