Vous êtes sur la page 1sur 8

Circulaire n° 796.SGP du 15-04-1953

RESIDENCE GENERALE DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE DU MAROC SECRETARIAT GENERAL DU PROTECTORAT Circulaire n° 796.SGP

Rabat, le 15/04/1953

LE SECRETAIRE GENERAL DU PROTECTORAT

A

MESSIEURS LES DIRECTEURS CHEFS D'ADMINISTRATION

MESSIEURS LES CHEFS DE LA COUR D'APPEL DE RABAT

MONSIEUR LE TRESORIER GENERAL DU PROTECTORAT

MONSIEUR LE CHEF DU CABINET CIVIL,

POUR INFORMATION

Objet : Application du dahir du 28 Août 1948 relatif au nantissement des marchés publics.

Faisant suite à la publication au Bulletin Officiel du protectorat ( n° 1873 du 17 Septembre 1948 ) d'un dahir du 28 Août 1948 relatif au nantissement des marchés publics, les circulaires n° 591, 599 et 624.SGP des 8 octobre 1948, 13 Décembre 1948 et 12 Septembre 1949 ont, fixé un certain nombre de règles destinées à faciliter son application.

Les circulaires susvisées prévoyaient notamment :

a) l'inclusion dans tous les marchés d'une clause spéciale relative à leur

nantissement ;

b) l'établissement de tous les marchés en deux originaux (ou "n + 1" dans le cas de dépenses engagées sur "n" budgets différents) ;

c) l'obligation

nantissement ;

de

fournir

un

exemplaire

spécial

original

du

marché

en

d) les conditions dans lesquelles il convenait de satisfaire aux prescriptions des articles 2 et 7 du dahir : indication des modalités de règlement, désignation du comptable assignataire et du fonctionnaire chargé de fournir les renseignements afférents à l'exécution du marché, etc

Il est apparu, à l'expérience, que l'obligation faite aux entrepreneurs et aux administrations d'inclure dans les marchés une clause spéciale de nantissement, comme celle de constituer " l'exemplaire spécial" en original, créait de nombreuses difficultés. De plus, des erreurs ou omissions ont été relevées dans l'indication des mentions essentielles. Ces imperfections retardent l'expédition normale des marchés ; elles comportent en outre pour les comptables des risques graves de nature à engager leur responsabilité pécuniaire.

La présente circulaire, qui annule et remplace les circulaires présentées n° 591, 599 et 624.SGP, a pour but de fixer les règles applicables en la matière.

SECTION I : Portée et champ d'application du Dahir du 28 AOUT 1948.

Les dispositions édictées par le dahir du 28 Août 1948 doivent être" considérées comme constituant désormais le droit commun en matière de nantissement des marchés publics ( la procédure prévue par les articles 1184 et suivants du code des obligations et contrats devenant l'exception).

Si les créanciers de titulaires de marchés publics conservent la faculté de garantir leurs créances selon l'une ou l'autre voie, l'administration n'en demeure pas moins dans l'obligation de les mettre, à l'occasion de tous ses marchés, en mesure d'utiliser la procédure définie et prévue en leur faveur par le dahir du 28 Août 1948.

Les directives données ci-dessous présentent donc un caractère strictement impératif - dont il convient de ne pas s'écarter.

SECTION II : De quelques définitions

Des erreurs d'interprétation étant fréquemment commises sur le sens qu'il convient de donner à certaines expressions employées par le dahir du 28 Août 1948, il est rappelé ci-dessous ce qu'il faut entendre par:

Marché :

Contrat liant l'Administration ou une collectivité avec un entrepreneur ou un fournisseur en vue d'une prestation (travaux, fournitures ou transports).

Ce contrat résulte soit d'une adjudication publique (ouverte, restreinte ou après concours) soit d'un appel d'offres, soit de l'entente directe des parties. Il n'est définitif qu’après approbation par l'autorité supérieure.

Modalités de règlement :

Conditions dans lesquelles le marché doit être liquidé et réglé entre la collectivité contractante et l'entrepreneur ou fournisseur ayant traité.

