Vous êtes sur la page 1sur 59

1

PARTIE I

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

2

1. ÉQUATIONS DE PROPAGATION

GB

1/ Équations de Maxwell

a – Théorème de Gauss-Maxwell

b – Conservation du flux magnétique

c – Théorème de Ampère-Maxwell

d – Relation de Faraday-Maxwell

div D = div B = 0 ∂ D ∂ t ∂ B rot E
div D =
div B = 0
∂ D
∂ t
∂ B
rot E =
∂ t

rot H

=

j

+

D : champ d’induction électrique : densité volumique de charges

B : champ d’induction magnétique

H

j

: champ magnétique

: densité de courant

E : champ électrique

Équations de Maxwell

Milieu linéaire ou parfait (permittivité et perméabilité o )

B

=

o

H

et

D = E

Relations linéaires couplées entre les dérivées premières

/

espace et temps

Conséquence de ces équations : Phénomène de propagation des champs électrique et magnétique à vitesse finie

/

3

GB

2/ Équations de propagation des champs Étude restreinte au cas du milieu ohmique de conductivité
2/ Équations de propagation des champs
Étude restreinte au cas du milieu ohmique de conductivité
avec
= 0
j suit les variations de E
:
loi d’Ohm j = E
(Reste valable en régime variable si la période >> durée du régime transitoire)
∂ B
(
)
∂ E
rot rotE
=
(rotB)
=
grad (div E)
E
=
E +
 
rot
E =
o
∂ t
∂ t
∂ t
∂ t
 div E
2
= 0
E
∂ E
E
= 0
o
o
2
∂ t
t
div
B
= 0
∂ E
(
)
∂ E
∂ B
rot B
=
E
+
rot rotB
=
rot
E
+
 
 grad (div B)
=
B
=
o
o
o
o
o
∂ t
∂ t
∂ t
∂ 2 B ∂ B ∂ t o ∂ t
∂ 2
B
∂ B
∂ t
o ∂ t

B

B o 2 = 0
B o 2 = 0

o

2

B o 2 = 0
B o 2 = 0

= 0

2

B

o

t

2

Équations de propagation des champs ou équations de d’Alembert

Cas du vide

 

E

1

2

0

E

=

= o et

= 0

c

2

t

2

2

0

B

=

 

1

 

B

1

o

o

=

c

2

 

c

2

t

2

/

4

GB

2. ONDES PLANES HARMONIQUES DANS LES MILIEUX LINÉAIRES

1/ Régime permanent sinusoïdal

a – Définitions

Importance de l’étude des régimes périodiques Tout régime périodique = somme de régime sinusoïdaux ou harmoniques (série de Fourier)

Résolution des équations de Maxwell en régime harmonique

Étude restreinte aux milieux linéaires ( , o ) avec une conductivité π 0

Sources harmoniques (pulsation ) champs harmoniques (pulsation )

Champ électrique

E (r, t)

=

E

o

cos{

⇒ Champ électrique E ( r, t ) = E o cos { t + (

t

+

(r)}

( terme de phase peut dépendre de la coordonnée)

E

o

(r )

: amplitude : phase à l’origine des temps

Idem pour B

/

5

GB

b – Notation complexe

Calculs trigonométriques vite fastidieux Utilisation de l’espace complexe C

Grandeur réelle (sens physique)

Grandeur complexe

Soit

~

r

(

E r ,t

)

=

E

o

e

i[

t

+

(r)]

et

E

(

r,t

)

= ¬

{E (r, t)}

~

r

¬{

} : partie réelle du nombre complexe entre accolades

i : base des imaginaires

Remarque : Dérivation/intégration par rapport au temps

~

r

(

E r ,t

)

=

E

o

e

i[

t

+

(r)]

Dérivation : Champ réel

(

)

E

r,t

t

= ¬

Association champ réel

(

)

E

r,t

t

Intégration : Champ réel

E

(

r, t

)

dt

Association champ réel

E

(

r, t

)

{

i

E (r)}

~

r

= ¬

dt

champ complexe

1

i

~

r

E

(  r )  
(
r
) 

champ complexe

i

E (r)

~

r

1

i

E (r)

~

r

Intérêt : dérivation ou intégration par rapport au temps remplacée par une multiplication

