Vous êtes sur la page 1sur 129
Anonyme. Cinq cent et sept mouvements mécaniques : renfermant tous ceux qui sont les plus
Anonyme. Cinq cent et sept mouvements mécaniques : renfermant tous ceux qui sont les plus

Anonyme. Cinq cent et sept mouvements mécaniques : renfermant tous ceux qui sont les plus importants dans la dynamique, l'hydraulique, l'hydrostatique, la pneumatique, les

machines à vapeur, les moulins

1880.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

BROWN, HENM T.

Cinq ccFt~et sept F~OMUC~eFt~S F~ec~ynqMesreyt/sryîKtFt~ ~OMSceux qui sont ~s plus tFMpor~yt~ dans dynamique, r/tyd~MMqM~ JOFtCMFÎt~~Me.

Gauthier-Villars

Paris 1880

a

~ô a

~jm~

~n't-'

~f.?.

~jm~ ~n't-' ~f.?.

< 0 6 4 S ~<~T;T!?=

CINQ CENT ET SEPT ~4~

MMÏEMMT~CMÎMES ranram~nt

TOU$ CEUX tUt tOXT K< ft-ue tMfMTMtYt <.M

tA Mt)A!MQCB, L'MWMAUUOM,t'HYMOSTATteUB, M mBMtATtOM, !.M ttÂCHMESA VAPBUR/M MOCUNSET AUTBM MACHMES,

<~8PRMSM,L'HOme6EmETMSM*CB!ttKS))tVBMM

a'

CN!TBMNTBtAUOOCPBB MO<!VN!BNT8ÏN~ITS

et pluaieurB

qui

aont

seulement

PAR

depuis

peu

HENRY T. BROWN

&)&tTEUR DE <.t.'AMt!R!OAN

ARTISAN.

tt~tth t-th)< <w f.et.thtOM <t t'mtw

SEBN-tt.1

PAR

ST~V~T

tN~tnEUR

en usage

BRUXELLES

GUSTAVE

MAYOLEZ~St

ttentmx i%Rue de )'!tM)~Mt)-)ce,M

1

1880

/S7

PABISPAM8

fAUTHÏER.VtLLARS

MB~AtM

~OMa)<mAwt<Mt)))<,M

MC)tB.MNt Mmnmm

L. aooM~M BT v. a*v*ox. umeoBAMM

t<t,MM<t'A<*<te<tM

m LA eoM

PRÉFACE

Le besoind'unecollection compréhensible de dessins et de descriptions de

les

fut là

mouvements mécaniques a été sérieusementsenti

les inventeurset ceux qui

présentait, et lis sont

Plus d'un

teur u'a

pendantlongtempspar

s'occupent des arts mécaniques. Ce

l'on

dispersés dans cinq

artisans,

l'origine de l'idéede compiler ou réunirla collection que

Les mouvements qu'elle contientont été dessinéset décrits à mesure que

l'occasions'en

armait, journaltechnique très important. Leur publication fut si

les lecteurs, que

reproduction, avec quelquesmodifications, en un volume spécial.

présenteci-après.

volumesde i'~meWeaM

bien reçue par

réserverle droit de leur

l'éditeurde ce recueilcrut devoirse

ces mouvements dont

quart de

beaucoup sont d'origine essen-

une collec-

tiellementaméricaine n'avaient jamais paru, auparavant, dans

tion publiée. Bien

ments que n'en a

que la présente collectionembrasseenvirontrois fois plus de mouve-

pas

eu

jamais contenusaucune publication américaineantérieure, l'édi-

seulement pourobjet d'en

augmenter le nombresansdiscerne-

but

quelques-unsqui

fussent

il en a

rejetébeaucoupd'autres,

présentaient a

lui,

ment, matsil s'est, au contraire, efforcéd'en choisir

d'unevaleurréellement pratique;et, dansce

que l'on trouvedanstouteslescollections publiées antérieurement.

sansavoirni

le temps, ni l'occasionde les classer, et

mesuredes besoinsd'une publication immédiate, l'éditeuraméricainn'a pu

opérer la classificationcommeil

reste, conçu la pensée.Cependant, ce défautest plus que

et avec raison,commele lecteur en jugera,par

l'arrangement entièrementnouveaudes dessinset du texte explicatif mis en

vue des

par

Obligé de prendre cesmouvementstels qujils se

eût

a rendula

es dessins ayant, d'ailleurs, été faits à

en

convenude le faire et commeil en avait, du

compensécroit-il,

la table des matièreset

collectionbien plusconvenable, au point de

regard, ce qui

recherches,qu'aucune autre qui ait été publiéeprécédemment.

PRÉFACEDEL'~TtOM FMH~tSE

Le volumedont nous publionsaujourd'hui ta traduction <ï'ancaiM a paru convenirsurtoutà la vulgarisation de quelques notionsutiles de mécanique pratique. En même temps, il Mt connaîtretes principes et les applicationsqui sont considérées, e!r Amérique, commeétant d'un grand secours dans !a constructionet l'usage des machines.H est intéressantde fournira nos industrielset à nosouvriersl'occasionde comparer les connaissances que nous possédons aveccelles qui sont propagées dans un autre pays, renommé pour ses aptitudes dansla pratique de la mécanique. La tendance qu'ungrand nombre d'ouvriers, parmi les plus intelligents, ont d'inventerh nouveaudes combinaisons cinématiquesdéjà connueset appli- quées sera utilementcombattue par l'étudedu petit livre que nousont'onsau public. Ce recueil, dontl'auteura une compétence et une réputation bien établies, est publié avecle concoursdu Gouvernementet sousles auspices du Musée royal de l'Industrie.

La traductionen a été confiéeà M. Henri Stévart,ingénieur-directeur des ateliersde La Sambre

WCVNtMMMÉCMHOCM.

tNDEX

JV.B. Danscet index, les numéros

n'indiquent pas les pages, mais ils

explicatif.

renvoientaux dessinset auxnumérosdu texte

A

AccoupteMM~t de tuya~TEtm Anneau pouvant se détacher d'une chatne, SM. AppaMt de Bottmetttxxter, pour le XMUwmtnt

p)an«atte,N6.

Appareil pour décrire <tm e))tpM<,Mt. dtMontrer que le <h)tteme))td'UM roue de voiture n'augmente pas avec la vitesse, mats 'avec )a charge qu'eue Mpporte,!M. Appareil pour tracet- dea hettcM,SM.

je<thyp<'i'))«)e<,«6.

deipambotM.OM. Appareth pour e)ew t'eau, <?,«).«!, «s, «<, < <iS,<MKfû~<M. Attet pour les roues a tantenm,N& aMehet,MO.m a'ensrmate.m remonter teooMntrM,a!, M%<M, M. A)Tete<utht,!M.ffltbeamt, M

)a

Mattdercompenmtexr.Mt. Baromètre,Ml. Mterbyarau))<)tte de Monttotner, <«. C a

C<bMta))B,<M,«H. CtUbreNmecteur.OO. CMtte.S.tB.M, M.tn, 190, t%mBa.tM,m,m, <?,)?. ChatteementdemoutemeMt aMtonmttque,87, CtMHhs,MO.

