Vous êtes sur la page 1sur 41
Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion Licence Econom ie-Gestion

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Licence Econom ie-Gestion

Pôle européen de gestion et d’économie – PEGE 61 avenue de la Forêt-Noire 67085 Strasbourg Cedex Tél. 03 90 24 21 78 – Fax. 03 90 24 60 64. http://sceco.u-strasbg.fr

1

Livret pédagogique

67085 Strasbourg Cedex Tél. 03 90 24 21 78 – Fax. 03 90 24 60 64.

Som m aire

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Présentation de la FSEG (Faculté des sciences économiques et de gestion) Présentation de la Licence Economie-Gestion Organisation générale des études Structure des enseignements de la Licence Economie-Gestion Sommaire des enseignements de la Licence Economie-Gestion La Recherche à la FSEG Les relations internationales Equipe administrative Equipe pédagogique Quelques informations générales

2

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

La Faculté des sciences économ iques et de gestion (FSEG)

La FSEG (Faculté des sciences économiques et de gestion) est une composante de l’UdS (Université de Strasbourg) héritière d’une longue tradition au sein de l’ancienne Université Louis Pasteur. A la création de cette dernière en 1971, un choix stratégique et épistémologique majeur fut fait par les économistes de prendre place dans l’université à dominante scientifique plutôt que de rester dans l’environnement classique des anciennes Facultés de Droit. La raison essentielle était de structurer fortement la recherche selon les nouvelles normes de la discipline et de la porter au niveau de l’excellence internationale. Les conséquences à long terme de ce choix furent de constituer un des principaux pôles régionaux de France, en matière de sciences économiques et de gestion, ce qui permit aussi par la suite d’adosser des formations de qualité, en particulier en Master lors du passage au LMD. L’offre de formation de la Faculté est très large. En Licence Economie-Gestion on trouve des orientations vers l’économie, la gestion et les techniques quantitatives. La FSEG organise en collaboration avec Mathématiques-Informatique une licence Mathématiques-Economie (qui prépare entre autres à l’Actuariat, une filière professionnelle d’excellence). En Master, quatre mentions :

« Analyse et politiques économiques », « Finance », « Management des projets et des organisations », « Science, technologie et société » regroupent en tout 11 spécialités. La FSEG organise deux préparations à des concours : CAPES Sciences Economiques et Sociales et CAPET Economie-Gestion. Elle est aussi impliquée dans un DU avec l’EM Strasbourg : Ingénierie des Projets Innovants à destination des docteurs des disciplines scientifiques. La dimension internationale n’est pas l’exclusivité des universités strasbourgeoises, mais elle a toujours été un de leurs points forts. De ce point de vue, la FSEG apparaît relativement en pointe. Elle recrute beaucoup à l’international, qu’il soit proche (le Luxembourg envoie traditionnellement beaucoup d’étudiants) ou lointain (jusqu’en Chine où nous avons développé une forme spécifique de partenariat avec l’université de Chóngqìng). L’Union Européenne reste la région privilégiée en matière de réseaux de recherche comme d’enseignement. A l’avenir la FSEG fera évoluer ses Masters généralistes encore plus dans cette direction, en cherchant à accueillir de plus en plus de bons étudiants venant de toute l’Europe, en particulier de sites partenaires avec lesquels ont été développées des relations étroites au cours des décennies passées. La solution passera sans doute par l’usage accru de l’anglais dans les enseignements et par une politique de recrutement et d’invitation d’enseignants-chercheurs de stature internationale. La création de doubles diplômes et autres coopérations avec des universités de la région du Rhin Supérieur (particulièrement Karlsruhe et Freiburg) est un autre projet visant à renforcer l’ancrage international, mais ici dans le cadre particulier du développement transfrontalier. Enfin, le renforcement des formations professionnalisées est un objectif stratégique clairement affiché par la FSEG. Sont envisagés à terme: l’ouverture de certains diplômes à l’apprentissage (alternance), des accords avec certains IUT pour organiser des passerelles menant à des parcours cohérents, des partenariats avec l’EM Strasbourg au niveau licence (prépa intégrée) ou master, des formations intéressant les écoles d’ingénieurs de la place, etc.

Jean-Alain HERAUD, Doyen de la Faculté de sciences économiques et de gestion

3

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

La Licence Econom ie-Gestion

La Licence Economie-Gestion offre une formation solide, à la théorie économique et aux techniques quantitatives, nécessaire à une spécialisation ultérieure. Après les enseignements communs des deux premières années (L1 et L2), la Licence Economie-Gestion propose aux étudiants deux parcours à partir du 1 er semestre de L3 : Parcours Gestion et Parcours Economie. Le parcours Economie offre également deux options à partir du 2 ème semestre de L3 : Analyse Economique et Economie Quantitative. L’option Economie Quantitative est commune à la Licence Mathématiques- Economie. Chacun des parcours correspond à une orientation vers plusieurs spécialités au niveau du master Economie et Gestion ou vers d’autres masters : Géographie, Aménagement, Education- Communication-Travail, etc. La Licence permet également une réorientation pour les étudiants désireux de revenir sur leur choix initial de formation à la fin du premier niveau (L1) vers d’autres licences (Administration Economique et Sociale, Psychologie, Sociologie, Géographie, etc.), ou à la fin de L2 vers les licences Sciences de l’Education et Administration Publique ou vers des licences professionnelles. De plus les étudiants issus d’autres licences peuvent, sous certaines conditions, intégrer la Licence Economie-Gestion à partir de la 1 ère année ; ceux qui viennent de la Licence Mathématiques-Economie peuvent rejoindre la Licence Economie-Gestion aux différents niveaux. Enfin, les étudiants de la licence Économie - Gestion ont la possibilité de faire une année d’études à l’étranger dans le cadre du réseau des universités partenaires (Montréal, Barcelone, Milan, Vienne…).

La Licence est organisée en unités d’enseignement (UE) semestrielles et capitalisables. Les UE forment un tout cohérent dont les objectifs visent à doter les étudiants des connaissances économiques solides, à renforcer leurs capacités de raisonnement et de communication, et à faciliter leurs choix futurs. Quelles que soient les aptitudes personnelles, il est essentiel, pour l’obtention de la Licence, mais surtout pour préserver des capacités à poursuivre les études, de respecter cet équilibre. Il ne faut nullement délaisser délibérément une UE, un domaine ou une matière, même si les résultats obtenus ne semblent pas à la hauteur des efforts fournis. Dés le début l’année universitaire, plusieurs actions menées par différents acteurs de l’Université (enseignants, responsables administratifs, associations et amicales, etc.) sont destinées à faciliter l’intégration des nouveaux étudiants dans l’Université. Durant les trois années de la Licence, un rôle important est à attribuer au Responsable de la formation (le Responsable de La Licence Economie-Gestion) pour s’informer sur les enseignements et les modalités de contrôle des connaissances ou pour analyser les résultats obtenus aux examens ou encore pour discuter les différentes réorientations, etc. Il assure à cet effet une permanence tout au long de l’année universitaire pour répondre aux questions et aux interrogations des étudiants. Il ne faut donc jamais hésiter à aller le voir pour clarifier un point du règlement, discuter les difficultés rencontrées, les solutions à apporter, etc. Le Responsable de la Licence est à ce titre un accompagnateur des étudiants durant les trois premières années de leurs études universitaires. Pour s’informer sur les horaires des permanences ou pour prendre contact avec le responsable de la Licence Economie-Gestion, voir le site web de la faculté : http://sceco.u-strasbg.fr.

Jalal EL OUARDIGHI, Responsable de la Licence Economie-Gestion

4

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Organisation générale des études

MasterECONOMIE-GESTION AUTRESMasters -Licences professionnelles L3 L3Sciencesdel'Education
MasterECONOMIE-GESTION
AUTRESMasters
-Licences
professionnelles
L3
L3Sciencesdel'Education
L3AdministrationPublique
ECONOMIEETGESTION
IPAG
-AutresLicences
Séjour
d'étudesà
l'étranger
L2
L2
L2
GEOGRAPHIE,PSYCHOLOGIE,
ECONOMIEETGESTION
AES,DROIT,etc.
SOCIOLOGIE,etc.
L1
ECONOMIEETGESTION

5

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Structure des enseignem ents de la Licence Econom ie-Gestion

Niveau L1

L1 Semestre 1 - 250h, 30 crédits

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Economie ( )

6

24h CM / 9hTD

Principes de Micro-économie UE Gestion ( )

3

20h CM

Entreprise et Gestion UE Comptabilité

3

20h CM / 12hTD

Comptabilité I UE Faits économiques

3

24h CM

Principes et faits économiques contemporains UE Mathématiques

3

30h CM / 15hTD

Mathématiques I UE Statistique ( )

3

20h CM / 12hTD

Méthodes quantitatives descriptives UE Histoire des faits et doctrines économiques Histoire des faits et doctrines économiques

3

20h CM

UE Méthodologie & Recherche Documentaire

( )

3

20hTD

Méthodologie du travail universitaire UE LVE Langues vivantes étrangères

3

24hTD

Notes : ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

L1 Semestre 2 - 269h, 30 crédits

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Microéconomie ( ) Microéconomie : comportements individuels UE Macroéconomie ( ) Macroéconomie I UE Gestion Marketing UE Mathématiques Mathématiques II UE Probabilités et Statistique ( ) Probabilités et Statistique I UE optionnelle au choix Introduction au Droit 1 Economie Mondiale : bilan et perspective UE Projet Professionnel Métiers de l’économie et de la gestion + Recherche documentaire Enseignement de découverte UE LVE Langues vivantes étrangères

6

30h CM / 15hTD

6

30h CM / 15hTD

3

20h CM

3

30h CM / 15hTD

3

24h CM / 12hTD

3

 

20h CM

20h CM

3

 

8h+1h CM/6h+3hTD

20h CM

3

24hTD

Notes : ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

6

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Niveau L2

L2 Semestre 3 - 258h, 30 crédits

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Macroéconomie ( ) Macroéconomie II UE Gestion ( ) Gestion industrielle UE Comptabilité Comptabilité II UE Mathématiques Mathématiques III UE Probabilités et Statistique Probabilités et Statistique II UE Histoire Economique Histoire économique I UE optionnelle au choix Science et innovation Sociologie des NTIC UE Bureautique, Internet et Programmation

6

24h CM / 12hTD

3

24h CM

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

6

30h CM / 15hTD

3

24h CM

3

24h CM

3

18h CM / 15 TD

B.I.P, Préparation au C2i (Certificat Informatique et Internet)

Notes : ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

L2 Semestre 4 - 258h, 30 crédits

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Macroéconomie ( ) Macroéconomie III UE Microéconomie ( ) Micro-économie : Marchés et équilibres UE Gestion ( ) Gestion financière UE Mathématiques Mathématiques IV UE Probabilités et Statistique Probabilités et Statistique III UE Histoire Economique Histoire économique II UE LVE Langues vivantes étrangères

6

24h CM / 12hTD

6

30h CM / 15hTD

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

6

30h CM / 15hTD

3

24h CM / 12hTD

3

24h TD

Notes : ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

7

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Niveau L3

L3 Semestre 5 - 260h, 30 crédits

Parcours : Gestion

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Jeux et Stratégies ( ) Théorie des jeux appliquée UE Economie industrielle ( ) Economie industrielle UE Finance ( )( ) Finance UE Management ( ) Management stratégique et systèmes d’information UE Théorie des organisations Théorie des organisations UE Techniques Quantitatives ( )( ) Techniques quantitatives pour l’économie et la gestion UE Informatique appliquée Informatique appliquée à la gestion : étude de cas UE Projet Professionnel ( )( ) Techniques pour accéder à l’emploi et Analyse MT Insertion professionnelle : tendances et pratiques UE optionnelle au choix ( ) (*) Enseignement libre UE LVE ( ) Langues vivantes étrangères

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

3

24h

3

30h CM

3

24h CM

3

12h TD

3

 

12h TD

14h CM

3

3

24h TD

Notes : ( ) Enseignements communs aux deux parcours de la Licence Economie-Gestion. ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. (*) Une liste des enseignements est définie en début de chaque année universitaire. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

L3 Semestre 5 - 260h, 30 crédits

Parcours : Economie

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Jeux et Stratégies ( ) Théorie des jeux appliquée UE Economie industrielle ( ) Economie industrielle UE Finance ( ) ( ) Finance UE Management ( ) Management stratégique et systèmes d’information UE Macroéconomie monétaire Macroéconomie monétaire ( ) UE Techniques Quantitatives ( ) ( ) Techniques quantitatives pour l’économie et la gestion UE Informatique appliquée Informatique appliquée à l’économie : étude de cas UE Projet Professionnel ( ) ( ) Techniques pour accéder à l’emploi et Analyse MT Insertion professionnelle : tendances et pratiques UE optionnelle au choix ( ) (*) Enseignement libre UE LVE ( ) Langues vivantes étrangères

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

3

24h

3

30h CM

3

24h CM

3

12h TD

3

 

12h TD

14h CM

3

3

24h TD

Notes : ( ) Enseignements communs aux deux parcours de la Licence Economie-Gestion ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. (*) Une liste des enseignements est définie en début de chaque année universitaire. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

8

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

L3 Semestre 6 - 256h, 30 crédits

Parcours : Gestion

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Gestion financière ( )( ) Gestion financière approfondie UE Histoire de la pensée économique ( )( )

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM

La pensée économique dans les textes : Analyse & Méthodes UE Politique Economique ( ) Politique économique

3

24h CM

UE Economie internationale

( )

3

24h CM

Economie internationale UE Emploi ( ) Economie du travail et emploi UE Contrôle de gestion Analyse et contrôle des coûts UE Gestion des sociétés Gestion des sociétés commerciales UE Droit Droit des affaires UE Outils pour la Gestion Outils pour la Gestion

3

20h CM

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

6

36h CM

3

20 CM

Notes : ( ) Enseignements communs aux deux parcours de la Licence Economie-Gestion. ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

L3 Semestre 6 - 266h, 30 crédits Parcours : Economie, Option Analyse Economie

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

Volume horaire

ECTS

CM/TD

UE Gestion financière ( )( ) Gestion financière approfondie

3

24h CM / 12hTD

UE Histoire de la pensée économique ( )( ) La pensée économique dans les textes : Analyse & Méthodes UE Politique Economique ( ) Politique économique

3

24h CM

3

24h CM

UE Economie internationale

(

)

3

24h CM

Economie internationale UE Croissance économique ( ) Croissance UE Monnaie et Finance Analyse monétaire et financière UE Intégration Economique Théorie de l’intégration économique UE Emploi Economie du travail et emploi UE Econométrie Introduction à l’économétrie

3

24h CM / 12hTD

6

24h CM / 12hTD

3

20h CM / 10hTD

3

20h CM

3

24h CM / 12hTD

Notes : ( ) Enseignements communs aux deux parcours de la Licence Economie-Gestion. ( ) Enseignements communs à la Licence Mathématiques-Economie. ( ) Enseignements communs aux deux options du parcours Economie de la Licence Economie-Gestion. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD :

Travaux dirigés.

