Vous êtes sur la page 1sur 12
n o t r e voie notremetier:informer n o t r e s i t

n

o

t

r

e

voie

notremetier:informer

n o t r e s i t e : w w w . n o t r e v o i e . c o m

200 F CF A

notr e voi e n° 4068 du ve ndr e di 24 fé vr i e r 2012 - 15 è me a nné e

FrontPopulaireIvoirien SessionOrdinaireduComitéCentral Date:Samedi25février2012 Heure:10h00–12h00
FrontPopulaireIvoirien
SessionOrdinaireduComitéCentral
Date:Samedi25février2012
Heure:10h00–12h00
Lieu:SiègeduCNRDàAbidjan-Cocody
Vul’importancedessujetsàdébattre,laprésencedetousles
camaradesmembresstatutairesduComitéCentraloudeleur
représentant(dûmentmandaté)estindispensable.
Al’ordredujour:
w
Informations
w
AnalysesetPerspectives.
LeSecrétaireGénéral&Porte-parole
LaurentAKOUN
LaCPIétendlesenquêtesà2002 La grande victoire de Gbagbo w La Cour désavoue Ocampo Unresponsabledel’ONUjugela
LaCPIétendlesenquêtesà2002
La grande
victoire de
Gbagbo
w La Cour désavoue Ocampo
Unresponsabledel’ONUjugela

Commissionnationaled’enquête:

“C’est du cinéma”

Commissionnationaled’enquête: “C’est du cinéma” Insécuritéàl’Ouest Taï sesoulève contrelesFrci
Commissionnationaled’enquête: “C’est du cinéma” Insécuritéàl’Ouest Taï sesoulève contrelesFrci

Insécuritéàl’Ouest

Taï sesoulève contrelesFrci

Sedisanttrahis

LesFrci aubord delarévolte

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Politique

n

a

t

i

o

n

a

l

e

2

d i 2 4 f é v r i e r 2 0 1 2 Politique

Polémique

p a r a u g u s t i n ko u y o

 

Ledébutd’unehistoire

Cettesemaine,unquotidiende

laplacerésolumentetindéni-

ablementpro-Ouattaraavoulu

savoirquelétaitl’impactdes

 

manifestationsquelespro-

Gbagboorganisentrégulière-

mentdepuisdécembredernier

devantlecentrededétention

delacourpénaleinternationale

(Cpi)àLaHayesurlaprocé-

durejudiciaireengagéecontre

LaurentGbagbo.Quelques

dirigeantsd’organisationsde

défensedesdroitsdel’homme

ontdonnéleuravislà-dessus.Il

estapparuquepourbeaucoup

d’entreeux,sicesmanifesta-

tionsn’amusentpaslagalerie,

ellesnesontbonnesquepour

lemoral.Riendeplus.

Conclusion:lamobilisationdes

partisansdeLaurentGbagbo

devantlaCpin’aetn’aura

aucuneinfluencesurle

déroulementduprocèsen

cours.Selonceuxquiontparlé.

Biensûr!

LesIvoiriensetAfricainsqui

s’organisentrégulièrement

pourseretrouverdevantla

prisondeScheveningenàLa

Haye,eux,pensentexactement

lecontraire.Eux,quiprennent

deleurtempsetdeleurargent,

braventlefroidglacialetles

risquesd’accident,sontconva-

incusqueleurmobilisationfini-

raparchangerlaperception

quelemondeadelasituation

quevitLaurentGbagbo.Acom-

mencerparleshabitantsdeLa

Haye.Etlestravailleursdela

Courpénaleinternationale.Eux

quivoient,presquetoutesles

deuxsemaines,défilerlesman-

ifestations,seposerontunjour laquestionsuivante:quelest doncceprisonnieraccuséde touslespéchésd’Israëletqui suscitetantdesoutien? Parcequecequ’ilfautsavoir c’estqueLaurentGbagbon’est paslepremierprisonnierdela Cpi.Etiln’enserad’ailleurs pasledernier.Maiscombien parmiceuxquisont détenusà laCpiontdéjàbénéficiéd’une tellemobilisation? Ilssedirontcertainementun jour:«maiscethommen’est peut-êtrepasaussimauvais qu’onavoulunouslefaire

croire».Etalorsilschercheront

àsavoircequis’estréellement

passépourqu’unchefd’Etaten

fonctionseretrouveprisonnier

loindesesterres.Ilsdécou-

vrirontalorsquecethommequi

ausésajeunesseàlutterpour

l’avènementdeladémocratie

danssonpaysaprislepouvoir

àl’issued’uneélectionqu’iln’a

pasorganisée.Etquemoinsde

deuxansplustard,ilétaitvic-

timed’unetentativedecoup

d’Etatquisemuaenrébellion

armée.Quedixansplustard,

sonpalaisétaitbombardépar

unecoalitiond’armées

étrangèresvenuesappuyerla

rébellionarmée.Etalors,la

véritééclateraaugrandjour.

N’est-cepascelaquiacom-

mencéavecladécisiondela Cpidefaireremonterles

enquêtesà2002?Queceuxqui

veulentvoir,voient!Queceux

quiveulententendre,attendent!

A.K.

A.K.

Crimescontrel’humanitéetcrimes

deguerreenCôted’Ivoire

LaCpiétendl’enquête

àseptembre2002

LaCpiétendl’enquête àseptembre2002 LouisOcampoestcontraitàrevoirsacopie. Le 22 février 2012,

LouisOcampoestcontraitàrevoirsacopie.

Le 22 février 2012, la ChambrepréliminaireIIIde la Cour pénale interna- tionale (CPI) a décidé d’élargir son autorisation

d’enquêter sur la situation en Côte d’Ivoire pour inclure les crimes relevant de la compétence de la Cour qui auraient été com- mis entre le 19 septembre 2002 et le 28 novembre

2010.LaChambreaconsid-

éréquelesévénementsvio-

lents survenus en Côte

d'Ivoire pendant cette péri- ode (y compris ceux qui

auraienteulieudepuisle28

novembre 2010) doivent être traités comme une seulesituationdanslaquelle une crise continue, impli- quantunequerellepolitique prolongéeetuneluttepour le pouvoir, a mené aux événements sur lesquels la Chambre a déjà autorisé l’ouverture d’une enquête. En se concentrant sur les

exempleslesplussignificat-

ifsd’incidents,laChambrea conclu qu’il y a une base raisonnable de croire que descrimesdemeurtreetde

viols, qui pourraient con- stituerdescrimesdeguerre ou des crimes contre l’hu- manité,auraientétécommis au cours de ces événe- ments.LaChambreavait,le

3octobre2011,faitdroitàla

requête du Procureur aux fins de l’ouverture d’une

enquêtesurlescrimespré-

sumésrelevantdelacompé-

tence de la Cour, qui

auraientétécommisenCôte

d’Ivoiredepuisle28novem-

bre 2010, ainsi que sur les

crimes qui pourraient être commisdanslefuturdansle contexte de cette situation. Dans cette décision, la Chambre préliminaire III, composée des juges Silvia Fernández de Gurmendi (juge présidente), Adrian Fulford et Elizabeth Odio Benito, avait demandé au Procureur de lui fournir toute information supplé- mentaireàsadispositionsur des crimes qui pourraient relever potentiellement de lacompétencedelaCouret qui auraient été commis entre 2002 et 2010. Le

Procureurafournidesinfor-

mations supplémentaires le

4novembre2011.

(Source:Siteofficieldede

laCourpénaleinterna-

tionale)

NB:letitreestdelarédac-

tiondeNotreVoie

Grandevictoire

ducampGbagbo!

Disonsletoutnet!Ladécisiondesjuges

delaCourpénaleinternationale(Cpi)

d’étendrelesenquêtessurlacriseivoiri-

enneàlapériodeallantde2002à2010

constituteunegrandevictoirepourle campGbagbo.Eneffet,Alassane DramaneOuattaraettoussessoutiens n’ontjamaisvouluquelesenquêtessur lescrimesdeguerreetcrimescontre l’humanitéenCôted’Ivoireprennenten

comptelapériodeallantde2002,année

dudéclenchementdelarébellionarmée

pro-Ouattaraà2010,annéedelatenue

del’électionprésidentielle.Poureux,

seulelapériodepost-électoraledoitêtre priseencompteparlesenquêtesdela Cpi.Ilsestimentdoncquelesivoiriens

quiontététuésentre2002et2010ne

valentpasceuxquil’ontétépendantla crisepostélectorale.«SiGbagbovoulait

desenquêtessurlapériodede2002à

2010,iln’avaitqu’àsaisirlaCpipendant

qu’ilétaitaupouvoir.Nous,nousavons

saisilaCpipourqu’elleenquêteunique- crimes.Ellesdoiventpermettredesavoir

mentsurlapériodepost-électorale»,

avaitsoutenu,ilyaplusieursmois,

CoulibalyMamadouGnénéma,lemin- mentsdenovembre2004pendant

istredesdroitsdel’Hommedugou- lesquelsl’arméefrançaises’estattaquée,

Lalumièredevraêtrefaitesurlesévène-

vaitjustifierl’avènementd’unerébellion arméedanslepays.Parcequ’àlasuite duforumdelaréconciliationnationale organiséparlePrésidentGbagbo,la Côted’Ivoireavaitretrouvélapaixetla cohésion.Lesigneleplusvisiblede cettesituationaétélegouvernement d’unionnationaleformépar Laurent

Gbagbo,le5Août2002.Ungouverne-

mentdanslequelleRdrd’Alassane DramaneOuattarasiégeait.Personnene pouvaitdoncimaginerencemoment-là queOuattaraavaitunbrasarméducôté duBurkina-Fasoquiallaitattaquerla

Côted’Ivoiredanslanuitdu18au19

septembre2002. De2002à2010,la rébellionarméeasemélaterreuretla désolationdanslepays.Desmilliersde civilsontétémassacrés.Desfemmes violées,desenfantsetvieillardstués, desfamillesdisloquéesdufaitdes déplacementsinternes. Lesenquêtes devrontfairelalumièresurtousces

quiamontélarébellionetquil’aarmée.

vernementOuattara.Ladécisionque viennentdeprendrelesjugesdelaCpi d’incluredansleursenquêteslapériode

allantde2002à2010estunpremierpas

vers l’instaurationd’uneJusticeinterna-

tionaleimpartiale.Encesensqueces enquêtesvontvéritablementouvrirle procèsdelarébellionarméeenCôte d’Ivoire. Eneffet,en2002,riennepou-

pourlapremièrefois,àlaCôted’Ivoire

endétruisanttoutelaflotteaériennede

notrearméeetenmassacrantdesjeunes

auxmainsnues.Enattendantles

Patriotesivoirienspeuventdéjàcrier

victoire.