C))quetBetK)Chet<,<9,?4,M,W,~<jCm!M,tt!M,

ni. OetooMoMXante d'EcM, <~<«). compas de proportion, «N.

0)mp(aw4ean,«t.

Compteat-Aern(aveceM),<N!(MtMeau), <M. CompteuM de rtvoMtotts, <)),«,?, 9%M,<B,ec,ie,n. Co~utte d'eau OeïtNe, <?. (Mmat)ten',tM,na,m dtaMntttMM.M~ et pttNon,St. HS,)M, tH, 1M, U% tt!, M%tM,mtM.M,!S. Ortc.SM.

CNCtMt&deoit<51.

d'attaOMpourbatMM.tM. CMettett a~mmt par la fbrcecentrtfttee, N3. ûyetoeraph' «B, <0t.

D

DecUc,SI. MWSO))' aMtMMUqM, «3. N<Krente: eepece* de moumment, Mt. MO.t53, ITt,

mim,M3,!0%tN,ÎH,tt%M,!S!,t<Z!<,Mt,M,

!M,M!M.N).tM,M,9~M).!S.9X),3m,<tS,4n,

«'),«?,«!<.

Cy))amomette,!M,M.

)B!

Kchappement!).tM. !?, !88. tN, <?, M. M. N9. !M.

HS,NO,!M,M,!)~9(M,aoi,a)t,aB.3M,3M,SMt3<n,

30S,aN, N0,SU,3)!, EcM)ej)Man<<fN).

9M,9M,<?.

Embraya!),

M,M, 36t.

!!ne))quetage<,<

M, 59, M.

Knfjrenageàcomonne, M, !t& BngtBttafes&echetomt.M. &YttMNea)t,M,:t,<M,m,M,t<m,««

co)))()m'5,7,<3,<t,s,M,!<)o,!M.<es.

et)tpt)<))Me,S%9!HL

eicenMqttM,N9,ttt

Mtttotdaaï, Ml,<!4. tnK)-it)tm,M,!iS,S!.

VI

tMtnZMNfM MtCtNM~M.

Eogt-eMfMtnhfmtttent~ M, 6), M, 69. ?. T).a,TS,'H,Me.W,a~!t.M,S,M. En<MMeo))rt<~u)ter<,tOt. pWfcahtst<tn<<M. Bo)tp))f,<H. EjMenMqNtt,?. 6%91, N5,tin.

f

FontahM do H6M<),«H. Fretnaa'tcMon.M. Fu~«,<%SS.

OmomMrM,<?,<?.

noov<HMt).<m.

Oatdee.M.sn.am.S).

C

OyM~eope,?~ Bt

H<Uce,<<8.

t

!MtruMent tOM'd<c)')re<tMpamhotet, <M.

0, M<tn)veUevM)aMe,M.

'M,

MmtTetha, M, 9 M, t00,m. t<!i,MO,M),M, t~ M!, H%MO,tM, Nt. <?, t)%9M, 01.

MttM)a)Att~<M,MO. Mxrtettu &atr eomprt)))~<M. &eMM,S& atMMpMt'h))M,<n.

&wp9)tf,4?.

dectoe)M,<!0.

poNr<eMM'tes)ottp<î,SM, Mm'tea)m.pt)o))%? st. M<cm[Bt!M pou)' te e))m<ement de «MfetM <M MMMn<s,m, ?. tMchepoat'tNw.ae.

Me)t)m,3!e.

Mouttn &<<<tett9)t de Barker, <3& tvent,~

MooMmentde Miette, an. deMtwte.Nt.

t)'MerdesUenMCOt<ett)T!ttte)!,<C6.

J

de taneuaee, <m. obtenu au moyen de <eet«)Mdent<s,œ. oadttant,~ ptanetOMt~. rectUt(me,e%m,M:M,S%m

rot<t()ftrtm0)m)6enmo<)tementatte)'-

Jo)n<&bayo)))Mtte,M.

M)verMt,6t.

L Levfer a )MtouU)~e,KM. LeMeK composa !?, tM. eot)d~U%)M,m,MO,)n.

MtM.<M. Moatement tmnBvaKat,St Mt. tfamvetM) MttaMe, ta, te, Mt, tM.

M

vm'h)Ne,9&

Machtoe4 ee(Ns )XMr<)Mhb))t)on,m~ M,in, ta,

H!, 1M,m, tTf. M),)?, Mit M<,!?, t~

!M.<M.

)M, ta, t89

Mae))tnet<t)<<t)M,3<

Aforer.aM. &<M)K)))')et étoffe*, !83. âpefeef,)M.m). pereane, tK.

&p<tMKf.Mt9a).

tpoH)',9'!0,3N.

eonUttue,00.

MtttthMe A vepeur, nt, a% SK, M. Mt, 99~33t, Nt,

t.

N<,MS,MtSM,9%M%M).Mt.M,M,3«,M&

3~«t.<!t,<N,<M.

Mt)U'emcnt:depompe,N,M,!83.

dttCtMtttte)' M, M. se, e~ M,N, M jM.

tt)term(tteate,ta,<X,œ,<~e7,)B,0%TO,

71, T3.'M,T5,M,?, !m, œ, H), SM,SM. MoMtemenKtx<raUe)e<t, N%S9, S!, M%SM,Ni, 99),

397.NS,S3~MO,Mt,M.

MoyenautomaUquedechMeer )e mouwment.M. d'attochepom't'etevtttonde«Mtet)enï,<m. detttfetOtu'net'deMaKspaMUetesdtmdes som dtmrentt, tW. M, SS8. Moyex d'optOMr une rtstataneo &u)te pu)M<m<!e,

jw

Nivem pour arpenteur, <H.

Moehtneo MtattMS, < ~)), <n, <a, <?.

p

MaBiw)h* (offMa p[0p0!<9pourlaremp)<c~r),90 ) PatMpourtegoMYefMttdesnavtfe~~ PaDt<WM<nhe.M!.

im!3,M~)N,te!,M.

ttËCANtCUM

MOBVNtNfM

vt) Il

PNHMtOM m<<MM<))MttM. PMatM,)a, tM, MB,M),3M,<0t,<t0. penduled&iftvantxn conique, a:. t~n<tu)e%aM,SM<m,a~

e('m)M)MtMt')),BM,3n.

`

ff~tOM.a.HS.

&d9)m))ents,!05.

&)Mteme,t(e. àmUtUK~tN. tMB~~lU. Pince pour élever )M matériaux <tMt )Mcon<tmc. «one,<M.

Pompe&a)t,<T3.

&ba)MC[N',<N. Ae)M))M,<M. A doMMeeOMt<?.<?. ttOt<tttC)).<N!,<M

4MMa)et<<M

aMCdfttphMem~~M. deMvtKttM.

NMthm<%<MHH,4M.

MU)<VMte,«%«t. KmtmobUe pour les <Mbnrcm)é[M,3M. Pott)!<A<MettOt),!<n. dt<N)'entte)K,M<.

Foa)f<t,%<,f,%7,<mj<H),j%t%M,M,t%tT,

t%mM.a,!<,M,M,<%<~<)t,<%M,!S!M,!n, B%Bf,N!.