9

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

L3 Semestre 6 - 256h, 30 crédits Parcours : Economie, Option Economie Quantitative ( )

Parcours : Economie, Option Economie Quantitative ( ) UE (Unité d’enseignement) C r é d i

UE (Unité d’enseignement)

Crédits

ECTS

Volume horaire

CM/TD

UE Gestion financière ( ) Gestion financière approfondie UE Histoire de la pensée économique ( ) La pensée économique dans les textes : Analyse & Méthodes UE Optimisation Optimisation UE Microéconomie Micro-économie approfondie : marchés concurrentiels UE Croissance économique ( ) Croissance UE Econométrie Méthodes statistiques de l’économétrie UE Analyse de données Analyse de données UE Econométrie Appliquée Econométrie appliquée

3

24h CM / 12hTD

3

24h CM

3

26h CM / 10hTD

6

30h CM / 12hTD

3

24h CM / 12hTD

6

30h CM / 12hTD

3

20h CI

3

20h CI

Notes : ( ) Option commune à la licence à la Licence Mathématiques-Economie. ( ) Enseignements communs aux deux parcours de la Licence Economie-Gestion. ( ) Enseignements communs aux deux options du parcours Economie de la Licence Economie-Gestion. ECTS : European Credits Transfer System (le Système Européen de Transfert et d’Accumulation). CM : Cours Magistral. TD : Travaux dirigés.

Som m aire des Enseignem ents de la Licence Econom ie-Gestion

Niveau L1 – S1

UE Economie. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Principes de microéconomie

Résumé. L'objectif du cours est d'introduire les principaux concepts et mécanismes de la microéconomie. Nous nous intéresserons surtout au fonctionnement du marché, à la question de son efficacité ainsi qu'à celle de l’intervention publique. Ces problématiques permettront également à l’étudiant de se familiariser avec la méthode et la façon de penser des économistes. La présentation des théories se fera sans utiliser l’outil mathématique afin de laisser la place à l’intuition. Le cours magistral s'accompagnera de plusieurs séances de travaux dirigés, lors desquelles nous ferons appel à l’économie expérimentale. Ce cours constitue ainsi un tremplin dans le cursus des étudiants, qui approfondiront tout au long de leur cursus les principaux concepts développés ici.

Plan/Grandes lignes. Les bénéfices de l’échange. Offre, demande et élasticité : les forces du marché. L'efficacité du marché. Intervention publique sur les marchés libres : contrôle des prix et taxation. Les externalités. Les biens publics. Les coûts de production. L’entreprise parfaitement concurrentielle. Le monopole.

Références de base. Mankiw, G., 1998, Principes de l’économie, Economica, Paris. Sloman, J., 2008, Principes d’économie, 6 ième ed., Pearson. Stiglitz, J.E., 2000, Principes d’économie moderne, De Boeck Université.

UE Gestion. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Entreprise et gestion

Résumé. Cet enseignement constitue une introduction à la gestion. Il permet d’acquérir les bases nécessaires pour comprendre l’environnement de l’entreprise.

10

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Plan/Grandes lignes. Les différents types d’entreprise : différences sur les plans économique et juridique. Les fonctions dans les organisations. La structure des entreprises. Gérer : décider. L’entreprise et la modélisation systémique

UE Comptabilité. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Comptabilité I

Résumé. Ce cours propose d’étudier les principes de base de la comptabilité générale. Après un bref historique et une mise en perspective de la comptabilité au regard des autres disciplines des Sciences de Gestion, les différents documents fondamentaux de la comptabilité seront présentés (Bilan, Compte de résultat, Balance, Grand Livre, Journal) ainsi que les mécanismes du plan comptable général. Nous étudierons alors le fonctionnement des opérations courantes avec en premier lieu les achats et les ventes, mais aussi les charges et les produits en général, la trésorerie et les investissements. Enfin nous verrons les opérations de fin d’exercice (amortissements, dépréciations, provisions, valorisation des stocks). Tous ces différents aspects seront accompagnés de nombreux exemples afin de rendre le cours le plus vivant et le plus concret possible.

Plan/Grandes lignes. Introduction. Documents et mécanismes fondamentaux de la comptabilité. Les opérations courantes. Les opérations de fin d’exercice

Références de base. Plan Comptable Général, 2009, Editeur indifférent Langlois G., Friedrich M., 2006, Introduction à la comptabilité, Foucher.

UE Faits Economiques. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Principes et faits économiques contemporains

Résumé. Ce cours a un double objectif : sensibiliser les étudiants de première année à l’intérêt de l’analyse économique à partir de questions concrètes touchant à l’économie contemporaine, et leur faire découvrir les grands thèmes développés au sein des équipes de recherche en économie et en gestion de la faculté. Pour atteindre cet objectif, chaque année une équipe de plusieurs enseignants- chercheurs de la faculté, se mobilise pour proposer un enseignement unique et original tournant autour de leurs questions de recherche. Aucune connaissance préalable en économie n’est requise pour suivre ce cours. Les thèmes abordés sont par exemple: Les enjeux économiques de la mondialisation: Sensibiliser les étudiants sur ses fondements historiques et ses enjeux à partir d’études de cas : la mondialisation est elle un phénomène nouveau ou a-t-elle des racines historiques ? quelles furent les grandes étapes historiques de la mondialisation ? Des études de cas permettront d’appréhender les enjeux actuels de la mondialisation à travers les négociations en cours à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’entreprise face aux évolutions technologiques:

Examiner en quoi les outils de l’analyse économique permettent de comprendre les enjeux, les problèmes, les stratégies, les politiques relatifs aux transformations de l’industrie de la musique consécutives au développement des technologies numériques (notamment le développement d’Internet) De nombreux concepts économiques (de la microéconomie, de l’économie industrielle, de l’économie de l’innovation, de l’économie du droit de la propriété intellectuelle) sont ainsi abordés et surtout resitués dans un contexte lié à l’actualité. A quoi servent les marchés financiers ? : Montrer le rôle économique des marchés financiers en termes d’allocation des ressources et des risques et en termes d’agrégation et de transmission d’informations. Présenter les catégories essentielles d’actifs, actions et obligations. Sensibiliser aux risques financiers et aux moyens de les couvrir.

Plan/Grandes lignes. Le plan relatif aux différents thèmes abordés pendant l’année universitaire en cours sera communiqué aux étudiants en début des séances.

Références de base. Braudel, F., 1988, La dynamique du capitalisme, Champs Flammarion. Hamon, J., Jacquillat, B., 2005, La Bourse, Que sais-je ?, 2 ème édition.

11

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

"Les industries culturelles à l'heure d'Internet", Problèmes Economiques, n°2867 - janvier 2005, La Documentation Française. Lévêque, F., Menière, Y., 2003, Economie de la propriété intellectuelle, Repères n°375, La Découverte.

UE Histoires des Faits et Doctrines Economiques. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Histoire des faits et des doctrines économiques

Résumé. Le cours est construit sur l’étude de quatre périodes (antiquité grecque, Moyen-Age européen, période moderne, révolution industrielle), abordées alternativement sous l’angle des faits économiques et de leur théorisation dans la pensée économique. Le volet «Faits Economiques» s’attache à décrire les grandes lignes du contexte matériel et social du développement économique. Les techniques et les formes d’organisation du travail de chaque période seront particulièrement développées pour servir de socle de connaissances nécessaires ultérieurement dans le cursus. Le volet « Doctrines Economiques» a pour objectif de sensibiliser les étudiants, dès la première année, à la lecture raisonnée d’une sélection de textes qui ont marqué l’histoire de la pensée économique. L’attention est portée sur le mode de création de concepts par les auteurs. A la fois le contexte historique dans lequel se déploie l’auteur et le travail théorique qu’il mène dans son œuvre doivent être pris en considération pour saisir l’intelligence de ses concepts majeurs.

Plan/Grandes lignes. Les auteurs et les thèmes concomitants qui seront étudiés sont : Platon et la question du besoin ; Aristote et le concept d’économie domestique ; Saint Thomas d’Aquin et la question du prêt à intérêt ; John Maynard Keynes et le mercantilisme ; Adam Smith et la division du travail ; David Ricardo et la question de la valeur.

Références de base. Aristote, Politique, (traduction : Aubonnet, J.), Ed. «Les Belles Lettres», Livres I et II, 1968. Beraud, A., Faccarello, G., 1992, Nouvelle Histoire de la Pensée Economique, Ed. La Découverte, Tome 1. Finley, M.I., 1973, L’Economie antique, (traduction française), Ed. de Minuit.

UE Mathématiques. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Mathématiques I

Résumé. Ce cours permet de revoir, compléter et approfondir la plupart des notions mathématiques de base concernant les fonctions à une variable qui sont nécessaires à la compréhension et à l’utilisation des méthodes quantitatives en économie, gestion et finance.

Plan/Grandes lignes. Suites ; Fonctions d’une variable, définitions et propriétés ; Fonctions exponentielles et logarithmes ; Dérivées et différentielles d’une fonction à une variable, définitions et utilisations ; Optimisation d’une fonction à une variable.

Références de base. Blume, L., Simon, C.P., 1998, Mathématiques pour économistes, De Boeck. Chiang, A.C., 1984, Fundamental methods of mathematical economics, McG-Hill. Dussart J., Joukoff N., Loulit A., Szafarz A., 2004, Mathématiques appliquées à la gestion, Pearson. Esch, L., 2006, Mathématiques pour économistes et gestionnaires, De Boeck. Hammond P., Sydsaeter K., 2002, Essential mathematics for economic analysis, Pearson Prentice Hall. Michel, P., 1989, Cours de mathématiques pour économistes, Economica. Roger, P., 2006, Mathématiques pour l’économie et la gestion, Pearson.

UE Statistique. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Méthodes quantitatives descriptives

Résumé.

12

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Ce cours présente les principes essentiels de toute démarche préliminaire de traitement des données (vocabulaire, collecte, présentation et description) et les bases de méthodes classiques de la modélisation de phénomènes économiques (régression linéaire simple, lissage de séries temporelles). L’enseignement repose sur le recours à de nombreux exemples issus de la pratique des entreprises afin de familiariser les étudiants avec leurs futurs débouchés professionnels. Une place importante est accordée à la réflexion sur les limites des techniques présentées et à l’interprétation des résultats obtenus.

Plan/Grandes lignes. Chapitres 1-3 : Introduction à la collecte des données ; Présenter les données ; Description des données. Chapitres 4-5 : La régression linéaire simple ; Prévision des séries temporelles et indices de prix

Références de base. Levine, S., Krehbiel, B., 2008, Statistics for Managers, 5 th edition, Pearson International Edition. Tribout, B., 2006, Statistiques pour économistes et gestionnaires, Pearson.

UE Méthodologie. Niveau L1 - Semestre S1

Cours : Méthodologie du travail universitaire & Recherche documentaire

Résumé. Méthodologie du travail universitaire (MTU): Comment se construit une argumentation en économie ? Les étudiants sont invités à décrypter des textes économiques. Ils analysent les différents types de plan, résument les idées développées dans les textes proposés, et s’entraînent à produire eux-mêmes des argumentations solides et clairement rédigées. Recherche documentaire (RD) : L'objectif de cet enseignement est multiple. Il s'agit à la fois d'initier les étudiants aux principes de base de la recherche documentaire (connaissance de la bibliothèque et des ressources électroniques, formulation des requêtes, analyse et évaluation des documents obtenus), et de leur fournir un soutien pédagogique utile tout au long de leur cursus : recherche d'informations fiables, identification de manuels, préparation d'exposés (notamment exposé sur les métiers de l'économie et de la gestion), et plus tard constitution de bibliographies pour des mémoires, des rapports de stage, des thèses… En L1, le cours se concentre sur le bon usage des catalogues de bibliothèque, d'une part, et la recherche d'informations de qualité sur le monde de l'entreprise, d'autre part.

Plan/Grandes lignes. La première séance (en amphi) est une introduction générale sur la méthodologie des deux enseignements MTU et RD. Les séances suivantes sont des travaux dirigés sur des textes économiques pour MTU et sur des bases de données bibliographiques pour RD.

Références de base. Les supports des enseignements sont communiqués aux débuts des séances des travaux dirigés.

Niveau L1 – S2

UE Microéconomie. Niveau L1 - Semestre S2

Cours : Microéconomie : comportements individuels

Résumé. L’objectif de ce cours est d’aborder, en introduisant des outils mathématiques simples, le comportement du consommateur et celui du producteur. Une première partie vise à expliquer ce qui détermine la demande du consommateur. On introduit les concepts de contrainte budgétaire, de préférences et d'utilité ordinale, pour permettre aux étudiants d'établir les caractéristiques d'un comportement d'achat rationnel, mais aussi de décrypter comment sont révélées les préférences des consommateurs au travers de leurs achats effectifs. L'achat rationnel débouche sur la demande du consommateur. On étudie la sensibilité de cette dernière à différents facteurs et plus particulièrement aux prix des biens, ce qui conduit à développer les concepts d'élasticité, d'effet substitution et d'effet revenu. Les outils développés permettent d'aborder les achats du consommateur sur plusieurs périodes, et ainsi d'éclairer les concepts d'emprunt et d'épargne. Une deuxième partie précise le comportement du producteur. Après avoir défini les contraintes technologiques et leurs

13

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

caractéristiques, on étudie la maximisation du profit d’une entreprise en situation de concurrence parfaite. On aborde la minimisation des coûts comme préalable à la maximisation du profit, ce qui conduit à préciser les concepts de coût moyen et de coût marginal, puis à établir les liens entre coûts, rendements d'échelle et profit optimal. Cette approche débouche sur la courbe d’offre d’une entreprise concurrentielle et le concept de surplus.

Plan/Grandes lignes. Le comportement du consommateur : la contrainte budgétaire, les préférences, l’utilité, le choix, la demande, les préférences révélées, l’équation de Slutsky, les choix intertemporels. Le comportement du producteur : la technologie, la maximisation du profit, la minimisation du coût, les courbes de coût, l’offre de la firme.

Références de base. Varian, H.R., 2003, "Introduction à la microéconomie", De Boek Université, Collection Ouvertures Economiques, Prémisses, Bruxelles, 5 ème édition. Stiglitz, J.E., 2000, "Principes d'économie moderne", De Boek Université, Collection Ouvertures Economiques, Traduction de la deuxième édition américaine.

UE Macroéconomie. Niveau L1 - Semestre S2

Cours : Macroéconomie I

Résumé. Le cours de macroéconomie I constitue une introduction au fonctionnement global d'une économie. Dans cette logique, nous abordons, dans un premier chapitre, la notion de circuit économique et quelques éléments de la comptabilité nationale. Nous traitons en particulier les opérations économiques essentielles que sont la production, la consommation et l’épargne, l’investissement, et enfin l’échange. Dans un deuxième chapitre, nous analysons la détermination du revenu d’équilibre macroéconomique en économie « fermée » et en économie « ouverte ». Dans ce cadre, les interventions des pouvoirs publics sont limitées à la politique budgétaire : actions sur les dépenses et les recettes publiques. Le troisième chapitre est consacré aux deux composantes de la demande : la consommation des ménages et l’investissement des entreprises. Le dernier chapitre s'intéresse à la monnaie et au système bancaire. Il est clôturé par quelques éléments de politique monétaire.

Plan/Grandes lignes. La représentation de l’activité économique : la notion du circuit économique. Détermination du revenu et équilibre macroéconomique : économie fermée et économie ouverte. Les composantes de la demande : la consommation et l’investissement. La monnaie et les institutions monétaires.