BogaSivori

bogasivo@yahoo.fr

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e

r

2 0 1 2

Politique

n

a

t

i

o

n

a

l

e

3

d i 2 4 f é v r i e r 2 0 1 2 Politique

Lesenquêtess’étendentàseptembre2002

LaCpiva-t-elleseréhabiliter?

LaCpiva-t-elleseréhabiliter? Enfin,laCpivaouvrirlesyeuxsurlarébellionarméeivoirienne.

Enfin,laCpivaouvrirlesyeuxsurlarébellionarméeivoirienne.

L’information rendue publiquehierparlaCpi sur son site officiel en anglais, espagnol et français estdenatureà sonner les combattants del’ex-rébellionarmée et leurs parrains. Les juges de cette juridic-

tion internationale ont ordonné que l’enquête sur les crimes contre l’humanitéetlescrimes de guerre commis en Côted’Ivoireremonteà septembre 2002. En clair, la Cpi s’est résolue à prendre en

compte tous les crimes de la rébellion armée qui a endeuillé,dix ans durant, les familles ivoiriennes. Au-delà du grandsoulagementque cette nouvelle procur- era immanquablement auxmilliersdevictimes

et aux organisations de défense des droits humains assoiffés de

Justice, il faut saluer le bonqualitatiffaitparla Cpi dans le dossier ivoirien. La cour de la Haye,il faut le dire,ne jouit pas d’une bonne réputation auprès des africains qui la consid- ère comme un instru- ment au service des puissances occiden- tales. Cette image lugubre de justice aux ordres a été confortée parlefaitquedepuissa

création,laCpinepour-

suit que les dirigeants africains qui sont en rupture de banc avec les régimes occiden- taux. LecasdeLaurent Gbagbo est à la fois édifiant et révoltant. Le président de la République de Côte d’Ivoire, élu par les ivoiriens au terme du

scrutindu28novembre

2010 dont les résultats définitifs ont été proclamés par le Conseil constitutionnel, est incarcéré à la Cpi par la volonté de la France de Nicolas Sarkozy. L’ex-chef de l’Etat ivoirien a été

PK17

LesFRCIauborddusoulèvement

informerlesIvoiriensetla Boundiali,Man,etc.,et ils taires venus d’Abobo qui communauté interna- n’ontpasdequoimanger, paient le prix de leur

Le ministre de la Défense Paul Koffi Koffi, le sous- chef d’état-major, Firmin Déto Létoh et le porte- parole du ministère de la Défense, Léon Allah Kouakou ont-ils réussi, hier, au Kilomètre 17, à éteindrelefeuquicouvait chezlesélémentsdesFrci

? Pas si sûr puisque,hier, aumomentoùKoffiKoffiet sadélégationquittaientce campmilitaire,unélément

decettegarnison,lecapo-

ral T., nous a joint pour nousexpliquertout.Selon le militaire qui était très remonté contre sa hiérar- chieetquidisaitporterla parole de ses camarades, le ministre Koffi Koffi est juste venu leur demander

«de se calmer et de Comme si quand on est Nousquisommesenvie,on noussupplierdelesaider regarder faire. Car les militaire,oncessed’êtreun ne veut rien faire pour às’adresserauxnouvelles

choses iront bien après». homme.Noussommesdes nous.Etlesmortsalors?Ily autorités. Cette fois, les

C’estcelaquiaénervéle

sont retournés dans leurs

més du soulèvement ment que nous préparons sans rien faire, certains

leurs enfants. Le soulève- ne peuvent pas rester là

méchanceté.Etcommeils

tionale.Ils sont arrivés ici parce qu’ils ont été infor-

national que nous pré- parons,nouslesFrci». Quand on lui demande pourquoi ils veulent se soulever, il répond avec force et conviction que personne ne s’occupe

d’eux.«Parexemple,racon-

te-t-il, ici au camp, notre

encore de quoi envoyer à

allait dégénérer dans tout

Abidjan et partout à l’in- familles les mains vides, térieur du pays. Mais, quand d’autres ont choisi croyez-moi, ce n’est pas de faire des braquages

fini.Il y aura un soulève- pour survivre. «Tous ceux ment d’ici la fin de l’an- qu’onvoitenvillequifont

née». Aujourd’hui,on peut le dire, le caporal T. et ses

desbraquagessontpourla plupart des Frci. Ils sont obligés de se chercher

infirmerie n’est pas camarades regrettent pouravoiràmanger»,dit-il, équipée. Alors que nous amèrement l’époque de avantdeporterl’estocade avonsparminousplusieurs Laurent Gbagbo : «Avec au nouveau pouvoir : «Si

blessés graves et légers. l’ancienrégime,assure-t-il, c’était le président

Nous n’avons pas de dor-

on était à l’aise. Ce qu’il Gbagbo,çan’allaitpasse

toir. Plus grave, nous ne nousaditquandiln’était passercommeça!»

mangeonsmêmepasparce passurlefauteuil,cen’est

Cen’estpaslapremière

que, pour eux, nous pascequ’ilfaitaujourd’hui. foisquedesélémentsdes sommes des militaires. Regardez par exemple. Frci nous appellent pour

milliersdepersonneseton a trois mois que nous choses semblent beau- mange à peine un repas sommesencaserneetnous coup plus sérieuses. Les

«Jet’appelle,frère,parce par jour.Ça ne peut plus nevoyonsrienvenir.Même frustrationsqu’ilsontaccu- quenoschefsviennentde continuer.Onestfatigués!» lanouvelletenue,nousne mulées,lespromessesnon

tenues et l’arrogance de

caporaletsescamarades.

partir.Ilsétaientlàavecla Le caporal T. a égrené l’avonspas.Pourquoi?»

télévision. Comme je sais d’autres griefs dont le

Leporte-paroledesfron- certainscollaborateursde

qu’ilsnedirontpaslavérité fonds de commerce qui deursestsûrdecequeles Ouattara ont fini par les et comme je sais que ton avaitétépromisàcertains nouvellesautoritésneveu- pousser à bout. D’où la

journaln’étaitpaslà,c’est des leurs et qui ne vient lentpass’occuperdesmil- révolte.Alors,alors!

pour cela que je vais te

toujours pas. «Certains

itaires qui les ont aidés à

donnerlesvraiesinforma- d’entre nous ont laissé prendre le pouvoir. Selon tions pour que tu puisses leurs familles à Korhogo, lui,cesontsurtoutlesmili-

AbdoulayeVillardSanogo

arrêté le 11 avril 2011 par l’armée française

avant d’être transféré à

LaHaye.Ilestsoupçon-

né d’être «co-auteur

indirectdecrimescontre Ocampo, seul le camp

l’humanité.» Le pro- Gbagbo est à l’origine

cureur Louis Ocampo qui conduit l’enquête sur la Côte d’Ivoire n’a pas jugé jusqu’à présent utile d’in- quiéter le camp Ouattara qui a déclenché la guerre post-électorale après avoir refusé de recon- naitre la victoire de Gbagbo. Les rapports

des organisations de justice des vainqueurs»

quiaprospéréjusqu’ici.

JeanKhalilSella

défense des droits humainsfaisantmention descrimesdeguerreet crimes contre l’human-

ité commis par les forces pro-Ouattara n’ont pas intéressé le chef du parquet de la Cpi. Pour Louis

des 3000 morts de la guerre post-électorale en Côte d’Ivoire et méritent d’être pour- suivis. Heureusement que les juges sont là pour rappeler le pro- cureuraujugementtrès sélectif à l’ordre. Espérons que la déci- sion prise hier mettra définitivement fin à «la

QuandlaCour

désavoueOcampo

Procureur,auxévéne-

ments survenus en Côte d’Ivoire entre le

19septembre2002et

27 novembre 2010. Selonlecommuniqué de presse qu’elle a faitpublieràcesujet, elle considère enfin que «les évènements violents survenus en Côted’Ivoirependant cette période doivent

«Lorsquelesjugesont êtretraitéscommeune renduleurdécisionle seule situation dans 3 octobre dernier laquelleunecrisecon- (2011, ndlr), ils ont tinue, impliquant une répondu positivement querellepolitiquepro-

ànotredemanded’ou- longée et une lutte vertured’uneenquête pour le pouvoir, a en considérant qu’ef- menéauxévénements fectivement, dans la postélectoraux pour périodeàpartirdu28 lesquels la Chambre novembre 2010, des avait déjà autorisé le crimes relevant de la 3octobre 2011, l’ou- compétence de la verture d’une Coursemblaientavoir enquête». A l’analyse été commis et que des éléments addi- nous pouvions tionnelsfournisparle enquêter sur ces Bureau du Procureur, crimes.Etilsnousont la Chambre a conclu également demandé qu’il existait des de fournir des infor- indicesprécisetcon- mationsadditionnelles cordants tendant à sur la possibilité que montrer que des des crimes de notre crimes de la compé- compétence aient tence de la Cour ont égalementétécommis pu être commis sur pendant la période cette période. Par 2002 à 2010, ce que l’extension du champ

nous avons fait au d’investigation, elle débutnovembre2011. autorise donc le Nous avons déposé Procureur à en devant la Cour ces rechercher les informations addition- auteurs afin de les nelles.Nousattendons traduire devant la maintenantladécision Cour. Pour Ocampo des juges.» (Notre qui avait bataillé dur

pour limiter le cadre temporel des investi- gations aux seuls

événementspostélec-

toraux, c’est un cinglant désaveu. Il devrait en tirer rapi- dement les con- séquencesdedroit.

Voie n°4044 du 26/01/2012). La déci- sion de la Chambre préliminaire III atten- due depuis le 3 novembre 2011 est tombée ce 22 février. Elle a décidé d’élargir l’autorisa- tion d’enquêter qu’elle avait initiale- ment donnée au

JamesCénach

Répondant à une question de notre reporter qui s’inquié- taitdecequelecadre temporeldel’enquête delaCPIselimiteaux seuls évènements postélectoraux sur- venus après le 28 novembre 2010, Pascal Turlan du Bureau du Procureur avait répondu :

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Politique

n

a

t

i

o

n

a

l

e

4

d i 2 4 f é v r i e r 2 0 1 2 Politique

Commissionnationaled'enquête

surlescrimespost-électoraux

Unresponsabledel’Onu:

“C’estducinéma!”

