Vous êtes sur la page 1sur 102
EXECUTIVE EDUCATION CENTER DROIT DES SOCIETES AL AKHAWAYN UNIVERSITY IN IFRANE 4, 5 et 6
EXECUTIVE EDUCATION CENTER DROIT DES SOCIETES AL AKHAWAYN UNIVERSITY IN IFRANE 4, 5 et 6

EXECUTIVE EDUCATION CENTER

DROIT DES SOCIETES

AL AKHAWAYN UNIVERSITY IN IFRANE 4, 5 et 6 avril 2007

Par : Dr Abdeljalil ELHAMMOUMI

L’ambition de ce séminaire n’est pas d’enseigner les règles techniques du droit des sociétés, mais d’offrir une approche de lecture analytique de cette discipline juridique

Plan de la Présentation

Présentation générale des formes sociétaires

Les soubassements organisationnels des formes sociétaires

L’organisation et le fonctionnement des formes sociétaires

Le contrôle dans les différentes formes sociétaires

Les valeurs mobilières

La responsabilité civile des dirigeants

3

ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE

ACTIVITE LUCRATIVE

ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE
ACTIVITE LUCRATIVE Possibilité de partage des bénéfices Société commerciale Société civile Groupement

Possibilité de partage des bénéfices

Société commerciale Société civile Groupement d’intérêt économique
Société commerciale
Société civile
Groupement
d’intérêt économique

Défaut de possibilité de partage des bénéfices

Association

I.

PRESENTATION GENERALE DES FORMES SOCIETAIRES

Le corpus légal composant le droit des sociétés

Les formes commerciales & les formes civiles

Les formes sociales entre l’institutionnel et le contractuel

Le corpus légal composant le Droit des sociétés

Loi n° 05-96 du 13.02.97 SARL, SNC, SCS, SCA, SP

Loi n ° 05-96 du 13.02.97 SARL, SNC, SCS, SCA, SP Loi n ° 17-95 du
Loi n ° 05-96 du 13.02.97 SARL, SNC, SCS, SCA, SP Loi n ° 17-95 du

Loi n° 17-95 du 30.08.96 SA, SAS

DOC SC

Loi n° 13-97 du 05.02.99 GIE

SCS, SCA, SP Loi n ° 17-95 du 30.08.96 SA, SAS DOC SC Loi n °

Sociétés

SCS, SCA, SP Loi n ° 17-95 du 30.08.96 SA, SAS DOC SC Loi n °

Groupement

Les formes commerciales & les formes civiles

SA, SAS, SARL, SNC, SCS, SCA

SP, GIE

SC

Formes commerciales

SA, SAS, SARL, SNC, SCS, SCA SP, GIE SC Formes commerciales Formes civiles pouvant avoir un

Formes civiles pouvant avoir un objet commercial

Forme civile avec objet civil

Les formes commerciales & les formes civiles

Objet commercial ?

commerciales & les formes civiles Objet commercial ? Prestation de Services Industrie Exclues: Les professions
commerciales & les formes civiles Objet commercial ? Prestation de Services Industrie Exclues: Les professions
commerciales & les formes civiles Objet commercial ? Prestation de Services Industrie Exclues: Les professions

Prestation de Services

Industrie

Exclues: Les professions libérales La location d’immeubles Minière Transformation (dont agricole) Artisanat
Exclues:
Les professions libérales
La location d’immeubles
Minière
Transformation (dont agricole)
Artisanat
Bâtiment
Travaux publics

+

L’exercice de toutes activités assimilées

9

Les formes commerciales & les formes civiles

Le choix de la forme est libre, sauf

Professions réglementées Ex:

Société de bourse Banque Société de financement Compagnie d’assurance OPCVM Opérateurs audiovisuels

Professions libérales Ex:

Médecins

Architectes

Avocats

Les formes sociales entre l’institutionnel et le contractuel

Formes à dominante institutionnelle

Forte présence de l’ordre public (Règles impératives) Possibilité réduite d’aménager les statuts Rigidité

Formes à dominante contractuelle

Faible présence de l’ordre public (Règles supplétives) Grande possibilité d’aménager les statuts Flexibilité

11

Les formes sociales entre l’institutionnel et le contractuel

SA, SARL, SCA,

SAS, SP, GIE, SNC, SCS, SC

et le contractuel SA, SARL, SCA, SAS, SP, GIE, SNC, SCS, SC Formes à dominante institutionnelle
et le contractuel SA, SARL, SCA, SAS, SP, GIE, SNC, SCS, SC Formes à dominante institutionnelle

Formes à dominante institutionnelle

Formes à dominante contractuelle

Les formes sociales entre l’institutionnel et le contractuel

SAS

Possibilité de prévoir :

- L’inaliénabilité des actions jusqu’à 10 ans

- Exclusion d’associé

- Librement l’organisation et le fonctionnement

SA

Impossibilité de prévoir l’inaliénabilité des actions et l’exclusion d’actionnaire

L’organisation et le fonctionnement sont modélisés dans la loi

Les formes sociales entre l’institutionnel et le contractuel

GIE

Le contrat organise librement l’administration

Le contrat fixe les conditions de convocation, de réunion et de prise des décisions collectives

Le contrat fixe les bases de répartition des bénéfices et des pertes

Le contrat fixe l’opportunité et les conditions de désignation de CAC

Le contrat fixe les conditions d’exclusion d’un membre

SARL

Arrêtée dans la loi

Arrêtées dans la loi

Arrêtées dans la loi

Arrêtées dans la loi

Interdit

II.

SOUBASSEMENTS ORGANISATIONNELS DES FORMES SOCIETAIRES

Technique d’organisation du patrimoine

Technique d’organisation du groupe

Technique d’organisation de partenariat

Technique d’organisation du patrimoine

Le choix de la forme sociétaire de l’entreprise peut être déterminé par diverses motivations :

Séparation entre le patrimoine personnel et celui professionnel et commercial [limiter les risques]

Organisation et préparation de la succession

Accès diversifié et plus facile au financement ?

Technique d’organisation du patrimoine

Lorsque le souci d’organisation du patrimoine est dominant, le choix est généralement fait pour les formes à dominante institutionnelle

Modélisées Organisation et fonctionnement standardisés Prévisibles

Technique d’organisation du groupe

Le groupe est un patrimoine déconcentré sur plusieurs sujets de droit, avec un centre de décision unique. La société est une technique d’organisation du groupe avec les finalités suivantes :

Préservation de l’unité du centre de décision Éclatement de la responsabilité financière Maintien d’une synergie Optimisation des ressources

Technique d’organisation du groupe

Adoption des formes commerciales à dominante institutionnelle, parce qu’elles sont modélisées et prévisibles.

