Vous êtes sur la page 1sur 12

Modulations numériques Notes de Cours Cosinus surélevé

Olivier Rioul

L E FILTRE EN COSINUS SURÉLEVÉ est constamment employé en communica- tions numériques. Dans cette note, on essaie d’en expliquer les raisons :

bon compromis entre propriétés du diagramme de l’œil et de sélectivité fré- quentielle, formules explicites en termes de sinus et cosinus cardinaux, etc. Pour

simplifier, les signaux sont supposés réels (en bande de base).

1 Interférence entre symboles

En sortie du filtre de réception h (t ) (adapté au filtre d’émission h ( t )), on reçoit le signal

y ( t ) = a n r ( t nT ) + bruit

n

a k sont les symboles d’information émis, et r ( t ) = h ( t ) h (t ) est la réponse globale du système. La partie utile à détecter à l’instant t = kT est a k r (0), mais après échantillonage à t = kT en sortie du filtre adapté, il reste

y ( kT ) = a k r (0) + a n r (( k n ) T ) + b k

n =k

b k est un échantillon de bruit et n =k a n r (( k n ) T ) représente l’interférence entre symboles (IES) (Inter-Symbol Interference (ISI)). L’IES est une perturbation supplémentaire qui affaiblit les performances de la détection en présence de bruit ; si elle est trop importante elle peut même provoquer des erreurs de dé- tection en l’absence de bruit.

2 Distorsion maximale

Pour des symboles binaires a n = ±1, l’IES maximale en valeur absolue vaut

est fermé à l’instant d’échantillonage

t = kT lorsque l’IES maximale provoque une erreur de détection en l’absence de bruit, c’est à dire lorsqu’elle est supérieure à la distance au seuil = | r (0) | . Le rapport

=k | r (( k n ) T ) | = n =0 | r ( nT ) | . L’ œil

n

D max = n

=0 | r ( nT )|

| r (0) |

1

est appelée distorsion maximale . A retenir : L’œil est ouvert verticalement (à l’ins- tant d’échantillonnage t = kT ) si et seulement si D max < 1 . Noter que le récepteur n’a pas nécessairement une référence précise sur l’origine des temps associé à l’émetteur. Par conséquent, il peut y avoir un déca-

lage t 0 = 0 sur l’instant d’échantillonnage « idéal » t = kT . Dans ce cas, la distor-

sion maximale est

=0 | r (nT + t 0 ) | D max ( t 0 ) = n

| r ( t 0 ) |

.

, valeur de l’IES maximale, et donc D max , par ( M 1) = max | a k | pour obtenir le même critère.

±( M 1)} il faut multiplier la

Pour des symboles M -aires a k { ±1, ±3,

3 Condition de Nyquist

Puisqu’un œil fermé (D max 1) provoque des erreurs de détection même en l’absence de bruit, il est important que l’œil soit ouvert à l’instant d’échantllion- nage. Il est d’ailleurs important qu’il soit le plus ouvert possible (verticalement) de façon que l’IES perturbe le moins possible la détection en présence de bruit. Bref, en communications numériques, il faut ouvrir l’œil . L’idéal est d’éliminer complètement l’IES (après échantillonnage idéal, t 0 = 0) en imposant que D max = 0. Cela revient à dire que

r ( t ) = 0

pour t = ±T , ±2 T , ±3 T ,

Si r ( t ) vérifie cette condition, on dit que le filtre global (de réponse impulsion- nelle r ( t )) est un filtre de Nyquist . Evidemment r (0) lui-même doit être non nul :

Exercice : Sachant que r ( t ) = h ( t ) h ( t ), montrer que r (0) = h 2 ( t ) d t = E b (énergie moyenne par symbole binaire a n = ±1 transmis).

La réponse fréquentielle globale du système est la tranfsormée de Fourier de r ( t ) : R ( f ) = r ( t ) e 2 j π f t d t . Puisque r ( t ) = h ( t )h ( t ), on a R ( f ) = H ( f ) H ( f ) = | H ( f )| 2 0. La condition de Nyquist est le critère fréquentiel traduisant qu’un filtre est de Nyquist :

Exercice : On note n δ ( t nT ) le peigne de DIrac, de transformée de Fourier

T n δ ( f T ) par la relation de Poisson. Montrer que r ( t ) est de Nyquist si et

=

seulement si r ( t ) n δ ( t nT ) = r (0) δ ( t ), ou encore R ( f ) T n δ ( f T ) = r (0). En déduire le critère de Nyquist :

