Vous êtes sur la page 1sur 12
MODULE 3, TRAVAIL N o 1 21 janvier 2011 Aperçu Sujet : Exercice d’Analyse de

MODULE 3, TRAVAIL N o 1

21 janvier 2011

Aperçu

Sujet : Exercice d’Analyse de cas

Le Module 3 poursuit l’examen des fondements de la stratégie et du rôle essentiel que joue la comptabilité dans la gestion stratégique. La stratégie réside au cœur de la gestion d’entreprise, qu’il s’agisse d’une grande société multinationale œuvrant dans divers secteurs d’activité ou d’une entreprise nationale exerçant une seule activité. Les cadres inférieurs et intermédiaires participent aux opérations courantes de l’entreprise et s’occupent des stratégies d’activité de l’organisation. La stratégie d’activité englobe la capacité de comprendre le contexte dans lequel l’organisation évolue, la capacité de reconnaître et de développer les talents de l’organisation, ainsi que la capacité de tracer une voie à suivre par l’organisation pour atteindre les buts et les objectifs de toutes les parties prenantes. Une stratégie efficace est donc essentielle à la réussite de l’organisation.

Les candidats des Programmes professionnels CMA occupent des postes de cadres à divers niveaux et possèdent divers niveaux d’expérience en affaires. Tout au long des Programmes professionnels CMA, ils acquièrent progressivement des connaissances de base dans tous les aspects des compétences fondamentales. Ils s’emploient à mettre en application certaines compétences fondamentales dans un contexte d’entreprise afin d’avancer dans leur cheminement professionnel. Les exercices d’Analyse de cas, outre qu’ils développent la capacité de subir un examen, initient les candidats à des enjeux opérationnels réels auxquels font face des professionnels de la comptabilité de management occupant des postes de cadre intermédiaire. Ces exercices reproduisent des situations où il faut prendre des décisions à la lumière de renseignements limités et dans des délais serrés. Ils offrent également aux candidats l’occasion de perfectionner des compétences fonctionnelles et habilitantes et de mettre en pratique les compétences déjà acquises.

Dans le cadre de ce travail, les candidats se penchent sur un cas qui porte essentiellement sur un secteur des ressources naturelles : l’industrie de la pêche. Les ressources naturelles représentent un volet essentiel de notre économie et emploient

directement près d’un million de Canadiens 1 . Ce secteur d’activité englobe les industries de l’exploitation forestière, de l’énergie, des mines et de la pêche.

La majorité des organisations du secteur des ressources naturelles procèdent à de nombreux changements pour répondre aux préoccupations environnementales croissantes. Quel que soit leur champ d’activité, toutes les organisations subissent des pressions pour se conformer à des exigences politiques ou réglementaires – dans certains cas, tant à l’échelle nationale qu’internationale.

Bon nombre des défis propres aux industries des ressources naturelles ne concernent pas les autres secteurs. D’une part, bon nombre d’entre elles comme les industries de l’exploitation forestière, de l’énergie et des mines ont besoin de beaucoup de capital. Les coûts initiaux élevés ne sont couverts que beaucoup plus tard dans le cycle de vie du produit, ce qui peut rendre la gestion de la trésorerie et le financement difficile pour le directeur des finances d’une organisation.

D’autre part, bien des industries exploitent des ressources non renouvelables (c.-à-d. les minerais, le pétrole et le gaz naturel). Ces organisations sont en recherche constante de nouvelles réserves, ce qui entraîne d’importants coûts de recherche- développement. D’autres secteurs, tels que la foresterie et la pêche, comptent sur des ressources renouvelables; toutefois, les coûts – tant en dollars qu’en temps – sont élevés.

Comme la majorité des industries des ressources naturelles exigent encore beaucoup de main-d’œuvre, il faut mettre l’accent sur la formation des employés. De plus, ces industries sont souvent confrontées à des taux d’accidents avec blessures et d’accidents mortels élevés, ce qui force les organisations à mettre constamment à jour leurs mesures de sécurité 2 .