/

6

GB

2/ Champ électromagnétique en régime permanent sinusoïdal dans CCCC

a – Équations de Maxwell dans CCCC

E

~

  B

  B =

~

r

rot E

div

div

rot

~

r

r

~

r

=

i

= 0

= 0

o

~

r

B

~

r

j

+

i

o

~

r

E

3/ Équations de propagation dans CCCC

Hypothèse : Régime ohmique caractérisé par

( peut

C ne change rien pour la suite)

R , Milieu ,

o

Équation de propagation

E

2

E

o

t

2

o

E

t

= 0

Soit

~

=

1

i

2 o ∂ E ∂ t = 0 Soit ~ =    1 i

~

r

E

+

2

o

1

i

  E

~

r

=

0

: permittivité complexe du milieu

et

~

k

2

=

~

r

E

2

permittivité complexe du milieu et ⇒ ~ k 2 = ~ r E 2 ⇒ 

~

r

E

~

r

B

+

+

~

k

~

k

2

2

~

r

E

~

r

B

=

=

0

0

   ~ r E ~ r B + + ~ k ~ k 2

Cas du vide :

~

r

E

~

r

B

+

+

k

k

2

2

~

r

E

~

r

B

=

=

0

0

(

= o et

+

o

~

2

=

= 0

o

~

r

E

2

o

k =

~ r i E = 0 o    1 i   
~
r
i
E
=
0
o
1
i
=
)
o
o
c

/

7

GB

4/ Solution des équations de propagation

Repère cartésien,

~r

cas de E , composante x :

2

~

E

x

x

2

+

2

~

E

x

y

2

+

2

~

E

x

z

2

=

~

k

2

~

E

x

Pas de couplage entre les coordonnées x, y et z

~r

E

 

~

~

 

~

x

=

E (x)

1

 

E

2

(y)

E

3

(z)

 
 

d

2

~

d

2

~

E

2

2

~

E

3

1

E

1

+

 

1

+

1

d

~

 

~

 

d y

2

 

~

2

E

1

 

d x

2

E

2

E

3

d z

 

~

 

~

~

~

 
 

avec

k

 

2

=

k

2

+

k

2

+

k

2

 

x

y

z

   

~

 

~

~

 

[

t

(

k

x

x

+

k

y

y

~

+ k

+ k

z

z)]

=

~

E

ox

exp i

t

r

k r

 
 

~

 

~

 

 

~

  ~   ~        ~   

 

r

E

=

r

E

o

exp i

t

r

k r

=

=

=

~

E

~

E

~

k

2

x

~

k

~

k

2

y

2

z

o3

expi

o

~

E

x

=

~

E

~

~

E

ox

oy

E oz

 

~

1

~

d

2

E

1

2

 

E

1

d

x

 

~

1

~

d

2

E

2

2

E

2

d

y

1

~

E

3

d

2

d

~

E

z

3

2

 

~

~

=

E

E

o1

~

k

x

o2

~r

~

,

k =

k

~

y

 
 

k

z

Équation vérifiée en tout point chaque terme est constant

expi

  expi

~

E

~

~

E

~

E

(

=

=

expi

(

(

1

o1

o2

~

E

o3

E

2

~

E

3

=

Soient

~ ~

E

ox

=

E

o1

t

t

t

~

E

~

k

x

~

k

~

k

y

z

o2

)

)

)

~

E

x

y

z

o3

,

= E o1 t t t ~ E ~ k x ~ k ~ k y

r =

~

E

x

x

y

z

=

~

k

2

/

8

GB

REMARQUES

Cas du vide : ~   2 2 ∑ Puisque k =  1
Cas du vide :
~
2
2
∑ Puisque
k
=
1
i
, si = 0 ⇒ vecteur d’onde réel de norme
k =
o
o
k
x
r
2
2
2
2
avec
k =
k
R
et
k
= k
+ k
+ k
y
x
y
z
~
r
~
r
r
k
(
r)
z
E
=
E
exp i
t
k
o
k
x
r
r r
2
k
=
k
est cohérent avec le produit scalaire
k
∑ k = k
y
k
z
~ r ~ r ~ r ~ r ~ r ~ r  ( )
~
r
~
r
~
r
~
r
~
r
~
r
(
)
∑La solution
E =
E
exp i
t + k ∑r
  convient aussi
⇒ deux solutions
E
r ,t
=
E
exp i
t
± k ∑r
o
o
~
r
k
E
=
E
exp
(
i
)
E
: amplitude du champ
o
o
o
o
u
z
et o : phase à l’origine
M
~
r
~
r
~
(
)
(
~
)
E
r, t
=
E
exp i
t
±
ku
r
+
(avec
k = ku )
o
o
r
(u vecteur unitaire)
O
y
~
r
∑Idem pour B(r, t)
x
∑/∑

