Vous êtes sur la page 1sur 62

TARG

SECTEUR JU

DiscretDiscret Surtout quand il s’agit Retrouvez-nous de préserver l’intérêt page 46 de ses clients Domaines
DiscretDiscret
Surtout quand il s’agit
Retrouvez-nous
de
préserver l’intérêt
page 46
de ses clients
Domaines d’activité
Les conseils de
- Crédit photo : Corbis

pour choisir

Rendez-vous sur notre site

pour nous rejoindre

en connaissance

www.allenovery.com

de cause

nous rejoindre en connaissance www.allenovery.com de cause les étapes d’une candidatu réussie BUREAUX D’ALLEN

les étapes d’une candidatu réussie

de cause les étapes d’une candidatu réussie BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES
de cause les étapes d’une candidatu réussie BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES
de cause les étapes d’une candidatu réussie BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES
de cause les étapes d’une candidatu réussie BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES
de cause les étapes d’une candidatu réussie BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES
de cause les étapes d’une candidatu réussie BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES

BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES : • ABOU DHABI • AMSTERDAM • ANVERS • ATHÈNES

• BANGKOK • BRATISLAVA • BRUXELLES • BUCAREST (BUREAU ASSOCIÉ) • BUDAPEST • DOHA • DUBAÏ • DÜSSELDORF

• FRANCFORT • HAMBOURG • HONG KONG • JAKARTA (BUREAU ASSOCIÉ) • LONDRES • LUXEMBOURG • MADRID

• MANNHEIM • MILAN • MOSCOU • MUNICH • NEW YORK • PARIS • PÉKIN • PERTH • PRAGUE • RIYAD (BUREAU

ASSOCIÉ) • ROME • SÃO PAULO • SHANGHAI • SIDNEY • SINGAPOUR • TOKYO • VARSOVIE

“Allen & Overy” signifie Allen & Overy LLP et/ou ses entités affiliées.Toute référence à un associé d’Allen & Overy LLP désigne un membre d’Allen & Overy LLP ou un consultant possédant le même statut et les mêmes qualifications.

www.targetcarrieres.fr

- Crédit photo : Corbis s

- Crédit photo : Corbis s Prêt Prêt à à tout tout Surtout quand il s’agit

PrêtPrêt àà touttout

Surtout quand il s’agit de répondre aux attentes de ses clients

quand il s’agit de répondre aux attentes de ses clients Retrouvez-nous page 46 Rendez-vous sur notre

Retrouvez-nous page 46

Rendez-vous sur notre site pour nous rejoindre

www.allenovery.com

sur notre site pour nous rejoindre www.allenovery.com BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES

BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES : • ABOU DHABI • AMSTERDAM • ANVERS • ATHÈNES

• BANGKOK • BRATISLAVA • BRUXELLES • BUCAREST (BUREAU ASSOCIÉ) • BUDAPEST • DOHA • DUBAÏ • DÜSSELDORF

• FRANCFORT • HAMBOURG • HONG KONG • JAKARTA (BUREAU ASSOCIÉ) • LONDRES • LUXEMBOURG • MADRID

• MANNHEIM • MILAN • MOSCOU • MUNICH • NEW YORK • PARIS • PÉKIN • PERTH • PRAGUE • RIYAD (BUREAU ASSOCIÉ) • ROME • SÃO PAULO • SHANGHAI • SIDNEY • SINGAPOUR • TOKYO • VARSOVIE

“Allen & Overy” signifie Allen & Overy LLP et/ou ses entités affiliées.Toute référence à un associé d’Allen & Overy LLP désigne un membre d’Allen & Overy LLP ou un consultant possédant le même statut et les mêmes qualifications.

10

e

édition

TARGET

8 e édition

2012

carrières

SECTEUR JURIDIQUE

Chaque année, 3 000 avocats prêtent serment.

Licence 3, Master 1 & 2

3 000 avocats prêtent serment. Licence 3, Master 1 & 2 Domaines d’activité pour choisir en

Domaines d’activité

pour choisir en connaissance de cause

www.targetcarrieres.fr

Les conseils des recruteurs

les étapes d’une candidature réussie

Premier emploi

les cabinets se présentent, offres de stages et d’emploi

une publication réalisée par

réussie Premier emploi les cabinets se présentent, offres de stages et d’emploi une publication réalisée par
Où vous porteront vos ambitions ? Vous êtes unique et la somme des personnalités est

Où vous porteront vos ambitions ?

Vous êtes unique et la somme des personnalités est le fondement de notre culture

Nous recrutons tout au long de l’année.

En tant que stagiaire ou collaborateur, vous serez pleinement impliqué dans les différents dossiers du cabinet et dans la relation client.

Nous accordons une importance primordiale à la formation et à l’intégration de nos stagiaires qui deviendront les collaborateurs de demain.

Un cabinet d’avocats pour un monde en évolution

Hogan Lovells est l’un des 10 premiers cabinets d’avocats au monde. Il regroupe 2 500 avocats répartis dans 44 bureaux en Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine, au Moyen-Orient et en Asie, qui assistent les entreprises, institutions financières et organismes d’État pour l’ensemble des questions juridiques auxquelles ils sont confrontés au niveau local et mondial.

Le bureau parisien de Hogan Lovells compte plus de 150 avocats qui travaillent étroitement avec leurs homologues des autres bureaux de notre réseau international.

Pour postuler, rendez-vous sur la page “carrières” de notre site www.hoganlovells.com

www.hoganlovells.com

“Hogan Lovells” ou le “Cabinet” désigne les cabinets d’avocats internationaux comprenant Hogan Lovells International LLP, Hogan Lovells US LLP, Hogan Lovells Worldwide Group (une association suisse – “Swiss Verein”), et leurs entreprises affiliées, dont chacune constitue une personne morale distincte. Hogan Lovells International LLP est une société à responsabilité limitée immatriculée en Angleterre et au Pays de Galles sous le numéro OC323639. Siège social et établissement principal : Atlantic House, Holborn Viaduct, Londres EC1A 2FG. Hogan Lovells US LLP est une société à responsabilité limitée immatriculée dans le District de Columbia. Le mot “associé” désigne un membre d’Hogan Lovells International LLP, un associé d’Hogan Lovells US LLP, ou un salarié ou consultant ayant des compétences et un statut équivalents, ou un associé, membre, salarié ou consultant dans l’une ou l’autre des entreprises affiliées bénéficiant d’un statut équivalent. Des classements et cotes provenant d’annuaires juridiques et autres sources peuvent faire référence aux anciens cabinets Hogan & Hartson LLP et Lovells LLP. Lorsque des études de cas sont reprises, les résultats obtenus ne constituent pas une garantie de résultats similaires pour les autres clients. Notification pour l’État de New York : Publicité d’avocats.

© Hogan Lovells 2011. Tous droits réservés. 7765_EUn_0711

édito Le numéro de TARGETcarrières que vous venez d’ouvrir est une pépite. Il condense, à

édito

édito Le numéro de TARGETcarrières que vous venez d’ouvrir est une pépite. Il condense, à votre

Le numéro de TARGETcarrières

que vous venez d’ouvrir est une pépite.

Il condense, à votre profit, des dizaines et des dizaines d’années d’ex- périences cumulées. Celles de vos futurs recruteurs : nous les avons interrogés tout récemment afin de vous livrer les conseils les plus actualisés possible. Celles de jeunes diplômés qui étaient encore dans votre situation voici peu, et qui sont passés de l’autre côté de la bar- rière. Nous les avons tous interrogés avec un seul objectif : vous rendre service en vous aidant à mieux comprendre, le plus concrè- tement possible, ce que le marché de l’emploi attend. Et en leur fixant une seule règle : dire la grandeur des différentes carrières qui s’offrent à vous, mais n’en jamais masquer les servitudes. Ils s’y sont tenus. Ne manquez pas non plus notre enquête sur la « génération Y » (page 16), la vôtre. Elle reflète des préoccupations largement partagées par les recruteurs dans votre secteur ; ils s’en sont émus auprès de nous. Bonne lecture. Et surtout : bonne recherche d’emploi !

ERIC GARAULT
ERIC GARAULT

Emmanuel Davidenkoff Directeur de la rédaction

edavidenkoff@letudiant.fr

twitter.com/davidenkoff

Index des contributeurs éditoriaux

Allen & Overy LLP Jean-Christophe Dirajlal Valérie Serin Alexandre Rudoni

Chambre des Notaires de Paris, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne Emmanuel Delouis Jean-Albert Séïté

Clifford Chance Europe LLP Corinne Duvnjak Arnaud Félix

CMS Bureau Francis Lefebvre Bruno Zabala

page 14

page 21

page 44

page 28

page 43

page 12

page 36

page 27

Grégory Benteux et Alexandre Bordenave

page 42

Elvinger, Hoss & Prussen Mathilde Lattard

page 27

Franz Fayot

page 39

Gide Loyrette Nouel A.A.R.P.I. Véronique Mervoyer

page 14

Guillaume Rougier-Brierre

page 21

Arnaud Lunel

page 28

Hogan Lovells

Delphine Lapillonne

page 13

Baptiste Gelpi

page 37

KPMG Luxembourg

Stéphanie Damgé

page 20

Louis Thomas

page 38

Linklaters LLP Thierry Riguet

page 20

Nicolas Zacharie et Pierre Zelenko

page 32

Norton Rose LLP Stéphane Sabatier

page 21

Marc d’Haultfoeuille

page 35

Proskauer Mireille Dany

page 28

Béatrice Pola et Yasmine Tarasewicz

page 34

Taj

Thomas Leloup

page 13

Sophie Blégent-Delapille

page 40

Ce guide est disponible dans les écoles et les universités suivantes. Il est également diffusé gratuitement dans des forums de recrutements spécialisés.

CENTRES DE FORMATION

CFPA Bordeaux

CFPA Lille

CFPA Marseille

CFPA Montpellier

CFPA Paris

CFPA Poitiers

CFPA Rennes

CFPA Strasbourg

CFPA Toulouse

CFPA Versailles

CFPA Villeurbanne

ÉCOLES

Audencia Nantes - École de management Bordeaux École de management EDHEC Paris EDHEC Lille EDHEC Nice EFB Évry EFB Bobigny EM Lyon ESC Lille ESC Rouen ESC Toulouse ESCP-EAP ESSEC Grenoble EM HEC HEC - Université de Lausanne IAE d’Aix-en-Provence

IAE de Paris IEP de Bordeaux IEP Sciences po Paris Reims Management School Collège d’Europe (Bruges)

UNIVERSITÉS

Université Aix-Marseille 3-Paul-Cézanne Université catholique de Lille Université d’Amiens (UPJV) Université d’Angers Université d’Auvergne-Clermont-Ferrand 1 Université de Bourgogne Université de Franche-Comté Université de Grenoble-Pierre-Mendès-France Université de Lausanne Université de Limoges Université Lyon 3-Jean-Moulin Université Montpellier 1 Université de Nantes Université de Nice-Sophia-Antipolis Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (plusieurs points) Université de Poitiers Université de Reims-Champagne-Ardenne Université de Rennes Université de Rouen Université de Saint-Étienne-Jean-Monnet Université de Savoie Université de Strasbourg-Robert-Schuman Université Toulouse 1

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis Université d’Orléans Université du Havre Université du Littoral-Côte-d’Opale Université du Luxembourg Université du Maine Université du Sud-Toulon-Var Université d’Évry-Val-d’Essonnne Universite de La Rochelle Université Lumière-Lyon 2 Université Montesquieu-Bordeaux 4 Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis Université Paris-Sud 11 Université Dauphine Université de Créteil (Paris 12) Droit Université Paris 2-Panthéon-Assas (plusieurs points) Université Paris 5-Descartes Université Paris 10-Nanterre Université Paris 13-Nord Université de Pau et des Pays de l’Adour DJCE - IEJ Caen - Université de Caen DJCE - IEJ Nancy DJCE Cergy DJCE Lyon DJCE Montpellier DJCE Paris 2 DJCE Poitiers DJCE Rennes DJCE Strasbourg DJCE Toulouse CEIPI Strasbourg

Merci à toutes les associations,écoles et universités qui nous accueillent sur leurs forums de recrutement tout au long de l’année

sur leurs forums de recrutement tout au long de l’année P HOTO COUVERTURE : I A

PHOTO COUVERTURE :

IAN HANNING/REA

Le guide TARGET carrières – Secteur Juridique Publié par l’Etudiant, 23, rue de Châteaudun, 75308 Paris cedex 09, tél. 01.75.55.40.40,

www. letudiant.fr Société éditrice : Groupe Express-Roularta. SA de 7 150 050 . Siège social : 29, rue de Châteaudun, 75009 Paris, tél. 01.75.55.10.00. RCS 552 018 681 Paris Conseil d’administration : Rik de Nolf (président), Francis Balle (vice-président), Philippe Bidalon, Jean-Antoine Bouchez, Xavier Bouckaert, Maxime de Jenlis, Jan Staelens, baron Hugo Vandamme Président-directeur géné- ral : Rik de Nolf Directeurs généraux délégués : Corinne Pitavy, Christophe Barbier Principal actionnaire : Roularta Media France

Directeur de la publication : Rik de Nolf Directeur du Pôle Media spécialisés/Directeur de l’Etudiant : Jean Weiss Directrice dé-

léguée : Chrystèle Mercier Directeur de la rédaction : Emmanuel Davidenkoff. Responsable éditoriale : Maëlla Ruellan. Coordination éditoriale :

Céline Manceau, Marie-Anne Nourry. Ont collaboré à ce numéro : Sandrine Chesnel, Séverine Tavennec, Emmanuel Vaillant, Guillaume Verney- Carron Rédacteur en chef technique : Jean-François Laroche. Secrétaires de rédaction : Claire Bayle, Marie Léon Directrice artistique :

Évelyne Voillaume. Conception graphique : Isabelle Glomaud. Rédactrice graphiste : Isabelle Pons. Rédactrice iconographe : Gertrude O’Byrne

Directrice commerciale : Chrystèle Mercier. Directeurs commerciaux adjoints : Sébastien Mercier, Camille Rabehanta, Marie Valade. Respon-

sable marché emploi : Béatrice Tissier. Responsable produit : Béatrice Tissier Trafic technique : Nafhate Ibrahima Exécution : Sylvie Joly, Catherine Schlesinger, Pascal Vinette Chef de fabrication : Pierre Martinelli Impression, façonnage : Jomagar (Espagne) ISSN : 1744-4837

© l’Etudiant, septembre 2011 Remerciements : nous tenons à remercier toutes les personnes (étudiants, diplômés, employeurs) qui ont

contribué aux articles, ainsi que les annonceurs qui soutiennent financièrement ce projet.

4 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

sommaire

Débuter et faire carrière

Comment débuter dans le droit

page

10

Ils vous décrivent leurs premiers pas

professionnels

page

12

Premier emploi : les faux pas de la génération Y

page

16

Se tailler une bonne réputation en ligne

page

18

Ce que veulent les recruteurs

page

20

18 ■ Ce que veulent les recruteurs page 20 ■ Bâtir un CV percutant page 22

Bâtir un CV percutant

page

22

Soigner une lettre de candidature spontanée

page

24

Réussir ses entretiens d’embauche

page

26

Les seniors partagent leur expérience page 27

26 ■ Les seniors partagent leur expérience page 27 Domaines d’activités à la loupe ■ Droit

Domaines d’activités à la loupe

Droit de la concurrence

page

32

Droit social

page

34

Technologies et médias

page

35

Fusions et acquisitions

page

36

Marchés des capitaux

page

37

Conseil fiscal

page

38

capitaux page 37 ■ Conseil fiscal page 38 ■ Droit des affaires au Luxembourg page 39

Droit des affaires au Luxembourg

page

39

Stratégie fiscale

page

40

Droit des financements

page

42

Notariat

page

43

Propriété intellectuelle

page

44

Profils des recruteurs

Allen & Overy LLP

page

46

Clifford Chance

page

48

CMS Bureau Francis Lefebvre

page

50

Elvinger, Hoss & Prussen

page

51

Gide Loyrette Nouel AARPI

page

52

Hogan Lovells

page

53

KPMG in Luxembourg

page

54

Linklaters LLP

page

55

Norton Rose LLP

page

56

Proskauer

page

57

Taj

page

58

L ACTU DU SECTEUR

Avocat d’affaires… un métier qui fait rêver !

LOUIS VOGEL, président de l’université Panthéon-Assas.
LOUIS VOGEL,
président de
l’université
Panthéon-Assas.

D ans l’imaginaire des étudiants, le lawyer est davantage rattaché au droit des affaires qu’au

droit de la famille. C’est un peu l’équivalent du trader ! Les grands cabinets anglo-saxons et le Barreau de NewYork font rêver les futurs avocats. Or, le chemin pour devenir avocat d’affaires est semé d’embûches et requiert de la persévérance. Les cabinets d’affaires attendent de la part de leurs collaborateurs qu’ils soient titulaires du CAPA et aient effectué un excellent cursus en droit, com- plété par une formation en école de commerce, IEP ou par un LL.M (Master of Laws). Un tel parcours est devenu une norme. Pourtant, multiplier les diplômes n’est ni une obligation, ni le gage d’être sélectionné. Un employeur sera plus impressionné par un candidat qui a obtenu un seul diplôme avec mention bien ou très bien dans une excellente université que par un candidat qui a accumulé les diplômes sans jamais être distingué.

Pourquoi une telle exigence ?

Pendant longtemps, les facultés de droit ont dis- pensé des enseignements exclusivement juri- diques, dans un cadre national. Les cabinets – à dominante internationale – ont donc imposé à leurs futurs collaborateurs de compléter un cursus qu’ils jugeaient insuffisant. Cette tendance a été interprétée par les facultés françaises comme un signal d’alarme, et elles s’attachent depuis à élargir leurs enseignements à la gestion ou encore à la finance, et à dispenser des cours de droit en anglais, dès la licence. Les cabinets d’affaires pren- nent progressivement conscience que les étudiants d’une université comme Panthéon-Assas bénéfi- cient d’une formation très complète, éventuelle- ment en partenariat avec une université étrangère ou une grande école de commerce. Par ailleurs, outre l’aspect formation, les employeurs apprécient les diplômés d’écoles de commerce pour le réseau qu’ils peuvent leur apporter. Les universités ont compris l’importance de ces réseaux d’anciens et commencent à mettre en place leurs propres annuaires.Vaste programme !

Choix du cabinet : une question d’image

En France, un tiers des cabinets sont anglo-saxons, un tiers sont des filiales juridiques d’auditeurs et le tiers restant (en baisse chaque année) sont français.

6 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

Il est donc possible d’exercer la profession d’avo- cat dans des cadres très différents.Tous les cabinets produisent des images qui sont le fruit de l’am- biance qui y règne, des méthodes de travail qu’ils emploient et des stratégies qu’ils ont adoptées. Aujourd’hui, les jeunes avocats recherchent des ambiances et attachent de l’importance à la qua- lité des conditions de travail. Le cabinet est-il recherché, effectue-t-il ou non des recrutements

? Ils ne se fondent plus,

latéraux, de l’« abattage »

comme c’était le cas il y a quelques années, seule- ment sur la rémunération. Les nouveaux compor- tements semblent plus sophistiqués. Les jeunes privilégient davantage la qualité et la valorisation par le travail, et recherchent un équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle.