L’organisation de défense des droits de l’homme, Human rights watch,a publié hier un communiqué dans lequel elle remet en

cause, par avance, les

conclusionsquelacom-

mission nationale d’en- quête sur les crimes post-électoraux s’ap- prête à rendre publiques. En juillet 2011, le nouveau chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, a créé par décret une commission d’enquête non judici- aire ayant pour rôle d’entendre les victimes de la crise post-élec- torale et de situer les responsabilitésafinque justice soit rendue. Le

travaildecettecommis-

siondirigéeparlajuge pro-Ouattara, Mattoh Loma Cissé, devait durer six mois. «Bien que créée en juillet

2011,la commission n'a

commencésesinvestiga-

tions qu'à la mi-janvier

2012etestdéjàentrain

tions qu'à la mi-janvier 2012etestdéjàentrain Lebien-fondédecettecommissionresteà

Lebien-fondédecettecommissionresteà clarifier.IcilajugeMattohCisséprésidente delacommission. deconcluresonrapport. pendantleconflit,nid'i- Il semble peu probable dentifier leurs auteurs qu'après un seul mois dans les deux camps», d'enquête,elleaitétéen indique la déclaration mesure de documenter faite depuis Nairobi au demanièreadéquateles Kenya. Ilestreprochéà graves crimes commis cette commission de

n’être ni indépendante du pouvoir, ni déter- minée à enquêter en profondeurenassociant la société civile. Selon Human rights watch, le dirigeant d'une impor- tante organisation ivoirienne de défense des droits humains a dénoncé l’absence de volonté de la commis- siondetravailleravecla

société civile nationale. «Nous étions prêts à apporter tout ce que nous pouvions pour aidermaisd'abordnous devons connaître leur méthodologie,savoir ce qu'ils veulent. Ils n'ont jamais été clairs. Nous avionsl'impressionqu'ils ne voulaient pas vrai- ment[denotreaide», a déploré ledit respons-

ablecitéparladéclara-

tion. Des responsables de l'Onu et des activistes ivoiriens,interrogéspar Humanrightswatch,ont également critiqué le caractère expéditif des enquêtes voire même

AprèsNoëlet18févrieràLaHaye

Ivoiriens,AfricainsetEuropéens

lancent“PâquesàLaHaye”

Ivoiriens,AfricainsetEuropéens lancent“PâquesàLaHaye” UneeuropéennesoutenantGbagboàParis. Depuis le 29 novembre

UneeuropéennesoutenantGbagboàParis.

Depuis le 29 novembre

ra.Manifestations,sit-inet marches devant la prison de Scheveningen à La Haye (Hollande) se multi-

bénéficierdusoutienmas- plient. Après la célébra-

sif des Ivoiriens, africains

2011,qu’ilestillégalement

détenuàlaCpi(LaHaye), le Président Laurent Gbagbo continue de

tiondeNoël2011puisdu

résidenceenavril2011.En

18 février 2012 (commé- moration du 18 février 1992) à La Haye, les Ivoiriens et africains rési- dant en Europe se mobilisentpourlaPâques à La Haye.Jointe hier par téléphone, Mme Mélèdje Monique, représentante en France du Courant de Pensée et d’Action de Côted’Ivoire(Copaci),par ailleurs, présidente du comité d’organisation de

«PâquesàLaHaye»asitué veronsdansuneéglisede

cette initiative dans la

droitelignedesmanifesta-

dussedérouleradevantla

ivoiriensetafricainsatten-

prison de Scheveningen.

Nousavonseuuneautori-

sationdanscesens.Dansla soirée, nous nous retrou-

une séance de prière rassemblant les nombreux

samedi7avrilde13hà18h,

Pâques, nous irons à La Hayepourprierpourluiet avec lui», soutient-elle. Avant d’ajouter que «le

la ville pour célébrer la veillée de Pâques dédiée auPrésidentGbagbo».Les

tions de soutien à Laurent

Gbagbo.«Entantquechré- prières seront conduites

tiennecatholique,jepense, pardesprêtresetpasteurs

dont «nous taisons les

sœurschrétiensivoirienset noms», précise Mélèdje africains, qu’il y a une Monique.Pour qui,«ilfaut

libérer la Côte d’Ivoire et

dimension spirituelle dans

laguerrequelaFrance a l’Afriquedesmainsdudia-

faite à la Côte d’Ivoire ble.Nouscomptonssurla

depuis2002 viaunerébel-

etEuropéensdeladiaspo- lionarmée.Dieuasamain panafricanistes pour que

sur le Président Gbagbo Pâques à La Haye soit un

qui demeure attaché à

l’Eternel. C’est grâce à succès». DidierDepry

Dieu qu’il est en vie en dépit des bombardements del’arméefrançaisesursa

didierdepri@yahoo.fr

mobilisation des

à l’instar des frères et

leur absence totale, dans certaines zones particulièrement touchées par les viola- tions des droits humains, et où il reste d'importantes concen- trationsdevictimes.«Un

responsable de l'Onu a Human rights watch

pasinclusdanssoncal-

endrier une visite au Libéria où vivent

quelque70.000réfugiés

dont beaucoup ont été des victimes ou des témoins directs de graves crimes. Enfin,

qualifiélesenquêtesde soupçonne la commis-

lacommissionde“ciné- sion de hâter ses con-

ma,” précisant que les clusionsàlasuited’une membresdelacommis- promesse faite récem-

sion arrivent et font un

ment en France par

rapide décompte des Alassane Dramane violations commises Ouattara de faire con-

dans certaines localités naître les résultats des ouvillages,sansorganis- enquêtesàlafinfévrier

er d'entretiens en pro-

2012. Ce qui est une

fondeur», indique la preuve supplémentaire

de son manque d’indépendance.

AugustinKouyo

déclaration. Human rights watch critique également la commis- siondufaitqu’ellen’ait

ComitécentralordinairedemainauCnrd

LeFpitoujoursdebout

LeFrontpopulaire

ivoirien(Fpi)tient

demain,samedi25févri- illégaleàlaCpi,deson

er,uncomitécentral

ordinaireausiègedu

Congrèsnationalpourla

résistanceetladémocra- principauxcadresdont

tie(Cnrd)sisàAbidjan- sonprésidentduFpi,

Cocody.Enl’absencedu

présidentparintérimdu

parti,MiakaOuretto,en

missionàl’extérieurdu

pays,cecomitécentral

seraconduitparle

députéLaurentAkoun,

Secrétairegénéralet

porte-paroleduFpi.

Deuxpointsserontàl’or- pliémaisn’apasrompu.

dredujourdecetteren- Pourtoutdire,leFpi

contre.Asavoir,informa- demeuresolidement

tionsainsiqu’analyseset

perspectives.Latenue

aaboutiàladéportation

s’estabattusurluietqui

fondateur,Laurent

Gbagbo,del’arrestation

oul’exilforcédeses

PascalAffiN’Guessan.

Eneffet,s’ilestvraique

cequis’estpasséen

Côted’Ivoirependantla

crisepost-électoralea

fortementébranléleFpi,

forceestdereconnaitre

quetelunroseau,leparti

duprésidentGbagboa

deboutpourlebonheur

desIvoirienséprisde

régulièredesoncomité

centralestlapreuvede

lavitalitéduFpi.Ceparti

demeuredoncdebout

malgrél’ouraganqui

liberté,depaixetde

démocratie.

BogaSivori

bogasivo@yahoo.fr

Dès le 02 mars 2012 Le grand retour
Dès le
02 mars
2012
Le
grand
retour

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Politique

n

a

t

i

o

n

a

l

e

5

d i 2 4 f é v r i e r 2 0 1 2 Politique

LemarchédeYopougon-Selmerbaptisé

marché“DominiqueOuattara”

Unevraieescroquerie

On pouvait penser à tout sauf à ce qui a été servi à l’opnion ivoirienne, le week-end dernier, à Yopougon.Oùlemarchédu quartier Selmer, nouvelle- ment bâti,a été baptisé du nom de Mme Dominique Ouattara, épouse d’Alassane Dramane Ouattara. Ce marché a été inauguré par Mme Henriette Konan Bédiéquiétaitauxcôtésdu maire deYopougon imposé contre tout bon sens par Hamed Bakayoko, ministre del’Intérieur. Quand on connaît l’histoire decemarché,luidonnerle nomdeDominiqueOuattara sent bien la récupération politicienneflagranted’une œuvre à laquelle cette dame est totalement étrangère. En effet, le marché de Yopougon- Selmeraétéconstruitparla

En effet, le marché de Yopougon- Selmeraétéconstruitparla DominiqueOuattara:unerécupérationflagranteethon- teuse.

DominiqueOuattara:unerécupérationflagranteethon-

teuse.

municipalité dirigée par le maire Fpi, Jean-Félicien GbamnanDjidan. Lemaire Gbamnan Djidan avait plusieurs projets de con- struction de marchés dans chaque quartier de Yopougon.

C’estdoncuneœuvreréal-

isée entièrement par un maire pro-Gbagbo. Pourquoi Dominique Ouattara accepte-t-elle de

donner son nom à ce marché comme si l’œuvre

émanait de l’actuel pouvoir

?Quandonsaitquelepou-

voir Ouattara s’est aveugle- ment inscrit dans une logiquedediabolisationde Laurent Gbagbo. On se demande pourquoi Mme Ouattara se fourvoie ainsi. Alorsquejusqu’àprésentle pouvoir Ouattara a cherché

partouslesmoyensàeffac-

er de la mémoire des Ivoiriens tout ce qui rap- pelle Gbagbo, on est bien surpris de voir ce marché porter le nom : Dominique Ouattara. A Adjamé, tous les monu- mentsquiontvulejoursous Pierre Amondji ont été détruits.Ilenestdemêmeà Cocody,Port-Bouët,Plateau, Yopougon etc. où tous les

monuments de l’ère Gbagboontétédétruitspar les tenants actuels du pou- voir. Logiquement comme les autres édifices de cette

ère,lemarchédeYopougon-

Selmer devrait subir le même sort. Il devrait être déclaré non certifié et par conséquent démoli. On ne comprend pas que le marché de Selmer, œuvre d’un maire Fpi, soit récupéré sans scrupules par l’épouse de Ouattara. Ce baptême prend la dimension d’une escro- queriedelapartdel’actuel maire deYopougon,DrYao Yao.Qui cherche à plaire à sesparrainsduRdrquil’ont parachuté à la tête de la mairie de Yopougon. La meilleure démarche aurait voulu que M.Yao Yao se réfère à M. Gbamnan Djidan, l’auteur de ce marché, afin de lui trouver unnom. Parce que Ouattara qui a promis monts et merveilles auxIvoiriensatoutletemps de construire ses propres chantiers et les baptiser commeill’entend.