9

GB

Analyse du résultat

~

k

2

=

2

o

~

=

2

o

1

i

~

~

 

k

C

k =

i

~

r

(

 

)

 

±

 

(

 

E

r , t

 

E

 

u r

exp i

 

t

±

 

=

o

e

u

Champs réels :

~ r  ( ) E r, t p   ~ r  (
~
r
(
)
E
r, t
p
~
r
(
)
E
r, t
r

= E

o

= E

o

: norme 2 du vecteur d’onde

r + ∑ u ∑ r e + u ∑ r e
r
+
u
∑ r
e
+
u
∑ r
e

o )

cos

(

cos

(

r + ∑ u ∑ r e + u ∑ r e o ) cos (

o )

o )

t

+

u

u

r

e + u ∑ r e o ) cos ( cos ( o ) o )

r

t

+

+

REMARQUES IMPORTANTES :

Terme d'amplitude :

Terme de phase : cos t ± u r +

(

o )

E

o

e ±

u

r

~

= f (

)

k

: équation de dispersion

 

~

atténuation exponentielle de l’amplitude milieu absorbant

Si π

0,

k

C

Si

= 0

( = 0),

k

R amplitude constante milieu non absorbant (transparent)

Selon la situation physique :

E(r, t)

=

E

p

(r, t)

ou

E(r,t)

=

E

r

(r,t)

ou

E(r,t)

=

E

p

(r,t)

+ E (r,t)

r

/

10

GB

5/ Notion d’onde plane

 

~r

En une zone de l’espace,

u

(vecteur unitaire porté par

k

) a une direction constante

(cela pourrait correspondre à une zone limitée très éloignée de la source)

Plan P

A un instant t donné,

(

z u M O’ r s P O y x
z
u
M
O’
r
s
P
O
y
x

u vecteur d’onde

u

M

P :

u ∑ r = s
u ∑ r = s

r

= OM

, s : distance OO’ de O à P )

a – Plan équiphase

Terme de phase :

tout point M

u

– Plan équiphase Terme de phase : ⇒ tout point M u ∑ r + t

r

+

t

=

t

s +

o

o

P est équiphase Surfaces équiphases : plans

b – Vitesse de phase. Onde progressive/régressive. Onde dispersive/non dispersive

Vitesse de déplacement du plan équiphase P pour le champ E p (r,t) : Entre
Vitesse de déplacement du plan équiphase P pour le champ
E
p (r,t)
:
Entre t et t + dt correspondant à s et s + ds : phase ∫
t
s =
(t + dt)
ds
⇒ Vitesse de phase :
v =
=
Remarque : Pour E
v
=
r (r, t)
dt

Définitions : si v

si v

indépendante de la pulsation onde non dispersive

dépend de

onde dispersive

(s + ds)

~r

Remarque : Déplacement du plan équiphase // à lui-même, suivant la direction de k

/

11

GB

Déplacement du plan équiphase dans le sens des Sinon : onde régressive

O

u PPPP v r ds (>0) s O'
u
PPPP
v
r
ds (>0)
s O'

REMARQUES :

1/ Propagation dans le vide :

1 ⇒ v = = = c o o
1
v
=
=
= c
o
o

=

o

,

r croissants onde progressive

v = = = c o o = o , r croissants onde progressive PPPP u
PPPP u ds (<0) v r O' s O ⇒ k = =
PPPP
u
ds
(<0)
v
r
O'
s
O
k =
=

= 0

; = 0 ) o o
;
=
0
)
o
o

(Relation d’Einstein)

2/ Terme d’amplitude du champ doit décroître avec le sens de propagation

u r 1 r 2 PPPP O Configuration u.r >0 seule la solution E e
u
r
1
r 2
PPPP
O
Configuration
u.r >0
seule la solution
E
e
o
u r
est retenue
u r 2 r 1 O
u
r 2
r
1
O

u .r < 0

E

e +
o

u

retenue u r 2 r 1 O u .r < 0 E e + o u

r

PPPP

est retenue

Configuration

seule la solution

3/ Distance d’atténuation en amplitude à

1

e

de l’onde :

