Vous êtes sur la page 1sur 8

Le mérite des 10 premiers jours de Dhul-Hijja et quelques

règles concernant le sacrifice


Traduit par Abou Younes - Dhul Qaada 1421

Distribuez cet article autour de vous car Allah dit : « Entraidez-vous au bon comportement et
à la piété, et ne vous entraidez pas au péché et à l’inimité. » …
Et le Prophète Muhammad (Prière et salut sur lui) a dit : « Celui qui montre le chemin vers
une bonne action, a la même récompense que celui qui la fait. » (Muslim, 4876)

Le mérite des 10 (premiers) jours de Dhul-Hijja


(12ème mois du calendrier musulman, le mois du Pèlerinage)

Allah dit (traduction du sens des versets) : « Par l'Aube, et par les dix nuits. » [l’Aube, v. 1 et
2]
Ibn Kathîr - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit : « Cela fait référence aux 10 (premiers)
jours de Dhul-Hijja.»
Allah a dit aussi : « … Et pour invoquer le nom d’Allah aux jours fixés… » [Le Pèlerinage,
v. 28]
Ibn ‘Abbâs a dit à propos de l’explication de ce verset : « Ce sont les dix jours [de Dhul-
Hijja]. »
Ibn 'Abbâs a dit aussi : « Le Prophète - Paix et salut d’Allah sur lui - a dit : « Il n’y a pas
d’œuvres meilleures que celles faites en ces 10 jours. » Les Compagnons dirent : « Même pas
le Jihâd ? » Il dit :
« Même pas le Jihâd, sauf un homme qui sortirait risquant sa vie et ses biens et qui ne
reviendrait avec rien (càd. qu’il y perdrait sa vie et sa fortune). » Rapporté par Al-Bukhârî.

Ce qui est recommandé de faire pendant ces 10 jours


Il est recommandé de faire des efforts dans les actes d’adoration comme la prière, le rappel
d’Allah, les contacts avec la famille, les aumônes, le fait de recommander le bien et
d’interdire le mal, selon ses possibilités. Il existe des textes qui donnent des précisions sur des
actes à faire en particulier :

1- Prononcer les formules de rappel : Dire « Allâhu Akbar » (Takbîr), « Lâ Ilâha Illallâh
» (Tahlîl), « Al-Hamdu Lilâh » (Tahmîd), car selon le hadith d’Ibn 'Umar - qu’Allah l’agrée -
le Prophète a dit : « Il n’y a pas de jours plus importants auprès d’Allah - exalté soit-Il - et au
cours desquels les oeuvres sont plus aimées de Lui, que durant ces 10 jours. Donc, dans cette
période, répétez les formules « Allâhu Akbar »,
« Lâ Ilâha Illa'llâh », « Al-Hamdu Lilâh ». » Rapporté par At-Tabarânî dans son Mu’jam ul-
Kabîr.
Et l’imam Al-Bukhârî - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit : « Ibn ‘Umar et Abû Hurayra -
qu’Allah les agrée- allaient au marché pendant les 10 jours et ils répétaient « Allahu Akbar »
et les gens répétaient derrière eux." (chacun pour soi, car il n’existe aucune preuve qui prouve
qu’il faut dire cette formule en groupe, d’une seule voix).
Une formule acceptée est :
« Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, Lâ Ilâha Illa'Llâh...
Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, Wa Lilâhil-Hamd. »
Et Ibn ‘Umar répétait le Takbîr à Mina pendant ces 10 jours, après les prières, au moment de
se coucher, dans sa tente, dans ses assemblées et lors de ses promenades. Il est recommandé
de dire le Takbîr à haute voix, selon ce qu’ont fait ‘Umar, son fils et Abû Hurayra.
2- Le jeûne : certaines femmes du Prophète - salut et prière d’Allah sur lui - rapportent : « Le
Prophète - paix et salut d’Allah sur lui- jeûnait les 9 (premiers) jours de Dhul-Hijja, le jour
d’Achoura, et trois jours par mois. » Rapporté par l’imam Ahmad, Abû Dâwûd et An-Nassâ’î.