Roue & couronne, t~ M.

&)aMter))9,a3,

d'engrenage dMtt~, M. -etoUee.M.

gutdepMM'ehettte.KH. mtMenmonMntentpm'anetM-at, ondutee,MB. pem<uM,«t. Roues Aeyttndrer, ?. 1~ itB, tM, Mi. ta'tct)on<,Mta,<<N.

&p<ttett<e,<87,<N.

cotUqMee,3!.

hy<tmm)qtM,<a<,<N,<S!,<9%<M,<i5,<M,<S!,

<?.

Bct)e:tnu)tt))t<a,t!. pourett<a)')etf«ttement,!M. Bou)eauxtettter,<M.

oM)q)M),!0<,tM.

)t

Betea)<en)attw,9M.

tm)'))!onte)emue au moyen d'un pen<Me,9!9.

Bamnn,t4t.

SeeteuM dentée Mt, tS, M, ?!. SefMjotnt&vtt.MO. SHppOftpoucntttMf, !?.

T

MuMMetewd<t)9).

po))feMttN<,a!,a~N).

Mtef)MBK)ttemmte,0.

PMM4t(B,~t)9,tM.

hydmuffqNe.t~fM.

Tambour 4 achetons STr. ToorA McUoa.tN. TraUxepteycMtdttMi,CM.M3,NM,aB, MO,M!. Transmission par <MMement, !«. T[emtcMnob,t!tSN. V

·

<t

Valves pour paMt<e de ta vapeur, <M,<t&

R4M)o<eMfAe''it,<a.

Mttmp<u'<d)ttm,3M.as.9M,~3~M!.

Va~et&v~iW.

<tech<u'penttet',tM,MC,3M.

pour montre, 418. R<<<t)etetm,MT,Mt, M~MB,HO,K<.t8t, M. IMWttver.M. MMoet & quatre YotM, SB. RotattOtten sans Inversededeuxarbres commMMMs par demt~tteMnage,7<, ML

Rotu)e,M9.

ROHetcamea.m

tchet)U<%N9.

VenMt«teMr,<9!.

YMe~aiepour vafMCMtx,<?. <M. VtN,t<%M9.Mt, tt6, MM<Mt, <?. & deuxpas dt<MFMtb,«]6. pas & dMtte et pas & crache, m <5t.

-.d'AretttmMe.40.

-d)tMte))t)e)h),M). m)c)'o)neM<)M, n m ne M tu. m ~ea aoe am

_e

8

MOUVEMENTS MÉCAMQM.

8 MOUVEMENTS M É C A M Q M .

HOUVNMNTB H<CAf)!QCES.

9

<. Dessind'une transmissiondo mouve-

ment

deux poulies tournentdansle morneMM.

'poulies et courroieouverte.Les

par

cela n'a paslieu. la courroieest si peu ton-

due que

te mouvementn'est pas transmis.

6. Endonnantun mouvementd'oscillation

segmentsemi-circulaire,

7.

commu-

segment un mouvementrotatoirealternatifaux

Moyen do fairetourne)'alternativement

qu'une courroie

croisée rempiaeo la courroieouverte.Dans

ce cas. les poulies tournenten sens con- traires,

8. Diu&redu n* en ee

En

au lavlerattachéau

la courroieattacha audit

nique

deux poutios inférieures.

disposant trois poulies cotea cotesur

doitrecevoirun mouvementdo

un arbre qui rotation,une douxautres

l'uneet t'autreune

courroie croisée, le mouvementdo t'arhro

peut sens

verserle mouvementdel'arbreconducteur.

Unecourroietournera toujours sur

fixe, et l'autre sur une des doux

mobiles.L'arbretourneradunsun sens

ou dans l'autre,suivant que la courroieouverte ou la courroiecroiséeserasur la poulie fixe.

poulie fixe au milieu, et les

mobiles; et falant

passer sur

courroie ouverteet une

danf un sens ou dans l'autre, ou do tasser en

t'arbro vorUcatdeMinéu

représentée sur la

courroie repos est

milieudel'arbreinférteur a b,

folle,et, par conséquent, aucun mouvement

n'est

courrofo glisse sur la poulie do gauche,

calée sur l'arbre creux b

communiqué

conique

gaucho. La

poulie

du

poulie qui est

Quand la

communiqué audit arbre.

le mouvementest

portant & roue

vertical

dans unecertainedirectiona l'arbre

et si la courroie glisse sur

le

h) poulio de droite.

mouvementest transmis par la roue A

qui tourne a t'intertourde

b, et l'arbre vorticaitourne dans un sens

contraire.

8. Poulies

multiplicatrices (poires) om-

tours et autres

pioyeospour

macbinos~utMS

avoir lieu alternativementdans un

ou dansl'autre sans arrêterou ren-

la poulie

poulies

3.

4.

Méthode pourtransmettrele mouvement Hxeosur t'arbro a

arbro perpendiculaire,

d'unarbrea un autre

au

sont au nombrede brindo ia courroie.

moyen de pouliesde renvoi.Ces poulies

doux, une pourchaque

Moyen de transmettreiemouvementd'un mécaniques,aun de varier ia vitessesuivant

placéperpendieuta)roment le travatta

mémo plan. Une

employée, maisla

9.

enectuor.

Poulies coniques usitéesdans io même

but que ton" 8.

surfacedo contact.

Ce

mouvementest utilisédansles filatures

machines qui doiventtour-

et danstoutesles

i, avecadditiond'une ner avecune

vitesse graduellementcroissante

tension. Quandcette ou décroissante;

courroie pour la

10. Modiitcajtiondu n* 9, los poulies

arbre a un autre

et dont l'axeest dansie courroieouverte peut être

courroie croisée,représentée,est préférable

commedonnant plus de

S. Semblableau n*

poulio mobileBditedo

pouUe est

tendre, ceito-ci transmetie mouvementd'une

des

pressée contrela

grandespoulies ù i'autro; mais quand étant de formesdifférentes.

M

MOUYMNrrs NËCAMetM.

M MOUYMNrrs NËCAMetM.

–L_–

MtMVEMENTatftCAMQCN.

H

«. Moyen d'arriver au même résultat

qu'au n" 3 MM poutte de renvoi.

il. Pouiiesimptoempioyéopour leverdes poids. Dansce ça:, la puiMnnco doit être égaie a ta résistance pour obtenir i'équiiibro.

i3. Dansce caB, la poulie inférieureest mobile. Utmextrémitéde la corde étant

fixée, l'autre doit parcourir un chemindou- ble do cetutdu poids, et l'on obtientainet

une puissanceplusgrande.

ter desrainures circulairesdont les diamè-

tres sont proportionnels & la vitessede la

corde;o'est~~ttro <. 8. 5 pour un bloc,et

9. 4, 6 pour l'autre.La puisMnce est a la rMetancacommet est &6.

<6 et n. CombtnaisuM Mpagxotm de

poulies.