E

o

e

=

E

o

e

1

= 1

/

12

GB

c – Structure du champ électromagnétique Équations de Maxwell (avec notations du champ complexe) :

~

r

rot E =

~

r

div E =

~  ∂ ∂  x   E  x    ~
~
 ∂ ∂
x 
 E
x
~
 ∂
/
y
E
y
~
/
z
E
z

0

~

E

x

x

+

~ r     ∂  ~ i  t- k r 
~
r
 ∂ 
~
i
t- k r 
 
E
e
ox
∂ x
~
r
i
t- k r 
~
=
E
e
=
oy
∂ y
~
r
~
i
t- k r 
E
e
oz
∂ z 
 
~
~
∂ E
~ ~
r r
∂ E
y
z
+
= i
k ∑
E
=
0

y

z

i

~

r

k

 

~

r

E

=

i

~

~

r r

 

k

E

=

0

~

r

B

~ r ~ r ~ r k E B =
~
r
~
r
~
r
k
E
B =

div

~

r

B

=

0

~

r r

k

~

B

= 0

 

~r

~

~r

~

r

r

k

B

et

k

E

De plus (

~r

k

,

~

r r

~

B

E

,

) : trièdre trirectangle direct

Le champ électromagnétique est ‘transverse’

r B r E r u k
r
B
r
E
r
u
k

Amplitude complexe

~

B =

~

k

E ~

~

r

B et

~

r

E

pas en phase, sauf si

~

k

R

/

13

GB

6/ Définitions diverses

r B a – Vecteur de Poynting ~r ~ r ~ r 1 1 ~
r
B
a – Vecteur de Poynting
~r
~
r
~
r
1
1
~
~
1
~
~
~
r
*
*
*
*
Vecteur de Poynting complexe : S =
E
H
=
E B
u
=
E E
k
u
E
2
2
r
o 2
u
o
~
r
k
⇒ u donne la direction de S
~r
k
direction de propagation de l’énergie électromagnétique
Remarque : Dans l’espace réel, le vecteur de Poynting s’écrit :
S = E
H
~r
~r
L’utilisation des vecteurs complexes
E
et
H
nécessite quelques précautions
~
~
~
r
r
1
(
)
r
{
(
)
}
(
)
i
t
k r
i
t k ∑r
*
i
t k∑r
Espace réel :
E = ¬
E e
E
=
E e
+ E
e
2
(* = complexe conjugué)
~
r
~
1
(
)
r
(
)
i
t k ∑r
*
i
t k ∑r
H =
H e
+ H
e
2
~
r
~
r
~
(
)
r
~
r
~
r
~
r
~
r
~
r
1
(
)
2i
t k ∑r
*
*
*
*
2i
t k∑r
S
=
E
H
=
E
H e
+
E
H
+
E
H
+
E
H e
4 
1 {
2
~
r
~
r
}
~
r
~
r
(
)
}
*
2 i
t
k r
=
¬
E
H
+
1 {
2
¬
E
H e

/

14

GB

On s’intéresse généralement à la puissance moyenne rayonnée durant un intervalle

de temps long devant

2

= ¬rayonnée durant un intervalle de temps long devant 2  1  ~ r ~ *

1

~

r

~

*

 

r

H

 

1

 

~r

 

~

~

r

r

*

S

=

E

H

 

2

.On définit un vecteur de Poynting complexe

{S}

 
S
S
 

~

S

:

= ¬

r

dont la partie réelle représente la moyenne temporelle de

E


2

b – Période, fréquence, longueur d’onde

Phase

T : période du champ électromagnétique.

t

s +

o

inchangée si, pour s donné,

t

varie de 2 variation de temps

T = 2

1 Nombre d’oscillations par unité de temps du champ est sa fréquence = T A
1
Nombre d’oscillations par unité de temps du champ est sa fréquence
=
T
A t donné, phase
t
u ∑r +
=
t
s +
inchangée lorsque s varie de 2
o
o
2
2
⇒ variation de s égale à =
=
v
= v
T

(Hertz : Hz)

: période spatiale ou longueur d’onde de la vibration

/

15

GB

NOTE :

Rayonnement électromagnétique souvent classé en fonction de dans le vide Le domaine visible ne couvre qu’une infime partie du spectre

