P

A
T
R
I
C
K
S
W
I
R
C
R
E
U
T
E
R
S
JEAN­LUCMÉLENCHON
INVITÉSPÉCIAL
«Il faut
frapper,
frapper,
frapper»
PAGES 2 À 9
Unpacte contre toutes
les discriminations
APPEL Il rend visibles les invi-
sibles, bruyants les silencieux,
égauxles marginaux. Ce n’est pas
tout à fait un hasard si Louis-
Georges Tin, 37 ans et nouveau
responsable du Cran (le Conseil
représentatif des associations
noires), est l’initiateur du «Pacte
pour l’égalité et la diversité»:
«100%des Français sont discrimi-
nables. Noirs, juifs, femmes, handi-
capés, homosexuels, habitants des
quartiers défavorisés…Ces minori-
tés forment 80%de la population.»
Ce texte d’interpellation, à la ma-
nière du Pacte écologie proposé
par Nicolas Hulot en 2007, est
lancé aujourd’hui dans Libération
et sur le site Lepacte.fr.
PAGES 16­17
Sarkozyloue
le «bonsens»
de Guéant
Le Président s’est félicité des
déclarations sur la hiérarchie
des civilisations de son
ministre de l’Intérieur et
rabatteur des votes de
l’extrême droite.
PAGES 14­15
EnSyrie,
témoignages
des massacrés
Les habitants de Homs,
la ville rebelle, racontent
l’enfer des bombardements.
Et disent ne plus rien
attendre de la communauté
internationale.
PAGES 10­11
•1,50 EURO. PREMIÈRE ÉDITION N
O
9561 MARDI 7 FÉVRIER 2012 WWW.LIBERATION.FR
IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,20 €, Andorre 1,50 €, Autriche 2,80 €, Belgique 1,60 €, Canada 4,50 $, Danemark 26 Kr, DOM 2,30 €, Espagne 2,20 €, Etats­Unis 5 $, Finlande 2,60 €, Grande­Bretagne 1,70 £, Grèce 2,60 €,
Irlande 2,35 €, Israël 19 ILS, Italie 2,20 €, Luxembourg 1,60 €, Maroc 16 Dh, Norvège 26 Kr, Pays­Bas 2,20 €, Portugal (cont.) 2,30 €, Slovénie 2,60 €, Suède 23 Kr, Suisse 3 FS, TOM 410 CFP, Tunisie 2,20 DT, Zone CFA 1 900 CFA.
Jean-Luc Mélenchon, leader duFront de gauche,
est le premier candidat à venir débattre à «Libé».
«Nous n’avons
pas besoin
des marchés»
A
l’heure de la conférence de
rédaction, hier matin, le can-
didat du Front de gauche,
Jean-Luc Mélenchon, égale-
ment député européen, a longuement
répondu aux questions de l’ensemble
des journalistes de Libération. Unentre-
tien collectif qui inaugure une série
d’invitations que notre journal a décidé
de lancer à différents candidats à l’élec-
tion présidentielle.
Les sondages vous accordent désormais
9%d’intentions de vote…
Tout cela ne vaut rien!
Pourquoi ?
Aforce de répéter à longueur de journée
que machin et bidule seront au
deuxième tour, cela signifie que les
autres encombrent inutilement le pay-
sage sans tenir compte de ce qui se dis-
cute. Unjour j’ai 1%d’ouvriers qui sont
d’accordavec moi et le lendemain, c’est
multiplié par huit, alors que les artisans
qui m’adoraient la veille me détestent
ce jour-là. Tout cela est grotesque…
Recueilli par LIBÉRATION
Photos PATRICKSWIRC
générale des étudiants de Besançon, membre
de l’Unef­US.
w 1972 Il adhère à l’Organisation communiste
internationaliste (OCI), formation trotskiste­
lambertiste. Son pseudonyme: «Santerre».
w 1976 Radié de l’OCI, Mélenchon revient à
Lons­le­Saunier, travaille comme journaliste
pigiste et adhère au Parti socialiste.
w Août 1979 Il est nommé directeur de cabinet
du maire socialiste de Massy (Essonne),
Claude Germon.
w 1981­1986 Mélenchon est élu successivement
conseiller municipal, conseiller général, puis
sénateur de l’Essonne.
w 24 juillet 1988 Avec Julien Dray, il fonde le
courant de la Nouvelle école socialiste (NES)
qui deviendra la Gauche socialiste, avec
Marie­Noëlle Lienemann, en 1991, après leur
w 19 août 1951 Naissance à Tanger (Maroc).
w 11 août 1962 Arrivée avec sa famille à
Marseille. Puis direction Yvetot, en Normandie.
w Mai 1968 Il débarque en début d’année dans
le Jura, Mélenchon s’impose comme le leader
de la contestation lycéenne dans la préfecture
de Lons­le­Saunier.
w 1971 En fac de philo depuis deux ans, Jean­
Luc Mélenchon devient président de l’Union
LA BIOGRAPHIE
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
2 •
EVENEMENT
L'ESSENTIEL
LE CONTEXTE
Jean­Luc Mélenchon était hier
devant la rédaction de
«Libération» pour une interview
animée et approfondie.
L'ENJEU
Combatif, le candidat du Front
de gauche tape sur la presse et
les sondeurs, sur la droite et les
marchés sans oublier ses
camarades socialistes et articule
une politique radicalement autre.
Par NICOLAS
DEMORAND
Appétit
Mélenchon en campagne,
invité de Libération pour
une interviewmenée par
l’ensemble de la rédaction.
Au cœur de ce chaudron
médiatique dont il aime
tant pointer les
contradictions, parfois
réelles, quitte à sulfater
sans distinction télé de
masse et journalisme de
qualité, divertissement et
information. Quitte aussi à
ne pas répondre, en
dialecticien habile, aux
questions trop précises sur
son programme
économique ou la
sociologie de son électorat.
Mais au fond qu’importe:
le combat de Mélenchon,
depuis qu’il a fondé son
propre parti, vise d’abord
à ancrer à gauche le centre
de gravité du PS. A éviter
ces alliances au centre
dont il estime qu’elles
furent politiquement
meurtrières en Europe. A
contraindre le social-
libéralisme à s’assumer
comme tel ou à se
réformer. A faire, car la
modernité n’a rien changé
aux vieux rapports de
force, de la politique à
l’ancienne: classe contre
classe. Jamais il n’a dévié
de cette ligne qui, dans
cette présidentielle, le
conduit à «frapper,
frapper et frapper encore»
le capitalisme financiarisé,
les tenants du réalisme, les
timorés de la laïcité, avec
une force et un appétit
disparus de longue date du
camp républicain. A
cogner sur le Front
national, les xénophobes,
avec une brutalité qui ne
porte pas encore ses fruits
mais rouvre un combat
qu’une partie de la gauche
considérait à ce point
perdu qu’elle avait
commencé à théoriser son
renoncement. Pour
l’instant, la chimie
électorale voit Hollande et
Mélenchon grimper
ensemble dans les
intentions de vote. La
dynamique ne sera pas
paisible mais elle est réelle.
ÉDITORIAL
Le candidat duFront de gauche est
crédité de 9%dans les sondages.
Une campagne
planifiée
D
ans le train qui le ra-
menait de sonmeeting
nantais mi-janvier,
Jean-Luc Mélenchon dé-
taillait, dans une métaphore
militaire, sonplande bataille
hivernal : «Pour nous, c’est
l’assaut. On sonne le clairon et
on sort de la tranchée.» Le
premier mois de l’année
écoulé, le candidat du Front
de gauche s’affiche satisfait :
3,4 millions de téléspecta-
teurs sur France 2, le 12 jan-
vier, des salles bondées et des
militants surmotivés. «Tous
les objectifs ont été atteints»,
dit-il à Libération. Enjanvier,
Jean-Luc Mélenchon a aussi
résisté au lance-
ment de la fusée
François Hollande.
A défaut d’une
vraie percée dans
les sondages, il a
passé le palier des
9% des intentions
de vote au moment où le so-
cialiste redécollait après son
discours du Bourget.
Cible syndicale. Disparues
les attaques du genre «capi-
taine de pédalo», l’anciensé-
nateur socialiste a changé la
stratégie d’approche de ses
ex-camarades. Pour atteindre
la base électorale de son an-
cienne formation, il a privilé-
gié la cible syndicale: dans les
entreprises et l’éducation.
Faire le tour des boîtes pour
«essaimer»et finir la campa-
gne «Front contre Front»face
à Marine Le Pen. Avec un
nouveau tract anti-FN,
l’eurodéputé veut voir les
bataillons Front de gauche
poursuivre les charges lancées
enjanvier. Attaquer le FNsur
unflanc pour mieux prendre
Hollande à revers sur sa «Ré-
publique contractuelle», ses
cafouillages sur le Concordat
et «le nouveautraité européen»
avec lequel «tout le monde va
être mis au pied du mur».
Voulant rejouer 2005 et la
victoire du nonà la constitu-
tioneuropéenne, Mélenchon
a pourtant déjà essayé –sans
succès – de transformer la
présidentielle enréférendum
sur les nouvelles règles de
l’UE. «On n’avait pas de prise
en termes de calendrier», ré-
pondFrançois Delapierre, son
directeur de campagne. Cette
fois-ci, le coup doit partir
le 21 février, lorsque les dépu-
tés examineront le méca-
nisme de sauvetage de l’euro
et le 29, jour de manif euro-
péenne. L’Europe et le FN
viennent enrichir un tripty-
que de campagne «usines-
médias-meetings», donnant
l’impression de champs de
batailles restreints. «On fait
aussi beaucoup de banlieues,
peut-être que ça ne se voit pas
assez», convient Delapierre.
Mais à ce rythme, le candidat
fatigue: «J’appuie sur l’éponge
mais je n’ai pas le temps de la
reremplir.» Il a donc prévu
une pause d’une semaine mi-
février avant de lancer l’as-
saut final: le 18mars, place de
la Bastille à Paris, pour parler
VI
e
République; place du Ca-
pitole à Toulouse, le 5 avril, et
d’autres meetings enpleinair
à Marseille et encore Paris.
Vote utile. D’ici là, il espère
atteindre un score à deux
chiffres. «Quand Hollande est
haut, tout est bon pour moi. On
ne m’embête plus avec le vote
utile.»Sauf que s’il veut «con-
tester la place»de Hollande, il
faut que le socialiste baisse.
«Non, répond-il. Il faut que les
abstentionnistes viennent vers
moi. Après, le reste, je l’aurai
gratis.»Il devra régler une se-
conde équation: en disant
qu’il appellera à «battre la
droite»ausecondtour mais en
excluant d’entrer dans un
gouvernement, le candidat se
refuse d’emblée à peser de
l’intérieur. Il prend aussi le
risque de se priver de ces
électeurs socialistes qu’il dit
vouloir accrocher.
L.A.
prend, alors oui, on est transporté de
bonheur. Maintenant, j’attends le mo-
ment où unsondage me mettra à 10%.
Acet instant unsignal sera donné, à sa-
voir: «Ces gens-là sont crédibles. Nous
pouvons nous rassembler autour d’un
drapeau qui a son efficacité.»
Vous pensez que seule une victoire de
Jean-Luc Mélenchonchangera quelque
chose, oubienla situationchangera-t-
elle aussi en cas de succès de François
Hollande?
Comprenez que ça n’est pas une figure
rhétorique quand je dis que je me sens
capable d’être en tête avec le Front de
gauche. Je récuse le fait que le premier
tour est terminé et que nous sommes
rendus à traîner derrière le char des
vainqueurs. Quoi qu’il ensoit, battre le
candidat de la droite constitue unpro-
grès considérable, qui fait monter le ni-
veau d’exigence sociale et politique du
pays. Mais cela ne suffit pas. Il faut que
les événements qui suivent soient à la
hauteur de cette espérance. Si celui qui
gagne les élections ne commence pas
par «déprécariser»le salariat français,
il affaiblit la base de
Mais avez-vous joui enlisant queleFront
de gauche était à 9%?
Vous avez une idée assez mesquine de
la jouissance…De la joie, oui, car je suis
unintellectuel et il n’ya pas plus grand
bonheur pour un intellectuel que de
voir que ce qui, au départ, est un pur
raisonnement, devient une force maté-
rielle. Quandvous voyez que cette idée
non à la Constitution européenne.
w 7 novembre 2008 Avant le congrès de
Reims, Mélenchon annonce sa démission
du PS et fonde le Parti de gauche (PG).
w Mai 2009 Alliance avec le PCF aux élections
européennes sous la bannière Front de
gauche. Il est élu député européen.
w 19 juin 2011 Les militants communistes le dési­
gnent comme leur candidat à la présidentielle.
non à la guerre du Golfe.
w Novembre 1997 Au congrès PS de Brest, il
se présente au poste de premier secrétaire
contre François Hollande. Résultat: 8%.
w Mars 2000­avril 2002 Ministre délégué
à l’Enseignement professionnel sous Jospin.
w 2003­2005 Il fait alliance avec Henri
Emmanuelli dans le courant Nouveau Monde.
w Mai 2005 Mélenchon défend activement le
«Onfait aussi beaucoupde
banlieues, peut-être que ça
ne se voit pas assez.»
François Delapierre
directeur decampagne
Hier
à Libé.
«MÉLENCHON,
LE PLÉBÉIEN»
Lilian Alemagna, journaliste
à Libération, et Stéphane Alliès,
journaliste à Mediapart, ont
coécrit la première biographie de
Jean­Luc Mélenchon, publiée en janvier aux
éditions Robert Laffont (372 pages, 20 euros).
Suite page 4
Voir De larges extraits
de l’interviewdonnée
par Jean­Luc Mélen­
chon en vidéo sur
Libération.fr
•SUR LIBÉ.FR
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
• 3
classe sur laquelle il
repose. Si ontitularise les 850000pré-
caires des trois fonctions publiques, si
oninterdit aux entreprises d’avoir plus
d’un certain quota de précaires, alors
des milliers de gens retrouveront de la
visibilité dans leur existence, de la tran-
quillité, de la sécurité. Mais pour cela il
faut frapper, frapper, frapper pour «dé-
financiariser»l’économie! Il faut que
le pouvoir de gauche rassure ses bases.
Vous ne pensez pas qu’il faille rassurer
les marchés?
Non! Les marchés doivent être frappés.
Il ne faut pas avoir peur. Nous avons
pour nous le matinqui se lève et le soir
qui se couche sur unpays qui produit le
double de ce qu’il produisait en 1980,
avec un niveau de qualification extra-
ordinaire. Nous n’avons pas besoindes
marchés.
Que voulez-vous dire par «il faut frap-
per les marchés»?
Il y a des dizaines de mesures techni-
ques que la loi permet dès aujourd’hui.
Celui qui ferme sonentreprise car c’est
unlicenciement boursier: réquisition!
Celui qui a conspiré avec un fonds
étranger pour fermer sa boîte doit pou-
voir être poursuivi au nom de l’arti-
cle 410-1 ducode pénal, qui punit ceux
qui «conspirent contre les intérêts fonda-
mentaux de la nation…»La loi est là! Les
exemples ne manquent pas. Vous par-
tez? Très bien! Préemption pour les
ouvriers pour faire une coopérative.
Une banque qui ne veut pas prêter ou
qui dit: «Cela va vous coûter cher»…je
réponds: «C’est dommage, car c’est
vous qui allez payer.» Il existe encore
la possibilité de l’emprunt forcé, c’est
dans la loi, je n’ai même pas besoin de
créer une loi de terrorisme économique.
Emprunt forcé sur toutes les banques.
Acombien? 1%. Vous n’avez pas d’ar-
gent ? Allez le chercher à la Banque
centrale européenne.
Comment faites-vous pourdéfinanciari-
ser une économie qui est mondialisée?
Je fais le pari que, par rapport à la fi-
nance mondiale, une économie stable,
bienprotégée est plus intéressante pour
les investisseurs qu’une économie tota-
lement volatile. Il y a mille clés pour
«définanciariser». D’abord, on sup-
prime les stock-options, puis onvire les
agences de notation. Ensuite, on
change les pouvoirs de vote à l’intérieur
des conseils d’administrationcapitalis-
tes. Quelqu’unqui a investi sur cinqans
a deux pouvoirs de vote; quelqu’unqui
ne veut pas dire combienil a investi en
à un, voire aucun.
Vous pensez qu’unetellepolitiquepeut-
êtremiseenplaceindépendamment des
autres pays européens et notamment de
l’Allemagne?
Ah, les Allemands, les Allemands, les
Allemands! D’abord, il n’ya pas les Al-
lemands, il y a le gouvernement de
droite allemand. En Allemagne, il y a
des Allemands de droite et des Alle-
mands de gauche. Les Allemands vont
voter enoctobre 2013. Si nous, les Fran-
çais, nous ouvrons la brèche, les Alle-
mands s’y engouffreront, car la masse
du peuple allemand est maltraitée,
sous-payée, humiliée, traitée d’une fa-
çonabsolument indigne sur le planso-
cial, du fait des réformes absurdes et
criminelles de GerardSchröder –qui est
maintenant un marchand de gaz pour
la Russie. Je fais le pari qu’une politique
progressiste enFrance, étendue ensuite
à l’Allemagne, aurait immédiatement
des suites.
Nous avons donc une discussion qui
n’est pas franco-allemande. C’est une
discussiongauche contre droite. Et puis
nous sommes la France, la deuxième
puissance du continent, la cinquième
puissance dumonde. Nous ne sommes
pas des gens qui sont là pour dire :
«Pardon, s’il vous plaît, M
me
Merkel,
voulez-vous bienêtre gentils avec nous
et nous permettre de ne pas crever.»
Nous devons parler fort.
Que préconisez-vous sur la désindus-
trialisation de la France, qui a grosso
modoperdu750000emplois endixans
dans l’industrie, qui enfait aujourd’hui
un des pays les moins industrialisés
d’Europe?
Je voudrais prendre mes distances avec
les modes. Pendant untemps, la mode
c’était: «Certains pays, c’est bienleur
tour, ont le droit de se développer, ils
vont faire l’atelier, nous ferons les ser-
vices.» Le modèle de l’économie de
service…Dois-je vous rappeler le nom-
bre de kilomètres de pages de journaux
consacrés à l’apologie de l’économie de
service, à la ringardisationde l’indus-
trie, aux sourires ironiques sur le TGV
français, Airbus, la fusée Ariane? Cela
soulevait beaucoup de mépris.
Maintenant, la mode a changé. Nous
voici tous entichés de réindustrialisa-
tion. Cette mode est aussi aveugle que
la précédente. Biensûr, je suis partisan
de la réindustrialisation. Nous sommes
tous pour la réindustrialisation. Mais
sur quelle base? La politique de l’offre
ou la politique de la demande? Cela
change tout. Tout le monde dit : «Ah
oui ! Il faut réindustrialiser par l’inno-
vation, la baisse ducoût dutravail.»La
baisse ducoût dutravail, produire, pro-
duire n’importe quel produit innovant
dans n’importe quelles conditions, dans
n’importe quelle quantité. Si les gens
n’en veulent pas, un bon coup de pub
pour faire avaler tout cela. Cela porte un
nom: c’est le productivisme. Je ne suis
pas d’accord.
Tout ce qui se rattache à cette idée de la
politique de l’offre doit être jugulé. Il
faut donc faire une politique de la de-
«Celui qui ferme sonentreprise car c’est
unlicenciement boursier: réquisition!
Celui qui a conspiré avec unfonds étranger
pour fermer sa boîte doit pouvoir être
poursuivi. La loi est là! Je n’ai même pas
besoinde créer une loi de terrorisme
économique.»
En conférence de
rédaction, hier
matin, dans la
salle du «hublot».
PHOTOVINCENT
NGUYEN.RIVAPRESS
Suite de la page 3
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
4 • EVENEMENT
mande. Le cœur du programme du
Front de gauche, c’est la planification
écologique. C’est ramener du long
terme dans l’économie.
Laquestiondunucléaireafait beaucoup
devagues entreécologistes et socialistes.
On voit bien avec la vague de froid,
qu’EDF a du mal à répondre à la de-
mande. Comment voyez-vous l’avenir
énergétique en France, en Europe?
AuFront de gauche, tout le monde n’est
pas d’accord. Personnellement, j’ai été
convaincu qu’il fallait ensortir. Parmi
toutes les choses qu’il faut planifier, il
y a d’abordcelle-là: la transitionéner-
gétique. Nous pouvons avoir accès à des
ressources immenses. Il ne s’agit pas de
dire au milieu d’undiscours: «Ahoui,
les énergies renouvelables…»Parce que
l’écologie ramenée auxpanneauxsolai-
res, je trouve cela grotesque. Nous avons
la possibilité d’avoir recours à une éner-
gie abondante. Ona été capable de dé-
velopper le parc nucléaire en dix ans à
partir d’une décisionprise par l’Etat. Je
vous prends le pari que l’on arrivera à
en faire autant avec d’autres énergies.
Mais cela ne réglera pas le problème du
nucléaire. Pourquoi ? Parce qu’il faut
démanteler dans tous les cas. La pre-
mière centrale que l’on a commencé à
démanteler, on y est toujours!
Il ya des gens de droite qui sont pour le
nucléaire et des gens de droite qui sont
contre. Qu’est-ce qu’onfait? Onvote.
Le vote ne vaut pas conviction. Mais il
vaudra décision. Voilà pourquoi il faut
un référendum. Je vous rappelle que
c’est la proposition numéro 38 des
110de François Mitterrand. Alors que je
demande à François Hollande pourquoi
ce qui était bon il y a quarante ans ne
l’est plus aujourd’hui et pourquoi c’est
lui qui décide tout seul que l’onva con-
tinuer. Surtout quandonne sait même
pas ce qu’est le MOX! Pourquoi
M. Sarkozy décide-t-il tout seul que
l’onva continuer? Pourquoi ne deman-
de-t-onpas aupeuple français? Ils sont
trop bêtes? Biensûr que non! Puisque
la questionest posée, ehbienposons-la
au peuple, c’est simple!
Comment financez-vous votreproposi-
tiond’augmenter le Smic à 1700euros.
Quel est le chiffrage de votre projet de
planificationécologique?Comment fai-
tes-vous pourdevenirlapremièrenation
écologique du monde?
A tous ceux qui me demandent com-
ment je fais pour financer les
1700 euros, je réponds: comment fai-
tes-vous pour vivre avec 1000 euros?
En fait, la réponse est évidente: il faut
penser l’économie en dynamique. Si
vous augmentez les petites paies, vous
augmentez les carnets de commandes
car les petites paies dépensent plus.
Pour vous, la relance par la demande va
créerdelacroissance, mais si vous ache-
tez un produit allemand ou slovaque,
cela ne profite pas au pays…
Tant que l’onaura des frontières totale-
ment ouvertes, sans visas sociaux, la
saignée continuera. Le dumping social
mondial continuera à vider l’économie
de sa substance. Donc par rapport au
cadre européen, il faut mettre des filtres
autour de l’Europe.
L’une des différences majeures entre
vous et lePS, est-ellequ’il est ducôtédu
contrat et de la négociation et vous du
côté de la loi ?
J’espère que le PS n’est pas du côté du
contrat! C’est un désastre…Mais c’est
une questiongravissime. La dernière li-
gne de défense que nous avons est une
ligne républicaine. La loi est la même
pour tous. Quand elle est votée, elle
s’applique à tous. Si onaccepte une loi
à géométrie variable, nous ne sommes
plus en République, nous revenons à
l’AncienRégime. Or, François Hollande
a expliqué que dorénavant, la capacité
normative des partenaires sociaux doit
être augmentée, jusqu’au point où les
accords –sans qu’il soit précisé s’ils
sont de branche ou d’entreprise–, je
cite littéralement, «s’imposeront auPar-
lement et au gouvernement». Et per-
sonne ne dit rien! Il appelle cela la Ré-
publique contractuelle. Ce dont il nous
parle, c’est l’Ancien Régime, c’est la
même chose que ce que fait M. Sarkozy.
Que ferez-vous entre les deux tours?
Il y a deux questions sur lesquelles les
choses ne se passeront pas comme
beaucoup le croient, notamment à la
veille du second tour. Il y a des princi-
pes sur lesquels il ne faut pas transiger.
Je l’ai dit et redit, à supposer que, pour
notre malheur, ce soit François Hol-
lande qui soit entête de la gauche et pas
moi, il est impossible de croire qu’il me
suffira de claquer dans les doigts en
disant à ceux qui ont voté pour moi :
«Maintenant, il faut voter pour
l’autre.» Il y a des points inavalables!
Comment fait-on avec l’introduction
du Concordat dans la Constitution?
Avec la République contractuelle? Je
demande solennellement à François
Hollande de ne pas multiplier les embû-
ches, car il le paiera à un moment
donné, pour notre désespoir à tous.
Peut-on résumer votre position à un
soutien sans participation?
Onverra ce que diront les partis. Je suis
à la tête d’unfront qui me promeut can-
didat commun. Une fois le premier tour
passé, personne ne se désiste pour per-
sonne, onest tout simplement éliminé
quandonn’est pas arrivé dans les deux
premiers. Après, ce qui est en jeu, ce
sont les appels au vote et la participa-
tion au gouvernement. Personnelle-
ment, je ne participerai à aucun autre
gouvernement que celui que je
dirigerais. Je représente
«Nous sommes la France, la cinquième
puissance dumonde. Nous ne sommes pas
là pour dire: “Pardon, s’il vous plaît,
M
me
Merkel, voulez-vous bienêtre gentils
avec nous et nous permettre de ne pas
crever”. Nous devons parler fort.»
Sur la terrasse
de Libération.
PHOTOVINCENT
NGUYEN.RIVAPRESS
Suite page 8
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
EVENEMENT • 5
Dutrotskisme enpassant
par le Sénat oul’Education,
Mélenchonvupar ceux
qui ont croisé sa route.
«Untype
loyal, mais
soupe
aulait»
U
n jour ou l’autre, elles ont croisé son che-
min. Cinq personnalités ont confié à Libé-
ration les souvenirs qu’elles conservaient
de Jean-Luc Mélenchon, à différentes périodes de
sa vie publique. Témoignages.
Marie­Noëlle Lienemann
sénatrice (PS) de Paris
«J’ai rencontré Jean-Luc quand il est arrivé à
Massy (Essonne) en 1978-1979. De culture
“deuxième gauche”, j’étais leader d’oppositionde
la sectionet le maire, Claude Germon,
mitterrandiste, l’a fait venir pour évi-
ter que je sois majoritaire. J’ai vutout
de suite que je n’avais pas face à moi
un petit techno mais un meneur
d’hommes, un tacticien. On a com-
mencé par s’opposer mais onavait en
communde ne jamais lâcher une ba-
taille, même par temps mauvais, et de croire aux
causes qu’on défendait. J’ai vu aussi ses qualités
de bretteur, avec le goût dudébat et de la rhétori-
que, et d’organisateur, qui structure et fait tra-
vailler les gens collectivement. Il n’était ni un
homme de pure idée ni seulement unapparatchik.
C’est d’abord son profil d’homme d’appareil qui
a été mis enexergue, puis il a fait valoir ses doubles
qualités de stratège politique et d’intellectuel. En
1985, ona été élus sur les deux cantons de Massy.
Comme il ne conduisait pas, je l’emmenais envoi-
ture auconseil général. Progressivement, ons’est
rapprochés. Au congrès de Rennes, en1990, ona
déposé chacunune motion, moi de moncôté, lui
avec Julien Dray, et on a vu qu’on arrivait à des
choses assez proches, même sans avoir le même
piedd’appel, et ona passé accordtous les trois. Je
décrochais durocardisme, Jean-Luc de l’ouverture
de 1988. Il avait vu venir l’ankylose du courant
mitterrandiste, tout en restant fidèle à François
Mitterrand. Même s’il a beaucoupespéré de Lionel
Jospin, il n’a jamais retrouvé quelqu’unà la hau-
teur de Mitterrand.»
Delphine Batho
députée (PS) des Deux­Sèvres
«Je l’ai rencontré enjanvier 1989 à la Gauche so-
cialiste. Onétait la minorité de la minorité turbu-
lente du PS et Jean-Luc était celui qui essayait de
nous inculquer la culture majori-
taire: il fallait aimer le PS. Si onvou-
lait battre la droite et changer la gau-
che cela ne pouvait pas se passer
ailleurs. Moi, j’étais à la Fidl [un syn-
dicat lycéen, ndlr], d’autres dans le
mouvement social, et Jean-Luc était
celui qui se situait le plus à l’inté-
rieur duParti socialiste. Lors d’unstage de forma-
tion, j’ai fait un exposé sur les fondamentaux de
l’analyse marxiste de l’économie, il s’est mis au
fondde la salle et a pris la parole pour compléter.
C’était unprofesseur bienveillant mais pas indul-
gent. Il pouvait faire une demi-heure d’interven-
tionsur le “rouge, rose et vert”, avec le PS comme
colonne vertébrale de l’unionde la gauche. Sa po-
sition actuelle est un véritable tête-à-queue par
rapport à ce qu’il nous a transmis. C’est unaffectif,
profondément. Mais je n’ai jamais fait partie du
cercle rapproché de ses admirateurs.»
Benjamin Stora
historien
«J’étais étudiant à Nanterre, Mélenchonétait à Be-
sançon, oùje l’ai connuquelques années après 68.
Nous sommes tous les deux nés auMaghreb, nous
avons le même âge et, à
l’époque, le même engage-
ment radical. Nous militions
au sein de l’OCI [Organisa-
tioncommuniste internationa-
liste] où nous nous battions,
parfois très violemment,
contrelePCFpour “prendre”
l’Unef. Al’époque, au début des années 70, il n’y
avait plus, dans l’extrême gauche, que l’OCI qui
militait sur le plansyndical. J’ai donc croisé Mé-
lenchon par ce biais-là. En 1975, je l’ai perdu de
vue et ons’est retrouvé en1985. Il venait d’être élu
sénateur socialiste. La culture trotskiste de l’OCI,
dite lambertiste, de 1968 à 1975, a été très forte:
tout le monde apprenait à être de bons tribuns, tra-
vaillait l’art oratoire car il fallait parler dans d’im-
menses assemblées générales, avoir une autorité
naturelle pour éviter les débordements et toucher
l’adversaire. Mélenchon est un homme de
l’après-68, et ses études de philolui ont permis de
déployer ses talents. Il a appris beaucoup, sachant
que le marxisme ne suffisait pas. Et sans doute
aussi dans la franc-maçonnerie dont, je crois, il est
membre. Il ya appris la rhétorique, le vocabulaire
et les idées de la République. Le plus drôle, c’est
qu’il se retrouve maintenant à la tête duPCFcontre
lequel il se battait férocement. Mais je pense qu’il
est resté fidèle à une tradition révolutionnaire.»
Jean­Pierre Bel
président (PS) du Sénat
«Jean-Luc Mélenchonétait monaîné auSénat. Il
a été élu en 1986 et moi en 1998. Il a toujours été
très loyal. Lorsque j’ai présidé le groupe, lors des
discussions eninterne, il lui
arrivait fréquemment defaire
part de ses analyses, voire de
ses divergences. Il se veut li-
bre dans l’expressioncollec-
tive mais, une fois que la dé-
cisionest prise, il respecte la
discipline de groupe. Quand
il a euà s’opposer à la première guerre duGolfe, en
1990, il s’est mis en congé de la vie du groupe.»
Jack Lang
ancien ministre de l’Education nationale
«J’ai beaucoup apprécié nos deux années de tra-
vail encommunentre 2000et 2002. Jean-Luc Mé-
lenchonétait unministre sérieux, modéré, parfois
même un peu trop. Il a pris
sa tâche totalement à cœur.
En deux ans, il y a eu deux
dossiers oùnous n’étions pas
enharmonie: le collège uni-
que et la reconnaissance des
langues régionales. Lui était
plutôt contre ces particula-
rismes. J’ai demandé à Lionel Jospin de trancher
et Jean-Luc Mélenchona été totalement loyal une
fois les décisions prises. C’est un type profondé-
ment gentil, généreux, même s’il est parfois soupe
au lait. Acette époque, nous nous battions pour
la même chose, lui et moi : que Lionel Jospin soit
éluet lui, sonsouhait, était de rester augouverne-
ment pour être un bon et plein ministre.»
Recueilli par LAURE BRETTON,
MATTHIEUÉCOIFFIER, LAURE ÉQUY,
CHRISTOPHE FORCARI et BÉATRICE VALLAEYS
A
F
P
A
F
P
A
F
P
A
F
P
Ministre délégué à l’Enseignement professionnel, 2001.
Au Sénat en 1986. PHOTODANIEL STAQUET
Avec Julien Dray, en 1991. PHOTOS THIERRYDUDOIT
A
F
P
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
6 • EVENEMENT
la santé
et les droits
des femmes
mGen-lmde
appel commun pour
Avec le soutien du Collège national des gynécologues
et obstétriciens français et de la Fédération nationale
des collèges de gynécologie médicale.
©

D
i
r
e
c
t
i
o
n

d
e

l
a

C
o
m
m
u
n
i
c
a
t
i
o
n

M
G
E
N

-

C
r
é
d
i
t

p
h
o
t
o

:

F
o
t
o
l
i
a
Fermeture de centres de planifcation
familiale, augmentation du nombre d´IVG
chez les adolescentes, prise en charge
insuffsante des contraceptifs par l´Assu-
rance-maladie, éducation sexuelle inexis-
tante à l´école...
Face aux reculs inquiétants constatés
en matière de droit à la contraception
et à l’avortement, la MGEN et la LMDE
lancent un appel aux pouvoirs publics
pour le droit des femmes à un accès
universel et égalitaire à la santé, avec le
soutien du Collège national des gynéco-
logues et obstétriciens français et de
la Fédération nationale des collèges de
gynécologie médicale. Cet appel, signé
par des personnalités publiques, est relayé
par une pétition en ligne.
Pour soutenir ce combat, rendez-vous
sur mgen.fr ou lmde.com.
AP-sante-femme-248x330.indd 1 03/02/12 12:28
aujourd’hui unfront
dans lequel il ya des gens qui ne veulent
pas entendre parler d’aller gouverner
avec une autre forme de gauche –cela
n’empêche pas de faire sondevoir con-
tre la droite–et d’autres pensent qu’il
faut y aller. Je ne veux pas que quel-
qu’unqui vote pour moi endisant: «Je
vote pour le socialisme historique, pour
la rupture avec le capitalisme», me re-
trouve dans un gouvernement alors
qu’il n’a pas voté pour cela. Je n’irai
donc pas, même si j’ai été ministre et
que cela m’a beaucoupplu. Je ne le ferai
pas dans ces conditions.
La questionde l’appel à battre la droite
n’est même pas posée, on l’a toujours
fait, je ne vois pas pourquoi onne le re-
ferait pas. Mais c’est une chose d’appe-
ler à battre la droite, c’enest une autre
d’appeler à voter François Hollande. Si
les socialistes ne font rien pour con-
vaincre, tant pis pour eux.
Comment réagissez-vous auxdernières
déclarations deClaudeGuéant sur les ci-
vilisations?
Claude Guéant, dans sa manière ab-
surde –qui est le fait d’unpitoyable tac-
ticien et, de surcroît, d’un ignorant –,
essaie de dire: «Nous sommes une civi-
lisationqui vaut mieux parce que nous
ne voulons pas opprimer les femmes.»
Il se dit : «Si je parle comme cela, tous
les Français vont être d’accord avec
moi.» Donc, Claude Guéant rend
compte de l’état d’esprit égalitaire des
Français. Il le pervertit pour l’utiliser au
compte de la xénophobie. Tout le
monde a compris qu’il voulait désigner
les musulmans. Il pense que la civilisa-
tion chrétienne, qui a engendré la
Shoah, est d’une nature intrinsèque-
ment supérieure. Tout cela est absurde.
Ce qui est profondément méprisable,
c’est que, à côté de cette phrase stupide
et à maints égards abjecte, il se soit
senti obligé de rajouter: «La gauche est
relativiste.»Mais il n’a riencompris, cet
homme! En matière de principes, la
gauche, toute la gauche, n’est pas rela-
tiviste. Nous proclamons depuis 1789
que les droits universels de l’être hu-
mainsont supérieurs à toute autre con-
sidérationet préalables à toute consti-
tution politique.
Quelles solutions proposez-vous sur le
logement et les banlieues ou les zones
urbaines dites sensibles oudéfavorisées?
Il ya des mesures d’urgence à prendre.
Par exemple, réquisitionner les loge-
ments vides. N’importe qui d’autre dit
cela et on dit : «Tu parles!»Mais moi,
je le ferai. Ensuite, onpeut abaisser les
loyers dans certaines zones. On prend
des zones, oncalcule la moyenne et tout
ce qui est au-dessus de cette moyenne,
on rabat. Quant aux quartiers, j’ai été
élude banlieue pendant vingt-cinqans.
Je connais la musique par cœur. La so-
lution des quartiers, c’est donner du
boulot. Vivre dignement de sontravail.
Le principal problème des quartiers,
c’est l’économie parallèle, car l’écono-
Lors du meeting de Mélenchon à Metz, le 18 janvier. «On a un problème de riche: on remplit les salles, explique le candidat. Mais on a un problème
de pauvre: on n’a pas de quoi se les payer. On va continuer à l’économie.» PHOTOPASCAL BASTIEN
Suite de la page 5
«Je ne vais pas, pour
prendre des voix à Marine
Le Pen, faire du
“super Marine Le Pen”.
Je laisse Guéant faire cela.
Je veux combattre le
racisme et la xénophobie.
Je n’ai pas peur.»
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
8 • EVENEMENT
Venuseul, Mélenchons’est
exprimé pendant 2h30,
menées tambour battant.
«Pourquoi
elle me filme
celle-là?»
«J’
ai pas arrêté. C’était le bagne.» Jean-Luc
Mélenchonest arrivé hier matinà Libé l’air
crevé après ses passages médias du week-
end. Fatigué, mais aussi remonté qu’un boxeur
avant de monter sur unring. Déjà punché le matin
par Jean-Jacques Bourdinsur RMC, le candidat du
Front de gauche descendde sa moto-taxi: «Pour-
quoi elle me filme celle-là?»lance-t-il à la journa-
liste-vidéode Libé.fr qui le cueille devant l’entrée.
Ona droit d’abord à unMélenchonméfiant. Puis
joueur. Changement de ton devant la caméra.
«Regardez ce qui est écrit: “Die Linke!” s’enthou-
siasme-t-il ensortant unstylo offert par ses cou-
sins de la gauche allemande. Sarkozy, il voit la mère
Merkel, nous, on voit Die Linke!»
Il est venuseul: pas d’attachée de presse, ni de di-
recteur de campagne oude conseiller. Seul face à
la rédactiondans la salle duhublot pour ce premier
comité spécial présidentielle. «Pouh! C’est une AG
ici!»commence l’ancienprésident de l’Unef de la
fac de Besançon. Pendant deux heures et demi
d’entretien, Mélenchon livre une partie à 200 à
l’heure. Aussi épuisant que lors de son passage à
l’émissionDes paroles et des actes, sur France 2. A
grand renfort de dialectique marxiste, l’ancien
trotskiste-lambertiste pose d’emblée le rapport de
forces avec ces représentants du«système médiati-
que»qu’il a en face de lui. «C’est un modèle dans
lequel les gens sont socialement surexploités. Comme
je suis unmatérialiste, je pense que les conditions ma-
térielles de l’existence et la nature des rapports so-
ciauxpèsent sur lamanière dont onréagit.»L’ancien
«pigiste permanent»des Dépêches duJura, à Lons-
le-Saunier, se prend en exemple: «J’étais hors
d’état d’aller voir mon chef de service et lui dire:
“qu’est-ce que c’est que cette histoire, on raconte des
salades!” et comme, à l’époque, on voulait faire le
petit Libé…»Tout le monde rit. «On fabriquait des
histoires et on rappelait le lendemain le dépôt pour
savoir si onavait venduplus oumoins de journauxque
la veille», reprend-t-il.
Après l’ex-journaliste, Nicolas Demorandinterroge
l’ancienétudiant de philo. Mélenchonfait preuve
de «mauvaise foi»?«Mais c’est unprincipe philoso-
phique chez Sartre», lui glisse le directeur de la ré-
daction. «Çan’est pas Sartre monbiberon. Moi, c’est
plutôt Camus», rétorque Mélenchon. S’ensuit une
discussionsur sa «jouissance»de voir le Front de
gauche à 9%dans les sondages: «Hé Demorand!
Vous avez une idée mesquine de la jouissance! […]
L’amour et lajouissance sont deuxchoses assez diffé-
rentes. Il me reste àvous l’enseigner», ironise le can-
didat. Tensions, méfiance… De la défense de sa
«planification écologique», à celle de la hausse du
Smic enpassant par la Chine, la laïcité, le logement
ou les quartiers, l’ex-PS cogne. «Ça fait du bien,
enfin la vraie gauche. Celle de l’époque de Pompidou
et De Gaulle et pas la gauche bobo», dit une assis-
tante. D’autres journalistes se sentent «insultés»
par le discours antimédia du début. Les derniers
rounds sont plus calmes. Mélenchon évoque ses
rêves de «cosmonaute»ou ses goûts de jeunesse:
«Plutôt RollingStones que Beatles…Après, çadépen-
dait beaucoupde mes fréquentations.»«Vous êtes in-
fluençable, en fait?»se fait-il chambrer. «Ben oui,
répond-t-il. Je suis comme tout le monde ici une fois
sorti de monengagement politique.»Finde combat.
LILIAN ALEMAGNA
mie réelle n’y entre plus. La révolution
citoyenne est nécessaire. C’est elle qui
peut vaincre le communautarisme, les
trafics, qui peut donner le goût de vivre
à plein de gens. Les quartiers, c’est
beaucoupde misère et de galères, mais
c’est aussi la nouvelle France qui se fa-
brique. Il y a des gens qui n’aiment pas
cela, moi si, et je suis très heureux de
voir que l’on est le premier peuple
d’Europe pour les mariages mixtes. Je
suis pour abolir les lois qui retardent le
moment où on devient Français. Qui
naît sur le sol de France est Français. Li-
berté, Egalité, Carte d’identité.
Dans Libération hier, la politologue
NonnaMayer expliquequevotrepropos
sediffusemal dans les classes populaires,
car votre rhétorique est trop intellec-
tuelle…
Les gens ne se rendent même plus
compte de ce qu’ils disent. Il y a quel-
que temps, j’ai entendusur France Info
un sociologue dire: «Jean-Luc Mélen-
chon, ce serait formidable, mais il ne s’in-
téresse pas assez aux immigrés.» En
gros, je ne suis pas assez xénophobe. Et
oui, gros malin! Précisément, j’ai l’in-
tention de reprendre le terrain et de
combattre la xénophobie. Je ne vais pas,
pour prendre des voix à Marine Le Pen,
faire du «super Marine Le Pen». Je
laisse Guéant faire cela. Je veux com-
battre le racisme et la xénophobie. Je
n’ai pas peur. Dans tous mes meetings,
j’explique pourquoi ce qu’elle raconte,
ce sont des bêtises, inapplicables, im-
pensables. Maintenant, «tropintello»…
Non, ce n’est pas vrai. Les gens com-
prennent tout, du moment que l’on se
donne le mal d’expliquer. C’est notre
devoir. Les porte-parole et les tribuns
de la gauche doivent être des institu-
teurs du peuple. Je ne suis pas trop in-
tellectuel, je ne le suis pas assez.
Est-ce un problème si Marine Le Pen
n’a pas ses signatures?
Que s’endébrouillent ceux qui ont in-
venté cette règle absurde! Personnelle-
ment, je m’en fiche. Si elle n’est pas
candidate, je me frotte les mains. Si elle
l’est, je me frotte les mains aussi, parce
que je vais me battre contre elle. On a
donné le pouvoir à 500notables de dire
qui a la capacité ou non d’aller dans
l’élection majeure. On mystifie tout le
monde. On fait croire que c’est une
élection libre, mais elle dépend de
500 personnes qui donnent ou pas le
ticket d’entrée à l’élection libre.
Il y a un autre sujet qui devrait vous
préoccuper. C’est la restriction sour-
noise de la démocratie qui se joue à
travers l’étranglement des espaces col-
lectifs. Avec les digicodes, vous n’entrez
plus dans les immeubles pour faire du
porte-à-porte, les marchés sont deve-
nus socialement ségrégatifs. L’espace
public, désormais, c’est l’endroit où
tout le monde va, c’est la grande sur-
face. Or, il est impossible d’y diffuser
un tract, parce que c’est un espace
privé. Les espaces d’échanges politi-
ques sont entrainde se raréfier dans le
pays. Quandvous yajoutez la normali-
sation sondagière, c’est terrifiant. Le
résultat, c’est unappauvrissement ab-
solument extraordinaire de la discus-
sion politique.
Vous allez dans des émissions people et,
en même temps, les Français ne vous
connaissent pas. Vous ne dites rien de
vous…
Cela ne présente aucun intérêt. Je suis
comme vous tous, j’ai des passions dé-
raisonnables, d’autres raisonnables. On
ne va pas m’élire ou me rejeter pour
cela. Enrevanche, je pratique la césure
absolue, qui est celle d’unrépublicain,
entre ma vie privée, mes proches, et
monactivité publique. Je ne suis pas un
homme public, je suis unhomme privé
qui a des activités publiques. Les miens,
qui enont déjà assez bavé, je ne vois pas
au nomde quoi je les donnerai en pâ-
ture et qu’ils seraient obligés de sup-
porter l’allumage des feux de la rampe
sur leur vie. Ils n’enveulent pas, je dois
les respecter.
Lenerf delaguerrec’est l’argent. Com-
ment cela se passe-t-il auFront de gau-
che?
Ce n’est pas brillant. Les mammouths,
les mastodontes, ils sont sûrs d’être
remboursés. Ils vont auplafonddes dé-
penses –21, 22, 23 millions. Nous, nous
ne savons pas. Nous sommes tout le
temps entre l’être et le néant. Onpeut
être remboursé ou ne pas l’être. Donc
on fonctionne à l’économie. D’autant
que l’emprunteur final, c’est moi! C’est
à méditer. Si nous ne faisons pas 5%, ce
sont les partis qui payent et, au final,
c’est moi. Cela me rendunpeutiède sur
le sujet. Nous allons avoir un budget
de 2,5 millions d’euros. Incontestable-
ment, on a un problème de riche: on
remplit les salles. Mais ona unproblème
de pauvre: on n’a pas de quoi se les
payer. On va continuer à l’économie.
Régulièrement, depuis 2008et les événe-
ments Tibet enChine, vous vous êtes fait
le défenseur dumodèle chinois, qui est
peut-être encontradictionavec ce que
vous venez de défendre sur le modèle
français. Oùenêtes-vous aujourd’hui?
Les glissements sémantiques sont ado-
rables. Me voilà repeint enami duParti
communiste chinois, ce qui me semble
contradictoire avec le reste des accusa-
tions qui me sont faites, puisque le reste
du temps je suis suspecté d’être un
éternel trotskiste. Au demeurant, il se
trouve que je me suis toujours intéressé
à la Chine, depuis l’époque où, même
dans monorganisation, c’était très mal
vu. Cela ne vaut pas fascinationpour les
régimes qui se sont succédé. La tyran-
nie, la dictature, le Parti unique ne me
conviennent pas plus enChine qu’ici en
France. Je n’ai jamais été partisan du
régime chinois d’aucune façon. Je l’ai
toujours critiqué. C’est donc unprocès
absurde qui m’est fait. Suis-je pour que
l’on réprime? Non. Suis-je d’accord
pour que des commerçants chinois
soient brûlés par des Tibétains injuste-
ment traités? Non plus. Il ne faut pas
nonplus tuer les moines tibétains. Mais
vous êtes aveuglés par Tintin au Tibet et
cette admirationsans borne pour cette
bande de théocrates, des esclavagistes
qui, en1959, ont refusé de céder à la ré-
volution populaire au Tibet ; il a fallu
que l’Armée rouge intervienne pour ve-
nir à la rescousse, parce qu’ils ne vou-
laient pas abolir le servage.
Lafaçondont laChinerésout cetteques-
tion n’est pas démocratique…
Mais qui va vous dire le contraire? Je
trouve absurde que, dans des conversa-
tions de salons, l’onadhère à unrégime
théocratique et que même certains di-
sent : «Le dalaï-lama a tout à fait rai-
son.»Mais bien sûr! C’est le chef de la
secte des bonnets jaunes. Il se trouve
que la revendicationdudalaï-lama for-
mulée dans une assemblée à Washing-
tonest claire. Onle comprend, il a une
constance dans ses visions: il est pour
l’indépendance. Nous sommes la
France. Nous avons reconnu, en1964, la
République populaire de Chine dans ses
frontières. Si vous changez d’avis, vous
le dites: «Je propose que l’onchange la
reconnaissance.»Mais ne le faites pas
dans le confort d’une situation: «Oui,
y’a qu’à, faut qu’on.»Je termine sur un
point: ne m’amusez pas avec cette his-
toire! Je sais très bienà quoi elle sert. La
géopolitique des Etats-Unis d’Améri-
que, c’est que, partout oùils le peuvent,
lorsqu’ils sont face à une masse trop
grosse pour eux, il faut qu’ils coupent.
Ils ont trouvé le point de crispationque
représente le Tibet. L’indépendance du
Tibet est le véhicule de la politique des
Nord-Américains contre les Chinois.
Que faut-il faire face à la Syrie?
Personne ne peut soutenir le régime de
Bachar al-Assad. Il faut des mesures de
coercitionqui permettent d’isoler le ré-
gime, d’essayer de faire ensorte qu’il ne
soit plus en l’état d’agresser sa propre
population. Je ne suis pas d’accordavec
la Russie ni avec la Chine
lorsqu’elles mettent unveto,
comme elles l’ont fait, sur un
texte qui, honnêtement, pre-
nait encompte leurs inquié-
tudes. La résolution de
l’ONUn’était pas belliciste.
Ils n’avaient pas à s’y oppo-
ser comme ils l’ont fait. Je
suis désolé qu’ils l’aient fait, car cela
renforce la positionde Bachar qui est de
dire devant ses troupes: «Les amis, on
tient le bonbout, ils ne nous empêche-
ront pas de faire ce que l’on a à faire.»
Mais, je ne suis pas partisan d’une in-
terventionmilitaire, comme enLibye,
à laquelle je me suis opposé.
Pourquoi vous enprenez-vous vous aussi
souvent aux journalistes?
Parce que je vois continuellement des
gens avec caméras qui me disent : «Je
viens faire ceci oucela.»Il peut se pas-
ser ce que l’onveut dans la salle, il doit
faire le sujet qui lui a été commandé. Et
j’ai vu des choses particulièrement
odieuses. Une équipe de télévision est
venue à un de mes meetings, mais a
remballé son matériel avant qu’il ne
commence. On leur a demandé pour-
quoi ils partaient et ils ont dit : «On
n’est pas venu écouter Jean-Luc Mélen-
chon. On est venu faire les moches.»
C’est-à-dire?
Ils voulaient filmer les gens à qui ils
manquent des dents ou qui ont des lu-
nettes collées avec duruban. Les cama-
rades leur ont donc dit: «Si vous passez
une image, on vous pète la gueule, car
cela suffit. On n’est pas un sujet d’amu-
sement, et si ces gens n’ont pas de dent,
c’est parce qu’ils ne peuvent pas se les
payer et non parce qu’ils sont contents
d’être moches.»Le média ne rend plus
compte de l’événement, mais le fabri-
que lui-même. Comment ne voyez pas
cette pente dans votre métier, même si,
il faut le reconnaître, la presse écrite est
un ralentisseur par rapport à la télé ou
la radio, et qu’il faut ralentir, car la mise
à distance nécessite du temps. •
Transcrit par LITTERA STÉNOTYPE
«Suis-je pour que la Chine réprime
les moines tibétains? Non. Mais
vous êtes aveuglés par Tintinau
Tibet et cette admirationsans borne
pour cette bande de théocrates,
d’esclavagistes.»
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
EVENEMENT • 9
ASSAUT SUR ZABADANI
Parallèlement au bombardement de la
ville de Homs et de sa province, des cen­
taines de blindés de l’armée syrienne ont
pris d’assaut, hier, la ville de Zabadani, au
nord­ouest de Damas, selon des mili­
tants. De son côté, le régime syrien
accuse des «gangs terroristes» d’être
à l’origine de ces violences.
REPÈRES
Bastions de la
contestation du régime
Bases
militaires
Base
des Chabiha
(miliciens)
Bayada
Khalidiya
Bayada
Khalidiya
CENTRE VILLE
Ecole
militaire
HOMS
1 km
Baba Amr
Al-Zahra
Bayad
Khalidyeh
Inchaat
Qosor
Ghouta
Bab
Hood
Deir
Baalbeh
Al-Waer
Baniyas
Hama
Laaquié
Jisr-al-Choughour
Güveççi
Hama
Kfar Noubol
Alep
Deraa
SYRI E
Damas
IS
L
I
B
A
N
TURQUIE
JORD
IRAK
100 k
M
e
r

