Vous êtes sur la page 1sur 2

Les « gates » s'ouvrent enfin aux fonds de « hedge funds » français - GESTION D'ACTIFS

Mercredi 29 octobre 2008

INFO & SECTEURS > MARCHÉS > ACTUALITÉ

GESTION D'ACTIFS -

Les « gates » s'ouvrent enfin aux fonds de « hedge funds » français

[ 29/10/08 ]

http://www.lesechos.fr/info/marches/4790935.htm?xtor=EPR-1002

En raison d'une dégradation rapide de la liquidité des « hedge funds », les régulateurs français ont autorisé la multigestion alternative hexagonale à limiter les montants des retraits des clients.

Les fonds de « hedge funds » à la française ont reçu un coup de pouce de la part du législateur. Ordonnance et décret leur ont ouvert immédiatement l'accès à l'usage des « gates provision », conformément aux instructions édictées par l'Autorité des marchés financiers (AMF). Ces « portes » permettent aux gérants de limiter le montant des retraits des investisseurs à un pourcentage de l'actif net du fonds. « Enfin ! » soupirent les professionnels à la tête de ces organismes de placement collectif à règles d'investissement allégées (Aria) qui pèsent environ 30 milliards d'euros à travers 400 fonds. Depuis des années, ils réclamaient une telle mesure pour se rapprocher des standards internationaux. En septembre 2007, le rapport Adhémar, commandé par le régulateur, leur avait donné un espoir. Finalement, c'est dans l'urgence que les autorités ont exaucé leurs voeux. « Ces dispositions ont été prises dans un contexte où les sociétés de gestion ont attiré l'attention de l'AMF sur les difficultés provenant de la réduction de la liquidité des «hedge funds» sous-jacents qui activent leurs «gates» », explique Pauline Leclerc-Glorieux, à l'AMF.

Geste providentiel

Au moment où la liquidité est devenue une problématique centrale pour tous les actifs cotés, ce geste est évidemment providentiel pour les gérants. Ceux-ci peuvent ainsi mieux gérer l'afflux des rachats de parts, puisqu'ils disposent de temps pour dégager du cash sur le marché, sans mettre en défaut leur gestion et en limitant l'impact sur les cours des actifs. Désormais, les fonds de fonds disposent des mêmes armes que les « hedge funds » sous-jacents, puisqu'ils peuvent à leur tour activer des « gates ». Surtout, ils peuvent ralentir la fréquence de calcul de la valeur liquidative du fonds. De surcroît, ils ont le droit de suspendre le calcul de la valeur liquidative de leurs fonds, le temps de mettre en place un tel dispositif. « Les dirigeants de sociétés de gestion d'OPCVM de fonds alternatifs doivent le déclarer formellement auprès de l'AMF. Ils ne sont pas à l'abri d'un contrôle a posteriori », note Pauline Leclerc-Glorieux.

Dès l'adoption des mesures, vendredi, les adaptations n'ont pas traîné. « Il semblerait que l'on s'achemine d'une périodicité hebdomadaire à mensuelle », illustre Olivier Florin, directeur associé d'Eraam. D'autres promoteurs des fonds Aria ont modifié sérieusement leur prospectus, changeant la fréquence de valorisation, souvent de quotidienne à mensuelle, les modalités de souscription, la publication des valeurs liquidatives, le règlement des rachats, qui peut prendre deux à trois semaines de plus, et intégrant des « gates » plafonnées à 5 % voire 10 % de l'actif.

Les règles du jeu ont changé. « Les souscripteurs avaient bénéficié jusque-là d'une souplesse techniquement anormale, insiste Hugues Le Maire, responsable de Tocqueville Alternative Investments. La gestion alternative de tous les jours est de fait illiquide, alors qu'elle est un formidable fournisseur de liquidités aux marchés. » Les souscripteurs de fonds de « hedge funds » ne pouvaient l'ignorer. « Dès le début, l'AMF avait tenu à les mettre en garde sur la mauvaise liquidité, avec un encadré spécial dans chaque prospectus », rappelle Olivier Kintgen, directeur général d'Eraam. Les gérants adossaient dès lors le mieux qu'ils pouvaient

Les « gates » s'ouvrent enfin aux fonds de « hedge funds » français - GESTION D'ACTIFS

http://www.lesechos.fr/info/marches/4790935.htm?xtor=EPR-1002

leur portefeuille pour limiter cette contrainte. « La liquidité que nous offrons aux investisseurs est en ligne avec la liquidité de nos «hedge funds» », souligne Christophe Chouard, directeur général délégué de HDF Finance, qui n'éprouve pas le besoin de changer les règles. « Un grand nombre d'investisseurs ne sont pas contents que les promesses ne soient pas tenues », poursuit-il en soulignant que les « gates » des fonds contractuels de droit français ou chez les anglo-saxons sont habituellement précisées dès le lancement du fonds. Les Aria en direct sont également concernés par ces mesures, mais doivent obtenir de nouveaux agréments et informer au préalable leurs clients. Cela demandera un peu plus de temps.

POUR ALLER PLUS LOIN

GESTION D'ACTIFS

Le taux de délégation des institutionnels reste stable depuis le début de la crise

institutionnels reste stable depuis le début de la crise [27.10.08] [28.10.08] Fort repli des performances des
institutionnels reste stable depuis le début de la crise [27.10.08] [28.10.08] Fort repli des performances des
[27.10.08]
[27.10.08]

[28.10.08]

Fort repli des performances des « hedge funds » au mois de septembre Les fonds de volatilité font d'une contrainte une source de profits

L'impact des fondamentaux et de l'actionnariat individuel

Des stratégies adaptées au contexte de marché

[27.10.08]

[27.10.08]

[27.10.08]

STÉPHANE LE PAGE