Vous êtes sur la page 1sur 6

MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES

(C.C.T.P.)

Le pouvoir adjudicateur : CONSEIL GENERAL DE SAONE-ET-LOIRE

CONSEIL GENERAL de SAONE & LOIRE Hôtel du Département Rue de Lingendes 71026 MACON Cedex 9

CCTP établi en application du Code des Marchés publics (Décret n°2006-975 du 1 er août 2006), relatif à :

Réalisation d’un site Open Data

La procédure de consultation utilisée est la suivante :

Procédure adaptée en application de l'article 26-II-2 du Code des Marchés Publics

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES

SOMMAIRE

A. Présentation du projet

3

1. Contexte

3

2. Projet Open Data du Département

4

3. Objectifs

4

B. Solution souhaitée

4

1. Objet de la demande

4

2. Fonctionnalités attendues

4

3. Identité graphique

5

4. Plateforme technique

5

5. Volumétrie

5

6. Thématiques des données

5

7. Référencement

5

8. Statistiques

5

9. Récupération des données

5

10. Formation et documentation

5

11. Maintenance

5

C. Planning

6

1. Phases

6

2. Planning prévisionnel du projet

6

3. Cession de droits et clause de confidentialité

6

A. Présentation du projet

1.

Contexte

Rappel du contexte

Les administrations publiques, territoriales ou d’état, à l’échelle de la planète, ont pris conscience de l’importance du patrimoine immatériel que représentent aujourd’hui les données de leurs systèmes d’information. Celles-ci concernent l’ensemble des activités liées aux missions de service public. Cette richesse trop longtemps inexploitée, a trouvé en 2009 son utilisation grâce à des acteurs des politiques publiques, mais aussi à des acteurs du domaine de l’Internet et des technologies de l’information.

En ouvrant et partageant les données publiques de leurs institutions, les Etats-Unis ont lancé un mouvement : l’Open Data.

Il s’agit de mettre à disposition de l’ensemble des acteurs d’un territoire local, national voire international, toute donnée publique numérique non nominative, ne relevant pas de la vie privée, ni de la sécurité et ayant une dimension territoriale. L’objectif est double : la possibilité pour tout un chacun d’accéder aux données, pour peu qu’il dispose d’une connexion à internet, et la possibilité de croiser, traiter et analyser des données de sources différentes pour proposer de nouveaux services et applications.

Sous l’impulsion de Barack OBAMA, qui en a saisi le premier le potentiel démocratique et en a fait un des axes forts de son mandat, ce mouvement de libération de données a pris progressivement de l’ampleur. Les initiatives des pays anglo-saxons, notamment du Royaume-Uni avec un projet gouvernemental et un de la ville de Londres, ont aujourd’hui été rejointes par tous les continents.

En effet, poussée par des communautés de réflexion et d’acteurs « open data » du monde entier, encadrée par la directive européenne de 2003, transposée en droit français par l’ordonnance du 6 juin 2005, qui vise à encourager et harmoniser l’ouverture des données dans les états membres, la majorité des pays européens, et en particulier la France, se lance aujourd’hui aussi dans ce mouvement naissant.

En France, les expériences restent aujourd’hui assez « timides » quant aux volumes et types de données libérées. Elles ne reflètent en rien les véritables enjeux de ce mouvement démocratique.

En effet l’ouverture et le partage des données publiques est aujourd’hui un mouvement sociétal mondial. Il présente aujourd’hui deux enjeux majeurs :

- Un enjeu démocratique : transformer la relation entre les citoyens et l’institution en accroissant la lisibilité des missions, des actions, et du rôle, à la fois de l’administration mais aussi des élus. La transparence, véritable moteur de la démocratie serait non seulement un nouvel outil de contrôle des administrations par les citoyens, mais aussi un moyen d’améliorer la qualité du service public en proposant de nouveaux services.

- Un enjeu socio-économique : la quantité et la qualité des données disponibles en font une source considérable d’informations pouvant susciter la création de nouveaux secteurs économiques (par exemple : développement d’applications pour Smartphone, émergence de

jeunes entreprises, création de nouveaux services,

démarré depuis deux ans, tout d’abord dans les pays anglo-saxons, et qui arrivent en France (Rennes Métropole, Paris ), montrent que les retombées économiques peuvent se chiffrer en milliards d’euros à moyen terme selon la Communauté Européenne.

En effet, les expériences qui ont

).