M
é
d
i
t
e
r
r
a
n
é
e
Homs
AHoms,
«abandonnés
partout
lemonde»
EnSyrie, des bombardements intenses
ont continué toute la journée, hier, dans
les quartiers rebelles. Témoignages.
Par HALAKODMANI
S
a jeune voix porte au bout du télé-
phone satellite malgré les tirs intenses
que l’onentenddistinctement. Il tient
à parler tout d’abord de la prouesse
que vient de réaliser un chirurgien. «Il a
réussi à reconstituer le bas du visage
d’un enfant de 12 ans à moitié arraché
par une bombe.»Walid, militant de
22 ans, travaille essentiellement ces derniers
jours comme brancardier avec les équipes
médicales des comités de coordination lo-
caux dans le quartier de Baba Amr, à Homs.
«Les hôpitaux de campagne ont été particuliè-
rement visés ce lundi matin. C’était la panique
pour transférer sous les bombardements le ma-
tériel, les lits et les blessés –certains anesthésiés
ou perfusés en pleine opération–vers d’autres
lieux.» Hôpital de campagne est un bien
grand mot pour les centres de soin d’ur-
gence, installés dans des appartements pri-
vés: trois ouquatre matelas à même le sol où
attendent les plus gravement atteints, et un
lit autour duquel opèrent un médecin, une
infirmière et deux aides-soignants improvi-
sés. Cinq ou six hommes plus légèrement
blessés sont debout dans le couloir.
«La nuit a été calme à Baba Amr. Mais
dès 6 heures du matin lundi, un déluge d’obus
s’est abattu sur nos têtes», raconte untémoin
endirect sur la chaîne d’informationAl-Ara-
biya. Un tir par minute ou toutes les trente
secondes? La comptabilité fait débat parmi
les habitants qui enont vu biend’autres ces
derniers mois. Ce quartier populaire de la li-
sière sudde Homs est eneffet l’undes princi-
paux foyers rebelles de la ville, elle-même
consacrée comme «capitale de la révolution».
Les forces gouvernementales ont-elles décidé
d’enfinir cette fois avec Baba Amr et Homs
après «le feu vert du Conseil de sécurité»
comme disent les Syriens? «Celane prendrait
pas plus d’une demi-heure pour les écraser. S’ils
n’étaient pas reliés en direct à plusieurs chaînes
de télévision satellite, on l’aurait fait depuis
longtemps», confiait, en novembre, Assaf
Chawkat, beau frère de Bachar al-Assad et
chef de l’un de ses principaux services de
renseignement. Ces propos ont été tenus dans
un hôtel de Homs lors d’une conversation
privée avec Anouar Malek, observateur de la
Ligue arabe, qui a dénoncé les aberrations de
cette mission. Le juriste algériena indiqué la
semaine dernière, dans une rencontre avec
la presse à Paris, combienla résistance de ce
quartier qu’il a pu visiter était deve-
nue unsymbole à abattre pour le ré-
gime syrien. L’Armée de la Syrie libre
(ASL) qui défend ce quartier, avait tenté de
mener des attaques la veille contre les barra-
ges des forces loyalistes auxalentours, «mais
cela semblait si futile face aux chars, aux véhi-
cules blindés et auxarmes lourdes», commente
le correspondant de la BBC sur place.
«LARMES». Le déséquilibre flagrant des for-
ces n’entame pas la confiance des habitants
de Homs et de leurs hommes armés qui
réussissent à tenir enéchec «les bandes assa-
distes». Omar, combattant à Khalidyeh, le
quartier oùs’est produit «le massacre»dans
la nuit de vendredi à samedi dernier, faisant
plus de 200 morts, affirme que «le moral est
très élevé et la victoire certaine puisque nous
sommes encore debout».
Survivre est une victoire ensoi pour ce mili-
tant de 26 ans, qui raconte sur Skype la nuit
d’enfer qu’il a vécu avec sa famille. «Nous
venions de rentrer de lagrande manifestationdu
vendredi de la commémoration du massacre de
Hama de 1982. Il était 20 heures quand nous
avons entendu une immense déflagration. Les
gens dans larue ont commencé àhurler encou-
rant dans tous les sens. Mon premier réflexe a
été d’appeler tous les voisins de notre immeuble
de sixétages à descendre chez nous, au rez-de-
chaussée. Peu après, un voisin est arrivé affolé
nous apprendre que deux obus étaient tombés
sur la maison d’à côté faisant six victimes qu’il
était impossible de dégager des décombres. Je
suis parti à la rescousse sous les bombes qui
continuaient de tomber et j’ai vu en chemin des
voitures brûler, des maisons défoncées et des
corps qui gisaient dans les rues. Tous les hom-
mes du quartier se sont mobilisés pour trans-
porter les blessés, donner leur sang et consoler
certains qui venaient de perdre des pro-
RÉCIT
«La Russie et la Chine finiront
par regretter leur décisionqui
les a vues s’aligner sur un
dictateur enfinde vie et qui
les a mises enporte-à-faux
avec le peuple syrien.»
SusanRiceambassadriceaméricaine
àl’ONU
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
10 •
MONDE
Branding
Budget
Public
Campagne
Création
Affiche
Marché
Manager
Publicité
Direction
Artistique
Événe-
mentiel
Conseil
Merchan-
dising
Architecture
Tendance
Marques
Networking
Stratégie
Business
Communi-
cation
Édition
Buzz
Créatif
Agence
Rough
Media
Presse
L’ISEG Marketing & Communication School
est présent dans 7 villes de France
PARIS • BORDEAUX • LILLE • LYON • NANTES • STRASBOURG • TOULOUSE
http://mcs.iseg.fr
L’ÉCOLE DES FUTURS
ACTEURS DU MARKETING
ET DE LA COMMUNICATION
Titre certifié par l’État Niveau I
Institut Supérieur Européen de Gestion. Établissement privé
d’enseignement supérieur. Cette école est membre de
AB_ISEG_M&COM_122x111_Libe_HD.pdf 1 30/09/11 14:12
Américains et Européens ont pris
de nouvelles mesures contre Damas.
Maintenir
la pression
L
es Etats-Unis ont an-
noncé, hier, la ferme-
ture de leur ambassade
à Damas, et évacué leurs
derniers fonctionnaires
«compte tenu de la poursuite
de la violence et de la détério-
ration des conditions de
sécurité». Le Royaume-Uni,
lui, rappelle son ambassa-
deur pour consultation.
«Nous continuerons à em-
prunter les voies de communi-
cations qui subsistent pour si-
gnifier au régime syrien notre
horreur de la violence qu’il
exerce contre sonpeuple, inac-
ceptable dans le monde civi-
lisé», a dit le ministre britan-
nique des Affaires étrangères,
WilliamHague.
Pression. Trois jours après
les veto russes et chinois qui
ont bloqué l’adoptiond’une
résolution, pourtant a mi-
nima, appelant à l’arrêt des
violences, les capitales occi-
dentales veulent mettre la
pression sur Damas. «Il est
important de résoudre la crise
sans recourir à une interven-
tion militaire extérieure et je
pense que c’est possible», a
affirmé, hier, le président
américain, Barack Obama,
sur la chaîne NBC. Le porte-
parole de la MaisonBlanche
a, pour sa part, déclaré que
certains pays «ne devraient
pas essayer de parier sur le ré-
gime Al-Assad, car c’est un
pari perdu d’avance». Claire
allusion à la Russie et à la
Chine, qui avaient déjà em-
pêché en octobre le vote
d’une résolution du Conseil
de sécurité sur la Syrie.
«Hystérique». «C’est un
scandale, ce qui se passe. Nous
ne sommes pas décidés à ac-
cepter l’indécision ou le blo-
cage d’une communauté inter-
nationale», a lancé Nicolas
Sarkozy lors d’une confé-
rence de presse commune
avec Angela Merkel. Paris
avait annoncé, avant-hier, la
création d’un groupe «des
amis de la Syrie»soutenant
le plande sortie de crise de la
Ligue arabe, qui pose les ba-
ses d’une transition démo-
cratique et qui a inspiré la ré-
solution onusienne. Il s’agit
de capitaliser les résultats du
vote de samedi à l’ONU, mais
aussi d’y associer l’Union
européenne, ainsi que la Tur-
quie, très engagée depuis
l’été au côté de la révolte.
Moscou, pour sa part, dé-
plore la réaction«hystérique»
de l’Occident après sonveto,
alors que le chef de la diplo-
matie russe, Sergueï Lavrov,
se rendaujourd’hui à Damas
en compagnie du chef des
services de renseignements
extérieurs russes, Mikhaïl
Fradkov. Ils doivent rencon-
trer le président syrien.
MARC SEMO
Devant un hopital
de Homs, hier.
PHOTOSHAAMNEWS
NETWORK. AP
ches. J’ai croisé un ami qui venait de voir
son frère tué. Je l’ai pris dans les bras et j’ai
voulu cacher mes larmes. Le pilonnage a duré
jusqu’àlaprière de l’aube, vers 5 heures duma-
tin. Depuis le minaret, le cheikh s’est mis àréci-
ter les noms de tous les martyrs tombés dans la
nuit. Cela a pris près de trois quarts d’heure.
Lors des obsèques vers midi, nous étions près
de 10000, rassemblés sur la place centrale
autour de la mosquée. Des milliers de visages
remplis de détresse, mais surtout de colère. Une
manifestation monstre a suivi la prière. Les
chants de la révolution ont repris aussitôt. Des
enfants tenaient des morceaux de bois en guise
de pistolets. Sommes-nous fous? Non, mais rê-
veurs, éplorés, Syriens de Homs et promis à la
victoire!»
DÉSERTÉ. Hors des quartiers rebelles, la
ville, qui compte plus d’un million d’habi-
tants en temps normal, se vide peu à peu.
Tous ceux qui ont de la famille ailleurs dans
le pays sont partis les uns après les autres, et
des milliers de réfugiés de Homs se trouvent
à la frontière avec le Liban. Le quartier chré-
tien de Hamidyeh est déserté depuis plu-
sieurs semaines, affirme l’un de ses habi-
tants, réfugié à Damas. «Les miliciens du
régime ont pris notre immeuble comme poste
de tir sur Khalidyeh et les hommes de l’ASL ri-
postaient en tirant vers nous. Nous avons dû
leur laisser la place.» Jihad et sa femme se
trouvent désormais seuls dans leur immeuble
d’une dizaine d’appartements dans le quar-
tier mixte d’Inchaat –où vivent aussi bien
des sunnites, des alaouites oudes chrétiens–
qui a aussi été bombardé lundi. Pas question
pour eux d’abandonner leur maison aux
hommes armés. «Mais il est vrai que l’échec
de la résolution du Conseil de sécurité, après
la nuit du massacre, nous redonne à réfléchir,
dit Jihad. Nous gardions un petit espoir de voir
une solution s’amorcer et les choses se calmer.
Mais là, nous sommes vraiment abandonnés
par tout le monde!»
Les insurgés de Homs, eux«n’attendaient rien
de l’ONU, ni de la Ligue arabe, ni du Conseil
national syrien[regroupement de l’opposition
enexil], selonOmar, qui se dit tout de même
écœuré par cette victoire pour le régime». Ils
sont lancés dans undéfi aupouvoir de Bachar
al-Assadqu’aucune logique ne semble pou-
voir entamer. «Homs n’est plus le nomd’une
ville. C’est une cause, un symbole, une identité
volontaire pour tous les révolutionnaires», écrit
sur sa page Facebookune opposante exilée.
«C’est notre volonté qui est visée et non
pas seulement nos quartiers et leurs habitants»,
considère unautre internaute de Homs, alors
que la ville continuait d’être pilonnée lundi
et que le bilan faisait état de 80 morts dans
la journée. •
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
MONDE • 11
Abussexuelssurmineurs:
l’Eglisefait pénitenceauVatican
AuSaint-Siège, unsymposiumtente de lutter contre le fléaupédophile.
«L’
Eglise pourrait devenir
leader dans la protec-
tion des mineurs»:
après les milliers de
scandales de pédophilie dans les
paroisses du monde entier, le père
jésuite et psychothérapeute Hans
Zollner va de toute évidence bien
vite en besogne. Mais le sympo-
siumdont il a assuré l’or-
ganisation, qui s’est
ouvert hier soir à Rome à
l’université Grégorienne sous
l’égide du Vatican, a vocation de
marquer une nouvelle étape dans la
politique impulsée par Benoît XVI
pour faire sortir l’Eglise catholique
du fléau des abus sexuels sur mi-
neurs. «C’est un événement très im-
portant car celarévèle lavolonté d’af-
fronter le problème globalement et pas
seulement dans l’urgence», analyse
le spécialiste du Vatican du quoti-
dien Il Fatto, Marco Politi.
Plus d’une centaine de représen-
tants des conférences épiscopales
et des supérieurs d’une trentaine
d’ordres religieux ont ainsi con-
vergé vers la cité éternelle pour
participer à ces assises intitulées
«Vers la guérisonet le renouvelle-
ment». Jusqu’à jeudi, les délégués
et les 40 orateurs devraient ainsi
affronter la question sous tous ses
aspects, de la formation
des prêtres à la réactionde
la hiérarchie en cas de
soupçons, enpassant par le rôle de
la pornographie sur Internet. Une
sorte d’introspectionà 360 degrés
ponctuée par une veillée de péni-
tence au cours de laquelle des res-
ponsables de l’Eglise «demanderont
pardon» aux victimes qui seront
toutefois, à l’exception d’une ca-
tholique irlandaise, laissées à l’ex-
térieur de la réunion. Aupréalable,
il a été recommandé aux partici-
pants du symposiumde s’entrete-
nir avec des victimes –ont tenu à
préciser les organisateurs.
PLAIE. «C’est une responsabilité ma-
jeure que de pouvoir regarder cette
plaie béante dans l’Eglise, de tout
faire pour que cela ne se reproduise
pas», a insisté le recteur de l’uni-
versité Grégorienne, François-Xa-
vier Dumortier. «Le pape
BenoîtXVI ouvrira les travaux par un
message et de nombreux cardinaux
seront présents, précise Antoine-
Marie Izoard, responsable de
l’agence de presse spécialisée sur le
Vatican, I.Media. Très clairement, on
souhaite montrer que l’on a pris le
problème au sérieux.» D’autant
qu’auSaint-Siège, onest conscient
que la plaie est loin d’être cicatri-
sée. Il ya quelques semaines, la très
catholique Irlande a, par exemple,
fermé sonambassade près duVati-
can, officiellement pour des raisons
budgétaires. Mais l’argument ne
convainc pas vraiment. Peu de
temps auparavant, sur
la foi de rapports évo-
quant des centaines de
scandales de pédophi-
lie depuis 1975, le Pre-
mier ministre, Enda
Kenny, avait dure-
ment mis en cause le
Vatican, l’accusant d’avoir entravé
les enquêtes.
Dans ce contexte, Benoît XVI en-
tend aller de l’avant dans la politi-
que de tolérance zéro contre les
prêtres pédophiles qu’il a promise
en2010, lorsque le Vaticanavait été
littéralement bousculé par l’ava-
lanche de révélations sur les abus
aux Etats-Unis, en Europe ou en
Australie. Depuis, quasiment à cha-
que voyage, le pape tient à rencon-
trer des victimes. Il promet de met-
tre unterme auclimat d’omertà qui
régnait jusqu’à son pontificat, y
compris du temps de Jean-Paul II,
lequel considérait qu’il ne fallait
pas affaiblir l’Eglise dans sa lutte
contre le communisme et avait en
mémoire que les accusations de pé-
dophilie envers les prêtres étaient
souvent employées par les régimes
totalitaires pour discréditer le
clergé. Soupçonné par certains
d’avoir soutenucette politique, Jo-
seph Ratzinger l’a radicalement
modifiée.
JUSTICE CIVILE. L’andernier, une
«lettre circulaire»a ainsi été adres-
sée par le préfet de la Congrégation
pour la doctrine de la foi, le cardi-
nal WilliamLevada, ordonnant aux
évêques de déférer à la justice civile
les membres duclergé soupçonnés
de pédophilie et de les empêcher
d’exercer unministère dangereux
pour les mineurs. La lettre prônait
des «procédures claires et coordon-
nées», et demandait auxévêques de
les «compléter d’ici à un an», c’est-
à-dire dans quelques semaines.
Mais entenant compte des législa-
tions et réalités de chaque diocèse
et pays. «C’est l’une des interroga-
tions concernant le symposium qui
s’ouvre à Rome, pointe MarcoPoliti.
Benoît XVI ira-t-il plus loin en obli-
geant les évêques à dénoncer les prê-
tres pédophiles quelle que soit la lé-
gislation du pays ? En France par
exemple c’est une obligationmais pas
en Italie. Que dira le pape?»
L’associationtransalpine des victi-
mes de la pédophilie Caramella
Buona, qui a fait condamner un
prêtre à quinze ans de réclusion
pour viol sur plusieurs mineurs et
n’a pas été admise à participer au
symposium, dénonce d’ailleurs
l’absence d’orateurs italiens: «Les
autres Eglises ont commencé à faire
le ménage mais pas la Péninsule, où
se trouve le Vatican», s’insurge Ro-
berto Mirabile, le président de
l’ONG. Ce que confirme Marco Po-
liti : «Sur les 200 diocèses du pays,
un seul a affronté la question.» Et
d’ajouter: «L’autre grande question
en suspens en marge du symposium,
c’est de savoir si Benoît XVI ordon-
nera à tous les diocèses d’ouvrir des
enquêtes à partir de leurs archives.»
Pour l’heure, la seule certitude,
c’est qu’uncentre consultable par
Internet sera créé au terme du
symposium pour permettre aux
prêtres du monde entier d’obtenir
des informations sur le fléau de la
pédophilie. •
Par ÉRICJOZSEF
Correspondant àRome
«Les autres Eglises ont commencé
à faire le ménage, mais pas
la Péninsule.»
RobertoMirabileprésident del’association
devictimes CaramellaBuona
ANALYSE
3000
accusations pour pédophilie ont
été portées contre des prêtres
de 2001 à 2010, selon M
gr
Char­
les Scicluna, de la Congrégation
vaticane pour la doctrine de la foi.
Des scandales à répétition
Après les Etats­Unis en 2002,
l’Australie en 2008, l’Irlande en
2009, l’Allemagne et la Belgique
en 2010, c’est au tour des Pays­
Bas d’être éclaboussés par un
scandale de pédophilie au sein
de l’Eglise, touchant de 10000 à
20000 mineurs depuis 1945.
REPÈRES «Soulager les victimes
doit être de la plus haute
importance pour la
communauté et aller
de pair avec unprofond
renouveau.»
Benoît XVI ausymposium, hier
Deux victimes de pratiques pédophiles posent devant l’ambassade du Vatican, à Londres, le 9 septembre 2010. PHOTOSTEFANWERMUTH. REUTERS
2500
euros, c’est le montant mini­
mumde l’indemnisation que
l’Eglise belge s’est engagée, en
décembre, à verser aux victimes
d’abus sexuels.
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
12 • MONDE
PHILIPPINES Un séisme de
magnitude 6,8 a fait au
moins 43 morts, hier, au
centre de l’archipel des
Philippines et entraîné des
scènes de panique. Une
violente réplique de
magnitude 6,2 a suivi la pre-
mière secousse, quatre heu-
res plus tard.
ROYAUME­UNI Omar Oth-
man, l’islamiste jordanien
recherché en Jordanie pour
deux attentats commis
en 1998, va être libéré sous
conditions. Londres tente de
l’extrader depuis sixans, une
requête rejetée par la Cour
européenne des droits de
l’homme.
10,3
kilomètres de clôture bar­
belée s’élèveront sur une
portion de la frontière
séparant la Grèce et la
Turquie afin de bloquer la
route aux migrants irrégu­
liers qui tentent d’entrer
en Europe.
C’
est une nouvelle
guerre en Afrique.
Elle se déroule à huis
clos, sur unterritoire déser-
tique grand comme la
France, et oppose des belli-
gérants qui n’alignent, de
chaque côté, que quelques
centaines de combattants.
Au Norddu Mali, la violence
des combats a pourtant déjà
fait fuir des milliers de civils.
L’insécurité est telle que
l’ONGMédecins dumonde a
même dûsuspendre ses acti-
vités dans la région.
A l’origine des combats, la
résurgence d’une rébellion
touareg qui, depuis le 17 jan-
vier, réclame l’indépendance
de l’Azawad, cette vaste ré-
gion du nord Mali, considé-
rée comme le berceau du
peuple touareg. Depuis la fin
des années 90, plusieurs ac-
cords de paix ont été négo-
ciés entre le pouvoir et les
rebellions touareg successi-
ves. Celle qui ressurgit sur le
devant de la scène a bénéfi-
cié duretour aupays de plu-
sieurs centaines d’exilés
fuyant la Libye après la chute
du régime Kadhafi. Venus
avec leurs armes, ils ont créé
le 15 octobre le Mouvement
national pour la libérationde
l’Azawad(MNLA), qui mène
la guerre à Bamako depuis la
mi-janvier.
Or, très vite, les «hommes
enbleu»semblent avoir mis
en déroute l’armée ma-
lienne, remportant des vic-
toires inattendues (bien
qu’invérifiables) à Ménaka,
dans la région de Kidal, de
Gao et jusque dans les fau-
bourgs de Tombouctou. Une
situation qui a pris tout le
monde de court. Et pourrait
avoir des répercussions iné-
dites dans une région déjà
explosive. Depuis quelques
années, le nord Mali avait
fini par être identifié à Al-
Qaeda auMaghrebislamique
(Aqmi), qui y aurait installé
ses bases arrières et ydétient
peut-être encore ses otages
occidentaux, et notamment
français.
Or, le MNLA qui qualifie de
«terroristes»les combattants
d’Aqmi, affirme vouloir ré-
cupérer en son sein les jeu-
nes touaregs séduits par les
sirènes islamistes. Et accuse
le pouvoir de complicité avec
Aqmi, qui favoriserait de
nombreux trafics.
Face à cette offensive, le
gouvernement se tait, et ne
communique que pour dé-
noncer les exactions des re-
belles. Une langue de bois
qui a fini par exaspérer la po-
pulation, provoquant des
manifestations hostiles au
président Amadou Amani
Touré. Mais en laissant libre
cours aux rumeurs, le pou-
voir a également favorisé la
montée de tensions ethni-
ques jusqu’alors inconnues.
Parmi les populations qui
fuient les combats, nom-
breux sont ainsi les Africains
«à la peauclaire»qui redou-
tent les représailles.
MARIA MALAGARDIS avec
FABIEN OFFNER (à Bamako)
LeMali déstabilisé
parlarébelliontouareg
AFRIQUEDe nouvelles forces, venant notamment
de Libye, infligent des revers augouvernement.
Selon un accord signé hier
à Doha par les mouve­
ments palestiniens rivaux
Fatah et Hamas, le prési­
dent de l’Autorité palesti­
nienne et chef de
l’Organisation de libération
de la Palestine (OLP) et du
Fatah, Mahmoud Abbas,
dirigera un gouvernement
transitoire d’indépendants
chargé de préparer les
élections, dont la date n’a
pas été précisée. «La
déclaration de Doha»,
signée, en présence de
l’émir du Qatar, par Abbas
et Khaled Mechaal, chef du
Hamas islamiste, vient con­
forter l’accord de réconci­
liation conclu entre les
deux mouvements palesti­
niens en avril 2011, et qui
piétinait depuis cette date,
notamment en raison d’un
désaccord sur le choix du
chef du gouvernement.
Réagissant à cet accord, le
Premier ministre israélien
Benyamin Nétanyahou a
réaffirmé que si Abbas
appliquait l’accord signé, il
choisissait «d’abandonner
le chemin de la paix pour
se joindre au Hamas».
La formation du gouverne­
ment provisoire sera
annoncée lors d’une réu­
nion de l’OLP le 18 février.
PHOTOREUTERS
ABBAS À
LA TÊTE DU
GOUVERNEMENT
DE TRANSITION
PALESTINIEN
LES GENS
Des Maliens protestent, jeudi à Bamako, contre l’impuissance du Président. PHOTOAFP
Par LORRAINEMILLOT
Après Monicaet Bill,
voici Mimi et JFK
Q
uatre jours après le
début desonstage, au
servicedepressedela
Maison Blanche,
Mimi, jolie jeune fille
de 19 ans, est présentée à
JohnF. Kennedy, 45 ans, qui
nageait pour apaiser sonmal
de dos. Quelques heures plus
tard, l’ami du Président,
Dave Powers, l’invite à une
petite fête dans les apparte-
ments de la MaisonBlanche.
Deuxautres jeunes femmes y
attendent le Président enbu-
vant des daïquiris. JFK ar-
rive, et l’invite à le suivre
dans la chambre de son
épouse, Jackie. «J’ai remar-
qué qu’il se rapprochait de plus
en plus […], raconte pour la
première fois Mimi dans un
livre à paraître mercredi aux
Etats-Unis. Lentement, il a
déboutonné le haut de marobe-
chemisier et touché mes seins.
Puis il est passé entre mes jam-
bes et il a commencé à retirer
mes sous-vêtements…»
On sait que le 35
e
président
des Etats-Unis était grand
amateur de jeunes femmes.
Mai s Mi mi Al f ord,
aujourd’hui grand-mère de
69 ans, livre unrécit très dé-
taillé de sa relation et des
complicités à l’intérieur
même de la MaisonBlanche
qui permettaient à JFKd’as-
souvir ses besoins de chair
fraîche. Le jour de leur pre-
mière rencontre, en 1962,
Mimi est vierge. JFK le re-
marque et s’assure: «Tu es
OK?»Après acquiescement,
le président poursuit sa be-
sogne, puis lui indique la di-
rection de la salle de bain,
tandis qu’il rejoint la salle
d’apéritif. «J’étais choquée,
raconte Mimi. Lui, au con-
traire, était posé, il faisait
comme si ce qui venait de se
passer était la chose la plus
naturelle du monde.»
Cette relationa duré dix-huit
mois, raconte Mimi Alford
dans son livre, intitulé, en
anglais, Il était une fois un se-
cret, monaventure avec le pré-
sident John F. Kennedy et ses
conséquences. A la fin de
l’été, quand elle retourne à
Wheaton, son université au
Massachusetts, JFKcontinue
à l’appeler, ense présentant
sous le nomde Michael Car-
ter, et la fait venir à la Maison
Blanche quand sa femme
n’est pas là. Mimi conte avoir
ainsi visité le siège de la pré-
sidence en pleine crise des
mi ssi les à Cuba, en
octobre 1962. Mieux, JFKlui
aurait alors confié être prêt à
céder aux menaces soviéti-
ques: «Je préférerais que mes
enfants soient rouges plutôt
que morts.»
Elle raconte également-
comment JFK l’avait priée
d’offrir une fellation à Dave
Powers, ce qu’elle fit. L’exis-
tence de Mimi Alford et sa
relationsecrète avec JohnF.
Kennedy avait été révélée
en 2003 par l’historien Ro-
bert Dallek. En1998, quand
la relation d’une autre sta-
giaire avec un autre prési-
dent, Monica Lewinsky et
Bill Clinton, avait fait
scandale et mené jusqu’à une
procédure d’impeachment,
Mimi Alford s’était tue,
elle cachait encore son
«secret». •
VU DE WASHINGTON
Bamako
400 km
MALI
N
I
G
E
R
ALGÉRI E
GH
GUINÉE
CD’IV
BURK
FASO
LES SEMINAIRES DE
ATELIER HEBDOMADAIRE DE REFLEXION
DIMANCHE 12 FEVRIER A 11H00
Un débat animé par ALEXIS LACROIX et RAPHAEL HADDAD
ENTREE LIBRE RESERVATION CONSEILLEE :
redaction@laregledujeu.org
CINEMA SAINT-GERMAIN
22 rue Guillaume Apollinaire Paris 6
ème
Métro : Saint-Germain
http://laregledujeu.org
avec le soutien de PIERRE BERGÉ et la FONDATION ANDRÉ LEVY - Graphic Design : Frédéric Menant
CLASSES MOYENNES, CLASSES POPULAIRES : COMMENT L’EXTREME-DROITE VEUT LES SEDUIRE?
JEAN-PIERRE LE GOFF
Sociologue, Président du club Politique Autrement
JONATHAN HAYOUN
Président de l’UEJF
LAURENT BOUVET
Sociologue Collaborateur de la revue Débat
PIERRE-ANDRÉ TAGUIEFF
Philosophe, politoloque
PASCAL PERRINEAU
Directeur du Cevipof
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
MONDEXPRESSO • 13
Claude Guéant,
le 10janvier, au
ministère de l’Intérieur.
PHOTOVINCENT NGUYEN.
RIVAPRESS
L’Elysée
adoubele
croiséGuéant
Le chef de l’Etat a soutenuhier sans
réserve le ministre et ses propos sur les
«civilisations», semblant confirmer une
stratégie de séductionde l’électorat FN.
Par ALAINAUFFRAY
C
euxqui espéraient unecorrection, au
moins devocabulaire, enseront pour
leurs frais. Nicolas Sarkozy l’a con-
firmé hier: oui, certaines «civilisa-
tions»valent plus qued’autres. Aucôtéd’An-
gela Merkel, devant les caméras de France 2
(lire page 18), il a soutenusans réserve les pro-
pos «de bon sens», tenus samedi par Claude
Guéant devant les militants dusyndicat étu-
diant Uni. «Une civilisation, unrégime, une so-
ciété qui [n’accorde] pas la même place
et les mêmes droits àdes hommes et àdes
femmes, ça [n’a] pas la même valeur»,
a assuré le chef de l’Etat, citant sonministre,
ajoutant cyniquement qu’il n’entendait «pas
perdre de temps»avec une «polémique»qu’il
contribue pourtant à entretenir et à prolon-
ger.
«CRÂNES D’ŒUF». Adeux mois et demi de
la présidentielle, la droite fait donc savoir aux
électeurs du FN qu’elle défend, elle aussi,
comme Marine Le Pen, une hiérarchie des
civilisations que la gauche, elle, relativiserait.
Dès dimanche, le ministre de l’Intérieur avait
assuré qu’il ne regrettait «rien»de ses pro-
pos. Conformément à la ligne droitière dé-
fendue par le conseiller de l’Elysée Patrick
Buisson, Guéant choisit de se placer «sur le
terrain des valeurs». Il laisse à d’autres les sa-
vantes querelles sur les réformes nécessaires
au rétablissement de la compétitivité fran-
çaise. «Ce n’est pas avec des débats de crânes
d’œuf que l’on va gagner la présidentielle», ex-
plique-t-ondans sonentourage, allusionaux
récentes prestations télévisées d’AlainJuppé
face à François Hollande et de François Fillon
face à Martine Aubry, toutes deux jugées
beaucouptroptechniques par les stra-
tèges de la droite. Avec la bénédiction
de l’Elysée, Guéant se charge donc
d’expliquer aux Français que la droite et la
gauche se différencient bienplus dans leurs
jugements sur la «civilisation»musulmane
que dans leurs propositions pour enfinir avec
les déficits publics. Place Beauvau, on rap-
pelle que l’Intérieur est «le ministère de l’ordre
et des conservateurs»et qu’il est donc «tout
naturel»que le rappel aux valeurs soit confié
à sonlocataire. «Plus Guéant se droitise, plus
il sera facile pour Sarkozy de se recentrer le mo-
ment venu», indique-t-on à l’UMP.
Pour alimenter sa charge contre le «relati-
visme»de gauche, le ministre est abreuvé de
RÉCIT
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
14 •
FRANCE
Le controversé MohamedHammami, septuagénaire tunisien, pourrait être expulsé.
Unimamdans le viseur de l’Intérieur
F
igure historique de l’islamen France,
Mohamed Hammami, âgé de près
de 77 ans, pourrait finir ses jours dans
sonpays d’origine, la Tunisie. Dans le colli-
mateur de Claude Guéant, il fait l’objet d’une
procédure initiée par le ministère de l’Inté-
rieur. Il devrait être vite fixé sur son sort
après l’examende sondossier, aujourd’hui,
par la commissiond’expulsion. Ce qui lui est
reproché? Des propos à caractère antisémite
et des encouragements à «fouetter àmort»les
femmes adultères. Le vieux cheikh est, en
France, l’un des chefs de file du tabligh,
mouvance ultrarigoriste.
Même si MohamedHammami sent le souffre
depuis longtemps, même si sa défense d’un
islam résolument fondamentaliste et son
idéologie réactionnaire sont elles aussi con-
nues de longue date, il avait acquis une forme
de notabilité. Avec d’autres responsables de
l’islam, MohamedHammami avait été reçu,
en septembre 2010, à l’Elysée. Foi et prati-
que, l’associationqu’il a créée, est l’une des
composantes du Conseil français du culte
musulman (CFCM). Son fils Hamadi Ham-
mami, chauffeur de bus à la RATP, siège
d’ailleurs au bureau de l’instance.
Jihadisme. Hammami est loin d’être un
imamobscur. C’est une personnalité à l’in-
fluence réelle, qui a donné du poids au ta-
bligh en France. Dès les années 70, l’ancien
ouvrier tunisien a joué un rôle majeur dans
la réislamisation des milieux immigrés
maghrébins. AParis, soutenu par une poi-
gnée de commerçants tunisiens prospères,
il s’est taillé unfief dans le quartier de Belle-
ville. Il y a implanté la mosquée Omar, rue
Jean-Pierre-Timbaud, dans le XI
e
arrondis-
sement, qui demeure l’une des plus fréquen-
tées de la capitale. Aquelques centaines de
mètres de là, l’association Foi et pratique,
qui constitue l’une des deux branches du
tabligh dans l’Hexagone, dispose d’un se-
cond lieu de culte.
Autour de ces deuxmosquées s’est développé
unintense commerce islamique de boutiques
vendant livres, vêtements et produits halal
entous genres. Cette enclave continue d’être
unlieud’attractionet de ralliement, surtout
le week-end, pour une population musul-
mane proche des milieux ultraorthodoxes et
ultrarigoristes.
Prudent, Mohamed Hammami n’avait jus-
qu’à maintenant jamais été inquiété politi-
quement. Dumoins enFrance: aucours des
années 90, retiré un temps en Tunisie, il y
avait été placé enrésidence surveillée par le
gouvernement BenAli, intraitable à l’époque
avec les islamistes. En fait, selon l’un des
meilleurs experts de l’islam en France qui
souhaite garder l’anonymat, le chef de file du
tablighaurait refusé alors de «coopérer»avec
les services secrets tunisiens.
Dans ces années-là, autour de l’enclave de
la rue Jean-Pierre-Timbaud gravitaient les
milieuxproches dujihadisme. BoualemBen-
saïd, l’un des instigateurs de l’attentat,
en1995, dumétro Saint-Michel, fréquentait
la mosquée Omar. Comme le raconte
aujourd’hui le rappeur Abdal-Malik, qui fut
untemps prédicateur fondamentaliste avant
de devenir soufiste, la galaxie dutablighétait
une sorte de sas vers des engagements plus
radicaux.
Ces dernières années, le vieuxcheikhs’était,
semble-t-il, retiré dans unchâteaude Seine-
et-Marne, à Grisy-Suisnes, où il avait tenté
sans succès d’établir une école coranique.
Pour le chercheur Samir Amghar, spécialiste
du salafisme (auteur notamment du livre le
Salafisme d’aujourd’hui, aux éditions Micha-
lon), MohamedHammami était toujours sol-
licité pour prononcer les prêches lors de la
grande prière du vendredi, au-delà des cer-
cles du tabligh.
Marketing. Pourquoi le gouvernement s’en
prend-t-il aujourd’hui à lui ? Au cabinet du
ministre de l’Intérieur, c’est le sérieux de la
procédure d’expulsionqui est mise enavant.
La mesure, selon l’un des conseillers de
Claude Guéant, n’est pas prise à la légère.
Depuis le printemps arabe, le cheikhse serait
enfait «lâché», moins prudent dans ses prê-
ches qu’à l’accoutumée. Le calendrier élec-
toral joue également. L’expulsion de Ham-
mami est un geste fort de marketing
politique. Personne ne veut prendre de risque
avec Marine Le Pen, qui avait semé la pertur-
bation, endécembre 2010, enlançant la po-
lémique sur les prières de rue et lui laisser la
main sur ce dossier sensible. Bref, Claude
Guéant occupe le terrain de l’islam.
Reste qu’il fallait trouver l’imamà expulser…
Les services duministère ont unpeuraclé les
fonds de tiroir. Dans ces mouvances proches
du radicalisme, les prédicateurs ont de plus
en plus la nationalité française. A ce jeu,
MohamedHammami a sans doute gagné un
billet pour la Tunisie.
BERNADETTE SAUVAGET
notes sur les thèses des «bobos libéraux».
Dans les études de Terra Nova, think tank
proche duPS, les hommes de Guéant ont no-
tamment déniché la «citoyenneté musul-
mane», unconcept à leurs yeuxlourdde me-
naces pour la «civilisation».
«INADÉQUAT». Hier encore, les gaullistes et
les centristes de l’UMPont vainement tenté
de désamorcer la polémique enplaidant l’ap-
proximation sémantique. Comme Alain
Juppé, Jean-Pierre Raffarina estimé aumicro
de France Info que le mot civilisation était
«inadéquat». Tout enaffirmant qu’il ne dou-
tait pas qu’il soit «un vrai républicain», l’an-
cienPremier ministre a reconnuque Guéant
était «meilleur ministre qu’ethnologue». De
soncôté, le ministre de l’Agriculture, Bruno
Le Maire, a jugé utile de préciser que, pour
lui, «toutes les civilisations sont également res-
pectables». Tenant de la ligne droitière, le pa-
tronde l’UMP, Jean-François Copé, a pour sa
part appelé ses troupes à ne pas céder au
«politiquement correct». Selonlui, l’UMPdoit
se donner les moyens de faire comprendre
aux électeurs de Marine Le Penque la droite
est mobilisée contre «les dérives intégristes»,
tandis que la gauche fait preuve, sur ces
questions «d’un certain laisser-aller».
MohammedMoussaoui, président duConseil
français du culte musulman, a invité hier
Claude Guéant à dire qui était visé dans ses
propos du week-end. Faus-
sement candide, il révèle
dans un courrier adressé
place Beauvau que «nombre
de nos concitoyens de confes-
sion musulmane se sont sentis
visés par ces déclarations et
[…] l’ont fait savoir». Encon-
séquence, il demande au ministre de l’Inté-
rieur, chargé des Cultes, de les «rassurer en
[leur] précisant le sens de [ses] propos et qu’il
ne s’agissait pas de la civilisation musulmane
comme certaines interprétations médiatiques
l’ont clairement laissé entendre». Cette mise au
point, Mohammed Moussaoui a peu de
chancedel’obtenir avant laprésidentielle.•
REPÈRES
«Contrairement
à ce que dit
l’idéologie relativiste
de gauche, pour
nous, toutes les
civilisations ne se
valent pas. Celles
qui défendent
l’humanité nous
paraissent plus
avancées que celles
qui la nient.»
ClaudeGuéant samedi soir
lors d’uneréuniondel’UNI
«[Claude Guéant]
est meilleur ministre
qu’ethnologue.
Ce n’est pas un
ethnologue averti.
Il ya là eneffet
quelques
imprudences.»
Jean­PierreRaffarin
sénateur UMPet ancien
Premier ministre, hier sur
FranceInfo
Guéant se charge d’expliquer aux Français
que la droite et la gauche se différencient
bienplus sur la «civilisation»musulmane
que dans leurs propositions pour enfinir
avec les déficits publics.
Le lien privilégié qui relie l’artiste à son public, c’est la scène.
Ce lien unique doit être protégé.
Aujourd’hui, les prix des spectacles fambent au bénéfce de spéculateurs qui
assèchent le marché de la billetterie et revendent les places à prix d’or.
Les fans dénoncent ces pratiques scandaleuses et les spectateurs, déroutés, ne
savent plus comment obtenir des places au juste prix.
La loi éthique et sport vient d’interdire la revente sauvage des billets d’accès
aux manifestations sportives.
Pourquoi les spectacles ne bénéfcient-ils pas de la même protection ?
Deux poids, deux mesures, alors que le sport et le spectacle fréquentent
les mêmes salles, les mêmes stades.
PLACES DE SPECTACLES REVENDUES 5 FOIS LEUR PRIX
SUR INTERNET : LES ARTISTES SE MOBILISENT CONTRE 
CETTE PRATIQUE SCANDALEUSE !
Les artistes demandent aux pouvoirs publics de mettre un terme
aux abus qui portent atteinte à la diversité culturelle.
L’accès à la culture ne saurait être un luxe.
AnorAAk
AsA
BénABAr
CAmille
CAsCAdeur
dionysos
FéloChe
GérArd dArmon
miChel delpeCh
Jérémy FerrAri
pAtriCk Fiori
GotAn proJeCt
GréGoire
niColA sirkis (indoChine)
philippe lellouChe
lilly Wood & the priCk
Christophe mAé
mimie mAthy
kAd merAd
yAel nAim
yAnniCk noAh
pAsCAl oBispo
lAurent ruquier
shy’m
skip the use
ArnAud tsAmere
ChristiAn VAdim
ZAZ
À suivre...
(Publicité)
«Ces propos sont
undangereux
détournement de
pensée […]. Il ya
autre une volonté
de dresser
les sociétés les unes
contre les autres.»
François Bayroucandidat
duModemàlaprésidentielle
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
FRANCE • 15
Minoritésenparoleet enpacte
Unappel réunissant l’ensemble des discriminations interpelle les candidats à l’Elysée.
Par CHARLOTTEROTMAN
Photos BRUNOCHAROY
I
l est noir, gay. Fier. Activiste et
intello. Il a le phrasé et le ven-
tre arrondis, est professeur de
littérature. Mais onpeut aussi
bien le retrouver derrière les bar-
reauxà Moscouaprès une gaypride
interdite. Il est tout à la fois l’initia-
teur de la Journée mondiale contre
l’homophobie et le nouveaupatron
du Cran (Conseil représentatif des
associations noires). Il se dit «ni
universaliste ni communautariste
mais les deux à la fois». Ce n’est pas
tout à fait unhasardsi Louis-Geor-
ges Tin, 37 ans, est l’initiateur du
«Pacte pour l’égalité et la diver-
sité», dont l’une des originalités est
de regrouper les discriminations
sous une même bannière. Ce texte
d’interpellation, à la manière du
Pacte écologie concocté par Nicolas
Hulot en 2007, est lancé
aujourd’hui dans Libération et sur
le site Lepacte.fr. Il rendvisibles les
invisibles, bruyants les silencieux,
égaux les marginaux.
«EXPLOSION». «100%des Français
sont discriminables, pose Louis-
Georges Tin. Noirs, juifs, femmes,
handicapés, homosexuels, habitants
des quartiers défavorisés…Ces mino-
rités forment 80%de la population.
Ceux qui restent ont été jeunes et sont
appelés à vieillir: ils peuvent donc eux
aussi être discriminés.»La démons-
trationcoule de source:«La discri-
mination concerne tout le monde.»
Louis-Georges Tina retenules cinq
critères reconnus par le droit euro-
péen: le sexisme, l’âge, le handi-
cap, les origines, l’orientation
sexuelle. Dans chaque champ, il a
fait appel à deux associations de
terrain. Un peu provoc, la démar-
che «Minoritaires, unissons-
nous!»a sa cohérence. «Les discri-
minations relèvent des mêmes méca-
nismes. La stigmatisation justifie les
inégalités et les inégalités engendrent
les discriminations, analyse Mathieu
Nocent, porte-parole de l’Associa-
tion des parents et futurs parents
gays et lesbiens (APGL). Si on s’unit
tous, on est une majorité.»Thomas
Lancelot, le cofondateur de Mix-
Cité, association féministe mixte,
renchérit : «Le combat féministe
n’est pas la propriété des femmes,
tout comme la lutte contre le racisme
ne doit pas être seulement dévolue
aux Noirs et aux Arabes.»
Aufinal, près de 200propositions et
unlivre qui paraîtra demain(1). «La
crise économique est encore plus rude
avec les populations discriminées. Il
ne faut surtout pas que la campagne
présidentielle se fasse sans ou contre
nous», prévient Louis-Georges Tin.
«Il faut agir sur les discriminations,
y compris, maintenant pendant la
crise, sinon, on récoltera la colère, la
résignation et le risque d’explosion»,
dit aussi Kag Sanoussi, secrétaire
général de la Charte de la diversité,
–lancée par Claude Bébéar et Yazid
Sabeg–et partenaire duPacte. «Le
Pacte ne s’est pas fait sur un catalo-
gue à la Prévert, c’est un livre ouvert,
écrit pour que les politiques puissent
piocher dedans.»
«PÉDAGOGIE». Favorables à des
statistiques de la diversité et à des
class actions pour améliorer la lutte
contre les discriminations, les par-
tenaires du Pacte demandent la
création d’un ministère d’Etat
chargé de la promotionde l’égalité
et de la diversité. «Ce souci duvivre-
ensemble n’est pas un supplément
d’âme: c’est unpréalable àtoute poli-
tique, analyse Louis-Georges Tin.
Aujourd’hui, les politiques publiques
et les structures administratives sont
éparpillées. Le racisme est traité au
ministère de l’Intérieur, à la politique
de laville, ouaucommissariat àladi-
versité. Le handicap à la Santé et à la
Cohésionsociale, les lesbiennes, gays,
bisexuels et transgenres, nulle part…
Il n’y a pas de cohérence.» Dans le
même esprit, le Pacte plaide pour la
mise en place d’un intergroupe
(transpartis) à l’Assemblée natio-
nale sur les discriminations. «C’est
ce qui a permis au Parlement euro-
péen de dégager une culture du con-
sensus sur ces questions.»Il souhaite
aussi la créationd’unobservatoire
international pour connaître les
modèles étrangers et servir, ici, de
«réservoir d’analyses et d’idées».
D’autres propositions, plus classi-
ques, sont mises sur la table depuis
plusieurs années par les militants
et associations. «On fait une péda-
gogie de la répétition», admet Kag
Sanoussi. «En général, chacun tra-
vaille de son côté. Là, on a une voix
forte, unie. Et on sera vigilants, pré-
vient Louis-Georges Tin. Si les en-
gagements ne sont pas respectés
pour une partie, ce sera une offense
pour tous.»•
(1) «Le Pacte. Pour en finir avec
les discriminations», sous la direction
de Louis­Georges Tin, éd. Autrement.
ORIENTATIONSEXUELLEDELPHINEJARRAUD
«Zoé est amputée
d’unparent»
«P
our avoir recours à un
donde sperme, inter-
dit ici aux couples de
lesbiennes ouauxfemmes seu-
les, on a dû s’expatrier…
comme les femmes avant pre-
naient le trainpour avorter en
Grande-Bretagne. Céline s’est
fait inséminer en Belgique et
cela a marché. Quandona fait
la déclarationde grossesse à la
CAF, ona barré “père”, et écrit
“mère 2”.
«Je suis allée déclarer la nais-
sance de Zoé à la mairie. Je me
suis inscrite comme “décla-
rante”, on me dit : “Vous êtes
qui ?” Moi : “La mère.” Puis :
“On est deux mamans.” Onme
présente comme la “mère so-
ciale” de Zoé, je dis: «Je suis la
mère.»Cet enfant est le nôtre,
mais il n’a qu’unparent. Je n’ai
pas d’autorité parentale sur
Zoé: ce qui joue encas d’hos-
pitalisation, de scolarisation,
de responsabilité pénale et ci-
vile… Zoé est amputée d’un
parent.
«Encas de pépin, elle est sou-
mise auconseil de famille: mes
beaux-parents ont plus de
droits que moi. Encas de sépa-
ration, Céline peut partir avec
Zoé. La jurisprudence prenden
compte les liens affectifs, mais
c’est aléatoire. Si onpouvait se
marier, tout serait réglé. La fi-
liation est reconnue dans le
mariage: cela permet que l’en-
fant ait deux parents.»
Recueilli par C.R.
LES ORIGINES REDADIDI
«L’ethnie est un
marqueur visible»
«E
n France, quand on a
un projet, il faut avoir
les bons réseaux. On
est dans la cooptation. Si vous
n’appartenez pas déjà auxbons
cercles, vous n’avez aucune
chance d’y entrer. Ces cercles
sont aussi dépendants de votre
lieu géographique. Parce que
l’on ne voit pas des Français
noirs ouarabes à des postes de
responsabilité, on pense qu’il
y a une discrimination ethni-
que, mais c’est d’abord une
discriminationsociale. L’eth-
nie est unmarqueur visible qui
permet de confirmer la discri-
mination sociale.
«Aujourd’hui, dans les quar-
tiers populaires, les meilleurs,
ceux qui ont une motivation
qui les a amenés à sortir de leur
milieu, à accéder à de hautes
études, ces gens-là, la France
ne s’ensert pas. Elle les forme,
investit. Mais c’est l’étranger,
les Etats-Unis et, de plus en
plus, le Qatar qui s’enservent.
Cela pose des difficultés sur le
sentiment d’appartenance na-
tionale. De plus enplus de jeu-
nes issus de ces milieux-là se
projettent hors de France. Pour
eux, être enFrance, c’est quel-
que chose de naturel et, en
même temps, c’est uncombat.
Ils estiment ne pas partir avec
les mêmes armes. Ce n’est pas
une relation affective qu’ils
cherchent. Mais que le cadre
soit le même pour tous.»
Recueilli par ALICE GÉRAUD Reda Didi est le fondateur de Graines de France.
DelphineJarrauddel’Associationdes parents et futurs parents gays et lesbiens.
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
16 • FRANCE
ÂGEJEAN­MARCCOURSIN
«Les quinquas n’accèdent
même pas à unentretien»
«A
50 ans, si on a le malheur d’en-
voyer sa candidature, le CVpart
directement à la poubelle. Parmi
unéchantillonreprésentatif de la popula-
tion, les quinquagénaires qui envoient
leur CV sont les moins convoqués à un
entretiend’embauche. Nous cumulons les
cas de personnes diplômées et fortes
d’expériences de haut niveau. Cette
femme trilingue qui se trouve à faire
“quelques heures dans un Quick”. Cette
autre, “chasseuse de têtes”, qui ne trouve
jamais rien pour elle.
«Le physique joue pour quelque chose
chez les quinquas, mais le problème, c’est
que les gens n’accèdent même pas à l’en-
tretien, ils sont barrés d’emblée. Le taux
de chômage, dans cette catégorie d’âge,
a augmenté de 14% par rapport à l’an
dernier. Les gens ont quasiment intégré
l’idée que cette discrimination est nor-
male, ils ne se révoltent pas.
«Quandquelqu’unperdsontravail à cet
âge, il se sent vite déchoir. S’il s’adresse
à des postes inférieurs à ce qu’il avait, on
lui répondensubstance: ce ne serait pas
“digne de vous”. Cette femme qui a fait
Normale sup et se retrouve au chômage
me dit: “Je ne sors plus, je ne supporte plus
de voir les gens aller à leur travail.” Elle en-
tre dans cette spirale de l’ostracisme.
L’âge est une marque qui vous exclut
d’office.»
Recueilli par DIDIER ARNAUD
SEXISMEDALILATOUAMI
«Les femmes sont encore
des sous-citoyens»
«B
eaucoup de jeunes, en Ile-de-
France ou ailleurs, n’ont pas ac-
cès à uncentre de planificationet
à une contraception. Ni à la pilule dulen-
demain. Des jeunes filles nous appellent
au Planning, elles n’ont pas pu l’obtenir
à la pharmacie et racontent: “La pharma-
cienne m’a dit que ça rend stérile.” Ou
alors: “Elle a refusé parce que c’est la troi-
sième fois que je la demande.”
«La sexualité des jeunes n’est pas recon-
nue. On le voit partout, pas seulement
dans les quartiers sensibles. J’interviens
dans les collèges, des centres de forma-
tions pour apprentis: les garçons pensent
que la contraception, ce n’est pas leur af-
faire. C’est donc la fille qui est “coupable”
si ça ne marche pas. L’avortement est très
mal vu. Bien plus qu’avant. Les femmes
qui contactent le Planning disent qu’elles
ont “honte”, qu’elles n’en ont pas parlé.
Il ya une régressiontrès importante. Il ya
de moins en moins de médecins mili-
tants: certains parlent de “récidivistes”.
Onassiste à une montée des religieux, des
anti-IVG. Dans certains hôpitaux, les
femmes ne peuvent obtenir de rendez-
vous après huit ou neuf semaines, alors
que la loi prévoit qu’elles peuvent avorter
jusqu’à quatorze semaines. Elles sont sou-
vent mal reçues. Le droit à disposer de son
corps est remis en cause.
«Je suis née enAlgérie, avant l’indépen-
dance, et je suis arrivée ici en 1993. J’ai
été très étonnée des sous-entendus
sexuels, du regard sur les femmes. Elles
sont encore en France comme des sous-
citoyens. Pour moi, c’est l’équivalent du
racisme que j’ai pu voir en Algérie de la
part des Français avant la décolonisation.
C’est le même mécanisme.»
Recueilli par C.R.
HANDICAPSTÉPHANIEGUY
«Marre de rester coincée
à une stationde métro»
«D
epuis Intouchables, il règne un
sentiment d’allégresse dans la
société au sujet du handicap.
Comme si la belle histoire que raconte le
film faisait tout fonctionner par magie.
Personnellement, j’en évalue la portée
tous les jours. C’est comme si Intouchables
avait servi à éduquer la population. Ce qui
me gêne beaucoup, c’est que le film ne
montre pas la réalité: il met enscène une
personne richissime. Or, avec l’argent, on
peut adoucir bien des choses. Le handi-
cap, c’est souvent la précarité. Je connais
quelqu’unqui doit employer 6personnes
pour s’occuper de lui et, à la findu mois,
il ne lui reste presque plus rien. Quant à
moi, j’enai marre de rester coincée à une
stationde métroparce que les ascenseurs
ne marchent pas et que personne n’a la
force de me porter. Priver quelqu’un de
sa mobilité, c’est le priver de sa liberté.
Aujourd’hui, je ne paye mon titre de
transport que lorsque le matériel fonc-
tionne. Sinon, je fraude. Et je rêve dujour
où on me contrôlera!
«Pourtant, il suffirait d’un peu de sens
des responsabilités pour changer les cho-
ses. Il faudrait construire pour tous et non
pour le plus grand nombre. La vérité,
c’est que le handicap n’intéresse pas la
politique. Même enpériode électorale, il
ne fait pas recette. Je n’ai pas entenduun
candidat enparler de façonconvaincante.
Lorsque l’onest ensituationde handicap,
onne peut compter que sur soi-même et
sonentourage. Pour preuve, j’ai enchaîné
des tonnes de forums pour l’emploi et très
peu d’entreprises ont daigné me répon-
dre. J’ai trouvé mon posteactuel par le
bouche à oreille. Il est triste qu’enFrance
il ne faille souvent s’enremettre qu’à ça.»
Recueilli par WILLY LE DEVIN
Jean­Marc Coursin préside l’association Quinquas citoyens.
Dalila Touami, permanente du Planning Familial.
Stéphanie Guy milite à l’Association des paralysés de France.
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
FRANCE • 17
SIGNATURES L’eurodéputée
(Modem) Marielle de Sarnez
a expliqué, hier, ne pas
croire que Marine Le Pen
n’aura pas ses 500signatures
et s’est dite contre «l’anony-
mat des parrainages». «Je
verrai si je suis démentie ou
pas par les faits», a-t-elle es-
timé sur France 2.
ACCIDENT Une collision en
chaîne au niveau de Chan-
tillac (Charente) a impliqué
deux poids lourds et cinq
voitures, hier, faisant huit
blessés, dont quatre graves,
et occasionnant d’impor-
tants bouchons.
JUSTICE Une nouvelle
plainte pour violationduse-
cret de l’instruction après
des fuites dans la presse
d’éléments de l’enquête sur
l’affaire du Carltonde Lille a
été déposée vendredi par
l’avocat d’une jeune femme
entendue comme témoin.
POLICELe directeur de l’IGS
(la police des polices) Claude
Bard, dont le service est ac-
cusé par des fonctionnaires
de la préfecture de police de
Paris d’avoir truqué une en-
quête, a annoncé hier porter
plainte pour «dénonciation
calomnieuse».
Précision. Lionel Jospinindi-
que qu’il n’est personnelle-
ment intervenuà aucunmo-
ment et à aucunniveaupour
la réservation de la circons-
cription de La Rochelle en
faveur de Ségolène Royal.
L’entourage de la candidate
maintient que plusieurs pro-
ches de l’ex-Premier minis-
tre lui ont fait part de leur
soutien.
«Je suis convaincuque le programme
des socialistes ne peut pas s’appliquer dans
la durée. J’attends quelques mois pour que
le programme soit corrigé par les marchés
[que François Hollande] a lui-même
dénoncés. […] Là oùaprès 1981 il avait fallu
attendre 1983, cette fois-ci il ne faudra que
quelques mois.»
DominiquedeVillepinhier àDijon
1995
enfants étrangers ont été adoptés en France en 2011,
contre 3500 en 2010 et 3000 en 2009. Cette baisse
est due en grande partie à la suspension des adoptions
en Haïti entre 2010 et 2011. La France a repris les adop­
tions dans l’île le 23 décembre. A mesure que les pays
ratifient la convention de La Haye et interdisent l’adop­
tion individuelle (sans organisme intermédiaire), les
conditions d’adoption se durcissent un peu partout,
diminuant les possibilités dans certains pays et, par un
effet de report, allongeant encore les délais pour adop­
ter dans d’autres. Cette baisse inquiète Enfance et
famille d’adoption, qui estime que «le dispositif français
semble plus inadapté que jamais à l’évolution de l’adop­
tion internationale».
A
ngela Merkel a donc
officialisé la candida-
ture de…Nicolas Sar-
kozy. Hier soir, sur France 2,
la chancelière a oublié de
prendre les précautions
d’usage. Ala questionde sa-
voir pourquoi elle soutenait
Nicolas Sarkozy, elle a tout
simplement répondu: «Il
m’a soutenu, c’est donc tout
naturel que je le soutiens pen-
dant la campagne.»Oubliant
le conditionnel de circons-
tance. Si les grands stratèges
de l’Elysée espéraient encore
un (tout petit) effet de sur-
prise sur la candidature du
chef de l’Etat, c’est désor-
mais fichu.
Enrevanche, s’il y a uneffet
qui n’a pas été loupé, c’est
bienle procès enirresponsa-
bilité de François Hollande.
Le numérode duettiste entre
Sarkozy et Merkel a fonc-
tionné à merveille lorsque
David Pujadas a demandé à
la chancelière quelle serait sa
réaction lorsque le candidat
socialiste viendra lui deman-
der une renégociation du
traité européen, pour y in-
troduire des mesures en fa-
veur de la croissance.
D’abord, elle fait compren-
dre qu’elle n’était pas très
pressée de le recevoir. «On a
d’autres problèmes à régler
pour l’instant», a-t-elle ba-
layé. Puis, Angela Merkel a
rappelé que les «25 pays
d’Europe ont signé ce traité»
et «qu’il est néfaste d’opposer
rigueur budgétaire et crois-
sance». L’allusion était lim-
pide: le projet de renégocia-
tiondes socialistes est, pour
Berlin, politiquement im-
possible et économiquement
nul et non avenu. Et Merkel
d’enfoncer le clou: «L’Europe
est une affaire de confiance.»
Puis ce fut autour de Nicolas
Sarkozy d’embrayer, cette
fois plus frontalement, en
rappelant que respecter la si-
gnature de son pays, «ça
s’appelle avoir un comporte-
ment d’homme d’Etat», «ça
s’appelle la continuité de
l’Etat».
Mais inviter Angela Merkel à
un 20 heures, dans la foulée
d’un Conseil des ministres
franco-allemand (lire aussi
page 22) à moins d’un mois
d’une très probable déclara-
tiondecandidature, n’est pas
dénué de risque. Cela peut
renforcer unpeuplus la posi-
tiond’inférioritééconomique
de la France vis-à-vis de son
partenaire, et donner l’im-
pression que la future cam-
pagne de Sarkozy sera sous
influence germanique. Alors,
hier soir, le chef de l’Etat a,
unenouvellefois, rappeléque
l’Europe n’impliquait pas un
«abandon de souveraineté»,
mais «l’exercice en commun
d’une même souveraineté». Et
qu’il ne«s’agit pas de copier»
le modèle allemand, mais
«de converger». «Les Fran-
çais décideront eux-mêmes»,
a tenu à rappeler Sarkozy.
Nous voilà rassurés.
GRÉGOIRE BISEAU
Merkel, attachée
depressedeSarkozy
2012 Invitée à Paris, la chancelière a confirmé qu’elle
soutiendra le sortant lors de sa future campagne.
Des parents d’élèves occupaient, hier, deux écoles du
Doubs où ils devaient rester toute la nuit avec leurs
enfants pour protester contre la possible fermeture de
plusieurs classes à la rentrée 2012. Depuis hier matin, une
dizaine de parents occupent l’école maternelle et pri­
maire de Nancray. Ils ont enchaîné le portail et déposé
des bottes de pailles pour bloquer l’accès à l’école. Les
enfants et les six instituteurs ont été accueillis dans la
salle polyvalente de la commune. A Saône, une quaran­
taine de parents se sont relayés pour occuper l’école. A la
place des cours, ils ont fait des jeux avec les enfants, en
présence des enseignants. D’après le syndicat Snuipp­
FSU du Doubs, «les problèmes d’effectifs sont tels que
12 écoles se trouveraient avec des effectifs moyens de 26
à 31 élèves après fermeture de classes». Pour le rectorat,
avec «23 élèves par classe en moyenne en 2011, la Fran­
che­Comté est mieux lotie qu’au niveau national et des
ajustements sont faits jusqu’à la rentrée».
DANS LE DOUBS, CLASSES
MENACÉES, ÉCOLES OCCUPÉES
L’HISTOIRE
La chancelière allemande et le président français, hier à l’Elysée. PHOTOCLEMENS BILAN. AP
Nadia Lavoignat, la professeure de
sciences physiques arrivée trop tard
à son agrégation en raison d’un pro-
blème de bus à Dijon, a-t-elle été vic-
time dudéplacement présidentiel qui
avait lieu ce jour de janvier, comme
elle l’affirme, oudes travaux dutram
qui perturbent la circulation dijon-
naise depuis des mois, comme l’as-
sure la préfecture de la Côte-d’Or? La
questionest ouverte après le commu-
niqué officiel de vendredi, répondant
à la lettre adressée le 27 janvier par
l’enseignante à Nicolas Sarkozy pour
lui demander réparation de lui avoir
fait raté l’agrégation. La préfecture
assure que le déplacement n’a provo-
qué «aucune interruptionduservice des
bus le 26 janvier»et qu’il n’y a eu que
«des aménagements de desserte très li-
mités sur quelques lignes, uniquement
à proximité immédiate de la cour d’ap-
pel». Le président serait donc hors de
cause…Mais Nadia Lavoignat main-
tient: «Je n’ai rien à gagner dans cette
affaire, je demandais simplement des
excuses.» Un journaliste local, con-
tacté, s’avoue perplexe: «Difficile de
se faire un avis précis sans être passé à
la gare ce matin-là.» V.S.
A
RETOURSURL’ENSEIGNANTEQUI ARATÉL’AGRÈGET ACCUSESARKOZY
Pas d’excuses del’Elyséepour laprof retardée
Le candidat socialiste à
l’Elysée a proposé hier soir
de faire «voter une loi sup­
primant la Cour de justice
de la République» (CJR),
qui juge les crimes et délits
imputables aux ministres
dans l’exercice de leur
fonction. Lors d’une soirée
débat sur la justice au
théâtre Dejazet, à Paris,
François Hollande a expli­
qué que la «composition
[de la CJR] crée un doute
sur son impartialité». «Les
ministres doivent être con­
sidérés comme des
citoyens comme les autres
et ils seront soumis aux juri­
dictions de droit commun»,
a ajouté le député de la
Corrèze. Interrogé un peu
plus tôt dans la journée à
Dijon sur cette question,
François Hollande avait
déclaré que les membres
du gouvernement n’avaient
«pas besoin d’une protec­
tion particulière». Les juges
de la Cour de justice de la
République, créée en 1993
sous François Mitterrand,
sont 15: 3 magistrats de la
Cour de cassation,
6 députés et 6 sénateurs
élus par leurs pairs. Toute
personne qui se prétend
victime d’un membre du
gouvernement peut porter
plainte devant la «commis­
sion des requêtes» de la
CJR, formée de 7 hauts
magistrats de la Cour de
cassation, du Conseil
d’Etat et de la Cour des
comptes. Le candidat
s’exprimait devant les
membres du club Droits,
justice et sécurités, qui
compte notamment son
ami l’avocat Jean­Pierre
Mignard. PHOTOAFP
HOLLANDE VEUT
ABOLIR LA COUR
DE JUSTICE DE
LA RÉPUBLIQUE
LES GENS
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
18 • FRANCEXPRESSO
LaGrèceengrève
contrel’austéritéàrépétition
Les syndicats appellent aujourd’hui à undébrayage de vingt-quatre heures
contre le nouveaupland’économies. Unpremier test social pour Papademos.
«C
e n’est pas une négocia-
tion, c’est la chronique
d’une mort annoncée
par la troïka, qui exerce
un chantage cynique sur tout
un peuple.»Le président de
la confédération syndicale
GSEE, Yannis Panagopoulos, ne ca-
chait pas sa colère, hier matin, en
annonçant la grève générale
d’aujourd’hui, et le rassemblement
devant le Parlement décidé en ur-
gence par ce syndicat du privé et
son homologue du public Adedy.
Le premier grandtest social pour le
cabinet de Loukas Papademos, qui
n’a jamais bénéficié d’unvéritable
état de grâce dans l’opinion, mal-
gré une cote personnelle encore
positive pour le Premier ministre.
QUASI­FAILLITE. Objectif de cette
mobilisation, qui a débuté dès hier
soir, sous une pluie diluvienne, par
la manifestation des com-
munistes et radicaux à
Athènes pour exiger le ren-
versement de la coalition au pou-
voir: s’opposer à unnouveau train
de mesures, comprenant une baisse
de 20% du salaire minimum (ra-
mené à 600euros brut), une réduc-
tionsimilaire des retraites complé-
mentaires, dont certaines caisses
sont en quasi-faillite, le non-re-
nouvellement des accords de bran-
che arrivant à expiration, 15000li-
cenciements immédiats dans le
secteur public, et une réductionde
plus d’un milliard d’euros des dé-
penses de santé…Des mesures con-
tenues dans l’accord entre le gou-
vernement Papademos et la troïka
(Unioneuropéenne, Fonds moné-
taire international et Banque cen-
trale européenne) –dont la signa-
ture semble imminente. Il jette de
nouveau dans la rue ceux qui de-
puis deuxans s’opposent auxcures
d’austérité dictées par les bailleurs
de fonds, enéchange de prêts cen-
sés éviter la faillite. Unultime plan
qui a pour origine le sommet euro-
péen du 26 octobre, qui a décidé
d’une nouvelle aide de 130milliards
d’euros et l’effacement de 100mil-
liards de dette publi-
que, soit 50%des obli-
gations détenues par
des créanciers privés,
sur un total de plus de
350milliards. Unplan
bien plus draconien
que les précédents, car l’échec était
attribué aunon-respect par le gou-
vernement socialiste de Georges
Papandréoudes engagements pris:
réformes structurelles, réduction
de l’état, privatisations, lutte con-
tre la fraude fiscale.
Cette politique, pourtant, a déjà ré-
duit le niveaude vie, reculé l’âge de
la retraite, augmenté les impôts et
conduit à la fermeture des dizaines
de milliers de commerces. Sans ré-
sultat vraiment tangible: la dette a
bondi à 159%duPIB, le déficit reste
supérieur à 9%, le chômage a ex-
plosé à près de 20%selonles chif-
fres officiels, (bien plus en réalité,
surtout parmi les jeunes) et le pays
connaîtra cette année une cin-
quième année de récession.
C’est donc à une nouvelle explosion
sociale que risque de s’exposer
aujourd’hui la Grèce. Le ministre
des Finances, Evángelos Venizélos,
reconnaît lui-même que «les Grecs
se sont appauvris», que «nous vi-
vons un drame», mais que «ce que
nous tentons d’éviter est inimagina-
ble». Un sentiment partagé par
l’ensemble des partis politiques, y
compris ceux qui soutiennent le
gouvernement et qui ont l’impres-
sion de discuter dos au mur, avec
unrevolver sur la tempe pour ten-
ter de sauver les meubles. D’où
cette polémique surréaliste entre
les trois partis représentés au sein
de la coalitionaupouvoir (socialis-
tes, conservateurs et extrême
droite) pour savoir qui a réussi à
éviter la suppression des 13
e
et
14
e
mois dans le privé. Une de-
mande qui ne figurait même pas sur
l’agenda initial de la troïka…
ÉLECTIONS. Reste que les trois
chefs de parti ont donné leur ac-
cordde principe dimanche soir sur
les grands dossiers de la négocia-
tion: baisse des dépenses publi-
ques, «viabilité»des retraites com-
plémentaires, amélioration de la
compétitivité par la baisse des
coûts dutravail, et recapitalisation
des banques sans nationalisation.
Ils doivent se réunir aujourd’hui
pour en préciser les modalités,
après des pourparlers entre gouver-
nement et troïka… et à la lumière
de la mobilisation syndicale.
Restera ensuite à faire voter les
nouvelles mesures par des députés
confrontés à la fureur de leurs élec-
teurs, et de plus enplus réticents à
compromettre leurs chances de
réélection. Paradoxalement, la
fronde pourrait venir des rangs du
Pasok(parti socialiste) dont les élus
s’interrogent sur la succession de
Georges Papandréou. La gauche,
dont les 4 partis sont crédités de
40% dans les sondages, continue
de réclamer une autre politique et
des élections. Prévud’abordenfé-
vrier, puis enavril, ce scrutinsem-
ble de plus enplus repoussé, sinon
aux calendes, du moins à des jours
meilleurs. •
Par PHILIPPECERGEL
Correspondant àAthènes
La gauche, dont les 4partis
sont crédités de 40%dans les
sondages, continue de réclamer
une autre politique.
RÉCIT
Les Grecs entrent dans leur cinquième année de récession économique. PHOTOYIORGOS KARAHLIS. REUTERS
3,3
C’est, en milliards d’euros, les
nouvelles économies sur lesquel­
les se sont entendus dimanche
soir les trois partis au pouvoir.
REPÈRES
«Onavait espéré que
les décisions auraient
été prises auplus tard
ce week-end.»
Leporte­paroleducommissaire
européenauxAffaires
économiques sur laGrèce
Après une première mobilisa­
tion hier soir de deux partis de
gauche, les centrales syndicales
appellent aujourd’hui à une grève
générale de 24 heures qui devrait
perturber écoles, liaisons avec
les îles, transports et adminis­
trations. Une manifestation est
prévue à la mi­journée à Athènes.
«Soit onaugmente la
croissance de la productivité
[…] et ongarde la croissance
des salaires modérée, soit
ondiminue les salaires.»
Olivier Blanchardéconomisteenchef
duFonds monétaireinternational
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
ECONOMIE
• 19
Unevictoire
degérant
contreCasino
Uncouple gestionnaire non
salariés d’une supérette
dugroupe, à Arras, a gagné
le procès qui l’opposait au
distributeur pour rupture de
contrat. Tout avait commencé
par la crise cardiaque dumari.
Par HAYDÉESABÉRAN
EnvoyéespécialeàArras
Photos OLIVIERTOURON.
FEDEPHOTO
G
érant d’une supérette Casino,
un couple va toucher
270000 euros de sa maison
mère pour rupture de contrat
sans cause réelle et sérieuse, et rappel
d’heures supplémentaires. Ainsi en a
décidé la cour d’appel de Douai,
le 31 janvier, sans avoir eubesoinde re-
qualifier le contrat commercial
en contrat de travail.
Christophe et Cathy Léger, an-
ciens «gérants mandataires»d’une su-
pérette Spar dans le centre-ville histo-
rique d’Arras, travaillaient chacun
soixante-dix heures par semaine, pour
un gain de 2 000 euros à eux deux,
plus un logement de fonction.
Le 30décembre 2007, onze mois après
avoir repris ce magasin, Christophe part
se coucher. Il grelotte, transpire, ne
tient plus sur ses jambes. Quand il se
réveille le lendemain, le mal empire. Il
appelle le 15, décrit ses symptômes. Le
Samudébarque. Àl’hôpital: «Crise car-
diaque», puis «six semaines de coma»,
raconte l’ex-épicier qui n’a jamais re-
pris le travail dans la supérette.
Depuis, il se bat contre Casino. Et vient
de remporter une sacrée victoire. Une
décision qui «enchante» son avocate,
Claudine Bouyer-Fromentin. La cour
d’appel a décidé que le gérant nonsala-
rié d’une supérette, payé à la commis-
sionsur les ventes, pouvait toucher des
heures supplémentaires et bénéficier
d’une indemnité de licenciement. «Une
décision insolite», minimise William
Bourdon, avocat de Casino, qui a fait
appel. Insolite, mais aussi «en contra-
diction avec la jurisprudence», et donc
«temporaire», veut croire l’avocat, qui
va se pourvoir en cassation.
L’histoire du couple avec Casino avait
commencé en 2005, dans la Somme.
Cathyest ancienne commerciale. Chris-
tophe est ungarçonéclectique: ex-che-
minot, ex-instituteur, mais aussi cofon-
dateur duprestigieuxCentre régional de
la photographie et ex-directeur artisti-
que de la maison d’édition de livres
photo Marval. Ils ont envie d’uncom-
merce de proximité enmilieu rural. Et
sont séduits par la communication de
Casino: «Sans apport personnel, ondeve-
nait notre propre patron, avec perspective
d’évolution de carrière et possibilité
de participer au lien social au cœur
de la cité… Ce genre de baratin»,
soupire Christophe Léger. Ils sont vite
déçus. S’épuisent pour à peine unSmic.
LAVER, RANGER, COMPTER. Après un
anet demi, Casino leur propose Arras,
leur ville. Comme tous les gérants non
salariés, ils ont droit à un logement de
fonction. Le leur est joli, avec parquet
verni et vue sur le beffroi gothique. La
supérette est à deux pas, entre les deux
places flamandes, dans la vieille ville.
L’affaire, pourtant, va virer au«cauche-
mar», assure Christophe. Casino mini-
mise : «Sur 2 000 couples, nous
avons 12 à15 contentieuxpar an, lamajo-
rité des gérants sont satisfaits.»
Horaires d’ouverture imposés, semai-
nes à rallonge, bricolages… «Tu com-
mandes une cagette de tomates, tu en re-
çois trois et si tu n’arrives pas à les
vendre, c’est pour ta poche. Tu es obligé
d’ouvrir un compte en banque à ton nom
pour le magasin, mais tu n’as pas de nu-
méro de Siret, tu n’es pas inscrit au regis-
tre ducommerce.»Les cagettes de toma-
tes imposées, Casino assure que ça
n’arrive jamais. Le compte enbanque,
que ça n’a riend’illégal, puisque le gé-
rant est «mandataire». Quant aux ho-
raires, la direction répond que les gé-
rants sont «libres», mais «en accord
avec le commerce local». Problème: ils
travaillent cinquante-trois heures, rien
que pendant l’ouverture dumagasin, y
compris le dimanche, ce à quoi il faut
ajouter deux heures par jour, six jours
sur sept pour laver, ranger, compter,
plus les livraisons deux fois par se-
maine, et enfin le lundi, seul jour de
congé, environcinq heures de ménage
et de comptabilité. Christophe et Cathy
baissent leur rideau à 21 heures le ven-
dredi et le samedi, et à 20 heures le di-
manche. «Quand on demande de l’aide
endisant qu’onvay laisser notre santé, on
nous répond: “Il vous appartient d’em-
baucher uncollaborateur.”Quandontou-
che 1000euros chacun[2245 euros bruts
à deux, enmoyenne, selonla direction,
ndlr]? “Trouvez une solution en famille.”
Ça veut dire le travail au noir?»La direc-
tion réfute: «Ce n’est pas un message
que passent nos commerciaux.»
«SANSSTATIONDEBOUT». Le couple ne
tient plus. «Mon médecin traitant m’a
parlé d’épuisement professionnel», dit
Christophe. Il pose une affiche sur sa
vitrine avec son«bulletinde commis-
sion», l’équivalent du bulletin de sa-
laire pour les gérants nonsalariés. Une
RÉCIT
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
20 • ECONOMIE
DIRECTION DE L’URBANISME
RAPPEL - AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE
Par arrêté municipal en date du 02/01/2012 Monsieur le Maire de Paris
ouvre une enquête publique à la Mairie du 18
ème
arrondissement - 1 Place Jules
Joffrin - 75877 PARIS cedex 18 du lundi 06 février 2012 au vendredi 09 mars
2012 inclus.
Travaux d’investissement routier relatifs à l’aménagement
d’une voie nouvelle sur le site de l’Ilot Binet 60-66 rue René
Binet et 16-34 avenue de la Porte de Montmartre à Paris 18
ème