Résultat de l’apprentissage

Les candidats démontrent la capacité de résoudre les enjeux liés à la stratégie d’activité et à la stratégie fonctionnelle présentés dans un cas complexe. Ils présentent leur analyse et leurs recommandations dans un rapport professionnel en bonne et due forme, dans des conditions semblables à celles de l’examen.

Échéance

Prière de se reporter au Calendrier, auquel on peut accéder depuis le menu de navigation de gauche.

1 http://www40.statcan.gc.ca/l02/cst01/labr67a-fra.htm, Emploi, selon la branche d’activité, octobre 2007 (dernier accès : 3 décembre 2010).
2

http://www.csls.ca/reports/nrcprod.pdf, octobre 2004, page 30 (en anglais seulement; dernier accès :

3 décembre 2010).

Lectures exigées

1. Projets d’investissement, document qui se trouve dans la section Documents de référence du site Web des Programmes professionnels.

2. Cost Accounting: A Managerial Emphasis, 4 e édition canadienne. Auteurs :

Horngren, Foster, Datar, Teall et Gowing (dans la Bibliothèque en ligne).

a) Chapitre 21 – Le choix des investissements et l’analyse des coûts

b) Chapitre 22 – Le choix des investissements : y voir plus clair

Les candidats sont invités à prendre connaissance des « Problèmes d’autoformation » et des « Points de décision » pour s’assurer qu’ils comprennent les notions présentées dans les chapitres.

3. Passez en revue Les étapes pour définir une stratégie d’activité, dans la section Documents de référence du site Web des Programmes professionnels.

Travail

La grille d’appréciation du présent travail est présentée dans l’annexe 1. Veuillez noter qu’aucune grille d’appréciation ne sera fournie pour l’épreuve de l’Analyse de cas; les grilles des exercices d’Analyse de cas reflètent les attentes établies à l’égard de l’épreuve proprement dite.

Le travail suivant doit être remis aux correcteurs par l’entremise du site Web en vue d’une appréciation et d’une rétroaction.

SECUREXAM seulement : Si ce n’est déjà fait, veuillez imprimer et lire le Guide d’utilisateur Securexam Étudiant, qui se trouve dans la section Documents de référence du site Web des Programmes professionnels. Vous trouverez des instructions détaillées pour répondre à l’exercice d’Analyse de cas dans le Guide d’utilisateur Securexam Étudiant.

M3T1 – Aqua Fish Canada Inc. (AFC)

Le cas Aqua Fish Canada Inc. se présente en deux parties : le Document de base et les Renseignements additionnels, qui sont publiés séparément à la page d’accueil du Module 3. Veuillez noter que la date et l’heure auxquelles un candidat ouvre le fichier Renseignements additionnels seront automatiquement consignées. Le personnel du bureau provincial, les correcteurs et les animateurs auront accès à cette information. Les candidats ouvrent le fichier Renseignements additionnels seulement lorsqu’ils sont prêts à entreprendre l’exercice.

Travail à faire :

Le travail à faire est précisé dans le document Renseignements additionnels qui se trouve sur la page d’accueil du Module 3. Les candidats doivent se servir de leur

connaissance des étapes énoncées dans le document Les étapes pour définir une stratégie d’activité pour faire le plan de leur réponse et la rédiger.

Les candidats doivent rédiger une réponse dans des conditions semblables à celle de l’épreuve de l’Analyse de cas. Pour reproduire une situation d’examen, les candidats impriment le Document de base 48 heures avant le début de l’épreuve. Ils lisent le Document de base plusieurs fois pour bien connaître l’organisation et son secteur d’activité.

