Vous êtes sur la page 1sur 6

suite de

Théâtre cosmico-comique sacré de la Main dʼOr

Série de 4 représentations exceptionnelles «2012 : fin du judaïsme».

REPRESENTATION DU 21 MARS 2012 1er GERMINAL AN ZERO DU 6ème SOLEIL

LES VENGEURS NOIRS DE NEANDERTALIE

En hommage à Rêve de Fer, de Norman Spinrad

AVANT SCENE :

Les lumières s ʼ éteignent. Tonatiuh apparait devant le rideau fermé.

La voix de Tonatiuh raconte l ʼ histoire :

Deux représentations ont déjà popularisé la prophétie maya annonçant la fin du judaïsme pour 2012. La scène du théâtre cosmico-comique sacré est déjà devenue légendaire. Y figurer est se placer sous le 13ème Signe du Zodiaque, le signe des Pléiades et jouir de la puissante protection de Tonatiuh. La campagne électorale bat son plein. L ʼ affiche de Marine Le Pen «Sur quel Juif faut-il chier ? « soulève une monstrueuse polémique. Un choeur médiatique unanime réclame l ʼ interdiction du spectacle. Nous allons aujourd ʼ hui nous inspirer de Rêve de Fer, un roman de Norman Spinrad.

Les Vengeurs Noirs de Rêve de Fer deviennent sous la direction du héros Feric Jaggar, les chevaliers du Swastika. Ce sont des nazis de science-fiction, des SS cosmiques. Blousons de cuirs, aigles sur le dos, brassards à croix gammée.

(voix féminine, ton lecture de conte de fée)

Dans la cabine surgit alors un homme gigantesque, de la taille de Feric mais aux muscles encore plus massifs. Son justaucorps noir sans manches dévoilait avantageusement les serpents sinueux tatoués sur ses bras. À la chaîne d’argent qu’il avait au cou pendait un crâne chromé quasiment grandeur nature. Dans sa ceinture, fermée par une énorme boucle d’acier gravée d’un svastika rouge sang, était fiché un pistolet et sa main serrait une massue d’acier chromé d’une longueur et d’une épaisseur impressionnantes, terminée par un crâne luisant. Ses cheveux blonds tombant sur ses épaules et sa barbe également blonde étaient nattés. Au lobe d’une oreille étincelait un lourd anneau d’or.

Feric Jaggar les soumit à sa volonté purificatrice de la race Heldon contaminée par les mutants, que dominent psychiquement les Doms, et trahie par les Universalistes, en parvenant à soulever comme une plume le Commandeur d ʼ Acier.

La légende rapportait que Stal Held avait fait forger cette arme par une communauté de sorciers captifs, qui avaient su préserver le savoir des Anciens à travers et au-delà du Temps du Feu ; une fois l’arme achevée, Held avait assassiné ces créatures ennemies de l’homme. Grâce à quelque art occulte perdu depuis, ces sorciers funestes avaient conçu la massue de telle manière que seuls Held et les véritables porteurs de sa structure génétique à travers les siècles fussent capables de la soulever. représentant des serpents et que sa pointe – qui au premier regard semblait une bille d’acier – avait été décorée d’une sorte de grand œil. Feric leva l’arme de sa main droite. Il n’aurait jamais choisi une arme aussi légère, pourtant elle était bien équilibrée et longue de près d’un mètre. Il abattit l’arme dans l’air, la trajectoire était bonne, la vitesse acquise suffisante pour réduire un crâne en miettes avec un coup direct. Une massue qui avait servi, mais une arme honorable : elle ferait l’affaire. Stopa saisit sa propre arme et la fit tournoyer. Feric s’approcha pour l’observer. Stopa maniait une massue véritablement épique. Plus longue, environ un mètre quatre- vingts, que l’arme donnée à son adversaire, elle était – à en juger par la façon dont Stopa la maniait – d’au moins un quart plus lourde. La hampe d’acier plaquée de chrome étincelait et la pointe portait gravé le dessin de crâne favori de Stopa. La poignée était en cuir noir, cousu sur le bois. Manifestement, la massue de Feric ne pouvait rivaliser ni en taille ni en modèle avec celle brandie par Stopa ; pourtant, il le sentait clairement, élever à cet égard une violente protestation eût été considéré comme la dernière des poltronneries. Comme les deux adversaires mettaient fin aux moulinets préparatoires, il se fit entendre un lourd halètement qui se rapprochait de la zone éclairée ; puis six Vengeurs apparurent, gémissant curieusement sous le poids apparemment négligeable du châssis de bois qu’ils portaient sur leurs épaules. Mais, lorsqu’ils atteignirent l’endroit où Feric et Stopa se faisaient face et qu’ils déposèrent leur fardeau sur le sol, Feric demeura un instant bouche bée d’ahurissement, puis comprit tout. Le brancard était couvert d’un velours noir immaculé sur lequel, dans toute son incroyable gloire, reposait la Grande Massue de Held, le sceptre perdu du pouvoir royal, le Commandeur d’Acier ! Le seul aspect de la Grande Massue était d’une beauté à couper le souffle. Sa poignée semblait taillée dans un gros morceau de l’antique matériau laiteux connu sous le nom d’ivoire et était ecouverte non de cuir mais d’une substance mystérieuse, à l’éclat de rubis. La hampe, barre luisante de métal sans défaut de plus d’un mètre vingt et de l’épaisseur du poignet, portait gravées sur toute sa surface de riches nervures rouges pareilles à des éclairs, décor qui donnait à l’énorme tronc l’apparence d’avoir été récemment trempé dans le sang. La tête hypertrophiée représentait un poing d’acier grandeur nature, un poing de héros. Au majeur de cette main de métal, une bague arborait l’emblème du svastika, noir sur fond blanc, entouré d’un cercle cramoisi.