arrondissement.
Le dossier d'enquête incluant une étude d’impact déposé à la Mairie du
18
ème
arrondissement sera mis à la disposition du public qui pourra en prendre
connaissance et consigner éventuellement ses observations sur les registres
d'enquête les lundis, mardis, mercredis et vendredis de 8h30 à 17h00, les jeudis
de 8h30 à 19h30 et le samedi 11 février 2012 de 9h00 à 12h00 (les bureaux sont
habituellement fermés les samedis, dimanches et jours fériés), ou les adresser
par écrit, à l’attention de Madame Lisa VINASSAC-BRETAGNOLLE,
(Consultante en urbanisme, économie et aménagement) chargée de la fonction
de Commissaire enquêteur, à la Mairie du 18
ème
arrondissement, en vue de
les annexer aux registres.
Madame Isabelle LESENS, (Consultante), est nommée en qualité de
Commissaire Enquêteur suppléant.
Le Commissaire enquêteur siégera à la Mairie du 18
ème
arrondissement pour
informer et recevoir les observations du public les jours et heures suivants :
Samedi 11 février 2012 de 9 h 00 à 12 h 00
Jeudi 16 février 2012 de 16 h 00 à 19 h 00
Mardi 21 février 2012 de 9 h 00 à 12 h 00
Mercredi 29 février 2012 de 14 h 00 à 17 h 00
Lundi 5 mars 2012 de 9 h 00 à 12 h 00
Vendredi 9 mars 2012 de 14 h 00 à 17 h 00
La maîtrise d’ouvrage des travaux est assurée par Paris Habitat et la Mairie
de Paris. Les informations concernant le projet soumis à enquête peuvent être
demandées auprès de la Mairie de Paris – Direction de l’Urbanisme – Sous
Direction de l’Aménagement – 17 boulevard Morland – 75181 Paris cedex 04.
Toute personne qui en fera la demande pourra prendre connaissance
du rapport et conclusions du Commissaire enquêteur à la Mairie du 18
ème
arrondissement, à la Préfecture de Paris, D.R.I.E.A. UTEA 75 – UT3, 5 rue
Leblanc, 75015 Paris ou à la Mairie de Paris, Centre Administratif Morland -
Direction de l'Urbanisme, PASU (Pôle Accueil et Service à l’Usager) - bureau
1081 (1
er
étage), 17 boulevard Morland 75004 Paris, et ce pendant une durée
d’un an à compter de la date de clôture de l’enquête.
Au vu du rapport et conclusions du Commissaire enquêteur, une déclaration
de projet prononçant l’intérêt général du projet d’aménagement de la voie
nouvelle sera soumise à délibération du Conseil de Paris.
EP 12-006
APPEL D’OFFRES - AVIS D’ENQUÊTE
01.49.04.01.85 - annonces@osp.fr
émission de Là-bas si j’y suis, sur
France Inter, lui est consacrée quandil
est dans le coma. Àsonretour, la méde-
cine du travail le déclare inapte au
poste, qu’il y a «obligation de reclasse-
ment sans manutentionrépétée de charges
supérieures à 15 kilos, sans station debout
prolongée, ni bras en élévation». Casino
propose le magasin de Lambersart,
à 60km, avec «du matériel adapté».
Christophe rétorque qu’il est inapte, le
couple refuse. C’est la rupture de con-
trat, puis le procès. Et maintenant, la
cassation. «Même pas peur», affirme
Christophe Léger. •
Dans toute la France, des enseignes se déchargent sur
des «partenaires»qui dépendent entièrement d’elles.
La location-gérance,
contrat tous risques
«D
evenir chef d’entre-
prise», «gérer de
manière autonome
son magasin et ses salariés»,
«devenir propriétaire d’un
fonds de commerce». Ainsi
sont rédigées les offres allé-
chantes, pleines de promes-
ses d’indépendance, faites
par les groupes de la grande
distribution. Problème :
quandles bénéfices plongent
et que l’autonomie promise
n’est pas au rendez-vous, la
relationpeut rapidement vi-
rer auconflit. La justice s’est
déjà penchée, à plusieurs re-
prises, sur les contrats de gé-
rance mandat, comme ré-
cemment avec Casino (lire
ci-contre), requalifiant par-
fois la relation en contrat de
travail. Désormais, c’est sur
ceuxde «location-gérance»,
pourtant réputés plus sou-
ples, qu’elle commence à se
prononcer.
Dans le Sud de la France, en
régionparisienne ou encore
dans le Centre, des gérants
locataires, œuvrant pour le
compte de Carrefour, enga-
gent ainsi des poursuites
contre leur ancien «parte-
naire». «Le groupe incite une
personne seule ou un couple à
prendre un magasin en loca-
tion-gérance, explique Pascal
Lavisse, avocat de plusieurs
plaignants. Puis il l’oblige à
créer une boîte bidon, sous
forme de société à responsabi-
lité limitée, et impose un ex-
pert-comptable maison.
Quand le groupe a pressé le
gérant comme uncitron, il s’en
débarrasse, en lui faisant si-
gner une conventionde résilia-
tion à son seul avantage. Le
gérant, lui, se retrouve dehors,
criblé de dettes et placé à la
tête d’une coquille vide.»
«Grotte». Contacté par Li-
bération, Carrefour rappelle
«qu’un locataire n’est pas un
salarié du groupe Carrefour».
Et qu’à ce titre, les rapports
avec les locataires gérants ne
sont pas régis par uncontrat
de travail classique. Même
s’ils sont formés, puis ac-
compagnés par le groupe,
dans le cadre d’une «relation
de confiance qui repose sur le
principe gagnant-gagnant».
«On suit une formation de
plusieurs semaines pendant
laquelle, du matin au soir, on
respire Carrefour, on mange
Carrefour, on vit Carrefour, se
souvient Geoffroy, ancien
locataire gérant dans l’Es-
sonne et le Loiret. La propo-
sition d’intégrer l’école de for-
mations’est faite le mardi pour
une réponse le vendredi. Vous
ne réfléchissez pas, vous ac-
ceptez tout de suite.»Cet an-
cien directeur salarié d’un
Franprix découvre alors sa
première affaire. «C’était une
grotte à moitié plongée dans le
noir avec des frigos pourris,
des caisses antiques et des fui-
tes d’eau, dénonce-t-il. J’ai
alerté à maintes reprises le
groupe pour que des travaux
soient effectués, mais en vain.
Quand ils se sont décidés à les
faire, il était trop tard, j’étais
pris à la gorge avec une dette
de 120000 euros.» Dans la
foulée, Geoffroy tente de re-
monter une seconde affaire,
sans succès. «Ils ont fini par
me jeter alors que je me défon-
çais soixante heures par se-
maine, six jours sur sept. Tout
était imposé par le groupe: les
marchandises, les horaires, la
base tarifaire…Tous les incon-
vénients des salariés sans les
avantages.»
Pascal et sonépouse, ex-gé-
rants d’une supérette à Fay-
aux-Loges (Loiret), affirment
avoir connules mêmes désil-
lusions. «Nous n’avions
aucune idée de ce qu’était la
location-gérance. Nos forma-
teurs nous disaient que nous
pouvions gagner assez entrois
ans pour devenir propriétaires
de notre enseigne.»Le couple
se met à travailler sept jours
sur sept, mais se plaint des
marges bénéficiaires de plus
enplus serrées. «Pour arriver
à des résultats honorables, il
fallait tricher, explique Pas-
cal. Et nous avions tout le
temps uncontrôleur sur le dos,
celui-là même qui était censé
nous accompagner.»Amer, le
couple espère qu’une victoire
judiciaire «serve d’exemple
pour les autres».
Mêmes démêlés pour Katia et
Laurent. Euxont puprocéder
directement à l’acquisition
d’unfond et de murs à Châ-
teauneuf-sur-Loire (Loiret).
«Unconcurrent est arrivé avec
un indice de prix très bas.
Nous avons demandé à Carre-
four de s’aligner, mais sans
résultat ; notre dette s’est
creusée et le groupe a cessé de
nous fournir du jour au lende-
main.» L’entreprise, et sa
cinquantaine de salariés, a
été placée en liquidation.
Jurisprudence. «C’est un
Boeingque l’onvide de sones-
sence tout en lui demandant
d’atterrir», résume Pascal
Lavisse qui compte s’ap-
puyer sur la jurisprudence
Yves Rocher, qui a reconnuà
des locataires gérants le sta-
tut de gérants salariés. «Le
pauvre gars qui rêve de devenir
patron signe n’im-
porte quoi. Alors
que c’est le groupe
qui dirige tout, qui
impose ses choix,
qui décide des ter-
mes de la rupture
et, cerise sur le gâ-
teau, le gérant, chef d’une en-
treprise bidon, se porte caution
à titre personnel. C’est simple-
ment inacceptable», poursuit
l’avocat.
De notre correspondant
à Orléans
MOURADGUICHARD
Le TGI de Paris a
ordonné «de respecter
les règles sur le repos
dominical et le jour de
fermeture» à des
Franprix, Carrefour City,
G20, Casino, et Super U.
REPÈRES
«Les gérants
mandataires non
salariés ont des
garanties prévues
par des accords
collectifs.»
LadirectiondeCasino
Casino
Le groupe a dégagé un
bénéfice de 529 millions
d’euros sur un chiffre
d’affaires de 29 milliards
en 2010. Ses enseignes
sont Géant, Casino,
Franprix et Monoprix.
«Tout était imposé
par le groupe…Tous les
inconvénients des salariés
sans les avantages.»
Geoffroyancienlocataire­gérant
Christophe Léger,
ancien gérant de
la supérette Spar,
du groupe Casino,
en plein centre
d’Arras (Pas­de­
Calais).
BELG
SOMME
N
O
R
D
30 km
PAS-DE-
CALAIS
BELG
Mer du Nord
Arras
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
ECONOMIE • 21
FINANCE Un ancien trader
de la Caisse d’épargne, Boris
Picano-Nacci, est jugé
aujourd’hui pour «abus de
confiance»après la perte de
751 millions d’euros par la
banque en2008. Il est soup-
çonné d’avoir outrepassé son
mandat enprenant des posi-
tions hors normes sur les
marchés.
ÉNERGIEL’électricité flambe
avec le froid. Le prix spot au
mégawattheure en France a
atteint 129 euros hier, contre
99,45 dimanche, et 52,81 en
milieu de semaine dernière.
Par NATHALIERAULIN
Ledoublediscours
des banques démasqué
L
es attaques des candi-
dats à la présidentielle,
déclarés ou putatifs,
contre la finance engénéral,
et les banques enparticulier,
pourraient-elles n’être
qu’incantations opportunis-
tes, promises aux oubliettes
des fausses bonnes idées de
campagne, une fois rendu le
verdict des urnes ? A lire
l’opuscule de Pascal Canfin,
le risque est loin d’être né-
gligeable. Question de rap-
port de force. Cet eurodéputé
d’Europe Ecologie-les Verts
a expérimenté in vivo la
force de convictiondulobby
de l’industrie financière,
longtemps détenteur exclusif
de l’information et de l’ex-
pertise en la matière. Un
quasi-monopole qui lui per-
met de tenir en toute impu-
nité undouble discours pour
freiner les velléités de régu-
lation des pouvoirs publics,
tout enpréservant sonimage
auprès de l’opinion. Et les
banques françaises ne font
pas exception.
Parmi les exemples distillés
par l’auteur au fil de sonpe-
tit ouvrage aussi pédagogi-
que qu’efficace, il en est un
d’une actualité brûlante: la
spéculationsur les dettes des
Etats. Alors qu’enoctobre, la
Fédération bancaire fran-
çaise affirmait à grand coup
d’encarts publicitaires que
«les banques françaises ne
spéculent pas sur la dette
grecque», les mêmes conser-
vent des filiales dont la spé-
cialité est de financer des
fonds spéculatifs. Or la rai-
son d’être de ces hedge
funds est de parier, notam-
ment, sur les obligations
d’Etat. BNP Paribas compte
ainsi parmi les leaders euro-
péens de cette activité. De
leur côté, la Société générale
et le Crédit agricole ont une
filiale commune également
destinée à financer ces fonds
spéculatifs… On comprend
mieux pourquoi, après la
crise de 2008, les banques
françaises n’ont pas plaidé
pour un encadrement plus
strict de ces entités qu’elles
accusent, coté cour, de tous
les maux.
«L’histoire selon laquelle la
France serait le fer de lance
mondial de la régulation du
capitalisme est une belle fa-
ble», insiste Pascal Canfin.
Lequel alerte: «Faire en sorte
que le politique reprenne la
mainsur lafinance est l’undes
enjeux majeurs de la période
historique dans laquelle nous
nous trouvons.»•
EN HAUT DE LA PILE
D
R
La fiscalité franco-allemande est en-
core un doux rêve, mais Français et
Allemands savent désormais sur quels
sujets ils sont prêts, peut-être unjour,
à converger. C’est l’objet dulivre vert
remis hier à Nicolas Sarkozyet Angela
Merkel à l’occasion du conseil des
ministres franco-allemand(lire aussi
page 18). Très technique, il détaille les
points sur lesquels les deux pays sou-
haitent se rapprocher, comme les rè-
gles d’amortissement, et ceuxsur les-
quels chacun souhaite garder son
régime propre, comme le crédit im-
pôt-recherche. L’idée n’est pas de
taxer plus ou moins les bénéfices des
entreprises des deux côtés du Rhin
mais d’harmoniser la base de taxa-
tion, l’assiette. «L’Allemagne auntaux
plus bas mais une assiette plus large, a
expliqué Nicolas Sarkozy. Donc notre
idée est d’élargir l’assiette de l’impôt
sur les sociétés français et ainsi de pou-
voir baisser les taux.»Autrement dit,
la suppressionde diverses niches qui
profitent surtout auxplus grandes en-
treprises viendra compenser une im-
position réduite sur le papier. Plus
qu’une convergence, cela ressemble
à unalignement sur l’Allemagne. C.Al.
A
RETOURSURLECONSEIL DES MINISTRES FRANCO­ALLEMAND
Fiscalité: Sarkozyaimel’assietteallemande
Une manifestation, le 14 octobre, place de la Bourse, à Paris. PHOTOJULIENMIGNOT.ÉTÉ80
«S
oit tout le monde
l’adopte, soit nous
ouvrirons la voix tout
seuls.» Voilà, en substance,
ce que n’a cessé de répéter
Nicolas Sarkozy au reste des
pays européens, et à l’Alle-
magne enparticulier. L’objet
de l’avertissement ? La taxe
Tobin. Dès demain, jour de la
présentationdu projet de loi
en conseil des ministres, le
Président pourra dire qu’il a
tenu parole. Problème: le
grain de sable qu’il lance
dans les rouages du capita-
lisme-casino ne devrait pas
changer grand-chose.
«Exemptions». Selon les
Echos, qui ont obtenu copie
du projet, les contours de la
taxe sur les transactions fi-
nancières sont arrêtés. La
date n’est pas fixée, mais le
taux de cet impôt est calibré
à 0,1% et ne concerne que
les entreprises cotées dans
l’Hexagone, de nationalité
française, et dont leniveaude
capitalisation est supérieur
au milliard d’euro. A ce ni-
veau, la taxe est censée rap-
porter 1,1 milliard d’euros.
Pas de quoi rassurer ses par-
tisans. Il est vrai qu’on est
loindes intentions de départ,
lorsque le gouvernement
laissait entendre qu’il serait
prêt à taxer toutes les tran-
sactions financières, quelle
que soit la nationalité des
entreprises, dès lors qu’elles
seraient cotées en France.
Déception, donc, pour la
plupart des ONG. «Le gou-
vernement aurait voulu enter-
rer la TTF [taxe sur les tran-
sactions financières, ndlr]
avant de la mettre en place, il
ne s’y serait pas pris autre-
ment. Ce n’est plus une taxe
sur les transactions financières
qui est présentée mais une in-
terminable liste d’exemptions,
un vrai gruyère», lance pour
Oxfam, Luc Lamprière.
Autitre des reproches? L’ab-
sence de taxe sur les transac-
tions d’actions concernant
les entreprises dont la capi-
talisation est inférieure à
1 milliard. Et riensur les en-
treprises étrangères. Bercy
veut ainsi éviter de découra-
ger les groupes étrangers de
se coter à Paris et préserver
sa place financière. Epar-
gnées aussi les obligations et
autres produits dérivés.
8 milliards. Nombre d’ONG
font pourtant valoir qu’une
taxe de 0,2% sur tous les
types de produits financiers
aurait pu rapporter 8 mil-
liards d’euros. Leur décep-
tionest d’autant plus grande
que le gouvernement a dé-
cidé d’affecter le produit de
cette taxe à la réduction des
déficits publics. Et nonaufi-
nancement de l’aide publi-
que audéveloppement, ouau
profit de la lutte contre le ré-
chauffement climatique.
Comme l’avait promis Nico-
las Sarkozy.
VITTORIODE FILIPPIS
TaxeTobin, laFrance
édulcoreàl’ouvrage
FINANCES Le Président lancera demainune taxe sur
les transactions financières à la portée très limitée.
Au mois de janvier, Airbus
a engrangé 91 commandes
et livré 37 appareils aux
compagnies aériennes.
88 commandes concernent
des appareils de moyen­
courriers (A320), les autres
étant des long­courriers
(A330). Airbus reste toute­
fois distancé par son con­
current, l’américain Boeing,
qui a enregistré 148 com­
mandes et 38 livraisons
grâce au lancement d’une
version remotorisée de son
avion vedette (A320) et qui
économise 15%de carbu­
rant, un facteur important
en période de crise et de
prix élevé du kérosène.
LES COMMANDES
D’AIRBUS SUR UNE
BONNE LANCÉE
Le montant des crédits
immobiliers accordés par
les banques en janvier
enregistre un très fort
recul (­25,7%par rapport à
janvier 2011). La crise a eu
un effet brutal sur les parti­
culiers qui ont différé leurs
projets d’emprunt (­49%
entre décembre 2011 et
janvier 2012). Ce recul est
aussi dû à la forte diminu­
tion du taux de l’avantage
fiscal pour les investisseurs
achetant un logement neuf
(de 22%à 13%) et à la sup­
pression du prêt à taux
zéro pour les acquéreurs
d’habitations anciennes.
LES CRÉDITS
IMMOBILIERS
S’ÉTIOLENT
CONTRE­PERF
-0,66 % / 3 405,27 PTS
2 426 333 471€ -28,51%
RENAULT
CAP GEMINI
VEOLIA ENVIRON.
VALLOUREC
SOCIETE GENERALE
CREDIT AGRICOLE
-0,28 % 12 826,28
-0,28 % 2 897,65
-0,25 % 5 886,59
+1,10 % 8 929,20
«Cequeles banques vous
disent et pourquoi il nefaut
presquejamais les croire»,
Ed. Les petits matins; 5euros.
65%
C’est la proportion de
vols assurés hier par
Air France, à cause de la
grève, par rapport à son
programme normal. Elle
annonce un vol long­cour­
rier sur deux aujourd’hui et
7 moyen­courriers sur 10.
PERF
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
22 • ECONOMIEXPRESSO
Eau: despuitsenvoied’épuisement
Une étude sonne l’alarme sur l’utilisation, dans certaines régions dumonde, de l’eau«non
renouvelable»pour l’irrigationagricole. Avec le risque de provoquer des crises alimentaires.
«L’
eau se mange plus
qu’elle ne se boit.»Tous
les agriculteurs le sa-
vent, même si cette
formule lapidaire, mais toute de
vérité, est issue d’un livre
scientifique (1) de Daniel
Nahon, spécialiste de
l’agriculture en pays chaud,
qui avance ce chiffre: 86%de l’eau
utilisée par les hommes l’est pour
l’agriculture.
Mais quelle eau? A l’agriculture
pluviale, les hommes ont ajouté
depuis longtemps l’irrigation. Elle
a permis d’augmenter les rende-
ments et fait partie des préconisa-
tions des agronomes, enparticulier
pour les pays où l’agriculture ne
suffit pas à nourrir la population.
Mais cette «mise sous perfusion»
des terres ne va pas sans problème,
avertit Nahon. Leur salinisation, en
raison d’une irrigation trop abon-
dante, a probablement participé à
des effondrements de civilisations,
et continue de détériorer les sols
agricoles à grande échelle.
Surtout se pose la question de la
ressource. Il peut s’agir des eauxdi-
tes «vertes» ou «bleues» par les
agronomes, celles des pluies, des
cours d’eau, des lacs naturels ouar-
tificiels ou des nappes phréatiques
directement reliées auxpluies. Dans
ce cas, nonobstant les ca-
prices duclimat, cette res-
source se renouvelle, du
moins si le soutirage ne dépasse pas
cette capacité sur la durée. Tout
change lorsqu’il s’agit d’eau non
renouvelable, ou fossile, que l’on
puisedans lesous-sol profond. Avec
une accélération considérable ces
dernières décennies, car les forages
modernes permettent d’atteindre
2 à 3kmde profondeur, oùse niche
cette eau précieuse. Combien de
temps les agriculteurs vont-ils pou-
voir «tirer»sur ce stock, épuisable
par définition?
ÉCHELLE PLANÉTAIRE. Si cette
question exige une réponse au cas
par cas, unlong article parudans la
revue Water Ressources Research (2)
permet de localiser et d’estimer la
gravité duproblème. Une étude in-
quiétante, car elle montre que des
régions, voire des pays, ont recours
de manière croissante à une irriga-
tionnondurable. Au total, 20%de
l’eau agricole utilisée enl’an2000
pour l’irrigation serait d’origine
fossile. Les surfaces irriguées ont
ainsi été multipliées par trois
depuis 1960, atteignant 17% des
terres cultivées, mais 40% de la
production.
L’impact des crises de l’eauagricole
enraisonde cet usage nondurable
dépasserait les régions directement
touchées et pourrait avoir des effets
à l’échelle planétaire, expliquent
les auteurs de l’article, trois scien-
tifiques de l’université d’Utrecht
(Pays-Bas), Yoshihide Wada, Ludo-
vicus Van Beek et Marc Bierkens.
Pour réaliser cette étude, ils ont
utilisé des bases de données géo-
graphiques et hydrographiques, des
observations par satellite du stoc-
kage dans les sols, et une modélisa-
tion des besoins des cultures. Le
tout afin d’estimer la part de l’eau
nonrenouvelable dans l’irrigation.
La cartographie détaillée réalisée
par les scientifiques permet d’iden-
tifier chaque régionoùle problème
se pose.
Si l’on classe les pays par la pro-
portion d’eau non renouvelable
dans les usages agricoles, on
retrouve sans surprise les Etats dé-
sertiques (Arabie Saoudite, Libye,
Koweït, Qatar, Emirats arabes unis)
oùl’eaufossile peut
représenter jusqu’à
78%du total. Mais
tant que les res-
sources des aquifè-
res fossiles ne
seront pas correc-
tement estimées, ces pays ne sau-
ront pas à quelle vitesse ils se rap-
prochent d’une pénurie.
Plus surprenant est le classement
par quantité d’eau pompée. En
tête: l’Inde (68km
3
/an), puis le Pa-
kistan, les Etats-Unis, l’Iran, la
Chine, et le Mexique. Les propor-
tions d’eau non renouvelable de
l’agriculture de ces pays montrent
leur degré de vulnérabilité :
24%pour le Pakistan, 23%pour les
Etats-Unis, 22%pour le Mexique,
19% pour l’Inde, 15% pour la
Chine. S’y ajoutent des Etats déjà
fortement utilisateurs d’eaufossile
et où le changement climatique
provoqué par les émissions de gaz
à effet de serre pourrait faire baisser
les précipitations (Algérie, Tunisie,
Maroc, Italie, Espagne).
DURÉE D’UTILISATION. Ce tableau
justifie l’alerte lancée par les scien-
tifiques. Car en raison de la taille
des populations vivant de cette
agriculture non durable, les crises
agricole et alimentaire se répercu-
teront sur le «commerce internatio-
nal». Si des études permettant de
quantifier la durée d’utilisationdes
ressources sont nécessaires, cette
alerte plaide en faveur d’un usage
de l’eau le plus économe possible
dès maintenant. •
(1) «Sauvons l’agriculture!» éd. Odile
Jacob, 264 pp. ; 23,90euros.
(2) Wada et al. WRL, 20janvier 2012.
Par SYLVESTREHUET
Plus surprenant est le classement
des pays par quantité d’eaupompée:
l’Inde, le Pakistan, les Etats-Unis,
l’Iran, la Chine, et le Mexique.
ANALYSE
REPÈRES
Irrigation avec
de l’eau fossile
à As­Sulayyil,
en Arabie Saoudite.
PHOTOGEORGE
STEINMETZ. CORBIS
Qatar Arabie Saoudite Libye E.A.U.*
*Emirats arabes unis
Koweït Oman Iran Yémen Algérie Jordanie Tunisie Pakistan
Part d’eau non renouvelable dans la totalité de l’eau utilisée en agriculture

S
o
u
r
c
e

:

W
a
t
e
r

r
e
s
o
u
r
c
e
s

r
e
s
e
a
r
c
h
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
TERRE
• 23
24 •
SPORTS
SanctionsaignantepourContador
Reconnucoupable de dopage, l’Espagnol écope de deuxans de suspensionet se voit déchude
sa 3
e
victoire sur le Tour. Le Tribunal arbitral dusport n’a pas cruà sonhistoire de steakcontaminé.
L’
honneur de la filière bo-
vine espagnole est sauf.
Alberto Contador, 29 ans,
n’a pas été contaminé par
unsteakvérolé au clenbutérol lors
du Tour de France 2010, mais était
bien chargé à ce stéroïde anaboli-
sant. Ainsi en a conclu le Tribunal
arbitral du sport (TAS), qui a sus-
pendu hier l’Espagnol pour deux
ans et l’a déchu, entre autres, de sa
troisième victoire sur la Grande
Boucle. C’était la sanction la plus
sévère à laquelle était exposé Con-
tador qui, compte tenudes sixmois
purgés à titre conservatoire au
deuxième semestre 2010, ne pourra
remonter sur unvélo que le 5 août.
Trop tard pour le Tour et les Jeux
olympiques de Lon-
dres. «La formation ar-
bitrale se prononcera ul-
térieurement et, dans une décision
séparée, au sujet de la demande dé-
posée par l’Union cycliste internatio-
nale d’imposer une amende d’au
moins 2,485 millions d’euros à Al-
berto Contador», précise le TAS.
L’Espagnol peut encore faire appel
de cette décisiondevant le tribunal
fédéral suisse. Ses avocats avaient
évoqué la possibilité de déposer un
recours devant la Cour européenne
des droits de l’homme.
BOUCHER. La victoire sur la
Grande Boucle 2010revient donc au
Luxembourgeois AndySchleck, qui
avait fini deuxième. «On ne savait
pas comment il pouvait gagner un
Tour de France. Maintenant c’est
fait», raillait, hier sur Twitter,
Jacky Durand, ex-coureur recon-
verti en consultant. Schleck ne rit
pas: «Il n’y a aucune raison d’être
heureux maintenant, a-t-il com-
menté. J’ai toujours cru en son inno-
cence. C’est un jour très triste pour le
cyclisme. Les seules nouvelles positi-
ves, c’est qu’il y a un verdict
après 566 jours d’incertitude. Nous
pouvons enfin passer à autre chose.»
Il a donc fallu plus d’unanet demi
à la justice sportive pour trancher.
Quelques semaines après la victoire
de Contador, on apprenait qu’un
contrôle effectué lors d’une journée
de repos avait révélé dans ses urines
une dose infinitésimale (50 pico-
grammes) de clenbutérol, un pro-
duit vétérinaire aux vertus stimu-
lantes et anabolisantes. La défense
de l’Espagnol n’a pas varié. Un
morceau de barbaque contaminé
dégotté chez un boucher de ses
amis expliquerait sa positivité.
L’explicationn’est pas scientifique-
ment extravagante. Dans des pays
aux normes sanitaires moins stric-
tes qu’en Europe
(Chine, Mexique), le
clenbutérol est utilisé
pour améliorer le ren-
dement de l’élevage
animal. Des sportifs y
ayant séjourné et in-
gurgité de la viande
ont été innocentés après un con-
trôle positif.
Contador n’a compté ni sonénergie
ni son argent pour faire valoir sa
thèse. Elle a convaincu l’opinion,
les autorités espagnoles –l’ex-Pre-
mier ministre Zapatero l’avait pu-
bliquement soutenu–et, surtout,
sa fédération, qui l’a blanchi il y a
unan. Une décisioncontre laquelle
l’Agence mondiale antidopage
(AMA) et l’Unioncycliste interna-
tionale (UCI) avaient fait appel. Sur
la base de l’observation de ses pa-
ramètres biologiques, les deux ins-
tances penchaient pour undopage
beaucoupplus lourdque le clenbu-
térol: une autotransfusionsanguine
(il se serait injecté sonsang prélevé
lors d’une cure du stéroïde),
comme le laissait supposer la pré-
sence dans ses urines de résidus
d’un plastique utilisé pour les po-
ches servant à conserver le sang.
Le TAS n’a retenu ni la défense de
Contador ni les accusations de
l’AMAet de l’UCI. Si «le scénario de
la contamination de la viande et celui
de la transfusion sanguine étaient, en
théorie, des explications possibles
pour justifier un contrôle antidopage
positif, ils étaient tous deux haute-
ment improbables. La présence de
clenbutérol a été plus vraisemblable-
ment causée par l’ingestion de sup-
pléments nutritifs contaminés»,
énoncent les trois arbitres dans
les 98 pages de leur décision. Rap-
pelant le grand principe de la jus-
tice enmatière de dopage: la vali-
dité du contrôle n’ayant pas été
contestée et un sportif étant res-
ponsable de toute substance exo-
gène trouvée dans sonorganisme,
Contador ne pouvait échapper à
une suspensionde deux ans, auto-
matique encas de première infrac-
tion aux règlements antidopage.
BALLOT. «C’est une journée triste
pour notre sport: certains pourraient
croire que l’on a gagné, mais ce n’est
pas du tout vrai», a réagi Pat Mc-
Quaid, président de l’UCI. Pour
certains, voir le meilleur cycliste
des courses à étapes de sa généra-
tion, que le soupçon a toujours
poursuivi, tomber pour un truc
aussi ballot qu’un contrôle positif
au clenbutérol, c’est aussi réjouis-
sant qu’Al Capone se faisant toper
pour fraude fiscale. Unautre doit se
taper sur les cuisses. Lance Arms-
trong, qui avait pourri Contador
pendant leur cohabitationchez As-
tana sur le Tour 2009, vient de voir
la justice américaine abandonner
les poursuites contre lui. «Alors,
c’est qui le boss Alberto? –C’est
vous monsieur Armstrong.» •
Par GILLESDHERS
«La présence de clenbutérol a été
plus vraisemblablement causée
par l’ingestionde suppléments
nutritifs contaminés.»
Les représentants duTribunal arbitral dusport
RÉCIT
Le coureur de la Saxo Bank a été contrôlé positif au clenbutérol sur le Tour de France 2010qu’il avait remporté. PHOTOTHOMAS SJORUP. AP
REPÈRES
Le nouveau classement
du Tour de France 2010…
1. Andy Schleck (Lux)
2. Denis Menchov (Rus)
3. Samuel Sanchez (Esp)
…et du Tour d’Italie 2011
1. Michele Scarponi (Ita)
2. Vincenzo Nibali (Ita)
3. John Gadret (Fra)
«Ce qui est vraiment
pourri dans le
cyclisme, ce sont
ses dirigeants,
millionnaires grâce à
notre sueur.»
L’Espagnol Oscar Pereiro
vainqueur duTour 2006
13
C’est le nombre de victoires
dont est déchu Contador.
Outre le Tour 2010, il perd le
Giro, les tours de Murcie et de
Catalogne 2011 et plusieurs
étapes dans ces courses.
Le Tribunal arbitral du sport
a été créé en 1984 à l’initia­
tive du Comité international
olympique pour répondre à
l’augmentation des conten­
tieux et à l’absence de toute
autorité indépendante spécia­
lisée en la matière. Il est basé
à Lausanne (Suisse).
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
Par FABRICEROUSSELOT
Super coupdeBowl
pour les Giants
U
ne fois n’est pas cou-
tume, les tabloïds ont
fait dans la sobriété.
«Champions!»titraient sim-
plement en une le NewYork
Post et le Daily News hier,
après la victoire des Giants
de New York dans le Super
Bowl de football américain
dimanche. Les New-Yorkais
ont célébré jusqu’à l’aube un
nouveau succès à l’arraché
contre leurs rivaux de tou-
jours, les Patriots de la Nou-
velle-Angleterre. Il y a qua-
tre ans, les Giants leur
avaient déjà raflé le titre à la
surprise générale et à la der-
nière minute. Ils viennent de
remettre ça.
Drôle de couronnement pour
unclub qui a connuune sai-
son chaotique et a même
failli ne pas se qualifier pour
les playoffs. Un «champion
improbable après une saison
improbable», a reconnu le
NewYork Times, qui a quand
même consacré six pages à
l’événement. Le scénario
était quasi parfait, avec des
Giants dans le rôle d’outsi-
ders, et sur lesquels les com-
mentateurs ne pariaient pas
undollar. Depuis des semai-
nes, la presse faisait ses
choux gras de l’opposition
entre les quarterbacks
vedettes des deux forma-
tions. Avec, côté Patriots,
Tom Brady, le play-boy
extraverti marié à la sublis-
sime top-model brésilienne
Gisele Bündchen, qui n’avait
aucune difficulté à assumer
son statut de favori. Et pour
les Giants, Eli Manning, le
petit prodige d’une grande
famille de quarterbacks, aussi
timide et réservé que Brady
est bavard, qui a déjà conduit
les Giants à l’exploit en2008.
Cette fois encore, c’est Eli
Manning qui a su conserver
son sang-froid pour admi-
nistrer, à une minute de la
fin, une passe de 38 yards
(35 mètres) à l’un des wide
receivers (ailiers) les moins
utilisés de la saison, Mario
Manningham. Une réception
parfaite, en forme de danse
le long de la ligne de touche,
et les Giants marquaient un
ultime touchdown, prenant
l’avantage (21-17). Restait
57 secondes à Tom Brady
pour se révéler à la hauteur
de sa réputation. Mais il a
suffi de trois passes mal as-
surées pour que Times
Square s’enflamme. En at-
tendant la parade monu-
mentale annoncée pour
aujourd’hui par Michael
Bloomberg, maire de
New York, «afin que la ville
fête ses héros». •
VU DE NEW YORK
FOOT Tensions entre Fabio
Capello et la fédération an-
glaise. Selon cette dernière,
le sélectionneur national
n’aurait pas dûrendre public
sondésaccordavec le retrait
du brassard de capitaine à
John Terry pour une affaire
d’insultes racistes.
FOOT Trois matchs des hui-
tièmes de finale de la Coupe
de France reportés à cause
du froid. Dijon-PSG prévu
aujourd’hui et Bourg-Péron-
nas-OM(demain) se dispu-
teront le 15 février. Quevilly-
Orléans se jouera le mardi
21 février.
Pablo Infante, meilleur buteur de la Coupe, lors du match aller mardi face à Bilbao. I.LOPEZ. AP
E
n2007, une étude ava-
lisée par les Nations
unies dressait un hit-
parade des villes les plus co-
caïnomanes de la planète,
basée sur la mesure dans les
eaux fluviales du taux de
benzoil-ecgonine. Surprise:
derrière NewYorket devant
Londres, on trouvait une
bourgade de la province de
Burgos, Miranda de Ebro.
Stupeur et colère sur place.
L’ONUmet trois mois à désa-
vouer l’étude à la méthodo-
logie fantaisiste, et Miranda
de Ebro retourne à son pro-
vincial anonymat.
Depuis quelques semaines,
la ville n’a pas besoin de
drogue pour vivre sur un
nuage; pensionnaire de Se-
conde B (3
e
division), le CD
Mirandés fait un parcours
héroïque en Copa del Rey
(Coupe du roi), éliminant
trois formations de l’élite:
Villareal (qui disputait la Li-
gue des champions à
l’automne), le Racing San-
tander et l’Espanyol Barce-
lone, actuel 5
e
de la Liga. Il
vise la passe de quatre en
demi-finale, contre l’Athle-
tic Bilbao. Pas mal pour un
club enpartie amateur, dont
le budget (600000euros) ne
paierait pas un mois de sa-
laire de Cristiano Ronaldo.
Arbitre. Comme ce fut le cas
en France avec Calais
en 2000, toute l’Espagne a
pris fait et cause pour le Petit
Poucet, incarnationutopique
d’unfootball nonpollué par
le fric. La star de l’équipe,
PabloInfante, avait bouclé sa
journée de travail (il est em-
ployé de banque) avant de se
rendre en voiture à Santan-
der, oùsonbut avait qualifié
le Mirandés. Commentaire
de l’intéressé: «Nous, joueurs
de Seconde B, sommes forcé-
ment de gauche.»L’autre ve-
dette est le coach Carlos
Pouso, véritable anti-Mou-
rinho dans ses propos sages
et mesurés. Nonseulement il
adresse des mots de consola-
tionà sonhomologue de Vil-
lareal, limogé dès la fin du
matchretour, mais il défend
l’arbitre dumatchaller con-
tre l’Espanyol, alors que sa
formation, battue 3-2, s’est
objectivement fait spolier.
La présence d’un club mo-
deste à ce stade de la Copa
del Rey est insolite: seuls les
Catalans de Figueres ont ac-
compli l’exploit en 2001. La
faute au système espagnol :
ne disputent la coupe que les
équipes de 1
ère
et 2
e
divisions,
et les meilleurs de 3
e
. Et la
formule aller-retour réduit le
risque de surprises.
Souffle. Mardi, toute l’Es-
pagne avait les yeuxfixés sur
le minuscule terrain d’An-
duva (5800places) oùse dis-
putait la demi-finale aller,
remportée par Bilbao 2-1
(doublé de l’international
Fernando Llorente). Les ro-
jillos (petits rouges), en ré-
duisant l’écart dans les arrêts
de jeu, ont gagné le droit de
rêver pour le retour, ce soir.
Même si l’aventure s’arrête
là, le Mirandés aura marqué
les esprits dans un pays où
les clubs puissants qui rivali-
sent à coups de millions
d’euros sont aussi les plus
endettés d’Europe. Des
groupes Facebookréclament
même la sélection de Pablo
Infante dans l’équipe natio-
nale. Geste symbolique qui
ferait écho à la convocation
dans la Squadra Azzurra de
Simone Farina, joueur de
Gubbio (D2) qui a refusé de
se laisser corrompre et dé-
noncé l’affaire à la police.
Pour le Mirandés, l’objectif
reste la montée enD2, man-
quée d’unsouffle l’anpassé.
Le club est leader de son
groupe avec une avance con-
fortable. Mais, même encas
d’accessionmiracleenfinale,
le plus difficile sera de gérer
l’après-Coupe. La descente,
comme disent les toxicos.
FRANÇOIS-XAVIER GOMEZ
LesPetitsRougesduMirandés,
hérosd’uneEspagneencrise
FOOTLe clubde 3
e
divisionrencontre Bilbao endemi-finale de la Coupe.
Méditerranée
Mer
Madrid
300 km
FRANCE
P
O
R
T
U
G
A
L Miranda
de Ebro
OFFRE DÉCOUVERTE

chezvous
pendant3mois!
50

seulement
au lieu de 119

l’accèsgratuitàtous
lessupportsnumériques
5
8
%
deréduction
Bulletind’abonnement
Àdécouperetrenvoyersousenveloppe affranchie àLibération,
service abonnement, 11 rue Béranger, 75003 Paris
Oui,je profte de l’offre découverte de Libération. Je m’abonne pour 3 mois (78 n°) pour 50 € au lieu
de 119 € (prix de vente au numéro). Offert avec mon quotidien, je bénéfcie de l’accès à tous les services
numériques payants de Libération.
*Cette offre est valable jusqu’au 31 décembre 2012 exclusivement pour un nouvel abonnement en France métropolitaine. La livraison du quotidien est assurée par porteur avant 7 h dans plus de 500 villes, les autres
communes sont livrées par voie postale. Les informations recueillies sont destinées au service de votre abonnement et, le cas échéant, à certaines publications partenaires. Si vous ne souhaitez pas recevoir de
propositions de ces publications cochez cette case .
Nom : tttttttttttttttttttt Prénom : ttttttttttttttttttttttttt
Adresse : tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt
Code postal : abbbc Ville : tttttttttttttttttttttttttttttttttttttt
Téléphone : ac ac ac ac ac E-mail : tttttttttttttt@tttttttttttttttt
Ci-joint mon règlement :
O Chèque à l’ordre de Libération
O Carte bancaire N°
Expire le ac ac Cryptogramme abc Date ac ac abbc
Signature obligatoire :
AP1002
mois année les 3 derniers chiffres au dos de votre carte bancaire
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
SPORTS • 25
L’
Europe a «puni»l’Iran en prononçant le
23 janvier un train de sanctions applica-
bles après publication d’un ou plusieurs
règlements complétant ceux déjà parus.
Elles comportent plusieurs volets.
Le premier est l’interdictionimmédiate de
signer de nouveauxcontrats d’importation
et de transport d’hydrocarbures iraniens. Les contrats
conclus avant le 23 janvier pourront être exécutés jus-
qu’au 1
er
juillet. Rome pourrait se fournir auprès des
Saoudiens mais y perdrait le paiement des dettes ira-
niennes. Sauf à bénéficier de l’exception d’autori-
sationd’apurement de passif prévue dans ce texte qui
semble correspondre à ce profil. Plus difficile est le cas
grec. Aucune banque ne consentant plus de crédits
à Athènes, l’Iranena pro-
fité pour vendre son pé-
trole à crédit. Les Euro-
péens sont-ils prêts à
financer les importations
grecques ? La date du
1
er
juillet est censée permettre de trouver des solutions
à ces deux situations, mais est enfait le calendrier des
négociations possibles sur le nucléaire. Le texte ajoute
une semblable interdictionsur les produits pétrochi-
miques, mais aussi sur la fourniture d’équipements
et d’assistance technique dans ce secteur. Le motif
officiel est qu’ils pourraient servir aux activités nu-
cléaires. Le blocage duprogramme iraniende conver-
sionurgente d’unités pétrochimiques enproductions
d’essence avec une période de grâce plus brève
(1
er
mai) n’est-il pas le vrai mobile?
Le second volet est le gel européen des avoirs de la
Banque centrale iranienne (BCI). Leur modestie rend
ceci symbolique.
Le troisième est l’interdictionde tout financement ou
assistance financière enliaisonavec les transactions
illicites, ce qui revient à écarter toute relationfinan-
cière avec la BCI dans les secteurs visés. Acontrario,
seraient licites les transactions «légitimes» sur des
biens comme le médicament, l’alimentaire, l’automo-
bile…Mais le périmètre exact reste à déterminer. L’in-
terdictionducommerce de l’or, des métaux précieux
et des diamants avec la BCI vise à tarir le marché noir,
et les nombreuses transactions où ils servent de
moyende paiement à unmoment oùle rial s’effondre.
La prohibitionde l’envoi de monnaie iranienne cible
les différents «bureaux de change»servant d’abri à
des activités suspectes. Enfin, de nouveaux noms
d’individus et d’entités sanctionnés ont été ajoutés.
Outre des officiers pasdaran, la banque Tejarat est
frappée (simultanément par Washington), laissant
subsister le «commerce légitime» via la BCI qui
échappe au boycott général.
Le grand gagnant est Pékin. La Chine a condamné
(comme la Russie) ce qu’elle voit comme ungeste uni-
latéral hostile et ne se sent pas liée par lui. Les Chinois
ont une stratégie cohérente: si aux sanctions et pres-
sions américaines et européennes se joignent celles
d’autres pays (Corée, Japon, Turquie, Inde) qui ont
demandé à Washingtondes aménagements auxpéna-
lités qui les menacent, la Chine deviendra le client
principal du pétrole iranien. Elle devrait obtenir de
gros rabais de l’Iransur unbrut qu’elle paye enyuans
nonconvertibles que Téhéranest contraint d’utiliser
pour des achats de produits chinois. Le recours au
«barter»[troc interentreprises, ndlr] atteste des diffi-
cultés de ce système. Enréduisant fortement ses im-
portations de pétrole iraniensur janvier et février, Pé-
kin exerce des pressions sur son «allié», tout en
diversifiant auprès de Riyadet dans le Golfe des appro-
visionnements confortés par des contrats d’investisse-
ment énergétiques dans le royaume. Cet ensemble
persuadera-t-il l’Irande renoncer à la poursuite de son
programme nucléaire militaire? Divers aléas pèsent
sur les tentatives de négociations de la Turquie. Elles
dépendent d’une baisse de tension dans le détroit
d’Ormuz, et surtout d’unconsensus au seindes fac-
tions iraniennes, entre le Guide et Ahmadinejad en
lutte pour leur survie politique. La bataille pour les
échéances électorales de 2012 et 2013 complique la
compréhension des perceptions et des processus de
décision iraniens.
BarackObama a adressé unmessage à Ali Khamenei
(le Guide suprême) par trois canaux différents (ce qui
montre les difficultés de communication, rappelant
que le blocus du détroit d’Ormuz est une «ligne
rouge», tout enrenouvelant une offre de négociations.
L’Europe devrait chercher des interlocuteurs officieux
pour s’assurer que, du côté des décideurs iraniens,
tout accord ne risque pas d’être torpillé par une fac-
tion. Une épée de Damoclès pèse sur le tout: les tenta-
tions de frappes préventives israéliennes oude provo-
cations d’unprotagoniste. La prudence reste de mise.
Dirige un ouvrage collectif : «L’Iran et les grands acteurs
régionaux et globaux», l’Harmattan, 2012.
La Chine a une stratégie
cohérente: devenir le client
principal dupétrole iranien.
Par MICHEL
MAKINSKY
Chargé
d’enseignement
àl’Ecole
supérieure
decommerce
dePoitiers
Europe-Iran: des sanctions vaines
Sortir enfinde l’ère postcoloniale
L
e 18 mars prochain, nous com-
mémorerons le cinquantième
anniversaire de la signature des
accords d’Evian, et donc la finde
la guerre d’Algérie. Mais la guerre d’Al-
gérie est-elle vraiment derrière nous,
loinderrière? Enavons-nous fini avec
notre passé colonial et avec les implica-
tions de la décolonisation?
Notre pays n’enfinit pas de ressasser et,
à biendes égards, de refouler l’avant et
l’après de la colonisation, et les moda-
lités dupassage de l’une à l’autre. Il n’y
a pas, enFrance, de musée de la coloni-
sation, alors même qu’il existe quelque
vingt-trois musées dusabot, comme le
dit Pascal Blanchard (1). EnFrance, les
immigrés et
leurs enfants
sont largement
perçus comme
d’anciens colo-
nisés, ce qui
alimente unra-
cisme aux relents nostalgiques. Non
seulement, notre passé algérien ne
passe pas, mais nous ne parvenons pas
à faire notre deuil de l’ensemble des
processus de colonisationet de décolo-
nisationqui ont si profondément mar-
qué notre histoire.
Depuis les années 80, l’adjectif «post-
colonial»s’est souvent imposé, ycom-
pris sur un mode littéraire, mais à
l’étranger plus que chez nous.
Dans le monde anglo-saxon, les post-
colonial studies, sont particulièrement
critiques envers les anciens pouvoirs
coloniaux et l’empreinte culturelle
qu’ils ont laissée au seindes anciennes
colonies, notamment en termes
d’identité. Pour leurs tenants, «post»
signifie ici non pas tant «après»,
comme on peut le penser sponta-
nément, mais «au-delà», il désigne
donc undépassement, une rupture im-
pliquant un autre regard sur l’histoire.
Les approches postcoloniales ont connu
un essor fulgurant dans les années 80
et 90, promouvant une sorte d’arrache-
ment intellectuel à l’égard de tout ce
qui incarne l’ère coloniale, sans pour
autant être capable de s’en dégager
pleinement. Les anciens pays colonisés
se pensent eux-mêmes de moins en
moins à partir de l’expérience colo-
niale. Il en est ainsi, en particulier,
pour l’Inde qui fut le berceaudes intel-
lectuels, parmi les plus influents, ayant
donné leur importance aux idées post-
coloniales.
D’une part, certaines anciennes colo-
nies deviennent des pays émergents
affichant leur autonomie, leur capacité
à produire leur propre existence écono-
mique, sociale, politique, culturelle,
sans avoir en permanence à se référer
au passé colonial ; elles trouvent leur
place dans la globalisation. Elles contri-
buent de manière significative à l’inno-
vation, à l’échelle du monde, sans être
à la traîne intellectuelle ou scientifique
des puissances dites «occidentales».
La référence à la colonisation devient
pour elles superflue, elles sont entrées
pleinement dans la modernité contem-
poraine.
D’autre part, certains autres pays colo-
nisés, sans véritablement émerger,
mettent finà la longue période d’erre-
ments politiques qui a suivi leur indé-
pendance. Il enest ainsi, tout particu-
lièrement, pour les sociétés du monde
arabe et musulman, qui se débarrassent
de régimes autoritaires et enappellent,
nonsans difficultés, à la démocratie et
à la justice sociale. Ces pays, si l’onpeut
dire, deviennent «normaux», tentent
d’accéder à l’autonomie, se définissent
eneux-mêmes et pour eux-mêmes, ne
ressassent plus le passé colonial, et
rejettent l’aliénation consécutive à la
décolonisation, avec ses idéologies, sa
corruption et ses violences. Eux aussi
commencent à appartenir à une mo-
dernité qui se détache non seulement
de l’ère coloniale, mais également des
convulsions politiques de la phase his-
torique suivante.
Les anciennes puissances coloniales
peinent par contre beaucoup plus à se
penser autrement que comme post-
coloniales. Entre mélancolie et mau-
vaise conscience, elles ne parviennent
pas très bien à digérer la perte
d’influence et de ressources des temps
coloniaux, à reconnaître et à assumer
les violences qu’elles ont imposées
Par MICHEL
WIEVIORKA
Sociologue
alors, puis ensuite, lors de la décoloni-
sation. Telle la France avec la França-
frique, elles voudraient parfois pouvoir
continuer à traiter leurs anciennes
colonies comme leur pré carré. Surtout,
elles reçoivent souvent beaucoup de
migrants venant en bonne partie de
leurs anciennes colonies qu’elles sont
tentées de rejeter sur un mode plus ou
moins raciste.
Un monde nouveau se dessine, qui ne
peut plus être compris enréférence au
passé colonial. Il est grand temps que
cela devienne aussi l’horizon de notre
pays.
Cela implique un effort sur nous-mê-
mes, une reconnaissance mieux assu-
mée dupassé et notamment des événe-
ments les plus douloureux et les plus
honteux, par exemple sous forme
muséographique. Cela implique, tout
autant, une politique internationale
nouvelle, notamment à l’égard de nos
anciennes colonies africaines. Celaexige
des efforts rigoureuxpour réduire le ra-
cisme, la xénophobie et les discrimina-
tions dont pâtissent les migrants et leur
descendance. Cela passe, enfin, par un
examen approfondi de ce que l’outre-
mer constitue comme survivance d’un
empire colonial –mais aussi comme es-
poir pour un futur réellement débar-
rassé de ce passé. Vaste programme,
dont onespère que la gauche se saisira
dès qu’elle accédera aux affaires.
(1) Lire aussi «Libération» du 4 février.
Il n’ya pas, enFrance, de
musée de la colonisation, alors
même qu’il existe quelque
vingt-trois musées dusabot…
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
26 •
REBONDS
L'ŒIL DE WILLEM
Adhérez, faites adhérer
à la
Société
des
lecteurs
d
e
libération
Pour adhérer, envoyez vos chèques à: Société des lecteurs de Libération (SLL),
11, rue Béranger, 75003 Paris à l’ordre de Société des lecteurs de Libération ou SLL.
Ou payez en ligne via le paiement sécurisé Paypal à l’adresse: www.libe-lecteurs.fr
Je choisis d’être:
rmembre actif, à partir de 15€ rmembre donateur, à partir de 150€
rpersonne morale (associations, entreprises...) à partir de 100€
Merci de nous indiquer vos coordonnées :
Nom/prénom:
Adresse:
Tél. : Port. :
Courriel: Profession (facultatif):
En qualité d'adhérent, vous bénéficiez d'une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant de votre
cotisation dans la limite de 20% de vos revenus imposables. A titre d'exemple, une cotisation de 15€
ne vous coûtera en réalité que 5,10€, une cotisation de membre donateur représentera 51€. Un
reçu fiscal vous sera adressé automatiquement.
SOCIETEDESLECTEURS
Association régie par la loi 1901 - Siège social : 11 rue Béranger, 75003 Paris - Courriel : lecteurslibe@aol.fr
Site : www.libe-lecteurs.fr - Siret : 50354596400010- APE: 9499Z- Cette association a pour but de réunir des personnes
attachées à la défense de l’indépendance éditoriale de Libération, c’est à dire du quotidien «Libération» et du site Internet
Libération.fr, et contribuer à son développement.
Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et de suppression de ces informations (article 27 de la loi informatiques et li-
bertés). Les informations recueillies sont destinées exclusivement à la SLL et à Libération sauf opposition de votre part
en cochant cette case r
SLL_122X163:Mise en page 1 16/03/10 13:53 Page1
La saga de la
restructuration
de la dette
grecque
La saga de la négociationsur la restruc-
turation de la dette grecque entre
Athènes et les créanciers privés –des
banques, pour la plupart–dure depuis
octobre 2011. Toutes les deux semaines
est annoncée la signature imminente
d’un accord et rien ne vient. Le temps
presse: enmars, la Grèce doit rembour-
ser 15 milliards d’euros de dette (lire
aussi page 19). Elle ne pourra pas faire
face à cette échéance sans unaccordde
réductionde la dette avec ses créanciers
privés.
L’objectif de la négociationest d’aboutir
à une réduction significative du mon-
tant de la dette et à un étalement dans
le temps des remboursements. En
principe, les deux parties ont intérêt à
un tel accord. La Grèce
est dans une situation
classique d’étranglement
où le niveau de la dette est si élevé que
les chances qu’elle soit honorée sont
minces. Réduire le montant de la dette
rendrait celle-ci soutenable avec, à la
clé, de meilleures perspectives de rem-
boursements pour les créanciers.
Quels sont les points de blocages de la
négociation?
Le premier est l’objectif affiché d’un
accordde réductionde la dette, sur une
base de volontariat, avec la quasi-tota-
lité des créanciers privés de la Grèce.
Le second point de blocage est le refus
de la Banque centrale européenne (BCE)
–qui détient environ45milliards sur un
total de 200 milliards d’euros de dette
grecque–d’envisager toute perte sur la
dette qu’elle détient.
La volonté de parvenir à une réduction
de la dette grecque sur une base volon-
taire répond à deux motifs.
Le premier est de nature politique: une
restructurationvolontaire permettrait
à l’Unioneuropéenne de sauver la face
en maintenant que la zone euro n’est
pas soumise au risque de défaut unila-
téral d’un Etat.
Le secondmotif est qu’une restructura-
tionvolontaire éviterait que les produits
dérivés de crédit –credit default swaps
(CDS)–qui servent à assurer les inves-
tisseurs contre les pertes liées audéfaut
d’un Etat ne soient activés.
Prenons l’exemple d’une banque qui
détient une dette d’une valeur de 100,
et qui a acquis une assurance contre le
risque de défaut de la Grèce via unCDS.
Si la négociation aboutit à un accord
avec l’ensemble de créanciers sur la
base d’un échange volontaire de 100
d’ancienne dette contre 50de nouvelle
dette, la banque ne recevra aucunpaie-
ment via le CDS et perdra 50.
Si, par contre, deuxtiers seulement des
créanciers se mettent d’accordet que la
Grèce impose une réduction forcée de
la dette au tiers restant, il s’agit d’un
défaut et le CDS compense intégra-
lement la banque pour les 50de pertes.
Le contraste entre les deux situations
décrites éclaire deux problèmes fonda-
mentaux pour la Grèce et au-delà.
En premier lieu, quelle est l’incitation
pour une banque assurée contre le ris-
que de défaut via unCDS à accepter un
échange volontaire? Aucune puisque
sonassurance ne vaudra alors plus rien.
En deuxième lieu, présenter comme
volontaire une restructuration qui se
traduit par une réduction de 50% ou
plus du montant de la dette aura des
conséquences considérables sur le mar-
ché des CDS à travers le
monde. Les investisseurs
protégés contre le risque
de défaut via des CDS en viendront à
douter fortement de la valeur de leur
protection puisqu’elle n’assure pas le
risque d’une réduction massive mais
volontaire de la dette.
Le paradoxe est qu’en faisant en sorte
que les CDS grecs ne soient pas activés
–et évitant ainsi une perte pour les
vendeurs de CDS une perte entre 3 et
5 milliards d’euros–onpourrait mena-
cer la stabilité de l’ensemble dumarché
des CDS sur le risque de défaut sou-
verain, avec un risque maximum de
300 milliards d’euros.
Le refus de participation de la BCE est
unautre problème majeur. La BCEa ac-
quis pour 45 milliards d’obligations
grecques au plus fort de la crise. Si la
BCE refuse de réduire le montant de la
dette grecque qu’elle détient, cela si-
gnifie que la diminutiondu fardeau de
la dette grecque sera nettement plus
faible et que l’effort de réduction sera
exclusivement porté par les créanciers
privés.
Une façon de sortir de cette situation
serait que la BCEaccepte, elle aussi, une
réduction de la valeur de ses titres.
Celle-ci devrait être moins importante
que pour le secteur privé afinde pren-
dre encompte le rôle stabilisateur joué
par les achats d’obligationd’Etat par la
BCEpendant la crise. Une solutionsim-
ple serait que la BCEaccepte une réduc-
tion de la dette égale à la différence
entre la valeur comptable de la dette
initiale et le prix, plus faible, auquel la
BCEl’a acheté. Ce faisant, la BCEne fe-
rait aucune perte mais contribuerait à
finaliser une négociationqui s’est déjà
beaucoup trop éternisée.
Romain Rancière est chercheur à l’Ecole
des Ponts Paris­Tech et professeur à l’Ecole
d’économie de Paris.
ÉCONOMIQUES
Par ROMAIN
RANCIÈRE
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
REBONDS • 27
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
28 •
VOUS
DÉCLICS Le Net fleurit d’appels
aux signatures entous genres.
Tour d’horizondes plus sérieux
aux plus farfelus.
Pétitions
générales
sur leWeb
I
ls aiment les animaux plus que
tout. Ils ont beaucoupà dire contre
la SNCF. Ils enont marre de Nicolas
Sarkozy. Ils réclament la libération
des prisonniers politiques dans le
monde. Et plus de justice sociale. Ousi-
non un nouveau rond-point à l’entrée
nordduvillage. Ils pourraient manifes-
ter, militer, camper sous l’arche de
La Défense ouvoter aux élections. Mais
ils ont choisi un autre mode d’expres-
sion pour porter leurs revendications:
la pétitionenligne. Elle n’a, enFrance,
aucune espèce de valeur juridique, mais
a donné une nouvelle jeunesse à ce
sport national qu’est le rassemblement
de signatures à l’origine peucontrôlée.
Car, pour signer une pétitionenligne,
il suffit bien souvent de laisser une
adresse mail valide, un nom et un
prénomde son choix. Ce qui n’est pas
étranger auxscores records de certaines
d’entre elles. Cela ne mange pas de pain
de réclamer la démission du président
de la République quand on s’appelle
Gégé75, domicilié à l’adresse
babar567@gmail.com. Résultat: les si-
tes spécialisés cartonnent. En France,
le marché de la pétition est concentré
sur quelques liens: Petitions24.net, Pe-
titionpublique.fr ouMesopinions.com.
Ce dernier a été fondé, en2006, par un
développeur informatique qui, après
s’être retrouvé coincé dans un tram-
way, a créé un outil qui lui permettait
d’agréger la colère des usagers parta-
geant son infortune, afin d’interpeller
le syndicat des transports encommun.
Succès immédiat. Il y a un an et demi,
le site était racheté par deux associés
qui en ont fait une machine à si-
gner: 1,2 million d’abonnés et 4 mil-
lions de signatures. Baromètre parfois
glaçant, parfois hilarant et souvent sur-
prenant des préoccupations françaises,
petit tour des pétitions qui déchaînent
les passions. Ou pas.
Les blockbusters
Rassurant, la pétition en ligne la plus
populaire est aussi une des plus sérieu-
ses. Sur Petitions24.net, site de pétitions
francophone, plus de 112000personnes
ont répondu à l’appel «Gaz de schiste,
non merci», lancé par la coordination
des collectifs pour «le gel immédiat des
prospections et la suspension des permis
de recherche de gaz et pétrole de schiste
sur l’ensemble du territoire français». Pas
très loin derrière, grosse colère contre
unrejetoncélèbre: plus de 94000per-
sonnes ont eneffet signé pour que Jean
Sarkozyrenonceàprendrelaprésidence
de l’Epad(Etablissement public d’amé-
nagement de La Défense). Dont uncer-
tain nombre, peu au fait de l’actualité
outrès très opposés à JeanSarkozy, ont
même signé la pétition des mois après
que le fils du chef de l’Etat a annoncé
qu’il renonçait à se présenter à ce poste.
La pétitionavait été officiellement lan-
cée par un«collectif d’habitants duquar-
tier de La Défense inquiets», lequel se
trouve en réalité être un seul et même
homme, le très actif blogueur Christo-
phe Grébert, élu Modemde la ville de
Puteaux, qui trouvait l’aspect «mobili-
sation d’habitants»plus fédérateur que
le coup de gueule d’un élu.
Les minis qui font
le maxi
Au-delà des grands sujets de société, fi-
nalement pas toujours très fédérateurs
(«Contre l’homophobie» plafonne à
12 signatures, ou «Sortons de l’euro»
peine à atteindre les 20), ce sont les en-
jeuxlocaux, voire très locaux, qui fédè-
rent le plus. Sandra Semonespérait mo-
biliser quelques habitants de son
quartier sans vraiment devenir la Bri-
gitte Bardot d’Angers. Cette jeune mère
de famille, cadre dans les assurances, et
pas militante pour un sou, s’était ré-
cemment émue du sort des chèvres et
moutons des espaces verts de sa ville,
régulièrement massacrés et éviscérés
par des délinquants et leurs chiens. Elle
a envoyé un courrier à la mairie pour
que des mesures soient prises. Sans ré-
ponse. Sandra Semon a donc tenté la
pétition sur le Web. Succèsimmédiat :
près de 17000 signatures et ce qu’elle
appelle «une grosse responsabilité»,
celle de porter le combat au nom des
autres. Forte de ses nombreuxsignatai-
res, elle est désormais reçue enmairie.
«Cela intrigue les élus ces mouvements
citoyens, ils veulent savoir si j’appartiens
à un parti, si je suis proche de l’opposi-
tion.»Pour autant, rienn’a été fait pour
les moutons: «Je teste les limites de ladé-
mocratie participative», conclut-elle.
Les improbables
Parce qu’il n’ya pas vraiment de cadre,
à part celui que fixe le droit (diffama-
tion, incitation à la haine ou à la vio-
lence), on peut pétitionner sur tout et
n’importe quoi. Ainsi, parmi ces com-
bats incertains on trouve: «Contre la
nouvelle formule de Thalassa», «Boycott
Par ALICEGÉRAUD
IllustrationJESSYDESHAIS
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
28 •
VOUS
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
des artistes français qui ne paient pas
leurs impôts en France», «Pour l’instau-
ration de tests psychologiques pour les
candidats à la présidence de la Républi-
que». Les pétitionnaires les plus imagi-
natifs se recrutent sans discuter parmi
les défenseurs de la cause animale.
Mentionspéciale à l’appel «Pour sauver
les chats consommateurs de Friskies d’une
mort certaine»qui lance uncri d’alarme
contre le drame des chats «bouchés»
pour cause de croquettes. Bonne note
aussi à Louise, de Plaisance (Gers), pour
cet audacieux«Nonauxsignes maçonni-
ques dans nos dossiers administratifs».
Elle aurait repéré des points alignés bi-
zarrement dans certains textes pour
«influencer les magistrats»…
Les duels
Quelque 5001 personnes ont signé pour
la réhabilitation de DSK. 3753 pour
soutenir NafissatouDiallo. La première
a été lancée par un élu socialiste de
Sarcelles, la seconde par un élu
d’oppositionde Sarcelles. Oucomment
la Toile mondiale parvient, paradoxale-
ment, à relocaliser le débat.
Les tendancieuses
Chantal Renoir, qui n’est plus toute
jeune puisqu’elle se présente comme
«Française depuis 1388», a connuunvif
succès enrecueillant plus de 16000 si-
gnatures «Contre le financement public
des mosquées». Pétition qu’elle aurait
utilement puposter directement sur un
site concurrent de Mesopinions.com,
France-Pétition.com spécialisé dans
des colères pas toujours très saines :
«Contre le vote des étrangers», «Stop à
l’islamisation de l’Europe», «Pour un
retour au droit au sang», «Zemmour
président»…
Les bides
La pétitioncontre la précarité à Monaco,
déposée le 12 janvier, connaît des débuts
difficiles. Seules 12 personnes se sont
mobilisées contre la multiplicationdes
contrats à durée déterminée dans la
principauté. Unscore presque aussi pi-
toyable que «Nadine Morano, tun’as pas
ta place en politique», au motif qu’elle
«n’apporte rien au débat»: 29 signatu-
res, avant d’être mis hors ligne. •
Par ÉRICFAVEREAU
Cancer dusein: laHaute
Autoritédesantépour
undépistageunique
C’
est le dépistage le
plus populaire. Car il
est à la fois organisé
(DO) et individuel (DI), les
femmes pouvant choisir ce-
lui qu’elles préfèrent. Mais
voilà que la Haute Autorité
de santé n’est pas tout à fait
d’accord. Et souhaite que
le dépistage organisé de-
vienne «la modalité unique»
de détection du cancer du
seinpour les femmes de 50à
74ans. Stéphanie Barré, chef
de projet à la Haute Autorité
de santé, s’en explique :
«Aujourd’hui, 52%des fem-
mes de 50à 74ans participent
au dépistage organisé, ce
qui permet de détecter
16000 cancers par an.» Se-
lonles estimations de l’Insti-
tut national du cancer, si
toutes les femmes concer-
nées participaient au dépis-
tage, 3000vies seraient sau-
vées annuellement. Ce
dépistage organisé a l’avan-
tage d’être totalement gra-
tuit, et plutôt efficace, car
deux radiologues se pen-
chent sur les clichés.
A côté, il y a donc le dépis-
tage individuel (DI), souvent
prescrit par la gynécologue
ou le médecin traitant :
il est remboursé à 70%,
sans compter les éventuels
dépassements d’honoraires.
«Comme il n’y a pas de double
lecture, poursuit Stéphane
Barré, on laisse passer près
de 300 cancers. Et puis,
nous n’avons pas de données
précises sur le DI. Donc on ne
sait pas qui le fait, et qui ne le
fait pas.»
Aufinal, entout cas, entre DI
et DO, on arrive à toucher
entre 60et 70%des femmes
de 50 à 74 ans. Insuffisant
aux yeux de la Haute Auto-
rité de santé, «car ce taux
global de participation au dis-
positif de DOmasque des réa-
lités contrastées en fonction
des territoires et des popula-
tions». Ainsi, il est faible
dans des territoires comme
les centres des grandes vil-
les, ainsi que pour les classes
d’âge les plus jeunes (juste
après 50 ans) et les plus
âgées (de 70 à 74 ans) : chez
ces dernières, on ressent en
effet une démobilisationévi-
dente avec l’arrêt du suivi
gynécologique. Enfinet sur-
tout, le dépistage devrait être
fortement augmenté chez les
femmes ensituationde pré-
carité.
Comment y parvenir? «En
ce qui me concerne, cela dé-
pend, raconte une femme
de 59 ans. Une fois, c’est le
DO, une autre fois le DI. C’est
quand même pas très agréable
de se faire dépister, alors j’hé-
site.»Pour la Haute Autorité,
«il faut s’assurer que les
conditions sont réunies pour
permettre un choix libre et
éclairé des femmes, quelle
qu’en soit la modalité, dépis-
tage individuel ou dépistage
organisé». Certes… Néan-
moins, l’organisme recom-
mande «que les femmes sus-
ceptibles de tirer avantage du
dépistage du cancer du sein et
qui souhaitent en bénéficier
soient orientées vers le pro-
gramme organisé par les pro-
fessionnels de santé». Pour-
quoi pas ? Pour autant, la
Haute Autorité ne recom-
mande pas le dérembourse-
ment des mammographies
réalisées dans le cadre dudé-
pistage individuel «afin
d’éviter une démobilisationdes
femmes». Bref, on aimerait
changer le dispositif mais, en
attendant, on continue. A
juste titre. •
CARNET DE SANTÉ
1,9%
C’est la hausse du marché de l’automédication (soit
2,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires) en 2011 en
France selon le 10
e
baromètre de l’Afipa (Association fran­
çaise de l’industrie pharmaceutique pour une automédi­
cation responsable) rendu public hier. Dans le top10 des
médicaments vendus sans ordonnance qui ont le plus
boosté les recettes de ce secteur, on trouve (par ordre
d’importance) l’Oscillococcinum(9 millions d’euros), le
Doliprane (6 millions d’euros), le Magnevie B6 (5,5 millions
d’euros), le Voltarène, le Mag2, Le Mopralpro, l’Humex, le
Berocca, la Lysopaïne et le Nurofen.
La reproduction
de nos petites annonces
est interdite
Le Carnet
Christiane Nouygues
0140105245
carnet-libe@amaurymedias.fr
CARNET
SouvenirS
Pauline CLÉMENT
était née le 7 fevrier 1997, elle
a 20ans pour toujours depuis
le 25 mai 2007.
Sonpapa ne s'enremettra
jamais et pense encore plus
fort à elle aujourd'hui.
4 ans déjà, et onest enretard.
Ona pourtant progressé
bienvite.
T'aurais aimé.
Mathias Bonnauron
Le Carnet
Vous organisez
un colloque,
un séminaire,
une conférence…
Contactez-nous
Tarifs 2012: 16,30TTCla ligne
Forfait 10lignes :
153TTC pour une parution
(15,30TTCla ligne supplémentaire)
Abonnés et associations : -10%
Tél. 01 40 10 52 45
Fax. 01 40 10 52 35
Vous organisez
un colloque,
un séminaire,
une conférence…
Contactez-nous
Vous pouvez nous faire parvenir
vos textes par e.mail :
carnet-libe@amaurymedias.fr
Réservations et insertions
la veille de 9h à 11h
pour une parution le lendemain
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
VOUS • 29
ARTS NUMÉRIQUES Créé il ya unquart de siècle à Berlin,
le festival s’est penché cette année sur le thème de la
conditionhumaine face à la toute-puissance des réseaux.
Terreurs
de connexions
à Transmediale
«I
n/compatible»: se dit de choses qui ne
vont pas ensemble. Qu’il s’agisse d’un
mauvais branchement de machines, d’un
logiciel refusant de tourner sur unordina-
teur, d’une greffe qui ne prendpas, d’une société
où 1%des gens concentre pouvoir et richesses…
Ces incompatibilités aujourd’hui prolifèrent, don-
nant une impressionde dysfonctionnement géné-
ral qui s’exprime dans les crises multiples agitant
notre planète, qu’elles soient politiques, financiè-
res, technologiques, environnementales. C’est le
thème qui occupait cette année le festival des
cultures numériques, Transmediale (1), achevé à
Berlin dimanche, après cinq jours d’intenses ré-
flexions sur notre condition d’homme empêtré
dans le maillage toujours plus dense du réseau.
Le générique du festival, qui fêtait son quart de
siècle, traduisait parfaitement l’inquiétude
contemporaine, par un trou noir envahissant le
ciel limpide ducloudcomputing, cette informatique
dans les nuages, ultime horizonde notre civilisa-
tionoù tout serait connecté enpermanence pour
le bonheur de tous. Transmediale s’est employé à
déconstruire ce mythe de la transmissionparfaite,
de la fluidité des communications et de la vélocité
des transactions, en révélant le côté obscur de
notre ère technologique, notamment dans l’expo-
sition«DarkDrives», jeu de mots sur hard drive,
disque dur en anglais.
DÉCHARGES. C’est d’ailleurs un disque dur ex-
terne qui forme le noir joyauautour duquel gravite
l’exposition. Présenté sous cloche avec ce titre ex-
plicite, 5 Million Dollars 1 Terabyte, la boîte noire
fétichisée, présentée par le collectif américain
Art 404, est bourrée de logiciels téléchargés illéga-
lement, défi à la propriété intellectuelle. «Dark
Drives»fait cohabiter sans distinction un docu-
mentaire télé sur Mafiaboy, le hacker lycéen qui
a fait planter Yahoo, des photos Flickr de déchar-
ges électroniques, du code pour créer une fork-
bomb (attaque informatique) et des œuvres artisti-
ques du passé et du présent, comme le corrosif
Suicide Box du Bureau of Inverse Technology, un
dispositif électronique de surveillance des suicides
sur le GoldenGate, indexés sur les fluctuations du
DowJones. Manière de démontrer que ces pulsions
anxieuses et destructrices travaillent la culture po-
pulaire mainstreamcomme les pratiques artisti-
ques avancées.
Plusieurs œuvres montrent que la connexionpeut
être dangereuse, voire douloureuse, tant au plan
physique que mental. La photographie de Chris
Burden, Doorway to Heaven, documentant une
performance des années 70 où il s’est collé deux
câbles électriques sur la poitrine, manquant de
s’électrocuter, fait écho à celle de Hans Bernard,
du collectif Ubermorgen, star de l’«actionnisme
digital»qui a fini en HP, victime d’une psychose
maniaco-dépressive qu’il attribue à une trop in-
tense activité sur Internet. Enblouse d’hôpital, il
erre, hagard, dans unpaysage qui évoque le fond
d’écran Windows repeint en gris. Un désordre
mental guettant chacun de nous, si l’on en croit
la vidéo d’Eva et Franco Mattes My Generation,
montage de films YouTube montrant les relations
hystériques d’amour-haine entre l’homme et ses
machines récalcitrantes, avec les débordements
physiques violents résultants. La vidéoest présen-
tée sur un de ces ordinateurs saccagés qui aug-
menteront le tas d’e-rebuts que l’Occident déverse
dans les pays en voie de développement.
Le nouveaudirecteur de la manifestation, Kristof-
fer Gansing, préfère souligner le côté pro-
Par MARIELECHNER
EnvoyéespécialeàBerlin
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
30 •
CULTURE
SETROUVER
de LUIGI PIRANDELLO
ms Stanislas Nordey, TNBde
Rennes (35). Jusqu’au 11 février.
Rens. : 02 99 31 12 31. Puis au
Théâtre national de la Colline
(Paris XX
e
) du 6 mars au 4 avril.
L
e soir de la première, au
TNB de Rennes, un
spectateur a filé en
criant, à la fin du deuxième
acte: «C’est insupportable.
Les acteurs n’y sont pour rien,
mais la mise en scène, ce n’est
pas possible!»Peu après, un
dialogue sur scène jetait le
plus grand doute sur
l’«authenticité» de cette
sortie. «On ne se sauve pas
ainsi du théâtre», lance le
comte Mola à sonneveuEly,
qui n’a pas supporté de voir
sur scène Donata, la femme
qu’il aime. «Je n’y résistais
plus!»répondEly. «Tuaurais
pu attendre au moins la fin du
deuxième acte, que le rideause
baisse ! […] La sortie d’un
spectateur juste à ce mo-
ment-là!» Eclat de rire au
TNB. Et pour chacun, la
question lancinante: est-ce
un vrai ou faux spectateur
qui a quitté la salle? Il n’est
pas venu saluer à la fin.
Alors? Alors, c’était bienun
quidamexcédé, et l’onima-
gine que l’incident a dûravir
Stanislas Nordey, metteur en
scène de Se trouver pièce où
Luigi Pirandello installe une
nouvelle fois entre théâtre et
vraie vie un de ses jeux de
miroir.
Dépression. La mise en
abyme de Se trouver n’atteint
pourtant pas les niveaux de
sophisticationde Six Person-
nages en quête d’auteur, Ce
soir onimprovise oules Géants
de la montagne, trois des piè-
ces les plus connues du dra-
maturge italien. Se trouver
est d’abordle portrait d’une
actrice, Marta Abba, qu’il
aima à la finde sa vie. La Do-
nata de Se trouver est une
femme qui n’arrive pas à vi-
vre hors de ses rôles et qui en
souffre, révélant une dépres-
sionqu’elle décrit quandelle
raconte le retour dans la loge
après la représentation:
«Mais ce moment-là […] est
vraiment horrible. Le théâtre
s’est vidé… et tu ne peux pas
imaginer quelle épouvantable
misère…Tous sont partis, avec
quelque chose de moi vivant
dans leur souvenir […]. Et moi
les mains vides, dans ce si-
lence, devant ce grand miroir
[…], les yeux ouverts, ouverts,
à me fixer dans ce vide…»
Dans la belle maisonde bord
de mer où Donata se repose,
elle croise Ely, jeune peintre
alcoolique qui l’entraîne
dans une sortie suicidaire,
avant de lui sauver la vie.
Mais la renaissance amou-
reuse de Donata ressemble
plus à un cauchemar qu’à
une révélation. Plus que le
théâtre dans le théâtre, c’est
la finesse psychologique de
ce portrait qui fascine.
Diction. Qu’est-cequi, dans
la mise enscène de Nordey, a
puirriter le spectateur parti?
Une certaine mise à distance
du réalisme, notamment
dans la dictiondutexte? On
l’entend pourtant fort bien,
dans la belle traduction de
Jean-Paul Manganaro. Et
dans la bouche d’Emma-
nuelle Béart, qui a du mal à
nepas selaisser écraser par le
rôle, mais qui au moins en
montre les failles.
Envoyé spécial à Rennes
RENÉ SOLIS
THÉÂTREAuTNBavant Paris enmars, Stanislas
Nordeymet enscène une pièce rare de Pirandello.
«Se trouver», enjeux
de rôles à Rennes
Emmanuelle Béart et Vincent Dissez. PHOTOC. RAYNAUDDELAGE
ductif de l’in-compatibilité: «Rien n’est in-
compatible par nature. Il y apleinde failles oùl’action
politique devient possible, où la poésie peut naître.»
Il cite enexemple deuxprojets présentés aufestival
qui imaginent de nouvelles manières de connecter
les gens, plus intimes et locales, comme Netless,
de Danja Vasiliev, prototype de réseau qui ne né-
cessite pas de connexioninternet et qui utilise les
gens et le réseaude transport public pour véhicu-
ler l’information, ou R15N, du collectif berlinois
Telekommunisten, qui propose unusage nouveau
d’un outil obsolète…comme le téléphone!
R15N fait partie de la série de technologies de
«mé-communication»comme Deadswap, système
de partage de fichiers offline décentralisé, où les
participants, transformés en agents secrets con-
nectés par SMS, doivent se refiler une clé USB
sous le manteau. Dans R15N, au lieu de poster son
message sur Twitter, on s’enregistre au service
endonnant sonnuméro de téléphone. Le système
appelle et vous met en contact avec deux autres
personnes inscrites, sélectionnées au hasard,
auxquelles vous confiez le message de vive voix.
Celles-ci seront elles-mêmes mises en rapport
avec deux autres personnes à qui transmettre le
message, et ainsi de suite, jusqu’à ce que toute
la communauté soit avertie. Avec quand même
pas mal de chance que le message se perde en
route. «C’est une critique par l’absurde des plate-
formes de communication existantes», admet
Dmytri Kleiner des Telekommunisten, qui veut
inciter les gens à réfléchir à la façon dont les gou-
vernements ou acteurs privés tels Facebook,
Google, etc., interfèrent dans nos échanges et dé-
cident comment et avec qui on a le droit de com-
muniquer.
STRATÉGIES. On retrouve cette ambivalence et
cette destructioncréative dans le masque grima-
çant des Anonymous (Libération d’hier), qui ont
hanté le festival via des tchats IRCet des appari-
tions sur Skype. Ausit-invirtuel des premiers ré-
pondent les occupations physiques dumouvement
Occupy, et ses légions de Bartleby exprimant des
aspirations incompatibles avec le capitalisme fi-
nancier. Jamais le terme communisme, au sens
d’une utopique société de pairs, n’aura autant ré-
sonné dans les allées du Haus der Kulturen der
Welt, où se tenait le festival.
Sur le planartistique, l’in-compatibilité n’a jamais
été unfreinà la création, encourageant les straté-
gies de contournements ou d’accouplements
contre nature, comme l’atteste l’appareillage hé-
téroclite utilisé par le mythique Joshua Light
Show, reconstitué pour produire ses visuels psy-
chédéliques 100%artisanaux. Brancher une sortie
sonsur une entrée vidéooulire unfichier d’image
jpeg dans untraitement de texte, permet de géné-
rer toute sorte d’accidents que recherchent les
glitch artists comme Rosa Menkman. Ou Jon Sa-
trom, auteur de performances chaotiques sur son
Prepared Desktop, qui joue avec la nature impar-
faite de la technologie. Car, comme dit l’artiste
chicagoan, «il n’existe pas de bonne manière de mal
faire les choses». •
(1) www.transmediale.de
My Generation, 2010,
d’Eva et Franco Mattes
aka 0100101110101101.org.
PHOTOCOURTESYOF THEARTISTS
© DR
©
D
id
ie
r
A
d
a
m
© DR © DR
g
r
a
p
h
is
m
e
:
w
w
w
.d
is
t
il
l
a
t
e
u
r
g
r
a
p
h
ik
.c
o
m
Libe2_24,8x4,1.indd 1 06/02/12 13:48
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
CULTURE • 31
G
ibson, le mythique
luthier américain,
tient-il sa singularité
d’un sombre trafic le bois
dont il fait ses guitares ?
Dans la tourmente de-
puis 2009, le fabricant a subi
une nouvelle perquisitionfin
août. Les fédéraux du U.S.
Fish and Wildlife Service
(FWS, organisme fédéral qui
s’occupe de la gestion de la
vie sauvage) ont trouvé dans
les usines de Nashville et
Memphis des palettes de bois
posant problème. Or, Henry
Juszkiewicz, président de
Gibson Guitars Corp., af-
firme que «le bois que le gou-
vernement a saisi est livré par
un fournisseur certifié». Pour
lui, il s’agit d’un coup de
force pour déstabiliser l’en-
treprise. Pourtant, dans les
usines fouillées, les bois in-
criminés (bois de rose,
ébène), comme les guitares
façonnées dans ces mêmes
bois, sont d’une essence pro-
tégée de Madagascar.
Chanteuse. Dernier rebon-
dissement en date, fin jan-
vier à la National Association
of Musical Merchants. Le Sa-
lon des facteurs d’instru-
ments à Anaheim, en Cali-
fornie, y a pris un air de
polémique, sous l’impulsion
de Razia Saïd, chanteuse
malgache interpellant ainsi
l’assistance: «Vous voulez du
bois illégal dans vos guita-
res ?» Une charge visant
Gibson. Razia Saïdmène son
combat au côté de l’ONG
Friends of the Earth. Elle ex-
plique au site Sauvonslafo-
ret.org: «Chaque jour, des
milliers d’arbres sont abattus.
Les moyens de subsistance de
la population et l’habitat d’es-
pèces animales uniques sont
détruits à jamais. En soute-
nant le Lacey Act, vous aidez
les habitants de Madagascar
et du monde à ne pas perdre
cette biodiversité unique.»
Adopté en 1900 aux Etats-
Unis, le Lacey Act est la plus
vieille loi sur la protection
des espèces naturelles. Re-
gonflée en 2008, la loi a
renduillégauxl’importation,
l’exportation, le transport, la
vente, la réception, l’achat
des faune et flore rares.
Sur ce, Gibson se faisait
cueillir une première fois en
novembre2009. Les fédéraux
duFWSavaient été mis sur la
piste des fraudeurs par une
déclarationsous serment at-
testant que l’entreprise utili-
sait des bois issus illégale-
ment de Madagascar. Les
écologistes nationauxavaient
à l’époque saisi plusieurs pa-
lettes de bois douteux.
Tea Parties. A ce stade, il
était question de savoir si
Gibson avait seulement
acheté du bois illégal ou si
l’entreprise musicale enavait
fait importer en toute con-
naissance de cause. Mais le
fabricant acontre-attaquéen
se liguant avec le plus gros
producteur de papier au
monde, Asia Pulp & Paper,
groupe indonésien, pour
s’employer à assouplir les
règles du Lacey Act, voire,
dans le meilleur des mondes,
les supprimer. Appuyée par
les Tea Parties, une demande
de modificationde la loi a été
déposée au Congrès amé-
ricain. Aveccetteinitiative, le
fabricant scie curieusement
la branche de sa défense.
Henry Juszkiewicz qui, en
plus d’être décideur chez
Gibsonet siège auconseil de
Rainforest Alliance, s’est
apparemment mis encongé,
enattendant les résultats de
l’enquête.
RIYADCAIRAT
TRAFICDes végétaux venus de Madagascar qu’utilise
le fabricant américainde guitares seraient illégaux.
Gibson, dubois dont
onfait les couacs écolo
Historienne, théoricienne
de la danse contempo­
raine, critique, Laurence
Louppe est morte diman­
che de complications res­
piratoires. Née en 1938, elle
aura accompagné nombre
de chorégraphes, notam­
ment Dominique Bagouet,
enseigné, et animé des
débats et rencontres sur
le monde de la danse et
de l’art. Elle avait égale­
ment longtemps travaillé
à Art Press et même colla­
boré à Libération à la fin
des années 80. Auteure
de plusieurs livres, dont
Poétique de la danse
contemporaine (Contre­
danse, 1997), ronde, les
cheveux en bataille, le
visage poudré, la voix haut
perchée et les collants
souvent filés, Laurence
Louppe avait un charme
décalé, qui opérait. On ne
l’oubliera pas non plus
comme interprète, notam­
ment dans une pièce
d’Alain Buffard, Disposi­
tifs 3.1, où, en perruque
blonde (photo), elle paro­
diait son propre rôle de
critique. PHOTOMARCDOMAGE
LA CRITIQUE
LAURENCE
LOUPPE
N’EST PLUS
DISPARITION
Liz Green Plaisir folk du début
d’année avec le CDODevotion!
Point éphémère, 200, quai de
Valmy, 75010. Ce soir, 20h.
Sallie Ford &The Sound
Outside Rock de Portland,
Oregon, à la modernité vintage
Divan du Monde, 75, rue des
Martyrs, 75018. Ce soir, 20h.
Charles Gayle Trio Jazz libre
(+Cappozzo­Léandre) Dynamo,
9, rue G.­Josserand, Pantin (93).
Ce soir, 20h30.
MÉMENTO
3,38millions
C’est le nombre d’Allemands qui, en deux mois,
auraient vu Intouchables. Le filmd’Eric Toledano et
Olivier Nakache (en allemand, Ziemlich Beste Freunde,
soit «plutôt meilleurs amis») a dépassé ainsi Bienvenue
chez les Ch’tis et le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain,
les deux précédents records français outre­Rhin.
Dans l’Hexagone, Intouchables a atteint les 19 millions
d’entrées à ce jour.
Super-héros super rentables
Le filmChronicle, qui raconte la vie de trois lycéens se dé-
couvrant des pouvoirs de super-héros après contact avec une
mystérieuse substance, a raflé 22 millions de dollars
(16,8 millions d’euros) de recettes et s’est installé entête du
box-office américainlors de sa première semaine d’exploita-
tion. Il est suivi de près par le filmd’horreur la Dame en noir,
avec l’acteur britannique Daniel Radcliffe, ex-Harry Potter.
LaFolleJournéetoujours plus haut
Consacrée à la musique russe de 1860 à nos jours, la Folle
Journée, qui s’est achevée dimanche à Nantes, annonce avoir
vendu 152000 billets, soit 14000 de plus que l’an dernier.
Deuxautres versions dufestival auront lieuen2012, auJapon
et à Varsovie.
Sixinconnus candidats àl’immortalité
Qui occuperalefauteuil deJacquelinedeRomillyàl’Académie
française? L’élection, fixée au 1
er
mars, départagera Alexis
Antois, Michel Carassou, Yves-Denis Delaporte, Mathieu
François du Bertrand, Michel Le Guern et Olivier Mathieu.
«Eléphants
rugissants, rats qui
dégagent, mer qui
tempête, pirates,
tout ça bons
pièges.»
Extrait deParamour
(P.O.L, 2009) dela
poétesseaméricaineStacy
Doris décédéele1
er
février
àl’âgede49ans
FRANÇOIS MOREL
LE BOURGEOIS GENTILHOMME
décOR GOuRy, cOSTUMES PAtRIcE cAuchEtIER, LUMIèRES DOMINIquE BORRINI, cHORéGRapHIE cécILE BON,
dIREcTION MUSIcaLE BENjAMIN PERROt, cOIffURES ET MaqUILLaGES VéRONIquE SOuLIER-NGuyEN,
aSSISTaNTE à La MISE EN ScèNE NAtAchA GARANGE, TRaVaIL VOcaL VINcENt LEtERME
ALAIN PRALON SOcIéTaIRE HONORaIRE dE La cOMédIE-fRaNçaISE MARIE-ARMELLE DEGuy, OLIVIER BIOREt, aNIcET cAStEL,
STEpHEN cOLLARDELLE, JOSS cOStALAt, EUGéNIE LEFEBVRE, daVId MIGEOt, EMMaNUEL NOBLEt, ROMaIN PANASSIE,
caMILLE PELIcIER, GILIaN PEtROVSkI, GéRaLdINE ROGuEz, fRédéRIc VERSchOORE, HéLOïSE WAGNER
L’ENSEMBLE BAROquE LA RêVEuSE, fLORENcE BOLtON, OLIVIER BRIAND, BENJaMIN chENIER, BERTRaNd cuILLER,
STEpHaNE DuDERMEL, cLaIRE GRAttON, JEaN-LUc hO, BéRENGèRE MAILLARD, BENJaMIN PERROt, THIBaUT ROuSSEL,
aVEc La paRTIcIpaTION aRTISTIqUE dU jEuNE théâtRE NAtIONAL
Création du Cado Centre national - orléans - loiret
DireCtion JEan-CLaudE HoudinièrE, LoïC VoLard
en CoproDuCtion aveC le théâtre De la porte saint-Martin
cOMédIE-BaLLET dE MOLIèRE ET jEAN-BAPtIStE LuLLy
MISE EN ScèNE cAthERINE hIEGEL
LOCATION 01 42 08 00 32
www.portestmartin.com
mAgAsINs fNAC, CArrefOur, vIrgIN, AgeNCes, gALerIes LAfAyeTTe, AuChAN, www.fNAC.COm
FR
E
D
E
R
IC
E
. M
E
I &
M
’W
R
O
U
M
F
18, Bd saint-martin
75010 Paris
m° strasbourg saint-Denis
EXE_LBG_LIBE_80x163b.indd 1 30/01/12 17:31
Antoni Tapies, mort d’un grand abstrait
Le peintre et sculpteur catalanAntoni Tapies
est décédé, hier, à Barcelone à l’âge
de 88 ans, selondes sources de la municipa-
lité de Barcelone, averties par la famille.
D’après le quotidienLa Vanguardia, l’artiste
serait mort des suites d’une brève maladie.
Ce grand de l’art abstrait en Europe était
connu pour ses toiles et ses compositions
étonnantes parfois réalisées avec des maté-
riaux de récupération. L’œuvre d’Antoni Ta-
pies (photo en 2001), artiste autodidacte, a
été associée dès ses débuts à d’autres grands
noms de l’art duXX
e
siècle, comme le Cata-
lanJoanMiro, et au mouvement surréaliste.
Dès hier soir, le journal El Mundo a salué «le
dernier grand artiste du XX
e
siècle». Antoni
Tapies, qui a créé plus de 8000 œuvres, ex-
posées dans les principauxmusées d’art con-
temporaindu monde, était fidèle aux maté-
riaux pauvres : ficelle, fil de fer, paille et
terre. (Avec AFP) PHOTOCHRISTIANMAURY. GAMMA.
RAPHO
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
32 • CULTURE
Mode et Bien-être
BIJOUX
BIJOUX SIGNÉS : BOUCHERON,
CARTIER, CHAUMET, CHOPARD,
MAUBOUSSIN, etc.
BIJOUX - DÉBRIS OR - LINGOTS - PIECES OR
et ARGENT DIAMANTS
MONTRES : CARTIER, ROLEX, BREITLING, etc.
L’EMERAUDE L’EMERAUDE
ACHAT OR
ACHÈTE LES BIJOUX
PLUS CHER QUE LE POIDS D'OR
57 ANNEES D’EXPÉRIENCE
www.emeraude.fr
Paris 2
e
25, RUE LOUIS LE GRAND
M°Opéra
DU LUNDI AU SAMEDI DE 10H A 19H
0147424082
Paris 17
e
2, BD BESSIERES
- M° PORTE de Saint-Ouen
0146275639
Paris 18
e
47, R. DAMREMONT
- M° Lamarck Caulaincourt
0142522545
EXPERT depuis 1954
en Bijoux et Monnaies
Or et Argent
REpERTOIRE
ENTRE
NOUS
MESSAGES
pERSONNElS
repertoire-libe@amaurymedias.fr Contact: Tél: 01 40 10 51 66
entrenous-libe@amaurymedias.fr
Contact: Tél: 01 40 10 51 66
FORMATION
mouamrane@amaurymedias.fr Contact: Tél: 01 40 10 52 11
diVerS
ÉCOLE
D’INGÉNIEURS
› Informatique / Réseaux
Télécommunications
› Électronique / Systèmes embarqués
Systèmes d’information
› Biotechnologies / Bioindustries
Énergies renouvelables
› Génie industriel
www.esiee.fr
SAMEDI 11 FÉVRIER
10H À 17H
Cité DESCARTES (RER A)
2 boulevard Blaise Pascal
93160 NOISY-LE-GRAND
01 45 92 67 78
jpo@esiee.fr
Journée
Portes
Ouvertes
PreSSe
01 53 24 68 68 - www.emi-cfd.com
7, rue des Petites Écuries Paris 10
e
8 au 10 février 2012
Correction et réécriture
Du 2 mai au 20 juillet 2012
Les principes de la réécriture
20 au 22 février 2012
Objectif zéro faute
29 février et 7, 14, 21 mars 2012
Concevoir un projet de livre
Se perfectionner
Donnez du sens à vos formations
01 53 24 68 68 - www.emi-cfd.com
7, rue des Petites Écuries Paris 10
e
Se perfectionner
Donnez du sens à vos formations
Les techniques de l'iconographie
6 au 8 février 2012
Lightroom
15 au 17 février 2012
Gérer des images numériques
27 au 29 février 2012
Iconographie multimédia
Du 19 mars au 13 avril 2012
01 53 24 68 68 - www.emi-cfd.com
7, rue des Petites Écuries Paris 10
e
La postproduction du son pour le web
13 au 15 février 2012
Réussir une interview vidéo
15 au 17 février 2012
La captation de spectacle vivant
22 au 24 février 2012
Journaliste vidéo
multimédia1
er
mars au 3 août 2012
Apprendre un métier
Découvrez nos formations qualifiantes
Formez-vous à votre rythme
Les cours du soir
01 53 24 68 68 - www.emi-cfd.com
7, rue des Petites Écuries Paris 10
e
Les outils de la PAO
Techniques de base du journalisme
Correction-relecture
21 mars au 27 juin 2012 - 60 heures
Atelier d'écriture
21 mars au 13 juin 2012 - 30 heures
Les bases de la stylistique
Pardonnez-moi d'avoir tél à
votre père. Je voulais prendre
de ses nouvelles, il est affaibli
mais il va mieux.
C'est la faute du net. Céline
a Votre SerViCe
2 ROUES
A.V: Scooter médical électr.,
pr pers à mob. réduites
4 roues, achetée 4.500
haute-gamme, état neuf
cause décès,
Vendu 1.750
Tél : 06.99.63.09.75
DÉMÉNAGEURS
aVS - LeS inteLLoS
Vous déménage
depuis 20ans au juste prix
PariS etLaProVinCe
Garde-MeUBLeS
DEVIS GRATUIT
tél. 01.42.23.23.24mail :
avsparis@wanadoo.fr
"déMénaGeMent
UrGent"
MiCHeLtranSPort
devis gratuit.
Prix très intéressant.
tél. : 01.47.99.00.20
micheltransport@
wanadoo.fr
Carnet de déCoration
ANTIQUITÉS/BROCANTES
Achète Tableaux
anciens
XIX
e
et Moderne
avant 1960
Estimation gratuite
EXPERT MEMBRE DE LA CECOA
V.MARILLIER@WANADOO.FR
06 07 03 23 16
Tous sujets, école de Barbizon,
orientaliste, vue de venise,
marine, chasse, peintures de
genre, peintres français &
étrangers (russe, grec,
américains...), ancien atelier
de peintre décédé, bronzes...
sur notre site
http://petites-annonces.liberation.fr
par téléphone
01 40 10 51 66
A l’occasion
de la Saint Valentin
déclarez votre flamme
Amour l’
s’écrit
dans
ABONNEZ-VOUS
à l’offre INTÉGRALE
19
,90€
au lieu de 39
,70€
SANS
ENGAGEMENT
DE DURÉE
par mois*
Chaque jour
le quotidien, livré chez vous
avant 7h30 par porteur spécial*
du lundi au samedi
24h/24 et 7j/7
tous les services
et contenus
numériques en
accès libre
Les appli
iPhone & iPad
(compatibles Androïd)
Libé en format
numérique + de
nombreux contenus
enrichis (vidéo,
galerie photo, info
en temps réel)
Chaque mois
Next, le mensuel
Cinéma, musique,
mode, arts,
design & archi…
Vous pouvez aussi vous abonner très simplement sur : http://abo.liberation.fr
Nom Prénom
Adresse
Code postal Ville
Téléphone E-mail @
Abonnez-vous
À découper et renvoyer sous enveloppe affranchie à Libération,
service abonnement, 11 rue Béranger, 75003 Paris
Oui, je m’abonne à l’offre intégrale Libération. Mon abonnement intégral comprend la livraison de Libération chaque
jour par portage** + tous les suppléments + l’accès permanent aux services numériques payants de Libération.fr + le journal
complet sur Iphone et Ipad (formule « web première » incluse).
AP1001
Signature obligatoire :
Carte bancaire N°
Expire le Cryptogramme Date
les 3 derniers chiffres au dos de votre carte bancaire mois année
http://abo.liberation.fr
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
ANNONCES • 33
PRÉSIDENTIELLEAprès le coupd’éclat de Dominique Souchier, contraint de ne plus
recevoir d’invités politiques sur Europe 1, le PAFs’embrouille sur le temps de parole.
Encampagnefleurit
lacrised’antennes
U
n Souchier part en vrille et c’est
tout le PAF qui dévisse. Samedi
matin, endirect sur Europe 1, Do-
minique Souchier, quinze ans de
C’est arrivé cette semaine au compteur, an-
nonce qu’il met une finà sonémission. Mo-
tif: sa directionlui interdit désormais de re-
cevoir des invités politiques au prétexte de
respecter le temps de parole pendant la prési-
dentielle. Ah terrible démocratie imposant
aux télés et radios de recevoir tous les candi-
dats à l’Elysée quand ce serait quand même
plus simple de ne recevoir que Nicolas
Sarkozy et François Hollande…Mais voilà, il
y a un Conseil supérieur de l’audiovisuel
(CSA), chargé d’appliquer la loi et d’assurer
le pluralisme dans les médias (Libération de
vendredi). Lequel CSAa rendu publics ven-
dredi les relevés de temps de parole de jan-
vier qui montrent, quelle surprise, une bipo-
larisationouplutôt unhold-updes antennes
aubénéfice de Sarkozyet Hollande. Le Prési-
dent a squatté entre 15% (sur M6) et 48%
(sur BFM Business) du temps de parole. Si
télés et radios ont jusqu’au 19 mars pour se
remettre d’aplomb, la sortie de Souchier
pourrait bien faire des émules dans le PAF.
D’autant que tous n’appliquent pas de la
même façonles règles du CSA. Visite guidée
du pataquès.
Si vous avez manqué le débat
Bonalors, ons’accroche. D’abord, il ya trois
périodes. L’actuelle: il s’agit là de respecter
l’équité dutemps de parole (quandle candi-
dat ouunde ses soutiens parlent) et dutemps
d’antenne (quand la télé ou la radio parle
d’un candidat). L’équité, c’est du doigt
mouillé: résultats aux précédentes élections,
sondages, capacité à faire campagne. Un
principe qui privilégie les candidats des
grands partis et fait hurler les autres. Apartir
du 20 mars, jour de la publicationde la liste
des candidats au JO, on entre dans la
deuxième période: égalité du temps de pa-
role et équité du temps d’antenne. Puis dès
le 9 avril, deux semaines avant le premier
tour (22 avril), c’est la troisième période:
égalité de temps de parole et de temps d’an-
tenne. Avec unbonus: des conditions de pro-
grammationcomparables qui interdisent de
coller les petits candidats aumilieude la nuit.
Et qu’est­ce que ça donne?
En janvier, c’est du grand n’importe quoi.
Qui donc, sur TF1, se retrouve en troisième
position avec 20%du temps de parole der-
rière Sarkozyet Hollande? Nathalie Arthaud,
la candidate de Lutte ouvrière! Et qui, sur
M6, a eule temps de parole le plus long? Ma-
rine Le Pen. Mais la Une, comme les autres,
a jusqu’au 19 mars pour compenser. C’est
dire qu’onrisque de ne plus voir très souvent
Nathalie Arthaudsur TF1. Sur les chaînes info
qui retransmettent les meetings endirect, on
arrive à des scores pantagruéliques avec
18h40 de Sarkozy (ou de ses soutiens) sur
LCI. Ou 16h13 de Hollande sur i-Télé.
Et c’est quoi le problème?
Pour l’instant, ça va: c’est le régime de
l’équité. Mais à partir du 20 mars, il faudra
qu’une minute de Sarkozy soit compensée
par une minute de Mélenchon, de Hollande,
de Nihous, etc. Facile à faire pour une quoti-
dienne, plus compliquée pour une émission
hebdomadaire. Sauf que télés et radios ne
sont pas tenues, dans cette période, de com-
penser au même moment : en clair, le
20 heures de France 2 peut inviter certains
candidats et les autres être reçus au13 heures
ou dans Mots croisés. Ce qui ne sera plus
autorisé lors de la troisième période où ré-
gnera la stricte égalité.
Info ou rigolade?
Attention: pour son calcul du temps de pa-
role, le CSA distingue les JT et magazines
d’information des autres programmes. En
clair, le sérieux de la rigolade. Dans cette ca-
tégorie, selon le dernier relevé, TF1 a ainsi
accordé non pas une minute, non pas une
heure mais bel et bien zéro temps de parole
aux politiques. QuandFrance 2 totalise 1h52
dans les émissions dites «de programmes»,
à savoir essentiellement On n’est pas couché,
de Laurent Ruquier, oùil reçoit les candidats
Par RAPHAËLGARRIGOS
et ISABELLEROBERTS
01:41:22 01:38:10
22:33:45 13:02:05
02:15:35 04:00:17 01:47:24 00:17:23
61:37:26
00:53:06
13:15:41 86:59:23 16:40:13 04:29:36
heures minutes secondes
CORINNELEPAGE
JEAN-LUCMÉLENCHON
HERVÉMORIN FRÉDÉRICNIHOUS PHILIPPEPOUTOU
NICOLAS
SARKOZY
DOMINIQUEDEVILLEPIN
NATHALIEARTHAUD
FRANÇOISBAYROU
CHRISTINEBOUTIN
NICOLAS
DUPONT-AIGNAN
FRANÇOISHOLLANDE EVAJOLY MARINELEPEN
LE TEMPS DE PAROLE DES CANDIDATS… …et de leurs soutiens, du 1
er
au 27 janvier, à la télévision et à la radio
NPA
(Nouveau parti
anticapitaliste)
Nouveau
centre
Parti chrétien
démocrate
Debout
la République
Lue
ouvrière
Cap 21 CPNT
(Chasse, pêche,
nature et traditions)
Le Front
de gauche
UMP PS Modem FN Europe
Ecologie-
les Verts
République
solidaire
S
o
u
r
c
e