Technique d’organisation de partenariat

Partenariat
Partenariat

Formes adéquates à la réalisation de bénéfices

Formes adéquates à la réalisation de bénéfices SA, SAS, SARL, SCA, SP, SNC, SCS, SC Forme
Formes adéquates à la réalisation de bénéfices SA, SAS, SARL, SCA, SP, SNC, SCS, SC Forme
Formes adéquates à la réalisation de bénéfices SA, SAS, SARL, SCA, SP, SNC, SCS, SC Forme

SA, SAS, SARL, SCA, SP, SNC, SCS, SC

Forme adéquate à la réalisation d’économies

GIE

Technique d’organisation de partenariat

Article 983 DOC « La société est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes mettent en commun leurs biens ou leurs travail, ou tous les deux à la fois, en vue de partager le bénéfice qui pourra en résulter. »

Technique d’organisation de partenariat

Article 1 er /Loi relative au GIE « Deux ou plusieurs personnes morales peuvent constituer entre elles…un GIE en vue de mettre en œuvre tous les moyens propres à faciliter ou à développer l’activité économique de ses membres et à améliorer ou accroître les résultats de cette activité. … Le but du groupement n’est pas de réaliser des bénéfices pour lui-même. »

III.

L’ORGANISATION ET LE FONCTIONNEMENT DES FORMES SOCIETAIRES

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Les régimes particuliers d’organisation & de fonctionnement

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La majorité

La primauté de l’intérêt social

La sécurité des rapports juridiques

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La majorité

Toutes les formes sociétaires fonctionnent selon le principe de majorité

=

Les décisions sont prises à la majorité des associés

=

La minorité est liée par les décisions de la majorité, mais celle-ci n’est pas en droit d’exclure la minorité de la prise de décision

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

! "#$ 1922/08/11 31 '+ .% &'( ) % *+( % (+, -. /0'1 -. 23'4 :1;< % *+( % (+, "#$ % 1# -6'67 *8'9 28 % (+, => 2 + 6 %?48 @8' '+ +3'4+ D => 2 1999/01/21 A 0';B C9( + % &'( ) % *+( 2 9 -. % 1 E<FG< H 1 ) I J, F < * 8K;4+ !" # $%&' ( ) *+*,- . /0 %1 2 %13 7-78 $ ,' L8K;4+ 2:> I'M N E( (; '+ 4*2)5 6'5 9:; <3 3 =2 . >-? @ %A >% *5@ >%@5B 6' C

(CA. Marrakech du 13/06/2000, in GTM, n° 93, p.154 – Arrêt confirmé par la Cour suprême, in REMADAE, n° 8, Mai 2005, p. 116)

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La majorité

Le principe de majorité reflète une dissociation entre la propriété du capital et le contrôle de la société La dissociation est accentuée dans les sociétés capitalistiques (SA cotées)

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La majorité Trois hypothèses de traitement de la majorité par la loi :

Le seuil de majorité est arrêté à titre supplétif Le seuil de majorité est d’ordre public Le seuil de majorité est exclusivement contractuel

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Le seuil de majorité supplétif

Loi SA Conseil d’administration : Art. 50, 4 e al. Conseil de surveillance : Art. 91, 2 e al. Assemblée des actionnaires : Art. 114

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Le seuil de majorité d’ordre public

Loi 5-96 / SARL Modifications statutaires : Art. 75

Loi 5-96 / SCS Modifications statutaires : Art. 28

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Le seuil de majorité contractuel

Loi GIE Assemblée des membres : Art. 30, 1 er et 6 e al.

Loi SAS Assemblée générales : Art. 436

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La majorité

Situations exceptionnelles

DOC (Société civile) Décisions devant être prises à l’unanimité des associés : Art. 1026 Unanimité d’ordre public

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La primauté de l’intérêt social

Au niveau des trois composantes de la société :

Le pouvoir de la majorité doit être exercé dans l’intérêt social et non pas dans l’intérêt exclusif des membres de la majorité

Également, la minorité, quand elle a un pouvoir de blocage, doit agir dans l’intérêt social.

L’associé doit s’abstenir de porter atteinte aux intérêts de la société

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La primauté de l’intérêt social

Quatre principales traductions juridiques :

Abus de droit de vote L’obligation de non concurrence Abus de biens sociaux Abus de confiance

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de droit de vote

Le principe de majorité est un facteur de concentration de pouvoir au sein des sociétés Les sociétaires qui ne participent pas à l’administration et à la gestion sont dépourvus de la maîtrise de leur investissement Les majoritaires sont généralement tentés d’abuser de ce rapport de force en leur faveur.

Les minoritaires disposant du pouvoir de blocage des décisions sociales peuvent , également, abuser de leur droit de vote.

38

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de droit de vote

Art. 94 DOC « Il n’y a pas lieu à responsabilité civile, lorsqu’une personne, sans intention de nuire, a fait ce qu’elle avait le droit de faire. Cependant, lorsque l’exercice de ce droit est de nature à causer un dommage notable à autrui et que ce dommage peut être évité ou supprimé, sans inconvénient grave pour l’ayant droit, il y a lieu à responsabilité civile, si on n’a pas fait ce qu’il fallait pour le prévenir ou pour le faire cesser. »

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de droit de vote

Cas pratique 1

Une SARL a obtenu un marché public. Pour exécuter ce marché, elle a besoin de financement bancaire. La banque a exigé une augmentation du capital de 1.250 KDH à 3.000 KDH comme condition d’ouverture du crédit. Un associé disposant de la minorité de blocage a voté contre l’augmentation, en arguant de l’interdiction pour l’assemblée d’augmenter les engagements des associés (Art. 75/L. SARL).

Solution ?

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

T' 1 U & V 1# ' B Q ;(+ R*9> S B @ * ; ' P E8N

. E>2 FG5 >'!H5 I + # 9FJ4 5 <8*F3 %K%L. &0 "9? E8W. X% 0',; 4 S >%HMG 9' H =%6KF (- N = O $ >%3 P . >%+ + Q AR 9 5@FJ # KU@3 7@- ' > T + # 52 UK+ >2 G >'!H5 . $- VW X 2 G

0 = ?, I'=9 UC< Z[*

\.