1

n

1

n

n

n

R ( f T ) = Tr (0)

(constante > 0)

2

4 Largeur de bande minimale : sinus cardinal

Le critère de Nyquist indique que pour annuler l’IES, le spectre R ( f ) pério- disé (période T ) doit être plat (constant sur toutes les fréquences). Ceci implique une bande minimale pour une transmission sans IES :

1

Exercice Montrer que si la largeur de bande B occupée par la transmission est

<

critère). Par contre, il existe une solution pour une largeur de bande minimale (bande de Nyquist) :

1 T , alors le critère de Nyquist ne peut pas être vérifié (faire f = 1/2 T dans ce

2

B min = 1 2 T
B min = 1
2
T

En effet, il suffit de choisir une « porte » en fréquence de largeur 1/ T :

R ( f ) = r (0) Π 1/ T ( f ) = r (0)

T | f | ≤

0

1

2 T

ailleurs

et le critère de Nyquist est bien vérifié (p.p. f ).

Exercice Calculer alors r ( t ) = R ( f ) e 2 j π f t d f (transformée de Fourier inverse). On trouve le sinus cardinal

où, par définition :

r ( t ) = r (0) sinc t

T

sinc x = sin π x

π x

On vérifie directement qu’on a bien r ( t ) = 0 pour t = ±T , ±2 T , ±2 T ,

1.0 0.8 0.6 0.4 0.2 0.0 ! 0.2 ! 0.4 ! 10 ! 8 !
1.0
0.8
0.6
0.4
0.2
0.0
!
0.2
!
0.4
! 10
! 8
! 6
! 4
! 2
0
2
4
6
8
10

Sinus cardinal

On a d’ailleurs la formule suivante (due à Euler) :

sinc

t

T =

=1 1

n

3

nT 2

t

qui montre que le sinus cardinal peut se voir comme un polynôme avec une

, Une réponse globale en sinus cardinal pose des problèmes. D’abord, la fré- quence de coupure à f = 1/2 T est infiniment abrupte et irréalisable pratique- ment. Ensuite et surtout, le diagramme de l’œil est catastrophique :

infinité de racines = ±T , ±2 T , ±2 T ,

normalisé de sorte que sinc 0 = 1.

t

Exercice : Si r ( t ) = r (0)sinc T , évaluer D max ( t 0 ) pour un décalage t 0 = 0 par

rapport à l’instant d’échantillonnage idéal. On trouve une série en n qui di- verge.

Cela signifie que le diagramme de l’œil se ferme dès que t 0 = 0. Autrement

dirt, l’ouverture horizontale de l’œil est nulle, et cela ne permet aucune tolé-

rance sur l’instant d’échantillonnage. Personne n’a envie de faire des communi- cations numériques avec un diagramme de l’œil pareil. La figure suivante donne un diagramme de l’œil pour le sinus cardinal. Ce diagramme est évidemment incomplet : il faudrait une infinité de courbes pour le dessiner totalement. Comme la série n diverge lentement, il n’est pas tout de suite apparent que l’ouverture horizontale de l’œil tend vers 0. Néanmoins, c’est ce qu’on observerait à la limite.

1

1

1.5 1.0 0.5 0.0 ! 0.5 ! 1.0 ! 1.5 ! 0.6 ! 0.4 !0.2
1.5
1.0
0.5
0.0
!
0.5
!
1.0
! 1.5
! 0.6
! 0.4
!0.2
0.0
0.2
0.4
0.6

Diagramme de l’œil pour le sinus cardinal (α = 0)

5 Cosinus surélevé

Arrivé à ce point, il est naturel de se demander si on peut obtenir un filtre de Nyquist avec non seulement une ouverture verticale maximale (pour une meilleure résistance au bruit, c’est la condition de Nyquist), mais aussi une ou- verture horizontale maximale, afin d’être le plus tolérant possible vis-à-vis de l’instant d’échantillonnage.