Références de base. Jalladeau, J., 1993, Introduction à la macroéconomie, De Boeck. Luzi, A., Topol, R., 1995, Initiation à la macroéconomie, Hachette. Mankiw, G. N., 2003, Macroéconomie, De Boeck.

UE Gestion. Niveau L1 - Semestre S2

Cours : Marketing

Résumé. Il existe beaucoup de confusion autour du terme « marketing ». Le premier objectif du cours est de faire comprendre ce qui relève exactement de cette discipline et de montrer qu’elle ne se réduit pas à la vente ou à la publicité. Il s’agit ensuite de présenter les outils et concepts de base du marketing.

Plan/Grandes lignes. Comportement du consommateur. Etudes marketing. Segmentation, ciblage et positionnement. Audit de marketing stratégique. Elaboration de la stratégie. Gestion du marketing mix.

Références de base. Armstrong, G., Kotler, P., 2007, Principes de marketing, Pearson Education Kotler, P., Dubois, B., 2006, Marketing Management, Pearson Education Lambin, J-J., Chumpitaz, R., 2002, Marketing stratégique et opérationnel, Dunod

UE Optionnelle au choix. Niveau L1 - Semestre S2

14

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Cours : Introduction au droit (Choix 1)

Résumé. Le droit est un facteur de régulation sociale et il organise la société au nom de certaines valeurs. Il détermine le cadre et le fonctionnement de l'entreprise. L'enseignement du droit a pour objectif de faire acquérir aux étudiants les concepts fondamentaux, les analyses théoriques et le raisonnement juridique indispensable pour accéder à la culture juridique. Tout économiste, comptable ou citoyen se doit de maîtriser un minimum de droit pour évoluer favorablement au sein de la société. Le cours doit permettre de maîtriser le vocabulaire de base mais aussi de comprendre une documentation juridique, de commenter ou d'analyser un arrêt. Le cours doit permettre, en outre, de poursuivre des études du cycle de l'expertise comptable puisqu'il s'inscrit dans la droite ligne du cursus DCG. Le cours aborde aussi bien les notions essentielles que l'étude de cas concrets.

Plan/Grandes lignes. La notion de droit. le rôle du droit dans la vie économique. Le cadre de l'activité juridique. Les principes de la justice. Les sources du droit positif. L'organisation judiciaire. Les acteurs de la vie juridique. Le droit de la preuve. Les biens et le droit de propriété. La responsabilité civile délictuelle. Les contrats et la responsabilité contractuelle. L'identification des personnes. La capacité juridique. L'impact du droit européen sur le droit français.

Références de base. Bocquillon, J-F, 2008, Introduction au droit DCG1 : manuel et applications, Dunod. Liquière, J-L, 2008, Introduction au droit UE1, Ellipses.

Cours : Economie Mondiale : bilan et perspective (Choix 2)

Résumé. L’objectif de ce cours est de fournir une analyse économique de l’économie mondiale (bilan et perspective). Une brève présentation de la crise des années 70 permet de mettre en avant les grandes mutations de l’économie mondiale. L’émergence de la globalisation financière et économique, la domination des idées libérales sont autant de facteurs explicatifs de la situation économique actuelle. Nous étudierons l’émergence des pays de la BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), l’économie européenne et nord américaine et le continent africain. L’enseignement n’est pas descriptif mais davantage fondé sur les mutations et enjeux de l’économie mondiale. Les fondements théoriques ad hoc constituent la grille de lecture de ce cours.

Plan/Grandes lignes. La mondialisation de l’économie. Bilan des zones économiques. Perspectives et économie de la connaissance.

Références de base. Castel, O., 1998, Les trois âges de l’économie mondiale, Sirey Editions. Cohen, D., 2006, Trois leçons sur la société post-industrielle, La République des Idées, Seuil. OCDE, 2008, bilan et perspectives de l’économie mondiale.

UE Mathématiques. Niveau L1 - Semestre S2

Cours : Mathématiques II

Résumé. Ce cours est consacré à l’étude des fonctions de plusieurs variables avec comme objectif fondamental l’optimisation de ces fonctions. Il s’agit de fournir les principaux outils d’analyse utiles en économie, gestion et finance.

Plan/Grandes lignes. Eléments essentiels sur les espaces euclidiens ; Fonctions de plusieurs variables, définitions et propriétés ; Dérivées et différentielles d’une fonction de plusieurs variables, définitions et utilisations ; Optimisation libre ; Optimisation sous contraintes.

Références de base. Blume, L., Simon, C.P., 1998, Mathématiques pour économistes, De Boeck. Chiang, A.C., 1984, Fundamental methods of mathematical economics, McG-Hill. Dussart J., Joukoff N., Loulit A., Szafarz A., 2004, Mathématiques appliquées à la gestion, Pearson.

15

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Hammond P., Sydsaeter K., 2002, Essential mathematics for economic analysis, Pearson Prentice Hall. Michel, P., 1989, Cours de mathématiques pour économistes, Economica. Roger, P., 2006, Mathématiques pour l’économie et la gestion, Pearson.

UE Probabilités et Statistique. Niveau L1 - Semestre S2

Cours : Probabilités et statistique I

Résumé. Dans bien des domaines (assurances, diagnostic médical, produits financiers, sondages, prévisions économiques, etc.) l'utilisation de la science du hasard est indispensable. Des choix politiques importants concernant l'économie et le social se font à l'aide d'analyses fondées sur le calcul des probabilités. L'objectif de ce cours est de présenter les bases de la théorie des probabilités et de définir les principaux outils qui en découlent. La théorie des probabilités est un puissant outil de modélisation du réel dans le but de quantifier et de prédire. Le cours est d'abord consacré à l'analyse combinatoire (avec et sans répétition), puis au calcul des probabilités et enfin l'étude des lois de probabilités. L'objectif étant la parfaite connaissance des différentes notions et notamment la lecture des tables de lois pour pouvoir les utiliser dans le cadre des tests statistiques (voir le programme du niveau L2 de la Licence Economie-Gestion).

Plan/Grandes lignes. Dénombrements et analyse combinatoire. Calcul des probabilités. Les variables aléatoires. Les variables aléatoires discrètes. Les variables aléatoires continues. Les lois de probabilités usuelles. Les lois discrètes usuelles (loi Binomiale, loi de Poisson, etc.). Les lois continues usuelles (loi Normale, etc.). Famille des lois Gamma et lois déduites des lois gaussiennes (loi du Khi-2, loi de Student, etc.).

Références de base. Lethielleux, M, 2006, Probabilités : Estimation statistique, Dunod. Tribout, B., 2007, Statistiques pour économistes et gestionnaire, Pearson Education.

UE Professionnel & Découverte. Niveau L1 - Semestre S2

Cours : Métiers de l’économie et de la gestion

Résumé. L’objectif est d’amener les étudiants à engager une réflexion sur leurs débouchés professionnels futurs. L’accent est mis en priorité sur l’exploration de différents débouchés, sur lesquels les étudiants doivent s’informer et réfléchir. L’accompagnement consiste à les orienter dans cette démarche d’information et à discuter avec eux des résultats obtenus ainsi que des perspectives. L’information obtenue et la réflexion ainsi engagée visent à permettre aux étudiants de s’orienter dans leurs choix ultérieurs de formation.

Plan/Grandes lignes. Métiers de l’enseignement de l’économie et de la gestion dans le second degré et le supérieur. Métiers de la recherche en économie et en gestion. Le métier d’Analyste financier. Le métier de Chargé d’études économiques, etc.

Références de base. Association pour l’emploi des cadres, 2005, Diplômés 2003 et 2004 : situation professionnelle en 2005, APEC, Paris. Giret J. F., Moullet F., Thomas G., 2002, De l’enseignement supérieur à l’emploi: les trois premières années de vie active de la Génération 98, Centre d’études et de recherches sur les qualifications, Marseille.

Cours : Enseignement de découverte La liste des enseignements de découverte définie par l’Université est portée à la connaissance des étudiants au début de chaque année universitaire.

16

Niveau L2 – S3

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

UE Macroéconomie. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : Macroéconomie II

Résumé. Le but de ce cours est de présenter le modèle IS-LM en économie fermée et ouverte dans un cadre synthétique des marchés économiques. Il s’agit, dans une première partie, de mettre en exergue les mécanismes de transmission et de propagation sur les marchés réel et monétaire. Ce support théorique sera ensuite exploité dans l’évaluation des politiques budgétaire, monétaire et mixte sur le système macroéconomique. Cette analyse macroéconomique sera étendue à l’économie ouverte à partir du modèle Mundell-Fluming. Au cours de cette deuxième partie de cours, nous nous attacherons à identifier le nouveau cadre comptable de l’économie et distinguer suivant le triangle d’incompatibilité les différentes configurations (régimes de change, degré d’intégration financière) du processus impulsion propagation.

Plan/Grandes lignes. Demande agrégée en économie fermée. Equilibre économique de court terme et modèle IS-LM : le marché des biens et services et la courbe IS-LM, le marché monétaire et la courbe LM. L’explication des fluctuations économiques à l’aide de IS-LM : les modifications de la politique budgétaire, les modifications de la politique monétaire, l’interaction entre les politiques monétaire et budgétaire. Demande agrégée en économie ouverte, la modélisation d’une économie ouverte : le cadre comptable d’une économie ouverte, le modèle de Mundell-Fleming. Les politiques macroéconomiques en économie ouverte : les politiques économiques en changes fixes, les politiques économiques en changes flexibles

Références de base. Mankiw, G. N., 2003, Macroéconomie, De Boeck. Jalladeau, J., 1993, Introduction à la macroéconomie, De Boeck Université. Piller, A., 2005, Le modèle IS-LM en économie fermée, Edition Maxima. Piller, A., 2005, Le modèle IS-LM en économie ouverte, Edition Maxima. Blanchard, O., Cohen, E., 2007, Macroéconomie, 4ème Edition, Pearson Education. Findlay, D., 2007, Guide de l’étudiant en macroéconomie, 4ème Edition, Pearson Education.

UE Gestion. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : Gestion industrielle

Résumé. Le but de ce cours est d’enseigner aux étudiants les principaux concepts et outils de la gestion de production : système de production, MRP, KANBAN, techniques d’ordonnancement (PERT et GANTT) et management de la qualité. Il s’agit d’une première approche qui pourra être approfondie ultérieurement dans le cursus universitaire. L’étudiant disposera sur la base de ce cours des notions essentielles et de l’usage des outils de planification et d’ordonnancement utilisés en gestion de production.

Plan/Grandes lignes.

Système de production et outils de gestion de production. Le MRP. Le KANBAN et la gestion par les Kanbans. Management de la qualité.

Références de base. Van Delft, C., Garreau, A., Baglin, G., Greif, M., 2001, Management industriel et logistique, 3 ème édition, Economica. Giard, V., 1988, Gestion de la production, Economica. Javel, G., 1993, L’organisation et la gestion de la production, Masson.

17

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

UE Comptabilité. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : Comptabilité II

Résumé. Ce cours a pour but l'approfondissement et l'actualisation des connaissances en comptabilité financière (PCG) et la compréhension des bases de la comptabilité de groupes.

Plan/Grandes lignes. Le cadre comptable. La méthode comptable. Analyse des comptes de l’actif et du passif. Les opérations de fin d’exercice : amortissements (cession d'une immobilisation amortie), quote-part de subvention virée au compte de résultat, provisions, stocks et régularisations. Groupes et consolidation : détermination de l’ensemble consolidé, degrés de dépendance, périmètre de consolidation, méthodes de consolidation.

Références de base. Colasse, B., 2007, Les fondements de la comptabilité, 2007, Repères gestion Grandguillot, B., 2007, Comptabilité générale, Gualino éditeur Grandguillot, B., 2007, Exercices de comptabilité générale, Gualino éditeur.

UE Histoire Economique. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : Histoire économique I

Résumé. Sur le fond : Contre la croyance en un homo oeconomicus intemporel et universel et en un marché vu comme un état de nature, ce cours entend souligner l’historicité tant du marché que du capitalisme, à travers quelques épisodes-clés de l’histoire économique du monde occidental depuis le Moyen Age, marquant la montée et la relative autonomisation d’un ordre économique aujourd’hui dominant. Les travaux des historiens de l’économie sont eux-mêmes présentés comme le résultat de problématiques variables, directement constitutives de l’histoire de la discipline. Sur la forme : De facture essentiellement littéraire (mais intégrant quelques développements plus analytiques concernant par exemple la monnaie et la lettre de change, ou l’évolution des unités de production au moment de la révolution industrielle), cet enseignement constitue l’une des rares occasions de travailler spécifiquement l’écrit (examen) et l’oral (exposés dans le cadre des travaux dirigés), et d’étoffer sa culture générale par un minimum de lectures sortant des simples manuels.

Plan/Grandes lignes. Introduction générale : l’histoire économique, développement et problématiques. Remarques concernant la périodisation en histoire. Les origines du capitalisme dans l’Europe médiévale : la révolution commerciale. L’expansion européenne et l’affirmation du capitalisme marchand : le tournant décisif du XVI e siècle. Capitalisme et production : le moment de la révolution industrielle – le cas « classique » de la Grande-Bretagne. Conclusion : l’horloge mécanique et la représentation du temps, ou l’invention du temps économique

Références de base. Braudel, F., 1979, Civilisation matérielle et capitalisme – XV e -XVIII e siècle, A. Colin, 1979, 3 volumes. Norel, P., (dir.), 2004, L’invention du marché. Une histoire économique de la mondialisation, Seuil. Hobsbawm, E.J., 1977, Histoire économique et sociale de la Grande-Bretagne, tome 2 : De la révolution industrielle à nos jours, trad. Seuil.

Note : Un plan détaillé et une bibliographie plus complète sont disponibles sur Univ-R.

UE Mathématiques. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : Mathématiques III

Résumé. Ce cours a pour objectif de revoir, compléter et approfondir certains concepts concernant les fonctions d’une variable qui sont utilisées en économie, gestion, finance et probabilités. Le calcul intégral est tout spécialement développé avec ses applications multiples notamment en calcul des probabilités. Ce cours propose aussi une introduction aux équations différentielles et aux équations aux différences finies avec leurs applications variées notamment en économie et finance.

Plan/Grandes lignes.

18

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Calcul intégral : sommes de Riemann et intégrale de Riemann. Propriétés. Applications diverses. Notion de densité. Méthodes de calculs d’intégrales définies : primitives, intégration par parties et par changement de variables. Intégrales impropres. Théorèmes de convergence. Applications aux calculs des probabilités. Equations différentielles linéaires du premier ordre. Equations linéaires du second ordre à coefficients constants. Equations aux différences finies du premier et second ordre.

Références de base. Simon, C.P., Blume, L.L., Mathématiques pour économistes, 1997, De Boeck Université, Louvain. Michel, P., 1989, Cours de mathématiques pour économistes, 2e édition, Economica, Paris. Bismans, F., 1999, Mathématiques pour l’économie, Vol.1, De Boeck Université, Louvain. Roger, P., 2006, Mathématiques pour l’économie et la gestion, Pearson.