Les collectivités sont donc en présence d’une opportunité économique et sociale, véritable enjeu territorial. En renforçant et partageant la connaissance, en stimulant l’innovation participative, en mobilisant l’ensemble des acteurs publics et de la société civile (associations, scientifiques, journalistes, entreprises du web, enseignement ), les territoires se voient dotés d’un formidable levier de croissance, créateur d’emplois et de nouveaux services. Et au-delà des deux années d’expérience positive de notre voisin anglo-saxon qui nous montrent le chemin, tout reste à inventer.

2.

Projet Open Data du Département

Le Département de Saône-et-Loire, à l’instar de l’ensemble des administrations, possède au sein de son système d’information, un volume très important de données numériques. Celles-ci concernent l’ensemble des activités liées aux compétences qui lui sont confiées (social, collèges, routes, économie, culture, ).

Les enjeux du mouvement de libération des données font écho aux dynamiques déjà lancées en Saône-et-Loire.

- Au niveau démocratique : dans le prolongement de la démocratie participative, le Département mettra à disposition de ses citoyens la connaissance des projets, des politiques publiques qui les concernent, des informations sur chaque euro engagé, accroissant ainsi la lisibilité des missions, des actions, et des rôles, à la fois de notre administration mais aussi des élus.

- Au niveau socio-économique : créer une dynamique économique autour de nouveaux services, sur la base des données libérées, en y associant des pôles de compétences (enseignement, recherche, formation ) et le tissu économique à une très large échelle. Ce développement générera de l’emploi et de la croissance économique, renforçant ainsi l’attractivité du département.

La Saône-et-Loire peut devenir une force fédératrice de l’ouverture et du partage des données au niveau de son territoire. En libérant l’ensemble des données pertinentes du Département, et en y associant à terme ses partenaires, la Saône-et-Loire deviendrait une des places fortes de ce mouvement.

3. Objectifs

L’objectif est donc d’offrir aux usagers - quels qu’ils soient, personnes physiques ou morales - de notre territoire local, mais aussi au niveau national et international, la possibilité de s’approprier les données qui seront ouvertes et partagées au travers d’un site internet.

B. Solution souhaitée

1. Objet de la demande

Le prestataire devra développer un site Internet répondant aux fonctionnalités attendues en tenant compte d’un concept graphique et d’une plateforme technique qui seront fournies par le Département de Saône et Loire.

2. Fonctionnalités attendues

Le site internet du projet Opendata71 devra contenir les éléments suivants :

pages d’actualité / blog,

pages éditoriales,

forums,

formulaires,

liens / synchronisation avec Facebook et Twitter,

pages d’accès aux données et à leurs métadonnées avec signature d’une licence pour leur utilisation. Cette acceptation de licence doit être associée à la saisie de renseignement pouvant être traités ultérieurement par la collectivité ;

interface « développeur » permettant d’accéder aux données proposées sur le site ;

interface « citoyen » permettant à tout un chacun d’agréger puis de visualiser les données proposées sur le site ;

interface « partenaire » permettant à d’autres fournisseurs de données de déposer leurs propres données sur le site Opendata71 pour les proposer aux développeurs et aux citoyens ;

plan du site,

moteur de recherche.

Le site internet devra également être adapté à la lecture sur smartphone (partie éditoriale).

L’ergonomie du site devra reposer sur des principes de simplicité, de souplesse et d’accessibilité. De même, l’administration du site devra être modulable et intuitive, même pour des contributeurs / modérateurs non familiers de l’administration d’un site internet.

3.

Identité graphique

La charte graphique des pages types du site sera fournie par la collectivité au format HTML et PSD au cours du mois d’août 2011 (voir planning du projet au chapitre C). Le concept graphique sera arrêté pour la dernière semaine de juillet.

4. Plateforme technique

La plateforme technique (serveur Web, serveur de données) sera sous Windows AZURE. Les données seront accessibles soit en direct via le protocole ODATA (base NoSQL), soit en téléchargement (format bureautique, XML, .txt, .SHP, .KML )

5. Volumétrie

Le volume de l’ensemble des données à publier à terme est estimé à 3To.

6. Thématiques des données

Les données qui seront mises à disposition, concernent les thématiques suivantes : politiques publiques, fonctionnement de l’administration, fonctionnement des élus, tourisme, culture, environnement, agriculture, routes, social, éducation, transport, archives

7. Référencement

Le site réalisé doit être conçu de manière à permettre un référencement efficace dans les principaux moteurs et annuaires de recherche français et étrangers. L’indexation du site par les moteurs de recherche et annuaires doit déboucher sur le positionnement du site dans les toutes premières positions des pages de résultats des outils de recherche sélectionnés, pour les requêtes des internautes en rapport avec l’open data. Pour cela, le prestataire procédera à l’optimisation des pages des sites, en fonction des critères de pertinence actuels des différents outils de recherche. Un suivi rigoureux et régulier doit être mis en place afin d’assurer et maintenir la visibilité du site pour chacun d’entre eux.