3- Le jeûne du jour d’Arafat (9ème jour de Dhul-Hijja): le jeûne de ce jour est une Sunna
confirmée pour celui qui n’effectue pas le pèlerinage, selon le hadith du Prophète - Paix et
salut d’Allah sur lui : « J’espère la récompense d’Allah que ce jeûne efface tes péchés de
l’année écoulée et ceux de l’année à venir. » Rapporté par Muslim.
4- Le Hajj et la ‘Umra : Abû Hurayra rapporte du Prophète - Paix et salut d’Allah sur lui -
qu’il a dit :
« Accomplir la ‘Umra efface les péchés entre cette ‘Umra et la dernière, et un Hajj accepté
(d’Allah) n’a d’autre récompense que le paradis. » Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.

Quelques règles se rapportant au sacrifice


C’est une Sunna confirmé et il est détestable de la délaisser si l’on a les moyens de la faire,
selon le hadith d’Anas - qu’Allah l’agrée - que le Prophète - Paix et salut d’Allah sur lui - a
sacrifié deux béliers cornus de couleur grisâtre ; il les égorgea lui-même en disant : «
Bismillâh Wallâhu Akbar. »
Si une personne a l’intention de sacrifier et qu’il rentre dans les 10 premiers jours de Dhul-
Hijja, il lui est interdit de se couper les cheveux, les ongles et la peau jusqu’à ce qu’il sacrifie
sa bête, car, selon Um Salama, le Prophète a dit : « Lorsque vous entrez dans les 10 jours (de
Dhul-Hijja) et que l’un d’entre vous veut sacrifier une bête, qu’il s’abstienne de se couper les
cheveux et les ongles. »

Que faut-il sacrifier ?


La bête à sacrifier doit être un chameau, une vache (à partager entre plusieurs personnes) ou
un ovin selon la parole d’Allah (traduction du sens des versets) : « Pour qu’ils rappellent le
nom d’Allah sur ce qu’Il leur a octroyés des bêtes de troupeaux. » [Le Pèlerinage, v. 34]
La condition pour que la bête soit bonne à sacrifier est qu’elle soit exempte de défauts
apparents, selon la parole du Prophète - Paix et salut d’Allah sur lui : « Quatre (défauts) font
que le sacrifice n’est pas accepté : la bête borgne de manière apparente, la bête visiblement
malade, la bête boiteuse de manière évidente et la bête maigre que l’on ne peut récupérer. »
Rapporté par At-Tirmidhî.

Le moment propice pour égorger la bête


Le moment propice débute après la prière de l’Eid, selon le hadith du Prophète - Paix et salut
d’Allah sur lui : « Celui qui égorge avant la prière a sacrifié pour lui-même, et celui qui
égorge après la prière a parfait son sacrifice et a accompli la Sunna des musulmans. »
Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.
Il est Sunna pour qui sait égorger, d’égorger sa bête soi-même en disant : « Bismillah wallâhu
Akbar, ô Seigneur, ceci est de la part d’untel » (et il se nomme lui-même ou la personne qui
lui a recommandé d’offrir ce sacrifice) car le Prophète - Paix et salut d’Allah sur lui - a égorgé
un bélier en disant : « Bismillah wallâhu Akbar, ô Seigneur, ceci est de ma part et de la part de
tous ceux de ma communauté qui n’ont pas sacrifié. » Rapporté par Abû Dâwûd et At-
Tirmidhî.
Il est recommandé à celui qui ne sait pas sacrifier de tout de même assister.