En ce qui concerne les collectivités publiques marocaines ces conditions sont celles qui sont définies aux articles 32 et suivants du cahier des clauses et conditions générales, ou, le cas échéant, dans les devis particuliers.

Modalités de paiement :

Mode selon lequel l'entrepreneur ou fournisseur traitant désire être payé :

virement postal en banque ou chez un comptable du Trésor. Indication du numéro du compte à créditer et de l'établissement ou du comptable qui en assure la tenue.

Comptable chargé du paiement :

a) pour les marchés passés par les entreprises concessionnaires ou subventionnées : Banque où le paiement est domicilié ou bien l'entreprise elle- même.

- s'il s'agit d'une banque, désigner l'agence qui doit effectuer le paiement ;

- s'il s'agit de l'entreprise elle-même, désigner l'agent compétent par ses fonctions.

b)

assignataire.

pour les marchés passés par les collectivités publiques : le comptable

Le comptable assignataire est celui qui est qualifié pour examiner et revêtir de son "Vu - Bon à payer" les mandats et ordonnances de paiement délivrés au nom de l'entrepreneur ou fournisseur traitant, c'est-à-dire :

- Le Trésorier Général du Protectorat pour :

- Les dépenses imputées sur le budget de l'Etat français ;

- Les dépenses imputées sur le budget général et les comptes hors budget de

l'Etat chérifien, lorsque les crédits ne sont pas délégués à des ordonnateurs secondaires ;

- Les dépenses imputées sur les crédits délégués aux ordonnateurs secondaires de la région de Rabat 1 .

- Le Receveur régional des finances pour les dépenses imputées sur des crédits délégués aux ordonnateurs secondaires de Casablanca, Meknès, Fès, Oujda, Marrakech et Agadir (1) .

- Le Percepteur pour les dépenses imputées sur les budgets des régions et des municipalités.

c) Pour les marchés passés par les établissements publics, leur agent comptable particulier.

Fonctionnaire chargé de fournir les renseignements prévus par l'article 7 du dahir :

Ce fonctionnaire sera désormais celui qui a pour mission de procéder à la réception des travaux et à l'établissement des décomptes, provisoires ou définitifs. Ce fonctionnaire devra être d'un rang suffisamment élevé de la hiérarchie pour que le sérieux et l'authenticité de tels renseignements soient pleinement assurés.

Etat sommaire des travaux et fournitures effectués :

Document attestant la réalité d'une prestation et indiquant approximativement les droits à paiement qu'elle est susceptible de conférer à l'entrepreneur ou fournisseur.

Ce document, qui n'est pas établi contradictoirement et ne préjuge, ni la qualité ni la quantité des prestations effectuées, n'engage pas la responsabilité de l'Administration. Il y a donc lieu de l'accompagner d'une réserve.

Dans la pratique, adopter la formule suivante :

"Collectivité

"Contractante.

1 Disposition annulée par la lettre 114.DIR de 1968. (1) Le receveur de Marrakech est comptable assignataire des dépenses mandatées par les ordonnateurs secondaires de la région d’Agadir.

«ETAT SOMMAIRE de (travaux

(fournitures

"(application de l'article 7 du dahir du 28/08/1948 )

"A la date du

"(nom et adresse de l'entreprise traitante )

M

"

a effectué, au titre du marché n°

du

"

de

frs

dont

"

il est titulaire, un montant total de prestations pouvant être

"

approximativement évalué à frs

"Délivré sous réserve de réception ultérieure, le présent document ne saurait engager la responsabilité de l'administration.

"A

le

" ( nom et qualités du fonctionnaire désigné )

(signature)"

Décompte des droits constatés.

Document par lequel la collectivité contractante reconnaît d'une façon expresse et précise la créance de l'entreprise traitante.

Ce document, qui engage la responsabilité de la collectivité doit être établi en prenant pour base les décomptes provisoires.

Dans la pratique, adopter la formule suivante :

"Collectivité

"Contractante.