Le duo gagnant

On peut faire du droit des affaires sans être stressé et sans être obligé de travailler le week-end. Un bon avocat ne sera pas jugé sur la quantité de son travail mais sur la qualité. Face aux Anglo-Saxons, les avo- cats français présentent une qualité essentielle : l’in- ventivité. Bricoleurs, ils sont capables de trouver des solutions que les autres ne trouveront jamais. L’idéal est de conserver ce côté inventif, qui sort un peu des ornières, et d’y ajouter l’organisation anglo- saxonne. L’avocat qui parvient à réaliser cette com- binaison s’ouvre à une carrière des plus admirables.

La crise, toujours présente

Certains domaines du droit, tels que les fusions- acquisitions, ont beaucoup souffert de la crise financière. A contrario, d’autres domaines, parfois moins connus, tels que le droit public écono- mique et le droit du développement durable, pré- sentent de réelles opportunités. Il est préférable d’éviter de s’orienter vers les domaines « classiques » qui croulent sous les can- didatures. À titre d’exemple, le droit de la concur- rence arrive à saturation et présente peu de débouchés. Pour apprendre à sentir le marché et repérer les opportunités sous-jacentes, il est recommandé de multiplier les stages, de se rendre sur les job fairs pour se renseigner sur ce qu’atten- dent les cabinets et les entreprises, et de se tenir informé des évolutions en lisant la presse.

et de se tenir informé des évolutions en lisant la presse. © P ROPOS RECUEILLIS PAR

©

et de se tenir informé des évolutions en lisant la presse. © P ROPOS RECUEILLIS PAR

PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE-ANNE NOURRY

Conseil

Conseil Expertise Défense Notre cabinet est spécialisé en stratégies fiscales et juridiques. Nos équipes

Expertise

Défense

Conseil Expertise Défense Notre cabinet est spécialisé en stratégies fiscales et juridiques. Nos équipes

Notre cabinet est spécialisé en stratégies fiscales et juridiques.

Nos équipes d’avocats fiscalistes et juristes conseillent les entreprises en anticipant et en maîtrisant l’ensemble des enjeux auxquels elles se trouvent confrontées, tout en améliorant les performances de leurs activités, grâce à des solutions innovantes, globales et opérationnelles.

Taj est membre de Deloitte Touche Tohmatsu et à ce titre accompagne ses clients mondialement grâce à l’expertise des 25 000 fiscalistes de Deloitte.

BORDEAUX 19, boulevard Alfred Daney BP 80105 33041 Bordeaux cedex Tel : 05 57 19 51 00 Fax : 05 57 19 51 01

LILLE 83, rue de Luxembourg 59777 Euralille Tel : 03 20 14 94 20 Fax : 03 20 14 94 29

LYON Immeuble « Park Avenue »

81, boulevard de Stalingrad BP 41262

69608 Villeurbanne cedex

Tel : 04 72 43 37 85 Fax : 04 72 43 39 94

MARSEILLE

10, place de la Joliette Les Docks – Atrium 10.4 BP 62544

13567 Marseille cedex 02

Tel : 04 91 59 84 75 Fax : 04 91 59 84 79

TOURS 19, rue Edouard Vaillant BP 4314 37043 Tours cedex 1 Tel : 02 47 60 88 40 Fax : 02 47 60 88 41

Tours cedex 1 Tel : 02 47 60 88 40 Fax : 02 47 60 88

Société d’Avocats inscrite au Barreau des Hauts de Seine

181, avenue Charles de Gaulle 92524 Neuilly-sur-Seine Tel : 01 40 88 22 50 Fax : 01 40 88 22 17

www.taj.fr

www.taj-strategie.fr

Member of Deloitte Touche Tohmatsu Limited

Débuter et faire carrière ■ Comment débuter dans le droit page 10 ■ Ils vous

Débuter et faire carrière

Comment débuter dans le droit

page 10

Ils vous décrivent leurs premiers pas professionnels

page 12

Premier emploi : les faux pas de la génération Y

page 16

Comment se tailler une bonne réputation en ligne

page 18

Ce que veulent les recruteurs

page 20

Bâtir un CV percutant

page 22

Soigner sa lettre de candidature spontanée

page 24

Réussir ses entretiens d’embauche

page 26

Les seniors partagent leur expérience

page 27

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Comment débuter dans le droit

Les métiers du droit sont plutôt rémunérateurs. En contrepartie, les entreprises ou les cabinets sont exigeants sur les profils, privilégiant les parcours cohérents (de niveau master au minimum), avec éventuellement une expérience à l’international.

avec éventuellement une expérience à l’international. Ne choisissez pas votre sujet de mémoire de droit au

Ne choisissez pas votre sujet de mémoire de droit au hasard. Optez pour une problématique qui intéresse les recruteurs (photo : bibliothèque universitaire de Paris 2).

Salons de @ recrutement : comment se démarquer des autres candidats ? Réponses dans la
Salons de
@
recrutement :
comment se
démarquer des
autres candidats ?
Réponses dans la
rubrique « Premier
emploi ».

A mbiance feutrée dans les couloirs du palais Brongniart, ce 10 mars 2011, pour la troi-

sième édition de la Job Fair d’Assas. Plus de sept cents étudiants en droit, venus de toute la France, se pressent pour rencontrer de futurs employeurs. Dans les allées, tenue sobre exigée, le noir et blanc domine, chez les garçons, comme chez les filles, sans oublier les talons pour ces dernières.

sésame pour entrer dans un cabinet d’avocats d’af- faires, « c’est de viser la plus haute diplômation possible, doublée d’une expérience à l’internatio- nal », confirme Denis Simon, responsable relations entreprises et carrières à la faculté libre de droit de Lille.

Optez pour un bon master

Un discours qui sonne bien aux oreilles des

un bon master Un discours qui sonne bien aux oreilles des C’est que tous jouent là

C’est que tous jouent là leur avenir, espérant décrocher un stage ou un premier emploi dans un cabinet d’avocats réputé ou dans une grande entreprise. Pour séduire les recruteurs, les étu- diants sont tous armés de CV plus remplis les uns que les autres malgré leur jeune âge. À l’instar de celui de Thomas.Après avoir décroché un M2 de droit public, cet ancien élève de prépa a rempilé dans un M2 de droit européen tout en suivant des cours à l’ESSEC sous le statut d’apprenti chez Sanofi : « Pour faire la différence avec les autres candidats, il faut être excellent », assure-t-il. Le

recruteurs des grands cabinets d’avocats d’affaires, en quête de doubles cursus, école de commerce et master de droit. Mais attention, pas n’importe quel master.Tous ne se valent pas ! « Mieux vaut opter pour un master connu et reconnu plutôt que pour un master – même de qualité – qui vient d’être créé par un jeune prof », poursuit Thomas. Par exemple, si vous souhaitez travailler dans le domaine de la propriété industrielle, visez le M2 droit et administration de l’audiovisuel (de Paris 1 conjointement avec Paris 11) ou encore le M2 droit de la propriété littéraire, artistique et

10 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

industrielle (de Paris 1). Comment repérer les masters qui ont la cote sur le marché du travail ? Très souvent, les enseignants des cursus prisés entretiennent des liens étroits avec les profession- nels. Misez aussi sur votre mémoire, ne choisissez pas son sujet par hasard. Lors des salons, question- nez les cabinets sur leurs problématiques du moment pour en traiter une qui vous intéresse. Au moment de chercher un stage ou un premier poste, vous pourrez faire figurer votre sujet d’études dans votre CV. C’est un moyen simple et efficace de vous différencier de vos camarades de promo !

Rentabilisez vos stages

Mais un bon master ne se suffit pas à lui-même. Il faut le compléter par des stages qui, soit approfon- diront votre spécialisation dans un domaine du droit, soit ajouteront une spécialité à côté du droit (la santé ou l’énergie, par exemple). Et même si vous ne voulez pas devenir avocat, il est toujours conseillé d’effectuer un stage dans un cabinet, car les professions du droit (juristes, notaires…) travail- lent pratiquement toujours avec des avocats. Les stages sont de toute façon incontournables car ils sont très souvent la première porte d’entrée vers un contrat de travail. Donc pas question de stages « photocopies » ! « Nos stages durent au minimum trois mois et nos juristes, ayant beaucoup de travail, n’hésitent pas à déléguer aux stagiaires quand ils ont une urgence », indique Jean-François Guille- min, secrétaire général du Groupe Bouygues. Chez Hogan Lovells, où environ 60 stagiaires sont recrutés chaque année dont une quinzaine d’entre eux restent ensuite comme collaborateurs, les cri- tères de recrutement pour un stage ou un premier emploi sont généralement identiques. Le diplôme compte d’abord, puis les expériences à l’étranger. Ensuite, il faudra passer deux ou trois entretiens. Et pour faire le tri parmi les très bons candidats, c’est finalement sur leur curiosité intellectuelle que les grands cabinets d’avocats vont les départa- ger. « Un jeune qui n’est pas au courant de l’ac- tualité du cabinet, c’est impardonnable », souligne un responsable de recrutement. Les recruteurs apprécient aussi que vous soyez immédiatement opérationnels et passionnés par le droit. « Quand je reçois un jeune diplômé qui me dit vouloir évoluer vers la communication ou les ressources humaines, je ne le recrute pas. Être juriste doit être une vocation », soutient Jean-François Guillemin.

Construisez votre réseau

Pour décrocher un stage ou un premier emploi, la lettre de candidature spontanée n’est pas forcé- ment la méthode la plus efficace. L’anonymat

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

e n bref

en bref

e n bref CHOISISSEZ VOS MATIÈRES AVEC SOIN Ne choisissez pas forcément vos matières optionnelles par
e n bref CHOISISSEZ VOS MATIÈRES AVEC SOIN Ne choisissez pas forcément vos matières optionnelles par
e n bref CHOISISSEZ VOS MATIÈRES AVEC SOIN Ne choisissez pas forcément vos matières optionnelles par
e n bref CHOISISSEZ VOS MATIÈRES AVEC SOIN Ne choisissez pas forcément vos matières optionnelles par

CHOISISSEZ VOS MATIÈRES AVEC SOIN Ne choisissez pas forcément vos matières optionnelles par affinités, mais plutôt en fonction de votre projet professionnel. Faites de la comptabilité si vous envisagez d’être fiscaliste, du droit des sociétés pour devenir avocat d’affaires, ou du droit de la famille si vous visez une carrière de notaire. Vous commencerez à vous spécialiser rapidement, et surtout à faire connaissance avec des enseignants qui ont des contacts avec vos futurs employeurs.

rapidement, et surtout à faire connaissance avec des enseignants qui ont des contacts avec vos futurs

jouera plutôt en votre défaveur dans un milieu où tout le monde se connaît plus ou moins. La pre- mière prise de contact avec les professionnels qui vous intéressent doit se faire via les forums de recrutement. Il faut impérativement fréquenter les salons même si vous ne cherchez pas de stage, c’est le meilleur endroit pour discuter de manière décontractée et tisser des liens. Attention, munis- sez-vous toutefois d’un CV et demandez des conseils aux professionnels sur les cursus recher- chés dans leur cabinet et sur les M2 qu’ils privilé- gient. Quand vous les rappellerez pour un stage ou un emploi, ils se souviendront de vous. « Si j’ai déjà rencontré un candidat lors d’un salon et qu’il me rappelle ensuite, je sais qu’il est très motivé », relève un avocat d’affaires.

Sortez du lot !

Un bon diplôme, un réseau, il ne vous manque plus qu’un CV qui sorte du lot pour séduire définitivement les recruteurs… Comment ? Via vos centres d’intérêt.Thomas, là encore, est for- mel : « Si vous lisez beaucoup, n’écrivez pas “amateur de littérature” sur votre CV, mais “ama- teur de littérature nordique des années 30”. » Soyez précis pour susciter la curiosité des recru- teurs sur votre personnalité. Si vous avez une expérience associative, dans l’humanitaire notam- ment, elle peut aussi faire la différence en votre faveur. « C’est bien de montrer que l’on est cou- rageux et prêt à s’investir sans compter ses heures, car, dans les métiers du droit, la charge de travail et les responsabilités sont importantes », prévient Denis Simon.

responsabilités sont importantes », prévient Denis Simon. © C ÉLINE M ANCEAU ANTONIN LÉVY, AVOCAT À

©

sont importantes », prévient Denis Simon. © C ÉLINE M ANCEAU ANTONIN LÉVY, AVOCAT À LA

CÉLINE MANCEAU

importantes », prévient Denis Simon. © C ÉLINE M ANCEAU ANTONIN LÉVY, AVOCAT À LA COUR

ANTONIN LÉVY, AVOCAT À LA COUR

« La première qualité pour devenir avocat, c’est sans doute la rigueur. L’avocat traite beaucoup de dossiers à la fois, pour plusieurs clients, souvent dans des matières extrêmement variées. Il faut donc savoir gérer son agenda : le droit est une matière dans laquelle il y a des délais très stricts dont le dépassement a souvent des conséquences qui peuvent être terribles. La deuxième qualité, c’est ne jamais se reposer sur ses acquis, le droit étant constamment mouvant. Lorsqu’on est diplômé, on a un droit dans une situation, cinq ans après il a une situation qui est totalement autre. Et évidemment, peut-être la dernière des qualités, c’est celle d’être assez pugnace, qu’on le fasse sous la forme du conseil ou sous la forme du contentieux, on a souvent, en face de soi, des personnes qui ont des intérêts divergents des gens qu’on défend et la première des qualités qu’on attend d’un avocat, c’est de défendre au mieux son client. »

Retrouvez l’intégralité du témoignage d’Antonin Lévy en vidéo sur letudiant.fr.

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Ils vous décrivent leurs premiers pas professionnels

Récemment insérés dans la vie active, de jeunes professionnels vous racontent leur intégration. Comment se passe leur travail au quotidien ? Qu’est-ce qui les passionne ? Quelles sont les clés de leur réussite ? Sans édulcorer la réalité, ils confient ce qui constitue les avantages et les contraintes de leur profession.

les avantages et les contraintes de leur profession. Travailler dans un contexte international CORINNE DUVNJAK,

Travailler dans un contexte international

leur profession. Travailler dans un contexte international CORINNE DUVNJAK, avocate chez CLIFFORD CHANCE. Diplômée
leur profession. Travailler dans un contexte international CORINNE DUVNJAK, avocate chez CLIFFORD CHANCE. Diplômée

CORINNE DUVNJAK, avocate chez CLIFFORD CHANCE. Diplômée d’un MBA de l’American University — Kogod School of Business (2007), d’un LL.M. International Business Law de l’American University - Washington College of Law (2006), et d’un master 2 bilingue des droits de l’Europe de Paris 10 (2006). Membre des barreaux de New York et Paris.

Après des études de droit en France et aux États- Unis, puis un MBA, j’ai effectué plusieurs stages dont un d’une durée de quatre mois chez Clifford Chance. Durant l’année 2008, j’ai intégré son équipe Finance & Capital Markets. Aujourd’hui, mon activité professionnelle se concentre principalement sur les projets d’infra- structures et d’énergie (y compris les énergies renouvelables) en France et à l’étranger. J’inter- viens sur la rédaction et sur la négociation de contrats commerciaux ou de financement (crédit, sûretés), dans le cadre de financement de projets ou d’acquisitions. De plus, je suis amenée à travail- ler autant avec des avocats de Paris qu’avec ceux des autres bureaux du cabinet mondial. Ce qui me permet de découvrir des horizons et des méthodes de travail très différents.

Des dossiers passionnants

Mes dossiers sont complexes, souvent multijuri- dictionnels, ce qui les rend passionnants. Ils me conduisent à travailler avec des conseils locaux en Afrique et à coordonner avec eux le suivi du pro- jet. J’apprécie également de nouer des relations de travail avec les clients et d’apprendre à faire preuve

12 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

d’une vraie souplesse dans les échanges. En effet, le métier d’avocat demande véritablement une grande disponibilité. Le client n’attend pas !

Une famille de juristes

Mes principales influences ont été familiales. Issue d’une famille de juristes aux États-Unis, j’ai été rapidement exposée au monde du droit. Mais c’est grâce à la rencontre avec des professeurs captivants que j’ai décidé ensuite d’orienter mon choix vers le droit financier. Pour être un bon avocat, je pense qu’il faut savoir faire preuve de rigueur et d’ouverture d’esprit. La curiosité intellectuelle et un peu d’humilité dans l’apprentissage sont également nécessaires.

Trouvez votre mentor !

Je crois qu’il est essentiel de trouver un mentor, quelqu’un en qui vous avez confiance et qui pourra vous guider dans vos choix de carrière. Il faut aussi savoir saisir les opportunités qui s’offrent à vous. Ainsi, j’ai eu la possibilité d’effectuer un détachement de six mois chez un client. C’était une expérience très enrichissante. Enfin, il convient d’éviter de se spécialiser trop tôt, pour garder une vision globale du métier.

enrichissante. Enfin, il convient d’éviter de se spécialiser trop tôt, pour garder une vision globale du

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Acquérir un bon niveau en anglais

ET FAIRE CARRIÈRE ■ Acquérir un bon niveau en anglais DELPHINE LAPILLONNE, juriste chez HOGAN LOVELLS
ET FAIRE CARRIÈRE ■ Acquérir un bon niveau en anglais DELPHINE LAPILLONNE, juriste chez HOGAN LOVELLS

DELPHINE LAPILLONNE, juriste chez HOGAN LOVELLS (Paris) LLP. CAPA et ESSEC en cours (diplômée fin 2011), master 2 en droit international privé et droit du commerce international (2010), maîtrise en droit (2007) à Paris 1 et LLB à King’s College London (2005).

Après une première expérience fin 2008 dans le département contentieux de Hogan Lovells, je suis revenue en alternance avec les cours de l’EFB en 2010. J’ai alors reçu une proposition d’embauche que j’ai acceptée sans hésitation, heureuse de rejoindre une équipe que j’appréciais et qui m’intéressait par sa spécialisation en respon- sabilité du fait des produits. J’ai toujours aimé démontrer et argumenter. Je me suis donc naturellement tournée vers le droit dès le début de mes études. J’ai choisi ensuite de m’orienter vers le contentieux lors de mon pre- mier stage chez Hogan Lovells. C’est d’ailleurs là que j’ai compris que je souhaitais travailler dans un cabinet d’envergure internationale, qui me permettrait d’utiliser mes connaissances en anglais et d’aborder des problématiques de droit interna- tional privé. Cette matière m’avait en effet beaucoup plu lors de ma maîtrise, ce qui m’avait d’ailleurs conduite à préparer un master 2 dans ce domaine.

Développer une expertise

Je suis actuellement juriste dans l’attente de prêter serment fin 2011. J’assiste des clients dans de

nombreux dossiers de contentieux relatifs à l’amiante et participe à la rédaction de plusieurs articles sur le sujet. Je travaille aussi sur des dossiers de contentieux commercial dans des domaines plus variés. Cela me permet de développer une expertise et de maîtriser un sujet de manière pointue tout en gardant une part de diversité dans mon travail.

Se montrer créatif

Ce métier donne l’opportunité de travailler sur des dossiers passionnants, de se montrer créatif et d’aborder des domaines qui ne sont pas uniquement juridiques puisqu’il est nécessaire d’acquérir une bonne connaissance du dossier et notamment de ses aspects techniques. Dans une équipe spécialisée en product liability, il est en effet toujours nécessaire de comprendre les carac- téristiques et le fonctionnement du produit au cœur du litige. Il faut cependant être prêt à ne pas compter ses heures et à affronter les urgences.