:

C
S
A
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
34 •
ECRANS&MEDIAS
depuis début janvier. Canal+est le champion
en la matière avec 4h16, un gros volume dû
surtout auGrand Journal (mais pas l’émission
Dimanche+ comptabilisée avec les JT, c’est
bien, vous suivez).
Et pourquoi Ruquier alors?
Mais oui, vous suivez vraiment. Ruquier est
en effet une émission de programmes avec
des politiques, mais les autres émissions de
programmes de France 2 n’y ont plus droit.
«AFrance Télévisions, nous avons décidé de ne
plus recevoir les politiques que dans les magazi-
nes d’information», explique Anne Grand
d’Esnon, directrice des relations institution-
nelles, avec une exceptionpar chaîne: Onn’est
pas couché sur France 2, Ce Soir (oujamais!)
sur France 3, Cà vous sur France 5 et le Monde
vu par sur France Ô.» Problème, les émis-
sions en question ne sont pas forcément au
courant, ainsi Frédéric Taddeï : «Je pensais
qu’onn’avait plus le droit d’inviter de politiques,
et puis j’ai vu que Ruquier le faisait…»
D’ubuesques, les situations peuvent virer au
brindezingue, comme dans le cas de Chris-
tophe Alévêque, qui le temps de la campagne
s’est inventé unpersonnage de candidat pour
rire, Super rebelle, et se retrouve sur la liste
des candidats établie par France Télévisions.
Et se voit rejeté d’Avant-Première sur
France 2, au prétexte que l’émissionne peut
recevoir d’invités politiques…«Je ne crie pas
à la censure, dit Alévêque, pince-sans-rire,
mais juste, enlevez-moi de cette liste!»
Le cas Souchier
Dans C’est arrivé cette semaine sur Europe 1,
Dominique Souchier retraçait l’actualité de
la semaine avec des invités de tous horizons:
économistes, philosophes, politiques, histo-
riens. Cette décision de ne plus inviter de
politiques (prise en son absence et dont il a
eu vent par un SMS) le «meurtrit». La res-
ponsable de la meurtrissure, la directrice de
l’info, Arlette Chabot, se défend: «On a tous
des difficultés avec la loi sur le temps de parole,
alors on voit comment un peu mieux contrôler.
Nous avons décidé de réserver les invités politi-
ques aux émissions politiques, et de demander
aux autres émissions de ne pas en inviter, c’est
le cas de Dominique Souchier, mais aussi Des
clics et des claques.»La décisionvient donc
d’Europe 1 et pas duCSA, et pour Dominique
Souchier, c’est clair: «Il n’y a aucune règle
qui dit “il n’y aura pas d’invité politique chez
Souchier”. Dans cette histoire, le CSA a bon
dos.»«Oui, répond Arlette Chabot, mais si-
non on ne s’en sort pas, là il y avait l’idée
d’échapper à une comptabilité compliquée,
puisqu’il aurait fallu compenser l’invité politi-
que de Dominique Souchier en invitant des pe-
tits candidats dans d’autres émissions de pro-
grammes.»Fallait-il classer Souchier dans
les programmes ? C’est la question que se
pose Fabienne Le Moal, présidente de la so-
ciété des journalistes d’Europe 1 qui soutient
Souchier: «Nous allons avoir un débat avec
Denis Olivennes [PDGd’Europe 1, ndlr] pour
voir comment on respecte la pluralité politique
sans tuer le débat.»
Combien de Souchier?
A RTL, «on continue d’inviter jusqu’au
20mars». Mais après, indique unporte-pa-
role de la station, «nous édicterons des règles
pour ce principe, il est vrai, très contraignant,
du respect des temps de parole». AFrance In-
ter, la directrice adjointe, Laurence Bloch,
parle d’«un travail de pédagogie incessant,
constant et répété». Pas d’interdiction sur la
radio publique, mais une «recommandation»
écrite par Laurence Bloch et Philippe Val à
tous les producteurs d’émissions de pro-
grammes (donc endehors de l’info). «Nous
leur recommandons, explique-t-elle, d’éviter
le plus possible d’inviter les candidats mais s’ils
le font, à charge pour eux de respecter les règles
du CSA dans leur émission et de recevoir les
autres.»Ce qui, aupassage, auregarddes rè-
gles du CSA, n’était pas obligatoire…•
RÉVOLUTIONAlors que les rares publications
sont muselées, le Parti communiste décrète
un«journalisme objectif»sans autocensure.
Presse cubaine:
investigationet
effets de manchette
«T
iene Granma de hoy?» («Vous
avez Granmad’aujourd’hui?»).
Dans sa baraque de bois blanc
écaillé qui fait face aux anciens docks
duport de La Havane, la kiosquière far-
fouille dans un tas de vieux papiers
avant de hocher négativement la tête.
Elle a bienunexemplaire de la veille de
Juventud Rebelde, le quotidien de «la
jeunesse cubaine», mais Granma, l’or-
gane officiel du comité central du Parti
communiste comme il est précisé en
une, n’a pas été livré. Ou arrivera plus
tard, personne ne sait vraiment. Un
vendeur de rue rencontré sur la Plaza de
Armas, en plein centre-ville, en a lui
une dizaine d’exemplaires sous le bras
qu’il vend l’équivalent de quelques
poussières d’euros l’unité.
Mais le journal papier, pourtant uni-
quement presse d’Etat, est quasiment
absent de la vie des Cubains dans la ca-
pitale. Pas de quotidienpour accompa-
gner le petit-déjeuner,
pas de papier à triturer
en marchant dans les
rues ou à déplier pour
jeter un œil sur un fait
divers ouunrésultat de
sport après s’être assis
sur unbanc public. Les
difficultés économiques
de l’île et l’embargo
américain, qui crucifie
Cuba depuis plus de cinquante ans,
l’empêchent de s’approvisionner
correctement en papier journal et en
encres d’imprimerie. Les tirages sont
donc confidentiels et réservés aux
grandes administrations. Il ya les radios
d’Etat, bien sûr. Et puis les chaînes de
télévisions officielles. Quelques revues
digitales et les sites de Granma et de Ju-
ventud, aussi. Mais à 6 euros l’heure
d’Internet pour unsalaire moyend’une
quinzaine d’euros par mois, les Cubains
préfèrent consulter leur messagerie que
dévorer le résumé dudernier «débat sur
la relation du Parti avec les organisations
de masse».
«Culte du secret». C’est dans ce
contexte quasiment sans presse papier
que les autorités ont choisi de taper fort.
Lors de la Conferencia, sorte de mini-
congrès du Parti communiste cubain
(PCC) qui s’est tenu à la findu mois de
janvier, l’assemblée a souligné la né-
cessité de développer «un journalisme
objectif et d’investigation»permettant
«d’éliminer l’autocensure, le langage bu-
reaucratique, la facilité, la rhétorique, le
triomphalisme et la banalité».
Rienque ça. D’ailleurs, le président cu-
bain, Raúl Castro, qui a définitivement
succédé à son frère, Fidel, en fé-
vrier 2008, a lui-même stigmatisé à
plusieurs reprises le «culte du secret»,
en réclamant une presse plus critique
envers les institutions.
«Tout ça, c’est du blabla, rigole unjour-
naliste de l’audiovisuel. On est tellement
mis sous pression permanente par les
autorités, on se sent à tort ou à raison tel-
lement vulnérables si on critique des déci-
sions gouvernementales ou même locales,
on a tellement peu d’éléments objectifs
à notre disposition, qu’on préfère se réfu-
gier dans une autocensure finalement bien
confortable.» Car il y a en effet peu de
marge entre la critique et les accusa-
tions éventuelles d’être un«anticubain»
ou un «contre-révolutionnaire».
«Obstruction». Ala finde la semaine
dernière, Tubal Paez, le président du
syndicat des journalistes cubains, a
également dénoncé la persistance des
difficultés pour ses administrés à exer-
cer leurs fonctions de manière plus libre
et indépendante. «On ne voit pas dans
les instances administratives la compré-
hension du droit des mé-
dias à apporter la vérité
à la population», a-t-il
notamment déclaré à
l’agence cubaine d’in-
formation AIN.
«Il est vrai que nous
aussi devons faire preuve
de plus de disponibilités,
reconnaît sans détour
Fernando Rojas, vice-
ministre de la Culture. Les fonctionnaires
doivent devenir des sources d’information
fiables et construites. Nous devons donner
des explications plus serrées aux journa-
listes qui nous consultent.» Ce qui ne
l’empêchera pas d’éluder avec beau-
coup de gentillesse mais autant de
constance nos questions concernant le
budget annuel de sonministère. Tout en
appelant de ses vœux l’avènement
d’une presse «révolutionnaire non offi-
cielle».
Depuis de nombreuses années, l’accès
à l’informationest l’une des demandes
régulières des journalistes cubains. Au
mois de juillet, Granma dénonçait
même «l’obstruction» en vigueur au
sein des administrations et des entre-
prises publiques. Du coup, très peu de
chiffres figurent dans les articles des
quelques journaux imprimés, et encore
moins de citations pour étayer le travail
journalistique.
Les communiqués enlangue de bois des
différentes administrations et les réu-
nions de presse convoquées pour trans-
mettre la bonne parole constituent la
règle. La mise enpratique des nouvelles
dispositions du Parti en faveur d’une
presse plus critique risque de prendre
du retard à l’allumage.
Envoyé spécial à La Havane
GÉRARDTHOMAS
200 km
CUBA
Mer des
Caraïbes
JAMAÏQUE
Océan
Atlantique
Océan
Atlantique
ÉTATS-UNIS ÉTATS-UNIS
La Havane
01:41:22 01:38:10
22:33:45 13:02:05
02:15:35 04:00:17 01:47:24 00:17:23
61:37:26
00:53:06
13:15:41 86:59:23 16:40:13 04:29:36
heures minutes secondes
CORINNELEPAGE
JEAN-LUCMÉLENCHON
HERVÉMORIN FRÉDÉRICNIHOUS PHILIPPEPOUTOU
NICOLAS
SARKOZY
DOMINIQUEDEVILLEPIN
NATHALIEARTHAUD
FRANÇOISBAYROU
CHRISTINEBOUTIN
NICOLAS
DUPONT-AIGNAN
FRANÇOISHOLLANDE EVAJOLY MARINELEPEN
LE TEMPS DE PAROLE DES CANDIDATS… …et de leurs soutiens, du 1
er
au 27 janvier, à la télévision et à la radio
NPA
(Nouveau parti
anticapitaliste)
Nouveau
centre
Parti chrétien
démocrate
Debout
la République
Lue
ouvrière
Cap 21 CPNT
(Chasse, pêche,
nature et traditions)
Le Front
de gauche
UMP PS Modem FN Europe
Ecologie-
les Verts
République
solidaire
S
o
u
r
c
e

:

C
S
A
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
ECRANS&MEDIAS • 35
A LA TELE CE SOIR
20h50. Les experts :
Manhattan.
Série américaine :
De vieilles
connaissances,
... les grands remèdes,
Du sang jeune.
Avec Gary Sinise.
23h20. Enquêtes et
révélations.
Usurpation d’identité :
le nouveau fléau qui
inquiète les Français.
Magazine.
0h50. Docteur RAFTO.
20h35. Leurs secrets
du bonheur.
Magazine présenté par
Frédéric Lopez.
22h45. Tirage de
l’Euromillions.
22h50. Infrarouge.
Une flic insoumise,
À la vie à la mort
Documentaire.
0h35. Plein 2 ciné.
0h45. Journal de la
nuit.
1h05. Les virtuoses.
Film.
20h35. Famille
d’accueil.
Série française :
Une petite héroïne,
Retour d’affection.
Avec Virginie Lemoine,
Christian Charmetant.
22h30. Soir 3.
23h00. Ce soir
(ou jamais !).
Magazine présenté par
Frédéric Taddeï.
1h00. Faut pas rêver.
En Espagne.
Magazine.
20h55. L’entrée des
Trappistes.
Documentaire de
Mélissa Theuriau.
22h35. TEDx concorde
2012.
Documentaire.
0h05. Concert privé
Izia.
Spectacle.
1h10. Captifs.
Film.
2h30. Zapsport.
2h35. Football
américain.
20h35. Le printemps
arabe, un an après.
Documentaire.
22h05. Débat.
22h25. Le dessous
des cartes.
Magazine.
22h40. Adieu
camarades !
5 - Rébellion (1989),
6 - Effondrement
(1989-1991).
Documentaire.
0h35. Quinze vies à
l’Est.
20h50. Pretty woman.
Comédie américaine
de Garry Marshall,
119mn, 1990.
Avec Julia Roberts,
Richard Gere.
23h00. Nouveau look
pour une nouvelle vie.
Alexandrine et Simon.
Magazine.
1h10. Damages.
Le prix de la loyauté,
Rédemption.
Série.
3h00. Météo.
20h35. Road house.
Film d'action américain
de Rowdy Herrington,
114mn, 1989.
Avec Patrick Swayze,
Ben Gazzara.
22h30. Heroes.
Série américaine :
Aveuglés.
Avec Jack Coleman,
Hayden Panettiere.
23h10. Une semaine
d’enfer.
Magazine.
0h20. Bons plans.
20h35. La famille,
un peu, beaucoup,
à la folie.
Où va la famille ? 1/2,
La famille, à quoi
ça sert ? 2/2.
Documentaire.
22h35. C dans l’air.
Magazine présenté par
Yves Calvi.
23h40. Dr CAC.
Série.
23h45. Empreintes -
Hossein en scène.
Documentaire.
20h40. Ripoux contre
ripoux.
Comédie française de
Claude Zidi, 105mn,
1989.
Avec Philippe Noiret,
Thierry Lhermitte.
22h30. Les ripoux.
Comédie française de
Claude Zidi, 107mn,
1984.
Avec Philippe Noiret,
Thierry Lhermitte.
0h25. Ça balance
à Paris.
20h35. Encore une
chance, les plus belles
voix de la téléréalié.
3/6.
Divertissement.
22h40. Scary movie 2.
Comédie américaine
de Keenen Ivory
Wayans, 95mn, 2001.
Avec Shawn Wayans,
Marlon Wayans.
0h10. Bienvenue chez
Cauet.
Magazine.
20h45. 90’ Enquêtes.
Stationnements, radars,
fourrières.
Magazine présenté par
Carole Rousseau.
23h20. New york
police judiciaire.
Série américaine :
La famille de la haine,
Seule issue,
Captivité volontaire.
Avec Jerry Orbach.
1h40. TMC Météo.
1h50. Les nouvelles
filles d’à côté.
20h50. Anne,
naturellement.
Spectacle, 95 mn.
22h25.
Toute la télé des
Chevaliers du Fiel.
Divertissement
présenté par
Faustine Bollaert,
150 mn.
0h55.
Météo.
1h00.
Programme
de la nuit.
20h35. Romuald
et Juliette.
Comédie française de
Coline Serreau, 108mn,
1988.
Avec Daniel Auteuil,
Firmine Richard.
22h30. Je suis timide,
mais je me soigne.
Comédie française de
Pierre Richard, 90mn,
1978.
Avec Pierre Richard,
Aldo Maccione.
0h00. Dessins animés.
20h40. Driven
Film d'action américain
de Renny Harlin, 110mn,
2001.
Avec Sylvester Stallone,
Burt Reynolds.
22h45. Cobra.
Film d'action américain
de George Pan
Cosmatos, 87mn, 1986.
Avec Sylvester Stallone,
Reni Santoni.
0h25. Morandini !
Magazine.
20h45. Dumb and
dumber.
Comédie américaine
de Peter Farrelly,
107mn, 1994.
Avec Jim Carrey.
22h40. Dumb and
Dumberer : Quand
Harry rencontra Lloyd.
Comédie américaine
de Troy Miller, 85mn,
2002.
Avec Eric Christian.
0h15. Reporters.
20h40. Sous le feu
du volcan.
Téléfilm de Mark Roper.
Avec Hristiania Turieva,
Aleksandar Dikov.
22h15. Fireball.
Téléfilm de Kristoffer
Tabori.
Avec Aleks Paunovic,
Lexa Doig.
23h50. Star story.
Magazine.
0h50. Nuit rap.
Spectacle.
TF1
ARTE M6 FRANCE 4 FRANCE 5
GULLI W9 TMC PARIS 1ERE
NRJ12 DIRECT 8 NT1 DIRECT STAR
FRANCE 2 FRANCE 3 CANAL +
Noire et blanc
Gulli, 20h35
Il est blanc, elle est noire;
il est riche, elle est pauvre;
il est un peu con, pas elle:
Romuald et Juliette,
pamphlet social au vitriol.
Crétin et idiot
TF1, 23h20
Claude Guéant présente
Enquêtes et révélations,
intitulé ce soir «Usurpation
d’identité: le nouveau fléau
qui inquiète les Français».
Vivant et enfermé
France 2, 23h40
Michel Salmon est
enfermé dans un corps
sans vie, un locked­in
syndrom: c’est le docu­
mentaire Ala vie, à la mort.
LES CHOIX
Marc Desgorces­Roumilhac
est directeur des ressour­
ces humaines du groupe
de presse féminine Marie
Claire. Il est également
secrétaire adjoint de l’Insti­
tut pratique du journalisme
(IPJ), une école reconnue
par la profession, et l’un
des dirigeants du Syndicat
patronal de la presse
magazine. Depuis jeudi, il a
rajouté une ligne sur son
CV, dévoilée par Libéra­
tion.fr: membre du comité
de soutien de Marine
Le Pen, la candidate FNà
la présidentielle. La direc­
tion du groupe Marie
Claire s’est immédiatement
fendue d’un communiqué
en forme de désaveu,
rappelant qu’il s’agit d’une
«démarche purement
personnelle, qui n’engage
aucunement l’entreprise et
qui ne correspond absolu­
ment pas aux valeurs du
groupe». Si le SNJ­CGT
a salué le communiqué de
la direction («initiative rare
et donc remarquable»),
il regrette qu’elle «ne
dénonce pas les décisions
de son directeur», d’autant
qu’il «a engagé, de fait,
Marie Claire aux côtés
de Marine Le Pen».
Toujours selon le syndicat,
le DRHn’est pas très
apprécié par ses troupes:
«Les salariés, qu’ils soient
employés, cadres ou jour­
nalistes, sont les témoins
quotidiens de ses positions
réactionnaires et anti­
syndicales.»
UNDRH
LEPÉNISTE CHEZ
MARIE CLAIRE
L’HISTOIRE
Par PIERREMARCELLE
Culturegénéraleet blog
dans leDescoings
T
iens, ça existe encore,
les «blogs», quand ils
n’affichent d’autre
ambition que celle d’une
carte de visite numérique? A
considérer celui de Richard
Descoings, le publicitaire di-
recteur de Sciences-PoParis,
il semble que ça ne serve pas
à grand-chose. Sans doute,
s’il a des idées sur tout,
M. Descoings n’est-il pas
candidat formel à la prési-
dence de la République ;
pourtant, son«actualité»est
considérable, doublement
alimentée par la révélation,
par Mediapart, de ses émo-
luments en effet considéra-
bles, et par sa décision de
supprimer l’épreuve de
culture générale auconcours
d’entrée de son usine à for-
mater des têtes d’œuf (Libé-
ration du 31 janvier).
Laissons de côté la question
de ses émoluments –ques-
tion de gros sous, question
vulgaire que, si elle turlupine
nombre de ses pairs et de ses
étudiants, notre lesté fonc-
tionnaire ne daigne traiter à
l’endroit même oùil pourrait
le faire en toute liberté et
transparence –son blog.
Même dans sa rubrique
«Dans les médias», vide de
toute prose datée de 2012,
nulle allusionn’yest faite qui
pourrait éclairer ses lecteurs.
La revue de presse de Des-
coings ne s’alimente guère
que de glose ostensiblement
libérale, en anglais et en
français, qui vante volontiers
l’auteur enprogressiste «hé-
raut des ZEP»(le Figaro) et en
«pourfendeur de l’élitisme»
(les Dernières Nouvelles d’Al-
sace).
Concernant la culture géné-
rale, on pensait en trouver
trace dans l’onglet «Lectu-
res» du blog, car sinon où,
quand la page d’accueil est
rédigée en idéogrammes
dont nous n’avons pudéter-
miner l’origine (car nonplus
que la science politique, nous
n’avons étudié les langues
orientales)? Encore raté! De
la bibliothèque directoriale,
il n’est fait mention que des
deux ouvrages que signa
Descoings à la gloire de son
nombril et à propos d’uni-
versité, ainsi que d’un rap-
port de l’Insead («The busi-
ness school for the world», qui
semble être la filiale de Sin-
gapour de l’établissement
qu’il dirige) faisant de son
enfant chéri un «case
study». L’ultime entrée du
blog, intitulée «Mon par-
cours», a le goût sucré et in-
fantile d’un CV où le passé
simple, en parangon d’une
distinctioninfatuée, sonne-
rait comme dans undiscours
de M. Wauquiez, ministre
VRP de l’Enseignement su-
périeur et de la Recherche.
Auterme de sa lecture, onse
découvre finalement assez
enclin à entendre la raison
pour laquelle il n’y a plus
– s’il y en eut jamais –
d’épreuve de culture géné-
rale au concours d’entrée à
l’Institut d’études politiques
de Paris. •
EXTENSIONS
1094098
Par acte SSP du 23/01/2012, il a été
constitué une SASU à capital variable
ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination :
FRANCE INVEST HOLDING
Objet social : activité immobilière
Siège social : 3 Rue Rollin 75005 PARIS
Capital minimum : 1000 €
Capital initial : 10000 €
Capital maximum : 10000 €
Durée : 99 ans
Président : Mlle Christine Le Dréo, de-
meurant 3, rue Rollin - 75005 Paris
Admission aux assemblées et droits
de votes : Admission aux assemblées
et droits de votes : chaque actionnaire
peut participer aux décisions collectives,
chaque action donne droit à une voix
Clauses d’agrément : Les cessions d’ac-
tion sont soumises à agrément
Immatriculation au RCS de Paris
1094041
PERSEPT
Société à responsabilité limitée
au capital de 5 000 euros
Siège social : 10 rue Rochebrune
75011 PARIS
508 757 804 RCS PARIS
Aux termes d’une délibération en date
du 26 janvier 2012, l’Assemblée Géné-
rale Extraordinaire des associés de la
société à responsabilité limitée PERSEPT
a décidé de transférer le siège social du
10 rue Rochebrune 75011 PARIS au 9
rue Le Nostre, 76000 ROUEN à compter
du 26/01/2012, et de modifer en consé-
quence l’article 4 des statuts.
Pour avis,
La Gérance
Libération est habilité aux annonces légales et
judiciaires pour le département 75 en vertu de
l’arrêté préfectoral n° 2011361- 0007
0,04%
C’est la quasi­stabilité des ventes de quotidiens natio­
naux en 2011, en diffusion payée, qui ont profité de la
riche actualité, selon l’OJD. En tête des progressions,
les ventes de Libération, qui augmentent de 5,36%en un
an (119165 exemplaires en moyenne). Les Echos ont pro­
gressé de 3,34%(à 119576 exemplaires), le Monde de 2%
(292062) et le Figaro de 1,34%(321101). Outre la dispari­
tion de deux quotidiens –la Tribune et France­Soir–,
l’Humanité recule de 4,96%(45731 ex.). Le quotidien
sportif l’Equipe essuie, lui, une baisse de 5,5%(285386),
en partie faute de JOet de Coupe du monde de foot.
«La fermeture de MegaUpload, c’est juste
unfreintemporaire aupiratage. Il ya déjà
des successeurs à MegaUpload.»
Olivier Ruffin, fondateur deReplay.fr, plateformede
catch­upTVqui doutequelafindugéant dutéléchargement
profiteàl’offrelégale, contrairement auxaffirmations
nonchiffrées duPDGdeM6, Nicolas deTavernost, hier
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
36 • ECRANS&MEDIAS
ME RCREDI 8 FEVRI E R AVEC LI BE RATI ON
Le guide culturel des enfants à Paris.
- -
Dans ce numéro, les bons plans jeunesse au Salon du livre Porte de Versailles. Rendez-vous sur la p’tite scène du 16 au 19 mars.
MOMES
Paris
I I
L E P A R I S D E S E N F A N T S D E 0 A 1 2 A N S
MOMES
Paris
I I
L E P A R I S D E S E N F A N T S D E 0 A 1 2 A N S
Objectif
photo!
N°78 février –mars 2012
A donner surtout aux parents.
Les bons plans
jeune public
au Salon du livre
Rendez-vous page 28.
Supplément gratuit à Libération du 8 février 2012. Ne peut être vendu séparément.
Supplément gratuit à Libération du 8 février 2012. Ne peut être vendu séparément.
bandeau_Parismomes_78_bandeau Paris Mômes hsete2006 01/02/12 12:29 Page1
Strasbourg
Dijon
Lyon
Toulouse
Bordeaux
Orléans
Nantes
Caen
Brest
Lille
Paris
Montpellier
Marseille
Strasbourg
Dijon
Lyon
Toulouse
Bordeaux
Orléans
Nantes
Caen
Brest
Lille
Paris
Montpellier
Marseille
Nice Nice
Strasbourg
Dijon
Lyon
Toulouse
Bordeaux
Limoges
Orléans
Nantes
Caen
Brest
Lille
Paris
Montpellier
Marseille
Nice
Ajaccio
Nuageux Soleil Couvert
Faible
Modéré
fort
Calme
Peu agitée
Agitée
Averses Pluie
Éclaircies
Orage
0,1 m/11º
LE MATINVent violent dans le Sud-
Est. Ensoleillé mais glacial sur de
nombreuses régions. Nuageux dans
le Nord-Ouest et près de la Manche.
L’APRÈS-MIDI Temps très froid du
nord au sud-ouest. Plus nuageux en
se dirigeant vers l'est avec de la neige
en Corse. Mistral et tramontane.
-10°/0° 1°/5° 6°/10° 11°/15° 16°/20° 21°/25° 26°/30° 31°/35° 36°/40°
FRANCE MIN/MAX
Lille
Caen
Brest
Nantes
Paris
Nice
Strasbourg
FRANCE MIN/MAX
Dijon
Lyon
Bordeaux
Ajaccio
Toulouse
Montpellier
Marseille
SÉLECTION MIN/MAX
Alger
Bruxelles
Jérusalem
Londres
Berlin
Madrid
New York
Neige
0,1 m/8º
0,6 m/12º
0,6 m/13º
0,6 m/13º
MAÞDI 7
Toujours aussi gris mais très froid.
Seuls la pointe bretonne et le bord
méditerranéen conservent des
valeurs positives.
MLÞCÞLDI 8
Ciel d'aspect variable. Le froid
persiste. Glacial le matin. Ensoleillé
près de la Méditerranée.
JLUDI 9
0,3 m/14º
0,3 m/11º
-13/-7
-14/-7
-8/0
0/4
-9/-2
-6/1
-5/2
7/9
-14/-6
9/18
-2/3
-13/-4
-1/10
0/9
-12/-4
-7/0
1/8
-6/0
-9/-3
-2/6
-14/-8
0,3 m/8º
0,3 m/11º
0,1 m/12º
1 m/10º
0,6 m/13º
0,6 m/8º
0,3 m/11º
0,6 m/12º
1 m/10º
1 m/10º
LIBÉRATION
www.liberation.fr
11, rue Béranger 75154 Paris
cedex03
Tél. : 01 42 76 17 89
Editépar laSARL Libération
SARLaucapital de 8726182€.
11, rue Béranger, 75003 Paris
RCS Paris : 382.028.199
Durée: 50 ans à compter
du 3 juin 1991.
Cogérants
Nicolas Demorand
Philippe Nicolas
Associéeunique
SA Investissements Presse
au capital de 18098355 €.
Président du directoire
Nicolas Demorand
Philippe Nicolas
Directeur de lapublication
et de larédaction
Nicolas Demorand
Directeur délégué
de larédaction
Vincent Giret
Directeursadjoints
de larédaction
Stéphanie Aubert
Sylvain Bourmeau
Paul Quinio
François Sergent
Directrice adjointe
de larédaction,
chargée du magazine
Béatrice Vallaeys
Rédacteurs enchef
Ludovic Blecher
(éd. électronique)
Christophe Boulard
(technique)
Gérard Lefort
Fabrice Rousselot
Françoise-Marie Santucci
(Next)
Directeursartistiques
Alain Blaise
Martin Le Chevallier
Rédacteurs enchef adjoints
Michel Becquembois(édition)
Eric Decouty et Pascal Virot
(Politique)
Jacky Durand (société)
Olivier Costemalle et Richard
Poirot (éd. électronique)
J.ChristopheFéraud(éco-terre)
Mina Rouabah (photo)
Marc Semo (monde)
Sibylle Vincendon et Fabrice
Drouzy (spéciaux)
Directeur des Editions
Electroniques
Ludovic Blecher
Directeur administratif
et financier
Chloé Nicolas
Directeur commercial
Philippe Vergnaud
diffusion@liberation.fr
Directeur du développement
Pierre Hivernat
ABONNEMENTS
Marie-Pierre Lamotte
& 01 76 49 27 27
sceabo@liberation.fr
abonnements.liberation.fr
Tarif abonnement 1 an France
métropolitaine : 324€.
PuBLICITÉ
Directrice générale
de LIBERATIONMEDIAS
Marie Giraud
Libération Medias. 11, rue
Béranger, 75003 Paris.
Tél. : 01 44 78 30 67
Amaurymédias
25, avenue Michelet
93405 Saint-Ouen Cedex
Tél.01 40 10 53 04
hpiat@manchettepub.fr
Petites annonces.Carnet.
IMPRESSION
POP (La Courneuve),
Midi-print (Gallargues)
Nancy Print (Nancy)
Ouest-Print (Bournezeau),
ImpriméenFrance
Tirage du 04/02/12:
157 388 exemplaires.
MembredeOJD-
DiffusionContrôle. CPPP:C
80064.ISSN0335-1793.
Nous informons nos lecteurs
que la responsabilité du jour -
nal ne saurait être engagée en
cas de non-restitution de
documents
M
B
O
B
S
L
M
E
L
S
I
R
S
L
M
I
R
B
O
M
R
S
I
R
L
M
M
B
P
O
4 8
8 9 6 2 5
3 7 6
5 9 8 6
7 4 3
8 4 1 6
9 7 5
1 8 3
2 6 4 9 7
Q SUDOKUMOYEN
MO1 C^llL !74! SUDOKU !74!
QSpécialistes de la tuyauterie
Q MOTCARRÉ
1 6 9 5 2 3 4 7 8
5 7 3 8 9 4 1 6 2
4 8 2 1 6 7 3 9 5
3 9 8 6 5 2 7 4 1
7 1 6 4 8 9 2 5 3
2 5 4 3 7 1 6 8 9
8 3 1 9 4 6 5 2 7
6 2 5 7 3 8 9 1 4
9 4 7 2 1 5 8 3 6
R
O
Y
A
L
I
S
M
E
M
E
L
O
Y
S
I
A
R
S
A
I
E
M
R
O
L
Y
O
L
M
Y
I
A
R
E
S
I
S
E
M
R
O
L
Y
A
A
Y
R
L
S
E
M
I
O
E
I
A
S
O
L
Y
R
M
Y
R
S
I
E
M
A
O
L
L
M
O
R
A
Y
E
S
I
H. I. Slogan qui sonne comme un concentré de la
pensée de Mme Boutin . - II. Caractère simple et
sans fioritures. - III. Bel abrupt. Est bien capable. -
IV. Ne touche pas tout le corps. Article. - V. Troue
lapeau. Il enfallait cent pour faireunsievert naguère.
- VI. Opération indispensable à la confection de
macarons. - VII. Bientendueavec lepremier duIX.
Banale méprise parfois. - VIII. S’enticha de la belle
Psyché, contrel’avis desa maman. Ombra avec art.
- IX. Cf. le premier du VII. Apparusoudain. - X. Vrai
gourbi. - XI. Tapisse joliment la cavité matricielle.
V. 1. Pour renverser les rôles, voici ce que M. de
Villepin propose à l’endroit de l’actuel président. -
2. Telle par exemple notre bonne vieille planète. -
3. Succéda au premier des Pie en l’an 155. Tout l’art
d’embellir après remiseenordre. - 4. Ont des points
communs, sans pour autant être tangentes. Petit
salut en épelant. - 5. Note. Devint en 1965 l’égérie
de Dali, qui fut le premier à prétendre qu’elle était
un homme. Ferme en remontant. - 6. Soutient la
pouliesur lepont. Rassemble. - 7. Connut unéchec
cuisant à la baiedes Cochons en1961. Entièrement
recomposé. - 8. Ne manque pas d’intérêt. Presser
fortement. - 9. Tel un de nos grands Charles.
I 2 3 4 5 ó 7 8 9
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
SOLUTIONS H: I. Béarnaise. II. Indiennes. III. Séide.
TNT. IV. Orée. Mésa. V. Uvulaires. VI. Se. Lunées. VII.
Régisse. VIII. Toisées. IX. Olt. Tréma. X. Umar. Enêg. XI.
Silvestre. V: 1. Bisous à tous. 2. Enerve. Olmi. 3. Adieu.
Rital. 4. Ridelles. RV. 5. Née. Auget. 6. AN. Minières. 7.
Intéressent. 8. Sensées. Mer. 9. Est assez âgé.
XI
w LLS MOTS D’OISLAU ³ 4ó33 Sur injonction du CSA, petit tour d’horizon
des propositions phares des candidats...
A B C D E F G H
8
7
6
5
4
3
2
1
yzyzyzyz
eyeyzycq
yzyeyzqz
zwzwzyzy
ykyzyzvl
zyzpzrzy
wzyzyzxz
zuzmzyzy
a b c d e f g h i j l m n o p q r s t u v w x y z
a b c d e f g h i j l m n o p q r s t u v w x y z
Open de Moscou, Russie 2012
Les Noirs jouent et gagnent
B. Yilmaz N. Zherebukh
Open de Moscou: victoire d’Igor Lysyj
Nee victoire du jeune grand maître russe, qui
s’impose avec 7,5 points sur 9 devant le trio com-
posé par Inarkiev (Rus, 2689), Kokarev (Rus, 2618)
et le non-titré Eliseïev. 60 grands maîtres étaient
présents parmi les 190 participants de l’open «A»;
cela promet pour l’open Aeroflot, plus internatio-
nal, qui enchaîne de suite après, c’est-à-dire aujour-
d’hui. D’après nos informations, aucun tricolore ne
participe au tournoi principal, sans doute à cause
du froid.
Inarkiev (2689) - Kovchan (2565) open de Moscou
2012. 1.e4 c5 Défense siclienne 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4
4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 a6 6.Fe3 e5 7.Cb3 Fe6 8.f3 h5
La dernière mode. Les noirs s’opposent directe-
ment à «l’aaque anglaise», grand roque, g4 et h4.
9.Dd2 Cbd7 10.0–0–0 Les blancs relèvent le défi.
Il est vrai que dans la sicilienne, il n’est pas possi-
ble de faire du sur-place. 10...Tc8 11.Rb1 b5 12.g3 Cb6
13.f4 b4 14.Fxb6 Dxb6 15.Cd5 Fxd5 16.exd5 Ce4
Les noirs tentent leur chance, mais leur roi reste
figé au centre. 17.De2 Cf2 18.fxe5 Cxd1 Avantage
matériel pour les noirs, positionnel pour les blancs.
Qui a raison ? 19.Fh3 Df2 20.exd6+!! Une combi-
naison formidable! 20... Dxe2 21.d7+ Re7 22.dxc8D
La dame de l’hyper-espace ressurgit en c8 ! 22...
Ce3 23.Dc7+ Rf6 24.Df4+ 1–0. 24... Rg6 25.Cd4 Dç4
26.Dxe3. Jean-Pierre Mercier
Sur le point d’abandonner, les noirs placent leur
fou en f3, comme le signe d’un coup suicidaire avant
de coucher leur roi. Les blancs pensent enfoncer
le clou par leur dernier coup, e7, mais c’est de leur
cercueil dont il est question : 1... Th1+!! 0-1. Quelle
douche froide ! Les blancs sont mat après 2.Rxh1
Dxh3+ 3.Rg1 Dxg2 #.
SOLUTION