BenjaminKoré

Aprèslatortureduchefducanton

etl’enlèvementde2jeunesgens

Taïsesoulève

contrelesFrci

etl’enlèvementde2jeunesgens Taïsesoulève contrelesFrci Unmessageauministre PaulKoffiKoffi. Lespopulations

Unmessageauministre PaulKoffiKoffi. Lespopulations deTaï(600 kmd’Abidjan,extrême Ouestdupays)ontassiégé,

toutelajournéed’hier,lesite

abritantl’administrationde

laSous-préfecture,aen

croiredessourcesconcor-

dantesrecueilliessurplace.

Cespopulations,issuespour

laplupartducantonOubi,

sesontsoulevéescontreles

Frcietexigéleurdépartde

leurcité.L’élément

déclencheurdelacolèredes

autochtones aétélabaston- nadeduchefducanton,Polé Pierre,etl’enlèvementde deuxjeunesdeTaïparles

Frcidanslajournéedumer-

credi22févrierdernier.

«Toutacommencédansle

villageDiéro-Oulalorsd’une

cérémoniefunérairedes

masques.LesFrcisont

arrivéesauxfunéraillesetont

embarquélenotablePolé

Pierreenl’accusantd’êtreun

préparateurmystique.Les

élémentsFrcil’ontbattuet

l’ontblesséavecsapropre

canneàlatête.Cevieil

hommeadesliensétroits

aveclesmasques.C’est

pourquoi,lesmasquessonten

premièrelignependantla

marchedeprotestationsurles

locauxdelaSous-préfecture

deTaï.Autrechose,lespopu-

lationsprotestentcontreles

Frciparcequecesforces

arméescommettentdesexac-

tionsrégulièrementcontre ellesdanslesvillagesetdans lescampements», soutientau téléphone,unesource depuisTaï. FélixTehaDessrait dessrait@yahoo.fr

lescampements», soutientau téléphone,unesource depuisTaï. FélixTehaDessrait dessrait@yahoo.fr

6

no t re Voi e

n

°

4 0 6 7

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

PRESIDENCEDELAREPUBLIQUE

MINISTEREDEL'EDUCATIONNATIONALE

REPUBLIQUEDECOTED'IVOIRE

Union-Discipline-Travail

PROGRAMMEPRESIDENTIELD'URGENCE2012

COMMUNIQUE

DUMINISTREDEL'EDUCATIONNATIONALE

DanslecadredelamiseenœuvreduProgrammePrésidentield'Urgence

2012(PPU)etdel'exécutiondesmesuresd'attentedelaréouverturedes

universitéspubliques,Ilestouvertunconcoursexceptionnelderecrutement

régionaliséde3000enseignantscontractuelsdanslesecondairegénéral.

Duréeducontrat:quatre(4)mois.

Peuventfaireactedecandidaturetoutespersonnesdenationalitéivoirienne,

titulairesd'unDEA,d'unemaîtrise,d'unelicenceoud'unDEUG2dansl'une

desdisciplinessuivantes:Philosophie,LettresModernes,Mathématiques, Sciences Physiques, Sciences de la Vie et de la Terre, Espagnol, Allemand,Histoire-Géographie,Anglais.

Lesdossiersdecandidature,comprennent:

1.unedemandemanuscriteadresséeàMadameleMinistre

de l'EducationNationale;

2.unephotocopiedelacartenationaled'identité;

3.unephotocopiecertifiéeconformedudernierdiplôme;

4.unrelevédenoteslégalisépourlestitulairesduDEUG2;

5.uncurriculumvitae.

Lesdossiersdoiventêtredéposésdansunguichetprévuàceteffetdansles

locauxduCentreNationaldesMatérielsScientifiques(CNMS)sisàCocody

carrefourSaintJeanancienENS.

Datededépôtdesdossiers:dumercredi22févrierausamedi03mars2012,

délaisderigueurtouslesjoursde7h30à18h.

N.B.:laréceptiondesdossiersn'exigeaucunfrais.

LeMinistredel'EducationNationale

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f é v r i

e r

2 0 1 2

Sports

7

6 8 d u v e n d r e d i 2 4 f é

AprèslaCouped’Afriquedesnations2012

IlfautlaisserZahouitranquille

Onentendbeaucoupde bruitsdepuisuncertain temps faisant état du départ de François Zahoui de la tête des Eléphants de Côte d’Ivoire,pouronnesait tropquelmotif.Ilparaît que certaines person- nes reprochent au sélectionneur de l’équipe nationale de football ivoirienne d’avoir perdu la finale de la dernière Coupe d’Afriqueauxtirsaubut devantlesChipolopolos de la Zambie. Un bilan tellement cata- strophique que l’ancien sociétaire d’Ascoli, en Italie,nemériteraitplus d’entraîner Didier Drogba et ses coéquip- iers.

Avant tout chose,il faut

rappeleràceuxquiveu-

lent la peau de Zahoui

queduranttoutelacam-

pagne en terre bissau- guinéenne et gabonaise, les Eléphants ont gagné tous leurs matchs, sauf celui de la finale qu’ils n’ont pas perdu au terme des 120 minutes de jeu. Ils n’ont pas encaissélemoindrebut et ont été la meilleure attaque du tournoi. Ils n’ont pas placé moins de trois ou quatre élé- ments dans l’équipe de la compétition. Veut-on alors sanctionner Zahoui parce que son bilan est excellent ? Cela tomberait en tout cassouslesens.Ilaurait été à la place d’Amara

en tout cassouslesens.Ilaurait été à la place d’Amara

FrançoisZahoui,lesélectionneurnational,mérite-t-ild’êtresacrifié?

Traoré,l’entraîneur des Lions de la Teranga,

qu’on l’aurait donc cru- cifié.

Il faut être sérieux,

François

démontré qu’il peut fairedebonneschoses. Ilacommencéuntravail quin’estpasmauvais.Il

a

que les individus qui

s’étripent à obtenir la peau de Zahoui soient

sortisdelacasedugéo-

mancien gourmantché quipréditl’avenir. Pendant que nous y sommes, pourquoi ne pas stigmatiser le com-

portement inqualifiable de Yaya Touré qui,

duranttoutelacompéti-

tion, n’a rien joué du tout?UnYayaTouréqui, pendant la finale,a été incapable de relever le défi que lui a lancé Hervé Renard. L’entraîneur de la

Zambieaditdeluiqu’il neméritaitpassontitre de Ballon d’Or africain.

Etiln’paseutort,parce queYayaTourén’arien prouvé du tout. Aucun sursaut d’orgueil de sa part. Et c’est lui qui, selonlesinformations,a déchiré son maillot parce qu’il a été rem- placé, sous le prétexte qu’il a de l’expérience. Si un joueur devait rester sur le rectangle vert au cours d’un match, pour cette rai- son,desmonumentstels que Ryan Giggs, le Gallois de Manchester United,ne serait jamais remplacé. Pis, on apprend que YayaTouré voulait frap- perZahouiFrançois.Ah

Zahoui

faut plutôt l’encourager àlepoursuivreetnonle stopperdanssonélan.Il

ne faut pas croire qu’à

saplace,ceuxqu’oncite

comme

aujourd’hui

probables successeurs deZahoui–onparlede SvenGoranEriksonqui

a déjà coaché

les

Eléphants – ne feront pasdemiracle.Amoins

FIF,encadrementtechniquedesEléphants

Brisezlemurdesilence!

FIF,encadrementtechniquedesEléphants Brisezlemurdesilence! PrésidentSidyDiallo,mettezfinauxrumeurs. Deux semaines que

PrésidentSidyDiallo,mettezfinauxrumeurs.

Deux semaines que la CAN Orange 2012 est .

Contrairement

t

aux habitudes, aucun point

n’a encore fait sur la des

campagne Eléphants.Ni le comité exécutif, ni l’en- cadrement technique

e

r m

i

n

é e

n’ont jugé utile d’en dire le moindre mot. Pourquoi ce silence ? Il yaassurémentquelque de chose de troublant dans cette attitude quand on sait que des joueurs se disant frus- trés, vexés d’avoir eu trop peu de temps de jeu ou d’avoir été rem- placés ou encore accu- sant le sélectionneur national de favoritisme se répandent dans les journaux. N’est-il pas nécessaire pour la FIF d’éclairer l’opinion sur larumeurquifaitétatde cequeYayaTouréaurait déchiré son maillot et menacé d’en découdre avec François Zahoui pour l’avoir remplacé au cours de la finale contre la Zambie ?

Pourquoi le concerné lui-mêmesemûredans uncurieuxsilence? L’on peut même se demander aussi pourquoileministredes

SportsetLoisirs,sipro-

lixe en paroles avant la CAN, est muet. Est-ce l’omerta ? Tout porte à lecroire. Il faut briser le mur de silence car les sportifs ivoiriens ont besoin de savoir ce qui s’est réellemlentpassé.Cette obligation,lesdifférents acteurs doivent s’en acquitter pour donner l’information juste car

les rumeurs n’ont que tropenflé.

RogerOkouVabé

rogerokou@yahoo.fr

les tropiques ! Le soleil a vraiment brûlé les méninges. Et dire que jusque-là,la Fédération ivoirienne de football n’apascondamnécette attitude et se complait dans une conspiration du silence absolument révoltante.On est d’au- tant fort qu’on a du respect pour son entraîneur.Sinon,Lionel Messi tirerait plutôt à balles réelles sur Pep Guardiola. En Europe ou ailleurs,

YayaTourén’auraitplus jamais été appelé en équipe nationale. Heureusement, il sem- ble que lui-même,dont

l’impact sur le jeu des Eléphantsestàpeuprès nul,aitdécidédemettre

finàsacarrièreinterna-

tionale. Au grand soulagement de ceux quifontdeladiscipline unsacerdoce.

SouleymaneT.Senn

LigueUEFAdeschampions(8èmesdefinalealler)

L’OMetBâlerient,l’Interet

leBayerngrimacent

Les dernières rencontres

des8èmesdefinalealler

de la Ligue UEFA des champions se sont dis- putéesmardietmercredi. Mercredi soir, à Sankt Jakob- Park,le FC Bâle a encore frappé un grand enfaisantchuterungrand d’Europe.LeFCBâle,qui

avaitfaitsensationensor-

tant de la compétition Manchester United rever- sé en Europa league, a battu le Bayern Munich. UnbutdeStockerinscrità

la86èmeminuteasuffiau

bonheur des Suisses qui n’ont jamais été com- plexés par leurs pres- tigieux visiteurs alle- mands. Le 13 mars prochain, la

bataille pour la qualifica- tion en quarts de finale s’annonce rude à l’Allianz-Arena,àMunich, entredesSuissesdeplus en plus entreprenants et des Allemands avides de revanche et de restaura- tiondeleurstatut. Le même soir, un autre dinosaure du football du Vieux continent a mordu la poussière. Au Stade Vélodrome, l’Inter Milan

deRanieriafortlogique-

ment été défait par l’Olympique Marseille. Les Phocéens qui n’ont

pas douté un seul instant ont dominé leur adver- saireavantdel’assommer

suruncoupdetêtevicto-

rieux d’André Ayew à la 90ème minute. Sur

l’ensemble de la partie, l’OM mérite amplement son succès car il a con- stammenttenuleballonet mis le feu à la défense milanaiseoùLucio,Chivu,

Maiconetautresontsouf-

fert. Toutefois,les poulains de DidierDeschampsn’iront pas faire du tourisme au Stadio Giuseppe Meazza, àMilan.

