Vous êtes sur la page 1sur 493
 
MANUEL
,
J ^^^
NUMISMA
.1^
»
FRANÇAISE
A.
BLANGHET
et
A.
DIEUDONNE
TOME
deuxii:me
MONNAIES
ROYALES
FRANÇAISES
DEPUIS
HUGUES
CAPET
JUSQU'A
LA
RÉVOLUTION
PAR
A.
DIEUDONNE
CONSERVATEUR
ADJOINT
AU
DEPARTEMENT
DES
MEDAILLES
DE
LABIBLIOTHÈQUE
NATIONALE
[Ouvrage
honoré
du
prix
de
numismatique
médiévale)
PARIS
AUGUSTE
PIGARD,
ÉDITEUR
Librairedes
Archives
nationales
et
de
la
Société
de
VÉcole
des
Chartes
82,
RUE
Bonaparte,
82
1916
 
\\\
PREFACE
Sanz
monnoye
ne
pourroit
estre
le
monde
bonnement
gouvernez
ne
faire
droite
égaulté
à
chacun
de
ce
qui
est
sien.
{Ordonn.,
VIII,
103.)
Le
présent
ouvrage
était
déjà
très
avancé
au
mois
de
juillet
1914
;
en
dépit
des
préoccupations
créées
par
la
guerre
et
malgré
des
difficultés
de
toutes
sortes,
il
a
été
heu-
reusement
achevé
et
imprimé
en
Tannée
1915.
On
se
demandera
si
les
terribles
événements
qui
se
sont
déroulés,
qui
se
déroulent
encore,
laissent
une
place
légi-
time
aux
paisibles
études
dont
nous
nous
réclamons.
Cepen-
dant
plus
d
une
raison
milite
en
faveur
de
la
numismatique
et
de
la
numismatique
française
en
particulier.
A
la
façon
dont
nous
la
comprenons,
les
annalesde
notre
pays,
le
passéde
la
France
y
sont
intimement
liés
;
or
jamais
l'histoire
n'a
été
si
vivante
qu'en
ce
temps-ci.Puis,
quelle
meilleure
appli-
cation
de
Fesprit
critique
que
ce
genre
de
recherches
 
Le
libre
examen
est
pernicieux
dans
les
domaines
qui
touchent
de
près
à
l'action,
Fesprit
de
foi
et
d'obéissancesont
de
rigueur
;
sur
le
terrain
de
l'érudition
au
contraire,
il
est
fécond
et
prépare
le
progrès
scientifique
de
demain.
Les
monnaies
des
rois
de
France
n'ont
pas
la
variété
ni
la
valeur
artistique
des
monnaies
grecques
et
romaines
;
elles
parlent
peu
par
elles-mêmes,
et
l'on
a
besoindes
textes
pour
les
interpréter.
Mais,
si
Tintérêt
se
déplace,
est-ce
à
dire
qu'il
endevienne
moindre
?
L'érudit
qui
s'attaque
aux
monnaies
grecques
a
beau
jeu;
les
témoignages
des
historiens
et
des
lit-
576648e32a3d8b82ca71961b7a986505