4

L’ouverture horizontale est toujours T (période symbole), car si deux sym- boles d’information sont opposés ( a k +1 = − a k ) il faut bien que le signal reçu n a n r ( t nT ) passe par zéro quelque part entre kT et ( k + 1) T . Maintenant, pour obtenir une ouverture horizontale maximale = T , il faut que ce signal ne passe par zéro qu’aux instants (k + 2 )T , quelque soit la séquence d’information émise :

1

n

1

a n r ( t nT ) = 0 ⇐⇒ t = ( k + 2 ) T

( k entier)

Une solution serait d’imposer r ( t ) = 0 pour tout t multiple non nul de T , mais ceci nous donnerait un sinus cardinal oscillant deux fois plus vite r ( t ) = sinc 2 t et donc une réponse fréquentielle globale R ( f ) constante dans le double de bande B = T . Une meilleure solution est d’imposer

1

2

T

r ( t ) =

r (0)

2

0

pour t

pour t = ±T , ± 3 T , ±2 T , ± 5 T

=

± T

2

2

2

,

car alors, pour deux symboles d’information opposés ( a k +1 = − a k ), le signal

reçu vaut bien r (0)

) = ±r (0) en t = ( k + 2 ) T , et

ne s’annule pas dans l’intervalle (kT , (k + 1) T ). On obtient donc un diagramme de l’œil comme suit :

même signe a k +1 = a k = ±1, ce signal vaut ±( r (0)

= 0 en t = ( k + 2 ) T . Si les symboles d’information sont de

r (0)

2

1

2

r (0)

2

1

2

1.5 1.0 0.5 0.0 ! 0.5 ! 1.0 ! 1.5 ! 0.6 ! 0.4 !0.2
1.5
1.0
0.5
0.0
!
0.5
!
1.0
!
1.5
!
0.6
! 0.4
!0.2
0.0
0.2
0.4
0.6

Diagramme de l’œil pour le sinus-cosinus cardinal ( α = 1)

C’est vraiment un diagramme de l’oeil idéal pour le communiquant, car d’ou- vertures horizontale et verticale maximales (robustesse optimale vis à vis à la fois du bruit et de l’instant d’échantillonnage). Il reste à déterminer la réponse globale r ( t ). Puisque que le sinus cardinal sinc 2 t vaut 1 en 0 et 0 en tout multiple non nul de T /2, il est immédiat de trouver une solution :

T

5

Exercice : Montrer que

r ( t ) = r (0)(sinc 2 t

T

+

2 sinc 2( t +T /2) + 1

1

2 sinc 2( t T /2)

T

T

)

vérifie les conditions ci-dessus. Montrer aussi, en revenant à la définition du si- nus cardinal, que

r ( t ) = r (0) sinc ( 2 t 2 = r (0) sinc ( T ) ·

) T 1 − ( 2 t ) T
)
T
1 − ( 2 t )
T

t

cos( π t )

T 1 − ( 2 t ) 2 T
T
1 − ( 2 t ) 2
T

La fonction cos( π t ) 2 est parfois appelée cosinus cardinal et notée cosc T . On peut

) T 1 −( 2 t T
)
T
1 −( 2 t
T

t

donc écrire simplement

t r ( t ) = r (0) · sinc ( T ) · cosc
t
r ( t ) = r (0) · sinc ( T ) · cosc (
t
T )
1.0
0.8
0.6
0.4
0.2
0.0
! 0.2
! 3
! 2
! 1
0
1
2
3

Sinus-cosinus cardinal r ( t ) ( α = 1)

Exercice : En utilisant la formule d’Euler (développement en produit infini du sinus cardinal), montrer que

r ( t ) = r (0)

n =2 1

nT 2

2

t

On voit directement sur cette formule que r ( t ) s’annule bien en t = ±T , ± 3 T , ±2 T , Le cosinus cardinal, quant à lui, est donné par

2

cosc

t

T

=

n =1 1

(2 n +1)T 2

2

t

et peut donc se voir comme un polynôme avec une infinité de racines = ± 3 T , ± 5 T , normalisé par la relation cosc 0 = 1. Calculons la réponse fréquentielle correspondante R ( f ), transformée de Fou- rier du sinus-cosinus cardinal r ( t ).

2

2

,

6

Exercice : Avec la première formule ci-dessus donnant r ( t ), montrer que R ( f ) =

r (0)(Π 2/ T ( f ) +

1 Π 2/T ( f ) e 2 j π f T /2 +
2

2 1 Π 2/T ( f ) e 2 j π f T /2 ). En déduire que

R ( f ) = Tr (0) (1 + cos π f T )

2

(| f | ≤

1

T )

et R ( f ) = 0 ailleurs. Ainsi R ( f ) est une arche (demi période) de cosinus, surélévé de sorte que R ( f ) 0. C’est la raison pour laquelle ce filtre de Nyquist est appelé filtre en cosinus surélevé :

1.0 0.9 0.8 0.7 0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0.0 ! 1.0 ! 0.8
1.0
0.9
0.8
0.7
0.6
0.5
0.4
0.3
0.2
0.1
0.0
! 1.0
! 0.8
! 0.6
! 0.4
! 0.2
0.0
0.2
0.4
0.6
0.8
1.0

Cosinus surélevé (α = 1)

Exercice : Vérifier que R ( f ) satisfait bien au critère fréquentiel de Nyquist (no-

ter que ( f = 1

2

T

, Tr (0)

2

) est un point de symétrie de la courbe pour f > 0).