.I $ 94 # '9 ?Y< /' 5@FJ

.E $ \<' !#(;+ 96/5 2`0 *8'9 75 ]&'+ T' =;9+B ' #$ -$C+ ^_C;6 N ]&' J 'B I' 1 C a J N % ?#)7 b +< -; ]& C>+ % c4+ T d T' 1 'B -. ]&' J -. 2 ;? 8 & C -. I' 1 b +[ % 0'1 7 E#> ) -. Ee'?$ -. -. f 4< ]&' J DF3 7 X 2 G $% ] . U5 7 5 7%UB3 *3 % 1 ^'+6 0 %# S % ^ ; ]? -_ # >%!OR ` FF2 4 F; Q # !; F0 b +, % [ * F H+e f KF0a b :; c ,:FJa :,5- . !% @3 /0 (!53 a +d# %!; >% !Ag F-*K3 . >%!hR

(TC. Marrakech, 07/05/01, in GTM, n° 91, nov. 2001, p. 171)

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de droit de vote

Cas pratique 2

Une société a réalisé des bénéfices nets de 10.215 KDH L’AGO a décidé la distribution de 1.500 KDH et d’affecter le reste, soit 8.750 KDH, au report à nouveau L’associé minoritaire demande l’annulation de cette décision L’associé majoritaire argue du fait que l’affectation des résultats est de la compétence exclusive de l’AGO

(Art. 111 et 329/L. 17.95)

Solution ?

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

* 0' ]* ` % 1 -6'67 *8'9 35 ]&'+ @Y$ N C(B g'B07 b S*< h* GB Z6' + 0 9 d'G< -. % ?#)i !> !; % `*9> j&'?+ E8W. X'8*8'` Z[ * -k' ; _ l#?+ % YM< . %1! 4 S 9 5@FJ # iU@F j7; /' <0 h 0 9 d'G< E "#,; 0* F+ b+, => "#$ Hmk_'B E8N g'B07 230& 1.500.000 l#? b S*< "#$ %e'+ -. 54.2 % ?#)KB p' ; _ 230& 10.215.345,97 n +3'4+ I' 1 "#$ k # 9FB F- f0' ;U_ -k' ; _ q'4> 'B g'B07 -`'?B k) R E l4 5mFJ na B b-T*3 . >2 G >%5:F k4. S \. G !; *H'! >%!OR I*&0 $ =%:! iU@F UF- >% !AR 4 O =@B- 9;6 C` E9 I'=9 % 1 ' ;99 -; o 4R $ %H+ 0&' iU@F < U > @ \*5B l)MF3 F n 4 & "#$ .2 67 % #`7 : '+ I' 1 'B 0 rN % ?#)7 $

(CA. Com. Fès, 19/12/2002, in AL MEIAR, n° 32, déc. 2004, p. 228)

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Obligation de non concurrence

Art. 1004 & 1005 DOC « Un associé ne peut, sans le consentement des autres associés, faire d’opération pour son propre compte ou pour le compte d’un tiers, ou dans des opérations analogues à celles de la société, lorsque cette concurrence est de nature à nuire aux intérêts de la société»

« La disposition de l’article précédent n’a pas lieu lorsque, avant son entrée dans la société, l’associé avait un intérêt dans d’autres entreprises analogues, ou faisait des opérations de même genre au su des autres associés, s’il n’a pas été stipulé qu’il doit cesser. L’associé ne peut recourir au tribunal pour contraindre les associés à donner leur consentement. »

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Obligation de non concurrence

Champ d’application de l’article 1004 DOC «La société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité limitée et la société en participation, sont régies par la présente loi et par les dispositions du dahir du 9 ramadan 1331 (12 août 1913) formant code des obligations et contrats, dans la mesure où elles ne sont pas contraires aux dispositions de ladite loi.» (Art. 1 er /L. 5/96)

Et la Société anonyme ?

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Art. 384 / L. 17.95 « Seront punis … les membres des organes d’administration, de direction et de gestion d’une SA … 3) qui, de mauvaise foi, auront fait, des biens ou du crédit de la société, un usage qu’ils savaient contraire aux intérêts économiques de celle- ci à des fins personnelles ou pour favoriser une autre société ou entreprise dans laquelle ils étaient intéressés directement ou indirectement. »

(Art. 107 / L. 5.96 pour les autres formes de sociétés commerciales)

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Éléments constitutifs

Faire usage des biens ou du crédit de la société Usage contraire à ses intérêts économiques Usage à des fins personnelles Usage de mauvaise foi

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Faire usage des biens ou du crédit de la société Actifs actuels + actifs lui revenant (rémunération…)

Il est interdit aux administrateurs (et aux membres du conseil de surveillance), autres que personnes morales, aux DG (et membres du directoire) et aux représentants permanents des personnes morales administrateurs, à leurs conjoints et à leurs parents jusqu’au 2 e degré inclus :

de contracter, sous quelque forme, des emprunts auprès de la société ou de se faire consentir par elle un découvert, en compte courant ou autrement (usage d’actifs financiers) ; de faire cautionner ou avaliser par elle leurs engagements envers les tiers ( usage de crédit).

(Art. 62 et 100/L. SA & applicable au gérant et associé de SARL : Art. 66 et aux administrateurs du GIE : Art. 25)

48

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Faire usage des biens ou du crédit de la société

Si la société est un établissement bancaire ou financier, cette interdiction ne s’applique pas aux opérations courantes de commerce conclues à des conditions normales:

Rentrant dans l’activité normale de l’établissement Conclues dans les conditions appliquées aux clients dans la même situation

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Usage contraire aux intérêts économiques de la société

Régler par la société des prestations sans contrepartie pour elle Et/ou Excéder ses capacités financières

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Usage contraire aux intérêts économiques de la société

« Le concours financier apporté par les dirigeants d’une société à une entreprise d’un même groupe dans laquelle ils sont intéressés directement ou indirectement, doit être dictée par l’intérêt économique, social ou financier commun, apprécié au regard d’une politique élaborée pour l’ensemble de ce groupe, il ne doit être ni démuni de contreparties ou rompre l’équilibre entre les engagements respectifs des diverses sociétés concernées, ni excéder les possibilités financières de celles qui en supportent la charge. » (Cass. crim. fran. , 4 févr. 1985)

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Usage à des fins personnelles

Régler une amende personnelle Toucher une rémunération non due Vendre à la société un bien à prix excessif Favoriser une entreprise familiale ou d’un ami S’octroyer une rémunération démesurée par rapport aux capacités de la société