Mes conseils

Explorer toutes les pistes s’offrant à vous (stages, école de commerce, année à l’étranger) et acqué- rir un bon niveau d’anglais.

à l’étranger) et acqué- rir un bon niveau d’anglais. Conserver un panel d’opportunités assez large THOMAS

Conserver un panel d’opportunités assez large

Conserver un panel d’opportunités assez large THOMAS LELOUP, avocat chez Taj, société d’avocats
Conserver un panel d’opportunités assez large THOMAS LELOUP, avocat chez Taj, société d’avocats

THOMAS LELOUP, avocat chez Taj, société d’avocats membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Diplômé du CAPA, d’un master 2 en droit fiscal, université de Dijon (2007), et d’un master 2 juriste d’affaires européen, à l’université de Nancy 2 (2006).

Après l’obtention du M2 juriste d’affaires euro- péen, je me suis spécialisé en droit fiscal au cours d’un second M2, tout en préparant en parallèle mon examen d’entrée à l’école d’avocats. Je voulais conserver un panel d’opportunités assez large, tout en me dirigeant vers un métier de conseil, mêlant à la fois le droit, la finance et la stratégie d’entreprise. Ce qui était certain : je ne souhaitais pas m’orienter vers un domaine purement juridique. Les stages effectués au sein de différents cabinets d’affaires m’ont conforté dans ce choix, et j’ai intégré le département fiscal du cabinet Taj il y a deux ans.

Un quotidien toujours varié

Mes principales missions consistent à conseiller des sociétés dans le cadre d’acquisitions, que ce soit dans l’étude des risques fiscaux ou dans leur structuration, et à épauler nos clients dans leurs problématiques fiscales quotidiennes et leur objectif d’optimisation fiscale et financière. Plus précisément, mon travail en tant que junior s’étend de la simple recherche technique à la rédaction, très majoritairement en anglais, de

mémorandums et de rapports d’expertise fiscale. L’autonomie s’acquiert naturellement au fil des missions en charge. Par ailleurs, les dossiers sont traités pour leur grande partie en équipe, ce qui est particulièrement formateur et rassurant lorsqu’on débute. Une chose à ne pas oublier : ce métier nécessite un fort investissement personnel et est caractérisé par un rythme très soutenu. Cette particularité est déjà connue de tous, bien avant même de rejoin- dre la profession, mais c’est une réalité dont il faut être vraiment conscient afin de pouvoir l’appré- hender au mieux.

Restez ouvert d’esprit

Lors des premières années d’exercice, il est impor- tant d’acquérir une vision vaste et globale de son domaine de compétence, sans se focaliser sur les sujets précis et techniques étudiés au quotidien. Restez attentif aux autres domaines proches de votre spécialisation, et au droit des affaires en général. Cela vous permettra d’être plus pertinent, plus réactif, et surtout de développer plus rapide- ment votre propre opinion.

et surtout de développer plus rapide- ment votre propre opinion. TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Veiller à ne pas s’éparpiller

ET FAIRE CARRIÈRE Veiller à ne pas s’éparpiller VÉRONIQUE MERVOYER, collaboratrice chez GIDE LOYRETTE
ET FAIRE CARRIÈRE Veiller à ne pas s’éparpiller VÉRONIQUE MERVOYER, collaboratrice chez GIDE LOYRETTE

VÉRONIQUE MERVOYER, collaboratrice chez GIDE LOYRETTE NOUEL. Préparation du CAPA (2010- 2011), diplômée d’un master droit et fiscalité de HEC (2009) et d’une licence en droit de l’UVSQ (2003).

J’ai effectué mes premiers pas chez Gide au moment de la réforme de la formation de l’EFB, alors que je n’avais en poche qu’une licence de droit, obtenue en parallèle de mes études à HEC. Le cabinet proposait des offres de stages et j’ai donc saisi cette opportunité pour pouvoir « tester » le métier. Ce fut une expérience plus que réussie puisque j’ai ensuite demandé à prolonger l’expérience à l’étranger. Je suis alors partie sept mois à Kiev, puis trois mois à Hô Chi Minh-Ville. Quelques mois après mon retour à Paris, je recevais une proposition de collaboration.

Une responsabilisation progressive

Dès le début, le cabinet m’a confié, non seule- ment des recherches juridiques, mais également des travaux rédactionnels (très guidés), ainsi qu’un peu de relationnel client et de développement commercial, notamment dans les bureaux à l’étranger. En passant du statut de stagiaire à celui de jeune collaboratrice, le rythme s’est accéléré. Pour réussir à ce poste, il est essentiel d’être très accrocheur. Il faut également être passionné et aimer ce que l’on fait afin de suivre le rythme

imposé par les exigences des clients, parfois très intense et saccadé.

Des avantages et inconvénients bien connus de tous

Côté avantages, il y a l’excitation de l’arrivée d’un nouveau dossier, la satisfaction du bon achève- ment d’un autre, l’intérêt du raisonnement juri- dique, mais aussi la spécificité de chaque client et la connivence au sein d’une équipe. Quant aux inconvénients, ils se résument essentiellement aux contraintes imposées par le rythme de travail et l’excellence attendue par le client.

Un double cursus à recommander

Je ne regrette pas le choix de mon cursus, que je conseillerais à quiconque souhaite réellement s’engager dans une carrière d’avocat de droit des affaires : un cycle complet d’école de commerce, avec des études de droit en parallèle ainsi qu’un maximum d’expériences. Personnellement, j’ai opté pour un cursus me permettant de partir en Ukraine et au Vietnam. D’autres auraient pu choisir de tester plusieurs cabinets ou plusieurs domaines du droit.

de tester plusieurs cabinets ou plusieurs domaines du droit. Passionné par le droit des technologies de

Passionné par le droit des technologies de l’information

Passionné par le droit des technologies de l’information JEAN-CHRISTOPHE DIRAJLAL, avocat collaborateur chez ALLEN
Passionné par le droit des technologies de l’information JEAN-CHRISTOPHE DIRAJLAL, avocat collaborateur chez ALLEN

JEAN-CHRISTOPHE DIRAJLAL, avocat collaborateur chez ALLEN & OVERY LLP. Diplômé d’un LLM de la Sydney Law School — University of Sydney (2008), d’un DJCE et d’un master 2 droit des affaires et fiscalité de l’université de Poitiers (2007).

Dans le cadre de l’école d’avocats, j’ai d’abord effectué un premier stage au sein du département Mergers & Acquisitions de France Telecom, puis rejoint le cabinet Allen & Overy pour mon stage final. J’ai alors travaillé avec l’équipe M & A et l’équipe Technologies de l’information et com- munication – Transactions commerciales (Out- sourcing), que j’ai finalement rejoint en qualité de collaborateur après ma prestation de serment. À l’origine plutôt orienté vers le droit des sociétés, j’ai développé un intérêt pour ce pan spécialisé du droit des affaires qu’est le droit des technologies de l’information. Il engendre des problématiques variées, ce qui en rend la pratique passionnante. En effet, je peux aussi bien intervenir sur une évaluation des risques contractuels, dans le cadre d’un rachat classique de sociétés, que sur l’analyse des enjeux juridiques générés par la création d’une application pour smartphones.

Une capacité de remise en question et d’écoute

Une bonne gestion du stress et une grande rigueur sont les prérequis pour accompagner les clients face à des problématiques où les enjeux financiers

14 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

et humains sont considérables. Il est également indispensable de savoir se remettre en question, d’être à l’écoute et d’accepter les commentaires sur le travail fourni. La satisfaction d’avoir réussi à intégrer un cabinet de renommée internationale ne doit pas occulter la nécessité de continuer à se perfectionner et à apprendre des autres.

Une profession exigeante mais enrichissante

L’accompagnement des clients dans la gestion et le développement de leurs activités et la participa- tion à des projets d’envergure sont à la fois stimu- lants et valorisants. En contrepartie, la profession requiert un investissement personnel important. Aucun relâchement n’est possible, et l’on doit être capable de faire face à de multiples demandes simultanément.

Ne vous spécialisez pas trop tôt

La matière que vous pratiquerez demain sera peut-être totalement différente de celle à laquelle vous pensez vous consacrer aujourd’hui. Soyez cohérent dans votre choix de carrière et mesurez toute l’implication requise afin de pouvoir vous épanouir professionnellement.

- Crédit photo : Corbis

CurieuxCurieux
CurieuxCurieux

Surtout quand il s’agit de mieux connaître ses clients

Surtout quand il s’agit de mieux connaître ses clients Allen & Overy recrute de jeunes avocats

Allen & Overy recrute de jeunes avocats bilingues h/f pour son bureau parisien

Rejoignez Allen & Overy

Un cabinet renommé dans le monde entier pour son excellence et ses valeurs.

Un réseau international de plus de 5 000 personnes réparties dans 36 bureaux à travers le monde.

• Des expertises reconnues dans de nombreux domaines du droit des affaires.

• Environ 140 avocats et associés dans notre bureau parisien.

• Des clients prestigieux.

Exprimez votre singularité

Au-delà de votre solide formation juridique et de votre parcours, votre personnalité constituera votre meilleur atout pour établir des relations uniques avec chaque client. Votre curiosité, votre implication, votre capacité à trouver des solutions adaptées et innovantes et votre envie d’aller plus loin vous permettront de relever tous les défis qui vous seront proposés.

Rendez-vous sur notre site pour nous rejoindre

www.allenovery.com

sur notre site pour nous rejoindre www.allenovery.com BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES

BUREAUX D’ALLEN & OVERY LLP OU SES ENTITÉS AFFILIÉES : • ABOU DHABI • AMSTERDAM • ANVERS • ATHÈNES • BANGKOK • BRATISLAVA • BRUXELLES

• BUCAREST (BUREAU ASSOCIÉ) • BUDAPEST • DOHA • DUBAÏ • DÜSSELDORF • FRANCFORT • HAMBOURG • HONG KONG • JAKARTA (BUREAU ASSOCIÉ)

• LONDRES • LUXEMBOURG • MADRID • MANNHEIM • MILAN • MOSCOU • MUNICH • NEW YORK • PARIS • PÉKIN • PERTH • PRAGUE • RIYAD (BUREAU ASSOCIÉ)

• ROME • SÃO PAULO • SHANGHAI • SIDNEY • SINGAPOUR • TOKYO • VARSOVIE

“Allen & Overy” signifie Allen & Overy LLP et/ou ses entités affiliées.Toute référence à un associé d’Allen & Overy LLP désigne un membre d’Allen & Overy LLP ou un consultant possédant le même statut et les mêmes qualifications.

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Premier emploi : les faux pas de

Réputés interconnectés, inventifs et impatients

(la vôtre !) ne manquent pas d’atouts pour séduire les recruteurs. Seulement, vous avez aussi tendance à les dérouter par votre manière de vous comporter.

les jeunes diplômés de la génération Y

E st-il besoin de le préciser ? Un entretien de recrutement sert moins à vérifier les savoir-

faire d’un candidat qu’à juger sa manière d’être, de

se présenter, de s’exprimer. Si les recruteurs esti- ment que les jeunes diplômés sont généralement plutôt bien préparés à cet exercice,quelques erreurs ne pardonnent pas pour cette génération Y qui peine parfois à intégrer les codes de l’entreprise

Le candidat consommateur

Premier contact, première image que l’on donne de soi. « Le jean-basket pour un poste de com- mercial ou de directeur de magasin, c’est rédhibi- toire, prévient Emmanuelle Nogarotto, responsa- ble de recrutement chez Géant Casino, Casino Supermarchés et HyperCasino. Car la tenue de l’entretien doit être la tenue de travail. C’est une manière de montrer que le candidat se condi- tionne pour avoir le poste. » La ponctualité pour ce premier rendez-vous relève de la même démarche : se mettre en situation d’emploi avant de décrocher le job. « Arriver en retard, un peu négligé, sans préparation préalable témoigne pour

16 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

16 ■ TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 Les jeunes diplômés de la génération Y donnent

Les jeunes diplômés de la génération Y donnent parfois l’impression d’être désinvoltes. Un comportement qui agace les recruteurs et peut vous être préjudiciable dès l’entretien ! Apprenez à connaître et à respecter les codes de l’entreprise dans laquelle vous postulez.

@ Débuter en entreprise : comment gérer ses collègues ? Réponse dans la rubrique «
@
Débuter
en entreprise :
comment gérer
ses collègues ?
Réponse dans
la rubrique
« Jobs, stage,
emploi ».

cette génération d’un comportement de candidat consomma- teur, note Benjamin Chaminade, expert en gestion de talents et créateur du blog Génération Y 2.0. Il

serait là pour prendre, non pas pour apporter

à l’entreprise, ce qui

est forcément difficile

à accepter de la part du recruteur. »

Se connaître

et connaître

l’entreprise avant

les présentations

« Trop souvent, ils misent sur leur par- cours, c’est-à-dire sur ce qu’ils ont appris en formation, et non sur leur projet, poursuit Benja- min Chaminade. Je vois arriver ainsi des candidats qui ont un excellent CV mais qui ne savent pas quoi faire. Or, un recruteur n’est pas un orienteur ! » Par ailleurs, le manque de connais- sances sur l’entreprise à laquelle les diplômés s’adressent est un reproche récurrent de la part des recruteurs. « Le travail minimum de préparation d’un entretien consiste à se renseigner sur l’entre- prise, son activité, ses marchés et ses lieux de pro- duction, en allant sur Internet et en lisant la presse spécialisée », conseille Vincent Mattei, responsable recrutement et consultant mobilité chez Thales, qui rencontre régulièrement des candidats souhai- tant travailler dans l’assemblage d’avions, alors que son groupe est un fournisseur de systèmes pour l’industrie aéronautique, à ne pas confondre avec un constructeur d’aéronefs.

Le candidat, pas toujours à l’écoute

Côté expression orale, les recruteurs interrogés semblent plutôt agréablement surpris par l’aisance des candidats. Seulement, il ne suffit pas de savoir

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

la générationY

s’exprimer, encore faut-il être capable d’écouter.

« Un entretien est un échange, un moment où le

candidat exprime ses motivations, mais aussi où il

doit être en position d’écoute, préciseVincent Mat- tei. Or, je m’aperçois souvent qu’il n’écoute pas

» estime Cyril Capel. « Il

faut savoir passer par une phase d’observation et de compréhension des modes de fonctionnement d’un univers de travail à apprendre à connaître »,

recommande Benjamin Chaminade.

manières de travailler

les

questions.» D’autant moins que cette génération

 

Y

est réputée pour sa capacité à

zapper. « Même si

S’adapter aux us et coutumes

cette génération Y peut se targuer d’être multi-

de l’entreprise

tâches, sur le mode “la vie continue”, mieux vaut éviter de répondre au téléphone au cours d’un

entretien

»

remarque Benjamin Cheminade.

Prendre son temps pour aborder les RTT

Enfin, pour cette génération Y réputée vouloir concilier vie professionnelle et vie privée, le pas- sage sur les questions de rémunération, de condi- tions de travail, et surtout de nombre de jours de congé et de RTT proposés est forcément délicat

« Ces sujets ne sont évidemment pas tabous, seule-

ment gare à ne pas les aborder en début d’entre- tien ! » souligne Emmanuelle Nogarotto. « Mieux vaut attendre que le recruteur amène ces sujets

dans la discussion », suggère Cyril Capel, fondateur

et dirigeant du cabinet CCLD Recrutement. « Il

est maladroit de parler des trente-cinq heures, de la rémunération et des avantages acquis au bout de

dix minutes d’entretien, ajoute Benjamin Chami-

nade. C’est souvent le fait de jeunes diplômés sûrs

d’eux et qui ne veulent pas perdre de temps pour

se positionner rapidement par rapport à d’autres

offres d’emploi. » Autant dire que ces candidats privilégiés ne sont pas si nombreux.

Commencer par observer et comprendre

Contrat signé, période d’essai engagée

tout n’est

Côté hiérarchie, cette génération Y est réputée remettre facilement en cause les systèmes pyrami- daux classiques qui prédominent encore souvent dans les entreprises, préférant travailler et agir sur un mode plus collaboratif. « Ce qui diffère par rapport aux générations précédentes, c’est que ces jeunes diplômés ont tendance à discuter les ordres. Pas forcément pour les remettre en cause. Plutôt par souci de comprendre », explique Benjamin Chaminade. De quoi susciter quelques grince- ments de la part des cadres en place qui ont leurs habitudes. Un conseil s’impose alors : faire profil bas le temps d’un apprentissage obligé des us et coutumes de l’entreprise.

Réfléchir en termes d’acquis

Enfin, face à une entreprise qui peine à leur offrir un plan de carrière à long terme et par un méca- nisme d’autodéfense, les jeunes diplômés peuvent être tentés de prendre ce qu’il y a à prendre, tout de suite, maintenant. À peine arrivé, déjà l’envie

« Même si l’entreprise a du mal à leur

de partir

proposer une vision à long terme, conclut Benja- min Chaminade, les jeunes recrues ont tout inté- rêt à se projeter sur un premier emploi sur deux ou trois ans, en réfléchissant en termes d’acquis, à

profiter de ce qu’ils aiment faire, à repérer ce qu’ils

e n bref

en bref

e n bref ÉVITEZ LA PHOTO FACEBOOK ! La photo qui accompagne souvent le CV «
e n bref ÉVITEZ LA PHOTO FACEBOOK ! La photo qui accompagne souvent le CV «
e n bref ÉVITEZ LA PHOTO FACEBOOK ! La photo qui accompagne souvent le CV «
e n bref ÉVITEZ LA PHOTO FACEBOOK ! La photo qui accompagne souvent le CV «

ÉVITEZ LA PHOTO FACEBOOK ! La photo qui accompagne souvent le CV « n’est pas indispensable, note Cyril Capel, directeur associé de CCLD Recrutement. La loi incite même à s’en abstenir. Quoi qu’il en soit, il faut éviter les photos prises avec une webcam ou les portraits de vacances façon Facebook. »

qu’il en soit, il faut éviter les photos prises avec une webcam ou les portraits de
qu’il en soit, il faut éviter les photos prises avec une webcam ou les portraits de

pas

gagné. « Car cette génération a bien intégré

n’aiment pas

»

pas gagné. « Car cette génération a bien intégré n’aiment pas »

que

l’entreprise est passée d’un contrat relationnel,

©

que l’entreprise est passée d’un contrat relationnel, © E MMANUEL V AILLANT

EMMANUEL VAILLANT

stable dans la durée, à un contrat transactionnel sans promesse de parcours à long terme, avec un temps d’adaptation réduit », analyse Jean-Marc Le Gall, consultant en stratégies sociales. Consé-

quence : l’impatience est un terme souvent utilisé

par les recruteurs pour qualifier ces jeunes diplô-

més de la génération Y. Impatients d’assumer des responsabilités, d’imposer leur rythme, d’éviter les tâches rébarbatives, de grimper dans la hiérarchie Une impatience qui peut vite passer pour un manque de diplomatie, voire un manque d’humi- lité. « Le mauvais comportement, c’est d’arriver dans l’entreprise en étant vite dans la critique non constructive sur l’organisation, les procédures, les

non constructive sur l’organisation, les procédures, les ADIEU ORTHOGRAPHE, GRAMMAIRE, SYNTAXE C’est LE défaut le

ADIEU ORTHOGRAPHE, GRAMMAIRE, SYNTAXE

les procédures, les ADIEU ORTHOGRAPHE, GRAMMAIRE, SYNTAXE C’est LE défaut le plus souvent pointé par les

C’est LE défaut le plus souvent pointé par les recruteurs à la lecture des mails de candidats et autres lettres de motivation :

les jeunes diplômés auraient perdu de vue les règles élémentaires de la langue française. « Sur les fautes d’orthographe, de syntaxe et de grammaire, la complainte des recruteurs est récurrente. Ils estiment à juste titre que les

courriers sont souvent assez

Chaminade, expert en gestion de talents et créateur du blog Génération Y 2.0, qui conseille plus que jamais de se relire ou faire relire. L’effet SMS étant sans doute passé par là

folkloriques », rapporte Benjamin

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Comment se tailler une bonne réputation en ligne

Le « personal branding », ou l’art du « marketing de soi », est un atout pour chercher du travail. Le Web est pour cela un passage obligé, mais aussi un outil à double tranchant.

un passage obligé, mais aussi un outil à double tranchant. C ’est l’histoire d’une jeune diplômée

C ’est l’histoire d’une jeune diplômée de Ber- keley qui vient d’apprendre que Cisco, la

grande entreprise d’informatique américaine, lui propose un poste. À peine sortie du bureau du recruteur, la jeune fille commente l’événement sur Twitter, ajoutant qu’elle se demande si elle doit prendre ce job « bien payé, mais sans doute très ennuyeux ». Mauvaise idée : un salarié de Cisco a vu le tweet et lui a répondu en ligne. L’affaire a rapidement fait le tour du Web, le « bad buzz » parfait. Connor Riley, la jeune diplômée au centre de l’affaire, a créé un site Web pour tenter de récupérer ce buzz à son avantage, mais elle s’est peut-être déjà grillée chez pas mal de recruteurs Cette anecdote illustre combien il faut veiller aux traces qu’on laisse sur le Net, surtout quand on cherche du travail ! Il est désormais essentiel de maîtriser sa « réputation en ligne ».