(Hz) 10 20 10 19 10 18 10 17 10 16 10 15 10 14
(Hz)
10 20 10 19 10 18 10 17 10 16 10 15 10 14 10 13
10 12 10 11 10 10 10 9 10 8 10 7
10 6 10 5
10 -13 10 -12 10 -11 10 -10 10 -9 10 -8 10 -7
(m)
10 -6
10 -5 10 -4
10 -3 10 -2 10 -1
1
10
10 2 10 3 10 4
(dans le vide)
Rayons X
Infrarouge
Micro-Ondes
Ondes radio
U. V.
Rayons
Visible (
0,4 - 0,8 m)

Remarques :

- Notre sens de la vue s’est développé dans une région spectrale (visible) qui correspond à des longueurs d’onde du rayonnement solaire peu absorbées par l’atmosphère

- Superposition de toutes les longueurs d’onde du domaine visible lumière blanche

- Les U. V. interviennent dans la production de la vitamine D, sont à l’origine du bronzage, mais aussi du cancer de la peau

- Les infrarouges se caractérisent par leurs effets calorifiques

- Pas de frontière nette entre les différentes régions du spectre, sauf pour le domaine visible

/

16

GB

c – Indice complexe d’un milieu ( , )

Définition :

~

Avec k =

~ c ~

k

n =

i

~

=

n

~ 2 2 ~ Puisque k = o c c c c i = i
~
2
2
~
Puisque
k
=
o
c
c
c
c
i
=
i
v

~

=

n

c

(

o

~

)

1

2

~

o

=

Mis sous la forme

~

n

1

2

 

=

n

r

avec

i n

e

~

=

n r

c

= v

: indice de réfraction du milieu par rapport au vide (rapport entre vitesse de phase dans le vide et dans le milieu considéré)

n e

= c

caractérise l’extinction de l’onde, c’est l’indice d’extinction du milieu

Si = 0 on retrouve un indice du milieu réel

1

i

/

17

GB

d – Milieu non dispersif

Ondes non dispersives, sans perte et sans déformation du signal structure idéalisée correspondant à une propagation dans le vide parfait

CAS OÙ LA CONDUCTIVITE

DU MILIEU EST NULLE : MILIEU PARFAIT

k R : k = = o Pas d’atténuation de l’onde : milieu non absorbant,
k
R :
k =
=
o
Pas d’atténuation de l’onde : milieu non absorbant, indice réel
1
v
=
milieu non dispersif et non absorbant : milieu parfait
2
2
o
(seul le vide est parfait pour l’ensemble du spectre)
=
=
v
=
v
T
k
Dans la suite, on se limitera aux milieux non dispersifs
Conséquences sur la structure de l'onde
~
r
~
r
k
réel ⇒
E
et B en phase
~
~
E
o
B =
E
⇒ B
=
E
Donc
= v
o
o
o
B
o
E
o
(Dans le vide
= c
)
B
o
Puissance transportée par l’onde :
~
v
1
~
~
1
1
*
*
2
2
S
=
E
E ~
k
u
=
E
k u
(
R)
=
E
u
o
o
2
2
2
o
o
o
∑/∑

18

GB

Impédance du milieu

On définit Z = Unité de Zv

v

E o

o B

o

=

o
o

[

]

=

[

[

Q

]

2

[

F

][

L

] 2

(d’après expression force de Coulomb) [ ]

Z

v

]

=

[ ][

F

L

]

[I][Q]

Puisque

[

V

]

=

[ ][

F

L

]

[Q]

[

Z

v

]

=

[

V

]

[ ]

I

=

[R]

=

[

F

]

[

I

] 2

Z v exprimé en Ohms Z v : impédance du milieu

Pour le vide

Z

v

=

o 7 9 = 4 10 36 10 o
o
7
9
=
4
10
36
10
o

=

120

377

(expression force de Laplace)

/

19

GB

e – Onde plane homogène - hétérogène

Amplitude E o constante dans P OndeOndeOndeOnde homoghomogèhomoghomogèèneènenene

Plan équiphase et plan équiamplitude confondus

Sinon OndeOndeOndeOnde hhéhhéététtétéérogérogrogèrogèèneènenene

Exemple :

P Onde homogène 1 ~ n P Onde hétérogène
P
Onde homogène
1
~
n
P
Onde hétérogène
z k E P O y
z
k
E P
O
y

x

/

20

3. POLARISATION

1/ Définitions

Découverte en 1669 par Christiaan Huygens sans toutefois pouvoir être expliquée (Huygens pensait que la lumière était une onde longitudinale) En 1817, Thomas Young (suivant l’idée suggérée par Robert Hooke un siècle auparavant) explique correctement la polarisation en faisant l’hypothèse que la lumière est constituée par une onde transversale