La répartition (de la viande) du sacrifice


Il est Sunna pour la personne qui sacrifie de manger une partie de la viande de la bête
sacrifiée (et la première chose dont le Prophète mangeait le jour de l’Eid était le foie du
mouton), d’en distribuer aux proches de la famille et aux voisins, et d’en faire aumône d’une
partie aux pauvres.
Allah dit (traduction du sens des versets) : « Mangez-en et donnez-en à manger aux
misérables, les pauvres... » [Le Pèlerinage, v. 28]
Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf) aimaient à partager la viande en trois : un tiers pour eux-
mêmes, un tiers en cadeau et un tiers en aumône pour les pauvres. Et on ne donne pas au
boucher de cette viande comme salaire pour son travail

Le mérite du jeûne du jour d'Achoura (10 du mois de


Muharram)
Traduit par Abou Younes - Dhul Hijja 1421 à partir de Zâd ul-Mâ'ad d'Ibn ul-Qayyim

Au Nom d'Allah le Clément, le Miséricordieux

Nous vous invitons à imprimer ces informations et à les distribuer autour de vous en
application de la parole d’Allah dit : « Entraidez-vous au bon comportement et à la piété et
ne vous entraidez pas au péché et à l'inimité » et la parole du Prophète Muhammad (Prière
et salut sur lui) : « Celui qui montre le chemin vers une bonne action, a la même récompense
que celui qui la fait. » (Muslim)

Frères, chères soeurs en islam,


Parmi les innombrables sagesses d'Allah le Très-Haut, on peut citer le fait d'avoir accordé des
mérites à certains lieux, et d'avoir attribué des saisons au cours desquelles le croyant voit les
récompenses de ses actes d'adoration multipliées.

Ces saisons sont pour certaines très connues : le mois du Ramadan, le pèlerinage car ils font
partie des piliers de l'islam. D'autres sont moins connues, car elles ne rentrent pas dans les
obligations, ainsi, le jeûne du jour de 'Achûrâ'.

Cher frère, chère soeur, sois vigilant(e) et ne délaisse aucune occasion de te rapprocher de ton
Seigneur par tous les moyens que notre Prophète Muhammad (s.a.w) nous a enseignés.

Quelle est la date du jour de 'Achûrâ ?


Comme son nom l'indique, le jour de ‘Achûrâ' correspond au 10ème jour, dans le mois de
Muharram, le 1er mois du calendrier islamique.

Pour l'année 2003, le 10 correspondra au Jeudi 13 Mars et donc, le 9 correspondra au


Mercredi 12 Mars.

- si le mois de Dhul-Hijja fait 30 jours. S'il n'y a que 29 jours au mois de Dhul-Hijja, les dates
seront 3 et 2 Avril. Mais, pour en être sûr, il faut vérifier le commencement du nouveau mois
avec l'observation de la nouvelle lune de Muharram.

Comment ce jeûne a-t-il été institué ?

Selon un hadith de 'Aïcha, les gens de la tribu de Quraysh jeûnaient le jour de 'Achûrâ' à la
Mecque avant l'avènement de l'islam (Bukhârî et Muslim).
Puis, à son arrivée à Médine, le Prophète remarqua que les juifs jeûnaient ce jour ; il les
interrogea et ils lui répondirent que c'était pour eux un jour de fête, car il correspond au jour
où Allah a sauvé le prophète Moïse (Mûssâ) et ses disciples, en lui ouvrant la mer et en noyant
à sa suite, Pharaon et ses soldats. Le Prophète ordonna alors de jeûner ce jour.
Ce jeûne resta obligatoire jusqu'à ce que fut prescrit le jeûne du Ramadan. Alors, le jeûne du
Ramadan devint obligatoire et le jeûne de 'Achûrâ' facultatif. Ibn 'Umar rapporte du Prophète
(s.a.w) : « ... Celui qui veut, qu'il jeûne et celui qui veut, qu'il mange [en ce jour]. » (Bukhârî
et Muslim)

Quelle est la meilleure manière de jeûner 'Ashoura ?