18. Combinaisondo doux poulies fixeset

d'une poulie mobile.

i4. Palans, mou0es. La putesaneo obte-

nue par ce moyen se calculecommeMit on

divisele poidspar le doubledu nombrede poulies du blocInférieur.Le quotient est ia

puiMaoco cherchée pouréquilibrer ia résis- tance, sanstenir compte des frottemonts

iS. Représente le mouflede Whito. Les

i9,30, a< et 99. Mu~rents arrangements

dopouttes. La rëj~e Mth'anto e'appttquo a la

ngaro 39 Dansun systëmo de poulies sur chacune desquelles s'enrouleune cordeatta- chée par une extr~nttéa un pointOxe,par

l'autre au contre d'une poulie mobile, le

nombre 9, mutUpHépar lul-mémoautantde fob qu'il y aurn do poulies mobilesdansle

blocs ttouvent tousdeuxêtre faitsde poulies

séparées ou être d'uneseule pièce, et por- &la puissance.

systÈmo, donnerate rapport do la résistance

Il

<!

MOUVEMNnrs NtCttttOCM.

< ! MOUVEMNnrs NtCttttOCM.

HOUVBMNTSMÉCAtOQUESM il

23, Moyen de transmettreun mouvement La petite fouo triangulaire cottdttttlu plus

do rotationri une poulie mobite.La poullo au g)'am)opar le seu) mouvementde ses rou-

tMBdo tu Oguro est une pouliemobitei si cette poulie <'tn)ttevecou nbalM~ la com'- )'oieserait)'eMcheoou tendue.Dansle butdo garder une tonslonuniformeù ta courroie, une poulie ~1, montéedans une glissière entre des guides, est suspendue ù unecorde ))!Mtsant sur deux pouttes-guides BB et ten- due par le contrepoids C. i)e cette manicre, on arriveau rcsuHatdMre.

M. Roues d'engrenages.

85.

Engrenagesconiques.

La roue do droite est appotee uno

roue & couronne; cotte qui engrène avecelle

96.

est une roue d'engrenage. Cesrouesne sont pas très employées et sont seulementavan- tageusespour do légersouvrages,puisque les dentsdo la roueù couronnedoiventné- cessairementêtre minces.

97. Roue muttipie, récenteinvention.

teauxde ~tctionda))6les t'atnm'esradiales.

S8. Transmission par frottement. La vf- tessoretath'o peut être vart('cen dMngeant )a dlstancodo h)roue supÈrtcut'a an contrede Dntertouro.L'une conduitt'autt'e par frotte- mentou adhcrenco, qu'on peutaugmenter on recouvrantt'inffrieuredo caoutchouc.

29. TranHnisitondu mouvouentrotatoife

d'un arbre ù un autre placé ù angte droit. Lu non'urcon spirale de la roue-d))!que conduit ta t'eue d'ongt-onage.qui se meut d'unedent ù chaque révolutionde t'uuh'emue.

80. Engrenagesrectangulaires donnantun

mouvementrotatoire de vtteMOvariée it )a

roue d'engrenageconduite.

Ils onlété utilisés pour une pressed'itNprt- merledont les caractère)!~ta!cnt placés sur

un rouleau rcctangutatm.

MOUVEMENTS MËCANtQUES.

MOUVEMENTS MËCANtQUES.

MOtJVEMSSTS MÉCANXtUtiS.

lit

~t.Vissaosftnetrouedentec.Cetorgane 30.

Roue ftcyiindrot'et pignon,

ainsi

produit le mcmerésultat que le n"

cotuotoit fst

plus souvent emptoy~.

SU.et nommée&causede son

application à cylin-

condn)t plusfMcHetnoot. )t est drer. Conversiondu mouvementrotutoiredu

pignon en un mouvementrotatoirealternatif da la roue.L'axedu pignon a un mouvement de va-et-vientet M meutdansune coulisse

droite coupée dansune

tige verticaie.pour

rugueuses auo

possible, pofmettfeaupignon de s'eteverou do s'abais-

ser; le

hors do

pignonengrène en dedansou en do l'engrenage de la roue.Lu rainure

roue& cytindrec et

<

coupée dansta tacode la

suivantaon pourtour est destinéea recevoir et ù guider t'axedu pignon et il tenir celui-ci

uneest

37. Mouvementuniformetransforméen

mouvementt'otototrovarie.La roue

ou pignon do gMtche a

sur toute)a largeur de sa surtaco.Cesdents

engrènentavecuneserte de brochesarran- gées en spirale sur uneroue conique.

conique

des dents découpées

38.

Moyen de

par

changer un mouvementrota-

lequel ta vitesseest uniforme pen-

32. RouesdofrMion.Ip'i suffucesde ces

poulies sont aussi

aftn

foisrecouvertede euh'ou,mieux encore, de

caoutchoucvutcanisp.

par-

d'uupuontert'adt~reneo;1

33.

Moues d'engrenageseiiiptiqucs. Etics

sont emptoyccsdans le casoù un mouvement engage

demandé; ta

variationde ta vitesseest déterminée par ta

rotationexistantentre les

grands et des jtetfts axesdes ellipses.

longueurs des

rotatoirede vitessevariableest

34.

Rouedentéeintérieuremente pignon.

d'engrenages ordinaires représenttcf! NMn*' 24), la

Avec les roues (comme ellessont

directiondolu rotationest inverse; nmisavec

la

nentdansle même sens; et avecla mémodi-

mensiondo dents, lesrouessont capables de pendant l'autre.

rouedentée intérieurement,lesdeuxtour- to!re,

plus grandeffort,parceque

dant une partie de la révolutionet variable

39.

Boue ptanetaire ou mouche.La roue

d'engrenage de

transmettreun

plus de dentssonten prisa à lu fois.

droite, nommée )'o<M-~<M«e,

t'autre, ou nwe-M-

fait que la distanceentre

3S. Mouvementrotatoh'evarié produitpar est attachéeau centrede

M/, par une tigequi

un mouvementrotatoireuniforme.Lo petitpt-

gnon dentese meutdans une coulissefaite les eux

Sanslu barre qui tournetibrotnentsur l'axe

d'uneroue ottiptique. Lescoussinetsdel'axe unemachinea

centresest constante.Cecittutom.

ployépar JamesWatt pour remplacer, dans

vapeur, la manivelle,brevetée

endonnedeuxù la

en faveurd'unautreinventeur. Choque révo-

lutiondo la roue-pianeto attachéed'une ma-

tige,

roue-soieiicaléesur i'arbredu votant.

du pignon sontattachesil un ressort qui tient

tige permet

celui-ci engagé. La.rainuredeta

ù la distancedescentresdesdeuxrouesde nière Invariableà lu

varier.

M

MOfVt!))E!!tTS M~CAf))CU)!8.

M MOfVt!))E!!tTS M ~ C A f ) ) C U ) ! 8 .

MOUVEMENTSMÉCAtttQUKS.

if

40 et 4i. Mouvementrotatoireconvertien du ressort a mesure qu'il so d6rou)o.La

mouvementrotatoire.Lesdentsde ces roues. ehatneest sur ta petit diamMrode )a fusée

étant obliquos,portent lesunessur tesautres d'une <hcon plus continue que cptfesdesroues d'engrenages ordinaires.

quand lamontroest t'emont~e, le ressort ayant alorsla plusgrands fomo.