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de biens sociaux

Usage de mauvaise foi

Délit intentionnel Le parquet doit établir que le dirigeant avait conscience du caractère abusif de l’acte et de l’avantage personnel qu’il en tirerait, au moment de l’acte. Une simple imprudence ou légèreté ne peut constituer le délit

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de confiance

Art. 547 Code pénal « Quiconque de mauvaise foi détourne ou dissipe au préjudice des propriétaires, possesseurs ou détenteurs, soit des effets, des deniers ou marchandises, soit des billets…est coupable d’abus de confiance »

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Abus de confiance

L’abus de confiance est le droit commun L’abus des biens sociaux, simple application de l’abus de confiance, est prévu dans les textes régissant les sociétés commerciales Abus de confiance applicable, entre autres, à toutes les formes sociétaires (société civile, GIE, coopérative)

« Justifie légalement sa décision la juridiction qui, pour condamner un prévenu du chef d’abus de confiance, constate que ce prévenu a détourné frauduleusement les fonds d’une association en participation dont il était le

gérant » (In Code pénal, annoté par F.-P. BLANC)

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

La sécurité des rapports juridiques

Pouvoirs de représentation des dirigeants

Les nullités

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

Le dirigeant n’est pas un salarié ; c’est un mandataire social. Toutefois, il ne dispose pas seulement des pouvoirs qui lui seraient attribués par les associés

=

Son mandat est social, mais ses pouvoirs sont légaux Objectivation de la théorie du mandat apparent Sécurité juridique des opérations effectuées par la société, particulièrement vis-à-vis des tiers

Réduction du risque d’annulation d’opérations pour défaut de pouvoirs

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

Seuls les dirigeants à qui la loi reconnaît un pouvoir de représentation à l’égard des tiers peuvent s’en prévaloir. Les statuts ou les décisions des associés ne peuvent reconnaître ce pouvoir à quelqu’un d’autre ou l’ôter au dirigeant qui en dispose. Règle d’ordre public

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SNC & SCS Art. 7 & 8/L. 5-96

« Dans les rapports entre associés, et en l’absence de la détermination de ses pouvoirs par les statuts, le gérant peut faire tout acte de gestion dans l’intérêt de la société »

« Dans les rapports avec les tiers, le gérant engage la société par les actes entrant dans l’objet social » Pour dépasser l’objet social Unanimité des associés

(Art. 1026 DOC)

59

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SCA Art. 34/L. 5-96 «Le gérant est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la sociétéDans les rapports avec les tiers, la société est engagée même par les actes du gérant qui ne relèvent pas de l’objet social, à moins qu’elle ne prouve que le tiers savait que l’acte dépassait cet objet ou qu’il ne pouvait l’ignorait compte tenu des circonstances, étant exclu que la seule publication des statuts suffise à constituer cette preuve. Les clauses statutaires limitant les pouvoirs du gérant qui résultent du présent article sont inopposables aux tiers.»

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SARL Art. 63/L. 5-96

«Dans les rapports entre associés, les pouvoirs du gérants sont déterminés par les statuts, et dans le silence de ceux-ci, chaque associé peut effectuer tout acte de gestion dans l’intérêt de la société. Dans les rapports avec les tiers, le gérant est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la société, sous réserve des pouvoirs que la loi attribue expressément aux associés. La société est engagée même par les actes du gérant qui ne relèvent pas de l’objet social, à moins qu’elle ne prouve que le tiers savait que l’acte dépassait cet objet ou qu’il ne pouvait l’ignorait compte tenu des circonstances, étant exclu que la seule publication des statuts suffise à constituer cette preuve. Les clauses statutaires limitant les pouvoirs des gérants qui résultent du présent article sont inopposables aux tiers.»

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SA à conseil d’administration Art. 74 /L. 17-95

«Le président assume, sous sa responsabilité, la direction générale de la société. Il représente la société dans ses rapports avec les tiers. Sous réserve des pouvoirs que la loi attribue expressément aux assemblées d’actionnaires, ainsi que des pouvoirs qu’elle réserve de façon spéciale au conseil d‘administration, et dans la limite de l’objet social, le président est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la société. Dans les rapports avec les tiers, la société est engagée même par les actes du président qui ne relèvent pas de l’objet social, à moins qu’elle ne prouve que le tiers savait que l’acte dépassait cet objet ou qu’il ne pouvait l’ignorait compte tenu des circonstances, étant exclu que la seule publication des statuts suffise à constituer cette preuve. Les dispositions des statuts ou les décisions du conseil d’administration limitant ses pouvoirs sont inopposables aux tiers.»

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SA à conseil d’administration Art. 75 /L. 17-95

«A l’égard de la société, les directeurs généraux sont investis des pouvoirs dont le conseil d’administration détermine, sur proposition du président, l’étendue et la durée. À l’égard des tiers, ils disposent des mêmes pouvoirs que le président.»

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SA à directoire et conseil de surveillance Art. 102 /L. 17-95

«Le directoire est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes circonstances au nom de la société; il les exerce dans la limite de l' objet social et sous réserve de ceux qui sont expressément attribués par la loi au conseil de surveillance et aux assemblées d' actionnaires.

Dans les rapports avec les tiers, la société est engagée même par les actes du directoire qui ne relèvent pas de l' objet social, à moins qu'elle ne prouve que le tiers savait que l' acte dépasse cet objet ou qu'il ne pouvait l' ignorer compte tenu des circonstances, étant exclu que la seule publication des statuts suffise à constituer cette preuve.

Les dispositions des statuts limitant les pouvoirs du directoire sont

inopposables aux

tiers.

.»

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SA à directoire et conseil de surveillance Art. 103 /L. 17-95 «Le président du directoire ou, le cas échéant, le directeur général unique, représente la société dans ses rapports avec les tiers. Toutefois, les statuts peuvent habiliter le conseil de surveillance à attribuer le même pouvoir de représentation à un ou plusieurs autres membres du directoire qui portent alors le titre de directeur général.

Les dispositions des statuts limitant le pouvoir de représentation de la société sont inopposables aux tiers.»

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

SAS Art. 432 /L. 17-95

«Le président représente la société à l' égard des tiers. Il est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la société dans la limite de l' objet social.

Dans les rapports avec les tiers, la société est engagée même par les actes du président qui ne relèvent pas de l' objet social, à moins qu'elle ne prouve que le tiers savait que l' acte dépassait cet objet ou qu'il ne pouvait l' ignorer compte tenu des circonstances, étant exclu que la seule publication des statuts suffise à constituer cette preuve. Les clauses statutaires limitant les pouvoirs du président sont inopposables aux tiers.