Jeûner le 9 et le 10 du mois est la meilleure manière - Incha'Allah- selon le hadith du


Prophète, rapporté par Ibn 'Abbâs : « Si je suis encore vivant l'année prochaine, je jeûnerai le
9 (avec le 10). » Et le Prophète (s.a.w) mourut avant cela.

Le Prophète a donc recommandé de jeûner le 9 (avec le 10), pour se différencier des juifs qui
ne jeûnaient que le 10.
Cependant, la portion de hadith : « Différenciez-vous des juifs, jeûner un jour avant ou (dans
une autre version, "et") un jour après (en plus du jour de 'Achûrâ') » est faible.

Le mérite du jeûne en ce jour

Selon le hadith d'Abû Qatâda, le Prophète (s.a.w) a dit : « Ce jeûne efface les péchés de
l'année précédente. » (Muslim)

Avec l'intention, on espère en plus d'obtenir auprès d'Allah, la récompense :


- de faire revivre la Sunna, en se conformant aux recommandations et à l'exemple du
Prophète (s.a.w) ;
- d'apprendre et d'inviter les autres à pratiquer cette Sunna...
et ceci fait parti des meilleures actions.

Cher frère, chère sœur en islam, le croyant sincère et réfléchi est celui qui ne rate aucune
occasion de se purifier et de faire le bien, car de la vie ici-bas, seules les bonnes actions
resteront et compteront dans la balance, le jour du Jugement.
Et Allah est le Plus Savant et le salut et le prière sont sur le Prophète Muhammad, sur sa
famille et sur ses Compagnons.

Quelques règles succintes concernant la prière de l'Aïd et la


fête
Traduit par Abou Younes - Dhul Qaada 1421

La louange appartient à Allah, nous Le louons, implorons Son aide et


sollicitons de Lui la rémission de nos péchés.
Que le salut et la paix d’Allah soient sur Son messager bien-aimé
Muhammad, sur sa famille et sur tous ses Compagnons.

Quelques Notions sur l’Aïd

Cher frère en Islam, chère soeur, nous te saluons du salut de l’Islam :


"Assalâm Alaykum wa Rahmatu-llahi wa Barakatuh " :

Cher frère, chère soeur,


Le bonheur se trouve dans l’application de la tradition du Prophète -
qu’Allah prie sur lui et le salue - dans toutes les situations de notre vie
temporelle ou spirituelle et c'est pour cela que nous avons souhaité te
rappeler quelques notions qu’il est bon de mettre en pratique la veille et le
jour de l’Aïd.
1. At-Takbîr : c'est-à-dire prononcer la formule Allâhu-Akbar.
Il est recommandé de répéter cette formule dans la période des 10 jours
de Dhul-Hijja.
Allah exalté soit-Il a dit : "…Et afin que vous accomplissez la totalité
des jours convenus et que vous proclamiez la grandeur d’Allah
pour vous avoir bien guidés et peut-être remercierez-vous."
(La Vache, v. 185).
La formule du Takbir est :
"Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, Lâ Ilâha Illa'Llâh...
Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, Wa Lilâhil-Hamd".
"Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, il n’y a de divinité
qu’Allah. Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, et la louange est
à Allah."
C'est une tradition du Prophète pour les hommes de le dire à haute voix
que ce soit dans les mosquées, au marché, ou à la maison, témoignant
ainsi la gloire de notre Seigneur et manifestant son adoration et sa
reconnaissance envers Lui.
Par ailleurs, la tradition du Prophète consiste à faire la prière de l’Aïd en
plein-air, dans une place réservée à cet effet (Muçalla), et non dans la
mosquée, si c'est possible.

2. Se laver, se parfumer (pour les hommes) et mettre ses plus beaux


habits, sans excès et sans que ces habits ne comportent quelque chose de
contraire à la religion, et sans pour autant se raser la barbe car ceci est
illicite.
La femme se doit d’assister à la prière, voilée, habillée d’une façon
respectueuse et sans qu’elle ne se parfume, car cela lui est interdit en
dehors de son foyer.