UE Probabilités et Statistique. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : Probabilités et statistique II

Résumé. Le calcul des probabilités intervient dans l’analyse des phénomènes pour lesquels il existe des éléments d’incertitude, d’où le qualificatif ‘aléatoires’ pour ces phénomènes. Un phénomène est dit aléatoire, quand on ne peut pas en prévoir exactement le résultat, en raison du fait que tous les facteurs qui déterminent ce résultat ne sont pas maîtrisés ou contrôlés. Ce cours a pour objectif d’initier les étudiants au raisonnement probabiliste au travers de l’étude de différentes lois de probabilité. Le premier chapitre sera consacré à la notion d’espace probabilisé et aux variables aléatoires. L’étude du comportement asymptotique d’une suite de variables aléatoires fera l’objet du deuxième chapitre. En particulier, deux convergences stochastiques seront essentiellement considérées : la convergence en probabilité et la convergence en loi. A ces deux types principaux de convergence seront associés deux théorèmes fondamentaux de la statistique asymptotique : la loi des grands nombres et le théorème central limite. Le cours consiste ensuite à établir le lien entre la statistique descriptive et théorique en introduisant les bases de l’inférence statistique :

l’échantillonnage et l’estimation. Dans un premier temps, il est question de caractériser l’échantillon à partir de la population en présentant les notions de distribution d’échantillonnage simple et aléatoire. Dans un deuxième temps, le cours aborde les premiers problèmes d’inférence statistique auxquels s’applique la théorie des distributions d’échantillonnage, à savoir les problèmes d’estimation. Le but poursuivi ici est d’estimer, à partir d’un échantillon, la ou les valeurs numériques d’un ou plusieurs paramètres de la population considérée, et de déterminer la précision de cette ou de ces estimations.

Plan/Grandes lignes. Espace probabilisé et variables aléatoires : espace probabilisé et mesure de probabilité, lois de probabilité, variables aléatoires à une seule ou plusieurs dimensions. Lois usuelles discrètes et continues, convergence et théorèmes limites. Echantillon et distribution d’échantillonnage. Principes généraux de l’inférence statistique : l’estimation et les intervalles de confiance.

Références de base. Anderson, D.R., Sweeney, D.J., Williams, T.A., 2001, Statistiques pour l’économie et la gestion, De Boeck. Combrouze, A., 1993, Probabilités et statistiques, 1 ère édition, PUF. Saporta, G., 1990, Probabilités, Analyse des données et Statistique, Editions Technip.

UE Bureautique, Internet et Programmation. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : B.I.P, préparation au C2i

Résumé. Le cours et les travaux dirigés s’articulent autour de deux pôles de compétences : 1/ Apprentissage d’un langage de programmation, 2/ Acquisition de connaissances informatiques générales compatibles avec la préparation du certificat informatique et internet (C2i) niveau 1. Plusieurs thèmes sont abordés tout au long du cours et des travaux dirigés. En particulier, la prise en main de Windows, Word, Excel, maintenance du système ; utiliser les outils des espaces de travail collaboratif UnivR et ENT et de l'UFR ; structurer et gérer une arborescence de fichier, stratégies de sauvegarde ; fonctionnalités nécessaires à la structuration de documents complexes (notes de bas de pages, sommaire, index) ; internet services, routage, TCP-IP, UDP, DNS, IPv4 et IPv6, formaliser les

19

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

requêtes de recherches ; sécurité: authentification, cryptage, SSL, virus, troyens, le piratage, l'anti- virus, le pare-feu, maintenance préventive.

Plan/Grandes lignes. Utiliser les outils informatiques et maintenir son environnement de travail. Visual Basic pour Excel, un langage de programmation objet : concept, objets, références aux cellules, structures, procédures et fonctions, boucles, instructions conditionnelles. Variables et types de données, opérateurs. Les boites de dialogue, la gestion des erreurs. Sélection des fonctions les plus courantes. Algorithmique. Internet. La sécurité (sauvegarde, virus,…).

Références de base. Les références (les plus récentes) sont communiquées aux étudiants lors du premier cours.

UE Optionnelle au choix. Niveau L2 - Semestre S3

Cours : Science et innovation (Choix 1)

Résumé. Dans un premier temps sont données les définitions de l’innovation, puis sont examinées diverses problématiques liées à l’innovation dans la compétition économique internationale : les tensions qui surgissent entre propriété intellectuelle et diffusion des connaissances, la place de l’innovation dans la croissance économique ainsi qu’une introduction à la géographie de l’innovation. Dans un deuxième temps des exemples historiques sont développés, qui illustrent les différentes façons de mettre en place les innovations, et qui donnent à repenser les relations entre science, technologie et société.

Plan/Grandes lignes. L’innovation : Définition et généralités. Circuit et évolution - L’innovation comme moteur de la dynamique économique. Innovation, connaissances et théorie économique de la croissance. Microéconomie de l’innovation : Le modèle de Arrow. Externalités de connaissances et localisation géographique. Innovation et science : formation, recherche, innovation. Histoire d’entreprises et d’entrepreneurs innovants. Innovation et société : le risque au travail. Innovation et place du consommateur. Innovation et environnement. Décadence de l’idée de progrès/sciences citoyennes.

Références de base. Foray, D., 2000, Economie de la connaissance, éd. La Découverte, coll. Repère. Guellec, D., 1999, Economie de l’innovation, éd La Découverte, coll. Repère. Vérin, H., 1993, La gloire des ingénieurs, l’intelligence technique du XVIème au XVIIIème siècle, Albin Michel. Latour, B., 1999, Politiques de la nature, Comment faire entrer les sciences en démocratie, La Découverte. Beck Ulrich, 1992, Risk Society. Towards a new modernity, London.

Cours : Sociologie des NTIC (Choix 2)

Résumé. Analyse des usages et des enjeux associés au développement des technologies de l'information et de la communication. Systèmes techniques étudiés : la vidéo surveillance, le réseau internet, la télévision. Problématiques associées : contrôle social, sécurité et liberté ; propriété intellectuelle et téléchargement ; industrie culturelle et convergence numérique.

Références de base. Breton, Ph., 2000, Le culte de l'internet, La Découverte, Paris. Heilmann, E., 2007, « Surveiller à distance et prévenir. Vers une nouvelle économie de la visibilité », Questions de communication, vol 11, pp 303-322 (en ligne sur le site : www.netvibes.com/cctv-eh) Missika, J.-L., 2006, La fin de la télévision, Seuil, Paris.

Niveau L2 – S4

UE Macroéconomie. Niveau L2 - Semestre S4

Cours : Macroéconomie III

20

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Résumé. Ce cours fait suite aux cours de Macroéconomie I (licence 1 – semestre 2) qui s’intéresse aux composantes de la demande globale et de Macroéconomie II (licence 2 – semestre 3) qui introduit quant à lui les problématiques macroéconomiques dans le cadre d’une économie ouverte. Toute l’originalité de ce cours de Macroéconomie III repose sur l’introduction du marché du travail et l’étude de l’offre globale au sein d’une relation entre la quantité produite et le niveau général des prix. L’intérêt se porte d’abord sur la vision classique puis sur les monétaristes et enfin sur la vision de la Nouvelle Macroéconomie Classique. Une attention toute particulière est portée aux implications, en termes de politique économique, de ces différents courants de pensée macroéconomique en illustrant notamment ces conclusions par des exemples tirés de l’actualité économique contemporaine.

Plan/Grandes lignes. L’équilibre global classique : les postulats de la vision classique, le fonctionnement des marchés, l’équilibre macroéconomique. Offre globale - Demande globale : la fonction d’offre globale, la fonction de demande globale, l’équilibre macroéconomique, l’efficacité des politiques économiques. Inflation et chômage : la relation de Phillips originelle, les anticipations inflationnistes, la vision des monétaristes, le débat sur la politique de désinflation

Références de base. Blanchard, O., Cohen, E., 2004, Macroéconomie, Pearson Education. Hairault, J-O., (dir), 2000, Analyse macroéconomique, La Découverte. Montoussé, M., (dir), 1999, Macroéconomie, Editions Bréal.

UE Microéconomie. Niveau L2 - Semestre S4

Cours : Microéconomie : marchés et équilibres

Résumé. La microéconomie étudie le processus de création de richesses ainsi que sa répartition entre consommateurs et producteurs à partir de leurs comportements individuels et de leurs interactions. Ces interactions individuelles sont régulées par un mécanisme de fixation des prix qui va déterminer à la fois les incitations individuelles de création de richesse mais aussi la manière dont elles vont être réparties. Il est naturel, dans ce contexte, d'analyser l'impact de différents modes de fixation des prix sur la répartition, ainsi que leurs propriétés en termes d'efficacité économique et de bien-être. Les implications de divers mécanismes de fixation des prix, en équilibre partiel et général, sont étudiées.

Plan/Grandes lignes. Généralités et rappels : le consommateur, le producteur. La fixation des prix en équilibre partiel : la concurrence parfaite, le monopole, le duopole. L'équilibre général des marchés : rappels et approfondissement de la théorie du consommateur, les mécanismes de l'échange dans la boîte d'Edgeworth, l'équilibre walrasien dans une économie d'échange pur, équilibre concurrentiel et bien- être, équilibre concurrentiel dans une économie avec production.

Références de base. Picard, P., 2007, Éléments de microéconomie, 2 Tomes, Montchrestien. Tallon, J.-M, 1997, Équilibre général: une introduction, Vuibert. Varian, H. R., 1992, Microeconomic Analysis, Norton.

UE Gestion. Niveau L2 - Semestre S4

Cours : Gestion financière

Résumé. Ce cours d'initiation a pour but la maîtrise des concepts, de la terminologie et de méthodes permettant une analyse de l'information financière et comptable de l'entreprise. Les principaux documents comptables sont étudiés : bilan, compte de résultat et annexe. Le cours aborde également les nouvelles normes internationales et leur impact, les mécanismes de la création de valeur et leurs implications pratiques.

Plan/Grandes lignes. Analyse des sources de financement : capital, autofinancement et endettement. Les différentes approches financières du bilan : le bilan fonctionnel, élaboration, analyse et évolution, les approches plus récentes. La trésorerie : formation, évolution et enjeux. Le compte de résultat – SIG et CAF. Rentabilité économique et rentabilité financière – l'effet de levier.

21

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Références de base. Colasse, B., 2008, L’analyse financière de l'entreprise, La Découverte. Briot, F., 2008, Finance d'entreprise, Dunod.

UE Histoire Economique. Niveau L2 - Semestre S4

Cours : Histoire économique II

Résumé. Cet enseignement traite les faits économiques et sociaux à partir du début de l’ère industrielle autour de deux corpus théoriques qui permettent de rythmer l’évolution économique, à savoir les fluctuations de longues durée ( les Kondratiev) et les cycles et crises classiques. Après avoir identifié ces rythmes de l’évolution économique, l’étudiant pourra mieux saisir l’ampleur de la croissance au XIXe siècle et la nature des crises économiques et du changement social qui accompagnent cette évolution. A la lumière des théories néoschumpétérienne et régulationniste ce cours permet d’analyser les mécanismes de la crise de 1929, la dépression des années 1930 et la sortie de crise initiée par le New Deal aux Etats-Unis. Ce cours a pour objectif de susciter un questionnement sur l’impérieuse nécessité de mettre en perspective historique les faits économiques, sociaux et politiques pour comprendre les enjeux économiques actuels tels que ceux suscités par la nouvelle crise systémique contemporaine.

Plan/Grandes lignes. Les fluctuations de longue durée, périodisation et interprétation monistes, multicausales et globales. Les cycles et crises classiques fondés sur la régulation concurrentielle du marché du travail, la loi d’airain sur les salaires et le trend de croissance au XIXe siècle. Les fondements de l’accumulation intensive : les nouvelles formes socio organisationnelles du travail et de la production : le taylorisme et le fordisme. La crise de 1929 en tant que crise du mode de régulation qui remet en cause la nouvelle dynamique d’accumulation. Les sorties de crise expérimentées par les réformes audacieuses du New Deal.

Références de base. Rosier B. Dockès P.,1983, Rythmes économiques. Crises et changement social, une perspective historique, La Découverte/Maspéro, Paris. Rosier B,.1987, Les théories des crises économiques , Repères n°50, La Découverte, Paris (résumé du précédent ouvrage). Beaud M.,1981, réed. 1990, Histoire du capitalisme 1500-1980, Points Economie, Seuil, Paris. Coriat B.,1979, L’atelier et le chronomètre , Christian Bourgois éditeur, Paris

UE Mathématiques. Niveau L2 - Semestre S4

Cours : Mathématiques IV

Résumé. Il s’agit d’un cours d’algèbre linéaire. Les systèmes d’équations linéaires en constituent le noyau fondamental. L’accent est mis sur les applications : notamment sont généralisés les théorèmes d’optimisation aux fonctions de n variables.

Plan/Grandes lignes. Calcul matriciel : opérations usuelles. Systèmes d’équations linéaires. Discussion générale. Méthode de Gauss. Inversion des matrices carrées par la méthodes de Gauss. Déterminant. Applications :

formules de Cramer, formule de l’adjointe pour l’inverse d’une matrice. Espaces et sous-espaces vectoriels. Base et dimension. Applications linéaires. Valeurs et vecteurs propres d’une matrice. Diagonalisation d’une matrice. Cas des matrices symétriques. Applications aux systèmes différentiels et aux systèmes dynamiques discrets. Formes quadratiques : application à l’optimisation des fonctions de n variables.

Références de base. Simon, C.P., Blume, L.L., Mathématiques pour économistes, 1997, De Boeck Université, Louvain. Michel, P., 1989, Cours de mathématiques pour économistes, 2e édition, Economica, Paris. Bismans, F., 1999, Mathématiques pour l’économie, Vol.1, De Boeck Université, Louvain. Roger, P., 2006, Mathématiques pour l’économie et la gestion, Pearson.

22

UE Probabilités et Statistique. Niveau L2 - Semestre S4

Cours : Probabilités et statistique III

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Résumé. Ce cours présente les tests d’hypothèses qui ont pour but de vérifier la validité ou la non-validité de certaines assertions relatives à une ou plusieurs populations à partir des données d’un ou plusieurs échantillons. En particulier, nous étudierons les tests de conformité destinés à comparer entre eux un échantillon observé et une population théorique, les tests d’égalité ou d’homogénéité qui ont pour but de comparer entre elles un certain nombre de populations, les tests d’ajustement destinés à vérifier si un échantillon observé peut être considéré comme extrait d’une population donnée et les tests d’indépendance qui ont pour but de contrôler à partir d’un échantillon l’indépendance stochastique de deux ou plusieurs critères de classification. Répondre à cet objectif suppose l’adoption d’une double démarche : l’exposition des développements théoriques et leur illustration systématique par des exemples d’application. Ainsi, nous nous sommes limités à une présentation en trois chapitres. Le chapitre I constitue une introduction à la théorie des tests d’hypothèses. Il présente les principes et méthodes de base relatifs aux tests statistiques. Sans prétendre à l’exhaustivité, le chapitre II aborde différents types de tests, en particulier les tests de conformité et de comparaison usuels. Le chapitre III est consacré aux tests non paramétriques.