w ECHECS NIVEAU
yzyzyzyc
zyzxkyeq
qeyzyzyz
zyzyzyzy
ykyzyzyb
zyjyhmzw
wzwzyzwi
zyzyzrzy
Jeux07:LIBE09 06/02/12 17:09 Page1
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
JEUX­METEO • 37
L
e tribunal de grande
instance de Nanterre
(Hauts-de-Seine) est en
bétonmais l’ambiance
yest grinçante ces der-
niers temps. Le bâti-
ment abrite les deux
stars d’un vaudeville
judiciaire dont les multiples rebondis-
sements font soupirer les magistrats de
la juridiction: Philippe Courroye, le
chef duparquet de Nanterre, et Isabelle
Prévost-Desprez, présidente de la quin-
zième chambre, celle oùl’onjuge petits
et plus grands faits de délinquance fi-
nancière. Latent depuis des années, le
conflit entre ces deuxfigures dumonde
judiciaire a éclaté au grand jour avec
l’affaire Bettencourt.
Le propos de cet avocat des Hauts-de-
Seine, bonconnaisseur de la quinzième
chambre, est symptomatique de ce que
pense une partie des professionnels du
tribunal : «Cette affaire, c’est l’affronte-
ment de deux personnes qui ont travaillé
ensemble il y a bien longtemps [au pôle
financier en tant que juges d’instruc-
tion, ndlr]. L’une a trouvé un rôle de che-
valier blanc. L’autre est emblématique du
sentiment de toute-puissance du parquet.
Tous deux se sont investis dans leur rôle
avec un ego surdimensionné.»Une lec-
ture qui est «insupportable à entendre»
pour cette représentante de l’Union
syndicale des magistrats : «On a une
juge qui fait son travail, dont les décisions
ont toujours été confirmées
par la cour d’appel et qui, de-
puis deux ans, subit des atta-
ques incessantes de la part
d’un procureur ! Et ce serait
une querelle personnelle?»
A la mi-janvier, Philippe
Courroye a été mis en exa-
men pour avoir demandé
aux policiers les fadettes [les
factures téléphoniques dé-
taillées, ndlr] de journalistes
du Monde, trop bien infor-
més, selonlui, d’une perqui-
sition chez Liliane Betten-
court, ordonnée par la juge
Prévost-Desprez. La veille, c’est juste-
ment le domicile de cette dernière qui
avait été perquisitionné dans le cadre
d’une informationjudiciaire pour «vio-
lation du secret professionnel»: l’avocat
de la milliardaire soupçonne la juge
d’avoir renseigné les journalistes…On
pourrait rêver ambiance plus sereine
pour rendre justice.
Gérant de paille
Ce jour-là, sur le banc des prévenus au
tribunal de Nanterre : un homme qui
s’est revenduà lui-même, et à bonprix,
la Porsche de sonentreprise et le patron
d’ungroupe de Neuilly qui aurait favo-
risé la société de sonneveu. Unhomme
fait les cent pas avant l’audience. Sa
femme se ronge les ongles. Il est accusé
d’avoir contourné l’interdictionde gé-
rer une société que lui avait imposée la
justice suite à une escroquerie. Pour ce
faire, il a trafiqué la carte d’identité
d’un salarié licencié pour en faire un
gérant de paille. L’infortuné chômeur
n’a jamais pu toucher ses indemnités.
Mais pour l’heure, le prévenu s’agace:
«Je trouve scandaleux d’être renvoyé de-
vant les juges par un procureur mis en
examen pour des faits sans doute plus
graves que les miens!»Unautre prévenu
de la quinzième lâche: «C’est vrai que
ça pue un peu, Nanterre.» Son avocat,
sourcils froncés, rétorque: «Mais non,
ne dites pas ça à la journaliste. C’est un
peu Règlements de comptes à OKCor-
ral, c’est tout…»
Rares sont les professionnels de Nan-
terre qui acceptent de parler ouverte-
ment de ce climat pesant.
Deux visions s’opposent.
«L’affrontement de ces deux
grands magistrats donne l’im-
pression d’une déconnexion
totale avec la vie quotidienne
de citoyens modestes qui se
font agresser», s’énerve
l’avocat Maxime Cessieux.
D’autres nuancent leur pro-
pos, comme s’il ne fallait pas
fragiliser un tribunal à
l’image déjà abîmée: «Mes
clients n’y font jamais réfé-
rence, sans doute n’ont-ils
même jamais entenduparler de
monsieur Courroye et de sa mise en exa-
men», assure un pénaliste. Certains
rendent hommage à «l’indépendance de
madame Prévost-Desprez». «La dernière
fois, à la fin d’une audience, j’ai vu un
prévenu dire à Isabelle Prévost-Desprez:
“Je suis fier d’avoir été jugé devant
vous”», rapporte même une magistrate.
Malgré la protection de son mandat
syndical, cette dernière n’ose parler en
son nom: «Je veux continuer à pouvoir
travailler normalement.»
«Les juges sont sous pression et ne s’ex-
priment pas sur le sujet», confirme
Christophe Régnard, président de
l’Union syndicale des magistrats
(USM), qui soutient Isabelle Prévost-
Desprez. Quant aux parquetiers, leur
carrière est directement soumise à la
hiérarchie: Philippe Courroye et «sa
garde rapprochée qu’il a fait venir à Nan-
terre», décrypte Régnard. A savoir la
procureure-adjointe Marie-Christine
Daubigney [elle aussi mise en examen
dans l’affaire des fadettes, ndlr] et la vi-
ce-procureure de la divisionéconomie
et finance, Marie-Aimée Gaspari. «Mais
aujourd’hui, ajoute le responsable de
l’USM, même parmi les parquetiers habi-
tués depuis deux ans à la discrétion, cer-
tains commencent à oser dire qu’il faut
que le procureur s’en aille.» L’un de
ceux-là explique, timidement : «Les
collègues tiennent à ce que les gens fas-
sent la différence entre les membres du
parquet…»Dans les allées du tribunal,
on raconte qu’en 2010, le procureur
Courroye aurait réuni à plusieurs repri-
ses ses troupes pour qu’elles finissent
par voter une résolutionlui renouvelant
leur confiance. Mais a-t-il vraiment eu
besoin de mettre une telle pression?
«Au début, Philippe Courroye exerce une
certaine fascination: il est d’une grande
intelligence, il a une vraie prestance, ra-
conte le parquetier. Mais par la suite, les
choses se fissurent. Même s’il doit bénéfi-
cier de la présomption d’innocence, lire
dans la presse qu’il aurait demandé des
fadettes de journalistes, cela a été un
choc.» Au quotidien, le travail à Nan-
terre n’aurait pas fondamentalement
changé, dit-on sur place. «L’image de
notre tribunal est ternie. Mais tous ses
services fonctionnent, assure son prési-
dent, Jean-Michel Hayat. C’est une juri-
diction extrêmement performante qui n’a
pas à rougir des délais de jugement.»
«On fait tous comme si de rien n’était. Il
faut bien vivre», approuve un juge.
Dans les réunions, Philippe Courroye se
comporte et agit, lui aussi, comme si sa
mise en examen n’avait jamais existé,
racontent des témoins. Mais des profes-
sionnels rappellent qu’exceptionnelle-
ment Isabelle Prévost-Desprez ne prési-
dera pas l’audience qui s’est ouverte
hier à la quinzième chambre d’une af-
faire de détournement du1%logement.
Le dossier met notamment en cause
Thierry Gaubert, unproche de Nicolas
Sarkozy, déjà mis en examen dans le
volet financier de l’affaire Karachi. «Le
fantasme selon lequel madame Prévost-
Desprez serait écartée des dossiers sensi-
bles est faux: elle a présidé l’audience op-
posant Greenpeace à EDF; elle fera de
même, le 14mai, pour l’affaire du Media-
tor, tient à rappeler le président du tri-
bunal Jean-Michel Hayat. Je lui ai effec-
tivement demandé de se déporter pour un
dossier oùcomparaît Thierry Gaubert, car
elle avait déjà jugé unvolet de la même af-
faire faisant intervenir d’autres protago-
nistes. Cela posait la question de “l’im-
partialité objective” du juge et nuisait à
l’affaire. Elle l’a accepté.»
Pas même un café
Christophe Régnard, lui, se montre
sceptique: «Bizarrement, quand un ma-
gistrat juge un jeune délinquant pour la
troisième fois en comparution immédiate,
onn’est pas aussi tatillon…»Le président
du tribunal, affirment certains, aurait
uncomportement ambigu. «Au lende-
main de la perquisition du domicile d’Isa-
belle Prévost-Desprez, il lui a fait savoir
qu’elle pouvait, si elle le souhaitait, se dé-
charger de ses audiences, vu l’état de fra-
gilité dans lequel elle devait se trouver…»,
ajoute le dirigeant de l’USM. La perqui-
sition a bien «mis un coup» à la juge,
rapporte unproche. Mais elle est solide,
précise-t-il, et depuis elle a encaissé.
«La prochaine étape, c’est la garde à
vue», aurait-elle confié crânement. Les
magistrats ne passent pas pour des agi-
tateurs –à Nanterre moins qu’ailleurs.
Rienquelevote, le24janvier, d’untexte
de soutien à Isabelle Prévost-Desprez
par une vingtaine –seulement–de ma-
Par SONYAFAURE
Photos RÉMYARTIGES
Le duel qui oppose
le procureur Philippe
Courroye et la juge
Isabelle Prévost-
Desprez divise
le personnel judiciaire
duTGI des Hauts-de-
Seine. Entre lassitude
et exaspération,
des professionnels
témoignent.
Nanterre,
untribunal
sous tension
F
.D
U
F
O
U
R
.
A
F
P
F
.D
U
F
O
U
R
.
A
F
P
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
38 •
GRANDANGLE
gistrats dutribunal a été difficile à orga-
niser pour les syndicats. «Certains ont
trouvé des excuses pour ne pas venir à la
réunion, dutype: “Je suis à l’audience”»,
expliqueJulieMouty-Tardieu, dusyndi-
cat de la magistrature (SM, gauche). Des
collègues refusent de s’afficher avec la
juge de la quinzième chambre, même
pour boire uncafé. «Pourtant sur le plan
professionnel, il n’y a rien à redire à son
travail, poursuit la représente SM. Mais
les collègues en ont assez qu’on ne parle
de Nanterre qu’à travers son bras de fer
avec Philippe Courroye, ils veulent que ça
s’arrête. Beaucoup n’y voient qu’une que-
relle de personnes.»
Mise en examen récente
Les confidences de la juge à deux jour-
nalistes duMonde (1) assurant qu’unté-
moinlui aurait fait part, hors PV, de re-
mise d’argent à Nicolas Sarkozy de la
part des Bettencourt, en ont choqué
plus d’unà Nanterre. Plusieurs magis-
trats évoquent aussi leur crainte que la
mise en examen récente de Philippe
Courroye amène opportunément les
avocats à contester enpleine audience
la légitimité du parquet : c’est en effet
lui, qui, au nomde la société, poursuit
et renvoie devant le tribunal les préve-
nus…«Certains nous ont menacés de pro-
duire la mise en examen du procureur
dans tous leurs dossiers, rapporte une
magistrate. Juridiquement çane changera
rien, mais ce n’est pas bon pour l’am-
biance et la crédibilité de la justice.»
Unmembre duparquet tente de se ras-
surer: «Pour l’instant, aucunconfrère n’a
été pris à partie par unavocat. Le barreau
des Hauts-de-Seine est globalement assez
élégant.»Reste à voir comment réagi-
ront des avocats parisiens, réputés
moins à cheval sur la courtoisie.
Sans doute certains ne pardonnent-ils
pas à la juge Prévost-Desprez ses re-
marques caustiques et cassantes à
l’audience, sa grande sévérité, parfois:
«En comparution immédiate, elle distri-
buait les deux ans ferme à tour de bras.»
Ce jour-là, à la sortie de la quinzième
chambre, deux jeunes avocats n’enre-
viennent pas: «On n’avait jamais vu la
juge Prévost-Desprez aussi gentille.»
Tout juste a-t-elle lancé quelques traits
d’humour. Al’amoureux des Porsche
qui lui assurait : «Je ne vois pas l’intérêt
que j’aurais euàme pavaner enPorsche»,
la juge a rétorqué: «C’est vrai que ça
n’existe pas, les hommes qui se pavanent
en Porsche.»A18 heures, il est relaxé,
tout comme l’oncle trop généreux:
«L’infraction a été insuffisamment carac-
térisée», assène la magistrate.
Le garde des Sceaux, Michel Mercier, a
menacé Isabelle Prévost-Desprez de
sanctions disciplinaires, avant de se ré-
tracter. Il refuse toujours d’ordonner
une inspectionà Nanterre (réclamée par
la plupart des magistrats), et ne s’est
pas décidé non plus à proposer le nom
du procureur Courroye dans un autre
parquet. Récemment, le Journal du di-
manche avait évoqué unprojet de nomi-
nationqui ne manquerait pas d’ironie:
«ambassadeur encharge de lalutte contre
le blanchiment». Isabelle Prévost-Des-
prez, elle, s’est vurefuser toutes ses de-
mandes de mutations à Paris. Courroye
et Prévost-Desprez sont condamnés au
face-à-face. «C’est en train de couver,
couver…Ça va exploser. Mais quand?»,
interroge un juge. •
(1) Sarko m’a tuer, de Gérard Davet et
Fabrice Lhomme, Stock. Au tribunal de grande instance de Nanterre. Latent depuis des années, le conflit entre le procureur et la juge a éclaté avec l’affaire Bettencourt.
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012
• 39
PORTRAIT COLIN FIRTH
Al’écran, ColinFirthprendde l’âge quandil grossit, enperd
quand il maigrit. Sa tête est sans âge, elle les a tous: jeune
comme unvieillard, vieux comme unenfant. Dans la Taupe,
bijouvintage qui sort mercredi et adapte fidèlement le roman
de John Le Carré, il est un haut fonctionnaire anglais, chic
et débordant, à la solde des communistes. Le filmparaît dé-
poser sur chaque objet la métaphysique de la fatigue et de
la paranoïa propre à cette œuvre. Colin Firth y a la blessure
fringante. Onlui donnerait diableet bonDieusans confession.
A12 ans, en1972, il vivait à Saint-Louis, Missouri, et écoutait
durock. Pour l’éduquer politiquement, sonpère, qui ensei-
gnait l’histoire, lui fit écouter une émissiondans laquelle on
jouait l’affaire duWatergate. Peter Sellers tenait tous les rôles,
dont celui de Nixon. L’enfant fut fasciné. Plus tard, il aima
Paul Scofield dans Un homme pour l’éternité, de Fred Zinne-
mann. Paul Scofieldinterprète Thomas More, que HenryVIII
fait exécuter. Colin Firth est issu d’une famille de mission-
naires congrégationnistes enInde, de professeurs itinérants
et engagés. Les rapports entre religionet pouvoir ont semble-
t-il irrigué la tablée. Il lutte avec sa femme italienne pour
l’écologie, contre la peine de mort. Il a voté pour le Parti libé-
ral, jusqu’au moment où celui-ci s’est allié aux conserva-
teurs. Pour lui aussi, les illusions de gauche semblent perdues.
Soncorps se métamorphose avec ses rôles. Aujourd’hui, c’est
un long brun tout en noir: chaussures, costume, chemise
ouverte à mi-poitrine. Sonvisage a des rondeurs flamandes
que dément la carcasse élancée. Comme vous aimez sa voix,
cette ligne d’asymptote oxfordienne (quoique, mauvais élève,
il n’ait suivi aucune étude distinguée), vous lui tendez laTerre
vaine, de T.S. Eliot, l’un des grands poèmes anglais du
XX
e
siècle. Surpris, il accepte aussitôt d’enlire le début, mais
il n’a pas ses lunettes. La «publiciste»part à leur recherche.
Pendant ce temps, Firthdit: «Eliot a enregistré une lecture du
poème à la radio, dans les années 1920. L’avez-vous entendue?
Une voix atone, sans effet, qui révèle sans insister.»Et il se met
à réciter le poème enimitant la voix d’Eliot. La «publiciste»
revient avec les lunettes. Il reprendla lecture audébut: «April
is the cruellest month, breeding/ lilacs out of the dead land…»
Après quinze vers, vous le remerciez. Il vous arrête de la
main: «Finissons ce passage…»Il finit la strophe, repose le
livre et dit: «Je n’aime pas les explications d’Eliot. J’aime son
mystère. Je l’ai lu mille fois, mais je préfère l’explorer que l’inter-
préter. Ce qui résonne dans ses vers, c’est lamémoire intime d’un
autre. Et elle me touche, sans explication, car elle devient la
mienne.»
D’Alec Guinness à Laurence Olivier, de George Sanders en
Rupert Everett, chaque gé-
nération britannique a ses
acteurs patrimoniaux. Colin
Firth est celui des an-
nées 2000. Qu’est-ce qu’un
acteur britannique patrimo-
nial ? Un élégant résidu de
l’Empire, une sorte d’ar-
moire insulaire vivante,
grinçante, d’où jaillissent,
comme d’une lampe mer-
veilleuse, une série de fantô-
mes contenus, prêts à tout
pervertir, et naturellement tout le génie qui vous manque:
l’élégance, la prestance, le charme botté et le self-understate-
ment, cette manière de parler de soi en ne parlant que du
reste, comme si l’on trottait sur une pelouse, tête haute, à
côté du tas de boue qu’est sa propre vie.
Mr Darcy, ce monument d’honneur et d’orgueil amoureux
de la littérature anglaise, a éternisé Firth, de même que Firth
a enluminé Darcy. Comme Gérard Philippe jouant Fabrice,
ou MarlonBrando jouant Kowalski, il a scellé l’emploi. De-
puis, Darcy est un sparadrap qui lui colle à la peau. Parfois,
il s’enagace. Parfois, il s’enamuse. Aujourd’hui, il explique:
«Si ce rôle m’avait empêché de jouer, je lui aurais fait la guerre
et j’aurais cherché à le comprendre. Mais ce n’est pas le cas.
Depuis quinze ans, ma vie d’homme et d’acteur continue.» Il
n’avait jamais lu Jane Austen avant de l’interpréter: «Pour
moi, la littérature du XIX
e
siècle, c’était l’école, donc à fuir. Bien
sûr, j’avais tort : c’est drôle, dynamique, complexe, mer-
veilleux.»Ces temps-ci, il lit des romans américains. William
Faulkner et DavidFoster Wallace l’amènent vers «tout ce que
jamais on n’ose dire».
Darcya effacé ses rôles antérieurs et, bienqu’il s’endéfende,
influencé les suivants. Dans les deuxBridget Jones et enatten-
dant le troisième, il pastiche sous le même noml’original,
plus qu’il ne le caricature, tant il est impossible de ne pas
éprouver de tendresse pour sondouble. Les rapports qui l’op-
posent à HughGrant, autre acteur patrimonial qu’une fella-
tionsurprise éjecta du salonvictorien, recopient ceux entre
Mr Darcy et le cynique Wickhamdans Orgueil et Préjugés.
L’universitaire pédé de ASingle Man, navet kitschducoutu-
rier Tom Ford, est un introverti filant son deuil jusqu’à la
mort. Le Discours d’un roi, dernière marche vers la gloire et
qui lui valut un oscar, est une autre variation sur le même
thème. Colin Firth interprète le roi bègue George VI, un
homme dont tout le charme, comme Darcy, vient d’une sen-
sibilité incapable de s’exprimer. C’est le coincé de ces dames:
cœur sensible et corseté qu’il faut ouvrir et panser. Il a son
explication: «La communication n’est pas créatrice. Explorer
ses limites et ses obstacles, voilà ce qui m’intéresse. Et je suis
toujours amené à subvertir ce qu’il m’arrive de mieux.»Enbon
Anglais, il a donc été homosexuel, alcoolique, traître à la cou-
ronne, personnage d’Oscar Wilde. Peut-être sera-t-il unjour
régicide oumême, pourquoi pas, français. Si ungrandacteur
britannique est une figure idéale de la norme, il est aussi le
héros intense de toutes ses transgressions: à quoi serviraient
les barrières si l’étalon n’était pas fait pour les sauter? •
Par PHILIPPELANÇON
PhotoJÉRÔMEBONNET
EN7 DATES
10 septembre 1960
Naissance à Grayshott
(Grande­Bretagne).
1960­1964 Au Nigeria.
1995 Orgueil et Préjugés.
2001 Le Journal de Bridget
Jones. 2009 A Single Man.
2010 Le Discours d’un roi
8 février 2012 La Taupe.
N
e dites pas à une femme que vous avez rendez-vous
avec ColinFirth, elle vous accompagnera avec un
enthousiasme qui lui manque lorsqu’il s’agit d’être
avec vous, sans lui. Face au mémorable interprète
de Darcy, le héros empêché et d’unchic renfrogné d’Orgueil
et Préjugés, feuilletonqui relança la gloire de la BBC, de Jane
Austen, des châteaux du Derbyshire, et fit celle de l’acteur
en1995, elle posera une mainmachinale sur vous et oubliera
qu’il ya unhomme aubout. ColinFirthest la preuve britan-
nique que vous n’existez pas.
Le couloir de la suite oùil reçoit est couvert de lithographies
de VanDyck, peintre à la cour d’Angleterre au XVII
e
siècle.
L’une d’elle représente le roi Charles I
er
avant que Cromwell
ne l’ait raccourci. Son cheval a l’œil tendre.
Colin Firth a 51 ans, il pourrait indifféremment jouer le roi,
Cromwell ou le palefrenier. Jadis, au théâtre, il a été unmi-
neur alcoolique et maltraitant sa femme dans une pièce de
D.H. Lawrence, «mais Lawrence, je n’en peux plus, je trouve
cela trop émotif, trop nombriliste. C’est une passion de mes
18 ans qui s’est épuisée».
Popularisé par Jane Austen, starisé par «le Discours d’un
roi», il est l’acteur patrimonial anglais des années 2000.
Le coincé de ses dames
LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012

2

EVENEMENT

LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012

Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de gauche, est le premier candidat à venir débattre à «Libé».

Recueilli par LIBÉRATION Photos PATRICK SWIRC

«Nous n’avons pas besoin des marchés»
LA BIOGRAPHIE
w 19 août 1951 Naissance à Tanger (Maroc). w 11 août 1962 Arrivée avec sa famille à

A

l’heure de la conférence de rédaction, hier matin, le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, également député européen, a longuement répondu aux questions de l’ensemble des journalistes de Libération. Un entretien collectif qui inaugure une série d’invitations que notre journal a décidé de lancer à différents candidats à l’élection présidentielle. Les sondages vous accordent désormais 9% d’intentions de vote… Tout cela ne vaut rien ! Pourquoi? A force de répéter à longueur de journée que machin et bidule seront au deuxième tour, cela signifie que les autres encombrent inutilement le paysage sans tenir compte de ce qui se discute. Un jour j’ai 1% d’ouvriers qui sont d’accord avec moi et le lendemain, c’est multiplié par huit, alors que les artisans qui m’adoraient la veille me détestent ce jour-là. Tout cela est grotesque…

Marseille. Puis direction Yvetot, en Normandie. w Mai 1968 Il débarque en début d’année dans le Jura, Mélenchon s’impose comme le leader de la contestation lycéenne dans la préfecture de Lons­le­Saunier. w 1971 En fac de philo depuis deux ans, Jean­ Luc Mélenchon devient président de l’Union

générale des étudiants de Besançon, membre de l’Unef­US. w 1972 Il adhère à l’Organisation communiste internationaliste (OCI), formation trotskiste­ lambertiste. Son pseudonyme: «Santerre». w 1976 Radié de l’OCI, Mélenchon revient à Lons­le­Saunier, travaille comme journaliste pigiste et adhère au Parti socialiste. w Août 1979 Il est nommé directeur de cabinet

du maire socialiste de Massy (Essonne), Claude Germon. w 1981­1986 Mélenchon est élu successivement conseiller municipal, conseiller général, puis sénateur de l’Essonne. w 24 juillet 1988 Avec Julien Dray, il fonde le courant de la Nouvelle école socialiste (NES) qui deviendra la Gauche socialiste, avec Marie­Noëlle Lienemann, en 1991, après leur

LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012


Le candidat du Front de gauche est crédité de 9% dans les sondages.
ÉDITORIAL
Par NICOLAS DEMORAND

3

Une campagne planifiée D

Appétit
Mélenchon en campagne, invité de Libération pour une interview menée par l’ensemble de la rédaction. Au cœur de ce chaudron médiatique dont il aime tant pointer les contradictions, parfois réelles, quitte à sulfater sans distinction télé de masse et journalisme de qualité, divertissement et information. Quitte aussi à ne pas répondre, en dialecticien habile, aux questions trop précises sur son programme économique ou la sociologie de son électorat. Mais au fond qu’importe : le combat de Mélenchon, depuis qu’il a fondé son propre parti, vise d’abord à ancrer à gauche le centre de gravité du PS. A éviter ces alliances au centre dont il estime qu’elles furent politiquement meurtrières en Europe. A contraindre le sociallibéralisme à s’assumer comme tel ou à se réformer. A faire, car la modernité n’a rien changé aux vieux rapports de force, de la politique à l’ancienne : classe contre classe. Jamais il n’a dévié de cette ligne qui, dans cette présidentielle, le conduit à «frapper, frapper et frapper encore» le capitalisme financiarisé, les tenants du réalisme, les timorés de la laïcité, avec une force et un appétit disparus de longue date du camp républicain. A cogner sur le Front national, les xénophobes, avec une brutalité qui ne porte pas encore ses fruits mais rouvre un combat qu’une partie de la gauche considérait à ce point perdu qu’elle avait commencé à théoriser son renoncement. Pour l’instant, la chimie électorale voit Hollande et Mélenchon grimper ensemble dans les intentions de vote. La dynamique ne sera pas paisible mais elle est réelle.

Hier à Libé.

L'ESSENTIEL
LE CONTEXTE
Jean­Luc Mélenchon était hier devant la rédaction de «Libération» pour une interview animée et approfondie.

L'ENJEU
Combatif, le candidat du Front de gauche tape sur la presse et les sondeurs, sur la droite et les marchés sans oublier ses camarades socialistes et articule une politique radicalement autre.
Mais avez-vous joui en lisant que le Front de gauche était à 9%? Vous avez une idée assez mesquine de la jouissance… De la joie, oui, car je suis un intellectuel et il n’y a pas plus grand bonheur pour un intellectuel que de voir que ce qui, au départ, est un pur raisonnement, devient une force matérielle. Quand vous voyez que cette idée

prend, alors oui, on est transporté de bonheur. Maintenant, j’attends le moment où un sondage me mettra à 10%. A cet instant un signal sera donné, à savoir: «Ces gens-là sont crédibles. Nous pouvons nous rassembler autour d’un drapeau qui a son efficacité.» Vous pensez que seule une victoire de Jean-Luc Mélenchon changera quelque chose, ou bien la situation changera-telle aussi en cas de succès de François Hollande? Comprenez que ça n’est pas une figure rhétorique quand je dis que je me sens capable d’être en tête avec le Front de gauche. Je récuse le fait que le premier tour est terminé et que nous sommes rendus à traîner derrière le char des vainqueurs. Quoi qu’il en soit, battre le candidat de la droite constitue un progrès considérable, qui fait monter le niveau d’exigence sociale et politique du pays. Mais cela ne suffit pas. Il faut que les événements qui suivent soient à la hauteur de cette espérance. Si celui qui gagne les élections ne commence pas par «déprécariser» le salariat français, il affaiblit la base de Suite page 4

ans le train qui le ra- sur les nouvelles règles de menait de son meeting l’UE. «On n’avait pas de prise nantais mi-janvier, en termes de calendrier», réJean-Luc Mélenchon dé- pond François Delapierre, son taillait, dans une métaphore directeur de campagne. Cette militaire, son plan de bataille fois-ci, le coup doit partir hivernal : «Pour nous, c’est le 21 février, lorsque les dépul’assaut. On sonne le clairon et tés examineront le mécaon sort de la tranchée.» Le nisme de sauvetage de l’euro premier mois de l’année et le 29, jour de manif euroécoulé, le candidat du Front péenne. L’Europe et le FN de gauche s’affiche satisfait : viennent enrichir un tripty3,4 millions de téléspecta- que de campagne «usinesteurs sur France 2, le 12 jan- médias-meetings», donnant vier, des salles bondées et des l’impression de champs de militants surmotivés. «Tous batailles restreints. «On fait les objectifs ont été atteints», aussi beaucoup de banlieues, dit-il à Libération. En janvier, peut-être que ça ne se voit pas Jean-Luc Mélenchon a aussi assez», convient Delapierre. résisté au lancement de la fusée «On fait aussi beaucoup de François Hollande. banlieues, peut-être que ça A défaut d’une ne se voit pas assez.» vraie percée dans les sondages, il a François Delapierre passé le palier des directeur de campagne 9% des intentions de vote au moment où le so- Mais à ce rythme, le candidat cialiste redécollait après son fatigue: «J’appuie sur l’éponge discours du Bourget. mais je n’ai pas le temps de la Cible syndicale. Disparues reremplir.» Il a donc prévu les attaques du genre «capi- une pause d’une semaine mitaine de pédalo», l’ancien sé- février avant de lancer l’asnateur socialiste a changé la saut final: le 18 mars, place de stratégie d’approche de ses la Bastille à Paris, pour parler ex-camarades. Pour atteindre VIe République; place du Cala base électorale de son an- pitole à Toulouse, le 5 avril, et cienne formation, il a privilé- d’autres meetings en plein air gié la cible syndicale: dans les à Marseille et encore Paris. entreprises et l’éducation. Vote utile. D’ici là, il espère Faire le tour des boîtes pour atteindre un score à deux «essaimer» et finir la campa- chiffres. «Quand Hollande est gne «Front contre Front» face haut, tout est bon pour moi. On à Marine Le Pen. Avec un ne m’embête plus avec le vote nouveau tract anti-FN, utile.» Sauf que s’il veut «conl’eurodéputé veut voir les tester la place» de Hollande, il bataillons Front de gauche faut que le socialiste baisse. poursuivre les charges lancées «Non, répond-il. Il faut que les en janvier. Attaquer le FN sur abstentionnistes viennent vers un flanc pour mieux prendre moi. Après, le reste, je l’aurai Hollande à revers sur sa «Ré- gratis.» Il devra régler une sepublique contractuelle», ses conde équation : en disant cafouillages sur le Concordat qu’il appellera à «battre la et «le nouveau traité européen» droite» au second tour mais en avec lequel «tout le monde va excluant d’entrer dans un être mis au pied du mur». gouvernement, le candidat se Voulant rejouer 2005 et la refuse d’emblée à peser de victoire du non à la constitu- l’intérieur. Il prend aussi le tion européenne, Mélenchon risque de se priver de ces a pourtant déjà essayé – sans électeurs socialistes qu’il dit succès – de transformer la vouloir accrocher. présidentielle en référendum L.A.

non à la guerre du Golfe. w Novembre 1997 Au congrès PS de Brest, il se présente au poste de premier secrétaire contre François Hollande. Résultat: 8%. w Mars 2000­avril 2002 Ministre délégué à l’Enseignement professionnel sous Jospin. w 2003­2005 Il fait alliance avec Henri Emmanuelli dans le courant Nouveau Monde. w Mai 2005 Mélenchon défend activement le

non à la Constitution européenne. w 7 novembre 2008 Avant le congrès de Reims, Mélenchon annonce sa démission du PS et fonde le Parti de gauche (PG). w Mai 2009 Alliance avec le PCF aux élections européennes sous la bannière Front de gauche. Il est élu député européen. w 19 juin 2011 Les militants communistes le dési­ gnent comme leur candidat à la présidentielle.

«MÉLENCHON, LE PLÉBÉIEN»
Lilian Alemagna, journaliste à Libération, et Stéphane Alliès, journaliste à Mediapart, ont coécrit la première biographie de Jean­Luc Mélenchon, publiée en janvier aux éditions Robert Laffont (372 pages, 20 euros).

SUR LIBÉ.FR

Voir De larges extraits de l’interview donnée par Jean­Luc Mélen­ chon en vidéo sur Libération.fr

4

EVENEMENT

LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012

classe sur laquelle il repose. Si on titularise les 850000 précaires des trois fonctions publiques, si on interdit aux entreprises d’avoir plus d’un certain quota de précaires, alors des milliers de gens retrouveront de la visibilité dans leur existence, de la tranquillité, de la sécurité. Mais pour cela il faut frapper, frapper, frapper pour «définanciariser» l’économie ! Il faut que le pouvoir de gauche rassure ses bases. Vous ne pensez pas qu’il faille rassurer les marchés? Non! Les marchés doivent être frappés. Il ne faut pas avoir peur. Nous avons pour nous le matin qui se lève et le soir qui se couche sur un pays qui produit le double de ce qu’il produisait en 1980, avec un niveau de qualification extraordinaire. Nous n’avons pas besoin des marchés. Que voulez-vous dire par «il faut frapper les marchés»? Il y a des dizaines de mesures techniques que la loi permet dès aujourd’hui. Celui qui ferme son entreprise car c’est un licenciement boursier: réquisition! Celui qui a conspiré avec un fonds étranger pour fermer sa boîte doit pouvoir être poursuivi au nom de l’article 410-1 du code pénal, qui punit ceux qui «conspirent contre les intérêts fondamentaux de la nation…» La loi est là! Les exemples ne manquent pas. Vous partez ? Très bien ! Préemption pour les ouvriers pour faire une coopérative. Une banque qui ne veut pas prêter ou
Suite de la page 3

En conférence de rédaction, hier matin, dans la salle du «hublot».
PHOTO VINCENT NGUYEN.RIVAPRESS

qui dit: «Cela va vous coûter cher»… je réponds : «C’est dommage, car c’est vous qui allez payer.» Il existe encore la possibilité de l’emprunt forcé, c’est dans la loi, je n’ai même pas besoin de créer une loi de terrorisme économique. Emprunt forcé sur toutes les banques. A combien? 1%. Vous n’avez pas d’argent ? Allez le chercher à la Banque centrale européenne. Comment faites-vous pour définanciariser une économie qui est mondialisée? Je fais le pari que, par rapport à la finance mondiale, une économie stable, bien protégée est plus intéressante pour les investisseurs qu’une économie totalement volatile. Il y a mille clés pour «définanciariser». D’abord, on supprime les stock-options, puis on vire les agences de notation. Ensuite, on

«Celui qui ferme son entreprise car c’est un licenciement boursier: réquisition! Celui qui a conspiré avec un fonds étranger pour fermer sa boîte doit pouvoir être poursuivi. La loi est là! Je n’ai même pas besoin de créer une loi de terrorisme économique.»
change les pouvoirs de vote à l’intérieur des conseils d’administration capitalistes. Quelqu’un qui a investi sur cinq ans a deux pouvoirs de vote; quelqu’un qui ne veut pas dire combien il a investi en à un, voire aucun. Vous pensez qu’une telle politique peut-

être mise en place indépendamment des autres pays européens et notamment de l’Allemagne? Ah, les Allemands, les Allemands, les Allemands! D’abord, il n’y a pas les Allemands, il y a le gouvernement de droite allemand. En Allemagne, il y a des Allemands de droite et des Allemands de gauche. Les Allemands vont voter en octobre 2013. Si nous, les Français, nous ouvrons la brèche, les Allemands s’y engouffreront, car la masse du peuple allemand est maltraitée, sous-payée, humiliée, traitée d’une façon absolument indigne sur le plan social, du fait des réformes absurdes et criminelles de Gerard Schröder –qui est maintenant un marchand de gaz pour la Russie. Je fais le pari qu’une politique progressiste en France, étendue ensuite à l’Allemagne, aurait immédiatement des suites. Nous avons donc une discussion qui n’est pas franco-allemande. C’est une discussion gauche contre droite. Et puis nous sommes la France, la deuxième puissance du continent, la cinquième puissance du monde. Nous ne sommes pas des gens qui sont là pour dire : «Pardon, s’il vous plaît, Mme Merkel, voulez-vous bien être gentils avec nous et nous permettre de ne pas crever.» Nous devons parler fort. Que préconisez-vous sur la désindustrialisation de la France, qui a grosso modo perdu 750000 emplois en dix ans dans l’industrie, qui en fait aujourd’hui

un des pays les moins industrialisés d’Europe? Je voudrais prendre mes distances avec les modes. Pendant un temps, la mode c’était : «Certains pays, c’est bien leur tour, ont le droit de se développer, ils vont faire l’atelier, nous ferons les services.» Le modèle de l’économie de service… Dois-je vous rappeler le nombre de kilomètres de pages de journaux consacrés à l’apologie de l’économie de service, à la ringardisation de l’industrie, aux sourires ironiques sur le TGV français, Airbus, la fusée Ariane ? Cela soulevait beaucoup de mépris. Maintenant, la mode a changé. Nous voici tous entichés de réindustrialisation. Cette mode est aussi aveugle que la précédente. Bien sûr, je suis partisan de la réindustrialisation. Nous sommes tous pour la réindustrialisation. Mais sur quelle base ? La politique de l’offre ou la politique de la demande ? Cela change tout. Tout le monde dit : «Ah oui ! Il faut réindustrialiser par l’innovation, la baisse du coût du travail.» La baisse du coût du travail, produire, produire n’importe quel produit innovant dans n’importe quelles conditions, dans n’importe quelle quantité. Si les gens n’en veulent pas, un bon coup de pub pour faire avaler tout cela. Cela porte un nom: c’est le productivisme. Je ne suis pas d’accord. Tout ce qui se rattache à cette idée de la politique de l’offre doit être jugulé. Il faut donc faire une politique de la de-

Nous ne sommes pas là pour dire: “Pardon. L’une des différences majeures entre vous et le PS.» être augmentée. Il ne s’agit pas de dire au milieu d’un discours: «Ah oui.RIVA PRESS mondial continuera à vider l’économie de sa substance. c’est la planification écologique. je trouve cela grotesque.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 EVENEMENT • 5 mande. c’est l’Ancien Régime. je cite littéralement. «s’imposeront au Parlement et au gouvernement». Parmi toutes les choses qu’il faut planifier. Si on accepte une loi à géométrie variable. Et personne ne dit rien ! Il appelle cela la République contractuelle. Nous devons parler fort. Je vous rappelle que c’est la proposition numéro 38 des 110 de François Mitterrand. Or. Le vote ne vaut pas conviction.» Il y a des points inavalables ! Comment fait-on avec l’introduction du Concordat dans la Constitution ? Avec la République contractuelle ? Je demande solennellement à François Hollande de ne pas multiplier les embûches. car il le paiera à un moment donné. Donc par rapport au cadre européen. Pourquoi ? Parce qu’il faut démanteler dans tous les cas. Le cœur du programme du Front de gauche. Si vous augmentez les petites paies. Ce dont il nous parle. Comment voyez-vous l’avenir énergétique en France. Alors que je demande à François Hollande pourquoi ce qui était bon il y a quarante ans ne l’est plus aujourd’hui et pourquoi c’est lui qui décide tout seul que l’on va continuer. Je vous prends le pari que l’on arrivera à en faire autant avec d’autres énergies. ce qui est en jeu. à supposer que. je ne participerai à aucun autre gouvernement que celui que je dirigerais. il est impossible de croire qu’il me suffira de claquer dans les doigts en disant à ceux qui ont voté pour moi : «Maintenant. tout le monde n’est pas d’accord. Il y a des principes sur lesquels il ne faut pas transiger. c’est simple ! Comment financez-vous votre proposition d’augmenter le Smic à 1700 euros. Quel est le chiffrage de votre projet de planification écologique? Comment faites-vous pour devenir la première nation écologique du monde? A tous ceux qui me demandent comment je fais pour financer les 1 700 euros. j’ai été convaincu qu’il fallait en sortir. qu’EDF a du mal à répondre à la demande. mais si vous achetez un produit allemand ou slovaque. Le dumping social Sur la terrasse de Libération. sans visas sociaux. Une fois le premier tour passé. ce sont les appels au vote et la participation au gouvernement. Je suis à la tête d’un front qui me promeut candidat commun. les énergies renouvelables…» Parce que l’écologie ramenée aux panneaux solaires. Sarkozy décide-t-il tout seul que l’on va continuer? Pourquoi ne demande-t-on pas au peuple français? Ils sont trop bêtes ? Bien sûr que non ! Puisque la question est posée. Mme Merkel. Personnellement. La question du nucléaire a fait beaucoup de vagues entre écologistes et socialistes. cela ne profite pas au pays… Tant que l’on aura des frontières totalement ouvertes. est-elle qu’il est du côté du contrat et de la négociation et vous du côté de la loi? J’espère que le PS n’est pas du côté du contrat ! C’est un désastre… Mais c’est une question gravissime. nous revenons à l’Ancien Régime. la capacité normative des partenaires sociaux doit «Nous sommes la France. La loi est la même pour tous. C’est ramener du long terme dans l’économie. personne ne se désiste pour personne. c’est la même chose que ce que fait M. la cinquième puissance du monde. pour notre malheur. la réponse est évidente : il faut penser l’économie en dynamique. vous augmentez les carnets de commandes car les petites paies dépensent plus. Peut-on résumer votre position à un soutien sans participation? On verra ce que diront les partis. François Hollande a expliqué que dorénavant. Mais cela ne réglera pas le problème du nucléaire. Qu’est-ce qu’on fait? On vote. s’il vous plaît. nous ne sommes plus en République. Nous avons la possibilité d’avoir recours à une énergie abondante. Quand elle est votée. la saignée continuera. il faut voter pour l’autre. Pour vous. notamment à la veille du second tour. eh bien posons-la au peuple. il faut mettre des filtres autour de l’Europe. Sarkozy. La première centrale que l’on a commencé à démanteler. pour notre désespoir à tous. voulez-vous bien être gentils avec nous et nous permettre de ne pas crever”. on y est toujours ! Il y a des gens de droite qui sont pour le nucléaire et des gens de droite qui sont contre. On voit bien avec la vague de froid. Je représente Suite page 8 . On a été capable de développer le parc nucléaire en dix ans à partir d’une décision prise par l’Etat. il y a d’abord celle-là: la transition énergétique. ce soit François Hollande qui soit en tête de la gauche et pas moi. Je l’ai dit et redit. Voilà pourquoi il faut un référendum. jusqu’au point où les accords – sans qu’il soit précisé s’ils sont de branche ou d’entreprise –. en Europe? Au Front de gauche. elle s’applique à tous. Que ferez-vous entre les deux tours? Il y a deux questions sur lesquelles les choses ne se passeront pas comme beaucoup le croient. on est tout simplement éliminé quand on n’est pas arrivé dans les deux premiers. Mais il vaudra décision. Après. PHOTO VINCENT NGUYEN. La dernière ligne de défense que nous avons est une ligne républicaine. Nous pouvons avoir accès à des ressources immenses. Surtout quand on ne sait même pas ce qu’est le MOX ! Pourquoi M. la relance par la demande va créer de la croissance. je réponds : comment faites-vous pour vivre avec 1 000 euros ? En fait. Personnellement.

avec le goût du débat et de la rhétorique. à l’époque. Mélenchon était à Besançon. il n’y avait plus. sachant que le marxisme ne suffisait pas. Témoignages. En deux ans. voire de ses divergences. son souhait. Quand il a eu à s’opposer à la première guerre du Golfe. mais soupe au lait» n jour ou l’autre. Mais je n’ai jamais fait partie du cercle rapproché de ses admirateurs. on s’est rapprochés. PHOTOS THIERRY DUDOIT AFP président (PS) du Sénat «Jean-Luc Mélenchon était mon aîné au Sénat. le vocabulaire et les idées de la République. Il a pris sa tâche totalement à cœur. Le plus drôle. un tacticien. «Un type loyal. en 1991. On était la minorité de la minorité turbulente du PS et Jean-Luc était celui qui essayait de nous inculquer la culture majoritaire: il fallait aimer le PS. J’ai vu aussi ses qualités de bretteur. Progressivement. nous avons le même âge et. C’était un professeur bienveillant mais pas indulgent. Il n’était ni un homme de pure idée ni seulement un apparatchik. qui structure et fait travailler les gens collectivement. même par temps mauvais. je l’emmenais en voiture au conseil général. de 1968 à 1975.» Avec Julien Dray. Mélenchon est un homme de l’après-68. Nous militions au sein de l’OCI [Organisation communiste internationaliste] où nous nous battions. Lui était plutôt contre ces particularismes. J’ai vu tout de suite que je n’avais pas face à moi un petit techno mais un meneur d’hommes. Il se veut libre dans l’expression collective mais. Mais je pense qu’il est resté fidèle à une tradition révolutionnaire. et Jean-Luc était celui qui se situait le plus à l’intérieur du Parti socialiste. Mélenchon vu par ceux qui ont croisé sa route. mitterrandiste. Il a toujours été très loyal. puis il a fait valoir ses doubles qualités de stratège politique et d’intellectuel. lui avec Julien Dray. Jean-Luc de l’ouverture de 1988. où je l’ai connu quelques années après 68. rose et vert”. En 1975. en 1990.» Jean­Pierre Bel ancien ministre de l’Education nationale «J’ai beaucoup apprécié nos deux années de travail en commun entre 2000 et 2002. parfois même un peu trop. je l’ai perdu de vue et on s’est retrouvé en 1985. il s’est mis au Delphine Batho AFP Ministre délégué à l’Enseignement professionnel. travaillait l’art oratoire car il fallait parler dans d’immenses assemblées générales. Recueilli par LAURE BRETTON. on a déposé chacun une motion. il n’a jamais retrouvé quelqu’un à la hauteur de Mitterrand.» Jack Lang députée (PS) des Deux­Sèvres «Je l’ai rencontré en janvier 1989 à la Gauche socialiste. avec le PS comme colonne vertébrale de l’union de la gauche. Il a appris beaucoup. fond de la salle et a pris la parole pour compléter. Lorsque j’ai présidé le groupe. il est membre.» Au Sénat en 1986. et on a vu qu’on arrivait à des choses assez proches. C’est un type profondément gentil. nous nous battions pour la même chose. l’a fait venir pour éviter que je sois majoritaire. avoir une autorité naturelle pour éviter les débordements et toucher l’adversaire. Au congrès de Rennes. J’ai donc croisé Mélenchon par ce biais-là. La culture trotskiste de l’OCI. à différentes périodes de sa vie publique. contre le PCF pour “prendre” l’Unef. j’étais leader d’opposition de la section et le maire. Je décrochais du rocardisme. tout en restant fidèle à François Mitterrand. Si on voulait battre la droite et changer la gauche cela ne pouvait pas se passer ailleurs.6 • EVENEMENT LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Du trotskisme en passant par le Sénat ou l’Education. Comme il ne conduisait pas. ndlr]. était de rester au gouvernement pour être un bon et plein ministre. dite lambertiste. Il pouvait faire une demi-heure d’intervention sur le “rouge. le même engagement radical. il respecte la discipline de groupe. j’ai fait un exposé sur les fondamentaux de l’analyse marxiste de l’économie. moi de mon côté. Il a été élu en 1986 et moi en 1998. elles ont croisé son chemin. A l’époque. 2001. Lors d’un stage de formation. que l’OCI qui militait sur le plan syndical. d’autres dans le mouvement social. C’est d’abord son profil d’homme d’appareil qui a été mis en exergue. Il avait vu venir l’ankylose du courant mitterrandiste. Sa position actuelle est un véritable tête-à-queue par rapport à ce qu’il nous a transmis. PHOTO DANIEL STAQUET U Marie­Noëlle Lienemann sénatrice (PS) de Paris «J’ai rencontré Jean-Luc quand il est arrivé à Massy (Essonne) en 1978-1979. Moi. a été très forte : tout le monde apprenait à être de bons tribuns. en 1990. J’ai demandé à Lionel Jospin de trancher et Jean-Luc Mélenchon a été totalement loyal une fois les décisions prises. MATTHIEU ÉCOIFFIER. Nous sommes tous les deux nés au Maghreb. LAURE ÉQUY. Et sans doute aussi dans la franc-maçonnerie dont. En 1985.» Benjamin Stora historien «J’étais étudiant à Nanterre. lors des discussions en interne. et ses études de philo lui ont permis de déployer ses talents. C’est un affectif. on a été élus sur les deux cantons de Massy. Jean-Luc Mélenchon était un ministre sérieux. De culture “deuxième gauche”. Même s’il a beaucoup espéré de Lionel Jospin. et on a passé accord tous les trois. CHRISTOPHE FORCARI et BÉATRICE VALLAEYS AFP AFP AFP . A cette époque. et d’organisateur. j’étais à la Fidl [un syndicat lycéen. généreux. je crois. Claude Germon. même s’il est parfois soupe au lait. Il y a appris la rhétorique. modéré. Il venait d’être élu sénateur socialiste. une fois que la décision est prise. dans l’extrême gauche. il y a eu deux dossiers où nous n’étions pas en harmonie: le collège unique et la reconnaissance des langues régionales. Cinq personnalités ont confié à Libération les souvenirs qu’elles conservaient de Jean-Luc Mélenchon. On a commencé par s’opposer mais on avait en commun de ne jamais lâcher une bataille. au début des années 70. lui et moi : que Lionel Jospin soit élu et lui. et de croire aux causes qu’on défendait. profondément. parfois très violemment. même sans avoir le même pied d’appel. il s’est mis en congé de la vie du groupe. c’est qu’il se retrouve maintenant à la tête du PCF contre lequel il se battait férocement. il lui arrivait fréquemment de faire part de ses analyses.

est relayé par une pétition en ligne. AP-sante-femme-248x330.Crédit photo : Fotolia Avec le soutien du Collège national des gynécologues et obstétriciens français et de la Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale.com.. la MGEN et la LMDE lancent un appel aux pouvoirs publics pour le droit des femmes à un accès universel et égalitaire à la santé. Cet appel. Pour soutenir ce combat. rendez-vous sur mgen. signé par des personnalités publiques. éducation sexuelle inexistante à l´école.indd 1 03/02/12 12:28 .. augmentation du nombre d´IVG chez les adolescentes. © Direction de la Communication MGEN . prise en charge insuffisante des contraceptifs par l´Assurance-maladie. Face aux reculs inquiétants constatés en matière de droit à la contraception et à l’avortement. avec le soutien du Collège national des gynécologues et obstétriciens français et de la Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale.mGen-lmde la santé et les droits appel commun pour des femmes Fermeture de centres de planification familiale.fr ou lmde.

On va continuer à l’économie. explique le candidat. dans sa manière absurde –qui est le fait d’un pitoyable tacSuite de la page 5 «Je ne vais pas. Tout le monde a compris qu’il voulait désigner les musulmans. Tout cela est absurde. on peut abaisser les loyers dans certaines zones. c’est l’économie parallèle. Je laisse Guéant faire cela. Si les socialistes ne font rien pour convaincre. «On a un problème de riche: on remplit les salles. La question de l’appel à battre la droite n’est même pas posée. à côté de cette phrase stupide et à maints égards abjecte. pour prendre des voix à Marine Le Pen. on l’a toujours fait. c’est donner du boulot. réquisitionner les logements vides. cet homme ! En matière de principes. n’est pas relativiste. je le ferai. On prend des zones. Quelles solutions proposez-vous sur le logement et les banlieues ou les zones urbaines dites sensibles ou défavorisées? Il y a des mesures d’urgence à prendre. Nous proclamons depuis 1789 que les droits universels de l’être humain sont supérieurs à toute autre considération et préalables à toute constitution politique. Mais c’est une chose d’appeler à battre la droite.» Mais il n’a rien compris. c’en est une autre d’appeler à voter François Hollande. Je n’ai pas peur. pour la rupture avec le capitalisme». essaie de dire: «Nous sommes une civilisation qui vaut mieux parce que nous ne voulons pas opprimer les femmes.» Donc. est d’une nature intrinsèquement supérieure. j’ai été élu de banlieue pendant vingt-cinq ans. Je ne veux pas que quelqu’un qui vote pour moi en disant: «Je vote pour le socialisme historique. Je ne le ferai pas dans ces conditions. N’importe qui d’autre dit cela et on dit : «Tu parles !» Mais moi. d’un ignorant –. tous les Français vont être d’accord avec moi.» PHOTO PASCAL BASTIEN . Je veux combattre le racisme et la xénophobie. on rabat. Comment réagissez-vous aux dernières déclarations de Claude Guéant sur les civilisations? Claude Guéant. je ne vois pas pourquoi on ne le referait pas. Je n’irai donc pas. toute la gauche. la gauche. Mais on a un problème de pauvre: on n’a pas de quoi se les payer. car l’écono- Lors du meeting de Mélenchon à Metz. Quant aux quartiers. même si j’ai été ministre et que cela m’a beaucoup plu. Le principal problème des quartiers. il se soit senti obligé de rajouter: «La gauche est relativiste. de surcroît.» Il se dit : «Si je parle comme cela. Vivre dignement de son travail. La solution des quartiers. tant pis pour eux. Claude Guéant rend compte de l’état d’esprit égalitaire des Français.8 • EVENEMENT LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 aujourd’hui un front dans lequel il y a des gens qui ne veulent pas entendre parler d’aller gouverner avec une autre forme de gauche – cela n’empêche pas de faire son devoir contre la droite – et d’autres pensent qu’il faut y aller. c’est que. Il pense que la civilisation chrétienne. Ce qui est profondément méprisable. Par exemple. me retrouve dans un gouvernement alors qu’il n’a pas voté pour cela. Ensuite. Je connais la musique par cœur. on calcule la moyenne et tout ce qui est au-dessus de cette moyenne. le 18 janvier. faire du “super Marine Le Pen”. Il le pervertit pour l’utiliser au compte de la xénophobie. qui a engendré la Shoah.» ticien et.

parce que je vais me battre contre elle. au final. il a une constance dans ses visions : il est pour l’indépendance. Je veux combattre le racisme et la xénophobie. Nous. je me frotte les mains aussi. Cela me rend un peu tiède sur le sujet. Les espaces d’échanges politiques sont en train de se raréfier dans le pays.cette pente dans votre métier. S’ensuit une discussion sur sa «jouissance» de voir le Front de gauche à 9% dans les sondages : «Hé Demorand ! Vous avez une idée mesquine de la jouissance ! […] L’amour et la jouissance sont deux choses assez différentes. Donc on fonctionne à l’économie. Comme je suis un matérialiste. impensables.à laquelle je me suis opposé. entre ma vie privée. Mélenchon s’est exprimé pendant 2h30. Il y a quelque temps. On est venu faire les moches. même j’ai vu des choses particulièrement dans mon organisation. c’est plutôt Camus». En revanche. On le comprend. Si vous changez d’avis. et je suis très heureux de voir que l’on est le premier peuple d’Europe pour les mariages mixtes. depuis l’époque où.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 EVENEMENT tions de salons. et si ces gens n’ont pas de dent. qui peut donner le goût de vivre à plein de gens. mes proches. C’est elle qui peut vaincre le communautarisme. laient pas abolir le servage. Egalité. se prend en exemple : «J’étais hors d’état d’aller voir mon chef de service et lui dire : “qu’est-ce que c’est que cette histoire.» Il peut se paséternel trotskiste. prevous êtes aveuglés par Tintin au nait en compte leurs inquiéTibet et cette admiration sans borne tudes. l’on adhère à un régime théocratique et que même certains disent : «Le dalaï-lama a tout à fait raison. il se ser ce que l’on veut dans la salle. qui est tient le bon bout. je ne le suis pas assez. Si elle l’est. car non plus tuer les moines tibétains. La résolution de pour cette bande de théocrates. Une équipe de télévision est vu. Et oui. parce qu’ils ne vou.d’être moches. d’essayer de faire en sorte qu’il ne soit plus en l’état d’agresser sa propre population.» «Vous êtes influençable. il faut qu’ils coupent. Est-ce un problème si Marine Le Pen n’a pas ses signatures? Que s’en débrouillent ceux qui ont inventé cette règle absurde! Personnellement. le candidat du Front de gauche descend de sa moto-taxi: «Pourquoi elle me filme celle-là?» lance-t-il à la journaliste-vidéo de Libé. Nous avons reconnu. lui glisse le directeur de la rédaction. ce sont les partis qui payent et. il faut le reconnaître. Je l’ai chon. C’était le bagne. Si nous ne faisons pas 5%.» ser comme ils l’ont fait. D’autant que l’emprunteur final.5 millions d’euros. ils ne nous empêchepeut-être en contradiction avec ce que ront pas de faire ce que l’on a à faire. il voit la mère Merkel. dans des conversaTranscrit par LITTERA STÉNOTYPE raisonnables. On n’est pas un sujet d’amuvous êtes aveuglés par Tintin au Tibet et sement. D’autres journalistes se sentent «insultés» par le discours antimédia du début. méfiance… De la défense de sa «planification écologique». «Pouh! C’est une AG ici!» commence l’ancien président de l’Unef de la fac de Besançon. il doit trouve que je me suis toujours intéressé faire le sujet qui lui a été commandé. Je ne suis pas un homme public. Changement de ton devant la caméra. Je ne suis pas trop intellectuel. à celle de la hausse du Smic en passant par la Chine. Dans Libération hier. Ils ont trouvé le point de crispation que représente le Tibet. ni de directeur de campagne ou de conseiller. Il y a un autre sujet qui devrait vous préoccuper. en 1959. c’était très mal odieuses. rables. Le nerf de la guerre c’est l’argent. à Lonsle-Saunier. gros malin ! Précisément. c’est moi. nous ne savons pas. Mais texte qui. il a fallu compte de l’événement. Vous allez dans des émissions people et.» vous venez de défendre sur le modèle Mais. Mais on a un problème de pauvre : on n’a pas de quoi se les • 9 mie réelle n’y entre plus. Les derniers rounds sont plus calmes. mais elle dépend de 500 personnes qui donnent ou pas le ticket d’entrée à l’élection libre. comme en Libye. je ne suis pas partisan d’une infrançais. d’autres raisonnables. Fatigué.que lui-même. vous n’entrez plus dans les immeubles pour faire du porte-à-porte. c’est que. dit une assistante. en fait?» se fait-il chambrer. vous vous êtes fait dire devant ses troupes: «Les amis. on vous pète la gueule. La révolution citoyenne est nécessaire. Seul face à la rédaction dans la salle du hublot pour ce premier comité spécial présidentielle. C’est la restriction sournoise de la démocratie qui se joue à travers l’étranglement des espaces collectifs. Les glissements sémantiques sont ado. mais le fabrique l’Armée rouge intervienne pour ve. Si elle n’est pas candidate. du moment que l’on se donne le mal d’expliquer. Mélenchon fait preuve de «mauvaise foi»? «Mais c’est un principe philosophique chez Sartre». Je suis comme vous tous. rétorque Mélenchon. reprend-t-il. parce que c’est un espace privé. sur un les moines tibétains? Non. Ils n’avaient pas à s’y oppod’esclavagistes. Nous allons avoir un budget de 2. car la mise Mais qui va vous dire le contraire ? Je à distance nécessite du temps. je dois les respecter. On peut être remboursé ou ne pas l’être. honnêtement. Je suis comme tout le monde ici une fois sorti de mon engagement politique. j’explique pourquoi ce qu’elle raconte. Me voilà repeint en ami du Parti Pourquoi vous en prenez-vous vous aussi communiste chinois. j’ai des passions dé- Venu seul. mais aussi remonté qu’un boxeur avant de monter sur un ring. Je payer.Parce que je vois continuellement des tions qui me sont faites. Mélenchon évoque ses rêves de «cosmonaute» ou ses goûts de jeunesse : «Plutôt Rolling Stones que Beatles… Après. Au demeurant. qui en ont déjà assez bavé.» Mais bien sûr! C’est le chef de la secte des bonnets jaunes. Puis joueur. ce sont des bêtises. Carte d’identité. Avec les digicodes. les marchés sont devenus socialement ségrégatifs. Suis-je pour que Ils voulaient filmer les gens à qui ils l’on réprime ? Non. Les quartiers. Déjà punché le matin par Jean-Jacques Bourdin sur RMC. Maintenant.» Je termine sur un point: ne m’amusez pas avec cette histoire! Je sais très bien à quoi elle sert. La tyran. ce qui me semble souvent aux journalistes? contradictoire avec le reste des accusa. en même temps.» Fin de combat. j’ai l’intention de reprendre le terrain et de combattre la xénophobie. Liberté. Nous sommes tout le temps entre l’être et le néant. Le résultat. cette admiration sans borne pour cette c’est parce qu’ils ne peuvent pas se les bande de théocrates. «trop intello»… Non. Les camasoient brûlés par des Tibétains injuste. On a droit d’abord à un Mélenchon méfiant. On a donné le pouvoir à 500 notables de dire qui a la capacité ou non d’aller dans l’élection majeure. ironise le candidat. «On fabriquait des histoires et on rappelait le lendemain le dépôt pour savoir si on avait vendu plus ou moins de journaux que la veille». faire du «super Marine Le Pen». on le défenseur du modèle chinois. Incontestablement.» L’ancien «pigiste permanent» des Dépêches du Jura. des esclavagistes payer et non parce qu’ils sont contents qui. les mastodontes. puisque le reste gens avec caméras qui me disent : «Je du temps je suis suspecté d’être un viens faire ceci ou cela. La géopolitique des Etats-Unis d’Amérique. On mystifie tout le monde. et mon activité publique. «Regardez ce qui est écrit: “Die Linke!” s’enthousiasme-t-il en sortant un stylo offert par ses cousins de la gauche allemande. Après l’ex-journaliste.» En gros. Je ne vais pas. Les miens. Sarkozy. Nous sommes la France.rades leur ont donc dit: «Si vous passez ment traités ? Non plus. Je n’ai pas peur. «Ben oui. C’est notre devoir. Les mammouths. comme elles l’ont fait. inapplicables. mais a régimes qui se sont succédé. Quand vous y ajoutez la normalisation sondagière. On va continuer à l’économie. menées tambour battant. répond-t-il. LILIAN ALEMAGNA .» Jean-Luc Mélenchon est arrivé hier matin à Libé l’air crevé après ses passages médias du weekend. Les porte-parole et les tribuns de la gauche doivent être des instituteurs du peuple. ce n’est pas vrai. qui est celle d’un républicain. enfin la vraie gauche. c’est terrifiant. Pendant deux heures et demi d’entretien. Il me reste à vous l’enseigner». on a un problème de riche : on remplit les salles. Il y a des gens qui n’aiment pas cela. • trouve absurde que. sur France 2. lorsqu’ils sont face à une masse trop grosse pour eux. Nicolas Demorand interroge l’ancien étudiant de philo. Vous ne dites rien de vous… Cela ne présente aucun intérêt. 23 millions. et qu’il faut ralentir. Qui naît sur le sol de France est Français. On fait croire que c’est une élection libre. ils sont sûrs d’être remboursés. A grand renfort de dialectique marxiste. la laïcité. nous. j’ai entendu sur France Info un sociologue dire : «Jean-Luc Mélenchon. pour prendre des voix à Marine Le Pen. je ne suis pas assez xénophobe. ça dépendait beaucoup de mes fréquentations. «Ça fait du bien. On ne va pas m’élire ou me rejeter pour cela. Il ne faut pas une image. c’est beaucoup de misère et de galères. Il se trouve que la revendication du dalaï-lama formulée dans une assemblée à Washington est claire. Comment cela se passe-t-il au Front de gauche? Ce n’est pas brillant. en 1964. la dictature. vous le dites: «Je propose que l’on change la reconnaissance. C’est donc un procès C’est-à-dire? absurde qui m’est fait. Mélenchon livre une partie à 200 à l’heure. les trafics. je pense que les conditions matérielles de l’existence et la nature des rapports sociaux pèsent sur la manière dont on réagit. ont refusé de céder à la ré. Celle de l’époque de Pompidou et De Gaulle et pas la gauche bobo». l’ONU n’était pas belliciste.renforce la position de Bachar qui est de ments Tibet en Chine. il est impossible d’y diffuser un tract. l’ex-PS cogne. à l’époque. Mais cela suffit. c’est moi! C’est à méditer. Dans tous mes meetings. Comment ne voyez pas nir à la rescousse. je suis un homme privé qui a des activités publiques. Que faut-il faire face à la Syrie? Personne ne peut soutenir le régime de Bachar al-Assad. c’est l’endroit où tout le monde va. Je suis pour abolir les lois qui retardent le moment où on devient Français. Il faut des mesures de coercition qui permettent d’isoler le régime. la politologue Nonna Mayer explique que votre propos se diffuse mal dans les classes populaires. Aussi épuisant que lors de son passage à l’émission Des paroles et des actes. désormais. faut qu’on.un ralentisseur par rapport à la télé ou tion n’est pas démocratique… la radio. car cela Régulièrement.» Mais ne le faites pas dans le confort d’une situation : «Oui. je me frotte les mains. Où en êtes-vous aujourd’hui? tervention militaire. c’est la grande surface. «Ça n’est pas Sartre mon biberon. On leur a demandé pourconviennent pas plus en Chine qu’ici en quoi ils partaient et ils ont dit : «On France. on voit Die Linke !» Il est venu seul: pas d’attachée de presse. L’espace public. partout où ils le peuvent. Cela ne vaut pas fascination pour les venue à un de mes meetings. ce serait formidable. je m’en fiche. 22.» toujours critiqué. on raconte des salades !” et comme.fr qui le cueille devant l’entrée. Moi. la République populaire de Chine dans ses frontières. le logement ou les quartiers. la presse écrite est La façon dont la Chine résout cette ques. je pratique la césure absolue. les Français ne vous connaissent pas. on voulait faire le petit Libé…» Tout le monde rit. Or. Ils n’en veulent pas. c’est un appauvrissement absolument extraordinaire de la discussion politique. L’indépendance du Tibet est le véhicule de la politique des Nord-Américains contre les Chinois.» Le média ne rend plus volution populaire au Tibet . je ne vois pas au nom de quoi je les donnerai en pâture et qu’ils seraient obligés de supporter l’allumage des feux de la rampe sur leur vie. mais il ne s’intéresse pas assez aux immigrés. Suis-je d’accord manquent des dents ou qui ont des lupour que des commerçants chinois nettes collées avec du ruban. Ils vont au plafond des dépenses –21. Je n’ai jamais été partisan du n’est pas venu écouter Jean-Luc Mélenrégime chinois d’aucune façon. Je laisse Guéant faire cela. «Pourquoi elle me filme celle-là?» «J’ ai pas arrêté. suis désolé qu’ils l’aient fait. y’a qu’à. le Parti unique ne me commence. Et à la Chine. moi si. Je ne suis pas d’accord avec la Russie ni avec la Chine «Suis-je pour que la Chine réprime lorsqu’elles mettent un veto.remballé son matériel avant qu’il ne nie. mais c’est aussi la nouvelle France qui se fabrique. Tensions. «C’est un modèle dans lequel les gens sont socialement surexploités. Les gens comprennent tout. depuis 2008 et les événe. l’ancien trotskiste-lambertiste pose d’emblée le rapport de forces avec ces représentants du «système médiatique» qu’il a en face de lui. car votre rhétorique est trop intellectuelle… Les gens ne se rendent même plus compte de ce qu’ils disent. même si.

Il était 20 heures quand nous secondes ? La comptabilité fait débat parmi avons entendu une immense déflagration. Ces propos ont été tenus dans un hôtel de Homs lors d’une conversation a jeune voix porte au bout du télé. raconte un témoin venions de rentrer de la grande manifestation du en direct sur la chaîne d’information Al-Ara. Survivre est une victoire en soi pour ce mili«La nuit a été calme à Baba Amr.ges des forces loyalistes aux alentours. et un la nuit de vendredi à samedi dernier.vendredi de la commémoration du massacre de biya. chaussée. Les les habitants qui en ont vu bien d’autres ces gens dans la rue ont commencé à hurler en couderniers mois. De son côté. «Nous s’est abattu sur nos têtes». Assaf mes du quartier se sont mobilisés pour transChawkat. Peu après. la ville de Zabadani.» Walid.très élevé et la victoire certaine puisque nous sés. Mais tant de 26 ans. C’était la panique le correspondant de la BBC sur place. «abandonnés partout lemonde» Par HALA KODMANI En Syrie. confiait. commente rement visés ce lundi matin. Le juriste algérien a indiqué la à parler tout d’abord de la prouesse semaine dernière. hier. à Homs. dans les quartiers rebelles. L’Armée de la Syrie libre 22 ans. qui raconte sur Skype la nuit dès 6 heures du matin lundi. installés dans des appartements pri. le régime syrien accuse des «gangs terroristes» d’être à l’origine de ces violences. aux véhi«Les hôpitaux de campagne ont été particuliè. des bombardements intenses ont continué toute la journée. Ce quartier populaire de la li. un déluge d’obus d’enfer qu’il a vécu avec sa famille. travaille essentiellement ces derniers (ASL) qui défend ce quartier. «mais caux dans le quartier de Baba Amr. qui a dénoncé les aberrations de que l’on entend distinctement.10 • MONDE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 AHoms. Je comme disent les Syriens? «Cela ne prendrait suis parti à la rescousse sous les bombes qui pas plus d’une demi-heure pour les écraser. combien la résistance de ce réussi à reconstituer le bas du visage quartier qu’il a pu visiter était deved’un enfant de 12 ans à moitié arraché nue un symbole à abattre pour le réRÉCIT par une bombe. un voisin est arrivé affolé Les forces gouvernementales ont-elles décidé nous apprendre que deux obus étaient tombés d’en finir cette fois avec Baba Amr et Homs sur la maison d’à côté faisant six victimes qu’il après «le feu vert du Conseil de sécurité» était impossible de dégager des décombres. elle-même de six étages à descendre chez nous. Le déséquilibre flagrant des forou perfusés en pleine opération– vers d’autres ces n’entame pas la confiance des habitants lieux. combattant à Khalidyeh. une plus de 200 morts. Omar. pour transférer sous les bombardements le matériel. selon des mili­ tants. cela semblait si futile face aux chars. Témoignages. Cinq ou six hommes plus légèrement sommes encore debout».réussissent à tenir en échec «les bandes assagence. des cen­ taines de blindés de l’armée syrienne ont pris d’assaut. les lits et les blessés –certains anesthésiés «LARMES». avait tenté de jours comme brancardier avec les équipes mener des attaques la veille contre les barramédicales des comités de coordination lo.privée avec Anouar Malek.cules blindés et aux armes lourdes». faisant lit autour duquel opèrent un médecin. au rez-deconsacrée comme «capitale de la révolution». au nord­ouest de Damas. dans une rencontre avec que vient de réaliser un chirurgien. Tous les homlongtemps». le vés: trois ou quatre matelas à même le sol où quartier où s’est produit «le massacre» dans attendent les plus gravement atteints. «Il a la presse à Paris. militant de gime syrien. Un tir par minute ou toutes les trente Hama de 1982. observateur de la phone satellite malgré les tirs intenses Ligue arabe. blessés sont debout dans le couloir. renseignement. Mon premier réflexe a sière sud de Homs est en effet l’un des princi. «La Russie et la Chine finiront par regretter leur décision qui les a vues s’aligner sur un dictateur en fin de vie et qui les a mises en porte-à-faux avec le peuple syrien. hier. S’ils continuaient de tomber et j’ai vu en chemin des n’étaient pas reliés en direct à plusieurs chaînes voitures brûler. on l’aurait fait depuis corps qui gisaient dans les rues. affirme que «le moral est infirmière et deux aides-soignants improvi.» Hôpital de campagne est un bien de Homs et de leurs hommes armés qui grand mot pour les centres de soin d’ur.été d’appeler tous les voisins de notre immeuble paux foyers rebelles de la ville. des maisons défoncées et des de télévision satellite. Il tient cette mission. en novembre. donner leur sang et consoler chef de l’un de ses principaux services de certains qui venaient de perdre des pro- S REPÈRES Bastions de la Ecole contestation du régime militaire Bases Bayad militaires Deir Baalbeh Bayada Al-Waer Qosor Ghouta Inchaat Khalidiya Khalidyeh TURQUIE Güveççi CENTRE VILLE Bab Hood Baba Amr Mer Méd iter Base Al-Zahra des Chabiha (miliciens) SY R I E La Kfar Noubol aquié Jisr-al-Choughour Baniyas Hama Homs BA rané e Alep HOMS 1 km IRAK N Damas Deraa JORD 100 k IS ASSAUT SUR ZABADANI Parallèlement au bombardement de la ville de Homs et de sa province.rant dans tous les sens.» Susan Rice ambassadrice américaine à l’ONU LI .distes». beau frère de Bachar al-Assad et porter les blessés.

a dit le ministre britan. pense que c’est possible». ni du Conseil national syrien [regroupement de l’opposition en exil]. Paris horreur de la violence qu’il avait annoncé. Trois jours après cratique et qui a inspiré la réles veto russes et chinois qui solution onusienne.» Jihad et sa femme se trouvent désormais seuls dans leur immeuble d’une dizaine d’appartements dans le quartier mixte d’Inchaat – où vivent aussi bien des sunnites.pari perdu d’avance».«Hystérique». Mikhaïl NETWORK. appelant à l’arrêt des aussi d’y associer l’Union violences. avant-hier. Le quartier chrétien de Hamidyeh est déserté depuis plusieurs semaines. parole de la Maison Blanche services de renseignements PHOTO SHAAM NEWS a. «C’est un ration des conditions de scandale. AB_ISEG_M&COM_122x111_Libe_HD. Pas question pour eux d’abandonner leur maison aux hommes armés. «Il est l’été au côté de la révolte.pdf 1 30/09/11 14:12 gime Al-Assad. qui se dit tout de même écœuré par cette victoire pour le régime». selon Omar. ainsi que la Turdentales veulent mettre la quie. Nous sécurité».iseg. nous étions près de 10 000. Ils doivent renconpas essayer de parier sur le ré. Tous ceux qui ont de la famille ailleurs dans le pays sont partis les uns après les autres. Il s’agit ont bloqué l’adoption d’une de capitaliser les résultats du résolution.amis de la Syrie» soutenant lisé». • Maintenir la pression L Manager Business Stratégie Rough Événementiel Publicité Communication Media Merchandising Conseil Marché Affiche Networking Agence Direction Artistique L’ÉCOLE DES FUTURS ACTEURS DU MARKETING Campagne Création Tendance Marques Créatif Buzz Budget ET DE LA COMMUNICATION L’ISEG Marketing & Communication School est présent dans 7 villes de France PARIS • BORDEAUX • LILLE • LYON • NANTES • STRASBOURG • TOULOUSE Public Presse Architecture Édition Branding http://mcs. qui avaient déjà emà Damas. eux «n’attendaient rien de l’ONU. Le Royaume-Uni. pourtant a mi. nous redonne à réfléchir.le plan de sortie de crise de la nique des Affaires étrangères. mais nima. Lors des obsèques vers midi. Claire noncé. important de résoudre la crise Moscou.cepter l’indécision ou le blodeur pour consultation. Barack Obama. rassemblés sur la place centrale autour de la mosquée. se rend aujourd’hui à Damas Devant un hopital sur la chaîne NBC. Sergueï Lavrov. ses d’une transition démoPression.plore la réaction «hystérique» tion militaire extérieure et je de l’Occident après son veto. Je l’ai pris dans les bras et j’ai voulu cacher mes larmes. pour sa part.Sarkozy lors d’une confécations qui subsistent pour si. Cette école est membre de . Le pilonnage a duré jusqu’à la prière de l’aube. Hors des quartiers rebelles. le cheikh s’est mis à réciter les noms de tous les martyrs tombés dans la nuit. «Mais il est vrai que l’échec de la résolution du Conseil de sécurité. et évacué leurs pêché en octobre le vote derniers fonctionnaires d’une résolution du Conseil «compte tenu de la poursuite de sécurité sur la Syrie.création d’un groupe «des ceptable dans le monde civi.européenne. ne sommes pas décidés à aclui. J’ai croisé un ami qui venait de voir son frère tué. se vide peu à peu. dit Jihad. hier. Sommes-nous fous? Non. C’est une cause. déclaré que extérieurs russes.vote de samedi à l’ONU. Des milliers de visages remplis de détresse. rappelle son ambassa. Des enfants tenaient des morceaux de bois en guise de pistolets.trer le président syrien. Établissement privé d’enseignement supérieur. a alors que le chef de la diploaffirmé. écrit sur sa page Facebook une opposante exilée. car c’est un MARC SEMO ches. hier. les capitales occi. «Les miliciens du régime ont pris notre immeuble comme poste de tir sur Khalidyeh et les hommes de l’ASL ripostaient en tirant vers nous. désans recourir à une interven. qui compte plus d’un million d’habitants en temps normal. mais surtout de colère.en compagnie du chef des de Homs. un symbole. Mais là. affirme l’un de ses habitants. cage d’une communauté inter«Nous continuerons à em. alors que la ville continuait d’être pilonnée lundi et que le bilan faisait état de 80 morts dans la journée. Depuis le minaret.allusion à la Russie et à la ture de leur ambassade Chine. mais rêveurs. «Homs n’est plus le nom d’une ville. américain. et des milliers de réfugiés de Homs se trouvent à la frontière avec le Liban. a lancé Nicolas prunter les voies de communi. la exerce contre son peuple. la ferme. «C’est notre volonté qui est visée et non pas seulement nos quartiers et leurs habitants». la ville. éplorés. de la violence et de la détério. Nous avons dû leur laisser la place.rence de presse commune gnifier au régime syrien notre avec Angela Merkel.nationale». Nous gardions un petit espoir de voir une solution s’amorcer et les choses se calmer. qui pose les baWilliam Hague. Les chants de la révolution ont repris aussitôt. ce qui se passe. Cela a pris près de trois quarts d’heure. AP certains pays «ne devraient Fradkov. considère un autre internaute de Homs. hier. nous sommes vraiment abandonnés par tout le monde !» Les insurgés de Homs. Ligue arabe. Ils sont lancés dans un défi au pouvoir de Bachar al-Assad qu’aucune logique ne semble pouvoir entamer.fr Titre certifié par l’État Niveau I Institut Supérieur Européen de Gestion. réfugié à Damas. une identité volontaire pour tous les révolutionnaires». vers 5 heures du matin.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 MONDE • 11 Américains et Européens ont pris de nouvelles mesures contre Damas. inac. ni de la Ligue arabe. le président matie russe. pour sa part. Une manifestation monstre a suivi la prière. Le porte. des alaouites ou des chrétiens– qui a aussi été bombardé lundi. très engagée depuis pression sur Damas. es Etats-Unis ont an. après la nuit du massacre. Syriens de Homs et promis à la victoire !» DÉSERTÉ.

de tout fermé son ambassade près du Vatifaire pour que cela ne se reproduise can. en décembre. à verser aux victimes d’abus sexuels. Benoît XVI ira-t-il plus loin en obligeant les évêques à dénoncer les prêtres pédophiles quelle que soit la législation du pays ? En France par exemple c’est une obligation mais pas en Italie. analyse térieur de la réunion. Jusqu’à jeudi. officiellement pour des raisons pas». avait durede victimes Caramella Buona ment mis en cause le vier Dumortier. «C’est un événement très im. a insisté le recteur de l’uni. l’Irlande en 2009. c’est au tour des Pays­ Bas d’être éclaboussés par un scandale de pédophilie au sein de l’Eglise. précise Antoine.toutefois. c’est qu’un centre consultable par Internet sera créé au terme du symposium pour permettre aux prêtres du monde entier d’obtenir des informations sur le fléau de la pédophilie. selon Mgr Char­ les Scicluna. où se trouve le Vatican». en Europe ou en Australie. «Le pape Vatican. le cardinal William Levada. c’està-dire dans quelques semaines. le pape tient à rencontrer des victimes. dénonce d’ailleurs l’absence d’orateurs italiens: «Les autres Eglises ont commencé à faire le ménage mais pas la Péninsule.sée. Benoît XVI enseront présents. le Premier ministre. «C’est l’une des interrogations concernant le symposium qui s’ouvre à Rome. un seul a affronté la question. message et de nombreux cardinaux Dans ce contexte.» Pour l’heure. Ce que confirme Marco Politi : «Sur les 200 diocèses du pays. le père «Vers la guérison et le renouvellejésuite et psychothérapeute Hans ment». Il promet de mettre un terme au climat d’omertà qui régnait jusqu’à son pontificat. • Deux victimes de pratiques pédophiles posent devant l’ambassade du Vatican. Très clairement. Soupçonné par certains d’avoir soutenu cette politique. on souhaite montrer que l’on a pris le problème au sérieux. ordonnant aux évêques de déférer à la justice civile les membres du clergé soupçonnés de pédophilie et de les empêcher d’exercer un ministère dangereux pour les mineurs. c’est le montant mini­ mum de l’indemnisation que l’Eglise belge s’est engagée. mais pas scandales de pédophila Péninsule.» Et d’ajouter: «L’autre grande question en suspens en marge du symposium. une «lettre circulaire» a ainsi été adressée par le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. l’Australie en 2008. 3000 accusations pour pédophilie ont été portées contre des prêtres de 2001 à 2010.et des supérieurs d’une trentaine tion des mineurs» : d’ordres religieux ont ainsi conaprès les milliers de vergé vers la cité éternelle pour scandales de pédophilie dans les participer à ces assises intitulées paroisses du monde entier. I.affronter la question sous tous ses sium dont il a assuré l’oraspects. Enda Roberto Mirabile président de l’association Kenny. Que dira le pape ?» L’association transalpine des victimes de la pédophilie Caramella Buona. Peu de temps auparavant. un symposium tente de lutter contre le fléau pédophile. lorsque le Vatican avait été littéralement bousculé par l’avalanche de révélations sur les abus aux Etats-Unis. Depuis. Vatican. laissées à l’exseulement dans l’urgence». responsable de que de tolérance zéro contre les l’agence de presse spécialisée sur le prêtres pédophiles qu’il a promise REPÈRES Des scandales à répétition Après les Etats­Unis en 2002. PHOTO STEFAN WERMUTH. Marco Politi. qui s’est ANALYSE des prêtres à la réaction de ouvert hier soir à Rome à la hiérarchie en cas de l’université Grégorienne sous soupçons. l’accusant d’avoir entravé BenoîtXVI ouvrira les travaux par un les enquêtes.budgétaires.tend aller de l’avant dans la politiMarie Izoard. «L’ il a été recommandé aux participants du symposium de s’entretenir avec des victimes – ont tenu à préciser les organisateurs. le 9 septembre 2010. pointe Marco Politi. François-Xa. Plus d’une centaine de représenEglise pourrait devenir tants des conférences épiscopales leader dans la protec. y compris du temps de Jean-Paul II.» lie depuis 1975. et demandait aux évêques de les «compléter d’ici à un an».convainc pas vraiment. plaie béante dans l’Eglise.» Benoît XVI au symposium. L’an dernier. par exemple.12 • MONDE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 en 2010. Une marquer une nouvelle étape dans la sorte d’introspection à 360 degrés politique impulsée par Benoît XVI ponctuée par une veillée de pénipour faire sortir l’Eglise catholique tence au cours de laquelle des resdu fléau des abus sexuels sur mi. Mais en tenant compte des législations et réalités de chaque diocèse et pays. Joseph Ratzinger l’a radicalement modifiée. a vocation de la pornographie sur Internet. on est conscient que la plaie est loin d’être cicatriPLAIE. JUSTICE CIVILE. l’Allemagne et la Belgique en 2010. en passant par le rôle de l’égide du Vatican. c’est de savoir si Benoît XVI ordonnera à tous les diocèses d’ouvrir des enquêtes à partir de leurs archives.ponsables de l’Eglise «demanderont neurs. s’insurge Roberto Mirabile. quasiment à chaque voyage.Media. de la formation ganisation. Par ÉRIC JOZSEF Correspondant à Rome le spécialiste du Vatican du quotidien Il Fatto. Mais le sympo.pardon» aux victimes qui seront portant car cela révèle la volonté d’af. Au préalable. les délégués Zollner va de toute évidence bien et les 40 orateurs devraient ainsi vite en besogne. touchant de 10000 à 20000 mineurs depuis 1945. Mais l’argument ne versité Grégorienne. à Londres. Il y a quelques semaines. «Soulager les victimes doit être de la plus haute importance pour la communauté et aller de pair avec un profond renouveau. . sur «Les autres Eglises ont commencé la foi de rapports évoquant des centaines de à faire le ménage. «C’est une responsabilité ma. qui a fait condamner un prêtre à quinze ans de réclusion pour viol sur plusieurs mineurs et n’a pas été admise à participer au symposium. La lettre prônait des «procédures claires et coordonnées». la seule certitude. REUTERS Abussexuelssurmineurs: l’EglisefaitpénitenceauVatican Au Saint-Siège. le président de l’ONG. lequel considérait qu’il ne fallait pas affaiblir l’Eglise dans sa lutte contre le communisme et avait en mémoire que les accusations de pédophilie envers les prêtres étaient souvent employées par les régimes totalitaires pour discréditer le clergé. hier 2500 euros.» D’autant qu’au Saint-Siège. à l’exception d’une cafronter le problème globalement et pas tholique irlandaise. de la Congrégation vaticane pour la doctrine de la foi. la très jeure que de pouvoir regarder cette catholique Irlande a.