 
 

"Attestation de droits constatés

 

"(application de l'article 7 du dahir du 28/08/1948

"Le

(nom et qualités du fonctionnaire

désigné)

soussigné,

certifie qu'à la date du

 

les

droits

constatés

en

faveur

de

M

 

désignation

de

l'entreprise

traitante)

titulaire

"

du

marché

du

frs

s'élevaient à un montant total de frs

 

"Sur ce montant, et à la même date, les acomptes mis en paiement s'élevaient à frs ,

A

Le

"(signature du fonctionnaire désigné )"

SECTION III : Précisions à inclure dans les marchés

Article spécial - ( Article 2 § 1 et Article 7 § 1 du dahir )

Tous les marchés devront désormais comporter un article libellé dans les termes indiqués ci-après :

Cet article sera inséré :

- dans le cahier des charges ou devis particulier

- a défaut de l'un de ces documents, dans celui qui constate l'accord de la collectivité contractante et de l'entreprise traitante (généralement marché de gré à gré ).

"Article

présent marché, il est précisé que :

- Dans l'éventualité d'une affectation en nantissement du

1°)

la

liquidation

des

sommes

dues

par

(collectivité

traitante)

,

en exécution du présent marché sera opérée par les

soins de

(désignation du service liquidateur)

2°)

bénéficiaire des nantissements ou subrogations les renseignements et états

(nom et

prévus à l'article 7 du dahir du 28 août 1948, est

le fonctionnaire, chargé de fournir au titulaire du marché ainsi qu'au

qualités

du

fonctionnaire

chargé

de

la

réception

des

travaux

ou

des

fournitures)

 

3°)

les

paiements

prévus

au

présent

marché

seront

effectués

par

(désignation

du

comptable

chargé

du

paiement

seul qualifié pour recevoir les significations des créanciers du titulaire du présent marché.

)

,

Par dérogation à l'article 4 du cahier des clauses et conditions générales, l'administration contractante délivrera à l'entrepreneur (ou fournisseur) traitant, sur sa demande et contre son récépissé, un exemplaire en copie conforme de son marché.

Les frais de timbre de l'exemplaire remis à l'entrepreneur (ou fournisseur) ainsi que les frais de timbre de l'original conservé par l'administration sont à la charge de l'entrepreneur."

SECTION IV : Forme de l'exemplaire spécial ( Article 2 § 2 du dahir )

L'exemplaire spécial du marché destiné à former titre en cas de nantissement sera désormais constitué par une copie conforme du ou des documents remis au comptable payeur à l'appui des mandatements. La certification de conformité et l'attestation de délivrance en unique exemplaire seront assurées par l'apposition (1)2 sur ce ou ces documents de la mention suivante, souscrite par l'autorité qui a signé, le marché ou ses représentants préalablement accrédités auprès de la Trésorerie générale et des comptables assignataires (2)3 .

Dahir du 28 Août 1948

"Document certifié conforme à l'original et délivré en unique exemplaire pour former titre en cas de nantissement.

"A

le

"(signature )"

SECTION V : Délivrance de l'exemplaire spécial

L'entrepreneur (ou fournisseur) traitant qui désire obtenir, conformément à l'article 2 du dahir du 28 Août 1948, un exemplaire spécial de son marché devra en faire la demande écrite à la collectivité contractante. L'administration contractante ne pourra donner suite à cette demande qu'autant que le marché aura reçu l'approbation de l'autorité compétente.

Dès lors que cette approbation sera intervenue, la collectivité contractante établira l'exemplaire spécial comme il est dit au titre IV ci-dessus.

(1) Cette mention devra obligatoirement faire corps avec les documents destinés à la recevoir (l’emploi du tampon à encre est recommandé). L’adjonction de feuillets séparés doit être proscrite.

(2) La signature de cette mention et la délivrance de l’exemplaire spécial ne peuvent avoir lieu qu’après approbation du marché. Si les sommes à provenir de l’exécution du marché doivent être payées par des comptables différents, il sera établi un exemplaire spécial pour chacun des comptables assignataires. Le (ou les) exemplaires ainsi établis seront remis à l’entrepreneur (ou fournisseur) traitant contre son récépissé.