Avant d’ouvrir le fichier Renseignements additionnels et de commencer l’exercice, les candidats devraient :

1. créer des conditions où ils pourront travailler pendant quatre heures consécutives sans être interrompus par l’extérieur;

2. demander aux personnes susceptibles de les interrompre de respecter cette période de concentration;

3. désactiver tout cellulaire, terminal de poche ou autre appareil semblable;

4. imprimer et lire le Document de base;

5. imprimer le Supplément – Formules qui se trouve dans la section Documents de référence du site Web des Programmes professionnels;

6. s’assurer d’avoir à leur disposition tous les outils appropriés pour rédiger leur

réponse comme s’ils étaient en situation d’examen; par exemple, avoir à portée de la main un ordinateur portable, un chronomètre, une calculatrice, du papier brouillon, des stylos, des crayons à mine, des gommes à effacer, de l’eau ou d’autres boissons, des collations, etc. Notez que seules les calculatrices suivantes pourront être utilisées au cours de l’épreuve :

1. Texas Instruments

2. Hewlett Packard

3. Sharp

TI BA II Plus (y compris le modèle professionnel)

HP 10bII (ou HP 10Bii)

EL-738C (ou EL-738)

Une fois les conditions en place, les candidats ouvrent le fichier Renseignements additionnels. Ils impriment et lisent le document, rédigent une réponse au cas et la transmettent dans un délai de quatre heures et vingt-cinq minutes après l’ouverture du fichier Renseignements additionnels. L’heure et la date d’ouverture ou de téléchargement du fichier Renseignements additionnels, puis de la transmission de la réponse des candidats, sont saisies et notées sur le Formulaire de présentation des travaux.

Comme ce travail doit être effectué dans un laps de temps déterminé, aucune limite n’est établie quant au nombre de pages ou au compte de mots. La réponse doit être présentée sous forme d’un long rapport professionnel respectant les consignes énoncées dans les Directives pour le rapport professionnel, qui se trouvent dans la section Documents de référence du site Web des Programmes professionnels. Ce rapport doit contenir une page couverture ou une note de présentation (avec titre, date, nom de l’auteur et nom du destinataire). Cependant, on n’a pas besoin de présenter de table des matières, de bibliographie ni de références d’articles ou de lectures.

Utilisez adéquatement les descripteurs et le format des états financiers, le cas échéant. Les chiffres négatifs doivent être indiqués entre parenthèses.

Veuillez fournir une piste de vérification pour tous les chiffres (montants en dollars, volumes, pourcentages, etc.) dans Word et Excel. Par exemple, il est important d’associer un descripteur à chacun des chiffres (c.-à-d. indiquer ce qu’ils représentent); de plus, la source ou le calcul détaillé des chiffres doivent être clairement indiqués dans la réponse lorsqu’elle est imprimée. Les correcteurs ne vérifient pas les formules dans les cellules Excel pour voir comment un chiffre a été calculé. Vous trouverez des conseils pour créer des pistes de vérification adéquates à l’annexe 1 du document Consignes de mise en forme des travaux et du Rapport au conseil d’administration, qui se trouve dans la section Documents de référence du site Web des Programmes professionnels.

Collaboration et plagiat

La recherche de renseignements dans des publications existantes et l’échange d’idées avec d’autres candidats constituent des méthodes d’apprentissage tout à fait légitimes. Cependant, comme le présent travail est une présentation individuelle, chaque candidat doit transmettre un travail dont le contenu est le fruit d’une réflexion personnelle (par exemple, l’application personnelle de certains concepts), rédigée dans ses propres mots. Les candidats ne peuvent copier aucun passage d’un travail rédigé par un autre candidat. Lorsqu’ils appliquent des concepts expliqués dans les lectures des Programmes professionnels CMA ou dans d’autres sources publiées, ils doivent citer correctement les sources d’où proviennent les passages empruntés ou toute application de l’idée originale d’un autre auteur. Toute infraction à ces règles sera considérée comme une forme de plagiat. Les candidats coupables de plagiat seront passibles de sanctions provinciales et de mesures disciplinaires. Les Directives relatives au plagiat de CMA Canada se trouvent dans la section Documents de référence du site Web des Programmes professionnels.

Publication du travail

1. Utilisez le numéro de référence M3T1 et votre numéro matricule dans le nom du fichier et sur chaque page du travail.

2. Ne mentionnez pas votre nom dans le nom du fichier ni dans le rapport.

3. Mettez le fichier en ligne à partir de la même page depuis laquelle vous avez accédé à ce travail, au moyen des fonctions Parcourir et Soumettre qui s’y trouvent.