8 a fait au moins 43 morts. JFK le remarque et s’assure : «Tu es OK?» Après acquiescement. Réagissant à cet accord. remportant des victoires inattendues (bien qu’invérifiables) à Ménaka. Mieux. JFK lui aurait alors confié être prêt à céder aux menaces soviétiques: «Je préférerais que mes enfants soient rouges plutôt que morts. considérée comme le berceau du peuple touareg. contre l’impuissance du Président. qui favoriserait de nombreux trafics. cette vaste région du nord Mali. dirigera un gouvernement transitoire d’indépendants chargé de préparer les élections. JFK continue à l’appeler. Mimi Alford s’était tue. polit 22 rue Guillaume Apollinaire Paris 6ème Métro : Saint-Germain avec le soutien de PIERRE BERGÉ et la FONDATION ANDRÉ LEVY . est présentée à John F. Mahmoud Abbas. et qui piétinait depuis cette date. en 1962. Président du club Politique Autrement JEAN-PIERRE LE GOFF PASC AL PERR INEA U Direct eur du Cevipo f UIEFF PIERRE-ANDRÉ TAG oloque Philosophe. Depuis la fin des années 90. L’insécurité est telle que l’ONG Médecins du monde a même dû suspendre ses activités dans la région. très vite. Mais Mimi A l f o rd . A la fin de l’été. ce qu’elle fit. par Abbas et Khaled Mechaal. voici Mimi et JFK uatre jours après le début de son stage. Mimi. de chaque côté. il a déboutonné le haut de ma robechemisier et touché mes seins. notamment en raison d’un désaccord sur le choix du chef du gouvernement. qui y aurait installé NIGER MALI ses bases arrières et y détient peut-être encore ses otages occidentaux. affirme vouloir récupérer en son sein les jeunes touaregs séduits par les sirènes islamistes.org CINEMA SAINT-GERMAIN http://laregledujeu. Venus On sait que le président des Etats-Unis était grand amateur de jeunes femmes. une requête rejetée par la Cour européenne des droits de l’homme. était posé. au centre de l’archipel des Philippines et entraîné des scènes de panique. en octobre 1962. son université au Massachusetts. Dave Powers. Au Nord du Mali. 45 ans. Mimi conte avoir ainsi visité le siège de la présidence en pleine crise des missiles à Cuba. chef du Hamas islamiste.» Cette relation a duré dix-huit mois. Kennedy avait été révélée en 2003 par l’historien Robert Dallek. Elle se déroule à huis clos.2 a suivi la première secousse. mon aventure avec le président John F. Mimi est vierge. Monica Lewinsky et Bill Clinton. nombreux sont ainsi les Africains «à la peau claire» qui redoutent les représailles. il choisissait «d’abandonner le chemin de la paix pour se joindre au Hamas». MARIA MALAGARDIS avec FABIEN OFFNER (à Bamako) Selon un accord signé hier à Doha par les mouve­ ments palestiniens rivaux Fatah et Hamas. quand elle retourne à Wheaton. Kennedy. Or.» Elle raconte égalementcomment JFK l’avait priée d’offrir une fellation à Dave Powers. jolie jeune fille de 19 ans. Kennedy et ses conséquences. en anglais. dont la date n’a pas été précisée. le nord Mali avait fini par être identifié à AlQaeda au Maghreb islamique (Aqmi). le MNLA qui qualifie de «terroristes» les combattants d’Aqmi. Deux autres jeunes femmes y attendent le Président en buvant des daïquiris. PHOTO AFP ABBAS À LA TÊTE DU GOUVERNEMENT DE TRANSITION PALESTINIEN LeMalidéstabilisé parlarébelliontouareg AFRIQUE De nouvelles forces. livre un récit très détaillé de sa relation et des complicités à l’intérieur même de la Maison Blanche qui permettaient à JFK d’assouvir ses besoins de chair fraîche. Quelques heures plus tard. Et pourrait avoir des répercussions inédites dans une région déjà explosive. Face à cette offensive. JFK arrive. quatre heures plus tard. Il était une fois un secret. il faisait comme si ce qui venait de se passer était la chose la plus naturelle du monde. jeudi à Bamako. raconte Mimi. qui mène la guerre à Bamako depuis la mi-janvier. raconte pour la première fois Mimi dans un livre à paraître mercredi aux Etats-Unis. puis lui indique la direction de la salle de bain. sur un territoire désertique grand comme la France. • kilomètres de clôture bar­ belée s’élèveront sur une portion de la frontière séparant la Grèce et la Turquie afin de bloquer la route aux migrants irrégu­ liers qui tentent d’entrer en Europe. la résurgence d’une rébellion touareg qui. provoquant des manifestations hostiles au président Amadou Amani Touré. Des Maliens protestent. Or. infligent des revers au gouvernement. en présence de l’émir du Qatar. et la fait venir à la Maison Blanche quand sa femme n’est pas là. signée. Lui. venant notamment de Libye. En 1998. A l’origine des combats. Une violente réplique de magnitude 6. ROYAUME­UNI Omar Othman. et oppose des belligérants qui n’alignent. Jackie. L’existence de Mimi Alford et sa relation secrète avec John F. «J’ai remarqué qu’il se rapprochait de plus en plus […]. le président poursuit sa besogne. le pouvoir a également favorisé la montée de tensions ethniques jusqu’alors inconnues. est une nouvelle guerre en Afrique. Une situation qui a pris tout le monde de court. Depuis quelques années.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 MONDEXPRESSO • 13 VU DE WASHINGTON Par LORRAINE MILLOT Après Monica et Bill. va être libéré sous conditions. Londres tente de l’extrader depuis six ans. intitulé. Le jour de leur première rencontre. elle cachait encore son «secret». au service de presse de la Maison Blanche. quand la relation d’une autre stagiaire avec un autre président.Graphic Design : Frédéric Menant ENTREE LIBRE RESERVATION CONSEILLEE : redaction@laregledujeu. hier.3 LES GENS Q d’apéritif.org . au contraire. Mais en laissant libre cours aux rumeurs. avait fait scandale et mené jusqu’à une procédure d’impeachment. Parmi les populations qui fuient les combats. et notamment français. que quelques centaines de combattants. qui nageait pour apaiser son mal de dos. dans la région de Kidal. tandis qu’il rejoint la salle 35e C’ A LG É R I E Bamako GUINÉE BURK FASO C D’IV GH 400 km PHILIPPINES Un séisme de magnitude 6. CLASSES POPULAIRES : COMMENT L’EXTREME-DROITE VEUT LES SEDUIRE? DIMANCHE 12 FEVRIER A 11H00 Un débat animé par ALEXIS LACROIX et RAPHAEL HADDAD ATELIER HEBDOMADAIRE DE REFLEXION Sociologue Collaborateur de la revue Débat LAUREN T BOUVE T JONATHAN HAYO UN Président de l’UEJF Sociologue. plusieurs accords de paix ont été négociés entre le pouvoir et les rebellions touareg successives. réclame l’indépendance de l’Azawad. aujourd’hui grand-mère de 69 ans. vient con­ forter l’accord de réconci­ liation conclu entre les deux mouvements palesti­ niens en avril 2011. Celle qui ressurgit sur le devant de la scène a bénéficié du retour au pays de plusieurs centaines d’exilés fuyant la Libye après la chute du régime Kadhafi. la violence des combats a pourtant déjà fait fuir des milliers de civils. «J’étais choquée. Une langue de bois qui a fini par exaspérer la population. l’invite à une petite fête dans les appartements de la Maison Blanche. ils ont créé le 15 octobre le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA). depuis le 17 janvier. le gouvernement se tait. avec leurs armes. de Gao et jusque dans les faubourgs de Tombouctou. Lentement. La formation du gouverne­ ment provisoire sera annoncée lors d’une réu­ nion de l’OLP le 18 février. «La déclaration de Doha». l’ami du Président. et l’invite à le suivre dans la chambre de son épouse. l’islamiste jordanien recherché en Jordanie pour deux attentats commis en 1998. Puis il est passé entre mes jambes et il a commencé à retirer mes sous-vêtements…» 10. le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a réaffirmé que si Abbas appliquait l’accord signé. raconte Mimi Alford dans son livre. Et accuse le pouvoir de complicité avec Aqmi. PHOTO REUTERS LES SEMINAIRES DE CLASSES MOYENNES. et ne communique que pour dénoncer les exactions des rebelles. le prési­ dent de l’Autorité palesti­ nienne et chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et du Fatah. en se présentant sous le nom de Michael Carter. les «hommes en bleu» semblent avoir mis en déroute l’armée malienne.

Il laisse à d’autres les saleurs frais. il a soutenu sans réserve les pro. de l’Elysée.au rétablissement de la compétitivité frantions» valent plus que d’autres. «Une civilisation. semblant confirmer une stratégie de séduction de l’électorat FN. Avec la bénédiction femmes. à son locataire. devant les caméras de France 2 d’œuf que l’on va gagner la présidentielle». elle aussi. Place Beauvau. A deux mois et demi de et des conservateurs» et qu’il est donc «tout la présidentielle. PHOTO VINCENT NGUYEN. on rappelle que l’Intérieur est «le ministère de l’ordre «CRÂNES D’ŒUF».face à François Hollande et de François Fillon diant Uni.visme» de gauche.14 • FRANCE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Claude Guéant.que dans leurs propositions pour en finir avec ger. citant son ministre. plus comme Marine Le Pen. au ministère de l’Intérieur. Conformément à la ligne droitière défendue par le conseiller de l’Elysée Patrick eux qui espéraient une correction. le ministre est abreuvé de . Guéant choisit de se placer «sur le moins de vocabulaire. tenus samedi par Claude récentes prestations télévisées d’Alain Juppé Guéant devant les militants du syndicat étu. elle. ment venu». «Plus Guéant se droitise. en seront pour terrain des valeurs». Nicolas Sarkozy l’a con. les déficits publics. la droite fait donc savoir aux naturel» que le rappel aux valeurs soit confié électeurs du FN qu’elle défend. une so. Guéant se charge donc a assuré le chef de l’Etat. indique-t-on à l’UMP. «Ce n’est pas avec des débats de crânes gela Merkel.çaise. Par ALAIN AUFFRAY pos. relativiserait. le 10 janvier. certaines «civilisa. un régime. Dès dimanche.face à Martine Aubry. toutes deux jugées ciété qui [n’accorde] pas la même place beaucoup trop techniques par les straet les mêmes droits à des hommes et à des RÉCIT tèges de la droite. ça [n’a] pas la même valeur».vantes querelles sur les réformes nécessaires firmé hier : oui. RIVA PRESS L’Elysée C adoubele croiséGuéant Le chef de l’Etat a soutenu hier sans réserve le ministre et ses propos sur les «civilisations». Au côté d’An. le ministre de l’Intérieur avait Pour alimenter sa charge contre le «relatiassuré qu’il ne regrettait «rien» de ses pro. allusion aux pos «de bon sens». ex(lire page 18). une hiérarchie des il sera facile pour Sarkozy de se recentrer le mocivilisations que la gauche. d’expliquer aux Français que la droite et la ajoutant cyniquement qu’il n’entendait «pas gauche se différencient bien plus dans leurs perdre de temps» avec une «polémique» qu’il jugements sur la «civilisation» musulmane contribue pourtant à entretenir et à prolon.plique-t-on dans son entourage. au Buisson.

chance de l’obtenir avant la présidentielle. n’est pas prise à la légère. Jean-Pierre Raffarin a estimé au micro Claude Guéant à dire qui était visé dans ses propos du week-end. l’UMP doit se donner les moyens de faire comprendre aux électeurs de Marine Le Pen que la droite est mobilisée contre «les dérives intégristes». retiré un temps en Tunisie. dispose d’un second lieu de culte.rieur. Avec d’autres responsables de l’islam. la galaxie du tabligh était une sorte de sas vers des engagements plus radicaux. intraitable à l’époque avec les islamistes. A quelques centaines de mètres de là. qui constitue l’une des deux branches du tabligh dans l’Hexagone. L’expulsion de Hammami est un geste fort de marketing politique. Boualem Bensaïd. Reste qu’il fallait trouver l’imam à expulser… Les services du ministère ont un peu raclé les fonds de tiroir. Hammami est loin d’être un imam obscur. Il y a autre une volonté de dresser les sociétés les unes contre les autres. Tout en affirmant qu’il ne dou. BERNADETTE SAUVAGET (Publicité) PLACES DE SPECTACLES REVENDUES 5 FOIS LEUR PRIX SUR INTERNET : LES ARTISTES SE MOBILISENT CONTRE  CETTE PRATIQUE SCANDALEUSE ! Le lien privilégié qui relie l’artiste à son public. Ce lien unique doit être protégé. Son fils Hamadi Hammami. A ce jeu. en décembre 2010. Les artistes demandent aux pouvoirs publics de mettre un terme aux abus qui portent atteinte à la diversité culturelle.. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. • philippe lellouChe AnorAAk AsA lilly Wood & the priCk BénABAr Christophe mAé CAmille mimie mAthy CAsCAdeur kAd merAd dionysos yAel nAim FéloChe yAnniCk noAh GérArd dArmon pAsCAl oBispo miChel delpeCh lAurent ruquier Jérémy FerrAri shy’m pAtriCk Fiori skip the use GotAn proJeCt ArnAud tsAmere GréGoire ChristiAn VAdim niColA sirkis (indoChine) ZAZ À suivre. il révèle Guéant se charge d’expliquer aux Français dans un courrier adressé que la droite et la gauche se différencient place Beauvau que «nombre bien plus sur la «civilisation» musulmane de nos concitoyens de confesque dans leurs propositions pour en finir sion musulmane se sont sentis visés par ces déclarations et avec les déficits publics. Comme le raconte aujourd’hui le rappeur Abd al-Malik. ne savent plus comment obtenir des places au juste prix. Il y a implanté la mosquée Omar. Depuis le printemps arabe. Mohamed Hammami avait été reçu. les hommes de Guéant ont notamment déniché la «citoyenneté musulmane». Cette mise au Le Maire. vêtements et produits halal en tous genres. il avait acquis une forme de notabilité. les prédicateurs ont de plus en plus la nationalité française. deux mesures. Mohammed Moussaoui a peu de lui. septuagénaire tunisien. sur ces les centristes de l’UMP ont vainement tenté questions «d’un certain laisser-aller». les mêmes stades. âgé de près de 77 ans. De comme certaines interprétations médiatiques son côté. pourrait finir ses jours dans son pays d’origine. Marketing.. le ministre de l’Agriculture. c’est la scène. Tenant de la ligne droitière. le chef de file du tabligh aurait refusé alors de «coopérer» avec les services secrets tunisiens. l’un des instigateurs de l’attentat. qui a donné du poids au tabligh en France. Dans les études de Terra Nova. dans le XIe arrondissement. où il avait tenté sans succès d’établir une école coranique. semble-t-il. il y avait été placé en résidence surveillée par le gouvernement Ben Ali. Bref.» Jean­Pierre Raffarin sénateur UMP et ancien Premier ministre. Ces dernières années. il demande au ministre de l’Inté«inadéquat». A Paris. le patron de l’UMP Jean-François Copé. Jihadisme. en lançant la polémique sur les prières de rue et lui laisser la main sur ce dossier sensible. La loi éthique et sport vient d’interdire la revente sauvage des billets d’accès aux manifestations sportives.» Claude Guéant samedi soir lors d’une réunion de l’UNI Un imam dans le viseur de l’Intérieur igure historique de l’islam en France. c’est le sérieux de la procédure d’expulsion qui est mise en avant. en 1995. de les «rassurer en tait pas qu’il soit «un vrai républicain». Mohamed Hammami n’avait jusqu’à maintenant jamais été inquiété politiquement. «toutes les civilisations sont également res. Dans ces mouvances proches du radicalisme. il fait l’objet d’une procédure initiée par le ministère de l’Intérieur. même si sa défense d’un islam résolument fondamentaliste et son idéologie réactionnaire sont elles aussi connues de longue date. Le calendrier électoral joue également. mouvance ultrarigoriste. la Tunisie. Mohamed Hammami était toujours sollicité pour prononcer les prêches lors de la grande prière du vendredi. Claude Guéant occupe le terrain de l’islam. spécialiste du salafisme (auteur notamment du livre le Salafisme d’aujourd’hui. par la commission d’expulsion. de désamorcer la polémique en plaidant l’ap. selon l’un des conseillers de Claude Guéant. pour point. a jugé utile de préciser que. . Ce qui lui est reproché? Des propos à caractère antisémite et des encouragements à «fouetter à mort» les femmes adultères. à Grisy-Suisnes. Ce n’est pas un ethnologue averti. pourrait être expulsé. C’est une personnalité à l’influence réelle. «Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche. selon l’un des meilleurs experts de l’islam en France qui souhaite garder l’anonymat. chauffeur de bus à la RATP. hier sur France Info vendant livres. le cheikh se serait en fait «lâché». Comme Alain français du culte musulman. En fait. au-delà des cercles du tabligh. siège d’ailleurs au bureau de l’instance. l’association qu’il a créée. Selon lui. Foi et pratique. est l’une des composantes du Conseil français du culte musulman (CFCM). Prudent. a invité hier Juppé. qui avait semé la perturbation. Autour de ces deux mosquées s’est développé un intense commerce islamique de boutiques F «Ces propos sont un dangereux détournement de pensée […]. les gaullistes et tandis que la gauche fait preuve. en France. Cette enclave continue d’être un lieu d’attraction et de ralliement. pectables». aujourd’hui. Le vieux cheikh est. l’un des chefs de file du tabligh. l’an. Personne ne veut prendre de risque avec Marine Le Pen. Dans le collimateur de Claude Guéant. Pourquoi les spectacles ne bénéficient-ils pas de la même protection ? Deux poids. part appelé ses troupes à ne pas céder au «politiquement correct». du métro Saint-Michel. aux éditions Michalon). Les fans dénoncent ces pratiques scandaleuses et les spectateurs. Pour le chercheur Samir Amghar. think tank proche du PS. a pour sa . Même si Mohamed Hammami sent le souffre depuis longtemps. fréquentait la mosquée Omar. Mohamed Hammami a sans doute gagné un billet pour la Tunisie. un concept à leurs yeux lourd de menaces pour la «civilisation». l’association Foi et pratique. le vieux cheikh s’était.Mohammed Moussaoui. Faussement candide. toutes les civilisations ne se valent pas. Il devrait être vite fixé sur son sort après l’examen de son dossier. moins prudent dans ses prêches qu’à l’accoutumée. pour une population musulmane proche des milieux ultraorthodoxes et ultrarigoristes. il s’est taillé un fief dans le quartier de Belleville. à l’Elysée. président du Conseil proximation sémantique. rue Jean-Pierre-Timbaud. surtout le week-end. Hier encore. alors que le sport et le spectacle fréquentent les mêmes salles. […] l’ont fait savoir». les prix des spectacles flambent au bénéfice de spéculateurs qui assèchent le marché de la billetterie et revendent les places à prix d’or. déroutés. Bruno l’ont clairement laissé entendre». La mesure. soutenu par une poignée de commerçants tunisiens prospères. Dans ces années-là. L’accès à la culture ne saurait être un luxe. pour nous.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 FRANCE • 15 REPÈRES Le controversé Mohamed Hammami. Du moins en France: au cours des années 90. notes sur les thèses des «bobos libéraux». qui fut un temps prédicateur fondamentaliste avant de devenir soufiste. Dès les années 70. Il y a là en effet quelques imprudences.» François Bayrou candidat du Modem à la présidentielle «[Claude Guéant] est meilleur ministre qu’ethnologue. l’ancien ouvrier tunisien a joué un rôle majeur dans la réislamisation des milieux immigrés maghrébins. Mohamed Hammami. «INADÉQUAT». retiré dans un château de Seineet-Marne. autour de l’enclave de la rue Jean-Pierre-Timbaud gravitaient les milieux proches du jihadisme. qui demeure l’une des plus fréquentées de la capitale. chargé des Cultes. Pourquoi le gouvernement s’en prend-t-il aujourd’hui à lui ? Au cabinet du ministre de l’Intérieur. En conde France Info que le mot civilisation était séquence. en septembre 2010. Aujourd’hui.[leur] précisant le sens de [ses] propos et qu’il cien Premier ministre a reconnu que Guéant ne s’agissait pas de la civilisation musulmane était «meilleur ministre qu’ethnologue».

association féministe mixte. admet Kag Sanoussi. Pour eux. unissonsnous!» a sa cohérence.» La démonstration coule de source:«La discrimination concerne tout le monde. sont mises sur la table depuis plusieurs années par les militants et associations. on a dû s’expatrier… comme les femmes avant prenaient le train pour avorter en Grande-Bretagne. chacun travaille de son côté. le cofondateur de MixCité. «Les discriminations relèvent des mêmes mécanismes. on est une majorité. Céline peut partir avec Zoé.» Thomas Lancelot. juifs. Il ne faut surtout pas que la campagne présidentielle se fasse sans ou contre nous». Fier. y compris. c’est un livre ouvert. elle est soumise au conseil de famille: mes beaux-parents ont plus de droits que moi. Si on pouvait se marier. est l’initiateur du «Pacte pour l’égalité et la diversité». gays. Si vous n’appartenez pas déjà aux bons cercles. ce sera une offense pour tous. Pour en finir avec les discriminations». en même temps. la ques. L’ethnie est un marqueur visible qui permet de confirmer la discrimination sociale. Si on s’unit tous. analyse Louis-Georges Tin. Ces cercles sont aussi dépendants de votre lieu géographique. «En cas de pépin. être en France. l’orientation sexuelle. de «réservoir d’analyses et d’idées». c’est quelque chose de naturel et. dont l’une des originalités est de regrouper les discriminations sous une même bannière. «Aujourd’hui.» Cet enfant est le nôtre. gay. investit.» Au final. est lancé aujourd’hui dans Libération et sur le site Lepacte. «On fait une pédagogie de la répétition».16 • FRANCE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Minoritésenparoleetenpacte Un appel réunissant l’ensemble des discriminations interpelle les candidats à l’Elysée. Ceux qui restent ont été jeunes et sont appelés à vieillir: ils peuvent donc eux aussi être discriminés. . Mais on peut aussi bien le retrouver derrière les barreaux à Moscou après une gay pride interdite. «Je suis allée déclarer la naissance de Zoé à la mairie. La jurisprudence prend en compte les liens affectifs. Je me suis inscrite comme “déclarante”. De plus en plus de jeunes issus de ces milieux-là se projettent hors de France. les meilleurs. le Qatar qui s’en servent.» Recueilli par ALICE GÉRAUD Reda Didi est le fondateur de Graines de France. Et on sera vigilants. de plus en plus. LES ORIGINES REDA DIDI «L’ethnie est un marqueur visible» n France. Un peu provoc. il a fait appel à deux associations de terrain.» • (1) «Le Pacte. à accéder à de hautes études.» Dans le même esprit. nulle part… Il n’y a pas de cohérence. «EXPLOSION». La filiation est reconnue dans le mariage: cela permet que l’enfant ait deux parents. bisexuels et transgenres. on me dit : “Vous êtes qui ?” Moi : “La mère. l’âge. renchérit : «Le combat féministe n’est pas la propriété des femmes. tout comme la lutte contre le racisme ne doit pas être seulement dévolue aux Noirs et aux Arabes. Cela pose des difficultés sur le sentiment d’appartenance nationale. Parce que l’on ne voit pas des Français noirs ou arabes à des postes de responsabilité.” Puis : “On est deux mamans. Autrement. dans les quartiers populaires. sous la direction de Louis­Georges Tin. prévient Louis-Georges Tin. résignation et le risque d’explosion». On est dans la cooptation. femmes. Ce n’est pas une relation affective qu’ils cherchent. mais c’est aléatoire. Ils estiment ne pas partir avec les mêmes armes. 37 ans. à la manière du Pacte écologie concocté par Nicolas Hulot en 2007. «Il faut agir sur les discriminations. interdit ici aux couples de lesbiennes ou aux femmes seules. La stigmatisation justifie les inégalités et les inégalités engendrent les discriminations. –lancée par Claude Bébéar et Yazid Sabeg– et partenaire du Pacte. Favorables à des statistiques de la diversité et à des class actions pour améliorer la lutte contre les discriminations. unie. Noirs. Mais que le cadre soit le même pour tous.» Il souhaite aussi la création d’un observatoire international pour connaître les modèles étrangers et servir. je dis: «Je suis la «P mère. Dans chaque champ. mais c’est d’abord une discrimination sociale. maintenant pendant la crise. Elle les forme. les politiques publiques et les structures administratives sont éparpillées. prévient Louis-Georges Tin. le handicap.” On me présente comme la “mère sociale” de Zoé. Ce texte d’interpellation. on récoltera la colère. Je n’ai pas d’autorité parentale sur Zoé : ce qui joue en cas d’hospitalisation. Là.» Recueilli par C. ceux qui ont une motivation «E qui les a amenés à sortir de leur milieu. Il est tout à la fois l’initiateur de la Journée mondiale contre l’homophobie et le nouveau patron du Cran (Conseil représentatif des associations noires). Aujourd’hui. écrit pour que les politiques puissent piocher dedans. les origines. analyse Mathieu Nocent. la démarche «Minoritaires. ou au commissariat à la diversité. Il a le phrasé et le ventre arrondis. éd.fr. on a barré “père”. «Le Pacte ne s’est pas fait sur un catalogue à la Prévert. tout serait réglé. vous n’avez aucune chance d’y entrer. Il rend visibles les invisibles. dit aussi Kag Sanoussi. Delphine Jarraud de l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens. sinon. pose LouisGeorges Tin. de scolarisation. quand on a un projet. à la politique de la ville. Il se dit «ni universaliste ni communautariste mais les deux à la fois». Ce n’est pas tout à fait un hasard si Louis-Georges Tin. on a une voix forte. de responsabilité pénale et civile… Zoé est amputée d’un parent. «La crise économique est encore plus rude avec les populations discriminées. ORIENTATION SEXUELLE DELPHINE JARRAUD «Zoé est amputée d’un parent» our avoir recours à un don de sperme. handicapés. Si les engagements ne sont pas respectés pour une partie.R. le Pacte plaide pour la mise en place d’un intergroupe (transpartis) à l’Assemblée nationale sur les discriminations. En cas de séparation. ici. il faut avoir les bons réseaux. homosexuels. près de 200 propositions et un livre qui paraîtra demain(1). Céline s’est fait inséminer en Belgique et cela a marché. c’est un combat. mais il n’a qu’un parent. «100% des Français sont discriminables. Le handicap à la Santé et à la Cohésion sociale. D’autres propositions.» «PÉDAGOGIE». bruyants les silencieux.» Louis-Georges Tin a retenu les cinq critères reconnus par le droit européen : le sexisme. secrétaire général de la Charte de la diversité. égaux les marginaux. «Ce souci du vivreensemble n’est pas un supplément d’âme: c’est un préalable à toute politique. porte-parole de l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL). Le racisme est traité au ministère de l’Intérieur. les partenaires du Pacte demandent la création d’un ministère d’Etat chargé de la promotion de l’égalité et de la diversité. les lesbiennes. Quand on a fait la déclaration de grossesse à la CAF. plus classi- Par CHARLOTTE ROTMAN Photos BRUNO CHAROY I l est noir. les Etats-Unis et. on pense qu’il y a une discrimination ethnique. «C’est ce qui a permis au Parlement européen de dégager une culture du consensus sur ces questions. habitants des quartiers défavorisés… Ces minorités forment 80% de la population. «En général. Mais c’est l’étranger. la France ne s’en sert pas. et écrit “mère 2”. ces gens-là. est professeur de littérature. Activiste et intello.

n’ont pas accès à un centre de planification et à une contraception. Les femmes qui contactent le Planning disent qu’elles ont “honte”. J’interviens dans les collèges. j’en évalue la portée tous les jours. Personnellement. je fraude. Elles sont souvent mal reçues. “chasseuse de têtes”. ils ne se révoltent pas. C’est le même mécanisme. Des jeunes filles nous appellent au Planning. à la fin du mois. C’est donc la fille qui est “coupable” si ça ne marche pas. qui ne trouve jamais rien pour elle. Même en période électorale. Et je rêve du jour où on me contrôlera ! «Pourtant. Je connais quelqu’un qui doit employer 6 personnes pour s’occuper de lui et. du regard sur les femmes. pas seulement dans les quartiers sensibles. les quinquagénaires qui envoient leur CV sont les moins convoqués à un entretien d’embauche. c’est que le film ne montre pas la réalité: il met en scène une personne richissime. ce n’est pas leur affaire. il règne un sentiment d’allégresse dans la société au sujet du handicap. «B Il y a une régression très importante. avant l’indépendance. avec l’argent. Il y a de moins en moins de médecins militants : certains parlent de “récidivistes”. j’ai enchaîné des tonnes de forums pour l’emploi et très peu d’entreprises ont daigné me répondre. on peut adoucir bien des choses. et je suis arrivée ici en 1993. il ne fait pas recette. il suffirait d’un peu de sens des responsabilités pour changer les choses. des centres de formations pour apprentis: les garçons pensent que la contraception. mais le problème. L’âge est une marque qui vous exclut d’office. c’est le priver de sa liberté. j’en ai marre de rester coincée à une station de métro parce que les ascenseurs ne marchent pas et que personne n’a la force de me porter. Sinon. . On le voit partout. Le droit à disposer de son corps est remis en cause. S’il s’adresse à des postes inférieurs à ce qu’il avait. Ce qui me gêne beaucoup. «Je suis née en Algérie. Il est triste qu’en France il ne faille souvent s’en remettre qu’à ça. il se sent vite déchoir. La vérité. ils sont barrés d’emblée. les femmes ne peuvent obtenir de rendezvous après huit ou neuf semaines. Cette femme trilingue qui se trouve à faire “quelques heures dans un Quick”. Il faudrait construire pour tous et non pour le plus grand nombre. Le taux «A de chômage. c’est que les gens n’accèdent même pas à l’entretien. HANDICAP STÉPHANIE GUY «Marre de rester coincée à une station de métro» epuis Intouchables. alors que la loi prévoit qu’elles peuvent avorter jusqu’à quatorze semaines. c’est souvent la précarité. on ne peut compter que sur soi-même et son entourage. le CV part directement à la poubelle. c’est que le handicap n’intéresse pas la politique. Ni à la pilule du lendemain. je ne paye mon titre de transport que lorsque le matériel fonctionne. «Le physique joue pour quelque chose chez les quinquas. C’est comme si Intouchables avait servi à éduquer la population. il ne lui reste presque plus rien. Quant à moi. Les gens ont quasiment intégré l’idée que cette discrimination est normale. permanente du Planning Familial.” «La sexualité des jeunes n’est pas reconnue.» Recueilli par C. Lorsque l’on est en situation de handicap. on lui répond en substance: ce ne serait pas “digne de vous”.R.” Elle entre dans cette spirale de l’ostracisme. Cette autre. Or. J’ai trouvé mon posteactuel par le bouche à oreille. je ne supporte plus de voir les gens aller à leur travail. Priver quelqu’un de sa mobilité. SEXISME DALILA TOUAMI «Les femmes sont encore des sous-citoyens» eaucoup de jeunes. en Ile-deFrance ou ailleurs. «Quand quelqu’un perd son travail à cet âge. qu’elles n’en ont pas parlé. L’avortement est très mal vu. Dalila Touami. Cette femme qui a fait Normale sup et se retrouve au chômage me dit: “Je ne sors plus. Pour preuve.» Recueilli par WILLY LE DEVIN Stéphanie Guy milite à l’Association des paralysés de France.» Recueilli par DIDIER ARNAUD Jean­Marc Coursin préside l’association Quinquas citoyens. On assiste à une montée des religieux. «D Aujourd’hui. Comme si la belle histoire que raconte le film faisait tout fonctionner par magie. Bien plus qu’avant. des anti-IVG. a augmenté de 14 % par rapport à l’an dernier. Je n’ai pas entendu un candidat en parler de façon convaincante. Pour moi.” Ou alors: “Elle a refusé parce que c’est la troisième fois que je la demande. dans cette catégorie d’âge. si on a le malheur d’envoyer sa candidature. Le handicap. c’est l’équivalent du racisme que j’ai pu voir en Algérie de la part des Français avant la décolonisation. elles n’ont pas pu l’obtenir à la pharmacie et racontent: “La pharmacienne m’a dit que ça rend stérile. Dans certains hôpitaux.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 FRANCE • 17 ÂGE JEAN­MARC COURSIN «Les quinquas n’accèdent même pas à un entretien» 50 ans. Nous cumulons les cas de personnes diplômées et fortes d’expériences de haut niveau. Parmi un échantillon représentatif de la population. Elles sont encore en France comme des souscitoyens. J’ai été très étonnée des sous-entendus sexuels.

pour y introduire des mesures en faveur de la croissance. hier soir. je demandais simplement des excuses. le chef de l’Etat a. J’attends quelques mois pour que le programme soit corrigé par les marchés [que François Hollande] a lui-même dénoncés. une dizaine de parents occupent l’école maternelle et pri­ maire de Nancray. En revanche. et donner l’impression que la future campagne de Sarkozy sera sous influence germanique. contacté. «Les Français décideront eux-mêmes». les conditions d’adoption se durcissent un peu partout.» V. formée de 7 hauts magistrats de la Cour de cassation. comme elle l’affirme. c’est bien le procès en irresponsabilité de François Hollande. n’est pas dénué de risque. s’il y a un effet qui n’a pas été loupé. Mais inviter Angela Merkel à un 20 heures. AP ngela Merkel a donc officialisé la candidature de… Nicolas Sarkozy. Et qu’il ne «s’agit pas de copier» le modèle allemand. Lionel Jospin indique qu’il n’est personnellement intervenu à aucun moment et à aucun niveau pour la réservation de la circonscription de La Rochelle en faveur de Ségolène Royal. elle a tout simplement répondu : «Il m’a soutenu.» Dominique de Villepin hier à Dijon SIGNATURES L’eurodéputée (Modem) Marielle de Sarnez a expliqué. a annoncé hier porter plainte pour «dénonciation calomnieuse». à Paris. qui compte notamment son ami l’avocat Jean­Pierre Mignard. François Hollande a expli­ qué que la «composition [de la CJR] crée un doute sur son impartialité». par un effet de report. mais «l’exercice en commun d’une même souveraineté». Le numéro de duettiste entre Sarkozy et Merkel a fonctionné à merveille lorsque David Pujadas a demandé à la chancelière quelle serait sa réaction lorsque le candidat 1995 L’HISTOIRE A enfants étrangers ont été adoptés en France en 2011. la professeure de sciences physiques arrivée trop tard à son agrégation en raison d’un problème de bus à Dijon. la Fran­ che­Comté est mieux lotie qu’au niveau national et des ajustements sont faits jusqu’à la rentrée». «les problèmes d’effectifs sont tels que 12 écoles se trouveraient avec des effectifs moyens de 26 à 31 élèves après fermeture de classes». en présence des enseignants. L’allusion était limpide: le projet de renégociation des socialistes est. Et Merkel d’enfoncer le clou: «L’Europe est une affaire de confiance. Toute personne qui se prétend victime d’un membre du gouvernement peut porter plainte devant la «commis­ sion des requêtes» de la CJR. justice et sécurités. D’après le syndicat Snuipp­ FSU du Doubs. cette fois plus frontalement. diminuant les possibilités dans certains pays et. Lors d’une soirée débat sur la justice au théâtre Dejazet.» Oubliant le conditionnel de circonstance. «On a d’autres problèmes à régler pour l’instant». mais «de converger». Interrogé un peu plus tôt dans la journée à Dijon sur cette question. faisant huit blessés. a-t-elle été victime du déplacement présidentiel qui avait lieu ce jour de janvier. Cette baisse est due en grande partie à la suspension des adoptions en Haïti entre 2010 et 2011. s’avoue perplexe : «Difficile de se faire un avis précis sans être passé à la gare ce matin-là. «Je verrai si je suis démentie ou pas par les faits». la chancelière a oublié de prendre les précautions d’usage. D’abord. «ça s’appelle la continuité de l’Etat». DANS LE DOUBS. contre 3500 en 2010 et 3000 en 2009.S. deux écoles du Doubs où ils devaient rester toute la nuit avec leurs enfants pour protester contre la possible fermeture de plusieurs classes à la rentrée 2012. qui juge les crimes et délits imputables aux ministres dans l’exercice de leur fonction.» Un journaliste local. une nouvelle fois.» Puis ce fut au tour de Nicolas Sarkozy d’embrayer. Alors. créée en 1993 sous François Mitterrand. PHOTO CLEMENS BILAN. POLICE Le directeur de l’IGS (la police des polices) Claude Bard. Cette baisse inquiète Enfance et famille d’adoption. ils ont fait des jeux avec les enfants. hier à l’Elysée.18 • FRANCEXPRESSO LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 «Je suis convaincu que le programme des socialistes ne peut pas s’appliquer dans la durée. hier. répondant à la lettre adressée le 27 janvier par l’enseignante à Nicolas Sarkozy pour lui demander réparation de lui avoir fait raté l’agrégation. Précision. 6 députés et 6 sénateurs élus par leurs pairs. Le président serait donc hors de cause… Mais Nadia Lavoignat maintient: «Je n’ai rien à gagner dans cette affaire. ACCIDENT Une collision en chaîne au niveau de Chantillac (Charente) a impliqué deux poids lourds et cinq voitures. CLASSES MENACÉES. cette fois-ci il ne faudra que quelques mois. Si les grands stratèges de l’Elysée espéraient encore un (tout petit) effet de surprise sur la candidature du chef de l’Etat. et occasionnant d’importants bouchons. en rappelant que respecter la signature de son pays. sont 15: 3 magistrats de la Cour de cassation. ou des travaux du tram qui perturbent la circulation dijonnaise depuis des mois. rappelé que l’Europe n’impliquait pas un «abandon de souveraineté». […] Là où après 1981 il avait fallu attendre 1983. a tenu à rappeler Sarkozy. dont quatre graves. A la place des cours. du Conseil d’Etat et de la Cour des comptes. La France a repris les adop­ tions dans l’île le 23 décembre. a-t-elle estimé sur France 2. ne pas croire que Marine Le Pen n’aura pas ses 500 signatures et s’est dite contre «l’anonymat des parrainages». François Hollande avait déclaré que les membres du gouvernement n’avaient «pas besoin d’une protec­ tion particulière». uniquement à proximité immédiate de la cour d’appel».attachée depressedeSarkozy soutiendra le sortant lors de sa future campagne. une quaran­ taine de parents se sont relayés pour occuper l’école. hier. Hier soir. Pour le rectorat. A Saône. Les enfants et les six instituteurs ont été accueillis dans la salle polyvalente de la commune. «Les ministres doivent être con­ sidérés comme des citoyens comme les autres et ils seront soumis aux juri­ dictions de droit commun». JUSTICE Une nouvelle plainte pour violation du secret de l’instruction après des fuites dans la presse d’éléments de l’enquête sur l’affaire du Carlton de Lille a été déposée vendredi par l’avocat d’une jeune femme entendue comme témoin. ÉCOLES OCCUPÉES Des parents d’élèves occupaient. «ça s’appelle avoir un comportement d’homme d’Etat». comme l’assure la préfecture de la Côte-d’Or? La question est ouverte après le communiqué officiel de vendredi. allongeant encore les délais pour adop­ ter dans d’autres. RETOUR SUR L’ENSEIGNANTE QUI A RATÉ L’AGRÈG ET ACCUSE SARKOZY . a ajouté le député de la Corrèze. politiquement impossible et économiquement nul et non avenu. sur France 2. Cela peut renforcer un peu plus la position d’infériorité économique de la France vis-à-vis de son partenaire. Angela Merkel a rappelé que les «25 pays d’Europe ont signé ce traité» et «qu’il est néfaste d’opposer rigueur budgétaire et croissance». Puis. c’est désormais fichu. L’entourage de la candidate maintient que plusieurs proches de l’ex-Premier ministre lui ont fait part de leur soutien. Depuis hier matin. qui estime que «le dispositif français semble plus inadapté que jamais à l’évolution de l’adop­ tion internationale». Nous voilà rassurés. pour Berlin. A mesure que les pays ratifient la convention de La Haye et interdisent l’adop­ tion individuelle (sans organisme intermédiaire). avec «23 élèves par classe en moyenne en 2011. Le candidat s’exprimait devant les membres du club Droits. LES GENS 2012 Invitée à Paris. dont le service est accusé par des fonctionnaires de la préfecture de police de Paris d’avoir truqué une enquête. PHOTO AFP La chancelière allemande et le président français. c’est donc tout naturel que je le soutiens pendant la campagne. hier. socialiste viendra lui demander une renégociation du traité européen. Merkel. a-t-elle balayé. La préfecture assure que le déplacement n’a provoqué «aucune interruption du service des bus le 26 janvier» et qu’il n’y a eu que «des aménagements de desserte très limités sur quelques lignes. A la question de savoir pourquoi elle soutenait Nicolas Sarkozy. Les juges de la Cour de justice de la République. elle fait comprendre qu’elle n’était pas très pressée de le recevoir. dans la foulée d’un Conseil des ministres franco-allemand (lire aussi page 22) à moins d’un mois d’une très probable déclaration de candidature. GRÉGOIRE BISEAU A Pas d’excuses de l’Elysée pour la prof retardée Nadia Lavoignat. Ils ont enchaîné le portail et déposé des bottes de pailles pour bloquer l’accès à l’école. la chancelière a confirmé qu’elle HOLLANDE VEUT ABOLIR LA COUR DE JUSTICE DE LA RÉPUBLIQUE Le candidat socialiste à l’Elysée a proposé hier soir de faire «voter une loi sup­ primant la Cour de justice de la République» (CJR).

augmenté les impôts et conduit à la fermeture des dizaines de milliers de commerces. cenciements immédiats dans le secteur public. privatisations. Restera ensuite à faire voter les nouvelles mesures par des députés confrontés à la fureur de leurs électeurs. et une réduction de plus d’un milliard d’euros des dépenses de santé… Des mesures contenues dans l’accord entre le gouvernement Papademos et la troïka de fonds. une réducgence par ce syndicat du privé et tion similaire des retraites compléson homologue du public Adedy. Par PHILIPPE CERGEL Correspondant à Athènes état de grâce dans l’opinion.attribué au non-respect par le goutrale européenne) – dont la signa. dont les 4 partis sont crédités de 40% dans les sondages. que «nous vivons un drame». qui exerce soir.versement de la coalition au pouchait pas sa colère. reculé l’âge de la retraite. les nouvelles économies sur lesquel­ les se sont entendus dimanche soir les trois partis au pouvoir. dont les 4 partis gations détenues par sont crédités de 40% dans les des créanciers privés. Fonds moné. réduction puis deux ans s’opposent aux cures de l’état. sondages. malgré une cote personnelle encore positive pour le Premier ministre. reconnaît lui-même que «les Grecs se sont appauvris». D’où cette polémique surréaliste entre les trois partis représentés au sein de la coalition au pouvoir (socialistes. et recapitalisation des banques sans nationalisation. Prévu d’abord en février. liaisons avec les îles. le non-recabinet de Loukas Papademos. en voir: s’opposer à un nouveau train annonçant la grève générale de mesures. Un sentiment partagé par l’ensemble des partis politiques. et de plus en plus réticents à compromettre leurs chances de réélection. mentaires. C’est donc à une nouvelle explosion sociale que risque de s’exposer aujourd’hui la Grèce. La gauche. en échange de prêts censés éviter la faillite.vernement socialiste de Georges ture semble imminente. sous une pluie diluvienne. continue de réclamer sur un total de plus de une autre politique. et le rassemblement de 20% du salaire minimum (radevant le Parlement décidé en ur. qui nouvellement des accords de brann’a jamais bénéficié d’un véritable che arrivant à expiration. surtout parmi les jeunes) et le pays connaîtra cette année une cinquième année de récession. Paradoxalement. Yannis Panagopoulos. qui a débuté dès hier par la troïka. ce scrutin semble de plus en plus repoussé. y compris ceux qui soutiennent le gouvernement et qui ont l’impression de discuter dos au mur. qui a décidé d’une nouvelle aide de 130 milliards d’euros et l’effacement de 100 milliards de dette publique.» Le président de munistes et radicaux à RÉCIT la confédération syndicale Athènes pour exiger le renGSEE. Un plan bien plus draconien (Union européenne. sinon aux calendes. Un premier test social pour Papademos.» Olivier Blanchard économiste en chef du Fonds monétaire international 3. la fronde pourrait venir des rangs du Pasok (parti socialiste) dont les élus s’interrogent sur la succession de Georges Papandréou. Une manifestation est prévue à la mi­journée à Athènes.3 C’est. PHOTO YIORGOS KARAHLIS. pourtant. Sans résultat vraiment tangible: la dette a bondi à 159% du PIB. conservateurs et extrême droite) pour savoir qui a réussi à éviter la suppression des 13e et 14e mois dans le privé. hier matin. Cette politique. les centrales syndicales appellent aujourd’hui à une grève générale de 24 heures qui devrait perturber écoles. c’est la chronique QUASI­FAILLITE.que les précédents. puis en avril. (bien plus en réalité. soit on diminue les salaires. REUTERS LaGrèceengrève contrel’austéritéàrépétition Les syndicats appellent aujourd’hui à un débrayage de vingt-quatre heures contre le nouveau plan d’économies. du moins à des jours meilleurs. le déficit reste supérieur à 9%. a déjà réduit le niveau de vie.mené à 600 euros brut). amélioration de la compétitivité par la baisse des coûts du travail. «viabilité» des retraites complémentaires. ne ca. mais que «ce que nous tentons d’éviter est inimaginable». Objectif de cette d’une mort annoncée mobilisation. Il jette de Papandréou des engagements pris: nouveau dans la rue ceux qui de. en milliards d’euros. «On avait espéré que les décisions auraient été prises au plus tard ce week-end. Après une première mobilisa­ tion hier soir de deux partis de gauche. le chômage a explosé à près de 20% selon les chiffres officiels. Un ultime plan qui a pour origine le sommet européen du 26 octobre. Une demande qui ne figurait même pas sur l’agenda initial de la troïka… ÉLECTIONS. après des pourparlers entre gouvernement et troïka… et à la lumière de la mobilisation syndicale. 15000 li- REPÈRES «Soit on augmente la croissance de la productivité […] et on garde la croissance des salaires modérée. continue de réclamer une autre politique et des élections. 350 milliards.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 ECONOMIE • 19 Les Grecs entrent dans leur cinquième année de récession économique. par un chantage cynique sur tout la manifestation des comun peuple. Ils doivent se réunir aujourd’hui pour en préciser les modalités.réformes structurelles. soit 50% des obliLa gauche. comprenant une baisse d’aujourd’hui. car l’échec était taire international et Banque cen. Le ministre des Finances. avec un revolver sur la tempe pour tenter de sauver les meubles. Reste que les trois chefs de parti ont donné leur accord de principe dimanche soir sur les grands dossiers de la négociation : baisse des dépenses publiques. • «C e n’est pas une négociation. dont certaines caisses Le premier grand test social pour le sont en quasi-faillite.» Le porte­parole du commissaire européen aux Affaires économiques sur la Grèce . transports et adminis­ trations. Evángelos Venizélos. lutte cond’austérité dictées par les bailleurs tre la fraude fiscale.

Après un un gain de 2 000 euros à eux deux. mise : «Sur 2 000 couples. Christophe part fonction. va virer au «caucheSamu débarque. ndlr]? “Trouvez une solution en famille. Unevictoire degérant contreCasino Par HAYDÉE SABÉRAN Envoyée spéciale à Arras Photos OLIVIER TOURON. Christophe est un garçon éclectique: ex-cheminot. avec perspective qualifier le contrat commercial d’évolution de carrière et possibilité en contrat de travail. Problème : ils travaillent cinquante-trois heures. l’équivalent du bulletin de salaire pour les gérants non salariés. Il grelotte. onze mois après salariés. ne verni et vue sur le beffroi gothique. La tient plus sur ses jambes.soupire Christophe Léger. À l’hôpital: «Crise car. minimise William tes imposées. six jours sur sept pour laver. ce à quoi il faut ajouter deux heures par jour. Casino minidiaque». mais aussi cofonérant d’une supérette Casino. payé à la commis. Casino assure que ça Bourdon. il se bat contre Casino. qui a fait n’arrive jamais. rants sont «libres». mais tu n’as pas de nuheures supplémentaires et bénéficier méro de Siret.” Quand on touche 1000 euros chacun [2245 euros bruts à deux. et donc rant est «mandataire». compter. Ils ont envie d’un comsans cause réelle et sérieuse. Le couple ne tient plus. travaillaient chacun soixante-dix heures par semaine.20 • ECONOMIE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Un couple gestionnaire non salariés d’une supérette du groupe. Et d’heures supplémentaires. à Arras. Le compte en banque. Cathy est ancienne commerciale. Christophe et Cathy baissent leur rideau à 21 heures le vendredi et le samedi. Quant aux ho«temporaire». transpire. Insolite.mar».» «SANS STATION DEBOUT». tu n’es pas inscrit au regisd’une indemnité de licenciement. Une nes à rallonge. appel. en moyenne. RÉCIT de participer au lien social au cœur Christophe et Cathy Léger. rien que pendant l’ouverture du magasin. plus les livraisons deux fois par semaine. y compris le dimanche. RANGER. Casino: «Sans apport personnel. Ainsi en a sont séduits par la communication de décidé la cour d’appel de Douai. pouvait toucher des pour le magasin. an et demi. «Mon médecin traitant m’a parlé d’épuisement professionnel». puis «six semaines de coma».d’ouvrir un compte en banque à ton nom sion sur les ventes. Quand il se supérette est à deux pas.que ça n’a rien d’illégal.» Les cagettes de tomadécision insolite». la majopris le travail dans la supérette.» Depuis. a gagné le procès qui l’opposait au distributeur pour rupture de contrat. nous raconte l’ex-épicier qui n’a jamais re. COMPTER. on devele 31 janvier. et à 20 heures le dimanche. rique d’Arras. Il pose une affiche sur sa vitrine avec son «bulletin de commission». on nous répond : “Il vous appartient d’em- baucher un collaborateur. entre les deux réveille le lendemain. ex-instituteur. Une . Le leur est joli. mais aussi «en contra. selon la direction. S’épuisent pour à peine un Smic. c’est pour ta poche. puisque le gédiction avec la jurisprudence». dans la Somme.” Ça veut dire le travail au noir?» La direction réfute : «Ce n’est pas un message que passent nos commerciaux. ande la cité… Ce genre de baratin». bricolages… «Tu comdécision qui «enchante» son avocate. Tout avait commencé par la crise cardiaque du mari. rité des gérants sont satisfaits. et rappel merce de proximité en milieu rural. environ cinq heures de ménage et de comptabilité. dans la vieille ville.nait notre propre patron. tu en reClaudine Bouyer-Fromentin.déçus. Il places flamandes. mais «en accord G avec le commerce local». pour LAVER. «Quand on demande de l’aide en disant qu’on va y laisser notre santé. dit Christophe. décrit ses symptômes. Ils sont vite pérette Spar dans le centre-ville histo. avocat de Casino. qui raires. semaide remporter une sacrée victoire. dateur du prestigieux Centre régional de un couple va toucher la photographie et ex-directeur artisti270 000 euros de sa maison que de la maison d’édition de livres mère pour rupture de contrat photo Marval. Casino leur propose Arras. pourtant. appelle le 15. la direction répond que les géva se pourvoir en cassation. ranger. ciens «gérants mandataires» d’une su. mandes une cagette de tomates.avons 12 à 15 contentieux par an. «Une tre du commerce. plus un logement de fonction. FEDEPHOTO L’histoire du couple avec Casino avait commencé en 2005.vendre. Comme tous les gérants non Le 30 décembre 2007. Et vient Horaires d’ouverture imposés. seul jour de congé. leur ville. veut croire l’avocat. Le L’affaire. Tu es obligé rié d’une supérette. assure Christophe. ils ont droit à un logement de avoir repris ce magasin. avec parquet se coucher. le mal empire. et enfin le lundi. La cour çois trois et si tu n’arrives pas à les d’appel a décidé que le gérant non sala. sans avoir eu besoin de re.

nous fournir du jour au lendemain. teau.85 . «Nous n’avions Binet et 16-34 avenue de la Porte de Montmartre à Paris 18ème aucune idée de ce qu’était la arrondissement. me jeter alors que je me défonçais soixante heures par semaine. à Orléans sont Géant.» Le couple habituellement fermés les samedis. le Lundi 5 mars 2012 de 9 h 00 à 12 h 00 couple espère qu’une victoire Vendredi 9 mars 2012 de 14 h 00 à 17 h 00 judiciaire «serve d’exemple La maîtrise d’ouvrage des travaux est assurée par Paris Habitat et la Mairie pour les autres». Centre Administratif Morland teauneuf-sur-Loire (Loiret). PASU (Pôle Accueil et Service à l’Usager) . C’est simplebénéfice de 529 millions pris à la gorge avec une dette ment inacceptable». qui a reconnu à des locataires gérants le sta«Les gérants tut de gérants salariés. «Même pas peur». se met à travailler sept jours (Consultante en urbanisme. Geoffroy tente de reDe notre correspondant en 2010. Casino. en vue de marges bénéficiaires de plus les annexer aux registres.» Par arrêté municipal en date du 02/01/2012 Monsieur le Maire de Paris Pascal et son épouse. Nos formaLe dossier d'enquête incluant une étude d’impact déposé à la Mairie du teurs nous disaient que nous 18ème arrondissement sera mis à la disposition du public qui pourra en prendre pouvions gagner assez en trois connaissance et consigner éventuellement ses observations sur les registres d'enquête les lundis. C’est la rupture de contrat. c’est sur ceux de «location-gérance». notre dette s’est EP 12-006 creusée et le groupe a cessé de NORD Arras . «C’était une grotte à moitié plongée dans le noir avec des frigos pourris.annonces@osp. la relation peut rapidement virer au conflit. qui collectifs. location-gérance. Casino propose le magasin de Lambersart. sous forme de société à responsabilité limitée. «gérer de manière autonome son magasin et ses salariés». comme récemment avec Casino (lire ci-contre). Même s’ils sont formés. six jours sur sept. pourtant réputés plus souples. Direction de l'Urbanisme.» qui décide des terGeoffroy ancien locataire­gérant mes de la rupture et.» Amer. j’étais à titre personnel.» Cet ancien directeur salarié d’un Franprix découvre alors sa première affaire. La direction de Casino sans les avantages.AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE avantages. d’affaires de 29 milliards foulée. se souvient Geoffroy. en région parisienne ou encore dans le Centre. Quand le groupe a pressé le gérant comme un citron. une déclaration de projet prononçant l’intérêt général du projet d’aménagement de la voie four de s’aligner. puyer sur la jurisprudence Yves Rocher. la médecine du travail le déclare inapte au poste. Alors «Tout était imposé que c’est le groupe par des accords par le groupe… Tous les qui dirige tout. et ce pendant une durée un indice de prix très bas. D. REPÈRES 30 km La location-gérance. le gérant.E.» Dans la l’avocat. et sa cinquantaine de salariés. avec «du matériel adapté». Christophe rétorque qu’il est inapte. puis accompagnés par le groupe. Et maintenant. Ses enseignes monter une seconde affaire. sans succès. mais en vain. mardis. Dans le Sud de la France. «C’est un les règles sur le repos Boeing que l’on vide de son esdominical et le jour de sence tout en lui demandant fermeture» à des d’atterrir». résume Pascal Franprix.» «Grotte». en plus serrées. La justice s’est déjà penchée. À son retour. économie et aménagement) chargée de la fonction sur sept. contrat tous risques «D evenir chef d’entreprise».R.1 Place Jules rants d’une supérette à FayJoffrin . Eux ont pu procéder Toute personne qui en fera la demande pourra prendre connaissance directement à l’acquisition du rapport et conclusions du Commissaire enquêteur à la Mairie du 18ème d’un fond et de murs à Châarrondissement. résultat . se porte caution Le groupe a dégagé un faire. à la Mairie du 18ème arrondissement. puis le procès. Laurent. 75015 Paris ou à la Mairie de Paris.» L’entreprise. lui est consacrée quand il est dans le coma. il était trop tard. Désormais. chef d’une enCasino Quand ils se sont décidés à les treprise bidon. Casino. Ainsi sont rédigées les offres alléchantes. la DIRECTION DE L’URBANISME base tarifaire… Tous les inconvénients des salariés sans les RAPPEL . ou les adresser par écrit. ancien gérant de la supérette Spar. du matin au soir. la cassation. ex-géouvre une enquête publique à la Mairie du 18ème arrondissement . qu’il y a «obligation de reclassement sans manutention répétée de charges supérieures à 15 kilos. requalifiant parfois la relation en contrat de travail. explique Pascal Lavisse. en plein centre d’Arras (Pas­de­ Calais). UTEA 75 – UT3. en lui faisant signer une convention de résiliation à son seul avantage. les jeudis ans pour devenir propriétaires de 8h30 à 19h30 et le samedi 11 février 2012 de 9h00 à 12h00 (les bureaux sont de notre enseigne. (Consultante). Vous ne réfléchissez pas. poursuit d’euros sur un chiffre de 120 000 euros. mais se plaint des de Commissaire enquêteur.75877 PARIS cedex 18 du lundi 06 février 2012 au vendredi 09 mars 2012 inclus. est nommée en qualité de Commissaire Enquêteur suppléant.01. des caisses antiques et des fuites d’eau. J’ai alerté à maintes reprises le groupe pour que des travaux Nord Mer du BELG PAS-DECALAIS SOMME émission de Là-bas si j’y suis. Nous avons demandé à CarreAu vu du rapport et conclusions du Commissaire enquêteur. aux-Loges (Loiret). La proposition d’intégrer l’école de formation s’est faite le mardi pour une réponse le vendredi. se retrouve dehors. de Paris. il Le Commissaire enquêteur siégera à la Mairie du 18ème arrondissement pour fallait tricher. explique Pasinformer et recevoir les observations du public les jours et heures suivants : cal. Carrefour City. à la Préfecture de Paris. 5 rue Leblanc. dimanches et jours fériés). Lavisse qui compte s’apG20. vous acceptez tout de suite.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 ECONOMIE • 21 Dans toute la France.04. faites par les groupes de la grande distribution. avocat de plusieurs plaignants. pleines de promesses d’indépendance. œuvrant pour le compte de Carrefour. ordonné «de respecter Jurisprudence. affirment avoir connu les mêmes désilTravaux d’investissement routier relatifs à l’aménagement d’une voie nouvelle sur le site de l’Ilot Binet 60-66 rue René lusions.49. 17 boulevard Morland 75004 Paris. du groupe Casino. mercredis et vendredis de 8h30 à 17h00. à plusieurs reprises.bureau «Un concurrent est arrivé avec 1081 (1er étage). affirme Christophe Léger. lui. «devenir propriétaire d’un fonds de commerce». Tout APPEL D’OFFRES . cerise sur le gâsoient effectués. les horaires.A. ancien locataire gérant dans l’Essonne et le Loiret.AVIS D’ENQUÊTE était imposé par le groupe: les 01. à 60 km. criblé de dettes et placé à la tête d’une coquille vide. sans station debout prolongée. Puis il l’oblige à créer une boîte bidon. Contacté par Libération. le couple refuse. et Super U. à des résultats honorables.I. «Le groupe incite une personne seule ou un couple à prendre un magasin en location-gérance. dénonce-t-il. Les informations concernant le projet soumis à enquête peuvent être Mêmes démêlés pour Katia et demandées auprès de la Mairie de Paris – Direction de l’Urbanisme – Sous Direction de l’Aménagement – 17 boulevard Morland – 75181 Paris cedex 04. et impose un expert-comptable maison. sur les contrats de gérance mandat. dans le cadre d’une «relation de confiance qui repose sur le principe gagnant-gagnant». Problème : quand les bénéfices plongent et que l’autonomie promise n’est pas au rendez-vous. a Le TGI de Paris a été placée en liquidation. engagent ainsi des poursuites contre leur ancien «partenaire». d’un an à compter de la date de clôture de l’enquête. les rapports avec les locataires gérants ne sont pas régis par un contrat de travail classique. «Ils ont fini par MOURAD GUICHARD Franprix et Monoprix. «On suit une formation de plusieurs semaines pendant laquelle. Et nous avions tout le Samedi 11 février 2012 de 9 h 00 à 12 h 00 temps un contrôleur sur le dos. il s’en débarrasse.fr marchandises. des enseignes se déchargent sur des «partenaires» qui dépendent entièrement d’elles. mais sans nouvelle sera soumise à délibération du Conseil de Paris. Carrefour rappelle «qu’un locataire n’est pas un salarié du groupe Carrefour». Le gérant. Et qu’à ce titre. Jeudi 16 février 2012 de 16 h 00 à 19 h 00 celui-là même qui était censé Mardi 21 février 2012 de 9 h 00 à 12 h 00 Mercredi 29 février 2012 de 14 h 00 à 17 h 00 nous accompagner. «Pour arriver Madame Isabelle LESENS. sur France Inter. on vit Carrefour.» inconvénients des salariés impose ses choix. «Le mandataires non pauvre gars qui rêve de devenir salariés ont des patron signe n’imgaranties prévues porte quoi. qu’elle commence à se prononcer. ni bras en élévation». des gérants locataires. • Christophe Léger. on mange Carrefour. on respire Carrefour. à l’attention de Madame Lisa VINASSAC-BRETAGNOLLE.