Mardi,Chelseaadonnéla preuvequ’ilseportemal. Au Stadio San Paolo, il a encore coulé face à une équipe de Naples supérieure à tous points de vue. A dire vrai, Chelsea était trop faible pour espérer revenir vic- torieuxdesonexpédition

italienne. Et il a payé au prixfortsesdéperditions. Après avoir ouvert le score contre le cours du

jeuàla27èmeminutepar

Mata, les Blues ont étalé leurs faiblesses défen- sives.Sanction?Troisbuts encaissésportantlagriffe d’Ezequiel Lavezzi (38ème et 65ème min- utes) et Cavani (45ème minute). Didier Drogba et ses camarades auront-ils les moyens de renverser la vapeuràStamfordbridge,

à Londres, le 14 mars

prochain? Difficile de répondreparl’affirmative

vu l’état actuel de santé de l’équipe coachée par

le Portugais André Villa

Boas.

A Luzhni, à Moscou, le

CSKA a contraint le Real Madrid au partage des points. Alors que les Madrilènes croyaient

avoir fait le plus difficile, ils ont rejoints à l’ultime minute de jeu à cause d’une réalisation assas- sine de Wernbloom qui donnaitainsilarépliqueà Cristiano Ronaldo,buteur

àla28èmeminute.

Faut-il malgré tout crain-

drepourlesRussesle14

marsàSantiagoBernabeu

où le Real Madrid est si

souvent irrésistible

depuisledébutdelasai-

son ? Attendons de voir car le football réserve

parfoisdescoupsinatten-

R.O.V.

rogerokou@yahoo.fr

dus.

Résultats8èmesdefinaleallerLiguedeschampions

Mardi21/02/2012

CSKAMoscou-RealMadrid:1-1

Naples-Chelsea:3-1

Mercredi22/02/2012

FCBâle-BayernMunich:1-0

OlympiqueMarseille-InterMilan:1-0

8

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Economie

6 8 d u v e n d r e d i 2 4 f é

Projetdecréationd’emploisjeunes

Rienquedesemploisprécaires

«Le projet de création d’emplois jeunes et de développement des compétences», lancé le 20 février dernier à l’immeuble Crrae- Umoa au Plateau, sur

fonddecampagnepub-

licitaire, est certaine- ment en phase avec la politique de création

des«1milliond’emplois

surcinqans,soit200.000

emploisparan»,prônée parlepouvoirOuattara. Hélas, rien que des emploisprécaires!!! En effet, ce projet, le premier du genre

financéàhauteurde25

milliards FCFA par l’Association interna- tionale de développe- ment (IDA) du groupe de la Banque mondiale, sur trois ans, devra générer en tout 35.000 emplois, dont 28

emploisdirects.Lepro-

jet a choisi pour cible les jeunes hommes et jeunesfemmesâgésde 18 à 30 ans non quali-

hommes et jeunesfemmesâgésde 18 à 30 ans non quali-

Lapromesseélectoralisten’étaitdoncrienquedesemploisprécaires?

fiés, peu qualifiés (12.500 bénéficiaires), hautement diplômés sans emplois et non

inscritsdansaucunpro- emploisprécaires.

gramme de formation formelle ou informelle (2.250 bénéficiaires). L’objectif étant d’améliorer l’accès aux opportunités d’emplois temporaires et le développement des

compétences au profit des jeunes sur le terri- toire de Côte d’Ivoire. Ce n’est rien que des

d’avoir des familles à entretenir (femme et enfants en charges), d’aiderleursprocheset d’endosser d’autres charges et sollicitations liées à leur nouvelle fonction. Et puis après

«l’illusion» de travailler, plus rien, plus de tra-

dant trois ans,il s’agira dedonneràcesjeunes

End’autrestermes,pen-

d’être productifs et donc de contracter des engagements et des charges. Notamment

vail, plus de revenu, mais que des engage- ments et des charges auxquelsilsnepourront

Economienationale

Dibyprésentelebudget2012

Lebudget2012s’équilibre

en ressources et en recharges à 30160 mil- liardsFcfa.L’informationa étélivrée,hier,aucoursde larentréebudgétairequia eulieuàl’auditoriumdela Caistab. Les ressources intérieures se composent en recettes fiscales (1853,8 milliards Fcfa), recettes non fiscales (52 milliards Fcfa), emprunts surlemarchémonétaireet financier (600 milliards Fcfa). Les prévisions de ressources extérieures comprennent les appuis

budgétaires(166milliards

Fcfa :96,3 milliards Fcfa2 du Fmi et 69,7 milliards Fcfa de la Banque mondi-

ale), les gains liés à la restructurationdeladette

extérieure(315,3milliards

Fcfa),lesempruntsetdons projets (120,9 milliards Fcfa), les dons-pro- grammes (120 milliards

Fcfapourleprojetd’assis-

tancepost-crise). Quant aux charges, elles sont constituées du serv- ice de la dette publique (882,1 milliards Fcfa),des charges de personnel (918,7 milliards Fcfa),des autres charges de fonc- tionnement (683,9 mil- liardsFcfa),desdépenses d’investissement (620,3 milliards Fcfa), des dépenses de sortie de

crise(55,1milliardsFcfa).

Cette année, les régies

financières seront encore extrême sollicitées. Les recettes budgétaires par nature d’impôts ont été

fixéesà897milliardsFcfa.

Ce montant est obtenu à partir du montant TOFE, aprèsdéductiondestaxes domaniales et des trans- ferts de recettes spécial- isées. Les objectifs de ressources assignées au Trésor public s’élèvent globalement à 810,9 mil- liards Fcfa. Quant aux prévisions de recettes douanières,elless’élèvent à 953,9 milliards FCFA et reposentengrandepartie sur les marchandises

générales(60%).

Leministredel’Economie et des Finances, Charles

Koffi Diby,a insisté sur la capacitéd’absorptiondes investissements par le secteurprivé.«Lapolitique

en

matière de croissance est désormaisorientéeversun recentragesurlademande intérieure comme facteur essentield’impulsiondela création de richesses. Il s’agitdoncd’uneapproche pro-active qui place l’in- vestissementaucœurdela politique économique, pourluipermettredejouer son rôle de levier de la croissance»,a-t-ilindiqué.

J-SLia

du gouvernement

Relanceéconomiquepost-crise

Lepatronativoiriens’inspiredel’expérienceisraélienne

Commentassurerlasurvie desactivitéséconomiques en période de crise ? La réponse à cette question demeure une réelle préoccupation pour le patronat ivoirien qui a décidé d’apprendre auprès d’un pays qui a l’expérience en la matière. C’est pourquoi, l’organisationpatronale,la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci), a initié, depuis lundi dernier, un séminaireinternationalde formation sur «la gestion

en situation de relance laméthodeisraéliennede àvenir.«Jevousencourage

économique».Ilsetientau prévision, de réaction et àrendrelaviedifficileaux

desolutiondescrises.Elle

vise les chefs d’entrepris-

cetteorganisation.Ilpren- es et d’organisation, les

managersetlescoordina- LakounOuattara,directeur

teursdeprojetoufacilita- généraldelaCgeci,arap-

pelélescrisesqu’avécues la Côte d’Ivoire avant de noter qu’il était temps de réfléchir les moyens de

géreretrésorberunesitua- cérémonie d’ouverture rebondir. D’où, a-t-il fait

tiondecrise»et«lecapital qu’ilyaunbesoinréelsur savoir, le choix d’Israël

humain et l’innovation au le terrain.C’est pourquoi, pours’eninspirer. servicedel’entreprenariat ilasouhaitéquelaforma-

pour

KonéModeste

konemo2002@yahoo.fr

surleterraindanslesmois

experts par votre volonté d’apprendre», a-t-il souhaité.

19ème étage de l’immeu- ble Alpha 2000, siège de

drafinvendrediprochain. Ce stage animé par deux experts Isréliens, Dr Uri

Weber et Dr Ilan Bijaoui, sera traité sous de deux sous-thèmes : «comment

la

teurs. L’Ambassadeurd’Israëlen Côte d’Ivoire, SE Benny Omer,aconstatélorsdela

relance tionsoitfructueuseetque

économique». C’est une sesfruitssoientpalpables

formation qui s’inspire de

des emplois réels pour desembauchesàdurée indéterminée,l’on nous sert des opportunités d’emplois temporaires. C’est-à-dire des emplois précaires.

pourraient s’inscrire Autrement dit, rien.

dans un programme de Sinon que des prob- gestion d’épargne. Ces lèmes dans le long

terme. Face à ce lot grossissant de

jeunesdecréerd’autres chômeurs, un pouvoir

activitéstousaussirenta-

bles et à leur propre compte», telle est la visionàlongtermedes promoteurs du projet. L’on suggère que ces jeunes pourront

épargner,sanstoutefois savoir combien ils gag- neront et si leurs revenus pourront cou- vrirl’ensembledeleurs

besoinsafinqu’ilspuis-

sent en épargner. Cet argumentaire un peu tiré par les cheveux et qui rend les observa- teurs un peu dubitatifs, semblenepastenirsur le long terme, en tout cas pour les 35.000 jeunesquis’engageront dansceprojet. Pour la relance de la machine économique gravement escamotée par les nombreuses crises à répétition, le bonsensauraitvoulula création d’emplois sta- bles et durables pour les jeunes afin d’ab- sorber définitivement ce gros flux de chômeursquimenacela cohésion sociale.Là où, après tant de sacrifices pour parvenir au pou- voir et appliquer son programme d’emplois pour le bonheur de la jeunesse au chômage, Ouattaraauraitpucréer

créationdeprojetsagri-

mise en œuvre d’une révolutionverte.Cequi passenotammentparla

struction d’usines et la

viables,àtraverslacon-

plus avisé aurait relevé le défi en mettant en place en favorisant la création d’entreprises

plus faire face. Des engagements et des charges qui devront retomber dans la rubrique des affaires sociales. «Les jeunes admis dans ce projet

épargnes constituées devront permettre aux

coles d’envergure pou- vant permettre d’ab- sorber le chômage grandissant des jeunes

etenmêmetempsper-

mettre d’atteindre l’au-

to-suffisante alimen- taire. Il sera question d’amorcer ensuite l’in- dustrialisation du pays pour parvenir au stade de pays émergeant à l’orée 2015, comme l’a promis le régime. En lieu et place de cette

attente, l’on nous sert des travaux à haute

intensitédemaind’œu-

vre. C’est-à-dire des

travaux qui nécessitent des muscles. Pas éton- nant si les universités

sontferméesparlepou-

voir Ouattara. Les emploisproposésparle nouveau régime faisant très peu de place à la réflexion. Les étudiants eux-mêmes ne sont-ils pasdéjàtransformésen manœuvres?