48 ot 43. DiaerentcsespL'cesde roues ))0tt)'

transmettre un momemontrotatoired'un arbMù u))au)n' p)ac6obliquomonlpur )'ap- port au premier et non dansto nK''mG ptnn.

-M. Ëmht'ayageu McUon,mitjMt' le iHvtor inR't'tou)'.Est emptoyépeut omlmyor ou

d6set)t)))'!)yot'do tourdsmécanismes. )/) moyeu

du disque de droitea une rainum

sur uneeatcou no'vut'e(txeesur )'ar)))'e.

qui gitsM

44. Esp&ce de' roues d'engfcnages om- ptoy~Mpour tranMncttt'cune gmnde fbMc et donnor auxdents une portée conitnuo. Chaque roue est comnosto de deux, trois ou ptusipurs roues d'engrenages distinctes.les dents, au lieud'êtreen ligne, sont disposées en C8ca))er pour donneruneactioncontinue. Ce système est parfoisempfoyépour conduire des hélices, et quelquefois avecunecrHnait- M'red'une constructionsombtuMo pour con- duire les tablesdo grandes machines& pianer ou raboterle fer.

48. Embrayage. Le pignon ù la partie su-

périeuro donneun mouvementrotatoirocon-

tinu o ta roue do

chéela moitiédo l'embrayage, et toutesdeux

tournenttibfomantsur l'arbre.

sire donnerun mouvementa t'arbre,t'autre

)Mtt't!o do t'cmbrayagequi

glisse sur uneca)o

ou nervuredo l'arbre,est poussée contre h)

roue par le levier.

dessous, & iaquoiio est atta-

Quand on dé-

4S. Rouesa rainureset a friction,taven-

49. t~t)mouvemontcfrcu)a)reatternaUfde

t'a)'))rGhot'izontat produit un mouvementro-

tion reiutivemeatrécente.),o diagramme;de tatotroconUnude t'arbrovorUcat,par Finter-

mMiairodes rouesa mohetRattachéesaux engrenagesconiques; les rochets des deux roues sont p)ac('son sens contraires,et i)! agissent dansdes directions opposées.Lesen- grenagesconiques et les roues ù rochetsno sont pas cateessur l'arbre, mais los taquets y sontsolidementmaintenus.

vement principal des

montdo cellesde fabriqueanglaise, t~ fusée de droiteserta compenser lu perte do force

droite est une coupeagrandiequi peut 6tre compriseplus Monont.

46. Fus('eetbotteu ressort c'est le mou-

montres,particutiero-

Il

MOUVEMENTS NÊCAMQUES.

MOUVEMENTS NÊCAMQUES.

M(H~'<!MNtTS MÉCANt~UKS.

19

SOet St.Deux espèces du joints universeb:. communiqueront le mouvementau pignon

SS. Autre esp~e d'onbrayago. )<aroue-

inférieur. qui

tournera&ta foisautourdeson

diNjue do droitea douxtrous

auxbrochesfixéesdanst'autro dis()ue:quand engrenagesconcentriques.

les roues ? joignent, les bro'ehesentrent dansles trouset les deux ()i!!<[ucs tournent enfiemMe.

correspondant centreet autourdu centrecommundes deux

S8. Transmissiondu

trois vitesa-sdin'e-

rentcs ))arengrenage! Lu partie inférieure(le

ia courroiet'stmonircosur une poutiefoiie.

S3. L'urtM'everticaldoit conduire)':u'hr() La poutie in plus voisineest ca~c M))'l'arttre

princ)~)[ Ml'autreextrtnnM duquel estcatee une petito rouedentpc.La poulie suh'anteest

hortxontatdanst'unoou t'autredh'cctiunau moyen d'un double etnbrayagc et de roues d'engrenagescontquM. Les engrenages sur l'arbreimrixontatsontHbreset sontconduits onsenscontraire pur lutroistUnerouedontt'e. Le douMoembra~goglisse surunecalenxee sur rarbrehorizontal, a droiteou à gauche, Mth'antle cùt6sur tequct on veut t'engager. S4. Culendre,ou roue étoilée,pour pro- duireun mouvementrotatoirealternatif.

SS. VitettscsditTerentes données a deux rouesA et C ca~essur le mOno arbre, au moyendu pignon B. !i6. Empioy6'pour engrener ou deM'n- grunor dans les mouvements rapides des

tours.

grande roueest ontratneen arrière, a cause

do la rainuredans hlquelle ii glisse, ça)'cite droitesur un arbre creux a t'extrOnitedu-

est coupéeexcentriqucmont.

petit pignon. et la poulie de

ftxf'csur uu arbrecreuxto)n'))tu)tsuri'arbrc prhx.'ipat et il t'cxtrttnitc duquel so trouve une roue dcn~-ed'un p)ut.grand diamètre

que la première. La quntrtetno ot

dernière

poutte de lu gaucho est ux~osur un autre

arbrecreux tournant)ihren)ontsur le précè-

dont,et

ù t'autre extremitcest eak'ela plus

plusrap-

grande roue dpnM'c, ce))o qui est la

prot'iteo des pontfps. Conxnela courroie peut

guMer d'uoo poullo a t'autre, ctte transmet trots vitessesdiu'ét'cntcs&t'arbreinférieur. M. Transmissiondo deux vite~es

par roues d'engrenages. La courroieMt t)gur6o sur lu poulie foiioa gauche des deuxantres. i~ pouiie du milieuest caK'osur le même

arbre

que

le

quel est fixée)a granderoued'engrenage. Quand la courroieest sur la pouiie du mi-

mais quand elle est surla

on rapport avecle diamètredes engrenages.

En pressant le levier,

t'axe do la

Sï. La

petitepoulie a la partiesupérieure

est la conductrice, la grande rouedentée in- lieu, un mouvementlenlest tranHnisa i'arbro,

terieuremeBtet t'engrenagoconccatrique inférieur;

poulie

serontconduitsdans des directionsdine- do droite, un mouvement rapide estdonné

rentes par )es cordes et, en mémo temps,

M

MOUVEMENTS MËCAtHQUtM.

M MOUVEMENTS MËCAtHQUtM.

MOUVEMNn'8 HËCANKtMa.

M. Transmission de deux vitesses au moyen de cheville échappe ta première du rochet qui tombe

dam )e creux de la roue étoilée et, par ce tait, donne un mouvement rapide de rotation a eeiie~t. Celaeo Kpete chaque fois qu'une broche passe.

courroies. L'arbre tnMrteur

les deuxextérieure! sont folles s lesdeux intérieures sont caiees. La courroie de gauche est dessinée sur ta poutte <otte) la courroie de droite sur ta poulie MM)un mouvement lent est, par conséquent, trans- mis t'arbre tnMrteur.Quand ta courroie de droite est mise sur la poulie folle et celle de gauche sur la poutte CM, un mouvement plus rapide est httMmtt.

01. Transmission de deux vitesses, dont une par mouvement dtaarmtto). LacourMteeat aguree ou)' une poutte Mte de l'arbre tnMrteur. La poulie du milieu est tMe &t'arbte et porte une petite roue co-

nique sur son moyeu.

