Vous êtes sur la page 1sur 1

Droit : Chapitre 3 :

Le contrat de société est l'acte juridique au moyen duquel plusieurs personnes donnent naissance à une société. Le pouvoir de décision est partagée.

La société est institué par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d'affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l'économie qui pourra en résulter. La loi prévoit donc 3 éléments : un contrat enter deux ou plusieurs personnes, des apports, le partage du bénéfice ou de l'économie réalisés.

L'apport est un bien que l'associé met à la disposition de la société en vue de l'exploitation commune et en contrepartie duquel il reçoit des droits sociaux soumis au aléa de la société.

La loi Dutreil (1er août 2003) prévoit que l’entrepreneur individuel peut mettre sa résidence principale à l’abri des saisies.

L’affectio societatis désigne l’intention de s’associer, la volonté de collaborer à l’oeuvre commune. Les associés ne se considèrent plus comme des rivaux qui se disputent un bien mais comme des compagnons ayant un intérêt commun.

L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) et la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) constituent les deux types de sociétés unipersonnelles.

L’EURL est une SARL qui ne compte qu’un associé. A sa création, aucun capital minimum n’est exigé et tous les types d’apports sont possibles (en numéraire, en nature ou en industrie). L’associé unique peut être gérant avec tous les pouvoirs.

La SASU est une société pour laquelle il n’existe aucune exigence légale de capital. L’associé unique dispose naturellement de tous les pouvoirs.

La société en nom collectif (SNC) est une société de personnes. Dans ce type de société, la considération de la personne est déterminante pour le choix des associés. L’intuitu personae est donc très fort dans ce contrat. Un associé ne peut vendre ses parts, donc ouvrir la société à une autre personne, sans l’accord des autres associés. À défaut d’accord, il est prisonnier de ses parts. Aucun capital minimum n’est exigé par la loi.

La société anonyme (SA) est un exemple de société de capitaux. Dans ce type de société, les apports des associés sont déterminants. Dans le choix des associés, c’est le montant de leur apport qui est fondamental et non leur personne. En principe, les parts sociales de la SA (actions) sont négociables.

La SARL appartient à cette catégorie de sociétés. Dans ce type de société, la personnalité des associés est déterminante. Un associé ne peut pas vendre ses parts sans que les autres associés aient agréé le nouveau venu. Il faut le consentement de la majorité des associés représentant la moitié du capital. Aucun capital minimum n’est exigé par la loi. L’apport en industrie est autorisé. Chaque associé est responsable des dettes de la société dans la limite de ses apports.

Le dirigeant effectue les actes de gestion courante dans l’intérêt de la société. L'objet social est le programme que veut réaliser la société.

Les associés peuvent consulter au siège social les comptes de la société pour les 3 derniers exercices ainsi que les rapports de gestion des dirigeants et les procès-verbaux des assemblées d'associés.

Les dirigeants doivent convoquer au moins une fois par an une assemblée générale ordinaire. L'assemblée générale extraordinaire décide de la modification des statuts de la société.