DjèAbel

EntréedesentreprisesàlaBRVM

CoulibalyYadéTiémokodénoncelenon

respectdesengagementsdesEtats

Les Etats de l’Uemoa

avaientpromisdepermet- sier.

treàcinqdeleurssociétés d’être cotées à la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) par an. Malheureusement les promesses n’ont pas été tenues.C’estl’aveuquele présidentdelaBrvmetdu Centre régional de l’é- pargne et des marchés publics (Crepmf), CoulibalyYadéTiémoko,a

fait,hier,àl’hôtelNovotel, à Abidjan-Plateau,lors de

lacérémoniedeprésenta-

tion du bilan 2011 et des perspectives 2012. «Le

nombredessociétéscotées d’entreprises de la Côte

d’Ivoire et de la région

entréesurlemarchébour-

Ledirecteurgénéraldela

Brvm, Jean Paul Gillet, a

indiquépourlesperspec-

des

que mesures sont prises en vuedepermettreauxPme etPmid’êtrecotéessurle marché boursier. Notamment les règles d’admissionetdecotation «Nousprévoyons,enoutre, lamiseenproductiondes

nouveauxlogicielsdecota-

tionetderèglement/livrai-

son»,a-t-ilannoncé.Etd’a-

jouter :«Ilestattendudes introductions en actions

sont en deçà des

espérances.Lespromesses notamment par les pro- n’ontpasététenuesparce grammes de privatisation,

que les autorités étaient ainsi que l’accroissement préoccupéesparlesjoutes desrecoursaumarchéfin- électorales, etc.», a-t-il ancier au niveau du

tives

2012

déclaré.Il estime que les conditionssontréuniesen Côted’Ivoirepourqueles entreprises fassent leur

financement des Etats de l’Union».

GomonEdmond

9

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Société

6 8 d u v e n d r e d i 2 4 f é

Insécuritégalopanteàl’Ouest

Lesdozostoujoursindexés

commebourreaux

AlafaveurdelavisitedeMmeCatherineBragg,sous-secrétairegénérale

desNationsuniesauxAffaireshumanitairesetcoordonnatriceadjointedes

secoursd’urgence,enjanvierdernieràl’OuestdelaCôted’Ivoire,Notre

Voieaportéunregardsurledramequeviventlespopulationsautochtones

del’Ouestdufaitdesdozos,unemiliceethniquedel’actuelrégime

d’Abidjan.

Cettemaisontotalementdécoifféeetpilléeestunaperçududramequ’avéculevillagede
Cettemaisontotalementdécoifféeetpilléeestunaperçududramequ’avéculevillagede

NiamblyàDuékoué.(PH.OCHA).

Zéaglo, petit village guéré dans le départe- ment de Bloléquin, à l’Ouest de la Côte d’Ivoire.C’est par cette localité que Mme

Catherine Bragg, Sous- parents qui sont au

secrétairegénéraledes

4000personneshorsdu

fortement indexés.

survie à l’aide humani-

«Nous ne pouvons pas taire. «C’est grâce aux aller dans nos planta- humanitaires que nous tionsàcausedesdozos arrivons à nous nour- etdesBurkinabé.Ilsont rir», reconnaît l’adjoint

village. Notamment au Liberia,a-t-ilsoutenu.«Il yauntravaildesensibil-

isationàfaireauprèsdes confisqué nos planta- au chef central du vil-

tions », accuse Léhy

Liberiaafinqu’ilspren- Robert. Dodien aller librement tra-

Marcelline, une femme

revenir»,estimepoursa du village de Ziaglo, tions pour pouvoir

part Bahou Doué, un cadreduvillage. Cependant,les popula- tionsrevenuesàZéaglo ont un gros problème. Elles n’arrivent pas à accéder à leurs planta-

Une autre femme ra- conte : « mon fils s’est rendu récemment en brousse et a été inter-

tions.La faute,à les en croire, est aux dozos.

Ceschasseurstradition-

nels malinké,supplétifs des Frci,forces armées pro-Ouattara, qui ont quitté leur milieu naturel,lepaysdunord, pour se répandre partout en Côte d’Ivoire. Surtout dans l’Ouest où leur

présence est fortement pour obtenir sa libéra-

tion ». Face à cette vague d’insécurité, les villageois de Zéaglo se sentent impuissants. Ils disent devoir leur

guéré.Enplusdeschas-

tions autochtones

plus deux bouteilles de

des cuvettes etc.Grâce

fallu payer 10.000 fcfa, riz,de l’eau,des seaux,

nent la décision de

lage. « Nous voulons

Toutefois, il y a encore

Nations unies aux Affaires humanitaires et coordonnatriceadjointe des secours d’urgence, a décidé, en janvier

dernier,lorsdesonpas-

sage en Côte d’Ivoire, d’entamer sa visite de terrain en terre ivoiri-

enne. Ce village qui a subi les affres de la

guerre,audiredespop-

ulations rencontrées, revient peu à peu à la

vie. « Nous avions tous fui durant la guerre. Mais depuis avril

(2011),ilyaunmouve-

ment de retour. Sur 12.500 personnes que nous étions avant la crise, nous sommes

aujourd’huià8000indi- décriéeparlespopula-

vidusàêtrerevenus»,a confiéàlapresse,Léhy Robert, adjoint au chef central de Zéaglo.

seurs dozos,les ressor- tissants burkinabè sont

vailler dans nos planta-

manger notre sauce Kplé (une sauce à base

abonde dans le même sens. « Les dozos nous

empêchent d’aller en de feuilles prisée dans broussedansnosplanta- cette partie du pays,

tions. Celui qui s’y hasarde, on lui tire

ndlr).Ça nous manque. En outre, nous ne pou-

dessus à balle réelle». vonspasresterdansun

état permanent d’as- sisté », affirme Dodien Marcelline qui souhaite avoir des semences

ceptéparlesburkinabè. pour reprendre ses Ils l’ont pris en otage activitéschampêtres.En arguantqu’iln’avaitpas effet, les Ong humani- à s’y rendre. Il nous a tairesleurapportentdu

koutougou (une boisson à la Croix rouge locale alcoolisée, ndlr) française, le centre de

santéaétéréhabilitéet cela permet aux villa- geois de recevoir des soinsdesanté.Aucours d’une cérémonie sous le hangar du village,

Catherine Bragg a entendu les autorités coutumières lui

recenserleurspréoccu-

pations partagées par une bonne partie des

p o p

autochtonesquisesen-

tent comme prises en otage sur la terre de leursancêtres.Vêtuede tenuetraditionnelle-un dondesvillageoispour lui signifier leur l’hos- pitalité- la Sous-secré- taire générale des Nations unies aux Affaires humanitaires et coordonnatriceadjointe des secours d’urgence

«Il n’y a rien en brousse», a-t-il soutenu.

Undiscoursdiamétrale-

ment opposé à tout ce qui est dit par les autochtones. «Moi, je n’aipasdeproblème.Je vaisenbroussedansma

s’estdittouchéeparles plantation. Les guéré

préoccupations des vil- peuvent aussi aller en

lageois.«Jevaiscontin-

uer à mobiliser des tation sans problème»,

fonds pour les agences

D j a n d a

humanitairesetlesOng Moumouni. afin qu’elles puissent Selon lui, lors du continuer leurs efforts déclenchement de la auprèsdevous»,a-t-elle rébellion armée de

2002, les burkinabè avaient été chassés des plantations. A leur retour, suite aux dif- férentesmédiations,ila été convenu, d’accord partie avec les autochtones, que celui qui travaille dans une plantation partage à égalité, la récolte avec le propriétaire de la terre. «Après, nous

sommespassésà2/3en

d’avoirfoienl’avenir.

demandéauxvillageois

broussedansleurplan-

autres, on perçoit cette forte animosité. La preuve, les accusations des autochtones contre les burkinabè. Djanda Moumouni, président des jeunes burkinabè de Zéaglo, entouré de certains membres de son bureau, réfute toutes les accusations contre sa communauté.

u l

a

t

i

o

n s

i n

s

i s

t e

promis.Toutefois,ellea

Accusés,

lesBurkinabè

rejettenttoutenbloc

L’avenir,pourlespopu-

lations de Zéaglo, se bâtira avec toutes les populations allochtones (sénoufo, baoulé, malinké) et étrangères (burkinabè)qu’ellesont acceptées d’accueillir. Dans le village,il n’y a aucun signe apparent d’animosité entre ces différentes commu- nautés. Mais lorsqu’on rencontre les uns et les

faveur de celui qui tra- vailledanslaplantation. Mais, depuis la guerre de 2011 (marquée par l’installationdeOuattara au pouvoir, ndlr), nous leuravonsditquenous n’envoulonsplus.Celui

Su i t e à l a p a ge 10

Dès le 02 mars 2012 Le grand retour
Dès le
02 mars
2012
Le
grand
retour

10

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Société

6 8 d u v e n d r e d i 2 4 f é

Bragg a visité. Cependant, quelques

quitravailledanslaplan- personnes ont décidé

tation garde toute la récolte», a expliqué le président des jeunes burkinabè.Alaquestion de savoir ce qui a changé pour que les burkinabè refusent subitement d’appliquer un accord vieux de 10 ans, Djanda Moumouni répond :«rien». Selon un agent humanitaire quiarequisl’anonymat, lesburkinabèn’hésitent pas à affirmer que l’actuelpouvoirivoirien leurestfavorable.Ilsse sentent donc plus forts avec la complicité des dozos et des Frci, des forces armées pro- Ouattara.

enaoût2011parceque

partdeshabitantsdela localité.«Jesuisrevenu

Duékouécommelaplu-

d’y revenir après avoir séjourné, au plus fort de la crise,d’abord en brousse puis à la mis- sion catholique de