6 Racine de cosinus surélevé

On a déjà noté que si le filtre de réception est adapté à l’émission, la réponse fréquentielle globale s’écrit R ( f ) = | H ( f ) | 2 . On peut donc résoudre cette équa- tion pour trouver H ( f ) à l’émission et à la réception :

H ( f ) = R ( f )

puisque R ( f ) est de Nyquist, le filtre H ( f ) est appelé filtre en racine de Nyquist . Pour le cosinus surélevé, on peut trouver facilement l’expression de H ( f ), et donc de h ( t ) :

Exercice :

Sachant que 1 + cos 2 x = 2cos 2 x , montrer que

H ( f ) = R ( f ) = Tr (0) cos( π f T )

2

1

pour | f | ≤ T . Montrer que H ( f ) ne satisfait pas au critère de Nyquist.

7

Exercice : Montrer qu’on peut aussi écrire

H ( f ) = r (0)

T

(e 2 j π f T /4 + e 2 j π f T /4 ) Π 2/T ( f )

et en déduire, par transformée de Fourier inverse, que

h ( t ) = r (0) sinc ( 2 t

T

T

2 ) + sinc ( 2 t + 1 2 )

1

T

Simplifier cette expression pour arriver à

h ( t ) = r (0)

T

·

4

π ·

cos( 2 π t ) T 2 = r (0) · T 1 − (
cos( 2 π t )
T
2 = r (0)
·
T
1 − ( 4 t )
T

π · cosc 2 t

4

T

Montrer directement que h ( t ) n’est pas un filtre de Nyquist.

Exercice : Une autre méthode pour calculer h ( t ) consiste à dériver H ( f ) deux fois : Montrer que

) consiste à dériver H ( f ) deux fois : Montrer que H ( f

H ( f ) = −( π T ) 2 H ( f ) + Tr (0) π T ( δ 1/ T ( f ) +δ 1/ T ( f ))

2

2

(il apparaît des impulsions de Dirac, dérivées de sauts). Sachant que H ( f ) est la transformée de Fourier de ( 2 j π t ) 2 h ( t ) = −4 π 2 t 2 h ( t ), montrer que la trans- formée de Fourier inverse de H ( t ) + ( T ) 2 H ( f ) est = (1 ( 4 t ) 2 ) h ( t ). Calculer directement cette transformée de Fourier inverse et conclure.

2

π

T

7 Coefficient de retombée α

Pour simplifier la présentation je normalise les filtres en posant r (0) = 1. Jus- qu’à présent nous avons vu deux solutions pour le filtre de Nyquist r ( t ) :

t

Le sinus cardinal r 0 ( t ) = sinc T , de réponse fréquentielle R 0 ( f ) = Π 1/ T ( f ), avec une largeur de bande miniminale B 0 =

1

2 T .

Le sinus-cosinus cardinal r 1 ( t ) = sinc T cosc T de réponse fréquentielle en cosinus surélevé R 1 ( f ) = (1 + cos π f T )Π 2/ T ( f ). La solution R 0 ( f ) a l’avantage d’être à largeur de bande minimale, mais ne tolère aucune imprécision sur l’instant d’échantillonnage. La solution R 1 ( f ) a l’avan- tage d’être le plus tolérant possible vis à vis de l’instant d’échantillonnage, mais on constate que qu’elle occupe une bande deux fois plus large B 1 =

T . En pratique on met en oeuvre une solution intermédiaire R α ( f ) entre R 0 ( f )

et R 1 ( f ) qui réalise un compromis entre sélectivité fréquentielle (largeur de bande B α ) et robustesse vis à vis de l’instant d’échantillonnage (ouverture horizontale de l’œil). Pour cela, on impose un gabarit à R α ( f ) de sorte que R α ( f ) passe d’une valeur constante = T à une valeur nulle dans un bande de transition de

largeur α

t

t

1

T :

8

1.2

1.0

0.8

0.6

0.4

0.2

0.0

! 0.2

1.2 1.0 0.8 0.6 0.4 0.2 0.0 ! 0.2 ! 1.0 ! 0.8 ! 0.6 !