8. Statistiques

Un outil de statistique de fréquentation des pages du site sera mis en place afin de fournir des données sur la base de critères clairement définis et donc facilement analysables (nombre de visites, nombres de visiteurs, profil du visiteur type, nombre de pages consultées, les pages les plus et les moins consultées, temps moyen de visite par page, origine géographique, sites d’origine, charges quotidiennes par pages, charges hebdomadaires par pages, charges mensuelles par pages, visites, durées, type de connexion, type de matériel ). Google Analytics est souhaité pour ce faire, le compte du Département pourra être utilisé.

9. Récupération des données

A l’issue de la prestation le prestataire devra être en mesure de remettre au Département l’ensemble des données qui constituent le site (document téléchargeables, articles, posts, etc.), ainsi que les sources du site si celui-ci est réalisé avec un CMS open-source. Ces informations devront être dans des formats lisibles par la collectivité (formats bureautiques, XML, txt).

10. Formation et documentation

Le prestataire fournira la documentation d’administration fonctionnelle de la solution proposée. Il effectuera également une formation sur site pour les administrateurs de la solution (au maximum : 6 personnes formées).

11. Maintenance

La maintenance de la solution débute à réception de la phase n°1(voir planning prévisionnel). Elle a pour objet la fourniture, par le titulaire, d'un service de maintenance pour la solution décrite dans le présent document dans les conditions prévues ci-après :

- la prise en compte des bogues de la solution 7j/7j et 24h/24h par écrits horodatés. Le Département signalera les bogues au fournisseur par un moyen horodaté (email, fax, courrier, extranet du fournisseur);

- La correction des bogues bloquants de la solution intervient dans un délai maximum de 1 jour ouvré.

- La correction des bogues non bloquants devra être effectuée dans un délai maximum de 7 jours ouvrés.

Le titulaire est libéré de toute obligation d'intervention dans les cas suivants :

- cas de force majeure ;

- réparations, travaux de maintenance, modifications, déplacements effectués par des personnels ne relevant pas de l'autorité du titulaire ou sans la direction ou l'approbation du titulaire ;

- non-respect des spécifications d'environnement communiquées par le titulaire.

Le titulaire n'est pas responsable des manquements ou des retards qui viendraient à se produire dans l'exécution des prestations prévues dans le présent contrat en raison des circonstances définies ci-dessus.

C. Planning

1. Phases

Phase n° 1 : mise en ligne d’une première version du site avec les fonctionnalités précisées par la collectivité lors de la notification du marché sur la base des préconisations présentées dans l’offre du candidat.

Phase n° 2 : mise en ligne de l’ensemble des fonctionnalités du site.

2. Planning prévisionnel du projet

Entre le 25/07/2011 et le 29/07/2011 : Validation concept graphique avec les créateurs du graphisme du site Entre le 25/07/2011 et le 29/07/2011 : : réunion de lancement au CG71 et validation du périmètre définitif avec le prestataire du présent marché

Du 1er 25/08/2011 : Conception et réalisation de la charte graphique + réalisation et alimentation de la plateforme technique, par itérations successives avec le CG71

26/08/2011 : Validation de la charte graphique du site

29/08/2011 : Fourniture au prestataire retenu de la charte graphique et ergonomique définitive validée.

Du 30/08 au 9/09/2011 : Intégration de la charte graphique et tests sur la plateforme de recette.

26/09/2011 : mise en ligne d’une première version du site avec les fonctionnalités précisées par la collectivité lors de la notification du marché sur la base des préconisations présentées dans l’offre du candidat (Phase 1)

28/11/2011 : mise en ligne de l’ensemble des fonctionnalités du site (Phase 2)

3. Cession de droits et clause de confidentialité

La mention suivante

« Le Conseil général de Saône-et-Loire dispose à titre exclusif, pour le monde entier, et ce pour une durée de trois ans :

du droit de reproduction,

du droit de représentation,

du droit d’adaptation,

c'est-à-dire du droit de modifier au gré du Conseil général de Saône-et-Loire l’œuvre dans le but de répondre à ses objectifs et dans la limite du droit moral de l’auteur telle que prévue à l’article 6 bis de

la Convention de Berne du 9 septembre 1886 ».

devra être remise à l’issue de la prestation.

Par ailleurs, les informations transmises par le Conseil général doivent faire l’objet d’une clause de confidentialité.