Dans les rapports entre associés, les pouvoirs du président et, le cas échéant, des autres dirigeants prévus par les statuts sont définis par ceux-ci. »

66

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Pouvoirs de représentation des dirigeants

GIE Art. 23 & 24 /L. 13-97

«Dans les rapports avec les membres, tout administrateur peut faire tous actes de gestion dans l'intérêt du groupement, sauf s'il en est stipulé autrement par le contrat. »

« Dans les rapports avec les tiers, le ou les administrateurs engagent le groupement par les actes entrant dans l'objet de celui-ci. Toute limitation de pouvoirs est inopposable aux tiers. Le groupement est engagé même par les actes qui dépassent son objet, à moins qu'il ne prouve que le tiers savait que l'acte dépassait cet objet ou qu'il ne pouvait l'ignorer compte tenu des circonstances, la seule publicité du contrat ne suffisant pas nécessairement à constituer cette preuve. »

Les principes généraux d’organisation & de fonctionnement

Les nullités

Toutes les sociétés commerciales Art. 337 à 339/L. SA

« La nullité d'une société ou celle d'actes ou délibérations modifiant les statuts, ne peut résulter que d'une disposition expresse de la présente loi, du caractère illicite ou contraire à l'ordre public de l'objet de la société ou de l'incapacité de tous les fondateurs. Toute clause statutaire contraire à une disposition impérative de la présente loi, dont la violation n'est pas sanctionnée par la nullité de la société, est réputée non écrite. »

« La nullité d' actes ou délibérations autres que ceux prévus à l'article 337 précédent ne peut résulter que de la violation d'une disposition impérative de la présente loi, ou de l'une des causes de nullité des contrats en général.»

« L'action en nullité est éteinte lorsque la cause de la nullité a cessé d'exister le jour où le tribunal statue sur le fond en première instance. »

(Régime identique applicable au GIE : Art. 55 à 57/L. 13-97)

Les régimes particuliers d’organisation & de fonctionnement

Les régimes particuliers d’organisation & de fonctionnement

Société anonyme Société anonyme simplifiée Société à responsabilité limitée Société en commandite par actions Société en nom collectif Société en commandite simple Société en participation Groupement d’intérêt économique

Société anonyme

Forme classique

Forme dualiste

Président DG

Comités

Techniques

(consultatifs)

dualiste Président DG Comités Techniques (consultatifs) DG Conseil d’administration AGO C A C Pdt Directoire
dualiste Président DG Comités Techniques (consultatifs) DG Conseil d’administration AGO C A C Pdt Directoire
dualiste Président DG Comités Techniques (consultatifs) DG Conseil d’administration AGO C A C Pdt Directoire

DG

dualiste Président DG Comités Techniques (consultatifs) DG Conseil d’administration AGO C A C Pdt Directoire

Conseil d’administration

Techniques (consultatifs) DG Conseil d’administration AGO C A C Pdt Directoire Directoire DGU Président et

AGO

Techniques (consultatifs) DG Conseil d’administration AGO C A C Pdt Directoire Directoire DGU Président et

C

A

C

Pdt Directoire

Directoire DGU Président et Vice Pdt Conseil de surveillance AGO AGE
Directoire
DGU
Président
et Vice Pdt
Conseil de surveillance
AGO
AGE

Société anonyme

Les membres du directoire sont nommés par le CS qui confère à l’un d’eux la qualité de président. Ils sont des personnes physiques et sont révoqués par l’AGO sur proposition du CA. Si la révocation est décidée sans juste motif, elle peut donner lieu à des dommages intérêts.

Lorsque la société a un capital inférieur à 1.500KDH, peut être désigné un DGU

Les membres du CS sont nommés par l’AGO et révoqués ad nutum par l’AGE. Le CS exerce un contrôle permanent de la gestion de la société par le directoire

Le président et vice président du CS sont chargés de convoquer le conseil et d’en diriger les débats.

Forme dualiste

Pdt Directoire Directoire DGU Président et Vice Pdt Conseil de surveillance AGO AGE 72
Pdt Directoire
Directoire
DGU
Président
et Vice Pdt
Conseil de surveillance
AGO
AGE
72

Société anonyme

Forme classique

Président DG

Comités

Techniques

anonyme Forme classique Président DG Comités Techniques DG Conseil d’administration AGO Le PDG est une personne
anonyme Forme classique Président DG Comités Techniques DG Conseil d’administration AGO Le PDG est une personne
anonyme Forme classique Président DG Comités Techniques DG Conseil d’administration AGO Le PDG est une personne

DG

anonyme Forme classique Président DG Comités Techniques DG Conseil d’administration AGO Le PDG est une personne

Conseil d’administration

DG Comités Techniques DG Conseil d’administration AGO Le PDG est une personne physique désignée et révoqué

AGO

Le PDG est une personne physique désignée et révoqué ad nutum par le CA.

Le ou les DG sont des personnes physiques désignées et révoqué par le CA sur proposition du président. Leur nomination est facultative.

La constitution des comités techniques est facultative. Ils sont désignés au sein et par le CA. Ils ont un rôle consultatif. Le CA en fixe la composition et les attributions.

Les administrateurs sont désignés et révoqués ad nutum par l’AGO. Le CA est investi des pouvoirs les plus étendus pour prendre en toutes circonstances toutes décisions tendant à la réalisation de

l’objet social.

73

étendus pour prendre en toutes circonstances toutes décisions tendant à la réalisation de l’objet social. 73

Société anonyme simplifiée

Président

Société anonyme simplifiée Président Conditions de prise des décisions L’organisation et le fonctionnement

Conditions de prise des décisions

L’organisation et le fonctionnement librement fixés par les statuts

La société doit désigner un président (personne physique ou morale) dans les statuts et, ensuite,
La société doit désigner un président
(personne physique ou morale) dans
les statuts et, ensuite, de la manière qui
y est arrêtée.
Les statuts déterminent les
décisions qui doivent être prises
collectivement par les associés,
dans les formes qu’ils prévoient.
Toutefois, les attributions
dévolues aux AGO et AGE en
matière d’augmentation, de
réduction et d’amortissement du
capital, de fusion, de scission, de
dissolution, de nomination de
CAC, des états de synthèse et de
bénéfices sont, dans les conditions
prévues par les statuts, exercées
74
collectivement par les associés.