Su i t e d e l a p a ge 9

habitant.Avantd’appel-

er à un véritable désarmement des com-

mièreétapeincontourn- unepartiedeshabitants retourdansleurvillage. battants. Un originaire

able,leretouràunevie deNiamblyaétéinstal- « Les dozos nous de Niambly, très en normale est lée au camp des empêchent de rentrer colère,soutient que les compromis»,affirmeune déplacés internes de chez nous », accuse un personnes qui sont

jeunedame,membrede Solidarité interna- tionale. L’Ong soutient avoir opté pour une approche multidirec-

préalable à un retour durable des popula- tions. «Sans cette pre-

Enattendantlefinance-

ment pour la recon- struction des maisons,

Nahibly(ensouvenirau

à 3km de Duékoué,sur

déplacés en juillet

électricité. Par ailleurs, les habitants du camp évoquent la peur d’un

habitant. «Nous avons

vieuxNahi,propriétaire perdu notre dignité.

terriendecesite,ndlr), Aujourd’hui,nousvivons

sous des bâches», se

l’axe Duékoué-Guiglo. plaint un autre habitant

lesconditionsdevieàla tionnelle. C'est-à-dire Un camp ouvert aux du camp. «Nous ne

savons pas s’il y a des

dernierpourdéconges- autoritésdanscepays»,

avaitdesmortsàcause communautés de tionner la mission s’interroge un autre

catholique de Duékoué

«Nousvoulonséviterle qui a accueilli les

risque d’une tension déplacés venus de

communautaire»,ajusti- Bangolo, Duékoué,

fiél’Ong.Pourtant,c’est bien la partie des autochtones qui est la

plusravagée.Lequarti-

er des allochtones est pratiquementintact.Sur l’ensemble de l’Ouest, ce sont, souligne un document de Solidarité internationale, 18.000 maisons qui ont été détruites et identifiées, 10.000 ménages ont

besoin d’être assistés dans la reconstruction deleursmaisons.Seules 4100 maisons peuvent être reconstruites par les acteurs humani- taires.Reste,précise le document, à obtenir le financement de 6000 maisons. Ce qui a été présenté à Mme CatherineBragg.

lanourriture…Lasécu-

latrines,etreçoiventde

desesresponsables,37

retournés. Selon l’une

auprèsde125ménages

retournés au village ne sontpasensécurité.«Il n’yapaslongtemps,un enfant a été abattu à Niambly»,affirme-t-il.

CoulibalyZiéOumar

EnvoyéSpécial

mission n’étaient pas bonnes.Chaquejour,ily

que ces actions sont dirigées vers toutes les

dunombredepersonnes Niambly.

que nous étions », a témoigné Jean-Marie, unhabitantdeNiambly. A l’en croire,sa maison aété détruiteetils’em- ploie à la reconstruire avec l’Ong Solidarité Internationale. En effet, cette Ong intervient depuis la mi-novembre

réhabilitations et 88 reconstructions com- plètes sont sur le point d’être finalisées dans plusieurs quartiers du village. Pour l’Ong, la reconstruction des maisonsestlacondition

COMMUNIQUECAPFPI

CelluledesAgentsdusecteurPrivé

militantsduFrontPopulaireIvoirien

(CellulefédéraleAbidjan-Lagune)

LesecrétairegénéraldelaFédérationAbidjan-Lagune

delaCelluledesAgentsdusecteurPrivémilitantsdu

FrontPopulaireIvoirieninvite:

Lessecrétairesgénérauxdescellulescommunales etleurbureau;

l

Lestravailleursetlesretraitésdusecteurprivé;

l

Leschômeursdusecteurprivé;

l

l

Lesmilitantsetsympathisants(es)dusecteurprivé delaFédérationAbidjan-Lagune; àprendrepartàl’importanteréuniondeconcertation

quiauralieu,lesamedi25février2012à9heures

auCNRD.

Ordredujour:

w

Informations

w

Analysedelasituationsociopolitique

w

Programmed’activité

w

Divers.

Vul’importancedel’ordredujouràdébattre,

laprésencelaprésencedetousestindispensable.

Lesecrétairegénéralparintérim

NOBAHFernand

AVISDEDECES LemaireintérimaireJacquesDogo,leConseil municipaletlepersonneldelamairiedeCocody,
AVISDEDECES
LemaireintérimaireJacquesDogo,leConseil
municipaletlepersonneldelamairiedeCocody,
ontlaprofondedouleurdevousfairepartdudécès
de:
M.JEAN-BAPTISTEGOMONTDIAGOU
MairedeCocody
Survenulevendredi17février2012àAccraau
Ghana.
Le programme des obsèques vous sera
communiquéultérieurement.

Bloléquin, Toulepleu, Guiglo… Selon le Hcr et Africa rescue and assistance, Nahibly accueille 907 ménages de 4557 personnes installéessurunespace de 32 hectares acquis parleHcretSaaraainsi

quelesautoritésadmin-

istratives de Duékoué. Les familles sont instal- léessousdestentes.Les

4557personnesontdes

pompes d’eau, des

rité est assurée par la Morbatt, entendez le bataillon marocain de l’Onuci. Toutefois, les populations se plaig- nentdecoupuresd’eau fréquentes. En effet, les agences humani- tairesontdesfactures

impayéesdeplusde4

millions de fcfa. En outre,lesiten’estpas approvisionné en

Niambly,levillage

détruit

Les dozos sèment également la terreur à Niambly, village situé dansledépartementde Duékoué. Toutes les maisons y ont été entièrement détruites ou décoiffées. C’est un village pratiquement vide à 90% que Mme

L’Ouestabandonné

auxhumanitaires

Lespopulationsdel’OuestdelaCôte

d’Ivoirequiontsubilesaffresdela

guerre,sedemandents’ilyaunEtaten

Côted’Ivoire.Eneffet,partoutoùest

passéMmeBragg,nullepartlesjour-

nalistesquil’accompagnaientn’ontvu

unestructuredel’Etat.Leministèrede

l’Emploi,desAffairessocialesetdela

Solidaritéquidoitorganiserlasolida-

ritéenCôted’Ivoireesttotalement absent.Pourtant,cedépartementau tempsdeMmeOhouochi,étaitàla pointedelasolidaritéaudébutdela

crisearméeen2002.Ellesebattaitaux

côtésdesorganisationshumanitaires

pourapporterunpeudeconfortàses

concitoyens.Récemment,leministre

Kafanas’estrenduàYopougonpour

apporterleréconfortdel’Etatàdes

citoyenssinistrésparlacrise.C’est

bien!Mais,àl’ouest,lesinistreest

encorepluscriant.C’estpourquoiles

organisationshumanitairessontles

plusnombreuxlà-bas.Ensaqualitéde

ministreenchargedel’organisationde

lasolidarité,KafanaGilbertn’ajamais

mislespiedsàl’ouestpourévaluerla

situation.L’Etatquiestlepremiersec-

oursdesIvoiriensdevraitprendrele

leadershipdelacoordinationdel’aide

humanitaireetsécuritaire.

CZO

Nahibly,uncamp

pourdésengorgerla

missioncatholique

Tournéeafricainedu

patrondel’Onusida

MichelSidibéenCôte

d’Ivoireaujourd’hui

Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida foulera le sol ivoirien à partir d’aujourd’hui. Et cela, jusqu’au lundi 25 févrierprochain.Aucours desonséjour,lepatronde l’Onusida rencontrera les autoritésivoiriennesavant d’animer une conférence de presse lundi prochain au siège de l’Onuci. MichelSidibé,lorsdeson séjour au Togo a plaidé pour que l’Afrique se départisse de sa dépen- dance vis-à-vis des financements extérieurs. Selon une dépêche du site APANEWS.NET, MichelSidibéestimeque, ladépendanceafricaineà l’égard des sources de financement extérieures

esttrèsforteetelledésta-

bilise la riposte au sida. Les deux tiers des dépenses consacrées au sida en Afrique provien- nent de sources extérieures.« On ne peut pasmettredespersonnes sous traitement pendant trenteansennecomptant que sur l’argent des autres»,asoulignéMichel

Sidibéaucoursd’unecon-

férence de presse. Par ailleurs,le directeur exé- cutif a souhaité que l’Afrique produise les médicaments contre le

sidasurlecontinent.C’est sûr que Michel Sidibé, répétera le même dis- coursdurantsonséjouren Côted’Ivoire.

CZO

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Infos

e

r

v

i

c

11

S

e

d r e d i 2 4 f é v r i e r 2 0

FrontPopulaireIvoirien(FPI)

BureauNationaldelaJFPI

PROGRAMMEDELATOURNEEDU25FEVRIER2012

FrontPopulaireIvoirien(FPI) BureauNationaldelaJFPI PROGRAMMEDELATOURNEEDU25FEVRIER2012 KouaJustin SecrétaireNational

KouaJustin

SecrétaireNational

FEDERATIONABIDJAN-LAGUNE

AVISDEDECES

Le Secrétaire Général

de

Abidjan-Lagunealapro-

fondedouleurdeporter

à la connaissance des Secrétairesgénérauxde Section,desComitésde

baseetàtouslesmili-

tantsetmilitantesduFPI etdessympathisantsdu Parti, le décès du Camarade:

Fédération

la

Parti, le décès du Camarade: Fédération la DIAGOUGOMONTJEAN-BAPTISTE ,

DIAGOUGOMONTJEAN-BAPTISTE,

MairedeCocody,MembreduComitecentralduFPI,

décèssurvenuàAccra,levendredi17février2012.

En vous présentant mes condoléances les plus attristées,jevousprie,chersCamarades,devous mobiliserpourl'accueildeladépouillemortelledont

l'arrivéeestprévuepourlevendredi24février2012,

à14heuresàIvosep.

Camarades,restezàl'écouteduBureaufédéralpour

lasuiteduprogrammedesobsèques.

LeSecrétaireGénéraldelaFédération

BenjaminN'drinNIAMBA

COMMUNIQUEJFPIGAGNOA

LaSecrétairegénéraledefédérationdelajeunesseduFront populaire ivoirien (JFPI) de Gagnoa, DOUMBOUYA

Nafatoumata,convoquelessecrétairesdesection,lesmem-

bres du bureau Fédéral, les délégués de section à une Assemblée générale extraordinaire, le samedi 25 février

2012à10heuresauSiègedupartisisàBabré,sousla

présidenceeffectiveduSecrétairenationalparintérim,le

camaradeKOUAJustin.

Ordredujour

1-Informations

2-Perspectives

3-Divers

Cecommuniquétientlieudeconvocationindividuelle.