66 % / 3 405.» • Une manifestation. l’américain Boeing. De leur côté. Dès demain. Airbus reste toute­ fois distancé par son con­ current.7% par rapport à janvier 2011). sur les obligations d’Etat.59 8 929. Au titre des reproches? L’absence de taxe sur les transac- tions d’actions concernant les entreprises dont la capitalisation est inférieure à 1 milliard. pour la plupart des ONG. peut-être un jour. comme le crédit impôt-recherche. lorsque le gouvernement laissait entendre qu’il serait prêt à taxer toutes les transactions financières. mais le taux de cet impôt est calibré à 0. les contours de la taxe sur les transactions financières sont arrêtés.» Voilà. VITTORIO DE FILIPPIS DR 65% C’est la proportion de vols assurés hier par Air France. Alors qu’en octobre. lance pour Oxfam. PHOTO JULIEN MIGNOT. ce que n’a cessé de répéter Nicolas Sarkozy au reste des pays européens. de nationalité française. les transactions financières à la portée très limitée.22 • ECONOMIEXPRESSO LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 -0. Airbus a engrangé 91 commandes et livré 37 appareils aux compagnies aériennes. et ceux sur lesquels chacun souhaite garder son régime propre. La crise a eu un effet brutal sur les parti­ culiers qui ont différé leurs projets d’emprunt (­49% entre décembre 2011 et janvier 2012). Il est soupçonné d’avoir outrepassé son mandat en prenant des posi- capitalisation est supérieur au milliard d’euro. Boris Picano-Nacci. Problème : le grain de sable qu’il lance dans les rouages du capitalisme-casino ne devrait pas changer grand-chose.51% A Fiscalité: Sarkozy aime l’assiette allemande La fiscalité franco-allemande est encore un doux rêve. RETOUR SUR LE CONSEIL DES MINISTRES FRANCO­ALLEMAND RENAULT CAP GEMINI VEOLIA ENVIRON. FINANCE Un ancien trader de la Caisse d’épargne. ou au profit de la lutte contre le réchauffement climatique.2% sur tous les types de produits financiers aurait pu rapporter 8 milliards d’euros. tions hors normes sur les marchés. est jugé aujourd’hui pour «abus de confiance» après la perte de 751 millions d’euros par la banque en 2008. contre la finance en général. à cause de la grève. la Société générale et le Crédit agricole ont une filiale commune également destinée à financer ces fonds spéculatifs… On comprend mieux pourquoi. VALLOUREC SOCIETE GENERALE CREDIT AGRICOLE 12 826. Les petits matins; 5 euros.27 PTS 2 426 333 471€ -28. oit tout le monde l’adopte. la Fédération bancaire française affirmait à grand coup d’encarts publicitaires que «les banques françaises ne spéculent pas sur la dette grecque».1% et ne concerne que les entreprises cotées dans l’Hexagone. l’assiette. «L’Allemagne a un taux plus bas mais une assiette plus large. contre 99. déclarés ou putatifs. les banques françaises n’ont pas plaidé pour un encadrement plus strict de ces entités qu’elles accusent. en substance. L’objet de l’avertissement ? La taxe Tobin. les mêmes conservent des filiales dont la spé- «Ce que les banques vous disent et pourquoi il ne faut presque jamais les croire». le risque est loin d’être négligeable. «Le gouvernement aurait voulu enterrer la TTF [taxe sur les transactions financières.Al. longtemps détenteur exclusif de l’information et de l’expertise en la matière. Bercy veut ainsi éviter de décourager les groupes étrangers de se coter à Paris et préserver sa place financière. LES COMMANDES D’AIRBUS SUR UNE BONNE LANCÉE Au mois de janvier. cela ressemble à un alignement sur l’Allemagne. il ne s’y serait pas pris autrement. Epargnées aussi les obligations et autres produits dérivés. comme les règles d’amortissement. jour de la présentation du projet de loi en conseil des ministres. insiste Pascal Canfin. Donc notre idée est d’élargir l’assiette de l’impôt sur les sociétés français et ainsi de pouvoir baisser les taux. .» Autrement dit. après la crise de 2008. Plus qu’une convergence. le Président pourra dire qu’il a tenu parole. un facteur important en période de crise et de prix élevé du kérosène. A ce niveau. mais Français et Allemands savent désormais sur quels sujets ils sont prêts. ÉNERGIE L’électricité flambe avec le froid. à converger. il détaille les points sur lesquels les deux pays souhaitent se rapprocher. Comme l’avait promis Nicolas Sarkozy. ndlr] avant de la mettre en place.45 dimanche.28 % -0. notamment. Selon les Echos.25 % +1. BNP Paribas compte ainsi parmi les leaders européens de cette activité.ÉTÉ 80 TaxeTobin. et 52. et à l’Allemagne en particulier. 8 milliards. Luc Lamprière. promises aux oubliettes des fausses bonnes idées de campagne. coté cour. Or la raison d’être de ces hedge funds est de parier. donc. et les banques en particulier. de tous les maux. dès lors qu’elles seraient cotées en France. a expliqué Nicolas Sarkozy. La date n’est pas fixée.28 % -0. Elle annonce un vol long­cour­ rier sur deux aujourd’hui et 7 moyen­courriers sur 10. Le prix spot au mégawattheure en France a atteint 129 euros hier. et dont le niveau de «S Parmi les exemples distillés par l’auteur au fil de son petit ouvrage aussi pédagogique qu’efficace. la taxe est censée rapporter 1. Il est vrai qu’on est loin des intentions de départ. il en est un d’une actualité brûlante : la spéculation sur les dettes des Etats. Et non au financement de l’aide publique au développement. Très technique.20 -0. Ed.28 2 897. Un quasi-monopole qui lui permet de tenir en toute impunité un double discours pour freiner les velléités de régulation des pouvoirs publics.65 5 886. par rapport à son programme normal.81 en milieu de semaine dernière. Leur déception est d’autant plus grande que le gouvernement a décidé d’affecter le produit de cette taxe à la réduction des déficits publics. Cet eurodéputé d’Europe Ecologie-les Verts a expérimenté in vivo la force de conviction du lobby de l’industrie financière. à Paris. «L’histoire selon laquelle la France serait le fer de lance mondial de la régulation du capitalisme est une belle fable». quelle que soit la nationalité des entreprises. 88 commandes concernent des appareils de moyen­ courriers (A320). place de la Bourse. Ce recul est aussi dû à la forte diminu­ tion du taux de l’avantage fiscal pour les investisseurs achetant un logement neuf (de 22% à 13%) et à la sup­ pression du prêt à taux zéro pour les acquéreurs d’habitations anciennes.laFrance édulcoreàl’ouvrage FINANCES Le Président lancera demain une taxe sur CONTRE­PERF LES CRÉDITS IMMOBILIERS S’ÉTIOLENT Le montant des crédits immobiliers accordés par les banques en janvier enregistre un très fort recul (­25. une fois rendu le verdict des urnes ? A lire l’opuscule de Pascal Canfin. C’est l’objet du livre vert remis hier à Nicolas Sarkozy et Angela Merkel à l’occasion du conseil des ministres franco-allemand (lire aussi page 18). Et rien sur les entreprises étrangères. les autres étant des long­courriers (A330).10 % EN HAUT DE LA PILE Par NATHALIE RAULIN PERF Le double discours des banques démasqué es attaques des candidats à la présidentielle. qui ont obtenu copie du projet. soit nous ouvrirons la voix tout seuls. Déception. L cialité est de financer des fonds spéculatifs. qui a enregistré 148 com­ mandes et 38 livraisons grâce au lancement d’une version remotorisée de son avion vedette (A320) et qui économise 15% de carbu­ rant. Et les banques françaises ne font pas exception. Ce n’est plus une taxe sur les transactions financières qui est présentée mais une interminable liste d’exemptions.1 milliard d’euros. Question de rapport de force. Pas de quoi rassurer ses partisans. un vrai gruyère». «Exemptions». la suppression de diverses niches qui profitent surtout aux plus grandes entreprises viendra compenser une imposition réduite sur le papier. le 14 octobre. C. Nombre d’ONG font pourtant valoir qu’une taxe de 0. L’idée n’est pas de taxer plus ou moins les bénéfices des entreprises des deux côtés du Rhin mais d’harmoniser la base de taxation. pourraient-elles n’être qu’incantations opportunistes. tout en préservant son image auprès de l’opinion. Lequel alerte: «Faire en sorte que le politique reprenne la main sur la finance est l’un des enjeux majeurs de la période historique dans laquelle nous nous trouvons.

Italie. Dans vérité.A.U. Les propor- tions d’eau non renouvelable de l’agriculture de ces pays montrent leur degré de vulnérabilité : 24% pour le Pakistan. PHOTO GEORGE STEINMETZ. revue Water Ressources Research (2) et continue de détériorer les sols permet de localiser et d’estimer la agricoles à grande échelle. expliquent tement estimées. 22% pour le Mexique. Libye. en ÉCHELLE PLANÉTAIRE. Le tout afin d’estimer la part de l’eau non renouvelable dans l’irrigation. 264 pp. des les agriculteurs le sa. cette resNahon. le Pakistan. Maroc. (Pays-Bas). on retrouve sans surprise les Etats désertiques (Arabie Saoudite. atteignant 17% des terres cultivées.» Tous agronomes. Combien de pour les pays où l’agriculture ne temps les agriculteurs vont-ils pousuffit pas à nourrir la population. Avec pluviale. • (1) «Sauvons l’agriculture!» éd.* Koweït Oman Iran Yémen Algérie Jordanie Tunisie Pakistan . renouvelable. ces pays ne saules auteurs de l’article. en particulier cette eau précieuse. Si cette raison d’une irrigation trop abon. Il peut s’agir des eaux dieau se mange plus tes «vertes» ou «bleues» par les qu’elle ne se boit. du l’agriculture en pays chaud. nonobstant les cascientifique (1) de Daniel ANALYSE prices du climat.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 TERRE • 23 Irrigation avec de l’eau fossile à As­Sulayyil.CORBIS Eau:despuitsenvoied’épuisement Une étude sonne l’alarme sur l’utilisation. moins si le soutirage ne dépasse pas qui avance ce chiffre: 86% de l’eau cette capacité sur la durée. avertit Nahon. Leur salinisation. ont recours de manière croissante à une irrigation non durable. car les forages a permis d’augmenter les rende. Car en raison de la taille des populations vivant de cette agriculture non durable. où se niche tions des agronomes. trois scien. la graphiques et hydrographiques. voire des pays. Odile Jacob. même si cette tificiels ou des nappes phréatiques formule lapidaire.ront pas à quelle vitesse ils se raptifiques de l’université d’Utrecht prochent d’une pénurie.2 à 3km de profondeur. l’Iran. de l’eau «non renouvelable» pour l’irrigation agricole. WRL. et une modélisation des besoins des cultures. Qatar. Tunisie. et le Mexique. 23% pour les Etats-Unis. et le Mexique.question exige une réponse au cas dante.; 23. les Etats-Unis. ils ont tête: l’Inde (68km3/an). sources des aquifèl’Iran. dans certaines régions du monde. Emirats arabes unis) où l’eau fossile peut représenter jusqu’à Plus surprenant est le classement des pays par quantité d’eau pompée: 78% du total. Au total. a probablement participé à par cas. Yoshihide Wada. S’y ajoutent des Etats déjà fortement utilisateurs d’eau fossile et où le changement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre pourrait faire baisser les précipitations (Algérie. Ce tableau justifie l’alerte lancée par les scientifiques. 19% pour l’Inde. DURÉE D’UTILISATION. puis le Pautilisé des bases de données géo. cette alerte plaide en faveur d’un usage de l’eau le plus économe possible dès maintenant. Elle dernières décennies. est issue d’un livre ce cas. 20% de l’eau agricole utilisée en l’an 2000 pour l’irrigation serait d’origine fossile. épuisable Mais cette «mise sous perfusion» par définition ? des terres ne va pas sans problème. celles des pluies. les hommes ont ajouté une accélération considérable ces depuis longtemps l’irrigation. les crises agricole et alimentaire se répercuteront sur le «commerce international». (2) Wada et al. car elle montre que des régions. Si des études permettant de quantifier la durée d’utilisation des ressources sont nécessaires. en Arabie Saoudite. La cartographie détaillée réalisée par les scientifiques permet d’identifier chaque région où le problème se pose. Mais tant que les resl’Inde. Si l’on classe les pays par la proportion d’eau non renouvelable dans les usages agricoles. Les surfaces irriguées ont ainsi été multipliées par trois depuis 1960. Une étude in- «L’ quiétante. ou fossile. que l’on Mais quelle eau ? A l’agriculture puise dans le sous-sol profond. 15% pour la Chine. mais toute de directement reliées aux pluies. Tout utilisée par les hommes l’est pour change lorsqu’il s’agit d’eau non l’agriculture. Koweït. spécialiste de source se renouvelle. mais 40% de la production. res fossiles ne seront pas correcà l’échelle planétaire.90 euros. un long article paru dans la des effondrements de civilisations.kistan. par quantité d’eau pompée. Espagne). des lacs naturels ou arvent.cours d’eau. Par SYLVESTRE HUET Surtout se pose la question de la ressource. la Chine.modernes permettent d’atteindre ments et fait partie des préconisa. Source : Water resources research REPÈRES Part d’eau non renouvelable dans la totalité de l’eau utilisée en agriculture *Emirats arabes unis Qatar Arabie Saoudite Libye E. En Pour réaliser cette étude. les Etats-Unis. voir «tirer» sur ce stock. Avec le risque de provoquer des crises alimentaires. gravité du problème. L’impact des crises de l’eau agricole en raison de cet usage non durable dépasserait les régions directement touchées et pourrait avoir des effets observations par satellite du stockage dans les sols. 20 janvier 2012. Ludo. des Chine.Plus surprenant est le classement vicus Van Beek et Marc Bierkens.

Jacky Durand. honneur de la filière bovine espagnole est sauf. hier sur Twitter. Il est basé à Lausanne (Suisse).» animal. heureux maintenant. . Maintenant c’est fait». pouvons enfin passer à autre chose.tances penchaient pour un dopage grammes) de clenbutérol. L’explication n’est pas scientifiquement extravagante. n’a pas été contaminé par un steak vérolé au clenbutérol lors du Tour de France 2010. millionnaires grâce à notre sueur. PHOTO THOMAS SJORUP. vient de voir la justice américaine abandonner les poursuites contre lui. Schleck ne rit ont été innocentés après un conpas : «Il n’y a aucune raison d’être trôle positif. un pro. L’Espagnol peut encore faire appel de cette décision devant le tribunal fédéral suisse. a-t-il com. comme le laissait supposer la présence dans ses urines de résidus d’un plastique utilisé pour les poches servant à conserver le sang. automatique en cas de première infraction aux règlements antidopage. BOUCHER. énoncent les trois arbitres dans les 98 pages de leur décision.les autorités espagnoles –l’ex-Preves. La présence de clenbutérol a été plus vraisemblablement causée par l’ingestion de suppléments nutritifs contaminés». des explications possibles pour justifier un contrôle antidopage positif. au sujet de la demande déposée par l’Union cycliste internationale d’imposer une amende d’au moins 2. qui avait pourri Contador pendant leur cohabitation chez Astana sur le Tour 2009. Contador ne pouvait échapper à une suspension de deux ans. raillait. Les seules nouvelles positi. C’était la sanction la plus sévère à laquelle était exposé Contador qui. dans une décision séparée. que le soupçon a toujours poursuivi. «La formation arbitrale se prononcera ultérieurement et.beaucoup plus lourd que le clenbuduit vétérinaire aux vertus stimu. Elle a convaincu l’opinion.24 SPORTS SanctionsaignantepourContador • Par GILLES DHERS LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Reconnu coupable de dopage. Un morceau de barbaque contaminé dégotté chez un boucher de ses amis expliquerait sa positivité. Pour certains. Trop tard pour le Tour et les Jeux olympiques de LonRÉCIT dres. 29 ans. mais était bien chargé à ce stéroïde anabolisant. ce sont ses dirigeants. La défense de l’Espagnol n’a pas varié. Le Tribunal arbitral du sport a été créé en 1984 à l’initia­ tive du Comité international olympique pour répondre à l’augmentation des conten­ tieux et à l’absence de toute autorité indépendante spécia­ lisée en la matière. Mexique). cyclisme. J’ai toujours cru en son inno. voir le meilleur cycliste des courses à étapes de sa génération. ils étaient tous deux hautement improbables. Le TAS n’a retenu ni la défense de Contador ni les accusations de l’AMA et de l’UCI. Alberto Contador. qui avait fini deuxième. Une décision contre laquelle à la justice sportive pour trancher. Sur contrôle effectué lors d’une journée la base de l’observation de ses pade repos avait révélé dans ses urines ramètres biologiques. a réagi Pat McQuaid. de sa troisième victoire sur la Grande Boucle. tomber pour un truc aussi ballot qu’un contrôle positif au clenbutérol. c’est qu’il y a un verdict mier ministre Zapatero l’avait puaprès 566 jours d’incertitude. «On ne savait pas comment il pouvait gagner un Tour de France. c’est aussi réjouissant qu’Al Capone se faisant toper pour fraude fiscale. Dans des pays aux normes sanitaires moins strictes qu’en Europe (Chine. entre autres. Andy Schleck (Lux) 2. Vincenzo Nibali (Ita) 3. C’est un jour très triste pour le thèse.485 millions d’euros à Alberto Contador». «Alors. qui l’a blanchi il y a Il a donc fallu plus d’un an et demi un an.» L’Espagnol Oscar Pereiro vainqueur du Tour 2006 Le nouveau classement du Tour de France 2010… 1. le «La présence de clenbutérol a été clenbutérol est utilisé plus vraisemblablement causée pour améliorer le renpar l’ingestion de suppléments dement de l’élevage nutritifs contaminés. les tours de Murcie et de Catalogne 2011 et plusieurs étapes dans ces courses. Nous bliquement soutenu – et. ne pourra remonter sur un vélo que le 5 août.» • lantes et anabolisantes.ni son argent pour faire valoir sa cence. Le Tribunal arbitral du sport n’a pas cru à son histoire de steak contaminé. l’Espagnol écope de deux ans de suspension et se voit déchu de sa 3e victoire sur le Tour. il perd le Giro.» sa fédération. BALLOT. qui a suspendu hier l’Espagnol pour deux ans et l’a déchu. Si «le scénario de la contamination de la viande et celui de la transfusion sanguine étaient. Ainsi en a conclu le Tribunal arbitral du sport (TAS). Rappelant le grand principe de la justice en matière de dopage : la validité du contrôle n’ayant pas été contestée et un sportif étant responsable de toute substance exogène trouvée dans son organisme. précise le TAS. Lance Armstrong. Outre le Tour 2010. La victoire sur la Grande Boucle 2010 revient donc au Luxembourgeois Andy Schleck. ex-coureur recon- L’ Le coureur de la Saxo Bank a été contrôlé positif au clenbutérol sur le Tour de France 2010 qu’il avait remporté. Michele Scarponi (Ita) 2. c’est qui le boss Alberto ? – C’est vous monsieur Armstrong. les deux insune dose infinitésimale (50 pico. président de l’UCI. compte tenu des six mois purgés à titre conservatoire au deuxième semestre 2010. Denis Menchov (Rus) 3. «C’est une journée triste pour notre sport: certains pourraient croire que l’on a gagné.térol: une autotransfusion sanguine REPÈRES «Ce qui est vraiment pourri dans le cyclisme. l’Agence mondiale antidopage Quelques semaines après la victoire (AMA) et l’Union cycliste internade Contador. en théorie.Contador n’a compté ni son énergie menté. Un autre doit se taper sur les cuisses. on apprenait qu’un tionale (UCI) avaient fait appel. Des sportifs y Les représentants du Tribunal arbitral du sport ayant séjourné et ingurgité de la viande verti en consultant.AP (il se serait injecté son sang prélevé lors d’une cure du stéroïde). John Gadret (Fra) 13 C’est le nombre de victoires dont est déchu Contador. mais ce n’est pas du tout vrai». surtout. Samuel Sanchez (Esp) … et du Tour d’Italie 2011 1. Ses avocats avaient évoqué la possibilité de déposer un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme.

» L’autre vedette est le coach Carlos Pouso. dont le budget (600000 euros) ne paierait pas un mois de salaire de Cristiano Ronaldo. La faute au système espagnol : ne disputent la coupe que les équipes de 1ère et 2e divisions. au lieu de 119 50€ seulement € Chèque à l’ordre de Libération O Carte bancaire N° Expire le ac ac Cryptogramme abc Date ac ac abbc O mois année les 3 derniers chiffres au dos de votre carte bancaire AP1002 *Cette offre est valable jusqu’au 31 décembre 2012 exclusivement pour un nouvel abonnement en France métropolitaine. le plus difficile sera de gérer l’après-Coupe. Un «champion improbable après une saison improbable». Offert avec mon quotidien. remportée par Bilbao 2-1 (doublé de l’international Fernando Llorente). Avec. les autres communes sont livrées par voie postale. mais il défend l’arbitre du match aller contre l’Espanyol. AP der. contre l’Athletic Bilbao. ce soir. «afin que la ville fête ses héros». après la victoire des Giants de New York dans le Super Bowl de football américain dimanche. a reconnu le New York Times. manquée d’un souffle l’an passé. toute l’Espagne avait les yeux fixés sur le minuscule terrain d’Anduva (5800 places) où se disputait la demi-finale aller. basée sur la mesure dans les eaux fluviales du taux de benzoil-ecgonine. Les rojillos (petits rouges). alors que sa formation. même en cas d’accession miracle en finale. Arbitre. ont gagné le droit de rêver pour le retour. Il vise la passe de quatre en demi-finale. FOOT Trois matchs des huitièmes de finale de la Coupe de France reportés à cause du froid. actuel 5e de la Liga. E U tions. Cette fois encore. service abonnement. Pour le Mirandés. battue 3-2. s’est FRANCE P O RT U GA L Miranda de Ebro Madrid Mer Méditerranée 300 km objectivement fait spolier. Eli Manning. avait bouclé sa journée de travail (il est employé de banque) avant de se rendre en voiture à Santan- Super coup de Bowl pour les Giants ne fois n’est pas coutume. Comme ce fut le cas en France avec Calais en 2000. FRANÇOIS-XAVIER GOMEZ Drôle de couronnement pour un club qui a connu une saison chaotique et a même failli ne pas se qualifier pour les playoffs. l’objectif reste la montée en D2. Souffle. à certaines publications partenaires. une étude avalisée par les Nations unies dressait un hitparade des villes les plus cocaïnomanes de la planète. les tabloïds ont fait dans la sobriété. comme disent les toxicos. on trouvait une bourgade de la province de Burgos. véritable anti-Mourinho dans ses propos sages et mesurés. Mais. aussi timide et réservé que Brady est bavard. le petit prodige d’une grande famille de quarterbacks. en forme de danse le long de la ligne de touche. n 2007. Nom : tttttttttttttttttttt Prénom : ttttttttttttttttttttttttt Adresse : tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Code postal : abbbc Ville : tttttttttttttttttttttttttttttttttttttt Téléphone : ac ac ac ac ac E-mail : tttttttttttttt@tttttttttttttttt Ci-joint mon règlement : Signature obligatoire : Oui. Restait 57 secondes à Tom Brady pour se révéler à la hauteur de sa réputation. toute l’Espagne a pris fait et cause pour le Petit Poucet. sommes forcément de gauche. les Giants leur avaient déjà raflé le titre à la surprise générale et à la dernière minute. Une réception parfaite. Non seulement il adresse des mots de consolation à son homologue de Villareal. la ville n’a pas besoin de drogue pour vivre sur un nuage . qui n’avait aucune difficulté à assumer son statut de favori. avec des Giants dans le rôle d’outsiders. Même si l’aventure s’arrête là. lors du match aller mardi face à Bilbao. «Champions!» titraient simplement en une le New York Post et le Daily News hier. Les informations recueillies sont destinées au service de votre abonnement et. Pablo Infante. Surprise: derrière New York et devant Londres. L’ONU met trois mois à désavouer l’étude à la méthodologie fantaisiste. le Mirandés aura marqué les esprits dans un pays où les clubs puissants qui rivalisent à coups de millions d’euros sont aussi les plus endettés d’Europe. et Miranda de Ebro retourne à son provincial anonymat. le play-boy extraverti marié à la sublissime top-model brésilienne Gisele Bündchen. maire de New York. Il y a quatre ans. et les Giants marquaient un ultime touchdown. le Racing Santander et l’Espanyol Barcelone. côté Patriots. hérosd’uneEspagneencrise FOOT Le club de 3e division rencontre Bilbao en demi-finale de la Coupe. où son but avait qualifié le Mirandés. Des groupes Facebook réclament même la sélection de Pablo Infante dans l’équipe nationale. Commentaire de l’intéressé: «Nous. Si vous ne souhaitez pas recevoir de propositions de ces publications cochez cette case . Miranda de Ebro. Mais il a suffi de trois passes mal assurées pour que Times Square s’enflamme.LOPEZ. OFFRE DÉCOUVERTE Bulletin d’abonnement À découper et renvoyer sous enveloppe affranchie à Libération. une passe de 38 yards (35 mètres) à l’un des wide receivers (ailiers) les moins utilisés de la saison. le cas échéant. Le scénario était quasi parfait. à une minute de la fin. qui a quand même consacré six pages à l’événement. La livraison du quotidien est assurée par porteur avant 7 h dans plus de 500 villes. Mario Manningham. QuevillyOrléans se jouera le mardi 21 février. Dijon-PSG prévu aujourd’hui et Bourg-Péronnas-OM (demain) se disputeront le 15 février. prenant l’avantage (21-17). et les meilleurs de 3e. Pas mal pour un club en partie amateur. éliminant trois formations de l’élite : Villareal (qui disputait la Ligue des champions à l’automne). La descente. I. et sur lesquels les commentateurs ne pariaient pas un dollar. En attendant la parade monumentale annoncée pour aujourd’hui par Michael Bloomberg. Les New-Yorkais ont célébré jusqu’à l’aube un nouveau succès à l’arraché contre leurs rivaux de toujours. La présence d’un club modeste à ce stade de la Copa del Rey est insolite: seuls les Catalans de Figueres ont accompli l’exploit en 2001. le sélectionneur national n’aurait pas dû rendre public son désaccord avec le retrait du brassard de capitaine à John Terry pour une affaire d’insultes racistes. incarnation utopique d’un football non pollué par le fric. en réduisant l’écart dans les arrêts de jeu. Ils viennent de remettre ça. • Pablo Infante. Tom Brady. 75003 Paris 58% l’accès gratuit à tous les supports numériques n de réductio chez vous pendant 3 mois ! je profite de l’offre découverte de Libération.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 SPORTS VU DE NEW YORK Par FABRICE ROUSSELOT • 25 LesPetitsRougesduMirandés. Depuis quelques semaines. Je m’abonne pour 3 mois (78 n°) pour 50 € au lieu de 119 € (prix de vente au numéro). . meilleur buteur de la Coupe. 11 rue Béranger. Depuis des semaines. Et pour les Giants. c’est Eli Manning qui a su conserver son sang-froid pour administrer. qui a déjà conduit les Giants à l’exploit en 2008. la presse faisait ses choux gras de l’opposition entre les quarterbacks vedettes des deux forma- FOOT Tensions entre Fabio Capello et la fédération anglaise. joueurs de Seconde B. je bénéficie de l’accès à tous les services numériques payants de Libération. pensionnaire de Seconde B (3e division). Le club est leader de son groupe avec une avance confortable. Stupeur et colère sur place. Et la formule aller-retour réduit le risque de surprises. Mardi. joueur de Gubbio (D2) qui a refusé de se laisser corrompre et dénoncé l’affaire à la police. La star de l’équipe. les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Geste symbolique qui ferait écho à la convocation dans la Squadra Azzurra de Simone Farina. limogé dès la fin du match retour. le CD Mirandés fait un parcours héroïque en Copa del Rey (Coupe du roi). Selon cette dernière.

seraient licites les transactions «légitimes» sur des biens comme le médicament. Enfin. rappelant que le blocus du détroit d’Ormuz est une «ligne rouge». Leur modestie rend ceci symbolique. En France. et rejettent l’aliénation consécutive à la décolonisation. y compris sur un mode littéraire. l’Iran en a profité pour vendre son péLa Chine a une stratégie trole à crédit. Le motif officiel est qu’ils pourraient servir aux activités nucléaires. une politique internationale nouvelle. Cela implique. il désigne donc un dépassement. La Chine a condamné (comme la Russie) ce qu’elle voit comme un geste unilatéral hostile et ne se sent pas liée par lui. notamment à l’égard de nos anciennes colonies africaines. Elles contribuent de manière significative à l’innovation. La référence à la colonisation devient pour elles superflue. mais nous ne parvenons pas à faire notre deuil de l’ensemble des processus de colonisation et de décolonisation qui ont si profondément marqué notre histoire. et les modalités du passage de l’une à l’autre. et surtout d’un consensus au sein des factions iraniennes. la banque Tejarat est frappée (simultanément par Washington). Les approches postcoloniales ont connu un essor fulgurant dans les années 80 et 90. «post» signifie ici non pas tant «après». notamment en termes d’identité. l’alimentaire. mais également des convulsions politiques de la phase historique suivante. une reconnaissance mieux assumée du passé et notamment des événements les plus douloureux et les plus honteux. Pékin exerce des pressions sur son «allié». mais est en fait le calendrier des négociations possibles sur le nucléaire. promouvant une sorte d’arrachement intellectuel à l’égard de tout ce qui incarne l’ère coloniale. la xénophobie et les discriminations dont pâtissent les migrants et leur descendance. Pour leurs tenants. Telle la France avec la Françafrique. l’adjectif «postcolonial» s’est souvent imposé. mais aussi sur la fourniture d’équipements et d’assistance technique dans ce secteur. Il est grand temps que cela devienne aussi l’horizon de notre pays. Outre des officiers pasdaran. les post- L colonial studies. comme le dit Pascal Blanchard (1). sont particulièrement critiques envers les anciens pouvoirs coloniaux et l’empreinte culturelle qu’ils ont laissée au sein des anciennes colonies. Il en est ainsi. Les anciens pays colonisés se pensent eux-mêmes de moins en moins à partir de l’expérience coloniale. Les Chinois ont une stratégie cohérente: si aux sanctions et pressions américaines et européennes se joignent celles d’autres pays (Corée. Depuis les années 80. Ces pays. Vaste programme. ce qui alimente un racisme aux relents nostalgiques. tout en diversifiant auprès de Riyad et dans le Golfe des approvisionnements confortés par des contrats d’investissement énergétiques dans le royaume. laissant subsister le «commerce légitime» via la BCI qui échappe au boycott général. sans pour autant être capable de s’en dégager pleinement. Le texte ajoute une semblable interdiction sur les produits pétrochimiques. Le recours au «barter» [troc interentreprises. non sans difficultés. L’interdiction du commerce de l’or. alors sont largement perçus comme même qu’il existe quelque d’anciens colovingt-trois musées du sabot… nisés. Cela exige des efforts rigoureux pour réduire le racisme. mettent fin à la longue période d’errements politiques qui a suivi leur indépendance. se définissent en eux-mêmes et pour eux-mêmes. de refouler l’avant et l’après de la colonisation. Turquie. Il en est ainsi. financer les importations grecques ? La date du 1er juillet est censée permettre de trouver des solutions à ces deux situations. qui ne peut plus être compris en référence au passé colonial. Cela implique un effort sur nous-mêmes. tout en renouvelant une offre de négociations. à bien des égards. D’une part. tentent d’accéder à l’autonomie. La bataille pour les échéances électorales de 2012 et 2013 complique la compréhension des perceptions et des processus de décision iraniens. Une épée de Damoclès pèse sur le tout: les tentations de frappes préventives israéliennes ou de provocations d’un protagoniste. sans être à la traîne intellectuelle ou scientifique des puissances dites «occidentales». Elle devrait obtenir de gros rabais de l’Iran sur un brut qu’elle paye en yuans non convertibles que Téhéran est contraint d’utiliser pour des achats de produits chinois. Sortir enfin de l’ère postcoloniale Par MICHEL WIEVIORKA Sociologue e 18 mars prochain. à la démocratie et à la justice sociale. Entre mélancolie et mauvaise conscience. Dirige un ouvrage collectif : «L’Iran et les grands acteurs régionaux et globaux». la Chine deviendra le client principal du pétrole iranien. En réduisant fortement ses importations de pétrole iranien sur janvier et février. Barack Obama a adressé un message à Ali Khamenei (le Guide suprême) par trois canaux différents (ce qui montre les difficultés de communication. les immigrés et leurs enfants Il n’y a pas. tout accord ne risque pas d’être torpillé par une faction. Les anciennes puissances coloniales peinent par contre beaucoup plus à se penser autrement que comme postcoloniales. elles sont entrées pleinement dans la modernité contemporaine. pour les sociétés du monde arabe et musulman. en particulier. du côté des décideurs iraniens. elles trouvent leur place dans la globalisation. avec ses idéologies. Le premier est l’interdiction immédiate de signer de nouveaux contrats d’importation et de transport d’hydrocarbures iraniens. notre passé algérien ne passe pas. pour l’Inde qui fut le berceau des intellectuels. Mais la guerre d’Algérie est-elle vraiment derrière nous. Surtout. Les contrats conclus avant le 23 janvier pourront être exécutés jusqu’au 1er juillet. elles ne parviennent pas très bien à digérer la perte d’influence et de ressources des temps coloniaux. Sauf à bénéficier de l’exception d’autorisation d’apurement de passif prévue dans ce texte qui semble correspondre à ce profil. Cet ensemble persuadera-t-il l’Iran de renoncer à la poursuite de son programme nucléaire militaire ? Divers aléas pèsent sur les tentatives de négociations de la Turquie. leur capacité à produire leur propre existence économique. l’Harmattan. tout autant. A contrario. La prudence reste de mise. nous commémorerons le cinquantième anniversaire de la signature des accords d’Evian. dont on espère que la gauche se saisira dès qu’elle accédera aux affaires. mais «au-delà». ne ressassent plus le passé colonial. Plus difficile est le cas grec. Aucune banque ne consentant plus de crédits à Athènes. . sans avoir en permanence à se référer au passé colonial . Le grand gagnant est Pékin. ce qui revient à écarter toute relation financière avec la BCI dans les secteurs visés. de nouveaux noms d’individus et d’entités sanctionnés ont été ajoutés. entre le Guide et Ahmadinejad en lutte pour leur survie politique. tout particulièrement. Il n’y a pas. Elles comportent plusieurs volets. qui se débarrassent de régimes autoritaires et en appellent. de musée de la colonisation. Inde) qui ont demandé à Washington des aménagements aux pénalités qui les menacent. certaines anciennes colonies deviennent des pays émergents affichant leur autonomie.26 • REBONDS LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Europe-Iran: des sanctions vaines Europe a «puni» l’Iran en prononçant le 23 janvier un train de sanctions applicables après publication d’un ou plusieurs règlements complétant ceux déjà parus. si l’on peut dire. puis ensuite. parmi les plus influents. Japon. (1) Lire aussi «Libération» du 4 février. culturelle. à l’échelle du monde. sans véritablement émerger. Le blocage du programme iranien de conversion urgente d’unités pétrochimiques en productions d’essence avec une période de grâce plus brève (1er mai) n’est-il pas le vrai mobile ? Par MICHEL MAKINSKY Chargé d’enseignement à l’Ecole supérieure de commerce de Poitiers L’ Le second volet est le gel européen des avoirs de la Banque centrale iranienne (BCI). l’automobile… Mais le périmètre exact reste à déterminer. et donc la fin de la guerre d’Algérie. loin derrière? En avons-nous fini avec notre passé colonial et avec les implications de la décolonisation ? Notre pays n’en finit pas de ressasser et. elles reçoivent souvent beaucoup de migrants venant en bonne partie de leurs anciennes colonies qu’elles sont tentées de rejeter sur un mode plus ou moins raciste. en France. sociale. mais à l’étranger plus que chez nous. une rupture impliquant un autre regard sur l’histoire. sa corruption et ses violences. Elles dépendent d’une baisse de tension dans le détroit d’Ormuz. elles voudraient parfois pouvoir continuer à traiter leurs anciennes colonies comme leur pré carré. Non seulement. Un monde nouveau se dessine. Cela passe. par exemple sous forme muséographique. Dans le monde anglo-saxon. certains autres pays colonisés. politique. 2012. enfin. des métaux précieux et des diamants avec la BCI vise à tarir le marché noir. ndlr] atteste des difficultés de ce système. de musée de la colonisation. Eux aussi commencent à appartenir à une modernité qui se détache non seulement de l’ère coloniale. alors même qu’il existe quelque vingt-trois musées du sabot. Les Eurocohérente: devenir le client péens sont-ils prêts à principal du pétrole iranien. et les nombreuses transactions où ils servent de moyen de paiement à un moment où le rial s’effondre. La prohibition de l’envoi de monnaie iranienne cible les différents «bureaux de change» servant d’abri à des activités suspectes. lors de la décolonisation. deviennent «normaux». Le troisième est l’interdiction de tout financement ou assistance financière en liaison avec les transactions illicites. comme on peut le penser spontanément. D’autre part. L’Europe devrait chercher des interlocuteurs officieux pour s’assurer que. par un examen approfondi de ce que l’outremer constitue comme survivance d’un empire colonial – mais aussi comme espoir pour un futur réellement débarrassé de ce passé. à reconnaître et à assumer les violences qu’elles ont imposées alors. Rome pourrait se fournir auprès des Saoudiens mais y perdrait le paiement des dettes iraniennes. en France. ayant donné leur importance aux idées postcoloniales.

) à partir de 100€ Merci de nous indiquer vos coordonnées : Nom/prénom: Adresse: Tél.Courriel : lecteurslibe@aol. est annoncée la signature imminente Le contraste entre les deux situations d’un accord et rien ne vient. dette. 75003 Paris à l’ordre de Société des lecteurs de Libération ou SLL. 11. ser 15 milliards d’euros de dette (lire En premier lieu.dette grecque qu’elle détient.Siret : 503 545 964 000 10 . Le temps décrites éclaire deux problèmes fondapresse: en mars. de meilleures perspectives de rem.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 REBONDS • 27 L'ŒIL DE WILLEM Par ROMAIN RANCIÈRE La saga de la restructuration de la dette grecque La saga de la négociation sur la restruc. 75003 Paris . la banque ne recevra aucun paie.libe-lecteurs. deux tiers seulement des d’économie de Paris.créanciers se mettent d’accord et que la turation de la dette grecque entre Grèce impose une réduction forcée de Athènes et les créanciers privés – des la dette au tiers restant. et contribuer à son développement. A titre d'exemple.fr Site : www.fr Je choisis d’être: r membre actif. Une solution simPrenons l’exemple d’une banque qui ple serait que la BCE accepte une réducdétient une dette d’une valeur de 100. Si la La volonté de parvenir à une réduction BCE refuse de réduire le montant de la de la dette grecque sur une base volon. à partir de 15€ r membre donateur.libe-lecteurs. vous bénéficiez d'une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant de votre cotisation dans la limite de 20% de vos revenus imposables. à la risque d’une réduction massive mais clé.. des CDS sur le risque de défaut souLe second point de blocage est le refus verain. gnifie que la diminution du fardeau de Le premier est de nature politique: une la dette grecque sera nettement plus restructuration volontaire permettrait faible et que l’effort de réduction sera à l’Union européenne de sauver la face exclusivement porté par les créanciers en maintenant que la zone euro n’est privés.fr. plus faible. Un reçu fiscal vous sera adressé automatiquement..Siège social : 11 rue Béranger. avec la quasi-tota.Une façon de sortir de cette situation téral d’un Etat. des Ponts Paris­Tech et professeur à l’Ecole Si. La BCE a acgrecque– d’envisager toute perte sur la quis pour 45 milliards d’obligations dette qu’elle détient. de rectification et de suppression de ces informations (article 27 de la loi informatiques et libertés). une cotisation de 15€ ne vous coûtera en réalité que 5. à partir de 150€ r personne morale (associations. Les informations recueillies sont destinées exclusivement à la SLL et à Libération sauf opposition de votre part en cochant cette case r En qualité d'adhérent. boursements pour les créanciers. cela sitaire répond à deux motifs. c’est à dire du quotidien «Libération» et du site Internet Libération. tion volontaire éviterait que les produits Celle-ci devrait être moins importante dérivés de crédit – credit default swaps que pour le secteur privé afin de pren(CDS)– qui servent à assurer les inves. Ce faisant.10€. auquel la Si la négociation aboutit à un accord BCE l’a acheté. Les investisseurs ÉCONOMIQUES classique d’étranglement protégés contre le risque où le niveau de la dette est si élevé que de défaut via des CDS en viendront à les chances qu’elle soit honorée sont douter fortement de la valeur de leur minces. il s’agit d’un banques. –qui détient environ 45 milliards sur un Le refus de participation de la BCE est total de 200 milliards d’euros de dette un autre problème majeur. Vous disposez d’un droit d’accès. serait que la BCE accepte. faites adhérer à la Pour adhérer. SOCIETEDESLECTEURS . son assurance ne vaudra alors plus rien. Le paradoxe est qu’en faisant en sorte Quels sont les points de blocages de la que les CDS grecs ne soient pas activés négociation ? – et évitant ainsi une perte pour les Le premier est l’objectif affiché d’un vendeurs de CDS une perte entre 3 et accord de réduction de la dette. quelle est l’incitation aussi page 19). L’objectif de la négociation est d’aboutir En deuxième lieu. grecques au plus fort de la crise. la BCE ne feavec l’ensemble de créanciers sur la rait aucune perte mais contribuerait à base d’un échange volontaire de 100 finaliser une négociation qui s’est déjà d’ancienne dette contre 50 de nouvelle beaucoup trop éternisée. entreprises.Romain Rancière est chercheur à l’Ecole ment via le CDS et perdra 50. sur une 5 milliards d’euros– on pourrait menabase de volontariat. par contre.cer la stabilité de l’ensemble du marché lité des créanciers privés de la Grèce.volontaire de la dette. SLL_122X163:Mise en page 1 16/03/10 13:53 Page1 Adhérez. Toutes les deux semaines lement la banque pour les 50 de pertes. elle aussi. : Profession (facultatif): de Société lecteurs libération des Association régie par la loi 1901 . présenter comme à une réduction significative du mon. Réduire le montant de la dette protection puisqu’elle n’assure pas le rendrait celle-ci soutenable avec. les deux parties ont intérêt à conséquences considérables sur le marun tel accord.mentaux pour la Grèce et au-delà.volontaire une restructuration qui se tant de la dette et à un étalement dans traduit par une réduction de 50% ou le temps des remboursements. pour la plupart– dure depuis défaut et le CDS compense intégraoctobre 2011.réduction de la valeur de ses titres. avec un risque maximum de de la Banque centrale européenne (BCE) 300 milliards d’euros. envoyez vos chèques à: Société des lecteurs de Libération (SLL). rue Béranger.fr .dre en compte le rôle stabilisateur joué tisseurs contre les pertes liées au défaut par les achats d’obligation d’Etat par la d’un Etat ne soient activés. : Courriel: Port. BCE pendant la crise. pas soumise au risque de défaut unila. tion de la dette égale à la différence et qui a acquis une assurance contre le entre la valeur comptable de la dette risque de défaut de la Grèce via un CDS. En plus du montant de la dette aura des principe.Cette association a pour but de réunir des personnes attachées à la défense de l’indépendance éditoriale de Libération. la Grèce doit rembour. une cotisation de membre donateur représentera 51€. Elle ne pourra pas faire pour une banque assurée contre le risface à cette échéance sans un accord de que de défaut via un CDS à accepter un réduction de la dette avec ses créanciers échange volontaire ? Aucune puisque privés. Ou payez en ligne via le paiement sécurisé Paypal à l’adresse: www. une Le second motif est qu’une restructura. La Grèce ché des CDS à travers le est dans une situation monde. initiale et le prix.APE : 9499 Z .

» Pour autant. Elle n’a. afin d’interpeller le syndicat des transports en commun. Ils pourraient manifester. Les improbables Parce qu’il n’y a pas vraiment de cadre. Car. s’était ré- cemment émue du sort des chèvres et moutons des espaces verts de sa ville. élu Modem de la ville de Puteaux. Mais ils ont choisi un autre mode d’expression pour porter leurs revendications : la pétition en ligne.com. Ou sinon un nouveau rond-point à l’entrée nord du village. a créé un outil qui lui permettait d’agréger la colère des usagers partageant son infortune. Pas très loin derrière. En France. le site était racheté par deux associés qui en ont fait une machine à signer : 1. petit tour des pétitions qui déchaînent les passions. aucune espèce de valeur juridique.net. ont même signé la pétition des mois après que le fils du chef de l’Etat a annoncé qu’il renonçait à se présenter à ce poste. en 2006. site de pétitions francophone. Sans réponse. Et plus de justice sociale. celle de porter le combat au nom des autres. non merci». Sandra Semon espérait mobiliser quelques habitants de son quartier sans vraiment devenir la Brigitte Bardot d’Angers. mais a donné une nouvelle jeunesse à ce sport national qu’est le rassemblement de signatures à l’origine peu contrôlée. Sur Petitions24. camper sous l’arche de La Défense ou voter aux élections. et pas militante pour un sou. Ce qui n’est pas étranger aux scores records de certaines d’entre elles. Elle a envoyé un courrier à la mairie pour que des mesures soient prises. par un développeur informatique qui. Résultat: les sites spécialisés cartonnent. Succès immédiat. Ils ont beaucoup à dire contre la SNCF. en France. lequel se trouve en réalité être un seul et même homme. Cela ne mange pas de pain de réclamer la démission du président de la République quand on s’appelle Gégé75.28 • VOUS DÉCLICS Le Net fleurit d’appels LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 aux signatures en tous genres. le marché de la pétition est concentré sur quelques liens: Petitions24. Ils en ont marre de Nicolas Sarkozy. Petitionpublique. lancé par la coordination des collectifs pour «le gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l’ensemble du territoire français». Il y a un an et demi. qui trouvait l’aspect «mobilisation d’habitants» plus fédérateur que le coup de gueule d’un élu. si je suis proche de l’opposition. on peut pétitionner sur tout et n’importe quoi. qui fédèrent le plus. Les blockbusters Rassurant. la pétition en ligne la plus populaire est aussi une des plus sérieuses. un nom et un prénom de son choix. grosse colère contre un rejeton célèbre: plus de 94000 personnes ont en effet signé pour que Jean Sarkozy renonce à prendre la présidence de l’Epad (Etablissement public d’aménagement de La Défense). «Cela intrigue les élus ces mouvements citoyens.com. ou «Sortons de l’euro» peine à atteindre les 20). finalement pas toujours très fédérateurs («Contre l’homophobie» plafonne à 12 signatures. elle est désormais reçue en mairie. Forte de ses nombreux signataires.net. parfois hilarant et souvent surprenant des préoccupations françaises. ils veulent savoir si j’appartiens à un parti. domicilié à l’adresse babar567@gmail. Sandra Semon a donc tenté la pétition sur le Web. Tour d’horizon des plus sérieux aux plus farfelus. Baromètre parfois glaçant. peu au fait de l’actualité ou très très opposés à Jean Sarkozy. «Boycott . incitation à la haine ou à la violence). Cette jeune mère de famille. cadre dans les assurances. militer. Ils réclament la libération des prisonniers politiques dans le monde. rien n’a été fait pour les moutons: «Je teste les limites de la démocratie participative». plus de 112000 personnes ont répondu à l’appel «Gaz de schiste. pour signer une pétition en ligne. ce sont les enjeux locaux. Dont un certain nombre. il suffit bien souvent de laisser une adresse mail valide. Les minis qui font le maxi Au-delà des grands sujets de société. conclut-elle. régulièrement massacrés et éviscérés par des délinquants et leurs chiens. Ce dernier a été fondé.fr ou Mesopinions. Ainsi. Pétitions générales sur le Web Par ALICE GÉRAUD Illustration JESSY DESHAIS I ls aiment les animaux plus que tout. La pétition avait été officiellement lancée par un «collectif d’habitants du quartier de La Défense inquiets». parmi ces combats incertains on trouve : «Contre la nouvelle formule de Thalassa». à part celui que fixe le droit (diffamation. le très actif blogueur Christophe Grébert. voire très locaux. Ou pas.2 million d’abonnés et 4 millions de signatures. Succès immédiat : près de 17 000 signatures et ce qu’elle appelle «une grosse responsabilité». après s’être retrouvé coincé dans un tramway.

9% C’est la hausse du marché de l’automédication (soit 2. Mention spéciale à l’appel «Pour sauver les chats consommateurs de Friskies d’une mort certaine» qui lance un cri d’alarme contre le drame des chats «bouchés» pour cause de croquettes. on trouve (par ordre d’importance) l’Oscillococcinum (9 millions d’euros). Les pétitionnaires les plus imaginatifs se recrutent sans discuter parmi les défenseurs de la cause animale. Mais voilà que la Haute Autorité de santé n’est pas tout à fait d’accord. Bonne note aussi à Louise. et plutôt efficace. un séminaire. tu n’as pas ta place en politique». s’en explique : «Aujourd’hui.com. C’est quand même pas très agréable de se faire dépister. La première a été lancée par un élu socialiste de Sarcelles. «car ce taux Vous organisez un colloque. l’Humex. la Lysopaïne et le Nurofen. Enfin et surtout. une conférence… Contactez-nous Réservations et insertions la veille de 9h à 11h pour une parution le lendemain Tarifs 2012 : 16. poursuit Stéphane Barré. Son papa ne s'en remettra jamais et pense encore plus fort à elle aujourd'hui. • 1. on laisse passer près de 300 cancers. la seconde par un élu d’opposition de Sarcelles. pour cet audacieux «Non aux signes maçonniques dans nos dossiers administratifs». le Magnevie B6 (5. «il faut s’assurer que les conditions sont réunies pour permettre un choix libre et éclairé des femmes. entre DI et DO. C’ global de participation au dispositif de DO masque des réalités contrastées en fonction des territoires et des populations». «Pour l’instauration de tests psychologiques pour les candidats à la présidence de la République». de Plaisance (Gers). France-Pétition.30 TTC la ligne supplémentaire) Abonnés et associations : -10% Les bides La pétition contre la précarité à Monaco. on continue. il y a donc le dépistage individuel (DI). et qui ne le fait pas. Insuffisant aux yeux de la Haute Autorité de santé. paradoxalement. cela dépend. raconte une femme de 59 ans. Pourquoi pas ? Pour autant. Et souhaite que le dépistage organisé devienne «la modalité unique» de détection du cancer du sein pour les femmes de 50 à 74 ans. si toutes les femmes concernées participaient au dépistage. Donc on ne sait pas qui le fait.mail : carnet-libe@amaurymedias. Tél. 01 40 10 52 45 Fax. Pétition qu’elle aurait utilement pu poster directement sur un site concurrent de Mesopinions. ce qui permet de détecter 16 000 cancers par an.1 milliards d’euros de chiffre d’affaires) en 2011 en France selon le 10e baromètre de l’Afipa (Association fran­ çaise de l’industrie pharmaceutique pour une automédi­ cation responsable) rendu public hier. Ainsi. «Zemmour président»… A côté. le Voltarène. le dépistage devrait être fortement augmenté chez les femmes en situation de précarité. 01 40 10 52 35 Vous pouvez nous faire parvenir vos textes par e. le Berocca. A juste titre.» Pour la Haute Autorité.» Au final. chef de projet à la Haute Autorité de santé.fr Les duels Quelque 5001 personnes ont signé pour la réhabilitation de DSK. souvent prescrit par la gynécologue ou le médecin traitant : il est remboursé à 70%. il est faible dans des territoires comme les centres des grandes villes. car deux radiologues se penchent sur les clichés. Le Mopralpro. Comment y parvenir ? «En ce qui me concerne.30 TTC la ligne Forfait 10 lignes : 153 TTC pour une parution (15. sans compter les éventuels dépassements d’honoraires. qui n’est plus toute jeune puisqu’elle se présente comme «Française depuis 1388». alors j’hésite. on arrive à toucher entre 60 et 70% des femmes de 50 à 74 ans. avant d’être mis hors ligne. 52% des femmes de 50 à 74 ans participent au dépistage organisé. • Pauline CLÉMENT était née le 7 fevrier 1997. les femmes pouvant choisir celui qu’elles préfèrent. le Mag2. ainsi que pour les classes d’âge les plus jeunes (juste après 50 ans) et les plus âgées (de 70 à 74 ans) : chez ces dernières.fr La reproduction de nos petites annonces est interdite Christiane Nouygues 0140105245 carnet-libe@amaurymedias. quelle qu’en soit la modalité. elle a 20 ans pour toujours depuis le 25 mai 2007. Et puis. 3000 vies seraient sauvées annuellement. une autre fois le DI. T'aurais aimé. Stéphanie Barré. à relocaliser le débat. Un score presque aussi pitoyable que «Nadine Morano. en attendant. le Doliprane (6 millions d’euros). On a pourtant progressé bien vite. connaît des débuts difficiles. «Stop à l’islamisation de l’Europe». Dans le top10 des médicaments vendus sans ordonnance qui ont le plus boosté les recettes de ce secteur. Seules 12 personnes se sont mobilisées contre la multiplication des contrats à durée déterminée dans la principauté.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 VOUS CARNET DE SANTÉ Par ÉRIC FAVEREAU • 29 CARNET SouvenirS Cancer du sein: la Haute Autorité de santé pour un dépistage unique est le dépistage le plus populaire. 3 753 pour soutenir Nafissatou Diallo. et on est en retard. déposée le 12 janvier.5 millions d’euros). la Haute Autorité ne recommande pas le déremboursement des mammographies réalisées dans le cadre du dépistage individuel «afin d’éviter une démobilisation des femmes». Certes… Néanmoins. Mathias Bonnauron Le Carnet des artistes français qui ne paient pas leurs impôts en France». Car il est à la fois organisé (DO) et individuel (DI). Le Carnet . «Pour un retour au droit au sang». Ce dépistage organisé a l’avantage d’être totalement gratuit. Une fois.com spécialisé dans des colères pas toujours très saines : «Contre le vote des étrangers».» Selon les estimations de l’Institut national du cancer. en tout cas. nous n’avons pas de données précises sur le DI. l’organisme recommande «que les femmes susceptibles de tirer avantage du dépistage du cancer du sein et qui souhaitent en bénéficier soient orientées vers le programme organisé par les professionnels de santé». on ressent en effet une démobilisation évidente avec l’arrêt du suivi gynécologique. c’est le DO. Ou comment la Toile mondiale parvient. au motif qu’elle «n’apporte rien au débat» : 29 signatures. Elle aurait repéré des points alignés bizarrement dans certains textes pour «influencer les magistrats»… Les tendancieuses Chantal Renoir. «Comme il n’y a pas de double lecture. on aimerait changer le dispositif mais. a connu un vif succès en recueillant plus de 16000 signatures «Contre le financement public des mosquées». Bref. 4 ans déjà. dépistage individuel ou dépistage organisé».

il erre. voire douloureuse. défi à la propriété intellectuelle. Plusieurs œuvres montrent que la connexion peut être dangereuse.30 • CULTURE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Par MARIE LECHNER Envoyée spéciale à Berlin «I n/compatible» : se dit de choses qui ne vont pas ensemble. Doorway to Heaven. technologiques. cette informatique dans les nuages. montage de films YouTube montrant les relations hystériques d’amour-haine entre l’homme et ses machines récalcitrantes. des photos Flickr de décharges électroniques. Le générique du festival. «Dark Drives» fait cohabiter sans distinction un documentaire télé sur Mafiaboy. préfère souligner le côté pro- ARTS NUMÉRIQUES Créé il y a un quart de siècle à Berlin. La vidéo est présentée sur un de ces ordinateurs saccagés qui augmenteront le tas d’e-rebuts que l’Occident déverse dans les pays en voie de développement. ultime horizon de notre civilisation où tout serait connecté en permanence pour le bonheur de tous. un dispositif électronique de surveillance des suicides sur le Golden Gate. C’est le thème qui occupait cette année le festival des cultures numériques. le hacker lycéen qui a fait planter Yahoo. financières. Terreurs de connexions à Transmediale . star de l’«actionnisme digital» qui a fini en HP victime d’une psychose . le festival s’est penché cette année sur le thème de la condition humaine face à la toute-puissance des réseaux. qui fêtait son quart de siècle. C’est d’ailleurs un disque dur externe qui forme le noir joyau autour duquel gravite l’exposition. comme le corrosif Suicide Box du Bureau of Inverse Technology. Le nouveau directeur de la manifestation. Un désordre mental guettant chacun de nous. la boîte noire fétichisée. maniaco-dépressive qu’il attribue à une trop intense activité sur Internet. dans un paysage qui évoque le fond d’écran Windows repeint en gris. qu’elles soient politiques. DÉCHARGES. si l’on en croit la vidéo d’Eva et Franco Mattes My Generation. documentant une performance des années 70 où il s’est collé deux câbles électriques sur la poitrine. achevé à Berlin dimanche. indexés sur les fluctuations du Dow Jones. en révélant le côté obscur de notre ère technologique. d’une greffe qui ne prend pas. Manière de démontrer que ces pulsions anxieuses et destructrices travaillent la culture populaire mainstream comme les pratiques artistiques avancées. par un trou noir envahissant le ciel limpide du cloud computing. d’un logiciel refusant de tourner sur un ordinateur. après cinq jours d’intenses réflexions sur notre condition d’homme empêtré dans le maillage toujours plus dense du réseau. Qu’il s’agisse d’un mauvais branchement de machines. Kristoffer Gansing. disque dur en anglais. environnementales. donnant une impression de dysfonctionnement général qui s’exprime dans les crises multiples agitant notre planète. traduisait parfaitement l’inquiétude contemporaine. d’une société où 1% des gens concentre pouvoir et richesses… Ces incompatibilités aujourd’hui prolifèrent. notamment dans l’exposition «Dark Drives». manquant de s’électrocuter. hagard. jeu de mots sur hard drive. est bourrée de logiciels téléchargés illégalement. Transmediale (1). fait écho à celle de Hans Bernard. 5 Million Dollars 1 Terabyte. tant au plan physique que mental. avec les débordements physiques violents résultants. présentée par le collectif américain Art 404. du collectif Ubermorgen. du code pour créer une forkbomb (attaque informatique) et des œuvres artistiques du passé et du présent. La photographie de Chris Burden. Transmediale s’est employé à déconstruire ce mythe de la transmission parfaite. En blouse d’hôpital. de la fluidité des communications et de la vélocité des transactions. Présenté sous cloche avec ce titre explicite.

lance le comte Mola à son neveu Ely. avant de lui sauver la vie. doivent se refiler une clé USB sous le manteau. Puis au Théâtre national de la Colline (Paris XXe) du 6 mars au 4 avril. révélant une dépression qu’elle décrit quand elle raconte le retour dans la loge après la représentation : «Mais ce moment-là […] est vraiment horrible. à me fixer dans ce vide…» Dans la belle maison de bord de mer où Donata se repose. c’est la finesse psychologique de ce portrait qui fascine. Avec quand même pas mal de chance que le message se perde en route. qu’il aima à la fin de sa vie. qui ont hanté le festival via des tchats IRC et des apparitions sur Skype. on s’enregistre au service en donnant son numéro de téléphone. au lieu de poster son message sur Twitter. interfèrent dans nos échanges et décident comment et avec qui on a le droit de communiquer. mais qui au moins en montre les failles. comme l’atteste l’appareillage hétéroclite utilisé par le mythique Joshua Light Show. que le rideau se baisse ! […] La sortie d’un spectateur juste à ce moment-là !» Eclat de rire au TNB. où la poésie peut naître. PHOTO COURTESY OF THE ARTISTS e soir de la première. Et dans la bouche d’Emmanuelle Béart.transmediale. Les acteurs n’y sont pour rien. Google. Diction. TNB de Rennes (35). dans la belle traduction de Jean-Paul Manganaro. du collectif berlinois Telekommunisten. metteur en scène de Se trouver pièce où Luigi Pirandello installe une nouvelle fois entre théâtre et vraie vie un de ses jeux de miroir.org. La mise en abyme de Se trouver n’atteint pourtant pas les niveaux de sophistication de Six Personnages en quête d’auteur. Marta Abba. On retrouve cette ambivalence et cette destruction créative dans le masque grimaçant des Anonymous (Libération d’hier). elle croise Ely.: 02 99 31 12 31. Au sit-in virtuel des premiers répondent les occupations physiques du mouvement Occupy. jeune peintre alcoolique qui l’entraîne dans une sortie suicidaire. devant ce grand miroir […].LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 CULTURE • 31 ductif de l’in-compatibilité : «Rien n’est incompatible par nature. Il y a plein de failles où l’action politique devient possible. encourageant les stratégies de contournements ou d’accouplements contre nature.distillateurgraphik. admet Dmytri Kleiner des Telekommunisten. enjeux de rôles à Rennes SE TROUVER de LUIGI PIRANDELLO ms Stanislas Nordey. au TNB de Rennes. sélectionnées au hasard. comme Netless. ou R15N. qui propose un usage nouveau d’un outil obsolète… comme le téléphone ! R15N fait partie de la série de technologies de «mé-communication» comme Deadswap. la question lancinante : est-ce un vrai ou faux spectateur qui a quitté la salle ? Il n’est pas venu saluer à la fin. dans la mise en scène de Nordey. système de partage de fichiers offline décentralisé. de Danja Vasiliev. plus intimes et locales. Jusqu’au 11 février. RAYNAUD DE LAGE est d’abord le portrait d’une actrice. permet de générer toute sorte d’accidents que recherchent les glitch artists comme Rosa Menkman.de THÉÂTRE Au TNB avant Paris en mars. Jamais le terme communisme.» Il cite en exemple deux projets présentés au festival qui imaginent de nouvelles manières de connecter les gens.com . Ce soir on improvise ou les Géants de la montagne. 2010. «On ne se sauve pas ainsi du théâtre». «il n’existe pas de bonne manière de mal faire les choses». Ou Jon Satrom. d’Eva et Franco Mattes aka 0100101110101101. dans ce silence. • (1) www. STRATÉGIES. où se tenait le festival. qui joue avec la nature imparfaite de la technologie. Alors? Alors. Car. Celles-ci seront elles-mêmes mises en rapport avec deux autres personnes à qui transmettre le message. auxquelles vous confiez le message de vive voix. PHOTO C. où les participants. Plus que le théâtre dans le théâtre. mais la mise en scène. au sens d’une utopique société de pairs. qui n’a pas supporté de voir sur scène Donata. Sur le plan artistique. a pu irriter le spectateur parti? Une certaine mise à distance du réalisme. notamment dans la diction du texte? On l’entend pourtant fort bien. l’in-compatibilité n’a jamais été un frein à la création. Et pour chacun. jusqu’à ce que toute la communauté soit avertie. transformés en agents secrets connectés par SMS. un spectateur a filé en criant.. prototype de réseau qui ne nécessite pas de connexion internet et qui utilise les gens et le réseau de transport public pour véhiculer l’information. n’aura autant résonné dans les allées du Haus der Kulturen der Welt. etc. et ses légions de Bartleby exprimant des aspirations incompatibles avec le capitalisme financier.8x4. auteur de performances chaotiques sur son Prepared Desktop. un dialogue sur scène jetait le plus grand doute sur l’«authenticité» de cette sortie. Rens. Le théâtre s’est vidé… et tu ne peux pas imaginer quelle épouvantable misère… Tous sont partis. Mais la renaissance amoureuse de Donata ressemble plus à un cauchemar qu’à une révélation. Le système appelle et vous met en contact avec deux autres personnes inscrites. à la fin du deuxième acte : «C’est insupportable. ce n’est pas possible !» Peu après. «Tu aurais pu attendre au moins la fin du deuxième acte. Qu’est-ce qui. «C’est une critique par l’absurde des plateformes de communication existantes». Et moi les mains vides. avec quelque chose de moi vivant dans leur souvenir […]. Envoyé spécial à Rennes RENÉ SOLIS © Didier Adam © DR © DR © DR Libe2_24. la femme qu’il aime. comme dit l’artiste chicagoan.1. La Donata de Se trouver est une femme qui n’arrive pas à vivre hors de ses rôles et qui en souffre. «Se trouver». reconstitué pour produire ses visuels psychédéliques 100% artisanaux. et l’on imagine que l’incident a dû ravir Stanislas Nordey. Dépression. les yeux ouverts. et ainsi de suite. Brancher une sortie son sur une entrée vidéo ou lire un fichier d’image jpeg dans un traitement de texte. ouverts. qui veut inciter les gens à réfléchir à la façon dont les gouvernements ou acteurs privés tels Facebook. Se trouver L Emmanuelle Béart et Vincent Dissez. My Generation. trois des pièces les plus connues du dramaturge italien. c’était bien un quidam excédé. «Je n’y résistais plus!» répond Ely.indd 1 06/02/12 13:48 graphisme : www. Stanislas Nordey met en scène une pièce rare de Pirandello. Dans R15N. qui a du mal à ne pas se laisser écraser par le rôle.

auraient vu Intouchables. TRaVaIL VOcaL VINcENt LEtERME ALAIN PRALON SOcIéTaIRE HONORaIRE dE La cOMédIE-fRaNçaISE MARIE-ARMELLE DEGuy. cOIffURES ET MaqUILLaGES VéRONIquE SOuLIER-NGuyEN. gALerIes LAfAyeTTe. organisme fédéral qui s’occupe de la gestion de la vie sauvage) ont trouvé dans les usines de Nashville et Memphis des palettes de bois posant problème. 75. Intouchables a atteint les 19 millions d’entrées à ce jour..S. aNIcET cAStEL. elle aura accompagné nombre de chorégraphes. et au mouvement surréaliste. BERTRaNd cuILLER.orléans . mort d’un grand abstrait Le peintre et sculpteur catalan Antoni Tapies est décédé. Il est suivi de près par le film d’horreur la Dame en noir. Charles Gayle Trio Jazz libre (+Cappozzo­Léandre) Dynamo. sous l’impulsion de Razia Saïd. fRédéRIc VERSchOORE. Pour lui. et animé des débats et rencontres sur le monde de la danse et de l’art. le journal El Mundo a salué «le dernier grand artiste du XXe siècle». rue des Martyrs. BENJaMIN chENIER. Gibson se faisait cueillir une première fois en novembre 2009. Deux autres versions du festival auront lieu en 2012. Les moyens de subsistance de la population et l’habitat d’espèces animales uniques sont détruits à jamais. DISPARITION Antoni Tapies. Mathieu François du Bertrand.com mAgAsINs fNAC. averties par la famille. ROMaIN PANASSIE. BéRENGèRE MAILLARD. pour s’employer à assouplir les règles du Lacey Act. JOSS cOStALAt. chanteuse malgache interpellant ainsi l’assistance: «Vous voulez du bois illégal dans vos guitares ?» Une charge visant Gibson.» Adopté en 1900 aux EtatsUnis. Les fédéraux du FWS avaient été mis sur la piste des fraudeurs par une déclaration sous serment at- cOMédIE-BaLLET dE MOLIèRE ET jEAN-BAPtIStE LuLLy MISE EN ScèNE cAthERINE hIEGEL décOR GOuRy. Oregon. dont Poétique de la danse contemporaine (Contre­ danse. paille et terre. OLIVIER BRIAND. groupe indonésien. cLaIRE GRAttON. tient-il sa singularité d’un sombre trafic le bois dont il fait ses guitares ? Dans la tourmente depuis 2009. Asia Pulp & Paper. Le Salon des facteurs d’instruments à Anaheim. Les écologistes nationaux avaient à l’époque saisi plusieurs palettes de bois douteux. dans les usines fouillées. ronde. 200. la loi a rendu illégaux l’importation. 75018. 18. critique. notam­ ment Dominique Bagouet. BENJaMIN PERROt.fNAC. qui opérait. soit «plutôt meilleurs amis») a dépassé ainsi Bienvenue chez les Ch’tis et le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.org : «Chaque jour. AgeNCes. THIBaUT ROuSSEL. hier. On ne l’oubliera pas non plus comme interprète. au Japon et à Varsovie. exposées dans les principaux musées d’art contemporain du monde. il s’agit d’un coup de force pour déstabiliser l’entreprise. Elle avait égale­ ment longtemps travaillé à Art Press et même colla­ boré à Libération à la fin des années 80. soit 14 000 de plus que l’an dernier. le transport. la voix haut perchée et les collants souvent filés. ex-Harry Potter. Avec cette initiative. Dernier rebondissement en date. dIREcTION MUSIcaLE BENjAMIN PERROt. les cheveux en bataille. fil de fer. l’achat des faune et flore rares. comme les guitares façonnées dans ces mêmes bois. Ce soir. a raflé 22 millions de dollars (16. Antoni Tapies. cHORéGRapHIE cécILE BON. avec l’acteur britannique Daniel Radcliffe. rats qui dégagent. le fabricant scie curieusement la branche de sa défense. Ziemlich Beste Freunde. A ce stade. Laurence Louppe est morte diman­ che de complications res­ piratoires. Michel Carassou. www. président de Gibson Guitars Corp.L. (Avec AFP) PHOTO CHRISTIAN MAURY. la réception. la Folle Journée. tout ça bons pièges. l’artiste serait mort des suites d’une brève maladie. Elle explique au site Sauvonslaforet. y a pris un air de polémique. STEpHEN cOLLARDELLE. en attendant les résultats de l’enquête. 75010. dans le meilleur des mondes. Le film d’Eric Toledano et Olivier Nakache (en allemand. AuChAN. fin janvier à la National Association of Musical Merchants. théoricienne de la danse contempo­ raine. GéRaLdINE ROGuEz. EUGéNIE LEFEBVRE. Appuyée par les Tea Parties. daVId MIGEOt. la vente. le Lacey Act est la plus vieille loi sur la protection des espèces naturelles.» Extrait de Paramour (P. «Eléphants rugissants. PHOTO MARC DOMAGE Six inconnus candidats à l’immortalité Qui occupera le fauteuil de Jacqueline de Romilly à l’Académie française ? L’élection. aSSISTaNTE à La MISE EN ScèNE NAtAchA GARANGE. Née en 1938. Henry Juszkiewicz qui. l’exportation. des milliers d’arbres sont abattus. LUMIèRES DOMINIquE BORRINI. RIYAD CAIRAT MÉMENTO Liz Green Plaisir folk du début d’année avec le CD O Devotion! Point éphémère. rue G.COm LOCATION 01 42 08 00 32 testant que l’entreprise utilisait des bois issus illégalement de Madagascar. fixée au 1er mars. 1997). une demande de modification de la loi a été déposée au Congrès américain. Disposi­ tifs 3. affirme que «le bois que le gouvernement a saisi est livré par un fournisseur certifié». notam­ ment dans une pièce d’Alain Buffard. STEpHaNE DuDERMEL. ébène). le visage poudré. CArrefOur. sont d’une essence protégée de Madagascar. comme le Catalan Joan Miro. qui a créé plus de 8 000 œuvres. a été associée dès ses débuts à d’autres grands noms de l’art du XXe siècle. L’œuvre d’Antoni Tapies (photo en 2001). Bd saint-martin 75010 Paris m° strasbourg saint-Denis FRANÇOIS MOREL LE BOURGEOIS GENTILHOMME Gibson. elle paro­ diait son propre rôle de critique. Sallie Ford & The Sound Outside Rock de Portland. qui raconte la vie de trois lycéens se découvrant des pouvoirs de super-héros après contact avec une mystérieuse substance. 2009) de la poétesse américaine Stacy Doris décédée le 1er février à l’âge de 49 ans Super-héros super rentables Le film Chronicle. en deux mois. Regonflée en 2008. les deux précédents records français outre­Rhin. HéLOïSE WAGNER L’ENSEMBLE BAROquE LA RêVEuSE. artiste autodidacte. fLORENcE BOLtON. OLIVIER BIOREt. EMMaNUEL NOBLEt. TRAFIC Des végétaux venus de Madagascar qu’utilise le fabricant américain de guitares seraient illégaux. s’est apparemment mis en congé. enseigné. en Californie. LA CRITIQUE LAURENCE LOUPPE N’EST PLUS Historienne. 20h. il était question de savoir si Gibson avait seulement acheté du bois illégal ou si l’entreprise musicale en avait fait importer en toute connaissance de cause.38 millions C’est le nombre d’Allemands qui. Dès hier soir. LoïC VoLard en CoproDuCtion aveC le théâtre De la porte saint-Martin FREDERIC E. Razia Saïd mène son combat au côté de l’ONG Friends of the Earth. Pantin (93). était fidèle aux matériaux pauvres : ficelle.­Josserand.32 • CULTURE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 3. GAMMA. Ce grand de l’art abstrait en Europe était connu pour ses toiles et ses compositions étonnantes parfois réalisées avec des matériaux de récupération. Tea Parties. Laurence Louppe avait un charme décalé. vIrgIN. en perruque blonde (photo). quai de Valmy. Michel Le Guern et Olivier Mathieu. Mais le fabricant a contre-attaqué en se liguant avec le plus gros producteur de papier au monde.loiret DireCtion JEan-CLaudE HoudinièrE. où. Chanteuse. Pourtant. pirates. En soutenant le Lacey Act. Dans l’Hexagone. MEI & M’WROUMF www.portestmartin. Ce soir. selon des sources de la municipalité de Barcelone.8 millions d’euros) de recettes et s’est installé en tête du box-office américain lors de sa première semaine d’exploitation. 20h. 20h30. Yves-Denis Delaporte.1. le mythique luthier américain. les supprimer. JEaN-LUc hO. 9. Auteure de plusieurs livres. aVEc La paRTIcIpaTION aRTISTIqUE dU jEuNE théâtRE NAtIONAL Création du Cado Centre national .O. D’après le quotidien La Vanguardia. Les fédéraux du U. Ce soir. à la modernité vintage Divan du Monde. le fabricant a subi une nouvelle perquisition fin août. Fish and Wildlife Service (FWS. RAPHO La Folle Journée toujours plus haut Consacrée à la musique russe de 1860 à nos jours. caMILLE PELIcIER. annonce avoir vendu 152 000 billets. Or. qui s’est achevée dimanche à Nantes. en plus d’être décideur chez Gibson et siège au conseil de Rainforest Alliance.indd 1 30/01/12 17:31 . du bois dont on fait les couacs écolo G ibson. Henry Juszkiewicz. GILIaN PEtROVSkI. les bois incriminés (bois de rose. mer qui tempête. vous aidez les habitants de Madagascar et du monde à ne pas perdre cette biodiversité unique. EXE_LBG_LIBE_80x163b. Sur ce. voire. cOSTUMES PAtRIcE cAuchEtIER. à Barcelone à l’âge de 88 ans. départagera Alexis Antois.