MtnMat'teet cette de gauche, est folle sur l'arbre et

porte transversalement une autre roue conique. Une ductrico sur laquelle est Hte le

trotetème roue eotttque, fotte sur l'arbre, est tentM disque ou roue c

par une courroie de

Bn Otteant mouvoir ta coutTOtesur ta poutte du milieu, on oetient un simple mouvetnent; mats quand elle passe sur la poutie de droite, l'arbre prend une vitesse double. La courroie de n'iction,

ou n~tn, sur ta troisième roue oonttM, permet A dane une entaiiie coupéedana

cetie~t un petit glissement lors d'un changement ou te taquet A frappe

brusque de vitesse. 6t. Transmission de deux titeMes, dont t'une con. xtitue un mouvement dtnSMnttei et vartaMe. Ce mouvement est semblable au pref~dent, saut en ce quela troisième roue conique est attachée a la qua.

trlème poutie à la droite des trois autres et est con-

dut te par une

bre supérieur. Quand ta courroie de gauche est sur ta poutie portant ta roue conique du milieu, et ta poulie de drotte tournant dans le m~me sens, ta ro- tation de ta tratsteme roue sera diminuéedu doubte

de la vitesse que t'arbre aurait si cette roue restait

en

repos. St, au contraire, ta courroie de droite était croisée de taçon a taire tourner la poulie dans un sens inverse, la vitesse de rotation serait augmentée d'autant. <& Rncitquetage ou mouvement rotatoire Inter- mittent employé pour les compteursde révolutions. Le eitquet maintenu par un ressort a gauche est tevt par des chevilles placées dans le disque de droite. La

porte

quatre pouttes;

M. Autre arraneement d'un

étiquetage. Le mouvementest

Krenace B par la vis sans

mouvement par en- eommuntqutt t'en'

nn placée en bat et qui est

nxeesur l'arbre moteur. Sur l'axe portant fen~e-

naxe, tourne wn arbre creux sur lequel est mtee la

came A. Une

parHe

de cet arbre ereux est 4 motOé

eotevee. Une cote nxee dans l'arbre de t'entfCMga

tourne dans t'arbrecreux et entraîne la came qui Mt )ewr la tt)fe ptacee t ta twrtte Buperteureet maintenue contre celle-là par un ressort.,

(B.Le<tt«)M&)Mucheourouet.'MttatO)teeon.

taquet

A. L'autre

porte

une série de brochéee~utdt~

poulie de droite, qui est

Metton qui peM t t'ettretntte. Ftantei). chaque rotation du taquet agit sur une des

broches de la roue D et force ainsi cette demMreà Mmouvotrde la dMancequ't) yaentM ieiceettt.

têt. Ann de ne paB dépasser

cotte cbune, un levier

d'arrêt est monté Mr un centre axe. Cet arrêt entre

ta roue Cet, à i'inttant

une broche, ladite entatiteest

rentre.

en Otce du levier. Quand la roue D tourne,

mité entre les broches est poussée dehoMet t'autre extrémité entre dans t'entatttei tnais, Immédiate-

poutte sur i'ar-

ment

aptes que te taquet

quitte la broche, te ievier

est de nouveau forcé d'entrer entre les broches, et it est tenu dans cette position par la roue C pressant

suri'autreettremtte.

M. ModHeation du n* M, un poidtD attaché t

un bras nïe dans t'arbre do la

roue dentée étant

employé au lieu du ressort et de la came.

M. Autre modiCeatton du n* M, un poids ou

contrepoids

au lieu du ressort et de )a cameet agissant par t'ao- tton de la clavette C dans l'arbre de la roue dentée.

Nnxe sur t'arbre creux étant employé

?. La dent uniqueA

de la roueconductrice Nagtt

dans les entailles de ta roue C et la fait tourner de

ta distance d'un creux a chaque re<'oiuttonde la

roue C. Aucun arrêt nécessaire dans ce mouvement,

puisque

en s'a)ustant dans les creux coupés dans la roue c.

la roue conductrice sert comme ar~t,

courroie venant d'une

N

MOUVHtNfNMÉCAMOCM.

N MOUVHtNfNMÉCAMOCM.

MOUVKMBNTS MÉCAtOOUM.

i!9

09. Une petite rouera une Mute dont sort Cqui le pousse dansune dontde la roue

esUaroueconduetrice.etunoparUedGtu

circonférenceentrantentre les dents do la sort étantroMfbe p))f if)ressort C,permet

roue sert d'arrêt torMjue tt) dent de lu ù ta roueA de resteren

polilo roue n'agitptus.

dentéeA et (brceeotte-cta tourner.Leres-

reposjusque ce que

la roue Duit 6ttt ut) tour. Le ressort C sort

d'arrêt.

'!0. La roue conductriceC a un rebord HKMtt'p on pointftté; t'exterteufdo ce rebord Mrta arrêterles brochesde t'autroroue A quand te taquet B ne touche plus aux che- villes.Uneouverturedanste bord pennot à unebroched'entreret à uneautredo sortir. Le taquet B pet aumilieude cotteouver- ture.

tl. La ctroonf~reneoIntérieure (montrcc

74. tJntnom'emo))t)'otatci)'ouNiform&)n- tormlttentdans des diret-tions opposées o:t donnéauxrouM d'engrenagescontqucs et

B, par t'httennMMrodo la ruuc conlquoC,

dontla mo)t)6desdentsa été Kupprfmëo.

TS. LemouYen)entre<'t))igne alternatifdo

tige

tntonntttent ù ta rooo A, par l'intermédiaire

la

C h'anNnotun mouvementotreutatre

par deslignespointillées) du bordde )a rouo du rochet B monteA t'cxtt'émttedu foviar

conductriceBaortd'arrêt,contre lequel deux

brochesde ta

le taquet

cheM)\'antoBortdu rebord par t'ontaitteIn-

férieure, et une autre brocheentre dedans par t'entaMe supérieure.

oMutantD.

registrer les

t'ouo C reposentJusque ce que

Afrappe unedeschevilles.Labro-

76. Autre dispositionpourcompter ouon-

taquet B sup-

révolutions.Un

porte sur )o ph'ot fixeC est frappé, à

révolutiondo la grande rouo (parttouoment

raprpson(co),par leboutonD attacheA)ad)te

roue.Cotafait que t'extrcmttedu

chaque

f9. Mouvementd'unmarteauilécraserlos loupes )a revotuMondo)acameBsoulèvete marteau quatre fois par tour.

*!S.Ala roueconductrtcoD estattacheun

taquet tou-

chantla rouedenté)A est lovée et faittour-

ner la rouede la distanced'une dent.Le ta-

quet retourne par son propre

positionpremière,aprèsque

l'extrémitéétanturttcutpo pour lui

passé,

ù sa

poids

te boutonD a

ressortcourbéB; un autreressortC est at-

support fixe. Lorsque ta roueD

tachéà un

tourne, le ressortB passe sousle fort res- dentée.

permettre do passer les dents do la roue

1

M

MO~MMMTSM&CA)mUt)E9.

1 M MO~MMMTSM&CA)mUt)E9.

MOOVNtENMtt~CAMQUM.