Plan/Grandes lignes. Tests d’hypothèse sur un paramètre, généralités : Principes et réalisations des tests, méthodes de construction d’un test entre deux hypothèses simples, comment trancher entre deux hypothèses à partir de l’échantillon ? Tests de conformité et de comparaison usuels : tests de conformité (ou de signification) sur une moyenne, une variance ou une proportion, tests de comparaison de deux moyennes, de deux variances ou de deux proportions, analyse de la variance (ANOVA). Tests non paramétriques : tests de Khi-2 et autres tests non paramétriques

Références de base. Anderson, D.R., Sweeney, D.J., Williams, T.A., 2001, Statistiques pour l’économie et la gestion, De Boeck. Bouget, D., Vienot, A., 1995, Traitement de l’information : statistiques et probabilités, Librairie Vuibert. Dagnelie, P., 1998, Statistique théorique et appliquée, Tomes 1 & 2, De Boeck. Lecoutre, J-P., 2002, Statistique et probabilités, manuel et exercices corrigés, 2 ème édition, Dunod. Saporta, G., 1990, Probabilités, Analyse des données et Statistique, Editions Technip.

23

Niveau L3 – S5

UE Jeux et Stratégies. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion, Parcours Economie.

Cours : Théorie des jeux appliquée

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Résumé. La théorie des jeux appliquée est une approche formalisée de l’interaction entre les individus. Le cours de théorie des jeux appliquée apprend aux étudiants à modéliser les interdépendances, de sorte à montrer comment émergent les actes stratégiques et comment ces actes se répondent les uns aux autres. Cette modélisation conduit à rechercher les comportements stabilisés, ou équilibres, et à en étudier les caractéristiques. Ainsi le cours recouvre la construction d’un jeu, les concepts de domination, d’équilibre de Nash, de rétroduction, d’équilibre de Nash parfait en sous-jeux et de jeux répétés. Il insiste également sur la portée appliquée de la théorie des jeux, en proposant des exemples d’application de cette théorie à des problèmes issus de l’actualité économique.

Plan /grandes lignes. Construction d’un jeu. Stratégie et information. Domination. Equilibre de Nash. Rétroduction et équilibres de Nash parfaits en sous-jeux. Jeux répétés.

Références de base. Fudenberg D et Tirole J., 1991, Game theory, MIT Press, Massachusetts. Umbhauer G., 2004, Théorie des jeux, Editions Vuibert, Collection Dyna’Sup. Umbhauer G., 2002, Théorie des jeux appliquée à la gestion, Editions Management et Société. Myerson, RB, 1991, Game Theory, Harvard University Press, Cambridge Massachusetts.

UE Economie industrielle. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion, Parcours Economie.

Cours : Economie industrielle

Résumé. L’objet du cours est d’étudier les comportements de production et de vente des entreprises, les interactions concurrentielles, les mécanismes de concurrence sont au cœur de l’économie industrielle. L’économie industrielle est un prolongement de la microéconomie avec une volonté de « coller » davantage à la réalité industrielle. C’est une discipline académique qui procure des outils pour les entreprises – administrations. Nous fondons l’analyse sur les deux courants anglo-saxon et européen : Industrial Organization (IO) / Economie Industrielle.

Plan/Grandes lignes. Le paradigme SCP. Théorie de l’entreprise, système productif. Comportements stratégiques des entreprises. Marché et organisation. Connaissance et économie industrielle.

Références de base. Tirole, J., 1988, The Theory of Industrial Organization, ED MIT Press, Cambridge. Waldman, D.E., Jensen, E.J., 2001, Industrial Organization Theory and Practice, Addisson Wesley. Nguyen, G.D., 1995, Économie industrielle appliquée, Ed Vuibert.

UE Finance. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion, Parcours Economie.

Cours : Finance

Résumé. Ce cours a pour objectif de permettre aux étudiants d’appréhender les mécanismes de formation des prix sur les marchés financiers ainsi que la nature des principaux actifs qui y sont cotés. Une place particulière est réservée aux actions et aux obligations. A l’issue de ce cours les étudiants seront capables de comprendre et de mesurer les risques associés à ces titres (en particulier, le risque de taux d’intérêt). Ils maîtriseront également les éléments fondamentaux de la gestion de portefeuille (diversification, risque spécifique et systématique) ainsi que les principales mesures de performance

24

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

retenues dans le classement des fonds d’investissement (ratio de sharpe, alpha de Jensen par exemple).

Plan/Grandes lignes. Analyse d’un titre coté : les obligations. Diversification et frontière efficiente. MEDAF et Mesures de performance.

Références de base. Broquet, C., Cobbaut, R., Gillet, R., Van den Berg, A., 2004, Gestion de portefeuilles (actions, obligations, options), 4ème édition, De Boeck Université. Fleuriet, M., Simon, Y., 2003, Bourse et marchés financiers, 2ème édition, Economica. Jacquillat, B., 2004, Marchés financiers : Gestion de portefeuilles et des risques, 4ème édition, Dunod.

UE Macroéconomie monétaire. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Economie.

Cours : Macroéconomie monétaire

Résumé. Ce cours fait suite aux cours de Macroéconomie I (licence 1 – semestre 2) qui s’intéresse aux composantes de la demande globale, de Macroéconomie II (licence 2 – semestre 3) qui étudie l’offre globale et de Macroéconomie III (licence 2 – semestre 4) qui introduit quant à lui les problématiques macroéconomiques dans le cadre d’une économie ouverte. L’objectif de ce cours de Macroéconomie monétaire est de permettre aux étudiants de faire le lien entre l’enseignement théorique et l’élaboration de la politique monétaire, avec un intérêt tout particulier porté à l’UEM. La politique monétaire est tout d’abord présentée sous tous ces aspects : offre et demande de monnaie, inflation, structure par terme des taux d’intérêt, effet sur l’activité et l’inflation, crédibilité, indépendance, transparence permettant ainsi à l’étudiant de pouvoir appréhender la réalité monétaire contemporaine. La politique monétaire est ensuite replacée dans le cadre de la gouvernance macroéconomique de l’UE. Les implications en termes de politique budgétaire et de finances publiques seront quant à elles étudiées dans le cadre du Master Analyse et Politiques Economiques.

Plan/Grandes lignes. Eléments d’analyse monétaire. Politique monétaire, activité et inflation. Incohérence temporelle et crédibilité de la politique monétaire. La gouvernance macroéconomique de l’UE.

Références de base. Barbier-Gauchard, A., 2008, Intégration budgétaire européenne – Enjeux et perspectives pour les finances publiques européennes, de Boeck. Bénassy-Quéré, A., Coeuré, B., Jacquet, P., Pisani-Ferry, J., 2004, Politique économique, de Boeck. Mishkin, F.S., 2004, Monnaie, banque et marchés financiers, Pearson Education. Hairault, J-O., (dir), 2000, Analyse macroéconomique, La Découverte.

UE Théorie des organisations. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion.

Cours : Théorie des organisations

Résumé. La théorie des organisations est une approche analytique située en amont de l’économie comme de la gestion. On peut en particulier relire une grande partie de l’histoire de la pensée économique (d’Adam Smith à Kenneth Arrow ou à la théorie des jeux) avec la préoccupation de comprendre comment est présentée la question de la coordination des actions individuelles. On peut aussi interroger les modèles de gestion pour observer les solutions proposées pour assurer une répartition des tâches satisfaisante et une motivation des personnes aussi poussée que possible. Les travaux de Herbert Simon, appliqués à plusieurs disciplines, montrent bien le caractère très général de la théorie des organisations, en allant du champ des sciences cognitives et de l’informatique jusqu’à celui du management stratégique. Les approches les plus orthodoxes de la science économique mettent en avant le rôle des marchés dans la coordination des actions et l’allocation des moyens entre agents. L’économie industrielle et le management insistent sur l’équilibre à trouver entre mécanismes de marché et relations hiérarchiques pour aboutir à ces mêmes objectifs. L’approche évolutionniste

25

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

des

phénomènes d’innovation.

Plan/Grandes lignes. Introduction à la question de la coordination des actions individuelles, avec quelques jalons historiques, caractérisation des organisations économiques dans leurs fonctions fondamentales et généralisation socio-économique. L’approche transactionnelle de la firme à partir des travaux de Coase et Williamson. Organisation et décision : du paradoxe de Condorcet aux travaux fondateurs de Simon et March. Organisation de la firme selon les approches classiques américaines et japonaises (Aoki). Fondements de l’économie évolutionniste (initiation).

oppose

routines

organisationnelles

et

possibilités

d’apprentissage

pour

rendre

compte

Références de base. Simon, H.A., 1983, Administration et processus de décision, Economica. Ménard, C., 1990, L’économie des organisations, L’Harmattan. March, J., 1991, Décisions et organisations, Les Editions d’Organisation.

UE Management. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion, Parcours Economie.

Cours : Management stratégique et systèmes d’information

Résumé. La création de connaissances et la gestion de l’information sont des éléments clés de l’enjeu compétitif des entreprises. L’attention se focalise sur les technologies de l’information, la manière dont elles transforment ce jeu concurrentiel et les conséquences pour le management stratégique des entreprises pour obtenir et maintenir l’avantage compétitif. L’objectif sera d’étudier les connexions entre l’information, les développements des technologies et la stratégie à travers l’information et la capacité stratégique, les nouveaux modèles économiques et les structures et processus de l’entreprise. On analysera le rôle de l’information dans la stratégie de l’innovation, sa mise en œuvre dans le développement de produits nouveaux et dans le management stratégique de l’information dans la gestion de projets.

Plan/Grandes lignes. Introduction au management stratégique : l’évolution de la pensée stratégique et le management stratégique dans différents contextes. Le management stratégique et l’information. L’innovation (incrémentale et radicale) comme stratégie. Le management stratégique et le développement de produits nouveaux. Le management stratégique à travers la gestion de projets comme système d’information.

Références de base. Johnson, G., Scholes, K., Whittington, R., Fréry, F., 2009, Stratégique, 8ème édition, Pearson, Paris. Koenig, G., 1996, Management stratégique, Editions Nathan, Paris. Porter, M., 1997, L’avantage concurrentiel, Dunod, Paris. Strategor, 2005, 4ème édition, Dunod, Paris. Thiétart, R.-A., 1990, La stratégie d’entreprise, 2ème édition, McGraw-Hill, Paris. Thiétart, R.-A., Xuereb, J.-M., 2005, Stratégies, concepts, méthodes, mise en œuvre, 2ème édition, Dunod, Paris.

UE Techniques quantitatives. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion, Parcours Economie.

Cours : Techniques quantitatives pour l’économie et la gestion

Résumé. L’objectif de cet enseignement est de permettre l’appropriation des techniques quantitatives par les étudiants en fin d’année de la licence économie et gestion. Le cours repose sur un principe simple selon lequel les applications empiriques doivent motiver la théorie et la théorie doit servir les applications empiriques. Dans un premier temps, le cours examine les différents types de données rencontrés en pratique, les sources statistiques utilisées, les problèmes auxquels il faut faire face lors des analyses et traitements de ces données et les solutions adéquates. Il montre ensuite, à travers des exemples d’application, l’importance de fournir des réponses quantitatives aux questions quantitatives. Enfin, le cours se focalise sur les principes fondamentaux de l’analyse de la régression

26

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

sur différents types de données et sur les interprétations des résultats qu’on peut obtenir. Le but ici est de mettre l’accent plus sur le passage entre un problème économique et la formulation des modèles statistiques adéquats que sur la simple mise en œuvre pratique des méthodes quantitatives.

Plan /grandes lignes. Les données, types et sources : données observées et données expérimentales, données en coupe (Cross-sectional data), données temporelles (Time series data), données de Panel ou données individuelles-temporelles (Panel Data). Les données et les questions économiques : exemples d’application en économie et gestion. Effets de causalité et expériences idéalisées : estimation des effets de causalité, prévision et causalité. Principes fondamentaux de l’analyse de la régression : la régression linéaire simple et multiple, la régression non-linéaire, la régression sur données de panel, la régression sur données qualitatives.

Références de base. Anderson, D.R., Sweeney, D.J., Williams, T.A., 2001, Statistiques pour l’économie et la gestion, De Boeck Université. Dodge, Y., 1999, Analyse de la régression appliquée, Dunod. Stock, J.H. and Watson, M.W., 2003, Introduction to Econometrics, Addison Wesley.

UE Informatique appliquée à la gestion. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion.

Résumé. Cet enseignement a pour objectif de familiariser les étudiants avec une véritable pratique des outils d’analyse sous Excel. Les applications développées permettent d'étudier les modalités de mise en oeuvre de l'informatique en entreprise, ainsi que ses conséquences organisationnelles et réglementaires. Elles préparent ainsi à la pratique professionnelle dans les organisations.

Plan/Grandes lignes. La rémunération et l’intéressement. La facturation – la recherche de données dans des fichiers. L’emprunt. L’analyse et la présentation de données. Le calcul d’indemnités.

Références de base. Hubert, P., 2009, Système d'information et de gestion DCG 8, Gualino édilteur, manuels d'expertise comptable. Chambon, J., 2009, le meilleur du DCG 8 – Système d'information et de gestion, Foucher, Expertise comptable.

UE Informatique appliquée à l’économie. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Economie.

Résumé. Cet enseignement a pour objectif de familiariser les étudiants avec une véritable pratique des outils d’analyse sous Excel. Les applications développées se situent dans le cadre des modèles linéaires simples et permettent d’illustrer la difficulté d’estimer en l’état les modèles théoriques. Il convient ainsi de présenter et de discuter les transformations effectuées sur le modèle économique pour procéder à son estimation économétrique et sa double validation : une validation économétrique (tests statistiques) et une validation économique (le respect des principaux résultats théoriques du modèle).

Plan/Grandes lignes. Evaluation des actifs financiers (CPAM) : présentation des données temporelles. Influence de la taille des classes sur les performances des élèves du primaire : présentation des données en coupe transversale. Quelle politique pour réduire le nombre de tués sur la route ? Présentation des données de panel. Peut-on réduire la consommation de tabac en taxant les cigarettes ? étude des problèmes liés à l’endogénéité.

Références de base. Berndt E.R., 1991, The practice of econometrics : classic and contemporary, Addison-Wesley. Stock, J.H., M.W. Watson, 2003, Introduction to econometrics, Addison Wesley, Boston.

27

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

UE Professionnel. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion, Parcours Economie.

Cours : Insertion professionnelle : tendances et pratiques TD: Techniques pour accéder à l’emploi et analyse du marché de travail

Résumé. L’insertion professionnelle a été inscrite comme une des missions à part entière de l’université. Ce cours s’inscrit donc dans le cadre de cette mission, et fait partie d’un ensemble de ressources mises à disposition à l’université pour aider l’étudiant à construire son projet et à préparer pour l’améliorer son insertion professionnelle. L’objectif de ce cours est double : il s’agit d’abord que les étudiants acquièrent une connaissance de la problématique de l’insertion spécifique à leurs études. Pour cela, l’insertion professionnelle est d’abord analysée comme un objet d’études socio-économiques. Les méthodes pour la saisir ainsi que les grandes tendances sont passées en revue (les sources possibles et données récentes). Il s’agit ensuite d’inviter l’étudiant à s’informer sur les modalités concrètes de l’entrée dans la vie active, de comprendre la démarche des recruteurs, pour mieux cibler leurs attentes et mettre en place des stratégies d’insertion professionnelle. In fine, l’étudiant doit commencer à savoir élaborer un projet afin de se positionner sur le marché du travail et candidater à une offre. Pour cela sont passés en revue les débouchés spécifiques des études dans lesquelles il est engagé ; une partie du cours est aussi consacrée au recrutement de façon plus concrète et aux techniques de recherche d’emploi.