ACTE 1 scène 1

Décor : l ʼ habituelle salle de classe. Bruits de motos ronflantes dans la cour de l ʼ école.

La salle de classe est vide. l ʼ Homme à la Moto d ʼ Edith Piaf est projeté sur l ʼ écran.

Dans les coulisses, on entend crier d ʼ une voix coléreuse :

- Nous sommes des bons Aryens ! Nous sommes des propres Aryens !

Les élèves entrent en hurlant : bons Aryens ! propres Aryens !

Ce sont cinq jeunes des banlieues surexcités, casquettes à l ʼ envers qui s ʼ installent aux tables d ʻ élèves.

Feric Jaggar : - Je viens de lire Rêve de Fer de Norman Spinrad. Oh putain d ʼ enculé de sa race le mec ! On y trouve le portrait tout craché des Feujs sous le nom de Doms. Les Doms ont des pouvoirs psychiques qu ʼ ils exercent sur le président des USA pour le soumettre à Israël.

Bogel : - Oh, c ʼ est pas possible ce que tu me racontes là ! Ce sont des Aliens alors.

Feric Jaggar : - Ils viennent de Planète Sion. Ce sont pas des gars de chez nous. Ce sont des traîtres à la Terre. Et nos profs sont des Universalistes qui nous traitent de bons Aryens, propres Aryens parce qu ʼ on peut pas blairer les Feujs. On serait quasiment des nazis parce qu ʼ on n ʼ est pas choatiquement corrects.

Bogel : - C ʼ est vrai qu ʼ ils nous gonflent matin midi et soir les Universalistes avec leur shoatiquement correct. La Shoah, faut en bouffer toute la journée ! Le shoatiquement correct, y ʼ a que çà qui compte pour eux.

Feric Jaggar : - Dans le bouquin, il est question d ʼ une massue gigantesque qui écrase les Feujs. Elle est si lourde qu ʼ il faut quatre hommes pour la soulever. Mais Feric Jaggar la soulève comme une plume et il devient un nouvel Hitler. En fait, le bouquin a été écrit par Hitler ayant émigré aux USA. C ʼ est ce que dit Norman Spinrad.

ACTE 1, scène 2

Pierre Abac arrive dans la salle de classe :

- Heil, les Aryens ! De quoi vous parliez, les enfants ?

Feric Jaggar : - De la massue du Commandeur qui écrase les Feujs.

- Ah ! Je vois, vous avez lu Rêve de Fer, de Norman Spinrad.

Bogel : - Est ce qu ʼ elle existe, monsieur ?

- Oui, mon enfant, elle existe.

Les élèves sont surexcités. S ʼ ensuit un brouhaha.