S6

7t. L'oseiiiationdulevierC autourde son centreou

de rotationde !aroue B,

de

agissant chacun sur un côté do h roue

dentéeD. Ces arcs (dont un teutementest

pivot A

produit un mouvement

par l'intermédiaire figuré) sont fixéssur ie Mêmearbre B et

deuxrochets quiagissent alternativement. ontieumdents taiiiéesdans des sens oppo-

sés.L'arbreM meuten donnantun mouve- mentde va~t-Yiontau levier A. Lesarcs

Ceciest presque un mouvementcontinu.

-78.ModiOcationdu n" 77.

pourraient avoir des ressorts de taconque chacunserait capable do se lever pourpor- ;o)<~ aux dentsde désongrenerpendant te

]

ont,

JM~h~ doubleerémam6re.Best

suspendue

~UM~. Unmouvementrotatoirecontinu est don à la cameD. Quand l'arbredela came au mtUeu,entre toa deuxcrémall- les cames agissent sur l'uneet t'autre:

·

'tttais,en levantou en abaissantla tigeA, la

supérieure est

portée vers la camo,et ellese meutà

ou à droite.

gaucho

employépour le ré-

gulateur d'une machine, la tige A étant reliéeau régulateur et la cremaiiioreaumo- dérateur.

79. Unmouvement rectiiigne alternatifdo

encoches, par les

80. Unmouvement rectUtgna§t<toM<~

8i.

qui enH~~tterna-

la tige

la tige B produit un mouvementcotaUfcon-

tinu deia roueà

attachéeit )'extrémttedesbrasC aM~meu- vent.

la tige A par roMtUaUondu tev~~et

sontattachésdeuxbras

tivementdansie<dentsde

Unmouvement recUHgneatternattfett crémaillèreinférieureou la

Ce mouvement a été

donnéa la tige B par lea révolutionscoatt- nuesde la roueA, en partiedentée; le res- sorten spirale C forcela tige à reprendre sa positionpremière sur lesdentsde la roueA

8S. Unmouvementétantdonnéaux deux

pédaiesD, un mouvementcontinuest lm-

primé.des deuxcotés par les bras B,

montentet qui descendentet dontles cames

agissent sur la rouedentéeA.

chaque pédatepasse sur la poulieC, et, quandune pédaie se lève,l'autres'abaisse.

88. Unmouvementrotatoirecontinuest donnéà la roueD par deuxarcs dentésC

qui

Uneohatneou courrotoattachéeà

85. Unmouvement alternatifrectiligne est

le mouvementrota-

donnéà la tige A

toirecontinude i'arbre portant les deuxce.

mes qui agissent sur les taquets de la tige

par

projetés en B et fontlever

tige tombe par son proprepoids.

cette tige. La

Employépour les

bocardaou pulvérisa.

tourset pour les marteaux.

s

M

HOUVKMEtfM HÉCAMQ))E8.

M HOUVKMEtfM HÉCAMQ))E8.

Mouvamanrs MËCAMQCM.

a~ 1

86. Moyen dotairefonctionnerune pompe qu'A 1 ce que le bouton,dansla roue B, venant

tournerdansune i direction Inverse,ramène

pompe, est atta- le 1 contrepoids dans la position verticale et,

par 1 M, renversede nouveaule mouvement.

par un mouvementrotatoire.Une corde, a

laquellepend la tige de la

chée&la roueA, qui tourne librementsur

l'arbre.

88. Mouvementrotatoirecontinuconverti

enmouvementrotatotre 1 intermittent.Laroue-

disqueB, c portant les arrêts C et D, tourne

Celui-el porte unecameC et a un mouve- mentrotatoirecontinu.A chaquerévolution,

la camesaisitle crochetB attachéà la roue,

le forcea tourneraveccette~tet étevela

corde jusqu'à ce

frappe l'arrêtfixéà côté; le crochetest alors

retMtéet la roueretourne par le poids do la pompe.

sur un pivotexcentrique ù ta cameA. Un mouvementrotatoirocontinuétantdonnéa 1

1

lacamo A, unmouvementrotatoireIntermit-

chaque demi-révo-

reposjusqu'à

comptété son tour; alors,

89. Excentriquegénératementplacé sur

machines,pour

communiquer

gtts-

90. MoaiBcationdu numéro précédent,

que t'extrémitédu crochet t

tent est Imprimé &ia roue B. Les arrêta

étanttachés é par la cameà

lution, la roue B demeureon

ce 1 que la cameait

le mememouveatontest répété.

6t. Moyenautomatique do renverserte mouvement.Laroue conique entreles roues

B

et C tournentfollessur l'arbro et,

quent, le mouvementest seulementcommu- i sières des machinesa vapeuret, parfois

et C est la roueconductrice.LesrouesB les arbresdes

par

consé- le mouvement rectilignealternatifaux

1

niquéquand l'uneou l'autreest engagéepar aussi, employépour faire mouvoirdes

l'embrayageD, lequelglisse commeman- pompes.

chonsur l'arbreet est

figuré comme engagé

dans la roue C. Laroue E, à la droite,est conduite par la roue conique de l'arbresur

tcquct les roues d'engrenage B et C et l'om- brayago sont placés, et ellevient frapper le

leviercoudé 6', enlui

Imprimant un mouve-

Di. Excentriquetriangulaire donnantun

un étrier allongé étant substituéau collier

de l'excentriquepour empêcher le mouve- mentvibratoiredela tige quiglisse dansdes guides Cxes.

ment duquel it résulte que le

poidséprendra une position verticale quand

le

tevier-contre-

mouvement rectiligne alternatif intermittent

employé en France pour le mouvementde la glissière dansles machines a vapear.

contrepoids tomberasubitement& gauche

l'embrayage se foraavecla roueB ot, parta, le mouvementde l'arbresera renversé jus-

99. Mouvementordinaired'unemanivelle.

M

MOUVEMENTS MÉCANtQUBS.

M MOUVEMENTS MÉCANtQUBS.

MOUVtMNffB MËCANtQUES.

99

98. Mouvementdemantveiioavecun bou-

de partieségales et, du centre, sontdécrites

ton parcourant un etriorauongeet, par ta, unesérie de otrconféroncos passantpar ces

communiquant io mouvementa la tige con- points. Lactrconférenceextérieureest alors

t!guë.

divtséeenun nombredoublede divisionsdu diamètre,et dos Hgnosjoignent ces points au centre.La courbeest afnst dessinée par los Intersectionsdescercles concentriques et des lignes radiales.

97. Cameen cœur, semblableau n* 96,

sauf qu'elle est à ra)nuro.

98. Unmouvement trr~gutter est produit

par ta rotationd'un disque circulairedans lequel est f)xeun bouton parcourant unerai-

nure coupée dans la tige ayant un mouve- mentde va-et-vtent.

94. ManiveHovariabto;deux plaques ctr-

cutatrestournentsur le mêmeaxe. Dans

l'une, est découpée une rafnureen spirale; dans l'autre, uneserfedo fentesfadtatee.En faisanttournerune plaque autour de son centre, le bouton uguré vers le dessousde la Hgure, et quipasse ù traversla rainureen tpifafe et tesfontes fad!a)es, est forcéde se mouvoirvers te centredes ptatoaux ou est torcédes'en éloigner.

