Vous êtes sur la page 1sur 39

Onpm info

Bulletin d’informations
N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

L'Onpm info souhaite une bonne et heureuse


année 2008 à tous ses lecteurs

OND : Pr•sentation de
l’enqu‚te de victimation
(page 3)

Violences anti-policiƒres et
contr„le social (page 10)

Risques majeurs : retour sur


exp•rience (page 14)

Animaux dangereux :
- Les pouvoirs de police du
maire (page 24)
- L’•valuation comportementale
des chiens (page 27)
Prochain num•ro en
mars 2008
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

SOMMAIRE EDITO

L’Observatoire national la C'est avec grand plaisir que toute


d•linquance a publi• le 12 l'‚quipe de l'ONPM vous souhaite
novembre dernier son une bonne et fructueuse ann‚e 2008,
troisiƒme rapport annuel ann‚e qui semble vouloir ƒtre aussi
Page 3 - C. Soullez charg‚e en actualit‚ que la
pr‚c‚dente.
Plan MAM : une police adapt•e
et fid•lis•e Au menu : l'int‚gration dans le d‚partement de la
Page 7 – F. Denion Seine Saint Denis de la Police de Proximit‚, nouveau
format et cr‚ation d'un fond d'indemnisation pour
Violences anti-policiƒres et les victimes. Nous aurons l'occasion d'aborder ses
contr„le social sujets tr„s prochainement dans nos num‚ros.
Page 10 - YC. Qu•ro
Nous en profitons pour vous remercier des marques de
Retour d’exp•rience : sympathie que vous nous transmettez
risques majeurs r‚guli„rement. Nous avons le plaisir de voir que
Page 14 - P. JOHANNES l'Onpminfo est largement rediffus‚ et lu dans toute
et G. MARCHAND la France m‚tropolitaine et d’outre-mer, par des
personnes d’horizons divers.
S•curit• routiƒre
Page 17 - P. Angosto Ce num‚ro vous propose d'‚voluer † travers les
th‚matiques suivantes :
Interview † l’occasion de
l’inauguration du poste de PM C. Soullez, de l'Observatoire National de la
de Meung-sur Loire D‚linquance, nous pr‚sente la premi„re enquƒte de
Page 20 – C. Cout• victimisation de grande ampleur r‚alis‚e en France.

Les animaux susceptibles Toujours dans l'optique de r‚agir † une riche actualit‚,
d'‚tre dangereux : les F. Denion pr‚sente le plan ‡ MAM ˆ puis, P. Johannes
pouvoirs de police du maire. et G. Marchand reviennent sur le traitement des
Page 24 - S. Richard risques majeurs tandis que YC. Qu‚ro traite des
violences anti-polici„res de l’automne.
L’•valuation comportementale
des chiens Actualit‚ en mati„re de chiens dangereux ‚galement,
Page 27 - E. Pagenaud avec deux articles, l'un sur l'‚valuation
comportementale d’E. Pageneaud, l'autre sur
Les gardes-champ‚tres l'utilisation du code rural par S. Richard.
peuvent-ils se doter du
Taser ? Puis nous partirons † la rencontre du Maire de Meung-
Page 30 - JM. Wey sur-Loire qui nous fait la faveur de parler de sa police
municipale.
Les rubriques de l’Onpm
Veille juridique : page 32 Pour finir, P. Angosto pr‚sente une initiative locale en
Baromƒtres : page 36 mati„re de s‚curit‚ routi„re.
Publications : page 37
Merci † vous, bonne lecture et bonne ann‚e 2008
Steve RICHARD
Secr‚taire g‚n‚ral de l’Onpm

2
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

L’OBSERVATOIRE NATIONAL LA DELINQUANCE (OND) A PUBLIE LE 12 NOVEMBRE


DERNIER SON TROISIEME RAPPORT ANNUEL.

Par Christophe Soullez t‚l‚phone mais par entretien en face † face


Des donn•es in•dites collect•es gr‡ce de pr„s d’une heure en moyenne. La
† une grande enqu‚te de victimation. repr‚sentativit‚ de l’enquƒte est assur‚e
Le 12 novembre 2007, l’observatoire par le fait que l’INSEE dispose d’enquƒteurs
national de la d‚linquance sur tout le territoire, dans tous
(OND) a rendu public son les types de communes et de
troisi„me rapport annuel. quartiers.
Comme dans les rapports
pr‚c‚dents, on y trouve de … de victimation ?
nombreuses ‚tudes sur la Une enquƒte dont l’objectif est
d‚linquance enregistr‚es par la de savoir si les personnes
police et la gendarmerie interrog‚es ont ‚t‚ victimes
nationales (crimes et d‚lits d’une ou plusieurs atteintes au
constat‚s, contraventions ou encore main cours du pass‚ r‚cent. Des enquƒtes de
courante informatis‚e) et des fiches cette nature existent au Etats-Unis et en
th‚matiques sur les faits subis par certaines Angleterre depuis plusieurs d‚cennies. Elles
professions (pompiers, douaniers, se sont impos‚es comme un outil de suivi
enseignants, magistrats, m‚decins et des ‚volutions de la d‚linquance subie par
autres). Ce contenu d‚j† tr„s riche est la population car en allant au devant des
compl‚t‚ cette ann‚e par les premiers victimes potentielles, on mesure la
r‚sultats de l’enquƒte de victimation qui a fr‚quence de toutes les atteintes, qu’elles
‚t‚ men‚ par l’INSEE en partenariat avec aient fait l’objet d’une plainte ou non.
l’OND entre janvier et mars 2007 aupr„s
d’environ 17.500 m‚nages (m‚nages : Int•r‚t de ces enqu‚tes :
ensemble de tous les habitants d’un Elles sont compl‚mentaires des statistiques
logement). issues des plaintes puisqu’elles renseignent
sur la partie des faits qui n’est pas connu
Qu’est-ce qu’une enqu‚te… des services. Les estimations qu’elles
Un sondage de tr„s grande ampleur qui fournissent d‚terminent l’ordre de
s’adresse † un ‚chantillon de la population grandeurs de grandeurs comme le nombre
fran‰aise et qui ne s’effectue pas par de victimes de vols ou de violences dont la

3
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

mesure aurait ‚t‚ impossible par un autre subi au moins un acte de violences
moyen. physiques ou sexuelles, soit de 2 millions de
victimes (voir tableau 1). Ce chiffre a ‚t‚
Priorit• † la mesure des violences. obtenu en exploitant les r‚ponses de 11 249
Le premier article du rapport 2007 de l’OND personnes de 18 † 60 ans qui ont r‚pondu
est consacr‚ aux victimes de violences non seulement au questionnaire de
physiques ou sexuelles en 2005 et 2006. Il l’enquƒte en face † face mais aussi † un
illustre ce que peuvent apporter les questionnaire auto-administr‚ (sans
enquƒtes de victimation sur ce th„me intervention de l’enquƒteur de l’INSEE) sur
majeur. On apprend ainsi qu’au cours des les violences sensibles (violences sexuelles
deux ann‚es consid‚r‚es, 5,6 % des et violences intra m‚nage).
personnes de 18 † 60 ans d‚clarent avoir

Tableau 1. Proportion de personnes de 18 † 60 ayant d•clar• avoir subi au moins un acte de violence
en 2005 et 2006, selon la nature des violences (physiques ou sexuelles) et le sexe
Toute personne Hommes Femmes
de 18 † 60 ans de 18 † 60 ans de 18 † 60 ans
Nombre % Nombre % Nombre %
Toutes personnes
35 292 000 100,0 17 361 000 100,0 17 931 000 100,0
de 18 † 60 ans
Personne ayant d•clar• avoir subi
au moins un acte de violence
1 990 000 5,6 892 000 5,1 1 098 000 6,1
physique ou sexuelle en 2005 ou
2006*
Dont personne ayant d•clar• avoir subi au moins un…
Acte de violences physiques
929 000 2,6 544 000 3,1 385 000 2,1
hors m•nage

Acte de violences sexuelles hors


351 000 1,0 89 000 0,5 262 000 1,5
m•nage

Acte de violences physiques ou


891 000 2,5 307 000 1,8 584 000 3,3
sexuelles intra m•nage
Dont l’auteur unique ou principal
452 000 1,3 121 000 0,7 331 000 1,8
est le conjoint

Champ : Personnes de 18 † 60 ans


Source : Questionnaires individuels (en face † face et questionnaire auto administr‚)
Enquƒte ‡ Cadre de vie et s‚curit‚ 2007 ˆ, INSEE

4
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

Violences hors ménage ou intra Répétition des violences.


ménage. Les victimes hors m‚nage ont d‚clar‚ le
On compte 930 000 victimes de violences plus souvent avoir subi un seul acte de
physiques commises par une personne qui violences en 2005-2006 alors que, dans leur
ne vit pas avec elles, dites violences majorit‚, les victimes d’une personne vivant
physiques hors m‚nage, 350 000 victimes avec elles ont subi deux atteintes ou plus.
de violences sexuelles hors m‚nage, et En particulier, pr„s de la moiti‚ des femmes
890 000 victimes d’un auteur qui vit avec de 18 † 60 ans victimes de violences au sein
elles (violences physiques ou sexuelles intra du m‚nage d‚clarent au moins 3 actes en
m‚nage). Cela repr‚sente respectivement 2005-2006.
2,6 %, 1 % et 2,5 % des personnes de 18 †
60 ans. Les auteurs des violences.
Pour les violences hors m‚nage, les
Hommes et femmes victimes. hommes sont en majorit‚ (58,8 %) victime
Hors m‚nage, en 2005 ou 2006, pr„s de d’un inconnu alors que l’auteur est connu
550 000 hommes et 385 000 femmes ont personnellement par 55 % des femmes
‚t‚ victimes de violences physiques. Au sein victimes. Il s’agit pour 32 % d’entre elles
des m‚nages, on compte plus de 530 000 d’un ex-conjoint : en 2005 et 2006, environ
femmes et 300 000 hommes victimes de 120 000 femmes ont ‚t‚ victimes de
violences physiques. Le rapport violences physiques de la part d’un ex-
homme/femme est encore plus d‚s‚quilibr‚ conjoint.
en mati„re de violences sexuelles hors
m‚nage : alors que 260 000 femmes en ont Les violences commises par les
‚t‚ victimes en 2005 ou 2006, soit 1,5 % conjoints.
d’entre elle, ce nombre est inf‚rieur † 100 Pour plus de 50 % des 890 000 victimes de
000 pour les victimes masculines, soit 0,5 % violences physiques ou sexuelles au sein du
d’entre eux. Toutes formes de violences m‚nage, soit 450 000 personnes, l’auteur
confondues, ce sont pr„s de 1,1 millions de des faits subis est le conjoint. On mesure
femmes de 18 † 60 ans qui en ont ‚t‚ ainsi que 1,8 % des personnes de 18 † 60
victimes en 2005 ou 2006 et environ 900 ans vivant en couple ont ‚t‚ victimes de
000 hommes. Ce qui correspond † une violences physiques ou sexuelles de la part
proportion de femmes victimes de 6,1 % de leur conjoint en 2005 ou 2006. Cette
qui est significativement plus ‚lev‚es que part atteint 2,6 % chez les femmes de 18 †
celle des hommes (5,1 %). 60 ans vivant en couple. On estime le

5
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

nombre de femmes victimes de leur


conjoint sur 2 ans † plus de 330 000. Il est Motif du non report.
trois fois sup‚rieur † celui des hommes Les victimes de violences sexuelles n’ayant
ayant d‚clar‚ avoir ‚t‚ victimes de leur fait aucune d‚claration † la police
conjoint. expliquent pr„s de 2 fois sur 3 ‡ que cela
n’aurait servi † rien ˆ ou encore qu’elles ont
Atteintes physiques suivant les pr‚f‚r‚ ‡ trouver une autre solution ˆ. Ce
violences du conjoint. motif revient encore plus souvent chez les
La gravit‚ des cons‚quences des violences victimes de violences intra m‚nage, plus de
subies entre conjoint est bien diff‚rente 77 % l’invoquent pour motiver l’absence de
selon le sexe de la victime. signalement. Cette volont‚
Moins de 10 % des ‡ de trouver ˆ une autre
hommes victimes de solution est mƒme cit‚e par
violences intra m‚nage plus de 82 % des femmes
dont l’auteur est le victimes de violences intra
conjoint d‚clarent qu’elles m‚nage.
lui ont caus‚ des blessures
alors que 48 % des femmes victimes de leur Accueil lors de la déclaration.
conjoint sont dans ce cas. Plus de 70 % des personnes ayant subi au
moins un acte de violence en 2005 ou 2006
Le signalement des violences. qui se sont d‚plac‚s aupr„s de la police ou
La proportion de victimes de violences de la gendarmerie d‚clarent que le temps
sexuelles hors m‚nage ou de violences intra qui leur a ‚t‚ accord‚ et que la
m‚nage qui ont port‚ plainte ne d‚passe confidentialit‚ de l’‚change qu’elles ont pu
pas 10 %. Ce qu’on peut appeler le taux de avoir ont ‚t‚ satisfaisant.
plainte s’‚tablit pour les violences sexuelles
hors m‚nage † 8,4 % et pour les violences Christophe Soullez
intra m‚nage † 8,8 %. Ces valeurs sont Chef du d‚partement Observatoire National
particuli„rement faibles, eu ‚gard de la D‚linquance
notamment † la fr‚quence de la plainte en www.inhes.interieur.gouv.fr
cas de violences physiques hors m‚nage qui
se situe † 28,8 %.

6
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

PLAN « MAM » : UNE POLICE ADAPTEE ET FIDELISEE !

Par Franck Denion police de proximit‚ a pu le faire jusqu’en


Le 14 janvier 2008 † 2002 ;
l'INHES situ‚ † Saint-  Compagnies de S‚curisation (CS) qui seront
Denis (93), Madame le amen‚es † lutter contre toutes les formes
Ministre de l'Int‚rieur de d‚bordement spontan‚es en amont des
d‚voilait son plan Compagnies R‚publicaines de
d'action en faveur de la S‚curit‚ (CRS) ;
lutte contre les noyaux durs de la  Intensification de l’action des Groupes
d‚linquance install‚s dans les zones dites de d’Intervention R‚gionaux (GIR) avec la
‡ non-droit ˆ. Cette "Conf‚rence de priorit‚ ax‚e sur la lutte contre la
coh‚sion", voulue par Mich„le Alliot-Marie d‚linquance souterraine qui est
pour r‚pondre aux ‡ ‚v‚nements ‚conomiquement puissante et cr‚dible
d’automne ˆ, a fait suite aux nombreuses aupr„s des jeunes d‚linquants.
rencontres de terrain (Montfermeil, Saint-
Denis, Drancy, etc.). Am‚liorations sociales pour les
"fonctionnaires de police fid‚lis‚s" :
Madame le Ministre de l’Int‚rieur a donc  Fid‚liser entre 8 et 10 ans en Šle de France
annonc‚ qu'en Seine-Saint-Denis des sites afin de mieux conna‹tre la d‚linquance et en
"tests" (La Courneuve, Saint-Denis et finalit‚ la population des quartiers. Par
Clichy/Montfermeil) seront dot‚s, d„s le cons‚quent, de mieux g‚rer les primo-
mois de f‚vrier, des nouvelles dispositions r‚it‚rants voire les primo-d‚linquants et
de son plan. Sur ces zones tests, trois axes id‚alement anticiper la post-comm‚tance ;
d'action sont d‚clin‚s (principalement) :  D‚velopper une v‚ritable politique de
logement pour les fonctionnaires de police
Cr‚ation d'unit‚s adapt‚es avec l’aide des maires et des organismes
au secteur d'‚volution : sp‚cialis‚s ;
 Unit‚s Territoriales de Quartier (UTeQ) qui  Recrutement des conjoints au sein de la
agiront sur un secteur d‚fini pour lutter police nationale pour r‚aliser des tŒches
contre la d‚linquance install‚e, structurelle administratives (contrat).
et conjoncturelle. Il ne s’agit donc pas de
faire de la pr‚vention primaire comme la Op‚ration "Marketing" en faveur de la police
nationale et de la gendarmerie :

7
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

 D‚veloppement des interventions en milieu publique1 Š afin que cette innovation


scolaire pour restaurer l’image et le r•le des profite au plus grand nombre par le
forces ‚tatiques de s‚curit‚ ; dispositif de validation des acquis de
 Information et sensibilisation en faveur des l’exp‚rience (VAE) ou † d‚faut, de la
jeunes dipl•m‚s au niveau Master I et II validation des acquis professionnels (VAP).
(BAC +4 et BAC +5) pour une orientation Ainsi les policiers municipaux pourront
en faveur des m‚tiers de la s‚curit‚ et l•gitimement y faire droit ! La finalit‚ de
notamment la Police nationale et la cette formation, propos‚e par le plan
Gendarmerie. ‡ MAM ˆ est tr„s orient‚e puisqu’il s’agira
pour ses titulaires d’int‚grer l’‚cole des
L'avanc‚e semble prendre une v‚ritable gardiens de la paix. N‚anmoins, cet objectif
trajectoire strat‚gique significative en n’est pas fig‚ car ces bacheliers auront
adaptant pragmatiquement ‡ la police ˆ au d’autres possibilit‚s comme le m‚tier de
territoire sur lequel elle agit. Les maires policier municipal ou encore choisir une
seront d’ailleurs sollicit‚s pour expliquer les soci‚t‚ de s‚curit‚ priv‚e !
particularit‚s g‚ographiques et
sociologiques de la commune sur Par ailleurs, la ‡ vid‚oprotection ˆ (Le
laquelle ces policiers seront affect‚s. terme de „ vid•osurveillance … semble de
moins en moins consensuel car
De plus, et loin d’ƒtre n‚gligeable, les psychologiquement attentatoire aux libert•s
avanc‚es sociales pour les jeunes scolaris‚s publiques et politiquement plus risqu•) sera
(‚largies aux adjoints de s‚curit‚) ne sont favoris‚e, pour ne pas dire fortement
pas mineures car l’int‚gration incit‚e, avec pour ‡ moteur ˆ le Fond
professionnelle est v‚ritablement pens‚e Interminist‚riel de Pr‚vention de la
avec † la cl‚, un baccalaur•at des D‚linquance (FIPD) g‚r‚ par l'Agence
m•tiers de la s•curit• (Ce dipl€me est nationale de Coh‚sion Sociale et l'Egalit‚
actuellement d•livr• aux •l‚ves gardiens de des chances (ACS‚). Il est vrai qu’avec la
la paix d‚s la sortie de l’•cole de police avec vid‚oprotection, les d‚lais d’alerte sont
option „ police nationale …). Esp‚ront qu’† quasi-instantan‚s et la connaissance des
cette occasion, l’ouverture sera au rendez- modes op‚ratoires devient pr‚cise. Cela
vous avec une option plus g‚n‚raliste et
prospective avec non plus l’option ‡ police
1
nationale ˆ mais l’option ‰ s•curit• Une option ‡ s‚curit‚ priv‚e ˆ pourrait
‚galement ƒtre envisag‚e pour r‚pondre aux
‚tudiants souhaitant travailler dans le secteur
priv‚ avec ‚quivalence SSIAP 2.

8
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

permet une r‚elle efficience des services de Locaux de Pr‚vention Situationnelle


police tant municipale qu'‚tatique. (GLPS)… sans oublier, les Conseil Locaux de
S‚curit‚ et de Pr‚vention de la D‚linquance
Notons qu’† ce sujet, le Pr‚sident de la obligatoire dans les communes de plus de
R‚publique s'est rendu, en personne, † 10.000 habitants (CLSPD)3 mais aussi les
Sartrouville le 21 janvier dernier, Groupes Locaux de Traitement de la
pour visiter le Centre de Supervision D‚linquance (GLTD) anim‚s par le
Urbaine (CSU) de la police municipale. En procureur de la R‚publique qui fonctionnent
effet, l’efficacit‚ de la vid‚oprotection a particuli„rement bien et obtiennent les
permis de r‚duire la d‚linquance locale de r‚sultats bien sup‚rieurs † ceux escompt‚s.
mani„re non n‚gligeable et d'obtenir un
taux d’‚lucidation record2. Enfin, si la r‚organisation, le management
et le marketing constituent les trois axes
Pour autant, si le plan ‡ MAM ˆ pr‚sente pertinents du plan ‡ MAM ˆ, la m‚thode et
tous les ‡ ingr‚dients ˆ n‚cessaires † la l'‚valuation seront indispensables † son
ma‹trise des territoires criminog„nes, adoption p‚renne. N‚anmoins, a-t-on
aucune piste quant † la m‚thode ni mƒme v‚ritablement int‚rƒt † ‚valuer l'action des
aux outils d'‚valuation n'est pr‚cis‚e !? Le forces ‚tatiques de s‚curit‚ publique ?
maintien de ce d‚faut culturel d'‚valuation
perdure avec le plus grand ‚tonnement des La s‚curit‚ publique constitue encore un
plus sp‚cialis‚s ! De nombreuses questions enjeu majeur en France. Son
restent encore pos‚es afin de pouvoir d‚veloppement ultime n’est pas encore
progesser dans le r‚tablissement des liens abouti et la route reste encore longue
entre les institutions publiques et la surtout dans un contexte o• la pression
population des quartiers populaires. d‚linquante est permanente, multiforme et
Beaucoup d’efforts viennent d’ƒtre d‚ploy‚s juv‚nile.
pour y arriver notamment par les
Franck Denion
municipalit‚s pour qui la s‚curit‚ est
Chef de Service - PM (93)
v‚ritablement le premier des droits. Doctorant au Centre d'Etudes et de
Recherche sur la Police (CERP) de Toulouse
franckdenion@aol.com
Les outils se mettent en place : Contrats
Locaux de S‚curit‚ (CLS), Observatoires
Locaux de la D‚linquance (OLD), Groupes
3
Loi relative † la Pr‚vention de la D‚linquance
2
Dominique P‚pin – Chef de Police (78) du 5 mars 2007 (LPD)

9
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

VIOLENCES ANTI-POLICIERES ET CONTROLE SOCIAL

Par Yann-C‚dric QUERO les deux gendarmes donnent de leurs


Parmi les ‚v„nements qui ont marqu‚ nouvelles et remercient la population qui,
l’automne 2007 en mati„re de s‚curit‚, je jusqu’† cette grand-m„re qu‚b‚coise, leur a
souhaite revenir sur trois ‚v„nements qui t‚moign‚ encouragements et amiti‚.
ont frapp‚s des policiers pendant leur
service. Tous trois me semblent significatifs Le 25 novembre 2007, †
d’une part de l’augmentation de l’intensit‚ 6h15, un v‚hicule de la
des violences commises † l’encontre des police nationale qui repartait
forces de l’ordre et d’autre part, des le‰ons en intervention dans la
que l’on peut en tirer quant au profil socio- banlieue toulousaine est
criminel des auteurs. percut‚ † une vitesse estim‚e † plus de
150km/h par une BMW dont le conducteur,
Les violences anti-policiƒres de un multir‚cidiviste de 23 ans frapp‚ d’une
l’automne 2007 suspension de permis, est bien connu des
services. Trois policiers ‚taient † bord. Le
Dans la nuit du conducteur a pu ressortir de l’h•pital le 3
18 au 19 octobre d‚cembre. L’agente chef de bord, une m„re
2007 le v‚hicule de famille de 42 ans, a ‚t‚ ‚ject‚e du
du PISG de v‚hicule et souffre de traumatismes aux
Colomiers vert„bres cervicales et au crŒne. Maintenue
(Haute-Garonne) est volontairement dans un coma artificiel, les m‚decins
percut‚ † pr„s de 200 km/h, par des deux r‚servaient encore leur pronostic mi-
adolescents de 17 ans conduisant un d‚cembre. La troisi„me fonctionnaire, Œg‚e
Volkswagen Touareg vol‚. Les pompiers de 27 ans, assise † l’arri„re, a ‚galement
mettront 2h00 † d‚sincarc‚rer les deux ‚t‚ ‚ject‚e du v‚hicule. Son ‚tat est jug‚
gendarmes de leur berlingo. Si ces derniers moins pr‚occupant, bien qu’elle soit plac‚e
soufrent de traumatismes multiples, ils ont en centre de convalescence.
la chance d’ƒtre en vie. Aika, la chienne de
l’un d’eux n’a pas eu autant de chance. Le Le lundi 26
parquet a ouvert une instruction pour novembre, au
tentative d’homicide sur agent de la force lendemain de
publique. Sur le site http://www.lessor.org/ l’accident entre un

10
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

v‚hicule de PN et une mini-moto, au cours policiers convaincus qu’ils effectuent leur


duquel d‚c„dent deux adolescents de 15 et mission au p‚ril de leur vie, ce qui est
16 ans, Villiers-le-Bel s’enflamme. 40 certainement excessif, force est de constater
fonctionnaires de la CRS 43 de Chalon sont qu’un pas a ‚t‚ franchi cet automne. Ces
envoy‚s r‚tablir l’ordre. Arrivant sur l’un des ‚v„nements n’ont pas eu le retentissement
points chauds, un rond point jonch‚ de dans la conscience du public et dans le
barricades enflamm‚es, les v‚hicules d‚bat politique, qu’ils auraient d‘ avoir. Les
passent en zone d’ombre. Les trois premiers forces de polices se trouvent aujourd’hui
fourgons sont alors pris † parti. Par chance, confront‚es † des individus et des groupes
aucun des cocktails Molotov envoy‚s d’individus d‚pourvus de tout contr•le social
n’atteint son objectif. Les fonctionnaires et pour qui la vie d’un policier n’a aucune
n’ont d’autre choix que de descendre de valeur.
leurs v‚hicules immobilis‚s. Ils sont † leur
tour physiquement pris † partie pas clair par L’effondrement du
des individus arm‚s de barres de fer, de contr•le social
pav‚s et de bombes lacrymog„nes. Pendant informel
l’‚change qui a dur‚ 20 † 25 minutes, des C’est une fiert‚
coups de feu ont ‚t‚ tir‚s en direction des revendiqu‚e par une large partie de la
forces de l’ordre. Onze fonctionnaires ont population fran‰aise que d’ƒtre parvenue †
‚t‚ bless‚s, dont 6 par des munitions de s’exon‚rer des modes traditionnels du
fusils de chasse et de pistolets † grenailles. contr•le social. Parmi ces institutions
Alors que l’op‚rateur radio courre secourir socialisantes aujourd’hui d‚su„tes figuraient
un grad‚ touch‚ † l’œil par du plomb de le dispensateur d’ordre qu’‚tait la famille, le
chasse, ce gardien de la paix de 27 ans guide moral que repr‚sentait la religion
re‰oit deux coups de fusil, cons‚cutifs † chr‚tienne, la figure d’autorit‚ qu’incarnait
bout portant. Il encaisse plus de 35 plombs l’instituteur ou encore le vecteur de la
dans le corps, dont onze au visage. Si ses soumission † l’autorit‚ qu’‚tait l’arm‚e…
jours ne sont pas en danger, il devra L’affaiblissement de ces dispensateurs
comme ses six autres coll„gues, se faire d’autorit‚ a ‚t‚ consid‚r‚ comme autant de
chirurgicalement retirer ses plombs… victoires en mati„re de libert‚s individuelles.
Mais en fait de libert‚, la soci‚t‚ s’est
Contrôle social et délinquants d‚munie sans alternatives, d’un ordre social
chroniques commandant les comportements
Sans chercher † ƒtre catastrophiste, afin de
ne pas alimenter les positions de certains

11
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

individuels4. Sans chercher † ƒtre exhaustif, liberation of the 1960’s and the market
le d‚veloppement de l’individualisme freedoms of the 1980’s are now being paid
inh‚rent au mode de vie contemporain, for in the coin of social control and penal
(urbanisation, compartimentation des repression. Where the liberating dynamic of
activit‚s sociales, abolition des distances, late modernity emphazised freedom,
5
etc.) a eu un effet levier sur cette tendance . openness, mobility, and tolerance, the
reactionary culture of the end of the century
Le d‚veloppement du contr•le social formel stresses control, closure, confinement, and
La population fran‰aise, d’autant plus condemnation.…7
exigeante en mati„re de s‚curit‚ qu’elle a Les derniers textes l‚gislatifs fran‰ais relatifs
abandonn‚ aux pouvoirs publics toute † la r‚cidive ou au traitement des individus
responsabilit‚ quant † la r‚gulation des consid‚r‚s comme dangereux peuvent en
comportements individuels, se trouve face † ƒtre des illustrations.
la mont‚e en puissance du contr•le social
institutionnel. La police et la justice, mais D‚saffili‚s et hyper-adapt‚s
‚galement tout ce qui constitue l’univers Si les sociologues fran‰ais se sont focalis‚s
p‚ri-judiciaire6, constituent les fers de lance sur la trajectoire p‚nale des d‚saffili‚s8, peu
d’une soci‚t‚ qui a remplac‚ la r‚gulation ont trait‚ de cette population que l’on
via ‡ la politesse, la courtoisie, le savoir- pourrait qualifier d’hyper-adapt‚e et pour qui
vivre et les usages ˆ, par le droit : ‡ Une la vie de l’autre n’est rien. Ces d‚linquants
soci‚t‚ qui n'est plus polic‚e devient une chroniques, souvent tr„s jeunes et sans
soci‚t‚ polici„re ˆ 2. Cette tendance n’est limite en mati„re de violence, se sont hyper-
pas propre † la France si on en croit le adapt‚s aux failles du syst„me de contr•le
criminologue britannique David Garlland, qui social existant.
d‚nonce depuis plus de vingt ans cette Ces criminels ultra-minoritaires tiennent
tendance s‚curitaire occidentale : conceptuellement en ‚chec les d‚fenseurs
„ This dialectic between freedom and control des libert‚s individuelles qui doivent
could be said to have characterized the last accepter de se confronter † cette population
thirty years. In certain aspects, the social

4 7
Maurice Cusson (1998) Criminologie actuelle, David Garland (2001) The Culture of Control,
les contr€les de proximit• - PUF ch.9 Crime and Social Ordrer in Contemporary
5
Jean-Louis Loubet-Del-Bayle (2006) S•curit• et Society - The University of Chicago Press, page
contr€le social - Trait‚ de s‚curit‚ int‚rieur, 198.
8
HMH, Pages 58-66. Lire Robert Castel (1995) Les pi‚ges de
6
Sur la th‚orie du filet p‚nal : Stanley Cohen l’exclusion, Lien social et politique – RIAC 34,
(1985). Visions of Social Control – Cambridge, pages 13-21 et Michel Kokoreff (2004) Identit•
Polit Y Press, pages 41 - 86 de carri‚res et exp•riences p•nales

12
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

qui n’a rien appris des comportements une injustice, et attendant des m‚dias une
socialis‚s v‚hicul‚s par notre soci‚t‚. L’ironie information impartiale de la population,
est qu’aujourd’hui c’est cette population doivent bien comprendre que ceux-ci n’ont
lib‚r‚e de tout code civil, qui participe par d’autre vocation que d’ob‚ir † leur propre
ses effets, † la r‚action s‚curitaire si logique industrielle11.
redout‚e pour les libert‚s
individuelles… Dans ‡ La d‚linquance une vie
Du fait de l’organisation choisie12 ˆ, Maurice Cusson propose
contemporaine du contr•le social, une d‚finition de la dissuasion
police et justice se retrouvent les fond‚e sur le rapport co‘t/b‚n‚fice
seuls r‚gulateurs de cette qu’effectue le candidat au crime
population. Or tout le syst„me avant le passage † l’acte. „ Les
‚labor‚ par la police et la justice ne sanctions produisent leur effet intimidant
fonctionne que sur les individus socialement quand elles conduisent un individu †
ins‚r‚s9. Les interpellations et les s‚jours renoncer † son projet criminel en le for‡ant †
r‚p‚t‚s sont sans effets sur les d‚linquants conclure que ses risques d•passent son
chroniques. Pire, chacun admet esp•rance de gain …. La question qui se
empiriquement et scientifiquement aujourd’hui pose face † ces jeunes hyper-adapt‚s est
que notre traitement carc‚ral de la d‚viance double : curative et pr‚ventive. Quelle
constitue un facteur provoquant et/ou sanction, autre que la carc‚rale, pourrait
aggravant de la trajectoire des d‚linquants alors avoir cet effet mena‰ant ? Quels
chroniques10. moyens peut-on mettre en place afin
La population, peu atteinte par le mode de d’inculquer † ces individus les bases de la vie
vie de cette population hyper-adapt‚e, reste en collectivit‚, de compenser leur absence
peu sensibilis‚e † ce qui arrive aux forces de totale de contr•le social ? Quels que soient
l’ordre auxquelles elle a confi‚ la mission de les choix effectu‚s, il est probable qu’ils
la r‚guler. Les m‚dias, d’une bonne foi toute contribueront au r‚tr‚cissement g‚n‚ral du
mercantile, ne portent que peu d’int‚rƒt aux champ des libert‚s individuelles…
‚v„nements victimant les policiers, n’h‚sitant
Yann-Cédric QUERO
pas en revanche † en hypertrophier d’autres.
Doctorant en criminologie
Les policiers vivant cet ‚tat de fait comme http://www.yc-quero.com

9 11
Maurice Cusson (1998) Criminologie actuelle, Monique Dagnaud (2003) M•dias et violence,
la question de l’efficacit• des contr€les sociaux - l'•tat du d•bat - La Documentation fran‰aise,
PUF ch.8 Probl„mes politiques et sociaux, 124 pages.
10 12
Michel Foucault (1975) Surveiller et punir – Maurice Cusson (2005) La d•linquance, une vie
Gaillimard, page 308 - 312 choisie – HMH, Cahiers du Qu‚bec, p. 91

13
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

RETOUR D’EXPERIENCE : RISQUES MAJEURS

Par Patrick JOHANNES et Ga’l MARCHAND Les probl„mes de circulation se cr‚ent, le


“tre responsable local de s‚curit‚ d‚cor est plant‚.
territoriale sous Qui est alert• ? Qui
entend ƒtre un intervient ? Quelles
conseiller sont les
technique de cons•quences ? Quels
s‚curit‚ et de moyens mettre en
s‘ret‚ publique œuvre ? Qui dirige ? Qui
aupr„s de l’‚lu, mais aussi ƒtre un communique ? Quelles sont les bonnes
sp‚cialiste de la pr‚vention et plus questions † se poser ?
particuli„rement un ‡ technicien en risques
majeurs ˆ. Combien de responsables ont Qui est alert• ? Les pompiers, activ‚s par
‚t‚ confront‚s aux risques majeurs ces les premiers appels de particuliers, sont
derni„res ann‚es ? d‚j† sur le terrain pour d‚gager les routes,
prot‚ger les habitations et anticiper les
Prenons le cas, parmi tant d’autre, d’un risques d’‚vacuations. La collectivit‚, la
responsable qui a eu † g‚rer une forte police municipale, le SDIS tentent d’‚valuer
inondation en Juin 2007. Analysons les la gravit‚ du risque. Les services
difficult‚s rencontr‚es et tentons d’apporter d‚concentr‚s de l’”tat, la gendarmerie
des pistes de r‚ponse. (CORG), sont avis‚s et restent en liaison
permanente avec la sous-pr‚fecture et les
L’avant crise : Juin 2007, 20H30. autorit‚s municipales. Des patrouilles de
Quelque part en France la m‚t‚o d‚clenche diff‚rentes administrations et les communes
son alerte orange en pr‚vision d’orages avoisinantes surveillent le rythme de la
violents13. L’information tombe en soir‚e mont‚e des eaux.
que la rivi„re d‚borde de son lit et menace
d’inonder certains quartiers de la ville. Les ‚l‚ments m‚t‚o confirment un orage et
annoncent une situation qui va se d‚grader.
L’‚vacuation de certains habitants devient
imp‚rative, les ressources d’eau potables
13
Niveau orange : soyez tr„s vigilant; des sont menac‚es (puits captants menac‚s par
ph‚nom„nes m‚t‚orologiques dangereux sont
pr‚vus; tenez-vous au courant de l'‚volution les d‚bordements).
m‚t‚orologique et suivez les conseils ‚mis par les
pouvoirs publics.

14
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

Une ‚quipe de coordination compos‚e de normalement r‚gl‚s par leurs


responsables des pompiers et des responsabilit‚s, mais il se peut que des
gendarmes, de policiers municipaux, des conflits de personnalit‚s apparaissent et
services techniques de la ville, de que les responsabilit‚s deviennent mal
repr‚sentants de la Croix rouge et de la d‚finies, que les proc‚dures normales ne
Protection civile, de la s‚curit‚ civile et de fonctionnent plus ; l’on entre alors dans
la s‚curit‚ des eaux se met en place. la crise.

Qui pilote ? Le Maire collecte les De plus, le PCS n’a jamais ‚t‚ test‚. Trop
informations, les fait v‚rifier, et prend tard. Les responsables de certaines
conseil des techniciens pr‚sents. L’article administrations, affect‚s depuis la fin de
13 de la loi n€ 2004-811 du 13 ao‘t 2004 l’‚t‚, ne connaissent ni leurs homologues, ni
de modernisation de la s‚curit‚ civile a les lieux. Des centres d’h‚bergements sont
cr‚‚ le Plan Communal de ouverts avec des lits † disposition, mais les
Sauvegarde (PCS), obligatoire pour les sinistr‚s pr‚f„rent allez chez l’habitant. Les
communes soumises † un Plan de diff‚rents responsables ont du mal † ƒtre
Pr‚vention des Risques naturels contact‚s ainsi que le personnel.
pr‚visibles (PPR) et pour celles comprises N‚anmoins, les services de s‚curit‚
dans le champ d'un Plan Particulier s’organisent afin de porter main forte et de
d'Intervention (PPI). Le dispositif est s‚curiser les habitations vid‚es de leurs
pr‚cis‚ par le d‚cret n€ 2005-1156 du 13 occupants par les pompiers. Les ressources
septembre 2005. Cette mƒme loi d‚finit le d’eau sont pollu‚es,
r•le du Maire dans le domaine de
l’organisation de la s‚curit‚ civile en cas Que faire ?
d’‚v‚nement. Doit-on activer ce PCS ? Pendant la crise : la priorit‚ absolue est le
secours † personnes, puis la protection des
Le corps pr‚fectoral b‚n‚ficie de la
biens et de l’environnement. Les maisons
l‚gitimit‚ gouvernementale ; le maire de
sinistr‚es sont ‚vacu‚es. Les automobilistes
la l‚gitimit‚ populaire. Soit par d‚cision
bloqu‚s doivent ƒtre secourus ;
du sous-pr‚fet ou du Maire, soit de fa‰on
essentiellement les personnes en VL car les
spontan‚e, une cellule de crise se
conducteurs de PL peuvent tenir dans leur
constitue, † la sous-pr‚fecture ou † la
cabine. L’eau potable est coup‚e. Son
mairie, dans un lieu pratique et connu de
r‚tablissement est urgent. Les services des
tous. Les rapports entre les diff‚rents
eaux et la s‚curit‚ civile travaillent au
membres de la cellule de crise sont
r‚tablissement de l’eau et organisent la

15
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

distribution d’eau aux habitants. Quand la Qui communique et pourquoi


n‚cessit‚ s’en fait sentir, la police municipale communiquer ?
et la gendarmerie peuvent assurer l’escorte Durant la catastrophe, la communication se
et la protection des stocks d’eau. La r‚v„le imp‚rative. Pas de th‚orisation
circulation est interrompue. Les services du (communication institutionnelle, situationnelle
SDIS et les services techniques municipaux etc.), il faut communique sur tous les fronts :
nettoient les voies publiques, en insistant en rassurer la population, sans la tenir dans
priorit‚ sur les axes d’acc„s des secours et l’ignorance mais ans l’affoler ; faire face aux
les zones les plus peupl‚es. Les services de m‚dias qui font monter la pression avant le
b‚n‚voles affluent naturellement vers la bouclage du 13 heures et du 20 heures ;
mairie, maintenant bond‚e. Un recensement renseigner en permanence la cha‹ne
des personnes isol‚es et/ou fragiles est mis hi‚rarchique du minist„re de l’int‚rieur…
en oeuvre et une priorit‚ d’assistance est beaucoup de demandes et peu de
mise en place par la Croix-Rouge. Bien fournisseurs d’information. Le maire poss„de
‚videmment, toutes ces actions doivent ƒtre la l‚gitimit‚ que procure le suffrage universel.
pilot‚es en mƒme temps et coordonn‚es. Il peut communiquer, mais ne peut alors pas
se consacrer † la gestion de la crise. Sinon, il
L’apr„s crise : la situation redevient normale doit d‚l‚guer la communication † l’un de ses
progressivement. De fa‰on simultan‚e, tout grands subordonn‚s. C’est son choix, mais la
s’arrange. La d‚crue s’amorce, et M‚t‚o crise due † l’inondation est bien r‚elle, il ne
France l„ve l’alerte. Les centres s’agit pas d’une crise de communication.
d’h‚bergement s’installent dans une sorte de Ayant fait cette analyse, le chef de la police
normalit‚ pr‚caire mais satisfaisante. L’afflux municipale conseille au maire de se consacrer
de secours et de moyens de toutes les † la gestion de la crise et de r‚server ses
administrations atteint leur pic † ce moment, interventions personnelles…
alors que le pire est d‚j† pass‚. Les routes
sont d‚gag‚es, le d‚sengagement des Au fait, regardez votre fax, une alerte m‚t‚o
renforts peut commencer. Une autre bataille vient peut ƒtre de tomber …
commence, plus administrative celle-l†. Il
faut obtenir de l’”tat le classement en zone Patrick JOHANNES
Chef de la police municipale (60)
sinistr‚e qui garantira une indemnisation
patrickjohannes@aol.com
rapide de la part des assurances. Le dialogue
Gaël MARCHAND
entre la municipalit‚ et la pr‚fecture
Commandant de gendarmerie (IDF)
continue. marchand.melsom@free.fr

16
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

SECURITE ROUTIERE

Par Pierre Angosto ‚changer avec les diff‚rents partenaires


Le 3 d‚cembre 2007 dans les locaux de institutionnels pr‚sents (l'‚ducation
l’inspection acad‚mique du Loiret, s’est nationale, la pr‚fecture du Loiret, la DDE),
d‚roul‚ le premier rassemblement d'autre part, pr‚senter leurs cadres et leurs
d‚partemental des ‚ducateurs de s‚curit‚ projets d'intervention.
routi„re des polices municipales
intervenant pendant le temps Tout au long de cette journ‚e
scolaire. ‚taient programm‚es des
interventions. La premi„re
Cette journ‚e organis‚e par Jean- intervention fut celle de M.
Claude Farault, correspondant Georges Bucheli, inspecteur
d‚partemental ‚ducation nationale d'acad‚mie, directeur des services
de s‚curit‚ routi„re et le chef de d‚partementaux de l'‚ducation
service de police municipale Pierre nationale du Loiret qui a remerci‚
Angosto a permis de r‚unir un certain les participants † cette journ‚e et au travers
nombre de polices municipales du d'eux les maires qui en acceptant de
d‚partement qui s’investissent plus d‚tacher leur personnel sur cette rencontre
particuli„rement dans le domaine de ont largement contribu‚ † la r‚ussite de
l'‚ducation † la s‚curit‚ routi„re en milieu celle-ci.
scolaire. L'objectif principal de cette journ‚e L'intervention des partenaires en mati„re de
de rencontre ‚tait de mutualiser les s‚curit‚ routi„re est mise en avant par les
exp‚riences de chacun afin de cr‚er un textes officiels. Parmi ceux-ci les
v‚ritable r‚seau d‚partemental d'acteurs de collectivit‚s et notamment les mairies au
la pr‚vention. travers de leurs polices municipales.
L'inspecteur acad‚mique qui a soutenu
Les 14 agents des polices municipales l’organisation de cette journ‚e souhaite
repr‚sent‚es (Orl‚ans, Gien, Saran, ‚tablir des liens privil‚gi‚s avec les polices
Intercommunalit‚ Val d’Or et Forƒt, Saint municipales dans le domaine de l'‚ducation
Ay, Chaingy, la Chapelle Saint-Mesmin, † la s‚curit‚ routi„re.
Olivet, Saint Jean de Blanc, Ch‚cy,
Pithiviers, Chalette-sur-Loing, Ferri„re , Mme C‚cile Avezard, Sous-Pr‚f„te et
Meung-sur-Loire) ont pu, d'une part, directrice de cabinet, a soulign‚ le caract„re

17
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

interminist‚riel de la politique de l’Etat en devraient ƒtre retenues au titre de l’ann‚e


mati„re de s‚curit‚ routi„re, qui associe 2008 : mieux former les jeunes (mesures
Pr‚fecture, forces de l’ordre, ‚ducation relatives au permis de conduire), mieux
nationale, DDE et Justice. Cette politique prot‚ger les usagers les plus vuln‚rables
s’articule autour de deux axes principaux : (‚quipements de s‚curit‚, cr‚ation de zones
l’‚ducation routi„re (volet pr‚vention) et le douces), promouvoir la conduite
contr•le, mat‚rialis‚ par un plan responsable (autotest, en mati„re
d‚partemental de contr•le routier. Elle d’alcool‚mie), meilleur respect des
s’appuie sur un plan d‚partemental limitations de vitesse (d‚ploiement de 2000
d’actions de s‚curit‚ routi„re (PDASR), bŒti radars fixes en 2008).
selon les priorit‚s ‚tablies par le document
global d’orientations (document ‚tabli en M. Francis Minier, Inspecteur Hygi„ne et
partenariat avec les collectivit‚s locales pour S‚curit‚, correspondant acad‚mique de
les ann‚es 2004/2008) dont les enjeux sont s‚curit‚ routi„re, responsable des
actuellement: jeunes permis de moins de 5 correspondants d‚partementaux † la
ans, alcool, m‚dicaments et substances s‚curit‚ routi„re, en charge de la s‚curit‚
psychotropes, vitesse et gravit‚ des routi„re, des risques majeurs et
accidents de moto. domestiques a indiqu‚ que ce partenariat
Mme AVEZARD a remerci‚ les agents des devait surtout permettre de mettre en
polices municipales pour leur participation œuvre et de favoriser dans les
active † la mise en œuvre de la politique de ‚tablissements scolaires des actions
s‚curit‚ routi„re et pr‚cise que le PDASR concr„tes et pratiques. L'‚ducation † la
peut permettre de financer des projets s‚curit‚ routi„re doit porter avant tout sur
port‚s par les communes. Elle leur a les attitudes citoyennes et les
propos‚ de d‚signer un repr‚sentant comportements responsables. Au niveau du
d‚partemental au niveau du Loiret, lequel premier degr‚, il s'agit d’aider les
sera associ‚ aux r‚unions du p•le s‚curit‚ professeurs des ‚coles † remplir la grille
routi„re de la Pr‚fecture, pour une meilleure d'‚valuation de l'attestation de premi„re
synergie. ‚ducation † la route (APER). Au niveau du
Enfin, Mme la Sous-pr‚f„te rappelle les second degr‚ les ASSR (attestation scolaire
mauvais chiffres de l’accidentalit‚ dans le de s‚curit‚ routi„re) 1 et 2 doivent favoriser
d‚partement du Loiret (70 tu‚s † fin une vraie formation.
octobre 2007, contre 47 † fin octobre 2006) Par ailleurs, la police municipale pourrait
et annonce les grandes orientations qui collaborer † la mise en place d'une aide † la

18
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

formation pour les enfants d‚scolaris‚s afin permis aux formateurs pr‚sents de prendre
de les pr‚parer † l’ASR (attestation de connaissance des contenus † enseigner lors
s‚curit‚ routi„re). de la pr‚paration aux ASSR 1 et 2 mais
aussi des simulations d'‚preuves d'examens
Le chef de service de police municipale des ASSR.
Pierre Angosto, a pr‚sent‚ la formation
organis‚e par le CNFPT qu’il anime en
Cette journ‚e s’est termin‚e par la
partenariat avec l'inspection acad‚mique
pr‚sentation de la grille d’‚valuation de
repr‚sent‚e lors de ces journ‚es par M.
l'APER par M. Farault Jean-Claude,
Jean-claude Farault, † l'adresse des policiers
correspondant d‚partemental de s‚curit‚
municipaux intervenants dans les
routi„re, ce qui a permis de r‚pondre aux
‚tablissements scolaires. Cette formation de
nombreuses questions que pouvaient se
3 jours est † la fois une pr‚sentation de
poser les policiers municipaux sur cette
supports, d'organisations, de m‚thodologies
formation adress‚e aux plus jeunes.
et une mutualisation des projets
Par ailleurs, des pr‚cisions r‚glementaires
d'intervention des participants.
sur le cadre des interventions pendant le
Puis M. angosto a pr‚sent‚ l’Observatoire temps scolaire ont ‚t‚ aussi apport‚es par
national des polices municipales (onpm), M. Farault.
association qui pourrait ƒtre utilis‚e comme
un relais entre tous. Il est pr‚vu, pour maintenir et entretenir la
dynamique mise en place lors de cette
Cette intervention s'est termin‚e par la
journ‚e, de la reconduire l’ann‚e prochaine.
pr‚sentation d'un mod„le de convention
L’objectif sera alors de r‚unir l’ensemble des
locale de partenariat entre la police
polices municipales du d‚partement avec
municipale via la mairie et l'‚ducation
comme finalit‚ la mise en place de groupes
nationale via les inspections de
de travail afin d'‚laborer des supports
circonscription.
p‚dagogiques communs aux polices
municipales du d‚partement. La DDE du
Mme Magali Raclot repr‚sentant la GMF du Loiret sera associ‚e † ce projet.
d‚partement du Loiret a pr‚sent‚ et
distribu‚ † tous les participants un CD-Rom Pierre ANGOSTO
qui permet d'accompagner les ‚l„ves de Chef de la police municipale (45)
pierre.angosto@cegetel.net
coll„ges † la pr‚paration des ASSR. Au-del†
de son aspect p‚dagogique, cet outil a

19
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

NOUVEAU POSTE POUR LA PM : LE CHOIX D’UN ELU

Le 17 novembre Mr Christian COUT”, Maire En ce qui concerne les ‚quipements, nous


de la ville de Meung-sur-Loire a inaugur‚ le disposons de deux v‚hicules, un sonom„tre,
nouveau poste de la police municipale situ‚ un ‚thylotest, un syst„me radio performant
dans le centre ville. Monsieur avec interface t‚l‚phonique, de
le Maire nous a aimablement l’armement de 6„me cat‚gorie
re‰us et nous a fait partager sa (tonfa et bombe au poivre) ainsi
vision et son investissement en qu’un eurolaser que nous mettons
faveur de la s‚curit‚ et la † la disposition de la Gendarmerie
tranquillit‚ de ses administr‚s. Nationale chaque fois qu’elle le
demande. En ‚change elle nous
SR : Mr le Maire, pouvez-vous prƒte ses VTT. Dans les semaines
nous d‚crire votre commune? qui viennent, nous seront
CC : La ville de Meung-sur-Loire est chef- ‚galement dot‚s d'un syst„me de vid‚o-
lieu de Canton. Il s'agit d'une commune protection.
rurale d'environ 7.000 habitants avec un
fort potentiel ‚conomique grŒce notamment SR : Pourquoi la commune dispose-t-elle
† sa situation g‚ographique. La vie d’une PM ?
associative et culturelle y est tr„s dense. Il CC : Il s'agit de r‚pondre † plusieurs
s'agit pour moi, de l'une des plus belles aspirations. Mais la plus importante † mon
villes du d‚partement, car elle situe dans la sens est le respect de la tranquillit‚ des
Vall‚e de la Loire qui est class‚e patrimoine citoyens et le respect des r„gles d’ordre
mondial † l'UNESCO. g‚n‚ral. Je constate malheureusement que
l'Etat ne remplit pas correctement ces
SR : Pouvez-vous nous pr‚senter votre tŒches, donc pour pallier ce manque, j'ai
service de PM : effectifs, mat‚riels, etc. ? augment‚ l'effectif de la police municipale.
CC : A mon arriv‚e, il n'y avait que deux
policiers municipaux, maintenant, ils sont SR : Pour vous, quel est le r•le d’une PM ?
quatre. Nous avons inaugur‚ tr„s CC : Elle a avant tout un r•le pr‚ventif,
r‚cemment le nouveau poste de la police aupr„s des jeunes et de la population en
municipale qui a pignon sur rue dans le g‚n‚ral. Un travail ‚norme a ‚t‚ fait au
centre-ville, c'est tr„s important pour moi. cours de ces sept derni„res ann‚es par mon
service de police municipale.

20
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

Le policier municipal est avant tout la SR : Comment avez-vous fait ?


personne accessible † tout moment, on doit CC : Un policier, † la diff‚rence d'un
pouvoir l'aborder sans ‚ducateur, a plus de
crainte. La police doit pr‚rogatives, c'est le Maire
b‚n‚ficier d'une image par procuration en mati„re
favorable de la de s‚curit‚ et de
population afin pr‚vention. Donc, j'ai
d'instaurer la tranch‚. Ce qui n'a pas
confiance, chose faite empƒch‚ le recrutement
† Meung-sur-Loire. d'un ‚ducateur de rue par
Cependant, la la suite.
r‚pression reste un facteur indispensable
pour que puisse exister cette pr‚vention. SR : Quel a ‚t‚ le Budget ?
Elle se charge de l'application des pouvoirs CC : En 2007, 350.000 euros, r‚partis en
de police du Maire avec les moyens dont deux parties ‚quilibr‚es pour la
dispose celui-ci, mais je constate que l'on r‚habilitation de l'ancienne poste
nous donne de plus en plus de pouvoirs transform‚e en poste de police et la mise
sans pour autant que l'on puisse toujours en place en janvier 2008, de neuf cam‚ras
les appliquer correctement. de vid‚osurveillance.

SR : Pourquoi en avoir fait un choix SR : D‚lais des travaux ?


prioritaire ? CC : Pour le nouveau poste, la phase des
CC : Je pense qu’il ne faut pas avoir peur appels d'offre a ‚t‚ la plus longue, car
d'afficher sa police municipale. l'am‚nagement en lui mƒme n’aura pris que
5 mois.
SR : Y a-t-il eu des r‚sistances au sein du
conseil ? SR : Quelles sont les principales nouveaut‚s
CC : Oui, par l'opposition. des locaux ?
Le pr‚-requis ‚tait que le poste soit adapt‚
SR : De quelle nature ? aux besoins des agents mais aussi †
CC : Il y a eu quelques r‚ticences, sur le l'accueil de la population, c'est donc Pierre
pourquoi du recrutement d'un policier Angosto, chef de service responsable de la
municipal, alors qu'un ‚ducateur de rue police municipale, qui a g‚r‚ la commande.
pouvait effectuer cette fonction de Le poste est divis‚ en deux zones pour le
pr‚vention. rez-de-chauss‚e : la zone publique avec un

21
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

sas de s‚curit‚ filtrant l'acc„s † l'accueil qui Nous aurions ‚galement pu rajouter des
donne c•t‚ rue, le bureau du chef de cam‚ras, hors du centre-ville car nous
service, de son adjoint, les toilettes poss‚dons de nombreux petits hameaux
publiques et handicap‚s ; Puis la zone (nous avons actuellement une autorisation
priv‚e avec deux bureaux, vestiaires, pi„ce pr‚fectorale pour 16 cameras).
s‚curis‚e avec armoire forte, local
informatique et toilettes du personnel. SR : Quelle est votre vision et votre position
En ce qui concerne le premier ‚tage qui en tant que Maire face au d‚veloppement
b‚n‚ficiera d’une r‚novation ult‚rieurement, significatif de vos pouvoirs de police?
on y trouve deux bureaux, une salle de
CC : Les pouvoirs du Maire diminuent et ses
r‚union, des douches, des sanitaires et une
responsabilit‚s augmentent. Les pouvoirs
salle de pause. Un acc„s par l’arri„re du
sont illusoires, on lui en donne de plus en
bŒtiment est r‚serv‚ aux personnels avec
plus sans qu’il puisse aller r‚ellement
un parking. Bien sur, ces locaux sont sous
jusqu'au bout des choses car l’Etat veut
alarme.
quand mƒme garder la main mise. Il serait
A compter du 7 janvier 2008, une secr‚taire
int‚ressant de pouvoir faire ce que font les
viendra renforcer l’‚quipe de la police
juges de paix dans certains pays, plut•t que
municipale pour effectuer tout le travail
d'engorger les tribunaux pour des affaires
administratif qui n’incombe pas
pouvant se r‚gler au niveau local.
obligatoirement au policier municipal.

SR : Votre commune est en milieu rural.


SR : Y a-t-il une prochaine ‚tape ?
Comment collaborez-vous avec la
CC : il n’y en aura pas pour moi si ce n’est
Gendarmerie?
de finir mon mandat car je ne me
CC : Nous collaborons tr„s bien avec la
repr‚sente pas en 2008.
gendarmerie. Ils sont disponibles quand
nous avons besoin d'eux au quotidien. Mais
SR : Quelle aurait-elle pu ƒtre ?
je remarque que celle-ci perd peu † peu le
CC : Mes objectifs auraient ‚t‚ de porter les
contact avec la population, elle se coupe du
effectifs † six agents, ainsi que la mise en
terrain. Certainement † cause de tout le
place de patrouilles de nuit ponctuelles
travail administratif qu'elle a † faire.
(sous r‚serve que le pr‚fet nous accepte
l’acquisition d’armement de 4„me cat‚gorie,
SR : Pour conclure, pouvez-vous me
notre choix s’‚tait port‚ sur le revolver en
commenter les retours que vous avez eu
38 sp‚cial, il est † noter que celui-ci nous l’a
depuis l'ouverture de ce poste de police?
refus‚ il y a peu de temps).

22
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

CC : La premi„re r‚action de la population a police municipale a trouv‚ sa vrai place †


‚t‚ la curiosit‚, la d‚couverte. Maintenant, Meung-sur-Loire, pour le bien ƒtre de tous.
la police municipale † pignon sur rue, elle
est plus visible pour les administr‚s. Cela SR : Merci pour votre accueil monsieur le
facilite le contact avec la population, il y a maire et bonne continuation…
moins de barri„res qu’il pouvait y en avoir
lorsqu’ils ‚taient dans l’enceinte de la Propos recueillis par S.RICHARD
Chef de la police municipale (45)
Mairie. Les habitants se sentent plus
steve.richardpm@yahoo.fr
rassur‚s. Je conclurais en disant que la

LES ATELIERS DE L'ONPM : BRIGADES EQUESTRES

Depuis quelques mois, les services. Nous vous remercions


volontaires b‚n‚voles de l’Onpm d'avance de lui r‚server votre meilleur
travaillent p‚riodiquement sur nos accueil. L’Onpm ne manquera pas de
ateliers. A ce titre, Nicolas Datchy vous tenir inform‚ de ses travaux.
entame une enquƒte nationale en
Pour joindre Nicolas DATCHY :
mati„re de brigade ‚questre PM. A
nicolasdatchy@hotmail.fr
cette fin, il a constitu‚ un ‚chantillon de 50

VOYAGES D’ETUDE DE L’ONPM : APRES BRUXELLES, MONTREAL !

Nous avons l’opportunit‚ d’organiser au premier trimestre


2008 un voyage d'•tude sur les dispositifs territoriaux de
s•curit• au Qu•bec. Si vous ƒtes int‚ress‚s, contactez nous
par l'interm‚diaire de notre blog : http://www.onpm.org/

23
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

LES ANIMAUX SUSCEPTIBLES D'ETRE DANGEREUX :


LES POUVOIRS DE POLICE DU MAIRE.

Par Steve Richard collectivités ont par ailleurs l'obligation


d'installer un chenil communal ou de passer
Le Maire, autorité de police a des
une convention avec une société privée
obligations et des compétences très
conventionnée « SPA-ASPAC ».
élargies. La partie immergée résulte de la loi
99-5 du 6 janvier 1999 relative aux
animaux dangereux. Dans le cas présent, le Maire peut
prendre une délibération au conseil
Le maire est habilité à intervenir à municipal afin de faire refacturer les
un double titre pour mettre fin à la frais de capture, de transport et
divagation des chiens et des chats : garde des chiens. Ce qui
au titre de son pouvoir de police renseignements pris, réduit
générale qu'il détient en vertu de l'article L. considérablement le nombre de divagation à
2212-2 du CGCT qui l'habilite à intervenir l'année. Ce qu'il me paraît avoir été ignoré
pour assurer le bon ordre, la sûreté, la pendant les débats au regard de ses
sécurité et la salubrité publiques et au titre pouvoirs, c'est l'application et l'utilisation du
des pouvoirs de police spéciale que lui code rural.
attribue le code rural.
La prévention des divagations: article L.211-
Les pouvoirs de police générale 11 du code rural. L'article 1 précise: « Si
En confiant au maire la responsabilité une animal est susceptible, compte tenu
d'exercer la police municipale au sein de sa des modalités de sa garde, de présenter un
commune afin d'y assurer le bon ordre, la danger pour les personnes ou les animaux
sûreté, la sécurité et la salubrité publique, domestiques, le maire, de sa propre
les articles L. 2212-1 et L. 2212-2 du CGCT initiative ou à la demande de toute
habilitent celui-ci, à titre général, à personne concernée, peut prescrire au
intervenir pour mettre fin aux nuisances propriétaire ou au gardien de cet animal de
causées par les animaux errants. prendre des mesures de nature à prévenir
le danger »
En outre, ses policiers municipaux sont
chargés de la capture des animaux qui sont
en divagation sur la voie publique. Les

24
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

Au vu des éléments mentionnés dans cet les risques qui peuvent être lourd de
article, la dangerosité d'un chien conséquence.
notamment ne se limite pas aux deux
catégories de chiens « dangereux » mais à Inaction du propriétaire
tous les types de chiens. Passé le délai de la mise en demeure, soit le
Cet acte préventif peut consister à faire propriétaire a consenti à se mettre en
établir un espace de vie suffisant et conformité et la procédure cesse ;
sécurisé pour tout animal. Sa mise Soit le maire, suite à l'établissement
en application fait référence à d'un rapport de constations par ses
l'arrêté du 30 mars 2000 modifiant agents, fait procéder à l'édiction d'un
celui du 25 octobre 1982 qui arrêté municipal visant à la saisie de
stipule : Les propriétaires l'animal.
d'animaux de compagnie doivent Au delà de sa forme classique, les
mettre en place un espace suffisant et un considérants doivent être justifiés et le nom
abri (chenil) qui doit être approprié à la ou le type de chien (description) doit y être
taille de l'animal. C'est à dire, la mise en mentionné. Le Maire peut y insérer des
place d'un enclos qui ne doit avoir une astreintes journalières en cas de refus de
surface inférieure à 5 mètres carré par saisie. Cet acte réglementaire doit être
chien et d'une hauteur inférieure à 2 mètres notifié individuellement au propriétaire ou la
comptant une zone d'ombre... personne qui jouie de la garde de l'animal.
L'animal saisi est placé dans un lieu de
Le Maire peut par courrier mettre en dépôt adapté à l'accueil et à la garde de
demeure le propriétaire sous délais (cour de celui-ci.
préférence) et peut instaurer des astreintes
journalières en cas d'inexécution. Si, à l'issue d'un délai franc de garde de huit
La fonction préventive et d'information peut jours ouvrés, le propriétaire ou le gardien
être assurée par les agents de la police ne présente pas toutes les garanties quant
municipale qui peuvent procéder sur place à l'application des mesures prescrites, le
au rappel des dispositions qui s'imposent. maire autorise le gestionnaire du lieu de
Dans le cas présent, Il est n'est pas dépôt, après avis d'un vétérinaire désigné
nécessaire que le propriétaire ou l'animal par la direction des services vétérinaires,
aient commis une infraction, le maire se soit à faire procéder à l'euthanasie de
saisie soit d'opportunité, soit sur l'animal, soit à en disposer dans les
signalement d'un voisin. Il s'agit d'anticiper conditions prévues au II de l'article L. 211-
25 du Code Rural.

25
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

Le propri‚taire ou le gardien de l'animal est pas possible de le saisir de force sur le


invit‚ † pr‚senter ses observations avant la domaine priv‚.
mise en œuvre. Le Maire de la commune adresse au Pr‚fet
de sa localit‚ une demande de recours † la
Dans la pratique, il est tout † fait possible force publique. Le Pr‚fet a deux mois pour
par accord entre le propri‚taire et le lieu de en appr‚cier la teneur et le mettre †
d‚p•t, de mettre en place un accord afin ex‚cution s'il l'estime n‚cessaire.
que l'animal soit r‚-adopter. D'ailleurs, il est
pr‚cis‚ dans l'article L.211-25 du code Il n'empƒche que le Policier Municipal au
rural: ‡ A l'issue d'un d‚lai franc de garde titre de la violation d'un manquement aux
de huit jours ouvr‚s, si l'animal n'a pas ‚t‚ obligations ‚dict‚es par un arrƒt‚ de police,
r‚clam‚ par son propri‚taire, il est infraction punie de l'amende pr‚vue pour
consid‚r‚ comme abandonn‚ et devient la les contraventions de la 1re classe peut
propri‚t‚ du gestionnaire de la fourri„re, qui dresser un Proc„s Verbal de Contravention.
peut en disposer dans les Toutes proc‚dures d‚licates
conditions d‚finies ci-apr„s. ˆ n‚cessitent d'avoir un fond et
Les frais aff‚rents aux une forme irr‚prochable. En ce
op‚rations de capture, de qui concerne le fond, la collecte
transport de garde et des informations relatives aux
d'euthanasie de l'animal sont interventions de la police
int‚gralement mis † la charge de son municipale est un ‚l‚ment indispensable
propri‚taire ou de son d‚tenteur. aux poursuites, il faut surtout justifier ces
poursuites par des mentions ‡ Mains-
En cas de danger grave et imm‚diat l'animal courantes ˆ, rapports et Proc„s-verbaux.
est saisi sans d‚lai. Cette proc‚dure
s'applique exclusivement au chien relevant Les t‚moignages ‚crits ou relev‚s sous la
des deux cat‚gories class‚es. L'euthanasie forme de rapport d'information apportent et
peut intervenir sans d‚lai apr„s avis d'un caract‚risent la preuve de la dangerosit‚ de
v‚t‚rinaire. l'animal, ainsi que le refus du ma‹tre † se
mettre en conformit‚ avec la loi.
Le refus de saisie
Le domaine d'intervention des policiers Steve RICHARD,
Chef de la police municipale (45)
municipaux est limit‚ en l'esp„ce. Si le
steve.richardpm@yahoo.fr
propri‚taire ne donne pas l'animal, il n'est

26
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

L’EVALUATION COMPORTEMENTALE DES CHIENS :


L’APPLICATION DE L'ARTICLE L.211-14-1 DU CODE RURAL

Par Eric Pagenaud


Issu de la loi n€ 2007-297 du 5 mars 2007 Cette ‚valuation peut-ƒtre demand‚e par le
(article 26) relative † la pr‚vention de la maire s’il estime opportun pour tout chien
d‚linquance l’article, L.211-14-1 du code qu’il d‚signe en application de l’article
rural permet aux maires de demander une L.211-11 du code rural ou s’il ne s’estime
‚valuation comportementale pour pas suffisamment ‚clair‚ sur la
tout chien qu’il d‚signe en dangerosit‚ potentielle d’un chien
application de l’article L.211-11. concernant les modalit‚s de sa garde
Cette disposition applicable depuis susceptible de pr‚senter un danger.
la publication au journal officiel du Toutefois, cette mesure n’est pas
8 septembre 2007 du d‚cret n€ obligatoire avant de prendre l’une des
2007-1318 du 6 septembre 2007 † mesures pr‚vues par les articles L.211-
pour objectif d’‚clairer le maire mais 11 et suivants du code rural.
‚galement le propri‚taire ou le d‚tenteur Ainsi, il peut s’agir, en milieu rural ou semi-
d’un chien sur la dangerosit‚ de l’animal et urbain, de la garde dans ou aux abords du
de permettre aux maires de prescrire des domicile du gardien (insuffisance de la
mesures de garde de ce chien en vue de hauteur des cl•tures ou de leur solidit‚). En
pr‚venir le danger qu’il repr‚sente. milieu urbain, la pr‚sence de plusieurs
chiens dans un appartement peut suffire si
Port•e de l’article L.211-14-1 du code ces derniers ne sont pas ‚lev‚s ou gard‚s
rural dans des conditions physiologiquement
satisfaisantes.
Le champ d’application de ce texte est large
puisqu’il ne vise pas sp‚cifiquement les Initiative de la proc•dure
chiens d’attaque (1„re cat‚gorie) ou les Par des personnes qui peuvent se sentir en
chiens de garde et d‚fense (2„me cat‚gorie), ins‚curit‚ en raison de la garde
mais tous les types de chiens quelle que soit insuffisamment assur‚e par le propri‚taire
leur race. ou le gardien, en particulier dans des lieux
fr‚quent‚s par des enfants.
Modalit•s de la demande de Le maire peut engager la proc‚dure en se
l’•valuation, fondant sur le signalement de ces

27
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

particuliers ainsi que sur les rapports de la conditions essentielles d’entr‚e en vigueur
police municipale, de la police nationale ou de la d‚cision.
de la gendarmerie nationale. En cas de refus du propri‚taire d’ex‚cuter
l’arrƒt‚, ce refus sera constat‚ et l’int‚ress‚
Mise en œuvre de l’intervention du maire : pourra se voir appliquer une amende de 1„re
Comme toute les mesures de police classe conform‚ment † l’article R610-5 du
administratives, la d‚cision de demander code p‚nal.
une ‚valuation par voie d’arrƒt‚ doit ƒtre
motiv‚e en se fondant sur des ‚l‚ments de L’•valuation
fait et de droit. Cette ‚valuation est effectu‚e par un
Les ‚l‚ments de faits se r‚f‚reront † v‚t‚rinaire choisi par le propri‚taire ou le
des faits objectifs r‚sultant de circonstances d‚tenteur du chien parmi les v‚t‚rinaires
av‚r‚es. Ces ‚l‚ments devront ressortir des inscrits sur la liste du d‚partement o• il est
rapports pr‚c‚demment ‚voqu‚s et seront domicili‚.
‚nonc‚s avec pr‚cision. Il ne peut ƒtre Cette liste qui fait l’objet d’un arrƒt‚
envisag‚ de se contenter d’une formulation pr‚fectoral est ‚tablie par le repr‚sentant
st‚r‚otyp‚e, faisant, par exemple, ‚tat de la de l’‚tat dans le d‚partement. Elle est mise
pr‚sence d’un chien potentiellement † jour pour tenir compte des radiations ou
dangereux dans un local d’habitation. des transferts d’activit‚ des v‚t‚rinaires
Les ‚l‚ments de droits se r‚f‚reront inscrits ainsi que de nouvelles demandes.
aux termes de l’article L.211-14-1 du code Tout v‚t‚rinaire praticien inscrit au tableau
rural. Il est n‚cessaire ‚galement de faire de l’ordre, d„s lors qu’il a d‚pos‚ une
r‚f‚rence † la notion de danger r‚sultant demande ‚crite aupr„s de la DSV (Direction
des modalit‚s de garde particuli„res de des services V‚t‚rinaires) du d‚partement
l’animal. o• il exerce son activit‚ professionnelle peut
En effet, le juge administratif, lorsqu’il est figurer sur la liste.
saisi, v‚rifie particuli„rement l’ad‚quation Les modalit‚s d’inscription des v‚t‚rinaires
entre les mesures prises et les faits qui les sont d‚finies par l’article 3 de l’arrƒt‚ du 10
ont motiv‚es. septembre 2007.
Toutefois, en l’absence de v‚t‚rinaire
L’arrƒt‚ doit ƒtre notifi‚ au susceptible de conduire l’‚valuation
propri‚taire ou au gardien de l’animal en comportementale dans le d‚partement, le
cause. Cette notification est une des propri‚taire ou le d‚tenteur de l’animal peut

28
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

recourir † un v‚t‚rinaire inscrit aupr„s de la consign‚es dans un certificat v‚t‚rinaire et


pr‚fecture d’un d‚partement limitrophe. sera d‚livr‚ au d‚tenteur de l’animal. Ce
dernier est invit‚ † faire connaitre au Maire
Les frais de l’•valuation sont † la les conclusions de l’‚valuation
charge du propri•taire du chien. comportementale. A d‚faut , le maire
L’‚valuation comportementale ne appr‚cie la gravit‚ et l’urgence de la
peut ƒtre r‚alis‚e que sur un chien identifi‚ dangerosit‚ de l’animal au vu des ‚l‚ments
par un proc‚d‚ agr‚e par le ministre de en sa possession, conform‚ment † l’article
l’agriculture. L.211-11 du code rural.
Le v‚t‚rinaire ‚valuateur choisi par Le v‚t‚rinaire doit conclure sur la
le d‚tenteur du chien est tenu de r‚aliser dangerosit‚ des animaux examin‚s et de
l’‚valuation comportementale sauf clause de classer les chiens en quatre niveaux de
conscience ou motifs tels qu’injures graves risque :
ou d‚faut de paiement qu’il peut toujours - Soit les chiens sont reconnus comme
invoquer en application du VI de l’article dangereux et l’euthanasie peut ƒtre
R242-48 du code rural. recommand‚e (niveau de risque 4/4).
Le v‚t‚rinaire ‚valuateur a la facult‚ - Soit les chiens ne pr‚sentent pas de
de recourir † tout sapiteur de son choix danger particulier et ne r‚clament par
lorsqu’il lui apparait que l’‚valuation cons‚quent, aucune mesure de d‚tention
n‚cessite l’avis d’autres personnes. En tout sp‚cifique. Dans certains cas toutefois, un
‚tat de cause, il reste seul responsable du suivi m‚dical, des s‚ances d’‚ducation
d‚roulement et des conclusions de canine ainsi que des conditions de garde
l’‚valuation. particuli„res dans les lieux publics ou dans
les lieux priv‚s peuvent ƒtre
Les r•sultats de l’•valuation recommand‚es. Dans ce cadre, le
comportementale v‚t‚rinaire ‚valuateur a la facult‚ de
Un protocole d’‚valuation permet au pr‚coniser un nouvel examen de l’animal
v‚t‚rinaire d’‚valuer la sociabilit‚ de afin d’appr‚cier son ‚volution au regard de
l’animal envers les humains et les animaux sa dangerosit‚ ‚ventuelle (niveau de risque
domestiques ainsi que, plus globalement, la 1 † •).
qualit‚ et le niveau de son int‚gration dans
Eric Pagenaud,
son environnement.
Chef de Police municipale (18)
Le r‚sultat de l’‚valuation et les Educateur canin dipl•m‚
Eric.pagenaud@voil†.fr
recommandations v‚t‚rinaires sont

29
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

LES GARDES CHAMPETRES PEUVENT-ILS SE DOTER DU TASER ?

Par Jean-Marc Wey Article R2213-58 – CGCT :


Les gardes-champƒtres ont pour vocation Les gardes champêtres ont, sur le bras,
d’assurer la police rurale. L'article L.2213- une plaque de métal où sont inscrits
16 du CGCT dispose, en effet, que la ces mots : « La Loi » ainsi que le nom
police des campagnes est sp‚cialement de la municipalité et celui du garde.
plac‚e sous la surveillance des gardes Ils peuvent être armés dans les
champƒtres et de la gendarmerie conditions prévues à l'article 25 du
nationale. Ceux-ci sont charg‚s de r‚guler, décret nº 95-589 du 6 mai 1995 relatif
chacun pour le territoire et les missions à l'application du décret du
pour lequel il est asserment‚, les d‚lits et 18 avril 1939 fixant le régime des
contraventions qui portent atteinte aux matériels de guerre, armes et
propri‚t‚s foresti„res ou rurales, au munitions.
respect des r„glements et arrƒt‚s de
police municipale (au sens de police du Article 25 – Dct. 95-589 du 6 mai
maire et non de LA Police Municipale). Ils 1995
dressent des proc„s verbaux † 1° a) Les fonctionnaires et agents
des fins de constatation des des administrations publiques
infractions. chargés d'un service de police ou
de répression sont autorisés à
A la diff‚rence de la police acquérir et à détenir des armes,
municipale, la loi laisse † éléments d'arme et munitions des
l'appr‚ciation du maire tout ce paragraphes 1 à 6, 9-1, b, et 9-3
qui est relatif † l’‚quipement du de la 1re catégorie, des armes,
garde-champƒtre. En mati„re éléments d'arme et munitions de
d’armement, c’es l'article R.2213-58 du la 4e catégorie et des armes de la 6e
CGCT qui pr‚voit que les gardes catégorie.
champƒtres peuvent ƒtre arm‚s, dans les
conditions pr‚vues † l'article 25 du d‚cret Aucun arrƒt‚ n’‚tant propre aux gardes
n€ 95-589 du 6 mai 1995 relatif † champƒtres en la mati„re et aucun arrƒt‚
l'application du d‚cret du 18 avril 1939 ne les excluant de ces agents d‚finis †
fixant les r‚gimes des mat‚riaux de l’article 25 du d‚cret de 1995, la direction
guerre, armes et munitions. des libert‚s publiques et des affaires
juridiques du minist„re de l'int‚rieur, a

30
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

consid‚r‚ que l'article R. 132-2 du code d‚partement d'exercice du garde-


des communes, devenu l'article R.2213-58 champƒtre.
du CGCT, s’appliquait de plein droit. Les En l’‚tat, le garde-champƒtre a donc la
gardes champƒtres peuvent ƒtre arm‚s possibilit‚ d'acqu‚rir, d‚tenir et utiliser
d’armes de 1„re, 4„me et 6„me cat‚gorie en toutes armes de ces cat‚gories, y compris
ce qu'ils sont bien des agents les armes de nouvelle
charg‚s d'un service de police g‚n‚ration, tel que le pistolet †
ou de r‚pression au sens de impulsion ‚lectronique de type
l'article 25 du d‚cret du 6 mai TASER, class‚ en 4„me cat‚gorie
1995. par l’arrƒt‚ du 22 ao‘t 2006…

Consulter sur le sujet :


Les modalit‚s de l'armement des gardes-
http://www.assemblee-
champƒtres sont donc celles de cet article
nationale.fr/evenements/decentralisation/e
qui pr‚voit que les agents habilit‚s doivent
tudes/2002-03-27-0780.asp
se faire d‚livrer une attestation de
l'autorit‚ dont ils d‚pendent (maire,
Jean-Marc WEY
pr‚sident d'EPCI,...), cette attestation Garde Champƒtre Chef
weyjeanmarc@hotmail.fr
devant ƒtre vis‚e par le pr‚fet du

LE TASER EST-IL DANGEREUX ?

Qu‚bec : En d‚cembre dernier, le Sous- ‡ utilisation correcte ˆ de l’arme et


comit‚ consultatif permanent en emploi de recommande que l’Ecole de police
la force (SCCPEF), charg‚ de nationale du Qu‚bec (ENPQ) veille † la
conceptualiser les nouvelles pratiques formation des policiers en la mati„re.
polici„res a rendu son rapport quant †
l’utilisation de dispositifs † impulsions Extrait de l’enquƒte de morbidit‚ (962 cas)
‚lectriques (DI).  77,2% des individus sans l‚sion ;
Il s’appuie sur deux enquƒtes en mati„re  22,5% de l‚sions b‚nignes (piq‘res,
de morbidit‚ et de mortalit‚ pour contusions, lac‚rations, fractures)
confirmer que ‡ les effets ind‚sirables  0,2% de l‚sions de gravit‚ mod‚r‚e
significatifs li‚s † l’utilisation du DI sont (rhabdomyolyse et contusion c‚r‚brale)
l’exception ˆ. Il ‚met cependant un certain  0,1% de l‚sion grave (h‚matome
nombre de recommandations en mati„re ‚pidural)
de pratiques polici„res, quant † une Source sur le site du minist„re. YC. QUERO

31
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

VEILLE JURIDIQUE

La veille juridique vous pr‚sente les l’Assembl‚e nationale et au s‚nat. Vous


derniers textes publi‚s dans cette trouverez enfin la d‚cision d’un pr‚sident
premi„re page. Dans les pages suivantes, de conseil g‚n‚ral en mati„re de chien
vous trouverez les r‚ponses/questions de dangereux. (YCQ).
deux questions d’actualit‚ pos‚es †

POCKET BIKES : plac‚s sous la responsabilit‚ de l'institution


Circulaire INTD0700104C du 27 octobre d‚partementale". 500 familles d'accueil,
2007 : R‚glementation relative aux motos ainsi que 5.500 assistantes maternelles
de petite taille et aux quads utilis‚s sur la agr‚‚es, qui accueillent quelque 13.000
voie publique ou dans les lieux ouverts au enfants, sont concern‚es. Celles qui
public. voudront garder leur chien perdront leur
Voir aussi la question d’actualit‚ pos‚e au agr‚ment. (SR)
s‚nat (Question ‚crite n€01915), report‚e
ci-dessous. STATIONNEMENT PAYANT :

CHIENS DANGEREUX : D‚cret 2007-1503 du 19 octobre 2007,


relatif au mod„le type de contr•le de la
Circulaire NORINTD0700105C du 22 dur‚e du stationnement urbain et
octobre 2007 : Application du d‚cret 2007- modifiant le code de la route.
1318 du 6 septembre 2007, relatif †
l’‚valuation comportementale des chiens Arrƒt‚ du 6 d‚cembre 2007, relatif au
(Art. L.211-14-1 du code rural). mod„le type de contr•le de la dur‚e du
stationnement urbain.
Chiens dangereux : la Loire les interdit aux
assistants maternels URBANISME : ETUDES DE SECURITE
Le conseil g‚n‚ral va interdire † ses 6.000 PUBLIQUE
assistants maternels et familiaux agr‚‚s la Circulaire INTK0700103C du 1er octobre
d‚tention d'un chien class‚ en 1„re et 2„me 2007 prise en application du d‚cret 2007-
cat‚gorie. Le pr‚sident du conseil g‚n‚ral 1177 du 3 ao‘t 2007 rendant obligatoire
de la Loire Pascal Cl‚ment, va prendre les ‚tudes d’impacte des chantiers de
arrƒt‚ rendant effective "cette mesure de construction sur l’environnement
pr‚vention destin‚e † prot‚ger les enfants

32
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

s‚curitaire (Art. L.111-3-1 du code de


l’urbanisme, modifi‚ par la LPD). DIRECTEURS DE PM :
Arrƒt‚ du 13 novembre 2007, fixant le
SECURITE EN ILE DE FRANCE : programme des ‚preuves des concours
Circulaire INTK0700099C du 4 octobre pour le recrutement des directeurs de
2007, relative au d‚veloppement de la police municipale et de l’examen
coordination contre l’ins‚curit‚ en Ile de professionnel pr‚vu au d‚cret du 17
France. novembre 2006.

VIOLENCES URBAINES : INDEMNISATION DES VEHICULES INCENDIES

Assemblée nationale - XIIIème souvent issus de milieu modeste, se


législature - Question écrite n° 4545 retrouvent dans l'impossibilit‚ de
Minist„re interrog‚ : Int‚rieur, outre-mer remplacer leur v‚hicule, leur contrat
et collectivit‚s territoriales d'assurance ne couvrant pas les
Minist„re attributaire : Int‚rieur, incendies. La perte d'un v‚hicule
outre-mer et collectivit‚s est catastrophique pour ces
territoriales automobilistes qui en ont besoin
Question publi‚e au JO le 18 pour se rendre † leur travail. En
sept. 2007, page 5624 cons‚quence, il lui demande si
R‚ponse publi‚e au JO le 08 elle envisage de prendre des
janvier 2008, page 184 mesures afin de mettre en place
un fonds d'indemnisation permettant
Texte de la question :‡ M. Patrick d'aider ces personnes † remplacer leur
Labaune appelle l'attention de Mme la v‚hicule. ˆ
ministre de l'int‚rieur, de l'outre-mer et
des collectivit‚s territoriales sur la Texte de la réponse :
situation, de plus en plus fr‚quente et ‡ – ce jour, l'indemnisation par l'”tat des
quotidienne, des propri‚taires de voitures dommages occasionn‚s † des v‚hicules
br‘l‚es par des d‚linquants dans les par des incendies criminels n'est possible
quartiers sensibles. Les victimes peuvent que si certaines conditions d‚finies par le
ƒtre indemnis‚es par leur assureur, en l‚gislateur sont remplies. En effet, selon
application des contrats qu'elles ont l'article L.2216-3 du code g‚n‚ral des
souscrits. Cependant, ces propri‚taires, collectivit‚s territoriales ‡ l'”tat est

33
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

civilement responsable des d‚gŒts et jurisprudence est susceptible d'ƒtre


dommages r‚sultant des crimes et d‚lits indemnis‚ par l'”tat. La mise en place d'un
commis, † force ouverte ou par violence, fonds d'indemnisation permettant d'aider
par des attroupements ou rassemblements les personnes dont le v‚hicule a ‚t‚
arm‚s ou non arm‚s, soit contre les incendi‚ mais n'entrant pas dans ce cadre
personnes, soit contre les biens. Il peut n‚cessiterait une expertise approfondie
exercer une action r‚cursoire contre la par les diff‚rents d‚partements
commune lorsque la responsabilit‚ de minist‚riels concern‚s. En toute
celle-ci se trouve engag‚e. ˆ Ainsi, tout hypoth„se, les cr‚dits n‚cessaires au
dommage, et notamment ceux li‚s † des fonctionnement d'un tel fonds ne sauraient
incendies de v‚hicules, occasionn‚ lors ƒtre exclusivement imput‚s sur le budget
d'un attroupement r‚pondant aux crit„res du minist„re de l'int‚rieur. ˆ (GA)
d‚finis par le l‚gislateur et pr‚cis‚ par la

QUADS ET MINI-MOTOS : QUESTION AU SENAT

Sénat, XIIIème législature - Question de circuler sur la voie publique mais sont
écrite n°01915 en vente libre. Or, lorsque la police arrƒte
Question ‚crite n€ 01915 de M. Jean Louis une personne circulant sur une mini-moto,
Masson, S‚nateur de la Moselle. celle-ci n’est mƒme pas confisqu‚e. Il
Publi‚e dans le JO S‚nat du 20/09/2007 - suffit qu’elle pr‚sente la facture d’achat
page 1648 correspondante pour la r‚cup‚rer. Il
R‚ponse du Minist„re de souhaiterait savoir si elle ne
l'int‚rieur, de l'outre-mer et pense pas qu’il conviendrait
des collectivit‚s territoriales d’une part d’interdire la vente
Publi‚e dans le JO S‚nat du et l’exportation des mini-
20/12/2007 - page 2334 motos et d’autre part
d’autoriser la police †
Texte de la question : confisquer toutes les mini-motos qui
M. Jean Louis Masson attire l'attention de circulent sur la voie publique.
Mme la ministre de l'int‚rieur, de l'outre-
mer et des collectivit‚s territoriales sur les Texte de la réponse :
dangers que cr‚ent les ‡ mini-motos ˆ, Les mini-motos ne sont pas consid‚r‚es
lesquelles n’ont th‚oriquement pas le droit comme des v‚hicules, mais comme des

34
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

engins de loisirs et sont donc soumis à la la route. Les policiers, les gendarmes et
directive européenne 98/37/CE dite « les policiers municipaux, peuvent, avec
machines ». Dès que les mini-motos sont l'autorisation préalable du procureur de la
conformes à ces dispositions, elles République, faire procéder à
peuvent être commercialisées librement l'immobilisation et à la mise en fourrière
dans toute l'Union européenne. des engins. La confiscation ressort, quant
L'interdiction de la vente des mini-motos à elle, de la compétence de la juridiction
ne peut donc être décidée qu'au niveau de jugement. Dans ce cas, l'engin est
européen. Cependant, les États membres remis au service des domaines en vue de
peuvent adopter dans leur réglementation sa destruction ou de son aliénation.
des restrictions d'usage pour ces engins. Attentive aux préoccupations exprimées
C'est ce que la France a fait, en refusant par nombre d'élus, la ministre a donné,
de les réceptionner et de les immatriculer, par circulaire du 22 octobre 2007, des
afin d'interdire leur circulation sur la voie directives de fermeté aux préfets et aux
publique. Cette interdiction est prévue par forces de sécurité. Il leur a, notamment,
l'article 24 de la loi n° 2007-297 du 5 mars été demandé d'organiser des opérations
2007 relative à la prévention de la ciblées de contrôle des lieux ouverts à la
délinquance, qui a modifié l'article L. 321- circulation dans lesquels ces types
1-1 du code de la route, en créant une d'engins sont susceptibles d'être utilisés de
contravention de 5e classe pour manière illicite, de rappeler aux vendeurs
sanctionner le fait de circuler sur les voies professionnels les risques qu'ils encourent,
ouvertes à la circulation publique ou les en particulier en matière de responsabilité
lieux ouverts à la circulation publique ou civile et pénale en cas d'accident, de
au public avec un véhicule à deux roues à sensibiliser les citoyens à la
moteur non réceptionné. Des dispositions réglementation et aux dangers que
sont également prévues pour confisquer, représentent ces engins et enfin de
immobiliser et mettre en fourrière ces rappeler aux maires les prérogatives dont
mini-motos dans les conditions prévues ils disposent au titre de leur pouvoir de
aux articles L. 325-1 à L. 325-9 du code de police.

35
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

LES BAROMETRES DE L’ONPM

Situation actuelle (12.01.2008) : Nous sommes actuellement en situation


3A du plan national : "Cas humains isol‚s
Niveau mod•r• : † l’‚tranger sans transmission
‡ Pr‚sence de cas dans les couloirs de
interhumaine".
migration des oiseaux sauvages transitant
en France, dans des pays voisins de la Pour plus d’informations, se r‚f‚rer † la
France m‚tropolitaine. Absence de cas en page 38 du Plan national de pr‚vention et
France ˆ de lutte ‡ Pand‚mie grippale ˆ.

VIGICRUE
http://www.vigicrues.ecologie.gouv.fr/ Situation au 21.01.2008

Rouge : Risque de crue majeure.


Menace directe et g€n€ralis€e de la
s€curit€ des personnes et des biens.
Orange : Risque de crue g€n€ratrice
de d€bordements importants
susceptibles d’avoir un impact
significatif sur la vie collective et la
s€curit€ des biens et des personnes.
Jaune : Risque de crue ou de mont€e
rapide des eaux n'entra‚nant pas de
dommages significatifs, mais
n€cessitant une vigilance particuliƒre
dans le cas d'activit€s saisonniƒres
et/ou expos€es.
Vert : Pas de vigilance particuliƒre
requise.

36
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

PUBLICATIONS

La r‚daction de l’onpminfo est heureuse de vous pr‚senter quelques titres qui ont retenu
son attention, ces derniers mois. De quoi alimenter les bonnes r‚solutions du d‚but
d’ann‚e…

Trait• de s•curit• int•rieure


L’‚v„nement litt‚raire en mati„re de s‚curit‚ int‚rieure
(criminologie) de cet automne, est sans conteste la sortie du Trait‚
de s‚curit‚ int‚rieure, sous la direction de Maurice Cusson, Beno‹t
Dupont et Fr‚d‚ric Lemieux. Le lancement de l’ouvrage, le 1er
novembre dernier † Montr‚al, a ‚t‚ un total succ„s.
Scind‚ en six parties (conna‹tre et penser la s‚curit‚ - menaces et
parades - le renseignement et l’analyse – pr‚venir - la r‚pression et
l’investigation - le maintien de l’ordre et la gestion des crises),
l’ouvrage couvre l’ensemble du champ de la s‚curit‚ int‚rieure et
fait le point sur l’‚tat des derni„res connaissances et pratiques.
Avec la participation d’auteurs des deux c•t‚s de l’oc‚an (Etienne Blais, Jean-Paul Brodeur,
Fr‚d‚ric Diaz, Fran‰ois Dieu, Jean-Pierre Guay, Fabien Jobard, St‚phane Leman-Langlois,
Jean-Louis Loubet Del Baye, Carlo Morselli, Sebastian Roch‚, etc.) cet ouvrage est devenu
en quelques mois une r‚f‚rence francophone, pour qui travaille dans le domaine de la
s‚curit‚. (700 pages – pr„s de 40 C$, disponible sur internet). YCQ

La criminalit• en France – Rapport annuel de l’OND


L’Observatoire national de la d‚linquance (OND) propose une vision
synoptique des diff‚rentes informations disponibles sur la criminalit‚ et
la d‚linquance en 2006. Il s’agit notamment des statistiques sur les
faits constat‚s par la police et la gendarmerie nationales, et des
r‚sultats d’enquƒtes de victimation, qui sont men‚es par l’INSEE et
l’OND aupr„s de la population. L’‚volution des ph‚nom„nes de
d‚linquance est abord‚e † travers ces deux sources principales et bien
d’autres dans le cadre d’une approche dite ‡ multi sources ˆ.
Alliant contenu r‚curent et articles in‚dits, comme la premi„re publication des r‚sultats de
l’enquƒte de victimation 2007 sur les violences physiques ou sexuelles, y compris celles
commises au sein des familles et dans le couple, le pr‚sent ouvrage a vocation † devenir le

37
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

document de r‚f‚rence sur la mesure de la criminalit‚. Ainsi, grŒce † ce nouveau dispositif


qui compl„te les sources statistiques, il est aujourd’hui possible de mieux appr‚hender la
nature de diff‚rents ph‚nom„nes criminels qui ‚chappaient jusqu’† maintenant † la
connaissance. (Synth„se † t‚l‚charger librement sur le site de l’INHES, rapport disponible †
la vente sur le site – source OND).

Risques environnementaux. Sommes-nous pr‚ts ?


‡ Les risques environnementaux illustrent † la perfection le
n‚cessaire grand angle qu’implique aujourd’hui toute la r‚flexion
sur la s‚curit‚ ? Ils soulignent en effet la dimension mondiale des
d‚fis et des menaces, les puissantes interactions, et aussi les vives
contradictions, entre les imp‚ratifs de s‘ret‚, de croissance et les
croisements complexes des champs id‚ologiques. ˆ
Pierre Monzani,
Directeur de l’INHES et directeur de la publication

Violences et ins•curit• urbaine – Christophe Soullez


‡ Depuis le d‚but des ann‚es 1980, la criminalit‚ s’est enracin‚e
dans plusieurs centaines de quartiers urbains te p‚riurbains de la
France m‚tropolitaine, au point que l’ins‚curit‚ est devenue l’une
des principales causes d’inqui‚tude des fran‰ais.
Pourtant, il manquait jusqu’† pr‚sent un livre concret et clair, alliant
† la description de la situation, la pr‚sentation des m‚thodes mises
en place pour tenter de ma‹triser le ph‚nom„ne.
Tel est pr‚cis‚ment l’enjeu de cet ouvrage qui s’appuie sur un
diagnostic pr‚cis et pose certaines questions afin de fournir au
lecteur les premiers ‚l‚ments d’une politique visant † lutter contre l’ins‚curit‚ urbaine. ˆ
Du mƒme auteur :
 Les strat‚gies de la s‚curit‚ par Luc Rudolph et Christophe Soullez – PUF 2007
 Fichiers de police et de gendarmerie : Comment am‚liorer leur contr•le et leur gestion ?
par Alain Bauer et Christophe Soullez – La documentation fran‰aise 2007
 Les violences urbaines par Christophe Soullez – Essentiels Milan 2006
 Ins‚curit‚ : la v‚rit‚ par Luc Rudolph et Christophe Soullez – JC. Latt„s 2002
 La police en France par Luc Rudolph et Christophe Soullez - Essentiels Milan 2000

38
Onpm info N€ 6 – Janvier / f‚vrier 2008

L’OBSERVATOIRE NATIONAL DES POLICES MUNICIPALES

L’onpm est une association loi 1901 (statuts en cours de d‚p•t). L’objectif de l’ONPM est de
collecter, mutualiser et analyser l’information se rapportant aux polices municipales, leur
m‚tier et leur environnement. L’onpm regroupe les comp‚tences par del† les statuts, de
policiers municipaux de toutes cat‚gories, de consultants confirm‚s et de tous partenaires
professionnellement au contact des polices municipales.

Composition du bureau de l’onpm : Comit• r•daction de l’onpminfo :

F. DENION, Pr‚sident N. CHAMBRON


YC. QUERO, Vice-pr‚sident
S. RICHARD, Secr‚taire F. DENION
P. JOHANNES, Secr‚taire adjoint
E. PELTIER, Secr‚taire adjoint P. JOHANNES
M. AJAVON, Tr‚sorier
N. DATCHY, Tr‚sorier adjoint YC. QUERO : directeur de la r‚daction
C. MONTOUT, Tr‚sorier adjoint
N. CHAMBRON, Charg‚e de l’‚dition S. RICHARD
P. ANGOSTO, Charg‚ des moyens de
communication
CH. DJERRHA

Pour joindre l’onpm :

Si„ge : Universit‚ Paris-Descartes – Centre de formation continue


45, Rue des Saints-p„res – 75270 PARIS cedex 06

Blog : http://www.onpm.org
Contact : onpm@onpm.org

39