Vous êtes sur la page 1sur 3

Au Nom d'Allah le Clément, le Miséricordieux

Nous vous invitons à imprimer ces informations et à les distribuer autour de vous en
application de la parole d’Allah dit : « Entraidez-vous au bon comportement et à la piété et
ne vous entraidez pas au péché et à l'inimité » et la parole du Prophète Muhammad (Prière
et salut sur lui) : « Celui qui montre le chemin vers une bonne action, a la même récompense
que celui qui la fait. » (Muslim)

-1-
La méthode exemplaire pour réprouver le mal

Question : Nous remarquons qu’il y a beaucoup de jeunes qui sont très motivés pour
réprouver le mal. Cependant, ils ne savent pas le faire convenablement. Quels sont donc les
conseils et les directives que vous formuleriez pour ces gens-là ? Quelle est la méthode
exemplaire pour réprouver le mal ?

Réponse : Ce que je leur conseille, c’est d’être bien sûrs de leurs actes, et d’apprendre (leur
religion) afin d’avoir la certitude que ceci est un bien ou un mal, en se basant sur la preuve
religieuse (Ad-Dalîl-ush Shar'i). Il faut en effet que leur réprobation soit basée sur la science
(Basîra) conformément à la parole d’Allah – Exalté soit-Il :

« Dis : ‘Voici ma voie, j'appelle les gens [à la religion] d’Allah, moi et ceux qui me
suivent, nous basant sur une preuve évidente (Basîra). Gloire à Allah ! Et je ne suis
point du nombre des associateurs. » .

De même, je leur conseille de réprouver le mal avec douceur, bonnes paroles et de la


meilleure manière, afin qu’on accepte d’eux leurs conseils et afin d’améliorer les choses
plutôt que de les faire empirer, conformément à la parole d’Allah – Exalté soit-Il :

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton


Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon.

, mais aussi :

«C'est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muhammad) as été si


doux envers eux ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton
entourage. » .

De même, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit : « Quiconque est privé de douceur
est en fait privé de tout le bien » . Il a aussi dit :
« Certes la douceur n’accompagne rien sans l’embellir, et n’est retiré de rien sans l’enlaidir »
. Et les hadiths à ce sujet sont nombreux et authentiques.
Ce qu’il convient de souligner concernant le prêcheur (Dâ'î) vers Allah et celui qui ordonne le
bien et interdit le mal, est qu’il doit être le premier à faire ce qui est ordonné et à s’éloigner de
ce qui est défendu, afin de ne pas s’identifier à ceux qu’Allah a blâmés lorsqu’Il – Exalté soit-
Il – dit :
« Recommandez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous- mêmes de le
faire, alors que vous récitez le Livre? Etes-vous donc dépourvus de raison ? »

Et Il dit aussi – Exalté soit-Il :

« Ô vous qui avez cru! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ? C'est une
grande abomination auprès d'Allah que de dire ce que vous ne faites pas. »

… afin qu’on le prenne comme modèle, et qu’il soit bénéfique aux gens par ses paroles et ses
actes…et c’est d’Allah que vient l’aide.

Cheikh Ibn Bâz, Majmû‘ Fatâwâ wa Maqâlât Mutanawwi‘a, vol.5, pp.75-76.

-2-
Concernant le fait de réformer le mal avec la main, et celui qui doit s’en charger

Question : Doit-on réformer le mal avec la main ? Et qui doit s’en charger ? Veuillez citer les
preuves, qu’Allah vous protège.

Réponse : Allah – Exalté soit-Il – a décrit parmi les caractéristiques des croyants le fait de
réprouver le mal et d’ordonner le bien. Allah le Très-Haut a dit :

« Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le
convenable, interdisent le blâmable »

. Allah le Très-Haut a aussi dit :

« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le
convenable, et interdit le blâmable.»

De même, Il a dit :

« Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes vous
ordonnez le convenable, interdisez le blâmable. »

Les versets concernant la recommandation du bien et l’interdiction du mal sont très


nombreux, en raison du caractère extrêmement important que cela revêt et le grand besoin que
les musulman en ont.
Le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit dans le hadith authentique : « Si l’un de vous
voit un mal, qu’il le change avec sa main. S’il ne le peut pas, qu’il le change avec sa langue.
S’il ne le peut pas, qu’il le fasse avec son cœur… et ceci est le plus bas degré de la foi. »
Ainsi, la réprobation se fait par la main pour qui en a la capacité, comme ceux qui détiennent
l’autorité ainsi que les instances chargés de cela, dans ce qui leur a été confié. Il en va de
même pour les brigades de répression du mal (Ahl ul-Hisba) dans ce qui leur a été confié
comme mission, ainsi que le gouvernant dans ce qui lui a été confié comme responsabilité ; et
le juge dans ce qui lui a été prescrit ; et la personne chez elle avec ses enfants et sa famille,
dans la mesure de ces moyens.
Quant à celui qui ne le peut pas, ou qui risque, s’il réprouve le mal avec la main, d’engendrer
discorde, dispute et bagarre, alors il n’est pas tenu de le faire. Il lui suffit donc de réprouver
par la langue afin que ne se produise pas un mal encore plus grand que celui qu’il a réprouvé,
conformément aux écrits des savants.
Quant à lui, il lui suffit de réprouver par la langue comme le fait de dire : « Ô mon frère,
crains Allah, cela n’est pas permis, il faut délaisser cette chose, il faut faire telle chose… » et
par d’autres belles expressions,
et de façon convenable.
Après la langue, vient la désapprobation par le cœur, c’est-à-dire que l’on déteste (le mal)
avec le cœur, et cela doit se voir extérieurement. Il ne faut pas rester avec les gens commettant
ce mal, et ceci fait partie de la réprobation avec le cœur… Et Allah se charge d’octroyer
l’aide.

Cheikh Ibn Bâz, Revue des Recherches Islamiques, n°36, pp.122-121.