À  Paris,  le  mardi  10  janvier  2012

,

La loi Poletti : les études de sage-femme enfin à l’Université ?
L’Association   nationale   des   étudiants   sages-­‐femmes   (Anesf),   adhérant   à   la   Fage   (Fédération  des  Associations  Générales  E;tudiantes),  se  réjouit  du  dépôt  le   22  décembre   2011   à   l’Assemblée   nationale   de   la   proposition   de   loi   de   Mme   Bérengère   Poletti   (députée   UMP  des   Ardennes)   relative   à  l’universitarisation   des   études   des   sages-­‐ femmes.  Après  plusieurs  échecs  ou  accords  timides  avec  les  ministères  de  l’Enseignement   supérieur   et   de   la   Santé,   cette   proposition   représente   un   espoir   d’avancée   pour   l’intégration  universitaire  des  écoles  de  sages-­‐femmes. Aujourd’hui,   les   études   de   sage-­‐femme   sont   majoritairement   organisées   dans   des   écoles  hospitalières  sous  la  responsabilité   des  régions.  La  seule  et  unique  mission  de  ces   écoles   est   la   formation   initiale.   Or,   depuis   plusieurs   années,   la   communauté   des   sages-­‐ femmes  milite  aGin  que  soient  créées,  à  l’image   des  autres   professions   médicales,  des   structures   universitaires   menées   par   leurs   pairs.   Leur   triple   objectif   serait   la   formation  initiale,  la  formation  continue  et  la  recherche,  ceci  aGin  de  former  de  meilleurs   professionnels   et   donc   de   proposer   une   meilleure   prise   en   charge   des   femmes   —   enceintes  ou  non  —  et  des  nouveau-­‐nés. La   proposition   de   loi   relative   à   l’universitarisation   des   études   des   sages-­‐femmes   a   notamment   pour   objectif   l’intégration   de   toutes   les   écoles   de   sage-­‐femme   à   l’Université   à   l’horizon   de   septembre   2013,   tout  en   déGinissant   les   types   de   structures   envisageables. Par   ailleurs,   elle   propose   de   créer   un   nouveau   statut   pour   les   sages-­‐femmes   enseignantes,  qui  ne  peuvent  à  l’heure  actuelle  exercer  pleinement  qu’au  sein  de  l’hôpital   public  et  non  à   l’Université.  Ce  statut  devrait  donc  permettre  d’envisager  sereinement  une   transition  inévitable. EnGin,  ce   texte  propose  de  rétablir   l’égalité   entre   les   étudiants   sages-­‐femmes   et   les  autres  étudiants  de  l’Enseignement  supérieur,  en  leur  permettant  aussi  d’accéder   aux  bourses   des   Crous.  En  effet,  depuis  la  loi  de  décentralisation  de  2004,  les  étudiants   sages-­‐femmes  perçoivent  des  bourses  régionales  globalement  moins  avantageuses. L’Anesf   se  félicite  de  la  saisie  de  nos   problématiques   par   le   Palais  Bourbon,  tout  en   n’oubliant   pas   le   long   processus   législatif   qui   attend   cette   proposition   de   loi.   Par   conséquent,  nous  resterons  attentifs   à  l’accueil  que  les  députés   et  le  Gouvernement   réserveront  à  ce  texte. Contact  presse  : >  Cédric  Picaud président  de  l’Anesf president@anesf.com +33  (0)6  74  62  52  31