9S. Par une rotationdo l'arbre vertical, un mouvement rectiligne alternatifest com-

muniquépar le disqueoblique a la tige ver- t)cate qui s'appute sur sa surface.

99. Guideen spirale attaché à la surface

d'un disque.

Employépour le mouvementd'une ma- chinea percer.

100. Mouvement rapide de retour d'une manivelle,applicable auxmachinesa raboter.

96. Cameoncoaur. Unmouvementunt-

la tige horizontale,par

tormeest Imprimé a

la rotattonde la cameen cœur. Les lignes pointillées montrentlamantoredoconstruire

la courbede la came.La longueur du dia- horizontaleau moyen d'une tringle a coulisse mètreest diviséeen un nombro quelconque suspendue au-dessus par une extrémité.

iOi. Mouvement rectiligne d'une tringle

1

M

XMUVtMEWM MÉCANtQUM.

M XMUVtMEWM MÉCANtQUM.

MOUVEMENTSt MECANM~Ea.M )

109. Boulonordinaireavec ~crou; mou- )-

d'un cylindre daM lequel sont découpées des

vement rectiligne obtenu par un mouvement

circulaire.

nt rainures héliçoïdoles, l'unetournantde

gauchoa droite, l'autre de droitea gauche. Une pointe suit les rainures et parcourt le cylindre d'uneextrémitéa t'autre.

408. Mouvement rectiligne d'une glissière

produitpar la rotationd'unevis.

i04. Dans cecm, un mouvementde rota- tton est Imprimé &la roue par la rotation d'une vis, ou le mouvement rectiligne de la gUMiero par la rotationde la roue.

<09. La rotationde la vis de gauchepro- dutt le mouvement rectitigne d'un outil qui

M trouveraitsur t'autra, vis. Lo point on la vis doit s'arrêter peut varte)'en changeant le diamètredes rouesù l'extrémitédesaxe:.

Employé dans les tours et lesmachinesù tarauder.

<OS.Presseà vis. Mouvement rectiligne provenant d'unmouvementcirculaire.

106et Mï. Houvomentreotitigne uniforme

attemaUf, produitpar ta mouvementde rota-

tion d'une roue avec une rainure sur la jante.

108. Mouvementuniforme rectiligne alter-

~10. Mouvementoirou!atreun)fbnnetrans-

forméen mouvement rectiligneMnttorme; employé dans les Btaturee pourguider le ftt sur lesbobines.Lerouleauestdiviséendeux parties, chacune ayant une vis à très petit filet une a pas a droite, t'autre a pas a gauche. L'arbre parallèle au rouleaua des

bras

qui portent deux denu-ecrous engre-

nantavecles vis un d'un coté du rouleau, et l'autrede t'auirecôté. Quandun desdemi- écrous engrené dansune vis, l'autreest de- hors. En tournant le lovler à droiteou a gauche, la tige avancedans l'uneou t'autre

natif provenant du mouvementde rotation direction.

Il M MOUVENHM8MÉCAMQCE

I l M MOUVENHM8MÉCAMQCE

MOttYNMN'KMÉCANMUB8.

M

iH.

Vis mtcrométriquo. Une grande

conséquent. un écrou placé ù

petite

vis

parcourt seule-

du pignon. Un pignonspéciat est employé pour chaquecrémaillère, quand ces deux

deux pignons sont libres sur l'arbre. Une roue dentéeest catee sur l'arbre extérieur de chaquepignon, et un rochetattacheau

force est obtenue par ce moyen. Les (itets

sontMsde pasdinerents, unà droite, l'autre dernièressont dansdos pians dinëronts.Les

ù gauche. Par

t'extrémitéde la

mentla longueur de !a dtMrenceentre les

chaque révolutiondo la vis supé- pignons'engage dans les échancruresde la

une do ces roues dentéesa sesdents

roue; tournéesdans un sens, l'autredans l'autre sens. Quand les crémaillèresse meuvent dansun sens, un pignon faittournerl'arbre au moyen de son rochot. et quand lescre- mattteresse meuvent en sens contraire,

l'autre

pignon tourne toujours follementsur l'arbre.

Hf. Came agissant entre deux rouleaux

ptgnonagit

dans le mémosens. Un

dans un étrior. A été employépour faire mouvoirla valved'unemachineà vapeur.

pas pour

rieuredansun écrou.

ilî. Machineù percerperaane. La tige du foretest fHeteod'un pas très allongé et elle tournelibrementdansun boutonù sa partiesupértoure. L'écroumontréau mMeu do la visest tevéa )a main, et un mouvement rapide de va-et-vientfaittourneralternati- vementle foretà droiteou à gauche. US. Mouvementcirculairetransforméon mouvement rectiligne ouf«'e Mr«!, au moyen d'uneoremaiiieroet d'un pignon.

ii4. Mouvomenteirculaireuniformetrans- «6. Moyen do doublerla coursed'un pis-

ton ou l'actiond'une manivelle.Un pignon

tournantsur un petit axe attachéà

engrené avecunecremaiiterefixe.Uneautre crémaillère,portéepar une tige mobileau-

la tige

mouvement rectilignede

H6.

Moyen de

remplacer la manivelle.

l'appa-

dessus, et engrenant avec le cote opposé du

pignon,

arrière.Pour que la tige communique alors

au pignon ta longueur totaledo la course, 11

faut

la même longueurque si ta crémaillèreinfé- rieureétaitmoNto;mais, cette-ciétantOxe,

te pignon est oMige de tourneret, par con-

peut se mouvoiron avant et en

que la crémaillère supérieureparcoure

forméen mouvement rectiligne alternatif

au moyen d'un pignonauquelit manque des dentset qui conduitalternativementla eré- maillère supérieure et l'inférieure. MS. Unmouvementde rotationdesroues

dentéesdonneun

la doublecrémaillèreet produit un oi)brtet

une vitesse égaie a chaque côté, los deux rouesétant d'égal diamètre.

Unmouvement rectiligne alternatifdo

rcii portant une doublecrémaillère produit 'sequent, la crcnMittct'eavanced'une ton.

un mouvementderotationUnitermede l'arbre gueur double.

M

MOUVEMENTS MÉCttHQCM.

M MOUVEMENTS MÉCttHQCM.

tKMtVNMBNTS MËCAMQUB).

il

H9. Mouvement rectttigne atternatifde la alternatifde la doublecrémaiitoredonneun

tige

par le

pignonengrenant alternativementau-dessus agissent sur l'undes deuxsecteursdomi-cir-

et en dessousde la crémattiore.L'arbredu

portant la crémaitteresans On, produit mouvementde rotation continu&la roue

mouvementdo rotationuniformedu d'engrenage. Les dents d'une erémaittere

ment ifettioatamentet est guidé

eutaires dentés, et les roues d'engrenage attachéesauxsecteurs dentésagissent sur la roue centrale.Les deux arrêts sur la cré-

maiitère, montrésen lignespotnUUees, sont satste par la pièce courbéesur la rouecen- trale et obligent les secteursdentésa engre- ner alternativementavec la doublecrémail-

pignon se

par des guides verticaux.

130. Chacunedes mâchoiresest attachée&

un des segments,