Plan/grandes lignes. Les tendances de l’insertion professionnelle avec un focus progressif vers les diplômés de sciences économiques et de gestion de niveau supérieur. Définir et mesurer l’insertion professionnelle. L’insertion professionnelle des jeunes par niveau de diplôme, par discipline. L’insertion professionnelle des jeunes diplômés en économie et gestion. Les enjeux et les pratiques du recrutement de la problématique du recruteur (enjeux, coûts et pratiques) aux techniques de recherche d’emploi. Définir ses objectifs et son projet, le point sur les compétences, le CV et la lettre de candidature, l’entretien d’embauche et les tests de recrutement.

Références de base.

- Analyses et sources d’information sur l’insertion professionnelle :

Giret, J-F., Lopez, A., Rose, J., 2005, Des formations pour quels emplois ?, Editions La Découverte.

- Les pratiques du recrutement :

Duhamel, S., 2005, Le guide des tests de recrutement, Studyrama.

- Les techniques de recherche d’emploi :

Marcil-Denault, E., 2005, Du CV à l’embauche, éditions Quebecor. De Sainte Lorette, P., Marzé, J., 2005, La lettre de motivation, Éditions d’Organisation. Dumon, C-H., 2002, Le guide de l’entretien de recrutement, Éditions d’Organisation.

UE Optionnelle au choix. Niveau L3 - Semestre S5

Parcours Gestion, Parcours Economie.

Enseignement libre. La liste des enseignements est définie au début de l’année universitaire.

Niveau L3 – S6

UE Histoire de la pensée économique. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Gestion, Parcours Economie (toutes Options).

Cours : La pensée économique dans les textes : analyse & méthodes

Résumé. Le cours se déroule sous forme d’analyse et de commentaire de textes. L’objectif n’est en rien une synthèse exhaustive (au demeurant totalement impossible) de l’histoire de la pensée économique. Le souci est de comprendre les enjeux et le contenu des concepts économiques forgés par les auteurs, à différents moments de l’histoire européenne. Même si les circonstances historiques dans lesquelles les auteurs retenus ont travaillé ne sont plus les nôtres, les concepts qu’ils ont produits sont souvent

28

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

de nature à projeter une lumière éclairante sur les problèmes contemporains débattus au sein de notre discipline.

Plan/Grandes lignes. Un plan chronologique est adopté : - La pensée économique avant les Physiocrates (en particulier les auteurs du mercantilisme, la thèse wébérienne sur l’avènement du capitalisme et les précurseurs du libéralisme comme Pierre Boisguilbert, Richard Cantillon) ; - La Physiocratie et François Quesnay (avec une attention particulière sur l’œuvre de Anne Robert Jacques Turgot) ; - L’Ecole classique anglaise I (étude des œuvres de Bernard Mandeville et d’Adam Smith) ; - L’Ecole classique anglaise II (Robert Malthus, David Ricardo, Jean-Baptiste Say, John-Stuart Mill) ; - Le mouvement socialiste de la première partie du 19 ème siècle (les auteurs du socialisme français et du socialisme anglais).

Références de base. Beraud, A., Faccarello, G., 1992, Nouvelle Histoire de la Pensée Economique, Ed. La Découverte, Tome 1. Gide, Ch., Rist, Ch., 1947, Histoire des doctrines économiques, Librairie du Recueil Sirey, 2 Tomes. Schumpeter, J. A., 1983, Histoire de l'analyse Economique (History of Economic Analysis ) NRF, Gallimard.

UE Gestion financière. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Gestion, Parcours Economie (toutes Options).

Cours : Gestion financière approfondie

Résumé. L’objectif du cours de gestion financière approfondie est de permettre aux étudiants d’analyser les documents de synthèse recommandés par les normes internationales IAS et IFRS. A partir de l’analyse sont développés les outils et les concepts qui aboutissent à l’établissement des tableaux de flux de trésorerie conformément aux prescriptions de la norme IAS 7. Le cours suppose que les étudiants aient acquis de bonnes connaissances comptables et une bonne compréhension de la transcription comptable des opérations et transactions réalisées dans l’entreprise. En particulier deux tableaux de flux de trésorerie et les diverses options de présentation sont traités dans le cadre de ce cours, à savoir le tableau de flux de trésorerie de l’OEC et celui de la centrale des bilans. En réponse à la norme IAS 7 l’accent est mis sur l’intérêt de ces tableaux pour les utilisateurs des états financiers car ils leur apportent une base d'évaluation de la capacité de l'entité à générer de la trésorerie ainsi que des besoins d'utilisation de cette trésorerie par l'entreprise. Le tableau des flux de trésorerie présente les flux de trésorerie classés en activités opérationnelles, d'investissement et de financement. Les décideurs économiques s’appuient sur ces informations afin d’évaluer la solvabilité et la rentabilité de l’entreprise qui fait l’objet de leur attention soit à des fins d’investissement soit tout simplement pour comparer les performances de l’entreprise considérée à celles d’autres entreprises, car elles éliminent les effets de l'utilisation de traitements comptables différents pour les mêmes opérations et événements. L’approche en termes de flux de trésorerie constitue un prérequis pour les enseignements futurs de master en particulier ceux portant sur les choix d’investissement et de financement de l’entreprise.

UE Politique économique. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Analyse Economique.

Cours : Politique économique

Résumé. Ce cours s’appuie sur le cours d’Histoire économique II pour rappeler les traits caractéristiques de l’interventionnisme de l’Etat dans l’élaboration des politiques économique et sociale à travers l’expérience du New Deal. Il retrace les politiques structurelles de croissance des « 30 Glorieuses » . Cette politique structurelle se fonde sur l’extension du secteur public (nationalisations) et la théorie du circuit dans le financement de l’investissement public et de son cadrage par une planification indicative d’objectifs quantitatifs. Le second axe traite des politiques conjoncturelles keynésiennes comme instruments de réglage des tensions inflationnistes provoquées par les politiques structurelles de croissance et le lissage des cycles économiques. Nous contextualisons ces cycles de croissance qui caractérisent cette conjoncture économique en France. Enfin nous mettons en exergue les nouveaux déterminants des politiques économiques dans la crise à partir des années 1970 concernant le policy mix. Avec la création de l’euro nous exposons l’impossibilité de sa mise en

29

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

oeuvre. Ainsi l’absence d’instruments de relance et la question de l’harmonisation fiscale à l’échelle européenne mais aussi l’abandon progressif des mécanismes de redistribution dans le cadre national permettent de mettre en exergue les enjeux des politiques économiques dans le nouveau contexte de crise qui s’est ouvert en 2007-2008. Note : Les enjeux européens seront approfondis dans les enseignements du master «Macroéconomie et politiques européennes».

Plan /grandes lignes. Nature et modalités de l’intervention publique : de l’expérience du New Deal à la politique structurelle de croissance en France, secteur public et planification indicative. Fondements et mise en œuvre des politiques conjoncturelles : la combinaison optimale des instruments de politique monétaire et budgétaire et l’âge d’or des politiques keynésiennes en France dans les cycles de croissance. Les nouveaux déterminants des politiques économiques dans la crise des années 70 : des politiques de relance aménagées à l’impossible mise en œuvre du policy mix dans la zone euro. Relance, harmonisation fiscale et redistribution : les nouveaux enjeux des politiques économiques européenne et nationale.

Références de base. Cabannes M.,1994, La politique macroéconomique, Cursus, Armand Colin, Paris. Gueslin A., 1991, Nouvelle histoire économique contemporaine 4. L’économie ouverte, Repères n°79, La Découverte, Paris. Benassy-Quéré A.,Coeuré B., Jacquet P., Pisani Ferry J., 2008, Politique économique, De Boeck, Bruxelles.

UE Economie internationale. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Gestion, Parcours Economie, Option Analyse Economique.

Cours : Economie internationale

Résumé. Ce cours d’économie internationale porte sur les échanges internationaux de marchandises et de services, c’est-à-dire sur le domaine du commerce international. Il ne traite donc pas des questions relevant de la finance internationale. Les objectifs de ce cours sont multiples : expliquer pourquoi les économies de différents pays réalisent des échanges internationaux entre elles ; expliquer la structure des échanges internationaux, la nature des spécialisations des pays dans certaines activités productives ainsi que la division internationale du travail qui leur est associée ; expliquer l’impact des échanges internationaux sur l’économie et la société de chaque pays ; expliquer les rôles respectifs des entreprises et des pays dans le commerce international. Répondre à ces questions permet aux étudiants de mieux comprendre le fonctionnement de l’économie mondiale et de prendre la mesure des enjeux associés à la tendance longue observée dans l’économie mondiale, à savoir une croissance du commerce international plus rapide que celle de la production mondiale.

Plan/Grandes lignes. 1- Les explications traditionnelles du commerce international : différences de technologie, différences de dotations factorielles, développements des explications traditionnelles (approches néo- technologique et néo-factorielle). 2- Les explications contemporaines du commerce international :

économies d’échelle internes et externes, concurrence imparfaite (commerce international et demande de variété), commerce international et interaction stratégique.

Références de base. Mucchielli, J-L., Mayer, T., 2005, Economie internationale, Dalloz. Krugman, P.R., Obstfeld, M., 2006, Economie internationale, Pearson.

UE Gestion des sociétés. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Gestion.

Cours : Gestion des sociétés commerciales

Résumé. Ce cours a pour but l'acquisition des connaissances de base comptables, juridiques et fiscales nécessaires à la compréhension des sociétés commerciales actuelles. Les principaux stades de l'évolution des sociétés sont analysés : la création (constitution) ; la distribution du résultat (répartition,

30

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

imposition et évolution de la rémunération des salariés) ; le développement ou la liquidation (capital et première approche du groupe de sociétés) ; l'évaluation.

Plan/Grandes lignes. Présentation des sociétés commerciales : constitution, détermination du résultat et de sa fiscalité, répartition du résultat, rémunération des salariés et des dirigeants, capital (augmentation, réduction, amortissement et liquidation), évaluation des sociétés, créer ou reprendre une société, évaluation des sociétés, groupes de sociétés et comptes consolidés (notions de base).

Références de base. Grandguillot, B., et Grandguillot, F., 2008, Sociétés commerciales, Edition : Gualino. Maeso, R., 2008, Comptabilité des sociétés, Edition : Dunod.

UE Droit. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Gestion.

Cours : Droit des affaires.

Résumé. Le droit des affaires est une branche du droit qui comporte un ensemble de droits relatifs aux affaires des entreprises. Il réglemente l’activité des commerçants et industriels dans l’exercice de leur activité professionnelle. Il définit également les actes de commerces occasionnels produits par des personnes non-commerçantes L'objectif est d’initier les étudiants à l’approche contractuelle, à l’environnement juridique et à la gestion juridique dans les contrats et les projets. Le cours doit permettre une bonne maîtrise du vocabulaire juridique mais aussi de commenter ou d'analyser un arrêt spécifique au droit des affaires. Le but étant dans un premier temps de permettre à l'ensemble des étudiants d'avoir des bases solides pour s'insérer aisément au sein d'une entreprise sans pour autant être un spécialiste du droit. Le cours doit permettre, en outre, de poursuivre des études du cycle de l'expertise comptable. Le cours s'agence autour de trois grands axes: le droit du travail, le droit des entreprises et des échanges commerciaux.

Plan/Grandes lignes. Le droit du travail. Le contrat de travail. Les contrats de travail particuliers. La rupture du contrat de travail. Les représentants du personnel. Les syndicats. Les conflits du travail. La négociation collective. Le droit de l'entreprise. Le statut juridique de l'entreprise. Les structures sociétaires. La concentration des entreprises. Les entreprises en difficulté. Les échanges commerciaux. Le contrat de vente. L'information et le sécurité du consommateur. Les méthodes de vente.

Références de base. Guéry, G, 2009, Droit des affaires pour manager, Ellipses. Le Gall, J-P, 2008, Droit commercial : Notions générales, Dalloz.

UE Outils pour la gestion. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Gestion.

Cours : Outils pour la gestion

Résumé. Ce cours vise à former les étudiants à des outils pratiques de gestion et d’aide à la décision. Deux principaux thèmes seront abordés, il s’agit de la gestion de projet et la gestion de la qualité. La gestion de projet est un élément incontournable de l’activité économique, principalement dans un environnement économique en mutation et sujet de plus en plus à des contraintes fortes de natures différentes : environnementale, économique, technologique, et sociale. Dans cette perspective, il s’agit d’introduire la notion de projet en mettant l’accent sur les outils de suivi et de planification : Gantt et PERT et la prise en compte de divers acteurs et des contraintes de ressources fortes : économique, environnementale, sociale, etc. L’autre thème abordé concerne la gestion de la qualité et les outils pour la gestion de la qualité. L’intérêt est d’introduire le concept de la qualité et d’établir un lien entre les méthodes statistiques étudiées par les étudiants et la gestion de la qualité par la présentation d’outils spécifiques, à savoir : les cartes de contrôle et le contrôle statistique de la qualité, les diagrammes de causes à effet, etc. On définira par la suite la place qu’occupe la gestion de la qualité au sein d’une organisation (entreprise, administration, services publics) par l’introduction au système de management qualité ISO 9000.

31

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Plan /grandes lignes. Définition de la gestion de projet, méthode de suivi et de planification, gestion des acteurs et des ressources. Définition de la qualité et de la gestion de la qualité, les outils pour la gestion de la qualité, introduction au système de management qualité.

Références de base. Giard, V., 1991, Gestion de projet, Economica, Paris. Grant, E.L., Leavenworth, R.S., 1998, Statistical Quality Control. McGraw-Hill Ed.USA. Todorov, B., 1997, ISO 9000, une force de management. Gaetan Morin Ed, Montreal.

UE Contrôle de gestion. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Gestion.

Cours : Analyse et contrôle des coûts

Résumé. L'objectif de ce cours est de permettre aux étudiants de construire et d'utiliser des indicateurs de coûts pertinents. Dans l'entreprise, les décisions prises aux niveaux stratégiques et opérationnels sont motivées par la recherche d'une amélioration de la performance globale. Pour améliorer une performance il est nécessaire de mesurer les résultats et de décrire leur évolution. Les décideurs ont besoin de multiples indicateurs de performance dont les coûts font partie. Ce cours s'attache à présenter la diversité de la notion de coût et les principales méthodes de calcul utilisées par les entreprises. Il doit permettre à l'étudiant d'identifier les méthodes de calcul pertinentes en fonction du type de décision à prendre et de savoir utiliser les indicateurs de coûts en connaissant leur champ d'application et leurs limites.

Plan/grandes lignes. Après avoir replacé l'analyse et le contrôle des coûts dans les problématiques du contrôle de gestion, le cours s'attache à l'étude des méthodes de calcul et d'analyse des coûts. Les notions abordées sont le coût complet traditionnel, le seuil de rentabilité, les méthodes de coûts partiels et les méthodes de coûts complets basées sur les approches par activités.

Références de base. Alazard, C. Separi, S., 2007, DCG 11, Contrôle de Gestion, Dunod, Paris. Bouquin, H., 2008, Comptabilité de gestion, Economica, Paris. Burlaud, A, Simon, C., 2003, Comptabilité de Gestion, Vuibert, Paris.

UE Croissance économique. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie (toutes Options).