500 haute-gamme. 57 ANNEES D’EXPÉRIENCE Achète Tableaux XIXe et Moderne avant 1960 Tous sujets.fr Contact: Tél: 01 40 10 51 66 MESSAGES pERSONNElS Pardonnez-moi d'avoir tél à votre père.M° PORTE de Saint-Ouen 01 46 27 56 39 47.emi-cfd.com 7.99.fr www.fr http://petites-annonces. rue des Petites Écuries Paris 10e 01 53 24 68 68 .emi-cfd. livré chez vous avant 7h30 par porteur spécial* du lundi au samedi 01 53 24 68 68 . 21 mars 2012 › Informatique / Réseaux Systèmes d’information › Biotechnologies / Bioindustries Énergies renouvelables › Génie industriel › Électronique / Systèmes embarqués Télécommunications ABONNEZ-VOUS à l’offre INTÉGRALE Chaque jour le quotidien.emi-cfd.V: Scooter médical électr.24 mail : avsparis@wanadoo.00. bronzes. etc.www.liberation. 11 rue Béranger. Mode et Bien-être Carnet de déCoration ANTIQUITÉS/BROCANTES ACHAT OR Vendu 1. mode... orientaliste.47.fr http://abo.LeS inteLLoS Vous déménage depuis 20 ans au juste prix DEVIS GRATUIT L’EMERAUDE BIJOUX SIGNÉS : BOUCHERON. 75003 Paris dans A l’occasion de la Saint Valentin déclarez votre flamme 01 40 10 51 66 s’écrit @ Signature obligatoire : Carte bancaire N° Expire le mois année Cryptogramme les 3 derniers chiffres au dos de votre carte bancaire Date AP1001 par téléphone sur notre site Vous pouvez aussi vous abonner très simplement sur : http://abo.42. DAMREMONT . CARTIER.www.09.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 ANNONCES • 33 mouamrane@amaurymedias.23. état neuf cause décès. école de Barbizon.fr Contact: Tél: 01 40 10 51 66 REpERTOIRE BIJOUX a Votre SerViCe 2 ROUES A. : 01.. MAUBOUSSIN.99. anciens PariS et La ProVinCe Garde-MeUBLeS tél. chasse.liberation. CHOPARD.fr "déMénaGeMent UrGent" MiCHeL tranSPort devis gratuit.fr EXPERT depuis 1954 DÉMÉNAGEURS en Bijoux et Monnaies Or et Argent aVS .fr Contact: Tél: 01 40 10 52 11 FORMATION repertoire-libe@amaurymedias. 14.M° Lamarck Caulaincourt 01 42 52 25 45 Paris 2e Paris 17e Apprendre un métier Découvrez nos formations qualifiantes Se perfectionner ÉCOLE D’INGÉNIEURS SAMEDI 11 FÉVRIER 10H À 17H Journée Portes Ouvertes Estimation gratuite V. musique. design & archi… ENTRE NOUS Formez-vous à votre rythme Les outils de la PAO Techniques de base du journalisme Correction-relecture 21 mars au 27 juin 2012 . peintures de genre.com 7. pr pers à mob.63. etc. BIJOUX .). ancien atelier de peintre décédé. réduites 4 roues. BREITLING. service abonnement.DÉBRIS OR . rue des Petites Écuries Paris 10e Cité DESCARTES (RER A) 2 boulevard Blaise Pascal 93160 NOISY-LE-GRAND 01 45 92 67 78 jpo@esiee.www. ROLEX. je m’abonne à l’offre intégrale Libération.90€ Abonnez-vous Nom Prénom Ville E-mail Adresse Code postal Téléphone SANS MENT ENGAGE E É DE DUR par mois* au lieu de 39. R.75 www. Prix très intéressant.20 micheltransport@ wanadoo.MARILLIER@WANADOO. rue des Petites Écuries Paris 10e 01 53 24 68 68 . peintres français & étrangers (russe.fr 24h/24 et 7j/7 tous les services et contenus numériques en accès libre Les appli iPhone & iPad (compatibles Androïd) Libé en format numérique + de nombreux contenus enrichis (vidéo.www.fr .60 heures Atelier d'écriture 21 mars au 13 juin 2012 . info en temps réel) Chaque mois Next. Je voulais prendre de ses nouvelles. arts.PIECES OR et ARGENT DIAMANTS MONTRES : CARTIER. achetée 4. galerie photo..fr PreSSe diVerS 25. Céline 19. BD BESSIERES . il est affaibli mais il va mieux. vue de venise. 01. C'est la faute du net.750 ACHÈTE LES BIJOUX PLUS CHER QUE LE POIDS D'OR Tél : 06.emi-cfd.LINGOTS .liberation.fr + le journal complet sur Iphone et Ipad (formule « web première » incluse).FR EXPERT MEMBRE DE LA CECOA Paris 18e 06 07 03 23 16 Donnez du sens à vos formations Journaliste vidéo multimédia 1er mars au 3 août 2012 La postproduction du son pour le web 13 au 15 février 2012 Réussir une interview vidéo 15 au 17 février 2012 La captation de spectacle vivant 22 au 24 février 2012 Correction et réécriture Du 2 mai au 20 juillet 2012 Les principes de la réécriture 8 au 10 février 2012 Objectif zéro faute 20 au 22 février 2012 Concevoir un projet de livre 29 février et 7. rue des Petites Écuries Paris 10e l’Amour jour par portage** + tous les suppléments + l’accès permanent aux services numériques payants de Libération.com 7. Mon abonnement intégral comprend la livraison de Libération chaque À découper et renvoyer sous enveloppe affranchie à Libération.esiee. tél.30 heures Les bases de la stylistique 21 mars au 16 mai 2012 .emeraude. CHAUMET. le mensuel Cinéma. marine. Oui. grec.70€ 01 53 24 68 68 .23.30 heures Les cours du soir Donnez du sens à vos formations Du 19 mars au 13 avril 2012 Se perfectionner Iconographie multimédia Les techniques de l'iconographie 6 au 8 février 2012 Lightroom 15 au 17 février 2012 Gérer des images numériques 27 au 29 février 2012 entrenous-libe@amaurymedias. américains..com 7. RUE LOUIS LE GRAND M°Opéra DU LUNDI AU SAMEDI DE 10H A 19H 01 47 42 40 82 2.

où il reçoit les candidats Et c’est quoi le problème? Pour l’instant. Sur les chaînes info qui retransmettent les meetings en direct. capacité à faire campagne. A partir du 20 mars. C’est dire qu’on risque de ne plus voir très souvent Nathalie Arthaud sur TF1. L’actuelle : il s’agit là de respecter l’équité du temps de parole (quand le candidat ou un de ses soutiens parlent) et du temps d’antenne (quand la télé ou la radio parle d’un candidat). de Laurent Ruquier. Facile à faire pour une quotidienne. Avec un bonus: des conditions de programmation comparables qui interdisent de coller les petits candidats au milieu de la nuit. ça va : c’est le régime de l’équité. il y a un Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). TF1 a ainsi accordé non pas une minute. le CSA distingue les JT et magazines d’information des autres programmes. quinze ans de C’est arrivé cette semaine au compteur. on s’accroche. Qui donc. se retrouve en troisième position avec 20% du temps de parole derrière Sarkozy et Hollande? Nathalie Arthaud. Lequel CSA a rendu publics vendredi les relevés de temps de parole de janvier qui montrent. Dominique Souchier. Et qu’est­ce que ça donne? En janvier. une bipolarisation ou plutôt un hold-up des antennes au bénéfice de Sarkozy et Hollande. annonce qu’il met une fin à son émission. D’autant que tous n’appliquent pas de la même façon les règles du CSA. Visite guidée du pataquès. tour (22 avril). c’est du doigt mouillé: résultats aux précédentes élections. Ah terrible démocratie imposant aux télés et radios de recevoir tous les candidats à l’Elysée quand ce serait quand même plus simple de ne recevoir que Nicolas Sarkozy et François Hollande… Mais voilà. Puis dès le 9 avril. de Nihous. jour de la publication de la liste des candidats au JO. D’abord. Motif: sa direction lui interdit désormais de recevoir des invités politiques au prétexte de respecter le temps de parole pendant la présidentielle. Si télés et radios ont jusqu’au 19 mars pour se remettre d’aplomb. Si vous avez manqué le débat Bon alors. En campagne fleurit la crise d’antennes Par RAPHAËL GARRIGOS et ISABELLE ROBERTS U n Souchier part en vrille et c’est tout le PAF qui dévisse. sur M6. chargé d’appliquer la loi et d’assurer le pluralisme dans les médias (Libération de vendredi). le 20 heures de France 2 peut inviter certains candidats et les autres être reçus au 13 heures ou dans Mots croisés. etc. il faudra . il y a trois périodes.34 • ECRANS&MEDIAS UMP PS Modem FN NICOLAS SARKOZY FRANÇOIS HOLLANDE FRANÇOIS BAYROU MARINE LE PEN LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Europe Ecologieles Verts EVA JOLY 86:59:23 61:37:26 22:33:45 16:40:13 13:15:41 LE TEMPS DE PAROLE DES CANDIDATS… Nouveau centre Parti chrétien démocrate …et de leurs soutiens. non pas une heure mais bel et bien zéro temps de parole aux politiques. plus compliquée pour une émission hebdomadaire. comme les autres. deux semaines avant le premier qu’une minute de Sarkozy soit compensée par une minute de Mélenchon. la sortie de Souchier pourrait bien faire des émules dans le PAF. Ce qui ne sera plus autorisé lors de la troisième période où régnera la stricte égalité. de compenser au même moment : en clair. de Hollande. Sauf que télés et radios ne sont pas tenues. En clair. quelle surprise. Quand France 2 totalise 1h52 dans les émissions dites «de programmes». c’est la troisième période : égalité de temps de parole et de temps d’antenne. le sérieux de la rigolade. à la télévision et à la radio Debout la République Lu e ouvrière Cap 21 HERVÉ MORIN CHRISTINE BOUTIN NICOLAS DUPONT-AIGNAN NATHALIE ARTHAUD CORINNE LEPAGE 04:00:17 02:15:35 01:47:24 01:41:22 01:38:10 PRÉSIDENTIELLE Après le coup d’éclat de Dominique Souchier. on arrive à des scores pantagruéliques avec 18 h 40 de Sarkozy (ou de ses soutiens) sur LCI. sur TF1. Info ou rigolade? Attention : pour son calcul du temps de parole. selon le dernier relevé. Mais à partir du 20 mars. Dans cette catégorie. du 1er au 27 janvier. contraint de ne plus recevoir d’invités politiques sur Europe 1. sondages. le PAF s’embrouille sur le temps de parole. a jusqu’au 19 mars pour compenser. c’est du grand n’importe quoi. Un principe qui privilégie les candidats des grands partis et fait hurler les autres. Ou 16 h 13 de Hollande sur i-Télé. a eu le temps de parole le plus long? Marine Le Pen. dans cette période. on entre dans la deuxième période : égalité du temps de parole et équité du temps d’antenne. Le Prési- dent a squatté entre 15% (sur M6) et 48% (sur BFM Business) du temps de parole. en direct sur Europe 1. Mais la Une. Samedi matin. la candidate de Lutte ouvrière ! Et qui. à savoir essentiellement On n’est pas couché. L’équité.

Un tions éventuelles d’être un «anticubain» vendeur de rue rencontré sur la Plaza de ou un «contre-révolutionnaire».mis sous pression permanente par les fouille dans un tas de vieux papiers autorités. le président du qu’il vend l’équivalent de quelques syndicat des journalistes cubains. historiens. en plein centre-ville. directrice des relations institutionnelles. les situations peuvent virer au brindezingue. également dénoncé la persistance des Mais le journal papier. Dans sa baraque de bois blanc «Tout ça. on se sent à tort ou à raison telavant de hocher négativement la tête. sorte de mini. en fé. A la fin de la semaine une dizaine d’exemplaires sous le bras dernière. CUBA sport après s’être assis «Il est vrai que nous Mer des sur un banc public. C à vous sur France 5 et le Monde vu par sur France Ô. mais sinon on ne s’en sort pas. répond Arlette Chabot. constant et répété». La responsable de la meurtrissure. «A France Télévisions. il est vrai. se défend: «On a tous iene Granma de hoy ?» («Vous en réclamant une presse plus critique avez Granma d’aujourd’hui?»). philosophes. et puis j’ai vu que Ruquier le faisait…» D’ubuesques. l’accès dévorer le résumé du dernier «débat sur à l’information est l’une des demandes la relation du Parti avec les organisations régulières des journalistes cubains. explique Anne Grand d’Esnon. la facilité. Armas. qui a définitivement presse plus critique risque de prendre succédé à son frère.chiffres figurent dans les articles des congrès du Parti communiste cubain quelques journaux imprimés. Et se voit rejeté d’Avant-Première sur France 2. très peu de Lors de la Conferencia. «on continue d’inviter jusqu’au 20 mars». JEAN-LUC MÉLENCHON DOMINIQUE DE VILLEPIN 13:02:05 04:29:36 heures minutes secondes Presse cubaine: investigation et effets de manchette «T NPA (Nouveau parti anticapitaliste) CPNT (Chasse. Du coup. «nous édicterons des règles pour ce principe. un gros volume dû surtout au Grand Journal (mais pas l’émission Dimanche + comptabilisée avec les JT. vous suivez vraiment. Quelques revues constance nos questions concernant le digitales et les sites de Granma et de Ju. et se retrouve sur la liste des candidats établie par France Télévisions. Ou arrivera plus marge entre la critique et les accusatard.» «Oui. «On ne voit pas dans pitale. bien sûr.» Combien de Souchier? A RTL. Granma dénonçait «Culte du secret». Pas de quotidien pour accompa. Arlette Chabot. et pour Dominique Souchier. Raúl Castro. politiques. Laurence Bloch. Mais après. du respect des temps de parole». les Cubains cielle». qui crucifie Fernando Rojas. avec une exception par chaîne: On n’est pas couché sur France 2. prises publiques. Au de masse». et de demander aux autres émissions de ne pas en inviter.du retard à l’allumage. Cette décision de ne plus inviter de politiques (prise en son absence et dont il a eu vent par un SMS) le «meurtrit». le CSA a bon dos. Les tirages sont des explications plus serrées aux journadonc confidentiels et réservés aux listes qui nous consultent. Ruquier est en effet une émission de programmes avec des politiques. le quotidien de «la on a tellement peu d’éléments objectifs jeunesse cubaine». en a lui «Obstruction». l’or. vous suivez). le mettre la bonne parole constituent la triomphalisme et la banalité».les instances administratives la comprégner le petit-déjeuner. On est tellement du port de La Havane. mais juste. indique un porte-parole de la station. ndlr] pour voir comment on respecte la pluralité politique sans tuer le débat. est quasiment cer leurs fonctions de manière plus libre absent de la vie des Cubains dans la ca.» Problème. Dans cette histoire.» Car il y a en effet peu de une. règle. JAMAÏQUE de l’île et l’embargo reconnaît sans détour américain. au regard des règles du CSA. envers les institutions. Ce Soir (ou jamais!) sur France 3. à charge pour eux de respecter les règles du CSA dans leur émission et de recevoir les autres. Nous devons donner encres d’imprimerie. Les fonctionnaires l’empêchent de s’approvisionner doivent devenir des sources d’information correctement en papier journal et en fiables et construites.budget annuel de son ministère. c’est bien. les émissions en question ne sont pas forcément au courant. nature et traditions) PHILIPPE POUTOU FRÉDÉRIC NIHOUS Source : CSA 00:53:06 00:17:23 depuis début janvier. le Parti communiste décrète un «journalisme objectif» sans autocensure. mais les autres émissions de programmes de France 2 n’y ont plus droit.» Ce qui ne grandes administrations. et encore (PCC) qui s’est tenu à la fin du mois de moins de citations pour étayer le travail janvier.à notre disposition. La mise en pratique des nouvelles Rien que ça. au prétexte que l’émission ne peut recevoir d’invités politiques… «Je ne crie pas à la censure. ministre de la Culture. lement vulnérables si on critique des déciElle a bien un exemplaire de la veille de sions gouvernementales ou même locales. très contraignant. présidente de la société des journalistes d’Europe 1 qui soutient Souchier : «Nous allons avoir un débat avec Denis Olivennes [PDG d’Europe 1. Mais à 6 euros l’heure appelant de ses vœux l’avènement d’Internet pour un salaire moyen d’une d’une presse «révolutionnaire non offiquinzaine d’euros par mois. Nous avons décidé de réserver les invités politiques aux émissions politiques. vrier 2008. qu’on préfère se réfugane officiel du comité central du Parti gier dans une autocensure finalement bien communiste comme il est précisé en confortable. n’a pas été livré. préfèrent consulter leur messagerie que Depuis de nombreuses années. la kiosquière far. pêche. GÉRARD THOMAS . parle d’«un travail de pédagogie incessant.journalistique. a-t-il Océan Océan La Havane rues ou à déplier pour notamment déclaré à Atlantique Atlantique jeter un œil sur un fait l’agence cubaine d’indivers ou un résultat de formation AIN. D’ailleurs. ainsi Frédéric Taddeï : «Je pensais qu’on n’avait plus le droit d’inviter de politiques.difficultés pour ses administrés à exerquement presse d’Etat. le président cu. Fidel. nous avons décidé de ne plus recevoir les politiques que dans les magazines d’information». Tout en ventud. mais aussi Des clics et des claques. Les aussi devons faire preuve Caraïbes difficultés économiques de plus de disponibilités.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 ECRANS&MEDIAS • 35 RÉVOLUTION Alors que les rares publications Le Front de gauche République solidaire sont muselées. la rhétorique. personne ne sait vraiment. Pas d’interdiction sur la radio publique. la directrice de l’info.» Fallait-il classer Souchier dans les programmes ? C’est la question que se pose Fabienne Le Moal. le langage bu.dispositions du Parti en faveur d’une bain. viceCuba depuis plus de cinquante ans. au passage. pourtant uni. cessité de développer «un journalisme Les communiqués en langue de bois des objectif et d’investigation» permettant différentes administrations et les réu«d’éliminer l’autocensure. mais une «recommandation» écrite par Laurence Bloch et Philippe Val à tous les producteurs d’émissions de programmes (donc en dehors de l’info). pince-sans-rire. hension du droit des mé200 km pas de papier à triturer dias à apporter la vérité ÉTATS-UNIS ÉTATS-UNIS en marchant dans les à la population». mois de juillet. c’est clair : «Il n’y a aucune règle qui dit “il n’y aura pas d’invité politique chez Souchier”. Et pourquoi Ruquier alors? Mais oui. alors on voit comment un peu mieux contrôler. enlevez-moi de cette liste !» des difficultés avec la loi sur le temps de parole.nions de presse convoquées pour transreaucratique. «Nous leur recommandons.et indépendante. qui le temps de la campagne s’est inventé un personnage de candidat pour rire. Dominique Souchier retraçait l’actualité de la semaine avec des invités de tous horizons: économistes.» La décision vient donc d’Europe 1 et pas du CSA. l’assemblée a souligné la né. rigole un jourécaillé qui fait face aux anciens docks naliste de l’audiovisuel.» Ce qui. explique-t-elle. n’était pas obligatoire… • Le cas Souchier Dans C’est arrivé cette semaine sur Europe 1. c’est le cas de Dominique Souchier. Il y a les radios l’empêchera pas d’éluder avec beaud’Etat. a poussières d’euros l’unité. Et puis les chaînes de coup de gentillesse mais autant de télévisions officielles. Tubal Paez. mais Granma. Canal+ est le champion en la matière avec 4h16. A France Inter. a lui-même stigmatisé à Envoyé spécial à La Havane plusieurs reprises le «culte du secret». la directrice adjointe. Juventud Rebelde. c’est du blabla. puisqu’il aurait fallu compenser l’invité politique de Dominique Souchier en invitant des petits candidats dans d’autres émissions de programmes. comme dans le cas de Christophe Alévêque. C’est dans ce même «l’obstruction» en vigueur au contexte quasiment sans presse papier sein des administrations et des entreque les autorités ont choisi de taper fort. d’éviter le plus possible d’inviter les candidats mais s’ils le font. aussi. Super rebelle. là il y avait l’idée d’échapper à une comptabilité compliquée. dit Alévêque.

un peu. Fireball. 0h35. Magazine. À la vie à la mort Documentaire. Ben Gazzara. Usurpation d’identité : le nouveau fléau qui inquiète les Français. Soir 3. sont les témoins quotidiens de ses positions réactionnaires et anti­ syndicales. Scary movie 2. Série américaine : De vieilles connaissances. 95 mn. contrairement aux affirmations non chiffrées du PDG de M6. Magazine. Météo. 22h40. Aleksandar Dikov. 105mn. dévoilée par Libéra­ tion. Outre la dispari­ tion de deux quotidiens –la Tribune et France­Soir–. Culture générale et blog dans le Descoings iens. Comédie française de Coline Serreau. Les virtuoses. T raut des ZEP» (le Figaro) et en «pourfendeur de l’élitisme» (les Dernières Nouvelles d’Alsace). Où va la famille ? 1/2. les plus belles voix de la téléréalié. de ses émoluments en effet considérables. il semble que ça ne serve pas à grand-chose. on se découvre finalement assez enclin à entendre la raison pour laquelle il n’y a plus – s’il y en eut jamais – d’épreuve de culture générale au concours d’entrée à l’Institut d’études politiques de Paris. 90’ Enquêtes.fr: membre du comité de soutien de Marine Le Pen. Marie Claire aux côtés de Marine Le Pen». Série. car sinon où. Dumb and Dumberer : Quand Harry rencontra Lloyd. Morandini ! Magazine. a le goût sucré et infantile d’un CV où le passé simple. ainsi que d’un rapport de l’Insead («The business school for the world». pourtant. Avec Philippe Noiret. on pensait en trouver trace dans l’onglet «Lectures» du blog. Magazine. Le dessous des cartes. c’est juste un frein temporaire au piratage. radars. 1990.04% NRJ12 20h35. Série française : Une petite héroïne. 90mn. 0h50. 23h00. Claude Guéant présente Enquêtes et révélations. Avec Aleks Paunovic. 87mn. Ça balance à Paris. 0h15. l’Assemblée Générale Extraordinaire des associés de la société à responsabilité limitée PERSEPT a décidé de transférer le siège social du 10 rue Rochebrune 75011 PARIS au 9 rue Le Nostre. question vulgaire que. Documentaire de Mélissa Theuriau. Thierry Lhermitte. Spectacle. le DRH n’est pas très apprécié par ses troupes: «Les salariés. Avec Patrick Swayze. notre lesté fonctionnaire ne daigne traiter à l’endroit même où il pourrait le faire en toute liberté et transparence – son blog. Les Echos ont pro­ gressé de 3. intitulé ce soir «Usurpation d’identité: le nouveau fléau qui inquiète les Français». Hayden Panettiere. Bienvenue chez Cauet. Rédemption. s’il a des idées sur tout. naturellement. FRANCE 3 20h35. 1h10. En tête des progressions. Avec Jerry Orbach. demeurant 3. 76000 ROUEN à compter du 26/01/2012. TMC 20h45. Adieu camarades ! 5 . Magazine présenté par Frédéric Taddeï. Concernant la culture générale. Film. nous n’avons étudié les langues orientales)? Encore raté! De la bibliothèque directoriale. nulle allusion n’y est faite qui pourrait éclairer ses lecteurs. le Monde de 2% (292062) et le Figaro de 1. Anne. Romuald et Juliette. rappelant qu’il s’agit d’une «démarche purement personnelle. sonnerait comme dans un discours de M. vide de toute prose datée de 2012. Le quotidien sportif l’Equipe essuie. pas elle: Romuald et Juliette. par Mediapart. GULLI 20h35. rue Rollin . 3h00. Comédie française de Claude Zidi. à quoi ça sert ? 2/2. 23h20. Marlon Wayans.0007 A LA TELE CE SOIR TF1 20h50. qui n’engage aucunement l’entreprise et qui ne correspond absolu­ ment pas aux valeurs du groupe». Divertissement. New york police judiciaire. une baisse de 5. Comédie française de Claude Zidi. Captifs.. Je suis timide. ministre VRP de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. 1994. M6 20h50. 20h35 Crétin et idiot TF1. qui semble être la filiale de Singapour de l’établissement qu’il dirige) faisant de son enfant chéri un «case study». 0h25. Firmine Richard. Sans doute. Avec Philippe Noiret. en anglais et en français. 2002. il a été constitué une SASU à capital variable ayant les caractéristiques suivantes : Dénomination : FRANCE INVEST HOLDING Objet social : activité immobilière Siège social : 3 Rue Rollin 75005 PARIS Capital minimum : 1000 € Capital initial : 10000 € Capital maximum : 10000 € Durée : 99 ans Président : Mlle Christine Le Dréo. 1989. Driven Film d'action américain de Renny Harlin. Avec Virginie Lemoine. 22h50. 0h00. C’est la quasi­stabilité des ventes de quotidiens natio­ naux en 2011. Tirage de l’Euromillions. fondateur de Replay.75005 Paris Admission aux assemblées et droits de votes : Admission aux assemblées et droits de votes : chaque actionnaire peut participer aux décisions collectives. FRANCE 4 20h35. Documentaire. Même dans sa rubrique «Dans les médias». Dessins animés. ça existe encore. Les ripoux. 22h35. Spectacle. 1094098 Par acte SSP du 23/01/2012. Thierry Lhermitte.34% (à 119576 exemplaires). Bons plans. Une flic insoumise. intitulée «Mon parcours». les ventes de Libération. Les experts : Manhattan. hier 0. 1984. 23h10. 110mn. beaucoup. la candidate FN à la présidentielle. 23h20 Vivant et enfermé France 2. M. Avec Sylvester Stallone. Programme de la nuit. Comédie américaine de Garry Marshall. Reni Santoni. 23h40. Magazine présenté par Yves Calvi. Lexa Doig. 0h05. Nouveau look pour une nouvelle vie. Magazine. 22h30. 1h00. Avec Hristiania Turieva. Avec Eric Christian. Cobra. son «actualité» est considérable. Descoings n’est-il pas candidat formel à la présidence de la République . Magazine.» Olivier Ruffin. Alexandrine et Simon. Divertissement présenté par Faustine Bollaert.36 • ECRANS&MEDIAS EXTENSIONS Par PIERRE MARCELLE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 L’HISTOIRE UN DRH LEPÉNISTE CHEZ MARIE CLAIRE Marc Desgorces­Roumilhac est directeur des ressour­ ces humaines du groupe de presse féminine Marie Claire. Captivité volontaire. qui augmentent de 5. Reporters. Comédie américaine de Keenen Ivory Wayans.fr. TMC Météo. plateforme de catch­up TV qui doute que la fin du géant du téléchargement profite à l’offre légale. . PARIS 1ERE 20h40. Plein 2 ciné. Avec Shawn Wayans. Road house. 0h55. qui ont profité de la riche actualité. un an après. Docteur RAFTO. chaque action donne droit à une voix Clauses d’agrément : Les cessions d’action sont soumises à agrément Immatriculation au RCS de Paris 1094041 PERSEPT Société à responsabilité limitée au capital de 5 000 euros Siège social : 10 rue Rochebrune 75011 PARIS 508 757 804 RCS PARIS Aux termes d’une délibération en date du 26 janvier 2012. de fait. Wauquiez. Richard Gere. Toute la télé des Chevaliers du Fiel. 22h25.34% (321101). il a rajouté une ligne sur son CV. . 0h35. qu’ils soient employés. Film d'action américain de Rowdy Herrington. Encore une chance. selon l’OJD. Avec Daniel Auteuil. elle est pauvre; il est un peu con. Téléfilm de Kristoffer Tabori.Rébellion (1989). Depuis jeudi. Pour avis. Spectacle. Dumb and dumber. Aldo Maccione. 23h40 Il est blanc. Avec Pierre Richard. La famille. Il est également secrétaire adjoint de l’Insti­ tut pratique du journalisme (IPJ). 0h50. quand ils n’affichent d’autre ambition que celle d’une carte de visite numérique? A considérer celui de Richard Descoings. Heroes. DIRECT STAR 20h40. 1h40. 23h20.36% en un an (119165 exemplaires en moyenne). Concert privé Izia. Comédie française de Pierre Richard. DIRECT 8 20h40. 0h10. en diffusion payée. doublement alimentée par la révélation. Burt Reynolds. Série américaine : La famille de la haine. Enquêtes et révélations. et par sa décision de supprimer l’épreuve de culture générale au concours d’entrée de son usine à formater des têtes d’œuf (Libération du 31 janvier). Magazine. 108mn.Effondrement (1989-1991). Empreintes Hossein en scène. fourrières. 22h05. 85mn. Documentaire.» Libération est habilité aux annonces légales et judiciaires pour le département 75 en vertu de l’arrêté préfectoral n° 2011361. il n’est fait mention que des deux ouvrages que signa Descoings à la gloire de son nombril et à propos d’université. Film d'action américain de George Pan Cosmatos. 22h30. Christian Charmetant. Magazine présenté par Frédéric Lopez. Damages. 1h00. Une semaine d’enfer. pamphlet social au vitriol. quand la page d’accueil est rédigée en idéogrammes dont nous n’avons pu déterminer l’origine (car non plus que la science politique. 22h15. 23h50. Michel Salmon est enfermé dans un corps sans vie. Seule issue. un locked­in syndrom: c’est le docu­ mentaire A la vie.. Série américaine : Aveuglés. Documentaire. 22h35. les «blogs». 22h25.96% (45731 ex. 114mn. si elle turlupine nombre de ses pairs et de ses étudiants.5% (285386). L’ultime entrée du blog. Débat. 0h25. Nicolas de Tavernost. 23h00. La direc­ tion du groupe Marie Claire s’est immédiatement fendue d’un communiqué en forme de désaveu. Du sang jeune. Football américain. La Gérance «La fermeture de MegaUpload. l’Humanité recule de 4. Star story. 0h20. Retour d’affection. Comédie américaine de Peter Farrelly. L’entrée des Trappistes. C dans l’air. NT1 20h45. 150 mn. FRANCE 2 20h35. une école reconnue par la profession. Famille d’accueil. 119mn. TEDx concorde 2012. Téléfilm de Mark Roper. en parangon d’une distinction infatuée. 1h50. 1988. Leurs secrets du bonheur. d’autant qu’il «a engagé. Laissons de côté la question de ses émoluments – question de gros sous. lui. en partie faute de JO et de Coupe du monde de foot. Météo. 95mn. 107mn. qui vante volontiers l’auteur en progressiste «hé- LES CHOIX Noire et blanc Gulli. 0h45.). Le prix de la loyauté. 22h40. 2001. • ARTE 20h35. Avec Jack Coleman. il regrette qu’elle «ne dénonce pas les décisions de son directeur». 2h30. W9 20h50. Zapsport. Quinze vies à l’Est. 22h45. Magazine. les grands remèdes. Avec Jim Carrey. Film. Magazine présenté par Carole Rousseau. 107mn. Avec Sylvester Stallone. 1989. Si le SNJ­CGT a salué le communiqué de la direction («initiative rare et donc remarquable»). et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts. à la mort. elle est noire; il est riche. 1h10. Documentaire. 1986. Le printemps arabe. 22h30. Sous le feu du volcan. 6 . Documentaire. CANAL + 20h55. Journal de la nuit. Au terme de sa lecture. Série. 1h05. 2h35. Stationnements. 23h45. 3/6. Dr CAC. 22h40. Ce soir (ou jamais !). 1978. 22h30. Infrarouge. cadres ou jour­ nalistes. Avec Gary Sinise. Ripoux contre ripoux. Nuit rap. En Espagne. Pretty woman. Les nouvelles filles d’à côté. 22h45. La revue de presse de Descoings ne s’alimente guère que de glose ostensiblement libérale. mais je me soigne. à la folie. Il y a déjà des successeurs à MegaUpload. Avec Julia Roberts. FRANCE 5 20h35. Comédie américaine de Troy Miller. et l’un des dirigeants du Syndicat patronal de la presse magazine. La famille. le publicitaire directeur de Sciences-Po Paris. Faut pas rêver. Toujours selon le syndicat. 2001.

XI. Article.g3 Cb6 13.199 Durée : 50 ans à compter du 3 juin 1991.01 40 10 53 04 hpiat@manchettepub. Auget.Jeux07:LIBE09 06/02/12 17:09 Page1 LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 JEUX­METEO Q MOT CARRÉ S I R • 37 Q SUDOKU MOYEN 4 MARDI B M LIBÉRATION www. Slogan qui sonne comme un concentré de la pensée de Mme Boutin . 6.VI. Née. Rassemble. Président du directoire Nicolas Demorand Philippe Nicolas Directeur de la publication et de la rédaction Nicolas Demorand Directeur délégué de la rédaction Vincent Giret Directeurs adjoints de la rédaction Stéphanie Aubert Sylvain Bourmeau Paul Quinio François Sergent Directrice adjointe de la rédaction.Cd5 Fxd5 16. . Cogérants Nicolas Demorand Philippe Nicolas Associée unique SA Investissements Presse au capital de 18 098 355 €. Mistral et tramontane.d4 cxd4 4. Open de Moscou: victoire d’Igor Lysyj 6 yzyeyzqz Ne e victoire du jeune grand maître russe.fr 11. g4 et h4. Se. S’enticha de la belle Psyché. Toisées.Kovchan (2565) open de Moscou n kiev 8 yzyzyzyc SOLUTION zyzxkyeq qeyzyzyz zyzyzyzy ykyzyzyb zyjyhmzw wzwzyzwi zyzyzrzy Sur le point d’abandonner. RV. . Tapisse joliment la cavité matricielle. Dxe2 21. Olmi. Nous informons nos lecteurs que la responsabilité du journal ne saurait être engagée en cas de non-restitution de documents 8 6 8 3 5 9 7 8 4 9 7 1 9 6 7 8 4 1 8 6 2 5 M L O I R B LE MATIN Vent violent dans le SudEst. Il en fallait cent pour faire un sievert naguère. Seuls la pointe bretonne et le bord méditerranéen conservent des valeurs positives. : 01 44 78 30 67 Amaury médias 25. Cf. Adieu. Nuageux dans le Nord-Ouest et près de la Manche. Ne manque pas d’intérêt. . 17. V. rue Béranger 75154 Paris cedex 03 Tél. les noirs placent leur fou en f3.fr Tarif abonnement 1 an France métropolitaine : 324€.Christophe Féraud (éco-terre) Mina Rouabah (photo) Marc Semo (monde) Sibylle Vincendon et Fabrice Drouzy (spéciaux) Directeur des Editions Electroniques Ludovic Blecher Directeur administratif et financier Chloé Nicolas Directeur commercial Philippe Vergnaud diffusion@liberation. Olt. CPPP:C 80064. 6 3 B L S I Lille 0. positionnel pour les blancs. .1 m/8º L’APRÈS-MIDI Temps très froid du nord au sud-ouest.Cxd4 Cf6 5.Dxe3.. Entièrement recomposé. Mésa. Imprimé en France Tirage du 04/02/12: 157 388 exemplaires. A B C D E F G H Lille Caen Brest Nantes Paris Nice Strasbourg -12/-4 -7/0 1/8 -6/0 -9/-3 -2/6 -14/-8 Dijon Lyon Bordeaux Ajaccio Toulouse Montpellier Marseille -13/-7 -14/-7 -8/0 0/4 -9/-2 -6/1 -5/2 Alger Bruxelles Jérusalem Londres Berlin Madrid New York 7/9 -14/-6 9/18 -2/3 -13/-4 -1/10 0/9 w ECHECS NIVEAU yzyzyzyz Open de Moscou. 4.f g h i j l m n o p q r s t u v w x y z b Hc dIndiennes. Intéressent. Tél.6 m/13º Nice Ajaccio 0. Succéda au premier des Pie en l’an 155. e VII. Caractère simple et sans fioritures. Plus nuageux en se dirigeant vers l'est avec de la neige en Corse. mais leur roi reste figé au centre.6 m/8º 0.V.3 m/8º Lille Caen Paris Brest Orléans Nantes Dijon Strasbourg Brest Caen Paris Orléans Nantes Dijon Strasbourg 1 m/10º 1 m/10º Lyon Bordeaux 0.X. Lunées. Tout l’art d’embellir après remise en ordre. Orée. les bons plans jeunesse au Salon du livre Porte de Versailles.Rb1 b5 12. sans doute à cause 1 zuzmzyzy Iduarfroid. a b c d e f g h i j l m n o p q r s t u v w x y z aIV. Bel abrupt.9.6 m/12º 0. Rendez-vous sur la p’tite scène du 16 au 19 mars. .6. Connut un échec cuisant à la baie des Cochons en 1961. chargée du magazine Béatrice Vallaeys Rédacteurs en chef Ludovic Blecher (éd. 2618) 4 60 grands étaient ykyzyzvl et le non-titré Eliseïev. 2.Rg1 Dxg2 #.1 m/11º M L P 5 3 9 7 MOT CARRÉ 8 2 5 1 3 9 7 4 6 R O Y A L I S M E M E L O Y S I A R S A I E M R O L Y O L M Y I A R E S I S E M R O L Y A A Y R L S E M I E I A S O L Y R Y R S I E M A O L L M O R A Y E S I B M E S L R M O Caen Paris Brest Orléans 0. Rendez-vous N°78 février à Libération du 8 février 2012. contre l’avis de sa maman.. 0. Sensées. 75003 Paris. IMPRESSION POP (La Courneuve).De2 Cf2 18. Silvestre.3 m/11º 0. 1. 8. 24. électronique) Christophe Boulard (technique) Gérard Lefort Fabrice Rousselot Françoise-Marie Santucci (Next) Directeurs artistiques Alain Blaise Martin Le Chevallier Rédacteurs en chef adjoints Michel Becquembois (édition) Eric Decouty et Pascal Virot (Politique) Jacky Durand (société) Olivier Costemalle et Richard Poirot (éd. présents parmi les 190 de l’o 3 promet pour l’ pen plus internatiozyzpzrzy celaqui enchaîne deosuiteAeroflot. Soutient la poulie sur le pont. électronique) J. Presser fortement. IX. 1. Note. . 75003 Paris RCS Paris : 382.f3 h5 La dernière mode. Kokarevle(Rus.5. Ensoleillé mais glacial sur de nombreuses régions. Enerve.Fh3 Df2 20. Dans ce numéro. IV. Supplément gratuit .Cc3 a6 6. 7. Enêg. Minières. Zherebukh B. vendu séparément.exd6+!! Une combinaison formidable! 20. 5.Dc7+ Rf6 24.f4 b4 14. Opération indispensable à la confection de macarons. Est bien capable.3 m/11º 2 6 4 SUDOKU 1 5 4 3 7 2 8 6 9 6 7 8 9 1 5 3 2 4 9 3 2 8 6 4 1 5 7 5 8 1 6 4 3 9 7 2 2 9 6 5 8 7 4 3 1 3 4 7 2 9 1 6 8 5 4 1 3 7 2 6 5 9 8 7 6 9 4 5 8 2 1 3 O M R S Strasbourg Nantes Dijon Q Spécialistes de la tuyauterie O M 1 m/10º Limoges Bordeaux Lyon Sur injonction du CSA.fr Directeur du développement Pierre Hivernat ABONNEMENTS Marie-Pierre Lamotte & 01 76 49 27 27 sceabo@liberation. . Ombra avec art. Mer.028. : 01 42 76 17 89 Edité par la SARL Libération SARL au capital de 8726182 €. Uvulaires. Th1+!! 0-1. II.0–0–0 Les blancs relèvent le défi.XI.Df4+ 1–0.Rxh1 Dxh3+ 3.fr Petites annonces. Petit salut en épelant. rue Béranger. SOLUTIONS I II III IV V VI VII VIII IX X XI 0. V: 1.II. Ensoleillé près de la Méditerranée. grand roque.3 m/11º JEUDI Ciel d'aspect variable.VI. . Ridelles.liberation. petit tour d’horizon des propositions phares des candidats.. Ferme en remontant. w LES MOTS D’OISEAU H. 9..6 m/13º Soleil Averses Éclaircies Pluie Nuageux Orage Couvert Neige Faible Modéré fort Calme Peu agitée Agitée -10°/0° 1°/5° 6°/10° 11°/15° 16°/20° 21°/25° 26°/30° 31°/35° 36°/40° Paris M OM ES I S A 12 AN S DE 0 I ENFANT IS DES LE PAR M E R C R E D I 8 F E V R I E R AV E C L I B E R A T I O N Le guide culturel des enfants à Paris. Membre de OJDDiffusion Contrôle. VIII.3 m/14º FRANCE MIN/MAX FRANCE MIN/MAX SÉLECTION MIN/MAX Régisse. participantsmaîtrespen «A». Rg6 25. 11.. Lille 0.Béarnaise. Vrai gourbi. Bisous à tous. Les blancs pensent enfoncer le clou par leur dernier coup. 2. 2012.. rue Béranger.est-à-dire aujournal.7. Ne touche pas tout le corps. Glacial le matin.fr abonnements. le premier du VII. Umar.Cf3 d6 3. voici ce que M. Bien tendue avec le premier du IX. 11.VIII... I. Il est vrai que dans la sicilienne. D’après nos informations.Carnet.dxc8D La dame de l’hyper-espace ressurgit en c8 ! 22.Fe3 e5 7. Tel un de nos grands Charles.III.Cb3 Fe6 8.liberation. . 9. Ont des points communs. Les noirs s’opposent directement à «l’a aque anglaise». 3. mais c’est de leur cercueil dont il est question : 1.exd5 Ce4 Les noirs tentent leur chance. Troue la peau. X. de Villepin propose à l’endroit de l’actuel président.fxe5 Cxd1 Avantage matériel pour les noirs.Dd2 Cbd7 10. . Russie 2012 Noirs 7 eyeyzycq LesYilmaz jouent et gagnent _Parismomes_78_bandeau Paris Mômes hsete2006 01/02/12 12:29 Page1 N. PuBLICITÉ Directrice générale de LIBERATION MEDIAS Marie Giraud Libération Medias. Telle par exemple notre bonne vieille planète.5 points2689).e4 c5 Défense siclienne 2.(2689) .6 m/12º Toulouse Montpellier Marseille 0.d7+ Re7 22. Le froid persiste. Rital.. . Pour renverser les rôles. Qui a raison ? 19. sans pour autant être tangentes.. Tréma. après. Banale méprise parfois. Quelle douche froide ! Les blancs sont mat après 2. 10.6 m/13º 0. c’ 2 d’hui.VII. Ne peut être – mars 2012 A donner surtout aux parents.Fxb6 Dxb6 15. qui fut le premier à prétendre qu’elle était un homme. . Est assez âgé. TNT. aucun tricolore ne wzyzyzxz participe au tournoi principal. avenue Michelet 93405 Saint-Ouen Cedex Tél. il n’est pas possible de faire du sur-place. Séide. 3.ISSN0335-1793.4. AN.8. . composé par Inarkiev (Rus. . Devint en 1965 l’égérie de Dali.Tc8 11. 0. - - Objectif photo ! Les bons plans jeune public livre au Salon du page 28. .1 m/12º Lyon Bordeaux Toulouse Montpellier Marseille Nice Toulouse Montpellier Marseille Nice 0. Jean-Pierre Mercier MERCREDI Toujours aussi gris mais très froid.. qui sur 9 devant trio 5 zwzwzyzy s’impose avec 7. e7. Midi-print (Gallargues) Nancy Print (Nancy) Ouest-Print (Bournezeau). III.Cd4 Dç4 26. comme le signe d’un coup suicidaire avant de coucher leur roi.V. Apparu soudain.. Ce3 23.IX.: I.

Quant aux parquetiers. d’une perquisition chez Liliane Bettencourt. Mais elle est solide. Deux visions s’opposent. C’est une juridiction extrêmement performante qui n’a pas à rougir des délais de jugement. et Isabelle Prévost-Desprez. «La dernière fois. Le propos de cet avocat des Hauts-deSeine. dont les décisions ont toujours été confirmées par la cour d’appel et qui. Certains rendent hommage à «l’indépendance de madame Prévost-Desprez». Mais a-t-il vraiment eu besoin de mettre une telle pression ? «Au début. lui aussi. rapporte même une magistrate. cela a été un choc. «Mais aujourd’hui. ndlr] de journalistes du Monde. ndlr]. il a trafiqué la carte d’identité d’un salarié licencié pour en faire un gérant de paille. D’autres nuancent leur propos. L’infortuné chômeur n’a jamais pu toucher ses indemnités.» «On fait tous comme si de rien n’était.» Son avocat. Par SONYA FAURE Photos RÉMY ARTIGES L e tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) est en béton mais l’ambiance y est grinçante ces derniers temps. dit-on sur place. précise-t-il. Jean-Michel Hayat. Latent depuis des années. timidement : «Les collègues tiennent à ce que les gens fassent la différence entre les membres du parquet…» Dans les allées du tribunal. C’est un peu Règlements de comptes à OK Corral. j’ai vu un prévenu dire à Isabelle Prévost-Desprez : “Je suis fier d’avoir été jugé devant vous”». c’est l’affrontement de deux personnes qui ont travaillé ensemble il y a bien longtemps [au pôle financier en tant que juges d’instruction. à la fin d’une audience. cette dernière n’ose parler en son nom : «Je veux continuer à pouvoir travailler normalement. lire dans la presse qu’il aurait demandé des fadettes de journalistes. Je lui ai effectivement demandé de se déporter pour un dossier où comparaît Thierry Gaubert. affirment certains. si elle le souhaitait. pour l’affaire du Mediator.» Pas même un café Christophe Régnard. «Le fantasme selon lequel madame PrévostDesprez serait écartée des dossiers sensibles est faux: elle a présidé l’audience opposant Greenpeace à EDF .DUFOUR. elle fera de même. quand un magistrat juge un jeune délinquant pour la troisième fois en comparution immédiate. La perquisition a bien «mis un coup» à la juge. Un homme fait les cent pas avant l’audience. Il est accusé d’avoir contourné l’interdiction de gérer une société que lui avait imposée la justice suite à une escroquerie. le prévenu s’agace : «Je trouve scandaleux d’être renvoyé devant les juges par un procureur mis en examen pour des faits sans doute plus graves que les miens!» Un autre prévenu de la quinzième lâche : «C’est vrai que ça pue un peu.38 • GRAND ANGLE LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 Nanterre. confirme Christophe Régnard. Même s’il doit bénéficier de la présomption d’innocence. on n’est pas aussi tatillon…» Le président du tribunal. est symptomatique de ce que pense une partie des professionnels du tribunal: «Cette affaire. approuve un juge. il a une vraie prestance. sans doute n’ont-ils même jamais entendu parler de monsieur Courroye et de sa mise en examen». le conflit entre ces deux figures du monde judiciaire a éclaté au grand jour avec l’affaire Bettencourt.» Au quotidien. les choses se fissurent. comme si sa mise en examen n’avait jamais existé. se décharger de ses audiences. Philippe Courroye a été mis en examen pour avoir demandé aux policiers les fadettes [les factures téléphoniques détaillées. le chef du parquet de Nanterre. A savoir la procureure-adjointe Marie-Christine Daubigney [elle aussi mise en examen dans l’affaire des fadettes. ordonnée par la juge Prévost-Desprez. c’est tout…» Rares sont les professionnels de Nanterre qui acceptent de parler ouvertement de ce climat pesant. vu l’état de fragilité dans lequel elle devait se trouver…». depuis deux ans. la Porsche de son entreprise et le patron d’un groupe de Neuilly qui aurait favorisé la société de son neveu. La veille. «La prochaine étape. assure un pénaliste. «L’affrontement de ces deux grands magistrats donne l’impression d’une déconnexion totale avec la vie quotidienne de citoyens modestes qui se font agresser». le travail à Nanterre n’aurait pas fondamentalement changé. L’une a trouvé un rôle de chevalier blanc. Nanterre. qui soutient Isabelle PrévostDesprez. Le dossier met notamment en cause Thierry Gaubert. certains commencent à oser dire qu’il faut que le procureur s’en aille. d’un texte de soutien à Isabelle Prévost-Desprez par une vingtaine –seulement– de ma- . ajoute le dirigeant de l’USM. sourcils froncés. Philippe Courroye exerce une certaine fascination : il est d’une grande intelligence. celle où l’on juge petits et plus grands faits de délinquance financière. Mais pour l’heure. Pour ce faire. aurait-elle confié crânement. c’est justement le domicile de cette dernière qui avait été perquisitionné dans le cadre d’une information judiciaire pour «violation du secret professionnel» : l’avocat de la milliardaire soupçonne la juge d’avoir renseigné les journalistes… On pourrait rêver ambiance plus sereine pour rendre justice.DUFOUR. se montre sceptique: «Bizarrement. Sa femme se ronge les ongles. assure son président. Elle l’a accepté. tient à rappeler le président du tribunal Jean-Michel Hayat.» «Les juges sont sous pression et ne s’expriment pas sur le sujet». le 24 janvier. Entre lassitude et exaspération. Les magistrats ne passent pas pour des agitateurs – à Nanterre moins qu’ailleurs. le procureur Courroye aurait réuni à plusieurs reprises ses troupes pour qu’elles finissent par voter une résolution lui renouvelant leur confiance. Mais par la suite. c’est la garde à vue». le 14 mai.AFP F. s’énerve l’avocat Maxime Cessieux. présidente de la quinzième chambre. Philippe Courroye se comporte et agit. et depuis elle a encaissé. lui. trop bien informés. Malgré la protection de son mandat syndical. il lui a fait savoir qu’elle pouvait. et à bon prix. décrypte Régnard . leur carrière est directement soumise à la hiérarchie : Philippe Courroye et «sa garde rapprochée qu’il a fait venir à Nanterre». un proche de Nicolas Sarkozy.» Une lecture qui est «insupportable à entendre» pour cette représentante de l’Union syndicale des magistrats : «On a une juge qui fait son travail. des professionnels témoignent. Cela posait la question de “l’impartialité objective” du juge et nuisait à l’affaire. ajoute le responsable de l’USM. Mais des professionnels rappellent qu’exceptionnellement Isabelle Prévost-Desprez ne présidera pas l’audience qui s’est ouverte hier à la quinzième chambre d’une affaire de détournement du 1% logement. ne dites pas ça à la journaliste. déjà mis en examen dans le volet financier de l’affaire Karachi. raconte le parquetier. selon lui. même parmi les parquetiers habitués depuis deux ans à la discrétion. comme s’il ne fallait pas fragiliser un tribunal à l’image déjà abîmée : «Mes clients n’y font jamais référence. Rien que le vote. subit des attaques incessantes de la part d’un procureur ! Et ce serait une querelle personnelle ?» A la mi-janvier. F. Il faut bien vivre». un tribunal sous tension sentiment de toute-puissance du parquet. sur le banc des prévenus au tribunal de Nanterre : un homme qui s’est revendu à lui-même. on raconte qu’en 2010. aurait un comportement ambigu. rapporte un proche. «Au lendemain de la perquisition du domicile d’Isabelle Prévost-Desprez. président de l’Union syndicale des magistrats (USM). L’autre est emblématique du Gérant de paille Ce jour-là. Marie-Aimée Gaspari. car elle avait déjà jugé un volet de la même affaire faisant intervenir d’autres protagonistes. Le bâtiment abrite les deux stars d’un vaudeville judiciaire dont les multiples rebondissements font soupirer les magistrats de la juridiction : Philippe Courroye. Dans les réunions. racontent des témoins. bon connaisseur de la quinzième chambre. ndlr] et la vice-procureure de la division économie et finance. rétorque : «Mais non.AFP Le duel qui oppose le procureur Philippe Courroye et la juge Isabelle PrévostDesprez divise le personnel judiciaire du TGI des Hauts-deSeine. «L’image de notre tribunal est ternie.» L’un de ceux-là explique. Tous deux se sont investis dans leur rôle avec un ego surdimensionné. Mais tous ses services fonctionnent.

«C’est en train de couver. poursuit et renvoie devant le tribunal les prévenus… «Certains nous ont menacés de produire la mise en examen du procureur dans tous leurs dossiers. Des collègues refusent de s’afficher avec la juge de la quinzième chambre. Stock. «Pourtant sur le plan professionnel. hors PV de re. gauche). A l’amoureux des Porsche qui lui assurait : «Je ne vois pas l’intérêt que j’aurais eu à me pavaner en Porsche». tout comme l’oncle trop généreux : «L’infraction a été insuffisamment caractérisée». Mais quand?». s’est vu refuser toutes ses demandes de mutations à Paris. deux jeunes avocats n’en reviennent pas : «On n’avait jamais vu la juge Prévost-Desprez aussi gentille.» Mise en examen récente Les confidences de la juge à deux journalistes du Monde (1) assurant qu’un témoin lui aurait fait part. Isabelle Prévost-Desprez.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 • 39 gistrats du tribunal a été difficile à organiser pour les syndicats. • (1) Sarko m’a tuer. rapporte une magistrate. Le garde des Sceaux. Il refuse toujours d’ordonner une inspection à Nanterre (réclamée par la plupart des magistrats). du syndicat de la magistrature (SM. Courroye et Prévost-Desprez sont condamnés au face-à-face. les hommes qui se pavanent en Porsche. elle.» Ce jour-là. du type: “Je suis à l’audience”». explique Julie Mouty-Tardieu. Au tribunal de grande instance de Nanterre. assène la magistrate. couver… Ça va exploser. ils veulent que ça s’arrête. il n’y a rien à redire à son travail. à la sortie de la quinzième chambre. Le barreau des Hauts-de-Seine est globalement assez élégant. le Journal du dimanche avait évoqué un projet de nomination qui ne manquerait pas d’ironie: «ambassadeur en charge de la lutte contre le blanchiment».» A 18 heures. le conflit entre le procureur et la juge a éclaté avec l’affaire Bettencourt. en ont choqué plus d’un à Nanterre. aucun confrère n’a été pris à partie par un avocat. elle distribuait les deux ans ferme à tour de bras. la juge a rétorqué : «C’est vrai que ça n’existe pas. parfois: «En comparution immédiate. a menacé Isabelle Prévost-Desprez de sanctions disciplinaires. Juridiquement ça ne changera rien. Sans doute certains ne pardonnent-ils pas à la juge Prévost-Desprez ses remarques caustiques et cassantes à l’audience. réputés moins à cheval sur la courtoisie. Beaucoup n’y voient qu’une querelle de personnes. Latent depuis des années.» Tout juste a-t-elle lancé quelques traits d’humour. qui. Michel Mercier. sa grande sévérité.» Reste à voir comment réagiront des avocats parisiens. poursuit la représente SM. au nom de la société.» Un membre du parquet tente de se rassurer: «Pour l’instant. mise d’argent à Nicolas Sarkozy de la part des Bettencourt. Mais les collègues en ont assez qu’on ne parle de Nanterre qu’à travers son bras de fer avec Philippe Courroye. mais ce n’est pas bon pour l’ambiance et la crédibilité de la justice. il est relaxé. avant de se rétracter. «Certains ont trouvé des excuses pour ne pas venir à la réunion. Récemment. et ne s’est pas décidé non plus à proposer le nom du procureur Courroye dans un autre parquet. de Gérard Davet et Fabrice Lhomme. interroge un juge. Plusieurs magistrats évoquent aussi leur crainte que la mise en examen récente de Philippe Courroye amène opportunément les avocats à contester en pleine audience la légitimité du parquet : c’est en effet lui. même pour boire un café. .

grinçante. je lui aurais fait la guerre et j’aurais cherché à le comprendre. français. vous lui tendez la Terre vaine. Le coincé de ses dames Par PHILIPPE LANÇON Photo JÉRÔME BONNET N e dites pas à une femme que vous avez rendez-vous avec Colin Firth. Sa tête est sans âge. La «publiciste» revient avec les lunettes. que Henry VIII fait exécuter. William Faulkner et David Foster Wallace l’amènent vers «tout ce que jamais on n’ose dire». nial ? Un élégant résidu de 1960­1964 Au Nigeria. elle posera une main machinale sur vous et oubliera qu’il y a un homme au bout. jusqu’au moment où celui-ci s’est allié aux conservateurs.(Grande­Bretagne). dernière marche vers la gloire et qui lui valut un oscar.1995 Orgueil et Préjugés. bijou vintage qui sort mercredi et adapte fidèlement le roman de John Le Carré. . peintre à la cour d’Angleterre au XVIIe siècle. Comme Gérard Philippe jouant Fabrice. L’enfant fut fasciné. C’est le coincé de ces dames: cœur sensible et corseté qu’il faut ouvrir et panser.8 février 2012 La Taupe. Mr Darcy. dynamique. Colin Firth est la preuve britannique que vous n’existez pas. contre la peine de mort. autre acteur patrimonial qu’une fellation surprise éjecta du salon victorien.» En bon Anglais. Explorer ses limites et ses obstacles. Aujourd’hui. complexe. chemise ouverte à mi-poitrine. le charme botté et le self-understatement. C’est une passion de mes 18 ans qui s’est épuisée». breeding / lilacs out of the dead land…» Après quinze vers.H. il vivait à Saint-Louis. il a scellé l’emploi. cette manière de parler de soi en ne parlant que du reste. influencé les suivants. personnage d’Oscar Wilde. Il a voté pour le Parti libéral. à la solde des communistes. vous le remerciez. Peut-être sera-t-il un jour régicide ou même. tant il est impossible de ne pas éprouver de tendresse pour son double. elle vous accompagnera avec un enthousiasme qui lui manque lorsqu’il s’agit d’être avec vous. chaque génération britannique a ses EN 7 DATES acteurs patrimoniaux. des châteaux du Derbyshire. il explique: «Si ce rôle m’avait empêché de jouer. Missouri. Aujourd’hui. de George Sanders en Rupert Everett. «mais Lawrence. c’était l’école. ou Marlon Brando jouant Kowalski. feuilleton qui relança la gloire de la BBC. navet kitsch du couturier Tom Ford. sans lui. ma vie d’homme et d’acteur continue. lui fit écouter une émission dans laquelle on jouait l’affaire du Watergate. Son visage a des rondeurs flamandes que dément la carcasse élancée. comme Darcy. il n’ait suivi aucune étude distinguée). le héros empêché et d’un chic renfrogné d’Orgueil et Préjugés. Depuis quinze ans.» Ces temps-ci. Pour l’éduquer politiquement. merveilleux. Il reprend la lecture au début: «April is the cruellest month. Plus tard. traître à la couronne. On lui donnerait diable et bon Dieu sans confession. car elle devient la mienne. qui révèle sans insister. Mais ce n’est pas le cas. l’un des grands poèmes anglais du XXe siècle. Il lutte avec sa femme italienne pour l’écologie. a éternisé Firth. Pendant ce temps. Le Discours d’un roi. plus qu’il ne le caricature. pourquoi pas. Je l’ai lu mille fois. Lawrence. à côté du tas de boue qu’est sa propre vie. Jones. starisé par «le Discours d’un roi». Et je suis toujours amené à subvertir ce qu’il m’arrive de mieux. 2009 A Single Man.10 septembre 1960 nées 2000. les illusions de gauche semblent perdues. il s’en amuse. 2010 Le Discours d’un roi comme d’une lampe mer. il lit des romans américains. il est un haut fonctionnaire anglais. Paul Scofield interprète Thomas More. et écoutait du rock. L’une d’elle représente le roi Charles Ier avant que Cromwell ne l’ait raccourci.» Il n’avait jamais lu Jane Austen avant de l’interpréter : «Pour moi. repose le livre et dit : «Je n’aime pas les explications d’Eliot. Qu’est-ce qu’un Naissance à Grayshott acteur britannique patrimo. de même que Firth a enluminé Darcy. je trouve cela trop émotif. en perd quand il maigrit. j’avais tort : c’est drôle. Colin Firth est celui des an. Il vous arrête de la main : «Finissons ce passage…» Il finit la strophe. mais je préfère l’explorer que l’interpréter. alcoolique. je n’en peux plus. Colin Firth interprète le roi bègue George VI. Face au mémorable interprète de Darcy. Parfois. cette ligne d’asymptote oxfordienne (quoique. dont celui de Nixon. Bien sûr. Jadis. c’est la mémoire intime d’un autre. vieux comme un enfant. il a donc été homosexuel. il aima Paul Scofield dans Un homme pour l’éternité. vient d’une sensibilité incapable de s’exprimer. il est l’acteur patrimonial anglais des années 2000. l’Empire. Depuis. Ce qui résonne dans ses vers. Colin Firth y a la blessure fringante. de Jane Austen. c’est un long brun tout en noir : chaussures. mauvais élève. ce monument d’honneur et d’orgueil amoureux de la littérature anglaise. il pastiche sous le même nom l’original. Si un grand acteur britannique est une figure idéale de la norme. son père. il a été un mineur alcoolique et maltraitant sa femme dans une pièce de D. une série de fantômes contenus. A l’écran. mais il n’a pas ses lunettes. la littérature du XIXe siècle. trop nombriliste. qui enseignait l’histoire. il accepte aussitôt d’en lire le début. J’aime son mystère. Colin Firth prend de l’âge quand il grossit.S. de professeurs itinérants et engagés. de T. tête haute. Le couloir de la suite où il reçoit est couvert de lithographies de Van Dyck. Colin Firth est issu d’une famille de missionnaires congrégationnistes en Inde. La «publiciste» part à leur recherche. il s’en agace. une sorte d’ar. au théâtre. 2001 Le Journal de Bridget moire insulaire vivante. Parfois. Cromwell ou le palefrenier. Eliot. A 12 ans. et fit celle de l’acteur en 1995. Le film paraît déposer sur chaque objet la métaphysique de la fatigue et de la paranoïa propre à cette œuvre. Pour lui aussi. Son cheval a l’œil tendre. Les rapports qui l’opposent à Hugh Grant.LIBÉRATION MARDI 7 FÉVRIER 2012 PORTRAIT COLIN FIRTH Son corps se métamorphose avec ses rôles. Et elle me touche. un homme dont tout le charme. L’avez-vous entendue? Une voix atone. bien qu’il s’en défende. est un introverti filant son deuil jusqu’à la mort. d’où jaillissent. Il a son explication: «La communication n’est pas créatrice. L’universitaire pédé de A Single Man. Firth dit: «Eliot a enregistré une lecture du poème à la radio. de Fred Zinnemann. chic et débordant.» D’Alec Guinness à Laurence Olivier. la prestance. il est aussi le héros intense de toutes ses transgressions: à quoi serviraient les barrières si l’étalon n’était pas fait pour les sauter ? • Popularisé par Jane Austen. Dans la Taupe. en 1972. Darcy a effacé ses rôles antérieurs et. Surpris. Comme vous aimez sa voix. Les rapports entre religion et pouvoir ont semblet-il irrigué la tablée. Peter Sellers tenait tous les rôles. dans les années 1920. sans explication. elle les a tous : jeune comme un vieillard. veilleuse. donc à fuir. voilà ce qui m’intéresse.» Et il se met à réciter le poème en imitant la voix d’Eliot. Darcy est un sparadrap qui lui colle à la peau. Dans les deux Bridget Jones et en attendant le troisième. costume. prêts à tout pervertir. est une autre variation sur le même thème. Colin Firth a 51 ans. sans effet. recopient ceux entre Mr Darcy et le cynique Wickham dans Orgueil et Préjugés. comme si l’on trottait sur une pelouse. et naturellement tout le génie qui vous manque : l’élégance. il pourrait indifféremment jouer le roi.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful