Vous êtes sur la page 1sur 27
Le club phocéen a envoyé Durand suivre Olympiakos-AEK Marseille s’intéresse à Djebbour Ghezzal «Ça m’a
Le club phocéen a envoyé Durand suivre Olympiakos-AEK
Marseille s’intéresse à Djebbour
Ghezzal «Ça m’a fait plaisir
de retrouver Feghouli à Valence»
DIMANCHE 12 FÉVRIER 2012
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1832 PRIX 20 DA
MCA 1 - JSMB 1
Ghrib limoge Bracci
«Il a fait beaucoup de mauvais choix»
Bracci «Quand j’ai pris l’équipe, elle jouait
le maintien, maintenant on exige de moi le titre»
Insulté par
le public, il
voulait quitter
le terrain
Sayoud
irrite les
Mouloudéens
USMA
Ighil affiche
ses ambitions
«Je suis là pour le
titre, pourquoi pas
deux de suite ?»
CRB
Gana
JSK
«Il
de la
manipulation
dans
y a l’air»
Aït Djoudi fait machine arrière
«Je ne me porterai candidat
que si Hannachi démissionne»
Les anciens se déchaînent…
Iboud : «La JSK n’a aucun
bien à son nom»
Amara : «C’est une honte de
tenir des réunions à Alger !»
… Hannachi pas inquiet
«La réunion des anciens ne m’intéresse pas»

02

0 2 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 Coup d’œil Équipe nationale Ghezzal «A Banjul, on

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

Coup d’œil Équipe nationale

Ghezzal

«A Banjul, on sait

à quoi s’attendre»

D ans une interview accordée à notre confrère de la Radio internationale, Smaïl Berhail, hier, l’international al- gérien Abdelkader Ghezzal est re- venu sur son transfert à Levante, cet

hiver, où il évoluera sous forme de prêt jusqu’au mois de juin prochain. L’ex-joueur de Cesena a aussi évoqué l’avenir de l’Equipe nationale, à commencer par cette prochaine rencontre difficile qui attend les Verts à Banjul, le 29 février, contre la Gambie. Peu brillant lors de la première moitié de saison où il n’a vraiment pas pu s’imposer mal- gré les multiples opportunités qu’il a eues avec son ex-club, Ghezzal s’est étalé sur son objectif avec sa nouvelle équipe et le challenge qui l’attend en Liga espagnole : «Levante est une équipe qui est bien placée au classement. Le groupe est bon et je n’ai pas hésité à rejoindre cette formation. Mon in- tégration s’est très bien passée. Je remercie le prési- dent et l’ensemble des dirigeants de Levante pour l’accueil qu’ils m’ont réservé, mes camarades m’ont aussi vite adopté et mis dans les meilleures condi- tions pour que je puisse m’intégrer tout de suite.»

«Je suis tombé sur un bon coach»

Auteur d’une entrée en jeu fracassante lors de la dernière rencontre jouée par Levante contre le Racing Santander, Abdelkader Ghezzal, qui a montré une énorme détermination sur le terrain et une rapidité d’adaptation étonnante, est pres- senti pour commencer le match de ce soir face au Real Madrid à Bernabeu, comme titulaire. Kader explique cette confiance qui lui a été accordée par son nouvel entraîneur, Juan Martinez : «Je suis tombé sur un très bon entraineur. Il m’a tout de suite expliqué comment les choses devraient se pas- ser. Il m’a rassuré et cela m’a aidé à me mettre assez rapidement au service du collectif.»

«Avec Feghouli, on s’est tout de suite retrouvés à Valence»

Comme tout le monde le sait, Levante est un club de la ville de Valence, où évolue l’autre inter- national algérien, Sofiane Feghouli. Abdelkader Ghezzal confie qu’il n’a pas mis beaucoup de temps pour retrouver son camarade international dans cette ville. Il ajoute que la présence de Fe- ghouli le conforte et l’aidera à mieux se situer dans cette grande ville espagnole. «Je suis en contact avec plusieurs de mes amis internationaux. Seulement, comme je suis à Valence, c’est-à-dire dans la même ville que Feghouli, on s’est tout de suite retrouvés et ça m’a fait plaisir, j’en suis très content.»

«Plusieurs de mes camarades m’ont appelé pour me féliciter»

Interrogé s’il avait reçu un appel de Vahid Ha- lilhodzic ou de l’un de ses coéquipiers pour le féli- citer après ce transfert en Liga espagnole qui en a surpris, faut-il le dire, plus d’un, le nouveau joueur de Levante affirme : «Franchement, j’ai reçu beaucoup d’appels ces derniers jours. Je n’ai pas en- core lu tous les messages, mais je sais que pas mal de mes coéquipiers et certains membres du staff technique de l’Equipe nationale m’ont appelé et pré- senté leurs félicitations. Bien sûr, l’entraîneur natio- nal m’a appelé. Ils m’ont surtout signifié qu’ils étaient contents pour moi.»

«Surtout ne pas prendre la Gambie à la légère»

Concernant le prochain rendez-vous qui attend la sélection nationale contre son homologue gam- bienne, dans un match comptant pour le second tour qualificatif à la prochaine Coupe d’Afrique des nations 2013, l’ex-joueur de Sienne et de Bari estime que la mission ne sera pas de tout repos contre un adversaire, certes inconnu, mais qui reste redoutable à domicile. Il appelle, à cet effet, ses camarades à faire preuve de sérieux et de vo- lonté pour passer cet écueil avec succès : «La Gambie, ça va être un match très important pour nous. Il s’annonce aussi très difficile parce qu’on connaît les conditions en Afrique. Ce n’est toujours pas facile de jouer là-bas. Après, comme on le sait, il n’y a plus de petites nations en Afrique, donc il ne faudra pas prendre ce match à la légère. Le groupe doit rester extrêmement concentré pour éviter toute mauvaise surprise.»

«Je suis à Levante pour m’imposer»

En dépit du fait qu’il a atterri dans une équipe bien huilée, Ghezzal ne semble pas du tout appré- hender la concurrence. Décidé à gagner sa place à Levante, Ghezzal dira à ce propos : «Je suis ici pour m’imposer. C’est vrai que je suis dans un groupe qui fonctionne très bien, l’équipe est qua- trième de la Liga. Donc, pour moi, il est clair que je vais faire le maximum à l’entraînement et durant les matches de championnat pour gagner ma place.»

«Mon avenir avec Levante se décidera en fin de saison»

Voulant savoir s’il n’était pas tenté de continuer l’aventure en fin de saison avec Levante, sachant qu’il évolue au sein de cette équipe sous forme de prêt, Abdelkader Ghezzal préfère ne pas trop pré- cipiter les choses : «Pour l’instant, on n’en est pas encore là. L’important est de répondre aux espé- rances du club et apporter le plus qu’on attend de moi. Je dois donner le maximum pour que Levante continue sur cette lancée et défende cette quatrième place au classement, puis, concernant l’avenir, on aura le temps d’en parler en fin de saison.»

«L’Italie et l’Espagne, ce sont deux cultures de football différentes»

Invité à faire une comparaison entre le cham- pionnats d’Italie et celui d’Espagne, qu’il découvre pour la première fois après plusieurs années pas- sées en Serie A, Abdelkader Ghezzal déclare :

«C’est clair, j’ai passé 8 ans en Italie, soit un peu plus de 5 ans en série A. Et là, je découvre la Liga espagnole. Ce sont deux cultures de football diffé- rentes. J’espère que ça va très bien se passer pour moi.»

«Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu»

Avant de clore l’entretien, Abdelkader Ghezzal s’est adressé à ses fans : «Un grand merci au public algérien et à tous ceux qui m’ont envoyé des mes- sages de soutien et qui m’ont encouragé et félicité pour mon transfert à Levante. J’espère, Inch’Allah, qu’on va leur offrir une belle victoire contre la Gambie.»

Synthèse de Moumen A.

Désigné homme du match contre Ingolstadt

Amri «Content de mon

premier but, mais…»

Pour sa deuxième apparition sous ses nouvelles couleurs, Chadli Amri a confirmé son statut de ren- fort de choix prôné par la formation allemande du FSV Frankfurt. Après avoir honoré sa première titularisation, Chadli a marqué son premier but, vendredi soir, en championnat contre FC In- golstadt. Désigné homme du match, Amri ne s’enflamme pas pour autant et regrette cette égalisation encaissée en toute fin de match suite à une erreur du gardien du FSV. «Bien sûr que je suis content de ce premier but marqué avec Frankfurt, mais je suis triste car cela n’a pas été suffisant pour gagner le match. Dommage ! On a encaissé le but égalisateur au très mauvais moment. Compte tenu du déroulement du

au très mauvais moment. Compte tenu du déroulement du Sous les regards d’un émissaire de l’OM

Sous les regards d’un émissaire de l’OM

Djebbour épate face à ses ex-partenaires

L’Olympiakos le Pirée a confirmé sa su- prématie dans les derbys athéniens cette saison en infligeant un revers assez net aux voisins de l’AEK Athènes (2-0). Reconduit après son retour fulgurant à la compétition, mardi dernier contre le PAOK Salonique, Rafik Djebbour, qui a retrouvé ses anciens coéquipiers en la cir- constance, a contribué au succès de son équipe, avant- hier, en délivrant une passe décisive à son ca- marade Kevin Mirallas, auteur du second but de l’Olympiacos.

ne date pas d’hier. Le buteur attitré de l’Olympiakos avait, rappelons-le, tapé dans l’œil des recruteurs marseillais lors des deux confrontations en Ligue des Champions, où l’Algérien avait fourni des prestations de haute facture.

Jean-Philippe Durand : «La façon de jouer de Djebbour m’a beaucoup plu» Marseille le suit
Jean-Philippe Durand : «La
façon de jouer de Djebbour
m’a beaucoup plu»
Marseille le
suit depuis
plusieurs
semaines
Selon le site
grec, La Ga-
zette.gr, l’Olympique
de Marseille serait très inté-
ressé par l’attaquant algérien de
l’Olympiakos, Rafik Djebbour. Un
émissaire du club phocéen était
présent au stade Karaiskaki, ven-
dredi, pour le superviser, indique
le même site. Il faut dire que l’in-
térêt marseillais pour Djebbour
L’ancien international
marseillais, Jean-Philippe
Durand, était donc pré-
sent à Athènes pour sui-
vre le derby
Olympiakos-AEK et, du
coup, superviser l’atta-
quant algérien Rafik
Djebbour. Accosté
par un journaliste
du site grec Ga-
vros.gr, Durand,
qui n’a voulu ni in-
firmer ni confirmer
l’intérêt de l’OM
pour Djebbour, dira :
«Djebbour a très bien
joué, sa façon de jouer
me plait beaucoup».
Moumen A.

match, pour nous, ce nul a comme un goût de défaite», a-t-il déclaré au site Internet du journal allemand

Bonne jeu que soit entrée tout Abdoun de le monde dans en at- tendait Alors
Bonne
jeu
que soit entrée tout Abdoun
de
le monde dans en
at-
tendait
Alors qu’il
reconduit
l’équipe type, Djamel Abdoun a
commencé le
derby contre l’AEK
Athènes sur le banc. Bu-
teur contre
le
PAOK Salonique,
Abdoun, qui a
remplacé son ca-
marade
effectué Mirallas,
tout de a
même
il une
été bonne
entrée
en
a jeu.
habile,
la du pré- Très
cieux
dans
conservation
ballon.

Bild.

Uwe Stover (directeur sportif du FSV) :

«Amri a donné plus de qualité à notre jeu»

Le directeur sportif du FSV Frankfurt, Uwe Stover, a mal digéré cette égalisation à deux minutes de la fin. Dans une déclaration accordée au journal Bild, il notera quand même quelques satisfactions dans ce duel contre le FC Ingolstadt : «Je dirais que notre gardien a très mal calculé sa sortie. Cette égalisation fait mal, mais je suis quand même satisfait du rendement de Chadli Amri et Micanski, qui ont donné plus de qualité à notre jeu». Moumen A.

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

N° 1832 Dimanche 12 février 2012 0 3 Boudebouz de retour Blessé à la cheville il

03

Boudebouz de retour Blessé à la cheville il y a plus de deux se- maines,

Boudebouz

de retour

Blessé à la cheville il y

a plus de deux se-

maines, Ryad Boudebouz s’en est à présent com- plètement remis. Après avoir fait l’impasse sur le match joué contre Lo- rient, Ryad est revenu hier à la compétition en prenant part à l’intégralité du match joué face au Stade Rennais de son ami, Yacine Brahimi. Sochaux, qui va de mal en pis, s’est inclinée une nouvelle fois, un but à zéro.

Newcastle chute lourdement à Tottenham, Abeid sur le banc

Newcastle United a chuté lourdement hier en fin d’après-midi après sa défaite face à Totten- ham sur le score sans appel de cinq buts à zéro. Les Magpies de l’Algérien Mehdi Abeid, laissé sur le banc tout au long de la partie, ont raté leur début de match

en encaissant quatre buts à la première demie-heure.

en encaissant quatre buts à la première demie-heure. Halliche toujours hors des plans de Jol Rafik
en encaissant quatre buts à la première demie-heure. Halliche toujours hors des plans de Jol Rafik

Halliche toujours hors des plans de Jol

Rafik Halliche est tou- jours loin du groupe. Ayant été retenu par l’entraîneur hollandais Martin Jol lors des der- nières séances d’avant- match face à Stock City, le défenseur algérien n’a finalement pas été retenu pour cette rencontre. Alors que Martin Jol avait affiché son attachement au joueur, il l’a encore une fois écarté.

Remplaçant, Chalali est rentré à la 64’

Aberdeen est revenu avec un point de son dé- placement à Hibernian FC. Mohamed Chalali a

été de nouveau laissé sur le banc des rempla- çants. Il a été intronisé à

sur le banc des rempla- çants. Il a été intronisé à la 66’ à la place

la 66’ à la place de son

camarade Magennis 66’. Son entrée en jeu n’a rien changé au score de ce match qui s’est termi- née sur le score de zéro partout.

Buteur, Kerkar fait parler de lui en Ecosse

zéro partout. Buteur, Kerkar fait parler de lui en Ecosse Salim Kerkar ne rate aucune occasion

Salim Kerkar ne rate aucune occasion de ren- trer en jeu pour se dis- tinguer avec son club, les Glasgow Rangers. Hier après-midi, l’Algé- rien s’est de nouveau fait remarquer en parve- nant à marquer un but pratiquement dès le pre- mier ballon de la rencon-

tre. Incorporé en seconde mi-temps, Kerkar n’a pas mis beau- coup de temps pour se mettre en évidence. A la récupération d’un ballon sorti in extremis par le gardien de Dunfermline, Kerkar a réussi à trouver le petit filet opposé d’une belle frappe à ras de terre du gauche.

M. A.

Guedioura de nouveau titulaire

Guedioura de nouveau titulaire Fraîchement débarqué à Nottingham, Adlène Gue- dioura s’impose comme un élément

Fraîchement débarqué à Nottingham, Adlène Gue- dioura s’impose comme un élément incontournable dans l’échiquier du coach Steve Cotterill. Hier, le joueur, venu de Wolverhampton, a pris sa place d’entrée au milieu du terrain de Nottingham contre

Watford. Il a joué l’intégralité de cette rencontre qui s’est soldée par un score de parité d’un but partout. Un résultat qui complique davantage la tâche des camarades de Guedioura

dans la course pour le maintien.

Il sera prêt pour la Gambie

Adlène Guedioura a sensiblement amélioré son temps de jeu. Depuis qu’il est à Nottingham, Gue- dioura, qui comptait déjà quelques titularisations avec Wolverhampton, montre une bonne présence physique. Adlène, qui a retrouvé toutes ses sensa- tions, sera certainement prêt pour le voyage à Banjul.

Mostefa et Medjani refroidis par Montpellier

Restant sur une série de rencontres sans défaite en championnat, la remontée spectaculaire de l’AC Ajaccio a été stoppée, hier, par Mont- pellier. Les Corses ont concédé un lourd revers sur le score de trois buts à zéro. Carl Medjani, tout comme Mostefa Mehdi, ont été intro- nisés d’entrée. Les deux inter- nationaux algériens d’Ajaccio, qui cumulent un temps de jeu remarquable en Ligue 1, sont allés encore une fois au bout de ce duel.

en Ligue 1, sont allés encore une fois au bout de ce duel. Boudebouda rejoue en
en Ligue 1, sont allés encore une fois au bout de ce duel. Boudebouda rejoue en

Boudebouda rejoue en amical

Brahim Boudebouda a pris part à l’opposition amicale jouée contre Laval. Transféré l’été dernier au Mans FC, Boudebouda, qui avait réussi à s’imposer au sein de sa nouvelle formation, n’a pas été épargné par les blessures. Relégué au poste de remplaçant, avant-hier, il a retrouvé du temps de jeu en prenant part à une mi-temps de ce duel amical.

de jeu en prenant part à une mi-temps de ce duel amical. Valenciennes et Kadir sur

Valenciennes et Kadir sur leur lancée

Tout auréolés par leur vic- toire dans le derby du nord de la France, contre Lille, les coéquipiers de Foued Kadir ont enchaîné par un autre succès, hier, en championnat

contre l’AS Nancy Lorraine. Dans ce match important pour la survie du club valenciennois, Kadir a débuté la rencontre comme titulaire. Omniprésent, le milieu de terrain algérien a donné du fil à retordre aux défenseurs nan- céens. Il a été remplacé à la 90’ par son entraî- neur. C’est sous un tonnerre d’applaudissements qu’il a quitté le terrain.

tonnerre d’applaudissements qu’il a quitté le terrain. La défection de Bouazza pour la Gambie se précise

La défection de Bouazza pour la Gambie se précise

Hameur Bouazza, qui es- pérait effectuer un retour en forme en sélection, a été freiné dans son élan par une blessure qui l’a rendu indispo- nible pendant plusieurs ren-

contres. Bouazza n’a de nouveau pas été retenu hier en Championship contre Derby. Une absence qui dure et qui vient confirmer sa défection pour le compte de la pro- chaine rencontre de l’Equipe nationale face à la Gambie.

M. A.

Coup d’œil Équipe nationale

Sous le regard de Nordine Kourichi

Yahia et Kaiserslautern

battus à Munich

de Nordine Kourichi Yahia et Kaiserslautern battus à Munich coup franc tiré par Toni Kroos. Dans

coup franc tiré par Toni Kroos. Dans le reste du match, il a fait ce qu’ont fait

tous ses coéquipiers : résister et ne pas encaisser d’autres buts.

Au moins, il a tenté un tir croisé

Toutefois, dans le dernier quart

d’heure du match, il s’est lâché en ten-

tant d’apporter un soutien à ses co- équipiers sur le front de l’attaque. C’est

L a mission s’annonçait difficile pour le FC Kaiserslautern à Munich et elle l’a été. Il ne fallait pas s’attendre à autre chose quand on joue sur le

terrain du deuxième de la Bundesliga. Sans être ridicules, les coéquipiers de

Anthar Yahia ont beaucoup souffert face à une équipe plus rôdée et, sur- tout, beaucoup plus expérimentée, emmenée par un Franck Ribéry qui a retrouvé son meilleur niveau. Sous le regard de Nordine Kourichi, venu le superviser à l’Alianz-Arena, le défen- seur algérien, qui en était à sa deuxième titularisation consécutive de- puis son arrivée à Kaiserslautern, a lutté comme il pouvait contre un ad- versaire qui comptait comme atta- quants deux internationaux, Mario Gomez et Thomas Müller.

Il a trébuché sur le deuxième but

ainsi qu’à la 79’, il est même parvenu jusqu’à l’entrée de la surface de répa- ration adverse. Il a tenté sa chance d’un tir du gauche, mais malheureuse- ment trop croisé. Au moins, il a eu le mérite de tenter, ce que ses coéqui- piers ont rarement fait. La défaite au bout était logique, tant l’adversaire était naturellement supérieur. Il faut dire que le calendrier, en ce début de phase retour, n’est pas trop à l’avan- tage du FC Kaiserslautern puisqu’il a mis sur sa route des adversaires qui ont des ambitions (Cologne, Bayern Munich et le Borussia Mönchengladbach lors de la prochaine journée).

F. A.-S.

«La présence de Kourichi m’a fait plaisir»

«Je suis très déçu de cette dé- faite. Nous avions des ambitions dans ce match, mais c’est difficile de battre le Bayern chez lui. Il n’y a pas lieu de paniquer. Il reste encore 13 journées où tout sera possible. J’ai été content que Nordine Kourichi soit venu me superviser. Ça m’a fait plaisir et j’espère avoir été à la hauteur. Ce sera avec un plus grand plaisir que je retrouverai la sélection na- tionale.»

De manière générale, sa prestation

a été des plus correctes. Sur le pre-

mier but du Bayern Munich, c’est son coéquipier dans l’axe de la défense, Mathias Abel, qui a fait une erreur de marquage en laissant Gomez repren- dre tranquillement un centre de Ri-

béry, alors que sur le deuxième but, il

a été trahi par l’état du terrain,

puisqu’il a trébuché au moment où il s’apprêtait à sauter pour dégager le

Mesbah titulaire, Milan gagne à Udine

A près avoir été laissé sur le

banc des remplaçants de

A près avoir été laissé sur le banc des remplaçants de 6,5, ce qui le place

6,5, ce qui le place parmi les 5 meil- leurs joueurs de l’équipe hier aux côtés de Amelia (8), Thiago Silva et Ambrosini (7), El-Shaarawi. Un autre site, Il Mila- nista, lui a également octroyé 6,5.

Il a sauvé un but à la 62’

Face aux rushes de Udinese, Mes- bah a su garder son sang-froid sur son côté gauche, même au plus fort de la

domination adverse. Il a même été auteur d’un sauvetage à la 62’ lorsqu’il a dégagé un ballon qui filait tout droit vers le but. Sa patience et celle de ses coéquipiers a fini par payer durant le dernier quart d’heure qui a vu Milan renverser la vapeur en inscrivant deux buts en l’espace de six minutes par sa nou- velle recrue offensive, l’Argentin Maxi Lopez (79’), et l’Italien d’ori- gine égyptienne Stephan El-Shaa- rawi (85’). Les Milanais reprennent provisoirement la tête du classe- ment, en attendant le match de la Juventus face à Bologne ce soir et le match retard Parme-Juventus.

Allegri pourrait le titulariser face à Arsenal

Ce qui est certain, c’est que Mes- bah a incontestablement marqué de nouveaux points hier aux yeux de son entraîneur, Massimiliano Allegri. Face à un adversaire redoutable, et à l’extérieur de surcroît, il a fait

montre de rigueur et d’application. Cela pourrait amener le coach de l’AC Milan à compter sur lui mercredi face à Arsenal en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Même si rien n’est sûr, vu que Allegri pourrait compter sur l’expérience de Gianluca Zambrotta dans ce genre de matches, il n’est pas à écarter que ce soit l’Algé- rien qui sera titularisé afin de préser- ver les automatismes de l’équipe. Réponse mercredi soir.

F. A.-S.

l’AC Milan durant deux

matches (face à Naples en

championnat et contre la Juventus en Coupe d’Italie), Djamel Mesbah

a été titularisé de nouveau hier à

l’occasion du match de Serie A face à Udinese. Ce n’était pas une confrontation banale et ce, pour

trois raisons : primo, Milan restait sur trois résultats négatifs (défaite contre la Lazio, nul à domicile face

à Naples et défaite à domicile en

demi-finale aller de la Coupe d’Italie

face à la Juventus) ; secundo, Udi-

nese occupait la 3 e place de la Serie

et risquait de revenir à sa hauteur

en cas de défaite ; tertio, le match

se déroulait à Udine, sur le terrain de son adversaire.

Irréprochable dans son rôle défensif

Tout ça pour dire que la titulari- sation dans un match pareil n’était un cadeau. En dépit de ce contexte difficile, Mesbah s’en est très bien sorti. Non seulement l’AC Milan a gagné au final, même s’il a été long- temps mené au score (depuis la 6’), mais le défenseur algérien a été irré- prochable dans son rôle, assurant ses tâches défensives comme il se doit dans une équipe milanaise qui a été malmenée par son adversaire durant une heure de jeu et qui a énormé- ment subi durant le match, surtout durant la première période. Déjà, le site sport.it lui a octroyé la note de

Gaouaoui «Nous avons vécu l’enfer à Banjul, même Yahia a failli perdre un œil»

Saâdane comme entraîneur ? Disons que les conditions étaient bien meil- leures. Nous étions handica-
Saâdane comme entraîneur ?
Disons que les conditions
étaient bien meil-
leures. Nous
étions handica-
pés par la cha-
leur et
l’humidité,
mais il n’y a
pas eu de
bagarre
générale
comme
une
«Chaouchi est le
meilleur et il doit
être titularisé
dans la durée»

Quel souvenir vous vient-il à l’esprit des deux matches disputés contre la Gambie en 2007 et 2008 ? Le match à Banjul en 2007 sous la conduite de Jean-Michel Cavalli a été l’un des plus durs que j’ai joués, que ce soit en sélection nationale ou en club. En dépit de ma longue expérience internationale, jamais je n’avais imaginé que j’al- lais jouer un match dans un pays de l’Afrique noire sans bénéficier du minimum de sécurité. Nous avons vraiment vécu l’enfer. Même les policiers gambiens ne nous avaient pas épar- gnés car, au moment où il fallait nous proté- ger, ils se mettaient à nous bastonner. Ces images de violence ne s’effaceront ja- mais de ma mémoire. La situation est très difficile en Gambie et il est très difficile d’y jouer un match de

football. Qu’en est-il du match de 2008 avec Rabah

année auparavant. Avez-vous été visé en particulier par les vio- lences et les intimidations ? Je suis habitué à jouer en Afrique et je sais donc comment gérer ce genre de situations. Je ne répondais pas aux provocations, mais je me rap- pelle que Anthar Yahia était le plus visé par les coups par les joueurs adverses à tel point qu’il avait failli être éborgné lorsqu’un attaquant gam- bien lui avait mis un doigt dans son œil. Même Noureddine Daham avait eu droit à un traite- ment spécial. L’essentiel est que nous sommes re- venus indemnes en Algérie. Vu le contexte, cela était plus important que le résultat. Les joueurs présents avec vous nous ont éga- lement parlé de l’influence de l’arbitre. Qu’avez-vous à dire sur l’arbitrage durant ces matches joués à Banjul ? C’est vrai que l’arbitrage a été pour beaucoup dans nos défaites. En dépit du jeu dur flagrant pratiqué par les joueurs gambiens et des agressions caractérisées dont nous étions vic- times, l’arbitre ne bronchait pas. Celui qui protes- tait était immédiatement averti. Pour résumer, vous avez été victimes de hogra

Lounès Gaouaoui a été le gardien de but des Verts lors des deux précédentes confrontations entre l’Algérie à la Gambie à Banjul, la capitale gambienne. La Gambie, il connaît donc très bien.

en 2007… C’est bien le cas de le dire. Une hogra de la part des joueurs adverses, de la police et même des supporters locaux. Leurs joueurs nous agressaient carrément et nous, Algériens comme nous sommes, nous ne nous laissions pas faire et nous répondions à leurs coups. Nous avons vécu amè- rement ces deux défaites parce que nous ne méri- tions pas de perdre. Nous étions meilleurs que la Gambie, mais si cette équipe jouait assez bien au ballon. Pour preuve, nous gagnions difficilement contre elle en Algérie. Le gardien de but Faouzi Chaouchi est revenu très fort au cours de la saison au point de de- venir le favori pour être le titulaire à son poste en Gambie. Un commentaire ? J’ai été très content pour Chaouchi qui a vécu une période difficile. Il y a une sorte d’instabilité au poste de gardien de but dans la sélection et je pense que Chaouchi est le meilleur actuellement. Il doit rester au même niveau et être régulier afin d’être toujours le numéro 1 car les défenseurs ont besoin d’un gardien de but rassurant et avec qui ils ont des automatismes. Entretien réalisé par Hamza Berkaoui

04

0 4 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 Coup d’œil Équipe nationale Il était hier sur

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

Coup d’œil Équipe nationale Il était hier sur le banc

Il a suivi hier ASO-ESS

Hachoud de retour,

Mostefa en pole position
Mostefa en pole position

L ibéré lors du stage des locaux qui a eu lieu la dernière se- maine du mois

de janvier, Abderahmane Hachoud a retrouvé, hier, les terrains. C’est à l’occa- sion de la rencontre comptant pour la 21 e jour- née du championnat na- tional de Ligue 1. L’arrière droit sétifien traînait, en effet, une blessure au ni- veau du ménisque qui l’a contrant de se faire opérer. Après un contrôle médical effectué chez le docteur Yekdah, président de la commission médicale de la FAF, il lui a été prescrit un repos de quelques jours avec, bien sûr, un programme de rééduca- tion assez strict pour pou- voir retrouver la compétition plutôt que prévu. Le motif était bien simple : lui permettre de jouer un ou deux matchs avant le 29 février afin

d’être prêt pour la rencon- tre Gambie-Algérie pour le compte du 2 e tour aller des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des na- tions 2013. Le joueur s’est complètement rétabli et devrait même être retenu pour le match de la Gam- bie. Alors que la liste sera rendue publique au- jourd’hui ou demain, on croit savoir que Hachoud pourrait y figurer. Par ail- leurs, selon une source bien informée, c’est Mehdi Mostefa qui semble bien parti pour être retenu pour cette rencontre face à la Gambie. Le sociétaire d’Ajaccio est réputé être un joueur athlétique qui met beaucoup d’engage- ment dans le jeu. Par rap- port à la spécificité du match, le sélectionneur national, Vahid Halilhod- zic, pense que la clé de la réussite lors de ce match passe par l’engagement et le volet physique. Mostefa

a le profil idéal du joueur recherché par Halilhodzic pour cette rencontre.

La piste Remache écartée, du moins pour la Gambie

Retenu pour le stage des

locaux, Belkacem Re- mache ne sera pas présent

à Banjul, en prévision de

cette rencontre face à la Gambie. L’arrière droit de la JSK, qui a effectué un début de saison satisfai- sant, paye les frais de la rude concurrence qui existe à ce poste. Bien qu’il fut l’auteur d’une presta- tion remarquable sous les yeux du sélectionneur à l’occasion du match JSK- CRB qui a eu lieu au stade du 1 er -Novembre de Tizi Ouzou, le service admi- nistratif de la fédération n’a pas déposé de de- mande de visa pour le joueur chez les services consulaires français en Al-

gérie, afin qu’il puisse prendre part au regroupe- ment de Lisses.

Meftah toujours dans les calculs du coach, mais…

Rabie Meftah fait tou- jours partie des plans de Vahid Halilhodzic. D’ail-

leurs, lors du dernier match de championnat que le sélectionneur a suivi, et qui n’est autre que la rencontre USMA- MCEE, l’arrière droit des Rouge et Noir a été l’au- teur d’une bonne presta- tion, avec, à la clé, l’unique but du match qui a permis à l’USMA d’empocher les trois points. Selon des échos qui parviennent du siège de la FAF, Meftah a toujours la confiance du sélectionneur, même si sa convocation face à la Gambie n’est pas sûre. Hamza R.

Belhadji remet un rapport à Halilhodzic sur Djabou et Aoudia

H assane Bel- hadji était présent, hier en fin

d’après-midi, au stade OPOW de Chlef, pour assister à la rencontre ASO Chlef-ES Sétif. L’assistant d’Halilhod- zic, qui s’occupe des gardiens de but, s’est vu confié la mission d’aller suivre deux joueurs durant ce match. C’est le sélectionneur natio- nal lui-même qui en a décidé ainsi. Les deux joueurs sont Abdel- moumen Djabou et Mohamed-Amine Aoudia. Ces derniers, qui sont quasi sûrs de faire partie du groupe

des Verts qui s’envolera le 25 février à destina- tion du centre Léonard De Vinci de Lisses, avant de se rendre à Banjul pour affronter la Gambie le 29 du même mois, ont fait, hier, l’objet d’une ul- time évaluation de leur niveau et, surtout, de leur réaction hors de leurs bases, par le staff technique de l’EN. Il faut dire que Vahid Halilhodzic suit de près les deux joueurs lors des matchs à l’exté- rieur. Le but est d’avoir une idée sur leur réac- tion et leur comporte- ment sur le terrain. Il les a suivis à Béjaïa face

à la JSMB ainsi qu’au 20-Août 55 à deux re- prises, face au NAHD et le CRB. Autrement dit, personne ne sera étonné si Halilhodzic les titularise tous les deux à Banjul, le 29 fé- vrier. Selon des infor- mations en notre possession, Hassane Belhadji fera un rap- port, l’ultime, à Halil- hodzic sur les deux joueurs. Mais il sem- blerait que cela ne va rien changer, puisque le technicien franco- bosniaque a déjà re- tenu leurs noms dans sa liste.

H. R.

Kaoua a supervisé hier

Chaouchi et Si Mohamed Cédric

A l’instar de Hassane Belhadji, Abdennour Kaoua s’est rendu hier au stade Omar-Ha- madi de Bolo- ghine pour suivre la rencontre MC Alger-JSM Béjaïa. Si Belhadji était allé spécialement pour le duo séti- fien Djabou-Aou-

dia, Kaoua était, lui, au vieux stade de Saint-Eugène pour voir à l’oeuvre les deux gar- diens de but, Faouzi Chaouchi du Mouloudia d’Algérie, et Si Mohamed Cédric, portier de la JSM Béjaïa. Comme nous l’avions déjà indiqué lors de nos précédentes livraisons, le

déjà indiqué lors de nos précédentes livraisons, le sélectionneur na- tional accorde une grande impor- tance
déjà indiqué lors de nos précédentes livraisons, le sélectionneur na- tional accorde une grande impor- tance

sélectionneur na- tional accorde une grande impor- tance au keeper mouloudéen. Le natif de Bordj Mé- naïel est même pressenti pour être titulaire en Gambie, le 29 fé- vrier, à l’occasion de cette rencontre qui entre dans le

cadre des élimina- toires de la Coupe d’Afrique des na- tions 2013, du moment que Mbolhi traverse une période difficile. On avait évoqué le manque de compéti- tion et aussi la petite forme affichée par le gardien du CSKA Sofia. H. R.

J-17 du premier match des éliminatoires de la CAN-2013

Les Verts toujours fragiles en Afrique avec des étrangers

17 jours seulement nous séparent

de l’entrée en lice des Verts dans

les éliminatoires de la Coupe

d’Afrique des nations 2013. Après

avoir raté l’édition qui se clôtu-

rera aujourd’hui à Libreville, l’équipe algérienne tâ- chera de faire mieux en revenant sur la scène continentale. Après avoir réussi un retour en force en 2010 avec une qualification en Coupe du monde, la dynamique ne s’est pas poursuivie et la sélection al- gérienne a dû faire l’impasse sur la 28 e édition de la CAN. Une élimination amère qui remet en cause beaucoup de choses. La sélection nationale entrera en lice dans les éliminatoires, avec à sa tête un entraî- neur étranger de grand calibre, du moins par rapport à ceux qui sont passés avant lui. Beaucoup attendent avec impatience ce que va réaliser l’EN version Halil- hodzic, l’ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire et ex-coach du Paris Saint-Germain. Difficile de savoir s’il réussira ou pas, surtout que rares ont été les entraî- neurs étrangers à avoir réussi à qualifier l’Algérie à une phase finale de Coupe d’Afrique des nations.

Une déroute à Bamako avait coûté sa place à Rajkov

En 1981, l’équipe algérienne était appelée à prendre part aux éliminatoires de la CAN-1982 avec le statut de favori, puisqu’elle avait été fi- naliste de la précédente édition au Nigeria, deux ans auparavant. Au deuxième tour des éli- minatoires, les Verts, drivés alors par le Yougo- slave, battent le Mali à Alger sur le score sans appel de 5-1, drivé alors par le Yougoslave Zdravko Rajkov. Ce dernier va sauter quelques jours plus tard, à l’issue du match retour qui s’est déroulé au stade Modibo-Keita de Bamako, suite à une défaite inattendue (3-0) face aux Aigles. Pour le troisième et dernier tour des éli- minatoires face au Burkina Faso, c’est un autre staff qui a été mis en place.

Rogov a eu le plus de réussite

Pour le match face aux Etalons, la FAF avait composé un staff technique composé du Russe Evgueni Rogov, Mohamed Maouche et Rabah Saâdane. Les Verts avaient pris le dessus à l’al- ler, à Alger, sur le score sans appel de 7-0, avant d’aller réaliser un match nul (1-1) deux semaines plus tard, à Ouagadougou. En d’au-

tres termes, Rogov, Maouche et Saâdane avaient rec- tifié le tir, après l’humiliation de la défaite à Bamako. Pour la phase finale de la CAN-82 et le Mondial-82, c’est un autre staff qui a été installé. Ce même Rogov a été appelé seul à qualifier les Verts à la Coupe d’Afrique des nations 1988 qui s’est déroulée au Maroc, suite au fiasco de 1986 au Caire et même du Mondial de Mexico. Le Russe réussira à qualifier les Verts face à un grand ténor, la Tunisie en l’occurrence. Un succès court à Alger, mais important, et un nul positif au stade d’El Menzah. Même durant la phase finale, il avait réussi une bonne performance en terminant troisième du tournoi.

Leekens, deux matchs et puis s’en va

Suite au limogeage de Rabah Madjer en 2002, la FAF avait fait appel à Abdelhamid Zouba, une seconde fois, afin de mener la campagne des éliminatoires de la CAN-2004 de Tunisie. Il a réussi un sans faute du- rant les deux premières rencontres en s’imposant à Annaba face au Tchad (4-1), avant de ramener un suc- cès de Windhoek, capitale namibienne (0-1). Par la

suite, la FAF a engagé le Belge Georges Leekens, an- cien sélectionneur des Diables Rouges. Ce dernier n’a dirigé que deux matchs officiels, le premier à Tchaker face à la Namibie avec une (1-0) sans la manière, le second à N’Djamena face au Tchad (0-0), avant de rendre le tablier. En d’autres termes, Leekens a récolté le fruit du travail de Zouba, accompli des mois aupara- vant, sans pour autant apporter sa touche personnelle.

Waseige nous rappelle une raclée et une absence «historique» à une CAN

Avec le parcours de la CAN-2004 en Tunisie, l’eu- phorie a gagné le peuple algérien. Idem pour la FAF de Mohamed Raouraoua. Les ambitions ont grandi et on a commencé à voir plus haut, à savoir une qualifi- cation en Coupe du monde. Comme l’échéance de 2006 approchait, Raouraoua s’est vite rabattu sur la piste de Robert Waseige, ancien sélectionneur de la Belgique, notamment durant le Mondial-2002 où il avait réalisé de bons résultats. Tout d’abord, il a réussi à battre l’équipe de France, quelques jours

avant le coup d’envoi de la compétition en amical, au Stade de France. Puis il a atteint les quarts de finale du Mondial asiatique (Japon et Corée du Sud). Même si ce choix était judicieux, dans le but de donner une autre dimension à l’EN, il s’est répercuté négative- ment sur les résultats. L’Algérie n’a pu se qualifier ni au Mondial ni à la CAN, pour la première fois depuis 1994 et l’affaire Karouf. C’était presque «historique». En quatre matchs, l’EN a réalisé deux nuls, un à domi- cile et un autre à l’extérieur, une défaite au Nigeria et une raclée infligée par le Gabon à Annaba. Venu avec de grandes ambitions, Waseige a brisé le rêve du peuple algérien.

Cavalli a enfoncé le clou en 2007

Avec tout ce qui s’est passé après la CAN-2004, il était important pour l’Algérie de renouer avec la phase finale du Mondial du Continent noir. Hamid Hadadj, successeur de Raouraoua, a fait appel à Jean-Michel Cavalli en 2006. Ce dernier entame sa mission comme

il se doit avec un nul en Guinée et deux succès d’affi- lée face à la Gambie et le Cap-Vert. Puis, il y a eu le tournant des éliminatoires à Praïa face aux Capver- diens (2-2), alors que les camarades de Ziani

avaient mené au score à deux reprises. Par la suite vint cette défaite inattendue au 5-Juillet face à la Guinée de Robert Nouzaret, devant une affluence record. Le match de la Gambie n’a été ainsi qu’une simple formalité, étant donné qu’il n’allait rien changer. Autrement dit, Cavalli avait enfoncé en- core le clou.

En attendant la Gambie, Halilhodzic commence à apporter sa touche

Eliminés de la CAN-2012 à 80 % à l’issue des ré- sultats de la quatrième journée des éliminatoires qui a vu les Verts chuter lourdement (4-0) à Marra- kech face au Maroc, la FAF a mis fin aux fonctions de Abdelhak Benchikha et fait appel à Vahid Halil- hodzic. Ce dernier a dirigé les deux derniers matchs en Tanzanie et face à la République centrafricaine au stade du 5-Juillet. Il a réussi à récolter quatre points sur les six possibles. Il a aussi réussi à don- ner un style de jeu à l’EN qu’on n’avait pas vu avant. Sa touche était bien visible, mais reste à sa- voir s’il réussira la même chose à Banjul, le 29 fé- vrier prochain, face à la Gambie, dans un match où il sera sous pression.

Hamza Rahmouni

chose à Banjul, le 29 fé- vrier prochain, face à la Gambie, dans un match où
N° 1832 Dimanche 12 février 2012 05 Coup d’envoi USMA Meklouche et ses coéquipiers s’illustrent
N° 1832 Dimanche 12 février 2012
05
Coup d’envoi USMA
Meklouche et ses
coéquipiers
s’illustrent sous
l’œil attentif
du coach
L’ère Ighil débute
A près avoir tout
conclu avec les
responsables du
club il y a
suite rejoints par Mouldi
Aïssaoui, le directeur géné-
ral de la SSPA. D’autres diri-
geants et proches du club
étaient aussi présents dans
la tribune officielle qu’ils
n’ont quittée qu’une fois Bil-
lel Dziri a sifflé la fin de la
partie vu que c’est lui qui a
dirigé les débats.

lundi que la reprise est pré- vue, une reprise qui sera marquée par la présence du nouveau coach usmiste sur la pelouse. Après celle de Renard qui n’aurait duré que quelques jours, puis celle de Ollé-Nicolle, une nouvelle ère débute. Une ère que les supporters espèrent meil- leure depuis la venue des Haddad au club.

Il a assisté à un match d’application à partir de la tribune d’honneur

point de presse à partir de 11h30 à la salle des confé- rences du stade Omar-Ha- madi, a assisté à partir de la tribune d’honneur à un match d’application. Une rencontre qu’il a suivie avec intérêt, découvrant plu- sieurs joueurs, notamment de jeunes éléments issus de la catégorie espoirs.

Il était accompagné de Rebouh et Aïssaoui

qu’il a été nommé entraî- neur de l’USMA. C’est donc en présence de tous les joueurs que l’ancien coach de l’ASO et de la JSK a été présenté aux coéquipiers de Bouchema avant qu’il ne prenne la parole entamant son premier discours. Cette réunion, d’après ce que nous avons pu apprendre, n’aura duré que quelques minutes. Ce ne sera pas la dernière puisque d’autres sont pré- vues dans les jours à venir. Adel C.

quelques jours, ce n’est qu’hier matin que Meziane Ighil s’est présenté pour la première fois au stade Omar-Hamadi en tant que premier responsable de la barre technique des Rouge et Noir. Contrairement à ce qui a été attendu, le succes- seur de Didier Ollé-Nicolle n’a pas dirigé la séance d’en- traînement reportant ainsi ses débuts pour demain après-midi. Ayant accordé une journée de repos aux joueurs, ce n’est que demain

Benaldjia interdit d’entraînement pendant dix jours

Traduit en conseil de discipline il y a quelques jours à l’image de quatre autres de ses coéquipiers, Daham, Hamiti, Ouz- nadji et Boumechra, Mehdi Benaldjia a pris connaissance de la sanc-

tion qui lui a été infligée

par les responsables du

club. L’international Es- poirs, et à cause d’une prise de bec avec Didier Ollé-Nicolle qui a eu lieu la semaine passée, a été interdit d’entraînement avec le groupe pendant

dix jours. Pire, il n’est

même pas autorisé à met-

tre les pieds à Bologhine

lorsque l’équipe première se produira. Une situa- tion qui n’arrange guère

les affaires du jeune atta-

quant des Rouge et Noir puisqu’il sera obligé de rater les prochaines séances d’entraînement et c’est ce qui ne jouera pas en sa faveur du moment que sa relation avec Me-

ziane Ighil risque de se compliquer.

Sanction financière pour les autres

Les autres éléments qui

ont été entendus par les

responsables du club s’en sont tirés avec des sanc- tions financières. C’est en tout cas ce que nous avons appris d’une source digne de foi. Ce qui confirme cette informa- tion, c’est leur présence

avec le groupe. D’ailleurs, Boumechra, Ouznadji et Hamiti ont tous pris part au match d’application d’hier matin. Un match suivi avec un grand inté-

rêt par le nouveau res-

ponsable de la barre technique.

A. C.

Première réunion après la conférence de presse

Présent à Bologhine, Me- ziane Ighil, qui a animé un L’ancien sélectionneur na- tional ne
Présent à Bologhine, Me-
ziane Ighil, qui a animé un
L’ancien sélectionneur na-
tional ne s’est pas présenté
seul puisqu’il était accompa-
gné de Rebouh Haddad. Les
deux hommes ont été en-
Une fois la conférence ter-
minée, Meziane Ighil n’a pas
quitté le stade pour rentrer
chez lui puisqu’il a convo-
qué les joueurs pour tenir sa
première réunion depuis
«Contribuer à la
réussite
du projet de l’USMA»
Nommé à la tête de la barre technique des
Rouge et Noir, Meziane Ighil a animé hier matin
sa première conférence de presse en tant que
coach de l’USMA. Face aux journalistes, l’ancien
sélectionneur a pris la parole pendant de nom-
travail sur ce volet. Si nous voulons être la meil-
leure équipe, il faut savoir cohabiter et être soli-
daire.» Apparemment, l’ancien coach de la JSK et
de l’ASO Chlef a du pain sur la planche.
Aujourd’hui,
repos
«Nous voulons finir la saison
breuses minutes durant lesquelles il a affirmé que
s’il était là, «c’est pour contribuer au projet

avec un titre, et s’il y a de l’espace pour deux, nous ne dirons pas non»

de l’USMA. Chez nous, les entraîneurs quittent souvent tôt leur poste. Je n’aime pas trop que cela arrive, donc moi je voudrai m’inscrire dans la durée. Avec les diri-

geants, nous n’avons pas en- core parlé de la durée du contrat, mais cela devra se faire dans les jours à venir».

«Je n’ai pas encore décelé le problème, mais j’ai remarqué un manque de motivation»

Séne parmi A le staff Armand Séne a vu les responsa- bles lui faire une
Séne
parmi
A
le staff
Armand Séne a vu les responsa-
bles lui faire une proposition : rester
ou quitter le staff technique. Il a de-
mandé un temps de réflexion mais, en
fin de compte, et d’après ce que nous
avons appris, l’homme de confiance de
Didier Ollé-Nicolle a décidé de rester.
Sa présence hier à Bologhine le
prouve. Si tout se passe comme
prévu, il fera partie du staff
le
composé de Ighil, Dziri
et Branci.
Cinq
joueurs non
concernés par le
match d’application
Ils étaient cinq joueurs à ne pas être
concernés par ce match d’application
disputé hier matin. Il s’agit de Meftah,
Chafai, Daham, Ferhat et Djediat.
Tous souffrant de légères blessures, ils
se sont contentés de quelques légers
exercices et des tours de piste
avant de rejoindre le ves-
tiaire.

l’USMA, Ighil aura pour

mission de guider le club vers

titre et ça, il le sait. «Nous

voulons finir la saison avec un titre et s’il y a de l’espace pour deux, nous n’allons pas dire non. Ça va être difficile, il y a du travail à faire, mais l’USMA dispose de bons

joueurs, ce qui est déjà pas mal. Il faut juste les mettre dans

de bonnes conditions et savoir les

motiver» a-t-il dit pour conclure.

Il a évité de parler de Ollé-Nicolle

Meziane Ighil est venu avec l’objectif de faire de l’USMA l’une des meilleures équipes en Algérie, pour ne pas dire la meilleure. Pour cela, il doit connaître les joueurs et déceler le

A une question relative à Ollé-Nicolle et le rôle qu’il va tenir, Ighil n’a pas voulu ré- pondre. «Je suis là pour parler de moi» a-t-il lancé.

problème qui empêche les Rouge et Noir d’être au top de leur forme. «Pour le moment je ne peux rien dire. Je n’ai assisté qu’à un match d’application. Il faut du temps pour découvrir ce qui ne marche pas. Mais mon premier constat, d’après ce que j’ai vu, c’est que les joueurs manquent de motiva- tion. Nous devrons donc axer notre

Quelques minutes après, Ighil a quitté la salle de conférences pour rejoin- dre la cafeteria du club où il s’est réuni avec ses nou- veaux protégés.

A. C.

Apres une semaine de travail, les joueurs ont eu droit à une journée de repos ac- cordée par les mem- bres du staff technique. Ainsi, les

camarades de Khaled Lemouchia auront au-

jourd’hui une occasion de souffler et de récu- pérer leurs forces après tout le travail qu’ils ont fait en attendant de s’attaquer à la se- conde et dernière phase de préparation avant d’aborder le derby contre le CRB.

Reprise demain après-midi

Meziane Ighil, qui n’a toujours pas dirigé sa première séance, devra le faire demain à l’occa- sion de la reprise. La première séance de la semaine est prévue pour demain après-midi. Les joueurs devront se re- trouver au vestiaire à 15h30. Ighil débutera officiellement sa mis- sion une demi-heure après.

Pour clore la semaine, les Rouge et Noir ont disputé hier un match d’application au stade Omar-Hamadi. Le groupe usmiste a été ren- forcé par des joueurs issus de la catégorie espoirs. Scindé en deux, le groupe des rouges et celui des noirs, le dernier mot est revenu fi- nalement aux premiers cités. Menée par Me- klouche, auteur d’un doublé et d’une passe décisive, l’équipe du milieu de terrain offensif s’est imposée sur le score de quatre buts à un. Même s’il s’agissait que d’un simple match d’opposition, il a été d’une grande impor- tance pour certains, surtout pour les remplaçants et les jeunes issus des U-21 à cause de la présence de Me- ziane Ighil, le nouveau coach de l’USMA, dans la tribune officielle.

Ouznadji et Frioui participent à la victoire des leurs

En plus des deux buts de Meklouche, Nouri Ouznadji et Sami Frioui ont, eux aussi, participé à la victoire de leur équipe ont inscri- vant chacun un but. Ouz- nadji, qui est à son deuxième après celui mar- qué contre les espoirs il y a quelques jours, vient de frapper une nouvelle fois, ce qui prouve son ambition de revenir en force. Frioui, pour sa part, ne pouvait pas espérer mieux puisqu’il a été l’auteur d’un beau but suite à une superbe passe en profondeur de Meklouche.

N’Gal a sauvé l’honneur pour la seconde équipe

En seconde période, l’équipe adverse a réduit la marque et c’est Serge N’Gal qui a été l’auteur de l’unique but de la partie. Il faut noter que le score aurait pu ne pas être le même si Fares Hamiti a su profiter des occasions qui se sont présentées à lui. Auteur d’un seul but depuis le début de la saison, l’atta- quant des Rouge et Noir trouve de la peine à se mon- trer décisif, même lors des matchs d’application. A. C.

Les rouges : Zemma (Seh- noun 46’), Rabhi, Ma- dani, Laïfaoui, Bekakcha, Lemmouchia, Boualem, Boumechra, Frioui, Me- klouche, Ouznadji

Les noirs : Mansouri, Che- heima, Yekhlef, Bekakchi, Khoualed, Bouchema, Yet- tou, Feham, Betrouni, N’Gal, Hamiti

06

0 6 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 Coup d’œil JSK Les anciens de la JSK

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

Coup d’œil JSK

Les anciens de la JSK dressent un tableau noir de la situation et passent à l’action

un tableau noir de la situation et passent à l’action C omme prévé, la grande salle

C omme prévé, la grande salle d’Iboudrarene, sise à Oued Falli au sud-ouest de la ville de Tizi

Ouzou, a abrité, hier matin, la réunion à laquelle ont appelé les anciens joueurs et dirigeants de la JSK. La situation actuelle de la formation kabyle et le der- nier rassemblement des sup- porters de la JSK devant le siège du club réclamant un change- ment à la direction ont poussé les anciens joueurs du club phare de la Kabylie à réagir. Comme il fallait s’y attendre, le point principal à l’ordre du jour de la rencontre est la situation actuelle du club et les solutions que préconise la grande famille de la JSK, à même de sortir le club de la crise qu’il vit. Le changement au niveau de la di- rection était aussi le point sur lequel la majorité des interve- nants se sont focalisés. L’ex-ca- pitaine et président de la JSK, Miloud Iboud, a exprimé ses

regrets de constater l’absence de plusieurs anciens joueurs et di- rigeants invités à prendre part à cette réunion, estimant qu’en dépit des divergences d’idées, il est du devoir de tout un chacun de s’exprimer sur la situation du club, saluant au passage l’ex- joueur de la JSK des années 88- 91, Bouzid Dries, qui a tenu à faire le déplacement d’El Kseur, malgré les conditions clima- tiques défavorables. Par ailleurs et après plusieurs interventions d’anciens joueurs, dirigeants et représentants de supporters, il a été décidé à la fin de la réunion qui s’est voulue une première prise de contact et sur proposi- tion de Salah Yousfi, cadre à la DJSL et ancien dirigeant de la JSK, de mettre en place une commission de réflexion qui aura pour mission principale de faire sortir la JSK de cette crise tout en procédant au changement par étapes. Aussi et à l’occasion du même conclave des anciens de la JSK, il a été décidé la création d’une

association des anciens joueurs qui aura aussi pour mission de suivre le club kabyle de plus près.

Plusieurs anciens ont brillé par leur absence Même si la grande salle d’Iboudrarene n’a pu contenir la grande foule ayant répondu à l’appel des anciens joueurs et dirigeants de la JSK, il n’en de- meure pas moins que plusieurs figures ont brillé par leur ab- sence, ce qu’ont déploré les pré- sents. Dans la salle, il y avait la présence de Areski Meghrici, Iboud, Aït Djoudi, Rahmouni, Hamenad, Yousfi Mourad, Yousfi Salah, Ayache Farid, Kamel Abdeslam, Adghigh, Iratni, Dries, Ladjadj, Aït Amar, les athlètes de judo Ha- dadou Idir, Lahcène et autres anciens, à l’image de Saïd Tayri dit «Kopa».

Les missions de la commission de réflexion La proposition de l’ex-diri-

geant de la JSK, Salah Yousfi, de mettre immé- diatement en place une commission de ré-

flexion, a été approuvée

à l’unanimité. Cette

commission composée d’anciens dirigeants, joueurs et autres athlètes des autres disciplines aura plusieurs tâches, particulièrement le suivi

de la situation de la JSK, l’organisation des ren- contres des anciens joueurs périodiquement et éventuellement l’étude

de toutes les possibilités,

à même de conduire à

un changement qualita- tif à la JSK.

Les membres qui composent la commission de réflexion connus Les membres de la commis- sion de réflexion sont : Idir Ali, Mourad Yousfi, Salah Yousfi, Ali Asli, Saïd Lahcène, le doc- teur Sidi Saïd, Akir Abdenour, Iratni, et enfin l’actuel président du Comité de supporters de la JSK, Aziz Lahcène. Ce dernier aura pour mission d’informer les supporters de la JSK sur toutes les décisions qui seront prises à l’avenir.

Une minute de silence à la mémoire des martyrs du club et du pays Comme le veut la tradition et avant de donner le coup d’envoi des travaux de la réunion, l’ex- entraîneur des U23 et de la JSK, Azzedine Aït Djoudi, qui a pré- sidé la réunion aux côtés de Miloud Iboud, Mourad Amara et Mourad Yousfi, et après avoir souhaité la bienvenue à tout le monde, a invité l’assistance à observer une minute de silence à la mémoire des martyrs du club kabyle et de l’Algérie.

L. A.

Iboud «La situation est critique, nous ne devons pas rester les bras croisés»

C’ est l’ex-capitaine de la JSK, Miloud Iboud, qui prendra la parole d’em-

blée, pour dresser un tableau noir de la JSK qui perdure de- puis des années maintenant. Ce qui a poussé les anciens joueurs à prendre l’initiative d’organiser une réunion pour sortir la JSK de son marasme.

«Tant que la JSK n’est pas une propriété privée, elle appartient à tous ses enfants» A l’entame de son discours pro- noncé devant une forte assis- tance composée d’anciens joueurs et dirigeants de la JSK ainsi que de plusieurs suppor- ters, Iboud dira : «Nous avons le droit absolu de nous exprimer sur la situation actuelle que tra- verse notre cher club et préconi- ser des solutions. Tant que la JSK n’est pas une propriété privée, tous les enfants du club ont le droit d’intervenir et participer à l’opération de sauvetage du club avant qu’il ne soit trop tard.»

«Je défie quiconque de me dresser un inventaire, la JSK n’a rien» Dressant un tableau noir du bilan de l’actuel président de la JSK, Moh Cherif Hannachi, Iboud indique : «Un club profes- sionnel, ce n’est pas seulement les titres remportés, mais ses infra- structures et autres équipements.

La JSK n’a malheureusement rien actuellement en son nom, les bureaux appartiennent à l’Etat ou sont acquis à titre de lo- cation. En ce qui concerne le ter- rain, nous l’avons acquis depuis plus d’une vingtaine d’années. Je défie quiconque de me faire l’in- ventaire de la JSK.»

«L’histoire retiendra ceux qui veulent du bien et ceux qui veulent du mal au club» Et pour faire taire toutes les mauvaises langues, Iboud a tenu à ajouter : «Encore une fois, si nous avons décidé de nous réunir, c’est parce que cette situa- tion nous fait de la peine. Cela fait mal au cœur de constater à quel niveau est tombée la JSK qui, jadis, constituait une réfé- rence pour tous les clubs, à l’échelle nationale ou continen- tale. A chaque fois qu’on décide de parler, on nous accuse de vouloir saboter. L’histoire retien- dra inévitablement ceux qui veu- lent du bien et ceux qui veulent du mal à ce club.»

«Aucun dirigeant d’un autre club n’a le droit de s’exprimer sur la situation actuelle de la JSK» Réagissant aux déclarations des dirigeants d’autres clubs à pro- pos de la situation que vit la JSK, Iboud ne mâche pas ses mots en déclarant : «Aucun diri-

geant d’un autre club n’a le droit ou peut se permettre de livrer son point de vue sur la JSK. Ce n’est pas parce qu’un joueur a porté le maillot de ce club pour une seule saison où un entraî- neur qui a été de passage qu’ils sont habilités à parler de la JSK. La JSK a sa famille et ses enfants qui sont capables de la sortir de cette crise. Qu’ils nous laissent en paix.»

«Lorsque la JSK balayait tout sur son passage, ces dirigeants bataillaient dans les divisions inférieures» Enchaînant sur le même regis- tre, Iboud dira : «Nous n’avons de leçons à recevoir de personne. Lorsque la JSK terrassait tout sur son passage, les dirigeants d’autres clubs, qui se permettent d’émettre un avis, se battaient dans les divisions inférieures.»

«Au cas où le président part, un directoire de transition sera mis en place» Iboud ne manquera pas d’ajou- ter : «Au cas où le président ac- tuel déciderait de partir, il faut songer sérieusement à la période de transition qui sera encore plus délicate. Il va falloir se préparer à la mise sur pied d’un directoire de transition. Pas moins de huit joueurs seront en fin de contrat à la fin de saison et notre condi- tion, s’il décide de partir, est de

renouveler les contrats de tous les joueurs concernés.»

«S’il part, il est capable de prendre avec lui tous les joueurs comme il l’a fait avec Amara et Rahmouni» Accusant le président Hannachi de mauvaise gestion, ce qu’il af- firme dénoncer depuis 20 ans, Iboud rappellera à l’assistance :

«Nous n’allons pas brusquer les choses dans notre démarche. Nous devons procéder par étapes pour arriver à un changement à la JSK. Je suis persuadé que si le président actuel décide de partir, il prendra avec lui tous les joueurs en fin de contrat et ils sont huit pour être exact. Il ne se gênera pas de le faire et je pèse mes mots. Il l’a déjà fait par le passé lorsque j’étais président en éloignant Amara et Rahmouni de la JSK, les faisant signer à la JSBM.»

«Si on m’a fermé les portes de la JSK, c’est parce que je connais les secrets de tous» Et pour finir, Iboud dira : «Je suis un pur produit de la JSK. J’ai vécu trois générations et au- jourd’hui, on fait tout pour m’éloigner du club. La raison, je la connais. Si on a décidé au- jourd’hui de fermer toutes les portes devant moi, c’est parce que je connais leurs secrets.» L. A.

Amara : «C’est une honte de tenir des réunions de la JSK à Alger»

Présent à la réunion des anciens joueurs de la JSK, l’ex-portier kabyle, Mourad Amara, a

tenu à saluer l’initiative en déclarant devant l’assis- tance : «Nous tous, en tant qu’anciens joueurs et diri- geants de la JSK, il est de notre devoir de réagir à la situation que vit actuellement le club. Notre réunion aujourd’hui s’inscrit dans le cadre de la recherche de

solutions à même de sortir le club de la crise, au mo- ment où le président Hannachi a décidé de tenir ses réunions à Alger. Franchement et personnellement, je trouve honteux de délocaliser la JSK à Alger. Ce club appartient à la Kabylie et c’est à Tizi Ouzou que de- vront se tenir ses réunions.»

«Hannachi doit nous énumérer les biens de la JSK implantés à Alger»

Poursuivant dans son raisonnement, Amara dira :

«Puisqu’il décide de tenir les réunions de la JSK à Alger et délocaliser les séances d’entraînement aux Issers, le prési- dent Hannachi n’a qu’à nous énumérer les biens que pos-

sède la JSK dans la capitale.»

«Mobilisons-nous, le changement est inévitable»

Pour conclure, Amara dira : «Notre mobilisation ne s’affaiblira pas, nous irons jusqu’au bout de notre projet. Le changement est inévitable, la JSK doit retrouver son lustre d’antan.»

Aomar Hamened : «Hannachi n’a jamais considéré les enfants du club»

Après son intervention avant-hier, en direct sur les ondes de radio Chaîne II, l’ex-gardien

de la JSK, Aomar Hamened, déclarera que le président Hannachi n’a jamais accordé d’importance aux enfants du club, en les chassant l’un après l’autre. Selon lui, c’est une évidence du fait que la JSK s’est débarrassée de tous ses enfants. A ce propos, il ajoutera : «Pour que tout le monde soit au courant, c’est Hannachi qui ne voulait pas de nous à la JSK. Lorsque j’étais joueur, il donnait de bons salaires aux autres joueurs, tandis que nous, en- fants de la JSK, touchions des miettes seulement. Pour être plus clair, Hannachi n’a jamais accordé d’importance aux enfants de la JSK, et cela depuis très longtemps. Je

profite aussi de cette occasion pour vous dire que Hanna- chi m’a déjà collé une étiquette de voyou. Heureusement que tout le monde connaît ma valeur. Je suis intègre et je dirais que cette initiative des anciens joueurs est vrai- ment louable.»

Mourad Rahmouni (ent. MOB) :

«Ce sont les supporters qui réclament le départ de Hannachi»

Après Mourad Youcefi, c’était au tour de l’ex- joueur de la JSK et actuel entraîneur du MO

Béjaïa, de s’exprimer. En effet, Mourad Rahmouni a précisé que ce sont les supporters de la JSK qui récla- ment le départ du président Hannachi : «Comme tout le monde le sait, ce sont les supporters de la JSK qui ré- clament le départ de Hannachi. Ces derniers ne veulent plus de sa gestion et ils n’accepteront plus le bricolage.» Rappelons que les supporters ont déjà manifesté de- vant les portes du stade du 1 er -Novembre, pour de-

mander le départ du président.

Salah Youcefi (ancien entraîneur et dirigeant de la JSK) : «Cette assemblée doit servir de déclic»

Intervenant sur la situation du club, Salah Youcefi, ancien entraîneur et dirigeant de la

JSK, trouve inadmissible qu’un club comme la JSK, géré avec plus de 35 milliards, joue les derniers rôles et même la relégation : «C’est inadmissible qu’un club comme la JSK, géré avec plus de 35 milliards, joue les derniers rôles et même la relégation. Il y a quelques an- nées en arrière, nous étions les meilleurs. A cet effet, je tiens à vous dire que cette assemblée doit servir de déclic pour apporter un changement.»

Ali Idir (ex-judoka international de la JSK) : «On était au sommet au niveau africain»

L’autre judoka qui était concerné par la réunion n’est autre qu’Ali Idir. Selon lui, la

JSK était au sommet dans toutes les disciplines, par le passé, mais plus maintenant : «Je me souviens que par le passé, on était au sommet dans toutes les

autres disciplines au niveau africain, mais plus maintenant. Sincèrement, le bilan de Hannachi est négatif.»

L. A.

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

N° 1832 Dimanche 12 février 2012 Coup d’œil JSK 0 7 Bouzid Dries : «Hannachi répète

Coup d’œil JSK

07

Bouzid Dries : «Hannachi répète cette chanson de quitter le club depuis toujours»

Bouzid Dries est un ancien joueur de la JSK (1988-1991), qui s’est déplacé d’El Kseur, rien que

pour répondre à l’appel du cœur et assister à la réu- nion que les anciens joueurs ont tenue hier matin. Malgré les intempéries et les routes pratiquement toutes barrées, Dries a jugé utile de donner son avis à propos de la situation que vit la JSK ces derniers jours : «La JSK est en crise. Seuls ses supporters ont la force pour apporter le changement. Cela fait des années que Hannachi nous répète la même chanson, mais il n’a tou- jours pas quitté son poste. Je pense qu’il est arrivé le temps du changement. Toutefois, je tiens à revenir sur un détail qui m’a beaucoup irrité, celui du régionalisme.

On essaye de diviser les supporters, de séparer ceux de Béni Amrane de ceux de Michelet. Pourquoi toute cette polémique, alors que tout le monde sait que la JSK ap- partient à toute la Kabylie.»

Aziz Lahcene (président du Comité de supporters) : «Il faut agir avec sagesse pour trouver une solution à cette crise»

En sa qualité de représentant de tous les sup- porters de la JSK, le président du Comité de sup-

porters, Aziz Lahcene, a assisté à la réunion des anciens joueurs, afin qu’il puisse rapporter aux fans de la JSK tout ce qui a été dit et décidé lors de cette réu- nion tant attendue. Lorsqu’il a eu la parole pour s’ex- primer, Aziz Lahcene a tenu à dire : «Pour ne pas aggraver la situation, il faudra trouver une solution à cette crise avec une grande sagesse.» Rappelons que Aziz Lahcene devrait rencontrer le président Hanna- chi incessamment.

Nesnes (ancien dirigeant et joueur de la JSK) : «La JSK est un château hanté»

Après Aomar Hamened, Aziz Lahcene et Mou- rad Youcefi, c’était au tour d’un ancien dirigeant et

joueur de la JSK d’évoquer le sujet. Il s’agit de Moh Nesnes. Ce dernier, qui a signé sa première licence à la JSK en 1963, dira que la JSK est un château hanté. Pour lui, un changement s’impose et ce, pour l’intérêt du club. «Nous cherchons l’intérêt de la JSK seulement. Depuis 1992, toutes nos réunions n’ont pas apporté de changement. La JSK est un château hanté par des fan- tômes. Personnellement, j’ai été chassé de mon poste à deux reprises. Une fois lorsque j’étais joueur et la se-

conde, en tant que dirigeant. A mon avis, le changement doit se faire par étapes, pour ne pas compliquer la si- tuation.»

Farid Farhat (supporter kabyle) :

«Nous voulons que tous les anciens expriment leur position»

Comme tout le monde le sait, les supporters de la JSK sont désormais tous contre le président

Hannachi, et réclament officiellement son départ. En plus des anciens joueurs qui étaient présents à la réu- nion, un supporter de la JSK, Farid Farhat, s’est ex- primé sur la situation du club : «Ce que les supporters demandent, c’est que tous les anciens joueurs expriment leur position sur la situation de la JSK. Sincèrement, tout le monde est contre la gestion de Hannachi.»

Mourad Youcefi (ex-président de la JSK) : «Je doute fort du montant de 86 milliards»

La réunion que les anciens joueurs de la JSK ont tenue à Tizi Ouzou, qui a été présidée par

Mouloud Iboud et Azzedine Aït Djoudi, a enregistré la présence de plusieurs anciens joueurs, qui y ont dé- fendu énergiquement les intérêts de la JSK qui, selon eux, est devenu un club quelconque qui ne fait plus peur. Parmi les anciens qui ont pris la parole pour s’ex- primer, on citera l’ex-président des Jaune et Vert, Mou-

rad Youcefi. Ce dernier dira que la JSK appartient toujours à l’Etat et que le président Hannachi n’a rien fait pour le développement de la JSK. D’après lui, ce sont les mêmes infrastructures et le même stade que la JSK possède depuis toujours. A ce sujet, il dira : «Sin- cèrement, je doute fort du montant de 86 milliards que Hannachi a cité récemment. La JSK n’a rien du tout puisque tout appartient à l’Etat. L’actuel président n’a rien fait. La preuve, ce sont les mêmes infrastructures et le même stade que la JSK possède depuis toujours. Donc, je voudrais savoir d’où Hannachi a sorti le mon- tant de 86 milliards.»

Saïd Lahcene (ex-judoka international de la JSK) :

«Hannachi a tout fait pour effacer les autres disciplines»

Ce ne sont pas seulement les anciens foot- balleurs qui ont assisté à la réunion d’hier,

même des athlètes des autres disciplines étaient pré- sents, à l’image du judoka international de la JSK, Saïd Lahcene. La situation de la JSK inquiète plus d’un, même ceux qui ont été marginalisés pendant long- temps. Le judoka, qui a tiré à boulets rouges sur Han- nachi, dira : «Hannachi a tout fait pour effacer et éliminer les autres discipline. Par ailleurs, je tiens à dire que les supporters ainsi que tout le monde continueront à se mobiliser pour pousser le président à démission- ner.»

Alors qu’il avait annoncé sa candidature, Aït Djoudi se rétracte

«Je me porterai candidat à condition que la JSK n’ait pas de président en place»

D écidément, la réunion des an- ciens joueurs de la JSK tenue hier à Tizi Ouzou n’a pas été

sans conséquences. Et pour cause, Az- zedine Aït Djoudi, qui n’a pas apprécié l’absence de certains enfants du club, avait déclaré en tout début qu’il n’était pas candidat à la présidence, avant de revenir sur sa décision. Tous les obser- vateurs sont unanimes à penser que Aït Djoudi se montre hésitant quant à sa candidature au poste de président à la JSK, surtout après avoir su qu’il ne fai- sait plus l’unanimité après des anciens joueurs du club.

«Si la JSK n’avait pas de président en place, je serais candidat»

Pour en savoir davantage sur ce sujet, nous avons contacté la personne concernée qui fut très claire dans ses déclarations. Elle nous dira : «Je me porterai candidat à la présidence de la JSK à condition qui s’il n’y ait aucun prési- dent en place.» Une déclaration qui prouve que Azzedine Aït Djoudi a tenu à

déclaration qui prouve que Azzedine Aït Djoudi a tenu à poser ses conditions, quelques heures après

poser ses conditions, quelques heures après la tenue de la réunion des anciens joueurs.

«A l’heure actuelle, il n’y a pas lieu de déposer sa candidature vu qu’il n’y a pas d’élections»

D’après certains observateurs, l’une des principales raisons qui a poussé Azzedine Aït Djoudi à poser sa condition, c’est qu’il craint de ne pas être soutenu par la majo- rité des enfants du club. Il s’est toutefois contenté de dire : «A l’heure actuelle, il n’y a pas lieu de déposer de candidature vu qu’il n’y a pas d’élections. J’attendrai le mo- ment opportun pour me porter candidat. Pour l’instant, on poursuivra nos réunions afin de rassembler le maximum d’anciens joueurs pour l’intérêt de la JSK.»

«Tous les anciens joueurs doivent contribuer au développement de la JSK»

Avant d’ajouter dans le même contexte :

«Ce projet concerne l’ensemble des anciens joueurs de la JSK, pas seulement Aït Djoudi. C’est la raison pour laquelle je dis que tous les anciens joueurs doivent contribuer au dé- veloppement de la JSK. Nous avons pas mal d’idées susceptibles de remettre le club sur de bons rails.»

Synthèse A. A.

Au cours d’une réunion qui aura duré plus de 3 heures avec Hannachi

Le conseil d’administration prend les premières mesures

Le conseil d’administration prend les premières mesures Comme prévu, les membres du conseil d’administration de

Comme prévu, les membres du conseil d’administration de la JSK se sont réunis hier dans l’après-midi avec le président Mohand Cherif Hannachi pour débattre de la situation du club. Plusieurs points ont été abordés, à sa- voir l’augmentation du capital, le dé- roulement de la prochaine assemblée générale, la vente des actions et le pa- trimoine du club. Il aura fallu plus de trois heures pour que les membres de l’assemblée prennent certaines me- sures. Loin de la réunion des anciens joueurs qui s’est tenue dans la matinée à Tizi, le président Hannachi ainsi que les membres du conseil ont décidé de ne pas répondre au mouvement d’op- position, estimant que les dirigeants actuels de la JSK appliquent la loi en vi- gueur. Les membres du CA estiment aussi que leur seule préoccupation est de préserver l’équipe loin de la pression en cette période compétitive pour l’in- térêt de la JSK.

Privilégier la voie de la sagesse face aux perturbateurs

Au cours du communiqué adressé aux médias, les membres du conseil d’administration de la JSK ont claire- ment mentionné qu’ils privilégient la voie de la sagesse face aux perturba- teurs et ce dans l’intérêt du club. C’est la raison pour laquelle ils ont décidé de rencontrer le premier responsable de la formation kabyle afin de pren- dre certaines mesures. Ils estiment que c’est l’équipe qui sera la plus tou-

chée par cette situation dans le cas où elle ne serait pas protégée. C’est l’une des raisons qui a poussé Mo- hand Cherif Hannachi à ne pas ré- pondre à la réunion des anciens joueurs qui s’est tenue hier dans la matinée à Tizi Ouzou.

Le maintien de Karouf à la tête du staff

Parmi les autres décisions prises, celle du maintien de Mourad Karouf à la tête du staff technique de la JSK. Après un nul et un succès au stade du 1 er -Novembre, les membres du conseil d’administration ont affiché leur soutien à l’enfant du club qui fait de son mieux pour améliorer les ré- sultats de l’équipe. Le conseil a donc décidé de maintenir Karouf comme entraîneur en chef jusqu’à la fin de la saison.

Augmentation du capital conformément à la loi

Quant au capital du club, les mem- bres du conseil d’administration, en compagnie de Hannachi, ont étudié la possibilité de le faire augmenter conformément à la loi. Ils estiment que tout doit se faire suivant la règlementa- tion en vigueur et que toute personne souhaitant acheter des actions est la bienvenue. Quant à la date de la tenue de l’assemblé générale, elle n’a pas été communiquée, le temps de rassembler l’ensemble des documents nécessaires.

A. A.

Hannachi : «Nous privilégions la voie de la sagesse»

Quelques minutes après la tenue de la réunion du conseil d’administration, le président Mo- hand Cherif Hannachi nous a accordé les pre- mières déclarations, concernant notamment les décisions qui ont été prises. Quant à la situation actuelle, Hannachi nous a fait savoir qu’il privi- légie la voie de la sagesse afin de préserver l’in- térêt de son équipe et de ses joueurs qui sont perturbés par cette histoire.

«Plusieurs points ont été abordés au cours de cette réunion»

En revenant sur cette réunion, le premier res- ponsable du club dira : «J’ai tenu une réunion avec les membres du conseil d’administration afin d’aborder plusieurs points concernant la situation actuelle du club. Nous avons expliqué certains points par le biais d’un communiqué de presse. Ce que je tiens à dire, c’est qu’on a décidé de pri- vilégier la voie de la sagesse pour l’intérêt de la JSK. La stabilité de mon équipe est au-dessus de tout.»

«La réunion des anciens joueurs ne m’intéresse pas»

Quant à la réunion des anciens joueurs de la JSK qui a eu dans la matinée d’hier à Tizi Ouzou, Hannachi n’a pas manqué de réagir :

«La réunion des anciens joueurs ne m’intéresse pas. Je le dis une nouvelle fois, je ne fais qu’appli- quer la loi. Tout se fera conformément à la loi. Je connais le règlement. Quant à l’augmentation du capital, le commissaire aux comptes fait son tra- vail et tout se fera par le biais du notaire.»

«Je n’ai jamais dit que j’allais rester»

Avant de conclure : «Au moment où je vous parle, la date de la tenue de l’assemblée générale n’a toujours pas été fixée, car nous n’avons pas en- core des papiers à faire. Mais une fois qu’elle aura lieu, je compte me retirer. Je n’ai jamais dit que j’allais rester. Je reste sur ma décision de partir qui est irrévocable.» A.A.

Condoléances

C’est avec une grande tristesse que le kinésithéra- peute de la JSK, Rachid Abdeldjebar, a appris le décès de Belhadi Ouiza, mère de son ami Bournissa Nacer. En cette douloureuse circonstance, il tient à lui présenter ses sincères condoléances et assure la famille de la défunte de sa profonde sympathie. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

08

0 8 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 Coup d’œil Ligue 1 Ghrib : «Bracci est

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

Coup d’œil Ligue 1

Ghrib : «Bracci est limogé, son successeur sera connu avant le match du NAHD» Omar
Ghrib : «Bracci est limogé,
son successeur sera connu
avant le match du NAHD»
Omar Ghrib a limogé hier
son entraîneur François
Bracci à l’issue du faux pas
concédé à domicile face à la
JSMB : «Bracci est limogé.
Les choix qu’il a faits au-
jourd’hui en laissant
Sayoud sur le terrain et sor-
tir Djallit sont la goutte qui
a fait déborder le vase. Son
successeur sera connu dans les 48 heures
qui viennent, c’est-à-dire avant le prochain
match contre le NAHD.»
Bracci : «Je suis déçu»
«Apparemment, c’est le destin. S’ils ont
décidé de me limoger, on va essayer de
trouver un accord à l’amiable. Je suis déçu,
parce que j’ai trouvé le Mouloudia en bas du
tableau à mon arrivée, et voilà qu’on me de-
mande de jouer le titre d’un coup.»

Chaouchi fait son show Avant le début de la rencontre, le sulfureux gardien de but du MCA, Faouzi Chaouchi, a régalé la galerie avec ses gestes techniques bien maîtrisés. Lors de son échauffement avec son camarade Azeddine, le gardien in- ternational du Mouloudia a fait un numéro de jonglerie qui lui a valu les applaudisse- ments du public. L’enfant de Bordj Menaïel ne rate pas une occasion de montrer qu’il est aussi habile avec les pieds qu’avec les mains.

Il a failli commettre une bourde Le gardien mouloudéen a failli, toutefois, commettre une grosse erreur qui aurait pu

coûter cher à son équipe. On jouait la 25’ de jeu, Chaouchi reçoit le ballon d’un camarade

à la limite des 18 mètres, et au lieu de déga-

ger, il a pris un gros risque en tentant de dribbler l’attaquant béjaoui Ernest Yellemou, venu le presser. Le joueur de la JSMB a failli lui chiper le ballon et le glisser au fond des filets. Mais le portier mouloudéen, heureu- sement pour lui, a récupéré le ballon et écarté le danger.

Zeddam titularisé

En dépit des critiques qu’il a essuyées de toutes parts, allant même jusqu’à l’accuser d’un relâchement contre son ancienne équipe, le CSC, qui a tenu le MCA en échec

à Bologhine, Zeddam a été finalement titu-

larisé, hier, contre la JSMB. L’entraîneur Bracci lui a fait confiance en l’associant à Mo- bitang dans l’axe de la défense.

Yachir préféré à Berrardja Pour le poste de milieu offensif gauche, l’entraîneur François Bracci a préféré titula- riser Samy Yachir à la place de Berrardja, laissé sur le banc des remplaçants. L’ex- joueur de l’USMH, recruté au dernier mer- cato, semble gagner la confiance de son entraîneur.

Belaïd dans la tribune Non retenu pour le match d’hier, Amine Belaïd s’est déplacé tout de même au stade Omar-Hamadi. Il a pris place dans la tribune officielle d’où il a suivi le match. En l’absence de Besseghier, c’est Djeghbala qui a été ap- pelé pour évoluer sur le flanc droit.

Les joueurs mouloudéens saluent Michel et Achouri Avant le coup d’envoi de la rencontre, les joueurs du MCA sont allés serrer la main à l’entraîneur de la JSMB, Alain Michel, et son adjoint Kamel Achouri qui formaient autre- fois le staff technique du Mouloudia. Les deux hommes étaient contents de retrouver leurs anciens poulains.

Derrag accueilli avec des fleurs L’attaquant béjaoui Mohamed Derrag a été accueilli avec des fleurs, hier, au stade Omar- Hamadi de Bologhine. L’ancien Mouloudéen a eu droit également à une standing-ovation de la part des Chnaoua qui l’ont accueilli en scandant : «Djeich, chaâb, mâak ya Derrag !» L’ancien attaquant du MCA a alors porté la main sur le cœur, signifiant qu’il porte tou- jours les Chnaoua dans son cœur.

Il a salué ses ex-coéquipiers La rencontre d’hier entre le MCA et la JSMB a été l’occasion pour Mohamed Der- rag de rencontrer ses ex-camarades du Mou- loudia. Avant le coup d’envoi, l’attaquant de la JSMB est allé saluer ses ex-coéquipiers ainsi que son ex-coach Bracci avec qui il a gagné le titre de champion en 2010.

MCA 1 - JSMB 1 Stade : Omar-Hamadi (Bologhine) Affluence : moyenne Arbitres : Houasnia,
MCA 1 - JSMB 1
Stade : Omar-Hamadi (Bologhine)
Affluence : moyenne
Arbitres : Houasnia, Omari, Ba-
dache
Avertissements : Yellemou (70’),
Bachiri
(86’),
Zafour
(90’+2)
(JSMB)
Buts
: Yellemou
(40’)
(JSMB) ;
Sayah (76’) (MCA)
MCA 1
JSMB 1
Chaouchi,
Si Mohamed,
Djeghbala,
Megatli,
Babouche
Mebarakou,
(Daoud 46’),
Zafour,
Zeddam,
Bachiri,
Mobitang,
Boucherit,
Koudri,
Ouali,
Ghazi,
Zerrara
Sayoud,
(Benchaïra 72’),
Yachir
Maroci
(Yalaoui 65’),
(Hamouche 90’),
Djallit
Gasmi,
(Younes 62’),
Yellemou
Sayah
Entraîneur :
Entraîneur :
Michel
Bracci
Sayah Entraîneur : Entraîneur : Michel Bracci Nouvelle tenue pour les Béjaouis Les joueurs de la

Nouvelle tenue pour les Béjaouis Les joueurs de la JSMB ont arboré un nouvel équipement, à l’occasion de la rencontre d’hier contre le MCA. Une tenue à rayures vert et rouge fournie par l’équipementier du club Uhl Sport. Le Mouloudia a évolué tout en blanc. Les Mouloudéens insultés…

   

Sayoud prive le Mouloudia

L e match a démarré pied au plancher. La première alerte a été donnée par les locaux lorsque Djallit se présente seul dans la sur-

face de réparation devant

d’une victoire

A

cinq minutes de la fin de pre-

côté droit, mais il n’arrive pas à ajuster son coup de tête. Ce sont plus

côté droit, mais il n’arrive pas à ajuster son coup de tête. Ce sont plus tôt les visiteurs qui se mon- trent plus efficaces, en ouvrant le score à cinq minutes de la fin de la première mi-temps. Suite à une erreur de Babouche sur son côté, Ouali récupère le ballon et sert idéalement Yellemou qui, seul face à Chaouchi, reprend victo- rieusement le cuir de la tête. Un but qui complique la situation des Mouloudéens qui rejoignent les vestiaires sous les insultes de leur public. Au retour des vestiaires, le Mouloudia jette toutes ses forces dans la bataille dans le but de re- faire son retard. La défense bé- jouie tenait bon devant les assauts des locaux, jusqu’à la 76’ de jeu lorsqu’elle craquera, suite à une

faute d’appréciation sur une posi- tion de hors-jeu. Le rentrant You- nès profite de l’occasion pour se présenter seul, il tente un lob sur Si Mohamed qui n’est pas cadré. En bon opportuniste, Sayeh suit l’action et parvient à pousser le ballon au fond des filets de la tête. Un but qui a délivré les Moulou- déens qui continuent de se battre pour ajouter le but de la victoire. Dans les ultimes moments du match, Sayoud, qui a joué prati- quement tout le match sous les insultes du public, a raté l’im- manquable. Se présentant seul devant Si Mohamed, Amir Sayoud rate lamentablement le cadre, privant le Mouloudia d’une victoire.

T. Che

mière mi-temps, au moment où le MCA a encaissé un but, les suppor- ters n’ont pas caché leur mécontente- ment en faisant entendre à leurs joueurs des vertes et des pas mûres. Les camarades de Chaouchi ont re-

le portier béjaoui Si Mohamed qui remporte son duel. Cinq mi- nutes plus tard, Djallit, encore lui, reçoit un bon ballon à l’intérieur

joint les vestiaires sous les insultes de leur public.

… Sayoud, le plus ciblé

les joueurs ont été copieusement

insultés, après avoir encaissé un but, c’est Amir Sayoud qui a été la cible préférée des Chnaoua. Le public s’est levé comme un seul homme pour de- mander le départ du joueur recruté au dernier mercato et qui est revient cher au club, mais qui n’a rien montré jusque-là. Babouche se blesse Le capitaine d’équipe du MCA, Réda Babouche, n’a pas pu aller au terme de la rencontre d’hier pour cause de blessure. Après avoir reçu un coup, le latéral gauche mouloudéen, qui a commis l’erreur qui a amené le premier but de la JSMB, n’est pas re- venu sur le terrain, après avoir rejoint les vestiaires à la fin de la mi-temps. Daoud sur le côté droit Réda Babouche a été remplacé par Farid Daoud qui n’a pas évolué dans son poste habituel. Le milieu mou- loudéen a été appelé à couvrir le cou- loir droit, alors que Djeghbala a remplacé Babouche sur le côté gauche.

Amroune non retenu L’attaquant Mohamed Amroune n’a pas été retenu parmi les 18 joueurs qui ont affronté, hier, la JSMB. Un choix de François Bracci, puisque le joueur ne souffre d’aucune blessure. Il ne s’est pas déplacé pour assister à la rencontre de ses camarades. Un public peu nombreux

Si

des 18 mètres, mais il pèche dans le dernier geste. Les Mouloudéens accentuent leur pressing, mais les

gars de Yemma Gouraya tiennent bon. Leur première réaction in-

tervient à la 16’ de jeu, suite à une action bien menée par Ouali. Gasmi, à la limite de la surface de réparation, décoche un tir, mais Zeddam s’interpose in extremis et dévie en corner. Les Moulou- déens se ruent de nouveau en at- taque et réussissent à se créer plusieurs occasions. A la 35’, Ba- bouche reçoit un bon centre du

Deux supporters évacués à l’hôpital

     

Deux supporters du Mouloudia d’Alger, ap-

paremment touchés à l’arme blanche suite à une rixe, ont été évacués en urgence à l’hô- pital par les agents de la Pro- tection civile.

On suspecte une pubalgie chez Sayoud

Beaucoup a été dit sur le cas de Sayoud, notam-

ment sur le fait qu’il a été re- cruté alors qu’il souffre de blessure grave. D’après nos dernières informations, le joueur souffre d’une pubalgie. Si c’est le cas, cela signifie qu’il ne jouera pas jusqu’à la fin de la saison.

Le MCA risque le huis

Michel : «L’arbitre nous a privés de la victoire»

«Aujourd’hui, nous avons fait le né- cessaire pour rem- porter ce match, mais l’arbitre nous a privés de la victoire. Le but d’égalisation du Mouloudia est

entaché d’une posi- tion de hors jeu. On

a réussi à marquer et retourner le public mouloudéen contre son équipe. On devrait gagner, mais l’ar- bitre en a décidé autrement.»

Chaouchi : «Je ne suis pas surpris par le public»

On devrait gagner, mais l’ar- bitre en a décidé autrement.» Chaouchi : «Je ne suis pas

Sayoud voulait laisser ses camarades à 10 sur le terrain

Ne pouvant plus suppor- ter la pression du public qui l’insultait tout au long de la partie, Amir Sayoud a demandé à son entraîneur de l’autoriser à quitter le terrain, alors que ce der- nier avait épuisé les trois changements. François Bracci s’est résigné à de- mander à son joueur de continuer à jouer et de ne pas laisser l’équipe à dix, menée de surcroît au score. L’ex-joueur d’Al Ahly simu- lait une blessure pour pousser son entraîneur à le sortir, mais ce dernier s’est montré inflexible. Sayoud, qui a terminé la rencontre malgré lui, s’est attiré les foudres du public, surtout après avoir raté lamenta- blement une occasion en or d’offrir la victoire à son équipe dans les ultimes mi- nutes de la rencontre. Il a d’ailleurs quitté le terrain sous les insultes des sup- porters qui étaient fous fu- rieux contre celui qu’on attendait comme un mes- sie.

«Franchement, je ne suis pas surpris par le comportement de notre public. Je suis mondialiste,

«Franchement, je ne suis pas surpris par le comportement de notre public. Je suis mondialiste, et on m’a insulté à plu- sieurs reprises. L’at- titude de nos

supporters ne sur- prend guère aujourd’hui. On essayera de se rattraper lors de la prochaine journée.»

 

rencontre qui a opposé, hier, le

MCA à la JSMB au stade Omar-Ha- madi de Bologhine, n’a pas drainé la grande foule. Des supporters en pe- tits nombres ont pris place dans la tribune couverte. Le froid glacial et la retransmission de la rencontre sur le petit écran y sont pour quelque chose.

La

clos

A la fin du match, les supporters du Moulou-

dia ont exprimé leur colère envers leur équipe par des in- sultes et autres jets de projec- tiles sur le terrain. Etant déjà averti, le club risque le huis clos pour le prochain match.

 

U21 : MCA 0 - JSMB 3 : Boulaïncer, bourreau du Mouloudia

 

Les Espoirs du MCA ont été cor- rigés, hier, par la formation bé- jaouie sur le score sans appel de 3 à 0, au stade Baba Hacène. L’atta- quant béjaoui Rafik Boulaïncer,

 

laissé à la disposition des U21, s’est offert le doublé et confirmé son statut de bourreau du MCA. Il a, pour rappel, inscrit un but contre l’équipe première du

Doyen lors de la phase aller au stade de l’Unité-Maghrébine. Alain Michel devra penser à le récupérer pour le reste de la sai- son.

N° 1832 Dimanche 12 février 2012 MCA-JSMB Coup d’œil Ligue 1
N° 1832 Dimanche 12 février 2012
MCA-JSMB
Coup d’œil Ligue 1

Attafen se fera opérer aujourd’hui du ménisque

S ouffrant de son genou droit qui l’a contraint à faire l’impasse sur les deux matches contre la JSMB et le NAHD, Billel Attafen a

eu hier connaissance des résultats de l’IRM qu’il avait passée mercredi dernier. Le diagnostic est sans appel, Billalou doit passer sur la table d’opération pour se faire enlever le ménisque. Ayant contracté une lé- sion méniscale, le meneur de jeu mouloudéen doit absolument passer sur la table de billard afin de revenir le plutôt possible à la compétition. Voulant profiter de la minitrêve que le club observera après le match de ce mardi face au Nasria, le staff mé- dical du club a voulu accélérer le processus en programmant l’inter- vention chirurgicale pour ce matin à la clinique Saâda. Tout a été calculé afin que le joueur soit prêt pour le match de championnat contre Saïda.

Il sera out trois semaines

Tout comme Seddik Berradja qui s’était fait lui aussi opérer du mé- nisque, Attafen sera, selon nos infor- mations, out durant trois semaines. Le fait que son équipe devra obser- ver une minitrêve d’une dizaine de jours, Attafen ne sera pas contraint de rater beaucoup de matchs. Forfait déjà pour les deux affiches contre la

de matchs. Forfait déjà pour les deux affiches contre la JSMB et le NAHD, Billalou, comme

JSMB et le NAHD, Billalou, comme on le surnomme grâce à son assi- duité, pourrait être d’attaque pour la rencontre face au Mouloudia de Saïda prévu dans trois semaines au stade de Bologhine. On peut dire que cette mini trêve improvisée ne

pouvait mieux tomber pour le mi- lieu de terrain mouloudéen qui aura

toute la latitude pour se remettre de

son problème physique qui le handi-

cape depuis le dernier match de la phase aller contre le mouloudia d’El Eulma.

La rééducation programmée à partir de ce mardi

Dès qu’il sera opéré du ménisque, Billel Attafen devra entamer ce

mardi sa rééducation. Le destin aura voulu que le meneur de jeu moulou- déen entame ses soins le jour même

où son équipe affronterait le NAHD

son club formateur au stade du 5-

Juillet. La rééducation s’étalera sur

dix jours à raison de deux séances

quotidiennement. Et ce n’est qu’après

dix jours de travail de dur labeur

que Billel pourra reprendre les en- traînements avec ses partenaires.

Son retour pourrait se faire contre le MCS

La minitrêve conjugué au report

du match face à l’ASO, Coupe

d’Afrique oblige, Billel Attafen pour-

rait retrouver la compétition lors de

la réception du Mouloudia de Saïda au stade de Bologhine pour le

compte de la 22 e journée du cham- pionnat.

T. Che

le compte de la 22 e journée du cham- pionnat. T. Che 0 9 Abderrahmane Malek

09

Abderrahmane Malek «La

décision de faire jouer MCA-NAHD au 5-Juillet sera prise ce dimanche»

Les conditions climatiques ex- trêmes qui devraient sévir dans les prochains jours sur tout le terri- toire national incitent les respon- sables du stade olympique à la prudence. Face à la programma- tion pour ce mardi du match derby entre le MCA et le NAHD quatre jours avant la tenue d’une autre affiche entre l’USMA et le CRB devra pousser la direction de l’OCO à prendre les mesures né- cessaires, quitte à délocaliser l’une des deux affiches. Et pour avoir plus d’indication, nous avons joint le directeur du stade du 5-Juillet, Abderrahmane Malek, qui a re- fusé pour le moment de se pro- noncer avec fermeté sur le sujet qui reste épineux. «Pour le mo- ment, nous n’avons pris aucune dé-

cision. Ce n’est que ce dimanche

que nous allons trancher après avoir inspecté avec minutie la pe- louse du stade. Le fait que le derby MCA-NAHD doit se jouer quatre jours avant celui entre le CRB et l’USMA pose problème. Dans le cas où le terrain ne pourrait accueillir les deux rencontres en l’espace de quatre jours, on sera dans l’obliga- tion de délocaliser celui entre le MCA et le Nasria dans une autre enceinte. Une décision qui sera bien évidemment prise par la Ligue na- tionale», nous a déclaré le respon- sable du stade olympique qui risque de s’attirer les foudres des pensionnaires de Chéraga qui ne veulent pas entendre parler d’une programmation dans un stade autre que le 5-Juillet.

T. Che

Ghrib «On jouera notre derby au 5-Juillet et pas ailleurs»

Concernant cette possibilité de délocaliser le derby dans une autre enceinte est loin d’enchanter Omar Ghrib qui s’oppose catégorique- ment à cette hypothèse. Pour l’homme fort du mouloudia, le derby doit se jouer dans l’enceinte olympique et pas ailleurs. «Je persiste et signe, on jouera le match derby contre le NAHD au stade du 5-Juillet et pas ailleurs. On s’était fait avoir lors du match en délocalisant la rencontre à Rouiba, il est hors de question de se faire avoir une nou- velle fois», dira avec fermeté le coordinateur de section.

fois» , dira avec fermeté le coordinateur de section. T. Che Aucun Mouloudéen n’a été retenu
fois» , dira avec fermeté le coordinateur de section. T. Che Aucun Mouloudéen n’a été retenu

T. Che

Aucun Mouloudéen n’a été retenu pour le stage des U20

On croit savoir que les résultats de l’IRM ont révélé une lésion méniscale qui a exigé une intervention chirurgicale Effectivement. Les résultats de l’IRM ont révélé un problème au niveau du ménisque qui a exigé une opération. Ce n’est pas aussi grave, mais il faudra tout de même passer sur le billard. L’opération est programmée pour quand ? (NDLR : entretien réalisé samedi) Pour demain matin à la clinique Saâda. Je préfère me faire opérer afin de revenir le plus vite possible à la compétition. D’ailleurs, la ré- éducation est prévue pour ce mardi Inch’llah et devra s’étaler sur une dizaine de jours.

On peut dire que la minitrêve qui sera observée par votre équipe tombe vraiment à pic ? Absolument. J’aurais le temps de me remettre de ma blessure sans rater beaucoup de matchs. J’espère que mes partenaires parviendront à arracher les six points qui nous per- mettront d’accrocher cette cin- quième place. Je serai d’ailleurs de tout cœur avec mes camarades. Avouez que c’est démoralisant de se blesser au moment où vous affichez une forme éblouissante Mais que voulez-vous faire, ce sont les risques du métier ! Chaque joueur vit avec cette crainte de se blesser un jour. Et lorsque cela ar- rive, il faut remonter la pente. Mais il ne faut pas non plus dramatiser

Ligue des champions

car ma blessure n’est pas aussi grave que cela. C’est une intervention mi- neure qui nécessitera au maximum trois semaines d’indisponibilité et puis je serai de retour à la compéti- tion. Le plus important, c’est d’être prêt pour les rencontres choc qui vont s’enchaîner à vitesse grand V après au mois de mars.

Les Chnaoua seront toutefois déçus de ne pas assister au duel tant attendu entre Khedis et vous C’est le destin. Il le faut l’accepter. Le plus important maintenant est de guérir et faire une très bonne ré- éducation pour attaquer comme il se doit la suite du championnat. Entretien réalisé par Tarek Che

Le sélectionneur national des U20, Jean Marc Nobilo, a convo- qué 38 joueurs pour un stage qui s’étalera du 12 au 15 février à Sidi Moussa. Le seul hic dans toute cette affaire, c’est qu’on dénombre la présence d’aucun joueur du Mouloudia d’Alger. Il n’y a pas si longtemps, le vieux club algérois constituait un réservoir inépuisa- ble pour les différentes sélections nationales. Il semble être révolu ce temps où la formation était le cheval de bataille du Doyen qui avait décroché son 7 e sacre en 2010 grâce à sa classe biberon. Les Daoud, Koudri, Bouchema, Slimani, Bedbouda, Amroune, Bensalem, Moumen, Kabla et au- tres Aberane ont tous participé à des degrés divers dans l’obtention

d’un titre qui a été raflé au nez à et la barbe de l’armada sétifienne. Désormais, la promotion des jeunes issus du cru ne semble plus être la priorité des pension- naires de Chéraga qui ont com- plètement changé leur fusil d’épaule préférant plutôt recruter au prix fort des joueurs loin de répondre aux attentes des sup- porters. Et le fait de voir le club voisin l’USMA fournir neuf élé- ments aux U20 illustre parfaite- ment la politique de formation complètement désertée par le Doyen qui connaît d’immense souci au niveau des jeunes caté- gories qui sont plus que jamais li- vrés à eux-mêmes.

T. Che

19 joueurs concernés par le voyage au Tchad

Comme annoncé par nos soins, la di- rection de la JSMB a opté, cette fois-ci, pour une délégation réduite, 29 élé- ments, pour effectuer le voyage au Tchad, mercredi prochain dans la mati- née, en prévision de la rencontre contre le FC Foulah. Elle est composée de 19 joueurs seulement, dont 2 gardiens. Il s’agit de Si Mohamed, Djebarat, Me- gatli, Boulahia, Bellakhdar, Zafour, Ba- chiri, Maïza, Mebarakou, Maroci, Ouali, Boucherit, Benchaïra, Kacem, Hamlaoui, Gasmi, Yabeun, Derrag et Yellemou. La délégation béjaouie com- porte aussi les 4 membres du staff technique, à savoir le coach Alain Michel, et ses deux assis- tants, Hamouche et Achouri, ainsi que le pré- parateur des gardiens, Abderezak Harb. Au côté du staff technique, l’on a noté la présence d’un médecin et d’un soigneur, du secrétaire général, Hamid Makhloufi, du responsable de la logistique, Soualahi Madani, et Nasser Ya- hiaoui qui sera en principe le chef de la délé- gation.

Boulaïncer, Aourès, Hamouche et Aït Fergane non retenus

Pour ce premier match contre le FC Foulah, le staff technique de la JSMB a décidé donc de ne

Foulah, le staff technique de la JSMB a décidé donc de ne pas faire appel aux

pas faire appel aux jeunes joueurs de l’équipe, à savoir Boulaïncer, Aourès, Hamouche et Aït Fergane. Même s’ils ont effectué le vaccin avec le reste du groupe, ces derniers ne seront pas du voyage. Parmi ces jeunes joueurs, seul le défenseur Zidane Mebarakou est convoqué pour cette rencontre. En plus de ces joueurs, la nouvelle recrue hivernale, Toufik Zerrara, pourrait ne pas faire le voyage elle aussi puisque son nom n’a pas été porté parmi les joueurs concernés par ce match contre le FC Foulah.

Le voyage coûtera 600 millions

Les Béjaouis n’ont pas pu s’offrir un avion spé- cial qui aurait coûté près de un milliard en

aller-retour. Après plusieurs propositions, la direction de la JSMB a opté finalement pour le vol Alger-Paris-N’djamena à bord d’un avion de la compagnie aérienne Air France. Pour transporter les 29 membres de la délégation au Tchad, le club béjaoui a déboursé donc presque 600 millions de centimes à raison de 20 millions et quelques poussières le billet pour un voyage en aller-retour. Les dirigeants ont confirmé la réservation au courant de la semaine et ils ont même récupéré tous les billets d’avion.

Le départ le

15 janvier à 10h

et le retour le

19 à 7h

La délégation de la JSMB s’envolera pour le Tchad, mercredi prochain, dans la matinée à 10h. Avant de rejoindre la capitale, N’djamena, les Béjaouis devront faire escale à Paris où ils devront attendre pas moins de quatre heures avant de prendre un autre avion à destination N’djamena dans l’après-midi. L’arrivée est pré- vue donc tard dans la soirée. Concernant le re- tour, les Béjaouis regagneront le pays le 19 janvier prochain à 7h du matin après avoir joué leur match la veille. A signaler que la dé- légation prendra le même plan de vol que celui

de l’aller pour rejoindre Alger après une escale à Paris.

Le secrétaire général récupère les visas ce matin

Après avoir déposé les dossiers de visas au ni- veau de l’ambassade du Tchad, le secrétaire, Hamid Makhloufi, a rendez-vous, ce matin, dans ce même lieu pour récupérer les visas des joueurs afin qu’ils puissent pénétrer au Tchad sans aucun souci. D’après nos informations, la délégation de la JSMB bénéficiera d’un visa collectif, ce qui facilitera la tâche au chef de délégation lors des procédures de douane et à la police des frontières à l’aéroport.

Trois hôtels ont été proposés aux Béjaouis

Pour leur mise au vert à N’djamena, les res- ponsables béjaouis ont déjà reçu trois proposi- tions des hôtels de la capitale. Ces derniers n’ont pas encore tranché, préférant attendre pour étudier toutes les commodités de ces hô- tels avant de choisir le plus adéquat pour leur séjour au Tchad. Même si, pour le moment, rien n’est encore officiel, tout porte à croire que les Béjaouis vont choisir l’hôtel Méridien qui répond parfaitement aux exigences des joueurs surtout.

S. A.

10

1 0 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 Coup d’œil Ligue 1 U21 : ASO 3

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

Coup d’œil Ligue 1

U21 : ASO 3 - ESS 1

En lever de rideau du match d’hier, les U21 de l’ASO ont disposé de leurs homo-

logues sétifiens par trois buts à un. Leurs aînés n’ont pu suivre la même voie.

Première titularisation de Bouhafer

Le match d’hier a été l’occasion pour la nouvelle recrue de l’ASO, Bouhafer, d’enre-

gistrer sa première titularisation sous les cou- leurs de sa nouvelle équipe. Le transfuge de la JSM Tiaret a été aligné dans le onze de départ en raison de l’indisponibilité de Senouci.

Bentocha à la place de Abdeslam

Abdeslam n’est visiblement pas encore ré- tabli de sa blessure. C’est ce qui explique sa

présence hier sur le banc des remplaçants et son remplacement par Bentocha, titularisé à l’occa- sion.

Achiou relégué sur le banc

Hocine Achiou n’a pas figuré hier dans l’effectif rentrant de l’ASO. Le joueur ne

souffre d’aucune blessure et c’est donc le choix du coach qui a préféré le laisser sur le banc. Est- il en train de perdre sa place de titulaire ? Ré- ponse dans les jours à venir.

Une cinquantaine de supporters sétifiens du voyage

Contrairement à leurs habitudes, les Séti- fiens ont brillé hier par leur absence au

stade Boumezrag. Ils étaient une cinquantaine seulement à avoir fait le déplacement à Chlef.

Les Chélifiens s’envoleront demain pour Ouagadougou

Les joueurs de Noureddie Saâdi devraient effectuer aujourd’hui une séance de décras-

sage au lendemain du match contre l’Entente. Demain, ils mettront le cap sur Ouaga, la capi- tale du Burkina Faso pour leur premier rendez- vous africain de la saison. Les camarades de Samir Zaoui prendront aujourd’hui le vol de 14h30 pour Casablanca d’où ils rallieront Ouaga en début de soirée.

Une délégation de 30 personnes, dont 19 joueurs

La délégation chélifienne sera composée de 30 membres. Les différents staffs tech-

nique, médical et administratif et les 19 joueurs que Noureddine Saâdi a convoqués pour ce dé- placement au Bukina Faso.

ASO 0 - ESS 0 Stade : Boumezrag (Chlef) Affluence : nombreuse Arbitres : Bichari,
ASO 0 - ESS 0
Stade : Boumezrag (Chlef)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Bichari, Benarous,
Salaouadji
Avertissements : Diss (18’),
Bengoreine (90’+2) (ESS) ;
Zaouech (36’), Oussalé (45’)
(ASO)
ASO 0
ESS 0
Ghalem,
Bouhafer,
Zazou,
Zaoui,
Aouamri,
Zaouech,
Bentocha
(Ali Hadji 80’),
Gharbi,
Messaoud,
Oussalé,
Seguer
Benhamou,
Lakhdari,
Bengoreine,
Diss,
Belkaïd,
Delhoum,
Karaoui
(Bentaleb 71’),
Tiouli
(Ferrahi 71’),
Djabou
(Benchadi 90’+2),
Aoudia,
Entraîneur :
Benmoussa
Saâdi
Entraîneur :
Geiger

Le verrou sétifien

L ’ASO, le poursuivant direct du leader, a raté hier une belle occasion de s’empa- rer seule de la tête du championnat en recevant sur son terrain l’Entente de

Sétif. Les gars de Aïn El Fouara, après avoir tenté quelques incursions en première mi- temps, ont décidé de tout verrouiller en se- conde période. Il ne restait pour la bande à Saâdi que les balles arrêtées dont ils vont user sans succès. C’est Gharbi qui va déclencher les hostilités en reprenant de la tête un corner de Messaoud. Sa balle est allée s’écraser sur la transversale. Au point de chute, Zaoui ratera le

cadre (14’). L’Entente va réagir à la 21’ de la même manière à la suite d’un corner botté par Djabou. Aoudia reprend au point de penalty, mais voit sa balle passer au-dessus. Une minute plus tard, Messaoud exécute un coup franc qui

a failli faire mouche. Il trouvera le petit filet

(22’). Messaoud, encore lui, sera derrière une autre action dangereuse des Chélifiens. Un autre coup franc qui va trouver la tête d’Aouamri. Benhamou parvient à repousser la balle qui revient dans les pieds de Gharbi. Ce dernier, encore une fois malchanceux, trouvera cette fois-ci le poteau gauche des bois de Ben- hamou (27’). A la 37’, un coup franc est sifflé en faveur de l’ESS. Benmoussa se charge de l’exécuter. Son tir à ras de terre est dévié en cor- ner par Ghalem. On en restera là pour cette première période. Au retour des vestiaires, les Sétifiens ne vont plus oser en attaque. Le pres- sing du champion sortant va en plus les obli- ger à défendre à onze. Chlef domine, mais ne trouve pas encore la brèche. Oussalé tente, après une percée dans la défense sétifienne, de tromper Benhamou qui parviendra à s’inter- poser (56’). Et comme le jeu restera encore

fermé, c’est encore sur des balles arrêtées qu’on va chercher la solution. Un autre corner de Messaoud, et une autre tête d’Aouamri. Benha- mou est battu, mais c’est Bengoreine qui va sau- ver sur la ligne (73’). 75’, autre balle arrêtée. Un coup franc flottant de Messaoud qui va obliger Benhamou à intervenir. Ce dernier dévie la balle sur le poteau avant qu’elle sorte en corner. C’est la troisième fois que les balles des Chéli- fiens sont repoussées par les deux poteaux et la transversale. La suite n’apportera aucun chan- gement. Les Chélifiens ont poussé, mais les Sé- tifiens, bien regroupés derrière, ont tout repoussé. On notera, toutefois, qu’hormis l’in- corporation de Ali Hadji à la place de Bento- cha, Saâdi n’a effectué aucun changement. A. F.

Saâdi «Je ne savais pas qu’on pouvait dominer l’Entente de cette manière»

«Je suis satisfait du résultat et de la prestation de mon équipe car, je ne savais pas que nous pouvions dominer l’Entente de cette manière. Nous avons raté quelques occasions en première mi- temps avec une transversale et un poteau, et en seconde mi-temps, nous étions pratiquement seuls sur le terrain. L’adversaire n’a fait que défendre et je ne peux rien reprocher à mes joueurs qui ont fait tout ce qu’il fallait faire. Ils ont été meilleurs sur tous les plans, mais le résultat n’a pas suivi. Le championnat est encore long.» A. F.

Geiger «J’ai

demandé aux joueurs de fermer le jeu en deuxième mi-temps»

«Je pense qu’on a fait un bon match, l’ad- versaire était sous pression en première mi- temps, mais nous n’avons pas pu en profiter. En seconde période, j’ai dit à mes joueurs de faire très attention derrière, et on a fini par fer- mer le jeu. C’est aussi une manière pour reve- nir avec un bon point de pris. Globalement, je suis satisfait de ce match.» A. F.

Djabou suspendu

Si Karaoui ne sera pas du voyage en Tunisie, l’effectif sétifien, qui aura à en découdre avec le Club Africain, serait rétréci comme une peau de

chagrin. En plus de Karaoui, Djabou sera absent pour cause de suspension. Le meneur de jeu sétifien avait, pour rappel, écopé de six matches de suspen- sion après avoir été expulsé.

19 joueurs, dont 3 gardiens

Avec les absences de Djabou, suspendu, et de Ghazali, qui continue à bouder l’équipe, auxquelles s’ajoutera éventuellement celle de Karaoui,

ce sera un effectif réduit qui se déplacera à Tunis. En effet, ils seront en tout et pour tout dix-neuf joueurs au sein de la délégation, trois gardiens de but et seize joueurs de champ. Cinq éléments de l’effectif actuel ne disposent pas de licences continentales. Il s’agit de Lakhdhari, Zaâboub, Cyril, Kouamé et Bentaleb.

S. B.

Des formules proposées aux supporters sétifiens

Plusieurs agences de voyages ont étudié les mo-

dalités concernant le transport des supporters de l’ESS à Tunis. Les formules qui seront propo- sées aux fans de l’Entente in- cluent le voyage en aller-retour, deux nuitées à Tunis et un ticket d’accès au stade.

Des prix «low cost»

L’une des toutes pre- mières agences de voyages à

proposer une formule aux sup- porters sétifiens, c’est l’agence El Ketama basée à Sétif. Le moins

que l’on puisse dire, c’est que l’of- fre est des plus attrayantes. Deux nuitées dans un hôtel 5 étoiles à Yasmine Hammamet avec demi- pension et un ticket d’accès au stade sont proposés contre la somme de 5 900 DA. Plusieurs réserves ont été cependant émises. Avant toute chose, il se pourrait que le match se déroule

à huis clos. Par ailleurs, la

somme totale à verser pourrait être majorée suivant le prix du ticket qui sera fixé par la FTF. Les supporters auront, enfin, le choix entre les nuits du 17 et 18 ou du 18 et 19 février.

Le Club Africain récupère ses quatre internationaux

Quatre joueurs du Club Africain qui ont participé

à la dernière CAN ont regagné le bercail. Il s’agit de Zouheir Dhaouadi, Billel Iffa et les deux Libyens Ahmed Saâd et Rabie Laffi. Benchikha n’aura donc que l’embarras du choix pour

composer son équipe.

CA-Gafsa reporté

Le match de champion- nat qui devait opposer le

Club Africain au Kawaffil de Gafsa a été reporté. Le futur ad- versaire des Sétifiens s’est contenté d’un match amical pour préparer la finale de l’UNAF.

De Tunis à Tébessa

Les Sétifiens n’auront pas le temps de souffler après

la finale de la Supercoupe de

l’UNAF. En effet, la délégation sétifienne se rendra en Tunisie le 16 février et sera de retour au pays le 21 du même mois. Le lendemain, elle se rendra à Té- bessa pour affronter l’équipe lo- cale pour le compte de la Coupe d’Algérie.

Une seule séance à Rades

Comme stipulé dans les textes de la Fifa, l’ESS n’a droit qu’à une seule

séance d’entraînement sur le terrain qui abritera le match contre le Club Africain. Dès maintenant, la direction du club est à la recherche de terrains d’entraînement pour les journées du 20 et du 21 février.

Le coup d’envoi à 15 heures

La date et l’horaire de la rencontre qui mettra aux prises le CA avec l’ESS

ont été confirmés. Le match se déroulera samedi 18 février et le coup d’envoi sera donné à 15 heures.

Affaire Karaoui, la décision en appel aujourd’hui

C’est aujourd’hui que la Cour d’ap- pel de Sétif rendra son verdict dans

l’affaire Karaoui. Le joueur a été condamné en juin dernier, en première instance, à une amende et à la confiscation de son

passeport. Aussitôt le verdict connu, il avait fait appel

.

Il pourrait rater la finale

Si le verdict prononcé en première instance est confirmé, Karaoui ne

pourra évidemment pas être du voyage en Tunisie. Pour les mêmes raisons, Karaoui n’a pas pu prendre part au stage de prépa- ration d’avant-saison avec ses coéquipiers.

Résultats des matchs avancés de la 20 e journée MC Alger 1-1 JSM Béjaïa ASO
Résultats des matchs avancés de la 20 e journée
MC Alger
1-1
JSM Béjaïa
ASO Chlef
0-0
ES Sétif
Classement
Programme de la prochaine journée
NAHD
MCA
MCEE
MCO
CSC
CAB
N° 1832 Dimanche 12 février 2012 1 1 Coup d’œil Ligue 1 ASO-ESS Présence du

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

N° 1832 Dimanche 12 février 2012 1 1 Coup d’œil Ligue 1 ASO-ESS Présence du public

11

Coup d’œil Ligue 1

ASO-ESS

Présence du public à la Supercoupe de l’UNAF

Match spécial pour Seguer

Cette rencontre était un peu particulière pour l’attaquant de

l’ASO, Mohamed Seguer,

qui a évolué à l’Entente

de Sétif avant

de faire une virée

à la JSK pour atterrir à

Chlef où il joue pour la

deuxième

saison. Seguer, qui était

légèrement blessé en début de

semaine, a retrouvé toute sa

vivacité, chose qui a incité Saâdi à le

convoquer.

Haddouche parmi les 18

Pour cette rencontre, le jeune Haddouche a été encore sollicité

par Saâdi, surtout que

ce dernier est convaincu

de ses qualités.

L’international junior est une carte offensive importante de plus

pour ce match. Saâdi

comptera aussi sur lui lors de la sortie de

Ouagadougou, une première pour ce jeune qui est promis à un

bel avenir.

Les billets vendus dans les guichets

A cause des faux billets

qui ont circulé lors des derniers

matches, la direction

du club a décidé de

procéder à la vente des

billets uniquement dans les guichets de Boumezrag.

L’opération a

commencé trois heures avant le coup d’envoi du match seule-

ment, pour mettre fin

au trafic de fausse

billetterie, qui occa-

sionne un important manque

à gagner au club à chaque

rencontre.

Abdeslam était incertain

Revenu à l’entraînement seulement 72 heures avant le match,

le

milieu de terrain, Chérif

Abdeslam, à qui on a administré des

soins intensifs en vue de ce match, a insisté pour ne pas rater ce

rendez-vous face aux Sétifiens. La présence du joueur était in-

certaine jusqu’à la veille du match. Il va sans dire que son retour

réjoui les supporters qui connaissent bien sa port dans la récupération.

a

valeur et son ap-

Mellouli dans les tribunes

Suspendu pour cette rencontre,

le stoppeur, Farid Mellouli, a

insisté pour suivre le match des tribunes, surtout

que la rencon-

tre n’a pas été retransmise à

la télévision. Mellouli devrait repren-

dre du service face au Mouloudia d’Alger, sans

oublier le match

aller face à ASFA Yennenga.

Les primes payées aujourd’hui

La direction de l’ASO envisage de

verser aux joueurs deux

primes de matchs gagnés,

il s’agit de celles

de Saïda et du NAHD le prochain rendez-

afin de permettre vous avec plus de

aux joueurs de préparer

concentration. La prime du CSC, qui s’élève à

15 millions, sera versée aux joueurs dès le retour de ce voyage.

Départ cet après-midi

Le groupe commencera

périple aujourd’hui. La délégation

son

qui compte 34 personnes prendra la

route d’Alger cet après-midi

par bus, après une petite séance de

décrassage. L’équipe passera la

nuit à Alger avant

de prendre demain matin l’avion

pour le

Burkina Faso via le Maroc, un long voyage pour arriver

à Ouaga-

dougou, la capitale.

Ahmed Feknous

Aucune décision

n’a été prise

capitale. Ahmed Feknous Aucune décision n’a été prise de cela trois jours, Beja au Stade tu-

de cela trois jours, Beja au Stade tu- nisien s’est joué à huis clos.

La proposition de l’UNAF :

15 000 places

Quoi qu’il en soit, le stade Radès ne connaîtra pas une grande affluence à l’occasion de la finale de la Super- coupe. Les membres de l’UNAF veulent qu’au moins 15 000 billets soient mis à la disposition du pu- blic. Si cette formule est retenue, un peu moins du quart du grand stade tunisois sera rempli.

Comme un boulet !

Manifestement, du côté des autori- tés tunisiennes, les deux rencontres comptant pour la Supercoupe cau- sent bien des soucis. On ne veut en aucun cas que les facteurs qui ont déclenché les graves incidents de Port-Saïd soient réunis. Ceci côté

cour. Côté jardin, un communiqué fait état de la mise en place d’un dispositif policier rigoureux lors de toutes les manifestations sportives pour que celles-ci se déroulent dans les meilleures conditions.

13 mois après, retour à la case départ

Le match comptant pour la Super- coupe de l’UNAF opposant le Club africain à l’ESS devait se jouer au mois de Janvier 2011. Il sera reporté après les évènements qui se sont dé- roulés en Tunisie. Treize mois après, l’organisation de cette rencontre semble poser problème. Le mieux n’aurait-il pas été de délo- caliser cette rencontre, en attendant des jours plus sereins du côté de la verte Tunisie ?

S. B.

T out porte à croire que les graves incidents qui se sont dé-

roulés tout dernièrement à Port-Saïd, en Egypte, ont eu des répercussions en Tunisie. En effet, les ser- vices du ministère tunisien

de l’Intérieur n’ont, pour le moment, pris aucune décision concernant les conditions dans lesquelles se déroulera la rencontre qui opposera le Club afri- cain à l’Entente de Sétif. Plusieurs réunions ont été tenues entre des membres de la FTF et de hauts res- ponsables du ministère de l’Intérieur.

Le match pourrait se jouer à huis clos

Parmi les propositions qui ont été faites, celle de faire jouer la finale de la Supercoupe de l’UNAF à huis clos. C’est là le vœu des autori- tés tunisiennes qui veulent ainsi éviter tout regroupement et, sur- tout, risque de dérapage. Les repré- sentants de l’UNAF et de la FTF comptent s’opposer énergiquement à ce choix.

les prochains matches du championnat tunisien aussi

Faire jouer les rencontres de foot- ball sur l’ensemble du territoire à huis clos est le choix privilégié des autorités civiles et militaires tuni- siennes. En effet, le championnat qui est à l’arrêt pour cause de la CAN reprendra très bientôt, mais en l’absence du public. D’ailleurs, un match amical qui a opposé, il y a

NAHD

NAHD
NAHD

NAHD-MCA sera-t-il encore reporté ?

Le match retard contre le MC Alger, reprogrammé pour ce mardi au stade du 5-Juillet, sera- t-il encore une fois reporté ? C’est la question que tout le monde se pose vu les conditions climatiques qui sévissent dans la capitale, voire dans tout le pays. En effet, un BMS (Bulletin mé- téorologique spécial) a été émis par les services concernés an- nonçant des chutes de neige di- manche (aujourd’hui, ndlr) à partir de 200 m d’altitude. Le stade du 5-Juillet risque d’être à nouveau recouvert de pou- dreuse, d’où l’inquiétude de voir le match reporté encore une fois. Le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, avait annoncé qu’il ac- cordera l’importance voulue aux bulletins spéciaux des services de la météo. Donc, il est fort probable que la rencontre soit reportée sine die. D’autres obser- vateurs estiment que le match pourrait se jouer sur un terrain en gazon artificiel, comme le 20- Août qui ne sera pas affecté par les chutes de neige. Les 24 pro- chaines heures seront détermi- nantes pour être fixé sur le déroulement du derby algérois. S. H.

Ould Zmirli réunit ses joueurs et les rassure

L e président du Nasria, Mahfoud Ould Zmirli, s’est réunit avec ses

joueurs, vendredi, en marge de la séance d’entraînement effectuée à Zioui et leur a promis de leur verser une partie de leur salaire. Le boss husseindéen leur a af- firmé qu’il tiendra ses pro- messes et ses responsabilités envers le club et les joueurs et que ces derniers jours il était justement préoccupé par des courses maratho- niennes pour réunir l’argent nécessaire pour les payer. Ould Zmirli n’a pas tardé avec eux et leur a promis qu’ils seront payés avant le derby contre le MCA, soit aujourd’hui ou au plus tard demain. Le premier respon- sable du club attend en contrepartie une réaction positive. Il leur a affirmé qu’«il est inconcevable de re- cevoir la totalité de l’argent alors que le club patauge dans les profondeurs. Vous devez réagir et améliorer les

résultats dans le but de sau- ver le club de la relégation pour être récompensés en conséquence», les exhortant

à faire le maximum pour re- monter la pente.

10 millions de prime pour chaque victoire

Le président Ould Zmirli est allé plus loin dans ses promesses pour motiver les joueurs à relever le défi. Il leur a promis une prime conséquente de 10 millions de centimes pour chaque joueur lors de chaque vic- toire enregistrée à domicile ou à l’extérieur. Une prime importante qui dénote, on ne peut mieux, l’intention du premier responsable à la barre technique à mettre tous les moyens, financiers notamment, pour permettre aux joueurs de sauver le club de la relégation.

Après le discours du pré- sident, les joueurs ont quitté la séance rassurés et décidés

à faire le maximum pour

rattraper leur retard dans

l’espoir de sauver l’équipe de la relégation. L’équipe est ap- pelée, en effet, à passer un sérieux test dans les pro-

chaines journées qui s’an- noncent difficiles et décisives pour le devenir de l’équipe en Ligue 1. Il s’agit des derbies contre le MCA, l’USMH et CRB, plus un dé- placement à Batna contre le CAB local.

Lahlou présent et prêt à aider le club

L’ancien président du club, Mourad Lahlou, actuelle- ment membre du bureau, était lui aussi présent à la réunion sans pour autant in- tervenir puisque c’est le pré- sident Ould Zmirli, en sa qualité de premier responsa- ble, qui a pris la parole. Mais on apprend que Lahlou, qui ne ménage aucun effort pour aider son club de tou- jours, est prêt à s’impliquer pour la régularisation des joueurs.

S. H.

Biaga victime d’une intoxication

L’attaquant husseindéen, Paul Biaga, a été victime d’une intoxication alimentaire qui l’a contraint à faire l’impasse sur les dernières séances d’entraînement. Paul Biaga s’est rendu chez le médecin qui lui a prescrit trois jours de repos et des soins dans l’espoir de le remettre rapidement sur pied en prévision du derby contre le MCA. D’un autre côté, l’attaquant ca- merounais du Nasria est toujours confronté au problème d’hébergement. Pour le moment, le joueur est logé dans un appartement du prési- dent, mais il attend qu’il soit orienté vers un autre logement où il se sentira plus à l’aise.

Le capital du club ouvert

La direction du Nasria a enfin décidé d’ou- vrir le capital de la SPA après une longue pé- riode d’hésitation. La crise qui secoue le club aura été la principale raison de cette décision dans l’espoir de voir d’autres partenaires inves- tir dans le club. Selon notre source, le prix de l’action n’a pas encore été fixé.

Touati s’entraîne toujours en solo

Le milieu de terrain du Nasria, Abdelhakim Touati, s’entraîne toujours en solo, bien qu’il soit complètement rétabli de sa blessure. Touati effectue de légers exercices avec le groupe, mais dès l’augmentation de la charge de travail, il se retire pour poursuivre le travail en solo. D’ailleurs, Touati sera out pour le pro- chain derby contre le MCA. S. H.

1 2 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 1

12

1 2 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 1 3

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

N° 1832 Dimanche 12 février 2012

Dimanche 12 février 2012 N° 1832 Dimanche 12 février 2012 1 3 Côte d’Ivoire - Zambie

13

Côte d’Ivoire - Zambie finale de la CAN, ce soir, à 20h30 Coup d’œil CAN
Côte d’Ivoire - Zambie
finale de la CAN, ce soir, à 20h30
Coup d’œil
CAN 2012
Les plus belles
Cristopher Katongo
(attaquant Zambie) :
Qui succédera aux Pharaons ?
«On a une
farouche volonté
de brandir le
trophée»
finales du siècle
jeu en prolongation, sur une
frappe de Frank Odoi.
«Notre parcours
jusqu’à présent
nous a permis de
nous retrouver en
finale. Notre match
le plus difficile a été
celui contre le Sou-
dan. Nous avons
éliminé le Ghana
en demi-finale. Il
n’y a pas de raison
que nous ne réus-
sissions pas encore
L a Côte d’Ivoire et la Zam-
bie ont rendez-vous ce di-
manche à Libreville
(Gabon) pour disputer la
1972
: Congo 3 - Mali 2
28 e finale de l’histoire de la Coupe
d’Afrique des Nations de la CAF.
Au fil des ans, cette compétition
unique a produit un nombre in-
calculable de matches d’antholo-
gie.
1957
: Egypte 4 -
Éthiopie 0
Incapables de trouver la faille
pendant le temps réglementaire et
la prolongation, la Côte d’Ivoire et
le Ghana ont malgré tout offert au
public un spectacle mémorable au
cours de cette incroyable séance
de tirs au but. Vingt-quatre tenta-
tives auront été nécessaires pour
désigner un gagnant. La chance a
finalement souri aux Éléphants,
vainqueurs de leur première
Coupe d’Afrique des Nations de la
CAF grâce à la parade décisive
d’Alain Gouaméné devant Tony
Baffoe.
un gros coup contre
la Côte d’Ivoire. Imaginez la notoriété qui
serait la nôtre. Nous sommes tous animés
d’un fort désir d’être champions et peut-
être de nous valoriser hors de notre pays.
Notre football mérite plus de respect que ce
qui en était dit jusque-là. Il est temps qu’on
reconnaisse ses mérites.
La finale sera un combat équilibré de
onze hommes contre onze autres hommes.
De ce point de vue, nous sommes à égalité
parfaite. Ils ont de très grands joueurs qui
ont une grande notoriété. Il faudra qu’ils le
prouvent sur le terrain. Le meilleur, ce sera
celui qui remportera le trophée.»
Le président ivoirien sera là
Le président de la République ivoirienne,
Alassane Ouattara, s’est rendu hier à Libre-
ville, pour assister à la finale de la Coupe
d’Afrique des nations, qui opposera les Elé-
phants de Côte d’Ivoire aux Chipolopolos
de la Zambie, ce soir à partir de 20h30.
tunité de se hisser sur le toit de
l’Afrique se présente. Pour les Chipo-
lopolos, il a fallu dix- huit ans, pour
que la sélection caresse, enfin, de sa
main, le trophée de la plus grande
compétition de football continentale.
Il n’en est pas ainsi pour Didier
Drogba et ses coéquipiers qui ont été
très proches du sacre, il y a seule-
ment six ans. Ce duel entre l’Afrique
de l’Ouest et celle Australe est une af-
fiche qui, au départ de la compéti-
tion, n’était pas vraiment envisagée
dans les pronostics des observateurs.
Une opposition de style, trois duels à
distance, un sacre continental, ainsi
Cette première finale camerou-
naise a donné lieu à une rencon-
tre palpitante et riche en buts.
Mené 0-1, le Congo a totalement
inversé le cours de la partie après
la pause, en l’espace de sept mi-
nutes. François M’Pelé et Michel
M’Bono, auteur d’un doublé, ont
donné aux Diables Rouges un
avantage décisif. Depuis ce pre-
mier sacre historique, le Congo
court toujours après son glorieux
passé.
: Nigeria 2 -
peut-on résumer l’attraction de ce
match. Il y aura beaucoup de duels. D’abord, un duel d’en-
traîneurs entre François Zahoui et Hervé Renard, ensuite,
un autre des deux gardiens, Copa Barry et Kennedy
Mweene, pour le trophée de meilleur gardien, et enfin,
celui des meilleurs buteurs entre Didier Drogba et Emma-
nuel Mayuka, auteurs de trois (03) buts, chacun. Toute-
fois, sur le papier, la Côte d’Ivoire part avec les faveurs des
pronostics.
En effet, jusque-là, les statis-
tiques plaident en faveur des Elé-
phants qui ont la meilleure
défense, avec zéro but encaissé, et
la meilleure attaque, 9 buts mar-
qués. Didier Drogba et ses co-équi-
piers ont dû forcer leurs talents
pour arriver à ce stade de la com-
pétition, même s’ils n’avaient pas
convaincu, lors des phases de
poules. Mais au finish, les Ivoiriens
ont la sérénité, dans leur vestiaire
et une certaine cohésion dans le
jeu. Il faut, quand même, que ses
attaquants soient plus réalistes, car
ils ont manqué beaucoup d’occa-
1994
Zambie 1
es férus du ballon rond du monde entier au-
ront les yeux rivés sur Libreville où se
jouera, ce dimanche, la finale de la 28 e édi-
tion de la CAN. Une ultime bataille qui met-
tra aux prises un grand favori de la
compétition et un outsider qui a fini de sur-
sions nettes de scorer, lors de la
demi-finale. Ce qui risque de leur porter préjudice, face à
une équipe zambienne conquérante et teigneuse.
Ils ont toujours été outsiders, face aux supposés favoris,
comme le Sénégal, le Ghana qu’ils ont, malgré tout, sortis.
Leur ambition a grandi, à mesure que les matchs avan-
1974
: Zaïre 2 - Zambie
Disputée moins d’un an après la
L
fort à faire devant des joueurs vifs, rapides et percutants,
comme Rainford Kalaba, Chisamba Lungu, Mayuka et au-
tres, emmenés par l’expérimenté Christopher Katongo.
L’agressivité, la percussion et l’envie ne manqueront pas
aux poulains d’Hervé Renard qui ont soif de remporter,
au moins une fois, le prestigieux trophée de la CAN.
0
prendre plus d’un. Ainsi, aussi bien du côté des protégés
de François Zahoui que de ceux de Hervé Renard, l’oppor-
çaient, avec un spécial Mweene. Les Ivoiriens auront donc
François Zahoui
«Ramener la coupe en Côte d’Ivoire»
Le 16 février 1957, la toute pre-
mière finale de la Coupe d’Afrique
des Nations de la CAF a opposé
l’Égypte à l’Éthiopie. À l’époque,
trois nations seulement étaient
présentes sur la ligne de départ.
Ce plateau restreint a permis aux
Antilopes Walya d’accéder direc-
tement à la finale. De leur côté, les
Pharaons ont dû se défaire de
leurs hôtes soudanais pour valider
leur billet. Le premier de leurs
sept titres continentaux restera à
jamais marqué de l’empreinte d’un
seul homme : Mohamed Ad-
Diba. Quadruple buteur en finale,
l’attaquant égyptien a établi à
cette occasion un record inégalé à
ce jour. En 1968, Ad-Diba entrera
à nouveau dans l’histoire en parti-
cipant à une autre finale… mais
cette fois en tant qu’arbitre.
1962
: Ethiopie 4 -
3 questions à Hayatou
Égypte 2
(Pdt de la CAF) :
«Si ma santé me le
permet, je postulerai
pour un nouveau
mandat»
Derniers moments de tranquillité pour les Eléphants. A quelques
encablures de la finale de la CAN-2012, ce dimanche face à la Zambie,
François Zahoui s’est présenté devant la presse pour une longue
séance de questions-réponses où le coach de la Selefanto n’a pas
mâché ses mots. Afrik-Foot y était !
Il aura fallu 210 minutes de jeu
pour départager le Zaïre et la
Zambie en 1974. Pour la première
et la dernière fois dans l’histoire
de la compétition continentale,
une finale d’appoint a été organi-
sée pour désigner un vainqueur.
La première confrontation s’était
achevée sur un score de parité (2-
2) au terme de la prolongation et,
à l’époque, les tirs au but ne figu-
raient pas encore au programme.
Les deux équipes se sont donc re-
trouvées deux jours plus tard.
Frustrés d’avoir concédé l’égalisa-
tion dans les ultimes instants de la
partie, les Léopards ont rapide-
ment fait parler leur supériorité.
Mulamba Ndaye s’est chargé
d’inscrire les deux buts de la ren-
contre, deux jours après son pre-
mier doublé face au même
adversaire.
disparition de 18 internationaux
zambiens dans une catastrophe
aérienne, cette finale fut avant
tout marquée par une énorme
émotion. Les Chipolopolo se sont
courageusement lancés à l’assaut
du titre continental, allant même
jusqu’à ouvrir le score en finale à
Tunis. Malheureusement pour
eux, l’expérience et le talent des
Nigérians a fini par faire la diffé-
rence. Auteur d’un doublé, Em-
manuel Amunike a été le grand
artisan du triomphe des Super
Eagles.
1996
: Afrique du Sud 2
- Tunisie 0
1984
: Cameroun 3 -
Nigeria 1
N’envisagez-vous pas d’auggmenter le
nombre de finalistes à la CAN ?
Ne vous laissez
pas tenter par le
désir de l’UEFA
d’avoir 24 pays en
phase finale de
l’Euro. Ce n’est pas
notre sphère. 16
pour le nombre de
nos pays, c’est déjà
beaucoup. 24, ce se-
rait impossible.
Nous n’en avons pas
les moyens. Vivons
à notre rythme
Deux ans plus tard, l’émotion était
encore au rendez-vous à l’occa-
sion de cette édition sud-afri-
caine. Portés par tout un pays, les
Bafana Bafana se sont imposés 2-
0 en finale, sur un doublé de
Mark Williams. Nelson Mandela
a été parmi les premiers à célébrer
ce sacre historique, devant plus de
80 000 supporters en liesse.
François, on a beaucoup critiqué le jeu de
votre équipe depuis le début de la compéti-
tion.
On le dit depuis le début, notre objectif, c’est
de remporter la CAN. Ilyaseize équipes au dé-
part et une seule qui gagne la coupe. On a fait
une grosse préparation, on est montés en puis-
sance. Je n’ai jamais été inquiet. On a un groupe
de vingt-trois joueurs à gérer. Mais depuis le
début, je le répète, l’essentiel, c’est de gagner.
Parfois, c’est vrai, on est limite, on va à l’essentiel
mais on respecte nos adversaires.
Que vous inspire cette équipe de Zambie ?
C’est une équipe très joueuse qui évolue en-
semble depuis longtemps. Cela fait 4 ou 5 ans
qu’ils jouent ensemble. Ils ont des repères et se
projettent très vite vers l’avant. Ils ne sont pas en
finale par hasard. On a emmagasiné de l’expé-
rience en 2006, on est plus matures. En finale de
la Coupe d’Afrique, il n’y a plus de pros ni
d’amateurs. C’est la volonté de gagner qui va
faire la différence. C’est également une équipe
qui affiche ses ambitions. Ils le disent : ils veu-
lent gagner la CAN. On ne peut que respecter
ça. Pour eux, c’est du 50-50.
La Zambie est allée se recueillir sur le mé-
morial de 1993. N’avez-vous pas peur que les
esprits penchent du côté des Chipolopolos ?
(Sourires) Mais nous aussi, on prie beaucoup.
En Afrique, le spirituel est très important. On a
beaucoup de respect pour ce qui leur est arrivé.
Ils tirent une sacrée énergie de leur malheur. Je
l’ai dit, ils ne sont pas en finale par hasard. Mais,
en face, on a toute la Côte d’Ivoire qui prie pour
nous. Et on ne veut pas les décevoir.
Vous partez tout de même favoris dans cette
finale…
Vous savez, jouer des grands noms, cela mo-
tive encore plus nos adversaires. Le coach d’en
face n’a pas besoin de motiver ses joueurs
Mais nous avons appris de nos erreurs. Prenez
le Sénégal, sans leur faire injure. Ils sont sortis
sûrs d’eux des éliminatoires pour être surpris
par la Guinée équatoriale, l’Angola ou le Sou-
Ghana
Quelle est l’importance des anciens dans
votre groupe ?
Très importante. Des gens comme Cyril Do-
2000
moraud, Youssouf Fofana, Gervais Kouassi, Bo-
ont du
Quatre ans plus tard, l’Égypte a
écrit une nouvelle page de l’his-
toire du tournoi, beaucoup moins
glorieuse. Les Pharaons sont en
effet devenus les premiers à s’in-
cliner en finale de l’épreuve conti-
nentale, après avoir pris par deux
fois l’avantage. Les Égyptiens, qui
menaient encore 2:1 à six minutes
de la fin du temps réglementaire,
se sont effondrés en prolongation.
Italo Vassalo et Mengistou Worku
ont profité de cette défaillance
pour donner la victoire au pays
hôte de cette deuxième édition.
: Cameroun 2 -
Nigeria 2 (4-3 tab)
naventure Kalo, Martial Yao Kouassi
vécu et une expérience de la compétition. Ils ap-
portent du calme et des conseils utiles à nos
joueurs. Mais ce n’est pas une méthode. En
France, si je ne me trompe pas, Barthez ou Bo-
ghossian ont rejoint le staff de Laurent Blanc. Ils
1965
: Ghana 3 -
Tunisie 2
sont passés par là, ils peuvent nous donner des
conseils importants.
Et Drogba ?
Il y a beaucoup de leaders dans cette équipe.
Sacré champion d’Afrique deux
ans plus tôt, le Ghana a vaillam-
ment défendu son titre en Tuni-
sie. Au terme d’une finale
haletante, les Black Stars et les Ai-
gles de Carthage n’ont pu se dé-
partager (2-2). La rencontre a
finalement basculé en faveur des
Ghanéens, après six minutes de
Deux ans après sa première appa-
rition en Coupe du Monde de la
FIFA, le Cameroun s’est adjugé sa
première Coupe d’Afrique des
Nations de la CAF en dominant le
Nigeria (3-1) en Côte d’Ivoire.
Battus par l’Égypte au premier
tour, les Lions Indomptables ont
dû avoir recours aux tirs au but
pour se débarrasser de l’Algérie en
demi-finale. Malgré ce parcours
chaotique et l’ouverture du score
des Super Eagles, René N’Djeya,
Théophile Abega et Ernest Ebon-
gué ont donné la victoire au Ca-
meroun en finale.
selon nos res-
sources sans chercher à imiter les autres.
Les droits de télévision pourr les chaînes
africaines sont élevés. N’y aurait-il pas les
moyens de les abaisser ?
Nous avons discuté avec nos partenaires
en essayant de trouver des tarifs raisonna-
bles. Vous savez, nos ressources ne sont pas
très importantes. Nous ne pouvons pas in-
définiment réclamer de l’argent à nos Etats.
Cela nous mettrait dans une dépendance
totale. Les droits de marketing et de télévi-
sion sont les principales recettes de la CAF.
Nous ne sommes pas là non plus pour
prendre à la gorge les télévisions. Nous res-
tons dans le domaine du raisonnable.
Didier Drogba, c’est notre capitaine. Mais il y a
d’autres joueurs importants, comme Kolo
Touré, Emmanuel Eboué ou Didier Zokora. Zo-
kora, c’est le joueur le plus expérimenté, celui
La finale la plus passionnante de
ces dernières années à eu lieu à
Lagos. Mais contrairement à ce
qui s’était passé quatre ans plus
tôt, le sort n’a pas souri au pays
hôte. Les Nigérians ont pourtant
eu le mérite de remonter deux
buts en finale mais les Lions In-
domptables, emmenés par un
jeune Samuel Eto’o, ont su garder
leur sang-froid jusqu’au bout. Au
terme d’une séance de tirs au but
tendue, la transformation décisive
1992
: Côte d’Ivoire 0 -
est revenue à Rigobert Song.
Ghana 0 (11-10 tab)
qui a le plus de sélections
Il trouve souvent les
mots justes. Drogba est un emblème. Comme
Milla au Cameroun et Weah au Liberia. C’est un
joueur important, mais ce n’est pas le seul. Il a
une grande force de rassemblement. Il tire
l’équipe vers le haut. Il est très
humble et charisma-
tique. Il sait être
Palmarès de la CAN
décisif quand on
en a besoin.
«On
Est-ce que la
pluie peut
jouer un
rôle ?
Bien sûr.
On sait que
1984: Cameroun (en Côte d`Ivoire), 3-1 contre le Nigeria
1986: Egypte (en Egypte), 0-0 a.p., 5-4 t.a.b. contre le Cameroun
1988: Cameroun (au Maroc), 1-0 contre le Nigeria
1990: Algérie (en Algérie), 1-0 contre le Nigeria
aura en face une
Com-
Si Yaya ne mérite pas le Ballon d’Or,
je ne sais pas qui aurait dû
l’avoir. Sur son palmarès,
sur ses performances,
c’est un des meil-
leurs du conti-
nent africain.
«Drogba
est un emblème.