3. Partir au Muçalla à pied si c'est possible, en proclamant la grandeur


de son Seigneur par le Takbîr, depuis la sortie de la maison jusqu’au
moment de la prière. N’oublie pas de le faire à haute voix.

4.

Accomplir la prière de l’Aïd avec les musulmans et assister à la prêche.


D’éminents savants tel que Cheikh al-Islâm Ibn Taymiyya, ont dit que la
prière de l’Aïd est une obligation pour tout musulman, les femmes au
même titre que les hommes, sauf si elles ont une excuse valable. Même
les femmes en période de règles doivent se rendre au Muçalla ; elle
écouteront le prêche mais, bien sûr, elles n’accompliront pas la prière de
l’Aïd.

5.

Changer de chemin en revenant de la prière : c'est un acte


surrérogatoire que d’aller au Muçalla pour la prière par un chemin et que
de revenir par un autre, comme le Prophète l’a fait.

6.

Les félicitations : les Compagnons du Prophète se félicitaient


mutuellement pour cette occasion heureuse.

7. Sacrifier la bête après la prière.


Les choses à éviter en cette fête

Prends garde, cher frère, chère soeur, de ne pas tomber dans les erreurs
que beaucoup de gens font :
1. Prononcer le Takbîr en groupe ou bien répéter la formule après une
personne, ou encore, ajouter des invocations à la formule citée ci-dessus.
2. Passer son temps pendant la fête de l’Aïd à faire des choses illicites
comme écouter de la musique, regarder des films...
3. Toute autre chose contraire à la tradition du Prophète.

Conclusion

N’oublie pas, cher frère, chère soeur, de t'empresser à faire le bien comme
rendre visite aux parents et à la famille ; laver ton cœur de tous les fléaux
tels que la rancune, l’envie et la haine ; être bienveillant vis-à-vis des
pauvres, des nécessiteux et des orphelins ; les aider et essayer de faire
rentrer le bonheur dans leur cœur.

Voici quelques conseils et directives pour nous tous, afin que nous tirions
des leçons de ce mois de Dhul-Hijja dans le but de persévérer dans
l’accomplissement des bonnes œuvres pour le reste de l’année :
1. S'habituer à faire les cinq prières en groupe à la mosquée,
particulièrement la prière de l’aube (Al-Fajr).
2. Réciter le Coran chaque jour, même s'il s'agit d’un petit chapitre.
3. Jeûner quelques jours dans le mois, comme le lundi et le jeudi, trois
jours par mois...
4. Faire de façon continue la prière du Witr même avec une seule Rak'ât.
5. Réserver une partie de ses biens pour aider les pauvres et les
nécessiteux.
6. Visiter les membres de ta famille.
7. Multiplier les efforts pour acquérir le savoir par le biais des cours avec
les savants, les livres et les cassettes islamiques.
8. Constituer une petite bibliothèque dans la maison regroupant les bons
livres et les cassettes intéressantes.
9. Délaisser les mauvaises habitudes comme veiller tard, ou consommer
des choses illicites comme la cigarette…
10. Eduquer les enfants avec une éducation islamique en leur inculquant
les bons principes, en prenant les premières générations de musulmans
(As-Salaf ) en exemple.
11. Habituer sa langue au rappel d’Allah, qu’Il soit honoré et glorifié, et à
la bonne parole, et éviter toute parole futile.
12. Se repentir continuellement en cessant de désobéir à Allah, se
rappeler les tourments de l’au-delà. Ainsi, on pourra bien se préparer pour
ce long voyage.

Seigneur, nous nous plaçons sous Ta protection contre un savoir


inutile, contre un cœur insoumis, contre une âme insatisfaite, contre un
œil qui ne pleure pas et contre une invocation inexaucée.
Et qu’Allah prie sur notre prophète Muhammad et le salue, ainsi que sa
famille et tous ses Compagnons.

Centres d'intérêt liés