Cours : Croissance

Ce cours explique les mécanismes de la croissance économique au travers de différentes théories. La première partie aborde la notion de la croissance exogène avec le modèle néo-classique de Solow et le modèle de croissance optimale de Ramsey. Le premier met en évidence l’existence d’une croissance équilibrée alors que le deuxième étudie la croissance optimale avec l’arbitrage entre la consommation présente et la consommation future des ménages. Ces modèles de croissance exogène prédisent qu’en l’absence de progrès technique, la croissance finit par s’arrêter. Cette prédiction trouve sa source dans l’hypothèse de la décroissance des rendements du capital. La deuxième partie du cours présente les modèles de croissance endogène où la tendance à la décroissance des rendements du capital est neutralisée du fait de la diffusion des connaissances (Romer, 1986), de la présence du capital public comme un facteur de production complémentaire aux facteurs privés tels que le capital et le travail (Barro, 1990). Le capital humain est aussi justifié comme un moteur de la croissance économique (Lucas, 1988). Enfin, la croissance trouve également sa source dans les améliorations constantes de la technologie.

Plan /grandes lignes. Problématique de la croissance. La croissance exogène : La croissance équilibrée, le modèle néo- classique (Solow, 1956). La croissance optimale : le modèle de Ramsey-Cass-Koopmans. La croissance endogène : Le modèle AK, non décroissance des rendements du capital (Romer, 1986 et Barro, 1990). L'accumulation endogène du capital humain (Lucas, 1988).

Références de base.

32

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Barro, R.J. et Sala-I-Martin, X., 1996, La Croissance Economique, Ediscience international et McGraw-Hill Book Co. Europe Darreau, P., 2003, Croissance et politique économique, Editions De Boeck Université Jones, C.I., 1998, Introduction to Economic Growth, New York: W.W.Norton. Version française:

Théorie de la Croissance Endogène, 2000, De Boeck.

UE Monnaie et Finance. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Analyse Economique.

Cours : Analyse monétaire et financière

Résumé. L’objectif de ce cours est d’approfondir le lien entre la macroéconomie monétaire et les marchés financiers. Dans une économie de marchés financiers, la politique monétaire est confrontée à un défi croissant du fait de l’instabilité des relations entre les instruments de politique monétaire et les variables objectives de la politique monétaire. Après avoir étudié le fonctionnement d’une économie dans laquelle la finance directe ou indirecte joue un rôle plus ou moins important, on examine comment la politique monétaire doit s’adapter selon l’importance des marchés financiers et pourquoi le régime de ciblage d’inflation a remplacé le régime de ciblage monétaire en tant que stratégie monétaire des banques centrales. Les déterminants macroéconomiques des taux d’intérêt et de la structure à terme de ces taux sont étudiés afin de comprendre le mécanisme de transmission de la politique monétaire. On étudie enfin pourquoi les problèmes d’instabilité financière constituent un défi important pour la politique monétaire lorsqu’on prend en compte les prix d’actifs et les imperfections sur les marchés monétaire et de crédit.

Plan/Grandes lignes. Modalités du financement de l’économie et organisation des marchés financiers. La politique monétaire et le développement financier de l’économie. Le régime du ciblage d’inflation. Les taux d’intérêt. Les déterminants macroéconomiques des taux d’intérêt. La structure par risque et la structure par terme des taux d’intérêt. Ciblage d’inflation et prix d’actifs financiers. Imperfection des marchés de crédits et ciblage d’inflation. Crises financières et régulation.

Références de base. Koenig, G., 2000, Analyse monétaire et financière, Economica. Mishkin, F., 2007, Monnaie, banque et marchés financiers, Edition Pearson Education.

UE Intégration économique. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Analyse Economique.

Cours : Théorie de l’intégration économique

Résumé. L’intégration économique est devenue aujourd’hui un phénomène mondial depuis le lancement de la Communauté européenne. Un ensemble de théories microéconomiques et macroéconomiques ainsi que des concepts spécifiques sont nécessaires pour comprendre le processus d’intégration économique. Après avoir étudié les différents concepts de base et les étapes du processus d’intégration économique, nous étudions les méthodes d’intégration et les effets économiques des différentes formes d’intégration sur les marchés des biens, des services et des facteurs de production. Enfin, nous abordons les aspects macroéconomiques du processus d’intégration économique et les implications de l’intégration monétaire pour les politiques macroéconomiques.

Plan/Grandes lignes. Les formes et les étapes de l’intégration économique. L’intégration des marchés des produits. L’intégration des marchés des services. L’intégration des marchés des facteurs de production. Intégration monétaire et politiques macro-économiques.

Références de base. De Grauwe, P., 1992, The Economics of Monetary Integration, Oxford University Press. Devoluy, M., (eds.), 2004, Politiques Economiques Européennes, Editions du Seuil. Pelkmans J., 2006, European Integration: Methods And Economic Analysis, Prentice Hall.

33

UE Emploi. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Analyse Economique.

Cours : Economie du travail et emploi

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Résumé. L’objet du cours est de donner des éléments factuels récents et comparatifs du marché de l’emploi en France, en Europe et dans le monde. Une analyse définitionnelle du chômage montre les problèmes inhérents à la mesure statistique de celui-ci. Certaines idées reçues sont également analysées telles que l’impact de la mondialisation et des délocalisations sur l’emploi en France, la flexibilité et les charges sociales. Nous fondons les analyses sur des points de vue micro-économiques et macro- économiques pour analyser le fonctionnement du marché du travail et les différentes politiques de l’emploi. Un dernier chapitre est consacré à la question des RTT et l’impact de cette politique sur l’emploi.

Plan/Grandes lignes. Définition et statistiques du chômage et de l’emploi. Inégalité et chômage. Mondialisation et chômage. Le marché du travail. Coût du travail, flexibilité et emploi. Croissance, politique économique et emploi. RTT et emploi.

Références de base. Cahuc, P., Zylberberg, A., 2004, Labor Economics, MIT Press. Gazier, B., 1992, Économie du travail et de l’Emploi, Dalloz. Cahuc, P., Zylberberg, A., 2005, Microéconomie du marché du travail , Ed. La Découverte Collection Repères, n°354.

UE Econométrie. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Analyse Economique.

Cours : Introduction à l’économétrie

Résumé. L’objectif de ce cours est d’initier les étudiants aux principaux concepts économétriques et de leur montrer les finalités pratiques de ces notions théoriques, principalement en économie. Les deux premiers chapitres, qui composent la première partie du cours, s’articulent autour de la présentation de la méthodologie économétrique : spécification et estimation. Nous porterons particulièrement un intérêt aux différentes formes de spécifications économétriques tout en insistant sur leurs significations économiques. L’estimateur des Moindres Carré Ordinaires (MCO) ainsi que ses propriétés statistiques seront abordés au cours de cette partie. Après toute estimation, il faut procéder à la validation statistique (et économique) du modèle. Cette validation suppose la mise en œuvre d’un certain nombre de tests. Ainsi, dans une deuxième partie, les chapitres 3 et 4 sont consacrés respectivement aux tests (tests de restrictions sur les modèles linéaires et de spécification ) et à la régression généralisée.

Plan /grandes lignes. Introduction à l’économétrie. Modèles de régression linéaire : Géométrie et propriétés de l’estimateur des moindres carrés ordinaire (MCO). Inférence statistique sur les modèles linéaires. Violation des hypothèses du modèle linéaire : la régression linéaire généralisée (MCG).

Références de base. Bourbonnais, G. R., 2000, Econométrie - manuel et exercices corrigés, Dunod. Greene, W., 2005, Econometric Analysis, Pearson, 5 e edition. Johnston, J., Dinardo, J., 1999, Méthodes économétriques, Economica.

UE Microéconomie. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Economie Quantitative.

Cours : Microéconomie approfondie : marchés concurrentiels

Résumé. L’objectif de ce cours est d’approfondir l’étude du comportement des agents économiques, consommateurs et producteurs, dans le modèle (de Arrow-Debreu-Mc Kenzie) de la concurrence pure et parfaite. La première partie est consacrée à l’étude du consommateur concurrentiel. L’introduction d’hypothèses de cohérence sur le comportement du consommateur concurentiel permet de légitimer

34

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

la définition du critère de choix du consommateur sur son ensemble de budget par la maximisation d’une fonction d’utilité, légitimant ainsi l’introduction en théorie du concept abstrait de relation de préférences. L’étudiant est également introduit à de nouveaux concepts micro-économiques tels que la fonction de demande hicksienne, la fonction de dépense, la fonction d’utilité indirecte utiles pour les développements de l’analyse micro-économique tels que ceux de l’Economie Publique. La seconde partie du cours est consacrée à l’étude du producteur concurrentiel. L’étudiant est introduit à la notion d’ensemble de production et apprend à reformuler le problème de décision du producteur concurrentiel en terme de cette notion. L’accent est également mis sur la distinction entre les deux problèmes de décision du producteur que constituent la maximisation du profit et la minimisation des coûts de production.

Plan/Grandes lignes. Le consommateur concurrentiel : La fonction de demande comme règle de choix, l'axiome faible des préférences révélées, la rationalité individuelle, approche duale de la théorie du consommateur concurrentiel, la demande agrégée. Le producteur concurrentiel : ensemble de production et fonction de production, maximisation du profit, approche duale du problème de décision du producteur concurrentiel, l’offre agrégée et loi de l’offre.

Références de base. Deaton, A., Muellbauer, J., 1980, Economics and Consumer Behavior, Cambridge University Press, Cambridge. Kreps, D. M., 1995, Leçons de théorie microéconomique, Traduction de la 1 ère édition anglaise par Botazzi, J.-M., Durand, P., Lang, Ch., Presses Universitaires de France, Paris. Myles, G. D., 1995, Public Economics, Cambridge University Press, Cambridge. Varian, Hal R., 1998, Analyse Microéconomique, traduction de la 4ème édition, De Boeck Université.

UE Econométrie. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Economie Quantitative.

Cours : Méthodes statistiques de l'économétrie

Résumé. Ce cours vise à doter l'étudiant de solides connaissances sur les techniques statistiques les plus utiles en économétrie, techniques qui diffèrent de celles de la biométrie et de la psychométrie, par exemple. Il est complémentaire d’autres enseignements visant à donner à l’étudiant l'expérience du va et vient entre problème économique, données, et techniques statistiques d'estimation et de test. Le concept de projection, central en économétrie, reçoit un traitement détaillé. Le niveau requis en mathématiques et en statistique n'est cependant pas très élevé, la difficulté essentielle résidant dans l'extension au cas vectoriel de propriétés bien connues pour des fonctions ou des variables aléatoires réelles (loi des grands nombres, théorème central limite, développement de Taylor).

Plan/Grandes lignes. 1. Modèles linéaires, modèles exponentiels, contraste de Kullback. 2. Orthogonalité et projecteurs, espérance conditionnelle, régression linéaire. 3. Information et identification. 4. Estimation sans biais, inégalité de Cramer-Rao, moindres carrés ordinaires et généralisés. 5. Maximum de vraisemblance, modèles logit, probit, tobit. 6. Tests fondés sur la vraisemblance, tests de Wald, du score, du rapport de vraisemblance, test de Hausman et tests équivalents. 7. Prévision dans le modèle linéaire, résidus et résidus généralisés.

Références de base. Le cours est basé essentiellement sur le manuel de Gouriéroux et Monfort (1989). Davidson, R., MacKinnon, J.G., 1993, Estimation and Inference in Econometrics, Oxford University Press. Gouriéroux, C., Monfort, A., 1989, Statistique et Modèles Économétriques, Économica, 2 volumes, 1000 p., 1995, 2ème édition. Greene, W.H., 2005, Économétrie, Pearson Education (5ème édition). Mittelhammer, R., Judge, G., Miller, D., 2000, Econometric Foundations. Cambridge University Press. http://www.econometricfoundations.com/ Ruud, P., 2000, An Introduction to Classical Econometric Theory, Oxford University Press.

35

UE Analyse de données. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Economie Quantitative.

Cours : Analyse de données

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Résumé. Cet enseignement aborde les méthodes de traitements exploratoires des données et une initiation à un logiciel.

Plan/Grandes lignes. Statistique exploratoire (Analyse des données) et statistique confirmatoire (Econométrie). Traiter des données d’enquêtes. Penser, mesurer et représenter la nature et l’intensité des liens entre des variables qualitatives : l’analyse factorielle des correspondances multiples (AFCM). Penser, mesurer et représenter la nature et l’intensité des liens entre des variables numériques : l’analyse en composantes principales (ACP). La production de typologies : classifications hiérarchiques ascendantes (CHA).

Références de base. Volle, M., 1997, Analyse des données, Dunod. Dir.Govaert, G., 2003, Analyse des données, Lavoisier. Escoffier, B., Pagès, J., 1998, Analyses factorielles simples et multiples : objectifs, méthodes et interprétations, Dunod.

UE Optimisation. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Economie Quantitative.

Cours : Optimisation

Résumé. Le cours présente les principales techniques d’optimisation utilisées en économie. Il porte sur l’optimisation sans contraintes, l’optimisation avec contraintes égalités et inégalités, et insiste sur des thèmes plus spécifiques aux économistes et aux gestionnaires, à savoir l’optimisation convexe et quasi-convexe et la sensibilité des optima aux variations des valeurs des paramètres. Le cours intègre démonstrations et applications. Il précise notamment la signification géométrique des principaux théorèmes exposés, tels ceux de Weierstrass, Lagrange et Kuhn Tucker, et accorde une place centrale à la portée économique de ces théorèmes. Enfin, il entraîne les étudiants à écrire sous forme d’un problème d’optimisation des problèmes économiques courants.

Plan /grandes lignes. Optimisation libre. Optimisation sous contraintes égalités. Optimisation sous contraintes inégalités. Paramétrisation. Optimisation convexe et quasi-convexe.

Références de base. Simon C.P., Blume, L.,1994, Mathematics for economists, Norton &Company. Sundaram, R.K.,1996, A first course in optimization theory, Cambridge University Press.

UE Econométrie appliquée. Niveau L3 - Semestre S6

Parcours Economie, Option Economie Quantitative.

Cours : Econométrie appliquée

Résumé. L’enseignement d’Econométrie Appliquée s’appuie sur l’ouvrage de Berndt (1990) et sur le logiciel SHAZAM (1997). Le but de cet enseignement est de familiariser les étudiants avec une véritable pratique de l’économétrie, l’accent étant mis plus sur le passage entre un problème économique et la formulation des modèles statistiques adéquats que sur la simple mise en œuvre pratique de méthodes économétriques. Les données fournies avec l’ouvrage de Berndt permettent aux étudiants de répliquer diverses études publiées, voire d’essayer d’améliorer ou d’affiner les résultats. Les premières séances de travaux pratiques seront consacrées à une initiation à l’utilisation du logiciel SHAZAM et à des illustrations des outils présentés dans les deux premiers chapitres du cours ‘Méthodes statistiques de l’économétrie’ : calcul matriciel, projections, génération de nombres pseudo- aléatoires, etc. Les thèmes qui seront abordés ensuite reposent sur certains chapitres de l’ouvrage de Berndt (1990). Pour chacun de ces thèmes, un résumé sera communiqué avec les feuilles de TP.

36

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Toutefois, il est conseillé vivement de se référer aux différents chapitres de l’ouvrage pour plus d’information.