4. Mettez le fichier en ligne au plus tard à la date d’échéance prévue.

5. Pour en savoir plus, consultez la section 9 du Guide du site Web – version Candidat.

Annexe 1 Grille d’appréciation – par composante

Veuillez vous reporter au Guide d’appréciation général – 1 re année pour des détails sur chaque composante. La différence entre les appréciations RCA+ et RCA- dépend de la qualité du rapport.

Composante 1. Analyse qualitative et formulation de la stratégie Compétence : F1 : Gestion stratégique Pondération : 15 %

 

1.

a) L’analyse qualitative de la situation actuelle d’AFC :

 

1. est appropriée aux options stratégiques et aux enjeux opérationnels étudiés;

2. est de bonne qualité, sa profondeur et son étendue sont suffisantes et elle est logique;

3. comprend une analyse des facteurs internes et externes, ainsi que d’autres données pertinentes (p. ex., mission, préférences des parties prenantes, contraintes, cibles, analyse

FFPM, facteurs clés de succès et avantages concurrentiels).

 

RSA : La réponse présente les trois qualités énoncées plus haut.

RCA : La réponse renferme une analyse des facteurs internes et externes ET présente une autre des qualités énoncées plus haut.

RIA : La réponse ne présente qu’une des qualités énoncées plus haut.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

1.

b) Les analyses des options stratégiques, des enjeux secondaires et des enjeux relatifs à la mise en œuvre font appel à des données d’une étendue satisfaisante recueillies au cours de l’analyse de la situation (toutes les catégories d’éléments de l’analyse FFPM sont utilisées, pas seulement les mêmes éléments de façon répétitive).

La réponse fait preuve d’une intégration satisfaisante (p. ex., les rapports de cause à effet entre les éléments de l’analyse FFPM et les options stratégiques sont pris en compte; les répercussions d’un enjeu ou d’une option l’un sur l’autre sont prises en compte; et (ou) la manière dont la stratégie recommandée tire parti des forces et des possibilités, tout en atténuant les faiblesses et en évitant les menaces, et atteint l’objectif de l’organisation compte tenu de ces contraintes, est décrite; l’intégration démontrée est équilibrée tout au long des analyses).

RSA : Utilise un ensemble équilibré des catégories de l’analyse de la situation; fournit plus de neuf liens d’intégration clairs répartis de façon équilibrée entre les options et les enjeux.

RCA : Utilise un ensemble équilibré des catégories de l’analyse de la situation; fournit de sept à neuf liens d’intégration clairs répartis de façon équilibrée entre les options et les enjeux.

RIA : N’utilise pas un ensemble équilibré des catégories de l’analyse de la situation, ou fournit moins de sept liens d’intégration clairs répartis de façon équilibrée entre les options et les enjeux.

 

RCA+

 

RCA

 

RCA-

 

1.

c) Le plan de mise en œuvre recommandé :

 

1. renferme un plan d’action qui détermine les tâches, attribue les tâches aux personnes compétentes, prévoit des délais réalistes pour accomplir ces tâches et tient compte des aspects financiers (quoi, qui, quand, coûts/produits d’exploitation);

2. harmonise les ressources et les facteurs de succès de l’entreprise de manière à réaliser la stratégie recommandée;

3. résout les problèmes de l’entreprise sans en causer d’autres (p. ex., il traite les enjeux secondaires et il surmonte les inconvénients des stratégies recommandées);

4. prend en compte les répercussions sur le plan organisationnel (la gestion du changement, la structure organisationnelle, les prix, le moral, le rôle des divers services tels que les TI, la gestion des ressources humaines, les ventes, les relations avec la clientèle, etc.).

RSA : La réponse présente les quatre qualités énoncées plus haut et traite plus de cinq enjeux relatifs à la mise en œuvre.

RCA : Un plan d’action traite de quatre ou cinq enjeux relatifs à la mise en œuvre ET une des qualités énoncées plus haut est présente.

RIA : La réponse traite moins de quatre enjeux relatifs à la mise en œuvre et (ou) ne renferme aucun plan d’action.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

Composante 2. Application des outils quantitatifs Compétences : F3, F4, F5, F6 : Gestion de la performance, Mesure de la performance, Gestion financière, Information financière Pondération : 30 %

2.

a) L’analyse financière d’AFC porte sur trois exercices, dont les chiffres sont arrondis à deux décimales près, et présente les qualités suivantes :

1. Un ensemble équilibré de ratios pertinents (liquidité, couverture, activité, etc.) sont calculés et interprétés.

2. Une analyse des ratios et des tendances, des états financiers en pourcentages ou une analyse comparative sont appliqués de façon appropriée pour évaluer la performance et les risques d’AFC, et les résultats sont interprétés.

3. Les étalons (données de référence) fournis sont utilisés à des fins de comparaison et sont interprétés.

RSA : Plus de quatre ratios sont calculés pour trois exercices, et l’ensemble est équilibré. Les trois qualités sont présentes et les calculs ne comportent aucune erreur.

RCA : Trois ou quatre ratios sont calculés pour trois exercices et l’ensemble est équilibré; deux des trois qualités sont présentes.

RIA : Les ratios sont calculés, mais tout au plus une qualité est présente.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

2.

b) L’analyse quantitative des options stratégiques témoigne d’une compréhension satisfaisante

des concepts et outils d’analyse décisionnelle pertinents. Des concepts et outils appropriés sont choisis et appliqués de façon appropriée (p. ex., aucune erreur grave, qualité satisfaisante). Les hypothèses formulées sont satisfaisantes et pertinentes pour l’analyse de l’option. Voici des concepts et outils pertinents d’analyse décisionnelle qui devraient être appliqués dans les analyses quantitatives des options stratégiques :

1. analyse des coûts et des produits,

 

2. budget des investissements,

3. comparaison des contraintes, et

4. analyse de sensibilité/d’incertitude.

RSA : Des outils appropriés sont employés correctement, les hypothèses sont pertinentes et plus de deux concepts ou outils sont utilisés pour analyser les enjeux stratégiques cernés; au moins deux options font l’objet d’une analyse quantitative.

RCA : Des outils appropriés sont employés correctement, et deux concepts ou outils sont utilisés pour analyser les enjeux stratégiques cernés; au moins deux options font l’objet d’une analyse quantitative.

RIA : Au plus un concept ou outil est utilisé, ou une seule option fait l’objet d’une analyse quantitative.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

2.

c) Financement, prévisions financières, analyse quantitative des enjeux secondaires et application d’autres outils quantitatifs : Le financement nécessaire et le financement disponible sont calculés et comparés, des états financiers pro forma tenant compte des recommandations, stratégiques et autres, doivent être fournis pour au moins un exercice, une analyse quantitative des enjeux secondaires est effectuée au moyen des outils appropriés.

RSA : Le financement nécessaire et le financement disponible sont calculés et comparés de manière satisfaisante pour la stratégie recommandée, et des prévisions financières satisfaisantes sont établies. Les analyses peuvent contenir des erreurs relativement mineures.

RCA : Le financement nécessaire et le financement disponible sont calculés et comparés de manière satisfaisante pour la stratégie recommandée, et des prévisions financières satisfaisantes sont fournies. Les analyses peuvent contenir des erreurs relativement mineures.

RIA : Le financement nécessaire et le financement disponible ne sont pas calculés et comparés de manière satisfaisante pour la stratégie recommandée, des prévisions financières satisfaisantes ne sont pas établies ou les analyses renferment des erreurs graves.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

Composante 3. Concepts fonctionnels qualitatifs Compétences : F1, F2, F3, F4, F5, F6 : Gestion stratégique, Gestion du risque et gouvernance, Gestion de la performance, Mesure de la performance, Gestion financière et Information financière Pondération : 15 %

3.

a) Gestion stratégique : Les analyses qualitatives témoignent d’une compréhension satisfaisante des concepts pertinents se rapportant à la gestion stratégique. Les enjeux pertinents sont utilisés et résolus de façon appropriée. Les concepts et enjeux pertinents comprennent notamment ce qui suit : les domaines de valeur, la structure organisationnelle, les stratégies de croissance, ainsi que la gestion du changement, les communications et la culture organisationnelle (communication efficace du changement stratégique aux membres du personnel afin de favoriser une mise en œuvre harmonieuse, etc.).

Gestion du risque et gouvernance : Les analyses qualitatives témoignent d’une compréhension satisfaisante des concepts pertinents se rapportant à la gestion du risque. Les enjeux pertinents sont utilisés et résolus de façon appropriée (p. ex., recommander une marche à suivre pour le partage, le transfert et (ou) la réduction des risques; préparer des plans d’urgence). Les concepts et enjeux pertinents comprennent notamment ce qui suit : risques internes (stratégies, information financière, etc.), risques associés aux options stratégiques (probabilité de succès, etc.), risques externes/environnementaux (concurrence, sécurité, etc.).

RSA : La réponse cerne et résout au moins cinq des concepts énoncés plus haut.

RCA : La réponse cerne et résout quatre des concepts énoncés plus haut.

RIA : La réponse cerne moins de quatre des concepts énoncés plus haut.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

3.

b) Gestion de la performance, mesure de la performance, gestion financière et information financière : Les analyses qualitatives témoignent d’une compréhension satisfaisante des concepts pertinents se rapportant à la gestion de la performance, à la gestion financière et à la comptabilité générale. Les enjeux pertinents sont cernés et utilisés ou résolus de façon appropriée. Les concepts et enjeux pertinents comprennent notamment ce qui suit : gestion des coûts et des produits d’exploitation, gestion des opérations, technologie de l’information, gestion financière, information financière.

RSA : La réponse cerne et résout au moins cinq des concepts énoncés plus haut.

RCA : La réponse cerne et résout quatre des concepts énoncés plus haut.

RIA : La réponse cerne moins de quatre des concepts énoncés plus haut.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

Composante 4. Méthode systématique pour l’analyse des enjeux Compétence : H1 : Prise de décisions et résolution de problèmes Pondération : 15 %

4.

a) Détermination et hiérarchisation des enjeux : L’étendue et la hiérarchisation des enjeux cernés dans la réponse sont appropriées. Les options principales et des options secondaires sont cernées et hiérarchisées de façon satisfaisante (p. ex., les options principales sont analysées en premier et le plus en profondeur; les options secondaires sont analysées ensuite).

RSA : La réponse cerne et analyse les quatre options stratégiques principales et au moins six enjeux secondaires importants, et les hiérarchise adéquatement.

 

RCA : La réponse cerne et analyse au moins quatre options stratégiques principales, ainsi que quatre ou cinq enjeux secondaires importants, et les hiérarchise. Des problèmes mineurs quant à la hiérarchisation sont acceptables.

RIA : La réponse cerne et (ou) analyse moins de quatre options stratégiques principales, et (ou) analyse moins de quatre enjeux secondaires.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

4.

b) Les analyses des diverses options stratégiques :

 

1. sont d’une profondeur et d’une étendue suffisantes,

 

2. sont équilibrées,

3. sont objectives/impartiales, et

 

4. tiennent compte de plus d’un point de vue ou d’une perspective globale.

RSA : La réponse présente les quatre qualités mentionnées ci-dessus.

 

RCA : La réponse présente trois des qualités mentionnées ci-dessus.

RIA : La réponse présente moins de trois des qualités mentionnées ci-dessus.

   

RCA+

 

RCA

 

RCA-

 

4.

c) Les données pertinentes relatives au cas sont appliquées de façon appropriée dans la réponse. Toute information ambiguë et (ou) manquante est signalée et les hypothèses sont clairement formulées.

RSA : La majorité des données relatives au cas sont utilisées de façon appropriée; les ambiguïtés sont cernées clairement et traitées de façon appropriée.

 

RCA : De nombreuses données relatives au cas sont utilisées de façon appropriée; les ambiguïtés sont cernées et traitées de façon appropriée.

RIA : Les données relatives au cas ne sont pas utilisées de façon appropriée; les ambiguïtés ne sont pas cernées.

   

RCA+

 

RCA

 

RCA-

 

Composante 5. Recommandations et conclusions Compétences : H1, H3 : Prise de décisions et résolution de problèmes, et Professionnalisme et comportement éthique Pondération : 13 %

5. a) Les options stratégiques sont mesurées en fonction de critères décisionnels importants (cibles, contraintes, financement, facteurs clés de succès, mission, etc.). Les recommandations et les conclusions se rapportant aux options stratégiques et aux options secondaires sont logiques, réalisables, réalistes, cohérentes et étayées (au moyen d’une matrice décisionnelle, par exemple), et présentées d’une manière convaincante.

RSA : La réponse démontre que la recommandation est viable compte tenu des contraintes énoncées, atteint les cibles, dispose d’un financement suffisant et est conforme avec la mission. Les recommandations sont logiques, étayées et cohérentes avec les analyses.

RCA : La réponse démontre que la recommandation est viable compte tenu des contraintes énoncées, atteint les cibles et dispose d’un financement suffisant. Les recommandations sont logiques et cohérentes avec les analyses.

RIA : La réponse ne compare pas les recommandations aux critères décisionnels et les recommandations ne sont pas cohérentes avec l’analyse.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

Composante 6. Professionnalisme et communication Compétence : H4 : Communication écrite Pondération : 12 %

 

6.

a) Le format et la structure du rapport sont appropriés :

 

1. Les éléments que doit comporter un rapport professionnel efficace sont présents :

i) page couverture/note d’accompagnement,

 

ii) sommaire,

iii) introduction,

iv) corps du rapport,

v) conclusion, et

vi) annexes.

2. Le sommaire est concis et souligne ou résume les options stratégiques, les recommandations et les autres enjeux auxquels le destinataire peut donner suite.

3. L’introduction présente le but et la portée du rapport.

 

4. La conclusion vient clore le rapport en faisant une synthèse des constatations.

5. Le contenu des annexes est approprié (p. ex. FFPM, analyse quantitative).

6. Le rapport est bien structuré, au même titre qu’un rapport professionnel (p. ex., on utilise des titres et des sous-titres, l’ordre dans lequel les idées et les arguments sont présentés est approprié et on utilise les listes efficacement).

RSA : Tous les éléments sont présents et de qualité satisfaisante, le contenu est bien structuré et le rapport respecte les consignes de mise en forme.

RCA : Tous les éléments sont présents, mais deux éléments ne sont pas satisfaisants, des erreurs/lacunes mineures sont constatées dans la structure du rapport et le rapport respecte la plupart des consignes de mise en forme.

RIA : Un élément manque, plus de deux éléments ne sont pas satisfaisants, des erreurs/lacunes graves sont constatées dans la structure du rapport et le rapport ne respecte pas un grand nombre de consignes de mise en forme.

 

RCA+

RCA

RCA-

 

6.

b) La langue et le style de la réponse sont appropriés :

 

1. Le rapport démontre un ton professionnel et un tact appropriés, et il s’adresse au bon auditoire.

2. La langue utilisée dans la partie narrative est exempte d’un nombre gênant de termes de jargon ou d’abréviations inexpliquées, et la formulation correspond au niveau de langue en usage dans le monde des affaires; le texte contient peu de fautes d’orthographe (y compris les coquilles), de grammaire, de syntaxe et de ponctuation.

3. Le contenu qualitatif et quantitatif est exprimé avec clarté, logique et cohérence, et le style est fluide. La répétition est utilisée de manière efficace, sans être excessive.

4. Au besoin, les renvois, les descripteurs et les pistes de vérification sont fournis (p. ex., la

réponse est facile à suivre; ils guident le lecteur).

 

RSA : Peu de problèmes de ton, de langue et d’expression du contenu; la réponse est facile à suivre.

RCA : Quelques problèmes, mais ils ne gênent pas la compréhension et la réponse est facile à suivre.

RIA : Des problèmes majeurs, des erreurs qui gênent la compréhension, réponse difficile à suivre.

 

RCA+

RCA

RCA-