18 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

». 18 ■ TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 Tout passage sur le Web laisse des

Tout passage sur le Web laisse des traces… Il faut donc utiliser les sites pour vous mettre en valeur et réactualiser régulièrement les informations qui vous concernent. Pensez aussi à taper fréquemment votre nom sur des moteurs de recherche.

Gérer son profil numérique

Que dit-on de vous sur le Web ?Voilà la première question à laquelle il faut répondre avant d’entre- prendre les démarches. D’après AymericVincent, DRH adjoint du pôle littérature d’Editis et spé- cialiste du recrutement 2.0, « trop de jeunes diplômés, au moment où ils basculent dans la recherche d’emploi, ont tendance à oublier les « traces » de leur vie étudiante, photos postées sur Facebook par des amis ou commentaires rédigés sur un forum d’école. Or, une info en ligne est publique ! » Effacez les traces qui peuvent vous desservir. Il faut donc commencer par taper son nom dans Google, et vérifier tout ce qui ressort, y compris dans les images et les groupes de discussion. « Si les résultats qui apparaissent en premier sont une photo peu flatteuse ou une critique acerbe

<

<

du monde de l’entreprise, c’est un problème, poursuit Aymeric Vincent. Enlevez les éléments qui vous desservent. Et il faut que ces résultats ressortent si loin dans les recherches que per- sonne n’ira les voir. La solution : créer votre site ou votre blog. »

Construire son identité en ligne

D’autant qu’un blog professionnel est une bonne façon de compenser un manque d’expérience professionnelle par la preuve d’un intérêt soutenu pour un secteur ou une fonction. « Même si l’on n’a pas beaucoup d’expérience, il est toujours possible de parler de ses stages, à condition qu’ils aient un lien avec le type de poste recherché, conseille ainsi Thomas Parisot, free-lance Web consultant chez Cynetic Monkey et auteur de Réussir son blog professionnel. On peut aussi mettre en ligne son mémoire, parler de ses travaux de recherche, de ses projets tutorés, etc. Une autre façon d’alimenter son blog : assurer le suivi et l’analyse de l’actualité du domaine dans lequel on souhaite exercer. Pour un recruteur, il est intéres- sant de juger ainsi des capacités d’argumentation et d’expression du candidat. » Mais, attention, il ne sert à rien de développer un blog pointu sur votre futur secteur professionnel si personne ne s’y rend. Pour Fadhila Brahimi, coach spécialisée en personal branding, « l’URL de votre blog ou de votre page personnelle doit figurer sur tous vos mails, sous votre signature. Elle doit aussi figurer sur votre CV et votre carte de visite. » Pour se faire connaître, il est également intéressant de contribuer à d’autres blogs ou à des forums qui parlent des domaines professionnels qui vous atti- rent – sans jamais oublier de mentionner l’adresse de son blog. « Participer à une conférence sur son futur secteur est une occasion de valoriser son profil, explique Éric Hauptmann, du cabinet de recrutement Solution RH. En s’inscrivant en ligne, on laisse une trace de soi positive, une preuve de l’intérêt que l’on porte à un sujet. Si en plus, à l’issue de la conférence, on rédige un post sur son blog, on valorise davantage son image. »

Réseaux sociaux et CVthèques

On peut aussi mettre son image en scène via les réseaux sociaux. Mais, là encore, restez vigilant sur votre réputation (et sur celle que peuvent vous faire vos amis). Fadhila Brahimi, déconseille l’amalgame entre vie privée et vie profession- nelle : « Il faut distinguer ce qui relève de la vie publique, à laquelle pourra accéder un recruteur, et ce qui concerne la vie privée, réservée aux amis et à la famille. » Si vous tenez vraiment à avoir une page sur Facebook pour y insérer vos photos de

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

vacances et des commentaires sur vos dernières virées entre potes, « faites-le en utilisant un pseudo, préconise Éric Hauptmann, du cabinet de recrutement Solution RH. Le mélange des genres entre profils privé et professionnel est vivement déconseillé ». Mieux encore, privilégiez Viadeo et LinkedIn, jugés plus professionnels que Facebook. Et apprenez à vous démarquer ! « En définissant son profil sur un réseau professionnel comme Viadeo ou LinkedIn, il faut être précis pour se démarquer des autres candidats, recommande Fadhila Brahimi. Indiquer l’option ou la spécia- lisation de son diplôme, le sujet de son mémoire, les missions effectuées lors des divers

Avoir une page sur un réseau profes-

sionnel est un plus par rapport à un CV : on peut y montrer son intérêt pour certains sujets, en adhérant à des groupes de discussion et en y intervenant régulièrement. Le recruteur y voit la preuve que le jeune est très motivé par le sec- teur dans lequel il veut travailler. » Les mots stratégiques sont une autre façon de se distin- guer dans la foule des candidats. Selon Éric Hauptmann, il faut les choisir avec beaucoup de soin : « Toute option de diplôme, toute spécifi- cité de la formation doivent figurer dans les

mots clés. » Et si l’écriture du blog ou la participation à des réseaux sociaux vous paraissent trop chrono- phages, il vous reste les banques de CV en ligne

) pour com-

mencer la construction de votre identité numé- rique. Elles ont l’avantage d’être simples d’usage : en quelques minutes et sans être un pro de l’informatique, vous pouvez y créer votre profil, définir des alertes électroniques et élaborer votre CV en ligne. Mais, selon Éric Hauptmann, du cabinet de recrutement Solution RH, « le blog reste encore la solution la plus efficace pour truster les premières places sur Google quand on tape votre nom ».

stages

(Monster, Keljob, Cadresonline

on tape votre nom ». stages (Monster, Keljob, Cadresonline © S ANDRINE C HESNEL a lire

©

tape votre nom ». stages (Monster, Keljob, Cadresonline © S ANDRINE C HESNEL a lire :

SANDRINE CHESNEL

stages (Monster, Keljob, Cadresonline © S ANDRINE C HESNEL a lire : Réussir son blog professionnel

a lire

Keljob, Cadresonline © S ANDRINE C HESNEL a lire : Réussir son blog professionnel », Thomas
:
:

Réussir son blog professionnel », Thomas Parisot, éditions Eyrolles, 2010.

«

», Thomas Parisot, éditions Eyrolles, 2010. « Réussir sa carrière grâce au personal branding »,

Réussir sa carrière grâce au personal branding », Olivier Zara, éditions Eyrolles, 2009.

«

branding », Olivier Zara, éditions Eyrolles, 2009. « 50 OU 1 000 CONTACTS ? Sur Facebook,

50 OU 1 000 CONTACTS ?

Sur Facebook, le nombre de contacts importe peu. En revanche, le plus important, sur un réseau professionnel, c’est d’avoir des contacts de qualité. Un recruteur appréciera davantage une

personne qui a 30 ou 50 contacts aptes à vous recommander, qu’une personne qui totalise 1 000 contacts qu’elle ne connaît pas pour la plupart. « Entrez en relation avec vos enseignants et les professionnels que vous avez rencontrés durant vos stages », conseille Kevin Eyres, directeur général Europe de LinkedIn. Contactez aussi les personnes de votre promotion qui travaillent

dans le même secteur d’activité que vous.

MARIE-ANNE NOURRY

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Ce que veulent les recruteurs

Des professionnels du recrutement vous font part des qualités et de l’attitude que doit posséder la « perle rare ». Avec des conseils s’inspirant de la réalité professionnelle, ils se sont donné pour mission de vous aider à démarrer votre recherche d’emploi sur de bonnes bases. Des critères distinctifs pourraient vous permettre de vous différencier de la masse des candidats ? Sans détour, les recruteurs vous confient ce qu’ils attendent vraiment de vous.

vous confient ce qu’ils attendent vraiment de vous. Démontrez votre plus-value STÉPHANIE DAMGÉ, HR

Démontrez votre plus-value

STÉPHANIE DAMGÉ, HR coordinator chez KPMG LUXEMBOURG.
STÉPHANIE DAMGÉ,
HR coordinator
chez KPMG
LUXEMBOURG.

Étant donné la place internationale qu’est le Luxembourg, nous portons une attention toute particulière au niveau de langue. L’anglais est indis- pensable et toute autre langue un atout supplé- mentaire. Une expérience à l’étranger, sous forme de stage ou d’échange universitaire, est également appréciée, à condition qu’elle soit d’un minimum de trois mois.

Utilisez des exemples concrets

Lors des entretiens, nous attendons de votre part que vous démontriez la plus-value que vous pour- riez apporter à notre société, en termes de compé- tences et de connaissances, au même titre que votre personnalité.Ainsi, votre capacité à travailler en équipe, votre habilité à communiquer ou

encore votre flexibilité vont être analysées, ques- tionnées. Dans cette optique, essayez de donner des exemples concrets afin d’illustrer vos propos et de permettre une meilleure compréhension de vos expériences passées. Il est tout aussi important de démontrer votre motivation. Faites preuve de curiosité en vous renseignant au préalable sur l’en- treprise, la localisation, le département, le métier de tax adviser, en finalité, sachez répondre à la ques- tion « Pourquoi KPMG Luxembourg ? ».

Soyez franc et authentique

Une attitude franche, dès la rédaction du CV et de la lettre de motivation, est essentielle car ces éléments sont le début de votre relation profes- sionnelle avec votre potentiel futur employeur.

profes- sionnelle avec votre potentiel futur employeur. Il n’y a pas de candidat idéal THIERRY RIGUET,

Il n’y a pas de candidat idéal

potentiel futur employeur. Il n’y a pas de candidat idéal THIERRY RIGUET, avocat associé chez LINKLATERS.

THIERRY RIGUET, avocat associé chez LINKLATERS. avocat associé chez LINKLATERS.

Cela paraît évident, mais l’excellence du cursus juridique des candidats est un prérequis indispen- sable. Néanmoins, la sélection ne repose pas sur des critères figés, notre objectif étant d’accueillir des personnalités et des parcours différents, qui permettront une diversité d’approches. Pour réus- sir dans le monde du droit des affaires, il faut éga- lement se montrer audacieux et agir en véritable entrepreneur. En outre, nos avocats, qui ont à faire face à des problématiques de plus en plus com- plexes, doivent démontrer leur capacité à travailler en équipe à l’international et leur créativité.

Variez les expériences

N’hésitez pas à réaliser vos stages dans différents cabinets ou entreprises. Cette démarche vous per-

20 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

mettra de tester plusieurs méthodes de travail, et ainsi de mieux définir votre projet. Il est ensuite indispensable de bien structurer votre recherche de collaboration. Précisez la nature et le contenu de la mission que vous recherchez, renseignez-vous sur les cabinets,leur environnement,leurs clients

Élargissez vos compétences

Durant la première année, les jeunes collabora- teurs exercent dans deux départements. Cela leur permet de conforter leur choix professionnel. Les missions qui leur sont confiées dépendent avant tout de leur capacité à démontrer leurs qualités et leur envie d’apprendre. Un cabinet international comme le nôtre offre aussi la possibilité de passer quelques mois dans des bureaux à l’étranger.

international comme le nôtre offre aussi la possibilité de passer quelques mois dans des bureaux à

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Démarquez-vous !

STÉPHANE SABATIER, avocat associé chez NORTON ROSE LLP, département Corporate Finance.
STÉPHANE
SABATIER, avocat
associé chez
NORTON ROSE LLP,
département
Corporate Finance.

Les candidats doivent retenir l’attention dès le processus de présélection. Soyez clair et concis dans votre demande : type de stage, durée, pratique et département souhaité. Il arrive régulièrement qu’après lecture de la lettre de motivation, nous nous demandions toujours ce que recherche le candidat.

Montrez que vous savez à qui vous parlez

Un bon entretien est celui au cours duquel le candidat montre avec subtilité à son interlocuteur qu’il a fait l’effort de s’intéresser au cabinet, qu’il a une bonne compréhension de son environne- ment, qu’il est au courant du type de dossiers trai- tés, etc. L’effet peut être désastreux pour un candi- dat expliquant qu’il aimerait travailler sur des opérations internationales alors qu’il est reçu par un cabinet traitant de dossiers franco-français, ou

encore qu’il souhaite aborder les OPA (offres publiques d’achat) alors qu’il s’adresse à un cabi- net dont la clientèle est private equity.

Intégrez-vous rapidement

La différence est notable entre un stagiaire qui s’intègre rapidement et met en avant sa disponibi- lité, et celui qui reste anonyme après plusieurs mois passés au fond de la bibliothèque. Pour ce dernier, la différence à l’embauche se fera ressentir sans discussion possible en fin de stage, lorsque le service RH demandera leur avis aux avocats. Enfin, montrez votre capacité à concilier vos connaissances avec votre compréhension des dossiers. N’hésitez pas à proposer une solution à un problème juri- dique ou à suggérer des pistes de réflexion en argumentant juridiquement vos positions.

de réflexion en argumentant juridiquement vos positions. Un parcours clair et cohérent GUILLAUME ROUGIER-BRIERRE,

Un parcours clair et cohérent

juridiquement vos positions. Un parcours clair et cohérent GUILLAUME ROUGIER-BRIERRE, avocat associé chez GIDE

GUILLAUME ROUGIER-BRIERRE, avocat associé chez GIDE LOYRETTE NOUEL. avocat associé chez GIDE LOYRETTE NOUEL.

En premier lieu, je recherche l’excellence acadé- mique (université étrangère de qualité, double formation) et de bons stages dans des cabinets de référence. Un des atouts majeurs d’une candida- ture est également de présenter de bonnes com- pétences linguistiques et d’être mobile à l’interna- tional. En second lieu, j’essaie de déceler une personnalité équilibrée, qui ne tombe ni dans la caricature de l’avocat haut en verbe, ni dans la gri- saille du technicien. Enfin, je préfère les personnes enthousiastes qui, malgré la profession d’avocat, peuvent être des « entrepreneurs », prêts à prendre des risques et n’ont pas de plan de carrière établi à 25 ans.

Les traits d’originalité

Certains traits d’originalité attirent mon attention :

les « vrais » sportifs qui révèlent des tempéraments solides ou les « vrais » musiciens qui attestent, par leur hobby, d’une forme d’excellence et d’ouverture.

Mon conseil

En début de carrière, il est préférable de n’avoir aucune idée préconçue sur son avenir, sur ce que l’on doit faire ou pas. On ne peut pas, à 25 ans et même plus tard, préjuger des opportunités qui vont se présenter.Au contraire, démarrez votre vie professionnelle « sans trop vous poser de ques- tions ». Il n’y a aucun cursus honorum préétabli, tout est possible pour les meilleurs.

honorum préétabli, tout est possible pour les meilleurs. Mettez en avant votre personnalité VALERIE SERIN,

Mettez en avant votre personnalité

VALERIE SERIN, directrice des ressources humaines chez ALLEN & OVERY.
VALERIE SERIN,
directrice des
ressources
humaines chez
ALLEN & OVERY.

Une solide formation juridique ne vous permet- tra pas, à elle seule, d’émerger de la masse des can- didats que nous rencontrons.Vous devrez donc tout mettre en œuvre pour retenir notre attention en mettant en avant les éléments de votre person- nalité qui font de vous une personne adaptable, curieuse, respectueuse du travail des autres et apte au travail en équipe, ce qui exclut tout comporte- ment individualiste.

Évaluez vos forces et faiblesses

Bien se connaître en évaluant correctement ses forces et ses faiblesses est essentiel. Sans vous sur- vendre, soyez authentique dans vos affirmations,

qu’elles concernent vos aptitudes techniques ou linguistiques, car elles seront vérifiées lors du pro- cessus de recrutement. Un effort particulier doit être fait au niveau du CV, car les renseignements fournis ne permettent pas toujours de se faire une idée précise des par- cours et de l’objectif poursuivi. Efforcez-vous de le structurer de manière à pouvoir le commenter efficacement lorsque vous tenterez de démontrer la cohérence de votre projet. Le maître mot est la préparation, ce qui implique de se renseigner au préalable au sujet du cabinet, des associés, poser les bonnes questions et prendre des notes.

des associés, poser les bonnes questions et prendre des notes. TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Bâtir un CV percutant

Un curriculum vitæ doit être conçu pour être parcouru en effectuant une lecture rapide. Pour accrocher un recruteur en moins d’une minute, la sélection des informations en rapport avec le poste visé compte tout autant que leur présentation.

le poste visé compte tout autant que leur présentation. DES CENTRES D’INTÉRÊT QUI EN DISENT LONG
le poste visé compte tout autant que leur présentation. DES CENTRES D’INTÉRÊT QUI EN DISENT LONG

DES CENTRES D’INTÉRÊT QUI EN DISENT LONG

Évitez de baptiser la rubrique de votre CV

consacrée à vos loisirs ou centres d’intérêt :

« Divers », « Informations complémentaires » ou encore « Bon à savoir ».

Soyez descriptif

activités associatives, caritatives ou faites partie d’une association culturelle ou de quartier, indiquez quel est votre rôle :

organisez-vous des conférences ? Récoltez- vous des fonds ? Contactez-vous des sponsors ? Encadrez-vous des jeunes ? Etc.

Soyez précis

conventionnels. Vous lisez beaucoup ? Quels genres d’ouvrages, quels auteurs ? Vous êtes cinéphile ? Quels sont vos réalisateurs fétiches ? Vous pratiquez un sport ? À quelle fréquence ? Depuis combien de temps ? Avec quel niveau ?

Si vous participez à des

Surtout si vos loisirs sont

22 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

22 ■ TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 Non seulement votre CV doit être lisible et

Non seulement votre CV doit être lisible et cohérent, mais aussi adapté aux CVthèques, avec des mots clés qui le feront remonter auprès des recruteurs. D’où l’intérêt, souvent, de concevoir deux CV.

D’où l’intérêt, souvent, de concevoir deux CV. S i vous en doutiez, sachez que le CV

S i vous en doutiez, sachez que le CV idéal

existe ! Il retrace votre vie étudiante et pro-

fessionnelle, chaque expérience étant joliment

mise en valeur avec des couleurs, de l’italique, du

Pour vous, c’est l’exemple parfait en son

genre : celui qui flatte votre ego et ne demande qu’à être encadré ! Mais c’est un CV totalement inefficace ! Car le CV n’a pas pour objectif de vous plaire, mais de séduire un recruteur. Les informations contenues doivent donc être sélec- tionnées pour faire le lien avec l’entreprise et/ou le poste.

gras

Cohérent et concis !

Ne perturbez pas le recruteur avec des informa- tions sans rapport avec le poste à pourvoir. Un curriculum vitæ est un ensemble construit dont le fil conducteur doit apparaître au recruteur dès la première minute de lecture. Renoncez aux successions d’informations qui vont dans des directions différentes. C’est parfois le problème posé par une présentation chronologique qui

<

vous conduit à superposer des tranches de vie professionnelle. Pensez à relire votre CV à tête reposée quelque temps après l’avoir rédigé.Vous estimerez mieux si une vue d’ensemble de vos expériences se dégage ou si la présentation de votre parcours reste floue ou éparpillée.

Un document utile

Interrogez-vous toujours sur les raisons pour les- quelles vous souhaitez délivrer une information :

quel sens celle-ci a-t-elle pour vous et qu’ap- porte-t-elle à l’entreprise ? Puis demandez-vous si cette information peut vous aider à obtenir un rendez-vous. Envoyer un CV ne signifie pas décrocher un contrat de travail : il s’agit de parve- nir à convaincre le recruteur d’engager une démarche pour vous rencontrer. Libre à vous ensuite de préciser lors de l’entretien – si l’occa- sion se présente – que vous avez obtenu vos diplômes avec une mention, que vous avez choisi tel établissement, que vous avez réalisé un mémoire sur tel sujet.

Un document factuel

N’oubliez pas que vous postulez dans un secteur professionnel précis, ce qui impose de faire le lien entre ce secteur et vous.Vous pouvez, par exem- ple, insister sur votre maîtrise des logiciels ou sur votre connaissance des matériels dans l’informa- tique, présenter votre engagement dans vos acti- vités sportives ou dans des associations, etc. Pen- sez à actualiser ces informations régulièrement ! Votre candidature est un document qui pourra circuler en interne, avec éventuellement une petite note de la DRH : « Que penses-tu de ce candidat ? » À ce stade, vous pouvez encore être recalé par un opérationnel parce qu’il manque des informations sur les compétences que pour- tant vous détenez, mais que vous n’avez pas notées. Des données, comme vos résultats, peu- vent être lues plus attentivement par un responsa- ble de service. Pour ce faire, employez toujours un style très direct. Les verbes d’action sont par- faits pour décrire succinctement vos missions. Ne faites surtout pas de phrases.

Comment sélectionner les informations ?

Il faut prendre un peu de temps avant de rédiger son CV. Très souvent, vous avez trouvé une bonne idée et vous vous empressez de la mettre

Ce

n’est pas la bonne méthode.Voici un petit exer- cice qui vous permettra de faire le point sur vos atouts au regard du poste que vous recherchez. Il vous servira également lors de l’entretien, car

en forme pour passer à la ligne suivante

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

chaque information que vous présentez dans votre CV pourra donner lieu à une question. Listez sur une feuille blanche tout ce que vous avez fait : stages, CDD (contrats à durée détermi- née), intérim, petits boulots, activités extraprofes- sionnelles ou extrascolaires, en étant très précis dans le descriptif des tâches que vous avez effec- tuées. N’hésitez pas à vous faire plaisir en n’omettant aucune de vos expériences. Laissez une marge à droite pour dresser deux colonnes dans lesquelles vous ferez des croix. L’une s’inti- tulera : « J’ai apprécié/Ce qui m’a intéressé », et l’autre : « Les entreprises apprécient » ou « Les entreprises sont intéressées par ». Si vous postulez auprès d’entreprises ou de secteurs très différents, vous devez faire une colonne pour chaque caté- gorie d’entreprises. Les éléments qui afficheront deux croix mettront en évidence l’adéquation entre votre projet professionnel et votre profil. Ils devront impérativement figurer sur votre CV (et être développés dans la lettre). Pour ceux qui n’ont qu’une seule croix, il faudra faire un tri dans vos expériences pour déterminer s’il est judicieux de les porter sur le CV et/ou dans la lettre.

Idéal pour se réorienter

Ce travail peut servir de révélateur ou de déclen- cheur pour tous ceux qui ne se sentent pas à leur place dans leur cursus et voudraient se réorienter vers un autre secteur ou une autre profession. Il devient alors plus facile de faire ressortir les points communs (même s’ils sont rares et contenus uni- quement dans vos activités extraprofessionnelles ou vos centres d’intérêt personnels) entre votre parcours et les besoins des entreprises. C’est une démarche essentielle pour vous positionner sur le marché de l’emploi.Vous devez faciliter le travail du recruteur (et le rassurer sur son choix) en mettant en avant les éléments de votre parcours qui l’intéressent.

avant les éléments de votre parcours qui l’intéressent. © C ÉLINE M ANCEAU ET G UILLAUME

©

les éléments de votre parcours qui l’intéressent. © C ÉLINE M ANCEAU ET G UILLAUME V

CÉLINE MANCEAU

ET GUILLAUME VERNEY-CARRON

<

en bref

CONCEVOIR UN CV POUR LE NET Avec le développement des CVthèques, les recruteurs ont aujourd’hui accès à des milliers de CV, et ce sont très souvent des logiciels qui opèrent pour eux un premier tri. Pour être sélectionné, votre CV doit donc correspondre à des critères précis dans la forme et sur le fond. Le site d’emploi jobetic.net livre de nombreux conseils pour adapter son CV à Internet. Il est également possible de tester son CV pour savoir s’il est lisible sur le Web.

@ Exemples commentés et modèles de CV pour tous les profils, rubrique « Jobs, stage,
@
Exemples
commentés et
modèles de CV
pour tous les
profils, rubrique
« Jobs, stage,
emploi ».
tous les profils, rubrique « Jobs, stage, emploi ». COMMENT PRÉSENTER LES INFORMATIONS ? Une fois

COMMENT PRÉSENTER LES INFORMATIONS ?

Une fois que vous avez sélectionné les informations essentielles, gardez toujours en tête que la mise en page doit être au service du contenu et poursuivre un objectif de clarté et de lisibilité. Le gras, par exemple, doit être utilisé avec parcimonie et réservé à la même catégorie de mots : les postes exercés ou les entreprises, surtout s’il s’agit de sociétés connues. Les marges sont aussi un outil de mise en page à employer efficacement (pour renvoyer en bout de ligne les dates et les lieux, par exemple). Pensez aussi à sauter des lignes et à laisser de l’espace autour des informations essentielles. Elles ressortiront beaucoup mieux. Et, en moins de deux minutes, le recruteur aura ainsi une vision complète de votre profil.

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Soigner sa lettre de candidature spontanée

Loin d’être un coup d’épée dans l’eau, la candidature spontanée peut se révéler payante à condition de comprendre comment fonctionne ce type de candidature. Nos conseils pour soigner l’accroche, proposer vos services et relancer vos interlocuteurs.

proposer vos services et relancer vos interlocuteurs. Une lettre de candidature ne se rédige pas à

Une lettre de candidature ne se rédige pas à la va-vite sur un coin de table. Surtout pour une candidature spontanée où seule votre argumentation peut faire la différence. Vous n’avez que quelques secondes pour faire mouche !

Vous n’avez que quelques secondes pour faire mouche ! L e principe de la candidature spontanée

L e principe de la candidature spontanée est qu’elle s’inscrit en dehors d’un processus de

recrutement.Autrement dit, le recruteur ne pas- sera pas beaucoup de temps à étudier votre can- didature. Vous devez donc doublement faire

votre can- didature. Vous devez donc doublement faire PROVOQUEZ L’ENVIE ! Faites des phrases courtes (évitez

PROVOQUEZ L’ENVIE !

Faites des phrases courtes (évitez les « qui », « que », « de surcroît », « néanmoins », etc.). Choisissez le vocabulaire : c’est essentiel. Certaines lettres sont riches en termes positifs et convaincants, tandis que d’autres laissent en permanence le lecteur dans le doute. Ainsi n’écrivez pas : « Je pense avoir toutes les qualités pour réussir à ce poste », mais plutôt : « Je détiens toutes les qualités pour réussir à ce poste », etc. Si une ou deux fois, dans votre lettre, votre style n’est pas mordant, ce n’est pas préjudiciable, c’est surtout le recours à un même registre sémantique qui donne un ton au courrier et provoque l’envie, ou non, de rencontrer la personne qui l’a rédigé.

24 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

preuve d’efficacité pour capter l’attention de votre interlocuteur. Comment ? En personnali- sant impérativement votre lettre afin que le lec- teur ait l’impression que vous vous adressez vraiment à lui, et en misant tout sur une accroche directe, personnelle et originale qui séduira d’emblée. Les trois premières phrases sont le parallèle des trois premières minutes pour faire bonne impression lors d’un entretien. Le CV, dans ce contexte, ne prime pas sur la lettre. C’est elle qui déterminera votre avenir.

Soigner l’accroche

Pour soigner son accroche, il faut être à même de parler simultanément de soi-même et de l’entreprise. À défaut, pour sortir du lot des can- didats, vous pouvez jouer sur le registre de votre

personnalité hors du commun. À partir du moment où votre démarche est sincère (à ne pas confondre avec de l’indélicatesse), ne vous imposez pas de limites si vous voulez « mar- quer » l’entreprise. Dites-vous, de toute façon, que vous n’avez pas grand-chose à perdre, si ce n’est la valeur d’un timbre-poste

Créer un lien entre soi et l’entreprise

L’envoi de votre candidature spontanée est généralement précédé d’une envie : celle de travailler dans un secteur précis ou pour une entreprise particulière, ou encore d’exercer une profession. Attention toutefois : votre ambition professionnelle ne doit pas être déconnectée de votre CV. C’est bien d’espérer devenir ingé- nieur commercial quand vous faites des études

scientifiques

tué de stages ou de petits boulots dans une usine de production, vous aurez du mal à convaincre un recruteur que vous avez trouvé votre voie. Si vous n’avez pas approché l’un des aspects phares du métier et si vous avez des dif- ficultés à répondre aux questions telles que :

« D’où vous vient cette vocation ? Avez-vous une idée réelle des missions d’un ingénieur commercial ? », il est préférable de choisir une autre filière, moins éloignée de votre profil. Vos affinités et compétences pour le poste doi- vent exister et apparaître clairement. Il faut mon- trer dans votre lettre que vous lisez l’actualité, que vous êtes au courant des projets de dévelop- pement ou de la dernière campagne de commu- nication de l’entreprise. Il faut affirmer avec enthousiasme votre intérêt pour ses produits, sans flatter pour autant votre interlocuteur. L’idée est de créer un lien entre vous et cette entreprise qui ne vous attend pas.

mais si vous n’avez jamais effec-

Se démarquer de la concurrence

L’accroche doit à tout prix vous différencier des autres candidats. Si le recruteur se dit : « J’ai déjà lu cette lettre des dizaines de fois », ce n’est pas la peine de l’envoyer. Par exemple, écrire « À la suite de ma rencontre sur le Salon des grandes écoles avec votre responsable des stages, je vous

écris pour

» ne vous démarquera jamais de la

concurrence. En revanche, vous pourrez mar- quer des points en expliquant en quoi cette entreprise en particulier a retenu votre attention (« J’ai remarqué sur votre stand, lors du Salon des grandes écoles, que votre entreprise présen-

tait sa nouvelle ligne de produits

sant que, depuis ce salon, vous avez pris des ren-

seignements sur ses activités et sa politique de recrutement, ou encore en citant le nom et la

»), en préci-

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

fonction du responsable que vous avez rencon- tré. C’est ce qu’on appelle faire preuve d’intelli- gence de situation.

Proposer ses services

Une fois votre lecteur « captivé », il ne faut pas le laisser sur sa faim.Vous devez impérativement pro- poser vos services à l’entreprise. Elle ne va pas décider à votre place de votre avenir professionnel. Sollicitez donc un poste précis ou une mission particulière. Évitez les « restant ouvert à toute pro- position » ou « disponible pour tous types de mis- sion », etc.Trop de candidats sont attentistes, ne les rejoignez pas sur ce terrain ! Votre offre de service peut se retrouver dans l’ob- jet. Mais plutôt que d’écrire « Objet : candidature spontanée », précisez « Offre de service ». Montrez ensuite en quoi vous êtes le candidat idéal pour satisfaire cette offre (quels sont vos compétences, vos résultats), sachant que, selon votre interlocu- teur, vous ne vous présenterez pas de la même manière car une direction des ressources humaines a une vision à plus long terme qu’un opérationnel. La première s’interroge sur vos facultés d’intégration et votre potentiel d’évolu- tion : autant de points qu’il faudra évoquer afin de rassurer le recruteur. Le choix de l’entreprise est aussi un facteur important pour une DRH. L’opérationnel se demande, lui, immédiatement, s’il pourra travailler à vos côtés toute la journée : il ne faut pas lui laisser de doutes sur votre person- nalité et votre expertise technique.Vos résultats sont aussi susceptibles de le séduire.

L’art de la relance

La conclusion d’une lettre de motivation doit être aussi dynamique que l’accroche en proposant, par exemple, de reprendre contact : « Je me permettrai de vous contacter prochainement pour convenir d’un rendez-vous » ou « J’aimerais pouvoir com- pléter cette description de vive voix et surtout répondre à vos questions lors d’un entretien.» Cette proposition ne doit pas rester lettre morte ! La valeur ajoutée d’une candidature spontanée, c’est aussi la relance téléphonique. Il arrive qu’un DRH mette de côté deux ou trois lettres tout en négligeant de rappeler immédiatement les candi- dats. Si vous êtes l’un de ceux-là et que vous l’ap- pelez, il se pourrait très bien que vous soyez le premier servi ! Et même si l’on vous répond par la négative, vous pourrez peut-être récolter des informations sur un recrutement à plus longue échéance ou sur la perception par le recruteur de votre profil ou de votre démarche.

par le recruteur de votre profil ou de votre démarche. © C ÉLINE M ANCEAU ET

©

par le recruteur de votre profil ou de votre démarche. © C ÉLINE M ANCEAU ET

CÉLINE MANCEAU

ET GUILLAUME VERNEY-CARRON

en

bref

 
 

<

 

QUELQUES RÈGLES

DE PRÉSENTATION

Placez vos

 

coordonnées en haut à gauche de la lettre de

<

motivation.

 

Inscrivez la date en haut à droite, et en

 

dessous les coordonnées de l’entreprise et/ou de la personne à qui vous vous adressez.

N’omettez pas de

laisser une marge

d’environ deux centimètres environ à droite et à gauche.

Allez à la ligne

régulièrement (entre

les paragraphes).

N’oubliez pas de

signer.

 

Évitez le recto-verso.

 

a lire

 
 

<

 
 

<

«

100 CV et lettres

de motivation pour les bac + 2/3 », Céline Manceau, Guillaume Verney- Carron, éditions l’Etudiant, 12,90 .

 
premier emploi 100CV ET LETTRES DE MOTIVATION POUR LES BAC+4/5 CÉLINE MANCEAU, GUILLAUME VERNEY-CARRON
premier emploi
100CV
ET LETTRES
DE
MOTIVATION
POUR LES BAC+4/5
CÉLINE
MANCEAU,
GUILLAUME
VERNEY-CARRON

«

100 CV et lettres

de motivation pour les bac + 4/5 », Céline Manceau, Guillaume Verney-

 

Carron, éditions l’Etudiant, 12,90 .

Verney-   Carron, éditions l’Etudiant, 12,90 € . TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 ■ 25

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Réussir ses entretiens d’embauche

Les recruteurs sont très sensibles aux bonnes manières des candidats lors de l’entretien d’embauche. Certes, ils ne vont pas analyser tous vos faits et gestes, mais pensez à respecter quelques critères qui aident à adopter la bonne attitude.

R endez-vous pour un entretien d’embauche :

vous devez le préparer soigneusement afin

de donner la meilleure image de vous-même. Comme le souligne Véronique Cotelle, DRH de pôle chez SGS (spécialiste mondial de l’inspection, du contrôle, de l’analyse et de la certification), « votre entretien se passera bien si vous avez pré- paré le fond et si, sur place, vous soignez la forme ».

Soyez toujours courtois

Le jour de votre entretien, vous devrez bien naturel- lement adapter une tenue et une coiffure soignées. Il va de soi également que la ponctualité fait partie des bonnes manières. Prévoyez donc de la marge, envi- ron dix minutes avant l’heure de votre rendez-vous. Quand vous arrivez à l’accueil de l’entreprise, pré- sentez-vous et soyez courtois avec toutes les per- sonnes que vous rencontrez. Philippe Kron, direc- teur associé d’iQuesta (site Web consacré aux stages et aux premiers emplois), accorde beaucoup d’im- portance à cet aspect : « Certains candidats ne saluent pas la secrétaire ou la standardiste. C’est une grosse erreur, un manque flagrant de savoir-vivre. »

Respirez un bon coup !

Ensuite, allez patienter dans la salle d’attente.Veil- lez à éteindre votre téléphone.Vous pouvez feuil-

leter la plaquette de l’entreprise laissée sur la table d’accueil. Si vous avez déjà le cœur qui s’affole, les

, pour respirer un bon coup.Vous pouvez aussi faire des grimaces devant la glace pour vous détendre, vous verser de l’eau froide sur les poignets pour vous donner du tonus. Ces petits gestes vous aide- ront à maîtriser vos émotions et votre corps.

mains moites

n’hésitez pas à passer aux toilettes

Mettez-vous à l’aise… sans vous affaler !

Puis le recruteur vient vous chercher. Ne vous élancez pas précipitamment vers lui, attendez qu’il vous tende la main et qu’il vous adresse la parole pour le saluer. Serrez-lui la main de façon franche en le regardant dans les yeux et avec le sourire. Quand vous arrivez dans son bureau, attendez que le recruteur vous propose de vous asseoir avant de

26 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

de 26 ■ TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 Ne vous laissez pas intimider par le
de 26 ■ TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 Ne vous laissez pas intimider par le

Ne vous laissez pas intimider par le nombre de recruteurs en face de vous ! Et surtout ne vous focalisez pas sur un seul d’entre eux. Pensez à balayer l’auditoire du regard quand vous répondez à une question.

Entretiens @ d’embauche : coaching vidéo de jeunes diplômés par des recruteurs, rubrique « Jobs,
Entretiens
@
d’embauche :
coaching vidéo
de jeunes
diplômés par
des recruteurs,
rubrique
« Jobs, stage,
emploi ».

vous précipiter sur un siège. Mettez-vous à l’aise sans pour autant vous affaler et tenez-vous droit. Sachez que ce n’est pas très élégant de s’adosser au dossier ou de vous asseoir sur une seule fesse. Ne croisez pas vos bras,ayez une attitude d’ouverture !

Adoptez un ton fluide

Une fois l’entretien commencé, soyez à l’écoute de votre interlocuteur. Lors d’un entretien collec- tif, prenez soin de balayer l’auditoire du regard. Et Philippe Kron de préciser : « L’attitude qui consiste pour le candidat à ne répondre qu’à celui dont il pense qu’il est le “chef” est à éviter absolu- ment. Pire que tout est le réflexe qui conduit à répondre à la personne qui vient de vous poser une question en en regardant une autre ! » Adop- tez un ton fluide et ne parlez pas trop vite. Pour accorder votre vocabulaire à celui de l’entreprise, reprenez dans vos réponses les termes employés par le recruteur. À la fin de l’entretien, après avoir remercié le recruteur, demandez-lui quand vous reprendrez contact, puis repartez avec le sourire et allez relâcher la tension dehors ! Vous aviez bien préparé votre entretien, vous pensez avoir fait bonne impression et vous avez donné le meilleur de vous-même. C’est là l’essentiel. La décision ne dépend plus de vous. Il n’y a plus qu’à attendre !

là l’essentiel. La décision ne dépend plus de vous. Il n’y a plus qu’à attendre !

©

là l’essentiel. La décision ne dépend plus de vous. Il n’y a plus qu’à attendre !

SÉVERINE TAVENNEC

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Ils partagent leur expérience

Quel éclairage les expérimentés peuvent-ils vous apporter sur leur parcours professionnel ? En quoi peuvent-ils vous inspirer et vous aider à faire la part du rêve et de la réalité ? Savez-vous vraiment ce qu’implique le fait de diriger, d’entraîner et de fédérer des équipes ? Quelles qualités humaines doit-on manifester en tant que manager ? Comme chaque année, nous avons interrogé quelques professionnels qui vous font part avec enthousiasme de leur expérience et vous permettent de vous projeter dans l’avenir, tout en vous expliquant, sans détour, les challenges qu’ils ont relevés et les contraintes qu’ils assument au quotidien.

Varier les expériences pour bâtir un parcours solide

Varier les expériences pour bâtir un parcours solide BRUNO ZABALA, avocat chez CMS BUREAU FRANCIS LEFEBVRE
Varier les expériences pour bâtir un parcours solide BRUNO ZABALA, avocat chez CMS BUREAU FRANCIS LEFEBVRE

BRUNO ZABALA, avocat chez CMS BUREAU FRANCIS LEFEBVRE et chargé d’enseignement à Paris 1 et Toulouse 1. CAPA Paris (1996), DJCE-DESS, magistère juriste d’affaires de Paris 2.

J’ai d’abord acquis une première expérience en cabinet anglo-saxon en droit bancaire et financier de quatre ans, puis j’ai travaillé durant sept ans à l’Autorité des marchés financiers (négociations internationales de textes en droit boursier et exa- men des opérations de marché). Depuis trois ans, j’exerce une activité de conseil en droit des mar- chés financiers et corporate chez CMS Bureau

Francis Lefebvre. J’y conjugue des publications et de l’enseignement universitaire. Mon parcours a été dicté par la volonté d’une pratique internationale, plus particulièrement communautaire, en raison du champ croissant investi par le législateur européen. Mais égale- ment avec le souci de rester attentif aux diverses composantes qui entrent dans le processus

décisionnel du dirigeant ou du client. Les qualités humaines de certains de mes supérieurs ont été par ailleurs déterminantes sur mes choix professionnels.

Vision, écoute et adaptabilité

Je crois à la force du collectif, et tout autant à la vertu de la responsabilisation des différentes par- ties prenantes dans l’entreprise.

Évitez l’hyperspécialisation

À partir d’une formation académique de qualité et complète en droit, il me semble essentiel de varier les expériences pour construire un parcours solide et gagner en densité.Aussi, évitez l’hyperspécialisa- tion, qui amoindrit les réflexes juridiques. Last but not least, ne négligez pas d’entretenir ou de parfaire vos compétences linguistiques.

ou de parfaire vos compétences linguistiques. De Paris au Luxembourg, un parcours européen MATHILDE

De Paris au Luxembourg, un parcours européen

linguistiques. De Paris au Luxembourg, un parcours européen MATHILDE LATTARD, collaboratrice senior chez ELVINGER,
linguistiques. De Paris au Luxembourg, un parcours européen MATHILDE LATTARD, collaboratrice senior chez ELVINGER,

MATHILDE LATTARD, collaboratrice senior chez ELVINGER, HOSS & PRUSSEN. CAPA (2002), DESS contentieux commu- nautaire (Luxembourg, 2000), DEA droit communautaire de Nancy 2 (1999).

Après des études européennes, géographiquement parlant et par rapport aux matières étudiées, j’ai obtenu mon CAPA à Paris. J’ai commencé mon activité professionnelle au sein d’un cabinet de taille moyenne à activité pluridisciplinaire, tant en conseil qu’en contentieux. Au bout de trois ans, des raisons personnelles m’ont menée au Luxem- bourg, me permettant ainsi de donner une

dimension européenne à ma carrière, dans le pro- longement de mes études. Cinq années plus tard, je suis toujours au Luxem- bourg, pour des raisons non seulement person- nelles mais aussi professionnelles. En effet, dès mon arrivée à Luxembourg, j’ai intégré le cabinet Elvinger, Hoss & Prussen, qui offre une qualité professionnelle stimulante et une ambiance de

travail favorisant un véritable épanouissement personnel.

Dirigeant de son dossier et partenaire de son client

Tout avocat, dès qu’il commence à exercer, doit avoir pour ligne de conduite d’être le dirigeant de son dossier et le partenaire de son client. Diriger son dossier, c’est être responsable, rigoureux et curieux intellectuellement. Être le partenaire de son client, c’est lui apporter conseil, disponibilité et tous les atouts d’un dirigeant.

« Rome ne s’est pas faite en un jour »

Il faut définir son objectif, mais savoir s’adapter, rester souple et patient. Plus concrètement, il est essentiel de savoir tenir sur la longueur, car rien ne sert de courir, il faut partir à point !

longueur, car rien ne sert de courir, il faut partir à point ! TARGET carrières ■

DÉBUTER ET FAIRE CARRIÈRE

Notariat : suivre l’évolution de la société

CARRIÈRE Notariat : suivre l’évolution de la société EMMANUEL DELOUIS, notaire au sein de la SCP

EMMANUEL DELOUIS, notaire au sein de la SCP DELOUIS, DELOUIS ET CARVAIS. Master 2 gestion de patrimoine (Clermont- Ferrand, 1985) et diplôme supérieur du notariat (1983).

Je suis issu d’une famille de juristes. Le choix de la voie notariale s’est donc imposé à moi, et je ne l’ai jamais regretté. La diversité des matières où le notaire intervient, son contact direct avec le client, la recherche de l’équilibre contractuel, la concilia- tion d’intérêts parfois contradictoires et le souci de l’intérêt collectif ont emporté mon adhésion. Plus tard, j’ai découvert la richesse humaine et l’implication dans la vie de la profession de la plu- part de mes confrères, ainsi que le dynamisme et la modernité des notaires.

L’étude paternelle

Au cours de ma maîtrise de droit, j’ai commencé un stage pratique à l’étude paternelle, qui ne s’est pas interrompu depuis. Dès ma nomination

comme notaire, j’ai participé à la formation de mes futurs confrères, tâche fondamentale pour moi. La collaboration entre l’université et le nota- riat est d’une richesse insoupçonnée. Et, depuis mai 2011, je préside d’ailleurs la conférence des enseignants du notariat.

À l’écoute des professionnels et des clients

En début de carrière, il est essentiel pour un jeune notaire de concilier la volonté de réussir avec une écoute exigeante des autres professionnels et des clients, aux services desquels il doit exercer ses talents. Enfin, les qualités indispensables des futurs dirigeants me paraissent être la volonté, la lucidité et le suivi de l’évolution de la société.

la lucidité et le suivi de l’évolution de la société. ARNAUD LUNEL, avocat senior chez GIDE
la lucidité et le suivi de l’évolution de la société. ARNAUD LUNEL, avocat senior chez GIDE
la lucidité et le suivi de l’évolution de la société. ARNAUD LUNEL, avocat senior chez GIDE

ARNAUD LUNEL, avocat senior chez GIDE LOYRETTE NOUEL. Diplômé du CAPA (2010), d’un DESS droit et globalisation économique de Paris 1 et de Sciences po (2005).

J’ai découvert le droit en le pratiquant

Normalien formé aux sciences sociales, rien ne me destinait à rejoindre un cabinet d’affaires. Dans le cadre de ma scolarité à Sciences po, et parallèle- ment à mes études d’économie, j’ai été amené à effectuer un stage dans l’équipe fusions et acquisi- tions du cabinet. Après quelques mois, les associés m’ont offert l’opportunité de rejoindre le bureau de Pékin, où j’ai passé trois années très forma- trices. Depuis, j’ai retrouvé mon équipe d’origine à Paris, où je suis régulièrement conduit à m’oc- cuper de dossiers franco-chinois.

Élargissez au plus tôt votre champ de compétences

Pour se faire, il faut, au-delà des aspects tech- niques, essayer d’être en contact direct avec le

client, bien comprendre le contexte dans lequel vous travaillez et saisir toutes les opportunités de participer aux négociations. Chaque jeune diplômé doit savoir convaincre les collaborateurs expérimentés et les associés de son équipe de lui confier un rôle de plus en plus étendu.

Avocat compétent et « Gidien » accompli

L’élection des futurs associés se fait au travers des règles de majorité strictes. Si les compétences techniques et les qualités commerciales sont très importantes, d’autres facteurs entrent également en ligne de compte. Le collaborateur visant l’asso- ciation doit donc parvenir à faire émerger un consensus autour de sa candidature pour démon- trer qu’il est un « Gidien » accompli.

pour démon- trer qu’il est un « Gidien » accompli. MIREILLE DANY, associée, responsable du département
pour démon- trer qu’il est un « Gidien » accompli. MIREILLE DANY, associée, responsable du département

MIREILLE DANY, associée, responsable du département concurrence et distribution chez PROSKAUER. DESS droit de la distribution de Montpellier 1 (1986).

Une entrée en piste rapide

Je suis passée des études à la vie professionnelle sans transition, en postulant spontanément chez Jeantet & Associés. Mon intégration a été favori- sée par les relations qu’entretenait ce cabinet avec la faculté de droit de Montpellier, et par le fait que je connaissais un des associés. À l’époque, on ne tardait pas à être mis en contact avec les clients, ce qui m’a poussée à surmonter mes premières appréhensions naturelles. J’ai eu la chance de pratiquer ma spécialité sans interruption et de conserver un portefeuille de clients fidèles. Ainsi, je les ai accompagnés dans le cadre de missions, qui m’ont menée dans diffé-

rents cabinets, jusqu’à ce que je rejoigne Pros- kauer en 2008. Grâce à cette stabilité, j’ai réussi à préserver un équilibre de vie.

Faites preuve d’assurance

Vous devez trouver l’assurance qui vous permettra de gérer à la fois vos clients et vos collaborateurs. Vous devez aussi faire preuve d’une grande capa- cité d’écoute et de fermeté pour recadrer les choses si les circonstances l’exigent. Enfin, la meilleure pédagogie reste l’exemple que vous donnez. Abordez ce métier comme une profession libérale et manifestez un esprit entrepreneurial. Il en va de votre crédibilité vis-à-vis de vos clients.

Il en va de votre crédibilité vis-à-vis de vos clients. 28 ■ TARGET carrières ■ Secteur

28 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

Master en Droit Université de Neuchâtel - Uni Luzern - King’s College London
Master en Droit
Université de Neuchâtel
- Uni Luzern
- King’s College London
Master en Droit Université de Neuchâtel - Uni Luzern - King’s College London Inscription et informations:

Inscription et informations:

Master en Droit Université de Neuchâtel - Uni Luzern - King’s College London Inscription et informations:
L'essentiel pour bien choisir votre orientation. • Comment réussir ses études de droit ? •
L'essentiel pour bien choisir
votre orientation.
• Comment réussir ses études
de droit ?
• Quels sont les métiers
accessibles ?
• A quoi ressemble la journée
d’un avocat ?
• Combien d’années d’études
pour devenir notaire ?
A chaque question, des réponses
détaillées, des témoignages
de professionnels et d’étudiants
pour vous aider à faire les bons
choix.
et d’étudiants pour vous aider à faire les bons choix. Plus de 200 guides et leurs

Plus de 200 guides et leurs sommaires à découvrir sur la librairie en ligne

et leurs sommaires à découvrir sur la librairie en ligne BON DE COMMANDE A retourner dans

BON DE COMMANDE

A retourner dans une enveloppe affranchie, accompagné de votre règlement à : L’Etudiant - 17, route des Boulangers - 78926 YVELINES Cedex 09

Oui, je souhaite commander :

- Les métiers du droit (réf.112514) au prix de 12.90 € x LLI exemplaires

Mes coordonnées :

Nom :

Prénom :

Adresse :

LLLI,LLI frais de port +

TOTAL À RÉGLER =LLLI,LLI

5

,

0

0

Code postal LLLLLI Ville :

Je souhaite recevoir la newsletter de l’Etudiant, mon e-mail :

Ci-joint mon règlement : chèque bancaire à l’ordre de l’Etudiant carte bleue, date de validité : LLLLI LLLLI LLLLI LLLLI LLLLI

N° de contrôle* LLLI

*3 derniers chiffres du numéro situé au dos de votre carte bancaire.

Signature :

Groupe Express-Roularta, société anonyme au capital de 7 150 050 € 29, rue de Châteaudun - 75009 Paris - RCS 552 018 681 Paris

TRG1

Domaines d’activité ■ Droit de la concurrence page 32 ■ Droit social page 34 ■

Domaines

Domaines d’activité ■ Droit de la concurrence page 32 ■ Droit social page 34 ■ Technologies

d’activité

Droit de la concurrence

page 32

Droit social

page 34

Technologies et médias

page 35

Fusions et acquisitions

page 36

Marchés des capitaux

page 37

Conseil fiscal

page 38

Droit des affaires au Luxembourg

page 39

Stratégie fiscale

page 40

Droit des financements

Notariat

page 42

page 43

Propriété intellectuelle

page 44

<

DOMAINES D ACTIVITÉ

Droit de la concurrence :

stratégique pour les entreprises

L ’importance stratégique pour les entreprises du droit de la concurrence n’a cessé de

prendre de l’ampleur au cours de ces dix der- nières années. En effet, il n’est plus rare aujour- d’hui de voir condamner des entreprises à plu- sieurs centaines de millions d’euros d’amende par les autorités de concurrence communautaire ou nationale.Toutefois, le droit de la concurrence n’est pas seulement répressif, mais recouvre en réalité trois domaines principaux : le contrôle des concen- trations, le contrôle des comportements anticon- currentiels (antitrust) et les aides d’État. En ce sens, il se distingue d’autres spécialités telles que le droit de la distribution ou le droit de la consommation.

Les concentrations

Les opérations de fusion-acquisition impliquant les sociétés dépassant certains seuils de chiffre d’af- faires peuvent nécessiter l’obtention d’une autori- sation préalable d’une ou de plusieurs autorités de concurrence. Ces autorités exercent alors un contrôle préventif en concurrence et disposent du pouvoir de bloquer l’opération ou d’imposer des engagements parfois substantiels, notamment des cessions d’une partie des activités des parties. Dans un premier temps, le rôle de l’avocat consiste à étudier en amont la faisabilité d’une opération du point de vue de la concurrence. Il détermine alors si celle-ci doit être notifiée et évalue le risque de voir une autorité de concur- rence interdire l’opération ou imposer des enga- gements. Compte tenu de l’impact potentielle- ment significatif de ces derniers sur les synergies, les spécialistes du droit de la concurrence sont impliqués de plus en plus en amont des réflexions sur les projets de fusion-acquisition. Dans un second temps, l’avocat rédige, avec l’aide de son client, le ou les dossiers de notifications devant les autorités de concurrence compétentes. Il n’est pas rare de devoir ainsi gérer plusieurs notifications dans de nombreux pays à travers le monde, avec l’aide de conseils locaux.

Les comportements anticoncurrentiels

Les autorités de concurrence examinent aussi les comportements anticoncurrentiels, qu’ils pren- nent la forme d’ententes (ou cartels) ou d’abus de position dominante. Il s’agit donc non plus d’une action préventive mais d’un contrôle quasi juri-

32 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

dictionnel pouvant aboutir à des sanctions dont le plafond s’élève jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires mondial de l’entreprise ! Dans ce domaine, l’avocat joue tout d’abord un rôle de conseil dans les décisions stratégiques que peut prendre son client lorsqu’il intervient sur un marché. Il est aussi son défendeur lorsqu’une pro- cédure d’instruction est ouverte, généralement à la suite d’une dénonciation d’un des membres d’une entente ou d’une plainte d’un concurrent. Son assistance peut s’exercer dès le stade d’éven- tuelles perquisitions effectuées par l’autorité, puis tout au long de la procédure pouvant mener à une décision de sanction, jusqu’au recours toujours possible devant les juridictions compétentes. Enfin, l’avocat peut avoir un rôle préventif, en organisant des séminaires et autres formations au sein des entreprises afin de sensibiliser ses membres aux règles de la concurrence, et surtout à ses dan- gers. On parle alors de compliance.

Les aides d’État

Les aides que les États peuvent être amenés à verser aux entreprises font l’objet d’une régle- mentation stricte de nature à vérifier qu’elles ne faussent pas indûment le jeu du marché et elles sont soumises à l’étroite surveillance de la Commission européenne. La dernière crise finan- cière a ainsi été l’occasion pour cette dernière de réaffirmer ses prérogatives, malgré l’urgence au plus fort de la crise lorsque certains États sont venus au secours de leurs banques. L’avocat joue un rôle de conseil soit directement auprès des États, soit auprès des entreprises bénéficiaires, soit auprès des entreprises concurrentes qui n’auraient pas bénéficié de l’aide et s’en trouveraient affec- tées par un désavantage dans la concurrence.

Les compétences et qualités requises

Outre la connaissance du droit et de sa pratique, il est nécessaire de bien connaître le domaine d’acti- vité des clients et de bien comprendre les enjeux économiques. De ce fait, les doubles formations sont souvent privilégiées à l’embauche. Une bonne maîtrise de l’anglais est aussi indispensable. Enfin, des qualités humaines sont nécessaires car l’avocat spécialisé en droit de la concurrence est souvent en contact direct avec de nombreux interlocuteurs au sein de l’entreprise et à tous les niveaux.

au sein de l’entreprise et à tous les niveaux. PIERRE ZELENKO et NICOLAS ZACHARIE, respectivement
au sein de l’entreprise et à tous les niveaux. PIERRE ZELENKO et NICOLAS ZACHARIE, respectivement
au sein de l’entreprise et à tous les niveaux. PIERRE ZELENKO et NICOLAS ZACHARIE, respectivement
au sein de l’entreprise et à tous les niveaux. PIERRE ZELENKO et NICOLAS ZACHARIE, respectivement

PIERRE ZELENKO et NICOLAS ZACHARIE, respectivement associé et counsel chez LINKLATERS. Pierre est ancien élève de l’ENA, docteur en économie (EHESS) et en philosophie du droit (Paris 1), diplômé de l’ESCP et de Sciences po Paris. Nicolas est diplômé de la London School of Economics (2001), de l’université de Nottingham (2000) et de Paris 1 (1999).

<

en

bref

LES AVANTAGES Un droit vivant et international, touchant au cœur de l’activité de l’entreprise et de ses décisions stratégiques. LES CONTRAINTES Compréhension des réalités économiques d’un marché et grande disponibilité sont nécessaires.

Jeunes diplômés, jeunes cadres, votre avenir est dans le Guide des Entreprises qui Recrutent.
Jeunes diplômés, jeunes cadres,
votre avenir est dans
le Guide des Entreprises qui Recrutent.
avenir est dans le Guide des Entreprises qui Recrutent. Disponible en librairie et sur de nombreux

Disponible en librairie et sur de nombreux forums de recrutement de grandes écoles et événements RH.

Retrouvez les fiches détaillées des entreprises qui recrutent :

activité, profils,

postes proposés,

méthodes de recrutement,

contacts RH…

des informations claires sur les postes et stages à pourvoir de bac + 2 à bac + 5.

les dossiers d’actualité :

la diversité et le handicap, le CV,

les méthodes de

recherche

Pour postuler en ligne auprès des

recruteurs :

: la diversité et le handicap, le CV, les méthodes de recherche Pour postuler en ligne
: la diversité et le handicap, le CV, les méthodes de recherche Pour postuler en ligne
: la diversité et le handicap, le CV, les méthodes de recherche Pour postuler en ligne

DOMAINES D ACTIVITÉ

Droit social :

accompagner les grands enjeux sociétaux

e n bref

en bref

e n bref LES ATTRAITS Droit vivant, en relation avec l’activité économique, sociale et politique, et
e n bref LES ATTRAITS Droit vivant, en relation avec l’activité économique, sociale et politique, et
e n bref LES ATTRAITS Droit vivant, en relation avec l’activité économique, sociale et politique, et
e n bref LES ATTRAITS Droit vivant, en relation avec l’activité économique, sociale et politique, et

LES ATTRAITS Droit vivant, en relation avec l’activité économique, sociale et politique, et exigeant, ce qui peut séduire les personnalités rigoureuses et curieuses. CONTRAINTES Droit en constante évolution, qui exige un réel suivi de l’actualité légale et jurisprudentielle.

CONTRAINTES Droit en constante évolution, qui exige un réel suivi de l’actualité légale et jurisprudentielle.
CONTRAINTES Droit en constante évolution, qui exige un réel suivi de l’actualité légale et jurisprudentielle.
suivi de l’actualité légale et jurisprudentielle. BÉATRICE POLA et YASMINE TARASEWICZ, avocats associés
suivi de l’actualité légale et jurisprudentielle. BÉATRICE POLA et YASMINE TARASEWICZ, avocats associés
suivi de l’actualité légale et jurisprudentielle. BÉATRICE POLA et YASMINE TARASEWICZ, avocats associés

BÉATRICE POLA et YASMINE TARASEWICZ, avocats associés chez PROSKAUER. Béatrice est titulaire d’un DEA de droit privé (1991) de l’université de Toulouse et Yasmine d’un DEA de droit privé (1983) de l’université Paris-Descartes.

L e département droit social du cabinet Proskauer dispose d’une expertise reconnue

dans l’accompagnement d’opérations complexes de réorganisation des entreprises, comme la mise en œuvre de stratégie de développement, les pro- cédures d’information-consultation des instances représentatives du personnel ou la négociation avec les organisations syndicales. Il consacre également son activité à l’assistance des entreprises dans les aspects juridiques de la gestion des ressources humaines : négociation de contrats de dirigeants, mobilité internationale, expatriation, questions d’hygiène et de sécurité au travail, mise en place de dispositifs de surveillance des salariés, élaborations de dispositifs d’alerte ethnique et de code de conduite.

Défendre les intérêts des entreprises dans les conflits collectifs

Nous avons une importante activité contentieuse devant les différentes juridictions compétentes en matière de droit du travail et de Sécurité sociale. La défense des intérêts des entreprises dans les conflits collectifs constitue l’un des domaines de prédilection de notre activité contentieuse. Les contentieux à risque sont également un aspect important de cette activité. Il en est ainsi notam- ment des actions en discrimination (syndicales et ethniques par exemple) ou en harcèlement moral ou sexuel. Il s’agit plus généralement de tous types d’actions individuelles donnant lieu à des contentieux multiples, telles que des actions en requalification de contrats précaires en contrat à durée indéterminée, ou de contentieux indivi- duels représentant des enjeux financiers très importants, comme le licenciement de dirigeants salariés. Le contentieux pénal est également un domaine significatif de la pratique du départe- ment (entrave, travail dissimulé, marchandage, prêt de main-d’œuvre illicite, etc.).

Expertise dans les audits sociaux

Intégré dans un cabinet d’affaires à vocation inter- nationale, le département droit social a développé une solide expertise dans la réalisation d’audits sociaux : due diligence, participation à la négocia- tion des opérations d’acquisition, assistance à la consultation des instances représentatives du per- sonnel, mise en œuvre des projets d’intégration postacquisition.

34 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

Des clients internationaux

Nous conseillons une clientèle composée de grandes entreprises françaises et étrangères dans les sec- teurs d’activité suivants : banque et finance, indus- tries chimiques, armements et systèmes de défense, aéronautique, automobile, luxe, tourisme, santé. Nos interlocuteurs sont d’excellents juristes. Leurs interrogations sont très pointues et portent souvent sur une actualité du droit qui est en constante évolution. Nous sommes sollicités sur des dossiers de conseil en stratégie comme sur des dossiers contentieux,parfois pour les mêmes clients. Ainsi, nous sommes impliqués sur les dossiers les plus importants en la matière, pour lesquels il n’existe pas de précédents : contentieux électo- raux, discrimination syndicale, suicide au travail, plan de départs volontaires, etc. Cela nous permet de développer des arguments novateurs et de participer à l’évolution du droit social en France. Par ailleurs, nous sommes très régulièrement solli- cités pour intervenir à titre d’experts lors de sémi- naires en droit du travail en France, en Europe et aux États-Unis, organisons des petits déjeuners thématiques en droit du travail et assurons la for- mation des responsables des ressources humaines, des avocats et des magistrats. Cette activité nous permet non seulement d’être à la pointe de notre matière, mais également de confronter nos opi- nions en droit du travail avec celles des acteurs clés en droit social, comme les DRH, les magistrats et les universitaires.

Une appétence pour le droit du travail

Nous attendons d’un collaborateur une excel- lente formation en droit du travail et une appé- tence pour cette matière. Mais une expérience ou un goût pour le droit des obligations sont égale- ment privilégiés. Le sérieux et la réactivité doi- vent présider dans une discipline où les sources de droit sont multiples et mouvantes, et où nous tra- vaillons souvent dans des situations d’urgence. Lors de son intégration, le jeune avocat pourra être affecté indifféremment à des dossiers de contentieux et de conseil individuel et collectif, la polyvalence étant encouragée. Les avocats les plus expérimentés ont ensuite la possibilité de déve- lopper leur portefeuille de clients, d’évoluer vers un poste de collaborateur senior et, pour les plus talentueux, d’être nommé counsel ou associé.

d’évoluer vers un poste de collaborateur senior et, pour les plus talentueux, d’être nommé counsel ou

DOMAINES D ACTIVITÉ

Technologies et médias :

un domaine en constante évolution

L e cabinet Norton Rose LLP possède une expertise reconnue dans le domaine des tech-

nologies, de l’innovation et des médias. Cette activité (parfois appelée IT/IP,TMT ou CMT), qui s’exerce dans de nombreux secteurs écono- miques (informatique, médias, télécommunica- tions, Internet), fait appel à une diversité de spé- cialités juridiques comme le droit de l’informa- tique, le droit de la propriété intellectuelle, le droit des communications électroniques et des réseaux ainsi que le droit des médias. Elle comprend éga- lement des matières plus spécifiques comme la protection des données personnelles ou le droit pénal numérique (cybercriminalité, cybersquat- ting, etc.). Ces spécialités couvrent des activités de conseil, contractuelles et de contentieux.

Internationalisation des dossiers

Aujourd’hui, deux grandes tendances se dégagent au sein de ce secteur. La première réside dans l’in- ternationalisation des dossiers avec l’accroissement de la part de clients étrangers (provenant majori- tairement du monde anglo-saxon, indien ou asia- tique). Quel que soit le client, national ou groupe international, la nature de ces dossiers ou domaines nécessite souvent une analyse interna- tionale ou transversale. À titre d’exemple, un groupe international qui décide de signer un contrat de cloud computing auprès d’un prestataire informatique pourra voir ses données hébergées dans des pays tiers ayant développé une sous-trai- tance spécialisée. Une analyse juridique transfron- talière réglementaire devra donc être réalisée en complément des aspects contractuels. Par ailleurs, depuis des années, la deuxième ten- dance est la convergence numérique (capacité de tous les contenus « dématérialisés » à passer par une multitude d’écrans, ou encore la façon dont des supports hier séparés comme le téléphone fixe, le mobile, la télévision et l’ordinateur se rap- prochent, voire fusionnent à la faveur des déve- loppements d’Internet). Le développement des smartphones n’en est qu’un exemple. Cette convergence exige d’un avocat de cette spécialité de disposer de compétences dans différents domaines juridiques, précédemment distincts (droit de la propriété intellectuelle, droit des com- munications électroniques), et de faire preuve de créativité dans les solutions apportées.

Transversalité des domaines d’intervention

Notre activité couvre aussi bien les phases straté- giques et initiales d’un projet (risques juridiques et réglementaires et précautions à prendre) que les phases de rédaction, de négociation des accords, de mise en œuvre de ces derniers et, éventuelle- ment, les litiges découlant de ces opérations. Par exemple, le lancement de l’iPhone en France et en Europe a soulevé des questions réglemen- taires, contractuelles ou en droit de la concur- rence. De même, une opération d’externalisation (avec ou sans transfert de personnel) posera de multiples problématiques juridiques, notamment si elle s’opère dans plusieurs pays ou qu’une partie de son exécution est réalisée en offshore. Ces dos- siers illustrent la transversalité de nos domaines d’intervention et la mobilisation d’une variété de spécialités juridiques.

Un brin de créativité

Une forte sensibilité pour ce domaine d’activité est indispensable à la compréhension des enjeux de ces dossiers. En effet, nos interlocuteurs chez nos clients sont soit des juristes ou des dirigeants, soit des acheteurs, des opérationnels, des membres de directions de la communication ou du marke- ting, soit enfin des informaticiens ou ingénieurs. Une capacité de créativité juridique, voire d’ori- ginalité est également importante afin d’offrir aux clients des solutions juridiquement solides, mais devant prendre en compte l’évolution des tech- niques, du droit dans ce domaine, voire de s’enga- ger ou fournir des recommandations là où il n’existe ni loi du texte, ni jurisprudence constante. En pratique et comme dans tout cabinet d’avocats, un jeune diplômé se verra confier des missions de recherches et de participation à la rédaction de contrats ou de négociations. En complément, notre domaine d’activité est riche en contentieux et offre en outre la possibilité de participer à la rédaction de conclusions ou à des expertises techniques. Le panel des activités juridiques est donc large dans ces secteurs inno- vants et porteurs. Il est enfin essentiel de disposer de capacités relationnelles, d’être inventif et ouvert à l’international afin de progresser dans notre secteur.

à l’international afin de progresser dans notre secteur. MARC D’HAULTFOEUILLE, avocat associé chez NORTON ROSE
à l’international afin de progresser dans notre secteur. MARC D’HAULTFOEUILLE, avocat associé chez NORTON ROSE
à l’international afin de progresser dans notre secteur. MARC D’HAULTFOEUILLE, avocat associé chez NORTON ROSE

MARC D’HAULTFOEUILLE, avocat associé chez NORTON ROSE LLP, à la tête de l’équipe Technologies et Innovation. Diplômé d’un DESS en commerce international de l’université Paris 10 et membre du barreau de Paris depuis 1995.

e n bref

en bref

e n bref AVANTAGES Transversalité sur plusieurs domaines juridiques, internationalisation des dossiers et
e n bref AVANTAGES Transversalité sur plusieurs domaines juridiques, internationalisation des dossiers et
e n bref AVANTAGES Transversalité sur plusieurs domaines juridiques, internationalisation des dossiers et
e n bref AVANTAGES Transversalité sur plusieurs domaines juridiques, internationalisation des dossiers et

AVANTAGES Transversalité sur plusieurs domaines juridiques, internationalisation des dossiers et créativité nécessaire dans la formulation de solutions juridiques. CONTRAINTES Fort investissement tout au long des projets, souvent dans des délais serrés, et maîtrise d’une pluralité de compétences juridiques.

au long des projets, souvent dans des délais serrés, et maîtrise d’une pluralité de compétences juridiques.
au long des projets, souvent dans des délais serrés, et maîtrise d’une pluralité de compétences juridiques.

DOMAINES D ACTIVITÉ

Fusions & Acquisitions :

des dossiers de plus en plus globaux

A u sein du cabinet Clifford Chance, je m’oc- cupe de fusions et d’acquisitions ou M&A

(mergers and acquisitions), ce qui signifie que je conseille différents acteurs lors d’opérations d’ac- quisition, de cessions d’actifs, de rapprochements d’entreprises (notamment des fusions, scissions, apports partiels d’actifs) ou de prises de participa- tion. Le M&A, c’est aussi la négociation d’accords de partenariat ou de joint-ventures, le conseil en droit des sociétés dans la perspective d’une trans- action à venir ou, plus simplement, pour répondre à une question ponctuelle. Lorsqu’une des sociétés concernées est cotée, nous basculons dans un autre champ du droit et de la pratique qui est celui du M&A dit public et du droit boursier. L’opération pourra alors prendre la forme d’une OPA (offre publique d’acquisition) ou d’une fusion entre sociétés cotées, avec tout ce que cela suppose en termes d’échanges avec le régu- lateur boursier. C’est déjà quasiment un autre métier.

Sophistication croissante des dossiers

Les dossiers font de plus en plus appel aux spécia- listes, que ce soit en concurrence, droit du travail, propriété intellectuelle ou encore droit des contrats. Cela demande de faire le lien avec de nombreux intervenants, en interne comme en externe, ainsi que d’accumuler, de synthétiser et de restituer les connaissances, sans perdre de vue les grands enjeux, la « big picture » du dossier. Une autre tendance forte du M&A est l’accroisse- ment des opérations à l’international. Nos dossiers sont et deviennent de plus en plus globaux, soit parce que la cible n’est pas soumise au droit français, soit parce que notre client est situé hors de France.

Des dossiers des plus variés

Cela va des fusions, acquisitions, cessions, OPA, accords de partenariat aux joint-ventures, en France comme à l’international. Autrement dit, le M&A couvre tout l’univers du corporate. Ce qui le rend fascinant, c’est le côté vital de l’opération que nous devons traiter. La croissance d’une entreprise, c’est un élément essentiel de sa vie. Les dirigeants et salariés, les investisseurs, tous sont sur le pont, avec l’aide des banquiers, avocats, experts comp- tables et autres spécialistes dans chacun des métiers que requiert l’opération. Et vous devez faire le lien entre tous avec disponibilité et justesse.

36 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

36 ■ TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 En 2010, l’un de mes principaux dossiers a

En 2010, l’un de mes principaux dossiers a été de conseiller un conglomérat allemand dans le cadre de l’apport d’une de ses activités à un grand groupe français coté. Nous avons conseillé notre client en partenariat avec notre bureau de Munich dans la documentation d’acquisition, mais également dans la rédaction des contrats de partenariat en matière commerciale qui représentaient un élé- ment du dossier aussi important que l’acquisition elle-même. Enfin, comme l’autre partie était cotée, nous avons participé à l’élaboration d’un prospectus sous le contrôle de l’AMF (Autorité des marchés financiers).

e n bref

en bref

e n bref LES AVANTAGES Un métier stimulant et enrichissant, ouvert à beaucoup d’autres domaines. LES
e n bref LES AVANTAGES Un métier stimulant et enrichissant, ouvert à beaucoup d’autres domaines. LES
e n bref LES AVANTAGES Un métier stimulant et enrichissant, ouvert à beaucoup d’autres domaines. LES
e n bref LES AVANTAGES Un métier stimulant et enrichissant, ouvert à beaucoup d’autres domaines. LES

LES AVANTAGES Un métier stimulant et enrichissant, ouvert à beaucoup d’autres domaines. LES CONTRAINTES Un métier qui demande de la ténacité, de la disponibilité et un peu de patience.

domaines. LES CONTRAINTES Un métier qui demande de la ténacité, de la disponibilité et un peu
domaines. LES CONTRAINTES Un métier qui demande de la ténacité, de la disponibilité et un peu

De la polyvalence avant tout

Pour s’illustrer dans ce domaine, il importe d’être polyvalent, ouvert aux autres, aux problématiques et aux stratégies. Le M&A demande de se remettre en question pour savoir si vous pouvez faire mieux, si une meilleure approche est possible. Il faut être inventif mais avec rigueur, tempérance et énergie.

Écouter, regarder et apprendre

Un jeune avocat qui rejoint notre équipe doit sui- vre les projets avec nous, commencer avec des missions d’audit, de due diligence, rédiger des notes, faire et coordonner des recherches, participer aux conférences téléphoniques. Et surtout : écouter, regarder et apprendre.

Il aura la possibilité de devenir un jour asso- cié, mais son évolution peut aussi être un déve- loppement en externe. Le M&A comme tout métier généraliste ouvre beaucoup de portes.

comme tout métier généraliste ouvre beaucoup de portes. © B RUNO P AGET ARNAUD FÉLIX, avocat
comme tout métier généraliste ouvre beaucoup de portes. © B RUNO P AGET ARNAUD FÉLIX, avocat

© BRUNO PAGET

généraliste ouvre beaucoup de portes. © B RUNO P AGET ARNAUD FÉLIX, avocat chez CLIFFORD CHANCE

ARNAUD FÉLIX, avocat chez CLIFFORD CHANCE EUROPE. Ancien élève de l’ENA (1998), diplômé d’un DEA conjoncture économique et perspectives de Paris- Dauphine (1994) et de Sciences po (1993).

DOMAINES D ACTIVITÉ

Marchés internationaux de capitaux :

une activité en constante évolution

L es marchés de capitaux peuvent paraître de prime abord comme une activité ésotérique

ou hermétique. Il s’agit cependant d’une activité extrêmement vivante, d’une grande richesse, au cœur du financement de l’économie et des entre- prises. Juridiquement, c’est une activité complète reposant essentiellement sur le droit civil (droit des obligations, sûretés) et le droit des affaires (droit des sociétés et procédures collectives), aux- quels s’adjoignent des domaines plus techniques en droit bancaire et droit boursier. Dans le cadre de cette activité, le cabinet inter- vient en matière de titrisations, d’émissions obli- gataires, de produits dérivés et instruments finan- ciers, de financements structurés et ingénierie de la dette, de fonds et d’organismes de placement collectif et sur les restructurations financières. Par exemple, le cabinet est récemment intervenu dans deux titrisations éligibles aux opérations de refi- nancement de la Banque centrale européenne de prêts à l’habitat et de prêts aux PME.

Savoir s’adapter

Notre activité est en évolution constante compte tenu des développements économiques et juri- diques, et nécessite une grande polyvalence et capacité d’adaptation. Par exemple, à la suite de la crise financière, les marchés financiers font l’objet d’une régulation croissante sur laquelle nous serons amenés à conseiller nos clients. D’autres développements juridiques tels que la fiducie ou la sauvegarde financière accélérée sont également la source d’innovations.Tous ces changements ouvrent des perspectives d’évolution de l’activité. Afin d’exercer dans ce domaine, une solide cul- ture juridique est un postulat et une parfaite maî- trise de l’anglais une condition sine qua non.Tout avocat se doit d’avoir une compréhension de l’en- vironnement économique dans lequel évoluent ses clients, leurs besoins et leurs contraintes. L’ob- jectif premier est de répondre aux besoins des clients et de les accompagner dans le cadre de leurs projets. La valeur ajoutée d’un avocat est de conseiller ses clients en toute indépendance, leur apportant son expertise et ses compétences. Cela requiert également rigueur et pragmatisme. Par

ailleurs, il faut faire en quelque sorte une œuvre de vulgarisation et expliquer en des termes sim- ples et accessibles aux clients, souvent étrangers au système juridique français, afin de leur permettre d’avoir une bonne compréhension des possibilités et des risques. En résumé, il est demandé à l’avocat exerçant dans ce domaine d’avoir la tête bien faite et les pieds sur terre.

Les débuts d’un jeune diplômé

Un jeune diplômé arrivant au sein de l’équipe sera accompagné : il bénéficie de formations organisées par le cabinet à Paris ou à Londres. De plus, afin de bénéficier de synergies, le jeune diplômé partagera son bureau soit avec un avocat de droit anglais, soit avec un avocat plus expéri- menté qui sera son mentor. Cependant, la meil- leure des formations étant l’expérience, un nouvel arrivant est immédiatement impliqué dans les dossiers, en assistant un avocat plus expérimenté, et sera en contact direct avec les différents interve- nants.

Une implication croissante

Progressivement, l’avocat gagnera en autonomie et selon sa propre évolution se verra confier des tâches de plus en plus importantes avec une implication croissante dans les dossiers. L’objectif est qu’à terme, l’avocat puisse pleinement contri- buer au développement du cabinet et des rela- tions avec les clients. Le statut accordé au sein du cabinet reconnaît cette évolution et l’acquisition de cette expertise et de ce savoir-faire avec le sta- tut de senior associate ou, pour les plus autonomes et ayant plus de responsabilités, de counsel, voire de partner. En quelque sorte, l’évolution de l’avocat dépend de lui-même et de son travail.

de l’avocat dépend de lui-même et de son travail. BAPTISTE GELPI, counsel au sein du département
de l’avocat dépend de lui-même et de son travail. BAPTISTE GELPI, counsel au sein du département
de l’avocat dépend de lui-même et de son travail. BAPTISTE GELPI, counsel au sein du département

BAPTISTE GELPI, counsel au sein du département des marchés internationaux de capitaux du cabinet HOGAN LOVELLS (PARIS) LLP. Diplômé d’un DEA de droit privé général (1997) et d’un magistère de juriste d’affaires (1996) de Panthéon-Assas.

en bref

 

LES AVANTAGES Un domaine d’une très grande diversité au cœur de l’activité économique avec de nombreuses innovations. Par ailleurs, il y a toujours la satisfaction d’une opération réalisée avec succès pour le bénéfice d’un client. LES CONTRAINTES Un domaine exigeant à plusieurs titres :

les demandes des clients, la rigueur à tout moment, la formation constante, une charge de travail importante et la capacité à concilier les exigences parfois contradictoires de qualité et de délais serrés.

DOMAINES D ACTIVITÉ

Conseil fiscal en structuration de grands groupes de sociétés

fiscal en structuration de grands groupes de sociétés L ’économie change constamment. En même temps, les

L ’économie change constamment. En même temps, les règles du jeu deviennent de plus en

plus compliquées et demandent de nouvelles approches, ainsi qu’une flexibilité accrue des groupes de sociétés. L’un des secrets du succès d’une activité est de rester informé de ces condi- tions changeantes, afin de saisir les opportunités et de se protéger des risques. La fiscalité fait partie intégrante de toute organisa- tion et de tout individu. Pour pouvoir gérer avec succès les questions fiscales, il est nécessaire de les planifier à l’avance et de les traiter comme une partie intégrante de l’activité, plutôt que de les ignorer et ne pas les anticiper. KPMG Luxem- bourg met en place cette approche, qu’il s’agisse de planification fiscale pour une multinationale, une société nationale ou un client privé.

Contribuer à la stabilité politique et économique des clients

Nos équipes de 200 conseillers fiscaux, qui sont basés à Luxembourg, aident nos clients, au Luxembourg et dans le monde à travers notre réseau. Ils leur apportent des conseils sur les struc- tures fiscales à mettre en place afin d’apporter stabilité fiscale, politique et économique aux groupes internationaux. Nous cherchons à établir des structures légales et acceptables (au niveau de l’éthique, avec évite- ment de paradis fiscaux au sens commun du terme), et proposons une planification fiscale de

38 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

plus en plus nuancée, pondérée et sophistiquée, qui soit raisonnable (au niveau du taux moyen d’imposition), et ne choque pas les administra- tions fiscales ni le grand public, tout comme le lecteur d’un journal économique. Un exemple de dossier type peut être l’acquisi- tion par un grand groupe pétrolier ou pharma- ceutique d’un autre groupe, et l’intégration du groupe racheté dans le groupe acheteur. Le tout avec la possibilité de restructurer tout ou partie de la structure globale, et ce afin de la rendre fiscale- ment efficace.

Une appétence pour les chiffres

Concernant les compétences techniques, il faut se sentir à l’aise avec le droit fiscal national et euro- péen et ses applications, savoir lire un bilan et avoir une réelle appétence pour les chiffres et l’analyse précise de textes de loi. Il est important de noter que nos junior tax advisers sont formés dès leur arrivée sur le droit fiscal luxembourgeois. Tout au long de sa carrière chez KPMG Luxembourg, la personne est soutenue par des formations techniques poussées, l’aidant à évoluer au sein de la hiérarchie. Pour ce qui est des compétences personnelles, il importe d’être disponible et rigoureux, tout en faisant preuve d’un bon relationnel, afin d’assurer un travail d’équipe de qualité et une excellente communication avec le client. Enfin, même si les projets s’étalent dans le temps, il est essentiel d’être réactif et créatif, car les clients exigent des réponses rapides et opérationnelles.

Débuter sans passer le barreau

Un nouveau collaborateur sera impliqué à plusieurs niveaux : d’une part dans la compréhen- sion détaillée de la loi et de jurisprudence et, d’autre part, dans l’analyse visant à déceler les opportunités réelles de nos clients. Il est possible de débuter sa carrière comme conseiller fiscal au Luxembourg avec un master. Il n’est donc pas nécessaire de passer le barreau. Les collaborateurs ont ensuite l’opportunité d’évoluer en interne, au sein de notre département Tax, et de devenir manager rapidement, ou d’évoluer en externe après un certain nombre d’années d’expérience, en étant engagé par un grand groupe comme responsable fiscal,par exemple.

par un grand groupe comme responsable fiscal,par exemple. e n bref LES AVANTAGES Le challenge technique
e n bref

en bref

e n bref LES AVANTAGES Le challenge technique (découvrir la fiscalité de plusieurs pays en constante
e n bref LES AVANTAGES Le challenge technique (découvrir la fiscalité de plusieurs pays en constante
e n bref LES AVANTAGES Le challenge technique (découvrir la fiscalité de plusieurs pays en constante
e n bref LES AVANTAGES Le challenge technique (découvrir la fiscalité de plusieurs pays en constante

LES AVANTAGES Le challenge technique (découvrir la fiscalité de plusieurs pays en constante évolution), l’apprentissage, le travail en équipe, l’environnement multiculturel offert par le Luxembourg et l’opportunité de travailler avec de grandes entreprises internationales. LES CONTRAINTES Une discipline personnelle, et la nécessité de rester créatif et proactif.

internationales. LES CONTRAINTES Une discipline personnelle, et la nécessité de rester créatif et proactif.
internationales. LES CONTRAINTES Une discipline personnelle, et la nécessité de rester créatif et proactif.
et la nécessité de rester créatif et proactif. LOUIS THOMAS, associé en charge des clients commerciaux
et la nécessité de rester créatif et proactif. LOUIS THOMAS, associé en charge des clients commerciaux

LOUIS THOMAS, associé en charge des clients commerciaux et industriels (« line of business C & I ») chez KPMG TAX LUXEMBOURG. Avocat au barreau du Luxembourg (2000), diplômé d’une licence spéciale en droit- économie (1986) et en droit (1985) de l’université de Liège.

DOMAINES D ACTIVITÉ

Droit des affaires au Luxembourg

M a pratique du droit des affaires est assez diversifiée. Je traite régulièrement des dos-

siers de financements syndiqués internationaux, qui impliquent des sociétés emprunteuses ou des garants luxembourgeois. Dans ce contexte, nous sommes en charge de négocier les garanties et les sûretés luxembourgeoises, que ce soit pour des clients bancaires ou des emprunteurs. J’interviens aussi sur des dossiers de droit bancaire, dans le cadre desquels il s’agit de conseiller des clients bancaires ou professionnels du secteur financier sur des questions relatives à leur agré- ment, aux conditions d’exercice de leur activité et plus généralement en rapport avec l’interprétation des multiples lois et règlements européens et luxembourgeois d’application dans le secteur financier et leur impact sur l’activité des clients. Un troisième volet de mon activité est le conseil sur des opérations de marchés de capitaux. Notre cabinet a en effet une longue tradition dans l’ac- compagnement des opérations de levée de capi- taux sur les marchés boursiers, que ce soit par des émissions d’obligations ou d’actions, dans le cadre d’émissions isolées ou de programmes d’émis- sions. Nous intervenons ainsi sur tous types d’opérations de marché, que ce soit des émissions primaires, des offres publiques, des offres d’échange ou encore des OPA. Du fait de la crise, mon acti- vité s’est étendue ces dernières années au droit des faillites et aux restructurations d’entreprises, ainsi que dans une certaine mesure aux dossiers contentieux ou précontentieux.

L’impact de la crise sur les dossiers

La crise de 2008 a modifié le type de dossiers trai- tés par le cabinet dans la période entre 2008 et 2010, mais n’a pas véritablement affecté notre volume de travail.Tandis que l’activité transac- tionnelle avait fortement diminué pendant cette période, sous l’effet combiné de la rareté du crédit bancaire et de l’état des marchés boursiers, les dos- siers de restructuration et de conseil liés aux aspects multiples de la crise ont, eux, fortement augmenté. Depuis le second semestre 2010, on assiste à une reprise certaine des dossiers de type transaction- nel, avec notamment une reprise de l’activité dans le domaine du private equity et plus généralement dans le domaine M&A, ainsi que des finance- ments. L’activité des dossiers de marchés de capi- taux a repris quelque peu, bien que cette activité

e n bref

en bref

e n bref LES AVANTAGES Une expérience professionnelle dans un cabinet juridique luxembourgeois de premier plan,
e n bref LES AVANTAGES Une expérience professionnelle dans un cabinet juridique luxembourgeois de premier plan,
e n bref LES AVANTAGES Une expérience professionnelle dans un cabinet juridique luxembourgeois de premier plan,
e n bref LES AVANTAGES Une expérience professionnelle dans un cabinet juridique luxembourgeois de premier plan,

LES AVANTAGES Une expérience professionnelle dans un cabinet juridique luxembourgeois de premier plan, dans un environnement multilingue et international. Rémunération conséquente. LES CONTRAINTES Disponibilité, sens des responsabilités dès le départ.

international. Rémunération conséquente. LES CONTRAINTES Disponibilité, sens des responsabilités dès le départ.
international. Rémunération conséquente. LES CONTRAINTES Disponibilité, sens des responsabilités dès le départ.
FRANZ FAYOT, associé chez ELVINGER, HOSS & PRUSSEN. Diplômé d’un DEA droit des affaires de
FRANZ FAYOT,
associé chez
ELVINGER, HOSS &
PRUSSEN. Diplômé
d’un DEA droit
des affaires
de Paris 1 (1996).

n’ait pas retrouvé les niveaux d’avant la crise, surtout dans le domaine des titrisations. Les dos- siers de restructuration continuent à occuper le cabinet, bien que de manière moins perceptible que dans la période 2008-2010. De manière générale, on peut dire qu’on revient prudemment

à la normale. Parallèlement, on assiste à des évolu- tions notables, notamment dans le domaine des fonds d’investissement avec AIFMD, qui ne vont pas manquer de générer un surplus d’activité important.

Ne pas avoir peur de « mouiller sa chemise »

Nos dossiers étant par nature complexes et impli- quant des enjeux financiers importants, nous accordons un soin particulier au recrutement des meilleurs talents disponibles. Un candidat devra idéalement avoir fait d’excellentes études dans une université de premier plan, avoir le sens des responsabilités et être multilingue, avec une maî- trise exigée du français et de l’anglais, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. Le candidat devra également être un « joueur d’équipe », le respect des autres étant une valeur fondamentale du cabinet. Last but not least, il ne faudra pas avoir peur de « mouiller sa chemise » et être naturellement curieux et dési- reux d’apprendre – la progression dans le métier d’avocat d’affaires se fait par l’implication dans les dossiers et par l’assimilation continue des derniers développements dans un environnement juri- dique en constant mouvement.

Les missions confiées à un jeune collaborateur

Sans être exhaustif : les recherches juridiques, la rédaction de contrats et d’actes ne présentant pas une trop grande complexité, la présence à des réunions avec un associé ou un collaborateur plus ancien, la préparation de notes de recherche ou de synthèse. « The sky is the limit. » Idéalement, un collabora-

teur que nous recrutons restera sur le long terme et deviendra un jour associé chez nous.Avant cela, il gravira progressivement les échelons, de stagiaire

à collaborateur, à collaborateur senior. S’il part

avant, il aura du moins bénéficié d’une excellente formation reconnue sur la place financière luxembourgeoise comme à l’étranger.

sur la place financière luxembourgeoise comme à l’étranger. TARGET carrières ■ Secteur Juridique 2012 ■ 39

DOMAINES D ACTIVITÉ

Stratégie fiscale :

conseil auprès des entreprises

N otre domaine d’activité concerne principa- lement les multinationales, qu’elles soient

étrangères investissant en France, ou françaises investissant à l’étranger. Nous les conseillons en matière de stratégie fiscale pour les accompagner au mieux dans leurs projets de développement interne ou externe, leurs projets d’évolution de leur business model et leurs réorganisations internes. Nous accompagnons également les fonds d’inves- tissement dans leurs opérations de fusions et acquisitions, que ce soit en France ou dans de multiples pays. Par la nature de nos clients, notre matière est très internationale.

Guider les dirigeants

La fiscalité est devenue un critère à part entière pour guider les dirigeants vers leurs choix straté- giques. Le poids de l’impôt en France et la com- plexité des lois de sources diverses (nationales et internationales) rendent notre intervention de plus en plus essentielle auprès des grandes entreprises.

Nos dossiers types

• Aider une grande entreprise française à investir

sous forme de joint-venture avec un partenaire étranger, de plus en plus situé dans un pays émer- gent (Chine, Inde, Brésil). Nous assistons l’entre- prise, par exemple, dans la détermination des acti- vités qui vont être apportées à la joint-venture

(comment s’y prendre, à quel coût fiscal ?), nous conseillons le partenaire français sur le choix de la localisation de la joint-venture et modélisons les conséquences fiscales donc financières sur son investissement, lors de la remontée des profits au cours de la vie de l’investissement.

• Aider une grande entreprise étrangère à structu-

rer son investissement en France (création d’un groupe intégré, le conseiller sur l’effet de levier) et

l’accompagner dans la réorganisation du groupe cible postacquisition afin de combiner les nou-

velles entités avec les filiales déjà existantes en France (fusions, groupes intégrés à combiner, etc.).

• Accompagner une grande entreprise dans ses

changements stratégiques en matière opération- nelle afin de choisir la structure fiscale qui sera la

plus adaptée aux changements envisagés. Ce type de projet global comprend non seulement un

40 TARGET carrières Secteur Juridique 2012

volet strictement technique, mais également un volet gestion de projet afin d’intégrer tous les aspects du dossier (juridique, social, opérationnel) dans la mise en place de la structuration fiscale.

Un sens du contact primordial

Nous recherchons des compétences techniques, bien sûr, mais également un très bon niveau d’an- glais et un fort sens du contact. En effet, notre métier exige un travail en équipe, des relations fréquentes avec nos bureaux étrangers et enfin, le plus important, des échanges avec nos clients non seulement sur le plan technique, mais aussi sur la gestion du projet en général. Nous devons à la fois rassurer nos clients, mais également les aider dans la gestion quotidienne de ces projets en général internationaux, et qui impliquent de multiples équipes.

Priorité à la formation en début de carrière

Un jeune collaborateur va aider une équipe à creuser des points techniques, commencer à rédi- ger des échanges avec les bureaux étrangers et concourir à la coordination lors de l’intervention de multiples bureaux étrangers du réseau Deloitte. La priorité lors des deux premières années reste la formation, l’apprentissage du métier et des outils pour travailler (documentation électronique, partage du savoir-faire au sein du cabinet, forma- tion continue auprès des managers et associés du cabinet). La carrière chez Taj peut se dérouler sur un rythme flexible en fonction de la compétence et de la maturité de chacun. Néanmoins, il existe un chemin type de carrière au sein de nos équipes :

junior, senior (qui délègue alors aux équipes de juniors et participe de façon plus directe à la ges- tion des dossiers), manager (à qui le cabinet affecte des comptes clients de façon récurrente), direc- teur et enfin associé.

de façon récurrente), direc- teur et enfin associé. SOPHIE BLÉGENT- DELAPILLE, associée en charge du
de façon récurrente), direc- teur et enfin associé. SOPHIE BLÉGENT- DELAPILLE, associée en charge du
de façon récurrente), direc- teur et enfin associé. SOPHIE BLÉGENT- DELAPILLE, associée en charge du

SOPHIE BLÉGENT- DELAPILLE, associée en charge du département Fiscalité des entreprises et membre du comité exécutif de Taj, société d’avocats membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Diplômée d’un DESS droit des affaires et fiscalité de Panthéon- Assas (1989).

e n bref

en bref

e n bref LES AVANTAGES Un métier intellectuellement motivant et riche en contacts internationaux. LES
e n bref LES AVANTAGES Un métier intellectuellement motivant et riche en contacts internationaux. LES
e n bref LES AVANTAGES Un métier intellectuellement motivant et riche en contacts internationaux. LES
e n bref LES AVANTAGES Un métier intellectuellement motivant et riche en contacts internationaux. LES

LES AVANTAGES Un métier intellectuellement motivant et riche en contacts internationaux. LES CONTRAINTES Une charge de travail assez intense et une résistance au stress requise.

contacts internationaux. LES CONTRAINTES Une charge de travail assez intense et une résistance au stress requise.
contacts internationaux. LES CONTRAINTES Une charge de travail assez intense et une résistance au stress requise.

AG12093

AG12093 SURVOTRE iPhone ET VOTRE iPad Téléchargez gratuitement l'application sur > Accédez à toute l’info

SURVOTRE iPhone ET VOTRE iPad