Société à responsabilité limitée

Gérant (s) Conseil de gérance Conseil de surveillance Organes Statutaires Inopposables aux tiers Décision
Gérant (s)
Conseil de
gérance
Conseil de
surveillance
Organes
Statutaires
Inopposables
aux tiers
Décision collective / Statuts

La société doit désigner un gérant, personne physique, dans les statuts et, ensuite, de la manière qui y est arrêtée.

Les statuts peuvent prévoir des organes supplémentaires pour une meilleure gestion ou meilleur contrôle. Les pouvoirs de ces organes sont inopposables aux tiers.

En cas de SARL AU, sont dévolues à l’associé unique les attributions relevant de la collectivité des associés.

75

Société en commandite par actions

Société en commandite par actions Les commandités ont la qualité de commerçant et répondent indéfiniment et

Les commandités ont la qualité de commerçant et répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales

Gérant (s)

et solidairement des dettes sociales Gérant (s) Les commanditaires ont la qualité d’actionnaire et ne

Les commanditaires ont la qualité d’actionnaire et ne supportent les pertes qu’à concurrence de leurs apports

Les commandités

Le ou les gérants sont désignés par l’AGO des commanditaires avec l’accord de l’unanimité des commandités. Le gérant est révoqué dans les conditions arrêtées par les statuts.

L’AGO nomme, dans les conditions fixées par les statuts, un conseil de surveillance, qui ne peut comprendre aucun commandité. Le CS assume le contrôle permanent de la gestion de la société.

76

Conseil de surveillance

AG des actionnaires commanditaires

Société en nom collectif

Tous les associés sont gérants, sauf stipulation contraire des statuts, qui peuvent désigner un ou plusieurs gérants, associés ou non, ou en prévoir la désignation par un acte ultérieur

Si tous les associés sont gérants ou si un ou plusieurs gérants choisis parmi les associés sont désignés dans les statuts, la révocation de l’un d’eux de ses fonctions ne peut être décidée qu’à l’unanimité des autres associés. Cette révocation entraîne la dissolution de la société, à moins que sa continuation ne soit prévue par les statuts ou que les autres associés ne la décident à l’unanimité. Si un ou plusieurs associés sont gérants et ne sont pas désignés par les statuts, chacun d'eux peut être révoqué de ses fonctions, dans les conditions prévues par les statuts ou, à défaut, par une décision des autres associés, gérants ou non, prise à l'unanimité. Le gérant non associé peut être révoqué dans les conditions prévues par les statuts ou, à défaut, par une décision des associés prise à la majorité. Si la révocation est décidée sans juste motif, elle peut donner lieu à dommages intérêts.

Les décisions qui excèdent les pouvoirs reconnus aux gérants sont prises à l’unanimité des associés, sauf stipulations contraires des statuts.

77

Société en commandite simple

La SCS est au carrefour entre la SCA et la SNC Les associés commanditaires sont dans la situation des actionnaires, avec la différence qu’ils ne peuvent prendre des actes de gestion

+

Les associés commandités sont dans la situation des associés en nom collectif.

Groupement d’intérêt économique

Le groupement n’a pas d’existence propre

Son activité doit se rattacher à l’activité économique de ses membres

+

Il peut être créer sans capital social

+

Son but n’est pas de réaliser des bénéfices pour lui- même

Organisation et fonctionnement personnalisés La loi ne parle pas de statuts, mais de « contrat de groupement »

79

Groupement d’intérêt économique

Le contrat du groupement détermine librement l’organisation, le fonctionnement et l’administration du GIE, ainsi que les droits et obligations des membres.

IV.

LE CONTRÖLE DANS LES DIFFERENTES FORMES SOCIETAIRES

Le contrôle de la gestion

Contrôle qui porte aussi bien sur la régularité que sur l’opportunité de la gestion Conformité à la loi, aux statuts et décisions prises par les organes sociaux compétents

Le contrôle de régularité

Contrôle qui porte uniquement sur la régularité de la gestion Conformité à la loi et aux statuts

Société anonyme

Société anonyme simplifiée

Société à responsabilité limitée

Société en commandite par actions

Groupement d’intérêt économique

Société anonyme

Forme classique

Direction Générale

Direction Générale
Direction Générale
Direction Générale
Société anonyme Forme classique Direction Générale Contrôle de gestion et suivi des audits Contrôle de régularité

Contrôle de gestion et suivi des audits

Générale Contrôle de gestion et suivi des audits Contrôle de régularité de la gestion financière (art.
Générale Contrôle de gestion et suivi des audits Contrôle de régularité de la gestion financière (art.

Contrôle de régularité de la gestion financière

(art. 166 & 167)

P

E

R

M

A

N

E

N

T

Administrateurs non dirigeants

& 167) P E R M A N E N T Administrateurs non dirigeants Conseil d’administration
Conseil d’administration

Conseil d’administration

Conseil d’administration
Conseil d’administration

Approbation des comptes

+

Convention réglementées (art. 56 & 57)

des comptes + Convention réglementées (art. 56 & 57) AGO Information irrégularité (art. 169) + Contrôle
des comptes + Convention réglementées (art. 56 & 57) AGO Information irrégularité (art. 169) + Contrôle

AGO

Information irrégularité (art. 169)

+

Contrôle de détention des actions de garantie

(art. 169) + Contrôle de détention des actions de garantie Rapport (art. 142) Information : Rapports

Rapport

(art. 142)

de détention des actions de garantie Rapport (art. 142) Information : Rapports sur les comptes (art.

Information :

Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 58)

Rapports

ponctuels

Information : Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 58) Rapports ponctuels

C

A

C

84

Société anonyme

Forme dualiste

Société anonyme Forme dualiste Directoire / DGU Rapport (art. 142) Contrôle de régularité de la gestion
Société anonyme Forme dualiste Directoire / DGU Rapport (art. 142) Contrôle de régularité de la gestion
Directoire / DGU Rapport (art. 142)
Directoire / DGU
Rapport
(art. 142)
anonyme Forme dualiste Directoire / DGU Rapport (art. 142) Contrôle de régularité de la gestion financière

Contrôle de régularité de la gestion financière

(art. 166 & 167)

P

E

R

M

A

N

E

N

T

gestion financière (art. 166 & 167) P E R M A N E N T Contrôle
gestion financière (art. 166 & 167) P E R M A N E N T Contrôle

Contrôle permanent de gestion

& 167) P E R M A N E N T Contrôle permanent de gestion Information

Information irrégularité

(art. 169)

Contrôle de détention des actions de garantie

Conseil de surveillance

détention des actions de garantie Conseil de surveillance Approbation des comptes + Conventions réglementées (art.
détention des actions de garantie Conseil de surveillance Approbation des comptes + Conventions réglementées (art.

Approbation des comptes

+

Conventions réglementées (art. 95 & 96)

Rapport

(art. 104)

réglementées (art. 95 & 96) Rapport (art. 104) Information : Rapports sur les comptes (art. 175)

Information :

Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 97)

Rapports

ponctuels

: Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 97) Rapports ponctuels AGO

AGO

C

A

C

85

Société anonyme simplifiée

Président (+ autres dirigeants)

Contrôle de gestion Approbation

(+ autres dirigeants) Contrôle de gestion Approbation Contrôle de régularité de la gestion financière (art.
(+ autres dirigeants) Contrôle de gestion Approbation Contrôle de régularité de la gestion financière (art.

Contrôle de régularité de la gestion financière

(art. 166 & 167)

régularité de la gestion financière (art. 166 & 167) des comptes + Conventions Réglementées (art. 433)

des comptes

+

Conventions

Réglementées

(art. 433)

des comptes + Conventions Réglementées (art. 433) Collectivité des associés Information irrégularités

Collectivité des associés

Information irrégularités (art. 169)

des associés Information irrégularités (art. 169) Information : Rapports sur les comptes (art. 175) et sur

Information :

Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 433)

Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 433) P E R M
Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 433) P E R M

P

E

R

M

A

N

E

N

T

Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 433) P E R M

Rapports

ponctuels

C

A

C

86

Société à responsabilité limitée

Gérant Contrôle de régularité de la gestion financière P E (art. 166 & 167 /L.
Gérant
Contrôle de régularité de
la gestion financière
P
E
(art. 166 & 167 /L. SA)
R
M
A
Approbation
des comptes
Rapport
(art. 70/L. 5.96)
N
E
+
N
Conventions
T
Réglementées
Information irrégularités
(art. 169/L. SA)
(art. 64 & 65
L. 5.96)
Information :
Rapports
Collectivité
des associés
Rapports sur les comptes
(art. 175)
et sur les conventions
(art. 64/L. 5.96)
ponctuels

C

A

C

Le CAC est obligatoire pour la SARL dont le CA, à la clôture d’un exercice social, dépasse 50MDH HT.

Des associés représentant le quart du capital peuvent demander sa nomination au Pt du tribunal.

87

Société en commandite par actions

Gérant Rapport (art. 35/L 5.96) Contrôle permanent de gestion Conseil de surveillance
Gérant
Rapport
(art. 35/L 5.96)
Contrôle permanent
de gestion
Conseil de surveillance

Contrôle de régularité de la gestion financière

(art. 166 & 167)

Information irrégularité (art. 169)

+

Contrôle de détention des actions de garantie

(art. 40/L. 5.96)

de détention des actions de garantie (art. 40/L. 5.96) Approbation des comptes + Conventions réglementées (art.

Approbation des comptes

+

Conventions réglementées (art. 38/L. 5.96)

Rapport

(art. 37/L. 5.96)

réglementées (art. 38/L. 5.96) Rapport (art. 37/L. 5.96) I n f o r m a t

Information :

Rapports sur les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 38/L. 5.96)

les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 38/L. 5.96) AGO P E R M

AGO

les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 38/L. 5.96) AGO P E R M
les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 38/L. 5.96) AGO P E R M

P

E

R

M

A

N

E

N

T

les comptes (art. 175) et sur les conventions (art. 38/L. 5.96) AGO P E R M

Rapports

ponctuels

C

A

C

88

Groupement d’intérêt économique

Administrateur

Groupement d’intérêt économique Administrateur Modalités de contrôle précisées par le contrat Membres Contrôle

Modalités de contrôle précisées par le contrat

Membres

Modalités de contrôle précisées par le contrat Membres Contrôle dans les conditions applicables aux SA CAC

Contrôle dans les conditions applicables aux SA

CAC

Informations dans les conditions Applicables aux SA

SA CAC Informations dans les conditions Applicables aux SA Le contrat fixe les conditions de désignation

Le contrat fixe les conditions de désignation du CAC. Toutefois, sa désignation est obligatoire si le GIE émet des obligations (art. 39/L. 13.97)

V.

LES VALEURS MOBILIERES

Les valeurs mobilières Certificats Actions Obligations d’investissement
Les valeurs mobilières
Certificats
Actions
Obligations
d’investissement

Droits

pécuniaires

Titres représentatifs de droits indivis sur le capital de la société

Titres représentatifs de droits de créance sur la société

Droits de vote amortissement
Droits
de vote
amortissement

Droits

pécuniaires

Dividendes

Droit au remboursement de la créance

Boni de liquidation

T I T R E S

N E G O C I A B L E S

Transmissibles par tradition Peuvent faire l’objet de cotation en Bourse

91

Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières

Les valeurs mobilières

Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières
Les valeurs mobilières

Peuvent être émises par

u v e n t ê t r e é m i s e s p
u v e n t ê t r e é m i s e s p
u v e n t ê t r e é m i s e s p

Société anonyme

Société en commandite par actions

Ne peuvent être émises par

SARL

SAS

SNC

SCS

GIE Peut émettre uniquement des obligations lorsque tous ses membres peuvent émettre des titres négociables

Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles
Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles

Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles

Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles
Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles
Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles
Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles
Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles
Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles Pour la société Pour l’actionnaire Financement Investissement
Les valeurs mobilières ont trois fonctions essentielles Pour la société Pour l’actionnaire Financement Investissement
Pour la société

Pour la société

Pour la société
Pour la société
Pour l’actionnaire

Pour l’actionnaire

Pour l’actionnaire
Pour l’actionnaire
Pour l’actionnaire
Pour l’actionnaire
Pour l’actionnaire
Pour l’actionnaire
Pour l’actionnaire

Financement

Investissement

Sécurité Risque
Sécurité
Risque

Obligations

Actions

+ CI

Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres
Fonds propres
Fonds propres

Fonds propres

Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Endettement
Endettement
Endettement

Endettement

Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement
Fonds propres Endettement

Obligations

Actions

+ CI Fonds propres Endettement Obligations Actions Certificats d’investissement Rémunération réduite
+ CI Fonds propres Endettement Obligations Actions Certificats d’investissement Rémunération réduite
+ CI Fonds propres Endettement Obligations Actions Certificats d’investissement Rémunération réduite

Certificats

d’investissement

Rémunération

réduite

Meilleure Rémunération ?