Plan /grandes lignes. Fonctions et Procédures matricielles. Le modèle d’évaluation des actifs financiers (MEDAF). Apprentissage et Economies d’échelle. La mesure de la variation de la qualité d’un bien. La formation des salaires. etc.

Références de base. Berndt E., 1990, The Practice of Econometrics : Classic and Contemporary, Addison-Wesley. SHAZAM, 1997, User’s Reference Manual, Version 8.0, McGraw-Hill.

UE Langues. Niveaux L1, L2 et L3 de la Licence Economie-Gestion

Objectif de la formation. Cursus sur trois ans visant la certification de toutes les compétences au niveau B2 du Cadre Commun de Référence du Conseil de l’Europe avec CLES (Certificat en Langues de l’Enseignement Supérieur), en anglais ou en allemand.

I. Informations générales

La pratique des langues dans les sept centres de ressources de langues (CRL) est fondée sur le travail personnel de l’étudiant(e), l’individualisation de son parcours et l’acquisition de méthodes de travail développant l’autonomie. Elle s’articule au Cadre Européen Commun de Référence du Conseil de l’Europe. Choix des langues dans les UE de langues. Les étudiants ont le choix entre l’anglais et l’allemand. Ils peuvent, à chaque semestre, modifier le choix de la langue étudiée. Les étudiants étrangers non- francophones peuvent étudier le FLE (Français Langue Etrangère) en soutien linguistique aux études quelle que soit leur année d’étude. La validation du FLE dans les UE de langues n’est possible qu’en

L1.

Compétences développées. Méthodologiques : Apprendre à travailler en Centre de ressources de langues (CRL) : se familiariser avec les ressources et les différents supports pédagogiques ; s’auto- évaluer en référence au Portfolio européen des langues ; intégrer l’apprentissage des langues dans son projet professionnel ; construire son parcours d’apprentissage sur les 6 semestres de L. Linguistiques : Améliorer ses compétences de compréhension et d’expression en fonction de ses besoins individuels pour atteindre des objectifs institutionnels tels que la maîtrise de la compréhension d’articles scientifiques, la compréhension de conférences, la capacité à poser des questions et à interagir aisément ; Atteindre le niveau B2 du Cadre européen commun de référence, niveau minimum souhaité en fin de licence.

II. Organisation pédagogique des UE de langues

Niveau L1 – Semestre S1 (75h de travail dont 24h encadrées ; Contrôle continu). En L1-S1 et S2, il y a alternance entre travail en CRL et travail en salle. S1 : Semestre d’accueil, d’intégration, de bilan de compétences (lire, écouter, parler, écrire) et de positionnement à l’aide du Portfolio Européen des langues, débouchant sur des intentions/priorités de travail pour S2 (dans la perspective d’un niveau B2 en S5). Découverte du travail en CRL, apprentissage du travail en autonomie.

Niveau L1 – Semestre S2 (75h de travail dont 24h encadrées ; Contrôle continu). Travail sur des objectifs personnels - besoins individuels, choix de compétences prioritaires en fonction du bilan S1 et dans la perspective d’un niveau B2- et/ou sur des objectifs institutionnels : se préparer aux UE de langues disciplinaires (L2S3).

Niveau L2 – Semestre S4 (75h de travail dont 24h encadrées ; Contrôle continu). En L2-S4 le travail se fait entièrement en CRL. Le travail de l’étudiant s’inscrit dans le prolongement des semestres précédents. Il inclut à la fois un travail à partir d’objectifs individuels donnant lieu à un rapport d’activités écrit et une recherche documentaire en groupes de 3 ou 4 étudiants à présenter oralement.

Niveau L3 – Semestre S5 (75h de travail dont 12h encadrées ; Examen final).

37

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

En L3-S5 le travail se fait entièrement en CRL. Approfondissement des différentes compétences pour atteindre un niveau B2 minimum. Examen final : CLES en allemand ou en anglais portant sur les quatre compétences : écouter, lire, écrire et parler (interaction orale entre deux étudiants).

III. Ateliers Des ateliers d’expression orale en petits groupes sont également proposés sur l’ensemble des CRL. Animés par des lecteurs locuteurs natifs ils sont destinés à tous les étudiants de L1 à Master 2, sur inscription hebdomadaire. D’autres ateliers répondent aux besoins spécifiques ou aux intérêts des étudiants.

Les Relations internationales

Les relations internationales sont déterminantes pour la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion. Dans un monde globalisé, il est en effet essentiel d’offrir aux étudiants l’opportunité de poursuivre une partie de leur cursus universitaire à l’étranger. Cela permet à la fois de découvrir une nouvelle culture, de s’enrichir au niveau personnel et également d’améliorer son CV sur le marché du travail.

La faculté compte actuellement 41 accords ou conventions d’échange au niveau européen (Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne, Autriche, Grèce, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Suède, Suisse et Turquie). Elle offre également la possibilité d’un double diplôme avec l’Université de Trento, la Napier Business School de l’Université d’Edinbourg (classée numéro 1 des Business School en Ecosse) et l’université de Coventry. Les étudiants bénéficient également de partenariats avec des pays plus lointains tels que les Etats-Unis, le Japon ou encore le Canada pour donner quelques exemples. La faculté a notamment un accord de coopération avec l’Université de Waterloo concernant l’actuariat (cette université étant une des meilleures mondiales dans ce domaine) ou encore l’Université d’Ottawa. Les étudiants intéressés par une mobilité internationale doivent avoir validé une année à l’université et peuvent partir en échange à tous les niveaux (L2 jusqu’au Master) pour un ou deux semestres. La constitution d’un contrat d’étude avec le responsable du diplôme et le responsable des relations internationales à la faculté constitue une première étape. La seconde étape se fera sur dossier pédagogique en vue d’une sélection. Les étudiants retenus pourront également bénéficier de bourses et aides financières dans leur mobilité. Les étudiants intéressés peuvent prendre contact avec le responsable des relations internationales à la Faculté, voir le site web de la faculté : http://sceco.u-strasbg.fr .

Francis MUNIER, Responsable des Relations Internationales

La Recherche

La recherche à la FSEG (Faculté des sciences économiques et de gestion) est structurée autours de trois équipes de recherche :

Bureau d’Economie Théorique et Appliquée (BETA) La plus grande équipe de chercheurs hébergée par la Faculté est le Bureau d’Economie Théorique et Appliquée (BETA), unité mixte de recherche entre l’Université de Strasbourg et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), également présent à Nancy pour une partie de ses activités. Il a été évalué en 2008 dans la meilleure des catégories (A+) par l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES). Cette équipe de plus de 100 personnes, accueillant de nombreux doctorants et jeunes chercheurs en stage post-doctoral, est active dans des domaines très diversifiés : économie et gestion de l’innovation, croissance et fluctuations macroéconomiques, économétrie, analyse du marché du travail et des systèmes de formation, économie du droit, management stratégique des organisations, histoire de la pensée économique et cliométrie, etc. Site web : http://cournot.u-strasbg.fr/beta.

Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie (IRIST)

38

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

La Faculté accueille aussi l’Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie (IRIST) qui mène des recherches à l’intersection de l’analyse épistémologique et historique des textes scientifiques et des études sociales sur les sciences et les technologies (science studies). Ces travaux interdisciplinaires s’inscrivent parfaitement dans le cadre d’une université généraliste comme l’Université de Strasbourg. Site web : http://irist.u-strasbg.fr.

Laboratoire de Recherche en Gestion et Economie (LaRGE) La Faculté accueille également une partie de l’équipe du Laboratoire de Recherche en Gestion et Economie (LaRGE) qui travaille à l’interface des sciences économiques et des sciences de gestion sur des thèmes comme la finance, l’organisation industrielle ou le management des organisations. Site web : http://cournot.u-strasbg.fr/users/large.

Equipe adm inistrative

Nom - Prénom

Fonction exercée

 

Bureau (*)

Téléphone

BERST Claudine

Responsable des services administratifs

120

03.90.24.20.68

BLONDEL Philippe

Reprographie, archivage

 

009

03.90.24.20.59

CARRIE Christiane

Gestion financière

116

03.90.24.21.45

DEMIRBAS Céline

Secrétariat IRIST - GERSULP

GERSULP

03.90.24.06.03

Gestion pédagogique Master

ESST

DIEBOLD Marc

Responsable informatique

 

218

03.90.24.20.61

GENEVE Danielle

Secrétariat LARGE /Gestion pédagogique Master 2 ème année Eco-Gestion

114

03.90.24.21.52

GUILBERT Christophe

Inscriptions, Bourses, Conventions de stage, Remise diplômes

001

03.90.24.21.78

HAMM Marie-Claire

Secrétariat de direction/Suivi charges enseignements – heures complémentaires

119

03.90.24.21.44

JACOB Corinne

Gestion pédagogique Master 2 ème année Eco-Gestion

005

03.90.24.20.55

JOCHEM Anny

Responsable service financier

 

116

03.90.24.21.45

KADDECHE Nessima

Gestion pédagogique

007

03.90.24.21.25

Master 1

ère

année Eco-Gestion/ Prépas CAPET-CAPES

KRUMHORN Christine

Gestion pédagogique

 

002

03.90.24.21.22

Licence 1

ère

année Eco-Gestion + Maths-Eco

 

LECKLER Christine

Bibliothèque IRIST - GERSULP

 

GERSULP

03.90.24.06.05

LOEGEL Jane

Gestion financière BETA

116

03.90.24.21.69

MANDERSCHEIDT Géraldine

Secrétariat BETA

124

03.90.24.20.69

MORESSA Cathy

Gestion pédagogique

003

03.90.24.21.26

Licence 3

ème

année

Eco-Gestion

SANGUA Jean-Philippe

Surveillance salles ressource informatique

332

03.90.24.22.09

WENDLING Véronique

Tâches administratives scolarité

 

001

03.90.24.21.78

XIMENEZ Pierrette

Gestion pédagogique

003

03.90.24.20.54

Licence 3

ème

année Maths-Eco + Master Actuariat

 

ZINCK Raymonde

Gestion pédagogique Licence 2 ème année Eco-Gestion + Maths-Eco

002

03.90.24.21.23

Equipe

Econom ie-Gestion

pédagogique

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

de

la

Licence

 

Equipe de

NOM - Prénom

Grade (*)

Domaine

recherche/

 

Laboratoire

ANCORI Bernard

PR

Histoire des Sciences

IRIST

BACH Laurent

MC

Sciences Economiques

BETA

BARBIER Amélie

MC

Sciences Economiques

BETA

BROIHANNE Marie-Hélène

PR

Sciences de Gestion

LARGE

CHABI Sylvie

MC

Sciences de Gestion

LARGE

CULLMANN Sabine

MC

Sciences de Gestion

BETA

DAI Meixing

MC

Sciences Economiques

BETA

DUFOURT Frédéric

PR

Sciences Economiques

BETA

DURR Bernard

MC

Sciences Economiques

BETA

EICHENLAUB Marcel

PRAG

Economie et Gestion

BETA

EGE Ragip

PR

Sciences Economiques

BETA

EL OUARDIGHI Jalal, Responsable de la

MC

Sciences Economiques

BETA

Licence Economie-Gestion

FRIES GUGGENHEIM Eric

MC

Sciences Economiques

BETA

GUITTARD Claude

MC

Sciences de Gestion

BETA

GODLEWSKI Christophe

MC

Sciences de Gestion

LARGE

 

Sciences

Information

HEILMANN Eric

MC

Communication

URFIST

HÉRAUD Jean–Alain, Doyen de La FSEG

PR

Sciences Economiques

BETA–CEREQ

KELLER Claude

PRSD

Langues

KERN Francis

PR

Sciences Economiques

BETA

KLEINSCHMIDT Gérard

MC

Sciences Economiques

BETA

KOEBEL Bertrand, Responsable de la

PR

Sciences Economiques

BETA

Licence Mathématiques-Economie

LAISNEY François

PR

Sciences Economiques

BETA

LARUE DE TOURNEMINE Régis

MC

Sciences de Gestion

BETA

MARET Isabelle

MC

Sciences Economiques

BETA

MATMOUR Abdelkader

PRAG

Economie et Gestion

BETA

MATT Mireille

MC

Sciences Economiques

BETA

MERLI Maxime

PR

Sciences de Gestion

LARGE

MUNIER Francis, Responsable des Relations Internationales

MC

Sciences Economiques

BETA

NAFI Amir

MC

Sciences de Gestion

GSP

NETZER Jean-Luc

PRAG

Economie et Gestion

LARGE

OLIVIER-UTARD Françoise

MC

Sciences Economiques

BETA

PHAM Thi Kim Cuong

MC

Sciences Economiques

BETA

PENIN Julien

MC

Sciences Economiques

BETA

PEZANIS-Christou Paul

MC

Sciences Economiques

BETA

ROBIN Stéphane

MC

Sciences Economiques

BETA–CEREQ

ROGER Patrick

PR

Sciences de Gestion

LARGE

ROHE Edwige

PRAG

Economie et Gestion

LARGE

SALVAN Jacques

MC

Sciences Economiques

BETA

SCHÆFFER Véronique

MC

Sciences de Gestion

BETA

SCHWOB Claude

PR

Sciences Economiques

BETA

SIDIROPOULOS Moïse

MC

Sciences Economiques

BETA

TRABELSI Jamel

MC

Sciences Economiques

BETA

UMBHAUER Gisèle

MC

Sciences Economiques

BETA

VILLETTE Jean-Paul

MC

Sciences de Gestion

BETA

WOLFF Sandrine

MC

Sciences Economiques

BETA

Notes : (*) MC : Maître de Conférences, PR : Professeur. PRAG : Professeur Agrégé. PRSD : Professeur Second Degré.

40

Licence Economie-Gestion, Livret pédagogique Faculté des sciences économiques et de gestion

Quelques inform ations générales

Fiche diplôme

Diplôme national Domaine : Droit - Economie - Gestion Niveau de recrutement : Bac Durée des études : 3 ans Année post-bac de sortie : Bac + 3

Conditions d’accès et pré-requis

En L1 : Baccalauréat français: accès de plein droit. Autres titres: sur avis de la commission pédagogique.

En

L2

:

A

l'issue

de

L1

:

accès

de plein droit. Autres

titres : sur avis de la commission

pédagogique.

 

En

L3

:

A

l'issue

de

L2

:

accès

de plein droit. Autres

titres : sur avis de la commission

pédagogique.

Règlement des examens

Les modalités de contrôle des connaissances (MCC) sont votées chaque début d’année universitaire par le CEVU (Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire) et validées par le CA (Conseil d’Administration). Les MCC comportent deux volets. Le premier est relatif aux principes généraux communs à l’ensemble des étudiants de l’université. Le deuxième volet présente les modalités spécifiques à la Licence Economie-Gestion. Les MCC sont généralement communiquées aux étudiants au début des cours du premier semestre.

NB. : La préparation du présent livret ayant lieu plusieurs mois avant la rentrée universitaire, l’ensemble des dispositions qu’il présente sont données sous réserve d’éventuelles modifications. Ces dernières seront communiquées en septembre par le biais du panneau d’affichage.

Renseignements

Bureau de la scolarité - Faculté des sciences économiques et de gestion - Pôle européen de gestion et d’économie (PEGE) 61, avenue de la Forêt Noire - 67085 Strasbourg Cedex Tél. 03 90 24 21 78 - Fax : 03 90 24 20 64 http://sceco.u-strasbg.fr

41