Elèves : - vous croyez à la science-fiction, monsieur ? Rêve de Fer, c ʼ est une histoire vraie ? Hitler est parti en Amérique quand ? Qui peut soulever la massue ? où est ce qu ʼ on la trouve ?

- La science-fiction est un moyen de dire des choses qu ʼ on n ʼ a pas le droit de dire autrement.

Bogel : - A cause du shoatiquement correct, monsieur ?

- Je n ʼ ai pas le droit de me prononcer sur ce sujet. Tous les professeurs qui l ʼ ont tenté, ont perdu leur place, ont été insultés et ruinés par des amendes et même certains se sont retrouvés en prison. Je peux cependant vous dire que cette massue existe et je sais même qui l ʼ a fabriquée.

Elèves : - Qui, qui, qui ? Racontez nous , on veut savoir, dites nous.

- C ʼ est mon maître le professeur Gödstein qui l ʼ a fabriquée.

Feric Jaggar : - C ʼ est un puissant magicien, alors.

- On peut le dire comme çà. Mais cette massue, il faut pouvoir la soulever pour l ʼ abattre sur les Feujs. Et cela est fort difficile.

Feric Jaggar : - Je pourrais la soulever, moi. Dites moi où elle est.

- Elle est sur internet. C ʼ est un livre qui sʼ appelle «Contes et Légendes cosmiques pour Enfants des Etoiles». La soulever et l ʼ abattre sur les Feujs, c ʼ est le faire publier par

Gallimard dans la Pléiade. Et c ʼ est impossible si vous ne disposez pas d ʼ une arme magique et de puissantes incantations.

On entend un choeur chanter :

Nous sommes les Vengeurs Noirs de Néandertalie Qui des Dominateurs feront cesser l ʼ oppression Des Universalistes stopper la trahison Par les pouvoirs magiques d ʼ une ancienne Alchimie

Les élèves se lèvent alors et reprennent les paroles de la chanson.

Nous sommes les Vengeurs Noirs de Néandertalie Qui des Dominateurs feront cesser l ʼ oppression Des Universalistes stopper la trahison Par les pouvoirs magiques d ʼ une ancienne Alchimie

Sur l ʼ écran se projettent silencieusement des images du Mufti de Jerusalem rendant visite au Führer.

Le professeur remet alors à ses élèves un bouclier sur lequel figure l ʼ image d ʼ Abraxas

un bouclier sur lequel figure l ʼ image d ʼ Abraxas et une lampe torche :

et une lampe torche :

tandis que le choeur chante :

Sur notre bouclier l ʼ image d ʼ Abraxas De sa magie puissante terrorise l ʼ Ennemi Son épée flamboyante est une torche magique Qui des complots obscurs éclaire les profondeurs.

Les élèves reprennent en choeur :

Sur notre bouclier l ʼ image d ʼ Abraxas De sa magie puissante terrorise l ʼ Ennemi Son épée flamboyante est une torche magique Qui des complots obscurs éclaire les profondeurs

tandis que sur l ʼ écran se projette le début de :

Les élèves brandissent le bouclier et allument la torche.

- Feric Jaggar, te sens tu capable de soulever le Commandeur d ʼ Acier ?

Feric Jaggar : - Oui, Maître, j ʼ en suis capable.

- Tu emploieras pour celà la torche magique. Toi et les Vengeurs Noirs de Néandertalie, vous éclairerez la façade de Gallimuche jusqu ʼ à ce que la maison d ʼ édition universaliste vouée à Satan publie «Contes et Légendes cosmiques pour Enfants des Etoiles».

«Contes et Légendes cosmiques pour Enfants des Etoiles». - Jurez vous de le faire, Vengeurs Noirs

- Jurez vous de le faire, Vengeurs Noirs de Néandertalie ?

- Nous le jurons, professeur.

Sur l ʼ écran se projettent des scènes de la Seconde Guerre Mondiale extraites de :

tandis que les Vengeurs Noirs de Néandertalie quittent la salle, brandissant torches et boucliers en chantant :

C ʼ est le combat des morts et des vivants

Au cours d ʼ une guerre de 200 000 ans Pour abolir la tyrannie du Temps Et du Zodiaque arrêter le mouvement

ACTE 3

One man show de Dieudonné

à suivre :

Centres d'intérêt liés