! 1.0

! 0.8

! 0.6

! 0.4

! 0.2

0.0

0.2

0.4

0.6

0.8

1.0

Cosinus surélevé (α = 1/2)

Le paramètre 0 α 1 s’appelle coefficient de retombée ( roll-off factor ). Pour α = 0 on retrouve bien la solution R 0 ( f ), alors que α = 1 doit correspondre au cosinus surélevé R 1 ( f ). Pour calculer R α ( f ) et r α ( t ) de manière simple on peut faire d’abord la re- marque suivante : Pour α = 1, r 1 ( t ) = sinc T cosc T et donc R 1 ( f ) = R 0 ( f ) C ( f ) (convolution fréquentielle) où C ( f ) est la transformée de Fourier du cosinus car- dinal. Il est impossible de calculer C ( f ) par l’intégrale de Fourier mais on peut le déterminer directement en fréquence :

t

t

Exercice : Justifier que C ( f ) est réelle, paire (comme le cosinus cardinal) et de

support défini par | f | ≤

1 T . En déduire, à l’aide de la définition du produit de

C (ν)d ν. Dériver cette expression

et en déduire TC ( f 1/2 T ) = R 1 ( f ) = − π T 2 sin π f T , d’où

2

convolution, que pour f > 0, R 1 ( f ) = T

2

1/2 T f 1/2 T

C ( f ) = π T cos π f T

2

(| f | ≤

1

2 T )

Noter que C ( f ) est d’intégrale unité : C ( f ) d f = 1 ce qui est nécessaire pour que R 1 ( f ) prenne bien la valeur T en f = 0.

Exercice : Retrouver directement, à l’aide de la formule R 1 ( f ) = R 0 ( f ) C ( f ), que R 1 ( f ) vérifie le critère de Nyquist en fréquence (justifier les étapes suivantes :

n R 1 ( f T ) = ( n R 0 ( f T )) C ( f ) = T C ( f ) = T ).

n

n

Pour obtenir R α ( f ) il suffit maintenant de remplacer C ( f ) par α C ( f ) (tou- jours d’intégrale unité) pour obtenir une largeur de bande de transition autour de f = 1 T de largeur T α . Autrement dit, on définit

2

1

α

R α ( f ) = R 0 ( f ) α C ( f ).

1

α

Ce filtre est bien de Nyquist d’après le même calcul que dans l’exercice précé- dent : n R α ( f T ) = ( n R 0 ( f T )) α C ( f ) = T α C ( f ) = T .

n

n

1

α

1

α

9

Exercice : Justifier (avec un minimum de calculs) que R α ( f ) est donné par :

minimum de calculs) que R α ( f ) est donné par : R α (

R α ( f ) =

T

T

2

0

1 + cos π T ( | f |− 1 α

α

2

T

)

| f | ≤ 1 −α 2 T 1 −α ≤ | f | ≤
| f | ≤ 1 −α
2
T
1 −α
≤ | f | ≤ 1 +α
2 T
2
T
| f | ≥ 1 +α
2
T
|− 1 − α α 2 T ) | f | ≤ 1 −α 2 T

Le passage de T à 0 est donc effectué, là encore, par un cosinus surélevé. C’est la raison pour laquelle ces filtres sont aussi appelés filtres en cosinus surélevé .

Exercice : Vérifier directement que R α ( f ) satisfait bien au critère fréquentiel

) est un point de symétrie de la courbe pour

f > 0).

de Nyquist (noter que ( f =

2 T , T 2

1

On a bien obtenu le compromis attendu : la largeur de bande occupée par la transmission est B α = 1 +α (intermédiaire entre T et T ) ; la figure suivante donne un diagramme de l’oeil intermédiaire entre ceux obtenus pour α = 0 et α = 1 :

2

T

1

2

1

1.5 1.0 0.5 0.0 ! 0.5 ! 1.0 ! 1.5 ! 0.6 ! 0.4 !0.2
1.5
1.0
0.5
0.0
!
0.5
!
1.0
!
1.5
!
0.6
! 0.4
!0.2
0.0
0.2
0.4
0.6
Diagramme de l’œil pour α = 1
2 .