La polarisation caractérise l’orientation du vecteur Orientation : fixe, variable, ou aléatoire

E dans le plan d’onde

Si E reste toujours dans un même plan polarisation rectiligne Si l’extrémité de E décrit un cercle ou une ellipse polarisation circulaire ou elliptique

Lumière naturelle (provenant par exemple du soleil)

GB

- Formée d’un mélange désordonné composé de trains d’ondes qui durent un temps très

court (

10 -8 s)

- Tous ces trains d’onde n’ont aucune corrélation de phase et d’orientation entre eux

- Superposition de champs électromagnétiques de toutes amplitudes et de directions transverses quelconque, le tout changeant rapidement et aléatoirement

- Son état de polarisation est sans cesse changeant lumière non polarisée (au sens strict, toujours une polarisation instantanée)

/

21

GB

21 GB Polarisation aléatoire Polarisation rectiligne Polarisation circulaire ∑ / ∑ ∑ / ∑

Polarisation

aléatoire

Polarisation

rectiligne

Polarisation

circulaire

/

/

22

GB

2/ Formalisme

Onde plane harmonique : pulsation

propagation (pour simplifier) dans un milieu de conductivité = 0 vecteur d’onde réel

Sens de propagation suivant Oz :

k = ku

z

Composantes suivant Ox et Oy du champ électrique complexe

~r

E :

~ i  a e a = x avec :    b e
~
i
 a e
a
=
x
avec :
  b e
i De manière générale
~
y
b
=
r
 E
x a cos
= (
t
kz
)
x
Champ réel :
E =
= (
)
E
y b cos
t
kz
y
Changements de variables :
t
kz
=
t'
x

a π b et x π y

et

=

y

x

r

E

r

=

~

E

~

E

x

y

~

= a e

~

= b e

i

i

(

(

t

t

E

x

E

y

=

=

a cos

b cos

k z

k z

(

(

)

)

t'

)

t'

)

Plan de phase défini par t’ constant lieu de l’extrémité de E :

E

x

b

a

E

y

=

=

cos

cos

t'

t'cos

+

sin

t' sin

=

E

x

a

cos

+

sin

t' sin

sin

t'

=

E

1

y

sin

b

E

x

a

cos

/

23 GB 2  2 2  1  E  E E y 
23
GB
2
2
2
1
 E 
E
E
y
x
y
x
x
⇒ 
 E  
+
+   E
cos
2
cos
=
1
2
a
sin
b
a
a b
y
Y
X
2
2
E
E
b
 E  
y
x
y
x
2
⇒ 
+
  E
2
cos
=
sin
a
b
a b
E
Ellipse inscrite dans un rectangle
de cotés (2a, 2b)
x
O
- a
a
Axes principaux de l’ellipse (OX,OY) orientés
- b
par rapport à Ox, d’un angle que l’on peut

théoriquement déterminer

Cas particuliers

Polarisation rectiligne

= m

(m entier)

E

x

a

= ±

E

y

b

ou

E

2

x

a

2

E

2

y

b

2

Polarisation elliptique d’axe xy

= n

2

(n impair)

+

E

2

x

2

y = a

Si

Polarisation circulaire

a = b

+ E

2

= 1

E

y

= ±

b

E

x a

y

b - a a - b
b
- a
a
- b

y

b - a a - b
b
- a
a
- b

x

x

/

24

GB

Sens de rotation du vecteur champ

Soit t tel que

t

kz

x

=

0

coordonnées de P o

Dérivée par rapport à t à partir de P o :

dE

y

dt

P

o

Si

Ellipse parcourue dans le sens trigonométrique

sin

> 0

(0 <

<

)

E y croit avec t

=

b

E

E

x

y

sin

=

=

a

b cos

polarisation elliptique gauche

Si sin

Si = avec a = b polarisation circulaire gauche 2 < 0 ( < <
Si
=
avec a = b
polarisation circulaire gauche
2
< 0
(
<
< 2 )
polarisation elliptique droite
Si
=
avec a = b polarisation circulaire droite
2
y
0 <
<
b
P
o
u
<
<2 )
z
-a
a
x
- b

/

25

GB

3/ Paramètres de Stokes Une vibration polarisée est complètement définie par les quatre paramètres de Stokes

I =

=