Vous êtes sur la page 1sur 11
COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME Conseil de l'Europe Strasbourg, France REQUETE présentée en application de l'article 34 de la Convention européenne des Droits de I'Homme. ainsi qu icles 39, 45 et 47 du réglement de la Cour ll: EXPOSE DES FAITS 1. En 1988 fut créée a Genéve une Association nommée RHINO. A teneur de ses statuts, elle poursuivait les buts suivants: « [Association a pour vocation de loger ses membres de facon économique et communautaire selon les modalités du bail associatit défini par le projet RHINO. Elle favorise notamment une gestion fondée sur des solutions économiques et écologiques. L'Association s'efforce de soustraire les immeubles qu'elle occupe du marché immobilier et de la spéculation. L’Association a également pour but la promotion du logement associatif; elle établit les contacts nécessaires afin dinformer et d'encourager dautres projets de type associat. L’Association favorise l'ouverture et le maintien dans ces locaux de lieux ouverts a caractére social ou culture! » 2. Une particularité de Association était que la grande majorité de ses membres étaiont habitants de trois immeubles contigs sis 12 Boulevard de la Tour, 14 Boulevard de la Tour et 24 Boulevard des Philosophes a Geneve. 3. A lorigine, soit entre 1988 et 1991, occupation de ces immeubles s'était faite contre la volonté des propriétaires mais avec la tolérance des autorités, Les immeubles étaient laissés volontairement vides par leurs propriétaires et aucun projet de rénovation ni de démolition-reconstruction n’était l'étude (fait retenu par le Tribunal fédéral suisse dans son arrét 1P.109/2006 du 22 juin 2006, considérant A. Cet arrét est joint en annexe 1), 4. Dés 1992, les propriétaires eux-méme ont cessé de réciamer le départ des habitants, et ont mené diverses négociations avec I'Association dans le but de lui vendre les immeubles. Aucun accord n'a été conclu sur ce point (fait retenu par le Tribunal fédéral suisse dans son arrét 1P.109/2006 du 22 juin 2006, considérant A). 5. Les habitants estiment que les propriétaires les ont tolérés sur les lieux, ce qui a dailleurs é6 expressément admis par le Tribunal fédéral suisse dans son arrét 4P. 4109/2006 du 22 juin 2006, considérant 5.2 (cf. annexe 1). 6. C'est le lieu de mentionner que de nombreux habitants avaient enregistré leurs domiciles \égaux dans ces immeubles. Par ailleurs, ils avaient conclu des abonnements de téléphone et étaient fournis en eau et en électricité par les services officiels du Canton de Genéve (annexe 2). 7. L’Association RHINO a tenté de pérenniser la possibilité pour les habitants de vivre dans les immeubles. Elle a agit de la maniére suivante: - L'Association a congu et tenté de faire aboutir le "PROJET RHINO", projet de rénovation bon marché qui aurait da permettre aux habitants de se maintenir dans les locaux. La propriété des immeubles serait pass¢e en mains étatiques et la coopérative RHINO (proche de l'association RHINO) aurait été le maitre d'oeuvre des rénovations. - L’Association a représenté les habitants dans les négociations qui ont rassemblé a plusieurs reprises propriétaires, habitants et collectivités publiques. L’Association a également organisé de trés nombreuses conférences de presses lors desquelles elle a exprimé la position des habitants. Elle a coordonné la défense judiciaire des habitants lors des diverses tentatives d'évacuation. - L’Association RHINO a lancé une initiative populaire qui visait & obtenir expropriation des immeubles et loctroi d'un droit de superficie en faveur de la Coopérative RHINO. Les initiants ont récoité plus de 10'000 signatures comme requis par la loi, puis Vnitiative a été invalidée (annexe 3). - Afin que les immeubles restent habitables, Association a pourvu a leur entretien. Elle a notamment financé les travaux de réfections des toitures suite un incendie. - L’Association RHINO a récolté de l'argent pour financer la rénovation et I'achat des immeubles.