Le calcul de la réponse impulsionnelle correspondante r α ( t ) est immédiat :

Puisque R α ( f ) = R 0 ( f ) α C ( f ), il vient r α ( t ) = r 0 ( t )cosc ( α t ) c’est à dire

1

α

T

r α ( t ) = sinc ( T ) · cosc ( α t ) = sinc (

cos( πα t )

T 1 − ( 2 α t ) 2 T
T
1 − ( 2 α t ) 2
T

t

T

t T )

(Les formules donnant r ( t ) et R ( f ) sont à multiplier par r (0) dans le cas général où r (0) = 1).

10

Exercice : Evaluer D max ( t 0 ) pour un décalage t 0 faible par rapport à l’instant d’échantillonnage idéal, et comparer par rapport au cas α = 0 (Pour α > 0, on trouve une série en 3 qui converge).

1

n

Enfin, il est important de déterminer le filtre en racine de Nyquist H α ( f ) =

R α ( f ) correspondant :

Exercice : Sachant que 1 + cos 2 x = 2cos 2 x , montrer que

H α ( f ) = T

1

cos π T ( | f |− 1 α

0

2

α

2

T

)

| f | ≤ 1 α

2

T

1 α

2

T

≤ | f | ≤ 1 +α

2

T

| f | ≥ 1 +α

2

T

Là encore, H α ( f ) ne satisfait pas le critère de Nyquist. Pour calculer h α ( t ) on peut appliquer la méthode qui consiste à dériver H α ( f ) deux fois, comme on l’avait dans le cas α = 1 :

Exercice : Montrer que

α

H

( f ) = −( π T ) 2 H ( f ) + T π T

2

α

˜

2

α

( δ 1 +α

2

T

( f ) +δ 1 +α ( f ))

2

T

H ( f ) = H α ( f ) pour | f | ≥ 1 α et = 0 pour | f | ≤ 1 α . Montrer que H ( f ) est la transformée de Fourier de (2 j π t ) 2 h ( t ) = −4 π 2 t 2 h α ( t ), et en déduire que la transformée de Fourier inverse de H α ( f ) + ( T ) 2 H ( f ) est = (1 ( 4 α t ) 2 ) h α ( t ). Par

ailleurs montrer que

˜

2

T

α

2

T

α

2

α

π

T

H α ( f ) + ( 2 α T ) 2 H ( f ) = 1 α

π

α

T

Π 1 α

T

( f ) +

α

π

2

T ( δ 1 +α T

2

( f ) +δ 1 +α ( f ))

2

T

a pour transformée de Fourier inverse

(1 ( 4 α t ) 2 )h α ( t ) = 1 α

T

T sinc (1 α) t

T

+

4

α

π

T

cos(2 π 1 +α t )

2

T

d’où finalement

h α ( t ) =

4 α

cos(π (1 +α) t

T

) + (1 α)sinc (1 α) t

T

1 π
1
π

T

1 ( 4 α t ) 2

T

(Les formules donnant h ( t ) et H ( f ) sont à multiplier par r (0) dans le cas géné- ral où r (0) = 1). Même si ces formules sont horribles, elles sont l’intérêt d’exister. C’est un des attraits des filtres en cosinus surélevé : les réponses r ( t ) et h ( t ) sont données par des formules explicites, ce qui facilite les simulations.

11

Cadre privé } sans modifications Par le téléchargement ou la consultation de ce document, l’utilisateur

Cadre privé } sans modifications

Par le téléchargement ou la consultation de ce document, l’utilisateur accepte la licence d’utilisation qui y est attachée, telle que détaillée dans les dispositions suivantes, et s’engage à la respecter intégralement.

La licence confère à l’utilisateur un droit d’usage sur le document consulté ou téléchargé, totalement ou en partie, dans les conditions définies ci-après, et à l’exclusion de toute utilisation commerciale.

Le droit d’usage défini par la licence est limité à un usage dans un cadre exclusivement privé. Ce droit comprend :

– le droit de reproduire le document pour stockage aux fins de représentation sur un terminal informatique unique,

– le droit de reproduire le document en un exemplaire, pour copie de sauvegarde ou impression papier.

Aucune modification du document dans son contenu, sa forme ou sa présentation, ni aucune redistribution en tout ou partie, sous quelque forme et support que ce soit et notamment par mise en réseau, ne sont autorisées.

Les mentions relatives à la source du document et/ou à son auteur doivent être conservées dans leur intégralité.

Le droit d’usage défini par la licence est personnel, non exclusif et non transmissible. Tout autre usage que ceux pré- vus par la licence est soumis à autorisation préalable et expresse de l’auteur : sitepedago@enst.fr