LaFédérale

DOUMBOUyANafatoumata

PAGNEDESOBSèQUESDUMAIRE

GNANRAyMOND

DOUMBOUyANafatoumata PAGNEDESOBSèQUESDUMAIRE GNANRAyMOND Tousceuxoucellesquil’ontconnuet

Tousceuxoucellesquil’ontconnuet

aimé,lespagnessouveniràsoneffigie

sontconfectionnéspourvous.

Ilsontdisponiblesauxpointsdevente

suivants:

yOPOUGON : Près de la Pharmacie Phénix, route de la PMI, au magasin POPEHDESIGN

Contacts:07673199/

01082968

PLATEAU : Petit marché, à côté de l’immeubleCCIA.

Cel:06053031/40764212

COCODy:SiègeduCNRD

Cel:09100982

ANGRE:

08937108/01022593/

08453428

AVISDEDECES

M.GbagbiTitiBertincomptableàlaCIEà

laretraite,familleetenfantsTitiGbagbi,

AlphonseàAbidjanetauxEtats-Unis,M.

Guehi Gnagnon Joseph, enseignant à Abidjan, famille et enfants Titi Guehi AlexandreàGagnoa,Abidjan,SanPedro, VavouaetenFrance etauLiban,veuve Zebihi Titi Paul née Yohoun Lucie et enfantsetfamillealliéeàSiégouékou, M. Zebihi Bohui«Tchabio» planteur à KpapekouetlesenfantsTitiZebihiGaston, M. Gballou Monobolou Donatien, techni- cienCI-TELCOMàlaretraite,frèreset sœurs,lesfamillesalliéesetlesparents maternels de Dobé, M. Gnagno Kadji AdolphechefdefamilleMobi,lanotabilité et la communauté, villageoises de

Kpapekou,ontlaprofondedouleurd'an-

nonceràleursparents,amisetconnais-

sances,ledécèsde:

nonceràleursparents,amisetconnais- sances,ledécèsde: ZEBIHITITIPAULALIASPAOUL PlanteuretnotableàKpapékou

ZEBIHITITIPAULALIASPAOUL

PlanteuretnotableàKpapékou

Survenu le 25 janvier 2012 des suites d’unelonguemaladie.

Leprogrammedesobsèques s’établit commesuit:

Samedi25février,de13hà20h:1ère

veillée

Samedi10mars,de13hà20h:2ème

veillée;audomiciledeMetMmeGUEHI Gnagnon Joseph, sis au Plateau Dokui-

Azur3,villa149,routeduzoo.(pointde

repèrePharmacieAzur.)

Vendredi23mars2012,15h:Levéedu

corpsàlacliniqueKéitadeGagnoa,suivie du transfert de la dépouille mortelle à Kpapekou.

De21hàl'aube:Veilléedeprièressuivie

d'uneveilléetraditionnelle, Samedi 24 mars 2012, 9h : Messe de requiemenl'EgliseStJeandeKpapekou suiviedel'Inhumationaucimetièredudit village.

AVISDEDECES

M. Blekou Ayewa Paul, instituteur à la retraite à Attinguié(s/pd'Anyama),MmeAyewaAkissiJulienne, secrétairededirectionàlaChambrejudiciairedela CourSuprêmeetenfantsàAbidjan,M.BlekouAyewa Gervais,instituteuràSanPedro,épouseetenfantsà AbidjanetàAttinguié,MmeN'ChonéeBlekouChadon

Odile,secrétairededirectionàlaChambreadminis-

trative de la Cour suprême, époux et enfants à

Abidjan,M.NazaireAbbeyBlekou,cadrederéassur-

ance, Epouse et enfants à Abidjan, M. Abbey Augustin, Pilote à la retraite, épouse et enfants à Abidjan, MmeAbbey Chokè et enfants à Diasson, Akoupé et Abidjan, M. Mousso Gnamien Paul, Magistrat, épouse et enfants à Abidjan, la grande familleAbbeyAchiàAkoupéZeudjietàAttinguié,la grandefamilleBeuàAttinguiéetàAkoupéZeudji,les famillesalliéesàAbidjan,CotonouetPortoNovoau Benin,ontlaprofondedouleurdevousfairepartdu rappel à Dieu de leur épouse, mère, grand-mère, sœur,tante,cousineetbelle-mère:

mère, grand-mère, sœur,tante,cousineetbelle-mère: MmeBLEKOUnée ABBEyKOUSSOLOUISE

MmeBLEKOUnée

ABBEyKOUSSOLOUISE

Décèssurvenudanssa67année.

Leprogrammedesobsèquess’établitcommesuit:

Lescondoléancessontreçuestouslesjoursde17h

à20hàlacourfamilialeàAttinguié.

Mercredi29février2012,20h-21h30:Veilléede

prièreàlaParoisseSaintAlbertLeGrandenfacedu C.H.UdeCocody.

Vendredi2mars2012,13h-14h:Levéeducorps

àIVOSEPTreichville,suiviedutransfertàAttinguié(à

30kmd'Abidjan)-20h-l'aube:Veilléereligieuseau

domiciledeladéfunteàAttinguié.

Samedi3mars2012,à10h:Messederequiemàla

ParoisseSaintMicheld'Attinguié,suiviedel'inhuma-

tionaucimetièrecatholiqueduditvillage.

INMEMORIAM

26février2011-26février2012

IIyaunanqu'ilapluauSeigneurderappelerà luisonhumbleserviteur,notreregrettéesœur et bienaimée:

luisonhumbleserviteur,notreregrettéesœur et bienaimée: KOUADIOEFFASOLANGE

KOUADIOEFFASOLANGE

Encejouranniversaire,safamillerenouvelleson

infiniegratitudeàtousceuxquileurontapporté

soutienspirituel,moral,matérieletfinancierlors

decettedouloureuseséparation.

Etlespriedetrouverici,l’expressiondeleurpro-

fondegratitudeetinfiniereconnaissance.

UnemesseseraditeSaintMathieule26/2/2012,

à8heures.

Elledemandeàtousceuxquil’onconnuedes’u-

nird’intentionpourlereposdesonâme.

INMEMORIAM

-24février2011

-24février2012

II y a un an qu'il a plu au Seigneurderappeleràluison

humbleserviteur,notreregret-

tépèreetbienaimé:

humbleserviteur,notreregret- tépèreetbienaimé: KOUTOUANNONGBESSE MARCELLIN Administrateurdesociété

KOUTOUANNONGBESSE

MARCELLIN

Administrateurdesociété

Encejoursouvenir,safamille renouvellesoninfiniegratitude à tous ceux qui leur ont apporté soutien spirituel, moral,matérieletfinancierlors

decettedouloureusesépara-

tion.

Ellelespriedetrouverici,l’ex-

pression de leur profonde gratitude et infinie reconnais- sance.

COmmunIquES

Et

nECrOLOgIES

05531215

Directeurgénéralparintérim DirecteurdelaPublication LahouaSouangaEtienne (CésarEtou) Directeurdesrédactions

Directeurgénéralparintérim DirecteurdelaPublication LahouaSouangaEtienne (CésarEtou) Directeurdesrédactions AbdoulayeVillardSanogo

Cel:05957387

Rédacteurenchef AugustinKouyo

Cel:05959113

Secrétairegénéraldelarédaction DidierDepry

Cel:40641239

Responsabletechnique

TouréKifuima

Editeur LaRefondationS.A

Aucapitalde10.000.000fcfa

DépôtlégalN°4477du25mars1998

R.C.CI-Abj-1998-B-225931

PrésidentduConseild’administration Laurent Akoun Siègesocial RiviéraPalmeraie

06BP2868Abidjan06

Cel:05-64-60-31

Siègeprovisoire

AngréStar6-CitéBlanche

Site:www.notrevoie.com

E.mail:lequotidiennotrevoie@yahoo.fr

Impression:

ImprimerieLaRefondationS.A Distribution:Edipresse

09BP254Abidjan09

Tél:20371727/20371860

Tiragedujour:21.960exemplaires

no t re Voi e

n

°

4 0 6 8

d u

v e n d

r e d

i

2 4

f

é v

r i

e r

2 0 1 2

Arts, Culture

C

o

m m

u

n

i

c

a

t

i

12

&

o

n

e r 2 0 1 2 Arts, Culture C o m m u n i c

Cinéma

“LeMecidéal”

courtisel’Egypte

forçant

son

destin,

ument!

courtisel’Egypte forçant son destin, ument! MikeDanonetEmmaLohouès,lesdeuxprincipaux acteurs. sortir de

MikeDanonetEmmaLohouès,lesdeuxprincipaux

acteurs.

sortir de cette poisse par ses copines, elle s’en tire à bon compte.

Comédie romantique signée de l’Ivoirien Owell Brown, «Le Mec

lorsqu’elle rencontre Marcus, à l’issue d’un

idéal», poursuit sa castingorganisépourla Inextremis,àvoirabsol-

chevauchée de séduc- tion. On savait que le long- métrage était frappé de

l’Etalon de bronze 2011 au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de

O u a g a d o u g o u

(Fespaco). Il y a quelques mois, il a aligné les prix du

Meilleurcomédienàtra-

vers Marcus (Mike Danon), respectivement au Festival international de film de Khourigba (Maroc) et au 18ème Festival régional et international de cinéma de la Guadeloupe. Maintenant ce film de 110 min part à la con- quêted’autresjurys.

Eneffet,depuisle21,et

ce, jusqu’au 28 février prochain, le film est présent en compétition officielle au Festival de Louxor,en Egypte,dans la catégorie «Film africain». Et c’est son

personnageprincipal,le talentueux Mike Danon Himself, en l’absence d’Owell Brown, qui

représente les Ivoiriens

à cette rencontre ciné-

matographique. Nudoutequ’ilreviendra de cette nouvelle aven- ture avec au moins un galondeplus,quandon sait que «Lemecidéal» ne manque pas d’élec- tromagnétisme sur son passage. Le réalisateur Owell Brownetsacomédienne EmmaLohouès(Estelle) étaient restés une semaine de plus en Guadeloupe pour le tournage de quelques épisodes pilotes de la série «VillaKarayib» qui démarre véritablement en octobre 2012 pour

SchadéAdédé

démarre véritablement en octobre 2012 pour SchadéAdédé 180épisodes. «LeMecidéal» est l’his- toire d’une

180épisodes.

«LeMecidéal» est l’his- toire d’une jeune fille (Emma Lohouès). Elle

estbelle,elleestintelli-

gente, elle est entre- prenante. Son nom ? Estelle. Mais para-

doxalement,ellenecon-

naît pas de succès auprès des hommes.En