SECTION VI : Modification aux marchés

A- Aux termes de l'article 5 du dahir du 28 Août 1948 "aucune modification dans la désignation du comptable ni dans les modalités de règlement ne pourra intervenir après signification du nantissement.

L'attention des ordonnateurs est spécialement attirée sur le caractère impératif de cette règle. Il convient en particulier d'éviter qu'elle ne soit transgressée dans le cas de délégations de crédits sur lesquels devrait être imputé le règlement de marchés en cours d'Exécution et grevés de nantissements ; telles délégations de crédits doivent être proscrites dès lors qu'elles entraînent le changement du comptable assignataire.

En conséquence, avant toute délégation de crédits susceptible de faire poursuivre par un sous-ordonnateur résidant hors de la région de Rabat le mandatement de marchés réglés précédemment par l'ordonnateur principal, ce dernier consultera le Trésorier général qui lui signalera ceux des marchés ayant fait l'objet d'une signification de nantissement et dont il devra continuer à assurer le règlement. Les mêmes précautions seraient de rigueur à l'échelon du sous-ordonnateur si l'ordonnateur principal était amené à reprendre la gestion de crédits antérieurement délégués au sous-ordonnateur.

B - Dans la pratique, les modifications à apporter aux marchés devront être effectuées conformément aux règles suivantes :

1°) Avant remise de l'exemplaire spécial à l'entrepreneur (ou fournisseur) :

- Si l'exemplaire spécial n'est pas encore établi, l'établir en tenant compte des modifications apportées au marchés primitif ;

- Si l'exemplaire spécial est déjà établi, le corriger conformément aux modifications apportées. Les corrections doivent intervenir sous forme de mentions séparées, approuvées et signées par le chef de la collectivité contractante et l'entrepreneur (ou fournisseur) traitant. Les grattages et surcharges sont prohibés.

2°) Après remise de l'exemplaire spécial à l'entrepreneur (ou fournisseur) :

- n'apporter de modifications au marché qu'après restitution par l'entrepreneur (ou fournisseur) de l'exemplaire spécial ;

- corriger ce dernier comme il est dit au § 1er, 2ème alinéa, ci-dessus.

C- Les modifications apportées aux marchés par voie d'avenant ou d'acte additionnel donneront lieu à la délivrance d'un exemplaire spécial de l'avenant ou de l'acte additionnel établi dans les mêmes conditions que l'exemplaire spécial du marché.

Toutefois, lorsque l'avenant ou l'acte additionnel aura pour objet une modification aux modalités de règlement, leur délivrance en exemplaire spécial ne sera pas nécessaire. Les modifications intervenues seront annotées sur l'exemplaire spécial du marché comme indiqué au § A ci-dessus.

D- Le jeu normal des formules de révision des prix prévue au marché ne constitue pas une modification du marché.

Un avenant n'est donc pas nécessaire.

SECTION VII : Renseignements à fournir par l'Administration

Si la demande de renseignements n'est pas présentée par le titulaire du marché lui-même, les agents désignés auront, avant d'y donner suite à s'assurer auprès des comptables chargés du paiement, que la demande de renseignements émane d'un requérant qualifié, c'est-à-dire d'un créancier ou d'un tiers subrogé dont le nantissement ou la subrogation aura été régulièrement signifié à l'un desdits comptables.

Ces renseignements pourront toutefois être valablement communiqués sur la production par le demandeur soit de l'acte de nantissement ou de subrogation, soit de la copie du procès-verbal de signification de ces actes.

SECTION VIII : Etablissement des mandats de paiement

Les mandats et ordonnances de paiement continueront à être établis par les ordonnateurs, suivant les règles actuellement en vigueur, au nom du titulaire du marché.

C'est au seul comptable chargé du paiement qu'il appartient de faire application le cas échéant des articles 3 à 6 du dahir du 28 Août 1948.

Signé : Georges MULTIN.