Aménagement du contrôle

CI + C droit de vote

Actions à vote double

Actions à dividende Prioritaire sans droit de vote

Obligations convertibles

93

Actions à dividende prioritaire sans droit de vote Donnent droit au dividende normal au même
Actions à dividende prioritaire sans droit de vote
Donnent droit au dividende
normal au même titre
que les actions

Ne donnent pas droit de participer et de voter aux AG des actionnaires. Les titulaires se réunissent en assemblée spéciale

Donnent droit au dividende prioritaire prélevé sur le bénéfice distribuable de l’exercice avant toute autre affectation

Peuvent être créées par émission ou conversion d’anciennes actions

Ne peuvent représenter plus du ¼ du capital

Le dividende prioritaire ne peut être inférieur au 1 er dividende, le cas échéant, ni à 7,5% du montant libéré du capital représenté par les actions DPSDV.

Lorsque les dividendes prioritaires dus au titre de trois exercices n’ont pas été

intégralement versés, les titulaires des ADPSDV acquièrent proportionnellement à la quotité du capital représentée par ces actions, un droit de vote égal à celui des autres actionnaires. Le droit de vote subsiste jusqu’à l’expiration de l’exercice au cours duquel le

dividende prioritaire aura été intégralement versé.

94

Certificats d’investissement Donnent droit au dividende normal au même titre que les actions Ne donnent
Certificats d’investissement
Donnent droit au dividende
normal au même titre
que les actions
Ne donnent pas droit
de participer et de voter
aux AG des actionnaires.

CI

Certificats de droit de vote

aux AG des actionnaires. CI Certificats de droit de vote Ne peuvent représenter plus du ¼
aux AG des actionnaires. CI Certificats de droit de vote Ne peuvent représenter plus du ¼
aux AG des actionnaires. CI Certificats de droit de vote Ne peuvent représenter plus du ¼
aux AG des actionnaires. CI Certificats de droit de vote Ne peuvent représenter plus du ¼

Ne peuvent représenter plus du ¼ du capital

Peuvent être créées par émission ou fractionnement d’actions

Donnent droit de vote au sein des AG

Ne donnent pas droit au dividende

Obligations Peuvent être émises par la société ayant Peuvent être émises avec option de conversion
Obligations
Peuvent être émises
par la société ayant
Peuvent être émises
avec option de
conversion en actions
fait approuvé les
états de synthèse
des deux derniers
exercices
Ne donnent pas droit
de participer et de voter
aux AG des actionnaires.

Le capital intégralement libéré

Les obligataires d’une même émission sont réunis de plein droit pour la défense de leurs intérêts communs en une masse dotée de personnalité morale

Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou
Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou
Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou
Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou
Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou
Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou
Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou
Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou

Conditions non requises si l’émission est garantie par l’Etat ou par des titres émis et/ou garantis par lui

VI.

LA RESPONSABILITE CIVILE DES DIRIGEANTS

Conditions de la responsabilité civile

Action en responsabilité civile

Exonération de la responsabilité civile

Conditions de la responsabilité civile

Responsabilité contractuelle

Responsabilité contractuelle

Responsabilité contractuelle
Responsabilité contractuelle

Violation des statuts

Responsabilité délictuelle
Responsabilité délictuelle

Responsabilité délictuelle

Responsabilité délictuelle
Responsabilité délictuelle
Responsabilité délictuelle
Responsabilité délictuelle
Responsabilité délictuelle
Responsabilité délictuelle
Responsabilité délictuelle

Violation de la loi

Faute de gestion

délictuelle Violation de la loi Faute de gestion Conditions de droit commun Faute + préjudice +
délictuelle Violation de la loi Faute de gestion Conditions de droit commun Faute + préjudice +

Conditions de droit commun Faute + préjudice + lien de causalité

Ex. Dépassement des pouvoirs statutaires Ex. Octroi d’aval en dépassement de la valeur autorisée par le CA (art. 70/L. SA) Ex. Agir dans l’intérêt propre du dirigeant ; concurrencer la société

Conditions de la responsabilité civile

Art. 352/L. SA

« Les administrateurs, les membres du directoire ou du conseil de surveillance sont responsables, individuellement ou solidairement selon le cas, envers la société ou envers les tiers, soit des infractions aux dispositions législatives ou réglementaires applicables aux sociétés anonymes, soit des violations des statuts, soit des fautes dans leur gestion.

Si plusieurs administrateurs, membres du directoire ou du conseil de surveillance ont coopéré aux mêmes faits, le tribunal détermine la part contributive de chacun dans la réparation du dommage. »

(SARL : art. 67 & SCA : art. 41/L. 5.96)

Action en responsabilité civile

Préjudice
Préjudice
Préjudice

Préjudice

Préjudice
Préjudice
Préjudice
Préjudice
Préjudice

À l’actionnaire

À la société

civile Préjudice À l’actionnaire À la société Action Action personnelle sociale Action

Action

Action

personnelle

sociale

À la société Action Action personnelle sociale Action individuelle Toutes formes de sociétés Action
À la société Action Action personnelle sociale Action individuelle Toutes formes de sociétés Action
À la société Action Action personnelle sociale Action individuelle Toutes formes de sociétés Action
À la société Action Action personnelle sociale Action individuelle Toutes formes de sociétés Action

Action

individuelle

Toutes formes de sociétés

Action

collective

individuelle Toutes formes de sociétés Action collective SA (art. 352/L. SA) SCA (art. 41/L. 5.96) SARL

SA (art. 352/L. SA) SCA (art. 41/L. 5.96) SARL (art. 67/L. 5.96) GIE (art. 27/L. 13.97)

SA) SCA (art. 41/L. 5.96) SARL (art. 67/L. 5.96) GIE (art. 27/L. 13.97) Action individuelle Action

Action

individuelle

Action

collective

101

Exonération de la responsabilité civile

Art. 354/L. SA

« Est réputée non écrite toute clause des statuts ayant pour effet de subordonner l' exercice de l' action sociale à l'avis préalable ou à l' autorisation de l' assemblée générale, ou qui comporterait par avance renonciation à cette action. Aucune décision de l' assemblée générale ne peut avoir pour effet d' éteindre une action en responsabilité contre les administrateurs, les membres du directoire ou du conseil de surveillance pour faute commise dans l'accomplissement de leur mandat. »

(SCA : art. 41/L. 5.96 ; SARL : art. 67/L. 5.96 ; GIE : art. 27/L. 13.97)

Quitus inopérable